Vous êtes sur la page 1sur 87

PROJET DE FIN D’ETUDE

Juin 2012

Comparaison BAEL / EC2 et Mise en place d’un outil de


dimensionnement en Béton Armé à l’EUROCODE 2

RAPPORT

AUTEUR:

Hanane BENTOUHAMI, INSA Strasbourg Génie Civil

TUTEURS Entreprise:

Moez JELLOULI : Responsable d'activité calculs Scientifiques


Jean-Philippe SIXDENIER : Chef de projet

TUTEUR INSA Strasbourg:

Claude SCHAEFFER
Projet de Fin d’Etudes

Sommaire
Liste des Figures
Liste des Tableaux
Remerciements
Introduction

1. Présentation de l’entreprise....................................................................................................... 10

1.1 Présentation générale ......................................................................................................... 10


1.2 Moyens Humains ............................................................................................................... 12

1.3 Assurance de la Qualité ..................................................................................................... 13

1.4 Répartition de la production ............................................................................................. 15


2. Objectifs du Projet ...................................................................................................................... 16

2.1 Objectifs personnels ........................................................................................................... 16


2.2 Objectifs liés à l’entreprise................................................................................................. 16

2.3 Déroulement de PFE .......................................................................................................... 16


2.3.1 Planning prévisionnel ................................................................................................ 16
2.3.2 Déroulement du stage ................................................................................................ 17
2.3.3 Coefficients Partiels .................................................................................................... 18
2.3.4 Béton – BAEL .............................................................................................................. 18

2.3.4.1 Résistance mécanique du béton............................................................................ 18


2.3.4.2 Autres Caractéristiques.......................................................................................... 19
2.3.4.3 Diagrammes contraintes-déformations ............................................................... 19

2.3.5 Béton – EC2.................................................................................................................. 19


2.3.5.1 Résistance mécanique du béton............................................................................ 19
2.3.5.2 Autres Caractéristiques.......................................................................................... 20

2.3.5.3 Diagrammes contraintes-déformations ............................................................... 20


2.3.6 Acier – BAEL ............................................................................................................... 21

2.3.6.1 Résistance mécanique ............................................................................................ 21


2.3.6.2 Autres Caractéristiques.......................................................................................... 21

2.3.6.3 Diagramme contrainte-déformation .................................................................... 22


2.3.7 Acier – EC2 .................................................................................................................. 22
2.3.7.1 Résistance mécanique ............................................................................................ 22

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 2


Projet de Fin d’Etudes

2.3.7.2 Autres Caractéristiques.......................................................................................... 22


2.3.7.3 Diagrammes contraintes-déformations ............................................................... 22

2.3.8 Diagrammes des déformations limites de la section – BAEL............................... 23

2.3.9 Diagrammes des déformations limites de la section – EC2 .................................. 25

2.3.10 Enrobage – BAEL clause A.7 ..................................................................................... 26

2.3.11 Enrobage – EC2 NF EN 1992-1-1 clause 4.4 ............................................................ 26


2.3.12 Synthèse comparative ................................................................................................ 27

2.4 Etat Limite de Service – BAEL/EC2.................................................................................. 27


2.4.1 Hypothèses fondamentales ....................................................................................... 27

2.4.2 ELS – BAEL.................................................................................................................. 28

2.4.2.1 Limitation des contraintes ..................................................................................... 28


2.4.3 ELS – EC2 ..................................................................................................................... 29
2.4.3.1 Limitation des contraintes ..................................................................................... 29
2.4.3.2 Maîtrise de la fissuration ....................................................................................... 29

2.4.3.2.1 Considérations générales................................................................................. 30


2.4.3.2.2 Section minimales d’armatures : Maîtrise de la fissuration........................ 30

2.4.3.2.3 Maîtrise de la fissuration sans calcul direct .................................................. 32


2.4.3.2.4 Calcul de l’ouverture des fissures .................................................................. 32
2.4.4 Synthèse – ELS – BAEL/EC2 ..................................................................................... 37

2.5 Etat Limite Ultime – BAEL/EC2 ....................................................................................... 37


2.5.1 Hypothèses fondamentales ....................................................................................... 37

2.5.2 Diagramme des pivots ............................................................................................... 38

2.5.2.1 ELU – BAEL............................................................................................................. 38


2.5.2.2 ELU – EC2 ................................................................................................................ 38

2.5.3 Synthèse – ELU – BAEL/EC2 .................................................................................... 40


3. Logiciels Internes de calcul : Ferrail, EffAdd, Ferrmax ......................................................... 40
3.1 FERRAIL BAEL................................................................................................................... 40

3.1.1 Déroulement du programme .................................................................................... 40


3.1.2 Description du programme ....................................................................................... 41

3.1.2.1 Hypothèses générales ............................................................................................ 41


3.1.2.2 Paramètres de ferraillage ....................................................................................... 41

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 3


Projet de Fin d’Etudes

3.1.2.3 Les efforts et moments résultants ......................................................................... 42


3.1.2.4 Calcul de ferraillage ............................................................................................... 43

3.1.2.5 Fichier de sections d'acier ...................................................................................... 43

3.1.2.6 Lecture par mots clés ............................................................................................. 44

3.2 EffAdd .................................................................................................................................. 45

3.2.1 Présentation ................................................................................................................. 45


3.2.2 Déroulement du programme .................................................................................... 45

3.3 Ferrmax ................................................................................................................................ 45


3.3.1 Présentation du programme ..................................................................................... 45

3.3.2 Déroulement du programme .................................................................................... 45

3.3.3 Exemple........................................................................................................................ 46
3.4 Application à une Affaire : Astrium Secoia Bâtiment Process ..................................... 46
3.4.1 Présentation du bâtiment .......................................................................................... 46
3.4.2 Charges et combinaisons : ......................................................................................... 47

3.4.3 Calcul des sollicitations-Fichiers de données ......................................................... 49


3.4.4 Utilisation de EffAdd ................................................................................................. 50

3.4.5 Utilisation de Ferrail : Calcul du ferraillage ........................................................... 51


3.4.5.1 Hypothèses et données de calcul ......................................................................... 51
3.4.5.2 Calcul des aciers minimaux .................................................................................. 51

3.4.5.3 Fichiers de commande et de résultats.................................................................. 52


3.4.6 Utilisation de Ferrmax : Enveloppe de ferraillage ................................................. 52

4. Nouvel outil de dimensionnement .......................................................................................... 53

4.1 Forme et fonctions du logiciel........................................................................................... 53


4.1.1 Constatations de l’application au Bâtiment Process .............................................. 53

4.1.2 Recueil des besoins auprès des ingénieurs ............................................................. 54


4.1.3 Conclusion ................................................................................................................... 55
4.2 Dimensionnement .............................................................................................................. 59

4.2.1 Dimensionnement à l’Etat Limite de Service (ELS) ............................................... 59


4.2.1.1 Hypothèses de calcul ............................................................................................. 59

4.2.1.2 Méthode de calcul................................................................................................... 60


4.2.1.2.1 Traction Simple N < 0 et M = 0 : .................................................... 63

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 4


Projet de Fin d’Etudes

4.2.1.2.2 Compression centrée N > 0 et M = 0 : ............................................ 64


4.2.1.2.3 Flexion simple et composée ............................................................................ 64

4.2.2 Dimensionnement à l’Etat Limite Ultime (ELU) .................................................... 70

4.2.2.1 Hypothèses de calcul ............................................................................................. 70

4.2.2.2 Méthode de calcul................................................................................................... 70

4.2.2.2.1 Traction Simple N < 0 et M = 0 : .................................................... 73


4.2.2.2.2 Compression centrée N > 0 et M = 0 : ........................................... 74

4.2.2.2.3 Flexion simple et composée : .......................................................................... 74


4.3 Calcul de la section minimale et de l’ouverture des fissures ....................................... 82

4.3.1 Section minimale ........................................................................................................ 82

4.3.1.1 Section minimale sans maîtrise de la fissuration ............................................... 82


4.3.1.2 Section minimale avec maîtrise de fissuration ................................................... 83
4.3.2 Ouverture des fissures ............................................................................................... 84

Conclusion

Bibliographie

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 5


Projet de Fin d’Etudes

Liste des Figures

Figure 1.1-1 Villes d’implantation en France .................................................................................. 11


Figure 1.1-2 Pays d’activité ............................................................................................................... 11
Figure 1.4-1 Répartition de la production ....................................................................................... 15
Figure 2.3-1 Diagramme Parabole-Rectangle BAEL [4] ................................................................ 19
Figure 2.3-2 Diagramme rectangulaire simplifié BAEL [4] .......................................................... 19
Figure 2.3-3 Diagramme Parabole-Rectangle EC2 [1] ................................................................... 21
Figure 2.3-4 Diagramme bilinéaire EC2 [1] .................................................................................... 21
Figure 2.3-5 Diagramme rectangulaire Simplifié EC2 [1] ............................................................. 21
Figure 2.3-6 Diagramme contrainte-déformation de l’acier BAEL [4] ........................................ 22
Figure 2.3-7 Diagramme contrainte-déformation à palier incliné EC2 [3] ................................ 23
Figure 2.3-8 Diagramme contrainte-déformation à palier horizontal EC2 [3] ........................... 23
Figure 2.3-9 Diagrammes des déformations à l’état-limite ultime BAEL : Règle des 3 pivots
[4] [5]..................................................................................................................................................... 24
Figure 2.3-10 Diagrammes des déformations à l’état-limite ultime EC2 : Règle des 3 pivots
[1] .......................................................................................................................................................... 25
Figure 2.3-11 Disposition des armatures BAEL [4] ........................................................................ 26
Figure 2.4-1 Variation du coefficient k pour le calcul de la section minimale ........................... 31
Figure 2.4-2 Sections effectives de béton autour des armatures tendues [7] ............................. 37
Figure 4.2-1 Section rectangulaire armée par A1 et A2 .................................................................. 60
Figure 4.2-2 Section entièrement tendue ........................................................................... 64
Figure 4.2-3 Section partiellement tendue ............................................................ 65
Figure 4.2-4 Section partiellement tendue .............................................. 66
Figure 4.2-5 Section partiellement tendue ................................................ 67
Figure 4.2-6 Section partiellement tendue .............................................................. 68
Figure 4.2-7 Section entièrement comprimée .............................................................. 69
Figure 4.2-8 Section rectangulaire armée par A1 et A2 ................................................................... 70
Figure 4.2-9 Section entièrement tendue ............................................................................ 74
Figure 4.2-10 Section partiellement tendue .......................................................... 76
Figure 4.2-11 Section partiellement tendue ...................................................... 77
Figure 4.2-12 Section partiellement tendue ......................................................... 78
Figure 4.2-13 Section partiellement tendue ............................................................ 79
Figure 4.2-14 Section partiellement tendue ........................................................... 80
Figure 4.2-15 Section entièrement comprimée ............................................................ 81

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 6


Projet de Fin d’Etudes

Liste des Tableaux

Tableau 2.3-1 Planning prévisionnel................................................................................................ 17


Tableau 2.3-2 Coefficients partiels relatifs aux matériaux BAEL................................................. 18
Tableau 2.3-3 Coefficients partiels relatifs aux matériaux EC2 .................................................... 18
Tableau 2.4-1 Classes d’exposition [1] ............................................................................................. 29
Tableau 2.4-2 Valeurs limites de l’ouverture des fissures [1] ....................................................... 30
Tableau 3.4-1 Combinaisons d’actions ELU pour le dimensionnement général ....................... 48
Tableau 3.4-2 Combinaison d’actions ELU pour le dimensionnement localisé ........................ 48
Tableau 3.4-3 Combinaison d’actions ELS ...................................................................................... 48
Tableau 3.4-4 Combinaisons d’actions accidentelles ELA ............................................................ 48
Tableau 3.4-5 Listes des fichiers de résultats ANSYS .................................................................... 50
Tableau 3.4-6 Valeurs des sections d’aciers minimales ................................................................. 51

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 7


Projet de Fin d’Etudes

Remerciements

Je tiens à remercier dans un premier temps Madame JANIN-REINER


Stéphanie et Monsieur FAYEL Pierre-François respectivement directrice adjointe et
directeur générale de l’établissement ISL à Paris; de m’avoir accueillie en tant que
stagiaire au sein de l’agence.

Je remercie également Monsieur SIXDENIER Jean-Philippe, Ingénieur Chef de


projet, et Monsieur Moez JELLOULI, Responsable d'activité calculs Scientifiques ; pour
l’expérience enrichissante et pleine d’intérêt que j’ai pu effectuée pendant ce stage
mais surtout pour le temps qu’ils m’ont consacré tout au long de cette période.

De manière plus générale, je remercie tout le personnel d’ISL Paris dans son
ensemble pour son accueil chaleureux et sa convivialité.

Je remercie de même, mon tuteur de stage Monsieur SCHAEFFER Claude,


Professeur ENSAM de Génie Civil, pour son encadrement pendant celui-ci.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 8


Projet de Fin d’Etudes

Introduction

Le présent mémoire de Projet de Fin d’Etudes (PFE) a pour objectif de présenter le


travail réalisé au cours de ce stage Ce dernier a été effectué pendant le dernier semestre du
cycle ingénieur en Génie Civil de l’INSA de Strasbourg (INSAS) et a été mené au sein de la
société indépendante ISL ingénierie présenté dans la première partie du mémoire.

Le cursus suivi au sein de l’INSAS intègre la réalisation de deux stages d’immersion


professionnelle précédents le PFE. Ces deux stages consistent une première approche du
monde professionnel ayant pour principale objectif la découverte des différents stades
aboutissants à la réalisation d’un projet. Le PFE quant à lui, permet de se mettre à la place
d’un ingénieur et de s’investir pleinement dans le développement et l’amélioration de
l’entreprise. Il constitue un défi personnel en répondant à un besoin de l’entreprise tout en
fournissant un réel travail d’ingénierie. Ce projet doit donc permettre de cristalliser les
connaissances acquises à l’INSA mais surtout permettre d’acquérir un savoir théorique et
pratique supplémentaire et nous permettre ainsi de nous réaliser en tant qu’ingénieur en vue
de l’obtention du diplôme.

