Vous êtes sur la page 1sur 33

€gypte antique 1

€gypte antique
L'€gypte antique est une ancienne civilisation d'Afrique du Nord-Est
concentr•e le long du cours inf•rieur du Nil, dans ce qui constitue
aujourd'hui l'€gypte.
Cette civilisation de l'€gypte antique prend forme autour de 3150 av.
J.-C.[1] avec l'unification politique de la Haute et de la Basse-€gypte
sous le r‚gne du premier roi et se d•veloppe sur plus de trois
mill•naires[2] . Son histoire est parsem•e d'une s•rie de p•riodes stables
politiquement, entrecoup•es de plusieurs p•riodes interm•diaires, plus
troubl•es. L'€gypte antique atteint son apog•e sous le Nouvel Empire
Le Sphinx de Gizeh et la pyramide de Kh•phren.
puis entre dans une p•riode de lent d•clin. Le pays subit les assauts
r•p•t•s de puissances •trang‚res dans cette p•riode tardive et le r‚gne
des pharaons prend officiellement fin en 31 av. J.-C. lorsque l'Empire
romain conquiert l'€gypte pour en faire une province[3] .

Le succ‚s de la civilisation •gyptienne antique d•coule en partie de sa


capacit• ƒ s'adapter aux conditions de la vall•e du Nil. L'inondation
pr•visible du fleuve et le contr„le de l'irrigation de la vall•e produit des
r•coltes exc•dentaires qui alimentent le d•veloppement social et
culturel du pays. Ce surplus agricole donne ƒ l'administration les
moyens de financer l'exploitation mini‚re de la vall•e et des r•gions
voisines du d•sert. Le d•veloppement rapide d'un syst‚me d'•criture Temple de Rams‚s II ƒ Abou Simbel
ind•pendant, l'organisation de constructions collectives et de projets
agricoles, les relations commerciales avec les pays voisins et une
arm•e solide permettent ƒ l'€gypte d'affirmer sa domination sur la
r•gion. Toutes ces activit•s sont organis•es par une bureaucratie de
Hi•roglyphes li•s aux constructions
scribes, de dirigeants religieux et d'administrateurs sous le contr„le du
pharaon qui assure l'unit• du peuple •gyptien dans le cadre d'un
syst‚me complexe de croyances religieuses[4] ,[5] .

Les nombreuses r•alisations des €gyptiens de l'Antiquit• comprennent l'extraction mini‚re, l'arpentage et les
techniques de construction qui facilitent la construction de pyramides monumentales, de temples et d'ob•lisques. On
compte •galement ƒ leur cr•dit le d•veloppement des math•matiques, de la m•decine, de l'irrigation et de la
production agricole, la construction des premiers navires connus, la fa…ence •gyptienne, de nouvelles formes de
litt•rature et l'•tablissement du plus ancien trait• de paix[6] . Du rassemblement des tribus primitives qui cr•ent le
premier royaume pharaonique jusqu'ƒ sa disparition peu avant notre ‚re, l'€gypte antique est le th•†tre d'•v‚nements
majeurs qui influencent assur•ment la culture et l'imaginaire des peuples lui ayant succ•d•. Son art et son
architecture sont largement copi•s et ses antiquit•s sont diss•min•es aux quatre coins du monde. Un regain d'int•r‡t
pour la p•riode antique au d•but de l'•poque moderne conduit ƒ de nombreuses investigations scientifiques de la
civilisation •gyptienne, notamment par des fouilles, et ƒ une meilleure appr•ciation de son h•ritage culturel, pour
l'€gypte et le monde[7] .
€gypte antique 2

Histoire
Les trois mille ans d'histoire de l'€gypte antique semblent receler
autant de changements que de constantes. Les p•riodes fastes alternent
r•guli‚rement avec des p•riodes d'instabilit• plus ou moins prononc•es.
Au fil du temps, la vie de l'€tat pharaonique paraˆt toutefois devenir
plus chaotique. Aux cinq si‚cles de prosp•rit• du Nouvel Empire
succ‚dent sept si‚cles de troubles. Changements de maˆtres et
changements de fronti‚res s'enchaˆnent jusqu'ƒ l'av‚nement de la Pax
Romana.

Pourtant, le caract‚re le plus remarquable de l'€gypte ancienne est sa


prodigieuse continuit•. Car au-delƒ des mutations territoriales et des
bouleversements politiques, cette civilisation a perdur• pendant plus de
trois mill•naires, fait unique dans l'Histoire. Depuis leur mise en place
aux d•buts de l€histoire •crite jusqu'ƒ leur bannissement au triomphe du
christianisme, les grands principes de la culture •gyptienne se sont
maintenus et pr•serv•s. Durant cette p•riode, le mode de vie au bord
du fleuve Nil a tr‚s peu •volu•, toujours rythm• par la crue, les imp„ts
et les dieux.

Selon l'historien grec H•rodote, ‰ l'€gypte est un don du Nil Š. Il avait


observ• ƒ juste titre que le fleuve est indissociable de l'identit•
•gyptienne antique, car sans lui l'€gypte n€existerait pas. Il •tait donc
tout naturel que les habitants de la ‰ Terre noire Š en fassent un dieu
important de leur panth•on. D€autant plus important que ce dieu
Principaux sites de l'€gypte antique
pouvait se montrer capricieux : une mauvaise crue et les r•coltes
•taient perdues, entraˆnant la famine. Avant la construction du barrage
d'Assouan, les paysans ont toujours v•cu dans cette crainte.

Afin de pallier cette •ventualit•, une administration comp•tente s€est mise en place d‚s les origines. Les surplus de
grains •taient pr•lev•s par l€imp„t et stock•s en pr•vision d€ann•es moins favorables o‹ le besoin se ferait sentir. Une
arm•e de scribes et d€intendants s€occupait scrupuleusement du recouvrement. Ce corps de fonctionnaires a constitu•
de tous temps le principal pilier du pouvoir royal, le socle de la richesse et de la puissance du pays jusqu€aux d•buts
de l€industrialisation.
Au sommet de la hi•rarchie, dirigeant l€ensemble, coordonnant les services, une seule autorit• : Pharaon. Le roi tire
directement son pouvoir des dieux. Il est ƒ la fois leur descendant et premier serviteur, donc ne saurait ‡tre mis en
doute. L€institution pharaonique est surtout le symbole de l€unit• nationale et une condition essentielle de la stabilit•
du pays (donc de son exploitation). Les envahisseurs successifs ne s€y sont pas tromp•s et ont constamment pris soin
de sacrifier ƒ la coutume. En se faisant couronner pharaons ils garantissaient la continuit• de l€€tat tout en gagnant
une certaine l•gitimit• aupr‚s du peuple.
Car le destin de celui qui occupe la fonction royale est intimement li• ƒ celui de l€€gypte elle-m‡me. Chaque
affaiblissement du pouvoir central est potentiellement porteur de crise, alors que chaque fois qu€un homme fort
occupe le tr„ne, la paix du royaume est assur•e. Ceci pourrait expliquer la facilit• avec laquelle les €gyptiens ont
accept• des rois •trangers, pourvu qu€ils respectent les traditions ancestrales.
Le syst‚me a prouv• sa force plus de temps que n•cessaire. Les si‚cles ont finalement r•v•l• ses limites et ses
faiblesses. Sa trop lente •volution et son incapacit• ƒ s€adapter ƒ un environnement en mutation l€ont conduit ƒ se
faire supplanter et dominer par ses voisins. Il lui fallut attendre de nombreux si‚cles pour briller ƒ nouveau d€un •clat
r•el mais diff•rent, celui du monde arabe.
€gypte antique 3

P•riode pr•dynastique
Dans la p•riode pr•dynastique, le climat •gyptien est beaucoup moins
aride qu'il ne l'est aujourd'hui. De vastes r•gions de l'€gypte sont
recouvertes de savane arbor•e et travers•e par des troupeaux d'ongul•s.
Les feuillages et la faune y sont alors beaucoup plus prolifiques et la
r•gion du Nil abrite d'importantes populations de gibiers d'eau. La
chasse est une activit• commune pour les €gyptiens et c'est aussi ƒ
cette p•riode que de nombreux animaux sont domestiqu•s pour la
premi‚re fois[8] .

Vers -5500, de petites tribus vivant dans la vall•e du Nil d•veloppent


leur propre culture identifiable par leurs poteries et des objets
personnels, tels que des peignes, des bracelets et des perles et
d•montrant d'importantes connaissances en agriculture et en •levage.
En Haute €gypte, la plus importante de ces cultures primales est la
culture de Badari, connue pour ses c•ramiques de haute qualit•, ses Un vase repr•sentant des gazelles, typique de la
[9] p•riode Nagada II.
outils en pierre et son utilisation du cuivre . Dans le nord de l'€gypte,
[10]
les cultures amratienne et gerzienne succ‚dent ƒ la culture badari .
Celles-ci d•veloppent un certain nombre d'am•liorations technologiques et des contacts avec les peuples de Canaan
et de la cit• portuaire de Byblos[11] .

Dans le sud de l'€gypte, la culture Nagada, semblable ƒ celle des Badari, commence ƒ s'•tendre le long du Nil ƒ
partir du quatri‚me mill•naire avant notre ‚re environ. D‚s la p•riode de Nagada I, les €gyptiens pr•dynastiques
importent de l'obsidienne d'€thiopie pour faŒonner leurs lames et d'autres objets ƒ partir d'•clats[12] ,[13] . Sur une
p•riode d'environ 1000 ans, la culture Naqada se d•veloppe ƒ partir de quelques petites communaut•s agricoles
jusqu'ƒ devenir une puissante civilisation o‹ les dirigeants ont un contr„le total sur la population et les ressources de
la vall•e du Nil[14] . Le centre du pouvoir s'•tablit en premier lieu ƒ Hi•rakonpolis, puis plus tard ƒ Abydos,
•largissant ainsi son contr„le de l'€gypte vers le nord[15] . Ils •tablissent de nombreux •changes commerciaux avec la
Nubie au sud, les oasis du d•sert occidental ƒ l'ouest et les cultures de la M•diterran•e orientale ƒ l'est[15] .
La culture Nagada fabrique une gamme tr‚s diversifi•e de biens mat•riels, tels que de la c•ramique peinte, des vases
en pierre de grande qualit•, des palettes de maquillage, ainsi que des bijoux en or, en lapis-lazuli et en ivoire,
refl•tant la mont•e en puissance et la richesse de l'•lite[16] . Ils mettent •galement au point un •mail c•ramique
connue sous le nom de fa…ence qui est utilis• jusque dans l'•poque romaine pour d•corer des tasses, des amulettes et
des figurines. • la fin de la p•riode pr•dynastique, la culture Nagada commence ƒ utiliser des symboles •crits qui
vont •voluer jusqu'ƒ devenir par la suite le syst‚me hi•roglyphique complet utilis• pour l'•criture pendant l'€gypte
antique[17] .
€gypte antique 4

P•riode thinite
D'apr‚s les •crits du pr‡tre •gyptien Man•thon, datant du IIIeŽsi‚cle
avant notre ‚re, la lign•e des pharaons de l'€gypte antique se divise
suivant trente dynasties successives ƒ partir du pharaon M•n‚s[18] . Le
roi Meni (ou M€n•s en grec) est suppos• avoir proc•d• ƒ l'unification
des deux royaumes de Haute et Basse-€gypte vers -3200[19] . En
r•alit•, la transition vers un €tat unifi• se d•roule certainement de
mani‚re plus progressive que ce que les anciens •crivains •gyptiens
voudraient faire croire, m‡me s'il ne subsiste aucune trace datant de
l'•poque de M•n‚s. N•anmoins, certains chercheurs croient maintenant
que le mythique M•n‚s pourrait en r•alit• ‡tre le pharaon Narmer.
Celui-ci est repr•sent• en costume de c•r•monie royale sur la palette de
Narmer dans un acte symbolique d'unification[20] ,[21] .

Au d•but de la p•riode thinite, vers -3150, les premiers pharaons


dynastiques consolident leur contr„le sur la Basse-€gypte en
•tablissant leur capitale ƒ Memphis, ƒ partir de laquelle ils peuvent
La palette de Narmer repr•sente l'unification des
contr„ler la main d'•uvre et l'agriculture de la r•gion fertile du delta, deux royaumes d'€gypte.
ainsi que les routes commerciales vers le Levant qui sont tout autant
strat•giques que lucratives. La richesse et le pouvoir grandissant des pharaons au cours de la p•riode thinite se
refl‚tent dans leur mastaba ouvrag• et la pr•sence de structures de culte fun•raire ƒ Abydos qui servent ƒ c•l•brer le
pharaon divinis• apr‚s sa mort[22] . L'institution forte de la royaut• d•velopp•e par les pharaons servent ƒ l•gitimer le
contr„le de l'€tat sur la terre, le travail et les ressources qui sont indispensables ƒ la survie et ƒ la croissance de la
civilisation •gyptienne antique[23] .

Ancien Empire
D'importantes avanc•es sont faites en architecture, en art et en
technologie au cours de l'Ancien Empire gr†ce aux gains de
productivit• agricole g•r•e par une administration centrale bien
d•velopp•e[24] . Sous la direction du vizir, des fonctionnaires collectent
les imp„ts, coordonnent des projets d'irrigation pour am•liorer le
rendement des cultures, d•tachent des paysans sur des projets de
construction et •tablissent un syst‚me de justice pour maintenir la paix
et l'ordre[25] . Avec l'exc•dent de ressources mises ƒ disposition par une
Les pyramides de Gizeh.
•conomie productive et stable, l'€tat est en mesure de financer la
construction de monuments colossaux et de commander des •uvres
d'art exceptionnelles aux ateliers royaux. Les pyramides construites par Dj•ser, Kh•ops et leurs descendants sont les
symboles les plus m•morables de la civilisation •gyptienne antique et du pouvoir que d•tiennent les pharaons.

Avec la mont•e en puissance de l'administration centrale •merge une nouvelle classe compos•e de scribes instruits et
de fonctionnaires ƒ qui le pharaon accorde des propri•t•s en guise de paiement pour leurs services. Les pharaons
accordent •galement des terres pour leur culte mortuaire et les temples afin de s'assurer que ces institutions disposent
de suffisamment de ressources pour assurer le culte du pharaon apr‚s sa mort. • la fin de l'Ancien Empire, cinq
si‚cles de ces pratiques f•odales ont lentement •rod• le pouvoir •conomique du pharaon qui ne peut plus se
permettre de soutenir une vaste administration centralis•e[26] . Au fur et ƒ mesure que le pouvoir du pharaon d•croit,
les gouverneurs r•gionaux, appel•s nomarques, commencent ƒ d•fier la supr•matie du pharaon. Cette situation,
combin•e avec des s•cheresses s•v‚res entre -2200 et -2150[27] , cause finalement l'entr•e du pays dans une p•riode
€gypte antique 5

de 140 ans domin•e par la famine et des troubles, connue comme la premi‚re p•riode interm•diaire[28] .

Premi‚re p•riode interm•diaire


Apr‚s l'effondrement de l'administration centrale •gyptienne ƒ la fin de l'Ancien Empire, l'administration ne peut
plus soutenir ou stabiliser l'•conomie du pays. En temps de crise, les gouverneurs des r•gions ne peuvent pas
compter sur l'aide du roi et les p•nuries alimentaires qui en d•coulent se transforment alors en famines et les
diff•rends politiques d•g•n‚rent en petites guerres civiles. Pourtant, en d•pit des difficult•s, les dirigeants locaux qui
ne doivent aucun tribut au pharaon usent de leur ind•pendance nouvellement acquise pour •tablir une culture
florissante dans les provinces. Comme celles-ci contr„lent leurs propres ressources, les provinces s'enrichissent,
comme en t•moignent les s•pultures plus vastes et de meilleure qualit• dans toutes les classes sociales[29] . Dans un
•lan de cr•ativit•, les artisans provinciaux adoptent et adaptent les motifs culturels autrefois r•serv•s ƒ la royaut• de
l'Ancien Empire. Dans le m‡me temps, les scribes d•veloppent des styles litt•raires exprimant l'optimisme et
l'originalit• de l'•poque[30] .
Lib•r•s de leur loyaut• envers le pharaon, les dirigeants locaux commencent ƒ rivaliser pour le contr„le du territoire
et du pouvoir. En -2160, les dirigeants d'H•rakl•opolis contr„lent la Basse-€gypte, tandis qu'un clan rival bas• ƒ
Th‚bes, la famille Antef, prend le contr„le de la Haute-€gypte. • mesure que la puissance des Antef grandit, leur
contr„le s'•tend de plus en plus vers le nord, jusqu'ƒ ce qu'un affrontement entre les deux dynasties rivales devienne
in•vitable. Autour de -2055, les forces th•baines sous le r‚gne de Nebhepetr‡ Montouhotep II d•font finalement les
dirigeants h•rakl•opolitains, r•unissant ƒ nouveau les deux royaumes et inaugurant ainsi une p•riode de renaissance
•conomique et culturelle appel•e le Moyen Empire[31] .

