Vous êtes sur la page 1sur 22

 

PREVALENCE DE L’HYPERTENTION ARTERIELLE 
 
 
Etude réalisé au centre de santé de Sainte Claire 
 
 
 
 
Par 
Dr. Codio Carène Sandie  
 
 
 
 
Rapport de fin de service social  
 
 
Port‐Au‐Prince 
Haïti 
Juin 2020 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« Les opinions et considérations émises dans ce travail de 
recherche sont de la seule responsabilité de l’auteur » 
 
Table des matières 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
INTRODUCTION 
 
L'hypertension  artérielle  appartient  au  groupe  des  maladies 
chroniques non transmissibles. C’est une maladie qui se développe en 
présence d'un ensemble de facteurs de risque qui sont pour la plupart 
évitables.  
Selon  l’organisation  mondial  de  la  santé  (OMS)  un  adulte  sur 
trois  dans  le  monde  est  atteint  d’hypertension  artérielle,    affection 
responsable  de  près  de  la  moitié  des  décès  par  accident  vasculaire 
cérébral et cardiopathie (1). Ces complications sont directement liées 
à l'augmentation de la pression artérielle et le temps d'évolution. Le 
traitement précoce présente des avantages importants en termes de 
prévention  des  complications,  ainsi  qu'un  moindre  risque  de 
mortalité.  
De ce fait dans ce rapport nous tenons à présenter le problème 
que représente  l'hypertension artérielle, la maladie chronique la plus 
fréquente au monde et qui contribue le plus à la mortalité, et aussi la 
prévalence  de  celle‐ci  au  centre  de  santé  pendant  la  période  de 
novembre 2019 à janvier 2020.  
 
 
 
 
 
 
 
 
Hypertension Artérielle 
1‐ Définition  
  La  pression  artérielle  est  la  force  que  la  circulation  sanguine 
exerce sur les parois des artères. Elle oscille au rythme des pulsations 
du  cœur  entre  une  valeur  diastolique  <90mm  Hg  et  une  valeur 
systolique  <140mm  Hg  qui  correspondent  respectivement  au 
remplissage  du  ventricule  gauche  et  à  la  contraction  du  ventricule 
gauche (2). 
2‐ Classification 
  Selon  les  dernières  recommandations  de  la  «  American  Heart 
Association (AHA) » (3) 
Pression artérielle normale PA inférieures à 120/80 mm Hg
Pression artérielle élevée  PA  systolique  entre  120  et  129  mm 
Hg  
plus  PA  systolique  inférieure  à  80 
mm Hg 
HTA de grade 1  PA  systolique  entre  130  et  139  mm 
Hg ou  
PA diastolique entre 80 et 89 mm Hg
HTA de grade 2  PA  systolique  supérieure  ou  égale à 
140 mm Hg ou  
PA diastolique supérieure ou égale à 
90 mm Hg 
Crise hypertensive  PAS  supérieure  à  180  mm  Hg  et/ou 
PAD  supérieure  à  120  mm  Hg  avec 
des  patients  nécessitant  un 
changement  urgent  de  traitement 
s'il  n'y  a  pas  d'autres  indications  ou 
problèmes  ou  requérant  une 
hospitalisation immédiate en cas de 
signes d'atteintes d'organes 
3‐ Épidémiologie 
  Le taux de prévalence de l’hypertension augmente en fonction 
de l’âge de la population. Chez les personnes âgées de 20 à 30 ans, ce 
problème concerne une personne sur dix, mais il atteint une personne 
sur deux parmi les quinquagénaires. À l’échelle mondiale, le nombre 
de  personnes  hypertendues  est  passé  de  600  millions  à  un milliard, 
entre 1980 et 2008.  
Les  maladies  cardiaques  et  les  accidents  vasculaires  cérébraux 
sont  les  premières  causes  de  mortalité  dans  la  plupart  des  pays  ; 
chaque année, un tiers des décès dans le monde (soit 17,3 millions) 
sont imputables aux maladies cardio‐vasculaires. Les conséquences de 
l’hypertension entraînent 8,4 millions de décès par an, et ce problème 
de santé est la cause directe de 13 % des décès au niveau mondial. 
C’est  également  la  cause  principale  de  45  %  des  décès  dus  à  un 
problème  cardio‐vasculaire  et  de  51  %  des  décès  par  accident 
vasculaire  cérébral.  C’est  pourquoi  l’hypertension  est  une  menace 
pour  la  santé  publique  mondiale.  On  observe  la  prévalence  la  plus 
élevée dans certains pays à revenu faible d’Afrique, où l’on estime que 
le taux est de 40 % chez l’adulte (4). 
Selon  un  article  du  journal  Le  Nouvellite,  l’hypertension 
artérielle  est  la  première  cause  de  l’insuffisance  rénale  terminale 
amenant  à  la  dialyse  dans  48%  des  cas  contre  8%  pour  le  diabète, 
selon  le  Collège  haïtien  de  médecine  interne  et  le  groupe  des  8 
néphrologues haïtiens à partir des statistiques du service de dialyse de 
l’HUEH et des données de l’HUM. 
Haïti a la plus forte prévalence de l’hypertension artérielle dans 
la  Caraïbe,  selon  Healthy  Caribbean  Coalition  Initiatives  (HCCI).  La 
prévalence de l’Hypertension artérielle en Haïti est de 49% entre les 
âges de 25 à 39 ans et 69 % après 40 ans, selon la FHADIMAC (Diabetes 
and Metabolism 2006) (5). 
 
