Vous êtes sur la page 1sur 56

Groupe

Centre
microfinance
International
participative
de
Développement et(PAMIGA)
pour l’Afrique de Recherche
Publication UNGANA 1502 – © CIDR – Tous droits de reproduction réservés

Manuel de politiques et procédures


en gestion des risques

Réseaux CVECE - Mali

Claire Ozanne Décembre 2011


 

   

      
Manuel de politiques et procédures       
GESTION DES RISQUES 

Version initiale : décembre 2011 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Liste des sigles et abréviations ................................................................................................................ 3 
Introduction ............................................................................................................................................. 4 
1.  Politique de gestion des risques ...................................................................................................... 6 
1.1  Définitions du risque et de la gestion des risques ................................................................... 6 
1.1.1  Le risque .......................................................................................................................... 6 
1.1.2  La gestion des risques ...................................................................................................... 6 
1.2  Objectifs et principes de la politique de gestion des risques .................................................. 6 
1.2.1  Objectifs ........................................................................................................................... 6 
1.2.2  Principes .......................................................................................................................... 7 
1.3  Rôles et responsabilités au sein de l’Institution ...................................................................... 8 
1.3.1  Conseil d’administration ................................................................................................. 9 
1.3.2  Comité de gestion des risques......................................................................................... 9 
1.3.3  Comité d’éthique et de RH .............................................................................................. 9 
1.3.4  Conseil de surveillance .................................................................................................. 10 
1.3.5  Audit interne ................................................................................................................. 11 
1.3.6  Direction générale ......................................................................................................... 11 
1.3.7  L’ensemble des techniciens ........................................................................................... 11 
1.4  Organisation de la gestion de risques ................................................................................... 11 
1.4.1  Identification des risques .............................................................................................. 12 
1.4.2  Evaluation des risques ................................................................................................... 12 
1.4.3  Suivi des risques ............................................................................................................ 12 
1.4.4  Maîtrise et atténuation des risques .............................................................................. 12 
2.  Risques de crédit ........................................................................................................................... 14 
2.1  Risque sur la non‐connaissance du client ............................................................................. 14 
2.2  Risque sur le portefeuille de crédit ....................................................................................... 14 
2.3  Risque sur les produits proposés, les conditions d’octroi et de remboursement ................ 15 
2.4  Risque de cavalerie ................................................................................................................ 17 
2.5  Risque sur les procédures de recouvrement ......................................................................... 18 
3.  Risques de liquidité ....................................................................................................................... 19 
4.  Risques stratégiques ...................................................................................................................... 20 
4.1  Croissance .............................................................................................................................. 20 
4.2  Qualité du management, des techniciens et des élus, et gestion des compétences ........... 20 
4.3  Technologie ........................................................................................................................... 22 
4.4  Image / réputation ................................................................................................................ 22 

  1 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
4.5  Concurrence .......................................................................................................................... 24 
4.6  Dérives de mission sociale ..................................................................................................... 25 
5.  Risques financiers ou de marché ................................................................................................... 26 
5.1  Taux d’intérêt ........................................................................................................................ 26 
5.2  Monnaie et taux de change ................................................................................................... 26 
5.3  Inflation ................................................................................................................................. 27 
6.  Risques opérationnels / Fraude interne ........................................................................................ 29 
6.1  Activité non autorisée ........................................................................................................... 29 
6.2  Vol et fraude .......................................................................................................................... 30 
7.  Risques opérationnels / Fraude externe ....................................................................................... 33 
7.1  Vol et fraude .......................................................................................................................... 33 
7.2  Sécurité des systèmes ........................................................................................................... 34 
8.  Risques opérationnels / Pratiques en matière d’emploi et sécurité sur le lieu de travail ............ 36 
8.1  Relations de travail ................................................................................................................ 36 
8.2  Santé et sécurité des travailleurs .......................................................................................... 37 
8.3  Egalité et discrimination ........................................................................................................ 38 
9.  Risques opérationnels / Clients, produits et pratiques commerciales ......................................... 40 
9.1  Violation de devoir fiduciaire/de recommandations ............................................................ 40 
9.2  Pratiques commerciales incorrectes ..................................................................................... 41 
9.3  Défaut de production ............................................................................................................ 43 
10.  Risques opérationnels / Dommage aux actifs corporels ........................................................... 44 
11.  Risques opérationnels / Dysfonctionnements de l’activité et des systèmes ............................ 46 
12.  Risques opérationnels / Exécution, livraison et gestion des processus .................................... 47 
12.1  Saisie, exécution et suivi des transactions ............................................................................ 47 
12.2  Surveillance et notification financière ................................................................................... 47 
12.3  Gestion des comptes clients .................................................................................................. 48 
12.4  Fournisseurs .......................................................................................................................... 49 
Annexes ................................................................................................................................................. 50 
A.  Formulaire de réclamation client .......................................................................................... 51 
B.  Formulaire d’incident ............................................................................................................ 52 
C.  Registre des incidents ............................................................................................................ 53 
D.  Calendrier financier (modèle) ............................................................................................... 54 

   

  2 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Liste des sigles et abréviations 
 

ADV :     Association de Développement Villageois 

AG :    Assemblée Générale 

BCEAO :  Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest 

CA :    Conseil d’administration 

CVECA :  Caisse Villageoise d'Epargne et de Crédit Autogérée 

DAO :    Dossier d’Appel d’Offres 

DAT :    dépôt à terme 

DAV :    dépôt à vue 

DG :    directeur général 

FCFA :    franc de la communauté financière africaine 

INPS :     Institut National de Prévoyance Sociale 

PAR :    portefeuille à risque 

PE :     plan d’épargne 

PV :    procès‐verbal 

RAF :    responsable administratif et financier 

RAI :    responsable de l’audit interne 

REX :    directeur adjoint responsable de l’exploitation 

RCSFD : référentiel comptable des systèmes financiers décentralisés 

RH :    ressources humaines 

SIG :    système d’information et de gestion 

SFD :    systèmes financiers décentralisés 

   

  3 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Introduction 
 

Présentation et objectifs du manuel 

Le présent manuel traite des politiques et procédures de l’InstitutionBENSO JAMANUN en matière de 
gestion des risques, et inclut l’organisation, les responsabilités, les principes de gestion, les risques et 
comment ils sont traités. Il intègre également les exigences en matière de réglementation sur les 
systèmes financiers décentralisés, contenues dans la loi n°10‐013 du 20 mai 2010 portant 
réglementation des systèmes financiers décentralisés, dans le décret n°10‐315 / P‐RM  du 3 juin 2010 
fixant les modalités d’application et dans les instructions émises par la BCEAO. 

Le manuel sert de référentiel à  l’ensemble du personnel  de l’Institution intervenant sur la gestion 
des risques, à tous les niveaux organisationnels. Le manuel a été rédigé comme un outil de travail 
opérationnel. Il ne constitue pas un texte juridique et ne remplace pas les statuts et règlements 
intérieurs de BENSO JAMANUN. 

Le manuel permet un bon fonctionnement et une gestion saine des activités d’épargne et de crédit 
grâce à une politique claire de gestion des risques. A ce titre, le manuel peut être transmis aux 
autorités de contrôle en cas de demande et aux auditeurs externes dans le cadre de la certification 
des comptes. 

Diffusion et mise à jour du manuel 

Le présent manuel est conçu par BENSO JAMANUN dans un contexte de démarrage de ses activités 
d’une part et d’autre part dans un environnement financier réglementé et de plus en plus 
professionnel. Toute évolution des activités de l’Institution ou de l’environnement au cours des 
prochaines années induira une actualisation du manuel. Le manuel pour être applicable, devra être 
accessible aux différents acteurs. La diffusion et la mise à jour du manuel sont indispensables dans le 
temps auprès des acteurs, et sont de la responsabilité du directeur général de BENSO JAMANUN. 

¾ Diffusion 

Le manuel de politiques et procédures de gestion du risque est élaboré pour l’organe opérationnel 
de BENSO JAMANUN etpour les élus. Il est important de rappeler que le manuel étant une œuvre 
collective, il doit faire l’objet d’une diffusion générale aux différents acteurs de la chaine du travail de 
l’Institution (élus et salariés). 

¾ Mise à jour  

Le manuel, comme tout document relevant de l’opérationnel, doit être un outil de gestion 
dynamique et donc adaptable aux modifications qui interviendront au cours de la vie de l’Institution. 
Cette mise à jour doit être faite au minimum une fois tous les deux ans, mais la périodicité peut être 
plus importanteet est laissée à la latitude de la Direction Générale de l’Institution. Elle est fonction 
des besoins en information des responsables et des partenaires, et plus généralement fonction des 

  4 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
circonstances. 

On distingue deux cas : 

9 lorsque des informations complémentaires sont nécessaires pour la mise en œuvre sans 
ambiguïté d’une procédure ; 
9 lorsqu’une opération nécessite la modification ou la création d’une procédure. 

Dans le 1er cas, l’agent qui souhaite que l’on donne plus d’informations peut rédiger  un  projet de 
note de service qui fournit les informations ou les interprétations requises et envoyer par une fiche 
le projet de note de service au Directeur Général pour appréciation. 

Si le DG approuve la note de service, il la signe et la fait distribuer à tous les usagers. 

Les nouvelles dispositions prennent effet à partir de la date de mise en vigueur contenue dans la 
note de service. Les responsables des services concernés sont tenus d’informer et de former leurs 
collaborateurs sur les dispositions contenues dans la note de service. 

Cette note de service doit être insérée dans les annexes du manuel des procédures.  

En cas de rejet, le Directeur Général informe l’initiateur des motifs par retour de la fiche annotée. 

Dans le 2ème cas, l’agent qui souhaite la modification d’une procédure existante ou la création d’une 
nouvelle procédure doit rédiger  un  projet de note de service qui présente dans les moindres détails 
les modifications souhaitées ou la nouvelle procédure et envoyer par une fiche le projet de note de 
service au Directeur Général pour appréciation. 

Si le DG approuve le projet de note de service, il le soumet pour adoption au Conseil 
d’Administration. 

Si le CA approuve le projet de modification ou de création de la procédure, le DG signe la note de 
service et la fait distribuer à tous les usagers. La modification ou la création de procédure prend effet 
à partir de la date de mise en vigueur contenue dans la note de service. 

Les responsables des services concernés sont tenus d’informer et de former leurs collaborateurs sur 
les dispositions contenues dans la note de service. 

Les modifications ou les nouvelles procédures sont périodiquement insérées dans le manuel des 
procédures et l’on édite la version actualisée du manuel. Chaque version du manuel doit porter un 
numéro d’ordre chronologique.   

En cas de rejet, le Directeur Général informe l’initiateur des motifs par retour de la fiche annotée. 

Respect des politiques et procédures 

Il est de la responsabilité de la direction générale de BENSO JAMANUN de veiller à une application 
stricte des politiques et procédures proposées dans ce manuel, en procédant périodiquement à des 
évaluations et contrôles.   

  5 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
1. Politique de gestion des risques 
1.1 Définitions du risque et de la gestion des risques 
1.1.1 Le risque 

Un risque est une contingence (quelque chose d’éventuel, qui peut arriver ou non) indésirable, 
appréhendée, relativement anodine et peu probable. 

On distingue différentes natures de risque dans le secteur de la microfinance : 

9 les risques de crédit ou risques de contrepartie : risques que l'emprunteur ne rembourse pas 
son prêt à l'échéance fixée ; 
9 les risques de liquidité : risque de ne pas disposer des fonds nécessaires pour faire face à ses 
engagements à leur échéance ; 
9 les risques stratégiques ; 
9 les risques financiers, ou de marché ; 
9 les risques opérationnels. 

Le comité de Bâle définit le risque opérationnel comme le "risque de pertes provenant de processus 
internes inadéquats ou défaillants, de personnes et systèmes ou d'événements externes". 

Cette définition recouvre les erreurs humaines, les fraudes et malveillances, les défaillances des 
systèmes d'information, les problèmes liés à la gestion du personnel, les litiges commerciaux, les 
accidents, incendies, inondations, etc.  

