Vous êtes sur la page 1sur 157

COMPTABILITE GENERALE-

FINANCE-COMPTABILITE

[Tapez un texte] Page 0


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

SOMMAIRE

INTRODUCTION GENERALE ...............................................................................................................3


I. L’Entreprise.....................................................................................................................................3
II. La comptabilité...........................................................................................................................7
III. Les flux économiques ...............................................................................................................9
LES MECANISMES COMPTABLES DE BASE ..............................................................................11
Chapitre 1 : LE BILAN ET LE COMPTE DE RESULTAT ...........................................................12
I. Le patrimoine de l’Entreprise ..................................................................................................12
II. Le bilan de l’entreprise ..........................................................................................................13
III. Le compte de résultat ............................................................................................................33
Chapitre 2 : OPERATIONS COMPTABLES ET L’ANALYSE EN TERMES DE FLUX .........47
I. Notion de flux ...............................................................................................................................47
II. L’analyse comptable des opérations .................................................................................48
Chapitre 3 : LE COMPTE ET LE PRINCIPE DE LA PARTIE-DOUBLE .................................50
I. Définition .......................................................................................................................................50
II. Présentation ..............................................................................................................................50
III. Terminologie..............................................................................................................................51
IV. Fonctionnement des comptes .............................................................................................52
V. Le principe de la partie double ...........................................................................................54
VI. Soldes des comptes de bilan................................................................................................54
Chapitre 4 : LE VIREMENT COMPTABLE ET LA RECIPROCITE DES COMPTES ...........56
I. Le virement comptable ..............................................................................................................56
II. Notion de comptes réciproques ..........................................................................................57
Chapitre 5 : LE PLAN COMPTABLE SYSCOA...............................................................................58
I. Le plan comptable de l’entreprise..........................................................................................58
II. Le Système Comptable Ouest Africain (SYSCOA) ........................................................58
Chapitre 6 : LE SYSTEME CLASSIQUE .........................................................................................67
I. Schéma générale du système classique ..............................................................................67
II. Les éléments constitutifs du système classique ...........................................................67
Chapitre 7 : CORRECTIONS DES ERREURS EN COMPTABILITE........................................72
I. La Contre-passation ...................................................................................................................72
II. L’ajustement .............................................................................................................................73
III. La méthode de l’opposé d’un nombre ...............................................................................74
Enregistrement des opérations en cours d’exercice. ..................................................................75
Chapitre 8 : LES ACHATS ET VENTES DE BIENS ET SERVICES ........................................76
I. Les factures...................................................................................................................................76
II. Les réductions accordées sur une facture de doit .......................................................78
III. Les majorations portées sur une facture de doit ..........................................................79
IV. Les Achats .................................................................................................................................81
V. Les ventes ..................................................................................................................................83
VI. La comptabilisation des factures .......................................................................................84
VII. Les frais accessoires liés aux achats et ventes ..........................................................87
VIII. La facture d’avoir .................................................................................................................91
IX. Enregistrement des opérations d’importation et d’exportation ...............................93
Chapitre 9 : COMPTABILITÉ DES ENTREPRISES DE PRODUCTION .................................96
I. L’achat des matières et fournitures ......................................................................................96
Note de cours de R. TIENE 1
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

II. Utilisation des matières et fournitures ............................................................................98


III. Constatation de la production en cours de période.....................................................98
IV. Utilisation de la production .................................................................................................99
V. Utilisation des produits intermédiaires et résiduels .................................................100
Chapitre 10 : LES EMBALLAGES COMMERCIAUX .................................................................102
I. Les différents types d’emballages ........................................................................................102
II. Enregistrements comptables .............................................................................................103
Le compte 243 enregistre le coût d’acquisition HT. .................................................................103
2. Les emballages perdus ............................................................................................................103
3. Les emballages récupérables ................................................................................................ 104
III. La comptabilisation matière des emballages ............................................................... 110
Présentation de la fiche de stock : .................................................................................................111
Chapitre 11: LES OPERATIONS DE TRESORERIE ..................................................................113
I. Généralités ..................................................................................................................................113
II. Les moyens de règlement au comptant .........................................................................113
III. Les règlements à terme : les effets de commerce........................................................116
IV. Comptabilisation des effets de commerce .....................................................................117
Chapitre 12: LES CHARGES DE PERSONNEL ..........................................................................130
I. Définition .....................................................................................................................................130
II. La rémunération ....................................................................................................................130
III. Les charges patronales ........................................................................................................136
IV. La comptabilisation ..............................................................................................................137
Chapitre 13 : LES ACQUISITIONS D’IMMOBILISATIONS ......................................................141
I. Notion d’immobilisation ..........................................................................................................141
II. L’acquisition des immobilisations....................................................................................141
Chapitre 14 : LE SYSTEME CENTRALISATEUR : LES JOURNAUX AUXILLIAIRES .....147
I. Organisation du travail ...........................................................................................................147
Chapitre 15 : LE SYSCOA REVISE ................................................................................................ 156

Note de cours de R. TIENE 2


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

INTRODUCTION GENERALE

La comptabilité générale ne peut être abordée sans la compréhension d’un


certain nombre de concepts. C’est ainsi que cette introduction générale
s’efforcera de définir l’entreprise, les flux, la comptabilité ; de donner les
différentes branches de la comptabilité et son rôle au sein d’une
entreprise.

I. L’Entreprise

1. Définition
L’entreprise est une entité économique indépendante qui utilise des
moyens afin de produire des biens ou des services destinés à être
proposer sur un marché afin de réaliser un maximum de bénéfice.

Entreprise = Travail + Matières + Machines = Biens ou services


Boulangerie = Boulanger + Farine + eau + sel + levure + Four = Pain

De façon générale, une entreprise est un organisme produisant pour le


marché, des biens ou des services. Ainsi, un individu ou un groupe
d’individu exerçant une activité destinée à la satisfaction des besoins
d’autres individus constitue une entreprise.

2. Classification des entreprises

a. En fonction de leur activité


 les entreprises commerciales : ce sont des entreprises qui achètent
des biens et services et les revendent en l’état c'est-à-dire sans
transformation (exemple : librairie, supermarché…).
 les entreprises industrielles : ce sont des entreprises qui ont pour
rôle de produire des produits finis à l’aide de matières premières
qu’elles achètent (exemple : BRAFASO, BRAKINA…).
 les entreprises de prestation de service : ce sont des entreprises
qui vendent des services, leur savoir-faire (exemple : SONAR, TSR,
TELMOB, TELECEL…).

Note de cours de R. TIENE 3


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 les entreprises agricoles : elles produisent des denrées alimentaires


en utilisant des ressources naturelles (exemple : aviculture,
industries laitières…).
b. En fonction de leur dimension (importance, taille) :
 les petites entreprises qui emploient 1 à 30 salariés.
 les moyennes entreprises qui emploient 31 à 200 salariés.
 les grandes entreprises qui emploient plus de 200 salariés.
 les très grandes entreprises qui emploient plus de 1 000 salariés.
Cette classification est à relativiser car elle est fonction du niveau de
développement du pays. Ainsi, une grande entreprise au Burkina Faso
peut n’être qu’une moyenne entreprise en France et une toute petite
entreprise aux U.S.A.

c. En fonction de leur statut juridique (appartenance)


 les entreprises privées : elles appartiennent à des particuliers. Il
peut s’agir des entreprises individuelles (qui sont la propriété d’un
seul individu. Exemple : une boulangerie X),
 les entreprises sociétaires : elles appartiennent à un groupe
d’individus. On distingue : les sociétés de personnes (SNC, SCS), les
Sociétés de capitaux (SA, SCA), les Sociétés à Responsabilité limitée
(SARL)…
 les entreprises publiques ou semi-publiques : elles appartiennent
en totalité ou en partie à l’Etat. Exemple : la SONABY).

d. Moyens de l’entreprise
Ce sont les moyens dont dispose l’entreprise pour assurer son
fonctionnement. On distingue :

 Les moyens financiers


Ce sont des ressources financières dont dispose l’entreprise. Elles se
divisent en ressources externes (emprunts, subventions) et en ressources
internes (réserves…).

 Les moyens matériels ou techniques


Ce sont les outils de travail : matériel de bureau, de transport, matériels
et outillages…

Note de cours de R. TIENE 4


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Note de cours de R. TIENE 5


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 Les moyens humains


C’est l’ensemble du personnel travaillant pour l’entreprise et ayant en
contrepartie une rémunération.

e. L’entreprise et son environnement


Une entreprise n’est pas un système isolé. Elle est en relation avec
d’autres agents économiques. Les relations de l’entreprise avec les autres
agents se traduisent par les échanges de biens, de services et de
monnaies. Les différents partenaires de l’entreprise sont :

 Les fournisseurs
C’est l’ensemble des marchés ou centre d’approvisionnement de
l’entreprise. Sur ces marchés, l’entreprise se procure les biens
d’équipement nécessaires à ses opérations de production (investissement)
ou se procure les marchandises et matières pour son exploitation.

 Les ménages
C’est le marché qui fournit la force de travail nécessaire à l’entreprise. En
contrepartie de cette force de travail, les ménages reçoivent une
rémunération appelée communément salaire.

 Les clients
C’est l’ensemble des marchés où sont écoulées les marchandises ou les
produits finis de l’entreprise.

 L’État
Il soutient l’entreprise en la protégeant et en lui versant des subventions.
Mais se fait également soutenir par l’entreprise en leur prélevant des
impôts et des cotisations sociales.

 Les établissements financiers


C’est l’ensemble des marchés de capitaux ou ressources financières de
l’entreprise. Ils sont constitués de banques, des mutuelles, des
organismes financiers nationaux ou internationaux.

Note de cours de R. TIENE 6


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

II. La comptabilité

1. Historique
La comptabilité est apparue depuis l’antiquité avec l’avènement de la
monnaie dans les échanges commerciaux. Jusqu’au moyen âge, elle
consistait à enregistrer les entrées et les sorties des pièces de monnaie de
la caisse du commerçant. Chaque opération ne donnait lieu qu’à une
seule écriture, soit dans la colonne des recettes, soit dans la colonne des
dépenses : c’était la comptabilité en partie simple.

A partir du moyen âge et surtout avec le développement de la pratique du


crédit, la comptabilité a évolué et a donné naissance à la comptabilité en
partie double.

La technique comptable a connu un essor particulier au XIXe siècle avec


la révolution industrielle et l’apparition des grandes entreprises. Son
utilisation s’est étendue à l’enregistrement de toutes les opérations de
l’entreprise.

Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle qu’elle donna lieu à l’établissement des
documents de synthèse : le bilan et le compte de résultat.
Longtemps manuelle, la comptabilité utilise de plus en plus l’outil
informatique de nos jours.

2. Définition de la comptabilité
La comptabilité peut être définie comme une technique permettant de
traduire les relations d’ordre commerciales et financières que les
différents agents économiques établissent entre eux. Elle a pour objet de
recueillir, de classer, d’enregistrer et de synthétiser l’information
financière. La comptabilité est un outil indispensable pour toutes les
entreprises.

3. Objectifs de comptabilité
La comptabilité a pour objet de recueillir, de classer, d’enregistrer et de
synthétiser l’information financière. Elle est destinée à fournir, après
traitement approprié, un certain nombre de renseignement d’ordre
juridique et économique aux utilisateurs intéressés.
Note de cours de R. TIENE 7
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

a. Renseignements d’ordre juridique


D’un point de vue juridique, toute opération réalisée par une entreprise
doit laisser une trace écrite. En saisissant et en enregistrant les
informations chiffrées, la comptabilité apparaît comme un moyen de
preuve. Elle permet à l’entreprise de savoir à tout moment ce qu’elle doit,
à qui elle doit et ce qu’on lui doit.

b. Renseignements d’ordre économique


La tenue régulière d’une comptabilité permet à l’entreprise de fournir à
l’Etat, les chiffres lui permettant de calculer les agrégats tels que : la
valeur ajoutée, le PIB…

c. Le rôle de la comptabilité
On peut noter :

 La comptabilité, comme outil de gestion


La comptabilité permet de connaitre l'évolution de la situation financière
de l'entreprise et ainsi de pouvoir prendre en interne les décisions
nécessaires pour assurer la pérennité de l'entreprise. L'objectif de la tenue
d'une comptabilité est d'être un outil d'information financière pour l'entité
ainsi que pour l'extérieur permettant de suivre la situation économique de
l'entreprise. Ainsi, la comptabilité devient un outil de gestion et de
communication.

 La comptabilité, comme outil d’information financière


La diffusion des états financiers auprès des partenaires de l'entreprise
(banquiers, fournisseurs, investisseurs, etc.) permet à ces derniers de
juger de l'état de santé de l'entreprise et de prendre les décisions qui
s'imposent compte tenu de la solidité et la performance de l'entreprise.

d. Les différentes branches de la comptabilité et le lien entre elles


Il existe deux grandes catégories de la comptabilité :
 la comptabilité commerciale (Privée) tenue par les entreprises ;
 la comptabilité publique (Nationale) tenue par les administrations
publiques.

Note de cours de R. TIENE 8


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 La Comptabilité des entreprises

 la comptabilité générale : elle a pour mission l’enregistrement


chronologique des flux économiques. Elle permet également de
connaître la situation de l’entreprise à un moment donné.

 la comptabilité analytique et d’exploitation : elle permet l’étude


détaillée des conditions d’exploitation de l’entreprise. Elle permet
également d’évaluer les coûts des biens ou des services.

 la comptabilité budgétaire ou prévisionnelle : elle a pour objet de


prévoir les faits au cours d’une période donnée. Elle permet la
comparaison entre prévisions et réalisations et analyse les écarts qui
se dégagent.

 la comptabilité des sociétés : elle s’occupe des enregistrements


relatifs à la constitution et à la vie des sociétés.

 La Comptabilité publique ou Nationale

C’est la comptabilité de l’Etat et des administrations publiques. C’est


l’outil macroéconomique qui permet à l’Etat de connaître et de réguler
l’activité économique. Toutes les informations sont regroupées dans des
comptes globaux appelés compte du secteur institutionnel.

III. Les flux économiques

Les flux économiques sont des mouvements de biens, de services et de


monnaie. On distingue plusieurs catégories de flux :
 les flux réels (biens matériels et services) ;
 les flux financiers (monnaie, créance, dette) ;
 les flux externes qui s’établissent entre deux agents économiques ;
 les flux internes : mouvement à l’intérieur d’une même entreprise.

Note de cours de R. TIENE 9


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Note de cours de R. TIENE 10


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

LES MECANISMES COMPTABLES DE BASE

Note de cours de R. TIENE 11


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 1 : LE BILAN ET LE COMPTE DE RESULTAT

I. Le patrimoine de l’Entreprise

1. Définition du patrimoine
Le patrimoine d’une entreprise est l’ensemble de ses biens et de ses dettes
contractées en vue de réaliser son exploitation.

2. Les éléments du patrimoine

a. Les biens
Ce sont l’ensemble des emplois économiques qui sont :

 Les immobilisations
Il s’agit d’immobilisations incorporelles, corporelles et financières
destinées à servir de façon durable l’activité de l’entreprise.

 Les stocks
C’est l’ensemble des biens qui interviennent dans le cycle d’exploitation
pour être soit vendus (marchandises et produits finis) ou pour être
consommés (matières premières et fournitures).

 Les créances d’exploitation


Ce sont des sommes dues par des tiers à l’entreprise (client et autres
débiteurs).

 Les disponibilités ou liquidités


Ce sont les avoirs en banque, dans les centres de chèques postaux (CCP)
ou en Caisse.

b. Les dettes
Ce sont des ressources ayant permis à l’entreprise d’acquérir des biens :

 Les emprunts et autres dettes financières


Ce sont des ressources contractées auprès des tiers afin de couvrir les
besoins de financement durables de l’entreprise.

Note de cours de R. TIENE 12


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 Les dettes d’exploitation


Sommes dues aux fournisseurs et autres créanciers.

 Les découverts et crédits bancaires


Sommes dues aux banques à des échéances très brèves.

 En somme, Patrimoine = Biens – Dettes

II. Le bilan de l’entreprise

1. Définition du bilan
Le bilan est un tableau représentatif de la situation patrimoniale de
l’entreprise à une date donnée. C’est donc une photographie du
patrimoine de l’entreprise à un moment donné.

Etymologiquement le mot bilan vient de deux mots latins.


 Bis qui veut dire deux
 et Lans qui veut dire plateau.

L’origine du mot bilan indique donc qu’il s’agit d’un tableau se composant
de deux parties absolument équilibrées. Par convention, le bilan indique
dans sa partie gauche, appelée « actif » les biens de l’entreprise et dans sa
partie droite, appelée « passif », les dettes de l’entreprise.

2. L’actif du bilan : L’emploi des ressources


L’actif exprime à la date d’établissement du bilan, l’emploi qui a été fait
des ressources. Il est composé de : l’actif immobilisé, l’actif circulant, la
Trésorerie-actif

 L’actif immobilisé
Il regroupe les éléments destinés à servir de façon durable à l’activité de
l’Entreprise. (Biens dont la durée de détention est supérieure à un an). Il
est constitué de :
 charges immobilisées : Frais d’établissement, charges à repartir
sur plusieurs années, les primes de remboursement d’obligations).

Note de cours de R. TIENE 13


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 immobilisations incorporelles : Ce sont des biens immatériels


c'est-à-dire non palpables : Frais de recherche et de développement,
brevet, licence, logiciel, fond commercial….
 immobilisations corporelles : Ce sont des biens matériels,
palpables : terrain, bâtiment, installation et agencement, matériel
(machines), matériel de transport...
 immobilisations financières : Ce sont : titre de participation, les
prêts, les dépôts et cautionnement versés….

 L’actif circulant
Ce sont des biens dont la durée de détention est inférieure à un an (biens
liés au cycle d’exploitation. on a :
 Les stocks : marchandises ; produits finis ; matières premières ;
fournitures, emballages…
 Les créances : clients, client effets à recevoir, débiteurs divers,
autres créances…

 La trésorerie-actif
Ce sont les valeurs disponibles (on dit aussi les disponibilités) : les titres
de placement, banques, CCP, caisse…

3. Le passif du bilan : Les ressources


Le passif exprime à la date d’établissement du bilan l’origine et le montant
des diverses ressources mises à la disposition de l’entreprise : On
distingue

 Les capitaux propres


C’est l’ensemble des fonds propres de l’entreprise. Il s’agit du capital
social, des réserves, des reports à nouveau, du résultat net, des
subventions d’investissement, des provisions réglementées…

 Les dettes financières


Elles représentent le financement extérieur de l’entreprise à long terme.
Ce sont : les emprunts, les dettes de crédit-bail, les provisions financières
et autres dettes financières.

Note de cours de R. TIENE 14


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

NB : l’ensemble des capitaux propres et des dettes financières


représente les ressources durables ou stables
 Le passif circulant
Il représente les dettes à court terme : les fournisseurs, les dettes sociales
(salaire, cotisations sociales), les dettes fiscales (impôt sur le bénéfice,
TVA à décaisser), fournisseur effet à payer, autres dettes à court terme.

 La trésorerie-passif
Ce sont : les découverts bancaires, l’escompte de crédit ordinaire, les
soldes créditeurs de banque.

NB : Patrimoine = capitaux propres – charges immobilisées.

4. Egalité : Actif – Passif


L’actif et le passif d’un bilan décrivent à sa date d’établissement, la
situation de l’entreprise sous le double optique :
 d’une part les ressources (passif) ;
 d’autre part les emplois (actif).
Comme ce sont les ressources qui financent les emplois, on a toujours :

Total Actif = total passif

5. Schéma d’ensemble simplifié du bilan

ACTIF BILAN PASSIF


Actif Immobilisé Ressources durables
 charges immobilisés  Capitaux propres et ra
 immobilisations incorporelles  Dettes financières et ra
 immobilisations corporelles
 immobilisations financières
Actif Circulant Passif-Circulant
 stocks  Dettes circulantes
 créances
Trésorerie-Actif Trésorerie-Passif

Note de cours de R. TIENE 15


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

6. La détermination du résultat à partir du bilan


L’un des buts de la comptabilité générale est la détermination du résultat
global en fin d’exercice. Ce résultat est calculé une fois par an et en fin
d’année. L’année comptable s’étend sur une année et est appelée exercice.
Elle coïncide avec l’année civil (1er Janvier-31 Décembre). On a deux types
de résultat

 Si total actif supérieur à total passif, on a un résultat bénéficiaire


(profit)

Résultat Bénéficiaire (RB) = Biens – (Capital + Dettes)

 Si total passif supérieur à total actif, on a un résultat déficitaire


(perte)

Résultat Déficitaire (RD= (Capital + Dettes) – Biens

NB : Le résultat qu’il soit un bénéfice ou une perte est inscrit


toujours au passif du bilan (avec le signe + si c’est un bénéfice ou
avec le signe – si c’est une perte)

7. Evolution du bilan
Toutes les opérations de l’entreprise modifient le bilan. Or il n’est pas
possible d’établir un bilan après chaque opération. C’est pourquoi au
cours de l’exercice comptable, il faut enregistrer les différentes opérations
réalisées selon le principe de l’enregistrement comptable. Cela permettra
l’élaboration du bilan en fin d’exercice. Certaines opérations affectent le
résultat alors que d’autres ne le modifient pas. Les opérations qui
affectent le résultat sont celles qui n’ont pas de contre partie à l’intérieur
du bilan.

8. Etude détaillée du bilan

a. L’actif du bilan comptable


a1. L’actif immobilisé

Note de cours de R. TIENE 16


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Les immobilisations sont des biens achetés par l’entreprise, destinés à


rester dans la société plusieurs années. Le plan comptable SYSCOA
distingue quatre catégories d’immobilisations : les charges immobilisées,
les immobilisations incorporelles, les immobilisations corporelles, les
immobilisations financières.

a11. Les charges immobilisées


Les charges immobilisées ne font pas partie, à proprement parlé, du
patrimoine de l’entreprise. Cependant, ces postes représentent des
simples jeux d’écritures destinés à faire respecter certaines règles
fondamentales prônées par le plan comptable.

 Les frais d’établissement : dépenses effectuées lors de la création


de la société ou lors d’une augmentation du capital, tels que les frais
de publication au journal officiel, les frais d’augmentation du capital
etc.

 Les charges à repartir sur plusieurs exercices : elles représentent


des charges qui vont s’échelonnées sur plusieurs années. Une liste
précise est fournie par le plan comptable, comme les grosses
réparations, les frais d’émission d’obligation.
Normalement, comme leur nom l’indique, les charges à répartir sur
plusieurs exercices constituent des charges qui devraient s’inscrire dans
le compte de résultat. Or, du fait de leur importance, on ne peut les
imputer sur un seul exercice d’où leur échelonnement dans le temps et
donc leur imputation au bilan.

 Les primes de remboursement des obligations : elles représentent


la différence entre la valeur de remboursement des obligations et
leur valeur d’émission.
L’emprunt obligataire est inscrit au Passif (DF&RA) pour sa valeur de
remboursement (VR). Le produit de l’émission (VE) sert à financer un
élément de l’actif (actif immobilisé ou actif circulant). La différence VR-VE
est appelée prime de remboursement et est enregistrée aussi à l’actif
dans le compte « prime de remboursement des obligations » dans les
charges immobilisées.

Note de cours de R. TIENE 17


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

a12. Les immobilisations incorporelles


On entend par « incorporelles », les immobilisations non matérialisables
c'est-à-dire non palpables. Parmi les immobilisations incorporelles, on
peut citer principalement :
 les frais de recherches et développement : dépenses destinées à
innover dans le processus de fabrication, dans le produit
commercialisé etc.
 le fonds commercial : valeurs des paramètres tels que la clientèle,
l’image de marque, l’enseigne, la notoriété etc.
 les concessions et droits similaires, brevets, licences, marques,
procédés, droits et valeurs similaires ; dépenses du service de
recherche et développement ayant produit des résultats ou
acquisition d’un droit d’utilisation.

a13. Les immobilisations corporelles


Les immobilisations corporelles sont des biens concrets et palpables tels
que :
 les terrains,
 les bâtiments : locaux construits ou achetés par l’entreprise,
 les installations techniques, matériels et outillage industriels :
machines destinées à transformer la matière première ou à fabriquer
les produits finis ;
 le matériel de transport : voitures, camions etc.
 le matériel de bureau et informatique : photocopieuse etc.
 le mobilier de bureau : tables, chaises, armoires etc.
 les immobilisations en cours : immobilisations fabriquées par
l’entreprise pour elle-même,

a14. Les immobilisations financières


Il s’agit essentiellement :
 des titres de participations : actions ou parts de sociétés achetées
dans le but de prendre tout ou partie du contrôle de ces sociétés,
 des créances rattachées à des participations : prêts accordés aux
sociétés filiales,
 des titres immobilisés : actions ou parts de sociétés achetées dans le
but de faire simplement un bon placement à long terme,

Note de cours de R. TIENE 18


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 des prêts : ex : prêts au personnel,


 des dépôts et cautionnements versés : sommes versées comme
garanties aux titres des locations (eau, électricité, loyer),
 des intérêts courus sur titres et prêts.
a15. Les amortissements
Les amortissements représentent la dépréciation des immobilisations due
à l’usure, donc au vieillissement des biens. Les amortissements viennent
donc en déduction des immobilisations. La présentation retenue est la
suivante :

Extrait du bilan au 31-12-N


Exercice N
Actif
Valeurs brutes Amortissements Valeurs nettes
Actif immobilisé
- Construction 350 000 150 000 200 000

La première colonne (valeurs brutes) enregistre obligatoirement la valeur


d’achat hors taxes des biens. La colonne des amortissements cumule tous
les amortissements du jour de l’achat des biens jusqu’au jour de clôture
de l’exercice (année). La 3ème colonne (valeurs nettes) permet de visualiser
rapidement la valeur vénale du poste étudié.

Valeurs nettes = Valeurs brutes – Amortissements.

a16. Les provisions pour dépréciations d’immobilisations


Les provisions constituent des dépréciations qui, à l’opposé des
amortissements sont réversibles. Puisqu’il s’agit de dépréciations, les
provisions sont comptabilisées comme les amortissements c’est à dire à
l’actif dans une colonne soustractive.

a2. L’actif circulant


L’actif circulant s’oppose à l’actif immobilisé dans la mesure où la notion
de longévité sous-entendue dans les immobilisations laisse la place au
court terme. Il comprend les postes suivants :

a21. L’actif circulant HAO

Note de cours de R. TIENE 19


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Il se compose des stocks occasionnels et des créances HAO (ex : les


créances sur cessions d’immobilisations, les créances sur cessions de
titres de placement). L’Actif circulant HAO n’apparait que si son montant
représente au moins 5% de l’Actif circulant total (principe de l’importance
significative).
a22. Les stocks. On a:
 les marchandises : biens que l’entreprise achète dans le but de les
revendre en l’état,
 les matières premières et fournitures diverses : biens entrant
dans la fabrication d’un produit fini ou destinés à être consommés
dans l’entreprise,
 les produits finis : biens fabriqués par l’entreprise ayant atteint leur
dernier stade de fabrication et qu’il reste à vendre,
 les produits en cours : biens en cours de fabrication au sein d’un
même atelier (produits sur la chaine de fabrication). Ils ne peuvent
être vendus.
Remarque : une provision pour dépréciation est constituée si le prix de
vente probable d’un stock s’avère inférieur au coût de production (pour
les produits finis) ou au prix auquel on l’a acheté (matières premières).

a23. Les créances et emplois assimilés.


