Vous êtes sur la page 1sur 202

LATEX. . . pour le prof de maths !

Aide-mémoire, astuces et approfondissements

Arnaud GAZAGNES

2 janvier 2020
À ma chère famille !

Τέχνης δεῖ τῷ μέλλοντι δρᾶν.


Celui qui se dispose à agir a besoin de connaissances techniques. (Platon)

Τὸ πράττειν τοῦ λέγειν χρεῖττόν ἐστιν.


L’action vaut mieux que la parole. (Démosthène)

Maximum cuique, minimum omnibus.


Le maximum à chacun et le minimum à tous. (A. G.)

IREM de Lyon 2
SOMMAIRE

Sommaire

1 En guise de préambule. . . 17

2 Squelette 19
2.1 Commande \, argument {} et option [] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2 Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.3 \documentclass . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.4 Extensions et \usepackage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.4.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.4.2 Encodages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.4.3 D’autres extensions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.5 Environnements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.6 Caractères réservés et lettres accentuées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.6.1 Caractères réservés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.6.1.1 Le symbole de pourcentage % . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.6.1.2 Écriture des caractères réservés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.6.2 Lettres accentuées et autres symboles divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.6.3 Accents en mode mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.7 Hiérarchie de sectionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.8 Inclusion de fichiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.8.1 Commande \include . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.8.2 Commande \includeonly . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.8.3 Commande \input . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.9 Les causes d’erreur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

3 Mise en forme – Mise en valeur du texte 24


3.1 Multicolonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
3.1.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
3.1.2 Saut de colonne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
3.1.3 Version étoilée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
3.1.4 Améliorations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.1.4.1 Ligne de séparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.1.4.2 Espace inter-colonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.2 Taille de l’interligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.2.1 Dans tout le document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.2.2 Localement : l’extension \setspace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.2.3 Et la taille de fonte ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.3 Paragraphe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.3.1 Indentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.3.2 Retour à la ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.3.3 Alignement au centre et autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.3.4 Trois points. . . de typographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.3.4.1 Guillemets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.3.4.2 Points de suspension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.3.4.3 Espace insécable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.3.4.4 Traits d’union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

3 LATEX. . . pour le prof de maths !


3.4 Longueurs et espacements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.4.1 Longueurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.4.2 Espacement horizontal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.4.3 Espacement vertical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.4.4 Espacements élastiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.4.4.1 \hfill, \vfill . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.4.4.2 \stretch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.4.5 Espacement entre paragraphes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.4.6 Affectation de valeur à une longueur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.4.6.1 \newlength . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.4.6.2 \setlength . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.4.6.3 \addtolength . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.4.6.4 \settowidth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.4.6.5 Application 1 : texte barré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.4.6.6 Application 2 : filet double encadrant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.5 Police ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.5.1 Styles classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.5.2 Changement de police . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.5.2.1 Quelques exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.5.2.2 Sans empattement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.5.2.3 Cursive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.5.3 Ils sont fous, ces Romains ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.3.1 Écrire en chiffres romains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.3.2 Notation des siècles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.3.3 Premier, deuxième, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.3.4 Chiffres elzéviriens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.4 Taille des caractères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.5 Couleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.5.1 Couleurs prédéfinies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.5.2 Définir une couleur à partir d’un modèle de couleur . . . . . . . . . . . . . . 32
3.5.5.3 Définir une couleur à partir d’un mélange de couleurs existantes . . . . . . . 33
3.5.5.4 Écrire un texte en couleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.5.6 Divers effets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.5.6.1 Soulignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.5.6.2 Divers encadrements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.5.6.3 Agrandissements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.5.6.4 Texte tourné et \rotatebox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.5.6.5 À l’envers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.5.6.6 Texte penché et \pstilt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.5.6.7 Trait horizontal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.6 Citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.6.1 Environnement quote . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.6.2 Environnement quotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.6.3 Avec un nouvel environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.7 Adresses url . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.8 Deux idées pour un QCM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.8.1 En bout de ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.8.2 Avec des multicolonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.9 Filigrane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.10 Symboles décoratifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.10.1 Des symboles dans un environnement mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.10.2 Dingbats et pifont . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.11 D’autres couleurs, format rgb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

IREM de Lyon 4
SOMMAIRE
4 Mise en boîte 41
4.1 Boîtes de ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.1.1 Commande \mbox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.1.2 Commande \makebox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.1.3 Commandes \fbox et \framebox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.1.3.1 Commande \fbox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.1.3.2 Aspect des encadrements : commandes \fboxsep et \fboxrule . . . . . . . . 42
4.1.3.3 . . . avec la commande \strut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.1.3.4 Commande \framebox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.1.4 Commande \raisebox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.1.5 Divers effets de mise en forme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.2 Boîtes verticales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.2.1 Commande \parbox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.2.2 Minipages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.3 Dimensions de la boîte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.4 Boîtes de couleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.4.1 Commande \colorbox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.4.2 Commande \fcolorbox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.5 Boîtes de réglures, boîtes noires : \rule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.6 Boîtes de sauvegarde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

5 Compteurs et énumérations de texte 46


5.1 Compteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
5.1.1 Définir son propre compteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
5.1.2 Affichage de la valeur du compteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
5.1.3 Application 1. Exercice no . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5.1.3.1 Première façon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5.1.3.2 Seconde façon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5.1.4 Application 2. Lignes de tableau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5.1.5 Application 3. Création d’exercices avec des nombres aléatoires . . . . . . . . . . . . . 48
5.1.5.1 Idée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.1.5.2 Simplifications de fractions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.1.5.3 Simplifications de racines carrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.1.6 Application 4. Liste de livres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.1.7 Dans un QCM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.1.8 Comme aux concours ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.2 Énumérations de texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.2.1 Les listes de description : l’environnement description . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.2.2 Les listes numérotées : l’environnement enumerate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.2.2.1 Sans option . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.2.2.2 Avec option : changement local du type de numération . . . . . . . . . . . . . 50
5.2.2.3 Numéros entourés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
5.2.2.4 1, 2, 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
5.2.2.5 Interruption temporaire pour une mise en page . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
5.2.3 Les listes à tirets, non numérotées : l’environnement itemize . . . . . . . . . . . . . . 52
5.2.3.1 Tirets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.2.3.2 Personnalisation des items . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.2.3.3 Puces et autres, dans tout le document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.2.3.4 Puces et autres, localement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.2.3.5 Espacement vers la droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.2.4 Imbrication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.2.4.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.2.4.2 Exemple avec enumerate et différents niveaux . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.2.4.3 Exemple avec deux types d’énumération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.2.4.4 Exemple avec enumerate et jeu de compteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

5 LATEX. . . pour le prof de maths !


5.2.5 Liste dans le texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.2.6 Espace entre les éléments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.2.7 Avec des lettres grecques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.2.8 Avec l’extension enumitem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.2.9 Définir une liste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.2.9.1 L’environnement list . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.2.9.2 Liste non numérotée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.2.9.3 Liste numérotée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.10 Liste en colonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.10.1 De haut en bas d’abord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.10.2 De gauche à droite ensuite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

6 Références 57
6.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.2 Note de bas de page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.2.1 Commande \footnote . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.2.2 Changer le style de numérotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.2.3 Note sur une même ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.2.4 Dans un tableau ou une minipage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.2.5 Référence à une note en bas de page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.2.6 Filets de notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.3 Notes dans la marge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.3.1 Commande \marginpar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.3.2 Commande \reversemarginpar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.4 Les étiquettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.4.1 \label . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.4.2 \ref . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.4.3 \pageref . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
6.4.4 \the... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
6.4.5 Hyperliens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

7 Écrire des mathématiques 60


7.1 Composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
7.2 Environnement mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
7.2.1 Expressions « en ligne » ($...$) ou « hors texte » (\[...\]) . . . . . . . . . . . . . . 60
7.2.2 Commande \displaystyle et autres commandes de taille de police . . . . . . . . . . . 61
7.2.3 Texte et espace dans un environnement mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
7.2.3.1 Espaces entre deux $ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
7.2.3.2 Commandes \text et \mathrm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
7.2.3.3 Toutes majuscules en romain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
7.2.3.4 Espaces : \quad et \qquad . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
7.2.4 Mise en boîte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3 Commandes de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3.1 Écriture d’un nombre et virgule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3.1.1 Commande \np . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3.1.2 Commande \DecimalMathComma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3.2 Flèches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3.2.1 Flèches « droites » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3.2.2 « équivaut à » et « implique » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3.2.3 Flèches « obliques » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
7.3.2.4 Flèches « arrondies » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
7.3.2.5 Flèches des fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
7.3.3 Indices et exposants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
7.3.4 Fractions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
7.3.5 Radicaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
7.3.6 Fonctions usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

IREM de Lyon 6
SOMMAIRE
7.3.7 Dérivées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
7.3.8 Limites, intégrales, sommes et produits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
7.3.8.1 Symboles et utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
7.3.8.2 Placement des « limites » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
7.3.9 Vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
7.3.9.1 Commandes \vec et \overrightarrow . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
7.3.9.2 Cas des lettres i et j . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
7.3.9.3 Norme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
7.3.10 Complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
7.3.10.1 Réels et imaginaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
7.3.10.2 Conjugué . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
7.3.10.3 Module . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
7.3.10.4 Argument . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
7.3.11 Matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
7.3.11.1 Matrices usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
7.3.11.2 Matrices « bordées » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
7.3.11.3 Espacement vertical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
7.3.12 Systèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
7.3.13 Parallèles et perpendiculaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
7.3.14 Ensemble de nombres entiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
7.3.15 Probabilités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.3.16 Arithmétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.3.17 « tel que » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.3.18 : et application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.3.19 Multiplication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.3.20 Pointillés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.3.21 Des blancs et des crochets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.4 Délimiteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.4.1 Délimiteurs classiques (, {, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7.4.2 Délimiteurs \big, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
7.4.3 Avec \delimiterfactor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
7.5 Symboles extensibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
7.5.1 Angle, vecteur, barre, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
7.5.2 Accolades horizontales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
7.5.3 Empilement : écriture de limite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
7.5.4 Empilement : commande \stackrel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
7.6 Mise en valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
7.6.1 Encadrement d’une formule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
7.6.2 Gras . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
7.6.2.1 Avec \boldmath . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
7.6.2.2 Avec \mathversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
7.6.2.3 Avec \boldsymbol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.6.2.4 Avec l’extension bm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.6.3 Polices mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.6.4 Lettres calligraphiées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.6.5 Barré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.6.6 Fantômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.7 Présentation d’une équation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
7.7.1 Numérotation d’une formule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
7.7.2 Équations sur plusieurs lignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
7.7.2.1 L’environnement eqnarray . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
7.7.2.2 L’environnement align . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
7.7.2.3 L’environnement split . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
7.7.3 Insertion d’un commentaire avec la commande \intertext . . . . . . . . . . . . . . . 73
7.7.4 Formule trop longue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

7 LATEX. . . pour le prof de maths !


7.8 Définir ses propres commandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
7.8.1 La commande \ensuremath . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
7.8.2 La commande \DeclareMathOperator . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
7.8.3 Utilisation de \renewcommand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
7.8.3.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
7.8.3.2 Un « raccourci clavier » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
7.8.3.3 Redéfinir des commandes existantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
7.8.4 Utilisation de \xspace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
7.9 Pose d’une opération : xlop . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
7.10 Lettres et symboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
7.10.1 Le symbole e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
7.10.2 Un utilitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
7.10.3 Numérations antiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
7.10.4 Lettres grecques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
7.10.4.1 De l’alpha à l’oméga . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
7.10.4.2 Majuscules en italiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
7.10.5 Symboles mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

8 Tableaux 77
8.1 Tableaux « de base » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.1.1 Structure. . . et aide-mémoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.1.2 Un travail sans filet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.1.3 Répétition de colonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.1.4 Fin de ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.1.5 Position du tableau par rapport au texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.2 Lignes horizontales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.2.1 Avec des lignes horizontales entières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.2.2 Double ligne horizontale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.2.3 Bordure horizontale partielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.3 Fixer la largeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.3.1 Commande p{largeur } . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.3.2 Alignement : \centering, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.4 Cellules multicolonnes et multilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
8.4.1 Cellules multicolonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
8.4.2 Cellules multilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.5 Tableau et paragraphe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.5.1 Texte en paragraphe sur plusieurs lignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.5.2 Revenir à la ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.6 Style par défaut pour une colonne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.6.1 L’instruction >{commandes} . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.6.2 L’instruction \newcolumntype . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
8.7 Agrandissement vertical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
8.7.1 La commande \arraystretch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
8.7.2 Avec une boîte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
8.7.3 Avec l’insertion d’un filet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
8.7.4 Éloignement vertical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
8.8 Épaisseur des filets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.8.1 Pour tout le tableau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.8.2 Pour quelques lignes ou quelques séparateurs de colonnes . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.9 On tourne ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.9.1 Le contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.9.2 Le contenant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.10 On scinde ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
8.11 On réduit ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
8.12 On note ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

IREM de Lyon 8
SOMMAIRE
8.13 On décale (entre deux lignes) ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
8.14 Des colonnes extensibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
8.14.1 Extension tabularx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
8.14.2 Position du contenu : commandes \arraybackslash, \centering, . . . . . . . . . . . . . 85
8.14.3 Plus de place qu’une autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
8.15 Couleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
8.15.1 Bordure et filets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
8.15.2 Colonne, ligne ou cellule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
8.15.3 Couleurs de ligne alternées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
8.16 Séparateur de colonne @{...} . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
8.16.1 Principe et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
8.16.2 Alignement de nombres sur le point décimal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
8.17 Avec un contenu mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
8.17.1 L’extension array . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
8.17.2 Systèmes (et assimilés !) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
8.17.3 Matrices et coordonnées vectorielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
8.17.4 Coefficient binomial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
8.17.5 Tableaux de variations et de signes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
8.17.5.1 « À la main » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
8.17.5.2 Avec le package tkz-tab . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
8.17.6 Structures conditionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
8.17.7 Equations sur plusieurs lignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
8.18 Liste dans un tableau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
8.19 Tableaux et algorithmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
8.20 Tableau sur plusieurs pages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
8.21 QCM : trois (autres) idées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
8.21.1 Première idée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
8.21.2 Seconde idée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
8.21.3 Troisième idée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
8.22 Nombres croisés et grilles de mots (ou de nombres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
8.22.1 Nombres croisés et sudoku . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
8.22.2 Grilles de mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
8.23 Tabulations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
8.23.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
8.23.2 Syntaxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
8.23.3 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
8.23.4 Positionnement du texte dans une colonne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
8.23.5 Cas des lettres accentuées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
8.23.6 Déplacement des marges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

9 Flottants 97
9.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
9.2 Structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
9.3 Liste des flottants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
9.4 Deux figures en une . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

10 Macros personnelles : \newcommand 99


10.1 Explicitation de la commande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
10.2 Des exemples sans argument . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
10.2.1 Des notations récurrentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
10.2.2 Danger ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
10.2.3 Plusieurs mêmes graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
10.2.4 Symbole de début de paragraphe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
10.2.5 Des épaisseurs de filets différentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
10.2.6 Flèches de variation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
10.3 Des exemples avec argument . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

9 LATEX. . . pour le prof de maths !


10.3.1 Racine carrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
10.3.2 Fractions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
10.3.3 Vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
10.3.4 Arc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
10.3.5 Touches et écran de calculatrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
10.3.6 Axe gradué et graduations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
10.3.7 Grille de mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
10.3.8 Encadré de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
10.3.9 PGCD de deux nombres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
10.3.10 Texte souligné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
10.3.11 Texte surligné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
10.3.12 Texte barré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
10.3.13 Double filet d’encadrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
10.3.14 Intervalles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
10.4 Avec option . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
10.4.1 Principe. Coucou, Céline ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
10.4.2 Calculatrice autorisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
10.4.3 Polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
10.5 Variantes étoilées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
10.6 Une présentation de DS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
10.7 Où les élèves répondent-ils ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
10.7.1 Quadrillages à petits carreaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
10.7.1.1 Quadrillages à largeur fixe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
10.7.1.2 Quadrillages à largeur variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
10.7.2 Quadrillages à gros carreaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
10.7.3 Cadres blancs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
10.7.4 Lignes de pointillés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
10.7.5 Texte à trous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
10.8 Une présentation de QCM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
10.9 Une autre commande : \def . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
10.9.1 Une définition simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
10.9.2 Un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
10.9.3 Attention, néanmoins ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

11 Image 109
11.1 Insertion d’une image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.1.1 PdfLATEX ou LATEX ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.1.2 Avec TexMaker . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.1.3 Mise en place . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.1.4 Options . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.1.5 Découpage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
11.1.5.1 Options trim et clip . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
11.1.5.2 Bounding box . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
11.2 Légende . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
11.3 Logiciels de géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
11.4 Deux banques d’images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
11.4.1 Icônes de Geogebra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
11.4.2 Cartes à jouer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
11.5 Pour convertir une image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

12 Dessins avec Pstricks 112


12.1 Environnement pspicture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
12.1.1 Syntaxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
12.1.2 Formes raccourcies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
12.1.3 Forme étoilée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
12.2 Paramètres d’une figure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

IREM de Lyon 10
SOMMAIRE
12.2.1 Quelques paramètres par défaut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
12.2.2 Changer des paramètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
12.2.3 Placement du graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
12.2.4 Créer des styles de paramètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
12.3 Grilles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
12.4 Lignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
12.4.1 Lignes « droites » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
12.4.2 Lignes « courbes » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
12.4.3 Lignes « à main levée » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
12.5 Flèches et autres extrémités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
12.6 Options . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
12.6.1 Épaisseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
12.6.2 Codage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
12.6.3 Style : pointillés, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
12.6.4 Couleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
12.6.5 Points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
12.6.6 Longueur des flèches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
12.6.7 Double trait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
12.6.8 Hachures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
12.7 Figures usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
12.7.1 Rectangles, polygones, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
12.7.1.1 Rectangles et polygones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
12.7.1.2 Un triangle. . . eulérien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
12.7.1.3 Pour un Sudoku . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
12.7.2 Parabole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
12.7.3 Cercles, disques et ellipses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
12.7.4 Secteurs et arcs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
12.7.5 La commande \SpecialCoor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
12.8 Commande \degrees[num] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
12.9 Commande \pscustom : coloriage d’une surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
12.10Commande \psclip : découpage d’une surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
12.11Transformations usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
12.11.1 Commandes \rput et \uput . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
12.11.1.1 Commande \rput . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
12.11.1.2 Commande \uput . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
12.11.2 Translation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
12.11.3 Rotation et symétrie centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
12.11.4 Homothétie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
12.12Décorations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
12.12.1 Encadrements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
12.12.2 On épouse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
12.13Répétition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
12.13.1 Commande \multiput . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
12.13.1.1 Syntaxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
12.13.1.2 Quadrillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
12.13.2 Commande \multirput . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
12.13.3 Commande \multips . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
12.13.3.1 Et avec Pstricks . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
12.13.3.2 Syntaxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
12.13.3.3 Zigzag . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
12.13.3.4 Jouons aux cubes ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
12.13.3.5 Un réseau triangulaire pointé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
12.13.4 Utilisation de \multido . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
12.13.4.1 La commande \multido . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
12.13.4.2 Des parts de camemberts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

11 LATEX. . . pour le prof de maths !


12.13.4.3 Un rapporteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
12.13.4.4 Un papier quadrillé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
12.13.4.5 Un échiquier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
12.14Divers axes gradués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
12.14.1 Avec la commande \multido . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
12.14.1.1 Un seul axe gradué . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
12.14.1.2 Un repère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
12.14.2 La commande \psaxes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
12.14.2.1 Deux structures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
12.14.2.2 L’axe « horizontal » seul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
12.14.2.3 L’option arrowscale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
12.14.2.4 Les options Dx, Ox, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
12.14.2.5 Taille des étiquettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
12.14.2.6 Graduations et sous-graduations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
12.15Repères non orthogonaux et commande \pstilt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
12.16Marquage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
12.16.1 Marquage des étiquettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
12.16.2 Marquage des dimensions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
12.17Face de dé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
12.18D’autres extensions et des logiciels utiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
12.18.1 L’extension pst-fun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
12.18.2 L’extension pst-eucl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
12.18.3 L’extension pst-ob3d . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
12.18.4 Des logiciels externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
12.18.4.1 Geogebra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
12.18.4.2 Pstplus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
12.18.4.3 TeXgraph . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
12.18.4.4 Eukleides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
12.18.4.5 LaTexDraw . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
12.18.4.6 TikZ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135

13 Courbes représentatives de fonctions avec Pstricks 137


13.1 Des logiciels externes et de la documentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
13.2 Tracé de C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
13.2.1 Commande de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
13.2.2 Virgule comme séparateur décimal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
13.2.3 Algébrique ou polonaise ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
13.2.3.1 Forme classique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
13.2.3.2 Forme polonaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
13.3 Intersection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
13.3.1 Images et antécédents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
13.3.2 Affichage des ordonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
13.3.3 Courbe-courbe et courbe-droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
13.4 Plusieurs courbes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
13.4.1 Fonctions associées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
13.4.2 Famille de courbes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
13.5 Aires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
13.5.1 Aire sous la courbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
13.5.2 Aire entre deux courbes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
13.6 Représentation des lois binomiale et normale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
13.7 Tangentes en un point et fonctions dérivées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
13.8 Suites récurrentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
13.9 Repères trigonométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

IREM de Lyon 12
SOMMAIRE
14 Graphes et arbres pondérés 144
14.1 Graphes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
14.1.1 Graphe non pondéré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
14.1.1.1 Graphe non orienté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
14.1.1.2 Graphe orienté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
14.1.2 Graphe pondéré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
14.1.2.1 Graphe non orienté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
14.1.2.2 Graphe orienté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
14.1.3 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
14.1.3.1 Illustration d’une démarche de résolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
14.1.3.2 Graphe probabiliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
14.1.3.3 Texte partiellement encadré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
14.2 Arbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
14.2.1 Arbres non pondérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
14.2.2 Avec une \newcommand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
14.2.3 Arbres pondérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
14.2.4 Vers la formule des probabilités totales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

15 Algorithmes 153
15.1 Deux premières idées de présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
15.2 Le package algorithmic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
15.2.1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
15.2.2 Quelques instructions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
15.2.3 Francisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
15.2.4 Exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
15.2.5 Début et fin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
15.2.6 Numérotation des lignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
15.2.7 Commentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
15.2.8 Indentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
15.3 L’environnement algorithm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
15.4 Avec Algobox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

16 Programmation structurée 157


16.1 \multido . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
16.1.1 La commande \multido . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
16.1.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
16.1.2.1 Somme des dix premiers entiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
16.1.2.2 Somme de termes alternée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
16.1.2.3 Factorielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
16.1.2.4 Diagramme en toile d’araignée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
16.1.2.5 Multiples de π . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
16.1.2.6 Méthode Coué . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
16.1.2.7 Dégradés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
16.1.2.8 Palette de couleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
16.2 \ifthenelse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
16.2.1 La commande \ifthenelse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
16.2.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
16.2.2.1 Impair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
16.2.2.2 Plus grand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
16.2.2.3 Matin ou après-midi ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
16.2.2.4 Barème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
16.3 \whiledo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
16.3.1 La commande \whiledo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
16.3.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
16.3.2.1 Méthode Coué (bis) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
16.3.2.2 Calcul du PGCD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

13 LATEX. . . pour le prof de maths !


16.3.2.3 Suite de Syracuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

17 Personnaliser son cours 161


17.1 Titre, auteur et date . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
17.2 Orientation « paysage » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
17.2.1 Document entier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
17.2.2 Une ou quelques pages seulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
17.3 Page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
17.3.1 Numéro de page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
17.3.2 Changement de page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
17.3.3 Marges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
17.3.4 Au début d’un chapitre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
17.4 Page de garde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
17.5 Changement de la numérotation des listes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
17.5.1 Le compteur lui-même . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
17.5.1.1 Énumération du type A, B, C, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
17.5.1.2 Énumération du type I, II, III, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
17.5.2 L’étiquette : gras, couleur, encadré, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
17.5.2.1 Énumération du type 1), 2), 3) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
17.5.2.2 Énumération du type  A , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
17.5.2.3 Énumération colorée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
17.5.2.4 Énumération encadrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
17.5.3 Alignement vertical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
17.5.4 Comme aux examens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
17.6 Titres de section . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
17.6.1 Police . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
17.6.2 Style de numérotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
17.6.3 Changement de valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
17.6.4 Couleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
17.6.5 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
17.6.6 Numérotation dans la marge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
17.6.7 Centrage des titres de section . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
17.7 Encadrés : définitions, résultats, textes, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
17.7.1 Le package bclogo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
17.7.2 Le package framed . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
17.7.3 Et une macro ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
17.8 Présentation du théorème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
17.8.1 Numérotation d’une proposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
17.8.1.1 La commande \newtheorem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
17.8.1.2 Le nom en option . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
17.8.1.3 La numérotation du théorème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
17.8.2 Personnalisation de la présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
17.8.3 Un exemple détaillé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
17.8.4 Encadrement automatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
17.9 Hauts et bas de pages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
17.9.1 L’extension fancyhdr . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
17.9.2 Cas d’un document oneside . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
17.9.3 Cas d’un document twoside . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
17.9.4 Nom, prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
17.9.5 Trait horizontal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
17.10Autour des numéros de page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
17.10.1 Nouveau numéro initial de page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
17.10.2 « Page 1 sur 20 » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
17.10.3 Tournez, SVP ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
17.10.4 Dans la classe book . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170

IREM de Lyon 14
SOMMAIRE
17.11Table des matières et listes de figures et tables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
17.11.1 Table des matières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
17.11.2 Liste des figures et tables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
17.11.3 Mini-table des matières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
17.11.4 Ajout d’une entrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
17.12Résumé – abstract . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
17.13Apprendice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.14Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.14.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.14.2 Sous-entrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.14.3 Références croisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.14.4 Lettres accentuées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.14.5 Style de page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.14.6 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.15Changer les noms prédéfinis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.15.1 Noms prédéfinis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
17.15.2 Changement des noms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

18 Des feuilles d’exercices corrigés, avec barème ! 174


18.1 Corrigés à la fin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
18.2 Corrigés en-dessous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
18.2.1 Première méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
18.2.2 Seconde méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
18.3 Des indications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
18.4 Numérotation des exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
18.4.1 Style de numérotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
18.4.2 Changement de valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
18.4.2.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
18.4.2.2 Départ à 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
18.4.2.3 Départ à −1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
18.5 Un texte en option . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
18.6 Avec un barème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
18.7 La classe exam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176

19 Diaporamas avec Beamer 177


19.1 Petite présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
19.2 Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
19.2.1 Classe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
19.2.2 Thème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
19.2.3 Page de titre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
19.2.4 Option de placement vertical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.3 Transparent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.3.1 Transparent « de base » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.3.2 Etiquette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.3.3 Titre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.3.4 Sans décor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.3.5 Logo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.3.6 Sur deux colonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.4 Mise en valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.4.1 Block . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.4.1.1 Le block « de base » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
19.4.1.2 Deux autres versions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
19.4.2 Une option mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
19.5 Apparition progressive du contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
19.5.1 La commande \pause . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
19.5.2 Action sur les couches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

15 LATEX. . . pour le prof de maths !


19.5.2.1 Codages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
19.5.2.2 Variations sur la police . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
19.5.2.3 Macro \onslide<> . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
19.5.2.4 Macros \uncover<> et \only<> . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
19.5.2.5 Macro \alt<>{comm1 }{comm2 } . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
19.5.2.6 Macro \alert<> . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
19.5.2.7 Cas des listes : \item<n>, \item<n-> et \item<n-p> . . . . . . . . . . . . . . 181
19.5.2.8 Macro \alert et liste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
19.5.3 Texte caché mis en gris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
19.6 Animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182

20 ShareLaTeX ou LATEX en ligne ! 183


20.1 Présentation rapide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
20.2 Création d’un compte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
20.3 Création d’un nouveau document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
20.4 Insertion d’une image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
20.5 Insertion d’un préambule commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
20.6 Gérer ses fichiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
20.6.1 Un fichier en tant que tel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
20.6.2 L’ensemble des fichiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184

21 Quelques exercices et des solutions ! 185


21.1 Énoncés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
21.1.1 Commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
21.1.2 Collège . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
21.1.3 Lycée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
21.2 Solutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
21.2.1 Commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
21.2.2 Collège . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
21.2.3 Lycée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

Bibliographie et sitographie 194

IREM de Lyon 16
CHAPITRE 1. EN GUISE DE PRÉAMBULE. . .

Chapitre 1
En guise de préambule. . .

Avant toute chose. . . le thème n’est pas dans les programmes actuels de
l’enseignement secondaire. Les lecteurs curieux sau-
Avant tout, je suppose que le lecteur dispose d’un ront utiliser les bibliographie et sitographie données
ordinateur où est installé LATEX, prêt à l’emploi. en fin de brochure !
Je passe de surcroît sous silence tout ce qui touche de
Il est illusoire de vouloir tout écrire sur LATEX dans
près ou de loin aux différents formats de documents
une brochure. Ceci dit, n’hésitez pas à m’envoyer un
rencontrés lors de la compilation.
courriel (4) si vous pensez qu’il manque tel ou tel
point. Après vous avoir répondu, j’enrichirai ce fas-
Merci ! cicule en le complétant.
Je remercie chaleureusement tous les collègues qui, Il n’y a pas d’index dans cette brochure ; le sommaire
directement ou indirectement, ont relu, posé leurs est assez détaillé pour trouver la réponse à la question
questions, soulevé des remarques (constructives), cor- qui vous intéresse.
rigé les erreurs et donné une solution plus pertinente
Enfin, j’ai choisi de présenter et d’utiliser pstricks
que la mienne (1) . Ils ont permis l’enrichissement et
pour la création des dessins de la brochure, pour di-
l’amélioration de cette brochure.
verses raisons. Il n’y aura pas de mode d’emploi de
Je remercie l’IREM de Lyon pour la publication en tikz, metapost, . . . , pour la création. C’est d’ailleurs
ligne de cette brochure. avec cet outil que sont faits la quasi-totalité des des-
Je remercie tous ceux qui font connaître la brochure sins des annales de Bac (et leurs corrigés, parfois !)
(dans les formations, par le bouche-à-oreille, . . .) déposés sur le site de l’APMEP (voir [125]).

Je remercie enfin mes collègues belges qui m’ont


amené, pour des raisons de publications, à découvrir Ce que vous trouverez
et utiliser LATEX. Le jour où je l’ai découvert est mar-
qué d’une pierre blanche ! Une brochure de plus sur LATEX ?
Celle-ci fait suite aux stages de découverte de LATEX
Ce que vous ne trouverez pas que j’ai animés ici et là dans les académies de Reims et
de Lyon. En ce sens, elle est un aide-mémoire. Elle ré-
Je n’ai pas mis des thèmes particuliers comme « com- pond aux demandes de mes collègues qui, en stage ou
ment présenter un texte poétique », « comment faire par courriel, m’ont posé diverses questions pratiques.
une bibliographie », « comment écrire un texte en grec En se sens, elle fournit des approfondissements.
ancien » (2) , « comment faire recueil de musique avec Cette brochure est donc fortement orientée et person-
les accords de guitare », « comment écrire un texte nalisée car elle s’adresse plus particulièrement à des
sous forme d’un cœur », « comment représenter un enseignants de mathématiques en collège et en lycée
échiquier », « comment représenter une courbe donnée et se veut leur être une aide pratique. Elle ne remplace
par ses coordonnées polaires », etc. (3) Soit parce que pas les nombreuses ressources données à la fin mais
la réponse était trop longue à rédiger ( !) soit parce essaie de répondre aux questions les plus fréquentes
que les différentes ressources citées donnent la solu- que nous nous posons.
tion (et je ne voulais pas paraphraser), soit parce que
J’ai donc présenté dans cette brochure tout ce dont
(1). En particulier Régis Deleuze (IREM de Reims), Guy un enseignant du secondaire pouvait avoir besoin et
Noël (UMons - CREM, Belgique), Luc Tiennot (IREM de la
seulement ceci. Il y a des commandes que le lecteur
Réunion) et Thomas Iyer. Merci à eux !
(2). La première phrase écrite en page 2 donne, outre une pourra ne pas utiliser personnellement ; comme elles
pensée profonde, l’origine de TEX, nom choisi par son créateur, peuvent figurer dans les sources trouvées sur l’e-toile,
D. Knuth, en 1977. Τέχνης se traduit par art et savoir-faire.
(3). LATEX sait faire tout cela sans problème ! Si, si ! (4). Mon adresse est : arnaud.gazagnes@ac-lyon.fr

17 LATEX. . . pour le prof de maths !


j’ai pris l’option de les expliquer pour que ce même La deuxième est de pouvoir mettre à jour facilement
lecteur se les approprie pour mieux les réinvestir. la publication en ligne (ce qui est plus difficile pour
J’ai fait le choix d’utiliser seulement les extensions une publication « papier »). La date de la dernière
existantes dans une distribution de LATEX standard compilation/mise à jour se trouvant sur la première
(obtenue par téléchargement ou sur un CD-Rom), ceci page, il vous est immédiat de savoir si vous avez la
afin d’éviter au collègue une (parfois peu aisée) ins- dernière édition !
tallation d’extension personnelle d’un internaute. La troisième est que je suis convaincu du bien-fondé
Le lecteur trouvera donc non seulement les outils de et de la pertinence des IREM
(6) . Tout simplement !

base (les écritures mathématiques, les tableaux, les Par ailleurs, vous trouverez sur le site de l’IREM de
dessins, . . . ) mais aussi tout ce qui pourrait enrichir Lyon ([127]) un dossier zippé comprenant des codes-
ses propres documents (macros, personnalisation d’un sources de cette brochure, pour qu’ils soient plus fa-
cours, . . . ). cilement récupérables.
Il y a probablement des paragraphes dont vous ne
verrez pas l’utilité (par exemple, comment écrire un À vous de jouer !
texte en gras ou aligner un paragraphe à droite) puis-
qu’il y a, dans certains éditeurs, des icônes sur les- L’investissement au départ vous semblera peut-être
quelles il suffit de cliquer pour avoir la réponse. Mais énorme. C’est probablement parce que vous n’êtes pas
vous verrez vite qu’il sera à terme plus rapide de ta- encore habitué à LATEX. Mais je peux vous assurer
per l’instruction que de chercher l’icône plus ou moins que ça vient tranquillement mais sûrement ! Peut-être
cachée. . . Et vous ne serez pas gênés en passant sur aussi ferez-vous des erreurs (classiques) au début qui
un autre éditeur ! entraîneront des arrêts de compilation et vous devrez
retrouver cette erreur. . . : ne vous découragez pas, le
J’ai volontairement multiplié les exemples ; en fait,
temps où vous ne la ferez plus viendra très vite !
il y en a un pour chaque technique, définition, etc.
pour vous permettre de mieux vous familiariser avec Il est illusoire aussi de vouloir maîtriser L TEX et d’en
A

celle-ci. J’ai fait le choix de présenter, le cas échéant, faire le tour complet en quelques heures. Ne serait-ce
aussi bien l’utilisation d’une extension existant (per- que parce que l’on veut toujours améliorer ses docu-
mettant au collègue de l’utiliser directement) que ments (et l’on cherche des tuyaux) ou réduire le temps
l’utilisation d’une macro (permettant au collègue d’en passé pour la création d’un document (et l’on cherche
inventer une autre). N’hésitez pas à modifier les pa- là encore des tuyaux) ! Personnellement, j’ouvre (en-
ramètres proposés pour voir comment ils agissent sur core) de temps en temps mes bouquins ou surfe sur
le résultat ! la toile pour chercher telle ou telle réponse. C’est en
utilisant encore et encore LATEX que l’on progresse.
J’ai aussi écrit un chapitre sur la création d’un dia-
porama pour vous permettre de préparer des anima- Ne vous promettez pas de produire vos premiers do-
tions dynamiques en cours à l’aide de la classe Beamer cuments « quand vous aurez le temps » . . . : vous
(page 177). risquez de ne jamais utiliser LATEX ! Commencez sim-
plement : cela peut-être un devoir dont vous aurez
Pour vous aider à vous tester et à progresser, cette pris le fichier source sur Internet sur une des banques
brochure propose, au chapitre 21, une batterie d’exer- d’exercices ou d’annales (de brevet et de baccalauréat,
cices (page 185) corrigés (page 189). par exemple) citées (7) .
Je vous souhaite d’avoir autant de plaisir à lire et
Mise en ligne utiliser cette brochure que j’en ai eu à la réaliser.
Cette brochure est mise en ligne sur le site de l’IREM C’est maintenant à vous de jouer !
de Lyon pour trois raisons (au moins).
La première est de rendre possible au plus grand
nombre de collègues l’accès à cette brochure. Il me
paraît important de permettre et de faciliter la maî- Arnaud Gazagnes
trise de LATEX et l’échange et la mutualisation de do- « Partager plus pour enseigner mieux. »
cuments sources entre collègues. Je laisse les collègues
libres d’utiliser ou pas LATEX (5) ; je propose cette bro-
chure pour ceux qui veulent l’adopter. (6). Il y a un Institut de Recherche sur l’Enseignement des
Mathématiques dans chaque académie.
(5). Même si je fais le vœu pieux que tout le monde l’utilise ! (7). La mutualisation ayant le vent en poupe, toutes ces
Mais je ne fais aucunement d’intégrisme « pro LATEX et anti banques s’enrichissent jour après jour. Et combien il est
tout le reste ». agréable de faire un copier-coller plutôt que de tout retaper !

IREM de Lyon 18
CHAPITRE 2. SQUELETTE

Chapitre 2
Squelette

Détaillons un exemple : 2.3 \documentclass


\documentclass[11pt,twocolumn]{article} La classe du document définit sa structure physique.
\usepackage[T1]{fontenc} Chaque classe a ses propres règles de mise en page et
\usepackage[utf8]{inputenc} certaines commandes particulières.
\usepackage[francais]{babel}
\usepackage{amsfonts,amsmath,amssymb}
Il existe différentes classes de document : (3)
\begin{document} %Cours
\section{Bla} • article, qui permet de créer des documents courts ;
Bla bla bla • letter, qui sert à écrire des courriers (4) ;
\section{Blo}
• report, qui permet de créer des documents plus
\include{ch1}
longs que ceux créés avec la classe article (5) ;
\end{document}
• book, qui permet d’écrire des livres ;

2.1 Commande \, argument {} et • beamer, qui permet de créer des transparents.

option []
Ci-dessous se trouvent les options autorisées dans les
La contre-oblique \ sert à indiquer les instructions classes standard et utilisées dans nos documents d’en-
(commandes) et les accolades, un bloc. seignant. Lorsque plusieurs sont mentionnées dans
une extension, elles sont séparées par des virgules.
Les accolades ont pour fonction de grouper le texte
sélectionné, appelé alors argument de la commande. • 11 pt définit un corps de caractères dont la taille
Certaines commandes ont deux arguments (1) . standard des caractères est 11 pt (6) . L
AT X propose
E
deux autres tailles de police, 10 pt et 12 pt (7) .
De plus, certaines commandes admettent des options
• a4paper définit la taille du papier utilisé (21×29,7).
écrites entre crochets et placées après le nom de la
Les dimensions du document sont adoptées en
commande (2) .
conséquence. De même pour a5paper.
Une liste de commandes se trouve sur [32].
• landscape indique que le document est orienté au
format « paysage » (8) .
2.2 Préambule • twocolumn indique que le texte compilé est écrit
globalement sur deux colonnes. Par défaut, le do-
Tout document LATEX possède un préambule dans le-
cument est écrit sur une colonne (onecolumn).
quel figurent des informations valides pour l’ensemble
du texte.
(3). Celle du présent document est report. Les chapitres d’un
Le préambule débute à la première ligne du fichier et « vrai » livre commencent à une page impaire ; j’ai choisi de ne
se termine à la balise \begin{document} (exclus). pas mettre de pages blanches.
(4). Des champs sont proposés pour l’adresse, la signature,
les formules de politesse, la marque du « pli en 3 », etc.
Tout ce qui est écrit entre \begin{document} et (5). Mémoire ou rapport se dit report en anglais.
\end{document} constitue le corps du document. (6). La présente brochure utilise la taille 11 pt. À noter qu’un
Rien de ce qui est marqué ensuite n’est pris en document écrit en taille 12 et réduit à 71 % (réduction de A3
compte. en A4 souvent utilisée pour nos documents à destination des
élèves !) se lit correctement.
(7). Pour utiliser des tailles plus grandes ou plus petites, il y
(1). Comme la commande relative à la fraction, qui demande a le package extsizes dont la saisie dans le préambule est
le numérateur et le dénominateur. \usepackage[14pt]{extsizes} ; le 14pt peut être remplacé
(2). Comme l’option francais de babel ou comme la com- par 8pt, 9pt, 10pt, 11pt, 12pt, 14pt, 17pt ou 20pt.
mande liée à la racine n-ième (n et x). (8). Ce format est aussi appelé « à l’italienne ».

19 LATEX. . . pour le prof de maths !


• oneside indique que le document doit être traité hyperref pour les liens hypertexte
en vue d’une impression en recto seulement (9) . lscape pour un format « paysage »
L’option twoside indique que le document doit être
makeidx pour la création d’un index
traité en vue d’une impression en recto-verso. En
particulier, cela joue sur l’alternance des marges. multicol pour fusionner des colonnes d’un tableau
ou écrire un texte sur plusieurs colonnes
multido pour effectuer des boucles
2.4 Extensions et \usepackage
multirow pour fusionner des lignes d’un tableau
2.4.1 Principe ntheorem avec les options thmmarks et amsmath pour
la personnalisation des théorèmes
La traduction de package est extension. Une extension
permet d’étendre des possibilités de LATEX et dédié à pifont pour les symboles « ding »
(12)

une tâche précise. pstricks pour les dessins géométriques


L’ensemble des ces extensions est disponible dans tout rotating pour tourner du texte
pack d’installation. Les extensions nécessaires pour tabularx pour les tableaux dont on fixe la longueur
les mises en place des exemple de cette brochure se- totale
ront systématiquement et explicitement données. titlesec pour changer la police des titres de niveaux
de hiérarchie
2.4.2 Encodages url pour les adresses éponymes
• \usepackage[utf8]{inputenc} (10) et permet de
taper directement à l’écran, dans le fichier *.tex, D’autres extensions sont proposées ponctuellement
les caractères accentués. dans la brochure.

• \usepackage[T1]{fontenc} permet juste d’utili-


ser une nouvelle norme LATEX concernant le codage 2.5 Environnements
des caractères.
Tout environnement délimite une région dans laquelle
• \usepackage[francais]{babel} permet de spéci- une action particulière – donnée par le nom de l’en-
fier au compilateur que l’on désire taper son docu- vironnement – est appliquée.
ment en français, ce qui donne en particulier des
Cet environnement entoure cette région (avant) par
césures correctes.
un begin et après par un end explicites.
• \usepackage{amsfonts,amsmath,amssymb} (11)
Par exemple, l’environnement center permet de cen-
permettent d’obtenir des caractères mathéma-
trer un texte. Le code source
tiques (de toute beauté !).
\begin{center}
2.4.3 D’autres extensions Voici un exemple.
\end{center}
Hormis les extensions présentées auparavant, les plus
donnera le résultat suivant :
fréquemment utilisées sont :
array pour les tableaux à contenu mathématique Voici un exemple.
cancel pour barrer un texte De même, l’environnement enumerate permet d’ob-
color pour utiliser les couleurs tenir des listes numérotées.
colortbl pour colorier les cellules d’un tableau
enumerate pour modifier le motif d’une énumération 2.6 Caractères réservés et lettres
eurosym pour le symbole e accentuées
fancybox pour les encadrements
fancyhdr pour le titre courant (les en-tête etc.) 2.6.1 Caractères réservés
geometry pour la mise en page 2.6.1.1 Le symbole de pourcentage %
graphicx pour l’insertion d’image Remarquez le %Cours après le \begin{document}. Le
(9). C’est l’option par défaut, sauf dans la classe book. texte Cours est un commentaire ; il a pour vocation
(10). Il y avait auparavant l’option latin1 pour les PC d’être lu seulement par un utilisateur et non pas par
applemac pour les Mac. L TEX. Le symbole % précède tout commentaire et rien
A
(11). Ces extensions ams... ont été conçues par l’American
Mathematical Society. (12). Voir page 37

IREM de Lyon 20
CHAPITRE 2. SQUELETTE
de ce qui le suit sur la ligne ne sera pris en compte. 2.6.2 Lettres accentuées et autres sym-
Donc le texte Cours sera ignoré. boles divers
Pour introduire des commentaires dans votre docu- D’une part, les claviers ne permettent pas d’obtenir
ment source, utilisez le symbole « % ». Lors de la directement des lettres telles que œ. D’autre part,
compilation du document, les caractères situés après les codes des lettres accentuées diffèrent dans les
ce symbole seront ignorés. Cela permet de ne pas sup- PC et dans les Mac, ce qui donnent des symboles
primer un texte qu’il faudrait éventuellement retaper cabalistiques inattendus sur le pdf (ce qui est gênant
ensuite ! lors d’échanges entre collègues !) ; si vous êtes le seul
destinataire du fichier source, le problème des lettres
Un retour chariot dans le code source équivaut à la accentuées n’en sera donc pas un pour vous.
frappe de l’espace ␣ disponible grâce à la barre d’espa-
cement. Pour qu’il n’y ait pas d’espace apparaissant LAT X a un système qui permet d’accentuer n’importe
E
sur le document compilé, on place un % en bout de quelle lettre : chaque lettre accentuée est obtenue en
ligne ; cela permet d’écrire sur plusieurs lignes du do- saisissant un \ suivi de l’accent voulu puis de la lettre
cument compilé un code source qui, sinon, dépasserait à accentuer. Voici comment obtenir ligatures et lettres
la page. Il est donc équivalent d’écrire, par exemple, accentuées (15) :
les deux codes sources suivants :

\texttt{texte en télétype} à \‘a á \’a â \^a


ä \"a ã \~a ȧ \.a
\texttt{% æ {\ae} œ {\oe} ç \c{c}
texte en télétype}
György Pólya (16) s’obtient avec Gy\"orgy P\’olya.
2.6.1.2 Écriture des caractères réservés
Le mot « cœur » peut aussi bien saisi par c{\oe}ur
Les caractères réservés ont pour but de donner des que par c\oe ur ou par c\oe{}ur. Dans le deuxième
instructions à LATEX. Si l’on veut faire figurer ces ca- cas, l’espace suivant la macro sert de séparateur entre
ractères dans le document final, on ne peut donc pas la commande et la suite du mot n’est donc pas inter-
les saisir tels quels. Leur liste est : prétée par LATEX comme une espace ; sans elle, LATEX
chercherait une commande \oeur inexistante (et en-
\ introduction d’une commande verrait un message d’erreur). De même, le æ dans
{ ouverture d’un groupe « et cætera » (qui s’abrège correctement en « etc. »)
} fermeture d’un groupe se saisit {\ae} ou \ae{}.
% introduction d’un commentaire
Par ailleurs, les lettres majuscules devant être accen-
# désignation d’un argument dans une macro tuées, on obtient À et É avec \‘A et \’E (17) .
~ espace insécable
& séparateur de contenus de colonnes dans un tableau
2.6.3 Accents en mode mathématique
$ délimiteur de mode mathématique
^ exposant, en mode mathématique â $\hat{a}$ ā $\bar{a}$
~a $\vec{a}$ ȧ $\dot{a}$
_ indice, en mode mathématique

On les obtient de la façon suivante : Mais nous verrons dans les exemples du chapitre por-
tant sur l’écriture mathématique que ces commandes
{ \{ } \} ne donnent pas forcément un rendu heureux et qu’il
% \% # \# y a d’autres macros pour un meilleur rendu.

$ \$ _ \_ (15). Le pangramme « Dès Noël où un zéphyr haï me vêt


de glaçons würmiens je dîne d’exquis rôtis de bœuf au kir à
& \& ^ \textasciicircum (13)l’aÿ d’âge mûr & cætera ! » de G. Esposito-Farèse contient les
~ \textasciitilde \ \textbackslash (14) quarante-deux caractères de la langue française.
(16). (1887–1985) On doit à ce mathématicien américain d’ori-
gine hongroise des publications à vocation pédagogique sur la
(13). ∧ s’obtient en mode mathématique avec ∧ {\wedge}. résolution de problèmes comme How to solve it : a new aspect
(14). Ou \backslash en mode mathématique. On peut aussi of mathematical method (1945).
obtenir \ avec boi (abréviation de barre oblique inverse), avec (17). S’il n’est pas possible d’avoir cette lettre accentuée direc-
l’option francais du package babel. tement.

21 LATEX. . . pour le prof de maths !


2.7 Hiérarchie de sectionnement 2.8 Inclusion de fichiers
Les titres sont composés à l’aide de leur niveau lo- 2.8.1 Commande \include
gique, de la partie à la sous-sous-section, comme cela
est indiqué ci-dessous. On peut être amené, par exemple, dans une équipe
pédagogique à vouloir faire une banque d’exercices
Les numéros sont calculés automatiquement et les sur des thèmes différents répartis par les collègues (20)
taille et graisse de la police sont gérés par LATEX (lorsqu’il n’y a pas de manuel de classe) ou vouloir se
qui, d’ailleurs, permet de tout programmer et en compiler l’ensemble de ses cours dans un seul docu-
particulier, une autre type de numération ! (18) ment. Mais voilà. . . tout taper dans un document est
certes possible mais guère pratique (surtout quand on
La hiérarchie et la numérotation sont les suivantes : cherche une information !). Prenons pour exemple un
\part{une partie } document qui contiendrait trois fichiers. La procédure
est la suivante.
\chapter{un chapitre } (19)
On crée les fichiers ch1.tex, ch2.tex et ch3.tex
\section{une section } 1.1.1
que l’on inclura dans un fichier principal.tex (par
\subsection{une sous-section } 1.1.1 exemple) ; ils contiennent seulement le corps du texte
proprement dit.
\subsubsection{une sous-sous-section } 1.1.1
\paragraph{un paragraphe } Le fichier principal.tex sera donc le suivant :

\subparagraph{un sous-paragraphe } \documentclass[11pt,twocolumn]{report}


\usepackage[T1]{fontenc}
Les lignes suivantes portent sur les \section ; le \usepackage[latin1]{inputenc}
contenu reste valable pour toutes les autres com- \usepackage[french]{babel}
mandes de sectionnement. \begin{document}
\include{ch1} % Le thème est...
Il y a la possibilité de mettre une étoile optionnelle \include{ch2} % Le thème est...
(\section*) : cela permet d’obtenir une section non \include{ch3} % Le thème est...
numérotée. Par défaut, toutes les commandes de sec- \end{document}
tionnement (mis à part les (sous-)paragraphes) pro-
duisent une numérotation. Les chapitres seront appelés sans l’extension .tex
On a ensuite un argument optionnel permettant de dans l’inclusion.
spécifier un titre alternatif TitrTabMat qui n’appa-
raîtra pas dans le corps du document mais seulement Attention, on ne peut pas mettre un \include dans
dans la table des matières. Ceci peut être utile pour un fichier déjà appelé par \include. De surcroît, il
les sections ayant un titre très long, qui apparaîtrait faut veiller à bien indiquer les chemins de ces fichiers
sur plusieurs lignes dans la table : on peut donner une depuis le document (ce problème sera levé si tout est
version courte du titre qui perturbera moins la mise dans le même dossier !). Enfin, \include met toujours
en pages de la table des matières. un saut de page avant d’inclure le contenu du fichier.

On a donc la syntaxe :
2.8.2 Commande \includeonly
\section[TitrTabMat ]{TitrSection }
On peut mettre du coup un % de commentaire de-
De plus, il n’est pas possible d’utiliser la commande vant telle ou telle inclusion : cela peut être pratique
\footnote de note de bas de page dans le titre d’une pour n’afficher qu’un des chapitres par exemple et
section. Pour contourner ce problème, on peut écrire pour alléger le temps de compilation. Voici une autre
par exemple : possibilité.
\section[TitrTabMat ]% \include{} permet, grâce à la commande
{TitrSection }\footnote{NoteBasPage} \includeonly{ch1,ch3} placée dans le préam-
La note de bas de page apparaît ainsi uniquement bule, de choisir, parmi tous les fichiers inclus (dans
dans le document mais pas dans la table des matières. l’exemple, ch1 et le ch3 mais pas le ch2), ceux qui
seront affichés dans le document final.
(18). Voir à ce sujet page 164.
(19). N’existe pas avec la classe article. (20). La mutualisation a du bon !

IREM de Lyon 22
CHAPITRE 2. SQUELETTE
2.8.3 Commande \input
La commande \input permet d’inclure le contenu
d’un fichier. Si votre préambule devient conséquent,
vous pouvez aussi alléger votre document principal
en créant un fichier preambule.tex que vous inclurez
\input{preambule}. De plus, si vous créez une nou-
velle commande personnelle, il vous suffit de modifier
le fichier de préambule qui portera alors sur tous vos
documents.

2.9 Les causes d’erreur


L’utilisateur est parfois confronté au problème des
erreurs – notamment au début (21) – qui amène la
console à afficher un message d’erreur après arrêt de
la compilation.
Les erreurs les plus fréquentes sont les suivantes.
• Le nom de la commande est mal orthographié
(lettre manquante, inversion de lettres, etc.).
• Une boîte n’a pas été fermée : une accolade fer-
mante } manque. C’est souvent le cas lors d’emboî-
tements comme {...{...{...}...}...}.
• Un environnement \begin{...} n’est pas correc-
tement fermé par le \end{...} correspondant.
• En mode mathématique, il manque le $ terminant
l’expression mathématique.
Ou encore la commande de sortie \] ne correspond
à la commande d’entrée \[.
• Le chargement d’une extension nécessaire à une
commande n’a pas été fait.
• Le fichier à inclure n’a pas été trouvé, faute d’un
chemin correct. ,_-=(!7(7/zs_.
.=’ ’ .‘/,/!(=)Zm.
.._,,._.. ,-‘- ‘,\ ‘ -‘ -‘\\7//WW.
,v=~/.-,-\- -!|V-s.)iT-|s|\-.’ ‘///mK\%.
v!‘i!-.e]-g‘bT/i(/[=.Z/m)K(YNYi.. /-]i44M.
v‘/,‘|v]-DvLcfZ/eV/iDLN\D/ZK@%8W[Z.. ‘/d!Z8m
//,c\(2(X/NYNY8]ZZ/bZd\()/\7WY%WKKW) -’|(][%4.
,\\i\c(e)WX@WKKZKDKWMZ8(b5/ZK8]Z7%ffVM, -.Y!bNMi
/-iit5N)KWG%%8%%%%W8%ZWM(8YZvD)XN(@. [ \]!/GXW[
/ ))G8\NMN%W%%%%%%%%%%8KK@WZKYK*ZG5KMi,- vi[NZGM[
i\!(44Y8K%8%%%**~YZYZ@%%%%%4KWZ/PKN)ZDZ7 c=//WZK%!
,\v\YtMZW8W%%f‘,‘.t/bNZZK%%W%%ZXb*K(K5DZ -c\\/KM48
-|c5PbM4DDW%f v./c\[tMY8W%PMW%D@KW)Gbf -/(=ZZKM8[
2(N8YXWK85@K -’c|K4/KKK%@ V%@@WD8e~ .//ct)8ZK%8‘
=)b%]Nd)@KM[ !’\cG!iWYK%%| !M@KZf -c\))ZDKW%‘
YYKWZGNM4/Pb ’-VscP4]b@W% ’Mf‘ -L\///KM(%W!
!KKW4ZK/W7)Z. ’/cttbY)DKW% -‘ .’,\v)K(5KW%%f
’W)KWKZZg)Z2/,!/L(-DYYb54% ,,‘, -\-/v(((KK5WW%f
\M4NDDKZZ(e!/\7vNTtZd)8\Mi!\-,-/i-v((tKNGN%W%%
’M8M88(Zd))///((|D\tDY\\KK-‘/-i(=)KtNNN@W%%%@%[
!8%@KW5KKN4///s(\Pd!ROBY8/=2(/4ZdzKD%K%%%M8@%%
’%%%W%dGNtPK(c\/2\[Z(ttNYZ2NZW8W8K%%%%YKM%M%%.
*%%W%GW5@/%!e]_tZdY()v)ZXMZW%W%%%*5Y]K%ZK%8[
’*%%%%8%8WK\)[/ZmZ/Zi]!/M%%%%@f\ \Y/NNMK%%!
’VM%%%%W%WN5Z/Gt5/b)((cV@f‘ - |cZbMKW%%|
’V*M%%%WZ/ZG\t5((+)L’-,,/ -)X(NWW%%
‘~‘MZ/DZGNZG5(((\, ,t\\Z)KW%@
’M8K%8GN8\5(5///]i!v\K)85W%%f
YWWKKKKWZ8G54X/GGMeK@WM8%@
!M8%8%48WG@KWYbW%WWW%%%@
VM%WKWK%8K%%8WWWW%%%@‘
~*%%%%%%W%%%%%%%@~
~*MM%%%%%%@f‘
’’’’’

Ascii-Art
(21). C’est assez décourageant quand on débute. . . mais c’est
en corrigeant ses erreurs que l’on progresse !

23 LATEX. . . pour le prof de maths !


Chapitre 3
Mise en forme – Mise en valeur du texte

(Pour la mise en page du document, voir le chapitre \begin{multicols}{2}[Lorem ipsum : Titre


17, page161.) sur une seule colonne.]
• Si c’est le titre numéroté d’une section (par
3.1 Multicolonnes exemple) qui doit être écrit sur une seule colonne,
on écrit :
3.1.1 Principe \begin{multicols}{2}[%
\usepackage{multicol} placé dans le préambule \section{Titre numéroté}]
permet de redéfinir localement le nombre de colonnes
Il est possible d’imbriquer plusieurs environnements
désirées (10 maximum).
multicols.
La syntaxe est (1) :
Tout comme on peut justifier une ligne, on peut « jus-
tifier » une colonne, en jouant sur les espaces entre
\begin{multicols}{NbCol }%
les lignes. Deux commandes pour contrôler l’homogé-
[TexteAvant ][EspaceSupp ]
néité de la hauteur des colonnes sont disponibles :
Texte
• flushcolumns (par défaut) indique que toutes les
\end{multicols}
colonnes ont la même hauteur (LATEX répartit le
surplus de place entre les lignes) ;
• NbCol (avec 1 6 NbCol 6 10) est le nombre de
• raggedcolumns indique que les colonnes peuvent
colonnes désiré ;
avoir des hauteurs différentes (LATEX met le surplus
• TexteAvant est le texte précédant le passage en
en bas de chaque colonne).
multicolonnage ;
• EspaceSupp est l’espacement ajouté entre
3.1.2 Saut de colonne
TexteAvant et Texte.
Pour interrompre la colonne et écrire la suite du texte
Lorem ipsum dolor sit dignissim sit amet, adi- dans la colonne suivante, on utilise \columnbreak. (Si
amet, consectetuer adi- piscing nec, ultricies sed, l’on veut éviter un dilatement de la colonne, on utilise
piscing elit. Sed non risus. dolor. Cras elementum \vfill\columnbreak.)
Suspendisse lectus tortor, ultrices diam. (2)
En revanche, si tout le document est écrit sur deux
est obtenu avec : colonnes, on utilise \newpage.

\begin{multicols}{2} 3.1.3 Version étoilée


Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer...
\end{multicols} L’environnement multicol équilibre les colonnes sur
la (dernière) page. Si l’on veut remplir les colonnes
L’argument optionnel permet de faire figurer en mode une à une, il faut utiliser la version étoilée :
normal, juste avant l’écriture en multicolonnes, un \begin{multicols}{2}{... est utilisé ci-dessous à
texte qui sera toujours sur la même page que le texte gauche et \begin{multicols*}{2}{... est utilisé
qui suit. ci-dessous à droite.
• Si l’on veut que le titre précédant les multicolonnes
apparaisse sur une seule colonne, on écrit ce titre
entre crochets après le nombre de colonnes. Par
exemple, on écrit :
(1). Attention au « s ».
(2). Connaissez-vous l’extension lipsum ?

IREM de Lyon 24
CHAPITRE 3. MISE EN FORME – MISE EN VALEUR DU TEXTE
3.1.4 Améliorations simplespacing.
3.1.4.1 Ligne de séparation
Voici quelques exemples. Le changement de forme
Pour qu’une ligne de séparation apparaisse entre les droit/emphase est utilisé pour mettre en valeur al-
colonnes, il faut écrire dans le préambule, comme c’est ternativement les différents résultats.
le cas dans cette brochure (3) :

\setlength{\columnseprule}{0.25pt} Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux


sages. Que j’aime à faire apprendre un nombre utile
aux sages.
3.1.4.2 Espace inter-colonnes
Pour redéfinir la largeur de l’espace inter-colonnes, il Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux
faut écrire dans le préambule :
sages. Que j’aime à faire apprendre un nombre utile
\setlength{\columnsep}{30pt} aux sages.
Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux
On peut « remonter » le texte en plaçant avant le sages. Que j’aime à faire apprendre un nombre utile
\begin{multicols}{2} et après le \end{multicols} aux sages.
l’instruction \vspace*{-0.3cm}. Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux

sages. Que j’aime à faire apprendre un nombre utile


3.2 Taille de l’interligne
aux sages.
L’enseignant peut avoir besoin de changer la taille de
l’interligne. Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux
sages. Que j’aime à faire apprendre un nombre utile
3.2.1 Dans tout le document aux sages.

On peut aussi mettre directement l’option


doublespacing dans la déclaration de la classe
du document. Pour des interlignes un et demi, on Que j’aime ... sages.\par
utilise onehalfspacing. (4) \doublespacing
%Par défaut, double interligne
\renewcommand{\baselinestretch}{1.2} (5) placé Que j’aime ... sages.\par
dans le préambule permet de doubler l’intervalle par \begin{spacing}{0.8}
défaut. %Début interligne 0,8
Que j’aime ... sages.\par
3.2.2 Localement : l’extension \setspace \end{spacing}
% Fin interligne 0,8
Pour obtenir (semi)globalement des interlignes de % À nouveau, double interligne
format un (6) , un et demi ou double, elle propose Que j’aime ... sages.\par
les commandes respectivement simplespacing, \singlespacing %
onehalfspacing, doublespacing. %Maintenant, interligne simple
Que j’aime ... sages.\par
Pour obtenir (semi-)globalement des interlignes d’un
certain coefficient , elle propose l’environnement
spacing, dont la syntaxe est : Les \par donnés sont nécessaires : il faut changer de
paragraphe avant d’utiliser une autre interligne, sans
\begin{spacing}{coefficient } quoi la commande \singlespacing affecte tout le pa-
... ragraphe qui la contient (alors que ce devrait être le
\end{spacing} suivant).

Pour revenir semi-globalement ou localement 3.2.3 Et la taille de fonte !


à un interligne normal, on saisit la commande
Par ailleurs, pour réduire l’interligne d’un paragraphe
(3). Où l’épaisseur de la ligne vaut 0,25 pt.
(4). Par défaut, c’est simplespacing.
(à celui de small par exemple) sans modifier la
(5). Cette valeur peut être changée ! taille de la fonte on peut utiliser \small{\normalsize
(6). Ce format est celui par défaut. texte à interligne réduit }\par.

25 LATEX. . . pour le prof de maths !


3.3 Paragraphe \begin{center} texte \end{center}
{\centering texte \par}
3.3.1 Indentation
Pour aligner texte sur la droite, on peut choisir l’une
Par défaut, un paragraphe admet en son début un dé- des deux commandes :
calage par rapport à la marge de gauche (l’alinéa). La
valeur de ce décalage est représentée par une quantité \begin{flushright} texte \end{flushright}
appelée \parindent . (7) {\raggedleft texte \par}
Cette quantité peut être modifiée à l’aide de la Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing
commande \setlength. Pour que toute indentation elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor,
ait la valeur décal , on écrit dans le préambule dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed,
\setlength{\parindent}{décal }.
Pour supprimer cette indentation localement, il faut dolor. Cras elementum ultrices diam. Maecenas
écrire au début du paragraphe \noindent. ligula massa, varius a, semper congue, euismod non,
mi. Proin porttitor, orci nec
3.3.2 Retour à la ligne
nonummy molestie, enim est eleifend mi, non
Pour finir un paragraphe et aller à la ligne dans le fermentum diam nislsit amet erat. Duis semper.
document, il suffit, à la fin de celui-là, de choisir l’une
des possibilités suivantes : \begin{flushleft} Lorem ... \end{flushleft}
• écrire \par (de préférence) \begin{center} dolor ...\end{center}
\begin{flushright} non ...\end{flushright}
• sauter une ligne (sauf dans un mode mathématique
ou une commande de mise en forme) Pour centrer un texte qui ne tient que sur une ligne,
• écrire \\ on peut utiliser \centerline{texte} :

• écrire \newline bla bla bla bla bla


ble ble ble ble ble
La dernière de ces instructions supprime l’indentation bli bli bli bli bli
(le paragraphe suivant est alors collé sur la marge de
gauche). Par conséquent, si l’indentation est nulle, ces bla bla bla bla bla
commandes sont équivalentes.
Attention à ne pas mettre de \\ directement (8) après \centerline{ble ble ble ble ble}
un \end{...}. Voir ci-dessus les espaces verticaux.
bli bli bli bli bli
3.3.3 Alignement au centre et autres
Pour insérer un texte au milieu d’une ligne, on utilise
Par défaut, un paragraphe est justifié (c’est-à-dire la commande \hfil.
aligné sur la marge de gauche et sur la marge de
droite). On peut choisir trois autres alignements : À gauche au centre
sur la gauche, au centre et à droite.
À gauche\hfil au centre
Pour aligner texte sur la gauche, on a l’un des deux
choix suivants (9) : 3.3.4 Trois points. . . de typographie
\begin{flushleft} texte \end{flushleft} (10) Sous réserve d’avoir inséré l’option francais de l’ex-
{\raggedright texte \par} tension babel dans le préambule (11) , LATEX respecte
la typographie française : il sait, par exemple, qu’il
Pour centrer texte, on peut choisir l’une des deux com- faut une espace insécable devant un point-virgule,
mandes : deux points, un point d’interrogation ou un point
(7). Elle vaut 15 pt par défaut. d’exclamation (12) . Voici donc trois points de typo-
(8). On peut insérer une espace $\ $ ou ~. graphie (13) .
(9). Sur Texnic Center, c’est la première qui est activée.
(10). Les environnements flushleft et flushright font ré- (11). Soit \usepackage[francais]{babel}.
férence au côté de l’alignement, flush pouvant se traduire par (12). Sinon, il faut placer une espace insécable devant ces sym-
« chasser vers ». Les commandes \raggedright et \raggedleft boles.
font référence au côté opposé ; ragged signifie « en lambeau ». (13). Qui, tels les Trois Mousquetaires, sont au nombre de 4 !

