Vous êtes sur la page 1sur 292

Ministere de l’enseignement république tunisienne

Université libre de tunis

Rapport de stage

THEME :

ETUDE ET CONCEPTION D’UN PONT A


POUTRE POUR LE FRANCHISSEMENT
DE L’OUED ESSOUREG

En vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur en Génie Civil


Rédigé par :
KOUEMO Bruno

PIKBOUGOUM Sandra Francette

Encadreur académique Encadreur professionnel


BEN AMOR TAREK FITOURI

Année Universitaire : 2016 - 2017


DEDICACES

Nous dédions ce présent mémoire à nos parents qui


ont assuré avec diligence tout notre cursus
scolaire et ont fait de notre réussite une priorité.

SANDRA et BRUNO
REMERCIEMENT

grand nombre de personnes.

Nous souhaitons ici les en remercier.

Nous tenons à remercier notre encadreur madame Ben Amor


pour son encadrement. Ses conseils et sa confiance à notre
égard ont été déterminant dans la réalisation de notre projet

A notre maitre de stage Monsieur Tarek FITOURI et à


Monsieur CHAKHARI Maher, nous leur remercions pour leur
soutient et leur disponibilité.

A tous ceux qui de près ou de loin ont contribués à la


réalisation de ce travail, nous leur témoignons notre
gratitude.

SANDRA et BRUNO
RESUME

Avec le temps le monde assiste à un grand développement infrastructurel qui touche tous les
différents domaines et aussi le domaine routier. Suite à la rencontre des obstacles naturels tels
que les Oueds et autres, le monde a du chercher une solution pour y remédier, d’où
l’utilisation des ouvrages d’art tel que les ponts, tunnels et autres. Avec le temps on a assisté à
la naissance de plusieurs variétés de ponts différents répondant de plus en plus aux attentes tel
que les ponts à poutres, ponts dalles et autres.

L’étude d’un ouvrage d’art de type pont fait intervenir plusieurs domaines différents tels que
l’hydraulique, l’hydrologie, la géotechniques et la partie structure.

Le travail de conception et dimensionnement de pont nécessite une grande précision et


beaucoup de concentration car la moindre erreur entrainera l’effondrement de l’ouvrage et
beaucoup de pertes matérielles et humaines. D’où la délicatesse du travail qui sera proposé

Abstract
Over time, the world is witnessing a major infrastructure development that affects all
The different fields and also the road domain.
Following the meeting of obstacles Natural resources such as the Oued and others, the world
had to find a solution to it, Hence the use of structures such as bridges, tunnels and other
structures. . Over time,
Assisted in the birth of several varieties of different bridges responding more and more to
expectations such as girder bridges, bridges and other slabs.
The study of a bridge structure involves several different fields such as hydraulics, hydrology,
geotechnics and the structural part.
The work of design and dimensioning of the bridge requires great precision and concentration
because the slightest error will lead to the collapse of the structure and a lot of material and
human losses. Hence the delicacy of the work that will be proposed
Table des matières
INTRODUCTION .................................................................................................................... 1
PARTIE I : ETUDE ET PRESENTATION DU PROJET ..................................................... 2

CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET ............................................................... 3

I. Présentation du projet .......................................................................................................... 3

1.1 Problématique..................................................................................................... 3

1.2 Localisation du site ............................................................................................. 3

1.3 Données nécessaires pour un projet de pont....................................................... 5

1.3.1 Données naturelles .................................................................................................. 5

1.3.1.1. Données topographiques ................................................................................. 5

1.3.1.2. Données géotechniques ................................................................................... 5

a) Essais in situ ............................................................................................................ 5

b) Essai au laboratoire.................................................................................................. 5

1.3.1.3. Données hydrauliques et hydrologiques .......................................................... 6

1.3.1.4. Données climatiques........................................................................................ 6

c) Pluviométrie ............................................................................................................ 6

d) Intensité ................................................................................................................... 7

e) Température............................................................................................................. 8

f) Eaux ......................................................................................................................... 8

g) Vent ......................................................................................................................... 8

h) Séisme ..................................................................................................................... 9

i) Neige ....................................................................................................................... 9

1.3.2 Données fonctionnelles ........................................................................................... 9

1.3.2.1 Données relatives à la voie portée ............................................................................. 9

a) Recommandation du tracé en plan........................................................................... 9

b) Recommandation du profil en long ......................................................................... 9

1.3.2.2 Cas de franchissement sur oued............................................................................... 10

a) Gabarit ................................................................................................................... 10
b) Ouverture hydraulique ........................................................................................... 10

II. Impact sur l’environnement ............................................................................................... 10

a) Impacts négatifs ..................................................................................................... 10

b) Impacts positifs ...................................................................................................... 11

III. PRESENTATION DE L’ENTREPRISE....................................................................... 12

CHAPITRE II : ETUDES HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE ........................... 13

I. Etude hydrologique ........................................................................................................... 13

I.1 Délimitation du bassin versant ......................................................................................... 13

I.2 Caractéristiques physiques des différents bassins versants .............................................. 14

I.3 Description et évaluation des débits du bassin versant de l’Oued ................................... 16

I.4 Méthode de calcul ............................................................................................................ 16

a) Méthode SOGREAH (S ˃ 4 km²) .......................................................................... 16

Méthode de Kallel ................................................................................................................. 17

b) La méthode de Francou-Rodier ............................................................................. 17

c) Méthode de Ghorbel .............................................................................................. 18

II. Etude hydraulique.............................................................................................................. 19

CHAPITRE III : CHOIX ET CONCEPTION DE LA VARIANTE OPTIMALE .......... 21

I. Choix de la variante optimale ............................................................................................ 21

I.1 Pont dalle.......................................................................................................................... 21

I.2 Pont mixte acier-béton (PSI-OM) .................................................................................... 21

I.3 Pont à poutre en béton armé (PSI-BA) ............................................................................ 22

a) Ponts à poutres à travées indépendantes en BA (TIBA)........................................ 24

b) Pont à poutres à travées indépendantes en BP (VIPP) .......................................... 24

c) Pont à poutre précontrainte par adhérence............................................................. 24

I.4 Conclusion ....................................................................................................................... 24

II. Conception de l’ouvrage.................................................................................................... 24

II.1 Conception longitudinale de l’ouvrage ........................................................................... 25

II.2 Conception transversale de l’ouvrage ............................................................................. 25

II.3 Caractéristiques géométriques ........................................................................................ 28


a) Section à vide (section rectangulaire) .................................................................... 28

b) Section en charge (section en T)............................................................................ 28

c) Caractéristiques du pont ........................................................................................ 30

CHAPITRE IV : HYPOTHESES DE CALCUL ............................................................. 31

I. Introduction ....................................................................................................................... 31

I.1 Nature et caractéristique des matériaux Nature et caractéristique des matériaux .......... 31

I.1.1 Béton ............................................................................................................................ 31

a) Caractéristiques générales du béton ...................................................................... 31

b) Classe du béton et nature du ciment selon la destination ...................................... 32

c) Caractéristiques du béton pour les pieux ............................................................... 33

I.1.2 Acier .............................................................................................................................. 34

I.2 Béton armé ..................................................................................................................... 34

I.3 Remblai ............................................................................................................................ 35

II. Données principales de calcul ........................................................................................... 35

II.1 Caractéristiques du sol ................................................................................................... 35

II.1.1 Fondation profonde ...................................................................................................... 35

II.1.2 Fondation superficielle ................................................................................................ 36

A) Cas d’un sol homogène ......................................................................................... 36

B) Cas d’un sol hétérogène......................................................................................... 37

II.3 Variabilité sur le poids du béton armé et de la Superstructures ................................... 38

III. Actions........................................................................................................................... 38

III.1 Charges Routières et d’exploitation .............................................................................. 38

II.2 Retrait, Température ....................................................................................................... 39

IV. Méthode de calcul.......................................................................................................... 39

IV.1 GOH (pont à poutre) ..................................................................................................... 39

PARTIE II : ETUDE DU TABLIER ................................................................................... 40

CHAPITRE V: REPARTITION TRANSVERSALE DES CHARGES (CRT) .............. 41

I. Moment d’inertie ............................................................................................................... 41

I.1 Moment d’inertie de flexion pour une section de poutre ................................................. 41


I.2 Moment d’inertie de torsion de la poutre ......................................................................... 41

I.2.1 Calcul des paramètres fondamentaux ............................................................................ 43

II. Détermination du coefficient de répartition transversale (CRT) ....................................... 44

II.1 Calcul des CRT pour la poutre de rive.......................................................................... 44

II.1.1 Détermination des CRT pour la poutre de rive ........................................................... 46

II.1.2 Récapitulatif du CRT pour la poutre de rive ................................................................ 51

II.2 Calcul des CRT pour la poutre intermédiaire ................................................................. 51

II.2.1 Courbe de K pour la poutre intermédiaire .................................................................. 51

II.2.2 Détermination des CRT pour la poutre intermédiaire .................................................. 52

II.2.3 Récapitulatif du CRT pour la poutre intermédiaire ..................................................... 68

II.3 Tableau de comparaison des CRT pour les deux poutres ............................................... 68

CHAPITRE VI : EVALUATION DES CHARGES ........................................................ 69

I. Sollicitations dues à la charge permanente ........................................................................ 69

I.1 Charge permanente........................................................................................................... 69

I.1.1 Poutre de rive ................................................................................................................ 69

I.1.2 Poutre intermédiaire ...................................................................................................... 71

I.2 Sollicitations..................................................................................................................... 73

I.2.1 Poutre de rive ................................................................................................................ 74

I.2.2 Poutre intermédiaire ...................................................................................................... 74

II. Système de charge AL........................................................................................................ 74

II.1 Poutre intermédiaire........................................................................................................ 78

III. Système de charge B ..................................................................................................... 81

III.1 Système de charge Bc .................................................................................................... 81

III.1.1 Poutre de rive.............................................................................................................. 85

III.1.2 Poutre intermédiaire ................................................................................................... 86

III.2 Système de charge Bt .................................................................................................... 87

III.2.1 Poutre de rive.............................................................................................................. 90

III.2.2 Poutre intermédiaire ................................................................................................... 90

IV. Système de charge Mc ................................................................................................... 91


IV.1 Charge Mc80 ................................................................................................................. 91

IV.1.1 Poutre de rive ............................................................................................................. 93

IV.1.2 Poutre intermédiaire ................................................................................................... 93

IV.2 Charge Mc120 ............................................................................................................... 93

IV.2.1 Poutre de rive ............................................................................................................. 95

IV.2.2 Poutre intermédiaire ................................................................................................... 95

V. Récapitulatifs des résultats ................................................................................................ 96

V.1 Moments fléchissants ..................................................................................................... 96

V.2 Efforts tranchants............................................................................................................ 97

VI. Sollicitations .................................................................................................................. 98

VI.1 Poutre de rive ................................................................................................................ 98

VI.2 Poutre intermédiaire ...................................................................................................... 98

VII. Ferraillage de la poutre .................................................................................................. 98

VII.1 Armatures longitudinales ............................................................................................. 98

VII.2 Armatures transversales ............................................................................................. 101

CHAPITRE VII : ENTRETOISE SUR APPUIS ........................................................... 104

I. Introduction ..................................................................................................................... 104

II. Détermination des charges .............................................................................................. 105

II.1 Charge répartie.............................................................................................................. 105

II.2 Charge concentrée (Gp) ................................................................................................ 105

II.3 Sollicitations ................................................................................................................. 107

III. Ferraillage de l’entretoise ............................................................................................ 108

III.1 Caractéristiques des matériaux .................................................................................... 109

III.2 Armatures longitudinales............................................................................................. 109

III.3 Armatures transversales............................................................................................... 111

CHAPITRE VII : ETUDE DE L’HOURDIS ................................................................. 114

I. Introduction ..................................................................................................................... 114

II. Flexion locale .................................................................................................................. 114

II.1 Diffusion de charge localisée ...................................................................................... 115


II.2 Détermination des charges permanentes ....................................................................... 116

II.2.1 Charges permanentes ................................................................................................. 116

II.2.2 Système de charge Bc ................................................................................................ 117

II.2.3 Système de charge Bt ................................................................................................. 130

II.2.4 Système de charge Br ................................................................................................. 144

II.2.5 Système de charge MC80 .......................................................................................... 146

II.2.6 Système de charge Mc120 ......................................................................................... 147

III. Flexion globale ............................................................................................................ 150

a) Moment fléchissant ............................................................................................. 150

b) Détermination du coefficient μ ............................................................................ 151

a) Détermination des moment globaux .................................................................... 153

b) Charge permanente .............................................................................................. 153

c) Surcharge Bc ....................................................................................................... 154

d) Surcharge Bt ........................................................................................................ 164

e) Surcharge Mc80................................................................................................... 171

f) Récapitulatif des moments globaux ..................................................................... 178

IV. Sollicitations ................................................................................................................ 178

IV.1 Calcul des moments fléchissants ................................................................................. 179

IV.1 Efforts tranchants ........................................................................................................ 182

V. Ferraillage ........................................................................................................................ 182

PARTIE III : ETUDE DES APPUIS ................................................................................. 186

CHAPITRE IX : APPAREIL D’APPUIS ...................................................................... 187

I. Prédimensionnement de l’appareil d’appui ..................................................................... 187

I.1 Détermination de l’aire de l’appareil d’appui .............................................................. 187

I.2 Hauteur nette de l’élastomère........................................................................................ 188

I.3 Dimensions en plan de l’appareil d’appui .................................................................... 189

II. Répartition des efforts horizontaux ................................................................................. 189

II.1 Souplesse des appuis..................................................................................................... 190

II.2 Efforts de freinage ........................................................................................................ 191


II.3 Efforts horizontaux due à la déformation thermique et au retrait ............................... 192

II.4 Rotations ...................................................................................................................... 193

III. Vérification de la validité des appareils d’appuis ........................................................ 195

III.1 Condition de cisaillement ........................................................................................... 195

III.2 Contrainte de cisaillement .......................................................................................... 196

III.3 Contrainte conventionnelle de calcul ......................................................................... 196

III.4 Contrainte de cisaillement maximale sous l’effet de la rotation................................. 197

III.5 Contrainte totale de cisaillement ............................................................................... 197

III.6 Condition de non glissement ...................................................................................... 197

IV. Bossage ........................................................................................................................ 198

IV.1 Prédimensionnement ................................................................................................. 198

IV.2 Acier de frettage .......................................................................................................... 199

CHAPITRE X : ELEMENTS DE LA CULEE .............................................................. 200

I. Introduction ..................................................................................................................... 200

II. Mur garde grève .............................................................................................................. 200

II.1 Forme et dimensions ..................................................................................................... 201

II.2 Forces appliquées.......................................................................................................... 201

II.3 Sollicitation dues au mur garde grève........................................................................... 202

II.4 Ferraillage ..................................................................................................................... 205

III. Dalle de transition........................................................................................................ 206

III.1 Pré-dimensionnement .................................................................................................. 207

III.2 Sollicitations ................................................................................................................ 207

III.2.1 Charge permanent..................................................................................................... 207

III.2.2 Surcharge d’exploitation .......................................................................................... 208

III.2.3 Ferraillage ................................................................................................................. 209

IV. Corbeau ....................................................................................................................... 211

IV.1 Définition .................................................................................................................... 211

IV.2 Déterminons la valeur de Vu ....................................................................................... 212

IV.3 Vérification de la stabilité ........................................................................................... 213


IV.4 Ferraillage ................................................................................................................... 213

V. Mur de retour ................................................................................................................... 215

V.1 Prédimensionnement .................................................................................................... 215

V.2. Actions appliquées au mur .......................................................................................... 216

V.3 . Ferraillage ................................................................................................................... 217

Chapitre XI : Etude des chevêtres .................................................................................. 219

I. Introduction ..................................................................................................................... 219

II. Chevêtre sur culée ........................................................................................................... 219

II.1 Prédimensionnement ..................................................................................................... 219

II.2 Evaluation des charges.................................................................................................. 219

II.3 Moments de flexion longitudinaux et Efforts tranchants .............................................. 222

II.4 Moments produit par l’excentrement transversal des charges ...................................... 226

II.5 Ferraillage chevêtre sur culée ....................................................................................... 228

III. Chevêtre sur pile .......................................................................................................... 233

III.1 Prédimensionnement ................................................................................................... 233

III.2 Evaluation de la charge ............................................................................................... 233

III.2 Moments produit par l’excentrement transversal des charges ..................................... 237

III.3 Ferraillage du chevêtre sur pile ................................................................................... 238

Chapitre XII : Etude des colonnes.................................................................................. 241

I. Dimensions des colonnes ................................................................................................ 242

II. Charges agissant sur la colonne ....................................................................................... 243

II.1 Charges verticales ......................................................................................................... 243

II.2 Charges horizontales ..................................................................................................... 243

III. Ferraillage de la colonne ............................................................................................. 244

PARTIE IV : FONDATION .............................................................................................. 245

CHAPITRE XIII : ETUDE DE LA FONDATION ....................................................... 246

A. Etude du pieu ....................................................................................................... 246

3 Introduction ..................................................................................................................... 246

IV. Conception des pieux .................................................................................................. 246


II.1 Type des pieux .............................................................................................................. 247

II.2 Nombre de files et de pieux .......................................................................................... 248

V. Calcul de la portance d’un pieu isolé............................................................................... 248

III.1 Contrainte limite de pointe .......................................................................................... 248

III.2 Frottement latéral......................................................................................................... 250

VI. Capacité portante admissible d’un pieu ....................................................................... 251

VII. Ferraillage des pieux.................................................................................................... 253

V.1 Armatures longitudinales .............................................................................................. 253

V.2 Armatures transversales ................................................................................................ 254

B. Semelle isolée ...................................................................................................... 254

I. Détermination des charges .............................................................................................. 255


II.
Ferraillage de la semelle de liaison.................................................................................. 256

Conclusion ............................................................................................................................. 259


BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................... 260
Sommaire

INTRODUCTION .................................................................................................................... 1
PARTIE I : ETUDE ET PRESENTATION DU PROJET ..................................................... 2

CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET ............................................................... 3

CHAPITRE II : ETUDES HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE ........................... 13

CHAPITRE III : CHOIX ET CONCEPTION DE LA VARIANTE OPTIMALE .......... 21

CHAPITRE IV : HYPOTHESES DE CALCUL ............................................................. 31

PARTIE II : ETUDE DU TABLIER ................................................................................... 40

CHAPITRE V: REPARTITION TRANSVERSALE DES CHARGES (CRT) .............. 41

CHAPITRE VI : EVALUATION DES CHARGES ........................................................ 69

CHAPITRE VII : ENTRETOISE SUR APPUIS ........................................................... 104

CHAPITRE VII : ETUDE DE L’HOURDIS ................................................................. 114

PARTIE III : ETUDE DES APPUIS ................................................................................. 186

CHAPITRE IX : APPAREIL D’APPUIS ...................................................................... 187

Chapitre X : Eléments de la culée .................................................................................. 200

Chapitre XI : Etude des chevêtres .................................................................................. 219

Chapitre XII : Etude des colonnes.................................................................................. 241

PARTIE IV : FONDATION .............................................................................................. 245

Chapitre XIII : Etude de la fondation ............................................................................. 246

Conclusion .............................................................................................................................. 259


BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................. 260
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: valeurs des pluviométries mensuelles et journalières maximales par mois. ............ 6
Tableau 2: valeurs des coefficients d’intensités de pluie de la station de Gabès ....................... 7
Tableau 3: valeurs des périodes de retour en fonction des coefficients ..................................... 7
Tableau 4: moyenne des températures au cours de l’année ....................................................... 8
Tableau 5: caractéristiques du BV............................................................................................ 15
Tableau 6: valeur des débits maxima observés sur l’oued ....................................................... 16
Tableau 7: valeur de RT pour les régions du Sud et du Sahel de Sfax pour la formule de
Ghorbel ..................................................................................................................................... 18
Tableau 8: valeur du débit en fonction de la hauteur ............................................................... 19
Tableau 9: caractéristiques de l’Oued ...................................................................................... 20
Tableau 10: avantages et inconvénients des ponts dalles ......................................................... 21
Tableau 11: comparaison entre les ponts à poutre à travées indépendantes et les ponts continus
.................................................................................................................................................. 23
Tableau 12: avantages et inconvénients de la préfabrication ................................................... 23
Tableau 13: Hypothèses du béton des poutres ......................................................................... 31
Tableau 14: classe du béton et nature du ciment ...................................................................... 32
Tableau 15: caractéristiques de l’acier ..................................................................................... 34
Tableau 16: valeurs de λ_C et λ_d ........................................................................................... 36
Tableau 17: valeurs de λ_C et λ_d ........................................................................................... 37
Tableau 18: variabilité du poids du BA et de la superstructure ............................................... 38
Tableau 19: valeur de k en fonction de b/a pour le calcul de l’inertie torsion ......................... 42
Tableau 20: valeur k pour θ=1,2 .............................................................................................. 45
Tableau 21: valeur arrondie de k en fonction de e ................................................................... 45
Tableau 22: récapitulatif du CRT pour la poutre de rive ......................................................... 51
Tableau 23: valeur de k pour θ=1,2 pour la poutre intermédiaire ............................................ 52
Tableau 24: valeur arrondie de k en fonction de e ................................................................... 52
Tableau 25: récapitulatif du CRT pour la poutre intermédiaire ............................................... 68
Tableau 26: comparaison des CRT (poutres de rive et intermédiaires) ................................... 68
Tableau 27: récapitulatif des charges permanentes .................................................................. 73
Tableau 28: moments fléchissants et efforts tranchants de la poutre de rive ........................... 74
Tableau 29: moment fléchissant et effort tranchant de la poutre intermédiaire. ...................... 74
Tableau 30: valeur de QAL ...................................................................................................... 75
Tableau 31: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (1 VC) ............... 76
Tableau 32: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (2 VC) ............... 77
Tableau 33: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (3 VC) ............... 77
Tableau 34: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (4 VC) ............... 78
Tableau 35: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (1 VC) ............... 79
Tableau 36: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (2 VC) ............... 79
Tableau 37: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (3 VC) ............... 80
Tableau 38: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (4 VC) ............... 80
Tableau 39: valeur des différentes positions de x .................................................................... 83
Tableau 40: valeur des différentes positions de x .................................................................... 83
Tableau 41: valeur des différentes positions de x .................................................................... 84
Tableau 42: valeur des différentes positions de x .................................................................... 85
Tableau 43: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (1 VC) ................ 85
Tableau 44: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (2 VC) ................ 85
Tableau 45: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (3 VC) ................ 86
Tableau 46: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (4 VC) ................ 86
Tableau 47: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (2 VC) ................ 87
Tableau 48: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (3 VC) ................ 87
Tableau 49: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (4 VC) ................ 87
Tableau 50: valeur des différentes positions de x .................................................................... 88
Tableau 51: valeur des différentes positions de x .................................................................... 88
Tableau 52: valeur des différentes positions de x .................................................................... 89
Tableau 53: valeur des différentes positions de x .................................................................... 89
Tableau 54: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bt (1 VC) ................. 90
Tableau 55: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bt (2 VC) ................. 90
Tableau 56: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bt (1 VC) ................. 91
Tableau 57: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bt (2 VC) ................. 91
Tableau 58: valeur des différentes positions de x .................................................................... 92
Tableau 59: valeur des différentes positions de x .................................................................... 93
Tableau 60: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Mc80 ........................ 93
Tableau 61: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Mc80 ........................ 93
Tableau 62: valeur des différentes positions de x .................................................................... 94
Tableau 63: valeur des différentes positions de x .................................................................... 95
Tableau 64: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Mc120 ...................... 95
Tableau 65: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Mc120 ...................... 95
Tableau 66: récapitulatif des moments fléchissants ................................................................. 96
Tableau 67: récapitulatif des efforts tranchants ....................................................................... 97
Tableau 68: valeur des sollicitations pour la poutre de rive ..................................................... 98
Tableau 69: valeur des sollicitations pour la poutre intermédiaire .......................................... 98
Tableau 70: Récapitulatif de la charge permanente : ............................................................. 107
Tableau 71: valeur des sollicitations obtenues sur RDM6 ..................................................... 108
Tableau 72: ferraillage de l’entretoise à l’ELS ...................................................................... 111
Tableau 73: Détermination des coefficients de la 1ère disposition de la charge Bc .............. 119
Tableau 74: Détermination des moments de la 1ère disposition de la charge Bc .................. 119
Tableau 75: Détermination des coefficients du 2ème cas de charge Bc ................................ 122
Tableau 76: Détermination des moments du 2ème cas de charge Bc .................................... 122
Tableau 77: Détermination des efforts tranchants du 2ème cas de charge Bc ....................... 122
Tableau 78: Détermination des coefficients du 3ème cas de charge Bc ................................ 125
Tableau 79: Détermination des moments du 3ème cas de charge Bc .................................... 125
Tableau 80: Détermination des efforts tranchants du 3ème cas de charge Bc ....................... 126
Tableau 81: Détermination des coefficients du 4èmecas de charge Bc ................................. 128
Tableau 82: Détermination des moments du 4ème cas de charge Bc .................................... 129
Tableau 83: Détermination des efforts tranchants du 4ème cas de charge Bc ....................... 130
Tableau 84: Détermination des coefficients du 1er cas de charge Bt .................................... 132
Tableau 85: Détermination des moments du 1er cas de charge Bt ........................................ 132
Tableau 86: Détermination des efforts tranchants du 1er cas de charge Bt ........................... 133
Tableau 87: Détermination des coefficients du 2ème cas de charge Bt : ............................... 135
Tableau 88: Détermination des moments du 2ème cas de charge Bt ..................................... 136
Tableau 89: Détermination des efforts tranchants du 1er cas de charge Bt ........................... 136
Tableau 90: Détermination des coefficients du 3ème cas de charge Bt ................................. 139
Tableau 91: Détermination des moments du 3ème cas de charge Bt ..................................... 139
Tableau 92: Détermination des efforts tranchants du 3ème cas de charge Bt ........................ 140
Tableau 93: Détermination des coefficients du 4ème cas de charge Bt ................................. 143
Tableau 94: Détermination des moments du 4ème cas de charge Bt ..................................... 143
Tableau 95: Détermination des efforts tranchants du 4ème cas de charge Bt ........................ 144
Tableau 96: Détermination des moments de la charge Br...................................................... 145
Tableau 97: Détermination des moments de la charge Br...................................................... 145
Tableau 98: Détermination des efforts tranchants du 1er cas de charge Br ........................... 145
Tableau 99: Détermination des moments de la charge MC80 ............................................... 147
Tableau 100: Détermination des moments de la charge MC80 ............................................. 147
Tableau 101: Détermination des efforts tranchants de la charge MC80 ................................ 147
Tableau 102: Détermination des moments de la charge MC120 ........................................... 149
Tableau 103: Détermination des moments de la charge MC120 ........................................... 149
Tableau 104: Détermination des efforts tranchants de la charge MC120 .............................. 149
Tableau 105: Récapitulatif des surcharges (flexion locale) ................................................... 150
Tableau 106: interpolation de μ_1 en fonction de α et θ ....................................................... 152
Tableau 107: interpolation de μ_3 en fonction de α et θ ........................................................ 152
Tableau 108: récapitulatif des moments globaux ................................................................... 178
Tableau 109: moments (flexion globale) à L’ELU et L’ELS : .............................................. 179
Tableau 110: moments (flexion locale) à L’ELU et L’ELS ................................................... 179
Tableau 111: moments suivant x en travée de rive ................................................................ 180
Tableau 112: tableau des moments suivant x en travée intermédiaire ................................... 180
Tableau 113: moments suivant x sur appui intermédiaire ..................................................... 180
Tableau 114: moments suivant x sur appui de rive ................................................................ 181
Tableau 115: moments suivant y (en travée de rive et intermédiaire) ................................... 181
Tableau 116: tableau des moments suivant y en travée de rive ............................................. 181
Tableau 117: efforts suivant x et y ......................................................................................... 182
Tableau 118: Détermination différentes armatures de l’hourdis à l’ELS .............................. 184
Tableau 119: épaisseur des frettes en fonction de l’élastomère ............................................. 189
Tableau 120: récapitulatif des caractéristiques géométriques de l’appareil d’appui.............. 189
Tableau 121: souplesse totale ................................................................................................. 190
Tableau 122: rigidité totale .................................................................................................... 191
Tableau 123: récapitulatif des rotations ................................................................................. 195
Tableau 124: dimensions de l’appareil d’appui et du bossage ............................................... 198
Tableau 125: Moments d’encastrements totaux ..................................................................... 204
Tableau 126: mur garde grève ................................................................................................ 205
Tableau 127: moments fléchissants et des efforts tranchants dues à la charge permanente .. 208
Tableau 128: efforts tranchants due à la dalle de transition ................................................... 209
Tableau 129: efforts dû à la dalle de transition ...................................................................... 209
Tableau 130: schémas du ferraillage de la dalle de transition ................................................ 211
Tableau 131: récapitulatif du ferraillage ................................................................................ 214
Tableau 132: Poids propre du chevêtre pondéré .................................................................... 220
Tableau 133: moments sur le mur garde grève ...................................................................... 220
Tableau 134: Réaction dues à la dalle de transition ............................................................... 221
Tableau 135: Récapitulatif de la réaction du tablier............................................................... 221
Tableau 136: Récapitulatif de la réaction du vérin................................................................. 222
Tableau 137: Formules de calcul des sollicitations dues aux charges réparties ..................... 223
Tableau 138: Sollicitations dues aux charges réparties .......................................................... 223
Tableau 139: Sollicitations dans le chevêtre à l’ELU et à l’ELS ........................................... 225
Tableau 140: moments de flexion longitudinaux et efforts tranchants à retenir .................... 226
Tableau 141: formules des sollicitations produites par l’encastrement transversal des charges :
................................................................................................................................................ 227
Tableau 142: Les valeurs des sollicitations produites par l’encastrement transversale des
charges .................................................................................................................................... 227
Tableau 143: Sollicitations dues aux charges excentrées ....................................................... 228
Tableau 144: Section d’armature du chevêtre sur culée ........................................................ 232
Tableau 145: poids propre de chevêtre pondéré ..................................................................... 234
Tableau 146: Récapitulatif de la réaction du tablier du chevêtre pile .................................... 234
Tableau 147: Récapitulatif des réactions dues au tablier dans le chevêtre ............................ 235
Tableau 148: récapitulatif de la réaction du vérin .................................................................. 236
Tableau 149: Récapitulatif des efforts dus au vérin dans le chevêtre .................................... 237
Tableau 150: Réactions du tablier au niveau de l’appareil d'appui ........................................ 237
Tableau 151: Valeur des sollicitations produites par l’excentrement transversal des ............ 238
Tableau 152: Section d’armature du chevêtre sur appui intermédiaire .................................. 241
Tableau 153: hauteurs des différentes colonnes ..................................................................... 242
Tableau 154: valeurs de k_p en fonction du mode de mise en œuvre ................................... 249
Tableau 155: valeurs de k_p en fonction de la classification du sol ...................................... 249
Tableau 156: valeurs de〖 q〗_(s ) ....................................................................................... 250
Tableau 157: Diamètres des armatures transversales suivant les diamètres des armatures
longitudinales ......................................................................................................................... 254
LISTE DES FIGURES

Figure 1: plan d’ensemble du site .............................................................................................. 3


