Vous êtes sur la page 1sur 512

DEDICACES

Nous tenons à dédier l’ensemble du travail accompli aux


personnes suivantes :

• Mon feu Père ATIAMPO Kacou Alexis.

• Ma Mère SOBO Aba Eugenie pour son soutien indéfectible en toute


situation.
• Ma tante MIAN Christiane pour sa contribution pour mon
épanouissement éducatif.

ATIAMPO Kouassi Guy-Roger

• A Mon feu Père DOKO Réné

• A ma Mère DOKO Daroukoua Virginie

• A mon épouse ABOE Geneviève et à mon fils OREN Dylan

DOKO Kouandete Valéry

i
REMERCIEMENTS

« La reconnaissance silencieuse ne plait à personne »

Gwladys Brownyn Stern

Aucune œuvre ne pouvant être réalisée sans la contribution de certaines


personnes, je tiens à adresser mes sincères remerciements :

• Mr DOKO VALERY, pour sa collaboration précieuse dans


l’élaboration de ce document ;

• Mr HOUESSOU VALERY, pour l’enseignement reçu et ses conseils


lors du cours consacré au calcul de structures en béton armé selon les
Eurocodes. Celui-ci fut certes de courte durée, mais d’une valeur
inestimable durant mes années de formation en génie civil.

ATIAMPO Kouassi Guy-Roger

ii
A PROPOS DES AUTEURS

• ATIAMPO Kouassi Guy-Roger est un Ingénieur Civil de Nationalité


Ivoirienne.Il obtint son brevet de technicien supérieur en génie
Civil Option Bâtiment en 2012, à Abidjan à l’Ecole Supérieure de
Technologie LOKO,puis la licence et le Master Professionnel en
génie civil en Option Bâtiments et Ouvrages d’art de 2013 à 2017 à
l’Université de Génie Civil VERECHAGUINE ANDREI
KONSTANTINOVITCH au Bénin.

• DOKO KOUANDETE VALERY est un Docteur-Ingénieur en Génie


Civil spécialisé dans le calcul de Structures et les Matériaux à
l’Université d’Abomey-Calavi au Bénin.Il y est actuellement en tant
qu’enseignant-Chercheur, Maître-Assistant Des Universités CAMES.

Contact : Argentoargento2006@gmail.com

iii
TABLE DES MATIERES

DEDICACES ....................................................................................................... I
REMERCIEMENTS .........................................................................................II
A PROPOS DES AUTEURS........................................................................... III
TABLE DES MATIERES ............................................................................... IV
LISTE DES TABLEAUX ................................................................................ IX
LISTE DES FIGURES ................................................................................. XIII
LISTE DES ANNEXES ............................................................................. XVIII
LISTE DES SYMBOLES ET ABREVIATIONS ........................................ XX
INTRODUCTION....................................................................................XXXIV
OBJECTIFS DE L’ETUDE ............................................................................... XXXVI
OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT ................................................................ XXXVI
OBJECTIFS SPECIFIQUES ............................................................................. XXXVI
HYPOTHESES DE L’ETUDE .......................................................................... XXXVII
RESULTATS ATTENDUS .............................................................................. XXXVIII

PREMIERE PARTIE : REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ............................. 39


I-) LES PRINCIPES DU BETON ARME .................................................................. 40
I-1-2) HISTORIQUE DU BETON ARME .................................................................. 42
I-1-3) EVOLUTION DES METHODES DE CALCUL EN BETON ARME ................. 43
I-1-4) LA METHODE DES CONTRAINTES ADMISSIBLES .................................... 45
I-1-4-1) LA METHODE CLASSIQUE .................................................................... 45
I-1-4-2) LA METHODE CLASSIQUE DITE « AMENAGEE » .................................. 47
I-4-1-3) LES LIMITES DE LA METHODE DES CONTRAINTES ADMISSIBLES....... 47
I-4-1-4) LA METHODE DE CALCUL A LA RUPTURE ........................................... 51
II-) METHODE DE CALCUL SEMI-PROBABILISTE AVEC COEFFICIENTS
PARTIELS DE SECURITE (ETATS LIMITES) ........................................................ 52

iv
II-2) ORIGINE DES METHODES AUX ETATS LIMITES ........................................ 55
II-2-1) IDEE DU PROBABILISME.......................................................................... 56
II-2-2) LE RECOURS AU SEMI-PROBABILISME .................................................. 57
II-2-3) LES VERIFICATIONS ............................................................................... 58
II-2-3-1) LE CAS DES ETATS LIMITES ULTIMES DE RESISTANCE..................... 59
A-) EQUATION DE VERIFICATION DE LA SECURITE ........................................... 60

II-2-3-2) CAS DES ETATS LIMITES DE STABILITE DE FORME ........................... 62


II-2-3-3) CAS DES ETATS LIMITES DE SERVICE ................................................ 62
III-) LES EUROCODES ....................................................................................... 64
III-1) LE ROLE DES EUROCODES ....................................................................... 64
III-3-2) L’HISTORIQUE DE L’EUROCODE 2 ....................................................... 65
III-3-3) LES DIFFERENTS EUROCODES ET LEUR APPLICATION ........................ 66
III-3-4) LA STRUCTURE DES EUROCODES ......................................................... 67
III-4) LES LIENS ENTRE LES EUROCODES ......................................................... 68
III-4-1) DU BAEL VERS L’EUROCODE .............................................................. 69
III-4-2 ) LE PARTAGE DES ROLES ...................................................................... 69
IV-) L’EUROCODE 2 - NF EN 1992 .................................................................. 70
IV-1) LES DOMAINES D’APPLICATION .............................................................. 70
IV-2) ORGANISATION DE LA NORME NF EN 1992-1-1 STRUCTURES EN BETON :
REGLES GENERALES ET REGLES POUR LES BATIMENTS ................................... 71
IV-3) LES REGLES DE BASE ............................................................................... 72
IV-4) LES MODALITES DE DEFINITION DES BETONS......................................... 72
IV-5) LE RAISONNEMENT AUX ETATS LIMITES ................................................ 73
IV-6-1) LE PRINCIPE .......................................................................................... 73
IV-6-2) VALEURS CARACTERISTIQUES ET COEFFICIENTS PARTIELS ............... 74
IV-6-3) RESISTANCE CARACTERISTIQUE .......................................................... 75
V-) COEFFICIENTS SUR LES ACTIONS AUX ETATS LIMITES ULTIMES (ELU) .. 76
V-1) LES ETATS LIMITES ................................................................................... 77
V-2) DURABILITE ................................................................................................ 77
v
V-2-1) LA CLASSE LIEE A LA STRUCTURE (CLASSE STRUCTURALE) ............... 78
V-2-1) ENROBAGE MINIMAL EN FONCTION DES CONDITIONS
D’ENVIRONNEMENT EN 1992-1-1) ..................................................................... 79

V-2-2) ENROBAGE MINIMAL EN FONCTION DES CONDITIONS


D’ENVIRONNEMENT SELON L’ANNEXE NATIONALE FRANÇAISE) ..................... 79

V-2-3) ENROBAGE DES ARMATURES .................................................................. 83


V-3) LA FISSURATION......................................................................................... 84

PREMIERE PARTIE : REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ............................. 86


I-) LES PRINCIPES DE BASE SUR LES MATERIAUX ............................................ 87
I-1) LE DIAGRAMME CONTRAINTES-DEFORMATIONS D’UN MATERIAU .......... 87
I-2) LE DIAGRAMME ELASTO-PLASTIQUE PARFAIT D’UN MATERIAU ............. 88
I-2) LE BETON ET SES RESISTANCES .................................................................. 90
I-2-1) LA RUPTURE EN COMPRESSION............................................................... 90
I-2-1-1) L’INTERPRETATION STATISTIQUE DES ESSAIS .................................... 90
I-2-1-2) LA RESISTANCE CARACTERISTIQUE .................................................... 91
I-2-2) LA RUPTURE PAR TRACTION ................................................................... 95
II-) LES PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES SUR LES MATERIAUX :LE BETON
............................................................................................................................. 96
II-1) LA RESISTANCE A LA COMPRESSION ........................................................ 96
II-2) LA RESISTANCE A LA TRACTION ............................................................... 99
II-3) LES CLASSES DE RESISTANCE .................................................................. 100
II-5) LE MODULE DE DEFORMATION LONGITUDINALE INSTANTANEE DU BETON
........................................................................................................................... 112
II-5) LE COEFFICIENT DE POISSON .................................................................. 113
II-6) FLUAGE ET RETRAIT DU BETON .............................................................. 114
II-7) LE DIAGRAMME DES TROIS PIVOTS ........................................................ 118
III-) LES PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES SUR LES MATERIAUX : L’ACIER
........................................................................................................................... 120

vi
III-1) LES TYPES D’ACIERS.............................................................................. 120
III-2) LES NORMES ........................................................................................... 122
III-3) LES CARACTERISTIQUES MECANIQUES ................................................ 123
III-3-1) LA LIMITE D’ELASTICITE GARANTIE ................................................ 123
III-3-3) LA DUCTILITE ..................................................................................... 124
III-3-4) LES DIAGRAMMES CONTRAINTES-DEFORMATIONS DE CALCUL ....... 128
IV-) LES ACTIONS ET SOLLICITATIONS ........................................................... 130
IV-1) LES ACTIONS........................................................................................... 130
IV-2) LES COMBINAISONS D’ACTIONS ............................................................ 138
IV-3) LES SOLLICITATIONS.............................................................................. 146
V-) LE BAEL 91 ET L’EUROCODE 2 : DEUX CODES AUX DIFFERENCES
DIVERSES ........................................................................................................... 146

DEUXIEME PARTIE .................................................................................... 156


TROISIEME PARTIE ................................................................................... 159
I-) ANALYSE COMPARATIVE AU NIVEAU DES MATERIAUX ............................. 160
I-1) CAS DU BETON............................................................................................ 160
CAS DE L’ACIER ................................................................................................ 164
II-) RESULTATS ET ANALYSE DANS LE CAS DES POTEAUX .............................. 166
II-1) RESULTATS ............................................................................................... 166
II-2) ANALYSE .................................................................................................. 168
III) RESULTATS ET ANALYSE DANS LE CAS DE L’ESCALIER ........................... 174
III-1) RESULTATS ............................................................................................. 174
III-2) ANALYSE ................................................................................................. 178
IV-) RESULTATS ET ANALYSE DANS LE CAS DE LA POUTRE ISOSTATIQUE ..... 183
IV-1) RESULTATS ............................................................................................. 183
IV-2) ANALYSES ............................................................................................... 188
IV-3)VERIFICATION AUX ETATS LIMITES DE SERVICE .................................... 198
V-) CAS DES PLANCHERS A CORPS CREUX Y COMPRIS POUTRELLES ............... 202

vii
V-I) RESULTATS ............................................................................................... 202
V-2) ANALYSES ................................................................................................. 205

CONCLUSION GENERALE ........................................................................ 212


BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................... 214
ANNEXES A .................................................................................................... 217
ANNEXE 1 : NOTE DE CALCUL DU PLANCHER A CORPS CREUX AU BAEL 91
MODIFIEE 99 ...................................................................................................... 236

ANNEXE 2 : NOTE DE CALCUL DU PLANCHER A CORPS CREUX A L’EUROCODE 2


Y COMPRIS ANNEXE NATIONALE FRANÇAISE. …………….. ………………...282

ANNEXE 3 : NOTE DE CALCUL DE L’ESCALIER A DEUX VOLEES SELON LE


BAEL 91 MODIFIEE 99 ..................................................................................... 310
ANNEXE 4 : NOTE DE CALCUL DE L’ESCALIER A DEUX VOLEES SELON
L’EUROCODE 2 Y COMPRIS ANNEXE NATIONALE FRANÇAIS......................... 334
ANNEXE 5 : NOTE DE CALCUL DE LA POUTRE ISOSTATIQUE SELON LE BAEL
91 MODIFIEE 99 ................................................................................................. 365
ANNEXE 6 : NOTE DE CALCUL DE LA POUTRE ISOSTATIQUE A L’EUROCODE 2 Y
COMPRIS ANNEXE NATIONALE FRANÇAISE ...................................................... 387

ANNEXE 7 : NOTE DE CALCUL DU POTEAU SELON LES REGLES BAEL 91


MODIFIEE 99 ...................................................................................................... 442

ANNEXE 8 : NOTE DE CALCUL DU POTEAU SELON L’EUROCODE 2 Y ANNEXE


NATIONALE…………………………………………………………………...453

ANNEXE 9: NOTE DE CALCUL DU POTEAU A L’EUROCODE 2 (METHODE SANS


CONSIDERER LES EFFETS DU SECOND ORDRE)……………………………….484

ANNEXES B .................................................................................................... 500


ANNEXE 10 : DETAILS SUR LES CARACTERISTIQUES DES BETONS POUR LES
EUROCODES SELON LA NORME NF 206-1 ........................................................ 501

INDEX .............................................................................................................. 506

viii
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1.1 : Définition des Etats-Limites

Tableau 1.2 : Valeurs de Cmin,dur en fonction de la classe d’exposition

Tableau 1.3 : Modulations des classes d’exposition selon la norme

EN-1992 1-1

Tableau 1.4 : Modulations des classes structurales pour la détermination


de Cmin,dur selon l’Annexe Nationale Française
Tableau 1.5 : Valeurs de Cmin,dur en fonction des classes d’Exposition de

les Modifications de l’Annexe Nationale Française

Tableau 1.6 : Valeurs recommandées pour Wmax selon la classe

D’exposition selon le tableau 7.1 de L’ANF)

Tableau 1.7 : Tables de Galton

Tableau 1.8 : Dosages du ciment en fonction de la résistance

Caractéristique du Béton

Tableau 1.9 : Caractéristiques mécaniques du béton

Tableau 1.10: Valeurs nominales du retrait de dessication

Tableau 1.11 : Caractéristiques des armatures utilisées à l’Eurocode 2

Tableau 1.12 : Valeur des coefficients dans le cas de bâtiments au

BAEL 91 modifiée 99

Tableau 1.13 : Valeurs des coefficients pour les Bâtiments EC2

Tableau 1.14 : Caractéristiques des Actions à l’Eurocode 2

ix
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.15 : Combinaisons à l’état limite de résistance pour les

Ponts- Routes

Tableau 1.16 : Combinaisons pour les ponts-routes à l’ELS

Tableau 1.17 : Combinaisons à l’état limite de résistance pour les bâtiments

Courants

Tableau 1.18 : Combinaisons pour l’état limite de service, pour les

bâtiments Courants

Tableau 1.19 : Synthèse Comparative pour le calcul des poteaux

Tableau 1.20 : Synthèse Comparative des charges de calcul et sollicitations

pour l’escalier.

Tableau 1.21 : Synthèse comparative des armatures de l’escalier

Tableau 1.22 : Synthèse comparative des valeurs de cisaillement,

Contraintes et Dispositions Constructives de l’escalier selon

les deux Codes de Calcul

Tableau 1.23 : Charges et calcul des sollicitations pour la poutre isostatique

Tableau 1.24 : Tableau Comparatif du calcul des sections d’armatures

(Eurocode 2)

Tableau 1.25 : Valeurs des sections d’acier pour la poutre isostatique

(BAEL 91 modifiée 99)

Tableau 1.26 : Synthèse comparative au niveau de l’arrêt des barres

Tableau 1.27: Synthèse comparative des armatures transversales

Tableau 1.28 : Limite d’ouvertures des fissures


x
Liste des Tableaux

Tableau A0 : Catégories d’usages allant de A à D

Tableau A1: Caractéristiques des Actions à l’Eurocode 2

Tableau A2 : Catégorie d’usage des aires de circulation et de

stationnement dans les bâtiments

Tableau A3: Catégorie de Toitures

Tableau A4 : Charges d’exploitation des catégories A à D

Tableau A5 : Charges d’exploitation pour les catégories E

Tableau A6 : Charges d’exploitation pour les catégories F et G

Tableau A7 : Charges d’exploitation pour les catégories H

Tableau A7’ : Définition des portées pour les planchers à Poutrelles

Tableau A8 : Dimensionnement en Avant-projet pour les dalles

Tableau A9 : Dimensionnement des dalles en phase d’exécution

Tableau A10 : Récapitulatif de la méthode générale (Calcul des cadres)


(Bielles à 45°)
Tableau A11 : Récapitulatif de la méthode simplifiée (Calcul des cadres)
(Bielles à 45°)
Tableau A12 : Valeur de l’ouverture des fissures selon la classe
Environnementale
Tableau A13 : Diamètre maximal des barres pour l’ouverture des fissures

Tableau A14 : Espacement maximal des barres pour l’ouverture des

fissures

xi
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau A15 : Valeurs des rapports L/D pour des bétons C25/30 sans

aciers Comprimés

Tableau A16 : Propriétés du béton en fonction de la classe d’exposition

Tableau A17 : Classes d’exposition pour le bâtiment : Gel faible ou

modérée

Tableau A18 : Classes d’exposition pour le bâtiment : Gel sévère

Tableau A19 : Classes d’exposition pour le bâtiment : Front de Mer

Tableau A20 : Classes d’exposition pour le bâtiment : Bord de mer

xii
LISTE DES FIGURES

Figure 1.1 : Processus de Vérification de la sécurité d’un ouvrage

Figure 1.2 : Lien entre les différentes Normes des Eurocodes

Figure 1.3 : Modèle de la probabilité de Ruine

Figure 1.4 : Modèle de Probabilité de ruine avec Ecart-Type (Ajouts de

Coefficients Partiels)

Figure 1.5 : Diagramme réel contrainte-Déformation d’un Matériau

Figure 1.6 : Diagramme élastoplastique

Figure 1.7 : Courbe de Distributions des résistances d’un béton

Figure 1.8: Définition de la Valeur Caractéristique d’ordre P

Figure 1.9 : Essai brésilien

Figure 1.10 : Valeurs des résistances de béton à viser par le chantier

pour le BAEL 91 modifiée 99

Figure 1.11 : Diagramme Parabole-Rectangle au Bael 91 Modifiée 99

Figure 1.12 : Diagramme rectangulaire simplifié selon le BAEL 91

modifiée 99

Figure 1.13: Diagramme-Contraintes-déformations pour l’analyse non-

linéaire

Figure 1.14: Diagramme Parabole-Rectangle de l’acier

Figure 1.15 : Diagramme bilinéaire de l’acier

Figure 1.16 : Diagramme rectangulaire simplifié de l’acier

Figure 1.17 : Courbe pour la détermination du coefficient de Fluage

xiii
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure 1.18 : Diagramme des trois Pivots selon les règles BAEL 91

Modifiée 99

Figure 1.19 : Diagramme des trois Pivots selon l’Eurocode 2

Figure 1.20 : Diagramme Type Contraintes-Déformations d’acier de

Béton Armé à l’Eurocode 2

Figure 1.21 : Exemple d’acier de classe de ductilité A

Figure 1.22 : Exemple d’acier de classe de ductilité B

Figure 1.23 : Diagramme caractéristique contraintes-déformations de

l’acier au BAEL 91 modifiée 99

Figure 1.24 : Diagramme Contraintes-Déformations de l’acier au

BAEL 91 modifiée 99.

Figure 1.25 : Diagramme Contraintes-Déformations de l’acier à

l’Eurocode 2

Figure A1 : Coupe schématique des poutrelles


Figure A2 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle (Cas
de charges 1 à l’ELU)
Figure A3 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de
charges 1 à l’ELU)
Figure A4 : Moment fléchissant à l’ELS au Bael 91 modifiée 99 de la
poutre isostatique
Figure A5 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle (Cas

de charges 2 à l’ELU)

xiv
Liste des Figures

Figure A6 : Diagramme des Efforts tranchants de la poutrelle (Cas de

charges 2 à l’ELU)

Figure A7 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle (Cas

de charges 3 à l’ELU)

Figure A8 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle (Cas

de charges 1 à l’ELS)

Figure A9 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de

charges 1 à l’ELS)

Figure A10 : Diagramme des Moments fléchissants de la poutrelle (Cas

de charges 2 à l’ELS)

Figure A11 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de

charges 2 à l’ELS)

Figure A12 : Diagramme des Moments fléchissants de la poutrelle (Cas

de charges 3 à l’ELS)

Figure A13 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de

charges 3 à l’ELS)

Figure A14 : Schéma de principe pour la détermination des

Caractéristiques géométriques d’une section en Té

Figure A15 : Schéma de principe pour le calcul de la section minimales

d’armatures dans une section en té en flexion simple

Figure A16 : Schéma Statique de l’Escalier au BAEL 91 modifiée 99

xv
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A17 : Diagramme du Moment Fléchissant de l’escalier à L’ELU


de l’escalier au BAEL 91 modifiée 99
Figure A18 : Diagramme du Moment Fléchissant à l’ELS de l’escalier
au BAEL 91 modifiée 99
Figure A19 : Diagramme de l’effort Tranchant à l’ELU de l’escalier au
BAEL 91 modifiée 99
Figure A20 : Diagramme de l’effort tranchant à l’ELS de l’escalier au
BAEL 91 modifiée 99
Figure A21 : Schéma de l’escalier selon l’Eurocode 2 : (Source de

Feuille de calcul de l’EGF-BTP)

Figure A22: Diagramme des Moments Fléchissants de l’escalier à

l’ELU

Figure A23 : Diagramme de l’effort tranchant de l’escalier à l’ELU

Figure A24 : Schéma de ferraillage de l’escalier (Source : Fichier Excel

l’EGF- BTP)

Figure A25 : Moment fléchissant à L’ELU au Bael 91 modifiée 99 de la

poutre isostatique

Figure A26 : Moment fléchissant à l’ELS au Bael 91 modifiée 99 de la

poutre isostatique

Figure A27 : Effort tranchant de la poutre isostatique (ELU) au BAEL

91 Modifiée 99

xvi
Liste des Figures

Figure A28 : Diagramme de moment fléchissant de la poutre


isostatique à l’ELU ( Eurocode 2)
Figure A29 : Diagramme de l’effort tranchant de la poutre isostatique
à l’ELU(Eurocode 2)

xvii
LISTE DES ANNEXES

Annexe 0 : Note de calcul sur la descente de charges sur les planchers à

corps creux selon les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode

2 (NF-1992-1-1) y compris Annexe Nationale Française.

Annexe 1 : Note de calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée

99

Annexe 2 : Note de Calcul du plancher à corps creux à l’EC2

Annexe 3 : Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le règlement du

BAEL 91 modifiée 99.

Annexe 4 : Note de calcul de l’escalier à deux Volées selon l’Eurocode 2 y

Compris Annexe Nationale Française

Annexe 5 : Note de Calcul de la Poutre isostatique selon le BAEL 91

modifiée 99

Annexe 6 : Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris


Annexe nationale française

Annexe 7 : Note de Calcul du poteau selon les règles Bael 91 modifiée 99

Annexe 8 : Note de Calcul du Poteau selon l’Eurocode 2 et Annexe

nationale

Française : Méthode la rigidité nominale et de la courbure

Nominale.

xviii
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Annexe 9 : Note de calcul du poteau à l’Eurocode 2 (Méthode sans

Considérer les effets du second Ordre comme au Bael 91

modifiée 99)

Annexe 10 : Détails sur les caractéristiques des bétons et les classes

d’environnement pour les Eurocodes selon la norme NF 206-1

xix
LISTE DES SYMBOLES ET
ABREVIATIONS

Majuscules et Miniscules Romaines

a: Plus petite dimension transversale du poteau

Ac : Aire de la section de béton seul

Ac,eff : Aire de la section effective de béton tendu autour des armatures

de béton armé ayant pour hauteur hc,ef

Act : Aire de la section du béton tendu

al : Décalage de la courbe des moments

ANF : Annexe Nationale Française

Asc : Section d’aciers comprimés

As : Aire totale des armatures longitudinales

Asmax : Section maximales d’armatures

Asmin : Section d’armatures minimales

As1,FS : Section d’armatures en zone tendue en flexion simple lors d’un

calcul en flexion composée

As2, FS : Section d’armatures en zone comprimée en flexion simple lors

d’un calcul en flexion composée

As,req : Section d’acier nécéssaire dans la section à l’ELU

xx
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Asprov : Section d’armatures définitives à l’Eurocode 2

Asw : Section d‘une nappe d’armatures transversales

BAEL: Béton armé aux Etats limites

b: Largeur de la poutre ou du poteau

Br : Section réduite d’un poteau

C: Coefficient dépendant de la distribution des courbures

Cdg : Coefficient du centre de gravité qui fixe la distance entre la

profondeur de l’axe neutre de la résultante des efforts de

compression dans le béton comprimé à la fibre la plus comprimé

dans le cas du diagramme Bilinéaire

CEB-FIP : Comité Européen du Béton-Fédération Internationale de la

Précontrainte

cmin : Enrobage minimal

cmin,b : Enrobage minimal vis-à-vis des conditions d’adhérence

cmin,dur : Enrobage minimal vis-à-vis des conditions d’environnement

cnom : Enrobage nominal

Co : Coefficient qui dépend de la distribution du moment du premier

Ordre

xxi
Liste des Symboles et Abréviations

d: Hauteur utile

dg : Grosseur maximale des granulats

dréel : Hauteur utile réelle avec la section d’acier définitives

ea : Excentricité de l’effort par rapport aux aciers tendus

ei : Excentricité additionnelle

eo : Excentricité structurale

e2 : Excentricité due aux effets du second ordre

EC2 : Eurocode 2

Ecd : Module d’élasticité du béton

Ec,eff : Module d’élasticité tangent du béton

Ecm : Module de déformation instantanée du béton

Eh : Espacement horizontal entre les aciers

Ei : Module de déformation instantanée du béton

EI : Rigidité Nominale

ELU : Etat limite ultime

ELS : Etat limite de service

Es : Module d’élasticité de l’acier

xxii
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Εsm : Déformation moyenne de l’armature en béton armé sous la

combinaison de charges considérées incluant l’effet des

déformations imposées

fbd : Contrainte limite d’adhérence

fbu : Résistance de calcul à la compression du béton au Bael 91

modifiée 99

fcd : Résistance de calcul à la compression du béton à l’Eurocode 2

fck : Résistance caractéristique à la compression du béton à 28 jours.

fctd : Résistance de calcul en traction du béton

fck,005: Résistance caractéristique à la compression de l’ordre de 0,05

fcm : Résistance moyenne à la compression du béton à 28 jours.

Fcr : Valeur absolue de l’effort de traction dans la membrure juste

avant la fissuration

Fct,eff : Valeur moyenne de la résistance en traction du béton au

moment où les premières fissures sont supposées apparaître

fed : Résistance de calcul de l’acier

Fi : Flèche par la méthode de l’inertie fissurée

fs : Effort repris par les armatures longitudinales du poteau

xxiii
Liste des Abréviations et Symboles

ftj : Résistance conventionnelle de traction du béton à j jours.

fyd : Résistance de calcul des armatures

fyk : Limite d’élasticité des aciers

Gk,inf : Valeur caractéristique de l’action permanente favorable

Gkj,sup : Valeur caractéristique de l’action permanente défavorable

h: Hauteur de la section ( Poutre ou poteau)

HA : Haute adhérence

ho : Rayon moyen de la section transversale

lbrqd : Longueur d’ancrage requise

I1 : Moment d’inertie de la section homogène réduite

Ifi : Inertie fissurée

Is : Moment d’inertie de la section d’armatures par rapport au centre

de la section du béton

k1 : Coefficient de souplesse en tête de poteau

k2 : Coefficient de souplesse en pied de poteau

kc : Coefficient qui tient compte de la répartition des contraintes dans

la section immédiatement avant la fissuration et de la

modification du bras de levier

Kc : Coefficient tenant compte des effets de la fissuration et du fluage


xxiv
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ks : Coefficient tenant compte de la contribution des armatures

Kr : Coefficient de correction dépendant de l’effort normal

Kφ : Coefficient tenant compte du fluage

L: Longueur de la poutre

Lbd : Longueur d’ancrage de calcul

Leff : Portée utile de calcul entre axes

Lf : Longueur de flambement (BAEL)

Ln : Portée entre nus des appuis

Lo : Longueur de flambement ( EC2)

Lomin : Longueur de recouvrement minimal

LS : Longueur de scellement droit

Nb : Effort normal de compression équilibré par le béton

Ned : Effort Normal de compression à l’état limite ultime

Ng : Effort normal de compression dû aux charges permanentes

Nq : Effort normal de compression dû aux charges d’exploitation

Ns : Effort Normal de compression équilibré par l’acier

m: nombres d’éléments verticaux contribuant à l’effet total

Mab: Moment Virtuel de la poutre passant par les pivots A et B

xxv
Liste des Abréviations et Symboles

MAB : Moment Maximal dans la travée AB (Travée de gauche pour la

poutrelle)

MB : Moment Maximal sur appui intermédiaire (Cas de la poutrelle)

MBC : Moment Maximal dans la travée BC (Travée de droite de la

poutrelle)

Mcr : Moment de fissuration

Med : Moment fléchissant ultime (Bael 91 modifiée 99)

Mo : Moment isostatique maximum en travée

Moed : Moment de fissuration du premier ordre à l’ELU en tenant compte

des imperfections géométriques

Moeqp : Moment de service du premier ordre sous la combinaison quasi-

permanente

M2 : Moment nominal du second ordre

Mru : Moment résistant des aciers

Mtu : Moment de référence d’une section en té à l’ELU

Mu : Moment Maximum en travée (Poutre isostatique)

Mser : Moment fléchissant de service (Bael 91 modifiée 99)

n: Effort normal relatif

xxvi
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Nb : Charge de flambement évaluée sur la méthode de la rigidité

nominale

nbal : Valeur de n correspondant au moment résistant maximal

Ned : Effort normal de compression à L’ELU à l’Eurocode 2

Nu : Effort normal de compression à l’ELU selon le BAEL 91 modifiée

99

remp : Coefficient de remplissage du diagramme Contraintes-

Déformations bilinéaire du béton

RH : Humidité relative de l’environnement ambiant en %

Rm : Rapport des moments d’extrémité

scl,t : Espacement des armatures transversales d’un poteau

smaxslabs : Espacement des armatures en flexion d’une dalle

so : Espacement initial des armatures d’âme pour la méthode de caquot

st : Espacement des cours d’armatures transversales

stmax : Espacement maximal des cours d’armatures transversales

Sr,max : Espacement Maximal des fissures

t: âge du béton à l’instant t considéré, en jours

to : âge du béton au moment du chargement

xxvii
Liste des Abréviations et Symboles

to,t : âge du béton au moment du chargement en jours corrigé de la

température

u: Périmètre de la section transversale du poteau

Ved : Effort tranchant de calcul provoqué par les charges appliquées

VedA : Effort tranchant Maximal sur appui de gauche

VedBe : Effort tranchant à droite de l’appui intermédiaire

Vedbw (Annexe Nationale Francaise.Eurocode 2- Calcul des structures en béton


Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les Batiments.NF 1992-1-1.Version
9, 2005) : Effort tranchant à gauche de l’appui intermédiaire

Vedc : Effort tranchant maximal sur l’appui de droite

Ved0 : Effort tranchant de calcul au nu des appuis

Vrd,c : Effort tranchant résistant de calcul d’un élément sans armature

d’effort tranchant

Vrd,max : Effort tranchant de calcul Maximal, pouvant être supporté sans

provoquer l’écrasement des bielles

Vrd,s : Effort tranchant de calcul pouvant être supporté par un élément

d’effort tranchant travaillant à la limite d’élasticité

Vu : Effort tranchant à l’ELU

w: Ratio d’armatures mécaniques

xxviii
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

wk : Ouverture des fissures

Xu : Profondeur de l’axe neutre à l’état limite ultime après

Redistribution

y1 : Axe neutre

z: Bras de levier au Bael 91 modifiée 99

Zu : Bras de levier à l’eurocode 2

Majuscules et Miniscules Grecques

α: Inclinaison des armatures transversales

αe : Coefficient d’équivalence

αh : Coefficient de réduction relatif à la longueur ou hauteur de

l’élément

αm : Coefficient de réduction relatif aux nombres d’éléments

verticaux contribuant à l’effet total

αu : Hauteur relative de l’axe neutre

β: Coefficient qui dépend de la distribution des moments du

premier et du second ordre

βc (t,to) : Coefficient qui rend compte du développement

β(fcm) : Facteur tenant compte de l’influence de la résistance du béton

xxix
Liste des Abréviations et Symboles

sur le Coefficient de fluage conventionnel

βh : Coefficient dépendant de l’humidité relative et du rayon moyen

de l’élément

β(to) : Facteur tenant compte de l’influence de l’âge du béton au

moment de chargement sur le coefficient de fluage

conventionnel

Δc,dev : Marge pour la tolérance d’exécution

Δcdur,add : Réduction de l’enrobage en cas de protection supplémentaire

Δdur,st : Réduction de l’enrobage dans le cas des aciers inoxydables

Δdur,γ : Marge de sécurité sur l’enrobage

δ: Rapport du moment après redistribution au moment élastique de

flexion

𝜺c2 : Raccourcissement maximal relatif en compression simple du

béton correspondant à la contrainte fcd dans le diagramme

parabole-rectangle.

𝜺CU2 : Raccourcissement relatif maximal en flexion dans le diagramme

parabole-rectangle

𝜺CU3 : Raccourcissement relatif maximal en flexion dans le diagramme

εcm : Déformation Moyenne du béton entre les fissures


xxx
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

𝜺ud : Allongement maximal relative de l’acier dans le diagramme à

palier incliné

𝜺yd : Allongement des aciers tendus lorsque la contrainte est égale à

leur limite d’élasticité

εu : Allongement de l’acier bilinéaire

η1 : Coefficient lié aux conditions d’adhérence et à la position des

barres en cours de bétonnage

η2 : Coefficient lié au diamètre des armatures

θ: Angle d’inclinaison des bielles

θ0 : Valeur de base pour la prise en compte des effets défavorables des

imperfections géométriques

φef : Coefficient de fluage effectif

φ(t,to) : Coefficient de fluage définissant le fluage entre les temps t et to par

rapport à la déformation élastique à 28 jours

φRH : Facteur tenant compte de l’influence de l’humidité relative sur le

Coefficient de fluage conventionnel

Φlmin : Diamètre minimal des armatures longitudinales

xxxi
Liste des Abréviations et Symboles

Φs* : Diamètre maximal modifié des armatures

Φt : Diamètre des armatures transversales

γc : Coefficient de sécurité affectant la résistance de calcul de Béton

γs : Coefficient de sécurité affectant la résistance de calcul de l’acier

λ: Elancement

λlim : Elancement limite

𝝁ab : Moment fléchissant réduit passant par le diagramme des

déformations au point A et B

𝝁bc : Moment réduit de référence

𝝁𝐛u : Moment réduit ultime

μls : Valeur limite du moment limite réduit

Ψ0iQki : Valeur de combinaison d’une action variable

Ψ1iQki : Valeur Fréquente d’une action variable

Ψ2iQki : Valeur Quasi-permanente d’une action variable

ρl : Pourcentage d’armatures longitudinales

ρp,eff : Pourcentage d’armatures dans la section effective de béton autour

des armatures tendues

ρw : Pourcentage d’armatures transversales

σbc : Contrainte de compression dans le béton

xxxii
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

σc : Contrainte moyenne dans le béton régnant dans la partie de la section

Considérée

σs1 : Contrainte de traction dans les aciers

σrd : Contrainte dans la bielle d’about

σrdmax : Contrainte maximale de la bielle d’about

τu : Contrainte tangente conventionnelle

τulim : Contrainte tangente limite

Ψs : Coefficient de scellement des barres

xxxiii
INTRODUCTION

La Réalisation de tout ouvrage basée sur la nécessité d’un besoin,


doit satisfaire aux exigences techniques, d’esthétique et de confort des
utilisateurs. Pour y arriver au mieux, différentes techniques d’exécution et de
mise en œuvre sont réalisées.

Cependant, il fut notable de constater que ces objectifs sont certes,


théoriquement possibles à faire, mais dans le cadre pratique, sont d’une grande
difficulté du fait de leur caractère subjectif et marqués par la grande complexité
des structures qui nécessitent des procédés et des calculs élaborées. D’où la
nécessité d’établir une certaine organisation basée sur des règles spécifiques afin
de pouvoir répondre de manière efficiente, aux contraintes imposées par le maître
d’ouvrage.

Vitruve, Architecte et Ingénieur dans son œuvre « De Architectura »


grâce à ses connaissances mathématiques et techniques posa la première pierre
d’un ensemble cohérents de règles de construction pouvant être appliqués afin
d’obtenir un ouvrage alliant esthétique et sécurité, tout en assurant le confort des
usagers.

Au fil des siècles, ces principes ont évolué grâce aux découvertes
scientifiques et se sont regroupés en des codes de calcul des structures possédant
des variantes adaptées à chaque région.

Et l’Afrique francophone n’est pas restée en marge. En effet, le code de


calcul actuel, utilisé est le Bael 91 modifiée 99 qui est le code français, remplacé
depuis mars 2012 par l’Eurocode 2 ,qui s’applique aux structures en béton armé
et Précontraint.

xxxiv
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Cependant, ce nouveau code de calcul est très peu utilisé, dû à certaines


raisons évoquées que sont la complexité des modèles de calcul, les exigences en
termes de qualité de matériaux et de mise en œuvre très exigeantes et difficiles à
obtenir au vu de la main d’œuvre disponible, et surtout le manque d’informations
et de formations dans les universités et écoles de génie civil à ce sujet.

Partant de ce constat, l’idée de comparer ces deux codes au travers de


ce mémoire, c’est-à-dire le Bael 91 modifiée 99, et l’Eurocode 2 qui est une
norme internationale sur un projet existant au travers le calcul de quelques
éléments courants y trouve tout son intérêt.

Après une brève présentation, du protocole de recherche, nous


présenterons les principes fondamentaux inhérents à chacun de ces codes de
calcul accompagné d’un état de l’art. Puis nous exposerons notre démarche
méthodologique ainsi que les outils utilisés.

Et enfin nous relaterons les différents résultats obtenus qui seront


suivis d’une analyse de ceux-ci afin de pouvoir en retirer les points clés, avantages
et inconvénients liés à chacun de ses codes.

xxxv
Introduction

Objectifs de l’Etude

Objectifs de Developpement

Effectuer une étude structurelle du projet en utilisant les deux


règlements que sont le Bael 91 Modifiée 99 et l’Eurocode 2 au travers de leurs
méthodes de calcul et des résultats obtenus afin de pouvoir, d’une part les
comparer et d’autre part, d’apporter un élément de réponse sur le choix du futur
règlement à adopter pour les ingénieurs au Bénin et en Afrique de l’Ouest
Francophone pour le calcul des structures des ouvrages en Béton Armé.

Objectifs Spécifiques

L’objectif développé ci-dessus ne pourra être atteint que par


l’intermédiaire des objectifs spécifiques suivants :

Enoncer les différentes hypothèses de Calcul qui régissent chaque


code à travers le projet.

Réaliser un dimensionnement complet de la structure (Réalisation des


plans de structure) en montrant de manière détaillée le calcul des
quelques éléments porteurs (Poutres, poteaux, Planchers à corps
Creux, Escalier, Etc…..) selon chaque règlement de calcul.

Réaliser l’Etude Comparative entre les deux règlements à partir des


résultats obtenus et des différentes spécificités selon les méthodes
autorisées par chaque code.

xxxvi
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Hypothèses de l’Etude

- Le Béton utilisé pour les calculs sera de résistance caractéristique de 25


MPa dans le cadre du Bael 91 modifiée 99 et de l’Eurocode 2.

- Les Aciers utilisés seront des Aciers Haute Adhérence


• De Limite d’élasticité de 400 MPa respectivement pour le Bael 91
modifiée 99.
• de Type S 400 et de ductilité B dans le cas de l’Eurocode 2.

- Les ciments utilisés seront du type CPJ-42,5 CEMII/A 42,5 N conformes


la norme française NF 15-301 pour le cas du BAEL 91 modifiée 99 et de
la norme européenne NF 197-1

- Les charges du Vent ne seront pas considérées pour cette Etude.

- Les Principes de Base de la Résistance des Matériaux tels que la théorie


des poutres et des plaques sont applicables.

- Le calcul des fondations ne sera pas réalisé dû à un manque


d’informations sur le sol porteur.

Les éléments qui serviront pour le calcul sont les suivants :

Pour le calcul des poteaux, il sera dimensionné le poteau P1(Axe F-


4) situé qui supporte la dalle du 4ème étage. (Voir Plan de coffrage du plancher
haut du 3ème étage)

xxxvii
Introduction

Pour l’escalier, il sera calculé l’escalier central qui part du sous-sol


jusqu’au 4ème étage. (Voir plans architecturaux ou de coffrages)

Pour la poutre isostatique, le calcul concernera la poutre palière PP


16 4-15 x 50 qui supporte l’escalier central.(Voir plans architecturaux ou de
coffrage)

Pour la poutre continue, elle concernera une poutrelle sur trois appuis
(Voir la poutrelle continue entourée par une ellipse dans le plan de coffrage du
plancher haut du 2ème étage)

Les différents plans seront accessibles à partir de ce lien


https://drive.google.com/open?id=1FLlqLwqPGKgaypmAcP_FKVIxmJn2effh

Résultats attendus

Le principal résultat de cette étude est la Réalisation d’un document


pouvant servir aux ingénieurs d’Afrique francophone, de support pratique
permettant de pouvoir utiliser l’eurocode 2 dans le dimensionnement d’éléments
courants d’un projet en béton armé en attendant la future transition en Afrique
vers cette dernière.

xxxviii
PREMIERE PARTIE : REVUE
BIBLIOGRAPHIQUE

Généralités Sur Les Codes


Structuraux
(Le Bael 91 Modifié 99 et
l’Eurocode 2)

39
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un
projet existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

I-) Les Principes du Béton Armé

Le béton est un matériau qui est le fruit du mélange de manière


homogène et dans des proportions convenables de plusieurs matériaux entre
autres :

• Du ciment qui est un liant hydraulique


• Du granulat qui est composé de sable et parfois de matériaux tels que
les gravillons ou les cailloux selon la disponibilité et les ressources de
la carrière qui sera utilisé pour la réalisation du béton
• De l’eau qui doit être généralement propre

Il existe trois catégories de béton selon l’usage ou l’application


structurale auquel il est destiné. Nous avons entre autres :

✓ Le Béton non-armé,
✓ Le Béton précontraint
✓ Le Béton armé.

Le béton armé résulte de l’idée d’associer le béton qui est un matériau


dont la capacité de résistance à la compression sont élevées, mais faible à la
traction par rapport à l’acier pour créer un matériau composite qui possèdera les
caractéristiques nécessaires (Durabilité, Résistance et Performance) permettant
de réaliser les différentes structures.

Il est important de noter qu’il ne suffit pas de faire un mélange de béton


durci et de barres d’acier pour former le matériau composite qu’est le béton armé.

40
Principes du béton armé

Pour y arriver, il faut le réaliser en mettant sur pied une certaine


organisation structurale notamment sur l’agencement et la quantité des armatures.

I-1) Avantages et Inconvénients du Béton Armé

▪ Avantages

Ce matériau présente de nombreux avantages. Nous pouvons citer entre


autres :

- La liberté dans la réalisation des formes


- Le caractère monolithique de ces structures
- La bonne durabilité
- La résistance au feu
- L’économie réalisée grâce à l’utilisation de matières premières que
sont l’eau, le ciment et les granulats.
- L’économie d’entretien par rapport aux constructions métalliques qui
nécessite l’apport de nombreuses couches de peinture régulières.

▪ Inconvénients

Comme tout matériau, celui-ci présente des inconvénients tels que :

- Les constructions en béton armé sont très lourdes du fait de leur poids
propre considérable.
- L’isolation thermique du matériau en béton armé est faible.
- La difficulté de modifier un ouvrage réalisé en béton armé.

41
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un
projet existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

I-1-2) Historique du béton armé


▪ En 1824, J.Aspdin, Inventeur anglais invente le ciment Portland
(Brevet anglais). Ce liant hydraulique joue un rôle important dans le
béton « moderne ».
▪ De 1850 à 1880, nous avons le premier développement en béton armé
dont les premières recherches sont réalisées en France :
▪ En 1848, J. Lambot imagine l’association des barres d’acier et de
béton de ciment pour réaliser un bateau.
▪ En 1849, J.Monier, un jardinier de Versailles a utilisé un procédé
analogique pour fabriquer des caisses à fleurs. On lui attribue
l’invention du Béton armé qui fut exploité en Allemagne par
l’Entreprise Monier Béton Brau (Brevet déposé de 1868).
▪ En 1852, F.Coignet réalise un immeuble en béton avec des fers
profilés enrobés (Mémoire sur l’utilité des tirants de fer dans le béton,
publié en 1861)
▪ En 1880 et 1910, Les premières réalisations importantes ainsi les
théories et les essais sont réalisées :
▪ En 1892, F. Hennebique, E. Coignet, structures
monolithiques,(Planchers nervurés, Poutres continues et Ossatures).
▪ En 1899, S. Boussiron réalise le pont routier en arc
▪ En 1910, P. Séjourne réalise un tablier de pont
▪ En 1886, G Wayss, Premières Bases Théoriques et Applications.
▪ En 1893, S.de Molins réalise une série d’essais à Lausanne.
▪ En 1849, W. Ritter réalise un cours sur la Méthode Hennebique

42
Principes du béton armé

▪ En 1902, E.Morsch établit la première théorie sur le béton armé,


essais à Zurich (1901-1908) et Stuttgart (1916-1939).
▪ De 1939 jusqu’à nos jours (Evolution constante du béton armé)

1
I-1-3) Evolution des Méthodes de Calcul en Béton Armé

Après avoir connu une relative période de stabilité, jusqu’aux années


1945, les méthodes de calcul en béton armé ont subi une évolution continue qui
ont abouti à des concepts, qui se sont développés au cours de ces dernières années,
jusqu’à aboutir à un consensus des principes sur lesquelles reposaient ces
méthodes. Les changements successifs sont dus :

- D’une part, à une connaissance plus précise du comportement du


matériau en béton armé, acquise à la suite de nombreux essais
effectués dans chaque pays.
- D’autre part, à une évolution de la notion de sécurité des constructions
où on est passé d’une conception de caractère déterministe à une
conception de caractère probabiliste ou plutôt semi-probabiliste.

Plusieurs considérations sont à prendre en compte :

Un ouvrage doit être conçu et calculé de manière à présenter dans toute


sa durée d’exploitation des paramètres de sécurité appropriées vis-à-vis :

1
Jean PERCHAT, « Chapitre 1 Généralités »,dans Cours du centre des hautes études de la Construction,Béton
armé, CHEM-CHEBAP-CHEC Tome 1,Paris,2005,P.15-16

43
Etude comparative entre le Bael 91 Modifiée 99 et l‘Eurocode 2 sur un
projet existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

✓ De sa ruine ou de celle de l’un de ses éléments ;


✓ D’un comportement en service susceptible d’affecter sa durabilité, son
aspect ou le confort de ses usagers.

Or un certain nombre de facteurs sont susceptibles par leur intervention


combinée ou isolée, d’influer sur la sécurité d’une structure et de la
compromettre. On peut citer entre autres :

La définition des actions appliquées à l’ouvrage


Les propriétés constitutives des matériaux
La détermination des sollicitations
Les méthodes de calcul des sections
Les règles de contrôle
La qualification du personnel

Tous ces facteurs cités ci-dessus sont soumis à de nombreuses


incertitudes, il faut prendre en compte des marges de sécurité, sous la forme de
coefficients de pondérations à introduire dans les calculs.

Il existe deux grandes catégories des méthodes de calcul définis selon :

• Le mode d’Introduction des coefficients relatifs à la sécurité :

Il comprend :

• Les Méthodes de calcul aux « Contraintes Admissibles » dont les


Coefficients de sécurité sont appliqués uniquement aux résistances des
matériaux.

44
Principes du béton armé

• Les méthodes de « Calcul à la Rupture » dont les Coefficients de


sécurité sont appliqués uniquement aux actions qui sont le plus
souvent des charges).
• Les méthodes de calcul avec des coefficients de sécurité partiels
appliqués d’une part aux résistances et d’autre part aux sollicitations
et aux actions.

• La conception de la sécurité, selon la manière de considérer les


paramètres de base.

• Les Méthodes Déterministes dans lesquelles les paramètres de base


sont considérés comme non-aléatoires.
• Les Méthodes Probabilistes dans lesquelles les paramètres de base
sont considérés comme aléatoires.

I-1-4) La Méthode des Contraintes Admissibles 2


I-1-4-1) La Méthode Classique

Cette Méthode considérée pendant longtemps comme la seule valable


scientifiquement était, à la base des prescriptions des premiers
règlements qu’étaient les Circulaires ministérielles de 1906 et de 1934 et dans
une certaine mesure celle de 1945.

2
Jean PERCHAT, « Chapitre .Généralités »,dans Cours du centre des hautes études de la Construction,Béton
armé, CHEM-CHEBAP-CHEC Tome 1,Paris,2005,P.17-21

45
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Dans cette dernière, le modèle de calcul est le modèle élastique. Les


matériaux (Acier et Béton) sont supposés obéir à la loi de Hooke. Pour chacun

d’eux, la contrainte maximale sous sollicitations de service calculée par la


Résistance des Matériaux classique, est étendue aux matériaux hétérogènes par
l’introduction d’un coefficient d’équivalence et en négligeant le béton tendu,
𝟏
bornée à une fraction jugée convenable de la contrainte au-delà de laquelle le
𝜸

matériau se rompt (Béton) ou subit des déformations importantes (acier).

Cette contrainte ou résistance f peut être évaluée en tenant compte du


probabilisme ou non (déterminisme), de la dispersion des résultats d’essais.

On définit la contrainte admissible par la relation avec γ qui est un


coefficient prenant en compte toutes incertitudes.

𝐟
σ=𝜸 (1.1)

et la condition à vérifier est :

𝐟
σ ≤𝜸 (1.2)

𝟏
Si la fraction est limitée et fixée une fois pour toutes
𝜸

indépendamment, du mode de sollicitation des pièces, on aboutira souvent à des


coefficients de sécurité non homogènes car, ces derniers variant selon le mode de
sollicitation, et aboutissent par voie de conséquence à un dimensionnement

46
Principes du béton armé

parfois surabondant (Circulaires ministérielles de 1906 et de 1934, Règles BA


de 1945).

I-1-4-2) La Méthode Classique dite « Aménagée »


Pour pallier aux inconvénients mentionnés précédemment, la solution
𝟏
est d’apporter des correctifs à la méthode en adoptant une fraction variable, en
𝜸

fonction de la nature de la sollicitation de manière à obtenir sans complication


excessives des coefficients de sécurité homogènes. (Règles BA 1960 ; 1945,
Circulaire ministérielle de 1964, CCBA 68).

Un premier pas a été fait dans cette voie au travers des règles BA 1945
qui admettaient une légère augmentation des contraintes sur appuis continus.

Mais les règles de 1960 allaient beaucoup plus loin en admettant que
dans une poutre fléchie de section rectangulaire, la contrainte admissible du béton
était le double de celle d’un poteau soumis à la compression simple.

I-4-1-3) Les Limites de la Méthode des Contraintes Admissibles

Toute méthode de vérification en phase élastique en limitant les


contraintes à des valeurs fixées d’avance dans tous les cas où les contraintes ne
sont plus proportionnelles aux forces appliquées, ce qui est notamment le cas de
la flexion composée.

La relation revient à s’assurer que la sollicitation S c’est-à-dire (M, N,


T ou V) obtenue pour une combinaison d’actions de service notée ∑Qi (par
exemple de charges), demeure inférieure à celle qui amènerait le dépassement de
la contrainte σ.

47
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Le principe de superposition étant applicable, on a alors l’inégalité à


vérifier qui vaut :

𝒇
∑S(Qi) ≤ S ( ) (1.3)
𝛄

Plusieurs cas se présentent alors et il est important de les distinguer :

Soit le cas où l’élément que l’on calcule, n’est soumis qu’à une seule
action Q et dans lequel les sollicitations sont proportionnelles aux actions
appliquées.

Si on utilise la méthode des coefficients partiels, les causes d’incertitude


doivent être prises en compte par l’introduction de coefficients de pondération.

La condition à vérifier est donc :

𝒇
γF3 σ (S(γQQ)) ≤ (1.4)
𝛄𝐦

Les sollicitations étant proportionnelles aux efforts appliqués dans


l’hypothèse d’un calcul élastique, on a :

S(γQQ) = γQ S(Q) et γF3 σ (S(γQQ)) = γF’σ(S(Q)) (1.5) avec

γF’= 𝛄F3 𝛄Q

Les relations sont donc équivalentes car, pouvant s’écrire compte tenu
des relations obtenues précédemment On a finalement :

48
Principes du béton armé

𝒇 𝒇
Σ(S(Q)) ≤ =𝜸 (1.6)
𝛄𝐦𝜸𝐅’

Considérons le cas où les sollicitations ne sont plus proportionnelles à


l’action appliquées :

Soit une section droite quelquonque soumise à :

• A un effort normal N (due au poids propre G de la partie située au-


dessus de la section considérée) ;
• A un moment M dû à l’action Q

Les contraintes extrêmes sur cette section droite se calculent par les
formules classiques de la Résistance des Matériaux

𝑵 𝑴𝒗
σmax = 𝑺 + (1.7)
𝑰

𝑵 𝑴𝒗
σmin = 𝑺 - (1.8)
𝑰

𝑵
qui comportent une partie fixe σG(N) = due au poids propre et une partie
𝑺

variable σm(Q) due à un moment de flexion (évalué au centre de gravité de la


section.

Le poids propre et le vent constituant deux actions ne donnant pas lieu


aux mêmes incertitudes, il faudrait écrire en appliquant toujours la méthode des
coefficients partiels de sécurité. On obtiendrait :

𝒇
γF3 σG (N(γGG)) + γF3 σQ( NγQQ)) ≤ (1.9)
𝜸𝒎

49
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Cette dernière formule n’est plus équivalente à la formule ci-dessus.En


effet la méthode des contraintes admissibles reviendrait à écrire :

𝐟
σG (N(G)) + σQ (M(Q)) ≤ avec γ =γ’F.γM (1.10)
𝛄

𝒇
Ou encore : γF’(σG + σQ) ≤ (1.11)
𝜸

Il s’agit, d’affecter un même coefficient de pondération aux contraintes


(σG et σQ) dont les dispersions sont nécéssairement très différentes puisque, les
causes d’incertitude sur le poids propre et sur le vent ne sont pas du tout les
mêmes.

𝐟
Ainsi la limitation de la contrainte à une valeur admissible ne permet
𝛄

d’assurer que la construction ne se rompra pas tant que Q ne sera pas multiplié
par. Nous sommes au contraire, certain que le coefficient de sécurité est inférieur
à γ.

En conclusion, si les actions viennent pour une cause quelquonque à


dépasser la valeur minimale théorique Q prise en compte dans le calcul, la
contrainte maximale de calcul risque de croitre beaucoup plus vite que Q et même
d’atteindre la valeur de résistance à la compression.

Ou bien encore dans le cas où σmin est positif voisin de zéro, ce


dépassement de la valeur maximale théorique Q peut rendre négatif et entraîner
un renversement d’efforts, car des tractions apparaitront là où l’on avait
auparavant des compressions.

50
Principes du béton armé

Pour se préserver contre un risque de rupture prématuré, il faut vérifier


que la section présente une sécurité suffisante vis-à-vis de la rupture.

I-4-1-4) La Méthode de Calcul à la Rupture

Le but idéal de toute analyse de résistance est de prévoir par le calcul


le danger de la rupture. Le professeur MORSCH,en 1912 de l’EPFL disait ces
mots : « le but de tout calcul statique est moins de déterminer exactement les
fatigues causées dans un ouvrage par des forces extérieures quelconques que de
prouver que la sécurité de cet ouvrage contre la rupture est suffisante. On devrait
donc évaluer la résistance à la flexion des structures en se basant sur la phase de
rupture. » 3

Aussi, d’après la circulaire ministérielle du 20 octobre 1906, l’idée


d’un calcul à la rupture où le coefficient de sécurité serait défini comme le
coefficient d’amplification par lequel, il faudrait multiplier les charges pour
provoquer la rupture.

De plus, l’idée de déterminer les sollicitations de rupture d’une pièce


en fonction des caractéristiques géométriques et mécaniques du béton et de
l’acier, puis en comparant la sollicitation de service et celle de la rupture, afin
d’apprécier la suffisance du coefficient de sécurité n’est pas novatrice en son sein.

On peut déterminer à partir d’une sollicitation de service donnée et


d’un coefficient de sécurité fixé, une sollicitation de rupture et en déduire un
dimensionnement des sections.

3
Jean PERCHAT, « Chapitre 1 Généralités »,dans Cours du centre des hautes études de la Construction,Béton
armé, CHEM-CHEBAP-CHEC Tome 1,Paris,2005,P.21

51
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ces méthodes sont dites « les méthodes de calcul à la rupture ».


Dans ces modèles, le modèle de calcul est élastique pour les sollicitations. La
vérification consiste à s’assurer que la sollicitation S obtenue par une
combinaison d’actions de calcul (∑γQ Qi) majorées par γQi demeure inférieure
à celle qui amènerait le dépassement de la résistance f. L’inégalité sous forme
symbolique à vérifier est donc :

S (∑γQ Qi) ≤ R(f) (1.12)

II-) Méthode de Calcul Semi-Probabiliste avec Coefficients Partiels de


Sécurité (Etats limites) 4
Les méthodes de calcul à la rupture permettent d’estimer de façon
précise la sécurité des pièces en béton armé et d’obtenir des coefficients
sensiblement homogènes.

Malgré tout, ces méthodes s’avèrent incomplètes car, elles ne dispensent


pas de procéder à d’autres vérifications suivant les méthodes élastiques sous
charges de service.

Une structure qui présente un bon comportement vis-à-vis de la rupture


n’a pas un comportement forcément convenable en service car, les critères sont
absolument indépendants et la réciproque est possible dans certains cas
particuliers.

4
Jean PERCHAT, « Chapitre I Généralités »,dans Cours du centre des hautes études de la Construction,Béton
armé, CHEM-CHEBAP-CHEC Tome 1,Paris,2005,P.22-31

52
Principes du béton armé

D’où la mise au point d’une extension et d’une généralisation des


méthodes de calcul : Ce sont les Méthodes aux Etats Limites.

II-1) Définition des Etats Limites

Les Règles BAEL donnent la définition d’un état limite qui est :

« Un état limite est un état particulier dans lequel une condition requise
d’une construction ou de l’un de ses éléments est strictement satisfaite ou
cesserait de l’être en cas de modification défavorable d’une action ». 5

Les différents états limites peuvent être classés en deux types d’après
le tableau situé à la page suivante :

5
Article A 1.2 issu de « Principes des Justifications », dans Règles BAEL 91 révisées 99,Règles Techniques de
Conception et de calcul des ouvrages et Construction en béton armé suivant la méthode des états limites,
Fascicule 62,titre 1er du CCTG,Travaux Section 1 : Béton Armé,Février 2000. Edition CSTB,P.9

53
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.16 : Définition des Etats-Limites (Cours Chec,2005)

Etat Limite Ultime Etat Limite de Service

• Ils mettent en jeu la sécurité des biens• Sont liés aux conditions normales
et des personnes d’exploitation et de durabilité.
Correspondent au maximum de la Ouverture excessive des fissures-
capacité portante de l’ouvrage ou de Compression excessive du béton
l’un de ses éléments par : Déformations excessives des éléments
Perte d’équilibre statique porteurs
Rupture des sections non ductiles ou Vibrations inconfortables pour les
déformations plastiques excessives. usagers, où rendant la structure
Instabilité de forme (Flambement) impropre à remplir sa fonction
Transformation de la structure en un Etanchéité, isolation
mécanisme.
Critères de Calcul Critères de Calcul
❖ Déformations relatives ❖ Contraintes admissibles
limites
(Courbures limites. (Déformations admissibles)
❖ Calculs du type « rupture » ❖ Calculs de type « élastique » loi de
Lois réelles idéalisées (σ-ϵ) hooke, coefficient d’équivalence

6
Tableau reproduit à partir du « Chapitre I Généralités »,dans Cours du centre des hautes études de la
Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC , de Jean PERCHAT , Tome 1,Paris,2005,P.22

54
Méthode de calcul Semi-Probabiliste avec Coefficients Partiels de Sécurité :
(Etats limites)

II-2) Origine des Méthodes aux Etats Limites

Elles ont leur origine d’une part dans les recherches théoriques dans le
domaine du probabilisme, concernant la sécurité des constructions.

Et d’autre part, dans le développement continu des recherches théoriques et


expérimentales sur le comportement des matériaux et structures.

Marcel PROT et Robert LEVI ont en France montré dès 1936, qu’il
ne peut exister de sécurité totale en matière de construction et ont proposé des
méthodes d’analyse statistique tenant compte de la variabilité des divers
paramètres influant sur la sécurité.

Cette approche repose sur le fait que la probabilité de ruine ou de


dommage présentant un risque calculé, puisse être acceptée.

Ces idées se sont développées sur le plan international et ont données


naissance à des principes de sécurité, qui ont été adoptées par le comité Européen
du Béton en 1964, par la fédération internationale de la précontrainte en 1966,
l’organisation internationale de normalisation (Norme ISO 2394,1972) et par la
convention européenne de construction métallique.

Puis en 1970, a constitué la base des recommandations internationales


CEB-FIP, pour le calcul et l’exécution des ouvrages en béton armé ou
précontraint

55
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

II-2-1) Idée du Probabilisme

Un état limite pourrait être atteint par intervention combinée de


plusieurs facteurs aléatoires d’insécurité. Le but du probabilisme est d’empêcher
d’atteindre l’un des états limites en tenant compte :

• Du caractère aléatoire des propriétés en particulier de la résistance des


matériaux constitutifs de la structure (incertitudes dues à la dispersion
des mesures en laboratoire sur éprouvettes ou dus à des défauts locaux,
• aux conditions climatiques affectant la résistance affective du matériau
en œuvre).

• Des actions (c’est à dire des charges d’exploitation, les charges


climatiques), les Incertitudes sur les valeurs normalement prévisibles,
les valeurs imprévues et des combinaisons entre les différentes actions.

• Des hypothèses de calcul faites pour déduire les sollicitations, c’est-à-


dire les efforts (Normaux ou tranchants) et les moments (flexion ou
torsion), de la convenance des modèles de calcul utilisés pour
représenter le comportement de la structure, des conditions
d’exécution et de contrôle sur le chantier (incertitudes dues aux
imperfections d’exécution).

56
Méthode de calcul Semi-Probabiliste avec Coefficients Partiels de Sécurité :
(Etats limites)

II-2-2) Le Recours au Semi-Probabilisme

La situation exposée ci-dessus est théoriquement solvable. Il en est très


loin dans la pratique car, toutes les données statistiques ne sont pas disponibles.
Tous les facteurs de sécurité ne sont pas probabilisables. Pour ceux qui le sont,
les lois de probabilité ne sont pas toujours connues.

Par conséquent dans la pratique, il est utilisé le semi-Probabilisme qui


permet une bonne approche des problèmes sans complication excessive des
calculs.

La méthode du Semi-Probabilisme est basée selon deux processus


fondamentaux que sont :

Premièrement, de couvrir la divergence statistique ou variabilité des


résultats d’essais des matériaux et des actions au cours du temps entre
autres :

✓ La variabilité de la résistance et d’autres propriétés des matériaux


béton et acier, prises en compte sur une base statistique à partir des
mesures réalisées au laboratoire sur éprouvettes, et des résistances
caractéristiques associés à chaque propriété.

✓ La variabilité des actions sur la structure est prise en compte en


définissant des valeurs caractéristiques déterminées soit par
l’exploitation statistique des données si elles existent ou par une
estimation basée sur l’expérience.
57
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ensuite, de couvrir les incertitudes résultant de la connaissance


imparfaite des données de base de l’imprécision des calculs et des
imperfections lors de l’exécution au moyen de coefficients partiels de
Pondération γ transformant les valeurs caractéristiques en valeurs de
calcul.

Les valeurs numériques de ces coefficients diviseurs pour les


résistances et multiplicateurs pour les actions ou sollicitations ainsi que les autres
coefficients intervenants dans les combinaisons d’actions ont été fixées, en
fonction des états limites considérées sur base de considérations probabilistes.