4‐ Méthodes et critères diagnostiques 
  Trois méthodes sont recommandées : les mesures en clinique, le 
monitorage ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) ainsi que la 
mesure de la pression artérielle à domicile (6). 
 
  Mesures en clinique : La méthode la plus utilisée est la méthode 
auscultatoire. Sujet assis ou allongé au repos physique et psychique 
depuis plus de 5 minutes, à distance de plus de 30 minutes d’un effort 
physique d’une prise de café ou d’exposition à la cigarette. Mesurer la 
PA  aux  deux  bras  à  la  première  consultation  pour  rechercher  une 
asymétrie  tensionnelle  et  1  et  5  minutes  après  le  passage  en 
orthostatisme  dans  les  cas  où  une  hypotension  orthostatique  est 
suspectée, notamment chez le sujet âgé et chez le diabétique. 
 
Monitorage  ambulatoire  (MAPA)  :  améliore  la  prédiction  du 
risque  cardiovasculaire,  est  mieux  corrélée  à  l’atteinte  des  organes 
cibles et évalue mieux la réduction de pression sous traitement. Doit 
être  faite  sur  24  heures  et  correspondre  à  une  période  d’activité 
habituelle  soit  une  mesure  toutes  les  15  minutes  ou  encore  une 
mesure toutes les 15 minutes pendant la période diurne et toutes les 
30 minutes pendant la période nocturne.  
Les limites supérieures des valeurs normales sont fixées à 130–135/85 
mmHg en période de jour, 120–70 mmHg en période de nuit, et 125–
130/80 mmHg sur 24 h. 
 
  La  mesure  à  domicile  :  améliore  également  la  prédiction  du 
risque  cardiovasculaire,  est  mieux  corrélée  à  l’atteinte  des  organes 
cibles  et  améliore  l’adhésion  du  patient  à  son  traitement.  Selon 
l’objectif poursuivi, les mesures sont faites au lever, avant le dîner et 
au coucher. 
 