Ils regroupent les postes suivants :
 Les avances et acomptes versés sur commandes : il s’agit de
versements effectués à un fournisseur lors de la commande de biens
ou services ou lors de la justification de l’exécution partielle du
contrat.
 Les clients et les comptes rattachés :
 Le compte client : il enregistre les crédits que l’entreprise
accorde à ses clients (délai de paiement) lors de la vente de
produits finis ou de marchandises. Les ventes sont enregistrées
pour leur montant TTC.
 Les comptes rattachés (aux clients) concernent :
- les effets à recevoir : il s’agit des effets de commerce, c'est-
à-dire des traites (lettres de change) ou des billets à ordre
tirés sur les clients ;

Note de cours de R. TIENE 20


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

- les produits à recevoir : produits vendus ou services


vendus et pour lesquels la facture n’a pas encore été
établie et envoyée au client ;
- les effets escomptés et non échus : il s’agit des effets de
commerce tirés sur les clients que l’entreprise a porté à sa
banque afin d’obtenir de la liquidité avant l’échéance
indiquée ; la banque récupère l’effet et avance la trésorerie
à l’entreprise. A l’échéance, la banque se charge donc de
recouvrer le montant de l’effet chez le client pour se faire
rembourser ;
- les créances sur cession courantes d’immobilisation.
Remarque : s’il existe un risque de non paiement d’un client, par
prudence, on crée des provisions pour dépréciation.

a24. Les autres créances : il s’agit des :


 créances envers le personnel telles que les avances et acomptes
versés au personnel ;
 créances envers l’Etat et les collectivités publiques telles que la TVA
récupérable sur les achats et les crédits de TVA ;
 les créances envers les associés telles que le capital souscrit appelé
et non versé etc.
 les créances diverses telles que les charges constatées d’avance
(charges imputables à l’exercice suivant mais qui ont été
comptabilisées sur l’année clôturée).

a3) La trésorerie-actif
Elle regroupe :

a31. Les titres de placement : ce sont des actions ou des parts de


sociétés achetées par l’entreprise dans le but de spéculer.

a32. Les disponibilités : il s’agit de l’argent disponible immédiatement


c'est-à-dire : des chèques à encaisser, de l’argent déposé dans les comptes
courants bancaires ou dans les comptes courants postaux (CCP), des
espèces que l’on dispose en caisse.

b. Le passif du bilan comptable


Note de cours de R. TIENE 21
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Le passif du bilan regroupe les diverses ressources dont dispose


l’entreprise pour financer ses emplois. On distingue le bilan avant
répartition du résultat qui fait apparaitre le résultat de l’exercice ; le bilan
après répartition du résultat dans lequel le résultat a été affecté à divers
emplois. Avant la répartition du résultat, les principaux postes composant
le passif du bilan se présentent comme suit :

b1. Les capitaux propres et ressources assimilées : ils représentent les


ressources propres de l’entreprise et se décomposent comme suit :

b11. Le capital social : il représente l’ensemble des apports des


actionnaires ou associés. Ces apports se font soit en nature (apport de
biens), soit en numéraires (apports d’argent). Lors de la création d’une
entreprise, la libération (paiement) totale du capital n’est pas obligatoire
car l’entreprise peut n’appeler qu’une partie du capital. On distingue ainsi
le capital souscrit appelé et le capital souscrit non appelé.

b12. La prime d’émission : il s’agit des droits d’entrée supplémentaires


par de nouveaux actionnaires pour rejoindre les anciens propriétaires de
l’entreprise lors d’une augmentation de capital.

b13. L’écart de réévaluation : il représente la différence entre les valeurs


réévaluées (valeurs actuelles) et les valeurs comptables des biens de
l’entreprise.

b14. Les réserves : Ce sont les bénéfices que l’entreprise a conservé dans
le but de s’autofinancer. Les réserves sont de deux types : les réserves
indisponibles qu’on ne peut pas redistribuer (réserves légales, réserves
statutaires ou contractuelles, réserves réglementées) et les réserves
« libres » susceptibles d’être redistribuées.

b15. Le résultat de l’exercice : C’est la différence entre les produits


(recettes) et les charges (dépenses) de l’exercice. Il est calculé dans le
compte de résultat. Si les produits excèdent les charges, on parle de
bénéfice ; sinon, on parle de pertes qui seront inscrites avec un signe (-).
Le poste de résultat n’apparait que dans le bilan avant répartition.

Note de cours de R. TIENE 22


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

b16. Le report à nouveau : il s’agit de la part du bénéfice qui n’est ni


distribuée, ni mise en réserves. On y impute aussi les pertes.

b17. Les subventions d’investissement : elles représentent les sommes


versées par l’Etat, les collectivités publiques, les groupements
professionnels.... L’objectif des subventions est l’acquisition ou la création
de valeurs immobilisées ou le financement d’activités à long terme. Les
subventions d’investissement seront progressivement reprises dans le
compte de résultat en tant que produit et seront donc soumises à l’impôt
sur le bénéfice.

b18. Les provisions réglementées : il s’agit d’un ensemble de comptes


créés par l’administration fiscale destinés à enregistrer certains avantages
fiscaux accordés à l’entreprise (ex : provision pour amortissement
dérogatoire, provisions pour hausse de prix etc.). Tout comme les
subventions d’investissement, elles seront progressivement reprises dans
le compte de résultat comme produits.

b2. Les dettes financières et ressources assimilées, on a :

b21. Les emprunts obligataires : emprunts auprès d’une multitude de


prêteurs (particuliers ou entreprises) effectué généralement sur les
marchés financiers. L’emprunt obligataire s’inscrit pour sa valeur de
remboursement.

b22. Les emprunts et dettes auprès des établissements de crédit : il


s’agit de toutes les dettes à long et moyen terme envers les banques.

b23. Les emprunts de crédit-bail : le contrat de crédit-bail est désormais


retraité (en SYSCOA) comme une acquisition d’immobilisation par
emprunt, en faisant l’hypothèse que l’option d’achat sera levée. Il est
considéré ainsi que le bien entre dans l’actif comme s’il était acheté
corrélativement qu’un emprunt du montant est souscrit.

b24. Les emprunts et dettes financières diverses : ce poste intègre


principalement :

Note de cours de R. TIENE 23


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 les intérêts courus non échus : il s’agit des intérêts sur emprunts
qui concernent l’année en cours mais qui ne seront payés que
l’année suivante.
 les dettes liées à des participations : il s’agit des dettes
contractées auprès d’entreprises avec lesquelles l’entreprise a un lien
de participation.

b25. Les comptes courants associés : les comptes courants d’associés


constituent des dettes que l’entreprise a envers les associés. Ces dettes
portent intérêt jusqu’au remboursement total.

b26. Les provisions financières pour risques et charges : les provisions


pour risques et charges sont des provisions constituées par l’entreprise
pour lui permettre de faire face à certains risques et charges bien précis
que des événements survenus ou en cours rendent probables.

Remarque : capitaux propres &RA + DF&RA = ressources durables de


l’entreprise.

b3. Le passif circulant : il comprend les postes suivants :

b31. Les dettes circulantes HAO : ce sont essentiellement des dettes


envers les fournisseurs d’investissement.

b32. Les avances et acomptes reçus sur commandes en cours : il s’agit


de l’argent reçu des clients de l’entreprise avant toute livraison. Ces
avances sont classées en dettes dans la mesure où l’entreprise est
redevable envers son client si elle n’arrivait pas à honorer la commande.

b33. Les fournisseurs d’exploitation et comptes rattachés


 les dettes fournisseurs : il s’agit des crédits accordés à l’entreprise
par ses fournisseurs de matières et de marchandises sous forme de
délais de paiement.
 les effets à payer : il s’agit des dettes fournisseurs transformées en
effets de commerce.

Note de cours de R. TIENE 24


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 les charges à payer : il s’agit des achats pour lesquels les


fournisseurs n’ont pas encore envoyé les factures.

b34. Les dettes fiscales et sociales. Il s’agit :


 des dettes envers le personnel : les rémunérations dues
 des dettes envers les organismes sociaux : charges sociales non
encore réglées
 les dettes envers l’Etat et les collectivités publiques : TVA
facturée, TVA à payer, Impôt sur les sociétés (IS), Taxe
d’apprentissage...

b35. Les autres dettes : elles sont composées essentiellement des


produits constatés d’avance : il s’agit des produits (recettes) encaissés
durant l’exercice mais qui se rapportent à l’exercice suivant. Ils peuvent
concerner les activités ordinaires ou les HAO.

b36. Les risques provisionnés : Ils correspondent à des provisions pour


risques et charges dont l’échéance est moins d’un an et donc susceptibles
d’être immédiatement utilisées.

b4. La trésorerie-passif : Elle regroupe l’ensemble des dettes financières à


très court terme tel que les découverts bancaires, les crédits de trésorerie,
les crédits d’escompte.

a) Les écarts de conversion


A la clôture de l’exercice, toutes les dettes et toutes les créances de
l’entreprise ne sont pas réglées. Parmi celles-ci peuvent se trouver des
transactions avec l’étranger, en devises. Or, il n’ya rien de plus variable
que les cours de change de monnaies. C’est la raison pour laquelle le plan
comptable a créé le compte d’écart de conversion (actif ou passif) pour
permettre d’enregistrer l’impact des éventuels gains ou pertes de change à
la date de l’inventaire c'est-à-dire à la date de l’année comptable.
L’écart de conversion représente la différence (positive ou négative) entre
la valeur des créances ou des dettes en monnaie étrangère convertie en
monnaie locale sur la base du dernier cours de change connu à la date de
clôture du bilan et le dernier montant comptabilisé. Les écarts de

Note de cours de R. TIENE 25


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

conversion figurent à l’actif s’il s’agit de pertes de change latentes et au


passif s’il s’agit de gains de change latents.
Ecart de conversion-actif Ecart de conversion-passif
(pertes de changes latentes) (gains de change latents)
 augmentation de dettes  diminution de dettes
converties converties
 diminution de créances  augmentation de créances
converties converties

Le bilan SYSCOA système normal se présente comme suit :

BILAN – (SYSTÈME NORMAL)


Désignation de ---------------------------------------------------------------------------------
l'entreprise
Adresse ---------------------------------------------------------------------------------
Numéro -------------------- Exercice clos le -------- Durée (en --------
d'Identification 31-12- mois)
Exercice N Ex. N – 1
Réf ACTIF Brut Amort./Prov Net Net
. .
ACTIF IMMOBILISÉ (1)
AA Charges immobilisées
AX Frais d'établissement ............... ................ ...............
AY Charges à répartir …………. …………. ………….
AC Primes de remboursement ............... ................ ...............
des obligations
AD Immobilisations
incorporelles
AE Frais de recherche et de ............... ................ ................ ...............
développement . .
AF Brevets, licences, logiciels ............... ................ ................ ...............
AG Fonds commercial ............... ................ ................ ...............
AH Autres immobilisations ............... ................ ................ ...............
incorporelles . .

Note de cours de R. TIENE 26


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

AI Immobilisations corporelles
AJ Terrains ............... ................ ................ ...............
AK Bâtiments ............... ................ ................ ...............
AL Installations et agencements ............... ................ ................ ...............
AM Matériel ............... ................ ................ ...............
AN Matériel de transport ............... ................ ................ ...............
AP Avances et acomptes ............... ................ ................ ...............
versés sur immobilisations
AQ Immobilisations financières
AR Titres de participation ............... ................ ................ ...............
AS Autres immobilisations ............... ................ ................ ...............
financières . .
AW (1) dont H.A.O. : Brut
.............. / ............
Net ............. / .....................
AZ TOTAL ACTIF IMMOBILISÉ ............... ................ ................ ...............
(I) . .

BILAN – (Système Normal)


Exercice N Ex. N – 1
Réf. ACTIF Brut Provisions Net Net
AZ Report total Actif ..................... ..................... ..................... .....................
immobilisé
ACTIF
CIRCULANT
BA Actif circulant ..................... ..................... ..................... ....................
H.A.O.
BB Stocks
BC Marchandises ..................... .................... ..................... .....................
BD Matières premières ..................... ..................... ..................... .....................
et autres approvis
BE En-cours ..................... ..................... ..................... .....................
BF Produits fabriqués ..................... ..................... ..................... .....................
BG Créances et
emplois assimilés

Note de cours de R. TIENE 27


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

BH Fournisseurs, ..................... ..................... ..................... .....................


avances versées
BI Clients ..................... ..................... ..................... .....................
BJ Autres créances ..................... ..................... ..................... .....................
BK TOTAL ACTIF
CIRCULANT (II)
TRÉSORERIE-
ACTIF
BQ Titres de ..................... ..................... ..................... .....................
placement
BR Valeurs à ..................... ..................... ..................... .....................
encaisser
BS Banques, chèques ..................... ..................... ..................... .....................
postaux, caisse
BT TOTAL ..................... ..................... ..................... .....................
TRÉSORERIE-
ACTIF (III)

BU Écarts de ..................... ..................... ..................... .....................


conversion-Actif
(IV)
(perte probable de
change)
BZ TOTAL GÉNÉRAL ..................... ..................... ..................... .....................
(I + II + III + IV)

BILAN – (système normal)


Réf. PASSIF (avant répartition) Exercice N Exercice N – 1
CAPITAUX PROPRES ET RA
CA Capital ................................. .................................
CB Actionnaires capital non – ................................. .................................
appelé
CC Primes et Réserves
CD Primes d'apport, d'émission, de ................................. .................................
fusion
CE Écarts de réévaluation ................................. .................................

Note de cours de R. TIENE 28


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

CF Réserves indisponibles ................................. .................................


CG Réserves libres ................................. .................................
CH Report à nouveau + ou ................................. .................................

CI Résultat net de l'exercice ................................. .................................
(bénéfice + ou perte –)
CK Autres capitaux propres
CL Subventions d'investissement ................................. .................................
CM Provisions réglementées et ................................. .................................
fonds assimilés
CP TOTAL CAPITAUX PROPRES ................................. .................................
(I)
DETTES FINANCIÈRES ET RA
DA Emprunts ................................. .................................
DB Dettes de crédit-bail et contrats ................................. .................................
assimilés
DC Dettes financières diverses ................................. .................................
DD Provisions financières pour ................................. .................................
risques et charges
DE (1) dont H.A.O. : ......... / ……
DF TOTAL DETTES FINANCIÈRES ................................. .................................
(II)
DG TOTAL RESSOURCES ................................. .................................
STABLES (I + II)

BILAN - SYSTÈME normal


Réf. PASSIF (avant répartition) Exercice N Exercice N – 1
DG Report Total Ressources .................................. ...................................
stables
PASSIF CIRCULANT
DH Dettes circulantes H.A.O.et ra ................................... ...................................
DI Clients, avances reçues ................................... ...................................
DJ Fournisseurs d'exploitation .................................. ...................................
DK Dettes fiscales ................................... ...................................
DL Dettes sociales .................................. ..................................

Note de cours de R. TIENE 29


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

DM Autres dettes ................................... ...................................


DN Risques provisionnés ................................... ...................................
DP TOTAL PASSIF CIRCULANT .................................. ..................................
(III)
TRÉSORERIE-PASSIF
DQ Banques, crédits d'escompte ................................... ..................................
DR Banques, crédits de trésorerie ................................... ..................................
DS Banques, découverts ................................... ..................................
DT TOTAL TRÉSORERIE-PASSIF .................................. ..................................
(IV)
DU Écarts de conversion-Passif .................................. ..................................
(V)
(gain probable de change)
DZ TOTAL GÉNÉRAL (I + II + III ................................. ................................
+ IV + V)

Exercice 1
L’entreprise TRAORE à son ouverture au 1/1/2000 apporte les éléments
suivants :
Capital ?; Frais d’établissement : 2 000 000 ; Fonds de commerce 4 000 000 ;
Matériel et outillage ?; Emprunt 4 500 000 ; Marchandises 3 000 000 ;
Fournisseurs 2 800 000 ; Caisse 200 000 ; Clients 1 500 000 ; Dettes fiscales
3 200 000 ; Banque 800 000 ; Dettes sociales 24 000 000 ; Escompte de crédit
ordinaire 2 600 000 ; Matériel de transport 6 000 000 ; Bâtiment 8 000 000.
TAF : calculer les montants manquants sachant que le matériel et outillage et
égale au 1/3 du capital puis établir le bilan au 1/1/00

Exercice 2
Au 1/01/02, ALIX ouvre un commerce à partir des éléments suivants :
Bâtiment 10 000 000, marchandises 6 000 000, matériel et outillage 4 000
000 ; banque 2 000 000.
Les ressources nécessaires de l’opération proviennent d’un apport personnel de
12 000 000, le complément étant prêté à long terme par la BIB.
Le 31/12/02, après une année d’activité la valeur des différents éléments est la
suivante :
Bâtiments 9 000 000, matériel et outillage 3 000 000, marchandises 3 500 000,
clients 4 720 000, client effets à recevoir 200 000, banque 1 200 000, caisse

Note de cours de R. TIENE 30


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

880 000, emprunt après remboursement 8 000 000, fournisseurs 3 540 000,
fournisseur effet à payer 460 000.
TAF : Trouver le montant de l’emprunt au 1/1/02 ; Présenter le bilan
d’ouverture au 1/1/02, Etablir le bilan de clôture au 31/12/02 après avoir
calculé le résultat.
Exercice 3
Le 1er Janvier N la situation active et passive de Vincent grossiste en
alimentation se présente comme suit :
Il est propriétaire : d’une clientèle 4 500 000 ; d’un bâtiment à usage
commercial : 8 300 000 et des aménagements intérieurs estimés à 1 200 000 ;
de divers matériels de bureau et informatique 830 000 ; d’un stock de
marchandises 5 123 000.
Ses clients lui doivent 2 146 000 ; il a 263 000 déposés en banque et 49 000
d’espèces en caisse. Il doit 4 000 000 à un établissement financier ; 3 014 000 à
ses fournisseurs 156 000 de taxes à l’état et 241 000 à la CNSS.
La situation au 31 Décembre N est la suivante :
La clientèle a conservé la même valeur.
Les constructions se sont déprécié de 2%, les agencements et aménagements de
5%, le matériel de bureau de 10%.
Le stock de marchandises est estimé à 6 135 000 ; les clients doivent
1 929 000F ; l’avoir en banque s’élève à 379 000 et les espèces en caisse à
430 000.
Vincent a remboursé 1 000 000 d’emprunt en cours d’année.
Les dettes s’élèvent à 3 269 000 envers les fournisseurs ; 182 000 envers l’état
et 293 000 envers la CNSS.
Travail à faire : Etablir le bilan d’ouverture, Etablir le bilan au 31/12/N en
mettant en relief tous les calculs.

Exercice 4 :
Le 1erJanvier N, la situation active et passive de Laurent, industriel en
fabrication mécanique, se présente comme suit :
Il est propriétaire d’un terrain : 9 200 000 F, d’un atelier à usage industriel :
11 400 000F, d’un bâtiment administratif : 9 380 000 F, de divers matériels
industriels : 6 430 000 ; de plusieurs véhicules utilitaires : 4 200 000 ; de
matériel de bureau : 1 150 000 ; d’un stock de matières premières : 7 222 000 ;
d’un stock de produits finis : 13 456 000 ; ses clients lui doivent : 8 397 000.
Il doit 17 683 000 à ses fournisseurs ; 1 294 000 de taxes à l’état et 2 375 000
de cotisations sociales.
La situation au 31 Décembre N est la suivante :
Le terrain a conservé la même valeur.
Note de cours de R. TIENE 31
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Les ateliers et bâtiments se sont dépréciés de 2%, les matériels industriels et


matériels de bureau de 10%, le camion de 20%. Le stock de matières premières
est estimé à 6 983 000 et celui des produits finis à 12 835 000. Les clients
doivent 8 538 000. L’avoir en banque s’élève à 434 000 et les espèces en caisse
de 52 000. Les dettes s’élèvent à 17 521 000 envers les fournisseurs, 1 103 000
envers l’état et 2 836 000 envers la CNSS.
Travail à faire : Etablir le bilan d’ouverture, Etablir le bilan au 31/12/N en
mettant en relief tous les calculs.

Note de cours de R. TIENE 32


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

III. Le compte de résultat

Les comptes de patrimoine ou comptes du bilan fournissent les


informations sur la situation de l’entreprise. Cependant le bilan n’explique
pas la formation du résultat global. C’est le compte de résultat qui donne
une explication du résultat global trouvé dans le bilan.

Le compte de résultat est la synthèse des comptes de charges et de


produits. Autrement dit, le compte de résultat se présente comme un
tableau qui indique les appauvrissements et les enrichissements de la
période.

En comptabilité, les appauvrissements désignent les « Charges » et sont


notées dans la colonne gauche du tableau, tandis que les enrichissements
désignent les « Produits » et apparaissent dans la colonne droite du
tableau.

Ainsi, le résultat net d’exercice peut se calculé à travers la formule


suivante : produits – charges. Le résultat peut être bénéficiaire ou
déficitaire selon que les produits sont supérieurs aux charges ou vis-
versa.

Le compte de résultat comprend trois niveaux successifs tant du côté des


charges que du côté des produits. Ce sont : le niveau des activités
d’exploitation, le niveau des activités financières, le niveau des hors
activités ordinaires. A ces trois niveaux, on aura du côté des charges un
niveau global (participation des travailleurs et impôts sur les sociétés).

NB :
 les éléments d’exploitation : éléments liés au fonctionnement
courant de l’entreprise ;
 les éléments financiers : éléments liés aux opérations sur titres, de
change et d’intérêts ;
 les éléments HAO : charges et produits non liés au fonctionnement
courant de l’entreprise (élément hors activités ordinaires).

NB :
On peut également parler de deux grands niveaux d’activités pour le
classement des charges et des produits d’un exercice comptable : charges
Note de cours de R. TIENE 33
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

et produits des activités ordinaires (AO) ; charges et produits hors


activités ordinaires (HAO).
 Les charges et les produits des activités ordinaires sont des
charges et des produits qui relèvent d’une gestion normale et qui
concernent l’activité d’exploitation et financière ;
 Les charges et les produits hors activités ordinaires (HAO) sont
des charges et des produits afférents à des opérations de nature
présentant un caractère non reçurent et extraordinaire.

1. Les charges d’exploitation


Sous cette rubrique nous allons étudier les principaux comptes de
charges d’exploitation.

a. Les achats
Les achats sont constitués par l’ensemble de biens que l’entreprise a
achetés au cours de l’exercice pour son fonctionnement. Ce sont les
marchandises et les matières premières et fournitures liées.

b. Les variations des stocks


Parmi les biens achetés, certains seront stockés avant d’être utilisés dans
le processus de production (cas de matières premières ou consommables)
ou avant d’être vendus (cas des marchandises). Variation de stock =
stock final – stock initial

c. Les autres achats


Sont regroupés dans ce compte les achats non stockables de fournitures,
de petit matériel et outillage, d’études et prestations de service, de
travaux.
Les sous comptes prévus pour les achats non stockables de fournitures
sont les suivants :
 fournitures non stockables – Eau
 fournitures non stockables – Electricité
 fournitures non stockables – Autres énergies
 fournitures d’entretien non stockables
 fournitures de bureau non stockables
 achats de petit matériel et outillage
 achats d’études et prestations de services
 achats des travaux, matériels et équipements

Note de cours de R. TIENE 34


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

d. Les transports
Les frais de transport comprennent le montant de charges de port ou de
transports engagés par l’entreprise à l’occasion :
 des achats : transports sur achats,
 des ventes : transport sur ventes,
 des déplacements de son personnel : transport du personnel,
 pour l’expédition de plis (courrier) : transport de plis
 à l’occasion des frais de port réglés par l’entreprise pour le compte de
tiers : transport pour le compte de tiers ;
 lors des voyages et déplacements : autres frais de transport.

e. Services extérieurs
Le SYSCOA a scindé les services extérieurs en deux catégories :

 Les services extérieur A : la location, les frais d’entretien et de


réparation, les primes d’assurance, la publicité, les frais de
télécommunication

 Les services extérieurs B : les frais bancaires, les rémunérations


d’intermédiaires et de conseils (honoraires), les frais de formation du
personnel, les redevances pour brevets, licences, logiciels, les autres
charges externes (frais de recrutement du personnel, frais de
déménagement, frais de missions et de réception.

f. Impôts et taxes
Il s’agit des versements obligatoires à l’Etat pour subvenir aux dépenses
publiques.

g. Autres charges
Ce compte enregistre souvent les opérations à caractère accessoire

h. Les charges de personnel


Ce compte enregistre l’ensemble des rémunérations du personnel de
l’entreprise (appointements, salaires, de congés payés, commissions,
primes, les charges sociales, etc.)

i. Dotations aux amortissements et aux provisions d’exploitation

1. Les produits d’exploitation

Note de cours de R. TIENE 35


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

a. Les ventes
On peut citer : les ventes de marchandises, les ventes de produits finis ou
produits fabriqués, les ventes de produits intermédiaires, les ventes de
produits résiduels, les travaux facturés, les services vendus, les produits
accessoires.

b. Les subventions d’exploitation


Il s’agit des subventions sous forme d’aides financières accordées par
l’Etat ou une institution publique pour financer le fonctionnement de
certaines entreprises qui œuvrent dans le secteur d’activité d’intérêt
public.

c. Production immobilisée
Ces comptes enregistrent les immobilisations fabriquées par l’entreprise
pour elle – même.

d. Production stockée
Ce compte enregistre la variation de stocks des en-cours, des produits
finis, des produits résiduels, des produits intermédiaires…

e. Produits accessoires
Il s’agit des transports, emballages perdus et autres frais récupérés, des
commissions et courtage sur vente, des recettes locatives (loyers
encaissés), des bonis sur reprise ou cession d’emballage, des redevances
reçues pour brevet, licence, logiciels.

f. Autres produits
Ce sont tous les produits divers qui ne proviennent pas directement de
l’activité productrice ou commerciale récurrente de l’entreprise. On peut
citer : les produits des cessions courantes, les produits divers (ex :
indemnités d’assurance reçues), les reprises de charges provisionnées
d’exploitation

2. Les charges et produits financiers

a. Les frais financiers


C’est un compte qui enregistre l’ensemble des charges financières dues à
différents tiers intervenant dans le financement de l’entreprise. On peut
citer : les intérêts des emprunts, l’escompte accordé, l’escompte des effets
de commerce, les pertes de change, les dotations aux amortissements et
provisions à caractère financier

Note de cours de R. TIENE 36


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

b. Revenus financiers
Ce sont les revenus que tire l’entreprise de ses activités financières : les
intérêts de prêts, les revenus de participations, les escomptes obtenus, les
revenus de titres de placement, les gains de change, les reprise de
provisions

3. Les charges HAO et produits HAO


Ce sont des charges et des produits qui ne rapportent pas à l’activité
ordinaire de l’entreprise.

a. Les charges HAO


Ce sont : Les valeurs comptables de cession d’immobilisation, les charges
HAO, les participations des travailleurs, les impôts sur le bénéfice.

b. Les produits HAO


Ce sont : les produits de cession d’immobilisation, les produits HAO, les
reprises HAO, les subventions d’équipement.