Moyen Empire
Les pharaons du Moyen Empire restaurent la prosp•rit• et la stabilit•
du pays, stimulant ainsi une r•surgence de l'art, de la litt•rature et des
projets de construction monumentale[32] . Montouhotep II et ses
successeurs de la XIe dynastie r‚gnent sur Th‚bes jusqu'ƒ ce que le
vizir Amenemhat d•place la capitale ƒ Licht (oasis du Fayoum) juste
apr‚s son couronnement autour de -1985[33] ,[34] . • partir de la ville de
Licht, les pharaons de la XIIe dynastie entreprennent un vaste projet de
remise en •tat et d'irrigation des terres pour augmenter la production
agricole dans la r•gion. En outre, l'arm•e reconquiert la Nubie, r•gion
riche en carri‚res et en mines d'or, tandis que les ouvriers construisent
une structure d•fensive dans l'est du delta, appel•e les ‰ Murs du Prince
Š, pour se d•fendre contre une attaque •trang‚re[35] .
Buste d'Amenemhat III, dernier pharaon du
Avec la stabilisation du pouvoir politique et militaire, et l'opulence Moyen Empire.
g•n•r•e par l'exploitation des terres agricoles et des mines, la
population du pays croˆt en m‡me temps que les arts et la religion. Contrairement au comportement •litiste de
l'Ancien Empire envers les dieux, le Moyen Empire connait une recrudescence de la pi•t• (que l'on pourrait qualifier
aujourd'hui de d•mocratisation) pour l'au-delƒ, dans lequel l'†me de tout homme est accueillie apr‚s la mort parmi les
dieux[36] . De nouveaux sommets de perfection technique sont atteints au Moyen Empire ƒ travers la litt•rature qui
traite de sujets et de personnages sophistiqu•s avec un style •loquent[30] et la sculpture de reliefs qui saisissent les
moindres d•tails de chaque chose[37] .

Le dernier grand souverain du Moyen Empire, Amenemhat III, permet aux colons asiatiques de s'installer dans la
r•gion du delta pour fournir de la main d'•uvre suffisante pour ses campagnes particuli‚rement ambitieuses. Ses
campagnes d'extraction mini‚re et de construction, combin•es avec les crues du Nil plus tard dans son r‚gne, mettent
€gypte antique 6

ƒ rude •preuve l'•conomie et pr•cipitent le pays dans un lent d•clin lors de la deuxi‚me p•riode interm•diaire. Au
cours de ce d•clin, correspondant aux XIIIe et XIVe dynasties, les colons asiatiques prennent peu ƒ peu le contr„le de
la r•gion du delta pour finalement monter sur le tr„ne d'€gypte, sous le nom d'Hyks„s[38] .

Deuxi‚me p•riode interm•diaire


Vers -1650, au fur et ƒ mesure que le pouvoir des pharaons du Moyen Empire s'affaiblit, les immigrants asiatiques
vivant dans la ville d'Avaris, dans le delta oriental, prennent le contr„le de la r•gion et contraignent le gouvernement
central ƒ se retirer ƒ Th‚bes, o‹ le pharaon est trait• comme un vassal qui doit rendre hommage[39] . Les Hyks„s
(litt•ralement, les ‰ souverains •trangers Š) imitent le mod‚le de gouvernement •gyptien et se d•signent eux-m‡mes
comme des pharaons, int•grant ainsi les •l•ments •gyptiens dans leur culture correspondant au milieu de l'†ge du
bronze[40] .
Apr‚s leur repli, les rois de Th‚bes se retrouvent pris au pi‚ge entre les Hyks„s au nord et leurs alli•s nubiens, les
Koushites, au sud. Apr‚s une centaine d'ann•es d'inaction, les forces th•baines se rassemblent vers -1555 et
contestent le pouvoir des Hyks„s dans un conflit qui s'•tend sur plus de trente ans[39] . Les pharaons S•q•nenr‡ Ta†
II et Kamos• r•ussissent finalement ƒ vaincre les Nubiens, mais ce n'est que le successeur de Kamos•, Ahm„sis Ier,
qui m‚ne avec succ‚s une s•rie de campagnes qui lib‚re d•finitivement l'€gypte de la pr•sence des Hyks„s. L'arm•e
devient ainsi une priorit• pour les pharaons du Nouvel Empire qui suit afin d'assurer l'extension des fronti‚res et sa
domination compl‚te sur le Proche-Orient[41] .

Nouvel Empire
Les pharaons du Nouvel Empire instaurent une p•riode de prosp•rit•
sans pr•c•dent en s•curisant leurs fronti‚res et en renforŒant les liens
diplomatiques avec leurs voisins. Les campagnes militaires men•es
sous Thoutm„sis Ier et son petit-fils, Thoutm„sis III, •tendent
l'influence des pharaons en Syrie et en Nubie. Elles renforcent
•galement les loyaut•s et ouvrent l'acc‚s aux importations essentielles
telles que le bronze et le bois[42] . Les pharaons du Nouvel Empire
commencent une campagne de grande envergure pour promouvoir le
dieu Amon dont le culte est bas• ƒ Karnak. Ils construisent •galement
des monuments ƒ la gloire de leurs propres r•alisations, tant r•elles
qu'imaginaires. La pharaonne Hatchepsout utilise ce type de
propagande pour l•gitimer ses pr•tentions au tr„ne[43] . Son r‚gne a •t•
marqu• par le succ‚s de ses exp•ditions commerciales vers Pount, un
temple mortuaire •l•gant, une paire d'ob•lisques colossales et une L'•tendue de l'€gypte antique ƒ son apog•e
chapelle ƒ Karnak. Cependant, malgr• ses r•alisations, le neveu et territoriale
beau-fils d'Hatchepsout, Thoutm„sis III cherche ƒ effacer son h•ritage
vers la fin de son r‚gne, peut-‡tre en guise de repr•sailles pour avoir usurp• son tr„ne[44] .

Vers -1350, la stabilit• du Nouvel Empire est menac•e quand Amenhotep IV monte sur le tr„ne et impulse une s•rie
de r•formes radicales et chaotiques. Changeant son nom en Akh•naton, il promeut le pr•c•demment obscur dieu
soleil, Aton, comme divinit• supr‡me et supprime le culte des autres divinit•s[45] . Il transf‚re la capitale ƒ Akhetaton
(Tell el-Amarna, de nos jours) et fait la sourde oreille aux affaires •trang‚res tout absorb• qu'il est par sa nouvelle
religion et son style artistique. Apr‚s sa mort, le culte d'Aton est rapidement abandonn• et les pharaons ult•rieurs
Tout†nkhamon, A• et Horemheb effacent toute r•f•rence ƒ l'h•r•sie d'Akh•naton, maintenant connue comme
l'•poque amarnienne[46] .
Vers -1279, Rams‚s II monte sur le tr„ne et continue ƒ construire plus de temples, ƒ •riger de nouvelles statues et
ob•lisques et engendre plus d'enfants que tout autre pharaon dans l'histoire[47] . En chef militaire audacieux, Rams‚s
€gypte antique 7

II conduit son arm•e contre les Hittites ƒ la bataille de Qadesh et, apr‚s que les combats atteignent l'impasse, accepte
finalement le premier trait• de paix enregistr• vers -1258[48] . La richesse de l'€gypte en fait cependant une cible de
choix pour l'invasion, en particulier par les Libyens et les Peuples de la mer. Au d•but, l'arm•e r•ussit ƒ repousser
ces invasions, mais l'€gypte perd finalement le contr„le de la Syrie et de la Palestine. L'impact des menaces
ext•rieures est par ailleurs aggrav• par des probl‚mes internes tels que la corruption, le vol des tombes et les troubles
civils. Les grands pr‡tres du temple d'Amon ƒ Th‚bes accumulent de vastes •tendues de terres et des richesses qui
contribuent ƒ l'accroissement de leur pouvoir durant la troisi‚me p•riode interm•diaire[49] .

Troisi‚me p•riode interm•diaire


Apr‚s la mort de Rams‚s XI en -1078, Smend‚s prend le contr„le de la
partie nord de l'€gypte, ƒ partir de la ville de Tanis. Quant au sud du
pays, il est alors contr„l• par les grands pr‡tres d'Amon ƒ Th‚bes, qui
ne reconnaissent Smend‚s que de nom[50] . Pendant ce temps, les
Libyens s'installent dans le delta occidental o‹ leurs chefs prennent de
plus en plus leur autonomie. Les princes libyens prennent le contr„le
du delta sous Sheshonq Ier en -945, fondant ainsi la dynastie soi-disant
libyenne ou bubastite qui r‚gne pendant environ 200 ans. Sheshonq
reprend •galement le contr„le du sud de l'€gypte en plaŒant des
membres de sa famille ƒ des postes cl•s du clerg•. Le pouvoir des
bubastites s'amenuise ƒ mesure qu'une dynastie rivale •merge dans le
delta ƒ L•ontopolis et que les Koushites menacent le sud du pays.
Autour de -727, le roi Koushite, Pi†nkhy, envahit le nord de l'€gypte et
prend le contr„le de Th‚bes, puis finalement du delta[51] .

Le prestige de l'€gypte chute consid•rablement ƒ la fin de la troisi‚me


p•riode interm•diaire. Ses alli•s •trangers tombent en effet sous la
sph‚re d'influence de l'Assyrie et, ƒ partir de -700, la guerre entre les
deux €tats devient in•vitable. Entre -671 et -667, les Assyriens
entament les hostilit•s contre l'€gypte. Les r‚gnes de Taharqa et de son
successeur, Tanoutamon, sont marqu•s par le conflit permanent avec
les Assyriens, contre lesquels les dirigeants nubiens accumulent Autour de -730, les Libyens de l'ouest provoque
plusieurs victoires[52] . Les Assyriens repoussent finalement les la fracture de l'unit• politique •gyptienne.
Koushites en Nubie, occupent la ville de Memphis et saccagent les
temples de Th‚bes[53] .

Basse •poque
En l'absence de plans de conqu‡te permanente, les Assyriens abandonnent le contr„le de l'€gypte ƒ une s•rie de
vassaux, connus sous le nom de rois Saite de la XXVIe dynastie. D‚s -653, le roi Psamm•tique Ier arrive ƒ chasser les
Assyriens avec l'aide de mercenaires grecs recrut•s pour former la premi‚re arm•e navale d'€gypte. L'influence
grecque s'accroˆt consid•rablement ƒ mesure que la ville de Naucratis devient le foyer des Grecs dans le delta. Les
rois Saites bas•s dans la nouvelle capitale de Sa…s connaissent une br‚ve mais vive r•surgence dans l'•conomie et la
culture, mais en -525, les puissant Perses, dirig•s par Cambyse II, commencent leur conqu‡te de l'€gypte et finissent
par capturer le pharaon Psamm•tique III ƒ la bataille de P•luse. Cambyse II prend alors le titre officiel de Pharaon,
mais gouverne depuis sa ville natale de Suse en laissant l'€gypte sous le contr„le d'une satrapie. M‡me si quelques
r•voltes contre les Perses sont couronn•es de succ‚s au VeŽsi‚cle, l'€gypte n'est pas en mesure de renverser
d•finitivement les Perses[54] .
€gypte antique 8

• la suite de son annexion par la Perse, l'€gypte est rejointe par Chypre et la Ph•nicie dans la sixi‚me satrapie de
l'empire perse ach•m•nide. Cette premi‚re p•riode de la domination perse sur l'€gypte, aussi connue comme la
XXVIIe dynastie, prend fin en -402. De -380 ƒ -343, la XXXe dynastie est la derni‚re maison royale indig‚ne ƒ
r•gner sur l'€gypte avec Nectan•bo II. Une br‚ve restauration de la domination perse, parfois d•sign•e sous le nom
de XXXIe dynastie, commence en -343. Apr‚s onze ans seulement, en -332, le souverain perse Mazaces remet le
tr„ne d'€gypte sans se battre ƒ Alexandre le Grand[55] .

Dynastie ptol•maƒque
En -332, Alexandre le Grand conquiert l'€gypte avec peu de r•sistance des Perses et est accueilli par les €gyptiens
comme un lib•rateur. L'administration •tablie par les successeurs d'Alexandre, les Ptol•m•es, est bas•e sur un
mod‚le •gyptien dont la nouvelle capitale est Alexandrie. La ville sert ƒ mettre en valeur la puissance et le prestige
de la domination grecque et devient un si‚ge d'apprentissage et de culture, autour de la c•l‚bre biblioth‚que
d'Alexandrie[56] . Le phare d'Alexandrie •claire alors le chemin de nombreux bateaux de commerce sur lesquels les
Ptol•m•es basent l'•conomie du pays, avec notamment la fabrication du papyrus[57] .
Afin de s'assurer de la loyaut• du peuple, les Ptol•m•es soutiennent les traditions garantissant ainsi que les traditions
•gyptiennes ne soient pas supplant•es par la culture grecque. Ils construisent de nouveaux temples de style •gyptien,
avec l'appui des cultes traditionnels et se pr•sentent eux-m‡mes comme pharaons. Certaines traditions fusionnent
comme par exemple le syncr•tisme du panth•on divin ƒ mi-chemin entre les divinit•s grecques et •gyptiennes (tel
que Sarapis) ou les motifs traditionnels •gyptiens influenc•s par la sculpture grecque. Malgr• leurs efforts pour
apaiser les €gyptiens, les Ptol•m•es sont contest•s par la r•bellion de la population indig‚ne, les rivalit•s familiales
et la puissante foule d'Alexandrie qui se forme ƒ la mort de Ptol•m•e IV[58] . En outre, ƒ mesure que Rome compte
davantage sur ses importations de grain en provenance d'€gypte, les Romains s'int•ressent fortement ƒ la situation
politique du pays. La poursuite des r•voltes •gyptiennes, l'ambition exacerb•e des politiciens et les puissants
opposants syriens rendent cette situation instable, menant Rome ƒ envoyer des forces pour s•curiser le pays comme
une province de son empire[59] .
€gypte antique 9

P•riode romaine
L'€gypte devient une province de l'Empire romain en -30, apr‚s la
d•faite de Marc Antoine et de Cl•op†tre VII par Octave (le futur
empereur Auguste) dans la bataille d'Actium. Les Romains d•pendent
alors fortement des exp•ditions de grain en provenance d'€gypte, et la
l•gion romaine, sous le contr„le d'un pr•fet nomm• par l'Empereur,
r•prime les r•voltes, applique strictement la collecte de lourdes taxes et
emp‡che les attaques de bandits qui devenaient de plus en plus
r•pandues[60] . Alexandrie devient un centre de plus en plus important
sur la route commerciale vers l'Orient, au fur et ƒ mesure qu'augmente
la demande de Rome pour l'exotisme oriental[61] .

Bien que les Romains aient une attitude plus hostile que les Grecs ƒ
l'•gard des €gyptiens, certaines traditions comme la momification et le
culte des dieux traditionnels se poursuit[62] . L'art du portrait de
momies est florissant et quelques-uns des empereurs romains se font
eux-m‡mes d•peindre sous les traits de pharaons, mais dans une
moindre mesure toutefois que les Ptol•m•es. L'administration locale
adopte le style de l'administration romaine et reste ferm•e aux
€gyptiens indig‚nes[62] .

D‚s le milieu du premier si‚cle de notre ‚re, le christianisme s'enracine Portrait incarnant la rencontre des cultures
•gyptiennes et romaines.
ƒ Alexandrie sous la forme d'un culte alternatif accept•. Il s'agit
toutefois d'une religion sans compromis qui cherche ƒ gagner des
convertis issus du paganisme, menaŒant ainsi les traditions religieuses populaires. Cela conduit ƒ la pers•cution des
convertis au christianisme dont le point culminant est atteint avec les grandes purges ordonn•es par Diocl•tien en
303[63] . En 391, l'empereur chr•tien Th•odose pr•sente une loi qui interdit les rites pa…ens et ferme les temples[64] .
Alexandrie devient le th•†tre de grandes •meutes anti-pa…ennes au cours desquelles l'imagerie religieuse publique et
priv•e est d•truite[65] . Par cons•quent, la culture pa…enne de l'€gypte d•cline progressivement. Alors que la
population indig‚ne continue ƒ parler sa langue, l'aptitude ƒ lire les hi•roglyphes disparait avec la diminution du r„le
des pr‡tres et pr‡tresses des temples •gyptiens. Les temples sont d'ailleurs parfois transform•s en •glises ou
abandonn•s dans le d•sert[66] .

