Vous êtes sur la page 1sur 29

Cas clinique 2017-2018

EPAULE
Sandrine Jousse-Joulin
PH Rhumatologie
CAS CLINIQUE 1

• Une femme de soixante deux ans consulte pour un


gonflement de l’épaule droite. Elle est porteuse d’une
polyarthrite étiquetée rhumatoide et traitée par metoject
15 mg/ semaine associé à 10 mg de Cortancyl. Depuis 2
mois, Apparition d’une tuméfaction de l’épaule droite
• La Tuméfaction est
– importante
– ferme
– adhérente aux plans profonds
– de consistance lipomateuse
• s’y associe des douleurs mécaniques de l’épaule avec
impotence fonctionnelle
33
Question N° : 1

Parmi les diagnostics suivants, lesquels évoquez


vous au vu de la présentation clinique ?

• A – poussée de polyarthrite
• B – arthrite goutteuse de l’épaule
• C – arthrite acromio-claviculaire
• D - lipome
• E – épaule dégénérative avec épanchement de
l’acromio claviculaire
Comme tout bon rhumatologue, vous
prescrivez une radiographie de l’épaule droite
Question N° : 2

Quel est votre diagnostic radiologique?

• A – arthrite rhumatoïde de l’épaule


• B – arthrite goutteuse de l’épaule
• C – arthrite acromio-claviculaire
• D – omarthrose excentrée
• E – métastases osseuses de la tête humérale

Question N° : 3

Parmi les propositions suivantes, quels sont les


signes radiographiques évocateurs d'une
arthrose?
• A – présence de géodes d’hyperpression
• B – demineralisation de l’os sous chondral
• C – condensation de l’os sous chondral
• D – présence d’ostéophytes
• E – augmentation de l’interligne articulaire
Question N° : 4

• La patiente présente une impotence fonctionnelle de l’épaule avec


impossibilité de réaliser une antépulsion et absence complète de
rotation externe ou interne. Toutes les manœuvres testant les
tendons de la coiffe sont impossibles.

• Parmi les propositions suivantes concernant l’examen clinique des


tendons de la coiffe des rotateurs, lesquelles sont vraies ?

A – le palm up étudie le long biceps


B –la manœuvre de Jobe étudie le supra épineux -
C – la manœuvre de Patte étudie l’infra épineux et le petit rond
D – la manœuvre de Gerber étudie le sub scapulaire
Question N° : 5

Au vu des résultats de l’examen clinique, qu’en


concluez vous ??

• A – rupture complète des tendons de la coiffe des


rotateurs
• B –rupture du supra épineux et du subscapulaire
• C – rupture du long biceps
• D – rupture de l’infra épineux
Question 6

Quel examen complémentaire, jugez vous utile


pour avancer dans votre diagnostic et faire le
bilan des lésions ??
• A – IRM de l’épaule
• B – Arthroscanner de l’épaule
• C – Scintigraphie osseuse
• D – TEP scanner
• E – Echographie ostéo-articulaire
Question N° : 7

L’examen complémentaire que vous avez demandé est rassurant


et vous décidez de prélevez l’articulation gleno-humérale. Le
prélèvement ramène un liquide avec :
2 hématies,
1600 GB
Que pensez-vous de la nature du liquide ??
• A – liquide mécanique
• B – liquide inflammatoire
Question N° : 8

• Quelle est votre proposition thérapeutique à


court terme?
• A –infiltration de dérivés cortisonés
• B – chirurgie orthopédique
• C – augmentation de la dose de corticoides
• D – mise en place d’une biothérapie
• E – chirurgie des tendons de la coiffe
Question N° : 9

• Quelle est votre proposition thérapeutique à


long terme?
• A –infiltration de dérivés cortisonés
• B – prothèse inversée de l’épaule
• C – augmentation de la dose de corticoïdes
• D – mise en place d’une biothérapie
• E – chirurgie des tendons de la coiffe
CAS CLINIQUE 2
• Une femme de soixante dix ans consulte pour une douleur
mécanique de l’épaulegauche. Elle a comme principal ATCD
une notion d’AIT pour lequel elle prend du Kardegic 75
mg/j. Depuis sa rentrée du sport d’hiver il y a 15 jours, elle
rapporte une douleur de l’épaule apparue dans les suites
d’une chute de sa hauteur en se promenant dans la jolie
station de Courchevel.

• Les mouvements actifs et passifs sont très peu limités mais


les manœuvres de conflit sous acromial sont difficiles et
très douloureuses.
• Vous prescrivez une radio de l’épaule.
Question N° : 1

Quel est votre diagnostic ??


