Vous êtes sur la page 1sur 78

Support de Présentation du module :

Analyse financière
3ème Année-Cycle d’Ingénieur
Semestre 2

Année Universitaire : 2019-2020


Concepts fondamentaux,
Objectifs et approches
de l’analyse financière
Sens des termes :

Finance :
C’est l’allocation optimale des ressources financières rares à des
emplois multiples.

Gestion financière :
A ce niveau, on met l’accent sur l’acte de gestion ; et tout acte de gestion
comprend les étapes suivantes :

Objectifs
Décisions Mise en oeuvre
Moyens

Action de Contrôle
L’analyse financière :
C’est un ensemble de réflexions et de travaux qui permettent, à partir de
l’étude de documents comptables et financiers, de caractériser la
situation financière d’une entreprise, d’interpréter ses résultats et de
prévoir son évolution à plus ou moins long terme, afin de prendre les
décisions qui découlent de ce travail de réflexions.

Le diagnostic financier :
C’est l’action qui consiste à identifier un dysfonctionnement en repérant
ses signes ou ses symptômes.
Tout diagnostic comprend trois étapes :
ü  L’identification des signes de difficultés financières
ü  L’identification des causes de dysfonctionnements
ü  Le pronostic et les recommandations
Objectifs de l’analyse financière :
Impératifs de l’entreprise

Assurer sa continuité et Payer ses créanciers et Rémunérer


son développement partenaires ses actionnaires

Objectifs de l’analyse financière

Rentabilité Liquidité Solvabilité Indépendance

Il ressort de cette analyse que les différents acteurs s’intéressant à la santé de


l’entreprise auront des objectifs et des intérêts divergents
Étapes du diagnostic financier :

1- Fixer les objectifs de l’analyse 9- décision – suivi

2- Choix de l’approche
8- recommandations
ou des approches

3- collecte et mise en forme


des informations 7- diagnostic - synthèse
comptables et extra comptables

4- Calculs 6- interprétation

5- constats
Schéma d’ensemble des outils de l’analyse financière :

Analyse financière

Apprécier la structure Mesurer l’activité et Analyser la dynamique


Évaluer la rentabilité
financière les résultats des flux

Approche Approche État de solde Rentabilité Rentabilité Rentabilité Tableaux


fonctionnelle financière de gestion d’exploitation économique financière de flux

Bilan fonctionnel Indicateurs Taux de rotation de Tableau de


FR/BFR/T D’activité l’actif économique financement
Ratios De résultats

Bilan liquidité Seuil de Effet de levier


FR liquidité rentabilité Taux de rotation des
Ratios Capitaux propres
L’analyse financière s’appuie sur des principes simples :

Économiques Bilan
Produire ou
Moyens
vendre
Financiers

Permettent un
niveau d’activité
CPC
ESG
dégage des
résultats

ü  Produire ou vendre requiert des moyens économiques ;


ü  Ces moyens économiques requièrent des moyens financiers ;
ü  Utiliser ces moyens permet d’atteindre un niveau d’activité ;
ü  Ce niveau d’activité permet de dégager des résultats.
analyse du bilan
et de la
structure financière
De
L’entreprise
Rappel sur le bilan comptable

Définition :
Le bilan est un état de synthèse qui donne une photographie de la situation du
patrimoine d’une entreprise à un moment donné :
§  Il décrit ce que l’entreprise possède et comment elle le finance.
§  Il se devise en 2 parties : le passif et l’actif Le passif décrit les ressources
financières, l’origine des capitaux utilisés. L’actif décrit les emplois faits
de ces capitaux.
Rappel sur le bilan comptable

EXERCICE 1 :
Au début du mois de Juin 2016, M Ali décide d’ouvrir une épicerie appelée « Chez Ali ».
Pour la création de son Entreprise, il apporte une épargne de 400.000,00Dhs en espèces.
Durant ce même mois il achète :
–  Un magasin pour 200.000Dh,
–  Un vélomoteur pour 15.000Dh,
–  Des rayonnages et un comptoir pour 40.000Dh et
–  Des marchandises pour 130.000Dh.
Il ouvre un compte à la BP et y dépose 10.000Dh.
TA F : Etablir le Bilan de l’Entreprise « Chez Ali» au 30 Juin 2016
Rappel sur le bilan comptable

Corrigé 1 : Bilan de l’Entreprise « Chez Ali» au 30 Juin 2016

Emplois Ressources
Rappel sur le bilan comptable
Présentation :
Chaque partie du Bilan est divisée en Masses, Rubriques et Postes
Structure du bilan

