Vous êtes sur la page 1sur 2

Résultats de l’analyse de plagiat du 2020-03-26 11:59 UTC

5.2% Sans titre

Date: 2020-03-26 11:58 UTC

 Toutes les sources 5  Sources Internet 5

 fr.slideshare.net/amine145/value-at-risk-28572088
[0]
4.2% 3 résultats

 www.clubampere.org/glossaire/var-value-at-risk/
[1]
1.0% 2 résultats

 www.memoireonline.com/02/12/5285/m_Analyse-des-series-chronologiques-les-modeles-ARCH-et-GARCH24.html
[2]
0.0% 2 résultats

 www.univ-orleans.fr/deg/masters/ESA/CH/Fiches_VaR.pdf
[3]
0.0% 1 résultats

 www.univ-orleans.fr/deg/masters/ESA/CH/Statistiques_Partiel2008.pdf
[4]
0.0% 1 résultats

1 pages, 379 mots

Niveau de plagiat: 5.2% selectionné / 11.5% total

5 résultats provenant de 5 sources, dont 5 sources en ligne.

Paramètres

Paramétrage des données: Comparer avec les sources du web, Comparer avec vos propres documents

Sensibilité: Moyenne

Bibliographie: Inclure le texte

Détection de recoupement: Reduire le niveau de plagiat

Liste des sources exclues: --


[2]
« La notion de la value at Risk s'est imposée comme la mesure de référence en
[1]
matière de risque de marché. La VaR est défini comme la perte maximale potentielle
qui ne devrait être atteinte qu'avec une probabilité donnée sur un horizon temporel
donnée.»(Engel el Manganelli ,2001).
D. II.3.2. le concept de la Value at Risk :
[1]
La Value at Risk est un concept qui a été introduit au début des années 1990 par la
banque américaine J.P.Morgan et qui a comme avantage de résumer le risque d'une
institution en un seul chiffre facile à interpréter.
[0]
E. II.3.3. Utilité de la VaR :
La Value at Risk constitue à présent la norme en matière de gestion de risque de
marché au sein des institutions financières, il s'agit d'un indicateur simple
(1chiffre) et synthétique qui permet d'effectuer le suivi et le contrôle du risque
d'une manière homogène quelle que soit la composition du portefeuille de
négociation.
[0]
F. II.3.4. Les méthodes d'estimation de la VaR :
Le choix des méthodes d'estimation est généralement conditionné par la composition
du portefeuille de négociation et de la distribution de profits et pertes associée.
Dans ce cadre, plusieurs approches de mesure sont envisageables. Ces méthodes sont
généralement regroupées en trois groupes :
-la méthode historique -la méthode paramétrique (connus souvent sous le nom
variance covariance, Risk Metrics et la méthode de simulation de Monte Carlo) -la
méthode semi-paramétrique (la méthode Delta Gamma, l'expansion de Cornish- Ficher
et la méthode de Bootstrapping).

Conclusion :
Comme conclusion pour ce second chapitre, nous pouvons confirmer que la gestion de
risque de change dans la STB est une gestion efficace en tenant compte de
l'infrastructure et la stratégie de cette dernière. En effet, le manque de
nouvelles technologies (logiciels informatiques) affecte la gestion de Traders dans
la gestion du risque de change. Le Traders se voie ralenti voir même induit en
erreur par un logiciel informatique qui commence à être vétuste.
A partir de ce constat, la STB se trouve dans l'obligation de changer sa stratégie
concernant sa gestion du risque de change. Elle doit investir dans la salle des
marchés en achetant de nouveaux équipements informatiques ainsi que des logiciels
informatiques afin de diversifier ses techniques de couverture, minimiser les
risques et être aussi performant que les concurrents.

Vous aimerez peut-être aussi