En résumé, le compte de résultat se présente comme suit :


CHARGES PRODUITS
Charges d’exploitation Produits d’exploitation
-Achat de marchandises -Vente de marchandises
-Variation des stocks -Vente de produits fabriqués, travaux,
-Achat de matières premières et service vendu
fournitures -Variation des stocks de produits et
-Variation de stock service
-Autres achats -Produits immobilisés
-Variation des stocks -Produits accessoires
-Transports -Subventions (exploitations)
-Services extérieurs (A et B) -Autres produits
-Impôts et taxes -Reprise de provision
-Autres charges -Transfert de charge
-Charges de personnel
-Dotation aux amortissements
-Dotation aux provisions

Charges financières Produits financiers


-Intérêt versé -Intérêt, revenu des titres reçu
-Escompte accordé -Escompte obtenu
-Perte de change -Gain de change
-Dotation aux amortissements -Transfert des charges financières
-Dotation aux provisions -Reprise de provisions

Note de cours de R. TIENE 37


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Charge HAO Produits HAO


-Valeur comptable de cession -Produit de cession d’immobilisation
d’immobilisation -Produit HAO
-Charge HAO -Reprise HAO
-Dotation HAO -Transfert de charge HAO
-Subvention d’équilibre
Autres charges
-Participation des travailleurs Résultat net
-Impôts sur le bénéfice -Bénéfice +
-Perte -

4. Détermination des soldes intermédiaires de gestion


Les soldes significatifs de gestion sont des grandeurs calculées à
différents niveaux de produits et des charges d’un exercice comptable. Il
présente un intérêt pour la gestion et leur détermination par virement
aboutit au résultat net de l’exercice. Le SYSCOA distingue neuf (9) soldes
intermédiaires de gestion

a. la marge brute sur marchandises


Elle est égale à la différence entre le prix de vente des marchandises et le
prix d’achat des marchandises corrigé de la variation des stocks. Elle
concerne les activités commerciales. Elle représente la marge de
manœuvre de l’entreprise pour faire face à ses frais de commercialisation
et de dégager des bénéfices.

MB/mses = Ventes de marchandises – (Achats de marchandises +/-


variation de stock)

b. la marge brute sur matières premières


La marge sur matières est uniquement dégagée dans les entreprises
industrielles et de bâtiments et travaux publics. Sa connaissance est très
utile, car il s’agit de la première « performance » de l’entreprise.

MB/mat = (ventes des produits finis + ventes de produits


intermédiaires + ventes de produits résiduels + travaux facturés +
services rendus +/- production stocké + production immobilisée) –
(achats de matières premières+/-variation de stock)

Note de cours de R. TIENE 38


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

c. la valeur ajoutée
Le système comptable OHADA définie la valeur ajoutée comme la création
de valeur que l’entreprise apporte aux biens et services en provenance des
tiers dans l’exercice de ses activités professionnelles courantes. Elle
mesure la richesse créée par l’entreprise.

VA = [(MB/mse+MB/mat) + (Produits accessoires + subventions


d’exploitation + autres produits)] – (autres achats +/- variation de
stock + transport + services extérieurs + impôts et taxes + autres
charges)

d. L’excédent brut d’exploitation


Il correspond à la performance économique la plus pure de l’entreprise,
puisque calculé :
 avant les dotations et les reprises (donc indépendant de la politique
d’amortissement) ;
 avant les charges et les produits financiers (donc indépendant de la
structure et de la politique financière de l’entreprise) ;
 avant le niveau HAO (donc indépendant des éléments aléatoires de
l’entreprise).

L’EBE représente la capacité d’autofinancement d’exploitation de


l’entreprise avant impôt sur le bénéfice.

EBE = VA – Charges de personnel

e. le résultat d’exploitation
Il indique le résultat lié à l’activité normale de l’entreprise. Il représente le
résultat économique après déduction des charges de maintien du
potentiel de production (dotations aux amortissements et aux provisions
nettes des reprises).
Il contribue à rémunérer les capitaux propres et les capitaux empruntés
et à assurer le paiement de l’impôt et la participation des travailleurs
RE = (EBE + Reprise de provisions d’exploitation + reprise des
amortissements d’exploitation + transfert des charges
d’exploitation) – Dotation aux amortissements et aux provisions
Note de cours de R. TIENE 39
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

f. le résultat financier
Il renseigne sur la politique de financement de l’entreprise.
RF = produits financiers – charges financières

g. le résultat pour activité ordinaire


Ce solde permet de connaître les revenus que procurent les activités
ordinaires de l’entreprise, excluant les éléments HAO. Il présente
l’avantage d’être largement récurrent.

RAO = RE + RF

h. le résultat hors activité ordinaire (RHAO)


Il mesure l’impact des opérations non récurrentes c'est-à-dire les éléments
ne contribuant pas à la formation du résultat lié à l’activité ordinaire.

RHAO = Produits HAO – Charges HAO

i. le résultat net (RN)


Il s’agit du résultat tenant compte de tous les produits de toutes les
charges y compris la participation des travailleurs et l’impôt sur les
bénéfices. C’est donc un résultat après impôt qui correspond au solde du
compte de résultat.

RN = RAO + RHAO – (Participation des travailleurs + Impôt sur le


résultat)

5. Les variations de stocks


Variation de stock (∆ S) = stock final (SF) – stock initial (SI). Il existe
deux catégories de stock:

a. Les stocks de matières, de marchandises et autres


approvisionnements
Pour cette première catégorie de stock,
 Si ∆ S ˂ 0, c'est-à-dire solde débiteur (SD), on a une variation
négative ou encore un déstockage. Dans le compte de résultat, cette
variation change de signe (devient +)
Note de cours de R. TIENE 40
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 Si ∆ S ˃ 0, c'est-à-dire solde créditeur (SC), on a une variation


positive ou encore un stockage. Dans le compte de résultat, cette
variation change de signe (devient -)

b. Les stocks de produits encours, de produits résiduels, de


produits intermédiaires et de produits finis.
Pour cette deuxième catégorie de stock,
 Si ∆ S ˃ 0, c'est-à-dire solde créditeur (SC), on a une variation
positive ou encore un stockage. Dans le compte de résultat, cette
variation garde son signe (signe +)
 Si ∆ S ˂ 0, c'est-à-dire solde débiteur (SD), on a une variation
négative ou encore un déstockage. Dans le compte de résultat, cette
variation garde son signe (signe -)

Notez Bien :
 L’impôt sur les sociétés (IS) est calculé sur le bénéfice fiscal en
tenant compte du taux d’IS (27,5% au Burkina Faso).
 Résultat comptable avant impôt = total produits – total charges
classe
 Résultat fiscal = résultat comptable avant impôt + réintégrations
fiscales– déductions fiscales
 Impôt sur les bénéfices = résultat fiscal x 27,5%
 Résultat net = résultat comptable avant impôt – impôts sur le
bénéfice

 La participation des travailleurs au bénéfice est obligatoire pour


les entreprises à partir d’un effectif donné (généralement 50
salariés). C’est la part du bénéfice qui est distribuée aux salariés
pour les récompenser. Le montant est déterminé par la formule
suivante :

P = 1/2 (B – 5/100*C)*S/VA
avec
B = Bénéfice net fiscal (exercice antérieur)
C = Capitaux propres avant répartition du résultat
S = Sommes des salaires bruts

Note de cours de R. TIENE 41


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

VA = Valeur ajoutée de l’exercice.


NB : le compte de résultat système normal fait ressortir dans le
tableau l’ensemble des soldes significatifs.

B - compte de résultat – (système normal)


Réf. CHARGES (1ère partie) Exercice N Exercice N – 1
ACTIVITÉ D'EXPLOITATION
RA Achats de marchandises ................................. .................................
RB – Variation de (– ou +) ................................. .................................
stocks
(Marge brute sur marchandises
voir TB)
RC Achats de matières premières et ................................. .................................
fournitures liées
RD – Variation de (– ou +) ................................. .................................
stocks
(Marge brute sur matières voir
TG)
RE Autres achats ................................. .................................
RH – Variation de (– ou +) ................................. .................................
stocks
RI Transports ................................. .................................
RJ Services extérieurs ................................. .................................
RK Impôts et taxes ................................. .................................
RL Autres charges ................................. .................................
(Valeur ajoutée voir TN)
RP Charges de personnel(1) ................................. .................................
(1) dont personnel extérieur
............. / ............
RQ (Excédent brut d'exploitation voir
TQ)
RS Dotations aux amortissements et ................................. .................................
aux provisions
RW Total des charges ................................. .................................
d'exploitation
(Résultat d'exploitation voir TX)

Note de cours de R. TIENE 42


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

COMPTE DE RÉSULTAT – (système normal)


Réf PRODUITS (1ère partie) Exercice N Exercice N –
. 1
ACTIVITÉ D'EXPLOITATION
TA Ventes de marchandises ................... ....................
.. .
TB MARGE .................. ..................
BRUTE/MARCHANDIS
ES
TC Ventes de produits fabriqués ................... ...................
TD Travaux, services vendus ................... ...................
TE Production stockée (ou (+ ou –) ................... ...................
déstockage)
TF Production immobilisée ................... ...................

TG MARGE BRUTE SUR ................. ...............


MATIÈRES ..
TH Produits accessoires ................... ...................
TI CHIFFRE D'AFFAIRES(1) (TA + TC + TD + TH)
............ / .....
TJ (1) dont à l'exportation ............ /............
TK Subventions d'exploitation ................... ...................
TL Autres produits ................... ...................
TN VALEUR AJOUTÉE ............... ..................
..
TQ EXCÉDENT BRUT ............... ..................
D’EXPLOITAT ..
TS Reprises de provisions ................... ...................
TT Transferts de charges ................... ...................
TW Total des produits d'exploitation ................... ....................
.. ..
TX RÉSULTAT ............... ..................
D’EXPLOITATION ..
Bénéfice (+) ; Perte (–)

Note de cours de R. TIENE 43


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

COMPTE DE RÉSULTAT – (système normal)


Réf. CHARGES (2e partie) Exercice N Exercice N – 1
RW Report Total des charges ................................. .................................
d'exploitation
ACTIVITÉ FINANCIÈRE
SA Frais financiers ................................... ...................................
SC Pertes de change ................................... ...................................
SD Dotations aux ................................... ...................................
amortissements et aux
provisions
SF Total des charges ................................... ...................................
financières
(Résultat financier voir UG)
SH Total des charges des ................................... ...................................
activités ordinaires
(Résultat des activités
ordinaires voir UI)
HORS ACTIVITÉS
ORDINAIRES (H.A.O.)
SK Valeurs comptables des ................................... ...................................
cessions d'immobilisations
SL Charges H.A.O. ................................... ...................................
SM Dotation H.A.O. ................................... ...................................
SO Total des charges H.A.O. ................................... ...................................
(Résultat H.A.O. voir UP)
SQ Participation des travailleurs ................................... ...................................
SR Impôts sur le résultat ................................... ...................................
SS Total participation et ................................... ...................................
impôts
ST TOTAL GÉNÉRAL DES ................................... ...................................
CHARGES
(Résultat net voir UZ)

Note de cours de R. TIENE 44


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

COMPTE DE RÉSULTAT – (système normal)


Réf. PRODUITS (2e partie) Exercice N Exercice N –
1
TW Report Total des produits d'exploitation ................... ....................
ACTIVITÉ FINANCIÈRE
UA Revenus financiers ................... ....................
UC Gains de change .................... ....................
UD Reprises de provisions .................... ....................
UE Transferts de charges .................... ..................
UF Total des produits financiers .................... ....................
UG RF (+ ou —) .......................

UH Total des produits des activités ordinaires ................... ...................


UI RAO (1)
(+ ou —) .......... ...........................

UJ (1) dont impôt correspondant ............ / ..........


Hors activités ORDINAIRES (H.A.O.)
UK Produits des cessions d'immobilisations ................... ..................
UL Produits H.A.O. .................. .................
UM Reprise H.A.O. ................. ....................
UN Transferts de charges .................... ................
UO Total des produits H.A.O. ............... ....................
UP RÉSULTAT H.A.O. (+ .................. ....................
ou –)
UT TOTAL GÉNÉRAL DES PRODUITS .................... ...................
UZ RÉSULTAT NET ................... ...........................

Bénéfice (+) ; Perte


(–)

Note de cours de R. TIENE 45


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Exercice 5 : Les informations relatives à l’exploitation d’une entreprise pour


l’exercice 2000 sont les suivantes :
 Autres achats : 20 000
 Charges de personnel : 24 000 000
 Services extérieurs : 2 640 000
 Charges provisionnées d’exploitation : 13 500 000
 Achat de marchandises : 6 840 000
 Achat de matière première : 39 360 000
 Autres produits d’exploitation : 1 440 000
 Frais financiers : 3 180 000
 Dotations aux provisions financières : 400 000
 Dotations aux provisions d’exploitation : 3 480 000
 Impôts et taxes : 6 000 000
 Impôt sur les bénéfices : 21 900 000
 Intérêt de prêt : 540 000
 Production immobilisée : 1 200 000
 Production stockée : 6 600 000 (solde créditeur)
 Production vendue : 96 120 000
 Produit de cession d’élément d’actif (HAO) : 14 400 000
 Produits divers : 480 000
 Reprise des charges provisionnées d’exploitation : 11 100 000
 Reprise sur provision d’exploitation : 720 000
 Reprise sur provision financière : 2 640 000
 Subvention d’exploitation reçue : 2 400 000
 Valeur comptable des éléments d’actif cédés (HAO) : 6 000 000
 Variation de marchandises (solde débiteur) : 240 000
 Variation de stock de matière première (solde créditeur) : 1 200 000
 Vente de marchandises : 11 820 000
Travail à faire : Présenter le compte de résultat à travers les soldes
intermédiaire de gestion

Note de cours de R. TIENE 46


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 2 : OPERATIONS COMPTABLES ET L’ANALYSE EN TERMES


DE FLUX

L’activité de l’entreprise est constituée par un ensemble de mouvements


(flux) qui peuvent se passer à l’intérieur de l’entreprise (flux internes).ou
entre l’entreprise et son entourage (flux externes).

En rappel, le bilan exprime à une date donnée la situation de l’entreprise.


Mais dès le lendemain, des opérations réalisées (achats ; ventes ;
encaissements de créance ; payements de dettes fournisseurs ; emprunts,
acquisitions de matériels) modifient la situation de la veille et rendent le
bilan quaduc (dépassé). Comme il est difficile d’établir un bilan après
chaque opération réalisée, il est alors institué la technique comptable
permettant d’enregistrer les opérations au fur et à mesure qu’elles
apparaissent. Ainsi, un bilan est établi en fin de période en tenant compte
de toutes ces opérations réalisées.

I. Notion de flux

Un flux est un mouvement de biens, de services et de monnaie. On


distingue : des flux réels, des flux financiers, des flux externes, des flux
internes.

1. Classification des flux selon leur nature


1. les flux réels
Ce sont des mouvements de biens et de services : on distingue les flux
réels entrant et les flux réels sortant. Exemple : l’achat d’une
marchandise est un flux réel entrant tandis que sa revente de la même
marchandise est un flux réel sortant.

2. des flux financiers (ou flux monétaire)


Ce sont des mouvements de monnaies, de créances (montant que
quelqu’un nous doit) ou de dettes (montant que l’on doit à quelqu’un). Les
flux financiers sont les contre parties des flux réels. Exemple : le prix
d’achat de marchandise est un flux financier sortant tandis que le prix de
vente de la marchandise est un flux financier entrant.

Note de cours de R. TIENE 47


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

NB :
Un créancier est une personne qui a une créance, ou à qui l'on doit une
somme d’argent.
Un débiteur est une personne qui a une dette, ou qui doit de l'argent à
quelqu'un.

2. Classification des flux selon leur sens


a. Les flux externes
Ce sont mouvements d’argent, de biens ou de services qui entrent dans
l’entreprise et qui sortent d’entreprise Exemple : Alain (fournisseur) vend
des marchandises à Traoré (client) 900 000 payé au comptant. TAF :
analyser l’opération en termes de flux.

b. Les flux internes


Ces sont des mouvements d’argent, de biens ou de services à l’intérieur de
l’entreprise.
Exemple : sortie de matière 1ère du magasin de stockage vers l’usine de
l’entreprise Oued. ; Retrait d’espèce de la caisse de l’entreprise Ben vers le
compte banque de l’entreprise Ben.

II. L’analyse comptable des opérations

L’analyse d’une opération se fait en deux temps :


 on détermine les moyens qui rendent possible l’opération c.-à-d. les
ressources,
 on détermine l’utilisation de ces moyens au cours de la même
opération c.-à-d. son emploi.

En d’autres termes, tout flux à un point de départ et un point d’arrivée.


 le point départ constitue l’origine de l’opération, la provenance, les
moyens qui ont permis la réalisation de l’opération : c’est la
ressource ;
 le point d’arrivée constitue l’utilisation, la finalité, ce que l’on
obtient : c’est l’emploi.

Exemple : Ouedaf vend du vinaigre à Awa pour 200 000 contre chèque
bancaire.
Note de cours de R. TIENE 48
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Qu’est ce qui a permis à Ouedaf d’encaisser un chèque de 200 000. C’est


la vente du vinaigre. On a donc la vente du vinaigre qui constitue la
ressource. L’encaissement du chèque bancaire de 200 000 constitue
l’emploi.

Puisque l’emploi correspond nécessairement à une ressource, cette


analyse conduit à l’égalité Ressource = Emploi. Ainsi, pour un ensemble
d’opérations au cours d’une période donnée, on aura nécessairement :
Total Ressource = Total Emploi : C’est le principe de la partie double

Exemple: Une entreprise achète un matériel de transport auprès de son


fournisseur au prix de 8 000 000. Mode de règlement 5 000 000 contre
espèce et le reste à crédit.
Les ressources qui ont permis à l’entreprise d’obtenir ce matériel sont la
caisse et la dette contractée auprès de son fournisseur. Ressources :
caisse (5 000 000) et dette envers le fournisseur (3 000 000).

Ce qui est fait de ces ressources c’est l’acquisition du matériel de


transport que possède l’entreprise à l’issue de l’opération. Emploi :
Matériel de transport 8.000.000 F

NB : certaines opérations ont une influence sur le résultat et d’autres


non.

Exercice 6
Au cours du mois d’octobre une entreprise a réalisé les opérations suivantes :
1/10 : vente de marchandises à crédit pour 800 000, CA des marchandises
600 000
5/10 : retrait de la banque pour alimenter la caisse 300 000
8/10 : vente de m/ses au comptant contre espèces : 200 000, ces m/ses ont
coûtées 230 000
14/10 : versement d’espèces en banque 350 000
15/10 : achat à crédit de matière 1ère 70 000
16/10 : vente contre chèque bancaire des produits pour 15 000. Ces produits
ont coûtés 10 000
TAF : analyser ces opérations en termes de flux puis en terme comptable
(emplois et ressources).

Note de cours de R. TIENE 49


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 3 : LE COMPTE ET LE PRINCIPE DE LA PARTIE-DOUBLE

I. Définition

Le chef d’entreprise a besoin d’informations fréquentes sur ses recettes,


ses dépenses, ses créances et ses dettes.
 Combien me reste-t-il en caisse, en banque ?
 Combien me doivent mes clients ; mes emprunteurs ?
 Combien dois-je à mes fournisseurs, prêteurs ?
Pour répondre à toutes ces questions ; on regroupe dans un même
document les informations de même nature. Le document dans lequel ces
informations sont centralisées est appelé le Compte.

Un compte est un tableau à deux colonnes de sommes dont l’une


réservée aux emplois et l’autre aux ressources. Par convention, le côté
gauche est réservé aux emplois et est appelé Débit. Le côté droit est
réservé aux ressources et est appelé Crédit.
Il existe donc un compte différent :
 pour les mouvements d’espèces : le compte caisse
 Pour les flux intéressant la banque : le compte banque etc.

II. Présentation

Il existe 4 tracés de compte :

a. Tracé schématique ou compte en T ou tracé simple


D Nom du compte C

NB : Dans ce tracé, il y a ni dates ni libellés.

b. Tracé à colonne séparée ou Tracé classique


Débit Intitulé du compte
Crédit
Dates Libellés Montant Dates Libellés Montant
-
-
-

Note de cours de R. TIENE 50


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Total débit X Total Crédit X


c. Tracé à colonne mariée ou jumelée sans solde
Montant
Dates Libellés
Débit Crédit

d. Tracé à colonne mariée ou jumelée avec solde


Intitulé du compte
Sommes Soldes
Date Libellés
Débits Crédits Débiteurs Créditeurs
-
-
Totaux X X

III. Terminologie

1. Imputation
 imputer un compte : c’est inscrire un montant à son débit ou à son
crédit
 débiter un compte : c’est porter une somme à son débit
 créditer un compte : c’est inscrire une somme à son crédit

2. Solde d’un compte


A la fin d’une période (jours, semaines, mois, trimestres, semestres,
années), on arrête les comptes. L’arrêt consiste à la totalisation des
montants au débit et au crédit.
Selon le principe total emplois = total ressources, il faut tirer le solde
du compte.
Tirer le solde d’un compte : c’est calculé la différence entre le total débit
et le total crédit.
 si total débit > total crédit, on a un solde débiteur
 si total crédit > total débit, on a un solde créditeur
 si total débit = total crédit, on a un solde nul

Remarque :
a. arrêt d’un compte
Pour arrêter (fermer) un compte, il faut :
 faire le total au crédit et au débit (au crayon ou hors compte)
 calculer le solde du compte
Note de cours de R. TIENE 51
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 caractériser ce solde : solde débiteur ou créditeur


 porter le solde du côté le plus faible
 clôturer le compte : tirer un trait d’un même niveau sous les 2
colonnes de chiffres.
 faire les totaux devenus égaux.

b. réouverture d’un compte


Pour rouvrir le compte, on écrit le solde déterminé précédemment dans la
colonne « débit » si le solde est débiteur, dans la colonne « crédit » s’il est
créditeur. Dans la colonne « libellé », on porte la mention : Solde à
nouveau. Les opérations ultérieures seront inscrites à la suite du solde à
nouveau. Pour le calcul du solde prochain seul le solde à nouveau
précédent et les écritures suivantes seront pris en compte.

IV. Fonctionnement des comptes

1. Fonctionnement des comptes d’actif et des comptes de charge


Les comptes d’actif et les comptes de charge augmentent au débit et
diminuent au crédit.

2. Fonctionnement des comptes du passif et des comptes de


produit
Les comptes du passif et les comptes du passif augmentent au crédit et
diminuent au débit.

Exemple 7 : une entreprise a réalisé au cours du mois de Nov les opérations


suivantes :
10/11 : espèces en caisse : 500.000 F
11/11 : vente au comptant contre espèce des marchandises : 120.000 F
14/11 : payer des frais de transport en espèce : 45.000 F
17/11 : régler la facture N° 56 du fournisseur André (en espèce) : 23.000 F
20/11 : verser des espèces à la banque au compte de l’entreprise : 100.000 F
23/11 : payer en espèce divers impôts : 89.000 F
25/11 : régler en espèce un achat de fourniture de bureau : 56.000 F
26/11 : régler une quittance d’électricité en espèce : 25.000 f
28/11 : retirer des espèces pour alimenter la banque : 40.000 F
30/11 : payer les salaires du personnel net en espèce : 125.000 F
TAF : Présenter le compte caisse : présentation en T ; en colonnes mariées avec
solde ; en colonnes séparées

Note de cours de R. TIENE 52


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Note de cours de R. TIENE 53


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

V.Le principe de la partie double


La comptabilité de l’entreprise est tenue suivant un principe
fondamental : le principe de la partie double.
Ce principe s’énonce comme suit : Toute opération intéresse au moins
deux comptes, un ou plusieurs comptes qui sont débités, un ou
plusieurs comptes qui sont crédités d’égal montant.
NB : Pour un ensemble d’opération, le total des débits = total des crédits.

Exemple 8 : Dans la première semaine du mois de Janvier 2005, un


exploitant d’une unité de production a effectué un certain nombre
d’opération :
1/01 : apport en capitaux 3.000.000 F (en espèce)
2/01 : achat de marchandises 1.000.000 F dont 400.000 F au comptant
contre espèce et 600.000 F à crédit
4/01 : emprunt au près de la banque 5.000.000 F dont 3.000.000 F à
l’achat d’un matériel de production et 2.000.000 F déposés en banque.
6/01 : vente de marchandises contre chèque bancaire : 1.600.000 F ; coût
d’achat des marchandises 1.000.000 F.
TAF : enregistrer ces opérations dans les comptes intéressés et vérifier la
partie double.

VI. Soldes des comptes de bilan

1. D’un compte du bilan au poste correspondant au bilan


 pour le compte à solde débiteur, le solde traduit un emploi net. Si
l’on doit à la date de calcul du solde établir un bilan, le montant de
ce solde figurera à l’actif du bilan.
 pour les comptes à solde créditeur, le solde à une date fixée
représente une ressource nette. Le montant de ce solde figurera au
passif du bilan établi à cette date.

 un compte de bilan soldé n’a pas de poste correspondant au bilan, le


solde nul exprime l’absence d’emploi net ou de ressource nette.

2. D’un poste du bilan au compte correspondant


Dans les comptes ouverts à partir des postes du bilan :

Note de cours de R. TIENE 54


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 les montants des postes d’actif s’inscrivent au débit des comptes


correspondants ;
 les montants des postes du passif s’inscrivent au crédit des comptes
correspondants.

Exercice 9 : l’entreprise Moussa présente au 1er mars le bilan suivant :


Actif Bilan au 01/03 Passif
Construction 750 000
Matériel et mobiliers 185 000 Capital 800 000
Marchandises 120 000
Clients 88 000 Prêteur Ahmadou 250 500
Banque 47 000
Caisse 11 500 Fournisseurs 151 000
Total 1 201 500 Total 1 201 500
Au cours du mois de mars, les opérations suivantes sont réalisées :
02/03 : achat à crédit de marchandises : 22.000 F
04/03 : remboursement par chèque à Ahmadou : 25.000 F
07/03 : règlement d’un fournisseur en espèce : 3.000 F
11/03 : vente au comptant de marchandises règlement par chèque bancaire :
22.000 F (les marchandises avaient coûtées 17.500 F)
14/03 : règlement d’un client en espèce : 18.000 F
19/03 : achat de matériel au comptant réglé par chèque bancaire : 13.500 F
25/03 : achat de marchandises au comptant, règlement par caisse : 16.000 F
30/03 : vente directe des marchandises achetées le 25/03 à 22.000 F
(règlement par chèque bancaire).
TAF :
1) Présenter les comptes schématiques tels qu’ils résultent du bilan ;
2) Enregistrer dans ces comptes les opérations du mois de mars ;
3) Dresser le bilan de l’entreprise Moussa au 31/03

Note de cours de R. TIENE 55


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 4 : LE VIREMENT COMPTABLE ET LA RECIPROCITE DES


COMPTES

I. Le virement comptable

1. Définition
Le virement est une opération comptable par laquelle une somme est
transférée du débit d’un compte au débit d’un autre compte ou du crédit
d’un compte au crédit d’un autre compte. On utilise le virement
comptable soit :
 corriger ou rectifier les erreurs comptables
 pour faire la synthèse
 pour ventiler un compte en plusieurs
 pour procéder au payement sans manipuler des espèces ou sans
mouvement de fonds.

