Vous êtes sur la page 1sur 15

Partie 1 : Contexte Général

• Présentation de van Laack Tunisie :

• Raison sociale : van Laack Tunisie

• Adresse: SIDI SALEM / 7003 El JALA Bizerte

• Forme juridique : société anonyme(SA).

• Domaine : Le domaine d'application étant «Confection des chemises hommes et femmes


de haute gamme».

• Présentation Générale :
Depuis sa création en 1881, van LaacK est spécialisé dans le secteur du textile-habillement et
plus particulièrement la chemiserie haut de gamme. Il est présent dans 14 pays et compte 1 600
employés.

Conformément à sa politique d’expansion, le groupe allemand s’implante à Bizerte depuis 1974.


Il y emploie actuellement 800 personnes qui produisent de la petite série ou du sur-mesure
transféré en Europe et en Asie.

Il est à souligner que pour répondre aux exigences de fabrication particulières à la chemiserie de
luxe, le groupe VAN LAACK a développé son propre centre de formation professionnelle en
Tunisie.

Ce dernier est devenu Centre de Formation ouvert à l’ensemble de la branche textile du pays. Il a
pour principal objet de diversifier les savoir-faire afin de rendre le personnel apte à des tâches
multipostes, dans une pratique d’organisation du travail plus variée, plus motivante et plus
évolutive.

A ses débuts, van Laack Tunisie ne possédait qu’une seule unité de production, Bisertex1, et ne
regroupait qu’une cinquantaine d’ouvriers. Les ouvriers et les cadres de Van Laack Tunisie,
disciplinés, motivés et qualifiés, ont contribué depuis le début à l’établissement d’un climat
social serein et particulièrement favorable au travail, ce qui a permit de satisfaire les attentes de
la maison mère, qui a décidé par la suite, d’investir dans de nouvelles unités de productions au
fur et à mesure. Après Bisertex 1, il y a eu Bisertex 2, suivis de Siditex 1 et Siditex 2.
Aujourd’hui, ce sont plus de 850 employés qui travaillent avec dévouement sous l’enseigne de
Van Laack Tunisie.

• Climat Social :

Les actions sociales au profit des ouvriers sont dans la stratégie de l’entreprise laquelle brandit
le credo que l’amélioration des conditions collectives de travail de leur personnel est une
condition sine qua non de la perpétuation d’une ambiance favorable à une productivité toujours
meilleure. Aussi, veille-t-on d’une part comme de l’autre à la résolution de tout problème grâce
au dialogue et à la concertation pour le bien des salariés et pour la pérennité de l’entreprise.
Même aux pires moments qui ont suivi la révolution et alors que d’autres cieux nationaux les
firmes ferment leurs portes et les investisseurs quittent le navire, Van Laack Tunisie a maintenu
le cap sans heurts.

Cette politique de Van Laack Tunisie, son action sociale, viennent de lui valoir le prix du progrès
social au titre de l’année 2014. Il a été remis à M. Ghazi El Biche, directeur général de
l’entreprise à l’occasion des festivités marquant la fête du travail par le président de la
république. Une distinction qui vient marquer l’excellence de la coopération tuniso-allemande
et rendre hommage aux centaines d’employés qui gardent présents à l’esprit les valeurs du
travail, les qualités de sacrifice et l’intérêt du pays, sous la houlette d’une direction compétente
et responsable.

• Historique :

1881 La société Van Laack est fondée à Berlin par MM. Van Laack, Schmitz et
Eltschig.

1920 américaine). Elle poursuit le concept de marketing de l’origine:


Exclusivitéet qualité maximale avec succès.

1930 Transfert de l’entreprise à un neveu de Mme Bennaton, Mr. Alfons


Schnoeckel.
1953 Mr. Heinrich Hoffmann rachète le nom de Van Laack, il démarre à
Mönchengladbach, l’entreprise connaît un énorme succès.

1974 Installation en Tunisie avec une unité de 40 ouvriers.

2017 4 unités de 850 ouvriers 100% tunisiens.