Il s’agit plus généralement de tout événement qui perturbe le déroulement normal des processus 
métier et qui génère des pertes financières ou une dégradation de l'image de l’Institution. 

1.1.2 La gestion des risques 

On définit la gestion des risques comme la démarche systématique consistant à identifier les risques 
potentiels, à les évaluer, à choisir et à mettre en œuvre les mesures appropriées. 

Elle est au cœur de la stratégie d’un SFD, et se décline selon des procédures par lesquelles 
l’Institution traite les risques liées à ses activités. 

1.2 Objectifs et principes de la politique de gestion des 
risques 
1.2.1 Objectifs 

La politique de gestion des risques a pour but principal de permettre à l’Institution de remplir ses 

  6 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
objectifs financiers et sociaux, à travers la bonne marche de ses activités. La gestion des risques de 
l’Institution se concentre sur l’identification des risques et sur les moyens d’y faire face, avec pour 
objectif de développer ses activités de manière efficace et durable. Une bonne gestion des risques 
permet de réduire la survenance d’obstacles à la bonne marche de l’Institution, et l’incertitude 
concernant la continuité de ses activités. 

La gestion des risques doit être présenteet durable, et faire partie intégrante de la stratégie et de la 
mise en œuvre de cette stratégie. Elle doit permettre de faire face de manière systématique à tous 
les risques qui peuvent affecter l’Institution et ses activités passées, présentes, et surtout futures. 
Elle doit être intégrée dans la culture de l’Institution, ce qui signifie que tous les salariés et élus 
doivent être sensibilisés par la direction. Elle se traduit à tous les niveaux organisationnels (siège, 
agences et guichets) par des objectifs et des responsabilités communiquées aux salariés et aux élus, 
intégrés à leur fiche de poste et à leurs évaluations annuelles. 

La politique de gestion des risques a pour objectifs d’assurer : 

9 une bonne compréhension des risques par l’ensemble des salariés et des élus ; 
9 une exposition au risque dans les limites établies par le Conseil d’administration ; 
9 un système de rémunération adapté à la prise de risque et à sa maitrise ; 
9 des décisions prises conformément à la stratégie et aux objectifs fixés par le Conseil 
d’administration ; 
9 des décisions claires et explicites ; 
9 des moyens financiers suffisants pour engager la stratégie de l’Institution. 

Elle permet ainsi d’allouer les ressources en tenant compte des risques, et de promouvoir une 
culture innovante de maitrise du risque. En outre, cette politique sert de cadre à la mise en place 
d’un contrôle interne efficace, pour assurer une bonne gouvernance. 

1.2.2 Principes 

Les grands principes de gestion des risques de l’Institution sont : 

9 une gestion saine et efficace des risques est le fondement d’une activité pérenne ; 
9 une gestion des risques intégrée, coordonnée et globale ; 
9 les contrôleurs ont la responsabilité de mener à bien leurs travaux avec professionnalisme et 
indépendance ; 
9 la gestion des risques est menée grâce à des politiques clairement définies, qui sont 
communiqués à l’ensemble des salariés de l’Institution ; 
9 la gestion des risques est une responsabilité partagée, et l’Institution a pour objectif de 
construire une vision partagée de gestion des risques, résultat d’un consensus au sein de 
l’Institution ; 
9 l’organisation de la gouvernance est clairement définie ; 
9 la séparation des tâches est clairement définie entre les fonctions opérationnelles et celles 
de gestion des risques ; 
9 toutes les décisions opérationnelles prennent en considération les problèmes qui pourraient 
en découler ; 

  7 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
9 l’identification des risques est communiquée de manière complète et transparente aux 
niveaux appropriés. 

L’institution s’engage également à véhiculer une culture de gestion des risques au sein de 
l’Institution.  C’est le rôle du Conseil d’administration et de la direction générale que de promouvoir 
une approche responsable des risques, et d’assurer la pérennité et la bonne réputation de 
l’Institution tout en permettant sa croissance.  

L’Institution a pour stratégie d’éviter les produits, marchés et opérations pour lesquels il ne peut 
évaluer objectivement le risque, et donc le gérer. 

Le Conseil d’Administration définit chaque année l’appétit au risque de l’Institution. 

Le terme “appétit pour le risque” signifie que l’Institution supportera le risque seulement si cette 
prise de risque a une probabilité raisonnable d’être convenablement récompensée. Ainsi, au lieu 
d’utiliser le mot appétit ou appétence, certains préfèreront employer le terme “tolérance au risque” 
pour signifier que le risque n’est pas désiré en soi. 

L’appétit pour le risque reflète de nombreuses facettes du risque. Il s’agit d’accepter certains types 
de risque ou bien de s’efforcer de les éviter. Cette différence d’appétence envers le risque peut être 
imputable aux expériences passées liées aux activités de l’Institution, à son expertise acquise ou au 
degré d’aversion au risque du Conseil d’administration ou des bailleurs de fonds. Aussi, elle doit 
définir des limites de risque cohérentes avec le niveau de ses fonds propres et la rentabilité 
attendue. 

La stratégie en ce qui concerne l’appétit au risque de l’Institution se définit comme suit : 

9 la diversification du portefeuille de crédit, et la fixation de limites sur certaines expositions 
risquées ; 
9 les pertes liées aux fraudes sont plafonnées à un certain pourcentage des fonds propres, et 
doivent se maintenir à un taux inférieur au taux moyen du secteur de la microfinance ; 
9 les ratios prudentiels doivent afficher une meilleure situation que les objectifs fixés par la 
BCEAO ; 
9 l’Institution protège sa réputation en évitant toute conduite illégale, non professionnelle ou 
contraire à l’éthique, et se tient à l’écart de toute entité ou tout individu de mauvaise 
réputation. 

1.3 Rôles et responsabilités au sein de l’Institution 
L’Institution a mis en place une structure organisationnelle en charge de la gestion des risques.  

  8 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
1.3.1 Conseil d’administration 

Le Conseil d’Administration est l’organe d’administration de l’Institution. Il est composé de 15 
membres élus par l’Assemblée Générale.  

Parmi les membres du Conseil d’Administration, il y a au plus 2 administrateurs indépendants (qui ne 
sont pas membres de l’Assemblée Générale) qui sont cooptés par l’Assemblée Générale. Ces 
administrateurs indépendants sont des personnes ressources qui disposent des compétences (en 
finance, droit, gestion etc.) dont le Conseil d’Administration a besoin et dont les membres de 
l’Assemblée Générale ne disposent pas. 

Les principales responsabilités du CA sont de : 

9 définir et maintenir la mission et les objectifs de l’Institution ; 
9 ratifier les directions stratégiques ; 
9 surveiller la réussite des objectifs stratégiques de l’Institution ; 
9 s’assurer que l’institution gère effectivement ses risques. 

A ce titre, c’est lui qui est en charge de définir la politique de gestion des risques. 

1.3.2 Comité de gestion des risques 

Le Comité de gestion des risques (CGR) est chargé de veiller au respect de la politique et des 
procédures de l’institution en matière de gestion des risques. Il est composé de 7 membres au plus 
issus du conseil d’administration. Ses réunions doivent enregistrer la participation du DG, du REX, du 
RAI et du RAF. 

Afin de garantir l'indépendance du comité, le Président du Conseil d’Administration ne doit pas y être 
membre.  

Le comité veille à ce que : 

9 l’Institution maintienne les différents risques auxquels elle est confrontée à des niveaux 
prudents ; 
9 les personnes responsables de la gestion des risques possèdent les connaissances 
nécessaires pour accomplir la fonction de gestion des risques ; 
9 l’Institution mette en œuvre les principes fondamentaux qui facilitent l'identification, la 
mesure, la surveillance et le contrôle de tous les risques auxquels elle est confrontée ; 
9 des politiques et des procédures appropriées pour la gestion des risques soient élaborées et 
mises en œuvre et périodiquement révisées par l’institution ; 
9 le comité se réunit trimestriellement et rend compte de ses activités au Conseil 
d’administration. Son secrétariat est assuré par le Responsable de l’Audit Interne. 

1.3.3 Comité d’éthique et de RH 

Le comité a pour rôle d’aider le Conseil d’Administration à assumer ses responsabilités de 

  9 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
supervision pour ce qui concerne : 

9 l’élaboration de la stratégie globale de l’institution par rapport aux ressources humaines 
pour une rémunération équitable et concurrentielle du personnel et pour le développement 
d’autres programmes de motivation dans l’intérêt de tous les employés ; 
9 l’établissement des objectifs du Directeur et l’évaluation de son rendement par rapport aux 
objectifs fixés ; 
9 le plan de succession du Directeur et des hauts cadres ; 
9 la promotion de l’équité, de la transparence et de la protection des clients. 

Le comité est composé de 8 membres au plus et ses réunions doivent enregistrer la participation du 
Directeur et du Responsable des Ressources Humaines. Il se réunit trimestriellement et rend compte 
de ses activités au Conseil d’administration. Son secrétariat est assuré par le Responsable des 
Ressources Humaines. 

1.3.4 Conseil de surveillance 

Le Conseil de Surveillance est l’organe de contrôle de l’Institution. Il est chargé de la surveillance de 
la régularité des opérations de l’institution et du contrôle de sa gestion. 

Il est composé de 7 membres élus par l’Assemblée Générale. Il est appuyé par un Commissaire aux 
Comptes qu’il recrutepour assurer l’audit externe de l’Institution. Le Responsable de l’audit Interne 
de l’institution est directement relié au Conseil de surveillance.  

Le Conseil de Surveillance possède un double mandat de vérification et de conseil. A titre de 
vérificateur, il doit : 

9 s’assurer que les contrôles sont faits régulièrement et que les opérations de l’institution 
respectent les lois, les règlements et les règles de déontologie, les politiques et les 
procédures ;  
9 veiller à ce que l’institution réalise sa double mission financière et sociale et à ce qu’elle soit 
la plus proche possible de ses membres et de son environnement. 

A titre de conseil, le Conseil de Surveillance doit fournir des recommandations, des suggestions et 
des avis au Conseil d’Administration et au Directeur en vue d’améliorer le service à la clientèle et les 
relations avec les membres et les usagers. 

Les principales responsabilités du Conseil de Surveillance sont les suivantes : 

9 faire des observations et des recommandations sur le fonctionnement général de 
l’institution (par exemple sur le budget, la qualité des crédits accordés, l’apport social de 
l’institution dans son milieu, etc.) ;  
9 effectuer le suivi des rapports d’inspection de contrôle et d’audit interne et externe ;  
9 effectuer le suivi des décisions prises par l’Assemblée Générale ;  
9 assurer le contrôle et la régularisation des situations de conflits d’intérêts. 

  10 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
1.3.5 Audit interne 

La fonction d’audit interne constitue un élément majeur de la surveillance en continu du système de 
contrôle interne, parce qu’elle fournit une évaluation indépendante du caractère adéquat des 
politiqueset procédures établies et du respect de la conformité à ces dernières. La fonction d’audit 
interne est indépendante du fonctionnement de l’Institution au quotidien et elle a accès à l’ensemble 
des activités conduites par l’Institution. 

Le rôle de l’audit interne inclut les aspects suivants: 

9 concentrer les travaux  d’audit interne sur les risques clés identifiés par la direction générale 
9 Identifier les risques ; 
9 évaluer et valider les procédures de gestion des risques ; 
9 éduquer le personnel à la gestion du risque et au contrôle interne ; 
9 communiquer des rapports sur la gestion des risques et le contrôle interne au Conseil de 
surveillance ; 
9 maintenir un dispositif de contrôle approprié en évaluant son efficacité etson efficience et en 
encourageant son amélioration continue. 

1.3.6 Direction générale 

La direction générale est en charge de la mise en œuvre de la stratégie de l’Institution, et du respect 
des procédures à tous les niveaux organisationnels. 

1.3.7 L’ensemble des techniciens 

Il s’agit au niveau opérationnel d’instaurer les responsabilités suivantes : 

9 les techniciens sont les premiers responsables pour gérer quotidiennement les risques ; 
9 les gérants et chefs d’agence ont la responsabilité de sensibiliser les salariés sur les risques 
liés à leurs fonctions et aux activités qu’ils mènent. 

