Vous êtes sur la page 1sur 3

en entreprise

40
41
Fiche d’identité
n Entreprise : Myral,
entreprise artisanale
et familiale créée en 1987.
n Localisation : Is-sur-Tille
(Côte-d’Or).
n Effectif : 30 personnes.
n Activité : fabrication
de panneaux d’isolation
par l’extérieur pour les
bâtiments tertiaires
(immeubles d’habitation,
bureaux…).

© Gaël Kerbaol/INRS
L’essentiel
n Sa ligne de production
arrivant en fin de vie, Nouvel Équipement

Un cahier des charges


l’entreprise Myral a décidé
de passer à une nouvelle
génération de machines.

optimisé
n Pour établir le cahier
des charges de sa nouvelle
ligne, l’entreprise s’est
entourée de différents
acteurs (Carsat, INRS,
Cetim) afin de définir L’entreprise Myral, qui fabrique des panneaux isolants,
au mieux ses besoins s’est équipée à la fin de l’année 2014 d’une nouvelle ligne
et surtout son utilisation.
de production. Le cahier des charges définissant les besoins
n Les aspects de sécurité
ont ainsi pu être largement
a intégré les aspects de sécurité et de prévention des risques,
intégrés dans la conception pour un résultat apportant satisfaction.
du nouvel outil de production.

D
ans quelques instants, d’avril 2015. D’une longueur de
un nouvel essai va 130 mètres, avec, à terme, une
débuter. La concen- capacité de production annuelle
tration se lit sur les de 500 000 m2 de panneaux, elle
visages des opéra- a été conçue spécialement pour
teurs, tous tournés vers le test qui répondre aux besoins de produc-
se prépare. L’entreprise Myral, tion de l’entreprise. Elle remplace
qui fabrique des panneaux d’iso- la précédente ligne qui datait de
lation par l’extérieur pour des 2000 et arrivait en fin de vie.
le chiffre immeubles de bureaux et d’habi- Les panneaux isolants sont
tation, met en œuvre sa nouvelle constitués de deux tôles d’alumi-

6 à 12 ligne de production. Livrée en


novembre 2014 à l’usine d’Is-sur-
nium entre lesquelles est coulée
une mousse de polyuréthane.
mètres/minute, Tille, en Côte-d’Or, cette nouvelle L’ensemble passe dans un confor-
ligne continue de production de mateur à 80 °C pour être stabilisé,
c’est la vitesse panneaux isolants – des pan- puis dans le prolongement immé-
d’avancement neaux sandwichs – fait l’objet de diat a lieu la découpe. Outre les
de la ligne selon multiples réglages avant sa mise panneaux, cette nouvelle ligne
les produits. Céline Ravallec en service prévue pour ce mois permet de produire les renforts