R•sum•
C'est vers le debut du N•olithique que des tribus commencent ƒ se rassembler dans la fertile vall•e du Nil, pour
aboutir ƒ la constitution de deux royaumes politiquement distincts mais •troitement li•s par une culture commune : la
Haute-€gypte au sud, et la Basse-€gypte au nord (le Nil coule du sud vers le nord, d'o‹ ces appellations). La
tradition attribue au royaume du sud men• par Narmer l'unification du pays et l'•tablissement des premi‚res
institutions pharaoniques.
Le d•coupage de l'histoire de l'€gypte en grandes p•riodes et en trente et une dynasties est h•rit• du pr‡tre-historien
Man•thon qui vivait dans l'€gypte du IIIeŽsi‚cle avant notre ‚re, alors sous domination mac•donienne. Les anciens
€gyptiens ne faisaient pas cette distinction : pour eux la monarchie •tait continuelle.
‘ Jusqu'au -XXXIe‚si•cle : peuplement le long du Nil et p•riode pr•dynastique. Progressivement se constituent deux
royaumes rivaux : le Nord (Basse-€gypte) et le Sud (Haute-€gypte).
‘ En -3100: L'•criture hi•roglyphique naˆt en €gypte.
‘ D'environ -3100 ƒ -2650 : p•riode thinite. Les rois du sud envahissent le delta du Nil et unifient le pays. Ils
fondent la Ire dynastie et s'•tablissent ƒ Thinis, pr‚s d'Abydos.
€gypte antique 10

‘ De -2650 ƒ -2150 : l'Ancien Empire, ‰ †ge d'or Š de l'€gypte. P•riode tr‚s longue (env. 500 ans) o‹ sont pos•es les
bases de la civilisation •gyptienne : arts, philosophie, religions, institutions politiques• C'est l'•poque o‹ l'on met
en •uvre des chantiers gigantesques pour b†tir les premi‚res pyramides.
‘ De -2150 ƒ -2060 : premi‚re p•riode interm•diaire ; contestation de l'autorit• royale et soul‚vement des
gouverneurs de province (nomarques). La crise politique aboutit ƒ une guerre civile entre le nord et le sud.
Montouhotep II finit par imposer la dynastie th•baine du sud.
‘ De -2060 ƒ -1785 : durant le Moyen Empire le pays retrouve une certaine s•r•nit• propice ƒ de nouveaux
engagements militaires et ƒ la floraison d'un art sobre et •l•gant. R‚gne des Senouseret (S•sostris) dont s'inspirera
le c•l‚bre ‰ conte de Sinouh• Š.
‘ De -1785 ƒ -1580 : deuxi‚me p•riode interm•diaire ; peu ƒ peu, un peuple d'envahisseurs venus de l'Est s'installe
dans le delta du Nil pour finalement fonder son propre €tat. B•n•ficiant d'une certaine avance technologique (ils
introduisent les chevaux et le char de guerre), les Hyks„s occupent le nord, fondent leur propre dynastie et
soumettent les provinces du sud.
‘ De -1580 ƒ -1085 : Nouvel Empire. Les efforts conjugu•s de trois rois th•bains (S•q•nenr‡ Ta† II, Kamos• et
Ahm„sis Ier) sont n•cessaires pour chasser les Hyks„s hors d'€gypte. Le renouveau qui s'ensuit donne lieu ƒ
l'apog•e de la puissance •gyptienne. Son influence s'•tend et sa culture rayonne jusqu'aux fronti‚res de la
M•sopotamie. Les arts deviennent extr‡mement raffin•s, les temples de Karnak et Louxor sont agrandis ; naissent
ainsi les somptueuses tombes de la vall•e des rois, les temples d'Abou Simbel• XVIIIe et XIXe dynasties : les
Amenhotep (Am•nophis en grec), Thotm‚s (Thoutm„sis), Rams‚s (de I ƒ IX), ainsi qu'Hatchepsout, Akh•naton et
Tout†nkhamon•
‘ De -1080 ƒ -332 : troisi‚me p•riode interm•diaire et basse •poque. L'€gypte des pharaons amorce son d•clin.
Affaibli par des menaces ext•rieures, le pouvoir est accapar• par quelques princes et pr‡tres qui se proclament
rois. Des Libyens puis des €thiopiens r•ussissent temporairement ƒ restaurer un semblant d'ordre qui ne dure pas.
Des guerres intestines constantes font plonger le pays dans une semi-anarchie. Dynasties libyennes, koushites, de
Sa…s• Les Assyriens pillent Th‚bes et ses grands temples. L'art, sous influence •trang‚re, se fait grossier et
d•g•n‚re. Les Perses occupent le pays. Apr‚s une r•volte difficile, Nectan•bo II est le dernier pharaon autochtone.
‘ De -332 ƒ -30 : la p•riode hell•nistique (ou ptol•ma…que) commence avec la lib•ration du pays par Alexandre le
Grand. Celui-ci refoule les Perses, fonde une nouvelle capitale - Alexandrie - en -331 et lance une s•rie de
chantiers. • sa mort, le g•n•ral Ptol•m•e avec lequel il •tait tr‚s li• prend possession de l'€gypte et cr•e la
dynastie des Lagides. Les Mac•doniens comprennent qu'ils gouvernent un peuple aux traditions mill•naires et en
tirent parti : ils favorisent le culte d'Isis et de Sarapis dont la renomm•e atteindra Rome. En -48, pour s'attirer les
bonnes gr†ces de C•sar dont la gloire ne cesse de croˆtre, le roi Ptol•m•e XIII fait assassiner son rival, le consul
Pomp•e. Ce meurtre d•shonorant produit l'effet inverse : C•sar occupe la capitale et devient l'amant de la
s•ur-•pouse du roi, Cl•op†tre VII Philopator, qu'il installe sur le tr„ne. • la mort du dictateur, la reine d'€gypte
prend le parti de Marc Antoine contre Octave pour le pouvoir ƒ Rome. Elle est finalement vaincue ƒ Actium en
-30 et rentre ƒ Alexandrie o‹ elle se donne la mort le 15 ao’t.
‘ -30 : Octave, neveu de C•sar, est proclam• Empereur ƒ Rome sous le nom d'Auguste. Il fait disparaˆtre le fils de
Cl•op†tre, Ptol•m•e XV C€sarion, dernier h•ritier l•gitime du tr„ne. D•sormais l'€gypte ne sera plus qu'une
province du nouvel Empire romain.
La fin de l'histoire •gyptienne antique varie en fonction du point de vue adopt•. Elle s'ach‚ve :
‘ d'un point de vue ethnologique, ƒ la mort du dernier pharaon autochtone, Nectan•bo II en -343 ;
‘ d'un point de vue politique, ƒ la mort du dernier souverain autonome, Ptol•m•e XV C€sarion en -30 ;
‘ d'un point de vue culturel, lors de la conversion du dernier temple •gyptien en •glise copte, le temple d'Isis ƒ
Phil“ en 535 (fermeture en 551).
€gypte antique 11

G•ographie
La g•ographie de l€€gypte antique, d€un point de vue environnemental, est assez proche de celle de l€€gypte
contemporaine. L€€gypte est un pays au climat semi-d•sertique dont seules les bandes fertiles de part et d€autre du
Nil, le delta et quelques oasis, sont propres ƒ l€implantation humaine. Le reste est recouvert par le d•sert Libyque ƒ
l€ouest, le d•sert •gyptien ƒ l€est et le Sina… au nord-est.
Les fronti‚res traditionnelles de l€€gypte antique sont assez semblables aux fronti‚res de l€€gypte moderne. Ainsi,
dans l€Ancien Empire, le pays est d•limit• au nord par la mer M•diterran•e, au sud par la premi‚re cataracte du Nil, ƒ
l€ouest par le d•sert Libyque et ƒ l€est par la mer Rouge, le Sina… et la r•gion de Gaza.

Gouvernement et •conomie

Organisation politique
L'€gypte antique est une monarchie th•ocratique. Bien plus qu'un roi, le
pharaon est ƒ la fois l'administrateur principal, le chef des arm•es, le
premier magistrat et le pr‡tre supr‡me de l'€gypte. En effet, Pharaon avait
une mission ƒ remplir : mettre en •uvre la r‚gle de Ma†t sur Terre,
c'est-ƒ-dire assurer l'harmonie entre les hommes et le ciel, ‡tre garant de la
morale de son peuple, contribuant ainsi ƒ assurer son •ternit•. Pour exercer
son contr„le sur les terres et les ressources, le pharaon s'appuie sur une
administration compos•e de fonctionnaires qui g‚re ses affaires au
quotidien. Cette administration est dirig•e par son homme de confiance, le
vizir, qui agi comme repr•sentant du roi et coordonne l'arpentage des terres,
le tr•sor, les projets de construction, le syst‚me juridique et les archives[67] .

Le territoire •gyptien est d•coup• en 42 r•gions administratives, appel•es


nomes, qui sont chacune r•gies par un nomarque, responsable devant le
vizir de sa comp•tence. Les temples constituent l'•pine dorsale de
l'•conomie •gyptienne. Ainsi, les temples sont non seulement des lieux de
culte mais ils sont •galement responsables de la collecte et du stockage des
richesses de la nation dans un syst‚me administr• de greniers et de
tr•soreries qui redistribuent les c•r•ales et les biens[68] .

Organisation sociale
La soci•t• •gyptienne est tr‚s stratifi•e et le statut social de chaque individu
est express•ment affich•e. Les agriculteurs constituent la grande majorit• de Le pharaon est souvent repr•sent• avec les
la population bien qu'ils ne d•tiennent la propri•t• ni de leurs produits, ni de symboles du pouvoir royal.
leurs terres. En effet, les produits agricoles sont d•tenus directement par
l'€tat, un temple ou une famille noble qui poss‚de la terre[69] . Les agriculteurs sont aussi soumis ƒ un imp„t sur le
travail et sont oblig•s de travailler sur les projets d'irrigation ou de construction via un syst‚me de corv•es[70] . Les
artistes et les artisans ont un statut plus •lev• que les agriculteurs m‡me s'ils sont eux aussi sous le contr„le de l'€tat.
Ils travaillent dans des boutiques attenant aux temples et sont pay•s directement par le Tr•sor public. Les scribes et
les fonctionnaires forment la classe sup•rieure dans l'€gypte antique, d•sign•e sous le nom de ‰ classe au pagne
blanc Š en r•f•rence aux v‡tements de lin blanc qu'ils portent pour indiquer leur rang[71] . Cette classe sup•rieure met
en •vidence son statut social dans l'art et la litt•rature. Juste en dessous de la noblesse se trouvent les pr‡tres, les
€gypte antique 12

m•decins et les ing•nieurs qui ont suivi une formation sp•cialis•e dans leur domaine. Bien qu'aucune preuve
n'indique que l'esclavage soit pratiqu• ƒ cette •poque, s'il existait son •ventuelle ampleur et sa pr•valence restent
inconnues[72] .
Les €gyptiens de l'Antiquit• consid‚rent les hommes et les femmes comme •gaux devant la loi, quelle que soit la
classe sociale. Le plus humble des paysans a ainsi le droit de pr•senter une requ‡te aupr‚s du vizir et de sa cour pour
obtenir r•paration[73] . Les hommes et les femmes ont le droit de poss•der et de vendre des biens, de conclure des
contrats, de se marier et de divorcer, de recevoir un h•ritage et d'entamer des poursuites devant les tribunaux en cas
de litige. Les couples mari•s peuvent poss•der des biens communs et se prot•ger du divorce en signant un contrat de
mariage qui stipule les obligations financi‚res du mari ƒ sa femme et ƒ ses enfants dans le cas o‹ le mariage prendrait
fin. Compar•s ƒ leurs homologues de la Gr‚ce antique ou de Rome, les €gyptiennes b•n•ficient d'une grande libert•
et de la possibilit• de se r•aliser sur le plan personnel. Plusieurs femmes dont Hatchepsout[74] et Cl•op†tre acc‚dent
m‡me au pouvoir supr‡me, alors que d'autres exercent un pouvoir religieux en tant qu'•pouses d'Amon. En d•pit de
ces libert•s, les €gyptiennes ne peuvent toutefois pas exercer de postes officiels dans l'administration et restent
cantonn•es ƒ des r„les secondaires dans les temples, en raison d'une in•galit• par rapport aux hommes devant
l'instruction[73] .

Syst‚me judiciaire
Au sommet du syst‚me judiciaire •gyptien se trouve officiellement le
pharaon qui est charg• de promulguer les lois, de rendre la justice et de
maintenir l'ordre public, un concept que les anciens €gyptiens
d•nomment Ma†t[67] . M‡me si aucun code juridique n'a surv•cu, les
documents judiciaires de l'•poque montrent que la loi •gyptienne est
fond•e sur le bon sens entre le bien et le mal qui se base avant tout sur
la r•solution de conflits et sur la conclusion d'accords plut„t que sur un
ensemble complexe de lois[73] . Des conseils d'anciens, connus sous le
nom de Kenbet dans le Nouvel Empire, sont charg•s de statuer
localement sur les affaires judiciaires impliquant des petites cr•ances et
des conflits mineurs[67] . Les cas les plus graves impliquant des
meurtres, des op•rations immobili‚res importantes et du pillage de
tombeau sont renvoy•s ƒ la Grande Kenbet, pr•sid•e par le vizir ou le
pharaon. Les demandeurs et les d•fendeurs se repr•sentent eux-m‡mes
et pr‡tent serment d'avoir dit toute la v•rit•. Dans certains cas, l'€tat
Les scribes ont la charge de consigner les taxes et
assume ƒ la fois le r„le de procureur et de juge. Il n'est alors pas rare
tous les documents administratifs.
que l'accus• soit pass• ƒ tabac pour obtenir des aveux et les noms des
conspirateurs. Cependant, que les accusations soient graves ou non, les
scribes judiciaires prennent acte par •crit de la plainte, des t•moignages et du verdict de l'affaire pour future
r•f•rence[75] .

Suivant la gravit• des actes incrimin•s, les sentences pour les crimes mineurs vont de la simple amende ƒ la
mutilation du visage, en passant par les coups ou l'exil. Les criminels les plus dangereux tels que les meurtriers ou
les pilleurs de tombe sont condamn•s ƒ mort, soit par d•capitation, par noyade ou par empalement. Dans les cas tr‚s
graves, la sanction pouvait m‡me ‡tre •tendue ƒ la famille du criminel[67] . • partir du Nouvel Empire, les oracles
jouent un r„le majeur dans le syst‚me juridique en rendant la justice dans les affaires civiles et p•nales. La proc•dure
consiste ƒ demander au dieu un ‰ oui Š ou un ‰ non Š ƒ une question concernant le bienfond• d'une affaire. Avec le
support d'un certain nombre de pr‡tres, le dieu rend son jugement en choisissant l'une ou l'autre des r•ponses, en se
penchant en avant ou en arri‚re ou en pointant l'une des r•ponses •crites sur une feuille de papyrus ou un ostracon[76]
.
€gypte antique 13

Commerce
Une grande partie de l'•conomie est centralis•e et strictement contr„l•e. Bien que les €gyptiens ne frappent pas la
monnaie jusqu'ƒ la Basse €poque, ils utilisent un syst‚me mon•taire bas• sur le troc[77] , avec des sacs de grain ou
des deben d'or ou d'argent pesant environ 91Žgrammes[78] . Les salaires des travailleurs sont vers•s en grains : un
simple ouvrier peut ainsi gagner cinq sacs et demi (soit 200Žkg) de c•r•ales par mois, alors qu'un contremaˆtre peut
gagner sept sacs et demi (soit 250Žkg). Les prix des marchandises et des denr•es sont fix•s pour l'ensemble du
territoire et sont consign•s dans des listes pour faciliter les •changes. • titre d'exemple, une chemise co’te ainsi cinq
deben de cuivre, tandis que le co’t d'une vache est de 140Ždeben[78] . Le grain peut ainsi ‡tre •chang• contre d'autres
biens, selon la liste de prix fixes. • partir du -VeŽsi‚cle, la monnaie est introduite en €gypte depuis l'•tranger. Au
d•but, les pi‚ces sont utilis•es comme quantit•s normalis•es de m•taux pr•cieux, plut„t que comme une vraie
monnaie. Toutefois, apr‚s quelques si‚cles, les n•gociants internationaux commencent ƒ se baser sur la monnaie[79] .
Les €gyptiens •tablissent des relations commerciales avec leurs voisins pour obtenir des produits exotiques et rares
qu'on ne peut pas trouver en €gypte. Dans la p•riode pr•dynastique, ils mettent en place une route commerciale avec
la Nubie pour obtenir de l'or et de l'encens et une colonie stationne •galement dans le sud de Canaan[80] . Ils
•tablissent •galement des liens commerciaux avec la Palestine, comme en t•moignent les cruches de p•trole de style
palestinien trouv•es dans les s•pultures des pharaons de la premi‚re dynastie[81] . Narmer poss‚de •galement des
c•ramiques •gyptiennes produites au pays de Canaan et export•s vers l'€gypte[82] ,[83] .
• partir de la deuxi‚me dynastie, l'€gypte commerce avec Byblos pour s'approvisionner en bois de qualit•. Sous la
cinqui‚me dynastie, le commerce avec le pays de Pount fournit des r•sines aromatiques, de l'or, de l'•b‚ne, de l'ivoire
et des animaux sauvages tels que des singes et des babouins[84] . L'€gypte se repose aussi sur le commerce avec
l'Anatolie pour acheter de l'•tain ainsi que des r•serves suppl•mentaires de cuivre, n•cessaires ƒ la fabrication du
bronze. Les €gyptiens appr•cient •galement le lapis-lazuli qui est import•e du lointain Afghanistan. Parmi les autres
partenaires commerciaux de l'€gypte en M•diterran•e, on trouve •galement la Gr‚ce et la Cr‚te qui approvisionnent
le pays en huile d'olive[85] . Pour •quilibrer sa balance commerciale, l'€gypte exporte surtout des c•r•ales, de l'or, du
lin, du papyrus, ainsi que d'autres produits finis parmi lesquels du verre et des objets en pierre[86] .