1.4 Organisation de la gestion de risques 
Les procédures de gestion des risques de l’Institution rassemblent des outils et techniques à 
utilisation aux différents niveaux de l’activité pour : 

9 identifier et analyser le risque ; 
9 évaluer le risque ; 
9 traiter le risque ; 
9 suivre le risque ; 

  11 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
9 communiquer. 

Pour que les procédures de gestion des risques puissent être efficientes, il est nécessaire de s’assurer 
de : 

9 l’implication du Conseil d’administration et de la direction générale de l’Institution ; 
9 une identification claire des responsabilités dans l’organisation ; 
9 la mise à disposition de ressources suffisantes pour la formation des salariés à la gestion des 
risques. 

1.4.1 Identification des risques 

Elle requiert de l’Institution qu’elle définisse quels sont les facteurs inhérents aux risques et leurs 
dimensions multiples (codification, aspect interne / externe, fréquence, appartenance, gravité, type 
de perte, activité(s) concernée(s), processus / fonctions concernées, données et systèmes impliqués, 
etc.).  

1.4.2 Evaluation des risques 

Les outils d’évaluation peuvent être des méthodes quantitatives et statistiques de modélisation et de 
simulation. 

L’évaluation est le résultat de la probabilité de survenance du risque, et son impact, qu’il soit 
financier ou autre (réputation par exemple). 

1.4.3 Suivi des risques 

La gestion des risques nécessite un suivi par le moyen de reporting et de contrôles, afin de s’assurer 
que les risques sont correctement identifiés et évalués, et qu’ils sont couverts efficacement. 

Des audits sont menés régulièrement pour vérifier la correcte application de la politique de gestion 
des risques, et la conformité aux textes et réglementations. Ils permettent d’identifier les faiblesses 
de mise en œuvre, et de proposer des recommandations et des améliorations. La prise en compte de 
modifications dans l’organisation et dans l’environnement de la microfinance est également 
essentielle pour permettre une adaptation dynamique et efficace. 

1.4.4 Maîtrise et atténuation des risques 

Il existe 4 moyens de traiter le risque : 

9 éviter l’occurrence du risque : par exemple, respecter la loi sur la lutte contre le blanchiment 
afin dene pas subir d’interdiction de pratiquer ; 
9 limiter la probabilité d’occurrence ou l’impact : par exemple, mettre en place des limites sur 

  12 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
lenombre d’emprunteurs et la taille des emprunts par client afin de ne pas dépasser la taille 
critique de l’activité ; 
9 transférer le risque sur des tierces parties : par exemple, externaliser le risque de défaillance 
de paiement à un assureur ; 
9 accepter en connaissance de cause de supporter l’impact d’un évènement qui surviendrait.  
 

La maîtrise et l’atténuation du risque constituent probablement le sous‐processus le plus complexe 
de cet ensemble, car de lui va dépendre la capacité de l’Institution à se doter de moyens de prévenir 
les risques en identifiant les leviers d’action adéquats pour anticiper certains événements ou 
minimiser leur impact en cas de survenance. Ce sous‐processus est particulièrement complexe à 
gérer car il s’appuie simultanément sur deux fonctions qui interagissent l’une sur l’autre : 

9 d’une part, la fonction qui conduit à fixer le niveau maximum de risque accepté. Cela 
suppose de fixer des limites, limites globales ou limites par type de risque ; 
9 d’autre part, la fonction qui conduit à opérer un choix entre les différents modes de 
couverture (interne, externe via l’assurance ou l'externalisation), et à le traduire en plans 
d’actions précisant les mesures retenues, les responsabilités dans la mise en place et les 
délais de réalisation. 

   

  13 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
2. Risques de crédit 
2.1 Risque sur la non‐connaissance du client 
Identification  Absence de contrôle ou analyse erronée de la situation d'un client dans l'entrée en 
relation (identité, situation financière, pouvoirs) et dans le processus d’octroi du 
crédit. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
Elle est fonction du nombre de dossiers ayant fait l'objet de recouvrement ou ayant 
été passés en perte directement 
 
Impact : montant passé en perte. 
 
Suivi  Il est effectué par l’analyse du registre des adhérents au niveau du siège et des 
agences, sur la base des fiches d’identification individuelles et groupes renseignées au 
niveau des guichets. Cette base de données doit être à jour et exhaustive. 
 
Maîtrise et  1) Présence du comité de crédit du guichet lors de l’adhésion 
atténuation  Ce dernier peut se renseigner sur le client et vérifier les informations données en cas 
de doute. 
 
2) Fiche d’identification 
Elle permet la connaissance du client. 
 
3) Demande et analyse de crédit par le(s) comité(s) de crédit 
Cette procédure couvre divers aspects de la situation du client (carte d’identité, 
description de l’activité, capacité à rembourser le crédit etc.), et là encore le comité 
de crédit du guichet intervient systématiquement dans la décision d’octroi. 
 
4) Garantie 
Un dépôt de garantie est demandé préalablement à tout octroi de crédit, ainsi qu’une 
garantie de type matérielle ou par un garant. 
 
Procédure(s)  Manuel d’Epargne & Crédit 
relative(s) 
 

2.2 Risque sur le portefeuille de crédit 
Identification  Il s’agit du risque que les crédits accordés à un moment donné soient concentrés sur 
des éléments risqués, que ce soit une zone géographique, un secteur d’activité, etc. 
L’origine du risque peut venir par exemple d’aléas climatiques touchant directement 
les crédits agricoles, maraîchers et d’élevage, ou de la détérioration possible des 
termes des échanges sur les cultures de rente et l’exploitation aurifère. 
Ces évènements peuvent alors avoir des effets sur les capacités d’épargne des clients 
d’une part et leur solvabilité d’autre part.  
Ce risque est d’autant plus important en période de croissance. 

  14 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Evaluation  Fréquence : courant 
Elle est fonction du nombre de dossiers ayant fait l'objet de recouvrement ou ayant 
été passés en perte directement 
 
Impact : montant passé en perte. 
 
Suivi  Des reportings sont régulièrement effectués par les gérants et le REX, permettant 
d’avoir une situation à date de l’état du portefeuille, et un détail des crédits en cours : 
‐ par tranche de montants accordés ; 
‐ par tranche de durée de prêt ; 
‐ par localisation (urbain/rural) ; 
‐ par secteur d’activité ; 
‐ par périodicité ; 
‐ par nombre de membres du groupe pour le prêt solidaire ; 
‐ par genre ; 
‐ par état civil ; 
‐ par tranche d’âges des clients ; 
‐ par zones géographiques ; 
‐ par dispersion des montants accordés aux membres du groupe ; 
‐ par durée de la relation client ; 
‐ par tranche d’âge du retard ; 
‐ par période de décaissement ; 
‐ par tranche de délai d’attente. 
 
Maîtrise et  1) La diversification des activités financées permet de réduire ce risque. 
atténuation  La politique de crédit est de diversifier le portefeuille en offrant le crédit aussi bien 
aux agriculteurs qu’aux artisans et micro entrepreneurs, et d’étendre l’activité à 
plusieurs régions. 
 
2) L’augmentation du portefeuille à risque est maîtrisée grâce à un système adéquat 
de mesure de la performance des agents de guichet et agents de crédit axé sur une 
politique de motivation de ces agents  
 
Procédure(s)  Manuel d’Epargne & Crédit 
relative(s) 
 

2.3 Risque sur les produits proposés, les conditions d’octroi 
et de remboursement 
Identification  Le risque consiste en l’octroi ou le maintien d'un financement (de toute nature) à un 
emprunteur n'ayant pas la capacité financière de rembourser le concours accordé. 
 Il se réalise en cas de : 
‐ fraude ; 
‐ prise de garanties disproportionnées pouvant conduire à une condamnation 
de l’Institution ; 
 

  15 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
  ‐ absence ou mauvaise analyse de la demande par le(s) comité(s) de crédit. Il 
peut s’agir d’une mauvaise analyse de la capacité de remboursement du 
client, de conditions de crédit inadaptées, d’un produit de crédit inadapté, 
etc. 
Le risque concerne également les caractéristiques des produits de crédit, inadaptées 
ou ne permettant pas une rentabilité suffisante pour l’Institution. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
Elle est fonction du nombre de dossiers ayant fait l'objet de recouvrement ou ayant 
été passés en perte directement 
 
Impact : montant passé en perte. 
 
Suivi  Le suivi est effectué grâce aux indicateurs financiers suivants : 
‐ crédits impayés ; 
‐ crédits en souffrance ; 
‐ résultat opérationnel. 
Un reporting régulier permet de s’assurer de l’atteinte des objectifs en termes de 
rentabilité et de recouvrement des crédits. 
 
Les indicateurs utilisés sont : 
• Portefeuille à risque (PAR 90) = total des crédits affichant un retard > 90 jours 
total des crédits en cours 
 
• Taux de provision pour créances en souffrance 
= provision pour créances douteuses 
total des crédits affichant un retard > 90 jours 
 
• Taux de perte sur créances  = crédits passés en perte 
total des crédits en cours 
 
D’autres ratios sont à communiquer au moins une fois par an dans les annexes du 
rapport annuel. 
 

  16 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Maîtrise et  1) Le plan d’affaires a permis de présenter un plan de financement permettant une 
atténuation  rentabilité durable de l’Institution et des produits de crédit avec des caractéristiques 
adaptées. 
 
2) L’analyse du dossier est effectuée sur un dossier complet, qui inclut un certain 
nombre d’informations permettant de s’assurer de la pertinence du produit demandé 
vs. utilisation prévue du crédit par le demandeur. 
 
3) L’éducation financière des clients est un outil important pour diminuer le risque 
d’impayés.  
L'éducation financière est définie par l’OCDE  comme «le processus par lequel des 
consommateurs et/ou investisseurs :  
‐ améliorent leur connaissance des produits, concepts et risques financiers ; 
‐ acquièrent au moyen d'une information, d'un enseignement ou d'un conseil 
objectif, les compétences et la confiance nécessaires pour : 
o devenir plus sensibles aux risques et opportunités en matière 
financière, 
o faire des choix raisonnés, en toute connaissance de cause, 
o savoir où trouver une assistance financière, 
o prendre d'autres initiatives efficaces pour améliorer leur bien‐être 
financier. 
 
  4) Garantie 
Un dépôt de garantie est demandé préalablement à tout octroi de crédit, ainsi qu’une 
garantie de type matérielle ou par un garant. 
 
Procédure(s)  Manuel d’Epargne & Crédit 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures administratives, budgétaires, comptables et 
financières 
 
 

2.4 Risque de cavalerie 
Identification  La cavalerie est un processus financier où de nouveaux emprunts servent sans cesse à 
rembourser les emprunts antérieurs. Le système s'écroule lorsque l'emprunteur 
n'obtient pas le Nième prêt : il sait alors qu'il ne pourra pas rembourser l'emprunt 
précédent. La cavalerie est une tentation pour des acteurs économiques au départ 
honnêtes mais confrontés à des difficultés qu'ils croient passagères. 
Il peut s’agir d’un client qui parvient par une fraude à souscrire deux crédits ou plus au 
sein de l’Institution, mais également d’un client qui souscrit plusieurs crédits dans 
plusieurs institutions. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : montant passé en perte suite à plusieurs crédits en cours par un même 
client, dans le cas où ce dernier parviendrait à adhérer deux fois, et ainsi à effectuer 
deux demandes de crédit, par exemple dans deux guichets distincts. 
 

  17 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Suivi  Le suivi est effectué par l’analyse des crédits en impayés, où l’agent de guichet 
documente dès le 1er jour de retard la raison. Le comité de crédit du guichet en 
dehors de l’agent de guichet est également impliqué dans l’identification de l’origine 
de l’impayé. 
 
Maîtrise et  Ce risque peut être maitrisé par le processus d’identification et d’adhésion. Chaque 
atténuation  client est identifié de manière unique, à l’aide d’un certain nombre d’informations : 
nom, prénom, photo, n° pièce d’identité, adresse, n° téléphone, etc. Le registre 
centralisé qui rassemble toutes ces informations, afin d’éviter une double adhésion. 
 