II-2-3) Les Vérifications

La vérification d’une structure ou de l’un de ses éléments doit se faire


en deux étapes :

La première étape consiste à déterminer :

✓ les effets des actions de calcul γQ,Qi correspondant au cas étudié (Par
exemple, dans le cas des états limites de résistance à déterminer des
sollicitations agissantes de calcul Sd) ;

✓ les actions γQ ,Qi ayant leurs positions et configurations les plus


défavorables et prises dans leurs combinaisons appropriées.

La seconde diffère selon la nature de l’état limite à vérifier. On a :

58
Méthode de calcul Semi-Probabiliste avec Coefficients Partiels de Sécurité :
(Etats limites)

II-2-3-1) Le Cas des Etats Limites Ultimes de Résistance

Pour chaque état limite et pour différentes sections de la structure


étudiée, il faut montrer le cas de charges le plus défavorable sous la combinaison
d’actions considérée. La sollicitation de calcul Sd correspondante ne doit pas
dépasser la sollicitation résistante de calcul Rd.

Toute structure est soumise à des combinaisons d’actions complexes


ou variées. La sollicitation de calcul correspond à une combinaison et à un état
limite donnée dite « sollicitation agissante de calcul » et notée par la lettre Sd.

Pour déterminer Sd, il faut faire un choix parmi toutes les combinaisons
d’actions possibles qui peuvent agir simultanément et ne retenir celles qui sont
physiquement possibles et hautement probables.

Aussi pour chaque sollicitation agissante de calcul, existe une


sollicitation résistante de calcul de la structure qui est celle pour laquelle l’un des
matériaux constitutifs a atteint soit, une certaine déformation limite, soit une
certaine contrainte limite.

Cette sollicitation résistante Rd est normalement déterminée dans


l’hypothèse d’un comportement plastique des matériaux en prenant en compte
leur résistance de calcul (Résistances caractéristiques divisées par les coefficients
γm).

59
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

a-) Equation de Vérification de la Sécurité


L’équation de Vérification de la sécurité est de forme Symbolique et
Vectorielle.

𝒇
Sd(Fd) ≤ Rd (fd) avec fd = (1.13)
𝜸𝒎

Elle doit être satisfaite pour un certain nombre d’éléments et de section.


On se borne à vérifier que la probabilité pour qu’un état limite de résistance soit
atteint dans les différentes sections étudiées, n’excède pas celle que l’on a
acceptée à priori sans pouvoir conclure en ce qui concerne la probabilité
d’atteindre ce même état limite ultime pour l’ensemble de la structure.

De façon précise, on peut écrire l’équation de vérification de la sécurité :

▪ Sous Forme Générale :

On aurait :

𝒇𝒆 𝒇𝒄𝒋 𝒇𝒕𝒋
γs3 S (∑γQ,Qi) ≤ Rd ( ; ; ) (1.14)
𝜸𝒔 𝜸𝒃 𝜸𝒃

Ou sous la forme simplifiée des règles BAEL :

𝒇𝒆 𝒇𝒄𝒋 𝒇𝒕𝒋
Sd (∑γQ,Qi) ≤ Rd ( ; ; ) (1.15)
𝜸𝒔 𝜸𝒃 𝜸𝒃

Le processus de vérification est présenté à la figure ci-dessous : (Voir Page


suivante)

60
Méthode de calcul Semi-Probabiliste avec Coefficients Partiels de Sécurité :
(Etats limites)

Figure 1.1 : Processus de Vérification de la sécurité d’un ouvrage (Cours

Chec,2005)7

7
Jean Perchat.Cours du centre des hautes études de la Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC.
Paris : Tome 1 , 2005,P.29

61
Méthode de calcul Semi-Probabiliste avec Coefficients Partiels de Sécurité :
(Etats limites)

II-2-3-2) Cas des Etats Limites de Stabilité de Forme

Il s’agit de montrer qu’il existe dans la structure, une distribution des


contraintes, qui équilibre dans chaque section les sollicitations de calcul à
considérer, y compris celle du second ordre.

Il n’y a pas toujours dans ce cas une sollicitation résistante, et l’équation


de vérification prend la forme :

Fact,d ≤ Fres,d (1.16)

II-2-3-3) Cas des Etats Limites de Service

Il s’agit de montrer que toutes les sollicitations agissantes de calcul ne


provoquent pas le dépassement des limites qui résultent des exigences
fonctionnelles en ce qui concerne la contrainte, la flèche, une ouverture des
fissures w, etc….

L’équation de vérification prend l’une des formes suivantes :

σ (Md et /ou Nd) ≤ σlim ; τ(Vd et / ou Td) ≤ τlim (1.17)

w (Md et /ou Nd) ≤ wlim ; a(Md)≤ alim (1.18)

62
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

II-2-3-4) Cas des Etats Limites d’Equilibre Statique

Pour les états limites ultimes d’équilibre statique, il faut montrer que
les combinaisons d’actions de calcul à considérer ne provoquent pas la perte
d’équilibre de la construction ou de l’élément étudié.

On compare les valeurs de calcul Ed,dst , des actions déstabilisantes dst


de celles des actions stabilisantes Ed,stb. On doit obtenir impérativement :

Ed,dst ≤ Ed, stb (1.19)

63
Les Eurocodes

III-) Les Eurocodes [3] 8

III-1) Le Rôle des Eurocodes

Les Eurocodes sont les normes européennes relatives à la conception


et au calcul des bâtiments et des ouvrages de génie civil.

Ils permettent de s’assurer de la stabilité des ouvrages conformément


aux exigences de la Directive Produits de Construction (D.P.C. - 89/106/CEE).
Ils prennent en compte la résistance aux incendies et aux séismes.

Les Eurocodes n’imposent pas totalement et rigoureusement toutes


les modalités de calcul des structures. Il s’agit de textes permettant :

- Certains choix au niveau national (Annexe Nationale).


- Certains autres choix au niveau de chaque projet.

La dérogation à une règle fixée par les Eurocodes est très difficile
puisque ces règles garantissent la conformité aux exigences de la Directive
Produits de Construction.

A défaut de précisions dans l’Annexe Nationale Française, les


« valeurs recommandées » indiquées dans les Eurocodes peuvent être retenues
dans le marché, ou définies dans le projet. Pour certains produits, un niveau ou
une classe de performance pourront être spécifiés.

8
Eurocode Fascicule 65. « Chapitre II ».Syndicat du béton prêt à l’emploi.Janvier 2010.P 9-13

64
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

La vérification de la conformité des produits aux spécifications


constitue une tâche importante de la maîtrise d’œuvre et relève de la
responsabilité du maître d’ouvrage.

III-3-2) L’Historique de l’Eurocode 2

L’Etablissement de ce dernier est passé par plusieurs étapes entre autres :

❖ 1971 - 1976 : Première Directive Européenne relative aux marchés


publics de travaux (1971) ; Mise à l’étude d’un projet de référentiel
technique européen pour le jugement des appels d’offres ;

❖ 1976 - 1990 : Rédaction d’un premier ensemble de textes, sous


l’égide directe de la Commission, pour harmoniser les méthodes
et les règles de calcul des structures de génie-civil(Eurocodes) :

- Enquêtes internationales (1980) ;


- Directive Produits de Construction (1989) ;
- Transfert au Comité Européen de Normalisation (CEN) ;

❖ 1990 - 1998 : Travaux de mise sous forme normative des premiers


Eurocodes (normes provisoires ENV – ENV 1992-1 parue en 1992) ;

❖ 1998 – 2007 : Transformation des Eurocodes provisoires (ENV) en


normes EN (beaucoup de changements pour l’Eurocode 2), puis en
France sous l’appellation NF EN (avec une Annexe Nationale) ;

65
Les Eurocodes

❖ 2008 – à nos jours : Maintenance et Evolution des Eurocodes.

III-3-3) Les Différents Eurocodes et leur Application

Les Eurocodes constituent la base technique des marchés publics


d’études de travaux (directive 2004/18/CE). Ils sont publiés par le CEN sous
forme de normes européennes (EN) élaborées par le CEN/TC250. Ils sont au
nombre de dix.

• Un Eurocode (NF EN 1990) qui traite des exigences fondamentales


pour les constructions et fournit les règles de formation des
combinaisons d’actions pour diverses catégories d’ouvrages
(bâtiments, ponts, etc.) dans le cadre de la méthode des états-limites
basée sur l’emploi de coefficients partiels.

• Un Eurocode (NF EN 1991) traite de la détermination des valeurs


représentatives des actions applicables aux constructions à l’exception
des actions géotechniques (traitées dans la norme (NF EN 1997) et des
actions sismiques (traitées dans la norme NF EN 1998).

• Six Eurocodes (NF EN 1992 à NF EN 1996 et NF EN 1999)


explicitent les règles de calcul et les dispositions constructives des
structures pour différents matériaux (béton, acier,), y compris les
règles de vérification de la résistance aux incendies.

66
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Deux Eurocodes « transversaux » traitant des aspects complémentaires :


Calcul Géotechnique (NF EN 1997) et vérification de la résistance aux
séismes (NF EN 1998).

Nous avons Dix Eurocodes en tout, récapitulés ci-dessous :

• NF EN 1990 (Eurocode 0) : Bases de calcul des structures


• NF EN 1991 (Eurocode 1) : Actions sur les structures
• NF EN 1992 (Eurocode 2) : Calcul des structures en béton
• NF EN 1993 (Eurocode 3) : Calcul des structures en acier
• NF EN 1994 (Eurocode 4) : Calcul des structures mixtes acier-béton
• NF EN 1995 (Eurocode 5) : Calcul des structures en bois
• NF EN 1996 (Eurocode 6) : Calcul des structures en maçonnerie
• NF EN 1997 (Eurocode 7) : Calcul géotechnique
• NF EN 1998 (Eurocode 8) : Calcul des structures pour leur résistance
aux séismes.
• NF EN 1999 (Eurocode 9) : Calcul des structures en alliage
d’aluminium.

III-3-4) La Structure des Eurocodes

Chaque Eurocode (sauf l’Eurocode 0) est divisé en plusieurs parties.


Les dix Eurocodes constituent un ensemble de 59 normes (soit environ 5000
pages).

67
Les Eurocodes

III-4) Les Liens entre les Eurocodes

Avant toute utilisation de ces normes, il est important de savoir qu’il


existe un lien entre chacune des dix normes qui joue un rôle primordial. La figure
ci-dessous l’illustre parfaitement.

Figure 1.2 : Lien entre les différentes Normes des Eurocodes

(Eurocode,Fascicule 65 )9

9
Reproduit à partir de «Eurocode Fascicule 65,Syndicat Nationale du Béton Prêt à l’emploi.Janvier 2010.P 11

68
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

III-4-1) Du BAEL vers l’Eurocode 2 - NF EN 1992 : Le Calcul des


Structures en Béton

Au niveau français, l’Eurocode 2 est appelé à remplacer les règles


BAEL (Béton Armé aux Etats Limites) et BPEL (Béton Précontraint aux Etats
Limites) qui constituaient jusqu’à présent, les règles de conception et de calcul
aux états limites des ouvrages en béton.

III-4-2 ) Le Partage des Rôles

Les Eurocodes imposent un partage des rôles comme suit :

✓ Le Maître d’Ouvrage doit définir complètement ce qu’il veut


• La forme, le type et l’esthétique du bâtiment, l’usage qu’il compte en
faire, y compris entretien et maintenance
• Ses fonctionnalités et performances en tant qu’outil ;
La sécurité et le confort qu’il en attend en tant que lieu de vie ;
La durée d’utilisation attendue.

Le Maître d’Oeuvre est responsable de tous les choix techniques de


conception qui devront répondre aux souhaits du Maître d’Ouvrage.

Le Bureau d’études, sous contrôle du Maître d’Oeuvre, calcule et


dimensionne l’ouvrage conçu par le Maître d’œuvre.

69
L’Eurocode 2-NF EN 1992

L’Entreprise exécute l’ouvrage dimensionné par le bureau d’études


sous contrôle du Maître d’Oeuvre.

Le Producteur de béton formule, produit et livre le béton


conformément à la norme NF EN 206-1 et aux spécifications fournies
par l’entreprise.

IV-) L’Eurocode 2 - NF EN 1992 10

IV-1) Les Domaines d’application

Les domaines d’application de l’Eurocode 2 sont divers. On peut citer


entre autres :
- Bâtiment
- Génie-civil, Béton armé, non armé, précontraint

-Travaux neufs (Structures entières ou composants)


-Structures traditionnelles ou novatrices.
- Résistance mécanique, aptitude au service, durabilité, résistance

au feu.

10
Eurocode Fascicule 65. « Chapitre III ».Syndicat du béton prêt à l’emploi.Janvier 2010.P 15-17

70
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ils existent bien sur des exclusions que sont :

• Formes ou conceptions inhabituelles


• Isolation thermique ou acoustique
• Utilisation d’armatures lisses

IV-2) Organisation de la norme NF EN 1992-1-1 Structures en béton :


Règles Générales et Règles pour les bâtiments

Nous avons douze sections qui sont :

Section 1 : Généralités
Section 2 : Bases de Calcul
Section 3 : Matériaux
Section 4 : Durabilité et Enrobage des armatures
Section 5 : Analyse structurale
Section 6 : Etats limites Ultime
Section 7 : Etats limites de Service
Section 8: Dispositions constructives des armatures
Section 9 : Dispositions constructives des éléments
Section 10 : Eléments préfabriqués
Section 11 : Béton de granulats légers
Section 12 : Béton non ou peu armé

71
L’Eurocode 2-NF EN 1992

de l’Eurocode 2, prise en compte avant même le calcul de structure. Ceci


correspond parfaitement à la démarche de développement durable adoptée par la
profession du Béton Prêt à l’Emploi. Il est à noter que la durabilité de l’ouvrage
est une priorité majeure.

IV-3) Les Règles de Base

Pour les structures en béton il faut :


• Calculer aux états limites, avec la méthode des coefficients partiels,
comme indiqué dans la NF EN 1990 (Eurocode 0)
• Calculer des actions sur la structure conformément à la NF EN 1991
(Eurocode 1)
• Effectuer les combinaisons d’actions conformes à la NF EN 1990, et
déterminer les résistances, la durabilité et l’aptitude au service
conformes à la NF EN 1992 (Eurocode 2) et à leurs annexes nationales
respectives.

IV-4) Les Modalités de Définition des Bétons

L’approche Semi-Probabiliste avec les Etats Limites s’appliquera à


l’ensemble des matériaux comme c’était déjà le cas pour le béton au travers du
BAEL et du BPEL.

Les notions de base du BAEL et du BPEL sont maintenues dans


l’Eurocode 0.

72
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

IV-5) Le Raisonnement aux Etats Limites

Les Etats Limites sont des états au-delà desquels la structure ne


satisfait plus aux critères de dimensionnement.

On distingue :
• ELU : Etats Limites Ultimes ;
• ELS : Etats Limites de Service.

Les Etats Limites Ultimes (ELU) correspondent à l’effondrement de


la structure. Les états limites de service (ELS) correspondent à des conditions
au-delà desquelles les exigences d’aptitude au service ne sont plus satisfaites
(flèche, ouverture de fissure pour un réservoir).

IV-6) L’Approche Semi-Probabiliste

IV-6-1) Le Principe

Le principe de l’approche Semi-Probabiliste est de limiter la


probabilité de ruine des constructions à une valeur suffisamment faible pour être
acceptée.

Cette probabilité se détermine à partir des lois de probabilité des


effets des actions et de la résistance traitée comme des variables aléatoires.
La probabilité de ruine est la probabilité que :

73
L’Eurocode 2-NF EN 1992

- Les sollicitations de la structure soient supérieures à sa résistance ;


- Les sollicitations du matériau soient supérieures à sa résistance.

Figure 1.3 : Modèle de la probabilité de Ruine11

IV-6-2) Valeurs Caractéristiques et Coefficients partiels

Pour simplifier les calculs, les calculs probabilistes sont remplacés par
un choix codifié de valeurs représentatives des grandeurs aléatoires (actions,
effets des actions et résistances), la principale valeur représentative étant la
valeur caractéristique.

11
Reproduit à partir de « Eurocode Fascicule 65,Syndicat Nationale du Béton Prêt à l’emploi ». Janvier 2010.P
16

74
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ainsi, la résistance du béton est représentée par sa valeur


caractéristique (en compression comme en traction) avec un fractile associé de
5% (5% des valeurs peuvent être inférieures à la valeur caractéristique)

IV-6-3) Résistance Caractéristique

La Résistance en compression du béton est désignée par les classes de


résistance de la norme NF EN 206-01.

La Résistance de calcul est basée sur la résistance caractéristique en


compression mesurée sur cylindre, fck, déterminée à 28 jours selon la norme NF
EN 206-01.

De même, le calcul de la probabilité de ruine est remplacé par la


vérification d’une inéquation dont les grandeurs (effet des actions et résistance)
sont affectées de coefficients pour obtenir un écart suffisant entre la valeur
caractéristique des sollicitations et la valeur caractéristique de la résistance du
matériau ou de la résistance structurale.

75
Coefficients sur les actions aux Etats Limites (ELU)

Figure 1.4 : Modèle de Probabilité de ruine avec Ecart-Type ( avec Ajouts de

Coefficients Partiels) 12

V-) Coefficients sur les Actions aux Etats Limites Ultimes (ELU) [3]13

On a deux coefficients principaux :

Un Coefficient pour les charges permanentes -->1,35, (c’est-à-dire les


charges qui sont appliquées en permanence à la structure comme le
poids propre des matériaux de construction utilisés).

Un Coefficient pour les charges variables -->1,50.


Ces deux coefficients restent identiques aux règles françaises actuelles
(BAEL et BPEL).

12
Reproduit à partir de « Eurocode Fascicule 65,Syndicat Nationale du Béton Prêt à l’emploi ».Janvier 2010.P
17
13
Eurocode Fascicule 65. « Chapitre III».Syndicat du béton prêt à l’emploi. Janvier 2010.P 24-29

76
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

V-1) Les Etats Limites Ultimes

Le calcul aux états limites ultimes se fait sur des principes proches
des règles BAEL et BPEL.

Les vérifications à opérer sont :

✓ La Flexion : Hypothèses habituelles


✓ L’Effort Tranchant : Méthode des Bielles d’inclinaison Variable
✓ La Torsion : Calculs similaires aux pratiques françaises
✓ Le Poinçonnement : Méthode des bielles et des tirants
✓ La Fatigue : Chapitre similaire à ce qui est usuel en france
✓ La Rupture fragile : Se prémunir d’une rupture par corrosion des
câbles

V-2) Durabilité et Enrobage

Les recommandations de l’Eurocode 2 en matière d’enrobage


visent, en conformité avec la norme NF EN 206-1, à optimiser la durabilité des
ouvrages.
Le cahier des charges (CCTP) doit prévoir :

Une durée d’utilisation (Eurocode 0) : Durée de référence : 50 ans

77
Coefficients sur les actions aux Etats Limites (ELU)

Autres possibilités :
10 ans : Ouvrages Provisoires
10 à 25 ans : Eléments Structuraux Remplaçables
15 à 30 ans : Structures Agricoles et Similaires
100 ans : Structures de Bâtiments monumentaux ou stratégiques
(ouvrages d’art)
La Classe d’Exposition de chaque partie d’ouvrage en référence à

• La Norme NF EN 206-1
• Le Fascicule 65
• Autres cahiers des charges spécifiques

V-2-1) La Classe liée à la Structure (Classe Structurale)

Cette classe est liée à la durée de l’utilisation de l’ouvrage. Elle n’est


utilisée que pour définir l’enrobage des armatures pour la durabilité (fonction des
conditions d’environnement exprimées par la classe d’exposition). Elle doit être
définie par le maître d’ouvrage (via la durée d’utilisation).

La classe structurale à utiliser pour les bâtiments et ouvrages de génie


civil courants est S4, pour des bétons conformes au Tableau N.A.F.1 (ou N.A.F.2
selon le cas) de l’Annexe Nationale de la NF EN 206-1.14

14
Document qui renseigne sur l’ensemble des prescriptions nécessaires pour la réalisation des bétons durables
selon la norme européenne. Il doit être utilisé en complément avec l’annexe nationale française dans notre
Cas.Quelques éléments y sont présentés en annexe

78
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

V-2-1) Enrobage minimal en fonction des Conditions d’environnement


EN 1992-1-1)
Cet enrobage est nommé Cmin,dur et est fonction de la classe
structurale d’exposition selon le tableau 1.2.De plus, des possibilités de
modulations sont offertes.

C'est-à-dire que le concepteur du projet à la possibilité de minorer ou


de majorer les classes d’exposition selon le but recherché, et les résistances
caractéristiques du béton. (Voir tableau 1.3)

V-2-2) Enrobage minimal en fonction des Conditions d’environnement


selon l’Annexe Nationale Française)

L’Eurocode ne retient pas les classes d’exposition au gel. L’Annexe


Nationale précise que, sous réserve du respect des dispositions relatives au
béton, l’enrobage sera déterminé par référence à une classe d’exposition XC ou
XD et que les classes d’expositions deviennent :

79
Coefficients sur les actions aux Etats Limites (ELU)

Tableau 1.2 : Valeurs de Cmin,dur en fonction de la classe d’exposition 15

Tableau 1.3 : Modulations des classes d’exposition selon la norme EN-


1992 1-1 16

Nous avons les correspondances suivantes :

15
Reproduit à partir de « Eurocode Fascicule 65,Syndicat Nationale du Béton Prêt à l’emploi »Janvier 2010.P
26.Paris
16
Reproduit à partir de « Eurocode Fascicule 65,Syndicat Nationale du Béton Prêt à l’emploi »Janvier 2010.P
26.Paris

80
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• XF1 → XC4
• XF2 → XD1 ou XD3 selon l’exposition
• XF3 → XC4 ou XD1 selon formulation sans ou avec entraîneur d’air
• XF4 → XD2 ou XD3 selon l’exposition (salage)

On retrouve par conséquent les deux tableaux ci-dessous avec les


modifications apportées par l’Annexe Nationale Française.(Tableau 1.4 et
Tableau 1.5)

81
Coefficients sur les actions aux Etats Limites (ELU)

Tableau 1.4 : Modulations des classes structurales pour la détermination


de Cmin,dur selon l’Annexe Nationale Française17

17
Reproduit à partir de « Eurocode Fascicule 65 , Syndicat Nationale du Béton Prêt à l’emploi ».Janvier
2010.Paris.P 27

82
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

V-2-3) Enrobage des Armatures

C’est la somme de l’enrobage minimal cmin et la tolérance


d’exécution cdev. La tolérance d’exécution est estimée à 10 mm par la norme
européenne, mais elle peut-être réduite, en fonction du système d’assurance
qualité mis en place ou de mesures très précises de l’enrobage.

L’enrobage minimal est la plus grande des valeurs suivantes :

• cmin,b : diamètre des barres


• cmin, dur : enrobage minimal lié à la classe structurale
• 10 mm : enrobage minimal dans l’absolu

83
Coefficients sur les actions aux Etats Limites (ELU)

Tableau 1.5 : Valeurs de Cmin,dur en fonction des classes d’Exposition et des

Modifications de L’Annexe Nationale Française 18

V-3) La Fissuration
L’Eurocode ne reprend pas les appellations de « fissuration non
préjudiciable /préjudiciable / très préjudiciable » usitées jusqu’à présent en
France pour l’Eurocode.

La fissuration est normale dans les structures en béton armé soumises


à des sollicitations de flexion, d’effort tranchant, de torsion ou de traction.

La fissuration doit être limitée de telle sorte qu’elle ne porte pas


préjudice au bon fonctionnement ou à la durabilité de la structure ou encore
qu’elle ne rende pas son aspect inacceptable ;

18
Reproduit à partir de « Eurocode Fascicule 65, Syndicat Nationale du Béton Prêt à l’emploi ».Janvier
2010.Paris. P 28

84
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

La fissuration est abordée en termes d’ouverture de fissure «


conventionnelle de calcul » (différent des fissures observées) avec une
limitation en fonction du type de structure et de la classe d’exposition.

Pour la limitation des flèches, l’Eurocode fait intervenir la fissuration


de l’élément de structure par un calcul assez complexe (une prise en compte
simplifiée de cette fissuration est possible).

En l’absence d’exigences spécifiques (étanchéité à l’eau par


exemple), il est admis que la limitation des ouvertures calculées des fissures aux
valeurs wmax du Tableau 7.1NF (Annexe Nationale Française) sera
généralement satisfaisante du point de vue de l’aspect et de la durabilité.

Tableau 1.6 : Valeurs recommandées pour Wmax selon la classe

D’exposition selon le tableau 7.1 de L’ANF)19

19
Reproduit à partir de « Eurocode Fascicule 65, Syndicat Nationale du Béton Prêt à l’emploi ».Janvier 2010.
.Paris.P 28

85
PREMIERE PARTIE : REVUE
BIBLIOGRAPHIQUE

REVUE DE
LITTERATURE

86
Principes de Base sur les Matériaux

I-) Les Principes de Base sur les Matériaux 20


I-1) Le Diagramme Contraintes-Déformations d’un Matériau

Un matériau quelquonque en général qui est soumis à des charges en


vue de tester sa résistance est basée sur deux diagrammes :

Soit le diagramme faisant apparaître deux phases principales entre


autres :

Figure 1.5 : Diagramme réel contrainte-Déformation d’un

Matériau 21

20
Jean Perchat.Cours du centre des hautes études de la Construction, Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC.
Paris : Tome 1 , 2005,P.43-44,47-50,57-58

21
Reproduit à partir de « Tableau reproduit à partir du « Chapitre II Matériaux »,dans Cours du centre des
Hautes études de la Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC, de Jean PERCHAT,Tome
1,Paris,2005,P.22

87
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

✓ Une phase élastique dans laquelle pour une contrainte (σ ≤ σf), les
déformations sont réversibles. Il est parfois assimilé à un
comportement linéaire du matériau

Elle est basée sur la Loi de Robert Hooke22 établi en 1678 qui s’explique
à travers la phrase en latin « ut tensio sic vis » qui signifie « telle extension, telle
force ». La déformation est proportionnelle aux charges appliquées et se traduit
au travers de l’équation

σ = 𝝐𝑬 (1.20)

✓ Et une phase dite plastique où les déformations que subit le matériau


est beaucoup plus rapide que la charge exercée. Dans ce cas, des
expressions mathématiques plus ou moins complexes peuvent traduire
ce phénomène.

I-2) Le Diagramme Elasto-Plastique Parfait d’un Matériau

Il est utilisé en général dans le calcul hyperstatique des structures en


acier en plasticité. Et repris dans le BAEL 91 modifiée 99 pour le diagramme
idéalisé des aciers

22
Robert Hooke ( 1635-1703) Célèbre Scientifique Allemand Pluridisciplinaire connu pour ses travaux en
mécanique, biologie,astronomie et architecture.

88
Principes de Base sur les Matériaux

Le diagramme ci-dessus est remplacé par le diagramme bilinéaire


comportant deux parties :

• Une zone parfaitement élastique : C’est la droite 0E


• Une zone parfaitement plastique : C’est le palier horizontal

Figure 1.6 : Diagramme élastoplastique 23

23
Reproduit à partir de « Chapitre II Matériaux »,dans Cours du centre des Hautes études de la
Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC, de Jean PERCHAT,Tome 1,Paris,2005,P.44

89
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

I-2) Le Béton et ses Résistances

I-2-1) La Rupture en Compression

Il est effectué des essais dits de rupture afin de déterminer la résistance


en compression ou en traction du matériau. Ces essais sont régulés par des
conventions. Elles peuvent être faites grâce à des éprouvettes prismatiques,
cylindriques, ou cubiques.
Le principe courant est de déposer des éprouvettes cylindriques selon
la norme française de dimension 16 cm de diamètre et de 32 cm de hauteur ayant
une section B = 200 cm2 sous une presse hydraulique avec un choix d’effort axial
constamment croissant en attendant la valeur à laquelle ces dernières se rompent.

Le Bael 91 modifiée 99 stipulait l’utilisation d’éprouvettes


cylindriques. L’Eurocode 2 autorise des éprouvettes cylindriques ou cubiques. Si
P est la charge de rupture de l’éprouvette, la résistance de celle-ci à j jours d’âge
s’écrit :

Fcrj (MPa) = P (MN)/ B(m2) = (1/ 0,02) x P (1.21)

Dans les calculs de béton armé, on se réfère généralement à 28 jours

I-2-1-1) L’interprétation Statistique des Essais

90
Principes de Base sur les Matériaux

Les résistances béton sur éprouvettes sont affectées de dispersion grâce


aux études statistiques. Le béton idéal est celui qui présentera la plus faible
dispersion autour de la valeur moyenne désirée comme le montre la courbe A sur
la figure ci-dessous :

Figure 1.7 : Courbe de Distributions des résistances d’un béton 24

I-2-1-2) La Résistance Caractéristique

La théorie est la suivante :

Si nous avons n éprouvettes théoriques, faisant parti d’un ensemble


indéfini de résultats de mesure à la résistance à la compression du béton
(fc1,fc2,fc3,……fcn)

24
Reproduit à partir de « Chapitre II Matériaux »,dans Cours du centre des Hautes études de la
Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC, de Jean PERCHAT,Tome 1,Paris,2005,P.47

91
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

On admet que les dispersions aléatoires de ces résultats suivent la loi


normale de GAUSS-LAPLACE, la moyenne arithmétique mn et l’écart-type sn
sont définis par :

1 n
mn = 
n i =1
fci

n
1
( n − 1) 
( )
2
Sn =
mn − f ci
i =1

(1.22)

Si n augmente indéfiniment, mn et sn tendent vers la moyenne vraie


m et l’écart type vrai s qui définissent la loi de dispersion normale que l’on
obtient si on continue les mesures indéfiniment

m et s sont connues alors que mn et sn sont inconnues surtout lorsque n est petit

L’objectif est de déterminer la probabilité si une mesure vérifie la


relation avec mn et sn comme inconnus.

C’est l’expression mn – knSn qui est vaut la résistance caractéristique


du béton. [1]

fci ≥ mn – kn Sn (1.23)

92
Principes de Base sur les Matériaux

Pour simplifier, il est défini pour le caractère quelquonque d’un


matériau, une valeur caractéristique requise d’ordre p qui est la valeur telle que
la proportion de la population qui lui est inférieure est égale à p (0 < p < 1)

Cette quantité P se retrouve en abscisse sur la courbe de répartition sur


le fractile d’ordre P.

Figure 1.8: Définition de la Valeur Caractéristique d’ordre P


25

25
Reproduit à partir de « Chapitre II Matériaux »,dans Cours du centre des Hautes études de la
Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC, de Jean PERCHAT,Tome 1,Paris,2005,P.49

93
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Deux possibilités s’offraient dans le cas d’une distribution statistique


réelle :

Si n est très grand de l’ordre de 100, il est admis que mn =m et sn =s

La résistance caractéristique vaut : fck = m- ks avec K donnée en utilisant


les tables de GALTON

Tableau 1.7 : Tables de Galton 26

Si n est faible : on a kn qui augmente d’autant plus que n est plus petit

L’inégalité a moins fck ≥ a un (1-P) chances d’être satisfaite si kn prend


ses valeurs :

Au final, le CEB-FIP avait en adopté que fck =mn- 1,64sn sans préciser
la valeur de n ;

Pour n = ∞ ; on a 95 %

Pour n =35 ; on a 90 %

Dans la pratique lors de la conception d’un projet, il est impossible


de définir la résistance caractéristique d’un béton, car celui-ci n’existe que lors
de sa fabrication et de son contrôle sur le chantier.

26
Reproduit à partir de « Chapitre II Matériaux »,dans Cours du centre des Hautes études de la
Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC, de Jean PERCHAT,Tome 1,Paris,2005,P.49

94
Principes de Base sur les Matériaux

La notion équivalente de distribution statistique ne prend de sens qu’à


l’exécution et le concepteur n’a pour choix que de choisir une valeur
conventionnelle.

I-2-2) La Rupture par Traction

Les Règles BAEL tout comme l’Eurocode 2 ne donnent aucune


méthode de mesure directe pour la résistance à la traction du béton. La valeur
caractéristique est définie conventionnellement à partir de la résistance à la
compression.

La résistance à la traction se mesure à l’aide de l’essai brésilien ou


par fendage diamétral de l’éprouvette en appliquant les efforts sur deux
génératrices opposées diamétralement.

Figure 1.9 : Essai brésilien 27

27
Reproduit à partir de « Chapitre II Matériaux »,dans Cours du centre des Hautes études de la
Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC, de Jean PERCHAT,Tome 1,Paris,2005,P.58

95
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

La rupture se produit par apparition d’une fissure selon le plan diamétral

Selon la théorie de l’élasticité,

Ftr(Fendage) ≈ 2Pu/ πdl (1.24)

avec d le diamètre, l la longueur de l’éprouvette, Pu la charge de rupture par


fendage.

Selon les dimensions de l’éprouvette standard avec d = 16 cm et l = 32 cm

Ftr (Fendage) ≈ 10,74Pu (1.25)

II-) Les Prescriptions Réglementaires sur les Matériaux :Le béton


II-1) La Résistance à la Compression
a) Selon les Règles BAEL 91 Modifiée 99

D’après l’article A 2.1.11128, le béton est défini à sa résistance à la


compression à 28 jours appelée valeur caractéristique requise que l’on note fc28.

A un âge de plus de 28 jours fcj = fc28

A un âge inférieur à 28 jours, il est admis la loi du type :


𝒋
fcj = fc28 (1.26)
𝒂+𝒃𝒋

Avec fc28 ≤ 40 MPa ; a =4,76 et b = 0,83

28
Article A 1.2 issu de « Chapitre A.2 Caractères des Matériaux », dans Règles BAEL 91 révisées 99,Règles
Techniques de Conception et de calcul des ouvrages et Construction en béton armé suivant la méthode des
états limites, Fascicule 62,titre 1er du CCTG,Travaux Section 1 : Béton Armé,Février 2000. Edition CSTB,P.10

96
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

fc28 ≥ 40 MPa ; a = 1,40 et b = 0,95

Tous les projets doivent être établis en fonction d’une résistance


caractéristique spécifiée que l’on obtient lors de l’exécution.

Le domaine d’application des règles BAEL 91 modifiées 99


s’applique à des bétons allant jusqu’à 80 MPa.

Sur les chantiers, les bétons fréquemment mis en œuvre sont des bétons
ayant au slump test un affaissement de 10 cm.

Les règles BAEL (Art, B1.1) fournissent les règles applicables pour le
type de ciment à utiliser en fonction de leur dosage qui permet l’obtention des
valeurs caractéristiques fc28 selon le tableau 1.8

97
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.8 : Dosages du ciment en fonction de la résistance

Caractéristique du béton 29

b-) Selon l’Eurocode 2

A l’eurocode 2, la résistance caractéristique est déterminée soit sur


éprouvettes cylindriques ou cubiques conformément à la norme EN 206-1.

Elle est définie comme la valeur de la résistance en dessous de laquelle


on peut s’attendre à trouver 5 % de la population de toutes les mesures possibles
de résistance du béton simplifié.

La résistance moyenne à la compression à j jours à un âge t et une


température moyenne de 20° et avec une cure effectuée selon l’EN 12390, on a :

29
Reproduit à partir du « Chapitre B1.1 : Indications sur le choix des bétons en fonction des résistances à obtenir
et des résistances à obtenir et des conditions de fabrication ».Règles techniques de conception et de calcul
des ouvrages et construction en béton armé suivant la méthode des états limites. Règles BAEL 91 modifiée
99.Fascicule 62, Titre 1er du CCTG-Travaux Section 1 : Béton Armé.Février 2000.Edtiosn CSTB.P 82

98
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

fcm(t) = βcc(t) fcm (1.27)

avec fcm qui est la résistance moyenne à 28 jours et

βcc(t) = exp (s(1- (28/t)0,5)) (1.28)

avec s qui prend les valeurs suivantes :

s =0,20 pour les ciments CEM 42,5 R, CEM 52,5 N ,CEM 52,5 R

s= 0,25 pour les ciments CEM 32,5 R,CEM 42,5 N ;

s=0,38 pour les ciments CEM 32,5 N.

La résistance caractéristique à la compression fck (t) à l’âge de t jours se


déduit de la résistance moyenne se déduit e la résistance moyenne du béton au
même âge.

fck(t) = fcm(t) – 8 MPa pour 3 < t <28 jours (1.29)

Pour t ≥ 28 Jours ,fck(t) =fck

II-2) La Résistance à la Traction


a) Selon les Règles BAEL 91 modifiées 99

La résistance à la traction selon l’article A 2.1,1230 à 28 Jours est notée


ft28. Elle est définie pour des bétons ≤ 60 MPa :

Ft28 = 0,6 + 0,06 x fc28 (1.30)

30
Reproduit à partir du « Chapitre A21.1 : Indications sur le choix des bétons en fonction des résistances à obtenir
et des résistances à obtenir et des conditions de fabrication ».Règles techniques de conception et de calcul
des ouvrages et construction en béton armé suivant la méthode des états limites. Règles BAEL 91 modifiée
99.Fascicule 62, Titre 1er du CCTG-Travaux Section 1 : Béton Armé.Février 2000.Edtiosn CSTB.P 82

99
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

La résistance à la traction a une influence sur le comportement des


ouvrages et des bétons ayant des résistances élevées à la compression. Les bétons
ayant une résistance forte à la traction ont une résistance très bonne à la
compression tandis que l’inverse ne fonctionne pas.

b) Selon l’Eurocode 2

La résistance considérée est la résistance à la traction axiale (fct,ax). Elle


est déduite de l’essai de fendage dite « Splitting » selon la norme NF 206-1.

Pour des béton égales au plus à C50/60 :

Fct,ax = 0,9 fct,sp (1.31)

A défaut de données plus précises la résistance à la traction axiale vaut :

fctm = 0,3 fck 2/3 (1.32)

Il existe des valeurs comme la résistance à la traction minimale fctk,0,05

et fctk0,95 égales respectivement à 0,7 fctm et 1,3 fctm.

La valeur à introduire dépend du problème :

Pour un calcul de déformations de la structure ou la contreflèche : fctm

Pour le calcul des actions indirectes avant fissuration du Béton : fct,0,95

Pour le calcul du moment de fissuration : fctk0,05

II-3) Les classes de résistance


a-) Selon les règles BAEL 91 modifiée 99

Selon l’article 2.1.13, les valeurs de résistance à utiliser dans les projets
ne sont pas clairement définies.

100
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

Celles-ci sont déterminées à partir :

▪ De résultats statistiques obtenus sur des chantiers comparables


▪ D’études préalables de béton
▪ De données de circulaires des bétons prêt à emploi

Lorsqu’il n’y a pas de suffisamment de données comme explicitées


précédemment, qu’il est possible dans les cas de chantiers courants de
bâtiment avec des bétons de CEM I-CPA 42,5 ou de CEM II-CPJ
42,5 dosés à 350 kg/m3 mis en œuvre dans de bonnes conditions, et
adopter sans trop de risques les valeurs de :

fc28 = 25 MPa d’où ft28 = 2,1 MPa

Les valeurs caractéristiques sont inférieures aux moyennes des


résistances moyennes arithmétiques des résultats d’essais. Pour obtenir la
résistance requise, le chantier doit viser une valeur de 15 % à 30 % supérieur à
celle prise en compte dans les calculs.

La valeur est d’autant plus grande que le chantier est d’autant plus que
le chantier est moins contrôlé et le béton moins régulier telle que le montre la
figure ci-dessous :

101
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure N° 1.10 : Valeurs des résistances de béton à viser par le chantier

pour le BAEL 91 modifiée 99 31

Le même principe s’applique à l’Eurocode avec les mêmes bétons tout


en prenant les caractéristiques suivantes :

fck = 25 MPa ou fck =30 MPa

Fctm = 2,6 MPa ou fctm = 2,9 MPa

b-) Selon l’Eurocode 2

Les classes de résistance sont les mêmes définis par la Norme NF EN


206-1. Deux types de résistance sont définis : la résistance sur cylindre et la
résistance sur cube.

31
Reproduit à partir de « Chapitre II Matériaux »,dans Cours du centre des Hautes études de la
Construction,Béton armé, CHEM-CHEBAP-CHEC, de Jean PERCHAT,Tome 1,Paris,2005,P.72

102
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

Les projets doivent se référer à une valeur spécifiée de la résistance


caractéristique à la compression (28 jours d’âge).

Le domaine d’application de l’eurocode 2 est limité à 90 MPa. Quinze


de classe de bétons sont proposées avec des écarts de 4 à 10 MPa.

103
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

Tableau 1.9 : Caractéristiques mécaniques du béton 32

32
Reproduit à partir « Section 8: Combinaisons du Chapitre 3 : Actions et descente de charges ».Calcul et
Conception des structures de bâtiment. Cours de l’école Nationale des Ponts et Chaussées de Paris. Henry
Thonier.Presses de l’école Nationale des Ponts et Chaussées.P 195

104
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

II-4) Les Diagrammes Contraintes -Déformations

a-) Selon le Bael 91 Modifiée 99

Le diagramme Contrainte-Déformation du béton à utiliser est celui du


diagramme dit « parabole-rectangle ».

Elle est composée d’un arc de parabole du second degré et d’une droite
tangente à cette dernière à son sommet.

La valeur maximale au niveau des contraintes du béton est de :

σbc = (0,85 x fcj)/ (θ x γb) (1.33) avec

▪ θ qui prend les valeurs suivantes :

1, si la durée d’application de la combinaison d’actions considérée est de 24 h

0,9, si elle est la comprise entre 1 h et 24 h

0,85, si elle est inférieure à 1 h

▪ γb qui prend les valeurs suivantes :

1,5 pour les combinaisons fondamentales

1,15 pour les combinaisons accidentelles

Cette valeur est aussi la résistance de calcul du béton à la compression


utilisée souvent dans les calculs de béton armé. Elle est notée fbu.

105
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

Les déformations quant à elle sont deux valeurs entres autres :

𝜖 bc = 2 %0 au sommet de l’arc de parabole.

𝜖 bc = 3,5 %0 qui est la valeur maximale des déformations.

Figure 1.11 : Diagramme Parabole-Rectangle au Bael 91

Modifiée 99 33

33
Reproduit à partir de : « l’article A 4.3,41 » . Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
construction en béton armé suivant la méthode des états limites. Règles BAEL 91 modifiée 99.Fascicule
62,Titre 1er du CCTG-Travaux Section 1 : Béton Armé.Février 2000.Edition CSTB.P 24

106
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Le diagramme parabole-rectangle peut laisser sa place au diagramme


rectangulaire simplifié dans lequel :

Sur une distance de 0,2 yu, la contrainte vaut zéro

Sur une distance de 0,8yu, la contrainte vaut : (0,85 fcj)/(θ x γb)

Figure 1.12 : Diagramme rectangulaire simplifié selon le

BAEL 91 modifiée 9934

b-) Selon l’Eurocode 2

34
Reproduit à partir de : « l’article A 4.3,42 » Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
construction en béton armé suivant la méthode des états limites. Règles BAEL 91 modifiée 99.Fascicule
62,Titre 1er du CCTG-Travaux Section 1 : Béton Armé.Février 2000.Edition CSTB.P 25

107
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

L’Eurocode 2 propose quatre types de diagrammes contraintes-


déformations pour le béton.

❖ Le diagramme non-linéaire qui est utilisée généralement pour les


calculs d’analyse structurale non-linéaire (Flambement). L’équation
de cette courbe est :

Figure 1.13: Diagramme Contraintes-déformations pour

L’analyse non-linéaire35

35
Reproduit à partir de « l’article 3.1.5 : Relation Contrainte-Déformation Pour l’analyse structurale
linéaire, commentaire 2» Eurocode 2 Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles
pour les bâtiments.Décembre 2004.P 32

108
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

(σc/fcm) = (kη -η2) / (1 + (k-2) η) (1.34)

Avec η = 𝜀 c/𝜀 c1 ; k = (1,05 Ecm 𝜀 c1) / fcm 𝑒𝑡 𝜀c1 = 0,7 fctm0,31 . Les différentes
valeurs prises en valeurs absolues sont récapitulées dans le tableau 1.9

❖ Le Diagramme Contraintes-Déformations utilisé pour le calcul des


sections ou le diagramme « Parabole-Rectangle ». Il est composé
d’un arc de parabole et d’un segment de droite.

Les équations qui régissent ce diagramme sont :


𝜺𝒄 n
σc = fcd ( 1-( 1- ) ) (1.35) pour 0 ≤ 𝜺c ≤ 𝜺c2
𝜺𝒄𝟐

109
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

Figure 1.14: Diagramme Parabole-Rectangle de l’acier36

❖ Le diagramme bilinéaire qui peut s’utiliser à condition qu’elles


soient plus conservatrices que celle précédente. Il est aussi appelé le

36
Reproduit à partir de : « l’article 3.1.7 ,Commentaire 1 ».Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-
1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 33

110
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

diagramme triangle-rectangle. Il est composé d’un triangle composé


d’un segment qui représente une plasticité limitée à 𝜺cu3.

Figure 1.15 : Diagramme bilinéaire de l’acier 37

❖ Le diagramme rectangulaire simplifié qui était utilisé au Bael 91


modifiée 99 en simplification du diagramme parabole-rectangle. Ce
diagramme est admis à l’eurocode avec les coefficients λ et 𝜂 qui
définissent la résistance du béton valent

λ = 0,8 et η = 1 pour fck ≤ 50 MPa

37
Reproduit à partir de : « l’article 3.1.7,Commentaire 2» Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-
1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 33

111
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

λ = 0,8-(fck-50)/400 et η = 1- (fck-50)/200 pour 50 MPa ≤ fck ≤ 90 MPa (1.37)

Figure 1.16 : Diagramme rectangulaire simplifié de l’acier 38

La résistance de calcul en traction vaut :

fcd = (ηαcc x fck) / γS (1.38)

II-5) Le module de déformation longitudinale instantanée du béton


a-) Selon le Bael 91 Modifiée 99

Le module de déformation longitudinale instantanée, pour une


contrainte de courte durée d’application de moins de 24 heures est :

Eij = 11000 x (fcj)1/3 (1.39)

b-) Selon l’Eurocode 2

Deux cas principaux sont à considérer :

38
Reproduit à partir de : « l’article 3.1.7,Commentaire 3 » Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-
1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 34

112
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Dans le cas où la précision n’est pas requise, on utilise le module sécant


moyen Ecm.

Ecm = 22(fcm/10)0,3 (1.40)

Dans le cas où les flèches ont une grande importance ou granulats


particuliers, il suffit d’utiliser les valeurs données à 28 jours données par
l’eurocode en fonction des classes de résistance du béton.

II-5) Le Coefficient de Poisson


a-) Selon le Bael 91 Modifiée 99

Le coefficient de poisson est le rapport de la déformation transversale


sur la déformation longitudinale.

v =( ∆a/a) / (∆l/l) (1.41)

Sauf dans des cas particuliers, il vaut :

0 pour le calcul des sollicitations

0,2 pour le calcul des déformations

b-) Selon l’Eurocode 2

Les valeurs précédentes sont reprises, c'est-à-dire :

0 pour le béton fissuré

0,2 pour le béton non fissuré

113
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

II-6) Fluage et Retrait du Béton

a-) Selon le Bael 91 Modifiée 99

Le fluage est un phénomène qui s’observe lorsqu’il est appliqué une


contrainte de compression sur du béton durant une longue durée. Il est observé :

✓ Une augmentation de la déformation du matériau au cours du temps


✓ La rupture finale du matériau selon un temps plus ou moins long

Cette notion est liée au module d’élasticité différée. Les règles BAEL
91 modifiée 99 considère que ce module vaut 2 après un temps de chargement
suffisamment long. Il est admis alors que :

1- La déformation due au fluage est le double de la déformation


instantanée.
2- La déformation totale du béton sous une charge de longue durée
appliquée à un jour j est le triple de la déformation instantanée sous
une même contrainte au même âge.

Un module correspondant Evj est défini :

Evj = Eij/3 = 3670 x (fcj)1/3 (1.42)

Le retrait précisément hydraulique est constaté lorsqu’il se trouve en


permanence dans un milieu constitué d’eau. La conséquence est que le béton perd
une partie de son eau libre suivie d’une rétractation de ses dimensions
géométriques.

Les règles BAEL fixent les valeurs du raccourcissement unitaire du


au retrait selon la localisation géographique :

114
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

- 1,5 10-4 dans les climats très humides


- 2,0 10-4 en climat humide
- 3,0 10-4 en climat tempéré
- 4,0 10-4 en climat chaud et sec
- 5,0 10-4 en climat très sec ou désertique

b-) Selon l’Eurocode 2

Le fluage est caractérisé par la déformation du fluage 𝜀 cc (∞ ;t0)

𝜺cc (∞ ;t0) = φ (∞ ;t0) ( σc /Ec) (1.43)

Il est prescrit que lorsqu’une grande précision n’est pas exigée pour un
béton σc ≤ 0,45 fck (To) subissant son premier chargement à l’âge to, le coefficient
de fluage peut être tirée de courbes valables pour des températures de -40°C à
40°C et une humidité relative allant de 40 % à 100 %.

Il existe une méthode de calcul plus précise qui peut être effectuée.

115
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

Figure 1.17 : Courbe pour la détermination du coefficient de Fluage [[[ 39

Concernant le phénomène de retrait, trois types de retrait sont mises


en évidence avec :

39
Reproduit à partir de « l’article 3.1.4 : Fluage et retrait ,Commentaire 3 » Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 28

116
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Le retrait total

𝛜cs = 𝝐cd + 𝝐ca (1.44)

Le retrait de dessication

𝝐cd(t) = βds (t,ts) kh 𝝐cdo (1.45)

avec :

(𝒕,𝒕𝒔)
βds (t,ts) = 𝟐
;
((𝒕−𝒕𝒔)+𝟎,𝟎𝟒 𝒙 𝒉𝒐𝟑 )

h0 = 2Ac/u (mm) ;

kh = 1 pour ho =100 mm ; kh = 0,85 pour 200 mm ; kh = 0,75 pour 300 mm ; et


0,70 mm pour ho = 500 mm et au-delà.

Les valeurs de 𝝐cdo pour un ciment de classe N sont classés dans un


tableau en fonction de la classe de résistance selon les taux d’humidité relative

117
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : le béton

Tableau 1.10: Valeurs nominales du retrait de dessication 40

Le retrait endogène

𝝐ca = βas(t) x 𝝐ca(∞) (1.46) avec :

βas(t) = 1 – exp (-0,2 t1/2)

𝜖 ca (∞) = 2,5 (fck – 10). 10-6

II-7) Le Diagramme des Trois Pivots

Le diagramme des trois pivots est une notion indispensable en béton


armé. Elle influe sur la méthode de dimensionnement des pièces en Béton armé
car, il définit les déformations limites à prendre en compte selon la nature de la
sollicitation dans une section qui correspondent à un état limite si cette dernière
passe par l’un des trois pivots A, B et C.

40
Reproduit à partir de « l’article 3.1.4 : Fluage et retrait ,Commentaire 6 » Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 30

118
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Les pivots A, B et C définissent trois domaines dont les frontières sont obtenus
par la définition particulière de droites matérialisant les différentes déformations
possibles des matériaux constitutifs du béton armé que sont le béton et l’acier.

Cette notion est utilisée dans les règles BAEL 91 modifiée 99 tout
comme dans les Eurocodes.

Figure 1.18 : Diagramme des trois Pivots selon les règles BAEL 91

Modifiée 9941

41
Reproduit à partir de : « l’article A 4.3,3 : Diagramme des déformations limites de la section ».Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et construction en béton armé suivant la méthode des
états limites. Règles BAEL 91 modifiée 99.Fascicule 62,Titre 1er du CCTG-Travaux Section 1 : Béton
Armé.Février 2000.Edition CSTB.P 24

119
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : l’acier

Figure 1.19 : Diagramme des trois Pivots selon l’Eurocode 242

III-) Les Prescriptions Réglementaires sur les Matériaux : L’Acier

III-1) Les Types d’Aciers


Les aciers sont distingués selon quatre catégories selon :

Du point de vue de leur mode de production

- Aciers laminés à chaud sans aucun traitement chimique préalable. Ils


sont appelés aciers naturels.
- Aciers doux laminés à chaud ayant subi un traitement thermique.
- Aciers doux laminés à chaud, puis soumis à un traitement thermique
d’écrouissage.

42
Reproduit à partir de « l’article 3.1.7 : Relations Contraintes-déformations pour le calcul des sections
,Commentaire 3 » Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les
bâtiments.Décembre 2004.P 34

120
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Du point de vue de la forme de leur surface

- Les barres lisses et tréfilés lisses à section droite circulaire


- Les barres let fils à haute adhérence dont la surface latérale est
constituée de verrous ou de nervures.

Du point de vue de leur aptitude au soudage

- Les aciers soudables


- Les aciers non-soudables

Du point de Vue Pratique

Lors des commandes d’acier, les termes utilisés ont souvent un lien
avec le processus et le conditionnement. On retrouve entre autres :

- Des ronds lisses en barres droites qui ne sont plus utilisés


actuellement ;

- Des barres à haute adhérence laminées à chaud et livrées en barres


droites dont les diamètres vont de 6 à 40 mm ;

- Des fils à haute adhérence tréfilés et/ou laminés à froid pour réaliser
les cadres, épingles, en usine ou pour le ferraillage d’éléments
préfabriqués ;

- Des fils lisses tréfilés à partir de fil machine utilisés pour fabriquer les
treillis soudés sous formes de rouleaux ou de panneaux, qui sont utiles

121
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : l’acier

pour ferrailler rapidement des éléments plans tels que les dallages ou les
voiles ;

Dans le langage courant des chantiers et des bureaux d’études, il est


distingué :

- Les Fers à béton, Aciers à béton, Ronds à béton pour désigner les
armatures
- Les barres pour désigner les produits laminés à chaud en barres droites
- Les fils pour les produits tréfilés et/ou laminés à froid, livrés en barres
droites ou en couronnes ;
- Armatures pour désigner un ensemble ou un sous-ensemble du
ferraillage.

III-2) Les Normes

a-) Selon le Bael 91 modifiée 99

Les documents concernant les prescriptions pour les aciers se


retrouvent :

- Pour les ronds lisses : NF A 35-015


- Pour les barres à haute adhérence, les couronnes soudables à verrous,
et les treillis soudés : NF A 35-016
- Les barres et fils machines non soudables à verrous : NF A 35-017
- Les armatures constituées de fils soudables à empreinte : NF A 35-019

b-) Selon l’Eurocode 2

122
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Les Caractéristiques des aciers selon la norme européenne sont


récapitulées au sein de l’EN 10080.

III-3) Les Caractéristiques Mécaniques

III-3-1) La Limite d’Elasticité Garantie


a-) Selon le Bael 91 Modifiée 99

La limite d’élasticité est la valeur garantie. Elle est notée FE


(F=Fer ;E=Elasticité) et correspond à une valeur caractéristique requise d’ordre
P =0,025.

Les aciers utilisés dans le cadre des constructions vont de 400 MPa
à 500 MPa. En France, l’emploi des aciers à haute adhérence de 500 MPa est le
plus courant. En Afrique Francophone, les aciers employés couramment utilisés
dans la construction sont de limite d’élasticité de 400 MPa.

Les Ronds Lisses de limite d’élasticité 215 MPa et 235 MPa ne sont
plus utilisés actuellement.

b-) Selon l’eurocode 2

A l’eurocode, la limite d’élasticité en traction est notée fyk est une


valeur caractéristique correspondant à une probabilité égale au plus à 5 % de ne
pas être atteinte qui fait l’objet d’un contrôle en usine. Elle est définie dans un
intervalle fermé de 400 MPa à 600 MPa.

Aussi, elle est aussi la valeur de la limite d’élasticité conventionnelle


en traction notée f0,2k.

123
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : l’acier

III-3-3) La Ductilité

a-) Selon le Bael 91 Modifiée 99

Les notions de ductilité des aciers ne sont pas mentionnées dans les
Règles BAEL 91 modifiées 99.

b-) Selon l’eurocode 2

L’Eurocode énonce des classes de ductilité minimale que doit


posséder les aciers de béton armé. Cette dernière est caractérisée par les valeurs
de 𝝐uk et du rapport (ft/fy).Elle est aussi fonction des trois classes de ductilité et
du mode de fabrication.

124
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure 1.20 : Diagramme Type Contraintes-Déformations d’acier de

Béton Armé à l’Eurocode 2 43

43
Reproduit à partir de « l’article 3.2.4 : Caractéristiques de ductilité,Commentaire 2 ». Eurocode 2.Calcul des
structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 36

125
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.11 : Caractéristiques des armatures utilisées à l’Eurocode

244

44
Reproduit à partir de « l’article C1, Généralités de l’annexe normative C: Propriétés des armatures
compatibles avec l’eurocode » Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les
bâtiments.Décembre 2004.P 187

126
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : l’acier

Il existe trois classes de ductilités pour les armatures :

- Les aciers à ductilité normale A correspondant aux laminés à froid

Figure 1.21 : Exemple d’acier de classe de ductilité A 45

- Les aciers à haute ductilité B : correspondant aux laminés à chaud

Figure 1.22 : Exemple d’acier de classe de ductilité B


46

- Les aciers à Très haute ductilité C réservés aux usages spéciaux


(constructions parasismiques)

45
Reproduit à partir de « Chapitre 1.3.1 : Limite d’élasticité garantie ». Pratique de l’eurocode 2.Guide
d’application. J.Roux.Editions Eyrolles et Afnor .P 28

46
Reproduit à partir de « Chapitre 1.3.1 : Limite d’élasticité garantie ». Pratique de l’eurocode 2.Guide
d’application. J.Roux.Editions Eyrolles et Afnor .P 28

127
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Dans le cas des ponts, les aciers à utiliser doivent être de ductilité B ou C.

III-3-4) Les Diagrammes Contraintes-Déformations de calcul

Le Diagramme Contrainte-déformation est un diagramme idéalisé


composée :

➢ De la droite de Hooke avec une pente Es = 200000 MPa


➢ Du palier horizontal ayant pour ordonnée Fe et ayant pour déformation
limite de l’acier 10 %0

Figure 1.23 : Diagramme caractéristique contraintes-déformations de

l’acier au BAEL 91 modifiée 99 47

47
Reproduit à partir de : « l’article A 2.2,2 : Diagramme Contraintes-Déformations . Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et construction en béton armé suivant la méthode des
états limites. Règles BAEL 91 modifiée 99.Fascicule 62,Titre 1er du CCTG-Travaux Section 1 : Béton
Armé.Février 2000.Edition CSTB.P 14

128
Prescriptions réglementaires sur les matériaux : l’acier

Le diagramme de calcul utilisé généralement dans les calculs de béton


armé est tiré de celui-ci et est couramment appelé le diagramme à palier
horizontal.

Figure 1.24 : Diagramme Contraintes-Déformations de l’acier au

BAEL 91 modifiée 99 48

Deux diagrammes de contraintes-déformations sont proposées par la


norme européenne :

➢ Le diagramme à palier horizontal identique à celui des règles BAEL


91 modifiées 99.

48
Reproduit à partir de « Chapitre 3.2.3 : Diagramme Contraintes-Déformations». Pratique du Bael 91
Modifiée 99, Cours et Exercices corrigés. Quatrième Edition.Editions Eyrolles. J.Perchat,J.Roux.Paris.P 53

129
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

➢ Le diagramme à palier incliné (branche supérieure inclinée) avec la


limite de déformation égale à 𝜺ud et une contrainte maximale kfyk/γs
pour 𝜺uk.

Figure 1.25 : Diagrammes Contraintes-Déformations de l’acier à

L’Eurocode 2 49

IV-) Les Actions et Sollicitations

IV-1) Les Actions


Les Règles Bael 91 Modifiées 99 et La norme NF-EN 1990 définissent
les actions comme

49
Reproduit à partir de « l’article 3.2.7 : Hypothèses de Calcul,Commentaire 2, Figure 3.8 ». Eurocode 2.Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 38

130
Les Actions et Sollicitations

o Un ensemble de forces ou de charges qui s’appliquent sur une


construction : Ce sont les actions directes
o Ou un ensemble de déformations ou d’accélérations provenant des
effets hygrothermiques (Changement de température, fluage, ou
retrait, des déplacements (Tassements au niveau des appuis) qui sont
les actions indirectes.

Le BAEL et l’Eurocode classent principalement ces actions selon leur


variation dans le temps. Trois grands types d’actions entre autres :

✓ Les Actions permanentes G dont la durée d’application est égale à la


durée de vie de l’ouvrage dont la variation dans le temps est négligée.
C’est le cas :

▪ Du poids propre de la structure.


▪ Le poids des éléments fixes de toutes natures (Cloisons, revêtements
de sols, carreaux).
▪ Les efforts (Poids, poussée) des terres, des solides ou des liquides.
▪ Les déplacements des appuis.
▪ Les forces dues aux déformations telles que le retrait et le fluage.

Les charges permanentes sont représentées par des valeurs


caractéristiques. Elles peuvent être :

✓ Unique et égale à G dans le BAEL 91, Gk (à l’eurocode) dans le cas


où sa variabilité est faible. C’est le cas des poids propres.
On peut considérer que la valeur caractéristique comme moyenne des dimensions
calculées et des poids volumiques moyens des matériaux.

131
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

✓ Représentées par une valeur supérieure (Gksup à l’eurocode et Gmax au


BAEL 91) et une valeur inférieure (Gkinf à l’eurocode et Gmin au BAEL
91) si on ne peut considérer la variabilité comme faible.

Ces valeurs sont déterminées à partir d’une fonction de répartition dite


gaussienne telle que la probabilité de dépassement de la valeur soit inférieur à 5
%.

✓ Les Actions Variables Q dont la variation dans le temps n’est ni


négligeable, ni monotone. C’est le cas de :

▪ Des charges naturelles (Vent, Neige).


▪ Des charges Non-Permanentes appliquées en cours d’exécution
(équipements de chantier, engins, dépôts de matériaux).
▪ Les efforts (poussées, pressions) qui sont fournies par des solides et
liquides dont le niveau est variable.
▪ Les charges dites d’exploitation (Poids des personnes, des Objets,
forces de freinage, force centrifuge, effets dynamiques).

La principale valeur représentative d’une charge variable et sa valeur


caractéristique (Qk pour l’eurocode, Q pour le BAEL 91 modifiée 99). Elle
correspond à une probabilité de dépassement égale à 0,02 par an ou autrement dit
une période de retour de 50 ans.

Les autres valeurs représentatives sont les suivantes :

132
Les Actions et Sollicitations

• La valeur de Combinaison (𝝍oiQi au BAEL 91 et 𝝍oiQk à


l’Eurocode) apparaissant dans les combinaisons fondamentales (ELU)
et rares (ELS)
• La valeur Fréquente (𝝍1iQi au BAEL 91 modifiée 99 et 𝝍1iQk à
l’eurocode) apparaissant dans les combinaisons accidentelles.

• La valeur Quasi-Permanente (𝝍2i Qi au BAEL 91 modifiée 99 et


𝝍2iQk à l’eurocode) apparaissant dans les combinaisons accidentelles
et l’état limite de stabilité de forme.

Les valeurs de 𝝍o, 𝝍1, 𝝍2 dans le cas du Bael 91 Modifiée 99 et de


l’Eurocode sont consignés dans les tableaux suivants :

133
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.12 : Valeurs des coefficients dans le cas de bâtiments au

BAEL 91 modifiée 99 50

50
Reproduit à partir « Section 8 : Combinaisons du Chapitre 3 : Actions et descente de charges ».Calcul et
Conception des structures de bâtiment. Cours de l’école Nationale des Ponts et Chaussées de Paris. Henry
Thonier.Presses de l’école Nationale des Ponts et Chaussées.Tome 1.P 195

134
Les Actions et Sollicitations

Tableau 1.13 : Valeurs des coefficients pour les Bâtiments EC2 51

51
Reproduit à partir de « Article A1.2.2 : Valeur des Coefficients 𝜓, Tableau A1.1 » Eurocodes
structuraux.Bases de calcul des structures.EN 1990. P 44

135
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

✓ Les Actions Accidentelles Fa qui sont de courte durée, mais dont la


probabilité d’occurrence sur une structure tout au long du cycle de vie
de cette dernière est très faible. C’est le cas :

▪ Des chocs de véhicules contre les dispositifs de retenue ou appuis de


ponts

▪ Des chocs de bateaux contre les appuis de ponts


▪ Les séismes
▪ Les cyclones tropicaux
▪ Les glissements de terrain
▪ Les explosions

Pour les actions accidentelles, il n’existe pas de valeur caractéristique


car étant donné le caractère peu fréquent car, il n’y a pas de données suffisantes
pour réaliser une interprétation statistique.