2. Les types de virement

 Virement simple : soustraction d’une somme dans un compte


Lorsqu’on effectue des erreurs d’imputation et pour lesquels on veut
procéder aux corrections nécessaires on utilise le procédé soustraction
des sommes ; ce procédé est une forme de virement.

 Virement synthétique : procédé du regroupement dans un compte


unique. Pour un certain nombre de raisons, le comptable peut
estimer mieux de regrouper certains comptes dans un compte
unique.

 Virement analytique : procédé de ventilation des comptes


Lorsque les comptes ouverts sont trop synthétiques ne permettant pas au
comptable d’avoir des informations plus fluides, ce dernier peut décider
d’éclater le compte unique en plusieurs comptes.

 Virement entre compte de tiers : virement bancaire


Il s’agit des virements effectués entre comptes des tiers au niveau des
banques : virement entre client d’une même banque.

Note de cours de R. TIENE 56


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

II. Notion de comptes réciproques


Deux comptes sont réciproques lorsqu’ils sont tenus dans deux
comptabilités différentes, ils enregistrent les mêmes opérations mais en
sens inverse.
Autrement dit pour une même opération si l’un est débité dans une
comptabilité, l’autre est crédité dans l’autre comptabilité.

Exemple : le compte achat de marchandises tenu par le client et du


compte vente de marchandises tenu par le fournisseur ; le compte banque
tenu par l’entreprise et du compte de l’entreprise tenu par la banque.
En d’autres termes, deux comptes sont réciproques lorsque :
 ils appartiennent à deux comptabilités différentes ;
 ils enregistrent les mêmes opérations ;
 les soldes sont de même montant mais opposés.

Note de cours de R. TIENE 57


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 5 : LE PLAN COMPTABLE SYSCOA

I. Le plan comptable de l’entreprise

Le plan comptable d’une entreprise est la liste des comptes qu’elle utilise
dans un ordre défini. Il donne pour chaque catégorie de comptes (compte
d’actif ; compte de passif ; compte de gestion…), le fonctionnement et les
éléments inscrits au débit et au crédit de chacun de ces comptes. En
d’autre terme il donne l’ensemble des procédures comptables de
l’entreprise.

Une entreprise ne peut en effet fonctionner sans qu’elle ne soit établi au


préalable une liste de comptes fondée sur des considérations économique
et général et sur des considérations propres à l’entreprise.

Le plan comptable définit le contenu, les méthodes d’évaluation et le


fonctionnement de chaque compte.

II. Le Système Comptable Ouest Africain (SYSCOA)

Les règles concernant l’enregistrement comptable, la présentation et le


contenu des documents comptables font l’objet d’une norme est appelée
Système Comptable Ouest Africain (SYSCOA).

1. Rappels historiques
a. Plan Comptable 1947
Le premier plan comptable français a été publié en 1947. Il était
davantage une liste de comptes qu’un exposé de principes et de méthodes.
Il opérait la séparation entre la Comptabilité Générale (C.G) à laquelle il
consacrait les comptes de la classe 1 à la classe 8, et la Comptabilité
Analytique d’Exploitation (C.A.E) à laquelle il réservait les comptes de la
classe 9

b. Plan Comptable 1957


Ce second plan était une retouche du premier. Les quelques modifications
qu’il contenait concernaient la Comptabilité Analytique d’Exploitation et

Note de cours de R. TIENE 58


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

touchaient surtout au mode de calcul des coûts et à la comptabilité


prévisionnelle (coût préétablis ou budgétés).

c. Plan Comptable OCAM 1970


Le plan Comptable OCAM a été adopté en début d’année 1970 par les
Chefs d’Etats et de Gouvernement de l’Organisation Commune Africaine
et Malgache (OCAM). Des Etats ont adopté des versions nationales de ce
plan : Plan Comptable Ivoirien (PCI en 1973), Plan Comptable Sénégalais
(PCS en1975).
Les innovations consistaient essentiellement en l’élaboration de soldes
intermédiaires de gestion ou soldes caractéristiques de gestion : Marge
brute, valeur ajoutée, résultat d’exploitation et hors exploitation, résultat
sur cession d’éléments d’actif immobilisé, résultat avant impôt, impôt sur
le résultat, résultat net.

d. Plan Comptable français de 1982


Il consiste en un remaniement profond du plan comptable 1957. Il tient
compte d’une harmonisation internationale, d’une évolution dans
l’analyse de la gestion, et plus spécifiquement, de concepts économiques
tels que la valeur ajoutée, et financiers tels que le tableau de financement,
évolution que le Plan Comptable OCAM avait prise en compte. Il s’est
beaucoup inspiré du plan OCAM.

2. Le plan SYSCOA
Le SYSCOA a été élaboré sous de la BCEAO pour le compte de la
Commission de l’UEMOA. Il est le fait des pouvoirs publics, des
professionnels de la comptabilité et des utilisateurs. Le SYSCOA a été
élaboré sur la base du modèle comptable retenu dans le projet d’acte
uniforme de l’OHADA (Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du
Droit des Affaires) adopté en 1995. Le SYSCOA fait l’objet du règlement
communautaire N° 04/CM de l’UEMOA du 20 décembre 1996 et est
applicable dans les Etats membres à partir du 1er janvier 1998.

a. Les dispositifs juridiques


Le règlement relatif au droit comptable dans les Etats de l’UEMOA est un
référentiel juridique normalisé en 113 articles. Il s’inspire du projet d’acte
uniforme du droit comptable de l’organisation pour l’harmonisation du
Note de cours de R. TIENE 59
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

droit des Affaires en Afrique (OHADA). Les règles essentielles contenues


dans ses articles sont les suivantes :

Le SYSCOA fait obligation à toutes les entreprises soumises aux


dispositions du droit commercial, mais aussi aux entreprises publiques,
aux coopératives, aux associations la tenue d’une comptabilité. Ainsi, de :
 procéder à l’enregistrement chronologique de leurs opérations ;
 contrôler au moins une fois par an, par inventaire, l’existence et la
valeur des éléments d’actif et de passif ;
 établir des états financiers annuels.

Obligation est faite auxdites entreprises de la tenue des livres comptables


suivants : le livre- journal, le grand- livre, la balance générale des
comptes, le livre d’inventaire.

L’exercice comptable coïncide avec l’année civile. Il commence le 1 er


janvier et doit être clôturé le 31 décembre.

b. Les objectifs du SYSCOA


 disposer des données homogènes à partir des pratiques comptables
uniformes ;
 image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat
de l’entreprise ;
 adoption du modèle des entreprises aux normes internationales ;
 mise à la disposition d’un outil moderne de gestion ;
 inciter les opérateurs économiques du secteur informel à tenir une
comptabilité régulière en mettant à leur disposition des outils de
gestion à leur portée.

c. Systèmes de présentation des états financiers


Le SYSCOA a prévu trois systèmes de présentation des états financiers
destinés à donner une certaine souplesse à l’application du SYSCOA :
 le système normal, prévu pour une entreprise quelle que soit sa
dimension, c’est le système de « droit commun » ;
 le système allégé réservé aux petites et moyennes entreprises (selon
les critères du chiffre d’affaires et de l’effectif du personnel salarié)

Note de cours de R. TIENE 60


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

(chiffre d’affaires ne dépassant pas 100.000.000 (cent millions) de


FCFA) ;
 le système minimal de trésorerie qui s’adresse aux petites
entreprises ne dépassant pas un certain seuil de chiffre d’affaires
(trente (30) millions de FCFA pour les entreprises de négoce, vingt
(20) millions de FCFA pour les entreprises artisanales et assimilées
et dix (10) millions de FCFA pour les entreprises de services).

d. Etats financiers préconisés par le SYSCOA


Le SYSCOA a retenu des états financiers obligatoires pour chaque
système.

 Pour le système normal :


On a : le bilan, le compte de résultat, le Tableau Financier des Ressources
et des Emplois (TAFIRE) et l’état annexé.

 Pour le système allégé :


On a le bilan, le compte de résultat et l’état annexé

 Pour le système minimal :


On peut noter le compte de résultat, la situation ou bilan de fin d’exercice
et la variation de l’avoir net au cours de l’exercice

e. Les principes comptables


Le SYSCOA énonce 9 principes généraux qui s’imposent dans la tenue
d’une comptabilité : la prudence, la permanence des méthodes, la
correspondance entre bilan de clôture – bilan d’ouverture, la
spécialisation des exercices, le coût historique, la continuité de
l’exploitation, la transparence, l’importance significative, la prééminence
de la réalité sur l’apparence.

Note de cours de R. TIENE 61


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Principes Explications
L’entreprise doit éviter de donner une vue trop optimiste de sa
situation. Un gain doit être comptabilisé lorsqu’il est devenu
Prudence
certain. Au contraire une charge (perte) doit être prise en
compte dès lors que son existence est probable.
Les règles appliquées au cours des périodes annuelles
Permanence des
successives doivent être fixes afin de permettre la comparaison
méthodes
dans le temps de l’évolution de l’entreprise.
Correspondance La régularisation des opérations des exercices antérieurs doit
bilan d’ouverture / nécessairement se faire par l’intermédiaire du compte de
bilan de clôture ou résultat de l’exercice en cours.
intangibilité du
bilan
L’activité de l’entreprise est découpée en tranches annuelles
Spécialisation ou
appelées « exercices ». Le résultat de chaque exercice doit
indépendance des
inclure toutes les charges et tous les produits concernant ledit
exercices
exercice, mais seulement ceux-ci.
Le coût historique d’un bien est le coût de ce bien constaté
dans l’entreprise. Cette valeur n’est pas modifiée dans les états
Coût historique
financiers quelques soient les évènements ultérieurs pouvant
l’influencer (inflation ou déflation)
Les états financiers sont élaborés pour une entreprise sensée
Continuité
évoluée en continuité d’exploitation et non dans une
d’exploitation
perspective de cessation prochaine d’activité.
Transparence ou L’information contenue dans les états financiers doit être
bonne information compréhensible, conforme aux conventions en vigueur
ou clarté (SYSCOA, par exemple), suffisante, claire…
Il est interdit d’omettre la moindre information susceptible
Importance d’avoir une influence sur le jugement qu’un lecteur peut porter
significative sur les états financiers c'est-à-dire sur la situation financière et
les résultats de l’entreprise.
Les opérations qui concernent l’entreprise doivent être
comptabilisés en fonction de leur nature, leur « réalité », leur
Prééminence de la
substance économique et financière et non pas seulement
réalité sur
selon leur appellation, leur forme juridique. Il est donc possible
l’apparence
d’inscrire au bilan par exemple des biens détenus dans le
cadre de contrat de crédit-bail

NB : L’application correcte de ces principes permet d’obtenir dans les


états financiers, une image fidèle du patrimoine, de la situation financière
et du résultat de l’entreprise.

Le SYSCOA offre également un plan comptable permettant la facilité


d’enregistrement des opérations effectuées par l’entreprise.

Note de cours de R. TIENE 62


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

3. La structure du plan comptable


Le SYSCOA comporte une liste de compte avec des intitulés et numéros
précis.

a. Les classes de comptes


Les comptes sont regroupés en 9 classes :

Les classes de 1 à 5 se rapportent au bilan


 Classe 1 : Comptes de ressources durables (créditeurs)
 Classe 2 : Comptes d’actif immobilisé (débiteurs)
 Classe 3 : Comptes de stocks (débiteurs)
 Classe 4 : Comptes de tiers (débiteurs ou créditeurs)
 Classe 5 : Comptes de trésorerie (débiteurs ou créditeurs)
Les classes 6 et 7 comportent les comptes de gestion des activités
ordinaires
 Classe 6 : Compte de charges des activités ordinaires (débiteurs)
 Classe 7 : Compte de produits des activités ordinaires (débiteurs)
 Classe 8 : Compte des autres charges et autres produits (HAO)
La Classe 9 : Compte des engagements hors bilan et comptes de la
comptabilité analytique de gestion

b. La codification
Le SYSCOA a retenu le système de codification décimale des comptes avec
souplesse d’adaptation ; l’entreprise pouvant organiser sa comptabilité en
fonction de ses besoins spécifiques au delà de 4 ou 3 chiffres prévus.
Cette codification comporte des constances et des parallélismes qui
facilitent la maîtrise et la mémorisation des comptes.
 Pour un compte à 2 chiffres le 1er chiffre représente la classe et le 2e
chiffre représente une subdivision de la classe.
 Pour un compte à 3 chiffres, le 1er chiffre représente la classe, le 2e
chiffre la subdivision de la classe, le 3e chiffre une subdivision du
compte à 2 chiffres.
Exemple : classe 2
20 : Charges immobilisées
21 : Immobilisations incorporelles
22 : Terrains

Note de cours de R. TIENE 63


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

23 : Bâtiments installations techniques et agencement


24 : Matériel
2421 Matériel agricole
2422 Outillage agricole

c. au titre des constances


Pour les comptes de bilan la terminaison 9 dans les comptes à 2 chiffres à
pour rôle d’identifier les dépréciations provisoires des classes
correspondantes.
Ex : 19 Provisions financières pour risques et charges
29 Dépréciations des immobilisations
39 Dépréciation des stocks.

La terminaison 9 en 2ème position joue un rôle similaire dans les comptes


de gestion des classes 6 et 7 dans la mesure où elles se rapportent aux
opérations de provisions.
Ex : 69 Dotations aux provisions
79 Reprises de provisions

Le chiffre 9 en 3ème position pour les comptes de la classe 4. annonce un


solde inverse par rapport au solde normal des comptes de même niveau.
Ex : 409 :" Fournisseur débiteurs " par rapport aux comptes 401 à 408
qui présentent un solde créditeur
419 : " Clients créditeurs" par rapport aux comptes 411 à 418 qui
présentent un solde débiteur.

Le chiffre 0 en 3ème position est réservé au regroupement des comptes de


même niveau, ou pour l’utilisation d’un compte global ; ainsi le compte
410 : clients et comptes rattachés est utilisé : soit pour regrouper les
comptes 411 à 418 ; soit comme compte unique global, si l’entreprise ne
juge pas utile d’ouvrir les comptes 411 à 418.

Le chiffre 3 caractérise les stocks au niveau des comptes de la classe 6 et


7.
Exemple : 603 : Variations de stocks de biens achetés
73 : Variations des stocks de biens et de services produits

Note de cours de R. TIENE 64


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Le chiffre 8 placé en 2ème position pour les comptes de la classe 2


annonce un compte d’amortissement
Exemple : 2845 : amortissement du matériel de transport

Le chiffre 8 placé en 2ème position pour les comptes de la classe 6


correspond à la dotation aux amortissements
Exemple : 681 : Dotations aux amortissements d’exploitation.

En 2ème position pour la classe 7 il indique un transfert de charges.


Exemple : 787 : Transferts de charges financières

d. au titre des parallélismes


Le SYSCOA a prévu une sorte de parallélisme au niveau des comptes de
gestion de la classe 6 et 7 en vue de maîtriser facilement les comptes.

Exemple :
Charges (classe 6) Produits (classe 7)
601 : achats de marchandises 701 : Vente de marchandises
602 : Achats de matières premières 702 : Vente de produits finis
65 : Autres charges 75 : Autres produits
654 : Valeur comptable des cessions 754 : Produits de cessions courantes
courantes d’immobilisations. d’immobilisations
67 : Charges financières 77 : Produits financiers
673 : Escomptes accordées 773 : Escomptes obtenus
69 : Dotations aux provisions 779 : Reprises de provisions

La numérotation des comptes de charges et de produits HAO de la classe


8 suit un parallélisme tel que les comptes à 2 chiffres de terminaison
impaire indique les comptes de changes alors que les produits sont les
comptes à 2 chiffres de la classe 8 de terminaison paire

Charges Produits
81 : Valeurs comptables des cessions 82 : produits des cessions
d’immobilisations . d’immobilisations
83 : Charges HAO 84 : produits HAO
85 : Dotations HAO 86 : Reprises HAO

Note de cours de R. TIENE 65


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

e. Cas particulier des comptes individuels


L’entreprise peut avoir plusieurs centaines ou plusieurs milliers de
comptes individuels notamment le client et le fournisseur.
Ex : Pour une entreprise qui compte 9000 clients le compte 411 client
pourra être subdivisé en : 4110001 client x ; 4110002 client y ; ……….. ;
4119000 client z

Note de cours de R. TIENE 66


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 6 : LE SYSTEME CLASSIQUE

I. Schéma générale du système classique

Pièces Comptables

Travail
Quotidien

Journal

Grand livre

Travail
Périodique Balance

II. Les éléments constitutifs du système classique

Le système classique est constitué des documents ou pièces comptables


et des livres comptables.

Note de cours de R. TIENE 67


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

1. Les documents ou pièces comptables


Les documents comptables servent de support aux enregistrements.
Aucune écriture comptable (enregistrement) ne peut être passée sans être
justifiée par une pièce ou document comptable. Les pièces comptables
peuvent être internes, c’est le cas des bulletins de salaire, des factures de
vente, des déclarations fiscales, etc.
Elles peuvent être externes : c’est le cas des quittances, des factures
d’achats, des avis de débit et de crédit. Le délai de conservation des
documents comptables est de 10 ans.

2. Les livres comptables


Ce sont des livres dont la tenue a été rendue obligatoire par le SYSCOA. Il
s’agit du livre journal ou journal, du grand livre et de la balance.

a. Le brouillard
Document dans lequel le comptable enregistre ses écritures de manière
provisoire. Les écritures du brouillard sont transférées au journal au
moment de la clôture. La tenue de ce document n’est pas obligatoire.

b. Le livre-journal
Le livre-journal ou tout simplement journal est un livre comptable
obligatoire dans lequel sont enregistrées de façon chronologique les
opérations réalisées par l’entreprise.
Il doit être tenu sans blanc, sans rature et sans surcharge. De plus, il doit
être côté et paraphé. Il doit être conservé pendant au moins 10 ans car
c’est un moyen de preuve en cas de conflit entre agents économiques

 Présentation du livre journal

  : Date de l’opération
    : Numéro de compte au débit
    : Intitulé compte débité
  : Montant compte débité
 : Numéro de compte au
crédit
 : Intitulé compte débité
 : Montant compte crédité

Note de cours de R. TIENE 68


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 : Intitulé
NB :
 lorsque plusieurs opérations sont enregistrées le même jour, la date
n’est plus mentionnée à partir de la 2e opération ; elle est remplacée
par l’expression dito = d°
 en bas de page du journal ; on totalise le débit et le crédit précédé de
la mention « reporter » ou « totaux à reporter ». ces totaux sont repris
sur la page suivante précédé de la mention « report » ou « report à
nouveau »
 il est strictement interdit de couper un article de journal ; c’est-à-
dire mettre la partie débit sur une page et la partie crédit sur une
autre.

c. Le grand livre
Le grand livre est l’ensemble des comptes ouvert par une entreprise sur
une période donnée. Il est l’organe essentiel de la comptabilité de
l’entreprise. Il permet de faire un regroupement du journal à la balance.

d. La balance
La balance est un tableau récapitulatif de l’ensemble des opérations
réalisées par une l’entreprise sur une période. Elle permet de vérifier le
principe de la partie double. Elle est un moyen de contrôle pour les
dirigeants de l’entreprise ; car elle permet d’avoir les soldes des différents
comptes.

Présentation de la balance traditionnelle ou balance à 4 colonnes


N° de Montant Montant Solde
Intitulés
comptes Débit Crédit Débiteur Créditeur

Total D C Débiteur Créditeur


= =

Présentation de la balance à 6 colonnes


N° Intitulés Solde en début Mouvement Solde en fin
cptes Débiteur Créditeur Débit Crédit Débiteur Créditeur

Note de cours de R. TIENE 69


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Total d = c D = C d’ = c’

Utilité de la balance des comptes


 établir la concordance entre journal et le grand livre en fournissant
un moyen de contrôle de l’exactitude des enregistrements
comptables ;
 fournir un document indiquant la situation débitrice ou créditrice
des comptes à partir de laquelle sera déterminée la situation de
l’entreprise, c'est-à-dire de dresser son bilan, et aussi expliciter son
résultat.
Le contrôle par la balance est pourtant limité car certaines erreurs
peuvent se compenser, de plus une mauvaise imputation ne modifie pas
les égalités de la balance.

Exemple 10 : Le bilan de SOXI se présente comme suite au 01/01/00.


ACTIF MONTANTS PASSIF MONTANTS

Bâtiments 20.000.000 Capital 70.000.000


Matériel & outillage 5.000.000 Emprunt 20.000.000
Mobilier de bureau 1.000.000 Fournisseur 5.000.000
Matériel de transport 15.000.000
Marchandises 10.000.000
Banque 40.000.000
Caisse 4.000.000
TOTAL 95.000.000 TOTAL 95.000.000

Les opérations réalisées au cours du mois de Janvier 00 sont :

2/01 : achat à crédit de marchandises : 8.500.000


8/01 : vente à crédit de mses : 7.250.000. Ces mses ont été achetées à
6.500.000
10/01 : acquisition d’une machine-outil à crédit 6.000.000
15/01 : règlement de factures d’électricité 125.000
20/01 : découverte de 2 faux billets de 10.000 F dans la caisse
25/01 : encaissement facture en espèces 100.000
26/01 : règlement facture par chèque 500.000
30/01 : versement espèces en banque 1.000.000
Travail à faire :
1- Enregistrer les opérations au journal de l’entreprise

Note de cours de R. TIENE 70


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

2- Présenter la balance à 6 colonnes


3- Présenter le bilan au 31/01/N

Note de cours de R. TIENE 71


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 7 : CORRECTIONS DES ERREURS EN COMPTABILITE

En rappel, le journal est un document qui doit être tenu sans blanc, sans
rature et sans surcharge. Comment faire si par exemple une erreur est
commise au moment de l’enregistrement d’une opération ?

Les erreurs possibles en comptabilité sont de diverses natures :


 erreurs de montant : Elles peuvent provenir d’erreurs de calcul au
niveau de documents extracomptables, au niveau de la balance ou
d’un mauvais report dans le grand livre.
 erreurs de compte : lorsqu’un compte est mouvementé à la place
d’un autre

Les erreurs de montant au niveau du grand-livre ou de la balance sont les


plus fréquentes, elles peuvent être décelées en faisant la différence entre
les deux totaux des montants (débits et crédits) d’une part et les deux
totaux des soldes (débiteurs et créditeurs) d’autres part, et en vérifiant si
cette différence correspond ou non à une opération mal enregistrée, non
enregistrée ou à un mauvais calcul.

Par contre, les enregistrements doubles ou les omissions d’écritures sont


généralement révélés grâce à des informations extracomptables
(réclamations de clients ou de fournisseurs, inégalités entre les soldes des
relevés bancaires ou CCP et les soldes des comptes « Banques » et « CCP »
dans la comptabilité de l’entreprise.

Pour effectuer des corrections en comptabilité, trois catégories de


techniques sont utilisées : le procédé de la contre-passation, le procédé de
l’ajustement, la méthode de l’opposé du nombre.

I. La Contre-passation

1. La contre-passation totale
Elle consiste à annuler l’écriture erronée en passant l’écriture inverse,
ensuite à passer la bonne écriture. Exemple : Achat d’une machine de
bureau au comptant 2 960 000 F payés par chèque. TVA 18%. Le
comptable a passé l’écriture suivante :
Note de cours de R. TIENE 72
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

2441 Matériel de bureau 2 690 000


4451 ETVAR/immobilisation 484 200
521 Banque 3 174 200
(achat de mat de bureau)

Correction
521 Banque 3 174 200
2441 Matériel de bureau 2 690 000
4451 ETVAR/immobilisation 484 200
(annulation)
_______________d°________________
2441 Matériel de bureau 2 690 000
4451 ETVAR/immobilisation 532 800
521 Banque 3 492 800
(correction)

2. La contre-passation partielle
Elle consiste à annuler et rectifier en un seul article l’écriture erronée.
Exemple : Pour une avance faite au personnel de 500 000 FCFA, le
comptable a passé l’écriture suivante :

661 Rem versée au pers national 500 000


521 Banque 500 000
(avance n°…)

L’erreur est la suivante : les avances faites au personnel ne sont pas


éléments de rémunération. Le Compte « 661 Rémunération directe au
personnel » ne doit donc pas être utilisé ici mais plutôt le Compte « 421
Personnel, Avances et Acomptes »

Ecriture de correction par contre-passation partielle


421 Pers, A&A 500 000
661 Rem versée au pers 500 000
nat
(annulation et correction)

II. L’ajustement

L’ajustement est utilisé pour la correction d’erreurs de montants. Il


consiste à corriger l’écriture erronée en ajoutant dans les comptes les
sommes manquantes ou en retranchant des comptes les sommes
excessives. Exemple 1 : Une facture d’électricité qui s’élève à 15 900
FCFA a été réglée en espèces. Le comptable a passé l’écriture suivante :

Note de cours de R. TIENE 73


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

6052 Electricité 15 600


571 caisse 15 600
(facture n°…)

Il y a une insuffisance de 300 à ajouter


6052 Electricité 300
571 caisse 300
(correction)

Exemple 2 : Pour une facture d’eau de 10 629 F payés en espèce, le


comptable a passé l’écriture suivante :

6051 Eau 10 926


571 caisse 10 926
(facture n°…)

Le montant comptabilisé par excès de 10 926 – 10 629 = 297 qu’il faut


donc retrancher

571 caisse 297


6051 eau 297
(correction)

III. La méthode de l’opposé d’un nombre

L’article 20 du SYSCOA stipule : « Toute correction d’erreur s’effectue


exclusivement par inscription en négatif des éléments erronés ;
l’enregistrement exact est ensuite opéré »

Exemple : achat d’un mobilier de bureau contre chèque bancaire :


200 000

605 Autres achats 200 000


521 Banque 200 000
(chèque n°…)

605 Autres achats -200 000


521 Banque -200 000
(annulation)
________________d°________________
2444 Mobilier de bureau 200 000
521 Banque 200 000
(correction)

Note de cours de R. TIENE 74


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Enregistrement des opérations en cours


d’exercice.

Note de cours de R. TIENE 75


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 8 : LES ACHATS ET VENTES DE BIENS ET SERVICES

La vie d’une entreprise est basée sur les opérations d’achat et de vente.
Toutes ces opérations sont accompagnées de plusieurs pièces comptables
ou documents commerciaux tels que : le bon de commande, de livraison,
l’accusé de réception, la facture, le reçu, le chèque, la lettre de change, le
billet à ordre…

Le prix de vente enregistré en comptabilité est celui figurant sur la facture


de vente minorée d’éventuelle réduction à caractère commercial.

Les opérations d’achat et de vente sont enregistrées selon deux méthodes


comptables retenues par le SYSCOA que chaque entreprise a le choix de
pratiquer. La méthode d’inventaire intermittent et celle d’inventaire
permanent.

Notez :
 Un bon de commande est un document établi en double exemplaire
(au moins) : mentionnant les références et les quantités des produits
commandés : un exemplaire est envoyé au fournisseur, le duplicata
est conservé par le client qui s'en servira pour vérifier les
marchandises livrées.

 Un bon de livraison est un document remis au client lors de la


livraison, mentionnant les références et les quantités des produits
livrés. En le signant, le client reconnaît avoir reçu la marchandise.

