Vous êtes sur la page 1sur 6

Normes et essais géotechniques en Algérie

Geotechnical tests and norms in Algeria

M. DJEDID Abdelkader, Université Abou-Bakr Belkaid Tlemcen, Département de Génie-Civil


Mme BENDI-OUIS Assia, Université Abou-Bakr Belkaid Tlemcen, Département de Génie-Civil

Résumé : Pour tout projet public, la réglementation algérienne impose une étude de sol. Les
laboratoires exerçant dans le domaine de la géotechnique utilisent de temps à autres des
procédures qui ne sont pas encore promulguées au niveau national. Pour cette raison et c’est
l’objet de cet article, un bilan en ce qui concerne la réglementation et la normalisation
géotechniques en Algérie s’impose. Ce bilan permettra de cerner les avancées enregistrées en la
matière ainsi que le travail qui reste à réaliser.

Abstract: For any public project, the Algerian regulation imposes a soil investigation. The
laboratories working in the geotechnical field use from time to time others procedures which are
not promulgated yet at the national level. For this reason and it is the aim of this paper, an
assessment of the geotechnical regulation and standardization in Algeria is essential. This
assessment will allow surrounding the advancement in this area as well as the work which remains
to be realized

1. Introduction :

En Algérie, la réglementation impose une étude de sol pour tout projet public. La contenance de
cette étude est fixée en commun accord entre le bureau chargé de l’étude et le laboratoire chargé
de l’étude de sol. L’étude du sol dite reconnaissance géotechnique est censée fournir les
paramètres du sol qui permettent de choisir un mode de fondation adapté au sol et à la structure et
de le dimensionner. Si la nature des essais est connue des différents intervenants, les procédures
dépendaient généralement des opérateurs et de leurs profils. Ainsi, le même essai pouvait être
réalisé selon des procédures différentes en fonction de l’école à laquelle appartiendrait l’opérateur
(française, américaine, anglaise, etc.). La multiplication des chantiers a poussé les différents
intervenants à penser à une harmonisation des procédures des essais à travers des directives
techniques réglementaires (DTR) ou des normes.

2. La norme dans le domaine de la géotechnique :

Diriger l’activité technique par des textes peut paraître facile dans certains domaines, mais se
heurte à de nombreux obstacles dans les domaines complexes comme celui de la géotechnique.
En effet, les sols sont des milieux tellement complexes que proposer un plan de reconnaissance
standard est impossible, sachant que ce dernier dépend de l’importance de l’ouvrage et de la
nature du sol d’assise. Normaliser les essais permettra d’unifier les procédures, l’information
obtenue sera fiable et pourra circuler entre les différents intervenants. Bien sûr, les normes ne
diminuent pas la responsabilité de l’ingénieur concepteur dans le choix et la justification de son
ouvrage. Ce dernier garde la liberté de concevoir le mode de fondation qu’il voit le plus approprié
et le dimensionnement lui incombe.
Les normes dans la géotechnique ont un double rôle : celui d’une référence technique et celui
d’un document contractuel.

ƒ La norme en tant que référence technique : La norme exprime un savoir faire dans
un domaine et à un moment donnés. Se référer donc à la norme fait acquérir à
l’étude une qualité d’objectivité. Mais la référence à la norme ne limite pas la
Symposium International : Qualité et Maintenance au Service de l’Entreprise
QUALIMA01 - Tlemcen 2004

responsabilité personnelle de l’exécutant d’un essai ou d’une étude dans la mesure


où d’une part, les normes ne couvrent pas l’ensemble des processus qui
contribuent à l’activité des ingénieurs géotechniciens et, d’autre part, les normes
indiquent soit des modes opératoires d’essais soit des méthodes de calcul mais
n’indiquent pas l’ouvrage le plus approprié ou le mode de fondation le plus indiqué.
ƒ La norme en tant que référence contractuelle : La norme est un document rédigé
par des experts et validé par les professionnels. La norme est donc un document
reconnu qui peut constituer base sur laquelle une référence sera effectuée ou une
prestation contrôlée. à une commande avec facilite l’expression de la commande
d’une étude géotechnique ou de l’exécution des travaux.

