Vous êtes sur la page 1sur 6

Automatismes LST_CFM FST_BM

ALIMENTER EN ENERGIE
STOCKER L’ENERGIE

I/ CONSTITUTION D’UNE INSTALLATION PNEUMATIQUE :

L'énergie pneumatique utilise l'air comprimé comme fluide pour le transport de l'énergie, et sa
transformation en énergie mécanique.

La production est assurée par une installation qui comprend :


Un compresseur actionné par un moteur électrique (pression de 7 à 10 bar).
Un réservoir accumulateur d’énergie (réservoir tampon).
Des dispositifs de sécurité et de régulation (soupape de sûreté, purges, filtres…).
Des circuits de distributions généralement réalisés en tubes d’acier.
Un repérage suivant la norme NF E 04-054 qui permet une visualisation rapide de l’installation : pour
l’air comprimé, on peint un anneau vert clair suivi d’un anneau rouge pour indiquer qu’il est sous
pression.
L’air comprimé est chargé d’impureté et d’eau qu’il faut éliminer pour assurer la longévité du matériel.

II. PRODUCTION DE L’ENERGIE PNEUMATIQUE :

La production d’air comprimé est relativement aisée et nécessite principalement un compresseur, un filtre
d’aspiration, un refroidisseur, un sécheur, un accumulateur, des purges et une armoire
1. Compresseur :
Il a pour rôle d’augmenter la pression de l’air.
Deux types de compresseurs sont utilisés industriellement.
Compresseurs volumétriques : une quantité d’air à pression P1 est enfermée dans une enceinte à volume
variable, on diminue le volume de l’enceinte: la pression augmente jusqu’à P2, cet air est alors dirigé vers
le point d’utilisation.
Turbocompresseurs : une vitesse élevée est communiquée à l’air basse pression. L’air acquiert une
énergie cinétique, il est alors canalisé vers le point d’utilisation, son énergie cinétique se transformant en
augmentation de pression.

Page 1 sur 6
Automatismes LST_CFM FST_BM
2. Stockage :
Le compresseur a souvent un débit pulsé, la pression d’air est donc variable.
Un réservoir permet d’atténuer ces variations de pression jusqu’à les rendre négligeables. Le réservoir
permet également de ménager des temps d’arrêt dans le fonctionnement du compresseur.
3. Réseau de distribution de l’air :
La distribution d’énergie pneumatique se fait par canalisations rigides reliées par des cols de cygnes pour
éviter de recevoir des impuretés ou de l’eau pouvant séjourner dans les conduites.
Pour supprimer ces impuretés ou ces eaux stagnantes, il y a des purgeurs au point bas de chaque
raccordement, et les canalisations ont une légère pente.
4. Conditionnement de l’air (Unité FRL) :
Avant d’utiliser l’air, il faut le filtrer, l’assécher, le graisser et réguler sa pression. Ainsi, avant chaque
SAP (Système Automatisé de Production), on place une unité de conditionnement FRL (appelées aussi
« Tête de ligne ») qui adapte l’énergie pneumatique au système.
Cette unité FRL est constituée d’un Filtre, d’un mano-Régulateur et d’un Lubrificateur.

Le Filtre sert à assécher l’air et filtrer les poussières.


Le mano-Régulateur sert à régler et réguler la pression de l’air.
Le Lubrificateur sert à éviter la corrosion et à améliorer le glissement.

III/ RESEAU HYDRAULIQUE :

L’ensemble de génération hydraulique comprend :


 Un groupe motopompe, à cylindrée variable ou fixe :

Page 2 sur 6
Automatismes LST_CFM FST_BM
Les pompes sont utilisées dans les circuits hydrauliques pour convertir l’énergie mécanique qui lui est fournie
par un moteur thermique ou électrique en énergie hydraulique.
 Un réservoir de fluide, qui doit remplir plusieurs fonctions :
Stocker le fluide de transmission nécessaire au système,
Filtrer ou décanter l’huile,
Abaisser la température du fluide,
Mettre à l’abri le fluide de toutes pollutions
 Un ou plusieurs filtres. Rôle : Absorber et retenir les particules solides en suspension dans le fluide
de façon à obtenir un rendement parfait du système hydraulique ainsi qu’à assurer une protection des
différents organes (pompes, distributeurs)
 Des composants de protection : limiteur de pression, les soupapes d’équilibrage…
 Un accumulateur : Réserve d’énergie,

