Vous êtes sur la page 1sur 49

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/323005644

Projet de création et développement d’une unité de


production/transformation/commercialisation du Moringa oleifera Lam. sur
l’île de Sainte-Marie à Madagascar Étude de faisabilité

Thesis · February 2018

CITATIONS READS

0 13,846

1 author:

Patrice Faudot
Montpellier SupAgro
1 PUBLICATION   0 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Moringa's study View project

All content following this page was uploaded by Patrice Faudot on 08 February 2018.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


ANANAMBO

Projet de création et développement d’une unité de


production/transformation/commercialisation
du Moringa oleifera Lam.
sur l’île de Sainte-Marie
à Madagascar
Étude de faisabilité

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 1
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Diplôme : Licence professionnelle

Option : Production agricole intégrée et enjeux environnementaux

Établissement d’inscription : Montpellier SupAgro

Codirectrices de mémoire :
- Claire Marsden
- Betty Wampfler

Organisme d’accueil : Andzaha Santé


Maître de stage : Gaëtan Delpierre

Date de la soutenance :
Vendredi 08 septembre 2017

Composition du jury :
- Claire Marsden (présidente du jury)
- Betty Wampfler

Je remercie ici mes deux codirectrices de mémoire pour leur attention ainsi que Mélanie Broin
qui m’a ouvert les yeux sur la malnutrition et les aspects de biodisponibilité des nutriments…

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 2
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Sommaire
1 Introduction ................................................................................................... 6
1.1 L’entreprise .................................................................................................................. 6
1.2 Le contexte .................................................................................................................. 6
1.3 Le sujet développé ....................................................................................................... 6
2 Le moringa ..................................................................................................... 7
2.1 Famille, genre et espèces ............................................................................................. 7
2.2 Vertus affichées du moringa ........................................................................................ 8
3 Présentation de l’île Sainte-Marie ............................................................... 8
3.1 Histoire ........................................................................................................................ 8
3.2 Géographie ................................................................................................................... 8
3.3 Économie ..................................................................................................................... 8
3.3.1 Agriculture ........................................................................................................... 8
3.3.2 Pèche .................................................................................................................... 9
3.3.3 Élevage ................................................................................................................. 9
3.3.4 Secteur secondaire et tourisme ............................................................................. 9
3.1 Climat ........................................................................................................................ 10
3.2 Pluviométrie............................................................................................................... 11
3.3 Types de sols ............................................................................................................. 11
3.4 Types de végétation ................................................................................................... 12
4 Problématique ............................................................................................. 12
4.1 Problématique générale ............................................................................................. 12
5 Méthodologie ............................................................................................... 12
5.1 Démarche suivie pour répondre aux objectifs de faisabilité d’implantation du
moringa à Sainte-Marie ........................................................................................................ 12
5.2 Méthodes et outils utilisés ......................................................................................... 13
5.2.1 Adéquation entre conditions pédoclimatiques et exigences du moringa ........... 13
6 Agronomie .................................................................................................... 13
6.1 Conditions pédoclimatiques à Sainte-Marie et conditions acceptables et optimales de
culture du moringa ................................................................................................................ 13
6.2 Pluviométrie comparée .............................................................................................. 13
6.3 Les sols ...................................................................................................................... 14
7 Implantation des cultures à Sainte-Marie ................................................ 15
7.1 Terrains ...................................................................................................................... 15
7.2 Préparation du sol ...................................................................................................... 16
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 3
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

7.3 Semences pour feuilles et graines .............................................................................. 16


7.4 Densité de semis pour la production de feuilles ........................................................ 17
7.5 Densité de semis pour la production de graines ........................................................ 18
7.6 Fertilisation ................................................................................................................ 18
7.7 Croissance, taille et surveillance des cultures ........................................................... 19
7.8 Récoltes ..................................................................................................................... 20
7.8.1 Récolte des feuilles et process observé jusqu’au broyage et au conditionnement
............................................................................................................................ 20
7.8.1 Effeuillage .......................................................................................................... 22
7.8.2 Lavage ................................................................................................................ 23
7.8.1 Égouttage ............................................................................................................ 23
7.8.1 Séchage mécanique ............................................................................................ 23
7.8.1 Broyage .............................................................................................................. 25
7.8.1 Tamisage ............................................................................................................ 26
7.8.2 Séchage de la poudre de feuilles ........................................................................ 26
7.9 Conditionnement ....................................................................................................... 27
7.9.1 Feuilles ............................................................................................................... 27
7.10 Étiquetage .................................................................................................................. 27
7.10.1 Feuilles ............................................................................................................... 27
7.11 Récoltes des graines................................................................................................... 27
7.11.1 Collecte des graines ............................................................................................ 28
7.11.2 Transformation des graines ................................................................................ 28
8 Export ........................................................................................................... 28
8.1 Feuilles....................................................................................................................... 28
8.1.1 Constats et conclusions ...................................................................................... 32
8.1.2 Recommandations .............................................................................................. 32
9 Limites financières, juridiques, socio-anthropologiques,
environnementales et éthiques du projet ........................................................ 33
9.1 Limites financières .................................................................................................... 33
9.2 Limites juridiques ...................................................................................................... 33
9.2.1 Évolution du droit foncier depuis l’indépendance ............................................. 33
9.2.2 Droits du travail et règles sanitaires ................................................................... 33
9.2.3 Le droit commercial et les douanes .................................................................... 33
9.3 Limites Socio-anthropologiques ................................................................................ 34
9.3.1 Niveau d’instruction des populations locales et « indolence » .......................... 34
9.4 Limites environnementales ........................................................................................ 34
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 4
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

9.4.1 Sur l’île de Sainte-Marie .................................................................................... 35


9.4.2 Pour l’export ....................................................................................................... 36
9.5 Limites éthiques ......................................................................................................... 37
9.5.1 Santé et nutrition ................................................................................................ 37
10 Analyse critique et discussion .................................................................... 40
10.1 Agronomie ................................................................................................................. 40
10.1.1 Production .......................................................................................................... 40
10.1.2 Transformation ................................................................................................... 40
10.1.3 Commercialisation ............................................................................................. 41
10.2 Démarche ISO 26 000 et RSE ................................................................................... 41
11 Conclusion générale .................................................................................... 42
12 Bibliographie ............................................................................................... 44
13 Annexes ........................................................................................................ 46
13.1 Carte de reconnaissance des sols de l’île de Sainte-Marie ........................................ 46
13.2 Lettre de mission ....................................................................................................... 47
Le résumé ........................................................................................................... 48

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 5
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

1 Introduction

1.1 L’entreprise
Andzaha Santé est une association à but non lucratif, créée en 2008, reconnue d'intérêt général
par les gouvernements français et malgache, qui s'est donné pour mission d'aider le ministère
de la santé malgache à lutter contre la mortalité maternelle et infantile en ouvrant dans les
régions les plus reculées de Madagascar des Pôles de Santé Solidaires (PSS) centrés sur les
soins à la Mère et à l'Enfant1. L’association vit essentiellement de dons effectués par des
entreprises ou des particuliers2.

1.2 Le contexte
Un premier Pôle de Santé Solidaire a ouvert en 2013 sur l’ile Sainte-Marie au nord-est de
Madagascar. Il est venu renforcer les quelques structures sanitaires déjà en place afin
d’apporter des soins aux 27.000 habitants de l'ile. Dans un premier temps, ce Pôle a été centré
sur les soins à la Mère et à l’enfant mais a visé ensuite à traiter toutes les pathologies.
L’association, après avoir abandonné l’idée initiale d’adosser le développement de ce premier
Pôle de Santé Solidaire à un écolodge fourni par des agriculteurs locaux, envisage désormais
de développer des projets économiques à Sainte-Marie pour compléter le financement du PSS.
Elle souhaite, pour ce faire, accompagner le montage d’une première coopérative agricole,
sociale et solidaire qui assurera la production, la transformation et le conditionnement des
feuilles et graines de l’arbre Moringa oleifera (ananambo en malgache).
Le stage visait à mesurer la faisabilité de l’implantation d’un verger de moringa et la mise en
place d’une unité de production, transformation, conditionnement de poudre de feuilles
séchées et d’huile de moringa sur l’île de Sainte-Marie, en vue de leur commercialisation,
notamment à l’export, dans le but de financer le développement du Centre de soins.

1.3 Le sujet développé


Après la phase de préparation d’un voyage à Madagascar, la lecture de nombreux documents
fourni par l’association et une recherche documentaire sur Internet, il s’est agi, lors du stage
de deux mois en avril/mai, de visiter des exploitations existantes de moringa et de spiruline
(conditions de séchage similaires au moringa) sur la Grande Île et de considérer plusieurs
terrains potentiels pour la mise en œuvre du projet à Sainte-Marie.
Deux exploitations de moringa ont été visitées à Tuléar et à Tananarive et trois exploitations
de spiruline à Antsirabe, à Tananarive et à Sainte-Marie, ces dernières visites étant jugées
intéressantes par l’association, la méthode de transformation de la spiruline se rapprochant de
celle du moringa. De plus, un partenariat avec un fabricant de spiruline disposant d’un terrain
à Sainte-Marie était envisagé.
Il s’agissait donc d’effectuer une étude de faisabilité de production, transformation,
commercialisation de poudre de feuille et d’huile de moringa dans une perspective d’export
en Europe et de mesurer ces actions à l’aune de la durabilité envisagée des points de vue
agronomiques, socio-anthropologiques, environnementaux et éthique.

1
https://www.facebook.com/pg/andzaha/about/?ref=page_internal
2
Conformément aux articles 200-1.b et 238 bis-1.a du code général des impôts, les dons à l’association Andzaha
Santé, reconnue d'intérêt général, ouvrent droit à une réduction d’impôts sur le revenu égale à 66% des sommes
versées, retenue dans la limite de 20% du revenu imposable.
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 6
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Après avoir présenté l’association et le contexte dans lequel s’est déroulée l’étude, nous avons
dévoilé rapidement le moringa et ses vertus estimées pour arriver à la présentation de l’île de
Sainte-Marie et des conditions pédoclimatiques qui lui sont propres.
Nous avons mis ensuite en parallèle les exigences et conditions optimales de développement
du moringa avec le contexte de culture à Sainte-Marie. Nous avons abordé, pour suivre, la
manière dont le moringa est cultivé dans le Sud de la Grande Île en relatant notre expérience
de récolte et de transformation des feuilles en poudre et avons approché une possibilité de
transformer les graines en huile avec le CTHT de Tamatave, en vue de l’export de ces deux
produits.
Nous avons enfin appréhendé cette ambition d’un point de vue critique pour la mesurer à
différents critères de durabilité et notamment à celui des qualités nutritionnelles du moringa et
plus généralement des végétaux, considérés comme « superaliments », pour déboucher sur la
question plus générale du bienfondé de certains programmes alimentaires actuels…

2 Le moringa

2.1 Famille, genre et espèces


Le genre Moringa est monogénérique (famille des Moringaceae) et compte quatorze espèces
connues dont les origines géographiques se répartissent sur la côte ouest et le Nord de l’Océan
indien. Pour sa part, Madagascar compte trois espèces de Moringa dont le Moringa oleifera
qui est une espèce d’origine indienne, cultivée, introduite au début du 20e siècle, et deux
espèces endémiques dont le Moringa drouhardii3 et le Moringa hildebrandtii
(Andrianatenaina B., 2013).
Dans ce mémoire, nous n’avons retenu que l’espèce Moringa oleifera Lam., la plus reconnue
et la plus cultivée dans le monde, et quand nous parlerons du moringa dans la suite du texte, il
faudra entendre qu’il s’agit de cette espèce.

Fig. 1

3
Seule espèce retrouvée à l’état sauvage aujourd’hui, d’après Lucile Allorge, Plantes de Madagascar, éd.
Museo, avril 2017
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 7
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Fig. 2 : les fleurs


Les fleurs sont de couleur blanche ou crème et présentent parfois des taches rouges. Elles sont
généralement abondantes et dégagent une odeur agréable (Bidima I. M., 2012).

2.2 Vertus affichées du moringa


De nombreuses publications font état des propriétés du moringa : une recherche en août 2017
avec le mot clé « moringa » dans Pubmed4-Medline extrait 1224 articles. La plupart de
ces articles attribuent à cette espèce de multiples propriétés : médicinales, nutritionnelles,
cosmétiques, de purification de l’eau, comme hormones de croissance, …

3 Présentation de l’île Sainte-Marie

3.1 Histoire
Au début du XVIe siècle, des navigateurs portugais découvrirent l'île et nommèrent l'endroit
« Santa-Maria ». L'île est occupée par des ressortissants français dès 1750 et elle est devenue
française vers 1820-1822, soit quelques dizaines d’années avant Madagascar, devenue colonie
en 1896. Elle fait alors partie du Gouvernement de Mayotte et n'est rattachée à la grande île de
Madagascar qu'à la fin du siècle.

