Vous êtes sur la page 1sur 105

Leadership Academia University

BUSSSINESS ADMINISTRATION, LEADERSHIP ET BONNE


GOUVERNANCE

COURS DE POPULATION- ENVIRONNEMENT ET


DEVELOPPEMENT
Destiné aux étudiants de Licence 1

Par
Prof. Dr. Blaise MUZINGU (Ph D)

Année académique 2019-2020

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 1
TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES.............................................................................................2

INTRODUCTION.........................................................................................................8

CHAPITRE 1 : CONCEPT POPULATION...............................................................10

1.1. Notions sur le concept population........................................................................10

1.2. Interactions entre population- environnement-développement........................10

1.2.1. Transition agricole.............................................................................................10

1.2.2. Transition industrielle........................................................................................11

1.2.3. Démographie, bouc émissaire...........................................................................11

CHAPITRE 2 : ANALYSE DU CONCEPT DE L’ENVIRONNEMENT.................13

2.1. Ecologie avant le concept de l’environnement.....................................................13

2.1.1. Apparition du concept d’environnement...........................................................13

2.1.2. Evolution du concept environnement................................................................14

2.1.3. Examen des niveaux biotiques..........................................................................14

2.2. Approche systémique du concept de l’environnement.........................................16

2.2.1. Environnement, un système...............................................................................17

2.2.2. Composantes de l’environnement.....................................................................17

2.2.3. Caractéristiques du concept de l’environnement...............................................18

2.2.4. Approche définitionnelle du concept de l’environnement................................18

2.2.5. Acception erronée du concept de l’environnement...........................................20

2.3. Place de l’homme.................................................................................................21

2.4. Médiateurs entre l'homme et le milieu biologique...............................................21

2.5. Eléments constitutifs de la planète terre...............................................................22

2.5.1. Eau.....................................................................................................................23

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 2
2.5.2. Air......................................................................................................................23

2.5.3. Energies fossiles et autres..................................................................................24

2.5.4. Minéraux disponible sur la planète terre...........................................................26

2.5.5. Biodiversité, Sol et Ressources alimentaires.....................................................28

2.6. Pollution...............................................................................................................30

2.6.1. Pollution de l’atmosphère..................................................................................30

2.6.2. Pollution des eaux..............................................................................................31

2.6.3. Pollution du sol..................................................................................................32

2.6.4. Pollution ou nuisances sonores..........................................................................36

2.6.5. Pollution ou nuisances olfactives et lumineuses...............................................37

2.7. Changement climatique........................................................................................38

2.8. Eco toxicologie.....................................................................................................38

2.9. Conséquences ou Effets directs de la pollution....................................................39

2.9.1. Effets sur l’atmosphère......................................................................................39

2.9.2. Effets sur le sol et sur les milieux aquatiques....................................................40

2.9.3. Effets sur la santé humaine................................................................................41

CHAPITRE 3 : POLITIQUE DE PRESERVATION DE L’ENVIRONNEMENT. . .43

3.1 Concernant les déchets : valoriser plutôt que jeter................................................43

3.1.1. Incinérer pour produire de l’énergie..................................................................44

3.1.2. Transformer en gaz et nouveaux carburants......................................................44

3.1.3. Utiliser pour le compostage...............................................................................44

3.1.4. Recycler au maximum.......................................................................................45

3.2. Concernant l’air et l’eau : enrayer la pollution.....................................................45

3.2.1. Arrêter des émissions des polluants à la source................................................45

3.2.2. Dépollution grâce à la lumière naturelle...........................................................46

3.2.3. Réutilisation des eaux usées traitées..................................................................46

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 3
3.2.4. Recharge des nappes souterraines.....................................................................46

3.3. Concernant les écosystèmes : préserver la biodiversité.......................................46

3.3.1. Créer les espaces protégés.................................................................................47

3.3.2. Développer les modes d’exploitations durables................................................47

3.3.3. Protéger les espèces...........................................................................................47

3.3.4. Rémunérer les services environnemtaux...........................................................47

3.4. Concernant l’Urbanisme : repenser la ville..........................................................47

3.4.1. Construire les villes plus compactes..................................................................48

3.4.2. Mélanger de lieux de vie, de travail et de commerce........................................48

3.4.3. Construire en boucle..........................................................................................48

3.4.4. Créer plus d’espaces verts dans les quartiers....................................................48

3.4.5. Utiliser des énergies locales..............................................................................48

CHAPITRE 4 : ENVIRONNEMENT ORGANISATIONNEL OU DE


L’ENTREPRISE..........................................................................................................49

4.1. Organisation ou Entreprise...................................................................................49

4.2. Principes Généraux d’organisation.......................................................................51

4.2.1. Premier Principe: la préparation........................................................................51

4.2.2. Deuxième Principe: la Simplification...............................................................51

4.2.3. Troisième Principe: la Division des taches.......................................................54

4.2.4. Quatrième Principe: l’Homme..........................................................................55

4.3. Modèles ou types d’une organisation...................................................................56

4.3.1. Organisation des activités familiales.................................................................56

4.3.2. Organisation des activités collectives................................................................57

4.3. Concept environnement organisationnel ou de l’entreprise.................................58

4.4. Caractéristiques d’un environnement organisationnel ou de l’entreprise............59

4.5. Composantes de l’environnement organisationnel ou de l’entreprise..................60

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 4
4.6. Etats d’un environnement organisationnel ou de l’entreprise..............................61

4.6.1. Etat Stable ou Instable de l’environnement.......................................................61

4.6.2. Etat Homogène ou Hétérogène de l’environnement.........................................62

4.6.2. Etat Hostile ou Contraignant de l’environnement.............................................62

4.6.3. Etat Favorable ou Habilitant de l’environnement.............................................63

4.7. TP et Exercices relatifs aux chapitres précédents.................................................65

4.7.1. Travail pratique individuel................................................................................65

4.7.2. Interrogation......................................................................................................65

4.7.3. Examen : Jeu de rôle..........................................................................................65

CHAPITRE 5 : DEVELOPPEMENT DURABLE.....................................................66

5.1. Histoire du concept de développement durable....................................................67

4.1. Sources et Définitions du concept de développement durable.........................68

4.1.1. Sources du concept........................................................................................68

4.1.2. Définitions du concept..................................................................................69

4.2. Principes du développement durable et leur origine.........................................70

5.3.1. Principe de Précaution.......................................................................................70

5.3.2. Principe de Prévention.......................................................................................70

5.3.3. Principe de Responsabilité................................................................................71

5.3.4. Principe pollueur-payeur...................................................................................71

5.3.5. Principe Droit à l’information...........................................................................72

5.3.6. Principe d’équité................................................................................................72

4.3. Piliers du développement durable.....................................................................73

4.3.1. Pilier économique..........................................................................................73

4.3.2. Pilier social et sociétal...................................................................................73

4.3.3. Pilier environnemental..................................................................................73

4.3.4. Pilier culturel.................................................................................................74

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 5
4.4. Acteurs, Outils et Stratégies du développement durable..................................74

4.4.1. Acteurs du développement durable...............................................................74

4.4.2. Outils du développement durable..................................................................74

4.4.3. Stratégies du développement durable............................................................76

4.5. Enjeux et perspectives du développement durable...........................................77

4.5.1. Regards global sur les objectifs de développement durable.........................77

4.5.2. Mise en œuvre du programme des objectifs de développement durable : les


mécanismes et leurs acteurs.........................................................................................78

CHAPITRE 6 : OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE..........................80

6.1. Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.............80

6.2. Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et


promouvoir l’agriculture durable................................................................................81

6.3. Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à


tout âge........................................................................................................................83

6.4. Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et
promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.............................84

6.5. Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles.. .86

6.6. Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion


durable des ressources en eau......................................................................................87

6.7. Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et


modernes, à un coût abordable....................................................................................88

6.8. Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein


emploi productif et un travail décent pour tous...........................................................89

6.9. Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui
profite à tous et encourager l’innovation.....................................................................90

6.10. Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre...........................92

6.11. Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à
tous, sûrs, résilients et durables...................................................................................93

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 6
6.12. Établir des modes de consommation et de production durables...................94

6.13. Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements
climatiques et leurs répercussions...............................................................................96

6.14. Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les
ressources marines aux fins du développement durable..............................................96

6.15. Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de


façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et
inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la
biodiversité..................................................................................................................98

6.16. Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins


du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à
tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous...............99

6.17. Renforcer les moyens de mettre en œuvre le Partenariat mondial pour le


développement durable et le revitaliser.....................................................................100

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES..................................................................104

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 7
INTRODUCTION
La notion d’environnement, puis celle de développement durables dont des notions
récentes, très en vogue depuis quelques dizaines d’années et font actuellement partie des
expressions de la vie courante, aussi bien sur la langue que dans les écrits des gens de la
communication. Ces deux notions sont introduites dans la politiques de la quasi-totalité
des pays du monde et ont fini par devenir une partie intégrante de nos enseignements et
ce, à partir de l’école primaire.

1.1. Problématique

L’observation courante de notre environnement écologique et les éléments qui


constituent (air, eau, terre), nous invitent à réfléchir, sur son avenir et surtout sur le
capital naturel que nous léguerons aux générations futures : des ressources hydraulique
surexploitées, de l’air pollué, des zones rurales détruites par l’envahissement de
l’urbanisation, des océans et des mers polluées, des ressources minières et énergétiques
maladroitement utilisées, de la faune et de la flore en voie d’extinction…

C’est malheureusement, le souvenir d’une terre agréable à vivre qui sera décrite par nos
historiens et scientifiques et constituera l’unique richesse de nos générations futures.

Après la sensibilisation de l’homme à tous ces problèmes environnementaux et aux


dégâts de ses activités économiques sur son environnement, le passage aux actions
correctives s’est avéré nécessaire. Les actions préventives à toute éventuelle destruction
de notre environnement écologique sont encore plus importantes et commercent
notamment par l’enseignement de l’environnement et des actions socio-économiques,
dites de développement durable.

1.2. Objectifs du cours

- Donner un aperçu historique sur l’évolution de la notion d’environnement ainsi


que le rôle de l’homme dans la modification de son environnement écologique à
travers l’étude des faits historiques

- Définir les principaux éléments qui constituent l’environnement écologique et


expliquer le fonctionnement des écosystèmes. Si cette partie du cours est riche
en termes techniques, elle reste néanmoins un passage obligée pour comprendre

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 8
les textes scientifiques et surtout les mécanismes de régulation économiques le
plus appropriés pour préserver l’environnement

- Présenter un bref survol des différents types de ressources, notamment des


ressources énergétiques

- Expliquer la relation entre la notion de développement durable et


d’environnement

- Présenter les différentes formes de pollution ainsi que leurs conséquences sur
l’environnement.

Titulaire du Cours : Prof. Dr. Blaise Muzingu est professeur de Dynamique des
groupes et de Développement Communautaire I et II à l’Université du Kwango (UNIK)
dans la Province du Kwango à Kenge et à l’Université Baptiste au Congo (UNIBAC) à
Kikongo dans la Province du Kwilu. Il est également titulaire du cours de Population,
Environnement et Développement à Leadership Academia University à
Barumbu/Kinshasa. Il détient un doctorat (Ph D) en Sciences Politiques et Sociales
(Spécialité : Développement, Environnement et population) de l’Université Catholique
de Louvain de Belgique.
Adresses :
Résidence à Strasbourg : 27, Rue d’Alsace 67300 Schiltigheim./Strasbourg/France
Résidence à Kinshasa : 5 bis, Rue Lonzo Q. Nzizi wa Mbombo/Masina
Tél : 0826434644 et 0859272768
Email : muzingublaise65©gmail.co m

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 9
CHAPITRE 1 : CONCEPT POPULATION

1.1. Notions sur le concept population

Une population est un groupe d’individus interféconds, capables d’accouplement et


vivant dans un endroit précis.

La notion de la population renvoie également à celle de la communauté ou biocénose


définit comme un groupe d’organisme différent et en interdépendance étroite et
occupant un habitat commun. Elle inclut les populations de toutes les espèces vivantes
dans un territoire donné.

1.2. Interactions entre population- environnement-développement

Après avoir domestiqué le feu, les hommes ont commencé à modifier leur
environnement et ce, en favorisant la production de certains végétaux utiles, en
exterminant les animaux venimeux et dangereux et en allumant des incendies pour
défraichir et ouvrir des espaces.

Nous pouvons citer à titre d’exemple, les aborigènes ou autochtones qui ont éradiqué
une grande partie de la forêt causant ainsi la raréfaction de certaines espèces animales et
végétales.

L’Homo sapiens a été aussi accusé de l’extinction de la mégafaune nord tempérée


(mammouth, rhinocéros laineux et autres grands animaux. D’autres facteurs climatiques
et catastrophes naturelles ont contribué à la raréfaction de ces espèces comme les
périodes de glaciations successives.

1.2.1. Transition agricole

L’agriculture et l’élevage sont apparus (indépendamment) au Moyen-Orient, en Chine


et en Amérique Centrale, une apparition progressive et simultanée à l’évolution de la
chasse.

L’activité de chasse a causé la disparition de plusieurs autres espèces animales comme


le Dodo de Madagascar ou l’aurochs de Varsovie.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 10
L’agriculture a connu une grande expansion, alimentée par de nouvelles découvertes
alimentaires qui ont aidé à améliorer les conditions de vie et donc à prolonger la durée
de vie des êtres vivants et à favoriser une croissance démographique démesurée.

1.2.2. Transition industrielle

Autres que les effets de l’agriculture sur la faune et la flore, l’apparition de forge, de
verrerie, de constructions navales, de tanneries,… a contribué à défraichir les forêts et à
polluer les rivières. Ceci a concerné une partie limitée de l’Europe, puis ça s’est
généralisé à une grande partie du monde.

La progression des effectifs de l’humanité s’est accompagnée d’un synchronisation


quasi-parfait de notre entrée dans une société, dont l’activité industrielle est basée sur
l’exploitation des énergies fossiles dites ressources non-renouvelables.

Ces dernières (charbon, pétrole et gaz naturel) ont favorisé l’expansion du progrès
technologiques ont amélioré la productivité agricole par la mécanisation des activités
agricoles ancestrales

Les impacts d’un tel phénomène sont :

- Accroissement de la population ;

- Nouvelle demande de carburant ;

- Pollution de l’air par combustion des carburants ;

- Surexploitation des ressources énergétiques fossiles ;

- Augmentation de la consommation ;

- Augmentation de la pollution

1.2.3. Démographie, bouc émissaire

Après une longue période de faible croissance démographique, la croissance


démographique serait-elle responsable de la pauvreté, de l’instabilité, sociale, des crises
écologiques, etc ?

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 11
La population humaine a connu un essor considérable au XIXème et au XX ème on
estime qu’elle devrait plafonner à la fin du XXI siècle aux alentours de milliards
d’individus

Depuis l’apparition de l’agriculture, l’expansion démographique implique plus


d’individus à nourrir et donc plus d’espace à cultiver. Cela a impliqué forcément une
grande exploitation des ressources naturelles physiques (eau, sol, etc) ou de ressources
vivantes (poissons marins, têtes bovines, ovines, etc).

La croissance démographique est non homogène. En effet, six pays totalisent


actuellement la moitie de la croissance annuelle. Il s’agit de l’Inde, la Chine, le
Pakistan, le Nigeria, le Bangladesh et l’Indonésie.

Les nations développées totalisent une population stable de 1,2 milliard d’individus.
Dans certains pays développés, (Japon, Allemagne, Italie, etc) la population à même
baissé.

La problématique démographique est traitée par les politiciens avec beaucoup de


réserves. En effet, réduire les naissances concerne en premier lieu les pays en
développement. Elles constituent néanmoins une force de travail et une assurance sur
l’avenir.

Si les pays du nord accusent l’exploitation démographique des pays du sud d’être une
des causes majeures de la dégradation de l’environnement. Ces derniers affirment en
retour que les problèmes écologiques proviennent essentiellement des modes de
développement adoptés par les pays industrialisés.

Par convention, on dira que tout dépend du projet social adopté ( les choix prioritaires
en matière de développement économique et social), c’est ainsi que notre démographie
conditionnera l’ampleur de l’impact de nos activités sur la biosphère (d’après Lévêques
et Sciama., 2005)

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 12
CHAPITRE 2 : ANALYSE DU CONCEPT DE
L’ENVIRONNEMENT

2.1. Ecologie avant le concept de l’environnement

Avant de parler Environnement comme science, on parlait de l’écologie qui provient du


grec «Oikos» = maison et de «logos» = discours, l’écologie signifie donc
étymologiquement science de la maison c à d de l’habitat.

Au sens scientifique, l’écologie est une discipline du domaine biologique qui étudie les
rapports entre les êtres vivants et le milieu environnant, le milieu dans lequel ils vivent.
Le milieu est autrement appelé habitat ou environnement. Le milieu englobe l’espace et
plusieurs éléments divers (physiques, chimiques, biologiques) qui concourent à
déterminer les conditions de vie des êtres vivants. Inventé par Ernst Haeckel, l’écologie
est une science de l’environnement mais en même temps du domaine de biologie dans le
sens qu’elle ne s’occupe pas de l’environnement purement pour ses aspects physico-
chimiques mais pour ce que ces aspects ont des effets sur la vie des êtres vivants se
trouvant dans cet environnement.

2.1.1. Apparition du concept d’environnement

Les changements constants et accélérés qui surviennent dans le milieu humain ont
engendré de nouveaux besoins et de nouveaux concepts. C'est ainsi qu'est apparu, au
tournant des décennies 1960 et 1970, le concept d'environnement, concept encore mal
fixé et sujet à de multiples interprétations. Le cheminement qui a abouti à ce concept
trouve son origine dans la prise de conscience, plus ou moins confuse à ses débuts, des
menaces potentielles que constituent l'augmentation et la diversification des atteintes,
pollutions et dégradations qui affectent le milieu humain et qui sont la conséquence de
l'impact grandissant de la technologie, en l'absence de mécanismes suffisants de
contrôle et de régulation.

On s'est rendu compte, au début de la décennie 1970, que les impacts du développement
scientifique et technologique n'affectaient pas seulement la nature, mais qu'ils se
répercutaient grandement sur l'homme, au point d'affecter tous les aspects de sa santé. Il
fallait donc dépasser le cadre de la nature pour embrasser toutes les dimensions de la

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 13
crise, dont l'acuité commençait à être perçue, et qui est à l'origine de la Conférence des
Nations Unies sur l'environnement humain, organisée à Stockholm en juin 1972.

2.1.2. Evolution du concept environnement

La pression accrue sur les ressources, qui résulte de multiples causes et en particulier de
l'évolution démographique, des progrès technologiques, de l'augmentation des besoins
et de carences au plan de la gestion et de l’aménagement intégrés, est à l'origine de
multiples dégradations et atteintes à l'environnement. Pour bien faire comprendre le
concept d'environnement, nous présenterons une synthèse des différentes étapes qui y
ont conduit. L'évolution des concepts, touchant la manière de gérer la nature, les
ressources naturelles et l'environnement, s’est caractérisée par une attitude toujours plus
orientée vers l'élargissement des idées et l'intervention.

2.1.3. Examen des niveaux biotiques

Pour bien comprendre le concept d'environnement et saisir les relations entre l'homme
et celui-ci, il est bon de commencer par considérer les trois niveaux biotiques. Leur
examen permet en effet de montrer la place que l'homme occupe dans la biosphère et
de dégager les caractéristiques du concept d'environnement.

a) Niveau biotique, milieu de végétaux

Le premier niveau est le milieu biotique qui caractérise les végétaux. Ne possédant ni
système nerveux ni système locomoteur, les végétaux doivent trouver sur place — dans
leur milieu — tous les éléments indispensables [eau, éléments minéraux, CO2, lumière
solaire] à leur nutrition et à l'exercice de leurs fonctions, celle de photosynthèse
(assimilation chlorophyllienne) en particulier.

Le premier niveau biotique est le milieu biologique : c’est le niveau des végétaux avec l
a fonction de néguentropie.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 14
Ni système nerveux
Ni organe sensoriel
Lumière solaire
Ni système locomoteur

Eau Végétaux CO2

Éléments minéraux

b) Niveau perceptivo moteur, les animaux

Le second est le niveau perceptivo-moteur (on dit aussi sensitivo-moteur) qui caractérise
les animaux. C’est aussi le cadre matériel. Grâce à ses récepteurs sensoriels (organes
des sens), l'animal perçoit les stimuli (ou excitants, signaux, marques, évocateurs) qui
proviennent de son milieu extérieur. Ces signaux sont transmis au système nerveux
central par des fibres sensorielles. Une relation s'établit entre les structures perceptives
et les schèmes moteurs, inscrits dans le système nerveux de l'animal. Tel signal (p.ex., la
vue d'une proie dans le cas d'un prédateur) peut engendrer chez l'animal une réaction qui
peut prendre la forme d'un mouvement, d'un déplacement (p.ex., la poursuite de la
proie).

C'est ainsi que l'animal vit dans un monde de signes (traces, marques odorantes, pistes
balisées) qui déterminent, dans une large mesure, automatiquement, son comportement.
L'animal est pris dans un réseau de formes, de couleurs et surtout de sons, d'odeurs et de
contacts. Signaux et mouvements forment un ensemble en interaction permanente. Les
animaux, contrairement à l'homme, n'aménagent pas leur milieu biologique ; ils y
assument des fonctions de consommateurs au sens écologique du terme. Pour assurer
leurs besoins, ils dépendent, directement ou indirectement du premier niveau, celui des
végétaux, avec lesquels ils constituent des biocénoses.

c) Niveau des relations interpersonnelle  : l’homme

Le troisième niveau est celui des relations interpersonnelles. Ce niveau est spécifique à
l'homme qui vit dans un milieu social, où interviennent les représentations
relationnelles.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 15
La relation ne s'établit plus seulement par le truchement de schèmes perceptivo-
moteurs, mais par l'intermédiaire de représentations ou d'images mentales, chargées de s
ignification. Ce sont ces représentations qui orientent la conduite. L'homme n'est pas
assujetti, comme l'animal, aux stimuli du milieu physique ; il ne réagit pas à son
environnement de façon passive ; il a appris à l'aménager et à le construire.

2.2. Approche systémique du concept de l’environnement

L'établissement d'un ordonnancement entre les différentes composantes qui forment


l'environnement ne peut se faire arbitrairement, mais dérive de l'examen du déroulement
de l'évolution, au cours de laquelle, note Boyden (15), «les processus biotiques ont
précédé et induit les processus culturels et servi de base indispensable à leur
perpétuation » ; l'auteur ajoute « tout organisme commence son existence en tant
qu'être exclusivement biotique.»

Dès lors que l'homme intervient dans le système, il faut prendre en compte, outre les
processus abiotiques (relatifs au climat et au sol) et biotiques (relatifs aux végétaux et
aux animaux), les processus culturels.

L'étude d'un système d'une telle complexité exige une approche intégrée et
interdisciplinaire [i.e. systémique]. L'approche de la réalité dans sa totalité — i.e., dans
sa globalité et dans sa complexité implique que l’on franchisse les frontières qui isolent
les différents champs de connaissances : sciences naturelles et génie; sciences
biomédicales ; sciences sociales ; aspects culturels et techniques.