IREM de Lyon 26
CHAPITRE 3. MISE EN FORME – MISE EN VALEUR DU TEXTE
3.3.4.1 Guillemets sées (19) , il y a les suivantes (20) :
Dans notre chère typographie française, les guillemets point
s’écrivent « » et on les obtient avec \og \fg{} (14) . pt
1 pt = 0,351 5 mm
mm millimètre
À force de flatter chacun, à nous en
cm centimètre
donner des boutons, il récolta le sur-
nom de « dermagogue ». pouce
in
1 in = 2,54 cm = 72,27 pt
... surnom de \og dermagogue \fg{}. ex hauteur du x (police courante)
cadratin
em
3.3.4.2 Points de suspension largeur d’un M (police courante)
Les points de suspension s’écrivent de façon correcte Pour préciser une distance, on écrit l’écrit avec
. . . avec \ldots{} (ou \dots{}) et non pas ... l’unité collée, comme 3cm.
(obtenu en appuyant trois fois sur la touche .).
Il y a des longueurs variables, qui dépendent de la
Par ailleurs, « etc » est suivi d’un point seul et non configuration du document :
pas de points de suspension.
\parindent taille de l’indentation
3.3.4.3 Espace insécable distance verticale entre deux
\baselineskip
Il est désagréable de lire une coupure comme « 2 lignes
cm » (l’unité doit être sur la même ligne). Utilisons \parskip espace entre les paragraphes
l’espace insécable ~, espace que l’on intercale entre largeur d’une ligne de texte
\textwidth
deux entités qui ne doivent pas être séparés par un sur la page
éventuel retour à la ligne automatique. On écrira largeur d’une ligne de texte
\linewidth
donc 2~cm. dans l’environnement local
\textheight hauteur du texte dans la page
De même, on écrit M.~Dupont (15) .
Par exemple, la saisie dans le préambule de la com-
mande \setlength{\parskip}{3cm} permet de créer
3.3.4.4 Traits d’union
un espace entre chaque paragraphe de 3 cm.
LATEX connaît trois types de tirets, que les conven-
tions typographiques françaises demandent d’utiliser : 3.4.2 Espacement horizontal
• - , le tiret court, le trait d’union (dans les noms
composés), obtenu avec - ; LATEX se moque du nombre d’espaces (21) obte-
• – , le tiret moyen (16) , pour lister les énuméra- nues à l’aide de la frappe sur la barre d’espace :
tions (17) , ainsi que pour séparer les intervalles on obtiendra A A, que l’on tape A␣A ou A␣␣␣␣A ou
(délimité par deux espaces fines insécables), obtenu que l’on fasse un « retour chariot » après le premier A.
avec -- ;
• — , le tiret long (18) , pour les répliques de dialogues Plusieurs espaces sont disponibles :
ou les propositions incises, obtenu avec ---.
usuelle ␣ A A AA
insécable ~ A~A AA
3.4 Longueurs et espacements négative \! A\!A AA
fine \, A\,A AA
3.4.1 Longueurs moyenne \: A\:A AA
large \; A\;A AA
Le système de mesure utilisé par LATEX est constitué
cadratin \quad A \quad A A A
de diverses unités de longueur. Parmi les plus utili-
double cadr. \qquad A \qquad A A A
(14). ouvrez/fermez les guillemets. L’absence de la paire d’ac-
colades fait coller le texte suivant » au guillemet. \; , \: et \! ont pour valeur respective 3/18, 4/18 et
(15). L’abréviation correcte de « Monsieur » est « M. » et non −3/18 de cadratin.
pas « Mr » ni « Mr », comme chez nos amis anglo-saxons.
(16). Ou « tiret demi-cadratin ». (19). Celles que l’on retrouve dans la plupart des documents
(17). Ce qui n’est pas le cas dans cette brochure ! Je prends la des collègues ou sur la toile !
puce anglo-saxonne dans mes documents, pour qu’il n’y ait pas (20). Le point est l’unité de base pour le système et l’on a :
de confusion avec le signe des négatifs. 2,54 cm = 1 in = 72,27 pt.
(18). Ou « tiret cadratin ». (21). En typographie, espace est un mot féminin.

27 LATEX. . . pour le prof de maths !


Il existe aussi la commande \hspace qui permet un es- \begin{center}
pacement horizontal (\hspace* force l’espacement) : \emph{Bla bla}\bigskip
A\hspace{0.8cm}B donne : A B
\emph{Ble ble}\medskip
3.4.3 Espacement vertical
\emph{Bli bli}\smallskip
Il existe de même la commande \vspace qui permet
un espacement vertical (\vspace* force l’espace) : \emph{Blo blo}
On peut aussi écrire \\[Espacement ] : \\[2cm]
donnera un espacement vertical de 2 cm. \emph{Blu blu}
\end{center}
Les espacements verticaux suivants sont proportion-
nels à la hauteur d’une ligne de texte (leur utili- 3.4.4 Espacements élastiques
sation est préférable). Sauf s’ils sont précédés d’un
\end{...}, ils sont suivis d’un saut de ligne. 3.4.4.1 \hfill, \vfill

\smallskip saut d’un quart de ligne Ces espacements s’étendent sur toute la place dis-
ponible. Horizontalement, c’est \hfill. L’équivalent
\medskip saut d’une demi-ligne vertical de \hfill est \vfill.
\bigskip saut d’une ligne
D’où le résultat 
On obtient donc, avec le source donné après :
D’où le résultat \hfill $\blacksquare$
blabla blabla blabla
Exercice 1 (3 points)
blabla blabla blabla
Exercice 1 \hfill \textit{(3 points)}
blabla blabla blabla\bigskip
La commande \hfill A \hfill \hfill\null place
blabla blabla blabla A au premier tiers de la ligne.
Ces espacements seront particulièrement utiles dans
un texte centré. Voyez par exemple la différence entre Il y a aussi la commande \dotfill :
les paragraphes suivants : 0 . . . . . . . . . . . . . 1/3 2/3 . . . . . . . . . . . . . 1
bla bla
0 \dotfill 1/3 \hfill 2/3 \dotfill 1
bla bla
Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . .
\begin{center}
\emph{bla bla}
Nom :\dotfill{} Prénom :\dotfill{}
\emph{bla bla}
\end{center} 3.4.4.2 \stretch
La commande \stretch{n } permet d’insérer un es-
ble ble
pacement élastique qui va s’ajuster de manière à
ble ble
forcer l’occupation de toute une ligne ou de toute
\begin{center} une page. Le facteur d’élasticité n intervient dès que
\emph{ble ble}\\ plusieurs commandes \stretch sont appelées sur la
même ligne. Dans l’exemple suivant, la lettre B est
\emph{ble ble} placée aux 2/5 de la ligne de texte :
\end{center} A B C
Bla bla
A\hspace{\stretch{2}}B\hspace{\stretch{3}}C
Ble ble
Bli bli 3.4.5 Espacement entre paragraphes
Blo blo L’espace usuel entre deux paragraphes est contenu
Blu blu dans la macro \parskip.

IREM de Lyon 28
CHAPITRE 3. MISE EN FORME – MISE EN VALEUR DU TEXTE
Pour agir de manière globale (sur tout le docu- 3.4.6 Affectation de valeur à une longueur
ment), on peut changer cette valeur avec la com-
mande \setlength. Pour que cette valeur soit égale 3.4.6.1 \newlength
à 0,5 cm, on saisit : La déclaration d’une longueur se fait avec la com-
\setlength{\parskip}{0.5cm} mande \newlength (22) :

On peut lui donner une valeur élastique : \newlength{\Nom }


\setlength{\parskip}{3ex plus 2ex minus 1ex} crée une longueur nommée Nom .
indique que, pour des raisons de mise en page, LATEX
définira une valeur idéale valant 3 ex et y ajouter au 3.4.6.2 \setlength
maximum de 2 ex ou la diminuer au maximum de
1 ex. Par défaut, la valeur de cette longueur vaut un pouce
(1 in). Pour qu’elle soit égale à Valeur , on utilise la
Attention ! La modification de \parskip modifie commande \setlength :
aussi l’espace entre les titres des sections et le texte
\setlength{\Nom }{Valeur }
qui suit, les environnements de liste, la table des
matières, etc.
Ainsi, les deux lignes de commande
On peut également la modifier en utilisant \newlength{\malongueur}
la commande \addtolength. La saisie de \setlength{\malongueur}{2cm}
\addtolength{\parskip}{10pt} ajoutera 10 pt
à la valeur de \parskip. créent une longueur \malongueur et lui donne la va-
leur de deux centimètres.
Il est possible de modifier la valeur d’une variable en
utilisant la commande \setlength. La commande La longueur s’utilise ensuite à la place des valeurs
prend deux paramètres, le premier est la longueur dans les commandes. Par exemple :
à modifier, le second est la nouvelle valeur de la
longueur. • A\hspace{\malongueur}B
donne A B;
Les paragraphes sont « normalement » espacés. • A\rule{\malongueur}{1mm}B
Bla Bla Bla Bla donne A B.
Bla Bla Bla Bla
Bla Bla Bla Bla 3.4.6.3 \addtolength
On peut ajouter une valeur ValeurAjout à une lon-
Les paragraphes sont espacés de 0,75 cm. gueur avec la commande \addtolength :
\addtolength{\Nom }{ValeurAjout }
Ble Ble Ble Ble
Ainsi, la ligne de commande
Bli Bli Bli Bli
\addtolength{\malongueur}{1cm}

Blo Blo Blo Blo ajoute la longueur 1 cm à la longueur \malongueur


Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla et lui donne alors la valeur de trois centimètres.

Les paragraphes ... \par Si la valeur ValeurAjout est négative (et précédée du
Bla Bla Bla Bla \par signe -), sa valeur absolue sera soustraite de la valeur
Bla Bla Bla Bla \par courante de \malongueur.
Bla Bla Bla Bla\par
{\setlength{\parskip}{0.75cm} La longueur ajoutée n’a pas forcément la même
Les paragraphes sont espacés de 0,75 cm.\par unité
(23) : on peut ajouter des pouces à des milli-

Ble Ble Ble Ble \par mètres, par exemple.


Bli Bli Bli Bli \par (22). Le lecteur remarquera que, contrairement au nom d’un
Blo Blo Blo Blo }\par compteur, le nom de la longueur est précédée d’une contre-
Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla oblique \.
(23). Ce qui arrive rarement !

29 LATEX. . . pour le prof de maths !


3.4.6.4 \settowidth \newcommand{\Filetdouble}[1]{%
\newlength{\ecart}
Pour utiliser les trois dimensions d’un objet déjà exis-
\settowidth{\ecart}{#1}
tant (comme une lettre, un mot ou une boîte), on peut
\begin{center}
utiliser les trois macros suivantes :
\noindent
• \settowidth{\Nom }{Objet } \rule[0ex]{\ecart}{1pt} \par
pour affecter à la variable de longueur de nom Nom #1 \par
la longueur de Objet ; \rule[1ex]{\ecart}{1pt}
• \settoheight{\Nom }{Objet } \end{center}}
pour affecter à la variable de longueur de nom Nom
la hauteur de Objet ;
Xyloglottie
• \settodepth{\Nom }{Objet }
pour affecter à la variable de longueur de nom Nom
la profondeur de Objet . \Filetdouble{Xyloglottie}

Ainsi, les lignes de commande


3.5 Police !
\newlength{\malongueurbis}
\settowidth{\malongueurbis}{Maths} 3.5.1 Styles classiques

donneront pour valeur à \malongueurbis la taille du Une police est caractérisée par une famille (parmi
mot « Maths » dans la police courante. trois), une forme (parmi quatre) et une graisse
(parmi deux).
3.4.6.5 Application 1 : texte barré
Chaque élément est associée à une commande à ar-
Dans la macro (24) \barre suivante, le texte est mis gument (le texte à saisir) – dont la syntaxe est dans
dans la variable #1, et sa largeur est affectée dans la colonne de gauche – et une commande déclarative
\textlarg. Le texte est affiché puis le « curseur » est – dont la syntaxe est colonne de droite – situées sous
ramené en arrière d’une valeur de \textlarg (donc le nom de cet élément. La seconde commande est une
au début du texte en question) on affiche un rectangle bascule : si les accolades sont écrites alors elle ne por-
situé à une hauteur de 0,5 ex de la ligne de base tera que sur le texte entre celles-ci mais si elles ne le
et de 1 pt d’épaisseur et ayant la longueur du mot sont pas, elle portera sur tout le texte qui suit (jus-
(\textlarg). qu’à la prochaine commande).

\newlength{\textlarg} FAMILLES
\newcommand{\barre}[1]{%
\settowidth{\textlarg}{#1} romaine (par défaut)
#1\hspace{-\textlarg}% \textrm{Texte } {\rmfamily Texte }
\rule[0.5ex]{\textlarg}{1pt}} télétype
\texttt{Texte } {\ttfamily Texte }
Exemple de texte barré.
sans empattement
Exemple de \barre{texte barré}. \textsf{Texte } {\sffamily Texte }
Par ailleurs, \usepackage[normalem]{ulem} peut
FORMES
être utilisé plus directement :
Barré \sout{Barré} droit (par défaut)
/Hachuré
/////////// \xout{Hachuré} \textup{Texte } {\upshape Texte }
italique
3.4.6.6 Application 2 : filet double encadrant
\textit{Texte } {\itshape Texte }
Voici une macro, appelée \Filetdouble, pour dessi-
incliné
ner un double filet (25) horizontal placé au-dessus et
\textsl{Texte } {\slshape Texte }
au-dessous d’un texte centré et (surtout !) ajusté sur
la largeur de celui-ci. petites capitales
(24). Les macros sont détaillées dès la page 99. \textsc{Texte } {\scshape Texte }
(25). Les filets (rule) sont décrits page 45.

IREM de Lyon 30
CHAPITRE 3. MISE EN FORME – MISE EN VALEUR DU TEXTE
GRAISSES {\fontfamily{pzc}\selectfont%
Que j’aime ... avantages.}
médium (par défaut)
\textmd{Texte } {\mdseries Texte }
L’extension Fourier, dont le caractère de base est
gras Adobe Utopia, se prête très bien à un document ma-
\textbf{Texte } {\bfseries Texte } thématique.
C’est une fonte de famille romaine, avec des variantes
On peut aussi rajouter grasse, italique, penchée, grasse italique. Elle ne pro-
pose pas de famille sans empattement ou à chasse
Par défaut fixe. Pour cela, on les complète souvent par les fontes
\textnormal{Texte } {\normalfont Texte } Helvetica (avec une réduction d’échelle) et Courier.

Emphase \usepackage{fourier}
\emph{Texte } {\em Texte } \usepackage[scaled=0.875]{helvet}
\usepackage{courier}
Les commandes peuvent s’imbriquer, dans le cas
général (26) , mais il ne faut pas en abuser et rester Le choix de son utilisation se fait donc pour tout le
sobre. L’emphase est généralement suffisante pour document.
mettre en valeur.
Les annales de Bac ou de Brevet disponibles sur le
L’imbrication \textbf{\textit{commande}} a pour
site de l’APMEP ([125]) utilisent très souvent cette
résultat commande.
extension.
On peut imbriquer l’emphase, contrairement à l’ita- Pour en savoir plus sur l’utilisation de cette extension,
lique : voyez [104] et [105].
• \emph{A\emph{B}C} donne ABC
• \textit{A\textit{B}C} donne ABC. Plus généralement, pour avoir un aperçu des polices
de caractères utilisables par LATEX, voir [106] et [107].
Enfin, on peut écrire {\it texte} à la place de
\itshape{texte} et ainsi de suite.
3.5.2.2 Sans empattement
3.5.2 Changement de police Pour faciliter le travail de lecture de nos élèves dys-
3.5.2.1 Quelques exemples lexiques, il est recommandé d’utiliser une police sans
empattements. Il y a ainsi la possibilité (27) d’utiliser
L TEX utilise par défaut les fontes Computer Modern le package cmbright.
A
et Latin Modern. Mais on peut utiliser d’autres
fontes que celles-ci. Toutefois, toutes ne contiennent
3.5.2.3 Cursive
peut être pas tous les symboles mathématiques. . .
On écrit en cursive avec le package frcursive.
Par exemple, la fonte Helvetica donne le rendu sui-
vant : M€aˆt‘h€é“m€aˆt‰i€qˆu€eš €e‰t Œje‰u›x

Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux est donné par :
sages ! Immortel Archimède, artiste ingénieur, qui de
ton jugement peut priser la valeur ? Pour moi, ton \begin{cursive}Mathém...\end{cursive}
problème eut de pareils avantages.
Un retour à la ligne s’effectue automatiquement après
{\fontfamily{phv}\selectfont% le \end{cursive}. Si l’on veut insérer le texte en cur-
Que j’aime ... avantages.} sive dans un texte « classique », on peut par exemple
utiliser une boîte (28) :
La fonte Zapf Chancery donne le rendu suivant :
ab \mbox{\begin{cursive}cd\end{cursive}} ef
Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages ! Immortel
Archimède, artiste ingénieur, qui de ton jugement peut priser la ab € d‡ ef
valeur ? Pour moi, ton problème eut de pareils avantages.
(27). De plus, saisir le symbole de commentaire % devant per-
(26). Selon la police utilisée, il y a quelques impossibilités : il met de supprimer facilement ce rendu !
n’y a pas de petites majuscules en gras, par exemple. (28). Les boîtes sonr expliquées au chapitre 4, page 41.

31 LATEX. . . pour le prof de maths !


3.5.3 Ils sont fous, ces Romains ! 3.5.3.4 Chiffres elzéviriens

3.5.3.1 Écrire en chiffres romains Pour information, la commande \oldstylenums per-


met d’écrire les chiffres en « style ancien » :
Voici une commande (29) pour convertir un nombre
en chiffres arabes en chiffres romains (majuscules) : \oldstylenums{0123456789} donne .
\MakeUppercase{\romannumeral}
3.5.4 Taille des caractères
Ainsi \MakeUppercase{\romannumeral 2020}
donne MMXX. On peut modifier la taille des caractères. Les com-
mandes suivantes donnent des tailles de texte de plus
3.5.3.2 Notation des siècles en plus grandes :

Les numéros de siècles se composent en chiffres ro- \tiny texte

mains petites capitales (30) , suivis d’un e (ou er) mi- \scriptsize texte

nuscule en exposant. \footnotesize texte


\small texte
On utilise, d’une part, la commande \romannumeral \normalsize * texte *
et, d’autre part, la commande \textsuperscript (ou \large texte
\up (31) ) pour l’exposant. \Large texte
Ainsi les codes \LARGE texte
\textsc{\romannumeral 21}%
\huge texte
\textsuperscript{e}~siècle \Huge texte
\textsc{\romannumeral 21}\up{e}~siècle Le texte « a texte b » est obtenu avec trois saisies
possibles :
donnent tous les deux : xxie siècle
• a {\Large texte} b (33)
• a \Large texte \normalsize b
3.5.3.3 Premier, deuxième, etc. • a \begin{Large}texte\end{Large} b
On écrit 1er, 1re, 2e, 2nd, 2nde, 3e et ainsi de suite. Donc
pas de ier, ière, ème ni de ième en exposant. 3.5.5 Couleurs
1\up{er} 1\up{re} 2\up{e} 3\up{e} 3.5.5.1 Couleurs prédéfinies
Les couleurs prédéfinies dans l’extension xcolor sont
Par ailleurs, s’il y a un troisième élément dans une
les suivantes :
liste, on emploie pour désigner son précédent le
terme « deuxième » et sinon le terme « second ». black blue brown cyan

Pour écrire 1o , 2o , 3o et 4o , on saisit (32) respective-


darkgray gray green lightgray
ment \primo, \secundo, \tertio et \quarto.
Et, plus généralement, on peut utiliser la commande
\FrenchEnumerate : on obtient 7o avec la saisie lime magenta olive orange
\FrenchEnumerate{7}.
pink purple red teal
Les nombres ordinaux contenant une variable se
notent sans exposant. On écrira donc n-ième (et non
violet white yellow
pas nème) et p-ième, à l’exception de i-ème et j-ème.

Enfin, on ne met pas la marque de l’ordinal quand


il s’agit d’un dénominateur d’une fraction. On écrit 3.5.5.2 Définir une couleur à partir d’un mo-
donc : une carte au 1/25 000. dèle de couleur

(29). Elle est basée sur la commande \uppercase qui trans- On peut définir une couleur de plusieurs façons à
forme les lettres minuscules en lettres majuscules. l’aide de la commande \definecolor ; en voici trois.
(30). Les nombres exprimant un ordre – comme pour Louis
XIV – sont écrites en grandes capitales.
(31). \up est une macro de l’option francais de babel. (33). L’accolade ouvrante { se place bien avant la commande
(32). Grâce à l’option francais du package babel. de taille.

IREM de Lyon 32
CHAPITRE 3. MISE EN FORME – MISE EN VALEUR DU TEXTE
• Avec le mode gray et une valeur comprise entre 0 \definecolor{olive}{rgb}{.604,.804,.196}
et 1, qui est le pourcentage de blanc dans le noir. \newrgbcolor{olive}{rgb}{.604 .804 .196}
On définit, localement ou dans le préambule, toute \definecolor{orange}{rgb}{1,.5,0} (37)
nuance de gris sous la forme
Il existe aussi le mode RGB où les trois valeurs k1, k2
\definecolor{nuance }{gray}{k } et k3 sont comprises entre 0 et 255.
où k est un nombre décimal compris entre 0 (noir) et \definecolor{orange}{RGB}{255,127,0}
1 (blanc).
• Avec le mode cmyk [cyan/magenta/yellow/key] (38)
Voici quelques nuances : et quatre valeurs k1, k2, k3 et k4 comprises entre 0
0 0.1 0.2 0.3 et 1.
On obtient la couleur rouge ainsi :
0.4 0.5 0.6 0.7
\definecolor{red}{cmyk}{0,1,1,0}

0.8 0.9 0.95 1 3.5.5.3 Définir une couleur à partir d’un mé-
lange de couleurs existantes
(Le package xcolor doit être installé.)
On dispose aussi de la commande
La syntaxe est \colorlet{nom }{mélange }.
\newgray{nuance }{k }
On peut obtenir une nouvelle couleur en mélangeant
où k est un nombre décimal compris entre 0 (noir) et deux couleurs différentes de la façon suivante :
1 (blanc).
couleur1 ! pourcentage de couleur1 ! couleur2
\definecolor{gris1}{gray}{0.85} Si couleur2 n’est pas précisée, c’est par défaut du
\definecolor{gris2}{gray}{0.65} blanc.

Enseigner, ce n’est pas éblouir mais éclairer. La couleur vert foncé est obtenue en saisissant
\colorlet{darkgreen}{green!60!black}.
... pas \textcolor{gris1}{éblouir}
mais \textcolor{gris2}{éclairer}. Voici quelques exemples de différents tons de couleur :
Les gris gris1 et gris2 sont donc définis et peuvent red texte
être appliqués dès qu’on les appelle. (Au passage, red!70 texte
une macro permettant de surligner un mot – un red!45!black texte
nouveau mot dans une définition, par exemple – red!55!green texte
de façon homogène dans un texte se trouve page 103.)
3.5.5.4 Écrire un texte en couleur
• Avec le mode rgb [red/green/blue] (34) et trois va-
leurs k1, k2 et k3 comprises entre 0 et 1 (35) , qui sont Pour écrire un texte en couleur, on utilisera aussi
les teneurs en rouge, vert et bleu. Deux commandes bien l’une des deux commandes suivantes :
nous permettent de définir une couleur (36) :
\textcolor{couleur }{texte }
\definecolor{couleur }{rgb}{k1,k2,k3} {\color{couleur }{texte }}
\newrgbcolor{couleur }{rgb}{k1 k2 k3} LATEX est si puissant !
(34). Personnellement, je n’utilise que des différentes teintes de
BU + ZO = MEU (en shadok)
gris (blanc et noir compris) car mes documents sont disposés à \LaTeX{} est si \textcolor{red}{puissant} !
être photocopiés pour mes élèves ; je pense au meilleur rendu
{\color{blue}BU} + {\color{red}ZO} ...
après un passage par l’imprimante ! Néanmoins, pour ceux qui
aiment les couleurs et qui ne se contentent pas des couleurs
données plus haut, je donne (pages 39 et 40) les 317 couleurs Pour écrire un texte (dans un environnement non ma-
définies dans l’extension xcolor avec l’option x11names, avec thématique) sur un fond en couleur coulfond , on uti-
les quantités de rouge, vert et bleu incluses correspondantes,
lisera la commande
dans l’ordre alphabétique. Histoire d’avoir des idées de (nou-
velles) couleurs. . . (37). On obtient donc 1,5 dose de couleur orange en mélan-
(35). Dont la somme ne fait pas obligatoirement 1 ! geant 1 dose rouge et 0,5 dose verte (et pas de dose bleue).
(36). Attention à la présence ou pas de virgules ou d’espaces. (38). « key » est le noir.

33 LATEX. . . pour le prof de maths !


\colorbox{coulfond }{texte } Ceci dit, les typographes préfèrent une emphase à un
soulignement pour mettre un texte en valeur !
Le stage offre de grandes ouvertures .
Avec \usepackage[normalem]{ulem}, on obtient
Le \textcolor{gris2}{stage} offre de grandes
\colorbox{gris1}{ouvertures}. Vague
✿✿✿✿✿✿

avec la saisie de \uwave{Vague}.


3.5.6 Divers effets
3.5.6.2 Divers encadrements
3.5.6.1 Soulignement
On utilise la commande underline qui prend comme Avec \usepackage{pstricks} :
paramètre le texte à souligner. Faux \psovalbox{Faux}

Ce texte est souligné. Avec \usepackage{fancybox} :


Ombre
\underline{Ce texte est souligné.} \shadowbox{Ombre}

Lorsque le texte à souligner dépasse une ligne, il ✂Entouré ✁☎

\ovalbox{Entouré}

faut dans ce cas utiliser la commande \uline du ✝Entouré ✆ \Ovalbox{Entouré}


package ulem, auquel on aura spécifié (39) l’option Double \doublebox{Double}
normalem (40) .
L’aspect de l’encadré est paramétrable avec les com-
π : Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages ! \fboxsep et \fboxrule définies en sous-sous-
mandes
section 4.1.3.2, page 42.
\underline{$\pi$ : Que j’ ... sages !}

π : Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux On peut aussi jouer sur l’arrondi avec \cornersize
sages ! (0,5 par défaut). Ce paramètre influe, de même, tous
les encadrés si l’instruction est placée dans le préam-
\uline{$\pi$ : Que j’ ... sages !} bule.
Par ailleurs, dans le soulignement avec \underline, ☛ ✟
la position du trait de soulignement dépend de la pré- ✡Encadré ✠
sence ou non de lettres à jambage, contrairement au
soulignement avec \uline. {\cornersize{2} \ovalbox{Encadré}}
Passage étroit Passage étroit
\textcircled{x} entoure le caractère x : on obtient
\uline{Passage} \uline{étroit} x
ainsi ○.
\underline{Passage} \underline{étroit}
3.5.6.3 Agrandissements
On peut créer une commande à cet effet : voir
l’exemple en sous-section 10.3.10, page 103. L’agrandissement (41) d’un objet (texte, formule, des-
sin, etc.) est produit par la commande
Pour souligner un texte avec un trait de couleur, on
utilise le package color. On définit d’abord la couleur \scalebox{Coef_h }[Coef_v ]{Objet }
du trait du soulignement puis la couleur du texte.
où Coef_h et Coef_v sont les coefficients d’agrandis-
\underline{\textcolor{red}{texte}} sement/réduction horizontalement et verticalement,
texte respectivement (42) .
\textcolor{red}{\underline{texte}}
Texte
texte
\scalebox{5}[1.5]{Texte}
\textcolor{red}{%
\underline{\textcolor{blue}{texte}}} On peut aussi utiliser la commande
texte
\resizebox{Long }{Larg }{Objet }

(39). Sinon l’emphase sera toujours soulignée. (41). Le coefficient n’est pas forcément supérieur à 1 !
(40). Autrement dit, on écrit \usepackage[normalem]{ulem}. (42). Des arguments négatifs donnent des images miroir.

IREM de Lyon 34
CHAPITRE 3. MISE EN FORME – MISE EN VALEUR DU TEXTE
qui effectue une déformation de l’objet telle que qu’il 3.5.6.6 Texte penché et \pstilt
occupe toute la longueur Long et la largeur Larg
A l’aide du package pstricks-add, on peut pencher
données.
un texte d’un angle donné :
Texte Texte 1 Texte 2 Texte 3
\resizebox{5cm}{0.35cm}{Texte}
\pstilt{45}{Texte 1}
Texte \pstilt{135}{Texte 2}
\resizebox{\linewidth}{0.35cm}{Texte} \pstilt{-45}{Texte 3}

Si ! est placé à la place de l’un des deux paramètres Cette commande pstilt sera à nouveau utilisée dans
précédents, l’objet est déformé du même coefficient les dessins, page 131, plus particulièrement dans des
horizontal et vertical. repères non orthogonaux.

Texte 3.5.6.7 Trait horizontal


\resizebox{!}{0.35cm}{Texte} Pour tracer une ligne sur la longueur de texte dispo-
nible, on écrit : \hrulefill{}
3.5.6.4 Texte tourné et \rotatebox
Pour tourner un texte de angle degrés, on saisit :
On peut aussi écrire un texte au milieu d’une ligne
\rotatebox{angle }{texte } horizontale :
Cette commande est contenue dans le package texte
graphicx. \hrulefill{} texte \hrulefill{}
nt
Un chemin ascenda puis descend .
ant
3.6 Citations
Un chemin \rotatebox{10}{ascendant}
puis \rotatebox{-10}{descendant}. Il existe deux environnements permettant d’inclure
des citations, quote et quotation. Toutes les cita-
Lorsque texte dépasse une ligne, on le place dans tions sont placées en retrait de l’une ou l’autre des
une parbox (43) ou une minipage. deux marges. Les guillemets entourant les citations
y seront à insérer « à la main ».
Happ
!
culteur
3.6.1 Environnement quote
\rotatebox{10}{%
Pour faire une citation courte, ou des séries de petites
\fbox{\parbox{1.3cm}{Happy culteur !}}}
citations séparées par des interlignes, on utilise l’en-
vironnement quote, qui n’indente pas le texte (44) :
3.5.6.5 À l’envers
Si 0 + 0 = 1 alors le Père Noël existe. S’il
Pour écrire un texte à l’envers (une réponse, par pleut, je vais au cinéma.
exemple), on utilise l’option origin de la commande
\rotatebox. \begin{quote}
Si $0+0=1$ alors...
La valeur origin=c indique que le centre de rotation
\end{quote}
de l’objet que l’on tourne.
Bla \rotatebox[origin=c]{180}{Réponses} 3.6.2 Environnement quotation
donne :
Bla .
Réponses Pour faire une citation longue, on utilise l’environne-
ment quotation, qui indente le texte :
Citons aussi la commande \reflectbox : La science est ce que nous comprenons
effet riorim de la boîte suffisamment bien pour l’expliquer à un or-
dinateur. L’art, c’est tout ce que nous fai-
effet \reflectbox{miroir} de la boîte sons d’autre. (D. Knuth)
(43). Voir la sous-sous-section 4.2.1, page 42. (44). Cela ne se voit pas pas sur un texte d’une ligne !

35 LATEX. . . pour le prof de maths !


\begin{quotation} 3.8.2 Avec des multicolonnes
La science est ... autre. (D. \textsc{Knuth})
Pour gagner de la place, on peut écrire les items des
\end{quotation}
questions en plusieurs colonnes :

3.6.3 Avec un nouvel environnement 1. Premier énoncé.


(a) Prop. 1 (b) Prop. 2 (c) Prop. 3
Dans [21], on trouve le (45) source suivant : 2. Second énoncé.
(a) Prop. 1 (b) Prop. 2 (c) Prop. 3
\newsavebox{\auteurbm}
\newenvironment{Bonmot}[1]%
\begin{enumerate}
{\small\slshape%
\item Premier énoncé.
\savebox{\auteurbm}{\upshape\sffamily#1}%
\setlength{\multicolsep}{0pt}
\begin{flushright}}
\begin{multicols}{3}
{\\[4pt]\usebox{\auteurbm}
\begin{enumerate}
\end{flushright}\normalsize\upshape}
\item Prop. 1 \item Prop. 2 \item Prop. 3
La citation \end{enumerate}
\end{multicols}
La science est ce que nous comprenons suffisamment bien \setlength{\multicolsep}{0pt}
pour l’expliquer à un ordinateur.
\item Second énoncé.
L’art, c’est tout ce que nous faisons d’autre.
\setlength{\multicolsep}{0pt}
(D. Knuth) \begin{multicols}{3}
\begin{enumerate}
est alors obtenue avec :
\item Prop. 1 \item Prop. 2 \item Prop. 3
\begin{Bonmot}{(D. \textsc{Knuth})} \end{enumerate}
La science ... ordinateur.\par \end{multicols}
L’art, ... d’autre. \end{enumerate}
\end{Bonmot}
(\setlength{\multicolsep}{0pt} annule l’espace
vertical avant le début de l’environnement et
3.7 Adresses url \setlength{\multicolsep}{0pt} indique que le
trait vertical entre deux colonnes a en effet pour lar-
Pour écrire correctement une adresse web (46) , il faut geur 0 pt.)
utiliser l’extension url. Elle gère correctement les es-
paces et les coupures de lignes.
3.9 Filigrane
http://math.univ-lyon1.fr/irem/
Le package draftwatermark ([54]) permet d’obtenir
\url{http://math.univ-lyon1.fr/irem/} un filigrane sur tout le document (47) .
Parmi les possibilités, notons les suivantes.
3.8 Deux idées pour un QCM
• \SetWatermarkText{texte } met texte en fili-
3.8.1 En bout de ligne grane ;

Entourer la réponse correcte. • \SetWatermarkAngle{angle } permet de changer


l’angle (avec l’horizontale) du texte ;
1. Premier énoncé. Vrai Faux
• \SetWatermarkColor{couleur } permet de chan-
2. Second énoncé. Vrai Faux
ger la couleur du texte ;
Entourer la réponse correcte. • \SetWatermarkScale{échelle } permet de chan-
\begin{enumerate} ger l’échelle du texte.
\item Premier énoncé. \hfill Vrai~~Faux
Les valeurs par défaut de ces paramètres sont
\item Second énoncé. \hfill Vrai~~Faux
respectivement DRAFT, 45◦ , gris à 80 % et 1,2.
\end{enumerate}
(45). Abus de langage pour « le code source ». Par ailleurs, le chargement de
(46). Si cette extension n’est pas utilisée, le double point après
http est suivi d’une espace, le lien n’est pas écrit en télétype (47). Il y a aussi le package draftcopy, [55], mais celui-ci
et n’est pas hyperactif (lorsque le document le permet). semble avoir des problèmes de compatibilité avec pdfLATEX.

IREM de Lyon 36
CHAPITRE 3. MISE EN FORME – MISE EN VALEUR DU TEXTE
\usepackage[firstpage]{draftwatermark}
permet d’afficher ce filigrane seulement en première
page (alors que, par défaut, il est affiché sur toutes
les pages). Cela peut servir dans la construction de
devoir de sujet (Brevet ou Bac) « blanc ».

3.10 Symboles décoratifs


Pour améliorer l’ordinaire (mais ne pas en abuser !).

3.10.1 Des symboles dans un environne-


ment mathématique
Certains symboles tels que X, ⊠, ⋄, . . . sont utilisés
par des collègues dans leurs présentations (de cor-
rigés) d’exercices ou d’énumérations. Ils sont écrits
dans un environnement mathématique : le tableau de
la page 76 en donne quelques-uns.

3.10.2 Dingbats et pifont


L’extension pifont permet d’obtenir tous les carac-
tères spéciaux appelés « dingbats » avec la commande
\ding avec le code du symbole en argument.
Par exemple, avec \ding{33}, on obtient ✁ et avec
\ding{43}, on obtient ☞, etc. L’ensemble des carac-
tères disponibles est donné page 38.
De plus, pour écrire une ligne avec un seul même ca-
ractère, on utilise \dingfill{code du symbole }.
Par exemple,
\dingfill{33} donne :
✁✁✁✁✁✁✁✁✁✁✁✁✁✁✁✁✁
\ding{33} \dotfill \ding{33} donne :
✁ ...............................................✁

De plus, et par exemple, on superpose les symboles


❒ et ✓ pour obtenir ❒ ✓ en reculant le second avec
l’instruction \hspace{-0.7em}.

\ding{114}\hspace{-.7em}\ding{51}

37 LATEX. . . pour le prof de maths !


✁ ✂ ✃ ✄ ☎ ✆ ✇
33 34 35 36 37 38 39

✈ ✉ ☛ ☞ ✌ ✍ ✎ ✏ ✐ ✑
40 41 42 43 44 45 46 47 48 49

✒ ✓ ✔ ✕ ✖ ✗ ✘ ✙ ✚ ✛
50 51 52 53 54 55 56 57 58 59

✜ ✝ ✞ ✟ ✠ ✡ ✢ ✣ ✤ ✥
60 61 62 63 64 65 66 67 68 69

✦ ✧ ★ ✩ ✪ ✫ ✬ ✭ ✮ ✯
70 71 72 73 74 75 76 77 78 79

✰ ✱ ✲ ✳ ✴ ✵ ✶ ✷ ✸ ✹
80 81 82 83 84 85 86 87 88 89

✺ ✻ ✼ ✽ ✾ ✿ ❀ ❁ ❂ ❃
90 91 92 93 94 95 96 97 98 99

❄ ❅ ❆ ❇ ❈ ❉ ❊ ❋ ● ❍
100 101 102 103 104 105 106 107 108 109

■ ❏ ❐ ❑ ❒ ▲ ▼ ◆ ❖ ◗
110 111 112 113 114 115 116 117 118 119

❘ ❙ ❚ ❛ ❜ ❝ ❞
120 121 122 123 124 125 126

❡ ❢ ❣ ❤ ❥ ❦ ❧ ♣ ♦
161 162 163 164 165 166 167 168 169

♥ ♠ ① ② ③ ④ ⑤ ⑥ ⑦ ⑧
170 171 172 173 174 175 176 177 178 179

⑨ ⑩ ❶ ❷ ❸ ❹ ❺ ❻ ❼ ❽
180 181 182 183 184 185 186 187 188 189

❾ ❿ ➀ ➁ ➂ ➃ ➄ ➅ ➆ ➇
190 191 192 193 194 195 196 197 198 199

➈ ➉ ➊ ➋ ➌ ➍ ➎ ➏ ➐ ➑
200 201 202 203 204 205 206 207 208 209

➒ ➓ ➔ → ↔ ↕ ➘ ➙ ➚ ➛
210 211 212 213 214 215 216 217 218 219

➜ ➝ ➞ ➟ ➠ ➡ ➢ ➣ ➤ ➥
220 221 222 223 224 225 226 227 228 229

➦ ➧ ➨ ➩ ➪ ➫ ➬ ➭ ➮ ➯
230 231 232 233 234 235 236 237 238 239

➱ ➲ ➳ ➴ ➵ ➶ ➷ ➸ ➹
241 242 243 244 245 246 247 248 249

➺ ➻ ➼ ➽ ➾
250 251 252 253 254

Table 3.1 – Caractères disponibles avec l’extension pifont

IREM de Lyon 38
CHAPITRE 3. MISE EN FORME – MISE EN VALEUR DU TEXTE
3.11 D’autres couleurs, format rgb
AntiqueWhite1 AntiqueWhite2 AntiqueWhite3 AntiqueWhite4 Aquamarine1 Aquamarine2 Aquamarine3
AntiqueWhite1 AntiqueWhite2 AntiqueWhite3 AntiqueWhite4 Aquamarine1 Aquamarine2 Aquamarine3
1,.936,.86 .932,.875,.8 .804,.752,.69 .545,.512,.47 .498,1,.83 .464,.932,.776 .4,.804,.668
Aquamarine4 Azure1 Azure2 Azure3 Azure4 Bisque1 Bisque2
Aquamarine4 Azure1 Azure2 Azure3 Azure4 Bisque1 Bisque2
.27,.545,.455 .94,1,1 .88,.932,.932 .756,.804,.804 .512,.545,.545 1,.894,.77 .932,.835,.716
Bisque3 Bisque4 Blue1 Blue2 Blue3 Blue4 Brown1
Bisque3 Bisque4 Blue1 Blue2 Blue3 Blue4 Brown1
.804,.716,.62 .545,.49,.42 0,0,1 0,0,.932 0,0,.804 0,0,.545 1,.25,.25
Brown2 Brown3 Brown4 Burlywood1 Burlywood2 Burlywood3 Burlywood4
Brown2 Brown3 Brown4 Burlywood1 Burlywood2 Burlywood3 Burlywood4
.932,.23,.23 .804,.2,.2 .545,.136,.136 1,.828,.608 .932,.772,.57 .804,.668,.49 .545,.45,.332
CadetBlue1 CadetBlue2 CadetBlue3 CadetBlue4 Chartreuse1 Chartreuse2 Chartreuse3
CadetBlue1 CadetBlue2 CadetBlue3 CadetBlue4 Chartreuse1 Chartreuse2 Chartreuse3
.596,.96,1 .556,.898,.932 .48,.772,.804 .325,.525,.545 .498,1,0 .464,.932,0 .4,.804,0
Chartreuse4 Chocolate1 Chocolate2 Chocolate3 Chocolate4 Coral1 Coral2
Chartreuse4 Chocolate1 Chocolate2 Chocolate3 Chocolate4 Coral1 Coral2
.27,.545,0 1,.498,.14 .932,.464,.13 .804,.4,.112 .545,.27,.075 1,.448,.336 .932,.415,.312
Coral3 Coral4 Cornsilk1 Cornsilk2 Cornsilk3 Cornsilk4 Cyan1
Coral3 Coral4 Cornsilk1 Cornsilk2 Cornsilk3 Cornsilk4 Cyan1
.804,.356,.27 .545,.244,.185 1,.972,.864 .932,.91,.804 .804,.785,.694 .545,.532,.47 0,1,1
Cyan2 Cyan3 Cyan4 DarkGoldenrod1 DarkGoldenrod2 DarkGoldenrod3 DarkGoldenrod4
Cyan2 Cyan3 Cyan4 DarkGoldenrod1 DarkGoldenrod2 DarkGoldenrod3 DarkGoldenrod4
0,.932,.932 0,.804,.804 0,.545,.545 1,.725,.06 .932,.68,.055 .804,.585,.048 .545,.396,.03
DarkOliveGreen1 DarkOliveGreen2 DarkOliveGreen3 DarkOliveGreen4 DarkOrange1 DarkOrange2 DarkOrange3
DarkOliveGreen1 DarkOliveGreen2 DarkOliveGreen3 DarkOliveGreen4 DarkOrange1 DarkOrange2 DarkOrange3
.792,1,.44 .736,.932,.408 .635,.804,.352 .43,.545,.24 1,.498,0 .932,.464,0 .804,.4,0
DarkOrange4 DarkOrchid1 DarkOrchid2 DarkOrchid3 DarkOrchid4 DarkSeaGreen1 DarkSeaGreen2
DarkOrange4 DarkOrchid1 DarkOrchid2 DarkOrchid3 DarkOrchid4 DarkSeaGreen1 DarkSeaGreen2
.545,.27,0 .75,.244,1 .698,.228,.932 .604,.196,.804 .408,.132,.545 .756,1,.756 .705,.932,.705
DarkSeaGreen3 DarkSeaGreen4 DarkSlateGray1 DarkSlateGray2 DarkSlateGray3 DarkSlateGray4 DeepPink1
DarkSeaGreen3 DarkSeaGreen4 DarkSlateGray1 DarkSlateGray2 DarkSlateGray3 DarkSlateGray4 DeepPink1
.608,.804,.608 .41,.545,.41 .592,1,1 .552,.932,.932 .475,.804,.804 .32,.545,.545 1,.08,.576
DeepPink2 DeepPink3 DeepPink4 DeepSkyBlue1 DeepSkyBlue2 DeepSkyBlue3 DeepSkyBlue4
DeepPink2 DeepPink3 DeepPink4 DeepSkyBlue1 DeepSkyBlue2 DeepSkyBlue3 DeepSkyBlue4
.932,.07,.536 .804,.064,.464 .545,.04,.312 0,.75,1 0,.698,.932 0,.604,.804 0,.408,.545
DodgerBlue1 DodgerBlue2 DodgerBlue3 DodgerBlue4 Firebrick1 Firebrick2 Firebrick3
DodgerBlue1 DodgerBlue2 DodgerBlue3 DodgerBlue4 Firebrick1 Firebrick2 Firebrick3
.116,.565,1 .11,.525,.932 .094,.455,.804 .064,.305,.545 1,.19,.19 .932,.172,.172 .804,.15,.15
Firebrick4 Gold1 Gold2 Gold3 Gold4 Goldenrod1 Goldenrod2
Firebrick4 Gold1 Gold2 Gold3 Gold4 Goldenrod1 Goldenrod2
.545,.1,.1 1,.844,0 .932,.79,0 .804,.68,0 .545,.46,0 1,.756,.145 .932,.705,.132
Goldenrod3 Goldenrod4 Gray0 Green0 Green1 Green2 Green3
Goldenrod3 Goldenrod4 Gray0 Green0 Green1 Green2 Green3
.804,.608,.112 .545,.41,.08 .745,.745,.745 0,1,0 0,1,0 0,.932,0 0,.804,0
Green4 Grey0 Honeydew1 Honeydew2 Honeydew3 Honeydew4 HotPink1
Green4 Grey0 Honeydew1 Honeydew2 Honeydew3 Honeydew4 HotPink1
0,.545,0 .745,.745,.745 .94,1,.94 .88,.932,.88 .756,.804,.756 .512,.545,.512 1,.43,.705
HotPink2 HotPink3 HotPink4 IndianRed1 IndianRed2 IndianRed3 IndianRed4
HotPink2 HotPink3 HotPink4 IndianRed1 IndianRed2 IndianRed3 IndianRed4
.932,.415,.655 .804,.376,.565 .545,.228,.385 1,.415,.415 .932,.39,.39 .804,.332,.332 .545,.228,.228
Ivory1 Ivory2 Ivory3 Ivory4 Khaki1 Khaki2 Khaki3
Ivory1 Ivory2 Ivory3 Ivory4 Khaki1 Khaki2 Khaki3
1,1,.94 .932,.932,.88 .804,.804,.756 .545,.545,.512 1,.965,.56 .932,.9,.52 .804,.776,.45
Khaki4 LavenderBlush1 LavenderBlush2 LavenderBlush3 LavenderBlush4 LemonChiffon1 LemonChiffon2
Khaki4 LavenderBlush1 LavenderBlush2 LavenderBlush3 LavenderBlush4 LemonChiffon1 LemonChiffon2
.545,.525,.305 1,.94,.96 .932,.88,.898 .804,.756,.772 .545,.512,.525 1,.98,.804 .932,.912,.75
LemonChiffon3 LemonChiffon4 LightBlue1 LightBlue2 LightBlue3 LightBlue4 LightCyan1
LemonChiffon3 LemonChiffon4 LightBlue1 LightBlue2 LightBlue3 LightBlue4 LightCyan1
.804,.79,.648 .545,.536,.44 .75,.936,1 .698,.875,.932 .604,.752,.804 .408,.512,.545 .88,1,1
LightCyan2 LightCyan3 LightCyan4 LightGoldenrod1 LightGoldenrod2 LightGoldenrod3 LightGoldenrod4
LightCyan2 LightCyan3 LightCyan4 LightGoldenrod1 LightGoldenrod2 LightGoldenrod3 LightGoldenrod4
.82,.932,.932 .705,.804,.804 .48,.545,.545 1,.925,.545 .932,.864,.51 .804,.745,.44 .545,.505,.298
LightPink1 LightPink2 LightPink3 LightPink4 LightSalmon1 LightSalmon2 LightSalmon3
LightPink1 LightPink2 LightPink3 LightPink4 LightSalmon1 LightSalmon2 LightSalmon3
1,.684,.725 .932,.635,.68 .804,.55,.585 .545,.372,.396 1,.628,.48 .932,.585,.448 .804,.505,.385

39 LATEX. . . pour le prof de maths !


LightSalmon4 LightSkyBlue1 LightSkyBlue2 LightSkyBlue3 LightSkyBlue4 LightSteelBlue1 LightSteelBlue2
LightSalmon4 LightSkyBlue1 LightSkyBlue2 LightSkyBlue3 LightSkyBlue4 LightSteelBlue1 LightSteelBlue2
.545,.34,.26 .69,.888,1 .644,.828,.932 .552,.712,.804 .376,.484,.545 .792,.884,1 .736,.824,.932
LightSteelBlue3 LightSteelBlue4 LightYellow1 LightYellow2 LightYellow3 LightYellow4 Magenta1
LightSteelBlue3 LightSteelBlue4 LightYellow1 LightYellow2 LightYellow3 LightYellow4 Magenta1
.635,.71,.804 .43,.484,.545 1,1,.88 .932,.932,.82 .804,.804,.705 .545,.545,.48 1,0,1
Magenta2 Magenta3 Magenta4 Maroon0 Maroon1 Maroon2 Maroon3
Magenta2 Magenta3 Magenta4 Maroon0 Maroon1 Maroon2 Maroon3
.932,0,.932 .804,0,.804 .545,0,.545 .69,.19,.376 1,.204,.7 .932,.19,.655 .804,.16,.565
Maroon4 MediumOrchid1 MediumOrchid2 MediumOrchid3 MediumOrchid4 MediumPurple1 MediumPurple2
Maroon4 MediumOrchid1 MediumOrchid2 MediumOrchid3 MediumOrchid4 MediumPurple1 MediumPurple2
.545,.11,.385 .88,.4,1 .82,.372,.932 .705,.32,.804 .48,.215,.545 .67,.51,1 .624,.475,.932
MediumPurple3 MediumPurple4 MistyRose1 MistyRose2 MistyRose3 MistyRose4 NavajoWhite1
MediumPurple3 MediumPurple4 MistyRose1 MistyRose2 MistyRose3 MistyRose4 NavajoWhite1
.536,.408,.804 .365,.28,.545 1,.894,.884 .932,.835,.824 .804,.716,.71 .545,.49,.484 1,.87,.68
NavajoWhite2 NavajoWhite3 NavajoWhite4 OliveDrab1 OliveDrab2 OliveDrab3 OliveDrab4
NavajoWhite2 NavajoWhite3 NavajoWhite4 OliveDrab1 OliveDrab2 OliveDrab3 OliveDrab4
.932,.81,.63 .804,.7,.545 .545,.475,.37 .752,1,.244 .7,.932,.228 .604,.804,.196 .41,.545,.132
Orange1 Orange2 Orange3 Orange4 OrangeRed1 OrangeRed2 OrangeRed3
Orange1 Orange2 Orange3 Orange4 OrangeRed1 OrangeRed2 OrangeRed3
1,.648,0 .932,.604,0 .804,.52,0 .545,.352,0 1,.27,0 .932,.25,0 .804,.215,0
OrangeRed4 Orchid1 Orchid2 Orchid3 Orchid4 PaleGreen1 PaleGreen2
OrangeRed4 Orchid1 Orchid2 Orchid3 Orchid4 PaleGreen1 PaleGreen2
.545,.145,0 1,.512,.98 .932,.48,.912 .804,.41,.79 .545,.28,.536 .604,1,.604 .565,.932,.565
PaleGreen3 PaleGreen4 PaleTurquoise1 PaleTurquoise2 PaleTurquoise3 PaleTurquoise4 PaleVioletRed1
PaleGreen3 PaleGreen4 PaleTurquoise1 PaleTurquoise2 PaleTurquoise3 PaleTurquoise4 PaleVioletRed1
.488,.804,.488 .33,.545,.33 .732,1,1 .684,.932,.932 .59,.804,.804 .4,.545,.545 1,.51,.67
PaleVioletRed2 PaleVioletRed3 PaleVioletRed4 PeachPuff1 PeachPuff2 PeachPuff3 PeachPuff4
PaleVioletRed2 PaleVioletRed3 PaleVioletRed4 PeachPuff1 PeachPuff2 PeachPuff3 PeachPuff4
.932,.475,.624 .804,.408,.536 .545,.28,.365 1,.855,.725 .932,.796,.68 .804,.688,.585 .545,.468,.396
Pink1 Pink2 Pink3 Pink4 Plum1 Plum2 Plum3
Pink1 Pink2 Pink3 Pink4 Plum1 Plum2 Plum3
1,.71,.772 .932,.664,.72 .804,.57,.62 .545,.39,.424 1,.732,1 .932,.684,.932 .804,.59,.804
Plum4 Purple0 Purple1 Purple2 Purple3 Purple4 Red1
Plum4 Purple0 Purple1 Purple2 Purple3 Purple4 Red1
.545,.4,.545 .628,.125,.94 .608,.19,1 .57,.172,.932 .49,.15,.804 .332,.1,.545 1,0,0
Red2 Red3 Red4 RosyBrown1 RosyBrown2 RosyBrown3 RosyBrown4
Red2 Red3 Red4 RosyBrown1 RosyBrown2 RosyBrown3 RosyBrown4
.932,0,0 .804,0,0 .545,0,0 1,.756,.756 .932,.705,.705 .804,.608,.608 .545,.41,.41
RoyalBlue1 RoyalBlue2 RoyalBlue3 RoyalBlue4 Salmon1 Salmon2 Salmon3
RoyalBlue1 RoyalBlue2 RoyalBlue3 RoyalBlue4 Salmon1 Salmon2 Salmon3
.284,.464,1 .264,.43,.932 .228,.372,.804 .152,.25,.545 1,.55,.41 .932,.51,.385 .804,.44,.33
Salmon4 SeaGreen1 SeaGreen2 SeaGreen3 SeaGreen4 Seashell1 Seashell2
Salmon4 SeaGreen1 SeaGreen2 SeaGreen3 SeaGreen4 Seashell1 Seashell2
.545,.298,.224 .33,1,.624 .305,.932,.58 .264,.804,.5 .18,.545,.34 1,.96,.932 .932,.898,.87
Seashell3 Seashell4 Sienna1 Sienna2 Sienna3 Sienna4 SkyBlue1
Seashell3 Seashell4 Sienna1 Sienna2 Sienna3 Sienna4 SkyBlue1
.804,.772,.75 .545,.525,.51 1,.51,.28 .932,.475,.26 .804,.408,.224 .545,.28,.15 .53,.808,1
SkyBlue2 SkyBlue3 SkyBlue4 SlateBlue1 SlateBlue2 SlateBlue3 SlateBlue4
SkyBlue2 SkyBlue3 SkyBlue4 SlateBlue1 SlateBlue2 SlateBlue3 SlateBlue4
.494,.752,.932 .424,.65,.804 .29,.44,.545 .512,.435,1 .48,.404,.932 .41,.35,.804 .28,.235,.545
SlateGray1 SlateGray2 SlateGray3 SlateGray4 Snow1 Snow2 Snow3
SlateGray1 SlateGray2 SlateGray3 SlateGray4 Snow1 Snow2 Snow3
.776,.888,1 .725,.828,.932 .624,.712,.804 .424,.484,.545 1,.98,.98 .932,.912,.912 .804,.79,.79
Snow4 SpringGreen1 SpringGreen2 SpringGreen3 SpringGreen4 SteelBlue1 SteelBlue2
Snow4 SpringGreen1 SpringGreen2 SpringGreen3 SpringGreen4 SteelBlue1 SteelBlue2
.545,.536,.536 0,1,.498 0,.932,.464 0,.804,.4 0,.545,.27 .39,.72,1 .36,.675,.932
SteelBlue3 SteelBlue4 Tan1 Tan2 Tan3 Tan4 Thistle1
SteelBlue3 SteelBlue4 Tan1 Tan2 Tan3 Tan4 Thistle1
.31,.58,.804 .21,.392,.545 1,.648,.31 .932,.604,.288 .804,.52,.248 .545,.352,.17 1,.884,1
Thistle2 Thistle3 Thistle4 Tomato1 Tomato2 Tomato3 Tomato4
Thistle2 Thistle3 Thistle4 Tomato1 Tomato2 Tomato3 Tomato4
.932,.824,.932 .804,.71,.804 .545,.484,.545 1,.39,.28 .932,.36,.26 .804,.31,.224 .545,.21,.15
Turquoise1 Turquoise2 Turquoise3 Turquoise4 VioletRed1 VioletRed2 VioletRed3
Turquoise1 Turquoise2 Turquoise3 Turquoise4 VioletRed1 VioletRed2 VioletRed3
0,.96,1 0,.898,.932 0,.772,.804 0,.525,.545 1,.244,.59 .932,.228,.55 .804,.196,.47
VioletRed4 Wheat1 Wheat2 Wheat3 Wheat4 Yellow1 Yellow2
VioletRed4 Wheat1 Wheat2 Wheat3 Wheat4 Yellow1 Yellow2
.545,.132,.32 1,.905,.73 .932,.848,.684 .804,.73,.59 .545,.494,.4 1,1,0 .932,.932,0
Yellow3 Yellow4
Yellow3 Yellow4
.804,.804,0 .545,.545,0

Le lecteur trouvera une autre liste, de 752 couleurs, sur [33]. Les définitions de ces couleurs sont dans le
dossier de ressources sur [127].

IREM de Lyon 40
CHAPITRE 4. MISE EN BOÎTE

Chapitre 4
Mise en boîte

4.1 Boîtes de ligne Position est la position du texte dans la boîte :


l pour l’aligner sur la gauche de la boîte ;
Les boîtes de ligne sont destinées à recevoir des textes r pour l’aligner sur la droite de la boîte ;
dont la longueur n’excède pas une ligne. Dès que le s pour l’aligner sur toute la longueur de la boîte.
texte est inséré dans une telle boîte, celle-ci constitue Par défaut, si rien n’est spécifié, le texte est centré.
un seul bloc et débordera dans la marge de droite s’il
est trop long. Ces paramètres sont locaux : en dehors de la com-
mande, leur valeur n’est plus utilisable.
4.1.1 Commande \mbox
La commande \mbox permet à LATEX de considérer Texte centré
son argument comme une seule entité. Elle peut ainsi Texte à gauche
empêcher la coupure d’un mot (une césure) ou d’un Texte à droite
groupe de mots (1) : la commande crée donc une boîte
insécable autour du texte. Le texte concerné ne doit Sur toute la largeur
pas faire plus d’une ligne. La longueur de la boîte (du
bloc) est calculée automatiquement pour être égale à \makebox[6cm]{Texte centré}
la longueur du texte. \makebox[6cm][l]{Texte à gauche}
\makebox[6cm][r]{Texte à droite}
Pour qu’une formule ne soit pas coupée en fin de ligne \makebox[6cm][s]{Sur toute la largeur}
et écrite sur deux lignes, on saisira \mbox{formule}.
C’est, par exemple, le cas avec l’égalité On peut s’en servir pour placer dans des textes des
sin2 x + cos2 x = 1. (2) « trous » (4) que les élèves peuvent compléter :
...ité \mbox{$\sin^2 x+\cos^2 x=1$}
On peut aussi s’en servir pour écrire du texte dans Elle a pour paramètres et .
une formule : Elle a pour paramètres . . . . . . . . . . . et . . . . . . . . . . .
x = 1 ou x = 2
La \makebox[3cm]{} a pour ...
$x=1 \mbox{ ou } x=2$
La \makebox[3cm]{\dotfill} a pour...
4.1.2 Commande \makebox Propriétés à savoir par cœur :
La commande \makebox est un peu plus fournie. On
peut spécifier la largeur de la boîte et la position du \makebox[8cm][s]{Propr... c\oe ur :}
texte à l’intérieur par le biais de deux options de la
On peut aussi utiliser des boîtes de largeur nulle,
commande. La forme générale de la commande est :
permettant de placer du matériel à un endroit mais
\makebox[Largeur ][Position ]{Texte } en agissant comme s’il n’était pas là : on peut ainsi
Largeur est la largeur de la boîte. Elle peut être égale obtenir des effets particuliers, comme le suivant.
à une longueur usuelle (en mm, cm, in), en fonction
de la longueur de texte disponible, . . . (3) Ligne de texte pour voir la marge.
Bah ! Ce gâteau est ///
bon infect.
(1). Tout comme lorsque l’on crée un tableau avec l’environ-
nement tabular, celui-ci est considéré comme un seul bloc et
le compilateur ne le coupera jamais en plusieurs parties.
Ligne de texte pour voir la marge.\par
(2). Le fait de ne pas demander un retour à la ligne après \makebox[0pt][r]{Bah !} Ce gâteau
« égalité » implique ces écarts blancs plus grands entre les mots est \texttt{\makebox[0pt][l]{///}bon} infect.
sur la ligne précédant l’égalité.
(3). On verra dans ce dernier cas des exemples (plus visibles (4). Il y a une macro pour dessiner des lignes de pointillés
car encadrés) avec la commande \framebox. page 106.

41 LATEX. . . pour le prof de maths !


4.1.3 Commandes \fbox et \framebox La boîte suivante a pour longueur celle du texte dis-
ponible du document.
Ces deux commandes fonctionnent de la même ma-
nière que \box et \makebox, si ce n’est qu’elles De la largeur du texte du document
ajoutent un cadre autour de la boîte. Il s’agit des
commandes \fbox et \framebox (5) . \framebox[\linewidth]{De la largeur...}

4.1.3.1 Commande \fbox 4.1.4 Commande \raisebox


La commande \raisebox permet d’englober du texte
\fbox{Vrai} donne Vrai .
dans une nouvelle boîte et ensuite de la monter ou
\fbox{\fbox{Vrai}} donne Vrai . descendre par rapport à la ligne de base.

élever
4.1.3.2 Aspect des encadrements : com- Il faut le nombre au carré.
mandes \fboxsep et \fboxrule
Il faut \raisebox{3mm}{élever} le ...
L’aspect des encadrements peut être réglé avec deux
paramètres : le premier est l’espacement ajouté entre Il est également possible de préciser la hauteur et la
le cadre et son contenu \fboxsep (3 pt par défaut) et profondeur de cette boîte en utilisant des options de
le second, l’épaisseur du filet \fboxrule (0,4 pt par la commande, dont la version complète est :
défaut). \raisebox{différence }%
[hauteur ][profondeur ]{texte }
Encadré

• différence spécifie le décalage vertical du texte
{\setlength{\fboxsep}{3mm} par rapport à la ligne ;
\setlength{\fboxrule}{1mm} • hauteur est la taille que LATEX considère comme
\fbox{Encadré}} étant au-dessus de la ligne ;
• profondeur est la taille que LATEX considère
Placer ces deux commandes de réglage dans le préam- comme étant en-dessous de la ligne.
bule affecte donc tous les encadrés. Si les paramètres
doivent être changés localement, on écrit, comme écrit élever
au-dessus, le bloc de saisie entre accolades. Il faut le nombre au carré.

4.1.3.3 . . . avec la commande \strut ... \raisebox{3mm}[10mm][5mm]{élever} ...

La commande \strut fixe la hauteur du plus haut On peut aussi utiliser cette commande (7) pour écrire
caractère et la profondeur du caractère qui a la plus les fractions :
grande profondeur dans la fonte utilisée. Elle est donc 3/4 est donné avec la commande
très utile pour harmoniser la hauteur de divers enca-
dré sur une même ligne. \raisebox{0.5ex}{3}\slash\raisebox{-0.5ex}{4}

je dis et je fais
4.1.5 Divers effets de mise en forme

\fbox{je} \fbox{dis} et % D’autres boîtes peuvent servir dans des effets de mise
\fbox{je\strut} \fbox{fais\strut} en forme tels les les encadrements ou les agrandisse-
ments horizontaux. Voyez la sous-section 3.5.6, page
34.
4.1.3.4 Commande \framebox
La boîte suivante est trois fois plus longue (6) que le
4.2 Boîtes verticales
texte contenu dedans.
Bla bla bla 4.2.1 Commande \parbox
Avec les boîtes précédentes, on peut seulement insérer
\framebox[3\width]{Bla bla bla}
un texte d’une seule ligne. Pour travailler avec un
(5). Le f est l’initiale de frame, « cadre ». texte dont la longueur dépasse une ligne, on utilise
(6). Dès qu’il y a un calcul de longueur, comme c’est le cas
ici, il est nécessaire que l’extension calc soit chargée. (7). Voire en faire une macro ! Voyez page 100. . .

