Vous êtes sur la page 1sur 82

TECHNOLOGIE DU BATIMENT

Nous allons étudier les techniques de construction d ’une maison


individuelle.
Chaque intervenant dans la construction d ’une maison doit
connaître les termes et techniques utilisés par chacun des autres
corps d ’état regroupés en deux catégories :
• Le gros œuvre : fondation, murs, planchers, charpente,
couverture…
• Le second œuvre : menuiserie extérieure et intérieure, plomberie,
chauffage, électricité, plâtrerie, peinture...
Vous pouvez cliquer sur tous les cadres de
cette couleur pour obtenir des information
complémentaires

SUITE
MAUVAIS CHEMIN !!!
Il faut revenir en arrière là on est à la plage
INTRODUCTION :
II existe principalement 2 types de structure d'un bâtiment
* La structure poteaux et poutres
Poutre secondaire
Poutre principale Poteau-Poutre

Poteau Mur porteur


Semelle isolée

Mur de refends
Longrine

Mur porteur extérieur

La structure murs porteurs en parpaings ou


briques est utilisée principalement pour le pavillon
La structure murs porteurs par voiles en béton Semelle filante
armé est utilisée pour les immeubles
La structure poteaux poutres est également utilisée
pour les immeubles importants * La structure murs porteurs
TECHNOLOGIE
OSSATURE POTEAUX-POUTRES
Les poutres reprennent les charges des planchers.
Les charges sont concentrées sur les poteaux.
Les semelles isolées répartissent les charges sur le sol.
Les longrines servent de liaison en pied de poteaux.
Les façades sont ensuite rapportées entre, à l'intérieur, ou à l'extérieur des poteaux et ne
servent que de remplissage et de contreventement.
MURS PORTEURS
Les planchers reposent sur les murs par l'intermédiaire des chaînages.
Les charges sont réparties régulièrement sur les murs
Les semelles filent sous les murs et répartissent les charges directement au sol
Planchers
TECHNOLOGIE Conduits de
fumées
Charpente
Mur intérieurs
Couverture

Les baies

Isolation

Cloisons

Portes
intérieures
Mur
extérieurs
Béton armé
Dallage
Soubassement
Fondations Terrassement
TERRASSEMENT
Le terrassement consiste à préparer le terrain en vue de la construction
d ’un ouvrage.
IMPLANTATION DEBLAIS REMBLAIS
Permet de déterminer sur Ils consistent à creuser dans Prélever, transporter des
le terrain l ’emplacement le sol et à à prélever les terres pour combler des
de la construction : terres. cavités

• Murs.
• Poteaux.
• Fondations.

TYPES DE
FOUILLES
ANNEXE :Implantation
Permet de déterminer sur le terrain l ’emplacement de la construction :
• Murs.
• Poteaux.
• Fondations.

PLAN DE SITUATION
PLAN DE MASSE

Document nécessaires
ANNEXE :Déblais - Remblais
Déblais et remblais sont les mouvement de terres réalisés pour faire
le terrassement. REMBLAIS
Prélever, transporter des
DEBLAIS
terres pour combler des
Ils consistent à creuser dans cavités.
le sol et à à prélever les
terres.
ANNEXE :Types de fouilles
Il existe différents types de fouille en fonction des ouvrages à réaliser
et des dimensions de celle-ci.
FOUILLES EN FOUILLES EN FOUILLES EN
RIGOLES TRANCHEES PLEINE MASSE
Utilisées pour les semelles de Utilisées pour la Utilisées pour
fondation. réalisation de réalisation de sous-sol.
canalisations enterrées.
L

L  2,00 m
L  2,00 m
L  2,00 m h  1,00 m
h  1,00 m
h  1,00 m
FONDATIONS
Les fondations ont pour but de répartir la charge du bâtiment sur le
sol de fondation. Emprise des fondations sur le terrain

CHARGES
Verticales : poids propre
et surcharges
Horizontales :Vent
Obliques : poussée des
terres

