Vous êtes sur la page 1sur 10

Université Mohammed Premier

Faculté Pluridisciplinaire
Nador
Matériaux de construction et argiles Filière : SMC
Année universitaire : 2019/2020
Travaux Dirigés - Correction de la série n° : 2
EXERCICE 1

Compléter avec :

Magmatique ou éruptive ou encore volcanique ; métamorphique ; sédimentaire

 Les croutes calcaires sont des roches sédimentaires siliceuses ou calcaires.

 Le basalte, le granite, ou le porphyre est une roche Magmatique volcanique issue d’un magma.

 Le marbre est une roche métamorphique

 Une roche carbonatée siliceuse est une roche sédimentaire.

Argile gonflante, argile, argile non gonflante, silicates, fondamentale, absorption

On place dans des bouteilles de la smectite (à gauche ci-dessous) et de la kaolinite (à droite). La même
masse de poudre a été introduite des deux côtés et on ajoute la même quantité d’eau. Rapidement, les deux
argiles gonflent, avec une augmentation spectaculaire du côté de la smectite. On dit que c’est une argile «
gonflante ».

Ces boues d’argile sont ensuite étalées en couches minces. Après séchage, on observe les phénomènes de
retrait et de fissuration, beaucoup plus importants dans le cas de la smectite (en haut ci-dessus).

1/2
La différence de réaction à l’eau de ces deux argiles s’explique par leur composition chimique. La plupart
des argiles sont composées d’oxydes d’aluminium (Al2O3) et de silicium (SiO2). L’oxyde d’aluminium
forme des octaèdres tandis que l’oxyde de silicium forme des tétraèdres. La kaolinite est formée de feuillets
de type 1:1, c’est à dire consistant en la superposition de deux couches atomiques : une couche tétraédrique
avec une couche octaédrique. Ces feuillets sont électriquement neutres en raison de l’absence de défauts à
l’intérieur du réseau cristallin. Par conséquent ces feuillets, reliés par des liaisons hydrogène, sont très
rapprochés. Il est difficile pour les molécules d’eau de pénétrer entre deux feuillets. Les smectites ont des
feuillets de type 2 : 1, constitués par l’empilement en « sandwich » d’une couche octaédrique entre deux
couches tétraédriques. En surface, les feuillets sont chargés négativement. En effet, des substitutions de
certains atomes de la couche octaédriques par d’autres espèces entrainent un déficit de charge en surface. Par
conséquent, des cations présents dans l’eau (comme Ca2+, Mg2+, ou Na+) viennent s’adsorber en surface
des feuillets pour assurer la neutralité électrique de l’ensemble. Ces cations, dits « espèces interfoliaires »,
confèrent une grande réactivité de surface aux smectites. En effet ils ont une énergie d’hydratation
importante : l’eau pénètre facilement entre les feuillets. Ainsi la surface accessible à l’eau des smectites (800
m2/g) est beaucoup plus importante que celle de la kaolinite (36 m2/g).

La Kaolinite est une Argile non gonflante

la bentonite à base de sodium, qui augmente de volume lorsqu'elle est humide et qui peut absorber plusieurs
fois sa masse en eau. C’est une Argile gonflante

la bentonite à base de calcium (pascalite), qui ne possède pas ces propriétés de gonflement, a des
applications parapharmaceutiques dont les résultats restent à prouver, notamment dans le domaine du
système digestif. C’est une Argile non gonflante

Les monmorillonites est une famille phyllo -silicates

Les smectites Argile gonflante

Les illites sont des argiles non gonflantes

Les argiles sont des silicates d’alumine hydratés

Le pourcentage des éléments inférieurs à 2 micron est une caractéristique fondamentale. La plasticité d’une
argile dépend de son pouvoir d’absorption d’eau.

