Vous êtes sur la page 1sur 4

Le rôle de la TVA pour l'exécution fiscale

Emplacement : Chili

Durée de l’étude : 2008 - 2009

Population étudiée : 450 000 entreprises

Type d'intervention : Suivi des audits

Groupes ciblés : Population rurale

Résultats d'intérêts : Imposition


Contexte de l’évaluation
Pour financer ses investissements dans les biens publics et les infrastructures, le
gouvernement chilien compte sur les recettes fiscales du pays, ces dernières sont constituées
en grande partie de (50%) des taxes sur la valeur ajoutée. Cependant, un manque de traçabilité
et de transparence constitue un réel problème ; étant donné que les transactions entre les
consommateurs et les entreprises sont marquées par une absence d’information (pièces
justificative), laissant place à la fraude et au détournement de fonds. De ce fait, la période
avant l’année de cette étude, a été marquée par la fraude à la TVA, qui a oscillé entre 12 et
27%.
Déroulement de l’évaluation
Méthode utilisée : évaluation d’impact selon la méthode de sélection aléatoire
Cette évaluation a pour but de répondre à la problématique suivante : « Jusqu’à quel degré la
trace papier générée par le système de la TVA facilite-t-elle l’application des lois fiscales au
Chili ? »
Afin de répondre à cette question, deux évaluations ont été effectuées :

Évaluation des lettres :


L’assignation aléatoire nous a permis d’évaluer deux groupes statistiquement équivalent : un
groupe de traitement composé de 139129, dont on a envoyé des lettres, la sélection des
entreprises a été faite par hasard. A 102 031 entreprise, nous avons envoyé « une lettre de
dissuasion » informant les entreprises qu'elles faisaient l'objet d'un suivi et pouvaient être
auditées, à 18 579, nous avons envoyé « des lettres sur le moral des impôts » qui mettait
l'accent sur le taux élevé de conformité fiscale du Chili, et à 18519 entreprises, nous
avons envoyé « des lettres placebo », qui informait simplement les entreprises des
nouvelles fonctionnalités du site Web de l'administration fiscale.
Un groupe témoin composé de 306 605 entreprises n’a pas reçu de lettre.

Le but de l’envoie des lettres et de comparer l’effet qu’elles auront sur les transactions
couvertes par la trace papier (transactions entre entreprises) et les transactions
non couvertes par la trace papier (transactions avec les consommateurs finaux).
Évaluation des retombées :
Dans le but d’évaluer l’impact du renforcement de l’application de l’entreprise sur le
comportement fiscal de ses entreprises partenaires, l'administration fiscale a sélectionné 5 600
petites entreprises essentiellement agricoles soupçonnées d'évasion fiscale à auditer.
50% des entreprises ont été choisis aléatoirement pour recevoir une annonce préalable de
l'audit à venir, constituant ainsi le groupe de traitement, tandis que l'autre moitié, c’est-à-dire
le groupe témoin n'a reçu aucun préavis.
Environ six mois plus tard, tous les cabinets ont été convoqués pour un audit. Les audits ont
recueilli des informations sur les partenaires commerciaux des entreprises au cours des trois
mois précédant l'envoi de la lettre de préannonce.
La comparaison s’est faite comme suit : Nous avons comparé la TVA déclarée des
partenaires commerciaux des entreprises du groupe de traitement aux partenaires
commerciaux des entreprises du groupe de comparaison.
A travers cette dernière, l’évaluation menée par l’administration fiscale chilienne et la
chercheuse Dina Pomeranz a abouti à un résultat positif parce qu’ils ont réussi à mesurer
l’efficacité de la TVA. Cette évaluation n’a pas était facile parce qu’il s’agit d’une politique
mise en œuvre depuis plusieurs années au niveau national.
Résultats et leçons politiques

1. Évaluation des lettres :


L’envoi des lettres de dissuasion a permis aux entreprises l’ayant reçu (102 031 entreprises)
d’augmenter leurs paiements de la TVA mensuelle. Une augmentation de 2,65 dollars en
moyenne, soit une augmentation de 7,6% par rapport 35,04 dollars dans le groupe de
comparaison.
La réception d’une lettre placebo n’a eu aucun effet significatif sur le paiement de la TVA. On
en déduit que les résultats obtenus, soit l’augmentation des paiements, est due au contenu de
la lettre de dissuasion. En réponse à la dissuasion les entreprises augmentent effectivement
leur paiement.
Alors que la réception du courrier de l’administration fiscale n’a pas eu d’effet.
De ce fait, les chercheurs ont pu évaluer l’impact de la trace papier en étudiant
comment la lettre de dissuasion interagissait avec le système de la TVA.
Il a été remarqué que la trace du papier TVA a permis la dissuasion de l’évasion
fiscale des transactions interentreprises, cependant comme nous l’avons précisé
au début, ces transactions ont été couvertes par une trace. Le problème
d’évasion a été remarqué dans les transactions entre les entreprises et les
consommateurs finaux, soit les citoyens, qui ne demandaient pas à avoir des
reçus.
Les lettres de dissuasion n’ont pas eu d’impact sur les coûts des intrants (inputs)
déclarés des entreprises, la couverture des dépenses par des factures ou des reçus se faisait
convenablement. Les entreprises cherchent toujours à augmenter les charger et à diminuer
leurs produits (non-déclaration des ventes) afin d’échapper à l’impôt. Mais, une augmentation
les paiements de taxes pour les ventes, qui n'étaient pas toujours couvertes par la trace papier,
a été prouvé depuis que les entreprises du groupe traitement ont reçu les lettres de dissuasion.
La probabilité que les entreprises ayant reçu une lettre dissuasion déclarent plus de ventes par
rapport à l’année précédente est de 1,17point.