Depuis 2010, les Eurocodes ont été reconnus comme étant le moyen de prouver la
conformité des ouvrages de génie civil et des bâtiments. C’est donc dans cet esprit de
passage progressif vers les normes européennes que s’inscrit l’activité principale de mon
PFE. Il est donc important de présenter dans un premier temps les différences entre ces deux
règlements tant du point de vu des processus de calcul que des dispositions constructives. La
deuxième partie est consacrée à la mise à niveau d’un logiciel interne de dimensionnement
au Béton Armé tout en l’améliorant après recueil des besoins auprès des ingénieurs.
Il s’agit ainsi dans ce mémoire, d’expliciter les études accomplies et nécessaires pour
aboutir aux objectifs fixés par l’encadrement et d’exposer les résultats obtenus et les outils
développés.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 9


Projet de Fin d’Etudes

1. Présentation de l’entreprise

1.1 Présentation générale

ISL est une société indépendante d'ingénierie qui rassemble des compétences pour
apporter à ses clients publics et privés des solutions dans les domaines de l'eau, de
l'environnement, de l'énergie, de l'aménagement et de la gestion du territoire, dans une
perspective de développement durable.
Créée en 1986 par 3 ingénieurs, Freddy ISAMBERT, Michel SALEMBIER et Michel LINO,
et avec la collaboration de Pierre LONDE, Président Honoraire de la Commission
Internationale des Grands Barrages.

ISL intervient à tous les stades des missions de conseil et d'ingénierie, des études amont
jusqu'à là la réalisation complète de projets:

études et schéma directeurs


audit et conseil
assistance à maîtrise d´ouvrage
maîtrise d´œuvre

 Domaines d’activité

Les activités d’ISL couvrent les domaines suivants :

Infrastructures Energie et
Eau et Ingénierie
et Ouvrages Aménagements Barrages
Environnement Informatique
Hydrauliques Hydroélectriques

 Implantation :

ISL est implantée dans 5 villes de France :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 10


Projet de Fin d’Etudes

o Paris,
o Lyon,
o Angers,
o Montpellier,
o Saint-Jean de Luz.

Figure 1.1-1 Villes d’implantation en France

 Pays d’activité
Depuis sa création, ISL s’est vu attribué plus de 2 000 contrats d’études dans ses
différents domaines de compétence. En effet, les ingénieurs de ISL sont intervenus pour des
maîtres d’ouvrage publics ou privés, tant en France que sur les cinq continents : plus de 40
pays au total.

Figure 1.1-2 Pays d’activité

 Quelques clients publics

Les Grands Lacs de Seine

Voies navigables de France

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 11


Projet de Fin d’Etudes

Office National de l’Electricité-Maroc

Agence Nationale pour la Gestion des Déchets


Radioactifs

Agence Nationale des Barrages

Agence Française de Développement

Ministère de l’Agriculture et des Ressources


Hydrauliques-Tunisie

Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du


développement durable et de la Mer

 Quelques clients privés

1.2 Moyens Humains

Afin de réaliser des projets de plus en plus ambitieux, ISL s’appuie sur le talent et les
compétences de ses employés afin d’atteindre l’objectif d’excellence fixé. Pour ce faire,
l’équipe pluridisciplinaire d’ISL est formée de 70 ingénieurs, projeteurs et techniciens
maîtrisant les différentes disciplines d’intervention : hydrologie, hydraulique, génie civil,
mécanique des sols et des roches, structures en béton, structures métalliques et vantellerie,
ouvrages souterrains, électromécanique, électricité, calcul scientifique et système
d’information géographique, études environnementales.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 12


Projet de Fin d’Etudes

 Organigramme

1.3 Assurance de la Qualité

Chaque jour, les ingénieurs et les équipes d'ISL innovent, anticipent et entreprennent,
pour répondre aux spécificités de chaque projet, dans le respect des objectifs de qualité.
Depuis 1986, ISL appuie son développement sur son équipe interne d’ingénieurs et
techniciens, et sur la qualité du service rendu à ses clients. Afin d’assurer une bonne
communication au sein de la société et ainsi de garantir la qualité des prestations fournies,
un système Intranet est mis à la disposition des employés. Ce dernier est accessible dans les
différents établissements et permet de partager de nombreuses informations concernant la
société, les projets, les offres, les outils et possède une bibliothèque électronique.

ISL est engagée dans une démarche de management de la qualité visant à fournir à ses
clients un haut niveau de service et de conseils.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 13


Projet de Fin d’Etudes

Les prestations d’ISL sont certifiées ISO 9001 (2000)


au titre de la conception et du développement.

Depuis plusieurs années, ISL mène une politique visant à établir des règles
communes permettant de garantir à ses clients le respect de la qualité attendue des
prestations d’études réalisées par la société.
Le Manuel Qualité est devenu le guide de référence pour toutes les étapes du
déroulement d’un projet, depuis la remise de l’offre jusqu’à la clôture de l’affaire. Ce manuel
est à la disposition des Maîtres d’Ouvrage.

ISL a été reconnu comme organisme intervenant pour


la sécurité des ouvrages hydrauliques

ISL bénéficie de différents agréments techniques dont :

Agrément Digues et barrages-études et diagnostics : cet agrément autorise ISL à


effectuer pour un ouvrage hydraulique (barrage ou digue), quelle que soit sa classe,
l'étude de dangers, le projet de réalisation ou de modification substantielle, la revue
de sûreté et les diagnostics de sûreté ;

Agrément Digues et barrages-études, diagnostics et suivi des travaux : cet agrément


autorise ISL à effectuer pour un ouvrage hydraulique (barrage ou digue), quelle que
soit sa classe, l'étude de dangers, le projet de réalisation ou de modification
substantielle, la mission de maîtrise d'œuvre, la revue de sûreté et les diagnostics de
sûreté ;

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 14


Projet de Fin d’Etudes

Agrément Auscultation : cet agrément autorise ISL à établir les rapports


d'auscultation.

1.4 Répartition de la production

La répartition de la production entre les différents secteurs d’activité d’ISL est la suivante :

Barrages Structures
24% 32%

Calcul
Eau et Scientifique
Environnement 4%
18%
Energie
22%

Figure 1.4-1 Répartition de la production

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 15


Projet de Fin d’Etudes

2. Objectifs du Projet

2.1 Objectifs personnels

Après un premier stage ouvrier sur un chantier de construction d’un Pont et un


deuxième stage de recherche orienté vers les travaux publics, mon désir était de compléter
ces deux derniers par un stage en bureau d’études pour découvrir les différentes missions
d’ingénierie et de conseil proposées par la société mais surtout des métiers incontournables
de notre secteur ceux de Chef de Projet et Chargé d’Etudes.
Un autre point qui m’a attiré vers le choix de ce projet est le fait que ce dernier s’inscrit
dans une optique d’amélioration du travail de l’entreprise ce qui permet de se sentir
pleinement investie dans le développement de celle-ci. Et enfin la dernière particularité et
non la moindre n’est autre que la connaissance des nouvelles normes européennes de calcul.
En effet, lors de mon cursus à l’INSA, les cours de dimensionnement au Béton Armé suivis
étaient basés sur l’ancienne norme nationale : le BAEL 91 (rev 99). Ce projet de Fin d’Études
consistait une bonne opportunité pour appliquer la nouvelle réglementation et plus
précisément l’Eurocode 2 mis en vigueur depuis mars 2010.

2.2 Objectifs liés à l’entreprise

Suite à la mise en place de la nouvelle réglementation EUROCODE, ISL souhaite


disposer d’un outil facilitant le dimensionnement des ouvrages en Béton armé et leur
vérification. Dans le cadre de ce stage, il s’agit donc de participer au développement d’une
nouvelle version d’un outil existant (FERRAIL) en collaboration avec les ingénieurs d’études
et les développeurs. Une étape de validation d’un logiciel de commerce GRAITEC par
l’application de cas tests viendra compléter le projet. Les principaux points du stage ont donc
été définis comme suit :

 Appropriation des outils existants


 Définition de l’utilisation actuelle et des besoins exprimés par les ingénieurs
 Proposition d’amélioration de l’outil
 Définition des calculs à intégrer
 Définition des diverses étapes de calculs pour le dimensionnement
 Rédaction de la documentation
 Définition des cas tests et validation du Logiciel GRAITEC

2.3 Déroulement de PFE

2.3.1 Planning prévisionnel

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 16


Projet de Fin d’Etudes

Le Planning provisoire a été défini début Janvier et il se présente comme suit :

Tâches Février Mars Avril Mai Juin

Appropriation des outils existants x x


Recueil des besoins internes x
Mise en place de la démarche de calcul x x
Rédaction de la note méthodologique
interne x x x
Définition des cas tests de vérification du
logiciel de commerce GRAITEC x x
Validation du logiciel GRAITEC x x
Tableau 2.3-1 Planning prévisionnel

2.3.2 Déroulement du stage


Le planning initialement prévu n’a pas tout à fait été respecté. En effet, à mon arrivée
au bureau d’étude, des ingénieurs utilisant le logiciel GRAITEC dans le cadre d’un projet
avaient rencontré des difficultés quant à la définition de certains paramètres pour le
dimensionnement béton armé. C’est donc pour cette raison que je me suis initialement
intéressé au Logiciel GRAITEC. Après une première étape d’initiation en parcourant le guide
d’utilisation et en appliquant quelques exemples; la deuxième étape consistait à définir et
calculer les cas tests pour la validation du Logiciel.
Vers début Mars, le bureau d’étude s’est vu confié le dimensionnement béton armé
d’un Bâtiment pyrotechnique inscrit dans le cadre du projet SECOIA (site d'élimination de
chargements d'objets identifiés anciens) géré par la société Astrium. Ce projet constituant un
bon exemple pour l’application du programme FERRAIL, la mission m’a donc été confiée me
permettant d’un côté de me familiariser avec le logiciel et d’un autre côté de participer au
développement de l’entreprise en travaillant sur un projet concret.
A ce moment là, j’avais simplement défini et réaliser le calcul à la main des cas tests,
la modélisation GRAITEC n’ayant pas encore été entamée. J’ai donc dû mettre de côté ce
travail pour m’intéresser au programme FERRAIL et au dimensionnement du bâtiment.
Cette étape a permis de redéfinir les priorités par rapport aux besoins du bureau
d’étude. En effet, la nécessité de mettre à niveau le logiciel interne à l’Eurocode étant plus
urgente, la suite du stage a donc été consacré à cet effet et s’est modulée comme suit :

- Recueil des besoins internes auprès des ingénieurs par le biais d’un questionnaire
- Définition des améliorations concernant la convivialité du logiciel et des différentes
fonctions supplémentaires à intégrer
- Présentation des idées au développeur et discussion quant à leur faisabilité

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 17


Projet de Fin d’Etudes

- Mise en place d’un calcul exhaustif pour le dimensionnement à l’Etat Limite Ultime
et à l’Etat Limite de Service en collaboration avec le développeur.

Le rassemblement des données (forme à donner au logiciel, calcul à intégrer, méthode


de dimensionnement..) pour la mise en place du nouvel outil de dimensionnement béton
armé à englobé le temps restant consacré au Projet de Fin d’Etude. De ce fait, la partie de
validation du Logiciel n’a pu être achevée et ne sera pas présentée dans ce rapport.
Cependant, la travail de calcul des cas tests n’est pas vain et peut être utilisé ultérieurement.

2.3.3 Coefficients Partiels


Les coefficients partiels permettant de couvrir les incertitudes et de déterminer les actions
et résistances de calcul sont définis comme suit :
BAEL :
Situation du Projet (Béton) (Acier)
Durable / Transitoire 1,5 1,15
ELU
Accidentelle 1,15 1,0
ELS 1,0 1,0
Tableau 2.3-2 Coefficients partiels relatifs aux matériaux BAEL

Eurocode 2 :
Situation du Projet (Béton) (Acier)
Durable / Transitoire 1,5 1,15
ELU
Accidentelle 1,2 1,0
ELS 1,0 1,0
Tableau 2.3-3 Coefficients partiels relatifs aux matériaux EC2

Comme le montre les deux tableaux ci-dessus, deux changements sont à noter :
devient donc avec ‘c’ pour ‘Concrete’ et passe de 1,15 à 1,2.

2.3.4 Béton – BAEL

2.3.4.1 Résistance mécanique du béton


Résistance caractéristique
Résistance à la compression à 28 jours :
Résistance à j jours :

Résistance à la traction :

Résistance de calcul :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 18


Projet de Fin d’Etudes

2.3.4.2 Autres Caractéristiques


Coefficient de Poisson
 en section non fissurée
 en section fissurée

Poids volumique : soit


Module de déformation :
Module de déformation instantanée

Module de déformation différée

2.3.4.3 Diagrammes contraintes-déformations

Le BAEL présente deux diagrammes possibles :

Figure 2.3-1 Diagramme Parabole-Rectangle BAEL [4] Figure 2.3-2 Diagramme rectangulaire simplifié BAEL [4]

2.3.5 Béton – EC2

2.3.5.1 Résistance mécanique du béton


L’EC2 permet d’utiliser des bétons de 12 à 90 MPa de résistance sur cylindres. Cette
valeur notée : correspond à une valeur caractéristique de la résistance à 28 jours. Elle
permet de déterminer les autres caractéristiques mécaniques des bétons.

La résistance de calcul est donnée par :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 19


Projet de Fin d’Etudes

Compression :

Traction :

2.3.5.2 Autres Caractéristiques


Coefficient de Poisson
 en section non fissurée
 en section fissurée

Poids volumique : soit


Module d’Young
o Module d’élasticité sécant de déformation instantanée :

o Module d’élasticité tangent1 pour les déformations à long terme : l’Eurocode


prend une valeur dépendant de chaque projet en introduisant le moment ELS
dû aux charges quasi-permanentes et le moment de calcul
:

: représente le coefficient de fluage qui peut être calculé soit en utilisant les courbes
de la clause 3.1.4 ou l’Annexe B de la norme NF EN 1992 1-1.