SEMELLE PLOTS et
SEMELLE FILANTE RADIER LONGRINES
ISOLEE
ANNEXE : Semelles continues
On les utilise pour réaliser les fondations sous murs porteurs
(extérieurs et intérieurs). Elles sont réalisées en béton armé et on une
largeur d ’environ 50 cm.
Détail semelle continue sous mur
Armatures d ’une semelle

Largeur de la semelle B.
Charge par mètre de longueur de mur
B= 100 x résistance admise du sol
Exemple :charge : 5000daN/m
Résistance du sol 1 daN/cm²
5000 daN Coupe type
B= 100 cm x 1daN/cm² = 50 cm
ANNEXE : Coupe type
ANNEXE : Semelles isolées
Elles sont utilisées pour les fondations sous poteaux : les formes et
dimensions dépendent de la forme du poteau (cylindrique, carré,
rectangulaire…) et des charges à transmettre. Semelle isolée sous poteau
carré.

Armature de liaison
poteau-semelle

Implantation

Enrobage béton du
poteau BA
Terrassement Bétonnage semelle
Surface portante
Quadrillage semelle
Effort appliqué F
S(cm²) = =
Enrobage 4 à 5 cm Pression admissible 
Piquet-repère σ = 2 daN/cm² 32000 daN
Réalisation de semelles en
Béton de propreté béton armé S = 32000/2 =16000 cm²
Coté = 16000 = 126 cm
ANNEXE : Radier
Il est constitué par une semelle générale couvrant toute la surface au sol du
bâtiment.
Il est justifié dans le cas ou les semelles deviennent trop larges en raison de :
• Faible capacité portante du sol.
• Charges élevée de l ’ouvrage (immeuble tour).

immeuble tour

Radier constitué
d ’une dalle épaisse
en béton armé
ANNEXE : plots et longrines
Il est constitué de plots en béton coulés en place et de poutre préfabriquées
appelées longrines sur lesquelles on vient couler une dalle en béton armé
De réalisation simple et rapide ce système assure la réalisation d ’un plancher sur
vide sanitaire.
SOUBASSEMENT
Ce sont les murs situés sur les semelles de fondation jusqu ’au dallage, ils sont partiellement
ou complètement enterrés. Problèmes à résoudre

Étanchéité coté
extérieur
Drainage des eaux
Coupure de
capillarité

Dallage sur terre plein

Plancher sur vide sanitaire Sous-sol


Vide sanitaire
Drainage

Drain périphérique
ANNEXE : Étanchéité
Il faut protéger le coté extérieur des murs enterrés de l ’eau contenue dans le sol,
l ’étanchéité est réalisée par :
• Enduit hydrofugé au mortier de ciment et peinture bitumineuse

PRINCIPE ou
• Utilisation d ’un complexe drainant
Mur
Étanchéité

Dalle Complexe polyéthylène ou


polypropylène
Remblais
7
5 6
1 : paroi enterrée
Fondations
2 : terre de remblais
3 : gravillons
8
4 : drain
5 : complexe drainant 2 1

6 : moulure de protection 8
7 : lame d ’air ventilante
8 : drainage
4

3
ANNEXE : Drainage
Il consiste à collecter les eaux de ruissellement et d ’infiltration contenues dans le
terrain et à les évacuer vers le réseau d ’assainissement.
PRINCIPE
Placer des drains en pente sur le pourtour du bâtiment et
connecter au réseau.

Cas de terrain Coupes techniques


sensiblement plat Cas de terrain en pente

Regard Pente
du
terrain

Écoulement
Regard en béton
placé à chaque
changement de
direction

Drain Drain en PVC


perforé pour
récupération et
évacuation des
eaux.
ANNEXE : Drainage :coupes type
Le matériau drainant est constitué de granulat de granulométrie
croissante dans le sens d ’écoulement des eaux.
Cas général