3.2 Géographie
Sainte Marie (ou Nosy Boraha en malgache) se trouve à 16°51’ de latitude Sud et à 49°54’
Est. En terme de fuseau horaire, l’île se positionne à plus 3 heures du Greenwich Meridian
Time (+3 GMT).
Sainte Marie se situe à 8 km au large de la Côte Est de Madagascar, dans la région
d’Analanjirofo. De forme très allongée, l’île mesure 58 km de long et entre 1 à 5 km de large,
avec une orientation sud-ouest/nord-est. Le point culminant est à une altitude de 114 m.

3.3 Économie

3.3.1 Agriculture
L’agriculture reste la principale activité économique. Cette activité est pratiquée par plus de
80 % de la population de l’île (CREAM, 2013). La riziculture irriguée constitue la culture
céréalière et vivrière dominante de l’île, mais la production en est insuffisante pour assurer les
besoins alimentaires de la population. Si en principe, le riz est l’aliment de base des

4
PubMed est développé depuis 1988 par le National Center for Biotechnology Information (NCBI) à la National
Library of Medicine (NLM) des États Unis. Il permet l’interrogation simultanée de nombreuses bases de données
à travers un moteur unique " New Global NCBI Search Engine" (livres, bases génomiques, nucléotides,
protéines....) [source Inserm].
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 8
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Malgaches, à Sainte-Marie cette céréale devient un aliment complémentaire au manioc, à la


patate douce, à la banane verte et au fruit à pain (Penot et al., 2011).

Fig. 3 : les cultures vivrières

La diversification de cultures de rente telles que le litchi, la vanille, le café et surtout le girofle
se développe également. Ces cultures sont destinées à l’exportation et sont génératrices de
revenu pour les ménages.

3.3.2 Pèche
80 % de la population Sainte-Marie vivrait de la pêche5.

3.3.3 Élevage
À Sainte-Marie, l’élevage reste comme dans plusieurs régions de Madagascar, une activité
complémentaire à l’agriculture. C’est une épargne dont les contraintes sont : les risques de
maladies ; l’insuffisance et le coût élevé du fourrage ; l’inexistence de techniciens ; le coût
des vaccins et la dégénérescence du cheptel6. Les bœufs, dont le nombre7 a augmenté de 11 %
entre 2012 et 2013 (Monographie, District Sainte-Marie, 2014) sont utilisés pour l’agriculture
et les rites traditionnels. L’élevage de petits animaux sert d’épargne de précaution.

3.3.4 Secteur secondaire et tourisme


Les activités du secteur secondaire sont peu existantes. L’île ne recense que quelques
entreprises de transformation de produits primaires, quelques ateliers de menuiserie et
quelques entreprises de confections de vêtement (CREAM, 2013). C’est surtout le secteur
tertiaire à travers le développement du tourisme (balnéaire et écotourisme) qui devient une
source de revenu importante de l’île. En effet, si Sainte-Marie était déjà depuis les années
1950 une destination touristique (Cabanne et al., 1999, depuis 2000, avec la « Grande fête de
la baleine » célébrée dans l’île chaque année depuis 2001, elle attire de plus en plus de
visiteurs.
Les touristes qui visitent l’île Sainte-Marie sont pour 50 % d’entre eux des Français de
métropole, 40 % de Réunionnais, 2 % d’Italiens, 2 % de Chinois et de Sud-Africains
(Ministère du Tourisme de Madagascar, 2013). La clientèle type est caractérisée en premier
lieu par des personnes d’âge actif, compris entre 30 ans à 60 ans (Ministère du Tourisme de
Madagascar, 2013) […] En termes de capacité d’accueil, l’île Sainte-Marie dispose en tout de
1 000 lits sur 70 hôtels répertoriés par l’Office du Tourisme de Sainte-Marie (2014). Cette
capacité est remplie à 70 % en haute saison, c’est-à-dire de mi-juillet à fin octobre. Cette
période correspond à la saison de migration des baleines à bosse8.

5
http://commissionoceanindien.org/fileadmin/resources/gdzcoi/etudes_et_rapports/5._Rapport_de_mission_preli
minaire_a_Madagascar.pdf
6
Ibidem
7
900 bovins en 2007 (Tableau de bord, région Analanjirofo, 2008, p. 118)
8
Rapport_de_mission_preliminaire_a_Madagascar.pdf
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 9
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Les deux secteurs principaux, agriculture et tourisme, ne se côtoient que très peu, surtout pour
la population du Nord de l’île (Penot et al., 2011). Seule une frange de la population locale
profite directement des activités liées au développement du tourisme (Kotoson, 2014).
La dernière crise politique (2009-2013), consécutive à l’éviction de l’ancien Président
Ravalomanana, a eu un impact très négatif sur l’économie et sur le tourisme.

3.1 Climat
Comme dans toute région tropicale, les divisions climatiques à Madagascar sont basées sur le
régime des pluies. L’île de Sainte-Marie, comme toute la bordure littorale orientale de la
Grande Île sur plus de 1 200 km du Nord au Sud et sur 50 à 100 km de large fait partie d’une
région climatique humide, sans saison sèche9 (fig. 1). Le climat y est subéquatorial, c'est-à-
dire chaud, humide avec des précipitations abondantes, une température moyenne de 25 °C et une
hygrométrie de 60 % le jour et jusqu’à 95 % la nuit (M. Borget, 1991).

10
Fig. 4

9
Les climats de Madagascar [article] F. Joly in L'information géographique Année 1941 Volume 5 Numéro 4
(pp. 76-80)
10
http://www.chauffeur-guide-madagascar-lga.com/article-climat-et-saisons-a-madagascar-114662158.html
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 10
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

3.2 Pluviométrie
Même quand il ne pleut pas, l'air est humide et voisin du point de saturation. L’humidité
relative reste presque toujours au-dessus de 80 %11. La température, légèrement atténuée par
cette humidité, reste forte, mais les écarts sont particulièrement faibles (moins de 5 °C).
Les données pluviométriques choisies sont effectuées à la station météorologique de
l’aérodrome de Sainte-Marie. Elles sont répertoriées depuis l’année 2000 et couvrent toutes
les années sauf l’année 2013 où les données sont absentes. Le total des pluies est conséquent
avec plus de 2600 mm en moyenne par an à Sainte-Marie durant ces quinze dernières
années12, l’un des plus élevée de Madagascar, avec des pics, comme en 2003, pouvant
atteindre 3600 mm, ce qui constituait la moyenne dans les décennies précédentes 13, pour 267
jours de pluie avec des maximales par 24 h dépassant les 120 mm et pouvant monter jusqu’à
563,9 mm (Fig. 5).

Fig. 5

Cette côte est constamment au vent de l'alizé avec des condensations importantes et
constantes dues au relief, très haut et tout proche14. Tous les ans l’île est frappée par des
cyclones avec des pluies très fortes, des vents violents et d’occasionnels raz de marée
(Vieillefon15, 1961). Les cyclones de 1956, 1986 (Honorine), 1988 (Calbert) et 2008 (Ivan)
ont ravagés vergers et cultures et peuvent s’abattre aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest de l’île.

3.3 Types de sols


Les sols de Madagascar sont bien documentés grâce aux travaux de plusieurs géologues
français depuis 1926 et à ceux de l’ORSTOM, pour la pédologie, depuis 1946, puis de la
recherche agronomique de Madagascar et de l’IRD à partir de 199816.
Les sols de Sainte-Marie ont également été répertoriés (J. Vieillefon 1961). Les sols de l’île
sont caractérisés et des conseils de plantations par types de sols sont fournis. En fin de
document se trouve une très précise « carte pédologique de reconnaissance des sols de Sainte-
Marie » que nous reproduisons en annexe 1.
Outre dans cette Notice, que nous reprendrons dans la troisième partie, plusieurs documents
font état de sols très pauvres, acides (pH 5) et sableux, mentionnent des « concentrations
ferriques dans les eaux d’irrigation », une « capacité d’échange en cation faible » avec un sol
« très pauvre en matière organique » et qui « ne retient pas suffisamment les éléments
minéraux indispensables aux végétaux » (Penot et al., 2010).

11
Voir, pour plus de détails : Tableau de bord environnemental, Région Analanjirofo, Ministère de
l’environnement, des eaux et forêts et du tourisme, Office national pour l’environnement, 2008 (p. 162).
12
http://www.infoclimat.fr/climatologie/globale/sainte-marie-aerodrome/67072.html
13
Tableau de bord environnemental, Région Analanjirofo, 2008
14
Voir Les climats de Madagascar, F. Joly, in « L'information géographique, volume 5, n° 4, 1941. pp. 76-80 »
15
Notice sur la carte de reconnaissance au l/50000e des sols de L'ile Sainte-Marie
16
Voir notamment Géographie des sols malgaches, Essai synthétique par J. Hervieu, 1967 et « Parcours de
recherche à Madagascar: L’IRD-Orstom et ses partenaires », dir. Christian Feller et Frédéric Sandron, IRD
Éditions, année d’édition 2010, date de mise en ligne 2013.
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 11
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Il est à noter que les sols acides, inférieurs au pH 5,5 présentent des risques de toxicité
aluminique : risque majeur lié à l’acidité dans les sols agricoles sur lequel nous reviendrons
aussi en troisième partie17.

3.4 Types de végétation


Se reporter à l’article très complet de la Notice (J. Vieillefon, 1961, p. 9). Par ailleurs, nous
retiendrons le paragraphe d’introduction qui dit ceci : « L'unité de climat n'engendre pas de
différence de végétation, si ce n'est une humidité plus grande à l'Ouest qu'à l'Est, avec plus de
pluies orageuses. Les vents sont également plus violents à l'Est. Mais ce sont surtout les sols
et leurs degrés d'érosion qui marquent la végétation ».

4 Problématique

4.1 Problématique générale


Il s’agissait de confirmer un certain nombre d’hypothèses de production, transformation,
conditionnement des feuilles et graines de moringa produites par un administrateur de
l’association Andzaha Santé, en vue d’implanter un verger sur l’île de Sainte-Marie à
Madagascar, pour en vendre les différents produits à l’export. Ces hypothèses étaient
formalisées dans quatre documents ayant trait 1) à la mise en production d’un ou plusieurs
terrains sur place, 2) à la transformation et au conditionnement des feuilles en poudre, 3) à la
transformation des graines et au conditionnement de l’huile issue de ces graines et 4) à des
prévisions économiques et financières, en cours d’élaboration.
Ces documents étaient complétés par une compilation de nombreux articles et publications
collectés sur Internet, dont certaines présentées comme « documents de référence » (voir
bibliographie).
Aux fins de valider les hypothèses émises, l’association m’a dépêché deux mois à Madagascar
pour mon dernier stage en avril-mai, pourvu d’une lettre de mission reproduite en annexe. Le
premier mois, sur la Grande Île, j’ai visité plusieurs fermes de moringa et de spiruline et le
second mois, j’ai procédé à des visites de terrains à Sainte-Marie.
Au-delà des réponses attendues à la lettre de mission et aux nombreuses informations
fournies, il s’est agi, dans le cadre académique exigé par le mémoire de Licence, de mesurer
la faisabilité d’un projet agricole mesuré à l’aune de la durabilité, celle-ci envisagée sous les
angles agronomiques, juridiques, socio-anthropologiques, environnementaux et nutritionnels.

5 Méthodologie

5.1 Démarche suivie pour répondre aux objectifs de faisabilité d’implantation


du moringa à Sainte-Marie
Cela s’est traduit - à partir de rencontres de producteurs et des visites de fermes de spiruline et
de moringa évoqués plus haut, d’entrevues avec des fabricants de machines-outils effectuées
sur la Grande Île durant mon stage et de visites de terrains qui ont eu lieu à Sainte-Marie -, par
la lecture de documents scientifiques, par des interviews d’experts et par des échanges avec
mes codirectrices de mémoire, de manière à élargir le cadre imposé.

17
Voir La toxicité aluminique : risque majeur lié à l’acidité dans les sols agricoles, de A Bouthier et P.Castillon,
ITCF
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 12
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

5.2 Méthodes et outils utilisés

5.2.1 Adéquation entre conditions pédoclimatiques et exigences du moringa


Nous comparerons dans un tableau synthétique (Fig. 6) les conditions pédoclimatiques
existantes à Sainte-Marie avec les conditions acceptables et optimales du développement du
moringa sur l’île. Nous analyserons ensuite les atouts et inconvénients pour un développement
productif de la masse foliaire du moringa ainsi que pour la production de graines. Nous
discuterons ensuite des questions de durabilité.

6 Agronomie

6.1 Conditions pédoclimatiques à Sainte-Marie et conditions acceptables et


optimales de culture du moringa
Adéquation
Paramètre de
Conditions Conditions avec les
l’environnement Références
acceptables optimales conditions de
à Sainte-Marie
Sainte-Marie
Subéquatorial ou Tropical avec
Tropical ou aride Saint-Sauveur A.
Climat perhumide, sans irrigation en Plutôt Mauvaise
avec irrigations
saison sèche saison sèche
Saint-Sauveur A
Altitude 0 à 114 m 0 à 2000 m 100 à 700 m Bonne
Rasoarahona J.

