Vous êtes sur la page 1sur 6

CLASSIFICATION DES AERONEFS

1 - LES PLUS LEGERS QUE L’AIR (aérostats)

11 - Les ballons

Ils sont formés d’une enveloppe en tissu contenant le gaz et de suspentes assurant la liaison avec
la nacelle (généralement en osier).

On distingue :

les ballons à gaz (gaz plus léger que l’air : hydrogène ou hélium)

les ballons à air chaud (Montgolfières)

Les ballons ne peuvent se mouvoir que verticalement; leur déplacement par rapport au sol est dû
au vent.

Aéronautique 1 I.U.T. Le Creusot


12 - Les dirigeables

Ce sont des aérostats capables de se diriger dans toutes les directions grâce à des gouvernes
(direction et profondeur) La propulsion est assurée par des moteurs à hélices.

On en distingue 2 types : souples (enveloppe contenant l’hélium) ou rigide (des réservoirs


contiennent le gaz et une ossature métallique est recouverte d’une enveloppe externe).

Une nacelle fixée à l’ossature se compose d’une cabine de pilotage et d’une cabine passagers.

2 - LES PLUS LOURDS QUE L’AIR (aérodynes)

Le vol est assuré par le déplacement à grande vitesse d’une surface appelée voilure ou aile dont le
dessin a été étudié afin de créer une force verticale de sustentation.

Aéronautique 2 I.U.T. Le Creusot


21 - Aérodynes motorisés à voilure fixe (avions)

Composé d’un fuselage, d’une voilure,


d’empennages, d’un système de propulsion
(moteur et hélice ou réacteur) et d’un train
d’atterrissage.

 Avions lourds : capacité supérieure à 10


passagers.

 Avions légers : 5,7 tonnes maxi au


décollage.

 U.L.M. : Ultra-légers motorisés

Classe 1 : paramoteur

Classe 2 : pendulaire

Classe 3 : multiaxes

Les ULM multiaxes sont de véritables avions de puissance maxi 60 kW, de


masse maxi 450 kg et de
vitesse de décrochage
inférieure à 65 km/h

 Aéromodèles.

Aéronautique 3 I.U.T. Le Creusot


22 - Aérodyne non motorisé à voilure fixe (planeurs)

Pas de système de propulsion. La mise en vitesse au décollage est assurée par un dispositif
annexe: avion remorqueur ou treuil. Les planeurs utilisent ensuite les mouvements des masses d’air
(ascendances) pour conserver ou augmenter leur altitude en contrôlant leur assiette pour assurer une
vitesse nécessaire à la sustentation.

Les moto planeurs comportent un moteur entraînant une


hélice qui leur permet un décollage autonome ou une reprise
d’altitude. Ils peuvent arrêter leur moteur en vol et minimiser la
résistance aérodynamique de l’hélice (mise en drapeau) ou
éclipser l’ensemble moteur-hélice dans un compartiment réservé
à cet effet.

Planeurs ultra-légers: deltaplane, parachute, parapente:

Aéronautique 4 I.U.T. Le Creusot


23 - Aérodyne à voilure tournante : Giravion

Autogire : La voilure est remplacée par une hélice de grand diamètre (rotor) d’axe vertical,
légèrement incliné vers l’arrière, entraîné en rotation par le déplacement de l’appareil. Ce déplacement est
obtenu par un système propulsif (moteur et hélice) comme pour un avion.

Hélicoptère: Le rotor est entraîné


mécaniquement par le moteur et assure la
sustentation et la propulsion. Un rotor de
queue (d’axe horizontal) entraîné, lui aussi, par
le moteur, équilibre le couple résistant du rotor
principal et permet le contrôle de l’appareil
autour de l’axe de lacet.

Ce rotor anticouple n’existe pas sur les


hélicoptères birotors en tandem contrarotatifs.

Aéronautique 5 I.U.T. Le Creusot


Aéronautique 6 I.U.T. Le Creusot