CaCO3, CaSO4-2H2O, NaCl, KCl, SiO2, soluble, non soluble, acide chloridrique, silices, carbonates

Gypse: CaSO4, 2H2O

Carbonate ou la calcite : CaCO3

2/2
Chlorures : NaCl, KCl

Silice ou le quartz : SiO2

Le gypse est non soluble dans l’eau

Les carbonates réagissent avec l’acide chloridrique par contre silices sont stables vis avis des attaques
acides.

Moins dense ; plus dense ; Masse volumique absolue : 3.05 ; 2.85 ; 2.72 ; 2.3 ; 2.65 g/cm3

Le basalte de densité :3,05 est plus dense que le granit

Le gypse de densité 2,3 est que Moins dense la silice

Le calcaire de densité : 2,72 est plus dense que le gypse

La silice de densité : 2,65 est moins dense que le granit

Le granit de densité : 2,85 est plus dense que le calcaire

Conductivité thermique λ(w/m °C) : 0.35 ; 1.75 ; 1.15 ; 0.044 Plus basse ; plus élevée

La conductivité du béton ordinaire : 1,75 est plus élevée que le plâtre

La conductivité de la terre cuite : 1,15 est plus élevée que le plâtre

La conductivité du plâtre : 0,35 est plus élevée que le polystyrène expansé 0,044

Perméabilité K=10-9 m/s ; K=10-4 m/s

Le corps d’un barrage est en argile de perméabilté : K=10-9 m/s

Les filtres des eaux peuvent être en sable de perméabilté: K=10-4 m/s

Exercice 2 :

On effectue une analyse granulométrique sur un sable avec une masse sèche de 1300 g.

Quantité à prélever: 200xD < M* < 600xD avec M* en g est la masse minimale à utiliser et D en mm
est le diamètre maximum des grains.

Tamisat : granulat passant à travers le tamis ;

3/2
Refus : granulat restant dans le tamis

Calcul de la masse sèche : Ms = Mh / (1+w)

avec Mh est la masse de l’échantillon humide et w=Mh-Ms est la teneur en eau

 Pesage des refus cumulés (Ri)

R1, (R1 + R2), R1 + R2 + R3, etc

 Calcul du pourcentage des refus (%) (PRi)

100ˣR1 / Ms = PR1

100ˣ (R1 + R2) / Ms = PR2

100ˣ (R1 + R2 + R3) / Ms = PR3 … etc

 Calcul du pourcentage des tamisats (%) (Ti)

T1 = 100 - PR1

T2 = 100 - PR2

T3 = 100 - PR3

1,40 98,58
1,81 98,17
2,20 97,77
2,88 97,09
3,95 96,00
5,54 94,40
8,88 91,12
21,40 78,38
50,68 48,81
65,22 34,12
86,65 12,48
93,15 5,92
96,43 2,60

4/2
1/ Courbe granulométrique des tamisats en fonction des diamètres :

Courbe granulométrique
Pourcentage des tamisats cumilés en %

100

80

60

40

20

0
1 2 3 4 5

Diamètre des tamis en mm

2/ Calcule du module de finesse :

Le module de finesse est égal au 1/100 de la somme des refus cumulés exprimée en
pourcentages sur les tamis de module 23 (diamètre =0,16 mm) et le module 38 (diamètre
=5mm) de la série suivante : 0,16 - 0,315 - 0,63 - 1,25 - 2,5 - 5 mm. Plus le module de finesse
est élevé, plus le sable est grossier.

MF=1/100 ∑ Refus cumul é e en des tamis {0 , 16−0 , 315−0 , 63−1, 25−2 ,5−5 }

• Si 1.8 <MF< 2.2 : le sable est à majorité de grains fins,

• Si 2.2 <MF< 2.8 : on est en présence d’un sable préférentiel,

5/4
• Si 2.8 <MF< 3.3 : le sable est un peu grossier. Il donnera des bétons résistants mais moins
maniables.

M.F= (8,88+2,91+1,42)/100=0,13.

Ce sable est très fin donc il ne faut pas l’utiliser pour la fabrication du béton. C’est un sable
argileux risque de retrait ou de gonflement de bétons. Ce sable à rejeter ou bien le corriger
par un sable grossier pour des bétons de qualité.

