Vous êtes sur la page 1sur 26

Raffinage-Pétrochimie-Chimie-Ingénierie

———

TECHNOLOGIE ET FONCTIONNEMENT
DES POMPES VOLUMÉTRIQUES

I - DIFFÉRENTS TYPES ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT..................................................1

1 - Pompes volumétriques rotatives .......................................................................................................1


2 - Pompes volumétriques alternatives ..................................................................................................2

II - POMPES VOLUMÉTRIQUES ROTATIVES..................................................................................3


1 - Caractères généraux des pompes volumétriques rotatives ............................................................3
2 - Principaux types et domaines d’utilisation........................................................................................7

III - POMPES VOLUMÉTRIQUES ALTERNATIVES .........................................................................17


1 - Principes utilisés...............................................................................................................................17
2 - Caractères généraux des pompes volumétriques alternatives .....................................................18
3 - Étude de quelques types de pompes volumétriques alternatives.................................................21

MT POM - 01587_B_F - Rév. 5 25/11/2008


© 2008 - IFP Training
1

I- DIFFÉRENTS TYPES ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT


Les pompes volumétriques réalisent un transfert de volume de la zone d’aspiration vers la zone de
refoulement.

Dans un premier temps les volumes à transférer sont isolés de ces deux zones puis refoulés.

Le transfert est effectué linéairement dans les pompes volumétriques alternatives et en rotation dans les
pompes volumétriques rotatives.

Dans tous les cas, le débit est discontinu et il y a génération de pulsations plus ou moins importantes de
pression et de vitesse.

1- POMPES VOLUMÉTRIQUES ROTATIVES


Ci-dessous est représenté un type courant de pompe volumétrique rotative, la pompe à engrenages
extérieurs.

1 3

1 3
D T 1359 A

Pompe à engrenages extérieurs

Les deux engrenages tournent dans le sens opposé du fait de leur engrènement.

L’engrènement au centre constitue un barrage empêchant le liquide de passer de la zone haute


pression vers la zone basse pression :

- les volumes 1 sont en communication avec la zone basse pression. Ils sont remplis par le
liquide. C’est la phase aspiration

- les volumes 2 sont en phase de transfert vers la zone haute pression entre les positions 1
et 3. Ils sont isolés des capacités basse pression et haute pression

- les volumes 3 débouchent dans la zone haute pression. C’est la phase refoulement

01587_B_F © 2008 – IFP Training


2

2- POMPES VOLUMÉTRIQUES ALTERNATIVES


Ci-dessous est représenté le principe d’une pompe alternative à simple effet.

REFOULEMENT REFOULEMENT

HP

Fermeture

Ouverture
Piston Piston
P < BP
P > BP

Fermeture

Ouverture

BP

D T 1360 A
ASPIRATION ASPIRATION

Lors de la phase aspiration, le piston recule, le clapet basse pression est ouvert, le liquide remplit le
cylindre, le clapet haute pression est maintenu fermé.

Lors de la phase refoulement, le piston revient vers le fond du cylindre, le liquide est expulsé vers la
haute pression. Le clapet basse pression est maintenu fermé.

Entre ces deux phases, le volume de liquide emplissant le cylindre est isolé des deux capacités : les
clapets sont fermés, la cylindrée est en transfert.

• Différents types

Si l’emploi des pompes alternatives, pour les débits importants, a presque complètement disparu,
l’emploi de pompes de type triplex pour les hautes pressions est très courant.

Pour le dosage, un grand nombre de systèmes mécaniques ont été inventés afin de pouvoir régler la
course du piston. Ces pompes sont du type à piston plongeur ou à membrane suivant les produits à
véhiculer et le débit requis.

Ces pompes nécessitent un entretien assez constant du fait même de leur conception :

- les clapets sont des pièces d’usure


- l’étanchéité vers l’atmosphère nécessite un réglage fréquent et s’use également
- le système bielle-vilebrequin, comme dans toute machine alternative, a une longévité qui
dépend des efforts et de la qualité de la lubrification. Néanmoins, il réclame des révisions
périodiques

Le débit de ces pompes volumétriques est très pulsatoire et pose des problèmes spécifiques
d’installation.