Cas d ’un terrain perméable

SOUS-SOL
ANNEXE : Coupure capillarité
Pour évité à l ’humidité éventuelle, contenue dans les murs de
soubassement, de remonter par capillarité à travers les murs
extérieurs il est nécessaire de placer une barrière étanche au niveau
du plancher bas par l ’un des moyens suivants :
Au dessus du plancher par membrane
Sous plancher par arase étanche par étanche en polymère avec relevé le
mortier riche hydrofugé. long du mur.
DALLAGE SUR TERRE PLEIN
Le dallage constitue une plate-forme rigide ou un plancher bas au
niveau du rez-de-chaussée : il utilise le sol comme assise.
On distingue 2 types de conceptions :
Dallage indépendant des
Dallage en appui sur les murs
murs

Film
COMPOSANTS
étanche
Fondations
COUPE TYPE

AUTRES COUPES
ANNEXE : Coupe type

TEXTE

texte
ANNEXE : Composants
Désignation Constitution Fonction
Forme drainante Granulats de carrière appelés Eviter les remontées d’eau par
15 à 30 cm tout-venant capillarité
Couche de Sable 3 Sable de carrière 0/5 mm Assure une assise nivelée
à 5 cm couche suivante
Isolant Polystyrène de classe En périphérie de dallage évite
40 à 50 mm incompressible : 4 ou 5 les déperditions thermique
Film étanche Film polyéthylène en rouleaux Empêche les remontées
200 microns de 3,00 m humides
Dalle béton armé Béton dosé à 350kg/m3 avec Partie portante et résistante du
8 à 12 cm armature treillis soudés dallage
Chape de mortier Mortier de ciment Prépare la forme de pente et
5 cm maxi l’assise du revêtement de sol

Dalle béton armé


Revêtement de sol
Chape de Armature : treillis soudé
mortier

Film étanche

Isolant : polystyrène Tout-venant de


carrière compacté
Sable
Composants d ’un dallage sur Sol naturel ou
terre plein remblais
ANNEXE : Autres coupes type

DALLE BA INDEPENDANTE
DES MURS

DALLE BA EN APPUI SUR


LES MURS
EN PLUS
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
MURS EXTERIEURS
Les murs et élévations peuvent être faits de différents matériaux : béton coulé, parpaings,
briques, béton cellulaire, …
Selon leur position et leur rôle, on distingue :
le mur - pignon : qui ferme l'extrémité du bâtiment,
le mur de façade : qui ferme les côtés du bâtiment,
le mur de refend : qui reprend certaines charges de la structure du bâtiment pour les transmettre
aux fondations, ce sont des murs intérieurs
le mur de fondations : qui s'élève directement depuis la fondation, partie généralement enterrée,

le mur de remplissage : qui ne supporte aucune charge et joue uniquement le rôle de fermeture,
le mur de clôture : mur ou muret, extérieur au bâtiment, qui délimite et cerne le terrain.
MUR DE PRINCIPES
REFEND
MATERIAUX
MUR
PIGNON MURS EXTERIEURS

MUR DE REFENDS
MUR DE FACADE
CLOTURE
MURS
MUR DE REMPLISSAGE
FONDATION
ANNEXE : Murs principe
Les murs extérieurs sont destinés à supporter les charges permanentes (planchers, cloisons,
carrelage…) et surcharges d ’exploitation (mobilier, personnes) et à isoler le bâtiment du
bruit, des écarts de température et des intempéries.
ANNEXE : Matériaux
Les principaux matériaux utilisés pour la réalisation des murs
porteurs sont :

BLOCS DE LE BETON
LES BRIQUES CELLULAIRE
BETON

Le choix est fonction de :


• Du désir architectural du maître d ’ouvrage.
• Des Caractéristiques mécaniques demandées.
• Des propriétés thermiques et acoustiques désirées.
ANNEXE : Bloc de béton
Ce sont des préfabriqués en béton de sable et gravillons.
Les blocs creux dont la section nette (surface d'appui)
est au moins égale au 1/3 de la section brute.

Les blocs perforés dont la section nette (surface d'appui)


est au moins égale au 75% de la section brute.