Figure 2: carte d’état-major de la région du Sud ...................................................................... 13
Figure 3: coupe longitudinale du pont...................................................................................... 25
Figure 4: coupe transversale du pont........................................................................................ 27
Figure 5: charge AL pour la poutre de rive .............................................................................. 46
Figure 6: charge Bc pour poutre de rive ................................................................................... 47
Figure 7: charge Bt pour poutre de rive ................................................................................... 49
Figure 8: charge Mc80 pour la poutre de rive ......................................................................... 50
Figure 9: charge Mc120 pour la poutre de rive ........................................................................ 50
Figure 10: charge AL pour la poutre intermédiaire .................................................................. 53
Figure 11: charge Bc 1er cas : disposition1 ............................................................................. 54
Figure 12: une file de Bc placée sur l’axe central et l’autre distant de 2m .............................. 55
Figure 13: deux convois de Bc placées symétriquement par rapport à l’axe central ............... 56
Figure 14: une file de roue adjacente au 2ème camion est placée sur l’axe central ................. 57
Figure 15: les trois convois de Bc sont placés symétriquement par rapport à l’axe central .... 58
Figure 16: une file de roue adjacente à un camion est placée sur l’axe central ....................... 59
Figure 17: 4 convois de Bc placés symétriquement par rapport à l’axe central ....................... 60
Figure 18: une file des files roues adjacente à un camion est placée sur l’axe central ............ 61
Figure 19: 2 files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe central ...................... 62
Figure 20: une file de roues adjacente au 2ème camion est placée sur l’axe central ............... 62
Figure 21: deux convois Bt placées symétriquement par rapport à l’axe central..................... 63
Figure 22: une file de roues adjacente au 2ème camion est placé sur l’axe central ................. 64
Figure 23: une chenille dont l’extrémité est sur l’axe central et l’autre à 1.95 m .................... 65
Figure 24: une chenille sur l’axe centrale et l’autre à 1.95 m ................................................. 65
Figure 25: deux chenilles symétriques ..................................................................................... 66
Figure 26: une chenille dont l’extrémité est sur l’axe central et l’autre à 2.30 m .................... 66
Figure 27: une chenille sur l’axe central et l’autre à 2.30 m .................................................... 67
Figure 28: deux chenilles symétriques ..................................................................................... 67
Figure 29: schéma mécanique .................................................................................................. 73
Figure 30: Diagramme des efforts tranchants .......................................................................... 73
Figure 31: diagramme du moment fléchissant sous l’effet de la charge AL ............................ 75
Figure 32: diagramme de l’effort tranchant sous l’effet de la charge AL ................................ 75
Figure 33: différentes dispositions de la charge Bc ................................................................. 81
Figure 34: position du dernier essieu par rapport au premier appui ......................................... 82
Figure 35: position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui ............................. 83
Figure 36: diagramme des efforts tranchants dû à Bc .............................................................. 84
Figure 37: diagramme des efforts tranchants dû à Bc .............................................................. 84
Figure 38: diagramme des moments dû à Bt ............................................................................ 88
Figure 39: diagramme des moments dû à Bt ............................................................................ 88
Figure 40: diagramme des efforts tranchants dû à Bt ........................................................ 89
Figure 41: diagramme des efforts tranchants dû à Bt ............................................................... 89
Figure 42: disposition longitudinale de Mc80.......................................................................... 92
Figure 43: diagramme des moments dû à Mc80 ...................................................................... 92
Figure 44: diagramme des efforts tranchants dû à Mc80 ................................................... 92
Figure 45: disposition longitudinale de Mc120 .................................................................... 94
Figure 46: diagramme des moments dû à Mc120 ................................................................ 94
Figure 47: diagramme des efforts tranchants dû à Mc120 ....................................................... 94
Figure 48: schéma du ferraillage de la poutre ........................................................................ 103
Figure 49: diagramme des moments fléchissants à l’ELS ..................................................... 107
Figure 50: efforts tranchants à l’ELS ..................................................................................... 108
Figure 51: schéma du ferraillage de l’entretoise .................................................................... 113
Figure 52: vue en plan d’un panneau d’hourdis ..................................................................... 114
Figure 53: diffusion de la charge ............................................................................................ 115
Figure 54: système de charge Bc ............................................................................................ 117
Figure 55: deux roues de Bc sur l’hourdis avec une centrée et une autre sur l’axe longitudinal
................................................................................................................................................ 118
Figure 56: effet d’un rectangle centré et d’un rectangle placé sur l’axe de symétrie............. 120
Figure 57: quatre rectangles non centrés et symétriques deux à deux ................................... 123
Figure 58: disposition longitudinale de Bc ............................................................................ 126
Figure 59: système de charge Bt ............................................................................................ 130
Figure 60: effet de deux rectangles situés sur un axe et symétriques par rapport à un autre 130
Figure 61: un rectangle centré et placé sur l’axe de symétrie ................................................ 133
Figure 62: quatre rectangles non centrés et symétriques ........................................................ 137
Figure 63: six rectangles non centrés et symétriques deux à deux ......................................... 140
Figure 64: présentation du système Br ................................................................................... 144
Figure 65: disposition longitudinale de Mc80........................................................................ 146
Figure 66: système de charge Mc120 ..................................................................................... 147
Figure 67: disposition longitudinale de Mc120...................................................................... 148
Figure 68: courbe de µ1 et µ3 ................................................................................................ 153
Figure 69: chargement de gper dans le sens transversal ........................................................ 153
Figure 70: chargement de gper dans le sens longitudinal ...................................................... 154
Figure 71: chargement de Bc première disposition ................................................................ 155
Figure 72: chargement de Bc 1er cas ; deuxième disposition ................................................ 155
Figure 73: chargement de Bc 2ème cas, 1ère disposition ...................................................... 156
Figure 74: chargement de Bc 2ème cas 2ème disposition...................................................... 157
Figure 75: chargement de Bc 3ème cas disposition 1 ............................................................ 157
Figure 76: chargement de Bc 3ème cas disposition 2 ............................................................ 158
Figure 77: chargement Bc 4ème cas disposition 1 ................................................................. 159
Figure 78: chargement Bc 4ème cas disposition 2 ................................................................. 160
Figure 79: Disposition la plus défavorable de la charge Bc sens longitudinal ...................... 161
Figure 80: chargement transversal de Bt 1er cas disposition 1 .............................................. 164
Figure 81: chargement de Bt 1er cas disposition 2 ................................................................ 165
Figure 82: chargement transversal Bt 2ème cas disposition 1 ............................................... 166
Figure 83: chargement Bt 2ème cas disposition 2 .................................................................. 167
Figure 84: disposition de Bt longitudinal ............................................................................... 168
Figure 85: disposition transversale de Br ............................................................................... 169
Figure 86: disposition longitudinale de la charge Br ............................................................. 170
Figure 87: chargement transversal de Mc80 disposition 1 ..................................................... 171
Figure 88: chargement transversal de Mc80 disposition 2 ..................................................... 171
Figure 89: chargement transversal de Mc80 disposition 3 ..................................................... 172
Figure 90: disposition longitudinale de Mc80........................................................................ 173
Figure 91: chargement transversal de Mc120 disposition 1 ................................................... 174
Figure 92: chargement transversal de Mc120 disposition 2 ................................................... 175
Figure 93: chargement transversal de Mc120 disposition 3 ................................................... 176
Figure 94: disposition longitudinale de Mc120...................................................................... 176
Figure 95: schémas du ferraillage de l’hourdis ...................................................................... 185
Figure 96: schéma de ferraillage de l’appareil d’appui .......................................................... 199
Figure 97: éléments de la culée .............................................................................................. 200
Figure 98: mur garde grève .................................................................................................... 201
Figure 99: poussée de la charge ............................................................................................. 203
Figure 100: poussée de la charge ........................................................................................... 204
Figure 101: Schéma de ferraillage du mur garde grève ......................................................... 205
Figure 102: dalle de transition ................................................................................................ 206
Figure 103: diagramme de calcul de moment ........................................................................ 208
Figure 104: caractéristiques du corbeau d’appui .................................................................... 212
Figure 105: ferraillage du corbeau ......................................................................................... 215
Figure 106: mur en retour....................................................................................................... 215
Figure 107: ferraillage du mur en retour ................................................................................ 218
Figure 108: Chevêtre sur colonne .......................................................................................... 222
Figure 109: efforts tranchant dû au tablier ............................................................................. 223
Figure 110: moments fléchissants dû au tablier ..................................................................... 224
Figure 111: efforts tranchants dû au vérin ............................................................................. 224
Figure 112: moments dû au vérin ........................................................................................... 224
Figure 113: Les excentrements transversaux pour la culée .................................................... 226
Figure 114: notation ............................................................................................................... 231
Figure 115: Section équivalente ............................................................................................. 231
Figure 116: Schéma du ferraillage du chevêtre sur culée ...................................................... 233
Figure 117: schéma statique du chevêtre sur pile................................................................... 234
Figure 118: efforts tranchants due à la réaction du tablier sur le chevêtre ............................. 235
Figure 119: moment fléchissant due à la réaction du tablier sur le chevêtre ......................... 235
Figure 120: efforts tranchants due à la réaction du vérin ....................................................... 236
Figure 121: moment fléchissant due à la réaction du vérin .................................................... 236
Figure 122 : Illustration de l’état de charge du chevêtre intermédiaire.................................. 237
Figure 123: Schéma du ferraillage du chevêtre sur pile ......................................................... 241
Figure 124: Exécution des pieux forés ................................................................................... 247
Figure 125: ferraillage du pieu ............................................................................................... 254
ABREVIATION
BAU : Bande d’Arrêt d’Urgence
PK : Point Kilométrique
SC : Sondage Carotté
SP : Sondage Pressiométrique
PHEC : Plus Haute Eau Connue
PHE : Plus Haute Eau
NGT : Niveau Général du Terrain
INM : Institut National de la Météorologie
INAT : Institut National Agronomique de Tunis
IDF : Intensité Durée Fréquence
T : période de retour
Tn : Température minima
Tx : Température maxima
Tm : Température moyenne
HRS : Haute Résistance aux Sulfates
S : Superficie du bassin versant
P : Périmètre du bassin versant
I : pente moyenne du bassin versant
L : Longueur de l’écoulement
Kc : Indice de compacité
Hmax : Altitude maximale
Hmin : Altitude minimale
Tc : temps de concentration
Léq : Longueur équivalente du bassin versant
léq : largeur équivalente du bassin versant
BV : Bassin Versant
RN : Route National
QT : débit total
PT : pluie journalière pour la période de retour T
Po : seuille de ruissellement
Q100 : débit centennale
P100 : Pluie centennale
Qmoy : débit moyen
RT : valeur régionale représentant le rapport des débits
Sn : Surface mouillée
Pn : Périmètre mouillée
Rh : Rayon hydrologique
K : coefficient de Manning Strickler
Vh : Vitesse de la section hydrologique
BA : Béton Armé
BP : Béton Précontraint
DA : Dalle Armée
PSIOM : Passage Supérieur Inférieur ouvrage mixte
PSIDA : Passage Supérieur Inférieur en Dalle Armée
TIBA : Travée Indépendant à poutre en Béton Armé
VIPP : Viaduc à travée indépendant à Poutre Précontraint
PRAD : Poutre Précontraint par Adhérence
LC : Longueur de calcul
hp : Hauteur de la poutre
bp : épaisseur de la poutre
bo : espacement
Le : Longueur d’encorbellement
he : Hauteur de l’entretoise
be : épaisseur de l’entretoise
hd : Hauteur de l’hourdis
Lch : Largeur chargeable
Lr : largeur roulable
Nv : nombre de voies
Vo : Largeur d’une voie
MPa : Méga Pascal
fc28 : Résistance à la pression du béton à 28 jours
ft28 : Résistance du béton à la traction à 28 jours

u : contrainte limite de cisaillement


Ei : Module de déformation instantanée
EV : Module de déformation différée
GOH : Grand Ouvrage Hydrologique

S : contrainte limite de traction pour les aciers


CRT : Coefficient de Répartition Transversal

P : rigidité de la flexion de la poutre

e : rigidité de la flexion de l’entretoise


: rigidité de la torsion de la poutre
: rigidité de la torsion de l’entretoise
: paramètre de la torsion
: paramètre de l’entretoisement
E : excentricité de la charge
Y : ordonnée de la poutre
n : nombre de poutre
: coefficient du CRT
KAL : coefficient K pour la surface AL
KBC : coefficient K pour la surface Bc
KMC : coefficient K pour la surface Mc
Bc : coefficient de Bc
Bt : coefficient de Bt
Mx : Moment fléchissant
MPer : Moment fléchissant permanant
MAL : Moment fléchissant de la surcharge AL
MBC : Moment fléchissant de surcharge BC
MBt : Moment fléchissant dû à la surcharge Bt
MMC : Moment fléchissant dû à la surcharge Mc
TPer : effort tranchant dû à la surcharge de Per
TAL : effort tranchant dû à la surcharge de AL
TBC : effort tranchant dû à la surcharge de BC
TBt : effort tranchant dû à la surcharge de Bt
TMC80 : effort tranchant dû à la surcharge de MC80
TMC120 : effort tranchant dû à la surcharge de MC120
gper : charge Permanente

BA : poids volumique du béton


gprédalle : poids de la prédalle
gh : poids de l’hourdis
gp : poids de la dalle
gstruct : poids de la superstructure
ge : poids de l’entretoise
gétanch : poids de l’étanchéité
eétanchéité : épaisseur de l’étanchéité

étanch : poids volume de l’étanchéité

roulement : poids volume de la couche de roulement


eroulement : épaisseur de la couche de roulement
ggarde-corps : poids du garde-corps
gglissère : poids de la glissière
gcorniche et contre corniche : poids de la corniche et contre corniche
gtotal: poids total
1VC : une voie chargée
ELS : Etat Limite de Service
Nc: Nombre de camion
Nf : Nombre de file
MMAX : Moment maximal
Mu : Moment ultime
Mser : Moment service
AS: section d’acier
Mrb : Moment résistant
zb: bras de levier
At: Armature transversale
St: espacement
RL : acier Rond lisse
HA : Acier haute d’adhérence
Amin : Acier minimal
Tox : effort tranchant par rapport à l’axe x-x
Toy : effort tranchant par rapport à l’axe y-y
Lt : Largeur total
µn : coefficient de Guyon Massonnet
qn : charge appliquée en forme de lame de couteau
b : demi largeur archive
Mxtot : Moment total dans le sens x-x
Mytot : Moment total dans le sens y-y
Myloc : Moment local dans le sens y-y
Myglob : Moment global dans le sens y-y
Mxloc : Moment local dans le sens x-x
Mxglob : Moment global dans le sens x-x
Nmax : effort tranchant maximal

min : contrainte minimale

max : contrainte maximale


E : hauteur totale de l’appareil d’appui
U1 : souplesse d’appui
U2 : souplesse des colonnes
U3 : souplesse des fondations
St : souplesse totale
Sd : souplesse différée
Sinst : souplesse instantanée
T : epaisseur de l’élastomère
na : nombre d’appareil d’appuis
G : module d’élasticité transversal de l’élastomère
Gd : module d’élasticité différé
Ginst : module d’élasticité instantané
K : rigidité totale
FAL : effort de freinage pour une surcharge AL
FBC : effort de freinage pour une surcharge BC
HAL : effort horizontal de freinage pour la surcharge AL
HBC : effort horizontal de freinage pour la surcharge BC

r : raccourcissement unitaire dû au retrait

t: raccourcissement unitaire dû à la température


Dr : : Déplacement dû au retrait
DDCD : Déplacement dû à la température courte durée
DDLD : Déplacement dû à la température longue durée
Hr: effort dû au retrait
HDCD: effort horizontal dû à la température coute durée
HDLD: effort horizontal dû à la température longue durée

Per: rotation due à la surcharge permanente

AL: rotation due à la surcharge AL

BC: rotation due à la surcharge BC

MC80: rotation due à la surcharge MC80

MC120: rotation due à la surcharge MC120

t: rotation totale

H : contrainte conventionnelle de calcul

N: contrainte de cisaillement
: contrainte maximale de cisaillement sous l’effet de la rotation

H1: distorsion sous déformation lente

H2: distorsion sous effort dynamique H2

Af: acier de frettage


: poids volumique du remblai
Mt: Moment de poussée de terre
Mp: Moment de poussée d’une charge locale
Mf: Moment de freinage
L’c: longueur de calcul de la terre de compression
Grev : poids du revêtement
Gremb : poids du remblai
Gtot : poids total

c: périmètre de réparation
Vc: charge ponctuelle provenant de la dalle de transition
HU: effort horizontal calculé a l’ELS
Mh: Moment de l’axe vertical
Mv: Moment de l’axe horizontal
hr : hauteur moyenne de la chaussée
hd : épaisseur de la dalle de transition
D : Longueur de la dalle de transition
Rtab : réaction du tablier
Rvérin : réaction du revin
MMGG : Moment Mur garde grève
Eg : excentricité du mur de retour
Ed : excentricité de la dalle de transition
Ea : excentricité de l’axe des appareils d’appui
Dt: distance entre axes des appareil d’appui

t : diamètre transversal
: aire moyenne

uv : contrainte tangentielle due à l’effort tranchant

ut : contrainte tangentielle due au couple torsion


C : coulpe de torsion
Ec : excentricité réaction du tablier

pile : diamètre des piles


Hpile : hauteur des piles
Gtablier : charge du tablier
Gfut : poids propre du fût
Chevêtres : poids propre du chevêtre
Gv : charge verticale
Pl*(z) : pression limite à la profondeur z
Ple* : pression limite nette
Kp : facteur de portance
Qadm : capacité admissible d’un pieu
Introduction

INTRODUCTION

L’un des aspects les plus importants de l’activité de l’être humain depuis son apparition sur
terre est de surmonter les obstacles rencontrés sur son chemin. Ces obstacles peuvent être
d’origine naturel ou artificiel.
Le pont est un ouvrage qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours d’eau,
voies de communication) en passant par-dessus. Il est construit sur cours d’eau lorsque : le
débit est important ; la dépression est très profonde ; le trafic routier est élevé. La Tunisie est
un pays pour lequel la croissance économique passe par la modernisation des réseaux de
transport.

En effet, l’un des moyens les plus efficaces pour promouvoir le développement économique
d’un pays est l’amélioration conséquente des infrastructures de transport.
C’est dans ce contexte que s’inscrit le projet de la construction de l’ouvrage de
franchissement de l’Oued Essoureg assurant la liaison de l’autoroute trans magrébine Gabès -
Médenine au pk 12 lot 1.

L’objectif de ce projet de fin d’étude est la conception et le dimensionnement des éléments de


structures suivant les règles du BAEL 91 et les recommandations du SETRA.
Notre travail est divisé en plusieurs parties qui sont disposées comme suit :

Partie I : Présentation et conception du projet ;


Partie II : étude du tablier
Partie III : étude des appuis
Partie IV : étude de la fondation.
En somme, nous allons toucher aux différentes étapes constituants la conception et la
réalisation d’un ouvrage d’art.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 1


Partie I : Etude et présentation du projet

PARTIE I : ETUDE ET
PRESENTATION DU PROJET

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 2


Partie I : Etude et présentation du projet

CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET

I. Présentation du projet

1.1 Problématique

Le présent travail concerne la conception et l’étude d’un ouvrage de franchissement de l’Oued


Essoureg s’inscrivant dans le cadre de l’étude d’exécution des travaux de construction de
l’Autoroute Gabès-Medenine -Ras Jédir. Le projet se développe sur une longueur totale de
188 Km. Il est composé de trois sections : Gabès - Médenine : 84 Km, Médenine - Ben
Guerdane : 91 Km et Ben Guerdane - Ras Jédir : 11 Km. Il est conçu en 2 x 2 voies et BAU
élargissable par l’intérieur séparés par un TPC de 11m.

1.2 Localisation du site

L’ouvrage se situe dans le lot 1 entre Gabès et Kettana, plus précisément au pk 12.

Figure 1: plan d’ensemble du site

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 3


Partie I : Etude et présentation du projet

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 4


Partie I : Etude et présentation du projet

1.3 Données nécessaires pour un projet de pont

1.3.1 Données naturelles

1.3.1.1. Données topographiques

Ce sont les levés effectués sur le site par les topographes, ils sont présentés sur un plan coté.
Ils seront introduits plus tard dans le logiciel Autocad pour le tracé en plan et la détermination
du profil en long de l’ouvrage.

1.3.1.2. Données géotechniques

Ces données interviennent beaucoup sur le choix des fondations et de la conception de


l’ouvrage. Une campagne géotechnique a été effectuée dans le but de connaitre la nature et la
portance du sol à travers les essais in situ et les essais au laboratoire.

a) Essais in situ

La campagne de reconnaissance a comporté l’exécution de :

Trois (03) sondages carottés SC1, SC2 et SC3 de 25 m de profondeur avec


prélèvement d’échantillons pour analyse au laboratoire ;
Trois (03) sondages pressiométriques SP1, SP2 et SP3 de 25m de profondeur avec
réalisation d’essais pressiométriques tous les mètres.

b) Essai au laboratoire

Ces essais ont été réalisés avec les échantillons prélevés sur le site :

Essais d’identification : l’analyse granulométrique, la sédimentometrie, la limite


d’Atterberg, la teneur en eau.
Essai analyse chimique : teneur en sulfate,
Essai œdométrique : compressibilité ;
Essai mécanique : essais triaxiaux (UU, CU + u).

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 5


Partie I : Etude et présentation du projet

1.3.1.3. Données hydrauliques et hydrologiques

La hauteur de la plus haute eau connue (PHEC) sert à déterminer les hauteurs des appuis. Le
PHE est déterminé à l’aide des enregistrements des débits, des hauteurs d’eaux collectés et
des enquêtes menés sur le terrain auprès des riverains. Des formules semi-empiriques basées
sur les données statistiques de la pluviométrie sur l’oued sont nécessaires pour le
dimensionnement hydraulique du pont. Dans le cadre de notre projet, la PHE retenue est 43 m
NGT

1.3.1.4. Données climatiques

c) Pluviométrie

Sur la période de 1961- 1990 pour Gabès et de 1977-1990 pour Médenine, la


météorologie nationale donne les moyennes mensuelles suivantes :

Tableau 1: valeurs des pluviométries mensuelles et journalières maximales par mois.

Station/mois S O N D J F M A M J J A Année
Pluviométrie mensuelle
Gabès 22.8 44.1 31.5 33.3 24.3 19.4 23.2 12.7 6.8 3 0.7 1.1 222.9
Médenine 11.3 25 39.5 39 23.7 20.3 23.3 11.5 4.7 2.5 1.5 1.6 203.9
Pluviométrie journalière
Gabès 71.8 102.6 111.4 124.1 88.6 62.5 69 58.9 25.7 11.7 2.7 5 124.1
Médenine 22 40.7 87.5 49 50.3 37.6 100.9 17 9.4 6.1 1.5 6.3 100.9

Pour la pluviométrie mensuelle, on remarque pour les deux stations que la saison pluvieuse
s’étend du mois de Septembre jusqu’au mois de Mars avec une bonne partie des pluies
pendant l’automne.

Pour ce qui est de la pluviométrie journalière, la valeur retenue est la plus grande des mois. La
valeur 124.1 mm correspond à la date du 4 décembre 1973 pour Gabès et 100.9 mm du 4 mars
1979 pour Médenine.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 6


Partie I : Etude et présentation du projet

Une étude des pluies journalières des différentes fréquences a été effectuée en 1991 par
l’Institut National de la Météorologie (I.N.M) en collaboration avec l’Institut National
Agronomique de Tunis (I.N.A.T).

d) Intensité

Elle est déterminée à l’aide des courbes Intensité – Durée – Fréquence (IDF).

Avec :

i : intensité en (mm/h)

T : période de retour (an)

T : durée de la pluie (mm)

Les valeurs a, b et c de la station retenue sont données dans le tableau suivant :

Tableau 2: valeurs des coefficients d’intensités de pluie de la station de Gabès

Paramètre/station a b c
Gabès 209.3 0.33 0.88

Pour différentes périodes de retour, les valeurs a, b, de la station retenue sont classées
dans le tableau :

Tableau 3: valeurs des périodes de retour en fonction des coefficients

T (an) aT b (T) Equations


2 598,35 0,86 I=598,35t-0,86
5 806,17 0,86 I=806,17t-0,86
10 980,37 0,86 I=980,37t-0,86
20 1201,39 0,87 I=1201,39t-0,87
50 1551,62 0,88 I=1551,62t-0,88
100 2172,2 0,88 I=2172,2t-0,88

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 7


Partie I : Etude et présentation du projet

e) Température

L’effet de la température est pris en compte dans la dilatation ou le raccourcissement


longitudinal. C’est pourquoi on place des joints de chaussée qui permettent le déplacement
longitudinal du tablier. La température moyenne annuelle pour les régions de Gabes et
Médenine est de l’ordre de 19°C. le tableau ci-après présente les moyennes des minima (Tn)
et des maxima (Tx) mensuels ainsi que la température moyenne (Tm) en °C.

Tableau 4: moyenne des températures au cours de l’année

Station/mois Température S O N D J F M A M J J A Année

Tm 25.6 21.7 16.8 13 12 13.3 15.1 17.7 20.8 24 26.6 27.4 19.5
Gabès Tn 21.7 17.4 12.1 8.4 7.5 8.4 10.4 13.6 16.9 20.7 22.6 23.5 15.3
Tx 29.5 26.0 21.5 17.5 16.5 18.1 19.7 21.8 24.6 27.3 30.6 31.3 23.7

Tm 26.9 22.9 17.3 13.3 12.1 14.1 15.9 22.5 26.4 29.0 29.7 29.7 20.8
Médenine Tn 21 17.2 12.3 8.3 7.2 8.5 10.1 16.2 19.7 21.9 22.9 22.9 14.8
Tx 32.8 28.4 22.3 18.3 17.1 19.7 21.6 28.8 33.1 36.0 36.4 36.4 26.6

f) Eaux

En plus de la pression hydrostatique exercée par l’eau, une pression hydrodynamique peut
avoir lieu si la vitesse d’écoulement de l’eau est assez importante. Pour les ouvrages courants
sur les oueds, ces effets ne pas pris en compte.

Mais les eaux ont un effet néfaste autour des piles des ponts puisqu’ils contribuent à
l’affouillement. Pour se protéger contre ce phénomène, nous utilisons couramment des
enrochements autour des appuis. Une analyse chimique des eaux de franchissement est
souvent demandée pour déterminer la nature agressive des eaux. En Tunisie, pour protéger les
appuis contre l’agressivité du milieu, nous utilisons lors de l’exécution le ciment type HRS
(Haute Résistance aux Sulfates) et un enrobage adapté.

g) Vent

L’action du vent n’a pas trop d’influence sur notre pont (il résiste par son poids propre et ne
comporte pas d’éléments sur lesquels l’action du vent peut influencer).

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 8


Partie I : Etude et présentation du projet

h) Séisme

En Tunisie, les actions sont rares à part quelques régions comme Gafsa. C’est pourquoi notre
étude ne tient pas compte de l’effet sismique.

i) Neige

Ce phénomène n’est pas courant en Tunisie, c’est pourquoi les ouvrages ne sont pas
dimensionnés pour cette action.

1.3.2 Données fonctionnelles

1.3.2.1 Données relatives à la voie portée

Ces données sont le tracé en plan, le profil en long et les profils en travers.

a) Recommandation du tracé en plan

Dans la mesure du possible, il est recommandé d’éviter les tracés en plan qui conduisent à des
ouvrages mécaniquement très biais (angle ˂ 70gr) ou très courbe.

b) Recommandation du profil en long

Il convient d’éviter les ouvrages plats et horizontaux (architecture, écoulement des eaux) des
points bas milieu d’un pont et des discontinuités des courbes en traitant les variations du profil
par raccordement clothoïde. En coupe longitudinale nous disposons de quatre (4) travées
indépendantes de 22m de portée, la cote la plus élevée se trouve à mi- portée ; à plus de 2 m
au-dessus du PHE assurant ainsi un bon drainage.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 9


Partie I : Etude et présentation du projet

1.3.2.2 Cas de franchissement sur oued

a) Gabarit

Pour le calage du pont plusieurs approches empiriques sont entreprises. Cependant une fois le
niveau de PHE fixé à partir du débit hydrologique (tenant compte de la période de retour
couramment pris égal à 100 ans pour les ouvrages d’art) ; on lui rajoute une hauteur
supplémentaire appelée revanche (un tirant d’air) pour tenir compte du phénomène de remous,
tenir les appareils d’appuis hors de l’eau et éviter que les troncs d’arbres ou autres débris ne
heurtent le tablier en cas de crue. Souvent, cette revanche est de l’ordre de 1.5 à 2 m voir plus.

b) Ouverture hydraulique

Une fois la hauteur de notre pont fixé sur l’oued, sa longueur est déterminée à partir de
l’ouverture de l’obstacle.

II. Impact sur l’environnement

a) Impacts négatifs

 Phase de chantier :

L’exploitation de quelques zones d’emprunt, existantes ou nouvelles, peut augmenter


l’érosion des sols. Les aires d’emprunt non réhabilitées favorisent la stagnation d’eau
insalubre et la prolifération de vecteurs de maladies tels que les moustiques.

Les installations d’enrobage comportent également un potentiel de pollution des nappes en


plus de la pollution de l’air par les poussières et les émissions liées à la combustion. Les bases
de vie sur les chantiers peuvent engendrer une pollution limitée par les eaux usées ou par la
mauvaise gestion des déchets. Au voisinage des lieux habités, l’amoncellement des déchets
des travaux comme les déblais, les remblais, les gravats et les déchets issus des travaux vont
constituer une gêne pour les populations. Les travaux vont générer des quantités de poussières
fines relativement importantes sur le chantier et dans son voisinage.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 10


Partie I : Etude et présentation du projet

 Phase d’exploitation :

Le projet n’entrainera pas de modifications notables sur les aspects du changement


climatique. Le projet entrainera une augmentation des ruissellements et du transport de
matières solides vers le réseau hydrographique et donc la perturbation des écoulements des
oueds sujets à aménagement, auxquels s’additionneront les ruissellements qu’induit la
présence des zones de déblais et de remblais de la future emprise autoroutière.

 Risques liés au projet :

Le risque d’érosion, ou d’affouillement des éléments d’ouvrages à leur aval, est le seul non
accidentel qu’on peut relativement craindre. Il concerne les ouvrages hydrauliques et des
ouvrages de franchissement. L’importance de ce risque découle du fait que la partie amont des
bassins versants des 145 écoulements interceptés, située en majeure partie dans une zone de
forte pente, est soumise à un régime pluviométrique de type méditerranéen aride où les pluies
sont rares, mais brutales (une pluviométrie de 100 mm tombant en moins de 2 heures est
toujours possible), et où les terrains sont sensibles à l’érosion. La survenue de cette érosion
aurait un impact, non seulement sur les sols, mais aussi sur la stabilité de l’infrastructure
elle‐ même. Pour cela un surdimensionnement a été opéré sur les ouvrages tenant compte
aussi bien des règles de dimensionnement que des conséquences liées aux changements
climatiques. Les débits centennaux ont été pris en considération pour les ouvrages.

b) Impacts positifs

L’amélioration du réseau routier classé permettra le renforcement des échanges intra et


interrégionaux et renforcera l’intégration du territoire par la réduction des disparités sociales
régionales. Il complétera le maillage du réseau classé. Le projet contribuera à réaliser les
objectifs de croissance économique, d’évolution sociale et d’équilibre inter-régional
escomptés par le Gouvernement à travers le 11ème Plan (2007-2011) et reconduits sur le
12ème

Il y aura une diminution des pertes de temps des usagers des deux nouvelles sections
autoroutières et de la RN1 entre Gabès et Ras Jédir. On devrait observer une amélioration de

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 11


Partie I : Etude et présentation du projet

la desserte des sites archéologiques de la Plaine de la Jeffara ainsi qu’une amélioration de la


liaison Tunis-Tripoli, et donc une amélioration de la liaison Trans maghrébine.

Lors de la réalisation des dispositions sont prises pour atténuer la pollution sonore, la
pollution gazeuse, la pollution par les déchets et la pollution par rejet.

III. PRESENTATION DE L’ENTREPRISE

Fondée en 1994 par un groupe d’ingénieurs experts, Le Consultant Ingénierie (LCI) est dans
l’étude des travaux et la réalisation des plus grands projets depuis plus de 20 ans.

Dotée des meilleures technologies sur le marché, elle emploie des ingénieurs qualifiés et des
employés compétents capables de résoudre les problèmes et spécialistes dans la réalisation à
terme dans des travaux dans les domaines relatifs à :

L’étude d’aménagement urbain et industriel ;


L’infrastructure ;
L’accompagnement dans la réalisation des projets ;
La garantie de la maitrise d’œuvre général ;
Le pilotage efficace des travaux.
LCI n’hésite pas à collaborer avec des experts externes spécialistes dans leurs domaines de
compétences et choisis selon le degré de leurs expériences et la renommée de leurs travaux.

L’objectif premier de LCI est la réalisation optimale des projets de ses clients, dans les
meilleurs délais, avec les dernières technologies et meilleurs équipements utilisables dans les
grandes firmes internationales, cette entreprise s’est dotée de logiciels et d’équipements
informatiques datant de la dernière génération d’équipements informatiques, éditions et
logiciels.

