Vous êtes sur la page 1sur 51

Formation des JAs sur la

Présence digitale et le
Blogging

Aymar Sossou & Aurelle Noutahi


1
Programme
Module 1: Présence Digitale
1. Facebook
2. Twitter
3. Instagram

Module 2: Blogging
1. Définition de l’objectif et de l’audience du blog
2. Creation du blog sur le site du CS4FP
3. Présentation du blog
4. Stratégie de production de contenus
5. Stratégie de promotion d’un blog
6. Stratégie d’analyse des statistiques d’un blog

Module 3: Recherche et
traitement de contenus
1. Couvrir un évènement
2. Veille
3. Curation de contenu

Bonus: Quelques outils utiles

2
Module 1: Présence Digitale
Les récentes évolutions technologiques et la démocratisation de l’internet
ont modifié nos habitudes de communication. Internet et les médias
sociaux sont devenus des leviers indispensables de communication et de
développement avec un nombre sans cesse croissant d’internautes.

Les organisations doivent alors prendre conscience de la nécessité de


développer une présence digitale, ceci dans l’objectif d’augmenter leur
notoriété, communiquer efficacement sur leur idées et entretenir une
relation de proximité avec leur cible.

En effet, grâce aux réseaux sociaux, il est très facile d’atteindre en un


temps record un grand nombre de personnes via la création de contenus
qui seront référencés puis relayés. Les réseaux sociaux constituent donc
un excellent moyen pour attirer, convertir et mobiliser des personnes vers
l’atteinte de vos objectifs. Ils vous permettent d’être à l’écoute et en
parallèle d’avoir une meilleure maîtrise de la diffusion d’information, en
vous donnant accès à des informations précieuses sur la vision que votre
audience a de vos activités. 

Nous aborderons dans notre présentation les trois réseaux sociaux les
plus populaires que sont: Facebook, Twitter et Instagram.

1. Facebook
Facebook est devenu un incontournable réseau social en matière de
communication. C’est pourquoi, choisir de créer une page Facebook pour
atteindre des objectifs types est la meilleure option qui soit.

I. Comment créer une page sur Facebook :


Ce processus est réparti en plusieurs étapes.

Tout d’abord, il faut renseigner le champ d’informations générales pour


votre activité:

3
Commencez par cliquer sur le lien suivant: https://www.facebook.com/
pages/create.php

Sur cette page, choisir la catégorie entreprise, organisme ou institution.

Gardez à l'esprit que vous pouvez changer la catégorie et le nom de votre


activité plus tard si nécessaire.

Ensuite, il vous faudra indiquer les informations suivantes sur votre Page.

A propos - Vous disposez de 155 caractères pour décrire votre page.


Cette description apparaît en bonne place en haut de votre page
Facebook. Soyez aussi descriptif et précis que possible.

URL - L'adresse Web de votre organisation.

URL Facebook / nom d'utilisateur - Vous avez la possibilité de choisir


une adresse web Facebook unique pour votre page, à savoir
facebook.com/votredénomination.

(Dans certains cas, Facebook va demander à ce que vous atteigniez 25


fans avant de pouvoir débloquer la fonctionnalité adresse web Facebook
personnalisée.)

Photo de profil - Téléchargez une image de profil principale / ou icône


pour votre page. Cette photo apparaît comme icône chaque fois que vous
commentez un post ou publiez dans un flux d’actualité. Les images ayant
des dimensions carrées sont les meilleures. Facebook va découper les
photos rectangulaires pour qu’elles soient carrées. Les photos de profil
doivent avoir au moins 180 pixels de largeur sur 180 pixels de hauteur.

Ensuite, il faudra créer l’image de couverture dont les dimensions doivent


être au minimum de 851 pixels de largeur sur 315 pixels de hauteur.

Lorsque vous téléchargez une photo de couverture sur votre page, la


photo est ajoutée comme une mise à jour sur votre mur. Si vous éditez la
description de la photo, vous pouvez ajouter un message à la mise à jour.

4
Vous devrez aussi compléter les informations de votre Page:
Vous pouvez compléter votre Page en ajoutant plus d’informations à la
section Information sur la Page. Pour y accéder, il faudra cliquer sur
« Paramètres » situé en haut de la barre de menu.

Votre nom et la catégorie de votre page y sont déjà inscrits. Les


informations les plus utiles qui pourraient être ajoutées sont:

Date de début - La date où vos activités ont commencé.

Adresse – Pour que les gens à proximité de vous puissent vous retrouver
via Facebook.

Longue description et Mission - Ajouter des détails supplémentaires qui


expliquent votre activité est une excellente façon d'aller au-delà de la
description de 155 caractères qui apparaît sur la page principale.

Numéro de téléphone / adresse e-mail - Ajouter des informations de


contact supplémentaires.

Tous ces détails apparaîtront sur l'onglet «  A propos  » de votre page


Facebook.

Enfin, il faudra ajouter des collaborateurs à votre Page:

Si vous prévoyez de partager vos tâches de communication Facebook


avec une équipe, vous aurez besoin d’accorder l'accès à différentes
personnes et pour différents rôles.

Voici les rôles que vous pouvez choisir:

Administrateur – Peut gérer les rôles et les paramètres de Page, éditer la


page, envoyer des messages et publier comme la page, créer des
annonces, voir quel administrateur a créé un poste ou commentaire, et
consulter les statistiques.

Editeur - Peut éditer la page, envoyer des messages et posts de la page,


créer des annonces, voir quel administrateur a créé une publication ou
commentaire, et consulter les statistiques.

5
Modérateur - Peut réagir et supprimer les commentaires sur la page,
envoyer des messages comme la page, voir quel administrateur a créé
une publication ou commenter, créer des annonces, et consulter les
statistiques.

Annonceur - Peut voir quel administrateur a créé une publication ou un


commentaire, créer des annonces et consulter les statistiques.

Analyste - Peut voir quel administrateur a créé une publication ou


commenter et consulter les statistiques.

Pour ajouter des collaborateurs, allez à vos paramètres de la page et la


section «page Rôles». Vous pouvez taper le nom d'un ami Facebook ou
personne qui a aimé votre page.

II. Comment gérer une page Facebook:


Pour le faire, vous devez avoir connaissance des aspects que voici:

A. Le recrutement des fans


Lorsque votre page est créée, vous devez « recruter » des fans. Pour cela,
n'hésitez pas à inviter vos amis à aimer la page sur Facebook.
Communiquez aussi largement que possible sur l'existence de votre page
à l'extérieur, en insérant un « badge » sur votre site ou en insérant
l'adresse de votre page dans vos signatures de mail.  Facebook propose
aussi un module de publicité payante, payable au clic ou à la journée de
publicité.

B. Les précautions à prendre pour l'animation de la page


Facebook est assez pointilleux sur le règlement, une veille régulière les
conditions d'utilisation du réseau social est donc à effectuer
régulièrement, d'autant que le réseau social peut changer les règles du
jour au lendemain. D'une manière générale, n'utilisez jamais un compte qui
n'est pas relié à une personne physique pour créer une page d'entreprise.
Facebook interdit les « faux-profils ». Si un profil à l'origine d'une page est
supprimé, cette dernière l'est aussi. 

6
C. La programmation des statuts, l’ajout des niveaux
d'administrations (rôles)
Comme vu dans la session précédente, Facebook permet aux
gestionnaires d'une page Facebook d'attribuer jusqu'à 5 rôles différents à
des co-administrateurs, avec des droits plus ou moins élargis. Vous
pouvez donc avec les membres de votre équipe, gérer efficacement une
page Facebook.


La fonctionnalité de programmation de statuts est disponible directement
depuis la fenêtre de partage de statuts Facebook. Il est possible de
planifier la publication d'un statut de 10 minutes à 6 mois en avance, par
intervalles de 15 minutes entre chaque publication. Facebook propose
également aux administrateurs de pages de planifier ou d’antidater une
publication, ou encore la sauvegarder en brouillon.

D. Quand poster sur votre page?


En général, il est difficile de déterminer un timing pour les posts sur
Facebook. Cependant, des horaires de publication permettent de générer
un nombre plus élevé de mentions J’aime, commentaires, partages et
clics :

• Pour un succès optimal, il faut publier votre contenu sur Facebook


entre 12h et 15 h, et ce les lundi, mercredi, jeudi ou vendredi.

• De même que le samedi et dimanche entre 12h et 13 h.

Ne vous contentez pas pour autant de suivre aveuglément ces données.


Pour trouver le créneau qui convient le mieux à votre activité, vous devrez
tester différents horaires et analyser les résultats grâce aux statistiques de
Page Facebook ou tout autre outil de mesure.

III. Types de contenus:


Il faut nécessairement que le contenu visuel occupe la majeure partie de
votre stratégie Facebook.