2.3.5.3 Diagrammes contraintes-déformations


Le calcul des sections peut être réalisé en utilisant l’une des trois relations contraintes-
déformations suivantes :

1 Module d’élasticité effectif : Voir Annexe 1.1

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 20


Projet de Fin d’Etudes

Figure 2.3-3 Diagramme Parabole-Rectangle EC2 [1] Figure 2.3-4 Diagramme bilinéaire EC2 [1]

Figure 2.3-5 Diagramme rectangulaire Simplifié EC2 [1]

2.3.6 Acier – BAEL

2.3.6.1 Résistance mécanique


Résistance caractéristique
Limite d’élasticité définissant la nuance d’acier :

Résistance de calcul :

2.3.6.2 Autres Caractéristiques


Module d’élasticité longitudinale :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 21


Projet de Fin d’Etudes

2.3.6.3 Diagramme contrainte-déformation


Le diagramme à considérer pour les besoins du calcul est conventionnellement défini comme
suit : Diagramme à palier horizontal

Figure 2.3-6 Diagramme contrainte-déformation de l’acier BAEL [4]

2.3.7 Acier – EC2

2.3.7.1 Résistance mécanique

Résistance caractéristique
Limite d’élasticité définissant la nuance d’acier :
Résistance en traction :

Résistance de calcul :

2.3.7.2 Autres Caractéristiques

Module d’élasticité longitudinale :

La densité :

2.3.7.3 Diagrammes contraintes-déformations

L’Eurocode 2 propose deux hypothèses de calcul selon le diagramme choisi :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 22


Projet de Fin d’Etudes

a) Diagramme avec palier incliné b) Diagramme avec palier de plasticité

Figure 2.3-7 Diagramme contrainte-déformation à palier Figure 2.3-8 Diagramme contrainte-déformation à palier
incliné EC2 [3] horizontal EC2 [3]

a) Branche supérieure inclinée, avec une limite de déformation égale à , et


une contrainte maximale égale à pour avec .
Les valeurs de et k 2 dépendent de la classe des armatures. Leurs valeurs sont présentées
dans l’Annexe C de la NF EN 1992-1-1.

b) Branche supérieure horizontale, sans limite pour la déformation de l’acier.

2.3.8 Diagrammes des déformations limites de la section – BAEL


En fonction des sollicitations, de la répartition et de la section des armatures, la rupture
de la section peut intervenir de différentes manières, depuis l’écrasement du béton par
compression simple, jusqu’à l’épuisement de la résistance de l’ensemble des armatures par
traction, en passant par la flexion simple ou composée. Ces différents cas sont rassemblés
dans un seul diagramme représentant la déformation de la section à l’état ultime.

2 Valeurs de et k : Voir Annexe 1.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 23


Projet de Fin d’Etudes

Figure 2.3-9 Diagrammes des déformations à l’état-limite ultime BAEL : Règle des 3 pivots [4] [5]

Pivot A :

 Domaine 1a : représente la traction simple ou la flexion composée avec


traction dans laquelle toute la section est tendue. Les diagrammes de
déformation correspondants sont des droites passant par A. Le Béton
n’intervient pas.

 Domaine 1b : représente la flexion simple ou composée avec axe neutre à


l’intérieur de la section. La résistance du béton n’est pas épuisée avec
. La droite représentative des déformations tourne autour du
point A.

Pivot B :

Les trois domaines 2a, 2b et 2c représentent la flexion simple ou composée avec axe
neutre à l’intérieure de la section mais le raccourcissement ultime du béton est atteint. Leurs
droites caractéristiques tournent autour du point B.

 Domaine 2a : la limite élastique de l’acier est atteinte ou dépassée avec

 Domaine 2b : les aciers sont tendus à une contrainte inférieure à la limite


d’élasticité avec

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 24


Projet de Fin d’Etudes

 Domaine 2c : Les aciers sont comprimés, tandis que les fibres extrêmes de la
section sont encore tendues.

Pivot C :

Le domaine 3 correspond à une flexion composée avec compression ou à une compression


simple, pour laquelle toute la section est comprimée.

2.3.9 Diagrammes des déformations limites de la section – EC2


L’Eurocode expose de nouveaux diagrammes contrainte–déformation qui n’étaient pas
utilisés au BAEL. Ceci conduit donc à quelques modifications au niveau du diagramme dit
des 3 pivots où les valeurs limites de déformations du béton et de l’acier changent selon les
choix réalisés.

Figure 2.3-10 Diagrammes des déformations à l’état-limite ultime EC2 : Règle des 3 pivots [1]

Pivot A :

 Diagramme de l’acier à palier incliné : (cf. §3.5.1.3)


 Diagramme de l’acier à palier horizontal de plasticité :
 Domaine 1b : avec :
o Diagramme parabole rectangle
o Diagramme bilinéaire

Pivot B :
 Domaine 2a :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 25


Projet de Fin d’Etudes

 Domaine 2b :

Pivot C :
o Diagramme parabole rectangle
o Diagramme bilinéaire

2.3.10 Enrobage – BAEL clause A.7


Enrobage c = Distance de l’axe d’une armature à la paroi la plus voisine diminuée du rayon
nominal de cette armature.

Le BAEL défini dans un premier temps des valeurs minimale d’enrobage selon la
situation du projet 3 afin d’assurer la protection des armatures :

Les dispositions suivantes permettent de garantir un bétonnage correct :

c : Enrobage

Figure 2.3-11 Disposition des armatures BAEL [4]

2.3.11 Enrobage – EC2 NF EN 1992-1-1 clause 4.4


Enrobage = distance entre le surface de l’armature (épingles, étriers et cadres compris,
ainsi que armatures de peau, le cas échéant) la plus de la surface du béton et cette dernière.

L’enrobage nominale est défini comme suit :

: Enrobage minimal satisfaisant aux exigences d’adhérence et de condition


d’environnement

3 Situation du Projet BAEL : Voir Annexe 1.3

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 26


Projet de Fin d’Etudes

: Enrobage minimal vis-à-vis des exigences d’enrobage (voir Annexe 1.4)


: Enrobage minimale vis-à-vis des conditions d’environnement (voir Annexe 1.4)

: Marge de calcul pour les tolérances d’exécution

Les valeurs des paramètres précédents dépendent de différentes caractéristiques


telles que la classe d’exposition (NF EN 1992-1-1 Clause 4.2 Tableau 4.1) et la classe structurale
(NF EN 1992-1-1/NA Clause 4.4.1.2 (5) NOTE).

2.3.12 Synthèse comparative

La comparaison entre les deux règlements permet de déduire quelques divergences entraînant
des changements dans le calcul des armatures :

Coefficient partiel dans le cas de la situation Accidentelle,


Résistance de calcul : Absence du coefficient 0,85 pour l’Eurocode,
Module de déformation du Béton : cette différence engendre une modification pour le calcul
du coefficient d’équivalence utilisé pour le dimensionnement à l’ELS,
Diagrammes contraintes-déformations : l’Eurocode présente des diagrammes supplémentaires
et différents du BAEL et donc des valeurs de déformations limites distinctes. Ceci influe
grandement le dimensionnement plus précisément le calcul à l’ELU par une définition
différente des pivots.

Un autre point important à noter est la détermination de l’enrobage des armatures qui ne dépend
plus que de la géométrie de l’élément (BAEL) mais de sa classe d’exposition et la classe structurale
pour l’Eurocode 2.

Des tableaux récapitulatifs des caractéristiques des matériaux et des hypothèses de


calcul sont joints en Annexe 1.5

2.4 Etat Limite de Service – BAEL/EC2

2.4.1 Hypothèses fondamentales

Un certains nombre d’hypothèses de calcul des sections fléchies en béton armé doivent
être prises pour pouvoir réaliser le dimensionnement. Ces hypothèses sont valables que ce
soit pour le BAEL ou l’Eurocode et les principales sont :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 27


Projet de Fin d’Etudes

 Principe de Navier –Bernoulli : Une section plane reste plane après déformation avec
conservation des sections planes et non gauchissement,
 Adhérence acier et béton : l’acier et le béton ont des déformations identiques. Le
coefficient de dilatation des deux matériaux est le même et ils subissent les même
déformations, l’un entraînant l’autre par adhérence.
 Le béton tendu n’est pas pris en compte : la résistance du béton tendu est négligée, ce
qui est prudent compte tenu de sa faible résistance à la traction et du fait que des
fissures ont pu se produire avant sa mise en chargement sous l’action du retrait, des
variations de température et de l’humidité.
 Le comportement des matériaux est élastique en Etat Limite de Service : aussi bien
pour le béton que pour l’acier, les contraintes sont proportionnelles aux
déformations. On reste dans le domaine élastique jusqu’aux contraintes admissibles
pour le matériau.

2.4.2 ELS – BAEL

2.4.2.1 Limitation des contraintes

Béton

La limitation de la contrainte de compression correspond à l’apparition d’une micro


fissure interne :

Acier

Des fissures excessives peuvent permettre des infiltrations de nature à nuire à la tenue à
la corrosion des armatures : La limitation de ce risque est liée à une limitation de la
contrainte . Le BAEL 91 (rev 99) prévoit 3 cas :

 Fissuration peu préjudiciable : pas de limitation de


 Fissuration préjudiciable :
 Fissuration très préjudiciable :

: Résistance à la traction du béton


: Limite d’élasticité définissant la nuance d’acier :
= 0,1 pour les ronds lisses = 1,6 pour les aciers HA de diamètre ≥ 6mm

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 28


Projet de Fin d’Etudes

2.4.3 ELS – EC2

2.4.3.1 Limitation des contraintes


Béton

Pour éviter les fissurations longitudinales, les microfissures ou encore des niveaux élevés
de fluage, on peut limiter la contrainte de compression à la valeur pour les classes
d’exposition XD, XF et XS avec .

Classe d’exposition Description de l’environnement


XD Corrosion induite par les chlorures

XF Corrosion induite par les chlorures


présents dans l’eau de mer
XS Attaque gel/dégel
Tableau 2.4-1 Classes d’exposition [1]

Quand on prend en compte le fluage du béton dans les calculs en combinaison quasi-
permanente, le fluage est :

o Linéaire si :
o Non linéaire si :

Acier

Afin d’éviter les déformations inélastiques ainsi qu’un niveau de fissuration inacceptable,
la contrainte de l’acier est limitée sous combinaisons caractéristiques à la valeur suivante :

Lorsque la contrainte est provoquée par une déformation imposée, la contrainte est
limitée à

2.4.3.2 Maîtrise de la fissuration

L’Eurocode introduit une nouvelle notion de maîtrise de la fissuration qui consiste à


s’assurer que l’ouverture des fissures n’excède pas une limite fixée avec le client. Cette
limitation est obtenue soit :
- En prévoyant un pourcentage minimal d’armatures adhérentes
- En limitant les distances entre les barres et les diamètres de celles-ci.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 29


Projet de Fin d’Etudes

2.4.3.2.1 Considérations générales

La fissuration doit être limitée de manière à :


 ne pas porter préjudice au bon fonctionnement de la structure
 ne pas rendre son aspect inacceptable.

Il convient d’établir, en accord avec le client, des limites appropriées tenant compte, de la
nature de la structure, de la destination finale et du coût de la limitation de la fissuration.

En l’absence d’exigences spécifiques (étanchéité par exemple), il faut vérifier que :

: Ouverture calculée des fissures


Valeur limite de l’ouverture calculée des fissures.

Les valeurs limites de l’ouverture des fissures recommandées par l’Annexe Nationale
sont les suivantes :

Sous combinaisons quasi-permanentes des charges


Classes d’exposition Valeurs de
X0, XC1
XC2, XC3, XC4
XD1, XD2, XS1, XS2, XS3, XD3
Tableau 2.4-2 Valeurs limites de l’ouverture des fissures [1]

2.4.3.2.2 Section minimales d’armatures : Maîtrise de la fissuration

Si une limitation de la fissuration est prévue, une quantité minimale d’armatures est
nécessaire pour maîtriser la fissuration dans les zones où une contrainte de traction est
prévue. Le calcul est réalisé de manière à ce que la limite d’élasticité de l’armature ne soit pas
atteinte avant la charge de fissuration.
Pour les sections en T ou les caissons le calcul doit être réalisé séparément pour les
différentes parties de la section (âme et membrures).
La relation donnant la valeur de la section minimale est la suivante :

Avec

: Contrainte maximale égale à la résistance moyenne de traction

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 30


Projet de Fin d’Etudes

: Section droite de béton tendu juste avant l’apparition de la première fissure pour la
contrainte maximale

: Contrainte de l’acier (l’Annexe nationale préconise )

: Coefficient qui tient compte de l’effet des contraintes non uniformes auto-équilibrées
conduisant à une réduction des efforts dus aux déformations gênées.

Figure 2.4-1 Variation du coefficient k pour le calcul de la section minimale

 Section rectangulaires et âmes des caissons et des sections en T

 Membrures de caissons et des sections en T

: Coefficient qui tient compte de la répartition des contraintes dans la section


immédiatement avant la fissuration ainsi que de la modification du bras de levier.

o En traction pure

o En flexion simple ou composée


- Section rectangulaires et âmes des caissons et des sections en T

- Membrures de caissons et des sections en T

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 31


Projet de Fin d’Etudes

: Contrainte moyenne dans le béton régnant dans la section considérée

: Effort normal agissant à l’état limite de service dans la section considérée

: Coefficient qui prend en compte l’effet de l’effort normal sur la répartition des
contraintes

: est la valeur absolue de l’effort de traction dans la membrure juste avant la fissuration,
résultant du moment de fissuration calculé avec

 Exemples de calcul de
- Traction pure :
- Flexion simple :
Section rectangulaire :
Section en Té :

1) Ame tendue (Acier au niveau de l’âme) :


Si
Si
2) Ailes tendues (Acier au niveau de la table) :
Si
Si

2.4.3.2.3 Maîtrise de la fissuration sans calcul direct


Voir Annexe 2.1.1

2.4.3.2.4 Calcul de l’ouverture des fissures

Principe de calcul

La présence de zones non fissurées, d’une certaine longueur, dans les sections d’un
élément tendu rend le comportement de l’élément considéré discontinu. Il faut donc se
référer à des valeurs moyennes :
En désignant par :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 32


Projet de Fin d’Etudes

: Distance moyenne finale entre fissures,


: Allongement unitaire moyen de l’armature seule sur la distance,
: Allongement unitaire moyen du béton sur cette même distance,
l’allongement unitaire moyen de l’armature par rapport à celui du béton adjacent vaut :

L’ouverture moyenne des fissures est égale à l’allongement que subit l’armature par
rapport au béton sur la distance :

Soit :

: Contrainte de l’armature dans une section fissurée sous la combinaison d’actions


considérée,
: Contrainte de l’armature dans une section non fissurée sous la combinaison d’actions
considérée,
: Déformation relative de l’armature dans la section homogène fissurée en négligeant la
contribution du béton tendu entre les fissures,
: Contrainte de l’armature au moment où le béton se fissure (calcul en section fissurée
soumise au moment de fissuration correspondant à l’atteinte de la contrainte pour le
béton tendu de la section non fissurée),
: Déformations relatives de l’armature correspondant à la contrainte .