Située en plein centre-ville, 9 rue 7052- cité Essalam-1082 cité Mahrajan- Tunis ; l’entreprise
LCI possède à son actif plusieurs références parfaitement finies dans différentes régions de la
Tunisie et également à l’étranger. Les projets s’articulent autour des éléments suivants :

 Routes, autoroutes et ouvrages d’art.


 Structures, VRD et travaux hydrauliques.
 Projets d’hydrauliques- Projets de structures et de bâtiments.
 Contrôle de travaux et assistance technique.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 12


Partie I : Etude et présentation du projet

CHAPITRE II : ETUDES HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE

I. Etude hydrologique

L’étude hydrologique consiste à mettre au point une méthode d’évaluation des débits de
pointe des crues exceptionnelles sur les bassins versants interceptés sur le tracé routier afin de
proposer des éléments de calcul rationnel pour la construction des ouvrages de drainage.

I.1 Délimitation du bassin versant

A l’aide des cartes d’Etat-major dont disposons au 1/25000, 1/50000, 1/100000 et 1/200000
nous avons déterminé les différents bassins versants intéressant les différents tracés de
l’autoroute.

Figure 2: carte d’état-major de la région du Sud

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 13


Partie I : Etude et présentation du projet

I.2 Caractéristiques physiques des différents bassins versants

En se basant sur les cartes d’Etat-major disponibles, nous avons déterminé pour notre bassin
versant les caractéristiques suivantes :

La superficie S du bassin versant (BV) :

S = 145 Km²

Le périmètre P du BV :

P = 85.512 Km

L’indice de Compacité du BV :

√ √

La longueur de l’écoulement L :

L = 32.32 Km

La pente moyenne du BV (%) I :

Temps de concentration :
 Formule de Ventura :

√ √
√ √

 Formule de Kirpich :

 Formule de Passini :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 14


Partie I : Etude et présentation du projet

√ √
√ √

Longueur équivalente :

√ √
( √ ( ) ) ( √ ( ) )

Largeur équivalente :

√ √
( √ ( ) ) ( √ ( ) )

Tableau 5: caractéristiques du BV

Désignation Valeur Unité


Surface du bassin versant 145.36 Km²
Périmètre du bassin versant 85.512 Km
Longueur du talweg 32.32 Km
Pente équivalente du talweg I %
Altitude maximale du talweg Hmax 480 m m
Altitude minimale du talweg Hmin 41 m
Dénivelée H 439 m
Indice de compacité Kc 2 %
Longueur du rectangle équivalent Léq 38 Km
Largeur du rectangle équivalent léq 3.56 Km
tc Venturi 1.29 h
tc Kirpich 2.84 h
tc Passini 1.53 h

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 15


Partie I : Etude et présentation du projet

I.3 Description et évaluation des débits du bassin versant de l’Oued

Cet écoulement prend naissance dans la dépression située entre les monts de Matmata et les
djebels limitant au Sud-Ouest le bassin de l’Oued de Gabès. Adjacent à l’Oued El Mersit, il
présente un bassin allongé qui le rend très peu compact et couvre une superficie de 145.36
km². Il commence à être bien encaissé à partir de son passage dans la zone ravinée. A partir de
sa traversée de la localité d’El Mdou, où son nom devient Oued Essoureg, sons cours,
sensiblement identique à l’oued Mersit, suit une direction parallèle jusqu’à leur confluent à
quelques kilomètres de la mer. Les indices de pente traduisent une légère influence des reliefs
pour l’oued Essoureg, due à sa proximité des monts de Matmata, et surtout sa forme très
allongée. La pluviométrie moyenne interannuelle peut être estimée à 190mm.

Oued Essoureg : cassis RN1 : S = 195 km²

Tableau 6: valeur des débits maxima observés sur l’oued

Période Qmax (m3/s) qmax (m3/s/km²)


12/12/1973 350 1.8

I.4 Méthode de calcul

a) Méthode SOGREAH (S ˃ 4 km²)

Les débits de pointe de crue sont calculés par la formule :

où :

S : superficie du bassin versant en km²

PT : pluie journalière de période de retour T (en mm)

P0 : seuil de ruissellement (en mm)

avec

La détermination du débit de pointe passe donc par la détermination de la pluie centennale


(P100) et le seuil de ruissellement P0. Deux cartes régionnales ont été établie à cet effet (voir
annexe).

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 16


Partie I : Etude et présentation du projet

QT = = 436.08 m3

QT = 436.08 m3/s

Les débits calculés par la méthode de SOGREAH sont réduits de 40%, afin de tenir compte
de la faible pente et de l’allongement du bassin.
Ainsi le débit à prendre en compte sera le résultat de la méthode de SOGREAH Modifiée

Méthode de Kallel

Cette formule n’est valable que pour des BV de superficie supérieure à 100 km². Un
inventaire des débits spécifiques maxima a fait apparaitre une régionalisation de ces débits.
L’auteur en partant de cette constatation et en utilisant les résultats des études fréquentielle, a
pu tracer des courbes régionales donnants le débit spécifique d’une fréquence donnée en
fonction de la surface du bassin. De ces courbes, il a tiré des formules régionales du type :

q : débit spécifique en m3/s/km²

S : superficie du BV en km²

T : période de retour

q0 : α et β des constantes régionales.

L’équation donnant le débit maximum pour la région de notre étude,

Qt = 983.76 m3/s

b) La méthode de Francou-Rodier

C’est un moyen assez commode pour l’évaluation des crues exceptionnelles pour les grands
BV. Elle formule est valable pour les bassins de taille supérieure à 200 km²

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 17


Partie I : Etude et présentation du projet

( )

K est déterminé à partir des résultats des observations hydrométriques.

Pour le centre Sud Tunisien, on a adopté un coefficient k = 5

( ) ( )

( )

Q = 1205.65 m3/s

c) Méthode de Ghorbel

La formule de Ghorbel est donnée en fonction des paramètres régionaux relatifs aux débits de
pointe.

RT : Valeur régionale représentant le rapport des débits.

Qmoy : Débit maximum moyenne (m3/s)

On adopte la méthode appliquée au Sud et du Sahel de Sfax :

RT est déterminé d’après le tableau suivant :

Tableau 7: valeur de RT pour les régions du Sud et du Sahel de Sfax pour la formule de
Ghorbel

T (ans) 10 20 50 100
Sud 2,2 3,7 6,7 9,2

Pour T = 100 ans,

Q = 9,2 × 85 log 145.36 = 1691.03 m3/s

Q = 1691.03 m3/s

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 18


Partie I : Etude et présentation du projet

Ces méthodes ont été adoptées suivant plusieurs critères à savoir leurs situations
géographiques, la superficie du bassin versant et autres. En comparant les résultats de
calcul des débits des bassins versant par les différentes méthodes utilisées, on constate
que la formule de SOGREAH est la plus précise pour plusieurs raisons à savoir : Les
fondements théoriques de Francou-Rodier sont assez empiriques, de plus la méthode de
Kallel date année 70, soit quelques années après les crues historiques de 69 et 73.

On adopte la valeur proche entre les méthodes à savoir celles de la méthode de SOGREAH
(Q retenu = 443.04 m3/s).

II. Etude hydraulique

Pour les grands ouvrages hydrauliques, et pour tenir compte des incertitudes liées à la taille de
l’échantillon qui a servi au calage de la formule proposée, une marge de sécurité a été
systématiquement adoptée pour transiter des débits supérieurs sans risque de débordement.

Plus haute eau :

Le niveau des plus hautes eaux est déterminé à partir de la formule de Manning Strickler

Sm : Surface mouillée en m²
Rh : rayon hydraulique en m

I : Pente du lit de de l’oued en m/m


K : coefficient de Manning Strickler, il représente la rugosité globale du lit et dépend de la
nature du sol. K = 25

Tableau 8: valeur du débit en fonction de la hauteur

H (m) 0 0.5 1 1.5 1.59 1.6


Q (m3/s) 0 65.1 205.15 400.28 440.52 445.09

Q = 443.04 m3/s compris entre 440.52 et 445.09 m3/s

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 19


Partie I : Etude et présentation du projet

Par interpolation, on obtient : h = 1.5955 m soit h = 1.6 m


Vitesse de la section hydraulique :

Calage du pont :
h = PHE + Revanche
On prendra la Revanche égale à 1.5 m
Ce qui donne h = 1.6 +1.5 = 3.1 m
h = 3.1 m
Tableau 9: caractéristiques de l’Oued

N° Nom de I H PHE Vm Débit de projet Ouverture


B. V l’Oued OH (%) (m) (m) (m/s) (m3/s) (m)
22 O. Essoureg OH18 1.4 3.1 1.6 3.15 443.04 88

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 20


Partie I : Etude et présentation du projet

CHAPITRE III : CHOIX ET CONCEPTION DE LA VARIANTE OPTIMALE

I. Choix de la variante optimale

On distingue plusieurs variantes de ponts :

I.1 Pont dalle

Ce sont des ponts dont le tablier représente une dalle porteuse qui s’applique sur des piles et
des culées. Les ponts dalles sont en générale réalisé en BA ou en BP. Les ponts en DA sont
utilisés pour des portées allant jusqu'à 15 m. Ils peuvent être compétitive jusqu'à 20 m avec
une section transversale à encorbellement latéraux. Le tablier de la dalle est armé
longitudinalement ou transversalement.

Tableau 10: avantages et inconvénients des ponts dalles

Avantages Inconvénients
 Tablier mince : esthétique (emploi en  Consomme plus de matière première
zone urbaine) ; (25 à 30%) ;
 Gain de terrassement (moins de  Des travées continues ;
remblai d’accès ;  Pas de préfabrication ;
 Economie de la main d’œuvre ;  Sensibilité aux tassements
 Robuste : bonne résistance au différentiels
cisaillement et à la torsion (employé
en biais ou en courbe)

Elle nécessite un coffrage très important qui est difficile à exécuter au sein d’un Oued car ce
milieu est caractérisé par un écoulement permanent. En effet, on rencontrera des problèmes
techniques qui influenceront l’exécution et le coût du projet. Dans notre cas, la zone du projet
est rurale (sur un Oued), dont l’esthétique n’est pas très importante.

Cette alternative est à rejeter car très couteuse.

I.2 Pont mixte acier-béton (PSI-OM)

Un pont mixte est un pont qui comporte des éléments structurels en acier et en béton armé ou
précontraint dont la particularité réside dans le fait de faire fonctionner leur matériau selon
leur aptitude optimale ; notamment en compression pour le béton et en traction pour l’acier.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 21


Partie I : Etude et présentation du projet

Ces éléments présentent une solidarisation entre eux sous de liaison mécanique de façon à
créer un ensemble monolithique.

Ces constructions mixtes représentent une partie importante dans la réalisation actuelle. La
qualité de ces projets nécessite la maîtrise des éléments qui influent sur le choix initial, les
études préliminaires, les études d’exécution et la réalisation des ouvrages. De plus, les
méthodes de conception ou de réalisation de ces ponts se développent régulièrement suite aux
évolutions des matériaux utilisés ; aujourd’hui on peut parler de plusieurs types de ponts
mixtes à savoir :

 Les ponts mixtes bipoutres ;


 Les ponts à poutrelles enrobées ;
 Les ponts mixtes mono caisson ou multi caissons.

Cette variante offre des avantages considérables tels que : le nombre réduit de poutres ou la
possibilité de n’avoir recours qu’à une seule travée ; mais d’un autre côté, la préfabrication
des poutres, d’une longueur de 60 m nécessitera l’emploi d’engins de transport et de mise en
place avec un coût non négligeable, étant donné que c’est un ouvrage de franchissement d’un
Oued, un entretien régulier sera indispensable.

Cette solution est à rejeter.

I.3 Pont à poutre en béton armé (PSI-BA)

Les ponts à poutre ont pris des formes très variées, poutre latérale ou poutre sous fossé de
hauteur constante ou variable, à âme pleine ou triangulée. Le type le plus simple est la travée
indépendante à poutres multiples sous chaussée à âme pleine.

Pour la Tunisie, les ponts à poutre à travées indépendantes est le type le plus dominant vue la
simplicité de son exécution et l’expérience des entrepreneurs pour cette catégorie de pont
puisque plus que la moitié des ponts sont de ce type. En effet un pont à poutre est un pont
dont l’organe porteur est une ou plusieurs poutres en BA qui sont parallèles sous la chaussée
presque toujours à âme pleine solidarisée transversalement par des voiles en BA appelées des
entretoises. La couverture est une dalle en BA qui joue le rôle de membrure supérieure de
liaison des poutres. Ces types de ponts présentent l’inconvénient de ne pas être esthétique.
Cela peut constituer une gêne en zone urbaine.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 22


Partie I : Etude et présentation du projet

Tableau 11: comparaison entre les ponts à poutre à travées indépendantes et les ponts
continus

Pont à travées indépendantes Pont à travées continues


 Possibilité de préfabrication ;  Tablier plus mince, diminution des
 Moins sensible aux moments en travée ;
tassements différentiels et à  Les charges verticales transmises sont
Avantages la dilatation thermique. centrées.

 Tablier plus épais ;  Pas de préfabrication ;


 Les charges verticales  Plus sensible aux tassements
Inconvénients transmises sur appuis sont différentiels (pas recommandé pour les
excentrées. sols de qualité médiocre ou sur
fondation superficielle.

Tableau 12: avantages et inconvénients de la préfabrication

Avantages Inconvénients
 Rapidité d’exécution des travaux ;  Nécessite une aire de préfabrication et de
 Bonne qualité du BA, BP (coffrage stockage ;
métallique) ;  Nécessite l’emploi d’engins de mise en
 Dégagement de franchissement sur route place des poutres préfabriqués (grue ou
ou oued (pas d’échafaudages au sol ou de lanceur de poutres) ;
cintre ou étaiement).  Pas de continuité.

Etant donné que notre ouvrage est un ouvrage de franchissement d’un oued sur une autoroute,
nous choisissons les ponts à poutre préfabriquées à travées indépendantes puisqu’ils
présentent plusieurs avantages.

On distingue trois variantes de ponts à poutres préfabriquées :

 TIBA : Travées Indépendantes à Poutre en Béton Armé ;


 VIPP : Viaduc à Travées Indépendantes à Poutres Précontraintes ;
 PRAD : Poutre Précontrainte par Adhérence.
KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 23
Partie I : Etude et présentation du projet

a) Ponts à poutres à travées indépendantes en BA (TIBA)

Les ponts à poutres à travées indépendantes en BA sont largement utilisés en Tunisie. Ainsi
les entreprises tunisiennes maîtrisent bien leurs exécutions dues à la simplicité de conception
et de préfabrication. En plus, le béton armé présente un coût économique par rapport aux
autres matériaux. Malgré ses inconvénients, ce type de pont présente la solution la plus
intéressante en termes de coût et d’exécution. D’où cette solution peut être adoptée sur le
choix de notre ouvrage.

b) Pont à poutres à travées indépendantes en BP (VIPP)

Les poutres sont préfabriquées et tendues par post tension. Ces ponts sont caractérisés par une
simplicité, une facilité et une rapidité d’exécution ; ils permettent d’atteindre une portée allant
de 25 à 45m. Cette solution peut être prise dans le choix des variantes vue qu’elle minimise le
nombre d’appui dans le lit de l’oued. Elle nécessite une technique avancée et du matériel
spécifique importé de l’étranger, ce qui accroit considérablement le coût de la mise en œuvre.
Ils sont donc recommandés pour les projets de plus grande envergure.

c) Pont à poutre précontrainte par adhérence

La précontrainte par adhérence consiste à tendre les armatures de précontrainte (fils ou torons)
avant coulage du béton en prenant appui sur des organes extérieurs. Le domaine d'utilisation
privilégié de ce type de structure se situe ainsi dans la zone des portées comprises entre 15 et
25 mètres. Ces ponts sont caractérisés par une simplicité, une facilité et une rapidité
d’exécution et une bonne durabilité de l’ouvrage. Leur emploi nécessite une certaine
connaissance de la précontrainte.

I.4 Conclusion

On peut conclure que les deux variantes les plus compétitives sont les TIBA et les VIPP mais
on remarque que les TIBA sont les plus avantageux.

On s’accorde ainsi sur le choix d’un pont à poutre de type TI-BA de 4 travées.

II. Conception de l’ouvrage

Les ponts de type TI-BA sont des ouvrages à travées indépendante préfabriqués en BA. Leur
portée varie généralement entre 10 et 20 m et peut arriver parfois à 22 m.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 24


Partie I : Etude et présentation du projet

Le tablier d’un pont de type TI-BA se compose de quatre (4) éléments :

 Poutre principale ;
 Entretoise ;
 Hourdis ;
 Prédalle.

II.1 Conception longitudinale de l’ouvrage

La longueur de l’ouvrage est déterminée d’après la topographie du lit de l’oued, L = 88 m

Détermination du nombre de travées :

Détermination de la portée des travées :

On a 4 travées identiques avec une longueur de 22 m chacune.

Figure 3: coupe longitudinale du pont

II.2 Conception transversale de l’ouvrage

La largeur du tablier épouse le profil en travers de la voie portée et ses aménagements que
nous définissons comme suite :

 2 voies de 3.5 m de largeur ;


 Une voie d’extension de 3.5 m réduite par une glissière de sécurité à 3 m ;
 Une bande dérasée gauche de 1 m de largeur ;

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 25


Partie I : Etude et présentation du projet

 Une bande d’arrêt d’urgence de 2.2 m de largeur ;


 Deux dispositifs de retenue de largeur 0.5 m chacun.

La largeur totale du tablier est de 14.7 m.

Poutre principale :

d = 30 à 40 cm soit d = 0.35 m

Lc = l – 2 d

Lc = 22 – 2 × 0.35 = 21.3 m

Lc = 21.3 m

Elancement :

= à hp = à

hp = à = 1.25 à 1.42 m soit hp = 1.35 m

Epaisseur :

bp = à ) hp

bp = à = 0.27 à 0.45m

Soit bp = 0.40 m

Espacement :

b0 = 1 à 2 m et 60 cm ≤ b0 – bp ≤ 100 cm

Soit sans trottoir

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 26


Partie I : Etude et présentation du projet

Si n = 11, = 1.3 m (1 ; 1.4)

On a 11 espacements et 12 poutres.

Entretoise :

Hauteur ; he = (0.8 à 0.9) hp

he = 1.08 à 1.21 soit he = 1.15 m

Epaisseur : be = 12 à 16 cm et peut aller jusqu’à 20 cm

Soit be = 20cm

Espacement : entretoises sur appuis

Hourdis :

Hauteur : hd =12 à 16 cm et peut aller jusqu’à 20 cm

Soit hd = 20 cm

Prédalle :

e = 4 à 8 cm soit e = 5 cm

c = 5 à 10cm soit c = 5 cm

Enrobage :

Enrobage= 3 à 6cm

Figure 4: coupe transversale du pont

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 27


Partie I : Etude et présentation du projet

II.3 Caractéristiques géométriques

a) Section à vide (section rectangulaire)

Calcul de la section :

Calcul de la hauteur comprimée et la hauteur tendue :

Calcul du moment d’inertie :

b) Section en charge (section en T)

Calcul en torsion :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 28


Partie I : Etude et présentation du projet

Calcul du centre de gravité :

Section 1 :

Section 2 :

Avec :

Calcul du moment d’inertie :

( )

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 29


Partie I : Etude et présentation du projet

c) Caractéristiques du pont

Largeur chargeable :

Avec n : nombre de dispositifs de retenu

Et Lr : largeur roulable

Nombre de voies :

Nv = ( ) ( )

Nv = 4 voies

Largeur d’une voie :

V = 3.175 m

Classe du pont :

Lr = 13.7 m ˃ 7 m pont de 1ère classe avec V0 = 3.5 m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 30


Partie I : Etude et présentation du projet

CHAPITRE IV : HYPOTHESES DE CALCUL

I. Introduction

Ce chapitre présentera les hypothèses générales de calcul concernant la nature, les


caractéristiques des matériaux et les surcharges.

I.1 Nature et caractéristique des matériaux Nature et caractéristique des matériaux

I.1.1 Béton

a) Caractéristiques générales du béton

Le béton sera utilisé pour toute la structure de l’ouvrage et ses caractéristiques varieront en
fonction de l’ouvrage considéré.

Tableau 13: Hypothèses du béton des poutres

Classe du béton Q350 QF350 Q400 QF400 Q500


Dosage en ciment par m3 de
Dosage 350 350 400 400 400
béton (MPa)
Résistance du béton à la
25 25 30 30 38
compression à 28 jours (MPa)

Résistance à la traction (MPa) 2,1 2,1 2,4 2,4 2,9

Contrainte limite de
2,5 2,5 3,0 3,0 3,8
cisaillement (MPa)
Module de déformation
32164 32164 34180 34180 36981
instantanée (MPa)
Module de déformation
10819 10819 11497 11497 12439
différée (MPa)

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 31


Partie I : Etude et présentation du projet

b) Classe du béton et nature du ciment selon la destination

Tableau 14: classe du béton et nature du ciment

Liants
Désignation et classe Dosage Destinations
Nature
kg/m3
Appuis (culées et piles) hormis semelles
et nervures ;
Q.350 CPA- CEM I 42.5 350 Dalle de transition ;
Longrine pour glissière de sécurité

Q.500 CPA- CEM I 42.5 500 Bossage


Colonnes des GOH dans le cas d’un
QF400 CPA- CEM I 42.5 HRS 350
milieu moyennement agressif
Q400 CPA- CEM I 42.5 400 Tablier des ponts à poutres
Semelles de fondation ou ouvrages
hydrauliques en contact avec des sols ou
QF400 pour
des eaux fortement agressifs
environnement CPA- CEM I 42.5 HRS 400
(notamment les sols à teneur en gypse
fortement agressif
élevé) ; colonnes des GOH dans le cas
d’un milieu fort

QF 400 pour pieux CPA- CEM I 42.5 HRS 400 Fondations profondes (pieux)

Béton pour corniche


Suivant les résultats des
préfabriquée coulées 350 Corniches
études
sur place
Mortier de pose et de calage des
M 450 CPA- CEM I 32.5 450
corniches

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 32


Partie I : Etude et présentation du projet

c) Caractéristiques du béton pour les pieux

Résistance à la compression à 28 jours : ,

Résistance limite à la compression : ,

(Groupe B),

Résistance à la compression : ,

Résistance à la traction : ,

Contrainte de compression limite du béton à l’ELS : ,

Module de déformation instantanée : ,

Module de déformation différée : ,

Le milieu étant fortement agressif alors la fissuration est très préjudiciable :

Pour les pieux de longueur supérieure à 20m

Résistance à la compression à 28 jours : ,

Résistance limite à la compression : ,

(Groupe B),

Résistance à la compression : ,

Résistance à la traction : ,

Contrainte de compression limite du béton à l’ELS : ,

Module de déformation instantanée : ,

Module de déformation différée : ,

Le milieu étant fortement agressif alors la fissuration est très préjudiciable :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 33


Partie I : Etude et présentation du projet

I.1.2 Acier

Acier à haute adhérence FeE50A : ,

Acier Doux FeE 24 : ,

Poids volumique de l’acier : ,

Module d’élasticité : .

Tableau 15: caractéristiques de l’acier

Aciers

Contrainte limite de traction (fissuration


250 156.67
Préjudiciable)

Contrainte limite de traction (fissuration


200 125.33
très Préjudiciable)

Contrainte limite de traction pour aciers


200 119.7
pieux (fissuration très Préjudiciable)

I.2 Béton armé

La densité du béton est égale à 2,5 t/m3

Enrobage des armatures est :

o 3cm pour les tabliers des ponts dalles, ponts à poutre (poutre, entretoise, chevêtre et
hourdis) et les ouvrages hydrauliques (cadres +ouvrages de tête) en contact avec des
eaux non agressifs ;

o 4cm pour les colonnes du GOH et les ouvrages de tête des ouvrages hydrauliques en
contact avec des sols ou des eaux fortement agressives ;

o 4cm pour les semelles de fondation et les ouvrages hydrauliques en contact avec des
sols ou des eaux fortement agressives ;

o 7cm pour les pieux ;

o 3cm ailleurs.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 34


Partie I : Etude et présentation du projet

Coefficient de poisson

o Calcul des sollicitations :

o Calcul des déformations :

L'état Limite d'ouverture des fissures est préjudiciable pour tous les éléments des ouvrages
autres que les semelles de fondation et les pieux pour lesquelles la fissuration est très
préjudiciable.

La fissuration est très préjudiciable pour les ouvrages hydrauliques et leurs annexes, pour les
semelles des murs en ailes et les colonnes du GOH dans le cas d’un milieu fortement agressif.

I.3 Remblai

Les caractéristiques du remblai en contact avec l’ouvrage sont les suivantes :

La densité du remblai est égale à

Angle de frottement interne

Coefficient de poussée du remblai derrière les murs de soutènement (variable en fonction


de la géométrie du talus).

La cohésion du Remblai est négligée ( ).

II. Données principales de calcul

II.1 Caractéristiques du sol

Les données géotechniques, les calculs de portance des fondations seront basés sur les
campagnes géotechniques complémentaires.

II.1.1 Fondation profonde

Selon l’article 3 de l’annexe C5, du fascicule 62 Titre V du CCTG ; la formule du module de


réaction du sol est ;

( ( ) )

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 35


Partie I : Etude et présentation du projet

Ainsi en différé ;

( ( ) )

En instantanée ;

( ( ) )

II.1.2 Fondation superficielle

A) Cas d’un sol homogène

En différé le module de réaction du sol est ;

( )

Avec :

B0 ; largeur conventionnelle=0.6m

B ; largeur de la fondation

L ; longueur de la fondation

et sont des facteurs de forme obtenus par interpolation Linéaire à partir du tableau
suivant (fascicule 62 titre V).

Tableau 16: valeurs de λ_C et λ_d

L/B 1 2 3 5 20 à infini
1.1 1.2 1.3 1.4 1.5
1.12 1.53 1.78 2.14 2.65

En instantanée le module de réaction ;

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 36


Partie I : Etude et présentation du projet

B) Cas d’un sol hétérogène

( )

: Module pressiométrique sphérique ( est égal à la valeur de mesurée dans la tranche


d’épaisseur B/2 située immédiatement sous la fondation).
Ed : est donné par la formule suivante :

Où est la moyenne harmonique des modules mesurés dans les tranches i à j.


On aura ainsi, par exemple, pour les couches 3, 4, 5 ;

Si les valeurs E9 à E16 ne sont pas connues, mais considérées supérieures aux valeurs sus-
jacentes, Ed se calcule comme suit :

De la même façon, si les modules E6 à E8 ne sont pas connus, Ed est donné par :

et sont des facteurs de forme obtenus par interpolation linéaire à partir du tableau
suivant (fascicule 62 titre V) :

Tableau 17: valeurs de λ_C et λ_d

L/B 1 2 3 5 20 à infini
1.1 1.2 1.3 1.4 1.5
1.12 1.53 1.78 2.14 2.65

En instantanée le module de réaction :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 37


Partie I : Etude et présentation du projet

II.3 Variabilité sur le poids du béton armé et de la Superstructures

Tableau 18: variabilité du poids du BA et de la superstructure

Béton armée (±3 %)

Revêtement en BB : (+ 40 % et - 20 %)

Corniche préfabriquée (±5 %)

Garde-corps type S8 (±5 %)


Barrière BN4 (±5 %)
Contre corniche (±5 %)

Glissière de sécurité (±5 %)


Longrine Pour glissière de sécurité (±5 %)

Bordures de trottoirs préfabriquées (±5 %)

Remplissage de trottoirs (Béton maigre) (±5 %)

Clôture grillagée antichute (±5 %)


Caillebotis (±5 %)
Chape d'étanchéité type B3A (±20 %)
Etanchéité en membrane préfabriquée (±5 %)

III. Actions

III.1 Charges Routières et d’exploitation

Les charges routières et surcharges d’exploitation prises en compte dans les calculs sont celles
du fascicule 61 ; titre II du règlement français :

Charges civiles et ,

Charges militaire ,

Charge sur remblai ,

Surcharge de chantier : ,

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 38


Partie I : Etude et présentation du projet

Surcharge sur trottoir : pour le calcul des poutres,

Pour le calcul du hourdis et entretoises.


Choc sur BN4 ; , .

II.2 Retrait, Température

Raccourcissement unitaire du au retrait : ,

Effets thermiques ;

 Longue durée (TLD) : ,

 Courte durée (TCD) : ,

La variation de la température est prise à 40°C dont 10°C de Variation courte durée
cumulable à l’action de température de longue durée. Pour les appareils d’appuis, la variation
courte durée est prise égale à 40°C.

IV. Méthode de calcul

IV.1 GOH (pont à poutre)

Le calcul des tabliers des ponts à poutres sera effectué à l’aide d’un modèle aux éléments finis
sur le logiciel d’analyse « ROBOT ».

Les calculs des appuis et fondations seront réalisés par des logiciels et moyens de calculs
basés sur les règlements en vigueur ainsi que sur les dossiers pilotes du « SETRA ».

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 39


Partie III: Etude des appuis

PARTIE II : ETUDE DU
TABLIER

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 40


Partie II : Etude du tablier

CHAPITRE V: REPARTITION TRANSVERSALE DES CHARGES (CRT)

L’étude du tablier est subdivisée en une étude dans le sens transversal et une étude d'une
poutre dans le sens longitudinal. La première étude donne un Coefficient de Répartition
Transversale (CRT), dont on le multipliera avec les sollicitations (globales) retrouvées dans le
sens longitudinal pour obtenir les sollicitations (moyennes) d'une poutre. Ainsi, on obtient le
principe suivant :

Sollicitation moyenne = CRT x Sollicitation globale

Par sollicitation, on se réfère à un moment fléchissant ou à un effort tranchant. Pour


déterminer les sollicitations globales, on fait souvent appel aux lignes d'influences puisqu'on
peut avoir des charges mobiles.

I. Moment d’inertie

I.1 Moment d’inertie de flexion pour une section de poutre

Le moment d'inertie de flexion est déterminé à partir du théorème de Huygens pour les
sections composées.

[( ) ]
IP = [( ) ] [( ) ]

[ ]
IP = [ ] [ ]

IP =

I.2 Moment d’inertie de torsion de la poutre

La détermination du moment d'inertie de torsion fait appel à la théorie de l'analogie de la


membrane. D'après cette théorie, l'inertie de torsion d'un rectangle de longueur b et de largeur
a (b > a) est donnée par :

Γ=

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 41


Partie II : Etude du tablier

k( est une fonction du rapport dont quelques valeurs particulières sont données dans le

tableau suivant :

Tableau 19: valeur de k en fonction de b/a pour le calcul de l’inertie torsion

b/a 1.0 1.2 1.5 1.75 2.0 2.25 3.0 4 5 10 ∞


K 0.141 0.166 0.196 0.213 0.229 0.240 0.263 0.281 0.292 0.312 0.333

Pour l’hourdis, la valeur à retenir n'est que la moitié de celle donnée par la formule. Pour les
sections les plus utilisées, on détermine les inerties de torsion d'après les formules suivantes :

Γ1 =

Γ1=

Γ2 = k [ ]

=k[ ]

Γ2 = 0.0736 k (5.75)

b/a est compris entre 5 et 10

x = 0.295

k (5.75) = 0.295

Γ2 = 0.0736 × 0.295 = 0.02171 m4

Γ2 = 21.712 10-3m4

D’où le moment d’inertie de torsion

kp = Γ1 + Γ2

kp = + 21.712 = 23.442 m4

kp = 23.442 m4

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 42


Partie II : Etude du tablier

I.2.1 Calcul des paramètres fondamentaux

Le comportement mécanique du pont est défini par deux paramètres, le paramètre de torsion
(α) et le paramètre d’entretoisement (θ).

Rigidité à la flexion de la poutre et de l’entretoise

Rigidité de torsion de la poutre et de l’entretoise

Paramètre de torsion

α = 0.6

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 43


Partie II : Etude du tablier

Paramètre d’entretoisement

θ = 1.2 > 0.3, on utilise la méthode de Guyon Massonnet.

II. Détermination du coefficient de répartition transversale (CRT)

Le CRT montre la portion des surcharges transmise sur la poutre considérée.

Il est donné par la formule :

n : le nombre de poutre

k dépend de :
 La valeur du paramètre de torsion α ;
 La valeur du paramètre d'entretoisement θ ;
 L’excentricité de la charge e ;
 L’ordonnée de la poutre considérée y.

