Vous êtes sur la page 1sur 35

REPUBLIQUE DU BENIN

*********
MINISTERE DE LA SANTE
*********
DIRECTION NATIONALE DE LA SANTE PUBLIQUE

GESTION ET MAINTENANCE DES


OUVRAGES D’EAU
ET D’ASSAINISSEMENT DE BASE
EN MILIEU DEPROVISOIRE
VERSION SOINS A L’INTENTION
DES AES, AHA THA

MANUEL DE FORMATION A L’INTENTION DES


AES, AHA THA

OCT 2017

0
MARS 2017

LISTE DES SIGLES


AEP Approvisionnement en Eau Potable ou Adduction d’Eau Potable
AEV Adduction d’Eau Villageoise
BP Branchement Particulier
CDC-HAB Coordination Départementale de la Composante Hygiène et Assainissement de
Base
DBM Déchets Bio Médicaux
DNSP Direction Nationale de la Santé Publique
DPD1 Diéthyl-para Phénylène Diamine
FPM Forage équipé de Pompe à Motricité Humaine
MS Ministère de la Santé
NTU Unité Néphélométrique de la Turbidité
OMS Organisation Mondiale de la Santé
PAC Parcours d’Acquisition de Compétence
PAORC Projet d’Appui aux Organisations Béninoises par le Renforcement des
Compétences des Ressources Humaines
PEA Poste d’Eau Autonome
SONEB Société Nationale des Eaux du Bénin
ODD Objectifs pour le Développement Durable

1
TABLE DES MATIERES
LISTE DES SIGLES..............................................................................................................................1
INTRODUCTION GENERALE............................................................................................................4
MODULE 1 :..........................................................................................................................................5
GENERALITES SUR LES OUVRAGES D’EAU ET D’ASSAINISSEMENT DE BASE DANS LES
STRUCTURES SANITAIRES..............................................................................................................5
INTRODUCTION..................................................................................................................................5
CHAPITRE 1 : DEFINITIONS DES CONCEPTS................................................................................5
CHAPITRE 2 : PREALABLES POUR L’ACCES A L’EAU POTABLE ET L’ASSAINISSEMENT
DANS LES STRUCTURES SANITAIRES.........................................................................................10
2.1 Accessibilité à l’eau potable dans les unités de soins.................................................................10
2.2 Gestion des Eaux Usées et Excréta............................................................................................10
2.3 Gestion des déchets issus des activités de soins..........................................................................11
2.4 Facteurs de succès et de risques..................................................................................................12
2.4.1-Facteurs de succès...............................................................................................................12
2.4.2 - Facteurs de risques............................................................................................................12
MODULE 2..........................................................................................................................................13
ENTRETIEN ET MAINTENANCE DES OUVRAGES D’AEP DES TOILETTES, FOSSES A
LIQUIDE ANATOMIQUE ET LAVE-MAINS...................................................................................13
CHAPITRE I : MAINTENANCE DES OUVRAGES D’EAU (FPM, PEA, BP/AEV, BP/SONEB)...14
1.1 Entretien et maintenance des ouvrages d’eau rencontrés dans les structures sanitaires et rôles des
acteurs..............................................................................................................................................14
1.1.1 Entretien et maintenance des ouvrages d’AEP..............................................................15
b.) Quelques dysfonctionnements observés sur  BP/AEV ou BP/ SONEB) Réseau autonome d’eau et
PEA:..................................................................................................................................................18
1.1.2 Rôles et responsabilités des acteurs.....................................................................................19
Conclusion............................................................................................................................................21
CHAPITRE 2 : MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES TOILETTES LAVE-MAINS ET FOSSES
DANS LES STRUCTURES SANITAIRES.........................................................................................22
1.1 Principaux problèmes régulièrement observés au niveau des structures sanitaires.....................22
Rôles et responsabilités des acteurs..............................................................................................23
MODULE 3 : UTILISATION ET ENTRETIEN DES INCINERATEURS.........................................25
CHAPITRE 1 : GENERALITE SUR LES INCINERATEURS..........................................................................25
MAINTENANCE DE L’INCINERATEUR....................................................................................................31
2.1 Les opérations courantes............................................................................................................31
2
2.2 Nettoyage de la chambre de combustion et de la grille...............................................................31
2.3 Entretien préventif de l’incinérateur...........................................................................................32
2.4 Rôles des acteurs pour la maintenance de l’incinérateur............................................................32

3
INTRODUCTION GENERALE
L’accès des populations aux soins de santé de qualité dans nos structures sanitaires exige la
mise en place d’un certain nombre d’infrastructures d’eau, d’hygiène et d’assainissement de
base. Ces infrastructures facilitent pour les professionnels de santé l’amélioration de leurs
conditions de travail et pour les usagers la satisfaction par rapport aux soins reçus. Il s’agit
entre autres des ouvrages d’eau, d’assainissement de base et de gestion des déchets en milieu
de soins.
De nos jours, on note une mauvaise gestion des ouvrages d’eau et d’assainissement dans nos
structures sanitaires. Pour mieux organiser l’entretien et la maintenance de ces ouvrages, il est
nécessaire de renforcer les capacités des acteurs impliqués sur la définition de leurs rôles et
responsabilités. C’est à ce titre que le présent module est élaboré pour accompagner les
structures sanitaires dans l’amélioration de la gestion de ces infrastructures. La formation de
ces agents permettra d’assurer la pérennité et la durabilité des ouvrages. Cela contribue à
l’atteinte de l’objectif N° 3 des Objectifs pour le Développement Durable (ODD) qui est de
donner aux individus les moyens de vivre une vie saine et promouvoir le bien-être à tous les
âges.
Le présent manuel s’articule autour des points inscrits dans le tableau ci-dessous

Module Chapitre Cibles concernées

Module 1 : Généralité sur les ouvrages Sous-module  1 : Définitions des AES, AHA, THA,
d’eau et d’assainissement de base dans les concepts REHA
structures sanitaires
Sous-module  2 : Préalables pour
l’accès à l’eau potable et
l’assainissement dans les structures
sanitaires

Module 2 : Entretien et maintenance des Sous-module  1 : Maintenance des AES, AHA, THA,
ouvrages d’AEP, des toilettes, fosses à ouvrages d’eau (FPM, PEA, REHA
liquide anatomique et lave-mains BP/AEV, BP/SONEB)