• A – disjonction acromio-claviculaire
• B – omarthrose
• C - fracture
• D – luxation de l’épaule

• Vous décidez de mettre la patiente au repos, avec un coude


au corps, pendant 1 mois, chose qu’elle fait déjà depuis son
retour. Vous la revoyez 1 mois plus tard, elle a toujours
aussi mal et vous précise que la douleur est surtout en
élévation du bras et qu’elle ne peut pas dormir la nuit sur
son épaulegauche.
Question N° : 2

• Quel examen complémentaire demandez-vous en première


intention après la radiographie?

• A – échographie de l’épaule
• B – scanner de l’épaule
• C – arthro IRM de l’épaule
• D – scintigraphie osseuse

Un des examens que vous avez demandé vous rapporte la présence


d’une grosse bursite sous acromio deltoidienne d’aspect
mécanique.
Question N° : 3

Que proposez-vous à la patiente pour la soulager ?


• A-Immobilisation de 10 à 20 jours avec un gilet
orthopédique puis une écharpe
• B-Ostéosynthèse
• C-Prothèse
• D-Infiltration de la bourse sous acromio
deltoïdienne
• E-Séances de kinésithérapie
Question N° : 4

Envisagez-vous un autre examen complémentaire pour cette


patiente ?

• A – radiographie de contrôle à 1 mois


• B – échographie de contrôle à 1 mois
• C – ostéodensitomètrie
• D – Echo doppler des troncs supra aortique

La patiente semble guérie. Vous ne la revoyez plus pendant 3 mois


mais elle vous reconsulte pour une récidive de douleur mécanique
de cette épaule avec des mouvements actifs et passifs limités et
douloureux à 60° dans tous les secteurs
Question N° : 5

Quel est votre diagnostic clinique?

• A – algodystrophie
• B – rupture complète de la coiffe des rotateurs
• C – épaule douloureuse simple
• D – épaule hyperalgique
Question N° : 6

Quelles sont, parmi les suivantes, les étiologies


classiques de cette affection ?

• A – traumatique
• B –infarctus du myocarde
• C –accident vasculaire cérébral
• D –diabète
• E –tumeur mammaire
• F–anti-protéases
Question N° : 7

• Quel traitement proposez-vous ?

• A – infiltration par voie sous acromiale externe


• B – kinésithérapie douce
• C – renforcement musculaire et rééducation
kinesitherapie très active
• D – chirurgie de l’épaule
CAS CLINIQUE 3
• Me A., 28 ans, aide soignante, se présente aux
urgences car elle a été réveillée à 5 heures du matin
par une vive douleur de l’épaule droite. Elle présente
une fièvre à 38° et les téguments sont chauds. Toute
mobilisation est très douloureuse. Cliniquement, il y a
un point douloureux exquis sous acromial.
• A l’interrogatoire, elle vous dit ressentir de temps en
temps des douleurs de l’épaule quand elle manipule les
malades, ou bien la nuit quand elle dort du côté droit,
mais elle n’a jamais ressenti une douleur d’une telle
intensité.
Question N° : 1

Quel est le diagnostic à éliminer en premier lieu?

• A- Arthrose gléno humérale


• B-Arthropathie microcristalline de l’articulation
acromio-claviculaire
• C-Arthrite septique de l’épaule
• D-Epaule douloureuse simple

Vous réalisez une radiographie de l’épaule.


Question N° : 2

Quel est votre diagnostic le plus probable ?

• A- Arthrose gléno-humérale
• B- tendinite calcifiante du supra épineux
• C- arthrite septique
• D- rupture de la coiffe des rotateurs
• E- hémarthrose post traumatique
• F- épaule douloureuse simple
Question N° : 3

Quelles mesures thérapeutiques proposez-vous en première


intention ?

• Arrêt de travail
• Antalgiques de palier III
• AINS
• Antibiothérapie probabiliste
• Ponction-trituration de la calcification
• Kinésithérapie intensive
• Immobilisation
• Chirurgie par arthroscopie
Question N° : 4

Vous allez réaliser une infiltration de dérivés


cortisoniques sous guidage échographique.
Quelles sont les précautions à prendre auprès
du patient?

• A – prise d’anticoagulants
• B – allergie au produit de désinfection
• C – allergie au produit d’injection
• D –notion de diabète
La patiente est diabètique insulino- dépendante. Vous
décidez tout de même de réaliser l’infiltration mais
sous quelle condition ??

Question N° : 5
Vous décidez tout de même de réaliser
l’infiltration. Sous quelle(s) condition(s) ?

• A – repos du patient 24 H avant l’infiltration


• B- lui conseiller de ne pas faire son insuline le matin de
l'examen
• C – avoir une hémoglobine glyquée datant de moins de 2 mois
et < à 7.5%
• D – avoir une hémoglobine glyquée datant de moins de 2
mois et < 10%