Vous êtes sur la page 1sur 98

Ecole Nationale du Communauté de Syndicat Des Eaux et

Génie de l’Eau et de Communes de la de l’Assainissement


l’Environnement de Région de du Bas-Rhin
Strasbourg Molsheim-Mutzig

Le développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Mémoire de Fin d’Etudes


Pour l’obtention du diplôme d’ingénieur de l’ENGEES

SANSON Claire

Promotion Indre
2006 - 2009

Avril 2009 – Septembre 2009


Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

REMERCIEMENTS

Parce que l’insertion dans le milieu professionnel dépend grandement des relations établies
avec les membres de l’organisation, je tiens tout particulièrement à remercier :

Mademoiselle Zamparutti, chef de projets au bureau d’Etudes Eau potable du Syndicat des
Eaux et de l’Assainissement du Bas-Rhin, Monsieur Weber, responsable du service « Etudes
et Travaux » de la Communauté de Communes de la Région de Molsheim-Mutzig, mes
maîtres de stage pour leur accueil et leurs conseils,

M. Ottmann, directeur des Etudes au SDEA, pour avoir guidé mon travail

M Nafi, enseignant-chercheur à l’Ecole nationale du Génie de l’Eau et de l’Environnement


de Strasbourg, pour avoir facilité mon travail

M. Muller et M. Brauer ainsi que l’équipe de monteurs de l’antenne technique du SDEA de


Molsheim pour leur disponibilité

Enfin, l’ensemble des personnes du SDEA et de la CCRMM, pour leur accueil et leur
gentillesse.

1
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

RESUME

Cette étude vise à mettre en place une méthodologie pour le développement d’une gestion
patrimoniale des réseaux d’eau potable exploités par le Syndicat des Eaux et de
l’Assainissement du Bas-Rhin, en l’appliquant au réseau de la Communauté de Communes de
la Région de Molsheim-Mutzig.
L’objectif commun du SDEA et de la collectivité1 est de limiter la dégradation du réseau en
renouvelant chaque année des tronçons de conduites jugés les plus critiques.
A cet effet, le SDEA souhaite établir une méthodologie permettant de proposer un programme
pluriannuel de travaux de renouvellement du réseau en s’appuyant sur une analyse
multicritère. Cette méthode inclut l’analyse des données du patrimoine gérées par Giris, outil
de cartographie du service Système d’Informations Géographiques du SDEA, données
notamment analysées au travers d’une modélisation hydraulique, ainsi que l’analyse des
données d’exploitation et de maintenance à l’aide d’un outil de prédiction des défaillances
développé par le Cemagref2.

ABSTRACT

This study aims at setting up a methodology for asset management of water networks
exploited by the “Syndicat des Eaux et de l’Assainissement du Bas-Rhin”, by applying it to
the network of the Community of municipalities of the Région Mosheim-Mutzig.
The common objective of SDEA and local authority is to decrease the deterioration of
network by renewing every year the section of pipes considered as the most critical. In order
to achieve that, SDEA aims to establish a methodology allowing to offer a long-term renewal
planning of the water pipes network with the help of multicriteria analysis. This method leans
on the analysis of the data of heritage managed by Giris, tool of mapping of the service
System of Geographical Information of SDEA, data notably analysed through a hydraulic
modelling as well as on the analysis of the data of working and service with the aid of a tool
of prediction of faults developed by Cemagref1.

1
Centre National du Machinisme Agricole, du Génie Rural, des Eaux et des Forêts
2
Collectivité, au sens collectivité territoriale : il s’agit d’une structure administrative française, distincte de l’administration
de l’État, qui doit prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis. Ainsi une commune est-elle chargée
des intérêts des personnes vivant sur son territoire. La définition et l’organisation des collectivités territoriales sont
déterminées par la Constitution (art. 34 et titre XII), les lois et les décrets. Ces dispositions sont rassemblées dans le Code
général des collectivités territoriales. Une commune, un syndicat ou un communauté urbaine sont des exemples de
collectivités territoriales.

2
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

SOMMAIRE

REMERCIEMENTS................................................................................................................ 0
RESUME................................................................................................................................... 2
ABSTRACT .............................................................................................................................. 2
SOMMAIRE ............................................................................................................................. 3
LISTE DES FIGURES............................................................................................................. 6
LISTE DES GRAPHIQUES ................................................................................................... 7
LISTE DES TABLEAUX ........................................................................................................ 8
INTRODUCTION.................................................................................................................. 10

I. / PRESENTATION DES STRUCTURES D’ACCUEIL : LE SYNDICAT DES


EAUX ET DE L’ASSAINISSEMENT DU BAS-RHIN ET LA COMMUNAUTE DE
COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-MUTZIG ........................................... 11
1.1. / LE SDEA............................................................................................................... 11
1.2. / LA CCRMM ......................................................................................................... 12

II. / OBJECTIF DU STAGE ET SON CONTEXTE ................................................... 15


2.1. / L’OBJECTIF DU STAGE .................................................................................. 15
2.2. / LA GESTION PATRIMONIALE ET SES ENJEUX....................................... 15

2.2.1. / Les réseaux AEP, un patrimoine spécifique ......................................................... 15

2.2.2. / Les enjeux de la gestion patrimoniale vus du SDEA............................................ 16

2.2.3. / Les enjeux pour la CCRMM .................................................................................. 17


2.3. / DEROULEMENT DU STAGE........................................................................... 17

III. / PRESENTATION GENERALE DU RESEAU DE LA CCRMM ...................... 20


3.1. / PORTEE DE L’ETUDE ...................................................................................... 20
3.2. / DESCRIPTION DE L’AEP : SCHEMA ALTIMETRIQUE........................... 20
3.3. / INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LA CCRMM...................................... 20

3.3.1. / Nature de la ressource ............................................................................................ 20

3.3.2. / Les canalisations...................................................................................................... 21

3.3.2.1. / Longueur et diamètre ............................................................................................. 21

3.3.2.2. / Age et matériau ....................................................................................................... 21

3.3.2.3. / Catégories de conduites .......................................................................................... 24

3.3.2.4. / L’Etude « Aquadiag »............................................................................................. 24

3.3.2.5. / Les défaillances sur conduites ................................................................................ 25


3.4. / ANALYSE DES BESOINS DE LA CCRMM ................................................... 27

3
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

3.4.1. / Les consommations en eau ..................................................................................... 27


3.5. / LES INDICATEURS DE PERFORMANCES DE LA CCRMM.................... 29

3.5.1. / Le rendement........................................................................................................... 29

3.5.2. / Indice linéaire de pertes.......................................................................................... 33

3.5.3. / Indice linéaire de réparations................................................................................. 34


IV. / AMELIORATION DE LA CONNAISSANCE DU RESEAU DE LA CCRMM
35
4.1. / ESSAIS DE RUGOSITE ..................................................................................... 35

4.1.1. / Le principe ............................................................................................................... 35

4.1.2. / Calcul des diamètres équivalents ........................................................................... 36

4.1.3. / Exemple de résultats ............................................................................................... 36

4.1.4. / Exploitation des résultats ....................................................................................... 39


4.2. / MISE EN PLACE D’UN INVENTAIRE DES RUPTURES............................ 39
4.3. / EXPLOITATION DES DONNEES AU MOYEN D’OUTILS D’AIDE A LA
DECISION .......................................................................................................................... 40

4.3.1. / La prévision de défaillances sur le réseau : l’outil CASSES ............................... 40

4.3.1.1. / La préparation des données ................................................................................... 40

4.3.1.2. / Construction du modèle et calage .......................................................................... 41

4.3.1.3. / Résultats de prévisions de défaillances.................................................................. 42

4.3.2. / La modélisation hydraulique du réseau : l’outil PORTEAU .............................. 43

4.3.2.1. / Construction du modèle.......................................................................................... 44

4.3.2.2. / Calage du modèle .................................................................................................... 45

4.3.2.3. / Test de l’importance hydraulique.......................................................................... 47

4.3.3. / L’Analyse multicritère............................................................................................ 47

4.3.3.1. / La construction des critères de décision................................................................ 48

4.3.3.2. / Les critères retenus pour cette étude et leur évaluation ...................................... 49

4.3.3.3. / Agrégation simple des critères ............................................................................... 49


V. / PROPOSITION D’UN PROGRAMME PLURIANNUEL DE
RENOUVELLEMENT.......................................................................................................... 50
5.1. / PROPOSITION D’UN PROGRAMME DE RENOUVELLEMENT A LA
CCRMM.............................................................................................................................. 50
5.2. / ESTIMATION DES COÛTS .............................................................................. 52

4
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

VI. / METHODOLOGIE POUR LE DEVELOPPEMENT D’UNE GESTION


PATRIMONIALE DES RESEAUX D’EAU AU SEIN DU SDEA.................................... 52
6.1. / PHILOSOPHIE DE LA METHODE................................................................. 52
6.2. / LA COLLECTE DES DONNEES, UN FLUX D’INFORMATIONS
INTERNE AU SDEA ......................................................................................................... 53
6.3. / LES OUTILS D’AIDE A LA DECISION.......................................................... 54
6.4. / LES ETAPES DE LA METHODOLOGIE PROPOSEE AU SDEA .............. 56
6.5. / LES CHANGEMENTS A APPORTER POUR UN DEVELOPPEMENT DE
LA METHODOLOGIE..................................................................................................... 56

6.5.1. / Amélioration de la connaissance du patrimoine enterré ..................................... 56

6.5.2. / Une bonne maîtrise des outils d’aide à la décision ............................................... 56

6.5.3. / Vers une procédure de collecte de données........................................................... 57

6.5.4. / Comment regrouper ces données ?........................................................................ 58

6.5.5. / Un accompagnement vers le changement ............................................................. 59


CONCLUSION....................................................................................................................... 60

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................. 61

ANNEXES............................................................................................................................... 63

5
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Les acteurs intervenant dans le processus de décisions de la gestion patrimoniale...p 13

Figure 2: Les étapes du stage………………………………………………………………………p 16

Figure 3 : Les étapes de ma méthodologie pour le SDEA……………………………………..…p 18

Figure 4 : Principe des essais débit-pression………………………………………………….......p 34

Photo 1 et 2 : Manomètre en place sur un Poteau Incendie……………………………………..p 37

Photo 3 : Manomètre et col de cygne mis en place sur un hydrant……………………………..p 38

Figure 5 : La fenêtre d’observation du logiciel CASSES pour cette étude……………………..p 40

6
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 1 : Pourcentage du linéaire des conduites par diamètre (en mm)…………………p 20

Graphique 2 : Pourcentage du linéaire de conduites par matériau…………………………….p 21

Graphique 3 : Linéaire posé en fonction du matériau et de la période de pose………………..p 22

Graphique 4 : Pourcentage du linéaire de conduites par matériau……………………………..p 22

Graphique 5 : Linéaire posé en fonction du matériau et de la période de pose………………...p 23

Graphique 6 : Evolution du nombre de ruptures sur le territoire de la CCRMM…………….p 24

Graphique 7 : Répartition des ruptures en fonction du diamètre (mm)………………………..p 25

Graphique 8 : Répartition des ruptures en fonction du matériau………………………………p 25

Graphique 9 : Répartition des ruptures en fonction des catégories de conduites……………...p 26

Graphique 10 : Evolution de la consommation sur la commune de Mutzig……………….…...p 27

Graphique 11 : Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Mutzig….…...p 27

Graphique 12 : Evolution de la consommation de la CCRMM………………………………....p 28

Graphique 13 : Evolution du rendement primaire entre 1997 et 2008……………………….....p 29

Graphique 14 : Evolution du rendement entre 2003 et 2008…………………………………….p 30

Graphique 15 : Evolution du volume produit et du volume consommé comptabilisé entre 2003 et


2008………………………………………………………………………………………………….p 31

Graphique 16 : Evolution du volume produit et du volume consommé entre 2003 et 2008…...p 31

Graphique 17 : Confrontation entre ILP et ILR entre 1997 et 2008……………………………p 33

Graphique 18 : Courbe de bénéfices pour le modèle FT………………………………………...p 41

Graphique 19 : Courbe de bénéfices pour le modèle PVC……………………………………....p 41

Graphique 20 : Comparaison des valeurs obtenues avec le modèle avec celles obtenues sur le
terrain……………………………………………………………………………………………….p 45

7
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Evolution des consommations et du rendement de la CCRMM……………….…..p 29

Tableau 2 : Rendement du réseau…………………………………………………………….…...p 30

Tableau 3: Indice Linéaire de Pertes Primaires de 1997 à 2008…………………………….…..p 32

Tableau 4 : Valeur de référence d’ILP en fonction du type de réseau………………………….p 32

Tableau 5 : Indice Linéaire de Réparations de 1997 à 2008……………………………………..p 33

Tableau 6 : Mesures de pression……………………………………………………………….….p 36

Tableau 7 : Débits correspondant aux mesures de pression………………………………….….p 36

Tableau 8 : Calcul de diamètres équivalents……………………………………………………...p 37

Tableau 9 : Valeurs de pression obtenues sous PORTEAU……………………………………..p 45

Tableau 10 : Valeurs de pression obtenues sur le terrain……………………………………….p 45

Tableau 11 : Evaluation des critères retenus dans l’analyse multicritère……………..p 48

Tableau 12 : Proposition d’un programme de renouvellement pour la CCRMM……p 50

Tableau 13 : Données concernant les réseaux d’eau du SDEA………………………………….p 53

8
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

« La gestion du patrimoine est un processus de planification qui assure la meilleure valeur


des immobilisations et permet de dégager les ressources financières pour leur réhabilitation
et leur remplacement quand c’est nécessaire. La gestion du patrimoine intègre le
développement d’un plan de réduction des coûts en augmentant la performance et la fiabilité
des immobilisations. Une gestion du patrimoine efficace dépend du niveau d’information
disponible concernant le patrimoine et la communication en continu avec les usagers pour
anticiper les besoins futurs », EPA1. [11]

1
EPA : Environmental Protection Agency, agence indépendante du gouvernement américain, dont la mission est de
« protéger la santé humaine et de sauvegarder les éléments naturels - l’air, l’eau et la terre - essentiels à la vie ».

9
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

INTRODUCTION

Le Syndicat des Eaux et de l’Assainissement du Bas-Rhin (SDEA) assure l’exploitation du


réseau d’eau potable de la Communauté de Communes de la Région de Molsheim-Mutzig
(CCRMM) qui s’est substituée au Syndicat des Eaux de Molsheim et Environs dont
l’adhésion au SDEA remonte au 13 Novembre 1958.
Cherchant à optimiser la planification des renouvellements de réseau, le SDEA et la CCRMM
se sont concertés pour effectuer un travail commun sur ce thème.
Le SDEA, comme la plupart des services de gestion des eaux, fait du renouvellement des
réseaux des collectivités adhérentes un enjeu majeur. En effet, les réseaux AEP des
collectivités posés pour la plupart dans la première moitié du vingtième siècle vieillissent et
vont donc nécessiter des travaux de réhabilitation1 et/ou de renouvellement2 qui peuvent
s’avérer être lourds [5]. Le réseau des canalisations représente plus de 80% de la valeur
patrimoniale des installations d’un service d’alimentation en eau potable, sa gestion
patrimoniale est donc un enjeu fort pour les collectivités.
Par conséquent, le SDEA souhaite développer sa méthodologie de gestion patrimoniale qui
sera conjointement élaborée par le gestionnaire des réseaux d’eau potable et les collectivités.
Elle traduira un partenariat dans lequel les gestionnaires jouent le rôle de conseillers en
définissant une politique de renouvellement pluriannuelle permettant une optimisation
financière, en programmant les travaux et en estimant les enveloppes budgétaires nécessaires
de façon à respecter les ressources financières disponibles et les contraintes techniques de
fonctionnement. La politique de gestion doit permettre de maintenir ou d’atteindre selon les
cas un bon niveau de performance du service souhaité.
La méthodologie, testée sur le territoire de la CCRMM, doit permettre d’établir un
programme de renouvellement des réseaux en s’appuyant sur des données du patrimoine ainsi
que sur des données d’exploitation analysées au travers d’outils d’aide à la décision.

1
Réhabilitation : la réhabilitation d’une conduite consiste à rénover cette conduite dans le but de prolonger sa durée de vie
2
Renouvellement : le renouvellement d’une conduite est le remplacement de cette conduite par une conduite présentant les
mêmes caractéristiques (même diamètre, mais pas forcément le même matériau)

10
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

I. / PRESENTATION DES STRUCTURES D’ACCUEIL : LE SYNDICAT


DES EAUX ET DE L’ASSAINISSEMENT DU BAS-RHIN ET LA
COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-
MUTZIG

1.1. / LE SDEA

Le SDEA est un syndicat mixte (une des formes d’Etablissement Public de Coopération
Intercommunal) créé en 1939, dont l’objectif est de mettre à la disposition des
collectivités rurales et de taille moyenne des services techniques et administratifs,
spécialisés dans le domaine de l’eau dans un premier temps, puis de l’assainissement, au
même titre que les grandes agglomérations. Le SDEA est fort d’une double culture : la
culture du service public avec comme fil directeur l’intérêt général et la culture
d’entreprise pour son organisation. Grâce à ses 520 agents, le SDEA véhicule des valeurs
de proximité, de performance et de respect de l’environnement et souhaite garantir un
meilleur rapport performance – délais - coût (Confere annexe 1 : historique et organisation
du SDEA)

La notion de transfert de compétences au sein du SDEA


Chaque collectivité dispose d’un certain nombre de compétences qui sont identiques
quelle que soit leur taille (état civil, urbanisme…). Il existe également des compétences
relatives à l’eau et à l’assainissement. Le SDEA peut exercer les compétences suivantes :
- l’étude, la réalisation, l’extension, l’amélioration, la rénovation, le contrôle,
l’entretien, l’exploitation et la maîtrise d’ouvrage des équipements publics de
production, de transport et de distribution d’eau potable
- l’étude, la réalisation, l’extension, l’amélioration, la rénovation, le contrôle,
l’entretien, l’exploitation et la maîtrise d’ouvrage des équipements publics de collecte,
de transport, et de traitement des eaux usées et pluviales
- le contrôle et l’entretien des systèmes d’assainissement non collectifs
- la gestion des abonnés et l’assistance administrative
Ces compétences peuvent faire l’objet d’un transfert partiel de la part des collectivités, ou
complet, dans quel cas le SDEA devient maître d’ouvrage1 des installations de la
collectivité.
Enfin, le SDEA a changé de statut en janvier 2008 afin de renforcer le rôle des élus à
différents niveaux de décisions (local, territorial, national). Depuis cette date, les
nouveaux membres doivent transférer toutes les compétences eau et/ou assainissement. En
revanche, les collectivités partiellement intégrées avant la date d’approbation conservent
leur droit et peuvent réaliser des transferts complémentaires jusqu’à un transfert total tout
en sachant que le SDEA assure, a minima pour ces derniers, le contrôle - l’entretien -

1
Maître d’ouvrage : on appelle maître d'ouvrage (ou maîtrise d'ouvrage, notée MOA) l'entité porteuse d’un besoin,
définissant l'objectif d’un projet, son calendrier et le budget consacré à ce projet. Le résultat attendu du projet est la
réalisation d'un produit, appelé ouvrage. Le maître d'ouvrage est responsable de l'expression fonctionnelle des besoins mais
n'a pas forcément les compétences techniques liées à la réalisation de l'ouvrage.
11
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

l’exploitation des équipements publics de production-transport et distribution d’eau


potable et/ou de collecte-transport et traitement des eaux usées et pluviales. Le SDEA
prend dès lors les responsabilités liées à la compétence transférée et assure son
fonctionnement. Des dispositifs (Commission géographique ou thématique1, Assemblée
générale…) garantissent une large représentativité des collectivités ayant réalisé un
transfert dans les organes de décisions.
(Cf. annexe 2 : les compétences du SDEA)

1.2. / LA CCRMM

La Communauté de Communes de la Région de Molsheim-Mutzig (CCRMM) a été créée le


31 décembre 1997. Elle regroupe 14 communes et 26 868 habitants au dernier recensement
1999. La CCRMM prend en charge la compétence assainissement et la compétence eau pour
11 communes de son territoire : Altorf, Avolsheim, Dachstein, Dinsheim-sur-Bruche,
Dorlisheim, Ergersheim, Gresswiller, Molsheim, Mutzig, Wolxheim, Soultz-les-bains, ce qui
correspond à 7731 abonnés (chiffres 2007).
La CCRMM est le maître d’ouvrage de l’ensemble des installations de production, de
stockage et de distribution d’eau potable.