Il est utilisé la valeur nominale comme valeur représentative qui se


trouve dans les règlements parasismiques et les documents annexes inhérents à
chaque code de calcul.

M.Chenaf indique que l’Eurocode spécifie qu’il est possible de classer


les actions aussi :

➢ Selon leur variation spatiale


➢ Selon leur nature et/ou la réponse structurale

136
Les Actions et Sollicitations

Tableau 1.14 : Caractéristiques des Actions à l’Eurocode 2 52

52
Reproduit à partir de « Tableau 3.2 : Classification des actions courantes,Chapitre 3.3 ».Combinaisons
d’actions.Guide Eurocode.Détermination des combinaisons d’action dans les différentes situations de
projet.Editions CSTB.Avril 2011.P 14.

137
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

IV-2) Les Combinaisons d’Action

Le but principal du concepteur est de réaliser des ouvrages capables de


résister aux différentes actions auxquels ces dernières sont soumis. Mais il est
dans l’impossibilité de prendre en compte toutes les actions, car celles-ci
peuvent agir simultanément et de manière aléatoire ou pas avec plusieurs niveaux
d’intensités variables.

Les niveaux d’intensité maximales des différentes actions étant tous


différentes dans le temps, il est introduit des coefficients appelés valeur
représentative (Frep à l’eurocode) afin de :

• De ne pas prendre en compte de manière simultanée des niveaux


d’intensité élevés d’actions
• Pour considérer l’effet des actions au cours du temps

Le nombre de possibilités auxquelles un ouvrage peut être soumis étant


exponentielle. Il est amené à considérer les combinaisons d’actions les plus
défavorables qui peuvent se présenter dans le cycle de vie de l’édifice.

Le concepteur au travers chaque code de calcul est amené à n’étudier


qu’un nombre limité de combinaisons en ne considérant :

• Que celles qui sont dangereuses


• Physiquement possibles d’apparaître
• Probabilité d’occurrence favorable

138
Les Actions et Sollicitations

a-) Selon le Bael 91 modifiée 99

Les combinaisons d’actions à considérer sont classés en deux


groupes principaux : Les Etats Limites Ultime et les Etats Limites de Service

- Les Combinaisons aux Etats Limite Ultimes (ELU)

Deux types de combinaisons sont à considérer :

Les combinaisons fondamentales et les combinaisons accidentelles :

• Combinaisons fondamentales (Projets et situations transitoires)

Les combinaisons fondamentales prennent en compte :

- Les charges permanentes uniquement


- Une charge permanente et une action variable dominante avec sa
valeur caractéristique et des actions variables d’accompagnement

L’équation symbolique et vectorielle de cette combinaison est :

(1,35Gmax et/ou Gmin ) + γq1 Q1 ∑𝒊 >𝟏 𝟏, 𝟑 𝝍𝒐𝒊 𝑸𝒊 (1.47)

Avec :

γq1 : 1,5 en général

γq1 : 1,35 pour la température, les charges d’exploitation étroitement bornées de


caractère particulier et les bâtiments à forte densité humaine

139
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Combinaison Accidentelle (Situation accidentelle)

Elles comprennent les actions permanentes, les actions


accidentelles et s’il y’a lieu une ou plusieurs actions d’accompagnement avec des
valeurs fréquentes ou quasi-permanentes.

Elle est de la forme :

(Gmax et / ou Gmin) + Fa + 𝝍11 Q1 + ∑𝒊 >𝟏 𝝍𝟐𝒊 𝑸𝒊 (1.48)

• Les Combinaisons à l’Etat Limite de Service

Ce sont les combinaisons dites « rares ». Elles comprennent les


actions permanentes, une action variable dominante avec sa valeur caractéristique
et s’il y a lieu avec une ou plusieurs actions d’accompagnement avec leurs valeurs
de combinaison

Elles sont de la forme :

(Gmax et / ou Gmin) + Q1 + ∑𝒊 >𝟏 𝝍𝒐𝒊 𝑸𝒊 (1.49)

• Les Combinaisons d’Actions utilisées dans la Pratique


• Cas des ponts-Routes
• Pour la vérification des Etats Ultimes de Résistance

Il faut se reporter au tableau 1.15

140
Les Actions et Sollicitations

Tableau 1.15 : Combinaisons à l’état limite de résistance pour les

Ponts-Routes53

• Pour la vérification des Etats Limites de Service

53
Reproduit à partir de « Annexe D.2.1,1 pour la vérification des états ultimes de résistance ». Règles BAEL 91
révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux
section 1 : béton armé) + Amendement A1 Editions CSTB. Février 2000.P 126

141
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.16 : Combinaisons pour les ponts-routes à l’ELS 54

• Cas des Structures de Bâtiments Courants

• Pour la vérification des Etats Ultimes de Résistance

( Voir Tableau 1.17)

54
Reproduit à partir de « Annexe D.2.1,2 pour la vérification des états limites de service ». Règles BAEL 91
révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux
section 1 : béton armé) + Amendement A1 Editions CSTB. Février 2000.P 127

142
Les Actions et Sollicitations

Tableau 1.17 : Combinaisons à l’état limite de résistance pour les

bâtiments courants 55

• Pour la vérification des Etats limites de Service

55
Reproduit à partir de « Annexe D.2.1,2 pour la vérification des états limites de service ». Règles BAEL 91
révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux
section 1 : béton armé) + Amendement A1 Editions CSTB. Février 2000.P 127

143
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.18 : Combinaisons pour l’état limite de service, 56

• Le cas de l’équilibre statique

Pour toutes les combinaisons, les règles BAEL se reportent aux


directives communes qui indiquent l’équation à prendre en compte :

0,9 G1 + 1,1 G2 + 1,5 Q1k + 1,3 . ∑𝐢 >𝟏 𝛙𝐨𝐢 𝐐𝐢𝐤 (1.50)

b-) Selon l’Eurocode 2

• Cas des combinaisons fondamentales

L’eurocode 0 au sein dans son annexe donne les combinaisons à


considérer pour les bâtiments.

56
Reproduit à partir de « Annexe D.2.2,2 pour la vérification des états limites de service ». Règles BAEL 91
révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux
section 1 : béton armé) + Amendement A1 Editions CSTB. Février 2000.P 128

144
Les Actions et Sollicitations

• Etats limites EQU (Equilibre statique et situation durable et


transitoires)

1,10 Gk,sup + 0,90 Gk,inf + 1,50 Q k,1 + 1,50 ∑𝐢 >𝟏 𝛙𝐨, 𝐢 𝐐𝐤, 𝐢 (1.51)

• Etats limites STR (Résistance ; Situations durables et


transitoires)

1,35 Gk,sup + 1,00 Gk,inf + 1,50 Qk1 + 1,50 ∑𝐢 >𝟏 𝛙𝐨𝐢 𝐐𝐤𝐢 (1.52) ou

1,35 Gk,sup + 1,00 Gk,inf + 1,50 Qk1 + 1,50 ∑𝐢 >𝟏 𝛙𝐨𝐢 𝐐𝐤𝐢 (1.53) associé à

1,15 Gk,sup + 1,00 Gk,inf + 1,50 Qk1 + 1,50 ∑𝐢 >𝟏 𝛙𝐨𝐢 𝐐𝐤𝐢 (1.54)

• Cas des Combinaisons Accidentelles

Elles sont définies par l’équation :

∑γGAj Gkj + Ad + (𝝍11 ou 𝝍21) Qk1 + ∑𝐢 >𝟏 𝛙𝟐𝐢 𝐐𝐤𝐢 (1.55) avec

γGaj = 1 sauf spécification contraire

Dans le cas d’une combinaison accidentelle autre qu’un séisme,


les coefficients appliqués aux matériaux sont de :

γc =1,3 pour le béton ; γs = 1 pour l’acier

145
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Pour les Etats limites de Service

Trois types de combinaisons sont présentées entres autres :

• Combinaison Caractéristique

∑ Gkj + Qk1+ ∑𝐢 >𝟏 𝛙𝟎𝐢 𝐐𝐤𝐢 (1.56)

• Combinaison Fréquente

∑ Gkj + 𝝍11 Qk1+ ∑𝐢 >𝟏 𝛙𝟐𝐢 𝐐𝐤𝐢 (1.57)

• Combinaison Quasi-Permanente

∑ Gkj + + ∑𝐢 ≥𝟏 𝛙𝟐𝐢 𝐐𝐤𝐢 (1.58)

Pour les vérifications aux états limites de service, on considère γc=γs=1

IV-3) Les Sollicitations


Les sollicitations sont les mêmes à déterminer pour l’étude de toute
structure. Ce sont les calculs de l’effort Normal, de l’effort Tranchant, du Moment
Fléchissant.

V-) Le Bael 91 et L’Eurocode 2 : Deux Codes aux Différences diverses

Les ingénieurs ou chercheurs ayant effectué des travaux sur une étude
comparative entre ces deux codes de calcul dans le cadre d’un projet existant
notamment en Afrique francophone ne furent pas très nombreux.

146
Le Bael 91 et L’Eurocode 2 : Deux codes aux différences diverses

Seuls quelques ingénieurs dans le cadre de leur projet de fin d’études


se sont penchés sur ce problème et y ont apporté leur contribution tant sur les
différences entre les matériaux que sur les résultats obtenus sur les méthodes de
calcul.

Metz Marie.L57 et Bentouhami.H58 ont abordé ces points sensibles


pour l’ingénieur de calcul que sont les caractéristiques concernant des matériaux.
Les aciers utilisés furent des aciers de 500 MPa qui sont les aciers utilisés en
France.

Malgré des objectifs différents à atteindre, inhérents à chacun des


projets, les différences concernant les matériaux béton et acier sont sensiblement
les mêmes tant :

Au niveau de béton et de l’acier où :

- Les résistances de calcul du béton sont différentes avec la disparition


du coefficient 0,85 du BAEL 91 modifiée 99. De plus, Le choix des
résistances des calculs au niveau des bétons dépend d’autres
paramètres supplémentaires à l’EC2 ;

- Le diagramme des trois pivots dont le principe de base est de


représenter les déformations extrêmes d’une pièce en béton armé qui
est utilisée dans le calcul des éléments en flexion change radicalement

57
« Chapitre 3.0.5 : Récapitulatif-Comparaison de la prise en compte des matériaux EC2-BAEL ».Projet de fin
d’études.Comparaison BAEL/EC2 et Modélisation PS92/EC8 appliquée à un établissement hospitalier.Metz
Marie Laure.INSA Strasbourg. P 17

58
«Chapitre 2.3.12, Synthèse comparative. Projet de fin d’études.Comparaison BAEL/EC2 et mise en place
d’un Outil de dimensionnement de béton armé à l’eurocode 2.Juin 2012.P 27

147
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

les méthodes de dimensionnement de ces dernières en Béton Armé


avec la non-limitation des déformations de l’acier à l’EC2 ;

- Le nombre de choix au niveau des diagrammes contraintes-


déformations de l’acier dans le cadre de L’EC2 supérieur à celui du
BAEL 91 modifiée 99 ;

- La définition des bétons qui sont définis selon les résistances sur
cylindre et sur cube pour L’EC2 et seulement sur cylindre pour les
règles BAEL 91 modifiée 99 ;

- La résistance de calcul à la traction dépend de deux valeurs


caractéristiques dans le cas de L’EC2 alors que les Règles BAEL 91
modifiée 99 n’en introduise qu’une seule ;

- La détermination de l’enrobage qui ne dépend plus des armatures qui


ne dépend plus du type d’ouvrages, mais plutôt de sa classe structurale
et sa classe d’exposition (EC2) ;

Au niveau des actions et combinaisons de calculs :

- Les combinaisons sont spécifiées pour chaque cas à l’EC2 selon les
différents types d’états ultimes que sont : la perte d’équilibre (EQU),
la déformation excessive ou interne de la structure (STR), la

148
Le Bael 91 et L’Eurocode 2 : Deux codes aux différences diverses

défaillance excessive du sol (GEO) et la fatigue de certains matériaux


(FAT) ;

- Les coefficients de charges pour les actions secondaires pour les


actions secondaires sont plus élevés à l’EC2 qu’au BAEL 91 Modifiée
99 surtout au niveau des actions d’accompagnement ; 1,3 𝜓0i pour le
BAEL et 1,5 𝜓0𝑖 pour L’EC2 ;

- Les coefficients 𝜓 sont en général plus élevés dans l’EC2 que dans le
BAEL 91 modifiée 99 ;

Quang Huy.N59, au cours de ses travaux en prenant l’exemple de


combinaisons d’actions pour un bâtiment de bureaux, obtient des résultats
différents au niveau des valeurs d’accompagnement.

• 5% de charge de plus au terme de charges d’exploitation par rapport


au BAEL
• 10 % de charge en moins due au vent par rapport au BAEL
• 25 % de charge en moins de neige au BAEL
• 15,4 % de charge en plus d’action thermique au BAEL

Cela prouve que cela dépend du type de charges auxquelles la structure


où l’élément est soumis.

Au niveau des états limites de déformation

- Le principe de limitation des contraintes limites du béton sont limités


dans les deux règlements ;

59
« Combinaisons d’actions pour un bâtiment de bureaux ».Passage du BAEL à l’eurocode 2.Forum Mediabat.8-
11 Mars 2017,Sfax- Tunisie.P 5.

149
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

- La notion de limite d’ouvertures des fissures est introduite à l’EC2 en


fonction du type de structure et d’environnement ;

Les méthodes de calcul pour les éléments en Béton Armé

Les méthodes de calcul stipulées dans les Eurocodes peuvent différer


en fonction du type d’éléments en Béton armé (Poutre, Poteaux, Semelles,
Voiles) à calculer.

Celles-ci furent appliqués et analysés de manière plus approfondie par


Metz Marie .L qui a pu mettre en exergue la plupart des nouveaux procédés de
calcul tant au BAEL 91 modifiée 99 qu’à l’Eurocode 2 par des calculs pratiques
tout en effectuant des synthèses comparatives.

Dans le cadre de ces dernières, les méthodes habituelles des règles


BAEL 91 modifiées 99 que sont la Méthode Forfaitaire et la Méthode de
Caquot ne sont plus mentionnées à l’intérieur de l’Eurocode 2.

En effet ces méthodes dont les fondements reste irréfutables tant du


domaine de la résistance des matériaux et du béton armé ne peuvent être rattachés
au principe de la Norme NF 1992-1-1.

J.Cortade énonce qu’elles ne peuvent qu’être utilisées qu’à titre de


vérification d’ouvrages ou pour le prédimensionnement pour lesquelles elles
restent très utiles et efficaces. 60

60
Clause 5.6.1(3)P ,Poutrelles et Planchers à charge d’exploitation Modérée.Guide des recommandations
Professionnelles pour l’application de la norme NF EN 1992-1-1 et de son annexe nationale relatives au calcul

150
Le Bael 91 et L’Eurocode 2 : Deux codes aux différences diverses

Dans le cas de l’analyse structurale des poutres et des dalles, les


méthodes le plus utilisées furent :

- L’Analyse Elastique Linéaire qui était valable au Bael. Elle n’est


qu’une simple application des principes de la résistance des matériaux.
Il y est retrouvé la méthode des forces, des déplacements, et des trois
moments de Clapeyron pour la détermination des sollicitations dans
les poutres.

- L’Analyse Elastique Linéaire avec la redistribution limitée des


moments qui redistribue les moments déterminés avec l’une des
méthodes ci-dessus tout en vérifiant que celles-ci continuent à
équillibrer les charges appliquées ;

- Une Méthode d’Analyse Plastique qui se divise en deux variantes


que sont la méthode de la borne inférieure et de la borne supérieure
qui font appel à la capacité de rotation de rotule plastique et qui ne
peuvent s’appliquer qu’à des aciers possédant une ductilité de classe
B ou C.

Des analyses plus complexes telles que la Méthode des Bielles et


Tirants (Cas des poutres-voiles) ou l’Analyse Non-Linéaire peuvent être

de structures en béton.Collection Recherche Developpement Métier.Mars 2007.Version 17-3.P 5

151
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

appliquées pour le calcul des sections des poutres, dalles, planchers à l’Etat
Limite Ultime.

La plupart des calculs effectués pour les planchers furent en général


réalisées sur l’hypothèse des dalles pleines. Le cas des dalles à corps creux, ou
des dalles alvéolées ne furent pas abordées.

Aussi, pour l’évaluation des cadres lors du calcul de l’effort tranchant,


l’inclinaison des bielles à 45° fut utilisée dans les deux règlements , malgré le fait
qu’il fut mentionné la possibilité d’inclinaison de bielles plus faibles pouvant
aboutir à des gains en armatures dans le cadre de l’Eurocode 2.

Pour l’analyse des éléments verticaux tels que les poteaux et les voiles,
les méthodes d’analyse du second ordre en général sont requises. Metz M.L
présente les trois méthodes de l’EC2 qui sont reprises par la France entre autres :

- La Méthode Générale qui est basée sur le même principe que la


méthode de Pierre Faessel qui détermine l’équilibre d’excentricité et
qui prend en compte le comportement exact des matériaux, les non
linéarités géométriques et le fluage.

- Les méthodes de vérification au flambement plus simples que la


Méthode Générale telles que la Méthode de la Courbure Nominale
et de la Rigidité Nominale qui conduisent à un calcul à la flexion
composée.

152
Le Bael 91 et L’Eurocode 2 : Deux codes aux différences diverses

H. Thonier,membre de la commission européenne fait mention de


deux méthodes utilisables à l’Eurocode 2 qui s’apparentent à celles du BAEL
dans le cas d’une compression centrée.61

✓ La Méthode des Faibles Elancements (λ allant de 10 à 30) qui est


identique à la méthode présentée dans les règlements BAEL 91
Modifiée 99

✓ La Méthode dite des Recommandations Professionnelles qui est


une adaptation de la méthode citée auparavant tout en prenant en
compte les effets du second ordre grâce à l’introduction de
coefficients.

Enfin dans le cas des fondations superficielles principalement des


semelles isolées, c’est la méthode des moments du CEB qui fut utilisée face à la
méthode classique du DTU 13-12.

D’autres méthodes plus ou moins complexes, basées sur la norme NF-


1992 1-1 existent, mais ne sont pas évoquées souvent. Il s’agit de :

La réutilisation des règles professionnelles qui est la même que celle


des Règles BAEL 91 modifiée 99 et du DTU 13-12. C’est-à-dire la
Méthode des Bielles de Pierre Lebelle.

61
« Poteaux et Voiles : Méthodes de Calcul Eurocode 2 ».Mode d’emploi Comprendre la nouvelle donne du
calcul des structures béton.H.Thonier,J.M Cahen.Paris.15 Octobre 2009.P 5,P 18.

153
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

La méthode des Bielles adaptées selon les principes de l’Eurocode 2.

La méthode des moments combinés de l’EC2. La méthode des


moments existe aussi dans les règles BAEL 91 modifiée 99. Elle n’est
utilisée que lors que la charge de la semelle n’est pas centrée ou est
soumis à un couple de flexion ;

Nouhou.O , est celui qui abordé le sujet d’une approche particulière.


L’étude fut réalisée en Afrique francophone sur les chantiers courants, en
considérant les hypothèses de calcul classiques concernant les matériaux entre
d’autres la limite d’élasticité de l’acier de 400 MPa et un béton de résistance à la
compression égale à 25 MPa.

En effet, les synthèses comparatives au niveau des matériaux sont les


mêmes que ceux des chercheurs précédents. Mais au niveau des méthodes de
calcul, il ne fut utilisé :

✓ Lors du calcul des poutres uniquement la Méthode Elastique


Linéaire sans redistribution pour l’Eurocode 2 et la Méthode
Forfaitaire pour les règles BAEL 91 modifiées 99.

✓ Pour l’évaluation des poteaux, la méthode utilisée fut celle de la


méthode des recommandations professionnelles valide pour le cas
d’un poteau bi-articulé , ce qui n’est pas le cas courant des bâtiments
qui partent sur l’hypothèse de la longueur de flambement de 0,7 lo qui
conduit au cas encastré-articulé.

154
Le Bael 91 et L’Eurocode 2 : Deux codes aux différences diverses

Pour le calcul des poutres, la Méthode Elastique Linéaire fut utilisée


à l’EC2, avec la méthode de la redistribution limitée et la méthode Forfaitaire
pour le BAEL 91 modifiée 99.

De plus, l’utilisation des autres diagrammes acier-béton pour la


détermination de la section d’aciers ne furent pas abordées tout comme le cas des
planchers à corps creux très utilisé en Afrique francophone.

155
DEUXIEME PARTIE

Matériels et Méthodes

156
Matériels

I-) Matériels

Le matériel nécessaire pour la réalisation pour ce travail de recherche


sera :

❖ Une Revue Bibliographique complète des livres francophones tant


pour le calcul de structures au Bael 91 modifiée 99 que pour
l’Eurocode 2.

❖ La norme Européenne EN 1992-1-1 avec les Annexes Nationales


françaises.

❖ L’ensemble des normes Eurocodes et tous les documents affiliés

❖ Le BAEL 91 modifiée 99 et les DTU affiliés.

❖ Les différents logiciels tels que Autocad pour la réalisation des plans
et RDM 6 pour le calcul des sollicitations

❖ Les Plans architecturaux de la pharmacie Segbeya.

❖ Les mémoires antérieurs réalisées sur le sujet.

II-) Méthodologie

Le projet qui servira de base à notre étude est la pharmacie Segbeya


située à Akpakpa (Ville de Cotonou) au bénin. C’est un immeuble réalisé sur un
terrain de 27 m x 20 m de type mixte.

C’est-à-dire qu’elle est composée de différents niveaux ayant des


usages spécifiques en outre, d’une pharmacie au RDC, d’une mezzanine, de

157
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

quatre niveaux composés essentiellement d’appartements et d’un sous-sol qui sert


de parking.

Les superficies des différentes pièces composant chaque étage sont


disponibles sur les plans architecturaux qui se trouvent aux annexes.

Afin de réaliser notre étude à partir de notre projet décrit ci-dessus, et


d’atteindre les objectifs escomptés, nous procéderons de la manière suivante :

L’étude sera basée sur quatre éléments courants que sont le plancher à
corps creux avec le calcul d’une poutrelle hyperstatique, la poutre isostatique,
l’escalier, et le poteau.

Nous réaliserons un calcul manuel de ces éléments porteurs selon les


deux règlements que sont le BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris
annexe nationale française et documents techniques y afférents. Les notes de
calcul de ces éléments se retrouveront aux annexes.

Puis, après avoir consigné les résultats dont les plus importants seront
dans des tableaux, nous effectuerons des analyses selon chaque échantillon
d’étude tant au niveau des valeurs obtenus que des changements opérés dans les
méthodes de calcul. Les valeurs qui ne seront pas affichés dans les tableaux seront
disponibles aux annexes de calcul.

158
TROISIEME PARTIE

Résultats
Et Analyses

159
Analyse Comparative au niveau des Matériaux

I-) Analyse Comparative au niveau des Matériaux

I-1) Cas du béton


• Les résistances caractéristiques des bétons prises en compte dans le
cadre de l’Eurocode 2 sont différentes de celles du BAEL 91 modifiée
99.

Elles sont définies selon deux catégories que sont la résistance sur
cylindre et la résistance sur cube selon le type d’éprouvette utilisé. La résistance
sur cube est supérieure à la résistance sur cylindre. L’ancien règlement ne
définissait cette résistance uniquement que sur cylindres.

• L’Eurocode 2 couvre en son sein une plus large gamme de bétons en


effet, le BAEL état défini pour des bétons dont la résistance limite était
égale à 60 MPa. La norme européenne va au-delà en considérant des
bétons allant jusqu’à 90 MPa.

• Il est courant de constater l’utilisation de bétons de résistance


caractéristique de 22 MPa sur de nombreux chantiers. L’Eurocode 2
définit ses bétons en fonction de la classe d’environnement de chaque
élément constitutif afin d’améliorer de manière significative sa
durabilité.

160
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

D’après le tableau des résistances du béton selon l’Eurocode, il n’y


figure pas de résistance intermédiaire puisqu’il faudrait le définir obligatoirement
sa résistance sur cube.

J.Marie-Paillé62 , membre de la commission européenne et française


énonce que le règlement n’interdit pas l’utilisation de classes intermédiaires, mas
rien ne fut dit à ce sujet. Un projet concernant celle-ci sont en cours d’élaboration
et qu’il faudra pour l’instant s’en tenir à ces résistances déduites des essais.

Il est fort de noter que jusqu’à ce jour, il ne fut pas encore établi un
document concernant ces bétons. Par conséquent, les bétons de 22 MPa ne
pourront pas être utilisés sauf si une étude est définie et insérée dans une annexe
nationale propre à la région.

• Le choix en général des bétons lors des projets de construction en


général en Afrique sont définis à partir d’une collaboration entre le
maître d’œuvre et le maître d’ouvrage qui définissent les
caractéristiques des bétons à réaliser sur le chantier après une étude
spécifique en fonction de l’ouvrage à réaliser.

Le principe de l’eurocode 2 certes ne fait pas fi de cela, mais propose


une réflexion basée sur la classe d’exposition de chaque élément d’ouvrage.

62
« Chapitre 1.1 : Classes de résistance à la compression ».Calcul des structures en béton. Guide d’application
Edition Eyrolles-Afnor.Jean Marie Paillé.2009.P 31

161
Analyse Comparative au niveau des Matériaux

C’est-à-dire que sur un même ouvrage, plusieurs éléments peuvent


avoir des résistances caractéristiques et des enrobages différents afin d’optimiser
sa durabilité dans le temps, éviter les attaques chimiques du béton (lixiviation,
Carbonatation, etc..), et améliorer leur performance dans le temps.

• L’Eurocode 2 et le BAEL 91 définissent tous les deux pour les


ouvrages courants de génie civil et les ponts, des périodes de retour
respectives de 50 et de 100 ans.

• L’Eurocode 2 autorise des modulations de résistance de béton. C’est-


à-dire qu’il permette de déclasser une classe structurale d’un ouvrage
vers une classe d’ouvrages plus faible selon les résistances du béton
utilisé, la durée d’utilisation du projet et la nature du liant.

Le but recherché est souvent de réduire les valeurs de l’enrobage qui


peuvent être parfois importantes.

Le principe de base à retenir est que pour la réduction de l’enrobage


dans un élément en béton armé est fonction de la résistance du béton utilisé. Si
nous voulons diminuer l’enrobage dans un élément porteur, il faut utiliser un
béton de plus grande résistance.

• Le coefficient de 0,85 utilisé pour prendre en compte l’effet Rusch


d’endommagement lors de la détermination de la résistance de calcul
à la compression du béton n’est plus reconduit à l’eurocode 2. Il est
ramené à une valeur de 1 dans le cas des bâtiments

162
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Pour les ponts la valeur de 0,85 est conservée.

• Le béton armé permet l’utilisation de trois diagrammes contraintes-


déformations que sont le diagramme parabole-rectangle, le diagramme
rectangle-simplifié et le diagramme bilinéaire.

Le Bael 91 n’autorisait qu’une seule le diagramme Parabole-


Rectangle qui était remplacé par le diagramme rectangulaire simplifié.

En général pour le calcul des sections, l’utilisation du diagramme


rectangulaire simplifié dans les deux codes est le cas le plus courant.

• Le calcul de la résistance moyenne à la traction à l’eurocode 2 fctm


n’est plus unique comme celle du BAEL 91 nommé ftj pour le béton.

Elle prend deux valeurs différentes dont l’une est supérieure à l’autre,
qui sont utilisées respectivement pour le calcul des armatures minimales et le
calcul des longueurs d’ancrage.

• L’EC2 définit deux types de retrait qui ne sont pas mentionnées dans
le BAEL 91 modifiée 99 que sont : le retrait de dessication et le retrait
endogène.

163
Analyse Comparative au niveau des Matériaux

Cas de l’acier
• L’Eurocode 2 couvre les aciers de limite d’élasticité allant de 400 MPa
à 600 MPa par rapport au BAEL 91 qui ne couvrait que les aciers de
400 et de 500 MPa.

• L’EC2 propose en plus du diagramme à palier horizontal pour les


contraintes-déformations du matériau, le diagramme à palier incliné
qui possède un palier de plasticité qui permet d’avoir des contraintes
plus grandes qu’auparavant.

• Les aciers utilisés dans l’eurocode sont définis selon trois classes de
ductilité A, B, et C. La redistribution des moments sur les appuis ne
peut se faire qu’avec les aciers de ductilité B et C. Dans le cas des
ponts, les aciers uniquement de classe B et C sont utilisés.

• L’enrobage n’est plus défini à partir des trois classes de nocivités que
sont la fissuration peu préjudiciable, préjudiciable, et très
préjudiciable qui donnait des valeurs de l’enrobage minimal e
respectivement de 1 cm, 3 cm et 5 cm.

Elle est basée à partir d’un enrobage minimal cmin déterminé en


fonction des classes d’exposition de chaque élément auquel on ajoute une
tolérance d’exécution.

• Par rapport au Bael, il n’y avait pas de restrictions concernant la


résistance à la compression du béton à utiliser pour le choix de
l’enrobage.

164
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• A l’EC2, la détermination des enrobages est premièrement liée aux


classes d’environnement et ensuite à la qualité du béton mise en place
(Résistance à la compression et tolérance d’exécution qui peut varier
selon le système de contrôle-qualité mise en place sur le chantier).

Chaque élément porteur peut alors posséder un enrobage différent, ce qui est
une nouveauté par rapport à l’ancien règlement français.

• La limite de l’allongement de l’acier au pivot A qui était de 10 %0


autrefois n’existe plus. Elle a pour limite à l’EC2 valeur de 𝟎, 𝟗𝜺uk qui
est très supérieure à la valeur précédente et qui est fonction des classes
de ductilité respectives A, B et C (22,5%0 , 45 %0 et 67,5 %0).

• Aussi, cela apporte de de nouveaux changements dans l’utilisation


diagramme à palier horizontal pour les aciers. A l’EC2, le diagramme
des déformations pour le diagramme à palier horizontal n’est plus
limité.

• Les valeurs au niveau du coefficient de dilatation (10-5 et du module


de Young de l’acier (Es = 200 GPa) ont été reconduits à l’EC2.

165
Résultats et Analyse dans le cas des Poteaux

II-) Résultats et Analyse dans le cas des Poteaux


II-1) Résultats

Les détails de calculs non-présentes dans le tableau pourront être


retrouvés dans les annexes. Les valeurs inscrites dans le tableau sont les valeurs
significatives observées lors du dimensionnement.

166
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau N°1.19 : Synthèse comparative pour le calcul des poteaux

Synthèse Faibles Courbure Rigidité BAEL 91


Comparative Elancements Nominale Nominale Modifiée 99
EC2 EC2 EC2

Dimensions (Cm2) 40 x 40 30 x 30 30 x 30 30 x 30

Charge Permanente
G(Kn) 280,27 275,64 275,64 272,729

Charge
d’exploitation 57,02 57,02 57,02 59,74
Q(Kn)

Effort Normal 463,895 457,442 457,442 457,795


Pondéré (Kn)

Longueur de 2,18 1,96 1,96 2,26


Flambement(m)

Elancement 18,88 22,63 22,63 26,10

Elancement limite 24,83 20,23 20,23 50

Section
d’armatures 3,20 1,80 1,80 4,80
théoriques( cm2)

Section 4 HA 12 4 HA 10 4 HA 10 4 HA 14
d’armatures (3,52 ) ( 3,14 ) ( 3,14 ) (6,15 )
Définitives(cm2)

167
Résultats et Analyse dans le cas des poteaux

II-2) Analyse
Les différences constatées sont nombreuses tant au niveau de l’essence
des différentes méthodes de calcul qu’au niveau des résultats obtenus

Au niveau des sections d’acier :

Les 4 méthodes de calcul utilisées ont abouti à un calcul de section


minimales d’armatures. Nous avons :

Au niveau des armatures théoriques

• Une économie d’armatures de 62,5 % au niveau des méthodes de la


courbure et de la rigidité nominale de l’Eurocode 2 par rapport à la
Méthode BAEL 91 modifiée 99.

• Une économie d’armatures de 43,75 % au niveau des méthodes de la


courbure et de la rigidité nominale de l’Eurocode 2 par rapport à la
méthode de l’Eurocode 2 dite « des faibles élancements » qui néglige
la prise en compte des effets du second ordre.

Au niveau du choix des sections définitives

• Une économie d’armatures de 48,94 % au niveau des méthodes de la


courbure et de la rigidité nominale de l’Eurocode 2 par rapport à la
Méthode BAEL 91 modifiée 99.

168
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Une économie d’armatures de 30,53 % au niveau des méthodes de la


courbure et de la rigidité nominale de l’Eurocode 2 par rapport à la
méthode de l’Eurocode 2 dite « des faibles élancements » qui néglige
la prise en compte des effets du second ordre.

• Au final, l’Eurocode 2 est bien plus favorable que le BAEL 91


Modifiée 99 pour le calcul des poteaux notamment dans le cas où ces
derniers sont surabondants. On pouvait même, prendre une section
d’aciers de 4 HA 8 totalisant 2,01 cm2 >1,80 cm2 pour le poteau avec
les méthodes de la rigidité et de la courbure nominale.

Au niveau des sections de béton

• Une augmentation de la section de béton de 33 % (Passage de la


section de 30 x 30 cm2 à une section de 40 x 40 cm2 nécéssaire pour
éviter un calcul au second ordre à l’Eurocode 2.

• Les méthodes de pré-dimensionnement utilisées à l’Eurocode 2 sont


différentes de ceux du Bael 91 modifiée 99. Les méthodes issues de
l’eurocode 2 ne font plus mention des coefficients que sont :

o α qui minore la valeur de l’effort normal en prenant en compte le


flambement au travers de l’élancement λ.

o Br qui est la section réduite qui pénalise les poteaux de faible section
sensibles aux imperfections géométriques.

169
Résultats et Analyse dans le cas des poteaux

o k qui prenait en compte la durée d’application des charges qui est


estimée par l’ingénieur ou le concepteur du projet dont l’impact direct
avait pour conséquence une augmentation de la section d’aciers.

Au niveau des charges de calcul

• Les charges de calcul (Effort normal après combinaison de charges)


avec l’utilisation des méthodes de la courbure et de la rigidité nominale
sont légèrement inférieures à celle du Bael 91 modifiée 99.

Cela est due aux valeurs des charges d’exploitation notamment de la


toiture-terrasse inaccessible (0,8 Kn/m2 à l’EC2 contre 1 Kn/m2 au Bael 91
modifiée 99)

• Dans le cas des méthodes dite des faibles élancements, elle est
supérieure à celle du BAEL 91 modifiée 99 du fait de l’augmentation
de la section du poteau qui par conséquent provoque une augmentation
des charges permanentes. (280,27 Kn à l’EC2 contre 272,729 Kn au
Bael 91 modifiée 99).

Au niveau des méthodes de calcul

• Les méthodes de calcul à l’Eurocode 2 sont différentes de celles des


méthodes issues du BAEL 91 modifiée 99.

170
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

En effet, les méthodes de l’Eurocode 2 (Rigidité et Courbure


Nominale) sont plus complexes et prennent en compte le fluage et les effets du
second ordre (imperfections géométriques et déformations) sous une étude
complète afin d’aboutir à une vérification en flexion composée.

Aussi les méthodes de la rigidité nominale et de la courbure sont basées


sur la détermination d’une section d’armatures (Par itération) pour aboutir à une
vérification de la stabilité.

La méthode du Bael 91 modifiée 99 est tout l’inverse. On part de


l’équation de la stabilité de cette dernière pour déterminer la section d’armatures.

• Un point sensible est à relever au niveau de ces méthodes. En général


pour la détermination de la section d’armatures, il est habituel
d’utiliser un diagramme d’interaction dans le cas où la section en
flexion composée est entièrement comprimée. La plupart des
diagrammes d’interaction disponibles ont été effectués sur la base des
aciers S500.

Dans le cas où nous utilisons les aciers S400 et si nous étions dans le
cas d’une compression totale de la part du poteau. Deux possibilités seraient à
prendre en compte entres autres :

171
Résultats et Analyse dans le cas des poteaux

La réalisation de diagrammes d’interaction en se basant sur les S400


et leurs caractéristiques afin de définir un ensemble de point qui
décriront une courbe géométrique fermée qui permettra d’aboutir à une
détermination rapide des sections et de la stabilité de l’ouvrage en
flexion composée.

La réalisation d’un calcul au pivot C.

• La méthode issue du BAEL 91 Modifiée 99 prend en compte ces effets


du second ordre dans sa formule issu de l’article B 8.4,1 sans mener
une étude complète grâce à l’introduction du coefficient α qui
compense les effets du second ordre notamment le flambement en
minorant la valeur de l’effort résistant en agissant sur l’élancement.

NB : Il est important de noter que la notion de compression centrée


n’existe pas réellement dans la nature.

• Une méthode semblable à celle du BAEL existe à l’Eurocode 2 avec


introduction de certains coefficients prenant en en compte les effets du
second ordre. Elle est dite « des recommandations professionnelles
françaises » et n’est applicable que pour des poteaux bi-articulées.

Les méthodes concernant une étude au flambement sont réservées aux


éléments très élancées dont les effets du second ordre ne peuvent être négligés. Il
s’agit entre autres des méthodes de P. Faessel ou de l’utilisation des abaques de
Capra, Robinson et Morisset.

172
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Le calcul des poteaux à l’Eurocode 2 nécessite la prise en compte des


rigidités des éléments (poutres et poteaux) au niveau des liaisons du
poteau lors de la détermination de la longueur de flambement qui
peuvent engendrer des rotations. ( Calcul des coefficients de souplesse
k).

Aussi il est mis en avant la notion de structures à nœuds-déplaçables


et à nœuds non-déplaçables ou nœuds fixes lors du calcul de cette dernière.

En effet,il est à noter que ce paramètre est aussi évoqué dans l’ancien
règlement français.

• Les recommandations professionnelles françaises permettent de


reconduire la valeur de la longueur de flambement égale à 0,7lo comme
au Bael 91 modifiée 99 dans le cas courant des bâtiments, si la raideur
des poteaux n’est pas considérée dans le contreventement et pour
autant qu’ils soient correctement connectés en pied et en tête à des
éléments de raideur supérieure ou égale. (Article 5.8.3.2 du guide des
recommandations professionnelles).

• La longueur lo est différente de celle des méthodes françaises. A


l’Eurocode 2, lo est la longueur de flambement et non plus la longueur
libre du poteau comme il fut habituellement considérée dans le code
de calcul précédent.

173
Résultats et Analyse dans le cas de l’escalier

III) Résultats et Analyse dans le cas de l’escalier

III-1) Résultats
Les résultats pertinents recensés sont disponibles dans l’ensemble des
tableaux ci-dessous. Pour des détails de calcul, il faudra se référer à l’annexe des
notes de calcul.

174
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.20 : Synthèse Comparative des charges de calcul et sollicitations pour

de l’escalier

Synthèse Eurocode 2 Bael 91 modifiée 99


comparative

Epaisseur (cm) 25 20

Charges Gpalier : 7,97 Gpalier : 6,72


permanentes(Kn/ml) Gpaillasse : 12,045 Gpaillasse : 10,62

Charges 2,5 2,5


d’exploitation(Kn/ml)

Charges pondérées Gpalier : 14,51 Gpalier : 12,82


ELU (Kn/ml) Gpaillasse : 20,01 Gpaillasse : 18,09

Moment Max en
travée ( Kn.m) 75,04 64,26

Moment sur Appuis 11,26 9,639


(Kn.m)

Effort tranchant (Kn) VA =48,45 VA=43,01


ELU VB = 49,10 VB= 42,35

175
Résultats et Analyse dans le cas de l’escalier

Tableau 1.21 : Synthèse comparative des armatures de l’escalier

Synthèse comparative Eurocode 2 Bael 91 modifiée 99

Diagramme Béton Rectangulaire simplifié Rectangulaire simplifié

Diagramme acier Palier Palier incliné Palier Horizontal


Horizontal

Section d’armatures 3,62 1,97


Minimales (cm2)

10,67 10,26 12,47


Section d’armatures
Paillasse (cm2)
10,77 13,85

1,53 1,45 1,72


Section d’armatures sur
appuis ( cm2)
4,52 4,52

Section d’armatures de 2,12 2,05 3,46


répartition (Paillasse)
(cm2)
4,02
5,50

Section d’armatures de 0,31 0,29 1,97


répartition (Appuis)
(cm2)
2,01
3,02

176
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Les valeurs en orange dans ce tableau sont les sections d’armatures


théoriques des aciers, c’est-à-dire les sections d’acier déterminées juste après
calcul et les sections en rouge sont les sections d’acier définitives.

Tableau 1.22 : Synthèse comparative des valeurs de cisaillement, Contraintes et

Dispositions Constructives de l’escalier selon les deux codes de

calcul

Synthèse
comparative Eurocode 2 Bael 91 modifiée 99

VedA =47,36 Kn ˂ Vrd,c=


Nécessité 119,033 Kn τu max = 0,26 MPa < τulim = 1,17
d’armatures MPa
transversales Vedb =48,02 Kn ˂ Vrd,c =
118,947 Kn Pas d’armatures transversales
Pas d’armatures
transversales

Espacement Sens Lx = 12 cm Sens Lx =12 cm


Sens Ly = 35 cm Sens Ly = 35 cm

σbc= 2,23 MPa < σbclim =15


MPa (en travée)

Vérification σbc= 10,25 MPa < σbclim = 15 MPa


des contraintes Pas de contraintes à vérifier (sur Appuis)
(Classe XC1)
Contraintes sur le béton sont
vérifiées

Pas de contraintes de l’acier à


vérifier (Fissuration Peu
Préjudiciable)

177
Résultats et Analyse dans le cas de l’escalier

III-2) Analyse
Au niveau des sections de béton

Les sections à déterminer au niveau de l’escalier ne concernent que


l’épaisseur de l’escalier.

• L’épaisseur de l’escalier dans le cas du BAEL 91 modifiée 99 est plus


favorable que celui de l’Eurocode 2 après pré-dimensionnement.
(Différence de 20 % par rapport par l’Eurocode 2).

• Aussi, il est important de remarquer qu’il existait une possibilité


d’obtenir la même épaisseur tant à l’Eurocode qu’au BAEL. En effet,
l’escalier à paillasse à double palier peut se calculer selon les
différentes conditions d’appui : comme une poutre simplement
appuyée ou plus ou moins encastrée.

Si nous choisissons le cas d’un calcul avec des encastrements au


niveau des appuis, le pré-dimensionnement de la dalle en avant-projet détaillé ne
sera plus le cas 1 du tableau A9, mais plutôt le cas 3 avec un encastrement de
pl2/10.Les calculs itératifs donneraient :

178
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Avec h = 0,016 x L x (25 x h + q’) avec q’=5,24 kn/ml

Avec h = 0,20 m

On a : h= 0,016 x 5,70 x (25 x 0,20 + 5,24)1/3 = 0,198

Avec h = 0,21 m

On a h =0,199 m

Avec h = 0,22 on obtient h = 0,20 m

Après 3 itérations, nous constatons que les résultats convergent tous


vers e= 20 cm. Il existait donc la possibilité de prendre e=20 cm en calculant
l’escalier avec des conditions d’appui différentes.

Au niveau des charges de calcul

• Les charges de calcul au niveau du Bael 91 modifiée 99 sont


légèrement plus favorables que celles de l’eurocode 2 puisque dans
cette dernière les portées considérées sont prises d’axe en axe en plus
du poids propre de la paillasse qui a augmenté du fait de l’épaisseur de
la dalle.

Au niveau des Sollicitations

• Le moment fléchissant à l’eurocode 2 est supérieure en travée et sur


appuis celui du BAEL 91 modifiée 99 avec une différence d’environ
de 14, 30 %.

179
Résultats et Analyse dans le cas de l’escalier

• Dans le cas des efforts tranchants au appuis, nous constatons une


augmentation dans le cas de l’eurocode 2 de :

11,22 % par rapport au Bael 91 modifiée 99 dans le cas de l’appui de


gauche .
13,75 % par rapport au Bael 91 modifiée 99 dans le cas de l’appui de
droite.
Au niveau des sections d’acier

• Armatures théoriques

• La section d’armatures à l’eurocode 2 est très favorable par rapport au


BAEL 91 modifiée. Des économies de :

19,72 % par rapport au Bael 91 modifiée 99 avec le diagramme incliné


des aciers.
15,80 % par rapport au Bael 91 modifiée 99 avec le diagramme à
palier horizontal.
Cela est dû :

A l’épaisseur de béton plus grande qui engendre une hauteur utile et


un bras de levier plus grand plus important.

A la possibilité d’utiliser le diagramme à palier incliné en flexion qui


fournit une contrainte des aciers plus grande qui, par conséquent offre
une section d’aciers plus faible.

180
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Aussi, le calcul de la section minimale d’armatures à l’eurocode 2 est


le maximum entre la section minimale pour éviter la non-fragilité et la
section nécessaires pour limiter l’ouverture des fissures et est supérieur
à celui du règlement français.

La section d’armatures minimale à l’eurocode 2 est bien plus


pénalisante que celle du BAEL 91 modifiée 99. (Environ 1,8 fois supérieur à
cette dernière).

• Armatures choisies

• Au niveau des choix définitifs au niveau des armatures de l’escalier et


des appuis en utilisant les mêmes diamètres d’armature, l’Eurocode 2
est légèrement favorable par rapport au Bael 91 modifiée 99 avec 2
barres de moins à ajouter à au niveau de la paillasse.

Au niveau des méthodes de calcul

• Le calcul de l’escalier selon les deux règlements est basé sur le calcul
d’une poutre-dalle. Il n’y pas de grands changements observés.

• L’eurocode dispense de vérifier la maîtrise de la fissuration et


l’ouverture des fissures pour les ouvrages intérieurs classées X0 et
XC1.

• Les contraintes ne sont pas à vérifier l’EC2 dans le cas des classes
d’environnement X0 et XC1.

181
Résultats et Analyse dans le cas de l’escalier

Le Bael ne stipule aucune information quant à des moyens de dispense


du calcul des contraintes sauf dans le cas peu préjudiciable ou il n’est pas
nécéssaire de vérifier la contrainte sur les aciers.

• Le processus de détermination des diamètres maximaux dans le cas


d’une dalle est le même pour les deux règlements.

• La méthode de calcul des espacements maximaux pour les aciers


principaux et de répartition dans une dalle pleine est sensiblement la
même.

• Dans le cadre des deux précédents points observés, l’Eurocode 2 est


moins pénalisant que le Bael du fait du l’épaisseur plus élevé de
l’escalier. Dans le cas de même dimension, elles seront de même
valeur.

• Le calcul de la répartition des armatures secondaires dans le cas de


l’eurocode est moins pénalisant que celui du Bael 91 modifiée 99 en
apportant une réduction de 20 % au lieu de 25 %. (As/5 pour l’EC2
contre As/4 au BAEL 91 modifiée 99)

• Les dalles ne nécessitent pas dans les deux règlements d’effort


tranchant. La vérification de l’absence des armatures transversales est
légèrement différente. A l’EC2, on compare les contraintes de
cisaillement au contrario de l’EC2 qui compare les efforts tranchants.

182
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

IV-) Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique


V-1) Résultats

Tableau 1.23 : Charges et calcul des sollicitations pour la poutre isostatique

Synthèse comparative Eurocode 2 Bael 91 modifiée 99

Dimensions (cm2) 15 x 50 15 x 50

Charges 31,612 30,604


permanentes(Kn/ml)

Charges 7 6,63
d’exploitation(Kn/ml)

Charges pondérées 53,176 51,26


ELU (Kn/ml)

Charges de calcul 38,612 37,234


ELS (Kn/ml)

Moment Max en
travée (Kn.m) (ELU) 46,68 35,39

Moment sur Appuis 7,002 5,308


(Kn.m)(ELU)

Effort tranchant (Kn) VA =62,48 VA=60,23


ELU VB = 62,48 VB= 60,23

183
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

Tableau N°1.24 : Tableau Comparatif du calcul des sections d’armatures

(Eurocode 2)
Synthèse
comparative Eurocode 2

Diagramme Parabole Rectangulaire Bilinéaire Parabole Rectangle Bilinéaire


béton rectangle Simplifié rectangle simplifié

Diagramme Palier Horizontal Palier incliné


Acier

Med 46,68 46,68 46,68 46,68 46,68 46,68


(Travée)
Kn.m

fcd( MPa) 16,7 16,7 16,7 16,7 16,7 16,7

μu 0,092 0,092 0,092 0,092 0,092 0,092

𝛂u 0,120 0,121 0,129 0,120 0,121 0,129

Z (m) - 0,428 0,427 - 0,428 0,427

σs (MPa) 348 348 348 361,805 361,366 360,628

Athéorique 3,15 3,13 3,57 3,03 3,02 3,03


(cm2)

Asmin 1,15 1,15 1,15 1,15 1,15 1,15


(cm2)

Aschosi 3,14 (4 HA 10) (Bielles inclinées à 45° ) et 3,83 ( 2 HA 12 + 2 HA 10)


(cm2) (Bielles inclinées à 21,8°)

184
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.25 :Valeurs des sections d’acier pour la poutre isostatique (BAEL 91

modifiée 99)

Synthèse Bael 91 modifiée 99


comparative

Diagramme Palier Horizontal


Acier

Diagramme
Béton Rectangle simplifié

Mu 35,39

Fbu 14,17

μu 0,0822

𝛂u 0,107

z 0,431

σs 348

Athéorique 2,36

Asmin 0,82

Aschosi 3,83 (2 HA 12 + 2 HA 10)

185
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

Tableau 1.26 : Synthèse comparative au niveau de l’arrêt des barres

Synthèse Eurocode 2 BAEL 91 modifiée 99


comparative
Inclinaison des
bielles 45 ° 21,8 ° 45°

Section d’aciers 4 HA 10 2HA 12 + 2HA 12 + 2HA 10


2HA 10

σs (MPa) 348 348 348

Z(m) 0,428 0,428 0,435

Décalage de la 0,204 0,511 0,40


courbe(m)

Mru1(Mn.m) 0,024 0,034 0,0342

Mru2(Mn.m) 0,024 0,024 0,0238

X1(m) 0,484 0,856 1,00

X2 (m) 1,866 1,494 1,35

Longueur du 1,790 1,66 2,20


second lit

186
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.27 : Synthèse comparative des armatures transversales

Synthèse Eurocode 2 Bael 91 modifiée 99


comparative

Répartition des cadres

Inclinaison 45 ° 21,8 ° 45 °
des bielles

(3 x 20 + 1 x 25 (1 x 17 + 1 x 32,5 (1 x 17 + 2 x 26 + 1 x 31 + 35 + 1 x
Méthode + 1 x 32,5 + 1 x + 2 x 34 + 2 x 34 31 + 2 x 26 + 1 x 17 ) totalisant
générale 25 + 3 x 20) + 1 x 32,5 + 1 x
totalisant 17 ) totalisant 8 cadres

8 cadres 7 cadres

(1 x 10 + 1 x ((16 + 25 x 2 + 35 ((16 + 25 x 2 + 33 +35 x 1+ 35 +33+


x 1 + 33 + 35 + 25 x 2 + 16
20 + 7 x 25+ 1
25 x 2 + 16 x 1 )) totalisant
Méthode de x 20 + 1 x 10) x 2)) totalisant
caquot 8 cadres
totalisant 10
8 cadres
cadres.
10 cadres

(3 x 20 + 1 x (1 x 17 + 1 x 32,5
23,5 + 1 x 34 + + 2 x 34 + 2 x 34 -
Méthode 1 x 34 + 1 x + 1 x 32,5 + 1 x
Simplifiée 23,5 + 3 x 20) 17) totalisant
(EC2) totalisant

9 cadres 7 cadres

187
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

IV-2) Analyses

Au niveau des charges de calcul

• La charge de calcul avec la combinaison de calcul à l’ELU est


supérieure de 3,61 % environ, au niveau de l’Eurocode 2 par rapport
au à la charge de calcul du Bael 91 modifiée 99 dans cette même
combinaison.

• La charge de calcul avec la combinaison de calcul à l’ELS est


supérieure de 3,59 % environ, au niveau de l’Eurocode 2 par rapport
au à la charge de calcul du Bael 91 modifiée 99 dans cette même
combinaison.

• L’eurocode 2 fait apparaître une troisième combinaison de calcul en


plus de la combinaison fondamentale et de la combinaison
caractéristique qui est la combinaison quasi-permanente.

• La combinaison Caractéristique et Fondamentale à l’Eurocode


correspondent respectivement au calcul à l’Etat limite de Service et à
l’Etat Limite Ultime du Bael 91 modifiée 99.

Au niveau des sollicitations

Le moment fléchissant dimensionnant à mi- travée dans le cas de


l’eurocode subit une augmentation de 24,19 % à l’ELU et de 32,58 % à l’ELS
par rapport au BAEL 91 modifiée 99.

188
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Le moment fléchissant dimensionnant au niveau des appuis pour les


armatures chapeaux dans le cas de l’Eurocode subit une augmentation
de 24,19 % à l’ELU et de 32,58 % à l’ELS par rapport au BAEL 91
modifiée 99.

• L’effort tranchant au nu des appuis dans le cas de l’eurocode est


supérieur de 3,6 % par rapport à celui du règlement antérieur
français.

• Le calcul des portées utiles qui à l’Eurocode 2 ne se faisant plus à


partir du nu des appuis, mais plutôt d’axe en axe de ces derniers et
conjugué à l’augmentation des charges de calcul est à l’origine de ces
différences au niveau des sollicitations de calcul.

Au niveau des sections de béton

• Dans le cadre du pré-dimensionnement avec les différentes méthodes


(Avant-projet Sommaire et Avant-Projet Détaillé), les sections de
béton pour la poutre sont identiques.

189
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

Au niveau des sections d’armatures

• Le calcul des aciers au BAEL 91 modifiée 99 est effectué avec le


diagramme rectangulaire simplifié qui se substitue au diagramme
parabole-rectangle dans le cas du béton et le palier horizontal dans le
cas des aciers.

• Le calcul des sections d’aciers dans le cas de l’eurocode 2 fut effectué


en utilisant les trois diagrammes de contrainte-déformation pour le cas
du béton et les deux diagrammes (palier horizontal et incliné) pour les
aciers

Nous avons :

Armatures théoriques

• Les sections d’armatures à l’EC2 pour le cas des diagrammes


identiques comme celui du BAEL 91 modifiée 99, c’est-à-dire en
utilisant le diagramme à palier horizontal pour l’acier et le diagramme
rectangulaire simplifié sont plus favorables pour le règlement français.
Une différence de 25 % environ est observable.

Le cas à l’EC2 avec utilisation du diagramme bilinéaire donne des


résultats moins favorables que précédemment par rapport au BAEL 91 modifiée
99. En effet, une différence de 33,89 % est observé, ce qui équivaut à une
augmentation de 8,89 % par rapport à la dernière différence observée ci-dessus.

190
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ce diagramme donne des résultats dispendieux.

• Les sections d’armatures au BAEL 91 modifiée 99 avec l’utilisation


du diagramme incliné des aciers donnent des résultats plus
économiques que ceux du BAEL 91 modifiée 99. Une réduction
d’environ 15 % par rapport à L’EC2.

• Les sections d’armatures minimales au Bael 91 modifiée 99 est plus


favorable que celle de l’eurocode 2 avec une différence de 28,69 %

• Deux nouvelles notions au niveau des sections d’armatures sont


définies dans l’eurocode 2 :

une nouvelle section d’armatures minimales afin de maitriser la


fissuration si elle est requise. Elle n’existait pas dans le Bael 91
modifiée 99.

une section d’armatures maximale à ne pas dépasser en flexion simple.

Armatures choisies

• La section d’armatures définitives dans le cas du Calcul à l’Eurocode


2 est plus favorable. Une diminution de 18 % est observée par rapport
au Bael 91 modifiée 99. (Cas des bielles inclinées à 45°)

191
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

Il est important de rappeler que le choix de la section d’armatures pour


le ferraillage ne dépend pas uniquement des résultats d’armatures théoriques
obtenues en flexion simple. (2,36 cm2 < 3,13 cm2 )

Les vérifications au niveau de l’effort tranchant particulièrement au


niveau des appuis et la vérification face aux dispositions constructives y jouent
un rôle majeur.

En effet à l’Eurocode 2, ou il est possible de choisir différentes


inclinaisons de bielles de béton pour le calcul des efforts tranchants, la section
d’armatures de 4 HA 10 (3,14 cm2) dans le cas des bielles comme au BAEL
(inclinées à 45°) ne peuvent être utilisées dans le cas des bielles inclinées à 21,8°.

Cela n’est plus acceptable à cause de la vérification des armatures sur


appuis d’about.

• La section d’armatures de 3,83 cm2 (2 HA 12+ 2 HA 10) utilisé à 21,8°


est la même que celle du BAEL 91 modifiée 99.

Au niveau des méthodes de calcul

Au niveau de l’effort tranchant

• Le principe de calcul de l’effort tranchant à l’EC2 est différent de celui


du BAEL. En effet au niveau de cette dernière, ce sont les contraintes
de cisaillement τu qu’il faut comparer avec la contrainte de
cisaillement limite τulim qui détermine la nécessité de la mise en place
des armatures

192
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Dans le cas du règlement européen, ce sont directement les efforts


tranchants Ved de calcul qui sont à comparer avec les efforts tranchants résistants
de calcul (Vrdc).

• L’eurocode 2 nous permet de choisir les angles des bielles. Ils ne sont plus
uniquement de 45° comme dans le règlement français, mais comprise en
entre 21,8° et 45°.

• L’impact direct de ces inclinaisons se situe au niveau du nombre de cadres


et de la longueur des aciers longitudinaux lors de l’arrêt des barres.

Lors de la répartition des armatures transversales, nous observons que :

• Avec l’utilisation des bielles standard à 45° et l’utilisation de la méthode


de caquot, le règlement français est plus favorable que l’eurocode 2

• Dans le cas des bielles inclinées à 21,8° combinée à l’utilisation de caquot


à l’Eurocode 2, nous avons un espacement de calcul légèrement inférieur
à celle du BAEL 91 modifiée 99. Au final, nous avons le même nombre
de cadres, vu que dans les deux cas, l’espacement maximal autorisée fut
dépassé.

193
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

• Dans le cas des bielles à 45 ° avec l’utilisation de la méthode simplifiée


à l’eurocode qui calcule les cadres nécessaires en fonction de l’effort
tranchant établi sur une longueur unitaire l, nous avons une légère
augmentation du nombre de cadres par rapport à l’ancien règlement
français.

• Dans le cas de la méthode générale (45°) qui est aussi basée sur le
calcul de l’effort tranchant jusqu’au point de l’effort tranchant nul,
nous constatons que le Bael 91 modifiée 99 donne les mêmes résultats
que l’eurocode 2 (45°).

• Au final, le calcul à l’aide des bielles inclinées à 21,8° dans le cas de


l’eurocode 2 en utilisant la méthode simplifiée est légèrement plus
favorable pour le calcul des cadres par rapport au Bael 91 modifiée
99.C’est l’unique possibilité au vu des résultats, qui apporte un certain
gain due à l’utilisation des méthodes de calcul de l’EC2 du fait qu’il
donne des espacements de calcul plus importants.

Dans les autres cas, l’utilisation des Bielles inclinées à 45° reste très
avantageux en termes de quantités de cadres à disposer dans la poutre.

194
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Il est important de noter qu’en général, la méthode de caquot a


tendance à donner plus de cadres transversaux à mettre dans la poutre,
car celle-ci nécessite le choix des espacements à partir des
espacements prédéfinis.

En effet, dans le cadre des méthodes où la répartition transversale est


basée sur le calcul de l’effort tranchant au niveau de différentes portions de la
portée de calcul, la valeur des espacements nécessaires n’est pas prédéfinie par
principe, ce qui par conséquent peut entraîner une diminution du nombre des
armatures transversales dans la poutre.

Dans le cas de la méthode générale utilisée à l’Eurocode 2 avec la


répartition de Caquot, nous constatons une augmentation du nombre d’armatures
dues aux raisons exposées ci-dessus.

Avec des espacements non-prédéfinis, il serait possible d’obtenir un


gain sur le nombre d’armatures.

• De plus, la méthode générale est une méthode qui est valide dans tous
les cas de figure, c’est-à-dire qu’elle est applicable dans le cas des
charges uniformément réparties et ponctuelles alors que la méthode de
caquot n’est utilisable que dans le cas des charges uniformément
réparties.

195
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

Répartition des armatures longitudinales

• Le principe de calcul des arrêts de barres longitudinales dans le cadre


des deux règlements est le même à l’exception du mode de calcul de
la courbe de décalage.

• Le décalage de la courbe enveloppe est supérieur dans le cas du BAEL


91 modifiée avec 49 % de différence par rapport à l’eurocode 2 avec
des bielles inclinées standard à 45°.

• Dans le cas des bielles inclinées à 21,8°, le décalage du Bael Modifiée


99 est inférieur de 21,72 % par rapport à celui de l’EC2

• La longueur des armatures longitudinales dans le cas des bielles


inclinées à 21,8° à l’Eurocode 2 avec la même section d’armatures
(3,83 cm2) est plus favorable par rapport au Bael 91 modifiée 99 avec
un Gain de 24,55 %.

• La longueur des armatures longitudinales du second lit dans le cas des


bielles standard à 45° malgré une section d’armatures plus faibles (4
HA 10) est encore plus économique à l’eurocode 2 avec une différence
de 18,64 % par rapport au Bael 91 modifiée 99.

• Si nous avions reconduits la section de 3,83 cm2 avec les bielles


inclinées à 45° à l’EC2 , nous aurions obtenu une longueur de 1,05 m
très inférieure par rapport aux autres variantes de l’EC2 et même du
Bael 91 modifiée 99

196
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ce gain obtenu au niveau de la longueur du second lit d’armatures dans


ce cas, est dû à :

✓ La distance X1 avec le 1er lit de 2 HA 12 est environ 1,7 fois supérieur


que celle avec les 2 HA 10. En effet, elle est liée à l’augmentation du
moment résistant du 1er lit d’armatures

✓ Le décalage al à effectuer au niveau de la courbe des moments dans le


cas des bielles inclinées à 45° est très faible par rapport à ceux à 21,8°
et dans le cas du Bael 91 modifiée 99 (environ 2,5 fois inférieur à celui
du cas avec 21,8° et 4,9 fois environ dans le cas de l’ancien règlement
français.

• Les longueurs d’ancrage au niveau des méthodes EC2 ne sont pas


fixées comme celle du Bael 91 modifiée 99 (ls = 40Φ).

Elles dépendent de la section d’armatures qui permet le calcul d’une


contrainte de calculer afin de déterminer la longueur d’armature à ancrer. Les
calculs sont certes plus longs, mais ont la propension d’être plus cohérents.

• Au final, considérer un calcul à 45° ou à 21,8° pour l’inclinaison des


bielles à l’Eurocode 2 n’apporte pas réellement de gains, car ce qui
est gagné en armatures transversales est compensé automatiquement

197
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

• par une augmentation de la longueur des armatures longitudinales dans


le second lit.
• Par conséquent, le choix de l’inclinaison des bielles à l’eurocode
dépend de l’ingénieur en charge du calcul qui devra estimer les gains
possibles à gagner après une étude plus globale du projet dans son
ensemble.

• Le calcul des cadres à l’eurocode 2 ou au BAEL 91 modifiée 99 sont


les mêmes. Il est basé sur le principe de la détermination d’un
espacement en fonction de l’effort tranchant.
• L’effort tranchant à considérer est prise au nu des appuis malgré
l’utilisation à l’eurocode des portées d’axe en axe.