Cette façon d'aborder les systèmes complexes dans leur globalité pose des difficultés
par suite du grand nombre d'éléments et d'interactions à prendre en compte. Quoiqu'il en
soit, c'est là la seule voie par laquelle on peut prétendre trouver des solutions aux
problèmes qui se posent dans la réalité et qui présentent, forcément, de multiples
facettes et un haut degré de complexité.

C'est pour traduire cette réalité systémique dans laquelle intervient l'homme, comme
élément biotique dominant, que l'on a vu apparaître, au début de la décennie 1970, le
terme environnement. Dès le moment où l'on place l'homme et les communautés
humaines au centre des préoccupations — ce qui doit être le cas —, s'impose le concept
d'environnement.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 16
Mais il devient, dès lors, nécessaire de s'attacher à comprendre les systèmes complexes,
formés de composantes à action réciproque. Cette compréhension se trouverait facilitée
si l'on pouvait efficacement quantifier les variables prises en considération, ce qui n'est
pas chose simple dans le cas des variables du domaine culturel.

Boyden écrit à ce propos : «En vérité, nous considérons qu'il serait absolument non
scientifique, lorsqu'on veut analyser la situation de l'être humain, de négliger des
variables jugées importantes pour la seule raison qu'elles ne se laissent pas mesurer
facilement en termes quantitatifs satisfaisants».

2.2.1. Environnement, un système

La conception globale de l'environnement conduit ainsi à le concevoir comme un


système, incluant l'homme et les communautés humaines. Elle doit, en d'autres termes,
intégrer l'écologie des systèmes naturels et l'écologie de la population, mettant l'accent
sur les interrelations entre population et systèmes naturels, sans quoi l'analyse à laquelle
on pourrait se livrer serait dépourvue d'intérêt.

«Dans l'écologie des systèmes, écrit Boyden, les écosystèmes sont étudiés dans leur
ensemble, plus spécialement sous l'angle du flux d'énergie et de matières ou de
substances importantes qui passe dans le système. »

Dans l'écologie de la population, l'accent est placé sur une population donnée et sur les
interrelations entre cette population et les autres composantes, biotiques ou non, de
l'environnement global ».

Dans ce contexte, les termes «environnement global» désignent la totalité des


composantes du système dont la population concernée fait partie. Cependant, étant
donné l’acception globale que nous donnons au terme environnement, l’expression «
environnement global » est une tautologie; il convient, dès lors, sur le plan linguistique,
de mentionner uniquement le terme « environnement ».

2.2.2. Composantes de l’environnement

L'environnement comprend ainsi quatre groupes de variables en interrelation les unes


avec les autres :

- les composantes non biotiques [le biotope] ;


Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 17
- les composantes biotiques [la biocénose] ;
- la population humaine ;
- les composantes culturelles.

Cet ensemble constitue un système dynamique. La connaissance des caractéristiques du


flux d'énergie, de matière et d'information est essentielle pour bien comprendre les
interrelations multiples qui se déroulent à l'intérieur du système. Une telle approche
permet de prévoir et dès lors aussi de se prémunir — actions préventives — contre les
interventions qui porteraient préjudice à l'équilibre du système.

2.2.3. Caractéristiques du concept de l’environnement

Le concept d'environnement présente les caractéristiques fondamentales suivantes :

- il met l'accent sur les relations entre les organismes vivants et le milieu et sur les
interactions dynamiques entre les composantes du système ;
- il privilégie l'approche globale et systémique ;
- il favorise la diversité qu'il convient de préserver et d'accroître (biodiversité et
diversité culturelle) ;
- il a une portée élargie et vise l'amélioration de la qualité du cadre de vie ;
- il se situe dans une perspective à long terme.

L'environnement présente toutes les caractéristiques d'un système ; sa portée s'étend au


bien-être de l'homme, car, ce qui compte en définitive, c'est de chercher à créer des
conditions de vie qui soient favorables à l'équilibre (maintien de l'intégrité des structures
mentales) et à l'épanouissement de l'homme.

2.2.4. Approche définitionnelle du concept de l’environnement

Ce qui caractérise essentiellement la notion d'environnement, c'est son caractère global.


On peut dire à ce titre que l'environnement est un ensemble de milieux d'influence —
milieux humains, naturels, économiques — qui agissent sur l'individu à tous les instants
de sa vie quotidienne et déterminent en grande partie son comportement dans toutes les
dimensions de l'être : sociale, intellectuelle, affective, spirituelle, culturelle.

De ce qui précède, l’environnement est considéré comme un système, complexe, du fait


que ses nombreuses composantes — écologiques, économiques, sociales, politiques,

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 18
culturelles, etc. —, sont en perpétuel état de changement. Il est influencé par les
interactions entre le milieu naturel, le milieu urbain, le milieu familial, le milieu de
travail, le milieu culturel, le milieu social, le milieu de loisir, etc. Dans l'approche
systémique de l'environnement, il convient de prendre en compte tous les éléments,
toutes les relations et interactions entre ces éléments ainsi que les aspects structurels,
fonctionnels et dynamiques.

Dans une étude sur la transdiscipline de l'environnement, on trouve la définition


suivante de l'environnement : « L'environnement est le système dynamique défini par les
interactions physiques, biologiques et culturelles, perçues ou non, entre l'Homme, les
autres êtres vivants et tous les éléments du milieu, qu'ils soient naturels, transformés
ou créés par l'Homme ». Cette acception transdisciplinaire du concept environnement
estime que:

- La notion d'interactions est fondamentale. Dans le binôme être vivant [humain,


animal, végétal] - milieu, l'environnement ne peut s'apparenter à un des termes
de la relation, à savoir le milieu, mais il s'applique à la relation entre les deux
termes, celle-ci étant dynamique et réciproque. Le milieu n'est pas seulement
une donnée immuable, mais il se transforme continuellement sous l'action de
l'être vivant. De même, celui-ci n'est pas imperméable aux effets du milieu, mais
il se forge et se construit lui-même en fonction des potentialités et des pressions
du milieu.

- L'environnement présente les caractéristiques d'un système dynamique, c'est-à-


dire qu'il est formé d'un ensemble complexe d'éléments structurés, fonctionnels,
en interaction. Il se définit moins par les éléments constitutifs que par les
relations qui les unissent.

- L'environnement est constitué de sous-systèmes. Ceci implique que le système se


réfère à chaque instant et à la fois à tous les domaines ou à toutes les dimensions
qu'il intègre. C'est entre ces sous-systèmes et à l'intérieur de ceux-ci que se
développent des rapports d'échanges, qualifiés de cybernétiques.

- Les divers sous-systèmes sont ordonnés hiérarchiquement les uns par rapport
aux autres en fonction de leurs potentialités énergétiques ou informatives. Entre
eux s'établit une incessante circulation d'énergie et d'information, ce qui confère

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 19
la vie même au système tout entier, celui-ci se modifiant et se rééquilibrant sans
cesse. «De nombreux sous-sytèmes peuvent se concevoir : les domaines
physiques, biologiques, écologiques, économiques, politiques, sociologiques,
culturels ... Nous ne pouvons passer sous silence les sous- sytèmes que Parsons
distingue dans son système général d'action, désormais classique : le système
culturel, social, psychique et organique »

2.2.5. Acception erronée du concept de l’environnement

Le concept d'environnement et le terme lui-même sont récents et, de ce fait, leur


compréhension est souvent confuse. Dans certains milieux, on donne au concept
d'environnement un sens restrictif, où il est apparenté à l'écosystème naturel dans lequel
n'interviennent ni la composante humaine ni les interrelations entre celle-ci et les autres
composantes.

Comme l'écrivent Albarre et al. : « L'environnement n'est donc pas réductible à un


écosystème de type naturel, formé par l'association d'une biocénose à un biotope; ni,
par une sorte de procédé analogique, à une association de collectivités humaines, à un
cadre de vie qu'elles auraient façonné. Il n'y a donc pas un environnement relevant de
l'écologie en parallèle avec un environnement, objet spécifique d'étude pour les
sciences humaines. Surtout depuis le début de l'ère industrielle, il serait malaisé de
dissocier les deux aspects de l'environnement. En effet, l'action humaine a causé bien
des perturbations dans le milieu naturel et, d'autre part, les chocs en retour de
l'industrialisation et de l'urbanisation de la société menacent les hommes dans leurs
conditions de vie, au sens biologique du terme. Si le milieu naturel est donc soumis à un
processus d'anthropisation, inversement les formes de la vie sociale dépendent de
facteurs naturels (Alland, 1974 ; Bennet, 1976) ».

Une autre erreur consiste à considérer l’homme comme faisant partie de l’écosystème.
Nous avons rappelé supra que l’écosystème concerne les interactions entre le biotope et
la biocénose. Or, l’homme ne fait partie ni de l’une ni de l’autre de ces composantes.

La place de l’homme se situe dans l’environnement qu’il est en mesure de modeler en


fonction de ses aspirations, ou qui se trouve modifié, pollué, dégradé sous l’effet de
forces dont l’homme est responsable mais qu’il n’est pas toujours maître de contrôler.
Aussi, une gestion intégrée de l’environnement implique t-elle que le contrôle des
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 20
actions sur l’environnement ne devrait pas pouvoir lui échapper, sauf dans des cas,
relativement rares, comme les aléas climatiques, qui surviennent hors de la volonté des
hommes.

2.3. Place de l’homme

L'homme doit être considéré non seulement comme bénéficiaire des efforts de gestion
intégrée de l'environnement, mais encore comme partie intégrante de l'environnement
global et agent du développement [y assumant un rôle actif].

Il apparaît ainsi, dans le concept de gestion intégrée de l'environnement [global], une


dimension interactionniste (i.e., interactions entre l'homme et son environnement). Ce
rôle actif de l'homme — qui le distingue du niveau perceptivo-moteur des animaux —
le conduit à aménager le cadre matériel qui l'entoure et à en tirer ce qui est nécessaire à
la satisfaction de ses besoins.

Considérant le rôle spécifique — et dominant — de l'homme dans la biosphère, il ne


convient pas de le considérer comme un élément, une composante de l'écosystème —
niveau où se trouvent les végétaux (premier niveau biotique) et l’animal (deuxième
niveau biotique) — mais bien comme occupant un niveau hiérarchiquement supérieur,
le troisième niveau biotique, dont il est une composante active, en interaction avec
toutes les autres composantes.

Situer l'homme dans l'écosystème doit être considéré, à cet égard, comme un
réductionnisme. Faut-il rappeler, à cet égard, que l’homme est un être libre ; son
comportement n’est pas, fondamentalement, déterminé par le milieu biophysique.

Dans le cadre du programme de l’UNESCO qui vise l’analyse des interactions entre
l’homme et le biosphère, c’est l’approche systémique qu’il convient de retenir et non,
comme d’aucuns le font, l’approche éco systémique.

2.4. Médiateurs entre l'homme et le milieu biologique

Le résultat de cette hiérarchie des niveaux biotiques se traduit par l'interposition de toute
une série de médiateurs entre l'homme et le milieu biologique. Citons :

- l'utilisation de substances (p.ex., les aliments) synthétisées par la plante ou


l'animal, parfois, après une multitude de transformations;
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 21
- la protection contre les variations du milieu biologique — le climat notamment
— par l'aménagement de l'espace où il vit (constructions ; chauffage central ;
climatisation ; ventilation ; insonorisation; etc.) ;

- la création d'objets servant d'outils, d'instruments ou de signaux.

Par ailleurs, et ceci est tout particulièrement le propre de l'homme, sa relation avec
l'environnement au sens global est médiatisée par son psychisme qui s'interpose entre le
monde physique et son corps.

2.5. Eléments constitutifs de la planète terre

Pour faire une présentation de la planète terre, nous nous sommes servis des indications
et de la description faites par le professeur Gérard Mégie. Celui-ci pense que : «Depuis
les origines, la planète Terre se comporte comme un système interactif complexe. Les
conditions qui ont permis l’apparition de l’homme résultent d’un équilibre précaire
entre les océans, l’atmosphère, l’énergie solaire et la biosphère. Equilibre dynamique et
non statique, caractérisé par les échanges permanents soumis eux-mêmes aux variations
des paramètres cosmiques. C’est dans le rayonnement solaire que la terre puise l’énergie
nécessaire aux transformations thermodynamiques et chimiques qui prennent naissance
à sa surface».

La planète terre est la seule planète du système solaire constituée à la fois d’une
biosphère (êtres vivants), d’océans et de continents.

Elle est constituée de 4 enveloppes externes :

- La lithosphère, d’une épaisseur moyenne de 100 km couvrant la surface de la


terre

- L’hydrosphère : d’une épaisseur moyenne de 3800 km. Elle est formée


essentiellement par l’eau liquide des océans (+97%), des glaciers, des calottes
polaires, de l’eau de l’atmosphère, du sol, des fleuves, des nappes phréatiques,
etc.

- L’atmosphère : subdivisée depuis le sol en troposphère, stratosphère,


mésosphère et thermosphère qui est la couche le plus élevée.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 22
- La biosphère : ce sont les êtres vivats qui occupent une mince pellicule à
l’interface entre la lithosphère et l’atmosphère.

2.5.1. Eau

La présence de l’eau sur terre est la principale caractéristique de cette planète, qui la
différencie des autres planètes et explique la notion de vie et de croissance. La quantité
d’eau totale sur terre est de 1400km 3 dont 1365 km3 sont des eaux salées. Les eaux
douces sont difficilement estimables. En effet, 97% sont contenus dans le sol et les
couches profondes de la terre. Aussi la quantité d’eau piégée dans les calottes glaciaires
est mal connue.

- Usages : 4500 km3 sont prélevées chaque année sur la terre. L’agriculture
en consomme plus de 70% contre 20% pour l’industrie (production
électrique) et 10% pour l’usage domestique.

- Rythme de reconstitution : l’eau est recyclée en permanence à la surface


de la terre. A titre indicatif, près de 600.000 km3 d’eau s’évapore.

- Stress : l’homme prélève par an, moins de 1% d’eau recycle

- Problématique : la ressource est abondante mais très inégalement


répartie. Sa qualité aussi diffère, limitant ainsi son usage ou exigeant des
traitements onéreux pour la rendre potable ou à la limite utilisable dans
certains secteurs économiques.

2.5.2. Air

Un autre élément spécifique à la terre et indispensable à la vie est l’air et spécialement,


l’oxygène (02, à l’hauteur de 21%).

- Usages : l’air est spécifiquement l’oxygène (02) est indispensable au


développement et au maintien de la vie sur terre, car il est à la base de la
respiration des organismes vivants.

- Rythme de constitution : la proportion de l’02 sur terre est considérée


comme stable puisque les organismes photosynthétiques terrestres et
aquatiques produisent chaque année environ 30x1013kg d’02, une
quantité équivalente est aussi consommée pour la respiration des
organismes vivants.
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 23
- Stress : l’homme ne respire qu’une infime fraction de l’oxygène produit
par les plantes alors que la combustion des énergies fossiles prélève à
elle seule 4% de cette production

- Problématique : la pollution de l’air et une menace pour la santé de


l’homme est ceci s’explique par les activités polluantes de l’homme (à
l’ozone, aux oxydes divers, aux particules fines issues de l’industrie ou
aux gaz d’échappements).

2.5.3. Energies fossiles et autres

On note généralement que 86% des énergies primaires sont livrées par les énergies
fossiles :

1. Le pétrole

- Usages : production de chaleur et d’électricité, carburants d’automobiles,


revêtement, etc.

- Rythme de reconstitution : des millions d’années

- Stress : 42 ans de réserves au rythme actuel de consommation

- Problématique : demande importante + répartition inégale + tensions


géopolitiques.

2. Le gaz naturel

- Usages : production de chaleur et d’électricité, carburant alternatif

- Rythme de reconstitution : des millions d’années

- Stress : 42 ans de réserves au rythme actuel de consommation.

- Problématique : demande importante + répartition inégale + tensions


géopolitiques.

3. Le charbon

- Usages : production de chaleur et d’électricité, sidérurgie, cimenterie

- Rythme de reconstitution : des millions d’années

- Stress : 150 ans de réserves au rythme actuel de consommation

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 24
- Problématique : accélération des émissions de gaz carbonique et
d’oxydes de soufre ou d’azote

4. L’uranium

- Usages : production d’électricité dans des réacteurs nucléaires.

- Rythme de reconstitution : non renouvelable

- Stress : 32 ans de réserves au rythme actuel de consommation

- Problématique : moins de 30 pays disposent de la technologie nécessaire


et problèmes de gestion des déchets radioactifs

Quant aux autres énergies on peut donc citer entre autres :

1. L’énergie solaire

- Usages : production de chaleur et d’électricité

- Rythme de reconstitution : flux continu

- Stress : il y en pour 7 milliards d’années (jusqu’à l’explosion du soleil)

- Problématique : les rendements de conversion solaire en électricité sont


faibles (10%) et les capteurs solaires (silicium) sont coûteux à produire.
Energie intermittente.

2. Energies éolienne

- Usages : production d’électricité

- Rythme de reconstitution : flux continu

- Stress : il y en 7 milliards d’années (jusqu’a l’explosion du soleil)

- Problématique : l’électricité est produite par intermittence. La vitesse des


vents, et donc la puissance fournie, peut varier considérablement au
cours du temps dans une même région.

3. Energie hydraulique

- Usages : production d’électricité

- Rythme de reconstitution : flux continu

- Stress : il y en 7 milliards d’années (jusqu’à l’explosion du soleil)


Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 25
- Problématique : l’installation de barrages sur les fleuves s’accompagne
d’une modification des écosystèmes, de l’inondation de terres et du
déplacement des populations locales.

4. Energie géothermie

- Usages : production de chaleur et d’électricité

- Rythme de reconstitution : non renouvelable

- Stress : disponible tant qu’il y aura des éléments radioactifs dans la terre
(plusieurs milliards d’années).

- Problématique : hormis quelques régions, la ressource est globalement


difficile d’accès, car elle nécessite des forages profonds

5. Energie issue de la biomasse

- Usages : chauffage, électricité, biocarburant

- Rythme de reconstitution : quelques dizaines d’années

- Stress : prélèvement inférieur au rythme de constitution de la réserve.

- Problématique : principale source d’énergie domestique pour 25% des


hommes, l’utilisation de bois de chauffe accélère la déforestation.

2.5.4. Minéraux disponible sur la planète terre

Ce qu’on peut dire concernant ces énergies c’est que le potentiel dépasse la demande.
Le seul point critique c’est que les technologies actuelles ne permettent d’en exploiter
qu’une infime partie. Parmi ces minéraux, on cite :

2. Or

- Stock : 150 milliards de tonnes

- Localisation : les réserves connues sont assez dispersées à l’échelle du


globe (Afrique du sud 14%, Australie 12% et Pérou 8%)

- Usages : la bijouterie et la joaillerie absorbent 86% de la production.

- Rythme de reconstitution : non renouvelable

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 26
- Stress : 17 années de réserve, au rythme actuel de production (2500
tonnes/an)

3. Argent

- Stock : 270000 à 383000 tonnes

- Localisation : la Pologne possède 20% des réserves connues, le Mexique


14% et le Pérou 13%

- Usages : bijouterie et argenterie 31%, photographie, 24% pièces et


médailles, 4% autres utilisations industrielles 41%

- Rythme de reconstitution : non renouvelable

- Stress : 13 années de réserve, au rythme actuel de production (20500


tonnes/ an).

4. Platine

- Stock : 13000 tonnes

- Localisation : l’essentiel des réserves connues se situent en Afrique du


sud, dans le complexe du Bushved. Ce pays assure 80% de la production
mondiale.

- Usages : bijouterie et argenterie 31%, photographie 24%, pièces et


médailles 4% et autres utilisations industrielles 41%.

- Rythme de reconstitution : non renouvelable

- Stress : 56 années de réserve, au rythme actuel de production (230


tonnes/ an).

5. Fer

- Stock : 150 milliards de tonnes de minerais de fer

- Localisation : l’Ukraine renferme 20% des réserves connues, la Russie


17%, la Chine 14%, le Brésil 11% et l’Australie 11%.

- Usages : la sidérurgie en absorbe 99%

- Rythme de reconstitution : non renouvelable

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 27
- Stress : 79 années de réserve, au rythme actuel de production (1,9
milliard de tonnes/ an)

Il existe essentiellement 8 autres éléments et minerais qui sont surexploités et non


renouvelable.

Nous citons à titre d’exemple le Nickel, le Cuivre, le Plomb, le Cobalt, le Zinc,


l’Aluminium, l’Etain et le Palladium.

2.5.5. Biodiversité, Sol et Ressources alimentaires

Du point de vue de la biodiversité, les scientifiques recensent près ce 1,7 millions


d’espèces sont recensées.

- Usages : la biodiversité fournit de nombreux biens et services à


l’homme : approvisionnement en nourriture, eau douce et bois, stock de
molécules chimiques utilisées en pharmacologie, assainissement des
eaux et sols pollués, régulation des inondations et d l’érosion

- Rythme de reconstitution : au sein des espèces, le renouvellement des


individus nécessite de quelques heures (c’est le cas des micro-
organismes) à quelques semaines (insectes), voire à plusieurs années
(arbres). En revanche, une espèce éteinte est définitivement perdue.

- Stress : le rythme actuel d’extinction des espèces serait de cent à mille


fois supérieur à ce qu’il a été au cours des temps géologiques.

- Problématique : destruction de l’habitat naturel, pollution (de l’eau, de


l’air, des sols) ou encore du réchauffement climatique sont autant de
menace pour la biodiversité. Avec pour conséquence, la perturbation des
écosystèmes et des services rendus à l’homme. La forêt tropicale est
aujourd’hui particulièrement menacée.

Quant aux sols, on retiendra que les terres érables couvrent 1,5 milliards d’hectare

- Usages : le sol est le support naturel de la vie animale et végétale.


Abritant plus de 80% de la biomasse vivant sur terre, il représente un
milieu dynamique et vivant qui participe aussi au cycle de l’eau. Dans ce

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 28
cycle, il remplit les fonctions de régulation et d’épuration. Ces sols sont
exploités par l’home pour différentes fins.

- Rythme de reconstitution : selon les conditions climatiques, l’activité


biologique et la nature de la roche sur laquelle le sol se développe, il faut
de plusieurs siècles à plusieurs milliers d’années pour qu’un sol en
forme. Soit la création d’une épaisseur de sol moyenne de 0,1 mm par
an.

- Stress : le rythme naturel de formation des sols est inférieur de 100 à


1000 fois des taux d’érosion actuels.

- Problématique : on observe une dégradation de la moitié des sols


cultivables (soit près de 2 milliards d’hectare). Les principales causes
sont : l’érosion éolienne et hydrique ainsi que l’altération chimique
(acidification, salinisation). Les pratiques agricoles comme l’usage des
pesticides causent aussi la dégradation des sols. Autre phénomène
observé, l’inégalité dans la distribution naturelle des terres cultivables
entre le nord et le sud ainsi que la présence intensive de Sahara.

En ce qui concerne les ressources alimentaires, l’Asie produit près de la moitié de ces
ressources. Citons quelques exemples, à titre indicatif, de ces ressources alimentaires :
le blé (2221 millions de tonne Mt), plantes sucrières (1650Mt), légume (903Mt),
tubercules (737 Mt), fruit (526 Mt), viande (22Mt), poisson (141Mt).

