Vous êtes sur la page 1sur 8

Téléphonie mobile

La téléphonie mobile est un moyen de télécommunication par téléphone


sans fil. Ce moyen de communication s'est largement répandu à la fin des
années 1990. La technologie associée bénéficie des améliorations des
composants électroniques, notamment leur miniaturisation, ce qui permet
aux téléphones d'acquérir des fonctions jusqu'alors réservées aux
ordinateurs.

L'appareil téléphonique en lui-même peut être nommé « mobile », «


téléphone portable », « portable », « téléphone cellulaire » (en Amérique
du Nord), « cell » (au Québec dans le langage familier), « natel » (en
Suisse), « GSM » (en Belgique), « vini » (en Polynésie française). Quand
il est doté de fonctions évoluées, c'est un smartphone ou téléphone
intelligent.
La téléphonie mobile est fondée sur la radiotéléphonie, c'est-à-dire la
transmission de la voix à l'aide d'onde radioélectrique (fréquences dans la
bande des 900 et 1 800 MHz) entre une base relais qui couvre une zone de
plusieurs dizaines de kilomètres de rayon et le téléphone mobile de
l'utilisateur.

Les premiers systèmes


mobiles fonctionnaient en
mode analogique. Les
terminaux étaient de taille
importante, seulement
utilisable dans les
automobiles où ils
occupaient une partie du
coffre et profitaient de
l'alimentation électrique
du véhicule.

Les systèmes mobiles actuels fonctionnent en mode numérique : la voix


est échantillonnée, numérisée et transmise sous forme de bits, puis re-
synthétisée au niveau de la réception. Les progrès de la microélectronique
ont permis de réduire la taille des téléphones mobiles à un format de
poche. Les avantages des systèmes numériques sont la baisse du prix des

1
terminaux, l'augmentation des services, l'augmentation du nombre
d'abonnés et enfin une meilleure qualité de réception de la voix.

Les bases de transmission sont réparties sur le territoire selon un schéma


de cellules. Chaque base utilise un groupe de fréquences différent de ses
voisines. Les mêmes fréquences ne sont réutilisées qu'à une distance
suffisante afin de ne pas créer d'interférences.

Les systèmes mobiles sont standardisés pour être compatibles entre les
réseaux des différents pays et s'interconnecter avec les réseaux de
téléphonie fixe. Il existe dans le monde deux grands standards de systèmes
mobiles, le standard IS41 d'origine américaine (norme ANSI-41) et le
standard GSM, défini dans l'Europe par l'ETSI, le plus répandu.

Pour savoir sur quelle base


diriger un appel entrant, le
réseau mobile échange
périodiquement avec les
téléphones mobiles des
informations sous forme de
messages de signalisation.

Le terminal mobile :
Sa fonction d'usage est la communication vocale mais le téléphone
mobile permet d'envoyer des messages succincts, appelés « SMS ». Avec
l'évolution de l'électronique, le texte a pu être agrémenté d'images, puis de
photographies, de sons et de vidéos. Des équipements embarqués associés
à des services à distances permettent aussi de :
Les détails
Lire et rédiger des emails
Naviguer sur Internet
Jouer
Photographier et enregistrer des vidéos
Écouter de la musique
Regarder la télévision

2
Assister à la navigation
Écouter la radio
Servir de modem à un ordinateur.

Sécurité d'accès:
Concernant la protection de l'abonnement, un code allant de quatre à
huit chiffres (stocké dans la carte SIM) protège l'utilisateur d'une
utilisation frauduleuse de son abonnement, c'est le NIP (plus connu sous
l'appellation franglaise « code PIN »). L'appareil est identifié sur le réseau
grâce à un numéro unique, ce numéro IMEI pour International Mobile
Equipment Identity est à donner à votre opérateur dans le cas de perte ou
de vol de votre téléphone, cela lui permettra de bloquer l'utilisation de ce
dernier au niveau national et international. Malheureusement, en général,
les opérateurs ne peuvent bloquer que son utilisation sur le réseau national,
faute de pouvoir le faire à l'échelle internationale.

Toutefois, concernant l'accès aux conversations confidentielles, l'opérateur


peut accéder en écoute au téléphone même lorsque celui-ci est en mode
veille. De telles écoutes ne sont légales que si demandées par les autorités
compétentes.