Les blocs pleins sans alvéole AUTRES TYPES

Les blocs d'un même type se distinguent par leur classe de résistance. Celle-ci est
déterminée par la valeur garantie de leur résistance à l'écrasement. Les classes de
résistance les plus courantes sont :
- blocs standards : B40 et B60 pour les blocs creux,
B80 et B120 pour les blocs pleins et perforés ;
- blocs destinés à rester apparents : P60 à P120 pour les creux
P120 à P200 pour les pleins et perforés.
ANNEXE : Autres blocs béton
Texte

7,5 X 20 X 50 Bloc de coupe Bloc à feuillure Bloc d'angle

15 X 20 X 50
Bloc en L Bloc linteau

20 X 20 X 50
Bloc d'about ou planelle
ANNEXE : Brique
Elles sont obtenues par cuisson d ’argiles à une température voisine
de 1000°C.

Différents types de briques


ANNEXE : Béton cellulaire
Le béton cellulaire contient une multitude de bulles de diamètre inférieur à 1 mm qui
permettent d ’obtenir un matériau léger ayant de bonnes propriétés thermiques.
Assemblage
Linteau sous plancher entre mur
YTONG-SIPOREX extérieur et
refend

Chaînage
périphérique "U"
coquille
ANNEXE : Murs extérieurs
Brique creuse Blocs creux de 20 cm
ou de type G
DISPOSITIONS CONSTRUTIVES
Mur extérieur
porteur de 20 cm

Murs avec
doublage
isolant Murs avec
cloison de
doublage
Isolant laine de roche de verre
ou polystyrène Plaque de plâtre
ép. 1 cm
Enduit extérieur ép. 2 cm
Brique ou
blocs creux
Planelle de rive
plancher

Chaînage béton
armé

it
du
En rieur Enduit plâtre
é
int

Cloison doublage brique

Enduit extérieur ép. 2 cm


Isolant thermique
Murs traditionnels à simple Mur porteur
enduit
paroi
ANNEXE Dispositions constructives
Pour assurer la stabilité, réduire la fissuration et résister aux efforts de traction les murs
doivent être solidarisés par des ouvrages en béton armé appelés CHAINAGES.
Chaînage horizontal au
droit des planchers Linteaux béton
armé

Chaînage
horizontal

Linteau
Jambage

Chaînage
vertical
Poteau béton Chaînage
armé d ’angle vertical

Chaînage
horizontal
Planelle
Chaînage
vertical
ANNEXE : Murs refends
Ce sont des murs porteurs intérieurs destinés à limiter la portée des planchers ou à servir
de support à la charpente, il participent également au contreventement de l ’ouvrage.
D ’une épaisseur de 15 à 20 cm ils ne comportent généralement pas de complexe isolant.
Refends longitudinal Continuité de Refend pignon supportant la
et transversal l ’isolant charpente

Chaînage

re
fe nd
t
la n
Iso

e
lag
ub Ap
do lin pui
tea s
Armature préfa ref ux
Perforation pour e nd
liaison
lin
tea
u
po
u tre
Liaison
po
avec murs t ea
u
de façade
ANNEXE : Murs de remplissage
Les murs de remplissage situés entre l ’ossature du bâtiment (poteaux et poutres) ne
supportent que leur poids propre et n’ont q’un rôle de séparation et d ’isolation.

Remplissage en
brique

Ossature

STRUCTURE DES FACADES

Ossature apparente Remplissage maçonnerie


en façade Ossature apparente placage en pierre et
à l ’intérieur doublage intérieur
Int
Int
Ext Int

Ext Ext
ANNEXE : Murs coupes types
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
ANNEXE : Murs coupes types
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
PLANCHERS
Les planchers constituent la structure horizontale porteuse du bâtiment en prenant appui
sur les murs de façade et de refend ou les poutres de rives ou intérieures.
Leur conception et les procédés de mise en œuvre doivent assurer les fonctions de :
• Résistance aux charges permanentes et d ’exploitation.
• Accès entre les niveaux.
• Isolation thermique et phonique.
• Protection contre l ’incendie.
• Passage des réseaux de distribution :électricité, chauffage, ventilation,sanitaire…

Les matériaux pouvant


être utilisés sont :
Combles

Étage
LE BOIS
Terrasse
Sous-sol
LE METAL
Vide
sanitaire
LE BETON
ANNEXE : Planchers Béton
Ce sont les planchers les plus couramment utilisés.