A l’état homogène non fissuré, l’effort de traction est équilibré par le béton et les
armatures tendus :

L’effort critique provoquant la rupture (fissuration) du béton est obtenu lorsque la


contrainte dans le béton atteint la valeur

Or par adhérence entre le béton et l’acier on a :

Il vient donc :

A cette force de rupture correspond une contrainte, après l’apparition de la première


fissure, qui a pour valeur :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 33


Projet de Fin d’Etudes

Cette expression établie dans le cas de la traction pure peu être généralisée en
considérant non plus la section totale du béton mais une section effective autour des
armatures tendues. La contrainte est donc égale à :

En posant :

Il vient :

Pour déterminer la différence à utiliser pour le calcul de l’ouverture des


fissures, en considérant que l’allongement unitaire moyen du béton est proportionnel à ,
l’Eurocode 2 (EC2-1-1 art.7.3.4) donne la formule suivante :

: Coefficient empirique permettant une évaluation de la déformation moyenne sur la


distance maximale entre fissures en fonction de la durée du chargement.
D’où :

Espacement maximal des fissures


1) Espacement des armatures tendues (poutres)

: Diamètre de la barre ou diamètre équivalent des barres en mm

c : Enrobage au nu des armatures

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 34


Projet de Fin d’Etudes

Facteur caractérisant l'adhérence des armatures

à é

Coefficient tenant compte de la distribution des déformations

étant respectivement le plus petit et le plus grand allongement relatif en fibre


extrêmes, la section étant entièrement tendue

2) Espacement des armatures tendues (dalles)

: Hauteur totale de la section


: Hauteur du béton comprimé (position de l’axe neutre)

Remarque :
Les espacements des armatures sont calculés comme suit :
o Poutre

: Diamètre du plus gros granulat

o Dalle :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 35


Projet de Fin d’Etudes

Ouverture calculée des fissures

: Ouverture calculée des fissures,


: Espacement maximal des fissures
: Allongement unitaire moyen du béton sur cette même distance ,
: Déformation moyenne de l’armature de béton armé sous la combinaison de charges
considérée, incluant l’effet des déformations imposées et en tenant compte de la participation
du béton tendu.
: Contrainte dans les armatures de béton tendues en supposant la section fissurée
: Rapport des modules d’Young (coefficient d’équivalence) =

: Aire de la section effective de béton autour des armatures tendues de hauteur


grisée sur les figures ci-après :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 36


Projet de Fin d’Etudes

Figure 2.4-2 Sections effectives de béton autour des armatures tendues [7]

2.4.4 Synthèse – ELS – BAEL/EC2


Voir Annexe

Les deux règlements limitent la contrainte du béton à 0,6 fois la contrainte caractéristique.
Cependant, l’Eurocode n’impose cette borne que pour les classes d’exposition XD, XF et XS.

La notion de fissuration préjudiciable n’existe plus à l’Eurocode. La contrainte de l’acier


est limitée à 0,8 fois la contrainte caractéristique et la maîtrise de la fissuration est intégrée en
bornant l’ouverture des fissures calculée par une valeur maximale .

2.5 Etat Limite Ultime – BAEL/EC2

2.5.1 Hypothèses fondamentales

Les hypothèses fondamentales prises en compte à l’Etat Limite Ultime que ce soit au
BAEL ou à l’Eurocode, sont les suivantes :

 Principe de Navier –Bernoulli : Une section plane reste plane après déformation avec
conservation des sections planes et non gauchissement,

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 37


Projet de Fin d’Etudes

 Adhérence acier et béton : l’acier et le béton ont des déformations identiques. Le


coefficient de dilatation des deux matériaux est le même et ils subissent les mêmes
déformations, l’un entraînant l’autre par adhérence.
 Le béton tendu n’est pas pris en compte : la résistance du béton tendu est négligée, ce
qui est prudent compte tenu de sa faible résistance à la traction et du fait que des
fissures ont pu se produire avant sa mise en chargement sous l’action du retrait, des
variations de température et de l’humidité.

2.5.2 Diagramme des pivots

Le dimensionnement à l’état limite ultime est basé sur l’utilisation du diagramme des
trois pivots et le comportement des matériaux. La différence entre les deux normes provient
donc de ces deux paramètres.

2.5.2.1 ELU – BAEL


Outre les diagrammes simplifiés, le BAEL présente les diagrammes suivants (cf. §3.1):

Acier : Diagramme à palier horizontal avec limitation de la déformation de l’acier


Béton : Diagramme Parabole-Rectangle

Les différents pivots se présentent donc comme suit :

 Pivot A :
 Pivot B :
 Pivot C :

2.5.2.2 ELU – EC2


Outre les diagrammes simplifiés, l’Eurocode 2 définis les diagrammes de calcul suivants :

Acier : - Diagramme à palier incliné avec limitation de la déformation de l’acier


- Diagramme à palier horizontal sans limitation de la déformation de l’acier

Béton : - Diagramme parabole rectangle


- Diagramme bilinéaire

Les différents cas de calculs selon les choix de diagrammes réalisés se présentent
comme suit :

1) Diagramme à palier incliné et diagramme parabole rectangle


 Acier Classe A
o Pivot A :
o Pivot B : pour
o Pivot C : pour

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 38


Projet de Fin d’Etudes

 Acier Classe B
o Pivot A :
o Pivot B : pour
o Pivot C : pour
 Acier Classe C
o Pivot A :
o Pivot B : pour
o Pivot C : pour

2) Diagramme à palier incliné et diagramme bilinéaire

 Acier Classe A
o Pivot A :
o Pivot B : pour
o Pivot C : pour

 Acier Classe B
o Pivot A :
o Pivot B : pour
o Pivot C : pour

 Acier Classe C
o Pivot A :
o Pivot B : pour
o Pivot C : pour

3) Diagramme à palier horizontal et diagramme parabole rectangle

Avec un diagramme à palier horizontal, il n’y a pas de limitation d’allongement à


prendre en compte dans les calculs. Le pivot A n’a donc plus de sens et on peut considérer,
même pour de petites hauteurs du béton comprimé, que celui-ci a une déformation de (=
si ).

o Pivot B : pour
o Pivot C : pour

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 39


Projet de Fin d’Etudes

4) Diagramme à palier horizontal et diagramme bilinéaire

De même que pour le cas précédent. Le Pivot A n’existe plus et on peut considérer,
même pour de petites hauteurs du béton comprimé, que celui-ci a une déformation de (=
si ).

o Pivot B : pour
o Pivot C : pour

Les valeurs des allongements maximaux du béton et de l’acier sont


consignées en Annexe 2.2.

2.5.3 Synthèse – ELU – BAEL/EC2

L’Eurocode défini deux diagrammes supplémentaires par rapport au BAEL : le diagramme


bilinéaire pour le béton et le diagramme à palier incliné pour l’acier. De plus, les
caractéristiques des deux autres diagrammes, également présentés dans le BAEL, diffèrent
entre les deux normes. La limitation de l’allongement de l’acier dans le cas du diagramme à
palier horizontal n’existe plus à l’Eurocode (Pivot A n’a plus de sens) et les valeurs limites de
la déformation du béton ne sont plus fixées à mais varient si .

Le dimensionnement à l’ELU étant basé sur le principe des pivots dont les limites sont
déduites des diagrammes contrainte-déformation des matériaux ; ces divergences auront une
conséquence sur le calcul des sections d’armatures.

3. Logiciels Internes de calcul : Ferrail, EffAdd, Ferrmax

3.1 FERRAIL BAEL

3.1.1 Déroulement du programme


Le programme FERRAIL permet un calcul automatique de ferraillage de dalles (plaques
ou coques), et de poteaux (poutres) à partir des efforts et moments résultants, suivant les
hypothèses d'état limite de service, ou d'état limite ultime.

La lecture des options du calcul s'effectue à l'aide de mots clés. Les mots clés permettent
de structurer les actions du programme dans l'ordre souhaité, et définissent aussi bien les
hypothèses de calcul, les paramètres géométriques et mécaniques, que la lecture de fichiers
de données, le calcul de ferraillage et l'impression des résultats.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 40


Projet de Fin d’Etudes

Durant une session du programme FERRAIL, le programme effectuera une ou


plusieurs fois les actions suivantes :

 lecture de paramètres de ferraillage,


 lecture d'un fichier d'efforts et moments résultants dans la structure, calcul de
ferraillage, génération du fichier résultat de sections,
 rédaction au fur et à mesure d'un fichier général nommé "FERRAIL.LOG" contenant
les hypothèses de ferraillage et la liste associée des fichiers de données en efforts et
résultats en sections d'acier.

3.1.2 Description du programme

3.1.2.1 Hypothèses générales


Les hypothèses de calcul de ferraillage sont nombreuses. Les hypothèses fondamentales
sont choisies par l'utilisateur; d'autres hypothèses sont fixées. Les hypothèses auxquelles le
programme donne accès sont les suivantes :

 Etat limite de service (ELS), ou état limite ultime (ELU)


 Calcul de dalle ou de poteau
 Fissuration préjudiciable ou très préjudiciable
 Pour un calcul de poteau en ELU : prise en compte de la flexion déviée.
 Calcul d'aciers transversaux en ELU
 Excentricité additionnelle en ELU (ex : pour calcul de flambement)

3.1.2.2 Paramètres de ferraillage


Un certain nombre de paramètres de ferraillage, bien qu'ils admettent une valeur par
défaut, peuvent être fixés par l'utilisateur. Ces paramètres concernent :

 la géométrie de la section de béton,


 les coefficients partiels
 les caractéristiques mécaniques du béton et de l'acier,
 les distances d'enrobage des aciers.

Il est également possible de fournir, dans un fichier de données supplémentaires, une


liste de paramètres par section d’acier traitée.

Certains paramètres dépendent du système d'axes fixés pour décrire la structure. Dans le
cas de calcul de dalle, la surface moyenne est localement assimilée au plan XOY. Dans le cas
de calcul de poteau, la fibre moyenne du poteau est localement assimilée à l'axe Z.
A partir des paramètres donnés par l'utilisateur, le programme évalue un certain nombre
de paramètres complémentaires nécessaires au calcul.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 41


Projet de Fin d’Etudes

3.1.2.3 Les efforts et moments résultants


Les données

L'évaluation des résultantes suit quelques conditions :

 Dans le cas dalles, les résultantes considérées sont évaluées par moyenne dans
l'épaisseur de la dalle. Dans le cas de poteaux, les résultantes sont évaluées par
moyenne sur la section du poteau.
 Les conventions de signes sont celles du béton armé : un effort de compression est
positif, un moment est positif lorsque la fibre inférieure est tendue.
 Les résultantes d'efforts et moments doivent être données en unités cohérentes avec
les paramètres mécaniques donnés du béton et de l'acier.

Dans le cas où les données dont l'utilisateur dispose ne vérifient pas les conditions
précédentes (convention de signe différente, ...), il lui est possible d'indiquer des facteurs
correctifs par lesquels sont multipliés les efforts et moments résultants avant le calcul de
ferraillage.

Les fichiers

Différents logiciels peuvent être utilisés pour le calcul des sollicitations. Ceci entraîne une
diversité des présentations de fichiers de données issus de calculs extérieurs.

Il est nécessaire que ces fichiers soient de type "ascii" (fichiers textes), et suivent quelques
règles qui sont les suivantes :

5) la première ligne du fichier est un titre général,


6) les lignes suivantes sont rédigées par séries d'informations, comprenant :
- série, ligne 1) le nombre de sections à lire
- série, ligne 2) un titre libre
- série, ligne...) les efforts et moments relatifs à une section, une section par
ligne.

Un exemple de fichier de données est présenté en Annexe 1.4.

Toutes les informations relatives à une section de béton sont présentées sur une ligne, qui
peut contenir indifféremment :
- un numéro de section,
- une ou plusieurs coordonnées du centre de gravité,
- les efforts normaux,
- les moments,
- les efforts transversaux,
- les moments des charges permanentes.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 42


Projet de Fin d’Etudes

Toutes ces informations ne sont pas nécessairement présentes. C'est au cours de la


lecture des paramètres que l'utilisateur précise le contenu des lignes du fichier de données.

3.1.2.4 Calcul de ferraillage


Toutes les données ayant été fournies : paramètres de ferraillage, fichiers des efforts, le
programme peut calculer les sections d'acier nécessaires, pour un ou plusieurs fichiers de
données en efforts. Le programme inscrit les résultats en liste de sections d'acier dans chaque
fichier de résultat (un fichier de résultat par fichier de données)

Parallèlement, le programme rédige un fichier général nommé "FERRAIL.LOG". Ce


fichier contient :

 La liste des paramètres utilisés au cours du calcul, avec un rappel des hypothèses
effectuées.
 La liste, par sections, des messages d'avertissement. Lorsque le programme rencontre
des difficultés au cours de la résolution (ce qui peut se produire, compte tenu du fait
des nombreux algorithmes itératifs utilisés), ou lorsque les sections d'acier calculées
ne conviennent pas (limite de résistance du béton, sections d'acier trop
importantes,...), c'est dans le fichier "FERRAIL.LOG" qu'un message d'avertissement
est mentionné. Le code d'erreur relatif à cet avertissement est également reporté dans
le fichier de résultats en sections d'acier si sa mention a été demandée.
 A la demande de l'utilisateur, le programme peut fournir des informations détaillées
sur le calcul des sections dans le fichier général "FERRAIL.LOG".