- Usages : alimentation de l’homme et de l’animal

- Rythme de reconstitution : variable. De la journée (œuf, lait), à la saison


(céréales et fruits). Voire à plusieurs années (élevage).

- Stress : les stocks de céréales peuvent assurer une dizaine de semaines de


consommation. Il faut noter que le quart des stocks de poissons est
surexploité ou épuisé.

- Problématique : l’accès aux ressources est inégal. Plus de 800 millions


de personnes dans le monde sont mal nourries. La pression
démographique et les changements d’habitudes alimentaires, explique la

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 29
croissance de la demande de ces ressources et engendre une
augmentation de leur prix.

2.6. Pollution

La pollution est une modification défavorable ou une dégradation du milieu naturel par
des substances chimiques, des objets solides ou autres éléments nuisibles, lesquels
présentent des effets directs ou indirects susceptibles d’altérer l’organisme des êtres
vivants ou la qualité des objets physiques ou les possibilités récréatives ou encore
susceptible de rendre la nature laide. La pollution s’observe tant dans l’atmosphère,
dans les plans d’eau que sur le sol.

2.6.1. Pollution de l’atmosphère

Elle provient d’une concentration anormale d’un élément dans l’air. Il s’agit surtout des
gaz mais aussi des poussières métallurgiques. Parmi les gaz, les principaux sont : les
dérivés du carbone, du soufre et d’azote ainsi que le fréon.

Dérivés du carbone, il s’agit principalement du dioxyde de carbone (CO 2) et du


monoxyde de carbone (CO). Ils proviennent de l’utilisation des combustibles fossiles en
l’occurrence, le charbon (houille noire), le pétrole avec tous les engins motorisés de
locomotion, le gaz naturel. Ils ont des effets négatifs sur les êtres vivants. Le monoxyde
de carbone perturbe chez les animaux le transport de l’oxygène à travers l’organisme.
En effet, il forme avec l’hémoglobine du sang la carboxyhémoglobine incapable de
transporter l’oxygène. Ainsi les tissus irrigués par le sang reçoivent de moine en moins
d’O2 et cela entraîne une faiblesse musculaire, de la perte de connaissance.

Dérivés du soufre, il s’agit du dioxyde de soufre (SO2), du sulfure d’hydrogène (H2S) et


des thiols. Le SO2 provient des industries métallurgiques et des industries chimiques
produisant l’acide sulfurique. Il peut se transformer en anhydride sulfurique (SO 3) et en
présence de l’eau provenant de la condensation de la vapeur dans l’atmosphère, donner
de l’acide sulfurique qui rend ainsi les pluies acides. Ce phénomène avait été observé
dans les années 1980 en Europe où plusieurs milliers d’hectares de forêts ont séché
brûlés par le H2SO4 contenu dans les pluies. Le H 2S provient des usines pétrochimiques.
Dans l’atmosphère, il devient facilement SO2 qui évolue vers le H2SO4. Quant aux

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 30
thiols, ils sont produits par les industries d’extraction pétrolières et donnent à l’air une
odeur alliacée très piquante gênant considérablement la respiration.

Dérivés d’azote, il s’agit essentiellement du dioxyde et du monoxyde d’azote (NO2,


NO) ainsi que de l’hémioxyde d’azote (N2O). Ils s’échappent des automobiles ainsi que
des avions à réacteurs notamment constituent un brouillard qui diminue l’intensité de
lumière pour les plantes.

La concentration d’un certain nombre de gaz rejetés dans l’atmosphère a été reconnue
être à la base du réchauffement de la planète et des changements climatiques constatés
ces dernières années. Cet aspect qui est aussi un problème issu de l’exploitation de
l’environnement est développé dans la suite du cours.

Les poussières métallurgiques proviennent des industries métallurgiques, minières


extractives, des usines d’engrais et des tuyaux d’échappement des véhicules. Elles
comprennent des particules de cuivre, plomb, zinc, aluminium, cadmium, Ces
poussières réduisent l’intensité d’insolation qui entraîne la réduction de la
photosynthèse et l’étiolement des végétaux chlorophylliens dont la conséquence est la
diminution de l’enrichissement du milieu en O2. A forte concentration, elles bouchent
les stomates empêchant les échanges gazeux au niveau des plantes et même altérant la
perméabilité cellulaire. Ce qui conduit les plantes à la mort. Des cas d’intoxication au
plomb ont été signalés sur des animaux domestiques ayant brouté l’herbe des pâturages
aux abords des fonderies ou des centres d’extraction.

2.6.2. Pollution des eaux

Elle est occasionnée par les hydrocarbures, les poussières métallurgiques qui retombent
de l’atmosphère, par les déversements des produits chimiques, des déchets nucléaires,
les rejets domestiques et industriels. De nos jours, les nappes d’eau sont les exutoires
des eaux usées des ménages (eaux de cuisine, eaux de toilettes et de WC, eaux des
hôpitaux, eaux des industries, …).

Le transport du pétrole est la plus importante source de pollution des eaux. Certains
scientifiques estiment que le seul nettoyage des soutes des tankers après chaque
déchargement remet à l’eau ± 3.000.000 de tonnes de pétrole par an soit plus d’un
milliard de litres). Les quantités sont encore plus élevées si ajoute celles qui s’échappent

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 31
des rejets de raffineries et de celles des accidents. Des accidents, il convient d’évoquer
celui du bateau Exon Valdez survenu en août 1986 qui a fait déverser aux larges de
Terre Neuve au Canada une cargaison d’environ 40.000 tonnes de pétrole. Cela s’est
répandu sur les eaux formant une couche de 20 cm d’épaisseur. Ce fut une catastrophe
qui a provoqué la disparition des certaines d’espèces d’oiseaux, de poissons et végétaux.
La population a perdu l’emploi de pêche et la plus grande partie a été contrainte à
déménager. Le procès a duré des années et a valu des millions de dollars qui n’ont
malheureusement pas remis la vie. On peut aussi évoquer l’accident du bateau Erika aux
larges de la Bretagne en France en décembre 1999. Une cargaison de 20 000 tonnes de
pétrole a occasionné des boulettes de goudron qu’on s’est acharné à ramasser des
rivages même une année plus tard. Les préjudices à l’endroit des habitants ont été
évalués à environ 500 millions de dollars américains mais plusieurs mois plus tard,
seulement 7 millions avaient été décaissés. Ces derniers jours en ce mois de décembre
2007 suite à une collision d’un tanker des tonnes de pétrole se sont déversés en mer au
large de la Corée du sud faisant une nappe épaisse qui a tué des oiseaux marins et
laissé de nombreux ménages vivant des huîtres dans le désespoir.

En général, les rejets domestiques déversés dans les eaux se décomposent et


augmentent la teneur en CO2 créant un milieu asphyxiant qui détruit les populations de
poissons et d’autres organismes aquatiques.

Certains déchets des industries métallurgiques et chimiques peuvent être parfois non
toxiques pour les premiers maillons de la chaîne alimentaire et le devenir par
bioaccumulation pour les êtres des niveaux trophiques supérieurs. De tels cas ont été
observés au Japon. Des intoxications au cadmium et au mercure ont été enregistrées
dans ce pays, entre autre, dans la ville de Minamata, chez des personnes ayant
consommé le riz irrigué avec une eau polluée de cadmium et du poisson contenant du
mercure, pêché dans une zone proche d’une usine qui déverse ses déchets dans l’eau.

2.6.3. Pollution du sol

Elle est très perceptible avec l’accumulation des ordures et de la mitraille (épaves,
déchets métalliques), les déblais miniers, l’usage intense des engrais et des pesticides.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 32
Pour ce qui est des ordures ménagères et autres, il y a les déchets de cuisine, les eaux
usées vaisselle et de toilette, les emballages (en carton, plastique, verre, ou aluminium).
Elles représentent d’énormes quantités dans les grandes agglomérations.

Dans plusieurs villes de la RDC, les endroits les plus concernés par l’accumulation des
déchets sont les marchés, les établissements publics (hôpitaux, écoles, …), les voies
ferrées, les rues, les ouvrages de drainage, … Dans les années 1980, on estimait à
environ 2500 tonnes par jour de ce type de déchets à Kinshasa, 700 à Lubumbashi. En
comptant les épaves des véhicules, les blocs moteurs, les déchets d’hôpitaux, les verres
cassés, …ça faisait 5000 tonnes. Ces déchets nécessitent une bonne organisation de
ramassage, de destruction et/ou de recyclage.

Pour la plupart des ménages c’est au milieu de la rue, au bord d’une route, aux alentours
des marchés ou même des écoles et hôpitaux que l’on se débarrasse des déchets.

On peut aussi noter le faible usage des latrines et même l’insalubrité des latrines chez la
plupart de ceux qui en ont. Ceux qui n’en ont pas se soulagent dans la nature c à d la
brousse, les terrains vagues, les maisons abandonnées, dans l’eau. Souvent c’est des
latrines en fosse arabe c à d un trou très souvent sans couvercle et même peu profond
comme à Goma p. ex. Déjà elles prolifèrent des mouches et exhalent les mauvaises
odeurs. Lors des pluies, elles sont inondées et font émerger les excrétas qui sont
éparpillées par les eaux de ruissellement en dispersant par la même occasion les agents
pathogènes sur le sol, les plantes et dans les cours d’eau. La mauvaise gestion des
excrétas se manifeste aussi dans les cas des égouts conduisant ces déchets sont mal
construits, mal canalisés ou sont éclatés et répandent leur contenu sur la rue.

En RDC, 18,1% des ménages (5,3% en milieux urbains et 22,5% en milieux ruraux)
n’ont pas de latrines ; 63,5% (41,3% villes et 71,2% rural) ont des latrines peu
hygiéniques et seulement 18,4% (53,4% villes et 6,3% rural) ont des latrines
hygiéniques. C’est ahurissant de constater par exemple que de nombreux endroits
publics (marchés, carrefours, …) n’ont pas de latrines et que des édifices publics ou de
forte affluence n’en ont pas assez et qu’ils en ont de très sales. A l’UNIKIN, on a 1
latrine pour 600 à 1.000 personnes. Encore qu’un bon nombre est cannibalisé. C’est la
brousse alors et pas très loin des routes !

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 33
Le ramassage reflète le niveau de l’urbanisation et de la responsabilité des pouvoirs
publics. De même les égouts qui évacuent les eaux usées et tous les déchets (urines et
fèces) doivent être bien construits si non c’est la pollution comme un peut le remarquer
à travers les «cités» des villes africaines et du tiers monde. L’accumulation des ordures
favorise la prolifération des mouches, des cancrelats et des rats. Ces animaux sont des
vecteurs des épidémies qui peuvent causer des nombreuses morts parmi les populations.
En 1994, on a fait état d’une épidémie de peste dans une ville du nord des Indes du fait
de la prolifération des rats sur les immondices non évacuées. Les ordures et les égouts
en mauvais état occasionnent des odeurs nauséabondes qui gênent énormément. (Dans
Deutéronome 23 :13 – 15 donne des instructions que les excrétas soient bien éloignées
de la vue. Jésus aussi dans Marc7 :15 a qualifié d’impur ce qui sort du corps de ce
qu’on a mangé. On peut se demander si on peut dire avoir converti ou christianisé les
populations sans leur apprendre la gestion des excrétas ou sans qu’elles aient changé
leur comportement en cette matière. Même si cela n’est pas une condition de gagner le
ciel. C’est en tout cas une marque d’amour ! Car personne peut penser être aimé s’il
est accueilli chez quelqu’un ou laissé au milieu des excrétas ! Comment dans un pays
dont on dit que la majorité, 80%, est chrétienne que 18% n’aient pas de latrines et 63%
des latrines peu hygiéniques c à d dont les excrétas sont vues ou senties).

Pour ce qui est des pesticides, le développement voire l’industrialisation de l’agriculture


et de l’élevage, en vue d’avoir de fortes productions, a nécessité de concevoir de
méthodes plus rapides et intensives de lutte contre les pestes (maladies, ravageurs)
susceptibles d’empêcher d’atteindre ces productions. La méthode la plus répandue est
celle d’utiliser les pesticides. Ces substances chimiques renferment des composés
organochlorés et des métaux tels l’arsenic, le cadmium, le mercure, le zinc et le cuivre,
lesquels ne se dégradent pas rapidement. Déjà leur production présente des risques de
pollution dont l’exemple illustratif est ce qui était arrivé aux Indes à Bhopal. Une fuite
survenue d’une usine a occasionné, en quelques heures, la mort de dizaines de milliers
de gens qui avaient respiré dans la rue l’air pollué. Des lésions pulmonaires ont été
observées chez d’autres.

L’utilisation de ces pesticides présente beaucoup de risques d’intoxication. Beaucoup


d’accidents ont été enregistrés dans les pays en développement. Parmi ceux dont les
effets néfastes ont été largement dénoncés, il y a le dichloro-diphényl-trichloréthane

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 34
(DDT), la dieldrine et l’hexachlorocyclohexane (HCH). Ces produits ont une forte
rémanence et interfèrent dans les chaînes trophiques. Dans le cas de DDT, on a observé
que 5 ans après l’utilisation on pouvait encore trouver dans les tissus végétaux ou
animaux la moitié de la quantité initiale utilisée.

On observe dans les milieux ruraux d’Afrique de fréquentes pratiques dangereuses dans
l’utilisation des pesticides. Parmi ces pratiques, on peut relever : la conservation des
pesticides dans des bouteilles de coca à côté de la nourriture ; la réutilisation des
récipients de pesticides pour garder de l’eau à boire, du lait ; l’usage des pesticides pour
attraper du poisson, des oiseaux, du gibier et des insectes comme les grillons, …

Le stockage comporte aussi des risques. En cas de non utilisation, les stocks périmés
posent des problèmes car ils menacent l’environnement et la santé publique. Selon un
rapport de la FAO, il y a actuellement plus de 100.000 tonnes de pesticides périmés
dans les pays en développement. L’élimination de ces stocks coûte cher et exige de la
technicité inexistante dans les PVD.

Parmi les autres problèmes créés par l’usage de pesticides, il convient de relever que
certaines populations d’insectes sont décimées. Ceci avait été enregistré il y a plusieurs
années en Californie. Des pulvérisations d’insecticides non systémiques sur des vastes
plantations de pommiers avec des petits avions ont, sans que les agriculteurs le sachent,
décimé les populations d’abeilles faisant que la production cette année là avait été nulle,
faute évidemment de pollinisation. Il y a quelques années, des apiculteurs français ont
manifesté contre l’entreprise chimique Bayer.

Selon ces agriculteurs, les insecticides systémiques fabriqués par cette entreprise ont fait
perdre, à certains d’entre eux, la moitié de leurs populations d’abeilles, réduisant ainsi
leur source de revenus. Ces insecticides systémiques s’accumulent dans les tissus
végétaux et notamment dans le pollen et le nectar. Ainsi, on peut penser que les abeilles
qui s’en nourrissent se trouvent par la suite intoxiquées. Aux Etats Unis on avait, à
l’époque, remarqué une diminution des oiseaux rapaces suite aux usages massifs de
DDT. Ce pesticide, introduit dans la chaîne alimentaire, a induit une déficience en
calcium chez ces oiseaux, qui s’est manifesté par l’amincissement de la coquille des
œufs et ainsi d’importantes casses d’œufs lors de la couvaison.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 35
Dans les aires d’extraction des minerais, il se constitue, par accumulation des déblais,
des zones de concentration excessive de certains métaux qui occasionnent souvent la
disparition de la végétation. A ce sujet, le plomb, le zinc, le cadmium sont si toxiques
que le sol à forte concentration ne laisse pousser aucune espèce végétale. Des sols ainsi
pollués sont perdus pour l’agriculture et même pour les habitations. Tel est le cas dans
les zones d’extraction minière de la Gécamines.

L’uranium est, pour sa haute radioactivité, encore extrêmement dangereux. Il est


important de signaler les dégâts occasionnés à Hiroshima et à Nagasaki, au Japon, suite
au largage des bombes atomiques en 1945. Même 60 ans après, les effets des radiations
sont toujours : des infirmités, des malformations congénitales, des stérilités, Il y a lieu
de signaler aussi l’accident de Tchernobyl en milieu des années 198O. Une fuite suite à
une défection dans une centrale électrique nucléaire, a semé la mort et la désolation
parmi des milliers d’habitants de l’ex URSS. Les radiations ont eu des effets dans tous
les bétails et les produits agricoles de ces régions. Le bilan fait en 2000 sur les
retombées de cet accident, évalue officiellement à 15 000 personnes mortes de cancer
provoqué par les irradiations. Des centaines de milliers d’autres dont de nombreux
enfants et jeunes souffrent de cancer de thyroïde, de foie, …

Pour ce qui est de la mitraille, constituée des épaves de véhicules, de trains, d’avions, de
vélos ou de bateaux dont la plupart traînent ci et là dans les villes constituent une
pollution. Non seulement elles enlaidissent l’environnement mais aussi leur exposition
aux intempéries entraîne des corrosions qui laissent échapper des substances toxiques
pour l’environnement tel l’aluminium qui acidifie les sols.

2.6.4. Pollution ou nuisances sonores

a) Notion

La nuisance sonore découle de la notion de ‘pollution sonore. Elle regroupe les sons qui
deviennent dans certaines circonstances un danger physique. Cette nuisance peut de ce
fait, être provoquée par diverses sources et les conséquences peuvent aller d’un gène
passager à des répercussions grave sur la santé et la qualité de vie humaine.

b) Sources de Nuisances

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 36
Le trafic routier, aérien, ferré, constituent les principales sources de nuisances sonores.
Mais à certains endroits, le trafic aérien et ferroviaire contribue également à dégrader la
qualité de vie. 

Les activités économiques comme l'industrie (chantiers, marchés), le commerce et les


services ainsi que certaines activités récréatives (événements publics, manifestations
politiques et sportives) peuvent également constituer, localement, une source de
nuisances sonores. A Kinshasa, ceux qui habitent non loin de ces infrastructures
subissent ces nuisances dues aux cris des receveurs et autres vendeurs dans les marchés,
cas de marché de la liberté à Masina. 

Le voisinage : les gens qui habitent sur une surface relativement petite, à proximité des
marchés, églises, nganda ou bistrot, kuzu, terrasse et autres sont exposés aux nuisances
sonores (musique, cris, bruit) de voisinage. Les téléphones mobiles dans les lieux
publics (salle de cours, de conférences et autres) et certaines sources animales
(aboiement, élevage).

Les églises dites de réveil sont nées, pour la plupart dans les années 80, sous le
Maréchal Mobutu. Les initiateurs de ces églises, qui s’autoproclament pasteurs,
prophète, évangeliste, ont toujours dit avoir reçu une vision divine pour créer ces
boutiques spirituelles. Tout comme les espaces crées pour les boissons et la musique
fortes, les églises de réveil sont presque sur toutes les rues et avenues de la capitale, et
leur nombre ne cesse de croitre. Ces églises pour attirer les fidèles, les pasteurs font une
rude concurrence sonore. C’est ainsi que se multiplient les veillés nocturnes et des
services avec sonorisation la plus performante, accompagnés d’une musique diffusée
par des haut parleurs dont certains sont dirigés vers l’extérieur, perturbant tout travail de
reflexion à domicile et dérangeant la tranquillité des malades internés dans les hôpitaux
se trouvant aux alentours de ces églises.

c) Facteurs aggravant et conséquences

Les facteurs aggravant se limitent entre autres au défaut d’isolation, absence des murs
anti bruits, hypersensibilité auditive.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 37
2.6.5. Pollution ou nuisances olfactives et lumineuses

Les nuisances olfactives sont celles qui proviennent des mauvaises odeurs. Elles tirent
leur origine des industries; égouts ; déchets ; Engrais ; amoncellements d'ordures.

Les nuisances lumineuses désignent le désagrément provoqué par un excès de lumière


artificielle dans l'environnement d'êtres humains et d'animaux. Ces nuisances impliquent
certains risques.

Chez l'homme, les nuisances lumineuses provoquent l'éblouissement direct. Souvent


source de désagrément, elles perturbent également les activités ayant lieu le soir ou la
nuit.

Les nuisances lumineuses peuvent influencer et morceler l'habitat des animaux ainsi


que perturber leur rythme biologique. L'éclairage extérieur a surtout un impact sur le
comportement des oiseaux, des insectes et des amphibiens. Il provoque la
désorientation, le rejet et l'attraction.

2.7. Changement climatique

En considérant aussi qu’au niveau du sol et de la basse atmosphère, les concentrations


élevées des gaz de carbone et d’azote absorbent les rayons infra rouges, également
calorifiques comme les U.V., en créant un effet de serre, il s’ensuit des perturbations
climatiques diverses dont certaines se manifestent dans des inondations, dans
l’augmentation du niveau des océans et mers, conséquences entre autre de la
liquéfaction des glaces d’eau aux pôles.

2.8. Eco toxicologie

Quant on parle de l’éco toxicologie, on fait allusion aux aspects suivants :

- Détermination des polluants ;

- Etude des causes et des mécanismes de la pollution d’évaluation permettant de


résoudre les questions suivantes :

- Quelles sont les actions produites sur les peuplements ? naturelles biologiques ?

- Quelles sont les actions produites sur les cycles des éléments dans la biosphère ?

Détermination des effets directs et indirects sur la santé humaine et animale

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 38
2.9. Conséquences ou Effets directs de la pollution

2.9.1. Effets sur l’atmosphère

Les effets des polluants sur l’atmosphère sont de plus en plus évident et se matérialisent
essentiellement par :

1. Accroissement de l’effet de serre

Commençons par définir et présenter l’effet de serre. Il s’agit d’un effet naturel à
l’origine, bénéfique à la vie humaine puisqu’il permettait à l’eau de rester dans l’état
liquide et minimisait les risques de glaciation.

Il s’agit des gaz contenus à l’état de trace dans l’atmosphère (vapeur d’eau, C0 2,
méthane, composés sulfurés et composés azotés). L’augmentation de la concentration en
Gaz en Effet de Serre (GES) dans l’atmosphère, due à l’activité humaine conduit à la
présence d’effet de serre ADDITIONNEL.

Pour évaluer la croissance rapide des (GES), il suffit d’observer la croissance actuelle
des éléments qui les constituent : C02, méthane et protoxyde d’azote.

Effet de serre additionnel a pour effet un réchauffement global de la planète. Depuis


1990, la planète a connu une hausse globale de sa température, passant de 0,3 à 0,7 oC en
20 ans. Le groupement intergouvernemental d’étude du Climat GIEC (IPCC, en
anglais).

Nous annonce une augmentation moyenne de la température allait de 1,4 à 5,8oC de la


température moyenne du globe.

Cette augmentation n’est pas uniforme, bien au contraire, on va assister à des


événements extrêmes (tempêtes, cyclone, canicules, sécheresse, coup de froid etc.)

Le cycle de l’eau va être modifié ce qui conduira à une sécheresse accrue dans certaines
zones ; inondation et crues dans l’autres

Ils préconisent certains déséquilibres si la température augmente de 2,5oC d’ici la fin de


ce 21eme Siècle :

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 39
- Augmentation moyenne de 65 cm des niveaux marins (inondation et disparition)
de certaines zones côtières

- Fonte de 50% des glaciers mondiaux

- Changement dans les débits des rivières et les niveaux des lacs

- Augmentation générale des températures et des précipitations, favorisant le


développement des maladies et des parasites.