La production d’eau, d’origine souterraine, se fait par l’intermédiaire de 11 puits : 5 puits à


Mutzig, les puits du Stierkopf, 2 puits à Griesheim, 2 puits à Altorf, 1 puits à Gresswiller, 1
puits à Heiligenberg-Gare. La capacité totale de production pour l’ensemble de ces puits
s’élève à 791 m3/h.

Le stockage de l’eau est assuré par 4 ouvrages : un réservoir semi-enterré à Molsheim, un


réservoir semi-enterré à Mutzig, un réservoir semi-enterré à Wolxheim, un réservoir semi-
enterré à Gresswiller, représentant une capacité totale de stockage de 3565 m3 dont 2960 m3
de réserve utile.

Le Service Etudes et Travaux intégré à la Communauté de Communes dans un échange


permanent avec les élus et le SDEA, élabore le programme d’investissement annuel de
renouvellement et de renforcement du réseau d’eau potable et d’assainissement et assure en
interne la maîtrise d’œuvre des opérations engagées.

Mon immersion au sein du SDEA et de la CCRMM m’a permis de mettre au point le schéma
p 13, schéma révélant les interactions entre le SDEA et les collectivités ainsi que le schéma en
annexe 3.
Quelques remarques sur les services du SDEA :
- la gestion des abonnés est le service qui s’occupe de la relève des compteurs des abonnés et
de la facturation des abonnés
- le service réseaux regroupe l’ensemble des agents techniques et techniciens qui opèrent,
interviennent sur le réseau (entretien, réparation)
- le service Système d’Information Géographique (SIG) établit et tient à jour les plans du
réseau, les dessins techniques des ouvrages

1
Commission thématique : terme propre à l’organisation interne du SDEA, il s’agit d’un groupe de travail composé d’élus
volontaires (provenant de collectivités membres du SDEA) et de personnels techniques du SDEA, chargés d’étudier une
problématique particulière.

12
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

- le service études est maître d’œuvre pour les collectivités membres du SDEA lui ayant
transféré la compétence études. Il apporte son expertise sur les dossiers spécifiques
(traitement…). Le service études encadre avec la CCRMM mon travail de fin d’études.

13
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Syndicat des Eaux et


de l’Assainissement Collectivités
du Bas-Rhin (Ex : CCRMM)

Composé par Composé par

Services Système Bureau Services Elus Service Services


Exploitation et d’Information d’Etude Administratif et Etudes et Administratif
Travaux Géographique s financier Travaux et financier
(SIG)

ABONNES

SERVICE VOIRIE

AERM

CG 67

DDASS

Acteurs directs
Acteurs indirects

Figure 1 : Les acteurs intervenant dans le processus de décisions de la gestion patrimoniale [1]

14
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

II. / OBJECTIF DU STAGE ET SON CONTEXTE

2.1. / L’OBJECTIF DU STAGE

L’objectif de ce stage est d’une part d’élaborer une méthodologie de renouvellement et de


renforcement applicable à l’ensemble des réseaux AEP exploités par le SDEA et d’autre part
de la tester avec le bureau d’études de la CCRMM pour proposer un programme de
renouvellement pluriannuel.
L’attente de la CCRMM : ne disposant pas d’études récentes sur son réseau, la CCRMM
souhaite que le stagiaire réalise une étude diagnostique afin de mettre en place un programme
de renouvellement pluriannuel. Comme la plupart des collectivités, la CCRMM planifie à
l’heure actuelle les travaux de renouvellement essentiellement en fonction des travaux de
voirie et de la connaissance du réseau des élus et de l’exploitant. Le SDEA par sa
connaissance historique du réseau joue le rôle de conseiller technique auprès de la CCRMM
quant au choix des priorités de renouvellement La CCRMM a décidé de faire un bilan sur les
possibilités d’assurer une meilleure gestion de ses dépenses d’investissement, dans le cadre
d’une collaboration avec son exploitant, le SDEA pour l’aider à définir son plan de
renouvellement.

Le SDEA n’ayant pas la compétence Etudes pour la CCRMM et souhaitant développer une
méthodologie solide pour le renouvellement des réseaux AEP des collectivités adhérentes,
méthodologie qui serait notamment utile dans les négociations avec des services intervenant
sur la chaussée comme le gaz, l’électricité…, les deux collectivités ont décidé de me confier
cette double mission dans le cadre de mon travail de fin d’études.

. Par conséquent, l’objectif final est de fournir au SDEA une méthodologie d’aide à la
décision des collectivités, permettant de mettre en évidence les opérations prioritaires à
effectuer sur le réseau et de définir des programmes pluriannuels de travaux.

2.2. / LA GESTION PATRIMONIALE ET SES ENJEUX

D’après la définition donnée par l’EPA, la gestion du patrimoine est une approche à long
terme, qui tient compte de l’état du patrimoine tout au long de son cycle de vie, dans le but
d’améliorer son fonctionnement et assurer le niveau de performance requis pour les usagers ;
ceci en respectant des contraintes techniques et financières. La gestion du patrimoine s’inscrit
dans le cadre d’une politique à long terme au travers d’un inventaire, d’un diagnostic du
patrimoine et de la prise en compte des ressources financières disponibles. La prise de
décision se traduit par un ensemble d’actions à entreprendre à court, moyen et long terme.

2.2.1. / Les réseaux AEP, un patrimoine spécifique

Selon l’Office International de l’Eau (OIEAU) [5], environ 856 000 kilomètres de conduites
d’adduction en eau potable parcourent le territoire français, soit une valeur patrimoniale, à
15
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

neuf, estimée à 85 milliards d’euros. Il est alors facilement compréhensible que ce patrimoine
capital nécessite une gestion de la part des collectivités. De part des caractéristiques
spécifiques et différentes des autres services publics, les collectivités se heurtent à des
difficultés dans la gestion de ce patrimoine enterré. Quelques caractéristiques peuvent être
mises à jour :
- les réseaux d’AEP ont un caractère local et dépendent grandement de leur
environnement. Une gestion à l’échelle communale ou intercommunale est donc plus
adaptée.
- Ils sont intégrés dans un système qui va de la ressource en eau jusqu’au réseau en
domaine privé des clients du service en passant par les installations de traitement
- Ils ont une valeur à neuf importante, évaluée à plus de 1000 € par habitant
- Ils ont une durée de vie élevée, d’un demi-siècle à un siècle
- L’évolution des techniques de pose et d’entretien est lente
- Si les réparations localisées sont évidentes, les interventions à caractère préventif plus
lourdes sont rarement aussi patentes.

Ce patrimoine enterré reste assez méconnu, cette méconnaissance explique également la


difficulté de sa gestion. Ce n’est que très récemment que les services ont mis en place un
recensement des canalisations (matériau et date de pose) ainsi que des outils capitalisant
l’historique de la vie du réseau (ruptures, problèmes qualitatifs…Des inventaires ont été faits
dans le cadre de la gestion patrimoniale dans quelques départements comme l’Allier,
l’Hérault, la Manche, voir Cador 2001). Enfin, ce patrimoine ne cesse de s’accroître,
d’intégrer de nouvelles infrastructures et de s’adapter à l’extension urbaine, la gestion
patrimoniale ne peut donc se limiter à celle de l’existant mais se doit d’être dynamique.
Il est nécessaire de préciser que la gestion patrimoniale impacte la performance du service sur
4 domaines : la qualité de l’eau distribuée, la continuité du service, la préservation
quantitative des ressources en eau et la préservation du cadre urbain ou rural. Dans le cadre de
ce stage, la politique de gestion patrimoniale sera déterminée principalement selon le thème
de la continuité de service puisqu’il s’agit avant tout de développer des axes de progrès afin
de mieux connaître et de réduire le risque de défaillances de l’alimentation en eau. Les
défaillances nuisent en effet au confort des usagers, à la sécurité civile et au coût de gestion
des services.

2.2.2. / Les enjeux de la gestion patrimoniale vus du SDEA

Les enjeux liés au maintien des réseaux notamment au travers des choix de renouvellement
sont multiples et sont conformes à la politique de développement durable lancée depuis
quelques années et plus récemment avec le Grenelle 2 de l’Environnement. La gestion doit
par ailleurs garantir le respect des exigences réglementaires comme celles des attentes des
consommateurs et le maintien d’un prix de l’eau acceptable par ces derniers.

Le SDEA, maître d’œuvre1, cherche à optimiser ses méthodes pour mettre en place des
politiques efficaces de gestion patrimoniale adaptées à chaque situation particulière, en vue de
maintenir le bon état des réseaux dont il a la charge. Face à un objectif de taux de
1
Maître d’œuvre : le maître d'œuvre (ou maîtrise d'œuvre, notée MOE) est l'entité retenue par le maître d'ouvrage pour
réaliser l'ouvrage, dans les conditions de délais, de qualité et de coût fixées par ce dernier conformément à un contrat. La
maîtrise d'œuvre est donc responsable des choix techniques inhérents à la réalisation de l'ouvrage conformément aux
exigences de la maîtrise d'ouvrage. Le maître d'œuvre a ainsi la responsabilité dans le cadre de sa mission de désigner une
personne physique chargée du bon déroulement du projet, il s'agit du chef de projet.
16
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

renouvellement moyen national suggéré aux alentours de 1.25% par an (Plus précisément,
pour maintenir l’âge du réseau à l’échelle nationale à 80 ans, il faudrait renouveler 1,25% du
parc des conduites chaque année), le SDEA mène une réflexion sur la stratégie à adopter
puisque le taux constaté sur son périmètre se situe vers 0.7% actuellement. Au vu des
investissements considérables (environ 30 millions € HT chaque année) déjà réalisés par les
collectivités, faut-il chercher à atteindre l’objectif national ? Faut-il réajuster cet objectif en
tenant compte des spécificités locales
Le SDEA en tant qu’exploitant du réseau d’eau (cas du stage), joue avant tout le rôle d’aide et
de soutien technique pour la collectivité afin de trouver un niveau adapté aux besoins de
renouvellement de son réseau. Pour évaluer l’état des réseaux de chacune de ses collectivités
membres, le SDEA suit certains indicateurs évoqués plus loin dans le rapport.

2.2.3. / Les enjeux pour la CCRMM

Le renouvellement, la réhabilitation et le renforcement des réseaux d’eau représentent un


investissement (on rappelle que l’on parle d’investissement lorsqu’il s’agit de travaux neufs
de dépenses liés au renouvellement/renforcement. On distingue les opérations de maintenance
considérées comme étant des dépenses de fonctionnement) non négligeable pour la
collectivité : avec un linéaire d’environ 210 kilomètres et en estimant un prix moyen du mètre
linéaire évalué à 200 € HT, le patrimoine de la CCRMM peut s’évaluer à 48 millions d’€
(sans compter les ouvrages également présents). Par conséquent, si la collectivité veut
minimiser la répercussion de tels travaux sur le prix de l’eau, il convient de mettre en place
une politique de renouvellement pluriannuelle permettant une optimisation financière en
programmant les travaux et en estimant les enveloppes budgétaires nécessaires de façon à
respecter les ressources financières disponibles. La gestion patrimoniale devrait également
permettre à la collectivité de réduire les coûts de fonctionnement et d’améliorer l’état du
patrimoine.

2.3. / DEROULEMENT DU STAGE

Le stage fut ponctué de 3 grandes étapes comme l’illustre la figure ci-dessous :

Fin Mai Fin Juillet Fin Septembre

-Mesures sur le terrain


-Analyse des -Analyse
données -Réflexion sur un procédé de Multicritères
collecte de données
-Inventaire du -Proposition d’un
patrimoine de la -Utilisation des Outils d’aide à programme de
CCRMM la décision travaux

Elaboration d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Figure 2 : Les étapes du stage

17
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Tout d’abord, en vue de réaliser le diagnostic du réseau de la CCRMM, il a fallu récupérer


toutes les données disponibles concernant le réseau d’eau. Ces données une fois acquises, ont
fait l’objet d’une analyse statistique, analyse utile au diagnostic « structurel » du réseau (on
s’intéresse en effet au type de matériau, à l’âge des conduites). Ensuite, en vue de repérer les
faiblesses du réseau, j’ai eu recours à deux outils d’aide à la décision à savoir le logiciel
CASSES et le logiciel PORTEAU. L’utilisation du logiciel PORTEAU a été l’occasion pour
moi de réaliser une campagne d’essais de rugosité dont les résultats ont servi en partie au
calage du modèle du réseau créé sous PORTEAU. L’étape suivante de la méthodologie
progressivement mise en place tout au long de ce stage est l’analyse multicritère1. L’analyse
multicritère intègre les résultats obtenus lors de l’étape d’utilisation des outils d’aide à la
décision et permet in fine de hiérarchiser les tronçons (du plus critiques au moins critiques).
Enfin, en consultation avec le décideur final (Monsieur Weber, responsable du service
« Etudes et Travaux » de la CCRMM) et l’exploitant du réseau, j’ai proposé un programme de
travaux. Ce travail ainsi effectué m’a permis d’élaborer une méthodologie d’aide au
renouvellement des réseaux d’eau potable pour le SDEA, méthodologie que j’ai schématisée
de la façon suivante (p 18) :

1
Analyse multicritère : analyse qui considère un ensemble de critères de nature différente sans nécessairement
les transformer en critères économiques. Il ne s’agit pas de rechercher une solution optimum mais une solution
compromis.
18
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Définition des objectifs et besoins de la


collectivité
Engager une politique de prévention pour son 1
réseau-Repérer les faiblesses du réseau-Déterminer
un plan d’actions-Maîtriser les coûts

Outils pour
caractériser le Recours aux outils d’aide à la décision 2
comportement du
réseau et son évolution
dans le temps Modèle de
SDEA
prévisions

ANALYSE MULTICRITERE
Données Outil de prédiction
Défaillances Données des défaillances
CASSES
4
Données SIG
Hiérarchisation des
Modèle
hydraulique faiblesses du réseau

Données Outil de calcul


Consommation Données hydraulique
s PORTEAU 5

Propositions de
travaux et
Projections
financières

Intégration des informations relatives


7 aux modifications du patrimoine
(impact des travaux sur le patrimoine) Décideur politique
Programmation pluriannuelle et
planification des travaux en coordination
avec d’autres services (voirie
notamment)

Figure 3 : Les étapes de la méthodologie

Il s’agit à présent de décliner chaque étape dans cet exposé.

19
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

III. / PRESENTATION GENERALE DU RESEAU DE LA CCRMM

3.1. / PORTEE DE L’ETUDE

L’étude réalisée à la demande de la CCRMM, cette dernière ne disposant pas d’études


récentes sur son réseau, a pour objectifs :

- la réalisation du diagnostic du réseau d’AEP1 de la CCRMM


- la mise en évidence des insuffisances du réseau
- la définition des opérations prioritaires sur le réseau
- la proposition d’un programme de renouvellement pluriannuel et l’estimation des
investissements que la CCRMM devra envisager

- l’établissement d’une méthodologie d’aide à la décision des collectivités

3.2. / DESCRIPTION DE L’AEP : SCHEMA ALTIMETRIQUE

La construction du schéma altimétrique permet d’avoir une vision d’ensemble du réseau. Pour
cela, le plan général ainsi que les données fournies par le Service d’Informations
Géographiques du SDEA ont été utilisées. Le détail de la construction d’un tel schéma ainsi
que des informations complémentaires sur les réservoirs et les puits et un plan de situation
figurent en annexe 4. Quelques remarques afin de faciliter la compréhension du schéma :
- l’alimentation du réservoir de Mutzig est assurée essentiellement d’une part par
l’intermédiaire d’une conduite de refoulement-distribution de diamètre 250 mm en
provenance des puits du Stierkopf et , d’autre part, par la conduite ∅ 500 mm issue du
forage de Gresswiller
- l’alimentation du réservoir de Molsheim est assurée, d’une part, par l’intermédiaire
d’une conduite de refoulement de diamètre 250 mm en provenance des puits du
Stierkopf et, d’autre part, grâce à une conduite de refoulement-distribution ∅ 250 mm,
300 mm puis 350 mm (ceinture Nord de Molsheim) issue des puits d’Altorf et de
Griesheim-près-Molsheim. A partir de cette dernière, une conduite de refoulement
distribution ∅ 125 mm traverse Avolsheim et assure le remplissage du réservoir de
Wolxheim.

3.3. / INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LA CCRMM

A partir des données gérées par le service Système d’Informations Géographiques du SDEA,
il a été possible de dresser l’inventaire du patrimoine de la CCRMM.

3.3.1. / Nature de la ressource

Les ressources en eau de la CCRMM sont réparties en trois zones géographiques


distinctes : les forages situés dans la vallée rhénane entre les communes d’Altorf et de
1
AEP : Alimentation en Eau Potable
20
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Griesheim-Près-Molsheim, les forages dans les grès vosgiens, situés dans la vallée de la
Bruche, sur le ban communal de Mutzig (puits de Mutzig ou du Stierkopf) et à l’Ouest de la
commune de Gresswiller. Des études sur la vulnérabilité des ressources ont été menées et ont
souligné la nécessité de poursuivre le développement des infrastructures en vue de garantir, à
terme, une sécurité de son alimentation d’eau potable [8].

3.3.2. / Les canalisations

3.3.2.1./ Longueur et diamètre

Le réseau de la CCRMM est constitué d’environ 209 km de canalisation. Le diamètre des


conduites est compris entre 40 mm et 500 mm, 92 % des conduites ayant un diamètre
supérieur ou égal à 80 mm. Une des particularités du réseau de la CCRMM est qu’il est
extrêmement maillé, caractéristique d’un secteur urbanisé.

Répartition du linéaire de la CCRMM en fonction du diamètre

400 500 < 80


300 350
250 3% 3% 7% 80
0% 2%
225 8% 11%
90
200 0%
2%
8%

160
0%
100
175 12%
0% 150
15%
140 125 110
0% 6% 22%

< 80 80 90 100 110 125 140 150 160 175 200 225 250 300 350 400 500

Graphique 1 : Pourcentage du linéaire des conduites par diamètre (en mm)

Les diamètres les plus représentés sur le territoire de la CCRMM sont les diamètres de 110
mm (ce qui correspond aux conduites en PVC), 150 mm et 100 mm.

3.3.2.2./ Age et matériau

Dans un premier temps, le territoire de la CCRMM a été découpé en deux secteurs dans le
cadre de cette étude, pour analyser si l’origine de l’eau influe sur le comportement du réseau.
- le secteur 1 avec les communes Altorf, Dachstein, Ergersheim soit environ 41 km de
linéaire

21
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

- le secteur 2 avec les communes Gresswiller, Dinsheim-Sur-Bruche, Dorlisheim,


Mutzig, Molsheim, Avolsheim et Wolxheim soit environ 168 km de linéaire. La
commune de Soultz-les-Bains, récemment intégrée à la CCRMM est aussi rattachée au
secteur 2.
Ce découpage se justifie par la provenance de l’eau alimentant ces deux secteurs. En effet, le
secteur 1 est alimenté majoritairement par les eaux moins agressives venant des puits d’Altorf
et de Griesheim captant dans les alluvions, et le secteur 2 par les puits de Gresswiller et de
Mutzig captant une nappe plus profonde dans les grès vosgiens, dont le caractère est considéré
comme plus corrosif.