3. Principaux organismes de normalisation :

Tous les pays du monde espèrent disposer un jour de règles écrites et reconnues qui régissent le
domaine technique. Ces règles feront acquérir aux projets et aux marchés plus de transparence.
Les pays développés disposent d’organismes chargés d’élaborer et de diffuser les normes et
les documents techniques. Ces derniers peuvent devenir par voie réglementaire obligatoire ou
simplement recommandés. On cite spécialement les organismes américain (ASTM) et français
(AFNOR, crée en 1926). En Algérie, c’est l’institut algérien de normalisation (IANOR, crée en
1998, mission dévolue auparavant à l’institut algérien de normalisation et de propreté intellectuelle,
IANPI) qui est chargé de la mission de normalisation technique. Ces organismes touchent tous les
domaines et travaillent donc par commission. L’IANOR dispose de 57 comités techniques
nationaux (CTN) dont au moins cinq peuvent intervenir dans le domaine géotechnique :

CTN 2 : Méthodes d’essais et d’analyse


CTN 3 : Métrologie
CTN 7 : Matériaux
CTN 39 : Construction bâtiment
CTN 51 : Travaux publics

En Europe, le comité européen de normalisation (CEN) tente une harmonisation des différentes
normes entre les pays de l’union, c’est le comité technique CEN/CT 250 (Eurocodes structuraux)
qui est chargé des questions géotechniques. Il a déjà publié sous l’intitulé de « Eurocode 7 : Calcul
géotechnique » trois normes :

XP ENV 1997-1 : Calcul géotechnique - Partie 1 : Règles générales. (P94-250-1)


PR EN 1997-2 : Calcul géotechnique - Partie 2 : Calcul sur la base d'essais de laboratoire (P94-
250-2PR août 2001).
ENV 1997-3 : Calcul géotechnique - Partie 3 : Calcul sur la base d'essais en place.

4. Les nomes et documents techniques réglementaires en Algérie :

La loi n° 89-23 du 19 décembre 1989 relative à la normalisation définie (Article 1) la norme


comme étant une spécification technique ou un autre document accessible au public, établi avec la
coopération et le consensus ou l'approbation générale de toutes les parties intéressées, fondé sur
les résultats conjugués de la science, de la technologie et de l'expérience, visant à l'avantage
optimal de la communauté dans son ensemble et approuvé par une autorité reconnue. Elle précise
en outre l’existence de deux sortes de normes :
ƒ Normes algériennes : Les normes algériennes sont élaborées et publiées sur la
base d'un plan annuel et pluriannuel de développement. Elles font l'objet d'une
révision obligatoire tous les cinq ans.
ƒ Les normes d'entreprises : Les normes d'entreprises portent sur tous les sujets qui
n'ont pas encore fait l'objet de normes algériennes ou qui, ayant fait l'objet d'une ou
plusieurs normes algériennes, doivent être précisées avec plus de détail. Les
normes d'entreprises sont élaborées à l'initiative de l'entreprise concernée compte
Symposium International : Qualité et Maintenance au Service de l’Entreprise
QUALIMA01 - Tlemcen 2004

tenu de ses spécificités propres. Les normes d'entreprises ne doivent en aucun cas
contredire les prescriptions des normes algériennes.
Parmi les normes algériennes, on distingue les normes homologuées (obligatoires) et les normes
enregistrées (facultatives).
A titre d’information, on donne dans le tableau suivant les normes algériennes en géotechnique.
Ces normes promulguées en 1995 n’ont pas fait l’objet d’une réactualisation depuis alors que la loi
impose une relecture tout les cinq ans.

Tableau 1 : Normes algériennes


Catégorie 1 : Essais de laboratoire
N° Intitulé Référence
Essai d’identification et de classification
1 Détermination de la masse volumique des sols NA 5210
2 Poids volumique sec *
3 Détermination de mesure volumique des particules solides des sols NA 5212
4 Détermination de la teneur en eau pondérale des sols NA 5209
5 Détermination des masses volumiques minimales et maximales des sols
NA 5230
cohérents
6 Analyse granulométrique des sols (méthode par sédimentométrie) NA 5251
7 Limites d’Atterberg *
Essais mécaniques
1 Les essais de compressibilité (essai œdométrique) *
2 Essai de cisaillement à la boite *
3 Essai de compression triaxial *
4 Essai de compression simple *
Autres essais de laboratoire
1 Détermination de la teneur en CO2 agressif *
2 Détermination de la teneur en SO2-4 *
+2
3 Détermination de la teneur en magnésium Mg *
4 Détermination de le teneur en ammonium NH+4 *
5 Détermination de l’acidité PH *
Catégorie2 : Essais en place
1 Essai pressiométrique NA 5206
2 Essai de pénétromètre statique NA 2797
3 Essai de pénétromètre dynamique NA 5205
4 Essai SPT NA 5229
5 Essai de scissomètre de chantier NA 5225
Autres essais in situ
1 Essai de pompage NA 5250
2 Essai d’eau LEFRANC NA 5249
(*) : Les normes relatives à ces essais ne sont pas encore approuvées par l’INAPI (daté en 2000)

