Vous êtes sur la page 1sur 6

SCIENCES PHYSIQUES EXAMEN DU BACCALAUEAT - SESSION PRINCIPALE DE JUIN 2009

SECTIONS : SCIENCES TECHNIQUES

SOLUTION
CHIMIE
Exercice 1
Commentaire
 Une transformation chimique est tout processus au cours duquel sont modifiées les
quantités de matière de certains ou de tous les constituants du système où elle se déroule
donnant lieu ainsi à l’apparition de nouveaux constituants.

 L’avancement x d’une réaction est le nombre de fois que la réaction a marché depuis l’état
initial.

 La durée au bout de laquelle l’avancement de la réaction atteint la moitié de sa valeur


finale est appelée temps de demi réaction.

 La vitesse moyenne d’une réaction chimique entre deux instants t1 et t2 est une grandeur
qui renseigne sur la variation de son avancement x, dans l’intervalle de temps [t1, t2] par
unité de temps, Elle est modélisée par

vm =

 La vitesse instantanée d’une réaction chimique à un instant de date t1 notée v (t1), est la
limite vers la quelle tend la vitesse moyenne de cette réaction entre les instants de date t1
et t2 lorsque t2 tend vers t1 Elle est modélisé par :

v (t1)= =

Correction
1. S2O82- + 2I-  I2 + 2SO42-
2- -
Initialement, on a : no(S2O8 ) no(I ) 0 0
A la fin de la réaction : no(S2O82-) - xf no(I -) – 2xf xf 2xf
Composition du système :
n(I2) = xf ; n(SO42-) = 2xf
Avec no(S2O82-) = C1V1, on a : n(S2O82-) = C1V1 - xf
Avec no(I-) = C2V2 = 0,005 mol, on a : n(I-) = 5.10-3 - 2xf
Tableau d'avancement non exigé
2. a) xf = 10-3 mol
b) n(I-) = 5.10-3 - 2xf = 3.10-3 mol ≠ 0.
Donc, l'iodure de potassium ne peut pas être le réactif limitant.
xf
c) C1V1 - xf = 0, d'où : C1 = = 5.10 2 mol.L-1
V1
3. a) Définition de la vitesse :
Remarque : ne pas accepter une définition qui ne fait pas appel à l'avancement de la réaction.
3. b) v(t) est maximale lorsque la pente, de la tangente à la courbe x = f(t), est maximale et
ceci est possible à t = 0
v(t)max = v(0) ≈ 2,5.10-4 mol.min-1

1
Exercice 2
Commentaire
 Une réaction d’oxydoréduction, appelée couramment réaction redox est une réaction au
cours de laquelle se produit un transfert d’électrons.

 L’écriture de la demi- équation de la réaction qui a lieu au niveau de l’une des bornes d’une
pile, doit se contenter d’une seule flèche.

 Le dispositif permettant d’obtenir le courant électrique grâce à une réaction chimique


spontanée est une « pile électrochimique »

 Une demi - pile correspond à un couple redox, elle est formée d’un conducteur électronique
en contact avec un conducteur ionique.

 En électrochimie, la force électromotrice E d’une pile est la différence de potentiel


électronique, en circuit ouvert entre la borne de droite de pile et sa borne de gauche

Si E > 0 La réaction directe est possible spontanément, c’est elle qui se produit quand
la pile débite du courant électrique

Si E < 0 La réaction inverse est possible spontanément, c’est elle qui se produit quand la
pile débite du courant électrique

Si E = 0 Il n’ya pas de réaction possible spontanément la pile ne peut pas débiter


du courant électrique.

Correction
Pont salin
1.
Electrode en nickel Electrode en cobalt

Solution de sel de
Solution de sel de cobalt
nickel

Symbole de la pile : Ni│Ni2+││ Co2+ │Co

Ni2  
  éq
2. a) K1 = = 0,215
2
Co  
  éq
1
K2 = = 4,65
K1

2. b) On a : E0 = 0,03 log K = - 0,02 V


Le Co est plus réducteur que Ni. (justification exigée)

2. c) Initialement, on a : Ni2   = Co2  , donc Ei = E0 < 0  La réaction (2) se produira


   
spontanément.
2
3. a) Ei = U0 = 0,01 V > 0 donc, la réaction dans le sens (1) se produit spontanément.