Avant de décrire les deux secteurs, il semble opportun de faire une présentation générale des
matériaux.
1. Fonte ductile notée FD : alliage fer – carbone - silicium dans lequel le carbone existe à
l’état pur, sous forme de graphite sphéroïdale (procédé de fabrication industrielle
démarré dans les années 70).
2. Vieille fonte ou fonte grise notée FT : le carbone se présente sous forme de lamelles.
Cette forme de lamelle diminue ma résistance du matériau.
3. Polychlorure de Vinyle noté PVC
4. Polyéthylène Haute Densité noté PEHD
5. Fonte FTT : fonte revêtue extérieurement , cette fonte vieillit mieux que la fonte
ductile
6. Fonte rapide ou fonte rapide : vieille fonte cassant très facilement
Secteur 1 :
Sur ce secteur environ 42 % du réseau est en fonte grise ou vieille fonte notée FT dont les
dates de pose se situent entre 1945 et 1965. La fonte ductile, FD, qui a fait son apparition en
1965, représente 24 % du linéaire. Il est à noter que ce matériau a été majoritairement posé
dans les années 1980. Enfin le PVC, datant des années 1970, constitue environ 31 % du
linéaire de ce secteur. De façon plus sporadique, d’autres matériaux sont présents sur le
secteur tels que la fonte rapide FR, fonte grise mais antérieure à la fonte FT, la fonte revêtue
extérieurement FTT, le PVC Wavin et le PEHD.
Globalement sur ce secteur environ 50 % du linéaire a été posé avant les années 1975.
Répartition des matériaux sur le Secteur 1

1.8%
24.0%
30.6%

0.2%

0.0%
1.5%

41.7%

FD FR FT FTT PEHD PVC W

Graphique 2 : Pourcentage du linéaire de conduites par matériau


22
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Représentation graphique du linéaire posé en fonction de la période de pose et du matériau

7000

6000
Linéaire de pose en FD
5000 Linéaire de pose en FR
Linéaire de pose en FT
Linéaire posé (m)

4000 Linéaire de pose en FTT


Linéaire de pose en PEHD
3000 Linéaire de pose en PVC
Sof,
2000 W

1000

0
19 99 0

20 00 5
19 9 50

19 95 5

19 96 0

19 96 5

19 97 0

19 97 5

19 98 0

1 9 98 5

19 99 5

2 0 00 0

8
45

00
19

-1

-2
1

-1

-1

-1

-1

-1

-1

-1

-1

-2

-2
5-

60

85

00
50

55

65

70

75

80

90

95

05
4
19

Période de pose

Graphique 3 : Linéaire posé en fonction du matériau et de la période de pose

Secteur 2 :

Comme pour le secteur 1, la majorité du réseau est en fonte grise FT et posé avant les années
1975.Environ 22 % du réseau est en fonte ductile posées à partir des années 1970, tout comme
le PVC constituant environ 21 % du linéaire du secteur 2. Sur ce secteur, 46 % du linéaire a
été posé avant les années 1970. Les matériaux tels que FR, FTT, le PVC Wavin mais aussi le
sofo et l’acier sont très peu présents sur ce secteur.

Répartition des matériaux des conduites sur le Secteur 2


0,19% 0,05%
4,54%
1,42% 0,05%
1,27% 22,70%
20,54%

0,01%

4,11%
1,04%

6,31%
37,76%

Acier Cégédur Cent FD FR FT FTT Grès PEHD PVC Sof. W Non renseigné

Graphique 4 : Pourcentage du linéaire de conduites par matériau

23
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Histogramme des matériaux de pose du linéaire

16000

14000
Acier
12000 Cégédur
Cent
Linéaire posé (m)

10000 FD
FR
8000 FT
FTT
6000 PEHD
PVC
4000 Sof.
W
2000

0
1930- 1940- 1950- 1960- 1965- 1970- 1975- 1980- 1985- 1990- 1995- 2000- 2005-
1940 1950 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2008
Période de pose

Graphique 5 : Linéaire posé en fonction du matériau et de la période de pose

Les deux secteurs ont les mêmes caractéristiques. Pour ces deux secteurs les matériaux « les
plus à risque » sont la fonte grise (en incluant également la fonte rapide qui est une très vieille
fonte antérieure à la fonte grise notée FT) car elle casse très facilement et le PVC Wavin,
vieux PVC dont les joints collés sont fragiles et peuvent être à l’origine de fuites. En général,
dès que ce type de matériau est trouvé lors de travaux ils sont remplacés systématiquement.

L’âge moyen du réseau est estimé à 32 ans avec une forte proportion de conduites posées
entre 1940 et 1975 dont l’une des parties a été posée avant les années 1975 et l’autre partie
après (Cf. annexe 5 : âge moyen du réseau)

3.3.2.3./ Catégories de conduites

Des catégories de conduites ont été faites pour les deux secteurs à savoir la définition de
groupes de conduites en fonction de la période de pose, du matériau et du diamètre. Le but de
ces catégories de conduites est d’une part de tenir compte de l’historique de la mise en place
du réseau de la CCRMM et d’autre part de créer des familles de conduites sur lesquelles des
essais de rugosité seront effectués. Les essais de rugosité seront expliqués ultérieurement.
Les catégories de conduites sont répertoriées en annexe 6.

3.3.2.4./ L’Etude « Aquadiag »

Soucieuse de fournir une eau de qualité à ses abonnés, la CCRMM a chargé l’entreprise Setha
de faire un état des lieux de l’état physique des réseaux sur les communes de Molsheim,
Dinsheim-sur-Bruche et Gresswiller. Pour ce faire, la Setha a eu recours à un outil de
diagnostic des réseaux d’eau potable développé par ses soins et appelé Aquadiag. Cet outil a
24
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

pour but de repérer sur le réseau d’éventuels problèmes de corrosion, d’encrassement et de


dégradation de la qualité physico-chimique et bactériologique des eaux.
En sollicitant cette étude, la CCRMM souhaitait repérer d’éventuels points noirs sur le réseau
en complément aux informations fournies par l’exploitant. La société Setha a présenté ses
résultats à la CCRMM début Avril. Celle-ci n’a pas mis en évidence de problématique
particulières sur le réseau. D’après cette étude, la CCRMM bénéficie d’un réseau et d’une eau
de bonne qualité (pour les communes de Molsheim, Dinsheim-sur-Bruche et Gresswiller).
En raison du coût que représente une telle opération (25 000 € H.T) et des conclusions
apportées, il peut être considéré que le gain d’informations apporté ne justifie la CCRMM ne
souhaite pour l’instant pas renouveler ce type d’opération sur les autres communes.

Après analyse des ces résultats, il apparaît qu’un tel outil de diagnostic peut s’avérer utile
pour un réseau dont l’exploitant ne connaîtrait que peu de caractéristiques (ce qui pourrait être
le cas après changement d’exploitant par exemple). La CCRMM bénéficie de l’expertise et du
transfert de connaissances du même exploitant depuis de nombreuses années, ce qui permet
déjà d’avoir une connaissance assez précise du fonctionnement du réseau.

3.3.2.5./ Les défaillances sur conduites

L’étude porte sur l’analyse ruptures sur conduites principales même si les ruptures sur
branchement peuvent être nombreuses.
Les données d’exploitations font apparaître des ruptures de conduites régulières. Il y a en
moyenne une trentaine de ruptures sur conduites principales par an ce qui représente une
rupture tous les 7 kms environ ou 0.14 rupture par km.
Evolution du nombre de ruptures

60

50
Nombre de ruptures

40

Ruptures sur conduite principale


30
Ruptures sur branchements

20

10

0
2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Graphique 6 : Evolution du nombre de ruptures sur le territoire de la CCRMM

Cf. annexe 7 : Tableau de défaillances sur conduites

Une analyse des ruptures sur conduites principales a été réalisée afin de voir s’il était possible
de dégager certaines tendances. Il apparaît que depuis 2003, date à partir de laquelle les
ruptures ont été recensées dans le logiciel SAP du SDEA (progiciel de facturation et de
gestion des entreprises) sur ce secteur, les ruptures sont majoritairement localisées sur des
25
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

conduites anciennes en fonte grise de diamètre 80 mm et 100 mm. Cette observation peut
confirmer que la fonte grise est un « matériau à risque » mais cette approche doit tenir compte
du fait que la fonte grise FT reste le matériau le plus présent à l’heure actuelle sur le réseau.

Répartition des ruptures sur conduites en fonction du diamètre

3% 0%
17% 3%
1%
1%
1%
28%
6%

4%
1%
11%
24%

DN 40 DN 60 DN 63 DN 80 DN 90 DN 100 DN 110 DN 125 DN 150 DN 175 DN 200 DN 250 DN ?

Graphique 7 : Répartition des ruptures en fonction du diamètre (mm)

Répartition des ruptures sur conduites en fonction du matériau

25%

1%
3% 53%
5%
5%
4%
4%

FT FR FD PVC W Centriflex Sofo ?

Graphique 8 : Répartition des ruptures en fonction du matériau

26
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Répartition des ruptures sur conduites par classe de conduite

1%1%
3% 4% 1%1% 2%1%
4% 1%
2%
7% 33%

5%
3%

26% 2%2% 2%

DN 63 Sofo DN 63 Cent DN 63 ? DN 80 FT DN 80 FR DN 90 PVC DN 100 FR


DN 100 FT DN 100 ? DN 110 PVC DN 110 W DN 110 ? DN 125 FT DN 125 FR
DN 150 FD DN 150 FT DN 150 FR DN 175 FT DN 250 FD

Graphique 9 : Répartition des ruptures en fonction des catégories de conduites

3.4. / ANALYSE DES BESOINS DE LA CCRMM

Une étude des consommations sur le territoire de la CCRMM a été réalisée afin de déterminer
l’évolution de la consommation sur ce secteur mais aussi en vue de l’utilisation du logiciel de
modélisation hydraulique PORTEAU développé par le Cemagref.

3.4.1. / Les consommations en eau

La consommation d’eau de la CCRMM est répartie entre les 7747 abonnés et 16 gros
consommateurs1.

La consommation annuelle des abonnés (domestiques et gros consommateurs) a été calculée


pour chaque année de 1997 à 2008 et ce pour chaque commune à partir des données extraites
du logiciel du service de Gestion des Abonnés du SDEA. En effet, le cas de chaque commune
a été étudié séparément et a permis de vérifier que l’évolution notée à l’échelle de la CCRMM
était comparable à celle observée à l’échelle communale.
La consommation évolue de la même façon pour l’ensemble des communes et une légère
tendance à la baisse se fait sentir sur les cinq dernières années. Néanmoins, l’évolution de
la consommation est à interpréter avec précaution car la période des relevés de compteurs
peut différer de la donnée de l’année considérée. A titre d’exemple, les années 2002 et 2003
sont pour certaines communes marquées par une baisse de la consommation et l’année 2004
par un volume consommé plus important, car une partie du volume de l’année 2004 concerne
en réalité l’année 2003. Ce décalage s’explique par un décalage de la périodicité des relevés.
La baisse sensible des consommations s’explique par un changement des comportements et
une baisse de la consommation par abonné.

1
Dont la consommation annuelle est supérieure à 6 000 m3
27
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Evolution de la consommation sur la commune de Mutzig

500 000
400 000
300 000
Volume consommé (m3)
200 000
100 000
-
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Volume consommé

Graphique 10 : Evolution de la consommation sur la commune de Mutzig

Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Mutzig

500
450
400
350
Volume consommé par 300
250
abonné (m3/ab.) 200
150 Volume consommé par abonné
100
50
0
1997 1999 2001 2003 2005 2007
Années

Graphique 11 : Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Mutzig

Cf. annexe 8 : Besoins de la CCRMM

28
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Evolution de la consommation sur l'ensemble du territoire de la CCRMM

3 000 000

2 500 000
Volume consommé (m3)

2 000 000

1 500 000 Consommation annuelle (m3)

1 000 000

500 000

-
1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010
Année

Graphique 12 : Evolution de la consommation

3.5. / LES INDICATEURS DE PERFORMANCES DE LA CCRMM

3.5.1. / Le rendement

Le rendement est un indicateur intéressant qui permet une évaluation rapide de l’état global
du réseau. Il existe plusieurs définitions du rendement :
- le rendement primaire prenant en compte seulement le volume consommé
comptabilisé, c’est-à-dire les volumes facturés
- le rendement prenant en compte les volumes autorisés non comptés
Ces deux termes se calculent de la façon suivante :

Volume facturé (m 3 )
Rendement primaire (%) =
Volume produit (m 3 )

Volume facturé + Volume autorisé non compté (m 3 )


Rendement (%) =
Volume produit (m 3 )

29
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

1997 1998 1999 2000 2001 2003 2004 2005 2006 2007 2008

23702 23702 26174 26174 26174 26174 26174 26174 26174 26174 26868
Population desservie
Nombre total
7256 7329 7406 7482 7512 7704 7839 7913 7990 7321 7747
d'abonnés
- dont ab.
7243 7316 7380 7356 7486 7692 7821 7897 7974 7305 7731
domestiques
-dont ab. gros
13 13 26 26 26 10 18 16 16 16 16
consommateurs
Production (m3) 2 796 300 2 904 422 2 850 599 2 655 565 2 579 144 3 063 972 2 815 620 2 800 078 2 692 513 2 331 437 2621268
Consommation (m3)
(Volume consommé =
Volume facturé 1 935 479 1 949 226 2 078 591 2 159 821 2 051 638 2 159 087 1 971 402 2 087 051 1 952 584 1 870 881 1802413
(vente abonnés +
vente villes))
Rendement primaire
= Volume
69,2% 67,1% 72,9% 81,3% 79,5% 70,5% 70,0% 74,5% 72,5% 80,2% 68.8
facturé/Volume
produit

Tableau 1 : Evolution des consommations et du rendement de la CCRMM

Courbe d'évolution du rendement du réseau sur la COM COM Molsheim-


Mutzig

90,0%

85,0%

80,0%
Rendement (%)

75,0% Rendement

70,0%

65,0%

60,0%
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Années

Graphique 13 : Evolution du rendement primaire entre 1997 et 2008


30
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Le rendement fluctue depuis 1997 entre 67 et 81%. Il a chuté de 80 à 68% entre 2007 et 2008
conséquence d’une baisse des ventes parallèlement à une augmentation de la production.
Les baisses de vente s’expliquent par la tendance générale de maîtrise des
consommations et d’économie d’eau. Les hausses de production ont par ailleurs
plusieurs causes possibles, parmi lesquelles les fuites, la hausse des prélèvements d’eau
non comptée (arrosage, manœuvre sur appareil de lutte contre l’incendie…).
Il a été possible de calculer un rendement prenant en compte les volumes autorisés non
comptés seulement à partir de 2003, ces volumes n’ayant pas été relevés avant. On précise
néanmoins que ces volumes autorisés non comptés restent estimés et ne sont pas quantifiés de
façon précise.

Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008

Production (m3) 3 063 972 2 815 620 2 800 078 2 692 513 2 331 437 2621268

Consommation
(m3) (Volume
facturé + 2 194 087 2 007 802 2 105 251 1 970 784 1 889 081 1820613
volume autorisé
non compté)
Rendement 71,6% 71,3% 75,2% 73,2% 81,0% 69.5%

Tableau 2 : Rendement du réseau

Evolution du rendement

82,0%
80,0%
78,0%
76,0%
Rendement (%)

74,0%
72,0% Rendement
70,0%
68,0%
66,0%
64,0%
62,0%
2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Graphique 14 : Evolution du rendement entre 2003 et 2008

31
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Volume produit et Volume consommé

3 500 000

3 000 000

2 500 000
Volume (m3)

2 000 000 Volume Produit

1 500 000 Volume consommé facturé

1 000 000

500 000

-
1997 1998 1999 2000 2001 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Graphique 15 : Evolution du volume produit et du volume consommé comptabilisé entre 2003 et 2008

Volume produit et distribué entre 2003 et 2007

3 500 000

3 000 000

2 500 000
Volume (m3)

Volume produit (m3)


2 000 000

1 500 000 Volume consommé et Volume


autorisé non compté (m3)
1 000 000

500 000

-
2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Graphique 16 : Evolution du volume produit et du volume consommé entre 2003 et 2008

L’écart entre le volume produit et le volume consommé correspond aux pertes sur le réseau.
Etant donné la chute du rendement entre 2007 et 2008, deux campagnes de recherche de fuites
ont été menées depuis début 2009 sur le territoire et ont permis de détecter plusieurs dizaines
de fuites réparées depuis.

32
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

3.5.2. / Indice linéaire de pertes

Le rendement étant apprécier par rapport à la typologie d’un réseau (rural, urbain), il est utile
de calculer l’Indice Linéaire de Pertes (ILP) qui permet d’établir des comparaisons avec
d’autres réseaux. Il se calcule de la façon suivante :

ILP primaire (m3/j/km) = Volume distribué (m3) – Volume facturé (m3)

Linéaire de canalisations (km) × 365

Le linéaire de canalisations n’inclut pas le linéaire de branchement. Les valeurs d’ILP sont
consignées dans le tableau ci-après :

Année 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Pertes Primaires (Volume
distribué (m3) - Volume 860821955196 772008 495744 527506 466706 904885 844218 713027 739929 460556 945772
facturé (m3))

Linéaire de canalisations en
205,5 208,4 209 210 212 212 215 216 216 218 203* 210
conduites principales (km)

ILP primaire (m3/j/km) 11,5 12,6 10,1 6,5 6,8 6,0 11,5 10,7 9,0 9,3 6,2 12,3
*La baisse de linéaire s’explique par le retrait de la commune de Griesheim-Près-Molsheim
Tableau 3 : Indice Linéaire de Pertes Primaires de 1997 à 2008

Ces valeurs peuvent être comparées à des valeurs de référence d’ILP primaire proposées dans
une étude menée par l’agence de l’eau Adour-Garonne :

ILP primaire Rural Intermédiaire Urbain


(m3/j/km) <25 abonnés/km <50 abonnés/km >=50 abonnés/km
BON < 1.5 <3 <7
ACCEPTABLE 1.5 à 2.5 3à5 7 à 10
MEDIOCRE 2.5 à 4 5à8 10 à 15
MAUVAIS >4 >8 > 15

Tableau 4 : Valeur de référence d’ILP en fonction du type de réseau

Avec environ 37 abonnés par kilomètre, le réseau de la CCRMM est considéré comme étant
un réseau intermédiaire. Par conséquent, d’après les valeurs de référence, l’ILP primaire peut
être qualifié de « médiocre » de 2000 à 2002 et pour l’année 2007 et de « mauvais » pour les
années de 1997 à 1999, de 2003 à 2006 et pour l’année 2008.
Cette comparaison n’est toutefois pas satisfaisante, dans la mesure où ces tableaux ne tiennent
pas compte de facteurs influençant le vieillissement du réseau (qualité de l’eau véhiculée et
nature du sol). Des campagnes de recherche de fuites sont d’ailleurs menées régulièrement.
Comme signalé précédemment, deux campagnes de recherche de fuites ont été réalisées
depuis début 2009 sur tout le réseau de la CCRMM. Plusieurs dizaines de fuites sur
branchements et sur conduites sont à chaque fois mises en évidence et réparées dans les jours
suivants. Il semble qu’après chaque réparation d’autres points faibles du réseau cèdent.

33
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

3.5.3. / Indice linéaire de réparations

L’état du réseau et également la façon dont il est géré par l’exploitant peuvent-être évaluées
par le nombre de réparations. L’indice linéaire de réparations est défini par la formule ci-
après :

ILR = Nombre de réparations


Linéaire de canalisations (km)
Année 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

Nombre de réparations de
38 31 51 28 26 46 44 31 28 34 16 31
fuites sur canalisation

Linéaire de canalisation
205,5 208,4 209 210 212 212 215 216 216 218 203 210
(km)
ILR (réparations/km) 0,18 0,15 0,24 0,13 0,12 0,22 0,20 0,14 0,13 0,16 0,08 0,15

Tableau 5 : Indice Linéaire de Réparations de 1997 à 2008

Entre 2007 et 2008, l’ILR a presque doublé (augmentation du nombre de réparations faites sur
le réseau) alors que le rendement a diminué. La chute du rendement n’est pas forcément liée à
des ruptures, mais peut-être à des volumes prélevés non comptés, autorisés ou non.

0.30 14.0

12.0
Nombre de réparations:km

0.25
10.0
0.20

m3/j/km
8.0
0.15
6.0
0.10
4.0
0.05 2.0

0.00 0.0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Nombre de réparations/km ILP (m3/j/km)

Graphique 17 : Confrontation entre ILP et ILR entre 1997 et 2008

L’indice linéaire de pertes évolue à l’inverse du rendement. Il est intéressant de le comparer


au nombre de réparations par km de réseau, pour évaluer l’impact éventuel des réparations sur
son évolution. Ce tableau permet de constater que l’évolution de l’ILP n’est pas directement
liée au nombre de réparations et donc pas non plus aux conditions d’exploitation du réseau.
On remarque par exemple que l’augmentation du nombre de réparations en 1999 a fait chuter
l’ILP passant de 10.1 m3/j/km en 1999 à 6.5 m3/j/km en 2000 et que le même constat peut
être fait de 2006 à 2007. Cependant, en 2002, même si le nombre de réparations a augmenté
par rapport à l’année 2001, l’ILP quant à lui a également augmenté passant de 6 m3/j/km en
34
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

2002 à 11.5 m3/j/km en 2003. La problématique des fuites sur le territoire de la CCRMM
n’est donc pas si simple puisqu’il n’est pas possible d’affirmer que le volume de pertes
soit dû aux fuites sur les canalisations. Ce bref constat vient appuyer le fait que le SDEA et
la CCRMM doivent concentrer leurs efforts sur la recherche de l’origine du volume d’eau
perdu. De plus, des actions de sensibilisation des communes membres sont en cours,
notamment pour la mise en place de comptage pour l’arrosage public.

IV. / AMELIORATION DE LA CONNAISSANCE DU RESEAU DE LA


CCRMM

Pour améliorer la connaissance du réseau de la CCRMM, il semble opportun, après avoir


établi un état des lieux, d’étudier son évolution d’un point de vue structurel ainsi que son
fonctionnement hydraulique. Une telle étude, en mobilisant des outils d’aide à la décision, sert
également à la mise en place de la méthodologie souhaitée par le SDEA.