On remarquera que même si l’éventail des essais est large, le nombre reste relativement limité
surtout si on ne considère que les normes déjà homologuées (12 normes homologuées et 11 en
phase d’homologation). De nombreux essais ne sont pas abordés. Pour se rendre compte du
travail qui reste à réaliser, il suffit de regarder les chiffres des tableaux 2 et 3 ci-dessous qui
comparent les normes AFNOR aux normes algériennes (homologuées ou en cours
d’homologation) pour les essais géotechniques.
Symposium International : Qualité et Maintenance au Service de l’Entreprise
QUALIMA01 - Tlemcen 2004

Tableau 2 : Organisation des normes Afnor de géotechnique (date du 12 décembre 2002)


Essais Nombre de normes
- Glossaire géotechnique des sols et des roches. 2
laboratoire
Essais de

- Essais d’identification en laboratoire des sols et des roches. 31


- Essais mécaniques et hydrauliques pratiqués en laboratoire :
ƒ Sur prélèvement. 15
ƒ Sur échantillon reconstitué. 2
ƒ Sur sols traités. 4
- Reconnaissance de sol. 1
Essais sur

- Essais d’identification sur site. 5


site

- Essais mécaniques sur le terrain en place. 14


- Essais hydrauliques. 9
- Diagraphies en sondages. 1

Tableau 3 : Comparatif entre le nombre de normes algériennes et françaises


Normes Homologuées Non encore homologuées Total
NA 12 11 23
AFNOR 126 72 198

Les normes se réfèrent en général à des modes opératoires, l’exploitation à des fins d’ingénierie
se fait à l’aide de directives formulées en Algérie à travers des Documents Techniques
Réglementaires (DTR). Sur les 38 DTR du génie civil édités à ce jour, seuls 7 concernent le
domaine de la géotechnique et parmi les 7 documents relatifs à la géotechnique, seuls 2 se
référent aux essais (cf. tableau 1).

Tableau1 : Différents DTR concernant la géotechnique


CODE
N° INTITULE ARRETE PUBLIE AU J.O.R.A.
ORGANISME
1 Règles d’exécution des travaux de
BE.1.31 - C.G.S N°306/SPM/91 du 17/10/1991
fondations superficielles.
2 Règles de calcul des fondations
BC2.33 - C.G.S N°308/SPM/91 du 17/10/1991
superficielles.
3 C2.31 - C.G.S Dénomination des sols et des roches N° 305/DC/MH du 10/06/1992
4 Méthodes de sondages et d’essais des
C2.32 - C.G.S N° 305/DC/MH du 10/06/1992
sols.
5 E1.32 - C.G.S Travaux de fondations profondes N°4/DC/MH du 29/12/93
6 Méthodes de calcul des fondations
C2.33 - C.G.S N°4/DC/MH du 10/08/94
profondes
7 E1.1 - C.G.S Travaux de sondage et d’essais de sol N°16/A2/MH du 24/07/96

5. Conclusion :

Les sociétés modernes ont tendance à codifier tout ce qui est technique. C’est pour cette raison
que des organismes de normalisation et de qualités ont vu le jour. Ces organismes ont encouragé
la mise au point de procédures d’essais, de mesure ou de calcul. Ces procédures et méthodes
d’essais, une fois adoptées par les professionnels deviennent des normes.
En génie civil, les structures reposent sur le sol et si ce dernier est mal reconnu, le
dimensionnement des infrastructures devient aléatoire. Pour que la reconnaissance soit fiable, il
faut utiliser des procédures reconnues, c'est-à-dire normalisées. En Algérie, ce domaine est
relativement délaissé par rapport à l’étude des structures ou des travaux de route. Les normes
Symposium International : Qualité et Maintenance au Service de l’Entreprise
QUALIMA01 - Tlemcen 2004

promulguées ne couvrent pas tous les besoins de l’ingénieur pour optimiser son étude. Une
promulgation d’essais complémentaires en plus de la relecture des essais déjà promulgués est
plus qu’urgente. Cette réactualisation de la normalisation ne Algérie ne doit pas se faire sans la
communauté universitaire.

6. Référence bibliographique :

Bureau de Normalisation Sols et Routes (2002) : Géotechnique- Liste des normes par thème
arrêté le 12 décembre 2002.
Magnan, J.P (2003) : La lettre de la géotechnique, N° 32, septembre 2003.
Ministère de l’habitat : Documents techniques réglementaires (BE.1.31 ; BC2.33 ; C2.31 ; C2.32 ;
E1.32 ; C2.33 ; E1.1), Edition CGS.
Site de l’IANOR : http://www.ianor.org.dz/
Symposium International : Qualité et Maintenance au Service de l’Entreprise
QUALIMA01 - Tlemcen 2004

Vous aimerez peut-être aussi