II.1 Calcul des CRT pour la poutre de rive

Interpolation sur α :
θ > 1 D'après Massonnet ou Sattler

Interpolation sur θ :
θ = 1, 2

Interpolation sur y (la position de la poutre) :


y = f(b)

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 44


Partie II : Etude du tablier

Donc

Les tableaux de Massonnet donnent les valeurs de K pour

En résumé, on a trois interpolations à faire. On choisit par ordre :

Il ne reste plus qu'à retrouver k = k(e).


Tableau 20: valeur k pour θ=1,2

θ=1,2 α = 0 , k0
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0,75b 0,0279 -0,0594 -0,1424 -0,1685 0,0199 0,6851 2,0114 3,5547 4,3049
b 0,1439 0,0279 -0,1317 -0,3856 -0,6677 -0,6038 0,662 4,3049 10,6635
0,97b 0,1300 0,0174 -0,1330 -0,3595 -0,5852 -0,4491 0,8239 4,2149 9,9005
θ=1,2 α = 1 , k1
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0,75b 0,0348 0,0621 0,1217 0,2534 0,5233 1,0306 1,8501 2,7114 2,8817
b 0,0188 0,0348 0,0706 0,1533 0,3352 0,7182 1,4827 2,8817 5,0266
0,97b 0,0207 0,0381 0,0767 0,1653 0,3578 0,7557 1,5268 2,8613 4,7692
k(α=0,48) 0,0458 0,0333 0,0285 0,0446 0,1409 0,4786 1,3651 3,1726 5,9494

Tableau 21: valeur arrondie de k en fonction de e

e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


k 0.0458 0.0333 0.0285 0.0446 0.1409 0.4786 1.3651 3.1726 5.9494
k arrondi 0.04 0.03 0.03 0.04 0.14 0.48 1.37 3.17 5.95

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 45


Partie II : Etude du tablier

II.1.1 Détermination des CRT pour la poutre de rive

Charge Al
La surface couverte transversalement par Al est déterminée à l’aide du logiciel Autocad.

On place la charge AL suivant les règles de chargement de la manière la plus défavorable.


Pour cela et à cause de la variation de a1 et de la largeur de chargement LAl, on essaye
différents cas (1voie, 2voies, 3 voies et 4 voies chargées).

Figure 5: charge AL pour la poutre de rive

1er cas : 1 voie chargée, de largeur, LAl = 1.V = 3,175 m, a1 = 1,0.

2ème cas : 2 voies chargées, de largeur LAl = 2.V = 6,35 m et a1 = 1,0

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 46


Partie II : Etude du tablier

3ème cas : 3 voies chargées, de largeur LAl = 3.V = 9,525 m et a1 = 0.9

4ème cas : 4 voies chargées, de largeur LAl = 4.V = 12,7 m et a1 = 0.75

Le cas le plus défavorable : cas 2 : avec ηAl = 0.151 avec a1 = 1 et LAl = 6.35 m

Charge Bc
Le coefficient de bc dépend du nombre de files. A cause de la variation de bc, on essaye quatre
cas différents (1 file, 2 files, 3 files et 4 files). On place les différentes files de roues sur la
largeur chargeable de la manière la plus défavorable. Une distance minimale de 0,25 m est
exigée entre l'axe de la file de roues la plus excentrée et le bord de la largeur chargeable.

Les valeurs de k1, k2, k3, k4, k5, k6, k7 et k8 sont déterminées sur le logiciel Autocad.

Figure 6: charge Bc pour poutre de rive

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 47


Partie II : Etude du tablier

1er cas : une file de bc avec bc = 1.2

2ème cas : deux files de bc avec bc = 1.1

3ème cas : trois files de Bc avec bc = 0.95

4ème cas : quatre files de bc avec bc = 0.8

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 48


Partie II : Etude du tablier

Le cas le plus défavorable : cas 2 avec ηBc = 0.382 avec bc = 1.1

Charge Bt
Pour la charge Bt, on détermine pour deux cas (1 file et 2 files). On place les différentes files
de roues sur la largeur chargeable de la manière la plus défavorable. Une distance minimale
de 0,5 m est exigée entre l'axe de la file de roues la plus excentrée et le bord de la largeur
chargeable.

Les valeurs de k1, k2, k3 et k4 sont déterminées sur le logiciel Autocad.

Figure 7: charge Bt pour poutre de rive

1er cas : une voie chargée

[ ]

2ème cas : deux voies chargées

[ ]

Le cas le plus défavorable : cas 2 avec ηBt = 0.261

Charge Mc80
Les chenilles peuvent être disposées sur toute la largeur chargeable de façon la plus
défavorable. Le rectangle d’impact de chaque chenille est uniformément chargé. Dans le sens
transversal, un seul convoi est supposé circulé quel que soit la largeur de la chaussée.

Le chargement sur chenille avec LMc80 = 0.85 m.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 49


Partie II : Etude du tablier

Les valeurs de k1, k2, k3, k4, k5, k6, k7 et k8 sont déterminées sur le logiciel Autocad.

Figure 8: charge Mc80 pour la poutre de rive

[ ]

Le cas le plus défavorable : ηMc80 = 0.243

Charge Mc120
LMc120 = 1 m

Figure 9: charge Mc120 pour la poutre de rive

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 50


Partie II : Etude du tablier

[ ]

Le cas le plus défavorable : ηMc120 = 0.225

II.1.2 Récapitulatif du CRT pour la poutre de rive

Tableau 22: récapitulatif du CRT pour la poutre de rive

Charge CRT Caractéristiques Cas le plus défavorable


Al 0.151 a1 = 1 ; LAl = 6.35 m 2 voies chargées
Bc 0.382 bc = 1.1 ; P=12t ou 6t long. 2 files de Bc
Bt 0.261 bt = 1 ; P=16t 4 files de Bt
Mc80 0.243 LMc = 0,85 m et P = 72t long 1 Char de Mc80
Mc120 0.225 LMc = 1 m et P = 110t long 1 Char de Mc120

II.2 Calcul des CRT pour la poutre intermédiaire

II.2.1 Courbe de K pour la poutre intermédiaire

α et θ conservent leur valeur sauf y qui varie.


Interpolation sur y (la position de la poutre)
y = f(b)

Les tableaux de Massonnet donnent les valeurs de k pour :

En résumé, on a trois interpolations à faire. On choisit par ordre :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 51


Partie II : Etude du tablier

Il ne reste plus qu'à retrouver k = k(e).

Tableau 23: valeur de k pour θ=1,2 pour la poutre intermédiaire

θ=1,2 α = 0 , k0
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 -0,6677 0,0199 0,8805 2,005 2,7541 2,005 0,8805 0,0199 -0,6677
0,25b -0,3856 -0,1685 0,1841 0,8978 2,005 2,7777 1,9907 0,6851 -0,603
0,09b -0,5661 -0,0479 0,6298 1,6064 2,4844 2,2832 1,2802 0,2594 -0,6444
θ=1,2 α = 1 , k1
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,3352 0,5233 0,8834 1,4614 1,9124 1,4614 0,8834 0,5233 0,3353
0,25b 0,1533 0,2534 0,4582 0,852 1,6414 1,9466 1,5432 1,0306 0,7182
0,09b 0,2697 0,4261 0,7303 1,2420 1,8148 1,6361 1,1209 0,7059 0,4731
k(α=0,48) 0,0775 0,3171 0,7072 1,3258 1,9688 1,7849 1,1576 0,6032 0,2161

Tableau 24: valeur arrondie de k en fonction de e

e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


k 0.0775 0.3171 0.7072 1.3258 1.9688 1.7849 1.1576 0.6032 0.2161
k arrondi 0.08 0.32 0.71 1.33 1.97 1.78 1.16 0.60 0.22

II.2.2 Détermination des CRT pour la poutre intermédiaire

Charge Al
La surface couverte transversalement par Al est déterminée à l’aide du logiciel Autocad.

kAl = et ηAl =

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 52


Partie II : Etude du tablier

Figure 10: charge AL pour la poutre intermédiaire

1er cas : 1 voie chargée, de largeur, a1 = 1,0 ; LAl = 1.V = 3,175 m.


kAl = = 1.885

ηAl = = 0.157

a1 ηAl LAl = 1 = 0.498

2ème cas : 2 voies chargées, de largeur LAl = 2.V = 6,35 m et a1 = 1,0.


kAl = = 1.633

ηAl = = 0.136

a1 ηAl LAl = 1 = 0.864

3ème cas : 3 voies chargées, de largeur LAl = 3.V = 9,525 m et a1 = 0.9


kAl = = 1.367

ηAl = = 0.114

a1 ηAl LAl = 0.9 = 0.977

4ème cas : 4 voies chargées, de largeur LAl = 4.V = 12,7 m et a1 = 0.75


kAl = = 1.136

ηAl = = 0.095

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 53


Partie II : Etude du tablier

a1 ηAl LAl = 0.75 = 0.905

Le cas le plus défavorable : cas 3 avec ηAl = 0.114 avec a1 = 0.90 et LAl = 9.525 m

Charge Bc
Le coefficient de bc dépend du nombre de files. A cause de la variation de bc, on essaye quatre
cas différents (1 file, 2 files, 3 files et 4 files). On place les différentes files de roues sur la
largeur chargeable de la manière la plus défavorable. Les convois de bc sont décalés de 0.25 m
entre le bord de la chaussée et la première file de roues.

kbc = ∑ et ηBc =

Les valeurs de k1, k2, k3, k4, k5, k6, k7 et k8 sont déterminées sur le logiciel Autocad.

1er cas : une file de bc avec bc = 1.2


 Disposition 1 : 2 files de roues placées symétriquement par rapport à l'axe
central.

Figure 11: charge Bc 1er cas : disposition1

kbc =

kbc = = 1.865

ηBc = = 0.155

bc × ηBc = 1.2 × 0.155 = 0.186


KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 54
Partie II : Etude du tablier

 Disposition 2 : 1 file de roues placée sur l'axe central, l'autre file distante de 2,00
m est placée à droite (ou à gauche) de la première file.

Figure 12: une file de Bc placée sur l’axe central et l’autre distant de 2m

kbc =

kbc = = 1.735

ηBc = = 0.145

bc × ηBc = 1.2 × 0.145 = 0.174

2ème cas : deux files de bc avec bc = 1.1


 Disposition 1 : les 2 convois de Bc placées symétriquement par rapport à l'axe
central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 55


Partie II : Etude du tablier

Figure 13: deux convois de Bc placées symétriquement par rapport à l’axe central

kbc =

= = 3.41

ηBc = = 0.284

bc × ηBc = 1.1 × 0.284 = 0.312

 Disposition 2 : 1 de file de roues adjacente au 2ème camion est placée sur l'axe
central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 56


Partie II : Etude du tablier

Figure 14: une file de roue adjacente au 2ème camion est placée sur l’axe central

kbc =

kbc = = 3.405

ηBc = = 0.284

bc × ηBc = 1.1 × 0.284 = 0.312

3ème cas : trois files de bc avec bc = 0.95


 Disposition 1 : les 3 convois de Bc sont placés symétriquement par rapport à l'axe
central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 57


Partie II : Etude du tablier

Figure 15: les trois convois de Bc sont placés symétriquement par rapport à l’axe central

kbc =

kbc = = 4.52

ηBc = = 0.377

bc × ηBc = 0.95 × 0.377 = 0.360

 Disposition 2 : 1 des files de roues adjacente à un camion est placée sur l'axe
central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 58


Partie II : Etude du tablier

Figure 16: une file de roue adjacente à un camion est placée sur l’axe central

kbc =

kbc = = 4.36

ηBc = = 0.363

bc × ηBc = 0.95 × 0.363 = 0.345

4ème cas : quatre files de bc avec bc = 0.8


 Disposition 1 : les 4 convois de Bc placées symétriquement par rapport à l'axe
central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 59


Partie II : Etude du tablier

Figure 17: 4 convois de Bc placés symétriquement par rapport à l’axe central

kbc =

= = 5.27

ηBc = = 0.439

bc × ηBc = 0.8 × 0.439 = 0.351

 Disposition 2 : 1 des files de roues adjacente à un camion est placée sur l'axe
central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 60


Partie II : Etude du tablier

Figure 18: une file des files roues adjacente à un camion est placée sur l’axe central

kbc =

kbc = = 5.26

ηBc = = 0.438

bc × ηBc = 0.8 × 0.438 = 0.350

Le cas le plus défavorable : cas 3 avec ηBc = 0.360 avec bc = 0.95

Charge Bt

kbt = ∑ et ηBt =

Les valeurs de k1, k2, k3, et k4 sont déterminées sur le logiciel Autocad.

1er cas : une voie chargée


 Disposition 1 : 2 files de roues placées symétriquement par rapport à l'axe
central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 61


Partie II : Etude du tablier

Figure 19: 2 files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe central

kbt = [ ]

kbt =

ηBt = = 0.155

 Disposition 2 : 1 de file de roues adjacente au 2ème camion est placée sur l'axe
central.

Figure 20: une file de roues adjacente au 2ème camion est placée sur l’axe central

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 62


Partie II : Etude du tablier

kbt = [ ]

kbt =

ηBt = = 0.145

2ème cas : deux voies chargées


 Disposition 1 : les 2 convois de Bt placées symétriquement par rapport à l'axe
central.

Figure 21: deux convois Bt placées symétriquement par rapport à l’axe central

kbt = [ ]

kbt =

ηBt = = 0.274

 Disposition 2 : 1 de file de roues adjacente au 2ème camion est placée sur l'axe central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 63


Partie II : Etude du tablier

Figure 22: une file de roues adjacente au 2ème camion est placé sur l’axe central

kbt = [ ]

kbt =

ηBt = = 0.271

Le cas le plus défavorable : disposition 1 avec ηBt = 0.274

Charge Mc80
Le rectangle d’impact de chaque chenille est uniformément chargé. Dans le sens transversal,
un seul convoi est supposé circulé quelques soit la largeur de la chaussée.

Le chargement sur chenille avec LMc80 = 0.85 m.

Les valeurs de k1, k2, k3, et k4 sont déterminées sur le logiciel Autocad.

 Disposition 1 : une chenille dont l’extrémité est sur l’axe central et l’autre à 1.95
m.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 64


Partie II : Etude du tablier

Figure 23: une chenille dont l’extrémité est sur l’axe central et l’autre à 1.95 m

kMc80 = [ ]

kMc80 =

ηMc80 = = 0.123

 Disposition 2 : une chenille sur l’axe central, l’autre à 1.95 m.

Figure 24: une chenille sur l’axe centrale et l’autre à 1.95 m

kMc80 = [ ]

kMc80 =

ηMc80 = = 0.130

 Disposition 3 : 2 chenilles symétriques.


KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 65
Partie II : Etude du tablier

Figure 25: deux chenilles symétriques

kMc80 = [ ]

kMc80 =

ηMc80 = = 0.144

Le cas le plus défavorable : disposition 3 avec ηMc80 = 0.144

Charge Mc120
LMc120 = 1 m

 Disposition 1 : une chenille dont l’extrémité est sur l’axe central, l’autre à 2.30 m.

Figure 26: une chenille dont l’extrémité est sur l’axe central et l’autre à 2.30 m

kMc120 = [ ]

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 66


Partie II : Etude du tablier

kMc120 =

ηMc120 = = 0.115

 Disposition 2 : une chenille sur l’axe central, l’autre à 2.30 m.

Figure 27: une chenille sur l’axe central et l’autre à 2.30 m

kMc120 = [ ]

kMc120 =

ηMc120 = = 0.123

 Disposition 3 : 2 chenilles symétriques.

Figure 28: deux chenilles symétriques

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 67


Partie II : Etude du tablier

kMc120 = [ ]

kMc120 =

ηMc120 = = 0.137

Le cas le plus défavorable est la disposition 3 :


ηMc120 = 0.137

II.2.3 Récapitulatif du CRT pour la poutre intermédiaire

Tableau 25: récapitulatif du CRT pour la poutre intermédiaire

Charge CRT Caractéristiques Cas le plus défavorable


Al 0.114 a1 = 0.9 ; LAl = 6.35 m 3 voies chargées
3convois de Bc placés symétriquement par rapport à
Bc 0.360 bc = 0.95 ; P=12t ou 6t long. l'axe central.
4 convois de Bc placées symétriquement par rapport à
Bt 0.274 bt = 1 ; P=16t l'axe central.

Mc80 0.144 LMc = 0,85 m et P = 72t long 2 Chenilles symétriquement placées par rapport à l’axe

Mc120 0.137 LMc = 1 m et P = 110t long 2 Chenilles symétriquement placées par rapport à
l’axe

II.3 Tableau de comparaison des CRT pour les deux poutres

Tableau 26: comparaison des CRT (poutres de rive et intermédiaires)

Charge Poutre de rive Poutre intermédiaire


Al (a1 ηAl LAl) 0.959 0.997
Bc (bc × ηBc) 0.422 0.360
Bt 0.261 0.274
Mc80 0.243 0.144
Mc120 0.225 0.137

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 68


Partie II : Etude du tablier

CHAPITRE VI : EVALUATION DES CHARGES

Les poutres principales sont soumises à la charge permanente et aux surcharges. Pour les
charges à caractère normal, la charge Bc est en générale la plus défavorable du système B.

Il reste à comparer les effets des charges AL et Bc.

Mx = MPer + Sup (MAL ; MBc ; MBt ; MMc)

Tx = TPer + Sup (TAL; TBc; TBt; TMc)

I. Sollicitations dues à la charge permanente

I.1 Charge permanente

I.1.1 Poutre de rive

gper = gpoutre + gh +gprédalle + gsuperstructure

Poids propre de la poutre :


gp = γBA × bp × (hp -hd)

= 2.5 × 0.4 × (1.35 – 0.2) = 1.15 t/ml

gp = 1.15 t/ml

Poids de l’hourdis :

gh = γBA × ) × hd

= 2.5 × + ) × 0.2 = 0.425t/ml

gh = 0.425 t/ml

Poids de la prédalle :

gprédalle = γBA × eprédalle × )

gprédalle = 2.5 × 0.05 × ) = 0.106 t/ml

gprédalle = 0.106 t/ml

Poids propre de l’entretoise :

ge = γBA × be ×

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 69


Partie II : Etude du tablier


ge = 2.5 × 0.2 × = 0.214 t

ge = 0.214 t

Poids de la superstructure :
Les charges de la superstructure sont majorées pour des incertitudes de leur poids (Gmax).

Ainsi, l’étanchéité est majorée par 1.2, la couche de roulement par 1.4 et pour les autres
éléments (trottoirs, corniches, …) de 1.05.

Elle est composée des éléments suivants :

 Poids de l’étanchéité :

getanch = 1.20 x γétanchéité × ( ) × eétanchéité

avec γétanchéité = 2.2 t/m3 et eétanchéité = 3 cm pour les ouvrages de petites et moyennes portées.

= 1.2× 2.2 × ( ) × 0.03 = 0.067 t/ml

getanch = 0.067 t/ml

 Couche de roulement :

groulement = 1.4 × γroulement × ( ) b0 × eroulement

Avec γroulement = 2.2 t/m3

= 1.4 × 2.4 × ) × 0.07 = 0.200 t/ml

groulement = 0.200 t/ml

 Poids du garde-corps :

ggarde-corps = 1.05 × P/ml ×

Avec P = 15 à 30 Kg/ml soit P = 30 Kg/ml

ggarde-corps = 1.05 × 0.03 × = 0.0018 t/ml ≈ 0.002 t/ml

ggarde-corps = 0.002 t/ml

 Poids de la glissière :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 70


Partie II : Etude du tablier

gglissière = 1.05 × P/ml × avec P = 15 à 30 Kg/ml soit P = 20 Kg/ml

gglissière = 1.05 × 0.02 × = 0.0012 t/ml ≈ 0.001 t/ml

gglissière = 0.001 t/ml

 Poids de la corniche et de la contre corniche :

gcorniche + contre corniche = 1.05 × S × ×2

gcorniche + contre corniche = 1.05 × 0.147 × × 2 = 0.018 t/ml

gcorniche + contre corniche = 0.018 t/ml

gtotal = gpoutre + ghourdis + gprédalle + gétanch + groulement + ggarde-corps + gglissière + gcorniche + contre
corniche

gtotal = 1.15 + 0.425 + 0.106 + 0.067 + 0.200 + 0.002 + 0.001 + 0.018 = 1.969 t/ml

gtotal = 1.969 t/ml

I.1.2 Poutre intermédiaire

gper = gpoutre + gh +gprédalle + gsuperstructure

Poids propre de la poutre :


gp = γBA × bp × (hp -hd)

= 2.5 × 0.4 × (1.35 – 0.2) = 1.15 t/ml

gp = 1.15 t/ml

Poids de l’hourdis :
gh = γBA × b0 × hd

= 2.5 × 1.3 × 0.2 = 0.65 t/ml

gh = 0.65 t/ml

Poids de la prédalle :
gprédalle = γBA × eprédalle × (b0 - bp)

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 71


Partie II : Etude du tablier

gprédalle = 2.5 × 0.05 × (1.35- 0.4) = 0.119 t/ml

gprédalle = 0.119 t/ml

Poids propre de l’entretoise :


ge = γBA × be × (b0 -bp) × (he -hd)

ge = 2.5 × 0.2 × (1.3 – 0.4) × (1.15- 0.2) = 0.428 t

ge = 0.428 t

Poids de la superstructure :
Les charges de la superstructure sont majorées pour des incertitudes de leur poids (Gmax).
Ainsi, l’étanchéité est majorée par 1.2, la couche de roulement par 1.4 et pour les autres
éléments (trottoirs, corniches, …) de 1.05.

Elle est composée des éléments suivants :

 Poids de l’étanchéité :
getanch = 1.20 x γétanchéité × b0 × eétanchéité

Avec γétanchéité = 2.2 t/m3 et eétanchéité = 3 cm pour les ouvrages de petites et moyennes portées.

= 1.2× 2.2 × 1.3 × 0.03 = 0.103 t/ml

getanch = 0.103 t/ml

 Couche de roulement :
groulement = 1.4 × γroulement × b0 × eroulement

Avec γroulement = 2.2 t/m3

= 1.4 × 2.4 × 1.3 × 0.07 = 0.306 t/ml

groulement = 0.306 t/ml

gtotal = gpoutre + ghourdis + gprédalle + gétanch + groulement

= 1.15 + 0.65 + 0.119 + 0.103 + 0.306 = 2.328 t/ml

gtotal = 2.328 t/ml

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 72


Partie II : Etude du tablier

Tableau 27: récapitulatif des charges permanentes

Poutre de rive
Charge permanente gperm (en t/ml) 1.969
Poids de l’entretoise (en t) 0.214
Poutre intermédiaire
Charge permanente gperm (en t/ml) 2.328
Poids de l’entretoise (en t) 0.428

I.2 Sollicitations

Les sollicitations sont déterminées à partir de la charge permanente uniformément répartie sur
une poutre sur appui simple.

Figure 29 : Schéma mécanique d’une poutre

Figure 30 : Diagramme des moments

Mperm (x) = γgperm × gperm ×

Avec γgp = 1 à l’ELS et γgp = 1.35 à l’ELU

ηperm est le CTR de la charge permanente, il est pris égale à 1

Les efforts tranchants sont déterminés à partir de la charge repartie sur la poutre.

Figure 29: schéma mécanique


Figure 30: Diagramme des efforts tranchants

Tperm (x) = γgperm × gperm ×

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 73


Partie II : Etude du tablier

I.2.1 Poutre de rive

gperm = 1.969 t/m

Mperm (x) = 20.98 – 0.985

Tperm (x) = 20.98 – 1.969

ge = 0.214 t

Tableau 28: moments fléchissants et efforts tranchants de la poutre de rive

X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2


ELU 0 65,98 83,79 113,11 150,82
Mperm (t.m)
ELS 0,00 48,88 62,07 83,79 111,72

ELU 28,90 21,25 18,89 14,17 0,01


Tperm (t.m)
ELS 21,19 15,74 13,99 10,50 0,01

I.2.2 Poutre intermédiaire

gperm = 2.328 t/m

Mperm (x) = 24.79 - 1.164

Tperm (x) = 24.79 - 2.328

ge = 0.428 t

Tableau 29: moment fléchissant et effort tranchant de la poutre intermédiaire.

X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2

ELU 0 77,97 99,00 133,65 178,19


Mperm (t.m)
ELS 0 57,75 73,34 99,00 131,99

ELU 34,04 25,10 22,31 16,73 0,00


Tperm (t.m)
ELS 25,22 18,59 16,53 12,39 0,00

II. Système de charge AL

D’après le règlement du système de chargement, la valeur AL est donnée par la formule :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 74


Partie II : Etude du tablier

AL =

AL = = 14.42 KN/m² = 1.44 t/m²

AL = 1.44 t/m²

La charge QAL dépend de AL, de la largeur de voie et des coefficients a1 et a2

a1 dépend de la classe du pont et du nombre de voies chargées.

a2 = = 1.102

QAL = a1 a2 AL LV

Tableau 30: valeur de QAL

Nombre de a1 a2 AL (T/m²) Largeur de voie QAL (T.m)


voies chargée (m)
1 1 1.102 1.44 3.175 5.04
2 1 1.102 1.44 6.35 10.08
3 0.9 1.102 1.44 9.525 13.61
4 0.75 1.102 1.44 12.7 15.12

Figure 31: diagramme du moment fléchissant sous l’effet de la charge AL

Figure 32: diagramme de l’effort tranchant sous l’effet de la charge AL

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 75


Partie II : Etude du tablier

Poutre de rive

Détermination du moment fléchissant et de l’effort tranchant

Avec = 1.6 à l’ELU et 1.2 à l’ELS

en T/m et

 Une voie chargée

Tableau 31: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (1 VC)

Une voie chargée


x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
(t/m) 5,04 5,04 5,04 5,04 5,04
ELU 0,00 50,02 63,52 85,75 114,33
(t.m)
ELS 0,00 37,51 47,64 64,31 85,75
(t/m) 4,59 4,92 5,04 5,31 6,37
(m²) 10,65 8,15 7,40 5,99 2,66
ELU 19,55 16,04 14,91 12,72 6,78
(t.m)
ELS 14,66 12,03 11,18 9,54 5,09

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 76


Partie II : Etude du tablier

 Deux voies chargées

Tableau 32: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (2 VC)

Deux voies chargées


x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
(t/m) 10,08 10,08 10,08 10,08 10,08
ELU 0 60,42 76,73 103,58 138,11
(t.m)
ELS 0 45,32 57,55 77,69 103,58
(t/m) 9,18 9,84 10,08 10,62 12,74
(m²) 10,65 8,15 7,40 5,99 2,66
ELU 23,61 19,38 18,01 15,37 8,19
(t.m)
ELS 17,71 14,53 13,51 11,53 6,14

 Trois voies chargées

Tableau 33: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (3 VC)

Trois voies chargées


x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
(t/m) 13,61 13,61 13,61 13,61 13,61
ELU 0,00 55,64 70,66 95,39 127,18
(t.m)
ELS 0,00 41,73 52,99 71,54 95,39
(t/m) 12,39 13,28 13,61 14,33 17,19
(m²) 10,65 8,15 7,40 5,99 2,66
ELU 21,75 17,84 16,59 14,15 7,54
(t.m)
ELS 16,31 13,38 12,44 10,61 5,66

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 77


Partie II : Etude du tablier

 Quatre voies chargées

Tableau 34: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (4 VC)

Quatre voies chargées


x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
(t/m) 15,12 15,12 15,12 15,12 15,12
ELU 0,00 46,82 59,45 80,26 107,01
(t.m)
ELS 0,00 35,11 44,59 60,19 80,26
(t/m) 13,77 14,75 15,12 15,93 19,10
(m²) 10,65 8,15 7,40 5,99 2,66
ELU 18,30 15,01 13,96 11,91 6,35
(t.m)
ELS 13,72 11,26 10,47 8,93 4,76

II.1 Poutre intermédiaire

Détermination du moment fléchissant et de l’effort tranchant

Avec = 1.6 à l’ELU et 1.2 à l’ELS

en T/m et

 Une voie chargée

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 78


Partie II : Etude du tablier

Tableau 35: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (1 VC)

Une voie chargée


x 0 2,21 2,95 4,43 8,85

(t/m) 5,04 5,04 5,04 5,04 5,04

ELU 0,00 31,41 39,89 53,85 71,80


(t.m)
ELS 0,00 23,56 29,92 40,39 53,85

(t/m) 4,59 4,92 5,04 5,31 6,37

(m²) 10,65 8,15 7,40 5,99 2,66

ELU 12,28 10,07 9,36 7,99 4,26


(t.m)
ELS 9,21 7,55 7,02 5,99 3,19

 Deux voies chargées

Tableau 36: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (2 VC)

Deux chargées
x 0 2,21 2,95 4,43 8,85

(t/m) 10,08 10,08 10,08 10,08 10,08

ELU 0 54,42 69,11 93,29 124,39


(t.m)
ELS 0 40,82 51,83 69,97 93,29

(t/m) 9,18 9,84 10,08 10,62 12,74

(m²) 10,65 8,15 7,40 5,99 2,66

ELU 21,27 17,45 16,22 13,84 7,38


(t.m)
ELS 15,95 13,09 12,17 10,38 5,53

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 79


Partie II : Etude du tablier

 Trois voies chargées

Tableau 37: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (3 VC)

Trois voies chargées


x 0 2,21 2,95 4,43 8,85

(t/m) 13,61 13,61 13,61 13,61 13,61

ELU 0,00 61,58 78,20 105,57 140,76


(t.m)
ELS 0,00 46,19 58,65 79,18 105,57

(t/m) 12,39 13,28 13,61 14,33 17,19

(m²) 10,65 8,15 7,40 5,99 2,66

ELU 24,07 19,75 18,36 15,66 8,35


(t.m)
ELS 18,05 14,81 13,77 11,75 6,26

 Quatre voies chargées

Tableau 38: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à AL (4 VC)

Quatre voies chargées


x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
(t/m) 15,12 15,12 15,12 15,12 15,12
ELU 0,00 57,02 72,41 97,75 130,34
(t.m)
ELS 0,00 42,77 54,31 73,31 97,75
(t/m) 13,77 14,75 15,12 15,93 19,10
(m²) 10,65 8,15 7,40 5,99 2,66
ELU 22,28 18,28 17,00 14,50 7,73
(t.m)
ELS 16,71 13,71 12,75 10,88 5,80

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 80


Partie II : Etude du tablier

III. Système de charge B

III.1 Système de charge Bc

Le convoi Bc se compose d’un ou au maximum de 2 camions par file.

Longitudinalement, les normes exigent que le nombre de camions de types Bc ne doit pas
dépasser deux par sens.

Transversalement, le nombre de camions peut arriver au nombre de voies.

Nc ≤ Nv

Figure 33: différentes dispositions de la charge Bc

La valeur de la charge doit être multipliée par le coefficient bc qui dépend du nombre de file et
de la classe du pont.

Les charges du système bc doivent être multipliées par un coefficient de majoration

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 81


Partie II : Etude du tablier

δ=1+α+β

Avec α = et β =

SBc = bc × Nf × 2 camions/file × charge d’un camion

G = (gper interm × np +gperm rive × np) × L + 2 × nespacement ×gentretoise

= (2.328 × 10 + 1.969 × 2) × 22 + 2 × 11× 0.428 = 608.21 t

G = 608.21 t

 Détermination du moment fléchissant


Ces moments sont calculés à l'aide de leurs lignes d'influence (Li) dans la section considérée
en plaçant la charge Bc dans le sens longitudinal de manière la plus défavorable. La Li des
moments est une ligne brisée formée de segments de droites. Il en résulte que la position la
plus défavorable du convoi comporte toujours la présence d'un essieu au droit de la section
considérée.