Sous-module  2 Entretien et AES, AHA, THA,


maintenance des toilettes, lave-mains
et fosses à liquide anatomique en
milieu sanitaire

Module 3 : Utilisation et entretien des Sous-module  1 : Généralité sur les AES, AHA, THA
incinérateurs incinérateurs

Sous-module  2 : Maintenance de

4
l’incinérateur

5
MODULE 1 : GENERALITES SUR LES OUVRAGES D’EAU ET
D’ASSAINISSEMENT DE BASE DANS LES STRUCTURES
SANITAIRES

INTRODUCTION

SOUS-MODULE 1 : DEFINITIONS DES CONCEPTS

 Assainissement : L’assainissement a été défini par un Comité d’Experts de l’OMS


comme « Toute action visant à l’amélioration de toutes les conditions qui, dans les
milieux physiques de la vie humaine, influent ou sont susceptibles d’influer
défavorablement sur le bien-être physique, mental ou social » 1
 Déchets issus des activités de soins : Les déchets issus des activités de soins ou
déchets biomédicaux sont les déchets issus des activités de diagnostic, de suivi, de
traitement préventif, curatif ou palliatif, dans le domaine de la médecine humaine et
vétérinaire présentant un danger physique ou de contamination biologique ou
chimique pour l’homme et/ou l’environnement.
 Dispositif de lavage des mains : c’est un réservoir de stockage d’eau accompagné du
savon qui permet le lavage des mains en cas de besoins. .
 Point de lavage des mains  : c’est un endroit approprié où le personnel sanitaire peut
se laver les mains après les activités de soins.
Eau potable : eau destinée à la consommation humaine répondant, à l’état naturel ou
traité, à des normes définies par la réglementation en vigueur sur la qualité de l’eau
(source : Loi 2010-44 du 24 Novembre 2010 portant gestion de l’eau en République
du Bénin). C’est une eau limpide et ne contenant pas de germes ou de substances
susceptibles de causer ou de favoriser une maladie.
 Eaux usées : les eaux usées sont toutes les eaux souillées résultant des activités
humaines.
 Enfouissement sanitaire : l’enfouissement sanitaire est l’élimination des déchets dans
une fosse parfaitement étanche sans risque de pollution de la nappe phréatique et
n’entrainant pas les mouches ou d’autres animaux errants.

1
manuel du technicien sanitaire Genève 1978
6
 .Entretien : ensemble des actions qui permettent une bonne conservation de
l’infrastructure/équipement en vue de sa durabilité. Il comprend des aspects préventifs
et des aspects curatifs. De façon spécifique, il regroupe les actions de réparation et de
nettoyage menées par les acteurs en vue de rendre fonctionnels et utilisables les
infrastructures et équipements. (Source : Manuel de gestion des points d’eau dans le
domaine sanitaire de la CTB, p10).

 Entretien préventif : c’est l’ensemble des méthodes et techniques mises en œuvre


pour maintenir un matériel, un équipement ou un ouvrage en bon état de
fonctionnement et éviter une avarie ou une panne. L’entretien préventif est l’un des
principes du cadre de maintenance.

 Excréta : les excréta sont l’ensemble des fèces (selles) et urines humaines.
 Forage : trou circulaire de petit diamètre creusé à partir de la surface du sol jusqu’à
une couche aquifère et munie d’un système mécanique ou électromécanique
d’exhaure; (source : Loi 2010-44 du 24 Novembre 2010 portant gestion de l’eau en
République du Bénin).
 Fosse à objets cassants : c’est une fosse réalisée pour accueillir les objets cassants,
réservée aux déchets en verre pour sécuriser les usagers par rapport aux divers
accidents. Cette solution est utilisée en l’absence d’une filière de traitement et
d’élimination des déchets en verre.
 Fosse septique: une fosse septique est un réceptacle étanche qui reçoit l’ensemble des
eaux usées d’un ou plusieurs bâtiments. Il comprend généralement les compartiments
de sédimentation, de filtration et se raccorde à un puisard ou un puits perdu pour
permettre l’infiltration de l’effluent dans le sous-sol.
 Hygiène: selon Winslow, célèbre hygiéniste Américain, l’hygiène est « La science et
l’art de prévenir la maladie, de prolonger la vie, de promouvoir la santé physique et
mentale, de manière à assurer le meilleur rendement de l’individu, ceci par les efforts
organisés de la communauté par :
o l’assainissement du milieu ;
o le contrôle des maladies transmissibles;
o l’éducation de l’individu aux principes de l’hygiène personnelle;
o l’organisation des services médicaux et infirmiers en vue d’assurer un
diagnostic précoce et un traitement préventif et enfin

7
o le développement de toute une machine sociale qui assure à chaque individu,
dans la communauté, un standard de vie nécessaire à une excellente santé ».
 Hygiène de l’eau : l’hygiène de l’eau est l’ensemble des mesures et pratiques
permettant d’éviter l’altération de la qualité de l’eau de la source à son utilisation
 Hygiène des mains: l’hygiène des mains est le terme générique désignant toute action
visant à réduire ou inhiber la présence et la croissance de la flore microbienne sur les
mains, généralement par friction des mains avec un produit hydro-alcoolique ou
lavage des mains à l’eau potable et au savon.
 Gestion : ensemble de processus par lesquels on organise, planifie, programme,
exécute et suit toutes les activités d'une entreprise ou d'une organisation". Dans la
situation actuelle, la gestion des ouvrages d’AEPHA est un ensemble de processus
par lesquels on organise, planifie, programme, exécute et suit toutes les activités liées
au fonctionnement courant des équipements; à la distribution de l'eau; à l'entretien
courant; aux réparations des pannes et au renouvellement des équipements des
ouvrages d’assainissement.
 Gouttière: Une gouttière est un conduit de section semi circulaire qui sert à recueillir
les eaux de pluies le long d’une toiture.
 Grosses réparations : Elles sont relatives aux pièces qui ont une durée de vie de 10 à
15 ans. Elles correspondent à des pannes assez importantes qui risquent d’entrainer
l’abandon de la pompe.
En général, pour les ouvrages d’eau ces réparations sont prises en charges par la commune.
 Incinération : L’incinération est la destruction par le feu des déchets jusqu’aux
cendres au moyen d’un équipement appelé incinérateur.
 Latrines VIP : Ce sont des latrines améliorées à fosses ventilées. Ce type de latrines
permet d'éliminer ou de diminuer les nuisances (odeurs et mouches) qui entravent
l'usage des latrines traditionnelles.
o Il y a deux types de latrines VIP qui sont promues dans les structures
sanitaires. Les VIP à double fosses à vidanges latérales, et les VIP à fosses
multiples à vidange arrière.
 Maintenance : action visant à conserver ou à rétablir un bien dans un état spécifié afin
que celui-ci soit en mesure d'assurer le service pour lequel il est conçu. Elle comprend
l’ensemble des actions techniques, administratives et de management durant le cycle

