Vous êtes sur la page 1sur 4

3eme année médecine Tlemcen

Dr.Bensahla
1. Introduction 2019/2020

Après l’interrogatoire, l’examen débutera par une phase d’inspection, puis se poursuivra par l’étude
analytique des mobilités passives et actives et se terminera par les manœuvres dynamiques à la recherche
d’une pathologie de coiffe, d’une instabilité et ou d’une laxité.

Rappel
anatomique de
l’épaule

2. Examen clinique

a. Inspection
Elle s’effectuera torse nu / côté opposé, et recherchera une amyotrophie musculaire (deltoïde, fosse
sus et sous-épineuse, trapèze) un décollement de l’omoplate (signe la paralysie du grand dentelé) une
déformation des articulations acromio-claviculaire, et/ou sterno-claviculaire.
b.Palpation

•  Sterno-claviculaire et acromio-claviculaire
•  Trochiter
•  Processus coracoïde
•  Acromion
•  Ligament acromio-coracoidien
•  Gouttière bicipitale
3. Mouvements de l’épaule
 L'antépulsion ou la flexion qui correspond à l'élévation antérieure du bras. Son amplitude est de 50°
 L'abduction est un mouvement qui écarte le bras du plan sagittal médian. Son amplitude est de 180°
 L'adduction est un mouvement qui rapproche le bras du plan sagittal médian et le porte obliquement en
avant du tronc
 La rotation interne. La face antérieure de l'humérus s'oriente en dedans
 La rotation externe. La face antérieure de l'humérus s'oriente en dehors

4. Étude des mobilités passive et active

Sur les 6 mouvements simples de l’épaule, trois sont indispensables pour établir un diagnostic. L’élévation
antérieure ou flexion, qui se mesure avec un goniomètre par rapport à l’axe du tronc.

La rotation interne qui se mesure en faisant passer la main dans le dos du patient, et en mesurant la
distance entre l’épineuse de C7 et le pouce, ou en notant le niveau de la vertèbre atteinte. La rotation
externe coude au corps dite rotation externe en position 1 (notée RE1). Celle-ci, peut aussi se mesurer en 2
autres positions notées, RE2 (bras à 90° d’abduction) et RE3 (bras à 90° d’élévation antérieure).

Une diminution des mobilités passives en RE, RI et en flexion signe une capsulite rétractile. Le reste de
l’examen clinique est alors irréalisable. Des mobilités passives normales et une mobilité active diminuée en
flexion réalisent le tableau d’épaule pseudo-paralytique. Il s’agit le plus souvent d’un problème de coiffe
des Rotateurs.

5. Etude de l’épaule dans le cadre d’un traumatisme récent.

Le patient vient consulter après une chute ou bien un traumatisme impliquant l’épaule, généralement la
douleur est au premier plan accompagnée d’une impotence fonctionnelle +/- importante.

a.Inspection

 L’attitude classique des traumatisés du membre supérieur Attitude de Dessault (le membre
sain qui soutient le membre atteint).
 Possible déformation.

Etude des points douloureux : en palpant ces points on peut s’orienter vers une pathologie.

b.Etude des mobilités


Abduction, antépulsion, rotation externe, rotation interne.
RESULTATS DU BILAN CLINIQUE
Impotence fonctionnelle totale :
 Coup de hache externe, très grosse épaule
- Fracture humérus proximal
 Déformation en épaulette, abduction irréductible avec un comblement du sillon delto-pectoral
- Luxation antéro-interne épaule
 Pas de déformation, mob passive possible, pas d’abduction active
- Rupture coiffe des rotateurs
 Tuméfaction 1/3 moyen clavicule
- Fracture clavicule
Impotence fonctionnelle partielle :
 Déformation et douleurs acromio-claviculaires
- Entorse ou luxation acromio-claviculaire, fr. 1/4 ext clavicule
 Pas de déformation, abduction douloureuse mais possible
- Rupture partielle coiffe des rotateurs
 Rotation interne irréductible
- Luxation postérieure d’épaule
Le tout doit être complété avec des examens radiologiques adéquats.

6. Etude de l’épaule dans le cadre de douleurs chroniques.

a) Etude de la coiffe des rotateurs


1) Supra-épineux
•  Le signe de JOBE se recherche bras dans le plan de l’omoplate (30° vers l’avant) à 90° d’abduction, pouce
vers le bas, en demandant au patient de résister à une pression descendante de l’examinateur. Il est positif
en cas de diminution de la force.

2) Infra-épineux et petit-rond
•  Signe du clairon : En l’absence de rotateurs externes, pour porter la main à la bouche, le patient devra
élever le coude au-dessus de l’horizontal, prenant ainsi la position d’un joueur de clairon.
3) Sub-scapulaire
•  La manoeuvre de GERBER ou Lift-off Test : Le patient passe la main dans le dos au niveau de la ceinture,
il doit alors fermer le poing, décoller celui-ci de la ceinture et garder la position. Le signe est positif si le
patient ne peut tenir la position. Une rotation interne douloureuse ou déficitaire rend impossible la
réalisation de ce test. Il faut alors utiliser la manoeuvre du Press-Belly Test.

b) Capsulite rétractile
Elle peut être idiopathique ou bien secondaire a un AVC, une immobilisation prolongée de l’épaule..Etc.
On retrouve généralement une limitation très importante de toutes les amplitudes (abduction, adduction,
rotation, anté- et rétropulsion)

c) Arthrose de l’épaule
Douleur de l’épaule type mécanique (lors du mouvement) associée à une raideur qui limite les
mouvements de l’articulation dans l’espace.

d) Arthrite septique
Douleur, impotence fonctionnelle et signes inflammatoires locaux.

7. Conclusion

– un bon examen clinique doit s’assurer que la douleur vient bien de l’épaule
– Repérer la raideur passive
– Rechercher une rupture tendineuse de la coiffe
– Voir si il y a une instabilité avec ou sans laxité constitutionnelle
– Ne pas oublier les causes neurologiques