Avec = 1.6 à l’ELU et 1.2 à l’ELS

Pour

( )

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Figure 34: position du dernier essieu par rapport au premier appui

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 82


Partie II : Etude du tablier

Tableau 39: valeur des différentes positions de x

x = Lc/8 (m) x = Lc/6 (m) x = Lc/4 (m)


yi (m) Pi PiYi (t/m) yi (m) Pi PiYi (t/m) yi (m) Pi PiYi
(t) (t) (t) (t/m)
1 2,33 12 27,96 1 2,96 12 35,50 1 3,99 12 47,93
2 2,14 12 25,71 2 2,71 12 32,50 2 3,62 12 43,43
3 1,58 6 9,48 3 1,96 6 11,75 3 2,49 6 14,96
4 1,02 12 12,21 4 1,21 12 14,50 4 1,37 12 16,43
5 0,83 12 9,96 5 0,96 12 11,50 5 0,99 12 11,93
6 0,27 6 1,6 6 0,21 6 1,3 6 0,00 6 0,00
86,91 107,00 134,66
 2ème disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui

Figure 35: position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui

Tableau 40: valeur des différentes positions de x

x = Lc/8 (m) x = Lc/6 (m) x = Lc/4 (m)


yi (m) Pi PiYi (t/m) yi (t/m) Pi PiYi yi (m) Pi PiYi
(t) (t) (t/m) (t) (t/m)
1 1,02 12 12,21 1 1,71 12 20,50 1 2,87 12 34,43
2 2,33 12 27,96 2 2,96 12 35,50 2 3,99 12 47,93
3 1,77 6 10,60 3 2,21 6 13,25 3 2,87 6 17,21
4 1,20 12 14,46 4 1,46 12 17,50 4 1,74 12 20,93
5 1,02 12 12,21 5 1,21 12 14,50 5 1,37 12 16,43
6 0,45 6 2,73 6 0,46 6 2,75 6 0,24 6 1,5
80,16 104,00 136,91

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 83


Partie II : Etude du tablier

Détermination de l’effort tranchant

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Figure 36: diagramme des efforts tranchants dû à Bc

Tableau 41: valeur des différentes positions de x

x=0 x = lc/8 x = lc/6 x = lc/4 x = lc/2


Yi Pi PiYi Yi Pi PiYi yi Pi PiYi yi Pi PiYi yi Pi PiYi
1 1 12 12 1 1 12 12 1 1 12 12 1 1 12 12 1 1 12 12
2 0,93 12 11,15 2 0,80 12 9,65 2 0,76 12 9,15 2 0,68 12 8,15 2 0,43 12 5,15
3 0,72 6 4,31 3 0,59 6 3,56 3 0,55 6 3,31 3 0,47 6 2,81 3 0,22 6 1,31
4 0,51 12 6,08 4 0,38 12 4,58 4 0,34 12 4,08 4 0,21 12 2,55 4 0,01 12 0,08
5 0,44 12 5,24 5 0,31 12 3,74 5 0,27 12 3,24 5 0,19 12 2,24 5 0,00 12 0,00
6 0,23 6 1,35 6 0,10 6 0,60 6 0,06 6 0,35 6 0,00 6 0,00 6 0,00 6 0,00

40,14 34,14 32,14 27,76 18,55

 2ème disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui

Figure 37: diagramme des efforts tranchants dû à Bc

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 84


Partie II : Etude du tablier

Tableau 42: valeur des différentes positions de x

x=0 x = lc/8 x = lc/6 x = lc/4 x = lc/2


Yi Pi PiYi yi Pi PiYi yi Pi PiYi yi Pi PiYi yi Pi PiYi
1 0 12 0 1 0,05 12 0,65 1 0,10 12 1,15 1 0,18 12 2,15 1 0,43 12 5,15
2 1 12 12 2 1 12 12 2 1 12 12 2 1 12 12 2 1 12 12
3 0,79 6 4,73 3 0,66 6 3,98 3 0,62 6 3,73 3 0,54 6 3,23 3 0,29 6 1,73
4 0,58 12 6,93 4 0,45 12 5,43 4 0,41 12 4,93 4 0,33 12 3,93 4 0,08 12 0,93
5 0,51 12 6,08 5 0,38 12 4,58 5 0,34 12 4,08 5 0,26 12 3,08 5 0,00 12 0,04
6 0,30 6 1,77 6 0,16 6 0,99 6 0,13 6 0,77 6 0,05 6 0,27 6 0,00 6 0,00

31,52 27,64 26,68 24,40 19,86

III.1.1 Poutre de rive

Une file de Bc
0

Tableau 43: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (1 VC)

Une file de Bc
x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 52,17 64,24 82,20 102,29
(t.m) ELS 0 39,13 48,18 61,65 76.72
ELU 24,10 20,50 19,30 16,66 11,92
(t)
ELS 18,07 15,37 14,47 12,50 8,94

 Deux files de Bc

Tableau 44: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (2 VC)

Deux files de Bc
x(m) 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 64,68 79,63 101,89 126,80
(t.m) ELS 0 48,51 59,72 76,42 95.1
ELU 29,87 25,41 23,92 20,66 14,78
(t)
ELS 22,40 19,06 17,94 15,49 11,08

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 85


Partie II : Etude du tablier

 Trois files de Bc

Tableau 45: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (3 VC)

Trois files Bc
x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 59,38 73,11 93,55 116,42
(t.m) ELS 0 44,54 54,83 70,16 87.31
ELU 27,43 23,33 21,96 18,97 13,57
(t)
ELS 20,57 17,50 16,47 14,22 10,18
 Quatre files de Bc

Tableau 46: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (4 VC)

Quatre files Bc
x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 50,83 62,58 80,08 99,65
(t.m)
ELS 0 38,12 46,94 60,06 74.74
ELU 23,48 19,97 18,80 16,23 11,62
(t)
ELS 17,61 14,98 14,10 12,18 8,71

III.1.2 Poutre intermédiaire

 Une file de Bc

Tableau 47 : valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (1 VC)

Une file de Bc
x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 28,28 34,81 44,55 55,44
(t.m) ELS 0 21,21 26,11 33,41 41.58
ELU 13,06 11,11 10,46 9,03 6,46
(t)
ELS 9,80 8,33 7,84 6,77 4,85

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 86


Partie II : Etude du tablier

 Deux files de Bc

Tableau 47: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (2 VC)

Deux files de Bc
x(m) 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 48,08 59,20 75,75 94,27
(t.m)
ELS 0 36,06 44,40 56,81 70.7
ELU 22,21 18,89 17,78 15,36 10,99
(t)
ELS 16,66 14,17 13,34 11,52 8,24

 Trois files de Bc

Tableau 48: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (3 VC)

Trois files Bc
x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 55,84 68,76 87,98 109,48
(t.m) ELS 0 41,88 51,57 65,98 82.11
ELU 25,79 21,94 20,65 17,84 12,76
(t)
ELS 19,35 16,45 15,49 13,38 9,57

 Quatre files de Bc

Tableau 49: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bc (4 VC)

Quatre files Bc
x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 54,44 67,03 85,77 106,73
(t.m)
ELS 0 40,83 50,27 64,33 80,05
ELU 25,15 21,39 20,13 17,39 12,44
(t)
ELS 18,86 16,04 15,10 13,04 9,33

III.2 Système de charge Bt

On place la charge Bt de la manière la plus défavorable pour un moment central. On emploie


les lignes d'influences et on fait avancer le tandem pour en tirer l'effet maximum.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 87


Partie II : Etude du tablier

Avec = 1.6 à l’ELU et 1.2 à l’ELS

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Figure 38: diagramme des moments dû à Bt

Tableau 50: valeur des différentes positions de x

X = Lc/8 (m) X = Lc/6 (m) X = Lc/4 (m) X = Lc/2


Yi (m) Pi PiYi Yi (m) Pi PiYi Yi (m) Pi PiYi Yi (m) Pi (t) PiYi
(t) (t.m) (t) (t.m) (t) (t.m) (t.m)
1 2,33 16 37,28 1 2,96 16 47,33 1 3,99 16 63,90 1 5,33 16 85,20
2 2,16 16 34,58 2 2,73 16 43,73 2 3,66 16 58,50 2 4,65 16 74,40
71,85 91,07 122,40 159,60
 2ème disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui

Figure 39: diagramme des moments dû à Bt

Tableau 51: valeur des différentes positions de x

X = Lc/8 (m) X = Lc/6 (m) X = Lc/4 (m) X = Lc/2


Yi (m) Pi PiYi Yi (m) Pi PiYi Yi (m) Pi PiYi Yi Pi PiYi
(t) (t.m) (t) (t.m) (t) (t.m)
1 1,15 16 18,38 1 1,83 16 29,33 1 2,98 16 47,70 1 4,65 16 74,40
2 2,33 16 37,28 2 2,96 16 47,33 2 3,99 16 63,90 2 5,33 16 85,20
55,65 76,67 111,60 159,60

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 88


Partie II : Etude du tablier

 Détermination de l’effort tranchant

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui


Figure 40: diagramme des efforts tranchants dû à Bt

Tableau 52: valeur des différentes positions de x

X=0 X = Lc/8 X = Lc/6 X = Lc/4 X = Lc/2


Yi (m) Pi PiYi Yi (m) Pi PiYi Yi (m) Pi PiYi Yi Pi PiYi Yi (m) Pi PiYi
(t) (t.m) (t) (t.m) (t) (t.m) (t) (t.m)
1 1 16 16 1 1 16 16 1 1 16 16 1 1 16 16 1 1 16 16
2 0,94 16 14,99 2 0,81 16 12,99 2 0,77 16 12,32 2 0,69 16 10,99 2 0,44 16 6,99
30,99 28,99 28,32 26,99 22,99

 2ème disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui

Figure 41: diagramme des efforts tranchants dû à Bt

Tableau 53: valeur des différentes positions de x

X=0 X = Lc/8 X = Lc/6 X = Lc/4 X = Lc/2


Yi P PiYi Yi (m) P PiYi Yi (m) P PiYi Yi (m) P (t) PiYi Yi (m) P PiYi
(m) (t) (m) (t) (m) (t) (m) (m) (t) (m)
1 0 16 0 1 0,06 16 0,99 1 0,10 16 1,65 1 0,19 16 2,99 1 0,44 16 6,99
2 1 16 16 2 1 16 16 2 1 16 16 2 1 16 16 2 1 16 16
16,00 16,99 17,65 18,99 22,99

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 89


Partie II : Etude du tablier

III.2.1 Poutre de rive

 Une file de Bt

Tableau 54: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bt (1 VC)

Une file de Bt
x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
(t.m) ELU 0 26,74 33,89 45,55 44,60
ELS 0 20,05 25,42 34,16 33,45
(t) ELU 11,53 10,79 10,54 10,04 8,55
ELS 8,65 8,09 7,90 7,53 6,42

 Deux files de Bt

Tableau 55: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bt (2 VC)

Deux files de Bt
x(m) 0 2,66 3,55 5,33 10,65
(t.m) ELU 0 33,11 41,96 56,40 55,22
ELS 0 24,83 31,47 42,30 41,41
(t) ELU 14,28 13,36 13,05 12,44 10,59
ELS 10,71 10,02 9,79 9,33 7,94

III.2.2 Poutre intermédiaire

 Une file de Bt

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 90


Partie II : Etude du tablier

Tableau 56: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bt (1 VC)

Une file de Bt
x 0 2,66 3,55 5,33 10,65
ELU 0 19,46 24,66 33,15 43,22
(t.m) ELS 0 14,59 18,50 24,86 32,42

(t) ELU 8,39 7,85 7,67 7,31 6,23


ELS 6,29 5,89 5,75 5,48 4,67

 Deux files de Bt

Tableau 57: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Bt (2 VC)

Deux files de Bt
x(m) 0 2,66 3,55 5,33 10,65
(t.m) ELU 0 34,76 44,06 59,21 77,21
ELS 0 26,07 33,04 44,41 57,91
(t) ELU 14,99 14,02 13,70 13,05 11,12
ELS 11,24 10,52 10,27 9,79 8,34

IV. Système de charge Mc

IV.1 Charge Mc80

Les lignes d’influences sont utilisées pour déterminer les sollicitations en multipliant la
charge par l’aire correspondante ω.

q = 14,7 t/m ; S = 72 t ; G = 608.21 t

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 91


Partie II : Etude du tablier

Figure 42: disposition longitudinale de Mc80

 Détermination du moment fléchissant :

Figure 43: diagramme des moments dû à Mc80

Tableau 58: valeur des différentes positions de x

Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2


t Yi ω t Yi ω t Yi ω t Yi ω
1 1,79 1 2,28 1 3,08 1 4,10
2 2,05 2,33 10,10 2 2,73 2,96 12,83 2 4,10 3,99 17,32 2 8,2 5,33 23,09
3 1,79 3 2,28 3 3,08 3 4,10

 Détermination de l’effort tranchant :


Figure 44: diagramme des efforts tranchants dû à Mc80

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 92


Partie II : Etude du tablier

Tableau 59: valeur des différentes positions de x

0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2


Yi ω Yi ω Yi ω Yi ω Yi ω
1 1,00 1 0,90 1 0,86 1 0,79 1 0,58
2 0,64 4,34 2 0,67 3,83 2 0,63 3,66 2 0,56 3,32 2 0,35 2,30

IV.1.1 Poutre de rive

Tableau 60: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Mc80


X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2
ELU 0 53,10 67,43 91,03 121,38
(t.m) ELS 0 39,33 49,95 67,43 89,91
ELU 22,79 20,12 19,23 17,44 12,09
(t)
ELS 16,88 14,90 14,24 13,14 8,96

IV.1.2 Poutre intermédiaire

Tableau 61: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Mc80

X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2


ELU 0 31,47 39,96 53,94 71,93
(t.m) ELS 0 23,31 29,60 39,96 53,28

ELU 13,51 11,92 11,39 10,33 7,17


(t)
ELS 10,01 8,83 8,44 7,79 5,31

IV.2 Charge Mc120

Les charges militaires MC120 étant une charge répartie. En utilisant les lignes d'influences,
on détermine les sollicitations en multipliant la charge par l'aire correspondante ω.
γQ=1,35 à l'ELU
γQ =1,00 à l’ELS

q = 18 t/m ; S = 110 t ; G = 436.87 t

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 93


Partie II : Etude du tablier

Figure 45: disposition longitudinale de Mc120

 Détermination du moment fléchissant :


Figure 46: diagramme des moments dû à Mc120

Tableau 62: valeur des différentes positions de x

Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2


t Yi ω t Yi ω t Yi ω t Yi ω
1 1,68 1 2.15 1 2,85 1 3,80
2 1,74 2,33 9,83 2 2,33 2,96 15,57 2 3,80 3,99 20,87 2 7,60 5,33 27,83
3 1,68 3 2,15 3 2,85 3 3,80

 Détermination de l’effort tranchant :

Figure 47: diagramme des efforts tranchants dû à Mc120

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 94


Partie II : Etude du tablier

Tableau 63: valeur des différentes positions de x

0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2


Yi ω Yi ω Yi ω Yi ω Yi ω
1 1,00 5,23 1 0,88 4,46 1 0,83 4,21 1 0,75 3,70 1 0,50 2,18
2 0,59 2 0,59 2 0,55 2 0,46 2 0,21

IV.2.1 Poutre de rive

Tableau 64: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Mc120

X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2


ELU 0,00 58,68 92,86 125,54 167,38
(t.m) ELS 0,00 43,47 68,79 92,99 123,99

ELU 31,43 26,85 25,32 22,26 13,09


(t)
ELS 23,28 19,89 18,75 16,49 9,70

IV.2.2 Poutre intermédiaire

Tableau 65: valeur du moment fléchissant et de l’effort tranchant dû à Mc120

X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2


ELU 0,00 35,73 56,54 76,44 101,92
(t.m) ELS 0,00 26,47 41,88 56,62 75,50

ELU 19,14 16,35 15,42 13,56 7,97


(t)
ELS 14,18 12,11 11,42 10,04 5,90

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 95


Partie II : Etude du tablier

V. Récapitulatifs des résultats

Un récapitulatif des différents systèmes de chargement a permis d’avoir les valeurs des
moments fléchissant et des efforts tranchants les plus élevés.

V.1 Moments fléchissants

Tableau 66: récapitulatif des moments fléchissants

Poutre de rive
X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2
(t.m) ELU 0,00 65,98 83,79 113,11 150,82
ELS 0,00 48,88 62,07 83,79 111,72
(t.m) ELU 0,00 60,42 76,73 103,58 138,11
ELS 0,00 45,32 57,55 77,69 103,58
(t.m) ELU 0,00 64,68 79,63 101,89 126,80
ELS 0,00 48,51 59,72 76,42 95,10
(t.m) ELU 0,00 33,11 41,96 56,40 55,22
ELS 0,00 24,83 31,47 42,30 41,41
(t.m) ELU 0,00 53,10 67,43 91,03 121,38
ELS 0,00 39,33 49,95 67,43 89,91
(t.m) ELU 0,00 58,68 92,86 125,54 167,38
ELS 0,00 43,47 68,79 92,99 123,99
Poutre intermédiaire
(t.m) ELU 0,00 77,97 99,00 133,65 178,19
ELS 0,00 57,75 73,34 99,00 131,99
(t.m) ELU 0,00 61,58 78,20 105,57 140,76
ELS 0,00 46,19 58,65 79,18 105,57
(t.m) ELU 0,00 55,84 68,76 87,98 109,48
ELS 0,00 41,88 51,57 65,98 82.11
(t.m) ELU 0,00 34,76 44,06 59,21 77,21
ELS 0,00 26,07 33,04 44,41 57,91
(t.m) ELU 0,00 31,47 39,96 53,94 71,93
ELS 0,00 23,31 29,60 39,96 53,28
(t.m) ELU 0,00 35,73 56,54 76,44 101,92
ELS 0,00 26,47 41,88 56,62 75,50

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 96


Partie II : Etude du tablier

V.2 Efforts tranchants

Tableau 67: récapitulatif des efforts tranchants

Poutre de rive
X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2
(t.m) ELU 28,90 21,25 18,89 14,17 0,01
ELS 21,19 15,74 13,99 10,50 0,01
(t.m) ELU 23,61 19,38 18,01 15,37 8,19
ELS 17,71 14,53 13,51 11,53 6,14
(t.m) ELU 29,87 25,41 23,92 20,66 14,78
ELS 22,40 19,06 17,94 15,49 11,08
(t.m) ELU 14,28 13,36 13,05 12,44 10,59
ELS 10,71 10,02 9,79 9,33 7,94
(t.m) ELU 22,79 20,12 19,23 17,44 12,09
ELS 16,88 14,90 14,24 13,14 8,96
(t.m) ELU 31,43 26,85 25,32 22,26 13,09
ELS 23,28 19,89 18,75 16,49 9,70
Poutre intermédiaire
(t.m) ELU 34,04 25,10 22,31 16,73 0,00
ELS 25,22 18,59 16,53 12,39 0,00
(t.m) ELU 24,07 19,75 18,36 15,66 8,35
ELS 18,05 14,81 13,77 11,75 6,26
(t.m) ELU 25,79 21,94 20,65 17,84 12,76
ELS 19,35 16,45 15,49 13,38 9,57
(t.m) ELU 14,99 14,02 13,70 13,05 11,12
ELS 11,24 10,52 10,27 9,79 8,34
(t.m) ELU 13,51 11,92 11,39 10,33 7,17
ELS 10,01 8,83 8,44 7,79 5,31
(t.m) ELU 19,14 16,35 15,42 13,56 7,97
ELS 14,18 12,11 11,42 10,04 5,90

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 97


Partie II : Etude du tablier

VI. Sollicitations

Enfin, on applique cette combinaison pour le calcul de moment fléchissant et de l’effort


tranchant :
M = MPER + Sup (MAL ; MBc ; MBt ; MMc)

Tx = TPER + Sup (TAL; TBc; TBt; TMc)

VI.1 Poutre de rive

Tableau 68: valeur des sollicitations pour la poutre de rive

Poutre de rive
X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2
ELU 0,00 130,66 163,42 215,01 277,61
M (t.m)
ELS 0,00 97,38 121,79 160,21 206,81
ELU 58,77 46,65 42,81 34,83 14,79
T (t)
ELS 43,60 34,79 31,93 25,99 11,09

VI.2 Poutre intermédiaire

Tableau 69: valeur des sollicitations pour la poutre intermédiaire

Poutre intermédiaire
X (m) 0 Lc/8 Lc/6 Lc/4 Lc/2
ELU 0,00 133,81 167,76 221,63 287,67
M (t.m)
ELS 0,00 99,64 124,90 164,98 214,10
ELU 59,84 47,04 42,96 34,57 12,76
T (t)
ELS 44,56 35,05 32,02 25,77 9,57

VII. Ferraillage de la poutre

VII.1 Armatures longitudinales

Les fissurations sont considérées préjudiciables. Les armatures sont dimensionnées selon le
BAEL 91 à l’ELU et la vérification du béton se fait à l’ELS. L’enrobage des armatures est
pris égal à 3 cm.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 98


Partie II : Etude du tablier

 Caractéristiques des matériaux


 Béton
, , , ,

Mser = 214.1 t.m = 2.14 MN.m et Mu = 287.67 t.m

̅̅̅̅ ,

 Acier

̅̅̅ [ √ ]

η =1 pour les RL et η =1, 6 pour les HA


Fe = 500MPa

̅̅̅ [ √ ] = 250 MPa

Calcul des armatures à l’ELU

Avec Mu = 287.67 t.m ; bp = 0.40 m


d = (hp – hd) – e
d = (1.35 - 0.20) – 0.03 – 0.015 = 1.105 m

avec =

= 0.62

On n’a pas des aciers comprimés (A’= 0)

( √ )

z = 1.105 (1 - 0.4 × 0.56) = 0.857 m = 85.7 cm


KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 99
Partie II : Etude du tablier

Choix des aciers As = 77.2 cm² ; on prendra 8 HA 32 + 4 HA 25 avec As réel = 83.97 cm²
Calcul des armatures à l’ELS
̅̅̅̅
̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅

̅̅̅ Avec d = h – c – 1.5 = 1.15 – 0.03 – 0.015 = 1.105 m

̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅̅

( )

; avec aciers comprimés.

̅̅̅̅ ⁄
̅̅̅̅ ̅̅̅̅

Choix des aciers A’ = 9.48 cm² ; on prendra 4 HA 20 totalisant une section A’réelle = 12.57 cm²
̅̅̅

( )

̅̅̅

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 100


Partie II : Etude du tablier

Choix des aciers Aser = 103.55 cm² ; on prendra 8 HA 32 + 8 HA 25 totalisant une section As
réelle = 103.6 cm²
Condition de non fragilité :
Détermination de Amin

4.88 cm² ; la condition de non fragilité est vérifiées pour toutes les armatures.

VII.2 Armatures transversales

Contrainte tangentielle conventionnelle :


Avec

Vérification du béton :

Armature d’âme :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 101


Partie II : Etude du tablier

Avec

cm²/ cm

Pourcentage minimal d’acier :

⁄ ⁄

Condition vérifiée
Diamètre des armatures :

⟨ | | ⟩

Soit

Espacement maximal :

Espacement

Soit

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 102


Partie II : Etude du tablier

Figure 48: schéma du ferraillage de la poutre

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 103


Partie II : Etude du tablier

CHAPITRE VII : ENTRETOISE SUR APPUIS

I. Introduction

Les ponts à poutres préfabriquées doivent toujours être constitués d’une entretoise qui peut
être disposée sur appuis ou en travée. Cette dernière disposition n’est plus d’actualité car elle
comporte certain inconvénient majeur dans son exécution, puisqu’elle nous amène à mettre en
place un échafaudage au sol pour l’étaiement, ce qui est presque parfois impossible à éviter.
Toutefois, quant aux entretoises sur appuis, leur réalisation demeure obligatoire du
point de vue mécanique, car le but étant de solidariser la section transversale et éviter la
torsion des poutres et aussi primordial lors de l’opération de vérinage effectuée pour le
changement des appareils d’appuis puisque cette opération demande un soulèvement du
tablier à l’aide de vérins placés sur la tête des appuis et sous les entretoises sur appuis qui vont
cette fois ci supporter le poids propre du tablier.
Leur fonctionnement et disposition se présente comme suit :
Une première partie, réalisée de part et d’autre constitue une amorce d’entretoise. Elle
est bétonnée en même temps que les poutres et est donc préfabriquées.
La deuxième est de relier les amorces des poutres adjacentes et constituer la partie
coulée en place de l’entretoise ; elle est bétonnée juste avant l’hourdis.
Cette réalisation en deux phases facilite le coffrage de la partie coulée en place de l’entretoise
qui est fixée aux amorces et la partie de l’entretoise située sous la table de compression des
poutres ne peut être correctement mise en œuvre que si elle est coulée en même temps que les
poutres. Lors de la préfabrication des poutres, il est prévu des aciers en attente.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 104


Partie II : Etude du tablier

II. Détermination des charges

L’entretoise est considérée comme une poutre continue sur plusieurs appuis. Elle est soumise
à son poids propre qui est une charge uniformément répartie et les charges transmises à
travers les poutres principales qui présentent des charges concentrées.

II.1 Charge répartie

On n’a que des entretoises sur appuis. On dispose d’une entretoise en BA dont les
caractéristiques sont :
 Hauteur : he = 1 m
 Epaisseur : be = 0.20 m
La charge permanente due aux entretoises est :
g = be × (he - hd) × γBA = 0,20 × (1 - 0,20) ×2,50 = 0,4 t/m

II.2 Charge concentrée (Gp)

L’entretoise supporte son poids propre gentretoise qui est une charge uniformément répartie et le
poids transmis à travers les poutres principales Gp qui est une charge concentrée.
GP = GPP +Gd +Gstr1

Poutre de rive :
Gp = Gpp + Gh + Gprédal + Gstruct

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 105


Partie II : Etude du tablier

Gp rive = 122.48 + 45.26 + 11.29 + 30.67 = 209.7 KN

 Poutre intermédiaire :
Gp = Gpp + Gh + Gprédal + Gstruct

Gp interm = 122.48 + 69.23 + 12.67 + 43.56 = 247.94 KN

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 106


Partie II : Etude du tablier

Tableau 70: Récapitulatif de la charge permanente :

Poutre de rive
ELU 283,1
Gp
ELS 209,7
Poutre intermédiaire
ELU 334.72
Gp
ELS 247.94

II.3 Sollicitations

La détermination des sollicitations est effectuée sur le logiciel RDM6. Le schéma statique
dépend du nombre de vérins employés. Ainsi dans notre cas, nous optons le cas d’un vérin
entre chaque poutre compte tenue de la largeur du pont (longueur de l’entretoise).
Moments fléchissants :

Figure 49: diagramme des moments fléchissants à l’ELS

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 107


Partie II : Etude du tablier

Efforts tranchants :

Figure 50: efforts tranchants à l’ELS

Tableau 71: valeur des sollicitations obtenues sur RDM6

Etats Moments fléchissants (KN.m) Efforts


Limites Tranchants (KN)
Sur appuis En travée
Appuis de rive -141.8
ELU Appuis -49.11 51.49 221.4
intermédiaires
Appuis de rive -191.43
ELS Appuis -66.299 69.512 298.89
intermédiaires

III. Ferraillage de l’entretoise

Le ferraillage des entretoises est continu sur toute la longueur (pas d’arrêt de barres).

Comme d’une part toutes les sections sont sollicitées par des moments de flexion et que
d’autre part la fissuration est considérée comme préjudiciable, le calcul de leurs armatures se

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 108


Partie II : Etude du tablier

fera à l’ELU et à l’ELS pour choisir l’état limite qui amène le plus dans le sens de la sécurité.
L’enrobage des armatures est pris égal à 3 cm.

III.1 Caractéristiques des matériaux

Béton
, , = 2.5 MPa

= = 14.17 MPa

Acier

[ √ ]

η =1 pour les RL et η =1, 6 pour les HA


Fe = 500MPa

[ √ ] = 250 MPa

III.2 Armatures longitudinales

Sur appuis de rive


Dimensionnement à l’ELU

avec Mu = 191. 43KN.m; be = 0.2 m

d = (hp – hd) – e

= (1.15 - 0.20) – 0.03 – 0.015 = 0.905 m

= 0.082

α α

α avec =

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 109


Partie II : Etude du tablier

Ce qui veut dire qu’on n’a pas d’aciers comprimés (A’= 0)

( √ )

z = 0.905 (1 - 0.4 × 0.107) = 0.8662 m = 86.62 cm

Choix des aciers, As = 5.17 cm² on prendra 3 HA 16 totalisant une section As réelle = 6.03 cm².

Dimensionnement à l’ELS
̅̅̅̅
̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅

̅̅̅

̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅̅

( )

; pas d’aciers comprimés

̅̅̅

= 0.0035

̅̅̅

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 110


Partie II : Etude du tablier

̅̅̅̅

= 6.994 cm²

Choix des aciers As = 6.994 cm² ; on prendra 6 HA 14 totalisant une section As réelle = 9.24cm².

Tableau 72: ferraillage de l’entretoise à l’ELS

̅̅̅ Choix des barres


(cm²)
Appui de rive 141.8 10-3 0.47 0.49 0.0039 81.1 6.99 9.24 6 HA 14
4
Appui 49.11 10-3 0.47 0.49 0.0012 81.1 2.42 3.39 3 HA 12
intermédiaire 4
En travée 51.49 10-3 0474 0.49 0.0013 80.3 2.57 3.39 3 HA 12

Condition de non fragilité :


Détermination de Amin

1.75 cm² ; la condition de non fragilité est vérifiées pour toutes les armatures.

III.3 Armatures transversales

Contrainte tangentielle conventionnelle :

Vérification du béton :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 111


Partie II : Etude du tablier

Armature d’âme :

Avec

Pourcentage minimal d’acier :

⁄ ⁄

Condition vérifiée
Diamètre des armatures :

⟨ | | ⟩

Soit

Section d’1 cadre + 1 épingle

Espacement maximal :

Espacement :

Soit
KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 112
Partie II : Etude du tablier

Figure 51: schéma du ferraillage de l’entretoise

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 113


Partie II : Etude du tablier

CHAPITRE VII : ETUDE DE L’HOURDIS

I. Introduction

L’hourdis est un élément plan ayant une épaisseur faible par rapport aux autres dimensions. Il
est destiné à recevoir la couche de roulement (revêtement, couche d’étanchéité…) et les
surcharges afin de les transmettre aux poutres. L’hourdis est calculé comme une dalle
travaillant à la flexion et est considéré comme une dalle continue. Les moments sont déduits à
partir d’une dalle articulée sur ses quatre appuis :

2 poutres en ses grands cotés ;


2 tronçons d’entretoises en ses petits cotés.
Il joue le rôle d’entretoisement à l’absence d’entretoise intermédiaire. Les efforts dans
l’hourdis sont surtout donnés par le calcul des efforts transversaux dans les poutres (voir la
méthode de Guyon-Massonnet). Ainsi, il supporte, en plus de la flexion locale une flexion
globale. On superposera les deux effets.
Flexion locale + flexion globale = Flexion totale.

II. Flexion locale

Figure 52: vue en plan d’un panneau d’hourdis

: le petit côté, tel que

: le grand côté, tel que

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 114


Partie II : Etude du tablier

: la distance entre axes des poutres principales


: l’épaisseur de l’ame des poutres principales
: l’épaisseur des entretoises
On a : ;

Mx : Moment fléchissant au centre de la dalle dans la direction lx (autour de ly)


My : Moment fléchissant au centre de la dalle dans la direction ly (autour de lx)

L’hourdis est calculée sous l’effet de :

La charge permanente ;
Les surcharges roulantes de type B (avec les trois systèmes : Bc, Bt, Br) ;
Les surcharges militaires Mc120 et Mc80

II.1 Diffusion de charge localisée

Figure 53: diffusion de la charge

La charge se répartie au niveau du plan moyen de la dalle sur une aire rectangulaire de
dimension (u, v), appelée rectangle de répartition, tel que :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 115


Partie II : Etude du tablier

La dimension de la roue parallèlement à l'axe xx est notée u, celle parallèlement à l'axe yy est
notée v, (u // lx et v // ly).
Les moments fléchissants des charges concentrées se calculent par les expressions suivantes :

M1 et M2 sont des coefficients dont les valeurs sont calculées et mises sous forme d’abaques
en fonction des rapports ρ, u /lx et v/ly.