2. L’affaiblissement de la couche d’ozone stratosphérique  :

Se retrouvant après de 90% dans l’atmosphère, la couche d’ozone se trouve entre 15 et


40 km d’altitude. Il s’agit d’un dérivé de l’oxygène qui joue un rôle important pour la
biosphère en absorbant une partie du rayonnement solaire ultra-violet en éliminant les
courtes longueurs d’onde comprises entre 240 et 300 nanomètres. Ces rayonnements et
ces ondes sont reconnu à l’origine de maladies cancérigènes et mutagènes, susceptible
de détruire les cellules vivantes.

En 1985, on découvre un trou dans l’ozone d’une surface supérieure à celle des Etats
Unis d’Amérique au dessus du pôle sud. Les premiers accusés dans l’apparition de ce
trou sont les CFC (chlorofluorocarbure), gaz très utilisé dans l’industrie avant 1987,
remplacé par le HCFC moins nocifs, la chine continue à produire des CFC.

2.9.2. Effets sur le sol et sur les milieux aquatiques

L’homme, par ses fonctions biologiques, rejette des déchets organiques qui seront
éliminés dans les milieux récepteurs. Ces déchets plus au moins naturels, peuvent être
toxique dans le cas d’une grande population et d’un manque de traitements appropriés.

Les activités industrielles sont beaucoup plus polluantes à cause de la consommation et


de la production de produits chimiques. Les déchets évacués sont de plus en plus
toxique, leur stockage dans le milieu récepteur est nocif aussi bien pour
l’environnement pour l’homme.

Citons à titre d’exemples, l’effet du déversement d’une grande quantité cyanure dans la
rivière hongroise Tiszla puis dans le fleuve du Danube en mars 2000 et ce, sur des
certains de kilomètres.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 40
On peut aussi citer les polluants organiques persistants (POP) à qui on lie généralement
le phénomène de bioconcentration. Ces substances se lient généralement à la graisse des
tissus animaux et donc plus ils vieillissent plus ils sont contaminés. Ils peuvent même se
concentrer dans les chaines alimentaires et constituer une menace pour les grands
prédateurs (cas d’un Ours blanc qui mangerait des poissons contaminés à l’un des POP).

Beaucoup de désastres écologiques menacent l’équilibre des systèmes et les rendent


vulnérables.

2.9.3. Effets sur la santé humaine

Les premières préoccupations environnementales sont relatives aux atteintes à la santé


humaine, bien plus qu’a la destruction des milieux ou la réduction de la biodiversité.

Une mobilité importante (la fumée des usines, l’émission des tanneries, etc), générée
par certains processus de production est apparue avant même la révolution industrielle.
De même, les déchets des villes et les égouts furent rapidement identifiés comme une
source de maladies.

Grâce au progrès de la médecine, la santé humane s’est beaucoup améliorée et


l’espérance de vie a augmenté. Il faut reconnaitre toute fois, que plusieurs maladies
infectieuses ont apparu ainsi que la propagation du cancer sous ses différentes formes.

L’activité industrielle, l’émission des gaz toxique, des déchets liquides et solides dans
l’environnement expliquent l’apparition de plusieurs maladies et cancers.La recherche
médicale a permis de vaincre certaines de ces maladies, d’en réduire l’effet d’autres et
elle demeure incapable de résoudre d’autres cas plus compliqués. L’effet le plus
tangible de la pollution sur la santé humaine est celui de l’apparition de plusieurs formes
d’allergies chroniques.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 41
CHAPITRE 3 : POLITIQUE DE PRESERVATION DE
L’ENVIRONNEMENT

Dans Les chapitres précédents, on a montré le rôle «destructeur» de l’homme dans la


modification de son environnement et on a aussi montré la nécessité d’agir rapidement,
efficacement et durablement pour préserver notre environnement.

L’action de l’homme sera une action à long terme et globale, touchant tous les secteurs
économiques et toutes les activités des ménages.

3.1 Concernant les déchets : valoriser plutôt que jeter

La population mondiale collecte entre 2,5 et 4 milliards de tonnes de déchets (hors


construction et démolition, mines et agriculture). Un grand nombre de décharges
publiques sont arrivées à saturation et la gestion des déchets devient de plus en plus
difficile.

En effet, les déchets s’accumulent, les incinérateurs polluent et les recyclages sont à la
traîne. Nous observons aussi, que malgré une règlementation stricte, près de la moitié
des rejets de déchets dans le monde se fait en toute illégalité, surtout dans les pays en
développement (PED).

En effet, des 70% des déchets industriels dans les pays en développement sont déversés
dans les eaux sans aucun traitement. Un taux inquiétant et menaçant l’environnement
aquatique.

Autres menaces, celles des importations des déchets des pays industrialisés vers
l’Afrique ou l’Asie et s’en débarrasser au moindre coût, sans traitement. La circulation
des déchets dans le monde reste pour la moitié illégale.

Au niveau des pays développés, le classement des déchets selon le degré de toxicité
reste encore à débattre puisqu’on peut trouver dans des déchets banals des produits
toxiques. Des chiffres intrigants montrent que les pays industrialisés produisent les plus
grands taux de déchets dans le monde, soit 700kg/ an pour un Américain contre 540 et
120 pour un européen ou un Africain.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 42
Un marché parallèle a vu le jour et se développe à grande vitesse est celui de la vente
des déchets. Un marché porteur, surtout pour la ferraille et le papier. Il représente une
meilleure alternative que l’incinération (100€/T) et la mise en décharge (80€/ T).

Il s’agit là d’une forme de valorisation des déchets parmi d’autres solutions efficaces :

3.1.1. Incinérer pour produire de l’énergie

Cette technique permet de réduire les déchets biodégradables en gaz. Le problème qui
se pose est que la constitution des déchets à incinérer n’est pas connue d’avance pour
pouvoir estimer la quantité de fioul obtenu (ordre de grandeur : 5 à 7 de déchets pour
obtenir 1 tonne de fioul).

Un tri convenable des déchets (recyclage du verre et des métaux qui ne brûlent pas,
déchets fermentescibles humides comme les déchets de cuisine). Si on élimine aussi le
papier et le carton pour le recyclage, la quantité d’énergie produite diminue. Cette
méthode a été classée très peu rentable vu les rendements en énergie et comparés à ceux
rendus par d’autres techniques de recyclage, plus respectueuses de l’environnement.

3.1.2. Transformer en gaz et nouveaux carburants

Il s’agit de ne pas brûler directement les déchets mais les transformer par procédé de
thermolyse en carburant plus efficace.

La technique consiste à chauffer les déchets à plus de 350 et 700° C en l’absence


d’oxygène. Les matières organiques se séparent ainsi, en gaz et en solide. A la fin du
procédé, un produit similaire au charbon (de basse qualité) appelé « coke » est réutilisé
dans les secteurs industriels comme la sidérurgie, cimenterie, centrale électrique et
chaufferie, gourmands en combustibles.

3.1.3. Utiliser pour le compostage

Ce projet est encore au stade d l’expérimentation et d’amélioration de l’efficacité. Il


s’agit d’une forme de valorisation des déchets organiques (végétaux, déchets de cuisine,
papiers, boues d’épandage des stations d’épuration) par fermentation en présence
d’oxygène par des micro- organismes et des macro-organismes (lombrics, cloportes). A
la fin d’une période de 4 mois, on obtient un type de terreau riche en nutriments,
pouvant servir comme engrais pour les cultures. L’expérience a bien réussi en
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 43
Alexandrie, en Egypte, où on utilise le quart des déchets pour fertiliser les terres
gagnées par le désert.

3.1.4. Recycler au maximum

Augmenter le taux de recyclage de certains produits. C’est le cas des voitures actuelles
dont le taux de recyclage a atteint 85%, il devrait passer à 95% pour l’année 2015. Il
faudrait donc considérer cet aspect de recyclage dès la conception des éléments qui
constituent le produit finaux.

3.2. Concernant l’air et l’eau : enrayer la pollution

La pollution de l’air et de l’eau affecte sensiblement la santé humaine. Plus de 75000


cas de décès par an, causés par des maladies pulmonaires, cardio-vasculaires ou
vasculaires.

La torche à plasma consiste à envoyer de l’air sur un arc électrique pour produire un
flux thermique de plusieurs milliers des degrés Celsius, sans flamme, ionisées et
d’électrons.

Les principaux facteurs recensés sont les particules solides et liquides dans l’air, chargés
de sulfates, nitrates, ammonium, composés organiques et métaux lourds il en est de
même pour les fleuves chinois où 54% sont impropres à la consommation. Chose qui
explique le taux élevé de malades des cancers digestifs.

Un autre facteur est alarmant est celui du réchauffement climatique qui contribuent à la
prolifération de certains pollueurs (Ozone). L’eau est aussi polluée par les rejets
toxiques dans les milieux aquatiques.

3.2.1. Arrêter des émissions des polluants à la source

Les potentielles actions à entreprendre sont :

- Conception de moteurs plus efficaces pour limiter les rejets des pots
d’échappement

- Amélioration des pots catalytiques

- Renforcement de la législation concernant les matériaux produits

- Diminution de l’application de polluants à la surface du sol


Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 44
- Limitation des entrées de micropolluants comme les médicaments

3.2.2. Dépollution grâce à la lumière naturelle

Cela consiste à exploiter la lumière du soleil pour dépolluer l’eau et l’air. Ce principe
est possible grâce à la photo catalyse.

3.2.3. Réutilisation des eaux usées traitées

La réutilisation des eaux usées traitées (EUT) permet de réduire les rejets dans le milieu
récepteurs. Plusieurs applications sont possibles. Les usages les plus fréquents sont :

- La réutilisation agricole

- Arrosage des parcours de golfe

- Arrosage des espaces verts et lavage des parcs

a. Recharge des nappes souterraines

3.2.4. Recharge des nappes souterraines

Les déchets nucléaires peuvent être stockés dans des nappes souterraines (à différentes
profondeurs et selon le type de polluant). Les effets d’une telle action à long terme ne
sont pas encore évalués après l’étape d’entrée des polluants.

Exploitation des propriétés de certains semi- conducteurs comme le dioxyde de titane


qui absorbent les rayons ultraviolet et générant des radicaux libres à leur surface. Ceci
permet d’oxydes les polluants (hydrocarbures, colorants ou pesticides) et ne générer à la
fin que des minéraux, du gaz carbonique et de l’eau.

3.3. Concernant les écosystèmes : préserver la biodiversité.

La modification de l’environnement par l’homme ne fait que croitre : grandes routes,


bâtiments, usines, chantiers, etc. Les conséquences de ces actions se matérialisent par la
modification des écosystèmes, raréfaction de la faune et de la flore (16000 animaux et
plantes menacés) voire, leur extinction (au cours des dernières années, on récence plus
de 260 extinctions de vertèbres, soit une multiplication du rythme d’extinction par plus
de 100). La disparition de certaines espèces perturbe les écosystèmes et les services
rendus par ces variétés de plantes et d’animaux. Ces services se divisent en trois
catégories :

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 45
- Services d’approvisionnement : nourriture, eau douce, bois stock génétique, etc.

- Service de régulation : stabilisation du climat, régulation des inondations ou


l’érosion, assainissement des eaux usées, l’air et les sols contaminés

- Services culturels : divertissement, culture esthétique et spiritualité. Afin de


préserver les ressources naturelles de faune et de flore, il faut :

3.3.1. Créer les espaces protégés

Les espaces protégés dans le monde couvrent 11,6% du globe (antarctique compris).
Une grande partie de ces espaces protégés sont dans les pays pauvres, incapables de
préserver réellement ces espaces uniques par leur caractéristique biodiversité.

3.3.2. Développer les modes d’exploitations durables

- Imposition de méthodes d’exploitation (pêche, chasse, sylviculture, agriculture,


exploitation minière, etc) raisonnées et protectrice

- Instauration d’une réglementation de sanction et de mécanismes d’incitation à la


préservation de l’environnement écologique.

3.3.3. Protéger les espèces

Il faut instaurer des conventions pour protéger les espèces végétales et animales
menacées.

3.3.4. Rémunérer les services environnemtaux

Le paiement de services environnementaux consiste à fournir une incitation directe aux


propriétaires terriens à respecter l’environnement et à ne pas modifier les espaces. Il
s’agit donc d’une motivation à l’intégrer la dimension environnementale dans leurs
décisions.

3.4. Concernant l’Urbanisme : repenser la ville.

Partout dans le monde, les villes ne cessent de s’étaler. Citons le cas de l’Europe où plus
de 75% de la population est urbaine. Il a été aussi constaté qu’n vingt ans, les
superficies des zones urbaines a augmenté, quatre fois plus vite que la population.

L’étalement des zones urbaines est attrayant mais présente des inconvénients pour celui
qui se déplace ainsi que pour la pollution de l’air par les véhicules. Les parcelles
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 46
périurbaines sont de plus en plus envahies par les constructions des pavillons
individuels.

La nouvelle politique qui contribue à la préservation de l’environnement consiste en :

3.4.1. Construire les villes plus compactes

Les logements collectifs (immeubles à plusieurs étages) sont plus recommandés que les
pavillons individuels pour limiter l’étalement de la ville vers les zones agricoles
voisines.

3.4.2. Mélanger de lieux de vie, de travail et de commerce

Pour minimiser les déplacements, il est nécessaire de concevoir des villes où se réunit
lieux de travails, de vie et de commerce.

3.4.3. Construire en boucle

Le réseau de transport collectifs ne doit plus se faire sur un mode radical (les lignes
convergent vers la ville) alors que celui des routes est à la fois radial et en rocade. Dans
le cas contraire on favorise le déplacement par voiture et donc plus de pollution et de
consommation d’énergie.

3.4.4. Créer plus d’espaces verts dans les quartiers

- Plus de végétal (toiture, bordure de rue, parking)

- Plus de jardins collectifs.

3.4.5. Utiliser des énergies locales

- Chaleur à partir du soleil ;

- Utilisation des biogaz ;

- Géothermie.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 47
CHAPITRE 4 : ENVIRONNEMENT ORGANISATIONNEL OU DE
L’ENTREPRISE

4.1. Organisation ou Entreprise

La meilleure compréhension du concept organisation nous impose de recourir à celui du


mangement.

Le Mangement = gestion ou encore administration. Cela veut dire autrement prévoir,


organiser, commander, coordonner ou encore contrôler.

Il s’agit donc d’un processus spécifique qui consiste en activités de planification,


d’organisation, d’impulsion et de contrôle pour employer les êtres humains et pour la
mise en œuvre d’autres ressources.

C’est aussi un processus qui consiste à orienter le manager pour enfin atteindre les
objectifs de l’organisation.

Le Mangement est donc un art ou une science qui a des principes : exemples :
délégation du pouvoir, le leadership, la coordination au sein d’une organisation.

Nous lions le concept d’organisation à celui d’Administration qui est un ensemble


d’organes par lesquels sont conduits et exécutés les taches publique.

L’administration sous entend :

- Des procédures ou des processus qu’il faut connaitre et respecter ;

- Des individus chargés de veiller à la diffusion et au respect des procédures et


processus tels qu’ils ressortent des textes administratifs en vigueur. Ces textes
sont des statuts des agents, code du travail, ROI, manuel de procédure et autres.

L’administration n’est autre que gérer, gouverner, ou diriger un groupe ou une entité
politico administrative.

De cette définition relative à l’administration, nous indiquons que la Gestion renvoie au


domaine des ressources. Elle fait intervenir plusieurs opérations dont : inventaire,

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 48
entrées et sorties. La Gestion est donc la prise de décision sur base des informations
adéquates, des règles sures et d’une bonne communication.

Revenons ainsi au concept de départ qu’est l’organisation en nous référant aux des
théories des organisations. . Celle-ci est une discipline située à la limite de l'économie,
de la sociologie, de la gestion ainsi que des sciences politiques. Elle s'intéresse aux
organisations, aussi bien marchandes que non marchandes, dans toutes leurs diversités
(entreprise, hôpital, syndicat, association, administration, coopérative). Elle a pour but
d'analyser leur fonctionnement, leur structure et leur développement afin de proposer les
améliorations.

Nombreux auteurs nous ont permis de saisir le sens du concept d’«organisation». Plane
(2003, p. 8) considère une organisation comme un effort qui favorise l’accomplissement
de projets communs.

De son côté, Livian (2000, p. 7) insiste sur la coopération nécessaire entre plusieurs
individus qui décident de réaliser ensemble quelque chose.

De toutes ces définitions nous dégageons 3 sens distincts du concept organisation en


sociologie :

- L’organisation est un regroupement d’humains, une collectivité d’individus qui


coordonnent leurs activités pour atteindre certains buts. ‘l’organisation est donc
envisagée ici comme une réponse au problème de l’action collective, de sa
coordination et de sa stabilisation‘ ;

- L’organisation est considérée comme diverses façons par lesquelles les


groupements structurent les moyens dont ils disposent pour parvenir à leurs fin ;

- C’est aussi d’organiser ou encore le processus qui engendre les groupements ou


les structures organisationnelle.

Il va de soi de constater qu’il n’existe pas une définition unifiée et synthétique du


concept d’organisation. Car, aucun modèle universel d’organisation ne peut être
possible, toute forme d’organisation dépend de l’environnement (nous y reviendront
dans le prochain chapitre).

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 49
Une entreprise est une organisation qui consiste à exécuter une action, en général longue
ou complexe. Pour se faire, le respect de certains principes d’organisation doit être
respecté.

4.2. Principes Généraux d’organisation

4.2.1. Premier Principe: la préparation

- Toute organisation peut et doit être préparée

La préparation nous épargne de la précipitation. D’où la nécessité de prendre du temps


afin de murir ses idées, de réfléchir suffisamment autour d’elles. Pour mieux s’y prendre
dans la préparation d’une organisation il faut avoir avant tout une méthode. Celle-ci st
en effet le cheminement de la pensée pour atteindre un certain but, un certain résultat;
l’organisation est précisément la mise au point des meilleures méthodes ; c'est-à-dire le
travail de préparation mentale préalable à l’action.

Donc, prévoir une organisation, préparer les bases d’une réorganisation consiste
toujours à déterminer, d’abord, les objectifs à atteindre, ensuite à trouver les meilleures
méthodes et les meilleurs moyens pour y parvenir; enfin, à suivre le déroulement des
activités et à confronter prévisions et réalisations pour corriger s’il y a lieu et surtout
rectifier les futures prévisions.

Préparer les activités, c’est en somme avoir une direction, un guide, un chemin à suivre
et non se laisser aller aux inspirations du moment, à l’arbitraire du sort, au ballottement
des événements. Mais retenons que la phase de préparation a toujours un terme sinon no
us ne réaliserions jamais rien, comme ceux qui refont dix fois le même tableau sous
prétexte qu’il ne les satisfait pas.

4.2.2. Deuxième Principe: la Simplification

- Toute organisation peut et doit être simplifiée

Le simple est l’essence même de l’organisation par opposition à la fois au complexe et


au compliqué. Le complexe est une combinaison d’éléments simples reliés suivant
certaines lois, certaines règles, parfois difficiles à comprendre mais intelligibles. Pour
être plus explicite, il faut noter qu’une machine électronique, un standard téléphonique,
une foret composée d’arbres de multiples espèces sont des ensembles complexes. La
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 50
complication implique en outre une idée d’enchevêtrement, de chevauchement,
d’interférences entre des éléments nombreux et d’ordre très différents. Le compliqué
défie, allonge l’analyse, oblige en fait à des séries d’analyses successives, parce qu’il
n’obéit pas à des règles connues, à des lois inventoriées. La plupart des situations
nouvelles pour nous, les ensembles hétéroclites ou mêlés, mixtes, sont compliqués car,
ils nécessitent beaucoup de temps pour arriver à une solution ou seulement pour se
rendre compte de ce dont il s’agit.

Devant une situation aussi complexe que compliquée, il appartient à l’organisation de


dénouer le compliqué, de comprendre le complexe et de ramener au simple. Ainsi toute
organisation qui n’aboutit pas à plus de simplicité a manqué son but.

La simplification n’existe pas seulement dans les objets ; elle doit aussi, dans un cadre
organisé, s’appliquer aux situations, aux actes : simplicité dans les gestes, dans les
mouvements, dans les déplacements, pour éviter fatigue et surmenage ; simplicité dans
les rapports humains, dans les rapports hommes-machines; simplicité dans les circuits
de matières, de fluides, d’imprimés, de marchandises qui circulent

Le simple est donc l’essence même d’une organisation, dépouillé de tout ce qui est
superflu, inutile, redondant, ampoulé, apprêté ou arrangé bref, sophistiqué.

Dans la vie pratique ou utilitaire, la simplicité peut et doit être constamment recherchée,
car l’évolution même des choses et de notre civilisation technicienne en particulier tend
constamment à compliquer, à alourdir toute structure, toute situation, toute organisation.

Simplifier est donc une attitude fondamentale, un devoir


permanent de l’organisation

Pour mieux s’y prendre, on pourrait ainsi analyser pour chaque objet utilitaire (machine,
bâtiment, équipement sanitaire, avion, navire, jeu) une tendance à la complexité,
obligatoirement compensé par une tendance à la simplification. Cette tendance consiste
particulièrement en l’art de poser des questions.

Parmi ces questions, on note :

Qui et pourquoi? – Qui effectue le travail? Et pourquoi? Pourquoi telle personne (ou moi
même) et pas telle autre? (qui serait plus qualifiée, qui aurait plus de temps? Par exemple).

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 51
Quoi et pourquoi? – Quoi? Quel genre de travail l? (ou d’activité) est en jeu? Pourquoi?
Cette activité est elle indispensable ou même utile? A quoi correspond-elle au juste dans une
suite d’opérations ou d’actes?

Ou et pourquoi? – Ou? Ou fait-on le travail et Pourquoi? Pourquoi à tel endroit et pas à tel
autre? Ce lieu est il le meilleur? Cet endroit est il plus favorable à l’accomplissement de la tache?

Quand et pourquoi? – Quand? Quand fait-on le travail? Pourquoi? Pourquoi à tel moment et pas
à tel autres? Ce moment est-il le meilleur dans la série d’opérations à effectuer?

Comment et pourquoi? – Comment et Pourquoi? Ces deux questions finales sont beaucoup plus
importantes et on ne doit se les poser que lorsqu’on a pu répondre favorablement aux autres
questions. Ce sont, en effet, des questions relatives aux moyens employés, aux méthodes utilisées,
aux procédés mis en œuvre. Sont-ils les meilleurs? Les plus rentables? Ne peut-on faire le travail
autrement? Ne peut on utiliser d’autres procédés, d’autres manières de faire qui réduiraient la
fatigue, les déplacements, couteraient moins cher, permettraient un regroupement des taches,
réduiraient l monotonie, amélioraient les relations humaines?

C’est au niveau de cette dernière question qu’il faut faire preuve d’imagination,
d’audace et ne pas craindre de rompre avec les routines, les errements, les habitudes,
ancrés de longue date et dont on a du mal à se défaire.

Il est bon de rappeler que changer, c’est souffrir. Or, simplifier, c’est, dans une certaine
mesure, souffrir dans son comportement ou mécontenter les autres.

En réalité, la simplification est une nécessité et doit être un souci permanent de l’esprit
organisé. Il est un des soucis majeurs de l’organisation.