Agriculture
Il existe un •tonnant paradoxe entre l'image que les €gyptiens de
l'Antiquit• avaient de leur agriculture et l'image qu'en avaient les
visiteurs •trangers. Ainsi, alors que les scribes d•peignent le m•tier
d'agriculteur comme le plus harassant et ingrat des travaux manuels, les
voyageurs grecs comme H•rodote et Diodore de Sicile s'extasiaient
devant cette terre o‹ les plantes semblaient pousser sans grand effort. Il
est vrai que l'agriculture •gyptienne connaˆt un grand succ‚s pendant
l'Antiquit• en raison d'une combinaison de facteurs g•ographiques
favorables, au premier rang desquels on peut citer la fertilit• du sol
r•sultant des inondations annuelles du Nil. Les €gyptiens sont donc en
mesure de produire une nourriture abondante ce qui permet ƒ la
population de consacrer plus de temps et de ressources aux activit•s
culturelles, technologiques et artistiques. Le rendement des terres est
alors d'autant plus crucial que les taxes sont calcul•es sur la superficie
des terres appartenant ƒ un individu[87] .
Un bas-relief mortuaire repr•sentant le labour des
champs, la r•colte des cultures et le battage du
grain.
€gypte antique 14

L'agriculture de l'€gypte est largement tributaire du cycle du Nil. Selon les €gyptiens, l'ann•e se divise suivant trois
saisons : Akhet (la saison des inondations), P•ret (la saison des plantations) et Ch•mou (la saison des r•coltes). Lors
de la saison des inondations, qui dure de juin ƒ septembre, se d•pose sur les rives du fleuve une couche de min•raux
riches en limon, id•ale pour la croissance des cultures. Apr‚s le retrait des eaux de la crue, les agriculteurs labourent
et plantent les graines dans les champs. La v•g•tation entame alors sa p•riode de croissance qui s'•tend d'octobre ƒ
f•vrier. En raison de la faiblesse des pr•cipitations en €gypte, les champs sont irrigu•s par des foss•s et des canaux
communiquant avec le Nil[88] . De mars ƒ mai, les agriculteurs utilisent des faucilles pour r•colter leurs cultures qui
sont ensuite battues avec un fl•au pour s•parer la paille du grain. • l'issue de cette op•ration de vannage, le grain est
ensuite broy• en farine, brass• pour fabriquer la bi‚re ou stock• pour un usage ult•rieur[89] .
Les €gyptiens cultivent l'amidonnier, l'orge et plusieurs autres c•r•ales qui sont toutes utilis•es pour produire les
deux denr•es de base que sont le pain et la bi‚re[90] . Arrach• avant que la floraison ne commence, le lin cultiv• est
cultiv• pour ses tiges fibreuses. Ces fibres sont s•par•es sur toute leur longueur, puis fil•es pour ‡tre ensuite utilis•es
pour tisser des v‡tements et des draps en toile de lin. Le papyrus qui pousse sur les rives du Nil est utilis• dans la
fabrication de papier. • proximit• des habitations et sur des terrains plus •lev•s, des fruits et des l•gumes sont
cultiv•s dans des parcelles de jardin qui sont arros•es manuellement. Parmi les fruits et l•gumes cultiv•s, on retrouve
notamment des poireaux, de l'ail, des melons, des courges, des l•gumes secs, de la laitue, du raisin pour le vin[91] .

Ressources naturelles
L'architecture •gyptienne est riche en pierres d•coratives, en cuivre, en or, en minerais de plomb et en pierres
semi-pr•cieuses. Ces ressources naturelles permettent aux €gyptiens de construire des monuments, de sculpter des
statues, de fabriquer des outils et des bijoux de mode[92] . Les embaumeurs utilisaient des sels du ouadi Natroun pour
la momification, qui fournissent •galement le gypse n•cessaire pour faire du pl†tre[93] . Des formations rocheuses
riches en minerais se trouvent dans les oueds inhospitaliers du d•sert d'Arabie et du Sina…, ce qui n•cessite
l'organisation de grandes exp•ditions contr„l•es par l'€tat afin d'y acc•der sans encombre. Il y avait de nombreuses
mines d'or en Nubie et l'une des premi‚res cartes connues est celle d'une mine d'or de cette r•gion. Le ouadi
Hammamat est alors une source importante de granit, de grauwacke et d'or. Le silex est le premier min•ral recueilli
et utilis• pour fabriquer des outils. Par ailleurs, les bifaces en silex sont les plus anciennes preuves d'habitation de la
vall•e du Nil. Des nodules du min•rai sont soigneusement taill•s en flocons pour faire des lames et des pointes de
fl‚ches ƒ duret• et ƒ durabilit• mod•r•es, m‡me apr‚s que le cuivre est adopt• pour les m‡mes raisons[94] .
Les €gyptiens se servaient des d•p„ts de gal‚ne ƒ Gebel Rosas pour lester leurs filets, pour leurs fils ƒ plomb ou pour
r•aliser des figurines. Cependant, le cuivre est le m•tal le plus courant dans la fabrication d'outils dans l'€gypte
antique. Le cuivre est fondu dans des fours ƒ partir du minerai extrait de la malachite en provenance du Sina…[95] .
Les travailleurs recueillent l'or en lavant les s•diments alluvionnaires pour en extraire des p•pites ou en broyant les
minerais de quartzite aurif‚re. Les d•p„ts de fer trouv•s en Haute-€gypte sont exploit•s durant la Basse €poque[96] .
Les pierres de construction de haute qualit• sont abondantes en €gypte : le calcaire est chari• le long de la vall•e du
Nil, le granit est extrait d'Assouan et tant le basalte que le gr‚s proviennent des oueds du d•sert d'Arabie. Les
gisements de pierres de d•coration tels que le porphyre, grauwacke, l'alb†tre ou la cornaline parsement le d•sert
d'Arabie et sont recueillis avant m‡me l'av•nement de la premi‚re dynastie. Durant les p•riodes ptol•ma…que et
romaine, les mineurs travaillent dans les gisements d'•meraudes du ouadi Sikait et d'am•thyste du ouadi el-Hudi[97] .
€gypte antique 15

Langue

Historique

langue
•gyptienne

r n kmt

L€•gyptien ancien est une langue afro-asiatique •troitement li•e aux langues berb‚res et s•mitiques[98] . C€est la
langue ayant eu la plus longue existence, •crite de -3200 au Moyen †ge. Cette langue connut plusieurs p•riodes :
l€ancien •gyptien, le moyen •gyptien (ou •gyptien classique), le n•o-•gyptien, le d•motique et le copte[99] . Les
modes d€•critures •gyptiennes ne montrent pas de diff•rences avant le copte, mais cette langue aurait connu des
dialectes r•gionaux autour de Memphis et plus tard de Th‚bes[100] .
L'•gyptien ancien est une langue synth•tique mais devenu plus tard une langue isolante. Le n•o-•gyptien cr•a des
articles d•finis et ind•finis qui remplacent les anciens cas. Il y a un changement de l'ancien ordre des mots
verbe-sujet-objet pour celui sujet-verbe-objet[101] . Les •critures hi•roglyphiques, hi•ratiques et d•motiques furent
remplac•es par l'alphabet copte plus phon•tique. Le copte est encore utilis• dans la liturgie de l'€glise copte
orthodoxe, et des traces de celui-ci se retrouvent encore aujourd€hui dans l€arabe •gyptien[102] .

Sons et grammaire
L€ancien •gyptien poss‚de 25 consonnes similaires ƒ celles des autres langues afro-asiatiques. Il s'agit notamment de
consonnes pharyngales, emphatiques, fricatives et affriqu•es. Il a trois voyelles longues et trois courtes, mais leur
nombre a augment• dans les p•riodes tardives jusqu€ƒ neuf[103] . Les mots de base de l€•gyptien, comme le s•mitique
et le berb‚re, sont les trilit‚res ou des bilit‚res de consonnes et semi-consonnes. Des suffixes leurs sont ajout•s pour
former les mots. La conjugaison des verbes correspond ƒ la personne. Par exemple, le squelette triconsonnantique
S-„-M est le noyau s•mantique du mot ‰ entendre Š ; sa conjugaison de base est s…m=f (‰ il entend Š). Si le sujet est
un nom, le suffixe n€est pas ajout• au verbe[104] s…m †mt(‰ la femme entend Š).
Les adjectifs sont des d•riv•s de noms ƒ travers un processus que les •gyptologues appellent nisbation en raison de
sa similitude avec l€arabe[105] . L'ordre des mots est pr•dicat-sujet dans les phrases verbales et adjectivales, et
sujet-pr•dicat dans les phrases nominales et adverbiales[106] . Le sujet peut ‡tre d•plac• vers le d•but de la phrase si
elle est longue, et il est suivi par un pronom r•surgent[107] . Pour les verbes et les noms la n•gation est indiqu•e par la
particule n, mais nn est utilis• pour les phrases adverbiales et adjectivales. L€accent tonique est plac• sur la syllabe
finale ou l€avant-derni‚re, qui peut ‡tre ouverte (CV) ou ferm•e (CVC)[108] .
€gypte antique 16

€critures
L€apparition de l€•criture hi•roglyphique date du XXXIIeŽsi‚cle av.
J.-C.. C€est une •criture compos•e d€environ 500Žsymboles pouvant
repr•senter un mot, un son, ou un d•terminant, le m‡me symbole peut
avoir plusieurs usages dans des contextes diff•rents. Les hi•roglyphes
•taient une •criture formelle, utilis•e sur les monuments de pierre et
dans les tombes, qui pouvaient ‡tre aussi d•taill•s que de simples
•uvres d'art. Pour l€usage courant, les scribes utilisaient une forme
d'•criture cursive, appel•e hi•ratique, qui •tait plus rapide et plus facile
ƒ •crire. Alors que les hi•roglyphes pouvaient ‡tre •crits en lignes ou
en colonnes dans les deux sens (mais en g•n•ral de droite ƒ gauche),
les hi•ratiques sont toujours •crit de droite ƒ gauche, habituellement
horizontalement. Une nouvelle forme d'•criture, le d•motique, apparut
et s'imposa, toujours avec les hi•roglyphes.

Autour du IerŽsi‚cle, l'alphabet copte a commenc• ƒ ‡tre utilis•


parall‚lement ƒ l€•criture d•motique. Il est bas• sur le grec avec l'ajout La Pierre de Rosette (-196) a permis aux
[110] linguistes de commencer le processus de
de certains signes d•motiques . Bien que les hi•roglyphes [109]
e d•chiffrement des hi•roglyphes .
demeurent utilis•s dans un r„le protocolaire jusqu'au IV Žsi‚cle, seuls
quelques pr‡tres pouvaient encore les lire. La dissolution des centres
religieux traditionnels fit perdre d•finitivement la connaissance de l'•criture hi•roglyphique. Les tentatives visant ƒ
les d•chiffrer aux •poques byzantines [111] et islamiques[112] furent vains. Ce n€est qu€en 1822, apr‚s la d•couverte de
la Pierre de Rosette et des ann•es de recherche de Thomas Young et de Jean-FranŒois Champollion que les
hi•roglyphes furent presque enti‚rement d•chiffr•s[113] .

Litt•rature
L'•criture est apparu avec la royaut• sur les titulatures et les •tiquettes
des objets trouv•s dans des tombes royales. Ce fut surtout l€occupation
des scribes, qui travaillaient dans la Per Ankh ou Maison de Vie.
Celle-ci comprend des bureaux, une biblioth‚que (Maison des livres),
des laboratoires et des observatoires[114] . Quelques-unes des plus
c•l‚bres •uvres de la litt•rature •gyptienne antique, comme les textes
des Pyramides ou les textes des sarcophages, ont •t• •crites en
•gyptien classique, qui continue ƒ ‡tre la langue de l'•criture jusqu€au
XIVeŽsi‚cle av. J.-C.. L€•gyptien parl• ƒ partir du Nouvel Empire sert
alors de langue d€•criture dans les documents administratifs Le papyrus chirurgical Edwin Smith (XVIeŽsi‚cle
av. J.-C.) •crit en hi•ratique et d•crivant
ramessides, la po•sie amoureuse et des contes, ainsi que dans le
l'anatomie du corps humain et des traitements.
d•motique et les textes coptes. Pendant cette p•riode, la tradition de
l'•criture a •volu• dans les autobiographies des tombeaux comme ceux
de Hirkhouf et d€Ouni. Le genre des Instructions a •t• d•velopp• pour communiquer les enseignements et les
conseils de nobles c•l‚bres ; le papyrus d'Ipuwer, po‚me de lamentations d•crivant les catastrophes naturelles et les
bouleversements sociaux en est un exemple c•l‚bre.

Le Conte de Sinouh€, •crit en moyen •gyptien, pourrait ‡tre l€•uvre la plus repandue de la litt•rature •gyptienne[115]
. Le papyrus Westcar, s•rie d'histoires racont•es ƒ Kh•ops par ses fils ƒ propos de merveilles r•alis•es par des
pr‡tres, fut •crit dans la m‡me p•riode[116] . Les Instructions d€Am€n€mop€ sont consid•r•es comme l€un des
chefs-d€•uvre de la litt•rature du Proche-Orient[117] . Vers la fin du Nouvel Empire, la langue vernaculaire •tait plus
€gypte antique 17

souvent employ•e pour •crire des •uvres populaires comme l€Histoire d'Ounamon ou les Instructions d€Any. Le
premier raconte l'histoire d'un noble qui part pour acheter des c‚dres du Liban, se fait voler sur son chemin et lutte
pour rentrer en €gypte. Depuis le XIIIeŽsi‚cle av. J.-C., les r•cits des histoires et des instructions, telles que les
populaires Instructions d'Onchsheshonqy ainsi que des documents personnels et professionnels furent •crits en
•criture d•motique. Beaucoup d'histoires •crites en d•motique au cours de la p•riode gr•co-romaine ont •t• situ•es
dans des •poques historiques ant•rieures, lorsque l'€gypte •tait une nation ind•pendante gouvern•e par de grands
pharaons tel Rams‚s II[118] .

Culture

Vie quotidienne
La plupart des anciens €gyptiens •taient des paysans attach•s ƒ leurs
terres. N€habitaient dans la m‡me maison que les membres imm•diats
d€une famille. Ces maisons •taient construites en briques crues,
conŒues pour laisser la maison fraˆche durant les chaudes journ•es.
Chaque maison poss•dait une cuisine avec un toit ouvert, qui contenait
une meule pour moudre la farine et un petit four pour cuire le pain[119]
. Les murs •taient peints en blanc et pouvaient ‡tre couverts de tentures
de lin teints. Les planchers •taient couverts de nattes de roseau, tandis
que des tabourets en bois, des planches sur•lev•es du plancher et des
tables individuelles formaient le mobilier[120] .
Maquette de cuisine de la XIIe dynastie.
Les anciens €gyptiens donnaient une grande importance ƒ l€hygi‚ne et
ƒ l€apparence. La plupart se baignaient dans le Nil et utilisaient un
savon p†teux ƒ base de graisse animale et de craie. Les hommes
rasaient tout leur corps pour la propret•, et des parfums aromatiques et
des onguents couvraient les mauvaises odeurs[121] . Les v‡tements
•taient fabriqu•s ƒ partir de draps de lin blanc simple qui ont •t•
blanchis, et les hommes et les femmes riches portaient des perruques,
bijoux et cosm•tiques. Les enfants vivaient sans v‡tements jusqu'ƒ la
pubert•, ƒ environ douze ans. • cet †ge les garŒons •taient circoncis et
avaient la t‡te ras•e. Les m‚res avaient la responsabilit• de prendre
soin des enfants tandis que le p‚re assurait un revenu ƒ la famille[122] .

L'alimentation de base se composait de pain et de bi‚re, compl•t•s Les anciens €gyptiens maintenu un patrimoine
culturel riche et complet avec des f‡tes et
avec des l•gumes comme les oignons et l'ail, et des fruits tels que les
festivals accompagn•s de musique de danse.
dattes et les figues. Le vin et la viande •taient appr•ci•s les jours de
f‡te tandis que les classes sup•rieures en consommaient plus
r•guli‚rement. Les poissons, la viande et la volaille pouvaient ‡tre sal•s ou s•ch•s, •taient cuits en rago’t ou r„tis sur
une grille[123] . La musique et la danse faisaient partie des f‡tes pour ceux qui pouvaient se le permettre. Les
instruments •taient la fl’te et la harpe mais la trompette et le hautbois se sont r•pandus plus tard. Au Nouvel Empire,
les €gyptiens utilisaient la cloche, les cymbales, le tambourin et le tambour et import‚rent d€Asie le luth et la
lyre[124] . Le sistre •tait particuli‚rement utilis• lors des c•r•monies religieuses.