Les éléments constitutifs du Passif


• Le financement permanent (Classe 1)
• Le passif circulant hors trésorerie (Classe 4)
• La trésorerie passif (Rubrique 55 de la classe 5)
Les éléments constitutifs d’Actif
• L’actif immobilisé (Classe 2)
• L’actif circulant hors trésorerie (Classe 3)
• La trésorerie-actif (Rubrique 51 de la classe 5)
Rappel sur le bilan comptable
EXERCICE 2 : Le 1er janvier 2016 la situation de l’entreprise ASSIF se présente comme suit :
Ø L’entreprise possède :
–  Un fonds commercial évalué à ……………………………………..300.000 DH
–  Des machines industrielles pour…………………………………….250.000 DH
–  Des véhicules utilitaires pour………………………………………..350.000 DH
–  Divers mobiliers de bureau pour…………………………………….100.000 DH
–  Divers matériels de bureau pour……………………………………....40.000 DH
–  Des micro-ordinateurs pour…………………………………………...60.000 DH
–  Un stock de matières premières pour ………………………………..200.000 DH
–  Un stock de produits finis pour………………………………………120.000 DH
–  Des fonds déposés en banques pour …………………………………..50.000 DH
–  Des fonds déposées au centre de chèques postaux pour ………………35.000 DH
–  Des espèces en caisse pour ……………………………………………15.000 DH
Ø Elle a emprunté à un organisme financier (crédit à long terme) 700.000 DH
Ø Ses clients lui doivent 35.340 DH et le personnel 10.000 DH.
Ø Elle doit à ses fournisseurs 45.200 DH et à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale 20.140 DH.
TA F : Etablir le Bilan de l’Entreprise « Assif» au 1er janvier 2016
Rappel sur le bilan comptable

Corrigé 1 : Bilan de l’Entreprise « Assif» au 1er janvier 2016


TAF
Solution

I.T.M.O = les installations techniques, matériels et outillages industriels,


TAF
Une entreprise X est créée le 1/1/2016. Les éléments actifs et passifs sont les suivants
Solution T.A.F
Bilan de l’E/se X au 1/1/2016
L’analyse du bilan

Par analyse du bilan on s’intéresse à la santé financière de


l’entreprise, c’est à dire à la solidité de ses structures
financières, en portant un jugement sur sa solvabilité, sa
liquidité et son aptitude à faire face aux risques.

en fonction des objectifs poursuivis par l’analyste,


l’expression de l’équilibre financier privilégiera une
approche liquidité (financière et patrimoniale) ou bien une
approche fonctionnel
Le bilan fonctionnel
Ø  Définition : Un bilan est dit fonctionnel lorsque les dettes et les créances sont
analysées et enregistrées selon leur fonction (financement ou emplois stables,
exploitation).
Ø  Structure : La présentation du bilan fonctionnel est calquée sur le découpage
retenu par le PCM

Actif Bilan fonctionnel Passif


Actif immobilisé Financement permanent
Actif circulant (HT) Passif circulant (HT)
Trésorerie-Actif Trésorerie-passif

Ø  Il a pour rôle de :
ü  Apprécier la structure fonctionnelle de l’entreprise
ü  Déterminer l’équilibre financier, en comparant les différentes masses du
bilan classées par fonction.
ü  Evaluer les besoins financiers et les ressources dont dispose l’entreprise et
en observant le degré de couverture des emplois par les ressources.
La logique du bilan fonctionnel
Pour l’analyse fonctionnelle, l’entreprise est une entité économique dont
l’objectif principal est la production de biens et de services. Pour ce faire,
l’entreprise doit investir et trouver les ressources financières nécessaires à son
fonctionnement et à sa croissance.

Fonction d’exploitation
Opérations correspondant
Analyse fonctionnelle au « métier de l’entreprise »

Regroupements des
différentes opérations Fonction investissement
Opération permettant de maintenir
Prépondérance de la réalité et de développer l’outil de production
économique et financière
sur la vision patrimoniale et juridique Fonction de financement
Opération consistant à faire face
aux besoins de trésorerie
des deux autres fonctions
La structure du bilan fonctionnel
le bilan comptable ne permet pas d’opérer cette lecture fonctionnelle. Il
est donc nécessaire de reclasser et retraiter certaines rubriques du bilan
comptable pour obtenir le bilan fonctionnel. L’analyse fonctionnelle
procède au classement des emplois et des ressources en quatre masses
homogènes.

ü  L’entreprise possède des ressources


Ressources stables Cycle long de financement
Dettes liées au cycle d’exploitation
Passifs circulants

ü  Ces ressources servent à financer des emplois


Emplois stables Cycle long d’investissement

Biens et créances liés au cycle


Actifs circulants d’exploitation
Le Fonds de Roulement Fonctionnel
(FRF)

Le FRF est l’excédent des ressources de financement sur les emplois


durables. Il compare les ressources durables (représentant le cycle de
financement ) aux emplois stables (représentant le cycle d’investissement).

FRF= Financement permanent (classe 1)– Actif immobilisé(classe 2)


Emplois stables
Ressources
durables
FRF

Ø  FRF>0 : Il s’agit d’une ressource. Les ressources de financement ont financé la


totalité des investissement et elles ont dégagé un excédant qui peut être utilisé
pour financer les besoins d’exploitation.
Ø  FRF<0 : Il s’agit d’un besoin. Les ressources de financement n’ont pas permis
de financer la totalité des investissement. Le besoin peut être financé à partir
du passif circulant HT (classe 4) ou de la trésorerie passif.
Application

Actif Bilan fonctionnel Passif


Actif immobilisé 250 000 Financement permanent 290 000
Actif circulant (HT) 75 000 Passif circulant (HT) 130 000
Trésorerie-Actif 25 000 Trésorerie-passif 30 000
Total Actif 450 000 Total Passif 450 000

TAF : Calculer le Fonds de roulement fonctionnel (FRF)


Solution de l’application

Actif Bilan fonctionnel Passif


Actif immobilisé 250 000 Financement permanent 290 000
Actif circulant (HT) 75 000 Passif circulant (HT) 130 000
Trésorerie-Actif 25 000 Trésorerie-passif 30 000
Total Actif 450 000 Total Passif 450 000

FRF=Financement permanent-Actif immobilisé


=290 000-250 000=40000 dh

Les ressources de la classe 1 ont financé l’intégralité des investissement de la classe 2


et elle ont dégagé un surplus de 40 000 dh.
Le Besoin en Fonds de Roulement
Le cycle d’exploitation est constitué par les opérations d’achat, de
fabrication et de ventes.
Le BFR correspond au volume d’argent nécessaire pour assurer le
fonctionnement normal et continu de l’activité de l’entreprise.