L'utilisation du téléphone mobile a connu une augmentation brutale


dans les années 1990, et est devenu un phénomène de société. D'abord

3
réservé à des usages professionnels, il s'est répandu jusqu'à devenir le
moyen de communication privilégié d'un grand nombre de personnes.

Le téléphone mobile
semble réussir là où ont
échoué des technologies
antérieures : devenir un
couteau suisse numérique.
Comme ce dernier, le
téléphone mobile tient
dans la poche, est
relativement simple à
utiliser et recouvre une
multitude de fonctions liés
au nomadisme : de simple appareil de communication vocale à l'origine, il
permet désormais d'envoyer des messages textuels (SMS, MMS avec
image fixe, image mobile ou son, puis même courriel par Internet), de
surfer sur le Web, il sert de montre/chronomètre/minuteur, de GPS, de
télécommande (s'il est équipé de Bluetooth) et il remplace de plus en plus
les PDA (c'est alors un smartphone) avec une fonction agenda voire
dictaphone ou même l'appareil photo (c'est alors un photophone). Il semble
que la voie tracée par la plupart des producteurs soit une convergence des
technologies et des concepts vers un seul appareil multimédia. Ainsi,
certains téléphones mobiles se sont vu ajouter, depuis 2006, des fonctions
de caméscope numérique ou de console de jeu 3D mobile.

L'augmentation de l'aptitude
des téléphones mobiles à
transmettre des données
numériques est à prévoir. De
même que sur le marché
résidentiel (ADSL, fibre
optique, etc.), la course au
débit est lancée dans le monde
mobile. Ainsi en quelques
années, le débit offert par le
téléphone mobile a progressé
de 9,6 kbits/s (en GSM) à
plusieurs Mbits/s (en HSDPA
en 2008). D'autres normes et

4
technologies viendront améliorer encore davantage cette offre, comme par
exemple la 4G.

Du point de vue de la
distribution et de la vente de
contenu sous forme
numérique, comme la
musique, le marché devrait
grandir et proposer de
nouveaux produits. Les
MVNO, NRJ Mobile et M6
Mobile en font même leur
principal produit d'appel. Il
s'agit en fait d'un système de
radio personnalisée, qui
après inscription et définition des goûts n'envoie que les morceaux qui sont
le plus susceptible de plaire à l'utilisateur. Cette technologie fonctionnerait
sur le même principe que les PodCasts, avec des morceaux téléchargés
précédemment et que l'on peut écouter à son gré.

Téléphonie mobile et pauvreté:


Les relations entre la téléphonie mobile et la pauvreté font l'objet de
nombreuses études nationales et internationales.

Les analyses sponsorisées par les compagnies de téléphone sont souvent


euphoriques, En 2005, une étude de la London Business School affirmait
aussi que, chaque fois que le taux d'équipement en mobiles d'un pays
augmente de 10 %, le PIB croît de 0,5 %. Une étude tout aussi peu
scientifique de la GSM Association propose 0,6% pour le Bangladesh..

Les autres études sont en général positives, mais plus modérées ou même
négatives.

Les données sur les dépenses de téléphonie de différents types de ménages


sont rares, principalement parce qu'il est difficile de les isoler des autres
dépenses de télécommunication. En France, plus l'âge de la personne de
référence d'un ménage est élevée, moins la part de ses dépenses de
consommation pour la téléphonie est importante ; plus un ménage est
pauvre, plus la part des dépenses de téléphonie est élevée (voir

5
graphique)11. C'est le cas des pays développés pour lesquels les données
sont disponibles, mais non dans les pays du Tiers Monde.

Enfin, le système des


abonnements de téléphonie
mobile contribue à la
croissance des dépenses pré-
engagées ou dépenses
contraintes, accroissant le
sentiment de pauvreté et la
vulnérabilité des ménages aux
revenus les plus modestes.

