Vous êtes sur la page 1sur 52

Royaume du Maroc

Ministère de la Culture

Direction du Patrimoine Culturel

Orientations stratégiques pour


la gestion et le développement
du patrimoine culturel marocain

Mars 2013
Ce document de stratégie a été élaboré sous la direction de Monsieur Mohamed Amine SBIHI,
Ministre de la Culture, par :
• Alaoui Abdellah, Directeur du Patrimoine culturel ;
• Akerraz Aomar, Directeur de l’INSAP ;
• Arradi Alaoui Youssef, Chef de la Division des Etudes et des Interventions Techniques ;
• Belatik Mohamed, Chef de la Division des Musées ;
• Kafas Samir, Chef de la Division de l’Inventaire et de la Documentation du Patrimoine ;
• Kbiri Alaoui Mohamed, Enseignat-chercheur à l’INSAP ;
• Khiara Youssef, Archéologue, cadre à la Direction du Patrimoine.
Table des matières

Introduction........................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 4

I. LE PATRIMOINE CULTUREL MAROCAIN : UN HÉRITAGE MILLÉNAIRE

I.1. Le patrimoine culturel marocain : richesse, diversité et universalité .................................................................................................................................. 5


1. Le patrimoine archéologique........................................................................................................................................................................................................................................... 6
2. Le patrimoine immobilier .................................................................................................................................................................................................................................................. 6
3. Le patrimoine mobilier........................................................................................................................................................................................................................................................... 7
4. Le patrimoine immatériel ................................................................................................................................................................................................................................................... 7

I.2. Le patrimoine culturel marocain : gestion et administration ....................................................................................................................................................... 8


1. Gestion du patrimoine culturel..................................................................................................................................................................................................................................... 8
2. Formation et recherche........................................................................................................................................................................................................................................................... 9
3. Administration régionale du patrimoine culturel . ................................................................................................................................................................................... 10
a. Les Inspections régionales des monuments historiques et des sites . ........................................................................................................................... 10
b. Les musées.................................................................................................................................................................................................................................................................................... 10
c. Les Centres spécialisés d’études et de recherches ........................................................................................................................................................................... 10
d. Les Conservations des monuments historiques et des sites ................................................................................................................................................... 10

II. PROCESSUS DE PATRIMONIALISATION : UN SIÈCLE DE RÉALISATIONS

II.1. Le cadre juridique............................................................................................................................................................................................................................................................................ 12


II.2. L’inventaire du patrimoine. ................................................................................................................................................................................................................................................... 13
1. L’inventaire, les prémices de la conservation................................................................................................................................................................................................ 13
2. L’inventaire systématique..................................................................................................................................................................................................................................................... 13
3. Un nouveau système d’inventaire ............................................................................................................................................................................................................................ 14

II.3. Conservation et restauration des monuments historiques et des sites archéologiques . .......................................................................... 16
Restauration des monuments historiques : un nouvel élan ............................................................................................................................................................... 16

II.4. Les musées .............................................................................................................................................................................................................................................................................................. 18


1. Aux origines des musées du Maroc.......................................................................................................................................................................................................................... 18
2. Modernisation des musées................................................................................................................................................................................................................................................. 19
3. L’inventaire des collections................................................................................................................................................................................................................................................ 20
4. L’acquisition de nouvelles collections................................................................................................................................................................................................................... 20
5. La conservation préventive et la restauration des œuvres............................................................................................................................................................... 20
6. L’animation et la médiation............................................................................................................................................................................................................................................... 20

II.5. Recherche et formation .......................................................................................................................................................................................................................................................... 21


1. Recherche archéologique.................................................................................................................................................................................................................................................... 21
a. Des origines à nos jours. ................................................................................................................................................................................................................................................ 21
b. Un siècle de recherches archéologiques au Maroc. ....................................................................................................................................................................... 22
c. Archéologie et préhistoire. ........................................................................................................................................................................................................................................... 22
d. Archéologie et histoire..................................................................................................................................................................................................................................................... 23
e. Archéologie de sauvetage............................................................................................................................................................................................................................................. 23
2. Formation et formation continue................................................................................................................................................................................................................................. 23
a. La formation................................................................................................................................................................................................................................................................................. 23
b. La formation continue...................................................................................................................................................................................................................................................... 24
II.6. Patrimoine mondial . .................................................................................................................................................................................................................................................................... 24
1. Le Maroc et l’UNESCO : domaine du patrimoine ................................................................................................................................................................................. 24
2. Patrimoine culturel immobilier .................................................................................................................................................................................................................................... 24
3. Patrimoine culturel immatériel ..................................................................................................................................................................................................................................... 25
4. Mémoire du Monde ................................................................................................................................................................................................................................................................. 26

II.7. Promotion et mise en valeur ............................................................................................................................................................................................................................................. 26


1. Publications de l’inventaire............................................................................................................................................................................................................................................... 26
2. Catalogues d’expositions .................................................................................................................................................................................................................................................... 27
3. Publications archéologiques ........................................................................................................................................................................................................................................... 28
4. Le portail du patrimoine culturel marocain ................................................................................................................................................................................................... 28

Diagnostic de l’état de conservation du patrimoine culturel marocain .................................................................................................................................... 29

III. PATRIMOINE CULTUREL : ORIENTATIONS POUR UNE GESTION INTÉGRÉE

III.1. Les grands axes stratégiques de la sauvegarde et du développement du patrimoine culturel du Maroc............................ 31

III.2. Plan d’actions sectorielles .................................................................................................................................................................................................................................................. 36


1. Nécessité d’un nouveau cadre législatif ............................................................................................................................................................................................................ 36
a. Genèse de la nouvelle loi sur le patrimoine .......................................................................................................................................................................................... 36
b. Projet de charte de préservation du patrimoine culturel et naturel . ............................................................................................................................ 37
c. Mise en place d’un système de Trésors Humains Vivants au Maroc ........................................................................................................................... 37
2. Pour une gestion intégrée des sites archéologiques et des monuments historiques ......................................................................................... 38
a. Développement des connaissances sur les monuments historiques et les sites naturels et culturels ..................................... 38
b. Mise en place d’un plan national d’urgence pour la préservation du patrimoine culturel en péril.......................................... 39
c. Élaboration des plans de gestion des villes et des sites historiques marocains ............................................................................................... 39
d. Revitalisation et animation des monuments historiques et des sites .......................................................................................................................... 41
e. Projections pour le patrimoine culturel immobilier à l’horizon 2020 ...................................................................................................................... 41
3. Pour un inventaire systématique du patrimoine culturel marocain .................................................................................................................................... 42
a. Objectifs généraux .............................................................................................................................................................................................................................................................. 42
b. Échéances ..................................................................................................................................................................................................................................................................................... 42
c. Architecture globale de l’inventaire général .......................................................................................................................................................................................... 42
d. Propositions pour un plan d’action . ................................................................................................................................................................................................................ 45
e. Finalisation des choix d’organisation et des outils .......................................................................................................................................................................... 45
f. Projections pour l’inventaire du patrimoine culturel à l’horizon 2020 ..................................................................................................................... 45
4. Développement de la Recherche archéologique . ................................................................................................................................................................................... 46
a. Pour un contrôle scientifique de la recherche archéologique ............................................................................................................................................ 46
b. Ressources humaines ....................................................................................................................................................................................................................................................... 47
c. Ressources financières .................................................................................................................................................................................................................................................... 47
d. Archéologie et environnement .............................................................................................................................................................................................................................. 47
e. Archéologie préventive .................................................................................................................................................................................................................................................. 47
f. Recherche anthropologique ....................................................................................................................................................................................................................................... 47
g. Publications ................................................................................................................................................................................................................................................................................ 48
5. Pour la promotion et de la formation et de la formation continue ...................................................................................................................................... 48
a. Formations actuellement dispensées à l’INSAP .................................................................................................................................................................................. 49
b. Formations à développer ............................................................................................................................................................................................................................................. 49
6. Pour l’accompagnement de la Fondation nationale des musées dans la mise à niveau des institutions muséales ....... 49
4 Orientations stratégiques…

Introduction

Le présent document intitulé Orientations stratégiques pour le patrimoine


culturel à l’horizon 2020 est un projet qui retrace et anticipe les différentes
actions à mettre en œuvre pour la protection et la valorisation de notre héritage
culturel. Le contenu est structuré en trois parties. La première est une présentation
générale de la richesse et de la diversité de notre patrimoine culturel, avec ses
deux composantes matérielle et immatérielle ; la deuxième dresse un bilan
du processus de patrimonialisation que cet héritage a connu au fil du siècle
dernier ; la troisième partie est axée sur les principales orientations stratégiques.
Ces grandes orientations ont pour principal objectif de mettre en valeur
le patrimoine culturel et faire en sorte que cette valorisation contribue à
l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Il s’agit de mettre en exergue
les potentialités économiques de cet héritage en accordant la priorité aux
chantiers les plus urgents et les plus structurants pour les différents domaines
du patrimoine : l’inventaire, la formation et la recherche, la gestion intégrée des
sites et des monuments historiques, les musées, etc.
Un accent particulier a été mis sur la nécessité d’adopter le projet de loi révisée
relative à la conservation, à la protection et à la mise en valeur du patrimoine
culturel et naturel du Royaume du Maroc, de la Charte de préservation du
patrimoine culturel et naturel qui complète cette loi et du projet de loi sur les
Trésors humains vivants. Tous les trois seront à la base de toute restructuration et
requalification des différents secteurs du patrimoine culturel.
Cette startégie constitue un document de référence et de réflexion pour le
Ministère de la Culture et ses partenaires. Il vise la sensibilisation des citoyens
quant à la valeur historique, scientifique et économique de cet héritage culturel
et à les inciter à se le réapproprier, en contribuant à sa protection et à sa
valorisation. Les pouvoirs publics, collectivités locales, secteur privé et ONG,
sont ainsi vivement invités à considérer le rôle majeur du patrimoine culturel
comme vecteur de développement humain et social.

Mohamed Amine SBIHI,


Minsitre de la Culture
I. Le patrimoine culturel marocain :
un héritage millenaire

Le Maroc est un creuset de civilisations. Son Patrimoine culturel, témoin de la grandeur de notre civilisation, reflète
la culture plurielle de notre pays et constitue notre mémoire et notre appartenance à cet espace géographique et
culturel spécifique.
La notion de patrimoine culturel ne cesse de s’élargir pour embrasser des domaines variés et des éléments divers
de la culture matérielle vivante de notre société moderne. Certains aspects, jadis négligés pour une raison ou
une autre, font désormais partie de notre héritage culturel national ; c’est par exemple le cas de l’architecture
du XXème siècle. En effet, une prise de conscience croissante tend à rendre justice à ce legs historique récent,
indissociable de notre histoire et de notre culture.
La notion a pris une grande ampleur avec l’apparition d’autres aspects qui faisaient référence il y a quelques
années, aux avancées technologiques réalisées par notre société. Il s’agit entre autres des patrimoines industriel,
audiovisuel, numérique et technologique… Cette dynamique nous rend aujourd’hui convaincus, qu’avec le temps,
le patrimoine est à la fois symbole d’une identité culturelle et témoin des phases passées de l’histoire de notre pays.

Site antique de Volubilis, vue sur la basilique

I.1. Le patrimoine culturel marocain : richesse, diversité


et universalité
Le Maroc recèle un patrimoine culturel très riche et diversifié qui englobe outre les monuments, les sites, le
mobilier archéologique et les collections muséographiques, un patrimoine immatériel varié. Ce legs historique
puise ses racines dans les fonds amazigh, arabo-islamique, andalous, africain, judaïque, phénicien, carthaginois
et romain. Le brassage ethnique a engendré une mosaïque de cultures locales et les multiples apports extérieurs
mêlés au fonds local, ont donné naissance à une diversité culturelle exceptionnelle. Et cette culture plurielle
ouverte sur le monde, se reflète dans la pluralité des langues, la multiplicité des traditions et la diversité des
expressions artistiques, des styles et des courants.
6 Orientations stratégiques…

1. Le patrimoine archéologique se compose de toutes les traces matérielles de l’occupation humaine qui
peuvent prendre la forme de sites de surface, de grottes, de carrières ou de sites ensevelis et/ou dégagés lors de
travaux de fouilles ou d’aménagement.

La forteresse almoravide d’Amergou (région de Taounate)

• Période préhistorique
Les plus anciens vestiges archéologiques découverts au Maroc remontent à l’époque préhistorique, à une période
datée d’environ un million d’années. Depuis lors, le pays a connu la succession de plusieurs civilisations (Pebble
culture, Acheuléen, Moustérien, Atérien, Ibéro-maurusien, Néolithique et Protohistoire). Les plus importants sites
où sont représentées ces civilisations sont Casablanca (Sidi Abderrahmn, Thomas 1…), Tafoghalt, Rouazi-Skhirat,
Mzora et les aires rupestres de l’Atlas et du Maroc présaharien et saharien.