I. Les factures

On distingue généralement deux sortes de factures à savoir : la facture


de « doit » ou facture normale et la facture d’ « avoir » ou facture
rectificative ou encore note de crédit.

1. La facture de "doit"
La facture de "doit" est un document qui matérialise la vente ou l’achat
d’une marchandise, d’un produit ou d’un service. Elle doit être conforme à

Note de cours de R. TIENE 76


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

la commande. Elle est établie par le fournisseur et entraine pour le client


l’obligation de payer.
Exemple 11 : le 01/01/2000, les établissements Alpha : BP 1737, Tel :
(00226) 50411428 ont vendu aux établissements Beta AV20, rue16 Bobo,
Tel : (00226) 20443748, 100 tôles à 30 000 et 200 sacs de ciment à 5 000,
TVA 18%.
Travail demandé : établir la facture de « DOIT », établie par les
établissements Alpha à son client établissement Beta.

Solution : Facture adressée à Beta.


Etablissements Alpha Ouagadougou le
1/01/2000
BP 1737
Tel : (00226)50411428
N° d compte bancaire…
DOIT
ETS Beta
AV20, rue 16 Bobo
Tel : (00226) 20443748
N° compte bancaire…

Facture N°….
Quantités Designations Prix unitaire
Montants
100 Tôles 30 000 3 000 000
200 Sacs de ciment 5 000 1 000 000
Prix d’achat hors taxes 4 000 000
TVA 18% 720 000
Net à payer toutes taxes comprises 4 720 000
Arrêté la présente facture à la somme de quatre millions sept cent vingt milles
francs CFA

Signature du fournisseur signature du


client

2. La facture d’avoir
C’est un écrit par lequel le fournisseur reconnaît devoir une certaine
somme à son client par la suite d’un retour de marchandises ou d’une
réduction accordée hors facture. La présentation de la facture d’avoir est
identique à celle de doit, il suffit de remplacer la mention « doit » par
« avoir ». La facture d’avoir est établie en cas de retour de biens ou en cas
de réductions hors factures.

Note de cours de R. TIENE 77


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 Cas de retour de biens


Pour présenter une facture d’avoir relative à un retour de biens, on prend
le montant brut du retour et on se réfère à la facture de doit pour déduire
les rabais, remise, ristourne et l’escompte à accorder et ajouter la TVA
relatifs au retour de marchandises.

 Cas des réductions hors factures


Contrairement à la facture de doit, les rabais, remise, ristourne, accordés
hors facture s’enregistrent. Les réductions sont calculées sur le net
commercial des marchandises conservées par le client.
Pour l’escompte accordé hors facture, il peut s’agit d’un escompte direct
(cas de paiement anticipé) ou d’un escompte récupéré (cas de retour de
marchandises).

En dehors des deux types de facture, on peut aussi avoir :

3. La facture pro-forma
Elle représente un devis établi par le vendeur en vue d’informer le client
du prix de la commande et des autres conditions de vent sans le contrat
ait été passé.

4. Le relevé de factures
C’est un état récapitulatif des factures de doit et des factures d’avoir
pendant une période donnée.

II. Les réductions accordées sur une facture de doit

Il s’agit en général des réductions à caractère commercial et des


réductions à caractère financier.

1. Les réductions à caractère commercial


Ce sont le rabais, la remise et la ristourne.
 la remise : elle est accordée au client pour tenir compte de
l’importance de la facture ou de la personnalité du client.
 le rabais : il est accordé au client pour tenir compte des défauts de
qualité des marchandises achetées.

Note de cours de R. TIENE 78


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 la ristourne : elle est une réduction de prix pratiqué sur le volume


des transactions faites avec le même client pendant une période
(mois, année).

2. Les réductions à caractère financier


Il s’agit essentiellement de l’escompte de règlement. L’escompte de
règlement est accordé au client qui règle généralement au comptant ou
avant le terme convenu (c'est-à-dire règlement anticipé). L’escompte de
règlement est analysé comme une charge pour l’entreprise qui l’accorde :
de ce fait, il est enregistré au débit du compte 673 : escompte accordé.
Par contre, il est analysé comme un produit pour l’entreprise qui
l’obtient : de ce fait, il est enregistré au crédit du compte 773 : escompte
obtenu.
Cet escompte peut être conditionné (escompte si paiement sous huitaine).
Dans ce dernier cas il n’est pas calculé sur la facture mais, par le client
au moment du règlement.

Remarque :
 les réductions sont calculées par cascade, c’est à dire l’une après
l’autre ;
 lorsqu’une réduction à caractère commercial se trouve sur une
facture de doit, elle ne doit jamais être enregistrée. Par contre, elle le
sera lorsqu’elle se trouve sur une facture d’avoir ;
 les réductions à caractère financier sont toujours enregistrées
qu’elles soient sur une facture d’avoir ou sur une facture de doit.

III. Les majorations portées sur une facture de doit

Il s’agit : de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) dont le taux est de 18% au
Burkina Faso, des frais de transport, des frais d’emballages, des frais
d’assurance sur transport, des commissions sur achat, des
rémunérations des transitaires et d’autres frais pouvant grever une
facture.

1. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

Note de cours de R. TIENE 79


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

La TVA est un impôt indirect qui s’applique sur les opérations


commerciales. Cet impôt est supporté par le consommateur final. Son
taux est de 18% au Burkina Faso.
On distingue deux périodes d’imposition
a. En cours de période
Deux formes de TVA sont utilisées. Il s’agit :

 La TVA récupérable ou déductible (comptes à débiter) (445)


Ce compte est utilisé lors des achats de biens et de services. Les différents
comptes utilisés sont :
 4451 : Etat, TVAR sur immobilisations (compte utilisé lors des
acquisitions d’immobilisations) ;
 4452 : Etat, TVAR sur achats (compte utilisé lors des achats de
marchandises, de matières premières…) ;
 4453 : Etat, TVAR sur transport (compte utilisé par le fournisseur
lors de la facturation du transporteur et récupérable sur le client) ;
 4454 : Etat, TVAR sur services extérieurs et autres.

 La TVA facturée (compte à créditer) (443)


 4431 : Etat, TVA facturée sur ventes (compte utilisé lors des ventes
des biens) ;
 4432 : Etat, TVA facturée sur prestation de service (compte utilisé
lors des services facturés).

b. En fin de période
On doit effectuer la déclaration ou la liquidation de la TVA. Pour cela, il
faut solder les comptes de TVA utilisés en cours de période.
Pour la liquidation, on débite le compte 443 et on crédite le compte 445.
Le solde créditeur de la TVA d’un mois donné doit être réglé à l’Etat au
plus le 15 du mois suivant par l’écriture suivante :
4441 Etat, TVA due ×
5. Compte classe ×
5
(reversement à l’Etat)

Note de cours de R. TIENE 80


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Le solde débiteur de la TVA d’un mois donné doit être reporté pour le mois
suivant. Il est constaté dans le compte 4449 : Etat, crédit TVA à reporter,
il vient diminuer le montant de la TVA due du mois suivant.

Exemple 12
En fin janvier 2000, la situation de la TVA se présente comme suit :
 TVA facturée……………………….……300 000
 TVAR/immobilisation………………..150 000
 TVAR/services extérieurs.........…...75 000
Sachant que la TVA due du mois se règle le 15 février, par chèque
bancaire, passer au journal les écritures nécessaires.
__________31/01___________________
443 Etat, TVA facturée 300 000
4451 Etat, TVAR/immob. 150 000
4453 Etat, TVAR/SE 75 000
4441 Etat, TVA due 75 000
(déclaration de la TVA)
__________15/02___________________
4441 Etat, TVA due 75 000
521 Banque 75 000
(règlement de la TVA de jan.)

Exemple 13
En fin février, la situation est la suivante :
 TVA facturée......................…...350 000
 TVA sur immobilisation………….250 000
 TVA/SE……………………………………200 000
Passer les écritures nécessaires sachant que la TVA due se règle par
caisse le 15 mars.
_______________28/02_______________
443 Etat, TVA facturée 350 000
4449 Etat, crédit TVA à reporter 100 000
4451 Etat, TVAR/immob. 250 000
4453 Etat, TVAR/SE 200 000
(déclaration TVA de fév.)

IV. Les Achats

L’achat est l’acquisition des biens et de services. Le SYSCOA distingue


trois types d’achat de biens et de services :
 acquisition de biens durables (immobilisations)
Note de cours de R. TIENE 81
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 achat de biens consommables


 achat de services
Pour le présent chapitre, il s’agira essentiellement des deux derniers types
d’achat.

Note de cours de R. TIENE 82


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

1. Les comptes d’achat de biens consommables habituellement


utilisés
 601 : achat de marchandises (biens destinés à être revendus sans
transformations)
 602 : achat de matières premières (biens destiné à être transformés
dans un processus de production)
 604 : achat stocké de matières et fournitures consommables :
Les matières consommables sont des biens qui concourent à la
fabrication sans se retrouver dans le produit final (ex : le gaz),
Les fournitures consommables sont des biens de valeur unitaire non
significative (ex : crayon, insecticide…)
 608 : achat d’emballages (confer chapitre sur les emballages)

2. Comptes d’achat de services habituellement utilisés


 61 : transport (transport de biens achetés et vendus, transport de
personnel)
 62 et 63 : services extérieurs A et B
 621 à 625 : comptes regroupant les services rattachés aux
immobilisations de l’entreprise.
 626 à 638 : comptes regroupant les services rattachés aux
opérations d’exploitation et financières de l’entreprise.

3. Enregistrements comptables
Les comptes d’achat (classe 6) sont de nature débiteur et ont pour
contrepartie un compte de tiers notamment le compte fournisseur qui est
crédité du montant des achats.

NB : En cas d’achat au comptant, le SYSCOA préconise l’enregistrement


de ces achats dans un compte de tiers (comme à crédit) avant
d’enregistrer un règlement éventuel.

V. Les ventes

Les ventes sont enregistrées au crédit du compte 70 et au débit d’un


compte de tiers (client en l’occurrence).
Les comptes de ventes généralement utilisés sont :

Note de cours de R. TIENE 83


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 701 : vente de marchandises


 702 : vente de produits finis
 703 : vente de produits intermédiaires
 704 : vente de produits résiduels
 705 : travaux facturés
 706 : services vendus
 707 : produits accessoire

VI. La comptabilisation des factures

Une facture peut être enregistrée en inventaire intermittent ou en


inventaire permanent.
 En inventaire intermittent : l’inventaire intermittent est un
procédé simple d’enregistrement. Il ne permet pas d’avoir une vue
régulière sur la situation des stocks. Pour connaître par exemple la
situation finale des marchandises, on procède par une simple
formule algébrique : SF = SI + Achats – Sorties

 En inventaire permanent : contrairement à l’inventaire


intermittent, il offre beaucoup plus de détails pour l’enregistrement
des opérations. Cet enregistrement permet de connaître au fur et à
mesure la situation des stocks.

NB : l’enregistrement en IP exige que l’on connaisse le coût d’achat des


biens achetés ou vendus.
 Le coût d’achat des biens vendus se calcule en utilisant le taux de
marque ou le taux de marge.
 le taux de marque (TM) s’applique sur le PV pour avoir la marge
brute (MB)
TM = × 100. Or, MB = PV – CA. Par suite, on a:
CA = PV

 Le taux de marge (tm) s’applique sur le coût d’achat pour avoir la


MB
tm = 100

Note de cours de R. TIENE 84


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

CA = .
 Le coût d’achat des biens achetés se calcule comme suit : NC + frais
d’achat

1. Enregistrement d’une facture de doit


a. En inventaire intermittent
Pour enregistrer une facture on commence toujours par le dernier net
commercial.
Le plan d’enregistrement chez le fournisseur et chez le client se
présente de la façon suivante :

Chez le fournisseur
___________________date____________
411/5 Client/compte de trésorerie NAP
673 Escompte accordé Escompte
701 Vente de marchandise Net cial
443 E. TVA facturée TVA
(facture n°…)

Chez le client
________________date______________
601 Achat de m/ses Net cial
445 E. TVAR TVA
401/5 f/seur, NAP
773 escompte obtenu Escompte
(achat n°…)

c. En inventaire permanent
L’enregistrement en inventaire permanent se fait en deux (02) étapes :

1ere étape :
On enregistre la facture proprement dite qui est identique à
l’enregistrement en inventaire intermittent.

2ème étape :
On constate chez le fournisseur la sortie des marchandises et chez le
client l’entrée des marchandises selon l’une des méthodes utilisées par
l’entreprise : CUMP ; FIFO....Le plan d’enregistrement est le suivant :

Note de cours de R. TIENE 85


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chez le fournisseur
________________date______________
411/5 Client/compte de trésorerie NAP
673 Escompte accordé Escompte
701 Vente de marchandise Net Cial
443 E. TVA facturée TVA
(facture n°…)
___________________d°______________
603.. Variation de stock CA
31/32 m/se ou mat 1ère CA
(sortie n°…)

Chez le client
________________date______________
601 Achat de m/ses Net ccial
445 E. TVAR TVA
401/5 f/seur, NAP
773 escompte obtenu Escompte
(achat n°…)
________________d°_________________
31/32 m/ses ou mat 1ère CA
603.. Variation de stock CA
(entrée n°…)

L’acompte
L’acompte ou avance est somme versée aux fournisseurs sur le montant
d’une commande.
Lors du versement de l’avance on a :

Chez le fournisseur
________________date______________
5. Compte de trésorerie avance
4191 Clt ; A&A reçu avance
(réception avance)

Chez le client
________________date_______________
4091 f/sseur A&A versés avance
5. compte de trésorerie avance
(versement avance)
NB : lors de l’établissement de la facture de doit à venir, l’avance sera
déduite.
Note de cours de R. TIENE 86
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

VII. Les frais accessoires liés aux achats et ventes

1. Les frais de transport (61)


Il s’agit des frais engagés par l’entreprise lors des achats, des ventes et du
déplacement de son personnel. On a les subdivisions suivantes :
 611 : transports sur achat
 612 : transport sur ventes
 613 : transport pour le compte de tiers
 614 : transports de personnel
 616 : transports de plis

a. Port payé par le fournisseur à sa charge (vent stipulée FRANCO)


Dans ce cas les marchandises sont livrées gratuitement les frais de
transport n’apparaissent pas sur la facture à adresser au client. On
distingue deux écritures.

Chez le fournisseur
 A l’expédition
________________date______________
612 Tranport / vente Port HT
4453 E. TVAR/port TVA/port
401/5 f/sseur Port TTC
(paiement port)

 A la facturation
________________date______________
411 Client NAP
673 escompte accordé Escompte
4191 Clt ; A&A reçu avance
701 Vente de m/ses Net cial
4431 ETVA facturée TVA
(facture n°…)

Chez le client
 A l’expédition
Aucune écriture

Note de cours de R. TIENE 87


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 A la facturation
________________date______________
601 Achat de m/ses Net cial
4452 ETVAR/achat TVA
401 f/sseur NAP
773 es obtenu Escompte
4091 f/sseur A&A versés avance
(facture n°…)

Exemple 14:
Le 24/10/05 : Ali à réaliser les opérations suivantes : règlement de 33
600F dont 18% de TVA de frais de transport en espèce à sa charge relatif
à une expédition de marchandises a son client Eli.
Ali adresse à son client Eli la facture V brut 600 000 remise 10% et 5%
TVA18% est 2%
TAF : passer les écritures dans les deux comptabilités
b. Port payé par le fournisseur à la charge du client (vente stipulée
DEPART)
Dans ce cas le fournisseur règle les frais de transport mais il doit ensuite
les récupérer sur son client. Ici, le montant de la facture contient les frais
de transport.

Chez le fournisseur
 A l’expédition
________________date______________
613 Transport pour le cpte de tiers Port Ht
4453 ETVAR/port TVA/port
401/5 Compte de trésorerie Port TTC
(paiement de port)

 A la facturation
________________date______________
411 Client NAP
673 Escompte accordé Escompte
4191 Client, A&A reçu avance
701 Vente de m/ses Net cial
4431 ETVA facturée TVA
7071 Port facturé Port HT
4432 ETVAF/PS TVA/port
(facture n°…)

Note de cours de R. TIENE 88


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chez le client
 A l’expédition
Aucune écriture

 A la facturation
________________date______________
601 Achat de m/ses Net ccial
4452 ETVAR/achat TVA/ach
611 Port / achat Port
4453 ETVAR/port TVA/port
401 f/sseur NAP
773 es obtenu Escompte
4091 f/sseur A&A versés avance
(facture n°…)
NB : port payé, port avancé, port au comptant signifie que le port est payé
par le fournisseur et à la charge du client.

c. Ports forfaitaires
Il s’agit des situations ou l’entreprise utilise ses propres moyens pour la
livraison. Dans ce cas, le montant peut être fixé forfaitairement. Ce
montant vient avant l’escompte s’il y a lieu.

Chez le fournisseur
________________date______________
411 Client NAP
673 escompte accordé Escompte
4191 Clt ; A&A reçu avance
701 Vente de m/ses Net cial
7071 Port facturé Port HT
443 ETVAF TVA
(facture n°…)

Chez le client
________________date______________
601 Achat de m/ses Net ccial
611 Port / achat Port
445 ETVAR TVA
401 f/sseur NAP
773 es obtenu Escompte
4091 f/sseur A&A versés avance
(facture n°…)

Note de cours de R. TIENE 89


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

d. Port payé par le client à sa charge


Il est souvent stipulé « port dû » et réglé à la réception par le client. Ce
port est noté au débit du compte 611 chez le client et ne figure pas dans
la facture établie par le fournisseur.

e. Port payé par le client à la charge du fournisseur


Ces ports concernent généralement les retours de marchandises. Dans ce
cas le client va distinguer les écritures concernant l’expédition de la
marchandise au fournisseur et la réception de la facture d’avoir du
fournisseur (confer facture d’avoir).

2. Les autres frais accessoires


En plus des frais de transport, il existe d’autres frais qui viennent
augmenter le montant de la facture. Il s’agit notamment : des
commissions et courtages (6321) ; de la rémunération des transitaires
(6323) ; des assurances (625) ; des droits de douane (4426).
L’ensemble de ces frais sont enregistrés dans les comptes de charges par
nature dans la comptabilité du client (au débit) et au crédit du compte
7071 chez le fournisseur.
NB :
 le compte 601 contient le net commercial et les droits de douane ;
 les droits de douanes et les autres frais viennent après le net
commercial ;
 les droits de douane sont toujours payés au comptant ;
 il n’y a pas de TVA sur les droits de douane.

Chez le fournisseur
________________date______________
411 Client NAP
673 escompte accordé Escompte
4191 Client, A&A reçu avance
701 Vente de m/ses Net cial
7071 Port facturé Port HT
443 ETVAF TVA
4428 Droit de sortie douane
(facture n°…)

Note de cours de R. TIENE 90


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chez le client
________________date______________
601 Achat de m/ses NC+dd
611 Port / achat Port
625 Prime d’assurance Ass
63 Services extérieurs Sces ext
445 ETVAR TVA
401 f/sseur NAP
773 es obtenu Escompte
4091 f/sseur A&A versés Avance
4426 droits de douane douane
(facture n°…)

Exemple 15:
Siri adresse à Sirima la facture suivante le 15/08/2000
Brut de marchandise : 1 200 000, rabais 5%, escompte 1%, port payé le
12 /08 236 000 FTTC en espèces, assurance 150 000 FHT, droit de
douane payé contre chèque 200 000 F.
TAF : passer cette opération dans les deux comptabilités, taux de marge
20%, TVA 18%.

VIII. La facture d’avoir

La facture d’avoir est une facture établie par le fournisseur pour constater
une reconnaissance de dette envers son client. On distingue deux sortes
de facture d’avoir :
 les factures d’avoir relatives à un retour de marchandises ;
 les réductions hors facture.

1. les avoirs sur retour de marchandises


La facture est établie en tenant compte du montant des marchandises
retournées et des anciennes réductions à caractère commercial et
financier.
NB : il arrive souvent que le client paye les frais de transport relatif au
retour des marchandises, ce port est à la charge du fournisseur qui le
comptabilise au débit du compte 612. Ce port vient toujours après le net
commercial.
L’enregistrement comptable consiste à passer l’écriture inverse de la
facture de doit en tenant compte des frais de transport de retour.
Note de cours de R. TIENE 91
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chez le client
 A l’expédition
________________date______________
613 Transport pour le cpte de tiers Port Ht
4453 ETVAR/port TVA/port
401/5 Compte de trésorerie Port TTC
(paiement de port)

 A la facturation
________________date______________
401 fournisseur à
773 escompte obtenu déduire
601 achat de m/ses escompte Net cial
4452 ETVAR/achat TVA/mses
7071 Port facturé Port
4432 ETVAF/ps TVA/port
(facture AV n°…)

Chez le fournisseur
 A l’expédition (aucune écriture)
 A la facturation
________________date______________
701 Vte de mses Net cial
4431 ETVAF/mses TVA/mses
612 Port/vte Port
4453 ETVAF/port TVA/port
411 Client à
673 Escompte accordé déduire
(facture AV n°…) escompte

Exercice 16 :
Ali a réalisé avec son client habituel Alain les opérations suivantes
 Le 01/01 facture n°250 : brut marchandises : 2 500 000 : remise
5%, rabais 8%, escompte 2%. Net 60 jours fin de mois
 Le 05/01 Alain 1 000 0000 de marchandises non-conforme à sa
commande et paye en espèces le même jour 100 000 FHT de frais de
transport relatif au retour de marchandise.
 10/01/2006 facture AV N° 560 relative au retour du 5/01

Note de cours de R. TIENE 92


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

TAF : Présenter le décompte des factures n°250 et AV n°560 et enregistrer


dans les 2 comptabilités les différentes opératoires TVA 18%, taux de
marque 20%.

2. Les réductions hors facture


Il s’agit de réductions qui ne sont pas liées à une facture antérieure.

a. Rabais, Remise, Ristourne

Chez le fournisseur
________________date______________
701 Vte de mses Réduction
443 ETVAF TVA
411 Client Red TTC
(réception avance)

Chez le client
________________date______________
401 Fournisseur TTC
601 Achat de mses HT
445 ETVAR TVA
(facture AV n°…)

b. Escompte

Chez le fournisseur
________________date______________
673 Escompte accordé HT
443 ETVAF TVA
411 client TTC
(facture AV n°…)

Chez le client
________________date______________
401 Fournisseur TTC
673 Escompte obtenu HT
445 ETVAR TVA
(facture AV n°…)

IX. Enregistrement des opérations d’importation et d’exportation

Note de cours de R. TIENE 93


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Dans le cadre de ses activités, l’entreprise entretient des relations


commerciales avec l’étranger. Les opérations d’achat et de vente en dehors
du territoire national comprennent d’autres frais accessoires, notamment
les droits de douane (4426) et les droits de sortie (4428). Les droits de
douane sont des droits payés à l’entrée. Par contre les droits de sortie
sont des taxes payées par le client étranger pour pouvoir sortir les
marchandises.

a. Factures d’achat comportant des droits de douane


Lorsque les droits de douane concernent une seule catégorie de
marchandises, ils sont ajoutés au net commercial de la facture. Ils sont
par contre enregistrés au débit du compte 645 Impôts et taxes indirects
s’ils concernent plusieurs catégories de marchandises.
NB : les droits de douane sont toujours payés au comptant

Ecritures comptables
________________date______________
601 Achat de m/ses NC+dd
611 Port / achat Port
625 Prime d’assurance Ass
63 Services extérieurs Sces ext
445 ETVAR TVA
401 f/sseur NAP
773 es obtenu Escompte
4091 f/sseur A&A versés Avance
4426 droits de douane Douane
(facture n°…)
____________________d°_____________
4426 Droits de douane Douane
571 Caisse Douane
(paiement droits de douane)

b. Factures de vente comportant des droits de sortie


Les ventes hors zone UEMOA ne sont pas assujetties à la TVA dans la
mesure où le client ne réside pas dans l’espace UEMOA. On aura
l’écriture suivante :
________________date______________
411 Client NAP
673 escompte accordé Escompte
4191 Client, A&A reçu avance
701 Vente de m/ses Net cial
7071 Port facturé Port HT

Note de cours de R. TIENE 94


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

4428 Droit de sortie douane


(facture n°…)

Note de cours de R. TIENE 95


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 9 : COMPTABILITÉ DES ENTREPRISES DE PRODUCTION

L’activité des entreprises de production consiste en la transformation des


matières et fournitures pour produire des biens et services destinés à la
vente, à la location ou à être fournis. Dans la catégorie des entreprises de
production, on compte l’entreprise industrielle, l’exploitation agricole,
l’entreprise artisanale, l’entreprise de prestation de services. Le processus
de production connaît plusieurs étapes allant de l’achat des moyens de
production à l’achèvement des produits.

I. L’achat des matières et fournitures

La production fait intervenir :


 les matières premières et fournitures liées qui sont destinées à être
incorporées dans les produits,
 des achats non stockables (eau, électricité, autres énergies,
fournitures d’entretien etc.) et d’autres approvisionnements qui
contribuent à la transformation des matières et fournitures liées en
produits finis.

L’enregistrement des opérations d’achats de matières et fournitures obéit


aux mêmes règles que celui des opérations d’achat de marchandises.

1. Les comptes utilisés


 602 : achats de matières premières et fournitures liées
 603 : variations des stocks de biens achetés
 6032 : variations des stocks de matières premières et fournitures
liées
 6033 : variations de stocks d’approvisionnements.
 604 : achats stockés de matières et fournitures consommables
 605 : autres achats

Note de cours de R. TIENE 96


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

2. L’enregistrement comptable

a. Enregistrement en inventaire permanent


________________date______________
602 Achat de matière 1ère Net ccial
4452 E. TVAR/achat TVA
401/5 f/seur, NAP
773 escompte obtenu Escompte
(achat n°…)
________________d°_________________
32 mat 1ère CA
6032.. Variation de stock CA
(entrée n°…)

Pour les matières et fournitures stockables en particulier, les comptes


d’achat et variations des stocks et les comptes de stocks concernés seront
mouvementés en constatant les achats ou les retours sur achats d’une
part et respectivement les entrées ou sorites de stocks d’autre part

Exemple 17
12/06 : achat de matières premières contre chèque bancaire, brut 500
000, remise 6%, escompte 2%, port 25 000 (Facture A 503)
15/06 : règlement de la facture d’électricité 30 000 en espèce
22/06 : retour de la moitié des marchandises des matières premières du
12/06 pour raison de non-conformité ; transport réglé en espèces :
10 000
Le 27/06 : réception de la facture d’avoir N°42 portant retour du 22/06.

b. Enregistrement en inventaire intermittent


En inventaire intermittent, les entrées et les sorties de stocks ne sont pas
enregistrées en cours d’année.
________________date______________
602 Achat de mat 1ère Net cial
4452 E. TVAR TVA
401/5 f/seur, NAP
773 escompte obtenu Escompte
(achat n°…)

Note de cours de R. TIENE 97


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

II. Utilisation des matières et fournitures

1. Enregistrement en inventaire permanent


En cours d’année, les sorties de stock pour utilisation dans les ateliers est
constatée :
________________date______________
6032 Variation de stock CA
32 mat 1ère CA
(sortie n°…)

Exemple 18 : le 30/06/09 : Sortie de 345 000 FCFA de matières


premières pour utilisation dans les ateliers

2. En inventaire intermittent
Aucune écriture

III. Constatation de la production en cours de période

1. Les comptes à utiliser


 34 Produits en cours
 35 Services en cours
 36 Produits finis
 37 Produits intermédiaires et résiduels

2. L’enregistrement comptable

 Enregistrement en inventaire permanent


Des produits ou des services sont qualifiés de « produits en cours » ou de«
services en cours» si à la date considérée, ils n’ont pas encore atteint le
stade de produits finis ou de services finis. C’est en fin d’année que ce
constat revêt toute sa signification.
C’est donc à la clôture de l’exercice comptable que ces produits en cours
et services en cours sont évalués et comptabilisés. Comme par dérogation
à la règle de l’inventaire permanent, les comptes correspondant ne
fonctionnent donc pas en cours d’exercice.

