Vous êtes sur la page 1sur 27

ENSAJ - Département de Télécommunications

Dimensionnement des réseaux opérateurs


Chapitre 1 : Dimensionnement d’une interconnexion de réseaux
Prof. A. Dahbi
3 ème année CI - 2014

1
Pr. A. Dahbi Cours : Dimensionnement des réseaux opérateurs
Plan

 Mise en place d’une interconnexion de réseaux

 Méthodologie de dimensionnement d’une interconnexion de


ENSAJ - Département de Télécommunications

réseaux

2
Pr. A. Dahbi Cours : Dimensionnement des réseaux opérateurs
Dimensionnement
Pourquoi dimensionner?

 Création d’un réseau


o Problème de décision (taille et choix des différents paramètres et
éléments)

 Exploitation d’un réseau mal dimensionné


o Surdimensionnement
• Clients content mais coût des infrastructures trop grand
 impossibilité d’augmenter les tarifs – non concurrentiel
 Gaspillage des ressources
o Sousdimensionnement
• Clients pas content
 Service offert médiocre
o Il est souvent difficile de faire évoluer un système déjà existant

3
Mettre en place une interconnexion de réseaux
Contexte
 L’entreprise à deux réseaux sur deux sites
 Les utilisateurs de chaque site doivent communiquer entre eux : messagerie,
transferts de fichiers et connexions aux serveurs Web.

 Nécessité d’interconnecter les réseaux locaux de ces deux sites.

Site 1 Site 2

 Ethernet cuivre  contrainte normative et problème de distance (adapté


aux LANs)

 Poser une fibre optique  trop cher, trop compliqué


4
 Utiliser les services d’un opérateur (Réseaux WAN)
Quel réseau WAN pour interconnecter les LAN?: Les supports
WAN Débit
RNIS : Réseau numérique à intégration de service utilisé De 64 à 128 Kb/s
pour transporter des données.
LS (Ligne spécialisée) : Liaison numérique en point à point 64 kb/s à QQ Mb/s
entre deux sites
xDSL (xDigital Subscriber Line) : Liaison numérique en 64 kb/s à QQ Mb/s
point à point entre deux sites. De plus en plus utilisée pour
les accès à Internet
SDH (Synchronous Data hiearchy) : liaison en fibre optique 51 Mb/s à plusieurs Gb/s
utilisée par les opérateurs
ATM (Asynchronous Transfer mode) : liaison en fibre 155 Mb/s et plus
optique (aussi SDH) utilisée surtout par les opérateurs
Frame relay : liaisons numériques à commutation de 64 kb/s à 34 Mb/s
trames
IP VPN (Virtual Private Network) : Interconnexion des LAN Débit du lien d’accès et du
via Internet trafic sur Internet
MPLS (Multi Protocol Label Switching) De QQ Mb/s à QQ centaines de
Mb/s 5
Quel réseau WAN pour interconnecter les LAN ?: Le choix du support

Temps de < 2 heures/jour Débit > 128 kb/s Non


connexion RNIS

≥ 2 heures/jour Oui

Non 2 LS ou
Débit>2 Mb/s Combien de sites?
xDSL

Oui >2

ATM, Frame VPN,


relay, MPLS LS ou Non Solution opérateur
Oui
IP/MPLS, Frame
xDSL
relay

6
Quel protocole de niveau 2 ?

Quelques protocoles de niveau 2 utilisés pour les réseaux étendus


PPP (Point to Point Protocol) Utilisé sur les supports RTC, RNIS et ADSL.
Frame Relay Protocole point à point et multipoint (voix
et données) utilisé sur des supports LS.
ATM (Asynchronous Transfert Mode) Réseaux d’opérateurs essentiellement
MPLS Réseaux privés et opérateurs

 MPLS est considéré comme étant le protocole universel : il fonctionne sur


les réseaux privés/WAN et supporte la voix et les données.

 ATM bien que très utilisé par les opérateurs sur leur réseau WAN, il est très
peu utilisé en privé à cause de son coût.

7
Architecture Interconnexion : Quel équipement réseau ?
L’utilisation de multiples protocoles de niveau 2 pour transporter les paquets
IP pose un problème

Comment assurer la continuité d’adressage et de commutation au-dessus de


protocoles différents ?

Il faut donc disposer d’équipements spécifiques pour :

• gérer les différents supports de transmission LAN et WAN


Routeur
• traiter les paquets IP (utiliser les protocoles de niveau 3) 8
Quel niveau de prestation ?

