Vous êtes sur la page 1sur 160

Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

INTRODUCTION
Ce support est conçu dans le souci d’aider les Etudiants concernés par le Cours de
Comptabilité Générale que nous dispensons à l’Université.

L’objectif de ce cours est de permettre aux Etudiants d’acquérir les techniques


comptables et d’avoir une connaissance suffisante des principes et des mécanismes
comptables nécessaires pour une profession comptable initiale.

Une telle connaissance est nécessaire en particulier parce que l'information d'origine
comptable est souvent la seule qui soit pratiquement disponible sous forme
cohérente et précise dans l'entreprise. Par ailleurs, le modèle comptable défini par le
Plan Comptable Général est obligatoire, en raison de diverses lois et
réglementations, et ne peut être dès lors ignoré sans danger.

Le cours est divisé en quatre parties et onze chapitres, à savoir :

Introduction

I ERE PARTIE : ETUDE DES NOTIONS FONDAMENTALES

Chapitre 1er : L’entreprise et la Comptabilité


Chapitre 2 : Le Bilan
Chapitre 3 : Le Compte
Chapitre 4 : Le Journal

IIE PARTIE : ETUDE DES COMPTES DU BILAN

Chapitre 5 : Les comptes du cycle de Financement


Chapitre 6 : Les comptes du cycle d’Investissement
Chapitre 7 : Les comptes du cycle d’Exploitation
Chapitre 8 : Les comptes du cycle de Trésorerie

IIIE PARTIE : ETUDE DES COMPTES DE GESTION

Chapitre 9 : Les Charges et Produits des Activités Ordinaires


Chapitre 10 : Les autres Charges et autres Produits

IVE PARTIE : TRAVAUX DE FIN D’EXERCICE COMPTABLE

Chapitre 11 : Les Travaux de clôture des comptes

Conclusion

1
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

I ERE PARTIE : ETUDE DES NOTIONS FONDAMENTALES

2
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 1ER : L’ENTREPRISE ET LA COMPTABILITE

Dans ce premier chapitre de cours de


comptabilité générale, nous allons aborder les notions suivantes : L’Entreprise, la
Comptabilité et la Normalisation comptable.

1.1 L’ENTREPRISE

L’entreprise est une organisation économique intégrée dans un environnement. Elle


est composée d’êtres humains et moyens (financiers, physiques, informationnels…)
réunis en vue de produire des biens ou des services et de répartir des richesses. Elle
est organisée par un centre de décision (les dirigeants) disposant d’une certaine
autonomie et orientant les activités de manière à dégager un excédent (bénéfice).

Gérer une entreprise consiste à prendre des décisions sur l’affectation de moyens
afin d’atteindre un objectif préalablement défini. Cette prise de décisions se fait sur
base de l’information économico-financière disponible.

1.2 LA COMPTABILITE

La comptabilité est un système de recueil, de traitement, de contrôle et


d’exploitation de l’information économico-financière.
La comptabilité est un système d’organisation de l’information financière
permettant :
- de saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées ;
- de fournir après traitement approprié, un ensemble d’informations
conformes aux besoins de divers utilisateurs (entreprise, fisc et les tiers
intéressés).
L’entreprise doit organiser sa comptabilité de telle façon qu’elle puisse remplir ce
rôle, tout en répondant aux exigences de contrôles et vérifications nécessaires pour
garantir la fiabilité des informations fournies.

3
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

1.3 LA NORMALISATION COMPTABLE

La normalisation comptable est l’ensemble des règles appliquées par un ensemble


d’entreprises. Ces règles ont pour objet d’améliorer la doctrine comptable et la
signification des documents comptables, notamment du point de vue de leur
utilisation économique et sociale.

La normalisation comptable débouche à la mise en place d’un système comptable


qui peut être de type règlementaire ou de type non règlementaire.
Le système comptable de type obligatoire est coulé sous forme d’une loi et est
applicable à toutes les entreprises dans une nation ou une région donnée.

Les règles reprises dans une loi comptable comprennent :


- Les principes comptables,
- Les règles d’évaluation,
- Le plan de comptes (cadre de comptes),
- Le modèle de tableaux de synthèses (états financiers),
- Etc.…

La normalisation comptable peut être appréhendée au niveau :


- de l’entreprise,
- d’un secteur professionnel ;
- de la nation,
- de la région,
- du monde entier.

Au niveau du secteur professionnel, il existe des guides comptables sectoriels tels


que le Guide comptable des Institutions financières et bancaires, Guide comptable
du secteur agricole…

Au niveau de la nation, il existe plusieurs systèmes comptables tels que PCMN en


Belgique, PCG en France…

Au niveau de la région, il existe plusieurs systèmes comptables tels que le système


comptable OHADA, Plan OCAM, le SYSCOA…

Au niveau international, il existe les normes IAS/IFRS publiées par l’IASB.

4
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

1.3.1 Présentation de l’OHADA

L’OHADA est l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des


Affaires: C’est un espace juridique dans lequel s’appliquent des règles uniformes
en matière de droit des affaires.
Cette Organisation est créée le 17 octobre 1993 et comprend 17 pays membres
(Etats Parties) :

L’arsenal juridique et réglementaire de l’OHADA visant à parer aux insécurités


juridiques et judicaires des pays membres se décline en 9(neuf) Actes uniformes
qui, selon l’article 10 du Traité, sont directement applicables et obligatoires dans les
Etats Parties.
Le Traité de l’OHADA est donc composé de ces neuf Actes Uniformes:
1. Acte uniforme relatif au droit commercial général,
2. Acte uniforme relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement
d’intérêt économique,
3. Acte uniforme relatif au droit des sûretés,

5
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

4. Acte uniforme relatif aux procédures simplifiées de recouvrement et des voies


d’exécution,
5. Acte uniforme relatif aux procédures collectives d’apurement du passif,
6. Acte uniforme relatif au droit de l’arbitrage,
7. Acte uniforme relatif à l’organisation et l’harmonisation de la comptabilité des
entreprises,
8. Acte uniforme relatif aux contrats de transport de marchandises par route,
9. Acte uniforme relatif au droit des sociétés coopératives.

1.3.2 Les principes comptables généralement reconnus

Les principes comptables peuvent être définis comme des conventions ou


conceptions préalablement établies et acceptées par un plus grand nombre d’initiés
: d’où l’appellation courante de principes comptables généralement admis.

OHADA a retenu 9 principes :


- Le principe de la prudence
- Le principe de la permanence des méthodes
- L’intangibilité des bilans
- La spécialisation des exercices
- La continuité d’exploitation
- Le coût historique
- La transparence
- L’importance significative
- La prééminence de la réalité sur l’apparence juridique

Le principe de la prudence
C’est l’appréciation raisonnable des événements et des opérations à enregistrer au
titre de l’exercice afin d’éviter le risque de transfert sur l’avenir, donc sur les
exercices futurs, d’incertitudes susceptibles de grever le patrimoine et les résultats
de l’entreprise.

Le principe de la permanence des méthodes


Ce principe suppose le maintien d’une année à l’autre des mêmes méthodes
d’évaluation et de présentation.

Le principe de l’intangibilité des bilans


Ce principe est aussi appelé principe de correspondance bilan clôture/bilan
d’ouverture, ce principe suppose que le bilan d’ouverture d’un exercice doit
correspondre au bilan de clôture de l’exercice précédent.

6
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Le principe de la Spécialisation des exercices

Principe appelé aussi principe d’autonomie des exercices ou d’indépendance des


exercices qui stipule que le résultat de chaque exercice doit être indépendant de
celui qui le précède et de celui qui le suit. La détermination du résultat d’un
exercice ne doit prendre en considération que les charges et les produits relatifs à
l’exercice concerné rien que ceux-là.

Le principe de la Continuité de l’exploitation

Selon ce principe, l’entreprise est considérée comme en activité, c’est-à-dire comme


devant continuer à fonctionner les conditions normales existant à la date de clôture
et à celle de l’arrêté des comptes et qu’elle n’a donc ni l’intention ni l’obligation de
cesser ses activités dans un avenir prévisible.

Le principe du coût historique

Ce principe repose sur l’hypothèse théorique de la stabilité monétaire de la


monnaie dans le temps (nominalisme monétaire).
Toute opération doit être enregistrée dans les comptes, au coût d’acquisition ou au
coût de production supporté par l’entreprise, exprimé en monnaie locale courante.

Le principe de la transparence

Ce principe est aussi appelé principe de la clarté, de la bonne information et de la


sincérité, ce principe vise une information loyale qui respecte :
- le référentiel comptable en vigueur;
- la présentation de l’information sans intention de dissimuler la réalité
- le respect de la règle de la non-compensation

Le principe de l’importance significative

Ce principe oblige à la prise en compte d’éléments de caractère significatif pouvant


influencer la décision ou le jugement des destinataires des états financiers.
Ce principe renvoie à la notion de seuil de signification qui se définit comme le
montant à partir duquel des omissions ou inexactitudes isolées ou cumulées
auraient pour effet, compte tenu des circonstances, de modifier ou d’influencer le
jugement d’une personne raisonnable se fiant aux états financiers.

7
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Ce principe s’applique essentiellement au niveau de la forme et de la présentation


des états financiers. Il peut également s’appliquer dans l’adoption de certaines
méthodes de traitement de quelques opérations spécifiques.
Exemple : applications des arrondis, retraitement des opérations de crédit bail,
personnel intérimaire…

Le principe de la prééminence de la réalité sur l’apparence juridique

Ce principe impose d’enregistrer et de présenter les opérations de l’entreprise


conformément à leur nature financière sans tenir compte de leur apparence
juridique.
Son application est recommandée pour des cas bien définis dans le référentiel :
- des contrats de crédit-bail;
- des biens mis à la disposition du concessionnaire par le concédant,
- des effets escomptés non échus,
- des biens détenus avec clause de réserve de propriété

2. CARACTERISTIQUES QUALITATIVES DES ETATS FINANCIERS


Fiabilité
Pertinence -Image fidèle
Intelligibilité Importance relative -Prééminence du fond
Comparabilité
-Neutralité
-Prudence
-exhaustivité

3 contraintes à respecter pour une information


pertinente et fiable
-Célérité
-Equilibre entre avantages et coûts
-Equilibre entre les caractéristiques qualitatives

Image/Présentation fidèle

8
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 2 : LE BILAN

Dans ce chapitre, nous abordons la définition du


bilan, son importance, les tableaux des modifications des postes du bilan…

2.1 DEFINITION DU BILAN

Le Bilan est un document comptable normalisé qui décrit la situation patrimoniale


de l’entreprise, à moment donné.

Dans le langage courant, « faire le bilan », c’est recenser l’ensemble des éléments
d’une situation donnée (positifs et négatifs) et en faire la synthèse. Pour une entité
économique, il s’agira de faire le point sur la valeur de ce qu’elle possède, ce qu’elle
doit, etc. L’idée est de proposer une représentation du patrimoine de l’entreprise,
analysé sous deux aspects :
 Les avoirs (tout ce que l’entreprise possède) : du matériel, un local dont on
est propriétaire, de l’argent sur un compte bancaire, des stocks, des créances,
etc. ;
 Les ressources qui ont permis de financer ces avoirs : apports des associés,
dettes, etc.
Exemple :
Cinq personnes, Neville, Yves, Acacia, Israël et David, décident de créer une société.
Elles évaluent les capitaux à 1.000.000 CDF. Pour cela, elles apportent chacune
200.000 CDF. Tout cet argent est déposé dans une banque. Le nom donné à la
société est « ACOFOR ».
Les propriétaires viennent de conclure leur premier contrat, le contrat de société.

Comment se présente le bilan de la société ACOFOR ?


BILAN
EMPLOIS RESSOURCES

Banque : 1.000.000 Capital : 1.000.000


(200.000 x 5)

1.000.000 1.000.000

L’entreprise achète un matériel de transport de 300.000 et des marchandises de


200.000.

9
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

BILAN
EMPLOIS=ACTIF RESSOURCES = PASSIF
Matériel 300.000
Marchandises 200.000 Capital 1.000.000
Banque 500.000

1.000.000 1.000.000

Monsieur William accorde une dette de 200.000 CDF à la société ACOFOR.


Comment se présentera alors le Bilan de la société ?

BILAN ACOFOR
ACTIF PASSIF
Matériel 300.000
Marchandises 200.000 Capital 1.000.000
Banque 500.000
Caisse 200.000 Dette 200.000

1.200.000 1.200.000

Le patrimoine d'une entreprise recouvre :


 l'ensemble de ses droits de propriétés corporels et incorporels : terrains,
bâtiments, installations, machines, stocks d'une part, fonds de commerce,
brevets, licences, actions et créances d'autre part ; l'ensemble de ces droits
constitue la situation active de l'entreprise;
 l'ensemble des droits détenus sur l'entreprise par les tiers, propriétaires et
créanciers ; l'ensemble de ces éléments constitue la situation passive de
l'entreprise.

Le bilan est donc la photographie périodique de ce patrimoine, dont les deux


colonnes, l'actif à gauche et le passif à droite, recensent respectivement "ce que
possède" et "ce que doit" l'entreprise aux tiers (doit aux tiers au sens large car on
inclut dans l'expression les propriétaires).

10
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

2.2 IMPORTANCE DU BILAN

Le Bilan permet aux tiers ou aux utilisateurs de connaitre la valeur d’une


entreprise. Les utilisateurs du bilan sont nombreux, notamment : les propriétaires,
les gestionnaires, les banques, l’Etat, le Syndicat, etc.

2.3 TABLEAU DE MODIFICATION DES POSTES DU BILAN

La comparaison de deux bilans successifs permet de connaître la variation de


Capitaux Propres au cours d’une période. La période comprise entre ces deux
bilans s’appelle "période comptable ou exercice".
Si les capitaux propres nouveaux sont plus élevés que les capitaux propres anciens,
on dira qu’il y a bénéfice ou résultat bénéficiaire (on parlera de perte ou résultat
déficitaire dans le cas contraire).

Exemple :
Soit le bilan de la société ACOFOR au 31/12/N :

BILAN ACOFOR
ACTIF PASSIF
24 Matériel 300.000 10 Capital 1.000.000
31 Marchandises 200.000 11 Réserves 50.000
52 Banque 500.000
57 Caisse 250.000 16 Dette 200.000

1.250.000 1.250.000

La Société a effectué les opérations suivantes au courant de l’année :

a) achat des marchandises au comptant par caisse : 100.000 FC


b) vente au comptant de marchandises : coût d’achat 80.000 FC et prix de
vente : 200.000 FC
c) achat à crédit d’un ordinateur : 25.000 FC
d) achat à crédit marchandises : 120.000 FC
e) vente à crédit des marchandises : coût d’achat 100.000 FC et prix de vente :
250.000 FC
f) perte d’un billet de 20.000 FC à la caisse
Travail à faire : a) présenter le tableau de modification des postes du bilan
b) le bilan final

11
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Postes Bilan Modifications apportées Bilan


initial + augmentation - diminution final
ACTIF

24 Matériel 300.000 25.000 (c)+ 325.000


31 Marchandises 200.000 100.000 (a)+ 120.000 (d) 80.000 (b) + 100.000(e) 240.000
41 Clients 0 250.000 (e) 250.000
52 Banque 500.000 500.000
57 Caisse 250.000 200.000 (b) + 100.000 (a) + 20.000(f) 330.000

Total Actif 1.250.000 1.645.000

PASSIF

10 Capital 1.000.000 1.000.000


11 Réserves 50.000 50.000

16 Dettes - 200.000
200.000
40 Fournisseurs et c. rattachés 120.000 (d) 120.000
0
48 Dettes HAO 25.000 (c)+ 25.000
0

Total Passif 1.250.000


1.395.000

13 Résultat 0 120.000(b) + 150.000(e) 20.000(f) 250.000

12
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 3 : LE COMPTE

3.1 INTRODUCTION

Le Bilan donne une vue d’ensemble de la situation de l’entreprise à un instant


donné. Il ne peut être utilisé pour enregistrer les opérations au fur et à mesure
qu’elles se produisent, car celles-ci sont trop nombreuses et variées ; pour chacune
d’elles, il faudrait modifier le bilan existant ou établir un nouveau bilan, ce qui est
impossible, en pratique.

Il est d’ailleurs utile pour la gestion de l’entreprise de garder la trace distinctement


des opérations effectuées, ce qui est impossible dans un bilan constamment corrigé.

C’est pourquoi l’on a imaginé décomposer le bilan en autant de tableaux différents


qu’il existe de postes différents à l’actif et au passif. Ces tableaux sont appelés
COMPTES.
Le compte est l’unité de base de l’enregistrement des opérations comptables.

3.2 DESCRIPTION ET TRACE DE COMPTE

Nous donnons l’exemple d’un compte caisse :

Débit 57 Caisse Crédit


Dates Libellés Sommes Dates Libellés Sommes

1/1 En Caisse 5.000 6/1 Achat mobilier 200


16/1 Vente comptant 4.000 9/1 Paiement transport 50
19/1 Règlement client 1.600

1. le côté gauche s’appelle DEBIT (D) ;


2. le côté droit s’appelle CREDIT (C) ;
3. inscrire une somme au débit d’un compte, ou enregistrer une opération au
débit d’un compte, s’appelle DEBITER UN COMPTE ;
4. inscrire une somme au crédit d’un compte, ou enregistrer une opération au
crédit d’un compte, s’appelle CREDITER UN COMPTE.

Une place est prévue pour la date, la description de l’opération à inscrire (libellé) et
la somme.

13
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Pour ce cas, le compte Caisse a été débité au 1/1 de l’encaisse 5.000 FC et ensuite de
deux recettes (provenant d’une vente au comptant, et d’un règlement de dettes par
un client) valant respectivement 4.000 FC et 1.600 FC.

Ce même compte a été crédité pour deux dépenses : achat de mobilier 200 FC et
paiement de frais de transport pour 50 FC.

Définitions de quelques concepts de base fréquemment utilisés :

 L’ensemble des comptes forme le Grand Livre des comptes.


 La différence entre le total des sommes du débit et le total des sommes du
crédit s’appelle solde.
 Le solde est débiteur lorsque le débit est supérieur au crédit, il est créditeur
dans le cas inverse.
 Lorsque le débit est égal au crédit, le compte est soldé.
 Fermer ou arrêter un compte consiste à écrire le solde de ce compte du côté
du total le plus faible de façon à obtenir des totaux égaux.
 Ouvrir à nouveau le compte consiste à porter le solde débiteur ancien au
débit (ou le solde créditeur ancien au crédit) du nouveau compte.

3.3 FONCTIONNEMENT OU JEU DE COMPTES

Les règles de fonctionnement des comptes peuvent être groupés en deux catégories
principales : celles relatives aux compte de patrimoine et celles relatives aux
comptes de gestion.

Les comptes d’actif sont débités de la valeur initiale et des augmentations d’actifs
et crédités de leurs diminutions.

Schématiquement :
D COMPTES D’ACTIF C

Valeur initiale

+
(diminution)
(augmentation)

Ces comptes ont généralement un solde débiteur.

14
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Les comptes de passif sont crédités de la valeur initiale et des augmentations de


passif et débités de leurs diminutions.

Schématiquement :

D Compte de Passif C
– Valeur initiale
(diminutions) +
(augmentations)

Ces comptes ont un solde créditeur.

Le compte de Résultat indique le montant de la perte ou du bénéfice réalisé au


cours de la période.
Il sera débité des pertes et crédité des profits et figurera au Passif quelle que soit la
nature de son solde (débiteur ou créditeur) au Bilan.

D 13 RESULTAT C
Perte nette de l’exercice Bénéfice net de l’exercice
subie par l’entreprise réalisé par l’entreprise

Ce compte de résultat est formé des comptes de gestion : les comptes de charges et
les comptes des produits.
Les comptes des charges fonctionnent comme les comptes d’actif c’est –à-dire
débités des augmentations et crédités des diminutions.
Les comptes des produits fonctionnent comme les comptes de passif c’est-à-dire
crédités des augmentations et débités des diminutions.

Exemple d’application
Soit le bilan de la société ACOFOR au 31/12/N :

BILAN ACOFOR
ACTIF PASSIF
24 Matériel 300.000 10 Capital 1.000.000
31 Marchandises 200.000 11 Réserves 50.000
52 Banque 500.000
57 Caisse 250.000 16 Dette 200.000

1.250.000 1.250.000

La Société a effectué les opérations suivantes au courant de l’année :

15
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

g) achat des marchandises au comptant par caisse : 100.000 FC


h) vente au comptant de marchandises : coût d’achat 80.000 FC et prix de
vente : 200.000 FC
i) achat à crédit d’un ordinateur : 25.000 FC
j) achat à crédit marchandises : 120.000 FC
k) vente à crédit des marchandises : coût d’achat 100.000 FC et prix de vente :
250.000 FC
l) perte d’un billet de 20.000 FC à la caisse

EXTRAIT DU GRAND-LIVRE DE LA SOCIETE ACOFOR


DD 10 Capital D 24 Matériel C
C
SC 1.000.000 300.000
1.000.000 25.000 SD 325.000
325.000
325.000
DD 11 Réserves
C
SC 50.000 50.000

DD 16 Dettes
C
SC 200.000 200.000

3.4 PLAN DE COMPTES

Le Plan de comptes est une liste méthodique des comptes créée par le Plan
comptable général et mise à la disposition des entreprises.
Chaque entreprise, compte tenu de ses besoins spécifiques et de ses caractéristiques
particulières, adopte sa propre codification plus analytique.
Le plan de comptes doit respecter les principes établis par le Plan comptable
général. Le plan de comptes de chaque entreprise doit être suffisamment détaillé
pour permettre l'enregistrement des opérations.

On distingue les comptes du bilan de comptes de gestion :


Comptes du Bilan : Classes 1 à 5
Comptes de gestion : Classes 6, 7 et 8

16
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 4 : LE JOURNAL

4.1 INTRODUCTION

L’enregistrement des opérations courantes dans les comptes peut se faire


immédiatement, mais à cause de la multiplicité des comptes à manipuler, cette
inscription immédiate serait source d’erreurs, d’omissions, voire de fraudes.
Il faut donc prévoir une inscription préalable sur un registre normalisé et
obligatoire appelé "JOURNAL."
Les opérations sont enregistrées sur ce document, au jour le jour, au débit et au
crédit d’un ou plusieurs comptes conformément au principe de la partie double.
L’ensemble des comptes fonctionnant au sein de l’entreprise constitue ce que l’on
appelle le "Grand Livre".
Le contrôle des sommes enregistrées dans les comptes est assuré par un instrument
qui sert d’une part à contrôler les mouvements et les situations et d’autre part à
renseigner le chef d’entreprise sur la position de ses comptes à une date donnée.
Cet instrument est appelé "Balance".

4.2 TRACE ET CONTENU D’UN JOURNAL

Le journal se présente normalement sous forme d’un registre comportant sur


chaque page : deux petites marges, un espace assez important pour noter la date, le
nom des comptes mouvementés et le libellé relatif à chaque opération, et à droite
deux colonnes de sommes, l’une pour les débits, l’autre pour les crédits.

CODES DATES ET LIBELLES MONTANTS


Débit Crédit Débités Crédités

TOTAUX

17
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Chaque opération donne lieu à la création d’un article, c’est-à-dire un ensemble


d’écriture comprenant :
- la date de l’opération, placée entre deux traits sur la première ligne ;
- le nom du ou des comptes débités, inscrits à gauche, les uns sous les
autres, sur des lignes différentes, c’est-à-dire l’analyse comptable ;
- le nom du ou des comptes crédités, un peu décalés vers la droite ;
- les sommes à porter au débit ou au crédit des comptes, sont inscrites sur la
même ligne que les comptes correspondants dans les colonnes de débit ou
de crédit ;
- le libellé explicatif, c’est-à-dire une indication succincte de l’opération (le
libellé devra utilement comporter le numéro de référence des pièces
justificatives) ; il est normalement placé en fin d’article ;
- dans la première marge de gauche, on indique les numéros des comptes
mouvementés : ce numéro n’est pas n’importe lequel, la numérotation est
celle normalisée par le Système comptable OHADA.

Exemple

Soit l’opération suivante à enregistrer dans le "Journal"


 Le 15-5-78, on achète à NYONGO 120 000 FC, de marchandises. Numéro de la
facture 535. Paiement moitié comptant.

D C
60.1
1 Achat de marchandises 120 000
40 à Fournisseurs 60 000
57 Caisse 60 000
Facture n°532 Nyong, règlement à moitié
comptant

En bas d’une page du journal, on effectue la somme des colonnes débit et crédit.
Ces montants sont égaux, sont ensuite reportés au début de la page suivante. Cette
opération s’appelle "report".

L’égalité des totaux "Débit" et "Crédit" permet un contrôle arithmétique de la


comptabilité. Toutefois, les erreurs qui ne sont pas arithmétiques ne peuvent être
décelées telles que : omissions d’article, doubles emplois, erreurs d’imputation,
écritures inversées, erreurs numériques se répercutant à la fois au débit et au Crédit
des comptes.
La comptabilité étant à partie double, nous avons, en effet, déjà vu que pour un
ensemble d’opérations, le total des débits est égal au total de crédits.

18
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

4.3 CAS PRATIQUE

On vous demande de comptabiliser les opérations suivantes :


a) Le 21 mars, une entreprise a été créée, on y affecte du matériel de bureau
estimé à 50.000 FC. ; 20.000 FC. déposé à la B.I.A.C. et un stock de
marchandises estimé à 30.000 FC.
b) Le 22 mars, emprunt auprès de Fonds de Promotions de l’Industrie "F.P.I."
30.000 FC. remboursable dans deux ans (somme virée à la B.I.A.C.).
c) Le 23 mars, achat du mobilier de bureau pour 10.000 FC., payé par chèque.
d) Le 23 mars, achat des marchandises à crédit pour 40.000 FC. (fournisseur
Panda).
e) Le 24 mars, vente au comptant pour 5.000 FC (espèces).
f) Le 24 mars, achat contre espèces, fournitures de bureau pour 500 FC.
g) Le 25 mars, paiement en espèce les frais de transport pour 60 FC.
h) Le 26 mars, vente à crédit pour 10.000 FC., au client ganga.
i) Le 30 mars, achat un camion pour 30.000 FC., payé par chèque sur la
B.I.A.C.
j) Le 31 mars, vente au comptant, des marchandises contre espèces pour 8.000
FC.
k) Le 31 mars, Panda accorde sur le prix des marchandises du 23 mars une
remise de 5 %. Une marge de 10 % sur le prix de vente a été appliquée sur
chaque vente.
MONTANT
N° N°
ORDRE COMPTE D C
--------------------------------21-3---------------------------------
a) 24.41 Matériel de bureau 50.000
31 Marchandises 30.000
52 Banque B.I.A.C. 20.000
10 à Capital 100.000
Apports initiaux
b) ---------------------------------22-3--------------------------------
52 Banque B.I.A.C. 30.000
16 à Emprunt auprès des établissements de Crédit. 30.000
Emprunt remboursable en 2 ans
c) ---------------------------------23-3--------------------------------
24.44 Mobilier de bureau 10.000
52 à Banque 10.000
Achat mobilier svt. Chèque B.I.A.C.
d) ---------------------------------23-3--------------------------------
601 Achat marchandises 40.000
40 à fournisseur PANDA 40.000
achat à crédit svt. Facture n°…
---------------------------------dito---------------------------------
31 Marchandises 40.000
e) 60.31 à Variations des stocks de marchandises 40.000
Entrée en stock
---------------------------------24-3--------------------------------
57 Caisse 5.000
70.1 à Vente des marchandises 5.000
Vente au comptant des marchandises
------------------------------- -----------------------------------
A reporter 225.000 225.000

19
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

MONTANT
N° N°
COMPTE D C
Report 225.000 225.000
-----------------------------dito------------------------------
60.31 Variations des stocks 4.500
31 à Marchandises 4.500
Sortie de marchandises, svt bon de livraison n°
---------------------------------24-3--------------------------------
f) 60.5 Fournitures de bureau non stockables 500
57 à Caisse 500
Achat fourniture de bureau
--------------------------------25-3---------------------------------
g) 61 Transport consommé 60
57 à Caisse 60
Paiement frais de transport
------------------------------- 26-3---------------------------------
h) 41.1 Client GANGA 10.000
70.1 à Ventes de marchandises 10.000
Vente à crédit svt. Facture n°….
------------------------------- dito----------------------------------
60.3 Variations des stocks de marchandises 9.000
31 à Marchandises 9.000
Sortie de marchandises, svt bon de livraison n°…
-------------------------------30-3----------------------------------
i) 24.5 Matériel de transport 30.000
52 à Caisse 30.000
Achat d’un camion par chèque B.I.A.C.
-------------------------------31-3----------------------------------
j) 57 Caisse 8.000
70.1 à Ventes des marchandises 8.000
Vente au comptant svt facture n°…
-------------------------------dito-----------------------------------
60.3 Stocks vendus 7.200
31 à Marchandises 7.200
Sortie de marchandises, svt bon de livraison n°…
--------------------------------dito----------------------------------
k) 40 Fournisseur PANDA 2.000
60.1 à Achat de marchandises 2.000
Remise fournisseur 5% sur 40.000 FC

---------------------------------------------------------------- 296.260 296.260


----

20
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

IIE PARTIE : ETUDE DES COMPTES DU BILAN

21
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 5 : LES COMPTES DU CYCLE DE FINANCEMENT

5.1 INTRODUCTION

Dans la présentation des postes du bilan, le Système Comptable OHADA utilise


l’approche économique qui retrace les activités de l’entreprise selon les différents
cycles (cycle d’exploitation, cycle de trésorerie, cycle de financement et cycle
d’investissement). Le cycle de financement concerne essentiellement les moyens de
financement dont dispose l’entreprise, de façon permanente ou durable,
indépendamment de sa phase d’existence.