Vérification aux états limites de service


• Le calcul des contraintes à l’Eurocode 2 n’est pas obligatoire pour
certaines classes d’environnement(X0,XC1) alors que le BAEL 91
modifiée 99 ne dit rien concernant une dispense possible selon les trois
cas possibles de fissuration que sont la fissuration peu préjudiciable,
préjudiciable, ou très préjudiciable.

• Aussi, la limite des contraintes au BAEL 91 modifiée 99 ne se limite


qu’au béton dans le cas d’une fissuration peu préjudiciable. Les
contraintes de vérification sur l’acier n’ont pas de limites. A l’EC2, les
contraintes de traction et de compression sont limitées.

198
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• L’Eurocode 2 et le BAEL 91 modifiée 99 offrent tous les deux des


méthodes de dispense de calcul de la flèche basée sur le ratio d’armatures
et un rapport entre la hauteur et la longueur de l’élément.

• A l’EC2, la plupart des valeurs du rapport l/d ont été définies pour des
armatures de S500 . Il est donc nécéssaire dans le cas des aciers S400 d’y
apporter un correctif (Voir calcul à l’annexe de la poutre isostatique)

• L’Eurocode 2 admet de manière officielle qu’il est normale qu’une


structure en béton doit se fissurer (Article 7.3.1(2)63), ce qui n’était pas le
cas dans le règlement français.

• L’Eurocode 2 propose pour tous les éléments, la possibilité de calculer


l’ouvertures des fissures dans des limites admissibles définis selon
l’ouvrage et sa classe d’environnement et de pouvoir maîtriser la
fissuration qui est inévitable en béton armé.

• Dans le règlement antérieur français, la notion d’ouvertures des fissures


est stipulée, mais il ne fut en aucun cas proposé une méthode de calcul
comme le fait l’Eurocode 2.

63
« Article 7.3.1 : Considérations générales, Commentaire 2 ». Eurocode 2 Calcul des structures en béton Partie
1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.P 109

199
Résultats et Analyse dans le cas de la poutre isostatique

• Selon le Bael 91 modifiée 99, il est mentionné d’après l’article A.4.5,3164


qu’une largeur excessive d’une fissure peut compromettre l’aspect des
parements et qu’il n’est pas fixée une largeur admissible de fissures à
prendre en compte.

Ce qui est tout le contraire de l’EC2 qui fixe des limites admissibles à
respecter d’après le tableau 7.1N de la norme NF 1992-1-1 (Voir tableau 1.28)

Tableau 1.28 : Limite d’ouvertures des fissures65

Dans le Bael 91 modifiée 99, afin de prendre en compte ce phénomène


et de limiter au mieux, il fallait respecter les dispositions constructives au niveau
des armatures, et surtout pour la durabilité des éléments en béton armé par :

64
« Article A.4.5,31 : Principe de la justification,Etat limite d’ouverture des fissures ». Règles BAEL 91 révisées 99
(DTU P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton
armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) +
Amendement A1.Editions CSTB. Février 2000. P 30

65
« Tableau 7.1N tiré de l’Article 7.3.1 Considérations générales, ». Eurocode 2 Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 110

200
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Le respect des enrobages


• la réalisation d’un béton de qualité surtout sa compacité
• L’exécution parfaite des surfaces de reprise
• Les conditions de non fragilité qui est le respect des sections des
armatures minimales dans l’élément en béton armé qui permet d’éviter
la rupture fragile des pièces en béton armé.

Dans le cas de la fissuration peu préjudiciable, les solutions proposées


pour limiter les fissures sont basées sur l’expérience et sont basées le respect des
diamètres des armatures à utiliser dans un élément en fonction de sa géométrie et
de son exposition. (Article A4.5.32366)

• Les méthodes proposées ci-dessus pour limiter l’ouverture des fissures


sont les mêmes principes sur lesquelles est basée l’Eurocode 2 pour le
calcul des fissures.

L’ouverture des fissures est basée sur trois points entre autres :

▪ La recherche d’une section minimal passives ;


▪ La limitation des diamètres de ces dernières ;
▪ La limitation des distances entre ces barres ;

• Le coefficient d’équivalence n n’est plus égale à 15 à l’eurocode 2. Il


est fonction du fluage et n’a pas de limite précise.

66
Article A45.323. Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et
de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre
1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1 Editions CSTB. Février 2000.P 31

201
Cas des Planchers à corps creux y compris poutrelles

• Le guide des recommandations professionnelles françaises propose


d’utiliser dans le cas où une grande précision n’est pas exigée de
réutiliser la valeur de n=15 dans le cas des bétons courants (Article
7.2 et 7.3 du guide des recommandations professionnelles françaises)

V-) Cas des planchers à corps creux y compris poutrelles

V-I) Résultats

Les résultats importants obtenus après calcul ( Voir annexes des


notes de calcul ) seront co-signés dans des tableaux ( Voir Page Suivante)

202
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.29 : Tableau comparatif des sollicitations obtenues entre la méthode


de Caquot et la méthode de redistribution limitée de l’eurocode 2

Méthode de Caquot Méthode de la redistibution limitée


Synthèse comparative
Bael 91 modifiée Des moments (Eurocode 2)
99

Moment sur appui Max 14,61 10,86


Kn.m

Moment en travée Max


AB (4,88 m) Kn.m
13,30 14,81

Moment en travée Max 5,24 5,64


BC (3,43m) Kn.m

Effort tranchant sur


l’appui de gauche Ved A( 13,24 13,97
Kn)

Effort tranchant à gauche


de l’appui intermédiaire 19,07 18,31
Vedbw ( Kn)

Effort tranchant à droite


de l’appui intermédiaire 15,56 14,47
VedbE( Kn)

Effort tranchant sur 8,31 8,62


l’appui de droite Vedc(
Kn)

203
Cas des Planchers à corps creux y compris poutrelles

Tableau 1.30 : Tableau comparatif des sections d’armatures entre l’eurocode 2

et le Bael 91 modifiée 99

Eurocode 2 Bael 91 modifiée 99

Diagramme rectangulaire simplifié (Béton)


Synthèse comparative
Palier
Palier Incliné Palier horizontal
horizontal(Acier) (Acier) (Acier)
Section d’armatures
théorique
En travée AB (4,88 2,10 1,90 1,88
2
m)(cm )

Section d’armatures
théorique
En travée BC( 3,43 m) 0,79 0,73 0,73
2
(cm )
Section D’armatures
théorique 1,53 1,43 2,12
2
Sur appui (cm )
Section d’armatures
choisies sur la travée 2,36 (3HA 10) 2,36 (3 HA 10)
2
AB (4,88 m)(cm )
Section d’armatures
choisies sur la travée 2,36 (3 HA 10) 2,36(3 HA 10)
2
BC (3,43 m)(cm )

Section d’armatures
choisies sur Appuis 1,54 ( 1 HA 14) 2,26 ( 2 HA 12)
2
(cm )

Section d’armatures
minimales (cm2) 2,12 0,44

204
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau 1.31 : Récapitulatif de la répartition des armatures transversales dans


le cas de la poutrelle

Bael 91 modifiée 99 Eurocode 2


Synthèse
comparative Méthode générale Méthode de caquot

: 1 x 9 + 1 x 10 + 18 7 + 13 + 28 x 16 + 13 + 7
1ere travée (4,88 m) x 25 + 1 x 10 + 1 x 9 totalisant 31 cadres
totalisant 21 cadres
1 x 9 + 1 x 115 + 15 x 7 + 9 + 11,5 + 18 x 16 +
2eme travée ( 3,43 m) 20 + 1 x 9 + 1 x 115 11,5 + 9 +7 totalisant 23
totalisant 23 cadres cadres
Total 44 cadres 53 cadres

V-2) Analyses
Au niveau des charges de calcul

• Les avis techniques du CSTB sur les planchers à corps creux avec dalle
de compression ont reconduit les portées de calcul au nu des appuis
tout comme au Bael 91 modifiée 99[𝟏𝟒]. Par conséquent, les charges
de calcul et les sollicitations déterminées sont les mêmes pour les deux
règlements.

205
Cas des Planchers à corps creux y compris poutrelles

• Il faut souligner que l’eurocode 2 ne mentionne nullement, même au


sein de l’Eurocode 1, aucune valeur pour les poids propres des
planchers à corps creux. Ce fait n’est pas seulement au niveau des
planchers à corps creux, mais aussi au niveau de nombreuses charges
d’exploitation comme les collectivités ou les matériels sanitaires qui
existaient au Bael 91 modifiée 99 ( Voir la norme NF P 06 001).

Pour le calcul des planchers à corps creux, il fut reconduit les mêmes
valeurs établis pour le Bael 91 modifiée 99.Cela est possible, vu que l’ingénieur
est responsable de l’estimation des différentes charges à considérer selon la
destination de l’ouvrage et la région considérée.

Au final, la création d’une annexe nationale stipulant les valeurs des


poids propres des planchers à corps creux et d’autres charges permanentes et
d’exploitation à retenir dans nos régions africaines, où ils sont très utilisés est une
possibilité à ne pas négliger, dans le cadre futur d’une adoption de l’Eurocode 2.

Au niveau des sollicitations

• Les moments fléchissants dans la travée BC, au niveau de la méthode


de caquot sont légèrement supérieurs à ceux obtenus par la méthode
de la redistribution limitée de l’eurocode 2.

• Pour le cas de la travée AB, le moment par la méthode de caquot est


moins pénalisant que celle de l’EC2 avec une différence de 10,20 %
par rapport à cette dernière.

206
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Les moments fléchissants sur appui sont plus favorables à L’eurocode


2 qu’au Bael 91 modifiée 99.En effet, un gain de 25,67 % par rapport
à la méthode de caquot est observé.

• Au niveau des efforts tranchants, l’eurocode 2 donne des valeurs


dans l’ensemble, qui sont inférieures à ceux de la méthode de caquot.

Au niveau des sections d’armatures

Section d’armatures théorique

• Les sections d’armature théoriques calculées avec le Bael 91 modifiée


99 est légèrement plus économique que celle de l’Eurocode 2 avec le
palier incliné au niveau des travées. Un gain d’environ 1,05 % (Travée
AB) par rapport à l’EC2 est observée.

• Les sections d’armature calculées sur appui à l’EC2 est plus


économique que celle du Bael 91 modifiée 99.Des gains notables de
27,83 % par rapport au calcul du Bael avec le palier horizontal et de
32,55 % avec le palier incliné

• La section d’armatures minimales nécessaires calculée au niveau de


l’EC2 est supérieure à celle du Bael 91 Modifiée 99.

207
Cas des Planchers à corps creux y compris poutrelles

Section d’armatures définitives

• Au niveau des travées, la section d’armatures choisies est la même


pour les deux règlements malgré des valeurs de moments différents.

• Au niveau des appuis, l’eurocode 2 est plus avantageux que le Bael 91


modifiée 99. Un gain d’armatures de 31,85 % par rapport au Bael 91
modifiée 99 est constatée

• Au niveau des armatures de répartition pour la dalle de compression,


les sections d’armatures sont les mêmes dans le cas des deux
règlements.

Au niveau des méthodes de calcul

• Le calcul des portées à l’eurocode 2 est le même que celui du Bael 91


modifiée 99. Il est considéré au nu des appuis.

Il est important de noter que l’utilisation des portées au nu des appuis


à l’EC2 et non pas entre axes est autorisé par la commission française.

En effet,le fait de calculer les moments d’axe en axe et de ne garder les


moments au nu des appuis sur une poutre continue revient à faire le calcul des
moments au nu des appuis, car on équilibre le même moment isostatique en
travée. (Clause 5.3.3.2(2)67,)

67
« Article 5.3.3.2(2), Portée entre nus ».Guide des recommandations professionnelles pour l’application de la
norme NF EN 1992 1-1 et de son annexe nationale relatives au calcul de structures en béton.Collection
Recherche Developpement Métier.P 5

208
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• La largeur reprise au niveau de la table de compression est la même


dans les deux règlements. La valeur est égale à l’entraxe des deux
nervures.
• La méthode de caquot et la méthode forfaitaire peuvent être utilisées
dans les deux règlements pour calculer les poutrelles hyperstatiques
dans le cas des planchers à corps creux avec dalle de compression
coulée sur place.

De plus, l’application des différentes méthodes que sont la méthode de


caquot et la méthode forfaitaire sont basées sur les mêmes conditions d’utilisation
excepté cette dernière, dont une condition nouvelle est mentionnée dans le cas de
l’eurocode 2.

En effet,il est stipulé qu’il faut que le rapport xu/d soit inférieur ou égal
à 0,25 afin de s’assurer que la ductilité des aciers sur appui est suffisante. Cela
devra être vérifié après redistribution des moments (Article 105,14268 ,[14])

• La redistribution des moments est l’un des avantages du béton armé.


Le principe de base est de d’abaisser les moments sur appuis tout en
augmentant les moments en travée afin qu’il y ait un équilibre.

68
« Article 105,142 : Méthode de calcul applicables aux planchers à charges d’exploitation modérées,dite
méthode forfaitaire,Domaine d’application ».Planchers nervurés à poutrelles préfabriquées associés à du
béton coulé en œuvre ou associées à d’autres constituants préfabriquées par du béton coulé en
œuvre.Groupe spécialisé N°3.Avis techniques et Documents Techniques d’application.e-Cahiers du
CSTB.cahier 3718.Septembre 2012.P 14

209
Cas des Planchers à corps creux y compris poutrelles

L’Eurocode 2 permet l’utilisation de la méthode de la redistribution


limitée des moments. Elle apporte des diminutions significatives au niveau des
moments sur appuis par rapport à la méthode de caquot. Une différence de 25,67
% par rapport à cette dernière est observée.

• De plus, elle permet de passer de deux armatures longitudinales à une


seule armature longitudinale sur appui tout en conservant la même
section d’armatures en travée (3 HA 10 en travée), malgré
l’augmentation des moments en travée supérieur à celle de la méthode
de caquot.

Par conséquent, la méthode de l’analyse linéaire avec la redistribution


limitée des moments de l’eurocode 2 est bien plus efficace que celle de la méthode
de caquot qui joue le même rôle.

• La méthode de calcul des armatures dans la dalle de répartition ainsi


que les espacements maximaux à l’eurocode 2 est exactement le même
que celle du Bael 91 modifiée 99

• Au niveau de la vérification aux efforts tranchants pour les différents


appuis,il est constaté des calculs un peu plus complexes à l’EC2 avec
l’apparition du calcul de l’angle de la bielle d’about pour les appuis de
rive qui n’existait pas au BAEL 91 modifiée 99.

210
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Les vérifications au niveau des appuis sont sensiblement les mêmes


dans les deux règlements. Nous retrouvons entre autres la vérification
des bielles sur appui d’about, la vérification des sections à ancrer sur
les appuis de rives, et intermédiaires qui sont des vérifications
classiques à faire sur une poutre.

• Les armatures d’effort tranchant sont supérieures dans le cas de


l’eurocode 2 par rapport au Bael 91 modifiée 99.

Cela est dû à la méthode de caquot qui oblige à utiliser des espacements


prédéfinis et à un espacement maximal bien plus faible que celui du BAEL 91
modifiée 99 dans notre cas d’étude (Voir Annexe de calcul des planchers à corps
creux).

211
CONCLUSION GENERALE

Les Eurocodes sont un ensemble de textes européens qui ont été


élaborées dans le but d’uniformiser l’ensemble des codes de calcul de structure
et de limiter les nombreuses disparités existantes dans les règlements de chaque
pays en permettant la libre circulation en ingénierie des différents acteurs de la
construction.

Norme internationale, traduite dans plus de 20 langues et utilisée par


plus de 40 pays en dehors de l’union européenne, elle a remplacé aujourd’hui,
l’ancien code français de calcul de structures en béton armé qu’était le BAEL 91
modifiée 99 qui est encore utilisée en Afrique francophone.

Notre étude non-exhaustive nous a permis de constater que les


principes de bases de calcul de l’eurocode 2 ne diffèrent pas tant de ceux connus
dans le domaine de l’ingénierie, malgré la complexité de nombreux calculs,
l’apparition de nouveaux concepts et de méthodes de dimensionnement.

Elle présente comme tous les codes, de nombreux avantages et des


points qui peuvent sembler pénalisants notamment au niveau des classes
d’environnement, des résistances caractéristiques des bétons, en termes de
qualité, des aciers notamment dans nos pays où les exigences de qualité, et
d’application des règles de construction sont des points sensibles qui sont dans
une commune mesure, difficilement respectées.

Néanmoins, les aspects de durabilité, et de robustesse recherchée par


l’utilisation des Eurocodes peuvent apporter des solutions et avoir un impact
économique sur le coût global de nos constructions.

212
Conclusion générale

En effet, le fait de pouvoir améliorer la performance de différents


ouvrages élémentaires tout en les protégeant des divers risques que ces derniers
peuvent subir tout au long de leur cycle de vie peut certes, être coûteux, pour le
maître d’ouvrage, en termes de dispositions constructives à mettre en œuvre, mais
lui permette de se prémunir contre de nombreux risques, en lui évitant d’énormes
dépenses à long terme en inscrivant son ouvrage dans la durée.

Face aux enjeux de la mondialisation et du développement durable


auxquelles nous devons faire face, à une question sans équivoque qui est de savoir
si nous devons passer aux normes Eurocodes ?

Une étude technique plus poussée muni d’une étude financière sur
l’ensemble d’un projet de construction en collaboration avec tous les acteurs
majeurs du bâtiment et suivi d’une volonté politique, pourront nous donner des
éléments de réponse suffisants pour une future transition vers cette dernière avec
nos propres paramètres régionaux pris en compte au travers d’annexes nationaux
officiels.

213
BIBLIOGRAPHIE

Abdelkarim Anis, E. H. (2007). Construction d'un complexe hotelier.Projet de


fin d'études.ENIG.118 Pages .

Annexe Nationale Francaise.Eurocode 2- Calcul des structures en béton Partie


1-1 : Règles générales et règles pour les Batiments.NF 1992-1-1.Version
9. (2005). AFNOR.

Bentouhami.H. (2012). Comparaison BAEL et EC2 et mise en place d’un outil


de dimensionnement en béton armé à l’Eurocode 2 .Insa Strasbourg.287
Pages.

Chenaf M, D. X. (2011). Combinaisons d’actions selon l’Eurocode


0,Détermination des combinaisons d’actions dans les différentes
situations de Projet,Plan Europe France.126 Pages. Paris: CSTB .

Classes d’Exposition, Durabilité.www-Eurocode-2.fr.6 Pages. (s.d.).

Commission et Avis technique du CSTB. (2012). Planchers nervurés à


poutrelles préfabriquées associées à du béton coulé en œuvre ou
associées à d’autres constituants préfabriqués par du béton coulé en
œuvre.Groupe Spécialisé n° 3 « Structures, planchers et autres
composants structuraux. 86 Pages . e-Cahier du Cstb.

Eurocode 0.Bases de calcul des structures.NF EN 1990.76 Pages . (2003).


Paris: AFnor.

Eurocode 1 : Actions sur les structures.NF EN 1991-1-1.Poids


Volumiques,Poids Propres,Charges d'expoitation des batiments.41 Pages
. (2003). Paris: Afnor.

Eurocode Fascicule 65.Syndicat du béton prêt à l’emploi.48 Pages. (2010).

Gerald, H. (2007, Octobre 05). /ressources/beton-arme-calcul-de-poutres-en-


flexion-simple-l-elu.html. Récupéré sur www.iutenligne.net:
www.iutenligne.net

214
Bibliographie

Guide des Recommandations Professionnelles françaises. . (2007). 36


Pages.Paris: SEBTP.

Guillemont.P. (2013). Aide-Mémoire des Ouvrages en Béton Armé.Quatrième


Edition.364 Pages. Paris: DUNOD.

H, T. (1996). (Conception et Calcul de structures de Bâtiment, (Tome 4).


Presses de l’Ecole Nationale de Ponts et Chaussées.191 Pages. Paris:
Presses de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.

Habiboulahi, M. D. (2012). Etude Technique d'un Batiment R+4 à usage


administratif pour le compte de la DCFE.Mémoire pour l'obtention du
Master 2 en ingenierie de l'eau et de l'environnement Option Génie
Civil.76 Pages.

J.M, P. (2009). Calcul des structures en Béton , Guide d’application.632 Pages


. Eyrolles-Afnor.

J.Pais. (2009). Ferraillage Complet d’une Poutre et Vérifications


Annexes.Conservatoire Nationale des arts et Métiers de Paris.Chaire des
Travaux Publics et Bâtiment.Code CCV109. Chapitre12.45 Pages.

Jean Perchat, J. R. (2002). Pratique du Bael 91 Modifiée 99, Cours et Exercices


corrigés.Quatrième Edition.264 Pages . Paris: Eyrolles.

Laure, M. M. (2014). Comparaison BAEL/EC2 et modélisation PS92/ EC8


appliquée à un établissement hospitalier.Rapport. Projet de Fin d’Etude
de 5ème Année de Génie Civil.Insa Strasbourg.

NF EN 1992-1-1. Eurocode 2. Calcul des structures en béton Partie 1-1 :


Règles générales et règles pour les bâtiments.207 Pages. (2005).
AFNOR.

Nicot.R. (2002). Applications de ‘Eurocode 2,Niveau B. 268 Pages .


Technosup.

Nouhou.O. (2014). Etude comparative entre les deux règlements Eurocode 2 et


Bael 91. Université d’AL Hoceima.

215
Bibliographie

Paris, E. N. (s.d.). Cours sur les Notions de Dimensionnement et d’Avant-Projet


de Bâtiment. Cours de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de
Paris.Version 3.1. Educnet.fr.29 Pages.

Perchat, J. (s.d.). Cours de Béton Armé.Centre des Hautes Etudes de la


Construction.Tome 1.204 Pages . Paris: CHEC-CHEBAP-CHEC .

Q, H. N. (s.d.). Du Passage du Bael à L’Eurocode 2.Département GCU, Institut


National des Sciences Appliquées de Rennes.41 Pages.

Règles BAEL 91 modifiée 99. Règles techniques de conception et de calcul des


ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états
limites. Fascicule 62, titre 1er du CCTG – Travaux section 1 : Béton
armé.221 Pages. (2007). Paris: CSTB.

Sieffert, Y. (2016). Le Béton armé selon l’Eurocode 2, Cours et Exercices


Corrigés.2ème edition 321 Pages. DUNOD.

Thonier H, C. J. (2009). Eurocode 2-Mode d’Emploi,Comprendre la nouvelle


donne du calcul de structures en béton.341 Pages . Paris.

Thonier, H. (1993). Conception et Calcul de structures de Bâtiment, Tome


1.Presses de l’Ecole Nationale de Ponts et Chaussées.352 Pages. Paris:
Presses de l'Ecole Natioanle des Ponts et Chaussées.

Thonier.H. (2006). .Conception et Calcul de structures de Bâtiment,Tome 7,


l’Eurocode 2 Pratique.450 Pages . Paris : Presses de l'ecole Nationale des
Ponts et Chaussées.

216
ANNEXES A

NOTES DE CALCUL

217
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

Annexe 0 : Note de calcul de la descente de charges sur les planchers à corps


creux selon les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris Annexe
Nationale Française.

Description du Projet

Le projet utilisé pour notre étude comparative est celui de la Pharmacie


Segbeya située à Cotonou au Bénin. Elle est Composée de :

• D’un Sous-sol servant de Parking et de deux Magasins


• D’un Rez-de-Chaussée muni d’une pharmacie et d’un hall
• D’une Mezzanine à usage de bureaux
• De quatre niveaux identiques réunissant des appartements et des
bureaux
• D’une Toiture-Terrasse inaccessible

Détermination des charges à prendre en compte

Il s’agit de l’inventaire des charges d’exploitation et permanentes


appliquées à notre structure.

▪ Selon le BAEL 91 modifiée 99

Les valeurs recommandées selon le règlement français doivent se


référer à la norme NF-P 06-004. Dans le cas où il sera dans l’impossibilité de
choisir une valeur correspondante selon le projet ou le type d’élément, le
prescripteur du projet ou l’ingénieur devra l’évaluer et le mentionner dans le
marché.

218
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Dans le cas de notre projet, les planchers considérés sont des planchers à
corps creux avec poutrelles du fait de leur coût économique et des nombreux
avantages qu’elle comporte en termes de :

✓ Facilité de mise en œuvre (non-nécessité de moyen de levage)


✓ De poids général du plancher (relativement très léger par rapport à une
dalle pleine)
✓ Acoustique et thermique qui sont améliorées (isolation contre les
bruits de chocs et aériens)

Elle est composée structurellement de trois éléments principaux :

▪ Les hourdis encore appelés entrevous ou encore creux ont pour


objectif de supporter au départ la dalle de compression en phase de
coulage. Ce sont des éléments de coffrage perdu et d’isolation. Elles
ne jouent aucun rôle mécanique.

▪ Les poutrelles qui sont des poutres en béton armé ou en béton


précontraint de faible section. Elles supportent le plancher et
transmettent ses charges à la structure porteuse qui peut être composée
de poutres, ou de murs porteurs. Elles sont disposées généralement à
intervalle régulier et reçoivent les hourdis.

▪ La dalle de compression appelé dalle de compression ou dalle de


répartition, qui est une dalle en béton coulée sur place sur l’ensemble

219
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

du plancher constitué par les hourdis et les poutrelles. Elle donne au


plancher sa rigidité et assure le report des charges en direction des
poutrelles

Les charges permanentes et d’exploitation à considérer pour le


dimensionnement de cette dernière sont :

• Charges Permanentes
• Le poids du plancher à corps creux

Notre plancher à corps creux est utilisé dans le cas de la toiture-


terrasse inaccessible et des planchers courants. Les entrevous sont de dimensions
50 x 20 x 15 cm3 , 50 x 20 x 20 et 50 x 20 x 30 cm3

Trois types d’épaisseurs de plancher sont utilisées :

Les planchers 20 cm (15 +5), c’est-à-dire 15 cm pour la hauteur des


hourdis et 5 cm pour la hauteur de la dalle de compression.

Les planchers de 25 cm (Type 20 + 5), c’est-à-dire 20 cm pour la


hauteur des hourdis et 5 cm pour la hauteur de la dalle de compression.

Les planchers de 30 cm (Type 30 + 5), c’est-à-dire 30 cm pour la


hauteur des hourdis et 5 cm pour la hauteur de la dalle de compression.

D’après la norme NF P 06-004 on a /

Gplancher hourdis (15+5) = 2,85 Kn/m2

Gplancher hourdis (20 +5) = 3,25 Kn/ m2 (Voir [4])

220
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Gplancher hourdis (30+5) = 4,8 Kn/m2

• Les charges permanentes pour la toiture-terrasse

Poids de l’étanchéité multicouche : 0,12 Kn/m2

Forme de pente (10 cm) = γbéton non armé x épaisseur de pente

= 22 x 0,10

Forme de pente (10 cm) = 2,2 Kn/m2

Gravillons de Protection (5 cm) = 0,2 kn/m2/cm x 5

Gravillons de Protection (5 cm) = 1 kn/m2

Chape flottante en asphalte (2,5 cm) = 0,50 Kn/m2

Isolation thermique en liège (5 cm) = 4 kn/m3 x 0,05 = 0,20 Kn/m2

Enduit aux liants hydrauliques : (2 cm) = 18x 0,02= 0,36 kn/m2

Au niveau de la toiture-terrasse, nous avons trois types d’épaisseurs : 25 cm et 35


cm

Gtoiture-terrasse (30+5) = 4,8 + 0,20 + 0,50 + 1 + 2,2 + 0,12 + 0,36

Gtoiture-terrasse (30+5) = 9,18 Kn/m2

Gtoiture-terrasse (20+5) = 3,25 + (0,20 +0,36) + 0,50 + 1 + 2,2 + 0,12

Gtoiture-terrasse (20+5) = 7,63 Kn/m2

Gtoiture-terrasse (15+5) = 2,85 + (0,20 + 0,36) + 0,50 + 1 + 2,2 + 0,12

221
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

Gtoiture-terrasse (15+5) = 7,23 Kn/ m2

Cas des Planchers courants

Carrelage grès cérame y compris mortier de pose (2cm) = 0,60 Kn/m2

Chape de mortier de ciment = 0,40 Kn/m2

Lit de sable (2 cm) = 18 x 0,02 = 0,36 Kn/m2

Enduit aux liants hydrauliques (2 cm) = 18 x 0,02 = 0,36 Kn/m2

Charge surfacique des murs =1,50 Kn/ m2

Gplancher courant (15+5) = 2,85 + 0,60 + 0,40 + 0,36 + 0,36 + 1,50 = 6,07 Kn/ m2

Gplancher courant (20+5) = 3,25 + 0,60 + 0,40 + 0,36 + 0,36 + 1,50 = 6,47 Kn/m2

Gplancher courant (30+5) = 4,8 + 0,60 + 0,40 + 0,36 + 0,36 + 1,50 = 8,02 Kn/m2

Charges d’exploitation

Elles sont basées sur la norme NF-P 06-004

Dans le cas de la toiture-Terrasse Inaccessible, elle est de :

Qtoiture-Terrasse =1 kn/m2

Dans le cas des planchers courants la valeur de la charge d’exploitation


est fonction de l’usage de la pièce. Nous avons :

222
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Bureaux :2,5 Kn /m2

Escalier : 2,5 Kn /m2

Les logements d’habitation et pièces y comprises (Cuisine, salon,


Toilettes) : 1,5 Kn/m2

Débarras : 2,5 Kn/ m2

Circulation intérieure : Elle est choisie en fonction des pièces qu’elle dessert : 1,5
kn/ m2

Balcons et terrasses : 3,5 Kn/m2

Terrasses (4 ème étage) : 4 Kn/ m2

Parking : 2,5 Kn/m2

Salle de Conférence :4,0 Kn/m2

Hall (Rez-de chaussée) : 4 kn/m2

Hall (R+1 au R+4 y comprise mezzanine) : 2,5 kn/m2

Vestiaire : 2,5 Kn / m2

Salle informatique et déballage : 2,5 Kn/ m2

Zone d’exposition produits : 2,5 Kn/m2

Rayon Pharmacie : 4 Kn/m2

Magasins (Boutiques et Annexes ) : 5 Kn/m2

223
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

Cas de l’Eurocode 2 y compris Annexe nationale Française

Les valeurs des charges permanentes et d’exploitation se retrouvent


au sein de l’Eurocode 1(NF-1991-1-1). Dans le cas des charges permanentes
principalement au niveau des poids du planchers à corps creux, ceux-ci ne sont
nullement mentionnées dans ce règlement.

Nous reprendrons par conséquent, les valeurs des poids propres des
planchers à corps creux utilisées dans la norme française. Les charges au niveau
des autre constituants sont relativement les mêmes.

L’exception dans notre projet est au niveau du poids du béton non armé
qui est prise à 24 Kn/m3, d’où on aura pour la forme de pente :

Forme de pente (10 cm) : 24 x 0,10 = 2,4 Kn/m2

On obtient les résultats suivants au niveau de la toiture-terrasse :

o Gtoiture-terrasse (30+5) = 4,8 + 0,20 + 0,50 + 1 + 2,4 + 0,12 + 0,36

Gtoiture-terrasse (30+5) = 9,38 Kn/m2

o Gtoiture-terrasse (20+5) = 3,25 + 0,20 + 0,50 + 1 + 2,4 + 0,12 + 0,36

Gtoiture-terrasse (20+5) = 7,83 Kn/m2

o Gtoiture-terrasse (15+5) = 2,85 + 0,20 x 2 + 0,50 + 1 + 2,4 + 0,12 + 0,36

Gtoiture-terrasse (15+5) = 7,43 Kn/ m2

224
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Pour les planchers courants, on repartira avec les mêmes charges


permanentes calculés dans le cas de la norme française

o Gplancher courant Eurocode(15+5) = 2,85 + 0,60 + 0,40 + 0,36 + 0,36 + 1,50 =


6,07 Kn/ m2
o Gplancher courant Eurocode (20+5) = 3,25 + 0,60 + 0,40 + 0,36 + 0,36 + 1,50
= 6,47 Kn/m2
o Gplancher courant Eurocode(30+5) = 4,8 + 0,60 + 0,40 + 0,36 + 0,36 + 1,50 =
8,02 Kn/m2

Pour le choix des charges d’exploitation, l’Eurocode 1 précise de


définir la catégorie d’utilisation qui est la classe d’usage des pièces le constituant
à partir des tableaux. Le choix des catégories doit se faire avec l’aide du maître
d’ouvrage.

Nous aurons dans notre projet, la répartition suivante :

▪ Sous-sol (Parking, Débarras et Magasins)

Parking (Catégorie F), Débarras (Catégorie A), Magasin (Catégorie E1)

▪ Rez-de-Chaussée

Hall (Catégorie C2), Vestiaire (Catégorie C1), Pharmacie (Catégorie C3),


Bureaux (Catégorie B), Toilettes (Catégorie A)

▪ Mezzanine

Bureaux (Catégorie B), Exposition produits (Catégorie C3), Hall (C2),


Toilettes (Catégorie A)

225
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

o 1er étage, 2ème étage, 3ème étage

Ce sont des appartements à usage d’habitation

Les pièces telles que : (Séjour, toilettes, chambre, Cuisine, Sas,


Dégagement, Débarras) seront de catégorie A

Balcons et Escalier (Catégorie A)

226
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau A0 : Catégories d’usages allant de A à D 69

69
Reproduit à partir de « l’article 6.3.1.1, Valeurs Caractéristiques des charges d’exploitation, Bâtiments
résidentiels, sociaux, commerciaux ou administratifs, » dans NF 1991-1-1,Actions sur les structures,
Poids volumiques,Poids propres, Charges d’exploitation pour les bâtiments. Editions AFNOR.2001. P 15

227
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

Tableau A1 : Catégorie d’usage des aires de stockage et des locaux industriels

70

70
Reproduit à partir de « l’article 6.3.2.2, Valeurs Caractéristiques des charges d’exploitation-
Valeurs des Actions ».NF 1991-1-1 Actions sur les structures, Poids volumiques,Poids propres, Charges
d’exploitation pour les bâtiments. Editions AFNOR.2001. P 18

228
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau A2 : Catégorie d’usage des aires de circulation et de stationnement

dans les bâtiments 71

71
Reproduit à partir de « l’article 6.3.3.1, Catégories- Garages et Aires de Circulation accessibles aux véhicules
(Hors ponts) Valeurs des Actions ».NF 1991-1-1 Actions sur les structures, Poids volumiques,Poids propres,
Charges d’exploitation pour les bâtiments. Editions AFNOR.2001. P 21

229
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

Tableau A3 : Catégorie de Toitures72

Terrasse (Catégorie A)

Hall (Catégorie A)

o 4ème étage

Les pièces telles que : (Séjour, toilettes, chambre, Cuisine, Sas,


Dégagement, Débarras) seront de catégorie A

Balcons (Catégorie A)

Salle de reunion : Catégorie C2

Hall : Catégorie A

72
Reproduit à partir de « l’Article 6.3.4, Valeurs Caractéristiques des charges d’exploitation, , » NF 1991-1-1
Actions sur les structures, Toitures . Editions AFNOR.2001. P 22

230
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

o Toiture-Terrasse inaccessible (Catégorie H)

Puis, après avoir déterminé les catégories de chaque surface, il faudra


choisir les valeurs caractéristiques des charges d’exploitation en fonction de ses
dernières en fonction des tableaux ci-dessous :

231
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

Tableau A4 : Charges d’exploitation des catégories A à D 73

73
Reproduit à partir de « l’article 6.3.1.2, Valeurs des Actions Valeurs Caractéristiques des charges
d’exploitation, Bâtiments résidentiels, sociaux, commerciaux ou administratifs, » NF 1991-1-1 Actions sur les
structures, Poids volumiques,Poids propre, Charges d’exploitation pour les bâtiments. Editions AFNOR.2001.P
16

232
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

Tableau A5 : Charges d’exploitation pour les catégories E74

Tableau A6 : Charges d’exploitation pour les catégories F et G75

Tableau A7 : Charges d’exploitation pour les catégories H76

74
Reproduit à partir de « l’Article 6.3.2.2, Catégories-Aires de stockage et locaux industriels , ». NF 1991-1-1
Actions sur les structures, Poids volumiques,Poids propre, Charges d’exploitation pour les bâtiments
Editions AFNOR.2001. P 18

75
Reproduit à partir de « l’Article 6.3.3.2, Valeurs des Actions-Aires de stockage et locaux industriels , ». NF 1991-
1-1 Actions sur les structures, Poids volumiques,Poids propre, Charges d’exploitation pour les bâtiments
Editions AFNOR.2001. P 21

76
Reproduit à partir de « l’Article 6.3.4.2, Catégories, Toitures » NF 1991-1-1 Annexe Nationale Française
des Actions sur les structures, Poids volumiques,Poids propre, Charges d’exploitation pour les bâtiments
Editions AFNOR.2001. P 7

233
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Nous avons la répartition suivante :

• Sous-sol

Parking : 2,3 Kn/m2 ; Débarras : 2,5 Kn/m2 ; Magasin : 7,5 Kn/m

• Rez-de-Chaussée

Hall : 4 kn/m2 ; Vestiaire : 2,5 kn/ m2 ; Pharmacie : 4 kn/m2 ; Bureau : 2,5 Kn/
m2 ; Toilettes : 1,5 kn/m2 ; Bureau pharmacie : 2,5 Kn/m2

• Mezzanine

Bureaux : 2,5 Kn/m2 ; Exposition produits : 4 kn/m2 ; Hall : 2,5 Kn/m2 ;


Toilettes : 2,5 Kn/m2 (y compris Sas situé au niveau du hall d’attente), Toilettes :
1,5 Kn/m2

• 1er étage au 3 ème étage

Cuisine, Séjour, Débarras, Toilettes, Sas, Dégagement, chambre : 1,5 Kn/m2

Escalier : 2,5 Kn/m2

Terrasse et balcon : 3,5 Kn/m2

• 4ème étage

Cuisine, Séjour, Débarras, Toilettes, Sas, Dégagement, chambre : 1,5 Kn/m2

Salle de reunion : 4 kn/m2

Terrasse : 3,5 kn/m2

234
Note de Calcul de la descente de charges sur les planchers à corps creux selon
les règles BAEL 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 y compris ANF

Toiture-Terrasse non accessible : 0,8 Kn/ m2

235
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Annexe 1 : Note de calcul du plancher à corps creux au Bael 91


modifiée 99

Charge G du plancher (20 + 5) = 6,47 Kn/m2

Largeur de la nervure bner : 10 cm

Dimensions des hourdis : 50 x 50 x 20 cm3

Entraxe des poutrelles : 60 cm

• Caractéristiques de la poutrelle étudiée

Poutre continue sur deux travées respectivement de 4,88 m (1ère


travée) et de 3,43 m (2ème travée). La travée de 4,88 m supporte le plancher de 25
cm et la travée de 3,43 m supporte le plancher de 25 cm.

• Pré-dimensionnement du plancher à corps creux

Il faut vérifier à partir des hypothèses énoncées ci-dessus la double


condition tirée de l’article A4.1,377 concernant les largeurs de table de
compression reprise. Les planchers à corps creux se calculent comme des poutres
en té. On a :

(1) b1 ≤ l1/10 avec l1 : longueur de la travée la plus grande


(2) b1 ≤ (lT – b0)/ 2 : avec lt : Entraxe des poutrelles

77
« Article A 4.1,3 : Largeurs des tables de compression de poutre en té ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-
702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé
suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement
A1.Editions CSTB. Février 2000. P 22

236
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

On a : (1) b1 ≤ 4,88 /10 = 0,49 m

b1 ≤ (60-10)/2 = 25 cm

On prendra b1 = 25 cm ; et on sait que : b = 2b1 + b0 ( Voir figure ci-


dessous) = 2 x 25 + 10 = 60 cm OK ! Le choix de notre entraxe de poutrelles est
confirmé.

Figure A1 : Coupe schématique des poutrelles78

78
« Caractéristiques géométriques des poutrelles ». Etude Technique d’un bâtiment R+4 à
usage administratif pour le compte de la DCFE .Troisième Partie : Etude complète de la structure.Chapitre
1 : Calcul des éléments structuraux.Moussa Dogo Habiboulahi.Mémoire pour l’obtention du master 2
en ingénierie de l’eau et de l’environnement. Juin 2012. P 12

237
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Descente de charges

Calcul des charges permanentes

• 1ère travée

G1 = 6,47 x 0,60 = 3,882 Kn/ml

• 2ème travée

G2 = 6,47 x 0,60 = 3,882 Kn/ml

• Calcul des charges d’exploitation

Q = 1,5 x 0,60 = 0,9 Kn/ml

• Combinaisons d’actions

A L’ELU

Pu1 = 1,35 G + 1,50 Q

= 1,35 x 3,882 + 1,50 x 0,9

Pu1 = 6,590 Kn/ml

Pu2 = 1,35 G + 1,50 Q

= 1,35 x 3,882 + 1,50 x 0,9

Pu2 = 6,590 Kn/ml

238
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

A l’ELS

Pu1 = G + Q

= 3,882 + 0,9

Pu1 = 4,782 Kn/ml

Pu2 = G + Q

= 3,882 + 0,9

Pu2 = 4,782 Kn/ml

• Calcul des sollicitations par la résistance des matériaux

On aura les trois cas de charges suivants :

Cas 1 : Toutes les travées sont chargées : 1ere travée : 6,59 Kn/ml ; 2ème travée :
6,59 Kn/ml

MB = (6,59 x 4,883 + 6,59 x 3,433)/ 8( 4,88+ 3,43)

MB = 15,52 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (6,59 x 4,88/ 2) – ( 15,52/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 12,90 Kn

VedBw = (6,59 x 4,88/ 2) +( 15,52/4,88)

VedBw = 19,26 Kn

VedBE = (6,59 x 3,43/ 2) +( 15,52/3,43)

VedBE = 15,83 Kn

239
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Vedc (Appui de droite) = (6,59 x 3,43/ 2) – (15,52/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 6,78 Kn

MAB (Max) = 12,902 / ( 2 x 6,59) = 12,63 Kn.m

MBC (Max) = 6,782 / ( 2 x 6,59) = 3,47 Kn.m

Les diagrammes RDM déterminés avec le logiciel RDM 6 sont


disponibles aux pages suivantes :

240
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

Figure A2 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle ( Cas de

charges 1 ELU) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Pro logiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

241
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A3 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de charges

1 ELU) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Pro logiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

Cas 2 : 1ère travée(Chargée) : 6,59 Kn/ml ; 2ème travée (déchargée) : 1,35 G =


1,35 x 3,882 = 5,24 kn/ml

MB = (6,59 x 4,883 + 5,24 x 3,433)/ 8( 4,88+ 3,43)

MB = 14,70 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (6,59 x 4,88/ 2) – ( 14,70/4,88)

242
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

VedA (Appui de gauche) = 13,07 Kn

VedBw = (6,59 x 4,88/ 2) +( 14,70/4,88)

VedBw = 19,09 Kn

VedBE = (5,24 x 3,43/ 2) +( 14,70/3,43)

VedBE = 13,27 Kn

Vedc (Appui de droite) = (5,24 x 3,43/ 2) – (14,70/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 4,70 Kn

MAB (Max) = 13,072 / ( 2 x 6,59) = 12,96 Kn.m

MBC (Max) = 4,702 / ( 2 x 5,24) = 2,11 Kn.m

243
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A4 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle (Cas de charges

2 à ELU) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Pro logiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

244
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A5 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de charges 2

à l’ELU) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

Cas 3 : 1ère travée(déchargée) : 1,35 G = 1,35 x 3,882 = 5,24 Kn/ml ; 2ème


travée (chargée) : 6,59 kn/ml

MB = (5,24 x 4,883 + 6,59 x 3,433)/ 8(4,88+ 3,43)

MB = 13,16 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (5,24 x 4,88/ 2) – ( 13,16/4,88)

245
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

VedA (Appui de gauche) = 10,09 Kn

VedBw = (5,24 x 4,88/ 2) +( 13,16/4,88)

VedBw = 15,48 Kn

VedBE = (6,59 x 3,43/ 2) +( 13,16/3,43)

VedBE = 15,14 Kn

Vedc (Appui de droite) = (6,59 x 3,43/ 2) – (13,16/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 7,47 Kn

MAB (Max) = 10,092 / ( 2 x 5,24) = 9,71 Kn.m

MBC (Max) = 7,472 / (2 x 6,59) = 4,23 Kn.m

246
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A6 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle (Cas de charges

3 à l’ELU) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

247
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

Figure A7 : Diagramme des Efforts tranchants de la poutrelle (Cas de charges 3

à ELU) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

• Méthode de redistribution des moments

Le Bael 91 modifiée 99 autorise au niveau de ses Annexes E1 et E2 ,


la redistribution des moments par la méthode forfaitaire79 pour les planchers

79
« Annexe E1,Méthode de calcul applicable aux planchers à charge d’exploitation modérée,dite méthode
forfaitaire » .Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702): Règles techniques de conception et de calcul des
ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG
Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1 .Editions(CSTB) février 2000. P128

248
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

supportant des charges d’exploitation modérée et la méthode de caquot pour les


planchers supportant des charges d’exploitation élevées.

• Conditions à satisfaire

Pour appliquer la méthode forfaitaire, il faut que les Trois conditions soient
réunies :

Q ≤ 2G. on a : 1,5 Kn/m2 ≤ et 2 x G =2 x 6,47 = 12,94 OK !

Les inerties dans chaque travée doivent être les mêmes

Li/Li+1 compris entre 0,8 et 1,25. On a 4,88/3,43 = 1,42 d’où la méthode forfaitaire
n’est pas applicable.On appliquera la méthode de caquot.

On aura les trois cas de charges suivants :

Cas 1 : Toutes les travées sont chargées : 1ère travée : 6,59 Kn/ml ; 2ème travée :
6,59 Kn/ml

MB = (6,59 x 4,883 + 6,59 x 3,433)/ 8,5( 4,88+ 3,43)

MB = 14,61 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (6,59 x 4,88/ 2) – ( 14,61/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 13,09 Kn

VedBw = (6,59 x 4,88/ 2) +( 14,61/4,88)

249
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

VedBw = 19,07 Kn

VedBE = (6,59 x 3,43/ 2) +( 14,61/3,43)

VedBE = 15,56 Kn

Vedc (Appui de droite) = (6,59 x 3,43/ 2) – (14,61/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 7,04 Kn

MAB (Max) = 13,092 / (2 x 6,59) = 13,00 Kn.m

MBC (Max) = 7,042 / (2 x 6,59) = 3,76 Kn.m

Cas 2 : 1ere travée (Chargée) : 6,59 Kn/ml ; 2ème travée (déchargée) : 1,35 G =
1,35 x 3,882 = 5,24 kn/ml

MB = (6,59 x 4,883 + 5,24 x 3,433)/ 8,5( 4,88+ 3,43)

MB = 13,84 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (6,59 x 4,88/ 2) – ( 13,84/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 13,24 Kn

VedBw = (6,59 x 4,88/ 2) + ( 13,84/4,88)

VedBw = 18,92 Kn

VedBE = (5,24 x 3,43/ 2) +( 13,84/3,43)

VedBE = 13,02 Kn

Vedc (Appui de droite) = (5,24 x 3,43/ 2) – (13,84/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 4,95 Kn

250
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

MAB (Max) = 13,242 / ( 2 x 6,59) = 13,30 Kn.m

MBC (Max) = 4,952 / ( 2 x 5,24) = 2,34 Kn.m

Cas 3 : 1ère travée(déchargée) : 1,35 G = 1,35 x 3,882 = 5,24 Kn/ml ; 2ème


travée (chargée) : 6,59 kn/ml

MB = (5,24 x 4,883 + 6,59 x 3,433)/ 8,5( 4,88+ 3,43)

MB = 12,39 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (5,24 x 4,88/ 2) – ( 12,39/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 10,25 Kn

VedBw = (5,24 x 4,88/ 2) +( 10,25/4,88)

VedBw = 14,89 Kn

VedBE = (6,59 x 3,43/ 2) +( 10,25/3,43)

VedBE = 14,29 Kn

Vedc (Appui de droite) = (6,59 x 3,43/ 2) – (10,25/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 8,31 Kn

MAB (Max) = 10,252 / ( 2 x 5,24) = 10,03 Kn.m

MBC (Max) = 8,312 / (2 x 6,59) = 5,24 Kn.m

Récapitulatif ELU

MB = 14,61 Kn.m ; MAB travée = 13,30 Kn.m ;MBctravée = 5,24 Kn.m

251
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

Calcul à l’ELS

Il faudra déterminer une nouvelle fois, les valeurs des moments


fléchissants dues à la résistance des matériaux avant d’effectuer la méthode de
Caquot

On a G + Q = 3,882 + 0,9 = 4,782 Kn

G = 3,882 Kn/ml

On aura les trois cas de charges suivants :

Cas 1 : Toutes les travées sont chargées : 1ere travée : 4,782 Kn/ml ; 2ème travée :
4,782 Kn/ml

MB = (4,782 x 4,883 + 4,782 x 3,433)/ 8( 4,88+ 3,43)

MB = 11,26 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (4,782 x 4,88/ 2) – ( 11,26/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 9,36 Kn

VedBw = (4,782 x 4,88/ 2) +( 11,26/4,88)

VedBw = 13,98 Kn

VedBE = (4,782 x 3,43/ 2) +( 11,26/3,43)

VedBE = 11,48 Kn

Vedc (Appui de droite) = (4,782 x 3,43/ 2) – (11,26/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 4,92 Kn

252
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

MAB (Max) = 9,362 / ( 2 x 4,782) = 9,16 Kn.m

MBC (Max) = 4,922 / ( 2 x 4,782) = 2,53 Kn.m

Figure A8 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle ( Cas de

charges 1 à l’ELU) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

253
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

Figure A9 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de charges 1

à l’ELU) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

Cas 2 : 1ère travée (Chargée) : 4,782 Kn/ml ; 2ème travée (déchargée) : G = 3,882
kn/ml

MB = (4,782 x 4,883 + 3,882 x 3,433)/ 8(4,88+ 3,43)

MB = 10,72 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (4,782 x 4,88/ 2) – ( 10,72/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 9,47 Kn

254
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

VedBw = (4,782 x 4,88/ 2) +( 10,72/4,88)

VedBw = 13,86 Kn

VedBE = (3,882 x 3,43/ 2) +( 10,72/3,43)

VedBE = 9,78 Kn

Vedc (Appui de droite) = (3,882 x 3,43/ 2) – (10,72/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 3,53 Kn

MAB (Max) = 9,472 / (2 x 4,782) = 9,38 Kn.m

MBC (Max) = 3,532 / ( 2 x 3,882) = 1,60 Kn.m

255
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

Figure A10 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle (Cas de

Charge 1 à l’ELS) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

256
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A11 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de charges 2

à l’ELS) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

Cas 3 : 1ere travée(déchargée) : G =3,882 Kn/ml ; 2ème travée (chargée) : 4,782


kn/ml

MB = (3,882 x 4,883 + 4,782 x 3,433)/ 8( 4,88+ 3,43)

MB = 9,69 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (3,882 x 4,88/ 2) – ( 9,69/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 7,49 Kn

257
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

VedBw = (3,882 x 4,88/ 2) +( 9,69/4,88)

VedBw = 11,46 Kn

VedBE = (4,782 x 3,43/ 2) +( 9,69/3,43)

VedBE = 11,03 Kn

Vedc (Appui de droite) = (4,782 x 3,43/ 2) – (9,69/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 5,38 Kn

MAB (Max) = 7,492 / ( 2 x 3,882) = 7,22 Kn.m

MBC (Max) = 5,382 / (2 x 4,782) = 3,03 Kn.m

258
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A12 : Diagramme des moments fléchissants de la poutrelle (Cas de

charges 3 à l’ELS) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

259
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

Figure A13 : Diagramme des efforts tranchants de la poutrelle (Cas de charges

3 à l’ELS) réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France

• Redistribution des moments par la méthode de caquot

Cas 1 : Toutes les travées sont chargées : 1ere travée : 4,782 Kn/ml ; 2ème travée :
4,782 Kn/ml

MB = (4,782 x 4,883 + 4,782 x 3,433)/ 8,5( 4,88+ 3,43)

MB = 10,60 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (4,782 x 4,88/ 2) – ( 10,60/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 9,50 Kn

260
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

VedBw = (4,782 x 4,88/ 2) +( 10,60/4,88)

VedBw = 13,84 Kn

VedBE = (4,782 x 3,43/ 2) +( 10,60/3,43)

VedBE = 11,29 Kn

Vedc (Appui de droite) = (4,782 x 3,43/ 2) – (10,60/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 5,11 Kn

MAB (Max) = 9,502 / ( 2 x 4,782) = 9,44 Kn.m

MBC (Max) = 5,112 / ( 2 x 4,782) = 2,73 Kn.m

Cas 2 : 1ere travée(Chargée) : 4,782 Kn/ml ; 2ème travée (déchargée) : G = 3,882


= 3,882 kn/ml

MB = (4,782 x 4,883 + 3,882 x 3,433)/ 8,5( 4,88+ 3,43)

MB = 10,09 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (4,782 x 4,88/ 2) – (10,09/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 9,60 Kn

VedBw = (4,782 x 4,88/ 2) +( 10,09/4,88)

VedBw = 13,74 Kn

VedBE = (3,882 x 3,43/ 2) +( 10,09/3,43)

VedBE = 9,60 Kn

261
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

Vedc (Appui de droite) = (3,882 x 3,43/ 2) – (10,09/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 3,72 Kn

MAB (Max) = 9,602 / (2 x 4,782) = 9,64 Kn.m

MBC (Max) = 3,722 / ( 2 x 3,882) = 1,78 Kn.m

Cas 3 : 1ere travée(déchargée) : G =3,882 Kn/ml ; 2ème travée (chargée) : 4,782


kn/ml

MB = (3,882 x 4,883 + 4,782 x 3,433)/ 8,5( 4,88+ 3,43)

MB = 9,12 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (3,882 x 4,88/ 2) – ( 9,12/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 7,60 Kn

VedBw = (3,882 x 4,88/ 2) + ( 9,12/4,88)

VedBw = 11,34 Kn

VedBE = (4,782 x 3,43/ 2) +( 9,12/3,43)

VedBE = 10,86 Kn

Vedc (Appui de droite) = (4,782 x 3,43/ 2) – (9,12/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 5,54 Kn

MAB (Max) = 7,602 / ( 2 x 3,882) = 7,44 Kn.m

MBC (Max) = 5,542 / (2 x 4,782) = 3,21 Kn.m

262
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Récapitulatif

Mb = 10,60 Kn.m ; MtravéeAB = 9,64 Kn/ml ; Mtravée BC = 3,21 Kn/ml

• Calcul du moment repris par la table de compression

Mtu = b x ho x (d- ho/2) x fbu avec d = h-3- 0,6 – (1,4/2) = 25- 4,3 = 20,7 cm

= 0,60 x 0,05 x ( 0,207 – 0,05/2) x 14,17

Mtu = 0,078218 Mn.m > Mu = 0,01461 Mn.m. l’axe neutre tombe dans la table de
compression, par conséquent notre poutre en té fonctionne comme une poutre
rectangulaire de largeur b = 0,60 m et de hauteur h = 25 cm

• Calcul des armatures longitudinales en flexion simple

En travée

Travée AB

▪ Calcul de μbu
𝑀0u 13,30 𝑥 0,001
μbu= = = 0,037 ˂ μlu = 0,186
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 0,60 𝑥 0,207 𝑥 0,207𝑥 14,17

μLs= 0,39 pour les HA 400


On a : 0,037 < 0,186= μAB et inférieur à μlu ,d’où nous sommes au pivot A et par
conséquent aucune nécessité d’aciers comprimés. (Asc= 0)

▪ Calcul de α
α = 1,25 (1- (1-2μbu) 0,5)
= 1,25 (1- (1-2 x 0,037)0,5)
α = 0,047
263
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

▪ Calcul de Zb
Zb= d(1-0,4α)
= 0,207 (1-0,4 x 0,047)
Zb= 0,203 m
▪ Calcul de la section d’aciers
Mu 13,30 x 10−3
As = = 𝑥 104 = 1,88 cm2
Zb x Fed 0,203x 348

On choisira 3 HA 10 totalisant 2,36 cm2

• Vérification de la hauteur utile


dréel = 25 – 3-0,6 – (1/2) = 0,209 m > 0,207 m OK ! notre section convient
En travée BC

▪ Calcul de μbu
𝑀0u 5,24,𝑥 0,001
μbu= = = 0,014 ˂ μlu = 0,186
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 0,60 𝑥 0,207 𝑥 0,207𝑥 14,17

μLs= 0,39 pour les HA 400


On a : 0,014 < 0,186= μAB et inférieur à μlu ,d’où nous sommes au pivot A et par
conséquent aucune nécessité d’aciers comprimés. (Asc= 0)

▪ Calcul de α
α = 1,25 (1- (1-2μbu) 0,5)
= 1,25 (1- (1-2 x 0,014)0,5)
α = 0,018

264
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

▪ Calcul de Zb
Zb= d(1-0,4α)
= 0,207 (1-0,4 x 0,018)
Zb= 0,206 m
▪ Calcul de la section d’aciers
Mu 5,24 x 10−3
As = = 𝑥 104 = 0,73 cm2
Zb x Fed 0,206x 348

Notre section de 3 HA 10 conviendra parfaitement sur la travée B

Sur Appuis
▪ Calcul de μbu
𝑀0u 14,61,𝑥 0,001
μbu= = = 0,040 ˂ μlu = 0,186
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 0,60 𝑥 0,207 𝑥 0,207𝑥 14,17

μLs= 0,39 pour les HA 400


On a : 0,04 < 0,186= μAB et inférieur à μlu ,d’où nous sommes au pivot A et par
conséquent aucune nécessité d’aciers comprimés. (Asc= 0)

▪ Calcul de α
α = 1,25 (1- (1-2μbu) 0,5)
= 1,25 (1- (1-2 x 0,040)0,5)
α = 0,051
▪ Calcul de Zb
Zb= d(1-0,4α)
= 0,207 (1-0,4 x 0,051)
Zb= 0,203 m

265
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

▪ Calcul de la section d’aciers


Mu 14,61 x 10−3
As = = 𝑥 104 = 2,07 cm2
Zb x Fed 0,203x 348

On prendra une section de 2 HA 12 totalisant 2,26 cm2

• Vérification sur la hauteur utile

Dréel = h – ( 4,2 x 1,13 + 5,4 x 1,13)/2,26 = 25 – 4,8 = 20,2 cm < 20,7 cm

Il faut recalculer la section avec le dréel afin de vérifier que notre


section d’armatures est suffisante. On a :

▪ Calcul de μbu
𝑀0u 14,61,𝑥 0,001
μbu= = = 0,042 ˂ μlu = 0,186
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 0,60 𝑥 0,202 𝑥 0,202𝑥 14,17

μLs= 0,39 pour les HA 400


On a : 0,042 < 0,186= μAB et inférieur à μlu ,d’où nous sommes au pivot A et par
conséquent aucune nécessité d’aciers comprimés. (Asc= 0)

▪ Calcul de α
α = 1,25 (1- (1-2μbu) 0,5)
= 1,25 (1- (1-2 x 0,042)0,5)
α = 0,054
▪ Calcul de Zb
Zb= d(1-0,4α)
= 0,202 (1-0,4 x 0,054)
Zb= 0,198 m
▪ Calcul de la section d’aciers
Mu 14,61 x 10−3
As = = 𝑥 104 = 2,12 cm2 .
Zb x Fed 0,198x 348

266
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Notre section de 2 HA 12 totalisant 2,36 cm2 > 2,12 cm2. Notre section de 2 HA
12 est validée.

• Armatures pour équillibrer Un moment de 0,15 Mo

On doit équilibrer un moment forfaitaire de 0,15 Mo au niveau des


appuis. On a :

0,15 Mo = 0,15 x 14,61 = 2,19 Kn.m

▪ Calcul de μbu
𝑀0u 2,19,𝑥 0,001
μbu= = = 0,006 ˂ μlu = 0,
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 0,60 𝑥 0,207 𝑥 0,207 𝑥 14,17

On a : 0,006 < 0,186= μAB et inférieur à μlu, d’où nous sommes au pivot A et par
conséquent aucune nécessité d’aciers comprimés. (Asc= 0)

▪ Calcul de α

α = 1,25 (1- (1-2μbu) 0,5)


= 1,25 (1- (1-2 x 0,006)0,5)
α = 0,0752
▪ Calcul de Zb
Zb= d(1-0,4α)
= 0,207 (1-0,4 x 0,0752)
Zb= 0,201 m
▪ Calcul de la section d’aciers
Mu 2,19x 10−3
As = = 𝑥 104 = 0,31 cm2 .
Zb x Fed 0,201x 348

267
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

Notre section de 2 HA 12 totalisant 2,36 cm2 suffit largement pour


reprendre ce moment.

Au final on aura 2 HA 12 sur appui et 3 HA 10 en travée

• Calcul de la section d’armatures minimales

Pour le cas des poutres en té qui fonctionneraient comme une poutre


de largeur rectangulaire de largeur b pour le calcul des sections d’armatures en
flexion simple, la formule de calcul de la section minimale n’est pas celle de la
condition de non-fragilité défini pour les poutres rectangulaires.

La section est vérifiée car :

Dans le cas de la travée,on a :

As = 2,36 cm2 > Asmin = 0,50 cm2 OK !

As = 2,26 cm2 > Asmin = 0,50 cm2 OK !

Le détail des calculs pour la détermination de la section d’armatures


minimales est à retrouver plus loin.

• Armatures de répartition dans la dalle de compression (Article


B6.8,42380)
• Armatures perpendiculaires aux nervures

Stmax = 20 cm

80
Article B6.8,423 tiré de «B6.8,42 Règles particulières à certains planchers avec hourdis sur entrevous de terre
cuite ou béton » Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702): Règles techniques de conception et de calcul des
ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG
Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1 .Editions(CSTB) février 2000. P 102

268
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

As ≥ 4b/ fe pour entraxe des nervures comprise entre 50 et 75 cm

As ≥ 200/fe pour entraxe des nervures inférieures ou égales à 50 cm

On aura : AS ≥ (4 x 60)/ 400 = 0,6 cm2/ ml

• Armatures parallèles aux nervures

As doit être supérieure ou égale à la moitié des armatures ci-dessus :

Stmax = 33 cm

On aura As ≥ 0,3 cm2/ml

On prendra au final comme armatures perpendiculaires et parallèles aux


nervures 6 HA 6 totalisant 1,70 cm2/ml

Les armatures seront espacées de 20 cm

Calcul de l’effort tranchant

• Vérifications sur les appuis ( Art A 5.1,31381)

Appui de gauche

81
Article A5.1,313 tiré de « A.5.1,3 Zone d’application des efforts » Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702):
Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode
des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1 .Editions(CSTB)
février 2000. P 40

269
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

AS ≥ VedA / (fe/γs)

AS ≥ (13,24 x 10-3/ 348 ) 104

AS ≥ 0,38 cm2

La section de 3 HA 12 totalisant 2,36 cm2 et 1 HA 12 totalisant 1,13 cm2


sont supérieurs à 0,38 cm2 qui est la section nécéssaire à ancrer sur appuis.Par
conséquent notre section convient.

Appui de droite

AS ≥ Vedc / (fe/γs)

AS ≥ (8,31 x 10-3/ 348 ) 104

AS ≥ 0,24 cm2

La section de 3 HA 12 totalisant 2,36 cm2 et 1 HA 12 totalisant 1,13


cm2 sont supérieurs à 0,24 cm2 qui est la section nécéssaire à ancrer sur appuis.Par
conséquent notre section convient.

• Sur l’Appui intermédiaire ( Art A.5.1,322)82

Il faut vérifier que :

82
Article A5.1,322 tiré de « A 5.1,3 Zone d’application des efforts,Appui intermédiaire » Règles BAEL 91
révisées 99 (DTU P18-702): Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en
béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton
armé) + Amendement A1 .Editions(CSTB) février 2000. P 43

270
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

As = (Vu + Mu/ ( 0,9 d))/ (fe/γs) avec Mu en valeur algébrique

On aura deux cas :

Cas 1

As = ((19,07 x 10-3 – 14,61 x 10-3 / ( 0,9 x 0,209))/348)104 = -1,68 cm2 < 0 OK !