Niveau de prestation Description technique Service fourni


1. Support de transmission LS, xDSL, ATM (connexions point Supervision de la ligne
(couche physique) à point) ou RNIS

2. Réseau fédérateur Accès via LS, xDSL et RNIS au Réseau fourni et exploité par
(couches 1 et 2) backbone Frame-Relay, ATM … l’opérateur + supports clients
de l’opérateur

3. Interconnexion de réseaux Support de transmission + Réseau étendu fourni et exploité


locaux réseau fédérateur + routeur par l’opérateur + support client
(couches 1, 2 et 3)

Les coûts facturés par l’opérateur :

• frais de mise en service


• frais fixes en fonction du débit et de la qualité du service

9
Solution privée
Le service de niveau 1 (solution privée) permet aux clients :

• de disposer du support de transmission qui leur est fourni


• ils peuvent installer des multiplexeurs, des commutateurs ATM ou Frame
Relay, des routeurs, etc., pour transmettre des données, de la voix ou de la
vidéo.

. Concentration des
équipements client

CPE : Customer Premises Equipment


POP : Point Of Presence 10
Solution opérateur
 Le service de niveau 2 consiste à profiter de l’infrastructure réseau de
l’opérateur (un réseau multipoint), sur lequel les sites du client sont raccordés
via des liaisons d’accès et les POP.

 Le service de niveau 3 est un service complet :


• L’opérateur propose un service clé en main via un réseau quelconque,
avec les moyens et les technologies souhaités.
• Le client ne voit que le service : téléphonie, interconnexion de réseaux
locaux, etc.

Solution opérateur
11
Solution opérateur : différents offres
 Solution de niveau 2 reposant sur Frame Relay et ATM .
L’opérateur garantit au client la bande passante demandée ainsi que le niveau
de service souhaité

 Solution de niveau 3 reposant sur IP/MPLS


L’opérateur s’engage sur une qualité de service équivalente, voire supérieure,
à la solution de niveau 2.

 Solution VPN IPsec de niveau 3 reposant sur le protocole de cryptage


IPsec
il n’y a pas séparation logique (circuits virtuels), mais création d’un tunnel
crypté qui garantit la confidentialité des informations vis-à-vis des autres
utilisateurs.

 Si le réseau IP est celui de l’opérateur, celui-ci peut s’engager sur une


qualité de service, généralement de niveau inférieur aux deux solutions
précédentes
 Si le réseau IP est l’Internet, l’opérateur ne s’engage quasiment sur aucune
qualité de service. 12
Le réseau opérateur : Architecture

 Réseau d’accès + Réseau fédérateur (transport)

 Réseau d’accès :

 LS (ligne spécialisée): liens E1, T1


 Liens xDSL sur boucle locale

 Réseau de transport :

 Hiérarchie SDH
 ATM, IP (en général VPN IP sur MPLS)

13
Le projet WAN : Implication financière

 Solution opérateur

• Pas nécessaire pour les petits réseaux

 Pour un réseau de taille importante

• Service opérateur de niveau 2 (on garde la maîtrise des conf


Routeurs)

14
Quel débit ?
Application Type de trafic Volume généré Temps de réponse
requis
Sauvegarde Transfert de fichiers Elevé Souvent plusieurs
très volumineux heures
Partage de fichiers Transfert de petits et Elevé de l’ordre de la
gros fichiers minute
Messagerie Transfert de petits et Moyen à élevé de l’ordre de la
gros fichiers minute

Base de données Transactionnel Faible à élevé De l’ordre de QQ


Client serveur secondes à QQ mn
Connexion aux Transactionnel Faible à élevé De l’ordre de QQ
serveurs Web secondes à QQ mn

Connexion Telnet sur Conversationnel Faible De l’ordre de


serveur UNIX (Echo distant) centaines de ms
(<300 ms)
Voix sur IP Temps réel Faible 150ms
15
Dimensionnement des liaisons WAN : méthodologie

Etape 1 Identifier les flux

Etape 2 Estimer la volumétrie

Etape 3 Matrice de flux

Etape 4 Matrice volumétrique

Etape 5 Calcul de bande passante


du lien

Calcul du temps moyen de


Etape 6 réponse d’un flux 16
Etape 1: Identifier les flux

Flux conversationnels (Telnet)


 Trames courtes
 Le type de flux qui en résulte est par conséquent irrégulier
 Le temps de réponse est primordial (entre 300 à 500 ms)

Types de flux générés par des applications conversationnelles.


17
Etape 1: Identifier les flux
Le flux transactionnel (Serveurs web-Sites centraux)

 Trafic montant : trames moyennes


 Trafic descendant : trames longues
 Le débit instantané requis est donc une donnée importante dans
le calcul de la bande passante requise par ce type de flux.

Types de flux générés par des applications intranet.