• La Structure De L’entreprise :

• Les Ateliers De Production :

Bisertex 1 : Il s’occupe principalement de la production de chemises pour hommes


standard.

• Fondée en : 1974

• Raison Sociale : Société Anonyme

• Personnel : 160 Production

• Production : Chemises/Polo, Chemises Sport, Chemises soirée


Bisertex 2 : s’occupe principalement de la production de chemises pour hommes sur
mesure.

• Fondée en : 1996

• Raison Sociale : Société Anonyme

• Personnel : 160

• Production : Chemises/Polo, Chemises Sport, Chemises sur-mesure, Pyjamas,


Boxer Shorts

• Machine : Piqueuses simples ainsi que des machines ultra-moderne de toutes


opérations spécifiques + Machines à broder / ZSK et Lectra /Cutter.

Siditex 1 : Il s’occupe de la production d’articles pour hommes et femmes.

• Fondée en : 1987

• Raison Sociale : Société Anonyme

• Personnel : 160

• Production : Chemises/Polo, Chemises Sport, Chemises Femme.

• Machine : Piqueuses simples ainsi que des machines ultra-moderne de toutes


opérations spécifiques + Machines à broder / ZSK et Lectra / TopSpin.

Siditex 2 : Il s’occupe de la production d’articles pour femmes ainsi que des cravates

• Fondée en : 1993

• Raison Sociale : Société Anonyme

• Personnel : 165

• Production : Chemises Femme, Jupes, Pantalons, Robes, Pyjamas Femme, Robes


de chambre, Cravates (cousues à la main), Chemises/Polo et vêtements de Sport.

• Machine : Piqueuses simples ainsi que des machines ultra-moderne de toutes


opérations spécifiques + Machines à broder / ZSK

• Le Service d’import(RWL) :

Il s’occupe de la gestion du stock de matières premières de tous les ateliers de production. Il se


compose de deux magasins distincts.

• Organigramme de l’entreprise :
.

• Que'est ce que un système de mangement sante sécurité

• Définition
Un système de management de la santé et de la sécurité au travail est une partie du système de
management global de l'entreprise. L'adoption d'un tel système est l'expression d'une approche
globale et gestionnaire de la prévention des risques professionnels. Elle se base sur un référentiel
et suit une démarche de changement qui doit être animée et soutenue

• Quels est les enjeux de SMSST ?

Des enjeux sociologiques et éthiques : face à une société qui est en demande de plus en plus
croissante de sécurité, une entreprise qui fait courir des risques à ses salariés ou au grand public
subit une détérioration de son image qui peut avoir des effets ravageurs. A contrario, une
politique ambitieuse SST respectant parfaitement la législation en vigueur permet à l’entreprise
d’afficher un élément fort en termes de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) qui lui
sera bénéfique à tous égards.

Des enjeux psychologiques et sociaux : une entreprise qui expose ses salariés à des situations
ou zones dangereuses dégrade son climat social. le sentiment d’insécurité entraîne de la
démotivation et peut même amener à des conflits sociaux : la fréquence des accidents au travail
peut générer des grèves ou d’autres manifestations de colères des salariés. L’adhésion très forte
des médias et du public aux thématiques « sécurité au travail » encourage les revendications
sociales qui y sont liées.

Des enjeux juridiques : un accident du travail ou une maladie professionnelle entraîne d’une
part une réparation du préjudice subi par la victime via l’assurance responsabilité civile de
l’entreprise. Mais au-delà de cela, la responsabilité pénale de l’employeur peut aussi être
engagée. Le responsable d’entreprise est soumis à une obligation de résultats en matière
d’évaluation et de prévention des risques professionnels (concernant la prévention des risques
liés à la santé et sécurité au travail) dans son entreprise. En cas de manquement à cette
obligation, il peut encourir une peine d’amende, voire une peine d’emprisonnement, si
l’infraction aux règles de santé et sécurité au travail est reconnue. Or, cette responsabilité pénale
de l’employeur est de plus en plus recherchée… Les sanctions pénales dues au non-respect de la
législation du travail en matière d’hygiène et sécurité sont devenues de plus en plus fréquentes et
de plus en plus lourdes.