4.1. / ESSAIS DE RUGOSITE

Les essais de rugosité qui correspondent à des « essais débit-pression », aident à la


connaissance des caractéristiques hydrauliques du réseau. Une campagne d’essais a donc été
lancée sur le territoire de la CCRMM. Le classement des conduites par catégorie « période-
matériau » a permis de cibler les différents types de conduites à tester sur le réseau.

4.1.1. / Le principe

Lorsqu’une conduite est parcourue par un fluide à un débit fixé, des pertes de charges sont
générées, matérialisées par une baisse de la pression disponible. Ces pertes de charges sont
fonction du débit, du diamètre de la conduite et de la rugosité (la rugosité est un paramètre
représentant l’état de surface intérieure de la canalisation, lisse ou rugueux). Il est donc
possible, si l’on mesure la perte de charge, d’en déduire le diamètre pour une rugosité
fixée.Le principe de la mesure est représenté sur la figure ci-dessous :

Figure 4 : Principe des essais débit-pression

35
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

La méthode de mesures retenue consiste à réaliser simultanément sur 3 appareils de lutte


contre l’incendie (poteau incendie (PI), poteau auxiliaire (PA) ou hydrant (H)) implantés sur
la conduite à tester. Dans certains cas, il n’y eut pas d’autre choix que de faire l’essai entre
deux points. Pour chaque essai, le protocole est le suivant :
• le tronçon à tester est isolé, en fermant, le cas échéant des vannes sur le réseau,
• un débit Q mesuré à l’aide d’un débitmètre est généré à l’extrémité du tronçon (point
3) à tester,
• les pressions statiques et dynamiques sont mesurées aux points 1,2 et 3,
• les longueurs entre les différents points sont relevées.

4.1.2. / Calcul des diamètres équivalents

On réalise au minimum 3 mesures de débit pour chaque essai afin de réduire le risque de
résultat erroné. Le diamètre équivalent est calculé entre le point 1 et le point 2 ainsi qu’entre
le point 2 et le point 3 en vue de vérifier la cohérence des résultats obtenus.

Connaissant l’altitude des points (Altitude du réservoir – Pression statique du point), et leur
pression, il est possible de calculer la perte de charge totale j entre deux points :

j = P1 – P2 + z1 – z2

Pour le point 3 où le débitmètre est en place, on ajoute la perte de charge singulière crée au
niveau de l’appareil de lutte contre l’incendie et calculée comme suit :

5v²/2g

On calcule ensuite la perte de charge linéaire (en mm/m) puis à partir de la formule de
Lechapt et Calmont on calcule le diamètre équivalent :

J = L. QM / DN avec L, M, N des paramètres dépendants de la valeur du coefficient de rugosité


k.

4.1.3. / Exemple de résultats

On cherche à déterminer les diamètres équivalents des conduites compte tenu de l’incrustation
et de la corrosion qui en modifient les caractéristiques. Considérant que les conduites en PVC
ne sont pas touchées par la corrosion, aucun essai n’a été réalisé sur cette classe de conduite.
Un exemple de résultat d’essai vous est présenté ci-dessous :

36
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

A1- ALTORF-Rue
Date 25/06/09 N°de mesure
Principale

DN (mm) 100 Date de pose 1975

Point de mesure Point intermédiaire : Point de mesure


Mesures Amont : PI 15 PA 1 aval : H 52
(mce1)
Altitude : 175.7m Altitude : 178.17 m Altitude : 176.17 m

Statique 71 68 70

Mesure 1 70.5 62.5 60

Mesure 2 68 57.5 50

Mesure 3 66 54.2 40

Mesure 4 64 49 30

Mesure 5 63.2 44.4 20


Tableau 6 : Mesures de pression

PDC2 au poteau (m)


Q (m3/h) Q (l/s)

Statique 0 0

Mesure 1 18 5 0.10

Mesure 2 26 7.2 0.22

Mesure 3 33 9.17 0.35

Mesure 4 38 10.56 0.46

Mesure 5 43 11.94 0.59

Tableau 7 : Débits correspondant aux mesures de pression

La mesure à débit nul est utile au calcul de la dénivelée (différence d’altitude entre les points).

1
mce : mètre de colonne d’eau
2
PDC : Perte de charge
37
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Calcul du diamètre équivalent

Pertes de charge Diamètres équivalents


j (m) J (mm/m) k=0,1 (mm) k=0,25 (mm) k=0,5 (mm) k=1,0 (mm)
Entre P1 et P2
Mesure 1 5,50 59,78 61 62 66 68
Mesure 2 8,00 86,96 65 67 70 73
Mesure 3 9,30 101,09 69 71 75 78
Mesure 4 12,50 135,87 69 71 74 77
Mesure 5 16,30 177,17 68 70 74 77
Moyenne 66 68 72 75
Entre P2 et P3
Mesure 1 4,40 27,48 71 73 76 79
Mesure 2 9,28 58,03 71 72 76 79
Mesure 3 15,85 99,08 69 71 75 78
Mesure 4 20,54 128,37 69 71 75 78
Mesure 5 25,81 161,32 70 72 75 79
Moyenne 70 72 75 79

Diamètre équivalent retenu 75 mm


Rugosité retenue 1 mm

Tableau 8 : Calcul de diamètres équivalents

Pour décider du diamètre équivalent à retenir, on prend en compte le type de matériau et la


date de pose de la conduite. En effet, on suppose, que plus la conduite est ancienne, plus la
conduite risque d’être rugueuse et on émet aussi l’hypothèse que la fonte grise FT s’encrasse
beaucoup plus facilement que la fonte ductile qui est revêtue intérieurement.
Les résultats obtenus à l’issue de la campagne de rugosité sont présentés dans le tableau
récapitulatif en annexe 9.

Photo 1 et 2 : Manomètre en place sur un Poteau Incendie

38
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Photo 3 : Manomètre et col de cygne mis en place sur un hydrant

Les résultats ainsi obtenus servent à la modélisation sous logiciel PORTEAU.

4.1.4. / Exploitation des résultats

L’hypothèse qu’une conduite testée dans une classe de conduite était représentative de sa
classe a été retenue. Ainsi ses caractéristiques calculées d’après un essai de rugosité seront
appliquées à toutes les conduites de la même classe.

4.2. / MISE EN PLACE D’UN INVENTAIRE DES RUPTURES

Depuis la fin de l’année 2008, il a été demandé aux opérateurs de l’antenne technique du
SDEA de Molsheim de prélever un échantillon des conduites qu’ils réparent à la suite de
ruptures. Ce stage a été l’occasion pour le SDEA de constituer un inventaire des ruptures. En
effet, les échantillons prélevés sont pris en photos et un fichier est constitué précisant le
diamètre, le matériau, l’année de pose, la localisation (commune et n°de rue) et la date de
réparation de la rupture.
La constitution et le maintien d’un tel inventaire sont souhaitables car cela offre la possibilité
de comparer les résultats théoriques fournis par les essais de rugosité avec la réalité.

Il a été ainsi possible de s’assurer de la fiabilité de certains essais réalisés sur des tronçons où
des ruptures avaient déjà étaient observées :
- comparaison entre l’échantillon de la conduite en 80 FT- Rue Pasteur, Molsheim -
1955 et l’essai réalisé sur la 80 FT - Rue de la Source, Molsheim - 1955
- comparaison entre l’échantillon de la conduite en 100 FT – Rue Notre Dame,
Molsheim – 1940 et l’essai sur la 100 FT – Rue de la Division Leclerc, Dorlisheim –
1941
- comparaison entre l’échantillon de la conduite en 200 FD – Rue du Vieweg, Dachstein
– 1974 et essai sur la 200 FD – Route express de la Vallée de la Bruche, Gresswiller –
1980

Les échantillons prélevés présentent une rugosité équivalente à celle calculée à l’issue des
essais de rugosité.

39
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

4.3. / EXPLOITATION DES DONNEES AU MOYEN D’OUTILS D’AIDE A LA


DECISION1

De nombreuses données sont disponibles afin d’établir le programme de renouvellement


pluriannuel de la CCRMM. En effet, on dispose des données suivantes :
-les données SIG : 3000 tronçons2 pour le secteur de la CCRMM
-les ruptures sur conduites principales rentrées dans SAP depuis 2003, 184 ruptures recensées
-les essais « débits-pressions » sur l’ensemble des communes de la CCRMM

En raison du nombre important de tronçons, un très grand nombre de données sont générées,
qui pour être analysées de façon similaire et rapide nécessitent l’utilisation d’outils d’aide à la
décision. Parmi ces outils, on peut citer le logiciel CASSES, le logiciel PORTEAU, le logiciel
CRITICITE. Pour la méthodologie testée sur le territoire de la CCRMM, le SDEA a retenu les
outils CASSES et PORTEAU.

4.3.1. / La prévision de défaillances sur le réseau : l’outil CASSES

Le logiciel CASSES est un outil de prédiction de défaillances développé par le Cemagref


aidant à la hiérarchisation des tronçons de conduites puisqu’ils sont affectés d’un taux de
casses prévisionnel. Il s’agit d’une analyse structurelle des tronçons qui permet de mettre en
évidence d’une part les tronçons à remplacer et d’autre part de déterminer si un type de
conduite en raison de son matériau et/ou de son diamètre ou de son âge est plus sujet à la
casse ou non. L’autre intérêt de la prévision des casses réside dans l’estimation des coûts de
maintenance futurs à partir du nombre de défaillances et du coût de réparation.

4.3.1.1./ La préparation des données

L’utilisation du logiciel CASSES nécessite comme données :


- tous les tronçons du réseau de distribution de la CCRMM repérés par un numéro en
l’occurrence ici par l’identifiant donné par le service Système d’Informations
Géographiques
- les caractéristiques de ces tronçons à savoir : le diamètre, la date de pose, le matériau
- les défaillances répertoriées en précisant le tronçon (identifiant « SIG ») sur lesquelles
elles sont rattachées et la date de défaillance

Si les données concernant les tronçons ont été faciles à obtenir, la collecte des données
concernant les ruptures s’est révélée plus fastidieuse. En effet, les ruptures sont répertoriées
dans le progiciel de gestion des entreprises SAP (Systems Analysis of Product) depuis 2003,
date à laquelle le SDEA a acquis ce logiciel. Néanmoins, si l’adresse de la rupture est
indiquée, une localisation plus précise tel qu’un numéro de maison est très rarement présent.

1
Aide à la décision : « L’aide à la décision, est définie comme étant l’activité de celui (homme d’étude= maître d’œuvre)
qui, prenant appui sur des modèles clairement explicités et plus ou moins complètement formalisés, cherche à obtenir des
éléments de réponses aux questions que se pose un intervenant (décideur, ici la CCRMM) dans un processus de décisions,
éléments courant à éclairer la décision et normalement à prescrire un comportement de nature à accroître la cohérence
entre l’évolution du processus d’une part, les objectifs et le système de valeurs au service duquel cet intervenant se trouve
placé d’autre part. » [2]

2
Tronçon : section ou partie d’une conduite
40
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Par conséquent, un effort a été fait pour tenter de localiser les ruptures plus précisément
notamment en essayant d’obtenir des compléments d’informations auprès des agents de
terrain. Les défaillances pour lesquelles il subsistait des doutes quant à leur localisation ont
été écartées.

Nombre de tronçons contenus dans le SIG du SDEA pour la CCRMM : 3000


Nombre de défaillances : 184 ruptures sur conduites principales répertoriées depuis 2003, 124
ruptures exploitables (localisation déterminée)

4.3.1.2./ Construction du modèle et calage

Le secteur de la CCRMM étant caractérisé par plusieurs types de matériau (fonte grise FT et
FR, fonte ductile FD, fonte FTT, PVC, PVC Wavin), un modèle par matériau a été crée. En
effet, les conduites selon leur composition ne se détériorent pas de la même façon, chaque
matériau nécessite donc un modèle à part.
Pour le calage des modèles plusieurs covariables1 ont été retenues à savoir :
- la date de pose, 8 périodes de pose ont été créées correspondant aux périodes de pose
déterminées lors de la création des catégories de conduites
- des covariables dites « qualitatives » : la longueur et le diamètre

Il apparaît nécessaire de préciser que l’historique de ruptures n’est pas très important puisqu’il
date de 2003 (au total 184 ruptures)
Le calage du modèle consiste à se fixer une fenêtre d’observation et à faire des prévisions sur
une période pour laquelle on connaît effectivement les défaillances. Il s’agit ensuite de
comparer les prévisions données par le modèle avec celles observées. Dans le cas présent, le
calage est effectué pour chaque modèle sur la période [2003-2007] et la validation sur l’année
2008.

Validation
Calage du modèle

t0 2003 2007 2008 temps


Date de pose
Fenêtre d’observation
Figure 5 : La fenêtre d’observation du logiciel CASSES pour cette étude

Il existe un paramètre noté δ indiquant l’influence du temps dans le processus de


vieillissement. Lorsque ce paramètre est égal à 1 cela indique que le temps n’a pas d’influence
dans la survenue de défaillances. C’est le cas dans cette étude.

1
Dans un modèle, une covariable est une variable qui joue un rôle explicatif, sa variation n'est pas étudiée en tant que telle
mais comme éventuel facteur à l'origine de la variation des variables principales, sujet de l'investigation.

41
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

4.3.1.3./ Résultats de prévisions de défaillances

 Les modèles retenus

La pertinence des modèles peut être évaluée au moyen de la « Courbe des Bénéfices ». Cette
courbe renseigne la capacité de l’outil CASSES à identifier les conduites critiques d’un point
de vue structurel. Pour obtenir une telle courbe, il suffit de classer les conduites par taux de
casse décroissant. Le taux de casse noté TxCP est ainsi défini :

TxCP = Nombre de casses prévues

Longueur en kilomètres

Initialement, 4 modèles avaient été créés (FT, FD, PVC, Wavin) mais au regard des courbes
de bénéfices obtenues seul un modèle a été retenu comme représentatif d’une réalité.

Courbe de bénéfices : Cas de la fonte FT

1.2
1
% NCO cumulé
%NCP cumulé

0.8
0.6 observé
0.4 prévu
0.2
0
0.00

0.03
0.03

0.07

0.16

0.27

0.39
0.45

0.62
0.72
0.94
-0.2
0.01

0.05

0.10
0.13

0.19
0.23

0.33

0.53

% linéaire cumulé

Graphique 18 : Courbe de bénéfices pour le modèle FT

Courbe de bénéfices : Cas du PVC

1.2
1
% NCO cumulé
% NCP cumulé

0.8
Observé
0.6
0.4 Prévu
0.2
0
00
03
11
21
33
40
45
50
56
64
67
71
77
81
85
90
96
0.
0.
0.
0.
0.
0.
0.
0.

0.

0.

0.
0.
0.
0.

0.
0.

0.

% linéaire cumulé

Graphique 19 : Courbe de bénéfices pour le modèle PVC

42
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Pour le cas de la fonte FT, on constate que les prévisions du modèle se rapprochent assez bien
de l’observation. En revanche pour le PVC, le modèle n’est pas représentatif, les prévisions de
défaillances ne coïncidant pas avec les défaillances observées.
Plus la courbe des prévisions coïncide avec la courbe des observations plus le modèle est bon.
[Nafi]
Deux raisons principales expliquent un tel constat :

- un historique insuffisant : il faudrait pouvoir disposer de quelques années d’observations


supplémentaires.

-certains matériaux tels que le PVC et la FD sont en réalité très peu sujets aux ruptures auquel
cas il est normal d’observer peu de ruptures et ce nombre de ruptures par conséquent faible ne
permet pas la création d’un modèle

 Prévisions de défaillances

Le seul modèle retenu concerne la fonte grise FT. Pour ce matériau des prévisions ont été
réalisées pour les années 2009, 2010, 2011, 2012, 2013. Il sera ainsi possible par la suite de
s’intéresser aux prévisions d’horizon fin 2009 (prévisions à 1 an), fin 2011(prévision à 2 ans)
fin 2013 (prévisions à 5 ans), échéances correspondant à celles souhaitées par la CCRMM
dans le plan de renouvellement. Néanmoins, on retiendra les prévisions faites sur l’année
2013 pour établir le programme de travaux notamment dans un souci d’anticipation des
problèmes à venir sur le réseau.
CASSES donne pour chaque tronçon et pour chaque période de prévision, le nombre de
défaillances prévues (NCP) et le taux de défaillances prévues (TxCP). Pour déterminer les
conduites critiques, il suffit de les classer par TxCP décroissant. Quant au choix des conduites
à renouveler chaque année, il existe plusieurs possibilités : soit on peut se définir un linéaire
comme seuil de renouvellement, linéaire à ne pas dépasser pour les 5 prochaines années, soit
se fixer un budget à ne pas dépasser, soit se fixer une moyenne d’âge à maintenir sur le réseau
étudié. Notre réseau ayant une moyenne d’âge estimée de 32 ans (moyenne d’âge inférieure à
la moyenne d’âge nationale des réseaux français estimée à 80 ans), on ne va pas se fixer une
moyenne d’âge à maintenir.

Le modèle de prédictions a permis de prédire un nombre et un taux probable de casses pour


653 tronçons en fonte grise FT du réseau. On précise que le logiciel CASSES a été utilisé une
deuxième fois suite à la collecte d’informations complémentaires concernant certaines
ruptures les rendant exploitables pour CASSES. Néanmoins l’apport de ces quelques données,
qui concernent principalement la fonte FT, n’a pas changé les résultats obtenus lors de la
première utilisation puisqu’un seul modèle, celui de la fonte FT est exploitable. Les résultats
de prévisions de défaillances sont présentés en annexe 10. Ces résultats sont repris dans
l’analyse multicritères qui viendra ultérieurement.

4.3.2. / La modélisation hydraulique du réseau : l’outil PORTEAU

Le logiciel PORTEAU élaboré et développé par le Cemagref de Bordeaux permet de simuler


le fonctionnement du réseau d’eau potable et des ouvrages de stockage, de production, de
régulation sur une période donnée en tenant compte de la répartition des consommations
domestiques et industrielles. Des modélisations ont déjà été effectuées sur le périmètre, mais
dans l’objectif de détailler les installations de production (Etude de sécurisation) sans détailler
43
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

les réseaux de distribution. Une modélisation Porteau du réseau de la CCRMM n’existait pas
jusqu’alors. La dernière version de PORTEAU, la version 3.2, a été utilisée.

4.3.2.1./ Construction du modèle

Le SDEA et la CCRMM ne possédant pas de modèle du réseau de distribution, ce stage a été


l’occasion d’en réaliser un qui pourra être utilisé dans le cadre d’études ultérieures.
On souhaite dans cette étude mettre en évidence les éventuelles insuffisances hydrauliques et
ainsi l’importance hydraulique des tronçons du réseau de distribution.
Ce modèle ne portera donc pas sur le fonctionnement des ouvrages (puits, réservoirs) dont les
seules informations strictement nécessaires seront utilisées.

Le réseau a été construit à l’aide du logiciel PORTEAU à partir de la base de données SIG du
SDEA. Le plan SIG du réseau a été importé vers PORTEAU. Lors de cette importation,
seules l’armature du réseau et les longueurs des tronçons sont conservées. Il a donc fallu
entrer dans le modèle les caractéristiques de chaque tronçon (diamètre, matériau, rugosité), la
cote altimétrique de chaque nœud. Initialement le modèle comptait 2266 tronçons et 2005
nœuds.

 Hypothèses de construction du modèle

- Les tronçons de diamètre inférieur à 80 mm sont supprimés (ils correspondent


essentiellement à des antennes avec peu d’abonnés domestiques et ne sont pas
déterminants pour le fonctionnement du réseau)

- Les cotes des nœuds correspondent aux cotes IGN

- Une fois toutes les caractéristiques du réseau entrées, le modèle a été simplifié grâce à
la manipulation « simplification tuyau » qui permet de concaténer les tronçons voisins
ayant les mêmes caractéristiques en un unique tronçon, et la manipulation « antenne
raccourcie ». Par ces opérations, le modèle a finalement les caractéristiques suivantes :

Nombre de nœuds : 1437


Nombre de tronçons : 1699

On précise que les essais de rugosité ont servi à la construction du modèle. En effet, en raison
des résultats cohérents obtenus à la suite de la campagne de rugosité, les diamètres
équivalents et les rugosités des conduites calculées ont pu être utilisés. Par exemple, toutes les
conduites 125 FT des années 1950 sont mises en diamètre 100 mm avec une rugosité k=1
mm.