Notre section de 2 HA 12 est donc suffisante

Cas 2

As = ((15,56 x 10-3 – 14,61 x 10-3 / ( 0,9 x 0,209))/348) 104 = -1,78 cm2 < 0
OK !

Notre section de 2 HA 12 est suffisante

• Vérification des bielles sur les différents appuis

Appui de gauche

σbc = 2 VedA / (bo x a) avec a = Bp – 3 – 2 = 15 – 5 = 10 cm

= 2 x 13,24 10-3 / ( 0,102)

σbc = 2,65 MPa ≤ ( 0,8fcj /1,5) = (0,8 x 25/ 1,5) = 13,33 MPa OK !

Appui de droite

σbc = 2 Vedc / (bo x a) avec a = Bp – 3 – 2 = 15 – 5 = 10 cm

= 2 x 8,31 10-3 / ( 0,102)

σbc = 1,66 MPa ≤ ( 0,8fcj /1,5) = (0,8 x 25/ 1,5) = 13,33 MPa OK !

271
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

• Sur Appui intermédiaire ( Art A 5.1,322)

Il faut vérifier que :

σbc = Vug + Vud / (bo x a) ≤ 1,3fcj/ γb avec les efforts tranchants pris en valeur
absolue et a = bp- 2 -3 = 30 – 5 = 25 cm

σbc = (19,07 + 15,52)10-3 / ( 0,25 x 0,10)

σbc = 1,38 MPa < (1,3 x25 / 1,5) = 21,67 MPa OK !

• Calcul des diamètres transversaux

ϕt ≤ Min (h/35 ; ϕlmin ; bo /10)

ϕt ≤ Min (250/35 ; 60 ; 100/10 )

ϕt ≤ Min (7,14 ; 60 ; 10)

ϕt ≤ 7,14 mm

On prendra ϕt = 6 mm

• Calcul de At (Sections d’armatures transversales)

Un cadre fait 2 brins ayant pour section :


0,62 𝑥 𝜋
At = x 2 = 0,57 cm2
4

• Vérification de la Condition de Cisaillement du béton


𝑉𝑢
Il faut vérifier que τu = (Article A.5.1,1) ≤ Min (0,2 fcj/γb ; 5MPa) ( Article
𝑏𝑜 𝑥 𝑑

A.5.1,21183) en Fissuration peu Préjudiciable

83
Article A5.1,211 tiré de « A 5.1,2,Justification d’une zone courante» Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-
702): Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1
Editions(CSTB) février 2000. P 36

272
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

19,07 𝑥 0,001
τu=
0,10𝑥 0,209

0,2 𝑥 25
τu= 0,912 MPa ≤ Min ( ; 5 MPa )
1,5

τu= 0,912 MPa ˂ 3,33 MPa OK !,d’où la nécessité de mettre des armatures
droites d’effort tranchant.

• Calcul de l’espacement Maximal


𝐴𝑡 𝑥 𝑓𝑒
Stmax = Min (0,9d ; 0,40 ; )( Article A.5.1,22)84 )
0,4 𝑏

0,57 𝑥 400
= Min (0,9 x 0,209 ; 0,40 ; x 10−4 )
0,4 𝑥 0,10

= Min (0,188 ; 0,40 ; 0,57)

Stmax = 0,18 m

• Calcul de l’espacement par la méthode générale ou analytique

La méthode générale ou analytique est la méthode qui consiste à


calculer les espacements des différents cadres en fonction de l’effort tranchant
jusqu’au point où celui-ci s’annule.

Différentes variantes existent, mais toutes sont basées sur le principe


évoqué ci-dessus :

Le processus de calcul est le suivant :85

84
« Article A.5.1,22 : Section minimale d’armatures d’âme ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars
1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.
Editions CSTB. Février 2000.P 37

85
« Chapitre 5.4 : Détermination pratique des armatures transversales ». Détermination de ferraillage
complet d’une poutre en flexion simple à l’état limite ultime. Public.iutenligne.net/génie-
civil/béton armé/hivin/beton_armé/documents/Cours_BA_ST2_chap_5.pdf. P 65

273
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

1) Calculer le premier espacement St0 pour Vu0 à x = 0 et placer le


premier cadre à St0/2 ;
2) Si St0< 6 ou 7cm augmenter At et si St0 > Stmax , diminuer At
Répéter ensuite l’espacement n fois (avec « n » nombre de mètres dans
la 1/2 portée par exemple) ;
3) Calculer l’effort tranchant pour cette nouvelle abscisse x = St0/2 +
n.st0 ;
4) Calculer le nouvel espacement St pour ce nouveau Vu ;
5) Répéter l’opération jusqu’à atteindre Vu = 0 ou stmax
6) Dans le cas où l’espacement dépasse généralement l’espacement
maximal, on peut repartir les cadres sur toute la poutre avec
l’espacement maximal où effectuer une répartition en prenant une
valeur de départ proche de l’espacement maximal et effectuer une
répartition.
• Calcul de l’espacement St0 ( Article A.5.1,2386)

0,9x fe x At (Cos α + Sin α)


Sto ≤ 𝑉𝑢 avec :
𝑏𝑜𝛾𝑠( )−0,3 𝑥𝑘𝑥𝑓𝑡𝑗
𝑏𝑥𝑑

k = 1 en flexion simple (Commentaire A.5.1,23)

ft28 = 0.6 + 0,06 Fc28= 0,6 + 0,06 x 25 = 2,10 MPa

cos α + sin α = 1 (α = 90°, armatures droites)


0,9x 400 x 57 x 1
St ≤ 10-3
(100 𝑥 1,15 (0,912−0,3 𝑥 2,1 𝑥 1)

86
« Article A 5.1,23 : Etat limite ultime des armatures d’âme ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars
1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1
Editions CSTB. Février 2000.P 38

274
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

St = 0,63 m

Nous sommes déjà très éloignés de la valeur de l’espacement maximal.


Si nous plaçons le premier cadre à une distance Sto/2 = 18 /2 = 9 cm. Il nous
restera 488– (2 x 9 ) = 470 cm.

On aura la répartition suivante : 1 x 9 + 1 x 10 + 18 x 25 + 1 x 10 + 1


x 9 totalisant 21 cadres dans le cas de la première travée

Pour la seconde travée en avec 9 cm comme départ pour le premier


cadre, il restera 343 -18 = 325 cm ; on repartira comme suite :

On aura 1 x 9 + 1 x 115 + 15 x 20 + 1 x 9 + 1 x 115 totalisant 23 cadres

Ce qui donnera un total de 44 étriers

• Vérification de la flèche

Vérification de la flèche (Art B.6.5.1)87

Le calcul de la flèche n’est pas nécéssaire si les trois conditions


suivantes sont vérifiées. On vérifie dans chaque travée

Travée 1

• h/l ≥ 1/16 ⟹ 25/488 ≥ 0,0625 ⟹ 0,051 < 0,0625 Pas vérifiée


• h/l ≥ Mt/10Mo ⟹ 0,051 ≥ 0,1 (13,30/19,62) ⟹ 0,051 <0,067 Pas
vérifiée

87
« Article B.6.5,1 : Dispositions générales,Etat limite de déformation ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-
702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé
suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) +
Amendement A1.Editions CSTB. Février 2000.P 93

275
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

• As/(bo x d) ≤ 4,2/fe ⟹2,36/(10 x 20,9) ≤ 4,2/400 ⟹ 0,011 > 0,010


OK!

Les trois conditions n’étant pas vérifiées simultanément. Il faudra


calculer la flèche dans cette travée

Travée 2

• h/l ≥ 1/16 ⟹ 25/343 ≥ 0,0625 ⟹ 0,07 > 0,0625 OK !


• h/l ≥ Mt/10Mo ⟹ 0,07 ≥ 0,1 (5,24/9,69) ⟹ 0,07 > 0,054 OK !
• As/(bo x d) ≤ 4,2/fe ⟹2,36/(10 x 20,9) ≤ 4,2/400 ⟹ 0,011 > 0,010 Pas
vérifiée

Les trois conditions n’étant pas vérifiées simultanément. Il faudra


calculer la flèche dans cette travée

On utilisera la méthode de l’inertie fissurée (Art B.6.5.2)

• Calcul de la flèche selon l’inertie fissurée

Travée AB : 4,88 m

• La flèche selon l’inertie fissurée (Art B.6.5.288)

Fi = Mserl2/ 10 Ei IFi

Soit le schéma suivant :

88
« Article B6.5,2 : Evaluation des flèches ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des
états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.Editions CSTB.
Février 2000.P 94

276
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A14 : Schéma de principe pour la détermination des caractéristiques


géométriques d’une section en Té89

• Calcul de Io ( Moment d’inertie totale de la section rendue


homogène)

Io = bv13/ 3 – (b-bo)(v1-ho)3/3 + bo x v23/3 + 15 Ast (d-V1)2

Avec

V1 = XG= ((ho x b) ho/2 + ( h-ho) x bo(h-ho)/2 + ho) + 15 Ast x d )/ (hob + b(h-

ho)+15Ast))

= ((0,05 x 0,60 x 0,05/2) + ( 0,25 – 0,05) x 0,10 (( 0,25 -0,05)/2) + 0,05)

+ 15 x 2,36 x 10-4 x 0,209))/ ( 0,05 x 0,60 + 0,60 (0,25-0,05)+ 15 x10-4

4 x 2,3610-4

89
Reproduit à partir de « Chapitre V : Vérification de la flèche ».Projet de fin d’études.Construction
d’un complexe hotelier.Abdelkarim Anis,EL Hayeb Hazem.ENIG.2006-2007. P 20

277
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

V1 = 0,0292 m

V2 = h-V1

= 25 – 2,92

V2 = 22,08 cm

Nous aurons Io qui sera égale à :

Io = 0,60 x 0,0292/3 – (0,20 x 0,000432643)/3 + 0,05 x 0,22083/3 + 15 x 2,36

10-4 x 0,17982)

Io = 0,000298843 m3

• Calcul de la position de l’axe neutre

Boy12/2 + (b-bo) x ho + n x Ast x y1 – 15Ast x d = 0

0,30y12 + 15 10-4x 2,36 y1 – 15 x 2,36 x 10-4 x 0,209

0,30 y12 + 0,00354y1 – 0,00073986

• Calcul du discriminant

Δ = b2 -4ac

Δ = 0,000900363

Δ0,5 = 0,030006049

Y1 = 0,044 m

• Calcul de la contrainte des aciers σs

σs = 15 Mser (d-y1)/Io

= (15 x 9,64 10-3 (0,209 – 0,044)) / 0,000298843

σs = 79,84 MPa

• Calcul de ρ (Pourcentages d’armatures)

278
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

ρ = A/(bo x d)

= 2,36 10-4 / (0,10 x 0,209)

ρ = 0,011

• Calcul du Coefficient 𝝁

𝜇 = 1- (1,75 x ft28 / 4ρ x σs x + ft28)

= 1 – (1,75 x 2,10 /( 4 x 0,0113 x 79,84 + 2,10)

𝜇 = 0,356

• Calcul du coefficient λi

λi = 0,05 ft28 /( ρ ( 2+ 3bo/b)

= 0,05 x 2,10 / ( 0,0113 (2 + 3 x 0,10/0,60))

λi = 3,716

• Calcul de Ifi

Ifi = 1,1 Io / 1 + λi 𝜇

= 1,1 x 0,000298843 / (1 + 3,716 x 0,356)

Ifi = 0,000141516 m4

• Calcul de la flèche

Fi = Mserl2/ 10 Ei IFi

= 9,64 10 -3 x 4,882 / (10 x 32164,19512 x 0,000141516)

Fi = 0,005043574 m

• Calcul de la flèche admissible

La portée étant inférieure à 5,00 m

279
Note de Calcul du plancher à corps creux au Bael 91 modifiée 99

On a : Flèche admissible = L /500 = 488/500 = 0,976

0,0050443574 m < 0,0976 m OK ! Flèche dans la première travée est vérifiée

Travée BC

• Calcul de la contrainte des aciers σs

σs = 15 Mser (d-y1)/Io

= (15 x 3,2110-3 (0,209 – 0,044)) / 0,000298843

σs = 26,58 MPa

• Calcul du Coefficient 𝝁

𝜇 = 1- (1,75 x ft28 / 4ρ x σs x + ft28)

= 1 – (1,75 x 2,10 /( 4 x 0,0113 x 26,58 + 2,10)

𝜇 = - 0,113

Nous avons 𝜇 < 0 d’où on prend dans ce cas 𝜇 = 0

Ifi = 1,1 Io / 1 + λi 𝜇

= 1,1 x 0,000298843 / 1

Ifi = 0,000328727 m4

• Calcul de la flèche

Fi = Mserl2/ 10 Ei IFi

= 3,21 10 -3 x 3,432 / (10 x 32164,19512 x 0,000141516)

Fi = 0,000357178 m

On a 0,000357178 m < 343/500 = 0,686 10-3 . OK ! la flèche est vérifiée

• Calcul de la section d’armatures minimales

Soit la figure ci-dessous :

280
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A15 : Schéma de principe pour le calcul de la section minimales


d’armatures dans une section en té en flexion simple 90

Igx = bo h3 /3 + ( b-bo) ho3/ 3 – (bo x h +(b-bo)ho )v’2 avec :

v’ = bo h2 + (b-bo)ho2 / (2 (bo x h + (b-bo)ho))

= 0,10 x 0,252 + (0,25 -0,10) x 0,052 / ( 2 x ( 0,10 x 0,25 + 0,15 x 0,05 ))

V’ = 0,0962 m

V = h-v’ = 25 – 9,62 = 15,38 cm

Igx = 0,000298737 m4

Amin = Igx x ft28 / (0,81 h v’x fe)

= 0,000298737 x 2,10 / ( 0,81 x 0,25 x 15,38 10 -2 x 400)

Amin = 0,50 cm2

90
Reproduit à partir de « Chapitre IV : Calcul de ferraillage de la nervure ».Projet de fin d’études.Construction
d’un complexe hotelier.Abdelkarim Anis,EL Hayeb Hazem.ENIG.2006-2007. P 15

281
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

Annexe 2 : Note de calcul du plancher à corps creux à l’Eurocode 2 y


compris annexe nationale française.

• Hypothèses de Calcul
Béton Fyk : C25/30

Acier de type S400 B (Ductilité Normale)

Classe structurale S4 : 50 ans

Classe d’exposition : XC1 (Elément en béton armé non exposé aux intempéries,
situé à l’intérieur du bâtiment)

fcd= 16,7 MPa

La poutrelle étudiée supporte le plancher d’épaisseur : 25 cm. Elle est située au


2ème étage.

• Pré-dimensionnement du plancher à corps creux

On partira avec les épaisseurs de plancher déterminées dans le cadre


du pré-dimensionnement dans le cas du Bael 91 modifiée 99 avec la formule avec

e ≥ L/22,5 cm et entraxe des poutrelles de 60 cm.On repartira avec les mêmes


données que ceux du BAEL 91 modifiée 99.

282
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Définition des portées

L’article 105,13 du guide des avis techniques du CSTB concernant


les Planchers nervurés à poutrelles préfabriquées associées à du béton coulé en
œuvre ou associées à d’autres constituants préfabriqués par du béton coulé en
œuvre(Voir[14])

Tableau A7’: Définition des portées pour les planchers à

Poutrelles91 [14]

91
Reproduit à partir de « l’article 105,13 : Définition des Portées ». Planchers nervurés à poutrelles
préfabriquées associées à du béton coulé en œuvre ou associées à d’autres constituants préfabriqués par du
béton coulé en œuvre.Groupe Spécialisé n° 3 « Structures, planchers et autres composants structuraux.E-
Cahiers du Cstb.N° 3718.Septembre 2012.P 13

283
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Vu que nos poutrelles reposent sur des poutres en béton, la portée


considérée sera prise du nu à nu au niveau des appuis comme dans le cas du Bael
91 modifiée 99.

• Calcul des sollicitations

Les méthodes de continuité telles que la méthode de Caquot et la


méthode forfaitaire sont applicables. Aussi, il autorise la méthode de la
redistribution limitée des moments de l’Eurocode 2 (Article 105,1492)

On appliquera la méthode de la redistribution limitée conformément à


l’article 5.593.

• Conditions d’application de la méthode


1) La poutre doit être sollicitée en flexion (OK !)
2) Le rapport des portées adjacentes doit être compris entre 0,5 et 2

Si nous faisons 4,88/3,43 on obtient 1,42 qui vérifie l’intervalle OK !

Les deux conditions sont vérifiées nous pouvons appliquer cette


méthode. Aussi à la fin, de la redistibution il faudra vérifier la capacité de rotation
plastique

92
Tiré de « l’article 105,14 : Prise en compte des continuités ». Définition des Portées ». Planchers nervurés à
poutrelles préfabriquées associées à du béton coulé en œuvre ou associées à d’autres constituants préfabriqués
par du béton coulé en œuvre.Groupe Spécialisé n° 3 « Structures, planchers et autres composants
structuraux.E-Cahiers du Cstb.N° 3718.Septembre 2012.P 13-14

93
Voir « l’article 5.5 : Analyse élastique-linéaire avec redistribution limitée ». Eurocode 2 Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 57

284
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

On utilisera les résultats de l’analyse linéaire effectué au Bael 91


Modifiée 99 pour effectuer la redistribution.

Le coefficient de redistribution 𝛿 est compris entre 0,7 et 1.

On prendra 𝛿 = 0,7

Cas 1 : Toutes les travées sont chargées : 1ere travée : 6,59 Kn/ml ; 2ème travée :
6,59 Kn/ml

MB = (6,59 x 4,883 + 6,59 x 3,433)/ 8( 4,88+ 3,43)

MB = 15,52 Kn.m

On calcule le nouveau MB

MBredistribué = 0,70 x 15,52 = 10,86 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (6,59 x 4,88/ 2) – ( 10,86/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 13,85 Kn

VedBw = (6,59 x 4,88/ 2) +( 10,86/4,88)

VedBw = 18,31 Kn

VedBE = (6,59 x 3,43/ 2) +( 10,86/3,43)

VedBE = 14,47 Kn

Vedc (Appui de droite) = (6,59 x 3,43/ 2) - (10,86/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 8,14 Kn

MAB (Max) = 13,852 / ( 2 x 6,59) = 14,55 Kn.m

285
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

MBC (Max) = 8,142 / ( 2 x 6,59) = 5,03 Kn.m

Cas 2 : 1ère travée (Chargée) : 6,59 Kn/ml ; 2ème travée (déchargée): 1,35 G = 1,35
x 3,882 = 5,24 kn/ml

MB = (6,59 x 4,883 + 5,24 x 3,433)/ 8( 4,88+ 3,43)

MB = 14,70 Kn.m

On calcule le nouveau MB

MBredistribué = 0,70 x 14,70 = 10,29 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (6,59 x 4,88/ 2) – ( 10,29/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 13,97 Kn

VedBw = (6,59 x 4,88/ 2) +( 10,29/4,88)

VedBw = 18,19 Kn

VedBE = (5,24 x 3,43/ 2) +( 10,29 /3,43)

VedBE = 11,99 Kn

Vedc (Appui de droite) = (5,24 x 3,43/ 2) - (10,29/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 5,99 Kn

MAB (Max) = 13,972 / (2 x 6,59) = 14,81 Kn.m

MBC (Max) = 5,992 / (2 x 5,24) = 3,42 Kn.

286
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

Cas 3 : 1ère travée(déchargée) : 1,35 G = 1,35 x 3,882 = 5,24 Kn/ml ; 2ème


travée (chargée): 6,59 kn/ml

MB = (5,24 x 4,883 + 6,59 x 3,433)/ 8( 4,88+ 3,43)

MB = 13,16 Kn.m

MBredistribué = 0,70 x 13,16 = 9,21 Kn.m

VedA (Appui de gauche) = (5,24 x 4,88/ 2) – (9,21/4,88)

VedA (Appui de gauche) = 10,90 Kn

VedBw = (5,24 x 4,88/ 2) +( 9,21/4,88)

VedBw = 14,67 Kn

VedBE = (6,59 x 3,43/ 2) +( 9,21/3,43)

VedBE = 14,00 Kn

Vedc (Appui de droite) = (6,59 x 3,43/ 2) - (9,21/ 3,43)

Vedc (Appui de droite) = 8,62 Kn

MAB (Max) = 10,902 / (2 x 5,24) = 11,34 Kn.m

MBC (Max) = 8,622 / (2 x 6,59) = 5,64 Kn.m

Vérification de la capacité de rotation

• Calcul de 𝝁u

𝑀𝑒𝑑 10,86 10−3


μu = = = 0,025
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,60 𝑥 0,2072 𝑥 16,7

avec d = h-cnom- 0,6- Φl/2 avec Φl= 14 mm d’où d = 25 -3-0,6-0,7 = 0,207 m


287
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

b= 0,60 car notre section en té au vue de la faible largeur reprise fonctionnera


comme une poutre rectangulaire de largeur b =0,60 m en flexion simple. Elle sera
vérifiée par la suite.

• Calcul de 𝜶𝒖

αu= xu/d = 1,25( 1- ( 1- 2x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,025)0,5)= 0,032< 0,25 OK !

• Calcul de l’expression (k1 + k2 xu/d) (Article 5.5(4)94)

(k1 + k2 xu/d) = 0,44 + 1,25 ( 0,6 + 0,0014/3,5 10-2) x 0,032

(k1 + k2 xu/d) = 0,466

La condition à satisfaire est : 𝛿 ≥ (k1 + k2 xu/d), on a 𝛿 = 0,7 > 0,466 OK !

La capacité de rotation est vérifiée

• Récapitulatif des moments

MB = 10,86 Kn.m ; MABtravée = 14,81 Kn.m ; MBCtravée = 5,64 Kn.m

L’Eurocode 2 permet de retenir le moment au nu de l’appui dans le cas


de liaisons monolithiques si :

Mappui ≥ 0,65 Mencastrement avec Mencastrement = ql2/12

Mencastrement = 6,59 x 4,882/12 = 13,08 Kn.m

0,65 Mencastrement = 0,65 x 13,08 = 8,50 Kn.m

Mbappui = 10,86 > 8,50 OK !

94
Voir « l’article 5.5 : Analyse élastique-linéaire avec redistribution limitée, Commentaire 4 ». Eurocode 2 Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 58

288
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul du moment repris par la table de compression

Mtu =beff x hf x fcd x (d- (hf/2))

= 0,60 x 0,05 x 16,7 x (0,207 – 0,05/2)

Mtu = 0,091182 Mn.m

MedMax = 0,01461 Mn.m < 0,091182 Mn.m ; L’axe neutre est situé au niveau de
la table de compression par conséquent notre poutre en té est défini comme une
section rectangulaire en flexion simple avec beff =bw.

• Calcul des sections d’armatures

On utilisera les deux diagrammes de contraintes déformations de l’acier


que sont le diagramme à palier incliné et le diagramme à palier horizontal.

Pour le diagramme des contraintes-déformations du béton, on utilisera le


diagramme rectangle simplifié.

Cas avec le palier horizontal

En travée

Travée AB

• Calcul de μ
𝑀𝑒𝑑 14,81 10−3
μu = = = 0,034
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,60 𝑥 0,2072 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖
αu= 1,25( 1- ( 1- 2x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,034)0,5)= 0,0432
• Calcul du bras de levier

289
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Zu = d (1- 0,4 αu) = 0,207 (1-0,4 x 0,0432) = 0,203 m


• Calcul de la section As1
𝑀𝑒𝑑
As1 = avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (14,81 x 10-3 / (0,203 x 348)) x 104


As1 = 2,10 cm2
On peut prendre 3 HA 10 totalisant 2,36 cm2
• Calcul du dréel
Avec 3HA 10 on a dréel = 25 -3 -0,6 -0,5 = 0,209 m > 0,207 m OK ! notre section
convient

Travée BC

• Calcul de μ
𝑀𝑒𝑑 5,64 10−3
μu = = = 0,013
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,60 𝑥 0,2072 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖
αu= 1,25( 1- ( 1- 2x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,013)0,5)= 0,016
• Calcul du bras de levier
Zu = d (1- 0,4 αu) = 0,207 (1-0,4 x 0,016) = 0,206 m
• Calcul de la section As1
𝑀𝑒𝑑
As1 = avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (5,64 x 10-3 / (0,206 x 348)) x 104


As1 = 0,79 cm2
La section de 3 HA 10 totalisant 2,36 cm2 est suffisante dans cette travée

290
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

Sur appui
• Calcul de μ
𝑀𝑒𝑑 10,86 10−3
μu = = = 0,025
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,60 𝑥 0,2072 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖
αu= 1,25( 1- ( 1- 2x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,025)0,5)= 0,032
• Calcul du bras de levier
Zu = d (1- 0,4 αu) = 0,207 (1-0,4 x 0,032) = 0,204 m
• Calcul de la section As1
𝑀𝑒𝑑
As1= avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (10,86 x 10-3 / (0,204 x 348)) x 104


As1 = 1,53 cm2
1 HA 14 totalisant 1,54 cm2
• Calcul de dréel
dréel =25- 3-0,6-0,7 = 0,207 m OK ! notre section est vérifiée
Sur appui de rive avec 0,15Mo
Mappui rive = 0,15 x 14,81 = 2,22 Kn.m
• Calcul de μ
𝑀𝑒𝑑 2,21 10−3
μu = = = 0,005
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,60 𝑥 0,2072 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖
αu= 1,25( 1- ( 1- 2x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,005)0,5)= 0,006
• Calcul du bras de levier
Zu = d (1- 0,4 αu) = 0,207 (1-0,4 x 0,006) = 0,207 m
• Calcul de la section As1
291
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

𝑀𝑒𝑑
As1= avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (2,21 x 10-3 / (0,207 x 348)) x 104


As1 = 0,31 cm2
1 HA 14 sur appui intermédiaire prolongé sur les appuis de rive suffit largement.

• Cas avec le palier Incliné


Travée AB
σs1 = fyd(1 + (k-1) ( 𝜀𝑠- 𝜀 0)/(𝜀 uk- ɛ0))
• Calcul de 𝜺ud
𝜺ud = 0,9 x 𝜀 uk= 0,9 x 50 %0 = 45 %0
• Calcul de 𝜺0
𝜺0= (Fyd/ Es) = 348/200= 1,74 %0
• Calcul de 𝜺s
1−0,0432
𝜺s = 3,5%0 x (1- αu)/αu= 3,5 ( ) = 77,52 %0> 45 %0 ON limitera à 45%0
0,0432

• Calcul de k
k = 1,08 – 1 = 0,08
On a : σs1 = fyd (1 + (k-1) ( 𝜀𝑠- 𝜀 0)/ (𝜀 uk- ɛ0)) = (348 x (1+ 0,08((45,00-1,74)/(50-
1,74)))
σs1 = 372, 956 MPa
• Calcul de As1
𝑀𝑒𝑑
As1= avec σs1 = fyd= 372, 956 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (14,61 x 10-3 / (0,206 x 372, 956)) x 104


As1 = 1,90 cm2

292
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

Les 3 HA 10 suffisent largement


Travée BC
σs1 = fyd(1 + (k-1) ( 𝜀𝑠- 𝜀 0)/(𝜀 uk- ɛ0))
• Calcul de 𝜺ud
𝜺ud = 0,9 x 𝜀 uk= 0,9 x 50 %0 = 45 %0
• Calcul de 𝜺0
𝜺0= (Fyd/ Es) = 348/200= 1,74 %0
• Calcul de 𝜺s
1−0,016
𝜺s = 3,5%0 x (1- αu)/αu= 3,5 ( ) = 215,25 %0> 45 %0 ,on limitera à 45%0
0,016

• Calcul de k
k = 1,08 – 1 = 0,08
On a : σs1 = fyd (1 + (k-1) ( 𝜀𝑠- 𝜀 0)/ (𝜀 uk- ɛ0)) = (348 x (1+ 0,08((45,00-1,74)/(50-
1,74)))

σs1 = 372, 956 MPa


• Calcul de As1

𝑀𝑒𝑑
As1= avec σs1 = fyd= 372, 956 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (5,64 x 10-3 / (0,206 x 372, 956)) x 104

As1 = 0,73 cm2

Les 3 HA 10 suffiront

Sur appui

σs1 = fyd(1 + (k-1) ( 𝜀𝑠- 𝜀 0)/(𝜀 uk- ɛ0))

293
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de 𝜺ud

𝜺ud = 0,9 x 𝜀 uk= 0,9 x 50 %0 = 45 %0

• Calcul de 𝜺0

𝜺0= (Fyd/ Es) = 348/200= 1,74 %0

• Calcul de 𝜺s

1−0,032
𝜺s = 3,5%0 x (1- αu)/αu= 3,5 ( ) = 105,875 %0> 45 %0 on limitera à 45%0
0,032

• Calcul de k

k = 1,08 – 1 = 0,08

On a : σs1 = fyd (1 + (k-1) ( 𝜀𝑠- 𝜀 0)/ (𝜀 uk- ɛ0)) = (348 x (1+ 0,08((45,00-1,74)/(50-
1,74)))

σs1 = 372, 956 MPa

• Calcul de As1

𝑀𝑒𝑑
As1= avec σs1 = fyd= 372, 956 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (10,86 x 10-3 / (0,204 x 372, 956)) x 104

As1 = 1,43 cm2

1 HA 14 suffit largement

Au final, on mettra 3 HA 10 en travée Et 1 HA 14 sur appui pour la poutrelle.

294
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

• Vérification de la Condition de non-Fragilité ( Article 9.2.2.1 (1)95)


• Calcul de Asmin

Asmin = Max ((0,26 x fctm)/fyk) x bw x d ; 0,0013 x bw x d)

= Max ((0,26 x 2,6)/400) x 0,60 x 0,209; 0,0013 x 0,60 x 0,209

= Max ((2,12 cm2 ; 1,63 cm2))

Asmin = 2,12 cm2 OK !

• Calcul des armatures maximales (Article 9.2.2.1 (3)96)


• Calcul de Asmax

Asmax = 0,04 Ac

= 0,04 x (0,60 x 0,25) x 104

Asmax = 60 cm2

• Vérification des contraintes

95
Voir « l’article 5.5 : Analyse élastique-linéaire avec redistribution limitée, Commentaire 4 ». Eurocode 2 Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 58

96
Tiré de « l’article 9.2.2.1, Commentaire 1 ». Annexe Nationale française. Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 18

295
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

La poutrelle étant de classe XC1, il n’y a aucune nécessité à vérifier les


contraintes. Elles sont vérifiées d’office.

Répartition des armatures dans la dalle de compression

Le point 4 de l’annexe 1 ,tiré des avis techniques du CSTB97 [14] dans


le cas des planchers à poutrelles coulés sur place avec une dalle de répartition en
béton stipule les valeurs suivantes :

• Armatures perpendiculaires aux poutrelles

Stmax = 20 cm

As ≥ Max (0,1 ho ; 240/fyk)

La valeur de 240/fyk n’est à considérer que si l’entraxe des nervures est


compris entre 50 et 75 mm S’il est inférieur ou égal à 50 mm, la valeur à
Considérer est de 200/fyk.

As ≥ Max (0,1 ho ; 240/fyk) cm2/ml

As ≥ Max (0,1x 5 ; 240/400) cm2/ ml

As ≥ Max (0,5 ; 0,6) cm2/ml

As ≥ 0,6 cm2/ml

On prendra 6 HA 6 totalisant 1,70 cm2 /ml avec un espacement de 20 cm

97
Voir « Point 4 : Armatures minimales des dalles de répartition coulées sur entrevous de coffrage » Planchers
nervurés à poutrelles préfabriquées associées à du béton coulé en œuvre ou associées à d’autres constituants
préfabriqués par du béton coulé en œuvre.Groupe Spécialisé n° 3 « Structures, planchers et autres composants
structuraux.E-Cahiers du Cstb.N° 3718.Septembre 2012.P 40

296
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

• Armatures parallèles aux nervures

Stmax = 33 cm

As supérieur ou égal à la moitié des sections déterminées précédemment

On aura As ≥ 0,6 / 2 = 0,3 cm2/ml

On mettra 6 HA 6 totalisant 1,70 cm2 /ml avec un espacement de 20 cm

• Calcul à l’effort tranchant

Le calcul s’effectuera uniquement avec les bielles inclinées à 45°.Pour


le cas des bielles inclinées à 21,8° il sera explicité dans le cas des poutres
isostatiques

Soit le diagramme de l’effort tranchant suivant obtenu :

Vérification de la Nécessité de mettre des armatures transversales

• Calcul de Vrd,C

Vrd,c= (Crd,c k ∛(100ρ1fck) + k1σcp ) x bw x d) avec :

k = 1 + √(200/d) = 1+ √(200/209) = 1,98 ˂ 2 OK !

Asl = 2,36 + 1,54 = 3,59 cm2 (Somme des armatures tendues du 1er lit)

ρl = (Asl/ bw x d) = 3,59 / (10 x 20,9) = 0,017 ˂ 0,02

σcp = (Ncd / Ac) = 0 MPa

Crd,c= (0,18 /γc) = (0,18 /1,5) = 0,12 d’où:

Vrd,c= (0,12 x 1,98 x ∛((100 x 0,017) x 25) +0)) x 0,10 x 0,209

297
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Vrd ,c = 0,017 Mn

• Calcul de vmin

0,053
vmin = x k3/2 x fck1/2 = (0,053/1,5) x 1,983/2 x 250,5
𝛾𝑐

vmin = 0,492 MPa

Le terme (Crd,ck ∛(100ρ1fck)) a pour valeur minimal vmin d’où :

(Crd,ck ∛(100ρ1fck) = 0,829 MPa > 0,492 MPa OK !

• Calcul de Vrd,Max

La résistance à l’effort tranchant maximal est donnée par : (Article 6.2.3)98

Vrd ,max = αw x bw x z x v1 x fcd / (cotan θ + tan θ’) avec αw = 1

v1 =0,6 (1- (fck/250))

= 0,6 (1 - (25/250))

v1 = 0,54

Z = 0,9 d = 0,9 x 0,209 = 0,188 m

Avec une inclinaison des Bielles à 45 °, on a :

Vrdmax= 1 x 0,15 x 0,188 x 0,54 x 16,7 / (1+1)

98
Voir « l’article 6.2.3 : Eléments pour lesquelles les armatures d’effort tranchant sont requises ». Annexe
Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les
bâtiments.Décembre 2004.P 80

298
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

Vrdmax = 0,127 Mn

• Armatures d’Effort Tranchant en Zone Courante

Ved ≥ Vrd,c

18,19 x 10-3 ˃ 0,017 OK ! d’où la nécessité de mettre des armatures d’effort


tranchant dans la poutrelle.

• Armatures d’effort tranchant en Zone Courante

Vrd,s= (Asw/s) x t x fywd x cotan θ

La densité d’armatures transversales le long de la poutre est donnée


par :

Asw/s = (Vrd,s/ z x fywd x cotan θ )

La densité d’armatures transversales dans la section à une distance d


de l’appui est telle que : Vrd(s) = Ved(d)

On peut aussi prendre Ved sans appliquer de réduction. On prendra la


valeur maximale de l’effort tranchant Ved = 18,19 Kn

Soit dans le cas des bielles inclinées à 45 °, on a :

Asw/so = Ved/ (z x Fywd x cotan θ) = (0,01819 / (0,188 x 348)) x 10000

Asw/so = 2,78 cm2

Justification des appuis d’about

• Ancrage des Armatures inférieures

299
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

L’effort de traction à ancrer en raison du décalage de la courbe des Moments


est dans le cas de la flexion simple avec θ =45 °

• Calcul du décalage

al = z (cotan θ – cotan α) / 2 avec θ =45 °

= 0,188 (1-0) / 2

al = 0,094 m

• Cas de l’appui de gauche avec Ved = 13,97 Kn


• Calcul de l’effort à ancrer

Fe = Ved(0) al / z = 0,50 x Ved x z/ z

= 0,50 x 13,97 x 10-3

Fe = 0,007 Mn

• Calcul de la section d’acier à ancrer

Afyd = Fe d’où:

A = Fe / Fyd = (0,007 / 348) 104

A= 0,20 cm2

• Calcul de l’expression β2 AS

β2 = 0,25

on a : 0,25 x 2,36= 0,59 cm2

300
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

• Vérification de l’ancrage des aciers inférieurs

As ≥ Max (β2 AS ; Fe / Fyd )

As ≥ Max (0,59 cm2 ; 0,20 cm2 )

As ≥ 0,59 cm2

Les armatures que nous avons sur appui sont de 3 HA 10 totalisant 2,36
cm2 > 0,59 cm2. OK ! notre section est vérifiée.

Fe = 0,007 Mn

• Calcul de fbd

fbd = 2,25 x η1 x η2 x fctd

avec η1 = 1(Condition de Bonne d’adhérence) ; η2 =1 ( pour ϕ ≤ 32 mm)

fbd = 2,25 x 1 x 1 x 1,2

fbd=2,7 MPa

• Calcul de σsd

σsd = Fe /As = (7/3,9) x 104 /103

σsd = 17,95 MPa

• Calcul de lbrqd

lbrqd= (ϕ x σsd)/ (4 x fbd) = 17,95 / (4 x 2,7) = 1,66 ϕ

• Longueur d’ancrage Minimale

Lbmin = Max (0,3 lb,rqd ; 10 ϕ ; 100 mm )

301
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

= Max (0,3 x 1,66 x 14 ; 10 x 14 ; 100)

= Max (7 ; 140 ; 100)

Lbmin = 140 mm prendra 200 mm

On considère que α1 x α2 x α3 x α4 x α5 = 1 d’où

Lbd = 1,66 x 14 = 23,24 mm< 140 mm OK ! on prendra Lbd = 200 mm. Vu que
l’appui est de 150 mm à gauche il faudra un ancrage courbe.

• Vérification de la bielle d’about (Article 6.2.5)99


• Inclinaison de la bielle d’about

Sin θ = 1/ (1+ ( lbd/z))2

= 1 / (1+ (20 /18,8)2)0,5

Sin θ = 0,669

D’où θ = Arcsin (0,911)= 41,98°

• Contrainte dans la bielle d’about

σrd = Ved / ( lbd x bw x sin2 θ)

= 13,97 x 10-3/ (0,2 x 0,10 x 0,6692)

σrd = 1,56 MPa

• Contrainte maximale dans la bielle d’about

99
Voir « l’article 6.2.3 : Eléments pour lesquelles les armatures d’effort tranchant sont requises ». Annexe
Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les
bâtiments.Décembre 2004.P 80

302
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

σrdmax = k2 x v’x fcd avec k2 = 0,85 et v’ = 1 – (fck/250) = 1 – ( 25/250) =0,9

d’où σrdmax = 0,85 x 0,9 x 16,7 = 12,78 MPa

Nous avons σrd = 1,56 MPa < 12,78 MPa OK !

Au niveau de l’appui de droite avec Ved = 8,62 Kn

• Calcul de l’effort à ancrer

Fe = Ved(0) al / z = 0,50 x Ved x z/ z

= 0,50 x 8,62 x 10-3

Fe = 0,004 Mn

• Calcul de la section d’acier à ancrer

Afyd = Fe d’où:

A = Fe / Fyd = (0,004 / 348) 104

A= 0,11 cm2

• Calcul de l’expression β2 AS

β2 = 0,25

on a : 0,25 x 2,36= 0,59 cm2

• Vérification de l’ancrage des aciers inférieurs

As ≥ Max (β2 AS ; Fe / Fyd )

As ≥ Max (0,59 cm2 ; 0,11 cm2 )

303
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

As ≥ 0,59 cm2

Les armatures que nous avons sur appui sont de 3 HA 10 totalisant


2,36 cm2 > 0,59 cm2. OK ! notre section est vérifiée.

• Calcul de fbd

fbd = 2,25 x η1 x η2 x fctd

avec η1 = 1(Condition de Bonne d’adhérence) ; η2 =1 ( pour ϕ ≤ 32 mm)

fbd = 2,25 x 1 x 1 x 1,2

fbd=2,7 MPa

• Calcul de σsd

σsd = Fe /As = (4/3,9) x 104 /103

σsd = 10,26 MPa

• Calcul de lbrqd

lbrqd= (ϕ x σsd)/ (4 x fbd) = 10,26 / (4 x 2,7) = 0,95 ϕ

• Longueur d’ancrage Minimale

Lbmin = Max (0,3 lb,rqd ; 10 ϕ ; 100 mm )

= Max (0,3 x 0,95 x 14 ; 10 x 14 ; 100)

= Max (3,99 ; 140 ; 100)

Lbmin = 140 mm prendra 200 mm

304
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

On considère que α1 x α2 x α3 x α4 x α5 = 1 d’où

Lbd = 0,96 x 14 = 13,44 mm< 140 mm OK ! on prendra Lbd = 200 mm. Vu que
l’appui est de 150 mm à gauche il faudra un ancrage courbe.

• Vérification de la bielle d’about


• Inclinaison de la bielle d’about

Sin θ = 1/ (1+ ( lbd/z))2

= 1 / (1+ (20 /18,8)2)0,5

Sin θ = 0,669

D’où θ = Arcsin(0,911)= 41,98°

• Contrainte dans la bielle d’about

σrd = Ved / ( lbd x bw x sin2 θ)

= 8,62 x 10-3/ (0,2 x 0,10 x 0,6692)

σrd = 0,963 MPa

• Contrainte maximale dans la bielle d’about

σrdmax = k2 x v’x fcd avec k2 = 0,85 et v’ = 1 – (fck/250) = 1 – ( 25/250) =0,9

d’où σrdmax = 0,85 x 0,9 x 16,7 = 12,78 MPa

Nous avons σrd = 0,963 MPa < 12,78 MPa OK !

• Vérification sur appuis intermédiaires

On doit vérifier que :

305
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

As ≥ Max ((β2 AS ; Fe / Fyd ) avec Fe/fyd = Ved al/Z + Ned + Med/z avec Med en valeur
algébrique.

Fe/fyd = (18,19 10-3 x 0,50 + 0 – (10,86 10-3/0,188) /348 ) < 0 et β2 AS = 1,54 x


0,25 = 0,39 cm2. Notre de section de 1 HA 14 sur appui est vérifiée.

Dispositions Constructives

• Calcul du pourcentage minimal d’armatures transversales

ρw = ( Asw / (s x bw x sin α)) ≥ ρw,min = 0,08 √(25) / 400= 0,001

d’où on obtient pour des armatures transversales :

Asw/s ≥ bw x ρmin = 0,10 x 0,001 x 104 = 1 cm2/ ml

• Calcul de l’espacement longitudinal maximal

Stmax = 0,75 d (1 + Cotan α)

= 0,75 x 0,209

Stmax = 0,16 m

• Calcul de l’espacement transversal maximal

Stmax = Min (0,75d ; 600 mm)

= Min (0,16; 0,60 )

Stmax =0,16 m

306
Note de Calcul du plancher à corps creux à L‘Eurocode 2 y compris ANF

• Méthode de répartition des cadres

On utilisera la méthode de caquot

1 étrier HA 6 vaut 2 brins totalisant 0,57 cm2

• Calcul de l’espacement so

So = 0,57 / 2,78 = 0,205 m > stmax = 0,16 m

On mettra notre premier cadre à une distance de s tmax / 2 = 16 / 2 = 7


cm qui se trouve dans la suite des espacements de caquot. On repartira stmax qui
est dans la suite de caquot sur toute la poutre

Dans la 1ère travée : nous aurons la répartition suivante :

7 + 13 + 28 x 16 + 13 + 7 totalisant 31 cadres.

Dans la seconde travée ; nous aurons : 7 + 9 + 11,5 + 18 x 16 + 11,5


+ 9 +7 totalisant 23 cadres . On mettra au total 54 cadres.

• Vérification de la flèche

Il faut déterminer la valeur de l/d en fonction du ratio d’armatures à


partir du tableau (Voir annexe de calcul des poutres à l’Eurocode 2)

L’Eurocode donne une méthode pour la dispense de la flèche basée dur


une contrainte de service des aciers (σs = 310 MPa pour Fyk = 500 MPa) et pour
un béton de C30/37.

Henry thonier donne le tableau pour le cas d’un béton de classe C25/30
sans aciers comprimés

307
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Afin de l’harmoniser avec les contraintes des aciers qui peuvent être différentes,
il est possible d’y ajouter un correctif à l’aide du coefficient :

β = 310/ σs = 500/fyk (As,prov/As,req)

• Calcul du pourcentage d’acier

ρ = 100 x As/ (b x d )

= 100 x 390/ (100 x 209)

ρ = 1,87 %

Le ratio d’armatures est compris si, nous regardons dans le tableau est

Supérieur à 1,5 % pour le cas des travées de rive pour des poutres continues.

On a (L/d) = 18

• Calcul du coefficient correctif β

β = 500/400 x (3,90 /3,33) = 1,46 . Pour les valeurs de As,req on utilisera les valeurs
calculées du palier incliné.

• Calcul du rapport (L/d)corrigé

(L/d)corrigé = 18 x 1,46 = 26,28

• Calcul de d

d = 488 / 26,28

d = 18,57 cm

308
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

Avec la seconde travée qui vaut 343 cm, on aura :

d = 343 / 26,28 = 13,05 cm

dréel = 20,9 cm > 13,05 cm et 18,57 cm OK ! il n’y a pas nécessité de vérifier la


flèche.

309
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Annexe 3 : Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le BAEL 91


modifiée 99.

L’escalier servant à l’étude est situé au 2ème étage

Hypothèses

Béton de résistance à la compression de 25 MPa

Acier de limite d’élasticité de Fe 400

La fissuration est peu préjudiciable

Enrobage c = 3 cm

• Calcul des Caractéristiques des Matériaux

Pour le béton

• Calcul de fbu

fbu = 0,85 x fc28/( θ x γb)

= 0,5 x 25/ (1 x 1,5)

fbu = 14,17 MPa

• Calcul de 𝛔bc

σbc = 0,6 x fc28

= 0,6 x 25

σbc = 15 MPa

310
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

Pour l’acier

• Calcul de fed

fed = fe/ γs

= 400 /1.15 = 347,43 ≈ 348 MPa

fed = 348 MPa

• Calcul des Caractéristiques Géométriques de l’escalier

• Calcul du nombre de Contremarches

N = Hauteur d’étage ( y compris l’épaisseur du plancher) / hauteur idéale d’une


marche

Avec hauteur idéale d’une marche ayant pour valeur 17 cm (donnée de


l’architecte)

= 323 / 17

N = 19 contremarches

• Calcul du nombre de Marches

Pour les deux volées :

Nombre de marches = Nombre de contremarches – 1

= 19-1

311
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Nombre de marches = 18 marches par conséquent, 9 marches par volée

• Calcul du Giron g

Par utilisation de la relation de Blondel, nous avons :

59 cm ≤ 2h + g ≤ 64 cm

On prendra par excès : 2h + g = 64 cm

On a : 2 x 17 + g = 64 cm ↔ 34 + g = 64 cm ↔ g = 64-34 = 30 cm

• Vérification du confort de l’escalier

𝐻 17
= = 0,566 ˂ 0,78 OK ! l’escalier est donc confortable.
𝐺 30

• Pré-dimensionnement de la Paillasse de l’escalier

𝐻
α = Arctan ( )
𝐺

17
= Arctan ( )
30

α= 29,54 °

• Longueur de l’escalier

L= 155 + 130 + 9 x 30= 155 + 130 +270 = 555 cm

• Calcul de l’épaisseur de la paillasse

𝐿 555
ep ≥ ↔ ep≥ ↔ ep ≥ 19,82
28 28

On prendra ep = 20 cm
312
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

• Calcul des Charges et surcharges de l’escalier

La méthode utilisée sera inspirée du le livre de Henry Thonier.100

Détermination des charges Permanentes

• Poids Propre de la Paillasse

25 𝑥 0,20
Ppaillasse = = 5,75 Kn/m2
cos 29,54

• Poids Propre des Marches

25 𝑥 0,17
PPmarches = = 2,125 Kn/m2
2

• Poids des Garde-Corps : 0,20 kn/m2

Calcul de la charge G1 (Poids propre des Marches, Contremarches, et du


Garde-Corps)

G1 = 5,75 + 2,125 + 0,20

G1 = 8.075 Kn/m2

• Poids des revêtements

Carrelages scellés y compris mortier de pose : 0,60 Kn/ m2

Lit de sable de 2 cm d’épaisseur : 18 x 0,02 = 0,36 Kn/m2

100
« Chapitre 6.4 : Escalier en béton armé ».Conception et Calcul de structures en bâtiment. Cours de l’école
nationale des ponts et chaussées. Presses de l’école nationale des ponts et chaussées.Tome 4.Henry Thonier.P
1529-1530

313
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

Chape de Ciment de 2cm d’épaisseur : 0,20 x 2 = 0,40 Kn/m2

• Poids Total des Revêtements sur la Paillasse P1 (Marches et


Contremarches y comprises)

P1 = 0,60 + 0,36 + 0,40 = 1,36 Kn/m2

• Calcul de la Charge G2

G2 est la charge totale comprenant :

P1 : le revêtement sur marche (Kn par mètre carré horizontal)

P2 : le revêtement sur contremarche (Kn par mètre carré vertical) qui est le même
que le revêtement sur marche.

P3 : le revêtement en sous-face de la paillasse (Kn par mètre carré Horizontal)

• Poids des revêtements sur la sous-face de la paillasse P3

Enduit aux liants hydrauliques de 2 cm d’épaisseur : 18 x 0,02 = 0,36 Kn/m2

𝐻 𝑃3
G2 = P1 + P2 ( ) +
𝐷 𝐶𝑂𝑆 𝛼

0,17 0,36
= (1,36 x ( )+ + 1,36)
0,30 cos 29,54

G2 = 2,54 Kn/m2

314
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de la Charge totale de la Paillasse G

G = G1 + G2

= 2,54 + 5,75 + 2,125 + 0,20

G = 10,62 Kn/m2

• Calcul des Charges Permanentes sur le Palier

• Poids Propre du palier

go= 25 x 0,20 = 5 Kn/m2

• Poids des revêtements sur le Palier

g1= 1,36 + 0,36 = 1,72 Kn

D’où gpalier = 5+1,72 = 6,72 Kn/m2

• Calcul des charges d’exploitation

Q= 2,5 Kn/m2

• Combinaison de Charges

A l’ELU

Gv= 1,35 G + 1,50 Q

= (1,35 x 10,62) + (1,50 x 2,5)

Gv = 18,09 Kn/ml

315
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

Gpalier = 1,35 x 6,72+ 1,5 x 2,5

Gpalier = 12,82 Kn/ml

A l’ELS

Gvser = G + Q = 10,62+ 2,5 = 13,12 Kn/ml

Gpalier = G+Q= 6,72+ 2,5 = 9,22 Kn/ml

• Calcul des Sollicitations

Principe de Calcul

Le calcul de l’escalier se fait comme celui d’une poutre-dalle.Ce


qui revient par conséquent à un calcul d’une poutre de 1m de largeur reposant sur
ses deux appuis (Poutre Palière au niveau de chaque palier) qui est soumis à la
flexion simple.

Les schémas de charges et le calcul des sollicitations ont été réalisés


avec le logiciel Rdm 6 (Voir Images ci-dessous)

316
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A16: Schéma Statique de l’Escalier au BAEL 91 modifiée 99

(réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel RDM 6

disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France )

Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

317
Figure A17 : Diagramme du Moment Fléchissant de l’escalier à L’ELU

au BAEL 91 modifiée 99 (RDM 6 disponible en

téléchargement sur le site http://iut.univ-

lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de l’université du Mans

en France

318
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A18 : Diagramme du Moment Fléchissant à l’ELS de l’escalier au

BAEL 91 modifiée 99 ( RDM 6 disponible en

téléchargement sur le site http://iut.univ-

lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de l’université du Mans

en France )

319
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

On a les résultats suivants pour les moments fléchissants :

A l’ELU

MuTravée = 64,26 Kn.m

A l’ELS

MserTravée = 46,53 Kn.m

Au niveau des appuis, on considérera un moment de flexion égale à


0,15Mo (Voir article B.6.8, 414101) afin de disposer des armatures supérieures.

On aura :

A l’ELU

Muappui = 0,15 x 64,26 = 9,639 Kn.m

A l’ELS

Mserappui = 0,15 x 46,53 = 6,98 Kn.m

101
B6.8,414 Tiré de « l’article : B6.8,41,règles générales sur les planchers à poutrelles préfabriquées». Règles
BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section
1 : béton armé) + Amendement A1.Editions CSTB. Février 2000 .P 101

320
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

On a pour les efforts tranchants qui équivalent aux réactions d’appui :

Figure A19 : Diagramme de l’effort Tranchant à l’ELU de l’escalier au

BAEL 91 modifiée 99 (réalisé par nous-mêmes RDM 6

disponible en téléchargement sur le site http://iut.univ-

lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de l’université du

Mans en France )

321
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

Figure A20 : Diagramme de l’effort tranchant à l’ELS de l’escalier au

BAEL 91 modifiée 99 (RDM 6 disponible en

téléchargement sur le site http://iut.univ-

lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de l’université du

Mans en France )

A l’ELU

RAu = 42,37 Kn

RBu= 43,01 Kn

A l’ELS

RAser= 30,61 Kn

RBser = 31,06 Kn

• Calcul des Armatures de la Paillasse

• Calcul de μbu
322
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

𝑀utravée 64,26 𝑥 1000


μbu= = = 0,140
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 1𝑥 0,9𝑥 0,20𝑥0,9𝑥 0,20 𝑥 14,17

μlS= 0,39 pour les HA 400

On a : 0,140 ˂ 0,186= μAB d’où nous sommes au pivot A et par


conséquent aucune nécessité d’aciers comprimés. ( Asc= 0)

• Calcul de α

α= 1,25 ( 1- (1-2μbu)0,5)

= 1,25 ( 1- (1-2 x 0,140)0,5)

α = 0,189

• Calcul de Zb

Zb= d(1-0,4α)

= 0,9 x 0,20 (1-0,4 x 0,189)

Zb= 0,166 m

• Calcul de la section d’aciers

Mu 64,26 x 10−3
As = = 𝑥 104 = 11,12 cm2
Zb x Fed 0,166 x 348 x 10−6

• Calcul de la section armatures minimales (Flexion simple)

Asmin = (0,23 ft28/fe ) x b0 x d = (0,23 x 2,1/400) x 100 x 18 = 2,17 cm2 OK !

On choisira 9 HA 14 totalisant 13,85 cm2

323
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

• Calcul Des Armatures sur Appui

• Calcul de μbu

𝑀uappui 9,639 𝑥 0,001


μbu= = = 0,021
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 1𝑥 0,9𝑥 0,20𝑥0,9𝑥 0,20 𝑥 14,17

μlS = 0,39 pour les HA 400

On a : 0,021 ˂ 0,186= μAB d’où nous sommes au pivot A et par conséquent aucune
nécessité d’aciers comprimés. ( Asc= 0)

• Calcul de α

α= 1,25 ( 1- (1-2μbu)0,5)

= 1,25 ( 1- (1-2 x 0,021)0,5)

α = 0,0265

• Calcul de Zb

Zb= d(1-0,4α)

= 0,9 x 0,20 (1-0,4 x 0,0265)

Zb= 0,178 m

324
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de la section d’aciers

Mu 9,639 x 10−3
As = = 𝑥 104 = 1,56 cm2
Zb x Fed 0,178 x 348 x 10−6

• Calcul de la section Minimale Amin

Selon l’article A.4.2,1102 on a :

𝑓𝑡28
Amin = 0,23 bo x d
𝑓𝑒

2,10
= 0,23 x 100 x 18 x
400

Amin= 2,17 cm2 OK !

On choisira 9 HA 8 sur appui totalisant 4,52 cm2

• Vérification de la hauteur utile d

Il nous faut vérifier la condition que :

dcalculée ≤ dréel avec dréel = h-c-Φ/2

On prendra Φ = 14 mm on obtient :

dréel = 20 - 3- (14/6) = 16,3 cm < 18 d’où il faut recalculer la section d’aciers pour
vérifier notre choix définitif

102
« Article A4.2,1 : Définition de la Condition de non-fragilité ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702)
(mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant
la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement
A1.Editions CSTB. Février 2000. P 22-23

325
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

• Calcul des Armatures de la Paillasse

• Calcul de μbu

𝑀utravée 64,26 𝑥 0,001


μbu= = = 0,171
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 1𝑥 0,163 𝑥 0,163 𝑥 14,17

μlS= 0,39 pour les HA 400

On a : 0,171˂ 0,186= μAB d’où nous sommes au pivot A et par conséquent aucune
nécessité d’aciers comprimés. ( Asc= 0)

• Calcul de α

α= 1,25 (1- (1-2μbu)0,5)

= 1,25 (1- (1-2 x 0,171)0,5)

α = 0,23

• Calcul de Zb

Zb= d(1-0,4α)

= 0,163 (1-0,4 x 0,236)

Zb= 0,148 m

• Calcul de la section d’aciers

Mu 64,26 x 10−3
As = = 𝑥 104 = 12,47 cm2
Zb x Fed 0,148 x 348 x 10−6

• Calcul Des Armatures sur Appui


• Calcul de μbu

𝑀uappui 9,639 𝑥 0,001


μbu= = = 0,025
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 1𝑥 0,163 𝑥 14,17

326
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

μlS = 0,39 pour les HA 400

On a : 0,025 ˂ 0,186= μAB d’où nous sommes au pivot A et par conséquent aucune
nécessité d’aciers comprimés. ( Asc= 0)

• Calcul de α

α= 1,25 ( 1- (1-2μbu)0,5)

= 1,25 ( 1- (1-2 x 0,025)0,5)

α = 0,032

• Calcul de Zb

Zb= d(1-0,4α)

= 0,163 (1-0,4 x 0,032)

Zb= 0,161 m

• Calcul de la section d’aciers

Mu 9,639 x 10−3
As = = 𝑥 104 = 1,72 cm2
Zb x Fed 0,161 x 348 x 10−6

𝑓𝑡28
Amin = 0,23 bo x d
𝑓𝑒

2,10
Amin = 0,23 x 100 x 16,3 x = 1,97 cm2
400

Au vu des calculs nos sections d’armatures choisies sont suffisantes.

327
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

• Calcul des Armatures de Répartition (Article A.8.2,41103)

L’escalier étant dans son ensemble une dalle pleine. Les aciers de
répartition doivent être disposés le sens lx (Plus petit côté de la dalle)

Ar = Ast /4 = 13,85/ 4 = 3,46 cm2

On choisira 8 HA 8 totalisant 4,02 cm2 (Paillasse)

On choisira 4 HA 8 totalisant 2,01 cm2 (Appuis)

Nous obtenons en récapitulatif :

Aschoisi = 13,85 cm2 > 12,47 cm2 (Armatures principales de la paillasse)

Aschoisi = 4,02 cm2 > 3,46 cm2 (Armature de répartition au niveau de la paillasse)

Aschoisi = 4,52 cm2 > 1,98 cm2 (Armatures au niveau des appuis)

Aschoisi = 2,01 cm2 > 1,97 cm2 (Armatures de répartition au niveau des appuis)

Au niveau du palier de droite, pour les armatures servant à prendre en compte la


poussée au vide seront de 9 HA 14 totalisant 13,85 cm2.

• Vérification des Contraintes à l’ELS (En travée (au niveau de la


paillasse)

• Détermination de la position de l’axe neutre y1

Pour une section rectangulaire, on a l’équation suivante :

103
A.8.2,41 tiré de « l’article de A.8.2,4 : Dispositions des armatures ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-
702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé
suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) +
Amendement A1.Editions CSTB. Février 2000. P 69

328
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

𝑏 100
y12+ 15 Ast x y1- 15 x As td = 0 ↔ y12 +15 x 13,85 x y1 -15 x 13,85 x 16,3= 0
2 2

↔50 y12+ 207,75 y1- 3386,325 = 0

• Résolution de l’équation du second dégré

• Calcul du discriminant

∆ = b2 -4ac =207,752 -4 x 50 x (-3386,325)

∆ = 720425,0625

−𝒃+√∆ −(𝟐𝟎𝟕,𝟕𝟓)+√∆
y1= = = 6,410 cm
𝟐𝒙𝒂 2 x 50

• Calcul du moment d’inertie

I1= (bo x y13)/ 3 + 15(d-y1)2Ast

= 100 x (6,410)3/3 + 15 (16,3- 6,410)2 x 13,85

I1 = 29099,621 cm4

• Calcul des Contraintes

K = Mser / I1 = (46,53 x 10-3)/29099,621 x10-8

K = 159,899 Mn/m3

• Calcul de la contrainte de Compression du Béton

𝛔bc = K x y1 = 159,899 x 0,06410 = 10,25 MPa

329
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

𝛔bc ≤ 0,6 x fcj (Article A.4.5,2104) = 0,6 x 25 =15 MPa or 10,25 MPa ˂ 15 MPa
OK ! d’où la condition est vérifiée.

Sur Appui au niveau des paliers

• Détermination de la position de l’axe neutre y1

Pour une section rectangulaire, on a l’équation suivante :

𝑏 100
y12+ 15 Ast x y1- 15 x Ast d = 0 ↔ y12 +15 x 4,52 x y1 -15 x 4,52 x 16,6= 0
2 2

↔50 y12+ 67,8 y1- 1125,48 = 0

• Résolution de l’équation du second dégré


• Calcul du discriminant

∆ = b2 -4ac =67,82 -4 x 50 x (-1125,48)

∆ = 229692,84

−𝒃+√∆ −(𝟔𝟕,𝟖)+√∆
y1= = = 4,115 cm
𝟐𝒙𝒂 𝟐 𝐱 𝟓𝟎

• Calcul du moment d’inertie

I1= (bo x y13)/ 3 + 15(d-y1)2Ast

= 100 x (4,115)3/3 + 15 x 4,52 (16,6- 4,115)2

I1 = 12891,014 cm4

• Calcul des Contraintes

104
« Article A4.5,2 : état limite de compression ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états
limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.Editions CSTB. Février
2000. P 30

330
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

K = Mser / I1 = (6,98 x 10-3)/12891,014 x10-8

K = 54,146 Mn/m3

• Calcul de la contrainte de Compression du Béton

𝛔bc = K x y1 = 54,146 x 0,04115 = 2,23 MPa

𝛔bc ≤ 0,6 x fcj (Article A.4.5,2) = 0,6 x 25 =15 MPa or 2,23 MPa ˂ 15 MPa OK
! d’où la condition est vérifiée.

• Vérification de la nécessité d’armatures transversales

Nous nous mettons dans le cas d’une dalle coulée sans reprise de
bétonnage sur son épaisseur. Par conséquent, on n’a pas besoin d’armatures
transversales d’après l’article A.5.2,2105 si :

0,07 x fcj
τu ≤ = (0,07 x 25)/1,5 = 1,17 MPa avec la contrainte tangente
γb

conventionnelle qui vaut :

τu= Vumax / (b0 x d) ( d’après l’Article A.5.1,1106)

= (43,01 x 10-3) /( 1 x 16,4 x 102)

105
« A.5.2,2 : Justification des armatures d’effort tranchant ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars
1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement
A1.Editions CSTB. Février 2000. P 44

106
« A.5.1,1 : Généralités sur les justifications des poutres sous sollicitation d’effort tranchant ». Règles BAEL 91
révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section
1 : béton armé) + Amendement A1.Editions CSTB. Février 2000. P 35

331
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon le Bael 91 modifiée 99

τu = 0,26 MPa

0,26 MPa ˂ 1,17 MPa OK ! d’où la condition est vérifiée ;

Nous n’avons pas d’armatures transversales à mettre dans l’escalier.

• Détermination du diamètre maximal des armatures

ℎ0
ϕ0 ≤ ↔ ϕ0 ≤ 200/10 = 20 mm OK ! on prendra au plus 20 mm.
10

• Calcul de la section d’armatures minimal (Article B.7.4107)

Asmin (Sens lx) = 8 x 0,20 = 1,6 cm2

3−𝛼
Asmin (Sens ly) = Asmin(Sens lx) avec α = lx/ly = 120/ 555 = 0,22 d’où :
2

Asmin(Sens ly) = ((3-0,22) x 1,6)/ 2 = 1,11 cm2 OK !