7
Les différents contenus varient selon l’audience mais n’en sont pas moins
utilisés. Nous pouvons noter:

- des infographies

- des articles

- des images

- des vidéos

2. Twitter
Twitter est un lieu d’échanges interactifs professionnels. C’est une
plateforme de microblogging qui permet d’échanger des courts messages
(140 caractères) ainsi que des photos ou des liens. Vous pouvez y suivre
différents comptes de personnes ou entreprises qui vous intéressent. Et
c o n t r a i re m e n t à F a c e b o o k , c e s a b o n n e m e n t s n e s o n t p a s
automatiquement réciproques.

Twitter est un moyen efficace pour faire de la veille sectorielle, trouver de


l’information précise et en diffuser soi-même.

I. Comment créer un compte sur Twitter:


• Sur iPhone

Télécharger Twitter pour iPhone. Sur l'écran d'accueil de l'application,


cliquer sur S'inscrire. Remplissez tous les champs du formulaire et cliquer
sur "S'inscrire". Sur l'écran suivant, Twitter vous propose de choisir des
comptes à suivre.

• Sur Android
Télécharger Twitter pour Android. Sur la page d'accueil de l'application,
cliquez sur S'inscrire Remplissez chaque champ du formulaire et cliquer
sur "S'inscrire". Sur l'écran final, Twitter propose de choisir des comptes à
suivre.

8
• Sur le Web
Aller sur www.twitter.com puis cliquez sur S’inscrire. Remplissez chaque
champ du formulaire et cliquer sur le bouton "S'inscrire". Sur l'écran final,
Twitter propose de choisir des comptes à suivre.

A. Ajout des premiers comptes


Une fois inscrit, Twitter affiche un court tutoriel pour expliquer le
fonctionnement et l'interface du site.

Choisissez ensuite des comptes à suivre en rapport avec vos centres


d'intérêts ou des comptes de personnes que vous connaissez !

Ci-dessous une sélection de comptes Twitter à suivre pour commencer :

@oscpfafrique, @pouagapf , @etrilabs , @Intrahealth

B. Créer un réseau et élargir son champ d'action


Le premier élément, qui fait de Twitter une application indispensable pour
développer son activité sur Internet, est sa capacité à  former et à
regrouper un réseau. 

Ce principal atout permet de  concentrer votre cible  sur une même
plateforme mais il offre aussi et surtout la  possibilité de les trouver. Une
façon comme une autre de se faire connaître et d'élargir son champ
d'action, d'autant plus que lorsqu'une nouvelle institution débarque sur le
réseau, les utilisateurs s'empressent en général de transmettre
l'information. 

Astuce:  pour informer votre audience de votre présence sur  Twitter,


pensez à  mettre en avant votre compte sur votre site  en y ajoutant une
icône ou un bouton pointant vers votre profil. 

C. Renforcer votre identité et votre présence sur Internet


Si Twitter peut être un bon outil pour une campagne de communication, il
faut savoir maîtriser auparavant l'identité de votre activité  et veillez à
soigner votre empreinte sur le réseau. Remplir correctement votre profil
avant toute forme d'action est ainsi primordial. Pour cela, aller dans les

9
paramètres de votre compte en cliquant sur la rubrique  « Paramètres »,
puis allez dans l'onglet « Compte » et suivez les conseils ci-dessous :

- « Plus d’info url » : renseignez l'adresse Internet de votre site web. Ce

champ est quasi indispensable si vous voulez que vos contacts puissent

se diriger vers votre site officiel lorsqu'ils regardent votre profil.

- « Online bio » : ce champ peut s'apparenter à votre carte d’identité.

Tâchez d'être précis et de noter les mots clés qui définissent le mieux

votre entreprise. C'est une partie qui sera ensuite indexée par les moteurs

de recherche. Attention tout de même, car vous êtes limité à 160

caractères !

- « Location » : cette rubrique peut être déterminante car certains

utilisateurs cherchent quelques fois des contacts à suivre proches de

chez eux. Renseigner ce champ est donc stratégiquement judicieux

pour attirer de nouveaux fans et trouver une cible de proximité.

- « Protéger mes tweets » : En tant qu'« entreprise », il est conseillé de

ne pas cocher cette case pour être plus rapidement connu des membres

de Twitter, il vaut mieux proposer un profil ouvert avec un accès libre et ne

pas « se cacher » derrière un profil privé.

- Dans un second temps cliquez sur « Photo » et choisissez une photo de

profil représentant au mieux à votre entreprise. Bien évidemment si vous

avez un logo n'hésitez pas à l'utiliser, il permettra de vous identifier au

premier coup d’oeil.

- Dans un troisième temps, allez dans l'onglet « Design ». Cette option

vous permet de personnaliser votre page Twitter. Veillez bien à ce que

le code couleur de votre page soit en rapport avec celui de votre site car

cela fait aussi partie de votre identité numérique.

10
D. Soigner l'habillage visuel de son compte Twitter

- Choisir une image d'entête


A l'image des  couvertures Facebook pour les pages d'utilisateurs et
d'entreprise, Twitter permet à ses membres de personnaliser l'identité
visuelle de leur compte. 

Pour cela, la plateforme permet d'afficher un visuel de son choix dans
l'en-tête de son profil, pour en améliorer la visibilité auprès de la
communauté.

• Par défaut, l'emplacement de l'en-tête est remplacé par un fond grisé.

• L'image du profil est complémentaire de l'entête : il est donc important


de soigner la présentation graphique de l’ensemble.

• La bio (description du profil) est mise en valeur dans l'en-tête : bien


choisir la phrase d'accroche, et ajouter l'URL de son site web le cas
échéant.

• Important :  les dimensions recommandées sont de 1500 x 500 pixels


pour la photo de couverture, 400 x 400 pixels pour la photo de profil,
1280 x 1024 pixels pour la photo du background et 440 x 220 pixels
pour les photos affichées dans un tweet.  La taille maximale de fichier
autorisée est de 5 Mo.

Pour changer l'image d'en-tête ou la photo de profil cliquer sur « Editer le


profil »:  Sélectionner « Changer votre photo de bannière » ou « Changer
votre photo de profil  » puis «  enregistrer les modifications  » quand vous
avez fini.

E. Sécuriser son compte Twitter


En attendant l'arrivée de l'authentification forte sur Twitter, voici quelques
conseils pour sécuriser son compte, et réduire le risque d'usurpation
d'identité :

• Choisir un mot de passe complexe, et désigner des administrateurs de


confiance pour gérer le compte

11
• Faire attention aux tentatives de phishing : par emails, et par messages
directs (DM), ces derniers peuvent renfermer des liens pointant vers des
pages web infectées.

• Se méfier des URL raccourcies suspectes. Utiliser des services


permettant de visualiser les pages de destination avant de cliquer.
Comme longurl.org par exemple.

II. Comment gérer un compte Twitter:


Au-delà des fonctionnalités et des avantages que peuvent apporter un
blog d'entreprise ou un profil Facebook, Twitter met considérablement
l'accent sur l'information en temps réel et l'instantanéité, l'objectif étant de
favoriser l'interaction avec vos contacts. En réalité c'est un excellent
moyen d'instaurer le dialogue avec votre audience.

Pour bien communiquer sur Twitter il faut suivre quelques règles.

A. Décidez de votre objectif. Pourquoi utilisez-vous Twitter?

Certains utilisateurs de Twitter utilisent le réseau social pour construire la


marque de leur entreprise. Il y a des blogueurs qui utilisent la plateforme
pour partager des idées et des articles et pour voir ce que d'autres
écrivent. Certaines encore vérifient Twitter pour les nouvelles, tandis que
d'autres veulent voir ce que les célébrités ou des amis ont à dire. La
définition de vos objectifs vous aidera à décider qui suivre et quel type
d'information partager.

B. Se concentrer sur votre passion


Il y a des millions d'utilisateurs de Twitter qui tweetent des milliers de
morceaux d'information chaque seconde. Il est facile de se laisser
submerger et de se perdre dans ce bruit. Plutôt que d'essayer de tremper
dans tout, concentrez vous sur votre passion. De plus, cela vous
permettra d’attirer des utilisateurs qui ont des intérêts similaires et
progressivement devenir un influenceur du domaine.

12
C. Définissez votre activité
Voulez-vous vous spécialiser dans un sujet pour attirer un public ciblé?
Ou voulez-vous être plus général et tweeter sur de nombreux sujets?
Voulez-vous que vos tweets soient drôles et décontractés ou très
professionnels? Quel est votre objectif? En le définissant, cela vous aidera
à identifier qui suivre et quoi tweeter.

