Vous êtes sur la page 1sur 27

L’entretien semi-dirigé

du Psychologue et du
Sociologue

en recherche qualitative
Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé
Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Florence Mathieu-Nicot & Aurélie Godard


Docteure en psychologie clinique et psychopathologique Docteure en sociologie -démographie
Psychologue clinicienne Ingénieure de recherche clinique
Mail : florence.mathieunicot@gmail.com Mail : amarceau@chu-besancon.fr
Définitions
« l’action d’échanger des paroles avec une ou plusieurs personnes »

 L’entretien peut être considéré comme un « dialogue


provoqué »

- Dialogue : Dans la majorité des cas, il s’agit d’une situation à


deux et seulement à deux, même si on peut assister à des
pratiques d’entretien en groupe

- Provoqué : Il ne naît pas du hasard et relève d’une autre


finalité que le simple plaisir des interlocuteurs. => Il vise
essentiellement un quête d’informations sur un objet.
L’entretien remplit plusieurs
fonctions
 Un mise en relation de 2 personnes

L’entretien est une interrelation qui a lieu dans un espace


interlocutoire (ghiglione, 1987). Il s’instaure à un niveau
d’égalité entre les deux personnes en cause même s’il y a un
interviewer et un interviewé

 Un échange d’information entre 2 interlocuteurs

Ce n’est que dans la mesure où le sujet croit en la valeur de cet


échange qu’il apportera un maximum d’informations.
L’entretien et les notions
voisines
 Entretien & entrevue : tout entretien suppose une entrevu mais
toute entrevu n’entraîne pas obligatoirement un entretien

 Entretien & conversation : la différence réside dans le fait que «


la conversation est toujours un échange d’informations, d’idées
et d’opinions. Dans l’entretien, il y a toujours une personne qui
dirige et l’autre qui est orientée.

 Entretien & dialogue : l’entretien va au-delà en ce sens qu’il est


essentiellement recherche d’informations.

 Entretien & discours : Il arrive que l’entretien soit pour celui qui
doit en principe écouter l’autre et l’accueil, une occasion de
discourir seul.
Principes liés à l’entretien (1)
 Choisir l’entretien, c’est choisir d’établir un contact direct avec
les personnes pour récolter des informations. C’est le
phénomène d’interaction qui est privilégié.

 C’est un moment de parole durant lequel l’interviewer extrait


une information d’un interviewé sur des actions passées, des
savoirs sociaux, sur ses valeurs, normes, représentations…

 L’information a été expérimentée, absorbée par l’interviewé qui


la restitue durant l’entretien avec déformation : orientation,
interprétation par rapport à son expérience => la subjectivité
est l’une des propriétés des entretiens.
Principes liés à l’entretien (2)
 Dans l’entretien, il s’agit de donner la parole à l’autre.

 Dans l’entretien, on ne se contente pas de réponse


ponctuelles, mais de « réponses-discours ».

 C’est une technique qui est dite qualitative.

 A partir de l’entretien, les faits psychologiques et


sociaux sont supposés pouvoir être appréhendés et
compris à travers les représentation véhiculées par la
parole, à travers l’expérience de l’individu.
Intérêt de l’entretien

 Aujourd’hui, l’entretien est une technique à part


entière, à la fois sur la méthode, sur l’analyse
des résultats et sur les fondements théoriques.

 Ce qui fait l’intérêt de l’entretien, c’est la


souplesse de la méthode, l’adaptabilité au
sujet, l’évaluation de la motivation, de
l’implication de l’interviewé.
Les compétences de l’interviewer
et de l’interviewé (1)
 Dans l’entretien, l’information extraite par
l’interviewer suppose de la part de ce dernier une
activité :
- d’analyse
- D’interprétation
- Relationnelle

 La recherche d’entretien repose sur la confiance


entre l’interviewé et l’interviewer, sur l’interrelation. Il
faut savoir écouter l’autre, le respecter.
Les compétences de l’interviewer
et de l’interviewé (2)
 Les attitudes et techniques facilitant l’expression dans la
communication interindividuelle et dans la relation
thérapeutique:
 Accueil, début du premier entretien, prise de contact
 Respect et condition positive inconditionnelle ou acceptation
inconditionnelle
 Empathie
 Authenticité
 Neutralité bienveillante
 Ecoute active ou marques d’écoutes
 Disponibilité
 Non-directivité
Facteurs qui permettent de
classer les entretiens
 Le degré de liberté dans l’entretien