Calcul des espacements Maximaux (Article A.8.2,42108)

La fissuration est peu préjudiciable et on n’a que des charges réparties


d’où :

Stx (sens de lx ) ≤ Min (3 h0 ; 33 cm)

Sty (sens de ly) ≤ Min (4 h0 ; 45 cm)

107
« B.7.4 : Condition de Non Fragilité et section minimale d’armatures ».Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU
P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton
armé suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) +
Amendement A1.Editions CSTB. Février 2000. P 106

108
« A 8.2,42 tiré de l’article A 8.4,2 : Disposition des armatures ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702)
(mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant
la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1
Editions CSTB. Février 2000. P 69-70

332
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

On a :

Sens lx : Stx≤ Min (3 x 20 ; 33 cm) ↔ Stx ≤ Min (60 cm ; 33 cm) ↔ Stx ≤ 33 cm

On prendra Stx =12 cm

Sens ly : Sty ≤ Min (4 x 20 ;45 cm) ↔ Sty ≤ Min (80 cm ; 45 cm) ↔ Sty ≤ 45 cm

On prendra Sty = 35 cm

333
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

Annexe 4 : Note de calcul de l’escalier à deux Volées selon l’Eurocode 2


y Compris Annexe Nationale Française

Hypothèses :

Classe structurale : S4

Classe d’exposition : XC1, car l’escalier est situé à l’intérieur du bâtiment à


l’abri des condensations

Classe de Ciment : 42,5 N selon la norme européenne

Béton de classe : C25/30

Acier de classe : S400 B (Ductilité Normale)

Pas de redistribution transversale

∆c,dev = 10 mm (Pas de système d’assurance qualité) (D’après la clause 4.4.1.3


(3)109 de l’ANF)

Dimension du plus gros granulat : dg = 20 mm

• Calcul des Caractéristiques des Matériaux


Pour le béton

• Calcul de fcd
fcd = αcc x fck / γc (pour fck = 50 MPa)= (25/1,5) = 16,7 MPa

• Calcul de fctm

109
« Article 4.4.1.3 : Prise en compte des tolérances d’exécution, Commentaire 3 » Eurocode 2 Calcul des
structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 49

334
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

fctm = 0,3 x (fck)2/3 = 0,3 x 252/3 = 2,6 MPa

• Calcul de fctd
fctd =0,7 x Fctm / γc = (0,7 x 2,6/ 1,5) = 1,21 MPa

Pour l’Acier

• Calcul de fyd
fyd = fyk/γs = 400 /1,15 = 348 MPa

• Calcul de 𝛔s
σs = k3 x fyk = 0,8 x 400 = 320 MPa

• Détermination des Caractéristiques géométriques de l’escalier


(Voir schéma se trouvant à la page suivante)

a = 155 cm ; b= 270 cm ; c = 130 cm

h1=h2=h3=ep = 20 cm (cette valeur sera vérifiée lors du Pré-dimensionnement)

L= 570 cm

H = 323 cm

e1 = 15 cm ; e2 = 15 cm

Lo = 17 cm ; ho = 30 cm

335
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A21 : Schéma de l’escalier selon l’Eurocode 2 : (Source de Feuille de


calcul de l’EGF-BTP, www.egfbtp.com)110

• Pré-dimensionnement de l’épaisseur de la paillasse

D’après le Cours du Dimensionnement et d’Avant-projet de L’ENPC


de Paris,la formule proposée par Henry Thonier dans son livre « le projet de
Béton armé » peut-être utilisée à l’Eurocode 2. On utilisera les valeurs du tableau
suivant en se basant sur les conditions d’application suivantes :

• L’épaisseur des dalles est fixée en fonction de la portée entre axes


d’appui L
• Une faible portée : pour L ≤ 6 m
• Une faible charge : pour Ped ≤ 5 Kn/ m2 hors poids propre de la dalle

110
Tiré de la feuille de calcul « www.egfbtp.com/sites/default/files/120_escalier/_0.xls »

336
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

• Les calculs s’effectuent sur la base de la combinaison caractéristique


(ELS).

Tableau A8: Dimensionnement en Avant-projet pour les dalles111

Le calcul d’un escalier se faisant comme une poutre-dalle, c'est-à-dire


une dalle qui porte dans une direction et qui présente deux bords libres. On aura :

Avec Ped hors poids de la dalle qui est égale à 5,24 Kn/m2 (2,54 + 0,20+
2,5 issues de la descente de charges)

L/25 ≤ ep ≤ L/20 → 570/25 ≤ ep ≤ 570/20 → 22,2 ≤ ep ≤ 27,75

Essayons d’optimiser l’épaisseur e de la dalle en utilisant la relation


suivante extraite du tableau suivant :

h = 0,018 x L x (25 x h + q’)

Le principe est de choisir des valeurs pour l’épaisseur dans l’escalier et


de faire des itérations qu’à retrouver la valeur choisie ou que ces dernières
convergent vers une valeur (3 itérations maximum)

111
Reproduit à partir du « Tableau 25 : Dimensionnement des dalles en Avant-Projet ».Notions de
Dimensionnement et d’avant-projet de bâtiment. Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris.Version
3.1. P 17

337
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Soit h = 0,20 m

On a : 0,018 x 5,70 x (25 x 0,20 + 5,24 )1/3 = 0,22 m

Soit h = 0,22 m

0,018 x 5,70 x (25 x 0,22+ 5,24 )1/3 = 0,23 m

Soit h = 0,23 m

0,018 x 5,70 x (25 x 0,23+ 5,24 )1/3 = 0,23 m

Soit h = 0,24 m

0,018 x 5,70 x (25 x 0,24 + 5,24 )1/3 = 0,23 m

Soit h = 0,25 m

0,018 x 5,70 x (25 x 0,25 + 5,24 )1/3 = 0,23 m

On constate que les valeurs convergent vers 0,23 m et 22,2 ≤ 23 ≤ 27,75

On arrondira l’épaisseur e = 25 cm

338
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

Tableau A9 : Dimensionnement des dalles en phase d’exécution112

Descente de charges

Les charges calculées seront basées sur le même principe que ceux
effectuées selon le Bael 91 modifiée 99.

On aura :

• Calcul des Charges et surcharges de l’escalier

Détermination des charges Permanentes

• Poids Propre de la Paillasse

112
Reproduit à partir du « Tableau 28 : Dimensionnement des dalles en Phase d’exécution ».Notions de
Dimensionnement et d’avant-projet de bâtiment. Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris.Version
3.1. P 20

339
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

25 𝑥 0,25
Ppaillasse = = 7,18 Kn/m2
cos 29,54

• Poids Propre des Marches

25 𝑥 0,17
PPmarches = = 2,125 Kn/m2
2

• Poids des Garde-Corps : 0,20 kn/m2

Calcul de la charge G1 (Poids propre des Marches, Contremarches, et du


Garde-Corps)

G1 = 7,18 + 2,125 + 0,20

G1 = 9.505 Kn/m2

• Poids des revêtements

Carrelages scellés y compris mortier de pose : 0,60 Kn/m2

Lit de sable de 2 cm d’épaisseur : 18 x 0,02 = 0,36 Kn/m2

Chape de Ciment de 2cm d’épaisseur : 0,20 x 2 = 0,40 Kn/m2

• Poids Total des Revêtements sur la Paillasse P1 (Marches et


Contremarches y comprises)

P1 = 0,60 + 0,36 + 0,40 = 1,36 Kn/m2

340
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de la Charge G2

G2 est la charge totale comprenant :

P1 : le revêtement sur marche (Kn par mètre carré horizontal)

P2 : le revêtement sur contremarche (Kn par mètre carré vertical) qui est le même
que le revêtement sur marche.

P3 : le revêtement en sous-face de la paillasse (Kn par mètre carré Horizontal)

• Poids des revêtements sur la sous-face de la paillasse P3

Enduit au liants hydrauliques de 2 cm d’épaisseur : 18 x 0,02 = 0,36 Kn/m2

𝐻 𝑃3
G2 = P1 + P2 ( ) +
𝐷 𝐶𝑂𝑆 𝛼

0,17 0,36
= (1,36 x ( )+ + 1,36)
0,30 cos 29,54

G2 = 2,54 Kn/m2

• Calcul de la Charge totale de la Paillasse G

G = G1 + G2

= 2,54 + 7,18 + 2,125 + 0,20

G = 12,045 Kn/m2

• Calcul des Charges Permanentes sur le Palier


• Poids Propre du palier

341
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

go= 25 x 0,25 = 6,25 Kn/m2

• Poids des revêtements sur le Palier

g1= 1,72 Kn/m2 (idem que G2)

D’où gpalier = 6,25+1,72 = 7,97 Kn/m2

• Calcul des charges d’exploitation

Q= 2,5 Kn/m2

• Combinaison de Charges

A l’ELU

Gv= 1,35 G + 1,50 Q

= (1,35 x 12,045) + (1,50 x 2,5)

Gv = 20,01 Kn/ml

Gpalier = 1,35 x 7,97 + 1,5 x 2,5

Gpalier = 14,51 Kn/ml

A l’ELS

Gvser = G + Q = 12,045+ 2,5 = 14,55 Kn/ml

Gpalier = G+Q= 7,97 + 2,5 = 10,47 Kn/ml

342
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

• Avec la combinaison fondamentale (1,35 G + 1,50 Q)


• Charges sur la paillasse à l’ELU: G= 20,01 Kn/ml (qui correspond
à la charge située à la largeur b).
• Charges sur le palier à l’ELU : G= 14,51 Kn/ml (qui correspond
aux charges situées aux largeurs a et c ).

Vu que la portée utile de calcul est prise d’axe en axe, le chargement


sera légèrement différent de celui du Bael 91 modifiée 99.

Le principe de calcul de l’escalier à l’EC2 y compris Annexe Nationale


Française est inspirée de la feuille de calcul de l’entreprise EGF-BTP, réalisée
par Henry Thonier113.

• Calcul des sollicitations

Les résultats sont fournis à l’aide du logiciel RDM 6 :

113
Voir www.egfbtp.com/sites/default/files/120_escalier/_0.xls

343
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A22 Diagramme des Moments Fléchissants de l’escalier à

l’ELU(réalisé par nous-mêmes à l’aide du Pro logiciel RDM 6

disponible en téléchargement sur le site http://iut.univ-

lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de l’université du Mans en

France

Mmax = 75,04 Kn.m

M0,075= 3,59 Kn.m

M 4,325 = 53,80 Kn.m

Effort tranchant

344
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

Figure A23 : Diagramme de l’effort tranchant de l’escalier à l’ELU

(réalisé par nous-mêmes à l’aide du Pro logiciel RDM 6

disponible en téléchargement sur le site http://iut.univ-

lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de l’université du Mans en

France

Va = 48,45 Kn ; Vb = 49,10 Kn

Sur Appui

Il faudra considérer un moment de 0,15 M0 d’où :

MedAppui = 0,15 x 75,04

MedAppui = 11,26 Kn.m

• Calcul de la hauteur initiale d

345
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

d= h-cnom – ϕ/2

On ne peut pas déterminer la hauteur utile sans avoir calculer au


préalable l’enrobage nominal.

• Calcul de l’enrobage nominal cnom

Enrobage nominal = Enrobage minimal + Tolérance d’exécution

Cnom = Cmin + ∆c,dev (d’après l’article 4.4.1.1(2P)114)

avec Cmin = Max (Cminb,Cmindur+ ∆c,dur γ - ∆c,durst -∆c,dur,add ; 10 mm) d’après


l’article (4.4.1.2 (2P)115)

On se fixera un diamètre maximal de 12 mm pour les armatures d’escalier

Cminb = (Enrobage d’adhérence) = diamètre de la barre = 12 mm

Cmin,dur = (Enrobage par les conditions d’environnement) = 15 mm (Voir tableau


)

∆c,dur γ= 0 mm (d’après la note de l’article 4.4.1.2 (6)116 du code EN 1992-1-1 )

114
« Article 4.4.1.1 : Généralités sur les enrobages , Commentaire 2P ». Eurocode 2 Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Octobre 2005.P 46

115
« Article 4.4.1.1 : Généralités sur les enrobages , Commentaire 2P » Eurocode 2 Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Octobre 2005.P 46

116
« Article 4.4.1.2 : Enrobage minimal,cmin, Commentaire 2P » .Eurocode 2 Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Octobre 2005.P 46

346
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

∆c,durst = 0 mm (d’après la clause 4.4.1.2(7)117 de l’ANF)

∆c,dur,add = 0 mm (d’après la clause 4.4.1.2(8)118 de l’ANF )

Cmin = Max (12 ; 15 ; 10)

Cmin = 15 mm

Cnom = 15 + 10 = 25 mm

On prendra Cnom = 30mm pour des raisons pratiques et aussi grâce à la


résistance de notre béton en compression de 25 MPa qui nous permet de choisir
de prendre un enrobage plus grand que celui qui est prévu selon les possibilités
de la norme EN 1992 1-1.

d’où d = 0,25 – 0,030- 0,007 = 0,213 m OK !

• Calcul des armatures Longitudinales

Le calcul se fera conformément à la feuille de calcul en six points.


Cette méthode permet à l’ingénieur de visualiser efficacement l’évolution des
efforts internes (Moment fléchissant et effort tranchant) en fonction de la portée
de l’escalier et de déterminer plus facilement les sections d’armatures nécessaires.

On ne détaillera que les calculs concernant le moment maximum et le


moment sur appui. Les autres résultats seront disponibles dans des tableaux :

Le calcul des armatures longitudinales se feront selon les deux cas


suivants :

117
« Article 4.4.1.2 : Enrobage minimal,cmin, Commentaire 7 » Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Octobre 2005.P 47

118
« Article 4.4.1.2 : Enrobage minimal,cmin, Commentaire 8 ».Eurocode 2 .Calcul des structures en béton Partie
1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 47

347
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Cas 1 : Diagramme rectangulaire simplifié pour le béton + diagramme des aciers


à palier horizontal.

Cas 2 : Diagramme rectangulaire simplifié pour le béton + diagramme des aciers


à palier incliné.

• Pour la Paillasse

Cas 1 : Diagramme rectangulaire simplifié + diagramme des aciers à palier


horizontal

A la distance x = 2,967 m

Med = 75,04 Kn.m

• Calcul de μ
𝑀𝑒𝑑 75,04 10−3
μu = = = 0,099
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,2132 𝑥 16,7

• Calcul de 𝛂u
αu= 1,25( 1- ( 1- 2x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,099)0,5)= 0,131

• Calcul du bras de levier


Zu = d(1- 0,4 αu) = 0,213(1-0,4 x 0,131) = 0,202 m

• Calcul de la section As1


𝑀𝑒𝑑
As1 = avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (75,04 x 10-3 /(0,202 x 348)) x 104

As1 = 10,67 cm2

348
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

Cas 2 : Diagramme rectangulaire simplifié + diagramme des aciers à palier


incliné

• Calcul de εs

1−𝛼𝑢
εs = 3,5 ( ) = 3,5(1 – 0,131)/0,131 = 23,22 %0
𝛼𝑢

• Calcul de σs

σs = 348 (1+ 0,08 ((23,22 -1,74)/(50 -1,74))

σs = 360,391 MPa

• Calcul de Asrqd

Asrqd = (75,04 x 10-3 / ( 360,391 x 0,203)) x 10000

Asrqd = 10,26 cm2

• Calcul des armatures sur appui (Armatures Chapeaux sur Palier)

Cas 1 : Diagramme rectangulaire simplifié + diagramme des aciers à palier


horizontal

• Calcul de μ
𝑀𝑒𝑑 11,2610−3
μu = = = 0,015
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,2132 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖
αu= 1,25( 1- ( 1- 2 x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,015)0,5)= 0,019

• Calcul du bras de levier

Zu = d (1- 0,4 αu) = 0,214(1-0,4 x 0,019) = 0,212 m

349
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de la section As1

𝑀𝑒𝑑
As1= avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (11,26 x 10-3 / (0,212 x 348)) x 104

As1 = 1,53 cm2

Cas 2 : Diagramme rectangulaire simplifié + diagramme des aciers à palier


incliné

• Calcul de εs
1−𝛼𝑢
εs = 3,5 ( ) = 3,5 (1 – 0,019)/0,019 = 180,710 %0
𝛼𝑢

Cette valeur est largement supérieure à 45 %0 qui est la limite du


diagramme à palier incliné (0,9 εuk ). On considère la valeur limite dans ce cas :

εs = 50 %0

• Calcul de σs
σs = 348 (1+ 0,08 ((45,00 -1,74)/(50 -1,74))

σs = 372,96 MPa

• Calcul de Asrqd
Asrqd = (11,26 x 10-3 / (372,96 x 0,213)) x 10000

Asrqd = 1,45 cm2

• Calcul des Armatures Minimales (Condition de Non-Fragilité)


(Art 9.2.1 (1))

350
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

Amin = Max (0,26x fctm/ fyk) bt x d ; 0,0013 bt x d)

= Max (0,26 x 2,6/400) x 100 x 21,4 ; 0,0013 x 100 x 21,4)

= Max (3,62 cm2/ml ; 2,78 cm2/ml )

Amin = 3,62 cm2

• Calcul des Armatures longitudinales sur le palier de droite

Cas 1 : Diagramme rectangulaire simplifié + diagramme des aciers à palier


horizontal

• Calcul de μ

𝑀𝑒𝑑 53,80 𝑥 10−3


μu = = = 0,071
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,2132 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖

αu= 1,25( 1- ( 1- 2 x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,071)0,5)= 0,092

• Calcul du bras de levier

Zu = d(1- 0,4 αu) = 0,213(1-0,4 x 0,092) = 0,205 m

• Calcul de la section As1

𝑀𝑒𝑑
As1 = avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (53,80 x 10-3 / (0,205 x 348)) x 104

As1 = 7,26 cm2

• Calcul de l’espacement s

351
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Cas 2 : Diagramme rectangulaire simplifié + diagramme des aciers à palier


incliné

• Calcul de εs

1−𝛼𝑢
εs = 3,5 ( ) = 3,5 (1 – 0,092)/0,092= 34,54 %0
𝛼𝑢

• Calcul de σs

σs = 348 (1+ 0,08 ((34,54 -1,74)/(50 -1,74))

σs = 366,922 MPa

• Calcul de Asrqd

Asrqd = (53,80 x 10-3 / (366,922 x 0,205)) x 10000

Asrqd = 7,15 cm2

• Calcul de la Section Maximales d’armatures

Asmax = 0,04 Ac = 0,04 x 100 x 25 = 100 cm2/ ml OK !

• Calcul des Armatures Minimales (Condition de Non-Fragilité)


(Art 7.3.2(2)119)

Asmin = kc x k x fct,eff x Act/ σs

Avec ; k = 1 car h = 250 mm ˂ 300 mm

119
« Article 7.3.2 : Section Minimale d’armatures,Commentaire 2 ». Eurocode 2 .Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 110

352
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de Act

Act = h/2 = 0,25 x 1/2 = 0,125 m2

• Calcul de fct,eff
fct,eff= fctm = 2,6 MPa ;

• Calcul de kc
kc = 0,4 (1- (𝛔c/(k1 x (h/h°) x fct,eff)) orσc = (Ned / bh) = 0 car il n’y a pas d’effort
normal.

kc = 0,4 d’où :

Asmin = (0,4 x 1 x 2,6 x 0,125) /400) x 10000

Asmin = 3,25 cm2

Asmin définitif = Max (3,62 ; 3,25) = 3,62 cm2

• Maîtrise de la Fissuration et Ouverture des Fissures (Article


7.3.1(5)120 de l’Annexe Nationale Française

Il n’y a aucune nécessité de vérifier le calcul de l’ouverture des fissures


et de maîtriser la fissuration pour les classes d’exposition X0 et XC1.

Le calcul de wk n’est pas nécéssaire pour ces classes d’exposition sauf


par exigence des DPM.

120
« Article 7.3.1(5) : Tableau 7.1NF :Valeurs recommandées de wmax , Note 2 » Annexe Nationale française
Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin
2005.Version 9.P 15

353
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Pour des ouvrages de catégorie allant de A à D, le calcul de w k est non-


nécessaire.

Un exemple de calcul de l’ouverture des fissures sera explicité dans la


feuille de calcul concernant le dimensionnement de la poutre isostatique à
l’Eurocode 2.

• Dispositions Constructives
Rappel sur le choix des armatures

Palier gauche : HA 8 ;Palier droit : HA 10 ; Paillasse : HA 14; Chapeaux : HA


8

Calcul du diamètre d’armatures Maximale

ϕmax ≤ h/ 10 = 250/10 = 25 mm OK !

Calcul des espacements Maximaux (Art 9.3.3.1(3)121)

• Pour les armatures principales

Smax slabs = 3h ≤ 400 mm ↔ st ≤ Min (3h ; 400 mm) ↔ st ≤ Min (3 x 250 ; 400)
↔st ≤ Min (750 ; 400) ↔ st ≤ 400 mm OK ! on prendra st = 12 mm

• Pour les armatures secondaires

121
« Article 9.3.3.1 : Généralités sur les armatures de flexion des dalles pleines ,Commentaire 3 ».Eurocode
2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version
9.P 145

354
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

Smax slabs = 3,5h ≤ 450 mm ↔ st ≤ Min ((3,5 x 250) ; 450 mm)) ↔ st ≤ Min (875 ;
450) ↔ st ≤ 450 mm OK ! On prendra st = 35 mm

Calcul des Armatures de Répartition (Art 9.3.1.1(2)122)

Les armatures secondaires pour une dalle doivent être au moins de 20


% de celle des armatures principales. Ce qui signifie par conséquent que :

Ar ≥ As/5

Pour le cas 1 ; on aura Ar ≥ 10,62 / 5 = 2,12 cm2 OK !

Pour le cas 2 ; on aura Ar ≥ 10,25 / 5 = 2,05 cm2 OK !

On prendra :

Pour le cas 1 et le cas 2 : 4 HA 10 totalisant 3,14 cm2 au niveau des paliers

Et 7 HA 8 totalisant 5,50 cm2 au niveau de la paillasse comme armature de


répartition.

4 HA 8 totalisant 2,01 cm2 comme armature de répartition au niveau des


paliers

Pour les armatures principales au niveau de la paillasse dans le cas ,on prendra
un total de : 7 HA 14 totalisant 10,77 cm2.

Pour les armatures principales au niveau des paliers de droite, on prendra un total
de 7 HA 10 totalisant 5,50 cm2.

122
« Article 9.3.3.1 : Généralités sur les armatures de flexion des dalles pleines,Commentaire 3 »Eurocode
2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version
9.P 145

355
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de la longueur d’ancrage pour le palier de gauche

Au niveau des armatures chapeaux, on mettra 4 HA 8 totalisant 5,50 cm2

Le calcul des longueurs d’ancrage concerne les armatures de la


paillasse qui seront prolongées dans le palier de gauche (1) et celles qui servent à
empêcher la poussée au vide (2).

Elles subiront un ancrage courbe au niveau des appuis afin d’assurer


parfaitement la diffusion des charges, la rigidité de l’escalier avec les autres
éléments structuraux (Poutre isostatique dans notre cas) et différents désordres
qui pourraient survenir.

Les autres ancrages courbes prendront les valeurs calculées


précédemment :

Le schéma de la page suivante, montre de manière explicite le


ferraillage de l’escalier avec les différents ancrages courbes.

356
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

Figure A 24: Schéma de ferraillage de l’escalier (Source : Fichier Excel de


l’EGF- BTP)123

• Calcul de Fe (Art 9.2.1.4 (2)124) (Palier de gauche )

L’effort tranchant à considérer est au nu de l’appui d’où :

Va = 47,36 Kn et Vb = 48,02 Kn

Fe = Ved x al / (z+ Ned) avec al = d et Z = 0,9d d’où :

Fe = (47,36 x 0,213/ (0,9 x 0,213)

Fe = 52,62 Kn

• Calcul de fbd
fbd = 2,25 x η1 x η2 x fctd

avec η1 = 1(Condition de Bonne d’adhérence) ; η2 =1 ( pour ϕ ≤ 32 mm)

123
Tiré de la feuille de calcul www.egfbtp.com/sites/default/files/120_escalier/_0.xls

124
« Article 9.2.1.4 : Ancrage des armatures inférieures au niveau des appuis d’extrémité,Commentaire 2
».Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Octobre
2005.Version 9.P 141

357
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

fbd = 2,25 x 1x 1 x 1,2

fbd = 2,7 MPa

• Calcul de σsd

σsd = Fe / As = (52,62/ 10,77) x 104 / 103

σsd = 48,86 MPa

• Calcul de lbrqd ( Art 8.4.3(2)125)

lb,rqd= (ϕ x σsd) / (4 x fbd) = 48,86 ϕ / (4 x 2,7) = 4,52 ϕ

• Calcul de la longueur d’ancrage minimale lbmin ( Art 8.4.4 (1)126)

Lbmin = Max ( 0,3 lb,rqd ; 10 ϕ ; 100 mm ) pour les barres tendues

= Max (0,3 x 4,52 x 14 ; 10 x 14 ; 100)

Lbmin = 140 mm

• Calcul de Lbd ( Art 8.4.4(1))

Lbd = 𝛂1 x α2 x α3 x α4 x α5 x lb,rqd ≥ lb,min

125
« Article 8.4.3 : Longueur d’ancrage de référence ,Commentaire 2».Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 124

126
« Article 8.4.4 : Longueur d’ancrage de calcul,Commentaire 1 ».Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 124

358
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

Les différents coefficients peuvent se calculer à l’aide des formules se


trouvant dans le code EN 1992 1-1. Cependant ses calculs sont très longs et
comme l’a mentionné Henry Thonier à travers les propos suivants : « Dans les
cas courants et pour éviter que les frais d’étude de calcul de la longueur
d’ancrage coûtent plus cher que l’économie d’acier réalisée, on pourra retenir
la valeur 1,0 pour tous les coefficients α »127.

Par conséquent, on considère que : α1 x α2 x α3 x α4 x α5 = 1

Finalement, on a : 63,28 mm < 140 mm, on prendra 150 mm au final

• Calcul de la longueur d’ancrage pour le palier de droite

Fe = Ved x al / (z+ Ned) avec al = d et Z = 0,9 d, d’où :

Fe = (48,02 x 0,213)/ (0,9 x 0,213)

Fe = 53,36 Kn

• Calcul de fbd ( Art 8.4.2(2)128)

fbd = 2,25 x η1 x η2 x fctd

avec η1 = 1(Condition de Bonne d’adhérence) ; η2 =1 ( pour ϕ ≤ 32 mm)

fbd = 2,25 x 1x 1 x 1,2

fbd = 2,7 MPa

127
« Article 8.4.3 : Contrainte ultime d’adhérence, Commentaire 2».Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 124

128
« Article 8.4.2 : Contrainte ultime d’adhérence, commentaire 2».Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Octobre 2005.Version 9.P 123

359
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de σsd

σsd = Fe / As = (53,36/5,50) x 104 / 103

σsd = 99,20 MPa

• Calcul de lbrqd (Art 8.4.3 (2))

lbrqd= (ϕ x σsd) / (4 x fbd) = 99,20 ϕ / (4 x 2,7) = 9,19 ϕ

• Calcul de la longueur d’ancrage minimale lbmin

Lbmin = Max (0,3 lb,rqd ; 10 ϕ ; 100 mm)

= Max (0,3 x 9,19 x 10 ; 10 x 10 ; 100)

Lbmin = 100 mm

• Calcul de Lbd

On considère que α1 x α2 x α3 x α4 x α5 = 1 d’où ( Voir Henry Thonier,l’eurocode


Pratique Tome 7)129 ,on prendra :

Lbd = 91,90 mm < 100 mm on prendra 150 mm au final

Un ancrage coude sera réalisé au niveau de l’appui

• Vérifications des Contraintes de Cisaillement au niveau des


appuis

129
Section 4 : Longueur d’ancrage des barres longitudinales tiré du chapitre 4 : Adhérence-Ancrages-
Recouvrements. L’Eurocode 2 Pratique. Conception et calcul de structures de bâtiment.Henry
Thonier.Paris.Presses de l’école nationale des ponts et chaussées. Tome 7. P 71

360
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

• Cas de l’appui de gauche

• Calcul de k
k = Min (2 ; 1+(250/d)0,5

= Min (2 ; 1 + (250/213)0,5)

= Min (2 ; 2,08 )

k=2

• Calcul de ρl

ρl = Min (Asl /d ; 0,02) avec :

As1 / d = 10,77/ (100 x 21,3) = 0,00505 d’où:

ρl = Min (0,00505 ; 0,02)

ρl= 0,00505

• A l’appui droit (HA 10)

As = 5,50 cm2

ρl = Min (Asl /d ; 0,02)

As1 / d = 5,50 / (100 x 21,3) = 0,00258 d’où :

ρl = Min (0,00258 ; 0,02)

ρl = 0,00258

361
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de Vrd ,c ( Art 6.2.2(1)130)

• A l’appui gauche

Vrd,c= (Crd,cx k∛(100ρ1fck)) x bw x d

Avec Crd,c = 0,18/ 1,5 = 0,12 d’où

Vrd,c1 = (0,12 x 2 x (100 x 0,00505) x 25)1/3x 213

Vrd,c1= 119,033 Kn

• Calcul de Vrdc2

D’après l’Annexe Nationale Française, on a :

Vmin = 0,053/ γc fck1/2 x k1/2

Vmin= 0,053/ 1,5 x √25 x 20,5= 0,4996 ≈0,500 MPa d’où

Vrdc2 =Vmin x d x bw= 0,500 x 213 x 1= 106,5 Kn

Vrd ,c = Max (Vrd,c1; Vrdc2)

= Max (119,033 ; 106,5 )

Vrd,c = 119,033 Kn

130
« Article 6.2.2 : Eléments pour lesquels l’effort tranchant n’est pas requis , Commentaire 1».Eurocode 2.Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 80

362
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

On a Ved =47,36 Kn ˂ Vrd,c= 119,033 Kn. OK! Pas d’armatures transversales ou


d’effort tranchant à mettre dans l’escalier.

• A l’appui de droite

Vrd,c2= (Crd,c x k∛(100ρ1fck)) x bw x d

Avec Crd,c = 0,18/ 1,5 = 0,12 d’où

Vrd,c2= (0,12 x 2 x (100 x 0,00258) x 25)1/3 x 213

Vrd,c2= 118,947 Kn

• Calcul de Vrdc2

D’après l’Annexe Nationale Française :

Vmin = 0,053/ γc fck1/2 x k0,5

Vmin= 0,053/ 1,5 x √25 x 20,5 = 0,500 MPa d’où :

Vrdc2 =Vmin d = 0,500 x 213= 106,5 Kn

• Calcul de Vrd,c

Vrd ,c = Max (Vrd,c1; Vrdc2)

= Max (107,309; 118,947)

Vrd,c = 118,947 Kn

Ved =48,02 Kn ˂ Vrd,c = 118,947 Kn. OK! Pas d’armatures transversales ou

d’armatures d’effort tranchant à mettre.

363
Note de Calcul de l’escalier à deux volées selon l’Eurocode 2 y compris ANF

• Vérification des Contraintes

Pour les ouvrages de classe X0 et XC1, c’est-à-dire se situant à


l’intérieur du bâtiment et n’étant pas soumises à des condensations, on peut se
dispenser du calcul des contraintes à l’ELS.

364
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

Annexe 5 : Note de Calcul de la Poutre isostatique selon le BAEL 91


modifiée 99

• Pré-dimensionnement de la Poutre isostatique (Méthode d’avant-


projet)

• Détermination de la hauteur de la poutre h isostatique

𝒉 𝟏 𝒍
≥ ↔ avec l = longueur au nu des appuis
𝒍 𝟏𝟎 𝟏𝟎

𝟐𝟑𝟓
h≥ ↔ h ≥ 23,5 cm
𝟏𝟎

On prendra h = 30 cm (1)

• Détermination de la largeur b de la poutre isostatique

0,3 h ≤ ho ≤ 0,5 h

0,3 x 30 ≤ ho ≤ 0,5 x 30

10 ≤ bo ≤ 15 cm

On prendra bo = 15 cm (1’)

• Pré-dimensionnement de la poutre isostatique (Méthode précise


utilisant la charge

Pour des raisons architecturales, nous ne pouvons dépasser la largeur


de la poutre qui est de 15 cm. (2)

365
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Détermination de la Hauteur de la poutre

Mab = 0,186 x b x d2 x fbu = 35,39 x 10-3 ↔ 0,186 x 0,15 x 0,81h2 x 14,17 =35,39
x 10-3 ↔ h2 =35,39 10-3/0,32022783 =0,126659822 ↔ h = 0,1266598220,5 = 0,33
m

Deux possibilités s’offrent à nous :

Soit, nous prenons h > 0,33 m on aura Mab > Mu et on sera au pivot A ;
l’acier sera utilisé à son maximum et le béton sous-employé avec une déformation
compris entre 0 et 3,5 %0

Soit, nous prenons h < 0,33 m on aura Mab < Mu et on sera au pivot B ;
l’acier sera sous-employé et le béton employé au maximum de ses capacités avec
une déformation de 3,5 %0

Nous choisirons le 1er cas pour des raisons structurelles et d’économie


d’où : h= 50 cm

On a en conclusion :

(1) = (1)’ = 15 cm et (2)’= 50 cm > (2) = 30 cm ; La section de la poutre


isostatique définitive est de 15 x 50 cm2

Charges supportées par la poutre

• Charges permanentes

366
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

• Charges issues de la paillasse de l’Escalier

Gpaillasse = 10,62 Kn/m2

• Charges issues du palier d’Arrivée ou de Repos

Gpalier = 6,72 Kn/m2

• Poids Propre de la poutre Gpp

Gpp = 0,15 x 0,50 x 25 = 1,875 Kn/ml

• Poids du Mur en briques creuses

Gm= 9 x (3,23- 0,50) x 0,15 = 3,686 Kn/ml

• Poids de l’enduit de mortier aux liants hydrauliques sur le Mur

Poids enduit = 18 x 0,04 x 2,73 = 1,97 Kn/ml

• Charges totales permanentes supportées par la poutre

Gpp = (1,97 +3,686+ 1,875) + (6,72 x 1,30) + (10,62 x (2,70/2))

Gpp = 30,604 Kn/ml

• Charges d’exploitation

Qexploitation = 2,5 x (1,30 + (2,70/2))

Qexploitation = 6,63 Kn/ml

367
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Combinaisons d’Actions

A l’ELU

On a :

Pu = (1,35 x 30,604) + (1,5 x 6,63)

Pu = 51,26 Kn/ml

A l’ELS

On a :

Pser = 30,604 + 2,5

Pser = 33,104 Kn/ml

• Calcul des sollicitations

La poutre isostatique est une poutre qui repose sur deux appuis.

Les résultats des sollicitations et les différents schémas statiques ont


été effectués à l’aide du logiciel RDM 6 (Voir Figure Page suivante)

368
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

A l’ELU

Figure A25 : Moment fléchissant à L’ELU au Bael 91 modifiée 99 de la poutre

Isostatique (réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France )

Mu = Mo= 35,39 Kn.m

369
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

A l’ELS

Figure A26 : Moment fléchissant à l’ELS au Bael 91 modifiée 99 de la poutre

isostatique (réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France)

Mser= Moser= 22,85 Kn.m

Calcul de La poutre isostatique en Flexion simple

• Calcul des armatures longitudinales


• Calcul de μbu

370
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

𝑀0u 35,39 𝑥 0,001


μbu= = = 0,0822 ˂ μlu = 0,186
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 0,15 𝑥 0,9𝑥 0,50 𝑥 0,9 𝑥 0,50 𝑥 14,17

μlS= 0,39 pour les HA 400

On a : 0,0822 < 0,186= μAB et inférieur à μlu ,d’où nous sommes au


pivot A et par conséquent aucune nécessité d’aciers comprimés. (Asc= 0)

• Calcul de α

α = 1,25 (1- (1-2μbu) 0,5)

= 1,25 (1- (1-2 x 0,0822)0,5)

α = 0,107

• Calcul de Zb

Zb= d(1-0,4α)

= 0,45 (1-0,4 x 0,107)

Zb= 0,431 m

• Calcul de la section d’aciers

Mu 35,39 x 10−3
As = = 𝑥 10−2 = 2,36 cm2
Zb x Fed 0,431 x 348 x 10−6

On choisira 2 HA 12 + 2 HA 10 totalisant 3,83 cm2

• Calcul de la section Minimale Amin

𝑓𝑡28
Amin = 0,23 bo x d
𝑓𝑒

371
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

2,10
= 0,23 x 100 x 0,15 x x 0,45
400

Amin= 0,82 cm2 OK !

• Calcul des armatures chapeaux

Nous devons équilibrer un moment de 0,15Mo au niveau des appuis

0,15Mo = 0,15 x 35,39 = 5,3085 Kn.m

𝑀ou 5,3085 𝑥 0,001


μbu= = = 0,012
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 0,15 𝑥 0,9𝑥 0,50 𝑥 0,9 𝑥 0,50 𝑥 14,17

• Calcul de α

α = 1,25 (1- (1-2μbu) 0,5)

= 1,25 (1- (1-2 x 0,012)0,5)

α = 0,015

• Calcul de Zb

Zb= d(1-0,4α)

= 0,45 (1-0,4 x 0,015)

Zb= 0,447 m

• Calcul de la section d’aciers

Mu 5,3085 x 10−3
As = = 𝑥 10−2 = 0,34 cm2
Zb x Fed 0,447 x 348 x 10−6

372
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

• Vérification au niveau de la Hauteur Utile

Il faut nécéssairement que dréel > dcalculée

• Calcul de dréel

dréel = h – x avec x = 2,26 (3 +0,6+ (1,2/2) + (1,57 (3+0,6+ 1,2 + 0,5))/3,83 = 4,65
cm d’où :

dréel = 50 – 4,65 = 45,35 cm

dréel = 45,35 cm

On a : 45,35 > 0,9 h = 45 cm OK !

Notre section choisie est bonne, mais il y a une possibilité d’obtenir un


gain d‘armatures très faible au vu de l’écart de 0,35 cm

Vérification de la section d’armatures

• Calcul de μbu

𝑀0u 35,39 𝑥 0,001


μbu= = = 0,080 ˂ μlu = 0,186 OK !
𝑏 𝑥 𝑑 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑏𝑢 0,15 𝑥 0,4535 𝑥 0,4535 𝑥 14,17

• Calcul de α

α = 1,25 (1- (1-2μbu) 0,5)

= 1,25 (1- (1-2 x 0,080)0,5)

α = 0,104

373
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de Zb

Zb= d(1-0,4α)

= 0,4535 (1-0,4 x 0,104)

Zb= 0,435 m

• Calcul de la section d’aciers

Mu 35,39 x 10−3
As = = 𝑥 10−2 = 2,34 cm2
Zb x Fed 0,435 x 348 x 10−6

Notre choix d’armatures de 2 HA 12 + 2 HA 10 totalisant 3,83 cm2 est suffisante

Aussi il faudra vérifier les dispositions constructives pour la réalisation


pratique du ferraillage pour confirmer effectivement que cette cage d’armatures
est réalisable.

• Vérification de l’espacement horizontal des armatures


longitudinales

Il faut que l’espacement horizontal entre armatures permette de faire


passer une aiguille vibrante au moins de 4 ou 5 cm de diamètre.

eh ≥ Max (Φ ; 1,5 cg) avec cg = 2,5 cm en général

eh ≥ Max (10; 37,5)

eh ≥ 37,5 mm

On prendra eh = 50 mm

374
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

ehcalculé = 150 – (2 x 30 + 2 x 6 + 2 x 12 ) = 54 mm OK !

D’où b = 150 mm > 2c + 2Φt + nΦl + 1eh = 2 x 30 + 2 x 6 + 2 x 10 + 1


x 50 = 146 mm

• Vérification de l’espacement vertical des armatures longitudinales

Ev ≥ Max (Φ ; Cg) ↔ Ev ≥ Max (10 ; 25) ↔ Ev ≥ 25 cm

• Calcul de evreel

evreel = 500 -1 x 12- 2 x10 -30 x 2- 6 x 2 = 396 mm > 250 mm OK !

• Calcul des Armatures Transversales

375
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Figure A 27 : Effort tranchant de la poutre isostatique (ELU) au BAEL 91

Modifiée 99( réalisé par nous-mêmes à l’aide du Prologiciel

RDM 6 disponible en téléchargement sur le site

http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de

l’université du Mans en France)

Vu= 60,23 Kn

• Calcul des diamètres transversaux

ϕt ≤ Min (h/35 ; ϕlmin ; bo /10)

ϕt ≤ Min (500/35 ; 80 ; 150/10 )

ϕt ≤ Min (14,28 ; 60 ; 15)

ϕt ≤ 14,28 mm

376
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

On prendra ϕt = 6 mm

• Calcul de At (Sections d’armatures transversales)

Un cadre fait 2 brins ayant pour section :

0,62 𝑥 𝜋
At = x 2 = 0,57 cm2
4

• Vérification de la Condition de Cisaillement du béton

𝑉𝑢
Il faut vérifier que τu = (Article A.5.1,1) ≤ Min (0,2 fcj/γb ; 5MPa) ( Article
𝑏𝑜 𝑥 𝑑

A.5.1,211131) en Fissuration peu Préjudiciable

60,23 𝑥 0,001
τu=
0,15𝑥 0,4535

0,2 𝑥 25
τu= 0,88 MPa ≤ Min ( ; 5 MPa )
1,5

τu= 0,88 MPa ˂ 3,33 MPa OK !,d’où la nécessité de mettre des armatures droites
d’effort tranchant.

• Calcul de l’espacement Maximal

𝐴𝑡 𝑥 𝑓𝑒
Stmax = Min (0,9d ; 0,40 ; )( Article A.5.1,22132))
0,4 𝑏

131
« A 5.1,211 tiré de l’article A 5.1,21 : état limite ultime du béton de l’âme ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU
P18-702) (mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé
suivant la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement
A1.Editions CSTB. Février 2000. P 36

132
« A 5.1,22 : Section minimale d’armatures d’âme ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) :
Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode
des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.Editions CSTB.
Février 2000. P 37

377
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

0,57 𝑥 400
= Min (0,9 x 0,4535; 0,40 ; x 10−4 )
0,4 𝑥 0,15

= Min (0,408; 0,40 ; 0,38)

Stmax = 0,38 m

• Calcul de l’espacement par la méthode générale ou analytique

La méthode générale ou analytique est la méthode qui consiste à


calculer les espacements des différents cadres en fonction de l’effort tranchant
jusqu’au point où celui-ci s’annule.

Différentes variantes existent, mais toutes sont basées sur le principe


évoqué ci-dessus :

Le processus de calcul est le suivant :

1) Calculer le premier espacement St0 pour Vu0 à x = 0 et placer le


premier cadre à St0/2 ;
2) Si St0< 6 ou 7cm augmenter At et si St0 > Stmax , diminuer At
Répéter ensuite l’espacement n fois (avec « n » nombre de mètres dans
la 1/2 portée par exemple) ;
3) Calculer l’effort tranchant pour cette nouvelle abscisse x = St0/2 +
n.st0 ;
4) Calculer le nouvel espacement St pour ce nouveau Vu ;
5) Répéter l’opération jusqu’à atteindre Vu = 0 ou stmax
6) Dans le cas où l’espacement dépasse généralement l’espacement
maximal, on peut repartir les cadres sur toute la poutre avec
l’espacement maximal où effectuer une répartition en prenant une
378
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

valeur de départ proche de l’espacement maximal et effectuer une


répartition.
• Calcul de l’espacement St0 ( Article A.5.1,23133)

0,9x fe x At (Cos α + Sin α)


Sto ≤ 𝑉𝑢 avec :
𝑏𝑜𝛾𝑠( )−0,3 𝑥𝑘𝑥𝑓𝑡𝑗
𝑏𝑥𝑑

k = 1 en flexion simple (Commentaire A.5.1,23)

ft28 = 0.6 + 0,06 Fc28= 0,6 + 0,06 x 25 = 2,10 MPa

cos α + sin α = 1 (α = 90°, armatures droites)

0,9x 400 x 57 x 1
St ≤ 10-3
(150 𝑥 1,15 (0,880−0,3 𝑥 2,1 𝑥 1)

St = 0,48 m

Nous sommes déjà très éloignés de la valeur de l’espacement maximal.


Si nous plaçons le premier cadre à une distance Sto/2 = 35 /2 = 17.5 cm. Il nous
restera 235– (2 x17.5) = 200 cm.

On aura la répartition suivante : 1 x 175 + 2 x 25 + 1 x 32 + 36 + 1 x 32


+ 2 x 25 + 1 x 175 totalisant 8 cadres sans aucune armature transversale à mi-
portée.

• Calcul des Espacements des Armatures transversales selon la


répartition de Caquot

133
« A 5.1,23 : état limite ultime des armatures d’âme ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992)
: Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode
des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.Editions CSTB.
Février 2000. P 38.

379
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

On choisit le premier espacement du cadre à une distance sto/2 du nu de l’appui.

Si on fait SO = 38/2 = 17 cm on prendra 16 cm qui se trouve dans les


espacements de caquot

Puis on répartira les cadres en autant de mètres qui se trouve dans la


démi-portée avec st0.

On a la répartition définitive : ((16 + 25 x 2+ 1 x 35 + 33 + 1 x 35 + 25


x 2 + 16)). Ce qui donne un total de 8 cadres. On ne mettra aucune armature
transversale à la démi-portée.

• Vérifications des Appuis

La poutre palière repose sur deux poteaux de section de 30 x 30 cm2

Il faut nécéssairement déduire de la largeur de la poutre, l’enrobage


(3cm dans notre cas) au niveau du 1er lit d’armatures, une distance a au niveau de
la bielle d’about de 2 cm.

a = L- 3- 2 = 30 – 5 = 25 cm OK !

• Vérification de la contrainte de Béton dans la bielle (Article


A.5.1.313134

2 𝑉𝑢𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 2 𝑥 60,23 𝑥 10−3 0,8 𝑥 𝐹𝑐𝑗 0,8 𝑥 25


= = 3,212 MPa ˂ = = 13,33 MPa OK
𝑎𝑏 0,25 𝑥 0,15 𝛾𝑏 1,5

134
« A.5.1.313 tiré de l’article A 5.1,31 : Appui simple d’about ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars
1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1
Editions CSTB. Février 2000. P 40

380
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

• Vérification de la Section d’armatures sur Appuis

𝑉𝑢 60,23 𝑥10−3
As≤ = 𝑥 10000 = 1,73 cm2
𝐹𝑒/𝛾𝑠 400/1,15

Soit 2 HA 12 totalisant 2,26 cm2 ˃ 1,73 cm2 OK !

• Vérification sur l’ancrage

L’ancrage droit suffit t-il ?

• Calcul de la contrainte d’adhérence (A 6.1,21135)

τsu= 0,6.Ψs2.ftj = 0,6 x 1,52 x 2,1 = 2,84 MPa

• Calcul de la Longueur de Scellement

Ls = Φ fe / 4τsu = ϕ x 400 / 4 x 2,84 = 35,21 ϕ = 35,21 x 1,2 = 42,25 cm.

Ls= 40Φ est une valeur forfaitaire adoptée généralement pour les aciers HA à
défaut de calculs plus précis (A.6.1,221136).

• Calcul de l’effort repris par chaque barre HA 12

On a 2 barres HA 12 totalisant 2,26 cm2

135
« A6.1,21 :Conditions d’équilibre ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des
états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.Editions CSTB.
Février 2000. P 52

136
« A.6.1,221 tiré de l’article A.6.1,22 : Ancrages rectilignes ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702)
(mars 1992) : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant
la méthode des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement
A1.Editions CSTB. Février 2000.P 54

381
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Chaque barre doit reprendre un effort égal à Vu/n = 60,23 x 10-3/ 2= 0,030115
Mn.
L’ancrage droit nécéssaire a pour longueur L telle que :

Vu/n = 0,030115 Mn ≤ Π.Φ.L.τsu = Π x 0,012 x L x 2,84 ↔ L ≥ (0,030115 /


(0,012 x 2,84 x Π), soit L ˃ 0,281 m qui est supérieur à 25 cm d’où un ancrage
courbe est nécéssaire.

• Arrêt des Barres Longitudinales (Voir Article A.4.1.5137)


• Calcul analytique

Mu = 35,39 Kn.m

α = 0,103

Zb = 0,435 m

• Calcul des Moments résistants des aciers

Mrui = Ai x z x σs

1er lit :2 HA 12 sur appui

Mru1 = 2,26 x 10–4 x 348 x 0,435

Mru1 = 0,0342 Mn.m

137
« A.4.1,5 : Sollicitations des membrures tendues ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) :
Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode
des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.Editions
CSTB. Février 2000. P 22

382
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

2ème lit : 2 HA 10

Mru1 = 1,57 x 10–4 x 348 x 0,435

Mru1 = 0,0238 Mn.m

Moment total (1+2) = 0,0586 Mn.m ˃ 0,03539 Mn.m OK !

• Exprimons l’équation de la Courbe des Moments décalée de 0,8H

Mu(X) = -Pux2 / 2 + (Pu L X / 2)

= ( -51,26 x 10-3/ 2) x X2 + (51,26 x 2,35 x X) / 2

Mu(X) = -25,63 x 10-3 X2 + 0,0602305 X

On égalise cette équation avec le moment repris par le premier lit d’acier

Mu(X) = -25,63 x 10-3 X2 + 0,0602305 X ↔ 0,034 = -25,63 x 10-3 X2 + 0,0602305


X d’où on a une équation du second degré :

-0,0346 -25,63 x 10-3 X2 + 0,0602305 X = 0

La résolution donne X1 = 0,999 m ≈ 1,00 𝑚 et X2 = 1,35 m

D’où le début du second lit est à une distance de 1,00 m (Démi-Portée


gauche)

A droite de ce point, il faut ancrer Ls ;

On prendra pour des raisons de simplicité Ls = 40 ϕ = 40 x 1,2 = 48 cm

A Gauche du point de la longueur de scellement, on décalera le point de


départ du second lit de 0,8 h = 0,8 x 50 = 40 cm

383
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

D’où la démi-longueur du 2ème lit est : 2,35/2 – 1,00 + 0,40 = 0,575 m OK !

Si nous faisons (40 + 48) x 2 = 88 cm x 2 =176 cm qui est supérieur à la


longueur totale du second lit calculé. (0,575 x 2 = 1,15 m)

Par conséquent, une augmentation de la longueur de la barre à 2,20 m


est nécéssaire pour y pallier. On ajoutera sur les 88 cm, 22 cm en plus, ce qui
donnera une demi-longueur de 1,10 m.

Vérifications des Contraintes à l’ELS

• Détermination de la position de l’axe neutre y1

Pour une section rectangulaire, on a l’équation suivante :

𝑏
y12+ 15 Ast x y1- 15 x Ast d = 0 ↔ 7,5y12 +15 x 3,83 x y1 -15 x 3,83 x 0,9 x 45,85
2

= 0 ↔7,5 y12+ 57,45 y1- 2370,67 = 0

• Résolution de l’équation du second dégré


• Calcul du discriminant

∆ = b2-4ac =57,452 -4 x 7,5 x (-2370,67)

∆ = 74420,6025

−𝒃+√∆ −(𝟓𝟕,𝟒𝟓)+√∆
y1= = = 14,357 cm
𝟐𝒙𝒂 15

• Calcul du moment d’inertie

I1= (bo x y13) / 3 + 15(d-y1)2Ast

= 15 x (14,357)3/3 + 15(45,35- 14,357)2 x 3,83

384
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

I1 = 69981,0913 cm4

• Calcul des Contraintes

K = Mser / I1 = (22,85 x 10-3)/69981,0913 x10-8

K = 32,65 Mn/m3

• Calcul de la contrainte de Compression du Béton

𝛔bc = K x y1 = 32,65 x 14,357 x10-2 = 4,688 MPa

𝛔bc ≤ 0,6 x fcj (Article A.4.5,2) = 0,6 x 25 =15 MPa or 4,688 MPa ˂ 15 MPa OK
! d’où la condition est vérifiée.

Les contraintes au niveau de l’acier ne sont pas à vérifiées dans le cas


d’une fissuration peu préjudiciable.

• Vérification de la flèche (Art B.6.5.1138)

Le calcul de la flèche n’est pas nécéssaire si les trois conditions


suivantes sont vérifiées :

• h/l ≥ 1/16 ⟹ 50/235 ≥ 0,0625 ⟹ 0,21 > 0,0625 OK !


• h/l ≥ Mt/10Mo ⟹ 0,2 ≥ 1/10 ⟹ 0,2 > 0,1 OK !
• As/(bo x d) ≤ 4,2/fe ⟹ 3,83/(15 x 45,35) ≤ 4,2/400 ⟹ 0,0056 ≤ 0,01
OK!

138
« B.6.5,1 : Dispositions générales ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des
états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.Editions CSTB.
Février 2000. P 93

385
Note de Calcul de la poutre isostatique selon le Bael 91 modifiée 99

La vérification à la flèche n’est pas nécéssaire. Elle est vérifiée d’office.

386
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Annexe 6 : Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y


compris Annexe nationale française
Hypothèses de Calcul

Béton Fck : C25/30

Acier de type S400 B (Ductilité Normale)

Classe structurale S4 : 50 ans

Classe d’exposition : XC1 (Elément en béton armé non exposé aux intempéries,
situé à l’intérieur du bâtiment)

fcd= 16,7 MPa

• Pré-dimensionnement de la poutre isostatique

La poutre est supportée par deux poteaux de 30 x 30 cm2

La poutre étant isostatique, la valeur de a est :

• Calcul de a ( Art 5.3.2.2139)

a = Min (0,5 t ; 0,5 h)

= Min (0,5 x 0,30 ; 0,5 x 0,30)

= Min (0,15 ; 0,15)

a = 0,15 m

139
« Article 5.3.2.2 : Portée utile des poutres et dalles dans les bâtiments ».Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 56

387
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

La portée entre nus est de 2,35 m.

• Calcul de la portée effective de calcul

Leff = Ln + a1 + a2

= 2,35 + (0,15 x 2)

Leff= 2,65 m

• Descente de charges sur la poutre

La poutre isostatique étant la poutre palière, elle reprendra les charges


de l’escalier.

• Charges permanentes

Gksup = (1,97 +3,686+ 1,875) + (6,72 x 1,45) + (10,62 x (2,70/2))

Gksup = 31,612 Kn/ml

• Charges d’exploitation

Qk1 = 2,5 x (1,45 + (2,70/2))

Qk1 = 7 Kn/ml

388
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Combinaisons d’actions

• En Combination Fondamentale

Ped = 1.35 Gk,Sup + Gkj,inf + 𝛾q1 ∗ 𝑄k1 + ∑𝛾qi ∗ 𝑄ki ∗ 𝜓oi

= 1,35 x 31,612 + 1,5 x 7

Ped = 53,176 Kn/ml

• En Combinaison Caractéristique

Pser = 𝐺kj,sup + 𝐺kj,𝑖𝑛𝑓 + 𝑄k1 + ∑ 𝑄ki ∗ 𝜓oi

= 31,612 + 7

Pser = 38,612 Kn/ml

• Combinaison quasi-permanente

La poutre supporte une surface de plancher de catégorie A, on a les


différents coefficients suivants : 0 = 0,7, 1= 0,5, 2= 0,3 ; on a :

Pser = 𝐺kj,sup + 𝐺kj,inf + 𝜓21 ∗ 𝑄k1 + ∑ 𝑄ki ∗ 𝜓2i

= 31,612 + 0,3 x 7

Pser = 33,712 Kn/ml

On a les différents schémas statiques suivants et les valeurs des


moments :

389
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• En Combinaison Fondamentale

Med = (Ped x leff2)/ 8

= (53,176 x 2,652)/ 8

Med = 46,68 Kn.m

Figure A 28 : Diagramme de moment fléchissant de la poutre isostatique à

l’ELU (Eurocode 2) (réalisé par nous-mêmes RDM 6

disponible en téléchargement sur le site http://iut.univ-

lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de l’université du

Mans en France )

390
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Effort Tranchant

Ved = Ped x Leff/ 2

= 53,176 x 2.65/2

Ved = 70,46 Kn

Cette valeur est celle calculée à l’axe des appuis. L’effort tranchant à considérer
est celle située au nu de l’appui.

Figure A 29: Diagramme de l’effort tranchant de la poutre isostatique à

l’ELU(Eurocode 2) ((réalisé par nous-mêmes RDM 6

disponible en téléchargement sur le site http://iut.univ-

lemans.fr/ydlogi/rdm_version_6.html de l’université du

Mans en France )

391
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Pré-Dimensionnement de la poutre

Le pré-dimensionnement de la poutre à l’Eurocode 2 est tiré du cours


intitulé « Notions de dimensionnement et d’Avant-Projet de L’Ecole Nationale de
Ponts et Chaussées de Paris. V3.1 (site Educnet.Enpc.fr)140

La formule est inspirée de celle se trouvant dans le livre « Le projet de


Béton armé » de Henry Thonier.

𝐿 𝐿
On a : ≤h≤ pour une poutre isostatique avec L ≤ 8 m pour faible portée et
14 8

le cas des faibles charges (Ped ≤ 70 Kn/ml hors poids propre de la retombée de la
poutre ).

Les longueurs sont considérées d’axe en axe des appuis.

265 265
On a : ≤h≤ ↔ 18,92 ≤ h ≤ 33,125
14 8

On prendra h = 30 cm (1)

• Détermination de la largeur b de la poutre

Pour une poutre à section rectangulaire, nous avons la relation :

0,3 h ≤ b ≤ 0,6 h ↔ 0,3 x 30 ≤ b ≤ 0,6 x 35 ↔9 ≤ b ≤ 18

On prendra b= 15 cm (1)’

140
Article 5.3.2.2 : Portée utile des poutres et dalles dans les bâtiments ».Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 56

392
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Si on décide de considérer le Moment fléchissant et de faire d’optimiser


la section de la poutre en utilisant le moment frontière passant par les pivots A et
B, on a :

Avec μab = 0,0561 pour

des classes de bétons ≤ C50, d’où 𝜀 cu2 = 3,5 %0 et 𝜀 c2 = 2 %0 et

des classes d’aciers de ductilité B, d’où 𝜀 ud =45 %0

Mab =0,0561 x b x d2 x 𝜂 x fcu avec η =1 pour les bétons ≤ C50 en fixant la largeur
b = 0,15 m

Il suffit de poser que Mab = Med et on aura :

0,0561 x b x d2 x 𝜂 x fcu = Med

0,0561 x 0,15 x 0,81 h2 x 1 x 16,7 = 45 x 10-3, on tire h2

0,113829705 x h2 = 46,68 x 10-3

h2 = 0,3953 m

h = 0,64 m

Le même processus du pivot au Bael est le même à l’eurocode 2. Vu


que nous voulons obtenir la même hauteur pour la comparaison, nous prendrons
h = 50 cm et dans ce cas nous serons au pivot B c'est-à-dire que Mab < Mu

On prendra h = 50 cm (2)

Avec (1), (1)’ et (2)’ on prendra une section de 15 x 50 cm2

• Calcul de l’enrobage Nominal cnom

393
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Classe d’exposition : Classe XC1 car la poutre se trouve à l’intérieur


du bâtiment et par conséquent à l’abri de la pluie.
• Classe Structurale S4 : Le bâtiment est construit pour une durée de
retour de 50 ans.
• Cnom = Cmin + ∆c, dev (Article 4.4.1.1 (2)141)
• Calcul de Cmin

Cmin = Max (Cmin,b ; Cmin,dur +∆Cdur,γ - ∆Cdur,st - ∆Cdur,add ; 10 mm)

Cmin,dur= 15 mm

∆Cdur,γ = 0 ; ∆Cdur,st = 0 ; ∆Cdur,add = 0 ((4.4.1.2 (7)142 et 4.4.1.2 (8)143)

Cmin,b = 12 mm (diamètre max des armatures)

∆c, dev = 10 mm (Article 4.4.1.3144 ) ,Pas d’assurance qualité

Cnom = 15 + 10 = 25 mm ; on prendra Cnom = 30 mm au final

• Calcul des Armatures longitudinales

Pour le calcul des sollicitations de la poutre isostatique à l’Eurocode 2,


on utilisera les Trois diagrammes Contraintes-Déformations et les deux

141
Article 5.3.2.2 : Portée utile des poutres et dalles dans les bâtiments ».Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 56

142
Article 5.3.2.2 : Portée utile des poutres et dalles dans les bâtiments ».Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 56

143
Article 5.3.2.2 : Portée utile des poutres et dalles dans les bâtiments ».Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 56
144

394
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

diagrammes caractéristiques de l’acier, c’est-à-dire le diagramme à palier


horizontal et le diagramme à palier incliné.

Cas 1 : Diagramme rectangulaire simplifié + diagramme à palier horizontal

Données de Base

▪ (Extrait du diagramme rectangulaire simplifié) : λ = 0,8 ; 𝜀𝑐𝑢2 =


𝟑, 𝟓 %0; 𝜀𝑐2 = 2 %0 ,

▪ (Extrait du diagramme à palier horizontal) Fyd= 348 MPa

• Calcul de μ

𝑀𝑒𝑑 46,68 10−3


μu = = = 0,092
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,15 𝑥 0,452 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖

αu= 1,25( 1- ( 1- 2x μu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,092)0,5)= 0,121

• Calcul du bras de levier

Zu = d (1- 0,4 αu) = 0,45 (1-0,4 x 0,121) = 0,428 m

• Calcul de la section As1

𝑀𝑒𝑑
As1= avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (46,68 x 10-3 / (0,428 x 348)) x 104

As1 = 3,13 cm2

395
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Cas 2 : Diagramme parabole rectangle + Diagramme à Palier horizontal

• Calcul de μu

𝑀𝑒𝑑 46,68 10−3


μu = = = 0,092
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑑 0,15 𝑥 0,452 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖

αu= 1,20 ( 1- ( 1- 2,06 x μu)0,5)= 1,20 (1-( 1-2,06x 0,092)0,5)= 0,120

• Calcul de 

17
= = 0,81
21

• Calcul de la section As1

 𝑥 𝑏𝑤 𝑥 𝑑 𝑥 𝑓𝑐𝑑
As1 = 𝑥 αu avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑓𝑦𝑑

= ((0,81 x 0,120 x 0,15 x 0,45 x 16,7) /348)) 104

As1 = 3,15 cm2

Cas 3 : Diagramme bilinéaire + Diagramme à palier horizontal

• Calcul de μ

𝑀𝑒𝑑 46,68 𝑥 10−3


μu = = = 0,092
𝑏𝑤 𝑥 𝑑 2 𝑥 𝑓𝑐𝑢 0,15 𝑥 0,452 𝑥 16,7

• Calcul de 𝜶𝒖

αu= (1/ 2cdg ) ( 1- ( 1-4cdg/remp) μu) avec cdg = 0,389 et remp = 0,750

396
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

= (1/ (2 x 0,389)) (1- (1- (4 x 0,389/0,750) x 0,092)0,5))

αu = 0,129

• Calcul du bras de levier

Zu = d(1-Cdg αu) = 0,45 (1 – 0,389 x 0,129) = 0,427 m

• Calcul de la section d’aciers

As1 = Med/ (fyd d (1- Cdg αu))

= 46,68 x 10-3 / (348 x 0,45 (1- 0,389 x 0,427))

As1 = 3,57 cm2

Cas 4: Diagramme rectangulaire simplifié + diagramme à palier incliné

• Calcul de la contrainte σs1

La formule pour déterminer la contrainte des aciers S400 B est :

σs1 = fyd(1 + (k-1) ( 𝜀𝑠- 𝜀 0)/(𝜀 uk- ɛ0))

• Calcul de 𝜺ud

𝜺ud = 0,9 x 𝜀 uk= 0,9 x 50 %0 = 45 %0

• Calcul de 𝜺0

𝜺0= (Fyd/ Es) = 348/200= 1,74 %0

• Calcul de 𝜺s

1−0,121
𝜺s = 3,5%0 x (1- αu)/αu= 3,5 ( ) = 25,43 %0˂ 45 %0 OK !
0,121

397
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de k

k = 1,08 – 1 = 0,08

On a : σs1 = fyd (1 + (k-1) ( 𝜀𝑠- 𝜀 0)/ (𝜀 uk- ɛ0)) = (348 x (1+ 0,08((25,43-1,74)/(50-
1,74)))

σs1 = 361, 666 MPa

• Calcul de As1

𝑀𝑒𝑑
As1= avec σs1 = fyd= 361,666 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (46,68 x 10-3 / (0,428 x 361,666)) x 104

As1 = 3,02 cm2

Cas 5 : Diagramme parabole- rectangle + diagramme à palier incliné

• Calcul de 𝜺𝒔

1−0,120
𝜺𝒔 = 3,5%0 x (1- αu)/αu= 3,5 ( ) = 25,67 %0 ˂ 45 %0 OK !
0,120

• Calcul de la contrainte σs1

σs1 =(348 x ( 1+ 0,08((25,67-1,74)/ (50-1,74))) = 361,805 MPa

• Calcul de As1

𝑥𝑏𝑤𝑥𝑑𝑥𝑓𝑐𝑑𝑥 𝛼𝑢 0,81 𝑥 0,120 𝑥 0,15 𝑥 0,45 𝑥 16,7


As1= = = 3,03 cm2
𝑓𝑦𝑑 361,805

Cas 6 : Diagramme bilinéaire + diagramme à palier incliné

398
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de 𝜺𝒔

1−0,129
𝜺𝒔 = 3,5%0 x (1- αu)/αu= 3,5 ( ) = 23,63 %0 ˂ 45 %0 OK!
0,129

• Calcul de la contrainte σs1

σs1 = (348 x (1+ 0,08((23,63-1,74) / (50-1,74))) = 360,628 MPa

• Calcul de As1

As1 = Med/ (fyd d (1- Cdg αu))

= 46,68 10-3/ (360,628 x 0,45 (1-0,389 x 0,129))

As1 = 3,03 cm

• Détermination du Ferraillage Pratique

On devra vérifier que dréelle > dchoisi

On partira avec la section la plus économique d’où As = 3,02 cm2.On


prendra des sections de 4 HA 10 totalisant 3,14 cm2.