BFR = actif circulant HT – passif circulant HT

BFR = BFR d’exploitation + BFR hors exploitation


Ø BFR d’exploitation = Stocks+créances d’exp-dettes expl.
Ø BFR hors exploitation = Autres débiteurs-Autres créanciers.

Ø  BFR >0. Il s’agit d’un besoin à financer : Les ressources du passif circulant (classe
4) n’ont pas pu financer les emplois de l’actif circulant (classe 3) et il faut chercher
les ressources nécessaires pour satisfaire ce besoin au niveau du FRF et/ou de la
trésorerie.
Ø  BFR <0. Il s’agit d’une ressource qui peuvent être utilisée pour conforter
l’équilibre financier de l’entreprise.
Application

Actif Bilan fonctionnel Passif


Actif immobilisé 250 000 Financement permanent 290 000
Actif circulant (HT) 75 000 Passif circulant (HT) 130 000
Trésorerie-Actif 25 000 Trésorerie-passif 30 000
Total Actif 450 000 Total Passif 450 000

TAF : Calculer le BFR


Solution de l’application

Actif Bilan fonctionnel Passif


Actif immobilisé 250 000 Financement permanent 290 000
Actif circulant (HT) 175 000 Passif circulant (HT) 130 000
Trésorerie-Actif 25 000 Trésorerie-passif 30 000
Total Actif 450 000 Total Passif 450 000

BFR=Actif circulant (HT)-Passif circulant (HT)


=175 000-130 000=45000 dh

Il s’agit d’un besoin de financement, l’entreprise doit trouver les ressources


nécessaires pour le financer.
La Trésorerie

ü  Son rôle est primordial : toutes les opérations de l’entreprise se


matérialisent par les flux d’entrée ou des flux de sortie de trésorerie.
ü La trésorerie permet d’établir l’équilibre entre le FRF et le BFR.

TN = FRF - BFR
TN = Trésorerie Actif - Trésorerie Passif
Application

Actif Bilan fonctionnel Passif


Actif immobilisé 250 000 Financement permanent 290 000
Actif circulant (HT) 75 000 Passif circulant (HT) 130 000
Trésorerie-Actif 25 000 Trésorerie-passif 30 000
Total Actif 450 000 Total Passif 450 000

TAF : Calculer la trésorerie


Solution de l’application

Actif Bilan fonctionnel Passif


Actif immobilisé 250 000 Financement permanent 290 000
Actif circulant (HT) 175 000 Passif circulant (HT) 130 000
Trésorerie-Actif 25 000 Trésorerie-passif 30 000
Total Actif 450 000 Total Passif 450 000

Trésorerie nette=FRF-BFR
=40000-45000=-5000 dh
Ou
Trésorerie nette=TrésorerieActif – Trésorerie passif
=25000-30000=-5000 dh

Le FRF n’a pas financé le BFR, ce qui a dégagé un déficit de trésorerie de 5000 dh
Deux situations de trésorerie sont possibles :

Trésorerie positive : FRF > BFR


ü  L’équilibre financier est respecté ; l’entreprise possède des excédents de
trésorerie.

Trésorerie négative : FRF < BFR


ü  L’équilibre financier n’est pas respecté.
ü  L’entreprise à recours aux crédits de trésorerie pour financer le besoin en
fonds de roulement.
ü  Elle est dépendante des banques.
Application
Amortissements
Actif Brut Net PASSIF Montant
et provisions
Immo. en non valeur Finacement permanent
. Frais préliminaires 30 10 20 . Capital social 250
. Charges à répartir sur Plus. Exercices 10 10 . Réserves légales 20
IMMOBILISATIONS CORPORELLES . Résultat net de l'exercice 45
. Terrains 120 120 Dettes de financement 35
. Constructions 70 20 50
. Installations techniques. matériel et outillage 52 10 42
IMMOBILISATIONS FINANCIERES Passif circulant HT
. Prêts immob. 15 15 . Fournisseurs et comptes rattachés 70
. Titres de participation 65 65 . Autres Créanciers 30
Actif circulant HT
. Marchandises 80 10 70
. Clients et C.R 70 15 55 TRESORERIE - PASSIF
. Autres débiteurs 27 27 . Crédit de trésorerie 30
TRESORERIE - ACTIF
. Banques, T.G. et C.P. 6 6
TOTAL Actif 545 65 480 Total Passif 480
TAF :
Ø  Etablir de bilan fonctionnelle
Ø  Calculer le FRF, BFR et TN
Le bilan financier
Définition du Bilan financier :
Ø  Le bilan financier également appelé bilan de liquidité, est à la base de l’analyse
financière d’une entreprise, il permet en reclassant les postes du bilan selon leur
liquidité à l’actif et selon leur exigibilité au passif, de porter un jugement sur la
solvabilité de l’entreprise étudiée.
L’objectif du bilan financier
Ø  Faire apparaître le patrimoine réel de l’entreprise et d’évaluer le risque de non-liquidité
de celle-ci.
Qu’est ce que la solvabilité ?
La solvabilité traduit la capacité d’une entreprise à faire face à ses engagements financiers
c’est-à-dire la capacité à rembourser l’ensemble de ce qu’elle doit par la vente de ses
actifs en cas de liquidation.
Qu’est ce que la liquidité ?
C’est la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes à moins d’un an (CT) à l’aide de
son actif circulant à moins d’un an .
Différence entre le bilan fonctionnel et bilan financier :
Le bilan fonctionnel est établi dans une optique de continuité d’exploitation Alors que le
bilan financier est établi dans une optique de liquidation de l’entreprise (cessation
d’activité)
Le bilan financier intéresse particulièrement
tous ceux qui sont attentifs au degré de
solvabilité de l’entreprise, au premier rang
desquels se trouvent les créanciers
La logique du bilan financier
L’analyse liquidité – solvabilité repose sur une conception patrimoniale de
l’entreprise