IREM de Lyon 42
CHAPITRE 4. MISE EN BOÎTE
un autre type de boîte, obtenu avec la commande \fbox{%
\parbox (8) . \parbox[c][2.5cm][s]{2cm}{%
blabla \vfill blabla \vfill blabla}}
Sa syntaxe est la suivante :
\parbox[ext ][haut ][int ]{larg }{texte } blabla

• La valeur larg peut être : blabla


◦ une distance, comme 7cm ou 20pt ;
◦ un multiple de la largeur \linewidth de la ligne
en cours, comme 0.25\linewidth. blabla
Toutefois, on ne peut pas insérer d’environnement
• La valeur haut est la hauteur de la boîte.
dans le texte qu’elle contient : il est donc impos-
• L’option ext désigne l’alignement externe : elle sert sible de centrer un texte avec l’environnement center
à positionner verticalement la boîte par rapport au ou utiliser une liste d’énumération Il faut absolument
niveau de la ligne (l’absence de paramètre implique utiliser dans ce cas une minipage (voir plus bas).
que la boîte sera centrée sur la ligne). De plus, l’indentation est nulle.
Elle peut prendre deux valeurs :
* b pour aligner le bas (bottom) de la boîte sur la 4.2.2 Minipages
ligne de base ;
* t pour aligner le haut (top) de la boîte sur la La structure est la suivante :
ligne de base. \begin{minipage}[ext ][haut ][int ]{larg }
Si aucune option n’est donnée (9) , la boîte sera texte
centrée sur la ligne de base. \end{minipage}

boîte [t] Cet environnement admet les mêmes paramètres


ligne optionnels que le précédent et précise la largeur de la
boîte
de base [b] boîte boîte créée.
• L’option int désigne l’alignement interne : elle sert
à positionner verticalement le texte dans la boîte,
Ligne de réf.
sous réserve qu’une hauteur ait été indiquée (sinon
\fbox{\begin{minipage}[t]{1cm}
LATEX calcule lui-même les dimensions)
1\par 2\end{minipage}}
Elle peut prendre quatre valeurs :
\fbox{\begin{minipage}[m]{1cm}
* b pour repousser le texte vers le bas de la boîte ;
3\par 4\end{minipage}}
* t pour situer le texte en haut de la boîte ;
\fbox{\begin{minipage}[b]{1cm}
* c pour centrer verticalement le texte ;
5\par 6\end{minipage}}
* s pour étirer verticalement le texte (la première
et la dernière lignes sont respectivement en haut
5
et en bas de la boîte) dont les parties sont séparés 3
Ligne de réf. 1 6
par des espaces élastiques. 4
2
\parbox{6cm}{%
L’usage d’une minipage se fait essentiellement dans
Ce responsable ...\par Sans ...}
l’un des deux cas suivants.
Ce responsable est réputé pour être • Le premier est dû au besoin de centrer un para-
un phénoménal oligophrénarche. graphe justifié (que l’on veut éventuellement enca-
Sans être orchidoclaste. drer) car si le texte dépasse la ligne, on ne peut
plus utiliser la commande \fbox{}.
A~~\parbox[b]{2cm}{Par. 1\par Par. 2}~~
B~~\parbox{2cm}{Par. 3\par Par. 4}~~
C~~\parbox[t]{2cm}{Par. 5\par Par. 6} G. Duhamel écrivait à juste titre que
le jeu était une passerelle entre les
Par. 1 peuples.
Par. 3
A Par. 2 B C Par. 5
Par. 4
Par. 6 \begin{center} \begin{minipage}{6cm}
(8). par pour paragraphe.
G. Duhamel écrivait ...
(9). On peut aussi mettre l’option m. \end{minipage} \end{center}

43 LATEX. . . pour le prof de maths !


G. Duhamel écrivait à juste titre que
le jeu était une passerelle entre les
peuples.

\begin{center}
\fbox{\begin{minipage}{6cm} montre qu’une boîte est compose de deux parties. La
G. Duhamel ... \end{minipage}} première est au-dessus de la ligne de base (hauteur)
\end{center} et la seconde, au-dessous (profondeur), toutes deux
sur une certaine largeur.
G. Duhamel écrivait à juste titre De plus, la boîte contenant le mot « grand » contient
que le jeu était une passerelle entre toutes les boîtes correspondant à chacune des lettres
les peuples. du mot.
\begin{minipage}{0.65\linewidth}
Quatre variables contiennent les différentes dimen-
G. Duhamel ...
sions de la boîte :
\end{minipage}
• \width contient la largeur de la boîte ;
• Le second est dû au besoin de mettre côte-à-côte • \height contient la hauteur de la boîte ;
deux textes (ou un texte et une figure ou . . . ). • \depth contient la profondeur de la boîte ;
• \totalheight contient la hauteur de la boîte, égale
Dans l’exemple ci-dessous, la largeur de la première à \width + \depth.
minipage est égale à 65 % de la largeur du texte
disponible (0.65\linewidth). Ces variables, que l’on ne peut utiliser qu’avec les
commandes \framebox, \makebox et \parbox, se
révèlent très utiles quand on veut réaliser des dispo-
La figure ci-contre traduit la frac-
sitions de texte par rapport à ses caractéristiques.
tion 3/8 à l’aide d’une représenta-
tion dite « en camemberts ».
La boîte suivante a pour longueur le double de celle
du texte.
\begin{minipage}{0.65\linewidth}
Texte du cadre
La figure ...
\end{minipage} \framebox[2\width]{Texte du cadre}
\hfill
\begin{minipage}{3cm} La boîte suivante a pour longueur 2 cm de plus (10)
\begin{pspicture}(-1,-1) ... que celle du texte.
\end{pspicture}
\end{minipage} Texte du cadre

Pour les notes de bas de page dans une minipage, \framebox[\width+2cm]{Texte du cadre}
voir page 57.
4.4 Boîtes de couleur
Tout comme la commande \parbox, la commande
\minipage a un argument de position : 4.4.1 Commande \colorbox
\begin{minipage}[pos ]{largeur } La commande \colorbox{couleur }{texte } écrit
texte texte dans un fond coloré en couleur .
\end{minipage}
Et voilà un exemple colorié !

4.3 Dimensions de la boîte ... un \colorbox{red}{exemple} ...

En fait, LATEX travaille en créant des boîtes lorsqu’il


met du texte en forme, boîtes qu’il ajuste les unes
par rapport aux autres. Chaque caractère, chaque
mot et chaque paragraphe sont inclus dans une boîte.

L’exemple du mot « grand » ci-dessous (10). Il faut appeler le package calc.

IREM de Lyon 44
CHAPITRE 4. MISE EN BOÎTE
4.4.2 Commande \fcolorbox
La commande
\begin{center}
\fcolorbox{coul_cadre }{coul_fond }{texte }
\rule{0.5\linewidth}{1mm}
écrit texte dans un fond coloré en coul_cadre et la
\end{center}
couleur du cadre est coul_fond .
\fcolorbox{red}{yellow}{Vrai} donne Vrai . Il est possible de créer une boîte noire de longueur
0 et de hauteur non nulle : elle est invisible. Elle
On peut combiner avec une minipage : s’appelle alors un strut. Elle s’utilise, entre autres,
pour agrandir une ligne dans un tableau (voir page
Il n’y a rien de plus sérieux qu’un
82).
enfant qui joue. Jeu après jeu, l’en-
fant devient « je ».
Par défaut, les boîtes noires apparaissent noires mais
\fcolorbox{red}{yellow}{% on peut bien évidemment modifier leur couleur.
\begin{minipage}{0.675\linewidth}
Il n’y a rien de plus sérieux... 4.6 Boîtes de sauvegarde
\end{minipage}}
LATEX sait mémoriser et de recopier le contenu d’une
Par ailleurs, \pagecolor{couleur } affecte une
boîte (texte, tableau, image, autre boîte, . . .).
couleur de fond à la page.
Il existe les commandes suivantes :
4.5 Boîtes de réglures, boîtes
• \newsavebox{\MaBoite } pour déclarer une boîte
noires : \rule de nom MaBoite ;
On peut créer des rectangles complètement noirs. • \sbox{\MaBoite } pour remplir MaBoite ;
Pour cela, on utilise la commande
• \savebox{\MaBoite }[larg][pos ]{contenu }
\rule[décalage ]{largeur }{hauteur } pour remplir MaBoite de largeur larg et de
où position pos , qui est l, c ou r (aligné à gauche,
• décalage permet de spécifier le décalage par rap- centré ou aligné à droite) ;
port à la ligne de texte : une valeur positive le place • \usebox{\MaBoite } pour appeler le contenu de
au-dessus alors qu’une négative, en dessous ; \MaBoite .
• largeur est la largeur du rectangle ;
• hauteur est sa hauteur (ou épaisseur). L’IREM de Lyon se situe à. . . L’adresse url de
l’IREM de Lyon est. . .
La taille de la boîte est précisée par les deux derniers
arguments. \newsavebox{\monirem}
\sbox{\monirem}{IREM de Lyon}
abc
L’\usebox{\monirem} se situe à\dots{} L’
abc\rule[3mm]{5cm}{0.25cm} adresse url de l’\usebox{\monirem} est\dots{}
Texte
\rule{2cm}{1mm} Texte \rule{4cm}{1mm}
Si l’on veut tracer une ligne d’épaisseur 1 mm sur
toute la largeur du texte (11) , on écrit (12) :

\rule{\linewidth}{1mm}

Si l’on veut tracer une ligne d’épaisseur 1 mm, centrée


sur la moitié de la largeur du texte, on écrit :
(11). Si le document est écrit sur une seule colonne, comme
c’est quasiment toujours le cas, on peut aussi bien écrire
\linewidth que \textwidth.
(12). Voir aussi le paragraphe 3.5.6.7 page 35.

45 LATEX. . . pour le prof de maths !


Chapitre 5
Compteurs et énumérations de texte

Pour LATEX, toute entité qui porte un numéro (autre- De plus, la valeur d’un compteur peut éga-
ment dit, les pages, les notes de bas de pages, le sec- lement être incrémentée via la commande
tionnement, les énumérations, les théorèmes. . .) est \addtocounter{cptr}{val}. La valeur d’un comp-
relié à un compteur. Les compteurs peuvent être liés teur peut être récupérée, dans un calcul par exemple,
entre eux (1) . grâce à la commande \value{cptr}.
Dans la première section de ce chapitre, le lecteur \stepcounter{cptr} permet d’incrémenter le comp-
travaillera avec les compteurs proprement dit ; dans teur cptr et de réinitialiser tous les compteurs liés
la seconde partie, le lecteur travaillera avec un comp- par référence (qui est l’argument ref_cptr de la com-
teur particulier (et familier), celui qui est rattaché aux mande \newcounter).
énumérations.
De plus, la commande \refstepcounter{cptr} per-
met la mise à jour de la valeur courante du compteur
5.1 Compteurs pouvant alors être appelé par un \ref.
\thecptr, où cptr est le nom d’un compteur, permet
5.1.1 Définir son propre compteur d’afficher sa valeur.
Un certain nombre de compteurs sont prédéfinis dans La commande \addtocounter{cptr}{val} permet
LATEX. Il y a (2) : d’ajouter val au compteur.
• les compteurs de structuration du document ;
• le compteur de page ; Dans l’exemple suivant, un compteur est créé, ini-
tialisé et diminué de 2, tout en affichant sa valeur à
• le compteur d’équation ;
chaque fois.
• le compteur de figure et de tables ;
\newcounter{compteur}
• le compteur de notes ;
Création : \thecompteur \par
• les compteurs de liste. \setcounter{compteur}{5}
Initialisation : \thecompteur \par
Pour définir son propre compteur, il faut utiliser la \addtocounter{compteur}{-2}
commande : Moins 2 : \thecompteur
\newcounter{nv_cptr}[ref_cptr]
Création : 0
Lorsque qu’un compteur déjà existant est passé Initialisation : 5
en argument (ref_cptr), le nouveau compteur Moins 2 : 3
nv_cptr sera réinitialisé à chaque incrément (via
\stepcounter ou \refstepcounter) du compteur 5.1.2 Affichage de la valeur du compteur
ref_cptr.
Il y a plusieurs styles d’affichage :
Par défaut, la valeur d’un nouveau compteur est 0. On
\arabic{cptr } 1 2 3 ...
peut lui donner une autre valeur grâce à la commande
\roman{cptr } i ii iii . . .
\setcounter{cptr}{val} (val est un entier relatif).
\Roman{cptr } I II III . . .
Le compteur est incrémenté puis le résultat est af- \alph{cptr } a b c ...
fiché : par exemple, en modifiant le compteur de \Alph{cptr } A B C ...
\section par \setcounter{section}{3}, la pro- \fnsymbol{cptr } ∗ † ‡ § ¶ ‖ ∗∗ †† ‡‡
chaine commande \setcounter{section}{BlaBla}
affichera 4. BlaBla . \roman et \Roman s’appliquent pour une valeur de
compteur comprise entre 1 et 26 et \fnsymbol (3)
(1). Par exemple, à chaque fois que le compteur section est
incrémenté, le compteur subsection est remis à 0. (3). C’est le style anglais pour la numérotation des notes en
(2). Tous ces compteurs sont décrits dans cette brochure. bas de page.

IREM de Lyon 46
CHAPITRE 5. COMPTEURS ET ÉNUMÉRATIONS DE TEXTE
s’appliquent pour une valeur de compteur comprise ⊲ Exercice 1  Définir la . . .
entre 1 et 9. ⊲ Exercice 2  Définir le . . .

Il existe une autre commande pour afficher le comp- Au passage, n et N se saisissent respectivement par
o o

teur (en chiffres arabes) \arabic{cptr } : \thepage \no et \No.


pour le compteur de page, \thechapter pour les cha-
pitres, . . . Pour obtenir
⊲ Exercice 0  Merci d’écrire votre nom sur la copie.
À noter la différence entre les deux commandes
on remplace \setcounter{nexo}{0} par
\the{cptr } et \arabic{cptr }. Elle se remarque si
\setcounter{nexo}{-1}
cptr est « lié » à un autre compteur. Penchons-nous,
puis on commence la liste des exercices par
par exemple, sur la numérotation des figures liée,
dans les environnements book et report, au chapitre. \exo Merci d’écrire votre nom sur la copie.
Supposons qu’il y ait, dans le chapitre 1 une figure 4 :
la commande \arabic{figure} affiche « 4 » tandis 5.1.3.2 Seconde façon
que \thefigure donne « 1. 4 ».
Pour avoir une feuille d’exercices commençant chacun
Connaître ces affichages peut se révéler utile si l’on par une expression du type
veut modifier la numération des listes et des titres Exercice no n.
dans un cours : ces modifications sont données dans
n initialisé à 1, voici un code source possible :
la section 17.6.2 du chapitre 17, à la page 164.
\newcounter{num}
5.1.3 Application 1. Exercice no . . . \newcommand{\exo}{\addtocounter{num}{1}
\textbf{Exercice \no\thenum.}}
5.1.3.1 Première façon
Pour créer une commande \exo qui, à chaque appel, Par ailleurs, si votre document ne contient que des
ajoutera la présentation d’un exercice suivi d’un nu- exercices (éventuellement corrigés en fin de docu-
méro incrémenté automatiquement (4) , on écrit dans ment), vous trouverez au chapitre 18, page 174, une
le préambule (5) : structure vous facilitant la vie !

\newcounter{nexo} 5.1.4 Application 2. Lignes de tableau


\setcounter{nexo}{0}
Voici, en utilisant en plus le package array, comment
\newcommand{\exo}{%
incrémenter automatiquement les différentes lignes
\stepcounter{nexo}
d’une colonne dans un tableau (6) .
{\textbf{$\triangleright$ Exercice %
\arabic{nexo} $\square$~}} no texte
} 1 contenu de la ligne 1
2 contenu de la ligne 2
Cette macro agit de la façon suivante :
3 contenu de la ligne 3
• elle crée un compteur nexo
\newcounter{nexo} \newcounter{ligne}
• ce compteur est initialisé à 0 \begin{tabular}{%
\setcounter{nexo}{0} >{\stepcounter{ligne}\theligne}cl}
• et il est augmenté de 1 à chaque appel \multicolumn{1}{c}{\no}& texte \\ \hline
\stepcounter{nexo} & contenu de la ligne 1 \\
& contenu de la ligne 2 \\
En écrivant dans le document & contenu de la ligne 3 \\
\end{tabular}
\exo Définir la somme de deux nombres.
Notez une astuce : l’utilisation de \multicolumn
\exo Définir le produit de deux nombres. dont le rôle est d’empêcher que la numérotation ne
commence sur la première ligne (7) .
on obtiendra :
(4). Cela permet d’éviter les erreurs de numérotation qui ar- (6). Les tableaux sont décrits au chapitre 8, page 77.
rivent lorsque l’on remanie l’ordre des exercices ! (7). \multicolumn redéfinit le format de la cellule et donc ne
(5). La commande \newcommand sera détaillée page 99. prend pas en compte le descripteur.

47 LATEX. . . pour le prof de maths !


Une autre version permet de mettre en page (8) une 5.1.5.2 Simplifications de fractions
« présentation tableur » (9) :
Supposons que l’on veuille créer des exercices de
G H I simplifications de fractions. L’enseignant propose
coef × num num (11)
12 à l’élève la fraction et est la
PP coef × den den
PPnombre réponse attendue par l’enseignant.
13 PP 0–10 11–20
âge PP P
14 14 ans 6,80 % 14,97 % On va utiliser trois compteurs (12) , Num, Den et Coef,
15 15 ans 5,73 % 13,74 % à valeurs entières dans [1 ; 10], [2 ; 20] et [2 ; 10] res-
16 16 ans 7,36 % 19,40 % pectivement. Il faut veiller à ne pas prendre les mêmes
17 17 ans 5,71 % 16,57 % intervalles (13) .
18 18 ans 6,53 % 16,32 %
Le code source est le suivant :
\renewcommand{\arraystretch}{1.1} \newcounter{Num} \newcounter{Den}
\definecolor{gris}{gray}{0.80} \newcounter{Coef}
\newcounter{lignetab} \newcommand{\FractAleat}{%
\setcounter{lignetab}{11} \reinitrand[first=1,last=10,counter=Num]\rand
\newcommand{\lignetab}{% \reinitrand[first=2,last=10,counter=Den]\rand
\emph{\stepcounter{lignetab} \reinitrand[first=2,last=12,counter=Coef]\rand
\arabic{lignetab}}} \setcounter{Num}{\value{Num}*\value{Coef}}
\begin{tabular}{% \setcounter{Den}{\value{Den}*\value{Coef}}
|>{\columncolor{gris}}c|*{5}{c|}}\hline $\dfrac{\theNum}{\theDen}$}
\rowcolor{gris}&G&H&I\\ \hline
\lignetab&&&\\\hline Avec le source
\lignetab&\backslashbox{\^age}{nombre}&
Simplifier les fractions suivantes : \medskip
0--10&11--20\\\hline
\lignetab&14 ans&6,80 \%&14,97 \%\\\hline
\FractAleat = \dotfill\medskip
\lignetab&15 ans&5,73 \%&13,74 \%\\\hline
\lignetab&16 ans& ...
\FractAleat =\dotfill\medskip
\end{tabular}
\FractAleat =\dotfill\medskip
La commande
\newcommand{\lignetab}{% on obtient (14) :
\emph{\stepcounter{lignetab}
\arabic{lignetab}}} Simplifier les fractions suivantes :
permet d’écrire le numéro de ligne en emphase et en 16
nombre arabe. Il y a d’autres formats : voir page 46. 32 = . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
24
5.1.5 Application 3. Création d’exercices 36 = . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
avec des nombres aléatoires 14
=. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
35
5.1.5.1 Idée
Le package lcg permet de générer des nombres 5.1.5.3 Simplifications de racines carrées
(pseudo-)aléatoires et le package calc permet d’ef-
Supposons que l’on veuille créer des exercices de
fectuer des calculs (avec les 4 opérations de base) sur
simplifications de racines √ carrées. L’enseignant

des variables stockées dans des compteurs ; les quatre
propose à l’élève l’expression A × B 2 et A B (ou
opérations seront notées dans le source + - * / (et
A si B est lui-même un carré parfait) est la réponse
non pas, pour les deux dernières, \times et \div ). En
attendue par l’enseignant.
les couplant, on peut réaliser des exercices (10) dont
les données sont générées aléatoirement.
(11). Une fraction irréductible, évidemment.
(8). D’après le sujet Liban 2007 en Première L. (12). LATEX étant sensible à la casse et un compteur num ayant
(9). Il y a bien évidemment aussi la possibilité d’insérer une été déjà créé avant, j’ai mis une majuscule pour les différencier.
copie d’écran en tant qu’image ! (13). Sinon, curieusement, on obtiendra les mêmes valeurs à
(10). Le codage des formules mathématiques est expliqué dans l’arrivée (un compteur suivant ne sera pas mis en action).
le chapitre suivant. (14). Ces valeurs sont liées à cette compilation !

IREM de Lyon 48
CHAPITRE 5. COMPTEURS ET ÉNUMÉRATIONS DE TEXTE
On va utiliser trois compteurs, A et B, à valeurs en- 5.1.7 Dans un QCM
tières dans [2 ; 10] et [3 ; 7] respectivement.
Voyez la section 10.8 de la page 106 : elle donne une
Le code source est le suivant : utilisation des compteurs dans des QCM.
\newcounter{Expr}
5.1.8 Comme aux concours !
\newcommand{\RacinAleat}{
\reinitrand[first=2,last=20,counter=A]\rand Pour obtenir une énumération que l’on rencontre dans
\reinitrand[first=2,last=7,counter=B]\rand les sujets de concours (par exemple), on pourra utili-
\setcounter{Expr}{% ser les commandes suivantes (16) :
\value{A}*\value{B}*\value{B}}
\newcounter{q}
$\sqrt{\theexpr}$}
\setcounter{q}{0}
La compilation de \newcounter{qq}
\newcommand{\q}{%
Simplifier les expressions... :\par \setcounter{qq}{0}
\RacinAleat=\dotfill\par \addtocounter{q}{1}\par\theq.\space}
\RacinAleat=\dotfill \newcommand{\sq}{%
donne : \addtocounter{qq}{1}\par\hspace{2em}
\theq.\space\theqq.\space}

Simplifier les expressions suivantes sous la forme a b La saisie de
(b
√ le plus petit entier possible) ou a.
bla bla bla
√20 = . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
52 = . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . \q question 1
\q texte de la question 2
5.1.6 Application 4. Liste de livres \sq sous-question 1 de la question 2
\sq sous-question 2 de la question 2
Voici une liste d’énumération sous forme d’un envi- \sq sous-question 3 de la question 2
ronnement appelé livre qui permet de dresser une \q texte de la question 3
liste de livres. (15) \sq sous-question 1 de la question 3
\sq sous-question 2 de la question 3
\newcounter{opus}
\newenvironment{livre}{% donnera :
\begin{list}{\textsc{livre} \arabic{opus} :}
{\usecounter{opus}% bla bla bla
\setlength{\labelwidth}{1.8cm}% 1. question 1
\setlength{\labelsep}{0.1cm}% 2. texte de la question 2
\setlength{\leftmargin}{2cm}% 2. 1. sous-question 1 de la question 2
\setlength{\itemindent}{0cm}}} 2. 2. sous-question 2 de la question 2
{\end{list}} 2. 3. sous-question 3 de la question 2
3. texte de la question 3
\begin{livre} 3. 1. sous-question 1 de la question 3
\item \emph{Tout ce que Joseph écrivit % 3. 2. sous-question 2 de la question 3
cette année-là}, Patrick Cauvin, 1986
\item \emph{Pourquoi j’ai mangé mon % Remarques sur le contenu des commandes
père}, Roy Lewis, 1960 • Le « par » va impliquer un retour à la ligne à la fin
\item \emph{Pantagruel}, François % de la question.
Rabelais, 1532
• Le « \theq » (resp. « \theqq ») est la valeur du
\end{livre}
compteur q (resp. qq).
livre 1 : Tout ce que Joseph écrivit cette année-là, • Le point qui suit la commande est le point qui sera
Patrick Cauvin, 1986 affiché après le numéro de le question sur le do-
livre 2 : Pourquoi j’ai mangé mon père, Roy Le- cument papier. On peut évidemment remplacer ce
wis, 1960 point par un carré  ($\square$), un losange ♦
livre 3 : Pantagruel, François Rabelais, 1532 ($\lozenge$), etc.

(15). Je laisse le lecteur tester différentes longueurs que celles (16). Bien évidemment, la commande \q est liée à une question
proposées. et \sq, à une sous-question !

49 LATEX. . . pour le prof de maths !


• Le « \space » est l’espace usuelle ␣ . Ysengrin : le loup, éternel ennemi de Renart, tou-
jours dupé ;
• Le « \hspace{2em} » (17) permettant un décalage
horizontal en début de sous-section peut être mo- Tibert : le chat ;
difié et l’on peut mettre à loisir \hspace{1cm} ou Chantecler : le coq.
encore \hspace{2\parindent} (18) .
5.2.2 Les listes numérotées : l’environne-
Pour remettre à 1 le compteur des questions (19)
, il ment enumerate
suffit d’écrire avant la première nouvelle question : L’environnement enumerate fournit les listes numé-
rotées.
\setcounter{q}{0}

Une autre solution consiste à utiliser l’environnement 5.2.2.1 Sans option


easylist du package éponyme. Je renvoie le lecteur Pour faire un quatre-quarts, il faut :
intéressé à [63].
1. du beurre
2. des œufs
5.2 Énumérations de texte
3. de la farine
On peut structurer un texte avec des listes. 4. du sucre.
LATEX dispose de trois environnements
Pour faire un quatre-quarts, il faut :
\begin{description}...\end{description} \begin{enumerate}
\begin{enumerate}...\end{enumerate} \item du beurre
\item des {\oe}ufs
\begin{itemize}...\end{itemize} \item de la farine
et prend en charge leur mise en page (numérotation, \item du sucre.
indentation et espacement). \end{enumerate}

Chaque élément d’une liste est introduit par la com- 5.2.2.2 Avec option : changement local du
mande \item. type de numération
Les listes peuvent être imbriquées. Lorsque l’environnement enumerate est employé, on
Le texte est justifié mais la première ligne est saillante peut utiliser ses options pour préciser le type de nu-
(sauf pour le premier type). mérotation. Ainsi, la liste
Question 1 ⋄ Donner la définition de. . .
5.2.1 Les listes de description : l’environ- Question 2 ⋄ Donner l’expression de. . .
nement description
Question 3 ⋄ Calculer. . .
L’environnement description permet d’associer une est obtenue avec :
définition à un terme. LATEX écrit en gras les termes
entre crochets. \begin{enumerate}[{Question} 1 $\diamond$]
\item Donner la définition de\dots
\begin{description} \item Donner l’expression de\dots
\item[Renart :] le goupil ... \item Calculer\dots
\item[Ysengrin :] le loup, ... \end{enumerate}
\item[Tibert :] le chat ;
\item[Chantecler :] le coq. Dans la déclaration, le mot [{Question}] (qui
\end{description} contient la lettre i), a été mis entre accolades pour
éviter qu’il ne soit interprété et que les items suivants
Voici quelques personnages du Roman de Renart. s’appellent Questiion, Questiiion, etc. On pouvait
aussi écrire [Quest{i}on] alors que l’on peut écrire
Renart : le goupil espiègle, rusé, personnage princi- (si l’on veut réduire « Question » en « Qu. ») [{Qu.}]
pal de ces récits ; ou [Qu.]. . .
(17). Le cadratin em représente la largeur de la lettre M dans Par contre, l’espace horizontal de tabulation disparaît
la police courante.
(18). Il n’y aura donc pas de décalage horizontal si l’indenta-
(et la liste est alors collée à la marge). Pour éviter
tion du paragraphe est nulle ! cela, on peut rajouter dans l’option un \quad ou un
(19). Pour une partie suivante, par exemple. \hspace{1em}.

IREM de Lyon 50
CHAPITRE 5. COMPTEURS ET ÉNUMÉRATIONS DE TEXTE
Priorité 1 : Parenthèses \begin{enumerate}
Priorité 2 : Multiplication \item Poulain Perspicace
\item Chat Tout à tous
Priorité 3 : Addition
\addtocounter{enumi}{1}
\begin{enumerate}[\quad{Priorité} 1 :] \item Tapir Affamé
\item Parenthèses \end{enumerate}
\item Multiplication
1. Poulain Perspicace
\item Addition
\end{enumerate} 2. Chat Tout à tous
4. Tapir Affamé
De même, si l’on veut avoir une énumération enca-
drée, il faut impérativement utiliser des accolades : \begin{enumerate}
\item Poulain Perspicace
\begin{enumerate}[{[1]}]
\item Chat Tout à tous
\item AAA
\setcounter{enumi}{3}
\item BBB
\item Tapir Affamé
\end{enumerate}
\end{enumerate}
[1] AAA
5.2.2.5 Interruption temporaire pour une
[2] BBB mise en page
Voyez aussi en section 17.5, page 162, diverses mises Comparez les deux mises en page suivantes : la
en forme d’énumération. première est classique, avec l’indentation due à
Pour obtenir la typographie actuellement utilisée dans l’énumération, et la seconde utilise en fait deux
les sujets d’examen (chiffres et lettres suivis d’un énumérations et une modification de la valeur du
point, écrits en gras), voyez la sous-section 17.5.4, compteur enumi pour supprimer cette indentation.
page 163.
Texte avant la question 1.
5.2.2.3 Numéros entourés 1. Question 1
Avec le package pifont, on peut créer une autre pré- Texte non lié à la quest. 1 et avant la quest. 2.
sentation : 2. Question 2
➀ premier ; Texte lié à la question 2.

➁ second. Texte après la question 2.

Texte avant la question 1.


\begin{dingautolist}{192}
\begin{enumerate}
\item premier ; \item second.
\item Question 1\par
\end{dingautolist}
Texte non lié à la quest. 1 et avant...
❶ premier ; \item Question 2\par
Texte lié à la question 2.
❷ second.
\end{enumerate}
\begin{dingautolist}{182} Texte après la question 2.
\item premier ; \item second. Texte avant la question 1.
\end{dingautolist}
1. Question 1
5.2.2.4 1, 2, 4 2. Question 2
Imaginons un corrigé où l’on donne seulement cer- Texte non lié à la quest. 2 et avant la quest. 3.
taines réponses ; les numéros des réponses ne sont 3. Question 3
donc pas tous à écrire. On agit alors sur les comp- Texte lié à la question 3.
teurs, de deux façons possibles.
1. Poulain Perspicace Texte avant la question 1.
\begin{enumerate}
2. Chat Tout à tous
\item Question 1
4. Tapir Affamé \item Question 2

51 LATEX. . . pour le prof de maths !


\end{enumerate} \hspace*{-2.5em}Texte non lié à ...
Texte non lié à la quest. 2% \item Question 2\par Texte lié à ...
et avant la quest. 3. \end{enumerate}
\begin{enumerate}
\setcounter{enumi}{2} On peut aussi jouer avec les compteurs lorsqu’une
\item Question 3\par mise en page a nécessité une minipage (par exemple
Texte lié à la question 3. pour placer un graphique à droite des questions).
\end{enumerate}
\begin{minipage}{3cm}
On peut même automatiser l’interruption de la nu- \begin{enumerate}
mérotation la façon suivante (20) . \item Question 1
\item Question 2
...
1. un
\item Question 5
2. deux \end{enumerate}
bla bla bla .. \end{minipage}
\hfill
3. trois
\begin{minipage}{4cm}
4. quatre ... [Code de la figure] ...
\end{minipage}
\newcounter{saveenum}
\begin{enumerate} \begin{enumerate}
\item un \setcounter{enumi}{5}
\item deux \item Question 6
\setcounter{saveenum}{\value{enumi}} \item Question 7
\end{enumerate} \end{enumerate}
bla bla bla ..
\begin{enumerate} 1. Question 1 D C
\setcounter{enumi}{\value{saveenum}} 2. Question 2
b b

\item trois E O
3. Question 3 b
G b

\item quatre b

\end{enumerate} 4. Question 4 b b b

5. Question 5 A F B
Il y a en fait quatre niveaux de listes possibles. Je
6. Question 6
renvoie le lecteur à la sous-sous-section 5.2.4.4, page
54, donnant un exemple à plusieurs niveaux et jouant 7. Question 7
avec les compteurs.
5.2.3 Les listes à tirets, non numérotées :
Ceci dit, je sais que des collègues préfèrent res- l’environnement itemize
ter sur la première version et saisissent de-
5.2.3.1 Tirets
vant Texte non lié à... l’instruction (collée) (21)
\hspace*{-2.5em} ! Ce qui leur donne, sans aucune L’environnement itemize fournit les listes non
utilisation de compteur : numérotées. En typographie française, les lignes
1. Question 1 commencent par des tirets « − » et dans l’anglaise,
par une puce, « • ».
Texte non lié à la quest. 1 et avant la quest. 2.
2. Question 2 Le résultat standard est :
Texte lié à la question 2.
– Le premier élément ;
– le deuxième ;
\begin{enumerate}
– le troisième.
\item Question 1
\begin{itemize}
(20). Cette possibilité évite de compter les items ! \item Le premier élément ;
(21). En effet, le numéro de l’énumération est décalé de 1 em
\item le deuxième ;
– largeur de la lettre M dans la police courante – par rapport
à la marge de gauche et le texte lié à cette énumération, de \item le troisième.
2,5 em. \end{itemize}

IREM de Lyon 52
CHAPITRE 5. COMPTEURS ET ÉNUMÉRATIONS DE TEXTE
5.2.3.2 Personnalisation des items {\setlength\parindent{3mm}
\begin{itemize}
On peut changer la présentation des items :
\item[$\bullet$] item 1 ;
§ Le premier élément ; \item[$\bullet$] item 2.
le deuxième ; \end{itemize}
• le troisième. }

\begin{itemize}
Le premier source indique à la fin que l’indentation
\item[\S] Le premier élément ;
revient à 0 (qui est celle du reste du document) ; dans
\item[] le deuxième ;
le second source, les accolades autour du bloc im-
\item[\textbullet] le troisième.
pliquent que l’indentation changée n’est effective que
\end{itemize}
dans ce bloc.
5.2.3.3 Puces et autres, dans tout le docu-
ment Dans une personnalisation globale, on obtient

Si l’on préfère (22) le choix de la puce (\textbullet) \begin{itemize}


dans tout le document, on écrit dans le préambule \item item 1 ;
l’une des deux commandes suivantes : \item item 2.
\end{itemize}
\AtBeginDocument{\renewcommand{%
\labelitemi}{\textbullet}}
avec la saisie dans le préambule de
\renewcommand{\FrenchLabelItem}{\textbullet}
\AtBeginDocument{\renewcommand{\labelitemi}{%
On peut bien évidemment remplacer cette puce par \hspace{3mm}\textbullet}}
✓, par , par ☞ ou par tout autre symbole.
Voyez la page 38 pour avoir divers symboles. 5.2.4 Imbrication

5.2.3.4 Puces et autres, localement 5.2.4.1 Principe

Le package enumerate permet de changer localement Les environnements de listes peuvent sans problème
la puce, indiquée comme option. s’imbriquer les uns dans les autres, et cela, quelle que
soit leur nature (liste numérotée ou non, liste descrip-
✓ Le cours ; tive, etc.).
✓ les exercices.

\begin{enumerate}[\ding{51}] 5.2.4.2 Exemple avec enumerate et différents


\item Le cours ; \item les exercices. niveaux
\end{enumerate} Pour les listes numérotées, il y a en fait quatre niveaux
d’imbrication et des symboles différents à chaque ni-
5.2.3.5 Espacement vers la droite veau ; LATEX utilise des chiffres romains et arabes et
Pour obtenir l’énumération suivante des lettres, respectivement 1. , 2. , 3., etc. , (a), (b),
(c), etc., i. , ii. , iii. , etc. et A. , B. , C. , etc. Les comp-
• item 1 ;
teurs correspondants sont enumi, enumii, enumiii et
• item 2.
enumiv.
on a le choix, dans une personnalisation locale, entre
les deux propositions suivantes. 1. Niveau 1
(a) Niveau 2
\setlength\parindent{3mm}
\begin{itemize} i. Niveau 3
\item[$\bullet$] item 1 ; A. Niveau 4
\item[$\bullet$] item 2.
\end{itemize} B. Niveau 4
\setlength\parindent{0mm} ii. Niveau 3
(22). Ce qui est le cas dans cette brochure. Les tirets peuvent (b) Niveau 2
ne pas se voir après passage à la photocopieuse. . . Et cela évite
les tirets confondus avec les signes négatifs ! 2. Niveau 1

53 LATEX. . . pour le prof de maths !


\begin{enumerate} \begin{enumerate}
\item Niveau 1 \setcounter{enumii}{4}
\begin{enumerate} \item trois
\item Niveau 2 \setcounter{enumii}{6}
\begin{enumerate} \item quatre
\item Niveau 3 \end{enumerate}
\begin{enumerate} \setcounter{enumi}{7}
\item Niveau 4 \item cinq
\item Niveau 4 \item
\end{enumerate} \begin{enumerate}
\item Niveau 3 \item six
\end{enumerate} \setcounter{enumii}{5}
\item Niveau 2 \item sept
\end{enumerate} \end{enumerate}
\item Niveau 1 \end{enumerate}
\end{enumerate}
5.2.5 Liste dans le texte
Conseil. Il peut être très utile de décaler les diverses
lignes dans le source pour pouvoir se relire rapidement Pour insérer une liste numérotée qui se trouve dans la
(notamment pour corriger rapidement des erreurs !) continuité du texte, on peut utiliser l’environnement
inparaenum, disponible dans le package paralist.
5.2.4.3 Exemple avec deux types d’énuméra- Pour réaliser l’opération, il faut trois
tion étapes : \begin{inparaenum}[(a)] \item la
Dans un vote, parmi les inscrits, il y a : première, \item la deuxième et \item la
troisième. \end{inparaenum}
1. les abstentionnistes
2. les votants avec : Pour réaliser l’opération, il faut trois étapes : (a) la
• un vote exprimé ; première, (b) la deuxième et (c) la troisième.
• un bulletin blanc ou nul.
5.2.6 Espace entre les éléments
Dans un vote, ...
On peut modifier l’espacement entre éléments d’une
\begin{enumerate}
liste en redéfinissant la commande de longueur
\item les abstentionnistes
\itemsep.
\item les votants avec :
\begin{itemize} \begin{enumerate}
\item un vote exprimé ; \setlength{\itemsep}{7mm}
\item un bulletin blanc ou nul. \item un ;
\end{itemize} \item deux ;
\end{enumerate} \item trois.
\end{enumerate}
5.2.4.4 Exemple avec enumerate et jeu de
compteurs 1. un ;

1. un
2. deux ;
2. deux
3. (e) trois
3. trois.
(g) quatre
À la place de \setlength{\itemsep}{7mm}, on peut
8. cinq
écrire la notation raccourcie \itemsep=7mm.
9. (a) six
(f) sept 5.2.7 Avec des lettres grecques

\begin{enumerate} On peut obtenir une énumération de listes avec des


\item un minuscules ou de majuscules grecques. Leur syntaxe
\item deux est celle de \alph.
\item Je renvoie le lecteur intéressé à [62].

IREM de Lyon 54
CHAPITRE 5. COMPTEURS ET ÉNUMÉRATIONS DE TEXTE
5.2.8 Avec l’extension enumitem Etiquette est ce qui sera imprimé devant chaque
objet/texte succédant à la commande \item et
Une autre possibilité d’utiliser le package enumitem
Declaration est une série de déclarations qui
afin d’ajouter des options à itemize.
permettent de changer les paramètres de formatage
par défaut (25) .
Attention ! Il y a conflit entre enumitem et l’option
francais (ou frenchb) de babel dans la gestion des
La rédaction obtenue pour chaque item (lorsqu’elle
puces. La solution (si enumitem est chargé) est de
dépasse une ligne) dans un environnement list est
demander à francais de ne pas s’occuper des listes
la suivante :
par la commande
\frenchbsetup{StandardLists=true}
à placer dans l’entête du source (c’est-à-dire avant le
\begin{document}) (23) .

Parmi les possibilités, on sait (entre autres) (24) :


• modifier les descriptions (comme les écrire en rouge, \begin{list}{}{}
avec une fonte en emphase et sans sériation) ; \item A
• supprimer les espaces horizontaux dans une énumé- \item B
ration (pour deux niveaux) et coller les étiquettes \end{list}
des questions sur la marge ;
A
• modifier le numéro de début de l’énumération ;
• entourer les étiquettes des questions par un cadre B
de couleur ;
\begin{list}{$\square$}{}
• modifier l’espace interligne d’une liste ;
\item C
• numéroter la sous-liste suivante en reprenant la nu- \item D
mérotation de la liste mère. . . \end{list}

Je renvoie le lecteur intéressé à [42] et [44].  C

À noter la différence de présentation des listes à  D


puces : la première ci-dessous à gauche est la version
« itemize francisée » et la seconde, à droite, avec 5.2.9.2 Liste non numérotée
enumitem.
On peut définir un nouveau type de liste avec la com-
AAA BBB mande \newenvironment. Pour définir maliste, dans
•a • a laquelle tous les items commenceront par ⋄, on saisit :
•b • b
\newenvironment{maliste}{%
5.2.9 Définir une liste \begin{list}{$\diamond$}{}{\end{list}}

5.2.9.1 L’environnement list On peut maintenant saisir

Cet environnement est une primitive à partir des- \begin{maliste}


quelles tous les environnements vus plus haut ont été \item Premier
fabriqués. Sa syntaxe est la suivante : \item Second
\end{maliste}
\begin{list}{Etiquette }{Declaration }
\item Item 1 pour obtenir :
\item Item 2. . .
⋄ Premier
\end{list}
⋄ Second
(23). Il y a toutefois une petite différence de présentation des
listes, notamment sur la place des puces et sur l’espace entre (25). Comme labelsep, pour l’espace entre l’extrémité droite
les items. de l’étiquette et le texte de l’objet de la liste ou itemsep qui est
(24). On sait aussi le faire sans ce package, en parcourant ce l’espace vertical supplémentaire inséré entre les éléments d’une
chapitre ainsi que la section 17.5, page 162 ! liste.

55 LATEX. . . pour le prof de maths !


5.2.9.3 Liste numérotée \begin{tabenum}
\tabenumitem Item 1
La liste est numérotée en utilisant un compteur :
\tabenumitem Item 2
\tabenumitem Item 3
\newcounter{qcounter}
\begin{list} \tabenumitem Item 4
{Question \arabic{qcounter}:~} \tabenumitem Item 5
{\usecounter{qcounter}} \end{tabenum}
\item Item un;
\item Item deux ; De plus, l’option de cet environnement est identique
\item Item trois. à celle de l’environnement enumerate :
\end{list}
1) y = 3 x + 4 2) y = −x + 1 3) y = 5
Question 1 : Item un ; 4) y = −2 x − 1 5) y = 5 x
Question 2 : Item deux ; \begin{tabenum}[\bfseries 1)]
Question 3 : Item trois. \tabenumitem $y=3\,x+4$
\tabenumitem $y=-x+1$
La numérotation peut ne pas être 1, 2, 3, . . . mais A, \tabenumitem $y=5$
B, C, . . . : voyez les différents styles page 46.
\tabenumitem $y=-2\,x-1$
Voyez d’autres paramètres de mise en forme sur [57]. \tabenumitem $y=5\,x$
\end{tabenum}
5.2.10 Liste en colonnes
5.2.10.1 De haut en bas d’abord
Nous avons vu page 24 l’utilisation du package
multicol pour écrire une liste d’éléments présentés
en colonnes. Plus précisément, les éléments sont écrits
de haut en bas puis de gauche à droite.

1. Item 1 3. Item 3 5. Item 5


2. Item 2 4. Item 4

\begin{multicols}{3}
\begin{enumerate}
\item Item 1
\item Item 2
\item Item 3
\item Item 4
\item Item 5
\end{enumerate}
\end{multicols}

5.2.10.2 De gauche à droite ensuite


Il existe une autre possibilité quand les éléments
sont courts : l’utilisation du package tablists et son
environnement tabenum. Dans ce cas, les éléments
sont écrits de gauche à droite puis de haut en bas.

Insérer une ligne vide dans le source permet de passer


à la ligne suivante de la liste.

1. Item 1 2. Item 2 3. Item 3


4. Item 4 5. Item 5

IREM de Lyon 56
CHAPITRE 6. RÉFÉRENCES

Chapitre 6
Références

6.1 Principe \renewcommand{\thefootnote}{%


\texttt{(\arabic{footnote})}}
Les références, ce sont les renvois à une autre partie
du texte (comme les conferatur ), à des figures, ta- 6.2.3 Note sur une même ligne
bleaux, des paragraphes, des équations, . . .
Lorsque les notes sont courtes (du type « D’après
LATEX se charge lui-même de la numérotation des ré- 1a) »), il peut être intéressant de les écrire toutes les
férences, les notations de renvoi (les (1), (2), . . . dans unes après les autres, dans un même paragraphe (sans
ce document). Elles ne sont pas données par le ré- retour à la ligne, donc).
dacteur car elles sont générées lors de la compilation. Il suffit de saisir dans le préambule :
Ainsi, si l’on déplace une figure, un paragraphe, . . .
les rappels sont changés automatiquement. \usepackage[para]{footmisc}

6.2.4 Dans un tableau ou une minipage


6.2 Note de bas de page
Il existe également deux commandes spécifiques :
6.2.1 Commande \footnote \footnotemark (qui permet de gérer le compteur de
notes) et \footnotetext{} (qui permet d’insérer le
On utilise la commande \footnote, suivie, entre ac-
texte correspondant en bas de page).
colades, du texte à mettre en note.
Par exemple, pour obtenir le texte « Ici, il y a un A (2) 20 %
Par exemple, est donné par :
appel de note (1) en bas de page. » et sa note « C’est B 80 %
celle-ci ! », on écrit :
\begin{tabular}{|l|l|}
Ici, il y a un appel de note \footnote{C’est \hline A \footnotemark & 20\,\%\\ \hline
celle-ci !} en bas de page. B & 80\,\%\\ \hline
\end{tabular}
LATEX gère la numérotation des appels de notes et, si \footnotetext{Tous âges confondus.}
besoin est, la répartition des notes très longues entre
plusieurs pages. Si l’on emploie telle quelle l’instruction \footnote
Les appels de notes sont mises avant les ponctuations. dans une minipage, la note est écrite en dessous :
De plus, il ne faut pas oublier le point final d’une Voici un texte écrit une minipage incluant une
phrase écrite en note en bas de page. note a .
a. Note
6.2.2 Changer le style de numérotation
Pour remédier à cela (c’est-à-dire pour qu’il n’y ait
Six styles de compteur de niveau sont présentés page pas de « saut » de note), on emploiera les mêmes com-
46 : chiffres arabes, romains, lettres, . . . Ce sont les mandes que dans un tableau.
mêmes pour les appels de notes.
On ne peut pas dire que le contenu soit d’un fol
Pour choisir les lettres majuscules, par exemple, il intérêt mais il me permet de parler du cas de
faut écrire dans le préambule : la note (3) de bas de page dans une minipage.
\renewcommand{\thefootnote}{\Alph{footnote}} ... cas de la note \footnotemark{} de bas
de page dans une minipage.\end{minipage}
Pour obtenir la présentation des notes de ce fascicule, \footnotetext{La voici...}
il est écrit dans le préambule :
(2). Tous âges confondus.
(1). C’est celle-ci ! (3). La voici, la voilà !

57 LATEX. . . pour le prof de maths !


6.2.5 Référence à une note en bas de page de ces notes devront être courts. Les notes peuvent
aussi accueillir des symboles ou des règles verticales
On utilise les commandes \label et \ref décrites en
pour attirer l’attention.
section 6.4, page 58.
On place le \label dans le footnote : \marginpar{\rule[2mm]{3mm}{7mm}}

texte A \footnote{\label{noteA}% Une note marginale ne doit pas être placée juste
Contenu de la note.} avant le premier mot d’un paragraphe pour qu’elle
s’aligne correctement avec celui-ci.
texte B \footnote{%
D’après la note \ref{noteA}.} La position du texte marginal dépend donc de la page
sur laquelle il se trouve. Les symboles dans les notes
texte A (4) peuvent dépendre de la page : par exemple, on peut
texte B (5) vouloir qu’une flèche pointe vers la droite quand on
est sur une page de gauche et vers la gauche quand
6.2.6 Filets de notes on est sur une page de droite. Cela est possible car la
Par défaut, les notes de bas de page sont séparées du syntaxe complète de la macro est :
reste du texte par un filet, modifiable à volonté.
\marginpar[à gauche ]{à droite }
Par exemple, en écrivant dans le préambule
\renewcommand{\footnoterule}{\% On saisirait ainsi par exemple :
\vspace*{0.2cm}\%
\ding{70}\hfill Notes \ding{71}\hfill\hrule} \marginpar[$\rightarrow$]{$\leftarrow$}
\vspace*{0.1cm}
les notes sont précédées de 6.3.2 Commande \reversemarginpar
✦ Notes Pour faire figurer les notes marginales dans les

marges internes de la page, on utilise la commande
6.3 Notes dans la marge \reversemarginpar .
Cette commande affectera toute la suite du do-
6.3.1 Commande \marginpar cument. La commande opposée (pour retrouver
ensuite les notes dans les marges externes) est
Des notes peuvent aussi s’inscrire dans la marge (6) . \normalmarginpar .
On les obtient grâce à la commande :

\marginpar{texte de la note } 6.4 Les étiquettes


* L’étoile dans la marge a été obtenue par :
6.4.1 \label
L’étoile \marginpar{*} dans ...
La référence se fait en deux temps.
L’espacement esp horizontal entre l’extrémité droite On place une étiquette (label) à l’endroit où l’on veut
ou gauche du texte et une note de marge peut être faire référence. Ceci se fait par la fonction
réglé avec la commande
\setlength{\marginparsep}{esp } \label{MotDeRappel }

Non numérotées séquentiellement (7) , ces notes sont où MotDeRappel est un mot (8) qui sera utilisé lors
inscrites pour un document recto seul à droite et, pour de la référence.
un document recto-verso, dans la marge de gauche si
l’on est sur la page de gauche et dans la marge de 6.4.2 \ref
droite si l’on est sur la page de droite.
On indique la référence à cette étiquette dans le texte
Comme le texte est écrit en petits caractères dans une
par la fonction
boîte dont la largeur est 0,75 pt par défaut, les textes
(4). Contenu de la note. \ref{MotDeRappel }
(5). D’après la note (4).
(6). Dont la taille est définie par l’utilisateur ! (8). Il peut contenir des lettres non accentuées, des symboles
(7). Contrairement aux notes de bas de page. de ponctuation ou des chiffres mais pas d’espace.

IREM de Lyon 58
CHAPITRE 6. RÉFÉRENCES
À l’impression, la fonction \label{} n’apparaîtra pas
et la fonction \ref{} sera remplacée par le numéro
de sectionnement où se trouve l’étiquette. Plus pré-
cisément : si \label{} est placé derrière un titre de
section alors \ref{} donne le numéro de section et si
\label{} est placé derrière une équation alors \ref{}
donne le numéro de l’équation.

6.4.3 \pageref
La fonction

\pageref{MotDeRappel }

indiquera le numéro de page.

En revanche, il est nécessaire de compiler le texte


deux fois : une première pour que LATEX fasse la liste
des références et une seconde pour les intégrer dans
le texte. Lors de la première fois, LATEX signalera par
des points d’interrogation ?? que certaines références
sont absentes (ce qui est tout à fait normal).

Par exemple, dans l’introduction de cette brochure, il


est fait référence à des exercices (corrigés). Les codes
correspondants (pour les énoncés) sont :
d’une part, dans la déclaration, au chapitre 21
\section{Des exercices ... }\label{Exos}
d’autre part, dans l’appel de la page 18
(chapitre~\ref{Exos}, page~\pageref{Exos})

6.4.4 \the...
Les \the-commandes sont des compteurs définis
pour de nombreux objets : \thesection, \thepage,
\thefootnote, . . . Elles permettent de donner la va-
leur de l’objet correspondant.
Si l’on saisit ici \thesection, on obtiendra : 6.4, qui
est bien le numéro de la section en cours.

6.4.5 Hyperliens
Pour créer des hyperliens liés aux références dans un
document, on saisit

\usepackage{hyperref}

dans le préambule, juste avant le \begin{document}.


De plus, il faudra supprimer les fichiers aux, toc, . . .
pour éviter un arrêt de la compilation.

59 LATEX. . . pour le prof de maths !


Chapitre 7
Écrire des mathématiques

Les extensions amsfonts, amsmath, amssymb et 7.2 Environnement mathématique


mathrsfs sont nécessaires.
7.2.1 Expressions « en ligne » ($...$) ou
Un tableau des symboles usuels se « hors texte » (\[...\])
trouve en page 76.
La simple formule E = m c2 s’insère correctement
dans une ligne de texte tandis que l’équation
7.1 Composition Z 1
π 1
= 2
dt
Les recommandations suivantes proviennent de 4 0 t +1
l’Inspection générale. (1)
a été écrite en passant à la ligne (et en centrant), ce
• Les minuscules qui correspondent à des variables, qui la met en évidence.
des inconnues, des indices, . . . sont écrites en ita- Si l’on avait voulu que cette dernière équation soit
lique. simplement Rinsérée dans la ligne courante, on aurait
1
obtenu π4 = 0 t21+1 dt.
• Les identificateurs de fonctions et constantes pré-
définies sont écrits en romain : d’une part, les La première présentation est dite « en ligne ». Les
noms des fonctions usuelles sin, cos, ln, exp, . . . et, formules sont encadrées aussi bien entre :
d’autre part, les constantes e (= exp(1)), i (base • \( et \)
des imaginaires purs) et le symbole d pour écrire
• $ et $
un élément différentiel. On lira donc :
Z 2 • \begin{math} et \end{math}
e = cos x + i sin x
i x (f (x) − ln x) dx Les trois écritures \begin{math}4x=9\end{math},
1
\(4x=9\) et $4x=9$ donnent les mêmes résultats. En
• Les ensembles de nombres sont normalement écrits pratique, c’est la troisième (entre $) qui est la plus
en gras (R, etc.) dans un texte imprimé, les carac- souvent utilisée.
tères ajourés (R, etc.) étant en principe réservés à
l’écriture au tableau. La seconde est dite « hors ligne ». Les formules sont
• Les noms des points sont écrits en majuscules et encadrées aussi bien entre :
en romain (et non pas en italiques) (2) . On lira • \[ et \]
donc (3) : • $$ et $$ (4)
−→
AB xM OM2 • \begin{equation*} et \end{equation*}
• Pour les ensembles de points en géométrie, on a
intérêt à utiliser des italiques, voire des cursives : De plus, il ne faut pas faire de saut de ligne en
la courbe C, la droite D, . . . mode mathématique sous peine d’arrêt de compila-
tion, comme dans l’exemple suivant :
• Lorsqu’elles reçoivent un symbole, les lettres i et j
doivent perdre leur point. On lit ~ı et ~. $f(x) = x

(1). D’après le Lexique des règles typographiques en usage à g(x)=x^2$


l’Imprimerie nationale.
(2). Ce sera le cas systématiquement dans la brochure, sauf
si cette contrainte alourdit le code.
(3). Pour écrire les majuscules en romain systématiquement, (4). Même si la seconde possibilité est plus aisée à saisir, elle
une possibilité qui porte donc sur tout le texte, souvent utilisée est, pour des raisons qui dépassent le cadre de cette brochure,
sur la banque d’annales de l’APMEP, [125] : on utilise l’option nettement déconseillée. De plus, les espaces ne sont pas tou-
upright de l’extension fourier. jours correctement faites (pour les puristes !).

IREM de Lyon 60
CHAPITRE 7. ÉCRIRE DES MATHÉMATIQUES
7.2.2 Commande \displaystyle et autres $x=1 \text{ et donc } y=2$
commandes de taille de police $\mathrm{i}^2=-1$
La taille des caractères est gérée automatiquement en x = 1 et donc y = 2
fonction de leurs emplacements (exposant, exposant i2 = −1
d’exposant, . . .) et du mode texte ou hors-texte.
Quatre tailles sont prédéfinies, hors-texte, texte, Remarque 1. Si cela est possible, il vaut mieux saisir
scripte et sous-scripte. La taille peut donc être forcée $x=1$ et donc $y=2$.
grâce aux macros liées, \displaystyle, \textstyle, Remarque 2. Les espaces avant et après « et donc »
\scriptstyle et \scriptscriptstyle. dans le pdf sont liées à celles qui sont dans la saisie
Ces commandes amènent L TEX à gérer les indices et \text{ et donc }.
A
les exposants comme si le texte mathématique est en Remarque 3. Pour le e et le i droit, il vaut mieux
mode « hors ligne ». Cela peut introduire une modi- utiliser \mathrm{e} plutôt que \text{e}, car, si
fication locale de l’interligne. l’on est dans un environnement en italique, \text
22 22 reprend la mise en forme et fera apparaître des
22 22 lettres en italiques et non droites. Voyez aussi la
différence entre point P5 et point P5 , obtenus res-
$2^{2^{2^2}}$
pectivement avec \textsf{point $\text{P}_5$} et
$2^{2^{%
\textsf{point $\text{P}_\text{5}$}.
{\scriptstyle {2^{\scriptstyle 2}}}}}$
Remarque 4. $x=1 \mathrm{ et donc } y=2$ donne
Nous retrouverons \displaystyle pour les fractions, x = 1etdoncy = 2.
les sommes, les limites ou les intégrales.
7.2.3.3 Toutes majuscules en romain
Pour que les expressions mathématiques dans un
texte soient toujours écrites en taille \displaystyle Dans un texte traitant de géométrie (nom d’un tri-
(et donc éviter de le préciser à chaque fois), on peut angle, produit scalaire, distance, . . . ) et une figure
introduire la demande \everymath{\displaystyle} géométrique, l’I. G. recommande d’utiliser des majus-
qui imposera la taille voulue à toute expression qui cules en romain (« droites ») pour le nom des points.
suivra cette demande. En particulier, cette commande Pour que toutes les majuscules soient ainsi écrites
peut (et doit ?) être placée dans le préambule pour af- dans tout le document en mode mathématique, on
fecter tout le document. écrira dans le préambule
\DeclareMathSymbol{A}{\mathalpha}{operators}{‘A}
7.2.3 Texte et espace dans un environne-
\DeclareMathSymbol{B}{\mathalpha}{operators}{‘B}
ment mathématique
\DeclareMathSymbol{C}{\mathalpha}{operators}{‘C}
7.2.3.1 Espaces entre deux $ \DeclareMathSymbol{D}{\mathalpha}{operators}{‘D}
\DeclareMathSymbol{E}{\mathalpha}{operators}{‘E}
Les espaces entre deux $ sont ignorées : elles n’ont
d’autre but que de clarifier le code source (surtout et ainsi de suite jusqu’à la lettre Z.
quand les formules deviennent complexes). Sinon, on utilisera simplement la commande \mathrm
Par exemple, $1+2=3$ donne le même résultat que localement.
$1 + 2 = 3$.
7.2.3.4 Espaces : \quad et \qquad
7.2.3.2 Commandes \text et \mathrm
\quad s’utilise généralement autour du texte en mode
Un texte ordinaire ne peut pas être inséré tel quel mathématique.
dans un environnement mathématique.
$A \quad \text{ou} \quad B$ donne :
La saisie, par exemple, de $x=1 et donc y=2$ donne A ou B
x = 1etdoncy = 2 ! LATEX comprend qu’il y a un
produit des facteurs e, t, d, . . . et c : il le traduit \qquad s’utilise généralement pour séparer deux for-
alors comme tel. mules lorsqu’il n’y a pas de texte entre elles.
Dans cet environnement, pour composer. . . $(A+B)^2, \qquad A^2+B^2$ donne :
• un symbole en romain, on utilise (A + B)2 , A2 + B 2
\mathrm{symbole} ;
• du texte ordinaire, on utilise \text{texte}.

61 LATEX. . . pour le prof de maths !


7.2.4 Mise en boîte • on obtient la négation du symbole fléché avec la
préfixe n, sauf si c’est la « version longue ».
Il peut arriver qu’une expression mathématique, dans
un texte, soit coupée en fin de ligne et continuée en
→ ⇐ −→ ⇐= ↔ ⇑ ;
début de ligne suivante. Pour éviter ce problème, on
crée une boîte insécable autour de l’expression concer-
née grâce à la commande \mbox (5) : $\rightarrow$ $\Leftarrow$
$\longrightarrow$ $\Longleftarrow$
$\leftrightarrow$ $\Uparrow$
\mbox{$1+x+x^2+x^3+x^4$}
$\nRightarrow$

7.3 Commandes de base 7.3.2.2 « équivaut à » et « implique »

7.3.1 Écriture d’un nombre et virgule Les macros \Longleftrightarrow (⇐⇒) et \iff
( ⇐⇒ ) semblent identiques mais diffèrent en réalité
7.3.1.1 Commande \np sur la quantité de blanc qui les entoure. Le symbole
Dans les pays anglo-saxons, la virgule est un sé- correct à utiliser est bien \iff. C’est une question de
parateur de milliers. Par conséquent, lorsque nous lisibilité de la formule .
(9)

tapons $3,14$, nous obtenons 3, 14. Pour élimi-


ner cette espace derrière la virgule, on peut aussi A ⇐⇒ B A ⇐⇒ B
bien écrire $3{,}14$ que $\nombre{3,14}$ (6) . De
même, pour avoir 1 200, on peut aussi bien écrire $A \Longleftrightarrow B$ $A \iff B$
$\nombre{1200}$ que $1\,200$ (7) .
De même, c’est \implies ( =⇒ ) et non \Rightarrow
On peut aussi utiliser le package numprint avec l’op- (⇒) ni \Longrightarrow (=⇒) qu’il faut utiliser dans
tion np (8) . Alors \np{3,4567} écrira correctement une relation d’implication.
le nombre 3,456 7. Et \np{6e-12} donne 6 · 10−12 .
Il permet d’afficher des valeurs avec une unité, sans A =⇒ B A⇒B A =⇒ B
risque de coupure au passage à la ligne.
\np[kg]{91} donne 91 kg. $A \implies B$ $A \Rightarrow B$
$A \Longrightarrow B$
7.3.1.2 Commande \DecimalMathComma
Pour les négations =⇒
6 et ⇐⇒6 des symboles
Une autre piste, consistant à faire comprendre à =⇒ et ⇐⇒ , on utilise la commande
LATEX une fois pour toutes que la virgule est bien \centernot\implies et le package centernot (10) .
notre séparateur usuel, il suffit tout simplement
d’écrire dans le préambule, et avec l’option francais 6
A =⇒ B A ⇐⇒ 6 B
du package babel, l’instruction :
\DecimalMathComma $A \centernot\implies B$
$A \centernot\iff B$
7.3.2 Flèches
7.3.2.3 Flèches « obliques »
7.3.2.1 Flèches « droites »
Les flèches « obliques », très utiles dans les tableaux
Principes des commandes générant des flèches.
de variation, sont construites avec la même idée
• toutes les commandes finissent par arrow (flèche) ;
d’orientation. Il suffit de penser aux points cardi-
• le préfixe obligatoire left (gauche), right (droite),
naux : n pour le nord, w pour l’ouest, s pour le sud et
up (haut) et down (bas) indique la direction ;
e pour l’est. Ainsi une flèche dirigée en haut à droite
• le préfixe facultatif long donne une version longue ;
sera orientée « nord-est ».
• la première lettre de la commande mise en majus-
cule rend la flèche double ;
• on peut mettre des flèches aux deux extrémités en ր ց տ ւ
collant les deux mots left et right.
$\nearrow$ $\searrow$
(5). Voir les boîtes au chapitre 4, page 41. $\nwarrow$ $\swarrow$
(6). Avec \usepackage[francais]{babel}.
(7). Le \, correspond à une espace fine. (9). De plus, le second symbole est plus rapide à saisir !
(8). Donc avec \usepackage[np]{numprint}. (10). \not\implies donne 6 =⇒ .

IREM de Lyon 62
CHAPITRE 7. ÉCRIRE DES MATHÉMATIQUES
7.3.2.4 Flèches « arrondies » 7.3.4 Fractions
Elles peuvent servir pour indiquer le sens de rotation, La syntaxe est : $\frac{num }{den }$. La taille du
notamment en trigonométrie. symbole est automatiquement adaptée au contexte
(pour garder le même interlignage).
 x y $\frac{2}{3}$ donne donc 23 .
Lorsque num et den } ne comporte chacun qu’un ca-
$\circlearrowleft$ $\circlearrowright$
ractère, on peut écrire rapidement $\frac num den $
$\curvearrowleft$ $\curvearrowright$
pour obtenir le même résultat.
On peut imposer la taille des caractères avec
7.3.2.5 Flèches des fonctions la commande $\displaystyle\frac{a}{b}$
ou $\dfrac{a}{b}$ ou (12) pour agrandir leur
→ $\to$ 7→ $\mapsto$ 7−→ $\longmapsto$
taille ou la commande $\tfrac{a}{b}$ ou
$\scriptstyle\frac{a}{b}$ pour la diminuer,
$[0\,;\pi[ \to [0\,;1]$ donne [0 ; π[→ [0 ; 1]. comme l’indiquent les deux tableaux ci-dessous :
$x\mapsto 3x+4$ donne x 7→ 3x + 4. $\frac{a}{b}$ \[\frac{a}{b}\]
a a
b $\tfrac{a}{b}$ $\dfrac{a}{b}$
b
7.3.3 Indices et exposants \[\tfrac{a}{b}\] \[\dfrac{a}{b}\]

Le syntaxe est : $^{exposant }$ et $_{indice }$. 1 1 1


+ =
3 6 2
Si exposant et indice ne sont formés que d’un ca- $\dfrac{1}{3}+\dfrac{1}{6}=\dfrac{1}{2}$
ractère, les accolades sont inutiles.
1
x2 x15 x3a x5 t = 1,09 9 − 1 $t=1,09^{\tfrac{1}{9}}-1$

$x^2$ $x^{15}$ $x^{3a}$ $x_5$ On peut écrire des fractions dans des fractions :
1
\dfrac{1}{1+\dfrac{1}{x^2}}
1
Si Un = 2n , alors Un+1 = 2n+1 . 1+ 2
x
Si $U_n=2^n$, alors $U_{n+1}=2^{n+1}$. Des espaces peuvent être placées pour agrandir le
trait de fraction :
1
Un+1 6= Un + 1 $\dfrac{1}{~x+2~}$
x+2
$U_{n+1}\neq U_n+1$
Enfin, on peut utiliser une grande barre
. oblique :
2n $3/4$ donne 3/4 et $3\Big/4$ donne 3 4.
Fn = 2
Voyez aussi le paragraphe 10.3.2, page 100, une macro
$F_n=2^{2^n}$
pour écrire autrement des fractions.
x1 2 + x2 2
7.3.5 Radicaux
$x_1{}^2+x_2{}^2$
La racine carrée de x est saisie par $\sqrt{x}$ ; la
(La saisie de $x_1^2+x_2^2$ donne x21 + x22 .) racine n-ième de x est produite par $\sqrt[n]{x}$.
√ p √ √
On évitera de coller un point ou une virgule après un 49 = 7 1 +√ 2 2 x√
+1
√ √ √
terme écrit en indice : une espace (fine) sera écrite. a+ p b 6= a + b 3
64 = 4 6 1
2 = 26
Ainsi saisira-t-on plutôt $U_n\,.$ (qui donne Un .) √
2 016 × 2 017 × 2 019 + 1 + 1
que $U_n.$ (qui donne Un .).
$\sqrt{49}=7$ $\sqrt{1+\sqrt{2}}$
Au passage, les accents circonflexes ^ et ∧ sont $\sqrt{2\,x+1}$
respectivement obtenus avec \circonflexe ou avec $\sqrt{a} + \sqrt{b}) \neq \sqrt{a+b}$
^\wedge (en mode mathématique pour celui-ci). On $\sqrt[3]{64}=4$
peut s’en servir pour écrire une ligne de saisie sur une $\sqrt[6]{2}=2^\frac{1}{6}$
calculatrice (11) . $\sqrt{2\,016\times\sqrt{2\,017%
(11). Voir aussi sur ce point page 101. (12). La première est un raccourci de la seconde.