Température
moyenne 25 °C à 32 °C 8 °C à 45 °C 22 °C à 25 °C Saint-Sauveur A Plutôt bonne
annuelle
Saint-Sauveur A
Entre 100 et 2000 Entre 700 à 900 Mauvaise voire
Pluviométrie < 2600 mm
mm mm Rasoarahona J. critique

Limoneux, Sols rouges Saint-Sauveur A


Sols ferrallitiques,
Types de sols sableux ou sablo- argilo-sableux Plutôt mauvaise
pauvres Rasoarahona J.
limoneux bien drainés
pH du sol ≥ pH 518 pH entre 5 à 9 pH 7 Rasoarahona J. Mauvaise
Fig. 6

6.2 Pluviométrie comparée


Dans le tableau de la fig. 6, nous constatons rapidement que le moringa ne trouvera pas à
Sainte-Marie les meilleures conditions de croissance et de développement. En effet, dans tous
les documents consultés, le moringa est présenté avant tout comme un arbre résistant à la
sécheresse. L’île de Sainte-Marie fait partie d’une région climatique humide, sans saison
sèche. Les publications les plus optimistes lui font tolérer jusqu’à 2000 mm de précipitations
par an, dès lors qu’il se trouve dans un sol bien drainé, car il ne supporte pas d’avoir ses
racines dans l’eau. Dès lors qu’il pleut plus de 2600 mm par an, les conditions de croissance,
voire de survie de l’arbre sont compromises.
Par ailleurs, le moringa demande beaucoup de luminosité et de soleil. Nous ne disposons que
des conditions d’ensoleillement sur l’île relevés entre 1961 et 1990 (Fig. 7) mais nous savons
qu’il y pleut souvent, soit au moins 267 jours par an19, soit plus de deux jours sur trois. Il est
vrai que ces pluies peuvent être des pluies très fines et de courte durée et qu’elles peuvent se

18
A vérifier par une analyse de sols
19
Tableau de bord environnemental, Région Analanjirofo, 2008
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 13
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

manifester principalement la nuit, mais ce n’est pas le cas tout au long de l’année. Nous
reviendrons donc sur ces considérations plus loin.

Fig. 7
Si nous nous en référons à la fig. 7 ci-dessus (Tableau de bord environnement, Analanjirofo,
2008), l’île de Sainte-Marie dispose de 2 443 heures d’ensoleillement par an, soit moins de
sept heures par jour pour onze à treize heures de longueur de journée (levers du soleil entre
04h48 et 06h11 et couchers entre 17h12 et 18h18)20. Le soleil est donc apparent un peu plus
de la moitié du temps, ce qui influe forcément sur une plante réputée aimer le soleil.

6.3 Les sols


Un autre facteur sera également à considérer pour l’implantation de cette culture sur l’île, qui
est la composition du sol et ses qualités physico-chimiques. Nous avons affaire à Sainte-Marie
à des sols essentiellement ferrallitiques21, acides et généralement pauvres22, avec un pH qui
peut être inférieur à 5 (J. Viellefond, 1961), soit à la limite de ce que supporte usuellement le
moringa.
Sur la Carte pédologique de reconnaissance des sols de l'île Sainte Marie (de laquelle est
extraite la fig. 9), par comparaison avec la localisation sur Google Earth fournie par
l’association commanditaire (fig. 8), nous pouvons observer que le terrain, appartenant au
président d’Andzaha Santé, situé sur la zone Anjahana, mis à la même échelle, est caractérisé
comme sol ferrallitique et plus précisément comme un « Sol jaune ou rouge sur migmatites ».

Fig. 8 Google Maps Fig. 9 Notice

Légende de la fig. 9

L’auteur de la Notice23, concernant cette carte de reconnaissance, indique notamment au


chapitre « Sol jaune ou rouge sur migmatites granitoïdes », p. 14 : « La capacité d'échange est
moyenne et faiblement saturée, avec un pH inférieur à 5. Le complexe est pauvre en tous

20
http://www.sunrise-and-sunset.com/fr/sun/madagascar/ambodifotatra/2017
21
Définition et classification des sols ferrallitiques de Madagascar, de J. Riquier
22
Études des systèmes forestiers et agroforestiers et stratégies paysannes associées dans l’Ile Sainte Marie sur
la côte Est de Madagascar, 2010, rapport provisoire, Penot, Balet, Danthu, Vololonirina
23
Notice sur la carte de reconnaissance au l/so.oooe des sols de L'ile Sainte-Marie par J. Vieillefon, 1961
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 14
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

éléments, particulièrement en potasse et chaux ». Sur cette même carte, les traits verticaux
font état d’un sol d’érosion et précisent « sols jeunes ou rajeunis24 ».
Au vu de ces éléments, il conviendra de pratiquer une analyse de sol pour s’assurer de son pH,
pour plusieurs raisons. Si effectivement le pH du sol est inférieur à 5, nous nous trouverons-là
en dessous du pH minimum toléré par le moringa qui préfère des sols neutres ou peu acides
avec un pH compris entre 5 et 9, mais plutôt 7.
D’autre part, il conviendra de vérifier la teneur des manques en minéraux (potasse et chaux)
ou les excès en aluminium échangeable. Ces différents élément risqueront de limiter la
croissance des plantes et augmentera d’autant le besoin en engrais et en chaux qui seront à
considérer dans le budget final.
Il serait également à prendre en compte les problèmes de déforestation et d’érosion, en
fonction des terrains pressentis. En effet, l'érosion est un des grands problèmes
environnementaux malgaches.
Enfin, D. Rosa25 (T. Malo, 2014) écrit en parlant du moringa : « son bois tendre et mou ne lui
permet pas de résister aux vents agressifs ». Ce point constitue un nouveau paramètre de
vigilance à considérer dans le cadre d’une culture intensive, étant donné la fréquence des
cyclones à Sainte-Marie.

7 Implantation des cultures à Sainte-Marie

7.1 Terrains
Nous avons lu, dans la Notice que de nombreux sols de l'île sont peu fertiles ou très érodés,
migmatites ou granite, quaternaire, sables podzoliques. Même s’il existe des sols fertiles, ils
ne couvrent que de petites superficies, amphibolites, diabases, colluvions de l'Ouest, sables
coquilliers et coralliens (J. Vieillefon, 1961).
Nous ne reviendrons pas, ici, sur les différents terrains visités au cours du séjour à Sainte-
Marie. Il conviendra d’effectuer un rapprochement avec la Notice pour avoir une première
idée du potentiel du sol, puis de le faire analyser en laboratoire, de manière à obtenir des
données précises grâce auxquelles prendre les mesures adéquates de rééquilibrage de ses
composants.
Par ailleurs, étant donné les difficultés rencontrées à Madagascar en matière de droit foncier,
il n’apparaît pas sans risques de faire défricher et d’exploiter quelque terrain que ce soit, sans
concertation préalable avec les occupants , ainsi qu’avec toutes les parties prenantes et, in
fine, sans y édifier une clôture qui empêche les animaux de venir manger les tiges et feuilles
de moringa, très appétantes pour eux.
Dans tous les cas, nous nous trouverons confronter à des questions plus ou moins complexes
de droits de propriété (avec ou sans titres et bornages) que nous ne pourrons pas esquiver sans
prendre le risque de nous trouver dans l’illégalité et auxquels nous devrons prêter une
attention particulière.
Il s’agira également de tenir compte des droits dits « coutumiers » des personnes qui exercent
des activités depuis plus ou moins longtemps sur ces terrains et qui peuvent revendiquer la
propriété des terres occupées. Cette revendication peut s’exercer au titre de la « prescription
acquisitive ». La prescription acquisitive est le fait d'acquérir juridiquement un droit réel que
l'on exerce sans en posséder de titre, après l'écoulement d'un certain délai, dit de prescription,
pendant lequel toute personne peut le contester ou le revendiquer en justice. Ce droit peut être

24
Pour davantage d’informations, voir : Les sols ferrallitiques à Madagascar, par F. Bourgeat et G. Aubert
25
Rosa D., 1993, Moringa oleifera : un arbre parfait pour les jardins à la maison. Forest service, Dept. Of
Agriculture, U. S. A. Cité le 12/11/2003 sur www.winrock.org.
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 15
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

mobilier (par exemple une marque, un objet) ou immobilier (par exemple la propriété d'un
immeuble ou d'un droit de passage).
Le droit malgache étant dérivé du droit français, il conviendra de suivre l’évolution de la
question avec un juriste compétent, dès lors que nous aurons fait le choix d’un terrain où
implanter les cultures.

7.2 Préparation du sol


Dans le but de faciliter l'enracinement et favoriser le développement et la croissance de la
plante, il est important de défricher et nettoyer le terrain si nécessaire. Ensuite, effectuer un
labour et hersage de 30 cm de profondeur si la densité de plantation est forte, si non, des trous
de 30 à 50 cm de profondeur et 20 à 40 cm de largeur sont creusés et remplis de fumier avant
le semis ou la transplantation (De Saint Sauveur et Broin, 2010).
L’association, dans tous les cas, sera confrontée à une double équation de manière à répondre
à la forte pluviométrie : trouver un terrain suffisamment drainant, pour éviter le pourrissement
des racines et qui ne soit pas trop fortement pentu, pour éviter le phénomène d’érosion. Cette
équation sera d’autant plus à prendre en considération que la densité de semi ou de plantation
sera serrée, avec de forts risques d’érosion liés au retournement du sol et à sa mise à nu. Avec
des risques que les semences soient emportées avec le sol en cas de fortes pluies après les
semis, puisque celles-ci doivent être semées à 1 ou 2 cm de profondeur, selon les auteurs. Les
données météorologiques seront donc à surveiller étroitement pour essayer de prévenir ce
genre de risques.

7.3 Semences pour feuilles et graines


La principale contrainte de production de Moringa est liée à sa grande diversité génétique. Le
Moringa est en effet un arbre à pollinisation croisée, ce qui entraîne une très forte
hétérogénéité de formes et de rendements à l'intérieur de chaque espèce (De Saint Sauveur,
2001). En Tanzanie et au Nicaragua, l'hétérogénéité occasionne des coûts élevés car certains
arbres doivent être arrachés et d'autres sont éliminés par la compétition naturelle des plants
plus vigoureux (De Saint Sauveur, 2001). La solution à la contrainte engendrée par la grande
variabilité des rendements et de ses composantes consiste donc à maintenir une variété
génétiquement pure (Rajangam et al., 2001). La variété Periyakulam 1 (PKM-I) créée par les
chercheurs de l'École horticole et de l'Institut de Recherche de l'Université Agricole de Tamil
Nadu à Periyakulam (Inde du Sud) est une variété améliorée, caractérisée par une importante
production de biomasse et de gousses et faisant l'objet de vulgarisation par le Centre Sahélien
de l'ICRISAT à Niamey. Elle a été obtenue par une sélection de lignées pures. Elle se
reproduit par voie sexuée et se caractérise par un port nain moyen. Ses gousses ont une
longueur comprise entre 60-70 cm, une circonférence de 6,3 cm avec un poids moyen de
120 g. Chaque arbre peut porter environs 220-250 fruits et le rendement gousses est estimé
entre 50-54 tonnes par hectare. Enfin, c'est une variété qui est peu sensible aux parasites
comme aux maladies el s'accommode de différents types de sol en plaine tropicale (Rajangarn
et al., 2001) 26.
Il serait intéressant d’effectuer une recherche plus poussée pour évaluer la pertinence, à la fois
agronomique et économique, dans l’utilisation de ce type de semences à Sainte-Marie, sur la
durée, voire d’opérer des croisements avec des plantes locales de moringa.