travail & sécurité – n° 760 – avril 2015


en entreprise

isolants, auparavant fabriqués Deux questions à…


en externe. Ces renforts d’isola-
tion – qui sont positionnés entre Bruno Daille-Lefèvre,
responsable d’études au laboratoire Ingénierie de conception des systèmes sûrs à l’INRS
un mur extérieur et les panneaux
isolants proprement dits – sont Travail & Sécurité. Comment avez-vous pris conscience des manques
fabriqués sur le même principe. dans le contenu des cahiers des charges des entreprises ?
Ils comportent des feuilles en alu- Nous avons constaté que la sécurité n’était pas suffisamment prise en compte dans
minium, les pare-vapeur, entre les cahiers des charges élaborés par les entreprises en vue de l’acquisition ou de la conception
lesquelles est coulée une mousse d’une nouvelle machine. Leurs besoins notamment n’étaient pas assez bien décrits.
isolante. C’est sur la production Les aspects santé-sécurité se résumaient à des phrases stéréotypées du type « doit respecter
de ces éléments que porte l’essai le Code du travail… », « doit être conforme à la réglementation et aux normes en vigueur… »,
du jour. « doit respecter les principes ergonomiques… ». Or, pour concevoir une machine sûre
« L’acquisition de ce nouvel outil qui réponde aux fonctions techniques demandées, le concepteur a également besoin
de production a été motivée par de connaître les usages attendus par les différents métiers concernés : production,
trois objectifs  : augmenter la maintenance… C’est pourquoi nous nous sommes lancés dans une étude conjointe
capacité de production, déve- avec le Cetim sur cette question à partir de 2011, pour aboutir au développement
lopper une nouvelle mousse de d’une démarche basée sur la méthode de l’analyse fonctionnelle du besoin.
polyuréthane plus écologique, Quel est le principe de cette analyse fonctionnelle ?
augmenter la qualité des pro- Elle consiste à faciliter la description d’une future machine en la découpant en différents
duits », explique Sylvain Bonnot, segments, appelés fonctions. Pour chaque fonction identifiée, il faut répondre à six questions
le président de Myral. Elle intègre décrivant son utilisation :
également un certain nombre de • pourquoi cette fonction (ou cette intervention) ? Le noter remet éventuellement en cause
points ayant permis de soulager le besoin lors de la négociation entre « client » et « fournisseur » ;
les salariés aux différents postes • sur quoi agit cette fonction ? Cela précise le produit, le processus, la partie de machine
de travail et de rendre les inter- concernée, en indiquant son état, sa quantité… ;
ventions moins contraignantes et • qui intervient pour réaliser cette fonction ? Cela définit quel(s) opérateur(s) va/vont intervenir ;
plus sûres. « Sur l’ancienne ligne, • comment se déroule la fonction, l’intervention ? Cela questionne ici le mode opératoire,
à toutes les étapes de production, le procédé, ainsi que les moyens, les outillages nécessaires ou proscrits, les contrôles qualité ;
les opérateurs devaient mettre • où a lieu la fonction ? L’environnement de la machine, la zone dans laquelle elle évolue doivent
leurs mains, il y avait des risques être précisés ;
permanents, décrit-il. Avec la • quand se déroule la fonction ? À quelle étape, à quelle fréquence elle se produit.
nouvelle ligne, il y a toujours la Ainsi, la description des usages attendus n’est pas simplement juxtaposée aux fonctions
mise en route à faire, mais ensuite techniques sous la forme de paragraphes séparés. Elle est incluse dans la description
tout est automatisé. Les fonctions de chaque fonction du futur équipement de travail. La parution d’une brochure INRS détaillant
consistent désormais essentiel- ces grands principes est prévue pour la fin d’année 2015.
lement à faire du pilotage et du
contrôle. Le métier change. »
nécessiterait moins de temps est en train de procéder en pré-
Analyse fonctionnelle de réglages, mais c’est une très sence du constructeur nous y
du besoin grosse machine », reconnaît-il. aident. » Avec ce nouvel outil de
On est ici en présence de «  C’est important d’apprendre à production, l’entreprise passe
machines spéciales qui ont la connaître, explique Zied Bou- de l’artisanat à l’industrie. Cette
fait l’objet de demandes spé- gatef, un conducteur de ligne. ligne est l’unique outil de pro-
cifiques. « On pensait que cela Tous les réglages auxquels on duction de Myral. « Le projet de
nouvelle ligne représentait donc
Phase de réglage un enjeu industriel et finan-
du conformateur, zone cier certain pour l’entreprise »,
où est figée la mousse
explique Bruno Daille-Lefèvre,
de polyuréthane.
Cette machine a été responsable d’études à l’INRS.
encoffrée pour limiter Renato Krizmanic, ingénieur-
les émissions conseil à la Carsat Bourgogne-
de chaleur, de bruit Franche-Comté, qui a eu
et de poussières
dans l’environnement connaissance du projet, a initié
de travail. un rapprochement entre l’entre-
prise et différents acteurs de la
prévention : Carsat Bourgogne-
Franche-Comté, INRS, Centre
technique des industries méca-
niques (Cetim). « Le cahier des
© Gaël Kerbaol/INRS

charges initial était relativement


succinct », relate-t-il. « Dans le
cadre de l’accompagnement,
nous avons d’abord orienté l’en-
treprise vers la méthode d’ana-