Note de cours de R. TIENE 98


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Par contre, en cours d’année, les produits finis et les produits


intermédiaires et résiduels sont évalués à leurs coûts de production par le
biais de la comptabilité analytique ou à l’aide de calculs extracomptables.
En inventaire permanent, les comptes 36 Produits finis et 37 Produits
intermédiaires et résiduels sont débités en cours d’exercice, du coût de
production des produits entrés en stock, et, en contrepartie, le compte 73
Variation des stocks des biens et services produits

________________date______________
36/37 Produits finis/produit interm. CP
73 Variation de stock CP
(entrée n°…)

Exemple 19 : le 14/07, une société a achevé la production de produits


finis d’un coût global de 3 125 000 FCFA

 En inventaire intermittent
Aucune écriture

IV. Utilisation de la production

Selon leurs natures, les produits peuvent être généralement vendus,


immobilisés ou réintégrés dans le processus de production.

1. Vente de produits finis : enregistrement en inventaire


permanent

________________date______________
411 Client NAP
673 escompte accordé Escompte
Vente de produits finis Net cial
702 ETVAF TVA
443 (facture n°…)
_________________d°_________________
736 Variation stcok produit finis CP
36 Produits finis CP
(sortie n°…)

2. Enregistrement de la vente en inventaire intermittent

Note de cours de R. TIENE 99


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

________________date______________
411 Client NAP
673 escompte accordé Escompte
Vente de produits finis Net cial
702 ETVAF TVA
443 (facture n°…)

3. Immobilisation des produits finis


Les immobilisations et les services produits par l’entreprise pour elle-
même sont enregistrés dans le compte 72 Production immobilisée ou son
sous compte. Il en est de même pour les prélèvements de biens sur les
stocks produits par l’entreprise pour ses besoins propres ou ceux de son
personnel.
En inventaire permanent ou en inventaire intermittent, l’enregistrement
se fait selon les mêmes principes que l’enregistrement d’une vente.

________________date______________
411 Client NAP
673 escompte accordé Escompte
72 production immob. Net cial
443 ETVAF TVA
(facture n°…)
Remarque : Lorsque la production à immobiliser a été préalablement
enregistrée en stock, il convient de constater la sortie en inventaire
permanent.

V. Utilisation des produits intermédiaires et résiduels

1. Vente de produits intermédiaires et résiduels


La vente s’enregistre en inventaire permanent et en inventaire intermittent
de la même manière que celle des produits finis.

2. L’utilisation pour des productions ultérieures

 En inventaire permanent
________________date______________
73 Variation de stock CP
37 produit interm. CP
(sortie n°…)

 En inventaire intermittent
Note de cours de R. TIENE 100
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

La régularisation des sorties s’effectue en fin d’année par virement des


soldes initiaux et constatation des stocks finals.

Note de cours de R. TIENE 101


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 10 : LES EMBALLAGES COMMERCIAUX

Les opérations d’emballage sont le plus souvent liées aux opérations


d’achats et ventes de marchandises. Par définition, les emballages sont
des objets destinés à contenir les marchandises livrées aux clients.

I. Les différents types d’emballages


Il existe en général 2 sortes d’emballages : le matériel d’emballage, les
emballages commerciaux.

1. Le matériel d’emballage
Il s’agit d’objets destinés au stockage des produits à l’intérieur de
l’entreprise et doivent y rester de façon durable. Par conséquent, on les
classe dans les immobilisations de la classe 2. Leur entrée dans
l’entreprise se fait au coût d’acquisition. Exemple : les citernes, les cuves
etc.

2. Les emballages commerciaux


Ce sont les emballages destinés à contenir des biens livrés aux clients. Ils
sont de 2 types :

a. les emballages perdus


Ils sont livrés aux clients en même temps que le contenu. Le prix des
emballages perdus est inclus dans le prix de vente des marchandises. Par
conséquent, ils ne doivent pas faire l’objet d’une comptabilisation séparé.
Mais lors de leur achat il faudra les enregistrer. Exemple : paquets de
sucre, les sachets, les boites d’allumettes

b. les emballages récupérables non identifiables


Ils doivent contenir les marchandises livrées aux clients et doivent faire
l’objet de retour quelque jour plus tard. Le prix est alors séparé du prix de
vente des marchandises. Ainsi, ils font l’objet d’achat, de vente, de
consignation, de déconsignation ou restitution, de prêt, de location, de
destruction. Exemple : les caisses de bières, les bouteilles de gaz.

Note de cours de R. TIENE 102


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

II. Enregistrements comptables

1. Matériel d’emballage

Chez le fournisseur (vente)


Confer chapitre sur les cessions d’immobilisation, le matériel d’emballage
étant une immobilisation.

Chez le client (achat)


________________date______________
243 Materiel d’emb rec id HT
4451 ETVAR/immob TVA
481/5 Fsseur d’invest. TTC
(facture n°…)
Le compte 243 enregistre le coût d’acquisition HT.

2. Les emballages perdus

Chez le fournisseur
________________date______________
411 Client TTC
7071 Emb perdus facturé HT
4432 ETVAF/ps TVA
(facture n°…)

Chez le client
________________date______________
6081 Achat d’emb perdu HT
4452 ETVAR/Achat TVA
401/5 fsseur TTC
(facture n°…)

NB : Si l’entreprise pratique l’inventaire permanent, les entrées en stock


et les sortie de stock, évaluées au coût d’achat sont enregistrées comme
suit :

Chez le fournisseur
________________date______________
6033 Variation autres approv. CA
3351 Emb perdu CA

Note de cours de R. TIENE 103


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

(sortie n°…)

Chez le client
________________date______________
3351 Emb perdus CA
6033 Var autre approv. CA
(entrée n°…)

3. Les emballages récupérables

Chez le fournisseur
________________date______________
411 Client TTC
7074 Cession d’emb HT
4432 ETVAF/ps TVA
(facture n°…)

Chez le client
________________date______________
6082 Achat d’emb recup non id. HT
4452 ETVAR/Achat TVA
401/5 fsseur TTC
(facture n°…)

NB : Si l’entreprise pratique l’inventaire permanent, les écritures


suivantes sont passées :

Chez le fournisseur
________________date______________
6033 Variation autres approv. CA
3352 Emb recup non id CA
(sortie n°…)

Chez le client
________________date______________
3352 Emb recup non id. CA
6033 Var autre approv. CA
(entrée n°…)

4. Consignation – déconsignation d’emballages récupérables

Note de cours de R. TIENE 104


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

a. La consignation
La consignation des emballages commerciaux est une opération par
laquelle le fournisseur met à la disposition du client l’emballage
récupérable moyennant une certaine somme appelée prix de consignation.
Ce prix est généralement supérieur à la valeur de l’emballage pour inciter
le client à le restituer au délai convenu.
Le prix de consignation est généralement TTC sans que la TVA ne soit
enregistrée dans un compte de TVA. Les comptes utilisés sont :
 4194 : client, dette pour emballage et matériels consignés chez le
fournisseur,
 4094 : fournisseur, créance pour emballage et matériels à rendre chez
le client.
Les écritures comptables sont :

Chez le fournisseur
________________date______________
411 Client p. cons
4194 Client DEC p. cons
(facture AV n°…)

Chez le client
________________date______________
4094 Fsseur CER p. cons
401 fournisseur p. cons
(facture AV n°…)

Exemple 20
Ventes de marchandises 800 000 HTVA 18% ; consignation de 300
emballages à 590 F
TAF : Enregistrement comptable chez le fournisseur et chez le client.

b. La déconsignation
La déconsignation est l’opération par laquelle le fournisseur annule la
consignation. Cette annulation peut être le faite d’une restitution
d’emballages par le client ou d’une conservation de ces emballages par
celui-ci. La non restitution d’emballage dans les délais est considérées
comme une vente indirecte d’emballage par le fournisseur. La
déconsignation peut être normale ou anormale.
Note de cours de R. TIENE 105
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 La restitution des emballages consignés


On a deux cas possibles : PC = PD et PD > PC

 Le prix de reprise est égal au prix de consignation (PD=PC)


Il s’agit d’une déconsignation normale, le client a restitué les emballages
en bon état et dans les délais. L’écriture constatée chez le fournisseur
comme chez le client est l’inverse de celle constatée lors de la
consignation.

Chez le fournisseur
________________date______________
4194 Client DEC p. cons
411 Client p. cons
(facture AV n°…)

Chez le client
________________date______________
401 Fournisseur p. cons
4094 Fsseur CER p. cons
(facture AV n°…)

Exemple 21
Considérons l’exemple précédent et constatons la reprise des emballages
consignés au prix de consignation égal à 177 000 F.
Ecriture comptable chez le client et chez le fournisseur.

 Le prix de reprise des emballages est inférieur au prix de


consignation
C’est le cas où la déconsignation est faite hors délais ou dans les
conditions anormales (constatation de dommages). Dans ce cas, le
fournisseur réalise un profit (des bonis) qui est égal à la différence entre le
montant de la consignation et celui de la reprise. Ces bonis constituent
des produits d’exploitation qui sont enregistrés au crédit du compte 7074
bonis sur reprise d’emballages.

NB : Ces boni sont considérés comme TTC d’où il faut calculer la TVA
avant de les enregistrer dans le compte de produits en hors taxe.

Note de cours de R. TIENE 106


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Réciproquement, le client réalise une perte qu’on appelle des Mali qui est
enregistrée au compte 6224, malis sur emballages.

Le traitement comptable est le suivant :

Chez le fournisseur
________________date______________
4194 Client DEC p. cons
411 Client p. d
7074 Boni /reprise boni HT
443 ETVAF TVA
(facture AV n°…)

Chez le client
________________date______________
401 Fsseur Pd
6224 Mali sur emballage mali HT
445 ETVAR TVA
4094 Fsseur CER p. cons
(facture AV n°…)

Exemple 22 :
01/01/00 l’entreprise Ali adresse la facture ci-dessous à son client Oméga
facture n° A20 brut 3 000 000 HT, emballage consigné 5 unités à 59 000
F. TVA = 18%. Condition de restitution des emballages :
- PD=PC si emballage rendu sous quinzaine ;
- Prix de consignation = 80% du PC si emballage rendu entre le 15e et
le 30 e jour
12/01/05 Oméga retourne 2 unités d’emballages et reçoit la fact Av 01
18/01/05 Oméga restitue le reste des emballages et reçoit la fact AV N°2
TAF : établir les factures et comptabiliser les écritures chez Ali & Oméga.

 La non restitution d’emballages consignés


La non restitution d’emballages consignés transforme la consignation en
vente indirecte chez le fournisseur et en achat d’emballage indirect chez le
client. Si les emballages non restitués ont été détruits, le client doit
enregistrer une perte.

 Si le prix de cession = Prix de consignation


Note de cours de R. TIENE 107
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chez le fournisseur
________________date______________
4194 Client DEC p.
7074 Cession d’emb cession PC HT
443 ETVAF TVA
(facture n°…)

Chez le client
________________date______________
6082 Achat d’emb. Récup non id. PCHT
4452 ETVAR TVA
4094 Fsseur CER PCTTC
(facture n°…)

 Si le prix de cession supérieur au prix de consignation

Chez le fournisseur
________________date______________
4194 Client DEC P. cons
411 Client PC-cons
7074 Cession d’emb PCHT
443 ETVA F TVA
(facture n°…)

Chez le client
________________date______________
6082 Achat d’emb recup non id. PCHT
4452 ETVAR/achat TVA
4094 Fsseur CER p. cons
401 Fournisseur PC-cons
(facture n°…)

 4194 et 4094 enregistrent le prix de cession TTC


 7074 et 6082 enregistrent respectivement les prix de cession HT
 411 et 401 enregistrent la différence entre le prix de cession et le
prix de consignation.

Exemple 22 :
L’entreprise Alain ne restitue pas un emballage préalablement consigné
pour un montant de 59 295F. Le 06/06/01, le fournisseur adresse à
Alain la facture n°34 pour un montant TTC de 69 384F en tenant compte
du préjudice qui lui a été causé.

Note de cours de R. TIENE 108


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

TAF : passer les écritures comptables dans les deux comptabilités

 Cas de destruction
La destruction d’emballages préalablement consignés entre les mains du
client est considérée comme une perte et sera enregistrée dans sa
comptabilité au débit du compte 6224 malis sur emballage. Cette perte
est considérée comme une vente chez le fournisseur.

Chez le fournisseur
________________date______________
4194 Client DEC p. cons
7074 Cession d’emb PC HT
443 ETVA F TVA
(vente indirecte n°…)

Chez le client
________________date______________
6224 Malis sur emballage PCHT
4454 ETVAR/SE TVA
4094 Fsseur CER P. cons
(perte n°…)

 Vente d’emballages préalablement prêtés


Aucune écriture ne constate le prêt en comptabilité ; si le prêt se
transforme en vente, il convient d’enregistrer la vente ou l’achat
correspondant au prix convenu.

Chez le fournisseur
________________date______________
411 Client TTC
7074 Cession d’emb HT
443 ETVAF TVA
(facture n°…)

Chez le client (achat)


________________date______________
6082 Achat d’emballage HT
4452 ETVAR/achat TVA
401 fsseur TTC
(facture n°…)

Note de cours de R. TIENE 109


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

NB : Si l’entreprise tient ses comptes de stocks selon les principes de


l’inventaire permanent elle devra constater la sortie des emballages
vendus au coût d’achat :

Chez le fournisseur
________________date______________
6033 Variation autres approv. CA
3352 Emb recup non id CA
(sortie n°…)

Chez le client
________________date______________
3352 Emb recup non id. CA
6033 Var autre approv. CA
(entrée n°…)

 Location d’emballages
La location constitue un produit pour le fournisseur imputable au crédit
du compte 7073 location et une charge pour le client inscrite au débit du
compte 6225 location d’emballages.

Chez le fournisseur
________________date______________
411 Client p. loc
7073 Location d’emb TTC p. loc HT
443 ETVAF HT
(location d’emb)

Chez le client
________________date______________
6225 Location d’emb p. loc HT
4454 ETVAR/SE TVA
401 fsseur p. loc
(location d’emb) TTC

III. La comptabilisation matière des emballages

Pour suivre de près le niveau du stock des emballages après chacune des
opérations que l’entreprise effectue (achat, vente, perte, consignation,

Note de cours de R. TIENE 110


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

déconsignation,...), elle peut mettre en œuvre un dispositif comptable


appelé fiche de stock. La fiche de stock peut se tenir en valeur ou en
quantité.
Cette fiche met en évidence :
 les mouvements du stock global : achats, ventes, destructions
 les mouvements du stock en magasin : entrées, sorties
 l’état des stocks en magasin, en consignation ou prêté
 le stock global : stock en magasin + stock sorti (en consignation, en
location, en prêt)

NB : l’entreprise ne tient de fiche de stock que pour les emballages qui lui
appartiennent.

Présentation de la fiche de stock :


Mouvements Stock en magasin Stock
date Désignatio consig Stock Stock
Acha Vent Entrée Globa
Perte s n Sorties Stock nation loué prêté
t e s l

Cette égalité doit être toujours vérifiée : SG = SM +SC + SP + SL

Exercice 23
On extrait du bilan d’une entreprise les renseignements suivants
- 4194 : clients, emballages consignés 4 480 000
- 4094 : fournisseurs, emballages à rendre 250 000
- 3352 : stock d’emballages récupérables 8 400 000 dont 3 360 000 chez
nos clients
Travail à faire : sachant que le prix d’achat est inférieur de 700 au prix de
consignation, déterminé : le prix de consignation, le prix d’achat, le stock
global, le stock en consignation et en magasin.

Exercice 24
Le 1er novembre, on relève dans la balance des comptes d’une société les soldes
suivants
- 3352 : stock d’emballages récupérables 2 000 000 dont 600 000 chez nos
clients

Note de cours de R. TIENE 111


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

- 4194 : clients, emballages consignés 1 416 000


- 4094 : fournisseurs, emballages à rendre 708 000
Le prix de consignation TTC et le prix unitaire d’achat font au total 6 720, le
stock global d’emballages au 1/11 est de 1 000 unités.
Travail à faire : déterminer le prix d’achat, le prix de consignation et la
quantité consignée aux clients.

Exercice 25
Dans le bilan de l’entreprise SAGA au 31/12/1999, on extrait les informations
suivantes :
0335 : Stock d’emballages récupérables 420 000 f.
0419 : Clients, emballages consignés 165 200 f.
Au cours de janvier 2000, elle a réalisé les opérations suivantes :
02/01 : Achat de 400 emballages.
04/01 : Consignation de 100 emballages en espèces.
05/01 : Location de 70 emballages contre chèque B.I.B.
08/01 : Retour de 80 emballages consignés et établissement d’un avoir
correspondant.
09/01 : Un client nous signale qu’il conserve définitivement 50 emballages qui
lui avaient été consignés.
12/01 : Prêt de 40 emballages à un confrère.
15/01 : Vente de 50 emballages avec une remise de 5 %.
17/01 : Mise au rebut de 10 emballages usés.
Informations complémentaires :
a) L’entreprise pratique l’inventaire intermittent.
b) Prix d’achat : 1 200 f HT l’unité.
c) Prix de consignation : 1 652 f TH l’unité.
d) Prix de vente : 1 652 f l’unité.
e) Prix de location : 400 f HT.
f) Prix de reprise sur consignation : 80 % du prix de consignation.
g) Taux unique TVA = 18 %
Travail à faire : Présenter la fiche de stock en quantité et enregistrer ces
opérations dans le journal.

Note de cours de R. TIENE 112


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 11: LES OPERATIONS DE TRESORERIE

I. Généralités

Plusieurs mouvements de fonds accompagnent les opérations effectuées


par l’entreprise, lesquels mouvements justifient le règlement de ces
opérations.
En effet, dans les opérations de trésorerie nous pouvons distinguer
plusieurs modes de règlements à savoir : les règlements en espèces, les
règlements par chèque, les règlements par virement, les règlements par
effets de commerce.

II. Les moyens de règlement au comptant

1. Les règlements en espèces


Ils s’effectuent en pièces ou en billet de banque sur la base de pièces de
caisse. Par conséquent on enregistre :
 les entrées ou les recettes au débit du compte 57 : caisse
 les sorties ou les dépenses au crédit du compte 57 : caisse.

Chez le fournisseur
________________date______________
571 Caisse NAP
673 Escompte accordé Escompte
701 Vente de marchandises Net cial
443 ETVA F TVA
(pièce de caisse n°…)

Chez le client
________________date______________
601 Achat de marchandises Net cial
445 ETVAR TVA
571 Caisse NAP
773 Escompte obtenu Escompte
(pièce de caisse n°…)

Note de cours de R. TIENE 113


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

2. Les règlements par chèque bancaire

a. Comptes utilisés
 51. Valeur à encaisser,
 513. Chèque à encaisser,
 52. Banque,
 514. Chèque à l’encaissement

Deux cas peuvent se présenter :

 1er cas :
Chez le débiteur (client) lorsque le chèque est signé ou remis c’est- à- dire
dès sa mise en circulation on passe l’écriture suivante :

________________date______________
4. Compte de tiers Montant
521 Banque Montant
(chèque n°…)

 2ème cas :
Par contre le créancier ne peut pas directement enregistrer le chèque reçu
dans le compte 521 : banque. Ce chèque doit auparavant transiter par le
compte 513 : chèque à encaisser et le compte 514 : chèque à
l’encaissement.

Les différentes étapes de l’enregistrement d’un chèque peuvent être


résumées ainsi :

 A la date de la réception du chèque


________________date______________
513 Chèque à encaisser Montant
411 Client Montant
(chèque n°…)

 A la date de la remise à l’encaissement du chèque


________________date______________
514 Chèque à l’encaissement Montant
513 Chèque à encaisser Montant
(remise à l’encaissement)

Note de cours de R. TIENE 114


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 Lorsque la banque envoie un avis de crédit on a :


________________date______________
521 Banque Montant
514 Chèque à l’encaisse… Montant
(avis de crédit)

S’il y a des frais bancaires, l’écriture suivante est passée :

________________date______________
521 Banque Net
631 Frais bancaires Frais HT
445 ETVAR TVA/frais
514 Chèque à l’encaissement Montant
(avis de crédit)

Exemple 26 : le 06/12 une entreprise reçoit de son client Alain un


chèque de 375 000 F en règlement de la vente du 06/11. Elle le remet à
l’encaissement le même jour et le 07/12 lui parvient l’avis de crédit
compte tenu d’une commission de 10 000 FHT.

3. Règlement par chèques postaux


Le compte utilisé est le 531. Il fonctionne comme le 521. Toute fois il ne
peut être créditeur.

4. Les règlements par cartes bancaires ou cartes de crédit


 Chez le débiteur : idem que le paiement par chèque
 Chez le créancier : L’encaissement transite par le compte 515 :
Carte de crédit à encaisser.
Exemple 27: le client SITALA achète des marchandises ; règlement avec
carte de crédit 75 000 ; TVA 18% ; frais bancaire 2000 F.

 Passage de la carte dans la machine ou signature coupon


515 Carte de crédit à encaisser 88 500
701 Ventes 75 000
443 Etat, TVA 13 500

 Réception de l’avis de crédit


521 Banque 86 500
6315 Frais bancaire (commission) 2 000
515 Carte de crédit à encaisser 88 500

Note de cours de R. TIENE 115


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

5. Les règlements par virement

 Chez le débiteur : la signature de l’ordre de virement a les mêmes


conséquences comptables que la signature d’un chèque.

 Chez le créancier : l’opération est enregistrée seulement à la


réception de l’avis de virement.

III. Les règlements à terme : les effets de commerce

1. Définition et utilité

a. Définition
Il s’agit essentiellement de la lettre de change et du billet à ordre.

 La lettre de change ou traite est un écrit par lequel le créancier ou


fournisseur (tireur) donne l’ordre à son débiteur ou client (tiré) de
payer à une date donnée (échéance) une somme déterminée à une
personne désignée (bénéficiaire). Le bénéficiaire peut être le tireur
lui-même ou une tierce personne.
Lorsque le lieu de paiement (souvent une banque) est fixé, on dit que la
LC est domiciliée.
La LC n’est valable que lorsqu’elle porte l’acceptation du tiré.

 Le billet à ordre est un écrit par lequel le débiteur (souscripteur)


s’engage envers une autre personne (bénéficiaire) à payer une
certaine somme à une date déterminée (échéance).

b. Utilisation des effets de commerce

 Avant l’échéance, le bénéficiaire d’un effet de commerce peut


procéder à la négociation dudit effet auprès d’une banque : on parle
alors de la remise de l’effet à l’escompte. Ou bien peut transmettre la
propriété de l’effet à une personne, on parle de l’endossement de
l’effet.

Note de cours de R. TIENE 116


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 A l’échéance, l’effet peut être encaissé par l’intermédiaire d’une


banque ou d’un centre de chèques postaux. Dans ce cas l’effet aurait
dû être remis à l’encaissement : on parle d’effet à l’encaissement ou,
peut être directement encaissé au domicile du tiré ou du
souscripteur, on parle d’effet non domicilié.

IV. Comptabilisation des effets de commerce

1. Les comptes utilisés


 402 : Fournisseurs, effets à payer
 412 : Clients, effets à recevoir en porte feuille
 415 : Clients, effets escomptés non échus
 4142 : Créances sur cessions courantes d’immobilisations EAR
 482 : Fournisseurs d’investissement, effets à payer
 4852 : Créances sur cessions d’immobilisations EAR
 512 : Effets à l’encaissement
 565 : Escompte de crédits ordinaires
 6312 : Frais sur effets
 675 : Escompte des effets de commerce

2. Principe
Du point de vue comptable les effets de commerce sont :
 des effets à recevoir pour le bénéficiaire,
 des effets à payer pour le débiteur.
Lors de la création des effets de commerce, les écritures suivantes sont
passées :

Chez le fournisseur (tireur)


________________date______________
412 Client effet à recevoir Montant
411 Client Montant
(LC n°…)

Chez le client (tiré)


________________date______________
401 Fournisseur Montant
402 Fsseur, effet à payer Montant
(acceptation n°…)

Note de cours de R. TIENE 117


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

On dit qu’il y a création d’effet dans la comptabilité du fournisseur (tireur)


et acceptation d’effet dans la comptabilité du client (tiré).

Exemple 28
Le 15/11/2005 l’entreprise Beta adresse à l’entreprise Téta la facture ci-
dessous, échéance le 31/01/2006. Brut : 5 000 000 HT, remise : 2%,
escompte : 2%, port facturé 5 000 HT, TVA 18%.
Le 21/11/2005 Beta adresse une lettre de change à Teta (qui l’accepte)
concernant l’opération du 15/11. NB : Teta est domicilié à la BIB-siège.
Travail à faire :
1) Etablir la facture et la lettre de change.
2) Enregistrer les opérations dans chacune des deux comptabilités.

3. Règlement des effets de commerce

 Encaissement par le bénéficiaire chez le Tiré (cas des effets non


domiciliés)
Dans ce cas, à l’échéance, le bénéficiaires se pressente chez le tiré pour
encaisser le nominal (valeur de l’effet).

Chez le fournisseur (bénéficiaire)


________________date______________
571 Caisse Montant
412 Client, effet à recevoir Montant
(encaissement n°…)

Chez le client
________________date______________
402 Fsseur, effet à payer Montant
571 Caisse Montant
(paiement n°…)

Exemple 29 : Ali se présente chez Marie le 03/02 et se fait régler en


espèce un effet de 250 000

 Encaissement par l’intermédiaire d’une banque ou d’un CCP


Le bénéficiaire charge son banquier de l’encaissement de l’effet qui a été
généralement domicilié par le Tiré. Il transfert sa créance dans un compte
Note de cours de R. TIENE 118
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

transitoire ou « compte d’attente » 512 effet à l’encaissement sur la


base d’un bordereau de remise à l’encaissement.

Chez le fournisseur (bénéficiaire)


________________date______________
512 Effet à l’encaissement Montant
412 Client EàR Montant
(remise à l’encaissement)

Chez le client
Aucune écriture

Le banquier se charge d’encaisser l’effet, de porter le net en compte après


déduction des commissions. Les commissions d’encaissement des effets
constituent des frais bancaires (631) et non des charges financières.