On prendra des HA 6 pour le diamètre des cadres (règle du tiers). On


aura :

dréel = h – x avec x = ((2(3 +0,6+ (1,0/2) + (2(3+0,6 + 1,0 + (1/2))) / 4 = 4.6 cm


d’où dréel = 50 – 4,6 = 45,40 cm

dréel = 45,40 cm

On a : 45,40 cm > d = 0,9h = 45 cm OK ! notre section d’armatures


convient

399
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Vérification de la Condition de non-Fragilité ( Article 9.2.2.1


(1)145)
• Calcul de Asmin

Asmin = Max ((0,26 x fctm)/fyk) x bw x d ; 0,0013 x bw x d)

= Max ((0,26 x 2,6)/400) x 0,15 x 0,4540; 0,0013 x 0,15 x 0,4540))

= Max ((1,15 cm2 ; 0,89 cm2))

Asmin = 1,15 cm2 OK !

• Calcul des armatures maximales (Article 9.2.2.1 (3)146)


• Calcul de Asmax

Asmax = 0,04 Ac

= 0,04 x (0,15 x 0,50) x 104

Asmax = 30 cm2

• Calcul à l’effort tranchant

L’équation de l’effort tranchant sous une charge uniforme dans, notre


cas de figure est donné par :

Ved(X) =Ped (L/2 – X)

145
Article 9.2.2.1 : Portée utile des poutres et dalles dans les bâtiments Commentaire 1 ».Eurocode 2.Calcul des
structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 56

146
Article 5.3.2.2 : Portée utile des poutres et dalles dans les bâtiments ».Eurocode 2.Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.28 juin 2005.Version 9.P 56

400
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de l’effort tranchant au nu de l’appui

Ved (0,15) = (53,176 (2,65 /2 -0,15)

Ved (0,15) = 62,48 Kn

• Calcul de l’effort tranchant à une distance d de l’appui

Ved (d) = 53,176 (2,35/2 –0,4540)

Ved(d) = 38,34 Kn

Justification à l’état limite ultime de Résistance vis-à-vis de l’effort


tranchant

• Calcul de Vrd,C ( Art 6.2.2(1))147

Vrd,c= (Crd,c k ∛(100ρ1fck) + k1σcp ) x bw x d) avec :

k = 1 + √(200/d) = 1+ √(200/454) = 1,66 ˂ 2 OK !

Asl = 2 HA 10 = 0,78 x 2 = 1,57 cm2 pour le premier lit

ρl = (Asl/ bw x d) = 1,57 / (15 x 45,40) = 0,0023 ˂ 0,02

σcp = (Ncd / Ac) = 0 MPa

Crd,c= (0,18 /γc) = (0,18 /1,5) = 0,12 d’où:

Vrd,c= (0,12 x 1,66 x ∛((100 x 0,0023) x 25) +0)) x 0,15 x 0,4540

Vrd ,c = 0,024 Mn

147
« Art 6.2.2 : Elements pour lesquels aucune armature d’effort tranchant n’est requise, Commentaire 1 ».
Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.P 80.

401
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de vmin

0,053
vmin = x k3/2 x fck1/2 = (0,053/1,5) x 1,673/2 x 250,5
𝛾𝑐

vmin = 0,381 MPa

Le terme (Crd,ck ∛(100ρ1fck)) a pour valeur minimal vmin d’où :

(Crd,ck ∛(100ρ1fck) = 0,359 MPa < 0,381 MPa. D’où il faut recalculer Vrdc

Vrdcfinal = 0,381 x 0,15 x 0,4540 = 0,0259 Mn

• Calcul de Vrd,Max (6.2.3(3)148)

La résistance à l’effort tranchant maximal est donnée par :

Vrd ,max = αw x bw x z x v1 x fcd / (cotan θ + tan θ’) avec αw = 1

v1 =0,6 (1- (fck/250))

= 0,6 (1 - (25/250))

v1 = 0,54

Z = 0,9 d = 0,9 x 0,4540 = 0,409 m

Avec une inclinaison des Bielles à 45 °, on a :

Vrdmax= 1 x 0,15 x 0,409 x 0,54 x 16,7 / (1+1)

Vrdmax = 0,277 Mn

148
« Article 6.2.3 : Elements pour lesquelles les armatures d’effort tranchant sont requises, Commentaire 3 ».
Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.P 82.

402
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Avec une inclinaison des bielles à 21,8 °, on a :

Vrdmax = 1 x 0,15 x 0,409 x 0,54 x 16,7 / (2,5 + 0,4)

Vrdmax = 0,191 Mn

• Armatures d’Effort Tranchant en Zone Courante (Art 6.2.3(3))

Ved ≥ Vrd,c

62,48 x 10-3 ˃ 0,0259 OK ! d’où la nécessité de mettre des armatures d’effort


tranchant dans la poutre.

• Armatures d’effort tranchant en Zone Courante

Vrd,s= (Asw/s) x t x fywd x cotan θ

La densité d’armatures transversales le long de la poutre est donnée par

Asw/s = (Vrd,s/ z x fywd x cotan θ )

La densité d’armatures transversales dans la section à une distance d de


l’appui est telle que : Vrd(s) = Ved(d)

Soit dans le cas des bielles inclinées à 45 °, on a :

Asw/so = Ved(d)/ (z x Fywd x cotan θ) = (0,03834/ (0,409 x 348)) x 10000

Asw/so = 2,69 cm2

• Justification des appuis d’about


• Ancrage des Armatures inférieures

403
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

L’effort de traction à ancrer en raison du décalage de la courbe des


Moments est dans le cas de la flexion simple avec θ =45 °

• Calcul du décalage 149 (Art 9.2.1.3(2)

al = z (cotan θ – cotan α) / 2 avec θ =45 °

= 0,409 (1-0) / 2

al = 0,205 m

• Calcul de l’effort à ancrer ( Art 9.2.1.4)150

Fe = Ved(0) al / z = 0,50 x Ved x z/ z

= 0,50 x 62,48 x 10-3

Fe = 0,0312 Mn

• Calcul de la section d’acier à ancrer

Afyd = Fe d’où:

A = Fe / Fyd = (0,0312 / 348) 104

A= 0,90 cm2

• Calcul de l’expression β2 Ac

149
« Article 9.2.1.3 : Epure d’arrêt des armatures longitudinales tendues, Commentaire 2 ». Eurocode 2.Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. P 140

150
« Article 9.2.1.4 : Ancrage des armatures inférieures au niveau des appuis d’extrémité ». Eurocode 2.Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. P 141

404
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

β2 = 0,25

on a : 0,25 x 3,14 = 0,79 cm2

• Vérification de l’ancrage des aciers inférieurs

As ≥ Max (β2 Ac ; Fe / Fyd )

As ≥ Max (0,79 cm2 ; 0,90 cm2 )

As ≥ 0,90 cm2

Les armatures que nous avons sur appui sont de 2 HA 10 totalisant


1,57 cm2 > 0,90 cm2. OK ! notre section est vérifiée.

• Cas des bielles inclinées à 21,8 °


• Calcul du décalage al

al = z (cotan θ – cotan α) /2 avec θ = 21,8 °

= 0,409 (2,5) / 2

al = 0,511 m

• Calcul de l’effort à ancrer

Fe = Ved(0) al / z

= 62,48 10-3 x 0,511 / 0,409

Fe = 0,078 Mn

• Calcul de la section d’acier à ancrer

A fyd = Fe d’où:

405
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

A = Fe / Fyd = (0,078 / 348) 104

A= 2,24 cm2

• Calcul de l’expression β2 Ac

β2 = 0,25

on a : 0,25 x 3,14 = 0,79 cm2

• Vérification de la bielle d’about

Asappui ≥ Max (β2 Ac ; Fe / Fyd )

Asappui ≥ Max (0,79 cm2 ; 2,24 cm2 )

Asappui ≥ 2,24 cm2

Nous avons 2 HA 10 totalisant 1,57 cm2 < 2,24 cm2 ,la section de 4
HA 10 ne convient pas pour le cas des bielles inclinées à 21,8°. On prendre 2 HA
12 sur appuis totalisant 2,26 cm2 > 2,24 cm2.

Par conséquent, dans le cas des bielles inclinées à 21,8° on aura une
section de 2 HA 12 + 2 HA 10 totalisant 3,83 cm2.

Dispositions Constructives

• Calcul du pourcentage minimal d’armatures transversales ( Art


9.2.2 (5)151

151
« Article 9.2.2 (5) : Armatures d’effort tranchant, Commentaire 5 ». Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. P 142

406
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

ρw = ( Asw / (s x bw x sin α)) ≥ ρw,min = 0,08 √(25) / 400= 0,001

d’où on obtient pour des armatures transversales :

Asw/s ≥ bw x ρmin = 0,15 x 0,001 x 104 = 1,50 cm2/ ml

• Calcul de l’espacement longitudinal maximal ( 9.2.2 (6))152

Stmax = 0,75 d (1 + Cotan α)

= 0,75 x 0,4540

Stmax = 0,34 m

• Calcul de l’espacement transversal maximal( 9.2.2(8))153

Stmax = Min (0,75d ; 600 mm)

= Min (0,34; 0,60 )

Stmax =0,34 m

• Calcul de la répartition des armatures transversales

On appliquera deux méthodes : la Méthode Générale et la Méthode simplifiée

Méthode appliquée avec les bielles inclinées à 45 ° ( Méthode générale)

152
« Article 9.2.2 (5) : Armatures d’effort tranchant, Commentaire 5 ». Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. P 143

153
Article 9.2.2(8) : Armatures d’effort tranchant, Commentaire 5 ». Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. P 143

407
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Principe154

• Espacement initial et armatures d’une nappe

• On choisit un espacement initial supérieur à 7 ou 8 cm

• On choisit le nombre de brins, égal à priori au nombre de files


d’armatures longitudinales.

• On choisit le diamètre des barres d’une nappe correspondant à

l’espacement initial en fonction de la section la plus sollicitée

• On dispose des nappes d’armature à partir du nu de l’appui avec


l’espacement initial. Cette disposition est maintenue jusqu’à l’abscisse

de la poutre telle que l’espacement entre les nappes puisse être augmenté

• On choisit l’espacement suivant s1 puis les autres espacements


successifs (on les choisira parmi les espacements de caquot)

• Calcul de l’espacement initial so

Choisissons 10 cm

On aurait : Asw =2,69 x 0,10 = 0,269 cm2

D’où il faut une nappe de 2 brins de HA 6 totalisant 0,57 cm2 ˃ 0,269 cm2 OK !

154
« Méthode générale de calcul d’effort tranchant ».Exemple d’effort tranchant. Aide-Mémoire des ouvrages
en béton armé.Guillemont.P.Editions Dunod.Paris.2003. P 103-104

408
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de l’espacement so réel


So = 0,57 / 2,69 = 0,21 m

On prendra s0 = 20 cm

• Calcul des espacements

Espacement s1= 25 cm

Asw/st = 0,57 / 0,25

Asw/st = 2,28 cm2/ ml. Cette section d’armature permet d’équillibrer un effort
tranchant de :

Vrd,s= (Asw /s1) x z x fywd

= 2,28 x 10-4 x 0,409 x 348

Vrd, s = 0,0325 Mn atteint dans la section x1

Abscisse dans la section : Vrd,s =Ved(x) =Pu (L/2 – x) = 53,176 (1,175 – x1)

0,0325= 53,176 10-3 (1,175– x1) d’où x1 = 0,564 m

• Nombre de répétitions de x1

x1 = Partie entière de (x1/s0) + 1 = partie entière (0,564/0,20) + 1 = 3

On a : 3 x 20 = 60 cm ou 0,60 m

On répète 3 fois un espacement de 20 cm

• Calcul des espacements

Espacement s2= 35 cm

409
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

L’espacement en suivant les espacements de caquot aurait dû été de 35


cm. Mais celle-ci est supérieur à stmax = 34 cm

Asw/s2 = 0,57 / 0,34

Asw/s2 = 1,68 cm2/ml. Cette section d’armature permet d’équillibrer un effort


tranchant de :

Vrd,s= (Asw /s1) x z x fywd

= 1,68 x 10-4 x 0,409 x 348

Vrd,s= 0,0239 Mn atteint dans la section x1

Abscisse dans la section : Vrd,s=Ved(x) =Pu (L/2 – x) = 53,176(1,175 – x1)

0,0239 = 53,176 10-3(1,175 – x1) d’où x1 = 0,73 m

• Nombre de répétitions de x1

410
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

x1 = (0,73 - 0,60) /0,25 + 1 = 1,52. On arrondira à 1 :

Tableau A10 : Récapitulatif de la méthode générale (Bielles à 45°)

Abscisse réelle
Nombre de de la dernière
Si(m) Asw/si Vrd,s xi répétitions de nappe espacée
(cm2/ml) (Mn) (m) l’espacement Si-1 de si-1

0,20 - - 0,00 - 0,00

0,25 2,28 0,0325 0,564 Ent(0,564/0,20) + 1= 3 0,00 + 3 x 0,20 =


0,60 m

0,34 1,68 0,0239 0,73 Ent((0,73-0,60)/0,25) + 0,60 + 1 x 0,25 =


1= 1 0,85 m

On aura : 0,60 + 1 x 0,25 = 0,85 m

411
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Il reste 32,5 cm pour atteindre la démi-portée,

La répartition finale sera :

3 x 20 + 1 x 25 + 1 x 32,5 + 1 x 25 + 3 x 20 totalisant 8 cadres : Nous avons mis


un cadre au niveau du point où l’effort tranchant s’annule.

• Méthode simplifiée ( bielles à 45°)155

Elle consiste à considérer une valeur constante de l’effort tranchant


sur une longueur unitaire l = z (cotan θ + cotan α) (Article 6.2.3(5)156)

Avec θ = 45 on a cotan θ =1

• Calcul de la longueur unitaire

l= 0,409 ( cotan 45 + cotan 90 )

= 0,409 (1+0)

l = 0,409 m

• Calcul de l’effort tranchant

A x = l, on a :

Ved(0,409) =53,176 10-3 (2,35/2 – 0,409)

Ved (0,409) = 0,04073 Mn

155
« Méthode générale de calcul d’effort tranchant ».Exemple d’effort tranchant. Aide-Mémoire des ouvrages
en béton armé.Editions Dunod.Paris.2003. P 105

156
« Article 6.2.3 : Éléments pour lesquels des armatures d’effort tranchant sont requises, Commentaire 5. »
Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.P 83

412
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de la section d’armatures

Asw/s = Vrd,s/z x fywd x cot θ

= 0,04073 / (0,409 x 348)

Asw/s = 2,86 cm2/ml

• Calcul de l’espacement initial

1 cadre HA 6 équivaut à 2 brins totalisant 0,57 cm2

So = 0,57/2,86

So= 0,20 m

• Calcul du nombre de répétitions de l’espacement

Si = Partie entière (0,409/0,20) + 1

Si = 3

On aura : 0,00 + 3 x 0,20 = 0,60 m

On refait le calcul pour (l+d) = 0,409 + 0,4540 = 0,863 m

• Calcul de l’effort tranchant

Pou x = 0,863 m

Ved (0,863) = 53,176 10-3 (1,175– 0,863) = 0,016 Mn

413
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Tableau A11 : Récapitulatif de la méthode simplifiée

Nombre de Abscisse
Xi(m) Ved Asw/si Si répétitions de réelle de la
(Mn) (cm2/ml) (m) l’espacement Si dernière
nappe
espacée de si

0,409 0,04073 2,86 0,20 Ent(0,409/0,20) + 0,00 + 3 x


1= 3 0,20 = 0,60 m

0,863 0,016 1,50 0,34 Ent ((0,863 – 0,60) 0,60 + 1 x


/0,34) + 1) = 1 0,34 =
0,94 m

• Calcul de la section d’armatures

Asw/s = Vrd,s/z x fywd x cot θ

= (0,016 / (0,409 x 348)) 104

Asw/s = 1,12 cm2/ml < 1,50 cm2/ml

• Calcul de l’espacement

So = 0,57 / 1,50 = 0,38 m or 0,38 > stmax = 0,34 m. On prendra St = 0,34 m

On aura ((0,863 – 0,60) / 0,34) + 1) = 1,77 on arrondira à 1 ;

414
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ce qui fera 0,60 + 1 x 0,34 = 0,94 m, il reste 23,5 cm pour atteindre la démi-
portée ;

Il suffit de réarranger les espacements d’où :

3 x 20 + 1 x 23,5 + 1 x 34 + 1 x 34 + 1 x 23,5 + 3 x 20 totalisant 9 cadres.

• Avec les bielles inclinées à 21,8°


• Méthode simplifiée

On a θ = 21.8° ce qui fait que cotan θ = 2,5

Les armatures sont toujours verticales donc α =90°

• Calcul de la longueur unitaire

l = z(cotan θ + cotan α) = 0,409(2,5+0)

l = 1,023 m

• Calcul de l’effort tranchant

Calcul de x = l

Ved (1,023) = 53,176 (1,175 -1,023) = 8,083 Kn ou 0,008083 Mn

• Calcul de la section d’armatures

Asw/s = Vrd,s/z x fywd x cot θ = (0,008083/ (0,409 x 348 x 2,5))104

Asw/s = 0,23 cm2/ml < 1,50 cm2/ml qui est le minimum

D’où Asw/s = 1,50 cm2/ ml

415
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de l’espacement initial

So = 0,57/ 1,50 = 0,38 m > stmax = 0,34 m

On peut donc adopter un espacement constant de 34 cm sur la grande


majorité de la longueur de la poutre.

On aura : 1 x 17 + 1 x 32,5 + 2 x 34 + 2 x 34 + 1 x 32,5 + 1 x 17


totalisant 7 cadres transversaux ;

• Avec La méthode Générale (bielles à 21,8°)

Calcul de la densité d’armatures dans la section à une distance d de


l’appui telle que Vrd,s = Ved(d)

Asw/so = Ved (d)/ (z x Fywd x cotan θ)

= 38,34 x 10-3 / (0,408 x 348 x 2,5)

Asw/so = 1,077 cm2/ml < 1,50 cm2/ml qui est la valeur minimale

Asw/So = 1,50 cm2/ml

Choisissons so = 10 cm

On a 2 brins de HA 6 totalisant 0,57 cm2

• Choix du diamètre de la barre dans la section la plus sollicitée

Asw /So = 1,50 cm2/ml d’où Asw = 1,57 x 0,10 = 0,16 cm2.

Les deux brins totalisant 0,57 cm2 correspondent :

416
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

On arrondit l’espacement initial en fonction de la section choisie :

Asw /So =0,57/ So = 1,50 d’où So = 0,57 / 1,50 = 0,38 m > stmax = 0,34 m

On peut donc repartir sur quasiment toute la longueur de la poutre les cadres avec
un espacement de 34 cm au maximum avec les premiers cadres situés à 34/2 = 17
cm

On a la répartition suivante :

On aura : 1 x 17 + 1 x 32,5 + 2 x 34 + 2 x 34 + 1 x 32,5 + 1 x 17 totalisant 7


cadres transversaux ;

• La méthode de Caquot
• Cas des bielles standard inclinées à 45 °

Précédemment nous avions déjà déterminé le rapport :

Asw/so = 2,69 cm2

Et so = 0,57/ 2,69 = 0,21 m

D’après la méthode de caquot on doit choisir une valeur s1≤ So qui se trouve dans
la liste des espacements de caquot (7,8,9,11,13,16,20,25,35,40)

On prendra s1 = 20cm

Le premier cadre doit être situé à une distance s1/2 du nu d’appui

D’où le premier cadre sera situé à une distance de 20/2 = 10 cm du nu de l’appui.

Ensuite on répartit les cadres en autant de mètres qu’il y a dans la démi-portée

417
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Au final la répartition des cadres sera la suivante : 1 x 10 + 1 x 20 + 7 x 25+ 1 x


20 + 1 x 10 totalisant 10 cadres.

• Cas des bielles standard inclinées à 21,8 °

On connait : Asw/so = 1,50 cm2/ml

Et so = stmax = 34 cm

On choisit s1 dans la série de caquot qui est 20 cm

Le premier cadre sera disposé à une distance de 20/2 = 10 cm. On prendra Sto =
10 cm.

On a la répartition finale :

10 + 1 x 20 + 7 x 25 + 1 x 20 + 10 totalisant 10 cadres

• Epure d’arrêt des Barres Longitudinales


• Cas 1 : Avec les bielles inclinées à 45 °

Mumax= 46,68 Kn.m

Z= 0,428 m

La valeur de σs à considérer est celle du palier horizontal (348


MPa).Quant à la valeur du Z, c’est le bras de levier calculé lors de la
détermination de la section d’armatures qui est considéré pour être du côté de la
sécurité

418
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul du Moment résistant des Aciers

Mrui = Ai x zc x σs

1er lit : 2 HA 10 sur appui

Mru1 = 1,57 x 10–4 x 348 x 0,428

Mru1 = 0,024 Mn.m

2ème lit : 2 HA 10

Mru2 = 1,57 x 10–4 x 348 x 0,428

Mru2 = 0,024 Mn.m

Moment total (1+2) = 0,048 Mn.m ˃ 0,04668 Mn.m OK !

Exprimons l’équation de la Courbe des Moments décalée

Mu(X) = -Pux2 / 2 + (Pu L X / 2)

Mu(X) = -26,59 x 10-3 X2 + 0,0624818 X

On égalise cette équation avec le moment repris par le premier lit d’acier

Mu(X) = -26,59 x 10-3 X2 + 0,0624818 X ↔ 0,024 = -26,59 x 10-3 X2 + 0,0624818


X d’où on a une équation du second dégré :

-0,024 -26,59 x 10-3 X2 + 0,0624818 X = 0

La résolution donne X1 = 0,484 m et X2 = 1,866 m

419
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de Lbd

Lbd = α1 x α2 x α3 x α4 x α5 x lbrqd ≥ lbmin

• Calcul du décalage

al = z (cotanθ – cotan α)/ 2

= 0,409 (1-0) / 2

al = 0,204 m

• Calcul de l’effort à ancrer ( Art 9.2.1.4157)

Fe=Ved(0,15).al/ z = 62,48 x 0,204/ 0,409

Fe = 31,16 Kn

• Calcul de fbd

fbd = 2,25 x η1 x η2 x fctd

avec η1 = 1(Condition de Bonne d’adhérence) ; η2 =1 ( pour ϕ ≤ 32 mm)

fbd = 2,25 x 1 x 1 x 1,2

fbd=2,7 MPa

• Calcul de σsd

σsd = Fe /As = (31,16/1.57) x 104 /103

σsd = 198,471 MPa

157
Article 9.2.1.4 : Ancrage des armatures inférieurs au niveau des appuis d’extrémité ».Eurocode 2.Calcul des
structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Octobre 2005.P 141

420
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de lbrqd

lbrqd= (ϕ x σsd)/ (4 x fbd) = 198,471 / (4 x 2,7) = 18,38 ϕ

• Longueur d’ancrage Minimale

Lbmin = Max (0,3 lb,rqd ; 10 ϕ ; 100 mm )

= Max (0,3 x 18,38 x 10 ; 10 x 10 ; 100)

= Max (55,14 ; 100 ; 100)

Lbmin = 100 mm

On considère que α1 x α2 x α3 x α4 x α5 = 1 d’où

Lbd = 18,38 x 10 = 183,80 mm > 100 mm OK ! on prendra Lbd = 185 mm

On décale le point de départ du second lit de al = 0,204 m

La demi-longueur du second lit est : 2,35/ 2 – 0,484 + 0,204 = 0,895 m

La longueur totale du second lit est de : 0,895 x 2 = 1,790 m

• Vérification de la bielle d’about


• Inclinaison de la bielle d’about

Sin θ = 1/ (1+ ( lbd/z))2

= 1 / (1+ (18,5/40,9)2)0,5

Sin θ = 0,911

421
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

D’où θ = Arcsin (0,911)= 65,66°

• Contrainte dans la bielle d’about

σrd = Ved / ( lbd x bw x sin2 θ)

= 62,48 x 10-3/ (0,185 x 0,15 x 0,9112)

σrd = 2,71 MPa

• Contrainte maximale dans la bielle d’about

σrdmax = k2 x v’x fcd avec k2 = 0,85 et v’ = 1 – (fck/250) = 1 – ( 25/250) =0,9

d’où σrdmax = 0,85 x 0,9 x 16,7 = 12,78 MPa

Nous avons σrd = 2,71 MPa < 12,78 MPa OK !

• Cas 2 avec des bielles inclinées à 21,8 °


• Calcul du décalage avec 𝛉 = 21,8 °

al = (z cotan θ – cotan α)/2 avec α =45°

= 0,409 (2,5-0) / 2

al = 0,511 m

• Calcul de l’effort à ancrer

Fe = 62,48 x 0,511 / 0,409 = 78,06 Kn

422
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de la section d’acier à ancrer


• Calcul de σsd

σsd = Fe /As = (78,06/2,26) x 104 /103

σsd = 345,398 MPa

• Calcul de lbrqd (Art 8.4.3(2))158

lbrqd= (ϕ x σsd) / (4 x fbd) = 345,398 / (4 x 2,7) = 31,98 ϕ

• Longueur d’ancrage Minimale (Art 8.4.4 (1))159

Lbmin = Max (0,3 lb,rqd ; 10 ϕ ; 100 mm )

= Max (0,3 x 31,98 x 12 ; 10 x 12 ; 100)

= Max (115,128 ; 120 ; 100)

Lbmin = 120 mm

On considère que α1 x α2 x α3 x α4 x α5 = 1 d’où :

Lbd = 31,98 x 12 = 383,76 mm > 120 mm OK ! on prendra 385 mm

Un ancrage courbe est donc nécéssaire vu que 385 mm > 300 mm (Largeur de
l’appui)

158
« Art 8.4.3(2) : Longueur d’ancrage de référence,Commentaire 2 ». Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Octobre 2005. P 124

159
« Art 8.4.4 (1) : Longueur d’ancrage de calcul, Commentaire 1 ». Eurocode 2.Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Octobre 2005. P 124

423
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Vérification de la bielle d’about

• Inclinaison de la bielle d’about

Sin θ = 1/ (1+ ( lbd/z))2

= 1 / (1+ (38,5/40,9)2)0,5

Sin θ = 0,728

D’où θ = Arcsin (0,911) = 46,73°

• Contrainte dans la bielle d’about

σrd = Ved / ( lbd x bw x sin2 θ)

= 62,48 x 10-3/ (0,385 x 0,15 x 0,7282)

σrd = 2,04 MPa

• Contrainte maximale dans la bielle d’about

σrdmax = k2 x v’x fcd avec k2 = 0,85 et v’ = 1 – (fck/250) = 1 – (25/250) =0,9

d’où σrdmax = 0,85 x 0,9 x 16,7 = 12,78 MPa

Nous avons σrd = 2,04 MPa < 12,78 MPa OK !

• Epure d’arrêt des barres (Bielles inclinées à 21,8 °)

Mrui = Ai x zc x σs

1er lit : 2 HA 12 sur appui

Mru1 = 2,26 x 10–4 x 348 x 0,428

Mru1 = 0,034 Mn.m

2ème lit : 2 HA 10

Mru2 = 1,57 x 10–4 x 348 x 0,428

Mru2 = 0,024 Mn.m

424
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Moment total (1+2) = 0,058 Mn.m ˃ 0,04668 Mn.m OK !

Exprimons l’équation de la Courbe des Moments décalée de 0,8 H

Mu(X) = -Pux2 / 2 + (Pu L X / 2)

Mu(X) = -26,59 x 10-3 X2 + 0,0624818 X

On égalise cette équation avec le moment repris par le premier lit d’acier

Mu(X) = -26,59 x 10-3 X2 + 0,0624818 X ↔ 0,034 = -26,59 x 10-3 X2 + 0,0624818


X d’où on a une équation du second degré :

-0,034 -26,59 x 10-3 X2 + 0,0624818 X = 0

La résolution donne X1 = 0,856 m et X2 = 1,494 m

On décale le point de départ du second lit de al = 0,511 m

La demi-longueur du second lit est : 2,35/ 2 – 0,856 + 0,511 = 0,83 m

La longueur totale du deuxième lit sera de : 0,83 x 2 = 1,66 m

Si on avait utilisé la section de 3,83 cm2 (2 HA 12 + 2 HA 10) dans le


cas des bielles inclinées à 45° avec z = 0,204 m

On aurait obtenu comme longueur du second lit : (2,35/2 – 0,856 + 0,204)


x 2 = 1,05 m

425
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Vérifications En Combinaison fréquente (ELS)

Il s’agit de vérifier les contraintes afin de s’assurer que ces dernières


dans les matériaux sont bien admissibles au regard de l’ELS)

Deux cas généralement subsistent :

Le cas où la section de béton est considérée comme non fissurée

La vérification dans ce cas n’est pas obligatoire

Le cas où la section de béton est fissurée pour des raisons autres que
mécaniques qui sont dues aux phénomènes thermiques ou encore au retrait.

On explicitera le calcul dans les deux cas :

Cas de la section de poutre non-fissurée

• Combinaison Caractéristique

Pser = 38,612 Kn/ml


Mser = 38,612 x 2,652/ 8 = 33,89 Kn.m
• Combinaison Quasi-Permanentes
Pser = 33,712 Kn/ml
Mser = 33,712 x 2,652/8 = 29,59 Kn.m
• Hypothèses sur le comportement du matériau

Le béton comprimé a un comportement élastique

Le béton tendu est considéré si la section n’est pas fissurée et négligée


si la section est fissurée.

426
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

L’acier tendu ou comprimé a un comportement élastique linéaire.

• Contrainte limite du béton

La classe d’environnement est de XC1 d’où :

𝜎c = fck = 25 MPa

• Contrainte limite de traction

Elle est limitée à fct,eff.

𝜎ct = fct,eff =fctm = 0,3 fck2/3 = 0,3 x (25)2/3 = 2,6 MPa

• Vérification de la linéarité du fluage (Article 7.2(3)160)

Si sous les combinaisons quasi-permanentes, la contrainte dépasse la


valeur (k2 x fck = 0,45 x 25 = 11,25 MPa), le fluage est dit non-linéaire dans le
béton ;

Sous les combinaisons quasi-permanentes, les contraintes de


traction au niveau des armatures sont limitées à k3.fyk (k3= 0,8)

σs = 0,8 fyk = 0,8 x 400 = 320 MPa

Supposons que le fluage est linéaire

• Calcul du coefficient d’équilibre αe

• Calcul de fcm

Fcm = fck + 8 = 25 + 8 = 33 MPa

160
Article 7.2 : Limitation des Contraintes,Commentaire 3 ».Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-
1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Octobre 2005.P 109

427
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Calcul de φ(∞,to)

• Calcul de φRH
𝑅𝐻
1−( )
φRH = 1 + 100
0,1 (ℎ𝑜)1/3

= 1 + ((1- (50/100))/ (0,1 x 115,381/3))

φRH = 2,027

• Calcul de β(fcm)
16,8
β(fcm) =
𝑓𝑐𝑚0,5

= 16,8/ 330,5

β(fcm) = 2,924

• Calcul de β(to)
1
β(to) =
0,1+𝑡𝑜𝑒 0,2

1
=
0,1+280,2

β(to) = 0,488

φ(∞,to) = 2,89

• Calcul de φef

φef = φ(∞,to) x Moqp/ Moed

2,89 x (29,59/ 33,89)

φef = 2,52

428
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de Ec,eff

Ec,eff = Ecm/(1 + φef ) avec

Ecm = 22 x(fcm/10)0,3 = 22 x (33/10)0,3 = 31,48 GPa

Ec,eff = 31,48 / (1+2,52) =8,94 GPa

• Calcul de αe

αe = Es/ Ec,eff = 200 / 8,94 = 22,37

Vu que la poutre est considérée comme non fissurée, la résistance du


béton en traction est considérée dans les équations d’équilibre.

On détermine définitivement que la poutre est fissurée ou pas à partir


de la contrainte maximale obtenue par le béton.

• Position de l’axe neutre et inertie non fissurée

Aire de la section complète homogénéisée

A = bw h + αe As1

= (0,15 x 0,50 + 22,37 x 314 x10-6)

A = 0,08202 m2

• Position du Centre de Gravité

Calcul du moment statique par rapport à la fibre tendue

dg = ((bw h2/2) + αe As1(h- d1) + αe As2(h-d2)) / A

= ((0,15 x 0,502/ 2) + 22,37 x 314 x 10-6 (0,50-0,4540))/0,08202

dg = 0,233 m

429
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

On a : x = h-dg = 0,50-0,233 = 0,267 m

• Calcul du Moment d’inertie non fissurée

I1 = bwh3/12 + bw x h (h/2 -x)2 + αe As1(dréel-x)2

= (0,15 x 0,503)/12 + 0,15 x 0,50 (0,50/2 – 0,267)2 + 22,37 x 3,14 10-4(0,4540


– 0,267)2

I1 = 0,001829803 m4

• La section est-elle fissurée ou pas ?

Il suffit de comparer le moment sollicitant au moment critique Mcr

Mcr = I1/ (h-x) fct,eff avec :

fct,eff = Max((1,6-(h/1000) fctm) ; fctm))

= Max (1,6 -(500/1000)) x 2,6) ; 2,6))

= Max (2,9 ; 2,6)

fct,eff = 2,9 MPa

Mcr = (0,001829803 / (0,50 -0,267)) x 2,90 x103

Mcr = 22,774 Kn.m

On a Mser =33,89 Kn > 22,774 Kn ,la section est donc bel et bien fissurée.

Vérification aux ELS en tenant compte de la fissuration 161

• Position de l’axe neutre et Inertie fissurée

Aire de la section complète homogénéisée

A = 0,08202 m2

161
« Vérification aux ELS en tenant compte de la fissuration ». Le béton armé selon l’eurocode 2. Cours et
Exercices Corrigés.Yannick Sieffert.Juin 2014.Collection Dunod.2ème édition.P 153

430
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Position du centre de gravité


2𝑏𝑤 𝐴𝑠1 𝑑𝑟é𝑒𝑙 0,5
x2 = (αe As1/ bw) (1 + ( ) – 1)
𝛼𝑒 (𝐴𝑠12 )

= (22,37 x 3,14 x 10-4/ 0,15) (1+ ((2 x 0,15 x 3,14 x 10-4 x 0,4540)/ 22,37 x

(3,14 x10-4)2)0,5 -1))

x2 = 0,206 m

• Inertie fissurée
𝑥2
III = bw x x3 /12 + bw x2 ( )2 + αeAs1 (dréel – x2)2
2

= 0,15 x (0,206)3/12 + 0,15 x 0,206 x (0,206/2)2 + 22,37 x 3,14 x 10-4 (0,4540-


0,292)2

III = 0,000707273 m4

• Vérifications des Contraintes dans les sections

Il faut vérifier que σc < σc = 25 MPa et σS < σs

• Contraintes dans les sections

Fibre inférieure du béton

σct = 0 → Section fissurée

Fibre supérieure du béton

σc =( Med,Els/ III ) x x2

= 33,89 x 10-3 x 0,182 / (0,000707273)

σc = 8,72 MPa < 25 MPa OK !

431
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Pour les armatures tendues

σs1 = - αe Mser / III x (dréel – x2)

= - 22,37 x 33,89 10-3(0,4540 -0,206) / 0,000707273

σs1 = -265, 829 MPa

σS1 < σs = 320 MPa OK !

La poutre est vérifiée aux ELS

• Vérification du choix du fluage linéaire

Vérifions que sous la combinaison des charges quasi-permanentes que

σc,qp < 0,45 fck

• Calcul du rapport MSER/Meqp

Mser/ Meqp = 33,89 / 29,59 = 1,14

σc,qp = σc/ 1,14 = 8,72 / 1,14 = 7,65 MPa < 0,45 x 25 = 11,25 MPa OK !

L’hypothèse du fluage linéaire est validée

• Maîtrise de la fissuration

Deux cas sont à identifier : Avec calcul direct et sans calcul direct

Cas 1 : Sans calcul direct

C’est une méthode forfaitaire qui permet de s’affranchir de la


vérification complète de l’ouverture des fissures

432
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau A12 : Valeur de l’ouverture des fissures selon la classe

environnementale162

Wmax =0,40 mm pour les classes d’exposition XC1

Détermination du diamètre maximale Φs* des barres

Le choix est fait selon le tableau ci-dessous :

162
Reproduit à partir du « Tableau 7.1N : Valeurs recommandées de wmax (mm), chapitre 7.3 : Maitrise de la
fissuration».Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les
bâtiments. Octobre 2005.P 110.

433
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Tableau A13: Diamètre maximal des barres pour l’ouverture des fissures163

On utilisera la méthode de l’interpolation linéaire pour déterminer Φs* :

On a pour wk = 0,40 mm

σs1 = 240 MPa ⟹ Φs* =20 mm

σs1 = 280 MPa ⟹ Φs* =16 mm

On a : 200 -265,829 = 20-X

200 -240 = -4

-103,316 = - 800 + 40 X ⟺ X = 17,42 mm

163
Reproduit à partir du « Tableau 7.2N : Diamètre Maximal des barres pour la maitrise de la fissuration chapitre
7.3.3, Maitrise de la fissuration sans calcul direct : ».Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 :
Règles générales et règles pour les bâtiments. Octobre 2005.P 113.

434
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Détermination du diamètre Φs des barres ( Article 7.3.3(3)164)

La section de la poutre est soumise à la flexion d’où une partie de notre


poutre est comprimée.

• Calcul de kc
𝜎𝑐
kc =0,4 (1 - ℎ )≤1
𝑘1
ℎ∗𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓

En flexion simple Kc = 0,4

• Calcul de hcr

hcr = dg = 0,236 m

• Calcul de dA

Il est différent de la hauteur utile.Il est calculé par rapport au premier


lit d’armatures.

On aura :

dA = 500 -30-6 – 10/2 = 459 mm

On a : Φs = (Φs*x fct,eff ) x (kc x hcr)/ (2,9 x 2(h-dA))

= 17,42 x 10-3 x (2,9/2,9) x (0,4 x 0,236)/ (2(0,50-0,4540))

Φs = 0,017874 m ou 17,87 mm

164
Reproduit à partir du « Tableau 7.2N : Diamètre Maximal des barres Φs* pour la maitrise de la fissuration
chapitre 7.3.3, Maitrise de la fissuration sans calcul direct : ».Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie
1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Octobre 2005.P 113.

435
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

• Vérification 1 (Diamètre Maximal

Φlréel ≤ Φs ⟹ 10 < 17,87 mm OK ! La condition est vérifiée

• Vérification 2 (Espacement maximal)

Soit le tableau suivant :

Tableau A14 : Espacement maximal des barres pour l’ouverture des fissures165

Pour σs = 240 MPa ⇒ a = 250 mm

Pour σs = 280 MPa ⇒ a = 200 mm

Par interpolation linéaire, on obtient :

-25,829 ⇒250 – X

165
Reproduit à partir du « Tableau 7.3N : Espacement Maximal des barres pour la maitrise de la fissuration
Chapitre ».Eurocode 2.Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les
bâtiments. Octobre 2005.P 113.

436
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

-40 ⇒50

Au final : X = 217,714 mm

Si on calcule l’espacement du premier lit appelée aréel

aréel = bw – 2ctotal -2ΦtL = 150 – 2 x 36 – 2 x 10 = 58 mm

58 mm < 217,714 mm OK ! La condition est vérifiée

Pour que le contrôle de la fissuration sans calcul direct soit assuré ; il


suffit que l’une des deux vérifications précédentes soit assurée. Les deux
conditions étant respectées, le contrôle de la fissuration sans calcul direct est
vérifié.

Contrôle de la fissuration avec un calcul direct

• Calcul de l’ouverture des fissures wk

Wk = Sr,max ( 𝜖 sm -𝜖 cm)

• Calcul de ( 𝝐sm -𝝐cm)

( 𝜖 sm -𝜖 cm) = (σs – kt fct,eff/ 𝜌p,eff) (1+ αe 𝜌p,eff ) / Es ≥ 0,6 σs/Es avec :

kt =0,4

Ac,eff qui est l’aire effective entre les armatures tendues

Ac,eff = bw x hc,eff

hc,ef = Min (2,5(h-dréel) ; (h-x2)/3 ; h/2))

= Min ( 2,5(0,5-0,4540) ;(0,5-0,206)/3 ; (0,50/2))

= Min ( 0,115 ; 0,294 ; 0,25 )

hc,ef = 0,115 m

437
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

Ac,eff = 0,15 x 0,115 x 104 = 172,5 cm2

𝜌p,eff = As1/ Ac,eff = (3,14 / 172,5) = 0,01820

D’où : ( 𝜖 sm -𝜖 cm) = ((227,691 106 – 0,4 x 2,9 106/ 0,01974 (1 + 17,47 x


0,01974))/ 200000 106

( 𝜖 sm -𝜖 cm) = 0,000743309 > 0,6 x 227,691106 / (200000 x 106) =


0,000683073, OK! la condition est vérifiée.

• Calcul de Sr,max

C’est le calcul de l’espacement maximal des fissures.

• Calcul de la distance du centre de gravité entre deux ouvertures

Il existe deux formules qu’il est possible d’utiliser pour le calcul de srmax :

Aréel + Φlréel = 58 mm + 10 mm = 58 mm

La première formule ne s’utilise que si ;

Aréel + Φlréel ≤ 5(c + Φl/2)

Or 5(c+ Φl/2) = 5(30 + 5) = 175 mm

On peut donc utiliser la formule suivante :

Sr,max = k3 x c + k1 x k2 x k4 + Φl/𝜌p,eff avec :

k3 = 3,4 x (25/c)2/3 = 3,4 x (25/30)2/3 = 3,01

k1 = 0,8 (Barres HA)

k2 = 0,5 ( Flexion simple)

k4 = 0,425

Sr,max = 3,01 x 30 + ((0,8 x 0,5 x 0,425 x 10)/ 0,01974)

Sr,max = 176,419 mm

438
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Wk = Srmax ( 𝝐sm -𝝐cm)

On trouve que wk = 176,419 x 0,000743309 = 0,131 mm < wkmax = 0,4 mm OK !

• Calcul de la section minimale à l’ELS

• 1er cas : Sans calcul direct de la fissuration

As,min = kc x k x fct,eff x Act/ σs avec :

kc = 0,4

k = 1 si h ≤ 300 mm et k = 0,65 pour h ≥ 800 mm

En interpolant, on obtient k = 0,77

Act = bw x dg = 15 x 23,3 = 349,5 cm2

σs = 227,691 MPa (Inertie fissurée)

Asmin = (0,4 x 0,77 x 2,9 x 349,5 / 227,691) 102

Asmin = 137 mm2

As1 = 383 mm2 > 144 mm2 OK !

• 2ème cas : Avec calcul direct de la fissuration

On considère la contrainte σs1 = fyk =400 MPa

Asmin = (0,4 x 0,77 x 2,9 x 349,5 / 400) 102

Asmin = 78,04 mm2

As1 = 314 mm2 > 78,04 mm2 OK !

• Vérification de la flèche

439
Note de Calcul de la poutre isostatique à l’Eurocode 2 y compris ANF

L’Eurocode donne une méthode pour la dispense de la flèche basée dur une
contrainte de service des aciers (σs = 310 MPa pour fyk = 500 MPa) et pour un
béton de C30/37.

Henry thonier donne le tableau suivant pour le cas d’un béton de


classe C25/30 sans aciers comprimés

Tableau A15 : Valeurs des rapport L/D pour des bétons C25/30 sans aciers

Comprimés166

Afin de l’harmoniser avec les contraintes des aciers qui peuvent être
différentes, il est possible d’y ajouter un correctif à l’aide du coefficient :

β = 310/ σs = 500/fyk (As,prov/As,req)

166
Reproduit à partir du Tableau « Déformations-flèches ».Eurocode 2-Mode d’emploi.Comprendre la Nouvelle
donne du calcul des structures béton.Paris.15 Octobre 2009.P 5

440
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul du pourcentage d’acier

ρ = 100 x As/ (b x d )

= 100 x 314/ (150 x 454)

ρ = 0,46 %

Le ratio d’armatures est compris si, nous regardons dans le tableau entre
0,3 % et 0,5 %. On déterminera le rapport l/d à partir d’une interpolation linéaire.

0,3 → 32

0,46 → X

0,5 → 19

On a : X = (L/d) = 21,6

• Calcul du coefficient correctif β

β = 500/400 x (3,14/3,02) = 1,30

• Calcul du rapport (L/d)corrigé

(L/d)corrigé = 21,6 x 1,30 = 28,08

• Calcul de d

d = 265 / 28,08

d = 9,437 cm

dréel = 0,4540 m ou 45,40 cm > 9,437 cm OK ! il n’y a pas nécessité de vérifier la


flèche.

441
Note de Calcul du poteau selon les règles Bael 91 modifiée 99

Annexe 7 : Note de Calcul du poteau selon les règles Bael 91 modifiée


99
Hypothèses

Fissuration peu préjudiciable

Fc28 = 25 MPa

Enrobage de 3 cm

Hauteur du Poteau du 4ème étage : 2,73 m

Hauteur du poteau du 3ème étage : 2,73 m

Plus de la moitié des charges est supposée appliquée à moins de 90 jours

Acier : Fe 400

• Pré-dimensionnement du poteau de l’étage 3

• Détermination de la surface d’influence

La surface d’influence reprise par le poteau du quatrième étage est de :

Surface d’influence du poteau (4ème étage) = 7,25/2 + (2,65/2) x (2,35 /2) + (3,15
/2) = 4,95 x 2,75 = 13,61 m2

La surface d’influence du poteau (3ème étage) est de : 7,25/2 + (2,65/2) x (2,35 /2)
+ (3,15 /2) = 4,95 x 2,75 = 13,61 m2

• Descente de charges

• Charges Permanentes

Le poteau de l’étage 3 supporte le poteau de l’étage 4 étant de section


30 x30 cm2 qui supporte elle-même la toiture-terrasse.

442
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Il supporte deux types de toitures terrasses selon les épaisseurs 20


et 35 cm

• Charges permanentes supportées par le poteau du R+4 (charges


de la toiture-terrasse)

Gtoiture -terrasse = ((2,35/2) + (2,65/2)) x 7,23 + (2,65/2 x (3,15 /2)) x7,23 + 3,15/2 x
7,25 /2) x 7,23 + ((7,25/2) x (2,35/2) x 9,18) = 106,724 Kn

Gpoutres= (0,30 x 0,50 x (7,25 /2 + (2,65/2) x 25 ) + ( 0,15 x 0,50 x (2,35 /2 + 3,15


/2) x 25 = 23,72 Kn

Poids du poteau : 0,30 x 0,30 x 2,73 x 25 = 6,14 Kn

• Charges permanentes provenant du poteau du R+4

GpR+4 = 6,14 + 106,724 + 23,72

GpR+4= 136,584 Kn

• Charges permanentes supportées par le poteau du R+3

Gplanchercourant = (2,35/2) x (2,65/2) x 6,07 + (2,65/2 x (3,15 /2) x 6,07 + 3,15/2 x


7,25 /2) x 6,07 + ((7,25/2) x (2,35/2) x 8,02) = 91,123 Kn

Gmurs = (9 x 0,15 x 2,73 x (7,25/2 + 2,65/2 + 3,15/2 + 2,35/2)) + (18 x 0,04 x 2,73
x (7,25/2 + 2,65/2 + 3,15/2 + 2,35/2)) = 15,16 Kn

Gpoutres = 23,72 Kn

• Charges d’exploitation

QToiture-Terrasse= 1 Kn/m2 x 13,61 = 13,61 Kn

443
Note de Calcul du poteau selon les règles Bael 91 modifiée 99

Q(R+4) = (((2,35 /2) x (2,65 /2)) + (2,65/2) x (3,15/2)) x 2,5) + (3,15/2 x 7,25/2) x
3,5 + (7,25/2 x (2,35/2) x 4) = 46,13 Kn

• Combinaisons d’actions

A l’ELU

Nu = 1,35 g + 1,50 q

= 1,35 x 266,587+ 1,50 x (46,13 + 13,61)

Nu = 449,502 Kn

A l’ELS

Nser = G + Q

= 266,587 + 59,74

Nser = 326,327 Kn

D’après le Bael 91 modifiée 99 (Article B.8.8.1), il faudrait faire une


majoration de 10 % pour les bâtiments à deux travées sur les poteaux
intermédiaires voisins des poteaux de rive et 15 % pour les poteaux centraux dans
le cas de bâtiments à deux travées.

Le poteau de notre étude est un poteau appartenant à une poutre de plus


de trois travées et qui plus est un poteau intermédiaire qui est voisin d’un poteau
voisin lui-même d’un poteau de rive. Par conséquent, la majoration ne peut
s’appliquer.

• Pré-dimensionnement du Poteau

444
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Le pré-dimensionnement du poteau est basée selon l’article B8,4.1167 du


Bael 91 modifiée 99

𝐵𝑟 𝑥 𝐹𝑐28 𝑥 𝐴𝑠 𝑓𝑒
Nulim ≤α ( + )
0,9 𝛾𝑏 𝛾𝑠

On procédera de la manière suivante :

On suppose que la longueur de flambement du poteau vaille 0,7 lo avec


lo qui est la longueur libre qui vaut 3,23 m. La longueur de flambement devra être
vérifiée après détermination de la section

On supposera un poteau de section carré a x a

A partir de l’expression ci-dessus, on peut exprimer Br :


𝑘 𝑥 𝛽 𝑥 𝑁𝑢
Br≥ ( 𝑓𝑏𝑢 0,85 𝑥 𝑓𝑒𝑑 ) en supposant un rapport A/Br = 1 %
+
0,9 100

Avec k = 1,10, car plus de la moitié de charges est supposée appliquée


avant 90 jours ; (Commentaire de l’article B.8.4.1)

0,85 𝜆
𝛽= = 1+ 0,2( ) si λ ≤ 50
α 35

Afin de faire participer toutes les armatures à la résistance, on prendra λ


=35 d’où 𝛽 = 1+ 0,2 = 1,20

• Calcul de fbu

fbu = 0,85 x 25 / (1 x1,5)= 14,17 MPa

167
Tiré de l’article B.8.4 « Justification des Poteaux-Détermination forfaitaire de l’effort normal résistant des
poteaux soumis à la compression centrée ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des
états limites. Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé+ Amendement A1.Editions CSTB.
Février 2000.P 112

445
Note de Calcul du poteau selon les règles Bael 91 modifiée 99

1,10 𝑥 1,20 𝑥 449,502 𝑥103


On a : Br≥ 14,17 0,85 𝑥 348
+
0,9 100

Br ≥ 31725,40583 mm2

Br étant la section réduite en retranchant 1 cm de chaque côté des dimensions du


poteau or vu que par hypothèse, nous avons supposé un poteau carré. On a :

(a-20)2≥ 31725,40583↔ a-20 ≥ (31725,40583)0,5↔ a-20 ≥178,116↔a ≥


178,116+ 20 ↔a ≥ 198,116 mm.

On prendra a = 300 mm ou 30 cm

D’où on a un poteau de 30 x 30 cm2

• Vérification au niveau de a

λ≥ lf x 120,5/ a ↔ a ≥120,5x lf / λ d’où :

a ≥ 0,7 x 3,23 x 120,5 / 35

a ≥0,223 or 0,30 ˃ 0,223 OK !

• Vérification sur la longueur de flambement

Il nous faudra effectuer le calcul des raideurs en pied et en tête du


poteau :

Les différentes raideurs des éléments à considérer seront mentionnées


sur le plan de coffrage.

Soient K1,la raideur du poteau, K2 la raideur de la poutre en tête de


poteau et K3 la raideur de la poutre en pied de poteau. Les Conditions à vérifier

446
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

sont les suivantes168 : (Voir le livre « Pratique du Bael 91 modifiée 99 » de Jean


Perchat

Si K3 ≤ K1 et K2 ≤ K1 → 0,7 lo sinon lo

De Plus, il faut que dans le sens considéré des poutres ces derniers
traversent le poteau de part en part. Si les deux conditions ne sont pas vérifiées lf
= lo

• Calcul de K2

En tête de poteau, il y deux poutres traversantes : une de gauche et une


de droite (Voir Plan de coffrage) on appellera k21 la raideur pour la poutre de
droite et K22 pour la poutre de gauche dans le plan Z-Z et K23 et K24 dans le Plan
Y-Y

On a :

Dans le Plan Z-Z


𝑏ℎ3
K21 = 12 avec l qui est la longueur de la poutre considérée ( Les valeurs sont
𝑙
prises au nu )

= (0,30 x 0,503 / 12) / 2,35

K21 = 0,0013297

• Calcul de K22

168
J.roux,J.Perchat. « Chapitre 2.1 : Longueurs de flambement lf ». Pratique du Bael 91 Modifiée 99,Cours et
Exercices corrigés.Quatrième Edition.Editions Eyrolles.Paris.P 89

447
Note de Calcul du poteau selon les règles Bael 91 modifiée 99

K22 = (0,30 x 0,503 /12) / 6,95

K22 = 0,00044964

• Calcul de K23

K23= ((0,15 x 0,50 3) / 12) / 2,05

K23= 0,000762

• Calcul de K24

K24= ((0,15 x 0,503))/12) / 2,85

K24 = 0,000548

• Calcul de K3

En pied de poteau, on fera le même processus que précédemment avec :

K31= (0,15 x 0,503 /12)/2,05 = 0,000762195(Plan Z-Z)

K32= (0,15 x 0,503/12)/1,05 = 0,001488095 (Plan Z-Z)

K33= (0,30 x 0,503/12)/6,95 = 0,00044964 (Plan Y-Y)

K34 =(0,30 x 0,503 /12)/ 2,35 = 0,0013297 (Plan Y-Y)

• Calcul de K1 (Raideur du poteau)

K1 = (a4/12)/ 3,23

= ((0,304)/12) /3,23

K1= 0,0002

On constate que toutes les raideurs que ce soit en pied de poteau ou


en tête de poteau sont supérieurs à la raideur du poteau dans chacun des plans de
flambement possible, qui vaut 0,0002→ lf = 0,7 lo OK !

Notre hypothèse de départ est vérifiée.

448
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul des armatures longitudinales

• Calcul de la longueur de flambement

lf= 0,7 x 3,23 = 2,26

• Calcul du coefficient 𝜷
26,10 2
On a : λ = 26,10 ˂ 50 → β = 1 + 0,2 ( ) = 1,11
35

• Calcul de la nouvelle charge Nu ( y compris le poids propre du


poteau du 3 ème étage)

Nu = 1,35 (266,587+ 0,302 x 2,73 x 25) +1,5 x (46,13 +13,61)

Nu = 457,795 Kn

Le béton équilibre :
𝐵𝑟𝑥𝑓𝑏𝑢 (0,30−0,02)2
Nb= = 𝑥 14,17 = 1,234 Mn
0,9 0,9

Les aciers équilibrent :


𝑘𝑥𝛽𝑥𝑁𝑢−𝑁𝑏
Ns = = (1,1 x 1,11 x 457,795 x 10-3- 1,234)/ 0,85
0,85

Ns= - 0,794 Mn → le béton est surabondant, il suffit de mettre la section


d’armatures minimales.

Calcul de la section d’armatures minimales (A.8.1,21169)

• Calcul du périmètre

u = 2(a+b) = 2(0,3 + 0,3) = 1,20 m

169
Tiré de l’article A.8.1.2 « Armatures longitudinales ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992):
Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode
des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1.Editions
CSTB. Février 2000.P 67

449
Note de Calcul du poteau selon les règles Bael 91 modifiée 99

• Calcul de l’aire de Béton

Ac= a x b = 30 x 30 = 900 cm2


0,2 𝑥 900
Amin= Max (4 cm2/m de périmètre ; ( ))
100

0,2 𝑥 900
= Max (4 x1,20 = 4,80 cm2 ; )= Max ( 4,80 ; 1,8)
100

Amin= 4,80 cm2

On choisira 4 HA 14 totalisant 6,15 cm2

• Calcul de la section maximale


5𝐵 5 𝑥 900
As ˂ Asmax = → 6,15 ˂ = 45 cm2 OK !
100 100

• Calcul des armatures transversales en zone courante

• Choix des armatures transversales (A.8.1,3170)

La condition à respecter est la suivante :


1 1
𝜙𝑡 ≤ ϕt≤ 12 ↔ 𝑥 14 ≤ ϕt ≤ 12 ↔ 4,67 ≤ ϕt ≤ 12
3 3

On prendra ϕt= 6 mm

• Calcul de la distance c’ et c

Avec ct= 3 cm d’enrobage, on a à retrancher de 30 cm

3+ 0,6 + (1,4/2) = 4,3 cm d’où :


𝟑𝟎−𝟐 𝒙 𝟒,𝟑
c’= c= = 21,40 cm
𝟐

170
Article A8.1.3 « Armatures transversales ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états
limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1 .Editions CSTB. Février
2000.P 68

450
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Vérification des conditions minimales de c’et c (A.8.1,22171)

c et c’≤ min ( 40 cm ; a + 10 ) → min (40 ; 30+10) → c et c’ ≤ 40 cm

c=c’= 21,40 cm ˂ 40 cm OK !

• Calcul des espacements (Voir Article A.8.1,3)

St ≤ Min (( 15 ϕlmin si A ˃ Amin) ; 40 cm ; a + 10 ))

St ≤ Min (( 15 ϕlmin sans objet car As= Amin) ; 40 cm ; 40 cm ))

St ≤ 40 cm. On prendra St = 30 cm

• Calcul des armatures transversales en zone de recouvrement

On arrête tous les aciers longitudinaux dans la même section :

• Calcul de la longueur de recouvrement

Ls(Longueur de scellement) = 40 x ϕ =40 x 1,4 = 56 cm (Article A.6.1,221)172

Les aciers étant comprimés, Lr = 0,6 ls = 0,6 x 56 = 33,6 cm (Article A.8.1,3)173

171
Tiré de A8.1,2 « Armatures Longitudinales ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états
limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1 Editions CSTB. Février
2000.P 67

172
Tiré de Article A6.1,22« Ancrages rectilignes ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) : Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des
états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1 .Editions CSTB.
Février 2000.P 54

173
Tiré de Article A 8.1,3« Armatures transversales ». Règles BAEL 91 révisées 99 (DTU P18-702) (mars 1992) :
Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode
des états limites (Fascicule 62, titre 1 du CCTG Travaux section 1 : béton armé) + Amendement A1 .Editions
CSTB. Février 2000.P 68

451
Note de Calcul du poteau selon les règles Bael 91 modifiée 99

On prendra Lr = 40 cm

• Nappes sur recouvrements


• Calcul de St’ (Espacement entre cadre pour le recouvrement)

Il faut 3 nappes au moins sur lr- 4ϕl↔ st’= (40 – 4 x 1,4)/ 2= 17,2 cm
˂ Stmax=40 cm OK !

On mettra au final, 3 cadres espacées de 18 cm.

452
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

Annexe 8 : Note de Calcul du Poteau selon l’Eurocode 2 y Annexe


nationale Française : Méthode de la rigidité et de la
courbure Nominale

Hypothèses de Calcul

Béton Fck : C25/30


Acier de type S400 B (Ductilité Normale)
Classe structurale S4 : 50 ans
Classe d’exposition : XC1 ( Poteau situé à l’intérieur du bâtiment)
Cnom : 3 cm

Section du poteau : 30 x 30 cm2

Le poteau est considéré comme non intégrée au contreventement.

Le 3ème étage est un étage de catégorie A : Bâtiments et salles d’hôpitaux d’où on


a les coefficients suivants : 𝜓0 = 0,7 ; 𝜓1 = 0,5 ; 𝜓2 = 0,3

Norme de Calcul utilisée : EN 1992-1-1 + Annexe Nationale Française.

Caractéristiques des matériaux

• Cas du béton
𝑓𝑐𝑘
fcd = 𝛼cc x avec 𝛼cc =1
𝛾𝑐

= 25/1,5

fcd = 16,7 MPa

• Cas de l’acier

453
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

𝑓𝑦𝑘
fyd = = 400/1,15 = 348 MPa
𝛾𝑠

Descente de charges

• Charges permanentes provenant du 4ème étage

Gtoiture-terrasse = ((2,35 /2) x (2,65/2)) x 7,43 + ((2,65/2) x (3,15/2) x 7,43 + ((3,15/2)


x (7,25/2) x 7,43 + ((7,25/2) x (2,35/2)) x 9,38 = 109,447 Kn

Gpoutres =(0,30 x 0,50 x (7,25 /2 + (2,65/2) x 25 ) + ( 0,15 x 0,50 x (2,35 /2 + 3,15


/2) x 25 = 23,72 Kn

Poids propre du poteau : 0,30 x 0,30 x 2,73 x 25 = 6,14 Kn

• Charges permanentes supportées par le poteau du R+3

GPlancher courant= ((2,35 /2) x (2,65/2)) x 6,07 + ((2,65/2) x (3,15/2) x 6,07 + ((3,15/2)
x (7,25/2) x 6,07 + ((7,25/2) x (2,35/2)) x 8,02 = 91,123 Kn

Gmur = (9 x 0,15 x 2,73 x (7,27/2 + 2,65/2 + 3,15/2 + 2,35/2)) + (18 x 0,04 x 2,73
x ( 7,25/2 + 2,65/2 + 3,15/2 + 2,35/2)) = 15,16 Kn

Gpoutres = 23,76 Kn

• Charges d’exploitation

QR+4 (provenant de la toiture-terrasse) = 0,8 x 13,61 = 10,89 Kn

QR+3 (Provenant du R+4) = (((2,35 /2) x (2,65 /2)) + ((2,65/2) x (3,15/2)) x 2,5))
+ (3,15/2 x 7,25/2) x 3,5 + (7,25/2 x (2,35/2) x 4 = 46,13 Kn

On obtient au final :

• Combinaison fondamentale

454
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

Ned = 1,35 x 269,350 + 1,50 (46,13 +10,89)

Ned = 449,153 Kn

• Combinaison fréquente

Nser = 269,350 + 46,13 + 10,89 = 326,37 Kn

• Pré-Dimensionnement de la section du poteau du 3 ème étage

La méthode174 utilisée se trouve dans le document « Notions de


dimensionnement et d’avant-projet de bâtiment selon l’Eurocode 2 du Cours de
l’ENPC ». Elle se fait à partir de la charge en combinaison fréquente.