Bilan comptable

Une analyse de la liquidité et


de la solvabilité de l’entreprise

Les postes du bilan sont classés


en masses homogènes d’après leur
degré de liquidité et d’exigibilité

Bilan financier
La structure du bilan financier
L’entreprise possède des actifs dont le délai de transformation en monnaie
est plus ou moins long.

Biens
Actif à plus d’un an
et
Actif à moins d’un an créances

Ces actifs servent à faire face aux passifs plus ou moins exigibles

Capitaux propres
Passif à plus d’un an
et
passif à moins d’un an dettes
La structure du bilan financier
Actif Bilan financier Passif
Actif immobilisé (AI) Capitaux permanent
Dettes à long et moyen
Valeur d’exploitation (VE) terme (DLMT)
Valeur réalisable (VR) Dettes à court terme (DCT)
Valeur disponible (VD) Trésorerie-passif

Eléments d’Actif Explication


Actif immobilisé (plus d’un an) Tous les emplois stables >1an
Valeur d’exploitation (moins d’un an) Les stocks (sauf le stock de sécurité)
Valeur réalisable (moins d’un an) Les créances <1 an
Valeur disponible (moins d’un an) Les disponibilités

Eléments du passif Explication


Capitaux permanent (plus d’un an) :
§ Capitaux propres § Les ressources propres à l’entreprise
§ Dettes à Moyen et Long terme § Toutes les dettes à régler dans plus d’un an
Dettes à court terme (moins d’un an) Toutes les dettes à régler dans moins d’un an

Trésorerie-passif (moins d’un an) Tous les concours bancaires à moins d’un an
Comparaison de la structure du bilan financier/bilan
fonctionnel
Actif Bilan fonctionnel Passif
Actif immobilisé Financement permanent :
§ Capitaux propres
§ DLMT
Actif circulant (HT) Passif circulant (HT)
§ d’exploitation (stocks, créances § d’exploitation (dette
clients, ..) personnel, personnel, TVA,
§ hors exploitation (TVP) …)
§ hors exploitation (IS, taxe
urbaine, …)

Trésorerie-Actif Trésorerie-passif

Actif Bilan financier Passif


Actif immobilisé (AI) Capitaux permanents
Dettes à long et moyen
Valeur d’exploitation (VE) terme (DLMT)
Valeur réalisable (VR) Dettes à court terme (DCT)
Valeur disponible (VD) Trésorerie-passif
Les principaux retraitements
§ Les fictifs (frais préliminaires, charges à répartir sur plusieurs exercices) sont
considérés comme ayant une valeur nulle, ils sont retranchés de l’Actif
Immobilisé et le même montant est retranché du passif (capitaux propres),
§ Les créances financières dont l’échéance est à moins d’un an, sont transférés
de l’actif immobilisé vers l’actif circulant (valeurs réalisables).
Les §  Les immobilisations sont enregistrées à leurs valeurs économiques (valeur
correction vénale), la différence entre la valeur comptable et la valeur économique et la
relatives à valeur économique est ajoutée (ou retranchée) au niveau du passif (capitaux
l’actif propres)
§ Les stocks de sécurité sont retranché du poste stocks (Valeur d’exploitation)
et sont ajoutés au niveau de l’actif immobilisé.
§ Les effets de commerce escomptables (négociables) sont retranchés du poste
clients (VR) et sont ajoutés au niveau du poste de trésorerie (VD).
§ Les TVP facilement cessibles sont retranchés de l’AC et sont ajoutés au
niveau de la Trésorerie-Actif

§ La partie du résultat de l’exercice qui sera distribuée est retranchée des
capitaux propres et elle ajoutée au niveau des DCT
Les § Les dettes de financement dont l’échéance est à moins d’un an sont à
correction transférer au niveau des DCT
relatives au § Les dettes d’exploitation à plus à plus d’un an contenues dans le passif
passif circulant sont transférées vers les dettes de financement (DLMT)
Fiche de retraitements

Actif Passif
Eléments
V.I V.E V.R V.D Capitaux propres DMLT DCT Trésorerie-passif
Total bilan comptable
Retraitements :
§ ...
§ ….
§ …
§ …..
§ ….
§ ….