• Période antique
Les vestiges des périodes antiques datent des Phéniciens, des Carthaginois, des Royaumes Maures et des Romains.
Ces civilisations sont matérialisées dans plusieurs sites, notamment à Lixus, Mogador, Volubilis, Sala, Banasa,
Thamusida, Tamuda…

• Période islamique
La période islamique a connu la succession de plusieurs dynasties : premières principautés musulmanes,
Idrissides, Almoravides, Almohades, Mérinides, Wattassides, Saadiens et Alaouites. Plusieurs sites et monuments
témoignent de la grandeur de ces dynasties comme par exemple : Sijilmassa, Al Basra, Aghmat, Tamdoult, Qsar
Es Sghir, Belyounech…

2. Le patrimoine immobilier comprend un héritage architectural et monumental qui constitue l’élément


saillant du patrimoine culturel marocain dans lequel s’incarnent l’authenticité et la continuité d’un savoir- faire
ancestral. Cette richesse est notamment illustrée par la médina marocaine avec ses composantes urbanistiques et
architecturales religieuse, militaire, domestique et d’utilité publique, dans l’architecture moderne du XXème siècle
ainsi que dans l’architecture rurale constituée des vilages perchés du Rif, du pré-Rif et du Moyen-Atlas, des
kasbahs, des ksours et des igoudars ou greniers collectifs répandus dans l’Atlas et le Sud-ouest. Le patrimoine
immobilier concerne également les sites naturels y compris les paysages culturels : la moyenne vallée du Draa,
la vallée du Ziz, l’oasis de Figuig, la vallée d’Aït Bouguemmaz, les sites rupestres de l’Oukaïmeden et de Yagour.
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 7

Vue panoramique sur la médina de Fès inscrite sur la Liste du patrimoine mondial La kasbah d’Amridil, Skoura, province de Ouarzazate

3. Le patrimoine mobilier
Ce patrimoine englobe les vestiges archéologiques (en pierre, terre, métaux, verre, ivoire, etc.) et les objets
à caractère ethnographique, les œuvres artisanales, les archives et les manuscrits, les collections privées et
publiques qui ont une valeur nationale et/ou universelle.
Les musées publics qui sont sous la tutelle du Département de la culture sont au nombre de treize. Il existe aussi
cinq musées appartenant à d’autres départements, 11 musées privés et un seul municipal. Ces institutions abritent
de très riches collections permanentes qui couvrent environ 200 000 ans d’histoire.
Par ailleurs, les bibliothèques et les fonds Habous regorgent de manuscrits d’une haute valeur historique,
scientifique, culturelle et spirituelle.

Monnaie en or d’époque almoravide, Manuscrit du Coran, Séville, 632 H, Buste du Roi Juba II, (25 av.-23 ap. J.-C.),
Musée archéologique de Rabat Bibliothèque Ben Youssef, Marrakech Musée archéologique de Rabat

4. Le patrimoine culturel immatériel est d’une richesse extraordinaire et comprend entre autres les arts du
spectacle, les traditions et les expressions orales, les musiques et les danses traditionnelles, les festivals et les
moussems ainsi que les arts, les savoir-faire et les jeux traditionnels. Les instruments, les objets, les artefacts et les
espaces culturels qui lui sont associés en font également partie.
Le patrimoine immatériel comprend également les Trésors humains vivants qui sont les personnes reconnues pour
l’excellence et la rareté de leur savoir et/ou savoir-faire dans les domaines technique, artistique et ludique.
8 Orientations stratégiques…

Le patrimoine culturel

Le patrimoine culturel matériel Le patrimoine culturel immatériel

•Arts du spectacle
Le patrimoine immobilier Le patrimoine mobilier • Connaissances et pratiques concernant
la nature et l’Univers
• Espaces et lieux de mémoire
• Savoirs et savoir-faire
Le patrimoine Le patrimoine Le patrimoine Le patrimoine
archéologique architectural muséologique manuscrit • Pratiques sociales et événements festifs

La diversité et la richesse de l’héritage national ont conduit le Royaume à soumettre des biens à la reconnaissance
internationale de l’UNESCO. L’organisation onusienne a ainsi eu à reconnaître neuf biens culturels qu’elle a
inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et quatre éléments qu’elle a intégrés à la Liste représentative du
patrimoine culturel immatériel (voir plus loin).

Jeu équestre Mata pratiqué dans la région des Jbala au nord du Maroc

I.2. Le patrimoine culturel marocain : gestion et administration

1. Gestion du patrimoine culturel


La gestion du patrimoine culturel national est soumise à une législation mise en place depuis 1912. Elle est
du ressort de la Direction du patrimoine culturel (DPC) qui est chargée, conformément au décret fixant les
attributions et l’organisation du Ministère de la Culture, de :
• entreprendre des études, des recherches et des enquêtes nécessaires à l’identification des éléments qui composent
le patrimoine culturel et de prendre les mesures adéquates pour sa conservation et sa mise en valeur ;
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 9

• assurer le suivi des études et des interventions techniques et leur évaluation ;


• coordonner les travaux de gestion technique des inspections des monuments historiques et sites naturels ;
• programmer les recherches archéologiques et organiser et contrôler les chantiers de fouilles en coordination
avec les services compétents du ministère ;
• mener les activités d’animation relatives au patrimoine culturel ;
• rassembler la documentation nécessaire pour dresser l’inventaire du patrimoine culturel matériel et immatériel ;
• organiser autres expositions, conférences et manifestations pour faire connaître les richesses du patrimoine
archéologique et ethnographique ainsi que les richesses liées aux monuments du pays ;
• préserver et sauvegarder le patrimoine national oral, les usages et coutumes, les arts et métiers traditionnels et
les fonds sonores, et en faire connaître l’authenticité ;
• préserver et protéger le patrimoine muséologique ;
• entreprendre des études muséologiques et mettre en valeur les antiquités et les faire connaître ;
• contrôler et inspecter les musées ;
• veiller à l’application des textes législatifs et réglementaires régissant la conservation et la protection du
patrimoine culturel.

2. Formation et recherche
La formation et la recherche dans les domaines du patrimoine sont du ressort de l’Institut National des Sciences
de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP), sous la tutelle du ministère de la Culture, créé en vertu du décret
n° 2.10.623 du 19 octobre 2011.
L’INSAP compte six départements de recherche et de formation :
• Département de préhistoire ;
• Département d’archéologie préislamique ;
• Département d’archéologie islamique ;
• Département d’Anthropologie ;
• Département de muséologie ;
• Département des monuments historiques.

Vue sur le site antique et mérinide de Chellah, Rabat


10 Orientations stratégiques…

3. Administration régionale du patrimoine culturel


A l’échelle régionale, la DPC est relayée par plusieurs services techniques et administratifs qui sont :
a. Les Inspections régionales des monuments historiques et des sites (IRMHS) sont au nombre de sept.
Elles se répartissent sur le territoire national de la façon suivante :
• IRMHS de Rabat : Wilaya de Rabat-Salé, Khemisset, Kénitra, Sidi Kacem, Ouezzane ;
• IRMHS de Casablanca : Casablanca et provinces El Jadida, Settat, Khouribga ;
• IRMHS de Meknès : Wilaya de Meknès, Errachidia ;
• IRMHS de Fès : Wilaya de Fès, Taza, Oujda, Boulmane ;
• IRMHS de Tanger-Tétouan : Wilaya Tétouan, Tanger, Chefchaouen, Larache, Ksar Kbir ;
• IRMHS de Marrakech : Wilaya de Marrakech, Kalaa Sraghna, Ouarzazate, Beni Mellal ;
• IRMHS de Taza-El Hoceïma-Taounate.
b. Les musées, ethnographiques, archéologiques ou spécialisés sont au nombre de treize. Ils assurent la
conservation et la mise en valeur des collections muséales publiques.

Musées Ville Nature Date de création


Musée Batha Fès Ethnographique et archéologique 1915
Musée des Oudaïa Rabat Spécialisé 1915
Musée Dar Jami Meknès Ethnographique 1920
Musée Kasbah Tanger Ethnographique et archéologique 1922
Musée archéologique Rabat Archéologique 1920
Musée Dar Si Saîd Marrakech Ethnographique 1932
Musée archéologique Tétouan Archéologique 1939
Musée ethnographique Bab Oqla Tétouan Ethnographique 1928
Musée Sidi Med Ben Abdallah Essaouira Ethnographique 1980
Musée ethnographique Chefchaouen Ethnographique 1985
Musée de la céramique Safi Spécialisé 1990
Musée des arts sahariens Laâyoune Ethnographique 2000
Musée de la poterie du Rif et du pré-Rif Meknès Spécialisé 2004

c. Les Centres spécialisés d’études et de recherches sont créés dans la perspective du développement et de la
mise en valeur des spécificités culturelles et patrimoniales locales ou régionales.
L’établissement Date de création Localisation
Centre d’études et de recherches andalouses 1986 Chefchaouene
Centre d’études et de recherches alaouites 1988 Rissani
Centre d’études et de recherches sur les Kasbahs de l’Atlas et du Sud 1990 Ouarzazate
Centre du patrimoine maroco-lusitanien 1994 El Jadida
Parc national du patrimoine rupestre 1994 Agadir
Centre d’études et de recherches hassanies 1997 Laâyoune

d. Les Conservations des monuments historiques et des sites


Dans le but d’assurer une bonne gestion des sites archéologiques majeurs du Royaume, le Ministère de la Culture
a procédé à la création de Conservations dont la plus importante, celle de Volubilis, a vu le jour sous le Protectorat
français. Six autres ont étés créées pendant les quinze dernières années. Il s’agit de :
• la Conservation du site de Volubilis créée, en 1915 ;
• la Conservation des sites de Chellah et des Oudaïa en 1988 ;
• la Conservation du palais Bahia à Marrakech a vu le jour en 1998 ;
• la Conservation des sites de Banasa et de Thamusida (2006) ;
• la Conservation du site de Lixus (1996) ;
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 11

• la Conservation du site de Ksar Sghir (2011) ;


• la Conservation du site de Tamuda (2011).
Depuis 2007, six conservations du patrimoine rupestre sont en cours de création. Des infrastructures d’accueil et
un gardiennage permanent sont mis en place, en attendant la création des structures administratives de gestion, à :
• Aït Ouaâzik ;
• Al Asli Errich ;
• Tighirt ;
• Foum Chenna ;
• Asli Boukerch ;
• Zerzem-Aday.

Gravure rupestre, Gravure rupestre, Gravure rupestre, Conservation du site


site de Aït Ouaâzik, Zagora site de Foum Chenna, Zagora site de Asli Errich, Smara rupestre de Foum Chenna, Zagora

Schéma organique des services chargés du patrimoine culturel

Ministère de la Culture

Institut national des sciences


Direction du patrimoine culturel
de l’archéologie et du patrimoine

Division des études et des Division de l’Inventaire Division des musées Les départements
interventions techniques et de la documentation
du patrimoine • Service des études • Département de préhistoire
• Service du suivi et de muséologiques • Département d’archéologie préislamique
l’évaluation • Service de l’inventaire du
• Service de la préservation • Département d’archéologie islamique ;
• Service de la patrimoine matériel
et des acquisitions
programmation • Service de l’inventaire du • Département d’Anthropologie
• Service des expositions
et des interventions patrimoine immatériel • Département de muséologie
patrimoniales
techniques • Département des monuments historiques
• Service du classement

Les Inspections Conservations Centres spécialisés Musées


régionales des de monuments d’études et de
monuments et de sites recherche
historiques
et des sites
II. Processus de patrimonialisation :
un siècle de réalisations

II.1. Cadre juridique


La protection et la sauvegarde du patrimoine culturel immobilier et mobilier est soumise depuis 1912 à une
législation qui a été révisée plusieurs fois (Dahir du 13 février 1914 et Dahir du 21 juillet 1945) dont la dernière
date de 1980 (Dahir du 25 décembre 1980 complété par le Dahir du 15 juin 2006 promulguant la loi 19-05
relative au patrimoine mobilier).
Ces différentes législations prévoient les procédures de classement et d’inscription des immeubles et meubles
présentant un intérêt particulier pour l’art, l’histoire ou la civilisation marocaine.
A ce titre, 399 biens immobiliers (sites, monuments, paysages…) ont été classés ou inscrits au titre de monuments
historiques nationaux et 235 objets muséologiques inscrits sur la liste du patrimoine mobilier national.

Évolution du classement et d’inscription depuis 1912

140

120

100

80

60

40

20

0
1912-1920 1921-1930 1931-1940 1941-1950 1951-1960 1961-1970 1971-1980 1981-1990 1991-2000 2001-2012

Monuments classés Monuments inscrits

Répartition des biens classés et inscrits


selon le type de la protection juridique (1912-2012)

33,33%

Monuments et sites classés


Monuments et sites inscrits
66,67%
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 13

II.2. L’inventaire du patrimoine


L’inventaire et la documentation du patrimoine culturel est une opération primordiale pour amorcer le processus
de patrimonialisation des biens culturels. L’identification et la reconnaissance de ces biens constituent un
préalable à toute action de protection et de mise en valeur.

Agadir Aït Wareh, Isafene, province de Tata

1. L’inventaire, les prémices de la conservation


Les travaux entrepris par le Service des arts indigènes – devenu par la suite Service des Beaux-Arts – s’attelèrent,
dès le début du XXème siècle, à inventorier et à documenter le patrimoine culturel et naturel national. Après
l’indépendance, le travail d’inventaire s’est poursuivi par les administrations successives de la Culture. La mission
d’expert en 1972, puis de 1974 à 1979 dans le cadre d’un programme PNUD-UNESCO a produit un rapport
détaillé sur l’inventaire du patrimoine du Maroc et une proposition d’organisation fondée sur la création d’un
Centre d’inventaire du patrimoine culturel. La Division de l’inventaire général du patrimoine culturel du Maroc
a été créée en 1979 au sein du Ministère de la Culture dont les missions sont toujours d’actualité. L’organisation
de cette Division était fondée sur des fonctions opérationnelles (documentation bibliographique, inventaires et
enquêtes de terrain, archivage et documentation graphique et photographique…).
La division de l’inventaire a intégré la Direction du patrimoine culturel, créée en 1987.
Par ailleurs, l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine contribue, à travers les programmes
de prospection archéologique, à l’établissement de la carte archéologique du Maroc. Des centres spécialisés
d’études et de recherches sont également créés avec des missions explicites d’inventaire.
En 2006, la Division de l’inventaire et de documentation du patrimoine est organisée en un centre de documentation
et composée du service de l’inventaire du patrimoine culturel matériel et de celui de l’inventaire du patrimoine
culturel immatériel.