En outre, le comité de crédit du guichet, lors de l’analyse du crédit, se renseigne sur 
d’éventuels autres crédits en cours (par la centrale des risques ou tout autre moyen) 
ou sur un historique d’impayé. 
 
Procédure(s)  Manuel d’Epargne & Crédit 
relative(s) 
 

2.5 Risque sur les procédures de recouvrement 
Identification  Ce risque intervient en cas de prise en charge déficiente des dossiers contentieux en 
raison de retard, erreur ou absence de traitement (erreur de calcul du décompte de la 
dette, déclaration tardive…) entraînant une impossibilité de recouvrement de la 
créance. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
 
Impact : montant passé en perte 
 
Suivi  1) Le suivi est effectué par la correcte application de la procédure de recouvrement. 
Des audits internes sont menés régulièrement pour vérifier la bonne application par 
les différents intervenants dans le processus de recouvrement. 
 
2) L’efficacité du recouvrement est suivie par l’analyse et l’évolution des crédits en 
cours, en impayés et en souffrance. 
 
Maîtrise et  Les procédures de recouvrement doivent être connus et maitrisés par l’ensemble des 
atténuation  techniciens et des élus. Le recouvrement est intégré dans les formations sur le crédit, 
et le respect de la procédure et des actions mises en œuvre sont intégrés dans 
l’évaluation individuelle des agents de guichet, agents de crédit et gérants. 
 
Procédure(s)  Manuel d’Epargne & Crédit 
relative(s) 
 

   

  18 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
3. Risques de liquidité 
 

Identification  L’Institution reçoit majoritairement des dépôts à court terme de ses clients, et fait des 
prêts à court et moyen terme. Il peut donc se créer un décalage entre les sommes 
prêtées et les sommes disponibles (dépôts), ces dernières pouvant alors être 
insuffisantes.  
Cela signifie qu’au niveau des opérations courantes d’un guichet, les dépôtsd'épargne, 
les avoirs en caisse du guichet doivent être suffisants pour couvrir les retraits. 
 
Il peut également s’agir de l’incapacité à rembourser un emprunt souscrit par 
l'Institution à la date d’échéance. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
 
Impact : dépôts pour lesquels le client demande un retrait, et que le guichet ne peut 
fournir 
 
Le risque peut être évalué par les outils de trésorerie utilisés par l’Institution, à savoir 
le plan de trésorerie (budget sur une année et par mois) et par les prévisions de 
trésorerie hebdomadaire. 
 
Suivi  1) Ratios prudentiels 
Il s’agit de suivre et de respecter les ratios tels qu’instruits par la BCEAO, pour veiller à 
l’évolution de ses stocks de liquidité 
 
2) Reporting de trésorerie 
Cela consiste en suivre et expliquer les écarts entre les attentes issues de prévisions et 
la situation réelle. Le reporting est effectué par le RAF. 
 
Maîtrise et  La stratégie pour faire face au risque de liquidité inclut: 
atténuation  ‐ la diversification et la stabilité des sources de financement ; 
‐ la mobilisation de ses fonds propres ; 
‐ une information fiable sur la trésorerie des guichets ainsi que sur les 
prévisions en termes d’encaissements et de décaissements à venir, afin de 
pouvoir approvisionner les guichets ou agences qui en ont besoin. 
 
Cette stratégie est reflétée dans le plan d’affaires, et doit être mise à jour 
annuellement dans le plan de trésorerie. 
 
Procédure(s)  Manuel de Trésorerie 
relative(s) 
   

  19 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
4. Risques stratégiques 
4.1 Croissance 
Identification  Le risque s’identifie en terme de stratégie de l’Institution, avec par exemple des 
attentes irréalistes en terme de croissance, le développement de nouveaux produits 
inadaptés ou une vision pas clairement définie et partagée. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : maximum 
 
Suivi  Le reporting (compte de résultat et trésorerie) permet de comparer la situation réelle 
aux attentes intégrées dans les budgets. 
 
Maîtrise et  1) Le plan d’affaires a été le résultat d’une longue concertation entre les partenaires. 
atténuation  Il inclut le plan de financement, qui présente des objectifs chiffrés élaborés à partir 
d’hypothèses réalistes, prenant en compte les données financières actuelles. Il a été 
validé à différents niveaux, y compris par des organes externes.  
 
2) Un budget annuel du compte de résultat et de la trésorerie est effectué, afin de se 
concerter sur des objectifs et des attentes en matière de croissance, au niveau des 
guichets, des agences et au niveau consolidé. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures administratives, budgétaires, comptables et 
relative(s)  financières 
 
 

4.2 Qualité du management, des techniciens et des élus, et 
gestion des compétences 
Identification  Le risque est multiple en ce qui concerne les compétences des différents acteurs de 
l’Institution : 
‐ risque de gouvernance : organes de direction fonctionnels en surface  mais en 
réalité la plupart des dirigeants n’ont pas suffisamment de niveau ; 
‐ ddégradation de la qualité du management et des techniciens liée à des 
recrutements inadaptés ; 
‐ main d’œuvre qualifiée (connaissance des bonnes pratiques de la 
microfinance) mais toutefois restreinte dans sa capacité d’analyse ; 
‐ risque lié à la non professionnalisation du comité de crédit du guichet en 
dehors de l’agent de guichet (bénévoles) et problèmes de compétences ; 
‐ absence de partage des connaissances et de flexibilité dans les tâches 
accomplies ; 
‐ centralisation des compétences vers desemployés plus expérimentés, un 
risque de départ massif ou de perted’employés clés ; 
 

  20 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
  ‐ démotivation des employés liée à unerémunération insuffisante ou mal 
répartie (fixe/variable) ; 
‐ un besoin en compétences particulières non pourvu. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
 
Impact : salaire de la personne défaillante, ainsi qu’un impact financier lié aux 
montants dont la personne est responsable 
 
Suivi  L’Institution a mis en place un programme d’évaluation annuelle de l’ensemble du 
personnel. Il permet de : 
‐ assigner des objectifs qualitatifs et quantitatifs ; 
‐ évaluer chaque salarié individuellement en fonction de l’atteinte ou non des 
objectifs fixés. 
Même le directeur général est évalué par le comité d’éthique et des RH. 
 
Maîtrise et  1) Processus de recrutement 
atténuation  Une attention particulière est portée : 
‐  aux compétences initiales du candidat, et celles‐ci doivent pouvoir être 
vérifiées ; 
‐ à la motivation du candidat pour développer de nouveaux savoirs et être 
moteur dans l’Institution. 
 
2) Formation du personnel et des élus 
Un programme de formation couvrant toutes les fonctions de l’Institution est mis en 
place, sur une base annuelle. Les besoins sont réévalués régulièrement. 
 
3) Evaluation du personnel et primes sur objectifs 
L’évaluation annuelle débouche sur des primes. Cela permet de motiver le personnel 
à la réalisation de ses objectifs, et d’instaurer une émulation parmi les salariés  
 
4) Plus généralement, l’Institution a élaboré un manuel de procédures de ressources 
humaines détaillé, incluant la gestion des compétences et des carrières, la 
mobilisation et le recrutement, la gestion de congés et absences, la gestion de la paie, 
les prêts et avances aux employés, les licenciements, démissions et départs en 
retraite, la gestion des sanctions, etc. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures de gestion du personnel 
relative(s)   
 

   

  21 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
4.3 Technologie 
Identification  Ce sont des risques physiques ou logiques liés au système d'informations et au 
support informatique. Les principaux risques observés sont :  
‐ l'inadaptation de l'architecture informatique ; 
‐ fonctionnalités non sécurisées et réseau mal sécurisé. 
Il s’agit d’un risque stratégique, lié donc au choix des systèmes d’information et à la 
mise en place d’une stratégie de déploiement efficace. Ce risque est à différencier des 
risques opérationnels liés à l’informatique.  
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : maximum 
 
Suivi  L’audit interne effectue des missions de contrôles sur la fiabilité des données 
financières issues du SIG et l’efficacité des systèmes d’information. 
 
Maîtrise et  1) Cahier des charges sur le SIG, élaboré pour l’ensemble des SFD anciennement 
atténuation  CVECA, et adapté aux spécificités de l’Institution 
 
2) Contrôles sur la reprise des données 
 
3) Il existe une charte informatique, signée par tous les salariés lors de leur 
recrutement 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures informatiques 
relative(s)   
 

4.4 Image / réputation 
Identification  Le risque de réputation, ou risque d'image, correspond à l'impact que peut avoir une 
erreur de gestion sur l'image d'une organisation. 
Les origines de cette situation peuvent être multiples : 
‐ connaissance par les clients de fraudes survenues au sein de l’Institution ; 
‐ défaut de paiement d’un guichet ; 
‐ comportement suspicieux du personnel ou des représentants villageois 
composant le comité de crédit du guichet ; 
‐ de la mauvaise publicité ou des calomnies de la part de concurrents ou autres 
acteurs ; 
‐ etc. 
Le risque de réputation  s’identifie principalement par un manque de confiance des 
titulaires de comptes de dépôt. 
 
  La réputation est un actif stratégique pour le développement (recrutement et 
fidélisation de clientèle ou de collaborateurs, accès aux marchés, relations avec les 
régulateurs etc.) et la valeur de l’Institution. Dès lors le risque de réputation fait partie 
des risques, et est en tête des préoccupations des dirigeants. 
 

  22 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : maximum 
 
Suivi  1) Des enquêtes de satisfaction sont menées une fois par an, afin de s’assurer de la 
bonne image de l’Institution. 
 
2) Le solde des dépôts et leurs variations d’une période à l’autre sont analysés par les 
gérants et le responsable administratif et financier. 
 
3) Un système de réclamation permet la remontée de l’information concernant des 
rumeurs ou des plaintes de clients du guichet vers l’agence puis vers le siège. 
Le REX est chargé du suivi du traitement des réclamations, il tient à cet effet un 
tableau de bord (réclamations reçues, réclamations traitées dans les délais, 
réclamations traitées hors délai). Le délai de traitement d’une réclamation est de 10 
jours après sa  réception.   
 
Les cas de figures suivants peuvent se présenter :  
 
Réclamation par courrier : le traitement suit les étapes ci‐dessus : 
• le service courrier reçoit la réclamation  et l’enregistre dans un cahier 
dédié (attribution d’un numéro de dossier, nom du client, motif de la 
réclamation, numéro de compte, date de réception, …) 
• la réclamation est transmise à la Direction générale puis au REX 
• le REX vérifie la signature du client, ainsi que l’existence du compte et 
la concordance entre numéro et intitulé. En cas d’anomalies, le client 
est informé 
• il étudie la réclamation ou la ventile aux autres services voire à la 
Direction Générale pour préparation de réponse 
• il  rédige les projets de réponses ou centraliser ceux des autres 
services 
• le courrier de réponse est signé par la Direction générale 
• enfin la réponse est envoyée au client  
• le REX tient et met à jour un tableau de suivi des réclamations.  
 
Réclamation est faite directement  au guichet 
Lorsqu’un client se présente directement au guichet, il est reçu par le comité de crédit 
du guichet. Ces derniers lui font  remplir un formulaire de réclamation pré numéroté, 
qu’il glisse dans une boîte aux lettres, ou boite à suggestions. 
La boîte est fermée à clé, et les réclamations sont relevées lors de visites des gérants 
ou des contrôleurs dans le guichet.  Le comité de crédit du guichet ne dispose pas de 
la clé de la boîte à suggestion qui contient les réclamations clients. 
Une fois relevées, les réclamations sont transmises au REX qui procède aux diligences 
indiquées ci‐dessus.  
   

  23 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Maîtrise et  La meilleure façon de gérer le risque de réputation est de mettre en place une 
atténuation  gouvernance comportant une gestion anticipative des risques, une écoute des parties 
prenantes, et une communication sans détour des problèmes rencontrés par 
l'Institution vis‐à‐vis de ses parties prenantes, non seulement les actionnaires, mais 
aussi les employés, les clients, et les membres de la société civile les plus directement 
concernés. 
L’Institution se montre en toute circonstance transparente. Le directeur général est 
en charge de la communication aux différentes parties prenantes : élus, personnel, 
bailleurs de fonds, banques, fournisseurs, etc. 
 