- L’étude s’intéresse ici uniquement au réseau de distribution de la CCRMM, c’est la raison


pour laquelle les ouvrages tels que les réservoirs sont représentés comme des plans d’eau
infinis. On considère qu’il n’y a pas de problème de production sur le réseau.
Seul le réservoir de Wolxheim est mis en « nœud réserve » car il permet l’alimentation du
secteur « Avolsheim – Wolxheim – Ergersheim - Dachstein ». Lorsqu’il se vide, une vanne de
régulation assure son remplissage depuis le secteur de Molsheim.

44
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

- Les modèles de consommation :

• Modèle de consommation domestique

Un modèle de consommation domestique a été créé à partir de la consommation de la


commune de Herlishein Offendorf gérée en télégestion par le SDEA (les puits sur le secteur
de la CCRMM n’étant pas supervisés, on ne dispose pas d’un modèle de consommation
propre à ce secteur).
Ensuite, à partir des données du service Gestion des Abonnés, il a été possible de calculer une
consommation moyenne par rue (tous les abonnés d’une même rue ont été regroupés). Vu le
nombre d’abonnés de la CCRMM et le nombre important de nœuds que comprend le modèle,
les consommations n’ont pas été réparties sur chaque nœud. On a donc pris le parti d’affecter
plusieurs rues à un nœud sur lequel on souhaitait mettre un modèle de consommation
domestique.

• Modèle de consommation industrielle

15 modèles de consommation industrielle ont été créés afin de représenter les gros
consommateurs de la CCRMM. Un des gros consommateurs ayant une consommation peu
importante a été regroupé avec des abonnés domestiques. En effet, le camp CGE (caserne à
Mutzig) avec une consommation moyenne de 5 229 m3 soit une consommation inférieure à
6000 m3, ne fait pas strictement partie des gros consommateurs. La liste des gros
consommateurs de la CCRMM est fournie en annexe 11.

• Modèle de fuite

Un modèle de fuites a également été créé. Ce modèle « fuite » est entré dans tous les tronçons
du réseau afin d’avoir une répartition homogène des fuites. Le choix a été fait d’injecter les
fuites sur les tronçons et non sur les nœuds, autre possibilité. En effet, lorsque l’on passe en
consommation du jour de pointe par application du coefficient de pointe journalière, et que les
fuites sont au niveau des nœuds, celles-ci augmentent. Or en jour de pointe, les fuites
n’augmentent pas pour autant. Il paraît donc plus judicieux d’appliquer les fuites aux tronçons
qui resteront alors les mêmes en jour de pointe. Cette méthode suppose que les fuites ne
dépendent ni du diamètre ni du matériau.
Le rendement du réseau est une donnée nécessaire afin d’estimer le volume de fuite. On a
retenu un rendement moyen de 74.4% (moyenne des rendements depuis 1997).

4.3.2.2./ Calage du modèle

Le modèle ainsi construit doit être adapté à la réalité : il s’agit du calage du modèle. Un
premier calage avait été effectué lors de la construction du modèle puisque les diamètres et
rugosités correspondent à ceux obtenus à la suite des essais de rugosité pour les catégories de
conduites testées.

Un autre calage est effectué à partir d’essais débits-pressions sur des poteaux incendie,
poteaux auxiliaires et hydrants sur chaque commune de la CCRMM. Ce travail est fastidieux
car il faut comparer les résultats donnés par le modèle avec les essais terrain sur chaque nœud
correspondant à un appareil de lutte incendie sur lequel a été réalisé un essai. Lorsqu’un nœud
45
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

correspond à un appareil de lutte incendie, on introduit le modèle « incendie » et le débit


maximum mis en ce point est celui obtenu lors de l’essai terrain.
Les poteaux incendie sont calés les uns après les autres et si une modification des
caractéristiques du réseau est réalisée pour caler un appareil, il faut aussitôt vérifier l’impact
sur les appareils précédemment calés. En suivant ce procédé 85 points ont été calés.
Un exemple de point calé est présenté ci-dessous : il s’agit d’un calage d’un poteau incendie
(PI 59) sur la commune de Dinsheim-sur-Bruche :

modèle
débit (m3/h) débit (l/s) pression (m) pression (bars)
20,6 5,7 47,8 4,8
30,9 8,6 42,6 4,3
41,1 11,4 36,1 3,6
51,4 14,3 28,4 2,8
61,7 17,1 19,5 1,9

Tableau 9 : Valeurs de pression obtenues sous PORTEAU

essai
débit (m3/h) pression (m) pression (bars)
25 40,0 4,0
50 30,0 3,0
61 20,0 2,0
71 10,0 1,0

Tableau 10 : Valeurs de pression obtenues sur le terrain

pression m
60

50

40 modèle

mesure
30 Polynomial
(mesure) y = -0,0059x2 - 0,2024x + 54,478
Polynomial
R2 = 1
20 (modèle)

10

0 débit m³/h
0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0

Graphique 20 : Comparaison des valeurs obtenues avec le modèle avec celles obtenues sur le terrain

Avec une marge de 3.53%, le modèle semble proche de la réalité. On considère donc ce point
calé convenablement.

Pour savoir si le point est effectivement bien calé on évalue la marge d’erreur entre la courbe
calculée par le modèle et la courbe donnée par les essais sur le terrain.
46
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Il arrive que certains points ne soient pas calés correctement. Par conséquent, en l’absence
d’un calage « parfait », on opte pour un calage pessimiste avec une marge de 20% supposée
comme acceptable. Il est très difficile d’être proche de 0.

4.3.2.3./ Test de l’importance hydraulique

Il s’agit de tester via la modélisation l’importance hydraulique des tronçons du réseau de la


CCRMM. En raison du nombre considérable de tronçons dans ce modèle (1588), l’importance
hydraulique est testée sur les tronçons de diamètre supérieur ou égal à 150 mm (357 tronçons
ont ainsi été testés sous PORTEAU). Les autres tronçons seront néanmoins pris en compte
dans l’analyse multicritère.
La méthode pour tester l’importance hydraulique des tronçons est la suivante : mettre en place
une vanne fermée sur le tronçon à tester, faire tourner le modèle et observer ensuite le nombre
de nœuds qui n’ont plus suffisamment de pression (pression inférieure à 2 bars) et enfin
comparer avec la situation normale, situation dans laquelle tous les tronçons sont ouverts. La
pression de 2 bars est une pression dite de « confort » couramment employée dans les études
hydraulique, il s’agit de la pression jugée nécessaire pour une maison à étage et dont l’étage
est situé à 4 m de hauteur par rapport à la conduite.

A titre informatif et dans un souci d’établir une méthodologie, il existe d’autres méthodes
permettant de tester l’importance hydraulique :

- une première méthode consiste à étudier le fonctionnement du réservoir. On observe


tout d’abord le fonctionnement du réservoir lorsque tous les tronçons sont ouverts.
Ensuite, les tronçons à tester sont fermés par une vanne et une fois le calcul effectué,
le marnage du réservoir est analysé afin de relever le volume non distribué par rapport
à la situation en fonctionnement normal.

- une autre méthode consiste à couper un tronçon et à regarder la pression du nœud situé
à l’aval du tronçon et à la comparer à la pression lorsque le tronçon n’est pas fermé. Il
est intéressant d’utiliser cette méthode sur les nœuds sur lesquels sont affectés des
consommations.

La méthode retenue pour cette étude permet d’avoir une idée plus précise des tronçons
importants et aidera à la hiérarchisation des tronçons lors de l’analyse multicritère

4.3.3. / L’Analyse multicritère

L’analyse multicritère est une méthode qui permet de déterminer les conduites candidates au
renouvellement et définir l’ordre des priorités par la prise en compte de plusieurs critères. Les
critères retenus se voient attribuer un poids en fonction de leur importance relative dans la
décision. Le décideur (ici la CCRMM) est amené à paramétrer les pondérations.
Du fait d’un grand nombre de données disponibles pour caractériser les réseaux, données qu’il
faut trier, analyser…, une gestion patrimoniale qui se veut pertinente doit reposer sur des
critères d’aide à la décision judicieusement choisis [2]. En effet, en raison de la multitude des
acteurs et des enjeux, la décision en matière de gestion patrimoniale est multicritère. Ainsi le

47
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

gestionnaire est contraint de considérer des critères1 en grande partie contradictoires et de


nature différente : économique, technique, sociologique… (À titre d’exemple améliorer le
service rendu (pression, débit) en minimisant les coûts de fonctionnement et de
réhabilitation). Par conséquent, il est nécessaire de déterminer les critères à prendre en compte
dans la prise de décision afin d’arriver à un compromis. Dans le cadre de mon travail, il s’agit
tout d’abord de proposer des critères de décisions, ensuite de mettre au point des fonctions
d’évaluation, puis de les agréger afin de permettre une hiérarchisation des conduites du réseau
considéré et d’identifier les plus critiques.

4.3.3.1./ La construction des critères de décision

Sur la base des données et informations disponibles, nous avons proposé de façon exhaustive
les critères suivants :

- l’âge : qui peut être un critère discriminant. Néanmoins, des conduites anciennes
peuvent s’avérer être en bon état
- le nombre de ruptures observées : cette donnée est fournie par l’exploitant du
réseau, elle permet de caractériser l’état de dégradation de la conduite sur la base de
l’historique de défaillances
- le taux de ruptures : il s’agit de considérer les résultats de prévision du logiciel
CASSES
- l’importance hydraulique : ce critère est évalué en partie grâce au logiciel
PORTEAU. Un tronçon est d’autant plus important que le débit qui y transite l’est.
Plusieurs cas sont à distinguer pour ce critère (Cf. annexe 12). En effet, en vue de
rendre applicable la méthodologie souhaitée par le SDEA à l’ensemble des réseaux,
plusieurs types de tronçons ont été définis afin de juger de leur importance
hydraulique.
- le type d’abonnés desservis : pour des raisons économiques, il est possible de
concevoir qu’une conduite desservant un industriel sera jugée prioritaire dans le
programme de renouvellement face à une conduite desservant des abonnés de type
domestique « à niveau égal de détérioration »
- opportunité des travaux de voirie : les interventions sur d’autres réseaux enterrés
(assainissement, gaz, électricité) constituent un critère notamment en vue de limiter la
gêne occasionnée par les travaux et réaliser des économies d’échelle
- l’avis de l’exploitant : sa bonne connaissance du réseau permet d’ajuster les résultats
théoriques des études
- le critère économique : ce critère n’intervient pas directement dans le tableau
multicritère. Ce critère est conditionné par le budget que la CCRMM souhaite allouer
aux travaux pour son réseau d’eau potable. Ce critère est un critère très important pour
l’élaboration des programmes de renouvellement [3].
- Le critère niveau de trafic : ce critère permet de constater les contraintes extérieures
subies par les conduites
- Le critère « sous-dimensionnement/sur-dimensionnement » : par l’observation des
vitesses dans les conduites sous PORTEAU, il est possible de mettre en évidence les
conduites sous ou sur-dimensionnées

1
critères : aspects suivant lesquels les alternatives sont examinées. Les critères peuvent être qualitatifs ou
quantitatifs.
48
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

4.3.3.2./ Les critères retenus pour cette étude et leur évaluation

Pour cette étude, quatre critères ont été retenus : le nombre de ruptures observées, le type
d’abonnés desservis, l’importance hydraulique et l’avis de l’exploitant.

Il a été décidé que le critère « opportunité des travaux de voirie » ne serait pas retenu dans
le tableau multicritère mais interviendra plus tard dans le raisonnement lorsqu’il s’agira de
programmer les travaux par année. Concernant le critère « taux de ruptures », il ne peut être
intégré dans l’analyse multicritère de cette étude puisqu’il n’est pas défini pour tous les
matériaux (Cf. partie 4.3.1). En revanche, on pourrait l’utiliser si notre analyse concernait
uniquement les conduites en vieille fonte.
Le critère « niveau de trafic » n’est pas utilisé car aucune donnée concernant le trafic n’est
pour le moment disponible.

Critères Nombre de Importance Avis de


Type d’abonnés
retenus ruptures hydraulique l’exploitant
Ruptures sur
conduites
Consultation du
Données principales Résultats PORTEAU
Liste des gros consommateurs chef de secteur sur
utilisées recensées dans et plans réseau
Molsheim
SAP depuis
2003
Attribution de
Attribution de notes : notes :
-1 pour « importance -1 pour les
Attribution de notes :
faible conduites pour
-1 pour « domestique »
Nombre de -2 pour « importance lesquelles
-2 pour « gros consommateur
Evaluation ruptures puis moyenne » l’exploitant n’a pas
-3 pour « domestique et gros
normalisation1 -3 pour « importance d’avis
consommateur »
forte » -3 pour les
Puis normalisation des notes
Puis normalisation conduites à
des notes remplacer d’après
l’exploitant
Plus le nombre
Plus la note est Plus la note est
est important Plus la note est importante,
Sens de importante, plus la importante, plus la
plus la situation plus la situation est jugée
« préférence » situation est jugée situation est jugée
est jugée critique
critique critique
critique
Tableau 11 : Evaluation des critères retenus dans l’analyse multicritère

4.3.3.3./ Agrégation simple des critères

Il existe plusieurs méthodes d’agrégation des critères[9]. La méthode utilisée pour cette étude
est la méthode d’agrégation simple ou méthode de pondération des critères

1
La normalisation permet de comparer des critères exprimés dans des unités différentes de façon à n’obtenir
que des notes comprises entre 0 et 1 pour chacun des critères.
49
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Dans cette méthode, les critères sont appréciés sur une échelle de notation. Les notes une fois
normalisées, sont pondérées puis additionnées pour obtenir une note globale d’évaluation des
risques encourus par le tronçon. Dans notre cas, les tronçons du réseau ayant la note la plus
importante (en raison du sens de « préférence » choisi) sont ceux à remplacer en priorité. Les
autres tronçons sont à surveiller suivant l’évolution des incidences de défaillances.
Les « poids » à attribuer (ou barème de pondération) aux différents critères ont été choisis
avec le décideur à savoir le responsable du service « Etudes et Travaux » de la CCRMM, M.
Weber :
- le critère « nombre de ruptures observées » est affecté du plus grand coefficient car il
est considéré comme étant important par le décideur (3),
- le critère « importance hydraulique » se voit attribuer un coefficient intermédiaire (2)
- les autres critères de cette étude ont le même poids, poids inférieur aux précédents (1)
car moyennement importants.
Le tableau multicritère obtenu dans le cadre de cette étude se trouve en annexe 13. Ce tableau
est un outil intéressant pour la CCRMM s’il est mis à jour. En effet, si des travaux de voirie
sont planifiés sur le secteur de la CCRMM, la consultation de ce tableau permettra à la
CCRMM de déterminer les conduites qui pourraient profiter de cette opportunité de travaux
pour être changées.

V. / PROPOSITION D’UN PROGRAMME PLURIANNUEL DE


RENOUVELLEMENT

L’ensemble de l’analyse a été soumis à l’exploitant du réseau, pour effectuer des


recoupements avec sa propre vision de l’état du réseau.
En effet, ce dernier, ayant une très bonne connaissance du terrain, est à même de juger la
pertinences des conduites jugées prioritaires suite à l’utilisation des outils.

5.1. / PROPOSITION D’UN PROGRAMME DE RENOUVELLEMENT A LA


CCRMM

Le tableau multicritère une fois rempli a été soumis à M. Weber, responsable du service
Etudes et Travaux » de la CCRMM. Ce tableau a permis de sélectionner les conduites
candidates au plan de renouvellement. De plus, l’élaboration du programme de
renouvellement doit tenir compte de l’enveloppe budgétaire que la CCRMM souhaite allouer
aux travaux sur le réseau d’eau potable. Dégageant une bonne capacité d’autofinancement (de
l’ordre de 470 000 € hors opérations d’ordre, estimation pour l’année 2009 fournie par le
service financier de la CCRMM), la CCRMM a décidé d’avoir recours à la CAF1 pour
financer les travaux de renouvellement. Un tel choix de financement permet non seulement à
la CCRMM d’éviter de contracter un emprunt mais aussi de maintenir le prix de l’eau.

Suite à l’analyse du tableau, des tronçons ont été retenus pour le programme de travaux :

1
La capacité d'autofinancement (CAF) est le potentiel de l'entreprise à dégager, de par son activité de la période, une
ressource (un enrichissement de flux de fonds).Cette ressource interne pourra être utilisée notamment pour financer la
croissance de l'activité, financer de nouveaux investissements, rembourser des emprunts ou verser des dividendes aux
propriétaires de l'entreprise.
50
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune de MOLSHEIM
Rénovation Rue de la Source - Molsheim
Pose de 1304 ml de conduite Ø 150 mm et Ø 110 mm à poser entre
la conduite existante Ø150 mm route de Mutzig et la conduite Ø250 675 000 € HT
mm existante Rue des Alliés
Rue de la Source - Molsheim
Renforcement- Pose de 225 ml de conduite Ø 150 mm 100 000 € HT
Rue des Aubépines - Molsheim
Renforcement – Pose de 103 ml de conduite Ø 150 mm et Ø 110 mm 65 000 € HT
Rue des Remparts - Molsheim
Rénovation – Pose de 640 ml de conduite Ø 110 mm 150 000 € HT
Rue de la Chartreuse - Molsheim
Rénovation – Pose de 190 ml de conduite Ø 110 mm 60 000 € HT
Rue Saint Georges – Molsheim
Rénovation – Pose de 72 ml de conduite Ø 110 mm 80 000 € HT
Commune de MUTZIG
Rue du Commandant Clerc
Renforcement – Pose de 316 ml conduite Ø 110 mm 100 000 € HT
Rue du Docteur Schweitzer
Renforcement – Pose de 267 ml conduite Ø 110 mm 55 000 € HT
Rue du Maréchal Leclerc
Rénovation – Pose de 316 ml conduite Ø 110 mm 60 000 € HT
Rue Bouchotte
Renforcement – Pose de 140 ml de conduite Ø 110 mm 60 000 € HT
Commune de DACHSTEIN
Rue Principale
Renforcement – Pose de 600 ml de conduite Ø 150 mm et 110 mm 270 000 € HT
Commune d’ERGERSHEIM
Rue de Wolxheim
Renforcement – Pose de 153 ml de conduite Ø 150 mm 90 000 € HT
RD 30 vers Molsheim
Renforcement - Pose de 87 ml de conduite Ø 150 mm 25 000 € HT
Commune de GRESSWILLER
Rue des Vosges
Rénovation – Pose de 177 ml de conduite Ø 110 mm 90 000 € HT
Commune de SOULTZ-LES-BAINS
Rue de Saverne
Renforcement – Pose de 35 ml de conduite Ø 110 mm 30 000 € HT
Rue du Presbytère
Renforcement – Pose de 87 ml de conduite Ø 110 mm 30 000 € HT
Commune de WOLXHEIM
Réservoir de Wolxheim
Remplacement des deux conduites de refoulement distribution par
155 000 € HT
une seule conduite Ø 200 mm sur environ 650 m
TOTAL HT 2 095 000 € HT

TOTAL TTC arrondi à: 2 500 000 € TTC

Tableau 12 : Proposition d’un programme de renouvellement pour la CCRMM

51
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Le linéaire ainsi renouvelé (4.5 km) représente environ 2 % du linéaire total du réseau de la
CCRMM.
En plus de ce programme de renouvellement, l’étude a permis d’émettre des suggestions
supplémentaires :
- Mutzig : le centre ville de Mutzig mériterait d’être renforcé, un bouclage en
Ø 150 mm rue du Stade serait à prévoir
- Soultz-les-Bains : un renforcement Rue de Molsheim entre la nouvelle conduite
Ø 200 mm et l’ancienne conduite Ø 150 mm

5.2. / ESTIMATION DES COÛTS

Quelques précisions sont à apporter quant à l’estimation des coûts. Le prix de remplacement
de chaque conduite comprend le coût de pose de la conduite (prix de pose/ml * linéaire posé),
le coût de remplacement des branchements et des frais annexes et divers estimés de la façon
suivante : frais annexes et divers = 10 % (coût de pose + coût de remplacement des
branchements). Le coût de remplacement d’un branchement est fixé à 2200 € (prix fourni par
le service Etudes et Travaux de la CCRMM)

Avec une capacité d’autofinancement de 470 000 € et d’après l’estimation des coûts, le
programme de renouvellement de la CCRMM se déroulera sur 5 ans. Il n’y a pas de
proposition de phasage car les travaux se feront chaque année en fonction des travaux de
voirie.
C’est au responsable du service Etudes et Travaux de la CCRMM de planifier ces travaux en
consultation avec les communes.