Notons également qu’au principe de simplification se joint celui de normalisation.


Normaliser signifie établir des règles. Il répond à trois soucis à savoir :

- Spécifier : c'est-à-dire la précision ;

- Unifier : c'est-à-dire préciser les dimensions et les tolérances qui permettent


l’interchangeabilité des produits ;

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 52
- Simplifier : c'est-à-dire supprimer dans un ensemble des règles ou des décisions
celles ou ceux qui font double emploi ou qui sont inutiles aux besoins courants
de l’organisation. On revient donc au fond au problème de la simplification du
travail dans une organisation.

4.2.3. Troisième Principe: la Division des taches

- La division des taches améliore le rendement d’une organisation

Ce principe a été longtemps considéré comme fondamental en organisation. C’est lui


qui a permis de faire faire à l’industrie un bond prodigieux, basé sur les considérations
dont nous repérons une seule :

- La spécialisation des taches, des activités, des opérations, des responsabilités


permet d’obtenir un rendement optimal et d’améliorer la qualité de la production
ou des travaux réalisés. En effet, chacun se spécialisant connait mieux sa tache ;
il peut approfondir son métier et réaliser mieux, plus vite et sans effort après un
rapide apprentissage, son travail. Il appartient précisément à l’organisation, dans
son principe de préparation, de prévoir la coordination des taches pour qu’elles
débouchent sur l’aboutissement final.

Ce principe de spécialisation n’est plus absolu, car il présente, poussé à l’extrême, de


graves défauts. On note, par exemple, que la spécialisation des taches sclérose ou
paralyse les esprits habitués à effectuer toujours les mêmes travaux répétitifs ; on peut
lutter contre cette déformation par une formation polyvalente, une augmentation de la
culture générale.

Signalons également que sur un plan plus vaste, une spécialisation trop poussée gêne les
vues d’ensemble, et on doit lutter contre cette tendance par la formation de
« généralistes », esprits aptes à la synthèse, à la coordination et à l’organisation. On
cherche, à l’heure actuelle, à la corriger dans ce qu’elle a d’excessif et d’inhumain.

A l’échelle des travaux personnels ou ménagers, cette division du travail est aussi
nécessaire et ne fait que traduire l’application d’une saine méthode dans les problèmes
multiples qu’il nous faut résoudre tous les jours : répartition en fonction des capacités
personnelles, en fonction du temps, des moyens dont on dispose pour éviter de tout
entreprendre à la fois, de le faire mal, d’accumuler échecs et déceptions.
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 53
La division des activités, avec son corollaire qui est la nécessité d’unifier le
commandement et les responsabilités, se révèle comme un principe de base qui fait
vivre les collectivités humaines. Elle permet de tenir compte des gouts, des aptitudes,
des caractères, des facultés intellectuelles et même de la valeur morale des individus
pour leur confier objet et convenant à leur personnalité.

4.2.4. Quatrième Principe: l’Homme

- L’organisation est faite pour l’homme

Ce principe parait banal et superflu et cependant il est essentiel. Il y a eu et il y a


encore de nombreux abus. Mais là n’est pas la véritable organisation qui ne se justifie
que dans la mesure où elle s’est réellement préoccupée d’abord de satisfaire l’homme et
d’améliorer les relations humaines.

L’organisation scientifique du travail n’est ni une invention, ni un dispositif, ni une


combinaison de moyens destinés à assurer l’efficacité du travail. Ce n’est pas un niveau
système à calculer le prix de revient ; cela ne consiste pas à observer un homme avec un
chronomètre et à inscrire les observations ainsi recueillies, cela n’est pas une étude ni
une analyse de mouvements des ouvriers.

Dans son essence, l’organisation scientifique du travail implique une révolution mentale
complète de la part de l’ouvrier, tant en ce qui concerne ses devoirs envers le travail,
envers ses camarades et envers son employeur.

D’ailleurs Taylor pose ainsi admirablement l’idée fondamentale que l’organisation c’est
d’abord et avant tout une coopération entre dirigeants et dirigés, entre chefs et
exécutants, et qu’elle n’existe vraiment que dans une ambiance de bonnes relations
humaines. Il parait impensable aujourd’hui qu’une organisation quelconque, que des
réformes, des simplifications se fassent sans que les intéressés aient été consultés et
écoutés. On retrouve tout simplement le principe de la démocratie, qui n’exclut pas
d’ailleurs la nécessité du commandement et le fait que dans toute réforme, dans tout
changement, il y a des mécontents et des satisfaits.

Il en est de même d’une organisation qui réduit la fatigue et diminue les prix de revient
et qui impose de licenciement de personnel favorise les uns au détriment des autres. En

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 54
d’autres termes, dans toute collectivité, les intérêts sont contradictoires et ce que gagne
l’un l’autre le perd.

En fait, nous sommes au cœur d’un problème très difficile d’organisation et peut se
poser sommairement ainsi :

De quel homme s’agit-il, quand on dit que l’organisation est faite pour l’homme?

La réponse à cette question, bien que difficile, exige que l’on considère toutes les
impondérables ou imprévisibilités relatives à l’homme.

Organiser, c’est aussi choisir les hommes, les mettre à la place qu’il faut pour qu’ils
soient épanouis et qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes en fonction de leurs
aptitudes, de leurs capacités, de leur connaissances. Pour cela, il faut les connaitre,
chose difficile et toujours imparfaite- les aimer, leur rendre hommage, communiquer
avec eux par le maintiens permanent de vrais dialogues qui permettent de savoir ce
qu’ils pensent, quelles sont leurs intentions, leurs mobiles profonds d’action.

4.3. Modèles ou types d’une organisation

4.3.1. Organisation des activités familiales

L’homme est de tous les êtres crées celui qui peut prévoir et organiser sa vie en
imaginant à l’avance les étapes de son déroulement.

Dans le cadre familial, cette règle a reçu la dénomination de planning familial pour
exprimer les prévisions relatives au développement probable de la structure familiale à
l’avenir. Il s’agit d’un développement probable, puisque les aléas de l’existence ne
permettent pas une exactitude parfaite, des modifications intervenants nécessairement
en cours de réalisation.

Pour clôturer cette section, notons que les règles d’organisation de la vie personnelle
doivent demeurer souples et s’adapter aux tempéraments, à la personnalité profonde des
intéressés.

D’où, l’organisation lutte contre le gaspillage, à chaque famille, son organisation, vivre
organisé, c’est vivre mieux.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 55
4.3.2. Organisation des activités collectives

Il est un domaine ou l’organisation des activités présente le plus d’intérêt et a d’ailleurs


été poussé très loin, c’est l’entreprise, c'est-à-dire un ensemble d’activités humaines
utilisant des moyens matériels (machines, installations, bâtiments, terrains) ; financiers
(argent) ; intellectuels (brevets) ; et humains (personnels plus ou moins qualifiés), en
vue de produire des biens (entreprises de fabrication, de transformation de matières,
d’extraction) ; .ou de rendre des services (entreprises de transports, banques, assurances,
enseignement et services publics administratifs). En d’autres termes, il s’agit d’activités
ayant essentiellement une fin économique, bien que parfois les services rendus puissent
être d’une nature non utilitaire, mais culturelle, religieuse, artistique, scientifique,
éducative.

Ici, notre souci est de montrer que les activités qui ne sont pas directement axées sur la
production de biens ou des services, l’organisation et ses principes peuvent toujours
jouer un rôle essentiel.

Dans toutes les activités humaines, économiques et autres, il faut toujours préparer à
l’avance, bien connaitre les moyens dont on dispose et dont on peut disposer, en tirer le
maximum, car organiser c’est aussi faire avec ce qu’on a, en tirer le meilleur parti au
lieu de se lamenter en disant : » Si j’avais telle ou telle chose, si telle ou telle personne
bien faire ceci ou cela, si, si, si tout irait bien.»

Organiser les activités collectives implique aussi des problèmes de gestion et de


direction. Ceux-ci ont liés à la notion de commandement, d’action sur les hommes, de
mobilisation des énergies latentes en eux pour atteindre certains objectifs, une meilleure
organisation permet une meilleure direction, c'est-à-dire une meilleure impulsion, une
meilleure animation des équipes vers les buts collectifs recherchés. L’organisation
facilite aussi ce qu’on appelle la gestion des hommes, c'est-à-dire l’administration, qui
permet de coordonner les activités multiples dans un équilibre économique.

L’organisation des activités collectives nécessitent une bonne communication. Ceci


signifie : dès que les activités humaines touchent à un certain nombre de personnes
groupées (entreprises de fabrications, associations, églises, écoles, hôpitaux, élections
dans un pays, organismes internationaux, etc) ; dès que les activités des personnes qui y

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 56
sont impliquées se diversifient (par métiers, par services, par techniques, par régions,
etc.), il est nécessaire de coordonner l’ensemble par des communications écrites
(papiers, rapports, fiches, questionnaires, lettres, etc.) ou orales (réunions, commissions
de travail, liaisons téléphoniques, etc.). Ces communications doivent être organisées au
mieux sans excès de paperasserie, sans excès de réunions, sans échecs, sans
ressentiments avec les meilleures relations humaines possibles.

Outre la notion de communication, celle de rentabilité s’impose également. Il faut pour


cela savoir évaluer si les activités en cause ont dans tous leurs aspects une rentabilité
économique, c’est à dire rapportent plus que ce qu’elles coutent. D’où la nécessité de
dresser généralement un bilan. Il s’agit des évaluations qui permettent de constater de
quel coté penche la balance. S’il y a plus de bien que de dettes, ce qu’on fait des
bénéfices qu’on peut investir en achetant d’autres bien qui accoiseraient le patrimoine et
provoqueraient un enrichissement.

Un bilan équilibré ou les bénéfices apparaissent régulièrement et s’accroissent est

Si bien que le concept Organisation l’indice d’une bonne gestion, d’une bonne
organisation d’ensemble.

4.3. Concept environnement organisationnel ou de l’entreprise

Le concept de l’environnement étant multidimensionnel, nous l’avons abordé dans


cette section sous sa dimension sociologique en nous référant aux théories modernistes
des organisations qui le conserve comme une entité située en dehors des frontières de
l’organisation.

Selon Kimpianga (2007, p. 19) l’environnement est un ensemble de conditions


naturelles susceptibles d’agir sur les organismes vivants et sur les activités humaines.

Ainsi, un «environnement organisationnel ou environnement de l’entreprise»


comprend tous les éléments et changements externes qui peuvent avoir une incidence
directe ou indirecte, positive ou négative, sur l’organisation. D’où la notion de
caractéristiques des environnements organisationnels.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 57
4.4. Caractéristiques d’un environnement organisationnel ou de l’entreprise

L’environnement d’une organisation n’est pas un milieu amorphe, mais une


configuration dynamique d’éléments qui peuvent être considérés à différents niveaux.

Certains auteurs dont Friedberg, (1999, pp. 51-52) ; Hatch, (2000, p. 101) ; Melese,
(1979, p. 44) et Schermerhorn, et al. (1994, p. 12), considèrent d’ailleurs qu’une
organisation, par rapport à l’environnement, est considérée comme un système ouvert
C'est-à-dire, celui qui permet de saisir différents secteurs de l’environnement qui
exercent une influence sur une organisation.

De ce qui précède, on distingue souvent l’environnement général d’une organisation à


partir de son environnement particulier.

L’environnement général d’une organisation comprend l’ensemble des conditions dans


lesquelles toutes les organisations d’une même société globale évoluent (secteur social,
secteur politique, secteur économique, secteur culturel,…).

L’environnement particulier d’une organisation est en quelque sorte créé par les
activités organisationnelles; il fait intervenir les clients, les fournisseurs, les concurrents,
les syndicats, des organismes gouvernementaux ainsi que les relations existant entre ces
éléments.

Comme pensent Brrns, Stalker, Lawrence et Lorsch, l’environnement constitue la plus


importante des contingences (possibilités, accidents ou événements). Ces auteurs
considèrent que l’environnement impose des «exigences» et c’est dans la mesure ou
celles-ci sont satisfaites par des structures adéquates que des performances élevées
peuvent être réalisées.

En d’autres termes, nous pouvons avancer que l’environnement influence les résultats
organisationnels par ses contraintes et aussi par ses opportunités intrinsèques. Ainsi, la
configuration des éléments constitutifs des environnements peut être décrite à l’échelle
Schéma correspondant à des dimensions jugées essentielles à leur caractérisation. Sans
considérer ici les différentes échelles construites à cet effet, ni les problèmes
méthodologiques qu’entraine leur utilisation, nous ne retiendront que trois dimensions
choisies en fonction de l’importance qui leur est attribuée dans la littérature.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 58
4.5. Composantes de l’environnement organisationnel ou de l’entreprise

Un environnement organisationnel général est constitué des secteurs tels que :


économique, social, écologique, culturel, démographique, réglementaire, juridique et
environnement international (Schéma ci dessous)

Secteur
Social

Secteur Secteur
Technique Culturel

Entreprise

Secteur Secteur
Economique Juridique

Secteur
Politique

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 59
Par contre un environnement organisationnel particulier est constitué des activités telles
que représentée dans la figure ci-dessous.

4.6. Etats d’un environnement organisationnel ou de l’entreprise

De ce qui précède, nous pouvons donc distinguer quatre Etats de l’environnement


organisationnel : Etat stable ou instable de l’environnement; Etat homogène ou
hétérogène de l’environnement et Etat hostile ou contraignant de l’environnement ainsi
que l’Etat favorable ou Habilitant de l’environnement.

4.6.1. Etat Stable ou Instable de l’environnement

Un environnement (ou un secteur de celui ci) est d’autant plus instable que des
changements fréquents y surgissent sans qu’ils ne puissent être anticipés. Un
environnement instable présente inévitablement des problèmes aigus pour les prises de
décision par la nouveauté des situations qu’il entraine, par l’incertitude qu’il engendre
(informations partielles et souvent contradictoires, …) et par les risques qu’il présente
(les situations ancienne ne sont plus adéquates).

Parmi les facteurs d’instabilité notons les changements dans les préférences de la
clientèle, les innovations technologiques, les conditions d’approvisionnement en
matières premières.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 60
4.6.2. Etat Homogène ou Hétérogène de l’environnement

Il s’agit ici de la diversité des éléments constituant l’environnement organisationnel (ou


un secteur de celui ci). Ainsi, par exemple, plus les outputs (résultats ou profit) d’une
organisation sont dissemblables, plus le secteur (clientèle) de son environnement est
hétérogène. Remarquons que le nombre d’éléments présents dans l’environnement
n’intervient pas dans l’évaluation de son degré d’hétérogénéité.

4.6.2. Etat Hostile ou Contraignant de l’environnement

L’état contraignant de l’environnement s’applique aux influences négatives qu’à celui ci


sur les organisations. Les plus visibles sont celles que nous considérons comme des
contraintes que les acteurs devront intégrer dans leurs stratégies. Les théories des
organisations distinguent différents secteurs de l’environnement. Il s’agit, selon la
typologie mise sur pied par Hatch, (2000, pp. 83-87; 92), et entérinée par Plane, (2003,
p. 47) ; du secteur social, culturel, politique, légal, économique, technologique et du
secteur physique.

Le secteur social est centré sur les interactions entre individus privilégiant le réseau
relationnel pour se socialiser dans un milieu. Le secteur culturel est centré sur la
transformation des traditions, les attentes vis-à-vis des comportements et les valeurs de
la société dans laquelle les organisations fonctionnent.

Nous constatons que les tendances sociales et culturelles se rejoignent. Le secteur


politique est habituellement décrit par rapport à la répartition et à la concentration du
pouvoir ainsi que par rapport à la nature des systèmes politiques (démocratie,
autocratie) dans la région du monde dans laquelle les organisations produisent. Le
secteur légal concerne la Constitution et les lois du pays dans lequel les organisations
s’approvisionnent et assurent la commercialisation de leur production. Le secteur
économique se compose des marchés du travail, des marchés financiers et des marchés
des biens et des services. Le secteur technologique fournit les connaissances et les
informations issues des développements scientifiques que l’organisation peut acquérir et
appliquer pour produire les biens et les services. Le secteur physique comprend la
nature et les ressources naturelles.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 61
4.6.3. Etat Favorable ou Habilitant de l’environnement

L’environnement peut se révéler non seulement contraignant ou hostile, mais également


favorable ou habilitant.

Un environnement (ou un secteur de celui ci) est d’autant plus favorable qu’il est riche
en opportunités pouvant être exploitées sans grand risque. Cette dimension traduit le
degré d’autonomie ou de dépendance dont jouit l’organisation vis-à-vis de son
environnement (ressources financières, position sur les marché, appuis politiques)

Ainsi Muzingu (2010) apporte un éclairage dans sa thèse de doctorat soutenue à


l’Université Catholique de Louvain, en estimant qu’un environnement est qualifié
d’habilitant lorsqu’on se réfère aux incidences positives ou aux opportunités (capacité
en ressources) qu’il recèle.

Cet état (favorable ou habilitant) amène l’auteur à considérer qu’une organisation


n’existe pas dans l’abstrait. Elle fait partie d’une société qui a atteint un niveau de
développement technique, économique et social, caractérisé par une certaine structure
sociale. Elle tire de cette société les ressources essentielles à l’accomplissement de ses
objectifs (Plane, 2003, p.47). Il s’agit des ressources favorables qui sont largement
disséminées dans l’environnement. Dès lors, les acteurs (les organisations) cherchent à
contrôler ces ressources afin de contrebalancer les incidences négatives ou contraintes
de l’environnement.

Pour accéder aux ressources dont ils ont besoin, les acteurs (les organisations)
développent des stratégies autour du changement. Parlant des acteurs, dans le cadre de
ce cours, nous faisons allusion, en nous référant à Debuyst, (2001, p. 116), aux
organisations toute nature qui sont tous plus ou moins concernés, directement ou
indirectement, par les contraintes qui handicapent la pratique et freinent l’action
organisationnelle. Ces acteurs (organisations) valorisent les capacités en termes des
capitaux.

Par définition, le concept «capital» désigne une richesse ou un stock (de terre, de biens
mobiliers ou immobiliers, d'outillages...) qui sert à la production afin d’accéder à un
revenu. Il renvoie aux théories des capitaux développées, principalement, par Bourdieu
(1979 a ; 1980).
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 62
Dans son ouvrage «La distinction», l’auteur propose une théorie originale de la
hiérarchisation de l’espace social qui se compose de capitaux économiques, culturels et
sociaux. Les mêmes théories sont reprises par différents auteurs dont Accardo et
Corcuff (1986, pp: 153-154) et Charlier et al. (2005, p. 112; pp. 118-120 et 123-124).
Ceux-ci pensent que la situation d’un individu dans l’espace social dépend à la fois du
volume total des capitaux qu’il possède et de l’importance de chacun de ces capitaux.
Attardons-nous quelque peu sur ces différentes notions exposées avec maîtrise par
Bourdieu.

Le capital social semble jouir d'une certaine popularité depuis le milieu des années 1990
tant dans les disciplines des sciences sociales, politiques ou économiques que dans les
discours politiques. À l'origine, il s'agit d'un concept se référant à un des types de
ressources dont disposent les individus et/ou les groupes sociaux. Cependant, la
conception du capital social va rapidement s'élargir à l'ensemble des interactions
sociales au sein d'une société (Sirven, 2004).

D’après les définitions données par les théoriciens américains, le capital social est
considéré comme un stock, mais un stock de relations, de valeurs, d’aptitudes ou encore
l’approfondissement des liens, leur multiplication, leur intensité, l’actualisation de tous
les liens potentiels ou encore des réseaux (Méda, 2006). Selon cet auteur, c’est
l’expression «réseau social» qui résume le mieux ce vaste concept. Il recouvre un
ensemble de relations personnelles et sociales ou encore les ressources sociales
formelles et informelles.

Le capital économique, lui, désigne non seulement ce que les économistes appellent en
général le patrimoine (ensemble des biens matériels possédés par un individu, par
exemple logement, des bijoux, des actions ou des obligations, etc.), mais aussi les
revenus ou ressources financières.

Le capital culturel est constitué par des ressources le plus souvent attestées par des
formations.

Pour enfin conclure le point sur les caractéristiques des environnements, nous
insisterons sur ce qui a été dit au chapitre premier, c'est-à-dire, aucun modèle universel

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 63
d’organisation ne peut être possible, toute forme d’organisation dépend de
l’environnement dans lequel elle évolue.

4.7. TP et Exercices relatifs aux chapitres précédents

4.7.1. Travail pratique individuel

Observez dans vos quartiers respectifs et relever les impacts de la mauvaise ou bonne
jouissance de l’environnement par l’homme et faites en quelques recommandations
utiles.

4.7.2. Interrogation

Représentez-vous une entreprise mise en place par vous. Donnez sa dénomination, ses
objectifs ainsi que ses résultats attendus. Représentez-vous également l’environnement
tant général que particulier dans lequel l’entreprise est installée. Comment réagit-elle
vis-à-vis de cet environnement organisationnel? Quels seraient vos commentaires?

4.7.3. Examen : Jeu de rôle

Constituez des groupes de travail. Créez ou retenez une entreprise (traitée lors de
l’interrogation). Faites de ce projet organisationnel un thème pour votre groupe.
Enrichissez le travail et préparer une présentation qui comptera pour l’examen. Vous
insisterez particulièrement sur les incidences quasi positives ou négatives de
l’environnement sur l’organisation de votre entreprise. Usage des outils informatiques
autorisés pour l’exposé

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 64
CHAPITRE 5 : DEVELOPPEMENT DURABLE

La notion du développement, telle qu’appréhendée par les économistes, tire son origine
des sciences du vivant (le développement d’un organisme, de l’évolution de l’état
embryonnaire vers l’état adulte).

La croissance, quant à elle, correspond, à une augmentation dans le temps du volume de


bien et de services produits (en valeur) dans un espace économique donné. Il est
possible d’observer une croissance économique sans développement réel de la société
concernée et vice versa. Il ya donc croissance économique lorsque la croissance du PIB
est supérieur à la croissance de la population.

Le Développement est une problématique dont on a commencé à se préoccuper dans


l’entre-deux-guerres. Elle n’a pourtant véritablement fait l’objet d’élaboration théorique
importante qu’après la seconde guerre mondiale. Dès le départ, ce n’est pas un concept
pensé en tant que tel, mais il est pensé en fonction de ce qui est son absence, définie
comme le «sous-développement», vu comme le manque de développement (Peemans,
2002, p. 8).

Nous remarquons cependant que dans le parler populaire, on confond souvent


croissance et développement. Or, il ne s’agit pas là de synonymes. Le développement
implique l’accroissement de bien-être et le changement dans la structure économique et
sociale. Il engage une société sous tous ses aspects. Tandis que la croissance est une
notion plus simple. Elle se réfère à un accroissement des activités de production de
biens et services, mais n'implique pas nécessairement des changements dans la structure
de la société.

Le concept de développement contiendrait donc l'idée de croissance. Il est


interdisciplinaire et englobe une multitude de composantes ou champs de connaissances
(Celso, 1975).