01587_B_F © 2008 – IFP Training


3

II - POMPES VOLUMÉTRIQUES ROTATIVES


1- CARACTÈRES GÉNÉRAUX DES POMPES VOLUMÉTRIQUES ROTATIVES
Quels que soient leur principe de fonctionnement et leur réalisation technologique, les pompes
volumétriques rotatives ont en commun un certain nombre de caractéristiques liées à leur utilisation.

a - Débit

• Le débit est proportionnel à la vitesse de rotation


A priori, le débit véhiculé par ce type de pompe est proportionnel à la vitesse de rotation. À vitesse fixe,
le débit théorique est constant.
Les fuites internes, qui existent sur ce type de pompe, créent un décalage entre le débit théorique et le
débit réel.
Pour minimiser l'influence des fuites internes, il y a intérêt à faire tourner la pompe le plus vite possible,
mais on est limité d'une part par la tenue mécanique et les frottements, d'autre part, par les problèmes
de capacité d'aspiration.
N
Vitesse de rotation

Débit de fuite interne


lle
ée
er

e
qu
urb

ori
Co


et
urb
Co

D T 1385 B

Débit volume Q

Variation du débit avec la vitesse de rotation

• Le débit varie peu avec la viscosité du produit pompé


Le débit volume d'une pompe rotative ne dépend que d'une seule des caractéristiques physiques du
produit pompé : sa viscosité.
Les fuites internes sont plus réduites avec un produit visqueux qu'avec un produit très fluide. Le débit
volume augmente donc légèrement avec la viscosité du produit pompé.
La figure ci-dessous montre l'influence de la viscosité sur le débit.

ΔP Débit de fuite
ΔP
Tarage soupape ité
cos nte
sécurité pression Vis issa
ro
déc
lourd

Eau
Huile
Fuel

D T 1387 B

Q
Débit de fuite
Influence de la viscosité sur le débit d'une pompe volumétrique rotative

01587_B_F © 2008 – IFP Training


4

• Le débit dépend de l’augmentation de pression imposée à la pompe

Pour un débit pompé imposé, le débit volume d’une pompe rotative tournant à une vitesse constante,
varie lorsque l’augmentation de pression P demandée à la pompe est modifiée.

Cette variation de débit est due uniquement à celle des fuites internes dans la pompe, lesquelles sont
fonction de la différence de pression donnée par la machine. Lorsque celle-ci augmente, le débit fourni
par la pompe a donc tendance à diminuer légèrement.

La figure ci-dessous montre l’allure de la courbe reliant l’augmentation de pression P au débit volume
d’une pompe volumétrique rotative, pour 2 vitesses différentes.

750 tr/min
1500 tr/min
Soupape de protection ΔP
P'2 - P1

Vitesse N2 > N1
P1 P2

Vitesse N1
FR
P2 - P1

D T 1361 A
Δ P = P2 - P1
Pompe rotative
Q'v Qv Débit volume

Relation entre débit et augmentation de pression

• Un débit inverse provoque la rotation inverse de la pompe

La plupart des pompes rotatives peuvent être utilisées en moteur hydraulique en détendant dans la
machine du liquide à contre-courant du sens de pompage.

Il est donc nécessaire, comme pour les pompes centrifuges, d'installer un clapet anti-retour sur le
refoulement pour éviter qu'un retour de produit n'entraîne la rotation du groupe machine
d'entraînement + pompe.

b - Pression

• Pression de refoulement

En cas d’augmentation importante des pertes de charge ou de fermeture accidentelle de la vanne de


refoulement, la pression de refoulement P2 risque d’augmenter considérablement puisque la pompe
continue de tourner. Dans ces conditions il y a un risque de dépasser les limites de résistance
mécanique de la pompe et de détruire celle-ci.

Pour éviter cela, il est prévu, le plus souvent par les constructeurs, un système de protection
constitué par un circuit de by-pass interne dont l’ouverture est commandée par une soupape de
sûreté tarée un peu au-dessus de la pression normale de refoulement.

01587_B_F © 2008 – IFP Training


5

Soupape de protection du corps de pompe

Cette soupape comporte souvent un volant de commande manuelle permettant :

- le démarrage et l’arrêt en recyclage, donc en charge réduite


- un amorçage plus facile puisque démarrant à vide. On établit progressivement le débit
en fermant le recyclage.

Ce volant ne doit pas être utilisé afin de réaliser un réglage de la pression ou du débit en marche
normale, d’autres éléments doivent être prévus pour cela.

En effet : pour rester fiable un organe de sécurité ne peut servir d’organe de réglage.

Il est nécessaire de démarrer ces pompes vanne de refoulement ouverte.

