Vous êtes sur la page 1sur 3

Fiche de cours 4ème économie

Limites et continuite

LIMITES
Soient P et Q deux fonctions polynôme de degré n et m et du monôme de plus haut degré anxn et bnxm
respectivement alors
P( x ) a xn P( x ) a xn
lim P ( x ) = lim an x n ; lim P ( x ) = lim an x n lim = lim n m ; lim = lim n m
x →+∞ x →+∞ x →−∞ x →−∞ x →+∞ Q( x ) x → +∞ b x x →−∞ Q( x ) x → −∞ b x
m m

2x 3 − 2x 4 + x − 1 − 2x 4
Exemple : lim = lim = lim − 2 x 2 = −∞
x →−∞ x 2 + 5x − 1 x →−∞ x2 x →−∞

Limites trigonométries
sin( x ) tan( x ) 1 − cos( x ) 1 1 − cos( x )
lim = 1 ; lim = 1 ; lim 2
= ; lim =0
x →0 x x →0 x x →0 x 2 x →0 x
sin( ax ) tan( ax ) 1 − cos( ax ) a 2 1 − cos( ax )
lim = a ; lim = 1 ; lim 2
= ; lim =0
x →0 x x →0 x x →0 x 2 x →0 x
1 − cos( x ) 1 − cos( x ) 1
1 − cos( x ) x ² x ² 1
Exemple : lim = lim = lim = 2 =
x →0 x . sin( x ) x →0 x . sin( x ) x →0 sin( x ) 1 2
x² x
Théorème d’encadrement
Soit f , g et h trois fonctions telles que :
 f ( x ) ≤ h( x ) ≤ g ( x ) pour x voi sin de x 0
Si  lim f = lim g = l (l ∈ R) alors lim h = l ( x0 fini on infini )
 x0 x0
x0

1 1 1


Exemple : lim+ x sin  . On a : − 1 ≤ sin  ≤ 1 alors pour tout x > 0 : − x ≤ x sin  ≤ x
x →0 x x x
 1 
 − x ≤ x . sin  ≤ x pour x voi sin de 0 1
Alors on a :  x alors lim x sin  =0
+
lim ( −x ) = lim x =0 x →0 x
 0+ 0+

Théorème de comparaison
Soit f et g deux fonctions telles que :
 f ( x ) ≥ g ( x ) pour x voi sin de x 0
Si  lim g = +∞ alors lim f = +∞
 x0 x0

 f ( x ) ≤ g ( x ) pour x voi sin de x 0


Si  lim g = −∞ alors lim f = −∞ ( x0 fini on infini )
 x0 x0

Exemple : Soit f(x) = x².(2+cos(x) ). Calculer lim f ( x )


x →+∞
On a : 2 + cosx ≥ 2 + -1 alors 2 + cosx ≥ 1 ainsi f(x) ≥ x²
 f ( x ) ≥ x 2 pour x voi sin de x 0
On a alors  alors lim f ( x ) = +∞
lim
 + ∞ x ² = +∞ x →+∞

Théorème ; fonction composé


Soit f et g deux fonctions telles que :
lim f = y et lim g = z alors lim g  f = z ( x0 , y et z finis ou infinis )
x0 y x0

 1 + π² x 
Exemple : lim   On peut écrire h = g  f avec f : x ֏ 1 + π² x et g ֏ x et h(x) =
1 + π² x
x →+∞ 4 x  4x 4x
 
1 + π² x π² x π² π²
On a : lim f ( x ) = lim = lim = lim =
x →+∞ x →+∞ 4x x →+∞ 4 x x →+∞ 4 4
π² π π
et lim g ( x ) = = alors lim h( x ) = .
π 4 2 x →+∞ 2
x→
2
Soit I un intervalle ouvert et x 0 ∈ I

Continuité à droites – Continuité à gauche.


*) f est continue en x 0 , si et seulement si f est continue à droite et à gauche en x 0 .

*) Soit f une fonction positive sur I.

Si f est continue en x 0 , alors f est continue en x 0 ,

Si f est continue à droite en x 0 , alors f est continue à droite x 0 .

Si f est continue à gauche en x 0 , alors f est continue à gauche x 0 .

Continuité sur un intervalle.


