Vous êtes sur la page 1sur 5

Cellule végétale

Structure d'une cellule végétale

Les cellules végétales sont les unités élémentaires, très nombreuses, constituant les organismes
végétaux.
Elles comprennent généralement un noyau cellulaire entouré d'un cytoplasme,
divers organites ou plastes, le tout étant protégé par une membrane cellulaire. Elles peuvent
mesurer entre 10 et 200 µm.

Caractéristiques distinctives des cellules


végétales[modifier | modifier le code]
Les cellules végétales sont des systèmes vivants. Elles sont très différentes
des cellules des organismes appartenant aux autres eucaryotes. Les principaux caractères
distinctifs sont les suivants :

 une grande vacuole centrale (entourée d'une membrane, le tonoplaste), qui maintient


la turgescence de la cellule et contrôle les échanges de molécules entre le cytosol et la sève.
Ces vacuoles servent de poubelles aux cellules végétales, à la fin de la vie de la cellule, ces
vacuoles prennent 90 % de l'espace cellulaire.
 une paroi pectocellulosique faite de cellulose et de protéines, ainsi que de lignine dans de
nombreux cas, et déposée par le protoplaste à l'extérieur de lamembrane cellulaire. Elle
s'oppose à la paroi cellulaire des champignons, faite de chitine, et des procaryotes, faite
de peptidoglycanes.
 les plasmodesmes, reliant les pores de la paroi cellulaire, ce qui permet à chaque cellule
végétale de communiquer avec les cellules adjacentes. Ce système est différent du réseau
d'hyphes présent chez les champignons.
 les plastes, en particulier les chloroplastes qui contiennent la chlorophylle, ce pigment qui
donne aux plantes leur couleur verte et qui intervient dans le processus de la photosynthèse.
 l'absence de centrosomes qui sont présentes dans les cellules animales.
Comme les autres cellules eucaryotes, les cellules végétales possèdent typiquement un noyau, qui
contient l'essentiel de l'ADN cellulaire, et des mitochondries, les « usines » de la cellule.
Cellule (biologie)

La cellule — du latin cellula « cellule de moine1 » — est l'unité biologique structurelle et


fonctionnelle fondamentale de tous les êtres vivants connus. C'est la plus petite unité vivante
capable de se reproduire de façon autonome. La science qui étudie les cellules est appelée biologie
cellulaire.
Une cellule est constituée d'une membrane plasmique contenant un cytoplasme, lequel est formé
d'une solution aqueusedans laquelle se trouvent de nombreuses biomolécules telles que
des protéines et des acides nucléiques, organisées ou non dans le cadre d'organites. De nombreux
être vivants ne sont constitués que d'une seule cellule : ce sont les organismes unicellulaires,
comme les bactéries, les archées et la plupart des protistes. D'autres sont constitués de plusieurs
cellules : ce sont les organismes multicellulaires, comme les plantes et les animaux. Ces derniers
contiennent un nombre de cellules très variable d'une espèce à l'autre ; le corps humain en compte
ainsi de l'ordre de cent mille milliards (1014), mais est colonisé par un nombre de un3 à dix4 fois plus
grand de bactéries, qui font partie de son microbiote et sont bien plus petites que les cellules
humaines. La plupart des cellules des plantes et des animaux ne sont visibles qu'au microscope,
avec un diamètre compris entre 10 et 100 μm.
L'existence des cellules a été découverte en 1665 par le naturaliste anglais Robert Hooke, qui leur a
donné le nom latincellula en référence aux petites chambres occupées par les moines dans
les monastères. La théorie cellulaire a été formulée pour la première fois en 1839 par le botaniste
allemand Matthias Jakob Schleiden et l'histologiste allemandTheodor Schwann : elle expose que
tous les êtres vivants sont constitués d'une ou plusieurs cellules, que les cellules sont les unités
fondamentales de toutes les structures biologiques, qu'elles dérivent toujours d'autres cellules
préexistantes, et qu'elles contiennent l'information génétique nécessaire à leur fonctionnement ainsi
qu'à la transmission de l'hérédité aux générations de cellules suivantes. Les premières cellules sont
apparues sur Terre par un phénomène d'abiogenèse il y a au moins 3,5 milliards d'années.
Procaryotes
Article détaillé : procaryote.
Les procaryotes sont la première forme de vie apparue sur Terre, définie comme étant
autosuffisante et pourvue de tous les processus biologiques vitaux, y compris les mécanismes
de signalisation cellulaire. Plus petites et plus simples que les cellules d'eucaryotes, les cellules de
procaryotes sont dépourvues desystème endomembranaire et des organites qui le constituent, à
commencer par le noyau. Les bactéries et les archées sont les deux domaines du vivant regroupant
les procaryotes. L'ADN d'un procaryote forme un unique chromosome en contact direct avec
le cytoplasme. La région nucléaire du cytoplasme est appelée nucléoïde et n'est pas nettement
séparée du reste de la cellule. La plupart des procaryotes sont les plus petits des êtres vivants
connus, avec un diamètre compris entre 0,5 et 2 µm.

Structure d'un procaryote typique, montrant les éléments suivants :


Une cellule de procaryote contient trois régions distinctes :

 l'extérieur de la cellule porte des flagelles et des pili qui sortent de la surface cellulaire chez un grand


nombre de procaryotes. Ces structures permettent à ces cellules de se déplacer (motilitécellulaire) et de
communiquer entre elles.
 la surface de la cellule est délimitée par l'enveloppe cellulaire (en), formée généralement d'uneparoi
cellulaire recouvrant une membrane plasmique, certaines bactéries étant recouvertes d'une couche
supplémentaire appelée capsule. L'enveloppe confère sa rigidité à la cellule et sépare l'intérieur de la cellule de
l'environnement de cette dernière en jouant le rôle d'une filtre protecteur. La plupart des procaryotes sont dotés
d'une paroi cellulaire, mais il existe des exceptions telles que lesgenres Mycoplasma (une bactérie)
et Thermoplasma (une archée). La paroi cellulaire des bactéries est constituée de peptidoglycane et agit comme
barrière supplémentaire contre les agents extérieurs. Elle empêche également la cellule de se dilater et d'éclater
(cytolyse) sous l'effet de sa pression osmotique interne dans un environnement hypotonique.
Certains eucaryotes sont également pourvus d'une paroi cellulaire, par exemple les cellules végétales et les
cellules fongiques.
 l'intérieur de la cellule possède une région qui contient le génome (ADN) et contient également
desribosomes et divers types d'inclusions. Les ribosomes sont responsables de l'aspect granulaire
ducytoplasme des procaryotes. Le matériel génétique est libre dans le cytoplasme. Les procaryotes peuvent
porter des éléments extrachromosomiques appelés plasmides, qui sont généralement circulaires. Ces
plasmides encodent des gènes supplémentaires, comme des gènes de résistance aux antibiotiques. Des
plasmides bactériens linéaires ont été identifiés chez plusieurs espèces despirochètes, notamment
le genre Borrelia, et particulièrement Borrelia burgdorferi, responsable de lamaladie de Lyme. À la place
du noyau des eucaryotes, les procaryotes possèdent une région 
Eucaryotes

1. Nucléole
2. Noyau
3. Ribosome
4. Vésicule
5. Réticulum endoplasmique rugueux (granuleux)  (REG)
6. Appareil de Golgi
7. Cytosquelette
8. Réticulum endoplasmique lisse
9. Mitochondries
10. Péroxysome
11. Cytosol
12. Lysosome
13. Centrosome (constitué de deux centrioles)
14. Membrane plasmique