Le réglage du débit d’une pompe volumétrique rotative ne peut donc s’effectuer que :

- par by-passage d’une partie du débit. Cette ligne de by-pass est extérieure à la pompe et
ne doit pas être confondue avec le système de protection de la pompe. Le by-pass peut être
commandé par une vanne automatique sous contrôle du débit utilisé
- par action sur la vitesse de rotation. Cette méthode implique que la machine
d’entraînement soit à vitesse variable

• Pulsations de pression

Les pulsations de pression engendrées par la pompe dépendent du nombre de volumes véhiculés par
unité de temps.

c - Rendement – Puissance consommée

À même débit, les pompes volumétriques rotatives ont un meilleur rendement que les pompes
centrifuges. Cet avantage est particulièrement net lorsque la viscosité du produit est grande (au-
dessus de 30 à 40 cSt).

De ce fait, les pompes volumétriques rotatives sont souvent préférées aux centrifuges dans le cas de
pompage de produits lourds se trouvant à des températures élevées et présentant par conséquent une
viscosité importante (stockage, mouvements produits).

01587_B_F © 2008 – IFP Training


6

La puissance absorbée est théoriquement proportionnelle à la P et au débit, pour une


viscosité donnée.

La puissance réellement consommée varie en fonction des fuites internes (jeux mécaniques, viscosité,
P). Elle augmente également en fonction des frottements d'origine mécanique et hydraulique.

On voit que la viscosité joue un rôle complexe puisqu'elle diminue les fuites internes, donc améliore le
rendement, mais augmente les frottements fluides d'une façon encore plus sensible.

d - Capacité d’aspiration

Les pompes volumétriques rotatives ont un NPSH assez faible.

Certaines d’entre elles sont même auto-amorçantes (si remplies de liquide) car elles peuvent aspirer
du gaz contenu dans la conduite d’aspiration.

Le NPSHR augmente avec la vitesse et la viscosité, autrement dit, la charge à l'aspiration doit être
d'autant plus grande que la pompe tourne vite et que le produit est visqueux.

e - Produit pompé

La plupart des pompes volumétriques rotatives imposent que le produit soit suffisamment lubrifiant
pour faire face aux frottements mécaniques internes. Le pompage de liquides “secs” (essence, eau,
etc.) leur est donc interdit. Pour ces derniers produits il faut préférer les pompes volumétriques
alternatives, les pompes centrifuges.

Il est à noter que le rinçage d’une installation de pompage de produits visqueux avec un liquide
clair doit être effectué avec précaution car il y a un grand risque de grippage de pompe.

01587_B_F © 2008 – IFP Training


7

2- PRINCIPAUX TYPES ET DOMAINES D’UTILISATION


a - Pompes à vis type "moineau"

• Fonctionnement

ASPIRATION REFOULEMENT

Stator Rotor

D T 1363 A
Paliers
Cavitées remplies
de liquide pompé
Arbre Bielle
articulée

Schéma d’une pompe « moineau »

By pass

Aspiration
Refoulement

Corps de
pompe Moteur
D T 4016 A

Vue extérieure d’une pompe “moineau”

Un arbre en acier en forme de vis très allongée (forme “queue de cochon”) tourne dans un stator en
élastomère comportant deux filetages femelles de pas double de celui du rotor. Cette différence de
pas, crée des cavités que remplit le liquide et qui se déplacent longitudinalement du fait de la rotation
assurant ainsi la circulation du produit.

Le rotor ayant un mouvement oscillant, il est entraîné par l’intermédiaire d’une bielle articulée ou d’un
joint de cardan situé dans le produit.

01587_B_F © 2008 – IFP Training


8

D T 1374 D
Double cardan

Vue en coupe d’une pompe « moineau »

Lorsque le rotor et le stator sont neufs, l’étanchéité interne est assez bonne pour assurer un caractère
auto-amorçant.

• Décomposition d'un cycle de la vis

a Section a

Le rotor est au point


Sur l'épure ci contre, stator et rotor
haut de l'alvéole
sont représentés en coupe. La
décomposition du mouvement de
rotation du rotor tournant à droite
permet sur un tour de suivre la
progression d'une alvéole Le rotor a tourné de
90 ° et se trouve dans
• Le liquide se déplace de gauche à l'axe du stator
droite, selon le sens du déplacement
des alvéoles
Le rotor a tourné de 180 °,
• Le refoulement et l'aspiration sont l'alvéole est fermée
isolés l'un de l'autre par une ligne
d'étanchéité dont la longueur est
proportionnelle au nombre de pas de
la pompe
Le rotor a tourné de 270°
il se trouve dans l'axe
du stator