VI. / METHODOLOGIE POUR LE DEVELOPPEMENT D’UNE GESTION


PATRIMONIALE DES RESEAUX D’EAU AU SEIN DU SDEA

L’élaboration d’un plan de renouvellement, qui s’inscrit dans une démarche de gestion
patrimoniale, fait intervenir la prise en compte de facteurs locaux, de l’analyse des données de
maintenance et d’exploitation à l’aide d’outils tels que la cartographie et la modélisation
hydraulique. L’apparition de modèles d’aide à la décision répandus (début des années 2000)
traitant de la problématique de renouvellement et de maintenance des réseaux d’eau vient
compléter les possibilités d’analyse. Amir Nafi, enseignant-chercheur à l’ENGEES a publié
un rapport [7] présentant ces différents modèles. Ce travail a été réalisé en amont de mon
travail de fin d’études, en vue de conceptualiser la méthode.

6.1. / PHILOSOPHIE DE LA METHODE

L’élaboration d’une méthodologie appliquée à la gestion patrimoniale souligne la volonté


d’atteindre un degré d’exigence toujours plus élevé dans l’intérêt des usagers. De plus,
l’article 58 de l’avant-projet de lois Grenelle II de l’Environnement prévoit que les services
d’eau et d’assainissement effectuent dans le futur l’inventaire de leurs infrastructures (Cf.
annexe 14 : extrait de l’article 58) ce qui incite d’autant plus le SDEA à moderniser les outils
de gestion patrimoniale pour les collectivités membres.

52
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

La mise en place d’une politique de gestion patrimoniale repose principalement sur deux
piliers à savoir d’une part la maîtrise des données disponibles et utiles et d’autre part
l’utilisation des outils nécessaires à l’analyse de ce grand nombre de données. Les outils
d’aide à la décision sont donc à préciser pour l’élaboration de la méthodologie.

La proposition d’une méthodologie pour le développement d’une gestion patrimoniale pour le


SDEA, nécessite tout d’abord de s’intéresser à l’organisation du SDEA sous un angle orienté
« gestion patrimoniale ». En effet, d’après la littérature développant des modèles d’aide à la
décision, la mutualisation des données à l’échelle des services est préconisée, il est donc
opportun de s’intéresser aux services du SDEA impliqués dans la gestion patrimoniale.

6.2. / LA COLLECTE DES DONNEES, UN FLUX D’INFORMATIONS INTERNE


AU SDEA

La première étape du processus de décisions est la collecte de données permettant de


connaître le réseau de distribution étudié, dans notre cas il s’agit de celui de la CCRMM.
L’obtention des données patrimoniales se fait par extraction à partir de la base de données du
Système d’Informations Géographiques (SIG) interne au SDEA. Cette base de données
permet de visualiser le patrimoine enterré et de récolter les informations relatives aux
matériaux en place, diamètres, longueurs et périodes de pose. Néanmoins, en égard aux
besoins spécifiques des outils d’aide à la décision, cette base de données n’est pas complète
(exemple : pour ne pas faire d’erreur le service SIG ne renseigne pas les dates de pose
lorsqu’elles ne sont pas sures et certaines, certains matériaux indiqués ne pas les bons). Ces
données servant de données d’entrée à la réflexion, il est primordial qu’elles soient
disponibles afin de réaliser une analyse diagnostique fiable (les dates de poses inconnues
pourraient être estimées).
L’analyse du réseau de la CCRMM a nécessité l’extraction des données du SIG ainsi qu’un
traitement manuel de ces données. Certains doutes concernant des dates de pose et des
matériaux ont pu être levés grâce à la bonne connaissance qu’ont les agents techniques du
réseau et la consultation auprès d’ «Anciens» du SDEA.

De plus, pour déterminer les conduites à renouveler, il est important de connaître celles ayant
subi des défaillances telles que des ruptures. Ces défaillances sont enregistrées dans le logiciel
SAP (Systems Analysis and Product). On rappelle que SAP est un progiciel de gestion
d’entreprises, dont le SDEA se sert avant tout pour la gestion des interventions, des stocks et
pour la facturation des travaux effectués. Par conséquent, lorsque les agents techniques
remplissent les OT, ils doivent essentiellement renseigner la durée des travaux et leurs coûts.
Le type d’intervention et la localisation de l’intervention ne sont pas systématiquement
renseignés. SAP n’étant pas spécifiquement destiné à la gestion patrimoniale, la collecte des
défaillances fut difficile car de nombreuses incertitudes régnaient quant à la localisation et aux
types de défaillances. Or l’exactitude de ces données est importante en vue de l’utilisation de
l’outil CASSES, outil présenté par la suite. Là encore, si les données d’entrée sont erronées,
les résultats fournis par l’outil ne seront pas représentatifs donc non exploitables. Il serait
donc intéressant que le SDEA développe sa base de données sur les défaillances,
notamment pour leur localisation, en les attribuant à un point précis d’une conduite. Le
complément d’une telle base permettrait un gain de temps considérable et augmenterait la
fiabilité des informations.

53
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

L’analyse du réseau de distribution de la CCRMM comprend également l’analyse des


consommations actuelles et futures du secteur. Il est important de connaître le nombre
d’abonnés desservis et la consommation de ces derniers afin de déterminer si la capacité des
conduites est suffisante ou si des renforcements sont nécessaires. Pour connaître la
consommation des abonnés, le service Gestion des Abonnés peut, au moyen d’un logiciel de
facturation extraire le volume facturé (volume facturé = volume consommé) par abonné.

Enfin, un autre type de données a été collecté dans le cadre de mon stage à savoir des données
de terrain. En effet, en vue de valider des modélisations hydrauliques, il est nécessaire
d’obtenir ces données afin de s’assurer de la représentativité du modèle hydraulique.

Si le SDEA possède la majorité des informations nécessaires au diagnostic intervenant dans la


gestion patrimoniale, il n’existe pas encore d’outil centralisant ces données et permettant une
exploitation aisée. Le processus de décisions exige une base de données fiables, il serait donc
souhaitable qu’une réflexion soit menée sur la consolidation des données nécessaires à la
gestion patrimoniale et ce pour chaque réseau dont il assure l’exploitation.

Récapitulatif des données utiles à la gestion patrimoniale pour la CCRMM :


-données SIG
-données de défaillances
-données de consommations

Ces données ont pu être récupérées mais ont nécessité un traitement manuel important afin
d’être exploitables notamment pour les outils d’aide à la décision.

6.3. / LES OUTILS D’AIDE A LA DECISION

Des outils d’aide à la décision sont indispensables à la mise en place d’une politique de
gestion patrimoniale notamment parce qu’ils permettent de traiter le grand nombre de données
disponibles et de définir les priorités d’investissement à court, moyen et long terme.

Eau Potable
Linéaire concerné (km) 3 500
Nombre de tronçons gérés en SIG 40 000
Valeur à neuf (k€)
700 000
Population concernée 680 000 hab
Tableau 13 : Données concernant les réseaux d’eau du SDEA

On constate que le nombre de tronçons gérés par le SIG est considérable. La méthodologie à
mettre en place doit faciliter au maximum l’étude de tous ces tronçons.

Comme le souligne le travail réalisé par [Nafi, 2009], il existe de nombreux outils d’aide à la
décision. Toutefois leurs utilisations nécessitent la disponibilité d’un grand nombre de
données dont toutes ne sont pas gérées dans le système du SDEA. Pour l’étude réalisée pour

54
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

la CCRMM, deux outils d’aide à la décision ont été utilisés à savoir CASSES et PORTEAU,
outils développés par le Cemagref.

 L’outil CASSE (Cf. Partie 3.3.1)

L’outil CASSE se révèle être un outil intéressant dans le cadre de la gestion patrimoniale et
que le SDEA pourrait envisager d’acquérir. Néanmoins, cet outil nécessite un inventaire de
ruptures tenu de façon rigoureuse avec une localisation précise. Il est primordial que
l’identifiant SIG du tronçon ayant subi la rupture soit indiqué systématiquement. La méthode
de collecte des ruptures mérite d’être revue au SDEA afin d’être standardisée au format
correspondant à celui nécessaire au logiciel CASSES.
CASSES peut être utilisé à fréquence régulière en fonction des plans de renouvellement qui
sont établis. On peut penser à une fréquence annuelle si on dispose de beaucoup de données,
mais l’utiliser tous les 3 à 5 ans serait suffisant.
L’outil de base CASSES coûte 5 000 € H.T.

 L’outil PORTEAU (Cf. Partie 3.3.2)

L’outil PORTEAU, outil de calcul hydraulique, est un outil dont dispose le SDEA et qui
s’inscrit dans la logique de gestion patrimoniale. Il souligne notamment les conduites
importantes d’un point de vue hydraulique notamment en nombre d’abonnés desservis. C’est
l’usage qu’il en a été fait au cours de cette étude, mais bien évidemment, il peut être utilisé à
d’autres fins.

Le logiciel EPANET est un autre logiciel permettant de calculer l’importance hydraulique.


EPANET semble plus adapté à cette exploitation des données car il dispose déjà macros qui
permettent de tester plus vite chaque tronçon [6].

Le recours à ces deux outils est intéressant car s’ils sont bien renseignés, ils peuvent servir de
base à une analyse multicritère. Il devient alors possible non seulement de prévoir des plans
d’actions en fonction des résultats obtenus mais aussi d’identifier les variables (temps,
matériaux…) responsables de la dégradation des conduites.

 L’analyse multicritère (Cf. Partie 3.3.3)

La fiabilité de cette méthode est tributaire de la collecte des données soulignant ainsi
l’importance pour le SDEA d’acquérir une base de données solide mise à jour régulièrement.
En effet, s’agissant des données utilisées deux types d’analyse sont possibles : l’une avec le
traitement direct des données issues de l’inventaire des ruptures, l’autre avec les résultats de
l’outil de prédiction de défaillances CASSE, lorsque l’inventaire des ruptures est suffisant
pour donner un modèle de prédiction pour chaque matériau.

 L’outil CRITICITE

CRITICITE est un outil permettant également de tester l’importance hydraulique des


tronçons. On précise que ce logiciel ne fait pas de calcul hydraulique. Pour fonctionner le
logiciel a besoin du débit entrant dans le tronçon (« nœud énergie ») et du débit sortant de ce
même tronçon (« nœud de consommation »). Compte tenu de la taille du réseau de la

55
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

CCRMM et de son maillage il n’est pas possible de connaître de tels débits sauf en ayant
recours à PORTEAU. PORTEAU étant nécessaire pour l’utilisation de CRITICITE, on a fait
le choix d’utiliser uniquement PORTEAU par souci d’efficacité.
Néanmoins, CRITICITE peut s’avérer facile d’utilisation pour les petits réseaux et intéressant
dans la mesure où il permet d’introduire de nouvelles variables tels que le taux de casse, le
taux de satisfaction de la demande d’un nœud relativement à un tronçon…

6.4. / LES ETAPES DE LA METHODOLOGIE PROPOSEE AU SDEA

Compte tenu des données et des outils mis à disposition à l’heure actuelle, la procédure d’aide
à la décision pour le programme de renouvellement pluriannuel dans le cadre de la gestion
patrimoniale correspond à celle présentée page 18.

6.5. / LES CHANGEMENTS A APPORTER POUR UN DEVELOPPEMENT DE


LA METHODOLOGIE

6.5.1. / Amélioration de la connaissance du patrimoine enterré

La mise en place d’une méthodologie de gestion patrimoniale au sein du SDEA rend


indispensable une capitalisation des données, une amélioration de la collecte de données. En
effet, la réalisation du diagnostic du réseau de distribution de la CCRMM a permis de détecter
des manques dans les bases de données du SDEA. Il est nécessaire de réunir les responsables
du SIG, du service réseau et du service études ainsi que des agents de terrain de ces services
pour les informer de la problématique et les associer à la mise en place de nouvelles pratiques.
Deux réunions ont été menées lors de mon stage à l’issue desquelles j’ai mis au point une
fiche d’intervention présentée en annexe 15. Ces nouvelles pratiques doivent aboutir au
développement de la base permettant de recenser les données techniques, mais aussi de
recenser toutes les interventions.

6.5.2. / Une bonne maîtrise des outils d’aide à la décision

La procédure d’aide à la décision ne peut se faire sans une identification des outils d’aide à la
décision. Ces outils favorisent le passage du stade de la connaissance à celui de l’action. Pour
déterminer les outils les plus pertinents pour la politique de gestion patrimoniale, le SDEA se
doit de connaître parfaitement les différents outils existants en vue de mobiliser les bonnes
données. De plus, à l’occasion de l’utilisation de ces outils, il convient de préciser les
objectifs, les rôles et les responsabilités de la collectivité et de l’exploitant. Comment les
utiliser ? Peut-on démocratiser leur utilisation en bureau d’études ? Définir qui peut être
utilisateur de ces outils et dans ce cas quels seraient les nouveaux acteurs d’une étude
diagnostic ?
Ce stage a permis d’apporter des réponses à ces questions. Les outils d’aide à la décision
testés à savoir PORTEAU et CASSES semblent d’être d’un usage réservé au service Etudes
(et non par exemple à l’exploitant du réseau) car leurs utilisations nécessitent une préparation
et les résultats donnés par ces outils doivent être interprétés, analysés.

56
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

6.5.3. / Vers une procédure de collecte de données

Ce stage a permis au SDEA de faire un bilan sur les données actuellement disponibles et
exploitables et sur celles qu’il faudrait se procurer afin d’appliquer au mieux la méthodologie.
Quelles données seraient nécessaires et comment les obtenir ? [12] Ces données
alimenteraient les bases de données et le système d’informations géographiques.
On peut distinguer deux types de données : des données primordiales et les données
complémentaires. Les données primordiales sont celles relatives à la longueur, au matériau, au
diamètre, à la date de pose. Deux remarques concernant ces données : la date de pose doit être
impérativement renseignée pour l’utilisation des outils (ou attribuer une période de pose). La
cote altimétrique est une nouvelle donnée primordiale qui devrait figurer dans le SIG.
La localisation des conduites (sous trottoir, sous chaussée…) est une donnée complémentaire
intéressante à collecter pour réaliser de nouvelles corrélations : est-il possible d’établir une
relation entre la localisation de la conduite et le type de défaillance subie par cette dernière ?
Par ailleurs, cette dernière collecte permettrait de distinguer les ruptures « normales » (dues au
vieillissement de la conduite) des ruptures « accidentelles » (dues par exemple à un trafic
important) qui nécessitent des traitements différents dans les outils d’aide à la décision.
Initialement, des données géophysiques et climatiques, des données sur la nature des sols, la
présence de nappes devaient être intégrées à la liste des données à collecter. En effet, une
vague de ruptures peut avoir lieu en hiver après ou pendant une période de gel, en été après
une période de sécheresse ou de pluie accompagnée d’une remontée de nappe…Il a été jugé
que ces données restent trop difficiles à collecter ou à exploiter, c’est la raison pour laquelle
elles ne figurent pas dans la fiche d’intervention.

A l’occasion de l’intervention des agents techniques sur le terrain des données plus précises
pourraient être obtenues :
-le type de défaillance : casse (transversale, longitudinale), déboîtement, trou
-partie du réseau concerné
-la localisation précise de la défaillance (actuellement les défaillances sont indiquées par rue
ce qui est loin d’être suffisant, une rue étant constituée de plusieurs conduites)
En raison de cette dernière donnée, il est indispensable que les agents techniques soient dotés
de plans SIG renseignés avec les n° identifiants des tronçons et formés au repérage de ces
identifiant sur les tronçons.

La collecte de ces données nécessite une réflexion sur les moyens à mettre en place auprès des
agents techniques. Dans un premier temps, un recensement a été effectué et proposé sous
forme d’une « fiche d’intervention », d’un usage rapide par l’emploi d’un questionnaire à
choix multiple. Toutefois les différents agents (agents de terrain, chef de secteur, technicien,
chef de service) m’ont fait part de leur difficulté de gestion de « flux papier ». Pour ne pas
alourdir leur charge de travail et ne pas générer de double saisie des informations, le concept
sera vraisemblablement orienté vers une saisie informatique sur le terrain.
Ce concept a été discuté lors d’une réunion inter-services afin d’évaluer les capacités et les
possibilités qu’ont les agents techniques pour renseigner de telles données.
Sur le plan des capacités capacité, les agents disposent des compétences techniques pour
renseigner des données sur de nouveaux outils (informatisés). D’un point de vue possibilités :

57
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Les agents du réseau eau potable sont actuellement équipés de PSION1 dans lesquels ils
enregistrent les temps d’intervention et les mouvements de matériel affecté pour chaque
mission. Ce dispositif ne permet pas pour le moment de récolter d’autres données sans passer
par un développement de micro-application spécifique. Le service informatique du SDEA,
consulté à cet effet, ne souhaite pas développer de telle application sur ce type de matériel,
devenu obsolète. Il n’est en effet plus fabriqué et sont remplacement par un outil plus
performant est programmé. Le cahier des charges du nouvel outil embarqué n’étant pas
encore rédigé, le SDEA aura la possibilité de formuler ses attentes sur les capacités de cet
outil vis-à-vis de la collecte de données.

Lors de la réunion inter-services, les craintes suivantes ont été soulevées :


- la collecte de ces données constitue une mission supplémentaire pour les agents de
terrain pouvant avoir un impact sur le temps de travail
- crainte d’une double saisie si le dispositif n’est pas intégré (faudra-t-il saisir une
nouvelle fois les données collectées pour les enregistrer dans la base de données ?)
- ces données seront-elles réellement exploitées ? par qui ?

Il s’agit de faire comprendre aux agents techniques que leur aide est précieuse et qu’ils ont un
rôle important à jouer dans la gestion patrimoniale, car ils sont à la base de la fiabilité des
données.
Pour ce faire, j’ai impliqué certains agents de fonctions différentes en leur expliquant la
démarche et en les questionnant sur la pertinence de certaines données supplémentaires
auxquelles je pensai. Cette démarche pourra être élargie par la direction vers tous les agents
techniques pour réussir l’adhésion au projet
La collecte de données mise en place lors de ce stage a été validée par le chef de service
Travaux et Exploitation du SDEA et le chef de secteur de Molsheim. Pour le moment elle se
présente sous la forme d’une fiche que les agents complètent lorsqu’ils se rendent sur une
intervention.

6.5.4. / Comment regrouper ces données ?

Si une réflexion est menée sur de nouvelles données à collecter, une autre réflexion
concernant le regroupement de l’ensemble des données dédiées à la gestion patrimoniale des
réseaux AEP doit être effectuée. Ces deux réflexions, ne font pas intervenir les mêmes
acteurs. En effet, celle sur la collecte de données est à l’initiative du service études et du
service réseau alors que celle sur le regroupement de données est de la compétence des
services SIG et Informatique qui sont les mieux placés pour déterminer la façon de gérer ces
données : est-il possible de créer des passerelles ou de transférer les données SAP vers la base
de données SIG ? Faut-il créer une base de données spécifique « Gestion Patrimoniale » ?
Cette solution devra s’accompagner d’une réflexion sur les ressources nécessaires à la gestion
des données. Il apparaît clairement que des moyens humains et structurels sont à mobiliser
dans le cadre de la gestion patrimoniale au sein du SDEA. Ces données seront bien sûr
transmises de façon transversale aux collectivités aux fins de construire les programmes de
travaux. Par ailleurs, le rapport annuel de l’exploitant pourra éventuellement présenter un
volet actualisé de l’analyse patrimoniale du réseau par le logiciel CASSES.
1
PSION : micro-ordinateur portable utilisé par les agents techniques de terrain pour affecter le matériel utilisé et
les heures de travail effectuées à chaque opération. Ces données sont ensuite transmises au bureau vers le
logiciel SAP et servent à l’établissement de la facturation
58
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

6.5.5. / Un accompagnement vers le changement

La mise en place d’une politique de gestion patrimoniale au sein du SDEA implique non
seulement certains services au sein du SDEA (le service exploitation et travaux, le service
études, le service de gestion des abonnés) mais aussi les collectivités. De plus, la mise en
place d’une telle politique impactera très certainement l’ensemble des services du SDEA qui
est prêt à revoir son organisation. Cette mise en place doit donc être accompagnée et ponctuée
de réunions regroupant les services directement impliqués, de points d’informations pour les
services qui seront impactés afin que tout le monde comprenne les tenants et les aboutissants
de la politique souhaitée et se prépare à un éventuel changement dans l’organisation du
SDEA. Sur ce dernier point, la possibilité de créer un poste de « chargé de gestion
patrimoniale » n’est pas exclure afin de mettre à jour les données régulièrement et ce une fois
que le SDEA sera doté d’un nouvel SIG. On peut citer l’exemple du service Eaux de la
Communauté Urbaine de Nice qui a développé une base de données gestion patrimoniale mise
à jour par deux personnes chargées de récolter les informations auprès des divers exploitants.
Avant de se concentrer sur les moyens humains à mettre en œuvre, le bureau d’études du
SDEA pourrait tester l’outil CRITICITE présenté en page 56 afin de juger de la pertinence
d’un tel outil. Suite à ce test, les outils pourront être présentés au cours de réunions dont
l’objectif sera de déterminer s’il est intéressant pour le SDEA de les acquérir.
Pour mener à bien cette entreprise, il apparaît opportun de désigner au sein du bureau
d’Etudes Eau Potable un coordonnateur qui pourra, en fonction des conclusions résultant des
réunions, déterminer si un budget consacré à la gestion patrimoniale s’avère nécessaire.