𝑁𝑒𝑑 326,37 𝑥 10−3


B≥ = = 0,0271975 avec B qui est la section :
12 12

On veut obtenir une section carrée, d’où B = a2

a2 ≥ 0,0271975

a ≥ 0,0271975 0,5

a ≥ 0,164916645

On prendra a = 30 cm

Détermination du côté b

• Calcul de l’élancement

174
Chapitre 3.2.2 : Détermination de la section du poteau. Notions de Dimensionnement et d’avant-projet de
bâtiment. Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris.Version 3.1. P 18

455
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

La petite dimension b du poteau est ensuite déterminée pour obtenir un


élancement compris entre 35 et 70 avec pour hypothèse que dans une section
rectangulaire, que a ≤ b

On prendra un élancement de 50 ;

On calcule l’élancement d’un poteau rectangulaire :


𝐻 𝐻 𝑥 120,5
λ= = avec H qui est la hauteur d’étage et a la plus petite dimension du
𝑖 𝑎
poteau. On a :

50 = 3,23 x 120,5 / b ↔ b = 3,23 x 120,5 / 50 = 0,224 m

On prendra une valeur supérieure :

on prendra b = 0,30 m

On aura une section carrée de 30 x 30 cm2

• Calcul des sollicitations selon l’Eurocode 2

• En Combinaison Fondamentale (1,35 G + 1,50 Q)

Ned = 1,35 NG + 1,50 NQ

= 1,35 x (269,350 + 6,14) + 1,50 x 57,02

Ned = 457,442 Kn

• En combinaison Caractéristique (G+Q)

Nser= NG + NQ = 269,350 + 6,14 + 57,02

Nser= 332,510 Kn

• En combinaison Quasi-Permanente

456
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

Neqp = 𝐺𝑘𝑗𝑠𝑢𝑝 + 𝐺𝑘𝑗𝑖𝑛𝑓 + 𝜓21 𝑄𝑘1 + ∑ 𝜓2𝑖 𝑄𝑘𝑖

= 275,490 + 0,3 x 57,02

Neqp = 292,596 Kn

L’Eurocode 2 propose pour le calcul des poteaux de bâtiments des


méthodes qui nécessitent la vérification au flambement

4 Méthodes furent établies, ce sont :

• La méthode générale qui ressemble beaucoup à la méthode de Faessel


du Bael 91 modifiée 99
• La méthode de la rigidité nominale.
• La méthode de la courbure nominale.
• La méthode des recommandations professionnelles.

On détaillera le calcul selon la méthode de la rigidité nominale et celle


de la courbure nominale.

La méthode générale et la méthode des recommandations


professionnelles ne seront pas exposées dans ce document.

• Géométrie des poteaux

Largeur b : 0,30 m

Epaisseur a : 0,30 m

Hauteur du poteau : 2,73 m

• Calcul du rayon moyen du poteau


457
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ho = 2AC/ u = 2 x 0,30 x 0,30 / 4 x 0,30 avec Ac section du poteau et u est le


périmètre du poteau.

Ho = 0,15 m

A l’Eurocode 2, le calcul de fluage est primordial pour les vérifications


au flambement. Il existe des conditions pour ne pas les prendre en charge, mais
nous montrerons un exemple de calcul détaillé et simplifié du coefficient de
fluage basé sur l’article 3.1.4(5)175 de la norme EN 1992 -1-1.

Un calcul plus complexe et encore plus précis existe (Voir Annexe B


de la Norme EN 1992-1-1)

• Détermination du Coefficient de fluage

Données

To = 28 jours (date à la mise en chargement)

RH : taux d’humidité relative, ils sont généralement de 50 ⁒ à l’intérieur et de 80


⁒ à l’extérieur.

Dans le cas général le fluage est supposé linéaire. Le cas du fluage non
-linéaire est généralement dans le cas des éléments de préfabrication

Ciment 42,5 de classe Normale conforme aux prescriptions européennes.

175
Tiré de l’article 3.1.4 « Fluage et Retrait ,Commentaire 5 ». L’Eurocode 2 Pratique. Calcul des structures en
béton : Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments.Décembre 2004.P 28

458
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

La méthode de calcul est basée sur celle de « L’Eurocode Pratique,


Tome 7, de Henry Thonier »176

• Calcul du coefficient de fluage

𝝋o = 𝜑Kh x 𝛽(fcm) x 𝛽 (𝑡0)

• Calcul de Ecm
𝑓𝑐𝑚 0,3
Ecm = 22( ) avec fcm = fck + 8= 25+ 8 = 33 MPa
10

25+8 0,3 [
= 22( )
10

Ecm = 31,48 MPa

• Calcul de Ec

Ec = 1,05 Ecm

= 1,05 x 31,56

Ec = 33,1 GPa

• Calcul de βh

βh = 1,5 ( 1+ 0,012RH)18)ho + 250

= 1,5 (1+ (0,012 x 0,50)18) x 150 + 250

βh = 475

Détermination de α

α = 0, car le ciment utilisé est de classe Normale (N)

176
Henry Thonier. L’Eurocode 2 Pratique.Conception et Calcul de structures de Bâtiment.Editions Presses
Nationales des Ponts et Chaussées.Paris. Tome 7.2006.P 18-19

459
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul de toe
9
toe = toj ( + 1)α
2+𝑡𝑜𝑗 1,2

9
= 28 ( + 1)0
2+28

toe= 28 jours

• Calcul de β(to)
1
β(to) =
0,1+𝑡𝑜𝑒 0,2

1
=
0,1+280,2

β(to) = 0,488

• Calcul de β(fcm)
16,8
β(fcm) =
𝑓𝑐𝑚0,5

= 16,8/ 330,5

β(fcm) = 2,924

• Calcul de φRH
𝑅𝐻
1−( )
φRH = 1 + 100
0,1 (ℎ𝑜)1/3

= 1 + ((1- (50/100))/ (0,1 x 1501/3))

φRH = 1,941

• Calcul de φo

φo = φRH (β(fcm)) x β(to)

= 1,941 x 2,924 x 0,488

460
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

φo = 2,769

• Calcul de φ(∞,to)

φ(∞,to) = φo = 2,769

L’utilisation des méthodes basées sur le flambement nécessite que


nous partions :

• Sur la base d’une section d’armatures nulle et faire alors des calculs
itératifs afin de déterminer la section nécéssaire, puis à la vérification
au flambement

• Sur la base d’une section d’armatures qui sera estimée a priori par
l’ingénieur (As = Asprov ) qui aboutira à une vérification au flambement

Nous savons que la section d’armatures dans le poteau doit être égale
au moins à un minimum. Nous déterminerons cette section d’armatures
minimales, qui nous mènera à un choix d’armatures définitifs. Puis nous
vérifierons cette section selon les méthodes citées plus haut afin de valider notre
choix.

• Calcul des Armatures Longitudinales

Le béton équilibre :

Fc= Ac x Fcd

= 0,30 x 0,30 x 16,67 x 1000

Fc= 1503 Kn

461
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Les aciers équilibrent :

Fs = Ned - Fc

= 457,442 – 1503

Fs = - 1045,558 Kn

Le béton suffit à lui tout seul pour reprendre les charges d’où As = Amin

As = Amin = Max ((0,10 Ned/fyd); 0,002 Ac))

= Max ((0,10 x 457,442 x 1000)/ 348 x 106) ; 0.002 x 0,302)) x 10000

= Max ((1,31 cm2 ; 1,80 cm2)

As = Amin =1,80 cm2

• Calcul de la section d’armatures Maximales

Asmax = 0,04 x Ac

= 0,04 x 0,302 x 10000

Asmax = 36 cm2

On choisira au final une section de 4 HA 10 totalisant 3,14 cm2

• Diamètre minimal des armatures longitudinales

Φl ≥ 8 mm ; le diamètre des barres choisi est de 10 mm OK ! (Article 9.5.2(1)177)

• Diamètre des armatures transversales (Article 9.5.3(1)178)

Φt ≥ Max ( 6 mm ; Φl /4)

177
Tiré de « l’article 9.5.2, Armatures Longitudinales, commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 148

178
Tiré de « l’article 9.5.3, Armatures transversales, commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 63

462
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

Φt ≥ Max ( 6 mm ; 10 /4)

Φt ≥ Max ( 6 mm ; 2,5)

Φt ≥ 6 mm

On choisira comme diamètre des armatures transversales des HA 6

• Espacement des Armatures en Zone Courante ( Article 9.5.3(3)179)

Sclmax = Min ( 20 Φl ; b ; 400)

= Min ( 20 x 10 ; 300 ; 400)

Sclmax = 200 mm

On mettra 1 cadre HA 6 espacé de 20 cm

• Zone de Recouvrement

On arrête tous les aciers longitudinaux dans la même section

• Calcul de la Contrainte d’adhérence

Fbd = 2,25 x 𝜂1 x 𝜂2 x fctd (Article 8.4.2.(2)180)

• Détermination de 𝜼𝟏

η1 = 1 bonnes conditions d’adhérence

η1 = 0,7 Condition d’adhérence médiocre

179
Tiré de « l’article 9.5.3, Armatures Longitudinales, commentaire 3». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 148

180
Tiré de « l’article 8.4.2, Armatures Longitudinales, commentaire 2». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 123

463
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Les armatures longitudinales sont verticales. Par conséquent, ils sont


parallèles à la direction de bétonnage d’où α = 90° d’où les conditions
d’adhérence sont bonnes. On a :

η1 = 1

• Détermination de 𝜼𝟐

η2 = 1 si Φ ≤ 32 mm
132−𝜙
η2 = ; si Φ > 32 mm
100

Nous avons Φ = 10 mm < 32 mm OK !

• Calcul de fctm

fctm = 0,3 (fck)2/3 = 0,3 x (25)2/3 = 2,56 MPa (1)

• Calcul de fct0,005

fct0,005 = 0,7 fctm =0,7 x 2,56 = 1,79 MPa (2)

• Calcul de fctd

Fctd = (αct x fctk,000,5 )/ γs

= 1 x 1,79 / 1,5

Fctd = 1,19 MPa (3)

A partir de (1),(2),(3) on a :

Fbd = 2,25 x 1 x 1 x 1,19 = 2,68 MPa

Détermination de la longueur de recouvrement

• Calcul de la contrainte à l’origine du recouvrement

464
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

σsd = (Fs /A) avec fs qui est égale à zéro dans ce cas puisque les aciers ne
participent pas reprendre la charge du poteau d’où σsd = 0 Kn.m

• Calcul de lbrqd (Longueur d’ancrage de référence) (Article


8.4.3(2)181)

lbrqd = (Φ/4) x (σsd / fbd ) or σsd = 0 d’où lbrqd = 0 mm

• Calcul de l0 ( Longueur de recouvrement ) (Article 8.7.3(1)182)

L0 = Max (α1 x α2 x α3 x α4 x α5 x α6 x lb,rqd) ≥ lo,min

Vu que lbrqd = 0, il ne reste qu’à déterminer lo,min

• Calcul de lo,min

lo,min = Max ( 0,3 x α6 x lb,rqd ; 15Φ ; 200 mm)

α6 = (ρ1 / 25)0,5 𝜖 (1 ;1.5)

Toutes les barres en recouvrement auront la même section d’où ρ1 = 100 %

α6 = (100 /25)0,5 = 40,5 = 2 > 1,5 d’où α6 = 1,5

Lo,min = Max ( 0 ; 15 x 10 ; 200)

Lo,min = 200 mm

Finalement lo ≥ 200 mm

On prendre 40 cm comme longueur de recouvrement

• Dispositions constructives

181
Tiré de « l’article 8.4.3, Longueur d’ancrage de référence, commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 124

182
Tiré de « l’article 8.7.3, Longueur de Recouvrement, commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 129

465
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Nappe aux extrémités de recouvrements :

Le recouvrement des armatures HA 10 se fera par 3 nappes d’armatures


transversales à chaque extrémité et une quatrième nappe hors recouvrement.

• Calcul de Sc, lt (Article 9.5.3(6)183)

Scl,t = (40/3)/2 = 6,66 cm ≈ 7 cm < 20 cm = Sclmax OK !

• Vérification de l’espacement le plus proche de l’extrémité de


recouvrement

Scl,t =7 cm < 15 cm OK !

• Distance entre les groupes de nappes

Lo -4scl,t - 4Φ = 40- 4 x 7-4 x 1,0 = 8 cm OK !

Après avoir déterminé les armatures et toutes les dispositions


constructives y afférentes, il est temps de passer à l’étude au flambement
proprement dit.

Instabilités élastiques et Flambement -EC2

• Calcul de la longueur de flambement (Article 5.8.3.2(3)184)

183
Tiré de « l’article 9.5.3, Armatures transversales, commentaire 6 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 148

184
Tiré de « l’article 5.8.3.2 « Elancement et longueur des éléments isolés, commentaire 3». Eurocode 2 ,Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition
Afnor.P 63

466
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

Nous sommes dans le cas d’une structure contreventée d’où d’après la


clause 5.8.3.2 (4), nous avons comme expression de la longueur de flambement

𝑘1 𝑘2
lo = 0,5l x ( 1+ )0,5 x ( 1+ )0,5
0,45+𝑘1 0,45+𝑘2

avec K1 et K2 dans chaque plan qui sont les coefficients de souplesse. Les portées
des éléments seront prises d’axe en axe :

On a :

Dans le plan de flambement selon l’axe Z-Z :

• En tête de poteau
𝐸𝐼 𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟+( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐿 𝐿
k1réel = 𝜇𝐸𝐼 𝜇𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 1+( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 2
𝐿 𝐿

0,3 𝑥 0,33 0,30 𝑥 0,303


12 𝑥 3,23
+ 12 𝑥 3,23
= ( 3𝑥 0,15 𝑥 0,503 3 𝑥 0,15 𝑥 0,503
)
12 𝑥 2,35
+ 12 𝑥 3,15

k1réel = 0,120

• En pied de poteau
𝐸𝐼 𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 +( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐿 𝐿
k2réel = 𝜇𝐸𝐼 𝜇𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 1+( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 2
𝐿 𝐿

0,3 𝑥 0,303 0,30 𝑥 0,303


12 𝑥 3,23
+ 12 𝑥 3,23
= ( 3𝑥 0,15 𝑥 0,503 3 𝑥 0,15 𝑥 0,503
)
12 𝑥 2,35
+ 12 𝑥 1,35

k2réel = 0,076

Dans le plan de flambement selon l’axe Y -Y

467
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• En tête de poteau
𝐸𝐼 𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟+( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐿 𝐿
k1rée l= 𝜇𝐸𝐼 𝜇𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 1+( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 2
𝐿 𝐿

0,3 𝑥 0,33 0,30 𝑥 0,303


12 𝑥 3,23
+ 12 𝑥 3,23
= ( 3𝑥 0,30 𝑥 0,503 3 𝑥 0,30 𝑥 0,503
)
+
12 𝑥 7,25 12 𝑥 2,65

k1réel = 0,087

• En pied de poteau
𝐸𝐼 𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 +( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐿 𝐿
k2réel = 𝜇𝐸𝐼 𝜇𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 1+( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 2
𝐿 𝐿

0,30 𝑥 0,303 0,30 𝑥 0,303


+
12 𝑥 3,23 12 𝑥 3,23
= ( 3𝑥 0,3 𝑥 0,503 3 𝑥 0,3𝑥 0,503
)
12 𝑥 7,25
+ 12 𝑥 2,65

k2réel = 0,087

Ces deux dernières valeurs sont en dessous de 0,10 qui est la valeur
minimale exigée. (Art 5.8.3.2 (3)185). On prendra donc la valeur minimale de 0,1

• Calcul de la longueur de flambement

Dans le plan Y :

185
Tiré de « l’article 5.8.3.2 ,Elancements et longueur efficace des éléments , commentaire 3 ». Eurocode 2
,Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre
2004.Edition Afnor.P 63

468
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

𝑘1 𝑘2
lo = 0,5l x ( 1+ )0,5 x ( 1+ )0,5
0,45+𝑘1 0,45+𝑘2

0,1 0,1
= 0,5 x 3,23 (1+ )0,5 x (1+ )0,5
0,45+0,1 0,45+0,1

lo = 1,91 m

Dans le plan Z
𝑘1 𝑘1
lo = 0,5l x (1+ )0,5 x (1+ )0,5
0,45+𝑘1 0,45+𝑘1

0,120 0,120
= 0,5 x 3,23 (1+ )0,5 x (1+ )0,5
0,45+0,12 0,45+0,120

lo = 1,96 m

La longueur de flambement dans le Plan Z-Z est plus défavorable que


celle du plan Y-Y ; d’où lo = 1,96 m

• Calcul des Imperfections Géométriques (Article 5.2(1)186)

Les imperfections géométriques peuvent être caractérisées par une


inclinaison θi

θi = θ0 x αh x αm avec :

θ0 qui est la valeur de base qui vaut 1/200

αh qui est un coefficient relatif à la longueur ou à la hauteur :

αh = 2/(l)0,5 = 2/ (3,23)0,5 = 1,113 or αh doit être compris entre 2/3 et 1

186
Tiré de « l’article 5.2,Imperfections géométriques, Commentaire 3 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 52

469
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

1,113 >1 d’où αh = 1

αm qui est un coefficient de réduction relatif au nombre d’éléments :

αm = (0,5(1+ (1/m))0,5 avec m=1

= (0,5 (1 + (1/1))0,5

αm = 1

On a :

θi = 1/200 x 1 x 1 = 0,005

• Calcul de l’excentricité

ei = (1/200) x (lo/2)

= 1,96 /400

ei = 0,0049 m

D’après l’Article 5.2(1), l’Eurocode impose une excentricité minimale


de 20 mm d’où ei = 20 mm

• Calcul de Moed

Moment du premier ordre

Moed = Ned x ei = 457,442 x 0,02 = 9,148 Kn

• Calcul de Moqp

Moqp = Meqp + Neqp x ei = 0 + 292,596 x 0,02 = 5,852 Kn.m

• Calcul du coefficient de fluage effectif (Article 5.8.4(2)187)

187
Tiré de « l’article 5.8.4 ,Fluage ,Commentaire 2 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 65

470
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

φef = φ(∞,to) x Moqp/ Moed

= (2,769 x 5,852)/ 9,148

φef = 1,77

• Calcul de l’élancement λ (Article 5.8.3.2(1)188)

λ = (lf x 120,5) / a = (1,96 x 120,5) / 0,3 = 22,63

• Calcul des coefficients A,B,C,η (Article 5.8.3.1 (1), équation


5.13N189)

A = 1/ (1 + 0,2 φef ) = 1 / (1+0,2 x 1,77) = 0,739

B = (1+ 2w)0,5 avec :

w = (Asd x fyd / Ac x fcd )

= (3,14 x 348 x 0,0001) / (0,302 x 16,7)

w = 0,073 d’où B = (1+ 2 x 0,073) = 1,07

C = 1,7 -rm avec rm = M01/M02 = 1 d’où C = 0,7 ( pour des éléments ne participant
pas au contreventement)

η = Ned / ( Ac x fcd ) = 457,442 / ( 0,32 x 16,7 x 103) = 0,304

• Calcul de λlim ( Article 5.8.3.1(1)190)

188
Tiré de « l’article 5.8.3.2 ,Elancement et Longueur efficace des éléments isolés ,Commentaire 2 ». Eurocode
2 Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre
2004.Edition Afnor.P 62

189
Tiré de « l’article 5.8.3.1 ,Critère d’élancement pour les éléments isolés ,Commentaire 1 ». Eurocode 2 ,Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition
Afnor.P 62

190
Tiré de « l’article 5.8.3.1 ,Critère d’élancement pour les éléments isolés ,Commentaire 1 ». Eurocode 2 ,Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition

471
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

λlim = 20 x A x B x C / η0,5

λlim = 20,08

On a 22,63 > 20,08 = λlim ,d’où les effets du second ordre doivent être
prises en compte.

Nous allons estimer les moments du second ordre avec la rigidité


nominale et avec la courbure nominale

• Méthode de la rigidité nominale

Calcul des sollicitations ultimes corrigées

Sollicitations en pied de poteau

∑ γi Ni = Ned = 457,442 Kn

∑ γi MJGo = P x e0 = 0 (Pas de charge excentrée)

• Calcul de e1

e1 = ∑ γi MJGo / ∑ γi Ni = 0/ 457,982 = 0 m

Calcul des sollicitations corrigées avec les imperfections géométriques

Calcul des sollicitations avec prise en compte du centre de gravité du béton


seul

• En combinaison Fondamentale (ELU)

Ned = 457,442 Kn

MedGo = Ned (ei + e1) = 457,442 ( 0 + 0,02) = 9,148 Kn

Afnor.P 62

472
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• En combinaison fréquente (ELS)

Nser = Ng + Nq = 326,37 Kn

Mserg0 = Nser x eoser = 0 Kn avec eoser = 0 m

• Calcul de la rigidité en flexion du poteau (Article 5.8.7.2(1)191)

EI = Kc Ecd Ic + Ks ES IS avec :

KcEcdIc qui est le coefficient qui correspond à la raideur du béton

KsESIS qui correspond à la contribution de l’acier

• Calcul de φ (Article 5.8.7.2(2)192)

On distingue deux cas :

1er cas : 0,002 < φ < 0,01

2ème cas : 0,01 < φ

φ = (As/Ac) = 3,14 / 302 = 0,003489 > 0,002, on est dans le premier cas

• Calcul de Kc ( Article 5.8.7.2(2))

Kc = K1 x (K2/ (1 + φef)) (Equation 5.22) avec :

K1 = (fck/ 20)0,5 = (25/20)0,5 = 1,118 (Equation 5.23)

K2 = (Ned/ Ac x fcd ) x (λ/ 170) = (457,442 x 22,63) / ((0,302 x 16,7 x 103) x170)
(Equation 5.24)

K2 = 0,041

191
Tiré de « l’article 5.8.7.2 ,Rigidité Nominale ,Commentaire 1 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 66

192
Tiré de « l’article 5.8.7.2 ,Rigidité Nominale ,Commentaire 2 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 66

473
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

• Calcul de Ecd (Article 5.8.6(3)193)

Ecd = Ecm/ γce

= 31500 / 1,2

Ecd = 26250 MPa

• Moment d’inertie de la Section droite du béton

Ic = 0,34 / 12 = 6,75.10-4 m4

Ks = 1 (Annexe Nationale Française)

• Calcul de Is

l’expression de Is est :

Is = As (h – δ)2/2 pour deux armatures de section As espacées chacune de δ

Avec δ = Cnom + Φt + Φ/2 = 30 + 6 + 5 = 4,1 cm et AS qui est la section pour 1 lit


d’armatures d’où :

Is = ((0,000314/2) x (0,30 – 2 x 0,041)2)/2

Is = 0,00000373 m4

On a : Kc = (1,118 x 0,041)/ (1+ 1,77)

Kc = 0,0165

EI = 0,0165 x 26250 x 6,75 10-4+ 1 x 200000 x 0,00000373

EI = 1,038 Mn/m2

On compare cette valeur à la raideur brute :

193
Tiré de « l’article 5.8.6 ,Rigidité Nominale ,Commentaire 3 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 66

474
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Ecm x Ic = 31500 x 6,75 10-4 = 20,93 Mn.m2 OK !

Calcul du moment total ( 1er et second ordre ) en combinaison fondamentale


(ELU)

• Calcul de la force critique de flambement correspondant à la


raideur nominale

Nb = π2 x EI / lo2

= π2 x 1,038/ 1,962

Nb = 2,667 Mn

• Moment corrigé prenant en compte les effets du second ordre


(Article 5.8.7.3(1)194
𝛽
Med = Moed (1 + 𝑁𝑏 ) avec
−1
𝑁𝑒𝑑

β = π2/ co = π2/8 = 1,23

• 8 : moment du premier ordre constant


• 9.6 : moment du premier ordre parabolique
• 12 : moment du premier ordre triangulaire symétrique
1.23
On a : Med = 9,148 x 10-3( 1+ 2,667 )
−1
0,457442

Med = 11,48 Kn

Moment de calcul par rapport aux aciers tendus

194
Tiré de « l’article 5.8.7.2 ,Rigidité Nominale ,Commentaire 1 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 66

475
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

• Calcul de e0

e0 = Med / Ned

= 11,48/ 457,442

e0 = 0,025096 m ou 25,096 mm

• Calcul de ea

ea = e0 + (d-h/2) = 0,025096 + (0,259 – 0,30/2) = 0,134096 m

• Calcul de MedA

MedA = Ned x eA = 457,442 x 0,134096 = 61,341 Kn.m

Calcul des Armatures à la flexion Composée

Moment réduit de référence


ℎ 𝜆 ℎ
μbc = λ x ( ) x (1 - x ) avec λ = 0,8
𝑑 2 𝑑

0,30 0,8 0,30


= 0,8 x x (1- x )
0,259 2 0,259

μbc = 0,497

• Moment réduit agissant


𝑀𝑒𝑑𝐴
μcu = = 61,341 x 103/ (0,3 x 0,2592 x 16,7 x 106)
𝑏 𝑥𝑓𝑐𝑢 𝑥𝑑 2

μcu = 0,183

On a 0,183 < 0,497 = μbc ; la section est partiellement comprimée

• Calcul de la Section d’Armatures à la flexion simple

On utilisera le cas : Diagramme rectangulaire Simplifié pour le


béton + Diagramme à palier horizontal (l’acier)

476
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul AS1FS

On a μcu = 0,183 < μlu = 0,392 pour les S400, fck ≤ 50 MPa,
diagramme à palier incliné ou horizontal et les structures de classes XC où la
contrainte du béton n’est pas limitée.

D’où AS2FS = AS2 = 0 cm2 ( Pas d’armatures comprimées)

• Calcul de αu

αu= 1,25( 1- ( 1- 2x μcu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,184)0,5)= 0,256


• Calcul du bras de levier
Zu = d (1- 0,4 αu) = 0,259(1-0,4 x 0,256) = 0,232 m
• Calcul de la section As1
𝑀𝑒𝑑𝐴
As1 = avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (61,341 x 10-3 / (0,232 x 348)) x 104


As1FS = 7,59 cm2
As1 = As1FS – (N/σs1)
= 7,59 – (( 457,442 x 1000/348)10-2) = 7,59-13,14
As1 = -5,55 cm2
On a AS1 < 0, on doit prévoir les armatures minimales en flexion simple ( Article
9.2.1.1(1)195)

Asmin = 0,26 fctm x bt x d/ fyk et Asmin ≥ 0,0013 bt d


= ((0,26 x 2,6 x 0,30 x 0,259)/ 348)) 104

195
« Article 9.2.1.1 : Section minimale et maximale d’armatures ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 139

477
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

Asmin = 1,51 cm2 (1)


Asmin ≥ 0,0013 x 0,30 x 0,259 x 10000 = 1,010 cm2 (2)
D’après (1) et (2) Asmin = 1,51 cm2
3,14 cm2 > 1,51 cm2
• Vérification de la stabilité du poteau armé
Il faut que :
• As1 ≤ As1,prov
On avait choisi au départ une section d’armatures ASprov = 3,14 cm2 >
As1=1,51 cm2 OK !

• As2 ≤ As2,prov

Il n’y a pas d’aciers comprimés. Par conséquent, cette deuxième


condition est d’office vérifiée.

La Section d’armatures à mettre dans ce poteau à l’issue de la méthode


de la rigidité nominale est de 3,14 cm2 ou de 4 HA 10.

Méthode de la courbure Nominale


• Calcul de la courbure Maximale (Article 5.8.8.3(1)196)
1 1
= kr x k φ x
𝑟 𝑟𝑜

• Calcul du coefficient dépendant de l’effort normal


Kr = (nu -n)/(nu -nbal) (Article 5.8.8.3(3)197)

196
Tiré de « l’article 5.8.3.3,Courbure ,Commentaire 1 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 68

197
Tiré de « l’article 5.8.3.3 ,Courbure ,Commentaire 3 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton

478
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Calcul du coefficient n

𝑁𝑒𝑑
n= 𝐴𝑐 = (457,442. 103) / (0,32 x 16,7 x 106)
𝐹𝑐𝑑

n = 0,304
• Calcul de l’effort normal relative 𝝎
ω = (As x fyd)/ (Ac x fcd )
= (3,14 x 348 10-4)/ (0,302 x 16,7)
𝝎 = 0,0727
• Calcul de nu
nu = ( 1+ 𝜔 )
= 1 + 0,0727
nu = 1,0727
• Calcul de nbal
Nbal = 0,40 qui est la valeur correspondant au moment résistant maximal
Kr = (1,0727 -0,304 )/ (1,0727 – 0,4)
Kr = 1,143
• Calcul de β
𝑓𝑐𝑘 𝜆
β = 0,35 + ( )–
200 150

= 0,35 + (25/200) – (22,63/150)


β = 0,324
• Calcul de Kφ

Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 69

479
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

Kφ = 1 + βφef = 1+ 0,324 x 1,77


Kφ = 1,573
• Calcul de 𝜺𝒚𝒅
𝜺𝒚𝒅 = fyd/Es = 348/200000 = 0,00174
D’où 1/ro = 𝜀𝑦𝑑 / (0,45d) = 0,00174/ (0,45 x 0,259) = 0,014929214
Finalement la courbure maximale vaut :
1/r = 1,143 x 1,573 x 0,014929214 = 0,026841
Calcul du moment du second ordre
• Moment déduit de la courbure (Article 5.8.8.2(3)198)
M2 = Ned x e2 avec :
e2 = (1/r) x ( lo2/ c) et c = 8 ( Valeur à adopter en général quand les sections sont
constantes)
e2= 0,026841 x 1,962 / 8
e2 = 0,01289 m
M2 = 457,442 x 0,01289 = 5,896 Kn

• Calcul du moment total y compris les effets du second ordre

(Article 5.8.8.2(1)199

198
Tiré de « l’article 5.8.8.2,Courbure ,Commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 68

199
Tiré de « l’article 5.8.3.3,Courbure ,Commentaire 3 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 69

480
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Med = Moed + M2 avec Moed le moment du premier ordre :

Med = 9,148 + 5,896 = 15,044 Kn.m

Calcul du Moment de Calcul par rapport aux Aciers Tendus


• Calcul de e0
e0 = Med/ Ned = 15,044 / 457,442 = 0,0329 m
• Calcul de eA
eA = e0 + (d-(h/2))
= 0,0329 + (0,259 – (0,30/2))
eA = 0,1419 m
MedA = Ned x eA
= 0,457442 x 0,1419 x 103
MedA = 64,91 Kn.m
Calcul des Armatures
Calcul des Armatures à la flexion Composée

• Moment réduit de référence


ℎ 𝜆 ℎ
μbc = λ x ( ) x (1 - x ) avec λ = 0,8
𝑑 2 𝑑

0,30 0,8 0,30


= 0,8 x x (1- x )
0,259 2 0,259

μbc = 0,497

• Moment réduit agissant


𝑀𝑒𝑑𝐴
μcu = = 64,91 x 103/ (0,3 x 0,2592 x 16,7 x 106)
𝑏 𝑥𝑓𝑐𝑢 𝑥𝑑 2

μcu = 0,193
481
Note de Calcul du poteau selon l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale
française : Méthode de la rigidité et de la courbure nominale

On a 0,193 < 0,497 = μbc ; la section est partiellement comprimée

• Calcul de la Section d’Armatures à la flexion simple

On utilisera le cas : Diagramme rectangulaire Simplifié pour le


béton + Diagramme à palier horizontal(l’acier)

• Calcul AS1FS

On a μcu = 0,193 < μlu = 0,392 pour les S400, fck ≤ 50 MPa,
diagramme à palier incliné ou horizontal et les structures de classes XC où la
contrainte du béton n’est pas limitée.

D’où AS2FS = AS2 = 0 cm2 ( Pas d’armatures comprimées)

• Calcul de αu

αu= 1,25( 1- ( 1- 2x μcu)0,5)= 1,25 (1-( 1- 2x 0,193)0,5)= 0,271


• Calcul du bras de levier
Zu = d (1- 0,4 αu) = 0,259(1-0,4 x 0,271) = 0,231 m
• Calcul de la section As1
𝑀𝑒𝑑𝐴
As1 = avec σs1 = fyd= 348 MPa
𝑍𝑢 𝑥 𝜎𝑠1

= (64,91 x 10-3 / (0,231 x 348)) x 104


As1FS = 8,07 cm2
As1 = As1FS – (N/σs1)
= 7,95 – (( 457,442 x 1000/348)10-2) = 8,07 -13,14
As1 = -5,07 cm2

482
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

On a AS1 < 0, on doit prévoir les armatures minimales en flexion simple ( Article
9.2.1.1(1)200)

Asmin = 0,26 fctm x bt x d/ fyk et Asmin ≥ 0,0013 bt d


= ((0,26 x 2,6 x 0,30 x 0,259)/ 348)) 104
Asmin = 1,51 cm2 (1)
Asmin ≥ 0,0013 x 0,30 x 0,259 x 10000 = 1,010 cm2 (2)
D’après (1) et (2) Asmin = 1,51 cm2
• Vérification de la stabilité du poteau armé
Il faut que :
• As1 ≤ As1,prov

On avait choisi au départ une section d’armatures ASprov = 3,14 cm2 >
As1=1,51 cm2 OK !

• As2 ≤ As2,prov

Il n’y a pas d’aciers comprimés. Par conséquent, cette deuxième


condition est d’office vérifiée.

La Section d’armatures à mettre dans ce poteau à l’issue de la méthode


de la Courbure nominale est de 3,14 cm2 ou de 4 HA 10.

200
Tiré de « l’article 9.2.1.1,Section minimale et maximale d’armatures ,Commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul des
structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition
Afnor.P 139

483
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

Annexe 9: Note de calcul du poteau à l’eurocode 2 (Méthode sans


considérer les effets du second Ordre)

Cette méthode permet d’éviter de considérer ou d’éviter les effets du


second ordre comme le font la méthode de la courbure nominale, de la rigidité
nominale et celle de la méthode générale (non abordée dans le cas de ce
mémoire).

Il est important de savoir que la commission française a mis au point


une méthode qui répond à la philosophie de l’Eurocode 2 et similaire à celle du
Bael 91 modifiée 99 en respectant quelques hypothèses (Voir le guide des
recommandations Professionnelles)201.

Elle est appelée aussi la méthode dite des faibles élancements (λ allant
de 10 à 30)

La méthode présentée est le dimensionnement d’un poteau comme le


Bael 91 modifiée 99, c’est-à-dire un dimensionnement au premier ordre.

Le principe de base est de déterminer une section lors du pré-


dimensionnement qui permet d’obtenir un élancement λ ≤ λlim dans le cadre de

l’eurocode 2. La méthode s’est inspirée du livre « le Béton armé selon les


Eurocodes 2, Cours et Exercices Corrigés de Yannick Sieffert »

201
Tiré de 5.8.5(1) Note Batiments.Guide des recommandations Professionnelles Pour l’application de la norme
NF 1992 -1-1(NFP-18-711-1) et de son annexe nationale relatives au calcul des structures en béton.Collection
Recherche Developpement Métier.Mars 2007.P 9

484
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

Hypothèses de Calcul

• Caractéristiques dimensionnelles de départ du poteau

• Détermination de la longueur libre du poteau

Cette notion de longueur est sujette à de nombreuses


interprétations à l’eurocode 2. Dans de nombreux livres, la longueur du poteau
est considérée comme :

✓ la distance d’axe en axe entre les deux planchers d’un étage


courant.
✓ la distance de dessus de plancher à dessus de plancher.
✓ la hauteur sous-dalle.
✓ la hauteur sous poutre ou la distance libre entre nus de plancher
lorsque celle-ci est dans le plan de flambement, sinon hauteur sous
dalle.

Dans la méthode considérée, la hauteur considérée est celle d’axe en axe de


planchers d’où :

l = 3,23 m

• Caractéristiques des Matériaux

Béton : C25/30

Acier : S400 B (Ductilité normale)

485
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Le poteau qui est soumis à l’étude est contreventée (c’est-à-dire que


ce dernier ne participe pas au contreventement)

Ciment utilisé : CPJ 45/CEM II/A-L 42,5 N

• Résultats obtenus après descente de charges

NG = 269,350 Kn

NQ = 57,02 Kn

• Normes Utilisées

EN 1992-1-1 ( Eurocode 2 : Calcul des structures en béton, Partie 1-1 Règles


générales et règles pour les bâtiments)

Annexe Nationale Française de la norme EN 1992-1-1 : 2004, Eurocode 2 :


Calcul des structures en béton, Partie 1-1 Règles générales et règles pour les
bâtiments),Afnor.

• Détermination de la section du poteau (Pré-Dimensionnement)


• Combinaison Fondamentale (1,35G +1,50Q)

Ned = 1,35 NG + 1,50 NQ

= 1,35 x 269,350 + 1,50 x 57,02

Ned = 449,153 Kn

• Détermination des coefficients de souplesse

486
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

Vu que le calcul des coefficients de souplesse relatifs aux différentes


extrémités du poteau nécessite la section du poteau qui est actuellement inconnu,

Nous prendrons alors k1=k2=0,4.Vu que le minimum est de 0,1 d’après


la note de l’article 5.8.3.2(3)202 qui devra être vérifié après calcul.

• Longueur de flambement

Le poteau ne faisant partie du contreventement, on a :

𝑘1 𝑘1
lo = 0,5l x ( 1+ )0,5 x ( 1+ )0,5
0,45+𝑘1 0,45+𝑘1

0,4 0,4
= 0,5 x 3,23 x (1+ )0,5 x ( 1+ )0,5
0,45+0,4 0,45+0,4

lo = 2,375 ≈ 2,38 m

• Pré-dimensionnement

Afin de pouvoir négliger les effets du second ordre il faut que : λ ≤ λlim

On prendra λ = λlim

On considère en première approximation que :

20 𝑥 𝐴𝑥𝐵𝑥𝐶
λ= (lo x 120,5)/ a et que λ = λlim= (Article 5.8.3.1 (1)203)
𝑛0,5

202
Tiré de « l’article 5.8.3.2, Elancement et longueur efficace, commentaire 2». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 63

203
Tiré de « l’article 5.8.3.1, Critères d’élancement pour les éléments isolés commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition
Afnor.P 62

487
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Nous voulons obtenir un poteau carré. Par développement, on a :

12 𝑥 𝑙𝑜 𝑥 𝑙𝑜 𝑥 𝑁𝑒𝑑
a4 = (1) avec :
𝑓𝑐𝑑 (20 𝑥 𝐴 𝑥𝐵𝑥𝐶)2

Nous partirons avec les valeurs de A= 0,7; B = 1,1 et C= 0,7 selon l’article
5.8.3.1(1)204

En utilisant l’équilibre des sections on a :

Ned,ELU ≤ Nrd = Ac x fcd + As x σs

𝐴𝑠
Ned,ELU ≤ Nrd = Ac (fcd + x σs )
𝐴𝑐

En utilisant (l), On obtient finalement que :

a ≥ ((12 x lo2 x Ned,ELU)/ fcd (20 x A x B x C)2))0,25

a ≥ ((12 x 23802 x 449,153 x1000)/ (16,7 x (20 x 0,7 x 1,1 x 0,7)2))0,25

204
Tiré de « l’article 5.8.3.1 Critères d’élancement pour les éléments isolés, commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul
des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition
Afnor.P

488
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

a ≥ 354,155 mm

On prendra a = 40 cm

On recalcule la valeur de l’élancement λ :

λ =( lo x √12)/ a

= (2,38 x √12 ) / 0,40

λ = 20,61

• Calcul de λlim (Article 5.8.3.1(1))

λlim = (20 x A x B x C) / √𝑛

avec n = Ned / (Ac x fcd) et les valeurs des coefficients A,B,C :

= 449,153 x 10-3/ (0,402 x 16,7)

n = 0,168 d’où

λlim = (20 x 0,7x 0,7 x 1,1 )/ 0,1680,5 = 26,30

On a : λ = 20,61 < 26,30 d’où les effets du second ordre sont négligeables

• Vérification du côté a dans le cas d’une section rectangulaire

Soit le schéma d’une section rectangulaire tel que h ≥ b

En utilisant les expressions liées à l’équilibre des sections, on peut tirer


l’expression Ac

1 𝐴𝑠
Ac ≥ Ned,Elu / (fcd + x σs) avec =1⁒
100 𝐴𝑐

489
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

Ac = a x h avec a = 0,40 m , on a l’expression de h qui vaut :

𝑁𝑒𝑑,𝐸𝑙𝑢
h≥ avec σs = 348 MPa car Ɛc2 = 2 %0 ≥ 1,74 %0
𝑎(𝑓𝑐𝑑+0,01 𝜎𝑠)

avec Ɛs = fyd/Es = 348/ 200000 = 1,74 %0 (Cas des S 400)

449,153 𝑥 1000
h≥
0,40( 16,7 𝑥 106 +0,01 𝑥 348 𝑥 106 )

h ≥ 0,0556 m

On a au final : h ≥ (b= 0,40 m ; 0,0557 m )

h ≥ 0,40 m OK !, on prendra h = 0,40 m

Nous avons un poteau de Section b x h qui est carré tel que b= h = 0,40
m

• Vérification à faire au niveau des encastrements Partiels

Nous avons utilisé des valeurs forfaitaires pour les coefficients de


souplesse afin de déterminer la section.

Vu qu’elle est connue, nous pouvons calculer les coefficients de


souplesse réels afin de déterminer l’élancement réel et de valider définitivement
que le choix de notre section est la bonne.

Nous avons déterminé une section de 40 x 40 cm2. Dans le cas des


méthodes de la rigidité nominale et de la courbure, nous avons comme section de
poteau du 2ème étage un poteau de section 30 x 30 cm2. (Voir plan de structure du
3ème étage

490
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

Vu que notre poteau a une section supérieure, cela signifie que le


poteau du 2ème étage doit avoir une section équivalente à 40 x 40 cm2 ou plus.
Nous considérerons un poteau de 40 x 40 cm2.

• Calcul des coefficients de souplesse k1réel et k2réel

Dans le plan de flambement selon l’axe Z-Z

En tête de poteau :

𝐸𝐼 𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟+( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐿 𝐿
k1réel = 𝜇𝐸𝐼 𝜇𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 1+( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 2
𝐿 𝐿

0,3 𝑥 0,33 0,40 𝑥 0,403


12 𝑥 3,23
+ 12 𝑥 3,23
= ( 3𝑥 0,15 𝑥 0,503 3 𝑥 0,15 𝑥 0,503
)
12 𝑥 2,35
+ 12 𝑥 3,15

k1réel = 0,250

En Pied de Poteau :

𝐸𝐼 𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 +( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐿 𝐿
k2réel = 𝜇𝐸𝐼 𝜇𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 1+( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 2
𝐿 𝐿

0,40 𝑥 0,403 0,40 𝑥 0,403


+
12 𝑥 3,23 12 𝑥 3,23
= ( 3𝑥 0,15 𝑥 0,503 3 𝑥 0,15 𝑥 0,503
)
12 𝑥 2,30
+ 12 𝑥 1,35

k2réel = 0,240

Dans le plan de flambement selon l’axe Y -Y

En tête de Poteau :

491
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

𝐸𝐼 𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟+( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐿 𝐿
k1réel = 𝜇𝐸𝐼 𝜇𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 1+( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 2
𝐿 𝐿

0,30 𝑥 0,33 0,40 𝑥 0,403


12 𝑥 3,23
+ 12 𝑥 3,23
= ( 3𝑥 0,30 𝑥 0,503 3 𝑥 0,30 𝑥 0,503
)
+
12 𝑥 7,25 12 𝑥 2,65

k1réel = 0,180

𝐸𝐼 𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 +( )𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐿 𝐿
k2réel = 𝜇𝐸𝐼 𝜇𝐸𝐼
( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 1+( )𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑝é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 2
𝐿 𝐿

0,40 𝑥 0,403 0,40 𝑥 0,403


12 𝑥 3,23
+ 12 𝑥 3,23
= ( 3𝑥 0,15 𝑥 0,503 3 𝑥 0,15 𝑥 0,503
)
12 𝑥 7,25
+ 12 𝑥 2,65

k2réel = 0,273

• Calcul de la longueur de flambement (Article 5.8.3.2 (2)205)

Dans le plan Y :

𝑘1 𝑘2
lo = 0,5l x (1+ )0,5 x (1+ )0,5
0,45+𝑘1 0,45+𝑘2

0,180 0,273
= 0,5 x 3,23 (1+ )0,5 x (1+ )0,5
0,45+0,180 0,45+0,273

lo = 2,15 m

205
Tiré de « l’article 5.8.3.2, Elancement et longueur efficace, commentaire 2». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 62

492
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

Dans le plan Z

𝑘1 𝑘1
lo = 0,5l x ( 1+ )0,5 x (1+ )0,5
0,45+𝑘1 0,45+𝑘1

0,250 0,240
= 0,5 x 3,23 (1+ )0,5 x (1+ )0,5
0,45+0,250 0,45+0,240

lo = 2,18 m

La longueur de flambement dans le plan Y est la plus défavorable


(2,18 m > 2,15 m). Aussi notre longueur de flambement choisie en prenant des
coefficients de souplesse forfaitairement est supérieur à ce que nous avons trouvé
ci-dessus (2,38 > 2,18)

Aussi, en calculant l’élancement :

λ = (2,18 x 120,5 ) / 0,40 = 18,88 < 26,30 ; Nous sommes dans le sens de la
sécurité,et par conséquent dans ce cas, notre section de 40 x 40 cm2 est validée.

• Vérifications au niveau des dimensions

D’après l’article 9.5.1(1)206, nous devons vérifier que :

h ≤ 4b ↔ 0,40 ≤ 4 x 0,40 ↔ 0,40 ≤ 1,60 OK ! (3)

l ≥ 3h ↔ 3,23 ≤ 3 x 0,40 ↔ 3,23 ≤ 1,20 OK ! (4)

D’après (3) et (4), nous avons bien un poteau

• Calcul des Armatures Longitudinales

206
Tiré de « l’article 9.5.1, Armatures longitudinales, commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 147

493
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Détermination de l’effort Ned,Elu

Ned,Elu = 1,35 ( 269,350 + 0,402 x 2,73 x 25) + 1,50 x 57,02

Ned,Elu = 463,895 Kn

As = (Ned,Elu – Ac x fcd) / σs

= 463,895 x 103 – ((4002 x 16,7 ))/ 348

As = -6345,13 mm2 ou -63,45 cm2

Nous avons une section négative, ce qui signifie que le béton est
surabondant. Par conséquent, il suffit de mettre la section d’armatures minimales
dans ce poteau.

• Calcul de la section d’armatures minimales (Article 9.5.2(2))207

Asmin = Max (( 0,10 Ned,Elu / fyd) ; 0,002 Ac )

= Max (( 0,10 x 463,895 x 103 / 348 x 106) ; ( 0,002 x 0,402)) x 10000

= Max (1,33 cm2 ; 3,20 cm2)

Asmin = 3,20 cm2

• Calcul de la section d’armatures maximales (Article 9.5.2(3)208)

Asmax = 0,04 Ac = 0,04 x 0,452 x 10000 = 81 cm2

• Choix des Armatures

On prendra 4 HA 12 totalisant 4,52 cm2 OK !

207
Tiré de « l’article 9.5.2, Armatures longitudinales, commentaire 3». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 148

208
Tiré de « l’article 9.5.2, Armatures longitudinales, commentaire 3». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 148

494
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

• Vérification de la section

• Calcul des coefficients A, B, C

A = 0,7

B = √1 + 2𝑤 avec

W = (As x fyd) /(Ac x fcd)

= 4,52 x 10-4 x 348 / ( 0,402 x 16,7 )

W = 0,0589

D’où B = √1 + 2 x 0,0589 = 1,057

C= 0,7

• Calcul de n

n = 463,895 x 103/ ( 0,402 x 16,7 x 106)

n = 0,174

• Calcul de λlim

λlim = 20 x 0,7 x 1,057 x 0,7 / √0,174

λlim = 24,83

λ = 18,88 > 24,83 OK! Les effets du second ordre sont effectivement
négligeables ;

• Calcul des Armatures transversales

Nous avons 4 brins longitudinaux, ce qui signifie qu’il faut un cadre


pour les relier.

495
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

• Diamètre des armatures transversales (Article 9.5.3.(2))

∅t ≥ Max ( 6 mm ; ∅lmax/ 4)

∅t ≥ Max ( 6 mm ; 12/ 4)

∅t ≥ Max ( 6 mm ; 3 mm)

∅t ≥ 6 mm

On prendra ∅t = 6 mm (On aura des cadres HA 6) . Le minimum à considérer est


de 8 mm pour les armatures longitudinales (Article 9.5.2.(1)209)

• Espacement en partie Courante

• Espacement maximal des armatures transversales (Article


9.5.2.(3)210)

Sclmax = Min ( 20 ∅l ; b ; 400)

= Min ( 20 x 12 ; 450 ; 400 )

Sclmax =240 mm

On prendra comme espacement des cadres HA 6, la valeur de 200 mm

Espacement en zone de recouvrement

• Calcul de la contrainte limite d’adhérence (Article 8.4.2(2)211)

209
Tiré de « l’article 9.5.2, Armatures longitudinales, commentaire 1». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 148

210
Tiré de « l’article 9.5.2, Armatures longitudinales, commentaire 3 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 148

211
Tiré de « l’article 8.4.2, Contrainte ultime d’adhérence, commentaire 3 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures
en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 123

496
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

Fbd = 2,25 x η1 x η2 x fctd

• Détermination de η1

η1 = 1 si les conditions d’adhérence sont bonnes et 0,7 dans les autres cas

Le béton se coule dans la direction verticale ce qui signifie que le


bétonnage se réalise de façon parallèle aux armatures longitudinales. Par
conséquent, l’angle α entre le bétonnage et les armatures longitudinales est de
90°.

D’où les conditions d’adhérence sont considérées comme bonnes : η1


=1

• Détermination de η2

η2 = 1 si ∅ ≤ 32 mm

(132 -∅)/ 100 si ∅ > 32 mm

On a : ∅ = 10 𝑚𝑚 < 32 mm ce qui signifie que η2 = 1

• Calcul de fctd

Fctd = (γct x fck,0,05) / γc avec :

γct = 1

Fctm = 0,3 (fck)2/3 = 0,3 x (25)2/3 = 2,56 MPa

Fck,0,05 = 0,7 fctm = 0,7 x 2,56 = 1,792 MPa

Fctd = (1 x 1,79) / 1,5 = 1,19 MPa

Finalement :

497
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Fbd = 2,25 x 1 x 1 x 1,19 = 2,68 MPa

• Calcul de la longueur d’ancrage requise (Article 8.4.3(2)212)

Lb,rqd = (∅ x σsd )/ (4 x fbd )

• Calcul de σsd

Dans le cas des poteaux, on a :

σsd = fs / As,réel avec

fs = Ned,Elu- Ac fcd = 464,435 x 103 – ((4002 x 16,7 )) = -2207565 N

Cela signifie que les armatures longitudinales ne participent pas à la reprise de


l’effort normal d’où fs = 0 Kn

Ce qui entraîne que : σsd = 0 et lb,rqd = 0 OK !

• Calcul de la longueur de recouvrement (Article 8.7.3(1))

lomin ≥ Max (( 0,3 x α6 x lb,rqd) ; 15 ∅l ; 200 mm )

lomin ≥ Max (( 0,3 x α6 x 0) ; 15 x 12 ; 200 mm )

lomin ≥ Max (( 0,3 x α6 x 0) ; 15 x 12 ; 200 mm )

lomin ≥ 200 mm

212
Tiré de « l’article 8.4.3, Longueur d’ancrage de référence , commentaire 2 ». Eurocode
2 ,Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre
2004.Editions Afnor.

498
Note de Calcul du poteau à l’Eurocode 2 y compris Annexe Nationale française
(Méthode sans considérer les effets du second ordre)

lo = α1 x α2 x α3 x α4 x α5 x α6 lbrqd ≥ lo,min (Article 8.7.3(1)213)

Il n’est nullement nécéssaire de calculer les différents coefficients α vu que lbrqd


=0

On prendra lo = lomin = 400 mm

• Dispositions constructives Article (8.7.4.1(3)214)

Tous les aciers longitudinaux seront arrêtés dans la même section

On choisira au moins 3 barres transversales à chaque extrémité du


recouvrement et une quatrième nappe d’armature hors recouvrement

Les 3 nappes d’armatures transversales seront espacées de :

scl,t = (lo /3) /2 = (40/3)/2 = 6,67 cm, on prendra 7 cm < 24 cm OK !

• Vérification de l’espacement le plus proche de l’extrémité de


recouvrement

scl,t = 7 cm < 150 mm OK ! (Article 9.5.3(6))215

213
Tiré de « l’article 8.7.3, Armatures transversales, commentaire 1 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en béton
Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 129

214
Tiré de « l’article 8.7.4.1, Armatures transversales dans le cas des zones tendues, commentaire 3 ». Eurocode
2 ,Calcul des structures en béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre
2004.Edition Afnor.P 129

215
Tiré de « l’article 9.5.3, Armatures transversales , commentaire 6 ». Eurocode 2 ,Calcul des structures en
béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments. Décembre 2004.Edition Afnor.P 130

499
ANNEXES B

COMPLEMENTS

500
Détails sur les caractéristiques des bétons pour les Eurocodes selon la norme NF
206-1

Annexe 10 : Détails sur les caractéristiques des bétons pour les


Eurocodes selon la norme NF 206-1

Tableau A16 : Propriétés du béton en fonction de la classe d’exposition216

216
Reproduit à partir de : « Tableau de la norme francaise NE EN 206-1 ».Chapitre 2.1 : Durabilité-Classe
d’exposition.www.eurocode-2.fr.P 4

501
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau A17 : Classes d’exposition pour le bâtiment : Gel faible ou


modérée217

217
Reproduit à partir de : « Tableau de la norme francaise NE EN 206-1 ».Chapitre 2.1 : Durabilité-Classe
d’exposition.www.eurocode-2.fr.P 5

502
Détails sur les caractéristiques des bétons pour les Eurocodes selon la norme NF
206-1

Tableau A18 : Classes d’exposition pour le bâtiment : Gel sévère218

218
Reproduit à partir de : « Tableau de la norme francaise NE EN 206-1 ».Chapitre 2.1 : Durabilité-Classe
d’exposition.www.eurocode-2.fr.P 6

503
Etude Comparative entre le Bael 91 modifiée 99 et l’Eurocode 2 sur un projet
existant : Cas de la Pharmacie Segbeya à Cotonou (Bénin)

Tableau A19 : Classes d’exposition pour le bâtiment : Front de Mer219

219
Reproduit à partir de : « Tableau de la norme francaise NE EN 206-1 ».Chapitre 2.1 : Durabilité-Classe
d’exposition.www.eurocode-2.fr.P 6

504
Détails sur les caractéristiques des bétons pour les Eurocodes selon la norme NF
206-1

Tableau A20 : Classes d’exposition pour le bâtiment : Bord de mer220

220
Reproduit à partir de : « Tableau de la norme francaise NE EN 206-1 ».Chapitre 2.1 : Durabilité-Classe
d’exposition.www.eurocode-2.fr.P 6

505
INDEX

Aciers Haute Adhérence · xxxviii


actions · 6, 7, 9, 10, 11, 12, 14, 18, 19, 20, 21, 25, 28, 34, 35, 36, 37, 62, 67, 92,
93, 98, 100, 101, 102, 110, 111, 200, 351, 406
Analyse Elastique Linéaire · 113
Analyse Non-Linéaire · 113
Analyse Plastique · 113
analyse structurale · 70, 113
ancrage · xxv, xxvi, 125, 159, 263, 264, 265, 266, 267, 318, 320, 321, 322, 343,
344, 367, 383, 385, 427, 460
Annexe Nationale Française · x, xix, 26, 41, 43, 44,46, 47, 180, 296, 305, 315,
324, 325 415, 436, 448

armatures · x, xi, xvi, xxi, xxii, xxiv, xxv, xxvi, xxviii, xxix, xxx, xxxii, xxxiii,
3, 33, 40, 84, 88, 89, 110, 114, 125, 129, 130, 131, 133, 138, 139, 142, 143,
144, 146, 149, 151, 152, 153, 154, 155, 157, 158, 159, 161, 162, 163, 166,
167, 169, 170, 172, 173, 225, 228, 230, 231, 234, 235, 236, 240, 242, 243,
251, 257, 258, 259, 261, 263, 266, 268, 269, 270, 282, 285, 290, 293, 294,
308, 309, 311, 314, 316, 317, 318, 325, 332, 334, 335, 336, 337, 339, 341,
342, 343, 356, 361, 362, 365, 367, 368, 369, 370, 375, 376, 377, 378, 380,
389, 394, 397, 399, 403, 407, 411, 412, 413, 423, 424, 425, 426, 428, 436,
439, 440, 444, 445, 456, 458, 459, 460, 461

506
B

Bael 91 modifiée 99 · xv, xvii, xix, xx, xxiv, xxvii, xxx, xxxv, xxxvi, xxxviii,
52, 73, 84, 101, 119, 131, 132, 133, 135, 137, 138, 139, 141, 142, 143, 144,
145, 147, 149, 150, 153, 156, 158, 159, 162, 166, 167, 168, 169, 170, 172,
173, 198, 210, 244, 246, 301, 305, 331, 332, 404, 406, 407, 409, 419, 446
bielle d’about · xxxiv, 172, 264, 267, 342, 368, 383, 384, 386
Bielles · xii, 39, 113, 115, 116, 146, 156, 260, 364, 373, 386

caquot · xxviii, 149, 155, 157, 167, 168, 169, 171, 172, 173, 211, 222, 269, 342,
370, 372, 379, 380
Clapeyron · 113
classe d’environnement · 122, 161, 389
Classe Structurale · 40, 356
classes d’exposition · x, 41, 42, 126, 315, 395
coefficient de dilatation · 127
Coefficient de Poisson · 75
coefficients de souplesse · 135, 429, 448, 449, 452, 453, 455
Combinaison Accidentelle · 102
Combinaisons d’Actions · 100, 102, 330
combinaisons fondamentales · 67, 95, 101, 106
Condition d’adhérence · 425
contreventement · 135, 415, 433, 448, 449
Courbure Nominale · 114, 133

507
D

dalles · xii, 113, 114, 144, 298, 299, 301


décalage de la courbe des Moments · 262, 366
diagramme à palier horizontal · 91, 126, 127, 142, 152, 251, 357
diagramme à palier incliné · xxxii, 92, 126, 142, 251, 312, 357, 359, 360, 439,
444
diagramme bilinéaire · 51, 72, 125, 152
diagramme Contrainte-Déformation · 67
diagramme des trois pivots · 80, 109
diagramme non-linéaire · 70
Diagramme Parabole-Rectangle · xiv, 68, 72
Diagramme rectangulaire simplifié · xiv, 69, 74, 166, 310, 311, 312, 313, 314,
357, 359
diagrammes d’interaction · 133, 134
ductilité · xv, xxxviii, 86, 89, 90, 113, 126, 127, 171, 355
Durabilité · 2, 33, 39

effort tranchant · xvii, xviii, 46, 114, 144, 151, 154, 156, 157, 160, 173, 231,
235, 236, 259, 260, 261, 284, 307, 309, 319, 325, 339, 340, 353, 362, 363,
364, 365, 371, 372, 374, 375, 377
Enrobage · xxii, 33, 39, 41, 45, 272, 308, 404
Etats Limites · 15, 17, 21, 24, 25, 31, 34, 35, 38, 39, 101, 103
Eurocode · x, xi, xv, xvii, xviii, xix, xx, xxiii, xxviii, xxxv, xxxvi, xxxvii,
xxxviii, 1, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 34, 38, 39, 41, 46, 47, 52, 57, 60, 62, 64,
69, 70, 74, 75, 77, 82, 84, 86, 87, 88, 92, 93, 95, 98, 99, 106, 108, 112, 114,
115, 116, 119, 120, 122, 123, 124, 126, 130, 131, 132, 133, 134, 135, 137,
138, 139, 140, 143, 144, 145, 146, 148, 149, 150, 151, 153, 154, 155, 157,

508
158, 159, 160, 161, 163, 165, 166, 167, 168, 169, 172, 180, 186, 187, 244,
246, 250, 269, 296, 298, 316, 349, 352, 353, 354, 356, 402, 415, 417, 418,
419, 420, 421, 432, 446, 448

Faessel · 114, 134, 419


fissuration · xxiv, xxv, xxvii, 46, 47, 62, 126, 143, 153, 160, 161, 163, 272, 294,
315, 347, 392, 394, 399, 401
flèche · 24, 35, 161, 237, 238, 241, 242, 269, 271, 347, 348, 401, 402, 403
flexion composée · xxi, 9, 114, 133, 134
flexion simple · xvi, xxi, 153, 154, 225, 230, 236, 243, 250, 251, 262, 278, 341,
366, 397, 438, 439, 444, 445
fluage · xxv, xxvi, xxx, xxxi, xxxii, 76, 77, 93, 114, 133, 163, 389, 394, 420,
421, 432

hauteur utile · 142, 226, 228, 287, 308, 397


humidité relative · xxxi, xxxii, 77, 79, 420
hyperstatique · 50, 120

imperfections géométriques · xxvii, xxxii, 131, 133, 431, 434


inertie fissurée · xxiv, 238
isostatique · xi, xv, xvii, xviii, xix, xxvii, xxxix, 120, 145, 147, 161, 170, 316,
318, 327, 328, 330, 331, 332, 338, 349, 350, 352, 353, 354, 356

509
L

La Méthode Classique dite « Aménagée » · 9


la Méthode de Caquot · 112
la Méthode Forfaitaire · 112, 116
limite d’élasticité · xxix, xxxii, 85, 116, 126, 272
loi de Hooke · 8
longueur de flambement · 116, 135, 407, 408, 411, 428, 429, 430, 431, 454, 455

Méthode de Calcul à la Rupture · 13


Méthode des Contraintes Admissibles · 7, 9
Méthode des Faibles Elancements · 115
Méthode dite des Recommandations Professionnelles · 115
Méthode Générale · 114, 369
méthodes de « Calcul à la Rupture · 7
Méthodes de calcul aux « Contraintes Admissibles » · 6
Méthodes Déterministes · 7
Méthodes Probabilistes · 7
module d’élasticité différée · 76
module de Young · 127
moment critique · 392
moment fléchissant · xviii, 141, 150, 151, 352
Moment réduit · xxxiii, 438, 443

nervures · 83, 171, 230, 231, 258, 259


nœuds non-déplaçables · 135
nœuds-déplaçables · 135

510
O

ouverture des fissures · xii, 24, 143, 163, 315, 316, 394, 395, 396, 398, 399

planchers à corps creux · xix, 117, 164, 167, 168, 171, 173, 180, 181, 186, 198
portée utile · 305
Poteau · xix, 404, 406, 415, 453
poutre · xi, xv, xvii, xviii, xix, xxii, xxvi, xxxix, 9, 120, 140, 143, 145, 147, 151,
156, 157, 161, 170, 173, 225, 230, 236, 246, 250, 251, 261, 269, 278, 299,
316, 327, 328, 329, 330, 331, 332, 338, 340, 342, 349, 350, 351, 352, 353,
354, 355, 356, 365, 370, 378, 379, 388, 391, 394, 397, 406, 408, 409, 447
poutrelles · xv, 164, 171, 181, 182, 198, 199, 244, 245, 246, 258
pré-dimensionnement · 131, 140, 151, 244, 354, 446
Probabilisme · 18, 19

raideur · 135, 408, 409, 410, 435, 436, 437


Rdm 6 · 278
redistribution limitée · 113, 117, 165, 168, 172, 246
redistribution transversale · 296
Résistance Caractéristique · 37, 53
résistance sur cube · 64, 122, 123
résistance sur cylindre · 64, 122
retrait · x, 76, 78, 79, 80, 93, 125, 388
Rigidité Nominale · xxiii, 114

511
Semi-Probabiliste · 14, 34, 35
sollicitations · xi, 6, 7, 8, 10, 11, 13, 14, 18, 20, 24, 36, 37, 46, 75, 108, 113,
119, 137, 145, 150, 151, 165, 167, 168, 201, 246, 278, 305, 330, 356, 418,
434

Vitruve · xxxv

512

Vous aimerez peut-être aussi