E 0
- E Ni2 
i  0
Ei = E0 – 0,03 log Π  log Π =  0; d'où : Π = 1
0, 03 2
Co 
 0
2  2 
et Ni   Co 
 0  0
3. b) Ni + Co2+  Ni2+ + Co-

Etat du Avancement concentration


système volumique
Initial 0 Co2  0 Ni2   0
   
Final yf Co2  0 - yf Ni2   0 + yf
   

Ni2 
 0
0
E0 = E – 0,03 log = 0,01 V  Co2   = 10 Ni2 
2
Co   0  0
  0
 Ni 2+ 
  0 + yf
K=  10.K . Ni2  - K yf = Ni2  + yf
2+
 Co  - y f  0  0
  0

Or, Ni2  + yf = Ni2   2   2 


 0   f  10.K . ( Ni  f -yf ) - K yf = Ni  f
5,35 Ni2  = 11 yf  Ni2  ≈ 2,06 yf
 f  f
3. c) Ni  = 24.10 mol.L  Ni2  = Ni2  - yf
2  -3 -1
 f  0  f
5,35  2 
 yf =
Ni  = 11,8.10-3 mol.L-1   Ni 2+  = 12,35.10-3 mol.L-1
11 f 0

Co 2+  = 10 Ni2  = 123,5.10-3 mol.L-1


  0   0

PHYSIQUE
Exercice 1
Commentaire
 Le condensateur est un composant électrique capable de stocker des charges électriques

 Au niveau de l’établissement de l’équation différentielle dans le cas d’un circuit électrique


(RC, RL, LC, RLC) un schéma avec précision du sens du courant est exigé comme élément
de réponse.

 L’intensité du courant est positive si le courant circule dans le sens arbitraire choisi et
négative si le courant circule dans le sens contraire.

 On choisit conventionnellement la charge de l’une des deux armatures du condensateur,


celle vers laquelle est orienté le sens positif du courant.

 La réponse d’un dipôle RC à un échelon de tension est la charge du condensateur, n’étant


pas instantanée, celle-ci constitue un phénomène transitoire.

3
 La constante de temps  une grandeur caractéristique du dipôle RC, elle renseigne sur la
rapidité avec laquelle s’établit la tension ue = E entre les armatures du condensateur.  =RC

 Sous une tension u, un condensateur de la capacité C emmagasine une énergie potentielle


électrique. Ec = ½ Cu2

 Un dipôle RC soumis à un échelon de tensions E répond par une évolution de la tension uc


aux bornes du condensateur régie par la loi uc (t) = E (1 – e-t/ )

 Toute bobine parcourue par un courant variable d’intensité I est le siège d’une f.é.m. d’auto-
induction. e = - L di/dt ou Lest l’inductance.

 L’énergie magnétique emmagasinée dans une bobine parcourue par un courant d’intensité i
s’exprime : EL = ½ Li2

 Un dipôle RL soumis à un échelon de tension de valeur E est parcouru par un courant qui
ne s’établit pas brusquement, mais suite d’un régime transitoire, selon la loi

i(t) = E/R(1 – e-t/ ) ou  = L/R est la constante du dipôle RL.

Correction

Partie I

1. a) Le phénomène physique qui se produit au niveau du condensateur : la charge du condensateur.

1. b) R1
i A

E uR 1 uC
C

B
q dq duC
E - uR 1 - uC = 0 avec : uC = ; uR = R1. i ; i = 1 =C ;
C dt dt
du C du C 1 E
E = uR 1 + uC = R1. C + uC  + uC =
dt dt R1C R1C
t

R 1C
1. c) Vérification en remplaçant uC (t)  E(1  e ) dans l'équation :
du C 1 E
+ uC =
dt R1C R1C
t

R 1C
2. a) uC (t)  E(1  e ) pour t =  = R1C , on a : uC(t) = E(1- e-1) = 0,63 E = 3,15 V

D'après le graphe de la fig.2,  = 25 ms



  = R1C alors C = = 0,5 F
R1
2. b) uC(t = 50 ms) = 4,32 V  E = 5V ;
le condensateur n'est pas complètement chargé à cet instant t = 50 ms

4
Partie II
II- 1- Courbe 1, à laquelle correspond la tension uC = 5V = UCmax à l'instant t = 0, correspond à
la tension aux bornes du condensateur vue que ce condensateur est initialement chargé ( à cet
instant).
En conséquence, la courbe 2 correspond à la tension aux bornes du résistor.