26
Effet de la fertilisation sur la croissance et la production de Moringa oleifera local et Moringa oleifera PKM-l
dans la Région des Cascades (Burkina Faso), T. Malo, 2014
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 16
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

7.4 Densité de semis pour la production de feuilles


Plus le moringa est mené en culture intensive censée être optimale pour récolter la masse
foliaire, plus la mortalité est grande au fil du temps, faute de luminosité et de facteurs de
croissance.
Seules quelques publications font mention d’essais de densité, la première étant celle de N.
Foidl et al27, prenant en compte un certain nombre de facteurs ayant une incidence sur les
résultats d’ensemble, comme le coût des semences, la perte de plants lors des premières
coupes, ou le coût de la préparation du sol. Dans un sol sableux, fertile et bien drainé, la
densité préconisée pour enregistrer la récolte la plus importante de masse foliaire est de
10 cm x 10 cm, soit 1 million de plants à l’hectare, à raison de 9 coupes par an.
Il est à noter que N. Foidl ne donnent pas de précisions de localisation de l’expérimentation et
se borne à des indications partielles des conditions d’essais.
Nous citerons également l’article : Effet de l’écartement et la fréquence des récoltes sur la
croissance et le rendement en feuilles de Moringa oleifera Lam (Amaglo et al., 2006), qui
s’intéresse à « déterminer l’espacement optimal, les effets de l’espacement sur les
rendements, et la fréquence de récolte appropriée pour maintenir une production de feuille sur
plusieurs années ».
Cette étude a été menée en respectant le protocole scientifique, d’après les informations
données concernant les conditions de sa réalisation. Les combinaisons de traitement ont été
celles-ci :

Fig. 10 Combinaisons de traitements


Avec les résultats suivants :

Fig. 11 Fig. 12
Nous retiendrons que, dans la zone de forêt semi-décidue du Ghana où été menée
l’expérimentation, après avoir pris en compte « la perte de plants après les coupes successives
et la facilité de travail dans les champs, la densité optimale dans un sol sableux, bien drainé et

27
Étude reprise dans l’article La culture intensive du Moringa Oleifera au Nord du Sénégal, Document réalisé
par Caroline Olivier, Ing.F. M.Sc, CWS, Bureau régional d'Afrique de l'Ouest, qui mentionne que les essais de
N. Foidl ont eu lieu au Nicaragua, sans plus de précision.
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 17
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

fertile fut déterminée à 1.33 million de plants par hectare avec un espacement de 5 x 15 cm »
et « qu’après la première récolte à 60 jours après le semi, les récoltes suivantes doivent être
faites tous les 35 jours, à la condition qu’une fertilisation adéquate soit apportée pour
maintenir les rendements et la survie des plantes », ce qui confirme l’expérimentation de N.
Foidl.
Enfin, nous citerons un article publié récemment, repris du dernier symposium qui s’est tenu à
Manille en 2015 sur le moringa : Biomass yield of Moringa oleifera as influenced by plant
density and harvest frequency, (H.G. Patricio et al.).
Cet article vient compléter les études précédentes avec des densités de semis plus importantes
de 1 x 1 m (10 000 plants/ha), de 1 x 0,5 m (20 000 pph), de 0,9 x 0,37 m (30 000 pph) et de
0,5 x 0,5 m (40 000 pph), avec une récolté effectuée selon trois fréquences : 4, 6 et 8 semaines
après la première taille dans tous les traitements. Ce qui conduit à un résultat de densité
inférieur aux deux premières expérimentations, avec une préconisation à 5 cm x 5 cm avec
une coupe toutes les 8 semaines, mais sans préciser le taux de mortalité au fil du temps, le
coût des semences, de l’engrais, etc., ce qui restent des facteurs essentiels.

7.5 Densité de semis pour la production de graines


La production de graines avec transformation en externe (avec le Centre Technique Horticole
de Tamatave), demanderait de répondre à moins d’exigences, notamment par rapport au
bâtiment et à l’électricité et même à l’eau.
Il y aurait simplement besoin de journaliers pour préparer la terre et implanter les arbres avec
une maintenance moindre, mais la nécessité de clôturer le terrain pour la protéger d’abord des
animaux et d’y installer un ou plusieurs gardiens (voire d’y installer le responsable de
culture) serait nécessaire pour que les branches et feuilles ne soient pas coupées par les
autochtones pour leur consommation personnelle, avant floraison et fructification.

7.6 Fertilisation
Nous avons essayé de dresser un tableau comparatif entre différents auteurs pour voir dans
quelle mesure il serait possible de nous rapprocher des conditions pédoclimatiques de Sainte-
Marie, mais les données sont trop disparates, imprécises et, parfois, contradictoires entre
chaque document, pour pouvoir en extraire des données pertinentes (fig. 13).
Nous avons mentionné les essais de T. Malo, à titre indicatif.
Conditions
Densités Rendements Fertilisation Quantité
pédoclimatiques
(N. Foidl, 2001)
« Matière
10 x 10 cm Fumure organique
fraîche » Nicaragua, sans
(1 000 000 pph), 9 avant le semis et 6 t/ha/an
702 t/ha/an, soit 9 autres précisions
coupes par an une fois par an
x 78 t/ha/coupe
Fertilisant soluble 32 à 48 kg/ha/ semaine
(Olivier, 2002)
21/7/20 (NPK) en
10 x 10 cm
goutte à goutte,
(1 000 000 pph), « Feuilles Nord du Sénégal, sol
enrichi de
coupe tous les fraîches » : sableux < 95 %,
minéraux et
33/40 jours 40 t/ha/an pH entre 7 et 8
d’oligo-éléments
600 000 plants
après 2 ans
Urée28 8 kg/ha/semaine
(Amaglo, 2006) « Feuilles Zone de forêt semi- compost après
1,5 tonnes/ha
5 x 5 cm. Coupes fraiches » 101,52 décidue du Ghana. six mois de

28
La culture intensive du Moringa Oleifera au Nord du Sénégal, document réalisé par Caroline Olivier, Ing.F.
M.Sc, CWS, Bureau régional d'Afrique de l'Ouest, 2002
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 18
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

60 jours et 35 t/ha/an 2 saisons sèches et 2 croissance


jours ensuite saisons humides
pluviométrie
moyenne annuelle
1563 mm,
limons sableux jaune-
bruns
Apport :
Sud-ouest du Burkina - de 40 g de NPK (14-
Différents essais
Faso (T. Malo, 2014) 23-14+6S) par pied ;
(avec 2 cultivars
Sols ferrugineux ou - de 1 kg de fumier
locaux et PKM-
hydromorphes. (bouse de bovins et
(T. Malo, 2014) 1) :
Saison pluvieuse et matière
2mx2m - NPK,
saison sèche. 1000 à végétale) par pied
- fumier,
1200 mm par an, - d'un mélange de
- NPK + fumier.
températures entre NPK-fumier (40 g de
17 °C et 36 °C. NPK et 1 kg de fumier
par pied) au 20e jour.
Fig. 13 comparaisons de densités, élagages, conditions pédoclimatiques et fertilisations
De plus les différences de résultats peuvent être liées aux conditions environnementales (sol et
climat) des zones de production, à la maturité des feuilles (les feuilles foncées et matures sont
généralement plus riches en nutriments que les feuilles jeunes et claires), aux méthodes de
culture (irrigation, fertilisants), à la saison de récolte et au patrimoine génétique des arbres
(Saint-Sauveur, 2010).
Tous les auteurs s’accordent, cependant, à reconnaître la nécessité d’un apport de matière
organique avant semi, puis d’une fertilisation régulière, préférablement organique, de manière
à essayer de stabiliser les rendements à chaque coupe.
Si nous suivons les préconisations usuellement citées dans plusieurs publications, dans le cas
d’une fertilisation pour 100 000 plants (40 x 40 cm), pour 1,6 ha, nous aurons besoin
d’environ 50 tonnes d’engrais, en matière organique, de préférence.
Nous ne disposons pas d’éléments suffisants, aujourd’hui, pour dire si la MO est disponible
en quantité suffisante sur l’île et à quel prix. Concernant l’engrais chimique, les prix moyens
régionaux en septembre 2013 sont les suivants (à confirmer en 2018/19) :
 NPK : environ 2 300 Ar/kg ;
 Urée : environ 2 000 Ar/kg29.

7.7 Croissance, taille et surveillance des cultures


Il est nécessaire de procéder au sarclage des plantations, de tailler les plants pour obtenir un
port buissonnant et de vérifier régulièrement si ceux-ci ne sont pas la proie des ravageurs, de
manière à pouvoir réagir rapidement.
La taille est la pratique culturale la plus importante dans la production de feuilles de Moringa.
En effet, le Moringa a tendance à pousser en hauteur et à produire des feuilles à l’extrémité de
ses branches. Si on ne le taille pas, on aura donc des longues branches verticales portant
quelques bouquets de feuilles inaccessibles à leur sommet.
La taille a pour but de favoriser la formation de branches secondaires et de donner à l’arbre
une forme de buisson touffu. Lorsque le plant en plein champ atteint environ 60 cm (au bout
de trois mois en général), on coupe la tige principale à 10 cm de son sommet (dessin n° 1).
Une semaine plus tard, on voit apparaitre des branches secondaires. Lorsque celles-ci
atteignent à leur tour une longueur de 20 cm, on les coupe à 10 cm de leur extrémité (dessin

29
D’après le Bulletin HORIZON N° 53, Observatoire du Riz, en collaboration technique avec le CIRAD
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 19
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

n° 2). Des branches tertiaires vont apparaitre, et l’arbre se développera en forme de buisson,
avec les feuilles facilement accessibles pour la récolte (dessin n° 3).

Fig. 14 : taille du moringa

Ensuite, c’est au moment des récoltes que les arbres seront raccourcis. Le Moringa aime la
taille, il ne faut pas hésiter à le raccourcir souvent.

7.8 Récoltes

7.8.1 Récolte des feuilles et process observé jusqu’au broyage et au


conditionnement
A la ferme Bel Avenir que nous avons visité à Tuléar, l’organisation de la récolte est la
suivante : à 7h00 du matin, la responsable de la production moringa fait l’appel et note les
absences, remplacements, etc. Les 13 femmes présentes se munissent d’un sécateur et partent
toutes avec un panier opérer sur une même parcelle. Il n’y a pas de consignes particulières
données aux récoltantes. Arrivées sur le lieu, les femmes se répartissent sur la parcelle, en
fonction de la récolte de la veille, pour assurer la continuité de la coupe.

Fig. 15 et 16 : plants de moringa avant récolte

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 20
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Fig. 17 et 18 : plants de moringa de 2 ans d’âge


Comme nous le constatons sur ces photos, les arbres de deux ans d’âge ont été coupés
précédemment à 40/50 cm de hauteur et fournissent de nouvelles branches munies chacune de
leurs pétioles. Ces branches sont coupées et rassemblées en tas à un bout de ligne.
Les plants de moringa, qui montrent une circonférence de pied plus ou moins importante sont
bien fournis en feuilles et présentent des branches, garnies de pétioles, qui mesurent entre
30 cm à un peu plus d’un mètre.
Les branches sont rassemblées en tas au bout de la première ligne de coupe et chaque
récoltante alimente son tas au fur et à mesure des lignes de coupes suivantes, le panier étant
laissé à proximité. Quand un tas est jugé suffisamment gros, chaque récoltante le traite pour
faire rentrer dans son panier des tiges garnies de pétioles, qui peuvent faire jusqu’à 40 cm, en
les cassant à partir de la branche principale, qu’elles laissent à même le sol en en faisant un
nouveau tas.
Au terme d’une heure et demie de coupe, le panier commence à être plein pour les récoltantes
les plus expérimentées. Ces dernières rajoutent des branches entières sur leurs paniers remplis
de pétioles pour se diriger ensuite vers la plateforme d’effeuillage, leur panier sur la tête. Les
autres se contentent d’un panier plus ou moins rempli et convergent vers la plateforme.
Les branches, quant à elles, auront été préalablement rassemblées en bordure de parcelle pour
être broyées et disséminées sur le sol, plus tard.

Fig. 19 et 20 : aperçus des parcelles taillées et paillées

Les pieds sont généralement disposés sur trois ou quatre rangs au milieu desquels est réservée
une allée de passage.

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 21
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Fig. 21 : ancienne plantations espacées en 1 x 1 m Fig. 22 : nouveaux semis en 1 x 1 m

Fig. 23 : essais de densité en 50 x 70 c m Fig. 24 : essais de densité en 50 x 50 cm

De nouveaux essais de densité n’ont pas de passages de coupes. Le bouturage a été abandonné
à cause de la plus grande fréquence à être attaqué par les termites qu’avec le semi direct.

Fig. 25 attaque de termites


Dans le cas d’attaques, les termites sont d’abord traitées avec de l’huile de neem, un
insecticide est utilisé s’il n’y a pas de résultat (perméthrine).

7.8.1 Effeuillage
L’effeuillage consiste à détacher les folioles de leur pétiole. Cette opération peut se faire
directement sur les branches si les feuilles n’ont pas été séparées des branches au moment du
transport. A ce stade, les feuilles malades ou endommagées sont éliminées.

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 22
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Fig. 26 et 27 : aire d’effeuillage


Vers 9h00, toutes les récoltantes sont rassemblées sur la plateforme et commence alors le long
travail d’effeuillage qui va durer jusqu’à midi pour reprendre à 14h00 (certaines récoltantes
arrivent vers 13h30) pour se terminer à 17h00.

Fig. 28 : récoltante Fig. 29 : vue des parcelles


Les récoltantes les plus « performantes » retournent couper des branches en cours d’après-
midi.
À 17h00 les folioles fraiches sont rassemblées dans un sac pour la pesée qui se fait en
présence du responsable malgache des stocks.
Le poids récolté par personne varie entre 4 à 10 kg. Ce jour-là, le poids total de folioles
fraîches est d’environ 78 kilos, soit en moyenne 6 kilos par personne.

7.8.2 Lavage
Les folioles sont, normalement, lavées dans des bacs avec de l’eau potable pour éliminer la
poussière. Les folioles sont ensuite lavées à nouveau avec une solution saline à 1 % pendant 3
à 5 minutes, afin de les débarrasser des germes. Enfin, elles sont lavées à nouveau à l’eau
claire. Elles sont alors prêtes à être séchées. Chaque bac doit être vidé après chaque lavage :
les nouvelles feuilles doivent toujours être lavées avec de l’eau neuve.
A Bel Avenir, il existait auparavant une procédure de lavage des feuilles qui a été abandonnée
aujourd’hui.