D. Déterminez votre stratégie

Si votre objectif est d’influencer, vous devriez adopter une stratégie basée
sur la communication et attirer l'attention. Pour ce faire, vous devrez
tweeter fréquemment et engager les autres utilisateurs.

Si vous utilisez Twitter pour être au courant des actualités, apprendre ou


effectuer des analyses, vous devez être à l'écoute. Vous aurez besoin de
trouver qui sont ceux qui peuvent fournir le contenu qui vous intéresse et
les suivre. Vous devrez aussi apprendre à utiliser les outils de filtrage, y
compris les hashtags et listes Twitter.

E. Prenez une bonne image


Utilisez une image ou le logo de votre organisation. Cette image apparaîtra
sur votre profil, à côté de tout commentaire que vous faites sur Twitter. Si
vous voulez que les gens vous reconnaissent facilement, assurez-vous
que l'image est adapté et de bonne qualité.

F. Trouver vos mots-clés


Utilisez Google pour trouver les mots clés qui sont courant dans votre
secteur. En d'autres mots, puiser dans le trafic existant plutôt que de créer
de nouveaux mots clés.

G. Rechercher et identifier vos #hashtags

Les hashtags Twitter permettent aux utilisateurs de participer à une


conversation Twitter à grande échelle. Ils vous permettent de découvrir les
conversations de tendances, et décider lesquels vous souhaitez intégrer.
Ils vous aident également à communiquer avec les utilisateurs qui ont des

13
intérêts similaires. Pour créer un hashtag, placer # devant un mot et
utilisez un maximum de deux hashtags par tweet.

H. Améliorer votre profil avec des mots clés


Une fois que vous avez décidé de l’objectif de votre compte Twitter, vous
pourrez insérer des mots clés dans votre description de profil afin d’être
facilement vu dans les recherches.

I. Publier votre Identité Twitter

Que ce soit dans votre signature de courriel, au bas des articles que vous
écrivez ou encore sur d’autres sites, insérez votre profil Twitter. Cela vous
permet de montrer aux gens que vous êtes sur Twitter et de les aider à
vous trouver.

J. Déterminer qui suivre ou de qui vous voulez être suivi

La meilleure façon de construire votre réseau est d’adresser votre contenu


spécifiquement à ceux qui seraient intéressés à vous suivre et de le rendre
vraiment intéressant et précieux pour eux.

K. Choisissez vos listes


Les listes Twitter vous permettent d'écouter des conversations
pertinentes, identifier les influenceurs et de filtrer les informations de sorte
à pouvoir vous concentrer sur les personnes et les sujets qui vous
intéressent.

L. Utiliser Tweetdeck ou HootSuite pour gérer vos comptes


Tweetdeck est un tableau de bord qui permet de suivre en temps réel
l’information, de l’organiser selon vos propres besoins pour mieux la
trouver et l’exploiter par la suite. Autrement dit, Tweetdeck vous permet
d’organiser votre veille, gérer vos tweets et toute votre activité Twitter
(followers, mentions, RT, messages, hashtags..).

Hootsuite est un tableau de bord qui permet de veiller sur les réseaux
sociaux et d’y partager du contenu.  Il est composé de colonnes que
l’utilisateur détermine lui-même. C’est comme TweetDeck, mais pour

14
l’ensemble des réseaux sociaux. On peut par exemple afficher une
première colonne qui correspond à notre fil d’actualité Twitter, une
seconde qui correspond aux publications de notre page Facebook, puis
une autre qui rassemble nos interactions Twitter et ainsi de suite. De cette
manière, vous pouvez veiller sur vos pages, mais aussi sur des sujets qui
vous intéressent.

III. Types de contenus et temps de publication


Sur Twitter, vous pourrez diffuser comme contenu:

- des photos ou videos

- des gif

- des liens

- des citations.

Pour mettre du contenu sur votre page twitter, la meilleure tranche horaire
serait du lundi au vendredi à 15h.

3. Instagram
Instagram est une application mobile téléchargeable sur les smartphones
(Android et iPhone) et tablettes. Elle sert à partager des photos et des
vidéos pour immortaliser nos moments spéciaux.

I. Comment créer un compte Instagram ?

Créer un compte Instagram, c’est très simple. Vous devez d’abord


commencez par téléchargez l’application sur votre portable.

Si vous utilisez un iPhone, connectez-vous sur votre compte Appstore


puis télécharger l’application gratuite Instagram.

Si vous utilisez un Smartphone Android (Galaxy, HTC ou autres), allez sur


Play Store et télécharger l’application Instagram.

Ensuite, ouvrez l’application Instagram, puis cliquez sur « s’inscrire ».

15
Entrez vos informations (email, nom d’utilisateur, mot de passe, téléphone,
image) et cliquez sur «  terminer  ». Vous pouvez également vous inscrire
avec votre compte Facebook.

Pour commencer, voici une sélection de comptes Instagram à suivre :

- pouagapf

- oscpfafrique

Comme vous pouvez le constater, il y a une consistance dans les noms


des comptes du Partenariat de Ouagadougou et du CS4FP sur tous les
réseaux sociaux. Il faudra faire attention à avoir cette consistance pour vos
comptes également.

II. Comment gérer son compte Instagram ?

Gérer une page semble être devenu quelque chose de banal tellement les
nouvelles technologies nous offre régulièrement cette opportunité. Mais
comment travailler sa visibilité sur Instagram? Autrement dit, comment
animer son compte Instagram ?

A. Bien renseigner son profil Instagram.

Etes-vous sur Instagram pour partager des photos et suivre vos amis ? Ou
êtes-vous une organisation qui voudrait se faire connaître  ? Dans le
second cas, il faut pouvoir choisir un nom d’utilisateur cohérent avec
l’univers de sa marque (ou simplement le nom de l’entreprise)  ; Pour
commencer,

• Aller dans « modifier le profil » ;

• Ajouter une photo, une biographie (courte description) et un lien vers le


site web de votre organisation.

B. Connecter son compte Instagram avec d’autres réseaux sociaux.


Cette étape est importante en vue de créer une synergie entre Instagram
et les différents réseaux sociaux sur lesquels l’entreprise est présente.

Ainsi depuis l’application :

16
• Entrez dans Options, puis Compte, puis Paramètre de partage  : cet
écran permet d’activer la synchronisation avec Facebook, Twitter et bien
d’autres.

En synchronisant ces services, il sera possible :

• De multiposter une image prise avec Instagram sur ces réseaux sociaux

• De permettre à des abonnés/relations sur d’autres réseaux de trouver


plus rapidement votre profil Instagram à travers l’option « retrouver des
amis ».

C. Connecter son compte Instagram avec le site web de l’entreprise.


L’organisation peut également donner une meilleure visibilité aux images
issues d’Instagram sur son propre site Internet. L’ajout de plug-ins, pour
un site basé sur le CMS Wordpress par exemple, simplifie l’agrégation du
flux d’images. Certaines applications peuvent également générer un code
html ou iframe, afin d’insérer un flux d’images dans une colonne ou une
page.

D. Donner de la visibilité à son compte Instagram

Pour ce faire :

• Il faut communiquer autour de son profil :

• Partager quelques photos originales/personnalisées sur son profil depuis


l’application mobile, et s’abonner à des profils, pour inciter les
utilisateurs intéressés à vous suivre (le fil d’actualités ne doit pas être
vide) ;

• Partager ensuite son identité Instagram sur les réseaux sociaux ;

• Ajouter l’URL/le nom de son profil Instagram en signature électronique


de ses e-mails ;

• Penser à orienter les internautes qui n’utilisent pas l’application mobile


Instagram vers l’adresse web de son profil ;

17
• Créer un badge Instagram et l’importer sur son blog/site : en cliquant sur
ce badge, les internautes seront dirigés vers la page web correspondant
au profil Instagram. La création de badge est accessible en se
connectant via l’application web à l’adresse suivante  : http://
instagram.com/accounts/badges/ .

• Bien utiliser les hashtags ou « marqueurs »

En effet, ces hashtags (marqueurs, mots-clés) facilitent la découverte de


photos aux autres membres d’Instagram. Ils sont donc particulièrement
utiles pour améliorer la visibilité des contenus et inciter des abonnés à
s’abonner au profil.

Quelques conseils à cet effet ;

- Eviter d’utiliser les hashtags trop généralistes ou banals ;

- Les hashtags les plus courts sont souvent les plus utilisés ;

- Repérer les hashtags à la popularité croissante (trends) pour tirer parti


d’un buzz par exemple ;

- Diversifier les hashtags en utilisant des hashtags précis et plus


génériques ;

- Utiliser également les hashtags pour trouver des utilisateurs pertinents


et s’abonner à leur profil.

- Créer un lieu, géo localiser son entreprise

Géolocaliser une photo est une autre façon d’augmenter la visibilité des
images auprès des membres d’Instagram.