2. L’inventaire systématique
La Direction du Patrimoine Culturel a lancé depuis 2003 une action qui s’inscrit dans le moyen terme pour
l’établissement d’un inventaire systématique du patrimoine culturel de la Province de Tata. Cette opération a été
achevée en 2008 pour donner lieu au premier inventaire topographique quasi exhaustif de toute une province.
14 Orientations stratégiques…

L’inventaire s’est poursuivi dans d’autres provinces du Royaume. La Direction du Patrimoine culturel a réalisé
également des inventaires thématiques notamment en matière de patrimoine culturel immatériel dont une enquête
sur une femme potière « Thamimount » réalisée dans la perspective de la mise en place d’un système des trésors
humains vivants (THV).

Mellah de Tazarte, province de Tata

3. Un nouveau système d’inventaire


Le système d’inventaire doit nécessairement se réorganiser aux technologies de l’information et se doter de profils
adéquats et d’outils de travail fondamentaux.
C’est dans cet esprit que s’est inscrite l’action de la Division de l’inventaire et de la documentation du patrimoine
(DIDP) en assurant l’élaboration d’un certain nombre d’outils méthodologiques et scientifiques et techniques :
• élaboration d’un document de stratégie et de l’inventaire ;
• révision des listes de l’inventaire général ;
• révision et l’adoption de nouvelles fiches d’inventaire
(matériel, immatériel, mobilier et naturel) ;
• élaboration d’un guide pratique de l’inventaire général par La
DIDP et la réalisation de livrets méthodologique spécifiques
à chaque domaine du patrimoine culturel(2008) ;
• finalisation d’une typologie détaillée du patrimoine culturel
et naturel du Maroc dans la perspective de l’élaboration
d’un thésaurus du patrimoine ;
• révision de la fiche modèle destinée aux enquêtes de
terrain  ;
• réalisation de livret d’inventaire par type de patrimoine :
mobilier, immobilier et immatériel (2010) ;
• élaboration d’un système d’information : « www.idpc.ma »
Gravure rupestre de Meshkaou, province de Tata
qui est relié à un système d’information géographique.
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 15
16 Orientations stratégiques…

II.3. Conservation et restauration des monuments historiques


et des sites archéologiques
La sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine architectural et archéologique ont été prises en charge par des
services créés dès le début du protectorat français. Les monuments historiques et les sites furent dès lors l’objet
d’un intérêt particulier de la part des gestionnaires du patrimoine. Les services mis en place ont alors connu, au
fil du temps, une importante évolution qui a abouti à la création de la : « Division des Études et des Interventions
Techniques » qui relève, depuis 1994, de la DPC. Dans cette évolution les inspections des monuments historiques,
créées dès 1915, ont joué, et jouent encore, un rôle prépondérant dans la préservation et la valorisation des sites
et monuments historiques.
Depuis l’indépendance, la sauvegarde du patrimoine archéologique et monumental a constitué l’épine dorsale
de la politique du ministère dans ce secteur. Si l’action n’a touché au début que les médinas historiques, les
bâtiments d’aspect monumental et les sites archéologiques majeurs, l’approche aujourd’hui est beaucoup plus
large et vise à la fois le maintien en bon état de ces tissus, monuments et sites célèbres et l’identification et la
préservation des autres composants, jusqu’ici négligés.

Travaux de restauration de la muraille de Taroudant Travaux de restauration du palais Badia à Marralkech

Restauration des monuments historiques : un nouvel élan


Grâce aux efforts consentis durant des décennies, en matière de restauration, plusieurs nouveaux sites et monuments
ont été reconnus, inventoriés, aménagés, restaurés et ouverts au public. D’autres monuments historiques, jadis
délaissés, ont fait l’objet de projets de restauration et de mise en valeur.
Les fonds, limités et irréguliers, alloués à la restauration et à l’aménagement des monuments et des sites, étant
essentiellement réservés aux cas d’urgence et aux bâtiments menaçant ruine, ne permettent pas d’engager des
programmes ambitieux touchant à l’ensemble du territoire national.
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 17

Évolution du budget annuel alloué à la sauvegarde


et la mise en valeur des sites et monuments historiques depuis 1998 en MDH

45

40

35

30

25

20

15

10

0
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Répartition du budget par région sur la période allant de 1998-2012

Région Budget alloué


Rabat-Salé-Zemmour-Zaer 20 728 793,49
Fès-Boulmane 22 697 414,04
Meknès-Tafilalet 60 167 377,12
Marrakech-Tansift-Haouz 52 554 787,31
Sous-Massa-Draa 13 302 755,00
Cherarda-Beni Ihssen 2 000 000,00
Doukkala-Abda 7 022 750,90
Tanger-Tétouan 19 175 690,70
Tadla-Azilal 3 646 166,00
Taza-Houciema-Taounate 11 914 004,16
Guelmim-Essmara 2 027 348,00

Répartition du budget selon les trois grands secteurs du patrimoine

35 000 000

30 000 000

25 000 000

20 000 000

15 000 000

10 000 000

5 000 000

0
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Monument historique Site archéologique et rupestre Infrastructure muséale ou de formation


18 Orientations stratégiques…

Projets phares de restauration des monuments historiques et des sites


Projet Budget
Restauration de la muraille de Taza (2011) 8 209 916,16
Restauration du Palais Badii, Marrakech (2011) 4 601 345,36
Aménagement du site Lixus, Larache (2010) 8 000 000,00
Restauration du Palais Bahia, Marrakech (2011) 19 557 658,00
Aménagement et restauration de la place de My Driss Zerhoune (2003-2004) 4 327 026,80
Restauration et mise en valeur de dar Bacha, Marrakech (2004) 15 542 005,93
Aménagement et Mise en valeur du Site de Volubilis (2004-2012) 31 201 162,16
Aménagement du Musée de la céramique, Safi (2003-2008) 5 812 750,90
Restauration de Heri Souani (2004-2007) 8 109 193,00
Restauration Ait Ben Haddou, Ouarzazate (2008-2009) 2 774 576,54
Aménagement des sites de gravures rupestres (2008-2011) 3 634 555,08
Restauration de la muraille de Tiznite (2003-2010) 2 529 940,00
Restauration de la muraille de Taroudant (2008-2010) 3 623 657,75
Restauration des greniers collectifs (Souss-Massa-Draa et Tadla-Azilal) (2009-2011) 3 012 718,25

Répartition des opérations de restauration et de mise en valeur des monuments


historiques et des sites archéologiques sur le territoire national (2008-2011)

Rabat-Salé-Zemmour-Zaër Taza-Al Hoceima-Taounate


Fès-Boulmane Cherarda-Beni Hssen
Marrakech-Tensift-Al Haouz Doukkala-Abda
Sous-Massa-Drâa Tadla-Azilal
Meknès-Tafilalet Guelmim-Es Semara
Tanger-Tétouan Oued Eddahab-Lagouira

II.4. Les musées


1. Aux origines des musées du Maroc
L’apparition des musées est relativement récente au Maroc. Elle coïncide
avec l’avènement du protectorat français. L’intérêt pour la culture locale du
pays constituait une des priorités majeures des autorités françaises. C’est
ce qui explique la politique de protection et de sauvegarde de ce que l’on
appelait jadis « les arts indigènes ». Dès 1913, un an après la proclamation
du protectorat, une enquête sur les industries marocaines a été réalisée. Par
la suite on organise en 1915 la première exposition franco-marocaine à Paire de fibules en or,
Casablanca. Et c’est à la suite de cette manifestation que l’on décide de mettre Musée national des bijoux, Rabat

en place une stratégie de rénovation de l’artisanat marocain, jugée menacée


par les nouvelles industries. Deux musées, les premiers au Maroc, verront
ainsi le jour en 1915 (Oudaïa à Rabat et Batha à Fès). Entre 1920 et 1948, six
autres musées seront crées à Tanger, Meknès, Rabat, Marrakech et Tétouan.
Après l’indépendance sept nouvelles institutions muséales s’ajouteront au
réseau existant : le musée Sidi Mohamed Ben Abdellah à Essaouira, le musée
de la Kasbah à Chefchaouen, le musée de Larache, le musée de la céramique
de Safi, le musée des arts sahariens de Layoune, le musée régional de la Plat en céramique glaçuré de Fès,
céramique à Salé et le musée de la poterie du Rif et du Pré-Rif de Meknès. Musée Batha, Fès
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 19

2. Modernisation des musées


À partir de 2004 un vaste programme
de refonte des institutions muséales
est initié avec l’objectif de moderniser
les scénographies des expositions
permanentes et de redéfinir certaines
thématiques. Ce nouveau programme a
concerné les musées des Oudaïa, de la
Kasbah de Tanger, de Safi, d’Essaouira et
de Dar Jamaï de Meknès.

Plan de la nouvelle scénographie


du musée de la kasbah à Tanger

Musée Nature de l’opération Année Budget alloué


Sidi Mohamed ben Abdellah, Restauration et refonte 2008 1 577 131,74
Essaouira
Musée des Oudaiya, Rabat Refonte 2004-2005 2 852 877,37
Musée Batha,Fès Restauration et aménagement 2000-2001
2008-2009 6 083 835,90
Musée Dar al Jamaï, Meknès Restauration et aménagement 1999
2010-2011 2 100 177,00
Musée la Kasbah, Tanger Restauration et aménagement 2004-2005 2 527 070,80
Musée archéologique, Rabat Aménagement 2003 1 795 587,68
Musée ethnographique, Tétouan Restauration et aménagement 2001
2010 1 681 510,01
Musée Dar Si Saïd, Marrakech Restauration 2009 1 099 353,30
Musée de la poterie, Safi Restauration 2009-2010 4 677 730,80

Par ailleurs, le ministère s’est engagé à créer le Musée National d’Archéologie et des Sciences de la Terre, initié
par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dont le but est de doter le pays d’une grande institution muséale qui s’inscrit
dans les normes internationales. L’ouverture du musée des arts contemporains est prévue vers la fin de l’année
2012.

Images virtuelles du futur Musée National de l’archéologie et des sciences de la terre


20 Orientations stratégiques…

3. L’inventaire des collections


Afin d’assurer l’identification et la conservation des objets, le ministère a lancé dès 2006 une vaste opération
d’inventaire des œuvres entreposées dans les musées. Depuis lors, plus de 24 000 pièces ont été inventoriées.
La majorité des musées ethnographiques (musée Dar Si Saïd, musée de Sidi Mohamed Ben Abdellah à Essaouira,
musée du Batha) ont terminé l’inventaire de leurs œuvres et s’apprêtent à intégrer leurs données dans le système
mis en place par le ministère en 2010.

Nombre de pièces inventoriées par musées (2007-2012)


9000

8000

7000

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0
M. Dar Si Saïd M. Archéologique M. de la poterie M. National de la M. des Arts M. Sidi Med Ben M. Archéologique M. Ethnographique M. Archéologique M. de la Kasbah M. Dar Jamaï M. des Oudaïas M. Batha (Fès) M. de Chefchaouen
(Marrakech) de Larache du Rif (Meknès) Céramique de Safi Sahariens Abdellah (Essaouira) de Rabat de Tétouan de Tétouan (Tanger) (Meknès) (Rabat)
(Laâyoune)

4. L’acquisition de nouvelles collections


Conscient du rôle des actions des acquisitions dans l’enrichissement des collections et surtout dans la protection
des biens culturels du trafic illicite, le ministère a enrichi ses collections muséales par l’achat d’un nombre
important d’œuvres d’art d’une part, et par des donations émanant de particuliers, d’autre part. La dernière
action en date remonte au mois de novembre 2010 et qui s’est couronnée par l’acquisition de la collection
ethnographique d’Ivo Grammet, comptant 382 pièces d’une valeur de 3 000 000.00 de dirhams.

5. La conservation préventive et la restauration des œuvres


En matière de conservation- restauration des œuvres d’art, les principaux partenaires du Ministère de la culture
sont le laboratoire de recherches et d’analyses techniques et scientifiques (LARATES) de la Gendarmerie royale
et le Centre nationale de l’énergie et des sciences et des techniques nucléaires (CNESTEN). La dernière grande
opération entreprise revient au CNESTEN qui a signé un accord avec notre département en 2009 en vertu
duquel il établira à titre gracieux et de manière systématique un bilan de l’état des œuvres importantes de notre
patrimoine archéologique. Les diagnostics effectués en 2010 au musée de Rabat constituent la première étape
d’un programme de longue durée.