 Options de calcul de ferraillage


- En calcul d’Etat limite Ultime, l’utilisateur peut demander que le programme ne
prévoie pas d’aciers de compression. Toutefois, si des aciers de compressions étaient
nécessaires, le programme indique un message dans le fichier FERRAIL.LOG.
- Le programme peut corriger la valeur de l’enrobage. L’utilisateur fournit une liste de
sections d’aciers et leurs enrobages associés ; le programme augmente l’enrobage
initial en fonction de la section d’acier calculée.

3.1.2.5 Fichier de sections d'acier


Lors d'un calcul de ferraillage, les résultats sont inscrits dans un fichier de même
structure que le fichier de données. Point par point, le programme inscrit la liste des sections
d'acier calculées par direction. Les sections résultats sont en cm2. Dans le cas des dalles, les
sections sont des sections par mètre linéaire. Dans le cas des poteaux, les sections sont
données en sections réelles. L'utilisateur peut adapter la valeur de ces sections à l'aide de
facteurs multiplicatifs, appliqués après le calcul.
Le fichier de résultats peut contenir les paramètres suivants (suivants les trois directions) :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 43


Projet de Fin d’Etudes

 Numéro de la section
 Coordonnées de la section
 Effort normal
 Moment
 Effort transversal
 Moment des efforts permanents
 Excentricité additionnelle
 Code d’erreur :
 . Pas d'erreur
 C Erreur de calcul
 P Erreur à posteriori dans l'évaluation des sections d'acier
 Section d’acier
 Contrainte de compression du béton dans la section en X (els)
 Indice d’état de la section :
 Section non sollicitée
 Section entièrement comprimée
 Section partiellement tendue, fibre inférieure comprimée
 Section partiellement tendue, fibre supérieure comprimée
 Section entièrement tendue
 Indice indique si des aciers de compression ont été calculés
 Enrobage
Lorsqu'une erreur de calcul ou de post-traitement se présente, le message d'erreur
associé est écrit dans le fichier général "FERRAIL.LOG".
Lorsque l'utilisateur demande une impression détaillée des sections d'acier calculées, le
fichier général "FERRAIL.LOG" contient en outre, section par section, et direction par
direction :
- Les efforts et moments résultants utilisés par le calcul,
- un indice désignant l'état de la section,
- un indice désignant l'acier le plus tendu (nappe inférieure ou supérieure)
- un code d'erreur.

3.1.2.6 Lecture par mots clés


La lecture s'effectue à l'aide de mots clés qui permettent d'indiquer hypothèses de
calcul, les paramètres de ferraillage, les lectures de fichiers d'efforts et moments résultants et
le calcul de ferraillage associé. La liste des mots clés décodés par le programme est présentée
en Annexe 3.2.
Les paramètres de calcul sont définis par défaut. L'utilisateur peut redéfinir ou non
l'ensemble de ces paramètres. La convention étant la suivante : tout paramètre défini est
appliqué systématiquement après sa définition, un paramètre non défini est ajusté à sa
valeur par défaut.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 44


Projet de Fin d’Etudes

Un même paramètre peut être défini plusieurs fois. Le calcul de ferraillage s'effectue avec
les dernières valeurs de paramètres définies auparavant. Toutefois, si un fichier de
paramètres variables par section est donné, les valeurs prises en compte seront celles
mentionnées dans ce fichier.

3.2 EffAdd

3.2.1 Présentation
Le programme Effadd est un outil permettant d e réaliser des combinaisons linéaires de
valeurs contenues dans un ou plusieurs fichiers.

Dans le cas d’un projet, plusieurs combinaisons d’actions sont généralement définies.
C’est à ce niveau là qu’intervient notamment cet outil en permettant le cumul d’efforts issus
de charges extérieures différentes.

3.2.2 Déroulement du programme


Les fichiers d’entrée sont des fichiers textes dont la présentation doit être similaire
(nombre de colonnes et nombre de lignes).

Chaque ligne de code est constituée de 4 colonnes comportant le nom du fichier d’entrée
suivie du coefficient par lequel seront multipliées les données.

Il faut noter que le la première colonne n’est suivie d’aucun coefficient. Celui-ci est par
défaut égal à 1 est ne peut être modifié.

Les fichiers de sorties destinés à être utilisés par le logiciel Ferrail en tant que fichiers de
données sont d’extension «.eff » dont le nom ne doit pas dépasser 8 caractères.

Un exemple est présenté en Annexe.

3.3 Ferrmax

3.3.1 Présentation du programme

Le programme FERRMAX permet un calcul de valeurs minimales ou maximales parmi


des valeurs numériques stockées dans un ou plusieurs fichiers. Ce programme est
notamment utilisé pour les tris d’efforts ou de sections d’acier traités par le programme
FERRAIL.

3.3.2 Déroulement du programme

La lecture des options du calcul s'effectue à l'aide de mots clés. Les mots clés permettent
de préciser les paramètres du tri, le nom des fichiers résultats, et de lancer un ou plusieurs
calculs de tris.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 45


Projet de Fin d’Etudes

Durant une session du programme FERRMAX, le programme effectuera une ou


plusieurs fois les actions suivantes :

 lecture de paramètres du tri,


 lecture du nom du fichier résultat (il est possible d’indiquer des noms différents au
cours des opérations de tri).
 opérations de tri portant sur un ou plusieurs fichiers de données. Les fichiers peuvent
être associés à un indice entier (numéro de chargement par exemple) qui sera rappelé
dans le fichier résultat lorsque le fichier comporte la valeur prédominante.

- fichiers de données : la présentation doit être similaire à celle des fichiers de données
du logiciel Ferrail (cf. §4.1.1.4)

3.3.3 Exemple
Voir Annexe 3.3.

3.4 Application à une Affaire : Astrium Secoia Bâtiment Process

Au cours de mon stage, le bureau d’études s’est vu confié la mission de l’évaluation du


ferraillage en phase APS d’un Bâtiment Pyrotechnique, par la société CAP INGELEC. Ce
projet de construction s’inscrit dans le cadre du programme SECOIA (site d'élimination de
chargement d'objets identifiés anciens) dirigé par la société Astrium. Le dimensionnement
béton armé étant réalisé à l’aide du logiciel FERRAIL, il était donc judicieux de pouvoir
prendre en charge ce projet qui constitue un exemple assez complet. Cette mission était donc
un moyen de me familiariser avec le logiciel et ses différentes fonctions mais également de
définir les modifications à mettre en place pour le nouvel outil de calcul.

3.4.1 Présentation du bâtiment


Le bâtiment composé d’un seul étage est constitué d’un :

- Local utilités 1
- Local utilité 2
- Local utilités 3
- Hall de déchargement
- Hall de dépilage
- Hall de préparation
- Hall de détonation
- Hall de décontamination :
- Hall de préparation

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 46


Projet de Fin d’Etudes

Les épaisseurs des dalles mises en place sont les suivantes : 20cm, 40cm, 50cl, 60cm, et
65cm.

Un modèle numérique en 3D sont respectivement présentés en Annexe 4.1.

3.4.2 Charges et combinaisons :


La définition des charges et combinaisons a été effectuée par la société mandatrice. Les
cas de charges étudiés sont les suivants :

 Cas 0 : poids propre éléments + Poids du pont roulant + Poids chambre de


détonation.
 Cas 1 : charge exploitation 3 t / m² sur les radiers.
 Cas 2 : 40 t réparties sur la dalle de détonation correspondant aux chocs en
compression dus à la détonation.
 Cas 3 : stationnement 2 VTM dans le hall de déchargement - Charge de 13 t à l'essieu.
 Cas 4 : béquillage des VTM.
 Cas 5 : charriot de la chambre de détonation.
 Cas 6 : déplacement de la chambre de détonation.
 Cas 7 : utilisation du pont roulant - charge utile 20 t.
 Cas 8 : gradient thermique Hiver.
 Cas 9 : gradient thermique Été.
 Cas 11 : neige.
 Cas 12 : vent
 Cas 13 : vent extrême

Ces cas de charges sont ensuite classés selon leur catégorie :

 Cas 0 : charges permanentes G


 Cas 1 : charges exploitation générale Q1
 Cas 2 : charges exploitation spécifique Hall détonation Q4 pendant détonation
 Cas 3 ou cas 4 : charges exploitation spécifique Hall déchargement Q2 ou Q3
 Cas 5, 6 et 7 : charges exploitation spécifique Hall détonation Q5 à Q7 sans détonation
 Cas 8 ou cas 9 : charges Température T1 ou T2
 Cas 11 : charges de Neige S
 Cas 12 : charges de vent W
 Cas 13 : 1,75 x cas 12 : charges accidentelles Vent Extrême Aw.

Les combinaisons à étudier sont consignés dans les tableaux suivants :

 ELU : Combinaisons générales pour le dimensionnement des éléments structuraux

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 47


Projet de Fin d’Etudes

Tableau 3.4-1 Combinaisons d’actions ELU pour le dimensionnement général

 ELU : Combinaisons spécifiques pour le dimensionnement localisé

Tableau 3.4-2 Combinaison d’actions ELU pour le dimensionnement localisé

 ELS : Combinaisons générales fréquentes

Tableau 3.4-3 Combinaison d’actions ELS

 ELA : Combinaisons accidentelles

Tableau 3.4-4 Combinaisons d’actions accidentelles ELA

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 48


Projet de Fin d’Etudes

3.4.3 Calcul des sollicitations-Fichiers de données

Le calcul des efforts normaux et moments résistants nécessaires pour le calcul du


ferraillage a également été réalisé par l’entreprise mandatrice. Le logiciel utilisé est ANSYS.

Le calcul a été effectué pour les quatre épaisseurs de dalles du bâtiment : 20 cm, 40cm,
50cm, 60cm et 65cm. Pour chaque épaisseur les valeurs de sollicitations sont fournies pour
chaque cas de charges :

- Effort normal suivant la direction X : NORX


- Effort normal suivant la direction Y : NORY
- Effort normal suivant la direction Z : NORZ
- Moment Mxx : MX
- Moment Myy : MY

Le logiciel ANSYS donne les valeurs en différents points. Ainsi nous avons pour chaque
épaisseur de dalles et chaque cas de charges un fichier de résultats (documents texte)
contenant les valeurs d’efforts et moments en plusieurs points. On obtient donc la liste de
fichiers suivante :

 Epaisseur 20 cm  Epaisseur 40cm  Epaisseur 50 cm

Fichier Nbr Fichier Nbr Fichier Nbr


Charge Charge Charge
résultat points résultat points résultat points
G Eff_Ep020_PP G Eff_Ep040_PP G Eff_Ep050_PP
Q1 Eff_Ep020_Q1 Q1 Eff_Ep040_Q1 Q1 Eff_Ep050_Q1
Q2 Eff_Ep020_Q2 Q2 Eff_Ep040_Q2 Q2 Eff_Ep050_Q2
Q3 Eff_Ep020_Q3 Q3 Eff_Ep040_Q3 Q3 Eff_Ep050_Q3
Q4 Eff_Ep020_Q4 Q4 Eff_Ep40_Q4 Q4 Eff_Ep050_Q4
Q5 Eff_Ep020_Q5 Q5 Eff_Ep040_Q5 Q5 Eff_Ep050_Q5
Q6 Eff_Ep020_Q6 110 Q6 Eff_Ep040_Q6 1181 Q6 Eff_Ep050_Q6 4515
Q7 Eff_Ep020_Q7 Q7 Eff_Ep040_Q7 Q7 Eff_Ep050_Q7
W Eff_Ep020_W W Eff_Ep040_W W Eff_Ep050_W
S Eff_Ep020_S S Eff_Ep040_S S Eff_Ep050_S
T1 Eff_Ep020_T1 T1 Eff_Ep040_T1 T1 Eff_Ep050_T1
T2 Eff_Ep020_T2 T2 Eff_Ep040_T2 T2 Eff_Ep050_T2
Aw Eff_Ep020_Q1 Aw Eff_Ep040_Q1 Aw Eff_Ep050_Q1

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 49


Projet de Fin d’Etudes

 Epaisseur 60 cm  Epaisseur 65 cm

Fichier Nbr Fichier Nbr


Charge Charge
résultat Points résultat points
G Eff_Ep060_PP G Eff_Ep065_PP
Q1 Eff_Ep060_Q1 Q1 Eff_Ep065_Q1
Q2 Eff_Ep060_Q3 Q2 Eff_Ep060_Q3
Q3 Eff_Ep060_Q3 Q3 Eff_Ep065_Q3
Q4 Eff_Ep060_Q4 Q4 Eff_Ep065_Q4
Q5 Eff_Ep060_Q5 Q5 Eff_Ep065_Q5
Q6 Eff_Ep060_Q6 4580 Q6 Eff_Ep065_Q6 905
Q7 Eff_Ep060_Q7 Q7 Eff_Ep065_Q7
S Eff_Ep060_S S Eff_Ep060_S
W Eff_Ep060_W W Eff_Ep060_W
T1 Eff_Ep060_T1 T1 Eff_Ep065_T1
T2 Eff_Ep060_T2 T2 Eff_Ep065_T2
Aw Eff_Ep060_Q1 Aw Eff_Ep065_Q1

Tableau 3.4-5 Listes des fichiers de résultats ANSYS

NB :
- Les valeurs dues à la charge Aw = 1,2 W ont été obtenues à l’aide du programme
EffAdd.
Un exemple de fichier résultat ANSYS est présenté en Annexe 4.2.