Exercice 3 :

Pour un échantillon de sable nous disposons des caractéristiques suivantes : ES=75 ; VB=0.42 ;
MF=2.75 ; Ap=1.52 % ; teneur en fines =6.5%.

Un granulat est caractérisé du point de vue granulaire par sa classe d/D.

Le premier désigne le diamètre minimum des grains d et le deuxième le diamètre


maximum D.

• Lorsque d est inférieur à 0.5 mm, le granulat est désigné 0/D.

• Si un seul chiffre est donné, c'est celui du diamètre maximum D exprimé en mm.

Il existe cinq classes granulaires principales caractérisées par les dimensions extrêmes d
et D des granulats rencontrées (Norme NFP18-101):

Les fines 0/D avec D ≤ 0,08 mm,


Les sables 0/D avec D ≤ 6,3 mm,
Les gravillons d/D avec d ≥ 2 mm et D ≤ 31,5 mm,
Les cailloux d/D avec d ≥ 20 mm et D ≤ 80mm,
Les graves d/D avec d ≥ 6,3 mm et D ≤ 80 mm,

Teneur en fines =6,5% c -à d qu’il s’agit d’un sable contenant une très faible quantité de
fines qui ne dépassent pas 6,5%.

MF=2.75 c –à d il s’agit d’un sable préférentiel il présente une petite quantité de fines
argileuses ;

6/4
ES =75 il s’agit d’un sable à faible proportion de fines argileuses convenant parfaitement
pour les bétons de haute qualité ;

A partir de ces données on déduit que la classe du sable est 0/1,25: un sable moyen de
dimension de la maille des tamis en (mm) 0,31 à 1,25 mm , et on a d=0,31 est inférieur à
0,5mm d’où d=0.

Exercice 4 :

Pour caractériser la résistance aux chocs d’un granulat calcaire nous avons pris un échantillon
de 5000 gr de la fraction 10-14.La masse sèche après essai Los Angles après lavage et
tamisage au tamis de 1,6 est de 3758 gr.

Principe de l'Essai :

Il consiste à mesurer la quantité d'éléments inférieurs à 1,6 mm produite en soumettant le


matériau aux chocs de boulets et aux frottements réciproques de la machine Los Angeles.
pour cela il évolue pendant l'essai. La granularité du matériau soumis à l'essai est choisie
parmi six classes granulaires qui sont :

 4/6,3 mm
 6,3/10 mm
 10/14 mm
 10/25 mm
 16/31,5 mm
 25/50 mm

Selon le type de granularité, la masse de la charge de boulets varie si M est la masse du


matériau soumis à l'essai, M1 est la masse des éléments supérieurs à 1,6 mm produits au
cours de l'essai qui est égouttée et séchée à l'étuve jusqu'à poids constant. On définit alors le
coefficient Los Angeles LA qui est un pourcentage en masse du rapport des éléments
passant aux tamis de 1,6 et la masse initiale sèche.

LA= 100 x (M-M1)/M

LA : c'est la résistance à la fragmentation par chocs et par frottements réciproques des


éléments de granulats.

7/4
Mode opératoire :

L'essai est mis en route en exécutant à la machine 500 rotations à une vitesse comprise
entre 30 et 35 tr/min pour toutes les classes sauf la classe 25-50 mm où le nombre de
rotation est de 1000.

Après l'essai on emporte les granulats et on les ramasse dans le bac placé sous l'appareil
pour éviter les pertes des granulats, il faut apporter l'ouverture au-dessus de ce bac.

On blute le matériau contenu dans le bac sur le tamis de 1,6 mm puis on lave le refus à 1,6
mm dans un autre bac et on le verse dans le bac troué. Dès que le refus est séché à l'étuve
alors on détermine les poids de la pesée M1, et on calcule alors le coefficient Los Angeles :

LA= 100 x (M-M1)/M

Le LA de ce gravier est : LA= 100 x (M-M1)/M avec M= 5000g et M1=3758 g

(5000−3758 )
AN : LA= 100 × d’où LA= 24,84
5000

Le taux des granulats cassés montre la dureté du granulat.