• Animer le compte Instagram de son business : conseils

- Utiliser les filtres et les fonctionnalités de retouche à bon escient avant


de partager une image ou une vidéo ;

18
- Ajouter une légende aux photos/vidéos, les géolocaliser. Taguer
eventuellement des personnes apparaissant sur une image (membres
d’Instagram) ;

- Adapter le type d’images partagées à l’objectif de communication


coulisses d’un évènement, images de nouveaux produits (ex : produits
artisanaux, mode), vie de l’entreprise.

- Publier des séries thématiques d’images/vidéos pour créer une histoire ;

- Publier des images avec du texte ;

III. Types de contenus

En général, il existe trois principaux types de messages que vous pouvez


publier dans votre flux Instagram. Il s’agit des photos, vidéos et stories.

Les photos ou vidéos partagées sur Instagram peuvent être visibles de


plusieurs façons : soit sur la page d’accueil du compte, où elles resteront
visibles en permanence à moins d’une action de suppression  ; soit en
mode « stories », c’est-à-dire visibles par les abonnés pendant une durée
maximale de 24 heures. Le mode « stories » adopté par Instagram depuis
août 2016 est inspiré du fonctionnement de Snapchat, et permet aussi de
partager de courtes vidéos directement auprès de ses contacts.

L’horaire optimal pour publier du contenu serait de 12h à 15 h du lundi au


vendredi. N’oubliez pas les différents fuseaux horaires. Si votre audience
se trouve aux quatre coins du globe, votre approche devra s’adapter.

19
Module 2: Blogging
1. Définition de l’objectif et de l’audience du blog
Avant de vous lancer dans la création de votre blog, il est important de
bien réfléchir à ce que vous allez y raconter, identifier pourquoi vous
voulez bloguer. Vous devez bien cadrer votre démarche, sinon vous
partirez dans tous les sens et vous essoufflerez rapidement.

I. Un objectif clair et précis


Si vous créez un blog c’est dans un objectif bien précis. Cela peut-être par
exemple pour :

• partager votre passion pour la couture et montrer vos créations au


monde

• partager les nouvelles recettes de cuisine que vous créez au quotidien

• partager vos tests et astuces de jeux vidéos

• Eduquer vos pairs sur leur santé sexuelle et reproductive et la


planification familiale

En déterminant l’objectif principal de votre blog, vous serez en mesure de


lui trouver :

• un titre, ex: «Jeunesse et Sexualité»

• un slogan, ex: « Parlons sans gêne de la santé sexuelle et reproductive


des jeunes»

• une cible, ex: « les jeunes et adolescents »

• une ligne éditoriale, ex: «  Des articles sur les méthodes de


contraception, la puberté, l’éducation sexuelle, des partages
d’expériences»

Tous ces exemples constituent de bons objectifs pour se lancer dans un


blog. Vous ne vous éparpillez pas, vous avez un seul objectif clair et
précis.

20
Vous êtes de plus dans une logique de partage d’expérience, ce qui aura
une grande valeur pour vos lecteurs. On apprécie les blogs aussi pour leur
côté conseil pratique vécu non orienté commercialement.

  

II. Une seule thématique


 Votre objectif principal doit être de partager votre passion en mettant tout
votre cœur à l’ouvrage et en essayant de la rendre à la portée des
internautes que vous voulez viser.

Ne multipliez pas les thématiques sur votre blog, vous risqueriez de perdre
une partie de votre lectorat et perturber vos positionnements dans les
moteurs de recherche.

Les moteurs de recherche en effet thématisent les sites et les blogs en leur
donnant plus de poids sur leur thématique de référence. Vous l’aurez
compris, si l’objectif principal de votre blog c’est de parler de la santé
sexuelle et reproductive des jeunes, n’y publiez pas des recettes de
cuisine.

III. Un titre pour synthétiser votre objectif


 

Une fois que que vous avez la ligne directrice de votre blog, il faudra
plancher sur un titre qui pourra être aussi utilisé comme nom de domaine.

Essayez de privilégier un titre court, facilement mémorisable, et / ou qu’on


retrouve dans les recherches des internautes (ça facilitera votre
démarrage).

Exemple : Cuisine d’Afrique (blog de cuisine) est un bon titre et un bon


nom de domaine (cuisinedafrique.com) . Il est également court et
facilement mémorable. 

Retenez qu’un bon titre de blog peut aider au référencement de vos


articles. Le titre de blog étant systématiquement repris dans le titre de vos
articles.

21
  

2. Création du blog sur le site du CS4FP

Pour créer votre blog sur le site du CS4FP, il faudra vous connecter sur
http://mafamilleplanifiee.org/monblog

3. Présentation du blog

I. L’à propos
Tout bloggeur ou toute bloggeuse, devrait avoir une présentation de base
de son blog toute prête. Cela est toujours utile à mettre dans un annuaire,
dans un livre collaboratif (plusieurs auteurs), sur un blog etc.

Voyons maintenant ce que doit comporter une bonne présentation.

• Vos nom et prénom


Par exemple : Je m’appelle Akuavi Bobo, et…

• Qui vous êtes et ce que vous faites


Le but à cette étape, est de vous présenter rapidement, en disant
l’essentiel.

Exemple : ...je suis chirurgien plastique et je pratique depuis 15 ans.

• Le nom de votre blog et un lien vers lui


Il est préférable de mettre le lien sous le nom.

Exemple : Depuis le 20 Avril 2013, j’anime un blog qui s’appelle Chirurgie


Plastique

• L’utilité de votre blog et ce qu’il apporte aux gens


L’objectif ici, c’est de dire en quelques mots, pourquoi les gens devraient
cliquer sur votre lien pour aller voir votre blog. Il urge donc de peaufiner
cette partie ; et pourquoi pas reprendre votre slogan s’il est percutant?

Par exemple  : ...sur lequel j’écris pour informer les personnes désirant
recourir à la chirurgie plastique ou médecine esthétique; partage mes
connaissances sur la chirurgie plastique et esthétique, les dernières
avancées dans le domaine et répond aux préoccupations des patients.

• Une partie que vous recommandez d’aller lire tout de suite


Ça c’est le petit plus: donner une action à réaliser sur le champ.

22
Exemple: Vous apprécierez particulièrement la rubrique chirurgie de
reconstruction qui vous informe sur la chirurgie réparatrice.

Maintenant c’est à vous de jouer.


Lorsque vous décidez de créer votre blog, dès que vous avez un moment
de libre, passez un petit quart d’heure à peaufiner votre présentation. Elle
doit être parfaite. Elle doit vous plaire. Et surtout, elle doit donner ENVIE
de visiter votre blog.

Une présentation de blog devrait être indissociable du blog lui-même. On


devrait même la retrouver sur une page spéciale de votre blog, afin que
ceux qui en ont besoin puisse l’utiliser.

Faites-là sérieusement et testez la souvent. C’est important pour votre


notoriété.

II. Les Widgets


A. Les essentiels
Qui parle de blog, parle de Widgets. t Mais tous les Widgets ne sont pas
utiles. On parlera ici donc, des Widgets essentiels qui certes sont en
nombre restreint mais rendent l’utilisation de vos blogs plus pratique. Tout
dépend aussi d’où vous les mettrez  ; dans une barre latérale (sidebar),
dans le pied de page (footer), dans un article, ou encore en front-page…

• Les articles similaires


Ce Widget n’à qu’une seule place, c’est-à-dire à la fin de l’article où vous
proposerez justement la lecture d’articles similaires à la vôtre. C’est un
bon moyen de faire rester vos lecteurs sur le blog pour un temps
supplémentaire.

• La liste des catégories


Ce Widget est à utiliser uniquement quand les catégories ne sont pas
disponibles dans votre menu principal. Si elles y sont, il est totalement
inutile de les remettre.

23
• La Newsletter
Il est uniquement opportun pour ceux qui disposent d’une newsletter. Il
permet en effet à vos lecteurs de s’y inscrire facilement. Ceux qui n’ont
pas de Newsletter, n’en ont pas besoin.

• A propos de vous
Une photo de vous et une courte bibliographie pour vous présenter sont
très recommandées pour un blog. Cela permet à vos lecteurs de coller un
visage sur vos paroles, vos créations. Il est conseillé de le mettre tout en
haut, dans le sidebar ou dans le footer.

• Les liens vers vos réseaux sociaux


Il est important d’envoyer vos lecteurs vers vos différentes pages pour
qu’ils puissent s’y abonner. Cependant, ne les envoyer pas dès qu’ils
arrivent sur votre site, il est préférable que ces liens soient inscrits au pied
de page. Cela éviterait notamment que vos visiteurs quittent votre site
pour votre page Facebook, surtout qu’ils ne vont pas souscrire à vos
pages sans connaître le contenu du blog.