3.4.4 Utilisation de EffAdd


La première étape consiste à calculer les efforts sous les combinaisons définies
précédemment. Ainsi en supposant un comportement linéaire, il suffit de cumuler les
fichiers résultats fournis pour chaque cas de charge. Pour cela, on utilise le programme
EffAdd (cf. §4.4.2) qui permet de réaliser des combinaisons linéaires de valeurs contenues
dans un ou plusieurs fichiers.

Les fichiers cumulés obtenus étant destinés à être utilisés comme paramètres de données
pour le calcul du ferraillage avec le logiciel Ferrail ; ces derniers doivent avoir une
présentation spécifique comme détaillée dans le paragraphe §4.1.1.4. Il faut donc supprimer
les lignes indésirables se trouvant au début et à la fin de chacun des 65 fichiers d’efforts (cf.
Annexe 4.3.1)

 Fichiers de commande et de résultats

Les combinaisons des actions ELU, ELS et ELA doivent être effectués pour chacune des 5
épaisseurs.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 50


Projet de Fin d’Etudes

Nous aurons donc 27 fichiers correspondants aux 27 combinaisons multipliés par 5 ce qui
fait 135 fichiers. Ces derniers sont d’extension « .eff », leurs présentations respectent les
conditions d’utilisation de Ferrail et leurs noms ne dépassent pas les 8 caractères.

Les fichiers de commande ainsi que les fichiers résultats sont présentés en Annexe 4.3.2.

3.4.5 Utilisation de Ferrail : Calcul du ferraillage


Les fichiers de données d’efforts et de moments étant maintenant prêts, on peut calculer
le ferraillage correspondant.

3.4.5.1 Hypothèses et données de calcul

 Le calcul de ferraillage est réalisé aux Etats-Limites Ultimes (ELU) et aux Etats-
Limites de Service (ELS) selon les combinaisons correspondantes.
 Béton C30/37 : Résistance à 28 jours
 Nuance acier FeE500 : Limite élastique de l’acier
 Epaisseur d’enrobage constante dans toutes les directions 4 cm

N .B : l’enrobage de 4 cm constitue l’espace entre la surface de l’acier et la surface du


béton. Cependant, la valeur d’enrobage prise en compte dans Ferrail est entre l’axe des
aciers et la surface du béton. Pour cela, on prendra un enrobage approximatif de 5,2 cm
en supposant des aciers de 25 mm de diamètre.

3.4.5.2 Calcul des aciers minimaux

Pour le calcul du ferraillage minimal, la formule utilisée est celle de la clause 7.3.2 de la NF
EN 1992-1-1 (cf. Annexe 4.4.1). La mise en place de ces aciers permet la limitation de
l’ouverture des fissures du béton.

Les valeurs obtenues sont consignées dans le tableau suivant :

Epaisseur Act (m²) σs (Mpa) fctm (Mpa) kc k Asmin (cm²/ml)


0,2 0,2 500 2,9 1 1 11,6
0,4 0,4 500 2,9 1 0,93 21,6
0,5 0,5 500 2,9 1 0,86 24,9
0,6 0,6 500 2,9 1 0,79 27,5
0,65 0,65 500 2,9 1 0,755 28,5

Tableau 3.4-6 Valeurs des sections d’aciers minimales

Remarque : le coefficient kc ; qui tient compte de la répartition des contraintes dans la section
immédiatement avant la fissuration ainsi que de la modification du bras de levier ; a été pris
égale à 1. Cela correspond à considérer la section en traction pure, ce qui nous met en
sécurité.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 51


Projet de Fin d’Etudes

La section d’acier minimale calculée représente la section totale : aciers en nappe


inférieure + aciers en nappe supérieure.

3.4.5.3 Fichiers de commande et de résultats

Les fichiers de commande respectent les paramètres abordés dans le paragraphe §4.1.2.
On constituera 3 fichiers de commandes pour le calcul aux ELU, aux ELS et aux ELA.

Les données d’entrée seront les fichiers issus du programme Effadd après combinaison
des valeurs. On retiendra seulement les valeurs NORX, NORY, MX et MY pour le calcul de
ferraillage. Les fichiers de résultats quant à eux contiendront les valeurs suivantes :

 Colonne 1 : Numéro du point calculé (NUM)


 Colonne 2 : Section d’aciers Inférieure suivant la direction X (SXI)
 Colonne 3 : Section d’aciers Supérieure suivant la direction X (SXS)
 Colonne 4 : Section d’aciers Inférieure suivant la direction Y (SYI)
 Colonne 5 : Section d’acier Supérieure suivant la direction Y (SYS)

Les fichiers de commande sont présentés en Annexe 4.4.2. Un exemple du fichier


« Ferrail.Log », qui liste les paramètres utilisés au cours du calcul avec un rappel des
hypothèses effectuées et les messages d'avertissement, est également joint en Annexe 4.4.3. Et
pour finir, un exemple ainsi que la liste des fichiers de résultats en Annexe 4.4.4.

3.4.6 Utilisation de Ferrmax : Enveloppe de ferraillage


Pour constituer l’enveloppe de ferraillage, il faut déterminer la section d’acier maximale
en tout point en comparant les valeurs calculées pour les 27 combinaisons et la valeur de la
section minimale. On obtiendra ainsi l’enveloppe de ferraillage pour les dalles de 20 cm, 40
cm, 50 cm, 60 cm et 65 cm.

 Fichiers de commande et de résultats

La commande utilisée est « MAX liste_mot FIN » qui tri les valeurs maximales.

On associe à chaque fichier d’entrées un indice qui permettra de reconnaître la


combinaison induisant la plus grande section d’acier ou dans le cas échéant que la valeur
correspond à la section minimale.

Les fichiers de résultats comportent le titre « Ferraillage » et sont composés des


paramètres suivants :

 Colonne 1 : Numéro du point calculé (NUM)


 Colonne 2 : Section d’aciers Inférieure maximale suivant la direction X (SXI)
 Colonne 3 : Section d’aciers Supérieure maximale suivant la direction X (SXS)

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 52


Projet de Fin d’Etudes

 Colonne 4 : Section d’aciers Inférieure maximale suivant la direction Y (SYI)


 Colonne 5 : Section d’acier Supérieure maximale suivant la direction Y (SYS)
 Colonne 6 : Indice associé à SXI (ISXI)
 Colonne 7 : Indice associé à SXS (ISXS)
 Colonne 8 : Indice associé à SYI (ISYI)
 Colonne 9 : Indice associé à SYS (ISYS)

La liste des fichiers de ferraillage obtenue est la suivante :

 Dalle d’épaisseur 20 cm : Ep20.max


 Dalle d’épaisseur 40 cm : Ep40.max
 Dalle d’épaisseur 50 cm : Ep50.max
 Dalle d’épaisseur 60 cm : Ep60.max
 Dalle d’épaisseur 65 cm : Ep65.max

Les fichiers de commande ainsi qu’un exemple de fichier résultats sont joints en Annexe
4.5. Les représentations par isovaleurs des sections d’acier calculées sont jointes en Annexe
4.6

4. Nouvel outil de dimensionnement


Avant de s’intéresser à la partie technique de définition des équations de calcul, la
première partie du travail était de définir les principales modifications est la forme du
nouveau programme dans le but d’obtenir un logiciel plus convivial. Les idées de
changement sont ensuite communiquées au développeur pour définir leur faisabilité et les
éventuelles modifications à intégrer.

4.1 Forme et fonctions du logiciel

4.1.1 Constatations de l’application au Bâtiment Process


La première difficulté rencontrée lors du dimensionnement du bâtiment était la
constitution des fichiers contenants les valeurs de moments et d’efforts normaux combinées.
En effet, comme présentée précédemment, l’utilisation du programme Effadd est assez
contraignante surtout lorsque le nombre de fichiers est important. La première idée était que
le nouveau logiciel puisse réaliser lui-même les combinaisons (codage interne). L’utilisateur
lui fournissant les fichiers à combiner et les coefficients correspondants.

Le dimensionnement avec FERRAIL nécessite la création d’un fichier de commande


contenant les caractéristiques de la section et les hypothèses de calcul. Le programme
fonctionne par lecture de mot clés correspondant aux différents paramètres. Il faut donc
connaître les codes utilisés par le logiciel mais également la liste des données nécessaires
pour le calcul.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 53


Projet de Fin d’Etudes

Cette partie peut être facilitée pour l’utilisateur en créant une interface graphique
présentant les différentes données d’entrées. Un dessin représentant la section peut
également être introduit pour une meilleure visualisation.

Pour finir, le nouveau programme peut intégrer une fonction permettant de calculer la
section minimale d’armatures (pour la maîtrise de la fissuration et la condition de non-
fragilité) pour donner ensuite le fichier de résultats final en remplaçant toute section
inférieure à la section minimale par cette dernière.

4.1.2 Recueil des besoins auprès des ingénieurs

Les ingénieurs d’études d’ISL ont souvent été amenés à utiliser le logiciel FERRAIL
dans le cadre de précédents projets. Riches de leur expérience, ils sont les plus aptes à définir
les changements et les améliorations à apporter au nouveau programme. De ce fait, il était
important de recueillir les besoins de ces ingénieurs amenés ultérieurement à utiliser le
logiciel.
J’ai ainsi constitué, avec la coopération de mon tuteur, un questionnaire basé sur mon
expérience du logiciel. Ce dernier a été envoyé aux ingénieurs, des différentes ISL, ayant déjà
utilisés le logiciel.

Les questions ainsi que les réponses des ingénieurs sont les suivantes :

Question 1 : Le logiciel est-il facile d’utilisation ou une interface graphique est-elle


nécessaire : liste des paramètres avec choix à cocher, menus déroulants ainsi qu’un
récapitulatif des valeurs des coefficients utilisés ?

 Une interface graphique permettrait en effet une meilleure lisibilité ainsi qu’un
contrôle rapide des données d’entrées. Celle-ci sera éventuellement constituée d’une
première partie avec un schéma représentatif de la section suivie de la liste des
paramètres avec la possibilité d’accès aux valeurs issues des normes.
 Nécessité d’un graphique plus clair représentant la direction et le signe des efforts
 Représentation de la position des aciers
 Conserver le format texte pour des modifications rapides si seule une donnée change
par exemple,
 Possibilité d’ouvrir d’anciens fichiers FERRAIL. Log
 Ne pas avoir plusieurs fenêtres différentes

Question 2 : La notice d’utilisation existante vous convient-elle ? Des explications


supplémentaires concernant la fonctionnalité de l’outil sont-elles nécessaires ? Si oui
lesquelles ?

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 54


Projet de Fin d’Etudes

 Le découpage en 3 éléments « notice », « poteaux et dalles » et « méthodologie »


convient mais ils doivent être intégrés dans un document unique.
 Des abréviations plus claires
 Documentation expliquant l’interface, les choix à faire, leurs indices et l’impact des
choix effectués.

Question 3 : Possibilité d’interface avec d’autres logiciels ? Si oui lesquels ?

 Pouvoir récupérer des efforts calculés avec ANSYS ou GRAITEC sans avoir à
modifier les fichiers de résultats (Traitement interne) : Prévoir un sous programme
automatisant la récupération des résultats.
 Intégrer les outils Effadd et Ferrmax

Question 4 : Utilisez-vous le logiciel pour réaliser des vérifications à l’ELS et à l’ELU ?

 Vérification à l’ELS plus prépondérante mais pas fréquemment


 Ajouter condition de non fragilité et calcul de l’ouverture des fissures

Remarques générales :

 Remplacer FERRAIL.LOG par [fichier de param].LOG pour conserver le log


spécifique à chaque fichier de calcul
 Avoir un export direct des hypothèses et des résultats sous Word
 Possibilité de sauvegarde des données d’entrées et de résultats.
 Calcul des aciers comprimés (ELS)
 Représentation graphique du ferraillage.

4.1.3 Conclusion
Après avoir rassemblé les paramètres et fonctions à mettre en place au niveau du
logiciel. J’ai présenté les différentes idées au développeur chargé de la programmation du
logiciel. En collaborant avec ce dernier pour prendre en compte le côté pratique que ce soit
pour le développeur ou l’utilisateur, j’ai finalement abouti au résultat suivant :

Le logiciel se présenterait sous forme d’une interface graphique constituée de


différents onglets indépendants :
 Caractérisation de la section
 Combinaison
 Dimensionnement
 Section Minimal
 Ouverture des fissures
1) Caractérisation de la section

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 55


Projet de Fin d’Etudes

Les données à rentrer par l’utilisateur sont les suivantes :

- Dalle ou poteau (poutre)


o Dalle : (épaisseur de la dalle)
o Poteau : et
- Enrobage : , , ,
- Résistance caractéristique du Béton
- Limite élastique de l’acier

Le fichier résultat est un récapitulatif des valeurs précédentes et porte le nom donné
par l’utilisateur. Le fichier peut être réutilisé pour un autre calcul ayant les mêmes données.

2) Combinaison

L’un des besoins exprimé par les ingénieurs était la possibilité de récupérer des
fichiers ANSYS ou Graitec sans devoir réaliser de changement au préalable. D’après
l’informaticien cette opération peut être réalisée en ayant une plage d’exemples exhaustive
englobant tous les types de fichiers résultats possibles. Cependant, pour le logiciel ANSYS
par exemple, l’utilisateur choisit lui-même la forme des fichiers. Il existe donc une infinité de
possibilités.
Une solution serait d’imposer une forme de fichiers résultats pour les fichiers ANSYS
et un autre type de fichiers pour GRAITEC. Et à partir de là, effectuer le traitement interne
pour standardiser les fichiers utilisés par le logiciel. Les premières colonnes seront toujours
consacrées à l’identification du point calculé (numéro, coordonnées…) .L’utilisateur devra
indiquer quel paramètre correspond à chaque colonne en choisissant parmi une liste
déroulante (Dalle : NUM, X, Y, Z, NX, NY, Mxx, Myy ; Poteau : NUM, X, Y, Z, NZ, Mxz,
Myz) ou NUL si la colonne n’est pas prise en compte dans le calcul.