Cependant la lettre de dissuasion n'a eu aucun effet sur les ventes intermédiaires à d'autres
entreprises qui étaient d’office couvertes par une trace papier. Mais elle a un plus grand
impact sur les déclarations de ventes finales aux consommateurs, qui étaient marquées par un
manque de transparence et d’aucune traçabilité.
Les petites entreprises ont été plus réceptives, dans le sens oû leurs transactions se passent
avec les consommateurs finaux. Contrairement aux grandes entreprises qui interviennent sur
des marchés plus larges.

Les résultats obtenus démontrent clairement que les entreprises avaient éludé plus d'impôts
sur les ventes finales que sur les transactions avec d'autres entreprises avant d'être exposées à
un risque plus élevé d'être auditées.

2. Évaluation des retombées

Surveiller une entreprise a permis d’augmenter les paiements d'impôts de ses


fournisseurs mais pas de ses clients. 

L'annonce de l'audit a augmenté de 4,28 points de pourcentage la probabilité que les


entreprises fournisseurs, déclarent plus de TVA que l'année précédente, contre 52,07% dans le
groupe de comparaison. Comment expliquer cette situation ? En effet, les entreprises clientes
quand elles ont appris l'annonce d'audit, elles ont sollicité des reçus et des pièces justifiant
leurs achats ou leurs coûts d’entrée, afin qu’elles ne fassent pas l’objet d’une sanction pour
évasion fiscale. Cette demande de reçus de la part des entreprises clients à créer une
traçabilité et une preuve des ventes réalisées par les sociétés fournisseurs qui sont désormais
obligées de déclarer la TVA. Cependant, cela n'a pas eu d'effet significatif sur les paiements
de TVA des entreprises clientes en aval. 
Le fait que cet effet d'entraînement ne s'appliquait pas aux entreprises clientes en aval, permet
d'exclure que l'effet n'était que le résultat du bouche-à-oreille.

Les traces papier vérifiables générées par un système de TVA peuvent être un outil
puissant pour l'application des taxes.

Afin de garantir l’application des taxes, les gouvernements doivent choisir le régime fiscal à
mettre en œuvre. Un régime permettant une déclaration effective des taxes, et qui peut avoir
des conséquences sur l'évasion fiscale et la génération de revenus. Des formes d'imposition
telles que la TVA, qui laissent une trace papier plus solide et génèrent ainsi plus
d'informations pour l'administration fiscale, peuvent offrir un avantage sur d'autres formes
d'imposition, telles qu'une taxe de vente au détail.

Les informations doivent être combinées à la dissuasion pour assurer une application
fiscale efficace.

Avoir une trace papier créer par un système permet-t-elle d’inciter les entreprises à déclarer
l’impôts ? La réponse est non, seuls cette information ne pousse pas les entreprises à déclarer
leurs obligations fiscales, surtout quand l’audit est faible. Cette étude a prouvé qu’il est
nécessaire de renforcer la dissuasion en prévoyant des audits pour déclencher l'efficacité de la
trace papier de la TVA et augmenter les paiements d'impôts par les entreprises fournisseurs.

Lorsqu'elle choisit les entreprises à auditer, l'administration fiscale doit non seulement
tenir compte de l'impact attendu sur l'entreprise auditée, mais également des effets
d'entraînement potentiels via le réseau commercial d'une entreprise. 

Comme nous l’avons expliqué précédemment, quand on a à notre disposition une trace papier
de la TVA, les effets des audits deviennent plus conséquents. Quand la probabilité qu’une
entreprise soit auditée est forte, le paiement de la TVA par des entreprises fournisseurs
augmente, étant donné que solliciter une trace papier de la part des fournisseurs déclenche une
alerte de sanction en cas de non-déclaration et de non-paiement de l’impôts.

La TVA peut encourager les entreprises tout au long de la chaîne de production à se


formaliser. 

Une entreprise qui respecte la loi et formalise ses procédures, a plus de chance de conclure ses
affaires une entreprise qui partage le même principe, et formalise à son tour son commerce.
Afin de disposer des pièces justificatives nécessaires à la déclaration de la TVA. Les
entreprises informelles quand à elles, ont tendance à commercer entre elles. L'application de
la formalisation au stade final de la production pourrait contribuer à formaliser des chaînes de
production entière.

Les formes de fiscalité qui génèrent plus d'informations pour l'administration fiscale
peuvent avoir le potentiel d'améliorer la collecte des impôts. 
Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si d'autres mécanismes, tels
que les systèmes de facturation en ligne ou les reçus électroniques, peuvent avoir des
rendements élevés.

En conclusion…