 
 
 
 
 
5‐ Physiopathologie  
  La régulation à court terme  de la pression artérielle se fait par 
les  barorécepteurs  déclenchés  par  l'augmentation  de  la  TA    et  les 
chémorécepteurs    déclenchés  par  l’hypoxémie,  l’hypercapnie  et 
l’acidose.  Récepteurs  placés  au  niveau  de  la  carotide  et  de  l’arche 
aortique.    
A moyen terme interviennent les hormones  
 Le  système  RENINE‐ANGIOTENSINE‐ALDOSTERONE  :      sous 
l'action  de  la  rénine,  libérée  par  l'appareil  juxtaglomérulaire 
rénal, l’angiotensinogène (D2‐globuline d'origine hépatique) est 
converti  en  angiotensine  I  (inactive)  qui  sera,  sous  l'action  de 
l'enzyme  de  conversion,  à  l’action  maximale  au  niveau  de 
l'endothélium  des  capillaires  pulmonaires,  convertie  en 
angiotensine II (le plus puissant facteur vasoconstricteur). Enfin 
sous  l'action  des  angiotensinases  plasmatiques  et  tissulaires, 
l'angiotensine II est convertie en angiotensine III (le plus puissant 
facteur de stimulation de la sécrétion d'aldostérone) 
Les  peptides  natriurétiques  sont  les  principaux  facteurs  qui 
contrecarrent les effets de ce système. 
A  long  terme interviennent  les mécanismes rénaux  en  contrôlant  le 
volume de liquide extracellulaire (7). 
 
6‐ Etiologie 
L’hypertension artérielle peut être d’origine : 
 Primaire,  impliquant  les  facteurs  génétiques  et  les  facteurs  de 
risques liés au style de vie 
 Secondaire  à  des  maladies  rénales,  endocrines  et  de  causes 
mécaniques.  
7‐ Manifestations cliniques 
  Plus  la  pression  artérielle  est  forte,  plus  le  risque  est  élevé 
d’endommager  le  cœur  et  les  vaisseaux  sanguins  au  niveau  des 
organes essentiels comme le cerveau et les reins. Peut entraîner une 
crise  cardiaque  et  un  grossissement  du  cœur,  aboutissant  à  une 
insuffisance  cardiaque.  Les  vaisseaux  sanguins  peuvent  développer 
des renflements (anévrismes) et des points faibles qui favorisent leur 
obstruction  et  leur  rupture.  La  pression  dans  les  vaisseaux  sanguins 
peut provoquer une hémorragie cérébrale et un accident vasculaire 
cérébral.  L’hypertension  peut  également  être  à  l’origine  d’une 
insuffisance rénale, d’une cécité, d’une déficience cognitive et d’une 
dysfonction sexuelle (8). 
 
7.1 Complications 
 Cardiovasculaires : Hypertrophie ventriculaire  concentrique 
et insuffisance cardiaque gauche provoquant une dysfonction 
diastolique et systolique respectivement. Angine de poitrine 
et infarctus du myocarde suite à la diminution du flux sanguin 
coronaire et de l’offre de l’oxygène. 
 Cerveaux  :  Accidents  ischémiques  transitoires  et  AVC 
ischémique  en  cas  de  diminution  du  flux  sanguin  cérébral.   
AVC hémorragique et anévrisme cérébral en cas de  lésion des 
parois vasculaires. 
 Rénales:  La  stimulation  de  la  sécrétion  de  rénine  et 
aldostérone  et  la  diminution  du  flux  sanguin  rénal  qui 
favoriseront  la  rétention  hydrosaline,  l’aggravation  de 
l’hypervolémie et la baisse de la filtration glomérulaire.  
Néphrosclérose,  maladie  rénale  chronique  et  l’insuffisance 
rénale suite à l’augmentation de la pression dans les artérioles 
rénales. 
 
 Visuelles  :  Artériopathie  et  rétinopathie    hypertensive 
pouvant conduire à la cécité (9). 
 
7.2 Urgence Hypertensive 
L'élévation aiguë de la PA, accompagnée de lésions aiguës à un 
ou  plusieurs  organes  cibles.  Les  urgences  hypertensives  sont 
considérées  comme  des  conditions  dans  lesquelles  la  PA  doit 
être réduite en peu de temps à des niveaux considérés comme 
sûrs. 
Réduire le PAD d'environ 10 à 15% ou d'environ 110 mmHg sur 
une période de 30 à 60 minutes, ou réduire la PA moyenne d'au 
plus  20%  en  quelques  minutes  à  quelques  heures.  Dans  la 
plupart urgences hypertensives, une baisse initiale rapide de la 
PA  est  bénéfique,  à  l'exception  des  AVC,  dans  lesquels  une 
approche plus prudente est recommandée (10).  
 