Total bilan financier


Actif Montant PASSIF Montant

Immo. en non valeur Finacement permanent


. Frais préliminaires
. Charges à répartir sur Plus. Exercices
Application
20
10
. Capital social

. Réserves légales (5% du résultat de l’année N-1)


250
20
IMMOBILISATIONS CORPORELLES . Résultat net de l'exercice 45
. Terrains 120 Dettes de financement 35
. Constructions 50
. Installations techniques. matériel et outillage 42
IMMOBILISATIONS FINANCIERES Passif circulant HT
. Prêts immob. 15 . Fournisseurs et comptes rattachés 70
. Titres de participation 65 . Autres Créanciers 30
Actif circulant HT
. Marchandises 70
. Clients et C.R 55 TRESORERIE - PASSIF
. Autres débiteurs 27 . Crédit de trésorerie 30
TRESORERIE - ACTIF
. Banques 6
TOTAL Actif 480 Total Passif 480
Autres informations :
Ø  La valeur réelle du terrain est de 135
Ø  Dans les prêts immobilisés, il y a un prêt au personnel de 8 à régler dans 7 mois
Ø  La valeur sur le marché financier des titre de participation est de 85.
Ø  L’entreprise possède un stock de sécurité de 10.
Ø  Dans autres débiteurs, il y a une créance de 12 à régler dans 17 mois.
Ø  L’entreprise dispose d’un portefeuille d’effets de commerce de 14, tous escomptables.
Ø  40% du résultat distribuable (après prélèvement de la réserve légale) sera distribué aux actionnaires dans
3 mois.
Ø  Une partie des dettes fournisseurs (14) est à régler dans 18 mois.
Application

TAF :
Ø  Faire les retraitements sous forme d’une fiche de retraitements
Ø  Etablir de bilan financier
Les indicateurs de l’équilibre de la structure financière
•  Le Fond de Roulement financier (FRFin) est définit comme étant
l’excédant des capitaux permanent figurant au passif par rapport aux
immobilisations.
•  Le BFR fin. Résulte de la différence entre les emplois circulant hors
trésorerie et les ressources circulantes hors trésorerie.
•  La trésorerie nette traduit la liquidité disponible dans l’entreprise.

•  FR financier = Valeurs d’exploitation+ Valeurs réalisables + valeurs


disponibles disponibles)-(Dettes à CT+ tréso passif)
•  BFR fin. = (valeurs d’exploitation + valeurs réalisables) – dettes à
court terme.
•  Trésorerie nette = FR Fin – BFR fin.
Ou Trésorerie nette = valeurs disponibles – trésorerie passif
ü  Le FRF permet d’apprécier l’équilibre financier de l’entreprise ; il
est un indicateur de sa solvabilité et de son risque de cessation de
paiements.

ü  Le FRF représente un marge de sécurité financière de l’entreprise


et une garantie de remboursement des dettes à moins d’un an pour
les créanciers.

Deux situations peuvent se présenter :

FRF positif : l’équilibre financier est respecté. L’entreprise en


principe solvable.

FRF négatif : l’équilibre financier n’est pas respecté des risques


d’insolvabilité sont probables.
L’ANALYSE DU BILAN FINANCIER- LES RATIOS

•  Les ratios :
analyse des performances d’activité
Rappel sur la structure du CPC
•  Définition : Le CPC est un état de synthèse qui permet de récapituler les produits et les charges de l’entreprise
afin de déterminer sont résultat (=Total des produits-Total des charges)
•  Les charges en comptabilité (classe 6) : Les charges sont constituées de toutes les sommes versées qui
appauvrissent l’entreprise. On retrouve les principaux éléments suivants en charges :
–  achats de matières premières et de marchandises,
–  impôts et taxes,
–  charges de personnel,
–  charges financières,
–  charges non courantes,
–  dotations aux amortissements et aux provisions,
–  impôt sur les bénéfices.
•  Les charges figurent dans le compte de résultat et sont regroupées en 3 catégories :
–  charges d’exploitation (61) : elles sont constituées par les charges qui ont un lien direct avec l’activité
normale de l’entreprise (Achats de marchandises, Achats de matières premières, …).
–  charges financières (63) : elles sont constituées par les charges qui ont un lien direct avec le financement de
l’activité de l’entreprise et de toutes les pertes subies à l’occasion d’opérations sur le marché financier
(Intérêts des emprunts et dettes, perdre de change propres à l’exercice, …).
–  charges non courantes (65) : ce sont les charges qui n’ont pas de lien avec l’activité normale de l’entreprise
et ne sont pas répétitives : ce sont des charges exceptionnelles (pénalités et amendes fiscales ou pénales,
dons, ..)
–  Impôts sur les résultats (67) : Cette rubrique enregistre les impôts relatifs aux résultats réalisé par l’Ese en
fin de l’exercice comptable (Impôts sur les bénéfices, ….)
Rappel sur la structure du CPC
•  Les produits en comptabilité (classe 7) : Les produits sont constitués de toutes les sommes reçues
qui enrichissent l’entreprise. On retrouve les principaux éléments suivants en produits :
–  le chiffre d’affaires,
–  la production stockée et la production immobilisée,
–  les subventions d’exploitation,
–  les produits financiers,
–  les produits exceptionnels,
–  les reprises d’amortissement et de provision.
•  Les produits figurent dans le compte de résultat et sont regroupés en 3 catégorie :
–  produits d’exploitation (71) : sont ceux relatifs à l’exploitation normale de l’Ese (vente de marchandises,
…)
–  produits financiers (73) : sont ceux relatifs à la réalisation par l’entreprise d’opérations à caractère financier
(Revenus des titres de participations, gains de changes propres à l’exercice, ….)
–  produits non courants (75) : Sont les produits résultant d’opérations autres que d’exploitation ou
financières. Ils ne sont pas répétitifs : ce sont des produits exceptionnels (subventions d’équilibre reçus de
l’exercice, dons, ….).
Rappel sur la structure du CPC