Les anciens €gyptiens avaient une grande vari•t• d'activit•s de loisirs, notamment les jeux et la musique. Le senet,
jeu de soci•t• o‹ l€on faisait avancer des pions au hasard, •tait particuli‚rement populaire depuis la plus haute
•poque, ainsi que le mehen qui poss•dait un plateau circulaire. Jongleries et jeu de balles •taient populaires aupr‚s
des enfants, et une sc‚ne de lutte est repr•sent•e dans une tombe de Beni Hassan[125] . Les membres les plus riches
€gypte antique 18

de la soci•t• •gyptienne antique aimaient la chasse et la navigation de plaisance.


La fouille du village des travailleurs de Deir el-M•dineh a permis de mieux comprendre la vie quotidienne des
€gyptiens sur pr‚s de quatre cents ans. On ne connait aucun site o‹ l'organisation, les interactions sociales, le travail
et les conditions de vie d'une communaut• ont pu ‡tre mieux analys•es[126] .

Architecture
L€architecture de l'€gypte antique comprend certains des monuments
les plus c•l‚bres au monde comme les pyramides de Gizeh et les
temples de Th‚bes. Les projets de constructions •taient organis•s et
financ•s par l'€tat ƒ des fins religieuses ou comm•moratives, mais
aussi pour renforcer le pouvoir du pharaon. Les anciens €gyptiens
•taient des constructeurs qualifi•s, utilisant des outils simples mais
efficaces et des instruments d'observation. Les architectes pouvaient
construire de grands b†timents de pierre avec exactitude et
pr•cision[127] . Temple d‚Horus ƒ Edfou.

Les habitations des €gyptiens, de haute comme de basse condition,


•taient construites avec des mat•riaux p•rissables comme des briques
crues ou du bois et n'ont pas surv•cu. Les paysans vivaient dans des
maisons simples, tandis que les palais des •lites avaient une structure
plus •labor•e. Les restes de quelques palais du Nouvel Empire, comme
que ceux de Malqata et de Tell el-Amarna, montrent des murs et des
plafonds richement d•cor•s avec des sc‚nes de personnages, d€oiseaux,
de bassins, de divinit•s et de dessins g•om•triques[128] . D€importantes
structures telles que les temples et les tombes qui •taient destin•s ƒ
durer •ternellement ont •t• construits en pierre et non en briques. Les
•l•ments architecturaux utilis•s dans le premier monument en pierre de
grande ampleur b†ti au monde, le complexe fun•raire de Dj•ser,
comprennent notamment des architraves d•cor•es de motifs de papyrus
et de lotus.

Les plus anciens temples •gyptiens conserv•s, tels que ceux de Gizeh,
•taient compos•s de salles simples couvertes avec des dalles de pierre
soutenues par des colonnes. Au Nouvel Empire, les architectes ont
construit des pyl„nes devant des cours ƒ ciel ouvert, et des salles
Colonnes de la salle hypostyle du temple de
hypostyles ƒ l€entr•e du sanctuaire du temple selon une coutume qui Karnak.
perdurera jusqu'ƒ l'•poque gr•co-romaine[129] . La premi‚re forme de
tombeau durant l'Ancien Empire •tait le mastaba, structure de plate-forme rectangulaire couverte de briques ou de
pierre, construit au dessus d€une chambre fun•raire souterraine. La pyramide ƒ degr•s de Dj•ser est une s•rie de
mastabas en pierre empil•s les uns sur les autres. Des pyramides ont •t• ensuite construites durant l'Ancien et du
Moyen Empire, mais plus tard, les dirigeants les ont abandonn•es en faveur d€hypog•es creus•s dans le roc[130] .
€gypte antique 19

Art •gyptien
Pendant plus de 3500 ans, les artistes €gyptiens adh‚rent aux
diff•rentes formes artistiques et ƒ l'iconographie d•velopp•es sous
l'Ancien Empire. Celles-ci suivent un ensemble strict de principes qui
ont r•sist• ƒ l'influence •trang‚re et aux bouleversements internes[131] .
L'art de l'€gypte antique est ainsi caract•ris• par une id•e d'ordre : des
lignes claires et simples, associ•es ƒ des formes pures et des aplats de
couleur. Ignorant les perspectives, les artistes utilisaient des lignes
perpendiculaires, verticales et horizontales pour former un quadrillage
et donner des proportions correctes ƒ leurs travaux, des projections
planes sans aucune notion de profondeur spatiale. L'iconographie et les
textes sont intimement imbriqu•s sur les tombes et sur les murs des
temples, des cercueils, des st‚les et m‡me des statues. Par exemple, la
palette de Narmer d•peint des visages qui peuvent •galement ‡tre lus
comme des hi•roglyphes[132] . En raison de la rigidit• des r‚gles qui
r•gissent son aspect hautement stylis• et symbolique, l'art •gyptien
antique servait son r„le politique et religieux avec pr•cision et
clart•[133] . En effet, l'iconographie refl‚te l'importance sociale, L'un des chefs-d'•uvre de l'art •gyptien : le buste
religieuse et politique des personnages repr•sent•s. La hauteur des de N•fertiti, sculpt• par Thoutm„sis.
personnages d•pendait, par exemple, de leur r„le dans la soci•t• : les
plus importants •taient les plus grands. Ainsi, le pharaon est toujours repr•sent• comme l'humain le plus grand et les
dieux sont plus ou moins imposants selon la puissance qui leur est attribu•e.

Les artisans •gyptiens sculptent la pierre pour en faire des statues et des bas-reliefs. Ils utilisent aussi parfois le bois
utilis• comme un substitut abordable et facile ƒ tailler. Les peintures sont obtenues ƒ partir de min•raux tels que les
minerais de fer (ocres rouge et jaune), les minerais de cuivre (bleu et vert), de suie ou de charbon de bois (noir) et de
calcaire (blanc). Afin de permettre une utilisation ult•rieure, elle peut aussi ‡tre m•lang•e avec de la gomme
arabique qui sert de liant pour presser les couleurs sous forme de g†teaux[134] . Les pharaons commandent la
r•alisation de bas-reliefs ƒ l'occasion de victoires militaires, d'arr‡t•s royaux ou de f‡tes religieuses. Les citoyens
ordinaires ont le droit d'acqu•rir des pi‚ces d'art fun•raire, telles que des statues ouchebtis ou des livres des morts
qui, selon eux, les prot‚geraient dans l'au-delƒ[135] . Au cours du Moyen Empire, l'ajout de mod‚les en bois ou en
terre cuite repr•sentant des sc‚nes de la vie quotidienne devient commun dans les tombes. Dans une tentative de
dupliquer les activit•s des vivants dans l'au-delƒ, ces mod‚les montrent des ouvriers, des maisons, des bateaux et
m‡me des formations militaires qui sont des repr•sentations ƒ l'•chelle de l'au-delƒ id•al chez les €gyptiens[136] .

Malgr• l'homog•n•it• de l'art •gyptien antique, le style de certaines •poques ou de certains lieux refl‚te parfois les
changements culturels ou politiques. Ainsi, par exemple, apr‚s l'invasion des Hyks„s pendant la deuxi‚me p•riode
interm•diaire, les fresques ƒ Avaris, de style minoen, sont peintes. L'exemple le plus frappant d'un changement
politique qui apparaˆt dans les formes artistiques provient de la p•riode amarnienne o‹ les visages sont radicalement
chang•s afin de se conformer aux id•es religieuses r•volutionnaires d'Akh•naton. Ce style, connu sous le nom d'art
amarnien, est rapidement et compl‚tement effac• apr‚s la mort d'Akh•naton et remplac• par des formes
traditionnelles.
€gypte antique 20

Croyances religieuses
La croyance en l'existence des dieux et de l'au-delƒ est profond•ment
ancr•e dans la civilisation •gyptienne antique et ce, depuis le d•but,
dans la mesure o‹ le pharaon tient son pouvoir du droit divin. Le
panth•on •gyptien est ainsi peupl• de divinit•s aux pouvoirs
surnaturels auxquels il •tait fait appel pour obtenir aide et protection.
Pour autant, toutes les divinit•s •gyptiennes n'•taient pas
n•cessairement bienveillantes et les €gyptiens croient donc qu'elles
doivent ‡tre apais•es gr†ce ƒ des offrandes et des pri‚res. La structure
de ce panth•on change continuellement ƒ mesure que de nouvelles
divinit•s sont promues dans la hi•rarchie. Cependant, les pr‡tres ne
font aucun effort pour organiser les diff•rents mythes de la cr•ation,
qui sont parfois contradictoires, au sein d'un syst‚me coh•rent[137] .
Ces diverses conceptions de la divinit• ne sont pas consid•r•es comme
contradictoires, mais plut„t comme les multiples facettes de la
r•alit•[138] .
Statue d'Amon ƒ Karnak.
Les divinit•s sont v•n•r•es dans des temples administr•s par des
pr‡tres agissant pour le compte du pharaon. Au centre du temple se
trouve le sanctuaire dans lequel est plac•e la statue de la divinit•. Les
temples ne sont pas des lieux de culte ouvert au public et, ƒ de tr‚s
rares occasions, lors de jours de f‡te religieuse, la statue du dieu est
port•e ƒ l'ext•rieur du temple pour permettre ƒ la population de lui
rendre hommage. En temps normal, le domaine divin est isol• du
monde ext•rieur et uniquement accessible aux responsables du temple.
Les citoyens ordinaires peuvent n•anmoins v•n•rer des statues dans
leurs maisons et offrir des amulettes de protection contre les forces du
chaos[139] . Apr‚s le Nouvel Empire, le r„le du pharaon en tant
qu'interm•diaire spirituel s'estompe au profit d'une adoration directe Le livre des morts est un guide pour le voyage du
des dieux ce qui m‚ne au d•veloppement d'un syst‚me d'oracles pour d•funt dans l'au-delƒ.
que la volont• des dieux soit directement communiqu•e au peuple[140] .

Les €gyptiens croient que chaque ‡tre humain est compos• d'•l•ments physiques et spirituels. En plus de son corps,
chaque personne poss‚de ainsi une ombre (‡wt), une personnalit• ou une †me (bˆ), une force vitale (ka) et un
nom[141] . Le c•ur, plus que le cerveau, est consid•r• comme le si‚ge des pens•es et des •motions. Apr‚s la mort, les
•l•ments spirituels de la personne sont lib•r•s de l'enveloppe charnelle et peuvent alors se d•placer ƒ volont•. Pour
cela, ils ont cependant besoin que leurs restes fun•raires, ou qu'un substitut comme une statue, soient pr•serv•s pour
agir comme un foyer permanent. Le but ultime de la personne d•c•d•e est de rejoindre son ka et son bˆ pour devenir
un ‰ mort bienheureux Š, qui survit sous la forme d'un akh. Pour que cela se produise, le d•funt doit ‡tre jug• digne
lors d'un proc‚s o‹ le c•ur est mis en balance avec une ‰ plume de v•rit• Š. Si la personne est jug•e digne, elle
pourra alors continuer son existence sur terre sous une forme spirituelle[142] .

Les €gyptiens de l'Antiquit• cherchent par ailleurs ƒ interpr•ter tous les ph•nom‚nes qu'ils peuvent observer par le
prisme de leur croyance s•culaire. La notion la plus importante pour eux est celle de cycle, que ce soit le cycle du
jour avec le soleil renaissant chaque matin, le cycle des ann•es avec l'inondation annuelle qui pouvait ‡tre source de
joie comme de malheurs (en cas de trop faible ou trop forte crue du Nil), ou encore le cycle de la vie avec les
naissances qui succ‚dent aux morts.
€gypte antique 21

Rites fun•raires
Les anciens €gyptiens avaient un ensemble complexe de coutumes
fun•raires qu€ils jugeaient n•cessaires pour assurer l'immortalit• apr‚s
la mort. Ces coutumes avaient pour but de pr•server les cadavres par la
momification, d€accomplir les c•r•monies d'inhumation et enterrer,
avec le corps, les objets destin•s ƒ ‡tre utilis•s par le d•funt dans
l'au-delƒ[135] . Avant l€Ancien Empire, les corps enterr•s dans des
fosses au d•sert ont •t• pr•serv•s naturellement par dessiccation. Les
zones arides et d•sertiques ont continu• d'‡tre une aubaine durant toute
l€€gypte antique pour les s•pultures des pauvres, qui ne pouvaient pas
se permettre les pr•paratifs fun•raires •labor•s ƒ la disposition des
•lites. Les €gyptiens ais•s ont commenc• ƒ enterrer leurs morts dans
des tombes en pierre et, en cons•quence, ils ont fait usage de la
momification artificielle, qui consistait ƒ enlever les organes internes,
envelopper le corps de toile, et l'enterrer dans un sarcophage
rectangulaire en pierre ou dans un cercueil en bois. Depuis la IVe
dynastie, les organes furent conserv•s s•par•ment dans les vases Masque d'or du pharaon Tout†nkhamon,

canopes[143] . chef-d'•uvre du mobilier fun•raire •gyptien.

Au Nouvel Empire, les €gyptiens avaient perfectionn• l'art de la


momification. Pour les meilleures momifications, ils enlevaient les
organes internes dont le cerveau par le nez, et dess•chaient le corps
dans un m•lange de sels appel•s natron. Le corps •tait ensuite
envelopp• de bandelettes de lin avec des amulettes protectrices
ins•r•es entre les couches et plac• dans un cercueil anthropomorphe
d•cor•. Les momies des •poques tardives ont •t• munies d€un masque
en cartonnage peint. L€usage de la momification a diminu• au cours
des •poques ptol•ma…que et romaine mais l'aspect ext•rieur fut
Anubis, dieu de la momification et des rites
privil•gi•[144] .
fun•raires.

Les riches €gyptiens ont •t• enterr•s avec de nombreux objets de luxe,
mais tous les enterrements, quel que soit le statut social, incluaient des biens pour le d•funt. D‚s le Nouvel Empire,
le livre des morts •tait plac• dans la tombe avec des ouchebti, statues destin•es ƒ travailler pour le d•funt dans
l'au-delƒ[145] . Des rituels dans lesquels le d•funt est ranim• par magie accompagnaient l'enterrement. Apr‚s celui-ci,
les parents vivants •taient cens•s apporter occasionnellement des aliments au tombeau et r•citer des pri‚res au nom
de la personne d•c•d•e[146] .
€gypte antique 22

Arm•e
L'arm•e •gyptienne antique avait pour but de d•fendre l'€gypte contre
les invasions •trang‚res, et maintenir la domination •gyptienne dans le
Proche-Orient ancien et la Nubie. L€arm•e prot•geait les mines du
Sina… au cours de l'Ancien Empire et combattit lors des guerres civiles
des premi‚re et deuxi‚me p•riodes interm•diaires. Les militaires
surveillaient les principales routes commerciales gr†ce ƒ des
fortifications comme celles qu'on trouve dans la ville de Bouhen sur le
chemin de la Nubie. Ces forts servaient aussi de bases militaires,
comme la forteresse de Sile, base d'op•rations pour des exp•ditions Un char de guerre •gyptien.

vers le Levant. Au Nouvel Empire, les pharaons utilis‚rent une arm•e


de m•tier pour attaquer et conqu•rir Koush et le Levant[147] .

L'•quipement militaire comprenait des arcs et des fl‚ches, un bouclier de cuir avec une armature en bois au sommet
arrondi. Le Nouvel Empire vit l€introduction des chars utilis•s pr•c•demment par les envahisseurs Hyks„s. Armes et
armures ont continu• ƒ s'am•liorer apr‚s l'adoption du bronze : les boucliers furent d•sormais fabriqu•s en bois
massif avec une boucle en bronze, les lances ont •t• •quip•es d€une pointe en bronze et la Kh•pesh a •t• adopt•e par
les soldats asiatiques[148] . Le pharaon •tait g•n•ralement repr•sent• dans l'art et la litt•rature chevauchant ƒ la t‡te
de l'arm•e, et il est prouv• que quelques uns le firent, tels S•q•nenr‡ Ta† II et Ahm„sis Ier[149] . Les soldats •taient
g•n•ralement recrut•s dans la population, mais le Nouvel Empire et les •poques ult•rieures ont vu des mercenaires
nubiens, kouchites ou libyens[150] .

Sciences et technologies
En technologie, m•decine et math•matique, les ”gyptiens atteignirent un niveau relativement •lev• de productivit• et
de sophistication. Le traditionnel empirisme, comme en t•moigne les papyrus Edwin Smith et Ebers (vers -1600), est
d'abord cr•dit• en €gypte, et les racines de la m•thode scientifique peuvent aussi ‡tre retrouv•es chez les anciens
€gyptiens[r•f.Žn•cessaire]. Les €gyptiens ont cr•• leur propre alphabet et le syst‚me d•cimal[r•f.Žn•cessaire].