La méthodologie élaborée au cours de ce stage s’inscrit dans une dynamique longue puisqu’il
faudra par exemple du temps pour constituer un historique des ruptures. Cette méthodologie
présente l’avantage de cibler les programmes de renouvellement en vue d’augmenter la durée
de vie des réseaux. De plus, le tableau multicritère obtenu à l’issue de la dernière étape de la
méthodologie est un outil dynamique hiérarchisant les tronçons de façon « objective » : les
conduites anciennes ne sont pas systématiquement jugées comme étant prioritaires
contrairement à la méthode « traditionnelle » avec laquelle les conduites d’un certain âge sont
systématiquement jugées comme étant à remplacer.
La méthodologie devra également subir une analyse critique : je vais en effet soumettre le
tableau multicritère à l’exploitant dans quelques jours afin qu’il juge de la pertinence de ce
tableau et qu’il me fasse part son avis, de ses observations.

59
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

CONCLUSION

Face au vieillissement des réseaux d’eau potable, le SDEA a souhaité élaborer une
méthodologie facilitant la définition de programmes de renouvellement.
Cette méthodologie fut élaborée et testée au fur et à mesure de l’avancement du stage. Bien
évidemment tous les outils d’aide à la décision pouvant exister n’ont pas été évalués. Si ceux
retenus dans la méthodologie sont bien maîtrisés et si des efforts sont fournis au niveau de la
collecte et de la gestion des données notamment au travers un SIG performant, alors cette
méthodologie saura faire ses preuves. Le SDEA est au stade de passer de la notion de
« volonté » à la notion de « mise en œuvre » et pourrait revoir son organisation afin de
s’adapter aux outils. La Communauté de Communes de la Région de Molsheim-Mutzig
souhaite que cette démarche devienne un outil dynamique d’échange avec l’exploitant et
d’ajustement régulier de son programme de travaux.

60
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

OUVRAGE
[1] RAYNAL Serge-Le management par projet. Edition d’Organisation, Paris, 2ème édition
2001.259p. ISBN 2-7081-2452-8

[2] ROY Bernard-Méthodologie Multicritère d’Aide à la décision. Edition Economica,


Paris, 1985. 423p. (Collection Gestion)

THESE
[3] NAFI Amir. La programmation pluriannuelle du renouvellement des réseaux d’eau
potable. Thèse de doctorat : Université louis Pasteur, Strasbourg I, 2006. 238p.

[4] TORTEROT Jean-Philippe, REBELO Margarida, WEREY Caty, CRAVEIRO Joao,


GUERRA Rita. Care-W Computer Aided REhabilitation of Water networks. Decision
Support Tools for Sustainable Water Network Management. 2003, 77p.

RAPPORT
[5] BERLAND Jean-Marc, FABY Jean-Antoine, JUERY Catherine. La gestion patrimoniale
des réseaux d’eau potable : enjeux et recommandations. Office International de l’Eau,
2005. 41p.

[6] LOUPPE Antoine. Etude diagnostique des installations du Syndicat des Eaux de la
Moder (Bas-Rhin) et application d’un outil d’aide à la décision pour le renouvellement
des conduites. Mémoire de Fin d’Etudes, ENGEES, juin 2007. 97p.

[7] NAFI Amir. Gestion patrimoniale et renouvellement des réseaux d’eau potable-
Modèles d’aide à la décision et modèles de prévision de défaillances : Etat de l’art et
enseignements méthodologiques. Rapport de recherche, juin 2009. 58p.

[8] Etude Sogreah. Définition des travaux nécessaires à la sécurisation de l’Alimentation


en Eau Potable. Etude, septembre 2004. 9p.

61
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

[9] WEREY Caty, NAFI Amir. Aide à la décision multicritère : introduction aux
méthodes d’analyse multicritère de type ELECTRE. Cours « Ingénierie financière »,
septembre 2009. 21p.

REVUE
[10] PERROUX François. Monde en développement. Mise en patrimoine de l’eau. Edition De
Boeck

[11] Environmental Protection Agency, US.EPA Asset Management: A Handbook for


Small Water Systems One of the Simple Tools for Effective Performance (STEP). 2003
EPA /816/R-03/016

[12] EISENBIES P. - WEREY C. - LAPLAUD C. L’enregistrement des défaillances pour


améliorer la connaissance des réseaux d’eau potable. Revue Techniques – Sciences -
Méthodes, 2002, n° 6. p. 116

62
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

ANNEXES

Annexe 1 : Historique et Organisation du SDEA ................................................................ 64

Annexe 2 : Les compétences du SDEA ............................................................................... 67

Annexe 3 : Relations SDEA-CCRMM-Elus ........................................................................ 69

Annexe 4 : Données sur les puits et réservoirs et construction du schéma altimétrique et


(extrait du rapport annuel 2008)........................................................................................... 70

Annexe 5 : Age moyen du réseau......................................................................................... 73

Annexe 6 : Catégorie de conduites....................................................................................... 75

Annexe 7 : Tableau répertoriant les défaillances ................................................................. 78

Annexe 8 : Les besoins de la CCRMM................................................................................ 79

Annexe 9 : Résultats de la campagne des essais de rugosité ............................................... 88

Annexe 10 : Extrait des prévisions de défaillances sur le réseau de la CCRMM avec le


logiciel CASSES .................................................................................................................. 89

Annexe 11 : Liste des gros consommateurs sur le territoire de la CCRMM........................ 91

Annexe 12 : Le critère « Importance hydraulique »............................................................. 92

Annexe 13 : Extrait du tableau multicritère « finalisé »....................................................... 92

Annexe 14 : Article 58 de l’avant-projet de Loi Grenelle II ................................................ 95

Annexe 15 : Fiche d’intervention......................................................................................... 96

63
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 1 : Historique et Organisation du SDEA

Prenant conscience que l’alimentation en eau potable était un souci majeur au début du
XXème siècle, l’Etat en collaboration avec des élus locaux a mis en place un service de
surveillance, d’entretien et d’exploitation des installations d’eau potable au profit des petites
et moyennes collectivités.
De 1939 à 1947, une organisation commence à voir le jour, le Service des Eaux de
Strasbourg-Campagne. En effet, les économies d’échelles étant mises à mal par la guerre, ce
service permettait de mettre en commun les moyens humains et matériels. Cependant dans le
tumulte de la guerre aucune base juridique solide ne fut déterminée.
Le 1er juillet 1948, le Service Strasbourg-Campagne est attaché au Conseil Général du Bas-
Rhin. Il se transforme alors en Service Départemental des Eaux et au bout de 10 années
d’existences regroupe 101 communes et dessert 102 000 habitants.
Néanmoins, tout en maintenant des liens avec le département, une nouvelle modification
statutaire prépare la création du Syndicat des Eaux et d’Assainissement du Bas-Rhin le 26
Décembre 1958. Le SDEA a pris alors la forme d’un syndicat mixte, statut conservé depuis.
La forme de syndicat offre la possibilité aux collectivités d’assurer sa gestion puisque chacune
d’entre elles en fonction de sa taille est représentée par un ou plusieurs élus au sein de
l’Assemblée Générale. L’objectif principal face à l’intérêt général est de faire face aux
urgences et assurer par tous les moyens possibles la continuité du service public.
Face à un développement sans précédent, le SDEA a dû réviser son cadre de fonctionnement
notamment à la suite d’un conflit juridique avec un groupe privé. Ainsi à la fin des années 90,
le SDEA a clarifié ses compétences et celles propres aux collectivités.

Parallèlement à ses efforts de modernisation de son fonctionnement institutionnel et de ses


méthodes, le SDEA s’est engagé dans une démarche de performance prenant en compte les
attentes des usagers, des élus et des collectivités. Le SDEA a d’abord obtenu en 2000 la
norme ISO 9001 pour l’exercice de l’ensemble de ses compétences, complété fin 2008 par la
certification Environnement ISO 14001.

64
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Chiffres - clés

1. Les ressources humaines

500 agents dont 24 ingénieurs, 18 cadres supérieurs administratifs, 95 techniciens supérieurs,


Formation continue du personnel : >4 % de la masse salariale,
Moyenne d'âge des salariés : 39 ans.

2. Les moyens matériels

4 centres d’intervention et 5 antennes répartis dans le département,


255 véhicules et engins,
Progiciel de gestion intégrée SAP,
Astreinte 24 h/24 - 600 sites télégérés, un système de téléalerte des usagers.

3. Le volume d’activité

En 2007 : 75 millions d’euros (répartition : 57 % eau potable, 43 % eaux usées),


A titre de comparaison, en 1990 : 12,6 millions d’euros (répartition : 65 % eau potable, 35 %
eaux usées).

65
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

66
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 2 : Les compétences du SDEA

67
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

68
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 3 : Relations SDEA – CCRMM - Elus


DDE

Services du SDEA Services


intervenant dans le
Exploitation Bureau Programmes de travaux de voirie
cadre de la gestion d’Etudes
patrimoniale et Travaux

Gestion des SDEA SIG Communauté


abonnés de Communes

Compte rendu d’Exploitation du réseau et


des ouvrages d’AEP

Service Service
Etudes et Administratif et
financier

Etude et propositions de plan de


renouvellement avec l’appui
éventuel d’un maître d’œuvre

Estimation du budget

Comité directeur Vote du budget


(Elus) Si accord entre
les deux services

Validation Report

FORCE DE DECISION FORCE DE PROPOSITION

69
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 4 : Données sur les puits et réservoirs - Construction du schéma altimétrique –


Plan de situation (extrait du rapport annuel 2008)

type de indice capacité installée


localisation dénomination traitement
ressource national m³/h
Mutzig Stierkopf puits 1 forage 271-4-60 chloration 67
Mutzig Stierkopf puits 2 forage 271-4-59 néant 13
Mutzig Stierkopf puits 3 forage 271-4-61 néant 105
Mutzig Stierkopf puits 4 forage 271-3-4 néant (20) puits à l'arrêt
Mutzig Stierkopf puits 5 forage 271-4-58 chloration 46
Griesheim puits 2 forage 271-8-2 néant (90) puits à l'arrêt
Griesheim puits 3 forage 271-8-1 néant 150
Altorf puits 1 forage 271-4-2 neutralisation (27) puits à l'arrêt
Altorf puits 2 forage 271-4-101 neutralisation + 120
désinfection U.V.
Gresswiller secteur puits forage 271-3-86 néant 94
Gresswiller-
Dinsheim
Gresswiller secteur puits forage 271-3-86 néant 190
Molsheim
Heiligenberg-Gare puits forage 271-3-020 néant 6
791 m³/h
capacité totale de production ou
18 984 m³/j

capacité réserve
niveau d'eau réserve utile
localisation dénomination type totale d'incendie
m NGF m³
m³ m³
Molsheim réservoir 246,17 semi- 1 315 1 050 265
enterré
Mutzig réservoir 246,17 semi- 1 000 880 120
enterré
Wolxheim réservoir 223,00 semi- 500 400 100
enterré
Gresswiller réservoir 275,00 semi- 750 630 120
enterré

total des réserves 3 565 2 960 605

70
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Construction du schéma altimétrique :


Abscisse
cumulée (au
Diamètre de la
Puits de Cote (m)
conduite (mm)
Gresswiller)
(m)
Puits de Gresswiller 0 200
250
Réservoir de Gresswiller 1313,5 275

Puits de Gresswiller 0 200


3825 190 500
vers 4887 189 200
5012 203 350
Réservoir de Mutzig 5174,5 246 250

Arrivée R Mutig 5174,5 246


5012 195 250
4887 195 350
5262 195 250
5424,5 195 250
5612 195 250
5737 195 250
Arrivée Puits 5 5899,5 195 250

Puits 1 5612 195


Réservoir de Molsheim 8687,5 246 250

Réservoir de Molsheim 8687,5 246


9125 186 250
9750 200 400
9937,5 208 200
10250 205 300
12750 170 350
Puits 1Altorf 14837,5 170 400
Puits 2 Altorf 15900 185 350
Puits 2 Griesheim 18400 183 350
Puits 3 Griesheim 19462,5 160 350

Réservoir de Molsheim 8687,5 246


9125 186 250
9750 186 400
9937,5 208 200
10250 205 300
vers 10687,5 200 350
12262,5 190 250
13050 170 125
13112,5 170 150
13800 185 200
Réservoir de Wolxheim 14312,5 223 125

71
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Schéma altimétrique du secteur de la CCRMM

290

270 Du Puits de Gresswiller au Réservoir de Gresswiller


Du Puits de Gresswiller au réservoir de Mutzig
250 Puits du Stierkopf-Réservoir de Mutzig
Puits du Stierkopf-Réservoir de Molsheim
230
Cote (m)

Puits Griesheim/Altorf-Réservoir de Molsheim


Réservoir de Molsheim-Réservoir de Wolxheim
210

190

170

150
0 5000 10000 15000 20000 25000
Distance au Puits de Gresswiller (m)

Graphique : Schéma altimétrique sur le secteur de la CCRMM

72
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

73
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 5 : Age moyen du réseau

Date de référence : 16/06/2009

CCODE NOMCOM AGE MOY


8 ALTORF 38
16 AVOLSHEIM 17
80 DACHSTEIN 35
98 DINSHEIM-SUR-BRUCHE 41
101 DORLISHEIM 38
127 ERGERSHEIM 23
168 GRESSWILLER 28
300 MOLSHEIM 30
313 MUTZIG 28
473 SOULTZ-LES-BAINS 24
554 WOLXHEIM 39
IDT NOM COLLECTIVITE AGE MOY
713 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-MUTZIG 32

74
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 6 : Catégorie de conduites

Période 1930-1950 Période 1950-1960


Secteur 1 Secteur 2 Secteur 1 Secteur 2
FT FT FT Cégédur FT W
DN 80 2246 5223 DN 80 207 1839
DN 100 4367 6016 DN 100 270 1912
DN 125 625 2906 DN 110 79 302
DN 150 1615 3679 DN 125 122 734
DN 200 357 862 DN 150 277
DN 250 670 1729 DN 175 406
DN 350 226 DN 200 207
*DN = Diamètre Nominal en mm
**Liste des matériaux rencontrés sur le secteur de la CCRMM

Période 1960-1970
Secteur 1 Secteur 2
FR FT FD PVC W FR FT FD PVC Sofo W
DN 80 92 145 DN 80 2736 3062
DN 90 48 62 DN 90 458 246 773
DN 100 275 DN 100 1962 1547
DN 110 351 DN 110 151 1420
DN 350 1310 DN 125 572 1076
DN 400 160 DN 150 533 709
DN 200 837 2100
DN 250 229
DN 300 290
DN 350 119

75
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Période 1970-1980
Secteur 1 Secteur 2
FT** FD PVC W PEHD Acier FR FT FD FTT PVC W
DN 80* 74 DN 80 12 694
DN 90 291 2 DN 90 661 599
DN 100 1017 10 DN 100 21 9 106
DN 110 3389 265 DN 110 5346 4097
DN 125 39 DN 125 42 252 963
DN 150 1519 DN 140 80
DN 200 2907 DN 150 452 5496
DN 250 990 DN 200 43 4 2335 663
DN 250 15 1929
DN 300 129
DN 350 1822

Période 1980-1990
Secteur 1 Secteur 2
FT FD PVC FD FTT PVC
DN 110 1813 DN 80 222
DN 125 103 DN 90 27
DN 150 316 277 DN 100 214
DN 200 511 190469 DN 110 9441
DN 250 DN 125 372
DN 350 42 DN 150 5363
DN 160 80
DN 200 1127 14
DN 250 1813 1312
DN 350 891
DN 500 1329

Période 1990-2000
Secteur 1 Secteur 2
FT FD FTT PVC PEHD FD FTT PVC PEHD
DN 80 5 DN 80 53
DN 90 61 14 DN 90 143 38
DN 110 3084 DN 100 72
DN 150 9 711 DN 110 6655 51
DN 200 31 DN 125 237
DN 250 217 562 501 DN 150 2567 432
DN 400 762 DN 200 243 82
DN 250 77 11
DN 400 1345 367
DN 500 5285

76
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Période 2000-2008
Secteur 1 Secteur 2
FD FTT PVC FD FTT PVC PEHD
DN 80 2 DN 80 7
DN 90 6 DN 90 162
DN 110 1630 DN 100 49
DN 150 746 DN 110 6810
DN 400 1814 DN 125 15
DN 150 5040 52
DN 160
DN 200 869 127
DN 225 5
DN 250 2700
DN 400 670 965

Les cases coloriées en rose indiquent les types de conduites qui ont été testées lors des essais
de rugosité.

77
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 7 : Tableau répertoriant les défaillances

Nombre moyen
Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 de ruptures par
année

Nombre de ruptures
sur conduites 44 31 28 34 16 31 31
principales

Nombre de ruptures
56 53 35 49 17 45 43
sur branchements

78
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 8 : Les besoins de la CCRMM

Commune d’Altorf

Volume Volume
Nombre
Année consommé consommé/ab.
d'abonnés
(m3) (m3/ab.)
1997 169 279 216 784
1998 130 979 220 595
1999 134 034 224 598
2000 149 121 224 666
2001 176 618 226 781
2002 150 471 227 663
2003 44 641 229 195
2004 235 431 240 981
2005 139 776 248 564
2006 152 623 251 608
2007 144 581 258 560
2008 156 249 262 596
Tableau 1 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune d’Altorf

Evolution de la consommation par abonné sur la commune d'Altorf

800

700

600

500

Volume consommé (m3) 400


Volume consommé
300

200

100

-
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Graphique 1 : Evolution de la consommation sur la commune d’Altorf

79
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune d’Avolsheim

Volume
Volume
Nombre consommé
Année consommé
d'abonnés par abonné
(m3)
(m3/ab,)
1997 82016 177 463
1998 29175 182 160
1999 34599 184 188
2000 30200 184 164
2001 35726 184 194
2002 28058 187 150
2003 27912 186 150
2004 46179 192 241
2005 27804 192 145
2006 33941 188 181
2007 31953 190 168
2008 30959 196 158
Tableau 2 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune d’Alvosheim

Evolution de la consommation par abonné sur la commune d'Avolsheim

500
450
400
350
300
Volume consommé
250
(m3)
200
150
100
50
0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Volume consommé par abonné

Graphique 2 : Evolution de la consommation sur la commune d’Alvosheim

80
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune de Dachstein

Volume
Volume
Nombre consommé
Années consommé
d'aboonés par abonné
(m3)
(m3/ab.)
1997 67357 314 215
1998 67423 315 214
1999 71438 321 223
2000 65465 328 200
2001 81238 334 243
2002 64110 339 189
2003 73507 340 216
2004 114371 251 456
2005 65189 357 183
2006 81870 363 226
2007 78988 376 210
2008 83395 380 219
Tableau 3 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune de Dachstein

Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Dachstein

500
450
400
350
300
Volume consommé
250
(m3/ab.)
200
150
100
50
0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Volume consommé par abonné

Graphique 3 : Evolution de la consommation sur la commune de Dachstein

81
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune de Dinsheim-sur-Bruche

Volume
Volume
Nombre consommé
Année consommé
d'abonnés par abonné
(m3)
(m3/ab.)
1997 77 699 355 219
1998 66 683 357 187
1999 60 652 356 170
2000 60 201 359 168
2001 71 122 361 197
2002 64 120 364 176
2003 47 250 368 128
2004 92 599 378 245
2005 55 765 383 146
2006 58 193 390 149
2007 59 207 395 150
2008 56 259 396 142
Tableau 4 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune de Dinsheim-sur-Bruche

Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Dinsheim-sur-Bruche

250

200

150
Volume consommé
(m3/ab.)
100

50

0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Volume consommé (m3/ab.)