Ce cycle définit en fait le potentiel de l’entreprise en termes de propriété et de


création des moyens de financement.

Ainsi, le cycle de financement correspond aux comptes de la classe 1 : COMPTES


DE RESSOURCES DURABLES.

5.2 PRESENTATION DES COMPTES DE LA CLASSE 1

Les comptes principaux de la classe 1 : « comptes de ressources durables » sont :

10 Capital
11 Réserves
12 Report à nouveau
13 Résultat net de l’exercice

14 Subventions d’investissement
15 Provisions réglementées et fonds assimilées
16 Emprunts et dettes assimilées
17 Dettes de crédit-bail et contrats assimilés

18 Dettes liées à des participations et comptes de liaison des établissements et


sociétés en participation
19 Provisions financières pour risques et charges

Les montants inscrits dans ces différents comptes sont caractérisés par leur aspect
financier dont la durée est supérieure à un an à leur origine ; ce qui leur confère un
caractère relativement stable.
Les comptes de la classe 1 regroupent les capitaux propres (comptes 10 à 15), les
provisions pour risques et charges (compte 19), les emprunts et dettes assimilées

22
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

(compte 16 et 17) et les comptes de liaison des établissements et sociétés en


participation (compte 18).

5.3 FONCTIONNEMENT DES COMPTES DE LA CLASSE 1

10. Capital

Dans les sociétés, le capital, qui est fixé par les statuts, représente la valeur nominale
des actions ou des parts sociales.
Dans les entreprises exploitées sous la forme individuelle, le capital initial est égal à
la différence entre la valeur des éléments actifs et la valeur des éléments passifs que
l'exploitant, à défaut de règle de droit, décide d'inscrire au bilan de son entreprise.
Le capital initial est modifié ultérieurement par les apports et les retraits de capital
et par l'affectation des résultats.

Débit 10 Capital Crédit


- Par le débit du compte 46 Associés et - Il est crédité du montant des apports
Groupe, pour les apports en espèces ou initiaux ou des augmentations de capital
en nature en espèces ou en nature (déduction faite
des primes liées au capital social)

- Par le débit soit de 11 Réserves soit de 13 - Il est crédité des augmentations du


Résultat net capital

- Il est débité des réductions de capital décidées - Par le crédit soit de 12 Report, soit 13
par les Assemblées générales d’associés Résultat net, soit encore 46 Associés et
Groupe

11. Réserves

Les réserves sont en principe, de bénéfices affectés durablement à l'entreprise


jusqu'à décision contraire des organes compétents. Elles peuvent
exceptionnellement avoir pour origine le virement d'un élément de la situation
nette fait en application de dispositions légales, réglementaires, statutaires ou
contractuelles.

23
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

12. Report à nouveau

Le report à nouveau est constitué par la somme des bénéfices et des pertes
antérieurs non encore affectés.
Le report à nouveau bénéficiaire : Bénéfice dont l'affectation est renvoyée par
l'Assemblée Générale Ordinaire, statuant sur les comptes de l'exercice, à la décision
de l'Assemblée Générale Ordinaire appelée à statuer sur les résultats de l'exercice
suivant.
Le report à nouveau déficitaire: Pertes constatées à la clôture d'exercices antérieurs
qui n'ont pas été imputées sur des réserves ni résorbées par une réduction du
capital social et qui devront être déduites du bénéfice de l'exercice suivant ou
ajoutées au déficit dudit exercice.

13. Résultat net de l’exercice

Le compte de résultat récapitule les produits et les charges de l'exercice, sans qu'il
soit tenu compte de leur date d'encaissement ou de paiement. Il fait apparaître, par
différence après déduction des amortissements et des provisions, le bénéfice ou la
perte de l'exercice. Seuls les bénéfices réalisés à la date de clôture d'un exercice
peuvent inscrits dans les comptes annuels.

24
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

14. Subventions d’Investissement

Les subventions d'investissement sont les subventions dont bénéfice l'entreprise en


vue d'acquérir ou de créer des valeurs immobilisées (subventions d'équipements)
ou de financer des activités à long terme.

14 SUBVENTIONS D’INVESTISSEMENT

Les subventions d’investissement sont des aides financières non SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
remboursables accordées aux entreprises (publiques ou SYSTEME COMPTABLE OHADA
privées), pour différentes raisons : acquisition, création de
valeurs immobilisées (subventions d’équipement) ou
financement d’activités à long terme, afin de pourvoir au
remplacement ou à la remise en état des immobilisations. Elles
peuvent également consister en l’octroi de biens et services.
FONCTIONNEMENT DEBIT DEBIT
Par le débit Il est crédité
du compte approprié de la du montant de l’aide obtenue Compte approprie de la 14Subventions
classe 2, sur la base de classe 2 d’investissement
l’évaluation des
immobilisations transférées
gratuitement à l’entreprise.
du compte approprié de la du montant de la subvention 4494 Etat, subventions 14Subventions
classe 4 tel que 4494 Etat, d’équipement à recevoir d’investissement
subventions d’équipement à ou
recevoir ou 4582 Organismes
4582 Organismes internationaux,
internationaux, subventions à subventions à recevoir.
recevoir.
Il est débité Par le crédit
à la clôture de l’exercice des comptes 865 Reprises de 14 subventions 865 Reprises de
subventions d’investissement subventions
d’investissement, pour la d’investissement
partie de la subvention
rapportée au résultat de la
période.
à la date de cession de l’actif du compte 865 Reprises de 14 subventions 865 Reprises de
acquis à l’aide de la subventions d’investissement subventions
subvention d’investissement, pour la d’investissement
partie de la subvention non
encore rapportée au résultat.

15. Provisions réglementées et Fonds assimilés

Ce sont des provisions ne correspondant pas à l'objet normal d'une provision et


comptabilisées en application de dispositions légales. Constituant en réalité, non
des provisions, mais des réserves qui ne sont pas définitivement libérées de l'impôt,
les provisions réglementées sont à comprendre dans les capitaux propres de
l'entreprise.

Figurent dans cette catégorie : les amortissements dérogatoires, les plus-values de cession
à investir, la provision spéciale de réévaluation, les provisions réglementées relatives aux
immobilisations et aux stocks ainsi que les provisions pour investissement.

25
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Le compte 15 est crédité du montant de la création ou de la variation en


augmentation des provisions réglementées, par le débit du compte 85 Dotations
HAO.

Il est débité de l’annulation ou de la variation en diminution des provisions


réglementées, par le crédit du compte 86 Reprises HAO.

16. Emprunts et Dettes assimilées

Les emprunts sont une expression comptable de la dette résultant de l’octroi de


prêts remboursables à terme dans une optique fonctionnelle, les emprunts
participent, concurremment avec les capitaux propres, à la couverture des besoins
de financement durables de l’entreprise.

D C EMPRUNT INDIVIS D C
52 Banque X
162 Emprunts et dettes auprès des ETS de X
crédit
Emission de l'emprunt
671 Intérêts des emprunts X
166 Intérêts courus X
Intérêts courus
(L'exercice qui s'achève)
166 Intérêts courus X
671 Intérêts courus X
Remboursement de l'emprunt et Paiement
des intérêts
162 Emprunts et dettes auprès des ETS de crédit x
671 Intérêts courus x
52 Banque x

26
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

D C EMPRUNTS OBLIGAIRES D C
47111 Obligations à placer X
161 Emprunts obligataires X
Emission de l'emprunt
206 Primes de remboursement X
47110 Obligataires, compte souscription X
47111 Obligations à placer X
Souscription
52 Banques X
47110 Obligataires, compte souscription X
Libération des obligations souscrites
6316 Frais d'émission d'emprunts X
4454 Etat, TVA récupérables sur services X
extérieurs X
52 Banques
Frais d'émission des emprunts
obligataires
2026 Frais d'émission des emprunts X
78 Transfert des charges X
Immobilisation éventuelle des frais

17. Dettes de crédit-bail et Contrats assimilés

Ce compte enregistre le montant correspondant à la valeur d’entrée du bien acquis


par contrats de crédit-bail et assimilés. Cette valeur est celle figurant dans le contrat
ou la somme actualisée des redevances de crédit de bail. Le contrat de crédit-bail
apparaît, pour l’entreprise « preneur du bien », comme un moyen de financement
de ses immobilisations, un substitut de l’emprunt. Le système comptable OHADA
traite cette opération comme une acquisition d’immobilisation assortie d’un
emprunt de même montant, semblant ainsi appliquer le principe de « la
prééminence de la réalité sur l’apparence » (norme I.A.S. 17 : Comptabilisation des
contrats de location).

27
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

D C CREDIT-BAIL D C
21/22 Immobilisation concernée X
173 Dettes de crédit-bail X
A la signature du contrat (entrée du
bien dans le patrimoine)
445 Etat, TVA récupérables sur services X
623 Redevances de crédit bail X
52/57 Banque/Caisse X
Charges annuelles ( s'il y a des
redevances à verser au bailleur)
173 Dettes de crédit -bail X
672 Intérêts dans les loyers de crédit- X
623 bail X
Redevances de crédit bail
Annulation du compte provisoire
68xx Dotations aux amortissements X
28xx Amortissements X

Note : le retraitement en fin d’année n’est pas nécessaire pour les petits contrats de
crédit-bail. Il est ainsi décidé que le mode de retraitement ne s’impose que pour les
contrats dont la valeur d’entrée est supérieure à 5% du total brut des
immobilisations

18. Dettes liées à des participations et comptes de liaison des établissements et


sociétés en participations

Le compte de liaison des établissements et succursales est un compte de bilan


ouvert au siège, au nom de l’établissement. Il fonctionne comme un compte
courant, de sorte que toutes les opérations réalisées entre le siège et l’établissement
y soient enregistrées comme s’il s’agissait d’un tiers.
Les opérations entre le siège et l’établissement ou la succursale sont à enregistrer de
manière symétrique, dans la même période comptable et sur la base des mêmes
pièces justificatives. Deux possibilités sont envisageables dans l’utilisation de ces
comptes : tenue d’une comptabilité intégrée de l’établissement et tenue d’une
comptabilité autonome par établissement.

Les comptes 181 Dettes liées à des participations et 182 Dettes liées à des sociétés en
participation sont crédités de la valeur à rembourser des emprunts contractés ;
28
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Le compte 183 Intérêts courus sur dettes liées à des participations est crédité, à la
clôture de l’exercice, du montant des intérêts courus depuis la dernière échéance
par le débit du compte 671 Intérêts des emprunts.

Les comptes 184 à 187 comptes de liaison des établissements et succursales sont
crédités des opérations effectuées entre le siège d’une entreprise et ses
établissements ou succursales, par le débit des comptes concernés et sont débités
des opérations effectuées entre le siège d’une entreprise et ses établissements ou
succursales (y compris le montant antérieurement apporté à titre permanent), par le
crédit des comptes correspondants.

19. Provisions financières pour risques et charges

Il s’agit des provisions évaluées à la l’arrêté des comptes et destinées à couvrir des
charges, des risques et pertes nettement précises quant à leur objet, que des
événements survenus ou en cours rendent probables, mais comportant des
incertitudes quant à leur montant ou leur réalisation. Les provisions financières
pour risques et charges sont inscrites au passif du bilan dans les dettes financières
et ressources assimilées et sont constituées en vertu du principe de la prudence.

On distingue les provisions pour risques à long terme (compte 19) et les provisions
pour risques à court terme (comptes 499 et 599).

Le compte 19 est crédité : à la clôture de l’exercice, pour les charges et pertes


prévisibles, par le crédit des comptes 691 Dotations aux provisions d’exploitation
ou 697 Dotations aux provisions financières ou 852 Dotations HAO ;

Il est débité : à la clôture de l’exercice de la reprise des provisions pour charges et


pertes constatées à la clôture d’un exercice antérieur dont les raisons qui les ont
motivées ont cessé d’exister, par le crédit du compte 79 Reprises de provisions ou
par le compte 862 Reprises HAO.

29
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

5.4 CAS PRATIQUES DE LA CLASSE 1

1. Les opérations suivantes sont réalisées par une société :


a) Promesse d’apport pour la création de la société : MAVAMBU promet
d’apporter un immeuble administratif de 500.000, KABANANGI promet
d’apporter 100.000 en espèces et GAPOPO promet d’apporter un véhicule de
200.000
b) Les promesses d’apport sont effectivement réalisées
c) La société contracte un emprunt auprès de BCDC de 450.000 à rembourser
dans 3 ans.
d) Le Gouvernement fait un don d’un véhicule de 150.000 à la société
e) La société a réalisé un bénéfice de 50.000 dont 15.000 repartis entre associés
au prorata des apports, 25.000 gardés au titre de réserves légales et le reste a
été reporté.

D C D C
a)
46.11 Associés apports en nature 700.000
46.12 Associés apports en numéraire à 100.000
10.1 Capital 800.00
Constitution ou promesse d’apport
b)
23.13 Bâtiments administratifs et commerciaux 500.000
24.51 Matériel automobile 200.000
57.11 Caisse en unité monétaire légale 100.000
46.11 Associés apports en nature 700.000
46.12 Associés apports en numéraire 100.000
Libération ou réalisation de promesse
c)
5211 Banque BCDC à 450.000
1621 Emprunts et dettes auprès d’Ets 450.000
Contrat d’emprunt n° x
d)
24.51 Matériel automobile à 150.000
14.11 Subventions d’équipement Etat 150.000
Contrat de cession véhicule
e)
13.01 Bénéfice en instance d’affectation à 50.000
11.10 Réserves légales 15.000
12.10 Report à nouveau créditeur 10.000
46.50 Associés dividendes à payer 25.000
PV d’affectation du bénéfice

30
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

2. La société " PERENCO - REP " souscrit un contrat de crédit-bail le 30 juin 2004
pour l’obtention d’un matériel de fabrication d’une durée normale d’utilisation de 8
ans. Le prix total d’acquisition et d’installation de ce matériel est indiqué dans le
contrat : 200.000 FC. La durée de location est de 6 ans, moyennant une redevance
annuelle de 44.762 FC et une valeur de rachat à l’issue de la sixième année de 12.000
FC, qui correspond à la valeur résiduelle estimée du bien à cette date. Le contrat
prévoit une option d’achat en fin de crédit-bail.

Première redevance à la livraison du bien le 30.06.2004, sachant que le taux


d’actualisation est de 8%.

Le tableau d’amortissement de l’emprunt correspondant à cette location


financement est présenté comme suit :

Année Capital Intérêts 15 % Amortissements Annuités HT


restant dû
2004 200 000 0 44 762 44 762
2004 155 238 23 286 21 476 44 762
2005 133 762 20 064 24 698 44 762
2006 109 064 16 360 28 402 44 762
2007 80 662 12 099 32 663 44 762
2008 47 999 7 200 37 562 44 762
2009 10 437 1 566 10 437 12 003
TOTAUX 80 575 200 000 280 575

Travail à Faire : Enregistrer les écritures comptables correspondantes à ce tableau


pour l’exercice 2004.

Solution
1. Entrée du matériel dans le patrimoine de PERENCO

24 Matériels 200 000


17 à Dettes de crédit-bail et contrats assimilés 200 000

2. Paiement du 1er loyer à la réception du matériel

17 Dettes de crédit-bail et contrats assimilés 44 762


52 à Banque 44 762

31
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

3. Comptabilisation de charges d’amortissements au 31/12/2004

68 Dotation amortissement du matériel exercice 2004 12 500


12 500
à Amortissement matériel exercice 2004
28 (200 000 x 8% x 6/12)

4. Comptabilisation des intérêts courus non échus au 31/12/2004

67.2 Intérêts dans loyers de crédit-bail 11 643


11 643
17.6 à Intérêts courus
(200 000-44 762) x 15% x 6/12

5. Extourne écriture de intérêts courus non échus : 01/01/2005

17.6 Intérêts courus 11 643


11 643
67.2 à Intérêts dans loyers de crédit-bail

6. Règlement du 2 ème loyer au 30/06/2005

62.3 Redevances de crédit-bail 44 762


52 à Banque 44 762

7. Retraitement de la 2eme redevance au 31/12/2005

67.2 Intérêts dans loyers d crédit-bail 23286


17 Dettes de crédit-bail 21476
62.3 à Redevances de crédit-bail 44 762

32
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 6 : LES COMPTES DU CYCLE D’INVESTISSEMENT

6.1 INTRODUCTION

Le Système Comptable OHADA définit les immobilisations comme les biens ou


valeurs destinés à rester durablement dans l’entreprise et dont la durée de vie est
supérieure à une année.

En Système Comptable OHADA, l’actif immobilisé comprend :


 les charges immobilisées
 les immobilisations (incorporelles, corporelles et financières)

Les comptes d'immobilisations, autres que les comptes d'immobilisations


financières, sont classés respectivement à partir de la nature élémentaire des
éléments qui les composent (immobilisations incorporelles et corporelles), et selon
leur destination dans l'entreprise (usage professionnel, social ou autre). Ils ne se
consomment pas par le premier usage.

Les immobilisations financières sont une catégorie d'immobilisations qui regroupe


certaines titres (titres de participation et valeurs mobilières immobilisées).

Les biens de peu de valeur ou dont la consommation est très rapide peuvent être
considérés comme entièrement consommés dans l'exercice de leur mise en service
et, par conséquent, ne pas être classés dans les immobilisations.

6.2 PRESENTATION DES COMPTES DE L’ACTIF IMMOBILISE

Les comptes principaux de la classe 2 sont :

20 Charges immobilisées
21 Immobilisations incorporelles
22 Terrains
23 Bâtiments, Installations techniques et agencements
24 Matériel
25 Avances et acomptes sur immobilisations
26 Titres de participation
27 Autres immobilisations financières
28 Amortissements
29 Provisions pour dépréciations

33
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Les immobilisations sujettes à dépréciation sont assorties de corrections de valeur


qui prennent la forme d'amortissements et de provisions pour dépréciation à porter
aux subdivisions des comptes 28 et 29.

6.3 EVALUATION DES IMMOBILISATIONS

6.3.1 Evaluation du Coût d’entrée

Lors de son entrée dans le patrimoine de l’entreprise, la valeur de l’immobilisation


est ainsi déterminée :

 le bien acquis à titre onéreux est comptabilisé à son coût d’acquisition. Ce


coût d’acquisition est déterminé par l’addition des éléments suivants :

- le prix d’achat net de rabais, remises et ristournes, après déduction des


taxes récupérables ;
- les frais accessoires après déduction des taxes récupérables c'est-à-dire
ceux directement liés à l’acquisition et la mise en état d’utilisation du
bien dans la mesure ou où ils ont accru sa valeur vénale (frais de
transport, droits de douane, frais d’installation et de montage, taxes non
récupérables, commissions et assurances , frais de préparation du site,
frais de démolition, etc.) ; les autres frais tels que les droits de mutation et
d’enregistrement, les frais notariés, les charges d’emprunts sont à
imputer dans les charges.

 le bien produit par l’entreprise est comptabilisé à son coût de production.


Ce coût de production est déterminé par l’addition des éléments suivants :

- le coût d’acquisition des matières et fournitures consommées ;


- ;
- les charges indirectes de production dans la mesure où elles peuvent être
raisonnablement rattachées à la production du bien ;

 le bien acquis à titre gratuit est comptabilisé à sa valeur vénale ;

 le bien reçu à titre d’apport en nature est comptabilisé à la valeur figurant


dans l’acte d’apport.

La valeur d’entrée des titres de participation dans le patrimoine est déterminée par
les termes du contrat d’acquisition ou de l’acte d’apport. Celle-ci est le prix
d’acquisition majoré des frais accessoires d’acquisition correspondant aux droits de
souscription.

Sont exclus du coût d’entrée des titres, les frais ci-après :

- les droits de mutation ;


34
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

- des honoraires des différents conseils ;


- des commissions des banques, des agents de change, etc.,
- des frais de courtage ;
- des impôts.

Ces frais sont inscrits directement en charges dans le compte 6311 Frais sur titres et
ne sont pas portés au coût d’acquisition des titres de participation.
Toutefois, s’ils sont importants, ils peuvent être transférés au compte 2022 Frais
d’acquisition d’immobilisations. Dans ce cas, ce compte doit être amorti dans un
délai maximum de 5ans.

En ce qui concerne les titres immobilisés de l’activité du portefeuille (T.I.A.P.), les


frais accessoires d’achat (courtages, commissions, honoraires, impôts) doivent être
enregistrées dans le compte 27.

Les coûts inhérents aux modalités de règlement, cout de financement notamment ne


doivent pas être inscrits dans la valeur d’ entrée des titres : ainsi, le compte 67 Frais
financiers est le plus approprié.

Les titres libellés en monnaie étrangère sont enregistrés au prix d'acquisition


converti en unité monétaire légale du pays au cours du jour de l'opération. La part
non libérée est inscrite en contrepartie au passif, constitue une dette libellée en
monnaie étrangère, convertie en monnaie légale du pays.

Les autres immobilisations financières sont évaluées sur base de la valeur nominale
si l’opération est libellée en unité monétaire légale ou en appliquant le taux de
change en vigueur à la date de l’opération lorsque celle-ci est libellée en en devises
pour obtenir l’unité monétaire légale.

Lorsque les prêts sont assortis d’une garantie ou d’une sûreté (hypothèque, gage),
cela doit être mentionné dans les engagements hors bilan.

6.3.2 Evaluation a la clôture de l’exercice

Les immobilisations connaissent des dépréciations constatées par des


amortissements et des provisions lors de l’évaluation postérieure.
Les valeurs d’entrée sont corrigées pour les ajuster aux conditions économiques à
la date de clôture par la réévaluation selon les dispositions prévues dans chaque
pays.

Lorsque la valeur comptable des titres de participation est supérieure à la valeur


d’inventaire qui est une valeur réelle ou valeur du marché, une provision pour
dépréciation est constituée.
La détermination de la valeur d'inventaire des titres libellés en devises se fait par
une conversion en unités monétaires légales du pays sur la base du cours de change
à la date de clôture de l'exercice. Un écart de conversion est dégagé à cet effet.

35
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

6.4 FONCTIONNEMENT DES COMPTES DE L’ACTIF IMMOBILISE

20 Charges immobilisées

Les comptes divisionnaires du compte 20 Charges immobilisées :


20.1 Frais d’établissement
20.2 Charges à répartir sur plusieurs exercices
20.6 Primes de remboursement d’obligations

Les charges immobilisées sont préalablement comptabilisées dans des comptes de


charges par nature. En aucun cas elles ne peuvent être portées directement au
compte 20, à l’exception des primes de remboursement des obligations qui sont
inscrites directement au compte 206.

Débit /6XX charges AO (83Charges HAO)


Crédit / 4 Tiers ou 5 trésorerie
Débit / 20XX Charges immobilisées
Crédit / 78 Transferts de charges (848 Transferts HAO)
Note :
Amortissements (sur 2 à 5 ans sauf pour les primes de remboursement)
Débit /6811 Dot aux amortissements des charges immobilisées
Crédit / 20XX Charges immobilisées

21 Immobilisations incorporelles

Les immobilisations incorporelles sont constituées par les éléments autres que
corporels, devant servir de façon durable à l’activité de l’entreprise et susceptible
de générer des avantages futurs.

Les comptes divisionnaires du compte 21 Immobilisations incorporelles :


211 Frais de recherche et de développement
212 Brevets, licences, concessions et droits similaires
213 Logiciels
214 Marques
215 Fonds commercial
216 Droit de bail
217 Investissements de création
218 Autres droits et valeurs incorporelles
219 Mobilisations incorporelles en cours

36
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

S’agissant des frais de recherche et de développement, ne peuvent être


immobilisées que les dépenses relatives à des projets qui ont de sérieuses chances
de réalisation technique et de rentabilité commerciale ; s’il y a existence d’un
marché potentiel. Les projets concernés doivent être nettement individualisés et
leur coût distinctement établi pour être répartis dans le temps.
Sont par conséquent exclus du champ des frais de recherche et de développement
visés par le compte 211 les dépenses relatives à la recherche fondamentale ainsi
que les frais de lancement de la production.