7.3 Hypertension maligne 
 Définition:  l’augmentation  sévère  d’HTA,  potentiellement 
fatale,  caractérisée  par  l’augmentation  rapide  des  valeurs 
TAd>  130  mmHg  qui  s'accompagne  d'hémorragies  et 
rétinopathie de grade III avec ou sans œdème papillaire.    
  Etiologie: elle est fréquemment rencontrée chez les femmes 
comme  une  complication  de  la  grossesse,  chez  les  patients 
jeunes ayant des maladies rénales ou de collagène.  
  Mécanisme  pathogénique:  la  lésion  vasculaire 
caractéristique est la nécrose fibrinoïde des parois des artères 
de petit calibre et des artérioles  
 Manifestations cliniques:  
‐ hémorragies, exsudats rétiniens  
‐ vasoconstriction cérébrale intense  
‐ encéphalopathie  hypertensive  qui  se  manifeste  par  la 
céphalée  sévère,  des  vomissements,  des  troubles  visuels 
(cécité  transitoire),  paralysies  transitoires,  convulsions, 
stupeur et coma. 
‐ Insuffisance rénale progressive  
‐  insuffisance cardiaque progressive  
‐  résistance relative au traitement anti‐hypertensif(11) 
 
8‐ Facteurs de risques 
 L’obésité générale, l’obésité abdominale et le surplus de 
poids. 
 Une alimentation riche en sel et en matières grasses et 
faible en potassium. 
 Une consommation excessive d'alcool. 
 Le tabagisme. 
 L’inactivité physique. 
 Le stress  
 L’âge : la tension artérielle a tendance à augmenter avec 
l’âge. Plus de 50 ans chez l’homme et plus de 60 ans chez 
la femme.  
 La race : l’HTA est plus fréquente chez la race noire (12). 
 
 
 
 
 
 
 
9‐ Evaluation et suivi du patient hypertendu 
La  PA  devrait  être  mesurée  chez  tous  les  patients  adultes,  à 
chaque consultation où il convient de le faire, afin d’établir le risque 
de  maladie  cardiovasculaire  et  de  faire  le  suivi  du  traitement 
antihypertenseur. Évaluer l’adhérence et la tolérance du traitement, 
s’assurer du contrôle des facteurs de risque et évaluer l’atteinte des 
organes cibles (13). 
 
Examens de base chez les patients hypertendus 
 Analyse d’urine 
 Analyse biochimique du sang (potassium, sodium, créatinine) 
 Glycémie à jeun et/ou hémoglobine glycosylée (HbA1c) 
 Cholestérol total, LDL, HDL, et triglycérides. 
 ECG ordinaire, à 12 dérivations 
 
Chaque année, de 1 à 3 % des personnes traitées par des médicaments 
antihypertenseurs  deviennent  diabétiques.  Le  risque  est  plus  élevé 
lorsqu’il y a présence d’au moins l’un des facteurs suivants : la prise 
de diurétiques ou de ß‐bloquants, une hyperglycémie modérée à jeun 
ou  une  intolérance  au  glucose,  l’obésité  (surtout  abdominale),  la 
dyslipidémie,  un  mode  de  vie  sédentaire  et  une  mauvaise 
alimentation.  Il  faudrait  donc  prescrire  une  mesure  annuelle  de  la 
glycémie  à  jeun  aux  adultes  hypertendus,  et  suivre  les 
recommandations relatives au dépistage. 
 
