Vous êtes sur la page 1sur 5

1.

vérification de la solution exacte

Soit : U ( x )=e x− x²
Donc : U ( 0 )=e0 −0 =1
dU
De plus : + ( 2 x−1 ) U= ( 1−2 x ) U + ( 2 x−1 ) U =0
dx

En déduire que :U ( x )=e x− x² est la solution exacte de l’équation différentielle

2. discrétisation du domaine en L5

1 (X=0) 2 (X=1) 3 (X=2) 4 (X=3) 5 (X=4)

3. Tableaux de connectivites et des coordonnées des nœuds

 Tableau de connectivite :

éléments Nœud (débit) Nœud (fin)


1 1 2
2 2 3
3 3 4
4 4 5

 Tableau de coordonnées :

nœud coordonnée
1 0
2 1
3 2
4 3
5 4

4. les expressions de N1(x) et N2(x) :

Soit une fonction Ui(x) telle que :

Ui ( x )=N 1 ( x ) U 1+ N 2 ( x ) U 2; x 1≤ x ≤ x 2
U∧¿ 1 ( x )=U (x 1)
{U∧¿ 2 ( x )=U (x 2)

D’après LAGRANGE :

x−x 2
= 1 si x∧¿ x 1
N 1 ( x )=
x 1−x 2 {
0 si x=x 2

x−x 1
= 1 si x ∧¿ x 2
N 2 ( x )=
x 2−x 1 {
0 si x=x 1

5. le résidu pondéré R (u) et forme intégrale faible associée au problème continue :

 Le résidu pondéré :

du
R ( u )= + ( 2 x−1 ) u=0
dx
 La forme intégrale :
Soit ϕ une fonction telle que :
x2

∫ ϕ ( x )∗
x1
( dudx( x ) +( 2 x−1) u ( x ) ) dx=0
Donc
x2 x2 x2
du ( x )
∫ ϕ ( x ) dx dx+∫ 2 xϕ ( x ) u ( x ) dx−∫ ϕ ( x ) u ( x ) dx=0
x1 x1 x1
Or
ϕ ( x )= ⟨ δui ⟩∗ {¿ ( x) }
Et
u ( x )=⟨ ¿(x) ⟩∗{ ui }
Donc
du(x ) dNi
= ⟨ dNi ( x) ⟩∗{ ui } ; =dNi
dx dx
En déduire :

x2 x2 x2

∫ ⟨ δui ⟩ {¿ ( x ) } ⟨ dNi( x)⟩ {ui } dx+ 2∫ x ⟨ δui ⟩ {¿ ( x ) } ⟨ dNi ( x) ⟩ { ui} dx−∫ ⟨ δui ⟩ {¿ ( x ) } ⟨ dNi( x)⟩ {ui }
x1 x1 x1

Puisque :
⟨ dNi ⟩= ⟨ dN 1 dN 2 ⟩

⟨ δui ⟩ =⟨ δu1 δu2 ⟩ ≠ ⟨ 0 ⟩

{ ¿ ( x ) }= N 1(x)
( N 2(x))
{ ui }= u 1 (u 2)
Alors :

x2 x2
N 1∗dN 1 N 1∗dN 2 dx+ (2 x−1) N 1² N 1∗N 2 dx ¿ u 1 =0 ¿
(∫
x1
( N 2∗dN 1 N 2∗dN 2
∫)
x1 N 2∗N 1 ( N 2² ) ( ) u2

6. la forme matricielle :
Sur un élément   x1, x2

u1 0
Soit : Ue= (u 2 )
 ; Fe=   (0 )
Donc :
x2 x2
N 1∗dN 1 N 1∗dN 2 dx+ (2 x−1) N 1² N 1∗N 2 dx
Ke=∫
x1
( N 2∗dN 1 N 2∗dN 2

x1 N 2∗N 1 )
N 2² ( )
Avec :
x2
Ke 1=∫ N 1∗dN 1 N 1∗dN 2 dx
( )
x1 N 2∗dN 1 N 2∗dN 2

x2
Ke 2=∫ (2 x−1)
x1
( N N2∗N1² 1 N 1∗N 2 dx
N 2² )
Or :

x−x 2 x−x 1
N 1 ( x )= ; N 2 ( x) =
x 1−x 2 x 2−x 1

Alors :
x−x 2 x 2−x

( )
x2
( x 1−x 2)2 ( x 1−x 2 ) (x 2−x 1)
Ke 1=∫ dx
x1 x 1−x x−x 1
( x 1−x 2 ) (x 2−x 1) (x 2− x 1)2

x2
Ke 2=∫ (2 x−1)¿ ¿
x1

7. calcul des éléments du système :


Calcul de Ke1 :
1 −1 1
Ke 1= (
2 −1 1 )
Calcul de Ke2 :
1 1
Ke 2=
x 2−x 1 3 x 1+ x 2
6 (
x 1+ x 2
x 1+ x 2 −(x 2−x 1) 3
)
x 1+3 x 2 1
6
( ) 6
1
3

8. calcul des systèmes matriciels de chaque élément :

 Elément 1 : x1=0 ; x2=1 


Alors :
−2 1

( )( ) ( )
3
−1
2
2 u1
2 u2
3
=0
0

 Elément 2 : x1=1 ; x2=2 


Alors :
5
0

( )( ) ( )
−1
6
2 u1 = 0
4 u2
3
0

 Elément 3 : x1=2 ; x2=3 


Alors :
2 7

( )( ) ( )
3
1
6
6 u1
2 u2
=0
0

 Elément 4 : x1=3 ; x2=4 


Alors :
4 3

9. L’assemblage :
( )( ) ( )
3
1
2
2 u1 = 0
1 u2
3
0

 Elément 1 :
 2 / 3 1/ 2 0 0 0   U 1   0 
 1/ 2 2 / 3 0 0 0   U 2   0 
    
 0 0 0 0 0  U 3    0 
    
 0 0 0 0 0  U 4   0 
 0 0 0 0 0   U 5   0 
 Elément 2 :
0 0 0 0 0  U1   0 
0    
0 5/6 0 0   U 2   0 

 0 1/ 6 4 / 3 0 0  U 3    0 
    
0 0 0 0 0 U 4   0 
 0 0 0 0 0   U 5   0 
 Elément 3 :
0 0 0 0 0  U1   0 
0    
0 0 0 0   U 2   0 

0 0 2/3 4/6 0  U 3    0 
    
0 0 1/ 6 2 0 U 4   0 
 0 0 0 0 0   U 5   0 
 Elément 4 :
0 0 0 0 0   U1   0 
0    
0 0 0 0   U 2   0 

0 0 0 0 0  U 3    0 
    
0 0 0 4 / 3 3 / 2 U 4   0 
 0 0 0 1/ 2 8 / 3   U 5   0 

L’assemblage des matrices  avec conditions aux limites :

Pour nœud 1 : x=0 ; U1=0 et U(0)=0


Le système établit est :

 2/3 5/6 0 0   U 1  0 
 
 1/ 6 2 7/6 0  U 2  0 

 0 1/ 6 10 / 3 3 / 2  U 3  0 
    
 0 0 1/ 2 8 / 3  U 4  0 