Lorsque les conditions sont simultanément remplies, les frais de recherche & de
développement :

Engagement des dépenses


D/6XX Charges par nature à xxx
C/4 ou 5 Comptes concernés xxx

Clôture de l’exercice
D/211 Frais de recherche&de développe xxx
C/ 721 Production immobilisée xxx

Amortissement
D/6812 Dot aux amortis immo incorporelles à xxx
C/2811 Amortissements frais recherches xxxx

Dépréciation
D/6913 Dot aux dépréciations immo incorporelles à xxx
C/291 Provisions pour dépréciation immo incorpore xxxx

Immobilisations corporelles
22 Terrains
23 Bâtiments, Installations techniques et agencements
24 Matériel

 Compte 22 Terrains
221 Terrains agricoles et forestiers
222 Terrains nus
223 Terrains bâtis
224 Travaux de mise en valeur des terrains
225 Terrains de gisement
226 Terrains aménagés
37
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

227 Terrains mis en concession


228 Autres terrains
229 Aménagements de terrains en cours

 Compte 23 Bâtiments, Installations techniques et Agencements


23.1 Bâtiments Industriels, agricoles, administratifs & cciaux sur sol propre
23.2 Bâtiments Industriels, agricoles, administratifs & cciaux sur sol d’autrui
23.3 Ouvrages d’infrastructures
23.4 Installations techniques
23.5 Aménagements de bureaux
23.7 Bâtiments Industriels agricoles & cciaux mis en concession
23.8 Autres installations et agencements
23.9 Bâtiments et Installations en cours

 Compte 24 Matériel
241 Matériel et outillage industriel & commercial
242 Matériel et outillage agricole
243 Matériel d’emballages Récupérable et identifiable
244 Matériel et Mobilier
245 Matériel de transport
246 Immobilisations animales et agricoles
247 Agencements et aménagements du matériel
248 Autres matériels
249 Matériel en cours

 Ecritures sur acquisitions et cessions des immobilisations corporelles:


comptes 22, 23 et 24

a) Acquisitions :
D/ 22,23, 24… à
C/ 48.1 Fournisseurs d’investissements
b) Cessions :
D/81 VC de cession d’immo
D/28 Amortissements à
C/ 22,23, 24…
D/ 48.5 Créances sur cessions d’immo
C/82 Produits de cessions d’immobilisations

Note : dans le cas de cessions courantes des immobilisations, utiliser les comptes :
- 65.4 VC des cessions courantes d’immo (81)
38
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

- 75.4 Produits des cessions courantes d’immo(82)

 c) Amortissements et provisions pour dépréciation


D/ 68 Dotations aux amortissements
C/28 Amortissements
D/ 69 Dotations aux provisions
C/29 provisions pour dépréciations

 d) Réévaluation
D/ 21, 22,23… à
C/10.6 Ecarts de réévaluation
D/ 10.6 Ecarts de réévaluation
C/28 Amortissements

Immobilisations financières
25 Avances et acomptes sur immobilisations
26 Titres de participation
27 Autres immobilisations financières

 Compte 25 Avances et acomptes versés sur immobilisations


25.1 Avances et acomptes versés sur immobilisations incorporelles
25.2 Avances et acomptes versés sur immobilisations corporelles
 Compte 26 Titres de participation
26.1 Titres de participation dans les sociétés sous contrôle exclusif
26.2 Titres de participation dans les sociétés sous contrôle conjoint
26.3 Titres de participation dans les sociétés conférant une influence notable
26.5 Participations dans les organismes professionnels
26.6 Parts dans les G.I.E
26.8 Autres titres de participations
 Compte 27:Autres immobilisations financières
27.1 Prêts et créances non commerciales
27.2 Prêts au personnel
27.3 Créances sur l’Etat
27.4 Titres immobilisés
27.5 Dépôts et cautionnements versés
27.6 Intérêts courus
27.7 Créances rattachées à des participations & avances à des G.I.E
27.8 Immobilisations financières diverses

39
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Compte 25 Avances et acomptes versés sur immobilisations


--------------------------------------------------
D/ 25X avances et acomptes xxx
C/ 5 compte financier concerné xxx
Montant versé au fournisseur à la commande
--------------------------------------------------------
D/ 2X Immobilisation concernée xxx
C/ 25X avances et acomptes xxx
C/ 481 fournisseurs d’investi xxx
A la réception de la facture définitive
-------------------------------------------------------------
Compte 26 Titres de participation
Acquisition
--------------------------------------------------
D/ 26 Titres de participation xxx
C/ 10 Capital xxx
C/ 4X ou 5X Tiers ou trésorerie xxx
C/ 472 Versements restants xxx
------------------------------------------------------------------------
Dépréciation
D/ 697 Dotations aux provisions financières xxx
C/ 296 Provisions/dépréciation titres de parti° xxx
----------------------------------------------------------------------
Cession
-------------------------------------------------------------
D/ 81 Valeurs comptables des c° d’immo xxx
C/ 26 Titres de participation xxx
----------------------------------------------------------------
D/ 4 ou 5 Comptes de tiers ou de trésorerie xxx
C/ 826 Produits sur cession d’immo financières xxx
------------------------------------------------------
D/ 296 Provisions/dépréciation titres de participation xxx
C/ 797 Reprises des provisions financières xxx
-----------------------------------------------------------------------

40
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

 Compte 27 Autres immobilisations financières


Accord du prêt
D/27.X Prêts xxx
C/ 5 compte de trésorerie xxx
Fin d’exercice (existence d’un profit de change)
D/ 27. X Prêts xxx
C/ 479 Ecarts de conversion-passif xxx
Fin d’exercice (existence d’une perte de change)
D/ 478 Ecarts de conversion-actif xxx
C/ 27. X Prêts xxx
------------------------------------------------
D/697 Dotations aux provisions financières xxx
C/297 Provisions pour dépréciation xxx
------------------------------------------------------------
A l’encaissement, les différences de change sont enregistrées dans les comptes 676
et 776

41
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

 CAS SPECIFIQUES
1. Acquisition d’une immobilisation avec clause de réserve de propriété
La clause de réserve de propriété est une clause par laquelle le transfert de la
propriété est suspendu, jusqu’à exécution intégrale de la prestation due en contre
partie (paiement du prix défini dans le contrat)
--------------------------------------------------------------------------------------
D/ 2 Immobilisation, réserve de propriété xxxx
C/ 481 Fournisseurs, réserve de propriété xxxx
--------------------------------------------------------------------------------------
D/ 2 Immobilisation xxxx
C/ 2 Immobilisation, réserve de propriété xxxx
-------------extinction de la dette avec réserve de propriété----------------

Reprise du bien par le vendeur impayé


D/ 48.5 Créances/ cession immo xxxxx
C/ 82 Produits cession immo xxxx
----------------------------------------------
D/ 28 amortissements xxxx
D/81 valeurs comptables xxxx
C/2 Immo, réserve de propriété xxxx

 2. Mise au rebut des immobilisations


Elle consiste à retirer une immobilisation du patrimoine de l’entreprise
D/ 28 amortissements xxx
C/ 81 Valeur comptable cession xxx
--------------------------------------------------------------------
D/ 81 Valeur comptable cession
C/ 2 Immobilisé concerné xxx

 3. Echange de matériel
L’entreprise, en accord avec le fournisseur échange son ancien matériel moyennant
très souvent le versement d’une soulte :
Entrée du nouveau bien
D/ 2 immobilisation concernée xxxx
D/ 44.51 Etat, TVA récup/immo xxxx
C/ 481 Fournisseurs, immo xxxx
-------------------------------------------------------------------
Cession de l’ancien matériel
D/ 48.5 (41.4) Créances/ cession d’immo xxxx
C/ 82 (75.4) Produits des cessions xxxx + D/28/81 à C/2
42
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

C/ 44.31 Etat, TVA facturée xxxx


--------------------------------------------------------------------------------
Acquisition-reprise
D/ 481 Fournisseurs d’investissements xxxx
C/ 48.5 Créances/ cession d’immo xxxx
C/ 5 Compte de trésorerie xxxx

 4. Destruction et disparition par vol


Il convient de distinguer deux cas :
- l’immobilisation n’est pas assurée
- l’immobilisation est assurée
- l’immobilisation n’est pas assurée
D/ 28 amortissements xxx
C/ 81 Val comptable cession xxx
--------------------------------------------------------------------
D/ 81 Val comptable cession
C/ 2 Immobilisé concerné xxx
-------------------------------------------------------------------------
- l’immobilisation est assurée
Dans ce cas, une indemnité est attendue de l’assureur (l’indemnité attendue de
l’assureur représente le prix de cession et nous nous trouvons dans le cas similaire à
la vente)

 5. Cas d’expropriation pour cause d’utilité publique


Dans ce cas, l’Etat ou les Collectivités versent très souvent des dommages et
intérêts aux victimes, personnes physiques ou morales :
------------------------------------------------------------
D/28 amortissements xxxx
D/81 valeurs comptables xxxx
C/2 Immobilisation concernée xxxx
------------------------------------------------------------------
D/ 485 Créances/ immo cédées xxxx
C/ 82 Produits sur cession xxxx
C/ 84.1 Produits HAO constatés xxxx
-------------------------------------------------------------------
Les indemnités accessoires destinés à couvrir les frais de réinstallation, un manque
à gagner, préjudices subis.

43
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

6.5 CAS PRATIQUES SUR LES COMPTES DE LA CLASSE 2

1. Le 05 décembre 2010, la Société ELONGA a réglé les frais du notaire pour


l’acquisition d’un immeuble commercial: montant FC 30 000 ; TVA 16%.
Au 31décembre 2010, le Conseil de gestion décide d’immobiliser ces frais et
de les amortir sur 3 ans.

Travail à faire : procédez à l’enregistrement comptable.

Solution

a) Prise en charge
D C 05/12/2010 D C
632 Rémunération d’intermédiaires 30. 000
4454 Etat, TVA récupérable sur services 4 800

57 Caisse 34.800

Paiement frais de notaire, PC n°…..

b) Immobilisation de la charge

D C 31/12/2010 D C
2022 Charges immobilisées, frais d’acquisition 30. 000
d’immobilisations
781 Transferts de charges d’exploitation 30. 000

Immobilisation des frais de notaire

c) Amortissement de la charge (1ère année)

D C 31/12/2010 D C
6811 Dotation aux amortissements des charges 10. 000
immobilisées

2022 Charges immobilisées, frais d’acquisition 10. 000


d’immobilisations
Amortissement des frais de notaire

44
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

2. En 2009, La Société KIN PRODUCT décide de produire un logiciel


d’application pour la gestion de sa trésorerie. A cet effet, elle engage les
dépenses ci-après par banque, en tenant compte de la TVA de 16% :

- Matières et fournitures FC 200 000


- Transport FC 100 000
- Etudes et documentation FC 250 000

Le projet est terminé en 2010, après consultation et avis de l’expert


Informaticien, honoraires FC 50 000 payés le 18 décembre 2010.

Sachant que les frais d’études concernent la recherche fondamentale à raison


de FC 150 000, enregistrez ces opérations.

Solution

a) Prise en compte des charges

D C Pendant l’exercice 2009 D C


60… Achats des matières et fournitures 200 000
611 Transports sur achats 100 000
626 Etudes, recherches et documentation 250 000
4452 Etat, TVA récupérable sur achats 32 000
4453 Etat, TVA récupérable sur transport 16 000
4455 Etat, TVA récupérable sur services 40 000
extérieurs
et autres charges
52.11 638 000
Banque

Extrait BIAC n°….

b) Constatation de l’immobilisation en cours

D C 31/12/2009 D C
2193 Logiciels en cours 400 000
4451 Etat, TVA récupérable sur immobilisations 88 000

721 Production immobilisée incorporelle 400 000


4434 Etat, TVA facturée sur production livrée à 88 000
soi-même

Immobilisation en cours d’un logiciel

45
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

c) Constatation de l’immobilisation produite

 Prise en charge des honoraires de l’informaticien

D C 18/12/2010 D C
6324 Honoraires 50 000
4454 Etat, TVA récupérable sur services 8 000
extérieures

57 Caisse 58 000

Paiement honoraires de l’informaticien

 Constatation de la fraction de l’immobilisation en cours

D C 31/12/2010 D C
2193 Logiciels en cours 50 000
4451 Etat, TVA récupérable sur immobilisations 8 000

721 Production immobilisée incorporelle 50 000


4434 Etat, TVA facturée sur production livrée à 8 000
soi-même

Immobilisation en cours d’un logiciel

 Constatation de l’immobilisation produite

D C 31/12/2010 D C
213 Logiciels 450 000

2193 Logiciels en cours 450 000

Production d’un logiciel (transfert de l’immobilisation


en cours en immobilisation)

3. Le 02 janvier 2010, la Société SNEL achète un matériel de bureau à FC


20 000, TVA 16%, auprès du fournisseur MATARY. La durée d’utilisation
est de 10 ans.

Travail demandé : enregistrements comptables

46
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Solution

- Acquisition du matériel de bureau

D C 02/01/2010 D C
2441 Matériel de bureau 20. 000
4451 Etat, TVA récupérable sur immobilisation 3 200

4812 Fournisseurs d’immobilisations corporelles 23.200

Achat d’un matériel de bureau, facture n°

- Amortissement du matériel de bureau au 31/12/2010


D C 31/12/2010 D C
6813 Dotations aux amortissements des 2 000
immobilisations corporelles

2813 Amortissement du matériel de bureau 2 000


Fiche d’amortissement du matériel de bureau

4. La Société LAGLOIRE fait acquisition de 6 000 actions de la Société KST


avec un capital social composé de 10 000 actions.
Les actions sont achetées le 04 avril 2010 au prix de 500 FC l’action et le
règlement est effectué de 2/3 le même jour.
Le solde est réglé le 31 mai 2010.
Comptabilisez ces opérations

Solution
 Acquisition des titres et libération de 2/3

D C 04/04/2010 D C
261 Titres de participation 3 000 0000
52 Banque 2 000 000
472 Versement restant à effectuer sur titres 1 000 000
de participation
Apport dans la Société KST/acquisition de 6 000
actions à 500 FC l’action.

47
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

 Libération du solde de 1/3

D C 31/05/2010 D C
472 Versement restant à effectuer sur titres de 1 000 0000
participation
52 Banque 1 000 000
Règlement du solde sur acquisition des actions

5. Le 1er avril 2010, la Société LEGROS cède à la Société LANGROIS un mobilier


de bureau acquis à FC 60 000 le 1er septembre 2005 et amortis sur 10 ans en
système linéaire ; prix de cession FC 20 000. TVA 16 %.

Travail demandé : présentez les enregistrements comptables concernant la


cession du mobilier de bureau.

Solution

 Amortissement du 31/12/2010 au 01/03/2010

D C 01/04/2010 D C
681 Dotations aux amortissements des 1 500
immobilisations corporelles

2844 à Amortissements du mobilier de bureau 1 500

Amortissement mobilier de bureau :


60 000 X10% X 3/12 = 1 500

 Sortie d’immobilisation et annulation des amortissements :

Amortissements cumulés : Exercice 2005 (4mois) : 6 000 X4/12 = 2 000


Exercices 2006 à 2009 : 6 000X4 = 24 000
Exercice 2010 (3mois) : 6 000X3/12 = 1 500
27 500
Valeur nette comptable : 60 000-27 500=32 500

D C ------------------01/04/2010-------------- D C
812 Valeurs comptables des cessions 32 500
d’immobilisations corporelles
2844 Amortissements du mobilier de bureau 27 500

2444 à Mobilier de bureau 60 000

Sortie du mobilier de bureau cédé et


annulation des amortissements

 Produit de cession

48
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

D C 01/04/2010 D C
485 Créances sur cessions d'immobilisations 23 200

822 à Produits des cessions d’immo corporelles 20 000


4431 Etat, TVA facturée sur ventes 3 200
Cession du mobilier

49
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 7 : LES COMPTES DU CYCLE D’EXPLOITATION

7.1 LES COMPTES DE STOCKS

7.1.1 INTRODUCTION

Les stocks sont constitués par l’ensemble des biens ou des services qui
interviennent dans le cycle d’exploitation de l’entreprise pour être :
- soit vendus en l’état ou au terme d’un processus de production à venir ou en cours,
- soit consommés en général au premier usage

Les stocks comprennent :


- les marchandises
- les autres approvisionnements (MP et fournitures; MC et fournitures)
- les produits & services (Produits intermédiaires; PF et Produits résiduels…)

7.1.2 PRESENTATION DES COMPTES DE STOCKS

Les stocks sont enregistrés dans les comptes ci-après:


31 Marchandises
32 Matières Premières et Fournitures liées
33 Autres Approvisionnements
34 Produits en cours
35 Services en cours
36 Produits Finis
37 Produits Intermédiaires et Résiduels
38 Stocks en cours de route, en consignation ou en dépôt
39 Dépréciations de stocks

Les comptes divisionnaires des stocks :

31 Marchandises
31.1 Marchandises A
31.2 Marchandises B
31.8 Marchandises HAO
32 MP et Fournitures liées
32.1 Matières A
32.2 Matières B
32.3 Fournitures (A, B)
50
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

33 Autres approvisionnements
33.1 Matières consommables
33.2 Fournitures d’atelier et d’usine
33.3 Fournitures de magasin
33.4 Fournitures de bureau
33.5 Emballages
33.8 Autres matières
34 Produits en cours
34.1 Produits en cours
34.2 Travaux en cours
34.3 Produits intermédiaires en cours
34.4 Produits résiduels en cours
35 Services en cours
35.1 Etudes en cours
35.2 Prestations des services en cours
36 Produits finis
36.1 PF A
36.2 PF B
37 Produits intermédiaires et résiduels
37.1 Produits intermédiaires
37.2 Produits résiduels
38 Stocks en cours de route, en consignation et en dépôt
38.1 Marchandises en cours de route
38.2 MP et fournitures liées en cours de route
38.3 Autres approvisionnements en cours de route
38.6 Produits finis en cours de route
38.7 Stocks en consignation ou en dépôt
38.8 Stock provenant d’immobilisation mises hors service ou rebut
39 Dépréciations des stocks
39.1 Dépréciations des stocks de marchandises
39.2 Dépréciations des stocks de MP&F liées
39.3 Dépréciations des stocks d’autres approvisionnement
39.4 Dépréciations des productions en cours
39.5 Dépréciations des services en cours
39.6 Dépréciations des stocks PF
39.7 Dépréciation des stocks de Produits intermédiaires et résiduels
39.8 Dépréciations des stocks en cours de route…

51
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

7.1.3 METHODES DE VALORISATION DES STOCKS

7.1.3.1 REGLES D’EVALUATION DES STOCKS :

a) Les marchandises et les matières achetées sont entrées en stocks au prix


d’achat majoré éventuellement des frais accessoires (coût direct d’achat),
sous déduction des ristournes, rabais et remises obtenus des fournisseurs.

Le coût direct d’achat comprend :

 les frais externes : le coût direct arrivée frontière, assurance et fret


(CAF), dans le cadre d’une importation, auquel s’ajoutent les frais
accessoires pour services rendus en dehors du territoire national, tel
que ; les frais de transport, les frais d’assurance et de transport, les
frais de transit, les commissions et les courtages dus à des entreprises
situées à l’étranger ;

 les frais internes : les frais d’achat postérieurs à l’entrée sur le


territoire national, tel que : les droits de douane, les frais de transport
et les frais d’assurance de la frontière au magasin, les frais de transit,
les commissions et les courtages dus à des entreprises situées sur le
territoire national.

b) Les déchets, rebuts et produits de la récupération sont entrés en stock au


cours du jour à la date d'entrée en stock ou à la valeur probable de
réalisation.

c) Les produits intermédiaires, les produits finis et les emballages fabriqués par
l'entreprise sont entrés en stock au coût de production. Les produits et
travaux en cours sont valorisés au coût de production à l'inventaire. Le coût
de production comprend tous les frais engagés jusqu'à leur mise en stock au
magasin ou jusqu'au jour de l'inventaire. Il est égal au coût d'achat des
matières premières consommées augmenté des frais de fabrication.

 Dépréciation des stocks : lors de l’inventaire physique, si l’entité


constate une dépréciation de valeur de certains éléments des stocks
(que ce soit des stocks achetés par rapport à leur coût d’achat, ou des
stocks produits par rapport à leur coût de production),

52
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

l’amoindrissement de valeur est constaté par une dépréciation par


application du principe de prudence.
Cette provision fera donc l’objet, à la date de clôture, d’une dotation aux
provisions et actée au débit du compte « 6593 Charges provisionnées sur
stock » ou encore « 839 Charges provisionnées HAO » avec comme compte
de contrepartie 39 « Dépréciation des stocks ».

7.1.3.2 METHODES D’EVALUATION DES STOCKS :

Le Système Comptable OHADA préconise deux méthodes d’évaluation des stocks


suivantes :
 Le Coût Unitaire Moyen pondéré (CUMP) avec deux variantes, à savoir le
CUMP après chaque entrée et le CUMP en fonction de la durée moyenne de
stockage ;
 Le FIFO ou PEPS (premier entré premier sorti).

a) La méthode de Coût Unitaire Moyen Pondéré (CUMP) :

Cette méthode connaît quelques variantes dont la méthode du coût unitaire


moyen pondéré périodique (qui consiste à évaluer les sorties au CUMP des
entrées d’une période considérée : mois, trimestre ou année, stock initial
inclus) et celle du CUMP après chaque entrée (qui consiste à évaluer les
sorties au dernier coût moyen calculé après la dernière entrée).

Cette méthode a deux variantes suivantes :

 Le Coût Unitaire Moyen Pondéré après chaque entrée, variante


utilisée en inventaire permanent :

= Stock en valeur à la date d’entrée + valeur de l’entrée


Quantité en stock à la date d’entrée + quantité de l’entrée

 Le Coût Unitaire Moyen Pondéré calculé sur la durée moyenne de


stockage, variante utilisée en inventaire intermittent

b) La méthode du premier entré – premier sorti (P.E.P.S) : cette méthode


consiste à retenir comme coût de sortie le coût exact (non une moyenne) pris
dans un certain ordre. Selon cette méthode, les sorties sont considérées
comme s’effectuant dans l’ordre des entrées. L’inconvénient de cette
méthode est qu’elle répercute avec retard les variations de cours ou de prix
enregistrés à l’achat.

53
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

En fonction de la méthode choisie, la valeur du stock au bilan et le résultat de


l’exercice ne seront pas les mêmes. C’est pourquoi les entreprises n’ont pas la liberté
de changer de méthode d’évaluation de leurs stocks au gré de leur envie, et en
particulier selon le résultat qu’on veut réaliser.
Par application du principe de permanence des méthodes, elles ne peuvent en
changer qu’exceptionnellement, en raison en particulier de modifications
importantes dans leur situation, et dans le souci de donner une image fidèle des
comptes, avec la nécessité en ce cas de justifier dans l’annexe cette décision et d’en
présenter les conséquences au niveau du résultat.

7.1.4 FONCTIONNEMENT DES COMPTES DE STOCKS

7.1.4.1 Les approvisionnements (comptes 31, 32 et 33)

a) Inventaire Permanent
 Achats

D C D C
60x Achats x
611 Transports sur achats x
445 Etat, TVA récupérable à x
40x Fournisseurs et comptes rattachés x
achat local
60x Achats x
611 Transports sur achats x
6256 Assurances transports sur achats x
6321 Commissions et courtages sur achats x
6323 Rémunérations des transitaires x
445 Etat, TVA récupérable à x
40x Fournisseurs et comptes rattachés x
achat à l’importation

 Entrées en stocks

D C D C
31 Marchandises x
32 MP et fournitures x
33 Autres approvisionnements à x
603 Variations des stocks de biens stockés x

54
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

 Sorties de stocks

D C D C
603 Variations des stocks de biens stockés à x
31 Marchandises x
32 MP et fournitures x
33 Autres approvisionnements x

 Clôture de l’exercice
o Régularisation des différences d’inventaire constatées en plus

D C D C
31 Marchandises x
32 MP et fournitures x
33 Autres approvisionnements à x
603 Variations des stocks de biens stockés x

o Régularisation des différences d’inventaire constatées en moins


D C D C
603 Variations des stocks de biens stockés à x
31 Marchandises x
32 MP et fournitures x
33 Autres approvisionnements x

b) Inventaire Intermittent
En Inventaire Intermittent, les mouvements de stocks ne sont pas comptabilisés en
cours d’exercice. C’est seulement à la clôture de l’exercice qu’il est procédé à la
constatation du Stock Final et à l’annulation du Stock Initial.

 Achats
D C D C
60x Achats x
611 Transports sur achats x
445 Etat, TVA récupérable à x
40x Fournisseurs et comptes rattachés x
achat local
60x Achats x
611 Transports sur achats x
6256 Assurances transports sur achats x
6321 Commissions et courtages sur achats x
6323 Rémunérations des transitaires x
445 Etat, TVA récupérable à x
40x Fournisseurs et comptes rattachés x
achat à l’importation

55
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

 Constatation SF
D C D C
31 Marchandises x
32 MP et fournitures x
33 Autres approvisionnements à x
603 Variations des stocks de biens stockés x

 Annulation SI

D C D C
603 Variations des stocks de biens stockés à x
31 Marchandises x
32 MP et fournitures x
33 Autres approvisionnements x

Note : Cas d’emballages

Les comptes relatifs aux emballages fonctionnent de la même manière que ceux
relatifs aux marchandises et matières. La seule particularité concerne la
consignation.

CHEZ LE CLIENT CHEZ LE FOURNISSEUR


Consignation
D C D C D C D C
4094 Four, emballages à rendre à x 4111 Clients x
4011 Fournisseurs x 4194 Clients, emballages cons x

Retour de l'emballage au prix de la consignation


D C D C D C D C
4011 Fournisseurs à x 4194 Clients, emballages cons x
4094 Fournisseurs, emballages à rendre x 4111 Clients x

56
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHEZ LE CLIENT CHEZ LE FOURNISSEUR


Conservation de l'emballage non restitué
D C D C D C D C
6082 Achats emballages récupérables x 4111 Clients à x
445 Etat, TVA récupérable x 443 Etat, TVA facturée x
401 Fournisseurs x 7071 Emballages perdus facturés x
335 Emballages à x 6033 Variations stocks x
6033 Variations stocks autres a x 335 Emballages x
243 Matériel d'emballages récupérés x
445 Etat, TVA récupérable x
481 Fournisseurs x

Emballage non restitué et perdu


D C D C D C D C
6584 Emballages à rendre perdus x 4111 Clients x
445 Etat, TVA récupérable x 443 Etat, TVA facturée x
401 Fournisseurs 7071 Emballages perdus f x
6033 Variations stocks x
335 Emballages x

Si le prix de déconsignation est inférieur au prix de consignation :


L’écart est enregistré:
chez le client chez le fournisseur
D/6224 malis/emballages à D/4194 Clients, Emballa
C/ 4094 Fournisseurs, Emballa… C/7074 Bonis/reprises & cession
d’emballa

57
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

7.1.4.2 Les produits et services (comptes 34, 35, 36 et 37)

a) Inventaire Permanent

 Entrée en stocks
D C D C
34 Produits en cours x
35 Services en cours x
36 Produits Finis x
37 Produits intermédiaires et résiduels x
73.4 Variations des stocks Produits en cours x
73.5 Variations des stocks Services en cours x
73.6 Variations des stocks Produits Finis x
73.7 V° Produits intermédiaires et résiduels x

 Sorties de stocks

D C D C
73.4 Variations des stocks Produits en cours x
73.5 Variations des stocks Services en cours x
73.6 Variations des stocks Produits Finis x
73.7 V° Produits intermédiaires et résiduels x
34 Produits en cours x
35 Services en cours x
36 Produits Finis x
37 Produits intermédiaires et résiduels x

58
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

b) Inventaire Intermittent

 Constatation SF
D C D C
34 Produits en cours x
35 Services en cours x
36 Produits Finis x
37 Produits intermédiaires et résiduels x
73.4 Variations des stocks Produits en cours x
73.5 Variations des stocks Services en cours x
73.6 Variations des stocks Produits Finis x
73.7 V° Produits intermédiaires et résiduels x

 Annulation SI

D C D C
73.4 Variations des stocks Produits en cours x
73.5 Variations des stocks Services en cours x
73.6 Variations des stocks Produits Finis x
73.7 V° Produits intermédiaires et résiduels x
34 Produits en cours x
35 Services en cours x
36 Produits Finis x
37 Produits intermédiaires et résiduels x

7.1.4.3 Les stocks en cours de route, en consignation et en dépôt (compte 38)

Stocks en cours de route, en consignation ou en dépôt. Ce sont des marchandises,


matières, fournitures ou produits fabriqués, expédiés par le fournisseur et non
encore réceptionnés par l’entreprise ou détenus chez des tiers mais dont l’entreprise
est propriétaire.

Dans le cadre du système d’inventaire permanent, le compte 38 constitue un


compte de passage destiné à enregistrer les stocks dont l’entreprise est déjà
propriétaire, mais qui sont en voie d’acheminement et non encore réceptionnés. Il
peut également être utilisé pour constater l’envoi de stocks (marchandises, matières
et fournitures, produits fabriqués) en dépôt ou en consignation, jusqu’à réception
par le dépositaire ou le consignataire.