7.8.1 Égouttage
Égoutter les folioles dans des seaux perforés, puis les étaler sur des claies faites avec des filets
alimentaires et laisser égoutter pendant 15 minutes avant de les apporter au séchoir. Cette
étape n’est pas respectée non plus.

7.8.1 Séchage mécanique


A Bel Avenir, après la pesée, les récoltantes mettent une partie des feuilles fraiches à sécher
par terre sur des nattes pendant 4 jours, puis 2 jours au four solaire.

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 23
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Fig. 30 : pesée Fig. 31 : aire de séchage des feuilles


L’autre partie est entreposée sur des claies en étagères dans un local attenant à la plateforme
d’effeuillage, puis mise également au four solaire. Il est à noter le criant manque de place
pour le séchage. L'espace manque et la manutention dans le local en est compliquée.
Le nombre de fours solaires est largement sous-dimensionné.
Treize récoltantes ont effeuillé 78 kg de folioles fraiches en 5 heures, soit 1,2 kg/heure, pour
les mettre dans des sacs, soit 6 kg en moyenne par jour, par personne.

Fig. 32 : pesée Fig. 33 : pesée


Deux femmes sont chargées de mettre les feuilles « pré-séchées » dans le four solaire. Elles
ont cette activité à tour de rôle dans la semaine. Elles nettoient ensuite la plateforme et s’en
vont. Elles travaillent du lundi au vendredi.

Fig. 34 : fours solaires Fig. 35 : profil fours solaires

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 24
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Seuls deux fours solaires sont en service à l’extérieur en attendant que les quatre autres, qui
n’en sont qu’au stade de l’armature, soient montés.

Fig. 36 : Vidage des feuilles sur les claies Fig. 37 : ramassage des feuilles séchées
Les feuilles séchées sont sorties du four et placées dans des paniers puis dans des sacs à riz
pour entreposage avant le broyage.

7.8.1 Broyage
Il faut broyer les feuilles en utilisant un moulin à marteau en inox.

Fig. 38 : broyeuse à marteaux Fig. 39 : préparation du broyage


Broyage des feuilles avec une machine à 24 marteaux, entrainé par un moteur thermique qui a
été accolé au broyeur et monté sur des sillent blocs.

Fig. 40 : chargement Fig. 41 : réservoir à feuilles


Nous pouvons observer que les conditions sanitaires ne sont, de nouveau, pas respectées, que
ce soit pour la production locale ou dans le cadre d’une perspective d’export, à ce stade de la
transformation.

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 25
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Fig. 42 : récolte de la poudre Fig. 43 marteaux

7.8.1 Tamisage
Il faut tamiser la poudre de feuilles, si nécessaire. Avec un moulin à marteau, la finesse du
produit dépend de la taille de la grille utilisée pour le broyage. Si la grille est trop grossière, il
faut utiliser ensuite un tamis de la taille désirée.
Les normes établies pour la poudre de feuilles de moringa recommandent les tailles de
particules suivantes :
• Grossière (1.0 mm – 1.5 mm)
• Fine (0.5 mm – 1.0 mm)
• Très fine (0.2 mm – 0.5 mm)

7.8.2 Séchage de la poudre de feuilles


La poudre de feuilles de moringa doit être séchée à 50 ºC pendant 30 minutes pour
réduire l’humidité résiduelle largement en dessous de 7,5 %. En effet, la poudre de feuilles de
moringa attire fortement l’humidité et le produit peut se ré-humidifier pendant ou après le
broyage.
La poudre de feuilles de moringa est un produit très sensible aux contaminations par les
moisissures et les bactéries, car elle attire fortement l’humidité et le broyage en fines
particules augmente considérablement la possibilité de pénétration des micro-organismes.

Fig. 44 : paquets conditionnées Fig. 45 : idem

A Tuléar, la poudre est pesée et conditionnée dans un laboratoire qui semble satisfaisant, du
point de vue sanitaire, sans que nous ayons pu voir la manipulation. Elle est ensuite stockée
avant d’être envoyée à Tuléar pour compléter l’alimentation des enfants des écoles de Bel
Avenir.

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 26
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

7.9 Conditionnement

7.9.1 Feuilles
La température et l’humidité doivent être contrôlées dans la pièce utilisée pour le
conditionnement, afin d’éviter une ré-humidification du produit. Après son séchage, la poudre
est laissée à refroidir puis elle est emballée dans un sac de polyéthylène propre à usage unique
et scellé. Celui-ci est placé dans un deuxième sac de polyéthylène scellé également à chaud.
Ce conditionnement assure que le produit reste frais et sec avant son emballage final. Les sacs
doivent être stockés dans un lieu frais et sec.
La température et l’humidité doivent être contrôlées dans la pièce utilisée pour le
conditionnement, pour éviter une ré-humidification du produit. Les produits aux feuilles de
moringa doivent être conditionnés dans des emballages propres, secs et opaques faits en
matériaux qui n’affectent pas la qualité du produit. Chaque emballage doit être correctement
scellé afin d’éviter des fuites du contenu et l’absorption d’humidité30.

7.10 Étiquetage

7.10.1 Feuilles
Sur chaque emballage de produit aux feuilles de moringa doivent figurer les informations
suivantes :
a) Nom du produit
b) Poids net
c) Nom et adresse du producteur
d) Pays d’origine
e) Numéro ou code d’identification du lot
f) Instructions d’utilisation
g) Date de production31

7.11 Récoltes des graines


Nous n’avons pas assisté à la récolte car les fermes visitées ne transforment pas les graines.
Dans la monographie sur le Moringa oléiféra, le Dr Angela Ralezo Maevalandy écrit en
juillet 2006 : « La récolte des graines se fait 2 fois par an en avril-mai et septembre-octobre ».
Les fruits sont des gousses allongées à trois valves, de 10 à 50 cm de long, brunes à maturité
et qui contiennent chacune entre 12 et 35 graines rondes, avec une coque marron semi-
perméable. La coque présente trois ailes blanches qui s’étendent de la base au sommet.
Les gousses que j’ai trouvées en mai à Sainte-Marie se présentaient en nombre réduit et
faisaient généralement une quinzaine de centimètres avec une trentaine de graines à
l’intérieur.

Fig. 46 : graines de Moringa oleifera


30
Extraits du document « Gamme de transformation des feuilles de moringa » fourni par l’association, d’après
Saint-Sauveur A.
31
Ibidem
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 27
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

7.11.1 Collecte des graines


La collecte des graines serait la solution la plus simple et la plus rapide à mettre en place avec
une collecte qui pourrait s’opérer non seulement à Sainte-Marie mais également sur toute la
Grande Île.
Lors d’une visite en brousse avec l’ambulance du PSS, j’ai parlé avec le chef du fokontany
d’Ambotoroa, au Nord de Sainte-Marie, au sujet de la collecte de graines de moringa, car j’ai
pu voir nombre d’arbres sur la commune. Il m’a indiqué que les gens prélevaient les feuilles
mais qu’ils n’utilisaient pas les graines. Je lui ai signalé que nous pourrions acheter ces
graines. Il m’a dit que la prochaine récolte pourrait s’effectuer en novembre et de le
recontacter à ce moment.

7.11.2 Transformation des graines


La transformation et le conditionnement des graines pourraient s’effectuer au CTCP (Centre
de Transformation et de Conservation des Produits) qui dépend du CTHT. Cette solution
permettrait d’engranger des revenus relativement rapidement grâce au partenariat avec le
CTHT. J’ai rencontré et échangé plusieurs fois avec son directeur, agronome chercheur,
Michel Jahiel à Tamatave et le directeur exécutif Christophe Andréas dont j’ai visité le centre
de transformation.
Les conditions de traitement des graines au CTCP pour en faire de l’huile, sont :
 Décorticage : 500 Ar/kg à traiter
 Trituration des graines obtenues à la presse : 1500 Ar/kg à traiter
 Filtration par décantation et au filtre presse : 500 Ar/kg à traiter
Cela ne comprend pas le conditionnement du produit qui est à définir avec eux. Les coûts de
revient sont encore à chiffrer précisément ainsi que les marges réalisées.
La question qui se pose, à ce niveau, et elle se poserait de la même façon pour la poudre de
feuilles, est de savoir quelles sont les attentes réelles du marché ainsi que les conditions
concurrentielles32…
Le directeur et fondateur de moringawave.com, Franco Emilio Risso, que j’ai rencontré à
Tananarive, dont la volonté est d’exporter poudre et huile cherche encore son marché et ne
dégage, pour le moment, aucun bénéfice.

8 Export

8.1 Feuilles
Entreprendre, dans une volonté d’export, la production de feuilles, ou de produits végétaux
quels qu’ils soient, demande de remplir un certain nombre de conditions définies dans la
législation européenne : « Pour exporter des aliments vers l'UE vous devez vous assurer qu'ils
sont conformes à la législation européenne pertinente. Certains règlements s'appliquent à
tous les aliments et d'autres s'appliquent à certains types d'aliments ou dans des conditions
spécifiques33 ».
Dans ce document établi par la Commission européenne « Comment exporter vers l’Union
européenne ? » (avec pour exemple l’ananas) sont spécifiés les directives et règlements
s’appliquant à l’export, notamment :

32
Il existe de plus en plus d’acteurs sur le marché, si nous en jugeons par les réponses obtenues dans Google
33
Cf. par exemple : « Quelles conditions d'exportation s'appliquent aux ananas ? »
http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2013/may/tradoc_151133.03.13%20Madagascar%20ananas%20FR%20basi
c.pdf
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 28
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

En ce qui concerne tous les produits (alimentaires et non-alimentaires) :


• La sécurité des produits (directive 2001/95/CE)
• Responsabilité des produits défectueux (directive 85/374/CEE)
• Emballages et déchets d'emballages (directive 64/62/EC)
En ce qui concerne tous les produits alimentaires :
• Législation alimentaire générale (règlement CE 178/2002), y compris la traçabilité
• Hygiène des denrées alimentaires (règlement CE 852/2004, CE 853/2004 et CE
854/2004) inclus le HACCP
• Contaminants dans les aliments (Reg. CE 1881/2006)
• Contamination microbiologique des aliments (Reg. CE 2073/2005)
• Matériaux au contact des aliments (Reg. CE 1935/2004) pour tous les matériaux. Des
exigences spécifiques pour les matériaux et substances spécifiques existent.
• Étiquetage des denrées alimentaires (directive 2000/13/CE). Des exigences
spécifiques pour des produits spécifiques existent.
• Contrôle des produits alimentaires (règlement CE 882/2004) ».

En ce qui concerne tous les produits alimentaires (facultatif) :


• Production biologique et étiquetage (règlement CE 834/2007, CE 889/2008 et CE
1235/2008)

En ce qui concerne tous les produits alimentaires d'origine végétale :


• Les teneurs maximales en résidus de pesticides (règlement CE 396/2005)
• Les substances actives utilisées dans les pesticides (Reg. CE 1107/2009)
• La santé des plantes (directive 2000/29/CE)

En ce qui concerne des produits alimentaires spécifiques:


• Les normes de commercialisation applicables aux fruits et légumes (Reg. CE
1234/2007 et
CE 1580/2007)
• Nutrition et Santé (Reg. CE 1924/2006)
• L'ajout de vitamines et de minéraux aux aliments (Reg. 1925/2006)
• Compléments alimentaires: vitamines et minéraux (directive 2002/46/CE)
• Nouveaux aliments (règlement CE 258/97)
Le site web, édité par la Commission européenne, www.exporthelp.europa.eu explique
comment exporter vers l’UE et met à la disposition des usagers un Guide de l’utilisateur pour
ce faire34.
Les biens importés dans l’UE doivent répondre à un certain nombre d’exigences dans les
domaines énumérés plus haut, à des fins de protection de la santé publique, humaine et
animale.
Pour vérifier si ces conditions s’appliquent à notre produit, nous avons consulté My export.
Après avoir trouvé le code de la poudre de moringa, soit le 12129995, nous remplissons le
formulaire suivant :

34
Voir à la page :
http://www.exporthelp.europa.eu/thdapp/display.htm?page=rt%2frt_ConditionsSanitairesEtPhytosanitaires.html
&docType=main&languageId=fr

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 29
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Nous arrivons sur ce document :

Fig. 47 : formulaire

Fig. 48 : résultats recherche moringa

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 30
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

En cherchant avec le code NC du moringa oleifera, nous trouvons un document .pdf


retranscrit ci-dessous comme le « Règlement d'exécution (UE) 2016/996 de la Commission du
16 juin 2016 relatif au classement de certaines marchandises dans la nomenclature
combinée » :

Fig. 49 : nomenclature combinée poudre de moringa


Voir : http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32016R0996
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 31
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

8.1.1 Constats et conclusions


Il y a actuellement peu de normes d'hygiène appliquées sur les deux sites de production et de
transformation de poudre de moringa que j’ai visitées, de même que dans les trois unités de
spiruline observées à Madagascar.
Un des problèmes majeurs à Madagascar est la salubrité et le manque de respect des normes
d'hygiène : les ouvriers doivent intégrer les gestes simples de propreté comme se laver
régulièrement les mains pendant toute les manipulations. Il est recommandé de leur fournir
des masques, blouses, résilles, gants pour toutes les étapes de la transformation et de les
former pour qu’ils comprennent et mettent en œuvre les bonnes pratiques pour produire de la
poudre qui puisse être homologuée pour l’export