Des réponses sont systématiquement apportées aux réclamations des clients. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures de gestion des risques 
relative(s) 
Outils  Formulaire de réclamation client, cf. annexe A. 
 
 

4.5 Concurrence 
Identification  Le risque concerne aussi bien : 
‐ une mauvaise anticipation de la concurrence ; 
‐ l’arrivée d’un nouvel entrant ; 
‐ la concurrence déloyale sur les caractéristiques des produits, par exemple sur 
les taux ; 
‐ de la publicité mensongère, des campagnes de dénigrement ou des calomnies 
de la part des concurrents. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
 
Impact : maximum (perte d’activité sur un ou plusieurs guichets) 
 
Suivi  1) Connaissance des concurrents par la participation aux évènements et discussions 
organisés sur les SFD 
 
2) Des tableaux comparatifs sont réalisés par le REX afin de connaître les diverses 
conditions de prêts de tous les SFD du pays. 
 
Maîtrise et  1) Les bénévoles du comité de crédit au niveau des guichets sont en charge de 
atténuation  promouvoir les produits et services de l’Institution 
 
2) Concernant le crédit solidaire, les animatrices ont pour tâche d’identifier des 
groupes cibles, et de leur présenter l’organisation de l’institution et les avantages 
proposés aux groupements solidaires 
 
3) Il s’agit de développer une bonne image de marque, notamment par la qualité du 
service et par une politique marketing efficace. 
 
Procédure(s)  N/A 
relative(s) 
  24 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
4.6 Dérives de mission sociale 
Identification  Il s’agit d’une pression pour changer sa stratégie et l’objet de sa mission, et peut se 
décliner de plusieurs manières : 
‐ le manque de protection du consommateur, pouvant entrainer l’emprunteur 
dans la spirale du surendettement, et l’absence d’accompagnement des 
clients, pourtant indispensable ; 
‐ l’éloignement voire l’abandondes populations ou zones initialementciblées 
(ayant le plus difficilement accès aux services financiers) ; 
‐ le glissement d’une missiond’intérêt général vers la recherchede 
maximisation du profit pour les financeurs ou les personnes intéressées aux 
résultats. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : montant du financement apporté par les bailleurs de fonds, réputation. 
 
Suivi  Une étude d’impact social est réalisée une fois tous les 2 ans.  Cela permet d’évaluer 
et de suivre la performance sociale de l’Institution, à partir d’indicateurs adaptés à ses 
activités et à sa mission sociale.  
 
Maîtrise et  1) le Plan d’Affaires pose la vision et la mission de l’Institution : 
atténuation   
La vision de l’Institution est d’être une institution de microfinance de référence au 
Mali, intervenant en zone rurale et périurbaine et offrant des services financiers de 
proximité qui sont adaptés aux besoins de la clientèle. 
 
La mission de l’Institution consiste à favoriser aux populations des zones rurales du 
Mali, l’accès aux services financiers de proximité diversifiés et adaptés à leurs besoins 
afin de les aider à améliorer progressivement leurs conditions de vie. 
 
L’Institution aura une vocation nationale mais interviendra prioritairement en zone 
rurale et périurbaine. Néanmoins, étant donné que son siège sera à Bamako, elle 
réalisera quelques activités en milieu urbain. 
 
L’Institution vise comme bénéficiaires de ses interventions, tout individu ou groupe 
d’individus à faible revenu, situé dans les zones rurales ou périurbaine du Mali et 
souhaitant avoir accès à des services financiers de proximité.  
Une attention particulière sera accordée aux femmes, notamment celles vivant dans 
les zones rurales du Mali.  
 
2) Une bonne gouvernance est nécessaire pour éviter le risque de dérive. 
 
3) L’ensemble du personnel est sensibilisé à la mission sociale de l’Institution 
 
4) Un accès au crédit est offert aux groupements solidaires, qui utilisent la caution 
solidaire à défaut d’une garantie matérielle ou d’un garant, pour pouvoir contracter 
un crédit. 
 
Procédure(s)  N/A 
relative(s) 

  25 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
5. Risques financiers ou de marché 
5.1 Taux d’intérêt 
Identification  Le risque de taux d'intérêt est le risque que fait courir au porteur d'une créance ou 
d'une dette, à taux fixe ou variable, l'évolution des taux entre la date de l'engagement 
et la date du règlement. 
Ce risque prend plusieurs formes : 
‐ un risque d’adossement : le taux d’intérêt des ressources (dettes) n’est pas 
couvert par les taux d’intérêt générés par les emplois (actifs) ; 
‐ un risque de marge correspondant à des placements de ressources dans des 
emplois de mêmes caractéristiques avec une marge lorsque les opérations 
adossées sont à taux variables. C’est le cas si l’Institution emprunte à taux 
variable mais prête à ses clients à taux fixe.  
En cas de hausse des taux d’intérêt sur le marché, l’Institution subira une 
croissance des charges financières alors que les produits financiers resteront 
stables, ayant pour effet de diminuer la marge 
‐ Un risque de révision destaux : il existe un délai significatif entre une 
augmentation du taux sur les dettes àcourt terme de l’Institution et 
l’ajustement des taux pratiqués par l’Institution pour sescrédits. Le profit 
généré par la différence entre les taux s’amoindrit pendantune période. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
 
Impact : variation des produits et des frais financiers. 
 
Suivi  L’Institution suit le risque de taux d’intérêt en prenant les mesures suivantes : 
‐ s’assurer que les revenus générés par les crédits octroyés couvrent le coût de 
l’argent. Pour ce faire, le l’Institution a besoin de connaître les composantes 
de ces coûts et la part de chacun dans le taux d’intérêt qu’il pratique pour ses 
crédits ; 
‐ évaluer le montant à risque quand il y a un changement dans les taux 
d’intérêt 
‐ évaluer les variations périodiques des flux financiers dans un contexte 
particulier de changement de taux d'intérêts. 
 
Maîtrise et  N/A 
atténuation 
Procédure(s)  N/A 
relative(s) 
 

5.2 Monnaie et taux de change 
Identification  Le risque de change comprend au moins trois éléments:  
‐ risque de dévaluation ou de dépréciation ; 
‐ risque de convertibilité ; 
‐ risque de transfert. 
 

  26 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
  La dévaluation ou la dépréciation s’opère lorsque l’Institution possède des 
dettes en devises, tandis qu’elle prête ses fonds sur son marché local en 
devise nationale (FCFA). Par exemple, l’Institution peut recevoir des prêts ou 
subventions en euros de la part de bailleurs de fonds. 
En d’autre terme, le passif est évalué par rapport à une monnaie forte, tandis que ses 
actifs sont en unités monétaires nationales. On parle de position de change 
défavorable dans le bilan de l’Institution. 
Les fluctuations de change entre les deux devises peuvent créer des pertes 
importantes pour l’Institution. 
 
Le risque de convertibilité s’entend comme le risque que le gouvernement ne vende 
pas de devises aux emprunteurs ou autres détenteurs d’obligations libellées en 
monnaie forte.  
 
Le risque de transfert est le risque que le gouvernement ne permette pas aux devises 
de quitter le pays, quelle qu’en soit la source. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : écart de change généré par la conversion des actifs et passifs concernés par 
la réévaluation. 
 
Suivi  Impact sur la comptabilité, dont les opérations sont toutes converties en FCFA. 
 
Maîtrise et  Les réponses au risque peuvent être : 
atténuation  ‐ ne rien faire et d’accepter les conséquences des variations de la valeur des 
monnaies ou la possibilité que le gouvernement impose des restrictions à la 
disponibilité ou au transfert de devises (stratégie de l’acceptation du risque) ; 
‐ proposer au bailleur de fonds que tous les fonds reçus soient libellés en 
monnaie locale. Le risque de change est ainsi porté au bailleur de fonds. 
(stratégie du transfert du risque) 
 
L’Institution veille particulièrement aux clauses qui sont inscrites dans les conventions 
de financement qu’elle a à signer. Dans la mesure du possible elle veillera à faire 
libeller ses engagements en FCFA. 
 
Procédure(s)  N/A 
relative(s) 
 

5.3 Inflation 
Identification  Il s’agit par exemple du risque qui pourra entraîner l’augmentation des prix des 
équipements retenus au point de dépasser le budget prévu  
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : surcoût sur les achats. 
 

  27 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Suivi  N/A 
 
Maîtrise et  N/A 
atténuation   
Procédure(s)  N/A 
relative(s) 
 

  28 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
6. Risques opérationnels / Fraude interne 
 

Définition de la fraude interne : pertes dues à des actes visant à frauder, détourner des biens ou 
contourner des règlements, la législation ou la politique de l’Institution, impliquant au moins une 
partie interne à l’Institution. 

6.1 Activité non autorisée 
Identification  On considère deux types d’activité non autorisée : 
‐ les transactions non notifiées intentionnellement ; 
‐ les transactions non autorisées avec pertes financières, comme par exemple : 
o la destruction oul’altération de données, suite à malveillance interne, 
sur les chaînes de traitements informatiques / télécommunications 
liées à un processus, 
o l’accès ou la diffusion de données non autorisées, suite à malveillance 
interne, sur les chaînes de traitements informatiques / 
télécommunications liées à un processus. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : maximum 
 
Suivi  1) L’audit interne intervient sur ces problématiques 
 
2) Les clients par le formulaire de réclamation peuvent informer le siège de 
comportements suspicieux, ou même de comportement non autorisé 
 
3) Suivi de la qualité du portefeuille 
Un faible niveau de crédits en impayés peut être le signe d’un risque de fraude bas. 
 
Maîtrise et  1) Culture de l’honnêteté et sensibilisation du personnel 
atténuation  L’Institution a élaboré un manuel de déontologie qui comporte les règles d’éthique, 
de déontologie et les normes à respecter par son personnel dans l’exercice de ses 
fonctions. 
L’institution dispense des également formations au personnel technique sur le sujet 
de la fraude interne et sur les procédures à appliquer. 
 
2) Sanctions prévues en cas de fraude avérée 
L’Institution dispose de moyens de sanctions en présence d’une fraude par l’un de ses 
employés : retenue sur salaire, mise à pied, licenciement, etc. 
 
3) Politique RH de rotation du personnel 
Les ressources humaines ont mis en place un système de mutation en interne, qui 
permet aux techniciens, particulièrement les agents de guichets et les caissiers, de 
transférer régulièrement d’un guichet à un autre. 
 

  29 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
  4) Séparation des tâches et contrôle systématique 
Un moyen de lutter contre la fraude est la séparation des tâches, à savoir qu’une 
personne seule ne peut mener un processus complet et qu’un certain nombre 
d’opérations sont soumises à un contrôle systématique. 
 
5) Au niveau du guichet, le comité de crédit a pour tâche de veiller au bon 
fonctionnement des opérations au guichet, et peut donc prévenir le risque de fraude 
de la part de l’agent de guichet ou du caissier. 
 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures de déontologie 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures administratives, budgétaires, comptables et 
financières 
Manuel de politiques et procédures informatique 
Manuel de politiques et procédures gestion du personnel 
Manuel de politiques et procédures de contrôle interne 
 
 

6.2 Vol et fraude 
Identification  Les exemples de vol et fraude sont nombreux : 
a) Détournement de fonds sur créance en recouvrement 
o détournement par un ou plusieurs employés de sommes versées par 
la clientèle ou les partenaires (sociétés de recouvrement, avocats, 
huissiers, liquidateurs ...) ; 
o un technicien effectue un virement ou un retrait du compte d'un ou 
de plusieurs clients à son profit ou au profit d'un tiers bénéficiaire 
complice ; 
o détournements de fonds par un collaborateur tels que prélèvements 
sur compte clients ou création de faux dossier(s) de crédit. 
 
b) Détournement de fonds sur salaires 
Fraude interne se traduisant par le détournement de montants de la paie. Le risque 
porte surtout sur la création d'un salarié fictif ou l'application volontaire de 
versements salariaux non justifiés. 
 
c) Détournement de biens 
Vol, détournement de biens et valeurs de l'établissement par un collaborateur 
(chéquier, petit matériel de type micro‐ordinateur portable ou tickets restaurant) 
 
d) Destruction malveillante de biens 
Destruction ou altération de données, suite à malveillance interne, sur les chaînes de 
traitements informatiques / télécommunications liées à un processus 
 
e) Contrefaçon 
 
f) Usurpation de biens / d’identité 
 

  30 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
  g) Corruption / commissions occultes 
Conclusion de prestations à prix hors marchés (collusion, pots de vin, etc.) : cas de 
surfacturation à l'occasion d'un contrat fournisseur, soit sur des achats de faibles 
montants mais répétés (décision en délégation), soit sur des achats exceptionnels et 
de montants élevés avec collusion (décision en comité de marché). 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
 
Impact : nombre de cas * montant mon du préjudice 
 
Suivi  1) L'audit interne 
Il a une fonction de prévention et de détection de la fraude 
 
2)Inventaire physique organisé par le RAF 
Chaque année, un inventaire valorisé des stocks et des immobilisations est effectué. 
Cela inclut le  patrimoine informatique est formalisé. Cet inventaire peut être 
communiqué aux assureurs, à leur demande. 
 