63 LATEX. . . pour le prof de maths !


\times 2\,019+1}+1}$ La somme $\displaystyle{\sum_{k=1}^n%
r \frac{1}{k\,(k+1)}}$ est ...
3
1 − 2 se code $\sqrt{1-\dfrac{3}{x^2}}$.
x 7.3.8.2 Placement des « limites »

Le symbole seul est obtenu avec $\surd$ . Les styles \displaystyle, \scriptstyle, . . . déter-
minent, entre autres, la taille des symboles, leur es-
7.3.6 Fonctions usuelles pacement et la place des indices et exposants. On
arg cos exp lim ln log max min sin tan contrôle indépendamment le placement des « limites »
avec \limits et \nolimits.
$\arg$ $\cos$ ... $\tan$
Comparons ainsi :
sin(2x) = 2 cos x sin x cos(2x) = cos2 x − 1 b Z b Z b
Pb Rb X Xb b
P Rb
$\sin(2x) = 2 \cos x \sin x$ a a a
a a a a a
$\cos(2x) = \cos^2 x - 1$
$\sum_a^b$ $\int_a^b$
7.3.7 Dérivées $\displaystyle \sum_a^b$
$\displaystyle \int_a^b$
On utilise la commande ^\prime ou ’.
$\displaystyle \sum\nolimits_a^b$
$\displaystyle \int\nolimits_a^b$
(u · v)′ = u′ · v + u · v ′
$\sum\limits_a^b$ $\int\limits_a^b$
$\(u \cdot v)’= u’ \cdot v + u\cdot v’$
En mode texte :
Xn Xn
$f’(x)=(x^2)^\prime=2\,x$ donne : Pn
f (i) f (i) f (i)
i=1 i=1
f ′ (x) = (x2 )′ = 2x i=1

$\sum_{i=1}^n f(i)$
Pour la dérivée seconde de f , on utilise deux apos- $\displaystyle\sum_{i=1}^n f(i)$
trophes et non pas le guillemet anglais : $f’’$ donne $\displaystyle\sum\nolimits_{i=1}^n f(i)$
f ′′ tandis que $f"$ donne f ”. Q
Cela s’applique aussi pour le produit \prod, .
7.3.8 Limites, intégrales, sommes et pro-
duits 7.3.9 Vecteurs
7.3.8.1 Symboles et utilisation 7.3.9.1 Commandes \vec et \overrightarrow
R
$\lim$ lim $\int$ La syntaxe est \overrightarrow{vect } (13) ou bien
P Q \vec{vect }.
$\sum$ $\prod$ −→
AB ~u
En mode « en ligne » :
Pn 1 $\overrightarrow{\mathrm{AB}}$ $\vec{u}$
k=1 k 2 limn→+∞ un
R2 1 Qn Lorsque l’écriture du vecteur a deux lettres, il vaut
1 t2 dt k=1 f (k) ~ !
mieux utiliser la première syntaxe pour éviter un AB
$\sum_{k=1}^n \frac{1}{k^2}$
$\int_{1}^2 \frac{1}{t^2}{\rm d}t$ 7.3.9.2 Cas des lettres i et j
$\lim_{n \to +\infty}u_n$ Lorsqu’elles reçoivent un symbole, les lettres i et j
$\prod_{k=1}^n\ f(k)$ doivent perdre leur point. On écrit :
En mode « hors ligne » : ~ı $\vec{\imath}$ ~ $\vec{\jmath}$
n Z 2 n
X 1 1 Y
7.3.9.3 Norme
dt lim un f (k)
k2 1 t2 n→+∞
k=1 k=1 L’écriture de la norme d’un complexe est obtenue avec
\[\sum_{k=1}^n \frac{1}{k^2}\] ... la double commande $\lVert ... \rVert ou bien
avec la double commande \left\| ... \right\| :
Avec la commande \displaystyle : −−→ −−→

n kAM k = 1 AM = 1
X 1 n
La somme est égale à .
k (k + 1) n+1 (13). Littéralement : « flèche au-dessus orientée à droite ».
k=1

IREM de Lyon 64
CHAPITRE 7. ÉCRIRE DES MATHÉMATIQUES
$\lVert \overrightarrow{AM} \rVert = 1$ 7.3.10.4 Argument
$\left\| \overrightarrow{AM} \right\| = 1$
On utilise la commande \arg.
La seconde utilise en fait des délimiteurs (14) . L’écriture arg z est alors obtenue avec $\arg z$.

7.3.10 Complexes 7.3.11 Matrices


7.3.10.1 Réels et imaginaires 7.3.11.1 Matrices usuelles
On pourra écrire $\text{Re }z$ pour Re z. L’utilisateur dispose de deux moyens pour écrire une
matrice.
Dans l’écriture anglo-saxonne, ℜz et ℑz sont donnés
respectivement par $\Re z$ et $\Im z$. La première utilise l’extension amsmath, qui permet
de définir des matrices avec des encadrements diffé-
7.3.10.2 Conjugué rents (entre parenthèses, crochets, etc.).
{matrix} : matrice sans délimitateur ;
Le conjugué z de z s’obtient avec la commande (15)
{pmatrix} : matrice entre parenthèses (...) ;
$\overline{z}$.
{vmatrix} : matrice entre barres |...| ;
{Vmatrix} : matrice entre doubles barres ||...|| ;
1 + 4i $\overline{1+4\,\mathrm{i}}$
{bmatrix} : matrice entre crochets [...] ;
{Bmatrix} : matrice entre accolades {...}.
7.3.10.3 Module  
a b a b a b

L’écriture du module d’un nombre com- c d c d c d

plexe est obtenue avec la double commande
   
a b a b a b

$\lvert ... \rvert ou bien avec la double com- c d c d c d
mande \left\| ... \right\|.
$\begin{matrix} a&b\\ c&d \end{matrix}$
|1 − 2 i| |1 − 2 i| $\begin{pmatrix} a&b\\ c&d \end{pmatrix}$
$\begin{vmatrix} a&b\\ c&d \end{vmatrix}$
$\lvert 1 - 2\,\mathrm{i} \rvert$
$\begin{Vmatrix} a&b\\ c&d \end{Vmatrix}$
$\left\vert 1 - 2\,\mathrm{i} \right\vert$
$\begin{bmatrix} a&b\\ c&d \end{bmatrix}$
La seconde utilise en fait des délimiteurs (16) . $\begin{Bmatrix} a&b\\ c&d \end{Bmatrix}$

Certains utilisateurs préfèrent l’une ou l’autre La seconde utilise les délimiteurs (voir la section 7.4)
des deux doubles commandes | ... | ou et l’extension array qui travaille sur les tableaux
\vert ... \vert ; ceci est déconseillé. En effet, mathématiques (voir la section 8.17, page 88).
ces commandes sont à utiliser dans le cadre d’opé-
rateur (alors que la commande préconisée est bien De plus, les coordonnées vectorielles tout comme les
utilisée comme délimiteur) (17) . cœfficients binomiaux peuvent être affichés comme
Remarque. une matrice à 1 colonne (19) :
La valeur absolue d’un nombre est obte-  
n
nue de même avec la double commande $\begin{pmatrix} n \\ p \end{pmatrix}$
p
$\lvert ... \rvert ou bien avec la double
commande \left\| ... \right\|. Certains uti- Par ailleurs, la transposée t A de la matrice A se code
lisent l’une ou l’autre des deux doubles commandes ${}^t A$.
| ... | ou \vert ... \vert ; ceci est déconseillé.
En effet, ces commandes sont à utiliser dans le cadre 7.3.11.2 Matrices « bordées »
d’opérateur (alors que la commande préconisée est
On peut aussi écrire une matrice associée. Voici par
utilisée comme délimiteur) (18) .
exemple celle qui correspond au graphe probabiliste
(14). Voir la section 7.4. donné page 148.
(15). Celle-ci est à préférer à $\bar{z}$, qui donne aussi z̄, A B C
surtout pour écrire le conjugué d’un nombre complexe donné.  
¯ A 0,6 0,1 0,3
En effet, $\bar{1+4 i}$ donne 1 + 4 i, ce qui n’est pas très heu-
reux. M = B  0,2 0,6 0,2 
(16). Voir la section 7.4. C 0,35 0,05 0,6
(17). La gestion des espaces est différente !
(18). La gestion des espaces est différente ! (19). Voir aussi le paragraphe 8.17.4, page 89.

65 LATEX. . . pour le prof de maths !


(
$M=\bordermatrix{ −x si x est négatif
&A&B&C\cr |x| =
x si x est positif (ou nul)
A&0,6 & 0,1 & 0,3\cr
B&0,2 & 0,6 & 0,2\cr $\lvert x \rvert=
C&0,35 & 0,05 & 0,6\cr \begin{cases}
}$ -x & \text{si $x$ est négatif} \\
x & \text{si $x$ est positif (ou nul)}
7.3.11.3 Espacement vertical \end{cases}$

Si l’on écrit des nombres fractionnaires, le résultat 
2x + 13y = 43
n’est pas forcément heureux :

3x − y = 3
 
1 1
2 3
1 1 $\begin{cases}
4 5 2x+13y=43 \\[0.5cm]
3x-y=3
Voilà deux méthodes pour améliorer la présentation. \end{cases}$
1. La hauteur des lignes est gérée par la commande 
 x = −2 + t
\arraystretch, qui gère un facteur d’espace- 
ment (1 par défaut). On le redéfinit. y =3−t (t ∈ R)


  z = 4 + 5t
1 1 $\begin{cases}
 
2 3 ~x = -2 + t \\
 
1 1 ~y = 3 - t\\
4 5 ~z = 4 + 5t
\end{cases}%
\renewcommand{\arraystretch}{2.2}
(t \in \mathbb{R})$
$\begin{pmatrix}
\dfrac{1}{2} & \dfrac{1}{3} \\ D’autres exemples sont donnés au paragraphe 8.17.2,
\dfrac{1}{4} & \dfrac{1}{5} \\ page 88, via des tableaux (mathématiques).
\renewcommand{\arraystretch}{1}
ou encore 7.3.13 Parallèles et perpendiculaires
{\renewcommand{\arraystretch}{2.2} D ⊥ D ′ se code $D \perp D’$ ou $D \bot D’$ (20) .
$\begin{pmatrix}
\dfrac{1}{2} & \dfrac{1}{3} \\ Pour écrire le fait que les droites D et D ′ sont pa-
\dfrac{1}{4} & \dfrac{1}{5} \\ rallèles, il y a plusieurs possibilités (21) , au goût du
\end{pmatrix}$} lecteur :
2. On augmente l’interligne. D//D ′ $D//D’$
1 1 D // D ′ $D\ //\ D’$
2 3 D // D′ $D\ /\!/\ D’$
 
1 1
D k D′ $D \parallel D’$
4 5
$\begin{pmatrix} 7.3.14 Ensemble de nombres entiers
\dfrac{1}{2} & \dfrac{1}{3} \\[3mm]
L’ensemble des entiers de 1 à n, noté souvent avec
\dfrac{1}{4} & \dfrac{1}{5} \\
une paire de doubles crochets [[1 ; n]], peut se coder
\end{pmatrix}$
$[\![1\,;n]\!]$. (22)
7.3.12 Systèmes (20). Seul \perp des deux est un symbole relationnel.
(21). Petit jeu avec les espaces !
On utilise l’environnement cases. Il produit une (22). C’est l’une des nombreuses possibilités. Celle-ci joue sur
accolade verticale à gauche (par défaut) et l’intérieur l’espace négative entre les deux paires de crochets. Il y a aussi,
par exemple, le package mathabx qui donne des crochets plus
(c’est-à-dire les équations) se gère comme dans une marqués avec la saisie de $\ldbrack 1\,;n \rdbrack$. Néan-
matrice avec des & et des \\. moins l’appel de ce package transforme certains signes mathé-
matiques, comme , $\square$.

IREM de Lyon 66
CHAPITRE 7. ÉCRIRE DES MATHÉMATIQUES
7.3.15 Probabilités 7.3.20 Pointillés
A∪B $A \cup B$ Ils sont en nombre de quatre, ils sont utilisés (essen-
tiellement) pour décrire une matrice, une somme ou
A∩B =∅ $A \cap B = \varnothing$ un produit et un système d’équations.

A $\overline{A}$ \ldots ... horizontaux sur la ligne de base


\cdots ··· horizontaux centrés
P(A) = 0,15 $\mathrm{P}(A)=0,15$ ..
\vdots . verticaux
PB (A) = 0,5 $\mathrm{P}_B(A)=0,5$ ..
\ddots . diagonaux
A\B $A \setminus B$ n x = x1 + x2 + · · · + xn

p(A ∩ B) = p(A) × pA (B) $n\,\overline{x}=x_1+x_2+\cdots+x_n$


$p(A\cap B)=p(A)\times p_A(B)$  
1 0 0
I = 0 . . . 0
   
n $\displaystyle\binom{n}{p}$
p ou $\dbinom{n}{p}$ 0 0 1
p(B) = p(A) × pA (B) + p(A) × pA (B) $I=\begin{pmatrix}
$p(B)=p(A)\times p_A(B)+% 1 & 0 & 0 \\
p(\overline{A})\times p_{\overline{A}}(B)$ 0 & \ddots & 0\\
0 & 0 & 1\\
\end{pmatrix} $
7.3.16 Arithmétique
a ≡ b mod n $a \equiv b \mod n$ 7.3.21 Des blancs et des crochets
Dans le cas des intervalles, il y a un blanc avec le
a ≡ b (mod n) $a \equiv b \pmod n$ crochet ouvrant : $]-5;+8]$ et $]+5;+8]$ donnent
a ≡ b (n) $a \equiv b \pod n$ respectivement ] − 5; +8] et ] + 5; +8].
On écrit donc entre accolades le signe après ce cro-
a ≡ b mod n $a \equiv b \bmod n$ chet : $]{-}5;+8]$ donne ]−5; +8].

On peut aussi forcer le type ouvrant ou fermant avec


7.3.17 « tel que » les commandes \mathopen et \mathclose (24) :
\mid est la relation « tel que ». ]a; b] $]a;b]$ ]a; b] $\mathopen{]}a;b]$
[a; b[ $[a;b[$ [a; b[ $[a;b\mathclose{[}$
{x ∈ A | A 6= 0} se code
$\{x \in A \mid A \neq 0\}$ Par ailleurs, on peut aussi placer une espace fine entre
le 5 et le point-virgule (25) : $]{-}5\,;+8]$ donne
]−5 ; +8].
7.3.18 : et application
Le « : » pour une application s’obtient avec \colon. 7.4 Délimiteurs
Cette commande règle automatiquement l’espace-
ment d’une part et d’autre des deux points (23) ; elle 7.4.1 Délimiteurs classiques (, {, . . .
est donc à préférer à « : ».  
1 1
La différence entre les écritures (x + ) et x +
2 2
$a \colon A \to B$ donne a : A → B. est que la hauteur des parenthèses dans l’expression
de droite est ajustée à l’écriture de la fraction.
7.3.19 Multiplication La hauteur de symboles comme les parenthèses ou les
valeurs absolues peut être ajustée : on fait précéder
On utilise × (\times) entre deux nombres et · le symbole de gauche de \left et celui de droite de
(\cdot), point centré, sinon. \right .
$2\times 3+u\cdot v$ donne 2 × 3 + u · v. (24). Il y a une macro sur ce point à la sous-section 10.3.14,
page 103.
(23). LATEX la considère comme comme un opérateur binaire. (25). Comme le demande la typographie !

67 LATEX. . . pour le prof de maths !


Il y a six (26) paires de délimiteurs : ( ), | |, k k, [ ], 7.4.3 Avec \delimiterfactor
{ } et ⌊ ⌋ (27) .
La hauteur d’un délimiteur peut vous paraître trop
petite. Cela se corrige avec \delimiterfactor.
1 √3
 
1 1
x+ + i ~u La valeur par défaut de ce paramètre est 901 ; si
2 2 2 3
      l’on lui donne la nouvelle valeur val, la hauteur du
1 b 1 délimiteur est multipliée par val /901.
,+∞ − x+
3 2a 2

2 x2 − (x − 3)2 ← « sans »
$\left(x+\dfrac{1}{2}\right)$  
$\left|\dfrac{12}+ 2 x2 − (x − 3)2 ← « avec »
\dfrac{\sqrt{3}}{2}\,\mathrm{i}\right|$
$\left\|\dfrac{1}{3}\,\vec{u}\right\|$ $2\left(x^2-(x-3)^2\right)$
$\left[\dfrac{1}{3},+\infty\right[$
$\left\{-\dfrac{b}{2a}\right\}$ $\delimiterfactor=1200
$\left\lfloor x+\dfrac12\right\rfloor$ 2\left(x^2-(x-3)^2\right)$

Il est obligatoire de faire suivre \left de \right.


Si l’on ne veut qu’un délimiteur à gauche (28) , on 7.5 Symboles extensibles
fait suivre la commande \right d’un point (29) .
7.5.1 Angle, vecteur, barre, . . .
En revanche, les symboles de gauche et de droite
peuvent être différents. Il y a des symboles extensibles, autant que souhaité.

Les instructions \lbrace et \rbrace sont respective- AB $\underline{AB}$


ment équivalentes à \{ et \}.
AB $\overline{AB}$
Les instructions \lbrack et \rbrack sont respective- Il existe la commande \bar : $\bar{x}$ et $\bar{E}$
ment équivalentes à [ et ]. donnent respectivement x̄ et Ē (que l’on pourra
3 comparer à x et E obtenus avec \overline).
Enfin, comparez les écritures (x2 )3 et x2 .
−−→
AB $\overrightarrow{AB}$
$(x^2)^3$
$\left(x^2\right)^3$ Pour une lettre, on peut choisir ~u ($\vec{u}$) ou −

u
($\overrightarrow{u}$).
7.4.2 Délimiteurs \big, . . . \
ABC $\widehat{ABC}$
Dans certains cas, il est nécessaire d’indiquer la taille ⌢
AB $\overset{\displaystyle\frown}{AB}$
exacte des délimiteurs mathématiques à la main. On
peut alors utiliser les commandes \big, \Big, \bigg L’insertion de la commande \displaystyle permet
et \Bigg comme préfixes des commandes qui im- d’afficher le symbole ⌢ dans sa taille normale. On
priment les délimiteurs : peut aussi utiliser l’une des deux macros données page
100.
 )
o

Il existe aussi la commande \overarc du package

arcs : $\overarc{AB}$ donne AB.
y
\big( \Big( \bigg (\Bigg( AB $\overset{\curvearrowright}{AB}$
\big\} \Big\} \bigg\} \Bigg\} On peut aussi utiliser les deux macros données en
\big\| \Big\| \bigg\| \Bigg\| 10.3.4, page 100.
 2
(x + 1)(x − 1) 7.5.2 Accolades horizontales
On peut utiliser de tels symboles pour expliquer un
$\Big((x+1)(x-1)\Big)^2$
calcul :
(26). Usuelles dans le Secondaire. =sin 2x
(27). Symboles utilisés pour la « partie entière ».
z }| {
2 2
(28). Comme c’est le cas pour un système.
cos
| x +
{z sin x
} + 2 cos x sin x = 1 + sin 2x
(29). Nous verrons un exemple au paragraphe 8.17.2. =1

IREM de Lyon 68
CHAPITRE 7. ÉCRIRE DES MATHÉMATIQUES
$\underbrace{\cos^2x+\sin^2x}_{=1} 7.6 Mise en valeur
+\overbrace{2\cos x\sin x}^{=\sin 2x}+...$
7.6.1 Encadrement d’une formule
Toutefois, il peut
 y avoir2 des 
présentations peu esthé- Pour encadrer une formule ou un résultat dans un en-
AC
z }| { vironnement mathématique, on utilise \boxed{...}.
2 2
tiques comme AB + BC , obtenue avec

z = x + iy, i2 = −1
$\left(\overbrace{AB^2+BC^2}^{AC^2}\right)$. $z=x+\mathrm{i}y,
On utilise alors la méthode suivante, utilisant les com- \quad \boxed{\mathrm{i}^2=-1}$
mandes \big, \Big, \bigg, \Bigg (par ordre crois-
Il y a un moyen d’avoir un encadrement horizontal
sant).
plus grand.
AC 2 Rπ
z }| { blabla f (x) = cos x dx = 0 blabla
On obtient AB 2 + BC 2 avec le code 0

$\big(\overbrace{AB^2+BC^2}^{AC^2}\big)$. {\setlength{\mathsurround}{20pt}
blabla \fbox{$ f(x)=\int_0^{\pi}
\cos x\,\mathrm{d}x=0 $} blabla}
7.5.3 Empilement : écriture de limite
On peut aussi garder la notion de boîte (colorée) (30)
Pour un résultat avec une limite, on peut utiliser le pour encadrer une formule (31) pour pouvoir colorier
« double fléchage » : un résultat :
lim un = ℓ ⇐⇒ un −
−−−−
→ℓ
n→+∞ n→+∞ Donc f (x) = 3 cos(2 x)

$... u_n \xrightarrow[n\to+\infty]{} \ell $ Donc \colorbox{yellow}{$f(x)=3\cos(2\,x)$}

7.6.2 Gras
La commande \substack permet d’écrire plusieurs
lignes en indices (ou en exposant), qui sont délimitées 7.6.2.1 Avec \boldmath
par \\ : Pour écrire les formules en gras, on les écrit entre
lim ln x = −∞ \boldmath et \unboldmath.
x→0
x>0

x= 2
$\lim_{\substack{x \to 0\\ x > 0}}...
\boldmath $x = \sqrt{2}$ \unboldmath
7.5.4 Empilement : commande \stackrel 7.6.2.2 Avec \mathversion
On utilise cette commande pour empiler un premier Il y a aussi la possibilité d’utiliser (32)
argument au-dessus d’un second, ce dernier étant sur \mathversion{bold} :
la ligne de base.
def y(x) = cos x + x2
A = a2
{\mathversion{bold}$f(x)=\cos x + x^2$}
$ A \stackrel{ \text{def} }{=} a^2 $
Le lecteur remarquera que l’instruction
\mathversion{bold}$f(x)=\cos x + x^2$ a
Il y a aussi les deux commandes
été saisie entre accolades, pour bien signifier que seul
\overset{expr1 }{expr2 }
le texte f (x) = cos x + x2 doit être mis en gras.
(resp. \underset{expr1 }{expr2 })
qui placent expr1 au-dessus (resp. au-dessous) de
Si ces accolades ne sont pas écrites, on utilise la com-
expr2 .
mande \mathversion{normal} pour obtenir un re-
def tour « à la normale » dans la suite du texte :
A = a2
(30). Voir la sous-section 4.4.1, page 44.
(31). Attention à la place des $ et des { } !
$A\overset{\text{def}}{=}a^2$ (32). Attention à la place des $ et des { } !

69 LATEX. . . pour le prof de maths !


n
X 7.6.4 Lettres calligraphiées
Une formule importante : i
i=0 Cette sous-section permet d’obtenir l’écriture des en-
n
X sembles de réels (33) ou d’ensembles de points (comme
et une formule moins importante : i3 .
une droite, par exemple).
i=0

Une formule importante : \mathbb{...} ABC


\mathversion{bold} \mathcal{...} ABC
$\displaystyle\sum_{i=0}^n i$ \mathscr{...} A BC
\mathfrak{...} ABCabc123
et une formule moins importante : \mathnormal{...} ABC abc
\mathversion{normal}
$\displaystyle\sum_{i=0}^n i^3$ D $\mathbb{D}$ D $\mathcal{D}$
D $\mathscr{D}$ D $\mathfrak{D}$
7.6.2.3 Avec \boldsymbol
7.6.5 Barré
Il y a encore la possibilité d’utiliser \boldsymbol de
l’extension amsmath : Pour barrer un texte dans un environnement ma-
thématique, on utilise \cancel{texte }. L’extension
2
f (x) = 3 x − 1 cancel est à placer dans le préambule.

$\boldsymbol{f(x)=3\,x^2-1}$ x2 − ✚ x − 1 = x2 − 1
x +✚

7.6.2.4 Avec l’extension bm $x^2-\cancel{x}+\cancel{x}-1=x^2-1$


Il y a enfin la possibilité d’utiliser la commande \bm A +❅
B +❅
C=0
de l’extension bm :
$\cancel{A}+\bcancel{B}+\xcancel{C}$
f (x) = 3 x2 − 1 est obtenu avec
$\bm{f(x)=3\,x^2-1}$ 7.6.6 Fantômes
En composant la somme des entiers donnée précé- Les fantômes sont invisibles mais permettent des
demment par la commande \bm (autrement dit en sai- ajustements intéressants. La commande \phantom
sissant $\bm{\displaystyle\sum_{i=0}^n i}$), on permet de générer un espace blanc de la même
Xn longueur que son argument, autrement dit de permet
obtient i. de réserver de l’espace pour des caractères invisibles.
i=0 Cela peut être utile comme le montrent les exemples
suivants :
7.6.3 Polices mathématiques
Dans le mode mathématique, les commandes de chan- C137 à comparer à C13
7
gement de police sont différentes de celles utilisées en
mode texte. Pour mettre une portion de texte dans $\textrm{C}^{13}_{\phantom{1}7}$
un des styles usuels du mode texte, il y a : $\textrm{C}^{13}_{7}$

\mathrm{texte } romaine x = √2 A ∈ Γ Le petit chaperon se promène.
\mathit{texte } italique x = √2 A ∈ Γ
\mathtt{texte } télétype x = √2 A ∈ Γ Le petit chaperon \phantom{rouge} se promène.
\mathbf{texte } gras x =√2 A ∈ Γ On peut ainsi l’utiliser dans des alignements verticaux
\mathsf{texte } sans-serif x = 2 A ∈ Γ d’équations (34) ou d’expressions :
Le texte x=\sqrt{2} \quad A \in \Gamma a été pris 2
x = 3x − 2 ⇐⇒ x2 − 3x + 2 = 0
en exemple pour les différentes commandes.
⇐⇒ (x − 1)(x − 2) = 0
À comparer avec le rendu de ce même texte, obtenu
d’abord en environnement mathématique usuel et en- $x^2=3x-2 \iff x^2-3x+2=0$\par
suite√avec « boldmath » : $\phantom{x^2=3x-2} \iff (x-1)(x-2)=0$

x= 2 A∈Γ x = 2 A ∈ Γ (33). L’I. G. préfère toutefois R à R.
(34). Pour ce qui est des équations, je renvoie le lecteur au
\boldmath$x=\sqrt{2} % paragraphe suivant. L’avantage de l’utilisation d’un fantôme
\quad A \in \Gamma$\unboldmath ici est de pouvoir coller le texte sur la marge de gauche.

IREM de Lyon 70
CHAPITRE 7. ÉCRIRE DES MATHÉMATIQUES

x2
− 24 −5 6 x < −2 Soit $a$, ... $\Delta=b^2-4ac$. \par
f (x) =
x+2 −2 6 x < 3 Soit l’équation
\begin{equation}
$f(x)=\left\{\begin{array}{% a\,x^2+b\,x+c=0 \label{eq:SD}
l @{\qquad} r @{~\leqslant x <~} l} \end{equation}
x^2-24 & -5 & -2\\ L’équation~\eqref{eq:SD} a pour solution...
x+2 & -2 & \phantom{-}3
\end{array}\right.$
Pour imposer à la numération des formules de suivre
Le fantôme a servi à aligner le 2 et le 3 (sinon le 3 celle des sections (et non celle des chapitres), il faut
aurait été sous le –). écrire \numberwithin{equation}{section} dans le
préambule.
Un autre exemple est celui de l’alignement des radi- En plaçant dans les options de classes de document
caux : √ √ √ (\documentclass) l’option fleqn, les formules ma-
x+ X + x thématiques sont placées à gauche (au lieu de les
$\sqrt{x} + \sqrt{X} + \sqrt{\vphantom{X}x}$ centrer) ; avec l’option leqno, les formules mathé-
matiques sont centrées et les numéros sont placés à
La différence est fine. . . entre les premier et troisième gauche.
radicaux mais l’on constate que la composition
des deux radicaux de droite est plus homogène (ils 7.7.2 Équations sur plusieurs lignes
sont alignés en haut) et donc visuellement plus Lorsque l’on mène un calcul, il peut être utile de
satisfaisante. placer une suite d’égalités (ou d’inégalités, équiva-
lences, . . .) (36) sur plusieurs lignes en alignant les
Ou encore, pour compléter la relation de Chasles : symboles de relation. Voici quelques environnements
pouvant aider à une telle présentation.
$\overrightarrow{AC}=\overrightarrow{%
\underline{\phantom{A}}B}+\overrightarrow{%
7.7.2.1 L’environnement eqnarray
\underline{\phantom{AB}}}$
On utilise l’environnement eqnarray ou sa forme étoi-
−→ − −→ −− →
AC = B + lée eqnarray* dont la structure est la suivante :

\begin{eqnarray}
7.7 Présentation d’une équation Ligne 1 \\
Ligne 2 \\ ...
7.7.1 Numérotation d’une formule \end{eqnarray}
Une équation numérotée (et écrite en mode Chaque ligne a une structure de la forme :
\displaymath) est encadrée par :
Partie gauche & Partie centrale & Partie
\begin{equation} et \end{equation} droite
• La partie gauche est alignée à droite ;
• la partie centrale, contenant la plupart du temps
x3 − x − 1 = 0 (7.1) un signe = ou > ou > ou . . . , est centrée ( !) ;
• la partie droite est alignée à gauche.
\begin{equation} x^3-x-1=0 \end{equation}
eqnarray numérote les lignes, contrairement à
Numéroter les lignes permet de faire référence à telle eqnarray*. Toutefois, on peut supprimer la numé-
ou telle équation à l’aide de la macro \label (35) . rotation sur une ligne particulière en écrivant la com-
mande \nonumber à la fin de la ligne concernée, avant
Soit a, b et c des réels (avec a 6= 0). On définit le réel la contre-oblique \\.
∆ par ∆ = b2 − 4ac.
Soit l’équation
(3 + 2 i)2 = 32 + 2 × 3 × 2 i + (2 i)2 (7.3)
a x2 + b x + c = 0 (7.2)
= 9 + 12 i − 4 (7.4)
L’équation (7.2) a pour solution... = 5 + 12 i (7.5)

(35). Voir la section 6.4, page 58. (36). Même si le membre de gauche est vide !

71 LATEX. . . pour le prof de maths !


Le signe « = », qui est présent dans chaque ligne, sera
donc écrit dans la partie droite.
(3 + 2 i)2 = 32 + 2 × 3 × 2 i + (2 i)2
= 9 + 12 i − 4
= 5 + 12 i (7.6) (3 + 2 i)2 = 32 + 2 × 3 × 2 i + (2 i)2
= 9 + 12 i − 4
= 5 + 12 i
(3 + 2 i)2 = 32 + 2 × 3 × 2 i + (2 i)2
= 9 + 12 i − 4 \begin{align*}
= 5 + 12 i (3 + 2\,\mathrm{i})^2 &= 3^2 + 2 ... \\
& = 9 + ...
\begin{eqnarray} \end{align*}
(3 + 2\,\mathrm{i})^2 & = &
3^2 + 2 \times ... ^2 \\
& = & 9 + 12\,\mathrm{i} - 4 \\ Enfin, à la page 90, se trouve un autre code source de
& = & 5 + 12\,\mathrm{i} cette présentation utilisant un tableau mathématique
\end{eqnarray} (array).

\begin{eqnarray} Essentiellement, align* permet l’alignement de


(3 + 2\,\mathrm{i})^2 & = & groupes multiples d’(in)équations :
3^2 + 2 \times ... ^2 \nonumber\\
& = & 9 + 12\,\mathrm{i} - 4 \nonumber\\ a=1 b=2 c>3
′ ′
& = & 5 + 12\,\mathrm{i} a =3 b =0 c′ < −2
\end{eqnarray}
\begin{align*}
\begin{eqnarray*} a&=1 & b&=2 & c&>3\\
(3 + 2\,\mathrm{i})^2 & = & a’&=3 & b’&=0 & c’& <-2
3^2 + 2 \times ... ^2 \\ \end{align*}
& = & 9 + 12\,\mathrm{i} - 4 \\
& = & 5 + 12\,\mathrm{i}
\end{eqnarray*} 7.7.2.3 L’environnement split

On peut changer l’espacement vertical ajouté entre L’environnement split a une syntaxe semblable à
deux lignes avec la commande \jot : celle d’un tableau car on détermine l’alignement avec
un unique caractère & par ligne (qui est souvent placé
avant le symbole de relation) et le passage d’une ligne
x = 1+2 à l’autre par la commande \\.
= 3
(3 + 2 i)2 = 32 + 2 × 3 × 2 i + (2 i)2
= 9 + 12 i − 4 (7.7)
{\setlength{\jot}{0.35cm} = 5 + 12 i
\begin{eqnarray*}
x&=&1+2\\&=&3 \begin{equation}
\end{eqnarray*}} \begin{split}
(3 + 2\,\mathrm{i})^2
& = 3^2 + ... + (2\,\mathrm{i})^2 \\
7.7.2.2 L’environnement align
& = 9 + 12\,\mathrm{i} - 4 \\
On a les mêmes présentations des équations avec l’en- & = 5 + 12\,\mathrm{i}
vironnement align ou sa forme étoilée align* et \end{split}
la commande \notag. Les espaces autour du signe \end{equation}
d’(in)égalité sont réduites.
La structure est : La numérotation des formules est centrée vertica-
lement (du bloc de formules). La version étoilée
Partie gauche & Partie droite equation* supprime la numérotation des formules.

IREM de Lyon 72
CHAPITRE 7. ÉCRIRE DES MATHÉMATIQUES
7.7.3 Insertion d’un commentaire avec la Par exemple, la macro (37)
commande \intertext
\newcommand{\ER}{\ensuremath{\mathbb{R}}}
Cette commande s’applique avec align(*). Le texte
écrit avec \intertext est collé sur la marge de gauche affiche le symbole R dans un environnement mathé-
et n’est pas centré. matique (38) , même en mode texte (39) .

\begin{align*} R est l’ensemble. . .


(3 + 2\,\mathrm{i})^2 ∀y ∈ R
&= 3^2 + 2 \times 3 \times 2\,\mathrm{i}
+ (2\,\mathrm{i})^2 \\ \ER{} est l’ensemble\dots\par
\intertext{\% $\forall y \in \ER$
Le terme $(2\,\mathrm{i})^2$ vaut ... -4$.}
De la même façon (40) ,
&= 9 + 12\,\mathrm{i} -4 \\
&= 5 + 12\,\mathrm{i} \newcommand{\Degre}{\ensuremath{^\circ}}
\end{align*}
(à l’aide de $\circ$, ◦, mis en exposant) permet
d’écrire correctement le symbole « degre » (41) , que
(3 + 2 i)2 = 32 + 2 × 3 × 2 i + (2 i)2 l’on soit en mode texte ou en mode mathématique.

Le terme (2 i)2 vaut 22 × i2 = 4 × (−1) = −4. • la température vaut 30◦ à 16 h


• cos α = 0,5 donc α = 60◦
= 9 + 12 i − 4
la température vaut 30\Degre\ à 16~h
= 5 + 12 i
$\cos\alpha=0,5$ donc $\alpha=60\Degre$

7.7.4 Formule trop longue 7.8.2 La commande \DeclareMathOperator


Quand une formule est trop longue pour être écrite Cette commande permet de créer de nouveaux opé-
sur une seule ligne, on peut l’écrire, sans alignement, rateurs (donc non déjà définis). C’est en fait un rac-
sur plusieurs lignes grâce à l’environnement multline courci pratique pour composer les opérateurs.
(ou multline* sans numérotation d’équation). La syntaxe est :
Les changements de ligne sont indiqués dans le source \DeclareMathOperator{\commande }{texte }
à l’endroit voulu par \\. La première ligne est alignée
où commande est le nom de la commande et texte est
à gauche, la dernière ligne, alignées à droite et toutes
le texte qui sera affiché en romain.
les lignes intermédiaires, centrées.
Par exemple, si l’on préfère écrire le sinus hyper-
(2x − 1)8 = 256 x8 − 1 024 x7
bolique sous sa forme traditionnelle sh plutôt que
+ 1 792 x6 − 1 792 x5 sous la forme proposée par LATEX sinh (obtenue avec
+ 1 120 x4 − 448 x3 \sinh) (42) , on déclare dans le préambule :
+ 112 x2 − 16 x + 1 (7.8) \DeclareMathOperator{\sh}{sh}
La saisie de $\sh x$ donnera bien sh x.
\begin{multline}
(2x-1)^8=256\,x^8-1\,024\,x^7\\ On pourra aussi remplacer le gcd anglo-saxon par un
+1\,792\,x^6-1\,792\,x^5\\ PGCD obtenu à l’aide de
+1\,120\,x^4-448\,x^3\\+112\,x^2-16\,x+1
\end{multline} (37). ER comme « Ensemble de Réels » ; je présente une ma-
cro \R pour les racines plus loin. . . Deux macros différentes ne
peuvent pas avoir le même nom ! Voir la notion de macros au
chapitre 10.
7.8 Définir ses propres commandes (38). Ceci dit, les règles typographiques demandent d’employer
plutôt l’écriture en gras R ($\mathbf{R}$).
7.8.1 La commande \ensuremath (39). Les accolades qui suivent \ER imposent une espace.
(40). LATEX est sensible à la casse. La commande \degre est
Pour provoquer l’utilisation d’une expression aussi déjà définie mais pas \Degre. . .
bien en mode texte qu’en mode mathématique, on (41). À comparer avec $\degres$, qui donne °.
ex − e−x
utilise la commande \ensuremath. (42). ∀ x ∈ R, sh x =
2

73 LATEX. . . pour le prof de maths !


\DeclareMathOperator{\PGCD}{PGCD}. On voit que l’espace entre la macro et le texte la
suivant est supprimée.
La saisie de $\PGCD(x,y)$ donnera PGCD(x,y).
Si l’on saisit \newcommand\IP{imaginaires purs },
Enfin, on pourra placer déclarer dans le préambule :
on obtient bien
\DeclareMathOperator{\e}{e}
L’axe des imaginaires purs est. . .
pour écrire correctement le symbole de l’exponen-
tielle, e. Mais est situé sur l’axe des \IP. donne
est situé sur l’axe des imaginaires purs .
7.8.3 Utilisation de \renewcommand On voit que l’espace entre la macro et le point final
est conservée.
7.8.3.1 Principe
La commande \renewcommand permet de redéfinir des La bonne solution est d’utiliser un \xspace du pa-
commandes LATEX déjà existantes. ckage xspace : le \xspace va détecter lors de la com-
pilation si une espace doit être ajoutée ou pas à la fin
7.8.3.2 Un « raccourci clavier » de la macro. On saisira donc :
\newcommand\IP{imaginaires purs\xspace}
En écrivant dans le préambule
\renewcommand{\be}{\begin{enumerate}}
7.9 Pose d’une opération : xlop
\renewcommand{\ee}{\end{enumerate}}
on pourra désormais remplacer la saisie L’extension xlop permet de réaliser des calculs arith-
métiques.
\begin{enumerate}
\item choix 1 \item choix 2 Grâce à cette extension, les opérations peuvent être
\end{enumerate} « posées » ou « écrites en ligne » comme à l’école.
On peut, de plus, contrôler aussi de nombreux
par la saisie paramètres de l’affichage. Par exemple, l’addition
\be \item choix 1 \item choix 2 \ee 356 + 78 posée ci-dessous est obtenue simplement par
\opadd{356}{78}.
7.8.3.3 Redéfinir des commandes existantes
1 1 1 1 36 24
Si l’on veut définir à nouveau une commande prédé- 356 4 •,8 • −2 4 1,5
finie, on utilise la commande : + 78 +• 7 5 120
434 1 • 3,3 9 −1 2 0
\renewcommand{\comm }{\operatorname{texte }}
0
Par exemple, on peut redéfinir C (43) : au lieu Je renvoie le lecteur intéressé à [46].
d’écrire à chaque fois \mathbb{C}, on écrit sim-
plement \C après avoir écrit dans le préambule 7.10 Lettres et symboles
\newcommand{\C}{\ensuremath{\mathbb{C}}}.
Parmi tous les symboles disponibles par LATEX, voici
Enfin, on pourra remplacer le gcd anglo-saxon ceux qui sont utilisés dans l’enseignement secondaire
(par défaut) par un PGCD obtenu à l’aide de et utiles dans nos documents. (44)
\renewcommand{\gcd}{\text{PGCD}} ou encore de Tous les symboles présentés sont écrits dans un envi-
\renewcommand{\gcd}{\mathrm{PGCD}}. ronnement mathématique (entre $).
La saisie de \gcd(x,y) donnera PGCD(x,y).
7.10.1 Le symbole e
7.8.4 Utilisation de \xspace Le symbole de l’euro peut être obtenu à l’aide du pa-
Supposons que nous ayons la macro ckage eurosym qui fournit les commandes suivantes :
\newcommand\IP{imaginaires purs}. • \euro{} pour obtenir e ;
• \EUR{7} pour obtenir 7 e (45) .
En saisissant L’axe des \IP est..., on obtient :
L’axe des imaginaires pursest. . . (44). Le lecteur pourra s’essayer à leur emploi dans les exer-
cices donnés pages 185 et suivantes. . .
(43). Que les règles typographiques en vigueur demandent (45). Remarquez qu’il y a une espace fine entre 7 et e dans
pourtant d’écrire C (« C gras »), comme N ou R. . . 7 e (\EUR{7}) et une espace insécable dans 7 e (7~\euro{}).

IREM de Lyon 74
CHAPITRE 7. ÉCRIRE DES MATHÉMATIQUES
Attention ! $\euro{}$ et $\EUR{}$ donnent e. Pour β, et ainsi de suite, à part le omicron, obtenu avec un
obtenir « 1 e » dans un environnement mathéma- « o » (50) . Certaines lettres ont une variante.
tique, on écrira donc $1~\text{\euro}$ ou bien
Les lettres grecques identiques aux lettres latines ne
$\text{\EUR{1}}$.
sont pas définies : le α majuscule est identique au A,
le β majuscule, au B, etc. ; les autres sont obtenues
7.10.2 Un utilitaire en écrivant leur nom avec leur initiale en majuscule.
Je signale, à tout hasard, l’existence de detexify
[114]. Le principe est de retrouver l’écriture de sai-
α \alpha β \beta γ \gamma
sie d’un symbole en le dessinant dans la fenêtre de
δ \delta ǫ \epsilon ε \varepsilon
gauche : plusieurs possibilités s’offrent dans une fe-
ζ \zeta η \eta θ \theta
nêtre de droite. Il est alors précisé si la saisie est
ϑ \vartheta ι \iota κ \kappa
en mode texte ou en mode mathématique et, le cas
κ \varkappa λ \lambda µ \mu
échéant, le package nécessaire.
ν \nu ξ \xi π \pi
̟ \varpi ̺ \varrho ρ \rho
7.10.3 Numérations antiques σ \sigma ς \varsigma τ \tau
Dans cette section, il n’y a pas besoin de $ (d’ailleurs υ \upsilon φ \phi ϕ \varphi
inexistant dans ces temps antiques !). χ \chi ψ \psi ω \omega
Considérons le nombre 142 800.
Γ \Gamma ∆ \Delta Θ \Theta
Il s’écrivait chez les Égyptiens, au temps des pyra- Λ \Lambda Ξ \Xi Π \Pi
mides : Υ \Upsilon Φ \Phi Ψ \Psi
Ω \Omega
655554433333333
Il s’écrivait en Chine antique (46) : Table 7.1 – Lettres grecques

 
x−µ
P (X 6 x) = Φ
Je renvoie le lecteur intéressé à [64], document qui uti- σ
lise – entre autres – des fontes permettant d’utiliser $P(X\leqslant x)=
des fontes mayas, cunéiformes et de dessiner des hiéro- \Phi\left(\dfrac{x-\mu}{\sigma}\right)$
glyphes pour illustrer les numérations antiques. Il uti-
lise en particulier les packages hieroglf, mathbx (47) 7.10.4.2 Majuscules en italiques
et akkadian.
Pour avoir les majuscules grecques en italique –
Pour ce qui est des caractères chinois, l’installation
comme, en général, les lettres (grecques comprises)
des extensions est plutôt technique. Il vaut donc
– en mode mathématique, il faut utiliser la ma-
mieux insérer des images de chiffres (48) récupérées
cro \mathit ou la macro \mit : $\mathit{\Gamma}$
sur l’e-toile.
donne Γ , alors que $\Gamma$ donne Γ.

7.10.4 Lettres grecques 7.10.5 Symboles mathématiques


7.10.4.1 De l’alpha à l’oméga Une table des symboles utilisés dans nos cours se
Elles sont en faisant précéder leur nom trouve page suivante.
obtenues (49)
d’une contre-oblique : $\alpha$ donnera α, $\beta$,
(46). Soit « [1 (fois) 10 (et) 4] (fois) 10 000 (et) 2 (fois) 1 000
(et) 8 (fois) 100 ». Les nombres sont décomposés toutes les D’autres exemples d’écritures mathéma-
quatre puissances de 10. Voir, pour plus d’information sur la
numération chinoise :
tiques se trouvent dans le chapitre suivant,
http://www.apmep.asso.fr/IMG/pdf/Numeration_Site.pdf . paragraphe 8.17.
(47). Ce package offre trois séries de symboles mais rentre en
conflit entre les packages qui définissent la même commande,
notamment amsmath.
(48). N’hésitez pas à me demander les images des nombres chi-
nois au format eps.
(49). Il est rare d’utiliser toutes ces lettres ! Mais j’ai voulu être
exhaustif sur ce point. (50). La macro \omicron n’existe donc pas.

75 LATEX. . . pour le prof de maths !


R€e…laˆt‰i€o”nŒš „bŠi’n€aˆiˆr€eš C€aˆr€a€ ‰tè‰r€eš Œp€aˆrˆt‰i€ ‰u„l‰i€e‰rŒš

= = 6= \neq,\notin ı \imath  \jmath


< < > > ∞ \infty ℓ \ell
6 \leqslant > \geqslant ′ ’ ′ \prime
≈ \approx ≡ \equiv
⊂ \subset ⊃ \supset Dˆi’vƒe‰rŒš
∈ \in ∋ \ni

/ \notin | \mid ♦ \diamondsuit ♣ \clubsuit
k \parallel ⊥ \perp, \bot ♥ \heartsuit ♠ \spadesuit
: \colon ◦ \circ • \bullet
 \square  \blacksquare
ˆ \textasciicircum ∧ ^{\wedge}
OŽp€é‰r€aˆte‰uˆrŒš „bŠi’n€aˆiˆr€eš √
\ \setminus \surd
+ + − - r \smallsetminus \ \backslash
× \times · \cdot ∅ \varnothing ∅ \emptyset
÷ \div ± \pm ∃ \exists ∀ \forall
∩ \cap ∪ \cup ¬ \neg

OŽp€é‰r€aˆte‰uˆrŒš n−€aˆiˆr€eš  \Box ⊠ \boxtimes


P Q ♦ \lozenge  \blacklozenge
\sum \prod
R ⋆ \star ⋆ \bigstar
\int
⋄ \diamond ∗ \ast
△ \triangle
L \bigcirc
P€oŠi’nˆtš €d€e ŒsˆuŒsŒp€e“nŒsˆi€o”n‡ \oplus
⊕ N \bigoplus
... \ldots ··· \cdots ⊗ \otimes \bigotimes
.. .. ⊠ \boxtimes J \boxplus

. \vdots . \ddots ⊙ \odot \bigodot
⊲ \triangleright ◮ \blacktriangleright
F„lè ‘h€eš ⊛ \circledast X \checkmark
∴ \therefore ∵ \because
ր \nearrow տ \nwarrow
ց \searrow ւ \swarrow
D€é…l‰i’mˆiˆte‰uˆrŒš
↑ \uparrow ↓ \downarrow
← \leftarrow → \rightarrow ( ( ) )
l \updownarrow m \Updownarrow [ [, \lbrack ] ], \rbrack
7 → \mapsto 7−→ \longmapsto { \{, \lbrace } \}, \rbrace
→ \to ← \gets | \lvert, \rvert k \lVert, \rVert
⇐ \Leftarrow ⇒ \Rightarrow | |, \vert k \|, \Vert
: \nLeftarrow ; \nRightarrow / / \ \backslash
⇑ \Uparrow ⇓ \Downarrow h \langle i \rangle
⇐= \Longleftarrow =⇒ \Longrightarrow
⌊ \lfloor ⌋ \rfloor
⇔ \Leftrightarrow < \nLeftrightarrow
⇐⇒ \Longleftrightarrow
=⇒ \implies =⇒ 6 \centernot\implies
⇐⇒ \iff ⇐⇒
6 \centernot\iff
\circlearrowleft  \circlearrowright
x \curvearrowleft y \curvearrowright

Table 7.2 – Symboles utilisés dans nos cours

• La négation des relations dans la partie R€e…laˆt‰i€o”nŒš „bŠi’n€aˆiˆr€eš est obtenue en préfixant ces commandes par
\not. Par exemple, ∈/ est obtenu avec \notin.
• La négation des relations =⇒
6 et ⇐⇒
6 dans la partie F„lè ‘h€eš nécessite la package \centernot.

IREM de Lyon 76
CHAPITRE 8. TABLEAUX

Chapitre 8
Tableaux

8.1 Tableaux « de base » Rang 1 2 3 4 5


Candidat 2 84 15 23 1
8.1.1 Structure. . . et aide-mémoire
\begin{tabular}{l*{5}{c}}
La structure est la suivante :
Rang & 1 & 2 & 3 & 4 & 5 \\
\begin{tabular}[opt ]{motif } Candidat & 2 & 84 & 15 & 23 & 1 \\
col 1 & col 2 & ... & col n \\ % lig 1 \end{tabular}
col 1 & col 2 & ... & col n \\ % lig 2 ...
\end{tabular} 8.1.4 Fin de ligne
Une ligne finit par une double contre-oblique \\ et, 1. En temps normal :
sur une ligne, les contenus des colonnes sont séparés
par une esperluette &. • fin de ligne dans une cellule avec \newline ;
Le motif est la façon de composer chaque colonne • fin de ligne du tableau avec \newline ou \\.
(texte centré, aligné à gauche, . . . ).
2. Avec (1) \raggedright, \centering ou
l texte de la colonne sur la gauche
\raggedleft :
r texte de la colonne sur la droite
c texte centré dans la colonne • fin de ligne dans une cellule avec \\ ;
p{ℓ} colonne de largeur ℓ
• fin de ligne du tableau avec (impérativement)
| trait vertical entre 2 colonnes \tabularnewline.
@{a} suppléant a de l’espace inter colonnes
8.1.5 Position du tableau par rapport au
8.1.2 Un travail sans filet texte
Candidat Note N Résultat Par défaut, le tableau est centré sur la ligne de
François 9,7 Refusé base. Avec t pour opt , on aura un alignement du
Gilbert 18,7 Admis sommet du tableau sur la ligne de base et avec b, un
Jean 12,3 Admis alignement de la base du tableau.
\begin{tabular}{l c r}
1 2
Candidat & Note $N$ & Résultat \\ Réponses :
Carré Cercle
François & 9,7 & Refusé\\
Gilbert & 18,7 & Admis \\
Jean & 12,3 & Admis \\ Réponses : \begin{tabular}{cc} 1...
\end{tabular}
1 2
La saisie {lcr} convient aussi bien. Les espaces dans Réponses : Carré Cercle
le motif n’induisent pas des espaces dans le tableau.
Réponses : \begin{tabular}[b]{cc} 1...
8.1.3 Répétition de colonnes
Si n colonnes (ou groupes de colonnes) de même Réponses : 1 2
type col se suivent, on peut se servir du raccourci Carré Cercle
*{n}{col} :
Réponses : \begin{tabular}[t]{cc} 1...
cccc équivaut à *{4}{c} .
|r|r|r|r|r| équivaut à |*{5}{r|} . (1). Ces commandes seront détaillées au paragraphe 8.3.2.

77 LATEX. . . pour le prof de maths !


8.2 Lignes horizontales \begin{tabular}{|c|p{4cm}|c|}
\hline
8.2.1 Avec des lignes horizontales entières centré & largeur ... & centré \\
\hline
\hline trace une ligne horizontale couvrant toutes les
\end{tabular}
colonnes du tableau.

Candidat Note N Résultat La longueur n’est pas forcément donnée en centi-


François 9,7 Refusé mètres (ou en pouces !) mais comme une fraction de
Gilbert 18,7 Admis la longueur allouée à l’environnement dans lequel se
Jean 12,3 Admis trouve le texte (2) . En particulier, \textwidth est la
largeur allouée au texte dans l’ensemble du document
\begin{tabular}{l || c | r} et \linewidth est la largeur de la ligne courante.
Candidat & Note $N$ & Résultat \\ \hline
François & 9,7 & Refusé\\ ... A B

8.2.2 Double ligne horizontale \begin{tabular}{%


La première ligne indiquant le contenu des colonnes |p{0.25\linewidth}|p{0.35\textwidth}|}
peut être séparé des lignes suivantes par une double \hline A&B\\ \hline
ligne horizontale. \end{tabular}

Candidat Note Résultat La colonne de gauche occupe 25 % de l’espace


François 9,7 Refusé horizontal disponible (« 0.25\linewidth ») et la
Gilbert 18,7 Admis colonne de droite, 35 %.
Jean 12,3 Admis
On peut remplacer p{4cm} par b{4cm} ou par m{4cm}
\begin{tabular}{|l|c|r|} pour obtenir respectivement :
\hline
Candidat & Note & Résultat \\ \hline \hline largeur de la colonne
François & 9,7 & Refusé\\ \hline ... centré fixée à 4 cm centré

8.2.3 Bordure horizontale partielle largeur de la colonne


centré centré
\cline{m-n} trace une ligne horizontale couvrant les fixée à 4 cm
colonnes m et n du tableau.
Verticalement, les cellules des autres colonnes seront
Décimal (Base 10) 37 respectivement alignées en bas et centrées par rapport
Binaire (Base 2) 100101 aux cellules de cette colonne.
Hexadécimal (Base 16) 25
(b et m nécessitent l’appel de l’extension array.)
\begin{tabular}{|r|r|r|}
\hline
8.3.2 Alignement : \centering, . . .
Décimal & (Base 10) & 37 \\
\cline{2-3} Pour contourner le problème de l’alignement sur la
Binaire & ... gauche avec la commande p{...}, il existe trois com-
mandes :
8.3 Fixer la largeur • \raggedright pour aligner à gauche (3) ;
• \centering pour centrer ;
8.3.1 Commande p{largeur } • \raggedleft pour aligner à droite.

p{largeur } dans les descripteurs de colonne permet


Début 14 h 25
de fixer la largeur d’une colonne. Attention, dans ce
cas, par défaut, le texte est aligné à gauche. De plus, Fin 15 h 32
la longueur imposée est celle du texte dans la colonne.
(2). Texte « classique », texte écrit sur deux colonnes, texte
centré largeur de la colonne centré dans une liste, . . .
(3). « Ragged right » : littéralement « en lambeau à droite ».
fixée à 4 cm Le texte est bien placé à gauche. . .

IREM de Lyon 78
CHAPITRE 8. TABLEAUX
\begin{tabular}{|c|>{\raggedleft}m{2cm}|} 8.4 Cellules multicolonnes et mul-
\hline
tilignes
Début & 14 h 25 \tabularnewline
\hline 8.4.1 Cellules multicolonnes
Fin & 15 h 32 \tabularnewline
\hline La syntaxe de la commande est
\end{tabular} \multicolumn{nbcol }{motif }{texte }
Elève Note où nbcol est le nombre de colonnes à fusionner.
Jean 12,3 Cette commande est (surtout) utile pour composer les
François 9,7 titres (hauts de colonne) d’un tableau. Il faut veiller
Gilbert 18,7 toutefois à bien spécifier les filets verticaux dans les
motifs : il est écrit ici, dans l’exemple ci-dessous, |c|
\begin{tabular}{|>{\centering}p{2cm}|r|} et non c.
\hline
Elève& Note\tabularnewline Cellule 1
\hline Cellule 2 Cellule 3
Jean& 12,3 \tabularnewline \hline
\begin{tabular}{|c|c|}
François & 9,7\tabularnewline \hline
\hline
Gilbert& 18,7\\
\multicolumn{2}{|c|}{Cellule 1} \\ \hline
\hline
Cellule 2 & Cellule 3 \\
\end{tabular}
\hline
\end{tabular}
\\ est redéfini par tabular et les commandes de
position dans la colonne et ne peut plus être utilisé Note Résultat
dans une colonne. Le problème est contourné avec Jean 12,3 Admis
l’utilisation de \tabularnewline à sa place. François 9,7 Refusé
Gilbert 18,7 Admis
Toutefois, la commande \arraybackslash permet
d’utiliser \\ pour changer de ligne de tableau : \begin{tabular}{|l|c|r|}
\cline{2-3}
Elève Note \multicolumn{1}{c|}{} & Note & Résultat \\
Jean 12,3 \hline
François 9,7 Jean & 12,3 & Admis \\ \hline
Gilbert 18,7 François & 9,7 & Refusé\\
\hline ...
\begin{tabular}{% \end{tabular}
|>{\centering\arraybackslash}p{2cm}|r|}
\hline Cette commande permet de répondre au problème
Elève& Note\\ suivant : comment avoir un texte centré dans une co-
\hline lonne de largeur 2 cm ? Nous avons vu en effet que la
Jean& 12,3 \\ ... commande p{...} compose l’entrée de la colonne au
fer à gauche. La cellule en question est transformée
Enfin, s’il n’y a qu’une seule cellule qui doit être cen- en une fusion d’une colonne !
trée, on y utilise \centering devant le texte. Elève Note
Jean 12,3
Elève Note François 9,7
Jean 12,3 Gilbert 18,7
François 9,7
Gilbert 18,7 \begin{tabular}{|p{2cm}|r|}
\hline
\begin{tabular}{|p{2cm}|r|} \multicolumn{1}{|c|}{Elève} & Note\\
\hline \hline
\centering Elève & Note\\ \hline \multicolumn{1}{|c|}{Jean} & 12,3 \\
Jean & 12,3 \\ \hline ... \hline
\end{center} \multicolumn{1}{|c|}{François} & ...

79 LATEX. . . pour le prof de maths !


8.4.2 Cellules multilignes 8.5 Tableau et paragraphe
Si l’on veut fusionner des lignes, il faut avoir
8.5.1 Texte en paragraphe sur plusieurs
recours à l’extension multirow et donc ajouter
lignes
\usepackage{multirow} dans le préambule.
Voici un petit exemple de pa-
La commande \multirow a pour syntaxe :
ragraphe sur plusieurs lignes
entouré d’une bordure.
\multirow{nblig }{larg }{texte }
\begin{tabular}{|p{5cm}|}
Avec le paramètre larg , on peut indiquer une largeur \hline
fixe si nécessaire ou une largeur adaptée au le contenu Voici un petit exemple de paragraphe...\\
de la colonne en entrant simplement un astérisque (*). \hline
\end{tabular}

Non redoub. Ce code source est une possibilité pour réaliser cet
Admis
Redoublant encadrement. Toutefois, l’emploi d’une minipage en-
cadrée est probablement plus appropriée. Je renvoie
\begin{tabular}{|c|c|} le lecteur à la page 43.
\hline
\multirow{2}{*}{Admis} & Non redoub.\\ 8.5.2 Revenir à la ligne
\cline{2-2}
& Redoublant\\ Lorsque la colonne n’a pas de largeur fixée (type c, l
\hline ou r), le texte est écrit sur une seule ligne, quitte à
\end{tabular} empiéter sur les marges et, voire, à sortir de la page.
Une première envie serait d’utiliser un \\ pour revenir
Il peut y avoir des présentations peu heureuses. no- à la ligne (comme on pourrait le faire dans un texte)
tamment dans l’utilisation conjointe de l’astérisque et mais ce symbole est réservé pour marquer la fin d’une
de la la commande de largeur p{...} : ligne dans un tableau : il y aura un problème si le
tableau contient au moins deux colonnes.
1
texte beaucoup, beaucoup trop long
2 Pour contourner ce problème, une solution est d’uti-
liser une colonne de largeur fixée (type p, m ou b) et
la commande \par pour revenir à la ligne :
\begin{tabular}{|c|p{4cm}|}
\hline le petit chaperon rouge se pro- le loup
1&\multirow{2}{*}{texte .. long}\\ menait dans les bois
\cline{1-1} pour aller voir sa mère-grand
2&\\
(les gentils) (le méchant)
\hline
\end{tabular} \begin{tabular}{|p{5cm}|l|}
\hline
Dans ce cas, il faut rappeler la largeur (4) . le petit ... bois\par pour ... -grand
& le loup \\ \hline
1 texte beaucoup,
(les gentils) & (le méchant)\\
2 beaucoup trop long
\hline \end{tabular}

\begin{tabular}{|c|p{4cm}|}
\hline 8.6 Style par défaut pour une co-
1&\multirow{2}{4cm}{texte ... long}\\ lonne
\cline{1-1}
2&\\ 8.6.1 L’instruction >{commandes}
\hline
Le chargement de l’extension array permet d’utiliser
\end{tabular}
l’instruction >{commandes} en début de cellule et
(4). Mais il ne vaut mieux pas utiliser \multirow avec p{...}, <{commandes}, en fin de cellule.
p{...} et b{...} et se contenter de l, c et r.

IREM de Lyon 80
CHAPITRE 8. TABLEAUX
Dans le tableau suivant, tous les termes de la première 8.6.2 L’instruction \newcolumntype
colonne sont écrits en italiques et toutes les cellules de
Si un type de colonne doit être utilisé plusieurs
la dernière colonne contiennent le symbole e. Cette
fois, on utilise l’environnement array qui permet de
instruction évite donc celle de mettre en italique cha-
définir un type de colonne.
cune des expressions dans cette colonne.
La commande \newcolumntype{car }[nb ]{def }
Article Prix e
va être utilisée. Le caractère car est utilisé comme
Article 1 12 e
spécificateur de colonnes ; la façon dont la colonne
Article 2 15 e
doit être composée est indiquée par la chaîne def ,
celle-ci pouvant utiliser nb arguments.
\begin{tabular}{>{\itshape}l r<{~\euro}}
Article & Prix\\ \hline
Par exemple, on crée un type de colonne C dans la-
Article 1 & 12 \\ Article 2 & 15 \\
quelle tous les textes sont écrits en italique et en gras :
\end{tabular}
Jean 12,3 Admis
Dans le tableau suivant, tous les termes de la première François 9,7 Refusé
colonne sont écrits en police « machine à écrire ». Gilbert 18,7 Admis

Jean 12,3 Admis \newcolumntype{C}{>{\itshape\bfseries}c}


François 9,7 Refusé \begin{tabular}{|l|C|C|}
Gilbert 18,7 Admis \hline
Jean & 12,3 & Admis \\ \hline ...
\begin{tabular}{>{\ttfamily}lcr} ...
Le source suivant permet d’écrire, dans la première
L’instruction colonne, large de 2 cm, du texte centré et, dans la
seconde, des expressions mathématiques au format
\begin{tabular}{>$c<$ c c} « hors texte » :
permet donc d’avoir trois colonnes centrées où la pre- \newcolumntype{T}[1]{|>{\centering}m{2cm}|}
mière est en mode mathématique et les deux der- \newcolumntype{F}{|>{$\displaystyle}c<{$}|}
nières, en mode texte. \begin{tabular}{TF}
\hline
(1)
Pn
k Fonction&f(x) =\cos x
Pnk=0 2 \tabularnewline\hline
(2) k=0 k
Dérivée&f’(x)=-\sin x\\
\begin{tabular}{c>$c<$} \tabularnewline\hline
\hline \end{tabular}
(1)&\sum_{k=0}^{n}\ k \\ \hline
Fonction f (x) = cos x
(2)&\sum_{k=0}^{n}\ k^2\\ \hline
Dérivée f ′ (x) = − sin x
\end{tabular}
Une nouvelle colonne peut être définie avec para-
Pour composer une formule mathématique centrée en mètre. Dans l’exemple suivant, le paramètre est la
style hors-texte, on remplace dans le source précédent largeur de la colonne (dont le contenu est aligné à
« >$c<$ » par « >{$\displaystyle}c<{$} ». droite).
n
X BLA-BLA Bla-bla
(1) k
k=0
n
X \newcolumntype{L}[1]{>{\raggedleft}m{#1}}
2 \begin{tabular}{|L{2.5cm}|L{3.5cm}|}
(2) k
k=0 \hline
BLA-BLA&Bla-bla
\begin{tabular}{c>{$\displaystyle}c<{$}} \tabularnewline\hline
\hline \end{tabular}
(1)&\sum_{k=0}^{n} k \\ \hline
(2)&\sum_{k=0}^{n} k^2\\ \hline On peut de même définir une colonne colorée (avec
\end{tabular} l’extension colortbl).

81 LATEX. . . pour le prof de maths !


BLA-BLA Bla-bla 8.7.2 Avec une boîte
BLA-BLA Bla-bla
La commande arraystretch ne permet pas de chan-
ger la hauteur d’une seule ligne. On utilise à cette fin
\newcolumntype{K}[1]{>{\columncolor{#1}}c}
la commande \parbox (5) .
\begin{tabular}{|K{red}|c|}
\hline
Cell. A
BLA-BLA&Bla-bla\tabularnewline\hline
BLA-BLA&Bla-bla\tabularnewline\hline
\end{tabular} Cell. B

8.7 Agrandissement vertical Cell. C



π 3 ? \begin{tabular}{|c|}
Comment améliorer la présentation de
3 2 \hline Cell. A\\ \hline
\parbox[c][2cm][c]{3cm}{%
\centering Cell. B}\\
8.7.1 La commande \arraystretch \hline Cell. C\\ \hline
On augmente l’interlignage avec la commande \end{tabular}
\arraystretch (par défaut, elle vaut 1).
L’effet obtenu est global : toutes les lignes seront af- 8.7.3 Avec l’insertion d’un filet
fectées de la même façon. Un filet est une réglure de largeur nulle (donc invi-
√ sible) ayant une certaine hauteur et une certaine pro-
π 3 fondeur. Il agit sur une seule ligne.
3 2 √
π 3
\renewcommand{\arraystretch}{2.3} 3 2
\begin{tabular}{| c | c |}
\hline \begin{tabular}{| c | c |}
$\dfrac{\pi}{3}$ & $\dfrac{\sqrt{3}}{2}$\\ \hline
\hline \rule[-2ex]{0pt}{6ex}
\end{tabular} $\dfrac{\pi}{3}$ & $\dfrac{\sqrt{3}}{2}$\\
\hline
\end{tabular}
Candidat Note N Résultat
(Ici, le filet contribue (6) pour 4 ex (6 + (−2)) en
François 9,7 Refusé hauteur et 2 ex en profondeur. La réglure est invisible
car elle a pour largeur 0 pt. )
Gilbert 18,7 Admis
8.7.4 Éloignement vertical
Jean 12,3 Admis
On peut modifier l’espacement vertical entre deux
lignes avec \\[espace ] :
\renewcommand{\arraystretch}{2}
\begin{tabular}{ l || c | r } Article 1 3,00 e
Candidat & Note $N$ & Résultat \\ \hline Article 2 4,27 e
François & 9,7 & Refusé\\ ...
\end{tabular} Total 7,27 e

Remarque. Cette commande affecte aussi tous les ta- \begin{tabular}{ l | r}


bleaux qui la suivent. Par conséquent, si l’on veut Article 1 & \EUR{3,00} \\
qu’elle n’affecte qu’un seul tableau, il y a deux possi- Article 2 & \EUR{4,27}\\[0.5cm]
bilités : Total & \EUR{7,27} \\
• saisir \renewcommand{\arraystretch}{1} juste \end{tabular}
après le tableau ;
(5). Définie §4.2.1, page 42
• placer la commande et le tableau dans un seul bloc (6). La détermination des « bonnes » valeurs se fait par essais-
délimité par {}. erreurs. . .