8
de vie d’un bien destiné à le maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel, il peut
accomplir la fonction requise.
o Maintenance préventive : consiste à intervenir sur un équipement avant que
celui-ci ne soit défaillant, afin de tenter de prévenir la panne. On interviendra
de manière préventive soit pour des raisons de sureté de fonctionnement (les
conséquences d'une défaillance étant inacceptables), soit pour des raisons
économiques (cela revient moins cher) ou parfois pratiques (l'équipement n'est
disponible pour la maintenance qu'à certains moments précis).
o Maintenance corrective : c’est l’ensemble des actions immédiates qui sont
exécutées après détection d'une panne et destinées à remettre un
bien/équipement dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction
requise.
 Petites réparations : Elles concernent d’une part le remplacement des pièces dont
l’usure est notée par le maintenancier /artisan-réparateur et d’autre part, des apports de
solutions relatives aux petites pannes découlant de la défaillance de pièces dont la
durée de vie varie entre 1et 8 ans. .
 PEA : système d’alimentation en eau potable constitué d’un forage équipé d’un
système de pompage motorisé, d’un réservoir de stockage, d’un robinet ou d’une
rampe de robinets au pied ou à proximité du réservoir
 Point d’eau potable : Un point d’eau potable est un ouvrage ou une installation
d’approvisionnement en eau potable.
 Point de distribution d’eau potable fonctionnel : Un point d'eau fonctionnel est
défini comme étant propre, en état de fonctionner, fournissant une eau traitée pour la
boisson, le lavage des mains, le nettoyage ou tout autre usage avec un débit
satisfaisant (suffisant pour remplir un seau de 20 litres en moins d'une minute).
 Point de lavage des mains fonctionnel : Un point de lavage des mains fonctionnel est
un point de lavage des mains qui bénéficie d'un approvisionnement en eau continu, de
savon ou d'une solution hydro-alcoolique, ainsi que d'une évacuation sans risque des
eaux usées.
 Puisard : Un puisard est un ouvrage vertical creusé dans le sol et aménagé pour
recevoir les eaux usées qui seront en partie absorbées par le fonds est les parois
latérales.

9
 Renouvellement (pièces ou pompes) : concerne des pièces essentielles de la pompe
qui ont une durée de vie de plus de 15 ans. Leur renouvellement est à la charge du
maitre d’ouvrage (la commune/ structure sanitaire).

o Lorsque le modèle de pompe est obsolète, le maitre d’ouvrage peut choisir de


renouveler la pompe. Le renouvellement (pièce ou pompe) est financé sur les
fonds propres du maitre d’ouvrages2.
 Réseau d’égout: Un réseau d’égout est un ensemble d’ouvrages enterrés permettant
l’évacuation des eaux usées et comprend plusieurs éléments tels que les ouvrages de
branchement, de raccordement, des regards.
 Réseau de distribution : Il répartit l’eau du château d’eau vers les points de puisage.
Il est constitué d’un ensemble de canalisations enterrées (en PVC, en polyéthylène).
 Branchements particuliers : Ce sont des branchements effectués au profit des
structures sanitaires à partir d’un réseau public qui peut être une AEV ou un réseau
SONEB
 Rigole : une rigole est une petite tranchée creusée dans le sol pour permettre
l’écoulement de l’eau.
 Vidoir pour les déchets liquides  : cuvette ou métal de céramique raccordée à une
évacuation des eaux usées dans laquelle on déverse les eaux résiduelles.
Dans le contexte du module, c’est un orifice par lequel les déchets liquides sont vidés
dans une fosse. Cette fosse doit être appropriée à la filière de traitement et
d’élimination.

2
Manuel de gestion des points d’eau dans le domaine sanitaire de la CTB, Page 10

10
SOUS-MODULE  2 : PREALABLES POUR L’ACCES A L’EAU POTABLE ET
L’ASSAINISSEMENT DANS LES STRUCTURES SANITAIRES

2.1 Accessibilité à l’eau potable dans les unités de soins


L’eau doit être disponible de façon permanente en quantité et en qualité dans toutes les unités
de soins, les toilettes, les douches, la buanderie, le lavoir, la cantine, la cour, le bloc
administratif et la morgue d’une structure sanitaire.
Dans un établissement de soins, le personnel, les clients et les autres usagers doivent avoir
accès à un point d’eau potable adapté aux besoins. La distance minimale entre un point d’eau
potable et une toilette ou un puisard est de 15 m. La turbidité doit être inférieure ou égal à 5
NTU et le chlore résiduel doit être compris entre 0,1 et 0,3 mg/l. A cet effet, il doit disposer
de :
 d’une source d’approvisionnement en eau potable fonctionnel ;
 de réservoirs de stockage d’eau potable d’au moins 24 heures ;
 de points de distribution d’eau potable fonctionnels dans toutes les unités de soins, les
toilettes, les douches, la buanderie, le lavoir, la cantine, la cour, le bloc administratif,
la morgue et dans les résidences;
 de produits de désinfection de l’eau;
 des équipements et des réactifs pour le contrôle de la qualité de l’eau;
 de personnel formé sur l’hygiène de l’eau;
 de système d’entretien, de suivi du dispositif et de gestion de l’eau.