• Le CPC permet de dégager les 6 niveaux de résultats suivants :


1. Résultat d’exploitation=Produits d’exploitation-charges d’exploitation
2. Résultat financier=Produits financiers-charges financières
3. Résultat courant=Résultat d’exploitation + Résultat financier
4. Résultat non courant = Produits non courants – charges non courantes
5. Résultat avant impôts=Résultat courant+ Résultat non courant
6. Résultat net de l’exercice=Résultat avant impôts-Impôts sur le résultat
Rappel sur la structure du CPC
•  Le CPC respecte le même principe que le bilan. Ses postes et les rubriques sont les
suivants :
–  Charges : sont les sommes ou valeur versés ou à verser soit :
•  en contrepartie de marchandises, approvisionnements, travaux et services consommés par l’entreprise
(charges d’exploitation)
•  En vertu d’une obligation légale que l’entreprise doit remplir (paiement d’impôts)
•  Sans contrepartie comme les amendes, pénalités (charges non courantes)
–  Produits : Les produits sont les sommes ou valeurs reçus ou à recevoir soit :
•  En contrepartie de la fourniture par l’entreprise de biens, travaux, services, ainsi que les avantages
qu’elle a consentis aux tiers (produits d’exploitation).
•  En vertu d’une obligation légale existence à la charge d’un tiers (subvention d’exploitation)
•  Exceptionnellement sans contrepartie (amendes et pénalités reçues)
Rappel sur la structure du CPC
•  Application : Le service comptable de la société « AMS » vous communique les éléments suivants :
Ø  7121 Ventes de biens produits ……………………………………..800 000
Ø  7381 Intérêts et produits assimilés …………………………………25 000
Ø  7513 Produits de cession d’immobilisation corp……………………35 000
Ø  6121 Achats de matières premières ……………………………..…450 000
Ø  6125 Achats non stockés de matières et fournitures…………..….......4 000
Ø  6133 Entretien et réparations ..……………………………………….2 000
Ø  6144 Primes d’assurances ……………………………………………4000
Ø  6142 Transports ………………………………………………………6 000
Ø  6147 Services bancaires……………………………………………….1 500
Ø  6167 Impôts et taxes et droits assimilés ……………………………....2 500
Ø  6171 Rémunération du personnel…………………………………….170 000
Ø  6174 Charges sociales…………………………………………………30 000
Ø  6311 Intérêts des emprunts et dettes…………………………………...6 000
Ø  6513 VNA des immobilisations corp. Cédées…………………………20 000
Ø  6701 Impôts sur les bénéfices…………………………………………..19 000
TAF : Etablir le CPC
Exercice

•  Le 31/12/2017, le cumul des charges et des produits de l’entreprise Safiot dégage les soldes suivantes :
•  Achat de marchandises 675.220 DH.
•  Achat non stockés des marchandises et de fourniture 12.730 DH.
•  Location 32.800 DH
•  Entretien et réparation 25.400 DH.
•  Assurance 18.600 DH.
•  Transport 8.700 DH.
•  Frais de poste et télécommunication 31.400 DH.
•  Patente 8.400 DH.
•  Taxe urbaine 3.820 DH.
•  Les salaires 396.800 DH.
•  Intérêts sur emprunts 4.240 DH.
•  Escomptes accordés 2.750 DH.
•  Pénalités fiscales 4.240 DH.
•  Ventes de marchandises 1.420.600 DH.
•  Ventes de produits accessoires 4.750 DH.
•  Escompte obtenu 2.340 DH.
•  Stock initial 92.500 DH.
•  Stock final 105.400 DH.
T.A.F :
Présenter le C.P.C de cette entreprise au 31/12/2017.
Solution
Cette analyse se fait à partir du CPC en calculant des résultats partiels ; il
s’agit des soldes intermédiaires de gestion.

Le calcul de ces soldes intermédiaires de gestion permet :


  D’apprécier la performance de l’entreprise et la création des
richesses générée par son activité;
  De décrire la répartition de cette richesse créée par l’entreprise ;
  De comprendre la formation du résultat en la décomposant.