IREM de Lyon 82
CHAPITRE 8. TABLEAUX
8.8 Épaisseur des filets \renewcommand{\arraystretch}{1.6}
\begin{tabular}{Ec|cEc|cE}
8.8.1 Pour tout le tableau \Ehline
1 & 2 & 3 & 4\\ \hline
Par défaut, l’épaisseur des filets est 0,4 pt. Pour que
5 & 6 & 7 & 8\\ \Ehline
l’épaisseur de tous les filets du tableau soit égale à
9 & 0 & A & B\\ \hline
ep, on déclare avant le tableau :
C & D & E & F\\
\setlength{\arrayrulewidth}{ep } \Ehline
\end{tabular}
Candidat Note N Résultat
François 9,7 Refusé 8.9 On tourne !
Gilbert 18,7 Admis
Jean 12,3 Admis 8.9.1 Le contenu
Pour effectuer la rotation d’un texte (long) dans un
\setlength{\arrayrulewidth}{2pt}
tableau, on utilise \rotatebox{angle }{texte } où
\begin{tabular}{|l|c|r|}
angle est en degrés :
\hline
Candidat & Note $N$ & Résultat ...

ée
.
an

ur
Pl
Cette instruction modifie l’épaisseur des filets de tous

D
les tableaux la suivant. Elle peut donc être mise dans T 23 h 56
le préambule si l’on veut qu’elle s’applique dans tout J 9 h 50
le document. Par contre, si elle ne doit agir que pour
un tableau particulier, il faut encadrer le texte de \begin{tabular}{cc}
saisie par des accolades {} (7) . \rotatebox{45}{Plan.}&
\rotatebox{45}{Durée}\\
8.8.2 Pour quelques lignes ou quelques sé- T&23 h 56\\ J & 9 h 50\\
parateurs de colonnes \end{tabular}

Le début du source suivant – dont je ne détaillerai


pas le contenu – (avec le package array) donne deux On peut aussi mettre le texte dans une boîte de taille
macros (8) permettant de créer respectivement une nulle pour ne pas que soit élargie la colonne :
ligne et une séparation de colonne dessinées en trait
ée

plus épais. Pour ceux qui veulent se dispenser d’uti-


.
an

ur
Pl

liser cwpuzzle présentant une grille 4 × 4 – mais qui


D

s’adapte très bien à une grille 9 × 9. . . T 23 h 56


J 9 h 50

1 2 3 4
\begin{tabular}{cc}
5 6 7 8 \makebox[0cm][l]{\rotatebox{45}{Plan.}}&
\makebox[0cm][l]{\rotatebox{45}{Durée}}\\
9 0 A B
T&23 h 56\\ J & 9 h 50\\
C D E F \end{tabular}

\newcommand\Ehline{\noalign{% 8.9.2 Le contenant


\global\savedwidth%
\arrayrulewidth\global\arrayrulewidth 2pt} On reprend cette même commande :
\hline \noalign{% B
\global\arrayrulewidth \savedwidth}} A
D
C
\newcolumntype{E}{!{\vrule width 2pt}}
\newlength\savedwidth \rotatebox{20}{%
\begin{tabular}{|c|c|}
(7). Autrement dit : {\setlength{ ... \end{tabular}}. \hline A&B\\\hline C&D\\ \hline
(8). Voir cette notion au chapitre 10, page 99. \end{tabular}}

83 LATEX. . . pour le prof de maths !


8.10 On scinde ! Cette commande permet donc de donner l’illusion
d’écrire entre les lignes.
L’environnement slashbox permet de scinder en
deux une cellule en deux selon la diagonale avec 1
doubler
\backslashbox{titre_col }{titre_lig } : ↓ 2
doubler
4

❍❍ y
x ❍❍ 1 2 \begin{tabular}{c|c|c}
❍ \cline{2-2}
4 5 6
&1&\multirow{1}{*}[-1.5ex]{doubler}\\
\cline{2-2}
\begin{tabular}{|c|c|c|}
$\downarrow$&2&%
\hline
\multirow{1}{*}[-1.5ex]{doubler}\\
\backslashbox{$x$}{$y$}&1&2\\ \hline
\cline{2-2}
4&5&6\\ \hline
&4& \\
\end{tabular}
\cline{2-2}
PP \end{tabular}
PP Car.
PP S A F Euler
Solide PPP
Tétraèdre 4 6 4 4+4−6 =2 8.14 Des colonnes extensibles
Cube 8 12 6 8 + 6 − 12 = 2
8.14.1 Extension tabularx
\begin{tabular}{|l|*{4}{c|}} L’environnement propose une nouvelle déclaration
\hline de colonnes, X. X se transformera automatiquement
\backslashbox{Solide}{Car.}&S&A&F&Euler\\ en une colonne de la largeur adéquate.
\hline
Tétraèdre&4&6&4&$4+4-6=2$\\ \hline Par exemple, |X|c|X|l| calculera d’abord l’espace
Cube&8&12&6&$8+6-12=2$\\ \hline propre aux colonnes 2 et 4 puis répartira de façon
\end{tabular} équitable l’espace restant entre les colonnes 1 et 3.

8.11 On réduit ! Voici comment obtenir le tableau suivant.


Un petit texte 1414 Un autre petit
Si l’on trouve trop grand un tableau, on le réduit avec dans la première texte dans la der-
la commande \scalebox de l’extension graphicx. colonne. nière colonne.

\scalebox{coef }{objet } \begin{tabularx}{0.9\linewidth}{|X|c|X|}


\hline
1 2 3 4 5 6 7 8 9 Un petit ... & 1414 & Un autre ... \\
10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
\hline
20 21 22 23 24 25 26 27 28 29
\end{tabularx}
\scalebox{0.8}{$\begin{array}{|*{10}{c|}}
\hline &1&2&3&4&5&6&7&8&9\\ ... \end{array}$} Le tableau occupe 90 % de l’espace horizontal dispo-
nible (« 0.9\linewidth »).
La deuxième colonne occupe sa largeur propre et les
8.12 On note ! deux autres ont la même largeur.

Pour les notes de bas de page liées à des contenus x 0 0,75 1,5 10
dans un tableau, voir le paragraphe 6.2.4, page 57. f (x) −1 0,5 2 19

\begin{tabularx}{0.8\linewidth}{|c|*{4}{X|}}
8.13 On décale (entre deux lignes) ! \hline $x$ & 0 & 0,75 & ...
La commande \multirow accepte un argument facul-
Si l’on veut que la largeur du tableau soit égale à
tatif qui permet de décaler verticalement, le texte des
5 cm, on saisit :
cellules fusionnées :
\begin{tabularx}{5cm}{|c|*{4}{X|}}
\multirow{nblig }{larg }[décal ]{texte } \hline $x$ & 0 & 0,75 & ...

IREM de Lyon 84
CHAPITRE 8. TABLEAUX
Remarque. Le module tabularx est une extension du Une colonne de type X est donc en fait une colonne de
module array (voir celui-ci en page 88). Il suffit donc pype p dont la taille est calculée grâce à la commande
d’inclure tabularx dans le préambule pour que array \tabularxcolumn dont on peut modifier (sans aucune
le soit aussi. surprise !) la définition.
En saisissant
8.14.2 Position du contenu : commandes
\arraybackslash, \centering, . . . \renewcommand{\tabularxcolumn}[1]{%
Il y a un problème quand on utilise simultanément >{\centering\arraybackslash}m{#1}}
des colonnes de taille fixe (p, m, b et donc aussi X)
on obtient des cellules extensibles dont le contenu
et d’une commande d’alignement (\centering, . . .)
est centré verticalement (m) et horizontalement
car les commandes d’alignement redéfinissent la com-
(\centering).
mande \\ de retour à la ligne.
On utilise donc la commande \arraybackslash qui
Ainsi la saisie de
doit être utilisée comme ceci :
Axiome « Il n’y a pas plus sérieux qu’un {\renewcommand{\tabularxcolumn}[1]{%
enfant qui joue. Jeu après jeu, >{\centering\arraybackslash}m{#1}}
l’enfant devient "je". »
\begin{center}
\begin{center} \begin{tabularx}{0.95\linewidth}{|c||X|X|X|}
\begin{tabularx}{8cm}{|c|>{% \hline
\raggedleft\arraybackslash}X|} Signe& $\Delta<0$ & $\Delta=0$ & $\Delta>0$\\
\hline \hline
Axiome & \og Il n’y a pas plus sérieux...\\ Nombre & aucune racine & une racine double &
\hline deux racines distinctes \\
\end{tabularx} \hline
\end{center} \end{tabularx}
}
x 0 0,75 1,5 10
f (x) −1 0,5 2 19 donnera le tableau suivant :

\begin{tabularx}{0.8\linewidth}{% Signe ∆<0 ∆=0 ∆>0


|c|*{4}{>{\centering \arraybackslash}X|}} deux
aucune une racine
\hline $x$ & 0 & 0,75 & ... Nombre racines
racine double
$f(x)$ & $-1$ & 0,5 & ...\\ \hline distinctes
\end{tabularx}
Quitte à modifier. . . On peut demander à avoir dans
Les trois dernières colonnes extensibles ont leur toute la colonne une police sans empattements :
contenu centré.
« Il n’y a pas plus sérieux
Examinons le cas suivant : Axiome 1
qu’un enfant qui joue. »
Signe ∆<0 ∆=0 ∆>0 « Jeu après jeu, l’enfant
Axiome 2
Nombre aucune une racine deux devient "je". »
racine double racines
distinctes {\renewcommand{\tabularxcolumn}[1]{%
>{\sffamily\centering\arraybackslash}m{#1}}
\begin{center}
\begin{tabularx}{0.95\linewidth}{% \begin{center}
|c||*{3}{>{\centering \arraybackslash}X|}} \begin{tabularx}{7.5cm}{|c|X|}
\hline \hline
Signe& $\Delta<0$ & $\Delta=0$ & $\Delta>0$\\ Axiome 1& \og Il n’y a pas ... \\
\hline \hline
Nombre & aucune racine & une racine double & Axiome 2& \og Jeu après jeu, ... \\
deux racines distinctes \\ \hline
\hline \end{tabularx}
\end{tabularx} \end{center}
\end{center} }

85 LATEX. . . pour le prof de maths !


8.14.3 Plus de place qu’une autre \arrayrulecolor{red}
\begin{tabular}{|p{8cm}|}
Voyons enfin comment spécifier qu’une colonne de
\hline
type X occupe plus de place qu’une autre (sous condi-
\og Le jeu, ...
tion d’avoir au moins deux colonnes de type X).
On introduit en tant que commande dans la chaîne Cette commande s’applique en fait pour tous
de formatage, une réaffectation de la largeur les tableaux suivants. Il faut donc saisir
>{\hsize=coefficient \hsize}X \arrayrulecolor{black } pour revenir à une
en veillant toutefois que la somme des coefficients soit bordure noire ensuite.
égale au nombre de colonnes de type X.
8.15.2 Colonne, ligne ou cellule
Si l’on souhaite, par exemple, avoir deux colonnes de
type X et voir la seconde occuper trois fois plus de Pour colorier le fond d’une colonne, d’une ligne ou
place que la première, il faudra déclarer votre tableau d’une cellule, on emploie les instructions respectives
comme ceci : suivantes :
\columncolor{couleur }
\begin{tabularx}{7cm}{% \rowcolor{couleur }
|>{\hsize=0.5\hsize}X|>{\hsize=1.5\hsize}X|} \cellcolor{couleur }
Ici, la somme des coefficients (0,5 + 1,5) est bien égale
Les photocopies étant souvent en noir et blanc, on
au nombre de colonnes de type X, 2. La seconde co-
utilisera des niveaux de teintes de gris. Pour la défi-
lonne a bien une largeur triple à celle de la première :
nition de ces teintes, je renvoie le lecteur à la page
1,5 = 3 × 0,5.
32.
Axiome « Il n’y a pas plus sérieux qu’un
Objet Qté Prix Unit. Prix Tot.
enfant qui joue.
Obj 1 2 5,50 11,00
Jeu après jeu, l’enfant devient
"je". » Obj 2 3 2,25 6,75
Obj 3 1 6,50 6,50
\begin{center} TOTAL 24,25
\begin{tabularx}{8.5cm}{%
|>{\hsize=0.5\hsize}X|>{\hsize=1.5\hsize}X|} \definecolor{gris1}{gray}{0.85}
\hline \definecolor{gris2}{gray}{0.65}
Axiome & \og Il n’... joue\par Jeu... \fg \\ \begin{center}
\hline \begin{tabular}{|c|r|r|r|}\hline
\end{tabularx} \rowcolor{gris1}Objet& Qté& ... \\ \hline
\end{center} Obj 1& 2& 5,50 & 11,00\\ \hline
Obj 2& 3& 2,25 & 6,75\\ \hline
Obj 3& 1& 6,50 & 6,50\\ \hline
8.15 Couleurs & & TOTAL & \cellcolor{gris2}24,25\\ \hline
Il faut ajouter dans le préambule : \end{tabular}
\end{center}
\usepackage{color,colortbl}
\usepackage[table]{xcolor} Objet Qté Prix Unit. Prix Tot.
Obj 1 2 5,50 11,00
8.15.1 Bordure et filets Obj 2 3 2,25 6,75
Pour colorier en couleur la bordure d’un tableau, on Obj 3 1 6,50 6,50
emploie la commande \arrayrulecolor{couleur }. TOTAL 24,25

« Le jeu, c’est le travail de l’enfant, c’est son \begin{tabular}


métier, c’est sa vie. . . » (Pauline Kergomard) {|>{\columncolor{gris1}}c|r|r|r|}
« Pas de panique, monsieur l’inspecteur, il faut \hline
savoir jouer avec le savoir. Le jeu est la respira- Objet& Qté& Prix Unit. & Prix Tot. \\ \hline
tion de l’effort, l’autre battement du cœur, il ne Obj 1& 2& 5,50 & 11,00\\ \hline
nuit pas au sérieux de l’apprentissage, il en est le Obj 2& 3& 2,25 & 6,75\\ \hline
contrepoint. Et puis jouer avec la matière c’est Obj 3& 1& 6,50 & 6,50\\ \hline
encore nous entraîner à la maîtriser. », Chagrin & & TOTAL & \cellcolor{gris2}24,25\\ \hline
d’école, Daniel Pennac \end{tabular}

IREM de Lyon 86
CHAPITRE 8. TABLEAUX
8.15.3 Couleurs de ligne alternées Les 4 cons du jour J :
con– science
On peut avoir besoin d’une alternance de couleurs con– fiance
d’une ligne à l’autre. On utilise pour cela la com- con– centration
mande \rowcolors (avec un s) de syntaxe con– viction
\rowcolors[\hline]{deb }{coul_imp }{coul_p } Les 4 cons du jour J :\\
\begin{tabular}{>{con-- }l}
deb est le numéro de ligne où commence cette alter- science\\ ...
nance ; \end{tabular}
coul_imp est la couleur de ligne de rang impair (9) ;
coul_p est la couleur de ligne de rang pair. Par conséquent, l’instruction @{} permet de coller
L’option [\hline] trace les lignes horizontales. deux colonnes (autrement dit, de rendre nul l’espace
inter-colonnes).
Candidat Note N Résultat
François 9,7 Refusé Cela permet aussi de supprimer l’espacement dans
Gilbert 9,9 Refusé un tableau :
Hervé 10,1 Admis
Ignace 14,7 Admis avec espaces sans espace

\begin{tabular}{l}
\rowcolors[\hline]{2}{}{lightgray}
\hline avec espaces \\ \hline
\begin{tabular}{ l | c | r}
\end{tabular}
Candidat & Note $N$ & Résultat \\ \hline
François & 9,7 & Refusé\\ ...
\begin{tabular}{@{}l@{}}
\hline sans espace \\ \hline
Cette commande affecte tous les tableaux qui la
\end{tabular}
suivent. S’il n’y a qu’un tableau sur lequel on a à
appliquer cette commande, il faut mettre le bloc de !{symbole} a la même finalité que @{symbole} mais
saisie entre accolades (10) . ne supprime pas l’espace inter-colonnes.

Dans la commande, {couleur } peut être remplacé 3 fois 8 est égal à 24


par [modèle ]{couleur }. 6 fois 8 est égal à 48
7 fois 8 est égal à 56

8.16 Séparateur de colonne @{...} \begin{tabular}{%


r !{ fois 8 est égal à } r}
8.16.1 Principe et exemples 3 & 24 \\
6 & 48 \\
@{symbole} entre deux descripteurs de colonnes per- 7 & 56 \\
met de définir symbole comme remplacement de l’es- \end{tabular}
pace inter-colonnes. Cela remplace |.
8.16.2 Alignement de nombres sur le
3 fois 8 est égal à 24 point décimal
6 fois 8 est égal à 48
7 fois 8 est égal à 56 41,2
+ 74,93
\begin{tabular}{% 116,13
r @{ fois 8 est égal à } r}
\begin{tabular}{c@{ } r @{,} l}
3 & 24 \\
& 41 & 2 \\
6 & 48 \\
+ & 74 & 93 \\ \hline
7 & 56 \\ & 116 & 13\\
\end{tabular} \end{tabular}
(9). Si la ligne (de rang pair ou impair) n’est pas colorée (ou
colorée en blanc), on ne met rien entre les accolades. Expression Approx.
(10). Autrement dit, { avant \rowcolors... et } après π 3,142
...\end{tabular}. ππ 36,462

87 LATEX. . . pour le prof de maths !


\begin{tabular}{c r @{,} l} $\left(\begin{array}{cc}
Expression & \multicolumn{2}{c}{Approx.} \\ 1 & 2 \\ 3 & 4 \end{array} \right)$
\hline
$\pi$ & 3&142 \\ $\left(\begin{array}{c} -1 \\ 5
$\pi^{\pi}$ & 36&462 \\ \end{array} \right) $
\end{tabular}
Pour expliquer le produit matriciel (11) :
8.17 Avec un contenu mathéma-
 
5 6
tique 7 8
  
1 2 19 22
8.17.1 L’extension array 3 4 43 50
Les tableaux suivants ne contiennent que des termes
mathématiques : on utilise le support array, de l’ex- $\begin{array}{c@{\ }c}
tension éponyme array (support très proche de celui &
du tableau usuel tabular). \left(\begin{array}{cc}
5 & 6 \\ 7 & 8
∆ > 0 ∆ = 0 ∆ < 0 \end{array} \right)
( √ )  
b ± ∆ b \\[0.5cm]
S= S= S=∅
2a 2a \left(\begin{array}{cc}
1 & 2 \\ 3 & 4
$\begin{array}{ccc} \end{array} \right)
\Delta > 0 & \Delta = 0 & \Delta < 0 \\ &
\mathcal{S} = \left\{\dfrac{b \pm ... \left(\begin{array}{cc}
\end{array}$ \begin{pspicture}(0,0)
\psframe[framearc=0.5,linestyle=dashed,%
8.17.2 Systèmes (et assimilés !) linecolor=red](-0.15,-0.15)(0.5,1.7)
\psframe[framearc=0.5,linestyle=dashed,%
 linecolor=red](-2,-0.15)(0.5,0.4)
3x + 2y = 5
\end{pspicture}
5x − 4y = 1
\textcolor{red}{19}& 22 \\ 43 & 50
$\left\{ \end{array} \right)\\
\begin{array}{r@{~}c@{~}l} \end{array}$
3\,x+2\,y & = & 5 \\ 5\,x-4\,y & = & 1
\end{array} On peut jouer avec les multicolumn et les hline pour
\right.$ donner une impression d’encadrement de ligne et de
colonne :
   
On a aussi, histoire d’utiliser les délimiteurs : 1 2 3 4 1 2 3 4
  1 2 3 4   1 2 3 4 
   
x∈E   1 2 3 4   1 2 3 4 
ou ⇐⇒ x ∈ E ∪ F 1 2 3 4 1 2 3 4

x∈F
$\left(%
$\left. \begin{array}{cccc} 1&2&3&4\\ 1&2&3&4\\\hline
\begin{array}{c} \multicolumn{1}{|c}{1} & 2 & 3 &
x \in E\\ \text{ou}\\ x \in F \multicolumn{1}{c|}{4}\\\hline 1&2&3&4
\end{array} \end{array}\right)$
\right\}
\Longleftrightarrow x \in E \cup F$ $\left[%
\begin{array}{cc|c|c}\cline{3-3} 1&2&3&4\\
8.17.3 Matrices et coordonnées vecto- 1&2&3&4\\ 1&2&3&4\\
rielles 1 & 2 & 3 & 4\\
\cline{3-3} \end{array}\right]$
   
1 2 −1
(11). Les cadres sont faits « à la main ». Les valeurs indiquées
3 4 5 peuvent dont être changées !

IREM de Lyon 88
CHAPITRE 8. TABLEAUX
8.17.4 Coefficient binomial $\begin{array}{|l|*7{c}|}\hline
x&-\infty&&&0&&&2\\ \hline
Pour écrire un coefficient binomial correspondant au
&&&+\infty&\vline\ \vline&+\infty&&\\
nombre de combinaisons possibles en prenant 2 objets
f(x)&&\nearrow&&\vline\ \vline&&\searrow&\\
parmi
 5, on a le choix entre : &1&&&\vline\ \vline&&&-\infty\\ \hline
5
• , obtenu avec \end{array}$
2
$\left(\begin{array}{c} 5 \\ 2
La taille des flèches utilisées peut être adaptée en mo-
\end{array} \right)$ ;

5
 difiant la taille de la fonte. Toutefois ces modifications
• , obtenu avec ne sont pas permises en mode mathématique. Il faut
2
utiliser une boîte, par exemple :
$\displaystyle
  \binom{5}{2}$ (12) ;
5
• , obtenu avec x −∞ 3 +∞
2 4
$\displaystyle{5 \choose 2}$.
f (x) ր ց
8.17.5 Tableaux de variations et de signes −∞ 0

8.17.5.1 « À la main » \[\begin{array}{|c|ccccr|}


\hline
x −5 −2 4 x & -\infty & & 3 & & +\infty \\
4 \hline
f (x) ր ց & & & 4 & & \\
−1 0 f(x) & &\mbox{\huge{$\nearrow$}} &%
&\mbox{\huge{$\searrow$}} & \\
\[\begin{array}{|c|c c c c c|} & -\infty & & & & 0 \\
\hline \hline
x& -5 & & -2 & & 4 \\ \hline \end{array}\]
& & & 4 & & \\
f(x) & & \nearrow & & \searrow & \\
8.17.5.2 Avec le package tkz-tab
& -1 & & & & 0 \\
\hline Le package tkz-tab est une extension permet de créer
\end{array}\] à l’aide de TikZ des tableaux de signes et de varia-
tions.
x −5 −4 +∞
signe de f (x) + 0 − Sa documentation se trouve sur [66].
Il permet d’obtenir, par exemple :
\[\begin{array}{|c|ccccc|}
\hline x α e
0 1
x & -5 & & -4 & & +\infty\\ \hline
\text{signe de } f(x) & & + & 0 & - & \\
f ′ (x) − 0 +
\hline
\end{array}\] 1 3
f (x) 0
On obtient une barre (partielle) verticale avec la com-
mande \vline ( ) (13) et, par conséquent, une double −1
barre verticale avec \vline\ \vline (14) .

x −∞ 0 2 8.17.6 Structures conditionnelles


+∞ +∞ 
f (x) ր ց 1 si n est pair
(−1)n =
1 −∞ −1 sinon
5
(12). On obtient en supprimant la commande

2 $(-1)^n=\left\{\begin{array}{cl}
\displaystyle.
(13). Cette commande est à préférer à \vert ( | ), qui ne per-
1&\text{si $n$ est pair}\\
met pas de joindre des lignes horizontales. -1 &\text{sinon}
(14). On peut changer l’espace entre les deux barres. \end{array}\right.$

89 LATEX. . . pour le prof de maths !


On peut aussi utiliser l’environnement cases : \end{enumerate} \\
( \hline
1 + (−1)n 1 si n est pair \end{tabular}
=
2 0 si n est impair

$\dfrac{1+(-1)^n}{2}= 8.19 Tableaux et algorithmes


\begin{cases} Il y a plusieurs façons de présenter un algorithme.
1 & \text{si $n$ est pair}\\ Notamment en utilisant les extensions algorithm
0 &\text{si $n$ est impair} et algorithmic. On peut utiliser la possibilité
\end{cases}$ d’imbrication de tableau, autrement dit la possibilité
d’écrire un tableau dans un autre tableau. C’est
8.17.7 Equations sur plusieurs lignes l’envie d’avoir un trait vertical (délimitant bien les
Nous avons vu à la page 72 comment présenter des champs) qui nous y amène.
équations sur plusieurs lignes. Voici un autre code
source. Cette version ne numérote pas les différentes Voici donc présenté
(17) l’algorithme de multiplication

lignes (15) . russe.

$\begin{array}{r@{\ =\ }l} \begin{tabular}{|l|}


(3 + 2\,\mathrm{i})^2 \hline
& 3^2 + 2 \times ... ^2 \\ saisir les entiers $a$ et $b$ \\
& 9 + 12\,\mathrm{i} - 4 \\ \hline
& 5 + 12\,\mathrm{i} $m$ prend la valeur 0\\
\end{array}$ \hline
tant que $b \neq 0$ faire\\
(3 + 2 i)2 = 32 + 2 × 3 × 2 i + (2 i)2 \qquad \begin{tabular}{|l}
= 9 + 12 i − 4 si $b$ est impair alors\\
= 5 + 12 i \qquad \begin{tabular}{|l}
$m$ prend la valeur $m+a$
En rajoutant une troisième colonne, on peut y insérer \end{tabular}\\
des commentaires pédagogiques ! $a$ prend la valeur $2\times a$\\
$b$ prend la valeur $\text{E}(b/2)$\\
8.18 Liste dans un tableau \end{tabular}\\
\hline
Les tableaux ont une propriété d’imbrication : on peut afficher $m$\\
réaliser des tableaux ou des listes dans un tableau. \hline
Toutefois, les listes ne peuvent être placées que dans \end{tabular}
des colonnes de type p{...} (16) .
saisir les entiers a et b
Interdits du devoir : m prend la valeur 0
tant que b 6= 0 faire
1. cours si b est impair alors
2. calculatrice m prend la valeur m + a
a prend la valeur 2 × a
3. aide du voisin
b prend la valeur E(b/2)
afficher m
\begin{tabular}{|p{3.5cm}|}
\hline Ou encore :
Interdits du devoir :\\ \begin{tabular}{ll}
\hline \textsc{Variables} : &
\begin{enumerate} trois entiers $a$, $b$, $m$ \\ ~&~\\
\item cours \textsc{Entrées} :& saisir $a$ et $b$\\~&~\\
\item calculatrice
\item aide du voisin (17). Dans le code source, j’ai ôté la mise en valeur en gras
pour gagner de la place et favoriser la présentation du code
(15). Il faut le faire « à la main ». source. D’autant plus facilement que l’objet de notre attention
(16). Ce qui, en somme toute, est assez logique. porte sur les tableaux.

IREM de Lyon 90
CHAPITRE 8. TABLEAUX
\textsc{Initialisation} :& \endhead
$m$ prend la valeur 0\\~&~\\ % Fin des en-tête suivants
\textsc{Traitement} : &
Lignes apparaissant en bas de chaque page (sauf la
tant que $b \neq 0$ faire\\
dernière)
& \quad début du tant que\\
\endfoot
& \quad si $b$ est impair alors\\
% Fin de chaque pied de page
& \quad \begin{tabular}{l}
\quad début du si\\ Lignes n’apparaissant qu’à la fin du tableau
\quad $m$ prend la valeur $m+a$\\ \endlastfoot
\quad fin du si % Fin des en-tête suivants
\end{tabular}\\ Lignes ordinaires du tableau
& \quad $a$ prend la valeur $2\times a$\\
& \quad $b$ prend la valeur $\text{E}(b/2)$\\ \end{longtable}
& fin du tant que\\
\textsc{Sortie} :&\quad afficher $m$\\ \pagebreak (pour forcer un saut de page) peut être
\end{tabular} utilisé à un endroit précis du tableau.

De plus, \kill est utilisable et signale une ligne uti-


Variables : trois entiers a, b, m lisée pour le calcul de la largeur du tableau mais qui
ne sera pas imprimée.
Entrées : saisir a et b
\begin{longtable}{|c|c|}
Initialisation : m prend la valeur 0 \hline\multicolumn{2}{|c|}{En-tête} \\
\hline Caractère A & Caractère B \\
Traitement : tant que b 6= 0 faire \hline\endfirsthead
début du tant que \multicolumn{2}{c}{%
si b est impair alors Suite de la page précédente} \\
début du si \hline A & B \\
m prend la valeur m + a \hline\endhead
fin du si \hline\multicolumn{2}{c}{%
a prend la valeur 2 × a Suite page suivante} \\
b prend la valeur E(b/2) \endfoot
fin du tant que \hline\multicolumn{2}{r}{Fin} \\
Sortie : afficher m \endlastfoot
A1 & B1 \\
Un dernier exemple (18) est donné à titre d’exercice, A2 & B2 \\
page 188. ... \\
A50 & B50 \\
\end{longtable}
8.20 Tableau sur plusieurs pages
En-tête
Un tableau est trop long pour tenir sur une seule
Caractère A Caractère B
page : on aimerait l’étendre sur plusieurs pages.
A1 B1
On utilise l’environnement longtable du package A2 B2
éponyme à la place de tabular. Il dispose des ...
mêmes commandes. Toutefois, deux compilations A25 B25
sont nécessaires. Suite page suivante

\begin{longtable}{Colonnes} *** Saut de page***

Lignes n’apparaissant qu’au début du tableau Suite de la page précédente


\endfirsthead A26 B26
% Fin du premier en-tête ...
A50 B50
Lignes apparaissant en haut de chaque page (sauf la Fin
première)
(18). Cet algorithme échange les valeurs des variables A et B.

91 LATEX. . . pour le prof de maths !


8.21 QCM : trois (autres) idées 8.21.3 Troisième idée
Il y a aussi l’extension (très pratique quand on ne
8.21.1 Première idée veut pas se lancer dans les tableaux !) alterqcm [112]
pour créer des QCM ; la documentation (française !)
1. Énoncé. se trouve sur [52].
a. Prop. 1 b. Prop. 2  a.  b.
c. Prop. 3 d. Prop. 4  c.  d. Voici un exemple affichant un corrigé d’un QCM
2. Énoncé. (pour afficher le sujet de l’élève, il suffit d’ôter
a. Prop. 1 b. Prop. 2  a.  b. l’option correction dans le source) :
c. Prop. 3 d. Prop. 4  c.  d.
Questions Réponses
\begin{enumerate} 1. Question 1  Proposition 1
\item Énoncé.\\ ✓ Proposition 2

\begin{tabularx}{0.95\linewidth}{*{2}{X}|c}
2. Question 2 ✓ Proposition 1

\textbf{a.\ } Prop. 1 &
\textbf{b.\ } Prop. 2 & ✓ Proposition 2

$\square$\ \textbf{a.\ }  Proposition 3
$\square$\ \textbf{b.} \\
\textbf{c.\ } Prop. 3 & \begin{alterqcm}[lq=40mm,correction,%
\textbf{d.\ } Prop. 4 & symb=$\square$,corsymb=\dingchecksquare]
$\square$\ \textbf{c.\ } \AQquestion[br=2]{Question 1}
$\square$\ \textbf{d.} \\ {{Proposition 1},
\end{tabularx} {Proposition 2}}
\item Énoncé. ... \AQquestion[br={1,2}]{Question 2}
\end{enumerate} {{Proposition 1}, {Proposition 2},
{Proposition 3}}
\end{alterqcm}
8.21.2 Seconde idée
(Dans l’exemple ci-dessous, la numérotation dans la 8.22 Nombres croisés et grilles de
première colonne est faite « à la main ».)
mots (ou de nombres)
Proposition 1 
8.22.1 Nombres croisés et sudoku
1. Qu. 1. Proposition 2 
Proposition 3  Créer une grille de mots croisés avec des tableaux
Proposition 1  est un petit jeu qui peut se révéler plutôt drôle. . .
2. Qu. 2. Proposition 2  Néanmoins, je ne peux pas ne pas signaler l’existence
Proposition 3  du package cwpuzzle qui permet d’écrire des grilles
de nombres croisés (19) .

\begin{tabular}{|r|m{4cm}|m{3cm}|}\hline C’est avec lui que l’on obtient la grille de nombres


\multirow{3}*{1.} & \multirow{3}*{Qu 1.} & suivante, ayant pour thème les priorités de calculs :
Proposition 1 \hfill $\square$\\
1 2
\cline{3-3} 1 2 4
&& Proposition 2 \hfill $\square$ \\
\cline{3-3} 3 5
3
&& Proposition 3 \hfill $\square$ \\ 8 7 6
\hline \hline
\multirow{3}*{2.} & \multirow{3}*{Qu. 2.} & Horizontal Vertical
Proposition 1 \hfill $\square$\\ 1 −(−500) − 369 − 7 1 297 − (541 − 382)
\cline{3-3} 3 −(−500 − 369) + 7 2 297 + 541 − 382
&& Proposition 2 \hfill $\square$ \\
\cline{3-3} En fait, chaque case a un unique codage qui permet
&& Proposition 3 \hfill $\square$ \\ d’afficher – dans la version élève – une case noire ou
\hline (19). Il y a des grilles de mots croisés dans la brochure Jeux 7
\end{tabular} de l’APMEP.

IREM de Lyon 92
CHAPITRE 8. TABLEAUX
une case numérotée et – dans la version professeur 8.23 Tabulations
– la bonne lettre. Par exemple, le codage de la case
« en haut à droite » est [2]4 et celui d’une case noire, 8.23.1 Principe
*. D’autres affichages sont possibles, comme le fait de
Pour aligner du texte sur plusieurs colonnes, on peut
dessiner un cercle inscrit au carré représentant la case.
utiliser les tabulations.
Pour définir celles-ci, il faut utiliser l’environnement
\begin{Puzzle}{3}{3}%
tabbing qui permet de placer des marques d’aligne-
|[1]1 |2 |[2]4 |. |3 |* |5 |. |[3]8 |7 |6 |.
ment (des taquets) dans un texte. Les tabulations ne
\end{Puzzle}
sont définies que pour une portion du texte ; les ta-
\begin{PuzzleClues}{\emph{Horizontal}}\\
quets seront « perdus » à la sortie de l’environnement.
\Clue{1}{}{\quad $-(-500)-369-7$}\\
\Clue{3}{}{\quad $-(-500-369)+7$}
\end{PuzzleClues}... 8.23.2 Syntaxe
• On pose les taquets de tabulations grâce à la com-
Le même package permet, entre autres, de dessiner mande « \= ».
des grilles de sudoku et leur solution : • On se déplace de taquet en taquet avec la com-
mande « \> ».
2 9 • La commande « \\ » permet de passer à la ligne.
3 1 9 6 5 2 • Pour ne pas afficher la ligne qui sert de référence, on
8 4 utilise la commande « \kill » (qui remplace alors
« \\ » en fin de ligne).
9 5
5 2 3 6 8.23.3 Exemples
7 2 ceci est un petit exemple
de tabulation
4 7 par tabbing
8 2 5 1 7 3
\begin{tabbing}
5 8 ceci \= est un \= petit exemple\\
\> de tabulation\\
\begin{Sudoku} \> \> par tabbing\\
| 7|*2| 4| 1| 3| 5| 6|*9| 8|. \end{tabbing}
|*3| 8|*1|*9| 7|*6|*5| 4|*2|. ...
Il faudra : – un stylo
\end{Sudoku}
– une paire de ciseaux
– un bâton de colle
Deux documentations (dont la première est de son au-
teur) de ce package sont sur [50] et [51].
\begin{tabbing}
Il faudra : \= -- un stylo\\
8.22.2 Grilles de mots \> -- une paire de ciseaux\\
\> -- un b\^aton de colle\\
Intéressons-nous à la grille page 96. Pour la \end{tabbing}
construire, deux idées viennent à l’esprit.
On peut jouer avec les tabulations pour obtenir des
La première est de placer dans un tableau qui semble
effets.
vierge chacune des cases : je renvoie le lecteur pour
cette idée présentée par une macro à la page 102. Texte ///////
hachuré
La seconde, présentée ci-dessous, consiste à placer des \begin{tabbing}
« zones blanches » qui sont en fait des \multicolumn \texttt{Texte} \= \kill
remplies de vide. L’étude (et l’appréciation !) du Texte hachuré \> \texttt{///////}
code (20) est laissée au lecteur. \end{tabbing}
(20). Les \phantom{\ding{176}} sont des espaces vides de la
largeur de \ding{176}}, garantissant l’égalité des largeurs de On peut aussi séparer les tabulations d’une distance
toutes les colonnes. Voir les \phantom page 70. correspondant à 10 fois la lettre « X » majuscule :

93 LATEX. . . pour le prof de maths !


On peut ainsi \begin{tabbing}
décaler le texte \hspace*{3cm}\=\hspace*{3cm}\=%
\hspace*{3cm}\=\kill
\begin{tabbing} T\^ete \> Famille \> Nom\\
XXXXXXXXXX\=XXXXXXXXXX\=\kill Valet \> Carreau \> Hector\\
On peut ainsi\\ Valet \> C{\oe}ur \‘ Lahire\\
\>décaler \>le texte Dame \> Pique \> Pallas\\
\end{tabbing} \end{tabbing}

On peut encore remplacer la ligne muette (finissant 8.23.5 Cas des lettres accentuées
par \kill) par une ligne d’espacements horizontaux
obtenus au moyen des macros \hspace et \hspace*. En conséquence du paragraphe précédent, si vous uti-
lisez les lettres « normalement » accentuées avec des
Tête Famille Nom accents aigus et graves (é, à, . . .), il n’y a pas d’atten-
Valet Carreau Hector tion particulière à apporter dans la saisie mais sinon
Valet Cœur Lahire (avec \’e, \‘a, . . .), vous devez procéder autrement.
Il faut en fait insérer un a entre le \ et la lettre à
accentuer (on remplace donc \’e par \a’e, \‘a par
\begin{tabbing}
\a‘a, . . .).
\hspace*{3cm}\=\hspace*{3cm}\=%
\hspace*{3cm}\=\kill
T\^ete \> Famille\> Nom\\ Tête Famille Nom
Valet\>Carreau\>Hector\\ Valet Carreau Hector
Valet\>C\oe ur\>Lahire\\ Valet Cœur Lahire
\end{tabbing} Roi Trèfle Alexandre
Roi Carreau César
8.23.4 Positionnement du texte dans une
colonne \begin{tabbing}
\hspace*{3cm}\=\hspace*{3cm}\=%
Dans les exemples précédents, le texte de chaque co- \hspace*{3cm}\=\kill
lonne était aligné sur la gauche. On peut changer ceci : T\^ete \> Famille \> Nom\\
Valet \> Carreau \> Hector\\
• \’, placé entre deux mots, permet de positionner
Valet \> C{\oe}ur \>Lahire\\
ceux-ci à gauche et à droite de la prochaine tabu-
Roi \> Tr\a‘efle \> Alexandre\\
lation (avec un espacement entre eux) ;
Roi \> Carreau \> C\a’esar\\
• \‘ justifie à droite tout le texte devant lequel il se \end{tabbing}
trouve (sous réserve qu’il ne reste aucune tabula-
tion sur la ligne). Comparez les deux dernières lignes avec, d’une part,

Tête Famille Nom Roi Trèfle Alexandre


Valet Carreau Hector Roi Carreau César
Valet Cœur Lahire
Roi \> Trèfle \> Alexandre\\
\begin{tabbing} Roi \> Carreau \> César\\
\hspace*{3cm}\=\hspace*{3cm}\=%
\hspace*{3cm}\=\kill et, d’autre part,
Tête \> Famille \> Nom\\
Valet \> Carreau \> Hector\\ Roi Trefle Alexandre
Valet \> \> C{\oe}ur \’ Lahire\\ Roi Carreau C esar
\end{tabbing}
Roi \> Tr\‘efle \> Alexandre\\
Tête Famille Nom Roi \> Carreau \> C\’esar
Valet Carreau Hector
Valet Cœur Lahire Les explications reposent bien sur la saisie des lettres
Dame Pique Pallas accentuées.

IREM de Lyon 94
CHAPITRE 8. TABLEAUX
8.23.6 Déplacement des marges
On peut enfin jouer sur les marges.
• Avec la commande « \+ », la marge gauche avance
d’une tabulation pour toutes les lignes suivantes.
• Avec la commande « \− », la marge gauche recule
d’une tabulation pour toutes les lignes suivantes.

Prénom Nom Âge


Harry Cover 16
Laure Eyet 17
Guy Tare 15
Alain Di 16

\hspace{2cm}\=\hspace{2cm}\=\hspace{2cm}%
\=\hspace{2cm}\=\kill
Pr\a’enom \> Nom \> \^Age \\
Harry \> Cover \> 16 \+ \\
Laure \> Eyet \> 17 \\
Guy \> Tare \> 15 \- \\
Alain \>Di \> 14\\
\end{tabbing}

On peut aussi mémoriser une ligne de taquets lorsque


l’on veut la remplacer par d’autres réglages et la ré-
tablir par la suite. On utilise à cet effet \pushtabs
(qui mémorise les taquets courants) et \poptabs (qui
les remet en place plus loin).

Prénom Nom Âge


Harry Cover 16
Laure Eyet 17
Guy Tare 15
Alain Di 16

\begin{tabbing}
\hspace{2cm} \= \hspace{2cm} \= \hspace{2cm}%
\= \hspace{2cm} \= \pushtabs \kill
Pr\a’enom \> Nom \> \^Age \\
Harry \> Cover \> 16 \\
Laure \> Eyet \> 17 \\
\hspace{1cm} \= \hspace{3cm} \= \kill
Guy \> Tare \> 15 \\
\poptabs
Alain \>Di \> 16\\
\end{tabbing}

95 LATEX. . . pour le prof de maths !


❶ ❷ ❸ ❹

① H U I T

② V I N G T T

① La valeur de 3 x − 7 pour x = 5.
② La valeur de x2 + 3 x + 10 pour x = −5. [ . . . ]
\renewcommand{\arraystretch}{1.35}
\begin{tabular}{c|c|c|c|c|c|c|c|c|c|c|}
&\multicolumn{1}{c}{\phantom{\ding{176}}}&\multicolumn{1}{c}{\phantom{\ding{176}}}&
\multicolumn{1}{c}{\ding{176}}&\multicolumn{1}{c}{\phantom{\ding{176}}}&
\multicolumn{1}{c}{\phantom{\ding{176}}}&\multicolumn{1}{c}{\ding{177}}&
\multicolumn{1}{c}{\ding{178}}&\multicolumn{1}{c}{\phantom{\ding{176}}}&
\multicolumn{1}{c}{\phantom{\ding{176}}}&\multicolumn{1}{c}{\ding{179}}\\
\hline
&\multicolumn{10}{c}{}\\
\cline{7-7}
&\multicolumn{5}{c|}{}&&\multicolumn{4}{c}{}\\
\cline{6-9}
\ding{172}&\multicolumn{4}{c|}{}&H&U&I&T&\multicolumn{2}{c}{}\\
\cline{4-4}\cline{6-9}
&\multicolumn{2}{c|}{}&&\multicolumn{2}{c|}{}&&\multicolumn{4}{c}{}\\
\cline{3-7}\cline{11-11}
\ding{173}&&V&I&N&G&T&\multicolumn{3}{c|}{}&T\\
\cline{3-7}\cline{11-11}
&\multicolumn{2}{c|}{}&&\multicolumn{2}{c|}{}&&\multicolumn{3}{c|}{}&\\
\cline{4-11}
\ding{174}&\multicolumn{2}{c|}{}&&&&&&&&\\
\cline{4-11}
&\multicolumn{5}{c|}{}&&\multicolumn{3}{c|}{}&\\
\cline{6-9}\cline{11-11}
\ding{175}&\multicolumn{4}{c|}{}&&&&&\multicolumn{1}{c|}{}&\\
\cline{6-9}\cline{11-11}
&\multicolumn{6}{c|}{}&&\multicolumn{2}{c|}{}&\\
\cline{8-8}\cline{11-11}
&\multicolumn{10}{c}{}\\
\end{tabular}

\begin{enumerate}
\item[\ding{172}] La valeur de $3\,x-7$ pour $x=5$.
\item[\ding{173}] La valeur de $x^2+3\,x+10$ pour $x=-5$. [ ... ]
\end{enumerate}

IREM de Lyon 96
CHAPITRE 9. FLOTTANTS

Chapitre 9
Flottants

9.1 Principe On a la même structure avec les images en remplaçant


table par figure (2) . Il n’y a en fait aucune diffé-
LATEX définit comme flottant une portion de docu- rence de structure. De plus, un tableau peut être placé
ment pour qui il gère un emplacement adéquat : c’est, dans un environnement figure (et inversement). En
par exemple, un tableau ou une figure illustrant un fait, il y a un compteur propre à chacun des deux en-
texte, placé donc proche de l’endroit où il est évo- vironnements, qui sert à les lister : la première numé-
qué (soit sur la même page soit une page voisine, se- rote (par défaut) sous la forme Tab. no et la seconde,
lon l’encombrement de ces pages, afin d’éviter d’avoir sous la forme Fig. no . (3)
des pages presque vides !) et numéroté de façon à s’y
référer. θ cos θ sin θ
0 √1 0
Cette possibilité de faire « flotter » permet une π/6 √3/2 √1/2
meilleure mise en page. π/4 2/2 √2/2
π/3 1/2 3/2
9.2 Structure π/2 0 1

La structure est la suivante : Table 9.1 – Lignes trigonométriques


\begin{table}[pref ] Le tableau 9.1 donne. . .
*** tableau ***
\caption{Légende } \begin{table}[h]
\label{Référence } \centering
\end{table} $\begin{array}{ccc}
\theta&\cos \theta&\sin \theta\\ \hline
[pref ] est une option de préférence de position : 0&1&0\\ \pi/6&\sqrt{3}/2&1/2\\ ...
• [h] indique que l’on aimerait que le flottant soit \end{array}$
placé à cet endroit ; \caption{Lignes trigonométriques}
• [b] et [t] permet à L TEX de placer le flottant \label{LignTrig}
A
respectivement en bas ou en haut de la feuille ; \end{table}
• [p] permet à LATEX de placer le flottant sur une Le tableau \ref{LignTrig} donne...
page flottante (si possible la suivante) si la page en
cours est terminée ;
9.3 Liste des flottants
• [!] (comme dans [!h]) force LATEX à placer le flot-
tant au plus proche endroit correspondant au reste Pour avoir la liste des flottants créés par l’environne-
du contenu entre crochets. ment table, on écrit où l’on la veut \listoftables
et pour ceux créés par l’environnement figures, on
\caption{...} permet de donner une légende au ta- écrit où l’on la veut \listoffigures.
bleau, qui est alors automatiquement numéroté.
\label{...} (1) permet de donner une référence au 9.4 Deux figures en une
tableau lorsqu’il est mentionné dans le document.
On peut aussi mettre deux figures en une (4) !
Par ailleurs, la commande \centering peut être
(2). Comme celle du diagramme de Venn de la page 122 ou
remplacée sans problème par l’environnement celle de la figure de la page 111.
\begin{center}...\end{center}. (3). L’option francais de babel numérote respectivement
sous la forme Table no et Figure no .
(1). Les étiquettes de référence \label et \ref sont expliquées (4). Pour tous les considérations propres aux images impor-
au chapitre 6, page 57. tées, voir le chapitre 11, page 109.

97 LATEX. . . pour le prof de maths !


La volonté de l’enseignant est alors d’affecter une ré-
férence non seulement à toute la figure mais aussi à
chacune des sous-figures.
Le package subfloat va lui donner son aide.

L’exemple suivant montre une figure avec le graphe


d’une parabole sur la gauche et une hyperbole sur la
droite.
y
y

1
0 1 x
1 x
0 1
(a) Parabole (b) Hyperbole

Figure 9.1 – Courbes représentatives

\begin{figure}[h]
\centering
\subfloat[Parabole]{%
\includegraphics{parabole.eps}\label{Parab}}
\subfloat[Hyperbole]{%
\includegraphics{hyperbole.eps}
\label{Hyperb}}
\caption{Courbes représentatives}
\end{figure}\label{CourbeRepr}

Les (sous)figures sont référencées ainsi :

La figure \ref{CourbeRepr} contient deux


figures : la figure \ref{Parabole} et
la figure \ref{Hyperbole}.\\

La figure \ref{CourbeRepr} contient deux


figures : la figure \subref{Parabole} et
la figure \subref{Hyperbole}.

La figure 9.1 contient deux sous-figures : la figure


9.1a et la figure 9.1b.

La figure 9.1 contient deux sous-figures : la figure (a)


et la figure (b).

IREM de Lyon 98
CHAPITRE 10. MACROS PERSONNELLES : \NEWCOMMAND

Chapitre 10
Macros personnelles : \newcommand

Principe. On peut utiliser des macros personnelles (1) \newcommand\e{\mathrm{e}}


pour être plus efficace lorsqu’il s’agit de répéter un
et écrire dans le texte \e.
certain nombre de fois la même commande.
Ainsi $x\,\e^x$ donne x ex .

10.1 Explicitation de la commande \newcommand\ssi{si et seulement si}


donnera en tapant \ssi si et seulement si.
La macro \newcommand permet de définir ses propres
Le lecteur rencontrera ces macros, parmi d’autres,
commandes :
dans les fichiers sources d’annales déposés sur le site
\newcommand{\nom_commande}% de l’APMEP ([125]).
[nb_arg][def]{définition}
10.2.2 Danger !
nb_arg définit le nombre d’arguments de la nouvelle
commande et est compris entre 0 et 9. Ils sont réfé- Avec cette définition,

rencés par #no_arg dans la définition. Les accolades le panneau s’adapte


autour du nom de la commande sont facultatives.
à la taille du texte.
def permet de préciser une valeur par défaut de la
variable qui sera utilisée en l’absence d’argument. \newcommand\danger{%
\begingroup
\nom_commande ne doit contenir ni chiffre ni symbole ;
\psset{unit=1ex}
LATEX sait distinguer majuscules et minuscules.
\begin{pspicture}(0,0)(3,3)
LATEX signale comme une erreur une définition de \pspolygon[linearc=0.2](0,0)(1.5,2.6)(3,0)
macro déjà utilisée (et s’arrête). La commande \psellipse*(1.5,1.33)(0.14,0.75)
\providecommand permet de ne prendre en compte la \pscircle*(1.5,0.3){0.15}
nouvelle commande que si elle n’existe pas déjà. Elle \end{pspicture}
a la même syntaxe que \newcommand. Mais en cas de \endgroup}
commande déjà existante, LATEX ignore simplement {\tiny \danger Avec cette définition,}\par
la dernière créée. \danger le panneau s’adapte\par
{\Large \danger à la taille du texte.}\par
10.2 Des exemples sans argument
10.2.3 Plusieurs mêmes graphiques
. . . donnés dans un but de présentation !
La macro suivante permet de dessiner quatre mêmes
paraboles sur une même feuille A4.
10.2.1 Des notations récurrentes
\newcommand\Parabole{%
La saisie dans le préambule de
\psset{unit=1.5cm}
\newcommand\Oij{$% \begin{pspicture}(-2.5,-1)(2.5,6)
(\text{O}\,;\vec{\imath},\,\vec{\jmath}$} \psset{algebraic=true}
\psplot{-2.45}{2.45}{x^2}
donne, avec l’appel de \Oij, l’écriture (O ;~ı, ~).
\psline[linestyle=dashed](0,1)(1,1)(1,0)
\psline{->}(-2.5,0)(2.5,0)
De même, le « e » de l’exponentielle doit être écrit
\psline{->}(0,-1)(0,6)
en romain (et non en italique). Plutôt que de saisir
\uput[dl](0,0){0}
dans un mode mathématique \mathrm{e} à chaque
\uput[d](1,0){1}\uput[l](0,1){1}
fois qu’il est présent, on peut écrire dans le préambule
\uput[l](0,5.875){$y$}\uput[u](2.375,0){$x$}
(1). Celles créées par tout utilisateur. \end{pspicture}}

99 LATEX. . . pour le prof de maths !


La réalisation se fait ensuite ainsi : 10.3 Des exemples avec argument
\vfill
10.3.1 Racine carrée
\hfill \Parabole \hfill \Parabole \hfill\null
\vfill Pour écrire une racine carrée, on utilisera la com-
\hfill \Parabole \hfill \Parabole \hfill\null mande suivante (4) à écrire dans le préambule :
\vfill
\newcommand{\RC}[1]{\sqrt{#1}}
10.2.4 Symbole de début de paragraphe Ainsi, $\RC{2}$ affichera √2,
√ √
Si \newcommand{\dl}{\ding{47}\ } est marqué $7\RC{12}-2\RC{75}$√affichera 7 12 − 2 75 et
dans le préambule, il suffit d’écrire au début du pa- $\RC{x+1}$ affichera x + 1.
ragraphe un \dl pour qu’il affiche un ✏.
10.3.2 Fractions
10.2.5 Des épaisseurs de filets différentes Premier exemple
L’enseignant voudra changer l’épaisseur des filets du
\newcommand{\F}[2]{\dfrac{#1}{#2}}
tableau, en particulier celle des lignes du bord. Je le
renvoie aux deux macros (2) de la sous-section 8.8.2 3
permet d’obtenir en saisissant $\F{3}{4}$.
en page 83. 4
Second exemple
10.2.6 Flèches de variation
\newcommand{\fraction}[2]{%
Si l’on trouve les flèches ր et ց ($\nearrow$ et \raisebox{0.5ex}{#1}%
$\searrow$) trop petites pour un tableau de varia- \slash\raisebox{-0.5ex}{#2}}
tion , on peut définir deux flèches (3) ainsi :
permet d’obtenir 3/4 en saisissant \fraction{3}{4}.
\newcommand{\fne}{%
\unitlength=0.5cm 10.3.3 Vecteurs
\begin{minipage}{0.5cm}
\begin{picture}(1,1) Pour les vecteurs, on peut de même définir :
\put(0,0){\vector(1,1){1}} \newcommand\V[1]{\overrightarrow{#1}}
\end{picture}
−−→ −→
\end{minipage}} $2\V{AB}+3\V{AC}$ donnera 2AB + 3AC .
\newcommand{\fse}{%
\unitlength=0.5cm On peut préférer définir la macro \Vect qui remonte
\begin{minipage}{0.5cm} la flèche d’un vecteur, afin de mieux voir les primes :
\begin{picture}(1,1) \newcommand\Vect[1]{\overrightarrow{\strut#1}}
\put(0,1){\vector(1,-1){1}}
−−→ −− → −−→ −−→
\end{picture} AB AB A′ B ′ A′ B ′
\end{minipage}}
$\overrightarrow{AB}$ $\Vect{AB}$
x −3 −1 0 2 3 $\overrightarrow{AB}$ $\Vect{A’B’}$
1 3 2
f (x) ❅❘
❅ ✒ ❅❘
❅ ✒ 10.3.4 Arc
−2 0
Première macro, permettant d’écrire AB.
$\begin{array}{|c|*8cc|}
\hline \newlength{\longarc}
x & -3 & &-1& &0 & &2 & &3 \\ \newcommand{\arc}[1]{\settowidth{%
\hline \longarc}{$#1$}
& 1 & & & & 3 & & & & 2\\ \addtolength{\longarc}{-0.5em}%
f(x)& & \fse & & \fne & & \fse & & \fne & \\ \unitlength \longarc \ensuremath{%
& & & -2 & & & & 0 & & \\ \stackrel{\begin{picture}(1,0.2)
\hline \qbezier(0,0)(0.5,0.2)(1,0)
\end{array}$ \end{picture}}{#1}}}
(2). L’une pour les lignes horizontales et l’autre pour les lignes (4). RC pour Racine Carrée. Si l’enseignant n’utilise pas dans
verticales ou les séparateurs de colonnes. le même document la macro qui affiche R, il peut simplement
(3). Leur nom français rappelle leur nom anglais ! remplacer le nom RC par R.

IREM de Lyon 100


CHAPITRE 10. MACROS PERSONNELLES : \NEWCOMMAND
La commande \stackrel permet de placer au-dessus \newcommand\tr[1]{%
de l’argument (ici AB) une courbe qui a l’allure de la {\psset{xunit=18ex,yunit=0.7cm}
notation des arcs. \pspicture(1,1) \psframe(1,1)
\uput[180](0.975,0.5){\textsl{#1}}
La commande \ensuremath permet d’utiliser la
\endpspicture}}
macro aussi bien en mode texte qu’en mode mathé-
matique : \arc{AB} et $\arc{AB}$ donnent le même La compilation de \tr{6.2360679775} donne :
résultat.
6.2360679775

)
Seconde macro (5) , permettant d’écrire AB.
Une autre possibilité d’affichage de la réponse est don-
\newcommand\arcbis[1]{% née par une macro utilisant les tableaux (8) :
\overset{\;\rotatebox{90}{)}}{#1}}
\newcommand\trr[1]{%
10.3.5 Touches et écran de calculatrice \begin{tabular}{|p{7em}|}
\hline
Voilà une macro \tc qui permet de représenter (à \raggedleft \texttt{#1} \tabularnewline
l’aide de pstricks pour le dessin) des touches d’une \hline \end{tabular}}
calculatrice (6) :
La compilation de \trr{6.2360679775} donne :
\newcommand\tc[1]{%
{\psset{unit=0.35cm} 6.2360679775
\begin{pspicture}(-1,-1)(1,1)
On peut donc facilement imaginer un exercice où
\psframe[framearc=0.5](-1,-1)(1,1)
l’élève doive relier l’écriture en ligne et le résultat cor-
\rput(0,0){$\mathtt{#1}$}
respondant :
\end{pspicture}}}

4 + 5 = 6.2360679775
La compilation de • •

5 + 4 = 7
\tc{\surd} \tc{5} \tc{+} \tc{4} \tc{=} • •

donne : \begin{tabular}{%
√ r@{$\ \bullet\quad\bullet\ $}l}
5 + 4 =
\tc{\surd} \tc{5} ... &\tr{6.2360679775}
\tc{\surd} \tc{4} ... &\tr{3}\\
∧ 2 xy Inv −1 sin \end{tabular}
sont obtenus avec
\tc{\wedge} \tc{^2} \tc{x^y}
On peut aussi utiliser un tableau pour simuler un
\tc{Inv} \tc{^{-1}} \tc{sin}.
écran de calculatrice (9) :
Cette macro ne demande qu’à être améliorée : couleur \newcommand{\ecran}[2]{
de fond des touches grisée, taille des caractères plus \begin{tabular}{%
grande, etc. |>{\columncolor{lightgray}}p{10em}|}
\hline
On peut aussi utiliser le package fancybox dans lequel {\tt #1} \tabularnewline
se trouve la commande Ovalbox : \raggedleft {\tt #2} \tabularnewline
\hline \end{tabular}}
\newcommand{\Touche}[1]{\Ovalbox{#1}}
✄ La compilation de \ecran{2.5*(3-(-5))}{20}
donnera ✂$ ✁ avec \Touche{\$}. donne :

Une possibilité d’affichage de la réponse (7) est donnée 2.5*(3-(-5))


par la macro suivante : 20

(5). C’est simplement une parenthèse tournée de 90 degrés. (8). La fonte télétype garantit que tous les symboles (chiffres
L’inconvénient majeur est le non-respect de l’interligne (mais et virgule) ont la même largeur, ce qui permet de fixer la lon-
la solution avec frown à la page 68 ne le faisait pas non plus !). gueur du tableau à 7 em.
(6). touche calculatrice. (9). La couleur, en « RGB », (0.73,0.86,0.73) donne assez bien
(7). Le cadre a du coup des dimensions constantes. l’impression couleur d’un fond usuel.

101 LATEX. . . pour le prof de maths !


Par ailleurs, je signale l’existence du package keys- a utilisé la macro \Lettre suivante :
troke. Après avoir inséré
\usepackage{keystroke} \newcommand\Lettre[1]{%
\begin{tabular}{|c|}%
dans le préambule, il suffit d’utiliser la commande
\hline \texttt{#1} \\ \hline
\keystroke :
\end{tabular}}
\keystroke{5} et \keystroke{Ctrl} donneront res-
pectivement 5 et Ctrl . Le source de la grille est :

10.3.6 Axe gradué et graduations \begin{tabular}{c*{8}{@{}c@{}}}


&&&&\textcircled{4}&&\textcircled{5}&&\\
Dans le chapitre portant sur le dessin, nous verrons
\textcircled{1}&\Lettre{C}&\Lettre{I}&
comment dessiner un axe graduée, de deux façons dif-
\Lettre{N}&\Lettre{Q}&&\Lettre{D}&&\\
férentes.
&&&\textcircled{2}&\Lettre{U}&\Lettre{N}&
Une macro \GR peut être construite pour compléter \Lettre{I}&\Lettre{T}&\Lettre{E}\\
la figure ci-dessous. L’argument de cette macro est &&&&\Lettre{A}&&\Lettre{X}&&\\ ...
l’abscisse donnée à LATEX. \end{tabular}

Le fait d’imposer la famille télétype pour écrire les


lettres garantit que les colonnes auront la même
largeur (10) .
b b

−3 −2 −1 0 1 2 3 4
Pour la grille vierge donnée aux élèves, les lettres se-
\newcommand\GR[1]{\psdot(#1,0) ront remplacées dans le source par une espace insé-
\psline{->}(#1,1)(#1,0.1) cable ~.
\rput(#1,1){%
\psframe[fillstyle=solid](-0.5,0)(0.5,1)}}
10.3.8 Encadré de cours
\begin{pspicture}(-3.25,-1)(4.5,1.75) La macro \Cadre de la section 17.7.3, page 166 per-
\psaxes[yAxis=false,subticks=5,% met d’obtenir un (joli) encadrement dans le cours.
subtickcolor=black]{->}%
(0,0)(-3.25,-0.25)(4.5,0.25)
\GR{-2.2} 10.3.9 PGCD de deux nombres
\GR{1.8}
La macro \algoeucl – dont le lecteur trou-
\end{pspicture}}
vera le source sur [42] – permet d’obtenir les
Cette macro est perfectible : on peut mettre en ar- différentes étapes du calcul du PGCD de deux
gument les abscisses des graduations extrêmes, le nombres entiers (11) . Il suffit en effet de saisir
nombre de sous-graduations, l’encadré, etc. \algoeucl{125}{55} pour obtenir (12) le texte sui-
vant :
10.3.7 Grille de mots
Calculons par l’algorithme d’Euclide le PGCD des
Il y a souvent dans les manuels des collégiens des nombres 125 et 55.
grilles de mots. 125 = 55 × 2 + 15
Les grilles peuvent être faites à l’aide des commandes 55 = 15 × 3 + 10
vues dans le chapitre des tableaux (et notamment les 15 = 10 × 1 + 5
\multicolumn). Voici une autre piste. 10 = 5 × 2 + 0
Le PGCD des nombres 125 et 55 est le dernier reste
La grille de mots ci-dessous non nul du procédé, c’est-à-dire 5.
○4 ○5
(10). Si cela ne convient pas au lecteur, il peut procéder comme
1 C I N Q
○ D cela a été présenté plus haut pour centrer un texte dans une
○2 U N I T E colonne de largeur donnée.
A X (11). La méthode utilisée est celle de l’algorithme d’Euclide.
Deux packages particuliers se chargent d’effectuer les calculs
3 C E N T

intermédiaires et de mener à bien l’algorithme.
R (12). Et sans erreur de calcul ou de frappe ! On imagine assez
E rapidement de plus la baisse du temps de frappe du corrigé !

IREM de Lyon 102


CHAPITRE 10. MACROS PERSONNELLES : \NEWCOMMAND
10.3.10 Texte souligné \newcommand{\intervalle}[4]{%
\mathopen{#1}#2\,;#3\mathclose{#4}}
On créer la commande \Souligne qui permet non
seulement de souligner un texte mais aussi de pla-
\newcommand{\intervalleff}[2]{%
cer (13) le trait au même décalage par rapport à la
\intervalle{[}{#1}{#2}{]}}
ligne de texte (14) .
\newcommand{\intervallefo}[2]{%
\intervalle{[}{#1}{#2}{[}}
\newcommand\Souligne[1]{% \newcommand{\intervalleof}[2]{%
\underline{\vphantom#1} \intervalle{]}{#1}{#2}{]}}
\newcommand{\intervalleoo}[2]{%
De A à B \intervalle{]}{#1}{#2}{[}}

\Souligne{De A à B} $\intervalleof{-5}{+8}$ donnera ]−5 ; +8].