• La barre de recherche
Cette barre peut se révéler très utile. C’est un Widget pratique et utile pour
les blogs lourds autrement dit qui ont beaucoup de contenus. A vos
débuts vous n’aurez pas besoin de ce Widget puisque vous n’aurez pas
encore assez d’articles. Ajoutez le plus tard, quand le besoin se fera sentir.

Ceci n’est pas une liste exhaustive des Widgets essentiels à la bonne
marche de vos blogs. D’autres Widgets peuvent s’avérer utiles s’ils sont
bien placés et s’ils apportent véritablement quelque chose comme une
information importante et unique, un complément à votre menu principal,
une mise en avant d’un service.

B. Les inutiles
Ils sont légions! Et certains sont vraiment à fuir! En voici quelques uns ...

• Les articles récents


Le plus connu de tous et le plus récent, sauf qu'il affiche le même contenu
que votre page d'accueil ou la page qui contient la liste de vos articles ...

24
pourquoi remettre 2 fois la même chose? Cependant, il peut trouver une
utilité en bas d'un article ou une page de front qui ne proposera pas la liste
de vos articles.

• La liste des derniers commentaires


On voit ce widget partout! Mais il ne sert à grand choisir au final, car
l'information fournie n’est pas pertinente.

• Articles populaires
La plupart des widgets se basent sur le nombre de commentaires d'un
article pour définir sa popularité, ce qui n'est pas vraiment pertinent. La
popularité est plus complexe et doit prendre en compte bien plus de
paramètres comme le nombre de vues, les partages, les avis, les notes, le
tout calculé sur une période de temps ...

• Les Flux RSS, Atom ...


Quasiment plus personne ne les utilise, donc vous pouvez les oublier.

• Nuage de mots-clés
Balancer une tonne de mots-clés dans le désordre n'a pas de sens. Les
mots-clés ou les étiquettes sont présentés sur la page de l'article et vos
lecteurs les suivent plus facilement pour voir les articles en rapport avec
ces-derniers.

• Quel temps fait-il? Météo dans votre ville


Bon constat et votre blog n'est pas sur le thème de la météo. Vous pouvez
oublier cet-ci. Il n'apporte aucune information pertinente en rapport avec
votre blog.

• Derniers Tweets, Fil d'actu Facebook et j'en passe ...


• Vidéo intégrée, glissière, galerie d'images, carrousel, pub …
• Calendrier, Archives ...
Il faut bien choisir ce que l'on veux mettre comme widget. Un widget
prend de la place, des ressources et alourdis les pages pour pas grand
chose. Si vous avez un doute sur l'utilité posez-vous les bonnes
questions: Est-ce il y a une redondance des informations? Apporte-t-il une
information pertinente ou une actualité intéressante? Enfin n'oubliez pas,
plus vous allez proposer de choix à vos visiteurs plus facilement ils se
perdront sur votre blog. Gardez donc l'essentiel!

25
4. Stratégie de production de contenus
La production de contenu est l’un des plus grands défis auxquels doivent
faire face les bloggers. Et ce défi est d’autant plus grand qu’il ne s’agit
pas simplement de créer du contenu, mais surtout du contenu de bonne
qualité, du contenu qui répond parfaitement aux besoins et aux questions
de votre audience et qui convertit un maximum de personnes.

Bien que cela semble basique, la création de contenu est un composant


vital du succès d’un blog. Quand elle est effectuée correctement, elle peut
se révéler d’une grande aide.

I. Les différents types d’articles de blog


On distingue 5 grands types d’articles de blog.

A. L’article de blog basé sur la curation


Les bloggers ont tendance à oublier que la création de contenu ne doit
pas être obligatoirement originale. Vous pouvez de façon sélective
rassembler et partager uniquement ce qui est pertinent en vous basant sur
d'autres ressources provenant du web. C'est ça la curation de contenu.

La curation de contenu a le même but que la création de contenu:


éduquer, engager, et attirer plus de lecteurs. Mais il y a un avantage
considérable: Vous gagnez du temps en empruntant un contenu qui existe
déjà au lieu de créer votre propre contenu, tout cela en donnant à votre
audience de nouvelles informations. Vous faites également gagner du
temps à votre audience parce qu’ils peuvent venir vers vous pour avoir
une compilation unique des meilleurs contenus sans avoir à tous les
trouver et les vérifier par eux-mêmes.

B. L’article de blog "Comment faire"


Un article de blog "comment faire" fait exactement ce qu'il décrit: il
enseigne au lecteur comment faire une chose en disséquant (suivant) une
série d'étapes.

26
Historiquement, ce genre de publication fonctionne bien pour une bonne
raison: nous voulons tous apprendre comment faire de nouvelles choses.
Si vous pouvez inclure des images ou une vidéo pour illustrer le
processus, vous aurez probablement un bien meilleur succès.

C. L’article de blog basé sur les listes


L’article de blog basé sur les listes, est l’un des plus populaires et facile à
écrire car il est plus difficile de se retrouver hors sujet quand on fait ce
type d’article de blog. Aussi, les lecteurs adorent les listes parce qu’ils
peuvent rapidement y trouver l'information qu'ils recherchent.

Pour qu’un article de blog basé sur les listes soit une réussite, il devrait
être organisé de façon logique. Il faudra organiser chronologiquement, de
la plus populaire à la moins populaire, ou par ordre alphabétique ( si vous
écrivez une liste de ressources ou un glossaire, par exemple), ou étape par
étape.

De plus, vous devriez toujours viser la consistance. Quelque soit l'ordre


que vous choisissez pour votre article, assurez-vous que chaque point a
approximativement la même longueur et la même tonicité. Etablissez votre
liste en utilisant des tirets ou des paragraphes avec la première phrase en
gras, et assurez-vous de les utiliser avec consistance. Une bonne règle de
base est de faire des tirets par liste avec un peu de texte par élément.

Enfin toujours se rappeler d'utiliser une liste numérotée, exemple: “5


méthodes de contraception pour les jeunes”.

D. L’article de blog basé sur les diapositives


Les présentations sont un excellent moyen de briser la monotonie du texte
avec des illustrations et de l’interactivité. Contrairement à l’article de blog
"comment faire" et les autres types d’articles de blog qui requièrent une
explication plus élaborée, ce type d’article contenant une présentation
peut permettre aux diapositives de présenter l'essentiel du sujet. Vous
n'avez vraiment pas besoin de beaucoup d’informations en supplément vu
que la présentation résume (compile) déjà très bien le sujet.

27
E. L’article de blog basé sur l'actualité
La mise en avant de l'actualité fait référence à la pratique qui consiste à
mettre l'accent sur la popularité des faits d'actualité pour accroitre votre
visibilité. En gros, chaque seconde, il y a de nouvelles actualités qui ne
font pas effet assez longtemps - peut-être quelques heures, généralement
quelques jours et si vous vous avez de la chance, quelques semaines.
Cependant saisir cette occasion pour attirer du trafic vers votre blog est
très bénéfique surtout comparé à l'effort que vous devriez fournir.

II. Les étapes du processus de rédaction d’un article de blog


Le processus pour écrire un bon article de blog se décline en neuf étapes.

A. Définir son audience


Avant de commencer à écrire, il est important d’avoir une compréhension
claire de votre public cible. Que voudraient-ils savoir? Quel type de
message pourrait les émouvoir? Quelles sont leurs caractéristiques types?
Sont-ils sensibles à l’humour? Quels sont leurs centres d’intérêts?

Après avoir répondu à toutes ces questions, vous devriez avoir une idée
claire du type de personnes auquel s’adresse votre article de blog.

B. Commencer avec un sujet et un titre provisoire.


Avant même d'écrire quoi que ce soit, vous devez choisir un sujet pour
votre article de blog. Le sujet peut être assez général pour commencer.
Par exemple, en tant que Jeune Ambassadeur PF, vous pourriez décider
d’écrire sur le plaidoyer en faveur de la PF.

Ensuite, déterminez plusieurs titres provisoires qui vous permettent


d'aborder le sujet de différentes façons. Plus les titres seront spécifiques,
plus vous aurez de facilité à définir le plan de votre article et d’être précis
au moment de la rédaction.

Exemple: « Comment faire pression sur le gouvernement pour qu’il tienne


ses engagements en faveur de la PF ?» ou «Le rôle des religieux dans la
promotion de la PF » sont des titres provisoires bien spécifiques.

28
Même si le titre provisoire n’est pas le titre de publication de l’article, il
fournit toujours suffisamment d'informations pour que vous puissiez vous
concentrer plus spécifiquement sur le sujet.