2.2 Gestion des Eaux Usées et Excréta


 Les ouvrages d’assainissement pour un établissement de soins doivent satisfaire
les conditions suivantes :
 propres et fonctionnels;
 absence d’odeurs;
 respect d’intimité de l’usager;
 surface lavable;
 absence de zones ou des aires de défécation à l’air libre;
 pas de stagnation d’eaux usées;
 pas de contamination d’eau souterraine et de surface susceptible d’être
utilisée;

11
 empêcher l’accès des excréta aux mouches et autres insectes;
 simple et facile à entretenir ;
 accessibilité aux ouvrages.
La distance minimale entre une toilette et une cuisine ou cantine est de 6 m.
Dans le cadre de la gestion des eaux usées et excréta, l’établissement de soins doit
disposer de :
 ouvrages d’évacuation et traitement des eaux usées générées (système regard,
fosses septiques et puisard, muni d’un réseau d’égout ou station d’épuration);
 gouttières et rigoles d’évacuation des eaux pluviales fonctionnelles;
 aire de lavage avec puisard;
 toilettes fonctionnelles, séparées (homme, femmes) pour les malades, garde-
malades et visiteurs;
 toilettes fonctionnelles, séparées (homme, femmes) pour le personnel;
 toilettes fonctionnelles adaptées aux personnes en situation d’handicap;
 dispositif de lavage des mains à l’eau et au savon fonctionnel au niveau des
toilettes;
 produits d’entretien et de désinfection des toilettes;
 matériels et équipements d’entretien;
 personnel formé et chargé de l’entretien des ouvrages d’assainissement de
base.
NB: Les équipements et produits mis à la disposition des établissements de soins doivent
répondre aux normes de qualité requise.

2.3 Gestion des déchets issus des activités de soins


La gestion des déchets issus des activités de soins comprend trois (3) étapes : la collecte,
l’évacuation et l’élimination (incinération ou enfouissement sanitaire). Le tri des déchets doit
se faire à la source de production. Les sites de traitement des déchets doivent être sécurisés.
Aucun déchet ne doit être visible sur le sol à l’intérieur et dans l’environnement immédiat de
l’établissement de soins. A cet effet, il doit disposer de :
 plan de gestion des déchets;
 kit standard de protection de collecte et de transport;
o équipements de protection individuels (Combinaison, gants, masque de
protection, lunettes de protection et bottes);

12
o équipements de collecte (poubelles avec fermeture respectant les codes
couleurs à savoir noire, jaune et rouge, boîtes de sécurité, bac à ordures):
sachets plastics pour poubelles;
o équipements de transport (brouettes, chariots, tricycle);
o outils divers (pics, pioches, râteaux, pelles).
 Équipements de traitement (incinérateurs avec une température minimale de
800°C, fosses d’enfouissement sanitaire, fosse à objets cassants);
 personnel formé à la gestion des déchets issus des activités de soins.
NB : Les équipements et produits mis à la disposition des établissements de soins
doivent répondre aux normes de qualité requise.

2.4 Facteurs de succès et de risques

2.4.1-Facteurs de succès
Les facteurs de succès d’une bonne gestion et de maintenance des ouvrages d’eau et
d’assainissement de base dans une structure sanitaire sont les suivants:
 l’existence d’une volonté politique (aspects institutionnels et organisationnels liés au
sous-secteur HAB);
 la disponibilité des Responsables des structures sanitaires à soutenir la mise en œuvre
du plan de gestion et de maintenance des infrastructures.

2.4.2 - Facteurs de risques


Les facteurs de risque d’une bonne gestion et de maintenance des ouvrages d’eau et
d’assainissement de base dans une structure sanitaire sont les suivants:
 la lourdeur des procédures administratives;
 la difficulté de décaissement des ressources;
 la mauvaise gouvernance ;
 l’inexistence du budget dédié à la maintenance

13
MODULE 2 ENTRETIEN ET MAINTENANCE DES OUVRAGES D’AEP DES
TOILETTES, FOSSES A LIQUIDE ANATOMIQUE ET LAVE-
MAINS

INTRODUCTION
Dans les milieux sanitaires, divers types d’ouvrage d’approvisionnement en eau potable sont
présents. Le présent module va s’intéresser à leur maintenance.
Le choix des acteurs (AES, AHA, THA et REHA) est justifié par leurs cahiers de charge qui
comportent entre autres le suivi des ouvrages d’AEP et d’assainissement de base dans les
structures sanitaires.

14
SOUS-MODULE 1 : MAINTENANCE DES OUVRAGES D’EAU (FPM, PEA, BP/AEV,
BP/SONEB)

INTRODUCTION
L’objectif général de ce chapitre, est de garantir la distribution permanente de l’eau ou le
maintien de la continuité du service public de l’eau aux usagers.
Il faut faire remarquer que les ouvrages d’eau des structures sanitaires du Bénin font état
d’une insuffisance d’entretien et de maintenance. Ce phénomène ou cette situation des
structures sanitaires limite leur pérennité. Les principaux constats faits se résument comme
suit:
- insalubrité autour des points d’eau;
- des robinets qui coulent à longueur de journée;
- des pannes de pompe très prolongées;
- des fuites d’eau sur le réseau interne;
- défaut de paiement de factures;
- absence d’un plan d’entretien et de maintenance;
- absence de responsabilisation pour les activités de suivi et d’entretien.

Le module intitulé entretien et maintenance des ouvrages d’eau dans les structures sanitaires a
été initié pour remédier à ces problèmes. Cette situation traduit bien l’importance de la
réflexion autour de l’entretien et de la maintenance des ouvrages d’eau dans les structures
sanitaires. Elle permet également d’avoir un service continu de qualité en garantissant l’accès
à l’ouvrage pour tous et son utilisation correcte.

1.1 Entretien et maintenance des ouvrages d’eau rencontrés dans les structures
sanitaires et rôles des acteurs.
Cette session vise à améliorer la situation de l’accessibilité à l’eau dans les
structures sanitaires.
Pour répondre à cette problématique nous essayerons de voir premièrement à travers les
principaux ouvrages d’eau rencontrés dans les structures sanitaires les différents mécanismes
d’entretien de et de maintenance

15
1.1.1 Entretien et maintenance des ouvrages d’AEP.
Quelques soit le type d’ouvrage d’AEP dont dispose la structure sanitaire, les entretiens et
maintenances spécifiques sont à identifier dans le cadre de l’élaboration d’un PGSSE dont la
mise en œuvre garantira la fourniture permanente d’eau de boisson de bonne qualité aux
usagers des structures sanitaires. Ce sous chapitres présentera quelques types d’interventions
sur les divers ouvrages à titre informatif. Il faut noter que la présence d’un technicien
spécialiste sera nécessaire pour bon nombre d’entretien et de maintenance.