10.3.11 Texte surligné


10.4 Avec option
On veut surligner à chaque fois le mot introduit dans
une définition par le même gris et l’écrire en gras dans 10.4.1 Principe. Coucou, Céline !
tout le document. On écrit dans le préambule
La valeur par défaut est toujours liée à #1.
\definecolor{gris}{gray}{0.85}
\newcommand{\surl}[1]{% Dans la macro suivante, les deux arguments de la
\colorbox{gris}{\textbf{#1}}} commande sont les deux personnes à saluer et la va-
leur par défaut de la seconde personne est Céline.
(Ainsi, si l’on veut changer de couleur, il n’y a qu’à
changer celle-ci dans le préambule plutôt qu’à chaque \newcommand{\hello}[2]%
mot surligné mis en gras !) [Céline]{Coucou, #1 et #2 !}

La compilation de
Les facteurs d’un produit de deux nombres. . .
\hello[Marie]{Benoît}
Les \surl{facteurs} d’un \surl{produit}...
\hello{Alice}
10.3.12 Texte barré
donne :
Il y a au paragraphe 3.4.6.5, page 30, une macro per-
mettant de barrer un texte. Coucou, Marie et Benoît !
Coucou, Céline et Alice !
10.3.13 Double filet d’encadrement
De même,
Il y a au paragraphe, 3.4.6.6, page 30, une macro \newcommand{\somme}[2][x]{%
permettant de dessiner un double filet (15) horizon- #1_1+\cdots+#1_#2}
tal placé au-dessus et au-dessous d’un texte centré et donnera
(surtout !) ajusté sur la largeur de celui-ci. avec $\somme{n}$ : x1 + · · · + xn
avec $\somme[y]{5}$ : y1 + · · · + y5
10.3.14 Intervalles
10.4.2 Calculatrice autorisée
Afin de s’assurer que les intervalles ont un espace-
ment correct, on va créer une macro \intervalle uti- Dans la macro suivante (nécessitant le package
lisant les commandes \mathopen et \mathclose . On ifthen), les arguments indiquent, dans une évalua-
va d’abord utiliser cette macro pour choisir comment tion, si la calculatrice est autorisée ou non.
formater les intervalles ; ensuite, nous définirons les
quatre types d’intervalles (en utilisant évidemment o \newcommand{\calculatrice}[1][oui]{%
pour « ouvert » et f pour « fermé »). \ifthenelse{\equal{#1}{oui}}
{\fbox{Calculatrice autorisée.}}
(13). Grâce à une lettre avec jambage (ici, un g) et au
\vphantom. Voir la sous-section 7.6.6, page 70.
{\fbox{Calculatrice non autorisée.}}}
(14). Voir aussi la sous-sous-section 3.5.6.1, page 34.
(15). Les filets (rule) sont décrits page 45. Les appels suivants :

103 LATEX. . . pour le prof de maths !


\calculatrice \par Voici une commande (17) qui permet de choisir un en-
\calculatrice[oui] \par cadrement (18) parmi deux. On saisit dans le préam-
\calculatrice[non] \par bule :

donnent : \makeatletter
\newcommand\EncA[1]{\doublebox{#1}}
Calculatrice autorisée. \newcommand\EncB[1]{\Ovalbox{#1}}
Calculatrice autorisée. \newcommand\Encadr{\@ifstar{\EncA}{\EncB}}
Calculatrice non autorisée. \makeatother

La saisie de
10.4.3 Polynômes Deux \Encadr{boîtes} pour \Encadr*{encadrer}.
La macro suivante \polynomial permet d’écrire des donne après compilation :
✞ ☎
polynômes. Elle existe dans le package éponyme. Deux boîtes pour encadrer .
✝ ✆
Elle prend pour argument obligatoire la liste des
coefficients séparés par des virgules qui, par défaut 10.6 Une présentation de DS
sont (1) consécutifs et (2) donnés dans l’ordre
croissant (et le premier est le terme constant). Voilà la macro que l’on peut utiliser dans des devoirs
pour avoir toujours la même présentation.
2 − 4x + 5x 2
On veut, par exemple, présenter le devoir 13 portant
$\polynomial{2,-4,5}$ sur les fonctions à la seconde 4, le lundi 5 mars. Le
numéro du DS, le titre du DS, la classe et la date
Il y a différentes options (16) : var permet de changer sont bien évidemment modifiables à loisir ; la gestion
la variable par défaut, step permet de changer le pas se fera automatiquement.
des coefficients, . . .
La structure de la présentation est la suivante (avec
2 − 4t + 5t2 les petites fioritures usuelles) :
2 − 4(cos t) + 5(cos t)2 \newcommand{\ds}[4]{%
2 − 4x2 + 5x4 \textsc{Devoir surveillé \no #1}
2x2 − 4x + 5 \hfill \textbf{\textsc{#2}}\par
2x − 4x2 + 5x3 #3\hfill\emph{#4}
2 − 4x−1 + 5x−2 \vspace{0.5cm}
2t2 − 4t + 5 \hrule\vspace{\baselineskip}}
Après compilation de
$\polynomial[var=t]{2,-4,5}$ \ds{13}{Fonctions}{Seconde 4}{Lundi 5 mai}
$\polynomial[var=(\cos t)]{2,-4,5}$
on obtient en en-tête du devoir :
$\polynomial[step=2]{2,-4,5}$
$\polynomial[reciprocal]{2,-4,5}$
$\polynomial[start=1]{2,-4,5}$ Devoir surveillé no 13 Fonctions
$\polynomial[falling]{2,-4,5}$ Seconde 4 Lundi 5 mai
$\polynomial[reciprocal,var=t]{2,-4,5}$
Je laisse le collègue imaginer une présentation pour
Par ailleurs, le package polynom permet de les mani- un DTL (19) avec en plus la date à laquelle il est
puler (comme les diviser, les factoriser, . . .). donné et à laquelle il faut le rendre.

10.5 Variantes étoilées (17). Certaines commandes de LATEX sont protégées


et contiennent le caractère @ (« at »). La commande
La commande \@ifstar{étoilé}{pas étoilé} \makeatletter rend @ semblable aux autres lettres et permet
d’accéder à ces commandes ; la commande \makeatother
teste si le prochain caractère est le caractère * : si restaure le statut habituel de @.
c’est le cas, elle lit étoilé, sinon, elle lit pas étoilé. (18). Les commandes \doublebox et \Ovalbox sont disponibles
avec le package fancybox.
(16). Certaines peuvent se révéler utiles quand on travaille en (19). Devoir en Temps Libre. Nos élèves internes n’aiment pas
Première S les équations du second degré ! toujours (à juste titre !) l’expression « devoir à la maison ».

IREM de Lyon 104


CHAPITRE 10. MACROS PERSONNELLES : \NEWCOMMAND
Remarque. Pour gagner de la place, on peut demander \newcommand\quadribis[2]{%
les nom et prénom dans l’en-tête. Voyez en 17.9.4, \setlength\unitlength{5mm}
page 170. \begin{minipage}{#1\unitlength}\medbreak
\textcolor{gray}{\begin{picture}(#1,#2)
\line(0,1){#2}
10.7 Où les élèves répondent-ils ? \multiput(1,0)(1,0){#1}{\line(0,1){#2}}
\put(0,0){\line(1,0){#1}}
Dans un document sur lequel les élèves doivent écrire
\multiput(0,1)(0,1){#2}{\line(1,0){#1}}
directement leurs réponses, voici proposés cinq sup-
\end{picture}}\medbreak
ports possibles :
\end{minipage}
• un quadrillage (pour un texte ou une figure) à pe-
tits carreaux ;
• un quadrillage à grands carreaux ;
• un cadre blanc ;
• des lignes de pointillés ;
• un texte à trous.

10.7.1 Quadrillages à petits carreaux 10.7.2 Quadrillages à gros carreaux

10.7.1.1 Quadrillages à largeur fixe La macro suivante dessine un quadrillage de longueur


20 gros carreaux (marge comprise), longueur modi-
La macro suivante dessine un quadrillage de longueur fiable à souhait.
(modifiable) 17 cm (34 petits carreaux).
Il faut écrire dans le préambule la macro suivante :
Il faut écrire dans le préambule la macro suivante :
\newcommand\quadrillage[1]{%
\newcommand\quadri[1]{% \psset{unit=.8cm}
\medbreak\textcolor{gray} \begin{pspicture}(0,-1)(20,#1)
{\setlength\unitlength{5mm} \multirput(0,1){#1}{%
\begin{picture}(34,#1) \psline[linewidth=0.15pt](0,0.25)(20,0.25)
\multiput(0,0)(1,0){35}{\line(0,1){#1}} \psline[linewidth=0.15pt](0,0.5)(20,0.5)
\put(0,0){\line(1,0){34}} \psline[linewidth=0.15pt]
\multiput(0,1)(0,1){#1}{\line(1,0){34}} (0,0.75)(20,0.75)}
\end{picture}}\smallbreak} \psgrid[subgriddiv=1,gridlabels=0,%
gridwidth=1pt,gridcolor=darkgray,%
Pour avoir un quadrillage de 1,5 cm de haut (3 petits subgridwidth=0.1pt, subgridcolor=gray,%
carreaux), on écrit à l’endroit voulu : labels=none](20,#1)%
\psline[linewidth=1.2pt](2,0)(2,#1)
\quadri{3} \end{pspicture}\smallbreak}

Cela donne (il est écrit en fait dans la macro pour Pour avoir un quadrillage de 2 carreaux de haut, on
cette illustration 14 et non pas 34 (20) ) : écrit à l’endroit voulu :

\quadrillage{2}

Cela donne (il est écrit en fait dans la macro pour


cette illustration 10 et non pas 20 (22) ) :

10.7.1.2 Quadrillages à largeur variable


On peut créer sans difficulté un quadrillage de dimen-
sions m × n, qui peut se révéler utile lorsque que l’on
travaille sur une fraction de la page (21) :

(20). La macro donnée est utilisée dans un document à présen-


Sur ce modèle, on peut se créer un quadrillage de
tation usuelle, c’est-à-dire sans partage en deux colonnes. papier millimétré de m cm sur n cm. . .
(21). Par exemple dans une minipage à droite d’une minipage
qui contient un énoncé. (22). Même remarque que dans la note (20).

105 LATEX. . . pour le prof de maths !


10.7.3 Cadres blancs 10.7.5 Texte à trous
Pour afficher un cadre blanc dans lequel l’élève ins- Voilà une macro pour construire un texte à trous.
crira sa réponse, on utilise le commande suivante,
dans laquelle le paramètre est la hauteur du cadre, \newlength{\hblanc}
en millimètres : \newcommand*{%
\blanc}[1]{\settowidth{\hblanc}%
\newcommand{\cadreblanc}[1]{% {#1}\hspace*{\hblanc}}
\framebox[\linewidth][c]{%
\rule{0mm}{#1mm}}\par} Le th. de Pythagore est\dots\par
Ainsi la compilation de Le th. de \blanc{Pythagore} est\dots

Question 1\par \cadreblanc{20} Le th. de Pythagore est. . .


Le th. de est. . .
donnera dans l’énoncé du devoir :
Cette macro permet donc de superposer un énoncé
Question 1 est son corrigé, sans avoir de superposition de carac-
tères. On peut toutefois agrandir la zone de blanc
en écrivant, par exemple, \hspace*{1.75\hblanc} à
la place de \hspace*{\hblanc} pour écrire le texte
manquant « à la main » (26) .

10.7.4 Lignes de pointillés On peut aussi choisir de placer un trait horizontal à


la place du blanc : (27)
Voici une macro pour construire une boîte (23) conte-
Le th. de Pythagore est. . .
nant des lignes de pointillés.
Le th. de est. . .
\newcommand{\Pointille}[1][3]{%
\multido{}{#1}{% \newlength{\hblancbis}
\makebox[\linewidth]{\dotfill}\\[\parskip] \newcommand*{%
}} \blancbis}[1]{\settowidth{\hblancbis}{#1}%
\rule[-1pt]{\hblancbis}{1pt}}
L’argument de la commande est le nombre de fois
qu’on voudrait faire des lignes en pointillés et sa Le th. de Pythagore est\dots\par
valeur par défaut est fixée à 3. Le th. de \blancbis{Pythagore} est\dots

La compilation (24) de \Pointille[5] donnera : 10.8 Une présentation de QCM


....................................................
.................................................... Voilà une nouvelle méthode (28) pour concevoir
.................................................... des QCM. Elle produit deux versions du ques-
.................................................... tionnaire : l’une est vierge et donnée aux élèves et
.................................................... l’autre est corrigée (29) . Le package ifthen est requis.

On peut mettre la longueur en paramètre (25) : Afin de pouvoir passer facilement du mode « énoncé »
au mode « corrigé », définissons une variable boo-
\newcommand{\Pointilles}[2][3]{% léenne correction et l’initialiser à false (faux ) :
\multido{}{#1}{%
\makebox[#2]{\dotfill}\\[\parskip] \newboolean{correction}
}} \setboolean{correction}{false}

\Pointilles[2]{0.4\linewidth} donnera : Définissons aussi un compteur qui permettra de nu-


.................... méroter les questions :
....................
(26). Je pense à une utilisation de TBI.
(23). Voir page 41. (27). La commande \rule est étudiée page 45.
(24). Notez l’emploi ici de crochets. (28). D’après [56].
(25). Il s’agit d’une nouvelle commande – avec un nom au plu- (29). Soit sur deux documents soit sur un seul, avec une copie-
riel – qui se diffère de l’autre par un paramètre supplémentaire. colle des questions.

IREM de Lyon 106


CHAPITRE 10. MACROS PERSONNELLES : \NEWCOMMAND
\newcounter{QNumber} En changeant ensuite la valeur du boo-
léen correction, autrement dit en mettant
Écrivons une macro \Question permettant de définir \setboolean{correction}{true}, on obtient :
une nouvelle question. Cette macro reçoit deux ar- Qu. 1 – Énoncé 1 :
guments : le premier, facultatif, indique le caractère
 Réponse vraie 1 ;
à placer en fin de question (le plus souvent :), et le
second n’est autre que la question elle-même.  Réponse fausse 1 ;
 Réponse fausse 2 ;
\newcommand{\Question}[2][:]{%
\stepcounter{QNumber}  Réponse vraie 2.
\textbf{Qu. \theQNumber} -- #2~#1 }
10.9 Une autre commande : \def
Définissons aussi un environnement Reponse permet-
tant d’entrer les différents choix (le ou les bonnes ré- 10.9.1 Une définition simple
ponses et les distracteurs).
On peut avoir besoin de faire varier, par exemple,
\newenvironment{Reponse}{% des rayons de cercles pour que tous les cercles appa-
\begin{list}{$\square$}{\leftmargin=5em}}{% raissent dans la figure. Mais voilà, s’il y a une dizaine
\end{list}\vspace{1em}} de cercles et que l’on cherche par essais le « bon »
rayon, cela peut être long (et pas drôle !). On peut
Définissons maintenant la macro \Vrai (resp. \Faux) donc créer une variable avec \def.
pour ajouter une proposition vraie (resp. fausse). Ainsi \def\k{3} affectera la valeur 3 à k.

\newcommand{\Vrai}{% 10.9.2 Un exemple


\item[\ifthenelse{\boolean{correction}}{%
$\blacksquare$}{$\square$}]} Les cercles définis par \pscircle(0,0){\k} et
\newcommand{\Faux}{\item[$\square$]} \pscircle(2,1){\k}, dans la même figure, auront
pour rayon 3.
Le symbole utilisé par la macro \Vrai dépend de On peut, dans le même ordre d’idée, écrire :
l’état de la variable booléenne correction. Par \psset{unit=\k cm}
défaut, la valeur du booléen correction est false.
Dans l’affichage du corrigé, les réponses vraies Ceci écrit, \newcommand{\k}{3} fonctionne très bien !
(comme les propositions initiales) sont précédées de Il est préférable d’utiliser \newcommand que \def
 et les réponses fausses, de , décalées de 5 em de quand c’est possible (comme ici !).
la marge.
10.9.3 Attention, néanmoins !
Exemple d’utilisation
Le problème principal avec \def{nom} est qu’aucun
La compilation de
contrôle n’est effectué quant à l’existence d’une ma-
cro de même nom. Une macro définie précédemment
\setboolean{correction}{true}
peut être remplacée sans aucun avertissement. Alors
\Question{Énoncé 1}
que \renewcommand{nom} ne peut pas être remplacée.
\begin{Reponse}
\Vrai Réponse vraie 1 ;
Si l’on saisit \def\k{3} puis ensuite \def\k{4}, la
\Faux Réponse fausse 1 ;
valeur de k sera à ce moment égale à 4.
\Faux Réponse fausse 2 ;
\Vrai Réponse vraie 2. Si l’on saisit \newcommand{\k}{3} puis
\end{Reponse} \newcommand{\k}{4}, on aura un message d’er-
reur signifiant que cette commande a déjà été
donnera pour le sujet : créée. Il suffit alors de remplacer \newcommand par
\renewcommand.
Qu. 1 – Énoncé 1 :
 Réponse vraie 1 ;
 Réponse fausse 1 ;
 Réponse fausse 2 ;
 Réponse vraie 2.

107 LATEX. . . pour le prof de maths !


Nous venons de voir qu’utiliser des macros per-
met de simplifier le source et d’homogénéiser
son document. Mais n’oublions pas de trans-
mettre ces macros lors d’un échange de docu-
ments à un collègue !

IREM de Lyon 108


CHAPITRE 11. IMAGE

Chapitre 11
Image

11.1 Insertion d’une image Le chemin pour appeler l’image doit être correcte-
ment spécifié. Il est conseillé de placer l’image dans
11.1.1 PdfLATEX ou LATEX ? le même dossier que le fichier .tex qui l’appelle.
Il existe deux modes de compilation d’un fichier .tex : On peut aussi préciser le(s) répertoire(s) où chercher
LATEX et pdfLATEX. l’image avec la macro
LATEX permet d’insérer des images dont le seul format \graphicspath{sous-répertoires }.
accepté est le PostScript (ps ou eps (1) ) ; pdfLATEX On peut aussi déclarer les extensions à chercher en
permet d’insérer des images de tous les autres for- utilisant la commande
mats : gif, jpeg, pdf et png. . . (2) \DeclareGraphicsExtensions . Cela permet d’écrire
Il faut donc faire un choix dès le départ et conver- les noms de manière courte.
tir, le cas échéant, toutes les images dans le format
Si l’on écrit par exemple
compatible avec la compilation. La dernière section
\graphicspath{{images/}{/home/img/}}
du chapitre donne une adresse de site qui permet, le
\DeclareGraphicsExtensions{.png,.jpg}
cas échéant, de faire cette conversion.
et si l’on utilise la commande
\includegraphics{filename}
11.1.2 Avec TexMaker
\DeclareGraphicsExtensions{.png,.jpg}
L’éditeur TexMaker a une version sur Windows XP, l’image sera d’abord cherchée dans le repère courant
une sur Linux et une sur Mac OS X (3) , j’indique la puis dans images/ et enfin dans /home/img/. Le com-
configuration idoine. pilateur cherchera d’abord le fichier filename.png
puis filename.jpg.
Commencer par entrer dans le menu « Options » sur
Windows XP ou dans le menu « Préférences » de l’édi-
11.1.4 Options
teur sur Mac OS X. Y choisir ensuite « Configurer
Texmaker » puis « Compil rapide ». Les options sont les suivantes :
Si la compilation est basée sur pdfLATEX, choisir la • scale=coef
proposition PdfLaTeX + Voir PDF. Elle est un facteur pour modifier proportionnelle-
Si la compilation est basée sur L TEX, choisir la pro-
A ment les dimensions de l’image. Par exemple, la va-
position LaTeX + dvips + ps2pdf + Voir PDF. leur 1.4 double la surface comme c’est le cas d’un
agrandissement A4 → A3) et la valeur 2 double la
11.1.3 Mise en place largeur de l’image.
Dans le préambule, on demande l’extension néces- • width=largeur
saire, \usepackage{graphicx}. Elle spécifie la largeur de l’image, pouvant être
aussi bien un nombre avec une unité (3.5cm,
Pour inclure une image, on utilise l’instruction 2in, . . . ) qu’une proportion de la ligne en cours
(comme 0.2\linewidth, qui signifie que « la lar-
\includegraphics[options ]{nomdelimage } geur du graphique sera 20 % fois celle de la largeur
du texte sur la page »).

(1). Encapsuled Postscript. • angle=nombre


(2). D’un point de vue personnel, je conseille plutôt LATEX car Elle permet de tourner l’image de nombre degrés.
d’une part beaucoup de figures déposées sur l’e-toile sont faites
à l’aide de pstricks et d’autre part les logiciels de géométrie • heigth=hauteur
usuels permet l’export au format eps. Elle fixe la hauteur de l’image à hauteur.
(3). C’est au moins pour cela que je le présente en stage !

109 LATEX. . . pour le prof de maths !


• keepaspectratio=true Dans le deuxième cas, LATEX a d’abord pris pour lar-
C’est un booléen qui, prenant les valeurs true et geur de l’image 2 cm puis a effectué une rotation de
false permet de dimensionner l’image de telle sorte 30 degrés et, dans le troisième cas, il a d’abord effec-
que les proportions soit respectées et que ni la lar- tué une rotation de 30 degrés puis a pris pour largeur
geur ni la hauteur ne dépassent les valeurs données de l’objet tourné 2 cm.
à width et height.
• origin place le centre de la rotation de la façon 11.1.5 Découpage
suivante.
11.1.5.1 Options trim et clip
◦ l : à gauche de l’objet tourné
◦ r : à droite de l’objet tourné Avec les options clip et trim, on peut insérer une
◦ c : au centre de l’objet tourné partie d’une image dans un document.
◦ t : en haut de l’objet tourné Avec trim, on indique les longueurs sur lesquelles on
◦ b : en bas de l’objet tourné rogne l’image. Pour que cette option ait de l’effet, il
◦ B : sur la ligne de base de l’objet tourné faut ajouter clip=true.
Par exemple, les six images ci-dessous (dans le sens La syntaxe est la suivante : trim=g b d h
de lecture usuel) Si g, b, d et h sont des longueurs, on coupe l’image
importée de g à partir de la gauche, b à partir du
bas, d à partir de la droite, et h à partir du haut.

sont liées aux lignes suivantes :

\includegraphics{a1.eps}
\includegraphics[width=2cm,angle=30]{a1.eps} \includegraphics{V-pique.eps}
\includegraphics[scale=0.75]{a1.eps} \hfill
\includegraphics[height=2cm]{a1.eps} \includegraphics[%
\includegraphics[width=2cm,height=3cm]{a1.eps} trim=0mm 45mm 15mm 1.5mm,clip=true]{V-pique.eps}
\reflectbox{\includegraphics{a1.eps}}
11.1.5.2 Bounding box
L’ordre des options est important. LATEX exécute les Si l’on essaie de compiler un source comportant
commandes de gauche à droite. Les cadres sont placés \includegraphics{image.png}
pour mieux mettre en valeur le résultat. une erreur de compilation va apparaître : il vous
manque apparemment un fichier .bb. En effet, pour
pouvoir insérer une image PNG dans un docu-
ment LATEX, celui-ci doit connaître les dimensions de
l’image, « Bounding Box » de l’image.
Une technique pour spécifier la bounding box d’une
image consiste à utiliser l’option bb de la commande
\includegraphics[width=2cm]{Raisins.eps} \includegraphics et lui préciser la dimension (4) de
\includegraphics[width=2cm,angle=30]{% l’image, sous la forme :
Raisins.eps}
(4). Si les unités ne sont pas données par l’utilisateur, LATEX
\includegraphics[angle=30,width=2cm]{% considère qu’il s’agit de bp (big point). 1 bp vaut environ
Raisins.eps} 0,351 5 mm.

IREM de Lyon 110


CHAPITRE 11. IMAGE
\includegraphics[bb=xi yi xs ys]{image.png} 11.4 Deux banques d’images
L’option xi yi identifie les coordonnées du coin
gauche inférieur et l’option xs ys identifie les coor- 11.4.1 Icônes de Geogebra
données du coin droit supérieur de la boite qui en-
J’ai placé sur [118] et sur [119] les icônes des menus de
toure l’image (Bounding Box).
Geogebra au format eps. Elles peuvent donc être in-
On saisira donc, par exemple, sérées dans une feuille d’exercices donnée aux élèves !
\includegraphics[bb=0 0 181 56]{image.png}

11.2 Légende
\includegraphics[width=0.5in]{%
Une image peut avoir une légende (5) , à laquelle on
mode_regularpolygon_32.eps}
peut se référer :

11.4.2 Cartes à jouer


Il y a sur [120] l’ensemble des cartes d’un jeu au for-
mat eps. Des images utiles pour un exercice sur la
symétrie centrale ou sur les probabilités !

11.5 Pour convertir une image


Figure 11.1 – Charles et Judith Pour convertir une image, on peut le faire :
• en ligne, via le site [115], par exemple ;

\begin{figure}[h] • en utilisant un logiciel comme ImageMagick ([116])


\begin{center} ou Gimp ([117]).
\includegraphics[width=0.8in]{R-coeur}
\qquad
\includegraphics[width=0.8in]{D-coeur}
\caption{Charles et Judith}
\label{CharlesJudith}
\end{center}
\end{figure}

La numérotation 11.1 lue plus haut sous la figure si-


gnifie que celle-ci est en position 1 dans le chapitre
11. (Bien évidemment, cette numérotation standard
peut être changée !)

Figure 11.2 – La voiture-clé de « Rush Hour »

11.3 Logiciels de géométrie


Certains logiciels de géométrie dynamique permettent
d’exporter une figure créée au format eps : il y a
Geogebra, Carmetal, . . .

(5). Pour le principe de la légende, se reporter à la notion de


flottant, page 97.

111 LATEX. . . pour le prof de maths !


Chapitre 12
Dessins avec Pstricks

L’extension pstricks est à appeler dans le préam- 12.2 Paramètres d’une figure
bule.
12.2.1 Quelques paramètres par défaut
Nota : Les grilles dessinées en gris clair permettent
une meilleure compréhension du texte de la figure. • Pstricks utilise comme origine du système d’axe le
Sous chaque figure ne sera donc écrit que le texte point d’insertion de la commande ;
propre à la figure. • unité graphique : 1 cm
• épaisseur d’un trait : 0,8 pt
• couleur d’un trait : noir
12.1 Environnement pspicture D’autres paramètres sont présentés au fil du chapitre.

12.1.1 Syntaxe 12.2.2 Changer des paramètres


Il faut placer les instructions dans un environnement \psset{paramètre=valeur} permet de modifier la
pspicture (une « boîte »). La syntaxe est : valeur d’un paramètre graphique. Cette valeur sera
interprétée pour l’entière figure.
\begin{pspicture}(x0,y0)(x1,y1)
... Par exemple, si l’on veut changer l’unité graphique,
\end{pspicture} on écrit (par exemple) avant le \begin{pspicture}) :
le point de cordonnées (x0,y0) étant « en bas à \psset{xunit=2cm,yunit=0.5cm}
gauche » et le point de cordonnées (x1,y1) étant « en Si les deux unités graphiques sont les mêmes, on peut
haut à droite ». utiliser un unit seulement :
\psset{unit=2cm}
12.1.2 Formes raccourcies
Si toutes les lignes ont pour épaisseur 2,5 pt, on peut
Si le premier point a pour coordonnées (0,0), on écrire :
peut se contenter d’écrire (x1,y1) à la place de \psset{linewidth=2.5pt}
(0,0)(x1,y1). plutôt que de l’écrire pour chaque ligne.
On peut regrouper plusieurs valeurs :
On peut remplacer (1) \psset{unit=2cm,linewidth=2.5pt}
\begin{pspicture}(x0,y0)(x1,y1)...
\end{pspicture} par Les unités de longueur utilisables sont :
\pspicture(x0,y0)(x1,y1)...\pspicture. • millimètre : mm
• centimètre : cm
12.1.3 Forme étoilée • pouce : in
• point : pt (0,35 mm)
La forme étoilée
• largeur d’un m : em
• hauteur d’un x : ex
\begin{pspicture*}(x0,y0)(x1,y1)
...
L’unité n’a pas toujours à être précisée. Si
\end{picture*}
l’on pose \psset{unit=2cm} alors, lorsqu’ils
permet de rogner l’image et de ne dessiner que sont écrits ensuite, \psset{linewidth=1cm} et
la partie dessinée dans un rectangle d’extrémités \psset{linewidth=0.5} sont équivalents.
(x0,y0)(x1,y1).
On mettra, enfin, entre accolades { } le bloc de lignes
(1). Même si c’est une syntaxe TEX, et non pas L TEX.
A de saisie lorsque les dimensions (unité, épaisseur, ...)

IREM de Lyon 112


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
changent d’une figure à l’autre, pour ne pas que les 12.3 Grilles
paramètres de la figure associée soit prise en compte
pour d’autres figures. (En utilisation locale, donc.) On peut dessiner des grilles.

{\psset{linecolor=yellow}\psline(0,0)(4,2)} La commande \psgrid(x1,y1)(x2,y2) dessine une


trace un segment de couleur jaune et seulement ce grille avec des coins opposés en (x1,y1) et en (x2,y2).
1
segment sera colorié en jaune.
0
On peut aussi utiliser les paramètres optionnels des
commandes. Les deux saisies suivantes sont équiva-
-1
lentes (2) .
-1 0 1 2
\begin{pspicture}(-1,-1)(2,1)
\psline[linecolor=blue]{->}(0,1)(1,0)
\psgrid(-1,-1)(2,1)
\psline[linecolor=blue]{->}(0,0)(1,1)
\end{pspicture}
{ \psset{linecolor=blue} Si la commande \psgrid est donnée sans argument
\psline{->}(0,1)(1,0) – c’est-à-dire sans les coordonnées des extrémités –
\psline{->}(0,0)(1,1) } alors la grille occupe toute la figure.)

12.2.3 Placement du graphique La commande \psgrid(x0,y0)(x1,y1)(x2,y2) des-


sine une grille avec des coins opposés en (x1,y1) et en
Les objets de Pstricks ont des dimensions nulles,
(x2,y2) et dont les intervalles sont placés par rapport
c’est-à-dire que le point de référence n’est pas modifié.
au point de coordonnées (x0,y0).
2
Une montagne bizarre.
1
Une montagne \psline(0,0)(1,0.5)(2,0) bizarre.

L’environnement pspicture réserve la place au 0


graphique. -1 0 1 2
-1
Une montagne bizarre.
\psgrid(1,0)(-1,-1)(2,2)
Une montagne
Il y a plusieurs options :
\begin{pspicture}(0,0)(2,0.5)
\psline(0,0)(1,0.5)(2,0) unit=unit par défaut : 1cm
\end{pspicture} Longueur du côté du carreau unité
bizarre. gridwidth=dim par défaut : .8pt
Épaisseur des lignes principales
12.2.4 Créer des styles de paramètres
gridcolor=color par défaut : black
La commande \newpsstyle permet de créer des en- Couleur des lignes principales
sembles de style. griddots=num par défaut : 0
Si num > 0, les lignes sont en pointillés, avec num
\newpsstyle{r3}{linecolor=red,linewidth=3mm} points par graduation.
\newpsstyle{b1}{linecolor=blue,linewidth=1mm}
\begin{pspicture}(0,0)(5,1) gridlabels=dim par défaut : 10pt
\psframe[style=r3](0,0)(2,1) Taille des nombres utilisés pour graduer
\psframe[style=b1](3,0)(5,1) gridlabelcolor=color par défaut : black
\end{pspicture} Couleur des nombres utilisés pour graduer
subgriddiv=int par défaut : 5
Nombre de sous-graduations de la grille.
subgridwidth=dim par défaut : .4pt
(2). Toutefois, si l’on veut modifier la figure, chacun des deux Épaisseur des lignes secondaires
paramètres n’a à être modifié qu’une seule fois dans la seconde
saisie. subgridcolor=color par défaut : gray

113 LATEX. . . pour le prof de maths !


Couleur des lignes secondaires 12.4 Lignes
subgriddots=num par défaut : 0
Comme griddots, pour les sous-graduations 12.4.1 Lignes « droites »
1
2
0
1 0 1 2
\begin{pspicture}(0,0)(2,1)
0 \psline(2,1)
0 1 2 3 \end{pspicture}
\begin{pspicture}(0,0)(3,2)
\psgrid[subgriddiv=0,gridcolor=lightgray,%
gridlabelcolor=lightgray](0,0)(3,2) 1
\end{pspicture}
0
0 1 2 3
\psline(0,0)(2,1)(3,0.5)

\begin{pspicture}(0,0)(1.5,1) 12.4.2 Lignes « courbes »


\psgrid[unit=0.5cm,gridcolor=red,%
Pour une courbe (3) passant par des points donnés :
gridlabels=0](3,2)
2
\end{pspicture}
2

1
1

0
0 0 1 2 3
0 1 2 3

\psgrid[gridcolor=blue,subgriddiv=2,% \pscurve(0,0)(1,2)(2,1)(3,1)(2,0)(1,0.5)
subgridcolor=green,gridlabels=2mm]
(3,2)
L’option linearc indique le rayon des arcs de cercle
dessinés aux angles dans le cas d’une ligne brisée.
2

\psgrid[griddots=5,gridlabels=0,
0
subgriddiv=1](3,2)
0 1 2 3

\psline[linearc=0.3](0,0)(1,1)(2,0)(3,2)

2 b

\psgrid[griddots=1,gridlabels=0, 1 b b
gridwidth=2mm,subgriddiv=1](4,2)
b

Application au papier millimétré : 0 b b

0 1 2 3

\pscurve[showpoints=true](0,0)(1,2)(2,1)...

La commande \psccurve permet de dessiner une


\begin{pspicture}(0,0)(3,2) courbe fermée entre les points.
\psgrid[subgriddiv=10,gridlabels=0,%
(3). En fait, il s’agit d’une courbe de Bézier par morceaux où
gridwidth=1pt,subgridwidth=0.5pt](0,0)(3,2) sont donnés seulement les points d’interpolation : graphique-
\end{pspicture} ment, la courbe lisse.

IREM de Lyon 114


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
2 b

12.4.3 Lignes « à main levée »


1 b b
L’extension pstricks-add permet de dessiner à main
b
levée.
0 b b

0 1 2 3 Voici, par exemple, un segment :

\psccurve[showpoints=true]%
(0,0)(1,2)(2,1)(3,1)(2,0)(1,0.5)
\begin{pspicture}(0,-0.5)(3,0.5)
La commande \psecurve (4) permet de dessiner une
\pslineByHand(0,0)(3,0)
courbe sans y placer le premier et le dernier point (5) .
\end{pspicture}
2 b

Cela permet, entre autres, de dessiner des triangles à


1 b b main levée :

0 B
b

0 1 2 3
93°
\psecurve[showpoints=true]% 48° ?
(0,0)(1,2)(2,1)(3,1)(2,0)(1,0.5)
A C
La commande étoilée \pscurve* trace une surface
pleine délimitée par la courbe et le segment joignant \pslineByHand(0,0)(2.5;48)(2.5;0)(0,0)
les points extrêmes.
2 L’amplitude est réglée par le paramètre varsteptol
(0,8 par défaut) et la largeur par VarStepEpsilon (2
b

1
par défaut) :
b b

0 b b

0 1 2 3
\pslineByHand(0,0)(\linewidth, 0)

\pscurve*[showpoints=true]%
(0,0)(1,2)(2,1)(3,1)(2,0)(1,0.5)

On peut tracer un arc en utilisant une courbe de Bé- \pslineByHand[VarStepEpsilon=10,%


zier quadratique. Celle-ci est définie par trois points varsteptol=1](0,0)(\linewidth, 0)\\
de contrôle A, B et C, où A et C sont les extrémités
de la courbe et les tangentes en A et en C passent par Il y a une autre possibilité, en utilisant la commande
B. pscurve vue plus haut. . . mais il faut plus bidouiller !
La syntaxe est : Je laisse au lecteur deux exemples des mêmes types
que ceux donnés précédemment.
\qbezier(xA,yA)(xB,yB)(xC,yC)
2

1
\pscurve(0,0)(1,0.05)(2,-.05)(3,0)
0
0 1 2 3
\qbezier(0,1)(1,0)(3,2)

Pour colorier l’aire entre deux courbes, je renvoie à la


sous-section 13.5.2, page 141.
(4). c pour closed et e pour edge.
(5). Ils sont quand même pris en compte dans les calculs de
la courbe finale.

115 LATEX. . . pour le prof de maths !


\begin{pspicture}(-0.5,-0)(3.5,4) 12.6.2 Codage
\pscurve(0,0)(1,0.05)(2,-.05)(3,0)
On peut « coder » les lignes :
\pscurve(3,0)(2.95,1.33)(3.05,2.67)(3,4)
\pscurve(0,0)(1,1.25)(2,2.75)(3,4) 1
\end{pspicture}
0
0 1 2 3 4
12.5 Flèches et autres extrémités
{flèche } permet de mettre des flèches aux extrémi- \psline[ArrowInside=->](0,0)(1,1)
tés des traits. Voici quelques exemples : \psline[ArrowInside=-o](1,0)(2,1)
1 \psline[ArrowInside=-t](2,0)(3,1)
\psline[ArrowInside=-T](3,0)(4,1)
0
0 1 2 On peut préciser la position sur la ligne (6) :
\psline{->}(0,0)(2,1) 1
1

0 0
0 1 2 3 0 1 2
\psline{<->}(0,0)(2,1)(3,0)
1
\psline[ArrowInside=->,ArrowInsidePos=0.3]...
0 Ou encore le nombre de motifs :
0 1 2
\psline{|-[}(0,0)(2,1) 1
1
0
0 0 1 2
0 1 2
\psline{*-o}(0,0)(2,1)
\psline[ArrowInsideNo=3,ArrowInside=-t]...
Les valeurs peuvent se combiner.
{\psset{unit=0.5cm} 12.6.3 Style : pointillés, . . .
\begin{pspicture}(0.5,0.5)(4.5,4.5) [linestyle=dashed] trace la ligne en traitillés et
\psline{-*}(1,4)(2,4) [linestyle=dotted], en pointillés.
\psline{-}(3,4)(4,4) 1
\psline{->}(2.5,3.5)(2.5,2)
\pscurve{|-|}(1,2)(2.5,1)(4,2) 0
\end{pspicture}} 0 1 2
\psline[linestyle=dashed](0,0)(2,1)
1

0
0 1 2
\psline[linestyle=dotted](0,0)(2,1)
12.6 Options On peut choisir le type de traitillés. Les distances
mises en options donnent les longueurs alternative-
[opt] est une option qui permet de modifier les ca-
ment des segments noirs (visibles) – les premières
ractéristiques des objets représentés.
données – et blancs (invisibles). (7)
1
12.6.1 Épaisseur

[linewidth=largeur] modifie l’épaisseur de la ligne. 0


1 0 1 2
\psline[linestyle=dashed,dash=3pt 8pt]...
0 (6). 0.3 signifie « à 30 % du segment à partir de la première
0 1 2 extrémité.
\psline[linewidth=2pt](0,0)(2,1) (7). La valeur par défaut est 5pt 3pt .

IREM de Lyon 116


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
12.6.4 Couleur 12.6.6 Longueur des flèches
linecolor=couleur
2
colorie l’objet avec une couleur. Voici quelques paramètres pour les flèches ; leur valeur
par défaut est donnée en fin de ligne (correspondant
à la flèche de gauche).
1
arrowlength fixe la longueur de la flèche en fonction
0 de la largeur de ligne 1.4
0 1 2 3
\pscurve[linecolor=red](0,0)(1,2)(2,1) 1

L’option fillstyle=solid permet de remplir l’objet 0


par la couleur sollicitée au moyen de la commande 0 1 2 3 4
fillcolor=couleur . \psline{->}(0,0)(2,1)
2
\psline[arrowlength=5]{->}(0,0)(2,1)
1
arrowsize (8) fixe la largeur de la flèche en fonction
de la largeur de la ligne 3pt 2
0
0 1 2 3 4 1
\begin{pspicture}(0,0)(4,2)
\pspolygon[fillstyle=solid,fillcolor=yellow]% 0
(0,0)(4,1)(0,2)(1,1) 0 1 2 3 4
\pspolygon(3,1)(2,1.25)(1.5,1)(2,0.75) \psline[arrowsize=5pt 3]{->}(0,0)(2,1)
\end{pspicture}
arrowscale 1
Attention à l’ordre des commandes ! Commencez le
dessin par les éléments de l’arrière-plan et finissez 1
par ceux du premier plan.
0
Comme je l’ai signalé dans un chapitre précédent, je 0 1 2 3 4
donne (pages 39 et 40) les 317 couleurs définies dans \psline[arrowscale=3]{->}(0,0)(2,1)
l’extension xcolor avec l’option x11names, avec les
quantités de rouge, vert et bleu incluses correspon- 12.6.7 Double trait
dantes, dans l’ordre alphabétique.

12.6.5 Points
On peut changer le style d’affichage des points (par
défaut, un disque noir).
2 + q

\psline[doubleline=true](4,1.5)(1,0)...
1
12.6.8 Hachures
0+ + q q Pour les figures fermées, on peut définir le type de
0 1 2 3 4 remplissage :
\psline[showpoints=true,dotstyle=+]%
• fillstyle=valeur : motif de remplissage, valeur
(0,0)(1,2)(1,0)
pouvant être :
\psline[showpoints=true,dotstyle=pentagon*]%
◦ crosshatch : hachures croisées à 45◦ ,
(2,0)(3,2)(3,0)
◦ hlines : hachures simples à 45◦ ,
Les 10 styles sont : ◦ vlines : hachures simples à −45◦ ,
o bc bc bc
+ + + +
◦ solid : plein ;
square rs rs rs
square* r r r
• fillcolor=couleur de fond ;
* b b b
• hatchcolor=couleur des hachures ;
triangle ut ut ut
triangle* u u u
(8). Ce paramètre se décompose en deux parties, dim et un
diamond ld ld ld
diamond* l l l nombre, n. Ainsi, si la largeur de la ligne qui doit être fléchée
pentagon qp qp qp
pentagon* q q q est w, la largeur de la flèche sera larg = n×w+dim, la longueur
de la flèche sera long = larg × arrowlength et la hauteur de
Il ne faut pas oublier le showpoints=true. l’empenage sera long × arrowinset.

117 LATEX. . . pour le prof de maths !


• hatchwidth=épaisseur du trait ; On notera la différence entre un polygone et une ligne
• hatchsep=espacement des traits ; fermée (9) :
• hatchangle=angle des traits.

\psline[linewidth=3mm](0,0)(1,0)(0,1)(0,0)
\pspolygon[linewidth=3mm](0,0)(1,0)(0,1)

12.7.1.2 Un triangle. . . eulérien


\begin{pspicture}(-1,-1)(1,1)
\pscircle[% Nous avons souvent besoin de triangles dans nos do-
fillstyle=hlines,hatchsep=3mm](0,0){1} cuments. (Un triangle est un polygone à 3 côtés, ce
\end{pspicture} qui justifie sa place dans cette sous-section.)

Voici (10) un triangle ABC qui a le très bon goût


12.7 Figures usuelles d’avoir la quasi-totalité de points associés à coordon-
nées entières, ce qui est intéressant lorsque l’on veut
12.7.1 Rectangles, polygones, etc. placer (11) un point particulier ou tracer une droite
particulière. Il ne vous reste ensuite qu’à modifier
12.7.1.1 Rectangles et polygones l’échelle, effectuer une rotation, . . .
\psframe[opt](x0 ,y0 )(x1 ,y1 ) permet de tracer un
rectangle dont dont les extrémités de la diagonale ont x y
pour coordonnées (x0 ,y0 ) et (x1 ,y1 ). A 3 56
B 45 50
C 21 2
2 A’ 33 26 milieu de [BC]
B’ 12 29 milieu de [AC]
1 C’ 24 53 milieu de [AB]
G 23 36 centre de gravité
0
H 27 44 orthocentre
0 1 2 3 4
O 21 32 centre du cercle circonscrit
\psframe(1,0)(4,2) de rayon r = 30
E 24 38 centre du cercle d’Euler
On peut arrondir les coins du rectangle en utilisant milieu de [HO]
l’option framearc. Ce nombre, égal à 0 par défaut, est
I 23,6 38,8 centre du cercle inscrit
compris entre 0 et 1. Le rayon de l’arrondi est égal à
la moitié du minimum entre la longueur et la largeur
multiplié par ce cœfficient : Une figure correspondante est donnée page 136. Le
source est sur [127].
2

1 12.7.1.3 Pour un Sudoku


Il y a plusieurs possibilités pour dresser une grille de
0 Sudoku. L’une d’elles consiste à utiliser un tableau. . .
0 1 2 3 4 5 mais il faut un peu transpirer pour que le résultat soit
\psframe[framearc=0.5](1,0)(4,2) celui voulu : cellules carrées, bordures plus ou moins
épaisses, . . . Une autre consiste à utiliser le très riche
\pspolygon[opt](x0,y0)(x1,y1)...(xn,yn) per- package cwpuzzle [50].
met de tracer un polygone :
(9). L’épaisseur du trait est volontairement choisie ici pour
2 montrer la différence.
(10). D’après une activité de l’IREM de Lorraine, « Le secret
1 de Leonhard ».
(11). Parce que, entre nous, placer un centre de gravité de co-
ordonnées qui ressemblent à (17/15 , 539/64). . .
0 Les coordonnées de I sont approchées à 0,1 près.
0 1 2 3 4

IREM de Lyon 118


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
Le lecteur remarquera l’emploi de deux Le disque est obtenu à partir du cercle à l’aide de
\newcommand (12) . La première (13) définit le l’option fillstyle=solid et sa couleur, à l’aide de
style de tous les nombres donnés (14) , la seconde, fillcolor=couleur . On peut peindre le disque et le
celui de tous les nombres à trouver (15) . cercle :
2

3 2 1 4
1

1 4 3 2
0
0 1 2
2 1 4 3
\pscircle[linecolor=red,%
fillstyle=solid,fillcolor=yellow]%
4 3 2 1
(1,1){0.75}

\newcommand{\CD}[1]{{\large #1}} Les disques peuvent être hachurés (les hachures sont
\newcommand{\CS}[1]{% expliquées plus haut) :
3
\textcolor{red}{\large #1}}
\begin{pspicture}(0.5,0.5)(4.5,4.5)
\psframe[linewidth=2pt](0.5,0.5)(4.5,4.5) 2
\psline[linewidth=1.5pt]%
(2.5,0.5)(2.5,4.5) 1
\psline(1.5,0.5)(1.5,4.5) ...
\rput(1,3){\CD{1}} ... 0
\rput(1,1){\CS{4}} ... 0 1 2 3 4 5
\end{pspicture} \pscircle[fillstyle=hlines,hatchangle=90]%
(1.5,1.5){1.5}
12.7.2 Parabole \pscircle[fillstyle=hlines,hatchangle=0]%
(3.5,1.5){1.5}
On peut tracer un arc de parabole de direction asymp-
totique l’axe (Oy) avec la commande :
Cela peut être pratique (16) lorsque l’on veut su-
\parabola(x0,y0)(x1,y1) perposer deux disques peints. . . car les couleurs ne
s’associent pas ! Un exemple dans ce cas est donné
La parabole a pour sommet le point de coordonnées avec la commande \pscustom, page 121.
(x0,y0) et passe par le point de coordonnées (x1,y1)
en s’arrêtant à ce point. Les deux branches de la pa- \psellipse[opt](x ,y )(r ,r ) permet de tracer
0 0 x y
raboles sont (évidemment) symétriques. l’ellipse de centre de coordonnées (x ; y ) et de rayon 0 0
horizontal (rx ) et de rayon vertical (ry ).
12.7.3 Cercles, disques et ellipses 1
\pscircle(x0 ,y0 ){r} permet de tracer le cercle de
centre de coordonnées (x0 ,y0 ) et de rayon r. 0
La version étoilée dessine le disque (en noir).
2 -1
-2 -1 0 1 2
1 \psellipse(0,0)(1.5,0.5)

0 12.7.4 Secteurs et arcs


0 1 2 3 4
\pswedge(x0 ,y0 ){r}{a}{b} permet de tracer le sec-
\pscircle(1,1){0.75} \pscircle*(3,1){0.5}
teur de centre de coordonnées (x0 , y0 ), de rayon r
(12). Voir cette notion page 99. depuis l’angle de mesure a jusqu’à l’angle de mesure
(13). Chiffres Donnés, Chiffres Solutions. b, en degrés.
(14). Il n’y a pas que des nombres qui peuvent remplir des
1
cases : voyez des exemples de « Sudomath » dans la brochure
Jeux 8 de l’APMEP.
(15). Je conseille alors de regrouper toutes les lignes de saisie 0
des nombres à trouver : lorsqu’ils sont mis en commentaire, on 0 1 2 3 4
a la grille de départ, à compléter. (16). Notamment lorsque l’on parle des diagrammes de Venn.

119 LATEX. . . pour le prof de maths !


2
\pswedge(2,0){1}{0}{120}
1
1

0
0
0 1 2 3 4
0 1 2 3 4 5 6
\pswedge[fillstyle=solid,fillcolor=yellow]%
\psarc(2,1){1}{0}{120}
(2,0){1}{0}{120}
1 \psarc{->}(1,0){1}{0}{120}
\psarc{o->}(4,0){1}{0}{120}
0
0 1 2 3 4 Pour dessiner un arc dans le sens indirect, on utilise
\pswedge[fillstyle=crosshatch](2,0){1}{0}{90} l’instruction \psarcn.
4 2 2 2

3
1 1 1
2
0 0 0
1 0 1 2 0 1 2 0 1 2

0 Les arcs sont obtenus respectivement avec les instruc-


0 1 2 3 4 tions suivantes :
\pswedge[fillstyle=hlines,hatchangle=135]
\psarc{->}(1,1){1}{0}{135}
(2,2){2}{0}{120}
\psarc{->}(1,1){1}{135}{0}
\pswedge[fillstyle=hlines,hatchangle=90]
\psarcn{->}(1,1){1}{0}{135}
(2,2){2}{120}{200}
\pswedge[fillstyle=hlines,hatchangle=0] Si l’on veut juste tracer l’arc sans l’orienter, les deux
(2,2){2}{200}{260} dernières instructions (débarrassées de {->}) sont
\pswedge[fillstyle=hlines,hatchangle=45] semblables. En revanche, lorsque l’on veut dessiner
(2,2){2}{260}{360} (et peindre) une figure contenant des arcs (comme
dans le paragraphe suivant), il faut savoir faire la dif-
Avec l’extension pstricks-add.
férence.

C 12.7.5 La commande \SpecialCoor


B La commande \SpecialCoor permet d’utiliser six
A types de coordonnées différents :
D • les coordonnées cartésiennes usuelles (x,y) ;
E • les coordonnées polaires (r;a) ;
• les coordonnées d’un nœud (node) ;
• les coordonnées par rapport à un nœud
([par]node) ;
\psset{unit=2cm,fillstyle=solid} • les coordonnées calculées par des expressions post-
\pspicture(-1,-1)(1,1) script (!expr) ;
\pswedge{1}{0}{22.5} • des types différents pour l’abscisse et l’ordonnée
\pswedge[fillcolor=lightgray]{1}{22.5}{45} (coord1|coord2).
\pswedge[fillcolor=gray]{1}{45}{135}
\pswedge[fillcolor=darkgray]{1}{135}{270} Plus particulièrement, avec le coordonnées polaires,
\pswedge[fillcolor=black]{1}{270}{360} un point de coordonnées polaires [rayon, angle] est
\rput(0.65;11.25){A} \rput(0.65;33.75){B} alors codé (rayon;angle).
\rput(0.65;90){C}
\rput(0.65;202.5){\white D} Le point de coordonnées cartésiennes (1,1) est alors
\rput(0.65;315){\white E} noté (1.414;45).
\endpspicture

(La notation polaire « (0.65;11.25) » sera détaillée


dans le paragraphe 12.7.5.)

On crée un arc de cercle de même :

IREM de Lyon 120


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
2
\begin{pspicture}(-1,-1)(1,0)
1 \pscustom[fillstyle=solid,%
fillcolor=red,linestyle=none]{%
0 \psplot{-1}{0}{x 1 add 2 exp 1 sub}
\psplot{0}{1}{x 1 sub 2 exp 1 sub}
-1 \psline(1,-1)(-1,-1)}
\end{pspicture}
-2
-2 -1 0 1 2 3
(Pour avoir la ligne de contour de la figure, on
supprime linestyle=none.)
\SpecialCoor
\pspolygon(2;0)(2;120)(2;240)
On veut dessiner maintenant la figure suivante :

12.8 Commande \degrees[num]


Elle permet de travailler avec une mesure des angles
allant de 0 à num. Autrement dit, num donne le
nombre de sous-divisions régulières du cercle.

{\SpecialCoor Dans un premier temps, si l’on ne prend pas garde


\degrees[7] au fait que le bord se trace en une seule fois (sans
\begin{pspicture}(-2,-2)(2,2) lever le crayon), LATEX dessine la figure de gauche
\pspolygon(2;0)(2;1)(2;2)(2;3)(2;4)(2;5)(2;6) non seulement parce qu’il utilise les arcs dessinés
\end{pspicture}} sur la figure de droite mais aussi parce que, par
2
défaut, \pscustom joint le point courant au début
du nouveau chemin :
1
<
0 >

-1
>
-2
-2 conséquent,
Par -1 utiliser \degrees[100] pour \begin{pspicture}(-1.5,-1.75)(1.5,0.75)
0 on1peut 2
faire un camembert quand les proportions en pour- \pscustom[fillstyle=solid,%
centage sont connues. fillcolor=yellow,linecolor=red]{%
\psarc(0,0){1.5}{150}{30}
\psarc(0,1.5){1.5}{210}{330}}
12.9 Commande \pscustom : colo- \end{pspicture}
riage d’une surface
La programmation correcte demande l’utilisation de
On commence par dessiner la \pscustom :
figure (17) ci-contre.
\begin{pspicture}(-1.5,-1.5)(1.5,0.75)
\begin{pspicture}(-1,-1)(1,0) \pscustom[fillstyle=solid,%
\psplot{-1}{0}{x 1 add 2 exp 1 sub} fillcolor=yellow,linecolor=red]{%
\psplot{0}{1}{x 1 sub 2 exp 1 sub} \psarc(0,0){1.5}{150}{30}
\psline(1,-1)(-1,-1) \psarcn(0,1.5){1.5}{330}{210}}
\end{pspicture} \end{pspicture}

On aimerait la remplir de Je laisse le soin au lecteur de comprendre comment a


rouge : été construite la figure suivante (18) :

On va pour cela utiliser la commande \pscustom : \psset{unit=1.25cm}


\begin{pspicture}(0,-1)(3,1)
(17). Elle est composée d’un segment, de la branche de para-
bole d’équation y = (x + 1)2 − 1 sur [−1 ; 1] et de la branche (18). Pour le principe de la légende, se reporter à la notion de
de parabole d’équation y = (x − 1)2 − 1 sur [0 ; 1]. flottant, page 97.

121 LATEX. . . pour le prof de maths !


\endpsclip
\end{pspicture}

Un autre exemple, qui pourra voir sa présence dans


un chapitre de probabilités :

Figure 12.1 – Diagramme de Venn


Ω D

\pscustom[linestyle=none]{% A1
\psarc(1,0){1}{60}{-60}
\psarcn(2,0){1}{240}{120}
\fill[fillstyle=solid,fillcolor=yellow] A2
\stroke[linestyle=solid,linecolor=red]
\newpath
\psarc(1,0){1}{-60}{60} A3
\psarc(2,0){1}{120}{240}
\fill[fillstyle=solid,fillcolor=green]
\newpath
\psarc(2,0){1}{240}{120}
\psarcn(1,0){1}{60}{-60}
\fill[fillstyle=solid,fillcolor=blue]}
\end{pspicture} \begin{pspicture}(-3,-4)(3,4)
\psellipse[fillstyle=solid,fillcolor=green]%
12.10 Commande \psclip : décou- (0,0)(2,3)
\begin{psclip}{\psellipse(0,0)(2,3)}
page d’une surface \psellipse[fillstyle=solid,fillcolor=yellow]%
(0,3)(3,2.3)
Le clipping sert à découper une figure selon un
\psellipse[fillstyle=solid,fillcolor=cyan]%
contour déterminé.
(0,-3)(3,2.3)
Considérons la figure suivante.
\end{psclip}
abc abc abc abc abc abc
% On retrace par-dessus l’ellipse
abc abc abc abc abc abc
%principale pour les contours
abc abc abc abc abc abc
\psellipse(0,0)(2,3)
abc abc abc abc abc abc
% puis la patate pour D
abc abc abc abc abc abc
\psellipse[fillstyle=vlines](0.5,0.2)(1,1.8)
abc abc abc abc abc
% puis le texte...
\begin{pspicture}(4,2) \rput(-1.3,2.7){\large$\Omega$}
\pspolygon(0,0)(2,0.25)(4,0)(3.75,1)... \rput(-1.45,1.4){$A_1$}
\rput(2,1){% \rput(-1.65,0){$A_2$}
\begin{minipage}{4.5cm}abc...\end{minipage}} \rput(-1.45,-1.4){$A_3$}
\end{pspicture} \psline{<-}(1.3,1.3)(2.6,2.6)\rput(2.8,2.7){$D$}
\end{pspicture}
\psclip{graphique} objet \endpsclip dessine
l’objet seulement dans la zone délimitée par le Un dernier exemple, qui se passe de commentaire.
graphique.
abc abc abc abc abc ab
abc abc abc abc abc ab
abc abc abc abc abc ab
abc abc abc abc abc ab
abc abc abc abc abc ab
abc abc abc abc abc
\begin{pspicture}(4,2)
\psclip{\pspolygon(0,0)(2,0.25)(4,0)...}
\rput(2,1){%
\begin{minipage}{4.5cm}abc...\end{minipage}} \begin{pspicture}(-1,-2)(1,1.5)

IREM de Lyon 122


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
2
\psellipse(0,0)(0.8,1.5)
\pscircle*[linecolor=blue](0,-1){1} 1

mo
ot
\end{pspicture}

t
\hfill 0
\begin{pspicture}(-1,-2)(1,1.5) 0 1 2 3 4 5 6 7
\begin{psclip}{%
\rput{45}(2,1){\large mot}
\psellipse(0,0)(0.8,1.5)}
\rput{-60}(4,1){mot}
\pscircle*[linecolor=blue](0,-1){1}
\end{psclip}
\end{pspicture} 12.11.1.2 Commande \uput
On a aussi la commande \uput de syntaxe suivante :
12.11 Transformations usuelles \uput{distance }[angle ]{rotation }(x,y ){objet }
Voici quelques lignes de codes. Rien n’empêche toute- objet est placé à une distance du point de coor-
fois le lecteur d’utiliser les logiciels donnés à la section données (x,y) en allant dans la direction de l’angle .
12.18.4, page 134, pour faire directement ses figures Une rotation – lorsqu’elle est précisée – est appli-
et les insérer ensuite ! quée sur l’objet .

12.11.1 Commandes \rput et \uput La distance (19) est en fait une option. . .

12.11.1.1 Commande \rput Les directions sont les suivantes :

Pour placer un objet (figure, texte, etc.) au point ul u ur


de coordonnées (x,y), on utilise une des deux com-
mandes :
l r
\rput[orig ](x,y){objet }
\rput{angle }(x,y){objet } dl d dr
2
angle indique l’angle de rotation d’écriture du texte.
C’est en fait une option ! Sa valeur par défaut est 0. 1 mot mot mot
orig est l’origine de l’objet pour la commande et mot
0
peut prendre l’une des onze valeurs ci-dessous. Par
0 1 2 3 4 5 6 7
défaut, c’est le centre de la boîte englobante. La ligne
dessinée en pointillées est la ligne de base. \uput[u](1,1){\large mot}
\uput[ul](3,1){\large mot}
tl t tr \uput[135](5,1){\large mot}
\uput{0.5}[215](7,1){\large mot}
l r 2
Bl B Br
ot

mo
m

bl br 1
b t
ot

2
m

mot 0
1 mot mot d’où ? mot 0 1 2 3 4 5 6 7
d’où ? d’où ? d’où ?
\uput[l]{45}(1,1){\large mot}
0 \uput[u]{45}(3,1){\large mot}
0 1 2 3 4 5 6 7 \uput{0.5}[l]{-30}(6,1){\large mot}
(Les points ont été rajoutés, pour faciliter la compré-
hension des instructions.) 12.11.2 Translation

\rput(1,1){\large \begin{tabular}{c} Pour effectuer une translation de vecteur →



u (a ; b) sur
mot\\ d’où ?\end{tabular}} un objet, on utilise la commande :
\rput[l](2,1){...}
\rput(a,b){objet }
\rput[b](4,1){...}
\rput[B](6,1){...} (19). up, down, left et right.

123 LATEX. . . pour le prof de maths !


4 2

3 b
1

2 b
0
0 1 2 3 4 5
1 \psframe[linecolor=blue](2,1)
\rput{30}(3,0){\psframe[linecolor=red](2,1)}
0
0 1 2 3 4 5 6 12.11.4 Homothétie
\rput(2,1){%
Pour effectuer une homothétie de centre O(0 ; 0) et de
\psframe[linecolor=red](0,0)(3,2)}
rapport k sur un objet, on utilise la commande :

12.11.3 Rotation et symétrie centrale \scalebox{k }{objet }


3
Pour effectuer une rotation de centre O (0 ; 0) et
d’angle angle (exprimé en degrés) sur un objet, on
2
utilise la commande :
\rput{angle }(0,0){objet } 1

Pour effectuer une symétrie centrale, on prend donc


0
angle = 180. b

3 0 1 2 3 4
\scalebox{0.8}{%
2 \psframe[linecolor=red](0,0)(3,2)}

Cette commande se décline aussi en une autre,


1
\scalebox{kx }{ky }{objet }.
0
12.12 Décorations
b

0 1 2 3 4
\rput{20}(0,0){%
\psframe[linecolor=red](0,0)(3,2)} 12.12.1 Encadrements
On dispose de divers encadrements pour le texte :
On pourrait penser, à tort, que la commande
\rput{90}(1,-1){\psframe(1,2)(3,1)} dessine • \psframebox{texte}
l’image du rectangle dans la rotation de centre le cadre rectangulaire
point de coordonnées (1, − 1) et d’angle 90 . LATEX • \psdblframebox{texte}

construit en fait d’abord l’image du rectangle dans cadre rectangulaire à filet double
la rotation de centre le point de coordonnées (0,0)
puis l’image de celui-ci dans la translation de vecteur • \psshadowbox{texte}

−u (1, − 1). cadre rectangulaire ombré
3 • \psshadow{texte}
texte ombré
2
• \pscirclebox{texte}
cadre circulaire
1
• \psovalbox{texte}
0 cadre ovale
b b
-2 -1 0 1 2 3 • \psdiabox{texte}
\psdot[linecolor=blue,linewidth=2pt](0,0) cadre losange
\psdot[linecolor=green,linewidth=2pt](1,0)
• \pstribox{texte}
\psframe(1,2)(3,1)
cadre triangulaire (isocèle, « pointe » en haut)
\rput{90}(0,0){\psframe[linecolor=blue,%
linewidth=2pt](1,2)(3,1)}
\rput{90}(1,-1){\psframe[linecolor=green,%
linewidth=2pt](1,2)(3,1)}

IREM de Lyon 124


5
CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
12.13 Répétition
4 Par
Texte Texte
cœur 12.13.1 Commande \multiput
3
Texte Texte 12.13.1.1 Syntaxe
Texte
2 On peut répéter le placement avec la commande
Texte Texte Texte \multiput :
1
Texte Texte Texte \multiput(x0,y0)(ux,uy){nb}{objet}
0
où le vecteur de translation −

u a pour coordonnées
0 1 2 3 4 5 6 7
\rput(1,1){\psframebox{Texte}} (ux,uy) et l’objet est reproduit nb fois à partir du
\rput(3,1){\psdblframebox{Texte}} point de coordonnées (x0,y0).
\rput(5,1){\psshadowbox{Texte}}
\rput(2,2){\pscirclebox{Texte}} On peut ajouter les mêmes options qu’avec \rput
\rput(1,3){\psovalbox{Texte}} (c’est-à-dire un point de référence et un angle de ro-
\rput(3,3){\psdiabox{Texte}} tation) :
\rput(5,3){\pstribox{Texte}} \multiput[ref]{angle}(x0,y0)(ux,uy){nb}{%
\rput(2,4){\psframebox[fillstyle=solid,% objet}
fillcolor=black]{\textcolor{white}{Texte}}}
\rput(4,4){% 12.13.1.2 Quadrillage
\pscirclebox[doubleline=true]{Texte}}
\rput(6,4){\pscirclebox{%
\begin{tabular}{c} Par\\ c\oe ur
\end{tabular}}}
\rput(4,2){\psshadow{\LARGE Texte}}
\rput(6,2){\psshadowbox[fillstyle=solid,%
fillcolor=yellow]{\textcolor{red}{Texte}}}
On peut utiliser ces commandes dans un texte seul
(c’est-à-dire sans l’environnement pspicture) :

Propriétés {\setlength{\unitlength}{2mm}
\begin{picture}(30,20)
Les propriétés sont à connaître. {\linethickness{0.075mm}
\psshadowbox{Propriétés}\\ \multiput(0,0)(1,0){26}{\line(0,1){20}}
Les \psframebox{propriétés} sont ... \multiput(0,0)(0,1){21}{\line(1,0){25}}}
{\linethickness{0.225mm}
12.12.2 On épouse \multiput(0,0)(5,0){6}{\line(0,1){20}}
\multiput(0,0)(0,5){5}{\line(1,0){25}}}
L’extension pst-text permet à un texte de suivre
\end{picture}}
une ligne obtenue avec \psline, \pscircle, etc. On
utilise la commande \pstextpath. Pour ne pas af-
12.13.2 Commande \multirput
ficher cette ligne (et avoir le texte seul), on utilise
\psset{linestyle=none}. La macro
\multirput(x0,y0)(x1,y1){nb}{objet}
pe

imo
un

qu
tit

est une variante de \rput qui pose nb copies, démar-


nte
it

in
ch
su

rant à (x0,y0) et avançant par pas de (x1,y1) à


e

et

cen
e
xt

chaque fois ; (x0,y0) et (x1,y1) sont toujours in-


qui
te

des
ce

terprétés comme des couples de coordonnées carté-


siennes.
\pstextpath{%
\psline(0,0)(2,2)(3,1)(4,2)(5,0)(6,2)}{%
ce texte ... descend}
**
Un autre exemple (un escargot et π) se trouve en page **
202. Son source est sur [127]. \multirput(.5,0)(.3,.1){4}{*}

125 LATEX. . . pour le prof de maths !


12.13.3 Commande \multips {\multips(0,1.6){3}%
{\multips(1.4,-0.6){4}%
12.13.3.1 Et avec Pstricks
{\Cube}}}
Les commandes \multiput et \multirput étaient \end{pspicture}
utilisées essentiellement l’arrivée du package
Pstricks. Les utilisateurs de celui-ci préfèrent 12.13.3.5 Un réseau triangulaire pointé
donc la commande \multips détaillée ci-dessous. Si
l’on veut des copies de dessins/objets graphiques,
il est en effet plus efficace d’utiliser \multips. De
plus, \multips a la même syntaxe que multirput
excepté qu’il n’y a pas d’argument point de référence
(car les graphiques ont des dimensions nulles). Aussi,
contrairement à \multirput, les cordonnées peuvent
être de tout type. \psset{unit=0.5cm}
\begin{pspicture}(-0.5,-0.5)(8,5)
12.13.3.2 Syntaxe \multips(0,1.732){3}{%
S’il n’y a pas de texte mais uniquement des objets \multips(1,0){8}{%
graphiques, on peut utiliser la commande \multips : \pscircle*(0,0){0.05}%
\pscircle*(0.5,0.866){0.05}}}
\multips(x0,y0)(ux,uy){nb}{objet} \end{pspicture}
\multips{angle}(x0,y0)(ux,uy){nb}{objet}
12.13.4 Utilisation de \multido
12.13.3.3 Zigzag 12.13.4.1 La commande \multido
La commande \multido est détaillée page 157.