Chez le fournisseur (bénéficiaire)


________________date______________
521 Banque Net
631 Frais bancaires Frais HT
445 ETVAR TVA
512 Effet à l’encaissement Montant
(avis de crédit)

Chez le client
________________date______________
402 Fsseur, E à Payer Montant
521 Banque Montant
(avis de débit n°…)

Exemple 30
Le 5/10 : les établissements DELTA adressent aux établissements TALL la
lettre de change n°102 en règlement de la facture n°2002 : montant
2 000 000 ; échéance le 21/11/2005 ; domiciliation BICIAB.
Le 18/11 : l’effet est remis à l’encaissement à la BIB
Le 21/11 : les établissements DELTA reçoivent de la BIB le bordereau
d’encaissement suivant : commission 15 000 ; TVA/commission 18% ; net
à votre crédit 1 982 300
Travail à faire : Enregistrer les opérations dans chacune des deux
comptabilités.

Note de cours de R. TIENE 119


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

4. Circulation des effets de commerce

a. Endossement à l’ordre d’un tiers


Endosser un effet, c’est écrire au dos de cet effet le nom du nouveau
bénéficiaire, apposé sa signature puis le transférer à ce dernier pour
régler une dette envers lui.

Les effets de commerce circulent par endossement. Dans l’opération


d’endossement celui qui endosse l’effet s’appelle l’endosseur ; celui à
l’ordre de qui l’effet est endossé s’appelle l’endossataire.
Seuls les bénéficiaires anciens et nouveaux sont concernés par
l’endossement des effets c'est-à-dire que c’est leurs comptabilités qui
enregistrent ces opérations. Le Tiré quant à lui n’enregistre rien avant le
règlement à l’échéance ou à l’annulation de l’effet.

Chez l’endosseur
________________date______________
401 Fournisseur Montant
412 Client, effet à revoir Montant
(endossement n°…)

Chez l’endossataire
________________date______________
412 Client EAR Montant
411 Client Montant
(effet n°…)

b. Remise à l’escompte

Le bénéficiaire d’un effet de commerce peut le vendre à son banquier. Le


banquier escompteur devient propriétaire de l’effet et remet à l’ancien
bénéficiaire sur son compte la valeur nette escomptée.

Valeur nette escomptée = Valeur nominale - Agios TTC


Agios TTC = Escompte + Commissions HT + TVA /commissions

L’agio est porté au débit du compte 675

Note de cours de R. TIENE 120


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 Au moment de la remise à l’escompte

Chez l’escompteur (bénéficiaire)


________________date______________
415 EENE Montant
412 Client EAR Montant
(remise à l’escompte)

Chez le tiré
Aucune écriture

 Lors de l’enregistrement de l’avis de crédit

Chez l’escompteur (bénéficiaire)


________________date______________
521 Banque Net
675 Escompte des effets de cce Escompte
631 Frais bancaire Frais HT
445 ETVAR TVA
565 Banque, crédit d’es Montant
(avis de crédit)

Chez le tiré
Aucune écriture

 Après l’échéance et en cas de bonne fin, la créance sur le client


et la dette envers la banque sont compensées par l’écriture
suivante :

Chez l’escompteur (bénéficiaire)


________________date______________
565 Banque, crédit d’es Montant
415 EENE Montant
(bonne fin)

Chez le client
________________date______________
402 Fsseur EAP Montant
521 Banque Montant
(avis de débit)

Note de cours de R. TIENE 121


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Exemple 31
Le 8/09 : l’entreprise SIRI tire sur l’entreprise SIRIMA la lettre de
change n°6015 en règlement de la facture n°101, montant 2 352 000,
échéance le 20/11.
Le 12/09 : l’entreprise SIRI remet à l’escompte à la BICIAB la traite en
question.
Le 19/09 : l’entreprise SIRI reçoit de la banque l’avis de crédit
correspondant : net en compte 2 269 400.
Le 25/11 : l’entreprise SIRIMA reçoit de la BIB le relevé de compte de sa
banque arrêté le 20/11. On y lit : domiciliation traite n°6015.
Travail à faire : Enregistrer les opérations chez SIRI et chez SIRIMA,
TVA 18%.

Notez bien :
 lorsqu’on entend les expressions ci-après : tiré sur le client une lettre
de change ; reçu endossement du client ; reçu du client un billet à
ordre, on passe l’écriture suivante :
________________date______________
412 Client effet à recevoir Montant
411 Client Montant

 pour les expressions : accepté la lettre de change du fournisseur,


souscrit à l’ordre du fournisseur un billet à ordre, accepté la traite du
fournisseur, on a l’écriture suivante :
________________date______________
401 Fournisseur Montant
402 Fsseur, effet à payer Montant

 Une personne X tire une lettre de change sur une personne Y à l’ordre
d’une autre personne Z

Chez X
________________date______________
401 Fournisseur Montant
411 Client Montant

Chez Y
________________date______________
401 Fournisseur Montant
402 Fsseur, effet à payer Montant

Note de cours de R. TIENE 122


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chez Z
________________date______________
412 Client EAR Montant
411 Client Montant

5. Renouvellement des effets de commerce


Un certain nombre d’incidents peuvent survenir dans le règlement des
effets. Ils sont généralement liés à des difficultés de trésorerie du tiré qui
sollicite :
 soit l’annulation de l’ancien effet et son remplacement par un autre à
une échéance plus lointaine ;
 soit la prorogation de l’effet existant.
Le nouvel effet diffère du 1er par :
 son échéance retardée d’un ou plusieurs mois ;
 son nominal égal au nominal du 1er augmenté des majorations pour
intérêts de retard et frais de renouvellement mis à la charge du tiré
défaillant.

a. Renouvellement d’un effet encore en possession du tireur


Le renouvellement dépend de la seule bonne volonté du tireur. Il :
 annule l’ancien effet,
 calcule les intérêts de retard et les frais éventuels de renouvellement à
imputer au tiré,
 créé le nouvel effet.

Annulation du premier effet

Chez le tireur
________________date______________
411 Client Effet 1
412 Client EAR Effet 1
(annulation 1er effet)

Chez le client
________________date______________
402 Fournisseur EAP Effet 1
401 fournisseur Effet 1
(annulation 1er effet)

Note de cours de R. TIENE 123


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Détermination des frais et intérêts


I = (A×n×t) ÷ 36 000 avec n = nombre de jours depuis l’échéance du 1er
effet à l’échéance du second.

Chez le tireur
________________date______________
411 Client Montant
707 Produits accessoires Frais HT
771 Intérêts de prêts Intérêts
443 ETVAF TVA
(intérêts et frais)

Chez le client
Aucune écriture

Création du nouvel effet


Valeur nominale du nouvel effet = valeur nominale du 1er + intérêts +
frais.

Chez le tireur
________________date______________
412 Clients EAR Effet 2
411 Clients Effet 2
(LC n°…)

Chez le client
________________date______________
401 Fournisseurs Effet 2
402 Fournisseurs EAP Effet 2
(acceptation n°…)

Exemple 32 : Le 15/01, Adja prévient son fournisseur Raïssa qu’elle ne


pourra payer à l’échéance de fin Janvier la lettre de change de 400 000 F
que cette dernière avait tiré sur elle. Elle sollicite un report d’échéance à
fin mars. Raïssa donne son accord à Adja le 18/01 et lui adresse le 22/01
la nouvelle lettre de commande à fin mars pour acceptation compte tenu
d’intérêts de retard 13% l’an, de la récupération du timbre fiscal 200 F et
frais divers de correspondance 350 F.
TAF : Comptabiliser chez Adja et Raïssa

Note de cours de R. TIENE 124


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

b. Renouvellement d’un effet par avance de fonds au tiré


C’est le cas où le tiré prévient le tireur avant l’échéance de l’impossibilité
dans laquelle il sera d’honorer la traite. Mais il désire trouver une solution
à la difficulté. Le tireur ne détient plus l’effet, l’effet est déjà négocié
auprès d’une banque ou endossé. Le tireur peut donc avancer le montant
nécessaire à son client pour lui permettre de faire face au paiement à
l’échéance. Généralement l’avance de fond est suivie par la création d’un
nouvel effet en tenant compte des intérêts de retard et éventuellement
d’autres frais.

Avance de fonds

Chez le tireur
________________date______________
411 Clients Avance
521 Banque Avance
(chèque n°…)

Chez le client
________________date______________
521 Banque Avance
401 Fournisseurs Avance
(chèque n°…)

Détermination des frais et intérêts


I = (A×n×t) ÷ 36 000. n = nombre de jour depuis l’échéance du 1er effet à
l’échéance du 2nd

Chez le tireur
________________date______________
411 Client Montant
707 Produits accessoires Frais HT
771 Intérêts de prêts Intérêts
443 ETVAF TVA
(facture AV n°…)

Chez le client
Aucune écriture

Note de cours de R. TIENE 125


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Création du nouvel effet


Valeur nominale du nouvel effet = valeur nominale du 1 er + intérêts +
frais.

Chez le tireur
________________date______________
412 Clients EAR Effet 2
411 Clients Effet 2
(LC n°…)

Chez le client
________________date______________
401 Fournisseurs Effet 2
402 Fournisseurs EAP Effet 2
(acceptation n°…)

Exemple 33 : Raïssa ayant négocié l’effet sur Adja fait à cette dernière par
virement bancaire le 25/01 l’avance du nominal soit 400 000 F et adresse
le même jour à Adja une lettre de commande à fin mars pour acceptation
(intérêts de retard 8667, frais récupérés 500 F.

6. Les effets impayés


Le tiré qui ne prend pas ses dispositions avant l’échéance ou qui refuse
d’honorer l’échéance d’un effet est passible de frais de protêt que les
bénéficiaires successifs dressent contre lui.

a. Effet impayé non domicilié (l’effet se trouve chez le bénéficiaire)

Annulation de l’effet impayé

Chez le tireur
________________date______________
411 Client Effet 1
412 Client EAR Effet 1
(annulation 1er effet)

Chez le client
________________date______________
402 Fournisseur EAP Effet 1
401 fournisseur Effet 1
(annulation 1er effet)

Note de cours de R. TIENE 126


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Engagement des frais de protêt

Chez le tireur
________________date______________
411 Clients Protêt
5. Compte de trésorerie Protêt
(facture n°…)

Chez le client
________________date______________
6325 Frais d’acte et de contentieux Protêt
401 Fournisseurs Protêt
(facture n°…)

Règlement de la dette (Valeur nominale de l’effet+frais de protêt)

Chez le tireur
________________date______________
521 Banque Montant
411 Clients Montant
(chèque n°…)

Chez le client
________________date______________
401 Fournisseur Montant
521 Banque Montant
(chèque n°…)

Exemple 34
Le 25/10/2005, ALI se présente chez ELI pour encaissement de la traite
de nominal 400 000. ELI refuse de payer, ALI fait dresser un protêt faute
de payement estimé à 15 000 réglé le même le même jour et facture ces
frais à ELI.
Travail à faire : Passer les écritures chez ALI et ELI.

Note de cours de R. TIENE 127


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

b. Effet remis à l’encaissement

Avis d’impayé

Chez le tireur
________________date______________
411 Clients Montant
512 Effet à l’encaissement Effet 1
521 Banque Frais
(avis d’impayé)

Chez le client
________________date______________
402 Fournisseur EAP Effet 1
6312 Frais bancaires Frais
401 Fournisseurs Montant
(avis d’impayé)

 411 et 401 enregistrent (valeur nominale + frais d’impayés)


 512 et 402 enregistrent la valeur nominale de l’effet
 521 et 6312 enregistrent les frais d’impayés

Exemple 35
Le 20/10/2005 Diallo remet à l’encaissement à la BIB un effet de 500 000
échéant au 31/10 tiré sur Sanou.
Le 2/11 Diallo reçoit un avis de débit : frais sur effet Sanou impayé,
17 000. Le même jour, Diallo fait dresser protêt d’une valeur de 20 000 et
facture ces frais à Sanou.
Travail à faire: passer les écritures nécessaires dans les deux
comptabilités.

c. Effet remis à l’escompte


L’effet négocié étant revenu impayé, la banque du tireur prélève
automatiquement sur le compte du tireur et le nominal et les divers frais
d’impayé y compris les intérêts.

Note de cours de R. TIENE 128


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chez le tireur

Constatation des frais et du prélèvement fait par la banque


________________date______________
565 Banque, crédit d’escompte Effet 1
6312 Frais bancaires Frais
521 banque Montant
(constat frais et prélèvement)

Création nouvel effet


________________date______________
412 Clients EAR Montant
415 EENE Effet 1
771 Intérêt des prêts Intérêts
707 Produits accessoires Frais
(LC n°…)

Chez le client
________________date______________
401 Fournisseur Effet 1
6312 Frais bancaires Frais
6744 Interet / dettes ciales Intérêt
401 Fournisseurs EAP Montant
(acceptation n°…)

Exemple 36
Le 25/10 : ALIX remet à l’escompte à la BIB l’effet de 600 000 échéant le
30/11 sur Konaté.
Le 30/10 : elle reçoit l’avis de crédit correspondant : net en compte
578 200.
Le 03/12 : la BIB avise Alix du non payement d’effet à l’échéance, frais
35 000 facturés le même jour à Konaté.
Travail à faire : enregistrer ces opérations. On ne tiendra pas compte
de la TVA.

Note de cours de R. TIENE 129


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 12: LES CHARGES DE PERSONNEL

I. Définition

1. Le personnel
Le personnel est l’ensemble des personnes employées (dirigeants,
employés, ouvriers) par un service public, une entreprise ou un
particulier… ils apportent leur travail contre une rémunération appelée
salaire.

Le SYSCOA, en vertu du principe de la prééminence de la réalité


économique sur l’apparence juridique, considère que le personnel
intérimaire fait partie du personnel de l’entreprise, malgré l’absence de
contrat de travail en ce qui concerne ce type de personnel.

2. Le salaire
Le salaire est la rémunération reçue par le salarié en échange de son
travail. Cette rémunération s’appelle :
 salaire pour les ouvriers ;
 appointements pour les employés et les cadres ;
 commissions pour les représentants ;
 honoraires pour les exploitants individuels ;
 traitements ou soldes pour les fonctionnaires et les corps habillés.
NB : la rémunération des députés s’appelle émolument.

II. La rémunération

1. La rémunération totale

a. Le salaire de base(Sb)
Le salaire de base est le salaire catégoriel c'est-à-dire celui qui résulte du
contrat de travail. Il ne prend pas en compte les indemnités, les primes,
les gratifications. Il est souvent calculé sur la base de 40 heures par
semaine soit 173,33 heures par mois. Une fois le taux horaire connu, on
a:
Salaire de base (Sb) = taux horaire × 173,33

Note de cours de R. TIENE 130


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

On sait que 1 an = 52 semaines, volume horaire annuel = 40 × 52 =


2080 ; or 1 an = 12 mois, d’où Volume horaire mensuel = 2080/12 =
173, 33.
NB : la loi fixe la durée de la semaine de travail à 40 heures mais elle ne
règle pas la répartition de ces heures entre les jours de la semaine. La
liberté est donc laissée aux employeurs qui ont le choix entre plusieurs
modes de répartitions :
 8H/jour pendant 5 jours
 6H40mn/ jour pendant 6 jours
 7H/jour et une demi-journée de 5 H (le samedi)
Soulignons également que la loi ne fixe pas la durée de travail de
l’établissement, mais seulement celle des salariés. L’employeur peut faire
fonctionner son entreprise plus de 40 H par semaine et même 24H/24H.
Il suffit d’organiser des équipes dont chacune travaille 40H par semaine.

b. Les heures supplémentaires (HS)


Les conventions collectives disposent de 8H par jour soit 40H par
semaine. Tout travail effectué au-delà de cette limite doit être considéré
comme supplémentaire et doit faire l’objet d’une rémunération. Les
majorations dues aux heures supplémentaires varient en fonction des
heures effectuées et en fonction des jours (ouvrables ou fériés). Ainsi, on
a:

Majorations
Heures
Jours Nuits
De la 41e heure à la 48e 15% 50%
heure
De la 49e heure et plus 35% 50%
Dimanches et jours 60% 120%
fériés

c. Les primes (P)


Les primes sont des rémunérations dont bénéficient les travailleurs mais
qui ne dépendent pas directement de leurs activités ; les primes
dépendent de conventions collectives ou d’accords. Exemple : les primes
d’ancienneté, de rendement, de productivité, de fin d’années, de danger,
de travail de nuit etc.

Note de cours de R. TIENE 131


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

d. Les indemnités (I)


Les indemnités sont des majorations de revenus qui sont versées aux
travailleurs afin de leur permettre de mener efficacement leurs activités.
Exemple : l’indemnité de fonction, de caisse, de logement, de transport…
e. Les avantages en nature (AN)
Il s’agit de biens et services dont bénéficient les travailleurs d’une
entreprise. L’évaluation de ces avantages est souvent forfaitaire.
Exemple : logement, moyen de transport, domestiques, nourritures…
 Les immobilisations sont évaluées de la façon suivante : 5/100 du
1/12 de la valeur d’origine de l’immobilisation soit 1/240. Exemple :
M. Ali travaille dans une société et un véhicule d’une valeur de
5 000 000 lui est affecté pour son service. Calculer son avantage en
nature.
 Les domestiques (employés de maison) : Avantage = salaire de base
+ CNSS + charges sociales patronales au taux de 16% + TPA au taux
de 3%.
En résumé, on a : RT = Sb + HS + P + I + AN

2. Les retenues sur le salaire

Deux types de retenues peuvent être distingués.

a. Les retenues légales


 Cotisation de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale pour les
employés : elle représente 5,5% de rémunération totale hormis les
avantages en nature avec un plafond mensuel de l’assiette de
600 000, toutefois, ce montant ne doit pas excéder 8% de salaire de
base.
CNSS = (Sb + HS + P + I) × 5,5% ≤ 8%Sb avec RT ≤ 600 000

 L’IUTS (Impôt Unique sur les Traitements et Salaires)


L’IUTS est une participation aux dépenses publiques, elle est obligatoire
pour les contribuables que sont les travailleurs. (Voire mode de calcul
plus loin).

b. Les retenues particulières


Note de cours de R. TIENE 132
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 Les avances et acomptes sur salaire


Part de salaire que l’employeur consent à payer à son salarié avant son
échéance normale.

 Les oppositions ou saisie-arrêt sur salaires


Ce sont des sommes retenues par un employeur sur le salaire d’un
débiteur salarié au profit des créanciers. L’opposition est généralement
constatée après jugement par une saisie-arrêt.

c. Calcul de l’IUTS

 Calcul sans charges

 Les retenues exonérées d’IUTS


o -indemnité de logement ou avantage en nature correspondant :
20% du salaire brut sans excéder 50 000 F/mois.
o -indemnité de transport ou avantage en nature correspondant :
5% du salaire brut sans excéder 20 000 F/mois.
o -indemnité de fonction ou avantage en nature correspondant : 5%
du salaire brut sans excéder 30 000 F/mois.
o -les pensions militaires et civiles
o -les indemnités parlementaires
o -les allocations familiales
o -les indemnités de licenciement
o 20% du salaire de base pour les cadres supérieurs et 25% du
salaire de base pour les autres catégories pour les frais et charges
professionnelles

 Calcul de la cotisation CNSS

Base de calcul de la CNSS = RT – AN

CNSS (employé) = (RT – AN) × 5,5% ≤ 8% Sb avec RT ≤ 600 000

 Le salaire brut (SB)

Note de cours de R. TIENE 133


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

SB = RT – CNSS (employé)

 Salaire imposable ou base imposable (BI)


C’est le salaire sur lequel est calculé l’IUTS.
BI = SB – Exonérations – abattements forfaitaires (20% Sb ou 25%Sb)

NB : le salaire imposable net calculé doit être toujours arrondi à la


centaine de franc inferieur.

 Les taux applicables


Ils varient en fonction des revenus mensuels imposables qui, une fois
calculés sont découpés en tranches et on y applique des taux progressifs.
Tranches de retenues Taux Montan Cumul
imposables t
De 0 à 10 000 1,80% 180 180
De 10 000 à 20 000 4,50% 450 630
De 20 000 à 30 000 9,00% 900 1 530
De 30 000 à 50 000 15,30% 3 060 4 590
De 50 000 à 80 000 17,10% 5 130 9 720
De 80 000 à 120 000 18,90% 7 560 17 280
De 120 000 à 170 000 21,60% 10 800 28 080
De 170 000 à 250 000 24,30% 19 440 47 520
Plus de 250 000 27,00%

Exemple 37
Calculer l’IUTS de M. Ali dont le salaire imposable est de 145 800 sachant
qu’il est célibataire sans enfants.

 Calcul avec charges de famille


Lorsque le salarié a des charges de famille, l’IUTS net à reverser s’obtient
en prélevant les abattements pour charges de famille. Ces abattements
sont calculés de la façon suivante :
Nombre de charges de taux
famille
1 8%
2 10%
3 12%
4 14%
5 16%
6 18%
7 20%

Note de cours de R. TIENE 134


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

IUTS NET = IUTS BRUT – ABATTEMENTS


IUTS NET = IUTS BRUT –
t étant le taux d’abattement correspondant.
NB. Sont considérés comme charges à condition de ne pas avoir de
revenus distincts :
 les enfants mineurs ou infirmes ou âgés de moins de 25 ans
lorsqu'ils poursuivent leurs études ;
 sous les mêmes conditions les orphelins recueillis par lui à son
propre foyer et dont il assure entièrement l'entretien ;
 un conjoint non salarié.
L'épouse ou les épouses salariées sont imposées séparément et
bénéficient des charges lorsque celles-ci ne sont pas retenues pour le
calcul de l'IUTS de l'époux.
NB : le nombre de charge de famille ne saurait depassé7 dont 1 conjoint
et 6 enfants.

NB : Les retenues afférentes aux paiements effectués pendant un mois


déterminé, doivent être versées les dix premiers jours du mois suivant, à
la caisse du Trésorier Général, du Payeur, du Percepteur...Les versements
peuvent être effectués par versement direct, virement, chèque bancaire ou
chèque postal.

d. Le remboursement des frais


Des frais tels que : les frais médicaux, la scolarité des enfants, les frais de
réparation du véhicule en cas de mission peuvent être engagés par le
salarié à la charge de l’entreprise. Sur la base des pièces justificatives,
l’entreprise rembourse ces frais qui peuvent figurer sur le bulletin de paie.

e. Le bulletin de paie
Le bulletin de paie est la pièce justificative de la mise en paiement des
rémunérations. Il donne le détail des éléments du salaire brut, des
différentes retenues etc. c’est un document obligatoire établi par
l’employeur et conservé par le salarié. Schématiquement, il se présente
comme suit :

Note de cours de R. TIENE 135


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Société :
BULLETIN DE PAIE n°…
fév…
Nom situation matrimoniale
Prénoms N° CNSS…
Profession période : du 1er fév… au
28fev…
Salaire de base
Heures supplémentaires
Indemnités de logement
Indemnités de fonction
Indemnité de transport
Primes
Remboursement de frais
Autres (à préciser)
Total brut (A)
IUTS
Cotisation sociale CNSS
Avances
Oppositions
Autres (à préciser
Total retenues (B)
Net à payer (A – B)
Signature et cachet de l’employeur
NB :
 le bulletin de paie est un document que le travailleur a intérêt à
conserver sans limitation de durée pour faire valoir ses droits ;
 le livre de paie regroupe les bulletins de paie.

III. Les charges patronales

Ce sont des charges salariales supportées par l’employeur (entreprise) au


profit des organismes sociaux et de l’Etat. On distingue deux types de
charges :

1. Les charges obligatoires

a. Cotisations CNSS (contributions patronales)


Il s’agit :
 de l’assurance vieillesse : 5,5%
 du risque professionnel : 3,5%
 des prestations familiales : 7%

Note de cours de R. TIENE 136


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Soit un total de 16% de la rémunération totale hormis les avantages en


nature avec un plafond mensuel de 600 000.

b. La taxe patronale d’apprentissage (TPA)


La TPA est une taxe perçue au profit du budget de l’Etat. Elle se fonde sur
le fait que l’Etat s’impose le devoir de mettre en place des sessions de
formation et de recyclage au profit des employés. Elle est payée par
l’employeur et constitue donc une charge pour l’entreprise.
Son taux est de 3% pour les nationaux et les étrangers. Ce sont des taux
applicables sur la rémunération totale.

IV. La comptabilisation

1. Les comptes utilisés

a. Les comptes de tiers

42 : personnel. Il se subdivise en :
 421 : personnel, avances et acomptes
 422 : personnel, rémunérations dues
 423 : personnel, oppositions, saisie-arrêt

43 : organismes sociaux.
 431 : sécurité sociale

447 : Etat, impôts retenus à la source

b. Les comptes de charges

66 : charges de personnel. Il enregistre les salaires bruts versés aux


personnels ainsi que les charges patronales :
 661 : rémunérations directes versées au personnel national
 662 : rémunérations directes versées au personnel non national
 663 : indemnités forfaitaires versées au personnel
 664 : charges sociales.
 64 : impôts et taxes

Note de cours de R. TIENE 137


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 6414 : taxes d’apprentissage

2. Enregistrements comptables

 Avances et acomptes versés sur salaire


421 Personnel, A&Acompte Avance
5. Compte de Avance
trésorerie
(avance n°…)

 Rémunération brute sans avantages en nature et sans retenues


sur salaire
661/662 Rem. directe versée Rémunération
422 Pers. Rem due Rémunération
(constat des salaires)

 Retenues sur salaire


422 Pers, rem due Montant
421 Pers A&A Avance
423 Pers, Opposition
431 opposition… CNSS
447 Sécurité sociale IUTS
E.impôt
retenu…
(constat des retenues)

 Règlement des salaires nets


422 Pers rémunération due Salaire net
5. Compte de Salaire net
trésorerie
(paiement salaire net)

 Reversement des retenues


423 Pers, opposition… Opposition
431 Sécurité sociale CNSS
447 E.impôt retenu IUTS
5. compte de Montant
trésorerie
(reversement retenues)

Note de cours de R. TIENE 138


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 Enregistrement des charges patronales


664 Charges sociales CNSS
6414 431 Taxe patronnale TPA
442 CNSS CNSS
E. autre I&T TPA
(constat ch patronales)

 Règlement des charges patronales


431 CNSS CNSS
442 E. autre I&T TPA
5. Compte de Montant
trésorerie
(reversement)

Exercice 38
Mr Traoré est chef comptable dans la société « ALPHA ». Les informations
relatives à son salaire sont :
Salaire de base : 200 000F ; prime d’ancienneté : 50 000F ; indemnité de
responsabilité : 80 000F ; indemnité de logement : 50 000F ; indemnité de
responsabilité : 80 000F ; indemnité de logement : 50 000F, indemnité de
déplacement : 40 000F.
Mr Traoré est logé dans une villa d’une valeur de 15 000 000F appartenant à la
société. Il bénéficie d’un vehicule de déplacement d’une valeur de 3 000 000F. Il
dispose en plus d’un gardien burkinabé et d’un chauffeur béninois rémunéré
respectivement à 30 000F et à 50 000F de salaire de base par la société. Il est
marié et père de 2 enfants. Il a perçu une avance de 100 000F en espèces le
15/02 (non encore comptabilisée) et supporte une pension alimentaire de
50 000F par mois pour sa mère.
Travail à faire :
- Calculer le salaire net de Traore, les charges patronales sociales et fiscales.
- Passer les écritures nécessaires sachant que : les avances sur salaire sont
enregistrées le jour de leur paiement, les salaires sont comptabilisés et réglés le
25/02 par virement bancaire, les oppositions et saisies sur salaires sont réglées
le 27/02 par chèque CCP, les charges sociales et fiscales sont réglées
respectivement le 2/03 et 05/03 en espèces.