 
 
 
10‐ Traitement de l’hypertension artérielle 
  Le traitement est basé sur les changements du style de vie et la 
consommation  de  médicaments  antihypertenseurs.  L'objectif 
principal  est  d'obtenir  la  plus  grande  réduction  du  risque 
cardiovasculaire  total  et  le  contrôle  de  la  PA,  en  préservant  la 
meilleure  qualité  de  vie  tout  en  assurant  un  contrôle  adéquat  des 
facteurs de risques associés (14, 15, 16). 
 
10.1‐ Traitement non pharmacologique 
‐ Réduction de la consommation de sel (<5 g NaCl) 
‐ Réduction de la consommation d'alcool 
‐ Forte consommation de légumes et de fruits 
‐  Réduction du poids et maintien d'un poids idéal (IMC < 25 
Kg/m2) 
‐ Activité physique régulière.  
‐ Le  tabagisme  augmente  la  PA  de  manière  aiguë  et 
transitoire et son arrêt est probablement la mesure  la plus 
efficace. 
‐ Augmenter la consommation de K+ (>6g) 
 
10.2‐ Traitement pharmacologique 
Les  médicaments  antihypertenseurs  de  premier  choix 
recommandés  sont  :  les  inhibiteurs  d'enzymes  de  conversion  de 
l'angiotensine (ACEI), les antagonistes de l'angiotensine II (ARA II), les 
bloqueurs ou antagonistes de canaux de calcium, les β‐bloqueurs et 
les diurétiques (D). 
Objectif tensionnel : PA < 130/80 mmHg chez : 
‐ le diabétique hypertendu  
‐ l’hypertendu à risque cardiovasculaire élevé ou très élevé  
‐ l’hypertendu présentant une pathologie associée 
 

 
 
 
 
11‐ Mesures de préventions 
  Des  mesures  concrètes  pour  diminuer  autant  que  possible  le 
risque  de  souffrir  d’hypertension  et  des  conséquences  liées  à  la 
maladie (8). 
 Adopter une alimentation saine: 
‐ promouvoir  un  mode  de  vie  sain,  l’accent  étant  mis  sur  la 
nutrition adéquate des nourrissons et des jeunes. 
‐ réduire sa consommation de sel à moins de 5 g par jour (un peu 
moins d’une cuillère à café); 
‐ manger cinq portions de fruits et légumes par jour; 
‐ réduire sa consommation de matière grasse totale et de graisses 
saturées. 
 
 Éviter  l’usage  nocif  de  l’alcool,  c'est‐à‐dire  limiter  sa 
consommation journalière à un verre standard maximum. 
 
 Pratiquer une activité physique: 
‐ pratiquer une activité physique régulière et encourager l’activité 
physique chez les enfants et les jeunes (au moins 30 minutes par 
jour) 
‐ maintenir un poids normal: perdre 5 kg de surpoids peut réduire 
de 2 à 10 points la tension artérielle systolique. 
 
 Arrêter la consommation de tabac et l’exposition aux produits 
du tabac. 
 
 Gérer  le  stress  de  façon  saine,  notamment  par  la  méditation, 
l’exercice physique approprié et les relations sociales positives. 
 
 
Présentation des données 
Pendant notre passage au centre de santé de Sainte Claire, nous 
avons sélectionné 50 patients masculins âgés de 25ans et plus entre 
novembre 2019 et janvier 2020.  
    La  mesure  de  la  pression  artérielle  a  été  effectuée  à  l'aide  du 
sphygmomanomètre à mercure selon la technique et les procédures 
recommandées  par  l'American  Heart  Association.  Un  adulte  était 
considéré  comme  hypertendu  lorsqu'il  avait  des  chiffres  de  tension 
artérielle  systolique  (TAS)  ≥140  mmHg  ou  de  tension  artérielle 
diastolique (SAD) ≥90 mmHg.  
Les  mesures  du  poids,  de  la  taille  et  du  tour  de  taille  ont  été 
obtenues. Le poids a été mesuré avec une balance électronique et la 
taille au millimètre près. Les critères de l'Organisation mondiale de la 
santé (OMS) ont été utilisés pour classer l'indice de masse corporelle 
(IMC) en: normal (18,5 à 24,9 kg / m2), surpoids (25‐29,9 kg / m2) et 
obésité (≥ 30 kg / m2). Pour identifier les adultes souffrant d'obésité 
abdominale,  la  classification  de  la  Fédération  internationale  du 
diabète  (FID)  a  été  utilisée  comme  référence  qui  définit  un  tour  de 
taille ≥ 80 cm chez la femme et ≥ 90 cm chez les hommes. 
  Des  50  patients  sélectionnés  23  ont  été  diagnostiqués 
hypertendus soit 46%. D’entre eux 5 ont été diagnostiqués lors de la 
consultation et avaient des indices de masse corporelle supérieure à 
25kg/m2  parmi  d’autres  facteurs  de  risques  ;  18  étaient  des  
hypertendus connus dont 8 ont abandonnés leurs traitements. 
   