59
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Dès réception, les stocks comptabilisés au compte 38 sont ventilés dans les comptes
de stocks appropriés et classés, conformément à la nomenclature des biens et
services en usage dans l’entreprise.

388 Stocks provenant d’immobilisations ; mises hors service ou au rebut : par


exemple Installations et matériels démontés ou les matières récupérées à la suite de
la mise hors services de certaines immobilisations.
Le procédé de comptabilisation à adopter dépend de la nature des éléments
démontés ou récupérés et des conditions dans lesquelles ces éléments doivent être
utilisés à nouveau.
Par exemple, les éléments provenant d’installations démontées (ligne électriques,
canalisations,…) peuvent être simplement transférés dans un compte spécial
d’immobilisations lorsqu’ils sont destinés à être réutilisés pour de nouvelles
installations.
Les matières et matériaux récupérés peuvent être répartis dans les stocks par le
débit d’un compte spécial de la classe 3, qui fait apparaître, en cours d’exercice les
entrées en stocks des éléments qui figuraient au compte 21 « Immobilisations
corporelles » au début de l’exercice. En fin d’exercice, le compte 388 est soldé par le
débit du compte 603 «Variations des stocks (approvisionnements et marchandises)
». Si des éléments des stocks visés ci-dessus subsistent à cette date, ils sont inscrits
au débit des comptes appropriés de la classe 3 par le crédit du compte 603.

- Récupération dans les stocks des éléments de l’immobilisation


mise au rebut ou hors service

388 Stocks provenant d’immobilisations mises x


hors service ou au rebut

603 Variations de stocks des biens achetés x

- Entrée en stocks des éléments récupérés sur l’immobilisation


mise au rebut ou hors service

32 Matières premières et fournitures liées x

388 Stocks provenant d’immobilisations mises hors x


service ou au rebut

60
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

7.1.5 CAS PRATIQUES SUR LA CLASSE 3

1. Les mouvements des cartouches d’encre ABX25 pendant le mois de Mai ont été
les suivants pour une entreprise commercialisant les consommables
informatiques :

01/01 : Un stock initial de 8 cartouches à 32 CDF la cartouche,


07/01 : Entrée d’un lot de 10 cartouches au prix de 34 ,50 CD la boîte, Bon n° 0705
12/01 : Sortie de 5 boîtes de cartouche pour la commande n° 1205
15/02 : Sortie de 8 boîtes de cartouches pour la commande n° 1505
18/02 : Réception de 10 boîtes de cartouche facturées à 34,50 CDF la boîte, Bon n°
1805
22/02 : Sortie d’un lot de 6 boîtes de cartouche pour la commande n° 2205,
25/03 : bon de sortie n° 2505 : 4 boîtes de cartouche,
28/03 : achat de 15 boîtes de cartouche au prix total de 525 CDF, Bon n° 2805
31/03 : Bon de sortie n° 3105 : 4 cartons de cartouches à encre.

TD : Procéder à l’Evaluation des stocks des cartouches d’encre selon les méthodes
préconisées par le Système Comptable OHADA

SOLUTION

1re Méthode- Variante A : Coût moyen après chaque entrée

FICHE DE STOCK EN COUT MOYEN PONDERE Après chaque entrée


CARTOUCHES D'ENCRE COULEUR
Articles: ABX25 Fournisseur: LUSILAO
MOIS: Mai Stocks minimum: 2
Dates Mouvements ENTREE SORTIE STOKS
Q P.U.H.T Montant Q P.U.H.T Montant Q P.U.H.T Montant
01/01 Stock initial 8 32 256
07/01 Entrée 0705 10 34 340 18 33,1111 595,998
12/01 Sortie 1205 5 33,111 165,56 13 33,111 430,443
15/02 Sortie 1505 8 33,111 264,89 5 33,11 165,55
18/02 Entrée 1805 10 34,5 345 15 34,037 510,555
22/02 Sortie 2205 6 34,037 204,22 9 34,037 306,333
25/03 Sortie 2505 4 34,037 136,15 5 34,036 170,18
28/03 Entrée 2805 15 35 525 20 34,759 695,18
31/03 Sortie 3105 4 34,759 139,04 16 34,759 556,144
TOTAUX 35 1 210,00 27 909,86

1
CMUP après chaque entrée = (256 + 340) / (8+ 10) = 33,111
61
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Vérifications :

Stocks initial (S.I) + Total des entrées – Total des sorties = Stocks Final (S.F)

En Quantité : 8 + 35 - 27 = 16

En Valeur : 256,00 + 1 210,00 - 909,86 = 556,14

1re Méthode- Variante B : Coût moyen pondéré en fonction de la durée moyenne


de stockage

Stock moyen = stock initial + stock final = 8 + 16 = 12


2 2
 Consommation de la période = Total des sorties = 27
 Rotation de Stock = Consommation = 27 = 2,25
Stock moyen 12

Cela signifie que le stock tourne en moyenne 2,25 fois le trimestre.

 Durée moyenne d’écoulement = 90 jours X 1/2,25 = 40 jours

 Valorisation du stock sur la base du coût moyen des entrées des 40


derniers jours. Soit : 525 = 35
15

Le stock final est valorisé comme suit : 35 CDF x 16 = 560 CDF

62
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

2e Méthode : Premier entré – Premier Sorti

FICHE DE STOCK EN PREMIER ENTRE - PREMIER SORTI


CARTOUCHES D'ENCRE COULEUR
Articles: ABX25 Fournisseur: LUSILAU
MOIS: Mai Stocks minimum: 2
Dates Mouvements ENTREE SORTIE STOKS
Q P.U.H.T Montant Q P.U.H.T Montant Q P.U.H.T Montant
01/01 Stock initial 8 32 256
07/01 Entrée 0705 10 34 340 8 32 256
10 34 340
12/01 Sortie 1205 5 32 160 3 32 96
10 34 340
15/02 Sortie 1505 3 32 96
5 34 170 5 34 170
18/02 Entrée 1805 10 34,5 345 5 34 170
10 34,5 345
22/02 Sortie 2205 5 34 170
1 34,5 34,5 9 34,5 310,5
25/03 Sortie 2505 4 34,5 138 5 34,5 172,5
28/03 Entrée 2805 15 35 525 5 34,5 172,5
15 35 525
31/03 Sortie 3105 4 34,5 138 1 34,5 34,5
15 35 525
TOTAUX 35 1 210,00 27 906,5 16 559,5

2. On vous présente la situation suivante :

stocks valeurs au 1/01/(N) valeurs au 31/12/(N)


matières premières 12 815,50 21 615,54
emballages 3 154,30 2 716,15
produits finis 21 635,25 25 876,85
marchandises 18 583,62 14 258,76

TD : Passez les écritures selon la méthode d’inventaire intermittent.

63
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Annulation du stock initial

6031 Variations des stocks de Marchandises 18 583,62


6032 Variations des stocks MP et Fournitures 12 815,50
60335 Variations de stocks des Emballages 3 154,30
736 Variations des stocks de Produits Finis. 21 635,25
à
31 Marchandises 18 583,62
32 Matières premières et fournitures liées 12 815,50
335 Emballages 3 154,30
36 Produits Finis 21 635,25
(Pour annulation du stock initial)

Constations du Stock final

31 Marchandises 14.258,76
32 Matières premières et fournitures liées 21.615,54
335 Emballages 2.716,15
36 Produits finis 25.876,85
à
6031 Variations des stocks de Marchandises 14.258,76
6032 Variations des stocks MP et Fournitures 21.615,54
60335 Variations de stocks des Emballages 2.716,15
736 Variations des stocks de Produits Finis. 25.876,85
(Pour annulation du stock final)

3. Le 1er /03/2011 Achat des marchandises à crédit, Fournisseur X, Facture n° 336.


Coût d’achat : 30.000 CDF.
TD : Ecritures en IP et en II

Réponses

En I.P.

1/3
60.1 Achat des marchandises 30.000
40.1 à Fournisseur X 30.000
Facture n° 336
dito
31 Marchandises 30.000
60.31 à Variation des stocks marchandises 30.000
Bon d’entrée n° 001

64
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

En I.P.

1/3
60.1 Achat des marchandises 30.000
40.1 à Fournisseur X 30.000
Facture n° 336

4.

Le 15/03/N Vente des marchandises à crédit : coût d’achat 15.000 CDF, prix de
vente 17.000 CDF, client NSONGO, Facture n° 343.
TD : Ecritures en IP et en II

Réponse

En I.P.

15/3
41.1 Client NSONGO 17.000
70.1 à Vente des marchandises 17.000
Facture n° 343
dito
60.3 Variation des stocks 15.000
31 à Marchandises 17.000
Fiche de stock n° 001

En I.I.

15/3
41.1 Client NSONGO 17.000
70.1 à Vente des marchandises 17.000
Fiche n° 343

5.

Le 10/3 Achat de 15.000 interrupteurs à 2.000 FC la pièce, transport 100.000 FC,


Fournisseur LOK’S, Facture n° 006.

Réponse

1/3
60.2 Achat des matières 30.000.000
61.1 Transport sur achat 100.000
40 à Fournisseur LOK’S 30.100.000

65
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

S/Facture n° 006
dito
32 Matières premières 30.100.000
60.32 à Variation de stocks des M.P 31.100.000
Bon d’entrée n° 001

6.

Le 15/3 : 2.000 interrupteurs ont été utilisés, coût total 4.000.000 FC, bon de sortie n°
006

1/3
60.32 Variation de stock des M.P. 4.000.000
32 à Matières premières 4.000.000
Bon de sortie n° 006

7.

- Le 27 juin, l’entreprise X achète 1.000 pneus Cobra à 40.000 FC la pièce.


Facture n° 236, Fournisseur « KOLO BADAWA » ;
- Le 29 septembre, sur décision du comité de gestion tous ces pneus doivent être
mis à la disposition du personnel en vue d’une retenue mensuelle.

Réponse

27/6
60.2 Achat des matières 40.000.000
40.1 à Fournisseur KOLO BADAWA 40.000.000
Facture n° 236
dito
32 Matières premières 40.000.000
60.32 à Variation de stocks des M.P 40.000.000
Bon d’entrée n° 001
60.32 24/9 40.000.000
Variation de stock des M.P. 40.000.000
32 à Matières premières
Bon de sortie n° 002
42.13 dito 40.000.000
Frais avancés et fournitures au Personnel.
à Services exploités dans l’intérêt du 40.000.000
70.77 personnel

66
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

8.

Le 2/4, l’entreprise X désire équiper son personnel en appareils électroménagers.


A ce sujet, l’entreprise s’approvisionne en écran plasma auprès du Fournisseur
« LG ». Une télé revient à 600.000 FC. Elle a acheté 50 télévisions, Facture n° 643.

Réponse

2/4
60.1 Achat des marchandises 30.000.000
40.1 à Fournisseur L.G. 30.000.000
Facture n° 634
dito
31 Marchandises 30.000.000
60.31 à Variation de stocks de marchandises 30.000.000
Bon d’entrée n° 002
60.31 24/9 30.000.000
Variation de stock de marchandises 30.000.000
31 à Marchandises
Bon de sortie n° 001
42.13 dito 30.000.000
Frais avancés et fournitures au Personnel. 30.000.000
70.1 à Ventes de marchandises

67
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

7.2 LES COMPTES DE TIERS

7.2.1 INTRODUCTION

Les comptes de tiers retracent les relations de l’entreprise avec les tiers. ils servent
donc à comptabiliser les créances et les dettes de l’entreprise, à l’exclusion de celles
inscrites respectivement dans les comptes d’actif immobilisé et les comptes de
ressources stables.
Les créances et les dettes sont des transactions non exclusivement financières, non
payées, nées à l’occasion des opérations de l’entreprise.

Figure également dans les comptes de tiers, les comptes rattachés aux tiers et
destinés à enregistrer soit des modes de financement liés aux tiers (effets à payer,
effets à recevoir) soit des dettes et des créances à venir qui sont des régularisations
de charges et produits se rattachant à un exercice déterminé (charges à payer,
produits à recevoir).

Les créances et les dettes sont regroupées dans les comptes des tiers pour toutes les
opérations les concernant sans tenir compte de leurs échéances ; l’information
relative à l’exigibilité et à la liquidité est mentionnée dans l’Etat annexé.

7.2.2 PRESENTATION DES COMPTES DE TIERS

Les comptes de tiers concernent :

40 Fournisseurs et comptes rattachés


41 Clients et comptes rattachés
42 Personnel
43 Organismes sociaux
44 Etat et collectivités publiques
45 Organismes internationaux
46 Associés et groupes
47 Débiteurs et créditeurs divers
48 Créances et dettes HAO
49 Dépréciations et risques provisionnés (tiers)

Il ne doit pas être procédé à la compensation entre les dettes et les créances
concernant un même tiers sauf lorsqu’une telle compensation résulte d’une
convention expresse ou tacite.

68
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Les créances liées à la vente de biens et de services rattachés au cycle d’exploitation


de l’entreprise sont des créances d’exploitation dans le compte clients et comptes
rattachés.
Les dettes liées à l’achat de biens et services rattachés au cycle d’exploitation sont
des dettes d’exploitation dans le compte fournisseurs et comptes rattachés.
Les créances liées à la cession d’immobilisations et les dettes liées à l’acquisition
d’immobilisations sont portées au compte créances et dettes hors activités
ordinaires.

7.2.3 FONCTIONNEMENT DES COMPTES DE TIERS

40 Fournisseurs et comptes rattachés

Ce compte comprend :
401 Fournisseurs et dettes en compte
402 Fournisseurs, effets à payer
408 Fournisseurs, factures non parvenues
409 Fournisseurs débiteurs

Il est crédité des montants des factures d’achats de biens ou de prestations de


services des fournisseurs ou des sous-traitants par le débit : des comptes concernés
de la classe 6 pour le montant hors taxes récupérables ou, le cas échéant, de la classe
3 (inventaire permanent) ; par le débit : du compte 4094. Fournisseurs, créances
pour emballages et matériels à rendre ; par le débit : du compte 445. État, TVA
récupérable.

Il est débité : Par le crédit respectif des comptes:

 des avances et acomptes versés  de trésorerie ou d’effet à payer,


aux fournisseurs ainsi que des
règlements effectués sur  de classe 6 et des autres comptes
factures, ayant joué lors de l’enregistrement
 pour les montants des factures initial des achats de biens et de
d’avoir reçues pour retour des services, objets du retour,
marchandises au fournisseur  de la classe 6 concernés,
 des Rabais, Remises et
Ristournes sur achats obtenu  773- Escomptes Obtenus,
hors factures,
 des escomptes de règlement
obtenus des fournisseurs

69
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

RAPPEL
Ets Thomas Date……….
Kinshasa
FACTURE N°27
Monsieur x doit…

Montant brut ….. xx


RRR x%.... -x
Net commercial Yb - le Net Commercial est comptabilisé le compte 6…
Escompte y% -y - L’escompte au crédit du compte 77.3
Net financier Zzz - la TVA est enregistrée au débit du compte 4452
+TVA +w
Net à payer NN - le Net à payer est enregistré au crédit du compte 401

Consignation d’emballage D/ 4094 Fournisseurs, créances


C/ 40.1 Fournisseurs

a) Enregistrement d’un achat des marchandises à Crédit

Dans le cas d’Achat des Marchandises à crédit nous avons :

601 Achat de marchandises x


4452 TVA récupérable sur achat x

401 Fournisseurs, dettes en comptes x

Lors de la réception de la facture de frais de transport

611 Transports sur achats x


4453 TVA récupérable sur transport x

401 Fournisseurs, dettes en comptes x

70
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

En cas de règlement de la Facture :

401 Fournisseurs, dettes en comptes x

52 Banque x
57 Caisse x

b) Enregistrement de retour des marchandises

Si le retour concerne l’intégralité de l’achat, il s’agit d’annuler purement et


simplement l’opération initialement comptabilisée. En revanche, si le retour n’est
que partiel, c’est-à-dire ne porte que sur une partie de l’achat, la facture d’avoir ne
fera mention que de la seule partie concernée et le montant à déduire tiendra
compte des réductions accordées et de la TVA.

A la réception de la facture d’avoir, l’écriture ci-après est passée :

401 Fournisseurs, dettes en comptes x

601 Achats de marchandises x


4452 TVA récupérable sur achat x
4453 TVA récupérable sur transport x

c) Enregistrement d’avances et acomptes sur commandes

Dans le cas d’avances et acomptes sur commande, nous avons :

4091 Fournisseurs, avances et acomptes versés x

52 Banque x
57 Caisse x

En cas du règlement définitif :

71
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

401 Fournisseurs, dettes en comptes x

4091 Fournisseurs, avances et acomptes versés x


52 Banque x
57 Caisse x

d) Enregistrement de factures comportant des réductions

En cas de réduction :

601 Achats de Marchandises x


4452 TVA récupérable sur achat x
773 Escomptes obtenus x
401 Fournisseurs, dettes en comptes x

En cas de majoration :

601 Achats de Marchandises x


611 Transport sur achats x
4452 TVA récupérable sur achat x
4453 TVA récupérable sur transport x
401 Fournisseurs, dettes en comptes x

Effets à payer

Les effets à payer sont crédités de leur VN, au moment de leur création, de leur
acceptation ou de leur envoi, lorsqu’il s’agit de billet à ordre.

D C D C
4011 Fournisseurs, dettes en compte
4021 Fournisseurs, effet à payer

4021 Fournisseurs, effets à payer x


52 Banques x
Paiement effet par banque

72
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

41 Clients et comptes rattachés

Les clients d’exploitation sont des tiers auxquels l’entreprise vend les biens ou
services, objet de son activité.

En Système Comptable OHADA, ce compte est sommairement subdivisé de la


manière suivante :

411- clients
412-clients, effets à recevoir en portefeuille
414- clients sur cessions d’immobilisations
415- clients, effets escomptes non échus
416-créances clients litigieuses ou douteuses
418- clients, produits à recevoir
419- clients créditeurs

Il est débité : par le crédit :

- du montant des factures de - du compte concerné de la clase


ventes de biens ou de prestations 7(montant hors taxes
de services, récupérables) ;
- du compte 4194 ---Clients, dettes
pour emballages et matériels
consignés,
- du compte 443--- État, TVA
Facturée.
du compte concerné de la classe
7(montant hors taxes
récupérables) ;

Il est crédité : Par le débit respectif :

 Des avances et acomptes  Des comptes de trésorerie ou


ainsi que des règlements effets à recevoir
reçus des clients,
 Pour montant des factures  Des comptes de la classe 7 et
d’avoir émises pour retour d’autres comptes ayant joué lors
de marchandises, de l’enregistrement initial des
ventes de biens et de services
 Des rabais, ristournes et  Le débit des comptes 70- Ventes
remises accordés sur ventes
hors factures
 Des créances litigieuses ou  Le débit du compte 416-
douteuses créances clients litigieuses ou

73
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

 Des escomptes de douteuses


règlement accordés aux  Le débit du compte 673-
clients Escomptes accordés

Nota : le Compte 41- CLIENTS ET COMPTES RATTACHES ne doit pas servir à


enregistrer les créances sur des tiers nés des opérations autres que la vente des
marchandises, biens ou services. Il convient dans ce cas d’espèce d’utiliser le
compte 485- Créances sur cessions d’immobilisations.

a) Enregistrement d’une vente des marchandises à Crédit

Dans le cas de vente des Marchandises à crédit :

4111 Clients x

4431 TVA facturée sur ventes x


701 Ventes de marchandises x

Dans le cas de prestations de services à crédit :

4111 Clients x

4433 TVA facturée sur prestations de service x


706 Services vendus x

En cas de règlement de la facture :

52 Banque x
57 Caisse x
4111 Clients x

b) Enregistrement de retour des marchandises

Si le retour concerne l’intégralité de l’achat, il s’agit d’annuler purement et


simplement l’opération initialement comptabilisée. En revanche, si le retour n’est
que partiel, c’est-à-dire ne porte que sur une partie de l’achat, la facture de d’avoir
ne fera mention que de la seule partie concernée et le montant à déduire tiendra
compte des réductions accordées et de la TVA.

74
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

A la réception de la facture d’avoir, l’écriture ci-après est passée :

4431 TVA facturée sur ventes x


701 Ventes de marchandises x

4111 Clients x

c) Enregistrement d’avances et acomptes sur commandes

Dans le cas d’avances et acomptes sur commande :

52 Banque x
57 Caisse x

4191 Clients, avances et acomptes reçus x

En cas du règlement définitif :

4191 Clients, avances et acomptes reçus x


52 Banque x
57 Caisse x
4111 Clients x

d) Enregistrement de factures comportant des réductions et majorations

En cas de réduction sur ventes de marchandises:

4111 Clients x
673 Escomptes accordés x

4431 TVA facturée sur ventes x


701 Ventes de marchandises x

En cas de majoration sur ventes de marchandises:

4111 Clients transports sur ventes x


612 Transports sur ventes x

4431 TVA facturée sur ventes x


701 Ventes de marchandises x

75
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

COMPTABILITE DES EFFETS DE COMMERCE

Les effets de commerce sont définis comme des instruments de mobilisation de


créance et portant de crédit. Ils sont utilisés comme instruments de paiement.
Leur transmission s’effectue par endossement : le dernier bénéficiaire voit le
paiement final garanti par les précédents endosseurs.

a) Tirage de traite sur un client

D C D C

4121 Clients, effets à recevoir à x


4111 Clients x

b) Encaissement de traite à l’échéance

D C D C

5711 Caisse à x
4121 Clients, effets à recevoir x

c) Remise de l’effet à l’encaissement

D C D C
A la date de remise à l’encaissement
512 Effets à l’encaissement x
4121 Clients, effets à recevoir x
Réception de l’avis de crédit
52.1 Banque x
63.12 Frais sur effets à x
512 Effets à l’encaissement x

d) Remise de l’effet à l’escompte

D C D C
A la date de remise à l’escompte
415 Clients, effets escomptés non échus à x
4121 Clients, effets à recevoir x
A la date de la réception de l’avis de crédit
52.1 Banque x
67.5 Escompte des effets de commerce à x
565 Escompte de crédit ordinaire x

76
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

A la date du dénouement à l’échéance


56.5 Escompte de crédit ordinaire à x
415 clients effets escomptés non échus x

e) Effets impayés
o L’effet se trouve dans le portefeuille du Tireur

D C D C

41.11 Clients à x
41.21 Clients, effet à recevoir x
Annulation de l’effet

41.21 Clients effet à recevoir à x


41.11 Clients x
77.1 Intérêts de prêts (et 70.7 Produits accessoires) x
Création d’un nouvel effet

o L’effet avait été remis à l’encaissement

D C D C

41.21 Clients, effets à recevoir à x


51.2 Effets à l’encaissement x
52.1 Banque x
Retour effet

41.21 Clients effet à recevoir à x


41.11 Clients x
77.1 Intérêts de prêts x
Création d’un nouvel effet

o L’effet avait été négocié

D C D C

4121 Clients, effets à recevoir x


6312 Frais sur effets x
521 Banque x
Retour effet impayé
77
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

565 Escompte de crédit ordinaire à x


415 Clients, effets escomptés non échus x
Pour solde des comptes

4121 Clients, effets à recevoir à x


4111 Clients x
70.78 Autres produits accessoires x
77.1 Intérêts sur prêts x
Création d’un nouvel effet et récupération frais
d’impayé+divers frais

42 Personnel

Le compte personnel enregistre l’ensemble des opérations qui interviennent entre


l’entreprise et les personnes qui lui sont liés par un contrat de travail. Par
extension, les opérations qui concernent les représentants du personnel ou des
organismes similaires lui sont attachées.

Le personnel de l’entreprise comprend :

 le personnel de Direction et d’encadrement, les employés, les ouvriers et


les occasionnels indépendamment de leur situation ou de leurs
fonctions,
 les représentants salariés,
 les associés et les dirigeants des sociétés qui exercent des fonctions
techniques,
 les membres de la famille de l’exploitation exerçant un emploi salarié.

Ce compte est subdivisé de manière suivante :


421 Personnel, avances et acomptes
422 Personnel, rémunération due
423 Personnel, oppositions, saisies-arrêts
424 Personnel, œuvres sociales internes
425 Représentant du personnel
426 Personnel, participation aux bénéfices
427 Personnel- dépôts
428 Personnel, charges à payer et produits à recevoir

Le compte 42 Personnel est crédité des rémunérations brutes à payer au personnel


(ou au comité d’entreprise) par le débit des comptes de charges intéressés 66-
Charges de personnel.

78
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Il est débité : Respectivement par le crédit :

 Du montant des avances et  Des comptes de trésorerie,


acomptes faits au personne »l (ou
au comité d’entreprise) ainsi que
des rémunérations versés au
personnel  Des comptes de produits
 Des sommes dues par le (services exploités dans l’intérêt
personnel du personnel, etc.)
 Du compte 43- organismes
sociaux
 Des versements effectués aux
organismes sociaux pour le
compte du personnel  Des comptes de trésorerie
(cotisations salariales)
 Du versement de la fraction de
salaire soumise à saisie, en cas
d’opposition à des tiers sur
salaire.

Nota : Il sied de souligner que le compte 42 – Personnel ne doit pas servir à


enregistrer : les prêts consentis au personnel, les opérations en comptes courants
des associés et administrateurs pour les mouvements de fonds n’intéressant pas la
rémunération de leur travail. Dans le cas d’espèce, il convient d’utiliser les comptes
ci-après :

 272- Prêts au personnel


 46- Associés et Groupe
Ecritures :

a) Versement des avances

421 Personnel, avances et acomptes x

52 Banque x
57 caisse x

b) Enregistrement du bulletin de salaire

661 Rémunérations directes versées au personnel x


national
662 Rémunérations directes versées au personnel x
non national
663 Indemnités forfaitaires versées au personnel x
664 Charges sociales x

79
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

421 Personnel, avances et acomptes x


423 Personnel, oppositions, saisies-arrêts x
431 Organismes sociaux, Sécurité sociale x
433 Autres organismes sociaux (Cotisations x
syndicales)
4472 Etat, impôts sur salaires x
422 Personnel, rémunérations dues x

c) Versement saisie-arrêt

423 Personnel, oppositions, saisies-arrêts x

52 Banque x
57 caisse x

d) Versement cotisations

431 Autres cotisations sociales (INSS/QPO) x


433 Autres organismes sociaux (Cotisations x
syndicales)

52 Banque x
57 caisse x

e) Règlement des salaires nets

422 Personnel, rémunérations dues x

52 Banques x
57 Caisse x

43 Organismes sociaux

Ce compte enregistre, d’une part, le montant des cotisations sociales salariales et


patronales dues aux organismes sociaux et d’autre part, les règlements de
cotisations effectués à leurs profits.

Il est subdivisé comme suit :

431 Sécurité sociale


80
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

432 Caisses de retraite complémentaire


433 Autres organismes sociaux
438 Organismes sociaux, charges à payer et produits à recevoir

Il est crédité : par le Débit :

 du montant des cotisations sociales  Du compte 664- charges


salariales et patronales dues aux sociales pour la part patronale
organismes sociaux  Du compte 422- Personnel,
rémunérations dues, pour la part
salariale

Il est crédité : par le crédit :

  Du compte 664- charges sociales pour


du montant des cotisations sociales
salariales et patronales dues aux la part patronale
organismes sociaux  Du compte 422-Personnel,
rémunérations dues, pour la part
salariale

Il est débité : par le crédit :

 des règlements de cotisations  des comptes de trésorerie concernés.


effectués aux organismes sociaux,

Nota : Ce compte ne doit pas servir à enregistrer les opérations faites avec les
organismes sociaux en tant que clients. Il convient dans le cas d’espèce d’utiliser le
compte 41- Clients et comptes rattachés.