3) Suivi et analyse des stocks par le RAF 
 
4) Reporting par le RAF pour analyser et comprendre les variations inattendues (vs. 
budget, vs. année précédente ou vs. mois précédent) 
 
Maîtrise et  a) Risque limité en raison de la présence du comité de crédit au guichet, et du 
atténuation  processus de demande et d’analyse de crédit 
Le rapprochement des bordereaux d’opération et des journaux permet de vérifier 
l’existence de l’opération. 
L’arrêté de caisse permet de s’assurer de l’exactitude et de l’exhaustivité des 
opérations enregistrées dans le journal vs. solde réel de trésorerie. 
 
b) Il existe une procédure sur l’enregistrement des nouveaux salariés. Cf. manuel 
de gestion du personnel 
 
c) Pour éviter ce type de fraudes, il est important de limiter l’accès aux stocks et 
aux denrées, et de garder dans le coffre‐fort les éléments susceptibles 
d’intéresser les fraudeurs 
 
d) Accès limité 
 
e) Les procédures administratives décrivent la numérotation et le suivi des 
documents de gestion (ex : journal, bordereau d’opération, arrêté de caisse). 
En outre les documents sont signés et / ou en duplicata. 
Tous les billets reçus des clients mais également des transferts de fonds sont passés à 
la machine à faux‐billets avant d’être déposés dans le tiroir‐caisse 
 
f) Les signatures de validation et d’autorisation doivent être vérifiées avec un 
modèle original disponible. 
 
g) Procédures décrites dans le manuel sur le blanchiment d’argent. 
 

  31 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures de lutte contre le blanchiment d’argent 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures d’épargne et crédit 
Manuel de politiques et procédures de trésorerie 
Manuel de politiques et procédures de gestion du personnel 
Manuel de politiques et procédures de contrôle interne 
Manuel de politiques et procédures administratives, budgétaires, comptables et 
financières 
 
 

 
 

   

  32 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
7. Risques opérationnels / Fraude externe 
 

Définition de la fraude externe : pertes dues à des actes visant à frauder, détourner des biens ou 
contourner la législation, de la part d’un tiers. 

7.1 Vol et fraude 
Identification  Le risque inclut : 
a) Le vol qualifié 
Il s’agit par exemple d’un cambriolage d’un bâtiment de l’Institution, ou d’un holdup 
up: avec atteinte à la sécurité des fonds, avec ou sans prise d'otage. 
 
b) La contrefaçon 
Il s’agit de l’acceptation à l'encaissement de fausse monnaie fiduciaire. 
 
c) Escroquerie et usage de faux 
o utilisation de faux papiers pour usurpation d'identité et 
détournement de fonds sur les comptes de clients existants ; 
o utilisation de faux documents par un client/tiers en vue d'obtenir une 
autorisation ou un financement ; 
o non‐enregistrement de l’événement décès et oubli du blocage des 
comptes du défunt dès réception de l'information, mauvais 
traitement dans l'édition des avoirs d’un défunt au jour du décès. 
 
Evaluation  Fréquence : nombre de vols et fraudes 
 
Impact : Encaisses + perte d'exploitation si guichet fermé + coût réparation si 
dommage aux biens + coût du traitement psychologique des salariés 
 
Suivi  a) Le vol qualifié fait partie des incidents remontés et analysés par le siège 
Tout incident doit être documenté par un formulaire. 
Les formulaires sont remontés au siège pour saisie par l’assistant administratif dans le 
registre des incidents et pour action par le REX. La mise à jour de la base de données 
permet d’avoir une information exhaustive pour l’ensemble de l’Institution. Les 
données sont analysées en comité de direction. 
 
b) Suivi lors de la remise en banque.  
 
c) Suivi par les réclamations clients 
 

  33 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Maîtrise et  a) Protection des biens 
atténuation  Les bâtiments, le mobilier comme les fonds du siège et des agences sont protégés par 
un gardien. 
Les fonds sont gardés dans un coffre‐fort, et l’accès est partagé entre plusieurs 
personnes, du comité de crédit et de l’Institution. 
La mise en place de procédures qui limitent les montants transportés ou détenus dans 
les points de service, le changement dans l’organisation des tournées (pas toujours le 
même parcours, pas toujours le même agent) sont autant de possibilités pour limiter 
le risque. 
 
b) Utilisation systématique de la machine à faux‐billets pour tout encaissement 
d’argent au niveau des guichets. 
 
c) Procédure d’identification lors de l’adhésion, et contrôle à partir du registre 
qui rassemblent tous les clients de l’Institution. Il existe également une 
procédure pour s’assurer de l’identité des ayants‐droits, et une pour cadrer 
les opérations autorisées par un mandataire. 
De manière générale, la pièce d’identité et la photo permettent de s’assurer de 
l’identité du client, ainsi que la signature / l’empreinte qu’il appose sur le bordereau 
d’opération. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures épargne et crédit 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures de trésorerie 
 
Outils  Formulaire de réclamation client, cf. annexe A 
Formulaire d’incident, cf. annexe B 
Registre des incidents, cf. annexe C 
 
 

7.2 Sécurité des systèmes 
Identification  Le risque inclut : 
a) Les dommages dus au piratage informatique 
 
b) Le vol d’informations (avec pertes financières) 
 
Il s’agit par exemple de l’accès ou de la diffusion de données non autorisées, suite à 
malveillance externe ‐ sur des différentes chaînes de traitement informatiques / 
télécommunications liées à un processus 
 
Evaluation  Fréquence : nombre de vols et fraudes 
 
Impact : maximum  
 
Suivi  Le suivi est effectué par la remontée d’incidents, et par des audits sur le SIG, afin de 
s’assurer de l’intégrité des données. 
 

  34 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Maîtrise et  Le risque est couvert par la mise en œuvre des moyens: 
atténuation  ‐  assurant la sauvegarde des données et leur intégrité via une définition 
claire des droits d’accès des employés et un suivi des modifications 
faites dans le système, de l’utilisation d’antivirus et de logiciels sains, 
de l’utilisation de mot de passe, etc. ; 
‐  assurant la sécurité physique des postes de travail et des serveurs 
réseau par le biais de procédures adéquates et claires et de règles de 
prudence dans l’utilisation des ressources informatiques. 
Cf. charte informatique et manuel de politiques et procédures informatiques. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures informatiques 
relative(s)   
Outils  Formulaire d’incident, cf. annexe B 
Registre des incidents, cf. annexe C 
 

 
   

  35 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
8. Risques opérationnels / Pratiques en matière 
d’emploi et sécurité sur le lieu de travail 
 

Définition du risque sur les pratiques en matière d’emploi et sécurité sur le de travail : Pertes 
résultants d’actes non conformes à la législation ou aux conventions relatives à l’emploi, la santé ou 
la sécurité, de demandes d’indemnisations au titre d’un dommage personnel ou d’atteinte à l’égalité 
(actes de discrimination). 

8.1 Relations de travail 
Identification  Le risque concerne : 
a)  les questions liées à la rémunération, aux avantages, et à la résiliation d’un 
contrat. 
 
Les textes régissant les relations de travail en République du Mali sont les suivants :  
‐ la Loi n° 92‐020 du 23 septembre 1992 Portant Code de Travail en République 
du Mali ; 
‐ le Décret n° 96‐178 du 13 juin 1996 Portant applications des diverses 
dispositions de la loi n° 92‐020 du 23 septembre 1992. 
 
Aux textes ci‐dessus s’ajoutent :  
‐ le règlement intérieur de l’Institution ; 
‐ la convention collective des SFD ; 
‐ le Code général des impôts.  
 
Le risque porte sur des actes non‐conformes à la réglementation en matière sociale. 
 
b) L’activité syndicale / les délégués du personnel 
En effet, dans les structures de 50 salariés et plus, l’employeur est tenu d’organiser la 
mise en place d’un comité d’entreprise (CE) composé de représentants élus du 
personnel et éventuellement de représentants syndicaux désignés par les 
organisations syndicales. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact :montant des pénalités ou montant du litige  
 
Suivi  Le responsable juridique et des RH connait la réglementation liée à la rémunération, 
et se tient informé de toute évolution du cadre réglementaire. 
 
Il a pour responsabilité le respect de la réglementation en matière salariale, et est en 
charge du suivi et du dénouement de tous les litiges de l’Institution. 
 
Maîtrise et  L’Institution  a une politique en matière de RH qui vise à se conformer à la loi, et à 
atténuation  mener une politique de gestion des ressources humaines responsable et durable. 
 

  36 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures gestion du personnel 
relative(s) 
 

8.2 Santé et sécurité des travailleurs 
Identification  Le risque comprend : 
‐ accidents relatifs à la sécurité des collaborateurs ; 
‐ accidents relatifs à la santé des collaborateurs ; 
Un régime d'Assurance Maladie Obligatoire (AMO) a été mis en place par la loi n° 09‐
015 du 26 octobre 2009. 
‐ non‐conformité en matière d'hygiène de sécurité et/ou environnementale. 
 
Le périmètre du risque couvre également les déclarations de cotisations aux 
organismes sociaux ainsi que le règlement de ces derniers.  
 
L’organisme de gestion de la sécurité sociale des salariés du privé est l’Institut 
National de Prévoyance Sociale (INPS). Cet organisme est chargé de la gestion, en 
République du Mali, des différents régimes de protection sociale et des prestations de 
soins aux travailleurs victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles 
et à leurs familles. 
 
Evaluation  Sécurité 
Fréquence : rare 
Impact : Montant moyen versé + coût moyen du traitement psychologique 
 
Santé : 
Fréquence : Courant  
Impact : Coût journalier moyen chargé  + intérimaire siapplicable 
 
Suivi  L’Institution est tenue de déclarer immédiatement ou au plus tard dans un délai de 48 
heures tout accident du travail ou maladie professionnelle constaté(e) dans 
l'Institution.  
Elle doit, par ailleurs, faire assurer les soins de première urgence, aviser le médecin 
chargé des services médicaux de l'Institution ou le médecin le plus proche et 
éventuellement diriger la victime sur le centre médical ou interentreprises, à défaut 
sur la formation sanitaire publique ou l'établissement hospitalier public ou privé 
le plus proche du lieu de l'accident.  
Si la victime n'a pas repris le travail dans les 3 jours, l'Institution doit faire établir un 
certificat médical. Les frais, à l'exception de ceux qui concernent les soins de première 
urgence, sont à la charge de l'Institut de Prévoyance Sociale (système du tiers 
payant). 
 

  37 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Maîtrise et  L’Institution a une politique de protection de la sécurité et la santé des travailleurs 
atténuation  dans tous les aspects liés au travail, y compris si elle fait appel à des personnes ou à 
des services extérieurs à l’Institution.  
Ainsi, l’Institution met en place des moyens et des mesures de protectiondes 
travailleurs. Il s’agit d’activités de prévention, d’information et de formation des 
travailleurs, notamment pour: 
‐ éviter les risques ou gérer les risques qui ne peuvent pas être évités ; 
‐ donner des instructions appropriées aux travailleurs en favorisant les mesures 
de protection collectives ; 
‐ adapter les conditions de travail, les équipements et les méthodes de travail 
en tenant compte des évolutions techniques. 
 