Le rotor a tourné de 360°


Le cycle est terminé,
D T 1374 C

un autre s'amorce

01587_B_F © 2008 – IFP Training


9

• Utilisation

Des pressions jusqu’à 35 bar, parfois plus élevées et pour des débits jusqu’à 25 m3/h. Elles sont très
utilisées pour pomper les boues et les produits très chargés.
Des vitesses de rotation de quelques dizaines à quelques centaines de tours/min.
En production pétrolière, leur faible diamètre ainsi que leur caractère auto-amorçant expliquent leur
emploi en pompe de fond de puits entraînées par des moteurs à rotor noyés.
Elles ne supportent pas le fonctionnement à sec, rotor et stator chauffent alors et se détruisent très
rapidement. Par contre, le produit n’a pas besoin d’être lubrifiant. Le stator en élastomère et, à un
moindre degré, le rotor connaissent un certain taux d’usure ; il faut les remplacer périodiquement.
Malgré la faible vitesse de rotation, les efforts tournants radiaux ne favorisent pas la tenue de
l’étanchéité ; d’autre part, les articulations ne peuvent pas être lubrifiées extérieurement.
Sauf en milieu peu chargé et visqueux, ces pompes nécessitent un entretien constant et ne sont guère
adaptées à un service continu.

b - Pompes à engrenages extérieurs ou à lobes


• Fonctionnement
Sens de rotation
Presse étoupe
Engrenage menant

ASPIRATION REFOULEMENT
Arbre
d'entrainement

D T 1364 A
Engrenage mené

Élévation Coupe

Pompe à engrenages à denture droite

Vue extérieure d’une pompe à engrenages


01587_B_F © 2008 – IFP Training
10

Deux engrenages à denture droite, à chevrons, à trèfles, hélicoïdale s’engrènent dans un corps
oblong. L’un est entraîné par l’arbre, l’autre est entraîné par l’arbre menant.

Le produit est véhiculé dans les cavités délimitées entre les dents non en prise et le corps de la
pompe, l’étanchéité entre aspiration et refoulement étant assurée par l’engrènement des deux
dentures.

Un débit non négligeable recircule par cet engrènement, emprisonné au fond de dentures, mais il est
souvent inférieur à la moitié du débit entraîné à la périphérie.

Pour les grands débits, il est employé des dentures “chevrons” qui ont un débit plus régulier.

• Utilisation

Vitesse de rotation de 2000 à 3000 tr/min.

Ces pompes ne peuvent fonctionner qu’en milieu lubrifiant et avec un produit non chargé.

Relativement silencieuses, elles permettent des pressions modérées (20 à 50 bar) et de faible débit.
Elles sont rencontrées surtout en tant que pompes de lubrification.

c - Pompes à engrènement intérieur

• Fonctionnement

D T 1365 A

1 – Entrée du liquide 2 – Transfert du liquide 3 – Sortie du liquide

Ici, le pignon solidaire de l’arbre assure l’entraînement d’une couronne qui glisse dans le stator. Le
volume emprisonné à fond de denture étant très faible, le rendement est meilleur.

Une forme en croissant sépare l’aspiration du refoulement. Leur architecture, plus proche que celle de
la pompe centrifuge, permet de véhiculer des débits plus importants que la précédente et de tourner
plus vite.

01587_B_F © 2008 – IFP Training


11

• Utilisation
Elle est utilisée pour les huiles et produits visqueux (fuels, gazole) à des pressions modérées (15 à
20 bars).
Débit pratiquement régulier.
Elle ne peut fonctionner qu’avec un liquide lubrifiant et non chargé.
Vitesse de rotation de l'ordre de quelques centaines de tours par minute.

d - Pompe à deux vis

• Fonctionnement
Deux vis de pas identiques s’engrènent entre elles. Le liquide remplit les cavités qui existent entre vis
et corps.
Pendant la rotation de la vis, les cavités se déplacent, transférant ainsi du liquide de la zone
d’aspiration vers la zone de refoulement.
Les filets sont symétriques pour équilibrer les poussées axiales.

• Différents types

Deux types existent :


- à paliers internes, les filets sont inclinés, une vis est entraînée par l’autre ou par un
engrenage de synchronisation interne. Les paliers sont situés dans le produit pompé

Soupape de protection
de la pompe

Engrenage de synchronisation
Chemise pour la
circulation de vapeur
REFOULEMENT

Presse étoupe

Arbre

2 vis à filetages
inversés (ici une
ASPIRATION seule des
2 vis est visible)
D T 1375 B

D'après document Guinard

Pompes à 2 vis à paliers internes

01587_B_F © 2008 – IFP Training


12

Vue des 2 vis

Avantages : l’étanchéité interne est bonne, ce qui permet des pressions allant jusqu’à 80
bar. Il y a une seule sortie d’arbre, ce qui réduit les risques de fuite à une seule
étanchéité.
Inconvénients : le produit pompé doit toujours être lubrifiant et exempt de particules pour
éviter l’usure des vis et la destruction des paliers. Le fonctionnement à sec est
immédiatement destructeur

- à paliers externes et engrenage de synchronisation


Les deux vis sont sans contact, un léger jeu entre elles augmente la fuite interne, mais
permet le pompage de liquides non lubrifiants ou légèrement chargés.
Les engrenages de synchronisation sont placés dans un carter lubrifié, du côté opposé à
l’entraînement. Les paliers sont à l’extérieur du produit.