12.13.4.2 Des parts de camemberts

\newcommand\zigzag{%
\psline(0,0)(.5,1)(1.5,-1)(2,0)}

{\psset{unit=5mm}
\multips(0,0)(2,0){6}{\zigzag}}

12.13.3.4 Jouons aux cubes !


\pscircle(0,0){1.5}
\multido{\i=0+30}{12}{\psline(1.5;\i)}

Après avoir dessiné le cercle de centre le point de


coordonnées (0 , 0) et de rayon 1,5 cm, LATEX va
dessiner les 12 segments d’extrémités les points de
coordonnées (0 , 0) et (1.5 ; i), pour i partant de 0° et
augmenté de 30° à chaque itération.

On peut représenter différentes teintes de gris (comme


cela a été défini en page 33) :
\psset{unit=5mm,linestyle=none,fillstyle=solid}
\begin{pspicture}(-1.5,-3)(6.5,5) 0.3 0.2
\newcommand{\Cube} 0.4
0.1
{\pspolygon[fillcolor=red]
(0,0)(0,1.2)(1,1)(1,-0.4) 0.5
\pspolygon[fillcolor=violet] 0.0
(1,-0.4)(1,1)(2,1.2)(2,0) 0.6
\pspolygon[fillcolor=pink] 1.0
(0,1.2)(1,1.4)(2,1.2)(1,1)} 0.7
\multips(-1.4,-0.5){2}% 0.8 0.9

IREM de Lyon 126


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
12.13.4.3 Un rapporteur 12.13.4.5 Un échiquier
Voici commet dessiner un échiquier (20) .

110
100 90 80
70
8
130
120 60
7
50
140 40 6
150 30 5
160 20 4
170 10 3
180 0 2
1
a b c d e f g h

\psset{unit=5mm}
\begin{center}
\newcounter{lettre}
\psset{unit=0.85cm}
\begin{pspicture}(-1,0)(8,8)
\begin{pspicture}(-5,-1.5)(5,5)
\psframe(8,8)
\SpecialCoor
\multido{\i=0+2}{4}{%
\psarc(0,0){5}{0}{180}
\multips(0,\i)(2,0){4}{%
\psline(-5,0)(-5,-1.5)(5,-1.5)(5,0)
\psframe*(1,1) \psframe*(1,1)(2,2)}}
\psarc(0,0){3}{0}{180}
\multido{\i=1+1}{8}{%
\psline(0.5,0)(3,0)
\rput(-0.5,-0.5){%
\psarc(0,0){0.5}{0}{180}
\rput[B](\i,-0.5){%
\psline(-3,0)(-0.5,0)
\setcounter{lettre}{\i}
\pscircle{.05}
\alph{lettre}}
\multido{\i=0+2}{90}{\psline(4.5;\i)(5;\i)}
\rput(0,\i){\i}}}
\multido{\i=0+10}{19}{\psline(4;\i)(5;\i)
\end{pspicture}
\uput[\i](3.3;\i){\tiny{\i}}}
\end{pspicture}
\end{center} 12.14 Divers axes gradués
\multido{\i=0+2}{90}{... dessine les grandes gra- 12.14.1 Avec la commande \multido
duations, \multido{\i=0+10}{19}{..., les petites ;
\uput[\i](3.3;... affiche les angles. 12.14.1.1 Un seul axe gradué

Voyez aussi [127] pour d’autres modèles de rappor-


teur. -3 -2 -1 0 1 2 3 4
\psset{xunit=1cm,yunit=1cm}
12.13.4.4 Un papier quadrillé \begin{pspicture}(-3.25,-0.5)(4.25,0.5)
\psline{->}(-3.25,0)(4.25,0)
\multido{\n=-3+1}{8}
{\psline[linewidth=1.2pt](\n,-0.2)(\n,0.2)}
\multido{\n=-3+0.2}{35}
{\psline[linewidth=1pt](\n,-0.1)(\n,0.1)}
\multido{\n=-3+1}{8}
\psset{unit=0.5cm} {\uput[d](\n,-0.27){\n}}
\begin{pspicture}(0,0)(9,4) \end{pspicture}
\multido{\n=0+1}{10}{\psline(\n,0)(\n,4)}
\multido{\n=0+1}{5}{\psline(0,\n)(9,\n)} \multido{\n=-3+1}{8}{\psline... va dessiner les
\end{pspicture} grandes graduations ;

Voyez aussi la macro donnée dans la sous-sous-section (20). Dans le cadre du plan sciences et technologies à l’école,
lancé en janvier 2011, les enseignants sont invités à développer
10.7.1.1, page 105, qui permet d’obtenir un qua- dans les classes l’usage des jeux traditionnels et notamment du
drillage à petits carreaux avec pour paramètres les jeu d’échecs. Il existe des packages pour représenter des parties
deux nombres de carreaux. d’échecs, comme chessboard

127 LATEX. . . pour le prof de maths !


\multido{\n=-3+0.2}{35}{\psline... va dessiner 12.14.2 La commande \psaxes
les petites graduations ;
12.14.2.1 Deux structures
\multido{\n=-3+1}{8}{\uput[... va écrire les
abscisses. La création d’axes gradués peut aussi se faire à
l’aide de l’extension pstricks-add qui fournit la
Notez que l’on peut regrouper les premier et troisième commande psaxes (22) .
« \multido » :
Deux codes existent.
\multido{\n=-3+1}{8}{%
\psline[linewidth=1.2pt](\n,-0.2)(\n,0.2)% Le premier est du type
\uput[d](\n,-0.27){\n}} \psaxes{(xmin,ymin )(xmax,ymax )}
ou
Un autre code source sera donné page 131. \psaxes{flèche }{(xmin,ymin )(xmax,ymax )}

Si l’on veut un axe gradué de −300 à 400 avec un pas La flèche joue sur la présence de la graduation située
de 100 : à l’extrémité.
2
−300 −200 −100 0 100 200 300 400 \begin{pspicture}%
(0,0)(3,2) 1
\psset{xunit=0.01cm,yunit=1cm}
\psaxes(0,0)(3,2){->}
\begin{pspicture}(-325,-0.5)(450,0.5) 0
\end{pspicture}
\psline{->}(-325,0)(450,0) 0 1 2 3
\multido{\n=-300+100}{8}
{\psline[linewidth=1.2pt](\n,-0.2)(\n,0.2)
\uput[d](\n,-0.27){$\n$}} \begin{pspicture}%
(0,0)(3,2) 1
\end{pspicture}
\psaxes{->}(0,0)(3,2)
La présence du 0.01cm provient du fait que, puisque \end{pspicture} 0
0 1 2
1 cm représente 100 unités, 1 unité est représentée
Si l’on veut les graduations 3 et 2, il faut ruser en
par 1 ÷ 100 = 0,01 cm.
augmentant les longueurs :
12.14.1.2 Un repère
2
On fait de même pour un autre axe (21) :
1
80

60 0
0 1 2 3
40 \begin{pspicture}(0,0)(3,2)
\psaxes{->}(0,0)(3.5,2.5)
20 \end{pspicture}

0 Le second est du type


0 100 200 300 400 500 600 700 \psaxes{(x0,y0 )(xmin,ymin )(xmax,ymax )}
\psset{xunit=0.01cm,yunit=0.04cm} ou
\begin{pspicture}(-25,-5)(725,85) \psaxes{flèche }{%
\psline{->}(-25,0)(725,0) (x0,y0 )(xmin,ymin )(xmax,ymax )}
\psline{->}(0,-5)(0,85)
(x0,y0 ) sont les coordonnées du point d’intersection
\multido{\n=0+100}{8}
des axes (qui n’est alors plus marqué).
{\psline(\n,-2)(\n,2)
\uput[d](\n,-0.27){\n}} Dans l’exemple ci-dessous, la couleur rouge facilite la
\multido{\n=0+20}{5} compréhension.
{\psline(-10,\n)(10,\n) \begin{pspicture}(0,0)(4,3)
\uput[l](-0.27,\n){\n}} \psaxes{->}(1,1)(0,0)(4.5,2.5)
\psline{*-*}(100,20)(550,65) \end{pspicture}
\end{pspicture}
(22). \psaxes existe dans la version de base de pstricks, mais
(21). Un autre code source de la figure est donné page 130. pstricks-add ajoute des fonctionnalités

IREM de Lyon 128


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
(4,3) b

1 2001
(1,1)
b

−1 1 2 3 1991
(0,0) −1
b

Pour avoir la représentation ci-dessus avec une inter-


section en (0,0), on saisit le code : 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95

1 \psset{xunit=0.1cm}
\begin{pspicture}(30,-0.5)(105,4)
\psaxes[Ox=35,Dx=5,yAxis=false](35,0)(95,0)
−1 1 2 3 \psframe(45,1)(71,2) ...
−1 \end{pspicture}

\begin{pspicture}(-1,-1)(3.5,1.5) 12.14.2.3 L’option arrowscale


\psaxes{->}(0,0)(-1,-1)(3.5,1.5)
Elle permet d’agrandir la flèche.
\end{pspicture}

On peut rajouter la ligne \uput[dl](0,0){0} pour 2


afficher un « 0 » à l’intersection (23) .
1
12.14.2.2 L’axe « horizontal » seul
0
Pour avoir ce seul axe xAxis, on demande de ne
0 1 2 3
pas afficher l’autre axe yAxis avec la l’instruction
yAxis=false. \psaxes[arrowscale=2]{->}(0,0)(3.5,2.5)

12.14.2.4 Les options Dx, Ox, etc.

−2 −1 0 1 2 3 Les options Dx = valeur et Dy = valeur per-


mettent de définir le pas entre deux graduations.
est obtenu avec l’un ou l’autre des deux codes source
suivants :
2
\begin{pspicture}(-2,-0.5)(3,0.5)
\psaxes[yAxis=false]% 1
{->}(0,0)(-2,-0.5)(3.5,0.5)
\end{pspicture}
0
0 2 4 6
\begin{pspicture}(-2,-0.5)(3,0.5)
\psaxes[yAxis=false,Ox=-2]% \begin{pspicture}(0,0)(6,2.5)
{->}(-2,-0.5)(3.5,0.5) \psaxes[Dx=2]{->}(0,0)(6.5,2.5)
\end{pspicture} \end{pspicture}

On fait évidemment de même avec yAxis si l’on veut


2
seulement un axe « vertical ».

Ne nous gênons pas pour dessiner (24) des diagrammes 1


en boîte (25) !
0
(23). Les coordonnées (0,0) peuvent être modifiées pour que le
0 200 400 600 800 1000
0 s’aligne avec les autres graduations.
(24). Pstplus [76] permet d’en dessiner facilement. \psset{xunit=0.005cm}
(25). Les diagrammes dessinés représentent les séries des taux
d’alphabétisme en Inde relevés lors des recensements de 1991
\begin{pspicture}(0,0)(1000,3)
et 2001. Source : Epreuve anticipée de maths-info, Première L, \psaxes[Dx=200]{->}(0,0)(1050,2.5)
La Réunion, Juin 2007. \end{pspicture}

129 LATEX. . . pour le prof de maths !


(1 cm représente 200 unités donc l’unité graphique 12.14.2.5 Taille des étiquettes
est 1/200 = 0,005 cm.)
Pour réduire la taille des étiquettes sur les axes, on
utilise (26) l’option labelFontSize=\scriptstyle de
Par défaut, à cause de la notation anglo-saxonne, le
\psaxes et la valeur false de mathLabel dans les
point est le séparateur décimal. Si l’on préfère la vir-
paramètres.
gule, on utilise l’option comma.
y
b
6
2
b
5 b

1 4
Cf
3 b

0 2
0 0,5 1,0 1,5 2,0
1 b

x
\psset{xunit=2cm} b b

\begin{pspicture}(0,0)(2,3) -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8
-1 b b

\psaxes[comma,Dx=0.5]{->}(0,0)(2.25,2.5)
-2 b

\end{pspicture}
-3

En utilisant ces outils, on peut obtenir un autre code {\psset{unit=0.6cm,mathLabel=false}


source de la figure page 128 : \begin{pspicture}(-3,-3)(8.8,7)
\psaxes[labelFontSize=\scriptsize]{->}%
80 (0,0)(-3,-3)(8.8,6.5)
...
60
\end{pspicture}}
40
12.14.2.6 Graduations et sous-graduations
20
Les graduations s’appelant des ticks, les sous-
0 graduations s’appellent des subticks. On peut même
0 100 200 300 400 500 600 700 distinguer xticks et yticks pour les graduations sur
les deux axes. De même pour les sous-graduations,
avec xsubticks et ysubticks.
\psset{xunit=0.01cm,yunit=0.04cm} On définit en option le nombre de sous-divisions vou-
\begin{pspicture}(-25,-5)(725,85) lues par subticks = nombre .
\psaxes[Dx=100,Dy=20]{->}(0,0)(725,85)
\psline{*-*}(100,20)(550,65)
2
\end{pspicture}
1
Les options Ox = valeur et Oy = valeur per-
mettent de donner la valeur initiale de graduation : 0
0 1 2 3 4

\psset{xunit=1.5cm}
2
\begin{pspicture}(0,0)(4.25,2.5)
\psaxes[xsubticks=4,ysubticks=2]%
1 {->}(0,0)(4.25,2.5)
\end{pspicture}
0
3 4 5 6 7 8 Les graduations principales sont représentées en noir
par défaut. On peut changer leur couleur avec
\begin{pspicture}(0,0)(5,3) la commande tickcolor = couleur . On peut dis-
\psaxes[Ox=3]{->}(0,0)(5.5,2.5) tinguer les graduations horizontales des verticales
\end{pspicture} (26). Elle est par défaut dans le code proposée par Geogebra.

IREM de Lyon 130


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
avec xtickcolor et ytickcolor. De même, les \psaxes[tickwidth=2pt]{->}(0,0)(4.5,2.5)
sous-graduations, représentées en gris clair par dé-
faut, peuvent changer de couleur avec la commande Par conséquent, avec toutes ces informations, on peut
subtickcolor = couleur . obtenir un nouveau code source (27) pour l’axe gradué
ci-dessous :
2

1 −3 −2 −1 0 1 2 3 4

0 \begin{pspicture}(-3.25,-0.5)(4.5,0.5)
0 1 2 3 4 \psaxes[yAxis=false,subticks=5,%
subtickcolor=black]{->}%
\psaxes[xsubticks=4,ysubticks=2,% (0,0)(-3.25,-0.25)(4.5,0.25)
xtickcolor=yellow,ytickcolor=blue,% \end{pspicture}
xsubtickcolor=red,xsubtickcolor=green]%
{->}(0,0)(4.5,2.5)
12.15 Repères non orthogonaux et
Dans tout ce qui suit, une caractéristique sur l’en- commande \pstilt
tité tick est adaptable aux entités xtick, ytick,
subtick, xsubtick et ysubtick. On va utiliser la commande pstilt (déjà rencontrée
page 35), cette fois-ci dans un dessin.
Le style du trait de graduation est changée par
ticklinestyle=option Plutôt qu’un grand discours, je donne une illustration
où option peut être dashed , dotted , solid ou et son source. J’ai dessiné ci-dessous deux triangles
none . dont les coordonnées de sommets sont (0, 0), (1, 0) et
La longueur du trait de graduation est changée par (0, 1). Toutefois,
ticksize=longueur . • le bleu est dessiné dans un repère orthonormal ;
• le rouge est dessiné dans un repère dans lequel les
deux axes forment un angle de 60◦ .
2

0
0 1 2 3 4

\psset{xunit=1.5cm} \pspolygon[linecolor=blue](1,0)(0,1)(0,0)
\begin{pspicture}(0,-0.5)(4.5,2.5) \pstilt{60}{%
\psaxes[xticklinestyle=dashed,% \pspolygon[linecolor=red](1,0)(0,1)(0,0)}
yticklinestyle=dotted,%
xticksize=2cm,% Sans cette commande pstilt, il faudrait remplacer
yticksize=6cm]{->}(0,0)(4.5,2.5) la dernière ligne de commande une ligne du type
\end{pspicture}
\pspolygon(1,0)(0.5,0.866)(0,0)}
\end{center}
Cette commande « penche » tout :
(La longueur « 6 cm » provient de 1,5 × 4 ; ceci est
dû à la longueur xunit.)
4
3
L’épaisseur du trait de graduation est changée par 2
tickwidth=épaisseur . 1
0
0 1 2 3 4
2
\pstilt{45} {\psgrid[unit=0.5cm,
1
subgriddiv=0,gridcolor=blue,
gridlabelcolor=red](4,4)}
0
0 1 2 3 4 (27). Un code a déjà été donné page 127.

131 LATEX. . . pour le prof de maths !


12.16 Marquage • \lput{:U}{texte } pour positionner texte sur la
connexion entre deux points ;
12.16.1 Marquage des étiquettes • \aput{:U}{texte } pour positionner texte en des-
sous (above) de la connexion ;
Pour attacher un texte à un point de coordonnées
• \bput{:U}{texte } pour positionner texte au des-
(x,y) : donner un nom, placer une légende sur une
sus (below) de la connexion.
figure, . . . , la syntaxe est
Notez qu’il faut écrire ici \pcline (c pour connexion)
\uput{s }[d ]{r }(x,y){nom } et non \psline.
• s : paramètre d’espacement (labelsep) entre (x,y)
et le nom ; ut
ap

*
ut

ut
• d : paramètre obligatoire de direction autour de

ut
lp

lp

bp
(x,y) pour le nom ;
• r : paramètre de rotation du nom.
Le paramètre de direction peut être : \pspicture(7,2)
• un angle (en degrés) ; \pcline(0,0)(2,2) \lput{:U}{lput}
• une combinaison de u d l r (up (haut), r ight \pcline(1,0)(3,2) \lput*{:U}{lput*}
(bas), left (gauche) et down (bas)). \pcline(3,0)(5,2) \bput{:U}{bput}
\pcline(5,0)(7,2) \aput{:U}{aput}
4 \endpspicture
3 A B Ces commandes existent aussi sans l’argument de
l’angle : \mput, \mput*, \Aput et \Bput :
2
D
1 Aput
mput mput*
C Bput
0
0 1 2 3 4 5 6
\uput[ul](2,3){A} \uput[100](5,3){C}
\pspicture(7,2)
\uput[d](4,1){C} \uput[dl](1,2){D}
\pcline(0,0)(2,2) \mput{mput}
4
\pcline(1.5,0)(3.5,2) \mput*{mput*}
\pcline(2.5,0)(4.5,2) \Bput{Bput}
3
R

b b
\pcline(5,0)(7,2) \Aput{Aput}
Q \endpspicture
2 b
P L5
1 T L1
b b
S L4
L2

0 L3
0 1 2 3 4 5 6
\begin{pspicture}(0,0)(6,4) \pspicture(7,2)
\psdot(3,2) \uput[0](3,2){$P$} \psline(1,0)(2,2)(4,0)(5,0)(5,2)(7,1)
\psdots(1,3)(4,3)(1,1) \pcline[offset=12pt]{<->}(1,0)(2,2)\mput*{L1}
\psdot[linecolor=red](4,1) \pcline(2,2)(4,0)\lput*{:U}{L2}
\uput[-90](1,3){$Q$}% direction du nom \pcline(4,0)(5,0) \Aput{L3}
\uput[30]{90}(4,3){$R$} % rotation du nom \pcline(5,0)(5,2)\mput{L4}
\uput{1.5}[0](4,1){\textcolor{red}{S}} % \pcline(5,2)(7,1) \Aput{L5}
espacement 1,5 cm \endpspicture
\uput[ur](1,1){T} % direction uldr du nom B B
\end{pspicture} 5,7
L
m

12.16.2 Marquage des dimensions


4 cm

7,6
5c

Avec l’extension pstricks-add.


9,5
Afin de positionner des dimensions, on dispose de A
3 cm C O
trois commandes :

IREM de Lyon 132


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
{\psset{unit=0.6cm} Avec le package pst-func, on peut dessiner (28) une
\begin{pspicture}(-0.5,-1)(3.5,5) grille de dés :
\pspolygon(0,0)(3,0)(3,4) Dé 2
\psline(2.5,0)(2.5,0.5)(3,0.5)
\uput[180](0,0){A} \uput[90](3,4){B}
\uput[315](3,0){C}
\pcline[offset=9pt]{<->}(0,0)(3,4)
\lput*{:U}{5 cm} 2 3 4 5 6 7
\pcline[offset=-9pt]{<->}(3,0)(3,4)
\lput*{:U}{4 cm} 3 4 5 6 7 8
\pcline[offset=-9pt]{<->}(0,0)(3,0)
\lput*{:U}{3 cm} 4 5 6 7 8 9
\end{pspicture}}

Dé 1
{\psset{unit=0.6cm} 5 6 7 8 9 10
\begin{pspicture}(-0.5,-1)(3.5,5)
\rput{-20}(0,0){% 6 7 8 9 10 11
\pscurve(0,0)(-0.05,1)(0.05,2.7)(0,4)
\pcline[offset=9pt]{<->}(0,4)(3,4) 7 8 9 10 11 12
\lput*{:U}{5,7}
\pscurve(0,0)(1,1.4)(1.95,2.5)(2.6,3.5)(3,4)
\pcline[offset=9pt]{<->}(0,0)(0,4)
\lput*{:U}{7,6}
\pscurve(0,4)(1,3.95)(2,4.05)(3,4) 12.18 D’autres extensions et des lo-
\pcline[offset=-9pt]{<->}(0,0)(3,4)
\lput*{:U}{9,5}} giciels utiles
\uput[225](0,0){O}\uput[315](4.25,3.25){L}
\uput[110](1.25,3.875){B} 12.18.1 L’extension pst-fun
\end{pspicture}}
Je signale ce package ([92]) qui permet d’insérer
facilement des dessins prédéfinis. Il permet d’illustrer
12.17 Face de dé facilement les isométries ou les pavages. . .

Le package pstricks-add permet de dessiner des dés. 5


La commande \psdice crée une face de dé. La face
4
est le seul paramètre. Le résultat est une boîte de
dimension 0 et est placé au point courant. On utilise
3
alors la commande \rput pour le placer ailleurs.

Diverses options, comme la couleur, peuvent être don- 2


nées comme usuellement.
Un argument d’agrandissement peut être donné ; par 1
défaut, le dé a pour dimensions 1 cm × 1 cm.
0

-1
ab 0 1 2 3 4 5 6 7 8

\psdice{5}\\
\begin{pspicture}(0,-1)(8,5)
\rput(0,2.5){\psscalebox{0.5}{\psBird}}
a\psdice[unit=0.75,linecolor=blue]{3}b%
\rput(4,2.5){\psBird}
\rput(3,0.5){\psdice{6}}\\
\rput(4,4){\psscalebox{-0.5}{\psBird}}
\psBird \rput{-60}(4,1.5){\psBird}
\end{pspicture}
\multido{\iA=1+1}{6}{\rput(\iA,0){%
\psdice[unit=0.75,linecolor=red]{\iA}}} (28). Le source est sur [127].

133 LATEX. . . pour le prof de maths !


médiatrices.

On peut bien évidemment construire tous les points


remarquables d’un triangle (32) vus en collège ou en
lycée (33) et manipuler toutes les transformations
usuelles.

Je laisse, pour le plaisir des yeux, deux figures qui ont


{\psset{unit=0.75cm} réalisées avec cette extension (34) .
\begin{pspicture}(0.45,0)(7.65,4.7) Sur la première, une roue de rayon r = 1 roule à
\rput(2.65,0){\psKangaroo[fillcolor=red]{5}} l’intérieur d’un cercle de rayon R = 3 : on obtient
\rput(5,0){\psKangaroo[fillcolor=blue]{5}} une deltoïde.
\end{pspicture}} Sur la seconde, la cardioïde est l’enveloppe des cercles
centrés sur un cercle et passant par un point fixé de
12.18.2 L’extension pst-eucl ce cercle.

L’extension pst-eucl permet de faire de jolis dessins bb

en géométrie euclidienne en spécifiant des contraintes b


b
b

mathématiques (29) . L’emploi des coordonnées est


b
b

b
b
donc limité aux points de départ qui paramètrent en b
b
b
quelque sorte le dessin (30) . b b
O
b
b
b b

b
b

Des documentions complètes se trouvent, entre b


b

autres, sur [86] (site de l’auteur), [87], [88] et [89]. bb


b
b
b

B
b ×

b
O
b
C
b

A
Remarque. Pour écrire les lettres majuscules en ro-
main (35) , on peut se ramener à la méthode exposée
en 7.2.3.3, page 61.
\begin{pspicture}(-5,-5)(3,3)
\pstTriangle(-4,-3){A}(-3,2){B}(2,-2){C}
12.18.3 L’extension pst-ob3d
\pstCircleABC[CodeFig=true]{A}{B}{C}{O}
\end{pspicture} Le package pst-ob3d permet de dessiner des objets
dans l’espace (cubes, pavés et dés). Je renvoie le lec-
Pour construire le centre du cercle circonscrit au teur intéressé à [91].
triangle ABC, on définit d’abord le triangle ABC
avec les coordonnées des sommets (31) . On définit 12.18.4 Des logiciels externes
ensuite le cercle avec la commande \pstCircleABC
Après la découverte de ces quelques pages de codes,
en indiquant les trois sommets puis le nom du
certains auront quelques sueurs froides. . . Je les ras-
centre. L’option CodeFig=true permet de tracer les
sure : il existe des logiciels externes qui peuvent expor-
(29). Voir par exemple l’illustration page 136. ter en code tex et qui, par conséquent, leur facilitera
(30). Par conséquent, il n’est pas obligatoire d’avoir une la vie. A partir de vos renseignements, ils génèrent
énorme bibliothèque d’images due au fait que le changement
d’un point modifie la position d’autres points (et qu’il faille (32). Voir le triangle particulier donné en page 118.
redonner les nouvelles coordonnées de ces derniers !) : il suffit (33). Pour se limiter à ceux-là !
de changer les coordonnées des points de base ! (34). Le lecteur retrouvera les codes sources dans les diverses
(31). En option, on peut ajouter une couleur, préciser la documentations référencées.
marque des points, préciser l’angle entre la marque et le nom (35). Voir la recommandation de l’Inspection générale, page
du point, etc. 60.

IREM de Lyon 134


CHAPITRE 12. DESSINS AVEC PSTRICKS
un code LaTeX/Pstricks à copier-coller ensuite dans 12.18.4.3 TeXgraph
votre document source.
Ressource : [77]
Toutefois, ces « assistants » ne vous feront pas tout
le travail : vous aurez probablement à modifier telle TeXgraph est un logiciel permettant la création de
ou telle ligne de code pour obtenir exactement ce que graphiques mathématiques (comme les droites, les
vous voudrez. Leur premier but est de vous aider à cercles, les courbes, les surfaces, etc.).
obtenir le plus gros du code source de dessin désiré.
Il permet la création d’éléments graphiques, de va-
Leur adresse de téléchargement se trouve dans les riables globales et de macros. L’utilisateur peut créer
pages de ressources, en fin de brochure. ses propres éléments.

12.18.4.1 Geogebra 12.18.4.4 Eukleides


Ressource : [73], [74] et [75] Ressource : [79]

Une fois que le dessin est fini, il y a deux possibilités Eukleides est un langage de dessin de figures en géo-
pour l’avoir dans un document compilé. métrie euclidienne. Il permet aussi la conversion de
figures dans divers formats. Très souvent, l’utilisateur
La première est de convertir la figure en fichier *.eps
n’a pas besoin de coordonnées cartésiennes.
de la façon suivante et de l’inclure (36) .
• dans Fichier , choisir Exporter ; 12.18.4.5 LaTexDraw
• choisir Feuille de travail en tant que Image . Ressource : [78]

La seconde est de demander à Geogebra de générer le 12.18.4.6 TikZ


code Pstricks de la façon suivante, avant de le copier-
Ressources : [93], [114], [95] et [96]
coller dans le fichier *.tex :
De plus, sur [114], on peut aussi y trouver deux
• dans Fichier , choisir Exporter ;
onglets, l’un s’intitule « Tableaux de variations » et
• choisir Feuille de travail en tant que PSTricks ; l’autre, « Arbres » ; chacun d’eux donne chacun accès
à une application en ligne qui génère du code Tikz
• choisir Générer le code PSTricks ;
pour ces objets.
• copier ce dont on a besoin ;
• coller où l’on veut dans le *.tex. TikZ permet la compilation en PdfLaTeX.
Par ailleurs, les collègues l’utilisant sont de plus de
12.18.4.2 Pstplus
plus nombreux.
Ressource : [76]

Pstplus fonctionne sur linux, unix, macosx (37) et


windows.

Pstplus fournit un assistant pour les types de gra-


phique suivants :
• Courbes d’équation y = f (x)
• Tableaux de variations/Tableaux de signes
• Figures géométriques (dans le plan)
• Arbres pondérés
• Graphes orientés et/ou pondérés
• Suites récurrentes du type Un+1 = f (Un )
• Figures géométriques (dans le plan)
• Histogrammes
• Diagrammes en boîte
• Surfaces 3D Le carré, quelques plis « montagne », quelques plis
• Repères dans l’espace « vallée » et un seul coup de ciseau rectiligne à la
fin. . . : vous obtenez les sept pièces du tangram !
(36). Voir le chapitre 11, page 109.
(37). Je le souligne ! Source : http://erikdemaine.org/foldcut/

135 LATEX. . . pour le prof de maths !


b

h3

A b

C′ HC
b
b

b b B
H1 H2
b

H
b

I b

HB
b b
E b

HA
b
G

b h1
b b
O I1 b

h2
b

B′
b

A′
b

H3

Figure 12.2 – « Cercle et droite d’Euler. . . et autres constructions »

Soit un triangle ABC. (38)


Soit G, H, I et O respectivement son centre de gravité, son orthocentre, le centre de son cercle inscrit et
le centre de son cercle circonscrit (de rayon r). Alors G, H et O sont alignés sur une même droite, appelée
−→ −→
« droite d’Euler du triangle ABC ». De plus, 3 OG = OH.
Les trois symétriques h1 , h2 et h3 de H par rapport aux trois côtés appartiennent au cercle circonscrit.
Les trois milieux A’, B’, C’, les trois milieux H1 (resp. H2 et H3 ) de [AH] (resp. [BH] et [CH]) et les trois
pieds des hauteurs HA , HB et HC appartiennent à un même cercle, appelé « cercle d’Euler du triangle ABC »
(ou « cercle des 9 points ») de centre E, milieu de [OH], et de rayon r/2.

(38). La figure a été réalisée avec l’extension pst-eucl. Les coordonnées des points A, B et C sont données au paragraphe
12.7.1.2, page 118. Le source est sur [127].

IREM de Lyon 136


CHAPITRE 13. COURBES REPRÉSENTATIVES DE FONCTIONS AVEC PSTRICKS

Chapitre 13
Courbes représentatives de fonctions avec Pstricks

Les extensions supplémentaires pstricks-add et inverse (RPN) (1) .


pst-plot sont à appeler dans le préambule.
Je renvoie le lecteur au chapitre précédent pour re- 13.2.3.1 Forme classique
trouver le mode d’emploi de toutes les commandes Dans ce cas, on mentionne explicitement la demande
alors définies (psaxes, . . .). algebraic=true.
De plus, toutes les représentations graphiques
peuvent être enrichies en plaçant une origine, des Prenons pour exemple le tracé de la courbe représen-
vecteurs unitaires, le nom de la courbe, . . . tant la fonction x 7→ x2 − 1 sur [−1 ; 2].

13.1 Des logiciels externes et de la 3


documentation
2
Il n’est pas impossible que nous ayons à donner
une représentation graphique d’une fonction. Comme
1
nous l’avons indiqué dans le chapitre portant sur
Pstricks, il existe les logiciels Geogebra [73], Pstplus
[76] et TexGraph [77] permettant de nous faciliter la
−2 −1 1 2 3
vie. Là encore, ils peuvent nous servir !
−1
Je renvoie donc le lecteur intéressé sur ces logiciels
mais il ne m’en voudra pas d’expliquer comment les −2
lignes de commandes obtenues fonctionnent !
Un code source est :
Je renvoie aussi le lecteur à la bibliographie : il y a
plein de ressources pour ce thème. \begin{pspicture}(-2,-2)(4,4)
\psset{algebraic=true}
\psaxes{->}(0,0)(-2,-2)(4,4)
13.2 Tracé de C \psplot{-1}{2}{x^2-1}
\end{pspicture}
13.2.1 Commande de base
Attention ! La fonction exponentielle se code ici
Pour tracer sur l’intervalle [xmin ;xmax ], la courbe
EXP et non pas exp (c’est la seule qui soit
représentant la fonction , la commande de base est :
écrite en majuscules). On saisit donc, par exemple,
\pst-plot[options ]{xmin }{xmax }{fonction } \psplot{-1}{2}{EXP(x/2)}.

13.2.2 Virgule comme séparateur décimal 13.2.3.2 Forme polonaise

En écrivant comma=true dans les psset initiaux, le sé- La fonction précédente s’écrit en notation polonaise
parateur décimal (initialement un point) devient une inverse x 2 exp 1 sub : le logiciel calcule d’abord
2 (x 2 exp) puis retranche 1 au résultat précédent
virgule. Quelques exemples d’utilisation suivent. x
(... 1 sub).

13.2.3 Algébrique ou polonaise ? Un autre code source est :


Il y a deux façons de définir une fonction : l’une utilise (1). Reverse Polish Notation. Les utilisateurs des calculatrices
la forme classique f (x) et l’autre la notation polonaise HP dans les années 90 l’ont beaucoup utilisée !

137 LATEX. . . pour le prof de maths !


\begin{pspicture}(-2,-2)(4,4) 13.3.1 Images et antécédents
\psaxes{->}(0,0)(-2,-2)(4,4)
y
\psplot{-1}{2}{x 2 exp 1 sub} 5
\end{pspicture} β b

4
Voici quelques opérateurs :
3,5 b b

Opér. Symbole Exemple Résultat 3


add + 3 2 add 5
sub − 3 2 sub 1 2
mul × 3 2 mul 6
div ÷ 3 2 div 1,5 1
exp ∧ 3 2 exp 9
abs || -2 abs 2 x
0
α
neg − 2 neg −2
√ 0 1 1,5 2 3 4 4,5 5 6

sqrt 2 sqrt 2
\begin{pspicture}(-1,-0.5)(6,5.5)
ln ln 2 ln ln 2
\psaxes(0,0)(0,0)(6,5)
sin sin 2 sin sin 2◦
\pscurve(0,2)(1.5,3.5)(3.5,4.5)(4.5,3.5)(5,2)(6,1)
cos cos 2 cos cos 2◦
\psline[linecolor=red,arrowscale=2]{->}%
Le lecteur peut s’entraîner avec les expressions sui- (3.5,0)(3.5,4.5)(0,4.5)
vantes (2) : \psdots[dotstyle=*](3.5,4.5)(1.5,3.5)(4.5,3.5)
• 3 x2 + 1 x 2 exp 3 mul 1 add \uput[d](3.5,0){\textcolor{red}{$\alpha$}}
• √ 3
(2 x) + 1 x 2 mul 3 exp 1 add \uput[l](0,4.5){\textcolor{red}{$\beta$}}
• x2 − 4 x 2 exp 4 sub sqrt \psline[linecolor=blue](0,3.5)(6,3.5)
• 1/x + 2 1 x div 2 add \psline[linecolor=blue,arrowscale=2]{->}%
• x e−x x 2.718 x neg exp mul (1.5,3.5)(1.5,0)
\psline[linecolor=blue,arrowscale=2]{->}%
Pour ce qui est des fonctions trigonométriques : (4.5,3.5)(4.5,0)
• tan x est défini par x sin x cos div \uput[d](1.5,0){\textcolor{blue}{1,5}}
• Pour tracer la sinusoïde correspondant à x → 7 sin x \uput[d](4.5,0){\textcolor{blue}{4,5}}
sur [0 ; 2 π], il y a deux possibilités : \uput[l](0,3.5){\textcolor{blue}{3,5}}
◦ \psplot{0}{6.28}{sin(x)} \uput[ur](6,0){$x$} \uput[ur](0,5){$y$}
◦ \psplot{0}{6.28}{% \end{pspicture}
x 180 mul 3.14 div sin} (3)
13.3.2 Affichage des ordonnées
13.3 Intersection L’extension pst-func doit être utilisée.

Penchons-nous sur les intersection de courbes. La courbe de f : x 7→ x2 /4 est dessinée sur [−2 ; 5].
La première sous-section portera sur les lectures gra-
phiques d’images et d’antécédents (4) . \newcommand\f[1]{#1 2 exp 4 div}
\begin{pspicture}(-2,-1)(5,7.5)
La seconde porte sur des intersections de deux
\psaxes{->}(0,0)(-2,-1)(5,7.5)%
courbes ainsi que celles d’une courbe et d’une droite.
[$x$,-90][$y$,180]
On peut reprendre le même type de tracé que pré-
\psplot[linecolor=red]{-2}{5}{\f{x}}
cédemment (et l’on doit se débrouiller pour trouver
\end{pspicture}
une valeur approchée des coordonnées) ou bien uti-
liser l’extension pst-eucl. Dans ce cas, la notation La commande \psPrintValue donne une approxima-
RPN est nécessaire. tion d’une valeur. Ainsi \psPrintValue{1.2 3 exp}
donne 1,728 pour valeur approchée de 1,23 .
x donné, on veut afficher f (x) sur la courbe.
On construit une macro :
\newcommand\ordon[1]{%
(2). Attention à l’ordre ! Toute la joie de la RPN !
\psdots(!#1 \space \f{#1})
(3). Ou encore : x 59.296 mul sin \uput[90](!#1 \space \f{#1})%
(4). Ceci aurait pu très bien être dans le chapitre précédent. {\psPrintValue{\f{#1} 100 mul round 100 div}}}

IREM de Lyon 138


CHAPITRE 13. COURBES REPRÉSENTATIVES DE FONCTIONS AVEC PSTRICKS
Elle permet de placer au dessus du point de L’abscisse n’est pas forcément l’abscisse précise (6)
coordonnées (\i ; f (\i)) l’expression calculée par du point d’intersection mais une valeur approchée
\psPrintValue arrondie à deux chiffres après la vir- (qui permettra d’obtenir une meilleure, calculée avec
gule (5) . l’algorithme de Newton).
On affiche la valeur de f (3,5) avec \ordon{3.5}.
Je renvoie le lecteur à [87], [88] et [89] pour y trouver
On affiche la valeur de f (i), pour i ∈ {−2,0,2,4} avec
divers exemples. Voici quand même celui illustrant
\multido{\i=-4+2}{5}{\ordon{\i}}
l’intersection de la parabole d’équation y = x2 et de
\begin{pspicture}(-2,-1)(5,8) la parabole d’équation y = 3 − (x + 1)2 (7) .
\psaxes[ticksize=-.1 .1,subticks=2]{->}%
(0,0)(-2,-1)(5,7)[$x$,-90][$y$,180]
4
\psplot[linecolor=red]{-2}{5}{\f{x}}
\multido{\i=-2+2}{4}{ \ordon{\i}}
3
\ordon{3.5} M b

\end{pspicture}
2

y 1
b
N
6 −2 −1 1 2
−1
5
4.0 \begin{pspicture}(-2.5,-1)(2.5,4.5)
4 b
\psset{unit=1 cm}
3.06 \def\f{x 2 exp}
b
3 \def\g{x 2 exp -1 mul -2 x mul add 2 add}
\psaxes{->}(0,0)(-2.5,-1)(2.5,4.5)
2 \psplot[linecolor=blue]{-2}{2}{\f}
\psplot[linecolor=red]{-2}{1}{\g}
1.0 1.0
b
1 b
\pstInterFF[PointSymbol=*,PosAngle=170]%
{\f}{\g}{-1.5}{M}
0.0
b \pstInterFF[PointSymbol=*]{\f}{\g}{1}{N}
−2 −1 1 2 3 4 x \end{pspicture}
−1
13.4 Plusieurs courbes
13.3.3 Courbe-courbe et courbe-droite
13.4.1 Fonctions associées
Attention ! Cette partie demande explicitement la no-
On peut aussi définir la fonction par la commande
tation RPN.
\def \nom_fonction {expression }.
Sous réserve d’utiliser l’extension pst-eucl, pour ob-
tenir le point d’intersection entre la courbe représen- Le premier code source de ce chapitre se réécrit alors :
tant la fonction f et la droite AB, on utilise la com-
\begin{pspicture}(-2,-2)(4,4)
mande :
\psset{algebraic=true}
\pstInterFL[option ]% \def\f{x^2-1}
{fonction }{A }{B }{abscisse }{nom du point } \psaxes{->}(0,0)(-2,-2)(4,4)
\psplot{-1}{2}{\f}
Pour obtenir le point d’intersection entre la courbe
\end{pspicture}
représentant la fonction f et celle représentant la
fonction g, on utilise la commande : (6). Il est vrai que nous avons souvent utilisé des valeurs ap-
prochées pour placer des points : l’adjectif « précis » peut donc
\pstInterFF[option ]% étonner. Dans le cas de l’emploi de cette commande, cela nous
{fonction f }{fonction g}{abscisse }{nom du évite d’avoir à la déterminer.
point } (7). On a aussi y = −x2 − 2 x + 2, ce qui se traduit en RPN
par :
(5). En calculant : arrondi(100f (x))/100 x 2 exp -1 mul -2 x mul add 2 add

139 LATEX. . . pour le prof de maths !


Cela permet de définir une fonction g (h, etc.) en 13.4.2 Famille de courbes
fonction de f :
On peut bien évidemment construire une famille de
courbes.
\begin{pspicture}(-2,-2)(4,4)
\psset{algebraic=true}
Ci-dessous sont représentées les courbes des fonctions
\def\f{x^2-1}
x 7→ xn e−x , pour n ∈ {0,1,2,3} sur [0 ; 2].
\def\g{\f+2} n=3
\def\h{1/(\f+2)} % h=1/g 1
\psaxes{->}(0,0)(-2,-2)(4,4)
\psplot{-1}{2}{\f} n=2
\psplot[linecolor=red]{-1}{2}{\g} n=1
\psplot[linecolor=green]{-1}{2}{\h} n=0
\end{pspicture} 0
0 1 2
\psset{algebraic=true,unit=3cm}
\begin{pspicture}(0,0)(2,1)
3 \psaxes(0,0)(0,0)(2,1)
\multido{\n=0+1}{4}{%
2 \psplot{0.001}{2}{x^\n*2.718^(-x)}}
\rput(2.3,0.135){{\footnotesize $n=0$}}...
1 \end{pspicture}

Remarques
−2 −1 1 2 3 • L’abscisse initiale est 0,001 et non 0 pour ne pas
avoir d’arrêt de compilation pour n = 0 (8) .
−1
• Les affichages des paramètres « n = . . . » ont été
faits « à la main » (9) .
−2
On peut aussi colorier une famille de courbes avec des
Toujours est-il que l’on peut représenter les courbes couleurs différentes.
des fonctions associées f même sans la donnée expli-
Les fonctions fn sont définies sur ]0 ; 1] par :
cite de f (x) :
fn (x) = (ln(x)2 + n x) x avec n = 0, 0,2 , . . . , 1
1 n = 1.0
3 y b

y = f (x) n = 0.8
2 b b

n = 0.6
y = −0,5 f (x)
1 b b b
n = 0.4
b
y = f (x + 1)
b b
x b b
n = 0.2
−1 0 1 b 2 3 4 y = f (x) + 2 0 n=0
−1 b b
0 1
\psset{algebraic=true,unit=4cm}
\begin{pspicture}(0,0)(1,1)
\begin{pspicture}(-1,-1)(7,3)
\psaxes(0,0)(0,0)(1,1)
\psset{unit=1cm,showpoints=true}
\multido{\n=0+0.2}{6}{%
\psgrid[gridlabels=0,subgriddiv=0,%
\definecolor{couleur}{rgb}{\n,0.5,0.5}
griddots=4](-1,-1)(4,3)
\psplot[linecolor=couleur]{0.00001}{1}{%
\psaxes(0,0)(-1,-1)(4,3)
x*(ln(x)^2+\n*x)}
\uput[dl](0,0){0}
\uput[r](1,\n){\textcolor{red}{$n=\n$}}}
\uput[u](4,0){$x$} \uput[r](0,3){$y$}
\end{pspicture}
\psline(0,0)(1,1)(3,-1)(4,0)
\psline[linecolor=red](0,0)... (8). On peut aussi choisir de prendre 0 et de tracer la courbe
\uput[r](4.5,-0.5){% liée à n = 0 à part.
(9). Néanmoins, les hauteurs correspondent aux valeurs ap-
\textcolor{green}{$y=f(x)+2$}}... prochées des images de 2 par ces fonctions. Les abscisses sont
\end{pspicture} toutes égales (à 2,3).

IREM de Lyon 140


CHAPITRE 13. COURBES REPRÉSENTATIVES DE FONCTIONS AVEC PSTRICKS
13.5 Aires \pscustom[fillstyle=solid,fillcolor=red]{%

13.5.1 Aire sous la courbe


13.5.2 Aire entre deux courbes
Une fonction f étant donnée, on veut donner la
Z b
Deux fonctions f et g étant données, on veut donner
représentation graphique de f (x) dx, autrement Z b
dit l’aire comprise entre la courbe C de f , l’axe des la représentation graphique de
a [f (x) − g(x)] dx,
a
abscisses et les deux droites d’équations respectives autrement dit l’aire comprise entre les deux courbes
x = a et x = b. sur l’intervalle [a ; b].

On utilise la commande suivante : On utilise la commande suivante :


\pscustom[options ]{%
\psline(a,0)(a,f (a)) \pscustom[options ]{%
\psplot{a}{b}{expression de f (x)} \psplot{a}{b}{expression de f (x)}{%
\psplot{a}{b}{expression de g(x)}}
\psline(b,f (b))(b,0)
}
Voilà
Z 2 comment représenter l’intégrale
(10)

L’ordre des trois dernières lignes et celui des termes


 2 
(x − 1) − (x + 1) dx :
dans celles-ci est important ! −1

Z 1,5
Voilà comment représenter (x2 − 1) dx :
0 4

3 3

2 2

1 1

−2 −1 1 2 3 −2 −1 1 2 3
−1 −1

\begin{pspicture}(-2.5,-1.5)(3.5,3.5)
\psset{algebraic=true} \begin{pspicture}(-2.5,-1.5)(3.5,4.5)
\psaxes{->}(0,0)(-2.5,-1.5)(3.5,3.5) \psset{algebraic=true}
\psplot{-1}{2.1}{x^2-1} \psaxes{->}(0,0)(-2.5,-1.5)(3.5,4.5)
\pscustom[fillstyle=hlines]{% \psplot{-1.5}{2.25}{x^2-1}
\psline(0,0)(0,-1) \psplot{-2}{3}{x+1}
\psplot{0}{1.5}{x^2-1} \pscustom[fillstyle=vlines]{%
\psline(1.5,1.25)(1.5,0)} \psplot{-1}{2}{x^2-1}\psplot{-1}{2}{x+1}}
\end{pspicture} \end{pspicture}

3
13.6 Représentation des lois bino-
2 miale et normale
Les lois normales et binomiales sont fournies dans le
1
package pst-func ([95]).

−2 −1 1 2 3 (10). Remarque. Une fois définies les deux fonctions f et g et


−1 les bornes a et b, Geogebra dessine cette aire à l’aide de la
commande suivante : IntégraleDomaine[f,g,a,b].

141 LATEX. . . pour le prof de maths !


4
0,30 3
2
0,25 1
B(10 ; 0,6)
0,20
−2 −1 −1 1 2 3
0,15 −2
−3
0,10
\psset{algebraic=true,%
xunit=1.25cm,yunit=0.5cm}
0,05
\begin{pspicture*}(-2,-3)(3.5,4.5)
\psaxes{->}(0,0)(-2,-3)(3.5,4.5)
0 4 8 12 \def\f{3+2*x-x^2}
\psplot[linecolor=blue]{-2}{3}{\f}
\psset{xunit=0.4cm,yunit=18cm,arrowsize=5pt} \psplotTangent[arrows=<->]{1}{0.5}{\f}
\begin{pspicture}(-4,-0.03)(16,0.34) \psplotTangent[linecolor=red,arrows=<->,%
\rput(12,0.22){$\mathcal{B}(10\,;0,6)$} Derive={2-2*x}]{-1}{1.5}{\f}
\psaxes[comma,Dx=4,Dy=0.05]% \end{pspicture*}
{->}(0,0)(-1,0)(15,0.33)
\psBinomial[linewidth=1.2pt]{10}{0.6} La commande Derive (11) permet de tracer les
\end{pspicture} courbes représentatives des dérivées successives d’une
fonction. Elle doit être néanmoins utilisée avec l’op-
tion algebraic :
0,20
4
0,15 N (6 ; 2) 3
2
0,10 1

0,05 −2 −1 −1 1 2 3
−2
−3
0 4 8 12
%\usepackage{pstricks-add}
\psset{xunit=0.35cm,yunit=20cm,arrowsize=5pt} \psset{algebraic=true,%
\begin{pspicture}(-3,-0.03)(15,0.22) xunit=1.25cm,yunit=0.5cm}
\rput(12,0.15){$\mathcal{N}(6\,;2)$} \begin{pspicture*}(-2,-3.5)(3.5,4.5)
\psaxes[comma,Dx=4,Dy=0.05]% \psaxes{->}(0,0)(-2,-3)(3.5,4.5)
{->}(0,0)(-1,0)(15,0.22) \def\f{3+2*x-x^2}
\psGauss[linecolor=red,linewidth=1.5pt,% \psplot[linecolor=blue]%
mue=6,sigma=2]{-2}{21} {-2}{3}{\f} %Courbe de f
\end{pspicture} \psplot[linecolor=red]%
{-2}{3}{Derive(1,\f)} %Courbe de f’
13.7 Tangentes en un point et fonc- \psplot[linecolor=green]%
{-2}{3}{Derive(2,\f)} %Courbe de f’’
tions dérivées
\end{pspicture*}
\psplotTangent{x}{long }{fonct } permet de tra-
cer une tangente de longueur long à la courbe re- 13.8 Suites récurrentes
présentative de la fonction fonct au point d’abscisse
x via un calcul d’un calcul de taux d’accroissement Pour tracer des spirales, escargots et autres animale-
sur un intervalle de rayon 5 · 10−5 autour du point ries liées à une suite récurrente de type Un+1 = f (Un ),
spécifié. je renvoie aussi bien à l’utilisation de Pstplus [76], à
celle de la macro proposée par des collègues [111] ou
On peut aussi donner explicitement l’expression de la
fonction dérivée et spécifier l’option Derive. (11). Toujours incluse dans pstricks-add.

IREM de Lyon 142


CHAPITRE 13. COURBES REPRÉSENTATIVES DE FONCTIONS AVEC PSTRICKS
à la modification du fichier source donné en exemple
sur [85].

13.9 Repères trigonométriques


L’extension pstricks-add permet de tracer des
repères trigonométriques.

Voici une représentation graphique de la fonction si-


nus sur l’intervalle [−3,5 ; 3,5]. L’axe des abscisses est
gradué avec un pas de π/6.
1

−3π −2π −π π 2π 3π
6 6 6 6 6 6
−1

%\usepackage{pstricks-add}
\begin{pspicture}(-4,-1.5)(4,1.5)
\psaxes[trigLabels=true,%
trigLabelBase=6,%
xunit=\pstRadUnit]%
{->}(0,0)(-3.5,-1.5)(3.5,1.5)
\psplot{-3.5}{3.5}{x RadtoDeg sin}
\end{pspicture}

143 LATEX. . . pour le prof de maths !


Chapitre 14
Graphes et arbres pondérés

14.1 Graphes A B

L’extension pst-node est nécessaire. C

14.1.1 Graphe non pondéré


D E
14.1.1.1 Graphe non orienté
On va utiliser un environnement \psmatrix. On pré-
pare le dessin du graphe en plaçant les différents élé- $\begin{psmatrix}[mnode=circle,%
ments dans une matrice. Dans l’exemple ci-dessous, colsep=1,rowsep=0.4]
la lettre B est dans la ligne 1 et dans la colonne 3 : A & & B \\
ce sera l’élément noté {1,3}. & C \\
D & & E \\
(C) \end{psmatrix}$
1 2 3
(L) \psset{nodesep=5pt}
\ncline{1,1}{1,3} \ncline{1,1}{2,2}
1 A B
\ncline{1,1}{3,1} \ncline{1,3}{3,3}
\ncline{2,2}{1,3} \ncline{3,1}{2,2}
2 C \ncline{3,1}{3,3}

3 D E On peut avoir quelques envies décoratives. . .


• L’option [mnode=circle] permet d’encercler le
On obtient alors le support suivant : nom du nœud.

$\begin{psmatrix} • L’instruction nodesep=5pt signifie qu’il y a un es-


A & & B \\ pace de 5 pt entre le cercle et la plus proche extré-
& C \\ mité de la flèche.
D & & E \\ • Par défaut, la dimension d’une ligne ou d’une co-
\end{psmatrix}$ lonne est 1,5. On les change avec les paramètres
rowsep=... et colsep=... respectivement.
Le lecteur remarquera que, dans la deuxième ligne,
il ne faut pas de & après le C : sa présence induit un
Si les lettres ne sont pas désirées, on peut les rem-
espace vide (comme si l’on avait écrit un {}) et fait
placer par des cercles ou des disques (éventuellement
apparaître un cercle ( ◦ ) dans le résultat.
coloriés) en mettant à leur place un « {} » (1) :
Pour dessiner un segment entre deux nœuds, on utilise
la commande \ncline. Plus particulièrement, pour
dessiner un segment allant de B (élément {1,3})
vers E (élément {3,3}), on saisit la commande
\ncline{1,3}{3,3}.
Les segments ont leurs options propres (linestyle,
linewidth, etc.). On peut donc saisir une commande
telle que \ncline[linecolor=red]{3,1}{2,2}. \begin{psmatrix}[mnode=circle,%
fillstyle=solid,fillcolor=blue]
(1). En fait, c’est un espace vide qui est encerclé !

IREM de Lyon 144


CHAPITRE 14. GRAPHES ET ARBRES PONDÉRÉS
{} & & {} \\ \cnode[fillstyle=solid,%
& {} \\ fillcolor=blue](0,0){2mm}{D}
{} & & {} \cnode[linecolor=red](3,1){1mm}{E}
\end{psmatrix} ... \ncline{D}{E}
\end{pspicture}
On peut rajouter (2) , éventuellement, dans la com-
mande \psset{...} l’instruction arrows=- . On peut aussi construire un graphe coloré :

a
Les nœuds ne sont pas forcément reliés par des
segments : on peut, entres autres, utiliser des g b
arcs. La commande \ncarc[arcangle=angle ] in- e
dique l’angle de départ (et d’arrivée) de la jonction
par rapport au segment reliant les deux nœuds.
f c

A B
d

\psset{unit=8mm}
C \begin{pspicture}(-2,0)(5,6.5)
% définition des noeuds
\cnodeput[doubleline=true](2,6){A}{a}
$\begin{psmatrix}[mnode=circle,colsep=1] \cnodeput[fillstyle=solid,fillcolor=%
A & & B \\ & C lightgray](4,5){B}{b}
\end{psmatrix}$ \rput(4,3){\rnode{C}{\psframebox{c}}}
\psset{arrowscale=2,arrows=-} \cnodeput(2,1){D}{d}
\ncarc[arcangle=45]{1,1}{1,3} % A->B \cnodeput[doubleline=true](2,4.3){E}{e}
\ncarc[arcangle=30]{1,3}{1,1} % B->A \cnodeput[fillstyle=solid,fillcolor=%
\ncarc[arcangle=-10]{1,3}{2,2} % B->C lightgray](0,3){F}{f}
\ncline{2,2}{1,1} % C->A \cnodeput(0,5){G}{g}
% définition des arêtes
Il existe une autre façon de construire un graphe pon-
\ncline{A}{B} \ncline{A}{G} \ncline{B}{E}
déré, utilisant les coordonnées des nœuds.
\ncline{B}{C} \ncline{D}{F} \ncline{F}{G}
• La commande suivante pose le nœud en (x,y). Ce \ncline{B}{G} \ncline{C}{D} \ncline{C}{F}
nœud est un cercle de rayon précisé. \nccurve[ncurvB=3]{A}{C}
\cnode[options ](x,y){rayon }{nom } \nccurve[angle=-180,ncurvA=3]{A}{D}
• La commande suivante pose le nœud en (x,y). Ce \ncline[linestyle=dashed]{B}{D}
nœud a un nom permettant de le repérer et il porte \end{pspicture}
une légende .
\cnodeput[options ](x,y){nom }{légende } 14.1.1.2 Graphe orienté

2 Pour obtenir une flèche, on met dans les paramètres


b la demande arrows=-> .
1
a La commande
\nccircle[angleA=angle ]{->}{nœud }{rayon }
0
c permet de relier un nœud à lui-même avec un arc de
0 1 2 3 4 5
cercle de rayon précisé.
\begin{pspicture}(5,2)
\cnodeput(1,1){A}{$a$}
A B
\cnodeput[linecolor=green](3,2){B}{$b$}
\cnodeput(4,0){C}{$c$}
\ncline{A}{B}
\ncline[linecolor=green]{B}{C}
(2). C’est pratique quand on fait des copier-coller : il n’y a
C
qu’a choisir entre - et -> du graphe orienté.

145 LATEX. . . pour le prof de maths !


$\begin{psmatrix}[mnode=circle,colsep=1] \ncput[nrot=0]{\textbf{>}}
A & & B \\ \nccircle[angleA=120]{2,1}{0.5}
& C \ncput[nrot=-60]{\textbf{>}}
\end{psmatrix}$ \nccircle[angleA=240]{2,3}{0.5}
\ncput[nrot=60]{\textbf{>}}
\psset{arrowscale=2,arrows=->}
\ncarc[arcangle=45]{1,1}{1,3} \ncarc[arcangle=10]{1,3}{1,1}
\ncarc[arcangle=10]{1,3}{1,1} \ncarc[arcangle=-10]{1,3}{2,2}
\ncarc[arcangle=-10]{1,3}{2,2} \nccircle[angleA=90]{2,2}{0.5}
\nccircle[angleA=90]{2,2}{0.5}
14.1.2 Graphe pondéré
Les deux lignes
\ncarc[arcangle=-10]{1,3}{2,2} 14.1.2.1 Graphe non orienté
\ncarc[arcangle=10]{2,2}{1,3}
sont équivalentes. Pour placer un poids (4) , on ajoute dans les pa-
ramètres shortput=nab et au bout de la ligne
On peut aussi dessiner autrement les flèches repré- de commande du segment l’instruction ^{poids }
sentant les arcs orientés (3) en dessinant par-dessus ou _{poids } selon que l’on veuille placer celui-ci
l’arc le symbole < ou >, tourné. au-dessus ou en-dessous du segment (5) .
>
1
B A B
1 1

4 C 2
>
<

2
<
>

>
D E
A C 1
>
>
>

\begin{center} $\begin{psmatrix}[mnode=circle,%
$\begin{psmatrix}[colsep=2,rowsep=2] colsep=1,rowsep=0.5]
& \mbox{~B~}\\ A & & B \\
\mbox{~A~}& &\mbox{~C~} & C \\
\end{psmatrix}$ D & & E \\
\end{center} \end{psmatrix}$
\psset{arrowscale=2,offset=-1pt,nodesep=2pt}
\psset{shortput=nab}
\ncarc[arcangle=20]{1,2}{2,1} \ncline{1,1}{1,3}^{1}
\ncput[nrot=45]{\textbf{>}} \ncline{1,1}{2,2}^{1}
\ncarc[arcangle=20]{2,1}{1,2} \ncline{1,1}{3,1}_{4}
\ncput[nrot=45]{\textbf{<}} \ncline{1,3}{3,3}^{2}
\ncline{2,2}{1,3}^{1}
\ncarc[arcangle=20]{1,2}{2,3} \ncline{3,1}{2,2}^{2}
\ncput[nrot=-45]{\textbf{>}} \ncline{3,1}{3,3}_{1}
\ncarc[arcangle=20]{2,3}{1,2}
\ncput[nrot=-45]{\textbf{<}} Reprenons notre version « coordonnées des nœuds ».
On peut, là aussi, construire un graphe pondéré :
\ncarc[arcangle=20]{2,1}{2,3}
1
\ncput[nrot=0]{\textbf{>}}
b
\ncarc[arcangle=20]{2,3}{2,1}
\ncput[nrot=180]{\textbf{>}} 0
c

\nccircle[angleA=0]{1,2}{0.5} -1 d
0 1 2 3
(3). Cela est plus esthétique quand il y a plusieurs arêtes qui (4). En fait, cette valeur numérique peut être un texte.
arrivent à un même sommet. (5). Le sens du segment est donc important.

IREM de Lyon 146


CHAPITRE 14. GRAPHES ET ARBRES PONDÉRÉS
\begin{pspicture}(0,-1)(3,1) \psset{nodesep=0.5mm,linecolor=red}
\psset{fillstyle=solid,nrot=:U}
\cnode[fillcolor=blue](0,0){2mm}{A} $(\rnode{1}x^2+3x+4) \times (2\rnode{a}x
\cnode[fillcolor=red](3,1){1mm}{B} +\rnode{b}5)$
\cnode(3,0){1mm}{C} \cnode(3,-1){1mm}{D} \nccurve[angleA=-45,angleB=-135]{->}{1}{a}
\ncline{A}{B}\naput{b} \nccurve[angleA=-45,angleB=-135]{->}{1}{b}
\ncline{A}{C}\ncput*{c}
\ncline{A}{D}\nbput{d} $(\rnode{1}x^2+\rnode {2}3x+\rnode{3}4)
\end{pspicture} \times(2\rnode{a}x+\rnode{b}5)$
\nccurve[angleA=-45,angleB=-135]{->}{1}{a}
La commande nrot=:U permet d’écrire parallèlement \nccurve[angleA=-45,angleB=-135]{->}{2}{a}
au segment reliant deux nœuds. Par défaut, le texte \nccurve[angleA=-45,angleB=-135]{->}{3}{a}
est écrit horizontalement.
Les diverses commandes du type \naput sont expli- Second exemple
quées à la page 132.
 
3
14.1.2.2 Graphe orienté Développement de (2 x + 1) x+4 :
2
Un graphe pondéré orienté est un graphe et pondéré 3
et orienté : il a donc les caractéristiques de chacun • provient de 2 x × x
2
de ces deux graphes.
19
E = 3 x2 + x + 4
Voici un exemple pouvant illustrer un problème de 2
probabilités (6) :

0,4 3
• provient de 2 x × 4 + 1 × x
0,6 C R 0,8 2
• provient de 1 × 4
0,2

$\begin{psmatrix}[mnode=circle,colsep=3]
C & R \\ Développement de ... :
\end{psmatrix}$ \begin{itemize}
\item provient de %
\psset{nodesep=0pt,arrows=->,shortput=nab} \rnode{a}{$2\,x\times \dfrac{3}{2}x$}\\[0.25cm]
\ncarc[arcangle=20]{1,1}{1,2}^{0,4} \def\xstrut{\vphantom{\dfrac{19}{2}}}
\nccircle[angleA=90]{1,1}{0.5}_{0,6} \[E =
\ncarc[arcangle=20]{1,2}{1,1}^{0,2} \rnode[t]{ae}{\psframebox*[fillcolor=yellow]{%
\nccircle[angleA=-90]{1,2}{0.5}_{0,8} \xstrut 3\,x^2}} +
\rnode[t]{be}{\psframebox*[fillcolor=green]{%
14.1.3 Applications \xstrut \dfrac{19}{2}\,x}} +
\rnode[t]{ce}{%
14.1.3.1 Illustration d’une démarche de réso- \psframebox*[fillcolor=red]{\xstrut 4}}
lution \]\\[0.25cm]
Premier exemple \item provient de \rnode{b}{%
$2\,x\times 4+1\times\dfrac{3}{2}\,x$}
2
(x + 3x + 4) × (2x + 5) \item provient de \rnode{c}{$1\times 4$}
\end{itemize}
2
(x + 3x + 4) × (2x + 5) \psset{nodesep=3pt}
\nccurve[angleA=0,angleB=90]{->}{a}{ae}
(6). Et autres phénomènes stochastiques ! Par exemple : « Au \nccurve[angleB=-90]{->}{b}{be}
début d’une étude démographique portant sur les 1 200 per-
\nccurve[angleA=-45,angleB=-90]{->}{c}{ce}
sonnes d’une île, le quart de la population vivait dans la capi-
tale. Depuis, chaque année, 40 % des habitants de la capitale
quittent celle-ci pour aller vivre dans le reste de l’île tandis que
20 % des habitants du reste de l’île viennent habiter dans la Le \xstrut{\vphantom{\dfrac{19}{2}} donne à
capitale. Etc. » toutes les boîtes la même hauteur, celle de la boîte

147 LATEX. . . pour le prof de maths !


19 (7)
qui contient . Sinon, on aurait : 14.2 Arbres
2

11 L’extension pst-tree est nécessaire.


E = 3 x2 + x + 4
2
Les arbres n’ont pas besoin d’être insérés dans un
14.1.3.2 Graphe probabiliste environnement picture.
Voici un graphe probabiliste, dont la matrice associée
est donnée page 65. 14.2.1 Arbres non pondérés
Pour construire un arbre reliant une racine donnée
0,3
aux feuilles f 1, f 2, etc., on utilise la commande
\pstree[opt ]{racine }{f 1}{f 2}{...}}
0,6
0,1 0,2
0,6 A B C 0,6 Pour indiquer la direction dans laquelle l’arbre doit
0,2 0,05 grandir, on utilise la commande treemode=dir où
dir a pour valeur L (gauche), R (droite), U (haut)
0,35 ou D (bas) (8) .

