Vous êtes sur la page 1sur 3

BRULURES CAUSTIQUES DU TRACTUS DIGESTIF HAUT

Les produits caustiques :

Acides forts :

- Acide chlorhydrique (esprit de sels), acide sulfurique (acide de batterie)


- Nécrose de coagulation des protéines
- Limitation des pénétrations vers les plans profonds
- Lésion maximale au niveau de l’estomac entre 3ème et 12ème H
- Respect relatif de l’œsophage (caractère liquide)

Les bases fortes :

- Soude concentré (déboucheur de tuyaux, nettoyant de fours, ammoniac)


- Nécrose de liquéfaction (saponification des liquides)
- Brulures les plus graves
- Pénétrations vers les plans profonds
- Lésions œsophagiennes importantes maximales entre 3 ème – 6ème H

Les oxydants :

- Eau de javel concentrée, eau oxygéné


- Réaction d’oxydation et chlorination (dénaturation protéique) qui peut évoluer vers
la nécrose gastrique avec perforation

Autres :

- Formol : toxicité longtemps évolutive, contrôle endoscopique répétés


- Rubigine (anti-rouille) : acide faible puissant chélateur de calcium, toxicité
myocardique
- Potasse (base), KMNO4 (oxydant) : tropisme gastrique

Lésion anatomique du tube digestif : (3 phases)

- Phase initiale (1ère heurs) : inflammations, ulcérations


- Phase de détersion et régénération (J2 et J10) risques de perforation majeurs
- Phase de cicatrisation (jusqu’au 4ème mois) : fibroses

Prise en charge initiales :

- Interrogatoire + examen clinique


- Examens de premières intentions :
 ASP à la recherche de pneumo-péritoine
 RX du thorax à la recherche de pneumo-médiastin
Manœuvres à proscrire :

- Manœuvre de vomissement
- Absorption de lait et de médicaments (chélateurs)
- Sonde naso-gastrique

Au terme du bilan initial :

1er cas : détresse respiratoire

- Œdème laryngé : CTC à forte dose


- Lésions graves : intubation voir trachéotomie

2ème cas : état de choc, tableau chirurgical, troubles neuropsychiques, CIVD

- Mesures d’urgences appropriées

3ème cas : en dehors des cas sus-cité : établir un bilan lésionnel par examen endoscopique
(examen clef) 

1- Endoscopie digestive haute : au mieux avant 8h, contre indiquée après 48h
Classification endoscopique :

stades Lésions endoscopiques


Stade 1 Pétéchies et/ou érythème
Stade 2 Ulcérations : perte de substance à fond blanchâtre
a- Ulcérations linéaires ou arrondies
b- Ulcérations circulaires ou confluentes
Stade 3 Nécrose : plages noirâtres
a- Localisées
b- Etendues

2- Endoscopie trachéo-bronchique

Evolution :

- Favorable : Stade 1 et 2a gastrique


- Complications : 2b et 3

Complications :

Précoces : (de J1 a J21)

- Complications infectieuses
- Perforations digestives et trachéo-bronchiques
- Hémorragies digestives
- Fistules
Tardive :

- Sténoses
- Cancérisation

Traitement :

Forme mineur :

- Stade 1 : reprise alimentaire + antisécrétoires IPP

Forme de gravité moyenne :

- Stade 2a gastrique : abstention thérapeutique avec reprise immédiate de


l’alimentation orale
- Stade 2a œsophagien : nutrition parentérale totale pendant 8jrs puis endoscopie de
contrôle
 Si cicatrisation : reprise de l’alimentation
 Si pas d’amélioration : poursuivre la nutrition parentérale pdt 20 jrs
- Stade 2b et 3a : NPT pdt 20jrs, puis endoscopie de contrôle, si persistance des
lésions, faire jéjunostomie d’alimentation pdt 3mois puis bilan lésionnel définitif

Formes graves :

- Stade 3b gastrique : gastréctomie totale + rétabblissement de la continuité par


anastomose œso-jéjunale (si œsophage sain)
- Stades 3b œsophagien :
 Si trachée saine : œsophagectomie streeping + gastro-plastie ou colo-plastie
 Si brulures trachéales sévères : torachotomie droite + patch pulmonaire trachéo-
bronchique
- Stades 3b œso-gastrique : œso_gastréctomie totales + jéjunostomie d’alimentation
+ œsophagoplastie colique

Traitement des lésions cicatricielles et dégénérescentes  :

- Sténose gastrique : gastréctomie + rétablissement de la continuité


- Sténose œsophagienne :
 Si rétrécissement court : dilations bougie de Savary
 Si rétrécissement étendu : chirurgie