Pour les branchements sur un réseau public (SONEB, AEV) les actions ne concerneront que
la distribution interne (après le compteur) alors que le forage et ses équipements devront être
pris en compte pour les autres ouvrages.

a.) Catégories d’intervention sur les ouvrages d’AEP


On distingue quatre (4) catégories d’interventions résumé dans le tableau ci -après :

Catégories Durée de vie des Nature de l’intervention


d’interventions pièces.
Entretien préventif 6 mois à 1an Changement des pièces d’usure
lors des visites d’entretien du
technicien de maintenance
Petites réparations à partir de 2 ans Maintenance préventive et
curative
Grosses réparations à partir de 8 ans Maintenance préventive et
curative
Renouvellement à partir de 15 ans Renouvellement de l’équipement

Les interventions sur les ouvrages sont réalisées lorsqu’elles sont nécessaires (usure,
dysfonctionnement constaté ou panne) sauf quelques pièces d’usure qui sont changées de
façon systématique.

Quelques activités du plan de suivi de l’entretien et de maintenance des ouvrages

ACTIONS PERIODE
Former un comité de suivi de l’ouvrage juste après la formation (à
décider par le responsable de la
structure sanitaire)
Planifier la maintenance après la mise en place du
comité (plan trimestriel)

16
Organiser des contrôles ou visites périodiques pour 2 fois/ an
s’assurer de l’état fonctionnel du forage
Assurer la maintenance préventive (réduire le temps 6 mois à 1 an
d’arrêt dû aux pannes, augmenter la durée de vie des
équipements, diminuer ou même annuler les défaillances
en service, supprimer les causes d’accident dues aux
dépannages)
Prévoir les petites réparations à partir de 2 ans
Prévoir des grosses réparations à partir de 8 ans
Prévoir le renouvellement des pièces ou extension à partir de 15 ans

NB : Dans le cas où la gestion de l’ouvrage est confiée à la structure sanitaire, l’entretien et la
maintenance font partie des obligations de cette dernière.

17
Quelques dysfonctionnements du FPM et leurs causes
Défauts Causes Actions/ interventions
L’eau sort en grande Bague de guidage usée : la bague Changer la bague de
quantité autour de la pédale est usée quand le jeu entre la guidage
à chaque remontée de celle- pédale et la bague est de 2mm (Maintenance curative)
ci environ (moyen de contrôle
local : épaisseur d’une allumette)
La pédale vient buter sur les bases des bûtées sont usées Renouveler la pédale
l’écrou de guidage et/ou détruites (maintenance curative)
La pédale remonte mal Segments usés ou piston usé Changer le segment
(maintenance curative)
La pédale ne remonte pas Fuite au niveau du circuit de Réparer la fuite
commande Amorcer la pompe
Problème de désamorçage Changer les segments
Usure des segments (huile sur les Changer la baudruche
segments) Changer la membrane de
Baudruche percée réamorçage
Défectuosité de la membrane de Changer le tuyau (Petites
réamorçage réparations)
Tuyau de commande percé
La pédale remonte mais Fuite au niveau du circuit de -Changer le circuit de
L’eau ne coule peu ou pas refoulement Clapets coincés renouvellent
du tout Joints toriques défectueux (corps -Changer le clapet
de pompe, clapet d’aspiration, -Renouveler l’ensemble des
ensemble de raccordement, éléments des joints de
raccord HUOT) toriques
Tuyau de refoulement percé -Renouveler le tuyau
(Grosse réparation ou
maintenance curative)
La pédale remonte vite et La baudruche est pleine de sable Remplacer la pédale
peu d’eau coule (Grosse réparation)

b.) Quelques dysfonctionnements observés sur  BP/AEV ou BP/ SONEB) Réseau autonome
d’eau et PEA:

Partie de Dysfonctionnements Solution envisagée


18
Installation
Tuyaux Fuites au niveau des tuyaux Couper la partie endommagée et la remplacer
PVC par une partie neuve
tuyaux GI galvanisé - Après avoir raccordé, recouvrir
endommagés partiellement le tuyau avec de la terre en
laissant les jointures exposées.

- Ouvrir lentement la vanne d’arrêt pour


vérifier qu’il n’y ait pas de fuites au niveau
de la jointure.
- Enregistrer la réparation (date,
localisation, type de réparation etc.).
Robinets Le poignet du robinet tourne Réparer le poignet ou remplacer le
mais ne laisse pas couler d’eau robinet
ou ne s’arrête pas.
Egouttement d’eau au niveau Resserrer ou bien remplacer le serre-joint
de la manivelle
Une jointure oxydée entre Nettoyer ou bien couper et découper le
le tuyau et le robinet filetage, puis remplacer le robinet
Egouttement d’eau à partir Nettoyer le robinet
d’un robinet fermé ou fuite - Remplacer la rondelle
autour de la manivelle du
robinet ou de la vanne
Manque d’eau au point de Localiser le problème en mesurant le
collecte débit d’eau à la source et dans le réservoir puis
comparé avec des chiffres
précédents. Si ce dernier est bas, vérifier
les fuites en contrôlant toutes les vannes
et la tuyauterie entière.
- Si le problème persiste, rechercher les
obstructions ou vérifier s’il y a de l’air ou
un vide dans les tuyaux. Ceux-ci peuvent
être éliminés en ouvrant tous les robinets
et les vannes de ventilation à basse pression
pour vérification.
Rampes des robinets Changer les rampes des robinets
endommagées
la rondelle usée ou du serre- Remplacement
joint de la rondelle ou du serre-joint
Vannes Le martelage par l’eau peut Vérification mensuelle des vannes
endommager les tuyaux, les Fermeture et ouverture périodiques des
raccords les roulements et le vannes
filetage - Ne pas trop resserrer les vannes
- Pour fermer une vanne, ne pas le faire
avec vitesse mais plutôt lentement
19
jusqu’à ce que l’écoulement s’arrête
Réservoir Réservoir mal entretenu Nettoyage des réservoirs de stockage

Groupe Groupe électrogène en panne Réparer le groupe électrogène


électrogène

1.1.2 Rôles et responsabilités des acteurs

ACTEURS ROLES ET RESPONSABILITES TYPES D’OUVRAGES


Maintenancier/ Assurer la maintenance
Plombier Elaborer et tenir à jour les plans des Branchement particulier sur
réseaux, réseau public (SONEB ou
Effectuer ou faire effectuer des travaux AEV après compteur)
sur le réseau,
AES Assurer le nettoyage du point d’eau et de Branchement particulier sur
ses alentours immédiats réseau public (SONEB ou
Organiser le puisage hygiénique de l’eau AEV, FPM, PEA