Note de cours de R. TIENE 139


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Exercice 39
La situation salariale de Mr DIALLO, technicien supérieur est la suivante :
Salaire de base : 295 000F ; indemnités de fonction et de logement
respectivement de 40 000F et de 75 000F ; prime d’ancienneté : 25 000F ; 13e
mois : 135 000F ; CNSS du mois : 31 350F ; IUTS du mois 75 920F ; acompte :
140 000F.
Mr DIALLO bénéficie des avantages suivants : un véhicule de 22 500 000F est
mis à sa disposition avec un chauffeur Burkinabé qui est payé par la société à
90 000F (hors CNSS et TPA). Il dispose aussi d’un gardien de nationalité
ivoirienne payé mensuellement à 40 000F (hors CNSS et TPA).
Travail à faire :
- présenter et enregistrer le bulletin de paie de Mr DIALLO,
- enregistrer les avantages en nature de DIALLO,
- enregistrer le paiement du salaire net et des charges sociales et fiscales en
espèces respectivement le 30/12, le 5/01 et le 7/01.

Note de cours de R. TIENE 140


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 13 : LES ACQUISITIONS D’IMMOBILISATIONS

I. Notion d’immobilisation
On appelle immobilisation, tout bien destiné à rester de façon durable
dans une entreprise. Elle est utilisée comme instrument de travail. Elle a
une durée de vie supérieure au moins à trois ans. On distingue plusieurs
types d’immobilisations.

1. Les charges immobilisées (20)


Il s’agit des frais d’établissement (201), des charges à repartir sur
plusieurs exercices (202) et les primes de remboursement des
obligations (202). Ce sont des charges engagées par l’entreprise lors de sa
création. Ces charges devraient être retenues sur le résultat de l’exercice à
venir, mais compte tenu de leur importance, le SYSCOA a jugé bon de les
immobiliser afin de les repartir sur plusieurs exercices.

2. Les immobilisations incorporelles (21)


Ce sont des immatérielles acquises par l’entreprise et qui doivent y rester
de façon durable. Nous avons : les frais de recherche et de développement
(211), les brevets, licences (212), les logiciels (213), le fond commercial
(215).

3. Les immobilisations corporelles (22 à 24)


On a : les terrains(22), les bâtiments(23), les matériels(24).

4. Les immobilisations financières (25 à 27)


Il s’agit des titres de participation (26), des dépôts et cautionnement (275),
des titres immobilisés (274), des prêts (272 & 271).

II. L’acquisition des immobilisations


1. Acquisition des immobilisations incorporelles et corporelles
a. Le coût d’acquisition
Le coût d’acquisition d’un bien est composé du prix d’achat et les frais
accessoires liés à l’achat dudit bien. Les éléments suivants seront pris en
compte dans l’acquisition des immobilisations :

Note de cours de R. TIENE 141


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 des frais accessoires directs d’achat (droit de douane, les taxes non
récupérables, les frais de transport, les frais d’assurances, les frais de
transit)
 des frais de mise en état d’utilisation (frais de montage, d’installation)
 le coût de réception, de manutention, de mise en stock (mais non de
stockage).
Par contre il faut exclure :
 les droits de mutation (impôts), les honoraires, les commissions du
notaire et les frais d’acte enregistrés en charges.
 les commissions & courtages
 les droits d’enregistrement
Ces charges seront enregistrées dans les comptes de charges par nature
puis immobilisés dans le compte 201 ou 202

b. Enregistrement comptables
 Cas de biens acquis sans avances et acomptes
___________________date______________
2. Compte de l’immobilisation A
4451 Etat, TVAR/immobilisation 0,18 A
481/5. f/sseurs d’investis. 1,18 A
(Fact. N°… acquisition d’imob.)
_________________date________________
6321 Commission et courtage
6324 Honoraires B
646 Droits d’enregistrement C
4454 Etat, TVAR/SE et autres D
5. Compte de trésorerie 0,18(B + C +
(Paiement des frais) D) 1,18(B + C +
________________date_________________ D)
201 Frais d’établissement
781 Transfert de charge
D’exploitation B+C+D
(Immobilisation des frais) B+C+D

NB : on n’immobilise que les frais HT (201 = 6321 + 6324 + 646 + ….)

Exemple 40:
La société Alpha et Beta a construit un hangar pour entreposer ses marchandises. La
construction du hangar a nécessité les frais suivants :
Achat de tôles HT Honoraire de l’architecte
6 000 000 300 000
Achat de ciment Droit d’enregistrement
2 000 000 1 500 000
Achat de fer Honoraire
Note de cours de R. TIENE 142
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

1 500 000 800 000


MOD des ouvriers Frais d’acte HT
500 000 600 000

Travail à faire :
1) Evaluer le coût de production du bien.
2) Calculer les charges non incorporables au coût.

Exemple 41 :
L’entreprise Traoré a acheté un matériel de transport dans les conditions suivantes :
Date d’acquisition Assurance/port HT
1/01/2000 250 000
Prix d’achat HT Frais d’installation HT
2 500 000 150 000
Frais de transport HT Droit de transit
500 000 750 000
Frais de montage HT Frais notariés
500 000 200 000
Commissions et courtages Droit d’enregistrement
200 000 300 000
Travail demandé : TVA 18%
1) Calculer la valeur d’origine de l’immobilisation
2) Calculer les frais immobilisés
3) Enregistrer l’opération au journal.

Exemple 42
Le 01/04/2003, la compagnie de transport TSR a acheté un matériel et outillage dans les
conditions suivantes :
Prix d’achat HT Frais de formation
1 500 000 150 000
Frais de transport HT Droit d’enregistrement
500 000 500 000
Droit de douane Frais notariés
350 000 100 000
Frais d’actes TVA
500 000 18%

Travail à faire
1) Evaluer la valeur d’origine du bien
2) Evaluer le montant des charges immobilisées
3) Enregistrer toutes les écritures relatives à l’acquisition

 Cas des biens acquis avec avances et acomptes


Il peut arriver que l’acquisition d’une immobilisation auprès d’un
fournisseur d’investissement soit précédée d’un acompte. Dans ces
conditions on aura les écritures suivantes :

Date de versement de l’acompte


___________________date____________________
25 A & A verss sur immobilisation ×

Note de cours de R. TIENE 143


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

5. Compte de trésorerie ×
(vers A&A)

Date d’acquisition du bien (lors de l’établissement de la facture)


____________________date_________________
2. Compte de l’immobilisation ×
4451 Etat, TVAR/ immobilisation ×
481 F/sseur d’investis. ×
25 A & A versés sur immob. ×
(Acquisition de l’immobilisation)

 Cas des productions immobilisées


Ici l’entrée de l’immobilisation résulte non d’un achat mais d’une
production interne, livraison à soi même. L’immobilisation est évaluée au
coût de production.
Le coût de production comprend :
 le coût d’acquisition des matières et fournitures utilisées ;
 les charges directes de production ;
 les charges indirectes de production dans la mesure où elles peuvent
être « raisonnablement » rattachées à la production ;
 les charges financières à condition qu’elles se rattachent
indiscutablement au processus de production.
Il exclut :
 le coût de stockage des produits finis ;
 les charges commerciales et les charges d’administration générale.
Le schéma d’écriture est le suivant :
___________date________________
2. Compte de l’immobilisation ×
4451 Etat, TVAR/immobilisation ×
72 Production immobilisée ×
4434 E, TVAF/P livrée à soi- ×
même
(Livraison à soi même)

La production d’un produit destiné à soi-même peut s’étendre sur


plusieurs exercices comptables. Dans ce cas, on parle de production en
cours lorsque l’on se trouve à la fin de la première année.

Note de cours de R. TIENE 144


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Les productions en cours sont des biens produits dans l’entreprise sur
une période qui dépasse l’exercice N à l’origine. Dans ces conditions, on
aura deux écritures à passer :

A l’issu de l’exercice N (31/12/N)


_____________________date_______________
229 Terrain en cours
239 Bâtiments et installations en cours VO HT
249 Matériel en cours
4455 Etat, TVAR/ fact non parvenue 0,18 VO HT
72 Production immobilisée VO HT
4435 Etat, TVA/fact à établir partielle
(Réalisation partielle d’immob.) 0,18 VO HT

A l’achèvement de la production au cours de l’exercice N+1


___________date__________________
2. Compte de l’immobilisation VO immob.
4451 Etat, TVAR/ immobilisation TVA
229 Terrain en cours
239 Bâtiments et Ins. en cours VO en cours
249 Matériel en cours
72 Production immobilisée VO restante
4434 Etat, TVAF/P livrée à soi TVA
même
(Réalisation totale de
l’immobilisation)

Exemple 43 :
Une entreprise envisage construire un bâtiment à Bobo 2010 pour y installer sa
direction financière. Le coût estimatif de l’immeuble serait de 20 000 000 HT.
A l’inventaire du 31/12/2008, l’immeuble n’est pas encore totalement fini, coût partiel
de réalisation 12 500 000.
Le bâtiment est totalement achevé le 25/05/2009 et mis en service le 01/06/2009
Travail demandé :
Enregistrer au journal de l’entreprise les opérations qui s’imposent.

2. Acquisition des immobilisations financières : Les titres de


participation
S’agissant des titres de participations et des titres immobilisés en
portefeuille, la valeur d’entrée comprend le prix d’achat et les frais
d’acquisition (commissions essentiellement).

Note de cours de R. TIENE 145


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

S’agissant des titres immobilisés, les frais accessoires d’achat ne sont pas
à inclure dans la valeur d’entrée. Ils sont comptabilisés en charges de
l’exercice (631).
Cette dernière considération est valable pour les acquisitions de titres de
placement qui sont des titres à court terme (intention de réaliser une
plus-value à brève échéance) et qui ne font pas partie des immobilisations
financières (compte 50).

Coût d’achat = prix d’achat + frais accessoires d’achat.

Acquisition titres de participation


_______________________date______________
261 Titres de participation Coût
521 Banque d’achat Coût
(Achat de titres) d’achat

Acquisition titres immobilisés


______________________date_______________
274 Titres immobilisés
631 Frais bancaires
521 Banque
(Achat de titres)

Note de cours de R. TIENE 146


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 14 : LE SYSTEME CENTRALISATEUR : LES JOURNAUX


AUXILLIAIRES

La nécessité de réduire les délais de traitement des informations


comptables pour améliorer la gestion des entreprises et la nécessité d'une
division du travail dès que l'entreprise dépasse le stade artisanal ont
conduit les comptables à imaginer un autre système qui permet d'éviter
les inconvénients du système classique.

Le système centralisateur présente donc un progrès par rapport au


système classique. Bien que dépassé par la généralisation de
l'informatique, ce système reste encore de nos jours utilisé chez certains
cabinets comptables et certaines petites et moyennes entreprises en
nombre de plus en plus réduit.

I. Organisation du travail

Dans le système centralisateur, la complexité de l’organisation comptable


est liée à la taille et l’activité des entreprises.
Pour cela le travail comptable est divisé en plusieurs tâches. L’entreprise
est ainsi amenée à scinder le journal classique en plusieurs journaux
auxiliaires ou divisionnaires.
Chaque journal auxiliaire est spécialisé dans un type d’écritures. En
fonction des besoins des entreprises, nous constatons la création des
journaux auxiliaires les plus fréquents que sont :
 le journal des achats ;
 le journal des ventes ;
 les journaux de banque et de caisse ;
 le journal des effets à recevoir ;
 le journal des effets à payer ;
 le journal des opérations diverses…

1. La création d’un journal auxiliaire.


Le journal auxiliaire est un document qui exprime le détail des opérations
enregistrées, d’après les pièces justificatives, par ordre chronologique.
D’une manière générale il y’a lieu d’ouvrir un journal auxiliaire toutes les
fois qu’une opération se répète chaque jour. Par contre lorsque la
Note de cours de R. TIENE 147
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

fréquence d’une opération est d’une à deux fois par mois, (les salaires ; les
charges sociales ; les déclarations de la TVA…), elle est enregistrée dans
un journal spécial : c’est le journal des opérations diverses (JA.OD).

2. Présentation des journaux auxiliaires.


Pour répondre aux obligations comptables légales, chaque journal
auxiliaire, dans sa présentation doit comporter les éléments
d’informations suivants :
 la date de l’opération ;
 la nature et référence de la pièce justificative ;
 le numéro et l’intitulé des comptes utilisés ;
 le montant porté au débit et au crédit.

Journal Auxiliaire de …
Comptes à débiter Comptes à créditer
Référence Divers Divers
Date Libellé n°cpt
pièces n°cpte n°cpte somme n° n°cpte n°cpte somme n°
e
s s

Aucune obligation n’est faite en ce qui concerne le tracé du journal


auxiliaire. Seul le principe de la partie double doit être respecté.
Il arrive souvent qu’une écriture implique plusieurs journaux auxiliaires.
Pour ainsi éviter un double enregistrement, il convient dans ce cas
d’utiliser un compte de virement interne.
Le compte « 58. Virements internes » est un compte de liaison utilisé pour
la comptabilisation pratique des opérations qui concernent plusieurs
journaux auxiliaires. En fin d’exercices leurs soldes doivent être nuls.
Le système centralisateur opère l’exécution du travail comptable selon
deux catégories de tâches : les tâches quotidiennes et les tâches
périodiques.

a. Les tâches quotidiennes.


L’établissement des journaux auxiliaires : ils sont établis au jour le jour
par des services spécialisés dans type d’opération. Toutefois il revient au
service comptabilité la tenue du journal auxiliaire des opérations diverses
ainsi que les autres journaux auxiliaires (journal auxiliaire des effets à
recevoir…) non tenue par les autres services.

Note de cours de R. TIENE 148


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

L’établissement des JA permet d’analyser pour une écriture donnée les


documents de base en :
 vérifiant la conformité des sommes débitées et créditées ;
 s’assurant de l’exactitude des imputations faites dans les colonnes
des comptes.

 les reports dans les grands livres auxiliaires


En principe il n’y a de report dans un compte individuel que lorsque le
compte collectif est mouvementé dans le journal. Le report quotidien dans
les grands livres auxiliaires permet de suivre en permanence la situation
ou l’état des créances, des dettes, de la trésorerie actuelle de l’entreprise.
Selon les besoins de ses activités, chaque entreprise a la possibilité
d’ouvrir autant de grands livres auxiliaires :
 le grand livre auxiliaire des clients douteux ;
 le grand livre auxiliaire des fournisseurs ;
 le grand livre auxiliaire des clients ;
 le grand livre auxiliaire des autres services consommés etc.

b. Les tâches périodiques.


 la totalisation des journaux auxiliaires
En fin de période les colonnes des sommes des journaux auxiliaires sont
totalisées. Seuls les totaux des mouvements des comptes de la période
sont portés dans le journal général.

 la centralisation dans le journal général


La centralisation dans le journal général ou journal centralisateur
consiste en la rédaction de chaque journal auxiliaire dans un seul article
du journal. Pour permettre une bonne visibilité dans la centralisation, les
comptes sont disposés dans :
 l’ordre des colonnes des journaux auxiliaires ;
 l’ordre de numérotation des comptes du plan comptable général,
facilitant ainsi les reports dans les grands livres généraux.

 le risque de double enregistrement dans les journaux auxiliaires


Dans le système centralisateur toute opération quelle qu’elle soit est
enregistrée dans un JA

Note de cours de R. TIENE 149


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

 au débit ou au crédit d’un compte support et s’inscrit dans le JA


correspondant
 ou bien ne concerne aucun compte support et s’inscrit dans le JOD.
Cependant, certaines opérations concernant deux comptes supports à la
fois risquent d’être enregistrées doublement.
Exemple : Retrait de 10 000F de la banque pour dépôt à la caisse ; selon
le système centralisateur, il y a deux JA qui doivent être utilisés : le JA
caisse recette et le JA banque dépense.

NB : Avant donc d’enregistrer les opérations dans les JA, il faut d’abord
identifier les JA tenus par l’entreprise. Cela permet d’éviter les doubles
comptabilisations en utilisant les comptes de virement. On a deux
comptes de virement :

585 virement de fonds : il est utilisé lorsqu’une même opération


intéresse à la fois deux comptes de trésorerie (caisse, banque, ccp)

588 autres virements internes : il est utilisé dans les cas où l’entreprise
utilise les autres comptes (deux comptes qui ne soient pas tous deux de
trésorerie).

En réalité, l’opération est effectivement enregistrée dans les deux JA


concernés mais au lieu d’utiliser en contrepartie le compte support de
chaque journal on utilise le compte de virement interne. Les comptes de
virement internes sont des comptes de liaison utilisés pour la
comptabilisation pratique des opérations. En fin de période, ils doivent
être soldés.

3. Les avantages et les inconvénients du système.

a. les avantages.
Le système centralisateur permet une bonne répartition des tâches. Il
précise les niveaux de responsabilité dans l’accomplissement du travail. Il
développe un savoir-faire et une maîtrise des tâches assignées à chacun.

Note de cours de R. TIENE 150


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

b. Les inconvénients.
L’utilisation de ce système nécessite la contribution de plusieurs
employés. Il crée un sentiment de culpabilité auprès des agents (la peur
d’être la cause du blocage du travail).

QUELQUES TRACES

a. Journal auxiliaire CAISSE-RECETTES


Comptes à débiter Comptes à créditer
Dates Libellés Divers Divers
571 673 - - 411 585 4091
Somme n° Somme N°
- - - - - - - - - - - - -

b. Journal auxiliaire de CAISSE-DEPENSES


Comptes à créditer Comptes à débiter
Dates Libellés Divers Divers
571 773 - - 585 588 611
Somme n° Somme n°
- - - - - - - - - - - - -

c. Journal auxiliaire CAISSE UNIQUE


Il est obtenu en prenant en compte les JA de caisse recettes et les JA de
caisse dépenses, les colonnes de dates et libellés étant uniques. Une
première partie (la partie gauche) représente le JA de caisse recette et la
deuxième partie (partie droite), le JA de caisse dépense.
Comptes à débiter Comptes à créditer Comptes à créditer Comptes à débiter
Divers Divers Dates Libellés Divers Divers
571 673 411 701 443 571 773 601 585 588 445
S N° n° S N° S n°
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

NB : les autres JA de trésorerie (JA banque et ccp) ont des


fonctionnements identiques aux JA de caisse.

d. Journal auxiliaire des achats


L’entreprise peut tenir un JA des achats à crédit qui enregistre seulement
les achats à crédit ou un JA des achats au comptant qui, lui aussi
enregistre seulement les achats au comptant. Cependant, elle peut tenir
un JA des achats qui enregistre en même temps les achats à crédit et les
achats au comptant.
Comptes à débiter Comptes à créditer
Dates Libellés Divers Divers
601 611 4094 445 401 773 4091
Somme n° Somme n°
- - - - - - - - - - - - -

Note de cours de R. TIENE 151


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

e. Journal auxiliaire des ventes


Comme les achats, l’entreprise peut tenir un JA des ventes à crédit qui
enregistre uniquement les ventes à crédit ou un JA des ventes au
comptant qui, lui aussi enregistre seulement les ventes au comptant.
Cependant, elle peut tenir un JA des ventes qui enregistre en même
temps les ventes à crédit et les ventes au comptant.

Comptes à créditer Comptes à débiter


Dates Libellés Divers Divers
701 7071 4194 443 411 673 4191
Somme n° Somme n°
- - - - - - - - - - - - -

f. Journal auxiliaire des effets à recevoir


Comptes à débiter Comptes à créditer
N° Lieu de
Dates Libellés Echéance Divers Divers
effet paiement 412 - 411 588
Somme n° Somme n°
- - - - - - - - - - - - -

g. Journal auxiliaire des effets à payer


Comptes à créditer Comptes à débiter
N° Lieu de
Dates Libellés Echéance Divers Divers
effet paiement 402 - 401 588
Somme n° Somme n°
- - - - - - - - - - - - -

h. Journal auxiliaire des opérations diverses


Ce journal enregistre toutes les opérations non comptabilisées dans les
journaux auxiliaires prévus par l’entreprise. Son tracé est identique à
celui du journal auxiliaire classique.
Comptes à créditer Comptes à débiter
Dates Libellés Divers Divers
6311 422 411 445 7074 4712 443
Somme n° Somme n°
- - - - - - - - - -- - - -

NB : pour l’ensemble des JA, les comptes supports sont en gras.

Exercice 44 : L’entreprise BARO emploie le système centralisateur et utilise tous les


journaux auxiliaires, à l’exception de ceux des effets à recevoir et des effets à payer.
Durant le mois mars, les opérations suivantes ont été réalisées :
01/03 : Achat de marchandises au comptant contre chèque bancaire, brut 300 000,
escompte 15 000.
03/03 : Remise à l’escompte traite n° 6 : 275 000
05/03 : Reçu bordereau d’escompte du 03/03, Net : 270 000
08/03 : règlement par chèque bancaire : facture d’eau : 1 400, d’électricité : 1 800,
d’assurance : 46 000.
10/03 : Ventes au comptant de marchandises contre chèque bancaire : Brut :
500 000, escompte : 11 000.
Note de cours de R. TIENE 152
Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

12/03 : Règlement du fournisseur MOUSSA par chèque bancaire : 60 000


15/03 : Versement d’espèces en banque : 450 000
16/03 : Avis de débit de banque, paiement d’effet domicilié : 300 000
17/03 : Avis de crédit la banque : 170 000, virement du client SAM.
26/03 : Remise à l’encaissement, traite n° 7 : 130 000
26/03 : Reçu règlement en espèces d’un effet par un client : 60 000
28/03 : Virement de la banque au CCP : 550 000
30/03 : Chèque de retrait : 750 000 pour alimenter la caisse.
Travail demandé :
1) Enregistrer ces opérations dans les journaux auxiliaires de banque.
2) Centraliser au journal général au 30/03.

Exercice 45
Une société de commerce tient les journaux auxiliaires suivants dans sa comptabilité :
J.A. de Banque-débit ; J.A. de Banque-crédit ; J.A. de Caisse-recettes ; J.A. de Caisse-
dépenses ; J.A. unique de C.C.P ; J.A. unique des Achats ; J.A. unique des Ventes ;
J.A. des opérations diverses.
Pendant le mois de mai 1998, elle a réalisé les opérations suivantes :
05-05 : Facture d’achat A. 100 : Marchandises : 400 000 HT, transport dû 17 700
TTC,
10-05 : Facture d’achat A. 100 : Marchandises : 600 000 HT, Contre chèque C.C.P.
15-05 : Facture d’achat A. 102 : 100 000 HT, escompte 5 %, consignation
d’emballages : 120 000 contre un billet à ordre.
20-05 : Facture d’achat A. 103 : Marchandises : 500 000HT, transport dû : 28 320
TTC, consignation : 54 000
25-05 : Facture d’achat A. 104 : Marchandises : 320 000 f HT, port dû 34 000 HT.
26-05 : Paiement des frais de douane relatifs à l’achat A. 104 en espèces : 114 000
30-05 : Achat A. 105 : Marchandises : 200 000HT, escompte 1 % + 2,5 %,
Consignation d’emballage : 28 000.
Travail à faire :
1) Enregistrer ces opérations dans le J.A. unique des achats.
2) Centraliser. Taux unique TVA = 18 %.

Exercice 46 : Au cours du mois de mars, une entreprise a effectué les opérations


suivantes avec sa banque :
02/03 : Remise à l’escompte de deux traites : nominal 249 000 F.
04/03 : Chèque n°131 à l’ordre de BAMBA (fournisseur n°4). 85 700 F.
04/03 : Avisé par la banque :
- de l’encaissement de cinq (05) traites ; Net porté en compte 571 000 F, commissions
2 500 F
- du paiement par elle de deux traites, 375 000 F
05/03 : Reçu bordereau d’escompte de la remise du 2 mars : Net 241 800 F.
07/03 : Chèque de retrait, 200 000 F ; achat d’essence : 8 000 F

Note de cours de R. TIENE 153


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

10/03 : Reçu avis de virement de DARGA (N°36), 271 000 F


12/03 : Retrait par chèque, 300 000 F (pour les besoins personnels de l’exploitant) ;
achat au comptant par chèque de marchandises : brut 250 000 F ; transport 6000 F ;
Escompte, 5 000 F
13/03 : Remis à la banque deux chèques de 65 000 F et 91 000 F reçu de deux clients
pour des Ventes au comptant.
14/03 : Remis à l’encaissement trois effets à fin mars ; total 294 000 F.
15/03 : Viré 500 000 F du compte de chèque postaux au compte courant de la
banque. Réglé par chèque des frais de publicité 27 500 F.
Avisé par la banque de l’encaissement de coupons de titres, 52 000 F
Travail à faire : Journaux auxiliaires de banque ; Reports aux Grands Livres
auxiliaires Centralisation au Journal général.
NB : L’entreprise utilise les journaux auxiliaires suivants : Trésorerie, Achat, Vente,
Effets à recevoir (entrée et sorties), Effets à payer (sorties et rentrées), Opérations
diverses.

Exercice 47 : Une entreprise utilise les journaux auxiliaires suivants : Caisse-


recettes, Caisse-Dépenses, Banque-Débit, Banque-Crédit, Effets à recevoir-entrées,
Effets à recevoir-Sorties, Effets à payer-entrées, Achats, Ventes, Opérations diverses.
Les opérations suivantes ont été réalisées en janvier 2010
1/1 : Règlement en espèces de traites échues, 960 000 F
2/1 : Chèques à mon ordre remis en compte, 4 200 000 F
3/1 : Chèques remis à l’ordre des fournisseurs, 5 200 000 F ;
4/1 : Encaissement direct de traites, 640 000 F ;
5/1 Achat à crédit de marchandises, 10 960 000 F ;
6/1 : Ventes au comptant en espèces, 620 000 F ;
7/1 : Acceptations des clients, 3 900 000 F ;
8/1 : Retraits de la banque, 400 000 F ;
9/1 : Retours de traites impayées (par banque) 54 000 F ;
10/1 : Effets remis à l’escompte (nominal), 220 000 F ;
11/1 : Règlements en espèces des clients, 1 300 000 F ;
12/1 : Ventes à crédit, 15 300 000 F ;
13/1 : Versé en espèces aux fournisseurs, 460 000 F ;
14/1 : Agios sur bordereaux bancaires, 11 600 F
15/1 : Endossements des clients, 500 000 F ;
16/1 : Services payés en espèces, 120 000 F ;
17/1 : Domiciliation, 1 680 000 F ;
18/1 : Acceptations données aux fournisseurs, 2 900 000 F ;
19/1 : Dépenses personnelles en espèces, 140 000 F ;
20/1 : Endossement à l’ordre des fournisseurs 100 000 F,
21/1 : Appointements réglés en espèces, 360 000 F
22/1 : Intérêts créditeurs sur compte courant, 6 000 F.
Travail à faire : Passer ces opérations dans les différents JA intéressés

Note de cours de R. TIENE 154


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Note de cours de R. TIENE 155


Comptabilité Générale-Finance-Comptabilité

Chapitre 15 : LE SYSCOA REVISE

Note de cours de R. TIENE 156