Vous êtes sur la page 1sur 2

n

X 1
Sur la somme .
Ckn
k=0

G.Huvent
Gery.Huvent@ac-lille.fr

13 novembre 2002

On déÞnit la suite (un )n par


n
X 1 n!
un = où Ckn = .
Ckn k! (n − k) !
k=0

Proposition 1 La suite (un )n converge vers 2


Preuve. On montre facilement que la suite des coefficients du triangle de Pascal est croissante jusqu’au terme du
n
milieu. En d’autres termes Ck+1
n ≥ Ckn si k + 1 ≤ (Ceci parce que Ck+1
n = n−k k n−k
k+1 Cn et k+1 ≥ 1 ⇐⇒ k ≤ 2
n−1
)
2
On en déduit l’encadrement
n−2
X 1
2 2 2 (n − 3)
∀n ≥ 2, 2 ≤ un ≤ 2 + 1
+ 2
=2+ +
Cn Cn n n (n − 1)
k=2

et le résultat annoncé.
1 1
Remarque : La suite (un )n est décroissante à partir du rang 3. En effet k ≥ k+1 (Par la relation de Pascal),
Cn Cn+1
Xn
1 1 n+1 1 1 1 n2 + n + 4 1 1 1
et 1 + 2 = ≥ 1 + 2 + 3 = . Ainsi un = 1 + 1 + 2 + ≥
Cn Cn n (n − 1) Cn+1 Cn+1 Cn+1 n (n + 1) (n − 1) Cn Cn Ckn
k=3
Xn
1 1 1 1
1+ 1 + 2 + 3 + k+1
= un+1 .
Cn+1 Cn+1 Cn+1 k=3 Cn+1

Proposition 2 La suite (un )n vériÞe l’équation de récurrence

n+2
∀n ≥ 1, un+1 = 1 + un
2 (n + 1)
Preuve.
n
X k! (n + 1 − k) !
(2n + 2) un+1 = 2n + 2 + 2
n!
k=0
n
X n
k! (n + 1 − k) ! X (j + 1) ! (n − j) !
= 2n + 2 + +
j=n−k n! n!
k=0 j=0
n
X k! (n − k) !
= 2n + 2 + ((n + 1 − k) + (k + 1))
n!
k=0
= 2n + 2 + (n + 2) un

n + 2 2n + 2 n − k n − (k + 1)
Remarque : On peut aussi constater que − k = k+1 − pour 0 ≤ k < n. En sommant entre
Ckn Cn+1 Cn ¢ Ckn
¡ 1
0 et n − 1, on trouve (n + 2) (un − 1) − (2n + 2) un+1 − 1 − n+1 = −n d’où le résultat.

Proposition 3 On a, pour n ≥ 0.
n+1
n + 1 X 2k
un =
2n+1 k
k=1

Preuve. On résout la récurrence (2n + 2) un+1 = (n + 2) un + 2n + 2. Pour cela, cherchons un facteur de som-
mation an , i.e. une suite (an )n telle que an (2n + 2) = an+1 (n + 2) .
Si l’on trouve une telle suite, on aura an (2n + 2) un+1 = an+1 (n + 2) un+1 = an (n + 2) un + (2n + 2) an .
D’où en posant vn = an un ,
2 (n + 1)
vn+1 − vn = an
n+2
et par une somme télescopique, on en déduit facilement vn .
(n+1)n 2n + 1
On désire donc avoir an (2n + 2) = an+1 (n + 2) ⇐⇒ an+1 = 2 n+1 n+2 an = 4 (n+2)(n+1) an−1 = ... = n+2 a0 .
2n 2n+1
On pose donc an = , alors vn+1 − vn = et l’on en déduit le résultat annoncé.
n+1 n+2
n
X 2k 2n+1
Proposition 4 Au passage, on a prouvé que ∼
k +∞ n
k=1

Remarque 5 En utilisant le fait que


n
X n
X
Ckn 2k − 1
=
k k
k=1 k=1

on en déduit que
n n
2n+1 X 1 X Ckn 2n+1
− = Hn +
n+1 Ckn k n+1
k=1 k=1


1 1
Hn = 1 + + ... +
2 n

Vous aimerez peut-être aussi