AHA/THA Superviser l’AES FPM, PEA, R2seau Autonome


Faire la remontée des informations ou d’eau, Branchement privé au
pannes vers le responsable de la structure réseau public (SONEB, AEV)
Prendre contact avec le REHA en cas de FPM
grosses pannes PEA
Contrôler et faire le suivi l’exécution des
travaux d’entretien et de maintenance Branchement particulier sur
noter les passages du Technicien de réseau public (SONEB ou
maintenance dans le cahier d’entretien et AEV)
de maintenance
Technicien de Etre agrée par la commune Branchement particulier sur
maintenance Signer un contrat avec le réseau public (SONEB ou
COGECS/COGES AEV)
Faire une lettre d’engagement
Prendre part aux contrôles ou visites FPM
périodiques du comité de suivi PEA reseau d’eau autonome
Remplir la fiche d’intervention pour

20
chacune de ses interventions
Diagnostiquer les pannes
Assurer la réparation et ou le
remplacement des pièces
REHA Faire l’appui-conseil en cas de besoin en Branchement particulier sur
entretien et maintenance réseau public (SONEB ou
Proposer la liste des techniciens de AEV)
maintenance en cas de besoin FPM
Participer au suivi des travaux de PEA
maintenance
COGECS/COG Prendre part aux contrôles ou visites Tout type d’ouvrages
ES périodiques du comité de suivi d’AEPtou
Constater les pannes et autoriser en
collaboration avec le responsable de la
structure la prise en charge du coût de la
réparation
Responsable de - Faire un contrat avec le technicien de Tout type d’ouvrages
la structure maintenance - - mettre en place un d’AEPtou
sanitaire comité de suivi
-suivre les recommandations de l’artisan
réparateur ou du plombier pour les pièces
à échanger
- Provisionner des ressources pour
l’achat des pièces et le renouvellement ou
extension
- Ordonner le décaissement pour
l’approvisionnement des pièces et la
prise en charge des coûts
- payer l’artisan-réparateur selon le
barème ou le contrat établit pour
l’intervention
Usagers respecter les règles d’hygiène autour des Tout type d’ouvrages
points d’eau d’AEPtou
respecter les ordres d’arrivée
Comptable ou Décaisser les fonds pour les différents Tout type d’ouvrages

21
C/SAE entretiens et maintenance d’AEPtou
Acheter les pièces d’origine
Payer les factures d’eau (SONEB AEV)

Conclusion
La gestion et la maintenance des équipements d’eau dans les structures sanitaires s’inscrivent
dans la continuité et la permanence de la fourniture du service de l’eau aux usagers. En effet,
l’entretien des ouvrages d’eau est d’autant plus important du fait de l’environnement sanitaire
dans lequel ils se trouvent. Il contribue donc à garantir la sécurité sanitaire de l’eau dans les
structures sanitaires.

22
SOUS-MODULE  2 : MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES TOILETTES LAVE-
MAINS ET FOSSES DANS LES STRUCTURES SANITAIRES

1.1 Principaux problèmes régulièrement observés au niveau des structures sanitaires

 pratiques hygiéniques insuffisantes chez les patients et le personnel soignant;


 absence du matériel nécessaire à l’entretien des blocs sanitaires et des consommables
pour les usagers (comme le savon pour le lavage des mains), conduisant à une
mauvaise utilisation des équipements;
 absence de responsabilisation d’une personne chargée de l’entretien;
 absence de budget propre pour la maintenance des ouvrages ;
 faible implication des autorités communales dans le suivi et le contrôle de la gestion;
 manque d’intérêt de la part des responsables des structures sanitaires à la gestion et
maintenance des ouvrages.

Quelques dysfonctionnements des ouvrages et leurs causes

ouvrages Dysfonctionnements Solution envisagée


blocs de Portes dégradées ou enlevées Remplacer la porte
latrines,
Tertre dégradé Remblayer le tertre

Mûrs fissurés Réparer les mûrs

Mauvaise utilisations Sensibiliser les usagers

Mauvais entretien Responsabiliser et sensibiliser les AES,


Sensibiliser les usagers
Doter les AES du matériel d’entretien
Grillage anti mouche Remplacer le grillage anti-mouche
défectueux
Fosses pleines non vidangées Vidanger les fosses

les urinoirs,

23
les dispositifs Robinet non fonctionnel Remplacer le robinet
de lavage des
mains
Fosses à Tuyaux cassés Réparer cassé
liquide Tuyaux d’évacuation bouchés Débouchés
anatomique/
fosses Tuyaux d’évacuation cassés Remplacer
septiques
Couvercle des regards Réparer
défectueux

Rôles et responsabilités des acteurs

ACTEURS ROLES ET RESPONSABILITES TYPES


D’OUVRAGES
AES - S’assurer de la disponibilité permanente de Latrines, douches,
l’eau; dispositifs de lave-
- vérifier quotidiennement la disponibilité du mains, vidoirs
matériel de nettoyage et de lavage des mains; une
fois par jour au minimum,
- balayer et laver le sol des latrines à l’eau
savonneuse,
- désinfecter, nettoyer les murs, laver le réservoir
d’eau et le bec verseur du dispositif de lavage des
mains, etc;

AHA/THA vérifier l’intégrité du grillage anti-mouche Tous les types


- vérifier quotidiennement la disponibilité du d’ouvrages
matériel de nettoyage et de lavage des mains; une
fois par jour au minimum
vérifier régulièrement l’état de fonctionnement
de chaque ouvrage :
-solidité de la dalle ou de la toilette en céramique

24
et du niveau de remplissage des fosses ;
- propreté des trous de défécation
- état des murs du toit et des dispositifs
d’aération ;
- fonctionnement des portes et verrous
éventuels ;
- fonctionnement du dispositif de lavage des
mains (réservoir, robinet, bec verseur, etc.),
- fonctionnement de l’évacuation des eaux usées
vers le puisard, tuyauterie, etc 
Prestataires - réaliser les réparations légères et lourdes etc. Tous les ouvrages
COGECS/COG Prendre part aux contrôles ou visites périodiques Tous les ouvrages
ES du comité de suivi
Constater les pannes et autoriser en collaboration
avec le responsable de la structure la prise en
charge du coût de la réparation
Responsable de Il a la responsabilité du bon fonctionnement de la Tous les ouvrages
la structure structure sanitaire et en particulier du bon
sanitaire entretien des ouvrages publics qui se trouvent à
l'intérieur de celle-ci, ce qui est le cas du réseau
d'évacuation interne.
Usagers - balayer et laver le sol des latrines à l’eau Latrines et douches
savonneuse,
Comptable ou Il s’occupe des décaissements relatifs à la gestion Tous les ouvrages
C/SAE des déchets et à l’entretien des ouvrages
Il gère les contrats souscrits avec des sociétés
spécialisées pour