C. Écrire une introduction captivante.


Il s’agit ici d’attirer l'attention du lecteur. Si les premières lignes de votre
introduction sont ennuyantes, le lecteur arrêtera de lire et n’ira pas au bout
de votre article. Il existe plusieurs façons de commencer une introduction.
Vous pouvez soit raconter une histoire ou une plaisanterie, saisir le lecteur
avec un fait ou une statistique intéressante, ou encore être empathique.

Ensuite, il faudra décrire l'objectif de l’article et expliquer comment il


résout le problème. Cela donnera au lecteur une raison de continuer à lire
et établira une connexion entre votre audience et vous.

D. Organiser votre contenu.


Parfois, les articles de blog peuvent avoir une quantité énorme
d'informations. Il est important d’organiser l'information afin que les
lecteurs ne se sentent pas intimidés par la longueur ou la quantité du
contenu. L'organisation peut prendre des formes multiples : sections,
listes, conseils, tout ce qui est approprié. Mais il faut que votre contenu
soit bien organisé!

Pour compléter cette étape, tout ce qui vous reste à faire est le plan de
votre article. De cette façon, avant de commencer à écrire, vous savez
quels points vous voulez couvrir, et le meilleur ordre dans lequel vous allez
le faire.

E. Ecrire!
La prochaine étape - mais pas la dernière - est la rédaction du contenu.

Maintenant que vous avez votre plan, vous êtes prêt à rédiger. Utilisez
votre plan comme un guide et assurez-vous d'aborder l'ensemble des
points si nécessaire. Il faut écrire sur ce que vous savez déjà et, s’il le faut,
faire des recherches supplémentaires afin de recueillir plus d'informations,
d’exemples et des données pour étoffer vos points. Ne vous inquiétez pas

29
à propos de la longueur de votre poste. Il faut juste miser sur la qualité et
ne pas ennuyer les lecteurs.

F. Modifier / relire votre article, et faire la mise en forme.


Le processus d’édition et de mise en forme est une partie importante du
blogging à ne pas négliger. Demandez à un collègue, un ami ou une
personne forte en grammaire de relire votre publication, et de la corriger.
Ensuite, procédez à la mise en forme de l’article. A ce niveau, il faudra :

• Sélectionner des images: Assurez-vous de choisir une image


attrayante et pertinente pour votre publication. En effet, les statistiques
ont montrées que les articles avec des images sont préférés à ceux
sans.

• Aspect visuel: Dans un article de blog correctement formaté et


visuellement attrayant, vous remarquerez que les en-têtes et sous-en-
têtes sont utilisés pour briser les gros blocs de texte - et ces en-têtes
sont décorées de manière cohérente. Le maintien de cette cohérence
rend votre article plus professionnel, et il est plus facile à lire.

• Tags: Les tags sont des mots-clés spécifiques qui décrivent un article.
Ils permettent également aux lecteurs de parcourir plus de contenu dans
la même catégorie sur votre blog. Abstenez-vous d’ajouter une longue
liste de tags pour chaque article. Penser plutôt à une stratégie de
marquage en choisissant 10 ou 20 tags comme «sujets» ou «catégories»
pouvant représenter tous les principaux sujets que vous souhaitez
couvrir sur votre blog.

G. Insérer un appel à l'action à la fin.


À la fin de chaque article de blog, vous devriez indiquer ce que vous
souhaitez que le lecteur fasse. Voulez-vous qu’il s’abonne à votre blog?
Qu’il lise un article connexe ou qu’il s’inscrive à un événement ? C’est le
moment de susciter un appel à l’action.

30
H. Optimiser votre article pour le référencement.
Après avoir fini d'écrire, il faudrait revenir en arrière pour optimiser votre
article pour la recherche.

• Meta Description: Les méta descriptions sont des descriptions en-


dessous du titre de votre article dans les résultats de recherche Google.
Ils fournissent au public un bref résumé de l’article. Ils sont idéalement
entre 150-160 caractères et commencent par un verbe, tel que
"Apprendre", "Lire", ou "Découvrir". Plus qu’un facteur dans l’algorithme
de classement des résultats de Google, les méta descriptions
permettent au public d’avoir un aperçu de ce qu'ils obtiendront en lisant
votre article et peuvent aider à améliorer votre taux de clics dans la
recherche.

• Titre de la page et en-tête: Très souvent, le titre de l’article est


l'élément le plus important dans le référencement de votre article de
blog. Mais si vous avez suivi toutes les étapes jusqu'ici, vous devriez
déjà avoir un titre provisoire qui va naturellement inclure des mots clés
pour atteindre votre public cible.

• Texte d’ancrage: Le texte d’ancrage est le ou les mots qui renvoient


vers une autre page - soit sur votre site ou sur un autre site. Il est
important de choisir soigneusement les mots clés que vous voulez lier à
d'autres pages de votre site, car les moteurs de recherche prennent cela
en considération pour le classement de votre page suivant certains mots
clés.

I. Choisir un titre accrocheur.


Enfin, il est temps d’embellir le titre de votre article. Voici une formule
simple pour écrire des titres accrocheurs qui retiendront l'attention de
votre lecteur :

• Commencez avec le titre provisoire de votre article.

• Modifier votre titre, tout en gardant à l'esprit qu'il est important que le
titre soit précis et clair.

• Ensuite, travailler à rendre votre titre accrocheur voire sexy - que ce soit
par l'allitération, ou une autre tactique littéraire.

31
• Si possible, optimiser le référencement l’article en insérant certains
mots-clés dans le titre.

• Enfin, voyez si vous pouvez raccourcir le tout. Personne n’aime les longs
titres. (gardez toujours à l’esprit que Google préfère 65 caractères ou
moins !)

III. Comment produire du contenu de qualité et pertinent pour votre


blog ?
A. Ce qu’il faut savoir avant de commencer à produire du contenu
Quand on parle de contenu de qualité, il ne s’agit pas que du fond et de la
forme de vos écrits. Un contenu de qualité c’est non seulement un
contenu axé prioritairement sur les besoins et problèmes de votre
audience, mais c’est aussi un contenu présenté de sorte à convertir le
maximum de personnes dans votre audience. Ainsi, quand vous voulez
produire du contenu, garder toujours en tête les points suivants:

• Toujours respecter la règle des 80/20


Seulement 20% de votre contenu devrait être à propos de votre produit ou
de votre marque. Le reste devrait servir à éduquer votre audience, à leur
apporter ce qu’il faut comme information pour faire face aux défis
auxquels ils sont confrontés au quotidien.

• Assurez-vous que votre contenu est optimisé à 100% pour la


conversion
Pensez à organiser le cadre de votre contenu pour la conversion : chaque
contenu que vous publiez (qu’il soit original, curé ou recyclé) doit être
optimisé pour assurer la conversion du plus grand nombre de personnes
qui le lieront.

B. Comment écrire de bons articles pour votre audience


Ecrire de bons articles de blog c’est toujours plus difficile que d’avoir un
débat intéressant avec quelqu’un, même s’il s’agit de la même
conversation et des mêmes arguments.

Comment sait-on ce qu’est un « bon article de blog » ? Un bon article de


blog c’est – bien sur – un article qui non seulement éduque votre audience

32
et lui apporte de la valeur, mais qui aussi la convertit. Qui vous génère du
trafic. Voici une checklist pour être sûr de créer d’excellent articles pour
votre audience.

• Laissez la créativité faire son travail – mais conservez toujours à


l’esprit : audience, audience, audience !
Il est important de structurer votre imagination afin de ne pas vous
éloignez de l’objectif de votre article. Et on parle d’objectif volontairement
au singulier : n’essayez pas en effet d’en dire trop dans un article de blog,
conservez sa consistance autour d’un message « phare ».

Commencez par déterminez plusieurs titres provisoires qui vous


permettent d'aborder le sujet de différentes façons. Plus les titres seront
spécifiques, plus vous aurez de facilité à définir le plan de votre article et
rester concentrer sur l’objectif lorsque vous rédigez.

Etablissez ensuite un plan pour votre article qui vous maintienne à votre
objectif et vous guide sur les grandes lignes que vous devez aborder.

Autre chose, lorsque vous commencez la rédaction, essayez à chaque fois


de vous poser la question : « comment cette phrase ou ce paragraphe
apportent-ils de la valeur ajoutée à mon audience ? ».

• Ajoutez des liens pour gagner en crédibilité


Pour soutenir un argument ou un point que vous développez, citez une
recherche ou une référence pertinente. Cette étape deviendra de plus en
plus facile au fur et à mesure que vous aurez collecté de l’information sur
votre sujet au fil de vos lectures en ligne. Et lorsque vous écrirez, de
fameux et/ou pertinents articles vous reviendront à l’esprit. Notez que
ces références n’ont pas nécessairement besoin d’être externes. Elles
peuvent être de bons articles que vous avez écrit dans le passé !