Soupape de sécurité
incorporée, protégeant
la pompe de surpressions
accidentelles

Engrenage
Vis menante d'entraînement
4 étanchéités tresses
ou de la vis menée
garnitures mécaniques
D T 3186 B

D'après Doc. BORNEMAN


Vis menée

Pompe à 2 vis non engrenantes : paliers externes et engrenage de synchronisation


01587_B_F © 2008 – IFP Training
13

Avantages : elles autorisent une grande variété de produits pompés ; mais en fait, seuls les
produits ayant un minimum de viscosité permettent un rendement correct en limitant la fuite
interne.

Inconvénients : la P possible et le rendement sont diminués par la présence des fuites


internes. De plus il y a quatre garnitures d’étanchéité.

• Utilisation

Suivant le type, pompage de produits visqueux propres ou légèrement chargés : huile de graissage de
turbomachines, fuels de combustion par exemple. Également certains produits chimiques visqueux.

Assez silencieuses, ces pompes permettent d'atteindre des pressions assez élevées (~ 100 bars).

Vitesse de rotation élevée (jusqu'à 3000 tr/min).

e - Pompe à trois vis

• Fonctionnement

Une vis centrale entraîne les deux autres vis. Le positionnement axial relatif des trois vis, l’une par
rapport à l’autre, est réalisé par des collerettes formant butée.
Les vis sont à un seul filet et il est nécessaire de compenser les poussées axiales pour limiter l’effort
sur la butée : un piston d’équilibrage en bout de vis est alimenté par un perçage dans la vis menante
(attention au risque de bouchage avec les produits qui figent !).

Soupape de sûreté protégeant la pompe


d'une surcharge accidentelle

Refoulement

Vis menée Aspiration

Arbre
D T 1371 A

Presse-étoupe

Vis menée Compensation des


poussées axiales
D'après document SCAM-IMO

Pompe à 3 vis

01587_B_F © 2008 – IFP Training


14

Pompe d’injection d’émulseur à 3 vis

• Avantages - Inconvénients

Les mêmes que ceux des pompes à deux vis sans engrenages de synchronisation, avec une
construction plus compacte, à débit égal.

• Utilisation

Le produit est nécessairement propre et lubrifiant. Ces pompes permettent d’atteindre des pressions
notables (de 25 à 30 bar). Elles sont utilisées en transfert de produits visqueux (fuels lourds, bitumes).
Elles sont également employées en lubrification.

f – Pompe à piston rotatif “MOUVEX”


• Fonctionnement
Une pompe “Mouvex” est constituée d’un corps, contenant un piston oscillant monté excentré sur
l’arbre d’entraînement.

Le corps de pompe est formé de deux cylindres concentriques. Une cloison sépare le volume compris
entre les deux cylindres. Le piston oscillant se présente sous la forme d’un cylindre creux fendu. Dans
cette fente pénètre la cloison mentionnée ci-dessus.

La forme des pièces est telle que le piston, guidé par la cloison, reste toujours tangent sur sa
circonférence intérieure au cylindre intérieur du corps et tangent sur sa circonférence extérieure au
cylindre extérieur du corps.

Corps et piston délimitent ainsi des enceintes de volume variable pendant la rotation de l’arbre moteur.
Ces enceintes sont repérées A, B, C, D, E sur la figure ci-après.

Des lumières disposées dans le corps permettent l’aspiration et le refoulement des différentes
enceintes.

01587_B_F © 2008 – IFP Training


15

1 2 3 4

B B C
D
C
C D

A C
B

D T 1366 A
Ref. Asp. A D B E
A refoulement A fin de refoulement A volume 0 A remplacé par C
B fin de remplissage B refoulement B refoule B termine son refoulement
C en remplissage C en remplissage C termine un remplissage C refoule
D volume 0 D commence son aspiration D en remplissage D poursuit son remplissage
E commence son remplissage
devient C
Bypass de sécurité

Arbre avec
douille excentrée

D T 1366 E
Seule pièce en
Cet excentrique tourne mouvement
dans l'alésage du piston avec l'arbre
Corps de pompe Cylindre monobloc Piston Fond

Vues extérieures de pompes Mouvex


• Avantages :