Avec ν es un coefficient de poisson :

ν = 0 à l’ELU

ν = 0,2 à l’ELS

II.2 Détermination des charges permanentes

II.2.1 Charges permanentes

Le moment fléchissant My et l’effort tranchant Ty sont faibles dans le sens de la plus grande
portée, ils sont donc négligés dans cette direction et on admet que la dalle ne porte que dans
une seule direction, celle de la plus petite portée. Les moments fléchissant et les efforts
tranchants sont respectivement :

Calcul des charges permanentes

gper = gh+ groulement + gétancheité

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 116


Partie II : Etude du tablier

II.2.2 Système de charge Bc

La charge Bc est un camion disposé sur l’axe longitudinal de la chaussée. Les caractéristiques
sont représentées comme suit :

Figure 54: système de charge Bc

1VC :
1ère disposition : deux roues de Bc sur l’hourdis avec une centrée et une autre sur
l’axe longitudinal.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 117


Partie II : Etude du tablier

Figure 55: deux roues de Bc sur l’hourdis avec une centrée et une autre sur l’axe
longitudinal

Effet de deux rectangles situés sur un axe et symétriques par rapport à un autre. L’effet des
deux rectangles d’impact (A1, A2, A3, A4) et (B1, B2, B3, B4) est égal à l’effet du rectangle
(A1, A2, B3, B4) moins l’effet du rectangle (A4, A3, B2, B1) avec la même densité de charge
p sachant que les deux derniers rectangles sont centrés.

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) = (A1, A2, B3, B4) (A4, A3, B2, B1)

U0 = V0 = 0,25

v=
v = 0.25 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.6 m

 Moments fléchissants :
Ils se calculent par les expressions suivantes :

 Rectangle (A1, A2, B3, B4)

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 118


Partie II : Etude du tablier

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.07 et M2 (0,05) = 0.006
 Rectangle (A4, A3, B2, B1)

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.05 et M2 (0,05) = 0.0008
Tableau 73: Détermination des coefficients de la 1ère disposition de la charge Bc

U(m) V(m) α β M1 (0,05) M2 (0,05) P(t)


A1, A2, B3, B4 0,6 2,1 0,67 0,10 0.07 0.006 21
A4, A3, B2, B1 0,6 0,9 0,67 0,04 0.115 0.03 9

Tableau 74: Détermination des moments de la 1ère disposition de la charge Bc

ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, A2, B3, B4 1.47 0.13 1.50 0.42
A4, A3, B2, B1 1.04 0.27 1.09 0.48
(A1, A2, B3, B4) – (A4, A3, B2, B1) 0.43 - 0.14 0.41 - 0.06

 Effort tranchant :
1er cas : u ≥ v :
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

2ème cas : u < v :


Au milieu de V dans le sens x-x

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 119


Partie II : Etude du tablier

Au milieu de U dans le sens y-y

Tableau 77 : Détermination des efforts tranchants du 1er cas de la charge Bc

Tap, x (t) Tap, y (t)


A1, A2, B3, B4 4.38 3.33
A4, A3, B2, B1 1.88 1.43
(A1, A2, B3, B4) – (A4, A3, B2, B1) 2.5 1.9

2ème disposition : Effet d'un rectangle centré et d'un rectangle placé sur l’axe de
symétrie.
On considère les deux rectangles d'impact (A1, A2, A3, A4) et (B1, B2, B3, B4). Afin de
pouvoir appliquer la méthode des différences de rectangles centrés, on ajoute un impact fictif
(C1, C2, C3, C4) symétrique de (A1, A2, A3, A4) par rapport à l'axe transversal. Le rectangle
(A1, A2, C3, C4) est de dimensions (U xV1). Le rectangle (A4, A3, C2, C1) est de
dimensions ((U x V2). Le rectangle (B1, B2, B3, B4) est de dimensions (U x V).
Figure 56: effet d’un rectangle centré et d’un rectangle placé sur l’axe de symétrie

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) = [(A1, A2, C3, C4) - (A4, A3, C2, C1)] + (B1, B2,

B3, B4)

U0 = V0 = 0,25

v=
v = 0.25 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.6 m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 120


Partie II : Etude du tablier

 Moment fléchissant :
Les moments fléchissant se calculent par les expressions suivantes :

 Rectangle (A1, A2, C3, C4):

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.05 et M2 (0,05) = 0.0008
 Rectangle (A4, A3, C2, C1) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.07 et M2 (0,05) =0.004
 Rectangle (B1, B2, B3, B4) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.12 et M2 (0,05) = 0.04

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 121


Partie II : Etude du tablier

Tableau 75: Détermination des coefficients du 2ème cas de charge Bc


U(m) V(m) α β M1(0,05) M2 (0,05) P(t)
A1, A2, C3, C4 0.6 3.6 0,67 0,17 0.05 0.0008 36
A4, A3, C2, C1 0.6 2.4 0,67 0,11 0.07 0.004 24
B1, B2, B3, B4 0.6 0.6 0,67 0,03 0.12 0.04 6

Tableau 76: Détermination des moments du 2ème cas de charge Bc


ELU ELS
Mox (t.m/ml) Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, A2, C3, C4 1.8 0.03 1.81 0.39
A4, A3, C2, C1 1.68 0.01 1.70 0.43
B1, B2, B3, B4 0.72 0.24 0.77 0.38

[(A1, A2, C3, C4) - (A4, A3, C2, C1)] +(B1, B2, 0.78 0.25 0.83 0.36

B3, B4)

 Effort tranchant :
Les calculs des efforts tranchants sont donnés dans le tableau suivant :
1er cas : u ≥ v :
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

2ème cas : u < v :


Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

Tableau 77: Détermination des efforts tranchants du 2ème cas de charge Bc


Tap, x (t) Tap, y (t)
A1, A2, C3, C4 4.62 3.33
A4, A3, C2, C1 4.44 3.33
B1, B2, B3, B4 3.33 3.33

[(A1, A2, C3, C4) - (A4, A3, C2, C1)] + (B1, B2, B3, B4) 3.42 3.33

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 122


Partie II : Etude du tablier

2VC :
1ème disposition : quatre rectangles non centrés et symétriques deux à deux.
Figure 57: quatre rectangles non centrés et symétriques deux à deux

U0 = V0 = 0,25

v=
v = 0.25 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.6 m

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) + (C1, C2, C3, C4) + (D1, D2, D3, D4) = (A1, B2, C3,
D4) - (A2, B1, C4, D3) - (A4, B3, C2, D1) + (A3, B4, C1, D2)
 Rectangle (A1, B2, C3, D4) :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 123


Partie II : Etude du tablier

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.056 et M2 (0,05) = 0.0045
 Rectangle (A2, B1, C4, D3) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.115 et M2 (0,05) = 0.007
 Rectangle (A4, B3, C2, D1) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.085 et M2 (0,05) = 0.028
 Rectangle (A3, B4, C1, D2) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.19 et M2 (0,05) = 0.05

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 124


Partie II : Etude du tablier

Tableau 78: Détermination des coefficients du 3ème cas de charge Bc


U(m) V(m) α Β M1 (0,05) M2 (0,05) P(t)
A1, B2, C3, D4 1.22 0.1 0.056 0.0045 38.51
A2, B1, C4, D3 0.1 0.115 0.007
A4, B3, C2, D1 1.22 0.04 0.085 0.028 16.5
A3, B4, C1, D2 0.04 0.19 0.05

Tableau 79: Détermination des moments du 3ème cas de charge Bc

ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, B2, C3, D4 2.16 0.17 2.19 0.60
A2, B1, C4, D3 -0.40 -0.02 -0.41 -0.11
A4, B3, C2, D1 1.40 0.46 0.55 0.74
A3, B4, C1, D2 -0.29 0.08 -0.3 -0.13
(A1, B2, C3, D4)- (A2, B1, C4, D3)- 0.87 -0.19 1.75 -0.16
(A4, B3, C2, D1) +(A3, B4, C1, D2)

 Effort tranchant :
Les calculs des efforts tranchants sont donnés dans le tableau suivant :
1er cas : u ≥ v :
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

2ème cas : u < v :


Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 125


Partie II : Etude du tablier

Tableau 80: Détermination des efforts tranchants du 3ème cas de charge Bc

Tap, x (t) Tap, y (t)


A1, B2, C3, D4 7.27 6.11
A2, B1, C4, D3 -0.85 -0.56
A4, B3, C2, D1 5 5.32
A3, B4, C1, D2 -0.88 -0.56
(A1, B2, C3, D4) - (A2, B1, C4, D3) - 2.24 0.79
(A4, B3, C2, D1) + (A3, B4, C1, D2)

2ème disposition :
Comme pour le 2ème cas, afin de pouvoir appliquer la méthode des différences des rectangles
centrés, on rajoute 2 impacts fictifs (E1, E2, E3, E4) et (F1, F2, F3, F4) symétriques par
rapport à l'axe transversal des impacts (A1, A2, A3, A4) et (B1, B2, B3, B4).
Figure 58: disposition longitudinale de Bc

U0 = V0 = 0,25

v=
v = 0.25 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.6 m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 126


Partie II : Etude du tablier

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) + (C1, C2, C3, C4) + (D1, D2, D3, D4) = [(A1, B2,

E3, F4) – (A2, B1, E4, F3) - (A4, B3, E2, F1) + (A3, B4, E1, F2)] + (D1, C2, C3, D4) - (D2,
C1, C4, D3)
 Rectangle (A1, B2, E3, F4) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.038 et M2 (0,05) = 0.0008
 Rectangle (A2, B1, E4, F3) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = et M2 (0,05) =
 Rectangle (A4, B3, E2, F1) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.075 et M2 (0,05) = 0.0012

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 127


Partie II : Etude du tablier

 Rectangle (A3, B4, E1, F4) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.054 et M2 (0,05) = 0.004
 Rectangle (D1, C2, C3, D4) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.11 et M2 (0,05) = 0.004
 Rectangle (D2, C1, C4, D3) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.22 et M2 (0,05) = 0.06
Tableau 81: Détermination des coefficients du 4èmecas de charge Bc
U(m) V(m) α β M (0,05) M (0,05) P(t)
A1, B2, E3, F4 1,22 0,17 0.038 0.0008 66
A2, B1, E4, F3 0,17 0.075 0.0012
A4, B3, E2, F1 1,22 0,11 0.054 0.004 44
A3, B4, E1, F4 0,11 0.11 0.004
D1, C2, C3, D4 1,22 0,03 0.085 0.04 11
D2, C1, C4, D3 0,03 0.22 0.06

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 128


Partie II : Etude du tablier

Tableau 82: Détermination des moments du 4ème cas de charge Bc


ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, B2, E3, F4 2.51 0.05 2.52 0.51
A2, B1, E4, F3 -0.45 -0.01 -0.45 -0.1
A4, B3, E2, F1 2.38 0.18 2.41 0.65
A3, B4, E1, F4 -0.44 -0.02 -0.44 -0.1
D1, C2, C3, D4 0.94 0.44 1.02 0.63
D2, C1, C4, D3 -0.22 -0.06 -0.23 -0.1

[(A1, B2, E3, F4) – (A2, B1, E4, F3) - (A4, B3, E2, F1) + 1.23 0.31 1.33 0.66

(A3, B4, E1, F2)] + (D1, C2, C3, D4) - (D2, C1, C4, D3)

 Effort tranchant :
Les calculs des efforts tranchants sont donnés dans le tableau suivant :
1er cas : u ≥ v :
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

2ème cas : u < v :


Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 129


Partie II : Etude du tablier

Tableau 83: Détermination des efforts tranchants du 4ème cas de charge Bc

Tap, x (t) Tap, y (t)


A1, B2, E3, F4 7.95 6.67
A2, B1, E4, F3 -0.85 -0.56
A4, B3, E2, F1 7.46 6.11
A3, B4, E1, F4 -0.85 -0.56
D1, C2, C3, D4 3.33 3.93
D2, C1, C4, D3 -0.91 -0.56

[(A1, B2, E3, F4) – (A2, B1, E4, F3) - (A4, B3, E2, F1) + (A3, B4, 2.67 3.65

E1, F2)] + (D1, C2, C3, D4) - (D2, C1, C4, D3)

II.2.3 Système de charge Bt

Un tandem de Bt se compose de deux essieux munis de roue simples pneumatiques. Selon les
règlements, on dispose d’un seul tandem par file longitudinalement et un disque
transversalement. On ne peut charger que deux tandems au maximum.

Figure 59: système de charge Bt

1 VC :
1ère disposition : Effet de deux rectangles situés sur un axe et symétriques par
rapport à un autre.
Figure 60: effet de deux rectangles situés sur un axe et symétriques par rapport à un
autre

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 130


Partie II : Etude du tablier

L'effet des deux rectangles d'impact (A1, A2, B3, B4) et (B1, B2, B3, B4) est égal à l'effet du
rectangle (A1, A2, B3, B4) moins l'effet du rectangle (A4, A3, B2, B1) avec la même densité
de charge p sachant que les deux derniers rectangles sont centrés.
(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) = (A1, A2, B3, B4) - (A4, A3, B2, B1)
U0 = 0.6 m et V0 = 0,25

v = 0.25 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.6 m

u = 0.6 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.95 m

 Moment fléchissant :
Ils se calculent par les expressions suivantes :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 131


Partie II : Etude du tablier

 Rectangle (A1, A2, B3, B4)

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.06 et M2 (0,05) = 0.05
 Rectangle (B1, B3, A3, A4) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.125 et M2 (0,05) = 0.028

Tableau 84: Détermination des coefficients du 1er cas de charge Bt

U(m) V(m) α β M1(0,05) M2(0,05) P(t)


A1, A2, B3, B4 1,06 0,09 0.06 0.05 23,47
A4, A3, B2, B1 1,06 0,04 0.125 0.028 9.03

Tableau 85: Détermination des moments du 1er cas de charge Bt

ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, A2, B3, B4 1.41 1.17 1.64 1.46
A4, A3, B2, B1 1.13 0.25 1.18 0.48
(A1, A2, B3, B4) – (A4, A3, B2, B1) 0.28 0.92 0.46 0.98

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 132


Partie II : Etude du tablier

 Effort tranchant :
Les calculs des efforts tranchants sont donnés dans le tableau suivant :
1er cas : u ≥ v :
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

2ème cas : u < v :


Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

Tableau 86: Détermination des efforts tranchants du 1er cas de charge Bt


Tap, x (t) Tap, y (t)
A1, A2, B3, B4 4.84 4.01
A4, A3, B2, B1 3.17 3.41
(A1, A2, B3, B4) – (A4, A3, B2, B1) 1.67 0.60

2ème disposition : Effet d'un rectangle centré et d'un rectangle placé sur l’axe de
symétrie.
Figure 61: un rectangle centré et placé sur l’axe de symétrie

On considère les deux rectangles d’impact (A1, A2, A3, A4) et (B1, B2, B3, B4). Pour
appliquer la méthode des différences de rectangles centrés, on ajoute un impact fictif

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 133


Partie II : Etude du tablier

(C1, C2, C3, C4) symétrique de (A1, A2, A3, A4) par rapport à l’axe transversal. Le
rectangle (A1, A2, C3, C4) est de dimension (U x V1) ; (A4, A3, C2, C1) de dimension (U x
V2) et (B1, B2, B3, B4) de dimension (U x V).
(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) = [(A1, A2, C3, C4) - (A4, A3, C2, C1)] + (B1, B2,

B3, B4)
U0 = 0.6 m et V0 = 0,25

v = 0.25 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.6 m

u = 0.6 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.95 m

 Moment fléchissant :
Les moments fléchissant se calculent par les expressions suivantes :

 Rectangle (A1, A3, C3, C4):

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.039 et M2 (0,05) = 0.00085

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 134


Partie II : Etude du tablier

 Rectangle (A4, A3, C2, C1):

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.075 et M2 (0,05) = 0.0045

 Rectangle (B1, B2, B3, B4):

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.085 et M2 (0,05) = 0.04
Tableau 87: Détermination des coefficients du 2ème cas de charge Bt :

U(m) V(m) α β M1(0,05) M (0,05) P(t)


A1, A3, C3, C4 1,06 0,16 0.039 0.00085 39.72
A4, A3, C2, C1 1,06 0,10 0.075 0.0045 25.28
B1, B2, B3, B4 1,06 0,03 0.085 0.04 7.22

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 135


Partie II : Etude du tablier

Tableau 88: Détermination des moments du 2ème cas de charge Bt

ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, A3, C3, C4 1.55 0.03 1.56 0.34
A4, A3, C2, C1 1.90 0.11 1.92 0.49
B1, B2, B3, B4 0.61 0.29 0.67 0.41

[(A1, A3, C3, C4) - (A4, A3, C2, C1)] + (B1, B2, 0.44 0.25 0.49 0.34

B3, B4)

 Effort tranchant :
Les calculs des efforts tranchants sont donnés dans le tableau suivant :
1er cas : u ≥ v :
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

2ème cas : u < v :


Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

Tableau 89: Détermination des efforts tranchants du 1er cas de charge Bt


Tap, x (t) Tap, y (t)
A1, A3, C3, C4 5.26 4.01
A4, A3, C2, C1 4.91 4.01
B1, B2, B3, B4 2.53 2.89

[(A1, A3, C3, C4) - (A4, A3, C2, C1)] + (B1, B2, B3, B4) 2.71 2.89

2VC :
1ère disposition : Quatre rectangles non centrés et symétriques deux à deux.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 136


Partie II : Etude du tablier

Figure 62: quatre rectangles non centrés et symétriques

v = 0.25 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.6 m

u = 0.6 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.95 m

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) + (C1, C2, C3, C4) + (D1, D2, D3, D4) = (A1, B2, C3,
D4) - (A2, B1, C4, D3) - (A4, B3, C2, D1) + (A3, B4, C1, D2)

 Rectangle (A1, B2, C3, D4) :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 137


Partie II : Etude du tablier

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.06 et M2 (0,05) = 0.05
 Rectangle (A2, B1, C4, D3) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.12 et M2 (0,05) = 0.008
 Rectangle (A4, B3, C2, D1) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.085 et M2 (0,05) = 0.028
 Rectangle (A3, B4, C1, D2) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.19 et M2 (0,05) = 0.05

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 138


Partie II : Etude du tablier

Tableau 90: Détermination des coefficients du 3ème cas de charge Bt

U(m) V(m) α β M1 (0,05) M2 (0,05) P(t)


A1, B2, C3, D4 1,95 1.95 2,17 0.09 0.06 0.05 48.18
A2, B1, C4, D3 0,05 1.95 0,04 0.09 0.12 0.008 1.24
A4, B3, C2, D1 1.95 0.75 2,17 0.04 0.085 0.028 18.53
A3, B4, C1, D2 0.75 0,04 0.04 0.19 0.05 0.48

Tableau 91: Détermination des moments du 3ème cas de charge Bt

ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, B2, C3, D4 2.89 2.41 3.37 2.99
A2, B1, C4, D3 0.15 0.01 0.15 0.04
A4, B3, C2, D1 1.58 0.52 1.68 0.83
A3, B4, C1, D2 0.09 0.02 0.10 0.04
(A1, B2, C3, D4) - (A2, B1, C4, D3) - (A4, 1.25 1.9 1.64 2.16
B3, C2, D1) + (A3, B4, C1, D2)

 Effort tranchant :
Les calculs des efforts tranchants sont donnés dans le tableau suivant :
1er cas : u ≥ v :
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

2ème cas : u < v :


Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 139


Partie II : Etude du tablier

Tableau 92: Détermination des efforts tranchants du 3ème cas de charge Bt


Tap, x (t) Tap, y (t)
A1, B2, C3, D4 8.24 8.24
A2, B1, C4, D3 0.31 0.21
A4, B3, C2, D1 3.17 3.98
A3, B4, C1, D2 0.31 0.21
(A1, B2, C3, D4) - (A2, B1, C4, D3) - (A4, B3, C2, D1) + (A3, B4, 5.07 4.26
C1, D2)

2ème disposition :
Figure 63: six rectangles non centrés et symétriques deux à deux

On rajoute deux impacts fictifs (E1, E2, E3, E4) et (F1, F2, F3, F4) symétrique par rapport à
l’axe transversal (A1, A2, A3, A4) et (B1, B2, B3, B4) dans le but d’appliquer la méthode des
différences des rectangles centrés.

v = 0.25 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.6 m

u = 0.6 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.95 m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 140


Partie II : Etude du tablier

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) + (C1, C2, C3, C4) + (D1, D2, D3, D4) = [(A1, B2,

E3, F4) – (A2, B1, E4, F3) - (A4, B3, E2, F1) + (A3, B4, E1, F2)] + (D1, C2, C3, D4) - (D2,
C1, C4, D3)

 Moment fléchissants :
 Rectangle (A1, B2, E3, F4) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.04 et M2 (0,05) = 0.00085
 Rectangle (A2, B1, E4, F3) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.08 et M2 (0,05) = 0.00125
 Rectangle (A4, B3, E2, F1) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.054 et M2 (0,05) =0.004

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 141


Partie II : Etude du tablier

 Rectangle (A3, B4, E1, F4) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.11 et M2 (0,05) = 0.006
 Rectangle (D1, C2, C3, D4) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.085 et M2 (0,05) = 0.04
 Rectangle (D2, C1, C4, D3) :

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.21 et M2 (0,05) = 0.06

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 142


Partie II : Etude du tablier

Tableau 93: Détermination des coefficients du 4ème cas de charge Bt


U(m) V(m) α β M1 (0,05) M2 (0,05) P(t)
A1, B2, E3, F4 1,95 3,3 2.17 0,16 0.04 0.00085 81.53
A2, B1, E4, F3 0,05 3.3 0.06 0,16 0.08 0.00125 2.09
A4, B3, E2, F1 1,95 2.1 2.17 0,11 0.054 0.004 59.3
A3, B4, E1, F4 0,05 2.1 0.06 0,11 0.11 0.006 1.52
D1, C2, C3, D4 1,95 0.6 2,17 0,03 0.085 0.04 14.82
D2, C1, C4, D3 0,05 0.6 0,06 0,03 0.21 0.06 0,38

Tableau 94: Détermination des moments du 4ème cas de charge Bt

ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, B2, E3, F4 3.26 0.07 3.28 0.72
A2, B1, E4, F3 0.17 0.003 0.17 0.04
A4, B3, E2, F1 3.20 0.24 3.25 0.88
A3, B4, E1, F4 0.17 0.01 0.17 0.04
D1, C2, C3, D4 1.26 0.59 1.38 0.84
D2, C1, C4, D3 0.08 0.02 0.08 0.04

[(A1, B2, E3, F4) – (A2, B1, E4, F3) – (A4, B3, E2, 1.21 0.49 1.32 0.72

F1) + (A3, B4, E1, F2)] + (D1, C2, C3, D4) - (D2,
C1, C4, D3)

 Effort tranchant :
Les calculs des efforts tranchants sont donnés dans le tableau suivant :
1er cas : u ≥ v :
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

2ème cas : u < v :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 143


Partie II : Etude du tablier

Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

Tableau 95: Détermination des efforts tranchants du 4ème cas de charge Bt

Tap, x (t) Tap, y (t)


A1, B2, E3, F4 9.54 8.24
A2, B1, E4, F3 0.31 0.21
A4, B3, E2, F1 9.64 9.41
A3, B4, E1, F4 0.36 0.24
D1, C2, C3, D4 2.53 3.29
D2, C1, C4, D3 0.30 0.21

[(A1, B2, E3, F4) – (A2, B1, E4, F3) – (A4, B3, E2, F1) + (A3, B4, 2.21 2.51

E1, F2)] + (D1, C2, C3, D4) - (D2, C1, C4, D3)

II.2.4 Système de charge Br

La charge Br est une roue isolée disposée normalement à l’axe longitudinal de la chaussée.
Les caractéristiques de cette roue sont représentées ci- dessous :
Figure 64: présentation du système Br

v0 = 0.3 m et u0 = 0.6 m

v = 0.3 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.65 m

u = 0.6 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 0.95 m

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.085 et M2 (0,05) = 0.04

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 144


Partie II : Etude du tablier

 Moment fléchissant :
 Rectangle (A1, A2, A3, A4)

P = 10 t

Tableau 96: Détermination des moments de la charge Br

U(m) V(m) α Β M (0,05) M (0,05) P(t)


A1, A2, A3, A4 0.95 0.65 1.06 0.03 0.085 0.04 10

Tableau 97: Détermination des moments de la charge Br

ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml) (t.m/ml)
A1, A2, A3, A4 0.85 0.4 0.93 0.57

 Effort tranchant :
On effectue ensuite les calculs des efforts tranchants :
u≥v:
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

Tableau 98: Détermination des efforts tranchants du 1er cas de charge Br

Tap, x (t) Tap, y (t)


A1, A2, A3, A4 3.51 3.92

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 145


Partie II : Etude du tablier

II.2.5 Système de charge MC80

Les ponts doivent être calculés d’une manière à supporter les véhicules militaires de type
Mc120 susceptible dans certains cas d’être plus défavorables que les charges A, B et les
véhicules Mc120 peuvent circulés en convoi :
Dans le sens transversal : un seul convoi quel que soit la largeur de la chaussée
Dans le sens longitudinal : le nombre de véhicule est limité.
Figure 65: disposition longitudinale de Mc80

v0 = 4.9 m et u0 = 0.85 m

v= 4.9 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 5.25 m

u = 0.85+ 1.5 × 0.1 + 0.2 = 1.2 m

 Moment fléchissant :
 Rectangle (A1, A2, A3, A4)

P = 36 t

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.025 et M2 (0,05) = 0.00018

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 146


Partie II : Etude du tablier

Tableau 99: Détermination des moments de la charge MC80

U(m) V(m) α Β M1 (0,05) M2 (0,05) P(t)


A1, A2, A3, A4 1,2 5.25 1,33 0,25 0.025 0.0018 36

Tableau 100: Détermination des moments de la charge MC80


ELU ELS
Mox (t.m/ml) Moy (t.m/ml) Mox (t.m/ml) Moy (t.m/ml)
A1, A2, A3, A4 0.9 0.06 0.91 0.24

 Effort tranchant :
On effectue ensuite les calculs des efforts tranchants :
u<v:
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

Tableau 101: Détermination des efforts tranchants de la charge MC80

Tap, x (t) Tap, y (t)


A1, A2, A3, A4 3.08 2.29

II.2.6 Système de charge Mc120

Figure 66: système de charge Mc120

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 147


Partie II : Etude du tablier

Figure 67: disposition longitudinale de Mc120

v0 = 1 m et u0 = 6.1 m

v= 6.1 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 6.45 m

u = 1 + 1.5 × 0.1 + 0.2 = 1.35 m

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = et M2 (0,05) =
 Moment fléchissant :
 Rectangle (A1, A2, A3, A4)

P = 55 t

M1 et M2 sont donnés par les abaques de MOUGIN :


M1 (0,05) = 0.0208 et M2 (0,05) = 0.0001

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 148


Partie II : Etude du tablier

Tableau 102: Détermination des moments de la charge MC120

U(m) V(m) α Β M1 (0,05) M2 (0,05) P(t)


A1, A2, A3, A4 1,35 6,45 1,45 0,30 0.0208 0.0001 55

Tableau 103: Détermination des moments de la charge MC120

ELU ELS
Mox (t.m/ml) Moy (t.m/ml) Mox (t.m/ml) Moy (t.m/ml)
A1, A2, A3, A4 1.14 0.006 1.15 0.23

 Effort tranchant :
On effectue ensuite les calculs des efforts tranchants :
u<v:
Au milieu de V dans le sens x-x

Au milieu de U dans le sens y-y

Tableau 104: Détermination des efforts tranchants de la charge MC120

Tap, x (t) Tap, y (t)


A1, A2, A3, A4 3.86 2.84

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 149


Partie II : Etude du tablier

Tableau 105: Récapitulatif des surcharges (flexion locale)

Surcharge Moment Mox (t.m) Moment Moy (t.m) Effort tranchant


ELU ELS ELU ELS Tap (x) Tap (y)
Gper 0.089 0.066 0 0 0.32 0
1vc : 1er cas 0.43 0.41 -0.14 -0.06 2.5 1.9
1vc : 2ème cas 0.78 0.83 0.25 0.36 3.42 3.33
Bc 2vc : 1er cas 0.87 1.75 -0.19 -0.16 2.24 0.79
2vc : 2ème cas 1.23 1.33 0.31 0.66 2.67 3.65
1vc : 1er cas 0.28 0.46 0.92 0.98 1.67 0.6
ème
1vc : 2 cas 0.44 0.49 0.25 0.34 2.71 2.79
Bt 2vc : 1er cas 1.25 1.64 1.9 2.16 5.07 4.26
2vc : 2ème cas 1.21 1.32 0.49 0.72 2.21 2.51
Br 0.85 0.93 0.40 0.57 3.51 3.92
Mc80 0.9 0.91 0.06 0.24 3.08 2.29
Mc120 1.14 1.15 0.006 0.23 3.86 2.84

III. Flexion globale

Le hourdis joue le rôle de l'entretoisement. Ainsi, une flexion générale est née. Cette flexion
représente la flexion qu'elle qu'aurait endossée l'entretoise intermédiaire si elle existe. Cette
flexion globale (parfois on l'appelle aussi flexion générale) est déterminée d'après la méthode
de Guyon-Massonnet en prenant 1 ml du hourdis comme étant une entretoise intermédiaire.
Les efforts dans le hourdis, sous l'effet de la flexion globale, sont ainsi calculés comme dans
le cas d'entretoise. Ainsi, cette flexion globale est surtout importante dans le cas des ponts à
poutres sans entretoises intermédiaires.
a) Moment fléchissant

Avec :
b : demi- largeur active, b = 7.35 m, b = 7,35 m ; LT = largeur totale
μn : Coefficient de Guyon-Massonnet.
qn : Charge appliquée en forme de lame de couteau (développement en série de Fourrier).

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 150


Partie II : Etude du tablier

Lc : Longueur de calcul (dans le sens longitudinal).


Le moment maximum est au centre de la dalle :

Si n est impair :

Si n est pair :

Si n est pair : =0

On ne retient que les harmoniques impairs (n = 1, 3, 5, 7...). Les deux premiers termes (n = 1
et n = 3) sont utilisés pour le calcul manuel.

b) Détermination du coefficient μ

Le coefficient est fonction de α, θ, y et e :


 La valeur du paramètre de torsion α = 0.6 est le même que pour le CRT ;
 La valeur du paramètre d'entretoisement θ ;
 L’excentricité de la charge e ;
 L’ordonnée de la poutre considérée y.
On cherche les moments dans la fibre centrale (y = 0). Ainsi, on n’utilise uniquement que la
première ligne (y = 0) de chaque table. C’est pourquoi les tables à employer (et les courbes
obtenues par la suite) sont toujours symétriques par rapport à e = 0.

L’interpolation sur α fait intervenir fait μ0 pour α = 0 et μ1 pour α = 1. L'interpolation peut se


faire d'après la relation de Massonnet.
Calcul de μ1

Est le milieu de

Calcul de μ3

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 151


Partie II : Etude du tablier

En résumé, on a trois interpolations à faire :

Tableau 106: interpolation de μ_1 en fonction de α et θ


θ = 0,3
e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
µ1(α= 0) 104 -2430 -1220 -7 1217 2457 1217 -7 -1220 -2430
µ1(α= 1) 104 -1401 -787 -102 734 1820 734 -102 -787 -1401
µ1(α= 0,6) 104 -1637,67 -886,59 -80,15 845,09 1966,51 845,09 -80,15 -886,59 -1637,67
θ = 0,4
e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
µ1(α= 0) 104 -2292 -1161 -20 1151 2372 1151 -20 -1161 -2292
µ1(α= 1) 104 -1016 -617 -131 546 1563 546 -131 -617 -1016
µ1(α= 0,6) 104 -1309,48 -742,12 -105,47 685,15 1749,07 685,15 -105,47 -742,12 -1309,48
µ1(θ = 0,35) -1473,58 -814,36 -92,81 765,12 1857,79 765,12 -92,81 -814,36 -1473,58

Tableau 107: interpolation de μ_3 en fonction de α et θ


θ=1
e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
µ3(α= 0) 104 -393 -329 -185 231 1159 231 -185 -329 -393
µ3(α= 1) 104 -145 -149 -124 58 779 58 -124 -149 -145
µ3(α= 0,6) 104 -202,04 -190,40 -138,03 97,79 866,40 97,79 -138,03 -190,40 -202,04
θ = 1,2
e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
µ3(α= 0) 104 -120 -190 -190 80 940 80 -190 -190 -120
µ3(α= 1) 104 -77 -94 -102 7 657 7 -102 -94 -77
4
µ3(α= 0,6) 10 -86,89 -116,08 -122,24 23,79 722,09 23,79 -122,24 -116,08 -86,89
µ3(θ = 0,35) -173,25 -171,82 -134,08 79,29 830,32 79,29 -134,08 -171,82 -173,25

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 152


Partie II : Etude du tablier

Figure 68: courbe de µ1 et µ3

a) Détermination des moment globaux

b) Charge permanente

Transversalement
On charge toute la largeur transversale puisque cette charge existe toujours. Cette charge étant
uniformément repartie, on détermine les coefficients µ1 et µ3 en prenant les différentes
surfaces positives et négatives. On considère l’avantage de la symétrie en traitant deux fois la
moitié.
Figure 69: chargement de gper dans le sens transversal

[ ( ) ( ) ( ) ]

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 153


Partie II : Etude du tablier

( )

[ ( ) ( ) ( ) ]

( )

Longitudinalement
Figure 70: chargement de gper dans le sens longitudinal

k = 1;

k = 3;

c) Surcharge Bc

Transversalement
1er cas : une voie chargée, une seule file de BC.
1ère disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe
central

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 154


Partie II : Etude du tablier

Figure 71: chargement de Bc première disposition

[ ]

[ ]

2ème disposition : une file de roues placée sur l’axe l’autre distante de 2,00m.
Figure 72: chargement de Bc 1er cas ; deuxième disposition

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 155


Partie II : Etude du tablier

[ ]

[ ]

2ème cas : deux voies chargées ; 2 files de Bc


1ère disposition : les 2 convois de Bc placés symétriquement par rapport l’axe
centrale

Figure 73: chargement de Bc 2ème cas, 1ère disposition

[ ]

[ ]

2ème disposition : Une des files des roues placée sur l’axe central

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 156


Partie II : Etude du tablier

Figure 74: chargement de Bc 2ème cas 2ème disposition

[ ]

[ ]

3ème cas : trois voies chargées ; 3 files de Bc

1ère disposition : les 3 convois de Bc sont placés symétriquement par rapport à


l'axe central.