Le développement est un processus. Pour Todaro, le développement doit être considéré


comme un processus multidimensionnel qui vise l’amélioration des conditions de vie
des populations et qui concerne entre autre la réorganisation et la réorientation des
systèmes économique et social, Au-delà de l’amélioration du revenu et de la production,
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 65
le développement occasionne impérativement un changement radical dans les structures
institutionnelles, sociales et administratives ainsi que le comportement populaire, même
les coutumes et les croyances. C’est ainsi que Kimpianga, (2007, p. 16) met sur le
compte du développement un ensemble de transformations économiques, sociales et
culturelles.

Comme toute construction sociale, le concept de développement durable a émergé dans


ce contexte historique particulier. Si ce concept continue d’étendre son influence, c’est
parce qu’il met en évidence la grande interdépendance qui existe entre la nature et les
organisations humaines qui en dépendent.

En effet, ce lien étroit entre tous les systèmes naturels et anthropiques nécessite une
coopération accrue et soutenue pour résoudre les conflits d’usage et réduire les tensions
qui agressent les systèmes vitaux de notre planète, qui est aussi celle de nos enfants et
petits-enfants non encore nés.

Cette coopération accrue suppose la mobilisation de tous les acteurs politiques, sociaux
et économiques, que ce soit par la sensibilisation ou par la contrainte, y compris dans sa
dimension financière.

Organisé en trois séquences, ce chapitre sur le concept de développement durable a pour


objectif de fournir aux étudiants les outils nécessaires au renforcement des principes,
des piliers, des acteurs, outils, stratégies, enjeux et perspectives du développement
durable.

5.1. Histoire du concept de développement durable

On commence par présenter l’évolution de la notion du développement durable au cours


des 40 dernières années puis par définir les notions d’écologie, d’économie et de social.
C’est ainsi dire que le concept de développement durable fait sa première apparition
dans le rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature en 1980. Il
apparait à la suite d’un processus de réflexion internationale initié en 1909 avec
l’émergence de la géonomie, science qui étudie les rapports entre les sociétés humaines
et leur environnement.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 66
5.1. Sources et Définitions du concept de développement durable

Avant de rappeler cette définition, nous reviendrons sur les sources de ce concept et sur
les grandes dates de son développement. Nous insisterons à la fin de cette séquence sur
les principes et les piliers du développement durable.

5.1.1. Sources du concept

Il est admis que l’expression sustainable development, dans le sens qui lui est donné
aujourd’hui, a été employée pour la première fois en 1980, par les Nations Unies, dans
un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) intitulé
Stratégie mondiale de la conservation (1980).

Les évocations antérieures de ce concept :

Sur le plan économique : L’économiste Kenneth Boulding (1966) compare l’économie


du cowboy (cowboy economy) à celle du cosmonaute (spaceman economy). Selon lui,
les pratiques de la première ont rompu le fragile équilibre écologique construit au fil des
années, tandis que la seconde est une économie à bâtir.

Dans une perspective religieuse, l’historien Lynn Townsend White (1984) montre la
responsabilité du christianisme occidental dans la crise écologique.

Le rapport Meadows du Club de Rome, intitulé Halte à la croissance ? (Meadows,


Meadows et al. [1972] 1973), dénonce un modèle économique fondé sur une croissance
illimitée. Ce rapport présente le développement économique et la protection de
l’environnement comme étant antinomiques et appelle à un changement radical de mode
de développement.

Plusieurs études sur les pratiques traditionnelles africaines, à l’instar de celle de


Dominique Juhé- Beaulaton (2010), montrent l’importance de ces pratiques (jachère,
bois et forêts sacrés) pour la préservation de l’environnement.

James Lovelock (1993) considère que les systèmes vivants de la Terre appartiennent à
une même entité régulant l’environnement de manière à préserver les conditions
favorables à la vie.

Les conférences onusiennes et leurs instruments :

La conférence de Stockholm sur l’environnement humain (1972) reste la référence.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 67
En 1987, le rapport Notre avenir à tous, rendu par la Commission mondiale pour
l’environnement et le développement réunie à la demande de l’ONU et présidée par Gro
Harlem Brundtland, consacre le terme sustainable development, traduit successivement
en français par développement soutenable, puis développement viable et, enfin,
développement durable.

En 1992, à Rio de Janeiro, la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le


développement (CNUED) conforte la notion de développement durable à travers la
Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement et par des propositions
juridiquement non contraignantes, rassemblées dans le plan Action 21.

En 2002, le Sommet mondial sur le développement durable (SMDD) de Johannesburg


marque un tournant important pour la promotion du développement durable.

En 2012, La Conférence des Nations Unies sur le développement durable 2012


(Rio+20) est la continuité du Sommet de Rio 1992. En 2015, les objectifs du
développement durable (ODD) remplacent les objectifs du millénaire pour le
développement (OMD).

D’autres conférences et sommets internationaux marquent les grandes étapes de la


construction du concept de développement durable.

5.1.2. Définitions du concept

Le terme développement durable connaît une pluralité de définitions.

La formule du rapport Brundtland

Selon la formule Brundtland, universellement acceptée, le développement durable est «


un développement qui permet de satisfaire les besoins du présent sans compromettre les
capacités des générations futures de répondre aux leurs ». Deux concepts sont inhérents
à cette de notion : le concept de besoins, plus particulièrement des besoins essentiels des
plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des
limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale imposent à la
capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir.

D’autres définitions

Le développement durable est « un type de développement qui prévoit des améliorations


réelles de la qualité de la vie des hommes et en même temps conserve la vitalité et la

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 68
diversité de la Terre. Le but est un développement qui soit durable. À ce jour, cette
notion paraît utopique, et pourtant elle est réalisable. De plus en plus nombreux sont
ceux qui sont convaincus que c’est notre seule option rationnelle » (UICN, PNUE et
WWF, 1980).

Le développement durable est « une démarche visant l’amélioration continue de la


qualité de vie des citoyens par la prise en compte du caractère indissociable des
dimensions environnementale, sociale, économique et culturelle du développement
durable dans une perspective d’équité intra- et intergénérationnelle » (OIF, 2002).

5.2. Principes du développement durable et leur origine

Les principes énoncés ci-après (précaution, prévention, responsabilité, pollueur-payeur,


droit à l'information et équité) fondent une partie du socle de la déclaration de Rio,
adoptée lors du sommet de la terre à Rio en 1992 et illustrent les valeurs partagées par
les nations s'engageant sur la voie d'un développement durable.

5.3.1. Principe de Précaution

Le principe de précaution relève, en premier lieu, des autorités publiques et s'applique


dans des situations précises pour faire face à des risques importants Il concerne en effet
les situations qui présentent un risque potentiel de dommages graves ou irréversibles,
souvent en l'absence de connaissance scientifique avérée sur le sujet.

5.3.2. Principe de Prévention

Le principe de prévention s'applique pour toute situation à risque connu et comportant


des dommages prévisibles. La prévention est un des moyens d'intervention privilégiés
de l'action publique notamment dans les domaines de l'environnement, de la santé, de la
sécurité routière ou de l'action sociale. Le principe de prévention concerne également
chacun d'entre nous au quotidien, en particulier lorsque nous agissons prudemment afin
d'éviter un accident domestique ou encore pour des raisons sanitaires. Par ailleurs, des
interdictions (ex : interdiction de rejeter des déchets et substances polluantes dans la
nature) et des incitations concernant les citoyens (incitation à la collecte sélective des
déchets, incitation à l'achat de véhicules moins polluants, etc.). ont été introduites dans
la réglementation afin de prévenir diverses pollutions.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 69
Fondements juridiques: Si ce principe n'est pas explicitement énoncé par la déclaration
de RIO, il est implicitement évoqué par le fait que « les États doivent promulguer des
mesures efficaces en matière d'environnement »

Ne pas confondre prévention et précaution! D'une part la prévention concerne des


situations à risque avéré comportant des dommages prévisibles D'autre part la
précaution concerne des situations à risque potentiellement grave et irréversible
pour lesquelles les preuves scientifiques ne sont pas nécessairement disponibles

5.3.3. Principe de Responsabilité

La responsabilité, au sens commun, est le fait que chaque personne soit tenue de
répondre juridiquement ou moralement de ses actes et décisions et d'en assumer les
conséquences. En France, les personnes morales de droit public doivent répondre de
leurs actes face au public, leur responsabilité pouvant être engagée avec ou sans faute
avérée. Il convient pour que la responsabilité soit établie qu'il y ait "un auteur ayant
commis un acte considéré comme dommageable", "un dommage", et "un lien de
causalité établi entre l'acte et le dommage subi". La responsabilité peut également
signifier pour une nation un devoir moral face à une situation historique qui demande
réparation, pour une ou un chef d'entreprise des obligations liées à ses fonctions. Le
principe de responsabilité au sens de cet article, s'applique au domaine environnemental
et a notamment été précisé juridiquement au niveau européen.

5.3.4. Principe pollueur-payeur

Ce principe est, à la source, un concept économique. Il vise à faire prendre en compte,


par les acteurs économiques, les coûts « externes » pour la société, des atteintes à
l'environnement générées par leurs activités. Ce principe concerne les activités
publiques ou privées, les entreprises, les ménages et chacun d'entre nous.

Ce principe vise :

- l'efficacité : pour que les prix reflètent l'intégralité et la réalité des coûts
de production et favorisent économiquement, à terme, les activités les
moins polluantes ;

- l'équité : en effet, à défaut d'équité, le contribuable, qui n'est pas


nécessairement l'usager ni le consommateur des services ou des biens
produits, finit par payer l'addition au niveau des impôts ;

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 70
- la responsabilité : l'identification du pollueur et le prix à payer doit
l'inciter à minimiser les pollutions produites.

5.3.5. Principe Droit à l’information

Le droit à l'information est le fait qu'une personne puisse être informée des choses, faits
ou décisions qui la concernent, de façon à ce qu'elle puisse agir en conséquence dans
son propre intérêt ou dans l'intérêt collectif. Ce principe est un des fondements de la
démocratie participative, qui considère que la participation citoyenne « éclairée » est
une des conditions de la construction d'un développement durable.

5.3.6. Principe d’équité

Le principe d'équité est un des principes définissant le concept de développement


durable. Il a été introduit lors de la Conférence de Rio de Janeiro, précédée par la
Commission Brundtland qui, dans son rapport proposa la très célèbre définition du
développement durable : « un développement capable de satisfaire les besoins des
générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire
les leurs. »

Le principe d'équité est implicite dans cette définition et se décline de deux manières
relatives au temps et à l'espace :

- l'équité inter-générationnelle tournée vers le futur, qui englobe les droits et


devoirs que chaque génération a envers les générations futures, en particulier le
droit moral de préserver les ressources naturelles et culturelles de la planète.

- l'équité intergénérationnelle dans sa dimension spatiale concerne la satisfaction


des besoins des générations actuelles, qui suppose la solidarité entre les plus
riches et les plus pauvres et la préservation par l'homme des autres espèces et de
l'environnement.

L'égalité est un droit républicain qui précise que chacun, quelle que soient son
origine, sa couleur de peau, son sexe ou sa religion à droit aux mêmes traitements
juridique et administratif. Par exemple, la même contravention pénalise un type
d'infraction indépendamment de la personne qui l'a commise.
L'équité vise à rendre plus égalitaire, plus acceptable ou plus juste une situation
qui n'est pas perçue comme telle, comme la pauvreté ou la faim dans le monde.
Au delà des règles de droit, c'est plus un état d'esprit qui conduit à mettre en
œuvre ce principe dans différentes situations économiques ou sociales.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 71
Travail à Rendre dans deux semaines

1. Relever dans la presse (internationale et nationale) des exemples illustrant les principes
pollueur payeur, précaution, responsabilité. Expliquer vos choix.

2. Montrer en quoi la taxe sur les emballages collectée par ECOEMBALLAGE est une
déclinaison du principe pollueur-payeur. Analyser les résultats sur 10 ans (source ADEME-
ECOEMBALLAGES). Donner d'autres exemples de mise en place du principe pollueur-
payeur
5.3. Piliers du développement durable

Le développement durable est conçu comme devant reposer sur des piliers
interdépendants.

5.3.1. Pilier économique

L’économie est un instrument au service du développement humain. Par conséquent, le


développement durable n’exclut pas la poursuite de la croissance (l’augmentation de la
production de biens et de services), pour répondre aux besoins des générations présentes
et futures. Toutefois, le développement durable promet une gestion saine et durable,
sans préjudice pour l’environnement et le social.

5.3.2. Pilier social et sociétal

Le développement durable vise à assurer la cohésion sociale en veillant à la réduction de


la pauvreté et des inégalités, au partage équitable des revenus et des services, à une
répartition équitable de la richesse en fonction de la contribution de chacun. Le pilier
social inclut aussi la dimension sociétale, qui vise les rapports de l’entreprise avec la
société civile (élus, médias, administration, communauté scientifique, organismes non
gouvernementaux, communautés, actionnaires, banquiers, assureurs, fournisseurs, sous-
traitants, clients, consommateurs).

5.3.3. Pilier environnemental

Le développement durable vise la limitation de l’impact des activités humaines sur


l’environnement naturel, mais aussi urbain. Il s’agit de préserver les ressources
naturelles à long terme en réduisant leur surexploitation, les nuisances, la défiguration
des paysages, l’exploitation des énergies fossiles au profit d’énergies renouvelables.
Exemples : la réduction des rejets polluants l’atmosphère, la lutte contre le déboisement

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 72
et la désertification, la protection de la biodiversité et des forêts, la promotion d’une
agriculture respectueuse de l’environnement et de la santé.

5.3.4. Pilier culturel

Le pilier culturel (la culture et la diversité culturelle) : Depuis le Sommet mondial sur le
développement durable de 2002, la culture est considérée comme une quatrième
composante du développement durable.

La culture, dans sa diversité, est une richesse. Il n’est plus possible de concevoir un
développement durable qui ne respecterait pas la préservation des libertés et des droits
culturels, d’identités, de savoirs, de langues, de modes et de rythmes de développement
diversifiés.

5.4. Acteurs, Outils et Stratégies du développement durable

Cette section est consacrée aux acteurs et aux outils du développement durable. Elle met
en lumière la diversité des outils et l’importance d’associer toutes les parties prenantes à
la mise en œuvre du développement durable.

5.4.1. Acteurs du développement durable

Le développement durable concerne tous les acteurs, qui regroupent toutes les
personnes physiques et morales (gouvernements, collectivités locales, associations,
entreprises, citoyens) contribuant à la définition des valeurs et des objectifs du
développement durable et à leur mise en œuvre.

Le principe 10 de la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement


affirme que : « La meilleure façon de traiter les questions d’environnement est d’assurer
la participation de tous les citoyens concernés. »

Le préambule du plan Action 21 de Rio, quant à lui, souligne que « le développement


durable doit être mis en œuvre par tous les acteurs, publics, privés et de société civile,
au niveau local, national, sous- régional, mondial » (Adéquations, « Les acteurs du
développement durable », 2008).

5.4.2. Outils du développement durable

Il faut d’emblée relever qu’il n’existe pas d’outil universel. Il existe, en effet, plusieurs
types d’outils. Toutefois, pour être efficaces, ceux-ci doivent favoriser des actions
concrètes.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 73
Les indicateurs du développement durable Le développement durable est une notion
protéiforme, comprenant plusieurs composantes et se prêtant mal à une mesure unique.

Un indicateur s’analyse comme une représentation simplifiée d’une réalité complexe. Il


répond généralement à trois grandes fonctions :

- une fonction scientifique : évaluer l’état de l’environnement ou les


progrès du développement durable ;

- une fonction politique : déterminer les priorités et évaluer les


performances de l’action publique ;

- une fonction sociétale : faciliter la communication, orienter l’action


dans le bon sens.

Exemple : Un indicateur X peut être analysé sous le prisme des éléments ci-après :

- Objectif : améliorer le bien-être des populations.

- Thème : développement et croissance économique durable.

- Actions : coopération internationale, lutte contre la pauvreté,


protection et promotion de la santé, promotion d’un habitat durable,
etc.

Comme nous l’avons mentionné, il n’existe pas d’outil universel, mais bien plusieurs
types d’outils de développement durable. En voici quelques exemples :

Les outils de planification et d’orientation : Ces outils déterminent les priorités orientant
les actions à mettre en œuvre. Exemple : une feuille de route.

Les outils législatifs et réglementaires : Ce sont des outils contraignants nécessaires à la


mise en œuvre des politiques, des programmes, des stratégies, des projets de
développement durable. Exemples : les textes de lois, les guides de bonnes pratiques, les
directives, les rapports.

Les outils économiques et fiscaux : Ces outils utilisent les mécanismes du


marché. Ils peuvent être incitatifs ou contraignants.

Les outils de participation et de communication : Ces outils servent à


informer, à sensibiliser, à former ou à mobiliser toutes les parties prenantes. Ils

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 74
favorisent la participation et la gestion participative. Exemples : les guides
méthodologiques, les réunions, jeux de rôles.

Les outils technologiques : Ces outils mettent à profit les innovations


techniques et technologiques. Exemple : les nouvelles technologies de l’information et
des communications (NTIC).

Les outils d’analyse, de mesure et de suivi : Ces outils servent à évaluer la


performance des stratégies, des politiques, des programmes, des projets de
développement durable. Exemples : les grilles d’analyses du développement durable, les
grilles des compétences en développement durable, les rapports.

5.4.3. Stratégies du développement durable

Chaque pays élabore et met en œuvre des stratégies nationales de développement


durable qui reflètent des approches particulières du processus de développement. Le
type de stratégie nationale de développement durable adopté par un pays dépend de la
manière dont celui-ci envisage le concept de développement durable.

Toutefois, toute stratégie nationale de développement durable doit s’intégrer dans les
processus budgétaires (l’obtention d’un appui financier), prendre en compte les
différentes dimensions du développement durable (le développement est
pluridimensionnel), s’inspirer des bonnes pratiques, faire participer l’ensemble des
parties prenantes à tout le cycle stratégique (conception, mise en œuvre, suivi,
évaluation) et décentraliser la mise en œuvre aux échelons infranationaux.

Pour préserver l’écosystème forestier, les collectivités autochtones et locales ont mis au
point des techniques d’exploitation agricole assurant le maintien d’un couvert boisé.
Leurs connaissances traditionnelles sont à prendre en considération lors de l’élaboration
des stratégies locales de développement durable.

Exemple : Les forêts sacrées sont protégées par le savoir traditionnel. Il s’agit d’îlots de
forêts naturelles qui sont gérés selon les lois édictées par les premiers habitants. Ces
forêts, avec les pratiques qui s’y rattachent, sont considérées comme de véritables
sanctuaires de la biodiversité végétale, animale et culturelle. Elles aident à protéger les
écosystèmes ou les habitats particuliers et présentent ainsi des aspects positifs,
susceptibles d’enrichir les politiques nationales en la matière.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 75
5.5. Enjeux et perspectives du développement durable

Cette dernière séquence se focalise sur les enjeux et les perspectives du développement
durable. Elle présente, également, le cadre opérationnel du programme de
développement durable à l’horizon 2030.

5.5.1. Regards global sur les objectifs de développement durable

Pour de nombreux auteurs, le nouveau programme des ODD, contrairement aux OMD,
a une dimension globale et couvre l’ensemble des enjeux du développement, au Nord
comme au Sud.

Le nouveau programme repose sur les OMD et cherche à parachever ce qui ne l’a pas
été (des progrès inégaux, des OMD en suspens, notamment la santé maternelle,
néonatale et infantile). Mais en termes de portée, il va plus loin que les OMD, c’est-à-
dire au-delà de l’éradication de la pauvreté, de la promotion de la santé, de l’éducation,
de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

D’ici 2030, l’intention annoncée est : d’éliminer la pauvreté et la faim partout dans le
monde ; de combattre les inégalités et construire des sociétés pacifiques, justes et
solidaires ; de protéger durablement la planète et ses ressources ; de créer les conditions
d’une croissance économique soutenue et globale, s’inscrivant dans la durée, et d’une
prospérité partagée.

Pour atteindre les ODD, les défis et les perspectives sont immenses :

- les défis : l’appauvrissement des ressources naturelles, les famines,


les crises humanitaires, les conflits, la dégradation de
l’environnement (sécheresses, inondations, changements climatiques,
dégradations des sols et de la biodiversité) ;

- les perspectives : le développement des technologies de l’information


et de communication favorisant l’interconnectivité mondiale, ainsi
que l’innovation scientifique et technologique dans divers domaines
tels que la médecine et les énergies renouvelables.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 76
5.5.2. Mise en œuvre du programme des objectifs de développement durable : les
mécanismes et leurs acteurs

Le programme des ODD établit une vaste série d’objectifs d’ordre économique, social
ou environnemental :

Chaque ODD compte, parmi ses cibles, des « moyens de mise en œuvre ».

- Le Programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement,


adopté en juillet 2015, vient préciser les cibles financières.

- Le Forum politique de haut niveau pour le développement durable jouera un rôle


central dans la conduite du suivi et de l’évaluation.

- Les gouvernements sont les premiers responsables du suivi et de l’évaluation


aux échelons national, régional et mondial. Chaque pays est appelé à traduire les
ODD au niveau national et à les articuler avec les différents dispositifs existants.

- Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 prévoit un


mécanisme de suivi et d’examen à trois niveaux : national, régional et global :
au niveau national, les progrès réalisés par les États seront contenus dans des
rapports nationaux ; au niveau régional, les forums régionaux examineront le
suivi des ODD par sous-régions.

- Le Forum politique de haut niveau pour le développement durable, créé en 2012,


est chargé de l’examen consolidé de ces différents niveaux, intégrant également
l’examen de la mise en œuvre du Programme d’action d’Addis-Abeba sur le
financement du développement. Les ODD ont coïncidé avec un autre accord
historique, conclu en 2015 lors de la Conférence de Paris sur les changements
climatiques (COP21). La mise en œuvre des ODD, notamment celle du no 13, «
Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et
leurs répercussions », devra également être cohérente avec l’Accord de Paris sur
le climat.

- Les acteurs de la société civile occupent une place particulière dans la mise en
œuvre du concept de développement durable. En effet, la mise en place des
mécanismes de gouvernance efficaces, essentielle à la mise en œuvre des ODD,
doit reposer sur une démarche participative : avec les pouvoirs publics, en créant
des espaces d’échange et de réflexion avec les autorités publiques. Exemple :
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 77
l’évaluation du niveau d’intégration des critères de développement durable dans
les politiques publiques, dans les grands projets. Elle peut, également, participer
à l’élaboration des textes par le biais des avis juridiques ; avec les entreprises et
les industriels. Exemple : la société civile peuvent évaluer le respect des normes
sociales à travers la vérification de la réponse apportée par l’entreprise aux
différents domaines du développement durable (dialogue et concertation, équité,
conditions de travail) ; avec les communautés locales et autochtones. Exemple

Pour accompagner les populations, la société civile peut participer au renforcement des
capacités des communautés en les aidant à évaluer la mise en œuvre des politiques
publiques en matière de développement durable. Elle peut également les accompagner
dans les négociations des partenariats, la connaissance des marchés, l’élaboration des
fiches de projet de développement durable.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 78
CHAPITRE 6 : OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Le 25 septembre 2015, en parallèle de l’Assemblée générale des Nations


unies, 193 dirigeants de la planète se sont engagés sur 17 objectifs mondiaux afin
d’atteindre 3 supers objectifs d’ici 2030 : • Mettre fin à l’extrême pauvreté. • Lutter
contre les inégalités et l’injustice. • Régler le problème du dérèglement climatique. Les
Objectifs de développement durable (ODD) sont ces 17 objectifs mondiaux que les
États membres de l’ONU (Organisation des Nations Unies) se sont engagés à atteindre
au cours des prochaines années (2015-2030).