- Beaucoup / peu de questions


- Questions ouvertes/ questions fermées

 Le niveau de profondeur

- Un niveau de liberté plus grand entrainera des réponses plus


riches et complexes
- Un niveau de liberté plus réduit produira des réponses précises
et univoques
Les différents types
d’entretiens (1)
 L’entretien directif :
- Fortement structuré
- un ensemble de questions ouvertes
- uniformisé dans la forme et l’ordre des questions
posées.
- L’individu doit se situer dans le cadre de référence
déterminé par l’entretien.
- exige une bonne connaissance du domaine étudié et
de la population étudiée.
- est pratiqué pour vérifier un problème déterminé lors
d’une enquête.
Les différents types
d’entretiens (2)
L’entretien non directif :
Ce type d’entretien appelé encore « non
standardisé », « non structuré » ou « libre »
permet d’atteindre des niveaux plus profonds
d’opinions et d’attitudes car la technique laisse
un maximum de liberté au sujet.
Les différents types
d’entretiens (3)
 L’entretien semi-directif :

- ni totalement fermé, ni totalement ouvert.


- Le plus fréquent en recherche
- Les thèmes à aborder sont fixés à l’avance. Mais l’ordre et la forme de
présentation des thèmes sont libres.

Le chercheur (dans le cadre d’une étude par exemple) :

- dispose d’une série de questions-guides relativement ouvertes à propos


desquels il veut obtenir une information.
- ne pose pas forcement toutes les questions dans l’ordre prévu initialement. Il
laisse venir le plus possible l’interviewé pour qu’il puisse parler selon une
logique qui lui convient.
- pose les questions que si l’interviewé ne les a pas abordé de lui-même.
Les différents types
d’entretiens (4)
L’entretien semi-directif comprend
différentes phases :
 Le guide d’entretien :
liste ordonnée de thèmes nécessaires pour répondre
à la question de recherche.

 La démarche de l’entretien :
- lancement du thème et présentation
- Première question : maximum ouverte
- Retour au guide d’entretien pour les relances
Stratégie d’intervention facilitant le
discours : LA RELANCE
 C’est une stratégie de discours, principalement de paraphrase. Lors d’une
relance, on reprend le discours antérieur du sujet en lui demandant de le
compléter.
 Plusieurs types de relances :
- Faire reformuler au sujet ce qu’il a lui-même dit auparavant
- reformuler soi-même ce qui a été dit par le sujet
- demander un complément de la part du sujet

La manière dont on communique influence le déroulement de l’entretien, il est


donc nécessaire de ne pas confondre communication et langage, car on
peut très bien parler sans pour autant communiquer

 Autres façons de communiquer :


- Gestes / Mimiques
- Intonations de voix (Mmmh…)
Exemple d’entretien – le
contexte (1)
Contexte : une étude sur les décisions d’arrêt
de traitement.
Interviewé : le patient
Patient : « je ne sais pas. C’est le médecin qui
décide. J’ai essayé d’en parler avec lui mais
[silence] c’est un médecin [sourire] [silence
long]»
Exemple d’entretien – la
relance (2)
- Oui ce n’est pas facile de parler avec les
médecins.
- Et quand vous en parlez avec lui,
qu’est-ce qu’il vous dit?
- Et vous vous en pensez quoi?
- Vous avez essayé d’en parler avec lui….
Etre vigilent à la nature de la
relation
 La relation de confiance :. Le sujet doit être à l’aise, savoir
que l’entretien est un moment privilégié, pour qu’il puisse
exprimer sa souffrance, ses problèmes et ses différences
 Le respect de la personne : on n’est pas là pour juger, on doit
respecter le contenu du discours, ce qui peut par ailleurs aider à
créer un climat de confiance.
 L’empathie : Il faut essayer de comprendre l’attitude, les
comportements ou les émotions de la personne. Cette capacité
est largement sollicitée dans l’entretien clinique puisqu’il faut
comprendre ce qui est dit et le sens que cela a pour le sujet
  La projection : consiste à attribuer à l’autre des sentiments,
émotions, attitudes que l’on refuse en soi-même
Aspects psychologiques de
l’entretien
Du côté de l’interviewé Du côté de l’interviewer

1) Des facteurs positifs encouragent la bonne Une attitude adéquat suppose :


démarche de l’entretien :
- Le volontariat - La qualité de l’accueil
- Le désir d’influencer - être centré sur ce qui est vécu par le
- Le besoin de parler sujet
- S’intéresser à la personne
2) Des mécanismes de défense possibles : - Respecter le sujet et lui manifester sa
- La fuite considération
- La rationalisation - faciliter la communication
- La projection
- L’identification
- Le refoulement
- L’oubli
- Les formations réactionnelles
- Le retournement de l’agressivité sur soi
Retranscription de l’entretien
(1)
 l’analyse rigoureuse des entretiens n’est possible que si
le contenu de leur enregistrement fait l’objet d’une
transcription écrite.