Figure 75: chargement de Bc 3ème cas disposition 1

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 157


Partie II : Etude du tablier

[ ]

[ ]

2ème disposition : 1 des files de roues adjacente à un camion est placée sur l'axe
central

Figure 76: chargement de Bc 3ème cas disposition 2

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 158


Partie II : Etude du tablier

4ème cas : quatre voies chargées ; 4 files de Bc


1ère disposition : les 4 convois de Bc de roues placées symétriquement par
rapport à l'axe central.

Figure 77: chargement Bc 4ème cas disposition 1

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 159


Partie II : Etude du tablier

[ ]

[ ]

[ ]

2ème disposition : 1 des files de roues adjacente à un camion est placée sur l'axe
central

Figure 78: chargement Bc 4ème cas disposition 2

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 160


Partie II : Etude du tablier

Longitudinalement
La méthode la plus défavorable est celle de BAREE.

Figure 79: Disposition la plus défavorable de la charge Bc sens longitudinal

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 161


Partie II : Etude du tablier

Détermination de q1 et q3

Détermination des moments fléchissants

1er cas : une voie chargée, une seule file de Bc ; bc = 1.2


 1ère disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à
l’axe central.

 2ème disposition : une file de roues placées sur l’axe et l’autre distante de 2
m.

2ème cas : deux voies chargées ; deux files de Bc avec bc = 1.1

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 162


Partie II : Etude du tablier

 1ère disposition : les deux convois de Bc sont disposés symétriquement par


rapport à l’axe central.

2ème disposition : une file de roues placée sur l’axe central

3ème cas : trois voies chargées ; trois files de Bc avec bc = 0.95


 1ère disposition : les trois convois sont symétriquement disposés par
rapport à l’axe central.

 2ème disposition : une des files de roues adjacente est placée sur l’axe
central.

4ème cas : quatre voies charges ; quatre files de Bc avec bc = 0.8

 1ère disposition : les quatre convois de Bc sont disposés symétriquement


par rapport à l’axe central.

 2ème disposition : une des roues est adjacente et disposée sur l’axe central.

Le cas le plus défavorable est le cas 2 :1ère disposition avec My = 0.697 t.m

On tiendra compte des différents coefficients pour la suite du calcul.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 163


Partie II : Etude du tablier

d) Surcharge Bt

Transversalement :
1er cas : une file de Bt

1ère disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe
central
Figure 80: chargement transversal de Bt 1er cas disposition 1

[ ]

[ ]

2ème disposition : une file de roues placée sur l’axe l’autre distante de 2,00m.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 164


Partie II : Etude du tablier

Figure 81: chargement de Bt 1er cas disposition 2

[ ]

[ ]

2ème cas : deux voies chargées ; 2 files de Bt

1ère disposition : les 2 convois de Bt placés symétriquement par rapport l’axe


centrale.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 165


Partie II : Etude du tablier

Figure 82: chargement transversal Bt 2ème cas disposition 1

[ ]

[ ]

2ème disposition : Une des files des roues placée sur l’axe central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 166


Partie II : Etude du tablier

Figure 83: chargement Bt 2ème cas disposition 2

[ ]

[ ]

Longitudinalement :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 167


Partie II : Etude du tablier

Figure 84: disposition de Bt longitudinal

Détermination de q1 et q3

( )

( )

( )

Détermination des moments fléchissants

1er cas : une voie chargée, une seule file de Bt ; bt = 1


 1ère disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à
l’axe central.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 168


Partie II : Etude du tablier

 2ème disposition : une file de roues placées sur l’axe et l’autre distante de 2
m.

2ème cas : deux voies chargées ; deux files de Bt avec bt = 1.1


 1ère disposition : les deux convois de Bc sont disposés symétriquement par
rapport à l’axe central.

2ème disposition : une file de roues placée sur l’axe central

Le cas le plus défavorable est le cas 2 : 1ère disposition avec


On tiendra compte des différents coefficients pour la suite du calcul.
a) Surcharge Br

Cette charge est représentée par une seule roue isolée.


Transversalement :
Figure 85: disposition transversale de Br

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 169


Partie II : Etude du tablier

On lit directement la valeur sur la courbe.

Longitudinalement :

Figure 86: disposition longitudinale de la charge Br

Détermination de q1 et q3

( )

( )

( )

Détermination des moments fléchissants

Le cas défavorable avec


On tiendra compte des différents coefficients pour la
suite du calcul.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 170


Partie II : Etude du tablier

e) Surcharge Mc80

Transversalement :

1ère disposition : deux chenilles symétriques.

Figure 87: chargement transversal de Mc80 disposition 1

2ème disposition : une chenille sur l’axe et l’autre à 1.95 m.


Figure 88: chargement transversal de Mc80 disposition 2

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 171


Partie II : Etude du tablier

3ème disposition : une chenille dont l’extrémité est sur l’axe et l’autre à 1.95m.
Figure 89: chargement transversal de Mc80 disposition 3

Longitudinalement :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 172


Partie II : Etude du tablier

Figure 90: disposition longitudinale de Mc80

Détermination de q1 et q3

( )( )

( )( )

( )( )

( )( )

Détermination des moments fléchissants

 1ère disposition : deux chenilles symétriques.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 173


Partie II : Etude du tablier

 2ème disposition : une chenille sur l’axe centrale et l’autre à 1.95 m.

 3ème disposition : une chenille dont l’extrémité est sur l’axe et l’autre à
1.95 m.

Le cas le plus défavorable est la 1ère disposition avec


On tiendra compte des différents coefficients pour la suite du calcul.
b) Surcharge Mc120

Transversalement :

1ère disposition : deux chenilles symétriques.


Figure 91: chargement transversal de Mc120 disposition 1

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 174


Partie II : Etude du tablier

2ème disposition : une chenille sur l’axe et l’autre à 2.3 m.


Figure 92: chargement transversal de Mc120 disposition 2

3ème disposition : une chenille dont l’extrémité est sur l’axe et l’autre à 2.3 m.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 175


Partie II : Etude du tablier

Figure 93: chargement transversal de Mc120 disposition 3

Longitudinalement :

Figure 94: disposition longitudinale de Mc120

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 176


Partie II : Etude du tablier

Détermination de q1 et q3

( )( )

( )( )

( )( )

( )( )

Détermination des moments fléchissants

 1ère disposition : deux chenilles symétriques.

 2ème disposition : une chenille sur l’axe centrale et l’autre à 1.95 m.

 3ème disposition : une chenille dont l’extrémité est sur l’axe et l’autre à
1.95 m.

Le cas le plus défavorable est la 1ère disposition avec


On tiendra compte des différents coefficients pour la suite du calcul.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 177


Partie II : Etude du tablier

f) Récapitulatif des moments globaux

Tableau 108: récapitulatif des moments globaux

Surcharge gper Bc Bt Br Mc80 Mc120


My (t.m/ml) 0.005 0.697 0.561 0.232 0.814 1.005

IV. Sollicitations

La flexion totale est obtenue de la manière suivante :


Figure 97 : répartition des moments sur la dalle continue

Dans le sens x-x


En travée :

Sur appui :

Dans le sens y-y

Pour chaque type de charge permanente (Bc, Bt, Br et Mc).


 En travées :
Dans la direction lx :
 Travée de rive :
 Travée intermédiaire :
Dans la direction ly :
 Travée de rive :
 Sur appui
Dans la direction lx :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 178


Partie II : Etude du tablier

 Travée de rive :
 Travée intermédiaire :
Dans la direction ly :
 Travée de rive :

 Travée intermédiaire :
Les efforts tranchants dans la dalle continue sont les mêmes que dans le cas de la dalle
articulée.

IV.1 Calcul des moments fléchissants

[ ]

Tableau 109: moments (flexion globale) à L’ELU et L’ELS :

Surcharge Gper Bc Bt Br Mc80 Mc120


My(t.m/ml) 0.007 1.362 0.987 0.408 1.20 1.492
ELU
My(t.m/ml) 0.005 1.021 0.741 0.306 0.887 1.106
ELS

Tableau 110: moments (flexion locale) à L’ELU et L’ELS

Charge Mox (t.m/ml) Moy (t.m/ml)


ELU ELS ELU ELS
Gper 0.089 0.066 0 0
Bc 1.70 2.56 0.65 1.04
Bt 2.2 2.16 3.34 2.85
Br 1.48 1.22 0.70 0.75
Mc80 1.32 0.99 0.09 0.31
Mc120 1.69 1.27 0.01 0.25

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 179


Partie II : Etude du tablier

 Dans le sens x-x :


En travée de rive :

Tableau 111: moments suivant x en travée de rive

Charge Mx ELU (t.m/ml) Mx ELS (t.m/ml)

Gper 0.089 0.07 0.066 0.05


Bt 2.2 1.76 2.16 1.73
1.83 1.78

En travée intermédiaire :
Tableau 112: tableau des moments suivant x en travée intermédiaire

Charge ELU (t.m/ml) ELS (t.m/ml)

Gper 0.089 0.07 0.066 0.05


Bt 2.2 1.65 2.16 1.62
1.72 1.67

Sur appuis intermédiaire :


Tableau 113: moments suivant x sur appui intermédiaire

Charge ELU ELS


(t.m/ml) (t.m/ml)

Gper 0.089 -0.04 0.066 -0.03


Bt 2.2 -1.1 2.16 -1.08
-1.14 -1.11

Sur Appui de rive :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 180


Partie II : Etude du tablier

Tableau 114: moments suivant x sur appui de rive

Charge ELU (t.m/ml) ELS (t.m/ml)


Gper -0.04 -0.03
Bt -1.1 -1.08
My -1.14 -1.11

ELU (t.m/ml) ELS (t.m/ml)


-1.14 -1.11

 Dans le sens y-y :


En travée :
Tableau 115: moments suivant y (en travée de rive et intermédiaire)

Charge ELU (t.m/ml) ELS (t.m/ml)

Gper 0 0.007 0.006 0 0.005 0.004


Bt 3.34 0.987 3.462 2.85 0.741 2.873
3.47 2.88

Sur appuis :
Tableau 116: tableau des moments suivant y en travée de rive

Charge ELU (t.m/ml) ELS (t.m/ml)

Gper 0.089 -0.04 0.066 -0.03


Bt 2.2 -1.1 2.16 -1.08
-1.14 -1.11

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 181


Partie II : Etude du tablier

IV.1 Efforts tranchants

[ ]
L’effort tranchant ne se présente que dans l’étude locale :
Tableau 117: efforts suivant x et y

surcharge ELU (t/ml) ELS (t/ml)


Tap, x Tap, y Tap, x Tap, y
Gper 0.43 0 0.32 0
Bc 7.16 6.97 5.37 5.23
Bt 8.92 7.50 6.69 5.62
Br 6.12 6.84 4.59 5.13
Mc80 5.37 5.04 4.03 3.78
Mc120 6.79 5.00 5.1 3.75
T 9.35 7.50 7.01 5.62

V. Ferraillage

En travée de rive
Suivant x-x :
Dimensionnement à L’ELU :

Avec Mu = 18.3 KN.m; be = 0.2 m

d = hd – e – 1.5

= 0.20 – 0.03 – 0.015 = 0.155 m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 182


Partie II : Etude du tablier

α α

Ce qui veut dire qu’on n’a pas d’aciers comprimés (A’= 0)

( √ )

z = 0.155 (1 - 0.4 × 0.07) = 0.151 m = 15.1 cm

Choix des aciers, As = 2.79 cm² on prendra 3 HA 12 totalisant une section As réelle = 3.39 cm².

Dimensionnement à l’ELS :

̅̅̅̅
̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅

̅̅̅

̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅̅

( )

; pas d’aciers comprimés

̅̅̅

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 183


Partie II : Etude du tablier

̅̅̅

Choix des aciers Aser = 5.08 cm² ; on prendra 4 HA 14 totalisant une section As réelle = 6.16
cm².

Tableau 118: Détermination différentes armatures de l’hourdis à l’ELS

̅̅̅ Acier
(Cm²)
Travée de x-x 1.78 0.474 0.065 0.003 0.14 5.08 5.65 5 HA 12
rive y-y 2.88 0.474 0.065 0.005 0.1374 8.38 10.05 5 HA16
Travée x-x et 1.67 0.474 0.065 0.003 0.14 4.77 5.65 5 HA12
intermédiaire y-y
Sur appui x-x et -1.11 0.474 0.065 0.002 0.1416 3.14 5.65 5 HA12
y-y

Condition relative au poinçonnement sous charge localisée :

P=6t;

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 184


Partie II : Etude du tablier

La condition relative au poinçonnement sous charges localisées est vérifiée.

Section minimale :
 Sens Ly

 Sens Lx

La condition est vérifiée pour toutes les armatures.

Figure 95: schémas du ferraillage de l’hourdis

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 185


Partie II : Etude du tablier

PARTIE III : ETUDE DES


APPUIS

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 186


Partie IV: Fondation

CHAPITRE IX : APPAREIL D’APPUIS

Les appareils d'appuis de pont sont des amortisseurs utilisés entre le tablier et les appuis dont
le rôle est de transmettre les actions verticales dues à la charge permanente et aux charges
d'exploitation, routières ou ferroviaires, et de permettre des mouvements de rotation ou de
translation.
I. Prédimensionnement de l’appareil d’appui

Le dimensionnement des appareils d'appui est essentiellement basé sur la limitation des
contraintes de cisaillement qui se développent dans l'élastomère au niveau des plans de
frettage et qui sont dues aux efforts appliqués ou aux déformations imposées à l'appareil.
L'appareil d'appui est soumis à la compression, à la distorsion et la rotation.
Figure 99 : appareil d’appui en élastomère fretté

I.1 Détermination de l’aire de l’appareil d’appui

Condition de non écrasement :

Condition de non cheminement :

Avec :
a : longueur d’appareil d’appui.
b : largeur d’appareil d’appui

Contrainte maximale de l’appareil d’appui

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 187


Partie IV : Fondation

Effort tranchant maximal sur un appareil d’appui

{ }

I.2 Hauteur nette de l’élastomère

Avec T : épaisseur utile de l’élastomère

Avec

Courte durée

Longue durée

Soit T = 36 mm

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 188


Partie IV : Fondation

I.3 Dimensions en plan de l’appareil d’appui

Condition de non flambement

Choix de l’épaisseur des frettes (ts)


L’épaisseur des frettes varie généralement de 1 à 4 mm. Elle dépend et est proportionnelle
avec l’épaisseur de l’élastomère.

Tableau 119: épaisseur des frettes en fonction de l’élastomère

t (mm) 8 10 12 20
ts (mm) 2 3 3 4

T = 36 mm soit 3 couches d’élastomère aves une épaisseur de 12 mm chacune.

La hauteur totale de l’appareil d’appui E :

Récapitulatif des caractéristiques géométriques de l’appareil d’appui

Tableau 120: récapitulatif des caractéristiques géométriques de l’appareil d’appui

a (cm) b (cm) t (cm) ts (cm) E (cm)


30 30 1.2 0.3 4.5

II. Répartition des efforts horizontaux

Les efforts horizontaux exercés sur le tablier (freinage, vent …) sont transmis aux différents
appuis. Ils sont calculés et vérifiés ci-dessous.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 189


Partie IV : Fondation

II.1 Souplesse des appuis

Souplesse totale :

Avec :

U1 : souplesse des appuis ;

U2 : souplesse des colonnes ;

U3 : souplesse des fondations.

On suppose que les colonnes et les fondations sont infiniment rigides (U2 = U3 = 0).

 Souplesse des appareils d’appuis :

Avec :

Sinst : souplesse instantanée ;

Sd : souplesse différée ;

nα : nombre d’appareils par ligne d’appui nα = 12 ;

T : épaisseur de l’élastomère T = 3.6 cm ;

A : surface de l’appareil d’appui, A = 900 cm² ;

G : module d’élasticité transversale de l’élastomère, il dépend du type de souplesse :

Gd = 0.8 MPa et Ginst = 1.6 MPa.

Tableau 121: souplesse totale

Souplesse Différée Instantanée


St (m/KN) 4.16 10-4 2.08 10-4

Rigidité totale :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 190


Partie IV : Fondation

Tableau 122: rigidité totale

Rigidité Différée Instantanée


K (KN/m) 2403.85 4807.69

II.2 Efforts de freinage

Ils sont déterminés pour les systèmes de charges AL et Bc.

Freinage due à la charge AL :


 Force de freinage AL :

Avec

 Effort horizontal de freinage :

Freinage due à la charge Bc


 Force de freinage Bc
; un seul camion est supposé freiner, l’effet développé est égal à son poids.

 Effort horizontal de freinage :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 191


Partie IV : Fondation

II.3 Efforts horizontaux due à la déformation thermique et au retrait

Les coefficients de retrait et de la température de longue et courte durée sont définis comme
suit :

Raccourcissement unitaire due au retrait ;

Raccourcissement unitaire due à la température de courte durée ;

Raccourcissement unitaire due à la température de longue durée.

Déplacement horizontal (distorsion) des têtes d’appuis :

 Déplacement due au retrait ;

 Déplacement due à la température courte durée ;

 Déplacement due à la température longue durée.

Efforts horizontaux dues aux déplacements :


 Efforts due au retrait :

 Efforts due à la température courte durée :

 Efforts due à la température longue durée :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 192


Partie IV : Fondation

II.4 Rotations

E : module d’élasticité pour les charges et Fc28 = 25MPa

Pour les surcharges, module différé :



Pour les charges permanentes, module instantanée :

I : Le moment d’inertie du composant de l’appui par rapport à la ligne d’appui
I = 0.082 m4 (section homogène sur appuis avec hourdis)

Rotation due à la charge permanente :

Rotation due à la surcharge AL :

Avec

Rotation due à la surcharge Bc :

Détermination de a et b.

Pour une position x, la rotation s’écrit :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 193


Partie IV : Fondation

La position de la rotation maximale est celle qui comprend à de l’équation de l’équation


suivante :

x = 9 m et = 21,3 - 9 = 12,3 m

Rotation de la surcharge Mc80

( )

Pour :

()

( )

( ) ( )

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 194


Partie IV : Fondation

Rotation à la surcharge Mc120

( )

Pour :

()

( )

( ) ( )

Tableau 123: récapitulatif des rotations

Charge gperm AL Bc Mc80 Mc120


3.55 6.99 1.32 3.4 5.01

Rotation totale :

III. Vérification de la validité des appareils d’appuis

III.1 Condition de cisaillement

Pour que l’appareil d’appui ne soit cisaillé, les conditions suivantes doivent être vérifiées :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 195


Partie IV : Fondation

Avec :

: contrainte conventionnelle de calcul ;

: contrainte de cisaillement ;

: contrainte maximale de cisaillement sous l’effet de la rotation ;

: module d’élasticité transversal.

III.2 Contrainte de cisaillement

III.3 Contrainte conventionnelle de calcul

Distorsion sous déformation lente

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 196


Partie IV : Fondation

Distorsion sous effort dynamique

Condition vérifiée.

III.4 Contrainte de cisaillement maximale sous l’effet de la rotation

Avec

n : nombre de feuilles en élastomère

III.5 Contrainte totale de cisaillement

III.6 Condition de non glissement

; avec Kf = 0.6 pour le béton

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 197


Partie IV : Fondation

Condition de l’épaisseur des frettes

IV. Bossage

Le bossage est une surface sur laquelle repose un appareil d’appui. Le rôle des bossages est
multiple :
Matérialiser l’emplacement des appareils d’appuis ;
Permettre la réalisation d’une surface plate et bien réglée ;
Assurer la mise hors de l’eau de l’appareil d’appuis ;
Permettre de réserver une hauteur libre d’une valeur donnée entre l’appui et l’intrados
du tablier, surtout que les poutres ne sont pas posées sur le même plan (vue la pente de
l’hourdis et par conséquent du tablier).

IV.1 Prédimensionnement

Un débord minimal de 5 cm est exigé de chaque côté. La hauteur est définie entre la face
supérieure de l’appui et l’intrados du tablier, soit au moins de 5 cm ; cette condition traduit la
possibilité de visite et de soulèvement aisé du tablier.

a' = 40 cm ; b’ = 40 cm

Tableau 124: dimensions de l’appareil d’appui et du bossage

Appareil d’appui Bossage


a (cm) 30 40
b (cm) 30 40

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 198


Partie IV : Fondation

IV.2 Acier de frettage

La répartition des aciers de frettage se fait de la même façon dans les deux directions. La
section est donnée par la formule ci-dessous :

Choix des barres : 4 HA 8 totalisant une section Af = 2.01 cm² pour les deux directions.

Figure 96: schéma de ferraillage de l’appareil d’appui

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 199


Partie IV : Fondation

CHAPITRE X : ELEMENTS DE LA CULEE

I. Introduction

Les culées sont munies d’un ensemble d’éléments, dont l’existence est justifiée par des
contraintes d’ordre géométrique, mécanique et de bon fonctionnement de l’ouvrage. Ce sont :
Le mur garde grève ;
Le corbeau ;
Le mur en retour ;
La dalle de transition.

Figure 97: éléments de la culée

II. Mur garde grève

C’est un panneau vertical en béton armé séparant l’ouvrage du remblai. Il permet de retenir
les terres derrière le tablier au-dessus du chevêtre, d’assurer l’étanchéité vis-à-vis de ces
dernières lorsque la structure ne peut le faire tel que les ponts à poutre et d’établir les joints de
chaussée. Le mur garde grève comporte une discontinuité réservée à l’appui de la dalle de
transition appelée corbeau d’appui.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 200


Partie IV : Fondation

II.1 Forme et dimensions

Hauteur :

Epaisseur :

Figure 98: mur garde grève

II.2 Forces appliquées

D’après le document SETRA PP73 appuis du tablier, le mur garde grève est soumis
essentiellement à l’action des forces horizontales sur la face arrière en contact avec les terres.

Le mur garde-grève est soumis essentiellement à l’action de forces horizontales sur


la face arrière en contact avec les terres :
Poussée des terres ;
Poussée des charges locales en arrière du mur garde-grève ;
Freinage.
En plus de ces forces horizontales le mur garde-grève est soumis aussi à l’action des
efforts verticaux :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 201


Partie IV : Fondation

Le poids propre ;
La réaction des surcharges ;
La réaction de la dalle de transition.
Le poids propre et la réaction d’une charge suppose centrée ne créent pas un moment dans le
mur garde grève. En effet, leur rôle est plutôt favorable vis – à – vis des efforts de flexion dus
aux efforts horizontaux, qui est excentrée d’environ 0.3 m par rapport au plan moyen du mur
garde grève. Il en résulte un moment indépendant de la hauteur du mur garde grève dont
l’effet vient en déduction des moments maximaux produit par les forces horizontales.
Ces pour différentes raisons qu’on néglige l’effet des forces verticales.

II.3 Sollicitation dues au mur garde grève

Poussée de terre :

Avec :

i : coefficient de poussée,
⁄ ⁄

( )

Pour un sol purement frottant, Cu = 0;

( ) ( )

Avec :

Poussée d’une charge locale située en arrière du mur garde grève :

La sollicitation engendrée par le camion de type Bc étant le plus défavorable pour le mur
garde grève dans le domaine considéré ( ) que les autres charges telles que le
tandem Bt et Mc. L’effet le plus défavorable est produit par les deux roues arrière de 6 t
chacune des deux camions accolés, placés d’une manière telle que les rectangles d’impact

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 202


Partie IV : Fondation

soient en contact avec la face arrière du mur. Les charges réelles (deux roues de 6 t distantes
de 0.5 m) sont remplacées par une roue équivalente uniforme de 12 t répartie sur un rectangle
de (0.25 m × 0.75m). Il sera admis que la pression sur le rectangle d’impact ainsi définit se
répartira à 45°latéralement et en arrière du mur.

Figure 99: poussée de la charge

Le moment d’encastrement à la base du mur garde grève aura pour expression la formule
suivante :

∫ avec

[ ]

[ ]

Force de freinage d’un essieu lourd de camion Bc :


On considère un essieu lourd au contact du garde grève et l’on néglige l’effet de l’essieu situé
à 1,5m en arrière.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 203


Partie IV : Fondation

Figure 100: poussée de la charge

Moment d’encastrement total :

Tableau 125: Moments d’encastrements totaux

Moments ELU (t.m/ml) ELS (t.m/ml)

0.59 0.44

4.74 3.55

4.88 3.66

10.21 7.65

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 204


Partie IV : Fondation

II.4 Ferraillage

D’après le SETRA, le calcul du moment à l’encastrement peut être exprimé par la formule
suivante :

La hauteur étant comprise entre 1 et 2 m, nous adoptons le ferraillage type proposé par le
SETRA.

Tableau 126: mur garde grève

Ferraillage du mur Face arrière Face avant


Vertical 1HA12 tous les 12 cm 1HA12 tous les 12 cm (existence de la
dalle de transition)

Horizontal 1HA10 tous les 15 cm 1HA10 tous les 15cm

Figure 101: Schéma de ferraillage du mur garde grève

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 205


Partie IV : Fondation

III. Dalle de transition

Les dalles de transitions sont destinées à éviter tout risque de formation de dénivellation entre
l’ouvrage qui constitut un point dur et la chaussée courante ou encore les remblais d’accès.
Elle permet aussi de traiter le problème en remplaçant le chargement par un léger profilage et
de protéger ainsi le remblai d’accès contre les infiltrations des eaux.

Pour être efficace, leur longueur doit être suffisante et le remblai (en matériau drainant et
résistant) doit être bien compacté, quelle que soit la profondeur d’implantation de la dalle. Il
est ainsi possible d’éviter à la dalle de transition toute rotation nuisible à la tenue du
revêtement de chaussée.

Si on opte pour une solution avec dalle de transition, le mur garde grève doit comporter un
corbeau arrière servant d’appui à la dalle de transition. Ce corbeau doit être placé
suffisamment bas pour libérer l’épaisseur nécessaire du corps de chaussée.

Si la nature du corps de chaussée n’est pas identifiée, on prévoit habituellement 0.5 m entre
l’appui de la dalle de transition et l’arase supérieure du mur garde grève. La dalle de transition
repose sur le béton de propreté d’une épaisseur égale à 0.15 m avec une pente de 5% de
l’autre côté sur le remblai d’accès sur une largeur de 0.6 m.

Figure 102: dalle de transition

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 206


Partie IV : Fondation

III.1 Pré-dimensionnement

Longueur :
[ ] ; Avec H : hauteur du remblai est négligeable car on a un
bon sol.

Epaisseur :

Largeur :

III.2 Sollicitations

III.2.1 Charge permanent

Moment fléchissant :

Effort tranchant :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 207


Partie IV : Fondation

Tableau 127: moments fléchissants et des efforts tranchants dues à la charge


permanente

ELU ELS
Mg (t.m/ml) 2.1 1.55
Tg (t/ml) 3.17 2.35

III.2.2 Surcharge d’exploitation

La surcharge à prendre en compte dans le calcul de la dalle de transition est l’essieu tandem
Bt.
Moment fléchissant :

Figure 103: diagramme de calcul de moment

La section la plus sollicitée est la section

( )

Effort tranchant :
L’effort tranchant maximal correspond à la disposition suivante :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 208


Partie IV : Fondation

Tableau 128: efforts tranchants due à la dalle de transition

ELU ELS
MBt (t.m/ml) 16.94 12.71
TBt (t/ml) 38.14 28.61
Efforts totaux :

Tableau 129: efforts dû à la dalle de transition

ELU ELS
Mtot (t.m/ml) 19.04 14.26
Ttot (t/ml) 41.31 30.96

III.2.3 Ferraillage

Armatures longitudinales :

Avec Mu = 19.04 KN.m; bd = 1 m

d = hd – e – 1.5

= 0.30 – 0.03 – 0.015 = 0.255 m

α α

α avec =

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 209


Partie IV : Fondation

α = 0.62

Ce qui veut dire qu’on n’a pas d’aciers comprimés (A’= 0)

( √ )

z = 0.255 (1 - 0.4 × 0.29) = 0.2254 m = 22.54 cm

Choix des aciers, As = 19.43 cm² on prendra 7 HA 20 totalisant une section As réel = 21.99 cm².

Condition relative au poinçonnement sous charge localisée :

P = 16 t ;

La condition relative au poinçonnement sous charges localisées est vérifiée.


Section minimale :
 Sens Ly

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 210


Partie IV : Fondation

 Sens Lx

La condition est vérifiée pour toutes les armatures.


Tableau 130: schémas du ferraillage de la dalle de transition

IV. Corbeau

IV.1 Définition

Le corbeau d’appui de dalle de transition est un élément de la culée située au niveau du mur
garde grève. Il y est encastré à celui-ci, c’est un élément porteur et doit satisfaire certaines
conditions.

Les consoles courtes sont justifiées exclusivement aux ELU :

Vu : la charge ponctuelle provenant de la dalle de transition ;


Hu : l’effort horizontal calculé avec les combinaisons à l’ELS ;
L : largeur de la charge répartie appliquée sur le corbeau ;
b : épaisseur de la console ; b = 0,30 m ;
d’: la hauteur de la console d’= 0,30 m ;
h : la hauteur du corbeau ; h = 0,60m ;
d= h – enrobage = 0,60 – 0,03 = 0,57m ;
a : distance de Vu par rapport à la section d’encastrement ; a = 0,15m ;
le moment de flexion dans la section d’encastrement à l’ELU.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 211


Partie IV : Fondation

Figure 104: caractéristiques du corbeau d’appui

IV.2 Déterminons la valeur de Vu

Avec p = 1,35G + 1,6Q

gpp : poids propre par bande de 1m de la dalle de transition


gpp = 0,3 x 25 x 1 = 7,50KN/m
gremb : poids propre des couches au-dessus de la dalle de transition
gremb = gfond + gbase = (0,25 x 20) + (0,15 x20) = 8 KN/m
grevêt : poids propre de revêtement

grevêt =
La résultante G = 17,7 KN/m
Pour notre pont de première classe Q est établi pour Bc et Bt

Pour Bc :
Pour Bt :
On considérera la valeur légèrement supérieure au max de deux ; donc QB = 65 KN/ml

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 212


Partie IV : Fondation

Avec la longueur de notre dalle de transition l = 3 m

Ainsi,

Avec

est le moment d’encastrement du mur garde grève sous la force de freinage


d’un camion lourd Bc

IV.3 Vérification de la stabilité

Vérification de la console courte :


On a d = 0,57m ; d ≥ a et d ≥ L donc on a une console courte

δ = min ( ; 4) = min (3,8 ; 4), donc δ = 3,80 m

Vérification de la contrainte tangentielle :

Or δ = 3,80m

̅̅̅ [ ]
̅̅̅ [ ]

̅̅̅

IV.4 Ferraillage

Armatures supérieures :

[ ]
[ ]
KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 213
Partie IV : Fondation

Ast = 4.85 cm2


Choix d’armature : 4 HA14 Aréelle = 6.16 cm2

Armatures inferieures :
Les armatures inférieures sont telles que :

Soit pour des raisons constructives, on met 4 HA12 soit A réelle = 4,52 cm2

Armatures de répartition :
On les admet dans la condition suivante :

( )

∑ ( )

Choix d’armature : 4 HA14 soit A réelle = 6.16 cm2

Armatures de verticales :

Choix d’armature : 4 HA12 soit A réelle = 4.52 cm2

Tableau 131: récapitulatif du ferraillage

Armatures Section (cm2) Ferraillage


Supérieures 4 HA 14 6.16
Inferieures 4 HA 12 4.52
De répartition 4 HA 14 6.16
Verticale 4 HA 12 4.52

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 214


Partie IV : Fondation

Figure 105: ferraillage du corbeau

V. Mur de retour

V.1 Prédimensionnement

Figure 106: mur en retour


Soit à déterminer la longueur (L), l’épaisseur (e) et la hauteur (h) :

Longueur :
L

Epaisseur :

Hauteur :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 215


Partie IV : Fondation

V.2. Actions appliquées au mur

Il est soumis aux charges telles que :

Son poids propre :

Avec : * +

Poids de la superstructure :

Charges concentrées qui sont appliquées à 1 m de l’extrémité du mur (données


SETRA) telle que :

Poussée de terre de remblai :


Avec :
γ = 20 KN/m3, Poids volumique ;
φ = 30o, Angle de frottement ;
c = 0, cohésion

( ) ( )

La poussée de terre est une charge triangulaire dont la densité en bas est :

Ainsi, les forces verticales et horizontales qui s’exercent à l’encastrement sont :

Forces verticales :
 L’effort tranchant :

 Le moment d’axe horizontal :

Forces horizontales :
 L’effort tranchant :

 Le moment d’axe vertical :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 216


Partie IV : Fondation

V.3 . Ferraillage

Le calcul se fait à l’ELS.