La distance horizontale entre deux nœuds voisins (9)


\psset{xunit=24mm} est modifiée avec treesep=val . Si l’on ne tient pas
\begin{pspicture}(-0.5,-1)(2.5,3) compte des largeurs des légendes des nœuds, cette
\cnodeput(0,1){A}{A} distance (10) est modifiée avec treenodesize=val .
\cnodeput(1,1){B}{B} La distance verticale entre une racine/nœud et ses
\cnodeput(2,1){C}{C} feuilles (11) est modifiée avec levelsep=val .
{\footnotesize L’espace entre une racine et l’extrémité du segment
\ncarc{->}{A}{B}\Aput{0,1} qui la lie à la feuille est nodesep=val .
\ncarc{->}{B}{A}\Aput{0,2}
\ncarc{->}{B}{C}\Aput{0,2}
\ncarc{->}{C}{B}\Aput{0,05}
b

\nccurve[ncurv=0.5,angle=90]%
{->}{A}{C}\Aput{0,3} A B C A B
\nccurve[ncurv=0.4,angle=-90]%
{->}{C}{A}\Aput{0,35} \psset{nodesep=0pt,levelsep=1cm}
\nccurve[ncurv=6,angleA=-110,angleB=110]% \pstree{\Tp}
{->}{A}{A}\Aput{0,6} {\TC* \TC}
\nccurve[ncurv=6,angleA=30,angleB=150]%
{->}{B}{B}\Aput{0,6} \psset{treemode=R,nodesep=0pt,levelsep=1cm}
\nccurve[ncurv=6,angleA=-45,angleB=45]% \pstree{\Tp}
{->}{C}{C}\Aput{0,6}} {\Tc*{1mm}\Tc{1.5mm}}
\end{pspicture}
\psset{treemode=D,nodesep=0pt,levelsep=1cm}
14.1.3.3 Texte partiellement encadré \pstree{\Tdot}
{\TR{A} \TR{B} \TR{C}}
Une petite astuce !
\psset{nodesep=0pt,levelsep=1cm}
Énoncé
\pstree{\Tr{\psframebox{$\Omega$}}}
Exemple d’un texte partiellement encadré
{\Tcircle{$A$} \Tcircle{$B$}}


\textbf{\rnode{A}Énoncé}\par La commande \Tp place un espace vide au nœud


Exemple d’un texte partiellement encadré vide. La commande \Tdot place un petit point.
\par\hfill\rnode{B}{$~\square$}
\ncangles[nodesepA=2mm,angleA=180,% (8). Pour Left, Right, Up et Down.
angleB=180]{-}{A}{B} (9). 0,75 cm par défaut.
(10). −1 pt par défaut.
(7). Les fantômes sont détaillés page 70. (11). 2 cm par défaut.

IREM de Lyon 148


CHAPITRE 14. GRAPHES ET ARBRES PONDÉRÉS
Quand, à une feuille, il y a de nouveau un arbre, on 14.2.2 Avec une \newcommand
utilise la commande \pstree de façon récursive (12) .
On peut aussi utiliser une \newcommand pour définir
un type de nœud qui servira plusieurs fois et dont
on voudrait soit éviter de saisir à chaque fois la ligne
complète de saisie soit pouvoir changer facilement
l’un des paramètres « à la base » sans avoir à changer
chaque ligne dans chaque apparition.

On définit ainsi, par exemple, deux nœuds, « jaune »


\psset{treemode=R,levelsep=2cm} (J) et « vert » (V), de la façon suivante :
\pstree{\Tp}{%
\TC* \newcommand{\J}{\Tcircle[fillstyle=solid,%
\pstree{\TC}{% fillcolor=yellow,linecolor=red]{ }}
\TC* \TC \newcommand{\V}{\Tcircle[fillstyle=solid,%
} fillcolor=green,linecolor=blue]{ }}
}
L’arbre ci-dessous précède ses lignes de code.
Voici comment on pourrait construire un arbre lié au
calcul de 3 x + 1 (13) :

1
3 +
× \psset{treemode=R}
\pstree{\Tp}{\J \pstree{\V}{\J \V} }
x
Voici un autre exemple (14) :
\psset{treemode=L,levelsep=2cm}
\pstree{\Tcircle{$+$}} \newcommand{\K}[1]{%
{\Tcircle{$1$} \Tr{\psframebox{\textcolor{red}{#1}}}}
\pstree{\Tcircle{$\times$}} \newcommand{\C}[1]{%
{\Tcircle{$3$}\Tcircle{$x$}} } \Tcircle[linecolor=blue]{#1}}
\newcommand{\N}[1]{\Tr{#1}}
A
\pstree[treemode=R]{\C{A}}
{\K{B}
\pstree{\C{C}}
{\K{D} \N{E}}
B C D }

B
A D
D E F G H I
C
\psset{treemode=D} E
\pstree{\Tcircle{A}}
{\pstree{\Tcircle{B}} 14.2.3 Arbres pondérés
{\Tcircle{D} \Tcircle{E} \Tcircle{F}} Pour placer un {poids } sur une branche, on ajoute
\pstree{\Tcircle{C}} après la définition du nœud l’instruction ^{poids }
{\Tcircle{G} \Tcircle{H}} ou _{poids } selon que l’on veuille placer celui-ci
\pstree{\Tcircle{D}} au-dessus ou en-dessous de la branche.
{\Tcircle{I}}}

(12). Une petite organisation des données s’impose alors ! (14). Les lettres K, C et N correspondent respectivement à
(13). Ceci est à rapprocher de la notation en polonaise inverse un habillage avec un carré, un habillage avec un cercle et un
3 x mul 1 add. habillage nul.

149 LATEX. . . pour le prof de maths !


0,99 P Le texte « Epr. 1 » est en fait la légende d’une feuille
0,1 S d’un arbre (dirigé vers le bas) à une branche et le texte
0,01 P « Epr. 2 », celle d’une feuille de l’arbre à une branche
de racine la feuille précédente. Ces branches ne sont
0,98 P pas dessinées, comme le demande l’option edge=none.
0,9 S
0,02 P \pstree[treemode=D,edge=none,%
levelsep=2cm]{\Tp}{%
\pstree{\TR{Epr. 1}}{\TR{Epr. 2}}}
\pstree[treemode=R,nodesep=5pt,%
levelsep=2.5cm]{\Tp}{% Dans le même ordre d’idée, les probabilités p2 , p q et
\pstree{\TR{$S$}^{0,1}}{% q 2 sont des feuilles d’arbres à une branche, de lon-
\TR{$P$}^{0,99} gueur 1 cm.
\TR{$\overline{P}$}_{0,01}}
\pstree{\TR{$\overline{S}$}_{0,9}}{%
\psset{nodesep=0mm,levelsep=20mm,%
\TR{$P$}^{0,98}
treesep=10mm}
\TR{$\overline{P}$}_{0,02}}}
\pstree[treemode=D]{\Tp}
{
Par défaut, le texte est écrit horizontalement. Tout
\pstree
comme dans un graphe, on peut utiliser les com-
{\Tcircle{$S$}\nbput{$p$}}
mandes nrot=:U et \naput pour écrire parallèlement
{
au segment reliant deux nœuds.
\pstree[edge=none,levelsep=1cm]
{\Tcircle{$S$}\nbput{$p$}}
0,99 P {
S \TR{$p^2$}}
0,1 \pstree[edge=none,levelsep=1cm]
0,01 P
{\Tcircle{$\overline{S}$}\naput{$q$}}
0,98 P {
0,9 \TR{$p\,q$}
S
}
0,02 P }
\pstree
{\Tcircle{$\overline{S}$}\naput{$q$}}
\pstree[treemode=R,nodesep=5pt, {
levelsep=2.5cm,nrot=:U]{\Tp}{% \pstree[edge=none,levelsep=1cm]
\pstree{\TR{$S$}\naput{0,1}}{% {\Tcircle{$S$}\nbput{$p$}}
\TR{$P$}\naput{0,99} {
\TR{$\overline{P}$}\nbput{0,01}} \TR{$p\,q$}
\pstree{\TR{$\overline{S}$}\nbput{0,9}}{% }
\TR{$P$}\naput{0,98} \pstree[edge=none,levelsep=1cm]
\TR{$\overline{P}$}\nbput{0,02}} {\Tcircle{$\overline{S}$}\naput{$q$}}
} {
\TR{$q^2$}
}
p }
q
}

Epr. 1 S S L’arbre portant les deux textes et l’arbre probabilisé


sont espacés d’un \qquad, le tout est placé dans un
p q p q environnement \center.

Epr. 2 S S S S Première remarque. Les arbres peuvent être dessinés


avec l’extension \pstricks seule où à l’aide de l’ex-
p2 pq pq q2 tension pst-node.

IREM de Lyon 150


5
CHAPITRE 14. GRAPHES ET ARBRES PONDÉRÉS

9 B P (A ∩ B) = 0,099
4 p q 0,9
A
3 0,0
Epr. 1 1

1
S S B P (B) = 0,981


0,
2 p q p q
8 B P (A ∩ B) = 0,882

0,
1
Epr. 2 0,9

9
S S S S
A
0 p pq pq 0,0
q2 2
0 1 2 3 4 5 6 7 8 B
\psset{nrot=:U}
\pstree[treemode=R,levelsep=1.35cm,%
labelsep=2pt]{\Tr{}}
{\pstree{\Tcircle{$A$}\naput{$0{,}1$}}
\psset{unit=0.9cm} {\Tcircle{$B$}~[tnpos=r]{%
\begin{pspicture}(0,0)(8,5) $P(A\cap B)=0{,}099$%
\psgrid[subgriddiv=0,gridcolor=lightgray,% \rnode{noeud1}{}}\naput{$0{,}99$}
gridlabelcolor=lightgray](0,0)(8,5) \Tcircle{$\overline{B}$}
\rput(0.5,1){\Rnode{E2}{Epr. 2}} \nbput{$0{,}01$}}
\rput(0.5,3){\Rnode{E1}{Epr. 1}} \pstree{\Tcircle{$\overline{A}$}
\rput(5,5){\Rnode{A}{\Tp}} \nbput{$0{,}9$}}
\cnodeput(3,3){B}{$S$} {\Tcircle{$B$}~[tnpos=r]{%
\cnodeput(7,3){C}{$\overline{S}$} $P(\overline{A}\cap B)=0{,}882$%
\cnodeput(2,1){D}{$S$} \rnode{noeud2}{}}\naput{$0{,}98$}
\rput(2,0){\Rnode{p1}{$p$}} \Tcircle{$\overline{B}$}
\cnodeput(4,1){E}{$\overline{S}$} \nbput{$0{,}02$}} }
\rput(4,0){\Rnode{p2}{$p\,q$}} \ncbar{noeud1}{noeud2}\ncput*{$\oplus$}
\cnodeput(6,1){F}{$S$} \naput[nrot=0]{$P(B)=0{,}981$}
\rput(6,0){\Rnode{p3}{$p\,q$}} 0,8 B
\cnodeput(8,1){G}{$\overline{S}$}
\rput(8,0){\Rnode{p4}{$q^2$}} 0,7 A
\ncline{A}{B}\ncput*{$p$} 0,2 B
\ncline{A}{C}\ncput*{$q$}
\ncline{B}{D}\ncput*{$p$} 0,6
\ncline{B}{E}\ncput*{$q$} B
\ncline{C}{F}\ncput*{$p$} 0,3 A
\ncline{C}{G}\ncput*{$q$}
0,4 B
\end{pspicture}
{\pstree[treemode=R,nodesep=3pt,%
treesep=10mm,levelsep=2cm]{\Tp}
{\pstree{\TR[edge={\ncline[linewidth=2pt,%
Seconde remarque. Le logiciel Pstplus [76] pourra être
linecolor=red]}]{$A$}^{0,7}}
d’une grande utilité dans la création d’arbres ! Il de-
{%
mande seulement à l’utilisateur de cliquer sur les bou-
\TR[edge={\ncline[linewidth=2pt,%
tons Ajouter Branche et Ajouter Sous Branche
linecolor=red]}]{$B$}^{0,8}
puis de nommer les nœuds correspondants, affectés
\TR{$\overline{B}$}_{0,2}
de leur poids. Puis il fait lui-même tout le travail de
}
structuration !
\pstree{\TR[edge={\ncline[linewidth=2pt,%
linecolor=blue]}]{$\overline{A}$}_{0,3}}
{%
14.2.4 Vers la formule des probabilités to- \TR[edge={\ncline[linewidth=2pt,%
tales linecolor=blue]}]{$B$}^{0,6}
\TR{$\overline{B}$}_{0,4}
Les figures ci-dessous permettent l’explication de la }
formule des probabilités totales : }}

151 LATEX. . . pour le prof de maths !


0,8 B treesep=10mm,levelsep=2cm]{\Tp}
{\pstree{\TR[edge=\Br]{A}^{0,7}}
A {%
0,7
\TR[edge=\Br]{C}^{0,8}
0,2 B \TR{C}_{0,2}
}
\pstree{\TR[edge=\Br]{B}_{0,3}}
0,6 B {%
\TR[edge=\Br]{C}^{0,6}
0,3
A \TR{C}_{0,4}
}
0,4 B }
}
{\pstree[treemode=R,nodesep=0pt,%
treesep=10mm,levelsep=2cm]{\Tp}

{\pstree{\Tcircle[edge={\ncline[linewidth=2pt,%
linecolor=red]}]{$A$}^{0,7}}
{%
\Tcircle[fillstyle=solid,fillcolor=yellow,%
edge={\ncline[linewidth=2pt,%
linecolor=red]}]{$B$}^{0,8}
\Tcircle{$\overline{B}$}_{0,2}
}
\pstree{\Tcircle[edge={\ncline[linewidth=2pt,%
linecolor=blue]}]{$\overline{A}$}_{0,3}}
{%
\Tcircle[fillstyle=solid,fillcolor=yellow,%
edge={\ncline[linewidth=2pt,%
linecolor=blue]}]{$B$}^{0,6}
\Tcircle{$\overline{B}$}_{0,4}
}
}}

Une macro personnelle (15) (appelée plus bas Br (16) )


permet, d’une part, de dessiner à son bon vouloir les
branches et, d’autre part, d’alléger la saisie :

0,8 C
0,7 A
0,2 C

0,6 C
0,3 B
0,4 C

\newcommand\Br{\ncline[linewidth=2pt,%
linestyle=dashed,linecolor=orange]}

{\pstree[nodesep=3pt,treemode=R,%
(15). Les macros sont détaillées dès la page 99.
(16). Br comme « branche ».

IREM de Lyon 152


CHAPITRE 15. ALGORITHMES

Chapitre 15
Algorithmes

Remarque. Il s’agit ici de voir comment écrire un algo- 15.2 Le package algorithmic
rithme qui sera adapté au langage de programmation
utilisé en classe (Python, Scratch, Algobox, . . .). En 15.2.1 Présentation
particulier, ces lignes verront apparaître une instruc- A
L TEX fait bien les choses puisqu’il permet d’ob-
tion comme « a prend pour valeur 0 » mais pas une
tenir des présentations en utilisant les packages
instruction telle que « a := 0 » ou « 0 → a ».
algorithmic et algorithm.

15.1 Deux premières idées de pré- Le premier connaît toutes les instructions de pro-
sentation grammation usuelles. Les plus utilisées sont décrites
ci-dessous. Le lecteur trouvera la documentation
Pour présenter un algorithme, on peut être amené à complète du package sur [109]. Il y a systématique-
le présenter avec un tableau (voyez par exemple celui ment des exemples.
ci-dessous qui est l’algorithme de la multiplication
russe, page 90) – et dont le code source ne montre Le second permet de créer la présentation sous forme
aucunement une présence d’algorithme – ou par un de flottant ; nous y reviendrons au paragraphe 15.3.
organigramme (celui ci-dessous représente la « suite
de Syracuse ») : 15.2.2 Quelques instructions
• Saisies
saisir les entiers a et b
\REQUIRE <Saisies>
m prend la valeur 0
tant que b 6= 0 faire • Résultats
si b est impair alors
\ENSURE <Résultats>
m prend la valeur m + a
a prend la valeur 2 × a • Etat
b prend la valeur E(b/2) \STATE <Texte>
affiche m
• Condition
\IF <Condition><Texte> \ENDIF
\IF <Condition><Texte1>
Choisir un entier naturel
\ELSE <Texte2> \ENDIF
\IF <Condition1><Texte1>
\ELSIF <Condition 2><Texte2>
\ELSE <Texte3> \ENDIF
• Pour
Entier pair ?
\FOR <Condition><Texte> \ENDFOR

oui non \FORALL <Condition><Texte> \ENDFOR


\TO (1) <Valeur>
Multiplier par 3
Diviser par 2 • Tant que
puis ajouter 1
\WHILE <Condition><Texte> \ENDWHILE

(1). Le « à » dans « de . . . à . . . »

153 LATEX. . . pour le prof de maths !


• Boucle 15.2.5 Début et fin
\LOOP <Condition><Texte> \ENDLOOP On peut ajouter les encadrés Début et Fin dans
un algorithme en ajoutant dans le préambule
• Répétition
\REPEAT <Condition><Texte> \UNTIL \newcommand{\BEGIN}{\STATE \fbox{D\’ebut}}
\newcommand{\END}{\STATE \fbox{Fin}}
• Connections logiques
<Expression1> \AND <Expression2> Début
Entrée(s) n entier
<Expression1> \OR <Expression2> a prend pour valeur n
pour p prenant les valeurs entières de 0 à n faire
<Expression1> \XOR <Expression2>
afficher la valeur de p2
\NOT <Expression> fin du pour
Sortie(s) les n + 1 premiers carrés
• Affichage
Fin
\PRINT <Texte>
\begin{algorithmic}
• Commentaire \BEGIN
\COMMENT <Commentaire> \REQUIRE $n$ entier
...
\ENSURE les $n+1$ premiers carrés
15.2.3 Francisation \END
Le lecteur et ses élèves ( !) préfèreront probablement \end{algorithmic}
une version francisée de l’algorithme. Dans ce cas, on
place dans le préambule les commandes données en 15.2.6 Numérotation des lignes
page 156. On peut choisir la fréquence de la numérotation : en
écrivant \begin{algorithmic}[n], chaque n-ième
15.2.4 Exemple ligne sera numérotée.
Voici un algorithme qui donne la liste des diviseurs
d’un entier n strictement supérieur à 1. Entrée(s) n entier
a prend pour valeur n
2: pour p prenant les valeurs entières de 0 à n faire
Entrée(s) n entier, n > 1
afficher la valeur de p2
a prend pour valeur n  n  4: fin du pour
pour d prenant les valeurs entières de 2 à E Sortie(s) les n + 1 premiers carrés
2
faire
tant que d divise a faire \begin{algorithmic}[2]
afficher la valeur de d \REQUIRE $n$ entier ...
a
a prend pour valeur
d Cela permet, avec n = 1 plus particulièrement, de
fin du tant que
fin du pour repérer les références créées. . .
Sortie(s) les diviseurs de n Entrée(s) n entier
a prend pour valeur n
1:
\begin{algorithmic} 2: pour p prenant ... faire
\REQUIRE $n$ entier, $n>1$ 3: afficher la valeur de p2
\STATE {$a$ prend pour valeur $n$} 4: fin du pour
\FOR {$d$ prenant les ... 2 \TO ...} Sortie(s) les n + 1 premiers carrés
\WHILE {$d$ divise $a$} La ligne 3 demande d’afficher. . .
\STATE {afficher la valeur de $d$}
\STATE {$a$ prend pour valeur $\dfrac{a}{d}$} \begin{algorithmic}[1]
\ENDWHILE \REQUIRE $n$ entier
\ENDFOR \STATE $a$ prend pour valeur $n$
\ENSURE les diviseurs de $n$ \\ \FOR {$p$ prenant ...}
\end{algorithmic} \STATE {afficher la ...}\label{ligne}

IREM de Lyon 154


CHAPITRE 15. ALGORITHMES
\ENDFOR 15.3 L’environnement algorithm
\ENSURE les $n+1$ premiers carrés
\end{algorithmic} Le package algorithm affiche l’algorithme sous forme
de flottant.
La ligne \ref{ligne} demande... On mettra dans le préambule l’instruction
On peut changer la présentation de la numé- \floatname{algorithm}{Algorithme}
rotation à l’aide des paramètres linenosize et pour avoir le mot « Algorithme » dans l’étiquette.
linenodelimiter.

Par exemple, Algorithme 1 Multiplication russe


Entrée(s) les entiers a et b
\algsetup{linenosize=\normalsize,% m prend la valeur 0
linenodelimiter=$\diamondsuit$} tant que b 6= 0 faire
si b est impair alors
appliqué au code source précédent donne : m prend la valeur m + a
fin du si
Entrée(s) n entier a prend la valeur 2 × a
1♦ a prend pour valeur n b prend la valeur E(b/2)
2♦ pour p prenant les valeurs entières de 0 à n faire fin du tant que
3♦ afficher la valeur de p2 Sortie(s) m
4♦ fin du pour
Sortie(s) les n + 1 premiers carrés
\begin{algorithm}
15.2.7 Commentaire \caption{\textsc{Multiplication russe}}
Il peut être utile d’afficher des commentaires. . . Il suf- \label{alg1}
fit d’écrire dans le préambule (2) : \begin{algorithmic}
\renewcommand{\algorithmiccomment}{\STATE //} \REQUIRE {les entiers $a$ et $b$}
...
La saisie dans le source de l’algorithme de \ENSURE $m$
\COMMENT Texte de commentaire \end{algorithmic}
donnera : \end{algorithm}

//Texte de commentaire
15.4 Avec Algobox
15.2.8 Indentation Je signale juste que le logiciel Algobox (4) permet d’ex-
On peut choisir une indentation ; elle vaut par défaut porter le code vers un document LATEX.
1 em. Il suffit d’écrire dans le préambule Par exemple, il est aisé d’afficher l’algorithme de cal-
\algsetup{indent=lenght } cul de l’hypoténuse d’un triangle rectangle.
Dans l’exemple suivant (3) , lenght vaut 2 em.
1 VARIABLES
Entrée(s) les entiers a et b 2 x EST_DU_TYPE NOMBRE
m prend la valeur 0 3 y EST_DU_TYPE NOMBRE
tant que b 6= 0 faire 4 h EST_DU_TYPE NOMBRE
si b est impair alors 5 DEBUT_ALGORITHME
6 LIRE x
m prend la valeur m + a
7 LIRE y
fin du si 8 h PREND_LA_VALEUR sqrt(x*x+y*y)
a prend la valeur 2 × a 9 AFFICHER "h = "
b prend la valeur E(b/2) 10 AFFICHER h
fin du tant que 11 FIN_ALGORITHME
Sortie(s) m

(2). Par défaut, un commentaire est écrit dans le document De plus, [110] permet d’avoir des algorithmes « à la
compilé entre accolades. AlgoBox » avec des couleurs !
(3). J’ai écrit « prend la valeur » en gras. Ce n’est pas une
commande du package. (4). Il y en a d’autres. . .

155 LATEX. . . pour le prof de maths !


Commandes francisées

\renewcommand{\algorithmicrequire}{\textbf{Entrée(s)}}
\renewcommand{\algorithmicensure}{\textbf{Sortie(s)}}
\renewcommand{\algorithmicwhile}{\textbf{tant que}}
\renewcommand{\algorithmicdo}{\textbf{faire}}
\renewcommand{\algorithmicendwhile}{\textbf{fin du tant que}}
\renewcommand{\algorithmicend}{\textbf{fin}}
\renewcommand{\algorithmicif}{\textbf{si}}
\renewcommand{\algorithmicendif}{\textbf{fin du si}}
\renewcommand{\algorithmicelse}{\textbf{sinon}}
\renewcommand{\algorithmicelsif}{\textbf{fin du sinon}}
\renewcommand{\algorithmicthen}{\textbf{alors}}
\renewcommand{\algorithmicfor}{\textbf{pour}}
\renewcommand{\algorithmicforall}{\textbf{pour tout}}
\renewcommand{\algorithmicto}{\textbf{à}}
\renewcommand{\algorithmicendfor}{\textbf{fin du pour}}
\renewcommand{\algorithmicdo}{\textbf{faire}}
\renewcommand{\algorithmicloop}{\textbf{boucler}}
\renewcommand{\algorithmicendloop}{\textbf{fin de la boucle}}
\renewcommand{\algorithmicrepeat}{\textbf{répéter}}
\renewcommand{\algorithmicuntil}{\textbf{jusqu’à}}
\renewcommand{\algorithmicprint}{\textbf{afficher}}

IREM de Lyon 156


CHAPITRE 16. PROGRAMMATION STRUCTURÉE

Chapitre 16
Programmation structurée

16.1 \multido 16.1.2.3 Factorielles


6 != 1×2×3×4×5×6
16.1.1 La commande \multido
6 != 6×5×4×3×2×1
Elle permet d’effectuer des boucles itératives incré-
mentales. Cette commande est obtenue avec l’exten- $6~!=1\multido{\i=2+1}{5}{\times\i}$
sion éponyme multido. Sa syntaxe est : $6~!=6\multido{\i=5+-1}{5}{\times\i}$

\multido{var=init+step}{repet}{comm} Remarquez qu’il faut écrire 5+-1 et non 5-1.


répète repet fois les commandes comm. Au début de
la boucle, la variable var est initialisée à la valeur 16.1.2.4 Diagramme en toile d’araignée
init et à chaque tour, elle est incrémentée de la Il n’y a plus guère de conseil de classe sans diagramme
valeur step. en toile d’araignée ! Voici un diagramme représentant
les notes d’un élève dans neuf matières. (Chaque sec-
La première lettre de la commande servant de variable teur angulaire mesure donc 40°.)
indique son type.
d ou D La valeur initiale et l’incrément sont des di-
mensions (longueurs). H-G
LV1
i ou I La valeur initiale et l’incrément sont des
nombres entiers. Fran

n ou N La valeur initiale est un nombre dont l’écri- LV2


ture peut comporter une virgule et l’incrément
devra obligatoirement avoir le même nombre de
EPS
chiffres après la virgule.
r ou R La valeur initiale et l’incrément sont des
Math
nombres à virgule.
SVT
16.1.2 Exemples
Phys
16.1.2.1 Somme des dix premiers entiers SES
0+1+2+3+4+5+6+7+8+9

$0 \multido{\i=1+1}{9}{+ \i }$ \psset{unit=0.125cm}
\begin{pspicture}(-30,-30)(30,30)
16.1.2.2 Somme de termes alternée \psframe(-30,-30)(30,30)
\SpecialCoor
1 − 3 + 5 − 7 + 9 − 11 \multido{\n=0+40}{9}{\rput{\n}(0,0){%
\psline(0,0)(20;40)
\newcounter{cpt}
\psline(20;0)(20;40)
$1 \multido{\i=3+2}{5}{\stepcounter{cpt}%
\psline[linestyle=dashed](15;0)(15;40)
\ifthenelse{\isodd{\arabic{cpt}}}{-}{+} \i}$
\psline[linecolor=red](10;0)(10;40)
(La commande \isodd{val } indique si la valeur val \psline[linestyle=dashed](5;0)(5;40)
est impaire.) }}
\pspolygon[linewidth=2pt,linecolor=blue]%
(12;0)(18;40)(15;80)...

157 LATEX. . . pour le prof de maths !


\rput{0}(25;0){EPS}
\rput{0}(25;40){Fran} ...
\end{pspicture}

16.1.2.5 Multiples de π
2π ≈ 6.28318530
3π ≈ 9.42477795
4π ≈ 12.56637060
5π ≈ 15.70796325

\multido{%
\i=2+1,\npi=6.28318530+3.14159265}{4}{%
$\i\pi\approx\npi$\\} {\psset{fillstyle=solid,unit=6cm}
\begin{pspicture}(1,1)
16.1.2.6 Méthode Coué \multido{\nx=0.0+0.1}{10}{%
\multido{\ny=0.0+0.1}{10}{%
\newcommand\coue[2]{% \newrgbcolor{c}{{\nx} {0} {\ny}}
\multido{}{#1}{#2\endgraf}} \rput(\nx,\ny){%
\psframe[fillcolor=c](0,0)(0.1,0.1)
\coue{5}{Je suis le meilleur !} }}}
\end{pspicture}}
Je suis le meilleur !
Je suis le meilleur !
Je suis le meilleur !
16.2 \ifthenelse
Je suis le meilleur ! 16.2.1 La commande \ifthenelse
Je suis le meilleur !
Le package ifthen permet les actions conditionnelles
grâce à la commande \ifthenelse.
La commande \endgraf est un équivalent de la com-
mande \par permise dans les arguments de com- La structure de celle-ci est
mandes n’acceptant normalement pas plusieurs pa-
ragraphes. \ifthenelse{condition }{vrai }{faux }

Elle évalue condition . Si celle-ci est vraie, elle


16.1.2.7 Dégradés
exécute l’instruction vrai ; sinon, elle exécute l’ins-
truction faux .

Pour définir la condition , on peut utiliser < et >


pour comparer des nombres et les opérateurs logiques
\AND, \OR et \NOT (1) . La commande \equal testes
{\psset{xunit=5cm,yunit=15cm} si deux chaînes de caractères sont identiques. Pour
\begin{pspicture}(0,0)(1,0.1) comparer des longueurs, on ne peut pas utiliser <, >
\multido{\r=0+.1111}{10} ou = mais utiliser la commande \lentghtest.
{\newrgbcolor{Verts}{\r\space 1. \r}
\rput(\r,0){% 16.2.2 Exemples
\psframe[fillstyle=solid,fillcolor=Verts]%
(0.08,0.1)}} 16.2.2.1 Impair
\end{pspicture}} 2014 est-il impair ?

Note. La commande \space est obligatoire pour sépa- \ifthenelse{\isodd{2013}}{vrai}{faux}


rer les deux (des trois) valeurs définissant la couleur. vrai

16.1.2.8 Palette de couleurs


Des commandes \multido peuvent s’emboîter. (1). En majuscules, absolument.

IREM de Lyon 158


CHAPITRE 16. PROGRAMMATION STRUCTURÉE
16.2.2.2 Plus grand Exercice : 1 point
Exercice Bonus : +1 point
\ifthenelse{3<5}{vrai}{faux}
Exercice : 2 points
vrai Exercice Bonus : +2 points

Utilisons maintenant une macro. Exercice \points{1}{}\par


Exercice \points{1}{B}\par
\newcommand{\compare}[2]{#1 est Exercice \points{2}{}\par
\ifthenelse{#1<#2}{petit}{grand} que #2.} Exercice \points{2}{B}\par

\compare{4}{6}\\ 16.3 \whiledo


\compare{17}{12}
16.3.1 La commande \whiledo
4 est petit que 6.
17 est grand que 12. Le package ifthen permet les boucles de type while
grâce à la commande whiledo.
16.2.2.3 Matin ou après-midi ? La structure de celle-ci est
Dans l’exemple suivant, on utilise l’instruction
\the\time qui donne le nombre de minutes écoulées \whiledo{condition }{instruction }
depuis minuit ; midi correspond donc à la valeur 720.
L’instruction sera exécutée tant que la condition
Nous sommes (2) l’après-midi. est vraie.

Nous sommes 16.3.2 Exemples


\ifthenelse{\the\time<721}%
16.3.2.1 Méthode Coué (bis)
{le matin}{l’après-midi}.
\newcounter{repete}
S’il est vrai qu’à 2 h on dit « deux heures du matin », \newcommand\couebis[2]{%
il est rare que l’on dise à 23 h que l’on est dans \setcounter{repete}{#1}%
l’après-midi. Voici donc une amélioration qui permet \whiledo{\value{repete}>0}{%
de montrer un emboîtement d’\ifthenelse. #2\par\addtocounter{repete}{-1}}
}
Nous sommes l’après-midi.
Je suis le meilleur !
Nous sommes Je suis le meilleur !
\ifthenelse{\the\time<721}{% Je suis le meilleur !
le matin}{\ifthenelse%
{\the\time<1081}{% \couebis{3}{Je suis le meilleur !}
l’après-midi}{le soir}}
(\value{compteur } renvoie la valeur d’un compteur
16.2.2.4 Barème sous la forme d’un nombre exploitable dans les condi-
tions booléennes.)
Voici une commande permettant d’afficher le nombre
de points d’un exercice ou d’un barème (avec, au pas-
sage, la distinction à l’affichage, entre « point » et 16.3.2.2 Calcul du PGCD
« points »). (Le package calc (3) est nécessaire.)

\newcommand{\points}[2]{% \newcounter{a}\newcounter{b}\newcounter{r}
\ifthenelse{#1=1}{% \newcommand{\euclide}[2]{%
\ifthenelse{\equal{#2}{B}}{% \ifthenelse{#2>#1}
Bonus: + }{}1 point)}{}% {\setcounter{a}{#2}\setcounter{b}{#1}}
\ifthenelse{#1>1}{% {\setcounter{a}{#1}\setcounter{b}{#2}}
\ifthenelse{\equal{#2}{B}}{% \whiledo{\value{b}>0}{%
Bonus: + }{}#1 points}{}% PGCD(\arabic{a},\arabic{b})=%
}\par
(3). Il permet d’effectuer des calculs arithmétiques sur les
(2). À la compilation de ce document ! compteurs et les longueurs.

159 LATEX. . . pour le prof de maths !


\setcounter{r}{%
\value{a}-\value{a}/\value{b}*\value{b}}%
\setcounter{a}{\value{b}}%
\setcounter{b}{\value{r}}%
}%
\arabic{a}%
}
PGCD(60,36)=PGCD(36,24)=PGCD(24,12)=12
\euclide{36}{60}
Une autre version de cet algorithme est donnée sur
[42].

16.3.2.3 Suite de Syracuse


On appelle « suite de Syracuse » la suite d’entiers
naturels définie de la manière suivante.
On choisit un nombre entier. S’il est pair, on le divise
par 2 et on obtient le terme suivant de la suite. Si le
nombre est impair, on le multiplie par 3, on ajoute 1
au résultat et on obtient le terme suivant de la suite.
On recommence la procédure avec le nouveau nombre
obtenu.
La « conjecture de Syracuse » est l’hypothèse selon
laquelle, pour toute valeur initiale, on finit toujours
par obtenir 1 dans la suite obtenue.

On va insérer une boucle whiledo qui sera utilisée


tant que la valeur 1 n’aura pas été atteinte (4) (la
valeur du terme courant terme est affichée et le terme
suivant est calculé).
\newcounter{terme}

\newcommand\syracuse[1]{%
\setcounter{terme}{#1}%
\whiledo{\value{terme}>1}{%
\theterme,%
\ifthenelse{\isodd{\value{terme}}}
{\setcounter{terme}{\value{terme}*3+1}}
{\setcounter{terme}{\value{terme}/2}}
}%
1
}
\syracuse{17}
17, 52, 26, 13, 40, 20, 10, 5, 16, 8, 4, 2, 1

Remarque. La boucle whiledo a été utilisée sans sa-


voir si la condition de sortie sera effectivement at-
teinte. . . On sait toutefois que la conjecture est vraie
(janvier 2009, T. Oliveira e Silva) au moins jusqu’à
n = 5 764 607 523 034 234 880 !
(4). C’est pour cela que la valeur 1 est affichée dans la pro-
gramme : la boucle se termine avant que ce terme 1 ne soit
affiché.

IREM de Lyon 160


CHAPITRE 17. PERSONNALISER SON COURS

Chapitre 17
Personnaliser son cours

Dans ces quelques pages, il est expliqué comment ob- 17.2.1 Document entier
tenir une présentation de cours personnelle.
On met l’option landscape dans la déclaration du
document :
17.1 Titre, auteur et date
\documentclass[landscape]{article}
Pour créer un titre de présentation, il faut préciser
dans le préambule le titre, l’auteur et la date : On peut aussi utiliser l’extension geometry (2) :

\title{Le titre} \usepackage[landscape]{geometry}


\author{L’auteur}
\date{La date} 17.2.2 Une ou quelques pages seulement
S’il y a plusieurs auteurs, ils doivent être séparés par On écrit \usepackage{lscape} dans le préambule.
\and. Ce package permet de passer localement de « por-
trait » à « paysage » et inversement. (3)
La date est alors celle choisie par l’utilisateur (1) . Par exemple, on pourra écrire :
On peut aussi demander que la date soit insérée au- Texte sur la page 1 au format portrait.
tomatiquement avec \date\today. C’est alors la date \begin{landscape}
de compilation qui est affichée. Texte sur la page 2 au format paysage, après
un changement de page.
Pour ne pas préciser l’un des trois champs, il faut lui \end{landscape}
donner un argument vide : on écrit alors par exemple Texte sur la page 3 au format portrait,
\date{}. après un autre changement.

La commande \thanks permet de spécifier, en tant


que note de bas de page, des informations complé- 17.3 Page
mentaires sur le titre ou sur un auteur. On saisira par
exemple : 17.3.1 Numéro de page
\title{Titre\thanks{Idée de...}} Par défaut, les pages d’un document sont numérotées.
\author{Auteur\thanks{IREM de...}} Si l’on veut supprimer la numérotation, on écrit dans
le préambule :
Enfin, la commande \maketitle indique à L TEX où
A
l’on veut faire figurer le titre. Généralement, on l’in- \pagestyle{empty}
dique en tout début de document, c’est-à-dire juste
Si l’on ne veut pas afficher la numérotation sur une
après \begin{document}.
seule page, on écrit au début de celle-ci :

17.2 Orientation « paysage » \thispagestyle{empty}

(Attention, cela ne change pas les numérotations des


Par défaut (c’est-à-dire sans mention explicite dans le
pages suivantes.)
préambule), le document final est présenté au format
« portrait ». On peut choisir de passer en orientation (2). Si l’extension geometry est encore utilisée avec une op-
« paysage ». tion pour fixer les marges de la page, il faut regrouper sim-
plement toutes les options, en les séparant par des virgules :
(1). Date du début du chapitre travaillé avec les élèves, par \usepackage[...,landscape]{geometry}
exemple. (3). Cette méthode s’applique évidemment à une page seule.

161 LATEX. . . pour le prof de maths !


17.3.2 Changement de page 17.4 Page de garde
\newpage impose un changement de page. Ne nous gênons pas pour demander à LATEX de créer
une page de présentation !
Pour forcer LATEX à laisser une page blanche dans
un document, il faut utiliser successivement les trois
On commence par lui renseigner les commandes sui-
commandes (4) :
vantes dans le préambule :
\newpage
\title{titre du document }
$\ $ ou \strut ou \mbox{} ou \null
\author{auteur(s) du document }
\newpage
\date{date précisée du document } (6)
Par ailleurs, dans un document avec le style \thanks{note } (7)
twocolumn, l’utilisation de \newpage permet un saut
de colonne. On place au début du corps du document la com-
mande \abstract{résumé du document }.
17.3.3 Marges
Ensuite, nous écrivons (dans le corps du document,
L’extension geometry permet de régler les marges du donc) la commande \maketitle qui va imprimer
document. toutes les informations données.
Dans les documents américains, le texte comporte
66 caractères (en moyenne) par ligne mais, du coup, Par ailleurs, le symbole © se code \copyright{}.
les marges sont très grandes (5) .
Une possibilité de réglage est donner les marges du 17.5 Changement de la numérota-
haut (top), du bas (bottom), de gauche (left) et de
droite (right) :
tion des listes
\usepackage[top=2cm,bottom=2cm,left=2cm,% Voici ce qu’il faut faire pour que toutes les listes dans
right=2cm]{geometry} un même document (un cours, par exemple) aient la
même structure.
On peut aussi les définir « à la main ». Pour cette Il y a un compteur par niveau (le premier niveau cor-
brochure, les longueurs sont les suivantes : respond à « 1. », le deuxième à « (a) », le troisième à
« i. », . . .). Ces compteurs s’appellent respectivement
\setlength{\paperwidth}{29.7cm}
enumi, enumii, enumiii et enumiv. On peut redéfinir
\setlength{\paperheight}{21cm}
ces niveaux.
\setlength{\evensidemargin}{0cm}
\setlength{\oddsidemargin}{-0.5cm} Voilà comment modifier l’aspect du compteur du pre-
\setlength{\topmargin}{-2cm} mier niveau (la structure proposée est la même pour
\setlength{\headsep}{0.15cm} les autres niveaux).
\setlength{\headheight}{0.7cm}
\setlength{\textheight}{25cm} 17.5.1 Le compteur lui-même
\setlength{\textwidth}{18cm}
Même s’il y a plusieurs exemples ci-dessous, on ne
choisira qu’une possibilité ! En effet, tous les comp-
17.3.4 Au début d’un chapitre teurs seront affectés par cette commande. . .
Dans la classe book, LATEX commence automatique-
ment les chapitres sur une page impaire. Pour sup- 17.5.1.1 Énumération du type A, B, C, . . .
primer ce comportement, on utilise l’option de classe
Il faut marquer dans le préambule
openany.
\renewcommand{\theenumi}{\Alph{enumi}}
pour avoir la liste A B C D, etc.

(6). Par défaut, LATEX affiche la date du jour, que l’on peut
par ailleurs obtenir avec la commande \today. On peut aussi
mettre la date à laquelle sera effectivement présenté le cours !
On peut supprimer la mention de la date avec \date{}.
(4). Il reste toutefois le numéro de page sur la page blanche. (7). Éventuellement. Elle est placée à l’intérieur de l’argument
On peut donc préférer : de l’une des trois commandes précédentes et produisant une
\clearpage{\pagestyle{empty}\cleardoublepage} note de bas de page où peuvent être affichés des remerciements
(5). Comme certaines annales mises sur le site de l’APMEP. ou une adresse ou. . .

IREM de Lyon 162


CHAPITRE 17. PERSONNALISER SON COURS
A. aaa \begin{enumerate}
B. bbb \item harmonica ;
\item accordéon
\begin{enumerate} \begin{enumerate}
\item a \item diatonique ;
\item b \item chromatique.
\end{enumerate} \end{enumerate}
\end{enumerate}
17.5.1.2 Énumération du type I, II, III, . . .
17.5.2.4 Énumération encadrée
Il faut marquer dans le préambule Il faut marquer dans le préambule
\renewcommand{\theenumi}{\Roman{enumi}}
pour avoir la liste I, II, III, IV, etc. \renewcommand{\labelenumi}{\fbox{\theenumi}}

I. aaa pour avoir une énumération encadrée :

II. bbb 1 Guignol


D’autres types d’aspect sont donnés en page 46. 2 Gnafron

17.5.2 L’étiquette : gras, couleur, enca- 17.5.3 Alignement vertical


dré, . . . Pour obtenir (8) la présentation suivante
17.5.2.1 Énumération du type 1), 2), 3) 1. blabla
2. (a) blabla
Il faut marquer dans le préambule
\renewcommand{\labelenumi}{\theenumi)} (b) blabla
pour avoir la liste 1), 2), 3), etc. 3. blabla
dans laquelle les quatre « blabla » sont alignés verti-
1) aaa calement,
2) bbb • on saisit dans le préambule
\newcommand{\itemb}{%
17.5.2.2 Énumération du type  A , . . . \item\hspace*{\leftmarginii}} ;
Il faut marquer dans le préambule • on remplace les \item de premier niveau par
\renewcommand{\labelenumi}{\% \itemb.
$\blacksquare$ \theenumi$\ \square$}
pour avoir la liste  A ,  B ,  C , etc. \begin{enumerate}
\itemb blabla
Cette nouvelle présentation est alors alignée sur le \item
fer à droite (et peut donc dépasser dans la marge de \begin{enumerate}
gauche). \item blabla
\item blabla
17.5.2.3 Énumération colorée \end{enumerate}
\itemb blabla
Il faut marquer dans le préambule
\end{enumerate}
\renewcommand{\labelenumi}{%
\colorbox{cyan}{\textbf{\theenumi}}} 17.5.4 Comme aux examens
\renewcommand{\labelenumii}{%
Les dernières annales indiquent que les chiffres et les
\colorbox{green}{\textbf{\theenumii}}} lettres sont écrits en gras et suivis d’un point.
pour avoir une énumération colorée : On obtient ceci en écrivant dans le préambule :

1 harmonica ; \renewcommand{\labelenumi}{%
2 accordéon \textbf{\theenumi.}}
\renewcommand{\labelenumii}{%
a diatonique ; \textbf{\theenumii.}}
b chromatique. (8). Merci François !

163 LATEX. . . pour le prof de maths !


1. AAAA changera la numérotation des autres niveaux.
2. a. BB
La manipulation précédente n’affiche plus que le ni-
b. CC
veau correspondant avec sa police. Elle donne par
exemple I pour un niveau de section et A pour un
\begin{enumerate}
niveau de sous-section. Si l’on veut avoir une sous-
\item AAAA
section affichée sous la forme complète I A, on écrit
\item
la commande (10) :
\begin{enumerate}
\item BB \renewcommand{\thesubsection}{%
\item CC \thesection~\Alph{subsection}}
\end{enumerate}
\end{enumerate} 17.6.3 Changement de valeur
On peut vouloir que la section ne commence pas avec
17.6 Titres de section le numéro 1, par exemple lorsque l’on met sur réseau
des feuilles de cours disjointes. Il suffit de changer la
LATEX permet à l’utilisateur de tout programmer, en valeur du compteur section.
particulier la présentation des titres de section. Dans
les lignes suivantes, nous allons nous intéresser à leur Ainsi, si la feuille commence avec la section portant
mise en page ; pour ce qui est de la modification de le numéro 5, il suffit de saisir avant cette section la
leur numérotation, je renvoie le lecteur au 17.6.2. commande \setcounter{section}{4}.

On insère \usepackage{titlesec} dans le préam- 17.6.4 Couleur


bule, extension dont on utilisera les deux commandes On peut choisir de mettre dans tout le document les
\titleformat et \titleformat*, à placer, elles titres de section, de sous-sections, . . . en couleur.
aussi, dans le préambule.
Par exemple, on veut que les titres de section soient
Par ailleurs, le symbole usuel représentant un para- écrits en rouge et les titres de sous-section, en vert.
graphe, §, se code \S{}. On écrit dans le préambule :
\usepackage{sectsty} (11)
17.6.1 Police
\sectionfont{\color{red}{}}
On utilise la commande \titleformat* qui a deux
\subsectionfont{\color{green}{}}
arguments : le premier porte sur le niveau de section
à modifier (chapter, section, subsection, . . . )
On peut choisir d’autres couleurs (voir page 32) :
et le second, sur le format de la police (9) . Cette
commande porte aussi sur la numérotation des titres. \definecolor{SubsSecCol}{cmyk}{0.2,0.6,1,0.2}
\subsectionfont{\color{SubsSecCol}{}}
Si l’on veut que les titres des sections soient écrites
en italique et en gras, on écrit : 17.6.5 Présentation
\titleformat*{\section}{\bfseries\itshape} On utilise la commande \titleformat qui a les prin-
cipales caractéristiques
17.6.2 Style de numérotation \titleformat{sect }[pres ]{format }{presnum }
Les titres sont notés suivant leur ordre usuellement {esp }{av }{apr }
par 1 puis 1.1 puis 1.1.1 etc., comme c’est le cas ici. sect est le niveau de section : \subsection, . . .
La commande dans le préambule pres est la présentation : display (paragraphe sé-
paré), frame (encadré), hang (par défaut), . . .
\renewcommand{\thesection}{\Roman{section}}
format est le formatage de tout le titre (numéro in-
donnera la numérotation I, II, III, etc. pour les clus), qui peut être précédé de commandes à placer
sections. avant le titre.
presnum est la présentation du numéro du niveau :
De même, en remplaçant thesection par
\thesection, \thesubsection, . . .
thesubsection (resp. thesubsubsection) et
section par subsection (resp. subsubsection), on (10). La commande pour afficher le niveau de section en romain
majuscule est supposée appelée.
(9). Voir l’ensemble des possibilités page 30. (11). C’est ce package qui permet cette réalisation.

IREM de Lyon 164


CHAPITRE 17. PERSONNALISER SON COURS
esp est l’espace (longueur) entre le numéro du niveau 17.6.7 Centrage des titres de section
et le titre.
Voici les instructions à saisir dans le préambule afin
av est une commande à exécuter avant le titre de la d’avoir (13) les titres des sections centrées. (14)
section (numéro inclus).
apr est une commande à exécuter avant le titre de \makeatletter
la section (souvent aucune). \renewcommand\section{\@startsection%
{section}{1}{\z@}%
Par exemple, pour cette brochure, j’ai déclaré : {-3.5ex \@plus -1ex \@minus -.2ex}%
{2.3ex \@plus.2ex}%
\titleformat{\section}[frame]%
{\centering\normalfont\Large\bfseries}}
{\titleline[r]{}\normalfont}%
\makeatother
{\filright%
\texttt{~Chapitre \thesection~}}%
{5pt}{\Large\bfseries\filcenter}{} 17.7 Encadrés : définitions, résul-
Quelques explications : tats, textes, . . .
• section indique que la présentation porte sur le 17.7.1 Le package bclogo
niveau de hiérarchie section.
Il existe le package bclogo qui permet la création de
• frame indique que la présentation est en encadré. boîtes colorées avec un logo, un titre et une couleur
• \filright indique que le texte Chapitre 1 est de fond, . . ..
écrit à gauche.
Si j’avais voulu qu’il soit centré ou justifié à Il est aisé d’obtenir
droite, j’aurais remplacé filright respectivement
par filcenter ou filleft. Hypoténuse
Dans un triangle rectangle, l’hypoténuse est le
• \texttt{~Chapitre \thesection~} indique que
côté opposé à l’angle droit.
le titre de toutes les sections dans le fichier source
sera remplacé par le numéro de ce niveau, précédé
Je renvoie le lecteur intéressé à [48].
de « Chapitre », le tout écrit en télétype.
L’espace insécable ~ (modifiable) permet de ne pas
coller le texte au trait. 17.7.2 Le package framed
• 5pt indique que l’espace entre le titre de la section Le package framed permet d’avoir des encadrés plus
et le texte Chapitre ... vaut 5 pt . classiques mais tout aussi efficaces (15) .

• \Large\bfseries\filcenter indique que le titre


de la section sera écrit en taille « Large », en gras Théorème :
et au centre de l’encadré. Texte du théorème
Par ailleurs, je signale l’existence du package
fncychap qui offre des possibilités de personnalisa- \begin{framed}Théorème :
tion des titres des chapitres.
Texte du théorème\end{framed}
17.6.6 Numérotation dans la marge
Voici les instructions à saisir dans le préambule afin Théorème :
d’avoir les numérotations des subdivisions produites Texte du théorème
dans la marge et les titres des en-têtes alignés sur la
marge de gauche (12) . \begin{leftbar}Théorème :

\makeatletter Texte du théorème\end{leftbar}


\renewcommand{\@hangfrom}[1]{%
\setbox\@tempboxa\hbox{{#1}}%
\hangindent\wd\@tempboxa\noindent\llap{{#1}}} (13). D’autres exemples de présentation sont sur [15] et [113].
\makeatother (14). Pour que ceux-ci soient alignés sur la marge de droite, on
remplace \centering par \raggedleft.
(12). Par défaut, c’est la numérotation et non pas le titre qui (15). Le package xcolor doit être appelé pour le dernier
est alignée sur la marge. exemple.

165 LATEX. . . pour le prof de maths !


Et le cadre obtenu le sera avec
Théorème :
Texte du théorème \Cadre{\emph{Définition}}{%
\textbf{Développer} un produit signifie...
}
\definecolor{shadecolor}{gray}{0.9}
\begin{shaded}Théorème : La commande \boxput* encapsule le cadre et ne
peut donc être utilisée qu’une fois avec un cadre
Texte du théorème\end{shaded} donné. Voici un source (modifiable à volonté (18) ) et
la réalisation correspondante avec deux cadres de
17.7.3 Et une macro ! bordure.
On va définir une macro Cadre (16) ; la commande A1
\boxput provient du package fancybox. A2
\newcommand{\Cadre}[3]{\begin{center} A3
\boxput*(0,1){\colorbox{green}{#1}}
{\setlength{\fboxsep}{8pt} \boxput*(0,1){\setlength{\fboxsep}{3pt}
\fcolorbox{red}{yellow}{\begin{Bflushleft} \fcolorbox{green}{orange}{~~A1~~}} {%
\begin{minipage}{#2} \boxput*(0.5,-1){\setlength{\fboxsep}{7pt}
\vspace{2mm}\par#3 \fcolorbox{red}{yellow}{A3}}
\end{minipage} {\setlength{\fboxsep}{8pt}
\end{Bflushleft}}} \fcolorbox{black}{lightgray}{%
\end{center} \begin{minipage}{.4\textwidth}
} \vspace{2mm}\par A2\vspace{4mm}
L’encadrement de \end{minipage}}}}
Définition
Développer un produit signifie. . . 17.8 Présentation du théorème
est obtenu avec 17.8.1 Numérotation d’une proposition
\Cadre{\emph{Définition}}{0.8\linewidth}{% 17.8.1.1 La commande \newtheorem
\textbf{Développer} un ...}
La commande \newtheorem permet de créer des styles
La position du cadre supérieur est donnée par
de théorème ou d’énoncés similaires.
\boxput*(0,1) et peut donc être changée facile-
Créons, par exemple, un environnement {Prop} pour
ment (17) . Le \vspace{2mm}\par permet de décaler
les propositions et un environnement {Dem} pour les
le texte pour ne pas qu’il soit en collision avec le
démonstrations en plaçant dans le préambule :
cadre supérieur. La minipage est nécessaire lorsque
la longueur du texte dépasse une ligne. \newtheorem{Prop}{Proposition}
\newtheorem*{Dem}{Démonstration}
Si l’encadré est voué à avoir toujours la même largeur
(par exemple, 0.8\linewidth}) une variable peut En compilant
être supprimée dans la macro : \begin{Prop}
\newcommand{\Cadre}[2]{\begin{center} Le nombre r\’eel $\sqrt{2}$ est irrationnel.
\boxput*(0,1){\colorbox{green}{#1}} \end{Prop}
{\setlength{\fboxsep}{8pt}
\fcolorbox{red}{yellow}{\begin{Bflushleft} \begin{Dem}
\begin{minipage}{0.8\linewidth}} Raisonnons par l’absurde...
\vspace{2mm}\par#2 \end{Dem}
\end{minipage}
on obtient :
\end{Bflushleft}}}
\end{center} √
Proposition 1 Le nombre réel 2 est irrationnel.
}
(16). Les couleurs proposées sont là uniquement pour faciliter Démonstration Raisonnons par l’absurde. . .
la lecture du source. . .
(17). Le coin « en haut à gauche » est donnée par la position
(−1, 1), celle « en bas à droite », par la position (1, −1), etc. (18). Les couleurs proposées etc.

IREM de Lyon 166


CHAPITRE 17. PERSONNALISER SON COURS
On peut créer de même un corollaire, une définition, Cette numérotation indique bien l’endroit où le
une notation, etc. « théorème » se situe ; cela évite en particulier de lire,
par exemple, une proposition 5 (ou un exercice 5)
Le contenu de la proposition et de la démonstration pour débuter une section !
est écrit en italique. La proposition est numérotée
dans leur ordre d’appel de la commande (1, 2, 3, etc.), 17.8.2 Personnalisation de la présentation
contrairement à la preuve, comme le demande la ver-
sion étoilée. Pour modifier la présentation du théorème, on insère
Voilà pour la présentation par défaut. dans le préambule
\usepackage[thmmarks,amsmath]{ntheorem}
Pour la preuve, on dispose aussi de l’environnement
proof, qui contient la démonstration du théorème On dispose maintenant des commandes suivantes,
entre \begin{proof} et \end{proof}. qui doivent être écrites avant le \ntheorem corres-
pondant.
Le petit carré blanc indique la fin de la démonstra-
tion. S’il était mal placé, on le mettrait au bon en- \theoremstyle{style } définit le style du théorème
droit avec \qedhere (19) . On peut aussi changer ce (plain correspond aux valeurs par défaut et break per-
symbole avec met d’avoir un retour à la ligne, margin et margin-
\renewcommand{\qedsymbol}{CQFD} break sont similaires avec la différence de placer le
numéro dans la marge) ;
17.8.1.2 Le nom en option
\theoremheaderfont{police } : elle définit la fonte
On peut mettre le nom d’un théorème en option en du titre de tous les « théorèmes » liés à l’environne-
l’écrivant entre crochets (20) : ment ;
\theorembodyfont{police } : elle définit la fontee du
Proposition 2 (Murphy) Tout ce qui peut tourner texte ;
mal ira mal.
\theoremnumbering{style } : elle définit le style du
\begin{Prop}[Murphy] numéro ;
Tout ce qui peut tourner mal ira mal. \theoremprework{avant } : elle définit l’élément de-
\end{Prop} vant tout théorème ;

17.8.1.3 La numérotation du théorème \theorempostwork{après } : elle définit l’élément ve-


nant après tout théorème ;
Enfin, on peut ajouter, en argument optionnel de
\newtheorem un compteur de référence. Par exemple, \theoremsymbol{objet } : elle définit l’objet à la fin
si l’on veut que toutes les propositions soient numé- de chaque environnement théorème (23) ;
rotées au sein d’une sous-section, on écrit dans le pré- \theoremseparator{séparateur } : elle définit l’élé-
ambule ment situé entre le numéro et le texte du théorème.

\newtheorem{Prop}{Proposition}[section]
17.8.3 Un exemple détaillé
La proposition de Murphy est la seconde de la section Supposons que nous voulions arriver à la présenta-
11.3 (numérotation standard (21) ). Elle sera alors nu- tion (24) suivante :
mérotée 11.3.2.
De même, si l’on remplace section par subsection, Définition 1 z̄ est appelé conjugué de z .
elle sera numérotée 11.3.1.2 (22) ; si l’on remplace
subsection par chapter, elle sera numérotée 11.3.

(19). Quod erat demonstrandum


Proposition 2.3.4 — Pour tout z dans C, on a :
2
(20). L’option sera écrite entre parenthèses dans le document zz̄ = kzk
à imprimer.
(21). Si l’on change de style de numérotation pour les niveaux
de section, celle de la proposition va évidemment s’adapter au
nouveau style ! (23). Cette possibilité nécessite l’option thmmarks à l’appel de
(22). Cela faire rire surtout l’enseignant ! Dans un document l’extension ntheorem.
donné aux élèves où il utilise la numérotation des théorèmes, (24). Cette présentation a pour seul but de montrer comment
définitions, . . . , il peut se limiter à chapter ! se servir des possibilités présentées.

167 LATEX. . . pour le prof de maths !


Démonstration On utilise la notation z = x + yi : {%
z z̄ = (x + yi)(x − yi) = x2 − (yi)2 = . . .  \theoremstyle{break}
\theoremprework{%
Remarque IV Cela implique : zz̄ > 0 \rule{0.6\linewidth}{0.5pt}}
\theorempostwork{\hfill%
On va donc personnaliser la présentation des défini- \rule{0.6\linewidth}{0.5pt}}
tions, propositions, démonstrations et remarques (25) . \theoremheaderfont{\scshape}
\theoremseparator{ ---}
C’est-à-dire que, dans tous les cours que j’imprime, \newtheorem{Prop}{%
je veux retrouver les conditions de présentation \textcolor{red}{Proposition}}[section]
suivantes, qui sont traduites (26) ici aussitôt (27) : }

• Pour les propositions : • Pour les démonstrations :


⋆ le texte « Proposition » est écrit en rouge et en ⋆ la démonstration n’est pas numérotée ;
petites majuscules (28) ; ⋆ le mot « Démonstration » et le texte de la démons-
...\textcolor{red}{Proposition}} tration sont écrits en taille small (30) ;
theoremheaderfont{\scshape} \theorembodyfont{\small}
⋆ la proposition est numérotée selon son apparition ⋆ à la fin du texte, il y a le symbole .
dans la section ;
\theoremsymbol{$\square$}
...[section]
Au final, cela donne :
⋆ il y a le séparateur — ;
\theoremseparator{ ---} {%
theoremheaderfont{\scshape} \theorembodyfont{\small}
⋆ il y a un retour à la ligne avant le début du texte \theoremsymbol{$\square$}
de la proposition ; \newtheorem*{Dem}{Démonstration}
}
\theoremstyle{break}
⋆ avant le théorème, il y a un trait horizontal de lon- • Pour les définitions :
gueur 60 % de celle de la ligne en cours et d’épais- ⋆ la définition est numérotée de façon basique, dans
seur 0,5 pt ; l’ordre d’apparition ;
\theoremprework{%
\newtheorem{Def}{Définition}}
\rule{0.6\linewidth}{0.5pt}}
⋆ le mot « Définition » est écrit en sans-serif et en
⋆ après le théorème, il y a le même trait horizontal
gras et le texte de la définition (31) , en sans-serif ;
mais aligné à droite (29) .
\theorempostwork{\hfill% \theoremheaderfont{\sffamily\bfseries}
\rule{0.6\linewidth}{0.5pt}} \theorembodyfont{\sffamily}

Pour que ces commandes ne portent que sur les pro- Au final, cela donne :
positions (et non pas sur les preuves, . . . ), on écrit {%
tout ce bloc entre accolades. \theoremheaderfont{\sffamily\bfseries}
Au final, cela donne : \theorembodyfont{\sffamily}
\newtheorem{Def}{Définition}
(25). Auxquelles on peut rajouter corollaires, méthodes,
exemples, . . . }
(26). Le texte de saisie de la solution peut être tapé sur une
seule ligne (après avoir ôté les $). • Pour les remarques :
(27). Comme je l’ai suggéré page 23, il peut être pertinent
⋆ la remarque est numérotée en Roman ;
de tout mettre dans un fichier preambule.tex. Cela vous per-
mettra évidemment d’avoir dans tous vos documents la même \theoremnumbering{Roman}
présentation mais (surtout) d’avoir à changer une seule ligne
dans ce fichier de préambule qui est inclus dans tous les .tex ⋆ le mot « Remarque » et le texte de la définition sont
plutôt que de faire la modification dans chacun de vos fichiers ! écrits en romain, police courante.
(28). Pour les différentes possibilités pour les polices, voir page
30 et suivantes. (30). Le fait de changer de taille va amener les deux textes à
(29). Si on veut le centrer, il faut rajouter \hfill\null après être écrits, par défaut, en romain.
{0.5pt}. (31). Pour le surlignage, voir page 103.

IREM de Lyon 168


CHAPITRE 17. PERSONNALISER SON COURS
\theorembodyfont{\normalfont} \usepakage{fancyhdr}
Au final, cela donne : \pagestyle{fancy}

{% Rappelons-nous qu’un document peut être imprimé


\theoremnumbering{Roman} en recto seulement ou en recto-verso (34) . On va donc
\theorembodyfont{\normalfont} s’intéresser à ces deux possibilités.
\newtheorem{Rem}{Remarque}
} 17.9.2 Cas d’un document oneside
Puis on insère les lignes suivantes (35) :
17.8.4 Encadrement automatique
On peut vouloir encadrer un théorème, une défini- \lhead{haut de page à gauche }
tion, etc. et désirer que cet encadrement (32) occupe \chead{haut de page au centre }
75 % de la largeur du texte. \rhead{haut de page à droite }
\lfoot{pied de page à gauche }
On crée alors une macro \encad définie par : \cfoot{pied de page au centre }
\rfoot{pied de page à droite }
\newcommand{\encad}[1]{%
\fbox{\begin{minipage}[t]{0.75\linewidth}% haut de page gauche désigne le texte écrit dans
#1\end{minipage}}} l’en-tête en haut à gauche.
Si l’on ne veut rien y écrire, soit on met la commande
Dans le code source du cours, on saisit alors :
en commentaire (pour éviter de la supprimer) soit on
\encad{\begin{Prop} prop \end{Prop}} écrit \lhead{}.

En gardant la même présentation des propositions


17.9.3 Cas d’un document twoside
donnée plus haut (33) et avec le code
On utilise les macros (36) suivantes :
\encad{\begin{Prop}%
Pour tout $z$ dans $\mathbb{C}$, on a : \fancyhead[emplacement ]{texte }
$z \bar{z} \in \mathbb{R}^{+}$ \end{Prop}} \fancyfoot[emplacement ]{texte }
on aura l’affichage suivant : L’emplacement est un couple de lettres désignant l’en-
droit où se situe le texte qui peut être

Proposition 2.3.5 — Pour tout z dans [LO] [CO] [RO] [LE] [CE] [RE]
C, on a : zz̄ ∈ R+ avec les significations suivantes :

L gauche (left)
C centre (center )
17.9 Hauts et bas de pages
R droite (right )
17.9.1 L’extension fancyhdr O page de droite (impaire, odd)
E page de gauche (paire, even)
La modification des hauts et des bas de page se fait
très facilement avec l’extension fancyhdr. Si l’on ne précise pas la lettre E ou O alors les deux
pages sont concernées. De plus, on peut insérer
Celle-ci divise l’en-tête et le pied de page en trois plusieurs emplacements dans une même commande.
parties, la gauche, le centre et la droite.
haut gauche haut centre haut droite Si, de plus, on veut placer le nom du chapitre courant
(resp. le nom de la section courante) en haut ou en
Corps du texte bas de page, il faut placer à l’emplacement voulu la
commande \leftmark (resp. \rightmark).
bas gauche bas centre bas droite
Par exemple, pour cette brochure :
On écrit dans le préambule :
(34). Voir la page 20.
(32). Pour ce qui est de la couleur du bord et du fond de l’en- (35). On retrouve l pour left (gauche), c pour center (centre),
cadré, je renvoie le lecteur à la page 42. r pour right (droit) ; head est la tête et foot, le pied.
(33). Bien évidemment, le lecteur peut changer cette présen- (36). On retrouve head (tête) pour le haut de page et foot
tation pour ne garder plus que l’encadrement ! (pied ), pour le bas.

169 LATEX. . . pour le prof de maths !


\pagestyle{fancy} puis, dans l’un des champs de l’en-tête, on insère la
\fancyhf{} commande :
\fancyhead[CE]{}
\fancyhead[CO]{\leftmark} Page \thepage sur \pageref{LastPage}
\fancyfoot[CE,CO]{\pscirclebox{\thepage}} Bien évidemment, si le nombre de pages vient à chan-
\fancyfoot[RE]{IREM de Lyon} ger, la numérotation s’adaptera. À noter que le nu-
\fancyfoot[LO]{\LaTeX{}\ldots{}% méro de la dernière page devient un lien actif.
pour le prof de maths !}
17.10.3 Tournez, SVP !
17.9.4 Nom, prénom
Au lieu de numéroter chaque page d’un devoir, l’en-
Pour gagner de la place sur un énoncé de devoir, on seignant veut d’inscrire « en bas de page à droite » le
peut demander les nom et prénom dans l’en-tête : message « Tournez, SVP ! » tant que la page en cours
\chead{% n’est pas la dernière et « Fin » sur la dernière page.
\makebox[0.45\textwidth]{Nom :\dotfill}\hfill Voici une procédure à insérer dans le préambule, don-
\makebox[0.45\textwidth]{Prénom :\dotfill}} nant la solution. Elle utilise, au passage les packages
lastpage (comme précédemment) et ifthen (39) .
17.9.5 Trait horizontal
\rfoot{\ifthenelse{\equal{\thepage}{%
On peut tracer un trait de séparation de largeur 1 pt \pageref{LastPage}}}{Fin}{Tournez, SVP !}}
en haut de la feuille. (37) On ajoute à cet effet :
17.10.4 Dans la classe book
\renewcommand{\headrulewidth}{0.4pt}
Dans cette classe, il y quatre commandes dont le rôle
Si l’on veut supprimer le trait, soit on supprime est de changer la manière dont sont numérotées les
l’instruction (ou