DALLE POUTRELLE PREDALLES ALVEOLES


PLEINE ENTREVOUS
Ce sont des Plaques Des éléments
C ’est une Des entrevous sont
minces (5 cm) en béton préfabriqués en BA
dalle en béton placés entre des
armé qui servent de servent de coffrage à
armé coulé en poutrelles et servent de
coffrage à la dalle coulé la dalle
place dans un coffrage perdu pour le
sur place
coffrage coulage d ’une dalle de
répartition en BA.
ANNEXE : Dalle pleine
Elle est constituée d ’une dalle en béton armé d ’environ 20 cm d ’épaisseur coulée en place
dans un coffrage bois ou métal.Utilisant main d ’œuvre, matériel et mise en œuvre longue ,
elle est souvent remplacée par des planchers préfabriqués.
Armatures en barres

Treillis soudé

APPUI DE RIVE SUR POUTRE


Treillis soudé

ARMATURE DANS LES ZONES TENDUES

COFFRAGE DE DALLE
APPUI DE RIVE SUR MUR

Armatures en barres
Treillis soudé

Treillis soudé
APPUI INTERMEDIAIRE SUR MUR

APPUI INTERMEDIAIRE SUR POUTRE

Treillis soudé
Armatures du mur
en béton banché
ANNEXE : Poutrelles et entrevous
Composé de poutrelles en béton précontraint associées à des entrevous en béton
et d’une table de compression de 4 cm.
COUPES TYPES

TITRE
texte

texte
ANNEXE : Coupes poutrelles entrevous
Entrevous béton
Dalle de compression brique ou polystyrène

Poutrelle BA ou BP

Isolation laine minérale ou


Planelle
polystyrène

Chaînage béton Plancher


armé
Rupture pont
thermique
ANNEXE : Prédalles
Ce sont des Plaques minces (5 cm) en béton armé qui servent de coffrage à la dalle coulé
sur place.
ANNEXE : Planchers alvéolés
Des éléments préfabriqués en BA j usqu’à 6,00 m de longueur servent de coffrage à la dalle
ANNEXE : Planchers métal
Constitution
Le plancher est formé :
- d’une tôle en acier, profilée à froid et raidie longitudinalement par des nervures dont les
formes et les dimensions varient selon les produits.
L’acier employé a une limite d’élasticité comprise entre 320 et 330 N/mm² et reçoit une
galvanisation avec un revêtement de zinc de classification Z275, selon la norme NF P
34-310.
La tôle est proposée en plusieurs épaisseurs, couramment 75/100è ;
- d’une dalle béton, composée de sables et de granulats courants de classe P 25-0/20
ou équivalent ;
- d’aciers complémentaires : treillis soudé et aciers ronds à haute adhérence ;
- d'un revêtement de sol souple ou dur
ANNEXE : Planchers bois
CONDUITS DE FUMEES
Les conduits de fumées sont réalisés par emboîtement d ’éléments
appelés boisseaux. Boisseau en béton
Boisseaux alvéolés de pouzzolane
en terre cuite
Extracteur
Isolé statique pour
conduit individuel

Non isolé

Boisseaux en béton
allégé avec âme Poteries de couronnement
isolante et conduit en terre cuite
céramique
CHARPENTE
La charpente supporte le poids de la couverture et des surcharges climatiques : vent et
neige. Il existe 2 types de conception :
CHARPENTE
TRADITIONNELLE

Charges climatiques et
permanentes

CHARPENTE
INDUSTRIELLE
ANNEXE : Charpente traditionnelle
La charpente traditionnelle, constituée de pannes (reposants sur des fermes ou sur les
pignons) dites aussi poutres bois, dont la section est fonction de paramètres tels que :
La portée(la longueur de vide entre appui)
La charge(le poids de la toiture majorée des surcharges qu'elle peut
recevoir)
NOMENCLATURE
Panne
Les fermes repose sur
les murs de façade
Poinçon