• Optimiser votre article de blog pour le SEO


A présent, vous disposez de contenus qui apportent de la valeur ajoutée à
votre audience. Comment pouvez-vous le rendre impactant afin que les

33
internautes  tombent dessus lorsqu’ils se poseront une question à
laquelle vous répondez justement dans votre article ? Le pire, quand
vous investissez beaucoup d’efforts pour écrire de bons articles de blog,
est de constater qu’ils ne marchent pas. Pour éviter cela, il y a Yoast. C’est
un plugin gratuit de WordPress qui vous permet d’indiquer les mots-clés
supposés être tapés dans Google par votre audience. Yoast identifie
comment vos articles performent en général, et avec des mots-clés
déterminants  : sont-ils présents aux endroits les plus importants de vos
articles – header, url, titre, contenu, meta-description ?

Ensuite, tout ce que vous avez à faire est de concrétiser tout cela :
modifiez le contenu, le titre, etc. pour faire en sorte de faire suffisamment
apparaître vos mots-clés afin que Google puisse considérer votre contenu
comme pertinent. Bien sûr, il faut que cela reste cohérent  et pas un
contenu simplement truffé de mots-clés…

• Un bon article de blog ne se fait pas en un jour


Laissez passer du temps (heures, jours, parfois plus !) et ensuite, relisez-
le encore. Vous constaterez que vous aurez certainement des
modifications à apporter pour le rendre plus impactant, ou de nouvelles
données pour enrichir votre explication, etc…

• Programmez l’article et les messages sur les réseaux sociaux. Et


répétez l’opération plusieurs fois !

Sur votre blog d’abord, puis sur Facebook, LinkedIn, Twitter, Google+…

Il n’y a pas de secret : si vous écrivez de bons articles et que vous ne les
partagez pas, il y a peu de chance que votre super boulot soit remarqué.

Quant à la répétition sur la durée, c’est comme dans la vraie vie : vous ne
pouvez pas parler de quelque chose une fois et vous attendre à ce que
vos propos deviennent viraux du premier coup. Toutes les stars du
blogging le font,  elles identifient ce que l’on appelle un contenu
froid  (un contenu dont elles sont particulièrement fières et qui embrasse

34
leurs valeurs ou le message qu’elles prônent). Ensuite, elles partagent ce
contenu toutes les semaines ou toutes les deux semaines.

C. Comment garder un rythme de publication régulier


Il est essentiel d’établir un rythme de publication régulier afin de
maximiser l’impact de vos efforts. Publier du contenu plus régulièrement
génère plus de trafic.

Un blog à succès, allie qualité et quantité.

En effet publier du contenu de qualité ne suffit pas si vous ne le faites pas


régulièrement. Et plus vous produisez, plus il sera difficile de gérer le
processus de contenu. Surtout quand vous le faites tout seul. C’est
pourquoi vous devez vous faire aider par un calendrier éditorial pour vous
maintenir à la hauteur de vos objectifs. Un autre bon moyen d’augmenter
votre production de contenu et d’étendre votre portée est d’inclure vos
collègues et vos contributeurs dans votre démarche.

Mais si vous manquez de ressources pour augmenter la quantité de


production, des moyens efficaces pour vous aider à produire du contenu
plus rapidement existent.

• La curation de contenu
La curation de contenu est un néologisme en français correspondant à
une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus
les plus pertinents du Web pour un sujet donné.

La curation est une manière rapide et peu coûteuse d'alimenter un site


sans produire soi-même de contenu. Le contenu ainsi mis en avant permet
non seulement d'alimenter le site mais également d'obtenir un meilleur
référencement du site par les moteurs de recherche.

Des études ont montré que le contenu tiers est 4 à 7 fois plus crédible que
le vôtre, et 4 à 8 fois plus rapide à produire qu’un article original. Cela ne
veut pas dire que vous devriez arrêter de créer votre propre contenu, loin
de là. Cela montre simplement que vous pouvez devenir beaucoup plus

35
convaincant si vous publiez du contenu curé qui supporte le message
général. (Nous détaillerons davantage la curation dans le chapitre
prochain).

• Comment publier de bons articles curés ?


Les curateurs de contenu astucieux vont au-delà de sélectionner et
partager mécaniquement du contenu : ils ajoutent de la valeur et un
nouveau sens au contenu original en donnant leur point de vue ou
opinion. Cela offre une nouvelle perspective sur l’opinion ou l’analyse de
l’auteur original. Ajoutez-le en tant qu’observation pour que vos lecteurs
réalisent la valeur que vous apportez.

En mélangeant vos pensées avec des extraits de l’article original, vous


ajouterez plus de valeur pour les moteurs de recherche et obtiendrez des
bénéfices sur le SEO.

• Réutilisez vos meilleurs contenus


Même vos plus fidèles lecteurs peuvent ne pas voir votre contenu lorsque
vous le partagez pour la première fois. Essayez donc de republier vos
meilleurs articles de blog avec des titres actualisés ou de nouveaux
visuels.

Vous voulez plus de trafic? C'est un bon moyen d'y arriver, et d'attirer plus
d'attention et de personnes. Automatisez ce contenu rafraîchi et réutilisé le
pour les périodes où il redevient pertinent, ou pour différents jours ou
heures afin d'attirer de nouveaux lecteurs qui n'ont peut-être pas été
engagés la première fois.

• Comment réutiliser du contenu ?


Vous pouvez transposer du contenu dans d’autres formats, découper un
contenu long en plusieurs contenus courts ou rassembler plusieurs
contenus individuels pour n’en faire qu’un seul.

Si par exemple vous voulez réutiliser des articles pour en faire un eBook,
trouvez les 5 articles qui parlent du même sujet, réfléchissez à une

36
question à laquelle ils répondent et utilisez ce contenu pour construire
votre eBook.

IV. Le calendrier éditorial: Quand publier et à quelle fréquence?


Un blog qui n’a pas été mis à jour depuis plusieurs semaines n’attire pas
et menace de tomber dans les oubliettes des moteurs de recherche.

Si vous souhaitez avoir un blog qui marche et qui attire des lecteurs et des
commentaires, il faut poster régulièrement et entretenir ce petit jardin
qu’est votre « communauté ». D’une manière générale, on considère qu’il
faut poster au moins une fois par semaine. Deux fois par semaine est un
bon rythme. L’important c’est d’être régulier.

Les blogs les plus populaires ont un rythme de publication très régulier et
soutenu. Allez faire un tour sur les blogs de votre thématique qui ont du
succès et vous verrez que la plupart d’entre eux publient selon une
fréquence donnée.

Quelques astuces
Ecrivez plusieurs articles le même jour et programmez-les. Il est facile de
programmer les articles à l’avance. Dans WordPress, par exemple, cette
fonctionnalité se trouve sur la colonne de droite: on clique sur « modifier »
à côté de « publier tout de suite ». Vous pouvez ainsi étaler vos articles en
fonction du rythme de publication choisi.

Pourquoi ne pas faire appel à un autre blogueur pour publier un article sur
votre blog. Cette pratique assez répandue s’appelle le « guest-post ». On
choisit un blogueur dans la même thématique que son blog et on lui
demande d’écrire un article de son choix que l’on publie sur son blog.
Cela donne l’occasion de diversifier son contenu et permet de développer
les relations inter-blogs.

37
5. Stratégie de promotion d’un blog
Quand vous avez un blog, l’écriture d’un article de blog n’est que la moitié
de la bataille. Il faut un certain effort supplémentaire et un peu de créativité
pour attirer du monde sur votre blog.

Voici une petite compilation de stratégies faciles à mettre en place qui


vous aideront à promouvoir votre blog et générer du trafic.

A. Promouvoir sur les listes de diffusion


Il est intéressant parfois de compiler les meilleurs articles de la semaine
dans un seul mail et le partager avec sa liste de diffusion. Rendez le mail
plus attrayant en y intégrant juste un aperçu de l’Article suivi d’un bouton
« lire la suite ».

B. Partager sur les réseaux sociaux


Il s’agit là d’une pratique très courante, et vous n’avez surement pas
attendu qu’on vous le dise pour le faire. Mais il est bien de rappeler les
bonnes pratiques  : il faut toujours s’assurer que les dimensions de vos
images sont optimisées pour l’Affichage sur les différents réseaux sociaux.

C. Commenter sur d’autres blogs du même domaine


Participez et devenez incontournable dans des blogs populaires qui
opèrent dans votre niche.

Laissez des commentaires intelligents et contribuez de façon significative


aux discussions, une règle d’or : préférez la qualité à la quantité.