- débit variable par variation de la vitesse de rotation


- auto-amorçante
- rattrapage de jeu automatique

01587_B_F © 2008 – IFP Training


16

• Inconvénients :

- montées avec moteur électrique des pompe "Mouvex" nécessitent l’installation d’un
réducteur
- le produit pompé doit être non chargé (sauf si le piston oscillant est monté sur ressort)

• Utilisation :

Soutirage de réservoirs, dépotage des camions citerne, pompe "volante"

01587_B_F © 2008 – IFP Training


17

III - POMPES VOLUMÉTRIQUES ALTERNATIVES


1- PRINCIPES UTILISÉS
Les pompes volumétriques alternatives usuelles font appel à deux principes :

- le déplacement d’un piston. Selon le cas, le piston peut être en contact avec le cylindre,
ou ne pas être en contact avec les parois de la chambre qui contient le liquide (pompe à
piston plongeur)

- la déformation d’une membrane. Le mouvement de la membrane est imposé dans le cas


général par la pression obtenue sur la face arrière par une pompe à piston plongeur

Refoulement Refoulement Refoulement

Cylindre
Clapet de Plateau AR
Piston Piston plongeur
refoulement Huile tampon

Membrane

Clapet Garniture Piston plongeur


Segments d'aspiration d'étanchéité
d'étanchéité
Aspiration Aspiration Aspiration

D T 1367 A
Pompe à piston en contact
Pompe à piston plongeur Pompe à membrane
avec le cylindre

Principes des pompes alternatives

Le principe de fonctionnement est simple :

- lorsque le piston ou la membrane se déplace vers l’arrière (vers la droite sur la figure ci-
dessus), les clapets d’aspiration se soulèvent et le liquide est aspiré. Les clapets de
refoulement sont fermés

- lorsque le piston ou la membrane se déplace vers l’avant (vers la gauche sur la figure ci-
dessus), les clapets d’aspiration se ferment tandis que ceux de refoulement s’ouvrent,
permettant le refoulement du liquide pompé

Du point de vue de leur utilisation, il est distingué :

- les pompes “procédé” qui véhiculent des débits notables de charge (ex : pompes à boues)
ou d’effluents d’unité

- les pompes doseuses qui permettent les injections diverses nécessaires par le procédé et
dont le débit est faible

01587_B_F © 2008 – IFP Training


18

2- CARACTÈRES GÉNÉRAUX DES POMPES VOLUMÉTRIQUES ALTERNATIVES


Les pompes volumétriques alternatives ont en commun les caractéristiques suivantes.

a - Débit

• Le débit est pulsé

Le principe de fonctionnement décrit plus haut montre qu’une pompe alternative élémentaire n’aspire,
ou ne refoule, que pendant la moitié du cycle.

Le débit d’une telle pompe est donc pulsé, ce qui peut être gênant :

- pour le procédé et sa régulation (oscillations de débit ou de pression)


- pour les tuyauteries et l’environnement de la pompe (vibrations des tuyauteries et des
massifs)
- pour les pertes de charge

qv

3 fois qmoyen

qmoyen

D T 1294 B
1 2 3 4 1 2 3 4 1
Course

Débit d’une pompe alternative à simple effet

Il est possible de régulariser le débit d’une pompe volumétrique :

- en équipant la pompe de plusieurs pistons ou de plusieurs membranes dont les


mouvements sont décalés entre eux dans le temps

qv Resulting flow rate

Cylinder 1
Cylinder 2
Cylinder 3
D T 1293 B

time

Pompe à 3 cylindres simple effet à 120°

01587_B_F © 2008 – IFP Training


19

- en mettant sur les lignes des dispositifs anti-pulsatoires (bouteilles partiellement remplies de
gaz faisant office “d’amortisseur”). Il faut dans ce cas vérifier que la pression de la vessie
est adaptée au débit à amortir

qv
Refoulement A ΔV

A1
qmoyen
Conduite de

D T 1294 A
A2
refoulement
Course

Pour obtenir un débit régulier, il faut que par compression du gaz contenu dans la bouteille,
le volume A1 soit emmagasiné pendant la phase de refoulement et restitué intégralement
pendant la phase d'aspiration (A2 = A1 = A).

Pour ce faire, le volume de la bouteille est de l'ordre de 25 à 50 fois le volume A1, engendré
par une pulsation.

De plus, il faut éviter que les oscillations propres du système colonne de liquide-
matelas de gaz aient une fréquence propre supérieure ou égale à la cadence de la
pompe afin d'éviter tout phénomène de résonance.