Les ODD portent sur de nombreux sujets : protection de la planète,


construction d’un monde plus pacifique, possibilité pour chacun de vivre en sécurité et
dans la dignité… Ces objectifs font partie d’un programme de développement visant à
aider en priorité les plus fragiles, et en particulier, les enfants et les femmes.

Ces objectifs mondiaux appelés « Objectifs de développement durable »


(ODD) font partie du nouveau programme de développement post-2015, intitulé «
Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 ».

Cent nonante trois (193) pays membres de l’ONU ont défini 17 Objectifs de
développement durable (ODD) :

6.1. Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le


monde

D’ici à 2030, éliminer complètement l’extrême pauvreté dans le monde entier (s’entend
actuellement du fait de vivre avec moins de 1,25 dollar des États-Unis par jour).

D’ici à 2030, réduire de moitié au moins la proportion d’hommes, de femmes et


d’enfants de tout âge qui vivent dans la pauvreté sous tous ses aspects, telle que définie
par chaque pays et quelles qu’en soient les formes.

Mettre en place des systèmes et mesures de protection sociale pour tous, adaptés au
contexte national, y compris des socles de protection sociale, et faire en sorte que, d’ici
à 2030, une part importante des pauvres et des personnes vulnérables en bénéficie.

D’ici à 2030, faire en sorte que tous les hommes et les femmes, en particulier les
pauvres et les personnes vulnérables, aient les mêmes droits aux ressources
économiques et qu’ils aient accès aux services de base, à la propriété et au contrôle des

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 79
terres et à d’autres formes de propriété, à l’héritage et aux ressources naturelles et à des
nouvelles technologies et des services financiers adéquats, y compris la micro finance.

D’ici à 2030, renforcer la résilience des pauvres et des personnes en situation vulnérable
et réduire leur exposition et leur vulnérabilité aux phénomènes climatiques extrêmes et à
d’autres chocs et catastrophes d’ordre économique, social ou environnemental.

Ceci passe notamment par :

- Garantir une mobilisation importante de ressources provenant de


sources multiples, y compris par le renforcement de la coopération
pour le développement, afin de doter les pays en développement, en
particulier les pays les moins avancés, de moyens adéquats et
prévisibles de mettre en œuvre des programmes et politiques visant à
mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes.

- Mettre en place aux niveaux national, régional et international des


principes de politique générale viables, qui se fondent sur des
stratégies de développement favorables aux pauvres et soucieuses de
la problématique hommes-femmes, afin d’accélérer l’investissement
dans des mesures d’élimination de la pauvreté.

6.2. Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la


nutrition et promouvoir l’agriculture durable

D’ici à 2030, éliminer la faim et faire en sorte que chacun, en particulier les pauvres et
les personnes en situation vulnérable, y compris les nourrissons, ait accès toute l’année
à une alimentation saine, nutritive et suffisante.

D’ici à2030, mettre fin à toutes les formes de malnutrition, y compris en atteignant d’ici
à2025 les objectifs arrêtés à l’échelle internationale relatifs aux retards de croissance et
à l’émaciation chez les enfants de moins de 5 ans, et répondre aux besoins nutritionnels
des adolescentes, des femmes enceintes ou allaitantes et des personnes âgées.

D’ici à 2030,doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs


alimentaires, en particulier des femmes, des autochtones, des exploitants familiaux, des
éleveurs et des pêcheurs, y compris en assurant l’égalité d’accès aux terres, aux autres
ressources productives et intrants, au savoir, aux services financiers, aux marchés et aux
possibilités d’ajout de valeur et d’emplois autres qu’agricoles.
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 80
D’ici à 2030, assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire et mettre en
œuvre des pratiques agricoles résilientes qui permettent d’accroître la productivité et la
production, contribuent à la préservation des écosystèmes, renforcent les capacités
d’adaptation aux changements climatiques, aux phénomènes météorologiques extrêmes,
à la sécheresse, aux inondations et à d’autres catastrophes et améliorent progressivement
la qualité des terres et des sols.

D’ici à 2020, préserver la diversité génétique des semences, des cultures et des animaux
d’élevage ou domestiqués et des espèces sauvages apparentées, y compris au moyen de
banques de semences et de plantes bien gérées et diversifiées aux niveaux national,
régional et international, et favoriser l’accès aux avantages que présentent l’utilisation
des ressources génétiques et du savoir traditionnel associé et le partage juste et équitable
de ces avantages, ainsi que cela a été décidé à l’échelle internationale.

Pour bien s’y prendre, il faut nécessairement :

- Accroître, notamment dans le cadre du renforcement de la


coopération internationale, l’investissement en faveur de
l’infrastructure rurale, des services de recherche et de vulgarisation
agricoles et de la mise au point de technologies et de banques de
plantes et de gènes d’animaux d’élevage, afin de renforcer les
capacités productives agricoles des pays en développement, en
particulier des pays les moins avancés.

- Corriger et prévenir les restrictions et distorsions commerciales sur


les marchés agricoles mondiaux, y compris par l’élimination parallèle
de toutes les formes de subventions aux exportations agricoles et de
toutes les mesures relatives aux exportations aux effets similaires,
conformément au mandat du Cycle de négociations de Doha pour le
développement.

- Adopter des mesures visant à assurer le bon fonctionnement des


marchés de denrées alimentaires et des produits dérivés et faciliter
l’accès rapide aux informations relatives aux marchés, y compris les
réserves alimentaires, afin de contribuer à limiter l’extrême volatilité
du prix des denrées alimentaires.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 81
6.3. Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-
être de tous à tout âge

D’ici à 2030, faire passer le taux mondial de mortalité maternelle au-dessous de 70 pour
100000 naissances vivantes.

D’ici à 2030, éliminer les décès évitables de nouveau-nés et d’enfants de moins de 5


ans, tous les pays devant chercher à ramener la mortalité néonatale à 12 pour 1000
naissances vivantes au plus et la mortalité des enfants de moins de 5 ans à 25 pour 1000
naissances vivantes au plus.

D’ici à 2030, mettre fin à l’épidémie de sida, à la tuberculose, au paludisme et aux


maladies tropicales négligées et combattre l’hépatite, les maladies transmises par l’eau
et autres maladies transmissibles.

D’ici à 2030, réduire d’un tiers, par la prévention et le traitement, le taux de mortalité
prématurée due à des maladies non transmissibles et promouvoir la santé mentale et le
bien-être.

Renforcer la prévention et le traitement de l’abus de substances psycho actives,


notamment de stupéfiants et d’alcool.

D’ici à 2020, diminuer de moitié à l’échelle mondiale le nombre de décès et de


blessures dus à des accidents de la route.

D’ici à 2030, assurer l’accès de tous à des services de soins de santé sexuelle et
procréative, y compris à des fins de planification familiale, d’information et
d’éducation, et la prise en compte de la santé procréative dans les stratégies et
programmes nationaux.

Faire en sorte que chacun bénéficie d’une couverture sanitaire universelle, comprenant
une protection contre les risques financiers et donnant accès à des services de santé
essentiels de qualité et à des médicaments et vaccins essentiels sûrs, efficaces, de qualité
et d’un coût abordable.

D’ici à2030, réduire nettement le nombre de décès et de maladies dus à des substances
chimiques dangereuses et à la pollution et à la contamination de l’air, de l’eau et du sol.

Cette dimension devra passer par :

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 82
- Renforcer dans tous les pays, selon qu’il convient, l’application de la
Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la Santé pour la
lutte antitabac.

- Appuyer la recherche et la mise au point de vaccins et de


médicaments contre les maladies, transmissibles ou non, qui touchent
principalement les habitants des pays en développement, donner
accès, à un coût abordable, à des médicaments et vaccins essentiels,
conformément à la Déclaration de Doha sur l’Accord sur les ADPI C
et la santé publique, qui réaffirme le droit qu’ont les pays en
développement de tirer pleinement parti des dispositions de l’Accord
sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au
commerce relatives à la marge de manœuvre nécessaire pour protéger
la santé publique et, en particulier, assurer l’accès universel aux
médicaments.

- Accroître considérablement le budget de la santé et le recrutement, le


perfectionnement, la formation et le maintien en poste du personnel
de santé dans les pays en développement, notamment dans les pays
les moins avancés et les petits États insulaires en développement.

- Renforcer les moyens dont disposent tous les pays, en particulier les
pays en développement, en matière d’alerte rapide, de réduction des
risques et de gestion des risques sanitaires nationaux et mondiaux.

6.4. Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied


d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de
la vie

D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied
d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité,
qui débouche sur un apprentissage véritablement utile.

D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des
activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation
préscolaire de qualité qui les préparent à suivre un enseignement primaire.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 83
D’ici à 2030, faire en sorte que les femmes et les hommes aient tous accès dans des
conditions d’égalité à un enseignement technique, professionnel ou tertiaire, y compris
universitaire, de qualité et d’un coût abordable.

D’ici à 2030, augmenter nettement le nombre de jeunes et d’adultes disposant des


compétences, notamment techniques et professionnelles, nécessaires à l’emploi à
l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat.

D’ici à 2030, éliminer les inégalités entre les sexes dans le domaine de l’éducation et
assurer l’égalité d’accès des personnes vulnérables, y compris les personnes
handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux
d’enseignement et de formation professionnelle.

D’ici à 2030, faire en sorte que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes,
hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter.

D’ici à 2030, faire en sorte que tous les élèves acquièrent les connaissances et
compétences nécessaires pour promouvoir le développement durable, notamment par
l’éducation en faveur du développement et de modes de vie durables, des droits de
l’homme, de l’égalité des sexes, de la promotion d’une culture de paix et de non-
violence, de la citoyenneté mondiale et de l’appréciation de la diversité culturelle et de
la contribution de la culture au développement durable.

Il faut pour cela :

- Faire construire des établissements scolaires qui soient adaptés aux


enfants, aux personnes handicapées et aux deux sexes ou adapter les
établissements existants à cette fin et fournir un cadre
d’apprentissage effectif qui soit sûr, exempt de violence et accessible
à tous.

- D’ici à 2020,augmenter nettement à l’échelle mondiale le nombre de


bourses d’études offertes aux pays en développement, en particulier
aux pays les moins avancés, aux petits États insulaires en
développement et aux pays d’Afrique, pour financer le suivi d’études
supérieures, y compris la formation professionnelle, les cursus
informatiques, techniques et scientifiques et les études d’ingénieur,
dans des pays développés et d’autres pays en développement.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 84
- D’ici à 2030, accroître nettement le nombre d’enseignants qualifiés,
notamment au moyen de la coopération internationale pour la
formation d’enseignants dans les pays en développement, surtout
dans les pays les moins avancés et les petits États insulaires en
développement.

6.5. Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et


les filles

Mettre fin, dans le monde entier, à toutes les formes de discrimination l’égard des
femmes et des filles.

Éliminer de la vie publique et de la vie privée toutes les formes de violence faite aux
femmes et aux filles, y compris la traite et l’exploitation sexuelle et d’autres types
d’exploitation

Éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants, le mariage
précoce ou forcé et la mutilation génitale féminine

Faire une place aux soins et travaux domestiques non rémunérés et les valoriser, par
l’apport de services publics, d’infrastructures et de politiques de protection sociale et la
promotion du partage des responsabilités dans le ménage et la famille, en fonction du
contexte national.

Garantir la participation entière et effective des femmes et leur accès en toute égalité
aux fonctions de direction à tous les niveaux de décision, dans la vie politique,
économique et publique.

Assurer l’accès de tous aux soins de santé sexuelle et procréative et faire en sorte que
chacun puisse exercer ses droits en matière de procréation, ainsi qu’il a été décidé dans
le Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le
développement et le Programme d’action de Beijing et les documents finaux des
conférences d’examen qui ont suivi.

Cela sous entend :

- Entreprendre des réformes visant à donner aux femmes les mêmes


droits aux ressources économiques, ainsi que l’accès à la propriété et
au contrôle des terres et d’autres formes de propriété, aux services

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 85
financiers, à l’héritage et aux ressources naturelles, dans le respect du
droit interne.

- Renforcer l’utilisation des technologies clefs, en particulier de


l’informatique et des communications, pour promouvoir
l’autonomisation des femmes.

- Adopter des politiques bien conçues et des dispositions législatives


applicables en faveur de la promotion de l’égalité des sexes et de
l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles à tous les
niveaux et renforcer celles qui existent.

6.6. Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une


gestion durable des ressources en eau.

D’ici à2030, assurer l’accès universel et équitable à l’eau potable, à un coût abordable.

D’ici à 2030, assurer l’accès de tous, dans des conditions équitables, à des services
d’assainissement et d’hygiène adéquats et mettre fin à la défécation en plein air, en
accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles et des
personnes en situation vulnérable.

D’ici à 2030, améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, en éliminant


l’immersion de déchets et en réduisant au minimum les émissions de produits chimiques
et de matières dangereuses, en diminuant de moitié la proportion d’eaux usées non
traitées et en augmentant nettement à l’échelle mondiale le recyclage et la réutilisation
sans danger de l’eau.

D’ici à2030, augmenter nettement l’utilisation rationnelle des ressources en eau dans
tous les secteurs et garantir la viabilité des retraits et de l’approvisionnement en eau
douce afin de tenir compte de la pénurie d’eau et de réduire nettement le nombre de
personnes qui souffrent du manque d’eau.

D’ici à 2030, mettre en œuvre une gestion intégrée des ressources en eau à tous les
niveaux, y compris au moyen de la coopération transfrontière selon qu’il convient.

D’ici à 2020, protéger et restaurer les écosystèmes liés à l’eau, notamment les
montagnes, les forêts, les zones humides, les rivières, les aquifères et les lacs.

C'est-à-dire :

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 86
- D’ici à 2030, développer la coopération internationale et l’appui au
renforcement des capacités des pays en développement en ce qui
concerne les activités et programmes relatifs à l’eau et à
l’assainissement, y compris la collecte de l’eau, la désalinisation,
l’utilisation rationnelle de l’eau, le traitement des eaux usées, le
recyclage et les techniques de réutilisation.

- Appuyer et renforcer la participation de la population locale à


l’amélioration de la gestion de l’eau et de l’assainissement.

6.7. Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables,


durables et modernes, à un coût abordable

D’ici à 2030, garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables et modernes, à
un coût abordable.

D’ici à 2030, accroître nettement la part de l’énergie renouvelable dans le bouquet


énergétique mondial.

D’ici à 2030, multiplier par deux le taux mondial d’amélioration de l’efficacité


énergétique.

C'est-à-dire :

- D’ici à 2030, renforcer la coopération internationale en vue de


faciliter l’accès à la recherche et aux technologies relatives à
l’énergie propre, notamment l’énergie renouvelable, l’efficacité
énergétique et les nouvelles technologies relatives aux combustibles
fossiles plus propres, et promouvoir l’investissement dans
l’infrastructure énergétique et les technologies relatives à l’énergie
propre.

- D’ici à 2030, développer l’infrastructure et améliorer la technologie


afin d’approvisionner en services énergétiques modernes et durables
tous les habitants des pays en développement, en particulier des pays
les moins avancés, des petits États insulaires en développement et des
pays en développement sans littoral, dans le respect des programmes
d’aide qui les concernent.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 87
6.8. Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et
durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous

a) Maintenir un taux de croissance économique par habitant adapté au


contexte national et, en particulier, un taux de croissance annuel du
produit intérieur brut d’au moins 7 pour cent dans les pays les moins
avancés.

b) Parvenir à un niveau élevé de productivité économique par la


diversification, la modernisation technologique et l’innovation,
notamment en mettant l’accent sur les secteurs à forte valeur ajoutée
et à forte intensité de main-d’œuvre.

c) Promouvoir des politiques axées sur le développement qui favorisent


des activités productives, la création d’emplois décents,
l’entrepreneuriat, la créativité et l’innovation et stimulent la
croissance des micro entreprises et des petites et moyennes
entreprises et facilitent leur intégration dans le secteur formel, y
compris par l’accès aux services financiers.

d) Améliorer progressivement, jusqu’en 2030, l’efficience de


l’utilisation des ressources mondiales du point de vue de la
consommation comme de la production et s’attacher à ce que la
croissance économique n’entraîne plus la dégradation de
l’environnement, comme prévu dans le Cadre décennal de
programmation concernant les modes de consommation et de
production durables, les pays développés montrant l’exemple en la
matière.

e) D’ici à 2030, parvenir au plein emploi productif et garantir à toutes


les femmes et à tous les hommes, y compris les jeunes et les
personnes handicapées, un travail décent et un salaire égal pour un
travail de valeur égale.

f) D’ici à 2020, réduire nettement la proportion de jeunes non scolarisés


et sans emploi ni formation

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 88
g) Prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le
travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite d’êtres
humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants,
y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, et, d’ici à
2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes.

h) Défendre les droits des travailleurs, promouvoir la sécurité sur le lieu


de travail et assurer la protection de tous les travailleurs, y compris
les migrants, en particulier les femmes, et ceux qui ont un emploi
précaire.

i) D’ici à 2030, élaborer et mettre en œuvre des politiques visant à


développer un tourisme durable qui crée des emplois et mette en
valeur la culture et les produits locaux.

j) Renforcer la capacité des institutions financières nationales de


favoriser et généraliser l’accès de tous aux services bancaires et
financiers et aux services d’assurance.

Pour y parvenir :

- Accroître l’appui apporté dans le cadre de l’initiative Aide pour le


commerce aux pays en développement, en particulier aux pays les
moins avancés, y compris par l’intermédiaire du Cadre intégré
renforcé pour l’assistance technique liée au commerce en faveur des
pays les moins avancés.

- D’ici à 2020, élaborer et mettre en œuvre une stratégie mondiale en


faveur de l’emploi des jeunes et appliquer le Pacte mondial pour
l’emploi de l’Organisation internationale du Travail.

6.9. Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une


industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation

1) Mettre en place une infrastructure de qualité, fiable, durable et


résiliente, y compris une infrastructure régionale et transfrontière,
pour favoriser le développement économique et le bien-être de l’être
humain, en mettant l’accent sur un accès universel, à un coût
abordable et dans des conditions d’équité.
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 89
2) Promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et, d’ici à
2030, augmenter nettement la contribution de l’industrie à l’emploi et
au produit intérieur brut, en fonction du contexte national, et la
multiplier par deux dans les pays les moins avancés.

3) Accroître, en particulier dans les pays en développement, l’accès des


entreprises, notamment des petites entreprises industrielles, aux
services financiers, y compris aux prêts consentis à des conditions
abordables, et leur intégration dans les chaînes de valeur et sur les
marchés.

4) D’ici à 2030, moderniser l’infrastructure et adapter les industries afin


de les. Rendre durables, par une utilisation plus rationnelle des
ressources et un recours accru aux technologies et procédés
industriels propres et respectueux de l’environnement, chaque pays
agissant dans la mesure de ses moyens.

5) Renforcer la recherche scientifique, perfectionner les capacités


technologiques des secteurs industriels de tous les pays, en particulier
des pays en développement, notamment en encourageant l’innovation
et en augmentant nettement le nombre de personnes travaillant dans
le secteur de la recherche et du développement pour 1million
d’habitants et en accroissant les dépenses publiques et privées
consacrées à la recherche et au développement d’ici à 2030.

Pour y parvenir :

- Faciliter la mise en place d’une infrastructure durable et résiliente


dans les pays en développement en renforçant l’appui financier,
technologique et technique apporté aux pays d’Afrique, aux pays les
moins avancés, aux pays en développement sans littoral et aux petits
États insulaires en développement.

- Soutenir la recherche-développement et l’innovation technologiques


nationales dans les pays en développement, notamment en instaurant
des conditions propices, entre autres, à la diversification industrielle
et à l’ajout de valeur aux marchandises.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 90
- Accroître nettement l’accès aux technologies de l’information et des
communications et faire en sorte que tous les habitants des pays les
moins avancés aient accès à Internet à un coût abordable d’ici à 2020.

6.10. Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre

D’ici à 2030, faire en sorte, au moyen d’améliorations progressives, que les revenus des
40 pour cent les plus pauvres de la population augmentent plus rapidement que le
revenu moyen national, et ce de manière durable.

D’ici à 2030, autonomiser toutes les personnes et favoriser leur intégration sociale,
économique et politique, indépendamment de leur âge, de leur sexe, de leur handicap,
de leur race, de leur appartenance ethnique, de leurs origines, de leur religion ou de leur
statut économique ou autre.

Assurer l’égalité des chances et réduire l’inégalité des résultats, notamment en éliminant
les lois, politiques et pratiques discriminatoires et en promouvant l’adoption de lois,
politiques et mesures adéquates en la matière.

Adopter des politiques, notamment sur les plans budgétaire, salarial et dans le domaine
de la protection sociale, et parvenir progressivement à une plus grande égalité.

Améliorer la réglementation et la surveillance des institutions et marchés financiers


mondiaux et renforcer l’application des règles.

Faire en sorte que les pays en développement soient davantage représentés et entendus
lors de la prise de décisions dans les institutions économiques et financières
internationales, afin que celles-ci soient plus efficaces, crédibles, transparentes et
légitimes.

Faciliter la migration et la mobilité de façon ordonnée, sans danger, régulière et


responsable, notamment par la mise en œuvre de politiques de migration planifiées et
bien gérées.

- Mettre en œuvre le principe d’un traitement spécial et différencié


pour les pays en développement, en particulier les pays les moins
avancés, conformément aux accords de l’Organisation mondiale du
commerce.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 91
- Stimuler l’aide publique au développement et les flux financiers, y
compris les investissements étrangers directs, pour les États qui en
ont le plus besoin, en particulier les pays les moins avancés, les pays
d’Afrique, les petits États insulaires en développement et les pays en
développement sans littoral, conformément à leurs plans et
programmes nationaux.

- D’ici à 2030, faire baisser au-dessous de 3 pour cent les coûts de


transaction des envois de fonds effectués par les migrants et éliminer
les couloirs de transfert de fonds dont les coûts sont supérieurs à 5
pour cent.

6.11. Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient
ouverts à tous, sûrs, résilients et durables

D’ici à 2030, assurer l’accès de tous à un logement et des services de base adéquats et
sûrs, à un coût abordable, et assainir les quartiers de taudis.

D’ici à 2030, assurer l’accès de tous à des systèmes de transport sûrs, accessibles et
viables, à un coût abordable, en améliorant la sécurité routière, notamment en
développant les transports publics, une attention particulière devant être accordée aux
besoins des personnes en situation vulnérable, des femmes, des enfants, des personnes
handicapées et des personnes âgées.

D’ici à 2030, renforcer l’urbanisation durable pour tous et les capacités de planification
et de gestion participatives, intégrées et durables des établissements humains dans tous
les pays.

Renforcer les efforts de protection et de préservation du patrimoine culturel et naturel


mondial.