travail & sécurité – n° 760 – avril 2015


en entreprise
42
lyse fonctionnelle du besoin pour industrielle complète, la sécurité 
identifier les fonctions techniques découle naturellement du reste. »
n Une nouvelle génération
souhaitées, souligne Bruno
de machines
Daille-Lefèvre. Puis, afin d’aller Un interlocuteur unique
au-delà des spécifications tech- La ligne intègre ainsi diverses En 2014, Myral s’est équipée
niques en prenant en compte les nouveautés simplifiant les opéra- d’une ligne d’extrusion
usages réellement attendus par tions et améliorant les conditions lui permettant de produire
les différents métiers concernés, de travail. Par exemple, l’entre- en interne les profils en PVC
entrant dans la constitution
chaque fonction a été caractéri- prise propose plusieurs couleurs
des panneaux isolants. « Cela
sée en répondant à six questions d’aluminium pour recouvrir ses
nous procure un gain de qualité
simples : pourquoi ?, quoi ?, qui ?, panneaux. Au démarrage de la
car les profils répondent à
ligne, deux supports pour les rou-
nos besoins et à nos attentes,
leaux d’aluminium permettent
souligne Djemaï Djouadria,
d’avoir à disposition deux cou-
responsable de production,
leurs. Le changement d’une
Avec ce nouvel outil de couleur pour une autre lors d’un
plus que ce que pouvaient faire

production, l’entreprise changement de série peut ainsi


nos fournisseurs auparavant.
Nous sommes désormais
passe de l’artisanat se faire sans avoir à interrompre
la ligne. Sur l’ancienne installa-
autosuffisants sur le sujet,
à l’industrie. tion, à chaque nouvelle produc-
et sans dépendance vis-à-vis
d’entreprises extérieures. »
tion, il fallait forcément l’arrêter
Outre les avancées amenées
pour remplacer la bobine, puis par cette nouvelle génération
la redémarrer. De la même façon, de machines, l’aménagement
comment ?, quand ?, où ?. » les produits proposés peuvent de cette ligne d’extrusion a fait
«  L’intervention du Cetim nous présenter différents profils : lisse, l’objet d’un chantier 5S pour
a également apporté beau- imitation crépis, imitation bois… que les opérateurs évoluent
coup, estime Sylvain Bonnot. Pour obtenir ce rendu, la feuille dans un environnement de travail
Ils cherchaient une entreprise d’aluminium passe entre deux propre et ordonné. Sa conception
prête à participer à leur étude Myral s’est dotée, rouleaux qui la pressent pour a procuré à Myral une première
sur la rédaction des cahiers des il y a un an, d’une lui donner son aspect final. Afin expérience en matière de prise
charges. Nous étions en phase de ligne d’extrusion. de ne plus avoir à démonter et en compte des risques sur
réflexion sur le projet de nouvelle Son aménagement remonter les rouleaux en fonc-
a permis une un tel projet. À terme,
ligne, ça s’est donc fait naturelle- réorganisation
tion de la commande, les paires une seconde ligne d’extrusion
ment. On s’est vite rendu compte et une optimisation de rouleaux sont installées en verra le jour dans l’atelier.
que dès que l’on réalise une étude de l’espace de travail. série sur la ligne. Seuls ceux

nécessaires pour un profil donné


sont activés pour répondre à la
demande. En bout de chaîne, là
où sont chauffés puis découpés
les panneaux, la ligne est encof-
frée, ce qui limite les émissions
de chaleur, de bruit et de pous-
sières dans l’environnement de
travail.
«  Pour l’ancienne ligne, nous
avions fait appel à six fabricants
à l’époque, relate le responsable
de l’entreprise. Cette fois-ci, nous
avons choisi de n’avoir qu’un
seul prestataire, une entreprise
italienne, qui elle-même a coor-
donné différentes entreprises.
Avoir un interlocuteur unique est
beaucoup plus constructif. » Il
reste un poste encore sollicitant
physiquement en bout de ligne,
le tranfert des panneaux vers la
zone de stockage. Les opérations
© Gaël Kerbaol/INRS

s’y font toujours essentiellement


manuellement. L’aspect logis-
tique de ce poste sera traité ulté-
rieurement, en s’orientant vers
davantage de robotique. n

travail & sécurité – n° 760 – avril 2015