Graphique 4 : Evolution de la consommation sur la commune de Dinsheim-sur-Bruche

82
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune de Dorlisheim

Volume
Volume
Nombre consommé
Année consommé
d'abonnés par abonné
(m3)
(m3/ab.)
1997 218607 427 512
1998 134269 433 310
1999 139961 433 323
2000 122242 436 280
2001 124816 454 275
2002 120485 466 259
2003 100975 472 214
2004 206113 499 413
2005 144888 504 287
2006 146167 511 286
2007 146789 532 276
2008 151499 526 288
Tableau 5 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune de Dorlisheim

Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Dorlisheim

600

500

400

Volume (m3/ab.) 300

200

100

0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Volume consommé par abonné

Graphique 5 : Evolution de la consommation sur la commune de Dorlisheim

83
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune d’Ergersheim

Volume
Volume
Nombre consommé
Année consommé
d'abonnés par abonné
(m3)
(m3/ab.)
1997 43406 210 207
1998 41955 210 200
1999 44928 214 210
2000 44241 216 205
2001 47883 216 222
2002 39924 217 184
2003 49538 228 217
2004 53752 223 241
2005 41768 238 175
2006 46985 236 199
2007 48271 250 193
2008 54212 250 217
Tableau 6 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune d’Ergersheim

Evolution de la consommation par abonné sur la commune d'Ergersheim

250

200

150
Volume consommé
(m3/ab.)
100

50

0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Volume consommé par abonné (m3)

Graphique 6 : Evolution de la consommation sur la commune d’Ergersheim

84
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune de Wolxheim

Volume
Volume
Nombre consommé
Année consommé
d'abonnés par abonné
(m3)
(m3/ab.)
1997 120053 204 588
1998 36613 204 179
1999 45064 206 219
2000 40794 229 178
2001 46986 229 205
2002 35295 235 150
2003 44128 236 187
2004 60699 237 256
2005 38298 246 156
2006 45190 247 183
2007 40895 246 166
2008 43078 246 175
Tableau 7 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune de Wolxheim

Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Wolxheim

300

250

200

Volume consommé
150
(m3/ab.)

100

50

0
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Volume consommé par abonné

Graphique 7 : Evolution de la consommation sur la commune de Wolxheim

85
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune de Soultz-les-Bains

Volume
Volume
Nombre consommé
Année consommé
d'abonnés par abonné
(m3)
(m3/ab.)
1997 32557 176 185
1998 27443 176 156
1999 29318 177 166
2000 35607 182 196
2001 14657 183 80
2002 43784 190 230
2003 34773 188 185
2004 49989 197 254
2005 14178 193 73
2006 47546 203 234
2007 32118 202 159
2008 36704 206 178
Tableau 8 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune de Soultz-les-Bains

Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Soultz-les-Bains

300

250

200

Volume consommé
150
(m3/ab.)

100

50

0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Année

Volume consommé par abonné

Graphique 8 : Evolution de la consommation sur la commune de Soultz-les-Bains

86
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Commune de Molsheim

Volume Volume
Nombre
Année consommé consommé/abonné
d'abonnés
(m3) (m3/ab.)
1997 1 411 745 1180 1196
1998 774 442 1190 651
1999 889 953 1197 743
2000 932 848 1207 773
2001 727 720 1225 594
2002 612 100 1235 496
2003 447 266 1241 360
2004 824 430 1288 640
2005 593 272 1302 456
2006 626 763 1310 478
2007 566 891 1414 401
2008 576 204 1134 508
Tableau 9 : Evolution du volume consommé par abonné sur la commune de Molsheim

Evolution de la consommation par abonné sur la commune de Mosheim

1200
1000
800
Volume (m3/ab.) 600
400
200
0
1997 1999 2001 2003 2005 2007
Années

Volume consommé par abonné

Graphique 9 : Evolution de la consommation sur la commune de Molsheim

87
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 9 : Résultats de la campagne des essais de rugosité

DN % de
DN retenu k retenue
Date Lieu d'origine Matériau Date de pose réduction du
(mm) (mm)
(mm) diamètre
22/06/2009 GRESSWILLER-Rue du Général de Gaulle 125 FT 1949 100 1 20%
22/09/2006 GRESSWILLER-Rte express de la Vallée de la Bruche 200 FD 1980 200 0.1 0%
11/06/2009 DINSHEIM-Rte de Still/Waterburch 125 FR 1967 115 1 8%
11/06/2009 DINSHEIM-Rue du Camp 80 FT 1963 65 1 19%
11/06/2009 DINSHEIM-Rue du Général de Gaulle 150 FD 2006 150 1 0%
04/06/2009 DORLISHEIM-Rue de la Division Leclerc 100 FT 1941 70 1 30%
04/06/2009 DORLISHEIM-Rue des Remparts 125 FD 1976 95 1 24%
11/06/2009 DORLISHEIM-Grand'Rue 80 FT 1941 60 1 25%
11/06/2009 MOLSHEIM-Rue du Général Kopp 80 FD 1983 51 0.1 36%
05/05/2009 DORLISHEIM-Rue de l'Eglise/Grand'Rue 150 FT 1939 100 1 33%
04/06/2009 MUTZIG-Rue des Trois Pics 100 FT 1964 50 1 50%
22/06/2009 MUTZIG-Rue du Maréchal Foch 125 FT 1909 125 2 0%
04/06/2009 MUTZIG-Rue du Docteur Schweitzer 150 FD 1971 110 1 27%
04/06/2009 MUTZIG-Rue de Hermolsheim 150 FD 1980-1990 150 0.1 0%
24/06/2009 DACHSTEIN-Rue Léon Kraener 100 FT 1960 70 1 30%
24/06/2009 DACHSTEIN-Rue d'Altorf 100 FT 1950 70 1 30%
24/06/2009 ALTORF-Rue Principale 100 FT 1975 75 1 25%
04/06/2009 MOLSHEIM-Rue de la Source 80 FT 1955 75 1 6%
24/05/2009 ALTORF-Rte de Grisheim 150 FT 1945 100 1 33%
04/06/2009 MUTZIG-Rte des Loisirs 150 FD 1970 130 1 13%

88
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 10 : Extrait des prévisions de défaillances sur le réseau de la CCRMM avec le logiciel CASSES

2009 2010 2011 2012 2013

IDT DDP MAT DIA LNG NCP TxCP NCP TxCP NCP TxCP NCP TxCP NCP TxCP

1005 01/01/1975 FT 125 12.52 0.01 0.70 0.009 0.72 0.01 0.80 0.009 0.72 0.01 0.80
1006 01/01/1975 FT 150 12.62 0.009 0.59 0.007 0.55 0.008 0.63 0.009 0.71 0.008 0.63
1012 01/01/1968 FT 80 8.61 0.017 1.71 0.016 1.86 0.016 1.86 0.016 1.86 0.018 2.09
1013 01/01/1968 FT 80 3.95 0.017 3.72 0.016 4.05 0.016 4.05 0.016 4.05 0.018 4.56
1014 01/01/1968 FT 80 37.16 0.017 0.40 0.016 0.43 0.016 0.43 0.016 0.43 0.018 0.48
1025 01/01/1930 FT 125 17.85 0.021 1.00 0.018 1.01 0.019 1.06 0.02 1.12 0.02 1.12
1026 01/01/1930 FT 125 6.58 0.021 2.70 0.018 2.74 0.019 2.89 0.02 3.04 0.02 3.04
1027 01/01/1930 FT 125 92.65 0.021 0.19 0.018 0.19 0.019 0.21 0.02 0.22 0.02 0.22
1028 01/01/1930 FT 125 101.48 0.021 0.18 0.018 0.18 0.019 0.19 0.02 0.20 0.02 0.20
1029 01/01/1975 FT 150 6.77 0.009 1.10 0.007 1.03 0.008 1.18 0.009 1.33 0.008 1.18
1034 01/01/1930 FT 100 23.88 0.024 0.86 0.021 0.88 0.022 0.92 0.023 0.96 0.024 1.01
1035 01/01/1930 FT 80 94.7 0.027 0.24 0.024 0.25 0.025 0.26 0.026 0.27 0.027 0.29
1036 01/01/1930 FT 80 78.39 0.027 0.29 0.024 0.31 0.025 0.32 0.026 0.33 0.027 0.34
1037 01/01/1930 FT 80 67.65 0.027 0.34 0.024 0.35 0.025 0.37 0.026 0.38 0.027 0.40
1038 01/01/1930 FT 40 28.48 0.032 0.98 0.03 1.05 0.032 1.12 0.035 1.23 0.036 1.26
1039 01/01/1930 FT 80 21.21 0.027 1.08 0.024 1.13 0.025 1.18 0.026 1.23 0.027 1.27
1048 01/01/1975 FT 80 9.48 0.015 1.34 0.013 1.37 0.014 1.48 0.015 1.58 0.015 1.58
1049 01/01/1930 FT 100 53.96 0.024 0.38 0.021 0.39 0.022 0.41 0.023 0.43 0.024 0.44
1070 01/01/1965 FT 80 52.02 0.018 0.30 0.016 0.31 0.017 0.33 0.018 0.35 0.019 0.37
1071 01/01/1965 FT 80 11.33 0.018 1.37 0.016 1.41 0.017 1.50 0.018 1.59 0.019 1.68
1089 01/01/1975 FT 100 9 0.012 1.18 0.011 1.22 0.012 1.33 0.012 1.33 0.012 1.33
11239 01/01/1962 FT 100 153.08 0.016 0.09 0.014 0.09 0.015 0.10 0.016 0.10 0.016 0.10
11241 01/01/1950 FT 100 43.42 0.007 0.14 0.006 0.14 0.007 0.16 0.006 0.14 0.007 0.16
11242 01/01/1950 FT 100 60.37 0.007 0.10 0.006 0.10 0.007 0.12 0.006 0.10 0.007 0.12
11244 01/01/1950 FT 100 46.12 0.007 0.13 0.006 0.13 0.007 0.15 0.006 0.13 0.007 0.15
11245 01/01/1962 FT 100 111.4 0.016 0.12 0.014 0.13 0.015 0.13 0.016 0.14 0.016 0.14
11247 01/01/1967 FT 100 8.39 0.015 1.49 0.013 1.55 0.013 1.55 0.014 1.67 0.015 1.79

89
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Ensuite il a fallu rechercher dans le SIG du SDEA les noms de rues correspondant à chaque numéro de tronçon de manière à rendre les résultats
plus facilement exploitables. Un exemple vous est proposé ci-dessous :

2011

IDT DDP MAT DIA (mm) LNG NCP TxCP Localisation (Rue-Commune)

39544 01/01/1945 FT 250 782.82 0.187 66.31 Rn 92 - Dorlisheim


34521 01/01/1955 FT 100 69.32 0.298 42.39 Rue Philippi - Molsheim
4229 01/01/1945 FT 80 35.86 0.218 31.96 Rue du G De Gaulle - Dinsheim-sur-Bruche
2677 01/01/1945 FT 150 23.48 0.401 24.24 Inconnu - Altorf
35302 01/01/1941 FT 80 41.98 0.372 22.13 Rue de l'Eglise - Dorlisheim
2398 01/01/1945 FT 250 129.63 0.02 12.35 Route de Strasbourg - Altorf
36042 01/01/1935 FT 150 79.41 0.162 8.74 Rue Principale - Wolxheim
34313 01/01/1955 FT 125 38.03 0.124 8.01 Rue de l'Hôpital - Molsheim
35422 01/01/1945 FT 100 65.66 0.586 7.99 Rue de la Commanderie - Molsheim
4302 01/01/1945 FT 80 21.85 0.056 7.30 Rue de la Gare - Dinsheim-Sur-Bruche
35307 01/01/1941 FT 80 35.34 0.019 7.04 Petite Rue de l'Eglise - Dorlisheim
33206 01/01/1962 FT 80 98.49 0.145 6.72 Rue du Maréchal Leclerc - Mutzig

90
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 11 : Liste des gros consommateurs sur le territoire de la CCRMM

On rappelle que sont considérés comme « gros consommateurs », les abonnés dont la
consommation annuelle est supérieure ou égale à 6000 m3. Les gros consommateurs pris en
compte dans cette étude sont :

1. SA Charcuterie Alsacienne, Altorf


2. Cora Dorlisheim
3. SA Siebert, Ergersheim
4. Messier Hispano Bugatti, Molsheim
5. Ets Jacquot, Molsheim
6. Millipore SAS, Molsheim
7. Communauté de Communes de Molsheim et Environs - piscine, Molsheim
8. Osram, Molsheim
9. Sté APBP, Molsheim
10. Mercedes Benz, Molsheim
11. Forges SAS, Molsheim
12. Caserne Clerc-Moussy 44eme Rt, Mutzig
13. Camp CGE, Mutzig
14. Communauté de Communes de Molsheim et Environs - piscine, Mutzig
15. Scierie Braun Ferdinand, Gresswiller
16. 6ème régiment, Gresswiller

91
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 12 : Le critère « Importance hydraulique »

Pour évaluer l’importance hydraulique des tronçons non testés sous PORTEAU, on a
distingué plusieurs cas :

Premier groupe de tronçons :


-le bouclage
-les antennes avec des domestiques
-les antennes avec des domestiques et une réalimentation possible par ouverture de vanne(s)
Les tronçons présentant de telles « typologies » sont jugés comme ayant une importance
hydraulique faible.

Deuxième groupes de tronçons :


-les antennes avec des gros consommateurs
-les antennes avec des gros consommateurs et une réalimentation par ouverture de vanne(s)
possible
-les tronçons ayant de gros consommateurs
-les conduites « maîtresses » (traversant les communes et desquelles partent d’autres
conduites)
L’importance hydraulique attribuée à de tels tronçons est caractérisée de moyenne.

Enfin un troisième groupe de conduites est à distinguer pour l’importance hydraulique :


-les tronçons ayant un diamètre supérieur à 150 mm
-les tronçons amont et aval d’un réservoir
-les tronçons en sortie de puits
-les conduites intercommunales
Ces trois types de tronçons sont considérés comme ayant une importance hydraulique forte.

Tous ces cas n’ont pas été rencontrés dans l’étude du réseau de la CCRMM mais il est
important de tous les définir pour rendre la méthodologie applicable à l’ensemble des réseaux

Annexe 13 : Extrait du tableau multicritère « finalisé »

Le tableau présenté ci-dessous ne contient que les critères une fois normalisés. Il existe un
autre tableau plus complet répertoriant les données utilisées pour chaque critères.
Dans ce tableau, les tronçons sont déjà hiérarchisés du plus critique au moins critique.

92
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux
NB de ruptures d’eau"type
Critère
Critère Critère
Note finale
"Importance "retour de
COMMUNE NOM_RUE MATERIAU LG (m) ANNEE observées depuis 5 d'abonnés" après
hydraulique" l'exploitant"
ans normalisé normalisé pondération
normalisé normalisé
Mutzig Strasbourg (route de strasbourg) 200 FT 264,63 0,5 1,00 1,00 0,00 0,64
Wolxheim Principale (Rue) 150 FT 47,02 1 935 1 0,00 0,50 0,00 0,57
Molsheim Remparts (Rue) 100 FT 37,31 1 945 0,25 1,00 1,00 0,00 0,54
Molsheim Source (Rue de la) 175 FT 72,58 1 955 0,5 0,00 0,50 1,00 0,50
Molsheim Dachstein (Route de) 80 FT 16,81 1 970 0,75 0,00 0,00 1,00 0,46
Mutzig Jardiniers (rue des jardiniers) 80 FT 16,54 1 966 0,75 0,00 0,00 1,00 0,46
Molsheim Chartreuse (Rue de la) 100 FT 189,49 0,75 0,00 0,00 1,00 0,46
Molsheim Saint-Georges (Rue) 100 FT 72,34 1 940 0,75 0,00 0,00 1,00 0,46
Altorf Strasbourg (route de) 350 FT 325,84 1 965 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Altorf Strasbourg (route de) 350 FT 606,99 1 965 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Dachstein Principale (rue) 125 FT 67,49 1 950 0 0,00 1,00 1,00 0,43
Dachstein Principale (rue) 125 FT 3,61 1 950 0 0,00 1,00 1,00 0,43
Gresswiller Puits (Vers Puits) 250 FTT 212,95 1 988 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Gresswiller Puits (Vers Puits) 250 FTT 7,89 1 988 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Gresswiller Birken 110 PVC 225,45 1 993 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Gresswiller Birken 110 PVC 14,58 1 993 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Strasbourg (route de strasbourg) 200 FT 92,55 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Strasbourg (route de strasbourg) 200 FT 17,01 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Réservoir Molsheim (Chemin rural vers le) 250 FT 273,19 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Réservoir Molsheim (Chemin rural vers le) 250 FT 274,15 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Réservoir Molsheim (Chemin rural vers le) 250 FT 154,17 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Réservoir Molsheim (Chemin rural vers le) 250 FT 5,12 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Sentiers (vers les puits) 250 FT 58,45 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Molsheim (route de molsheim) 250 FT 192,22 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Sentiers (vers les puits) 250 FT 153,47 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Chassepot (rue chassepot) 80 FT 157,69 1 0,00 0,00 0,00 0,43
Mutzig Loisirs (route des loisirs) 150 FT 92,52 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Mutzig Loisirs (route des loisirs) 100 FT 15,59 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 110 PVC 9 1 990 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 40 PVC 30,96 1 989 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 110 PVC 61,2 1 988 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 100 FT 122,45 1 945 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 100 FT 78,96 1 945 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 100 FT 108,62 1 945 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 100 FT 47,76 1 945 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 80 FT 27,2 1 945 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Remparts (Rue) 100 FT 41,61 1 945 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Aubépines (Rue des) 125 FR 54,18 1 968 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Molsheim Aubépines (Rue des) 125 FR 49,03 1 968 0 1,00 1,00 0,00 930,43
Molsheim
SANSON ClaireAubépines (Rue des) 63 W 32,32 1 968 0 1,00 1,00 0,00 0,43
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

94
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 14 : Article 58 de l’avant-projet de Loi Grenelle II

Vers une gestion patrimoniale des infrastructures

Selon l’article 58, les services d’eau potable et d’assainissement auront l’obligation
d’effectuer l’inventaire de leurs infrastructures, et ce afin de diminuer les pertes d’eau au
niveau des réseaux. En cas de fuites supérieures à un seuil départemental fixé par arrêté
interministériel, des travaux devront être réalisés. Extrait :

"L’article L2224-7-1 du code général des collectivités territoriales est complété par la phrase
suivante : Les communes "tiennent à jour un inventaire de leur patrimoine et définissent, en
cas de pertes d’eau en réseaux supérieures à un seuil départemental fixé par arrêté du
ministre chargé de l’environnement et du ministre chargé des collectivités territoriales après
avis du Comité national de l’eau, un programme pluriannuel de travaux d’amélioration des
réseaux de distribution."

L’intérêt de cette mesure novatrice réside notamment dans le fait que ces dispositions sont
assorties d’un système de bonus malus, extrait du même article 58 :

"Au V de l’article L. 213-10-9 du code de l’environnement est ajouté un alinéa ainsi rédigé :
"Le taux de la redevance fixé par l’agence de l’eau pour l’usage « alimentation en eau
potable » figurant au tableau ci-dessus est multiplié par deux si l’inventaire du patrimoine ou
si le programme pluriannuel de travaux mentionnés au I de l’article L. 2224-7-1 du code
général des collectivités territoriales ne sont pas définis dans les délais prescrits." (…)
"L’agence de l’eau peut verser aux collectivités compétentes en matière de distribution d’eau
potable dont le prélèvement d’eau est assujetti à cette majoration de redevance, une prime
calculée en fonction du taux de pertes constaté et des efforts faits pour les réduire."

95
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Annexe 15 : Fiche d’intervention

Intervention réseau

Date de réparation________ Commune____________________________

N° OT ___________________ Rue_________________________________

N° de maison/En face de/ Autre (Intercom, RD….)


_________________________________________________

_________________________________________________

_________________________________________________

Partie du réseau concernée

Branchement

Conduite principale

Fontainerie du réseau R V H PI Autre__________

Description de la conduite

Matériau FT FD FTT PVC

PEHD

Localisation de la conduite sous-trottoir ou accotement

sous-chaussées

espaces verts, champs….

Description du type de défaillance

Casse longitudinale Casse transversale Fissure

Déboîtement Trou Joint

Etat de la conduite

96
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S
Développement d’une méthodologie pour la gestion patrimoniale des réseaux d’eau

Etat extérieur :

Bon OBSERVATIONS : _________________________

Moyen ___________________________________________

Mauvais ___________________________________________

Etat intérieur (si observable) :

Dépôt de corrosion Aucun Peu Beaucoup

Entourer la conduite la plus ressemblante :

97
SANSON Claire
Diplôme d’ingénieur de l’E.N.G.E.E.S

Vous aimerez peut-être aussi