8.1.2 Recommandations
Dans le cadre de l’export de poudre de moringa en Europe, l’association Andzaha Santé devra
s’employer à remplir au moins trois conditions pour opérer la transformation et le
conditionnement de cette poudre :
 Aménager un bâtiment présentant une surface de travail (effeuillage, lavage,
répartition sur des claies de séchage, broyage, tamisage, stockage) d’au moins 150 m²
répondant aux normes sanitaires européennes (murs avec du carrelage, tables en inox,
etc.).
 La mise à disposition non loin des zones de récolte d’une source d’eau potable pour
répondre aux normes sanitaires exigées pour l’export ;
 La formation des personnels appelés à travailler aux différents postes du process, de la
production au conditionnement.
Il conviendra dans le cadre de la mise en place de bonnes pratiques de s’en référer au Codex
Alimentarius, de s’appuyer sur les Programmes Pré Requis (PRP), sur le HACCP35 et plus
généralement de prévoir le développement d’un Système de Management de la Qualité
Sanitaire (SMQS)36 dans l’entreprise.
Nous présentons ci-dessous une figure extraite des Principes d’hygiène et de management de
la qualité sanitaire et phytosanitaire :

Fig. 50 : SMQS, source Coop de France, Languedoc-Roussillon


35
Hazard Analysis Critical Control Points
36
Voir Principes d’hygiène et de management de la qualité sanitaire et phytosanitaire, manuels de formation
produits par le programme PIP du COLEACP
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 32
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

9 Limites financières, juridiques, socio-anthropologiques,


environnementales et éthiques du projet

9.1 Limites financières


Sans que tous les obstacles agronomiques identifiés soient indépassables, dès lors que
l’entrepreneur dispose de temps et de moyens, il se trouve que d’autres facteurs ajoutent
encore à la difficulté de monter ce projet. Ils sont de plusieurs ordres, tels que nous le verrons
dans les prochains chapitres…
Le calendrier prévisionnel fourni prévoyait de commencer les plantations dès octobre 2017
(voir Annexe 2). Après mon séjour sur la Grande Île puis à Sainte-Marie, il devint évident que
ce calendrier était largement irréaliste, de ce seul point de vue.
Pour commencer le semi de 100 000 arbres de moringa un mois après cette date, en vue
d’exporter de la poudre de feuilles quatre mois plus tard (en mars 2018), il aurait d’abord fallu
pouvoir disposer d’un terrain, d’une parcelle clairement identifiée, délimitée, défrichée,
reconnue, validée par toutes les parties prenantes (occupants coutumiers, voisins, chef de
fokontany, maire, député, préfet, employés), d’un bâtiment aux normes occidentales pour
assurer la transformation et l’export, de l’eau potable, d’un accord avec un distributeur.
Toutes choses non réalisées à ce jour, à ma connaissance, et qui menacent de retarder
sérieusement la mise en place du projet et de grever en conséquence son budget.

9.2 Limites juridiques

9.2.1 Évolution du droit foncier depuis l’indépendance


Depuis 2005, la législation foncière malgache est en pleine transformation et notamment
concernant la propriété privée. Aujourd’hui, 50 % des terres appartenant précédemment aux
colons sont occupées par des malgaches (R.B, 2013). Il existe dans la législation actuelle une
prescription acquisitive qui stipule qu’après 20 ans les droits de l’ancien propriétaire sont
annulés (environ dix ans pour la ville de Fénérive) (ordonnance 60-146, Art. 82, 3 octobre
1960)37.
Le droit malgache étant dérivé du droit français, il conviendra de suivre l’évolution de la
question38 avec un juriste compétent, dès qu’un terrain où implanter les cultures aura été
choisi.

9.2.2 Droits du travail et règles sanitaires


Il conviendra, bien entendu, de respecter le droit du travail malgache et surtout les règles
sanitaires pour l’export, ce qui engendrera du temps et des coûts supplémentaires, notamment
en aménageant un bâtiment aux normes mais aussi en dispensant une formation pour les
employés parallèlement à l’indispensable mise en place d’un Plan de maîtrise sanitaire (PMS),
d’un Guide des bonnes pratiques d’hygiène (BPH) et de procédures fondées sur les principes
de l’HACCP (Hazard Analysis Critical Points) qui faciliteraient amplement l’accès au marché
à l’export. Sans compter le respect des normes de traçabilité des produits à caractère
obligatoire.

9.2.3 Le droit commercial et les douanes


Il s’agira aussi de s’informer et de remplir un certain nombre de documents administratifs
pour exporter le moringa hors d’Afrique, ce qui sera également consommateur de temps39.

37
Analyse des systèmes girofliers à Fénérive-Est, M. Lobietti, 2013
38
Cf. :http://www.madagascar-tribune.com/Pour-une-nouvelle-politique-de,19988.html
39
Voir La Douane en 10 étapes !
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 33
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

9.3 Limites Socio-anthropologiques

9.3.1 Niveau d’instruction des populations locales et « indolence »

Fig. 51
Nous constatons par ce tableau, même si l’île fait figure de « privilégiée », que les chefs de
ménage qui atteignent le supérieur ne représentent en 2003 que 1 % d’entre eux. L’île de
Sainte-Marie ne dispose effectivement pas de cursus d’enseignement supérieur et peu
d’enfants peuvent poursuivre leurs études supérieures ailleurs faute de moyens. Ainsi, donc,
seuls les postes de techniciens comme guide, jardinier, femme de ménage, aide-cuisinier, etc.,
sont accessibles à la population locale (Sandron F., 2015).
En termes de recrutement et d’emploi, les postes de cadre sont donc pour la plupart octroyés à
des personnes extérieures à l’île de Sainte-Marie, le plus souvent des étrangers ou migrants
qualifiés venant de la capitale ou des grandes villes de Madagascar.
Ces informations nous ont été confirmées par un certain nombre d’acteurs de terrain qui
connaissent bien les populations côtières et en particulier les Betsimisaraka peuplant l’Est de
la Grande Île et qui, au-delà de l’instruction, n’ont jamais eu très bonne réputation en termes
de volonté au travail40 ». Évidemment, nous ne souscrivons en aucune manière à ces
allégations généralisantes mais nous pensons qu’une attention particulière devra être déployée
pour expliquer, éduquer, former. En effet, la culture de feuilles de moringa demande
d’employer et de former plusieurs équipes aux compétences différenciées (préparation du
terrain, implantation des cultures, maintenance, fumure, sarclage, récolte, transformation,
conditionnement, gardiennage, etc.) avec un encadrement malgache de premier niveau
(responsable des semis et de la cueillette, de la maintenance des cultures, de la
transformation, …) difficilement accessible à Sainte-Marie.
Ce sera donc une question à intégrer largement dans les prévisions. En effet, les essais
d’implantation de maraîchage depuis dix ans sur l’île se sont révélés jusqu’à présent
relativement inopérants41. Il suffit, pour s’en rendre compte, d’observer la provenance des
légumes qui proviennent toujours majoritairement de la Grande Île.

9.4 Limites environnementales


Évidemment, le droit de l’environnement sera aussi à considérer, sur place à travers les
questions liées à la déforestation, à l’érosion des sols mais aussi, pour aller plus loin, à celles
du droit des communs ou des « biens communs » émergeants.
En fonction de l’endroit choisi pour l’implantation des cultures, il sera nécessaire de
s’informer des règles relatives à cette implantation.

40
http://www.newsmada.com/2017/08/25/madagascar-il-y-a-100-ans-les-colons-malgaches-se-plaignent-des-
betsimisaraka/
41
Voir notamment le projet de Maison de l’Agriculture et de l’Environnement de Sainte-Marie développé par un
volontaire, Mickaël Lauret, à partir de 2009 et qui était soutenu par la Région Réunion et l'AVFP (Association
Française des Volontaires de progrès), ainsi que par l'ambassade de France de Madagascar qui a cofinancé ce
projet grâce au FSD (Fond social au développement) et abandonné depuis, suite à la tentative d’empoisonnement
du volontaire et du vol des fonds.
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 34
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

9.4.1 Sur l’île de Sainte-Marie


9.4.1.1 Statut particulier de Sainte-Marie
Les services de la mairie devront être consultés dès lors que les prérogatives de la commune
sont concernées en ce qui concerne l’aménagement du territoire depuis les lois de la
décentralisation (T. Rasedimahefa, 2012)42, mais aussi en considérant le statut particulier de la
commune urbaine de Sainte-Marie à travers la loi n°2015-010 qui précise dans son
article 9 : « Le Maire est le premier responsable du développement économique, social et
culturel de sa Commune. À cet effet, il met en œuvre le plan d’urbanisme et le schéma
d’aménagement du territoire de sa Commune afin de mieux harmoniser la gestion spatiale du
territoire ainsi que de préserver les vocations principales de l’île » et dans son article 11 :
« L’avis du Maire est requis en matière d’étude d’impact environnemental pour tout projet
d’investissement dans sa Commune ».
9.4.1.2 Couverture forestière et taux de déforestation

Fig. 52, source Ministère de l’environnement, des forêts et du tourisme 43

Fig. 53

Nous constatons, à la lecture de ces deux tableaux (Fig. 52 et 53) que, selon les sources, les
données ne sont pas les mêmes pour la « couverture forestière » ou « Forêt », soit 4589 ha et
654 ha pour l’année 2000 à Sainte-Marie (ou Nosy Boraha).
Il faudrait, en conséquence, se rapprocher du ministère pour comprendre l’origine de ces
disparités.

42
Voir notamment La décentralisation et la gestion du domaine public, T. Rasedimahefa, 2012
43
Évolution de la couverture de forêts naturelles à Madagascar 1990-2000-2005, Ministère de l’environnement,
des forêts et du tourisme
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 35
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Fig. 54: la Forêt à Sainte-Marie 44

9.4.1.3 Répartition des forêts classées et des stations forestières

Fig. 56
Il reste des forêts primaires à Sainte-Marie qu’il faut protéger.

9.4.1.4 Droit des communs


Alors qu’à la suite des civilisations des « Nords », de plus en plus de politiques publiques des
États des « Suds » affichent, au nom du néolibéralisme, le souhait de généraliser la propriété
privée de la terre, on voit apparaître, au sein des sociétés civiles ou chez certains opérateurs
internationaux du développement, la prise de conscience des limites de nos addictions à la
propriété privée et, par-là, des blocages à venir d’un capitalisme fondé sur le seul
consumérisme « à tout va » (E. Le Roy, 2017).

9.4.2 Pour l’export


Nous n’avons pu traiter ici, faute de temps, la question de l’empreinte carbone pour exporter
la poudre de feuilles de moringa hors d’Afrique.

44
http://www.pnae.mg/tbe/region-analanjirofo.html
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 36
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

9.5 Limites éthiques

9.5.1 Santé et nutrition


Le Moringa oleifera est présenté comme un « arbre miracle » ou « arbre de vie » et il est
réputé pouvoir soigner 300 maladies dans la médecine ayurvédique. Nous ne reviendrons pas
ici sur les propriétés médicinales vantées, qui sortent de notre propos :

Fig. 57 : utilisation du moringa en médecine traditionnelle


Nous nous attacherons plutôt à considérer ses propriétés nutritionnelles, reprises aussi bien sur
les sites Internet grand public que dans les publications réputées scientifiques, dont nombre
d’entre elles n’abordent que rarement les questions de biodisponibilité et encore moins de
matrice alimentaire ou de cinétique d’absorption (Fardet, 2013, Borel, 2014, Remond, 2014).
Les sites grand public diffusent généralement des informations fausses et disparates,
lorsqu’elles font, comme ici, la différence entre feuilles fraiches et poudre de feuille, ce qui
n’est pas toujours le cas :

Fig. 58 : équivalent en nutriments pour un même poids en feuilles fraiches de moringa

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 37
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Fig. 59 : équivalent en nutriments pour un même poids de poudre de feuilles de moringa