Ecritures comptables :

a) Enregistrement des charges patronales

664 Charges Sociales x

431 Autres cotisations sociales (INSS/QPP) x


433 Autres organismes sociaux x

81
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

b) Règlement des cotisations

431 Autres cotisations sociales (INSS/QPP) x


433 Autres organismes sociaux x
x
52 Banque x
57 Caisse

44 Etat et collectivités publiques

Les opérations à inscrire à ce compte concernent d’une manière générale les


opérations qui sont faites avec l’état et avec les diverses collectivités publiques en
tant que pouvoirs publics.

Il est subdivisé de manière suivante :

441 Etat, impôt sur les bénéfices


442 Etat, autres impôts et taxes
443 Etat, TVA facturée
444 Etat, TVA due ou crédit de TVA
445 Etat, TVA récupérable
446 Etat, Autres taxes sur chiffre d’affaires
447 Etat, Impôts retenus à la source
448 Etat, Charges à payer et produits à recevoir
443 Etat, créances et dettes diverses

82
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

;;

 Rappel
FOURNISSEURS Achats Ventes CLIENTS

 Entreprise
44.5 44.3
TVA récupérable TVA facturée
Fisc
44.4
TVA due ou crédit TVA=
TVA récupérable - TVA facturée

Il est crédité : Respectivement par le débit :

 Lors de la constatation par  Des comptes de charges


l’entreprise des dettes d’impôts dont intéressés
elle est redevable envers l’Etat,
 Lors des règlements par l’état des
sommes dues à l’entreprise  Des comptes de trésorerie

Il est débité : Respectivement par le crédit :

 Des sommes versées lors du  Des comptes de trésorerie


règlement par l’entreprise à l’état, concernés
 Lors de la constatation de la dette  Des coptes concernés des classes 1
de l’état envers l’entreprise (fonds et 4, ou des classe 7 et 8, selon la
de dotation, subventions, etc.), qualification des fonds alloués.

Nota : les opérations faites avec l’état en tant que fournisseur, en tant que client et
les droits de douane acquittés à l’entrée des biens sur le territoire national faisant
partie du prix d’achat du bien ne doivent pas être enregistré dans le compte 44- Etat
et collectivité publique. Il convient dans le cas d’espèce d’utiliser les comptes :

 40- Fournisseurs et comptes rattachés


 41- clients et comptes rattachés
 Comptes de la classe 2 ou 6 concernés

83
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Ecritures comptables :

a) Enregistrement de subventions d’exploitation et subventions d’équilibre

4495 Etat, subventions d’exploitation à recevoir x

7181 Subventions d’exploitation versées par l’Etat et x


les collectivités publiques
445 Etat, TVA récupérable x

52 Banque x
57 Caisse x

431 Etat, subventions d’exploitation à recevoir x

b) Enregistrement des impôts et taxes directs autres que l’impôt sur le résultat

641 Impôts et taxes directs x

442 Etat, autres impôts et taxes x

c) Enregistrement de l’impôt sur le résultat

891 Impôts sur les bénéfices de l’exercice x

441 Etat, impôts sur les bénéfices x

d) Enregistrement des subventions d’investissement

4494 Etat, subventions d’équipement à recevoir x

1416 Entreprises et organismes privés x

52 Banque x
57 Caisse x
4494 Etat, subventions d’équipement à recevoir x

84
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

45 Organismes internationaux

Les opérations à inscrire à ce compte concernent les dettes et créances autres que
celles liées à l’activité de l’entreprise.
Elles concernent exclusivement le montant des dépenses dont l’entreprise doit
assumer les charges, les dettes des organismes internationaux vis-à-vis de
l’entreprise et, d’autre part, les dettes de l’entreprise vis-à-vis des organismes
internationaux et le règlement par ces derniers des sommes dues à l’entreprise.

Il est subdivisé de la manière suivante :

451- Opérations avec les organismes africains


452- opérations avec les autres organismes internationaux
458- Organismes internationaux, fonds de dotation et subventions à recevoir.

Il est crédité :
 Lors de la constatation par l’entreprise des dettes dont elle est
redevable envers les organismes internationaux
 Lors du règlement par les organismes internationaux de sommes dues
à l’entreprise

Respectivement par le débit :

 Des comptes de charges concernés


 Des comptes de trésorerie
Il est débité :

 Des dépenses dont l’entreprise doit assumer la charge


 Lors de la constatation de la dette des organismes internationaux
envers l’entreprise (fonds de dotation, subventions, etc.)

Respectivement par le crédit :

 Des comptes de trésorerie concernés lors du règlement par l’entreprise


aux organismes internationaux,

 Des comptes concernés des charges 1 et 4 ou des classes 7 et 8, selon la


qualification des fonds alloués.

Nota : Les opérations faites avec les organismes internationaux en tant que
fournisseur ou en tant que client, ne doivent pas être enregistrées dans le compte
45- organismes internationaux. Il convient dans le cas d’espèce d’utiliser les
comptes respectifs ci-après :

 40- fournisseurs et comptes rattachés


85
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

 41- Clients et comptes rattachés

Ecritures comptables :
a) Enregistrement d’un prêt par un organisme international

52 Banque x
57 Caisse x
x
452 Opérations avec les autres organismes
internationaux

b) Enregistrement d’une subvention à recevoir

4582 Organismes internationaux, subventions à x


recevoir
x
14 Subventions d’investissement

46 Associés et groupes

Ce compte enregistre d’une part les créances/dettes envers les associés résultant
des divers mouvements du capital social et d’autre part les créances/dettes
temporaires en « comptes courants ». En ce qui concerne ces derniers, le plan de
comptes distingue les associés ordinaires et, dans le cas d’appartenance à un
groupe, les autres sociétés du groupe.

Il est subdivisé de manière ci après :

461 – Associés, opérations sur le capital


462 – associés, comptes courants
463 - Associés, opérations faites en commun
465 – Associés, dividendes à payer
466 – Groupe, comptes courants
467 – Actionnaires, restant dû sur capital appelé

Ecritures comptables :

a) Cas d’un retrait

462 Associés, compte courant x

57 Caisse x
52 Banque x

86
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

b) Intérêts des comptes courant : cas d’un prélèvement libératoire

674 Autres intérêts x

4424 Impôt et taxes recouvrables sur associés x


462 Associés, comptes courants x

c) Versement du prélèvement libératoire

4424 Impôt et taxes recouvrables sur associés x

52 Banque x

47 Débiteurs et créditeurs divers

Ce compte enregistre les opérations en instance de régularisation et relatives aux


créances et dettes liées à l’acquisition de titres, des charges non consommées,
produits constatés d’avance, des écarts sur opérations libellées en monnaies
étrangères, et des créances sur travaux non encore fracturable.

Il est subdivisé de la manière suivante :

471 Comptes d’Attente


471 Versements restant à effectuer sur titres non produits
474 Répartition périodique des charges et des produits
475 Créances sur travaux non encore fracturables
476 Charges constatées d‘avance
477 Produits constatées d’avance
478 Ecarts de conversion Actif
479 Ecarts de conversion passif

Il est crédité :

 Des dettes contractées ou des remboursements des créances,


 Des apports effectués par l’exploitant en cours d’exercice,
 Des virements restant à effectuer sur des titres non encore totalement
libérés,

87
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

 A la clôture de l’exercice, des produits perçus pendant l’exercice et se


rattachant à l’exercice à venir (produits constatés d’avances)

Respectivement par le débit :

 Des comptes de trésorerie concernés,


 Des comptes de trésorerie concernés
 Du compte 26- titres de participation ou du copte 274- titres
immobilisés ou du compte 50- titres de placement,
 Des comptes de produits concernés

Il est débité :

 Des créances sur les tiers ou du remboursement des dettes constatées,


 Des retraits effectués par l’exploitant en cours d’exercice,
 A la clôture de l’exercice, des charges payées pendant l’exercice et se
rattachant à l’exercice à venir (charges payées d’avance)

Respectivement par le crédit :

 D’un compte de tiers ou des comptes de trésorerie concernés,


 D’un compte de trésorerie,
 Des comptes de charges concernés.

Nota : les charges imputables au compte fournisseurs et les produits imputables au


compte clients ne doivent pas être enregistré dans le compte 47. il convient dans le
cas d’espèce d’utiliser les comptes :

 40- fournisseurs et comptes rattachés


 41- clients et comptes rattachés

Ecritures comptables :

a) Enregistrement d’opération nécessitant des informations


complémentaires

Cl 3 Stock x
Cl 4 Tiers x
Cl 5 Trésorerie x
Cl 6 Charges des Activités ordinaires x
471 Comptes d’Attende x

88
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Après le complément d’informations, le compte est débité par le crédit du compte


concerné.

b) Enregistrement à la clôture de l’exercice de produits et charges perçus


d’avance

Cl 7 (Produits concernés) x

477 Produits constatés d’avances x

476 Charges constatés d’avance x

Cl 6 (charges concernés) x

c) Comptabilisation à la clôture de l’exercice des écarts de conversion

Cas d’augmentation du taux de change entre la date de l’opération et la date de


clôture de l’exercice.

478 Ecarts de conversion- actif x

401 Fournisseurs, dettes en compte x

411 Clients x

479 Ecarts de conversion- passif x

48 Créances et dettes HAO

Ce compte des créances et des dettes consécutives à des opérations effectuées par
l’entreprise mais n’ayant pas de lien direct avec l’activité ordinaire de l’entreprise.

Il est subdivisé de la manière suivante :

481 fournisseurs d’investissements


482 Fournisseurs d’Investissements, effets à payer

89
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

483 Dettes sur acquisition de titres de placement


484 Autres dettes hors activités ordinaires (HAO)
485 Créances sur cession d’immobilisations
486 créances sur cessions de titres de placement
488 Autres créances hors activités ordinaires (HAO)

Il est crédité des dettes HAO contractés ou des remboursements de créances HAO
par le débit des comptes de trésorerie concernés ou des comptes de la classe 8.

Il est débité des créances HAO sur les tiers ou des remboursements des dettes HAO
par le crédit des comptes de trésorerie concernés ou des comptes de classe 8.

Nota : les dettes ou créances ayant pour origine les activités ordinaires de
l’entreprise ne doivent pas être enregistré dans ce compte. Il convient sans le cas
d’espèce de recourir au compte 40 – fournisseurs et comptes rattachés et au compte
41- Clients et comptes rattachés.

Ecritures comptables :

a) enregistrement d’un matériel acheter a crédit

24 Matériel x
4451 TVA récupérable sur immobilisation x

4812 Fournisseurs x
d’investissement/immobilisations
corporelles

b) enregistrement d’une cession d’immobilisation

485 Créances sur cession d’immobilisation x

82 Produits des cessions d’immobilisations x


4431 TVA facturée sur vente x

90
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

7.2.4 CAS PRATIQUES SUR LES COMPTES DE TIERS

1. Le 02 mai 20xx, la société Acacia a payé des avances 20.000 CDF à son fournisseur
Neville sur la commande des marchandises.
Le 07 mai 20xx, la société Acacia réceptionne les marchandises accompagnées de
la facture :

Neville SARL
Facture n°….
Client :…Société Acacia… doit pour ce qui suit:

Montant Brut 150.000


Remise 5% -7.500
Net commercial 143.500
Escompte 10% - 14.350
Net Financier 129 .150
TVA 16% + 20.720
Net à payer 149. 870

Le 10 mai 20xx, la société Neville tire une traite de 130.000 CDF sur la société Acacia
Sarl qui l’accepte.
Le 31 mai 20xx, l’effet est payé par la banque de la société Acacia Sarl.
TD: passez les écritures comptables chez Acacia Sarl

91
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Solution
D C SOCIETE ACACIA D C
02-mai-20xx
4091 Avances et acomptes Neville à 20.000
57.11 Caisse 20.000

07-mai-20xx
6011 Achats des marchandises 143.500
44.52 TVA récupérables sur achats à 20.720
40.11 Fournisseur Neville 149.870
77.31 Escomptes obtenus 14.350

10-mai-20xx

4011 Fournisseur Neville à 150.000


4021 Fournisseurs, effets à payer 130.000
4091 Avances et acomptes à Neville 20.000

31-mai-20xx
4021 Fournisseurs, effets à payer à 130.000
52.1 Banques 130.000
Paiement Effet par banque

Note : Dans le souci du respect de la non-compensation des soldes, à la clôture de


l’exercice le montant du solde de compte 4011 de 130 CDF sera reclassé dans le
compte 4091 par l’écriture :
D/ 4091 Avances et acomptes 130
C/ 4011 Fournisseurs, dettes 130
L’écriture sera extournée au 1er janvier n+1

92
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

2. Une entreprise emploie 150 salariés. Les informations concernant la paie du


mois de juin N sont regroupées ci-dessous, en milliers de FC:
a) Opérations effectués pendant le mois :
 Avances versées au personnel : 5.000
 Montant qui a été payé à titre de saisie arrêt sur salaire : 1.500
b) Extrait du livre des salaires
 Salaire de base : 40.500
 Heures supplémentaires : 12.525
 Primes : 19.730
72.755
c) Cotisations sociales
INSS Quote-part ouvrière 3,5% : 2.546,42
Cotisation syndicale 2% : 1.455,51
IPR 15% : 10.913,25

d) Cotisations patronales
Cotisation INSS/QPP 5% : 3.637,75

Travail à faire : enregistrements des opérations liées à la paie du mois de Juin N.

D C D C

42.11 Personnel, avances 5.000.000


42.32 Personnel, saisies-arrêts à 1.500.000
52/57 Banque ou caisse 6.500.000
Bon de caisse ou chèque n° xx

30 juin N
66.11 Appointements, salaires et commissions 53.025.000
66.12 Primes et gratifications 19.730.000
66.41 Charges sociales sur rémunération à 3.637.750
42.11 Personnel, avances 5.000.000
42.21 Personnel, rémunérations dues 51.339.820
42.32 Personnel, saisies-arrêts 1.500.000
43.1 3 INSS 6.184.170
43.31 Syndicat 1.455.510
44.72 Impôts sur salaires 10.913.250
Feuille de paie juin N

93
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

3. Pour faire face à ses besoins de trésorerie, la S.A. SOKIMO a obtenu le


20/12/2012, l’escompte de traites d’une valeur de CDF 20.000.000 à échéance 60
jours fin du mois. Le 26/12/2012, son compte bancaire est crédité de CDF
19.460.000 nets de frais d’escompte. Passez les écritures jugées nécessaires.

SOLUTION

DEBIT CREDIT LIBELLES DEBIT CREDIT


------------------------ 20/12/12 ------------------
41.5 Clients, effets escomptés non échus 20.000.000
41.2 Clients, effets à recevoir 20.000.000
Remise des effets à l’escompte
----------------------- 26/12/12 -------------------
52 - 19.460.000
67.5 Banque
Frais financiers, escomptes des effets de 540.000
56.5 commerce. 20.000.000
Escompte de crédits ordinaires
Avis de crédit.
56.5 ----------------------- 20/02/13 ------------------- 20.000.000
41.5 - 20.000.000
Escompte de crédits ordinaires
Clients, effets escomptés non échus
Pour solde des comptes concernés.
Heureux dénouement.

94
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 8 : LES COMPTES DU CYCLE DE TRESORERIE

8.1 INTRODUCTION

Le Système Comptable OHADA utilise l’approche économique qui retrace les


activités de l’entreprise selon les différents cycles (cycle d’exploitation, cycle de
trésorerie, cycle de financement et cycle d’investissement).

Le cycle de trésorerie fait actionner les comptes de la classe 5 : COMPTES DE


TRESORERIE.

Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques,


coupons ainsi que les opérations faites avec les banques, les agents de change… Par
extension, ils comprennent les comptes relatifs aux valeurs mobilières de
placement.

Les liquidités sont définies par le Plan Comptable comme des espèces ou valeurs
assimilables à des espèces et, d’une manière générale, toutes valeurs qui, en raison
de leur nature, sont immédiatement convertibles en espèces pour leur montant
nominal (disponibilités). Sont également compris dans les liquidités, les bons qui,
dès leur souscription, sont remboursables à tout moment, ainsi que les comptes
bancaires à terme lorsqu’il est possible d’en disposer par anticipation.

8.2 PRESENTATION DES COMPTES DE LA CLASSE 5

Les comptes principaux de la classe 5 sont :

50 Titres de placement
51 Valeurs à encaisser
52 Banques
53 Etablissements financiers et assimilés
54 Instruments de trésorerie
55 ……….
56 Banques, crédits de trésorerie et d’escompte
57 Caisse
58 Régies d’avance, accréditifs et virements internes
59 Dépréciations et risques provisionnés

95
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

8.3 FONCTIONNEMENT DES COMPTES DE LA CLASSE 5

50 Titres de placement
501 Titres du trésor et bons de caisse à court terme
502 Actions
503 Obligations
504 Bons de souscription
505 Titres négociables hors région
506 Intérêts courus
508 Autres valeurs assimilées

TITRES DE PLACEMENT
50 Ce sont des titres cessibles, acquis en vue d’en retirer un revenu SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
direct ou une plus-value à brève échéance. SYSTEME COMPTABLE OHADA
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
d’un compte de tiers ou de en cas de cession des titres, de Compte de tiers ou de 50 Titres de placement
trésorerie, pour le prix de la valeur d’entrée trésorerie ;
cession ; 677 Pertes sur cessions
du compte 677 Pertes sur de
cessions de titres de placement ;
titres de placement (cas de ou du compte 777
cession avec perte) ; ou du Gains sur cessions de
compte 777 Gains sur cessions titres de placement
de titres de placement (cas de
cession avec bénéfice).
Il est débité Par le crédit
de la valeur d’apport ou des comptes de tiers ou de 50 Titres de placement Comptes de tiers ou de
d’acquisition des titres trésorerie concernés. trésorerie concernés.

51 Valeurs à encaisser

511 Effets à encaisser


512 Effets à l’encaissement

513 Chèques à encaisser


514 Chèques à l’encaissement

515 Cartes de crédit à l’encaissement


518 Autres valeurs à l’encaissement

96
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

VALEURS A ENCAISSER
Les valeurs à encaisser sont les effets, chèques et autres valeurs
51 transmis à la banque et dont l’entreprise attend l’encaissement à SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
l’échéance. SYSTEME COMPTABLE OHADA
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
des comptes de trésorerie du montant des effets, pour Comptes de trésorerie 51 Valeurs à encaisser
concernés. solde concernés
Il est débité Par le crédit
lors de la réception de l’effet des comptes de tiers 51 Valeurs à encaisser Comptes de tiers
concernés. concernés

Note : Cartes bancaire


Les particuliers et les entreprises qui sont titulaires d’un compte bancaire ou postal
peuvent être détenteurs d’une carte bancaire. Plusieurs réseaux de cartes bancaires
existent : VISA, American Express, Diner…

Ces cartes sont utilisées comme instrument de paiement chez les commerçants qui
sont affiliés aux réseaux cartes bancaires.

Le mécanisme d’utilisation de la carte bancaire est le suivant :


Lors du paiement d’un achat, le client présente sa carte bancaire, le
commerçant en prend l’empreinte ou procède à une transmission
électronique avec le centre de traitement pour les cartes munies d’une
puce (c’est le cas de la majorité des cartes VISA notamment) ;
 Le titulaire de la carte signe un reçu ou numérote un code secret
connu de lui seul et la transaction est validée ;
 C’est ensuite le commerçant qui obtient le recouvrement du paiement
auprès du réseau carte bancaire concerné (VISA, AMEX, MASTER
CARD, etc.).
Le montant des divers paiements effectués par le client avec sa carte bancaire est
prélevé sur son compte bancaire ou postal dans les jours qui suivent les paiements.
Les délais de prélèvement sont variables selon les réseaux.

97
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

52 Banques

BANQUES

Ce compte enregistre les opérations financières effectuées entre SCHEMA DE COMPTABILISATION EN


52 l’entreprise, les banques agréées dans un Etat-partie et les autres SYSTEME COMPTABLE OHADA
banques. La liste des banques agréées est tenue par l’organisme
chargé de la surveillance bancaire.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
des comptes concernés. des mouvements de fonds en Comptes concernés 52 Banques
diminution des comptes
"Banques"
Il est débité Par le crédit
des mouvements de fonds en des comptes concernés. 52 Banques Comptes concernés
faveur des comptes "Banques"

53 Etablissements financiers et assimilés

ETABLISSEMENTS FINANCIERS ET ASSIMILES

53 Ce compte enregistre les opérations entre l’entreprise et les SCHEMA DE COMPTABILISATION EN


Chèques postaux et le Trésor dans un Etat de la Région et les SYSTEME COMPTABLE OHADA
autres établissements financiers.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
des comptes concernés. des mouvements de fonds Comptes concernés 53 Etablissements
diminuant les avoirs de financiers et assimilés
l’entreprise dans les
établissements
Il est débité Par le crédit
des mouvements de fonds en des comptes concernés. 53 Etablissements Comptes concernés
faveur des établissements financiers et assimilés
concernés

54 Instruments de trésorerie

Les "Instruments de trésorerie" appartiennent à la catégorie des "instruments


financiers". Ils comprennent :
- les options de taux ;
- les options de change ;
- les options sur actions ;
- les instruments de trésorerie à terme.
La qualification et la classification de ces différents instruments sont opérées en
fonction de la motivation ou de l’intention de l’entreprise.
Le fonctionnement de ce compte sera précisé ultérieurement en rapport avec le
développement des marchés financiers.
98
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

56 Banques, crédits de trésorerie et d’escompte

56 BANQUES, CREDITS DE TRESORERIE ET D’ESCOMPTE


Ce compte enregistre, d’une part, le montant de crédits de
trésorerie inscrit au compte courant de l’établissement dispensateur
de ces concours avec lequel l’entreprise est en relation d’affaires et, SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
d’autre part, le montant nominal des effets escomptés SYSTEME COMPTABLE OHADA

. FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT


Par le débit Il est crédité
du compte 52 Banques. du montant des crédits de 52 Banques. 56 Banques, crédits de
trésorerie effectivement portés trésorerie et
au compte d’escompte
du compte 52 Banques ; ou par le du montant nominal des effets 52 Banques ; 56 Banques, crédits de
débit du compte 675 Escompte escomptés ou 675 Escompte des trésorerie et
des effets de effets de d’escompte
commerce. commerce.
Il est débité Par le crédit
du montant des remboursements du compte 52 Banques. 56 Banques, crédits de 52 Banques.
de crédits de trésorerie trésorerie et
d’escompte
du montant nominal des effets du compte 415 Clients, effets 56 Banques, crédits de 415 Clients, effets
remis à l’escompte dont escomptés non échus. trésorerie et escomptés non échus.
l’échéance est passée et d’escompte
l’opération dénouée

57 Caisse

57 CAISSE
SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Le compte Caisse retrace les opérations d’encaissement et de SYSTEME COMPTABLE OHADA
paiement effectuées en espèces pour les besoins de l’entreprise.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
des comptes concernés. des règlements effectués par Comptes concernés. 57 Caisse
la caisse

Il est débité Par le crédit


Le compte 57 CAISSE est débité des comptes concernés. 57 Caisse Comptes concernés.
des versements effectués au
profit de la caisse

99
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

58 Régies d’avance, accréditifs et virements internes

58 REGIES D’AVANCES, ACCREDITIFS ET VIREMENTS


INTERNES SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
SYSTEME COMPTABLE OHADA
Ce compte enregistre le montant des avances aux régisseurs, le
montant des accréditifs ainsi que la régularisation desdites avances
et le règlement des accréditifs.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
des comptes concernés. lors de la régularisation des Comptes concernés Comptes 581 et 582
avances et du règlement
définitif des accréditifs
(comptes 581 et 582)
des comptes de trésorerie. en cours d’exercice, du Comptes de trésorerie Comptes 585 et 588
montant correspondant à un
crédit à porter dans un compte
support d’un journal auxiliaire
(comptes 585 et 588)
Il est débité Par le crédit
du montant des avances aux des comptes de trésorerie. Comptes 581 et 582 Comptes de trésorerie
régisseurs et du montant des
accréditifs (comptes 581 et 582)
en cours d’exercice, du montant des comptes de trésorerie. Comptes 585 et 588 Comptes de trésorerie
correspondant à un débit à
porter dans un compte support
d’un journal auxiliaire (comptes
585 et 588)
Commentaires
Les comptes 581 et 582 enregistrent, le cas échéant, les opérations relatives :
- aux régies d’avances : fonds gérés par les régisseurs ou les comptables subordonnés (sur un chantier forestier
ou de travaux publics, par exemple) ;
- aux accréditifs, c’est-à-dire, les crédits ouverts par un établissement de crédit, relation d’affaires de
l’entreprise, dans sa succursale d’une ville, d’un département, d’une localité, afin de permettre au tiers
concerné, généralement le responsable local de l’entreprise, de couvrir ses besoins de trésorerie.
Les comptes 585 et 588, relatifs aux virements internes, sont utilisés pour des raisons techniques dans les comptabilités
organisées sur la base de journaux auxiliaires. Ce sont des comptes de passage utiles à la comptabilisation d’opérations
internes à l’entreprise. Leur utilisation a pour but d’éviter les risques de double emploi au cours de la centralisation des
écritures. En tout état de cause ces comptes doivent être soldés au terme de leur utilisation.

100
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

8.4 CAS PRATIQUES SUR LA CLASSE 5

1. La société NEVILLE souscrit à raison de 400 certificats ou billets de trésorerie


émis par la B.C.C à raison de 1.000 CDF le titre. (date d’émission : 1/05, date de
remboursement 1/06). Intérêts produits 10% du nominal par mois.

Solution
D C D C
5011 Titres du trésor à court terme à 400.000
521 Banque 400.000
Souscription certificats
521 Banque à 440.000
5011 Titres du trésor à CT 400.000
774 Revenus de titre de placement 40.000

2. Comptabiliser les opérations suivantes :


Le 06/06 : la société MUKOKO S.A.R.L reçoit, en paiement de sa facture, un
chèque de 2.000.000
Le 07/06 : ce chèque est remis à la banque pour être porté en compte.
Le 10/06 : le chèque est porté en compte net de frais bancaires pour 1.950.000

Solution
D C D C
51.3 Chèques à encaisser à 2.000.000
4111 Clients 2.000.000
51.4 Chèques à l’encaissement à 2.000.000
51.3 Chèques à encaisser 2.000.000

52.1 Banques 1.950.000


63.1 Frais bancaires à 50.000
51.4 Chèques à l’encaissement 2.000.000

101
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

3. La société LOLA S.A.R.L. a effectué les opérations suivantes :


10/04/2012 : Le récapitulatif des ventes par carte de crédit de la journée s’élève à
18 500 000 CDF dont T.V.A de 16 % incluse.
14/04/2012 : PROCREDIT BANK fait parvenir à l’entreprise un avis de crédit se
rapportant à la de crédit du 10/04/2012.

PROCREDIT BANK
Avis de crédit n° 63469/12

Montant sommes encaissées 18 500 000 CDF


Commission 0,6 % - 111 000 CDF
Net à votre crédit 18 389 000 CDF

Solution

D C D C
515 Cartes de crédit à encaisser à 18 500 000
701 Ventes de marchandises 15 948 276
4431 Etat, T.V.A facturée sur vente 2 551 724

521 Banque PROCREDIT 18 389 000


6315 Commission/cartes de crédit à 111 000
515 Cartes de crédit à encaisser 18 500 000

4. La SIFORCO alimente, par le truchement de la BIC/BUNIA, son régisseur établit


à MUNGWALU, afin de couvrir les besoins d’exploitation de cette succursale au
mois de Juillet 2012 : 25.000.000 CDF
Le régisseur paie la facture d’eau (1.200.000), d’électricité (800.000), d’entretiens et
réparations de 2.000.000, des salaires nets de retenues 5.000.000, transports du
personnel 1.000.000.

