Vous êtes sur la page 1sur 1

D'ailleurs, le Programme des Chaires de ROMC, qui soutient cette publication

sur la participation des pays méditerranéens dans les chaines de valeur


mondiales, a publié en 2014 un ouvrage sur une thématique très proche
intitulé "Se connecter aux marchés mondiaux : défis et possibilités" ; ouvrage
qui regroupe les contributions des titulaires des quatorze chaires créées
pendant la première phase du programme. Au final, les contributions
présentées au colloque international de Rabat (8ème édition, novembre 2014)
et publiées dans le cadre de cet ouvrage nous éclairent sur les moyens de
remédier aux contraintes de l'offre et de tirer parti des normes et règles
régissant le système commercial multilatéral et l'investissement international
dans la perspective de se connecter davantage aux chaines de valeur
mondiales. En ce qui concerne plus spécifiquement la connexion du Maroc à
ces chaines de valeur, il convient de rappeler que l'un des objectifs
principaux du Pacte national pour l'é mergence industrielle (2009- 2015)
a été justement l'amélioration de la compétitivité de l'économie marocaine et
la diversification de son offre exportable. En identifiant judicieusement les
"métiers mondiaux" du Maroc (automobile, aéronautique, offshoring ,
électronique,) dans lesquels le Maroc dispose d'avantages comparatif s, le Pacte
a visé l'amé lioration de son positionnement dans les chaines de valeur
globales. Le plan d'accé lé ration industrielle adopté plus ré cemment par
le Maroc (2014-2020) prolonge  : quant à lui, le Pacte d'émergence par une
nouvelle approche de politique industrielle fondée sur la mise en place
d'écosystèmes performants qui ont pour vocation de favoriser l'intégration de
l'économie marocaine dans les segments à haute valeur ajoutée des chaînes de
valeur globales. Il n'en demeure pas moins que l'on ne saurait envisager de
gravir l'échelle technologique et de se positionner stratégiquement dans les
chaines de valeur globales sans disposer déjà d'un capital humain de grande
qualité et sans une offre de formation réactive aux mutations récentes tant
nationales qu'internationales. L'université marocaine aurait un rôle
déterminant à jouer en ce sens en accompagnant cette renaissance
économique programmée de notre pays par la formation et la mise sur le
marché de l'emploi de profils adéquats capables de faire le poids face à une
compétitivité mondiale croissante.