Ces soldes intermédiaires de gestion s’analyse de l’amont vers l’aval, en


partant du chiffre d’affaires jusqu’au résultat net comptable.
Mode de calcul et signification des différents soldes de gestion :
Ventes de marchandise en l’état
- Achats revendus de marchandises (Achats de de marchandises + Stock initial de
marchandises –Stock final de marchandises)
---------------------------------------------------------------
= Marge commerciale sur ventes en l’état
+ Production de l’exercice
ventes de biens /services produits
variation stocks de produits
immobilisations produites par l’entreprise pour elle même
- Consommation de l’exercice
achats consommés de matières et fournitures
autres charges externes
---------------------------------------------------------------
= Valeur ajoutée
+ Subvention d’exploitation
- Impôts et taxes
- charges du personnel
---------------------------------------------------------------
= Excédent brut d’exploitation
+ Reprises d’exploitation
- Dotations d’exploitation
+Autres produits d’exploitation
- Autres charges d’exploitation
--------------------------------------------------------
= Résultat d’exploitation (RE)
+ Produits financiers
- Charges financières
+/- Résultat financier (RF)
--------------------------------------------------------
= Résultat courant (RE+/- RF)
+/- Résultat non courant (RNC=Produits non courants-Charges non Courantes)
- Impôts sur les résultats
--------------------------------------------------------
= Résultat net de l’exercice (RC+/-RNC-Impôt sur les résultats)
ETAT DES SOLDES DE GESTION (E.S.G)

•  Tableau de formation des Résultats (T.F.R )

1 + Ventes de Marchandises (en l'état)


2 - Achats revendus de marchandises
I = MARGE BRUTES VENTES EN L'ETAT
+ PRODUCTION DE L'EXERCICE (3+4+5)
3 Ventes de biens et services produits
II
4 Variation stocks produits
5 Immobilisations produites par l'entreprise pour elle même
- CONSOMMATIONS DE L’EXERCICE (6+7)
III 6 Achats consommés de matières et fournitures
7 Autres charges externes
IV = VALEUR AJOUTEE (I+II+III)
8 + Subventions d'exploitation
9 - Impôts et taxes
10 - Charges de personnel
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION (EBE)
V =
OU INSUFFISANCE BRUTE D’EXPLOITATION (IBE)
11 + Autres produits d'exploitation
12 - Autres charges d'exploitation
13 + Reprises d'exploitation, transferts de charges
14 -
Dotations d'exploitation
VI = RESULTAT D’EXPLOITATION (+ou-)
VII +/- RESULTAT FINANCIER
VIII = RESULTAT COURANT
IX +/- RESULTAT NON COURANT (+ou-)
15 - Impôts sur les résultats

X = RESULTAT NET DE L'EXERCICE


On vous fournit le CPC suivant (en milliers de DH)

I Produits d'exploitation 110 200


Ventes de bien et services produits 110 000
Autres produits d'exploitation 200
II Charges d'exploitation 101 800
Achats consommés de matières et fornitures 29 600
Autres charges externes 22 600
Impôts et taxes 1400
Charges de personnel 36000
dotations d'exploitation 12200
III Résultat d'exploitation (I-II) 8400
IV Produits financiers 0
V Charges financières 5 000
Charges d'intérêts 5 000
VI Résultat financier (IV-V) -5000
VII Résutat courant (IV-V) 3400
VIII Produits non courants 2 000
Produits de cession d'immobilisations 0
Autres produits non courants 2 000
IX Charges non courantes 0
VNA des immobilisations cédées 0
X Résultat non courant (VIII-IX) 2 000
XI Résultat avant impôt (VII+X) 5 400
XII Impôts sur le résultat 2600
XIII Résulat net de l'exercice (XI-XII) 2 800

Travail à faire : Etablir le tableau de formation des résultats (TFR)


Capacité d’autofinancement
Et
autofinancement
Définition de la CAF :

Le Plan Comptable Marocain (PCM) définit la capacité


d’autofinancement comme une ressource de financement générée
par l’activité de l’entreprise, avant toute affectation du résultat net.
Autrement dit, la CAF représente les ressources dégagées par
l’activité, et que l’entreprise peut consacrer à l’investissement.

Cette notion s'oppose aux ressources externes provenant des


partenaires de l'entreprise.
Entreprise CAF
Internes

Ressources de
l’entreprise Associés Apport en capital

Externes Prêteurs Emprunts

Etat Subvention
d’investissement
A quoi sert la CAF ?

Remboursement L’emprunt est une


des emprunts anticipation de la CAF

Financement des
investissements Financement total ou partiel

Capacité
d’autofinancement
Augmentation des Amélioration du fonds
capitaux propres de roulement

Distribution des En fonction de la politique


dividendes de distribution
de l’entreprise
Calcul de la CAF ?
La méthode additive :

La CAF calculée précédemment peut être contrôlée en partant du résultat


de l'exercice.

Résultat net de l’exercice


+ dotations d’exploitation
+ dotations financières
+ dotations non courantes
- Reprises d’exploitation
- Reprises financières
- Reprises non courantes
- Produits des cessions d’immobilisations
+ VNA des immobilisations cédées

= Capacité d’autofinancement
Illustrons le concept de CAF à partir d’un simple exemple :
•  ventes de marchandises : 200 000 dont 70 % réglés comptant ;
•  achats de marchandises : 120 000 dont 80 % réglés comptant ;
•  frais de personnel : 30 000 payés ;
•  dotation aux amortissements : 10 000 .

Calculer les éléments suivants : résultat, CAF, trésorerie


Le cas particulier des produits des cessions d’éléments d’actif
Les produits des cessions d’éléments d’actif (compte 775) constituent bien des produits
encaissables. Ils devraient donc être pris en compte pour le calcul de la CAF. Toutefois, ils sont
exclus du calcul de la CAF pour les raisons suivantes :
•  la CAF ne prend en compte que les opérations de gestion courante. Elle exclut les
opérations exceptionnelles en capital relatives aux cessions d’immobilisations ;
•  les cessions d’immobilisations relèvent de la fonction investissement. En isolant les
produits de cessions et en les rapprochant des acquisitions d’immobilisations, on fait
apparaître l’investissement net.
Notion de l’autofinancement :

L'autofinancement est la part de la CAF consacrée au financement de


l'entreprise. C'est la ressource interne disponible après rémunération des
associés.