Des enjeux économiques : Des coûts directs sont inhérents aux cotisations payées par
l’entreprise à la Sécurité Sociale en cas de maladie professionnelle ou d’accident de travail, qui
augmentent suivant la fréquence des déclarations. Les coûts indirects sont également nombreux :
baisse de production, perte de temps, remplacement du salarié, réparation du matériel
endommagé, éventuelles pénalités sur les retards de livraison etc.

En outre, les mauvaises conditions de travail et de sécurité augmentent le turnover des salariés.
Or, ce turnover coûte cher : le recrutement et la formation de nouveaux collaborateurs
représentent des coûts importants…

Il est donc primordial de fidéliser ses salariés en s’appuyant sur un SMSST performant.

• Le SMSST en van laack

• Le système actuel

3/ Le management de la sante et de securite au van laack

1 / Systeme Actuelle :

La mise en place d’un système de management de la santé, sécurité au travail peut contribuer de
manière efficace à réduire et anticiper les risques et accroître la productivité de l’entreprise.

Il permet également à la direction de remplir ses obligations d’organisation de la santé et de la


sécurité au travail.
Si la santé et sécurité au travail doivent être gérées au plus haut niveau et intégrées dans le
management de l’entreprise, ils sont aussi nécessaires que les salariés et leurs représentants,
soient consultés et encouragés à participer à tous les niveaux de cette démarche

C'est dans le présent contexte que la direction générale de la société Van Laack Tunisie s'est
engagée dans la démarche de la mise en place d’un système de management de la santé et la
sécurité au travail selon le référentiel OHSAS 18001 v 2007.

Le présent manuel SST présente les dispositions retenues par l’entreprise Van Laack Tunisie pour
satisfaire les exigences du référentiel du système de management de la santé et la sécurité au
travail OHSAS 18001 v 2007. Il permet la gestion, le suivi et la documentation des activités liées
à l’application du système de management SST.

Le manuel de sécurité est rédigé par le Responsable SST, vérifié, diffusé et mis à jour par le chef
projet et approuvé par la Direction Générale.

2/ Références réglementaires liées à la santé sécurité au travail en van laac

Lois :

Loi 15/11/2005 : La nomenclature des établissements dangereux, insalubres ou incommodes

Loi 98-17 : La prévention des méfaits du tabagisme

Loi 95-103 : La réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles

Loi 21-07-2009 (3) : Le modèle de dossier médicale, du modèle de fiche de surveillance


médicale spéciale et du modèle de fiche d'aptitude

Loi 2008-14: Modifiant et complétant la loi n° 2002-81 du 3 août 2002

Loi 2002-81: Relative à l'exercice des activités privées de contrôle, de gardiennage, de transport
de fonds et de métaux précieux

Loi 2009-11: Promulgation du code de la sécurité et de la prévention des risques

Loi 2007-51 : Régimes de sécurité sociale (1)

Loi 2000-19 : Modifiant la loi n°59-56 du 28 Juin 1995

Loi 96-108 : Régimes de cotisations, sécurité sociale, des fédérations et associations sportives

Loi 89-22 : Portant ratification de la convention internationale n°159, concernant les


réadaptations professionnelles
Décret :
Décret 96-190 : Convention internationale n°138 de Genève
Décret 96-9 : Création de l'institut de la santé et de la sécurité au travail
Décret 1999-1010 : La fixation des taux de cotisations au régime de réparation des préjudices.
Décret 2000-1989 : Désignation d'un responsable de sécurité au travail.
Décret 2004-828 : La liste et la définition des matières dangereuses de la classe 8.
Décret 2004-956 : La composition, les attributions et les modalités d fonctionnement du comité
spécial des établissements classés.
Décret 2006-2687 : Procédures d’ouverture et d’exploitation des établissements dangereux,
insalubres ou incommodes.
Décret 2009-2375 : Institution et organisation du prix national de santé et de sécurité au travail.
Décret 2010-286 : Le conseil supérieur de la santé et fixant ses attributions, sa composition et
les modalités de son fonctionnement.
Décret 2015-1762 : Le salaire minimum interprofessionnel garanti dans les secteurs non
agricoles régis par le code du travail .
Décret 2016-292 : Modifiant le décret n° 2000-146 du 24 janvier 2000, relatif à la conduite sous
l'empire d'un état alcoolique.
Arrété :
Arrêté 30/1/1962 : Composition du comité spéciale, sur les établissements dangereux, insalubres
ou incommodes.