La faƒence et le verre
M‡me avant l'Ancien Empire, les anciens €gyptiens avaient d•velopp•
un mat•riau vitreux, connu sous le nom de fa…ence, qu'ils utilisaient
comme une pierre pr•cieuse semi-artificielle. La fa…ence est une
c•ramique faite non d€argile mais de silice avec une petite quantit• de
chaux vive et de soude, ainsi qu€un colorant, g•n•ralement du
cuivre[151] . Elle •tait utilis•e pour faire des perles, des tuiles, des
figurines et des articles de mercerie. Plusieurs m•thodes pouvaient ‡tre
utilis•es pour fabriquer de la fa…ence, mais la plus courante •tait de
m•langer les composants en poudre dans une p†te et de la glisser dans
un moule d€argile ensuite retir•. Par une technique proche, les anciens
€gyptiens produisirent un pigment appel• bleu •gyptien ou fritte de
bleu, qui est produit par la fusion (ou agglom•ration) de silice, de
cuivre, de chaux et d'un alcalin tel le natron. Le produit peut ‡tre broy•
et utilis• comme pigment[152] .

Cruche •gyptienne du Nouvel Empire.


€gypte antique 23

Les anciens €gyptiens pouvaient fabriquer une grande vari•t• d'objets ƒ partir de verre avec beaucoup d'habilet•,
mais ont ne sait pas s'ils d•velopp‚rent le syst‚me de mani‚re ind•pendante[153] . Il est •galement difficile de savoir
si les pi‚ces ont •t• faites directement ƒ partir de verre brut cr•• sur place ou de lingots import•s. Toutefois, ils
poss‚dent une expertise technique dans la fabrication d'objets, ainsi que l'ajout d'oligo-•l•ments pour contr„ler la
couleur du verre fini. Une gamme de couleurs, pouvaient ‡tre produites, dont le jaune, le rouge, le vert, le bleu, le
pourpre et le blanc, et le verre peut-‡tre soit transparent soit opaque[154] .

M•decine
Les probl‚mes m•dicaux des anciens €gyptiens d•coulaient
directement de leur environnement. Vivre et travailler ƒ proximit• du
Nil expose aux risques de maladies parasitaires telles que le paludisme
et la bilharziose ainsi qu'aux animaux sauvages tels les crocodiles et les
hippopotames. Les travaux agricoles et de construction usaient les
colonnes vert•brales et les articulations, et les blessures li•es aux
constructions et ƒ la guerre affectaient leurs organismes. Le gravier et
le sable, contenus dans la farine moulue sous la pierre, usaient les
dents, les laissant vuln•rables aux abc‚s m‡me si les caries •taient
rares[155] .

L'alimentation des riches •tait tr‚s sucr•e, favorisant les


parodontites[156] . Malgr• le physique flatteur repr•sent• sur les murs
des tombes, les momies des personnages ais•s montrent g•n•ralement
un surpoids important li• ƒ une vie d'exc‚s[157] . L€esp•rance de vie des
adultes •tait d'environ 35 ans pour les hommes et de 30 pour les
femmes, mais il •tait difficile d'atteindre l'†ge adulte, environ un tiers
de la population mourant dans l'enfance[158] .

Les m•decins de l'€gypte antique •taient renomm•s dans le


Proche-Orient ancien pour leurs capacit•s de gu•rison, et certains,
Instruments m•dicaux •gyptiens repr•sent•s dans
comme Imhotep, sont rest•s c•l‚bres longtemps apr‚s leur mort[159] .
un bas relief du temple de K„m Ombo.
H•rodote a remarqu• que les m•decins •gyptiens •taient tr‚s
sp•cialis•s, certains ne traitant uniquement que les maux de t‡te ou de
ventre, tandis que d'autres •taient oculistes ou dentistes[160] . La formation des m•decins •tait effectu•e dans les Per
‰nkh ou ‰ maison de vie Š, les plus c•l‚bres •tant celles de la Bubastis au Nouvel Empire et ƒ Abydos et Sa…s durant
la Basse •poque. Les papyrus m•dicaux montrent des connaissances empiriques en anatomie, sur les blessures et les
traitements pratiques[161] .

Les plaies •taient trait•es par des bandages pouvant utiliser de la viande crue, du linge blanc, des point de suture, des
filets, des compresses ou des tampons imbib•s de miel pour pr•venir l'infection[162] tandis que l'opium •tait utilis•
pour soulager la douleur. L€a…l et les oignons ont •t• r•guli‚rement utilis•s pour favoriser une bonne sant• et pour
soulager l€asthme. Les chirurgiens savaient recoudre les plaies, r•parer les fractures, et amputer les malades, mais
pour les blessures les plus graves ils ne pouvaient que soulager les patients jusqu'ƒ leur mort[163] .
€gypte antique 24

Construction navale
D‚s -3000, les €gyptiens savaient assembler des coques de navires en bois. L'•gyptologue David O€Connor de
l€Archaeological Institute of America d•couvrit un groupe de quatorze navires anciens ƒ Abydos construits avec des
planches en bois ‰ cousues Š ensemble[164] par des sangles tiss•es afin de les lier[164] ainsi que du papyrus et de
l€herbe pour calfater les jointures des planches[164] . Ils furent d•couverts pr‚s du tombeau du pharaon
Kh†sekhemoui[164] , ce qui laisse croire qu€ils lui auraient appartenu mais l€un a •t• dat• de -3000[164] et des jarres de
poterie enterr•es avec les vaisseaux sugg‚rent une datation ant•rieure[164] . Ce navire mesure 33Žm‚tres de long [164]
et l'on pense maintenant qu'il a appartenu ƒ un ancien pharaon[164] , peut ‡tre Hor-Aha[164] .
Les anciens €gyptiens savaient aussi comment assembler des planches de bois avec des chevilles pour les attacher
ensemble, en utilisant de la poix pour le calfeutrage des coutures. La barque de Kh•ops, un navire de 43.6Žm‚tres
scell• dans une fosse du complexe fun•raire de Kh•ops au pied de la Grande Pyramide de Gizeh lors de la IVe
dynastie autour de -2500, est le seul exemple grandeur nature qui nous est rest• d'une barque solaire symbolique. Les
anciens €gyptiens savaient aussi comment attacher les planches de ce navire gr†ce ƒ des tenons[164] . En d•pit de leur
capacit• ƒ construire des navires enti‚rement ƒ voile pour naviguer sur le Nil, facilement navigable, ils n'•taient pas
connus pour ‡tre bons marins et ne se livr‚rent pas ƒ une navigation enti‚rement ƒ voile g•n•ralis•e dans la
M•diterran•e ou la mer Rouge.

Math•matiques
Les premiers exemples attest•s de calculs math•matiques datent de l€•poque pr•dynastique de Nagada, et poss‚dent
un syst‚me de num•ration assez d•velopp•[165] . L'importance des math•matiques dans l€•ducation •gyptienne est
sugg•r•e par une fiction du Nouvel Empire dans laquelle l'auteur propose un concours scolaire entre lui et un autre
scribe concernant des t†ches de calcul de tous les jours tels que la comptabilit• de la terre, du travail et du grain[166] .
Des textes comme le papyrus Rhind et le papyrus de Moscou montrent que les anciens €gyptiens pouvaient effectuer
les quatre op•rations math•matiques de base (addition, soustraction, multiplication et division), utilisaient les
fractions, calculaient les volumes des boˆtes et des pyramides et la surfaces des rectangles, des triangles, des cercles
et m‡me des sph‚res. Ils ont compris les concepts de base de l€alg‚bre et de la g•om•trie, qui permettraient de
r•soudre des simples syst‚mes d'•quations[167] .

La num•ration •tait d•cimale et bas•e sur des signes hi•roglyphiques pour chaque puissance de dix jusqu€ƒ un
million. Chacun d'eux pouvait ‡tre •crit autant de fois que n•cessaire pour les ajouter jusqu€ƒ obtenir le nombre
d•sir•. Ainsi pour •crire les nombres quatre-vingts ou huit cents, on •crivait huit fois les symboles de dix ou de
cent[168] . Mais leur syst‚me d€•criture ne pouvait •crire les fractions avec un num•rateur sup•rieur ƒ un, elles ont
donc d’ ‡tre •crites comme la somme de plusieurs fractions. Par exemple, deux cinqui‚mes •tait •crit comme la
somme de un tiers et un quinzi‚me[169] . Quelques fractions simples ont •t• toutefois •crites avec un glyphe sp•cial
comme les deux tiers affich• ci-dessus[170] .
En g•om•trie, les math•maticiens •gyptiens avaient une bonne connaissance des principes qui sous-tendent le
th•or‚me de Pythagore, sachant, par exemple, qu'un triangle a un angle droit en face de l'hypot•nuse lorsque ses
c„t•s se trouvaient dans un ratio 3-4-5[171] . Ils ont •t• en mesure d'estimer l€aire d'un cercle en soustrayant un
[171] ,[172]
neuvi‚me au carr• du diam‚tre soit qui vaut aussi soit une approximation de .

Le nombre d'or semble se retrouver dans de nombreuses constructions •gyptiennes, y compris les pyramides, mais
son utilisation n€a peut ‡tre •t• qu€une cons•quence involontaire de la pratique de combiner l'utilisation des cordes ƒ
n•uds avec un sens intuitif des proportions et de l'harmonie[173] .
€gypte antique 25

L'€gypte antique dans les arts

Architecture
‘ Maison €gyptienne, place du Caire ƒ Paris, construite en 1805 et dont la faŒade reprend une frise et des t‡tes
•gyptiennes
‘ Egyptian Hall ƒ Londres en 1812[174]

Peinture
‘ David Roberts (1796-1864) fait de nombreuses peintures dont le d•cor rappelle l'€gypte antique.

Musique
‘ AŠda, op•ra de Giuseppe Verdi
‘ Danse •gyptienne, de Samson et Dalila, par Camille Saint-Sa•ns
‘ Giulio Cesare in Egitto, de Georg Friedrich Haendel

Litt•rature

R•cits de grands voyageurs


‘ Saguez de Breuvery et Cadalv‚ne, L'€gypte et la Nubie, €ditions Arthus Bertrand, 1841 [ pr•sentation en ligne [175]]
‘ Saguez de Breuvery, L'€gypte et la Turquie, €ditions Arthus Bertrand, 1836 [ pr•sentation en ligne [176]]

Romans
On ne compte plus le nombre impressionnant de romans dont le th‚me est l'€gypte antique ; citons simplement deux
classiques :
‘ Le Roman de la momie de Th•ophile Gautier
‘ La Mort de Phil‹ de Pierre Loti

Bandes dessin•es
En bande dessin•e on peut citer :
‘ la s•rie Papyrus[177]
‘ Le Myst•re de la Grande Pyramide d'Edgar P. Jacobs[178]
‘ La Foire aux immortels, d'Enki Bilal[179]
‘ Sur les terres d'Horus, d'Isabelle Dethan[180]
‘ Ast€rix et Cl€opˆtre [181]

Cin•ma/Musique
‘ La Terre des pharaons, film am€ricain de Howard Hawks, de 1955 ; participation au sc€nario de William
Faulkner
‘ Cl€opˆtre, film de Joseph L. Mankiewicz, de 1963
‘ Le Pharaon, film polonais de Jerzy Kawalerowicz, de 1966
‘ Ast€rix et Ob€lix : Mission Cl€opˆtre, une adaptation par Alain Chabat de la bande dessin•e, de 2001
‘ La reine soleil, film franŒais de 2007
‘ Cl€opˆtre, com•die musicale pr•sent• par Kamel Ouali, mettant en sc‚ne Sofia Essa…di
‘ Tout l'univers de fiction de Stargate.
€gypte antique 26

Jeux de r„le
‘ L•gendes de la Vall•e des Rois, par Christian Caroli, Jeux Descartes 1988.
‘ Momie : la R•surrection, White Wolf 1995 (mais on y joue de nos jours).
‘ GURPS Egypt ; Thomas M. Kane, €diteur : Steve Jackson Games, 1998, langue : anglais (version originale),
(ISBN 1-55634-342-6)
[182]
‘ €gyptis , jeu en ligne gratuit dans lequel on incarne un €gyptien de l'Antiquit• vivant au rythme du Nil.

Jeux vid•o
‘ Œgypte : 1156 av. J.-C. - L'Œnigme de la tombe royale - 1997, R•union des Mus•es Nationaux, Canal+
Multim•dia, Cryo Interactive[183]
‘ Pharaon - 1999, City builder en temps r•el[184] , d•velopp• par les studios Sierra/Impressions – (Caesar III,
Empereur : l'Empire du Milieu, Zeus : le Ma•tre de l'Olympe, ..)
‘ €gypte II. La proph€tie d'H€liopolis - 2000, R•union des Mus•es Nationaux, Cryo Interactive[185]
‘ Cl•op†tre - 2001, Extension officielle du jeu Pharaon[186]
‘ Immortal Cities : Les enfants du nil - 2004, City builder 3D, d•velopp• par les studios Tilted Mill –[187] (Caesar
IV, Simcity Societies, ..)
‘ Titan Quest- 2005, THQ Inc. D•velopp• par Iron Lore Entertainment
‘ €gypte III - Le destin de Rams‚s - 2004, R•union des Mus•es Nationaux, Kh•ops Studio[188]
‘ Cl•op†tre, le destin d'une Reine - 2007, Kh•ops Studio[189]

Bibliographie

En fran…ais
Histoire et chronologie
‘ Jean Vercoutter, L'€gypte et la vall•e du Nil, tome 1 : Des origines ƒ la fin de l'Ancien Empire, Nouvelle Clio
Presses Universitaires de France, 1992
‘ Claude Vandersleyen, L'€gypte et la vall•e du Nil, tome 2 : De la fin de L'Ancien Empire ƒ la fin du Nouvel
Empire, Nouvelle Clio Presses Universitaires de France, 1995
‘ B•atrix Midant-Reynes, Aux origines de l'€gypte. Du N•olithique ƒ l'•mergence de l'€tat, Paris, Fayard, 2003
‘ Nicolas Grimal, Histoire de l'€gypte ancienne, Le Livre de Poche n— 416/17
‘ Michel Dessoudeix, Chronique de l'€gypte ancienne, Actes Sud, 2008
‘ Aude Gros de Beler et Jean-Claude Golvin, Guide de l'€gypte ancienne, Paris, Actes Sud Errance, 2002
Mythologie
‘ Jean-Pierre Corteggiani, L'€gypte ancienne et ses dieux, Paris, Editions Fayard, 2007
‘ Aude Gros de Beler, La Mythologie •gyptienne, Moli‚re, 1998
€criture
‘ Pierre Grandet et Bernard Mathieu, Cours d'•gyptien hi•roglyphique, Editions Kheops, 2004
€gypte antique 27

