Vous êtes sur la page 1sur 7

Chapitre I - Méthodes de prospection électrique

La prospection électrique est le domaine de la géophysique qui utilise le courant et le


champ électrique, appliqués au sous-sol, dans le but d'avoir un paramètre physique qui est en
outre que la résistivité ou la conductivité électrique.

Physique des Roches

Loi d'ohm
Courant électrique se propageant dans un fil conducteur, on peu établir la loi d'Ohm:

V= R. I avec: V potentiel électrique ([V]= Volt), I: courant électrique ([I]= A) et R résistance


([R] = Ω).

si on connait la longueur de ce fil conducteur on peut alors mesurer la résistivité :

ρ = R. l avec; ρ résistivité ([ρ]= Ω.m) et l longueur ([l]= m).

on peut aussi obtenir la conductivité qui est en outre que l'inverse de la résistivité, donnée par:

σ= 1/ρ avec: σ conductivité ([σ]= S.m-1 ).

Loi d'Archie
La loi d'Archie met en relation la conductivité électrique de la roche et la conductivité
du fluide qu'elle contient.

D'abord on définie la composition d'une roche de manière générale : une roche est
constituée de grains, de ciment et de pore. Ces derniers sont remplis de fluide (eau, air, gaz,
huile..etc.)

Principe d'expérience
Dans un laboratoire, en faisant passer un courant électrique dans une roche, on peut
alors mesurer sa conductivité (conductivité de la roche) notée σr et la conductivité de son
fluide notée σ f . On trace alors la courbe σr = f(σ f):
On assimile la courbe σr = f(σ f) à l'équation d'une droite de la forme y = a.x + b.
- la pente sous la droite nous donne:

∆𝝈𝒓 𝟏
𝐭𝐚𝐧 𝜶 = =
∆𝝈𝒇 𝑭

avec : facteur de la formation.

- le point d'intersection avec l'axe des ordonnées donc l'axe de σr représente un point ou la
roche est à sec. On appelle ce type de conductivité, une conductivité de surface ou
conductivité à sec notée σS .

Si on remplace dans l'équation de la droite assimilée à la courbe on obtiens.

𝝈𝒓 = 𝑭𝝈𝒇 + 𝝈𝑺

Le facteur de formation F est donné par la 1ere loi d’Archie :

𝑭 = ∅−𝒎

Où ϕ représente la porosité de la roche.


𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 𝒅𝒆𝒔 𝒑𝒐𝒓𝒆𝒔
∅= × 𝟏𝟎𝟎 la porosité est donnée en %.
𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒓𝒐𝒄𝒉𝒆

et m est l'exposant de cimentation qui caractérise la roche.

Pour obtenir m on introduit le logarithme népérien sur F:

ln 𝐹 = ln ∅−𝑚
ln 𝐹 = −𝑚 ln ∅

𝐥𝐧 𝑭
𝒎=−
𝐥𝐧 ∅

Quelque valeurs de m:

m= 1.37 : roches détritiques faiblement cimentées avec 5% ≤ ∅ ≤ 10%


m= 1.44 : roches volcaniques à porosité élevée 20% ≤ ∅ ≤ 80%
m= 1.58 : roches à très faible porosité ∅ ≤ 4%

m= 1.72 : roches sédimentaires modérément cimentées 18% ≤ ∅ ≤ 35%

m= 1.95 : roches sédimentaires bien cimentées 5% ≤ ∅ ≤ 25%

Remarque:
Plus la forme des grains s'approche de la forme sphérique m s’approche de 2.
Si m est supérieur ou égale à 2 la roche devient compacte.
Exercice :
Le tableau suivant donne la conductivité d'un fluide σ f en fonction de la conductivité des
échantillons de roches de même type σr . L'unité de la conductivité est en Siemens par mètre
(S.m -1).

1) Etablir le graphe σr = f(σ f).


2) Trouver la valeur de la conductivité de surface σs et le facteur de formation F.
3) En déduire l'exposant de cimentation m de la roche. De quel type de roche s'agit-il?

Solution :

1) - le tracé de σr=f(σ f):

On fait une approximation de la courbe σr = f(σ f) à l'équation d'une droite de la forme y=ax+b.

2) Calcul de σs et de F : σs est lis directement du graphe.

∆𝝈𝒓 𝟏
𝐚= =
∆𝝈𝒇 𝑭
∆𝝈𝒇 𝟎. 𝟏𝟓 − 𝟎. 𝟎𝟎𝟓
𝐅= =
∆𝝈𝒓 𝟎. 𝟎𝟎𝟗𝟏𝟔 − 𝟎. 𝟎𝟎𝟒𝟔𝟒
𝑭 = 𝟑𝟐. 𝟎𝟕

3) Calcul de m:
∅ = 𝟎. 𝟐𝟓𝟔 = 𝟐𝟓. 𝟔%

ln 𝐹 = ln ∅−𝑚
ln 𝐹 = −𝑚 ln ∅

𝐥𝐧 𝑭
𝒎=−
𝐥𝐧 ∅
𝐥𝐧 𝟑𝟐. 𝟎𝟕
𝒎=− = 𝟐. 𝟓𝟒
𝐥𝐧 𝟎. 𝟐𝟓𝟔
C’est un calcaire modérément poreux et très perméable.

Prospection Electrique
I) Dipôle électrique

On introduit une électrode dans un sol homogène et on la relie à un pareil qui fait circuler un
courant I dans cette électrode. La circulation du courant électrique crée un champ électrique E
porté par des lignes de champ sortantes de l'électrode. Si on augmente la charge E augmente
et la densité de courant par unité de surface J augmente. J est proportionnel à E d'ou une
relation linéaire entre les deux entités.
Ohm décrit cette proportionnalité par :

𝑱 = 𝝈. 𝑬 (*)

Avec σ conductivité du milieu.


