Vous êtes sur la page 1sur 3

Français Eco. & Gest. + Maths + Sc. Exp.

+ Technique Principale 2003

Corrigé de l’essai
Sujet : « Ils s’affrontaient pour un rien, pour cent francs gaspillés, pour une paire de
bas… »
Cette phrase laisse entendre que les difficultés matérielles peuvent avoir une
influence négative sur les relations entre les individus. Partagez-vous ce point de
vue ?
Vous exprimerez votre opinion en vous appuyant sur des exemples précis.
Ce sujet comporte

– une citation (faisant état d’un constat)


– une question (qui appelle naturellement une réponse rédigée : l’expression
d’une opinion personnelle)
– une consigne (que l’on doit respecter impérativement : elle appelle le
développement d’un point de vue illustré au moyens
d’exemples précis. En d’autres termes, elle vise la rédaction
d’un texte argumentatif)
Commentaires :
¾ Vous avez, certes, compris que le sujet qui vous est proposé, ici, se rattache au centre
d’intérêt du programme “Caractères”. Il va sans dire que le caractère généralisant de
certaines expressions du sujet (= les difficultés matérielles / les relations entre les
individus) vous autorise à situer votre réflexion à un niveau plus large. Le contexte
global serait, donc, celui des rapports humains, pas seulement au niveau du couple :
nature, effets, conséquences. Un essai de culture générale illustré au moyen de
quelques exemples.
¾ Les expressions clés sont, en somme, les suivantes : difficultés matérielles, influence
négative, relations entre les individus.

¾ La problématique à dégager de ce sujet pourrait être formulée en ces termes : Est-il vrai
que les rapports entre les individus peuvent être “sérieusement” perturbés à cause des
difficultés matérielles ?

¾ Tel qu’il est formulé le sujet vous laisse la liberté d’exprimer :

– une prise de position absolue : une adhésion à la thèse (ici, avancée implicitement
dans la citation) ou une réfutation de cette thèse
– une prise de position nuancée : Oui, mais / Non mais.

Cependant, il serait plus opportun dans un sujet comme celui-ci – qui repose sur un texte
où il est question, à vrai dire, d’un genre très particulier de “vie de couple” où l’argent
joue un rôle particulièrement déterminant – d’écarter les excès. L’exagération évidente
exprimée dans la citation “ils s’affrontaient pour un rien” suffit, à elle seule, à traduire le
caractère exceptionnel de la relation conjugale au sein de ce couple. L’inaccoutumé
génère la marginalité : restons donc au sein de la norme commune. Aussi est-il plus
logique et plus cohérent d’opter pour la prise de position nuancée : oui, mais.
8
Français Eco. & Gest. + Maths + Sc. Exp. + Technique Principale 2003

Plan possible :
Une introduction qui évoque la variété des rapports humains et leur relative complexité
avec une mise en rapport “relations humaines / diversité des contextes” : vie de couple,
vie de famille, entre autres. Puis, annonce du plan.
Développement en deux parties :
1. les difficultés matérielles et leurs implications négatives :

– le malaise, générateur d’inquiétude et de tension


– les disputes qui, généralement, éloignent davantage les individus les uns des autres
– les mauvaises décisions, source souvent de séparation, d’enlisement dans le jeu,
l’alcool ou les dettes.
– La rancune, l’envie, vis-à-vis des voisins ou vis-à-vis de personnes de la famille de
conditions matérielle bonne, surtout lorsqu’on a le sentiment qu’on nous abandonne
à notre sort, qu’on ne nous prête pas main forte, dans les moments difficiles.

Transition : Toutefois, la prédisposition à remédier au manque en manifestant un


sentiment de compréhension et de générosité, la bonne volonté et le désir de
montrer à l’autre qu’on fait l’effort d’améliorer la situation, sont de nature à
assainir les relations et à sauver de l’effondrement la vie conjugale, la vie
familiale, les rapports entre voisins…

2. Les difficultés matérielles peuvent avoir un côté positif :

– lorsqu’on est en commun dans la difficulté, la volonté de s’entraider l’emporte


généralement sur l’enfermement
– lorsque la relation avec l’autre est bâtie sur l’amour, la sincérité, le respect ou
l’estime, on accepte généreusement de vivre avec lui, même dans la misère (deux
chaumières et un cœur)
– le fait de sentir que l’on souffre côte à côte crée, en principe, le rapprochement et
non l’éloignement (on applique, en somme, le principe “Pour le meilleur et pour le
pire”)
– la joie que l’on éprouve, une fois les difficultés matérielles dépassées grâce à des
efforts communs, ne peut que souder le couple, ne peut que rapprocher encore plus
les uns des autres les membres d’une même famille, les habitants d’un même
quartier...

Conclusion : les périodes de crises sont nécessaires à la vie : en sortir victorieux à deux
ou à plusieurs ne peut être, en définitive, qu’une précieuse occasion pour
affermir les relations, quel qu’en soit le contexte : conjugal familial ou
autre.
Deuxième possibilité : Prise de position absolue : Oui, les difficultés matérielles peuvent
avoir une influence négative sur les relations entre les individus

Introduction : quelques généralités sur la vie de couple ou la vie en famille et les


difficultés matérielles qui surgissent, puis annonce du plan
9
Français Eco. & Gest. + Maths + Sc. Exp. + Technique Principale 2003

Développement
1ère partie :

ƒ dans la vie d’un couple :


les aspects négatifs des difficultés matérielles:

– le malaise qui s’installe


– Le sentiment de culpabilité, chez le mari, dans une société traditionnelle,
chez celui qui gère le budget dans une société moderne
– Les querelles qui s’enveniment avec le temps
ƒ en famille :
– L’attitude du père qui devient agressive, parlant toujours du budget et réprimandant
ses enfants (exemple Harpagon, Grandet, le personnage de la mère dans le roman de
Pearl Buck )
– L’attitude des enfants, désagréable, insolente, exigeante, insupportable pour le chef
de famille
2ème partie :

ƒ Pour le couple
les conséquences de ces difficultés :
– Le départ de l’homme pour aller chercher fortune ailleurs : l’émigration et ses
implications parfois désastreuses
– Le jeu (dans l’espoir de forcer le sort), les dettes
– Le fait de faire des heures supplémentaires, ce qui peut générer davantage de fatigue
et de difficultés
– Le fossé qui se creuse de plus en plus entre les époux
– La séparation momentanée
– Le divorce
ƒ Pour la famille
– L’attitude toujours soucieuse du père
– Le malaise, une mauvaise ambiance, une atmosphère lourde
– Complexe de culpabilité chez les enfants qui se sentent une charge ou chez le chef de
famille qui se sent incapable d’assumer ses responsabilités.
– Le désir de trouver une solution qui conduit aux solutions extrêmes (départ,
malversations, etc.) ou le fait d’abandonner sa famille, attitude défaitiste. Exemple :
Le Petit Poucet, exemple assez intéressant du défaitisme de certains parents.

Conclusion

Les ennuis matériels n’ont que des répercussions négatives et ne peuvent


arranger, en rien, les relations entre les individus.

10