D’ici à 2030, réduire nettement le nombre de personnes tuées et le nombre de personnes


touchées par les catastrophes, y compris celles qui sont d’origine hydrique, et réduire
nettement le montant des pertes économiques qui sont dues directement à ces
catastrophes exprimés en proportion du produit intérieur brut mondial, l’accent étant
mis sur la protection des pauvres et des personnes en situation vulnérable.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 92
D’ici à 2030, réduire l’impact environnemental négatif des villes par habitant, y compris
en accordant une attention particulière à la qualité de l’air et à la gestion, notamment
municipale, des déchets.

D’ici à 2030, assurer l’accès de tous, en particulier des femmes et des enfants, des
personnes âgées et des personnes handicapées, à des espaces verts et des espaces publics
sûrs.

- Favoriser l’établissement de liens économiques, sociaux et


environnementaux positifs entre zones urbaines, périurbaines et
rurales en renforçant la planification du développement à l’échelle
nationale et régionale.

- D’ici à 2020, accroître nettement le nombre de villes et


d’établissements humains qui adoptent et mettent en œuvre des
politiques et plans d’action intégrés en faveur de l’insertion de tous,
de l’utilisation rationnelle des ressources, de l’adaptation aux effets
des changements climatiques et de leur atténuation et de la résilience
face aux catastrophes, et élaborer et mettre en œuvre, conformément
au Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe
(2015-2030), une gestion globale des risques de catastrophe à tous les
niveaux.

- Aider les pays les moins avancés, y compris par une assistance
financière et technique, à construire des bâtiments durables et
résilients en utilisant des matériaux locaux.

6.12. Établir des modes de consommation et de production durables

Mettre en œuvre le Cadre décennal de programmation concernant les modes de


consommation et de production durables avec la participation de tous les pays, les pays
développés montrant l’exemple en la matière, compte tenu du degré de développement
et des capacités des pays en développement.

D’ici à 2030, parvenir à une gestion durable et à une utilisation rationnelle des
ressources naturelles.

D’ici à 2030, réduire de moitié à l’échelle mondiale le volume de déchets alimentaires


par habitant, au niveau de la distribution comme de la consommation, et réduire les
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 93
pertes de produits alimentaires tout au long des chaînes de production et
d’approvisionnement, y compris les pertes après récolte.

D’ici à 2020, parvenir à une gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques
et de tous les déchets tout au long de leur cycle de vie, conformément aux principes
directeurs arrêtés à l’échelle internationale, et réduire nettement leur déversement dans
l’air, l’eau et le sol, afin de minimiser leurs effets négatifs sur la santé et
l’environnement.

D’ici à 2030, réduire nettement la production de déchets par la prévention, la réduction,


le recyclage et la réutilisation.

Encourager les entreprises, en particulier les grandes entreprises et les sociétés


transnationales, à adopter des pratiques viables et à intégrer dans les rapports qu’elles
établissent des informations sur la viabilité.

Promouvoir des pratiques durables dans le cadre de la passation des marchés publics,
conformément aux politiques et priorités nationales.

D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les personnes, partout dans le monde, aient les
informations et connaissances nécessaires au développement durable et à un style de vie
en harmonie avec la nature.

- Aider les pays en développement à se doter des moyens scientifiques


et technologiques qui leur permettent de s’orienter vers des modes de
consommation et de production plus durables.

- Mettre au point et utiliser des outils de contrôle de l’impact sur le


développement durable d’un tourisme durable créateur d’emplois et
valorisant la culture et les produits locaux.

- Rationaliser les subventions aux combustibles fossiles qui sont


source de gaspillage, en éliminant les distorsions du marché, selon le
contexte national, y compris par la restructuration de la fiscalité et
l’élimination progressive de ces subventions nuisibles, lorsqu’elles
existent, afin de mettre en évidence leur impact sur l’environnement,
en tenant pleinement compte des besoins et de la situation propres
aux pays en développement et en réduisant au minimum les éventuels

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 94
effets pernicieux sur le développement de ces pays tout en protégeant
les pauvres et les populations concernées.

6.13. Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements
climatiques et leurs répercussions

Renforcer, dans tous les pays, la résilience et les capacités d’adaptation face aux aléas
climatiques et aux catastrophes naturelles liées au climat.

Incorporer des mesures relatives aux changements climatiques dans les politiques, les
stratégies et la planification nationales.

Améliorer l’éducation, la sensibilisation et les capacités individuelles et institutionnelles


en ce qui concerne l’adaptation aux changements climatiques, l’atténuation de leurs
effets et la réduction de leur impact et les systèmes d’alerte rapide.

- Mettre en œuvre l’engagement que les pays développés parties à la


Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
ont pris de mobiliser ensemble auprès de multiples sources 100
milliards de dollars par an d’ici à 2020 pour répondre aux besoins des
pays en développement en ce qui concerne les mesures concrètes
d’atténuation et la transparence de leur mise en œuvre et rendre le
Fonds vert pour le climat pleinement opérationnel en le dotant dans
les plus brefs délais des moyens financiers nécessaires.

- Promouvoir des mécanismes de renforcement des capacités afin que


les pays les moins avancés et les petits États insulaires en
développement se dotent de moyens efficaces de planification et de
gestion pour faire face aux changements climatiques, l’accent étant
mis, notamment, sur les femmes, les jeunes, la population locale et
les groupes marginalisés.

6.14. Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et


les ressources marines aux fins du développement durable

D’ici à 2025, prévenir et réduire nettement la pollution marine de tous types, en


particulier celle résultant des activités terrestres, y compris les déchets en mer et la
pollution par les nutriments.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 95
D’ici à 2020, gérer et protéger durablement les écosystèmes marins et côtiers,
notamment en renforçant leur résilience, afin d’éviter les graves conséquences de leur
dégradation et prendre des mesures en faveur de leur restauration pour rétablir la santé
et la productivité des océans.

Réduire au maximum l’acidification des océans et lutter contre ses effets, notamment en
renforçant la coopération scientifique à tous les niveaux.

D’ici à 2020, réglementer efficacement la pêche, mettre un terme à la surpêche, à la


pêche illicite, non déclarée et non réglementée et aux pratiques de pêche destructrices et
exécuter des plans de gestion fondés sur des données scientifiques, l’objectif étant de
rétablir les stocks de poissons le plus rapidement possible, au moins à des niveaux
permettant d’obtenir un rendement constant maximal compte tenu des caractéristiques
biologiques.

D’ici à 2020, préserver au moins 10 pour cent des zones marines et côtières,
conformément au droit national et international et compte tenu des meilleures
informations scientifiques disponibles.

D’ici à 2020,interdire les subventions à la pêche qui contribuent à la surcapacité et à la


surpêche, supprimer celles qui favorisent la pêche illicite, non déclarée et non
réglementée et s’abstenir d’en accorder de nouvelles, sachant que l’octroi d’un
traitement spécial et différencié efficace et approprié aux pays en développement et aux
pays les moins avancés doit faire partie intégrante des négociations sur les subventions à
la pêche menées dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce.

D’ici à 2030, faire mieux bénéficier les petits États insulaires en développement et les
pays les moins avancés des retombées économiques de l’exploitation durable des
ressources marines, notamment grâce à une gestion durable des pêches, de l’aquaculture
et du tourisme.

- Approfondir les connaissances scientifiques, renforcer les moyens de


recherche et transférer les techniques marines, conformément aux
Critères et principes directeurs de la Commission océanographique
intergouvernementale concernant le transfert de techniques marines,
l’objectif étant d’améliorer la santé des océans et de renforcer la
contribution de la biodiversité marine au développement des pays en

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 96
développement, en particulier des petits États insulaires en
développement et des pays les moins avancés.

- Garantir aux petits pêcheurs l’accès aux ressources marines et aux


marchés.

- Améliorer la conservation des océans et de leurs ressources et les


exploiter de manière plus durable en application des dispositions du
droit international, énoncées dans la Convention des Nations Unies
sur le droit de la mer, qui fournit le cadre juridique requis pour la
conservation et l’exploitation durable des océans et de leurs
ressources, comme il est rappelé au paragraphe 158 de « L’avenir que
nous voulons ».

6.15. Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les


exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la
désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des
terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

D’ici à 2020, garantir la préservation, la restauration et l’exploitation durable des


écosystèmes terrestres et des écosystèmes d’eau douce et des services connexes, en
particulier des forêts, des zones humides, des montagnes et des zones arides,
conformément aux obligations découlant des accords internationaux.

D’ici à 2020, promouvoir la gestion durable de tous les types de forêt, mettre un terme à
la déforestation, restaurer les forêts dégradées et accroître nettement le boisement et le
reboisement au niveau mondial.

D’ici à 20 30, lutter contre la désertification, restaurer les terres et sols dégradés,
notamment les terres touchées par la désertification, la sécheresse et les inondations, et
s’efforcer de parvenir à un monde sans dégradation des terres.

D’ici à 2030, assurer la préservation des écosystèmes montagneux, notamment de leur


biodiversité, afin de mieux tirer parti de leurs bienfaits essentiels pour le développement
durable.

Prendre d’urgence des mesures énergiques pour réduire la dégradation du milieu


naturel, mettre un terme à l’appauvrissement de la biodiversité et, d’ici 2020, protéger
les espèces menacées et prévenir leur extinction.
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 97
Favoriser le partage juste et équitable des bénéfices découlant de l’utilisation des
ressources génétiques et promouvoir un accès approprié à celles-ci, ainsi que cela a été
décidé à l’échelle internationale.

Prendre d’urgence des mesures pour mettre un terme au braconnage et au trafic


d’espèces végétales et animales protégées et s’attaquer au problème sous l’angle de
l’offre et de la demande.

D’ici à 2020, prendre des mesures pour empêcher l’introduction d’espèces exotiques
envahissantes, atténuer sensiblement les effets que ces espèces ont sur les Ecosystèmes
terrestres et aquatiques et contrôler ou éradiquer les espèces prioritaires.

D’ici à 2020, intégrer la protection des écosystèmes et de la biodiversité dans la


planification nationale, dans les mécanismes de développement, dans les stratégies de
réduction de la pauvreté et dans la comptabilité.

- Mobiliser des ressources financières de toutes provenances et les


augmenter nettement pour préserver la biodiversité et les
écosystèmes et les exploiter durablement.

- Mobiliser d’importantes ressources de toutes provenances et à tous


les niveaux pour financer la gestion durable des forêts et inciter les
pays en développement à privilégier ce type de gestion, notamment
aux fins de la préservation des forêts et du reboisement.

- Apporter, à l’échelon mondial, un soutien accru à l’action menée


pour lutter contre le braconnage et le trafic d’espèces protégées,
notamment en donnant aux populations locales d’autres moyens
d’assurer durablement leur subsistance.

6.16. Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous


aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice
et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces,
responsables et ouvertes à tous

Réduire nettement, partout dans le monde, toutes les formes de violence et les taux de
mortalité qui y sont associés.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 98
Mettre un terme à la maltraitance, à l’exploitation et à la traite, et à toutes les formes de
violence et de torture dont sont victimes les enfants.

Promouvoir l’état de droit aux niveaux national et international et donner à Tous accès à
la justice dans des conditions d’égalité.

D’ici à 2030, réduire nettement les flux financiers illicites et le trafic d’armes, renforcer
les activités de récupération et de restitution des biens volés et lutter contre toutes les
formes de criminalité organisée.

Réduire nettement la corruption et la pratique des pots-de-vin sous toutes leurs formes.

Mettre en place des institutions efficaces, responsables et transparentes à tous les


niveaux.

Faire en sorte que le dynamisme, l’ouverture, la participation et la représentation à tous


les niveaux caractérisent la prise de décisions.

Élargir et renforcer la participation des pays en développement aux institutions chargées


de la gouvernance au niveau mondial.

D’ici à 2030, garantir à tous une identité juridique, notamment grâce à l’enregistrement
des naissances.

Garantir l’accès public à l’information et protéger les libertés fondamentales,


conformément à la législation nationale et aux accords internationaux.

- Appuyer, notamment dans le cadre de la coopération internationale,


les institutions nationales chargées de renforcer, à tous les niveaux,
les moyens de prévenir la violence et de lutter contre le terrorisme et
la criminalité, en particulier dans les pays en développement.

- Promouvoir et appliquer des lois et politiques non discriminatoires


pour le développement durable.

6.17. Renforcer les moyens de mettre en œuvre le Partenariat mondial


pour le développement durable et le revitaliser

Améliorer, notamment grâce à l’aide internationale aux pays en développement, la


mobilisation de ressources nationales en vue de renforcer les capacités nationales de
collecte de l’impôt et d’autres recettes.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 99
Faire en sorte que les pays développés honorent tous les engagements pris en matière
d’aide publique au développement, notamment celui pris par nombre d’entre eux de
consacrer 0,7 pour cent de leur revenu national brut à l’aide aux pays en développement,
et d’en consacrer entre 0,15 pour cent et 0,20 pour cent à l’aide aux pays les moins
avancés, les fournisseurs d’aide publique au développement étant encouragés à
envisager de se donner pour objectif de consacrer au moins 0,20 pour cent de leur
revenu national brut à l’aide aux pays les moins avancés.

Mobiliser des ressources financières supplémentaires de diverses provenances en faveur


des pays en développement.

Aider les pays en développement à rendre leur dette viable à long terme au moyen de
politiques concertées visant à favoriser le financement de la dette, son allégement ou sa
restructuration, selon le cas, et réduire le surendettement en réglant le problème de la
dette extérieure des pays pauvres très endettés.

Adopter et mettre en œuvre des systèmes de promotion de l’investissement en faveur


des pays les moins avancés.

Qu’à la technologie:

Renforcer l’accès à la science, à la technologie et à l’innovation et la


coopération Nord-Sud et Sud-Sud et la coopération triangulaire régionale et
internationale dans ces domaines et améliorer le partage des savoirs selon des modalités
arrêtées d’un commun accord, notamment en coordonnant mieux les mécanismes
existants, en particulier au niveau des organismes des Nations Unies, et dans le cadre
d’un mécanisme mondial de facilitation des technologies.

Promouvoir la mise au point, le transfert et la diffusion de technologies


respectueuses de l’environnement en faveur des pays en développement, à des
conditions favorables, y compris privilégiées et préférentielles, arrêtées d’un commun
accord.

Faire en sorte que la banque de technologies et le mécanisme de


renforcement des capacités scientifiques et technologiques et des capacités d’innovation
des pays les moins avancés soient pleinement opérationnels d’ici à 2017 et renforcer
l’utilisation des technologies clefs, en particulier de l’informatique et des
communications.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 100
Pour ce qui est du renforcement des capacités :

Apporter, à l’échelon international, un soutien accru pour assurer le


renforcement efficace et ciblé des capacités des pays en développement et appuyer ainsi
les plans nationaux visant à atteindre tous les objectifs de développement durable,
notamment dans le cadre de la coopération Nord-Sud et Sud-Sud et de la coopération
triangulaire.

Du coté Commerce :

Promouvoir un système commercial multilatéral universel, réglementé,


ouvert, non discriminatoire et équitable sous l’égide de l’Organisation mondiale du
commerce, notamment grâce à la tenue de négociations dans le cadre du Programme de
Doha pour le développement.

Accroître nettement les exportations des pays en développement, en


particulier en vue de doubler la part des pays les moins avancés dans les exportations
mondiales d’ici à 2020.

Permettre l’accès rapide de tous les pays les moins avancés aux marchés en
franchise de droits et hors contingent, conformément aux décisions de l’Organisation
mondiale du commerce, notamment en veillant à ce que les règles préférentielles
applicables aux importations provenant des pays les moins avancés soient transparentes
et simples et facilitent l’accès aux marchés.

Questions structurelles Cohérence des politiques et des structures


institutionnelles :

Renforcer la stabilité macroéconomique mondiale, notamment en favorisant


la coordination et la cohérence des politiques.

Renforcer la cohérence des politiques de développement durable.

Respecter la marge de manœuvre et l’autorité de chaque pays en ce qui


concerne l’élaboration et l’application des politiques d’élimination de la pauvreté et de
développement durable

Partenariats multipartites :

Renforcer le Partenariat mondial pour le développement durable, associé à


des partenariats multipartites permettant de mobiliser et de partager des savoirs, des

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 101
connaissances spécialisées, des technologies et des ressources financières, afin d’aider
tous les pays, en particulier les pays en développement, à atteindre les objectifs de
développement durable.

Encourager et promouvoir les partenariats publics, les partenariats public-


privé et les partenariats avec la société civile, en faisant fond sur l’expérience acquise et
les stratégies de financement appliquées en la matière.

Données, suivi et application du principe de responsabilité :

D’ici à 2020, apporter un soutien accru au renforcement des capacités des


pays en développement, notamment des pays les moins avancés et des petits États
insulaires en développement, l’objectif étant de disposer d’un beaucoup plus grand
nombre de données de qualité, actualisées et exactes, ventilées par niveau de revenu,
sexe, âge, race, appartenance ethnique, statut migratoire, handicap et emplacement
géographique, et selon d’autres caractéristiques propres à chaque pays.

D’ici à 2030, tirer parti des initiatives existantes pour établir des indicateurs
de progrès en matière de développement durable qui viendraient compléter le produit
intérieur brut, et appuyer le renforcement des capacités statistiques des pays en
développement.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 102
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
1. Autret. Fe et Duval G. 2006 «Où en est le marché du C0 2?» Alternatives
économiques
2. Beaumais O. et Chiroleu-Assouline. M. 2002, Economie de l’environnement,
Amphi Bréal,
3. Boemere. C et Hourcade. J-C 2005. «Les instruments économiques au service de
l’envronnement, une efficacité mal comprise ». cahiers français n°327.
4. De Perthuis.Ch 2006. «la finance carbone». Revue d’économie financière ;
téléchargeable de http : // doc-iep.univlyon2. fr/ Ressources/ Bases/
sommaire.html ? ID=927
5. Duval. G. 2006. «climat: on en parle mais on ne fait rien » Alternatives
économiques ; consultables sur http : // www.alternatives-économiques.fr/
climat-on-en-parle-beaucoup-mais-on-ne-fait-presque-
rien_fr_art_206_24236.html
6. Gaulier.G. & Kousnetzeff. N.2007. La mesure des liens entre environnement et
croissance, l’économie mondiale, coll. Repères, La découverte.
7. Guesnerie. R. 2003 «Kyoto et l’économie de l’effet de serre» rapport du CAE.
Téléchargeable de http : // www.cae.gouv.fr/ spip.php?article90
8. Guesnerie. R. 2005. «Pourquoi un marché de permis d’émissions? Les cas du
protocole de Kyoto» cahiers français.
1. Fiedler F.E., Chemers M.M. Leadership and effective management, Scott,
Foresman and Company, 1974.
2. Friedberg, E. (1988) L’analyse sociologique des organisations, Paris, Éditions
l'Harmattan, coll. «POUR Nº28», 123 p.
3. Guiot, J.M. (1998) Organisations sociales et comportements. Montréal, Les
Editions Agence d’Arc Inc. Et Les Editions Hommes et Techniques, 213 p.
4. Hatch, M.J. (2000) Théorie des organisations. De l'intérêt de perspectives
multiples, Bruxelles, Editions De Boeck-Université, coll. «Management», 411 p.
5. Hellriegel, D. et Slocum, J.W.(2006) Management des organisations, 2 e édition,
De Boeck et Lancier, Bruxelles.
6. Livian, Y.F. (2000) Introduction à l’analyse des organisations, 2es Editions
Economica, coll. «Gestion Poche», 109 p.
7. Jurgensen. Ph. 2009, L’économie verte, Odile Jacob
8. Lévêque. Ch et Sciama. Y. 2005. «Développement durable». DUNOS. 226p.
Cours de Population, Environnement et Développement
Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 103
9. Lévêque. F. 2004. «Economie de la réglementation» la découverte.
10. Lipietz. A., Bureau. D., Hourcade. J-Ch., Godart. O. et Henry. Cl.
1998 « Fiscalité de l’environnement » rapport du CAE.
11. Michel P. TODORO (1989) Economic Development in the World, 4è éd.
Longam : New York.
12. Kimpianga, M. (2007) La problématique du développement, Editions Presses de
l’Université Libre de Luozi, 365 p.
13. Mintzberg, H. (1982) Structure et dynamique des organisations, Paris, Editions
d’Organisation, coll. «Les références», 440 p.
14. Mintzberg, H. (1990) Le Management. Voyage au centre des organisations,
Paris, Editions d’Organisation, coll. «Poche», 576 p.
15. Mintzberg, H. (1999) «Nous vivons dans le culte du management», in: Cabin,
Ph. Les organisations. État des savoirs, Editions Sciences Humaines, Auxerre
Cedex, pp. 91-99.
16. Muzingu, B. (2007) «Comportement organisationnel des sites de coopératives
maraîchères de Kinshasa vis-à-vis des contraintes environnementales», in: Nizet,
J. et Pichault, F. (Dir.), Les performances des organisations africaines.
Pratiques de gestion en contexte incertain, Paris, Editions l'Harmattan, coll.
«Conception et Dynamique des organisations », pp. 89-106.
17. Muzingu, B. 2017. Cours de protection de l’environnement. G3 Biologie
Chimie. Université Baptiste au Congo, Kikongo, 50 p.
18. Muzingu, B. 2018. Cours d’écodéveloppement. L1 Gestion de l’environnement.
Université du Kwango, Kenge, 75 p.
19. Muzingu, B. 2018. Cours de Développement Communautaire et Durable.
Licence 1. Université du Kwango, Kenge, 125 p.
20. Nizet, J. et Pichault, F. (1995) Comprendre les organisations. Mintzberg à
l’épreuve des faits», Paris, Éditions Presses Universitaires de France, coll.
«Gaëtan morin», 315 p.
21. Nizet, J. et Pichault, F. (2007) «Conclusion», in: Nizet, J. et Pichault, F. (Dir.),
Les performances des organisations africaines. Pratiques de gestion en contexte
incertain, Paris, Editions l'Harmattan, coll. «Conception et Dynamique des
organisations », pp. 225-262.
22. Petit. O. 2004. Entreprises et environnement. Rapport à la commission des
comptes et de l’économie de l’environnement. Ministère de l’écologie et du
développement durable. La documentation française.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 104
23. Pfeffer, J. (1981) «Power in Organizations ». Pitman publishing: Marshfield,
Massachutts, 371 p.
24. Pfeffer, J. et Salancik, G.R. (1978) «The External Control of Organizations. A
Resource Dependence Perspective ». Harper and Row, New York, 300 p.
25. Plane, J.M. (2003) Théorie des organisations, Paris, 2e Ed Donod, coll. «Les
Topos», 123 p.
26. Ronnins, S et Decenzo, D. (2008) Management des concepts et pratiques, 6 è
édition, Paris.
27. Schermerhorn, J.R., Templer, A. J., Cattaneo, R.J., Hunt, J.G., Osborn, R. N.
(1994) Comportement humain et organisationnel, Editions Du Renouveau
Pédagogique, 665 p.
28. Sirven, N. (2004) Capital social et développement. Concept, théories et éléments
empiriques issus du milieu rural de Madagascar, Thèse de Doctorat de Sciences
Économiques, Université Montesquieu, Bordeaux.
29. Rotillon. G. 2005. L’économie des ressources naturelles, Repères la découverte.
30. Vallée. A. 2002. L’économie de l’environnement, Points Le Seuil.

Cours de Population, Environnement et Développement


Prof Dr Blaise MUZINGU (PhD) Page 105