Vous êtes sur la page 1sur 61

IgE et hypersensibilité immédiate

Cours d’immunologie pour les nuls: ASSIM(allergolyon.org)
Définitions : 

L’allergie est une réponse immunitaire spécifique, anormale et excessive vis‐à‐vis d’un
antigène de l’environnement appelé dans ce cas allergène

L’hypersensibilité est une réponse anormale et excessive vis‐à‐vis d’une substance


étrangère (terme générique = antigène) qui ne s’accompagne d’aucune manifestation chez des
individus normaux, et qui peut apparaître même à des doses très faibles .

Selon le mécanisme, on différencie hypersensibilité allergique (immunologique) de l’


hypersensibilité non allergique (réaction anaphylactoïde, intolérance)

Un allergène est un antigène capable, chez certains individus prédisposés et/ou dans
un environnement favorable, d’induire des réponses immunes de type allergique
Atopie: terrain génétique, propension de certains individus à développer une sensibilisation à IgE
vis‐à‐vis d’un allergène
Sensibilisation:  réponse IgE contre des allegènes, sans nécessité de symptomatologie clinique
Allergie :
Prévalence élevée dans les pays développés:X2 en 30 ans
4° Rang des maladies chroniques OMS
En France, 25 % de personnes en souffrent aujourd'hui.
D'ici à 2050, une personne sur deux sera allergique.
Rhinite allergique: 25% de la population générale, avec 7% chez enfants 14% chez 
ado
Asthme: Prévalence 10% 1500 Déces/an 100 0000 hospitalisations
Dermatite atopique: Prévalence 15 a 20% Europe du Nord
En France 8% des enfants de 6ans, 5% des adultes ( Etude de référence International 
Study of Asthma and Allergies in Childhood )
Allergie alimentaire: incidence 19% à 1an, 27% à 3ans, 8% à 6ans 
33à 50% des DA, 2à 8% des asthmes ( facteur de sévérité),
1 a 5% des urticaires
10 à 40% des chocs anaphylactiques
Hypersensibilité immédiate Allergique
Role des IgE: activation des mastocytes, PNB, PNE
naïf

Sensibilisation

Phase symptomatique 
Réponse Humorale

CD28 CD80,CD86
Sensibilisation Symptomes
IgE , physiologique 

Anticorps de réponse aux parasites
Synthétisée par les lymphocytes B, plasmocytes 
Concentration faible dans le sang circulant: : 10‐100 UI/mL
½ vie courte si soluble (2‐5 jrs) 
si fixé aux R  (3‐4 sem). 
IgE , Pathologie:Hypersensibilité Immédiate

Concentration circulante pouvant être élevée chez l’allergique, 
•Mais surtout présence d’IgE fixée aux Récepteurs membranaires 
des 
Mastocytes
PN Basophiles
PN Eosinophiles
Cellules Dendritiques
Cellules de Langerhans
Macrophages
•Responsables de la Réponse d’Hypersensibilité Immédiate de type 
1(Classification, Gell et Coombs),
• Hypersensibilité IgE‐médiée( EAACI, Johanssonet al): 
‐Atopique ( Pneumallergènes, Trophallergènes) 
‐non Atopique ( Insectes, Médicaments, Helminthes)
IgE , structure 
4 chaînes Fab: site de fixation à l’Antigène

2 chaînes légères:
2 chaînes lourdes:
1 domaine constant
4 domaines  constants
1 domaine variable
1 domaine variable

Fc: Site de fixation aux 
Récepteurs

Ne fixent pas le complément
Ne traversent pas la barrière placentaire
Nature Reviews Immunology 8, 205‐217 (March 2008)
Récepteur de Forte affinité:RFc1: αβγ2:  tétramère

Présents sur les Mastocytes et les PNB, 
essentiellement
Constante de dissociation élevée: 10‐9 à 10‐10 M
Exprimés en grand nombre: 300 à 700 
000/cellules

Expression stable et durable ( 3 à 4 semaines): 
Cytophilie: les IgE fixées stabilisent l’expression 
des R à la membrane et limitent leur 
internalisation
Chaine : chaine de fixation à l’Ag ( domaines 
extra‐cellulaires: 1 et 2)
Chaine : membranaire:Amplification du signal
Chaine : Intra‐cytoplasmique:Transduction du 
signal

H. Gould and B. Sutton, Nature Reviews Immunology 8, 205‐217 (2008)


Pontage des récepteurs FCR1: Transduction du signal

S.Kraft & J‐P Kinet 7, 365‐378 (2007)


•Pas de chaînes beta:
•Cellules dendritiques,
•Cellules de Langerhans
•Macrophages 
•PNE
•Affinité intermédiaire
Récepteur de Faible affinité:RFC2: CD23

Tête: Lectine C 
Exprimés sur les PNE,cellules de 
Langherans, cellules 
dendritiques, lymphocytes B, 
cellules dendritiques, 
macrophages, mais aussi PNB et 
mastocytes

R de faible affinité ( 10‐7M)
Demi‐vie courte

Faible densité: <500 000/cellules

Régulation de  la synthèse des 
IgE
Signaux de régulation de la synthèse des IgE

•IL‐4 synthétisée par les LTh2, 
mastocytes, PNB, PNE
•IL‐13 action similaire
•IL‐5,  IL‐6,  LTB4, ECFA, PAF: 
augmentent la synthèse d’IL‐4 IL‐13