6. L’animation et la médiation
Des actions louables sont entreprises régulièrement pour animer et promouvoir les collections muséales. Le mois
du patrimoine organisé entre le 18 avril (Journée Internationale des Monuments historiques et des Sites) et le
18 mai (Journée Internationale des Musées) constitue un rendez-vous annuel incontournable des responsables
des musées avec le public. En effet ce mois est toujours émaillé d’activités culturelles intenses dont bénéficient
surtout les écoliers et le grand public.
Dans le même sens, plusieurs expositions d’envergure et de grande qualité scientifique et didactique ont été
organisées. Ces grandes manifestations ont permis de révéler aux visiteurs des aspects inédits ou peu connus du
patrimoine muséal marocain. Les plus importantes sont :
• 1991 : exposition des bronzes antiques, Rome ;
• 1996 : exposition “Art of Africa” à Londres, Berlin, New York ;
• 1999 : exposition “Trésors du Royaume” à l’occasion de l’année du Maroc en France, Paris ;
• 2002 : les grandes expositions patrimoniales (Tapis à Meknès, Bois à Marrakech, Poterie à Fès, bijoux à Rabat,
broderie à Tétouan) ;
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 21

• 2003 : exposition “la Route de l’or” ;


• 2003 : exposition “le Triangle d’al Andalous” ;
• 2003 : exposition “Chevaux et cavaliers Rabat“ ;
• 2004 : exposition sur le patrimoine culturel marocain, Pays-Bas à Amsterdam ;
• 2007 : exposition “Casablanca il y a 1 million d’années” ;
• 2008-2009 : exposition “Qantara”.

Vue sur l’exposition Qalam, à la BNRM, Rabat Vue sur l’exposition le patrimoine culturel marocain à São-Paulo au Brésil

La mise en valeur du patrimoine muséal au Maroc devrait connaitre un nouvel élan avec la Fondation des
musées récemment créée. Cette institution a pour vocation principale d’impulser une nouvelle dynamique dans
l’animation de ce patrimoine culturel mobilier et sa communication au plus large public.

Vue sur l’exposition relative à la Préhistoire Vue de l’exposition « Les portes du sud du Maroc », 2012,
de Casablanca « Casa, il y a un millions d’années » Galerie Bab Rouah, Rabat

II.5. Recherche et formation


1. Recherche archéologique
a. Des origines à nos jours
Après les premiers travaux exploratoires du XIXème siècle, l’organisation de la recherche archéologique a connu
trois grandes phases :
22 Orientations stratégiques…

• la création du service des antiquités sous le Protectorat en 1912 pour la zone sous contrôle français et en 1923,
pour la zone sous occupation espagnole ;
• avec l’indépendance et la naissance du service de l’archéologie dans les années 70, on assiste à l’ouverture
des premiers chantiers co-dirigés par des chercheurs nationaux (Zilil, Belyounech) et la formation des premiers
archéologues marocains dans des universités étrangères ;
• la création de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP) en 1986 a permis
d’initier, pour le compte du Ministère de la Culture, les premiers chantiers de fouilles dirigés par des chercheurs
nationaux et de former des cadres marocains dans le domaine.
• aujourd’hui, l’INSAP gère 24 chantiers de fouilles et programmes de prospections à travers l’ensemble du territoire
national. Ces recherches sont menées par un corps composé d’une vingtaine d’archéologues, toutes spécialités
confondues (préhistoriens, antiquisants, islamisants, paléoanthropologues, zoologues, palynologues…).

b. Un siècle de recherches archéologiques au Maroc


A l’instar de la majorité des pays du monde, l’archéologie est placée au Maroc sous la tutelle du Ministère de
la Culture qui gère la recherche archéologique à travers le Royaume (autorisations de recherche, contrôle des
chantiers de fouilles, gestion du matériel archéologique).

Fouille de sauvetage sur le site de Dhar Aseqfane, Province de Fahs Anjra, Wilaya de Tanger

Les grands travaux de fouilles ont débuté avec la création du service des Antiquités en 1912 et les premières
fouilles de Volubilis en mai 1915.
Alors que la Préhistoire et plusieurs pans de l’histoire du Maroc étaient totalement inconnus, les fouilles menées
depuis le début du siècle dernier ont permis des avancées significatives et donné matière à de nombreuses
publications qui éclairent notre passé au fur et à mesure des recherches.

c. Archéologie et préhistoire
Pour les périodes préhistoriques, l’on sait aujourd’hui grâce aux fouilles de Casablanca que les premières
activités humaines au Maroc remonteraient à environ 1 million d’années, et que c’est au Maroc (Jbel Irhoud,
Safi) qu’apparaissent les premiers spécimens de l’Homme moderne. Les premières attestations de la culture nord-
africaine dite « Atérien » proviennent également de plusieurs sites marocains.
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 23

d. Archéologie et histoire
Pour les périodes historiques, les recherches archéologiques ont permis une bonne connaissance de l’occupation
antique et des rapports entre le Maroc et les civilisations méditerranéennes (Phéniciens, Carthaginois, Romains…).
Elles ont également permis la mise au jour d’une grande part du patrimoine urbain préislamique du pays d’une part
(Volubilis, Lixus, Sala, Banasa, Thamusida…) et un grand nombre d’objets archéologiques qui font actuellement
la fierté de certains musées nationaux d’autre part. Il en va de même pour les périodes islamiques qui ont pu être
mieux étudiées et pour lesquelles l’archéologie a apporté beaucoup de compléments d’informations par rapport
aux données historiques textuelles.

e. Archéologie de sauvetage
Les innombrables travaux d’aménagement du territoire qu’a connu et que connaît notre pays ont des effets
destructeurs incontestables sur le patrimoine archéologique national. Des centaines de sites ont certainement
disparu à tout jamais, sans laisser aucune trace. Toutefois, des opérations de sauvetage ont pu être menées à :
Khédis (Salé), Qsar es-Sghir (Tanger), Sidi Driss (Fès), Lalla Hniya (Safi), Abords de la Koutoubiya (Marrakech),
Mosquée de la Qarawiyine (Fès), Daidaat (sur l’autoroute près de Tanger)… Ces travaux ont eu le mérite de sauver
des sites qui se sont avérés très importants et de réunir une documentation scientifique très riche.

Fouille de sauvetage sur le site de Dhar Aseqfane, Province de Fahs Anjra, Wilaya de Tanger

2. Formation et formation continue


a. La formation
Lors de sa création, l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine avait pour mission première
de former des cadres moyens et supérieurs dans les domaines des sciences de l’archéologie et du patrimoine
afin de remédier au manque criant de gestionnaires et de spécialistes du patrimoine qui se faisait ressentir après
la création du Ministère des Affaires Culturelles. En effet les postes de conservateurs de musées ou de sites ainsi
que les gestionnaires du patrimoine culturel au niveau central étaient souvent occupés par des professeurs de
l’enseignement secondaire détachés auprès du ministère nouvellement créé.
Depuis sa création en 1986 et jusqu’en 2012, l’INSAP, a formé 207 lauréats dont la grande majorité est recrutée
par le Ministère de la Culture où ils occupent ; pour plusieurs d’entre eux, des postes de responsabilité (directeurs
régionaux, chefs de services, chefs de divisions, conservateurs de sites ou de musées…).
24 Orientations stratégiques…

On peut aujourd’hui considérer que l’INSAP s’est acquitté de sa mission qui consistait à doter le Ministère de la
Culture en cadres moyens et supérieurs dans les domaines relatifs au patrimoine culturel.

Spécialité Nombre de lauréats


Préhistoire 31
Archéologie préislamique 29
Archéologie islamique 46
Monuments historiques 45
Anthropologie 24
Muséologie 32
Total 207

b. La formation continue
De nombreux conservateurs ont bénéficié, dans le cadre de programmes de coopération bilatérale, régionale
ou internationale, de programme de formation continue allant d’une semaine à 24 mois, dans les domaines du
patrimoine culturel :
• Master en patrimoine à l’Université de Senghor à Alexandrie ;
• Cours de Rabat, portant sur la conservation préventive des collections de musées ;
• Cours d’Alger, portant sur la conservation des monuments historiques ;
• Cours de Tunis, destiné à la formation d’architectes du patrimoine.
D’autres formations ont été dispensées à l’ICCROM, à l’Institut National du Patrimoine à Paris, et dans le cadre
des Programmes Euromed Heritage, Eurasmus-Mundus, programme conjoint « patrimoine culturel et industries
créatives »…

II.6. Patrimoine mondial


1. Le Maroc et l’UNESCO : domaine du patrimoine
Le Maroc est un Etat membre de l’UNESCO. Dans le domaine du patrimoine, il a ratifié l’ensemble des conventions
internationales adoptées par l’organisation onusienne :
• Convention de la Haye sur la protection du patrimoine en cas de conflit armé, 1954 ;
• Convention concernant les mesures à prendre pour empêcher le transfert de propriété illicite de biens culturels,
1970 ;
• Convention concernant la protection la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, UNESCO, Paris,
1972 ;
• Convention du patrimoine subaquatique, UNESCO, Paris, 2001 ;
• Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003.
Le bilan de la mise en œuvre de ces instruments internationaux ratifiés demande à être dressé tant en ce qui
concerne leur intégration à l’arsenal juridique national qu’à leur impact sur la préservation du patrimoine national
et à la présence du Royaume au niveau international dans ce domaine

2. Patrimoine culturel immobilier


La convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel a été adoptée par la conférence
générale de l’UNESCO lors de sa XVIIème session à Paris le 16 novembre 1972. Elle a pour objectif de préserver pour
les générations futures des témoignages de la nature et de la culture ayant une valeur universelle exceptionnelle.
Le Maroc a ratifié la convention le 28 octobre 1975. Depuis lors le Ministère de la Culture a déployé des efforts
considérables en vue de l’inscription des chefs d’œuvres de son patrimoine sur la prestigieuse Liste du patrimoine
mondial. En 1995, le Maroc est élu membre du comité du patrimoine mondial. En 1996, il devient membre du bureau
du patrimoine mondial. Le Maroc a été membre du Comité du patrimoine mondial (21 Etats parties à la Convention
de 1972) de 1995 à 2000 et de 2006 à 2009. Il a organisé la 23e session du Comité à Marrakech en 1999.
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 25

Aujourd’hui notre pays compte neuf biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial :
• la medina de Fès, inscrite en 1981 ;
• la medina de Marrakech inscrite en 1985 ;
• Ksar Aït-Ben-Haddou inscrit en 1987 ;
• la ville historique de Méknes inscrite en 1996 ;
• le site archéologique de volubilis inscrit en 1997 ;
• la médina de Tétouan (ancienne Titawin) inscrite en 1997 ;
• la médina d’Essaouira (ancienne Mogador) inscrite en 2001 ;
• la ville portugaise de Mazagan (El Jadida) inscrite en 2004 ;
• Rabat, capitale moderne et ville historique, un patrimoine en partage, inscrite en 2012.

Vue aérienne de la ville de Rabat Vue panoramique de Ksar Aït Ben Haddou, Ouarzazate

3. Patrimoine culturel immatériel


Le Maroc a joué un rôle clé dans l’adoption du Programme des Chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel
de l’humanité entre 1997 et 2006. Il a activement participé à la rédaction de la Convention pour la sauvegarde
du patrimoine culturel immatériel adoptée par l’UNESCO en 2003 qui, une fois entrée en vigueur en 2006, a
remplacé le programme sus-cité. Il a ratifié cette convention en juillet de cette même année. Celle-ci comprend
quatre mécanismes : la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente ; la Liste
représentative du patrimoine culturel immatériel ; le Registre des programmes, projets et activités de sauvegarde
du patrimoine culturel immatériel reflétant les objectifs de l’activité et l’assistance internationale octroyée à la
demande des Etats parties au titre du Fonds du patrimoine culturel immatériel (auquel le Maroc contribue).
Le Maroc compte cinq éléments de son patrimoine inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel
immatériel :
• l’espace culturel de la place Jamaa El Fna inscrite en 2001 ;
• le moussem de Tan Tan inscrit en 2005 ;
• la diète méditerranéenne inscrite en 2010 ;
• la fauconnerie inscrite en 2010 ;
• le moussem des cerises à Sefrou.
A ce jour, les trois autres mécanismes ci-dessus n’ont pas profité à notre pays.
26 Orientations stratégiques…

halqa sur la place Jamaa el Fna, Marrakech

4. Mémoire du monde
Dans le cadre du projet “Mémoire du monde” un Comité national a été créé et a entrepris en collaboration avec
l’UNESCO, une démarche visant l’inscription des trésors manuscrits du Royaume sur la le Registre international
Mémoire du Monde. Les efforts déployés à ce propos, ont permis en 2011 la consécration de Kitab al Ibar wa
Diwan al Moubtadaa wa al Khabar d’Ibn Khaldoun (Bibliothèque al Qarawiyine à Fès).

II.7. Promotion et mise en valeur


1.Publications de l’inventaire
La Direction du patrimoine culturel a lancé en 2008 la série des « Cahiers du patrimoine » par un premier numéro
consacré aux résultats de la campagne d’inventaire qui a été réalisée en 2006 dans quatre médinas classées sur
la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco : Marrakech, Essaouira, Meknès et Tétouan. Le deuxième numéro a
été réservé au premier guide pratique de l’inventaire du patrimoine culturel et naturel du Maroc. Cette série s’est
poursuivie par un numéro spécial sur les Trésors des musées et elle sera bientôt couronnée par le premier Atlas du
patrimoine culturel de la Province de Tata, fruit de l’inventaire systématique mené entre 2003 et 2007 (sous presse).
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 27

2. Catalogues d’expositions
Les expositions organisées au Maroc et à l’étranger donnent lieu à des catalogues illustrés qui suscitent l’intérêt
à la fois des professionnels et du large public. D’autres publications à caractère scientifique dont notamment Les
Trésors des Musées, édité dans le cadre d’un numéro spécial des Cahiers du Patrimoine et un Recueil de textes
législatifs sur le patrimoine mobilier, ont vu le jour et constituent pour les professionnels des musées des outils
précieux de travail. Une sélection de ces publications est présentée ci-après.
28 Orientations stratégiques…

3. Publications archéologiques
Outre les nombreuses monographies éditées au Maroc et à l’étranger ou les centaines d’articles publiés dans des revues
spécialisées nationales ou internationales, les recherches archéologiques font régulièrement l’objet de publications
dans différentes collections consacrées à l’archéologie marocaine : 21 numéros du Bulletin d’archéologie marocaine
(BAM), 10 numéros des Études et travaux d’archéologie marocaine (ETAM), 2 numéros des Villes et sites d’archéologie
marocaine (VESAM) et 17 numéros des Publications du Service des Antiquités du Maroc, (PSAM).