Pour réaliser la combinaison, l’utilisateur devra dans un premier temps fournir soit
les valeurs ou les fichiers d’entrée à combiner en y associant un nom. Dans un deuxième
temps, il pourra définir les combinaisons en associant à chaque nom de fichier ou de valeur
le coefficient associé.

Selon ses besoins, l’utilisateur pourra choisir les paramètres à intégrer dans le fichier
de résultats.

3) Dimensionnement

La définition des caractéristiques de la section ayant été faite dans l’onglet « caractérisation
de la section » l’utilisateur doit donc faire appel au fichier obtenu a cette étape.

Selon le type de dimensionnement choisi, l’utilisateur devra fournir les données


suivantes :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 56


Projet de Fin d’Etudes

Etat Limite de Service (ELS) :


- Coefficient partiel du béton et de l’acier
- Ouverture maximale des fissures
- Valeurs du moment et de l’effort sollicitant M et N
- Calcul avec ou sans aciers comprimés
Etat Limite Ultime (ELU) :
- Coefficient partiel du béton et de l’acier
- Excentricité additionnelle : et/ou
- Valeurs du moment et de l’effort sollicitant M et N
- Calcul avec ou sans aciers comprimés
Etat Limite Ultime (ELA) :
- Coefficient partiel du béton et de l’acier
- Excentricité additionnelle et/ou
- Valeurs du moment et de l’effort sollicitant M et N
- Calcul avec ou sans aciers comprimés

Le calcul à l’état limite Accidentel n’est autre qu’un calcul à l’Etat Limite Ultime avec
des coefficients partiels différents.

Lorsqu’une combinaison a été réalisée juste avant de passer au calcul des sections
d’acier, le fichier résultat obtenu est directement injecté en tant que fichier d’entrée dans
l’onglet ‘dimensionnement’. L’utilisateur a également la possibilité de définir des valeurs
réelles ou des fichiers de valeurs de M et N qui n’ont pas été calculé en utilisant la fonction
« combinaison » du logiciel. Dans ce dernier cas, l’utilisateur devra mettre en forme son
fichier selon les exigences du logiciel ou selon la forme du fichier imposée pour un calcul
ANSYS ou Graitec où le traitement interne est automatiquement effectué. Il faudra ensuite
indiquer les paramètres de calcul correspondants à chaque colonne (Dalle : NX, NY, NZ,
Mxx, Myy ; Poteau : NX, NY, NZ, Mxz, Myz ; NUL)

Le résultat du dimensionnement donnera les informations suivantes :

 Etat de la section de béton


 Hauteur de béton comprimée (position de l’axe neutre)
 Contraintes de l’acier et du béton et les déformations associées
 Si la section est partiellement tendue le programme indiquera si des aciers comprimés
ont été calculés
 Les sections d’aciers calculées en précisant si c’est des aciers comprimés ou tendus
 Un message d’erreur apparaît si la section d’acier calculée dépasse la valeur
maximale fixée par l’Eurocode : « La section de béton est insuffisante »

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 57


Projet de Fin d’Etudes

Pour une meilleure visualisation du résultat, un schéma représentatif de la position


des aciers calculés peut être ajouté. En effet, outre la clarification qu’apporte un schéma, ce
dernier permettra aussi à l’utilisateur de vérifier si la convention des axes utilisée par le
logiciel a été respectée lors de la définition des efforts.

4) Section Minimale

Deux calculs de section sont possibles :


 Section minimale pour la condition de non-fragilité : les données nécessaires pour
le calcul de cette valeur sont : , d, , et .
 Section minimale pour la maîtrise de la fissuration : les données nécessaires pour
le calcul de cette valeur sont : , h, , et Nature de la sollicitation (Flexion
simple, Flexion composée avec compression ou traction, Traction).

Cette fonction du logiciel permettrait de calculer les sections minimales mais


également de comparer les valeurs issues du dimensionnement avec la valeur calculée et
obtenir le fichier résultat final.

5) Ouverture de fissures

Cette partie est intégrée dans le cadre de la vérification à l’ELS. Le but est de vérifier,
après calcul des sections d’aciers, que l’ouverture des fissures reste inférieure à une valeur
maximale.

Le calcul de ce paramètre nécessite la connaissance de l’espacement et des diamètres


des armatures utilisés. Pour une section d’acier donnée, il existe plusieurs solutions de mise
en place possibles et les critères de choix sont variables. Il est donc assez complexe de
calculer pour chaque section d’armature obtenue au dimensionnement une solution avec un
espacement et des diamètres d’armatures fixes qui ne correspondraient pas au choix de
l’utilisateur.
Le calcul de l’ouverture des fissures devra donc être réalisé au cas par cas. La valeur
calculée est comparée à la valeur maximale donnée et un message est envoyé selon les deux
cas suivants :
Dimensionnement Véri é
Dimensionnement non Véri é
Les données d’entrées nécessaires pour le calcul de l’ouverture des fissures sont les
suivantes :
 Section : h, d
 Module de déformation du béton :
 Enrobage : c
 Section d’acier tendue : A

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 58


Projet de Fin d’Etudes

 Espacement des barres


 Diamètres des barres :
 1 diamètre :
 2 diamètres :
o et (nombre de barre de diamètre )
o et (nombre de barre de diamètre )
 Nature des sollicitations :
 Flexion
 Traction simple
 Flexion composée :
o et respectivement la plus grande et la plus petite valeur de
l’allongement des aciers (si aciers comprimés )
 Position de l’axe neutre (hauteur de béton comprimée)
 Contrainte dans les aciers :
 Chargement de courte ou longue durée

4.2 Dimensionnement

Lors de précédents projets, les ingénieurs avaient rencontrées des incohérences de calculs
souvent issues d’une mauvaise appréciation de l’état de la section et de la hauteur de béton
comprimée. Afin de pallier ce problème, l’objectif était d’établir un calcul pouvant tester les
différents cas possibles et d’en déduire la section appropriée.
Pour réaliser un tel calcul, il a fallu mettre en place une méthode itérative qui consiste à
calculer les sections d’aciers pour des positions d’axe neutre différentes, faisant ainsi varier
l’état de la section et le calcul utilisé.
Le ferraillage est calculé pour une section rectangulaire et pour les éléments dalles
(efforts et moments en mètre linéaire) et poteaux (poutres).

4.2.1 Dimensionnement à l’Etat Limite de Service (ELS)

4.2.1.1 Hypothèses de calcul

La limitation des contraintes présente dans la NF EN 1992-1-1 pour le


dimensionnement à l’état limite de service fixe la valeur limite de la contrainte de l’acier à
.

Cependant, les calculs précédemment réalisés par les ingénieurs ont démontré que cette
limite n’est pas très contraignante et que la vérification de l’ouverture des fissures n’est
souvent pas vérifiée. Pour cela, on a pris partie de considérer une limitation définie dans la
clause 7.3.3 (101) de l’Annexe Nationale NF EN 1992-2/NA qui dépend de l’ouverture maximale
des fissures : .

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 59


Projet de Fin d’Etudes

On considérera également la limite de la contrainte de béton pour tous


les cas de calcul et n’ont pas que les classes d’exposition XD, XF et XS.

Le coefficient d’équivalence est égale à . Le module d’Young de l’acier est de


est fixé à 200 GPa et celui du béton est de l’ordre de 30 GPa pour des déformations
instantanées. Le béton, sous l’effet du fluage, continue de se déformer sous chargement de
longue durée et sa déformation finale est de l’ordre de trois fois se déformation instantanée.
Le coefficient varie donc de à trois cette valeur soit 20. L’Eurocode défini le
module de déformation en introduisant l’histoire de chargement avec :

Par simplification et pour éviter d’introduire l’histoire du chargement dans les calculs, le
BAEL a fixé la valeur du coefficient à une valeur intermédiaire plus proche des chargements
de longue durée, soit .Nous utiliserons cette valeur pour le dimensionnement à l’Etat
Limite de Service.

4.2.1.2 Méthode de calcul


Un organigramme présentant la démarche et la méthode de calcul est présenté en
Annexe 5.2.
Les équations d’équilibre d’une section rectangulaire (b, h) armée par A 1 et A2 se
présentent comme suit :

Figure 4.2-1 Section rectangulaire armée par A1 et A2

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 60


Projet de Fin d’Etudes

(h, ) : Dimensions de la section


: Centre de gravité du béton seul
d : Distance des aciers tendus à la fibre la plus comprimée
: Distance des aciers comprimés à la fibre la plus comprimée
: Moment de flexion par rapport au centre de gravité du béton seul
: Effort Normal
: Résultante des efforts de compression dans le béton
: Aire des armatures les plus tendues éventuellement comprimées
: Aire des armatures les moins tendues éventuellement comprimées
: Contraintes dans les aciers
: Contrainte dans le béton
: Position de l’axe neutre

N.B :
Dans ces équations et sont des valeurs algébriques

 : pour une compression


 : pour une traction

Conventions de signe :

 : pour une compression


 : pour une traction

 : si tend la fibre inférieure


 : si tend la fibre supérieure

Caractéristiques de la section :

Selon la direction suivant laquelle on calcule les sections d’acier on a les données
suivantes :

 Suivant la direction x :
 Dalle : , , , , ,
 Poteau : , , , , ,

 Suivant la direction y :
 Dalle : , , , , ,

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 61


Projet de Fin d’Etudes

 Poteau : , , , , ,

Le dimensionnement présenté ci après consiste à déterminer la section d’acier pour


une section de béton et des sollicitations données.
Le comportement des matériaux étant supposé élastique en état limite de service, les
contraintes sont proportionnelles aux déformations. On peut donc déduire la relation
suivante :

En fixant ainsi la contrainte de l’acier à sa valeur limite on en déduit la


contrainte dans le béton qui doit être limitée à .

Le calcul sera réalisé en adoptant une méthode itérative consistant à calculer le couple
(A1 , A2), pour tous les états de la section en variant la position de l’axe neutre :
variant de .
La position de l’axe neutre étant fixée, A1 et A2 sont calculés à l’aide des équations
d’équilibre en remplaçant les efforts résistants ( par les efforts sollicitants
.
Si la valeur de la section d’acier calculée est négative, on suppose qu’il n’y a pas
d’acier nécessaire et . La solution retenue est celle pour laquelle la section d’acier
totale est minimale.
Dans les cas de la traction simple et la compression simple (M= 0), correspondants
respectivement aux cas et , le calcul des aciers est directement déduit de
la valeur N de l’effort normal. Le calcul itératif n’est pas nécessaire.

Valeur maximale des sections d’acier :

L’Eurocode limite la valeur maximale d’acier à mettre en place à la valeur suivante


(cf. NF EN 1992-1-1 clauses 9.2.1.1(3), 9.5.2(3), 9.6.2(1)) :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 62


Projet de Fin d’Etudes

Si la section d’acier calculée est supérieure à , la section de béton est alors


insuffisante et doit être augmentée.

Limitation de la contrainte du béton :

A l’état limite de service, la contrainte dans le béton est bornée par une valeur
admissible égale à , afin de limiter les fissurations longitudinales. Dans le cas où la
section est partiellement tendue, cette limite représente une borne permettant de déterminer
si des aciers comprimés sont nécessaires pour reprendre la partie de la sollicitation non
reprise par le béton. De plus, l’utilisateur ayant la possibilité de choisir un dimensionnement
sans armatures comprimées, la contrainte limite permet de savoir si un tel calcul est possible.
On peut donc définir les différents cas possibles comme suit :

Dimensionnement avec aciers


σc < 0,6 fck/γc
comprimés
Choix :Calcul avec aciers
comprimés
Dimensionnment avec aciers
σc > 0,6 fck/γc
comprimés

Dimensionnement sans aciers


σc < 0,6 fck/γc
comprimés
Choix :Calcul sans aciers
comprimés
Dimensionnment avec aciers
σc > 0,6 fck/γc
comprimés

4.2.1.2.1 Traction Simple N < 0 et M = 0 :

En traction simple, la section est uniformément tendue. En négligeant le béton tendu, les
aciers sont symétriques et équilibrent intégralement l’effort de traction :

Ainsi avec :

On a:

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 63


Projet de Fin d’Etudes

4.2.1.2.2 Compression centrée N > 0 et M = 0 :

En compression centrée, la section est uniformément comprimée. Lorsque des aciers


comprimés sont nécessaires on a :

Ainsi avec :

4.2.1.2.3 Flexion simple et composée

Section entièrement tendue :

Figure 4.2-2 Section entièrement tendue

Lorsque la section est entièrement tendue, seuls les aciers équilibrent les efforts. Le béton
tendu étant négligé.

La solution la plus économique est obtenue lorsque les aciers sont sollicités à leur
contrainte admissible. Les sections d’armatures seront donc calculés en supposant que les
contraintes ont atteint leurs valeurs limites.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 64


Projet de Fin d’Etudes

On a donc :

Section partiellement tendue :

Figure 4.2-3 Section partiellement tendue

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 65


Projet de Fin d’Etudes

Figure 4.2-4 Section partiellement tendue

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 66


Projet de Fin d’Etudes

Figure 4.2-5 Section partiellement tendue

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 67


Projet de Fin d’Etudes

Figure 4.2-6 Section partiellement tendue

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 68


Projet de Fin d’Etudes

Section entièrement comprimée :

Figure 4.2-7 Section entièrement comprimée

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 69


Projet de Fin d’Etudes

4.2.2 Dimensionnement à l’Etat Limite Ultime (ELU)

4.2.2.1 Hypothèses de calcul

Le calcul à l’Etat Limite de Service est mené en considérant les diagrammes de calcul
suivants :

 Acier : Diagramme à palier Horizontal sans limitation de l’allongement de l’acier


 Béton : Diagramme Parabole-Rectangle avec les limites de déformations ,

4.2.2.2 Méthode de calcul


Un organigramme présentant la démarche et la méthode de calcul est présenté en
Annexe 5.4.