Valve de
gonflage
Pour cela, il suffit de surdimensionner la bouteille.
On est amené à le faire pour les pressions de
refoulement élevées.
Gaz
comprimé Pratiquement, il est utilisé des bouteilles à
Vessie membrane pour éviter de dissoudre le gaz.
Celles-ci sont gonflées à environ 60 % de la
pression de refoulement de la pompe.
D T 1295 A

Un clapet empêche la vessie de sortir du réservoir


lors du gonflage.

Bouteille anti-pulsatoire

Remarque
On peut être obligé d’installer une bouteille non seulement au refoulement, mais aussi à l’aspiration. En
effet, des lignes courtes et de diamètre suffisant pour limiter les pertes de charge à l’aspiration sont
susceptibles de connaître des oscillations très importantes accordées à la cadence de la pompe.
L’inertie de la colonne liquide est prépondérante, car les frottements qui pourraient amortir le
mouvement pulsatoire sont faibles.

01587_B_F © 2008 – IFP Training


20

• Le débit est indépendant de la différence de pression imposée à la pompe

La fuite interne étant encore plus réduite que pour une pompe volumétrique rotative, le débit d’une
pompe alternative n’est pas modifié par une augmentation (ou une réduction) de la différence de
pression appliquée par la pompe entre l’aspiration et le refoulement.

Donc, il n’est pas possible de faire varier le débit d’une pompe alternative en jouant sur la perte de
charge d’une vanne placée au refoulement, comme dans le cas des pompes centrifuges.

• La régulation de débit d’une pompe alternative ne peut se faire que :

- par variation de la cadence. Ceci est possible lorsque la machine d’entraînement est à
vitesse variable :
• turbine à vapeur
• cylindre à vapeur (“pompes à vapeur”)
• vérin hydraulique (pompe doseuse)
- par variation de la course du piston ou de la membrane, en agissant sur le système
mécanique qui transforme le mouvement de rotation de la machine d’entraînement en
mouvement alternatif
- par by-passage

b - Capacités d’aspiration

Les pompes alternatives à membrane ou à piston en contact avec les parois du cylindre, ont la
possibilité d’aspirer du gaz contenu dans la tuyauterie d’aspiration lorsque le rapport entre la pression
de refoulement et la pression d’aspiration n’est pas trop élevée. La pompe se comporte alors comme
un compresseur. Dans ces conditions elles peuvent être dites auto-amorçantes. Dans les autres cas
elles ne peuvent fonctionner que remplies de liquide.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que l’irrégularité de débit mise en évidence plus haut conduit à des
oscillations de pression autour de la pression moyenne qui peuvent être importantes. Dans ces
conditions, la pression instantanée peut être inférieure à la tension de vapeur du produit pompé
en provoquant :

- un dégazage important, donc une diminution du débit et une usure des clapets

- de la cavitation, si on est proche de la tension vapeur, d'où érosion de l'intérieur de la


pompe et également diminution du débit

c - Pression

Comme pour les pompes rotatives, les pompes alternatives doivent être protégées par un
circuit de décharge permettant le retour à l’aspiration en cas de surpression au refoulement.
Ces pompes se démarrent donc : refoulement ouvert.

d - Domaine d’utilisation

Les pompes alternatives sont très bien adaptées au pompage de très petits débits (pompes doseuses)
ou au pompage de débits faibles ou moyens à haute pression.

Toutefois, compte tenu de leur encombrement et de leur coût de maintenance plus élevés que ceux
des pompes centrifuges, celles-ci leur sont préférées chaque fois que cela est possible.

01587_B_F © 2008 – IFP Training


21

3- ÉTUDE DE QUELQUES TYPES DE POMPES VOLUMÉTRIQUES ALTERNATIVES


a – Pompe procédé à piston plongeur à plusieurs cylindres

Dans ce cas, le piston n’est plus en contact avec le cylindre. Il est constitué par une tige ou plongeur
dont le diamètre est inférieur à celui de la chambre. Ce type de pompe est à simple effet.

• Principe de fonctionnement

Le liquide à pomper est aspiré lorsque le piston se retire de la chambre. Les clapets sont alors
soulevés de leur siège pour laisser passer le produit. Lorsque le piston s’enfonce dans la chambre, le
liquide incompressible soulève les clapets de refoulement et s’échappe vers le refoulement.

Pour régulariser le débit, ces pompes sont équipées de plusieurs cylindres s’articulant sur un
vilebrequin commun. La disposition des cylindres est telle qu’il y a plusieurs refoulements par tour.

Ainsi, il est fréquent de rencontrer des pompes équipées de trois cylindres dont les bielles s’articulent
sur trois manetons décalés de 120°. Ces pompes sont dites “pompes triplex”.