4. Le portail du patrimoine culturel marocain


Ce portail est spécialement dédié à la promotion du patrimoine culturel du Maroc à travers la définition de ses
différentes composantes matérielles et immatérielles, meubles et immeubles, ainsi que la diffusion de l’information
le concernant. Il peut être consulté à l’adresse Internet suivante : http//:www.patrimoinedumaroc.com.
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 29

Diagnostic de l’état de conservation du patrimoine culturel marocain

Malgré la richesse et la diversité qui le caractérisent et en dépit des efforts déployés depuis l’indépendance sur
les plans juridique, institutionnel, technique et financier, le patrimoine culturel marocain est devenu vulnérable
et encoure les risques de déperdition et de détérioration. Il se trouve aujourd’hui, menacé par plusieurs facteurs
dont notamment l’action néfaste de l’homme qui se traduit par une urbanisation anarchique et accélérée, les
aménagements irrationnels et la planification non maîtrisée de l’espace. Ces derniers engendrent la densification
des tissus traditionnels, la violation des sites et de leurs zones de protection (zones de servitudes non aedificandi
et non altius tolendi) et provoquent par conséquent, la disparition de pans importants de notre legs historique,
symbole de notre identité plurielle et de notre mémoire collective. A tous ces problèmes, s’ajoutent les effets du
vandalisme, des pillages et du trafic illicite et des spéculations foncières.
A ces dangers à caractère anthropique, s’ajoutent les effets de la nature qui pèsent énormément sur le patrimoine
matériel avec ses composantes mobilière et immobilière. En effet, les phénomènes d’érosion et de changement
climatique (humidité, intempéries et sécheresse…) contribuent largement à la dégradation du patrimoine bâti qui
subit des dégâts majeurs qui sont parfois irréparables.
Outre ces menaces, on note de grandes insuffisances sur le plan juridique. La réglementation en vigueur n’est pas
bien adaptée pour assurer la protection des biens culturels et pour prévenir les risques de toute sorte. Les carences
enregistrées à ce niveau concernent :
• le non respect de la loi 22-80 qui elle-même accuse de grandes lacunes ;
• le non respect des règles d’urbanisme, elles-mêmes parfois incompatibles avec les lois régissant le patrimoine
culturel ;
• la lenteur des procédures de classement et d’inscription ;
• l’inexistence d’une politique de prévention des risques par l’instauration de « la carte archéologique » comme
instrument juridique ;
• l’absence d’études d’impact lors des travaux d’aménagement du territoire ;
• l’absence d’un cadre juridique clair pour le mécénat dédié au patrimoine ;
• plusieurs aspects patrimoniaux ne sont pas couverts par les textes de lois en vigueur dont notamment le
patrimoine immatériel.
La situation s’aggrave davantage faute d’une politique claire pour le patrimoine culturel, en l’absence d’une
couverture globale du territoire en institution techniques spécialisées, capables de mener des interventions
rationnelles et efficaces et à défaut de dotations budgétaires suffisantes et d’un personnel qualifié et spécialisé
dans toutes les branches du patrimoine ; à même d’enclencher une nouvelle dynamique et une véritable stratégie
de la recherche, de la sauvegarde et de promotion de notre héritage culturel.
D’autre part, les problèmes d’ordre socioculturel et éducationnel sont fréquents. Ils sont la conséquence de
l’absence d’une prise de conscience de la population sur l’importance du patrimoine national et de la négligence
et du mépris de ce secteur jugé passéiste,. L’absence de la dimension patrimoniale dans le système éducatif et
pédagogique et le manque d’actions de sensibilisation envers le large public participent largement à la dégradation
du patrimoine culturel.
Des problèmes d’ordre technique surgissent souvent lors des travaux de restauration et de réhabilitation des
monuments historiques et des sites. Ces derniers n’obéissent pas parfois aux règles de l’art en la matière. L’absence
d’une connaissance des chartes internationales en la matière, ajoutée au non respect des fondamentaux de la
restauration et de la réhabilitation, conduit à des dégâts irréparables sur des édifices d’intérêt patrimonial.
Par ailleurs, le patrimoine culturel au Maroc n’est pas bien exploité à des fins économiques ce qui se répercute
négativement sur le développement du secteur touristique, notamment le créneau du tourisme culturel, et par
conséquent sur les recettes de l’Etat et les revenus des communautés susceptibles d’en tirer profit. La majorité des
monuments et sites archéologiques situés surtout dans le monde rural, souffrent du phénomène d’enclavement
et demeurent complètement isolées des routes et des villages. Ils ne sont pas dûment identifiés, protégés et
mis en valeur pour le bien des populations qui vivent dans ou autour de ces sites. Loin de répondre à une
attitude passéiste, le patrimoine culturel doit être considéré comme un atout de développement et un facteur
d’enrichissement. Ceci passerait d’abord par son adaptation et son intégration dans la vie contemporaine, par
la sensibilisation et l’implication de tous les acteurs concernés (autorités, collectivités locales, secteur privé et
organismes non gouvernementaux…) dans un cadre de synergie d’action et de partenariat.
30 Patrimoine 2020

Enfin, les différentes composantes du patrimoine culturel sont insuffisamment connues et mises en valeur. La
promotion et la médiation ne touchent que quelques aspects saillants de ce legs historique (médinas, monuments
et sites célèbres), ceci au moment où plusieurs biens culturels sis notamment en milieu rural, sont négligés
et restent voués à l’oubli. Les supports communicationnels et promotionnels (catalogues, dépliants, sites web,
signalétique…), font cruellement défaut.
Ce constat à grands traits rappelle brièvement les principaux défis auxquels le patrimoine marocain se trouve
aujourd’hui confronté. Il est loin d’être complet, encore moins exhaustif. Une étude d’ensemble reste à faire
pour dresser l’état des lieux quant à la conservation et la sauvegarde du patrimoine national, toutes catégories
confondues. Il permettra de prendre la mesure des actions à entreprendre et des moyens à mettre en place pour
préserver l’héritage du passé au profit des générations actuelles et futures.
III. Patrimoine culturel : vers une
nouvelle gestion integrée

III.1. Les grands axes stratégiques de la sauvegarde


et du développement du patrimoine culturel du Maroc
Le Ministère de la Culture a longtemps suivi une politique patrimoniale fondée sur le concept du maintien et
de pérennisation des biens culturels. Cette approche s’est traduite par une domination du volume d’activités
de conservation et de préservation stricto-sensu. Aujourd’hui, ce modèle de gestion, certes fondamental, devra
évoluer vers une nouvelle approche. L’évolution du concept du patrimoine et l’apparition de nouveaux modes de
gestion requièrent une nouvelle vision plus extensive et plus entreprenante. Au nombre des préoccupations que
doit relever toute nouvelle stratégie figurent, en bonne place, les défis du développement durable.
La nouvelle politique du patrimoine du Ministère de la Culture aspire à dépasser l’approche traditionnelle qui
n’associe pas suffisamment le patrimoine à son environnement sociale et économique. L’ambition est de faire
de l’héritage culturel un levier de développement. En outre, il sera nécessaire de parier sur l’appropriation
des populations elles-mêmes de leur héritage culturel, faisant ainsi du patrimoine un outil d’encadrement et
d’éducation culturelle du citoyen et un support utile au développement.
Les orientations stratégiques retenues dans le présent document s’inspirent des missions propres du Ministère
de la culture et des conclusions auxquelles ont abouti les différentes concertations entre ce département et les
ministères concernés, ainsi que les différents organismes nationaux et internationaux et les acteurs de la société
civile. Parmi ces orientations, il convient de souligner :
• le fondement 3 de la politique actuelle du Ministère : «entretenir, protéger et valoriser le patrimoine culturel
national matériel et immatériel» ;
• la stratégie de développement basée sur le patrimoine culturel à l’horizon 2020 ;
• le document de stratégie de l’inventaire.
Les principaux axes de cette politique peuvent être déclinés comme suit :
1. poursuivre les actions fondamentales d’inventaire, de conservation, de sauvegarde et de mise en valeur des
richesses patrimoniales : Connaître pour mieux conserver ;
2. instaurer une politique de régionalisation conformément aux orientations de la nouvelle constitution ;
3. impulser l’économie du patrimoine, le patrimoine culturel comme vecteur de développement humain ;
4. communiquer le patrimoine à travers une réelle politique de médiation culturelle : connaître et faire connaître
le patrimoine culturel.

Kasbah Caïd Ali, Tamnougalt, Vallée du Draa, Ouarzazate Forteresse médiéval de Tiguemmi n Ouguellid, Guelmim
32 Orientations stratégiques…

Poursuite des actions fondamentales, d’inventaire,


Axe 1 de conservation, de sauvegarde et de mise en valeur
des richesses patrimoniales pour le profit commun

Conserver, restaurer, réhabiliter et mettre en valeur, sont le domaine d’intervention patrimoniale, voir même
culturelle, le plus ancien au Maroc puisqu’il ont été mis en place depuis le début du siècle dernier. Ces
interventions techniques, étayées en amont par une protection administrative et juridique, ont pour dessein de
pérenniser toutes les formes et les types du patrimoine jugés d’intérêt public, aussi modeste ou aussi localisés
soit-ils. C’est le socle sur lequel repose toutes les actions relatives au patrimoine culturel.
Partant de ce principe, le ministère compte donner ainsi une seconde jeunesse à ces interventions pour qu’elles
soient plus pertinentes, de qualité et moins épisodiques. A cet égard, un effort budgétaire supplémentaire est
envisagé pour rattraper les retards et corriger certains disfonctionnements relevés, notamment les disparités
géographiques imputées aux contraintes financières qui acculent les responsables à œuvrer avec un ordre de
priorisation. Ce faisant le ministère espère poser le mécanisme d’une protection et d’une préservation territoriale
qui durent dans le temps, indépendamment des changements de la gouverne.
Sur un autre plan, et pour réunir les conditions de réussite de cette orientation, il y a une impérieuse nécessité
d’harmoniser les actions des différents départements ministériels impliqués dans le domaine du patrimoine : la
multiplication des intervenants et la duplication des plans de sauvegarde et des stratégies de gestion des médinas,
pour ne citer que cet exemple, manquent de concertation, sans parler des sommes d’argent public engagés avec
des résultats peu probants. Cela étant, le ministère de la culture compte jouer un rôle prépondérant au sein des
politiques interministérielles en rapport avec le patrimoine. Mais s’il est appelé à jouer le rôle de chef d’orchestre
de la politique nationale en matière de patrimoine, il ne se substitue nullement aux départements et secteurs
publics ou privés dont relèvent des pans entiers de l’héritage national.

Objectifs :
• Assurer une protection durable du patrimoine identifié (inventorié, inscrit et classé) afin de le transmettre aux
générations futures.
• Identifier de nouveaux patrimoines, les protéger juridiquement et les mettre en valeur.

Panneau de zelliges et de plâtre sculpté


… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 33

Instaurer une politique de régionalisation conformément


Axe 2 aux orientations de la nouvelle constitution

Dans l’ensemble, la contribution des collectivités locales dans l’action culturelle en général et patrimoniale en
particulier a réalisé un bond significatif cette dernière décennie. Le nombre progressant des accords de partenariat
avec le ministère souligne éloquemment l’intérêt grandissant pour le patrimoine dans l’action culturelle des
collectivités territoriales (notamment les communes et les villes).
Aujourd’hui que le Maroc a couronné le processus de décentralisation entamé depuis trente ans, par
l’institutionnalisation de la Région dans sa nouvelle constitution, il importe d’accompagner ce choix et de lui
préparer le terrain. La Région, à ce jour moins engagée que les communes et les villes, devra s’impliquer d’avantage
dans la gestion du patrimoine local. Le défi sera donc d’inciter les régions à un niveau d’activité indispensable à la
conservation et à la sauvegarde du patrimoine culturel et orienter la Région, ainsi que les collectivités territoriales,
vers une gestion concertée du patrimoine présent sur leur sol. Il s’agit là d’une politique volontaire de partage des
responsabilités, des compétences et des charges.
Pour être en phase avec cette nouvelle démarche, des mesures d’accompagnement doivent être opérées au
sein des services régionaux, notamment les directions régionales de la culture. Une des mesures importantes
envisagées et d’accroître la part déconcentrée du budget du patrimoine pour plus d’autonomie. Parallèlement,
une révision du cadre juridique et administratif des services régionaux en charge des monuments historiques et
des sites (inspections, conservations) sera à l’ordre du jour, afin de leur accorder des compétences et des missions
bien définies de manière à leur permettre de mieux négocier avec les acteurs locaux. Il importe également
d’élargir les missions des services régionaux pour inclure des prérogatives nouvelles telles que l’inventaire, le
patrimoine culturel immatériel et la médiation culturelle.

Objectifs :
• Promouvoir la diversité culturelle, y compris au sein des régions.
• Soutenir l’Etat dans son effort de sauvegarder le patrimoine culturel et naturel et aider à la préservation des biens
culturels non protégés.
• Faire du patrimoine une préoccupation locale au même titre que les infrastructures dits « prioritaires» (routes,
assainissements, hôpitaux, santé, éducation…).