25
MODULE 3 : UTILISATION ET ENTRETIEN DES INCINERATEURS

SOUS-MODULE  1 : GENERALITE SUR LES INCINERATEURS

La gestion des déchets bio médicaux constitue une priorité pour le Benin depuis de
nombreuses années. Pour ce faire, le pays a opté pour l’incinération de ces déchets dans des
conditions favorisant la protection de l’environnement et de la santé de la population. Ainsi,
les expérimentations ont permis d’adopter de nos jours pour l’incinérateur semi électrique et
le type DeMonfort

1. Différents types d’incinérateurs utilisés dans les structures sanitaires


La technologie la plus utilisée actuellement au Bénin pour le traitement et l’élimination des
déchets biomédicaux est l’incinération par l’incinérateur de type De Montfort qui s’adapte
bien au contexte local tant sur le plan technique que financier.

Photo d’un incinérateur type8a Photo d’un incinérateur type De Montfort


amélioré Montfort

26
2. Différentes parties d’un incinérateur

Cheminée

Dalle de couverture

Poteau

Porte de chargement
Chambre de combustion

Porte de vidange et
d’entrée d’air

Fosses à cendre

La photo ci-dessus montre les différentes parties d’un incinérateur type De Montfort

3. Responsabilité de l’administration des structures sanitaires dans la maintenance


et l’utilisation des incinérateurs
Pour un bon fonctionnement de l’incinérateur de type de Montfort, l’administration des
structuresf sanitaires doit garantir l’approvisionement de carburant naturel (bois, écorces de
noix de coco, déchets agricoles sèches...), de quelques kg de déchets ménagers et de quelques
litres de pétrole par jour et fournir à l’équipe chargée du traitement des déchets les
équipements suivants :
• Brosse synthétique à manche pour les cendres
• Balai pour nettoyage
• Brosse pour nettoyage de la cheminée
• Seau pour le sable
• Gants
• Masques
• Habits de protection
• Registres avec stylos
• Balance pour déchets
• Cadenas à la porte d’entrée
Enfin, l’administration doit également responsabiliser une personne pour l’incinération
permanente des déchets.

27
4. Les étapes d’une bonne utilisation d’un incinérateur

Ouvrir la porte de chargement et la porte d’évacuation des cendres;

Nettoyer proprement l’intérieur de la chambre de combustion

Préchauffer la chambre de combustion avec un peu de bois sec


pendant environ 45 mn

Introduire les déchets biomédicaux dans la chambre de combustion


par la porte de remplissage

Mettre le feu aux déchets après les avoir correctement imbibés de


pétrole ou d'alcool par exemple et fermer la porte de chargement
lorsque le feu a bien pris

Attendre que la fumée dégagée à travers la cheminée d'évacuation


soit blanche avant de refermer la porte d’évacuation des cendres;

Laisser le processus de combustion se dérouler jusqu'à terme

Évacuer les cendres résultant de la combustion, le lendemain ou au


moins 6 heures après la mise à feu, à l'aide de la pelle racleuse et
les diriger vers la fosse à cendre.

NB  :

28
 Ne pas ouvrir la porte de chargement pendant la combustion. Cependant, en
cas d'ouverture, il est conseillé de se mettre de côté par rapport à la façade
principale pour se préserver du sursoufflage ou de l'exposition à la forte
chaleur et de l'explosion des ampoules ou bouteilles. Les résidus d'incinération
doivent être manipulés à froid, c'est-à-dire à environ 6 heures au moins après
le début de l'opération avec les gants de protection.

 Pour un bon fonctionnement, les déchets humides ne doivent pas être


introduits dans l'incinérateur.

5. Les étapes d’un bon entretien

1 Le nettoyage courant des abords de l'incinérateur;

La reprise du remblai autour de l'ouvrage pour une meilleure évacuation des eaux
2
pluviales;

Vérifier régulièrement l'état de la maçonnerie de l'ouvrage afin de détecter à temps les


3
éventuelles fissures pour les colmater;

4 Le Rajout et la mise à niveau du remblai situé entre les 2 parois de l’ouvrage;

Le nettoyage au moins une fois par semaine du support métallique pour déboucher ses
5
mailles et faciliter la ventilation pendant la combustion;

La vérification périodique de l'état de la cheminée, le raclage de sa face intérieure, au


6
besoin, son remplacement;

7 La vérification, le serrage au besoin le remplacement des câbles de tension;

La vérification de l'état de la porte de chargement, son remplacement si elle est trop


8
corrodée.

6. Quelques dysfonctionnements des ouvrages et leurs causes


ouvrages Dysfonctionnements Solution envisagée
cheminée défectueuse Faire appel au soudeur sur avis du responsable
Chambre de fissurée Faire appel au maçon
combustion

Portillon de endommagés Faire appel au soudeur


remplissage
Portillon de
vidange

29
toiture endommagée Faire appel Menuisier ou maçon
Grille endommagée Faire appel soudeur
Spigot endommagé Faire appel au soudeur

Fosse à cendre Fissurée ou effondrée Réparer ou déplacer l’incinérateur (faire appel


au maçon)
remplie Vider ou déplacer (faire appel au maçon)

7. . Mesures à prendre en cas de dysfonctionnement de la combustion


Au cas où la combustion n’est pas normale (faibles flammes, étouffement), procéder à l’une
des opérations suivantes:
- soulever légèrement le couvercle pendant quelques secondes en prenant soin
d’éloigner suffisamment le visage de l’ouverture de la chambre de combustion (risque
de dégagement de flammes, éclats de verres, etc…)
- remuer les déchets à l’aide de la tige métallique et déboucher les trous de la grille
- ajouter quelques morceaux de carton dans la chambre de combustion.
Si besoin, pour réduire l’intensité de la fumée, procéder à l’une des opérations suivantes :
- réduire l’arrivée de l’air primaire en plaçant une brique (ou un morceau de tôle, etc.)
devant l’ouverture qui se situe au niveau de la grille.
- ne pas oublier de retirer l’obstacle lorsque la combustion redevient normale
- réduire l’arrivée de l’air secondaire, en bouchant une partie ou la totalité des orifices,
à l’aide de morceaux de papier.
- ne pas oublier de déboucher les trous lorsque l’intensité des fumées redevient normale.