Nous ne nous attarderons pas, non plus, ici, à recenser les nombreux articles à vocation
scientifique qui reprennent depuis des décennies des allégations de même nature et dont les
sources originales seraient à rechercher.
L’un des articles publiés le 9 mai 2017 lors de la parution des actes du Symposium sur le
Moringa oleifera qui s'est tenu à Manilles en 2015, accrédite toujours des informations
similaires, en ne tenant compte que des valeurs nutritionnelles du produit brut, sans se soucier
de biodisponibilité : « Si l'on compare les feuilles de Moringa oleifera avec d’autres produits
alimentaires, nous pouvons conclure que manger 100 g de feuilles fraîches de Moringa
oleifera offre autant de calcium qu’un grand verre de lait, autant de fer que 200 g de steak de
bœuf, autant de vitamine A que deux carottes et autant de vitamine C qu’une orange. 100 g de
feuilles fraîches de Moringa oleifera suffisent pour couvrir de 10 à 50 % de l’apport quotidien
recommandé en protéines, de 30 à 100 % de l’apport quotidien recommandé en calcium et de
25 à 80 % de l’apport quotidien recommandé en fer. De la même façon, pour les vitamines,
100 g de feuilles fraîches de Moringa oleifera pourraient théoriquement couvrir 100 % des
besoins en vitamine A et C, mais cela dépend beaucoup des conditions de conservation et de
l’utilisation des feuilles, car les vitamines sont détruites avec le temps, après la récolte et
pendant la cuisson45 » (Saint-Sauveur et al., 2015).
Il se trouve également que la biodisponibilité des nutriments en question n’est pas comparable
aux taux bruts affichés. Le fer non héminique, d’origine végétale, est peu biodisponible46
comparé au fer héminique, d’origine animale, tout comme le bêta-carotène présente un faible
taux de conversion en vitamine A assimilable par l’organisme. Autrement dit même si la
teneur en nutriments est élevée dans le moringa ou dans tout autre végétal (ou cyanobactérie),
cela ne veut pas dire que les nutriments vont être assimilés par l’organisme. Pour augmenter
leur taux d’absorption, il faudra les associer avec des produits d’origine animale, des huiles,
etc.
Par ailleurs, les produits végétaux contiennent de nombreux « facteurs antinutritionnels »
comme les tanins ou les polyphénols qui sont bons pour la santé mais qui, de par leur
structure moléculaire "chélatent" le fer (en quelque sorte ils piègent les ions ferreux et les
rendent ainsi indisponibles pour l'organisme).
Le moringa est donc d’un intérêt limité en Europe où se posent peu de problèmes de
malnutrition par carences, mais il peut être intéressant localement, consommé en tant que
feuilles fraiches, au sein d’un régime alimentaire diversifié47. Ce que confirme la position de

45
Traduction libre du document cité en bibliographie
46
L’article Impact of daily consumption of moringa (Moringa oleifera) dry leaf powder on iron status of
senegalese lactating women (Idohou-Dossou N., 2011) précise : « La présente étude a confirmé que malgré la
grande quantité de fer dans la poudre de Moringa, la biodisponibilité du fer était faible (2,2 %). Par conséquent,
la quantité de fer biodisponible consommé par jour dans les repas mélangée avec la poudre de Moringa était
probablement très faible et incapable de couvrir les besoins quotidiens ».
47
Dixit Mélanie Broin
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 38
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

l’OMS : « Les réponses au niveau des politiques et des programmes consistent en stratégies
basées sur l’alimentation telles que la diversification alimentaire et l’enrichissement des
aliments ainsi que l’éducation nutritionnelle, les mesures de santé publique et de sécurité
alimentaire et enfin la supplémentation48 ».
Les évolutions de la réglementation européenne en matière d’adjonction de vitamines et de
minéraux (notamment directive 2002/46/EC et règlement 1925/2006) dans les compléments
alimentaires et les aliments, ont pour objectif d’encadrer le développement de ces produits et
leur consommation. Il est prévu que des limites maximum de teneurs dans les produits soient
proposées afin d’éviter des apports supérieurs aux limites de sécurité pour certains
micronutriments49.
Nous constatons que la qualité nutritionnelle des aliments est une question multifactorielle
complexe50 qui appelle des recherches qui n’ont qu’à peine commencé51. Il ne s’agit plus de
considérer la nutrition selon une perspective quantitative (à savoir tel aliment contient x g de
protéines, y g de lipides, z mg de vitamines, etc.), mais plutôt selon une perspective
qualitative impliquant des notions d’interaction des nutriments au sein de la matrice, des
notions de bioaccessibilité enzymatique, de biodisponibilité digestive et de devenir
métabolique en fonction des cinétiques de libération dans le tube digestif (Fardet A., 2013).
Pour en terminer sur le sujet, Armelle de Saint-Sauveur, ajoute, dans un paragraphe du même
article cité plus haut, intitulé « Pour aller plus loin » : « L’amélioration de l’impact des
feuilles de moringa sur l’état nutritionnel de la population peut être effectué au moyen de
diverses stratégies. Une option est de promouvoir l’utilisation des feuilles comme aliment et
de proposer des moyens efficaces de les cuisiner. Une autre option est de promouvoir
l’utilisation de poudre de feuilles de moringa comme complément alimentaire pour enrichir
les repas ou des aliments transformés tels que les produits à base de céréales. La recherche
actuelle concernant la valeur nutritive des aliments attribue une importance croissante à la
façon dont les aliments sont cuits et à l’interaction entre les différents ingrédients. Les feuilles
de moringa ne peuvent se résumer en une seule formule nutritionnelle : les traditions
culinaires et culturelles sont fondamentalement importantes. Cette branche de recherche ouvre
une route immense à explorer, non seulement avec des nutritionnistes, mais aussi avec les
spécialistes des sciences sociales, les agents de développement, les cuisiniers et les
consommateurs ». Dont acte.
Les dernières études de l’ANSES datant de décembre 2016, ne font que confirmer l’absence
ou le peu d’études dans le domaine52. Il n’empêche que les programmes alimentaires mis en
place depuis plusieurs années par certaines ONG autour de la spiruline 53 et du moringa en
Afrique et à Madagascar posent question. Sans parler de celui lancé par le ministère de la
santé publique malgache, récemment et dont les porte-paroles avancent un peu rapidement
dans un article du 8 août paru dans l’Express de Madagascar, des chiffres selon leur seule
valeur nutritionnelle brute et sans indiquer de programme d’accompagnement et d’éducation à
la nutrition à destination des populations.

48
Le rôle de l’enrichissement des aliments dans la lutte contre la malnutrition par carence en micronutriments,
partie 1, document OMS
49
Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, 2015.
Voir aussi : « La nutrivigilance, qu'est-ce que c'est ? ».
50
Voir Borel P., 2014, Biodisponibilité des phytomicronutriments : Mécanismes impliqués et stratégies
d’amélioration, UMR 1260 INRA/1062 INSERM/Université d'Aix-Marseille
51
Voir le site https://www.qualiment.fr/offre-de-r-et-d/strategie-de-recherche/origine-et-qualite-des-proteines et
les appels à collaboration
52
Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations alimentaires, Avis de l’Anses,
Rapport d’expertise collective, Décembre 2016, Édition scientifique (p. 12 et 228 du document .pdf)
53
Voir notamment l’article du Dr Jean-Paul Curtay : « Il faut manier le fer avec précaution »
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 39
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

10 Analyse critique et discussion

10.1 Agronomie

10.1.1 Production
Arrivés au terme de cette étude, il apparaît que du seul point de vue agronomique, le moringa
ne trouvera pas, à Sainte-Marie, les meilleures conditions de croissance, aussi bien pour
produire des feuilles que pour produire des graines, et que différents essais de semis et de
plantations devront être effectués, notamment en culture intensive, en vue d’obtenir les
meilleurs rendements.
En premier lieu, il faudra choisir un terrain qui soit légèrement en pente pour assurer le
drainage des pluies, sans être trop pentu pour se prémunir contre l’érosion, en évitant un sol
au pH trop acide, susceptible de toxicité aluminique. Une analyse de sols sera nécessaire tout
en s’enquérant des précédents culturaux qui apporteront des informations pertinentes quant au
potentiel du sol.
Concernant la date de semis, une fenêtre de tir existe, en début de « saison sèche », soit à
partir du mois d’août, comme nous le voyons sur la figure 60 suivante, pour semer le moringa
sans être trop exposés aux pluies abondantes des autres mois, de manière que l’arbre soit
suffisamment enraciné pour la saison des pluies.

54

Fig. 60 : Moyenne pluviométrique mensuelle à Sainte-Marie depuis 2000 jusqu’à 2016-17

Des amendements en fumure organique seront nécessaires, s’ils sont disponibles sur l’île. Les
animaux étant en liberté, souvent sans abris, il sera difficile de collecter leurs déjections. Une
recherche sera à effectuer du côté des déchets verts, des algues ou du poisson. Une autre
solution, relativement coûteuse, serait de commander du guano de chauve-souris à Guanomad
pour des résultats sur le moyen et le long terme.
Il devra aussi être tenu compte de la fragilité de l’arbre aux vents, notamment en début
d’année, lors de la période des cyclones et de faire en sorte de le protéger le mieux possible,
avec des solutions à trouver en barrières naturelles ou artificielles.
Les terrains choisis devront être protégés des animaux avec l’érection de clôtures pour éviter
de voir les récoltes mangées ou saccagées.

10.1.2 Transformation
Il sera difficile de trouver à Sainte-Marie un terrain remplissant les conditions de culture
acceptables à proximité d’un bâtiment suffisamment grand, aménageable pour satisfaire les

54
Compilation de données réalisées à partir du site infoclimat avec Excel
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 40
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

exigences de sécurité alimentaire pour l’export et donc pourvu d’eau potable, voire
d’électricité.
Une piste existe sur un terrain à l’Est de l’île avec une maison de 200 m² située à 10 km qui
appartiennent tous deux à un même propriétaire et qui serait susceptible de les prêter à
l’association, dans un premier temps, en échange de se les réapproprier et de les aménager.
Le respect d’un protocole HACCP à élaborer, la mise en place d’un Système de Management
de la Qualité Sanitaire (SMQS), d’un Guide des bonnes pratiques et d’une certification en bio
seront indispensables, sous peine de voir irrémédiablement fermé le marché à l’export, faute
d’arguments concurrentiels dont se prévalent déjà un certain nombre d’acteurs.

10.1.3 Commercialisation
Il s’agirait de mieux connaître les attentes du marché et de mesurer la concurrence pour
l’export grâce à une étude de marché. La demande de poudre de moringa est forte, d’après
différents articles de presse mais ils ne répondent pas aux questions de savoir, pour ce qui
concerne Andzaha : quelle est la cible ? Quels sont les acheteurs ? Leurs prix d’achat des
produits ? Leurs exigences en termes de qualité ? Quelle est l’évolution attendue en termes de
développement du chiffre d’affaires ?

10.2 Démarche ISO 26 000 et RSE


Au-delà de l’élaboration d’un SMQS, de la réalisation d’une étude de marché, il nous
paraîtrait primordial que les décisionnaires du projet, voire tous les membres du CA de
l’association, s’impliquent dans une réflexion autour de la mise en œuvre d’une politique de
Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).
Cette politique permettrait de se différencier des autres acteurs et de gagner en crédibilité vis-
à-vis des bailleurs de fonds, en visant à élever la qualité et la responsabilité à tous les niveaux,
dans une démarche prônant les valeurs de l’ISO 26 000 autour des 7 questions centrales :

Fig. 61 : RSE et ISO 26 000, source Coop de France, Languedoc-Roussillon

L’initialisation de cette démarche permettrait de clarifier la position de l’association vis-à-vis


de toutes les parties prenantes, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur et d’asseoir sa politique
de développement. Ce qui ne veut pas dire de geler toute action en attendant la réalisation des
objectifs de la démarche, mais au contraire d’entreprendre toute action en parallèle et en
regard de celle-ci.

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 41
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

11 Conclusion générale
Il s’est agi pour moi, avec ce mémoire, d’effectuer une course à l’envers. En effet, j’ai pu
disposer, dès juillet 2016, d’une compilation conséquente d’informations sur le moringa55,
plante dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, agrémenté très rapidement, durant les
mois qui ont suivi, de quatre documents56 visant à mettre en œuvre à partir d’octobre 2017 le
projet d’implantation d’un verger productif de feuilles de moringa à Sainte-Marie, en vue de
la commercialisation de poudre pour l’export quatre mois plus tard57.
Il s’est trouvé qu’à partir de mes visites de terrain sur la Grande Île - lors de mon dernier stage
en avril-mai, durant lequel j’ai visité des fermes de moringa et de spiruline le premier mois et
visiter des terrains pour implanter du moringa le second -, je me suis rendu compte au fil de
son déroulement que ce projet était plus compliqué que ce qui était prévu sur le papier et qu’il
serait prématuré, voire impossible de commencer à défricher puis de semer le moringa comme
exigé début octobre lors de mon retour à Sainte-Marie, et que de nombreux éléments étaient à
reconsidérer.
Il faut préciser qu’une subvention de 30 000 euros aura été débloquée, entretemps (début
mai), pour financer cette mise en œuvre selon le calendrier de déploiement initialement prévu.
Ces différents éléments sont donc entrés en collision de façon assez frontale, dès mon retour
de stage fin mai, lorsque j’ai présenté les conclusions provisoires, que voici :
 défaut de d’ententes préalables avec les parties prenantes sur place (occupants
coutumiers, voisins, habitants, futurs employés, élus, représentants de l’État malgache,
représentants de l’État français, ONG et associations) ;
 pas de terrain délimité, clôturé, reconnu et validé par les parties prenantes ;
 conditions d'export compliquées à mettre en place (pas de bâtiment aux normes, pas
d’eau potable) ;
 difficulté de recrutement et de management des équipes sur place ;
 pas de client avéré, pas de commande (et pas d’étude de marché).

Toutes choses à prendre en compte en termes de délai de mise en œuvre du projet.