En anglais
‘ (en) Cyril Aldred, Akhenaten, King of Egypt, Londres, Thames and Hudson, 1988 (ISBN 0-500-05048-1)
‘ (en) James P. Allen, Middle Egyptian: An Introduction to the Language and Culture of Hieroglyphs, Cambridge,
Cambridge University Press, 2000 (ISBN 0-521-77483-7)
‘ (en) Alexander Badawy, A History of Egyptian Architecture, vol.Ž3, Berkeley, University of California Press,
1968 (ISBN 0-520-00057-9)
‘ (en) Jules B. Billard, Ancient Egypt: Discovering its Splendors, Washington D.C., National Geographic Society,
1978
‘ (en) J Cerny, Egypt from the Death of Ramesses III to the End of the Twenty-First Dynasty dans The Middle East
and the Aegean Region c.1380 1000 BC, Cambridge, Cambridge University Press, 1975 (ISBN 0-521-08691-4)
‘ (en) Somers Clarke et R. Engelbach, Ancient Egyptian Construction and Architecture, New York, Dover
Publications, 1990 (ISBN 0-486-26485-8)
‘ (en) Peter A. Clayton, Chronicle of the Pharaohs, Londres, Thames and Hudson, 1994 (ISBN 0-500-05074-0)
‘ (en) Eric H. Cline, Amenhotep III: Perspectives on His Reign, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2001,
273Žp. (ISBN 0-472-08833-5)
‘ (en) Aidan Dodson, Egyptian Rock Cut Tombs, Buckinghamshire, Shire Publications Ltd, 1991 (ISBN
0-7478-0128-2)
‘ (en) Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt, Londres, Thames & Hudson,
2004 (ISBN 0500051283)
‘ (en) Okasha El-Daly, Egyptology: The Missing Millennium, Londres, UCL Press, 2005 (ISBN 1-844-72062-4)
‘ (en) Joyce Filer, Disease, Austin, University of Texas Press, 1996 (ISBN 0-292-72498-5)
‘ (en) Sir Alan Gardiner, Egyptian Grammar: Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, Oxford, Griffith
Institute, 1957 (ISBN 0-900416-35-1)
‘ (en) W. C. Hayes, ‰ Most Ancient Egypt Š, dans Journal of Near Eastern Studies, vol.Ž23, noŽ4, October 1964,
p.Ž217-272
‘ (en) Annette Imhausen, Eleanor Robson, Joseph W. Dauben, Kim Plofker, J. Lennart Berggren et Victor J. Katz,
The Mathematics of Egypt, Mesopotamia, China, India, and Islam: A Sourcebook, Princeton, Princeton
University Press, 2007 (ISBN 0-691-11485-4)
‘ (en) T.G.H. James, The British Museum Concise Introduction to Ancient Egypt, Ann Arbor, University of
Michigan Press, 2005 (ISBN 0-472-03137-6)
‘ (en) Barry Kemp, Ancient Egypt: Anatomy of a Civilization, Londres, Routledge, 1991 (ISBN 0415063469)
‘ (en) Miriam Lichtheim, Ancient Egyptian Literature,, vol.Ž1, Londres, University of California Press, 1975 (ISBN
0-520-02899-6)
‘ (en) Miriam Lichtheim, Ancient Egyptian Literature, A Book of Readings, vol.Ž3Ž: The Late Period, Berkeley,
University of California Press, 1980 (ISBN 0-520-24844-1)
‘ (en) Antonio Loprieno, Ancient Egyptian: A linguistic introduction, Cambridge, Cambridge University Press,
1995a (ISBN 0-521-44849-2)
‘ (en) Antonio Loprieno, Civilizations of the Ancient Near East, vol.Ž4, New York, Charles Scribner, 1995b (ISBN
1-565-63607-4), p.Ž2137-2150
‘ (en) Antonio Loprieno, The Cambridge Encyclopedia of the World's Ancient Languages, Cambridge University
Press, 2004 (ISBN 0-52-156256-2), p.Ž160 192
‘ (en) Alfred Lucas, Ancient Egyptian Materials and Industries, 4th Ed, Londres, Edward Arnold Publishers, 1962
(ISBN 1854170465)
‘ (en) Leanne M. Mallory-Greenough, ‰ The Geographical, Spatial, and Temporal Distribution of Predynastic and
First Dynasty Basalt Vessels Š, dans The Journal of Egyptian Archaeology, Londres, Egypt Exploration Society,
vol.Ž88, 2002, p.Ž67 93 [ lien DOI [190]]
€gypte antique 28

‘ (de) Peter Der Manuelian, Egypt: The World of the Pharaohs, Bonner Stra˜e, K™nemann Verlagsgesellschaft
mbH, 1998 (ISBN 3-89508-913-3)
‘ (en) A. G. McDowell, Village life in ancient Egypt: laundry lists and love songs, Oxford, Oxford University
Press, 1999 (ISBN 0-19-814998-0)
‘ (en) Lynn Meskell, Object Worlds in Ancient Egypt: Material Biographies Past and Present (Materializing
Culture), Oxford, Berg Publishers, 2004 (ISBN 1-85973-867-2)
‘ (en) B•atrix Midant-Reynes, The Prehistory of Egypt: From the First Egyptians to the First Pharaohs, Oxford,
Blackwell Publishers, 2000 (ISBN 0-631-21787-8)
‘ (en) Paul T. Nicholson, Ancient Egyptian Materials and Technology, Cambridge, Cambridge University Press,
2000 (ISBN 0521452570)
‘ (en) Lorna Oakes, Ancient Egypt: An Illustrated Reference to the Myths, Religions, Pyramids and Temples of the
Land of the Pharaohs, New York, Barnes & Noble, 2003 (ISBN 0-7607-4943-4)
‘ (en) Gay Robins, The Art of Ancient Egypt, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 2000 (ISBN
0-674-00376-4)
‘ (en) Kim Ryholt, The Political Situation in Egypt During the Second Intermediate Period, Copenhague, Museum
Tusculanum, janvierŽ1997 (ISBN 8772894210)
‘ (en) Bernd Scheel, Egyptian Metalworking and Tools, Haverfordwest, Shire Publications Ltd, 1989 (ISBN
0747800014)
‘ (en) Ian Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford, Oxford University Press, 2003 (ISBN 0-500-05074-0)
‘ (en) Alberto Siliotti, The Discovery of Ancient Egypt, Edison, Book Sales, Inc, 1998 (ISBN 0-7858-1360-8)
‘ (en) Eugen Strouhal, Life in Ancient Egypt, Norman, University of Oklahoma Press, 1989 (ISBN 0-8061-2475-x)
‘ (en) Joyce A. Tyldesley, Ramesses: Egypt's greatest pharaoh, Harmondsworth, Penguin, 2001 (ISBN 0-14-028097-9),
p.Ž76-77
‘ (de) G. Vittman, ‰ Zum koptischen Sprachgut im šgyptisch-Arabisch Š, dans Wiener Zeitschrift fŽr die Kunde
des Morgenlandes, Vienne, Institut f›r Orientalistik, Vienna University, vol.Ž81, 1991, p.Ž197ƒ227
‘ (en) Frank William Walbank, The Cambridge ancient history, Cambridge, Cambridge University Press, 1984
(ISBN 0-521-23445-X)
‘ (en) James Wasserman, Raymond Oliver Faulkner, Ogden Goelet et Eva Von Dassow, The Egyptian Book of the
dead, the Book of going forth by day: being the Papyrus of Ani, San Francisco, Chronicle Books, 1994 (ISBN
0-8118-0767-3)
‘ (en) R. H. Wilkinson, The Complete Temples of Ancient Egypt, Londres, Thames and Hudson, 2000 (ISBN
0500051003)

Notes et r•f•rences
(en) Cet article est partiellement ou en totalit• issu de l€article en anglais intitul• ‰ Ancient Egypt [191] Š (voir la liste des
[192]
auteurs )

[1] (en) Chronology (http://www.digitalegypt.ucl.ac.uk/chronology/index.html), Digital Egypt for Universities, University College
London. Consult• le 25 mars 2008
[2] (en) Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt, London, Thames & Hudson, 2004 (ISBN 0500051283),
p.Ž46
[3] Clayton 1994, p.Ž217
[4] James 2005, p.Ž8
[5] Der Manuelian 1998, p.Ž6-7
[6] Clayton 1994, p.Ž153
[7] James 2005, p.Ž84
[8] (en) Salima Ikram, Choice Cuts: Meat Production in Ancient Egypt, Universit• de Cambridge, 1992 (ISBN 9789068317459) (OCLC
60255819 (http:/ / worldcat. org/ oclc/ 60255819& lang=fr))
[9] (en) W.C. Hayes, ‰ Most Ancient Egypt: Chapter III. The Neolithic and Chalcolithic Communities of Northern Egypt Š, dans Journal of
Near Eastern Studies, vol.Ž23, noŽ4, octobre 1964, p.Ž217-272
€gypte antique 29

[10] (en) Gordon V. Childe, New light on the most ancient Near East, Praeger Publications, 1953
[11] Raphael Patai, Children of Noah: Jewish Seafaring in Ancient Times, Princeton University Press, 1998
[12] (en) Barbara G. Aston, James A. Harrell, Ian Shaw, Ancient Egyptian Materials and Technology, Cambridge, Paul T. Nicholson and Ian
Shaw, 2000, ‰ŽStoneŽŠ, p.Ž46-47
[13] (en) Barbara G. Aston, Ancient Egyptian Stone Vessels, vol.Ž5Ž: Studien zur Arch•ologie und Geschichte Alt•gyptens, Heidelberg, 1994 ,
p.Ž23-26
[14] (en) Chronology of the Naqada Period (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ naqadan/ chronology. html#naqadaI), Digital Egypt for
Universities, University College London. Consult• le 21 novembre 2009
[15] Shaw 2003, p.Ž61
[16] (en) Faience in different Periods (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ faience/ periods. html), Digital Egypt for Universities, University
College London. Consult• le 21 novembre 2009
[17] (en) James P. Allen, Middle Egyptian: An Introduction to the Language and Culture of Hieroglyphs, Cambridge, Cambridge University
Press, 2000 (ISBN 0-521-77483-7), p.Ž1
[18] Clayton 1994, p.Ž6
[19] Shaw 2003, p.Ž78ƒ80
[20] Clayton 1994, p.Ž12ƒ13
[21] Robins 2000, p.Ž32
[22] Shaw 2003, p.Ž70
[23] (en) Early Dynastic Egypt (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ archaicegypt/ info. html), Digital Egypt for Universities, University
College London. Consult• le 21 novembre 2009
[24] James 2005, p.Ž40
[25] Shaw 2003, p.Ž102
[26] Shaw 2003, p.Ž116ƒ117
[27] (en) Fekri Hassan, ‰Ž The Fall of the Old Kingdom (http:/ / www. bbc. co. uk/ history/ ancient/ egyptians/ apocalypse_egypt_04. shtml)ŽŠ,
British Broadcasting Corporation. Consult• le 21 novembre 2009
[28] Clayton 1994, p.Ž69
[29] Shaw 2003, p.Ž120
[30] Shaw 2003, p.Ž146
[31] Clayton 1994, p.Ž29
[32] Shaw 2002, p.Ž148
[33] Clayton 1994, p.Ž79
[34] (en) Les Pharaons et l'Histoire (http://www.bubastis.be/societe/pharaon/pharaon_02c.html). Consult• le 28 novembre 2009
[35] Shaw 2003, p.Ž158
[36] Shaw 2002, p.Ž179ƒ182
[37] Robins 1997, p.Ž90
[38] Shaw 2003, p.Ž188
[39] Ryholt 1997, p.Ž310
[40] Shaw 2003, p.Ž189
[41] Shaw 2003, p.Ž224
[42] James 2005, p.Ž48
[43] (en) Hatchepsout (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ chronology/ hatshepsut. html), Digital Egypt for Universities, University College
London. Consult• le 28 novembre 2009
[44] Clayton 1994, p.Ž108
[45] (en) Cyril Aldred, Akhenaten, King of Egypt, Londres, Thames and Hudson, 1988 (ISBN 0-500-05048-1), p.Ž259
[46] (en) Eric H. Cline, David Kevin O'Connor, Amenhotep III: Perspectives on His Reign, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2001
(ISBN 0-472-08833-5), p.Ž273
[47] Clayton 1994, p.Ž146
[48] (en) Joyce A. Tyldesley, Ramesses: Egypt's greatest pharaoh, Harmondsworth, Penguin, 2001 (ISBN 0-14-028097-9), p.Ž76ƒ77
[49] James 2005, p.Ž54
[50] (en) J. Cerny, Egypt from the Death of Ramesses III to the End of the Twenty-First Dynasty' in The Middle East and the Aegean Region
c.1380ƒ1000 BC, Cambridge, UK, Cambridge University Press, 1975 (ISBN 0-521-08691-4), p.Ž645
[51] Shaw 2003, p.Ž345
[52] (en) Ibrahim Omer, ‰Ž The Kushite Conquest of Palestine and the 'Assyro-Kushite Wars' (http:/ / www. ancientsudan. org/
history_07_assyro. htm)ŽŠ, Ancient~Sudan: Nubia, 2009. Consult• le 28 novembre 2009
[53] Shaw 2003, p.Ž358
[54] Shaw 2003, p.Ž383
[55] Shaw 2003, p.Ž385
[56] Shaw 2003, p.Ž405
[57] Shaw 2003, p.Ž411
€gypte antique 30

[58] Shaw 2003, p.Ž418


[59] James 2005, p.Ž62
[60] James 2005, p.Ž63
[61] Shaw 2003, p.Ž426
[62] Shaw 2003, p.Ž422
[63] Shaw 2003, p.Ž431
[64] (en) Henry Chadwick, The Church in Ancient Society, Oxford University Press US, 2001 (ISBN 0199246955), p.Ž373
[65] (en) Ramsay MacMullen, Christianizing the Roman Empire A.D 100-400, Yale University Press, 1984 (ISBN 0-30003216-1), p.Ž63
[66] Shaw 2003, p.Ž445
[67] Der Manuelian 1998, p.Ž358
[68] Der Manuelian 1998, p.Ž363
[69] Der Manuelian 1998, p.Ž383
[70] James 2005, p.Ž136
[71] (en) Jules B. Billard, Ancient Egypt: Discovering its Splendors, Washington D.C., National Geographic Society, 1978, p.Ž109
[72] (en) Social classes in ancient Egypt (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ social/ index. html), Digital Egypt for Universities, University
College London. Consult• le 27 d•cembre 2009
[73] Janet H. Johnson, ‰Ž Women's Legal Rights in Ancient Egypt (http:/ / fathom. lib. uchicago. edu/ 1/ 777777190170/ )ŽŠ, Universit• de
Chicago. Consult• le 27 d•cembre 2009
[74] Selon Christiane Desroches Noblecourt, cette reine-roi, fut ƒ l'origine du mot ‰ŽPharaonŽŠ et donc la premi‚re et la seule femme ƒ avoir •t•
pharaon (Cl•op†tre qui •tait d'une dynastie mac•donienne, ne se fera jamais repr•senter comme un pharaon-homme), voir chapitre VI de
l'ouvrage La reine myst€rieuse, Hatchepsout, Edtions Pygmalion, 2002). En effet apr‚s qu'Hatchpsout osa prendre le pouvoir comme ‰ŽroiŽŠ et
non plus comme ‰ŽreineŽŠ ou r•gente, cela devint d•licat pour les scribes : comment nommer le souverain du pays dans les actes officiels. Car
le jeune Thoutmosis III •tait laiss• en vie et avec toutes ses pr•rogatives royales. Il y avait donc deux co-souverains ƒ la t‡te de l'€gypte, une
reine devenu roi et son jeune beau-fils. Pour ne pas se cr•er d'ennuis avec les partisans d'Hatchepsout et ceux de Thoutmosis III, les scribes
royaux invent‚rent le mot ‰ŽPharaonŽŠ, qu'on peut traduire par le mot ‰ŽpalaisŽŠpalais
[75] Lorna Oakes 2003, p.Ž472
[76] A. G. McDowell, Village life in ancient Egypt: laundry lists and love songs, Oxford, Oxford University Press, 1999 (ISBN 0-19-814998-0),
p.Ž168
[77] (en) Lynn Meskell, Object Worlds in Ancient Egypt: Material Biographies Past and Present (Materializing Culture), Oxford, Berg
Publishers, 2004 (ISBN 1-85973-867-2), p.Ž23
[78] Der Manuelian 1998, p.Ž372
[79] (en) Frank William Walbank, The Cambridge ancient history, Cambridge, Cambridge University Press, 1984 (ISBN 0-521-23445-X),
p.Ž125
[80] (en) Naomi Porat et Edwin van den Brink, An Egyptian Colony in Southern Palestine During the Late Predynastic to Early Dynastic, 1992,
p.Ž433-440
[81] Shaw 2002, p.Ž72
[82] (en) Naomi Porat, Local Industry of Egyptian Pottery in Southern Palestine During the Early Bronze I Period, Bulletin of the
Egyptological, Seminar 8, 1987, p.Ž109-129
[83] (en) Egyptian pottery of the beginning of the First Dynasty, found in South Palestine (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/
foreignrelations/ 1stdynegyppotsinpalestine. html), University College London, 2000. Consult• le 27 d•cembre 2009
[84] Shaw 2002, p.Ž322
[85] Der Manuelian 1998, p.Ž145
[86] Geraldine Harris, Ancient Egypt, 1990 (ISBN 978-0816019717), p.Ž13
[87] Der Manuelian 1998, p.Ž361
[88] Nicholson 2000, p.Ž514
[89] Nicholson 2000, p.Ž506
[90] Nicholson 2000, p.Ž510
[91] Nicholson 2000, p.Ž577 & 630
[92] Greaves 1929, p.Ž123
[93] (en) Alfred Lucas, Ancient Egyptian Materials and Industries, Londres, Edward Arnold Publishers, 1962 (ISBN 1854170465), p.Ž413
[94] Nicholson 2000, p.Ž28
[95] (en) Bernd Scheel, Egyptian Metalworking and Tools, Haverfordwest, Shire Publications Ltd, 1989 (ISBN 0747800014), p.Ž14
[96] Nicholson 2000, p.Ž166
[97] Nicholson 2000, p.Ž51
[98] Loprieno 1995b, p.Ž2137
[99] Loprieno 2004, p.Ž161
[100] Loprieno 2004, p.Ž162
[101] Loprieno 1995b, p.Ž2137-38
[102] Vittman 1991, p.Ž197-227
€gypte antique 31