Autofinancement de l'exercice (n)


=
CAF (n)
-
Dividendes versés durant l'exercice (n) et relatifs aux résultats de l'exercice n - 1
CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT (C.A.F.) – AUTOFINANCEMENT

1 Résultat net de l'exercice


Bénéfice +
Perte -
2 + Dotations d'exploitation (1)
3 + Dotations financières (1)
4 + Dotations non courantes (1)
5 - Reprises d’exploitation (2)
6 - Reprises financières (2)
7 - Reprises non courantes (2)
8 - Produits des cessions d'immobilisation
9 + Valeurs nettes d'amortissement des immobilisations cédées
= CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT (C.A.F.)
10 - Distributions de bénéfices
AUTOFINANCEMENT

(1) à l'exclusion des dotations relatives aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie
(2) à l'exclusion des reprises relatives aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie y compris reprises sur subventions
d'investissement
Application : On vous fournit le CPC suivant (en milliers de DH)
I Produits d'exploitation
Ventes de marchandises 750 000
Ventes de biens et services produits 950 000
Variation de stocks de produits -30 000
Reprises d’exploitation (1) 25 000
II Charges d'exploitation
Achats revendus de marchandises 550 000 Précisions :
Achats consommés de matières et fournitures 650 000 (1) Dont 5000 relatif aux actifs et passifs
Autres charges externes 20 000 circulants
Impôts et taxes 16 000
Charges de personnel 80 000
(2) Dont 10000 relatif aux actifs et passifs
dotations d'exploitation (2) 70 000 circulants
III Résultat d'exploitation (I-II) 309 000 (3) Dont 1000 relatif aux actifs et passifs
IV Produits financiers circulants
Produits de titres de participation 35 000
Intérêts et autres produits financiers 17 000
V Charges financières
Charges d'intérêts 16 000
Dotation financière (3) 5 500
VI Résultat financier (IV-V) 30 500
VII Résultat courant (III+VI) 339 500
VIII Produits non courants
Produits de cession d'immobilisations 17 500
IX Charges non courantes
VNA des immobilisations cédées 7 300
Dotations non courantes 12 000
X Résultat non courant (VIII-IX) -1 800
XI Résultat avant impôt (VII+X) 337 700
XII Impôts sur le résultat 105 000
XIII Résulat net de l'exercice (XI-XII) 232 700
Travail à faire :
Etablir le tableau de formation des résultats (TFR)
Calculer la CAF
Calculer l’AF sachant que 40% du résultat net a été distribuée aux actionnaires
•  Tableau de formation des Résultats (T.F.R )

1 + Ventes de Marchandises (en l'état) 750 000


2 - Achats revendus de marchandises 550 000
I = MARGE BRUTES VENTES EN L'ETAT 200 000
+ PRODUCTION DE L'EXERCICE (3+4+5) 920 000
3 Ventes de biens et services produits 950 000
II
4 Variation stocks produits -30 000
5 Immobilisations produites par l'entreprise pour elle même 0
- CONSOMMATIONS DE L’EXERCICE (6+7) 670 000
III 6 Achats consommés de matières et fournitures 650 000
7 Autres charges externes 20 000
IV = VALEUR AJOUTEE (I+II-III) 450 000
8 + Subventions d'exploitation 0
9 - Impôts et taxes 16 000
10 - Charges de personnel 80 000
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION (EBE) 354 000
V =
OU INSUFFISANCE BRUTE D’EXPLOITATION (IBE)
11 + Autres produits d'exploitation 0
12 - Autres charges d'exploitation 0
13 + Reprises d'exploitation, transferts de charges 25 000
14 - 70 000
Dotations d'exploitation
VI = RESULTAT D’EXPLOITATION (+ou-) 309 000
VII +/- RESULTAT FINANCIER 30 500
VIII = RESULTAT COURANT 339 500
IX +/- RESULTAT NON COURANT (+ou-) -1 800
15 - Impôts sur les résultats 105 000

X = RESULTAT NET DE L'EXERCICE 232 700


CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT (C.A.F.) – AUTOFINANCEMENT

1 Résultat net de l'exercice 232 700


2 + Dotations d'exploitation (1) 70 000 -10 000
=60 000
3 + Dotations financières (1) 5 500-1 000=4
500
4 + Dotations non courantes (1) 12 000
5 - Reprises d’exploitation (2) 25 000 – 5 000 =
20 000
6 - Reprises financières (2) 0
7 - Reprises non courantes (2) 0
8 - Produits des cessions d'immobilisation 17 500
9 + Valeurs nettes d'amortissement des immobilisations 7 300
cédées
= CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT (C.A.F.) 279 000
10 - Distributions de bénéfices 232 700 * 40% =
93080
AUTOFINANCEMENT 185 920

(1) à l'exclusion des dotations relatives aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie
(2) à l'exclusion des reprises relatives aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie y compris reprises sur subventions
d'investissement