Cathédrale Saint Pierre, Rabat Vue sur le boulevard Mohammed V, Rabat


34 Orientations stratégiques…

Impulser l’économie du patrimoine, le patrimoine culturel comme


Axe 3 vecteur de développement humain

Le patrimoine culturel peut contribuer au développement. Ce constat est le résultat de plusieurs expériences
réussies à travers le monde. Disposer aujourd’hui d’un patrimoine riche et divers est un atout considérable qui
peut être assimilé à une ressource naturelle préexistante et gratuite que l’on peu exploiter. Appréhendé sous cet
angle, le patrimoine s’avère être un secteur d’activité synonyme de production économique. Le Maroc dispose
d’un patrimoine riche et polymorphe, universellement reconnu mais qui n’est pas une ressource renouvelable.
Aujourd’hui, sa contribution au développement durable reste limitée, eu égard au potentiel existant.
Hormis les villes impériales, tout l’arrière pays et avec lui, l’ensemble du monde rural ne profite pas d’une
manne économique à portée de main. Patrimoine archéologique et monumental (igoudars, parc rupestre,…),
spectacles traditionnels vivants (moussems, festivals,), savoir faire patrimonial et artisanal (architecture de terre,
orfèvrerie, ébénisterie...), patrimoine culinaire, écomusées, sont autant d’opportunités qui constituent un facteur
d’attraction des visiteurs nationaux et étrangers, voir même de grands projets d’investissements.
Partant de ce constat, le département de la culture souhaite mener une action intersectorielle avec les différents
acteurs institutionnels, publics et privés, afin d’imprégner les stratégies réalisées, ça et là, d’une dimension culturelle
qui n’obéit pas uniquement aux lois du marketing et préserve par la même des éventuels effets préjudiciables aux
sites et aux biens. Les sites actuels et d’autres à identifier et à valoriser doivent être mis à niveau pour contribuer
au tourisme culturel.
Par ailleurs, et en guise de mesure d’accompagnement de ces dispositions, le ministère compte entamer un
processus soutenu de labellisation des sites et des traditions locales de valeur soit au titre de patrimoine national
ou même mondial. Cette démarche sous-tend à forcer le trait du caractère culturel des sites pour être plus attractifs.
Une véritable économie du patrimoine peut générer des ressources supplémentaires à l’Etat, créer des emplois et
contribuer à la diversification des sources de revenus des populations locales.

Objectifs :
• Développer le tourisme culturel ;
• Impliquer les communautés et les acteurs locaux dans la préservation de leur patrimoine ;
• Créer des emplois et des activités génératrices de revenus.

Arc de triomphe de Caracalla, Volubilis


… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 35

Communiquer le patrimoine à travers une réelle politique


Axe 4 de médiation culturelle : connaître et faire connaître
le patrimoine culturel

Il est un constat certain, le ministère de la Culture communique peu ou chichement, en dépit des efforts louables
fournis et des avancées réalisées. Le patrimoine culturel ne déroge pas à cette règle. On peut dire sans risque
d’erreur que la situation actuelle de la médiation culturelle du patrimoine est encore dans sa phase embryonnaire :
cet aspect de l’action culturelle n’a pas constitué une priorité dans les anciens programmes du ministère de la
culture.
En réalité la question de la communication et de la médiation est intimement liée à la problématique de la
démocratisation de l’accès à la culture. Plus que jamais, cette question est à l’ordre du jour. Pour parer à cette
déficience, le ministère de la culture compte mettre en place une réelle politique de communication et de partage
de l’information. S’agissant du patrimoine, le dispositif conçu repose sur quatre principes complémentaires :
Informer, éduquer, enrichir l’expérience du visiteur et responsabiliser le public. Pour la mise en marche de ce
projet, trois grandes actions sont programmées. D’abord améliorer les structures d’accueil du public dans les
sites, devenues désuètes, et proposer un nouveau contenu, plus pédagogique aux visiteurs comme les bornes
interactives, les films et reconstitutions 3D, l’animation interactive, banques d’images, etc. Cette action sera
soutenue par une mobilisation continue des ressources humaines spécialisées (conservateurs, concepteurs
d’expositions temporaires, animateurs et personnels de l’action culturelle).
La deuxième action consistera à user des techniques de communication conventionnelles : les conférences,
l’édition, l’affichage, les masses médias, ainsi que les nouvelles technologies numériques notamment les réseaux
sociaux, les contenus pour supports mobiles et systèmes embarqués et les découvertes itinérantes connectées.
La troisième action, mettra à contribution les lieux de médiation de proximité comme les bibliothèques, les
médiathèques, les maisons de la culture et les centres culturels.
Enfin, il est crucial d’intégrer la connaissance du patrimoine dans les programmes scolaires des niveaux primaires
et secondaires. Nous pensons que le temps est venu d’inclure des cours sur le patrimoine assorti de visite de
terrain. Le département de la Culture devra travailler avec l’Education nationale pour mener cette expérience à
bon port. Une action pilotée pourrait être expérimenté en l’occurrence.

Objectifs :
• Diffuser la culture et partager la connaissance autour du patrimoine.
• Éduquer et responsabiliser le citoyen.
• Favoriser la cohésion sociale et renforcer le sentiment d’appartenance.

Bronze d’Océanos, Musée archéologique, Tétouan


36 Orientations stratégiques…

III.2. Plans d’action sectoriels


La mise en œuvre des orientations stratégiques s’appuie sur quatre plans d’action sectoriels qui consistent à :
• renforcer le cadre normatif ;
• poursuivre l’inventaire systématique ;
• assurer une gestion intégrée des sites et des monuments historiques ;
• développer la recherche archéologique ;
• promouvoir la formation et la formation continue ;
• contribuer à la mise à niveau des institutions muséales en accompagnant la Fondation nationale des musées ;
• faire connaître et promouvoir davantage le patrimoine culturel au niveau national et international.

1. Nécessité d’un nouveau cadre législatif


Le Ministère de la culture a œuvré depuis de nombreuses années en vue de la révision de la loi 22-80 qui régit
aujourd’hui le patrimoine culturel national. Un projet de loi a été préparé dans le cadre du Programme Conjoint
de Coopération Le patrimoine culturel et les industries créatives vecteurs de développement durable (2008-2012).
Le projet de loi en question se compose de trois volets :
• la Loi révisée relative à la conservation, à la protection et à la mise en valeur du patrimoine culturel et naturel
du Royaume du Maroc ;
• la Charte du patrimoine culturel et naturel ;
• le projet de Loi sur les Trésors humains vivants.
La mise en œuvre d’une nouvelle stratégie pour le patrimoine culturel est tributaire de l’adoption et de l’application
des dispositions de ces textes juridiques.

a. Genèse de la nouvelle loi sur le patrimoine


Dès les débuts des années 1990 il a été constaté que l’accélération de l’évolution économique et sociale du
Maroc a commencé sur le terrain et a modifié profondément la configuration de l’espace de diverses manières.
Ces modifications n’avaient pas manqué d’affecter le patrimoine culturel et naturel national et principalement,
ses composantes mobilière, parfois même dans des proportions alarmantes dont certains cas avaient défrayé la
chronique.
Par ailleurs, le trafic illicite des biens meubles a pris une telle ampleur que la lutte contre ce fléau devenait plus
qu’urgente et nécessaire. Face à cette grave érosion patrimoniale, la loi 22/80 s’avérait lacunaire et largement
dépassée. Sur la base de près de trois décennies d’observation, il devenait impératif de travailler à sa révision. De
1994 à 1997, une première formulation d’une nouvelle loi été conduite par la Direction du Patrimoine Culturel.
En 2003, le texte ainsi établi est envoyé au Secrétaire Général du Gouvernement pour le soumettre à l’avis des
diverses administrations mais ce n’est qu’au mois de juin 2005 que la distribution requise a effectivement eu lieu.
Un amendement spécifique aux biens culturels mobiliers portant la loi 19-05 a été adopté en 2005.
Les dispositions préconisées par le nouveau projet de loi devant remplacer la loi 22-80 a été préparé dans
le cadre du Programme Conjoint de Coopération Le patrimoine culturel et les industries créatives vecteurs de
développement durable (2008-2012). Elles s’articulent autour d’un certain nombre d’aspects qui sont soit absents
de la loi 22-80, soit insuffisamment représentés :
• une meilleure définition des attributions et des responsabilités du Ministère chargé de la Culture, en matière de
patrimoine culturel ;
• une définition actualisée du patrimoine et de ses composantes qui prend en compte notamment le patrimoine
immatériel ;
• la définition des dispositifs de «circulation» des biens culturels ;
• les fouilles, les découvertes archéologiques et l’archéologie préventive ;
• la fiscalité et le financement ;
• la proposition d’instauration d’une commission nationale pour la protection du patrimoine qui institue, entre
autre, l’inventaire national ;
• la proposition d’instauration dans le cadre de la Police du Patrimoine d’une “Brigade de protection du
patrimoine”.
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 37

b. projet de charte de préservation du patrimoine culturel et naturel


Le projet de loi cadre portant Charte est suffisamment détaillé dans sa rédaction. Il a fallu l’élaborer pour énoncer
les points nodaux de la préservation du patrimoine culturel et naturel et couvrir tous les secteurs du domaine à
régir.
Toutefois, la formule suivie repose sur une série organisée de déclarations de principes généraux dans un
« Préambule », alors que le dispositif formule des « droits et devoirs » incombant à tous pour préserver ledit
patrimoine culturel et naturel et les « mécanismes juridiques » pour rendre la préservation la plus conforme à la
légalité et la plus consensuelle possible. Dans ce sens, le projet de révision de la loi 22-80 et le présent projet de
Charte se complètent.
La loi portant Charte couvrira ainsi tous les secteurs déterminants de la préservation du patrimoine culturel et
naturel. Elle visera le respect des compétences légales de chacun des acteurs et s’appuiera sur la concertation et
la collaboration conventionnelle, pour favoriser le partenariat entre les acteurs du secteur, publics et privés, dans
la mesure où le processus évoqué est nécessairement transversal et de type synergique.
Le projet proposé s’inspire de modèles variés tirés du fonds universel et ceux appartenant à des expériences
nationales avérées et reconnues.
Un tel modèle de Charte sous forme de loi ordinaire aspire ainsi, dans sa rédaction, au respect du cadre légal national,
à la conformité aux principes conventionnels internationaux et s’inspire de quelques modèles nationaux étrangers
(Charte de Chambault au Canada, du patrimoine naturel en France, Charte de Burra en Australie notamment).

c. Mise en place d’un système de Trésors Humains Vivants au Maroc


La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée par l’UNESCO en 2003, ratifiée
par le Maroc en 2006, a placé en son centre deux notions importantes : la sauvegarde et les communautés. Elle
a lié la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à la pleine participation des communautés en vue d’un
développement durable (article 2).
Le système des Trésors humains vivants est l’une des modalités les plus adoptées aujourd’hui, par plusieurs
pays, pour sauvegarder le patrimoine culturel immatériel. A travers la reconnaissance de ses détenteurs et leur
encouragement à transmettre leurs savoirs et savoir-faire, il est possible de sauver nombre d’éléments du PCI pour
les générations actuelles et futures.

Vue sur la Place Jamaa el Fna, Marrakech


38 Orientations stratégiques…

Une étude visant la mise en œuvre d’un système de Trésors humains vivants a été préparée dans le cadre du
Programme Conjoint de Coopération cité ci-dessus. Elle prévoit trois mécanismes nécessaires la mise en place
du système :
• un projet de loi sur les Trésors humains vivants ;
• un mécanisme administratif chargé de mettre en place le système des THV ;
• un mécanisme financier destiné à en assurer la pérennité.
Outre la reconnaissance publique, des mesures sont prises dans le cadre du système, par exemple sous forme
d’aides et subventions spéciales, en faveur des Trésors humains vivants, afin de leur permettre d’assumer leurs
responsabilités en vue de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Ces mesures visent notamment à :
• la perpétuation et le perfectionnement de leurs connaissances et savoir-faire ;
• la transmission de ceux-ci aux générations suivantes par des programmes de formation formelle ou informelle ;
• la contribution à la production de documents et d’archives du patrimoine culturel immatériel considéré
(enregistrements audiovisuels, publications, etc.) ;
• la diffusion et la promotion de leurs connaissances et de leurs savoir-faire ;
• toutes autres fonctions qui pourraient leur être confiées.
Le système devrait aussi encourager les jeunes à acquérir les connaissances et les savoir-faire nécessaires pour
interpréter ou recréer des éléments du patrimoine culturel immatériel en leur assurant la reconnaissance et
l’audience du public à l’échelle communautaire, nationale ou internationale.