8. Ce qu’il ne faut pas faire:


- Effectuer d’incinération sans se munir d’une tenue appropriée de travail ;
- oublier d’effectuer l’étape de pré chauffage ;
- utiliser du bois humide ;
- utiliser de l’essence
- introduire des déchets anatomiques (parties humaines et placentas…) ou des déchets
liquides (poches de sang ou d’urine…),
- introduire des ordures ménagères,
- placer le visage en face de l’ouverture de la chambre de combustion pendant

30
incinération,
- remplir totalement la chambre de combustion,
- arrêter l’incinération avant la combustion totale des déchets.
- stocker les DBM pendant plusieurs jours avant l’incinération
Le fonctionnement de l’incinérateur doit être conforme aux Pratiques optimales, dans le but
de réduire les émissions et autres risques.

Conclusion
Le respect des règles prescrites relatives à l’utilisation de l’incinérateur garantit l’atteinte des
résultats. L’utilisateur de l’incinérateur est tenu responsable de la bonne exploitation de
l’ouvrage. A cet effet l’entretien curatif et préventif est de mise pour assurer la durabilité de
l’équipement.

31
SOUS-MODULE  2 : MAINTENANCE DE L’INCINERATEUR

Tout équipement a besoin d’entretien et de maintenance pour que sa fonctionnalité et sa


durabilité soient assurées. C’est ce qui justifie la proposition des conditions d’entretien et de
maintenance de l’incinérateur et les rôles et responsabilités des acteurs devant assurer la
fonctionnalité et la durabilité de l’ouvrage.

2.1 Les opérations courantes


Les opérations courantes d’entretien de l’incinérateur sont:
 le nettoyage courant des abords de l’incinérateur;
 la reprise du remblai autour de l’ouvrage pour une meilleure évacuation des eaux
pluviales;
 vérifier régulièrement l’état de la maçonnerie de l’ouvrage afin de détecter à temps les
éventuelles fissures pour les colmater;
 le rajout et la mise à niveau du remblai situé entre les 2 parois de l’ouvrage;
 le nettoyage au moins une fois par semaine du support métallique pour déboucher ses
mailles et faciliter la ventilation pendant la combustion;
 la vérification périodique de l’état de la cheminée, le raclage de sa face intérieure, au
besoin, son remplacement;
 la vérification, le serrage ou voire le remplacement des câbles de tension;
 la vérification de l’état de la porte de chargement, son remplacement si elle est trop
corrodée.

2.2 Nettoyage de la chambre de combustion et de la grille 


Il est indispensable de procéder, avant chaque incinération, au nettoyage de la chambre de
combustion et de la grille afin d’y retirer tous les résidus de l’incinération précédente.
- tirer la grille et la nettoyer (s’assurer que les trous ne sont pas bouchés)
- nettoyer la chambre de combustion à l’aide d’un balai (l’intérieur de cette chambre ne
doit rien contenir qui puisse empêcher le bon positionnement de la grille ou gêner le
passage de l’air primaire).
NB : les résidus après nettoyage doivent être déversés dans la fosse à résidus ou dans un
contenant approprié avant d’être acheminés vers la décharge.

32
2.3 Entretien préventif de l’incinérateur
Les opérations courantes d’entretien de l’incinérateur sont :
ACTIONS RESPONSABLE PERIODICITE
balayer les alentours de l’ouvrage agent d’entretien tous les jours
sarcler les alentours de l’ouvrage agent d’entretien dès la repousse des
herbes
reprendre le remblai autour de l’ouvrage agent d’entretien en cas de dégradation
pour une meilleure déviation des eaux
pluviales
vérifier l’état de la maçonnerie de l’ouvrage agent d’entretien une fois par mois
agent d’hygiène
rajouter et mettre à niveau le remblai situé agent d’entretien en cas de dégradation
entre les deux parois de l’ouvrage

nettoyer le support métallique pour agent d’entretien après deux opérations


déboucher ses mailles et faciliter la
ventilation pendant la combustion
vérifier périodiquement l’état de la agent d’entretien en cas de dégradation
cheminée, et racler sa face inférieure au
besoin ou son remplacement
vérifier l’état de la porte de chargement et agent d’entretien en cas de dégradation
au besoin son remplacement si elle est trop
corrodée
vérifier le serrage des câbles de tension agent d’entretien en cas de dégradation

2.4 Rôles des acteurs pour la maintenance de l’incinérateur

ACTEURS RESPONSABILITE PERIODICITE


Agent d’entretien - remplir les fiches de suivi au cours des une fois par
(manipulateur) opérations mois
- entretenir l’ouvrage
- identifier les dommages constatés sur
l’ouvrage (fissure, corrosion)
rendre compte à l’agent d’hygiène ou au
responsable du centre (cas des CSA)

33
Agent d’hygiène - inspecter l’ouvrage une fois par
- superviser l’opérateur mois
- élaborer un rapport mensuel de suivi de
l’incinération
- rendre compte à sa hiérarchie (responsable
de la structure sanitaire)
- veiller à ce que l’opérateur se mette en
tenue appropriée
- veiller au respect des bonnes pratiques de
l’utilisation de l’incinérateur
Responsable de la - apprécier les rapports de l’agent d’hygiène une fois par
structure sanitaire - ordonner au besoin la réparation de mois
l’incinérateur
- mettre en place un système efficace
d’approvisionnement de consommables
nécessaires au fonctionnement de
l’incinérateur
Technicien de zone - faire périodiquement un audit sur l’ouvrage une fois par
afin d’identifier les cas de fissures, des semestre
dommages causés et les usures de l’un ou
l’autre équipement constituant l’ouvrage
- suivre la réparation de l’ouvrage et rendre
compte à sa hiérarchie
Agent réparateur - fournir sa prestation sur la base des Au besoin
(prestataire demandes
extérieur)

Conclusion
L’incinérateur est un ouvrage indispensable pour l’amélioration de la gestion des DBM. Il
renforce l’hygiène hospitalière et la sécurité des agents. Il permet une élimination sans risque
des déchets biomédicaux. Sa bonne utilisation et son entretien doivent donc être un défi pour
tous les acteurs

34