Vous êtes sur la page 1sur 4

Le Maroc est certes situé dans une zone géographique à sismicité modérée, mais des

tremblements relativement forts peuvent avoir lieu.


Il était 1h38 du matin ce jeudi 17 décembre quand les habitants de plusieurs villes marocaines
ont senti la terre bouger. Le lendemain, les Marocains allaient découvrir qu'il s'agissait d'un
tremblement de terre qui a frappé à quelque 300 kilomètres de la ville de Tanger au large des
côtes atlantiques marocaines. Ce séisme d'une magnitude de 5,5 sur l'échelle de Richter a eu
lieu dans une zone océanique qui a connu dans le passé des tremblements de terre très forts.
«C'est un tremblement de terre modéré qui a été ressenti à des degrés différents suivant la
distance de l'épicentre principalement dans les villes côtières, mais également dans quelques
villes de l'intérieur. Les observations concernant ce séisme ont permis de relever des intensités
remarquables dans les étages supérieurs des immeubles», explique Nacer Jabbour, chef de
service de la surveillance et alerte sismique à l'Institut national de géophysique. Et d'ajouter :
«Les gens ont donc senti une première fois l'onde primaire du séisme puis quelque temps
après, ils ont ressenti le passage de l'onde secondaire.

Il s'agissait d'un seul choc sismique décliné en un train d'onde. Mais d'une manière générale,
un choc principal d'une certaine magnitude est suivi de chocs sismiques appelés répliques de
magnitude toujours inférieure au choc principal. Ces répliques sont dues à une relaxation des
contraintes dans la zone du foyer». Ce tremblement est loin d'être un cas isolé. Le réseau
national de surveillance sismique peut enregistrer en un mois une dizaine de secousses
telluriques. En effet, le Maroc connaît annuellement plusieurs séismes, mais seulement un ou
deux sont réellement ressentis par la population. Car même si la zone géographique dans
laquelle se trouve le pays est classée ordinairement dans la catégorie des régions à sismicité
modérée, le risque d'un tremblement fort n'est pas à éliminer. «La zone dans laquelle se trouve
le Maroc est également caractérisée par l'occurrence de temps en temps de séismes forts qui
n'en sont pas fréquents mais qui viennent perturber la stabilité de la région», ajoute Jabbour
Nacer.

Tsunami
Même s'il arrive souvent que les capteurs sismiques du réseau national captent des secousses
telluriques en terre ferme, des tremblements ont souvent lieu en milieu marin. Il faut noter que
la zone océanique marocaine est un peu particulière. Elle est en effet différente des autres
zones sismiques sur la terre ferme du fait de l'importance de la longueur des failles.
De ce fait, des tremblements de terre qui dépassent 5 degrés sur l'échelle de Richter sont,
heureusement, plus fréquents en milieu marin qu'en terre ferme.

La profondeur du foyer du séisme est également un élément important, car il est établi que ce
sont plutôt les séismes superficiels qui génèrent des tsunamis et non pas les séismes
intermédiaires ou profonds. Autrement, le risque du tsunami n'est donc pas éloigné au Maroc.
«La magnitude du dernier séisme au large de Tanger ne pouvait pas provoquer un tsunami
même si cette hypothèse n'a pas été éloignée au début. Généralement, c'est à partir d'une
magnitude de 6,3 sur l'échelle de Richter que l'on commence à craindre un ras-de-marée»,
explique M. Jabbour. Jadis, le Maroc a bien connu des tsunamis. Le plus important est celui
de 1755 provoqué alors par le séisme de Lisbonne qui a fait des dégâts sur plusieurs villes
côtières et même des villes de l'intérieur comme Marrakech. Des manuscrits historiques ont
évoqué également un autre ras-de-marée qui a été tout aussi destructeur. D'après ces
manuscrits, la houle aurait atteint jusqu'à 17 mètres de hauteur à Tanger. Aujourd'hui, il existe
un projet avec des groupes de chercheurs de plusieurs pays méditerranéens pour la création
d'un centre d'alerte précoce de tsunamis couvrant l'Atlantique Est, la Méditerranée, la Mer
Rouge et la Mer Noire. Ce centre travaillera en coordination avec d'autres centres dans chaque
pays dans la région concernée à travers l'échange des informations en temps réel.

Les scientifiques marocains craignent plutôt la vulnérabilité des constructions dans plusieurs
villes marocaines qui peuvent céder très vite en cas d'une forte secousse. Un séisme de plus de
6 degrés sur l'échelle de Richter peut provoquer beaucoup de dégâts. Pourtant, le Maroc
dispose depuis 2000, d'un code de construction qui assure un minimum de sécurité pour le
bâtiment.
Il est à noter enfin que, le respect des normes de de code est obligatoire pour les constructions
étatiques mais elles sont juste données à titre indicatif pour les promoteurs immobiliers
privés…
------------------------------------------------------------------

Réseau national de détection

Le réseau actuel qui date d'une vingtaine d'années a rendu un grand service dans la
surveillance sismique en temps réel. Ce dernier a été le premier du genre en Afrique du Nord.
Mais le besoin s'est fait sentir pour améliorer la performance du réseau en détermination et en
capacité de détectabilité. Il a été donc procédé à la mise en place graduelle d'un nouveau
réseau numérique. La transmission satellitaire va donc remplacer la technique radio utilisée
actuellement. Une trentaine de stations seront maintenues pour le nouveau réseau sismique
ainsi que des stations accélérométriques qui seront mises en place en parallèle.
Une centrale basée à Rabat, opérationnelle 24/24, reçoit en temps réel les signaux sismiques
des capteurs du réseau. Une alerte est envoyée aux autorités compétentes (Protection civile,
départements ministériels concernés) dès qu'un séisme d'une magnitude supérieure à 3,5 sur
l'échelle de Richter est ressenti. Il faut noter que la propagation des ondes sismiques prend
plusieurs secondes pour arriver sur la côte en cas d'un tremblement marin.
Repères
Séismes au Maroc en décembre
Tremblement aux larges des côtes atlantiques marocaines
Date : 17/12/2009
Magnitude : 5.5
- Tremblement à Figuig
Date : 18/12/2009
Magnitude : 4
Tremblement à Sidi Kacem
Date : 08/12/2009
Magnitude : 3.5
Tremblement à Sidi-Kacem
Date : 08/12/2009
Magnitude : 3.1
Secousse à Taounate
Date : 08/12/2009
Magnitude : 2.9
Secousse à Azilal
Date : 25/12/2009
Magnitude : 2.8
Secousse à Ouarzazate
Date : 15/12/2009
Magnitude : 2.6
Repères
Séismes au Maroc en décembre

Tremblement aux larges des côtes atlantiques marocaines

Date : 17/12/2009

Magnitude : 5.5

- Tremblement à Figuig

Date : 18/12/2009

Magnitude : 4

Tremblement à Sidi Kacem

Date : 08/12/2009

Magnitude : 3.5

Tremblement à Sidi-Kacem

Date : 08/12/2009

Magnitude : 3.1

Secousse à Taounate

Date : 08/12/2009

Magnitude : 2.9

Secousse à Azilal

Date : 25/12/2009

Magnitude : 2.8

Secousse à Ouarzazate
Date : 15/12/2009

Magnitude : 2.6