102
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Solution

D C D C
58.1 Régie d’avance à 25.000.000
52.1 Banque 25.000.000
6051 Fournitures non stockables-eau 1.200.000
6052 Fournitures non stockables-électricité 800.000
614 Transport du personnel 1.000.000
62 Entretiens et réparations 2.000.000
66 Charges du personnel 5.000.000
422 Personnel, rémunérations dues 5.000.000
581 Régies d’avance 5.000.000
42.2 Personnel, rémunérations dues à 5.000.000
58.1 Régies d’avance 5.000.000

103
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

IIIE PARTIE : ETUDE DES COMPTES DE GESTION

104
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 9 : LES CHARGES ET PRODUITS DES ACTIVITES


ORDINAIRES

9.1 CHARGES DES ACTIVITES ORDINAIRES (AO)

9.1.1 Introduction

Les charges sont des emplois définitifs ou consommations de valeurs décaissés ou à


décaisser par l'entreprise :
• soit en contrepartie de marchandises, approvisionnements, travaux et
services consommés par l'entreprise, ainsi que des avantages qui leur ont été
consentis ;
• soit en vertu d'une obligation légale que l'entreprise doit remplir ;
• soit exceptionnellement, sans contrepartie directe.

En OHADA, on distingue les opérations des activités ordinaires et celles hors


activités ordinaires: les classes 6 et 7 concernent les Activités Ordinaires (AO) et la
classe 8 enregistre les opérations en Hors Activités Ordinaires (HAO).

9.1.2 Présentation des comptes de charges AO

Les comptes de charges des activités ordinaires sont :

60 achats et variations de stocks


61 transports
62 services extérieurs A
63 services extérieurs B
64 impôts et taxes
65 autres charges
66 charges de personnel
67 frais financiers et charges assimilées
68 dotations aux amortissements
69 dotations aux provisions

9.1.3 Fonctionnement des comptes de la classe 6

Ces comptes sont généralement débités des factures (fournisseurs) reçues ou


payées :

601 ACHATS DE MARCHANDISES


6011 dans la Région
6012 hors Région

105
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

6013 aux entreprises du groupe dans la Région


6014 aux entreprises du groupe hors Région
6019 Rabais, Remises et Ristournes obtenus (non ventilés)

602 ACHATS DE MATIERES PREMIERES ET FOURNITURES LIEES


6021 dans la Région
6022 hors Région
6023 aux entreprises du groupe dans la Région
6024 aux entreprises du groupe hors Région
6029 Rabais, Remises et Ristournes obtenus (non ventilés)

604 ACHATS STOCKES DE MATIERES ET FOURNITURES CONSOMMABLES


6041 Matières consommables
6042 Matières combustibles
6043 Produits d’entretien
6044 Fournitures d’atelier et d’usine
6046 Fournitures de magasin
6047 Fournitures de bureau
6049 Rabais, Remises et Ristournes obtenus (non ventilés)

605 AUTRES ACHATS


6051 Fournitures non stockables-Eau
6052 Fournitures non stockables- Electricité
6053 Fournitures non stockables-Autres énergies
6054 Fournitures d’entretien non stockables
6055 Fournitures de bureau non stockables
6056 Achats de petit matériel et outillage
6057 Achats d’études et prestations de service
6058 Achats de travaux, matériels et équipements
6059 Rabais, Remises et Ristournes obtenus (non ventilés)

608 ACHATS D’EMBALLAGES


6081 Emballages perdus
6082 Emballages récupérables non identifiables
6083 Emballages à usage mixte
6089 Rabais, Remises et Ristournes obtenus (non ventilés)

106
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Il est débité Par le crédit


du montant des factures d’achat du compte fournisseur ou d’un compte
de trésorerie.

par le débit Il est crédité

1. des comptes fournisseurs ou de tiers 1. En cours d’exercice, des retours de


intéressés. matières, fournitures et
marchandises aux fournisseurs ainsi
que les rabais, remises, ristournes
obtenus par facture d’avoir (après
première facturation)

2. du compte 13 « Résultat net de l’exercice ». 2. pour solde à la clôture de l’exercice

Les comptes 601, 602, 604, 605 et 608, comme les comptes de stocks correspondants,
donnent lieu à l’ouverture de sous-comptes de produits regroupés suivant la
nomenclature des biens et services en usage dans chaque Etat-partie.

Sous cette réserve, les entreprises peuvent choisir une nomenclature à leur
convenance.

Le montant des factures d’achat à inscrire au compte 60 s’entend, le cas échéant, net
de taxes récupérables, auquel s’ajoutent les droits de douane afférents aux biens
acquis (prix rendu frontière).

Les achats sont comptabilisés, déduction faite des rabais et remises, imputés
directement sur le montant de la facture. Même lorsqu’ils sont déduits sur la facture
d’achat, les escomptes de règlement sont portés au compte 773. Escomptes obtenus.

A la clôture de l’exercice, les biens reçus par l’entreprise, avant réception de la


facture correspondante, sont néanmoins inscrits dans les achats, par le crédit d’un
compte divisionnaire de fournisseurs (408. Factures non parvenues). Cette
précaution a pour but de ne pas fausser les résultats. Les remises, rabais et
ristournes sur achats, obtenus des fournisseurs et dont le montant, non déduit des
factures d’achats, n’est connu que postérieurement à la comptabilisation de ces
factures, sont enregistrés aux comptes d’achats concernés.

107
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

9.1.4 Cas pratiques

Exercice n° 1.

L’entreprise BETOR distribue des articles électroménagers. Elle vous communique la


facture suivante :

Facture n°115 10/04/N

CARLOS
DOIT
BETOR

20 Congélateurs 21 450,00
Remise : 1% - 214,50
21 235,50
Rabais : 2% - 424,71

Net commercial 20 810,79


T.V.A : 16% +3 329,73

Net dans 30 jours 24 140,52

Enregistrer la facture au journal de l’entreprise BETOR.

SOLUTION.

10/04/N
601 Achats de Marchandises 20 810,79
4452 Etat, TVA récupérable sur Achats 3 329,73
4011 à Fournisseurs 24 140,52

108
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Exercice n° 2.

L’entreprise SAMBA reçoit la facture d’avoir suivante du fournisseur NTUMBA :

NTUMBA 28/09/N
Facture n° 270

CARLOS
DOIT
BETOR

Retour de Marchandises 7 000,00


Rabais : 1% - 70,00
Net commercial 6 930,00
Escompte 2% - 138,60

Net Financier 6 791, 40


T.V.A : 16% + 1 086,62

Net à votre crédit 7 878,02

Enregistrer au journal de l’entreprise SAMBA

SOLUTION

28/09/N
4011 Fournisseurs 7 878,02
773 Escomptes obtenus 138,60
601 à Achats de marchandises 6 930,00
4452 Etat, TVA récupérable sur Achats 1 086,62
Facture d’avoir n° 270

109
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Exercice n°3.

La Société GICODIS SPRL vous fournit les renseignements suivants relatifs à ses
marchandises :

- stock début période : 20 unités à 400 FC l’unité ;


- Achats de la période : 1 900 unités à 400 FC l’unité ;
- Ventes de la période : 1 400 unités à 425 FC par unité.

Journaliser : a) En inventaire Permanent

b) En inventaire intermittent.

SOLUTION.

a) En Inventaire Permanent

601 Achats de marchandises 900 000


4452 Etat, TVA récupérable sur achats 144 000
4011 à Fournisseurs 1 044 000

Achat de marchandises

31 Marchandises 900 000


6031 à Variation de stocks marchandises 900 000

Mise en stock des marchandises


achetées

411 Clients 690 200


701 à Ventes de marchandises 595 000
4431 Etat, TVA facturée sur ventes 95 200

Vente de marchandises

6031 Variation de stocks de marchandises 560 000


31 à Marchandises 560 000

Sorties des marchandises vendues au


coût d’achat

110
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

b) En inventaire Intermittent

601 Achats de marchandises 900 000


4452 Etat, TVA récupérable sur achats 144 000
4011 à Fournisseurs 1 044 000

Achat de marchandises

31 Marchandises 900 000


6031 à Variation de stocks marchandises 900 000

Mise en stock des marchandises


achetées

411 Clients 690 200


701 à Ventes de marchandises 595 000
4431 Etat, TVA facturée sur ventes 95 200

Vente de marchandises
Fin période
31 Marchandises 208 000
6031 à Variation de stock marchandises 208 000

Constatation du stock final


Fin période
6031 Variation de stock marchandises 8 000
31 à Marchandises 8 000
Annulation du stock initial

Exercice 4
L’examen du livre de paie de l’entreprise AIRTEL du mois d’octobre N donne les
informations suivantes :
- Salaires et appointements de base : 82 600 FC ;
- Primes et gratifications : 17 900 FC ;
- Indemnité de représentation : 25 000 FC ;
- Indemnité de transport : 12 200 FC ;
- Heures supplémentaires : 8 500 FC ;
- Cotisations salariales Sécurité sociale : 13 250 FC ;
- Charges patronales Sécurité sociale : 36 500 FC ;
- Acomptes versés le 12/10/N : 25 200 FC ;
- I.P.R. : 4 500 FC.

111
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

1°. Calculer le montant des salaires nets à verser et le montant des salaires versés au
31/ octobre N.
2°. Enregistrer au journal la paie globale (Bulletin de paie et charges patronales)

SOLUTION.

1° Salaires nets à verser et versés au 31/10/N

Salaires et appointements de base …………………….. : 820 600 FC


Primes et gratifications …………………………………….. : +17 900 FC
Indemnité de représentation ……………………………. : +25 000 FC
Indemnité de transport …………………………………….. : +12 200 FC
Heures supplémentaires…………………………………….. : + 8 500 FC
Cotisations salariales Sécurité sociale……………………. : - 13 250 FC
I.P.R………………………………………………………………. : - 4 500 FC

Salaires Nets à verser……………………………………… : 866 450 FC


Acomptes versés…………………………………………… : - 25 200 FC
Salaires Nets versés au 31/10/N 841 250 FC

2° Journal

12/10/N
4212 Personnel, acomptes 25 200
521 à Banques 25 200
Versement acomptes au personnel
31/10/N
6611 Appointements, salaires et commissions 820 600
6612 Primes et gratifications 17 900
6638 Autres indemnités et avantages divers
(indemnité de transport) 12 200
6618 Autres rémunérations directes (H.supplem) 8 500
6632 Indemnité de représentation 25 000
422 à Personnel, rémunérations dues
salaires bruts dus au personnel
31/10/N
422 Personnel, rémunérations dues 17 750
431 à Sécurité sociale 13 250
4472 Impôts sur salaires 4 500
Prélèvement cotisations sociales et fiscales
dito
664 Charges sociales 36 500
431 à Sécurité sociale 36 500
Charges sociales aux salaires
112
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

dito
422 Personnel, rémunérations dues 866 450
521 à Banques 841 250
4212 Personnel, acomptes 25 200
Versement des salaires
dito
431 Sécurité sociale 49 750
521 à Banques 49 750
Règlement Sécurité sociale ( 3 250 + 36 500 )

Exercice n°5.

L’entreprise TSHIMLEY & Fils, en sigle « T.F », durant le 1er trimestre N, a réalisé
les opérations suivantes dans le cadre de la gestion de son portefeuille d’effets :

Le 08 janvier, T.F tire sur les clients suivants :

- la lettre de change n° 23 sur MARIAM, au 28 février : 5 400 FC


- la lettre de change n° 24 sur NGAMIKA, au 31 mars : 8 200 FC.

Le 05 février, T.F remet à l’escompte les effets n° 23 et n° 24.


Le 09 février, reçu le bordereau d’escompte relatif à la remise du 5 février : taux
d’escompte : 8 %, commission : 25 FC H.T.

Journaliser ce bordereau d’escompte dans la comptabilité de T.F.

SOLUTION.

09/02/N
521 Banques 13 445
675 Charges d’intérêt (Escompte des effets de
commerce) 126
631 Frais bancaires 25
4454 Etat, TVA récupérable sur services extérieurs 4

415 à Clients, effets escomptés non échus 13 600

intérêt1= (5 400x23x8)/36 000= 27,6


intérêt 2= (8 200 x54x8)/36 000 = 98,4
TVA = (25x0, 16) = 4
Banque = 13 600 – (126+25+4)= 13 445

Bordereau d’escompte

113
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Exercice n°6.

Le 1/03/N, l’entreprise A.FOKO reçoit une facture du fournisseur MPOP,


montant : 25 000 USD.
Le 25/5/N, l’entreprise A.FOKO règle le montant de cette facture par virement
bancaire.
Cours de devise : 10/03/ N = 1 USD = 700 FC
20/05/N = 1 USD = 720 FC
Enregistrer ces opérations dans le journal de l’entreprise FOKO.

SOLUTION

10/03/N
601 Achat des marchandises 17 500 000
401 à Fournisseur MPOP 17 500 000

Facture d’achat
25/03/N
401 Fournisseur MPOP 17 500 000
676 Pertes de change 500 000
521 à Banques 18 000 000

Réglementa facture fournisseur MPOP

114
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

9.2 PRODUITS DES ACTIVITES ORDINAIRES

9.2.1 Introduction

Les comptes de la classe 7 enregistrent les produits liés à l’activité ordinaire de


l’entreprise. Ils résultent en principe de la vente de biens ou de services, de la
production de biens ou de services non encore vendus ou livrés à soi-même.
Doivent être rattachés à l’exercice, tous les produits le concernant effectivement et
ceux-là seulement. A la clôture de l’exercice, ces produits donnent éventuellement
lieu à régularisation dans le respect du principe de séparation des exercices.

Les produits comprennent les sommes ou valeurs reçues ou à recevoir :


• soit en contrepartie de la fourniture par l'entreprise de biens, travaux,
services, ainsi que des avantages qu'elle a consentis ;
• soit en vertu d'une obligation légale existant à la charge d'un tiers ;
• soit exceptionnellement sans contrepartie.

9.2.2 Présentation des comptes de produits AO

Les comptes principaux de s produits des activités ordinaires sont :

70. « VENTES »
71. « SUBVENTIONS D’EXPLOITATION »
72. « PRODUCTION IMMOBILISEE »
73. « VARIATIONS DES STOCKS DE BIENS ET SERVICES PRODUITS »
74 X
75. « AUTRES PRODUITS »
76 X
77. « REVENUS FINANCIERS ET PRODUITS ASSIMILES »
78. « TRANSFERTS DE CHARGES »
79. « REPRISES DE PROVISIONS »

115
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

9.2.3 Fonctionnement des comptes de la classe 7

701 VENTES DE MARCHANDISES


7011 dans la Région
7012 hors Région
7013 aux entreprises du groupe
7014 aux entreprises du groupe hors Région
702 VENTES DE PRODUITS FINIS
7021 dans la Région
7022 hors Région
7023 aux entreprises du groupe dans la Région
7024 aux entreprises du groupe hors Région
703 VENTES DE PRODUITS INTERMEDIAIRES
7031 dans la Région
7032 hors Région
7033 aux entreprises du groupe dans la Région
7034 aux entreprises du groupe hors Région
704 VENTES DE PRODUITS RESIDUELS
7041 dans la Région
7042 hors Région
7043 aux entreprises du groupe dans la Région
7044 aux entreprises du groupe hors Région
705 TRAVAUX FACTURES
7051 dans la Région
7052 hors Région
7053 aux entreprises du groupe dans la Région
7054 aux entreprises du groupe hors Région
706 SERVICES VENDUS
7061 dans la Région
7062 hors Région
7063 aux entreprises du groupe dans la Région
7064 aux entreprises du groupe hors Région
707 PRODUITS ACCESSOIRES
7071 Ports, emballages perdus et autres frais facturés
7072 Commissions et courtages
7073 Locations
7074 Bonis sur reprises et cessions d’emballage
7075 Mise à disposition de personnel
7076 Redevances pour brevets, logiciels, marques et droits similaires
7077 Services exploités dans l’intérêt du personnel

116
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

7078 Autres produits accessoires.

Fonctionnement.

par le débit Il est crédité


du compte " Clients et comptes rattachés" du montant des facturations
(41) ou par le débit d’un compte de trésorerie.

Il est débité Par le crédit


1. des retours sur ventes et des rabais, 1. du compte " Clients et
remises et ristournes accordés hors comptes rattachés " (41)
factures aux clients 2. du compte " Résultat net de
2. pour solde du compte " Ventes " à la l’exercice "
clôture de l’exercice

- Le compte 701 est ouvert par les entreprises à activité commerciale.


- Les entreprises qui ont seulement une activité industrielle utilisent les comptes 702
à 705.
- Les ventes sont comptabilisées dans l’entreprise selon une nomenclature
compatible avec la nomenclature de biens et services en usage dans chacun des
Etats-parties.
- Le prix de vente s’entend du prix facturé, le cas échéant, net de taxes collectées,
déductions faites des rabais et remises lorsqu’ils sont déduits sur la facture elle-
même.
Même lorsqu’ils sont déduits sur la facture de vente, les escomptes de règlement
sont comptabilisés au débit du compte 673 « Escomptes accordés ».

117
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

9.2.4 Cas pratiques

Exercice 1

La société anonyme « S. MAKOLA » a consenti l’abandon d’une créance de 359 600


FC TTC sur une société cliente, la S.A. LONGO.
La S.A. LONGO est une entreprise de distribution de gaz dans les pays d’Afrique.
Grâce à certaines relations personnelles de son président, cette société est la mieux
placée pour écouler les produits fabriqués par la S.A. « S.MAKOLA » dans ces
territoires. La S.A. LONGO connaît actuellement des difficultés financières qui
mettent en cause sa survie.
Aussi, les dirigeants de « S. MAKOLA », afin de conserver leur débouché sur les
marchés africains, ont – ils décidé d’aider LONGO, en lui consentant un abandon
de créance.
Journaliser cette opération dans les livres de S.A. LONGO

Solution :

401 Fournisseurs S. MAKOLA 359 600


718 à Autres subventions d’exploitation 310 000
445 Etat, TVA récupérable 49 600

Exercice n°2.

L’entreprise IMPRIM L.G.T. S.A. effectue des travaux de reproduction de


documents. Elle facture divers travaux, le 18 novembre N, à son client CPCC pour
un montant HT de 120 000 FC. Le CPCC règle immédiatement à l’aide d’un chèque.
Présenter l’enregistrement correspondant au journal de l’entreprise IMPRIM L.G.T.
S.A.

Solution :

18/11/N
411 Client CPCC 139 200
706 à Services vendus 120 000
4431 Etat, TVA facturée sur ventes 19 200
dito
52 Banque 139 200

411 à Client CPCC 139 200

118
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Exercice n°3.

Au cours de l’année N, l’entreprise BETOR, spécialisée dans la fabrication


et la vente de mobilier, a acheté de matières premières pour 116 000 FC TTC et
engagé 4 000 FC de charges de personnel (salaires payés ) afin de fabriquer divers
meubles pour équiper ses propres locaux. Ces frais sont payés par caisse.
La fabrication de ces meubles est achevée le 28/10/N.
Journaliser

Solution :

445 Etat, TVA récupérable 16 000


602 Achats Matières premières 100 000
661 Salaires 4 000
52 à Banque 120 000

244 Mobiliers 104 000


722 à Production immobilisée 104 000

Exercice n° 4

L’entreprise KALUMBU fait acquisition d’un bâtiment commercial inachevé


suivant l’acte de cession n° 073 du 06 mars N d’une valeur de 1 600 000 FC. Elle
entreprend les travaux d’achèvement du bâtiment en engageant les dépenses
suivantes : achat matériaux de construction à crédit auprès du fournisseur Paul :
72 600 FC ; facture du constructeur, M. FOREST pour main-d’œuvre : 21 750 FC.
Les travaux sont terminés le 14 novembre N.

Journaliser ces opérations dans la comptabilité de MORYWELL.

119
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Solution :

06/03/N
239 Bâtiment commercial en cours 1 600 000
52 à Banque 1 600 000

602 Achats des matières premières 72 600


621 Sous traitance générale 21 750
445 Etat, TVA récuperable 15 096
401 à Fournisseur 109 446

14/11/N
2313 Bâtiment commercial 1 694 350
239 à Bâtiment commercial en cours 1 600 000
722 Production immob.-immob corp. 94 350

Exercice n°5

La société Anonyme ESANGA exerce son activité dans le secteur de la construction


de maisons d’habitation.
Au 31/12/N, date de clôture de son exercice, un chantier est en cours. Les
caractéristiques de ce chantier sont résumées dans le tableau ci-dessus :

Eléments des contrats Chantier


Chiffre d’affaires total prévisionnel 1 700 000
Coût de revient total prévisionnel 1 400 000
Coût constaté au 31/12/N 560 000

La société a opté pour la méthode à l’achèvement pour comptabiliser ses contrats à


long terme. Procéder aux enregistrements comptables que vous jugerez nécessaires à
la clôture de l’exercice N.

120
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Solution :

Par la méthode à l’achèvement, les charges constatées à la clôture de l’exercice sont


enregistrées comme en-cours de production.
D’où l’écriture suivante au 31/12/N.

342 Travaux en-cours 560 000


734 à Variation des travaux en-cours 560 000
(Prise en compte de stock final d’en-
cours)

121
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 10 : LES AUTRES CHARGES ET AUTRES PRODUITS

10.1 Introduction

L’utilisation de la classe 8 permet d’enregistrer les charges et les produits


correspondant à des opérations qui ne se rapportent pas à l’activité ordinaire de
l’entreprise.

Figurent également dans cette classe la participation des travailleurs aux bénéfices
et l’impôt sur le résultat.

10.2 Présentation des comptes de la classe 8

Les comptes de la classe 8 sont les suivants :

81 Valeur comptable des cessions d’immobilisations


811 Immobilisations incorporelles
812 Immobilisations corporelles
816 Immobilisations financières.

82 Produits des cessions d’immobilisations


821 Immobilisations incorporelles
822 Immobilisations corporelles
826 Immobilisations financières.

83 Charges HAO
831 Charges H.A.O. constatées
834 Pertes sur créances H.A.O.
835 Dons et libéralités accordés
836 Abandons de créances consentis
839 Charges provisionnées H.A.O.

84 Produits HAO
841 Produits H.A.O. constatés
845 Dons et libéralités obtenus
846 Abandons de créances obtenus
848 Transferts de charges H.A.O.
849 Reprises de charges provisionnées H.A.O.

122
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

85 Dotations HAO
851 Dotations aux provisions réglementées
852 Dotations aux amortissements H.A.O.
853 Dotations aux provisions pour dépréciation H.A.O.
854 Dotations aux provisions pour risques et charges H.A.O.
858 Autres dotations H.A.O.

86 Reprises HAO
861 Reprises de provisions réglementées
862 Reprises d’amortissements H.A.O.
863 Reprises de provisions pour dépréciation H.A.O.
864 Reprises de provisions pour risques et charges H.A.O.
865 Reprises de subventions d’investissement
868 Autres reprises H.A.O.

87 Participation des Travailleurs


871 Participation légale aux bénéfices
872 Participation contractuelle aux bénéfices
878 Autres participations.

88 Subventions d’équilibre
881 Etat
884 Collectivités Publiques
886 Groupe
888 Autres.

89 Impôts sur le résultat


891 Impôts sur les bénéfices de l’exercice
8911 Activités exercées dans l’Etat
8912 Activités exercées dans les autres Etats de la Région
8913 Activités exercées hors Région
892 Rappels d’impôts sur résultats antérieurs ;
895 Impôt minimum forfaitaire (I.M.F.)
899 Dégrèvements et annulations d’impôts sur résultats antérieurs ;
8991 Dégrèvements ;
8994 Annulations pour pertes rétroactives.

123
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

10.3 Fonctionnement des comptes de la classe 8

81 VALEURS COMPTABLES DES CESSIONS


D’IMMOBILISATIONS
SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Ce compte sert à déterminer la valeur comptable nette des SYSTEME COMPTABLE OHADA
éléments de l’actif immobilisé cédés. pour les biens non
amortissables, cette valeur est la valeur d’entrée, sans
déduction des éventuelles provisions pour dépréciation. pour
les biens amortissables, elle est la différence entre la valeur
d’entrée brute des immobilisations cédées et le cumul des
amortissements pratiqués depuis l’entrée du bien dans le
patrimoine de l’entreprise jusqu’à la date de sa cession.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
du compte 13 Résultat net de pour solde à la clôture de 13 Résultat net de 81 Valeurs comptables
l’exercice. l’exercice. l’exercice. des cessions
d’immobilisations.
Il est débité Par le crédit
de la valeur d’entrée des du compte d’immobilisation 81 Valeurs comptables compte d’immobilisation
éléments sortis sous concerné (classe 2). des cessions concerné.
déduction des d’immobilisations.
amortissements pratiqués.

82
PRODUITS DES CESSIONS D’IMMOBILISATIONS
SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Ce compte enregistre le produit net de la cession : dans le cas
SYSTEME COMPTABLE OHADA
de vente, prix résultant de l’accord entre les cocontractants et
figurant sur l’acte de vente diminué des commissions et des
frais de vente ; dans le cas d’apport, montant contractuel, etc.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
du compte de tiers 485 des produits de cession 485 Créances sur 82 Produits des cessions
Créances sur cessions d’actif, nets de commissions cessions d’immobilisations.
d’immobilisations ou par le et des frais de vente. d’immobilisations ou un
débit d’un compte de compte de trésorerie.
trésorerie.
du compte de tiers 485 de l’indemnité d’assurance 485 Créances sur 82 Produits des cessions
Créances sur cessions perçue pour indemnisation cessions d’immobilisations.
d’immobilisations ou par le d’une destruction d’immobilisations ou un
débit d’un compte de d’immobilisation. compte de trésorerie.
trésorerie.
Il est débité Par le crédit
pour solde du compte à la du compte 13 Résultat net de 82 Produits des cessions 13 Résultat net de
clôture de l’exercice. l’exercice. d’immobilisations. l’exercice.

124
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

83 CHARGES HORS ACTIVITES ORDINAIRES


SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Ce sont les charges qui ne sont pas liées à l’activité ordinaire de
SYSTEME COMPTABLE OHADA
l’entreprise et qui, de ce fait, n’ont généralement pas de caractère
récurrent. Elles comprennent des charges constatées et des
charges provisionnées.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
du compte 13 Résultat net de pour solde à la clôture de 13 Résultat net de 83 Charges hors
l’exercice. l’exercice l’exercice. activités ordinaires.
Il est débité Par le crédit
des charges constatées ne d’un compte de tiers ou de 83 Charges hors Compte de tiers ou de
concernant pas l’activité trésorerie. activités ordinaires. trésorerie.
ordinaire de l’entreprise
des charges hors activités du compte 48 Créances et 83 Charges hors 48 Créances et dettes
ordinaires non encore engagées, dettes H.A.O. activités ordinaires. H.A.O.
mais dont la survenance à moins
d’un an est probable et
mesurable
COMMENTAIRES
Seules les charges liées à la restructuration de l’entreprise ou à des événements extraordinaires (tels les phénomènes
naturels : tempêtes, raz-de-marée, tremblements de terre, vols de criquets ...) doivent être considérées comme relevant
des activités autres que ordinaires. Toute autre charge est ordinaire, y compris, par exemple, les amendes fiscales ou
pénales. Il en est de même des charges sur exercices antérieurs liées aux activités courantes de l’entreprise. Lorsque la
réalisation de la charge H.A.O., bien qu’incertaine, est envisagée à court terme, elle constitue une charge provisionnée.
Lorsque, au contraire, cette charge probable est envisagée à plus d’un an, elle doit faire l’objet d’une dotation aux
provisions.