Risques:
La téléphonie mobile, rapidement et largement diffusée, a engendré de
nouveaux comportements qui peuvent déboucher sur divers types
d'accidents liés à la réduction de l’attention des individus, effet
statistiquement établi. L’existence de risques d’interférence
électromagnétique à proximité de certains appareils médicaux est prouvé.
Enfin, les conséquences sanitaires éventuelles des émissions
électromagnétiques des téléphones portables ou
des antennes relais, qui participent du
phénomène de pollution électromagnétique,
sont sujettes à débat : les études scientifiques
d'impact sur les populations n’aboutissent pas à
une conclusion unique et, dans la mesure où il
s'agit d'un phénomène récent, manquent de
recul temporel pour évaluer d'éventuels effets à
long terme. Un débat qui n'est aujourd'hui plus
seulement scientifique puisque en France, des
associations demandent et obtiennent le retrait
de certaines antennes-relais auprès des
tribunaux.

6
Économie et statistiques:
Dans le monde :
En 2007, le nombre de souscripteurs de téléphone mobile était supérieur au
nombre de lignes de téléphone fixe dans 191 pays et territoires sur un total
de 197 pour lesquels les données sont disponibles. Il faut cependant être
prudent dans ce genre de comparaisons : les téléphones fixes servent
souvent à plus de personnes que les téléphones mobiles, et de plus en plus
de personnes possèdent plusieurs téléphones mobiles actifs. Les données
sur le pourcentage de la population d'un âge donné (« bébés exclus »)
ayant accès à un téléphone fixe privé, à un téléphone mobile privé, et aux
deux sont encore très rares.

D'après l'Union internationale des


télécommunications, 4 milliards
d'abonnements à la téléphonie
mobile étaient contractés à la fin de
2008, soit un nombre égal à 60 % de
celui de la population mondiale. De
plus en plus de personnes contractent
plusieurs abonnements
simultanément.

L'usage du téléphone portable a


explosé dans les pays les plus pauvres, là où le réseau téléphonique fixe est
souvent embryonnaire. En 2008, trois abonnements sur quatre (soit trois
milliards) ont été souscrits dans les pays en voie de développement, contre
un sur quatre en 2000.

En Europe :
Suivant le vote du Parlement européen du 21 avril 2009, le prix des
communications depuis l'étranger dans l'Union européenne devrait encore
diminuer ! Ainsi, à partir de l'été 2009, le prix maximal pour un appel de
téléphonie mobile pourrait descendre de 46 à 43 centimes maximum par
minute. De plus, la surtaxe concernant les SMS pourrait ne pas dépasser 11
centimes - contre 29 centimes en moyenne aujourd'hui. La commission de
l'industrie du Parlement européen a amendé la législation existante le
mardi 31 mars. Les eurodéputés veulent ainsi réduire les surcoûts dus aux
appels émis et reçus de l'étranger. Concrètement, pour les consommateurs
voyageant à l'étranger, cela signifierait :

7
un prix maximal de 43 centimes
d'euros par minute pour les appels
émis depuis un téléphone portable à
l'étranger, et 19 centimes pour les
appels reçus (à partir de juillet
2010). Ces plafonds seront
respectivement abaissés à 35
centimes et 11 centimes de façon
progressive (à compter de juillet
2011).
un prix maximal de 11 centimes par SMS envoyé depuis l'étranger (à partir
du 1er juillet 2009) ;
la gratuité des messages vocaux reçus à l'étranger (à partir de juillet 2010).

Téléphonie mobile en France :


L’Autorité de régulation des communications électroniques et des
postes (ARCEP) est chargé de veiller au maintien de la concurrence dans
ce secteur d'activité propice à un monopole naturel (coûts fixes liés aux
réseaux élevés, coût marginal faible).

Il y a cinq opérateurs sur le marché français,


trois en métropole (Orange, Bouygues
Telecom, SFR) et deux spécifiquement en
France d'outre-mer (Only, Digicel). Depuis
2005, les trois réseaux physiques français sont
également utilisés par des opérateurs de réseau
mobile virtuel (MVNO) ; leur nombre est en
forte augmentation (une douzaine en mai 2007). Aux Antilles et en
Guyane sont présents quatre opérateurs
(Orange Caraïbe, Digicel, Only et
Dauphin telecom ) et un opérateur de
réseau mobile virtuel (Trace Mobile)
utilisant le réseau de Only.

Des études sociologiques en Angleterre


ont montré que le téléphone mobile avait
supplanté la cigarette en tant que symbole
du passage à l'âge adulte pour les jeunes
adolescents.