Il s’est trouvé, pour clore la question, qu’après de nombreux échanges avec Mélanie Broin58
et d’autres experts en nutrition, la lecture de publications récentes et sérieuses en matière de
bénéfices nutritionnels réels de la poudre de feuille de moringa, j’ai été amené à reconsidérer
le projet d’implantation de moringa à Sainte-Marie.
Par ailleurs, les conditions pédoclimatiques, comme abordés dans les paragraphes précédents,
n’étaient et ne sont pas, non plus, favorables pour une culture intensive de moringa.
Enfin, faire traverser le continent africain à des feuilles de moringa transformées en poudre
dont les bénéfices nutritionnels pour les occidentaux ne sont pas avérés, voire même
dangereux, m’a semblé ne correspondre, ni aux objectifs de ma formation, ni à mes propres
convictions.
D’autres perspectives s’ouvrent cependant sur la valorisation des produits fabriqués et
transformés à Sainte-Marie (vanille, poivre sauvage, poivre noir, baies roses, curcuma, ylang
ylang, girofle, etc.), dès lors que les acteurs en éprouveraient le besoin, car le circuit

55
Fournie par mon maître de stage
56
Voir paragraphe 4.1 « Problématique générale »
57
Voir Lettre de mission en annexe 2
58
(Co-auteure du document de référence fourni par l’association Andzaha Santé Produire et transformer les
feuilles de moringa, et qui a pris ses distances avec les données fournies dans celui-ci)
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 42
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

commercial et la qualité des produits constituent les faiblesses de la Région [et de Sainte-
Marie] en matière en matière de productions agricoles59.

Enfin, pour reprendre en partie les mots de Mélanie Broin, si cela devait trouver un écho à
Sainte-Marie : tendre vers « la mise en place de jardins familiaux pour les familles rurales
pauvres afin de diversifier les produits alimentaires disponibles et les enrichir en fruits et
légumes frais (la culture du Moringa peut entrer dans ce cadre) ; faciliter l'accès au latrines et
à l'eau potable et aux centres de santé ; éduquer les parents et les enfants à l'alimentation et la
nutrition ; faciliter la création d'activités rémunératrices pour les femmes, de façon à ce
qu'elles puissent acheter davantage d'aliments nutritifs, [...], leur redonner du "contrôle sur les
ressources du ménage", etc. », voilà qui constituerait un autre projet sur lequel passer du
temps…

Pour terminer sur l’aspect nutritionnel et revenir en France, force est de constater qu’un
puissant syndicat des compléments alimentaires existe depuis 1950 (synadiet), que cette
industrie réalise 1,6 milliard d'euros de CA dans notre pays et que presqu’un français sur trois
en consomme (étude Inca 3). Tout cela, sans que les bénéfices nutritionnels ou de santé soient
clairement avérés…

59
Tableau de bord environnemental, Région Analanjirofo, 2008
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 43
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

12 Bibliographie
(Les documents « de référence » donnés par l’association sont en caractères gras)
1) Andrianatenaina B, Étude sur les espèces de moringa endémiques et cultivée dans la
région de Toliara et leurs utilisations. Essais d’hybridation entre Moringa oleifera,
Moringa drouarddii, mémoire de DEA en biodiversité et environnement, option
biologie végétale, Université de Toliara, 2013
2) Balet, Penot, Danthu, Vololonirina, 2010, rapport provisoire, Études des systèmes
forestiers et agroforestiers et stratégies paysannes associées dans l’Ile Sainte Marie
sur la côte Est de Madagascar
3) Be Nasaina M. V.,, La gestion durable de l’eau et la conservation du sol dans la
nouvelle aire protégée de Tsinjoriake, sud-ouest de Madagascar, , mémoire de DEA
en biodiversité et environnement, Option biologie végétale, Université de Toliara
4) Benkaddour N., Contribution a l'étude de l'efficacité de la graine de Moringa oleifera
dans la dépollution des eaux d'Oued Safsaf
5) Bidima I. R., 2016, Production et transformation du moringa, Collection Pro-Agro
français (CTA, ISF Cameroun) ;
6) Borel P., 2014, Biodisponibilité des phytomicronutriments : Mécanismes impliqués et
stratégies d’amélioration, UMR 1260 INRA/1062 INSERM/Université d'Aix-
Marseille
7) Bourgeat F. et Aubert G., Les sols ferrallitiques à Madagascar
8) Bouthier A. et Castillon P., La toxicité aluminique : risque majeur lié à l’acidité dans
les sols agricoles, ITCF
9) Crochot C., 2012, Rapport de stage sur l’exploitation de R. Lemalade à Ambohitra, Ile
sainte Marie, Madagascar
10) Demanjel, 2011, Faisabilité de la mise en place d'une Indication Géographique sur le
Clou de girofle à Madagascar ;
11) Fardet A. et al., 2013, Structure des aliments et effets nutritionnels, Quae éd.
12) Feller C, et Sandron F., 2010, Parcours de recherche à Madagascar: L’IRD-Orstom et
ses partenaires », IRD Éditions, date de mise en ligne 2013 ;
13) Fifalianaharintsoa S., 2017, Évaluation de l'état nutritionnel des enfants de moins de
12 ans et appréciation de la consommation de la spiruline ou arthrospira platensis
distribuée dans les centres nutritionnels et cantines scolaires, mémoire de master,
université d’Antananarivo, Parcours : sciences des aliments et nutrition
14) Hervieu J., 1967, Géographie des sols malgaches, Essai synthétique ;
15) Joly F., 1941, Les climats de Madagascar [article] in L'information géographique,
Volume 5 Numéro 4 (pp. 76-80) ;
16) Le Roy E. (2017), “Maîtriser la révolution des Communs dans les rapports fonciers :
l’expérience des Comores”, Papiers de Recherche AFD, n° 2017-46, Juin ;
17) Levasseur S., 2012, Analyse des systèmes agricoles à base de girofliers à Sainte
Marie, Madagascar : entre héritage colonial et innovations paysanne ;
18) Lobietti M., 2013, Analyse des systèmes girofliers à Fénérive-Est ;
19) Malo T., 2014, Effet de la fertilisation sur la croissance et la production de Moringa
oleifera local et Moringa oleifera PKM-l dans la Région des Cascades (Burkina
Faso) ;
20) Olivier C., 2002, La culture intensive du Moringa Oleifera au Nord du Sénégal,
Caroline Ing.F. M.Sc, CWS, Bureau régional d'Afrique de l'Ouest ;

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 44
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

21) Patricio H.G. et al., 2015, Biomass yield of Moringa oleifera as influenced by plant
density and harvest frequency ;
22) Rasedimahefa T., 2012, La décentralisation et la gestion du domaine public,
23) Rasoarahona J. et Raonizafinimanana B., juin 2008, Bulletin d’information de l’Office
National de Nutrition » de Madagascar, dossier Ananambo ;
24) Riquier J., Définition et classification des sols ferrallitiques de Madagascar ;
25) Saint-Sauveur A. et Broin M., 2010, Produire et transformer les feuilles de
moringa, éditeurs Moringa Association of Ghana (MAG) et Moringanews ;
26) Saint-Sauveur et al., 2015, Enhancing nutrient intake from moringa leaves through
adequate consumption patterns, communication faisant partie d'une publication sortie
le 9 mai 2017 sous forme de livre et de CD ROM durant le symposium sur le moringa
oleifera qui s'est tenu à Manilles en 2015 ;
27) Sandron F., 2015, Analyse socioéconomique du whale watching à Madagascar et La
Réunion, IRD ;
28) Vieillefon J., 2001, Notice sur la carte de reconnaissance au l/so.oooe des sols de L'ile
Sainte-Marie par J., 1961.

1) Tableau de bord environnemental, Région Analanjirofo, Ministère de


l’environnement, des eaux et forêts et du tourisme, Office national pour
l’environnement, 2008 ;
2) Évolution de la couverture de forêts naturelles à Madagascar 1990 – 2000 – 2005,
Ministère de l’environnement, des forêts et du tourisme ;
3) Le rôle de l’enrichissement des aliments dans la lutte contre la malnutrition par
carence en micronutriments, partie 1, document OMS ;
4) Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations
alimentaires, Avis de l’Anses, Rapport d’expertise collective, Décembre 2016, Édition
scientifique ;
5) Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement
et du travail, 13 mars 2015 ;
6) Influence of Soil Locations and Watering Regimes on Early Growth of Moringa
oleifera Lams, International Journal of Applied Science and Technology, Vol. 5, No.
2, April 2015;
7) Quelles conditions d'exportation s'appliquent aux ananas ?
8) Principes d’hygiène et de management de la qualité sanitaire et phytosanitaire,
manuels de formation produits par le programme PIP du COLEACP ;
9) Base de données d’accès aux marchés, Global Europe, European Commission Trade

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 45
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

13 Annexes

13.1 Carte de reconnaissance des sols de l’île de Sainte-Marie

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 46
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

13.2 Lettre de mission


Objectifs de la mission sur Madagascar de Patrice Faudot :
Réunir l’ensemble des éléments qui vont permettre de démarrer sans délais la mise en
œuvre du projet Moringa pour Andzaha Santé (lancer l’exploitation, les commandes…). Les
principales actions étant citées ci-dessous :

1- Valider les 3 gammes de travail (mise en place des cultures, transformation des
feuilles, transformation des graines pour obtenir de l’huile). La transformation va de la
matière première au conditionnement complet (mise en sachet, bocaux, avec les
inscriptions sur les emballages). On identifiera à cette étape l’exhaustivité des besoins
et des technologies associées, en lien avec les gammes citées ci-dessus.
2- Identifier pour l’ensemble des besoins (matériels, petits matériels, consommables
comme les gants et blouses), la nature, les sources d’approvisionnement et leurs coûts.
Consolider les hypothèses budgétaires pour l’ensemble de ces besoins.
3- Sur l’ile de Sainte-Marie,
a. Trouver les terrains nécessaires pour les deux cultures (feuilles et graines),
ainsi que les conditions de mise en exploitation (locaux, personnel,
amendement des sols, besoins en matériel, etc.) - plusieurs hypothèses existent.
b. Évaluer les conditions de mise en œuvre d’une culture de niaouli sur le terrain
d’Andzaha en vue de la production de miel et d’huile essentielle.
c. Consolider avec Jean Marie Horst, lors de sa venue en mai, les hypothèses de
fonctionnement en cas d’un éventuel partenariat.

Les hypothèses du projet (dimensionnement et budget) sont synthétisées dans le document


joint :
- Hypothèses, investissements et revenus prévisionnels.docx (les informations
synthétisées dans ce document sont issues du dossier économique déjà diffusé).
Les gammes de transformation de référence pour les feuilles et les graines sont dans les deux
documents joints :
- Gamme de transformation des feuilles.docx
- Gamme de transformation des graines.docx
Ces deux documents seront complétés par un document similaire pour la préparation et
l’exploitation du terrain.

L’ensemble de ces documents seront complétés et amendées par les informations issues de la
mission et serviront de références pour le projet.

Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 47
Montpellier SupAgro
ANANAMBO

Le résumé
Produire intensivement des feuilles de moringa destinées à l’export, vendues en poudre sous
forme de complément alimentaire en vue de financer le développement d’un Centre de soins
sur l’île de Sainte-Marie à Madagascar, pouvait paraître un projet prometteur ou farfelu, selon
les points de vue.

C’est ce travail que nous avons poursuivi, pour passer d’un point de vue à l’autre, tout au long
de la rédaction de ce mémoire grâce auquel nous aurons d’abord étudié les questions
pédoclimatiques propres à cette petite île de l’Océan Indien pour les comparer aux conditions
acceptables exigées par le Moringa oleifera Lam.

Cet arbre, originaire de l’Inde, surnommé « arbre miracle » ou « arbre de vie » est réputé
posséder toutes les vertus et répondre avantageusement aux problèmes de malnutrition,
notamment dans les pays africains et à Madagascar où un programme de lutte contre la
malnutrition vient d’être lancé récemment avec la culture du moringa grâce auquel « des
pépinières seront instaurées au niveau de tous les centres de santé de Madagascar60 ».

Au-delà d’avoir abordé rapidement, dans ce mémoire, la problématique de l’export et des


limites financières, juridiques, socio-anthropologiques, environnementales du projet, il est
apparu que l’aspect éthique prenait finalement le dessus sur toute autre considération.

Et cela, dès lors que les propriétés nutritionnelles du moringa s’avéraient, sinon fausses, du
moins largement mensongères ou tronquées et que, par conséquence directe, toutes les
qualités des compléments alimentaires à base de végétaux (et cyanobactéries) mis dans le
commerce pour satisfaire le marché européen étaient sujettes à caution, en l’absence d’études
épidémiologiques de masse.

Que dire alors des programmes de lutte contre la malnutrition mis en place, notamment par
des ONG, dans les pays où sévit la malnutrition, sur la base de telles informations ?

Mots-clés : Moringa (ananambo), Sainte-Marie de Madagascar, complément alimentaire,


nutrition, biodisponibilité

60
Dans l’Express de Madagascar, du 8 août 2017
Patrice FAUDOT
Licence PAIEE 48
Montpellier SupAgro
View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi