Vous êtes sur la page 1sur 13

40

3. CONCEPTION DE L'UNITÉ D'ASCENSEUR

L'unité de fond de trou (DUU) d'une installation de forage est généralement


incluse dans sa composition :
- moteur d'entraînement ;
- boîte de vitesses ;
- la boîte de vitesse ;
- un treuil ;
- le frein principal ;
- frein auxiliaire ;
- le frein de stationnement (dispositif d'arrêt) ;
- entraînement auxiliaire (de secours) ;
- régulateur d'alimentation en bits ;
- l'accouplement des arbres et les embrayages de changement de vitesse
(permanents et d'accouplement) ;
- les dispositifs de commande (électriques, mécaniques, pneumatiques).
В Combiné avec un mécanisme de fléau, une tour, un balcon de l'ouvrier
supérieur avec des doigts pour les chandeliers, des bougeoirs, des mécanismes pour
suspendre la colonne de tuyaux et pour dévisser les raccords filetés et le treuil
auxiliaire de la SPA forme un complexe descendant de la plate-forme de forage (Fig.
3.1).
В Dans certains schémas, le rotor et le treuil auxiliaire de la plateforme de
forage sont entraînés par l'arbre de la station thermale.

Fig. 3.1. Système de levage CU


Classification des stations thermales

● En fonction de la disposition des équipements dans le plan vertical, on


distingue les SPA avec leur emplacement (Fig. 3.2) :
a - tous les équipements au niveau du plancher de forage
(H ≤ 3 m),
b - au niveau du plancher de forage, uniquement le treuil
(H = 3 - 6 m),
C- tout l'équipement, à l'exception d'un treuil auxiliaire situé sous le niveau du sol de
l'installation de forage (sur un ou deux sites) ;
● le nombre de moteurs d'entraînement fait la distinction entre les moteurs à un
seul moteur et les moteurs à plusieurs moteurs.
SPA ;

● par le type de moteurs d'entraînement, on peut distinguer les spas :


électrique, diesel, turbine à gaz ;
non réglable et réglable (avec vitesse variable du moteur) ;
● Selon le type de transmission de puissance, on distingue les spas à
transmission mécanique, hydro-mécanique (avec un embrayage hydraulique ou un
convertisseur de couple) et électromécanique (avec un embrayage électromagnétique à
glissement) ;
● Selon le type de transmission mécanique, on distingue un spa avec
transmission par chaîne, par engrenage et une transmission combinée (chaîne,
engrenage et changement de vitesse, courroie-chaîne) ;
● par le nombre de vitesses (vitesses d'accrochage) se distinguent entre un et
deux-,
des spas à quatre, cinq et six vitesses ;
● Selon le type de connexion cinématique des boîtes de vitesses avec un treuil,
on distingue un spa avec chaîne, engrenage et connexion directe (embrayage ou
cardan) ;
● Selon le type (nombre d'arbres) des treuils, on distingue les treuils à un, deux et
trois arbres ;
● La méthode de mise en marche de l'engrenage à grande vitesse permet de
distinguer un spa à grande vitesse indépendant et un spa à grande vitesse dépendant ;
● Selon le type de dispositif de freinage principal, il existe une distinction entre
un SPA avec un frein mécanique (à courroie) et un frein électrique (à moteur
d'entraînement) ;
● selon le type de dispositif de freinage auxiliaire, on distingue un spa à
hydrodynamique et un spa électromagnétique (à induction ou à poudre).
avec le frein, ainsi que l'utilisation d'un moteur d'entraînement en mode de freinage
régénératif ;
● Selon le type d'EPD, on distingue un spa à régulation passive (basée sur une
poudre de freinage électrique auxiliaire) et active (système EPD : machine électrique à
courant continu - boîte de vitesse).
Fig. 3.2. Dispositions des équipements de spa dans le plan vertical

.
43

Les schémas cinématiques de SPA suivants étaient les plus répandus dans les
installations de forage nationales (Fig. 3.3) :
1) treuil à arbre unique avec entraînement CA non régulé et transmission par
chaîne (BU 5000/320 EU-1) ;
2) treuil à deux arbres avec entraînement électrique non régulé de courant
alternatif et transmission par chaîne (Uralmash 3000EUK) ;
3) treuil à trois arbres avec entraînement diesel, transmission par courroie et
chaîne et vitesse rapide indépendante (Uralmash 3D) ;
4) treuil à arbre unique avec entraînement à courant continu réglable
и boîte de vitesses à deux rapports (BU 3200/200EUK-3MA) ;
5) treuil à arbre unique avec entraînement à courant continu réglable
и réducteur planétaire à deux vitesses (BU 2900/200EPK) ;
6) treuil à trois arbres avec entraînement électrique réglable à courant continu ou
alternatif et transmission par engrenage, sans courroie et frein auxiliaire séparé (série
ET)

Schéma cinématique de la plate-forme de forage BU 5000/320 ESU-1


44

Schéma cinématique de la plate-forme de forage Uralmash 3D


45

Schéma cinématique SPA BU 3200/200EUK-3MA

Schéma cinématique SPA BU 2900/200EPK

Série ET - Programme de spas cinématiques*.

Fig. 3.3. Principaux schémas cinématiques des stations thermales domestiques


______
* Les derniers modèles de treuils de forage de l'ONG Uralmash Holding LLC utilisent un schéma
similaire avec un frein pneumatique multi-disques installé sur l'arbre de levage.
46

La séquence généralisée des étapes de la conception d'une station thermale est


présentée dans le schéma fonctionnel (Fig. 3.4). Le choix du schéma cinématique et
des solutions de base dans la conception d'un spa dépend des conditions de forage du
puits, du type de transmission de puissance utilisé et de la plage de réglage de la
vitesse du moteur d'entraînement.

Calcul du mécanisme de voyage

Calcul des principaux paramètres du treuil

Sélection du schéma fonctionnel d'un spa


и type de moteur d'entraînement

sélection du type de treuil et de

transmission

Cinématique et calcul de la puissance


SPA

Calcul de la puissance d'entraînement


moteurs

Construction de la caractéristique de traction


treuils

Calcul des freins


(principal et auxiliaire)

Calcul de la force des


installations thermales
(arbres, engrenages, roulements, accouplements)

Sélection des algorithmes de contrôle

Fig. 3.4. Diagramme bloc de calcul de Spa


47

3.1. CALCUL DU MÉCANISME DE LA REMORQUE


(sur la charge maximale au crochet lors du levage de la colonne du poids le plus élevé)

Sélection de l'outillage, des cordes et des poulies (Fig. 3.5)


1. Charge nominale dans la partie supérieure de la tige de forage N(0)
(problème 2.1.1).
2. La force de gravité de l'émerillon GB.
Nous nous basons sur les séries paramétriques pour la classe correspondante de
la plate-forme de forage [5, c. 127].
3. Poids des parties mobiles du système de glissement
GTC =5(0,05 -0,06)N(0)
4. Charge calculée (perçue par les fils de fer)
P = N(0)+ GTC + GB
5. Équipement pour le mécanisme de thalassothérapie [5, tableau P.1].
6. Nombre de poulies dans la timonerie n.
7. Nombre total de poulies Jm =2n +1.
8. Le rapport de transmission du mécanisme de suivi (multiple du polospast)
iTC = 2n .
La signification physique de Yits - le rapport entre la vitesse linéaire de la corde de traction
enroulée sur le tambour, et la vitesse du crochet : iTC Vb / VKP.
9. Efficacité de la poulie (en tenant compte des pertes par frottement dans les
supports et les rainures) ŋ.
Signification physique ŋ - le rapport de la tension des branches courantes et non courantes du
câble enveloppant la poulie : ŋ= Si / Si+1 .
Nous acceptons ŋ = 0,97.
В Les méthodes de calcul révisées pour l'efficacité d'une poulie fixe associée à un câble
métallique fixe sont supposées être différentes des autres poulies et égales à 0,99.
10. Coefficient de résistance à la rotation de la poulie β= 1/ ŋ .
11. l'efficacité de la roue du pouce

β 2n −1
ŋTC =
2n β 2 n (β−1)

Signification physique ŋTC - le rapport de puissance sur le crochet et le tambour du treuil :


ŋTC = N KP/ Nb
48

Fig. 3.5. Schéma de calcul du mécanisme de glissement

Kronblock (atelier de montage de l'usine Uralmash)

Hookblock
49

12. Tension des cordes pendant le levage (force de traction sur le tambour
treuils)
P β 2n (β −1)
sx= =p
i TC ŋTC β 2 n−1

13. Tension fixe de la corde pendant le levage


Sx
sH =
β jШ
14. Le facteur de sécurité admissible d'une corde de levage est k = 3 [5, p.158].
15. Force de rupture globale de la corde :
- calculé Pa = [K]Sx;
- selon le GOST 16853-71 [5, tableau X.1].
16. Taille de la corde [5, page 157].
17. Le diamètre de la corde dk.
Pa
18. Facteur de sécurité réel k = S
x

19. Diamètre nominal de la poulie au fond de la rainure


- classé DШ =( 30- 40) dK ;
- selon le GOST [5, tableau IX.3].
20. Taille de la poulie [5].

Distribution des forces des cordes (Figure 3.6)


Nombre de chaînes de travail j= iTC= 2n .
Nombre total de chaînes jΣ = j+ 2 .
Tension des cordes (i = 1...jΣ)
si
si−1=
β
Où Sl=S H ; S jΣ =S x .

Variation de la tension (moyenne)


S x −S H
∆ S=

Distribution des vitesses des cordes linéaires (Fig. 3.7)
Déterminé en tenant compte du fait que, par rapport aux poulies des
emballages à mouvement progressif, les cordes ont une vitesse relative (vi
relative), et que les cordes ont une vitesse relative (vi relative).
par rapport aux poulies du support fixe - vitesse absolue ( vi ) :

Vi OTH = Vi ± VKP
où le signe (+) désigne les cordes (i=1 ; 3 ; 5...) qui partent de la poulie du bloc
de la couronne (c'est-à-dire qui descendent), et le signe (-) désigne les cordes
(i=2 ; 4 ; 6...) qui partent de la poulie du bloc de la couronne (qui montent).
Changement de pas de la vitesse absolue des cordes (les poulies
d'enveloppe du bloc de la couronne et ont la direction opposée)
∆v = 2VKP

Vitesse de la chaîne du tracteur (dernière chaîne en état de marche)


VX = VKP iTC

Vitesse de la poulie (Fig. 3.8)


- bloc de la couronne (i = 1 ; 3 ; 5...jШ)

Vi
ni =
ΠD Ш

- (i = 2 ; 4 ; 6...2n)
V i OTH
- ni =
ΠD Ш

Les poulies du bloc-couronne et du bloc-roue tournent dans des


directions opposées.
La vitesse maximale du câble est la poulie de la grue (i = jШ) à partir de
laquelle le câble est enroulé sur le tambour.
Étape de changement de vitesse de la poulie

V KP
∆ n=
ΠD Ш

Longueur de la corde
Hauteur de levage de l'unité de la tour de levage
h = Ɛ lCB
où ε est le facteur de dépassement (sur la longueur de la bougie),
ε = 1,01÷1,02.
Longueur, corde, enroulée autour du tambour.
lK = iTCh
51

Fig. 3.6 - 3.8