 On passe d’un contenu verbal recueilli oralement à un support


écrit. => ne va pas de soi.
=> opération complexe, comparable à celle d’un
traducteur plutôt qu’à celle d’un copiste.

 Elle relève de la responsabilité de l’évaluateur. Comme tout


travail de traduction, la transcription des entretiens peut
«coller» plus ou moins au discours original, depuis la
transcription intégrale jusqu’à divers degrés de la transcription
élaborée.
Retranscription de l’entretien (2)
 La transcription intégrale :

Elle reprend la totalité des informations verbales, para-verbales et non verbales


émanant de l’interviewé et de l’interviewer

- Le discours verbal : la totalité des énoncés sont repris mot à mot dans
l’ordre de leur énonciation. Sont respectées les répétitions, les incorrections
et toutes les marques souvent relachées du langage oral.

- Les informations paraverbales et non-verbales : Les traits non linguistiques


d’accompagnement du dire figurent dans la transcription intégrale. Ces
gestes et mimiques divers participent à l’expression subjective de
sentiments, opinions, jugements que la personne garde, consciemment ou
inconsciemment.
Analyse qualitative du discours
(1)
 En sciences Humaines et Sociales, la méthode des entretiens est le plus souvent
associée à l’analyse dites de « contenu ».

 Les principes de l’analyse de contenu :

- l’analyse de contenu est une activité courante, voire vitale pour le sujet dans son
environnement. => Etre en relation avec son environnement, c’est y chercher des
interprétations (donner du sens)

- Face à ce corpus, le chercheur va tenter d’identifier ce qui relève effectivement de ce


qu’il étudie. Pour cela, il doit procéder à une analyse de contenu.

- Technique de recherche qui a pour objet une description objective, systématique du


contenu manifeste de la communication.

- Il existe plusieurs méthodes d’analyse permettant l’observation des fréquences, des


relations entre différents éléments, d’effectuer des comparaisons entre plusieurs
corpus ou entre plusieurs méthodes.
Analyse qualitative du discours
: décrire le corpus (2)
 Analyse descriptive  Interprétation / contenu latent

- Quels sont les thèmes - Quels sont les liens entre la


dominants ? représentation et l’émotion ?

- Comment s’associent-t-ils ? - Comment les mécanismes de


défense interfèrent avec le
- A quel moment discours ?
apparaissent-t-ils ?
- Quelles sont les stratégies
- Comment le sujet s’exprime argumentatives du sujet ?
?
Analyse qualitative du discours
: interpréter le contenu (3)
 Comment les thèmes abordés par les
interviewés éclairent la question d’étude?

 Part de subjectivité
 Analyse dans le cadre des théories existantes.

 Travail disciplinaire ou interdisciplinaire


Analyse qualitative du discours
: le regard du sociologue
 L’analyse de contenu recherche les
points de tension, d’interrelation, de
perception du vécu social
 Mise en perspective avec les théories
publiés
L’analyse de contenu du
discours en Psychologie (1)
Le terme « contenu » désigne l’information transmise à travers
le discours

2 types de contenu :

- le contenu manifeste (opinions, croyances…on s’intéresse


aux thèmes les plus souvent abordés, mots clés…)

- le contenu latent (les non-dits, l’absence de certain thèmes,


silences…)

Ces notions de contenu sont empruntées à la psychologie


freudienne
L’analyse de contenu du
discours en Psychologie (2)
Pour Mucchielli, 1991, analyser le contenu d’un document, c’est « rechercher
les informations qui s’y trouvent, dégager le sens ou les sens de ce qui y est
présenté, formuler, classer tout ce que contient ce document ou cette
communication »

 L’objectif de l’analyse de contenu est donc d’être attentif et de se pencher


sur : les préférences thématiques, la position idéologique, l’attitude, les
représentations…

 C’est lorsque l'individu aborde son histoire, ses origines, ses filiations et ses alliances,
les évènements marquants de sa vie, ses préoccupations idéologiques, ses
croyances… que sa vision du monde ainsi que ses représentations apparaissent petit
à petit

Toutes ces informations, qui constituent "l'être au monde" du sujet, vont être notre
matériel d’étude