 
 
 
 
Conclusion 
  En réalisant ce rapport, les patients qui nous ont le plus marqués 
sont ceux qui en dépit de leur diagnostique ont décidé d’abandonner 
leurs traitements. Aussi le nombre d’hypertendu retrouvé en 3 mois 
nous  a  attiré  l’attention  car  selon  toutes  les  études  réalisées  cette 
maladie est considérée comme un tueur silencieux.  
  Ces  résultats  nous  montrent  la  fragilité  de  notre  société  et  en 
tant  que  professionnels  de  la  santé  nous  devons  promouvoir  une 
bonne  qualité  de  vie  aux  patients  en  s'intéressant  à  leur  bien‐être 
biopsychosociale.  Il  est  essentiel  de  développer  des  compétences 
relationnelles visant à réduire la complexité du traitement, à offrir des 
informations  et  une  éducation  sur  la  santé,  à  établir  une  relation 
adéquate entre le soutien professionnel‐patient‐social et la famille qui 
permet une plus grande adhésion au traitement. 
Un  problème  de  cette  ampleur  requiert  l'attention  et  la 
participation de tous les secteurs de la société, en particulier en ce qui 
concerne les mesures préventives.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
BIBLIOGRAPHIE 
1‐ Organisation mondiale de la sante OMS. Disponible au    : 
https://www.who.int/mediacentre/news/releases/2012/world_healt
h_statistics_20120516/fr/ 
 
2‐ Science et avenir, Hypertension artérielle definition, symptomes et 
traitement.  Disponibe  au  : 
https://www.sciencesetavenir.fr/sante/systeme‐
sanguin/hypertension‐arterielle‐definition‐symptomes‐
traitement_12920 
 
3‐  l’AHA  et  l’ACC  révolutionnent  la  définition  en  abaissant  la  barre. 
Disponible  au  : 
https://francais.medscape.com/voirarticle/3603720#vp_1 
 
4‐    Maitrisez  votre  tension  artérielle,  maitrisez  votre  vie.  Journée 
mondiale  de  la  santé  2013.  Disponible  au  : 
https://applications.emro.who.int/docs/Fact_Sheet_WHD_2013_FR_
14900.pdf 
 
5‐  Les particularités de l’hypertension artérielle chez les Haïtiens. Le 
nouvelliste  publié  le  2018‐12‐12.  Disponible  au  : 
https://lenouvelliste.com/article/195868/les‐particularites‐de‐
lhypertension‐arterielle‐chez‐les‐haitiens 
 
6‐Prise  en  charge  systématisée  des  personnes  atteintes 
d’hypertension  artérielle.  Société  Québécoise  d’hypertension 
artérielle.  Disponible  au  :   
https://www.hypertension.qc.ca/gestion/pdf/definition.pdf 
 
 7‐  Patrick  Wagner  Grau.  Fisiopatología  de  la  hipertensión  arterial: 
nuevos  conceptos.  Rev.  peru.  ginecol.  obstet.  vol.64  no.2  Lima 
abr./jun. 2018 
 
