Vous êtes sur la page 1sur 3

COMPORTEMENT AU DÉCROCHAGE

Rôle de l’épaisseur du profil et du nombre de Reynolds

Pour un profil mince :


Présence d’une recirculation (bulbe laminaire) sur le bord d’attaque extrados. Exemple du profil
Blériot XI d’épaisseur relative 4% :

Bulbe
laminaire

A faible Reynolds, quand l’incidence augmente, ce bulbe éclate en s’allongeant vers l’aval et
occasionne un décollement progressif d’extrados :
Extension progressive
du bulbe de recirculation
vers l’aval

 Chute progressive de portance au décrochage.


A plus fort Reynolds, quand l’incidence augmente, ce bulbe éclate plus tardivement mais
occasionne un décollement massif et brutal d’extrados.

 Chute brutale de portance au décrochage.

Cza Augmentation du Cza max


avec Reynolds

- 1 Profil mince,
Haut Reynolds

Profil mince,
Bas Reynolds

incidence

Profil mince : Evolution du coefficient de portance


Pour un profil épais :
Le bord d’attaque étant arrondi, il n’y a plus de bulbe amont. Le décollement est alors occasionné
par l’épaississement des couches limites au bord de fuite extrados (présence de recompressions
de BF). Quand l’incidence augmente, ce décollement remonte progressivement vers l’amont.

Extension progressive du
bulbe de recirculation
vers l’amont

 Chute graduelle de portance au décrochage.


A mesure que le Reynolds augmente, le décrochage est plus tardif : la portance maximale
croît (décollements du bord de fuite extrados retardés grâce à la plus grande tolérance des
couches limites turbulentes face aux recompressions de BF).

Cza Augmentation du Cza max


- 1.5 avec Reynolds
Profil NACA2412
6
Reynolds=1.5 10

- 1

Profil NACA2412
5
Reynolds=8.3 10

9° 12°
| | incidence
Profil épais : Evolution du coefficient de portance (exemple du NACA2412)

Caractéristique des profils :


Profil mince (faible rayon de bord d’attaque) : portance augmentant avec le Reynolds mais
l’intérêt réside surtout dans une plus faible traînée à faible ncidence.
Profil épais (fort rayon de bord d’attaque) : décrochage à plus haute incidence, meilleure portance
à haut Reynolds, décrochage plus doux mais la traînée augmente avec le rayon de bord d’attaque.

Les premiers avions étaient relativement lents (motorisation modeste) et ont été étudiés dans de
petites souffleries (=> conditions de faible Reynolds).
 Initialement, les profils minces ont été préférés (Blériot XI : première traversée de la
Manche en 1909).
Avec l’amélioration des performances des avions (taille et vitesse), il est apparu que les profils
épais étaient meilleurs en terme de portance aux Reynolds de vol atteints (>106)
 les profils épais se sont alors généralisés (Fokker Dr1 : nombreuses victoires en combat
aérien de Manfred Von Richtofen, le Baron Rouge en 1917).
Intérêt additionnel : l’épaisseur de la voilure permet de loger des renforts structuraux internes
(longeron), évitant ainsi le recours aux haubans extérieurs (corde à piano) des premiers avions à
voilure mince. Ces haubans non profilés occasionnaient une forte traînée. Leur abandon a permis
une importante amélioration des performances (vitesse et rayon d’action) des avions.

Blériot XI 1909 :

Profil mince

Haubans

Fokker Dr.1 1917 :

Profils épais

Hauban caréné

Vous aimerez peut-être aussi