II- 2- a- Les oscillations du circuit R2LC sont pseudo- périodiques de même pseudo- période T. Il
oscille sous l'effet de l'énergie initialement emmagasinée dans le condensateur, la seule source
initiale, et il n'est soumis à aucune source extérieure: il est libre.
L'énergie électrique totale du circuit diminue au cours du temps sous l'effet de la dissipation de
l'énergie par effet joule au niveau de R2, d'où l'amortissement du système.
Le circuit R2LC série est le siège d'oscillations libres amorties de pseudo- période T.
T = 0,004 s.
II- 2- b- T2 ≈ T02 = 4Π2LC = 16.10-6 s2
T02
et C = 0,5 F  L= = 0,80 H
4Π 2C
1
3- a- à t = 0 = t0 on a : E0 = C u2C = 6,25.10-6 J
2
1 1 u
à t = t1 on a : E1 = Li2 = L( R2 )2 = 4,1.10-6 J
2 2 R2
1 1 u
à t = t2 on a : E2 = Li2 = L( R2 )2 = 2,5.10-6 J
2 2 R2
3- b- t0  t1  t2 , on a : E0 > E1 > E2 .
L'énergie totale du système diminue au cours du temps, ce système est non conservatif.
3- c- L'énergie dissipée par effet Joule, entre les instant t1 et t2 est :
E1 - E2 = 1,6.10-6 J

Exercice 2
Commentaire
 Dans le cas d’un oscillateur mécanique le schéma est indispensable pour pouvoir
représenter les différentes forces qui s’exercent sur le système en question.

 Un oscillateur mécanique de pulsation wo (lorsque ‘il n est pas amorti) soumis à

- Un force du frottement de valeur algébrique F = -hv

- Une action extérieure variant sinusoïdalement avec la pulsation w

 L’oscillateur est en mouvement sinusoïdal permanent de pulsation w différente de w0 : est


en régime forcé

 L’équation différentielle du mouvement est m d2x/dt2 + hdx/dt + kx =f

Correction
1- a - Relation fondamentale de la dynamique + mise en équation :
relation vectorielle mise en équation
1-b- Régime d'oscillations forcées, car le résonateur oscille avec la fréquence de
l’excitateur

5
2- a - Courbe (1) correspond à F(t) car F(t) = Fmsinωt et à partir de t = 0 , F(t)
commence par augmenter.
2- b - N1 = 1,25 Hz
fm = 1,1 N
fm = h.Xm.2ΠN1  Xm = 10 cm
φx = - Π /2 rad.
2- c - A chaque instant F(t) et f(t) sont deux grandeurs de même valeur mais de signes
contraires : leurs effets se compensent mutuellement …
.
Par analogie électromécanique, la pulsation propre ω0 = la pulsation ω de l'excitateur,
donc on a résonance de vitesse.
L'amplitude Xm est constante et en conséquence l'énergie totale du système
2
Em = ½ k Xm .reste constante.
k
2- d - ω 20 = ω2 = ( 2ΠN1)2 =  m ≈ 400 g.
m
Exercice N°3
commentaire
On appelle onde le phénomène résultat de la propagation d’une succession d’ébranlements
dans un milieu donné. Distinguer une onde longitudinale d’une onde transversale. Un
ébranlement est une déformation de courte durée imposée localement à un milieu élastique. La
propagation d’un ébranlement est due à une transmission d’énergie d’un point du milieu vers un
autre
Correction
1-
- Quand la Terre tremble, les vibrations se propagent dans toutes les directions à partir du
- Les ondes P vibrent dans leur direction de propagation tandis que les ondes S vibrent
perpendiculairement
- Les vibrations sont initialement de deux types…les premières, les plus rapides (appelées
ondes P)

2 – Les ondes P vibrent dans leur direction de propagation: ondes longitudinales.


…Les ondes S vibrent perpendiculairement et nous secouent horizontalement: ondes
transversales
3 - Quand la Terre tremble, les vibrations se propagent dans toutes les directions à partir du
foyer du tremblement de terre situé dans les profondeurs de la couche terrestre.
En s’éloignant du foyer, les ondes S vibrent perpendiculairement et nous secouent
horizontalement.
Autres réponses
Les ondes S vibrent perpendiculairement à la direction de propagation c’est pour cela qu’elles
nous secouent horizontalement
Les ondes P soulèvent ou affaissent le sol suivant une direction verticale, puisque les ondes S
leurs sont perpendiculaires alors elles nous secouent horizontalement