18
Etape 1: Identifier les flux
Les flux de type transfert de fichiers
 Synchronisation BD, partage de fichiers, sauvegardes
 Trames longues

Types de flux générés par des applications transactionnelles.

19
Etape 1: Identifier les flux

Flux client serveur (Archi 3 tiers)


 Requête SQL
 Transactionnel côté client
 Transfert de fichiers côté base de données

20
Etape 2: Estimer la volumétrie

 Données existantes par audit du réseau ou hypothèses

 La volumétrie est calculée différemment selon le type de flux.

 L’échelle de temps généralement utilisée est une journée de travail

21
Etape 2: Estimer la volumétrie
Applications Exemples d’estimation de volumétrie
Messagerie 20 messages par utilisateur et par jour x 100 Ko

Transfert de fichier FTP N % des utilisateurs (ou des applications batch)


= X Ko par jour
Transactionnelles sites centraux 100 à 200 écrans de 2 ou 4 Ko par utilisateur et
par jour
Transactionnelles Web (intranet) 20 à 50 écrans de 4 à 50 Ko par utilisateur et par
jour (Mégaoctet si téléchargement autorisé)

Conversationnelles Telnet Dépend des applications;


2 à 4 Ko par écran
Services réseau (télécopie, DNS DHCP, Une télécopie de 10 Ko par jour et par
etc.) utilisateur
Administration du réseau Sessions telnet sur équipements, requête et
trap SNMP.
TOIP (Flux voix + signalisation) 8 kb/s par poste TOIP (N% des utilisateurs), 40
kb/s au niveau IP dû aux encapsulations 22
Etape 3: Matrice de flux
Montant (M) : Client vers serveur
El Jadida
400 Web Descendant (D) : Serveur vers Client
40 Telnet
M
100 Telnet M
50 Web
Casablanca M Marrakech

Depuis/vers El Jadida Casablanca Marrakech


El Jadida Interne (ne pas 400 Web Rien
prendre en compte) 40 Telnet
Casablanca Rien Interne Rien
Marrakech 50 Web 100 Telnet Rien Interne

• La volumétrie doit être calculée entre les sites et dans les deux sens.
• Les liaisons étant de type full duplex, il convient de prendre la valeur la plus
haute. 23
Etape 4: Matrice Volumétrique
Depuis  Vers
CE(D) EC(M) EM(D) ME(M)
Flux transactionnel Web : Flux M≈ 1% D
Nombre d'utilisateurs 400 400 50 50
Volumétrie unitaire (en Ko) 50 0,5 50 0,5
Pages par jour et par utilisateur 10 10 10 10
Quantité / utilisateur / jour (en Ko) 500 5 500 5
Total journalier en Mo 200 2 25 0,25

Flux conversationnels Telnet : Flux M≈10% D


Nombre d'utilisateurs 40 40 100 100
Volumétrie unitaire (en Ko) 4 0,4 4 0,4
Écrans par jour et par utilisateur 100 100 50 50
Quantité / utilisateur / jour (en Ko) 400 40 200 20
Total journalier en Mo 16 1,6 20 2

Volume journalier total en Mo 216 3,6 45 2,25


24
Etape 5: Calcul de bande passante du lien
Pour dimensionner une liaison, il convient d’estimer les besoins en termes de
débit instantané suivant la formule :

Bp : la bande passante instantanée du lien en Kbit/s (Arrondie à la valeur


supérieure des débits proposé par les opérateurs).
Vj : Volume journalier en ko (Max des flux montants et descendants)
Th : Coefficient pour calculer le trafic ramené à l’heure chargée (20 à 30 % du
trafic journalier est concentré sur une heure)
Ov : Overhead dû aux protocoles (20% en général)
Tu : Taux maximal d’utilisation de la bande passante du lien (En général 80%)
1/3600 : Ramener la volumétrie sur une heure en secondes
8*1,024 : Convertir les kilo-octets en kilobits

= Vj x 0.001024

Si Vj = 1Go  Bp ≈ 1Mb/s 25
Etape 5: Calcul de bande passante du lien
Application à compléter !!!!!!

Liaison Vj en ko Th = 30% Ov Tu Débit en kb/s


C E
E M

Note : Le débit du lien doit être arrondi à la valeur supérieure des débits proposés
par les opérateurs

26
Etape 6: Calcul du temps moyen de réponse d’un flux

Pour certaines applications, le critère performance est le délai maximal de transfert des
données.

Tps = Vo/Bp
Tps : Temps de réponse souhaité
Bp : Bande passante en kb/s
Vo : Volume moyen de données en kb

il faut trouver un compromis Coût et Performance !!!!

27