Reprise de moment d’axe horizontal :

̅̅̅̅
̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅

̅̅̅

̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅̅

( )

; pas d’aciers comprimés

̅̅̅

= 0.00011

̅̅̅

( )

̅̅̅

= 3.69 cm²
Choix d’armature 5 HA 10 avec As réelle = 3.93 cm²

Reprise du moment d’axe vertical :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 217


Partie IV : Fondation

̅̅̅̅
̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅

̅̅̅

̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅̅

( )

; pas d’aciers comprimés

̅̅̅

= 0.00004

̅̅̅

( )

̅̅̅

= 1.26 cm²

Choix d’armature 1 HA 14 avec As réelle = 1.54 cm²

HA 10/ 0,5m pour les armatures verticales (d’après le document SETRA)

Figure 107: ferraillage du mur en retour

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 218


Partie IV : Fondation

Chapitre XI : Etude des chevêtres

I. Introduction

Le chevêtre est un élément du pont dont le rôle est de transmettre les efforts provenant du
tablier aux piles par l’intermédiaire des appareils d’appuis, tout en assurant la solidarité des
colonnes.
Les types de chevêtre sont :

Chevêtre sur culée ;


Chevêtre sur pile intermédiaire.

II. Chevêtre sur culée

En plus de son poids propre le chevêtre peut être soumit au poids de :


Le mur garde grève ;
La dalle de transition ;
Le tablier lorsqu’il y’a des points d’appuis ne coïncidant pas avec l’axe avec les axes
des piles intermédiaires.

II.1 Prédimensionnement

Longueur du chevêtre : L : largeur du tablier, L = 14.7 m


Largeur du chevêtre : l = 1,40m
Hauteur du chevêtre : h = m

II.2 Evaluation des charges

Le poids propre :

Soit S la section totale du chevêtre y compris le mur garde grève et le corbeau compris ; la
densité de charge correspondante est donnée comme suit :

Avec :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 219


Partie IV : Fondation

Tableau 132: Poids propre du chevêtre pondéré

Action Coefficient (t/ml)


ELU 1 11,35
ELS 1,35 15,32

Le mur garde grève :


On distingue :
Les charges verticales : Ce sont celles produites par les roues du système et ;
Elles ne sont pas considérées vu qu’il y a une dalle de transition.
Les charges horizontales : Ce sont les effets produits par les charges horizontales sur
le mur garde grève (freinage, poussées des terres).

Les moments sur le mur garde grève ont été calculé au chapitre précédent et sont les suivants :

Tableau 133: moments sur le mur garde grève

Moments ELU ELS (t.m/ml)


(t.m/ml)

0.59 0.44

4.74 3.55

4.88 3.66

10.21 7.65

Dalle de transition :
Ses effets sont pris en compte dans le calcul du chevêtre :
D : Longueur de la dalle de transition : D = 3m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 220


Partie IV : Fondation

En pratique, la densité de la réaction maximale au niveau du chevêtre peut être prise


égale

La densité de la réaction minimale au niveau du chevêtre correspond à une dalle de


transition non chargée exerçant une action égale à :
[ ]
[ ]

Tableau 134: Réaction dues à la dalle de transition


Action
ELU 24,3 3,75
ELS 18 2,78

Réaction du tablier :
Le tablier n’exerce pas de réaction sur le chevêtre. Dans notre cas il y a des appuis qui ne
coïncident pas avec les axes des colonnes, d’où les efforts exercés par le tablier sur le
chevêtre.
La réaction du tablier est calculée d’après la formule suivante :

Avec G = 608.21 t et n = 12, le nombre de poutres

Tableau 135: Récapitulatif de la réaction du tablier


Action (t)
ELS 25,342
ELU 34,21

Réaction des vérins :


Lorsque le chevêtre n’est pas porteur (comme dans notre cas) les opérations de verinage
créent dans le chevêtre des efforts tranchant qui doivent être pris en compte pour le
dimensionnement des chevêtres.

Avec G = 608.21 t et n = 12, le nombre de poutres

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 221


Partie IV : Fondation

Tableau 136: Récapitulatif de la réaction du vérin

Action (t)
ELS 27 ,65
ELU 37,33

II.3 Moments de flexion longitudinaux et Efforts tranchants

Figure 108: Chevêtre sur colonne

Avec :
a : distance entre axe de la colonne de rive et le bord du chevêtre, a = 1,470 m
e : distance entre axe des colonne ; e = 2.940m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 222


Partie IV : Fondation

Tableau 137: Formules de calcul des sollicitations dues aux charges réparties

M <0 (t.m)

M > 0 (t.m)

T (t)

Tableau 138: Sollicitations dues aux charges réparties

M<0 M>0
M (t.m) -31,71 21,14
-6,34 21,14
Tmax (t) 51.77

Efforts maximums totaux :


 Sollicitations dues aux réactions du tablier

Figure 109: efforts tranchant dû au tablier

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 223


Partie IV : Fondation

Figure 110: moments fléchissants dû au tablier

 Sollicitations dues aux réactions du vérin

Figure 111: efforts tranchants dû au vérin

Figure 112: moments dû au vérin

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 224


Partie IV : Fondation

Tableau 139: Sollicitations dans le chevêtre à l’ELU et à l’ELS

Nature de la Sollicitations Moments fléchissant (t.m) Efforts tranchants


charge M<0 M>0
Poids propre ELS 31.71 21,14 57.77
ELU 42.81 28.54 77.99
Réaction du ELS 40,55 11,33 50,68
tablier ELU 54,74 15,30 68,42
Mur garde ELS 0 7.65 0
grève ELU 0 10,21 0
Réaction du ELS 44,23 12,36 55,29
vérin ELU 59, 71 16,29 74,64
Total ELS 116.49 52.48 163.74
ELU 157.26 70.34 221.05

Pour déterminer les moments de flexion longitudinaux et les efforts tranchants, les formules
suivantes sont appliquées :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 225


Partie IV : Fondation

Tableau 140: moments de flexion longitudinaux et efforts tranchants à retenir

Sollicitations Moments Efforts tranchants


M<0 M>0 T
ELS 75.94 41.15 111.06
ELU 102.52 55.04 152.63

II.4 Moments produit par l’excentrement transversal des charges

Excentrements transversaux :

Figure 113: Les excentrements transversaux pour la culée

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 226


Partie IV : Fondation

Efforts tranchants :

Tableau 141: formules des sollicitations produites par l’encastrement transversal des
charges :

Charge Mur de garde grève Dalle de transition Tablier


Flexion Vertical M - -

- -
Horizontal M - -
)
- -
Torsion Vertical C - - -
-

Horizontale C - -
)
- -
Tableau 142: Les valeurs des sollicitations produites par l’encastrement transversale des
charges

Charge Mur de garde grève Dalle de transition Tablier (t/m) Total


(t/m) (t/m) (t.m)
Vertical M - - 0 0
Flexion - 47,63 - 47,63
Horizontal M 22,79 - - 22,79
- 10,29 - - -10,29
Vertical C - - - 0
Torsion - 23,81 0 23,81
Horizontale C 11, 40 - - 11,39
5,15 - - 5,15

Détermination des efforts extrêmes :


Le moment résultant maximal est produit par la combinaison la plus défavorable ; C'est-à-dire
la somme des moments verticaux et horizontaux entre eux.

 Pour la flexion transversale du chevêtre :


∑ ∑

 Pour la torsion du chevêtre :


∑ ∑

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 227


Partie IV : Fondation

Tableau 143: Sollicitations dues aux charges excentrées

Action Pondération M (t.m) C (t.m)


ELS 1 57.92 28.96
ELU 1,35 78.19 39.1

II.5 Ferraillage chevêtre sur culée

Armatures de flexion longitudinale

 Calcul des armatures longitudinales


 Largeur du chevêtre ; b =1,4 m
 Hauteur du chevêtre ; h = 1,20 m
 Position de l’acier par rapport à la fibre supérieur ; d = 1,15 m
 La contrainte de traction de l’acier ;
 La contrainte de compression du béton ;
 Sollicitations : et

̅̅̅̅
̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅

̅̅̅

̅̅̅
̅̅̅̅ ̅̅̅̅

( )

; pas d’aciers comprimés

̅̅̅

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 228


Partie IV : Fondation

̅̅̅

( )

̅̅̅

Choix d’armature 10 HA 32 avec As réelle = 80.42 cm²

 Vérification de la condition de non fragilité pour une section rectangulaire :

 Armatures transversales :

 Vérification du béton :

 Diamètre des armatures transversales :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 229


Partie IV : Fondation

Armatures de flexion transversale :

 Largeur du chevêtre ; b =1,4 m


 Hauteur du chevêtre ; h = 1,2 m
 Position de l’acier par rapport à la fibre supérieure ; d = 1,155 m
 Contrainte de traction de l’acier ;
 Contrainte de compression du béton ;

 Les sollicitations ;

Mser = 153.02 t.m

; pas d’aciers comprimés

̅̅̅

( )

̅̅̅

Choix d’armature 5 HA 32 + 5 HA 25 avec As réelle = 64.75 cm²

 Vérification de la condition de non fragilité :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 230


Partie IV : Fondation

Armatures de torsion :

Figure 114: notation

Pour déterminer le ferraillage nécessaire pour résister aux efforts de torsion, on considérera
une section en forme de rectangle la même hauteur que le chevêtre et dont la largeur lt limitée
à la somme du diamètre des colonnes et la hauteur du chevêtre.

Figure 115: Section équivalente


 Epaisseur de la paroi mince :


Aire moyenne :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 231


Partie IV : Fondation

 Périmètre :
[ ] [ ]

 Couple de torsion à l’ELS : Cg = 28.96 t.ml ; Cq = 95.10 t.ml


C = 124.06 t.ml

Vérifions :

( )

Armature longitudinal :
 La section d’acier de torsion :

Choix d’armature 4 HA 20 avec As réelle = 12.57 cm²

 Section d’acier minimal :

Armature transversale :

Tableau 144: Section d’armature du chevêtre sur culée

Armature Longitudinales Transversales


Flexion 10 HA32 1 cadre + 3 épingles HA12
5 HA 32 + 5 HA 25 1 cadre + 3 épingles HA 12
Torsion 4 HA 20 1 cadre + 2 épingles HA12

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 232


Partie IV : Fondation

Figure 116: Schéma du ferraillage du chevêtre sur culée

III. Chevêtre sur pile

III.1 Prédimensionnement

Longueur du chevêtre : L = 14.7 m = Largeur du tablier


Largeur du chevêtre : l = 1,90 m
Hauteur du chevêtre : h = m

III.2 Evaluation de la charge

Poids propre :
On désigne par S la section totale du chevêtre :

Avec :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 233


Partie IV : Fondation

Tableau 145: poids propre de chevêtre pondéré

Action Coefficient (t/ml)


ELS 1 11,4
ELU 1,35 15,39

Réaction du tablier : Les points d’appuis des colonnes ne coïncidant pas avec les
axes des colonnes, le tablier exerce donc des efforts sur le chevêtre. Les réactions du
tablier sur le chevêtre sont des charges concentrées tel que :

Avec

Tableau 146: Récapitulatif de la réaction du tablier du chevêtre pile


Action (t) (t)
ELS 25.34 50.68
ELU 34.21 68.42

Figure 117: schéma statique du chevêtre sur pile

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 234


Partie IV : Fondation

Figure 118: efforts tranchants due à la réaction du tablier sur le chevêtre

Figure 119: moment fléchissant due à la réaction du tablier sur le chevêtre

Tableau 147: Récapitulatif des réactions dues au tablier dans le chevêtre

Moment maximum sur Moment maximum en Effort tranchant


appuis (t.m) travée (t.m) maximum
ELS -81,09 22,67 101,3
ELU -109,472 30,605 136,755

Réaction du vérin : la force concentrée exercée sur le chevêtre est égale à deux fois la
réaction d’un vérin.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 235


Partie IV : Fondation

Tableau 148: récapitulatif de la réaction du vérin

Action
ELS 27 ,65 55,3
ELU 37,33 74,66

Figure 120: efforts tranchants due à la réaction du vérin

Figure 121: moment fléchissant due à la réaction du vérin

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 236


Partie IV : Fondation

Tableau 149: Récapitulatif des efforts dus au vérin dans le chevêtre

Moment maximum Moment maximum Effort tranchant


sur appuis (t.m) en travée (t.m) maximum (t)
ELS -88,47 24,73 110,6
ELU -119,435 33, 386 149,31

III.2 Moments produit par l’excentrement transversal des charges

Le moment de torsion dans la section d'encastrement du chevêtre sur la colonne est maximal
si la réaction au niveau de l'un des appareils d'appui est maximale et elle est minimale dans
l'autre cas.
L’excentricité de la réaction du tablier est Er =0.425m

Figure 122 : Illustration de l’état de charge du chevêtre intermédiaire

Tableau 150: Réactions du tablier au niveau de l’appareil d'appui


Action (t) (t)
ELS 25.34 50.68
ELU 34.21 68.42

Les moments de flexion transversale et de torsion sont donnés par les formules ci-dessous :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 237


Partie IV : Fondation

Tableau 151: Valeur des sollicitations produites par l’excentrement transversal des

Moment M (t.m) C (t.m)


ELS 21,54 10,77
ELU 29,08 14,54

III.3 Ferraillage du chevêtre sur pile

Armature de flexion longitudinale :

Calcule des armatures longitudinales :


 Largeur du chevêtre : b =1,90 m
 Hauteur du chevêtre : h = 1,20 m
 Position de l'acier par rapport à la fibre supérieure : d = 1,155 m
 La contrainte traction de l'acier ; =250 MPa
 La contrainte de compression du béton ; = 15 MPa
 Les sollicitations :
et

α = 0,474

; pas d’aciers comprimés

̅̅̅

( )

̅̅̅

Choix d’armature 10 HA 32 avec As réelle = 80.42 cm²

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 238


Partie IV : Fondation

 Vérification de la condition de non fragilité :

Armatures de flexion transversale :


 Largeur du chevêtre : b =1,90 m
 Hauteur du chevêtre : h = 1,20 m
 Position de l'acier par rapport à la fibre supérieure : d = 1,155 m
 La contrainte traction de l'acier ; =250 MPa
 La contrainte de compression du béton ; = 15 MPa
 Les sollicitations : Mser = 21.54 t.m
α = 0,474

; pas d’aciers comprimés

̅̅̅

( )

̅̅̅

Choix d’armature 4 HA 20 avec As réelle = 12.57 cm²

 Vérification de la condition de non fragilité :

Choix d’armature 5 HA 25 avec As réelle = 24.54 cm²

Les armatures de torsion :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 239


Partie IV : Fondation

 Epaisseur de la paroi mince :


Aire moyenne :

 Périmètre :
[ ] [ ]

 Couple de torsion à l’ELS : C = 10.77 t.ml

Vérifions :

( )

Armature longitudinal :
 La section d’acier de torsion :

Choix d’armature 4 HA 12 avec As réelle = 4.52 cm²


 Section d’acier minimal :

Choix d’armature 4 HA 20 avec As réelle = 12.57 cm²

Armature transversale :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 240


Partie IV : Fondation

 Diamètre des armatures transversales :

Tableau 152: Section d’armature du chevêtre sur appui intermédiaire

Armature Longitudinales Transversales


Flexion 10 HA32 1 cadre + 3 étriers HA12
5 HA25
Torsion 4 HA 20 1 cadre + 2 étriers HA12

Figure 123: Schéma du ferraillage du chevêtre sur pile

Chapitre XII : Etude des colonnes

Les piles de type colonnes sont plus économiques et présentent un coffrage et un


ferraillage plus simples que les voiles. Ces derniers nous fournissent une grande robustesse
vis-à-vis des chocs des véhicules (une contrainte absente dans notre projet, car nous avons un
ouvrage de franchissement d'un oued). Notre choix se porte sur les colonnes.

Figure 129 : schéma d’une colonne

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 241


Partie IV : Fondation

I. Dimensions des colonnes

Les hauteurs des piles sont déterminées à partir des levés topographiques effectués par le
bureau.
Tableau 153: hauteurs des différentes colonnes

Pile P2 Pile P3 Pile P4


Vers Médenine Vers Gabès Vers Vers Gabès Vers Vers Gabès
Médenine Médenine
N°2 Cote N°2 Cote N°3 Cote N°3 Cote N°4 Cote N°4 Cote
amont aval amont aval amont aval
H1 12.06 H6 12.29 H1 12.17 H6 12.40 H1 12.28 H6 12.51
H2 12.14 H7 12.19 H2 12.25 H7 12.30 H2 12.36 H7 12.41
H3 12.23 H8 12.09 H3 12.33 H8 12.20 H3 12.44 H8 12.31
H4 12.31 H9 11.99 H4 12.42 H9 12.10 H4 12.52 H9 12.21
H5 12.39 H10 11.89 H5 12.50 H10 12.00 H5 12.60 H10 12.11

Les colonnes sont disposées au droit des appareils d'appuis, afin que les descentes
de charges s'effectuent directement, vue la largeur de notre ouvrage, nous adopterons 5
colonnes espacées de 2.9 m.

Diamètre de la pile :

Diamètre du fût :
( )

Nombre de fût : n = 4

Le choix de la morphologie du fût dépend essentiellement des caractéristiques


mécaniques de la pile elle-même, du site d’implantation de l’ouvrage et des différents
types de sollicitation agissant sur la pile. Notre ouvrage franchissant un oued, pour
cela nous avons proposés des piles composées de futs à section circulaire.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 242


Partie IV : Fondation

II. Charges agissant sur la colonne

II.1 Charges verticales

Charges permanentes :

Poids propres du tablier :

Poids propre du chevêtre :

Poids propre du fût :

Surcharges :
Le poids de la surcharge de AL pour le cas le plus défavorable est

Les charges verticales totales :

II.2 Charges horizontales

Effet du freinage dû à AL pour l’appareil d’appuis

L’effort de freinage revenant à la pile :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 243


Partie IV : Fondation

Soit par fût :

Freinage dû au Bc :

L’effort normal de la colonne est :

III. Ferraillage de la colonne

Le calcul est effectué à l’aide du logiciel Arch, et nous avons obtenu les résultats suivants :

Figure 130 : ferraillage d’une colonne

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 244


Partie IV : Fondation

PARTIE IV : FONDATION

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 245


Partie IV : Fondation

CHAPITRE XIII : ETUDE DE LA FONDATION

D’après les études géotechniques, et compte tenu de la stratification du sol d’assise ainsi que
la charge transmise par la super structure, on a décidé de réaliser une fondation profonde avec
des pieux forés tubés (blindage métallique récupérable). Une semelle de liaison est prévue
pour limiter l’élancement des colonnes.

A. Etude du pieu

3 Introduction

Un pieu est une fondation élancée qui reporte les charges de la structure sur les couches de
terrains de caractéristiques mécaniques suffisantes pour éviter la rupture du sol et limiter
les déplacements à des valeurs très faibles.

Les 3 parties principales d’un pieu sont la tête, la pointe et le fût qui est compris entre la
tête et la pointe.

D’un point de vue mécanique on distingue la longueur D du pieu de la hauteur


d’encastrement mécanique De. Cette valeur tient compte du fait que les caractéristiques
mécaniques de la couche d’ancrage sont nettement supérieures à celles des sols de
couverture traversés par le pieu.

IV. Conception des pieux

Le cas de la fondation profonde est plus complexe que la fondation superficielle, puisqu’elle
dépend de plusieurs paramètres parmi lesquels :
Le niveau de base des pieux.
Le niveau d’arasé des pieux.
Les types et les diamètres des pieux.
Le nombre de pieux et le nombre de files.
La disposition des pieux.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 246


Partie IV : Fondation

II.1 Type des pieux

En Tunisie, les fondations profondes d’exécution courante sont les pieux battus et les
pieux forés.

Concernant les pieux battus, leur exécution consiste d’abord à battre un tube muni à sa
base d’une plaque métallique dans le sol, à mettre, si nécessaire en place la cage d’armature
puis à remplir le tube de béton pendant son exécution.

L’exécution des pieux forés nécessite un forage préalable exécuté dans le sol avec les
outils appropriés avec ou sans protection d’un tubage ou de boue permettant d’assurer la
stabilité des parois du forage. Après mise en place, si nécessaire, de la cage d’armatures, le
pieu est bétonné en utilisant une colonne de bétonnage, selon la technique du tube plongeur
qui descend jusqu’à la base du pieu.

Les pieux forés présentent les avantages suivants :

Un diamètre important (peut atteindre 2,5m même plus)


La possibilité d’exécution des éléments de formes diverses résistant à la
flexion.
La possibilité de traverser des bancs durs.
Le contrôle qualitatif des terrains traversés (repérer la couche d’assise).
L’adaptation facile de la longueur.

Les caractéristiques citées ci-dessus des pieux forés nous pousse à les opter comme étant le
type le mieux adopté pour notre projet.

Figure 124: Exécution des pieux forés

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 247


Partie IV : Fondation

II.2 Nombre de files et de pieux

Notons qu’une des caractéristiques des appuis intermédiaires des ponts est de
supporter deux lignes d’appuis, et que, par conséquent, les descentes de charges sont assez
excentrées par rapport à l’axe de la fondation. C’est pourquoi leurs fondations sont les plus
souvent réalisées sur deux files de pieux ou encore sur une file de grand diamètre.

La fondation d’une pile culée sur une file unique de pieux est fortement déconseillée et
elle ne serait envisageable qu’avec des puits de grand diamètre et à condition de trouver une
butée des terres suffisantes. On lui préférera systématiquement une fondation avec de pieux
verticaux.

V. Calcul de la portance d’un pieu isolé

III.1 Contrainte limite de pointe

Calcul de la pression limite nette :


Dans une formation homogène, elle est donnée par la formule :

b = min (a; h) = min (0.5; ) = 0.5 m

h : ancrage dans la couche où se trouve la pointe.

[ ]

Détermination de la surface :

Détermination du facteur de portance

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 248


Partie IV : Fondation

La valeur de est fixée par le tableau ci-dessous en fonction de la nature du sol et du mode
de mise en œuvre des pieux quelle que soit la géométrie de la section droite de l’élément de la
fondation.

Tableau 154: valeurs de k_p en fonction du mode de mise en œuvre

Eléments mis en Eléments mis en


Nature des terrains œuvre sans œuvre avec
refoulement de sol refoulement de sol
A 1.1 1.4
Argiles, limons B 1.2 1.5
C 1.3 1.6
A 1.0 4.2
Sables, graves B 1.1 3.7
C 1.2 3.2
A 1.1 1.6
Craies B 1.4 2.2
C 1.8 2.6
Marnes, marno- 1.8 2.6
calcaires
Tableau 155: valeurs de k_p en fonction de la classification du sol

Description Pressiomètre P1
Classe du sol (MPa)
A Argile et limons mous ˂ 0.7
Argiles, limons B Argiles et limons fermes 1.2-2.0
C Argiles très fermes à dur ˃ 2.5
A Lâches ˂ 0.5
Sables, graves B Moyennement compacts 1.0 - 2.0
C Compacts ˃ 2.5
A Molles ˂ 0.7
Craies B Altérées 1.0-2.5
C Compactes ˃ 3.0
Marnes, marno- A Tendres 1.5-4.0
calcaires
B Compacts ˃ 4.5
Soit .

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 249


Partie IV : Fondation

III.2 Frottement latéral

Les valeurs de la résistance de pointe ont été établies empiriquement à partir d’essais de
chargement de pieux. La banque de données qui a permis de fournir les valeurs de est
basée sur les résultats des essais réalisés sur chantier.

Avec P : périmètre

Tableau 156: valeurs de〖 q〗_(s )

Z (m) Pl* (MPa) Type de sol Courbe utilisée qs (MPa)


1 0.71 Argile A Q1 0.030
2 0.72 Argile A Q1 0.030
3 0.7 Argile A Q1 0.028
4 0.85 Argile B Q2 0.034
5 0.7 Argile A Q1 0.028
6 0.63 Argile A Q1 0.026
7 0.7 Argile A Q1 0.028
8 0.65 Argile A Q1 0.027
9 0.61 Argile A Q1 0.025
10 1.45 Argile B Q2 0.074
11 1.54 Argile B Q2 0.076
12 1.45 Argile B Q2 0.074
13 1.97 Argile B Q2 0.08
14 2.13 Argile B Q2 0.08
15 2.14 Argile B Q2 0.08
16 2.46 Argile C Q2 0.08
17 2.5 Argile C Q2 0.08
18 2.16 Argile B Q2 0.08
19 2.17 Argile B Q2 0.08
20 1.82 Argile B Q2 0.08
21 2.14 Argile B Q2 0.08
22 1.98 Argile B Q2 0.08
23 2.14 Argile B Q2 0.08
24 2.16 Argile B Q2 0.08
25 2.56 Argile C Q2 0.08

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 250


Partie IV : Fondation

VI. Capacité portante admissible d’un pieu

Les valeurs de la capacité portante d’un pieu sont déterminées selon le cas de combinaison.

A l’ELU : combinaison fondamentale :

A l’ELS :
Combinaison rare :

Combinaison quasi-permanente :

Détermination du nombre de pieux et vérification


La détermination du nombre de pieux est fonction de la charge qu’ils reçoivent.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 251


Partie IV : Fondation

Et

Sachant que la capacité résistante en combinaison quasi-permanente est prise en considération


pour la détermination du nombre de pieux, on a :

Vérification
Admettons qu’on ait 10 pieux , la semelle de liaison entre la pile et la fondation doit
satisfaire les conditions suivantes :

Avec a : entraxe des pieux

 Largeur de la semelle :

 Longueur de la semelle : L = 14.7 m


 Hauteur de la semelle :

Soit h = 1.4 m

On aura :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 252


Partie IV : Fondation

VII. Ferraillage des pieux

En se basant sur le document SETRA pour les pieux de section circulaire, les armatures
longitudinales sont disposées suivant les génératrices du pieu et pour les armatures
transversales on utilise des cerces fixées autour des armatures longitudinales. Le diamètre
extérieur de la cage d´armatures est au plus égal au diamètre intérieur du tubage provisoire
diminué de 10 cm d’enrobage pour les pieux forés tubés.

V.1 Armatures longitudinales

Le nombre minimal de barres longitudinales est de 6 et leur diamètre minimal de 12 mm.


Elles sont entièrement ancrées dans la semelle de liaison au sens des règles B.A.E.L.
L´espacement des barres longitudinales ne peut être inférieur à 10 cm entre nus.
Dans notre cas (pieux circulaires), les armatures doivent avoir le même diamètre et un
écartement uniforme.
La section minimale d´armatures longitudinales Amin est alors égale à :


= max{

= 50 cm2 soit = 58,92 cm2 donc on aura comme ferraillage 8 HA 25 :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 253


Partie IV : Fondation

V.2 Armatures transversales

L´écartement des armatures transversales est au plus égal à 15 fois le plus petit diamètre des
barres longitudinales, avec un maximum de 35 cm. Leur diamètre est au moins égal aux
quatre dixièmes du plus grand diamètre des barres longitudinales, avec un minimum de 6 mm.
Soit et = 35 cm
Pour le diamètre des armatures transversales il est recommandé d´adopter les valeurs
suivantes :

Tableau 157: Diamètres des armatures transversales suivant les diamètres des
armatures longitudinales

Ø armatures 12-14 16 20 25 32
longitudinales
Ø armatures 6-8 8-10 12-14 12-16 16
transversales

On prendra donc HA 16 comme armatures transversales.


Figure 125: ferraillage du pieu

B. Semelle isolée

Les Caractéristiques de la semelle sont :


Longueur : L = 14.7m ; Largeur : l = 5m et Hauteur : h = 1.4m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 254


Partie IV : Fondation

I. Détermination des charges

Poids propre de la semelle :

( )

Surcharge d’exploitation :

Effort revenant à chaque pieu :

∑ ∑

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 255


Partie IV : Fondation

II.
Ferraillage de la semelle de liaison

Figure 133 : ferraillage de la semelle

Calcul des efforts

R1u = 2,51 MN

= 15MN/m et Bp = 1,00m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 256


Partie IV : Fondation

Armatures transversales :

Espacement St :

n : nombre de barre n = 17
d : enrobage ; d = 4 cm
Ø : diamètre des pieux Ø = 1,00 m

= 0,143m

Les armatures transversales dans les bandes exercées sur les pieux ont pour longueur
(L) tel que : L = h + Ø (diamètre du pieu) = 1,4 + 1 = 2,40 m
Entre les différentes bandes, nous utiliserons des armatures de répartition tel que :

Armatures longitudinales inférieures dans la semelle :


Pour assurer la transmission des efforts entre les futs et les pieux, nous utiliserons les
armatures de répartition tel que :

Armatures de construction :
 Armatures transversales supérieur :

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 257


Partie IV : Fondation

 Armatures longitudinales supérieures :

 Armatures latérales :

A la base des cadres verticaux, on placera des cavaliers en HA 14 espacées de 1,00m

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 258


Conclusion

Conclusion

Notre travail a porté sur la conception et le calcul de dimensionnement des éléments de


structure de ouvrage pour le le franchissement de l’Oued Essoureg. Nous avons eu à
toucher les différentes étapes constituants le dimensionnement d’un ouvrage d’art tel que le
choix de la variante optimale, l’étude hydraulique et hydrologique, la détermination des
ferraillages après évaluation manuelle des charges appliquées sur les différents éléments de
structure et le justificatif des choix de fondation.

Les ponts à poutres qui sont fréquemment utilisés dans des régions ou l’aspect esthétique
ne sera pas trop regardé présentent un grand nombre d’avantages ainsi que quelques
inconvénients.

En gros, pour la réussite des projets d’ouvrage d’art il est recommandé de suivre l’évolution
et de maitriser les innovations dans les normes et les méthodes d’exécution afin de pouvoir
toujours réaliser des ouvrages respectant au maximum les normes de construction, même
les plus récente.

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 259


Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Cours d’ouvrage d’art « Tome 1 ; Tome 2 et tome 3 » de Monsieur Ben OUEZDOU

SETRA « appuis tablier PP73 conception des pieux »

Fascicule n°62 titre V du CCTG « règle techniques de conception et calcul des fondations et
ouvrages en génie civil »

Fascicule n°61ntitre II du CCTP « conception calcul et épreuves des ouvrages d’art »

Cours de mécanique des sols sur les fondations profondes

Wikipédia « dimensionnement des ponts à poutre »

Cours de Béton armé

Les PFE des anciens étudiants de l’ULT

KOUEMO BRUNO &PIKBOUGOUM SANDRA Page 260


Annexes

Vous aimerez peut-être aussi