Arrêté 08-01-1966 : La mesure du bruit produit par un véhicule automobile

Arrêté 15/8/1985 : Homologation des normes tunisiennes relatives à la sécurité des ouvrages de
transport de gaz combustible par canalisation

Arrêté 6/2/1992 : Homologation des normes tunisiennes relatives aux installations électriques
des bâtiments

Arrêté 30/12/1994 : Le modèle du titre de règlement des droits à réparation des préjudices des
accidents du travail et des maladies professionnelle

Arrêté 13/1/1995 : La formule de la déclaration de procédés du travail pouvant provoquer des


maladies professionnelles

Arrêté 10/1/1995 : Le barème indicatif des taux d'invalidité permanente résultant des AT/MP.

Arrêté 23-02-1995 : La formule de la déclaration des accidents du travail et des maladies


professionnelles

Arrêté 22/12/1998 : Le modèle de l'indication signalant les endroits dans les quels il est interdit
de fumer

Arrêté 15-04-1999 : La liste des maladies professionnelles

Arrêté 25/1/2000 : Fixant les caractéristiques et les dimensions des indications de la vitesse
maximale

Arrêté 5/6/2003 : La liste des maladies professionnelles

Arrêté 27/10/2003 : Les modèles de contrats de travail pour l'exercice de la médecine du travail
dans un service autonome,

Arrêté 15/8/2007 : La liste des maladies professionnelles.

Arrêté 30/6/2008 : Portant fixation du plafond annuel des montants des prestations de soins
ambulatoires.

Arrêté 07-01-2009 : Les commissions régionales de contrôle médical

Arrêté 21-07-2009 (3) : Le modèle de dossier médicale, du modèle de fiche de surveillance


médicale spéciale et du modèle de fiche d'aptitude

Arrêté 21-07-2009 (1) : Le modèle de rapport d'activité annuelle d'un service de médecine du
travail propre à une entreprise

Arrêté 20/2/2010 : Les termes de référence de l'étude de dangers et du plan d'opération interne
relatives aux établissements

Arrêté 25/1/2012 : Modifiant et complétant l'arrêté du ministére de l'industrie, de l'énergie et des


petites et moyennes entreprises

Arrêté 16/9/2013 : Composition de l’équipe de sécurité

Arrêté 16/9/2013 : Registre de sécurité


Arrêté 28/3/2014 : Procédures d'avis aux services de la protection civile des travaux non soumis
au permis de bâtir.

• La norme ISO 45001 v 2018 :


1/ Définition :

La norme ISO 45001 représente la première norme mondiale qui traite la santé et la sécurité au
travail. Elle désigne également un système de management de la santé et de la sécurité au travail.
En effet, l’objectif principal de la norme ISO 45001 est la mise en place d’un cadre de travail
digne de confiance et sain pour le commun des collaborateurs et des visiteurs par la direction
d’une structure ou d’un organisme.

Ainsi, pour qu’un organisme arrive à améliorer la santé et la sécurité des travailleurs afin de
réduire les risques et la mortalité, il doit prendre en considération les facteurs prévus par la
norme ISO 45001. Parmi les facteurs, on retrouve la maîtrise de tous les paramètres capables
d’engendrer les maladies, les troubles et parfois la mort en réduisant les conséquences négatives
sur la santé physique, mentale et la capacité cognitive d’une personne.