Entrait
ANNEXE : Charpente traditionnelle type
Nomenclature Ferme classique à comble perdu
A : Chevron
B : Arbalétrier
C : Ecoinçon ou échantignolle D
: Entrait
E : Poinçon
F : Contre-fiche
G : Panne intermédiaire
H : Panne faîtière
I : Lien de faîtage
J : Faux-entrait
K : Jambe de force éventuelle
L : Panne sablière

SECTIONS
Pannes, arbalétrier 80 x 205
Chevron 50 x 50
Poinçon 150 x150F
Ferme à entrait retroussé
ANNEXE : Fermettes
Fermette réalisée en planches de 34 mm fixées par connecteurs
métalliques. Fermettes
Connecteur métal
Transport et stockage

Lisses continues

Contreventement
COUVERTURE
La couverture en tuiles et la plus répandue

Tuile à
Tuile grand Tuile petit double
moule à moule à emboîtement
bourrelets Tuile canal emboîtement
et canal à aspect canal
tenons

Tuiles
romanes ou
galbées en
béton
ANNEXE : Couverture
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
LES BAIES
On appelle BAIE toute ouverture pratiquée dans un mur destinée à être équipée d ’une
menuiserie ( fenêtre, châssis, porte-fenêtre, porte d ’entrée, porte de garage…)
Fenêtres
TERMINOLOGIE

plancher
Châssis
Porte garage
Porte entrée

Porte d ’entrée Porte-fenêtre planelle

linteau

tableau

rejingot
fenêtre Porte de garage

Appui de fenêtre

Mur d ’allège
ANNEXE : Les baies
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
LE BETON ARME
Les armatures sont indispensables dans les éléments porteurs pour reprendre les efforts de
traction. Elles sont façonnées sur chantier ou prêtes à l ’emploi.
SCHEMAS
Position des armatures 1 : Semelle continue
dans le bâtiment
2 : Semelle isolée
3 : Poteau
4 : Linteau
11

7
5 : Poutre coulée en place
6 : Voile en béton armé
4
14 7 : Chaînage horizontal
10
8 : Plancher
5
13 9 : Balcon
8
6 10 : Escalier
9

3 2 11 : Corniche

12
12 : Dallage
2
13 : Linteau préfabriqué
1
14 : Chaînage vertical
ANNEXE : Béton armé
Chaque ouvrage en béton armé possède des armatures spécifiques et des conditions de
mises en œuvre particulières.
FONDATIONS
Fondation

Poteaux CHAINAGE

LINTEAU

Chaînages
POTEAUX

POUTRES
Linteaux
PLANCHERS

ESCALIERS
ANNEXE :Armatures fondations
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
ANNEXE : Chaînages
Les chaînage horizontaux en béton armé Liaison aux angles
sont situés :
Au niveau des planchers de chaque étage.
Liaison refend
Au couronnement des murs. façade

Les chaînages verticaux sont situés aux


angles des murs. e
ag
aî n
ROLE Ch

Assurent la stabilité du bâtiment : avec les


chaînages verticaux ils assurent la liaison
des murs entre eux. efe
nd
ge
ur r
aîna
M Ch
Réduisent les risques de fissuration : les
différents de la maçonnerie (blocs,
briques)sont solidarisés. Linteau chaînage

Résistent aux efforts de traction : c ’est leur


rôle essentiel.

DISPOSITIONS Chaînage incorporé dans

CONSTRUCTIVES l ’épaisseur du plancher


ANNEXE : Chaînage disposition constructives
Chaînage horizontal
et vertical

Chaînage de rive
d ’un plancher

La planelle en rive de plancher permet


d ’avoir un support homogène et de
réduire le pont thermique
ANNEXE : Linteaux
Les linteaux sont des poutres de faible hauteur, situés au dessus des baies, il supportent le
poids de la maçonnerie et transmettent la charge aux jambages.