De plus, les activités de premiers secours, de lutte contre l’incendie ou d’évacuation 
des travailleurs en cas de danger grave sont dispensées au sein de l’Institution. Cette 
dernière informe et forme les travailleurs qui peuvent être exposés à un risque de 
danger grave et immédiat. 
L’Institution met en place un service de protection et de prévention, y compris 
concernant les activités de premier secours et de réaction aux dangers graves. Au 
siège comme dans chaque agence, une trousse de première urgence est disponible. 
Le responsable juridique et RH assure le suivi des mesures. 
La surveillance de la santé des travailleurs est assurée par des mesures fixées 
conformément aux législations et pratiques maliennes.  
Les groupes de personnes à risques ou particulièrement sensibles doivent être 
protégés contre les dangers qui peuvent les affecter spécifiquement. 
 
Concernant les déplacements du personnel en moto, l’Institution oblige le port du 
casque. Tout manquement à cette obligation entrainera des sanctions. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures gestion du personnel 
relative(s) 
 

8.3 Egalité et discrimination 
Identification  Le risque comprend : 
‐ le harcèlement moral ou sexuel ; 
Il s’agit d’actes non‐conformes aux lois, règlements en matière de harcèlement 
‐ la discrimination. 
Il s’agit de cas de discrimination envers un collaborateur (à l'embauche / sur les 
salaires / sur les évolutions de carrière…).  
 
Evaluation  Fréquence : rare 
 
Impact : Montant moyen versé par litige 
 

  38 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Suivi  Le secrétaire du Comité d’Ethique veille à l’application des dispositions du Code 
d’éthique et de déontologie. Il effectue, pour le compte du Comité, les vérifications 
nécessaires quant au respect des dispositions du Code par le personnel de 
l’Institution. 
 
Le Responsable juridique et des RH s’assure que les recrutements, les contrats 
d’embauche, ainsi que le système d’évaluation annuelle est juste et motivant. Il 
Assistele personnel quant à l’application du présent Code et à la résolution de 
situations particulières auxquels ils pourraient être confrontés. 
 
L’audit interne vérifie que le code d’éthique et de déontologie est connu par tout le 
personnel de l’Institution. 
 
Maîtrise et  Le risque est évité par la communication et le respect du code d’éthique et de 
atténuation  déontologie par l’ensemble du personnel. 
 
Le salarié qui contrevient aux dispositions du présent Code est passible de sanctions 
disciplinaires. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures éthique et déontologie 
relative(s) 

   

  39 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
9. Risques opérationnels / Clients, produits et 
pratiques commerciales 
 

Définition du risque sur client, produits et pratiques commerciales : perte résultant d’un 
manquement, non intentionnel ou dû à la négligence à une obligation professionnelle envers des 
clients spécifiques ou de la nature ou conception d’un produit. 

9.1 Violation de devoir fiduciaire/de recommandations 
Identification  Le risque consiste par exemple en : 
‐ la violation du devoir fiduciaire ; 
‐ les problèmes liés à laconformité et à la diffusion d’informations ; 
Il s’agit de publicité mensongère, d’information erronée induisant en erreur un client 
sur la prestation ou le risque associé (mailing, affiche, etc.). Le risque peut survenir 
davantage par ignorance de la législation en vigueur que de façon intentionnelle  
destinée à induire en erreur le client. 
Le risque peut avoir lieu suivant 3 scenarii :  
1) un guichet de l’Institution prend l'initiative de réaliser une publicité (affiche, 
paper‐board, mailing) avec des informations erronées ; 
2) un guichet lance une campagne d'information auprès de sa clientèle alors que 
l'offre annoncée n'est pas disponible dans toutes ses composantes ; 
3) une campagne média, marketing direct ou PLV (Publicité sur le lieu de vente) 
mensongère en raison d'une information erronée suite à méconnaissance de 
la législation ou de l'offre.  
Le risque se traduit par des réclamations de la clientèle et/ou poursuite par une 
association de consommateurs ou/et action de la Direction Générale de la 
Concurrence, de la consommation et répression des fraudes.  
Conséquences : Indemnisation client, amende pénale ou civile.  
‐ violation de la confidentialité de la clientèle ; 
‐ atteinte à la vie privée ; 
‐ vente agressive ; 
‐ utilisation abusive d’informations confidentielles. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
Impact : Amende + Indemnisations clients dues aux réclamations 
 

  40 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Suivi  Le comité de crédit composé de représentants villageois participe à la diffusion 
d’informations sur les activités de l’Institution, en parallèle avec les actions menées 
par l’agent de guichet. Ce dernier doit transmettre clairement toutes les conditions au 
client, et s’assurer que les élus ont communiqué des informations exactes. 
 
L’audit interne lors de contrôles dans les guichets peut vérifier la communication 
diffusée dans le guichet par voie écrite, et s’assurer qu’elle n’est pas obsolète ou 
incorrecte. 
 
Un système de réclamation permet la remontée de l’information concernant des 
rumeurs ou des plaintes de clients du guichet vers l’agence puis vers le siège. 
Le REX est chargé du suivi du traitement des réclamations, il tient à cet effet un 
tableau de bord (réclamations reçues, réclamations traitées dans les délais, 
réclamations traitées hors délai). Le délai de traitement d’une réclamation est de 10 
jours après sa  réception.   
 
Maîtrise et  Code de déontologie qui décrit notamment : 
atténuation  ‐ l’accès du public à l’information et à la documentation ; 
‐ les relations avec le public, en particulier la protection des données à 
caractère personnelle. 
 
Les notes de service émises par la direction générale sont transmises à l’ensemble des 
agences et des guichets, et les gérants s’assurent que toute modification est bien 
comprise et intégrée par l’ensemble des techniciens. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures de déontologie 
relative(s) 
Outils  Formulaire de réclamation client, cf. annexe A. 
 
 

9.2 Pratiques commerciales incorrectes 
Identification  Le risque concerne : 
1) Les pratiques incorrectes, c’est‐à‐dire la non‐conformité par rapport aux 
autorités réglementaires 
Il s’agit par exemple du non recueil de pièces justificatives nécessaires (contrat, 
identité, pouvoirs, sûretés….).  
Le risque se réalise en cas de contrôle du régulateur si les dossiers ne sont pas 
conformes.  
2) Facturation erronée ou non effectuée suite à erreur humaine 
Ce risque intervient en cas de facturation incorrecte des forfaits suite à création ou 
changement de tarification, par exemple les droits d’adhésion, les frais de tenue de 
comptes, les pénalités, etc. entraînant une perte pour l'Institution. 
3) Activité sans agrément 
4) Blanchiment d’agent 
L'évènement risque est l'insuffisante efficacité du dispositif de lutte anti‐blanchiment 
ou son absence de maîtrise générant la non détection d'opérations douteuses par le 
réseau et in fine, la non déclaration liée, en raison soit à des contrôles insuffisants 

  41 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
  concernant l'origine des fonds, leur destination et/ou soit à la méconnaissance du 
client.  
La conséquence serait une condamnation pénale doublée d'une sanction de la 
commission bancaire. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
Impact :  
1) montant de l’amende ; 
2) nombre d’erreurs x montant moyen des facturations erronées et des 
dédommagements ; 
3) sanctions disciplinaires et pécuniaires par la Commission Bancaire de l’UEMOA ; 
4) montant de l’amende et sanctions pénales. 
 
Suivi  1) L’audit interne effectue des contrôles sur les dossiers de crédit. 
 
2) Il existe une stricte séparation des tâches entre les personnes qui effectuent les 
opérations au guichet, celles qui saisissent les opérations dans la comptabilité, et en 
fin celles qui les contrôlent. 
Une erreur sur le droit d’adhésion par exemple peut être identifiée au moment de la 
saisie. De plus, un contrôle sur les comptes est effectué par l’agent sur les états 
financiers de l’agence, et il peut ainsi vérifier la correcte application des tarifs. 
 
3) La direction générale se tient informée des nouveautés réglementaires, en 
particulier de nouvelles instructions de la BCEAO.  
 
4) Cf. manuel de politiques et procédures de lutte contre le blanchiment d’argent. 
 
Maîtrise et  1) Le plan d’Affaires définit la stratégie  de l’Institution et les produits qu’elle propose. 
atténuation  Ceux‐ci sont conformes à la réglementation. De même, les procédures de l’Institution 
sont également conformes aux textes, et décrivent les moyens de s’y conformer. 
 
2) L’arrêté de caisse permet d’éviter le risque de fraude lié à une mauvaise facturation 
volontaire. Si le tarif est mal appliqué involontairement, cela est identifié a posteriori 
par la comptabilité ou le gérant, et l’agent de guichet  / le caissier est informé de son 
erreur. 
 
3) La direction générale met tout en œuvre pour se conformer aux textes 
réglementaires. 
 
4) Cf. manuel de politiques et procédures de lutte contre le blanchiment d’argent. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures de lutte contre le blanchiment d’argent 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures de contrôle interne 
 
 

  42 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
9.3 Défaut de production 
Identification  Le risque intègre : 
‐ les vices de production ; 
‐ les erreurs de modèles. 
En particulier dans les contrats de crédit. 
Ce risque intervient en cas d'oubli de transmission des conditions générales et/ou 
particulières ou en cas de remise de conditions erronées (erreur de saisie) entraînant 
une perte pour l'Instruction. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
Impact : montant de l’erreur dans le contrat 
 
Suivi  Le suivi est effectué par l’audit interne, qui vérifie la cohérence du contrat, de la fiche 
de crédit et du dossier de demande de crédit. 
 
Maîtrise et  Les contrats et fiches de crédit sont rédigés à l’agence ou au guichet, à partir du 
atténuation  dossier de demande de crédit et à l’avis / aux avis favorable(s) émis par les différents 
comités de crédit. Ils sont tous signés par le gérant de l’agence, qui est responsable de 
la correcte retranscription des conditions de crédit dans le contrat et dans la fiche de 
crédit. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures épargne & crédit 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures de contrôle interne 
 
 

   

  43 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
10. Risques opérationnels / Dommage aux actifs 
corporels 
 

Identification  Le risque intervient lors de destructions ou dommages résultant d’une catastrophe 
naturelle ou d’autres sinistres (inondations, incendies, dégradations, tremblement de 
terre et risques portant sur les biens immobiliers au sens large). Est également inclus 
le vandalisme entraînant des dommages aux biens immobiliers et mobiliers. 
Les conséquences sont la destruction totale ou partielle de biens, y compris la 
destruction totale ou partielle des documents / données archivés. 
Le risque d’inondation est particulièrement tangible pour les guichets de la zone de 
Yélimané, puisque durant l’hivernage, les routes sont impraticables. Il s’agit plus du 
risque de ne pas pouvoir assurer l’ouverture des guichets si l’accès est coupé, plutôt 
qu’un risque de dommage aux bâtiments de la zone. 
 
Evaluation  Fréquence : rare (cf. nombre sinistres / nombre de dossiers) 
Impact :  
‐ cotation de la destruction partielle du siège et /ou des autres bâtiments. Cf. 
montant des immobilisations au bilan ; 
‐ montant du contentieux devenu irrécouvrable faute de preuve. 
 
Suivi  Le risque est suivi par l’analyse régulière de l’exposition du portefeuille aux zones et 
aux périodes sensibles par le REX. 
 
Les formulaires d’incident sont remontés au siège pour saisie par l’assistant 
administratif dans le registre des incidents et pour action par le REX. La mise à jour de 
la base de données permet d’avoir une information exhaustive pour l’ensemble de 
l’Institution. Les données sont analysées en comité de direction. 
 
Un suivi des immobilisations est effectué au siège par des contrôles, notamment un 
inventaire physique annuel, pour valider l’existence et la valorisation nécessité de 
déprécier ou non) des immobilisations. 
 