84
PRODUITS HORS ACTIVITES ORDINAIRES
SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Ce sont des produits qui ne sont pas liés à l’activité ordinaire de
SYSTEME COMPTABLE OHADA
l’entreprise et sont donc dépourvus de caractère récurrent. Ils
comprennent des produits constatés, des reprises de charges
provisionnées et des transferts de charges.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
d’un compte de tiers ou de du montant des produits compte de tiers ou de 84 Produits hors
trésorerie. constatés. trésorerie. activités ordinaires.
du compte 4998 Risques des reprises de charges 4998 Risques 84 Produits hors
provisionnés sur opérations provisionnées. provisionnés sur activités ordinaires.
H.A.O. opérations H.A.O.
par le débit du compte 20 du montant des charges dont par le débit du compte 84 Produits hors
Charges immobilisées. l’inscription à l’actif a été 20 Charges activités ordinaires.
décidée (transferts de charges). immobilisées.
Il est débité Par le crédit
pour solde du compte à la du compte 13 Résultat net de 84 Produits hors 13 Résultat net de
clôture de l’exercice. l’exercice. activités ordinaires. l’exercice.
COMMENTAIRES
Les produits sont considérés comme H.A.O. lorsqu’ils relèvent d’événements extraordinaires, liés notamment à des
phénomènes naturels ou à des modifications de structure de l’entreprise.

125
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

85 DOTATIONS HORS ACTIVITES ORDINAIRES


SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Ce compte enregistre les dotations aux amortissements et aux
SYSTEME COMPTABLE OHADA
provisions qui ne concernent pas l’activité ordinaire de l’entreprise.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
du compte 13 Résultat net de pour solde à la clôture de 13 Résultat net de 85 Dotations hors
l’exercice. l’exercice. l’exercice. activités ordinaires.
Il est débité Par le crédit
du montant de la provision - du compte 15 85 Dotations hors 15 Provisions
pour risques ou charges Provisions activités ordinaires. réglementées et Fonds
H.A.O. ou de l’amortissement. réglementées et Fonds assimilés ;
assimilés ; 19 Provisions
- du compte 19 financières pour risques
Provisions financières et charges ou
pour risques et charges 29 Provisions pour
ou du compte 29 dépréciation ;
Provisions pour 28 Amortissements.
dépréciation ;
- du compte 28
Amortissements.
COMMENTAIRES
La notion "hors activités ordinaires" doit être appréhendée de façon restrictive : restructurations d’entreprises par
exemple, autres événements (telles les catastrophes naturelles) par essence non prévisibles, et dépourvus de caractère
récurrent. Le compte 85 est aussi utilisé dans les Etats-parties pour enregistrer les opérations liées à l’application de
dispositions fiscales (provisions réglementées ...).

86 REPRISES HORS ACTIVITES ORDINAIRES


SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Ce compte enregistre les annulations et rajustements en baisse des
SYSTEME COMPTABLE OHADA
provisions, amortissements et subventions qui ne sont pas liés à
l’activité ordinaire de l’entreprise.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
- du compte 15 de l’annulation ou de la 15 Provisions 86 Reprises hors
Provisions réduction de la provision réglementées et Fonds activités ordinaires.
réglementées et Fonds concernée. assimilés,
assimilés, 19 Provisions financières
- du compte 19 pour risques et charges
Provisions financières ou
pour risques et 29 Provisions pour
charges ou du compte dépréciation.
29 Provisions pour
dépréciation.
du compte 14 Subventions du montant de la subvention du compte 14 86 Reprises hors
d’investissement. d’investissement reprise au Subventions activités ordinaires.
résultat. d’investissement.
Il est débité Par le crédit
pour solde à la clôture de du compte 13 Résultat net de 86 Reprises hors activités 13 Résultat net de
l’exercice. l’exercice. ordinaires. l’exercice.
COMMENTAIRES
Le compte 865 Reprises de subventions d’investissement enregistre à son crédit :

- soit un montant égal à celui de la dotation de l’exercice aux comptes d’amortissements des immobilisations
amortissables acquises ou créées au moyen de ladite subvention, affecté du coefficient résultant du rapport :
Montant de la subvention/Montant de l’investissement correspondant ;
- soit une somme déterminée en fonction du nombre d’années pendant lesquelles les immobilisations non
amortissables créées ou acquises au moyen de ladite subvention sont inaliénables aux termes du contrat ou, à
défaut de clause d’inaliénabilité dans le contrat, une somme égale au dixième du montant de la subvention.
Des circonstances particulières peuvent justifier des mesures dérogatoires à ces dispositions générales.

126
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

87
PARTICIPATION DES TRAVAILLEURS
SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Ce compte enregistre les montants prélevés sur les bénéfices
SYSTEME COMPTABLE OHADA
réalisés et affectés par l’entreprise à un fonds légal ou contractuel
à l’avantage des travailleurs.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
du compte 13 Résultat net de pour solde de ce compte à la 13 Résultat net de 87 Participation des
l’exercice. clôture de l’exercice. l’exercice. travailleurs
Il est débité Par le crédit
de la part de bénéfices affectée du compte 426 Personnel, 87 Participation des 426 Personnel,
aux salariés au titre de la participation aux bénéfices. travailleurs participation aux
participation. bénéfices.
COMMENTAIRES
En raison de son assiette de calcul, la "participation" n’est pas considérée comme une "charge de personnel" mais
comme un élément de répartition du résultat.

88 SUBVENTIONS D’EQUILIBRE
SCHEMA DE COMPTABILISATION EN
Ce compte enregistre le montant des subventions allouées par
SYSTEME COMPTABLE OHADA
l’Etat ou l’un de ses démembrements à l’entreprise, pour lui
permettre de compenser, en totalité ou partiellement, des pertes
survenues dans des circonstances exceptionnelles.
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
d’un compte de tiers ou de du montant des subventions Compte de tiers ou de 88 Subventions
trésorerie. d’équilibre allouées à trésorerie d’équilibre
l’entreprise.
Il est débité Par le crédit
pour solde de ce compte à la du compte 13 Résultat net de 88 Subventions 13 Résultat net de
clôture de l’exercice. l’exercice. d’équilibre l’exercice.
COMMENTAIRES
Il importe, avant tout enregistrement, d’analyser la subvention pour en définir la finalité : aide à l’investissement, à
l’exploitation ou à l’équilibre. Les subventions d’équilibre se distinguent des subventions d’exploitation en ce qu’elles
ne sont pas directement liées à une insuffisance des prix de vente imposés.

127
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

89 IMPOTS SUR LE RESULTAT

C’est la part de bénéfice affectée obligatoirement à l’Etat au titre SCHEMA DE COMPTABILISATION EN


de l’impôt sur le résultat. SYSTEME COMPTABLE OHADA
FONCTIONNEMENT DEBIT CREDIT
Par le débit Il est crédité
du compte 13 Résultat net de pour solde de ce compte à la 13 Résultat net de 89 Impôts sur le
l’exercice. clôture de l’exercice. l’exercice résultat
Il est débité Par le crédit
de l’impôt exigible. du compte 441 Etat, impôt sur 89 Impôts sur le 441 Etat, impôt sur les
les résultat bénéfices.
bénéfices.
COMMENTAIRES
Le montant de l’impôt sur le résultat doit être calculé sur la base du résultat comptable retraité selon les règles fiscales.
Le compte 891 doit correspondre au montant total de l’impôt dû de l’exercice, quelles que soient les modalités de
règlement, éventuellement augmenté des rappels d’impôts et diminué des dégrèvements et des annulations sur des
exercices antérieurs.

10.4 Cas pratiques

1. Le 02/01/N, la société Sphinx a bénéficié d’un don d’un véhicule de 300.000 CDF
du Gouvernement Japonais. Ce véhicule est à amortir sur 5 ans.
Le 10/01/N, la société Sphinx a abandonné la créance de 120.000 CDF sur son
client LOLA.

Solution

D C D C
01/01/N
2251 Matériel automobile à 300.000
1421 Subventions d’équipements Japon 300.000

10/01/N
83.6 Abandons de créances consentis à 120.000
41.12 Client LOLA 120.000

31/12/N
6813 Dotations aux amortis immo corpo 60.000
2845 Amortis matériels de transport 60.000

31/12/N
1421 Subventions d’équipements Japon 60.000
86.5 Reprises de subvention 60.000
d’équipement

128
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

IVE PARTIE : TRAVAUX DE FIN D’EXERCICE COMPTABLE

129
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CHAPITRE 11 : LES TRAVAUX DE CLOTURE DES COMPTES

11.1 INTRODUCTION

Les travaux de clôture ou les travaux de fin d’exercice sont des travaux réalisés
dans le but d’établir les états financiers. Les états financiers ou états de synthèse
sont composés de :

- Compte de résultat ;
- Bilan
- Tableau Financier des Ressources et des Emplois (TAFIRE) ;
- Etat annexé.

Pour obtenir l’image fidèle de ces états, l’Entreprise procède aux travaux
d’inventaire physique (inventaire extra comptable) qu’elle va rapprocher avec la
situation comptable (inventaire comptable).

Le plus souvent l’exercice comptable coïncide avec l’année civile mais pour
certaines activités, l’arrêt de l’exercice au 31 décembre n’est pas possible. Tel est le
cas de :

 l’entreprise qui connait une grande activité ne permettant pas


d’effectuer les tâches d’inventaires ;
 l’entreprise dont le cycle d’exploitation débute et prend fin au cours
de l’année civile ; c’est le cas des exploitants agricoles.

Quelle que soit la date d’arrêt des comptes, la fin de l’exercice entraîne une série de
travaux importants, appelés "travaux d’inventaire", qui sont à la fois extra
comptables et comptables.

Le traitement comptable aboutit à la production d’une balance générale des


comptes à la fin de chaque mois.

En principe, la dernière balance de l’année, c’est-à-dire, celle générée au 31


décembre devrait servir à produire le bilan et le compte de résultat, mais ce n’est
pas le cas à cause des lacunes ci-après décelées :
- les comptes de bilan ne traduisent pas nécessairement la réalité économique
du moment : non comptabilisation de la dépréciation subie par les
immobilisations, les stocks et les créances, le solde du compte « caisse" ne
correspond pas forcément à l’existant en caisse…
- les comptes de gestion ne correspondent pas à l’exploitation de l’exercice,
d’une part des charges et produits actés en comptabilité durant l’exercice
concernent en partie l’exercice passé ou l’exercice suivant et des charges et
produits se rattachant à l’exercice n’ont pas encore été comptabilisés…

130
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

- les retards interviennent entre la réalisation des faits et la réception des


documents les justifiants.

11.2 ETAPES A SUIVRE

Balance avant inventaire


(Balance provisoire)
Inventaire comptable

Rapprochement de deux
Inventaire Physique
Inventaires (Inventaire extra comptable)

ECRITURES COMPTABLES :

- Redressements (amortis &provisions)


- régularisations

Détermination du résultat de l’exercice


Balance après inventaire (Balance définitive)

Etats de synthèse : Compte de Résultat, Bilan, TAFIRE…

131
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

11.2.1 Balance des comptes

C'est la balance arrêtée au 31 décembre, reprenant les comptes de bilan et les


comptes de gestion qui constituent le point de départ de la réalisation des autres
étapes de travaux de fin d’exercice.

Cette balance comptable ou inventaire comptable peut prendre la forme suivante :

Soldes Mouvements de la Soldes de clôture


code Libellés d’ouverture période
Débit Crédit Débit Crédit Débit Crédit
10 …
.
.
.

TOTAUX X X G G Z Z

11.2.2 L’inventaire extra comptable

L’inventaire extra comptable consiste à vérifier et à évaluer les différents éléments


de l’actif et du passif et, notamment, à déterminer la valeur du stock de fin
d’exercice, à procéder au comptage des espèces détenues dans le coffre-fort…
Les constatations d’inventaire sont consignées dans des registres nommés "livres
d’inventaire". Pour chaque compte de patrimoine, ils indiquent :

 la nature des éléments constitutifs et la quantité ;


 la valeur des éléments ;
 les remarques éventuelles, telles que dépréciations, mise au rebut...

132
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

11.2.3 Ecritures de redressement

A) Les amortissements

L’amortissement est l’amoindrissement de la valeur d'une immobilisation qui se


déprécie de façon certaine et irréversible avec le temps, l'usage ou en raison du
changement de techniques, de l'évolution des marchés ou de toute autre cause.
Du fait des difficultés de mesure de cet amoindrissement, l'amortissement procède
d'une répartition programmée selon un plan d'amortissement du coût du bien sur
sa durée probable d'utilisation.
Les différents modes d’amortissement les plus utilisés sont :

- l’amortissement linéaire ou constant ;


- l’amortissement dégressif ou décroissant ;
- l’amortissement exceptionnel ou accéléré.

a) Amortissement linéaire

Le principe est que les annuités doivent être constantes. Le taux d’amortissement
est égal à 100/n, où n est la durée d’utilisation de l’immobilisation.

Exemple : le 02 janvier 2013, une entreprise achète un véhicule à 100.000 CDF et la


direction prend la décision de l’amortir sur 4 ans.

Dans ces conditions :

Vo = 100.000 (valeur d’acquisition) et n= 4 ans (durée d’utilisation)


Taux d’amortissement = 100/n= 100/4= 25%
Annuité=a= 100.000 x 25%= 25.000 VNC= Valeur Nette Comptable

Fiche d’amortissement

Année Vo Annuités amortissements VNC


2013 100.000 25.000 25.000 75.000
2014 100.000 25.000 50.000 50.000
2015 100.000 25.000 75.000 25.000
2016 100.000 25.000 100.000 0

VNC = Vo - Amortissements

D C 31/12/ D C
6813 Dotations immo corporelles à 25.000
2845 Amortis matériel de transport 25.000
Fiche d’amortissement

133
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

b) Amortissement dégressif

C’est la méthode d'amortissement selon laquelle les annuités (montants versés


périodiquement) décroissent avec le temps.
En matière d'amortissement comptable, l'annuité dégressive peut correspondre à
l'amortissement économiquement justifié ; dans ce cas, elle est inscrite en
diminution de la valeur de l'actif concerné. Dans le cas contraire, l'annuité
dégressive est scindée en amortissement pour dépréciation et en amortissement
dérogatoire.

A l’exception des biens admis aux systèmes d’amortissements dégressifs ou


exceptionnels, le système d’amortissement qui doit être retenu est l’amortissement
linéaire.
Ce système d’amortissement dégressif n’est applicable qu’aux biens neufs acquis ou
créés par l’entreprise et après avoir obtenu l’autorisation du fisc.

Sont exclus du système d’amortissement dégressif :


1° les éléments amortissables dont la durée normale d’utilisation est inférieure à
quatre ans ou supérieure à vingt ans ;
2° les brevets, marques de fabrique, fonds de commerce, la clientèle et le nom et
toutes les autres immobilisations incorporelles.

Le montant de l’annuité d’amortissement afférente aux éléments


amortissables au taux dégressif et admissible en tant que charge professionnelle, est
déterminé :
1° pour la première annuité à compter de la date de mise en service, en appliquant
au prix de revient un taux égal au produit du taux d’amortissement linéaire
normalement applicable par celui des trois coefficients : 2, 2,5 ou 3 qui correspond à
la durée normale d’utilisation de l’élément selon que celle-ci est respectivement de
quatre ans, cinq ou six ans, ou plus de six ans.
2° pour chacune des périodes imposables suivantes en appliquant le taux retenu à
la valeur résiduelle desdits éléments, c’est-à-dire à leur prix de revient diminué des
amortissements effectifs et admis dans la période imposable antérieure.

c) Amortissement exceptionnel

C’est l’amortissement ou la fraction d'amortissement comptable ne correspondant


pas à l'objet normal d'un amortissement et comptabilisé en application de textes
particuliers (d'origine fiscale, le plus souvent). Les amortissements dérogatoires
sont classés en provisions réglementées et traités comme telles.

134
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Ils figurent en conséquence parmi les capitaux propres et ne concourent pas à la


détermination de la valeur comptable nette du bien concerné, à la différence des
amortissements comptables.

Exemple :

Une machine acquise à 100.000 a une durée de vie de 4 ans et est amortie selon
l’amortissement dégressif avec un taux dégressif de 40%, c’est-à-dire le taux
linéaire x 2.
Seul l’amortissement linéaire est considéré comme économiquement justifié.
TD : Présenter le tableau d’amortissement.
Passer les écritures relatives aux amortissements en N et N+1.

Années Base amortis Amortissement Amortissement Amortissement


dégressif dégressif linéaire dérogatoire
N 100.000 40.000 25.000 15.000
N+1 60.000 24.000 25.000 -1.000
N+2 36.000 18.000 25.000 -7.000
N+3 18.000 18.000 25.000 -7.000
TOTAL - 100.000 100.000 0

D C D C
N
6813 Dotations aux amortis immo corporelles 25.000
2841 à 25.000
Amortis matériel et outillage industriel
Annuité normale
851 Dotations aux provisions réglementées 15.000
151 Amortissements dérogatoires 15.000
N+1
6813 Dotations aux amortis immo corporelles 25.000
2841 Amortis matériel et outillage industriel 25.000

151 Amortissements dérogatoires 1.000


861 Reprises provisions réglementées 1.000

135
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

B) Les dépréciations et provisions

Les comptes concernés par les dépréciations et provisions en système comptable


OHADA sont :

19 Provisions financières pour risques et charges


29 Provisions pour dépréciations
39 Dépréciations des stocks
49 Dépréciations et risques provisionnés (Tiers)
59 Dépréciations et risques provisionnés(Trésorerie)

65.9 Charges provisionnées d’exploitation


67.9 Charges provisionnées financières
69 Dotations aux provisions

75.9 Reprises de charges provisionnées d’exploitation


77.9 Reprises de charges provisionnées financières
79 Reprises de provisions

83.9 Charges provisionnées HAO


84.9 Reprises des charges provisionnées HAO

85.3 Dotations aux provisions pour dépréciation HAO


85.4 Dotations aux provisions pour risques et charges HAO

86.3 Reprises de provisions pour dépréciation HAO


86.4 Reprises de provisions pour risques et charges HAO

En système comptable OHADA, il faut distinguer les provisions longues des


provisions courtes.

Dans les provisions longues, on distingue :


- Provisions financières pour risques et charges (compte 19), et ;
- Provisions pour dépréciation des immobilisations (compte 29).

S’agissant des provisions courtes, on distingue :


- Les dépréciations des stocks (compte 39) ;
- Les dépréciations et risques provisionnés (Tiers : compte 49) ; et
- Les dépréciations et risques provisionnés (Trésorerie: compte 59)

136
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Les provisions financières pour risques et charges sont inscrites au passif du bilan
dans les dettes financières et ressources assimilées.
Il s’agit, notamment de :
- Provisions pour litiges ;
- Provisions pour garanties données aux clients ;
- Provisions pour pertes sur marchés à achèvement futur ;
- Provisions pour pertes de change ;
- Provisions pour impôts ;
- Provisions pour charges à repartir sur plusieurs exercices (provisions pour
grosses réparations)…

TRAITEMENT COMPTABLE.

Opération n°1 : A la clôture de l’exercice : Création ou Constatation

Débit Crédit Débit Crédit

691 Dotations aux provisions d’exploitation x


697 Dotations aux provisions financières x
85 Dotations H.A.O. à x
19 Prov financières pour risques et charges x
29 Provisions pour dépréciation x

Opération n°2 : A la clôture de l’exercice : Reprise des provisions et dépréciations.

Débit Crédit Débit Crédit

19 Prov financières pour risques et charges x


29 Provisions pour dépréciation à x
791 Reprises de provisions d'exploitation x
797 Reprises de provisions financières x
86 Reprises H.A.O x

Opération n°1 : A la clôture de l’exercice : Création ou Constatation de la provision.


Débit Crédit Débit Crédit
6593 Charges provisionnées d’exploitation sur stocks x
839 Charges provisionnées H.A.O. x
39 à. Dépréciations des stocks x

137
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Opération n°2 : A la clôture de l’exercice : Reprise des provisions.


Débit Crédit Débit Crédit
39 Dépréciations des stocks x

7593 à Reprises de charges provisionnées


d’exploitation sur stocks x
849 Reprises de charges provisionnées x
H.A.O

Opération n°1 : A la clôture de l’exercice : Création ou Constatation de la provision.


Débit Crédit Débit Crédit
659 Charges provisionnées d’exploitation x
839 Charges provisionnées H.A.O. x

49 à. Dépréciations et risques Provisionnes (tiers) x

Opération n°2 : A la clôture de l’exercice : Reprise des provisions

Débit Crédit Débit Crédit


49 Dépréciations et risques Provisionnes (tiers) x

759 Reprises de charges provisionnées


d’exploitation x
849 Reprises de charges provisionnées HAO x

Opération n°1 : A la clôture de l’exercice : Création ou Constatation de la provision.


Débit Crédit Débit Crédit
679 Charges provisionnées financières. X

59 à. Dépréciations et risques Provisionnes (trésorerie) X

Opération n°2 : A la clôture de l’exercice : Reprise des provisions.


Débit Crédit Débit Crédit
59 Dépréciations et risques Provisionnes (trésorerie) X
779 à Reprises de charges provisionnées financières X

138
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Exemples d’application

Exemple 1

A la suite de la campagne sur le civisme fiscal menée par le Ministère des Finances et à la
faveur de l’adhésion de la RDC à l’OHADA, la direction générale d’une société
commerciale a pris la décision de traiter l’information financière selon le prescrit du
nouveau référentiel comptable. Ayant recouru à l’expertise d’un cabinet d’audit, il a été
estimé qu’un risque fiscal pèse sur la société.

Cette dernière aurait dû payer :

 Du fait des pertes réalisées à l’issue de trois derniers exercices, la société n’a
pas souscrit sa déclaration de l’IBP à la DGI. En cas de contrôle fiscal, le
principal à payer au titre de l’impôt minimum sera de 12.500.000 FC et des
pénalités estimés à 60% du montant ;
 En matière d’IPR, les bases imposables déclarées au cours du dernier
exercice sont erronées et qu’il y a lieu de prévoir un redressement de
4.500.000 assortis de 50% d’amendes.
La direction a pris la décision de provisionner les différents impôts susceptibles d’entraîner
un redressement.

Passez les écritures nécessaires au 31 décembre 2013.

D C LIBELLES D C

31/12/2013
6911 Dot. aux prov. d’exploitation pour risques et 17.000.000
charges
1951 à Provision pour Impôt sur Bénéfice et 12.500.000
profits.
1952 Provision pour IPR 4.500.000
Constitution de la provision

6911 Dot. aux prov. d’exploitation pour risques et 9.750.000


charges
1981 à Provision pour amendes et pénalités 9.750.000
Constitution de la provision

139
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Exemple n° 2.

A l’inventaire du 31/12/N-1, l’entreprise PERLE Sarl a eu connaissance d’un indice


externe de perte notable de valeur pour un terrain lui appartenant et qu’elle a
acquis pour 60 000 FC courant N-4. Concrètement, un projet d’autoroute dans le
cadre de 5 chantiers passant à proximité de ce terrain a conduit l’entreprise à
estimer la valeur actuelle de celui-ci au 31/12/N-1 à 42 000 FC.

Travail demandé :

1° traduire cette situation par un enregistrement comptable

2° Courant N, on suppose que les autorités ont abandonné le projet d’autoroute. Au


31/12/N, l’abandon du projet et les conditions actuelles du marché ont conduit
l’entreprise à estimer la valeur de son terrain à 62 000 FC. Présenter l’enregistrement
comptable de cette opération.

SOLUTION

1. Constitution de la provision pour dépréciation de terrain en N-1

6914 Dotations aux provisions pour dépréciation des


immobilisations corporelles 18 000

292 à Provisions pour dépréciation des terrains 18 000

2. Hypothèse d’abandon du projet d’autoroute.

La valeur actuelle de ce bien (CDF 62 000) est donc supérieure à sa valeur nette comptable
(CDF 60 000).
La dépréciation constatée en N-1 devient sans objet ; il faut alors l’annuler, autrement dit la
rapporter au résultat. La plus-value potentielle (62 000- 60 000 = 2 000) ne peut pas être
constatée en comptabilité en vertu du principe de prudence.
Au 31/12/N, ce constat doit se traduire par l’enregistrement comptable suivant :

292 Provisions pour dépréciation des terrains 18 000


7914 à. Provisions pour dépréciation des immobilisations
corporelles. 18 000

140
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Exemple 3

Un lot de marchandises acquis à 10.000 FC coûte 9.000 FC sur le marché au 31/12


Un immeuble perd 20.000 FC de sa valeur suite aux inondations.
Un client qui doit 8.000 FC à l’entreprise est en cessation de paiement. La perte
probable est estimée à 20 %.

Passez les écritures.

N◦ Comptes Intitulés des comptes et libellés des opérations Montants


D C Débiteurs Créditeurs
--------------------------31/12/N --------------------------
1 659 Charges provisionnées d’exploitation 1 000
39 à Dépréciation des stocks 1 000
Constatation dépréciation sur les stocks
--------------------------- dito -----------------------
2 69 Dotations aux provisions 20 000
29 à Provisions pour dépréciation 20 000
Constatation provision pour dépréciation immeuble
--------------------------- dito --------------------------
3 416 Créances clients douteuses 8 000
411 à Clients 8 000
Constatation créance clients devenue douteuse
-------------------------- dito ----------------------------
4 659 Charges provisionnées d’exploitation 1 600
49 à Dépréciation comptes clients 1 600
Constatation dépréciation de 20 % sur créance douteuse
---------------------------- -----------------------------

141
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

11.2.4 Ecritures de régularisations

La régularisation consiste à passer des écritures comptables dans le souci


d’appliquer le principe d’indépendance des exercices comptables.

La détermination du résultat de l’exercice ne doit intégrer que les charges et


produits relatifs à l’exercice concerné rien que ceux-là. Les charges et les produits
qui ne concernent pas l’exercice doivent être éjectés par un jeu d’écritures
comptables qu’on appelle : régularisation.

En dehors des comptes des charges et des produits, les écritures de régularisation
peuvent mouvementer les comptes ci-après :

40.8 Fournisseurs, factures non parvenues


42.8 Personnel, charges à payer
43.8 Organismes sociaux, charges à payer
44.8 Etat, charges à payer

47.6 Charges constatées d’avance


47.7 Produits constatés d’avance
47.8 Ecarts de conversion- Actif
47.9 Ecarts de conversion-Passif

Exemples

Exemple 1 : la réparation d’un climatiseur n’a pas encore été facturée à la fin de
l’exercice. Le 12 Janvier N+1, la facture parvient à la comptabilité, montant 116.000
FC TTC.

Schémas des écritures :

a) A la fin de l’exercice : 31/12/N

62.4 Entretien, réparations et maintenance (116 000/1,16)= 100.000


44.5 Etat, TVA récupérable (116 000 – 100 000) = 16 000 16.000
40.8 à Fournisseurs, factures non parvenues 116.000

142
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

b) Au 1er janvier de l’exercice suivant :

40.8 Fournisseurs, factures non parvenues 116.000


62.4 à Entretien, réparation et maintenance 100.000
44.5 Etat, TVA récupérable 16.000

c) Au moment où la facture est réceptionnée, le 12/01/N+1

62.4 Entretien, réparations et maintenance 100.000


44.5 Etat, TVA récupérable 16.000
40.1 à Fournisseurs, dettes en comptes 116.000

Exemple 2 : une entreprise a livré des marchandises pour 34.800 FC TTC le 28


décembre N. La facture n’a été émise que le 05 janvier N+1.