𝑰
on a l’équation suivante : 𝑱 = (1)
𝑺
avec S section ou surface parcourue par les lignes du champ électrique E.

On introduit une deuxième électrode dans ce sol homogène relié à l'appareil pour capté ce
champ et connaitre le potentiel crée en ce point de réception.

Si on observe de près les trajectoires que parcourra le champ ça formera des demi-cercles
avec des courbes sortantes en profondeur de l'électrode émettrice et rentrantes en surface au
niveau de l'électrode réceptrice. Notre schéma de ces lignes de champ sera une demi-sphère
de rayon égale à la distance émetteur-récepteur qu'on note r.

D’où : 𝑺 = 𝟐𝝅𝒓𝟐 (2)


𝟏
On sait que: 𝝈 = (3) ; avec ρ résistivité du milieu.
𝝆

E est un champ qui dérive d'un potentiel V. On peut alors écrire:


𝒅𝑽
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = −
𝑬 = −𝒈𝒓𝒂𝒅
𝒅𝒓
Or d'après la loi de Coulomb :
𝒒 𝑲.𝒒
𝑽= = (a)
𝟒𝝅𝜺.𝒓 𝒓

avec q charge électrique, ε permittivité du milieu et K constante de coulomb:

1
𝐾=
4𝜋𝜀
𝒅𝑽 𝑲.𝒒
Alors : 𝑬 = − = (b)
𝒅𝒓 𝒓𝟐

si on fait le rapport entre les équations (a) et (b) on aura:

𝐾. 𝑞
𝐸 2 1
= 𝑟 =
𝑉 𝐾. 𝑞 𝑟
𝑟
𝑽
D’où : 𝑬 = (4)
𝒓

En remplaçant la valeurs des équations (1), (2), (3) et (4) dans (*) on aura :

𝐼 1 𝑉
2
= ×
2𝜋𝑟 𝜌 𝑟

d'où:

𝝆. 𝑰 𝟏
𝑽= ×
𝟐𝝅 𝒓
V est le potentiel enregistré au niveau du récepteur, aussi appelé potentiel du dipôle électrique
créé par le dispositif émetteur-récepteur.

En réalité dans le terrain V est lu directement de l'appareil, I est le courant qu'on envoi et r est
la distance entre les deux électrodes qu'on introduit dans le sol. Le seul inconnu est la
résistivité de la tranche du milieu parcours par les lignes de champ qui arrivent au point
récepteur. La résistivité ρ qu'on peut déduire comme suite :

𝑽
𝝆 = 𝟐𝝅𝒓 ×
𝑰
𝑉
on pose : 𝐾𝑑𝑖𝑝𝑜𝑙𝑒 = 2𝜋𝑟 facteur géométrique du dispositif et 𝑅 = résistance du milieu.
𝐼

d'où une deuxième expression de la résistivité: 𝝆 = 𝑲𝒅𝒊𝒑𝒐𝒍𝒆 × 𝑹.


Exercice 1 :

On considère une électrode A à la surface d'un sol homogène de résistivité ρ. On injecte un


courant I dans le sol grâce à cette électrode. la seconde électrode étant éloignée.

- Ecrire l'expression du potentiel crée par ce courant en un point M tel que AM = r.

- Effectué une application numérique pour chacun des milieux suivant avec I = 0.5A et r =
4m.

Eau douce ρ=10Ω.m, eau salée ρ=1Ω.m

Schistes ρ=100Ω.m, granite ρ=500Ω.m.

Solution :

Loi d’Ohm :

La loi d'Ohm stipule que la densité de courant J est proportionnelle au champ électrique E et
le coefficient de proportionnalité est toute simplement la conductivité σ.

Donc on aura :

𝑱 = 𝝈. 𝑬

On a par définition :

𝑰
𝑱=
𝑺
Avec I courant électrique et S la section de surface traversée par les lignes de champ E crée
par ce courant.

Notre système est constitué de couches géologiques qui sont la plupart du temps tabulaires et
par conséquence, on peut les représenter par un demi-plan infini.

S demi-plan =2π r2. Avec r distance « émetteur – récepteur ».

𝟏
𝝈=
𝝆

Avec ρ résistivité de la formation.

Le champ électrique E dérive d'un potentiel V donc on peut écrire :

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑉
𝐸 = −𝑔𝑟𝑎𝑑
D’où :
𝑉
𝐸=
𝑟
Si on remplace J, S, σ et E dans la loi d'Ohm on aura :

𝐼 1 𝑉
2
= .
2𝜋𝑟 𝜌 𝑟

Alors le potentiel ponctuel au point M s’exprime :

𝜌. 𝐼 1
𝑉= ×
2𝜋 𝑟
Donc :

𝑉
𝜌 = 2𝜋𝑟 ×
𝐼
A.N: I = 0.5A et r = 4m.
10×0.5 1
Eau douce ρ=10Ω.m donc : 𝑉 = × = 0.198 𝑉𝑜𝑙𝑡
2×𝜋 4

1×0.5 1
Eau salée ρ=1Ω.m, donc : 𝑉 = × = 0.019 𝑉𝑜𝑙𝑡
2×𝜋 4

100×0.5 1
Schistes ρ=100 Ω.m, donc : 𝑉 = × = 1,989 𝑉𝑜𝑙𝑡
2×𝜋 4

500×0.5 1
Granite ρ=500Ω.m. donc : 𝑉 = × = 9.947 𝑉𝑜𝑙𝑡
2×𝜋 4

II) Quadripôle électrique

Vous aimerez peut-être aussi