Maîtrise et  Tous les bâtiments de l’Institution sont assurés. 
atténuation   
L’Institution dispose d’extincteurs incendies dans tous ses bâtiments, guichet, agence 
et siège, et vérifie régulièrement leur capacité à fonctionner. Elle forme en 
conséquence les gardiens. 
Elle s’engage à bien choisir les sites de construction pour les prochains guichets, en 
évitant par exemple le bord des cours d’eau. 
 
L’Institution communique à l’ensemble du personnel sur la nécessité de veiller sur les 
équipements matériels, et de les maintenir en état. 
 
 

  44 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
  Une étude est effectuée chaque année avant l’hivernage pour déterminer pour la 
zone de Yélimané et pour les autres zones pouvant être concernées : 
‐ quels guichets sont concernés par un accès coupé par l’eau des pluies 
‐ suivant l’encours crédit et l’encours d’épargne du guichet, la décision est prise 
conjointement par le DG et par le REX de : 
o fermer le guichet si les encours sont non significatifs ; 
o détacher un agent de guichet dans les guichets concernés, pour qu’il 
couvre un ou plusieurs guichets (en fonction des routes praticables) 
pendant la période d’inondation. 
 
L’Institution travaille sur l’élaboration d’un Plan de Continuité des Activités (PCA). Il 
est défini comme l’ensemble de mesures visant à assurer, selon divers scénarios de 
crise, y compris face à des chocs extrêmes, le maintien, le cas échéant de façon 
temporaire selon un mode dégradé, des prestations de services essentielles de 
l’Institution puis la reprise planifiée des activités.  

  Ainsi, ce plan doit permettre à l’Institution de fonctionner même en cas de désastre, 
quitte à ce que ce soit en mode dégradé, ou en situation de crise majeure. 
C’est un document stratégique, formalisé et régulièrement mis à jour, de planification 
de la réaction à une catastrophe ou à un sinistre grave. Son objet est de minimiser les 
impacts d’une crise ou d’une catastrophe naturelle, technologique ou sociale sur son 
activité et donc sur sa pérennité. 
 
Procédure(s)  Plan de Continuité d’Action (PCA) qui sera rédigé par l’Institution 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures de contrôle interne 
 
Outils  Formulaire d’incident, cf. annexe B 
Registre des incidents, cf. annexe C 
 
 

   

  45 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
11. Risques opérationnels / Dysfonctionnements 
de l’activité et des systèmes 
 

Identification  Il s’agit de pertes résultant de dysfonctionnements ou de l’activité ou des systèmes : 
‐ matériel ; 
‐ logiciel ; 
‐ télécommunications ; 
‐ interruptions/perturbations d’un service public. 
 
Evaluation  Fréquence : rare 
Impact : maximum 
 
Suivi  Les formulaires d’incident sont remontés au siège pour saisie par l’assistant 
administratif dans le registre des incidents et pour action par le REX. La mise à jour de 
la base de données permet d’avoir une information exhaustive pour l’ensemble de 
l’Institution. Les données sont analysées en comité de direction. 
 
Maîtrise et  En informatique, le plan de continuité d'activité, a pour but de garantir la survie de 
atténuation  l'Institution après un sinistre important touchant le système informatique. Il s'agit de 
redémarrer l'activité le plus rapidement possible avec le minimum de perte de 
données. Ce plan est un des points essentiels de la politique de sécurité informatique 
de l’Institution. 
 
Il existe plusieurs méthodes pour assurer la continuité de service d'un système 
d'information. Certaines sont techniques (choix des outils, méthodes de protection 
d'accès et de sauvegarde des données), d'autres reposent sur le comportement 
individuel des utilisateurs (extinction des postes informatiques après usage, utilisation 
raisonnable des capacités de transfert d'informations, respect des mesures de 
sécurité), sur des règles et connaissances collectives (protection incendie, sécurité 
d'accès aux locaux, connaissance de l'organisation informatique interne de 
l'Institution) et de plus en plus sur des conventions passées avec des prestataires 
(copie des programmes, mise à disposition de matériel de secours, assistance au 
dépannage). 
Les méthodes se distinguent entre préventives (éviter la discontinuité) et curatives 
(rétablir la continuité après un sinistre) : 
‐ les méthodes préventives sont détaillées dans le manuel de politiques et 
procédures informatiques, notamment les règles en matière de back‐up, 
d’antivirus et de changement mots de passe ; 
‐ les méthodes curatives seront décrites dans le PCA. 

Procédure(s)  Plan de Continuité d’Action (PCA) qui sera rédigé par l’Institution 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures informatiques 
 
Outils  Formulaire d’incident, cf. annexe B 
Registre des incidents, cf. annexe C 
 
 

  46 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
12. Risques opérationnels / Exécution, livraison et 
gestion des processus 
12.1 Saisie, exécution et suivi des transactions 
Identification  Le risque intègre : 
‐ les problèmes de communication ; 
‐ les erreurs dans la saisie, le suivi ou le changement ; 
L'erreur peut porter sur le sens de l'opération, le montant, les dates, et de manière 
générale sur toutes les caractéristiques de l'opération. 
Le scénario à prioriser est le cas d'une opération inversée. 
‐ le non‐respect de délai ou d’obligation ; 
‐ erreur de manipulation du modèle/système ; 
‐ autres erreurs d’exécution ; 
Il peut s’agir d’écarts d'inventaire, d’écarts de caisse constatés lors de l'arrêté de 
caisse. 
‐ problèmes de livraison ; 
‐ fautes dans la gestion des sûretés ; 
‐ mauvais suivi des données de référence. 
Il s’agit par exemple de perte ou de destruction accidentelle de documents justificatifs 
(contrat, identité, sûreté, ordres, autorisations, etc.) 
Le risque se réalise en cas de perte ou destruction accidentelle de documents 
justificatifs ne permettant pas à l'Etablissement de justifier aux clients les opérations 
passées sur son compte et contestées par ce dernier. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
Impact : amende / pénalités / indemnisations client 
 
Suivi  Le suivi est effectué lors de missions de contrôle par l’audit interne. 
 
Maîtrise et  Le risque est couvert par une bonne connaissance du manuel de politiques et 
atténuation  procédures de contrôle interne, ainsi que des procédures administratives. 

Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures de contrôle interne 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures administratives, budgétaires, comptables et 
financières 
 
 

12.2 Surveillance et notification financière 
Identification  Le risque intègre : 
‐ le manquement à l’obligation de notification ; 
‐ les inexactitudes dans les rapports externes (pertes). 
Il peut s’agir de falsification volontaire des états financiers ou des autres données 
financières de l'Institution, mais également de retard, d’erreur ou de non‐envoi des 
reportings réglementaires ou comptables  
 

  47 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Evaluation  Fréquence : rare 
Impact : amende / redressements / sanction pénale 
 
Suivi  L’Institution a en place un processus de veille sur les évolutions juridiques de la 
réglementation du secteur de la microfinance, mais aussi du secteur financier, ceci 
afin de pouvoir réagir rapidement en cas de changement. Cette veille est de la 
responsabilité du directeur général. 
 
Maîtrise et  Les rapports externes (par exemple les ratios prudentiels communiqués à la BCEAO) 
atténuation  sont validés en comité de direction. 
 
Une analyse des données financière est systématiquement effectuée par le RAF et 
présentée en comité de direction. Toute évolution suspecte ou non expliquée fait 
l’objet d’investigation pour identifier une potentielle erreur ou fraude. 
 
Un calendrier est établi par le RAF avec les deadlines de remontée d’informations 
externes, et un retro planning communiqué aux agences et guichets par instruction 
écrite, et indiquant les dates de remontée des comptabilités. 

Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures administratives, budgétaires, comptables et 
relative(s)  financières 
 
Outil  Calendrier financier (modèle), cf. annexe D. 
 
 

12.3 Gestion des comptes clients 
Identification  Le risque intègre : 
‐ l’accès non autorisé aux comptes ; 
‐ des données clients incorrectes (pertes) ; 
‐ des actifs clients endommagés ou perdus par négligence. 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
Impact : surcoût de l'indemnisation compte‐tenu du retard dans le traitement des 
réclamations + impact sur la réputation de l’Institution 
 
Suivi  Le suivi est effectué par les contrôles de l’audit interne. 
 
Maîtrise et  Le risque est couvert par une bonne application des procédures suivantes : 
atténuation  ‐ identification et adhésion dans le manuel épargne & crédit ; 
‐ suivi des garanties saisies ; 
‐ traitement sans retard ni erreur des réclamations clients ; 
‐ routage courrier dans le manuel des procédures administratives. 
 

  48 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures épargne & crédit 
relative(s)  Manuel de politiques et procédures administratives, budgétaires, comptables et 
financières 
Manuel de politiques et procédures de contrôle interne 
 
Outils  Formulaire de réclamation client, cf. annexe A 
 
 

12.4 Fournisseurs 
Identification  Il s’agit des risques liés : 
‐ à la sous‐traitance ; 
‐ aux conflits avec les fournisseurs. 
Cela peut être par exemple : 
‐ une contractualisation défaillante avec des prestataires ; 
‐ la non réalisation d'une prestation ou de réalisation ne correspondant pas à la 
prestation attendue et l’obligation de recours en urgence à un nouveau 
prestataire ; 
‐ la défaillance d'un prestataire (contenu, délais, etc.) avec rupture de la chaine 
d’approvisionnement, par exemple sur les documents de papier nécessaire au 
fonctionnement du guichet (livret d’épargne et de crédit, carnet de 
bordereaux d’opérations, etc.). 
 
Evaluation  Fréquence : courant 
Impact : montant du litige ou impact sur les activités en cas de rupture de biens clés 
 
Suivi  Le RAF doit s’assurer de la santé financière des fournisseurs auprès desquels 
l’Institution s’approvisionne. 
 
Il doit également gérer de manière efficiente les stocks de biens clés (carnets de 
bordereaux d’opérations, journaux, arrêtés de caisse, etc.). Il existe un stock de 
sécurité pour ces biens. 
 
Maîtrise et  L’Institution a une politique de diversification des fournisseurs, et passe commande 
atténuation  pour un même produit auprès de plusieurs d’entre eux, de manière à ne pas se 
retrouver en rupture de stocks si un problème survient chez l’un d’entre eux. 
 
Les contrats conclus avec les fournisseurs sont validés par le responsable juridique. 
Les engagements réciproques et les responsabilités de chacun doivent être clarifiés 
par un contrat. Dans la mesure du possible, les engagements fermes sur des volumes 
d’achat sont proscrits. 
 
Procédure(s)  Manuel de politiques et procédures de règles de passation de marché et de gestion 
relative(s)  d’achats 
 
 

  49 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
Annexes 
 

   

  50 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
A. Formulaire de réclamation client 

Agence ou Guichet : …………………………………. 

Date de réception : Réceptionnée par :


Nom et prénom du plaignant :
N° client : N° téléphone :
Motif de la plainte :

Signature :

Date de réponse : Répondu par :


Résumé des mesures prises :

Signature :

   

  51 
Manuel de politiques et procédures – Gestion des risques  Décembre 2011 
     
 
B. Formulaire d’incident 

Guichet Nom : ……………………………………..

Agence secondaire Nom : ……………………………………..

Agence principale Nom : ……………………………………..

Siège

Date du rapport : ……………….. Nom, prénom et fonction du rapporteur : ………………………………..

Lieu de l’incident : ………………………………………………….. Date de l’incident : ……………………..

Nature de l’incident : ……………………………………………………………………………………………...

Description de l’incident : ………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………………………………

Montant estimé des dommages :

Nature Coût Joindre des photos si possible afin


d’illustrer l’incident.

TOTAL

Y a-t-il des personnes blessées ?oui non

Si oui, sont-elles ? des élus nombre : ……… des salariés de l’Institution nombre : ……….

des clients nombre : ……… autres nombre : ….....

Signature du rapporteur

  52 
Manuell de politiqu
ues et procédures – Gesstion des rissques Décemb
bre 2011 
   
 
C. Registre dess incidents 

  53 
Manuell de politiqu
ues et procédures – Gesstion des rissques Décemb
bre 2011 
   
 
D. Calendrier fi
C inancier (mo
odèle) 

  54