8‐  Organisation  Mondiale  de  la  Sante  (OMS).  Questions‐réponses 
l’hypertension  artérielle.  Disponible  au  : 
https://www.who.int/features/qa/82/fr/ 
 
9‐ Dagnovar Aristizábal Ocampo, Mauricio Pineda Gómez, Miguel A. 
Urina Triana, Dagnovar Aristizábal Ocampo, Fernando Manzur Jattin, 
Carlos  García  del  Rio,  Carlos  Olivo  Arrieta.  Hipertensión  arterial 
sistémica.  Dispobible  au:  https://scc.org.co/wp‐
content/uploads/2012/08/capitulo4.pdf 
 
10‐  Rafael  Santamaría  Olmo,  María  Dolores  Redondo  Pachón, 
Casimiro  Valle  Domínguez,  Pedro  Aljama  García.  Urgencias  y 
emergencias  hipertensivas:  tratamiento.  Disponible  au: 
https://revistanefrologia.com/es‐comentarios‐urgencias‐
emergencias‐hipertensivas‐tratamiento‐articulo‐
X1888970009000496 
 
11‐ E. Morales, R. González, E. Gutiérrez, E. Gutiérrez‐Solís, J. Segura, 
M. Praga. Hipertensión arterial maligna. Una visión actualizada. DOI: 
10.3265/NefroPlus.pre2011.Feb.10856.  Disponible  au: 
https://revistanefrologia.com/es‐hipertension‐arterial‐maligna‐una‐
vision‐articulo‐X1888970011000883 
 
12‐ Center for Desease Control and Prevention (CDC). Know your risk 
for  high  blood  pressure.  Disponible  au: 
https://www.cdc.gov/bloodpressure/risk_factors.htm 
 
13‐  Guide  pratique  fondé  sur  le  Guide  de  pratique  clinique 
d’Hypertension  Canada  sur  le  diagnostic,  la  prévention  et  le 
traitement de l’hypertension artérielle ainsi que sur l’évaluation des 
risques.  2020  hypertension  points  saillants.  Disponible  au  : 
https://hypertension.ca/wp‐
content/uploads/2018/07/Hypertension‐Guidelines‐French‐2018‐
Web.pdf 
 
14‐  José  Ortellado  Maidana  ,  Agustín  Ramírez  ,  Graciela  González  , 
Gustavo Olmedo Filizzola , Miryan Ayala de Doll , Masao Sano , Oscar 
Paredes González, Miguel Adorno, Enrique Courcelles, María del Rocío 
Cattoni, Shirley Alsina, Alberto Marecos, Nancy Gómez de Ruiz , Gladys 
Bogado de Atobe, Hugo Martínez, Daisy Grau, Laura García, Catalina 
Cardozo, Susana Barreto, Walter Cabrera, Darío Cuevas, Doris Royg, 
María  Cristina  Jiménez,  Jorge  Tadeo  Jiménez  González,  Luz  Cabral 
Gueyraud,  Mario  Ortega,  Ángel  Acosta,  Alejandro  Iriarte,  Victoria 
Chaparro,  Manuel  Castillo,  Javier  Galeano,  Cesar  Delmás,  Carmen 
Saldívar, Víctor Rojas Duré, Lorena Villalba, Amalia Molinas, Eduardo 
Caballero.  Consenso  Paraguayo  de  Hipertension  Arterial  2015. 
Disponible au:  
 http://scielo.iics.una.py/pdf/spmi/v3n2/v3n2a02.pdf 

 
15‐  María  Victoria  Ramos.  Hipertensión  arterial:  novedades  de  las 
guías  2018.  Rev.Urug.Cardiol.  vol.34  no.1  Montevideo  abr.  2019. 
Disponible  au: 
http://www.scielo.edu.uy/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1688‐
04202019000100131 
 
16‐ Haute Autorise de Santé (HAS). Prise en charge de l’hypertension 
artérielle de l’adulte, hors grossesse. Disponible au : https://www.has‐
sante.fr/upload/docs/application/pdf/2016‐10/algorithme_hta.pdf