[103] Loprieno 1995a, p.Ž46


[104] Loprieno 1995a, p.Ž74
[105] Loprieno 2004, p.Ž175
[106] Allen 2000, p.Ž67, 70, 109
[107] Loprieno 2005, p.Ž2147
[108] Loprieno 2004, p.Ž173
[109] Allen 2000, p.Ž13
[110] Allen 2000, p.Ž7
[111] Loprieno 2004, p.Ž166
[112] El-Daly 2005, p.Ž164
[113] Allen 2000, p.Ž8
[114] Strouhal 1989, p.Ž235
[115] Lichtheim 1975, p.Ž11
[116] Lichtheim 1975, p.Ž215
[117] (en) John Day, John Adney Emerton, Robert P. Gordon, Hugh Godfrey et Maturin Williamson, Wisdom in Ancient Israel, Cambridge
University Press, 1997 (ISBN 0521624894), p.Ž23
[118] Lichtheim 1980, p.Ž159
[119] Manuelian 1998, p.Ž401
[120] Manuelian 1998, p.Ž403
[121] Manuelian 1998, p.Ž405
[122] Manuelian 1998, p.Ž406-7
[123] Manuelian 1998, p.Ž399-400
[124] (en) Music in Ancient Egypt (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ furniture/ music. html), Digital Egypt for Universities, University
College London. Consult• le 9 mars 2008
[125] Manuelian 1998, p.Ž126
[126] (en) IES Edwards-C.JGadd-NGL Hammond-E.Sollberger, Cambridge Ancient History: II Partie I, Le Moyen-Orient et la r•gion •g•enne,
c.1800-13380 BC, Cambridge, University Press, 1973 (ISBN 0-521-08230-7), p.Ž380
[127] Clarke 1990, p.Ž94-7
[128] Badawy 1968, p.Ž50
[129] Types of temples in ancient Egypt (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ temple/ typestime. html), Digital Egypt for Universities,
University College. Consult• le 9 mars 2008
[130] Dodson 1991, p.Ž23
[131] Robins 1997, p.Ž29
[132] Robins 1997, p.Ž21
[133] Robins 1997, p.Ž12
[134] Nicholson 2000, p.Ž105
[135] James 2005, p.Ž122
[136] Robins 1998, p.Ž74
[137] James 2005, p.Ž102
[138] (en) Donald B. Redford, The Oxford Guide: Essential Guide to Egyptian Mythology, Berkley, Berkley Pub Group, 2003 (ISBN
0-425-19096-X), p.Ž106
[139] James 2005, p.Ž117
[140] Shaw 2002, p.Ž313
[141] Allen 2000, p.Ž79, 94ƒ95
[142] (en) James Wasserman, Raymond Oliver Faulkner, Ogden Goelet et Eva Von Dassow, The Egyptian Book of the dead, the Book of going
forth by day: being the Papyrus of Ani, San Francisco, Chronicle Books, 1994 (ISBN 0-8118-0767-3), p.Ž150ƒ153
[143] (en) Mummies and Mummification: Old Kingdom (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ mummy/ ok. html), Digital Egypt for
Universities, University College London. Consult• le 9 mars 2008
[144] (en) Mummies and Mummification: Late Period, Ptolemaic, Roman and Christian Period (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ Mummy/
late. html), Digital Egypt for Universities, University College London. Consult• le 9 mars 2008
[145] (en) Shabtis (http:/ / www. digitalegypt. ucl. ac. uk/ burialcustoms/ shabtis. html), Digital Egypt for Universities, University College
London. Consult• le 0 mars 2008
[146] James 2005, p.Ž124
[147] Shaw 2002, p.Ž245
[148] Manu•lin 1998, p.Ž366-67
[149] Clayton 1994, p.Ž96
[150] Shaw 2002, p.Ž400
[151] Nicholson 2000, p.Ž177
[152] Nicholson 2000, p.Ž109
€gypte antique 32

[153] Nicholson 2000, p.Ž195


[154] Nicholson 2000, p.Ž215
[155] Filer 1995, p.Ž94
[156] Filer 1995, p.Ž78-80
[157] Filer 1995, p.Ž21
[158] . Les chiffres sont donn•s pour l€esp•rance de vie des adultes et ne refl‚te pas celle des enfants ƒ la naissance (Filer 1995, p.Ž25).
[159] Filer 1995, p.Ž39
[160] Strouhal 1989, p.Ž243
[161] Stroual 1989, p.Ž244-46
[162] Stroual 1989, p.Ž250
[163] Filer 1995, p.Ž38
[164] (en) Angela M.H. Schuster, ‰ This Old Boat Š, dans archaeology, Archaeological Institute of America, vol.Ž54, noŽ3, mai/juin 2001 [ texte
int•gral (http:/ / www. archaeology. org/ online/ news/ abydos. html)]
[165] . La compr•hension des math•matiques •gyptiennes est incompl‚te en raison du manque de source disponible et d'•tude exhaustive des
textes qui ont •t• d•couverts (Imhausen 2007, p.Ž13).
[166] Imhausen 2007, p.Ž11
[167] Clarke 1990, p.Ž222
[168] Clarke 1990, p.Ž217
[169] Clarke (1990, p.Ž218
[170] Gardiner 1957, p.Ž197
[171] Strouhal 1989, p.Ž241
[172] Imhausen 2007, p.Ž31
[173] Kemp 1989, p.Ž138
[174] (en) The Egyptian Hall (http:/ / www. georgianindex. net/ Bullocks/ Egyptian_Hall. html), Georgia index, 2003. Consult• le 28 novembre
2009
[175] http:/ / books. google. com/ books?id=fj8GAAAAQAAJ& printsec=frontcover& dq=de+ Breuvery& lr=& hl=fr
[176] http:/ / gallica. bnf. fr/ ark:/ 12148/ bpt6k503963t
[177] Site sur Papyrus par Lucien de Gieter et Jean-Pol Schrauwen (http:/ / www. egypteinedite. be)
[178] Synopsis de la BD "Le Myst‚re de la Grande Pyramide" (http:/ / www. blakeetmortimer. com/ spip. php?article22), blakeetmortimer.com.
Consult• le 19 d•cembre 2008
[179] Synopsis de la BD "La Foire aux immortels" (http:/ / bilal. enki. free. fr/ details_oeuvre. php3?nom_oeuvre=la_foire_aux_immortels&
quelles_oeuvres=albums& special=30)
[180] Synopsis de la BD "Sur les terres d'Horus" (http:/ / www. editions-delcourt. fr/ catalogue/ bd/
sur_les_terres_d_horus_1_khaemouaset_ou_la_loi_de_maat) sur le site de l'•diteur
[181] R•sum• de "Ast•rix et Cl•op†tre" (http:/ / www. coinbd. com/ bd/ albums/ resume/ 415/ asterix/ tome-6-asterix-et-cleopatre. html),
coinbdcom. Consult• le 19 d•cembre 2008
[182] http:/ / www. egyptis. com/
[183] Test du jeu ‰ Egypte 1156 av. J.-C. Š (http:/ / www. jeuxvideopc. com/ test/ 29-egypte-1156-avant-jesus-christ. php), jeuxvideopc.com.
Consult• le 19 d•cembre 2008
[184] Test du jeu ‰ Pharaon Š (http:/ / www. jeuxvideo. com/ articles/ 0000/ 00000335_test. htm), jeuxvideo.com. Consult• le 19 d•cembre 2008
[185] Test du jeu ‰ Egypte II Š (http:/ / www. jeuxvideo. com/ articles/ 0000/ 00000868_test. htm), jeuxvideo.com. Consult• le 19 d•cembre 2008
[186] Test du jeu ‰ Cl€opˆtre Š (http:/ / www. jeuxvideo. com/ articles/ 0000/ 00000840_test. htm), jeuxvideo.com. Consult• le 19 d•cembre
2008
[187] Test du jeu ‰ Immortal Cities : Les enfants du nil Š (http:/ / www. jeuxvideo. com/ articles/ 0000/ 00005032_test. htm), jeuxvideo.com.
Consult• le 19 d•cembre 2008
[188] Site officiel (http:/ / www. kheops-studio. com/ jeu/ egypte-3-le-destin-de-ramses)
[189] Site officiel (http:/ / www. kheops-studio. com/ jeu/ cleopatre-le-destin-d-une-reine)
[190] http:/ / dx. doi. org/ 10. 2307%2F3822337
[191] http:/ / en. wikipedia. org/ wiki/ En%3Aancient_egypt?oldid=341309227
[192] http:/ / en. wikipedia. org/ wiki/ En%3Aancient_egypt?action=history
Sources et contributeurs de l€article 33

Sources et contributeurs de l€article


€gypte antique ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=64455696 ŽContributeurs: .melusin, Aaaj, Aeleftherios, Aoineko, Apophisnico, Archeos, ArnO 2, Azurfrog, Badmood, Barbio,
Bibi Saint-Pol, Bob08, Bor•al, Bouette, Bourrichon, Bradipus, BrightRaven, Buf, Cdiot, Chacal65, Chhada, ComputerHotline, Coyau, Coyote du 86, Crom1, Curry, C•r•ales Killer, D4m1en,
David Berardan, David Latapie, Dhatier, Dlapierre, DocteurCosmos, Dominiko, DominiqueM, EDUCA33E, Ediacara, Ejeancolas, En passant, Engelolivier, Eoinstuckens, Escaladix, Ethelbert,
EyOne, FR, Fabrice Ferrer, Fafnir, Fm790, Francis, GabrieL, Garfieldairlines, Goliadkine, Grimlock, Grondin, Grook Da Oger, Grum, Gz260, HR, HYUK3, Hbbk, Hector Jean, Holycharly,
Hope&Act3!, IAlex, Inisheer, Ismoon, Iznogood, JLM, Jastrow, Juraastro, Jyp, Karkared, Kcorbeil, Kelson, Kilianours, Kilith, Koeurby, Kropotkine 113, Kurohito, Lab•, Lastrajoli, Laurent
Nguyen, LeCardinal, Leag, Litlok, Lomita, Looxix, Ludovic89, M-le-mot-dit, Malost, Manalfer, Manuguf, Marcv7, Maxington, Michel1961, Mickachu, Mimideschamps, Mistig, Mmenal, Muy,
Nat33, Nataraja, NeMeSiS, Neuceu, Nguyenld, Nicoz, Numbo3, Numerus14, N•ferma†t, Ob•ron, Ogotemm‡li, OliverSchneider, Orthogaffe, Oubaouba, Oyp, Pabix, Panoramix,
Papillon-philosophique, Pautard, Peter17, Phe, Phso2, Pj44300, Polmars, Popolon, Poppy, Poulpy, Pour certains, pour d'autres, Pseudomoi, Romanc19s, Roncattinho, Rune Obash, R•gis B.,
Sardur, Sebi, Sebjarod, Seherr, Sexyproute!!!., Shaihulud, Shawn, Sherbrooke, SmokaZ, SofiaNadezda, Stanlekub, Sts, St•phane33, Svensk.fiolspel, Szyx, Taguelmoust, Tejgad, Toutankharton,
Tpt, Triniton, Urban, VIGNERON, Valentia21, Vargenau, Vazkor, Vincent Ramos, Vincnet, Vlaam, VladoubidoOo, VonTasha, Warriorfloyd, WikiAH, Wikinade, YSidlo, Yelkrokoyade, Yellow
stone, Yoyo1410, Zelda, Zetud, Zubro, Zunkir, script de conversion, €clusette, 348 modifications anonymes

Source des images, licences et contributeurs


Fichier:Egypt.Giza.Sphinx.02.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Egypt.Giza.Sphinx.02.jpg ŽLicence: GNU Free Documentation License ŽContributeurs: Presumably
Hamish2k, the first uploader
Fichier:Egypt_Abou_Simbel2.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Egypt_Abou_Simbel2.jpg ŽLicence: GNU Free Documentation License ŽContributeurs: Aoineko
Later versions were uploaded by Aoineko at fr.wikipedia.
Fichier:Bande construction.png ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Bande_construction.png ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: JMCC1, Kajk, Mmcannis,
Pseudomoi, Rex
Fichier:Ancient Egypt map-fr.svg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Ancient_Egypt_map-fr.svg ŽLicence: GNU Free Documentation License ŽContributeurs: User:Bibi
Saint-Pol, User:Jeff Dahl
Fichier:Egypte louvre 316.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Egypte_louvre_316.jpg ŽLicence: inconnu ŽContributeurs: Aoineko, Bibi Saint-Pol, Borislav,
EDUCA33E, JMCC1, Miniwark, Mmcannis, Paddy, Thuresson, 2 modifications anonymes
Fichier:NarmerPalette-ROM-back.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:NarmerPalette-ROM-back.jpg ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: Captmondo, Gospodar
svemira, JMCC1, Kajk, Kanonkas, Lusitana, Mmcannis, Neithsabes, Themedpark
Fichier:All Gizah Pyramids.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:All_Gizah_Pyramids.jpg ŽLicence: Creative Commons Attribution-Sharealike 2.0 ŽContributeurs:
Ricardo Liberato
Fichier:Egypte louvre 231 visage.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Egypte_louvre_231_visage.jpg ŽLicence: Creative Commons Attribution-Sharealike 2.0
ŽContributeurs: Alno, Aoineko, Clio20, JLCA, JMCC1, Neithsabes, Rama, 1 modifications anonymes
Fichier:Egypt NK edit.svg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Egypt_NK_edit.svg ŽLicence: Creative Commons Attribution-Sharealike 3.0 ŽContributeurs: User:Jeff Dahl
Fichier:Third Intermediate Period map.svg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Third_Intermediate_Period_map.svg ŽLicence: GNU Free Documentation License
ŽContributeurs: User:Jeff Dahl
Fichier:Fayum-11.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Fayum-11.jpg ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: User:Eloquence
Fichier:Pharaoh with double crown.svg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Pharaoh_with_double_crown.svg ŽLicence: GNU Free Documentation License
ŽContributeurs: User:Jeff Dahl
Fichier:Louvre-antiquites-egyptiennes-p1020372 Cropped and bg reduced.png ŽSource:
http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Louvre-antiquites-egyptiennes-p1020372_Cropped_and_bg_reduced.png ŽLicence: Creative Commons Attribution-Sharealike 3.0 ŽContributeurs:
User:Jeff Dahl, User:Rama
Fichier:Tomb of Nakht (2).jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Tomb_of_Nakht_(2).jpg ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: Norman de Garis Davies, Nina
Davies (2-dimensional 1 to 1 Copy of an 15th century BC Picture)
Fichier:Rosetta Stone BW.jpeg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Rosetta_Stone_BW.jpeg ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: Captmondo, JMCC1, Jeff Dahl,
Lycaon, Neithsabes, Ssolbergj, 1 modifications anonymes
Fichier:Edwin Smith Papyrus v2.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Edwin_Smith_Papyrus_v2.jpg ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: User:Jeff Dahl
Fichier:Egyptian kitchen Berlin 2.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Egyptian_kitchen_Berlin_2.jpg ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: Photo: Andreas
Praefcke
Fichier:†gyptischer Maler um 1400 v. Chr. 001.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:šgyptischer_Maler_um_1400_v._Chr._001.jpg ŽLicence: Public Domain
ŽContributeurs: AndreasPraefcke, Aoineko, EDUCA33E, Ephraim33, G.dallorto, H-stt, Ies, Infrogmation, JMCC1, Jastrow, Javierme, Jeff Dahl, Kramer Associates, Marcus Cyron, Martin H.,
Mmcannis, Tkarcher (usurped), TwoWings, Wst, Zolo, 2 modifications anonymes
Fichier:S F-E-CAMERON EGYPT 2006 FEB 00289.JPG ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:S_F-E-CAMERON_EGYPT_2006_FEB_00289.JPG ŽLicence: Creative
Commons Attribution-Sharealike 3.0 ŽContributeurs: User:Merlin-UK
Fichier:Hypostyle hall, Karnak temple.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Hypostyle_hall,_Karnak_temple.jpg ŽLicence: inconnu ŽContributeurs: Jon Bodsworth
Fichier:Nofretete Neues Museum.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Nofretete_Neues_Museum.jpg ŽLicence: GNU Free Documentation License ŽContributeurs:
User:Xenon 77
Fichier:Amon karnak 2.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Amon_karnak_2.jpg ŽLicence: GNU Free Documentation License ŽContributeurs: User:gleu, User:gleu
Fichier:Weighing of the heart3.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Weighing_of_the_heart3.jpg ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: David Angel, ISa1, JMCC1,
Sbharris, 2 modifications anonymes
Fichier:Tutmask.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Tutmask.jpg ŽLicence: inconnu ŽContributeurs: Jon Bodsworth
Fichier:Anubis attending the mummy of Sennedjem.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Anubis_attending_the_mummy_of_Sennedjem.jpg ŽLicence: Public Domain
ŽContributeurs: self
Fichier:Egyptian-Chariot.png ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Egyptian-Chariot.png ŽLicence: Public Domain ŽContributeurs: Joseph Bonomi
Fichier:Egyptian glass jar.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Egyptian_glass_jar.jpg ŽLicence: inconnu ŽContributeurs: Jon Bodsworth
Fichier:Ancient Egyptian medical instruments.jpg ŽSource: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Ancient_Egyptian_medical_instruments.jpg ŽLicence: Creative Commons
Attribution-Sharealike 3.0 ŽContributeurs: User:Jeff Dahl

Licence
Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported
http:/ / creativecommons. org/ licenses/ by-sa/ 3. 0/