REFOULEMENT

Bielle Chambre
Piston

Clapets

D T 1288 A

ASPIRATION

Coupe sur cylindre


D T 1289 A

Villebrequin

Vue de dessus
Pompe triplex à pistons horizontaux

01587_B_F © 2008 – IFP Training


22

Vue extérieure de pompe triplex

Avantages : pas de contact entre piston et cylindre donc le pompage de liquide chargé, non lubrifiant
ou corrosif est possible.

Inconvénients :

- pompe à un seul effet par cylindre donc encombrante vis-à-vis du débit


- piston seulement guidé par le presse-étoupe, lequel risque de s’user
- fuite de liquide le long du presse-étoupe (danger si produit volatil ou corrosif)

• Utilisation

Ce type de pompe peut être utilisé comme pompe de charge d’unité haute pression et faible capacité,
pompe à boues lors de forage…

01587_B_F © 2008 – IFP Training


23

b - Pompe doseuse à piston plongeur

• Principe de fonctionnement

La conception de ce type de pompe est illustrée sur la figure ci-dessous, où n’est pas représenté le
système d’entraînement propre à chaque constructeur.

Il est à remarquer sur cette figure :


- les boîtes à double clapet à l’aspiration et au refoulement
- le système d’étanchéité le long du plongeur

REFOULEMENT
Embout fileté
Bride de serrage

Joint Corps
Boite à clapet Piston plongeur
Siège plastique Liaison avec le
Entretoise système d'entraînement

Chambre
Fouloir
Grain
Écrou de presse-étoupe
Rondelles téflon d'étanchéité
Bride de fixation sur bâti
D T 1369 A

ASPIRATION

Pompe à piston plongeur

Vue extérieure d’une pompe à piston plongeur

01587_B_F © 2008 – IFP Training


24

• Utilisation
En général, micro-débit avec hauteur manométrique élevée pour injection de produits divers en faible
quantité (ex : soude, inhibiteur de corrosion, etc.) mais pouvant atteindre quelques dizaines de m 3/h.
Inconvénients : fuite du piston d’où danger de pollution ou d’incendie et de perte de produit.

c - Pompes doseuses à membrane

• Principe de fonctionnement
Le piston n’est plus en contact avec le liquide pompé, mais avec un liquide tampon comprimé et
décomprimé, faisant osciller une membrane en contact avec le liquide pompé.
À chaque compression du liquide tampon, la membrane est repoussée, refoulant ainsi le liquide
présent dans la pompe.
À chaque décompression du liquide tampon, la membrane est attirée, aspirant ainsi le liquide à
pomper.
La membrane est en caoutchouc, en PTFE ou en acier inoxydable ce qui permet de véhiculer des
produits corrosifs.
Pour des raisons de sécurité, la membrane peut être doublée.
REFOULEMENT REFOULEMENT

Clapet de refoulement

Soupape de
Liquide tampon sécurité

Piston

Soupape de
compensation
D T 1370 A

Clapet de aspiration Membrane

ASPIRATION ASPIRATION

Pompe à membrane

Vue extérieure d’une pompe à membrane


01587_B_F © 2008 – IFP Training
25

Simple membrane pilotée


Débit ajustable en marche de 0 à 100/100 par
réglage de la course du piston sans étanchéité Soupape de sécurité
= Pas de fuite

Plateau de pilotage commandant


la compensation en position
arrière de la membrane

Clapet de refoulement Bloc pilote de compensation


permettant d'aspirer sous dépression

Piston
Membrane
Porte piston

Clapet taré maintenant


la membrane en position
Chambre de pompage Chemise amovible

D T 1400 A
Soupape de compensation
avec filtre Huile piston
Clapet d'aspiration
Liquide pompé

Pompe doseuse à membrane

Avantages :

- étanchéité absolue du produit pompé


- pompage des produits corrosifs ou dangereux possible

Inconvénients

Le volume balayé par le piston étant supérieur à celui balayé par la membrane, il est nécessaire de
limiter la pression du liquide tampon pour éviter l’éclatement de la membrane. Une soupape de
sécurité permet d’évacuer l’excédent de liquide tampon en fin de phase d’aspiration. Il est alors
nécessaire de prévoir un dispositif de compensation qui admet en fin d’aspiration une quantité de
liquide tampon à l’arrière de la membrane, égale à celle chassée en fin de refoulement.

Température maximale d'utilisation ~ 150°C.

• Utilisation

Identique à celle des pompes doseuses à piston plongeur avec de plus la possibilité de pomper
n’importe quel liquide.

01587_B_F © 2008 – IFP Training