•Les Th‐1 via l’IFNg, 
•Les T‐reg via TGFbeta, IL‐10 
inhibent la secrétion d’IL‐4
Inhibition de la signalisation des IgE par 
les RFc II
Synthèse des Lymphocytes B 

V D J

Moelle osseuse Circulation


Commutation isotypique

V D J

Ig G, A,E

IgE: IL‐4, IL‐13, CD23 soluble, CD23/CD21, CD40‐40L
Médiateurs mastocytaires

Cytokines: IL5, Il4, IL‐13
,IL1, IL6, TNF
RECEPTEURS A L’HISTAMINE
• Récepteurs H1 : – Bronches : constriction 
– Artères : vasodilatation, perméabilité –
Peau – Iléon : contractions
• Récepteurs H2 : – Estomac : sécrétion 
acide – Cœur : accélération
• Récepteurs H3: cerveau: somnolence

EFFETS DE L ’HISTAMINE
• Signes cutanéomuqueux : ‐ Urticaire, 
érythème, oedèmes
• Signes cardiovasculaires : ‐ Hypotension, 
tachycardie
• Signes respiratoires : ‐ Toux, dyspnée, 
bronchospasme 
• Signes digestifs : ‐ Vomissements, diarrhée
SCORE DE RING ET MESSMER
• Grade 1 : signes cutanéomuqueux
• Grade 2 : + hypotension, tachycardie, et/ou 
dyspnée modérées
• Grade 3 : + hypotension sévère, tachycardie, et 
/ou 
• Grade 4 : arrêt cardiaque ou respiratoire
Allergie
Cinétique des médiateurs
Biologie

Dosage des IgE spécifiques" intérêt pratique 
grand car signe précisément la présence 
d’anticorps donc l’imputabilité d’un allergène. ‐
Nécessité de concordance avec la clinique
Le gold standard reste
les tests de provocation in vivo (cutanés et 
autres).

Dosage de l’Histamine et tryptase dans les 
chocs anaphylactiques
Explorations Fonctionnelles 
respiratoires

L’asthme se caractérise par une diminution du 
vems et/ou du demm25‐75, 
une augmentation des résistances des voies 
aériennes
Traitement
• Eviction de l’allergène +++
• REACTION PRECOCE /
anti‐histaminiques, beta‐2 mimétiques,  voire adrénaline, place des 
cromoglycates, ( empêchent la dégranulation): stt dans les 
manifestations digestives. Tt du choc anaphylactique
• REACTION TARDIVE /
anti‐cholinergiques, anti‐leucotriènes, corticoïdes
•Place des cromoglycates?, ( empêchent la dégranulation des 
mastocytes ou PNB, en inhibant l’entrée du calcium dans la cellule 
): plus ou moins efficace  dans les manifestations digestives, 
ophtalmiques, nasales
•Anti‐IgE: Omalizumab, anti‐CD23: lumiliximab
•Induction de tolérance par immunothérapie spécifique
Thérapie par Anti‐IgE
ALLERGENES PERMANENTS 
Génétique de l'atopie Méthodes d'étude 
Etudes chromosomiques et génômiques de 
populations sélectionnées ou non : mise en 
évidence d'associations avec :
‐ des marqueurs chromosomiques particuliers 
(gènes candidats) 
‐ des gènes particuliers (gènes de classe II)

Gènes de "classe II"  capacité de réponse 
immunitaire spécifique : » 
Gènes HLA de classe II (chromosome 6) : ‐ HLA‐
DR1 (Fel d I) ‐ HLA‐DR2 (Amb a V) ‐ HLA‐DR3 
(Bet v I, Lol p I) ‐ HLA‐DR4 (Alt a I) ‐ HLA‐DR5 
(Amb a VI) ‐ HLA‐DR7 / DQ2 (olivier) »
Gènes Vþ (8.1) du TCR (chromosome 14) : Der 
p I, Der p II, Fel d I »
Gènes V H(5) des chaînes lourdes des 
immunoglobulines
L’hypothèse hygiéniste 
En résumé Relation tranchée niveau de vie et environnement Brésil, Finlande, 
Suède, USA, Australie, Europe risque augmenté si :
famille haut niveau socio‐économique, (hygiène médicalisation) enfant unique, 
allaitement maternel >= 9 mois 
Risque diminué si : Milieu défavorisé et peu médicalisé Contamination par germe 
orofecaux
Rôle des endotoxines bactériennes (LPS) de l’environnement
Présence de plusieurs animaux Plusieurs enfants dans la fratrie Consommation AB 
et naissance par césarienne (flore vaginale/ intestinale) Etc..
En synthèse : l'hypothèse hygiéniste Mode de vie : citadin / campagne (vrais et 
néo‐ruraux) Habitations : Confinées, isolation, ventilation, chauffage. Hygiène de 
vie niveau socio‐économique, médicalisation, vaccins ? ABs, anti 
inflammatoires,… 
Habitudes alimentaires sevrage trop précoce ou trop tardif, nouveaux allergènes 
Présence d’animaux de compagnie : Chiens, chats, nacs, (nombre diversité) 
Pollution atmosphérique et Pollinisation (plus précoce plus diversifiée) Obésité ? 
Sédentarité