APPUI DES LINTEAUX


a = 20 cm mini
a > 1/ 10e de la portée
a

PRELINTEAU
Portée de calcul

PREFA
Tableau
Il existe plusieurs façons de
réaliser un linteau
COULÉ
ANNEXE : Pré-linteaux
Ce sont des éléments préfabriqués en usine. Ils se présentent sous la forme d ’une semelle en
béton armé ou précontraint :
Epaisseur 5 à 6 cm : longueur celle de la portée : largeur celle du mur.

Coupes
ANNEXE : Linteaux préfabriqué
On utilise des éléments en forme de U qui servent à la fois au coffrage du fond et des parois.
Ils sont réalisés dans le même matériau que les murs. On place l ’armature et on coule du
béton.
Béton cellulaire Terre cuite
Béton 55 x 20 x20

Planelle de rive : assure


l ’homogénéité du support et
limite le pont thermique

Coffrage
Les blocs sont disposés cote à
cote et maintenus en sous face et
latéralement.
ANNEXE : Linteaux coulés
Ils sont coffrés et coulés sur place. Coffrage avec raidisseur
pour grande portée
Coffrage simple
ANNEXE :Armatures poteaux
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
ANNEXE :Armatures poutres
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
ANNEXE :Armatures planchers
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
ANNEXE :Armatures escaliers
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
ISOLATION
Différent types d ’isolants en fonction de la position dans le bâtiment (plancher, sous toiture,
paroi verticale…)
Système laine de roche
et plaque de plâtre

Doublage isolant thermo-acoustique à


parement plâtre panneau en laine de
verre imprégnée de résines
synthétiques collé sur une plaque de Panneau rigide de
plâtre. polystyrène classé M1

Laine de verre
enveloppée d'un non-
tissé et revêtue d'un
pare-vapeur
ANNEXE :Isolation
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
CLOISONS
Les cloisons légères ont uniquement un rôle de séparation et de répartition des pièces et
n ’ont aucun rôle porteur, on distingue 2 types de cloisons suivant le matériau utilisé.

cloisons

TRADITIONNELLES INDUSTRIELLES

Elles sont réalisées à partir de Elles sont réalisées à partir de


d ’éléments à maçonner panneaux de hauteur d ’étage
assemblés par joint de mortier montés généralement sur une
ou de plâtre ossature métallique.
ANNEXE : Cloisons traditionnelles
Carreaux de plâtre Les carreaux de plâtre permettent le
doublage ou l’isolation des murs, la
construction d’une cloison
légère.Leurs dimensions sont MONTAGE
généralement de 66x50cm ou
66x38cm en épaisseur 10cm.
léger et Usages hydrofugé
isolant courants pièces
En briques plâtrières
humides
ou blocs de béton.
Béton cellulaire

le faible poids du béton cellulaire le


rend très maniable. Il est très facile
d’emploi pour monter, doubler ou
isoler les murs.Il assure en outre une
excellente isolation thermique et
phonique.
ANNEXE : Montage cloisons de plâtre
Traçage Implantation Les angles

Montage Dessus de porte


ANNEXE :Cloisons industrielles
Panneaux de hauteur d'étage constitués de deux plaques de plâtre et d'une structure
alvéolaire, montés sur structure métal ou bois.

MONTAGE

Panneau Plaque de
hauteur d'étage plâtre
constitué de cartonnée M1,
deux plaques de 2 bords
plâtre et d'une amincis, pour
structure tous types
alvéolaire d'ouvrages.
ANNEXE :Montage cloison industrielle
Schéma de montage

Réalisation des joints


ANNEXE : Cloisons industrielles TEX
ISOLATION
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
ANNEXE :Isolation
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte
PORTES INTERIEURES
Ils existe plusieurs modèles de portes et d ’accessoires

Portes
vitrées
Portes pleines
ACCESSOIRES
Portes Pattes à
isoplanes scellement
Équerres
de fixation

Portes
blindées Poignées
ANNEXE :Isolation
Texte

TEXTE
TITRE
texte

texte