2. Pour une gestion integrée des sites archéologiques et des monuments historiques
La vision actuelle tend vers la mise en place de projets intégrés de préservation de ce patrimoine, de sa réhabilitation
et de sa valorisation pour qu’il devienne un véritable levier de développement économique et social.
La mise en œuvre de cette vision nécessite des budgets conséquents qui s’inscrivent dans la durée.
Les efforts déployés pour la connaissance, la protection et la conservation du patrimoine n’auraient pas de
sens s’il n’est pas accessible et ne profite pas aux citoyens. Ainsi, les actions de promotion, de diffusion et de
rayonnement d’un bien culturel immobilier font de ce dernier un lieu de rencontre et d’échange voire un vecteur
de développement durable.
A cet égard, l’action du Ministère de la Culture s’inscrit désormais dans le cadre d’une politique globale visant
la promotion et le développement intégré des monuments historiques et des sites naturels et culturels. Cette
politique se déploie selon quatre grands axes :
• développement des connaissances sur les monuments historiques et les sites naturels et culturels ;
• mise en valeur des sites archéologiques et des monuments historiques ;
• mise en place d’un plan national d’urgence pour la préservation du patrimoine culturel en péril ;
• élaboration de plans de gestion des villes et des sites historiques ;
• la revitalisation et l’animation du patrimoine culturel bâti.

a. Développement des connaissances sur les monuments historiques et les sites naturels et culturels
Toute intervention sur un bien culturel ou naturel nécessite une connaissance préalable de ses caractéristiques
propres ainsi que toutes informations relatives à son état de conservation et son potentiel socio-économique. Il
est ainsi préconisé de procéder à :
• la réalisation des études scientifiques et techniques nécessaires (histoire de l’art, archéologie, état de conservation,
étude des matériaux, relevés architecturaux et photogrammétriques, etc.) ;
• l’édition de publications de vulgarisation et d’études scientifiques sur différents supports (brochures, guides,
supports promotionnels, monographies, etc.) ;
• l’élaboration de guides et de manuels de conservation-restauration ;
• la réalisation d’une base de données dédiée à la conservation des biens immobiliers ;
• l’organisation d’actions de sensibilisation (expositions, manifestations culturelles, visites guidées ou circuits
culturels et aussi ouverture de centres d’interprétation et de documentation).
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 39

Pour cela, il faudrait mettre en place un mécanisme comprenant : des allocations de recherche ; la soumission
par les chercheurs de projets éligibles à un financement ; des appels à manifestation d’intérêt pour la réalisation
de recherches, d’études et de projets portant sur le patrimoine immobilier.

Vue sur la cour et les jardins du palais Badia à Marrakech

b. Mise en place d’un plan national d’urgence pour la préservation du patrimoine culturel en péril
L’élaboration d’un plan national pour la préservation du patrimoine culturel ne pourrait se concrétiser qu’à travers :
• l’adoption d’une définition du péril en matière de patrimoine immobilier ;
• l’inventaire des sites, monuments historiques, éléments du patrimoine culturel immatériel qui se trouvent dans
un état de péril ou qui nécessitent une sauvegarde urgente ;
• l’estimation du coût en ressources humaines et financières nécessaires à la conservation, la réhabilitation et la
sauvegarde ;
• le renforcement des capacités d’intervention des inspections des monuments historiques et des conservations
de sites pour mener des actions préventives
• la réalisation des diagnostics et des études préalables à toute action de préservation et de valorisation ;
• l’établissement d’un plan d’actions avec un échéancier pour parer aux menaces de destruction et de disparition
des biens culturels ;

c. Élaboration des plans de gestion des villes et des sites historiques marocains :
La conservation et la promotion des valeurs que représentent les quartiers historiques doivent s’inscrire dans un
projet urbain dont la portée et la responsabilité n’est pas du seul ressort de la Direction du Patrimoine Culturel et
appellent une implication active des Mairies, des Wilayas et des autres Ministères, sous une direction supérieure à
l’instar d’un Comité de pilotage. D’où l’importance à établir des plans de gestion pour les villes historiques. Dans
cette perspective, la Direction du patrimoine culturel œuvre pour mettre en place ces documents stratégiques
à travers une action pilote en s’inspirant de l’exemple du plan de gestion de la ville de Rabat, considéré par le
Comité du patrimoine mondial comme un document de référence. A cet effet, un séminaire regroupant tous les
acteurs concernés a été organisé en octobre dernier par la Direction du patrimoine culturel en collaboration
avec la Commission européenne et ce dans la perspective de doter les villes et sites historiques marocains de
véritables plans de gestion (voir ci-après le modèle de plan de gestion auquel ont abouti les travaux du séminaire
sus-mentionné).
40 Orientations stratégiques…

PLAN DE GESTION DES VILLES HISTORIQUES MAROCAINES


Sauvegarde et développement

Avertissement :
• Le Royaume du Maroc souhaite que ses villes historiques se dotent d’un plan de gestion, qu’elles soient inscrites ou non sur la Liste du Patrimoine mondial.
• Le schéma ci-après présenté a été élaboré lors d’un séminaire tenu à Rabat les 4 et 5 octobre 2012 pour servir de cadre de référence.
• Ce schéma doit être adapté aux réalités propres à chaque ville historique, soit par l’ajout de l’une ou l’autre rubrique, soit par moindre développement
de certains points.
CHAPITRE I : INTRODUCTION
I.1. Rôle du Plan de Gestion
I.2. Statut juridique du Plan de Gestion
I.3. Etapes et mécanismes de préparation du Plan de Gestion
CHAPITRE II : PRESENTATION DU SITE ET DE SES VALEURS
II.1. Présentation des valeurs urbaines
II.2. Le périmètre de sauvegarde prioritaire
II.3. La zone tampon
II.4. Le cadre territorial
CHAPITRE III : ETAT DES LIEUX
III.1. Contexte social
III.2. Contexte urbain (bâti, monuments historiques, espaces publics…)
III.3. Contexte environnemental
III.4. Contexte économique
CHAPITRE IV : OBJECTIFS STRATEGIQUES
IV.1. Vision
IV.2. Objectifs à long terme
IV.3. Objectifs sectoriels
CHAPITRE V : PRINCIPES ET MODALITES DE GESTION
V.1. Cadre légal
V.1.1. Cadre actuel
V.1.2. Propriété foncière
V.1.3. Questions à résoudre (immatriculation foncière, procédures règlementaires)
V.2. Cadre institutionnel
V.2.1. Intervenants et mécanismes de concertation
V.2.2. Rôle des instances élues
V.2.3. Pilotage
V.2.4. Outils opérationnels et maîtrise d’ouvrage
V.3. Financements
V.3.1. Fonds publics
V.3.2. Fiscalité
V.3.3. Partenariats public-privé
V.3.4. Secteur privé
CHAPITRE VI : PARTICIPATION, SENSIBILITATION et COMMUNICATION
VI.1. Mode de participation des populations concernées
VI.2. Sensibilisation (écoles, associations…)
VI.3. Communication (media, relations publiques…)
CHAPITRE VII : PLAN D’ACTIONS
Partie I : Méthodologie
VII.I.1. Projet
VII.I.2. Porteurs et partenaires
VII.I.3. Estimation et mode de financement
VII.I.4. Phases et calendrier de mise en œuvre
Partie II : Actions
VII.II.1. Protection et mise en valeur du bâti
VII.II.2. Gestion urbaine (espace public, jardins, services collectifs, transports…)
VII.II.3. Projets de développement durable
VII.II.4 Gestion des risques majeurs (inondations, incendies, tremblements de terre…)
VII.II.5. Formation (administrations, professionnels, etc.)
VII.II.6. Artisanat
VII.II.7. Création artistique et animation culturelle
VII.II.8. Maîtrise de l’activité touristique
VII.II.9. Activités de recherche (études, inventaire et documentation, fouilles…)
VII.II.10. Participation aux réseaux des villes historiques marocaines
VII.II.11. Autres ...
CHAPITRE VIII : EVALUATION, SUIVI ET MISE A JOUR
VIII.1. Evaluation
VIII.2. Mécanismes de suivi du Plan de Gestion
VIII.3. Echéances de mise à jour
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 41

d. Revitalisation et animation des monuments historiques et des sites


L’animation des monuments historiques et des sites nécessite l’adoption d’une approche managériale qui s’appuie
essentiellement sur l’amélioration des conditions d’accueil afin d’en accroître le taux de fréquentation. Le
Ministère de la culture prévoit d’ailleurs la programmation d’une action pilote de promotion de vingt (20) sites
majeurs qui bénéficieront notamment de :
• la mise à niveau de l’infrastructure d’accueil liée aux différents monuments et sites (accessibilité, parking,
éclairage, sanitaires, aménagement de circuits de visite, services) ;
• la mise en place d’une signalétique appropriée aux niveaux local et régional en partenariat avec les communes ;
• la mise à la disposition des visiteurs de guides et d’audio-guides, ainsi que d’autres supports promotionnels ;
• l’organisation de manifestations culturelles et artistiques appropriées.

Bab al Mansour el Alej à Meknès

e. Projections pour le patrimoine culturel immobilier à l’horizon 2020


La concrétisation de la vision du Ministère de la culture dans le domaine de la gestion et de la mise en valeur
des sites archéologiques et des monuments historiques s’attèlera à la mise en place d’un programme d’actions à
réaliser sur les huit ans à venir (2013-2020). Il s’agit de :
• la création de huit inspections régionales des monuments historiques et des sites pour combler le vide au
niveau des régions du Royaume. Un budget total de 1 000 000 Dh est nécessaire pour la mise en place de ces
structures qui seront dotées d’un personnel qualifié composé au moins d’un architecte, d’un conservateur de
monument, d’un technicien et d’une secrétaire ;
• la réation de Conservations pour les sites majeurs et les médinas ;
• la réalisation d’un minimum de 16 études scientifiques et techniques sur le patrimoine architectural et monumental
à raison de deux études globales chaque année. L’opération exigera un budget global de 10 000 000 de Dh ;
• le lancement d’études pour l’élaboration de plans de gestion de sept (7) sites inscrits sur la liste du patrimoine
mondial qui n’en disposent pas. Le projet devrait mobiliser un budget de 1 400 000 dirhams ;
42 Orientations stratégiques…

• la réalisation d’au moins 50 projets de sauvegarde des monuments historiques et sites archéologiques menacés
avec un budget annuel prévisionnel de 10 000 000 millions de dirhams, soit 80 000 000 de Dh d’ici 2020 ;
• la restauration et la mise en valeur de vingt (20) sites archéologiques et monuments historiques dans un cadre
de partenariat à l’échelle locale et régionale, et ce pour un budget global de 18 000 000 Dh ;
• la mise en place de cinq (5) centres d’interprétation du patrimoine dans les sites et monuments majeurs du
Royaume pour un budget de 25 000 000 Dh ;
• la mise à niveau de l’infrastructure d’accueil liée aux monuments et sites (accessibilité, parking, éclairage,
sanitaires, signalétique appropriée, aménagement de circuits de visite, services). Une première tranche de vingt
20 sites et monuments en 2013-2014 sera réalisée. Sur la durée des huit ans, il est prévu d’élargir l’opération
pour toucher la quasi-totalité des sites et monuments ouverts au public à l’échelle du territoire national. Cette
opération coutera 14 000 000 Dh ;
• le classement et/ou inscription de 200 biens au titre de monuments historiques nationaux.

3. Pour un inventaire systématique du patrimoine culturel national


Le développement du système de l’inventaire du patrimoine culturel dépend fortement de l’adoption et la mise
en œuvre de la nouvelle loi révisée qui pour la première institutionnalise l’inventaire comme un outil de décision
mis à la disposition des pouvoirs publics, du secteur privé et des particuliers.

a. Objectifs généraux
• Construire un système permettant de centraliser et de rendre accessible les éléments de connaissance du
patrimoine culturel du Maroc.
• Assumer les responsabilités confiées par la loi au ministère de la Culture en matière de d’inventaire du patrimoine
en vue de sa protection et sa valorisation.
• Améliorer et renforcer en les consolidant les missions de coordination de la collecte, de gestion et de diffusion
des connaissances sur le patrimoine qui sont celles de la Direction du patrimoine culturel au sein du ministère
de la Culture.

b. Échéances
Formaliser les orientations d’une ligne politique pour les 08 ans à venir en 4 phases de 2 ans chacune, correspondant
au rythme de révision des listes d’inventaire fixé par le projet de loi.

c. Architecture globale de l’inventaire général


Un système d’information générale utilisant le système d’information documentaire récemment élaboré au niveau
de la Division de l’inventaire et qui permet d’intégrer de manière cohérente et compatible :
• les trois inventaires des biens culturels et naturels immobiliers, des biens culturels mobiliers et des éléments du
patrimoine culturel immatériel ;
• les trois niveaux d’inventaire : inventaire général, registre d’inventaire des biens d’intérêt national et registre
des biens classés ;
•les fonctions de production, de gestion, de conservation et de communication de l’information, à l’échelle
nationale et à l’échelle régionale ;
•u  ne organisation interinstitutionnelle de la collecte et de la production de l’information sur le patrimoine culturel ;
• un dispositif de gestion, de conservation et d’amélioration de l’information.
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 43

Ministre

Commission nationale
du patrimoine culturel

Contrôle technique
Direction du patrimoine

Fonction stratégique
Division de l’Inventaire
Direction Stratégique de l’inventaire
Direction Scientifique
Direction Technique
Conseil scientifique de l’inventaire : Secrétariat général
DIDP, Division des musées, CERKAS,
Division de l’Inventaire
INSAP, représentants autres ministères
Direction opérationelle

Service communs nationaux


Appui aux chercheurs
Gestion et contrôle de la documentation
Communication

Trois fichiers centraux

Pilotage national opérationnel


Patrimoine immatériel Patrimoine mobilier Patrimoine immobilier
et objets associés et sites
Fichier sites, monuments, médinas

Fichier architecture vernaculaires


Fichier patrimoine immatériel

Collections archéologiques
Fichiers mobiliers et objets
Division des musées

Carte archéologique
CERKAS
INSAP

INSAP
DIDP

DIDP

Conservation

Centre de documentation Centre de documentation Centre de documentation


nationale nationale archéologique, carte et
Photothèque, documents, Architecture vernaculaire collections
eregistrements CERKAS INSAP
44 Orientations stratégiques…