Les équations d’équilibre d’une section rectangulaire (b, h) armée par A 1 et A2 se


présentent comme suit :

Figure 4.2-8 Section rectangulaire armée par A1 et A2

(h, ) : Dimensions de la section


: Centre de gravité du béton seul
d : Distance des aciers tendus à la fibre la plus comprimée
: Distance des aciers comprimés à la fibre la plus comprimée

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 70


Projet de Fin d’Etudes

: Moment de flexion par rapport au centre de gravité du béton seul


: Effort Normal
: Résultante des efforts de compression dans le béton
: Aire des armatures les plus tendues éventuellement comprimées
: Aire des armatures les moins tendues éventuellement comprimées
: Contraintes dans les aciers
: Contrainte dans le béton
: Position de la résultante du béton comprimée par rapport à
: Position des aciers par rapport à
: Position de l’axe neutre
: Coefficient de remplissage (diagramme parabole-rectangle)
: Coefficient du centre de gravité

N.B : Dans ces équations et sont des valeurs algébriques

 : pour une compression


 : pour une traction

Conventions de signe :

 : pour une compression


 : pour une traction

 : si tend la fibre inférieure


 : si tend la fibre supérieure

Caractéristiques de la section :

Selon la direction suivant laquelle on calcule les sections d’acier on a les données
suivantes :

 Suivant la direction x :
 Dalle : , , , , ,
 Poteau : , , , , ,

 Suivant la direction y :
 Dalle : , , , , ,
 Poteau : , , , , ,

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 71


Projet de Fin d’Etudes

Le principe du dimensionnement se résume le plus souvent à vérifier que pour une


section de béton donnée, celle-ci peut supporter une sollicitation (M, N) donnée également,
et à déterminer la section d’acier nécessaire.

Le calcul sera réalisé en adoptant une méthode itérative consistant à calculer le couple
(A1 , A2), pour toutes les droites de déformation en variant la position de l’axe neutre :
variant de
La position de l’axe neutre étant fixée, A1 et A2 sont calculés à l’aide des équations
d’équilibre en remplaçant les efforts résistants ( par les efforts sollicitants
.
Si la valeur de la section d’acier calculée est négative, on suppose qu’il n’y a pas
d’acier nécessaire et . La solution retenue est celle pour laquelle la section d’acier
totale est minimale.
Dans les cas de la traction simple et la compression simple (M= 0), correspondants
respectivement aux cas et , le calcul des aciers est directement déduit de la
valeur N de l’effort normal. Le calcul itératif n’est pas nécessaire.

Excentricité additionnelle :
En état limite ultime, une excentricité additionnelle peut être prise en compte. Dans
ce cas la valeur de |M| est égale à :

Valeur maximale des sections d’acier :


L’Eurocode limite la valeur maximale d’acier à mettre en place à la valeur suivante
(cf. NF EN 1992-1-1 clauses 9.2.1.1(3), 9.5.2(3), 9.6.2(1)) :

Si la section d’acier calculée est supérieure à , la section de béton est alors


insuffisante et doit être augmentée.

Notion de moment limite :

La mise en place d’aciers comprimés étant assez contraignante et nécessitant la pose


d’étriers contre le flambement, l’utilisateur peut ne pas souhaiter leur présence. Cependant
dans certains cas, des aciers comprimés son nécessaires par insuffisance de la section de
béton. C’est donc à ce niveau qu’intervient le moment limite, qui représente une valeur au-
delà de laquelle un calcul sans armatures comprimées est impossible. Les détails de calcul
de sont présentés en Annexe 5.3.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 72


Projet de Fin d’Etudes

Le logiciel permet à l’utilisateur de choisir un calcul avec ou sans aciers de compression.


Cependant, si ces derniers sont nécessaires, ils sont calculés dans les deux cas.

Les différents cas possibles sont donc les suivants :

Dimensionnement avec
M1 = M+ (d-h/2) N > Mlimite
aciers comprimés
Choix :Calcul avec
aciers comprimés
Dimensionnment avec
M1 = M+ (d-h/2) N < Mlimite
aciers comprimés

Dimensionnement avec
M1 = M+ (d-h/2) N > Mlimite
aciers comprimés
Choix :Calcul sans
aciers comprimés
Dimensionnment sans
M1 = M+ (d-h/2) N < Mlimite
aciers comprimés

4.2.2.2.1 Traction Simple N < 0 et M = 0 :

En traction simple, la section est uniformément tendue. En négligeant le béton tendu, les
aciers sont symétriques et équilibrent intégralement l’effort de traction :

Ainsi avec :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 73


Projet de Fin d’Etudes

On a:

4.2.2.2.2 Compression centrée N > 0 et M = 0 :

En compression centrée, la section est uniformément comprimée. Lorsque des aciers


comprimés sont nécessaires on a :

Ainsi avec :

4.2.2.2.3 Flexion simple et composée :

Section entièrement tendue :

Figure 4.2-9 Section entièrement tendue

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 74


Projet de Fin d’Etudes

Lorsque la section est entièrement tendue, seuls les aciers tendus équilibrent les efforts.
Le béton tendu étant négligé.

La solution la plus économique est obtenue lorsque :

On a donc :

Section partiellement tendue :

Dans ce qui suit les valeurs représentent les valeurs d’atteinte de la limite
élastique respectivement.

Les valeurs du coefficient de remplissage et du coefficient de centre de gravité


déduites du comportement parabole-rectangle du béton sont égales à :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 75


Projet de Fin d’Etudes

Figure 4.2-10 Section partiellement tendue

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 76


Projet de Fin d’Etudes

Figure 4.2-11 Section partiellement tendue

– Calcul avec aciers comprimés

Donc :

– Calcul sans aciers comprimés

Donc :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 77


Projet de Fin d’Etudes

Figure 4.2-12 Section partiellement tendue

– Calcul avec aciers comprimés

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 78


Projet de Fin d’Etudes

– Calcul sans aciers comprimés

Donc :

Figure 4.2-13 Section partiellement tendue

– Calcul avec aciers comprimés

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 79


Projet de Fin d’Etudes

– Calcul avec aciers comprimés

Figure 4.2-14 Section partiellement tendue

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 80


Projet de Fin d’Etudes

Section entièrement comprimée :

Figure 4.2-15 Section entièrement comprimée

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 81


Projet de Fin d’Etudes

4.3 Calcul de la section minimale et de l’ouverture des fissures

4.3.1 Section minimale

4.3.1.1 Section minimale sans maîtrise de la fissuration


Les relations de calcul de la section minimale sont données par la clause 9.9.1.1 (1) NF
EN 1992-1-1 pour les poutres et les dalles et la clause 9.5.2 (2) NF EN 1992-1-1 pour les
poteaux :

: Largeur de la section correspondent à ou selon la direction de calcul.


: Distance des aciers tendus à la fibre la plus comprimée (c étant l’enrobage)
: Résistance moyenne à la traction du Béton
: Limite élastique de l’acier

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 82


Projet de Fin d’Etudes

4.3.1.2 Section minimale avec maîtrise de fissuration

Le détail de calcul de la section minimale d’acier lorsque le maîtrise de la fissuration


est requise a été présenté dans le chapitre §2.4.3.2.3.

La valeur du coefficient , qui tient compte de la répartition des contraintes dans la


section immédiatement avant la fissuration, dépend de la nature de la sollicitation :

o En traction pure

o En flexion simple ou composée


- Section rectangulaires et âmes des caissons et des sections en T

- Membrures de caissons et des sections en T

: Contrainte moyenne dans le béton régnant dans la section considérée

: Effort normal agissant à l’état limite de service dans la section considérée

Afin de simplifier les calculs on considère l’hypothèse suivante :

« Si la sollicitation est une flexion composée on calcule selon un cas de traction


pure ». Une telle considération n’est certes pas très économique mais peut être envisagée
car ça augmente le niveau de sécurité.

On distingue donc les cas de calcul suivants :

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 83


Projet de Fin d’Etudes

Flexion simple :

Flexion composée ou traction pure :

4.3.2 Ouverture des fissures

Le calcul de l’ouverture des fissures est détaillée dans la chapitre §2.4.3.2.4.

Le calcul de l’espacement maximal entre fissures nécessite la calcul d’un


coefficient qui tient compte de la distribution des déformations et dont la valeur dépend
de la nature de la sollicitation :

et représentent le plus grand et le plus petit allongement de l’acier. Lorsque


l’armature est comprimée alors

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 84


Projet de Fin d’Etudes

Conclusion
Depuis la mise en vigueur des Eurocodes en Mars 2010, les bureaux d’études mettent
en place les démarches nécessaires pour le passage aux nouvelles normes. C’est donc dans le
cadre de cette mise à niveau que s’est inscrit mon projet de fin d’études.
Le bureau d’étude ISL Ingénierie a développé un programme interne « FERRAIL »
permettant aux ingénieurs de réaliser le dimensionnement béton armé des structures. Ce
logiciel réalise le calcul du ferraillage suivant les règles de BAEL. Par conséquent, il était
important pour l’entreprise de disposer d’un nouvel outil permettant un calcul suivant les
nouvelles normes. Cette étape était également un moyen de créer un outil plus convivial.
L’ancien Logiciel fonctionne par lecture de mots clés.
Le but de mon travail était de transmettre au développeur de la société une première
idée de la forme et du fonctionnement du logiciel mais surtout de mettre en place la méthode
de calcul du ferraillage à l’Eurocode 2.

La première étape était d’étudier les recommandations de l’Eurocode 2. Les cours de


Béton Armé suivies lors de mon cursus à l’INSA étant basés sur les règles BAEL 91 (rev 99),
Il était par conséquent plus intéressant de réaliser une comparaison entre ces deux normes.
Les principales différences trouvées concernent :
– La résistance de calcul du béton à l’état limite ultime,
– La définition des diagrammes de contraintes – déformation des matériaux,
– Le calcul du coefficient d’équivalence utilisé pour le dimensionnement à l’état limite
de service,
– Le calcul de l’enrobage,
– La limitation de l’ouverture des fissures et la section minimale associée,
– La limitation de la contrainte de l’acier à l’ELS.
Toutes ces divergences entraînent un changement dans le calcul du ferraillage que ce
soit pour l’état limite ultime ou de service.

Pour mieux comprendre les améliorations à apporter ou nouvel outil, j’ai utilisé le
programme « FERRAIL » dans le cadre de l’évaluation du ferraillage en phase APS d’un
bâtiment pyrotechnique. J’ai également recueillie auprès des ingénieurs, les difficultés
rencontrées lors de précédentes utilisations du logiciel.
Mon expérience personnelle du logiciel, cumulée aux remarques des ingénieurs ainsi
qu’à l étude de l’Eurocode, m’a permis de mettre en place une première liste de fonctions et
de possibilité que devra offrir le logiciel.
A partir de ce moment là, j’ai transmis mes premières idées au développeur, basé à
Lyon, avec lequel j’ai pu aborder l’aspect programmation du logiciel.

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 85


Projet de Fin d’Etudes

On a ainsi défini la faisabilité des fonctions proposées et ses besoins pour pourvoir
réaliser la programmation par la suite. De ce fait, j’ai indiqué pour chaque partie du logiciel
les paramètres d’entrées et de sorties et précisé la relation entre les différents onglets.
La difficulté rencontrée pendant cette partie du travail était la communication
exclusivement téléphonique avec l’informaticien mais également la prise en compte du
côté consacrée à la programmation dans le développement du logiciel. En effet, j’avais
parfois du mal à transmettre mes idées et aussi à comprendre les explications du
développeur.

Finalement, vient la partie plus technique du travail consacrée au développement de


la méthode de dimensionnement des éléments en Béton armé. Ma première idée était de
garder la méthode utilisée par l’ancien programme et la modifier pour l’adapter aux
nouvelles normes. Mais, les ingénieurs avaient trouvé des incohérences dans les résultats
lors de précédents calculs. Il était donc question de constituer une nouvelle méthode
permettant de pallier ce problème. J’ai ainsi développé un calcul itératif permettant de
calculer pour toute sollicitation, tous les cas de sections possibles et de déduire la section
appropriée. La même méthode a été respectée pour le dimensionnement à l’ELS et à l’ELU.
Pour répondre à la demande des ingénieurs mais aussi pour respecter les
recommandations de l’Eurocode 2, j’ai également défini un calcul de la section minimale et
de l’ouverture des fissures qui seront intégrés dans le programme.
La difficulté de cette étape concernait principalement la mise en place du principe de
calcul itératif. En effet, le calcul consiste habituellement à déterminer la nature de la
sollicitation et la position de l’axe neutre et d’en déduire la section d’acier. Dans le calcul
établi le problème est pris en compte dans le sens inverse en considérant pour une
sollicitation donnée, toutes les positions possibles de l’axe neutre.

Le travail réalisé dans le cadre de ce projet de fin d’études constitue une base pour le
travail du développeur chargé d’effectuer la programmation du logiciel. Les calculs présentés
sont ceux utilisés le plus fréquemment par les ingénieurs d’ISL. Cependant, des fonctions
supplémentaires peuvent ultérieurement être jointes telles que le calcul en flexion déviée,
calcul des aciers transversaux, vérification des contraintes dans le cas du dimensionnement à
l’ELS…

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 86


Projet de Fin d’Etudes

Bibliographie
[1] Eurocode 2, Calcul des structures en Béton armé, AFNOR, Octobre 2005

[2] L’Eurocode 2 Pratique, Conception et calcul des structures de bâtiment, Henry


THONIER, Ecole des Ponts et Chaussées, Septembre 2005

[3] Pratique de l’Eurocode 2, Guide d’application ; J.ROUX, AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009

[4] Règles BAEL 91 modifiées 99, Règles techniques de conceptions et de calcul des ouvrages
et construction en Béton Armé suivant la méthode des états-limites ; Editions EYROLLES,
2000

[5] Traité de Béton Armé, Cours de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées ; R.LACROIX,
A.FUENTES, H.THONIER, Editions EYROLLES, 1982

[6] Aide du Logiciel FERRAIL

[7] Maîtrise de l’Eurocode 2, Guide d’application ; J.ROUX, AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009

Hanane BENTOUHAMI – 5ème année Génie Civil 87

Vous aimerez peut-être aussi