*)Une fonction définie sur un intervalle ]a , b[ est dite continue sur ]a , b[ si elle est continue en tout réel de ]a , b[ .
*)Une fonction définie sur un intervalle ]a ,b] est dite continue sur ]a ,b] si elle est continue ]a , b[ et continue à

gauche de b.
*) Une fonction définie sur un intervalle [a ,b[ est dite continue sur [a ,b[ si elle est continue ]a , b[ et continue à
droite de a.
*) Une fonction définie sur un intervalle [a ,b] est dite continue sur [a ,b] si elle est continue ]a , b[ et continue à

droite de a et à gauche de b.
Théorème
*)les fonctions polynômes sont continues sur R .
*)les fonctions rationnelles sont continues sur leur domaine de définition c’est à dire en tout point où le
dénominateur ne s’annule pas.
*)Si f est continue en x0 et g est continue en f(x0), alors g  f est continue en x0

Théorème de la valeur intermédiaire


Si f est une fonction continue sur un intervalle [a,b], alors pour tout réel c compris entre f (a) et f (b) , l’équation
f (x) = c admet aux moins une solution α∈ [a,b].
Corollaire 1 de TVI
Si f est continue sur I = [a,b] et telle que f(a) × f(b) < 0 alors il existe au moins un réel x0 ∈ ]a,b[ tel que f(x0) = 0 .
Et si de plus f est strictement monotone sur I alors il existe un unique réel x0 ∈ ]a,b[
tel que f(x0) = 0 .
Corollaire 2 de TVI
Si f est continue sur I = [a,b] et ne s’annule pas alors elle garde un signe constante sur I

Exemple : I=[1,2] et f(x) = x3 + x – 3


f est dérivable sur I et on a : f’(x) = 3x² +1 > 0
f(1)=-1 et f(2)=7
Alors on a : f est continue sur I , f(1) × f(2) < 0 et f est strictement croissante sur I
Alors il existe un unique réel x0 ∈ ]1,2[ tel que f(x0) = 0 .

2
Illustrations graphiques

f ( b) f ( b)
y=c y=c
c c

f ( a) f ( a)

O
a α b O
a α b
f est continue et strictement croissante sur f est continue et strictement décroissante sur
l’intervalle [ a ; b ]. l’intervalle [ a ; b ] .
L’équation f (x) = c admet une solution unique. L’équation f (x) = c admet une solution unique .

f ( b) f ( b)
y=c y=c
c c

f ( a) f ( a)

O a α1 α2 α3b O a b
f est continue mais n’est pas monotone sur
f n’est pas continue sur l’intervalle [ a ; b ] .
l’intervalle [ a ; b ] .
L’équation f (x) = c peut ne pas avoir de solutions.
L’équation f (x) = c peut avoir plusieurs solutions
Théorème :
Soit f une fonction strictement monotone sur un intervalle I. On a alors les propriétés suivantes :
(*) la fonction f est une bijection de I sur f(I)
(*)La fonction f -1 est une bijection de f(I) sur I et on a : (x ∈ I , y = f(x) ) ⇔ ( y ∈ f ( I ) , x = f -1 (y) )

(*)La fonction f -1 est strictement monotone sur f(I) et a la même sens de variations que f .
(*) Les courbes représentatives de f et f -1 , dans un repère orthonormé, sont symétriques par rapport à la
première bissectrice du repère (y = x)
Si est du plus f est continue sur I alors f -1 est continue sur f(I)
x +1
Exemple :Soit f(x) = .
2x + 1

 1 
Montrer que f réalise une bijection de I=  − ,+∞  sur un intervalle J qu l’on précisera.
 2 
Correction
Expliciter f -1 (x) pour tout x de J .
−1
On a ∀x ∈ I : f’(x) = < 0 alors f est strictement décroissante et continue sur I alors f réalise une
( 2 x − 1 )²
  1 
bijection de I sur J = f(I) =  lim f ( x ); lim + f ( x )  =  ,+∞ 
 x → +∞ x → (−0 ,5 )   2 
Pour tout x ∈ J : y = f (x) équivaut à x = f(y) et y ∈ I
-1

y +1 1−x
équivaut à x = et y ∈ I équivaut à : 2xy + x = y + 1 et y ∈ I équivaut à y = et y ∈ I
2y +1 2x − 1
1−x
alors pour tout x de J : f -1(x) =
2x − 1

Vous aimerez peut-être aussi