Service communs nationaux


Appui aux chercheurs
Gestion et contrôle de la documentation
Communication

Trois fichiers centraux

Patrimoine immatériel Patrimoine mobilier Patrimoine immobilier


et objets associés et sites

Fichier sites, monuments, médinas

Fichier architecture vernaculaires


Fichier patrimoine immatériel

Collections archéologiques
Fichiers mobiliers et objets
Division des musées

Carte archéologique
CERKAS
INSAP

INSAP
DIDP

DIDP

Enquêtes Catalogues Enquêtes


DIDP Musées nationaux Directions régionales
CERA Musées privés CERKAS
CPML Objets ethnographiques CPML
Universités Mobilier des monuments Direction archétecture
Coolectivités locales Mobilier archéologique Ministère des Habous
Associations Ministère des EAUX et Forêts
Enquêtes Collectivités locales
Div. Musées Universités
DIDP P I Associations
INSAP
Directions régionales Carte archéologique
Collectivités locales Sites
Universités Monuments
Associations INSAP
Directions régionales
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 45

d. Propositions pour un plan d’action


Les objectifs globaux identifiés pour les plans d’action à venir visent notamment la mise en place de la nouvelle
organisation de l’inventaire par :
• l’adoption du nouvel organigramme et la création des nouvelles structures prévues par la loi révisée ;
• l’établissement de relations de partenariat avec les acteurs concernés (institutionnels, collectivités locales, tissu
associatif, etc.) ;
• le développement d’une culture commune entre l’ensemble des partenaires de l’inventaire.

e. Finalisation des choix d’organisation et des outils


Afin de relancer les travaux d’inventaire sur des bases scientifiques et techniques, les dispositions suivantes sont
préconisées :
•d  éfinition détaillée des implications et obligations créées par la loi révisée sur le patrimoine après sa promulgation ;
• validation de l’organisation de la Division de l’Inventaire et de la Documentation du Patrimoine et des structures
d’inventaire associées, et recrutement des personnes sur les profils n’existant pas actuellement ;
• création de services d’inventaire du patrimoine au sein des Inspections régionales des monuments historiques
et des sites. ;
• expérimentation et validation des prototypes du système des outils informatiques et des outils documentaires
associés (thésaurus, guides, etc.) ;
• création du centre de documentation sur le patrimoine culturel du ministère de la Culture, sa dotation en
personnel et lancement de la numérisation des fonds existants ;
• formation des personnels aux nouveaux outils de travail informatique.

f. Projections pour l’inventaire du patrimoine culturel à l’horizon 2020


L’évolution du cadre général qui régit le système actuel d’inventaire dont notamment la promulgation de la
nouvelle loi révisée, aura un impact direct sur l’indice de performance en la matière : le chiffre de 300 biens
culturels inventoriés, à raison de quatre campagnes par année prévu actuellement, sera au moins multiplié par
quatre pour atteindre le nombre de 1 200 biens culturels inventoriés par an, et cela si on considère que chaque
région mènera au moins une campagne d’inventaire par an.

Agadir Aguellouy, Province de Guelmim


46 Orientations stratégiques…

A l’horizon 2020, on prévoit ainsi le nombre de 20 000 biens culturel immobiliers inventoriés. L’accélération des
inventaires aura des répercussions directes sur :
• le nombre de biens inscrits ou classés sur la Liste du patrimoine national ;
• le nombre de fiches enregistrées sur le système documentaire et le système d’information géographique du
Ministère (Idpc.ma/Sigpcm.ma) ;
• le nombre d’études publiées ;
• le nombre d’expositions temporaires organisées.
• le nombre d’e sites mis en valeur et ouverts à la visite.
Pour atteindre les objectifs escomptés il est primordial de :
• créer des structures en charge de l’inventaire à l’échelle régionale. Ces entités qui seront instaurées au sein des
Inspections régionales des monuments historiques, doivent être dotées des équipements nécessaires, des budgets
conséquents et des ressources humaines qualifiées à même de mener les enquêtes de terrain et d’exploiter les
résultats dans la perspective de promouvoir les spécificités du patrimoine culturel dans les régions. La création
de ces structures, au nombre de 10 entités, nécessitera un budget total de 4 000 000 Dh ;
• réserver un budget conséquent pour le fonctionnement de la Division centrale et des entités régionales. Ce
budget est estimé à 7 000 000 Dh répartie sur sept ans ;
• affecter un effectif suffisant de cadres et de techniciens qualifiés pour le bon fonctionnement de ces structures.
Il faut ainsi prévoir pour chaque unité régionale un minimum de deux conservateurs du patrimoine et un
technicien soit un total de 30 conservateurs et de 10 techniciens.
Concernant l’instruction des dossiers du Patrimoine mondial et du Patrimoine culturel immatériel, nous prévoyons
la présentation de quatre propositions d’inscription au titre de la Convention de 1972 et six candidatures au titre
de la Convention de 2003. Cette dernière possède quatre mécanismes : (i) la Liste représentative du patrimoine
culturel immatériel ; (ii) la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente ; (iii) le
Registre des programmes, projets et activités reflétant le mieux les principes et objectifs de la Convention ; (iv) les
demandes d’assistance internationale au titre du Fonds du patrimoine culturel immatériel (dont le financement
peut aller jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de dollars des Etats-Unis d’Amérique et qui pourraient servir à
financer l’inventaire et la formation, entre autres. D’autant plus que le Maroc cotise à ce fonds à hauteur de 1%
de sa contribution obligatoire au budget ordinaire de l’UNESCO). Pour ce faire, il faut consacrer un budget global
sur huit ans à hauteur de 4 500 000 Dh.

4. Développement de la recherche archéologique


a. Pour un contrôle scientifique de la recherche archéologique
Les recherches archéologiques sont actuellement menées essentiellement au sein du Ministère de la Culture, mais
dans le futur proche, d’autres institutions (universités, collectivités locales) seront amenées à initier, pour leur
compte, des programmes archéologiques. Face à ce constat, il est impératif d’instituer la commission nationale
du patrimoine culturel prévue par la loi révisée.

Site antique de Banasa, Province de Sidi Kacem


… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 47

b. Ressources humaines
Le corps des archéologues professionnels demeure très limité malgré l’effort de formation fourni par le Ministère
de la Culture à travers l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine depuis le milieu des
années 1980.
Aussi, le développement des recherches archéologiques doit obligatoirement passer par une politique de formation
plus soutenue mais surtout par un recrutement des diverses compétences nécessaires pour une recherche
archéologique de qualité et qui touche toutes les époques de l’histoire et l’ensemble des régions du pays. Outre
la recherche archéologique, l’anthropologie doit être renforcée par le recrutement de chercheurs spécialistes au
profit du département de cette discipline à l’INSAP.
Pour le recrutement d’enseignants-chercheurs, celui-ci doit s’activer pour porter sur les spécialités telles que la
conservation restauration, l’anthropologie… Ainsi, à l’horizon de 2020, 10 postes sont à créer en plus de 6 autres
destinées à remplacer les enseignants-chercheurs qui seraient partis à la retraite.

c. Ressources financières
Le budget annuel alloué à la recherche archéologique par le Ministère de la Culture n’a jamais dépassé, pour une
vingtaine de programmes, les 700 000 Dh.
Or, les besoins réels d’une seule mission archéologique doivent être estimés à au moins 80 000 Dh, soit pour
20 programmes un montant global de 1 600 000 Dh.
Par ailleurs, il serait opportun d’élever le statut de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine
au rang de Service de l’État Géré de manière Autonome (SEGMA). Ce statut lui permettra, entre autres avantages
prévus par la loi, de bénéficier de financements dans le cadre de la coopération internationale.

d. Archéologie et environnement
L’archéologie est une composante importante de l’environnement et il n’est pas compréhensible que le Ministère
de la culture ne fasse pas partie des départements représentés au sein du comité national des études d’impact sur
l’environnement tel qu’il est prévu par le Décret n° 2-04-563 du 5 Doul kaâda 1429 (4 novembre 2008).
Il est donc impératif d’amender ce décret afin que le patrimoine archéologique national soit mieux protégé.

e. Archéologie préventive
Les nombreux travaux et projets d’aménagement du territoire national (lotissements, routes, autoroutes, ports,
aéroports, barrages, travaux agricoles, assainissement…) ont des impacts négatifs, voire néfastes, sur le patrimoine
culturel matériel en général et archéologique en particulier. Des centaines de sites sont détruits annuellement sans
qu’ils soient repérés ou documentés, privant ainsi la Nation d’éléments précieux pour une meilleure connaissance
de son histoire et de vestiges importants de son patrimoine culturel.
Afin de remédier à cette situation, il est impératif d’instituer la notion d’archéologie préventive et de prévoir les
mécanismes de son financement (taxe d’archéologie préventive) comme le prévoit le projet la loi révisée, et ce à
l’instar des législations en vigueur dans de nombreux pays.

f. Recherche anthropologique
L’INSAP a le privilège de compter le seul département d’anthropologie sociale au Maroc. C’est un petit département
qui regroupe aujourd’hui quatre enseignants chercheurs. Hormis la formation à laquelle il contribue, il n’a pas
encore pleinement trouvé sa place au sein de cette institution. Au niveau de la recherche, deux possibilités se
présentent :
• étoffer le corps des enseignants chercheurs afin que le département élabore ses programmes de recherche
spécifiques sur des thématiques pertinentes au regard des mutations profondes que connaît la société marocaine ;
• participer aux programmes des départements de l’archéologie et de la muséologie en conduisant des recherches
sur des thématiques transversales et selon une approche pluridisciplinaire.
48 Orientations stratégiques…

g. Publications
Les différents travaux de terrain aussi bien archéologiques qu’anthropologiques engendrent des résultats qui
gagneront à être publiés. Ainsi, à l’horizon de 2020, nous escomptons la publication de :
• 3 numéros du BAM ;
• 3 numéros de l’ETAM ;
• 2 numéros des VESAM.

5. Promotion de la formation et de la formation continue


Dans la mesure où la formation dans les métiers du patrimoine culturel est principalement du ressort du
département de la culture, par le biais de l’INSAP, et compte tenu des besoins pour une bonne gestion de
l’héritage culturel, il est essentiel de diversifier l’offre de formation et de formation continue, pour englober tous
les champs disciplinaires liés au patrimoine culturel.
Pour ce faire, et vu le manque de formateurs dans ces domaines, il sera nécessaire d’investir dans la formation de
formateurs, soit dans des institutions internationales spécialisées, soit à l’INSAP en s’appuyant sur des compétences
étrangères.
Le nombre de cadres nécessaires pour couvrir les 12 régions prévues dans le projet de régionalisation doit
avoisiner les 200, tous champs disciplinaires confondus (fouille, inventaire, musées, conservation restauration,
patrimoine culturel immatériel…).

Atelier de formation sur les plans de gestion des médinas, tenu à Rabat les 4 et 5 octobre 2012
… pour la gestion et le développement du patrimoine culturel marocain 49

a. Formations actuellement dispensées à l’INSAP


• Archéologie préhistorique ;
• Archéologie préislamique ;
• Archéologie islamique ;
• Muséologie ;
• Anthropologie sociale.

b. Formations à développer
• Conférenciers de musées et de monuments ;
• Animateur du patrimoine ;
• Architectes-restaurateurs des monuments historiques ;
• Restaurateurs d’objets patrimoniaux (mosaïque, métal, céramique, bois ; tissus, tapis, etc.) ;
• Scénographes ;
• Spécialistes du patrimoine culturel immatériel.
Si le bilan de la formation aux métiers du patrimoine est globalement positif dans la mesure où le patrimoine
culturel est actuellement pris en charge par des cadres spécialisés et conscients de l’importance de leur mission,
il n’en demeure pas moins que de nombreuses lacunes subsistent pour une meilleure protection et mise en
valeur de l’héritage culturel national. De nombreux métiers restent à développer, ce qui ne peut se faire que par
l’élaboration de nouvelles filières et par la mise en valeur des métiers du patrimoine.
Si ces conditions sont réunies, nous escomptons former 200 étudiants à l’horizon de 2020 dont le tiers sera
spécialisé en Muséologie.

6. Pour l’accompagnement de la Fondation nationale des musées dans la mise a niveau des
institutions museales
Une nouvelle structure de gestion a été créée en vertu du Dahir n° 1-10-21 du 18 avril 2011 promulguant la loi
n° 01-09, portant institution de la « Fondation nationale des musées ». Conscient de l’intérêt de cette initiative,
le Ministère de la Culture œuvrera pour faciliter la tâche de cette institution dans ses missions de gestion et de
conservation des collections muséales. Il l’accompagnera pour mener à bien ses activités visant, comme le stipule
la loi de sa création, à « valoriser le patrimoine muséographique national en harmonie avec les dispositions de la
loi n° 19-05, relative au patrimoine mobilier, modifiant et complétant la loi n° 22-80 ».
Étant tenu, selon la loi créant la Fondation, de transférer une première liste de musées, le Ministère de la Culture
devra en outre établir avec la Fondation une convention en vue d’asseoir une collaboration entre les deux parties.
Bien plus, les opérations d’inventaire systématique des collections sont en cours, l’inscription des œuvres et des
pièces archéologiques va continuer. L’appui du Ministère à la Fondation nationale des musées portera aussi sur
la formation et la formation continue ainsi que sur les différentes missions de gestion des collections de musées.

Vue interne du Musée archéologique de Rabat


Ministère de la Culture
1, rue Ghandi, Rabat 
Tél. : (+212) 537 20 94 94 • Fax : (+212) 537 20 94 00
www.minculture.gov.ma • www.patrimoineculturel.ma