Un coefficient LA ≤ 40 qualifie ce gravier suffisamment dur pour être utilisé comme


constituant d’un béton hydraulique. Dans notre cas le coefficient LA est de l’ordre de 25
càd qu’il s’agit d’un bon à moyen gravier.

Exercice 5 :

Pour caractériser la résistance à l’usure d’un granulat calcaire nous avons pris un échantillon
de 500 gr de la fraction 10-14.La masse séche après essai Micro-Deval après lavage et
tamisage au tamis de 1,6 est de 441 gr.

Principe de l'essai

Le matériau soumis à cet essai évolue par frottement des éléments les uns sur les autres, sur
le cylindre de la machine en rotation et sur les boulets (charge abrasive).

8/4
La granulométrie de l'échantillon doit être conforme à l'une des classes granulaires types :
4-6,3 ; 6,3-10 ; 10-14 ; 25-50.

Laver l'échantillon et le faire sécher à l'étuve jusqu'à une température de 105°C et un poids
constant (5 h au minimum).

Pour une granulométrie qui varie de 4-14 mm prendre 500 g de l'échantillon et pour celle
variant entre 25-50 mm prendre 10 kg de l'échantillon.

Mode opératoire

Concernant l'essai sur les gravillons compris entre 4-14 mm, la charge de boulets relative à
la classe granulaire choisie:

classes granulaires (mm) 4-6,3 6,3-10 10-14

Poids échantillon (g) 500 500 500

Poids de la charge (g) 2000 4000 5000

En présence de l'eau, on rajoute 2.5 L d'eau.

Soit M la masse du matériau soumis à l'essai et m la masse des éléments inférieurs à 1,6 mm
produits au cours de l'essai; la résistance à l'usure s'exprime par le coefficient de micro-
Deval qui s'écrit: CMD=100*(m/M)

le MD humide de ce gravier est : CMD=100*(m/M) avec m =441 g et M =500 g

AN : CMD =100 × 441/500 d’où CMD=88,2

Un coefficient MD ≤ 45 qualifie ce gravier suffisamment dur pour être utilisé comme


constituant d’un béton hydraulique. Dans notre cas le coefficient MD est de l’ordre de 88
càd qu’il s’agit d’un très mouvais gravier pour la formulation de bétons. Il faut le rejeter et
ne pas l’utiliser pour la fabrication du béton.

Exercice 6 :

9/4
Une caisse de volume total V=1m3 est plein de graviers occupe un volume réel dont la masse
nette est 1520 kg. Les grains constituant Vs=600 l.

Le volume des vides =Vv=Volume total- volume réel

AN : Vvide=1000-600=400 l on connait très bien que 1m3=1000 l

Calcul de la masse volumique apparente :

Pa=masse/volume totale AN: Pa= 1520/1 d’où Pa=1520 kg/m3.

Calcul de la masse volumique spécifique:

Ps=masse/volume réel AN: Ps= 1520/0,6 d’où Pa=2533,33 kg/m3.

Calcul de la densité apparente:

ρa=masse volumique apparente/masse volumique de l’eau. AN: ρa= 1520/1000 d’où ρa=1,52.

Calcul de la densité spécifique:

ΡS=masse volumique spécifique/masse volumique de l’eau. AN: ρ S= 2533,33/1000 d’où


ρS=2,53.

Calcul de la compacité:

Compacité=masse volumique apparente/masse volumique spécifique. AN: Compacité=


1,52/2,53 d’où Compacité=0,60.

Calcul de la porosité:

Compacité + porosité = 1. AN: Porosité= 1- Compacité d’où Porosité=0,40.

Calcul de l’indice de vide:

Indice de vide = porosité/Compacité. AN: Compacité= 0,40/0,60 d’où Indice de vide=0,67.

Bon courage.

10/4