31/1/n
41.8 Clients, produits à recevoir 34.800
70.1 à Ventes 30.000
44.3 Etat, TVA facturée 4.800
Facture à établir

Exemple 3 : Le 30 juin, une entreprise paye l’assurance des bâtiments qui couvre la
période du 1er juillet de l’année en cours au 30 juin de l’année suivante. Le montant
est de 100.000 FC.

D C D C
30/06/N
625 Primes d’assurance 100.000
57 Caisse 100.000
Bon de caisse x
31/12/N
476 Charges comptabilisées d’avance 50.000
625 Primes d’assurance 50.000
régularisation
01/01/N+1
625 Primes d’assurance 50.000
476 Charges comptabilisées 50.000
d’avance

143
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Exemple 4 : nous avons mis en location un bâtiment à 1.200.000 FC par an. Le


locataire paye annuellement le loyer et ce paiement est à effectuer d’avance. Il est
effectué le 1er octobre de chaque année.

D C D C
01/10/N
57 Caisse 1.200.000
70.7 Locations 1.200.000
Bon de caisse x
31/12/N
70.7 Locations 900.000
477 Produits comptabilisés d’avance 900.000
régularisation
01/01/N+1
477 Produits comptabilisés d’avance 900.000
70.7 Locations 900.000
Extourne régularisation

144
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

11.3 DETERMINATION DU RESULTAT DE L’EXERCICE

Les écritures comptables qui déterminent le résultat sont les suivantes :

D C D C
13.2 Marge brute à x
60.1 Achats marchandises x
6031 Variations de stocks marchandises x
602 Achats MP et fournitures x
6032 Variations de stocks MP et fournitures x
Pour soldes crédités
701 Ventes de marchandises x
702 Ventes de PF x
703 Ventes des Produits Intermédiaires x
704 Ventes des Produits résiduels x
705 Travaux facturés x
706 Services vendus x
72 Production immobilisée x
73 Variation des stocks des biens et services à x
132 Marge brute x
Pour soldes débités
13.2 Marge brute x
13.3 Valeur ajoutée x
Pour solde débité
13.3 Valeur ajoutée à x
604 Achats stockés de matières et FC x
605 Autres achats x
608 Achats emballages x
6033 Variations des stocks d’autres approvisionne x
61 Transports x
62 Services extérieurs A x
63 Services extérieurs B x
64 Impôts et Taxes x
65 Autres charges x
Pour soldes crédités
707 Produits accessoires x
71 Subventions d’exploitation x
75 Autres produits x
13.3 Valeur ajoutée x
Pour solde débités
13.3 Valeur ajoutée x
13.4 Excédent Brut d’Exploitation x
Pour solde débité

145
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

D C D C
13.4 Excédent Brut d’Exploitation x
66 Charges du personnel x
Pour solde crédité
13.4 Excédent Brut d’Exploitation x
13.5 Résultat d’exploitation x
Pour solde débité
781 Transferts des charges d’exploitation x
791 Reprises provisions d’exploitation x
798 Reprises amortissements x
13.5 Résultat d’exploitation x
Pour solde débités
13.5 Résultat d’exploitation x
681 Dotations amorti d’exploitation x
691 Dotation aux prov d’exploitation x
Pour solde des crédités
77 Revenus financiers et produits assimilés x
787 Transferts des charges financières x
797 Reprises provisions financières x
13.6 Résultat Financier x
Pour solde débités
13.6 Résultat Financier x
67 Frais financiers et charges assimilées x
687 Dot amorti à caractère financier x
697 Dot provisions financières x
Pour solde des crédités
13.5 Résultat d’exploitation x
13.6 Résultat financier x
13.7 Résultat des AO x
Pour solde des débités
82 Produits Cession immo x
84 Produits HAO x
86 Reprises HAO x
88 Subventions d’équilibre x
13.8 RHAO
Pour solde des débités x

13.8 RHAO x
81 Valeur Comptable Cession d’immo x
83 Charges HAO x
85 Dotations HAO x
Pour solde des crédités
13.7 RAO x
13.8 RHAO x
13.1 Bénéfice x
Pour solde des débités

146
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

D C D C
87 Participations des travailleurs x
42 Personnel x
Part des travailleurs dans le bénéfice
89 Impôts sur le résultat x
44 Etat x
Impôt sur le bénéfice
13.1 Bénéfice x
87 Participations des travailleurs x
89 Impôts sur le résultat x
Pour solde des crédités

147
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

11.4 CAS PRATIQUE

Soit la balance provisoire d’une entreprise au 31 décembre N :

SOLDES
CODE LIBELLES
Débiteurs Créditeurs
101 Capital 100 000
112 Réserves statutaires 5 000
1411 Subventions d'Investissement 20 000
1621 Emprunts BIAC 30 000
1921 Provisions pour garanties données 5 000
2011 Frais de constitutions 24 500
2232 Terrain bâtiment GOMBE 20 000
2313 Bâtiment GOMBE 58 000
2442 Matériels informatiques 4 000
2451 Matériels automobiles 43 500
2752 Dépôts et cautionnements 40 000
2832 Amortissements bâtiment GOMBE 6 050
2844 Amortissements matériels informatiques 400
2845 Amortissements matériels automobiles 16 000
3111 Marchandises 35 000
3341 Fournitures de bureau 3 450
4011 Fournisseurs 78 000
4091 Fournisseurs avances et acomptes versés 17 500
4111 Clients 124 500
4191 Clients avances et acomptes reçus 42 000
4311 INSS 9 500
4812 Fournisseurs d'investissements 40 000
5211 BCDC 54 000
5212 BIAC 23 560
5711 Caisse CDF 23 990
5712 Caisse $us 10 000
6011 Achats marchandises 240 000
6031 Variations stocks marchandises 12 000
6161 Transports des plis 21 000
6252 Primes d'assurances 48 000
6411 Impôts et taxes 6 000
6611 Appointements salaires et commissions 450 000
6813 Dotations aux amortissements 22 450
7011 Ventes marchandises 860 000
7761 Gains de change 50 000
836 Abandons de créances consentis 4 500
TOTAUX 1 273 950 1 273 950

148
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Données d’inventaire physique

1. Les stocks de marchandises au 31 décembre ne sont pas de 35.000 FC mais de


40.000 FC
2. L’entreprise a des litiges au tribunal et pourra payer des dommages et
intérêts aux tiers : 4 000 FC dans six mois et 15.000 FC dans deux ans.
3. Une prime d’assurance trimestrielle a été payée le 1er décembre : 12.000FC
4. Il faut constater une dépréciation de 50% sur un stock de 14 000 CDF
5. Un véhicule de 20.000 CDF a été acquis par subvention et vient d’être amorti
à concurrence de 4.000 CDF à titre de dotation annuelle.
6. L’entreprise détient une créance de 45.000 FC sur un client qui remet en
cause une partie de cette créance : constater la dépréciation à concurrence de
20% de la créance.
7. Reprise d’une provision pour garanties données aux clients : 5.000 FC
8. Les factures de la SNEL et de la REGIDESO ne sont pas encore parvenues.
Les montants payés fin novembre : SNEL : 3.000 FC et REGIDESO : 4.000 FC.
9. Cession d’un matériel informatique à 2.000 FC : coût d’achat 500 FC et
amortissements : 400 FC.
10. Impôt sur le résultat 14.500 FC.

Travail à faire :

a) Passer les écritures d’inventaire au 31 décembre N


b) Passer les écritures de la détermination du résultat
c) Présenter la balance après inventaire au 31 décembre N
d) Présenter le Bilan Final et le Compte de résultat.

149
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

a) Ecritures d’inventaire au 31 décembre N

D C D C
1
3111 Marchandises à 5.000
6031 Variations de stocks marchandises 5.000
Redressement stocks
2
6591 Charges provisionnés/ risques à CT 4.000
6911 Dot° aux provisions pour risques et charges 15.000
1911 Provisions pour litiges 15.000
4991 Risques provisionnés d’exploitation 4.000
Redressement
3
4761 Charges constatées d’avance à 8.000
6252 Primes d’assurances 8.000
Régularisation
4
6593 Charges provisionnées sur stocks à 7.000
3911 Dépréciation des stocks de marchandises 7.000
Redressement stocks
5
1411 Subvention d’investissement à 4.000
8651 Reprises de subventions d’investissement 4.000
Redressement amortissement/ subvention
6
4161 Créances litigeuses à 45.000
4111 Clients 45.000
Constatation créances litigeuses
Dito
6594 Charges provisionnées sur créances à 9.000
4911 Dépréciation des créances litigieuses 9.000
Redressement créances
7
1921 Provisions garanties données aux clients à 5.000
7911 Reprises provisions risques et charges 5.000
Annulation provision
8
6051 Fournitures non stockables- eau 3.000
6052 Fournitures non stockables- électricité 4.000
4081 Fournisseurs factures non parvenues 7.000
Redressement
9
812 Valeur comptable des cessions immobilisa 100
2844 Amortissements matériels informatiques 400
2442 Matériels informatiques 500
Annulation valeur comptable

150
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

dito
4851 Créances sur cession d’immobilisation 2.000
822 Produits de cession d’immobilisation 2.000
Constatation prix de cession

b) Ecritures pour la détermination du résultat N

Note : il faut préalablement présenter l’extrait du Grand-livre pour bien


appréhender les montants dans les comptes de gestion.

D C D C
13.2 Marge brute à 223 000
6031 Variations de stocks marchandises 17 000
60.1 Achats marchandises 240 000
Pour soldes crédités
701 Ventes de marchandises à 860 000
132 Marge brute 860 000
Pour solde débité
13.2 Marge brute 637 000
13.3 Valeur ajoutée 637 000
Pour solde débité
13.3 Valeur ajoutée à 94 000
6051 Achats fournitures non stockables - eau 3 000
6052 « fournitures « stockables – électricité 4 000
6161 Transports des plis 21 000
6252 Primes d’assurances 40 000
6411 Impôts et taxes 6 000
6591 Charges provisionnées sur risques à CT 4 000
6593 Charges provisionnées sur stocks 7 000
6594 Charges provisionnées sur créances 9 000
Pour soldes crédités
13.3 Valeur ajoutée 543 000
13.4 Excédent Brut d’Exploitation 543 000
Pour solde débité
13.4 Excédent Brut d’Exploitation 450 000
6611 Appointements salaires et commissions 450 000
Pour solde crédité
13.4 Excédent Brut d’Exploitation 93 000
13.5 Résultat d’exploitation 93 000
Pour solde débité

151
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

D C D C
7911 Reprises provisions d’exploitation 5 000
13.5 Résultat d’exploitation 5 000
Pour solde débités
13.5 Résultat d’exploitation 37 450
6813 Dotations amorti d’exploitation 22 450
6911 Dotation aux prov d’exploitation 15 000
Pour solde des crédités
7761 Gains de changes 50 000
13.6 Résultat Financier 50 000
Pour solde débités
13.5 Résultat d’exploitation 60 550
13.6 Résultat financier 50 000
13.7 Résultat des AO 110 550
Pour solde des débités
82 2 Produits Cession immo 2 000
86 51 Reprises subvention d’investissement 4 000
13.8 RHAO 6 000
Pour solde des débités
13.8 RHAO 4 600
812 Valeur Comptable Cession d’immo 100
836 Abandons de créances 4 500
Pour solde des crédités
13.7 RAO 110 550
13.8 RHAO 1 400
13.1 Bénéfice 111 950
Pour solde des débités
89.1 Impôts sur le résultat 14 500
44.1 Etat, impôts sur les bénéfices 14 500
Impôt sur le bénéfice
13.1 Bénéfice 14 500
891 Impôts sur le résultat 14 500
Pour solde des crédités

152
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

c) Balance après inventaire au 31 décembre N

SOLDES D'OUVERTURE Mouvements SOLDES DE CLOTURE


CODE LIBELLES
Débiteurs Créditeurs Débiteurs Créditeurs Débiteurs Créditeurs
101 Capital 100 000 100 000
112 Réserves statutaires 5 000 5 000
131 Résultat net : bénéfice 14 500 111 950 97 450
132 Marge Brute 860 000 860 000
133 Valeur Ajoutée 637 000 637 000
134 Excédent Brut d'Exploitation 543 000 543 000
135 Résultat d'Exploitation 98 000 98 000
136 Résultat Financier 50 000 50 000
137 Résultat des AO 110 550 110 550
138 Résultat HAO 6 000 6 000
Subventions
1411 d'Investissement 20 000 4 000 16 000
1621 Emprunts BIAC 30 000 30 000
1911 Provisions pour litiges 15 000 15 000
1921 Provisions garanties données 5 000 5 000 0
2011 Frais de constitutions 24 500 24 500
2232 Terrain bâtiment GOMBE 20 000 20 000
2313 Bâtiment GOMBE 58 000 58 000
2442 Matériels informatiques 4 000 500 3 500
2451 Matériels automobiles 43 500 43 500
2752 Dépôts et cautionnements 40 000 40 000
2832 Amortis bâtiment GOMBE 6 050 6 050
2844 Amortis matériels info 400 400 0
2845 Amortis matériels auto 16 000 16 000
3111 Marchandises 35 000 5 000 40 000
3341 Fournitures de bureau 3 450 3 450
3911 Dép. stocks de marchandise 7 000 7 000
4011 Fournisseurs 78 000 78 000
4081 Fournis fact non parvenues 7 000 7 000
4091 Four avances et ac versés 17 500 17 500
4111 Clients 124 500 45 000 79 500
4161 Créances litigieuses 45 000 45 000
4191 Clients avances et aco reçus 42 000 42 000
4311 INSS 9 500 9 500
441 Etat impôts sur les bénéfices 14 500 14 500
4761 Charges constatées d'avance 8 000 8 000
4812 Fournisseurs d'investis 40 000 40 000
4851 Créances sur cession d'immo 2 000 2 000
4911 Dép. des créances litigieuses 9 000 9 000
4991 Risques provisionnés d'expl. 4 000 4 000
5211 BCDC 54 000 54 000
5212 BIAC 23 560 23 560
5711 Caisse CDF 23 990 23 990
153
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

5712 Caisse $us 10 000 10 000


6011 Achats marchandises 240 000 240 000
6031 Var° stocks marchandises 12 000 17 000 5 000
6051 Four non stockables - eau 3 000 3 000
6052 Fourni non stock - électr 4 000 4 000
6161 Transports des plis 21 000 21 000
6252 Primes d'assurances 48 000 48 000
6411 Impôts et taxes 6 000 6 000
6591 Charges prov / risques à CT 4 000 4 000
6593 Charges provi stocks 7 000 7 000
6594 Charges provision créances 9 000 9 000
6611 Appoint salaires et commis° 450 000 450 000
6813 Dot° aux amortissements 22 450 22 450
6911 Provision risques et charges 15 000 15 000
7011 Ventes marchandises 860 000 860 000
7761 Gains de change 50 000 50 000
7911 Reprise prov° sur ris et ch 5 000 5 000
812 VC des cessions 100 100
822 Produits de cession d'immo 2 000 2 000
836 Abandons de créances cons 4 500 4 500
8651 Repris subvention d'investis 4 000 4 000
891 Impôts sur le résultat 14 500 14 500
TOTAUX 1 273 950 1 273 950 3 383 050 3 383 050 496 500 496 500

154
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

d) Compte de résultat

exercice exercice
Réf. CHARGES N Réf. PRODUITS N
ACTIVITE D'EXPLOITATION ACTIVITE D'EXPLOITATION
RA Achats marchandises 601 240 000 TA Ventes marchandises 701 860 000
RB variation de stocks 6031 -17 000 TB MARGE BRUTE MARCH 637 000
TC Ventes produits fabriqué 702à704 0
RC Achats MP et four 602 0 TD Travaux, services vendus 705,706 0
RD variation de stocks 6032 0 TE Pro° stockée ou déstockage 73 0
TF Production immobilisée 72 0
RE Autres achats 604 à 608 7 000 TG MARGE BRUTE MATIERES 0
RH variation de stocks 6033 0 TH Produits accessoires 707 0
RI Transports 61 21 000 TI CHIF D'AFF (TA+TC+TD+TH) 860 000
RJ services extérieurs 62,63 40 000 TK Subvention d'exploitation 71 0
RK Impôts et taxes 64 6 000 TL Autres produits 75 0
RL Autres charges 65 20 000 TN VALEUR AJOUTEE 543 000

RP Charges de personnel 66 450 000 TQ EXCEDENT BRUT D'EXPL° 93 000


TS Reprises de provisions 791,798 5 000
RS Dotations amortis et prov 681,691 37 450 TT Transferts de charges 781 0
RW Total charges d'exploita° 804 450 TW Total produits d'expl° 865 000
TX RESULTAT D'EXPLOITATION 60 550
ACTIVITE FINANCIERE ACTIVITE FINANCIERE
SA Frais financiers 67 0 UA Revenus financiers 77 50 000
SC Pertes de change 676 0 UC Gains de change 776 0
SD Dotations amortis et pr 687,697 0 UD Reprises provisions et tr 797,787 0
SF Total charges financière 0 UF Total produits financiers 50 000
UG RESULTAT FINANCIER 50 000
SH Total charges AO 804 450 UH Total produits AO 915 000
UI RESULTAT DES AO 110 550
HORS ACTIVITES ORDINAIRES HORS ACTIVITES ORDINAIRES
SK VC des cessions immo 81 100 UK Produits de c° d'immo 82 2 000
SL Charges HAO 83 4 500 UL Produits HAO 84,88 0
SM Dotations HAO 85 0 UM Reprises HAO et transfert 86 4 000
SO Total charges HAO 4 600 UO Total produits HAO 6 000
UP RESULTAT HAO 1 400
SQ Participa° travailleurs 87 0
SR Impôts sur le résultat 89 14 500
SS Total participa° et impôts 14 500

ST TOTAL GENERAL CHARGES 823 550 UT TOTAL GENERAL PRODUITS 921 000
UZ RESULTAT NET 97 450

155
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

e) Bilan

EXERCICE N EXERCICE
Réf ACTIF BRUT AMORT/PROV NET Réf PASSIF N

ACTIF IMMOBILISE CAPITAUX PROPRES &


AA Charges immobilisées RESSOURCES ASSIMILEES
AX Frais d'établissement 201 24 500 0 24 500 CA Capital 10 100 000
AD Immo incorporelles CB Actionnaires, cap n a 109
AE Frais de rech & développe. 21 CC Primes et réserves
AI Immo corporelles CD Primes d'apport… 105
AJ Terrains 22 20 000 0 20 000 CE Ecarts de réévaluation 106
AK Bâtiments 23 58 000 6 050 51 950 CF Réserves indisponibles 11 5 000
AM Matériel 244 3 500 0 3 500 CI Résultat de l'exercice 13 97 450
AN Matériel de transport 245 43 500 16 000 27 500 CK Autres capitaux propres
AQ Immo financières CL Subventions d'investis 14 16 000
AR Titres de participation 26 0 0 0 CM Provi° réglementées & F 15 0
AS Autres immo financières 27 40 000 0 40 000 CP TOTAL CAPITAUX PROPRES(I) 218 450
AZ TOTAL ACTIF IMMOBILISE (I) 189 500 22 050 167 450 DETTES FIN & RESS ASSIMIL
DA Emprunts 16 30 000
DD Provisions financières 19 15 000
DF TOTAL DETTES FINANCIERES(II) 45 000
ACTIF CIRCULANT DG TOTAL RESSOURCES STABLES (I+II) 263 450
BA Actif circulant HAO 48sd 2 000 0 2 000 PASSIF CIRCULANT
BB Stocks DH Dettes circulantes HAO 48sc 40 000
BC Marchandises 31 40 000 7 000 33 000 DI Clients, avances reçues 41sc 42 000
BD MP et autres approvision 33 3 450 0 3 450 DJ Fournisseurs d'exploitation 40sc 85 000
BG Créances et emplois ass DK Dettes fiscales 44sc 14 500
BH Fsseurs, avances versées 40sd 17 500 0 17 500 DL Dettes sociales 43 9 500
BI Clients 41sd 124 500 9 000 115 500 DM Autres dettes
BJ Autres créances 47 8 000 0 8 000 DN Risques provisionnés 49… 4 000
BK TOTAL ACTIF CIRCULANT (II) 195 450 16 000 179 450 DP TOTAL PASSIF CIRCULANT (III) 195 000
TRESORERIE-ACTIF TRESORERIE-PASSIF
BQ Titres de placement 50 0 0 0 DQ Banques, crédit d'escompte 56… 0
BR valeurs à encaisser 51 0 0 0 DR Bques, crédits de trésorerie 56… 0
BS Banques, CCP, Caisse 111 550 0 111 550 DS Banques, découverts 52sc 0
BT TOTAL TRESORERIE-ACTIF(III) 111 550 0 111 550 DT TOTAL TRESORERIE-PASSIF(IV)
BU Ecart de conversion-Actif (IV) 478 0 0 0 DV Ecart de conversion-Passif (V) 479 0

BZ TOTAL GENERAL (I+II+III+IV) 496 500 38 050 458 450 DZ TOTAL GENERAL (I+II+III+IV+V) 458 450

156
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

CONCLUSION

Nous venons de voir que la comptabilité est un système d’organisation de


l’information financière permettant de saisir, classer, enregistrer les données de
base chiffrées et de présenter des états reflétant une image fidèle du patrimoine, de
la situation financière et du résultat de l’entité à la date de clôture.
La volonté de garantir la qualité, la clarté et l’homogénéité de l’information justifie
la mise en place de la normalisation comptable.

La comptabilité constitue un système d’information spécifique, qui traite une


information particulière : l’information financière (de l’information exprimée en
unités monétaires). Elle porte donc priorité sur des éléments quantifiables en
monnaie.
Un système d’information est un ensemble d’éléments (matériels, logiciels,
personnels) permettant d’acquérir, traiter, mémoriser, communiquer des
informations dans le but d’assister les êtres humains dans les fonctions d’exécution,
de gestion et de prise de décision.

Nous avons donc atteint l’objectif assigné à ce cours celui de permettre aux
Etudiants d’acquérir les techniques comptables et d’avoir une connaissance
suffisante des principes et des mécanismes comptables nécessaires pour une
profession comptable initiale.

157
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

BIBLIOGRAPHIE

1. COLASSE. B ; Comptabilité Générale (PCG, IAS/IFRS et Enron), 9é édition,


Economica, Paris, 518 pages.
2. Dansou GOVOEI. B ; Précis de comptabilité générale, droit et système comptable
OHADA, Espace OHADA, 2é édition, Abidjan, 2007, 863 pages.
3. Dobill. M ; Comptabilité OHADA, Tome 1 Comptabilité générale, AECC-
KARTHALA, France, 2012, 405 Pages.
4. ITOUA JP, Comptabilité générale, Travaux de fin d’exercice et états financiers
annuels, éditions techniques et professionnelles, 2012, 320 pages.
5. KINZONZI, M.N.K. ; Normalisation comptable internationale, systèmes
comptables comparés, gestion et développement ; éd. Collection Comptabilité,
finance et développement, Kinshasa, 1999.
6. MBUYAMBA KALOMBAYI. W, Ce qu’il faut savoir sur l’organisation d’un
service comptable, Edition Sphinx, Kinshasa, 2008, 248 pages.
7. MBUYAMBA KALOMBAYI W, Normes internationales COSO et évaluation du
contrôle interne des Entités Territoriales Décentralisées en RD Congo, cas de la commune de
NGALIEMA de 2003 à 2010, Mémoire de DEA, Université de Kinshasa (UNIKIN),
RDC.
8. MBUYAMBA KALOMBAYI. W, Contribution à l’amélioration de la qualité de
l’information financière des communes : approche comparative de la situation en
France, en Belgique et en RD Congo, thèse de doctorat en sciences de gestion,
UPN, Kinshasa, 2013, 368 pages.
9. MUSENGA TSHIMPANGILA Joseph, Comptabilité Générale de l’entreprise,
édition CRIGED, Kinshasa, 2005.

158
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

TABLE DE MATIERES

Introduction…………………………………………………………………………….. 1

I ERE PARTIE : ETUDE DES NOTIONS FONDAMENTALES………………….. 2

Chapitre 1er : L’entreprise et la Comptabilité………………………………………. 3


1.1 L’Entreprise………………………………………………………………………... 3
1.2 La comptabilité…………………………………………………………………… 3
1.3 La normalisation comptable……………………………………………………. 4

Chapitre 2 : Le Bilan………………………………………………………………… 9
2.1 Définition du Bilan………………………………………………………………. 9
2.2 Importance du Bilan……………………………………………………………. 11
2.3 Tableau de modification des postes du Bilan………………………………… 11

Chapitre 3 : Le Compte……………………………………………………………… 13
3.1 Introduction……………………………………………………………………… 13
3.2 Description et tracé de compte………………………………………………… 13
3.3 Fonctionnement ou jeu de comptes…………………………………………… 14
3.4 Plan de comptes………………………………………………………………… 16

Chapitre 4 : Le Journal……………………………………………………………… 17
4.1 Introduction……………………………………………………………………… 17
4.2 Tracé et contenu d’un journal…………………………………………………. 17
4.3 Cas pratiques…………………………………………………………………… 19

IIE PARTIE : ETUDE DES COMPTES DU BILAN…………………………… 20

Chapitre 5 : Les comptes du cycle de Financement……………………………. 21


5.1 Introduction…………………………………………………………………… 22
5.2 Présentation des comptes de la classe 1……………………………………. 22
5.3 Fonctionnement des comptes de la classe 1……………………………….. 23
5.4 Cas pratiques de la classe 1…………………………………………………. 29

Chapitre 6 : Les comptes du cycle d’Investissement………………………….. 30


6.1 Introduction…………………………………………………………………… 30
6.2 Présentation des comptes de l’actif immobilisé…………………………… 33
6.3 Evaluation des immobilisations……………………………………………. 34
6.4 Fonctionnement des comptes de l’actif immobilisé………………………. 36

159
Notes de cours de Comptabilité Générale Professeur William MBUYAMBA KALOMBAYI

Chapitre 7 : Les comptes du cycle d’Exploitation…………………………….. 50


7.1 Les comptes de stocks………………………………………………………… 50
7.2 Les comptes de tiers………………………………………………………….. 68

Chapitre 8 : Les comptes du cycle de Trésorerie………………………………. 95


8.1 Introduction…………………………………………………………………… 95
8.2 Présentation des comptes de la classe 5……………………………………. 95
8.3 Fonctionnement des comptes de la classe 5……………………………….. 96
8.4 Cas pratiques sur la classe 5………………………………………………… 101

IIIE PARTIE : ETUDE DES COMPTES DE GESTION……………………….. 102

Chapitre 9 : Les Charges et Produits des Activités Ordinaires……………….. 105


9.1 Charges des Activités Ordinaires……………………………………………. 105
9.2 Produits des Activités Ordinaires…………………………………………… 115

Chapitre 10 : Les autres Charges et autres Produits…………………………… 122


10.1 Introduction………………………………………………………………….. 122
10.2 Présentation des comptes de la classe 8…………………………………… 122
10.3 Fonctionnement des comptes de la classe 8………………………………. 124
10.4 Cas pratiques………………………………………………………………… 128

IVE PARTIE : TRAVAUX DE FIN D’EXERCICE COMPTABLE…………… 129

Chapitre 11 : Les Travaux de clôture des comptes…………………………….. 129

11.1 Introduction………………………………………………………………….. 129


11.2 Etapes à suivre……………………………………………………………….. 131
11.3 Détermination du résultat de l’exercice…………………………………… 145
11.4 Cas pratiques………………………………………………………………… 148

Conclusion………………………………………………………………………… 157

Bibliographie……………………………………………………………………… 158

Table de matières…………………………………………………………………. 159

160