Quelques avantages
· Réglage facile des vitesses de déplacement
· Contrôle précis des efforts développés
· Grande régularité dans les mouvements création d’efforts très importants
· Grande autonomie de l’installation

Quelques inconvénients
· Installation complexe
· Soin très poussé au niveau de la réalisation
· Coût important des composants
· Nécessité d’une maintenance suivie

Page 3 sur 6
Automatismes LST_CFM FST_BM
IV/ LES GRANDEURS PHYSIQUES CONCERNEES SONT :

1. Pression :
Les forces sont directement proportionnelles à la section.

P 
F F  P*S
S
Avec :
 P : la pression en bar (1bar=105 Pa)
 F : force en daN
 S : section en cm²
Ou
 P : pression en Pa (Pascal)
 F : force en N
 S : section en m²
2. Débit
Pour un vérin de section 20 cm², dont la course « e » est de 8 cm devrait s’effectuer en 1 s, le volume
déplacé sera de :

Surface de base * hauteur = S * e

Soit : 20 cm² * 8 cm = 160 cm3 = 0,160 l

Ce volume est absorbé en 1 s, soit pour 1 min :

Q = 0,160 * 60 = 9,6 l/min

Imaginons maintenant que ce déplacement s’effectue en 0,5 s (deux fois plus rapide)

Le débit passe alors à : 19,2 l/min


CONCLUSION :

Volume Section * Course


Q 
Temps Temps
e
Or, nous savons que : V  avec V la vitesse du déplacement de la tige du vérin
t
Donc Q = S * V
Avec Q en l/mn , S en cm² et V en m/mn

Q (l/mn) = 0,1 * S * V
Avec Q en l/mn, S en cm² et V en m/sec
Q (l/mn) = 6 * S * V

Page 4 sur 6
Automatismes LST_CFM FST_BM
3. La puissance :
En mécanique la puissance est le travail effectué par une force par unité de temps, soit :
travail W
P 
temps t
Or W = F * l
F *l
Donc P  où l/t = la vitesse (V)
t

P=F*V
Unités :
 P en Watt
 F en N
 V en m/sec

En hydraulique la force est définie par : F=p*S


D’autre part, la vitesse est égale au déplacement divisé par le temps, soit :

e
V 
t

Comparons avec les formules mécaniques :

En mécanique : P=F*V
En hydraulique : P=P*S*e/t

Avec :
 P : puissance en Watt
 F : force en Newton
 e : espace en mètres
 t : temps en secondes
 V : vitesse en m/sec
 P : pression en bar
 S : section en cm²

Dans la formule hydraulique l ‘expression :

S *e volume
Est égale à Q
t temps
Pour finir, la puissance hydraulique sera : P = P * Q

P : puissance en Watt
p : pression en bar
Q : débit en m3/s

Page 5 sur 6
Automatismes LST_CFM FST_BM
Les unités couramment utilisées en hydraulique industrielles sont :

 Le bar = 105 Pascal


m3 / sec*60
 Le l / mn 
103
 le Kilowatt = 1.000 Joule/s = 1.000 Watt

La formule finale pour le calcul de la puissance en hydraulique devient en pratique :

Q(l / mn) * P(bar )


P(kW ) 
600
4. Couple hydraulique :

Nous savons que le couple en mécanique est le produit d’une force F et d’un bras de levier d.

En hydraulique la force F dépend de la pression.


P Q * p q * p
C  
  2

d’où :

C = 1,59 * q * p
C : Couple en daN.m
q : cylindrée en l /tr
p : différence de pression en bar

La cylindrée en l/tr correspond à la quantité d’huile refoulée (ou absorbée) pour un tour de
l’engin hydraulique rotatif. Cette valeur est indiquée par le constructeur dans les catalogues techniques.

Application
 Un moteur hydraulique possède une cylindrée de 0,28 l/tr. Il fonctionne sous 250 bar. Quel couple
engendre t’il ?

C = 1,59 * 0,28 * 250 = 112 daNm

 Un moteur hydraulique tourne à 1200 tr/mn. Il absorbe 210 l/mn. Sa pression de fonctionnement
mesurée au manomètre à l’entrée indique 180 b.

Quel couple développe t-il ?


Q 210
Calcul de la cylindrée par tour : q    0,175 l / tr
N 1200
Couple développé : C = 1,59 * q * p = 1,59 * 0,175 * 180 = 50,1 daNm.

Page 6 sur 6

Vous aimerez peut-être aussi