Vous êtes sur la page 1sur 2

SÉQUENCE 5 – REGARDS CROISÉS

SYNTHÈSE

Quelles relations entre le diplôme,


l’emploi et le salaire ?

La poursuite d’études est un investissement en capital humain


Pour les économistes, le choix de poursuivre ses études résulte d’un arbitrage entre ce que coûte une
année supplémentaire et ce qu’elle peut apporter comme bénéfices à l’individu. A ce titre, la poursuite
d’études doit être comprise comme un investissement en capital humain : l'agent consent à supporter
les dépenses des études (frais d'inscription, logement, …) uniquement car elles lui permettent d’accroître
ses connaissances et compétences et lui assurent un meilleur accès à l'emploi et une perspective de
rémunération plus élevée.
Les études sont également un moyen pour l’individu d’accroître ses capabilités. Elles lui permettent
en effet d’élargir ses possibilités et le rendent plus aptes à faire des choix.

Les diplômes, un passeport pour l’emploi


Les données attestent que les salaires versés augmentent en même temps que le niveau de diplômes.
En acquérant davantage de qualifications, le salarié peut prétendre à une rémunération plus élevée.
L’accès à l’emploi des actifs semble également facilité par les diplômes. Les qualifications acquises
permettent à la fois de se protéger en partie du chômage mais aussi de limiter les risques de précarité.

Les déterminants du salaire


Le lien entre diplôme et salaire ne doit pas laisser penser que la poursuite d’études est le seul
déterminant de la rémunération. La nature de l’entreprise (taille, secteur d’activité) et l’expérience
du travailleur expliquent également les écarts de salaires en France.
Le salaire varie également selon le genre : les femmes sont en effet moins bien rémunérées que leurs
homologues masculins.

Les chances d’accès aux formations diplômantes sont socialement


différenciées
Les sociologues ont démontré que le choix d’orientation (poursuivre ou non ses études, choix de la
filière...) et la réussite scolaire sont fortement influencés par le milieu social. Ces inégalités peuvent
se comprendre comme le résultat des stratégies familiales ou comme la transmission par les familles
d’une culture plus ou moins valorisée à l’école.
L’analyse des parcours scolaires montre que ces derniers sont différenciés selon le genre de l’enfant.
Les stéréotypes sexués finissent par modeler la représentation qu’ont les élèves d’eux-mêmes et de
leurs capacités à réussir dans telle ou telle formation.

CNED – SECONDE – SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES  1


Notions à maîtriser :
–– Capital humain : Ensemble des connaissances et compétences acquises par l’individu et qui le rendent
plus productif.
–– Emploi : Activité professionnelle légale, déclarée et rémunérée.
–– Salaire : Rémunération versée en contrepartie du travail.
–– Capabilités : Capacités qu’ont les individus de choisir parmi tous les possibles.
–– Qualifications : Compétences et connaissances acquises par l’individu et/ou nécessaires pour occuper
un emploi.
–– Chômage : Situation d’une personne en âge de travailler et qui cherche un emploi.
–– Genre : désigne l'ensemble des comportements attendus d'un individu du fait de son sexe.

2  CNED – SECONDE – SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

Vous aimerez peut-être aussi