Pour plus de précisions, la norme ISO 45 001, même si elle s’appuie sur l’OHSAS18001 qui
n’est autre que l’ancienne convention s’agissant du SST, est une nouvelle norme internationale.
Ainsi, sur le plan organisationnel, les structures devront réviser leurs principes analytiques et
leurs méthodes de travail en vigueur pour se conformer.

2/ Structure de la norme :

La « High Level Structure », structure cadre des normes de système de management, est une
norme issue des travaux « ANNEX SL » des directives ISO/CEI. Les normes signalées HLS
suivent une même structure, au sens où elles contiennent un certain nombre de chapitres
communs, de termes et de définitions.

Cet alignement est particulièrement utile pour les organismes qui souhaitent construire un
système de management unique et intégré, permettant de satisfaire de deux à plusieurs normes.

Pour être légitime vis-à-vis d’une norme ou de plusieurs, une entreprise devra démontrer qu’elle
répond aux exigences définies dans ces normes par le biais de preuves.
Figure 1.1 Représentation de la structure cadre : HLS

Cette structure commune (Figure 1.1) s’articule autour du principe d’amélioration continue, la
roue de Deming.

La méthode comporte quatre étapes, chacune entraînant l’autre, et vise à établir un cercle
vertueux en capitalisant sur les connaissances acquises.

• Plan, la planification : Planifier et préparer le travail à effectuer. Établir les objectifs


définir les tâches à exécuter. Spécifier les missions et les responsabilités. Les critères de
performance doivent être précisés.

• Do, le déploiement : Faire, réaliser, exécuter les tâches prévues. Dérouler un plan
d’action.

• Check, le contrôle : Vérifier les résultats. Mesurer et comparer avec les prévisions. La
collecte de la mesure est cruciale pour permettre l’amélioration du système.

• Act, l’amélioration : Agir, corriger, prendre les décisions qui s'imposent. Identifier les
causes des dérives entre le réalisé et l'attendu. Identifier les nouveaux points
d'intervention, redéfinir les processus si nécessaire.

2/ Principes de la normes iso 45001:2018

L’ISO 45001 est fondée sur quatre grands principes


• l’amélioration continue selon le plan, do, check, act (PDCA), permettant d’avoir une
méthode structurée et de mettre en œuvre les solutions les plus adaptées et pérennes pour
identifier et résoudre les problèmes ainsi que pour organiser les activités ;
• l’approche processus, pour obtenir de manière plus efficace et efficiente les résultats
attendus ;
• le pilotage par les risques et opportunités, pour contribuer à la maîtrise des activités et
réduire les impacts ainsi que les effets indésirables ;
• les principes généraux de prévention européens selon la directive cadre de 1989
(89/391/CEE).

3/ Calendrier :

Après quatre ans de travaux, la nouvelle norme internationale ISO 45001 en management de la
santé et de la sécurité au travail a enfin été publiée le 12 mars 2018. Se voulant un véritable cadre
de référence en SST, elle doit permettre à l'entreprise de mettre en place une réelle stratégie pour
l'amélioration de la sécurité des travailleurs, la réduction des risques sur le lieu de travail et des
conditions de travail plus sûres.

L'ISO 45001 va remplacer l'actuel système de management OSHAS 18001 ; les certificats
délivrés avant la publication de la norme resteront valides au maximum jusqu'en mars 2021 (dans
la limite de leur propre validité).

L’ISO 45001 va remplacer l’OHSAS 18001, les règles de transition étant fixées par l’IAF (International
Accreditation Forum) (cf Requirements for the Migration to ISO 45001 : 2018 from OHSAS 18001 : 2007,
publié le 18 janvier 2018). Une période de transition de trois ans étant prévue, les organismes ont
jusqu’au 12 mars 2021 pour faire certifier leur système de management selon le nouveau référentiel.

Par ailleurs, tout organisme peut continuer à demander une certification de son système de gestion de la
sécurité et de la santé au travail, au regard des principes directeurs de l’ILO-OSH 2001 conçu par le BIT
(Bureau International du Travail).

Vous aimerez peut-être aussi