D. Participer dans des fora du même domaine


Une règle super importante à retenir ici  : ne pas rejoindre des
communautés sur des forums juste pour promouvoir vos blogs!
Profitez de votre présence sur le forum pour aider les autres, partager vos
idées et expériences, à la suite de cela, les gens voudront naturellement
en savoir plus sur vous et viendront seuls vers vous!

38
E. Optimiser le contenu pour les moteurs de recherche
Assurez-vous que vos articles contiennent toujours les mots clés que les
gens utiliseraient pour rechercher des contenus en rapport avec les sujets
dont vous parler. Accordez une importance particulière à l’intégration de
ces mots clés (ainsi que ses variations) dans vos titres, rubriques ainsi que
dans votre contenu.

F. Inclure un lien dans tous les profils médias sociaux


Cela vous parait évident? Ben ça ne l’est pas pour tout le monde !
Assurez-vous de toujours inclure un lien direct vers votre blog sur chacun
de vos profils sociaux, y compris ceux que vous n’utilisez pas
régulièrement!

G. Recycler des vieux postes à succès


N’ayez pas peur de promouvoir à nouveau de temps à autre vos anciens
postes de blogs, surtout s’ils ont connu un certain succès dans le passé.
La majorité du temps, vos lecteurs ne s’en souviendront même pas, puis
même si c’est le cas le geste sera apprécié.

H. Contribuer dans des blogs populaires


Si vous êtes déjà bien connu dans votre créneau, demandez à devenir un
contributeur régulier dans un blog à audience, un magasine d’Affaires ou
un site de nouvelles . Cela est un excellent moyen de s’établir une
réputation de leader d’opinion, d’augmenter votre notoriété et ainsi de
générer du trafic vers votre blog.

I. Cibler la longue traine


Au moment où vous optimisez votre contenu pour les moteurs de
recherche, travaillez des longues phrases précises, contenant les mots
clés importants. Ces phrases doivent correspondre le plus possible aux
recherches effectuées par les internautes.   Car de plus en plus, Google
oriente ses regards vers le langage naturel, et les blogs qui se classent

39
bien sûr des requêtes en longue traine prennent une avance sur la
concurrence.

Prenez à chaque fois que vous écrivez un article quelques minutes pour
essayer de mettre en œuvre 2 ou 3 des actions citées ci-dessus. Vous
serez étonné de voir l’amélioration des résultats.

6. Stratégie d’analyse des statistiques de son blog


Etudier le trafic de son blog ne se résume pas seulement à regarder
le  nombre de visites! C’est pourtant souvent ce que regardent les
propriétaires d’un blog. Toutefois, ce critère n’est pas des plus importants
puisqu’il ne vous apprend rien d’utile pour augmenter le trafic sur votre
blog. Il est plus intéressant d’analyser des indicateurs qui vont vous
permettre de connaitre les points forts et les points faibles de votre site.
Vous saurez ainsi quelles améliorations apporter à votre site pour acquérir
plus de visiteurs qualifiés.

Nous allons donc voir dans cette section les indicateurs principaux à
analyser pour avoir des informations utiles à l’amélioration de son blog.

I. Les outils de statistique


Un outil de statistique permet, comme son nom l’indique, de connaître
des statistiques très détaillées de son site internet. Il en existe des payants
et des gratuits.

Exemple: Google Analytics, Mixpanel, Piwik etc.

Dans le cadre de la formation, nous vous recommandons particulièrement


Google Analytics, l’un des meilleurs et complet outil d’analyse de
statistique.

Ces outils statistiques sont accessibles en ligne depuis votre ordinateur,


votre smartphone ou votre tablette via un lien spécifique sécurisé par un
identifiant et un mot de passe. Après connexion, vous accédez à une
interface web. Cette dernière peut paraître complexe au premier abord
mais elle devient rapidement intuitive si on l’utilise régulièrement.

Vue d’ensemble de Google Analytics

40
II. Les indicateurs à prendre en compte

Bien sûr, toutes les données présentées par les outils de statistique
peuvent vous être utiles mais certaines le sont plus que d’autres. En effet,
les indicateurs suivants vous permettent d’analyser les données
statistiques principales de votre blog. Vous pourrez ainsi optimiser votre
site en fonction des informations collectées et de vos objectifs.

A. Analyse du trafic
Les outils statistiques donnent des informations détaillées sur les visites et
les visiteurs :

• Les visiteurs
L’indicateur auquel vous devez particulièrement porter attention pour
analyser le trafic de votre site internet est celui des « visiteurs uniques ». Il
représente les « nouveaux internautes », c’est-à-dire ceux qui consultent
pour la première fois votre site. Si vous ne prenez pas en compte cet
indicateur mais seulement le nombre de visites (sessions), vous risquez

41
d’utiliser des statistiques fausses. En effet, votre site internet peut avoir
100 visites réalisées par seulement 10 visiteurs …

• Les périodes de visite


Cet indicateur est important à prendre en compte si vous publiez
régulièrement du contenu ou si vous prévoyez des actions marketing. Il
vous indique le nombre d’internautes qui visitent votre site sur une période
donnée en mois, jours ou heures. Les périodes de fréquentation d’un site
internet sont souvent répétitives. Vous pouvez donc facilement planifier la
publication de contenu pour correspondre au mieux aux pics de
fréquentation de votre site internet.

B. Analyse de l’acquisition / des référents


Les outils statistiques vous indiquent également d’où viennent vos
visiteurs :

• L’accès direct
L’accès direct c’est quand les internautes saisissent votre url dans la barre
de navigation. En cas de faibles résultats, pensez à optimiser votre
communication off-line (cartes de visites, plaquette commerciale, etc.)

• L’accès par les moteurs de recherche 


L’accès direct c’est quand les internautes cliquent sur votre site lors d’une
recherche dans Google, Bing ou Yahoo. En cas de faibles résultats,
pensez à mettre en place une stratégie de référencement.

• L’accès par des sites référents


L’accès par des sites référents c’est lorsque les internautes arrivent sur
votre site en cliquant sur un lien présent sur un autre site. En cas de faibles
résultats, penser à mettre en place une stratégie de netlinking. C’est
également dans cette partie que peuvent être référencées les visites
provenant des réseaux sociaux (partie dédiée dans Google Analytics).

C. Analyse du comportement
Les outils statistiques permettent aussi d’analyser le comportement des
visiteurs sur votre site internet :

42
• Les pages vues
Cet indicateur permet de vérifier la popularité de vos pages auprès des
internautes. Vous pouvez ainsi vous inspirer des pages qui ont du succès
pour améliorer celles qui ne connaissent pas le même engouement.

• La durée moyenne de la visite


Cet indicateur permet de déterminer si le contenu de votre site est
pertinent. Plus le temps moyen est élevé, plus les visiteurs seront enclins à
prendre contact / acheter / revenir sur le site. Pour améliorer le temps
moyen de la visite, optimisez votre site pour qu’il donne confiance (histoire
de l’entreprise, présentation de l’équipe, témoignages, notes,
récompenses, etc.).

• Le taux de rebond
Cet indicateur mesure le nombre de visiteurs qui quittent votre site sans
avoir pris le temps de naviguer dessus. Plusieurs raisons peuvent
expliquer un taux de rebond élevé : votre site n’apporte pas tout de suite
la réponse aux besoins de l’internaute ou le temps de chargement est trop
long. Essayer d’optimiser le temps de chargement de votre site ou les
contenus de la page d’accueil pour diminuer le taux de rebond.

Bien entendu, il existe de nombreux autres indicateurs qui peuvent vous


être utiles. Ceux listés ci-dessus sont toutefois un bon début pour se
familiariser avec les outils statistiques.

43
Module 3: Recherche et
traitement de contenus
1. Couvrir un évènement
Couvrir les événements en direct sur les réseaux sociaux est une pratique
de plus en plus courante. Grâce aux outils disponibles aujourd’hui, cela
devient relativement facile techniquement. Cependant, pour être efficace, il
est important de s’organiser.

I. Avant l’évènement
Afin d’informer les internautes de la tenue d’un évènement organisé par
vos soins, ce qui est d’une très grande importance, il est courant de
mettre en place différents types d’éléments de communication tels que :

- Les teasers / annonces :

Par la publication de contenus social-média, faites la promotion de vos

évènements (Facebook, Twitter).

- l’optimisation on-site :

Chaque évènement que vous organiserez doit être mis en avant sur votre

site.

- les relais blogueurs :

Afin de maximiser la visibilité d’un évènement, vous pourrez également


passer par la mécanique des relations blogueurs permettant de toucher
des internautes familiers à votre secteur d’activité.

- les rappels :

Lorsque vos évènements se déroulent sur plusieurs jours, il ne faudra pas

hésiter à relancer votre communauté par la communication de rappels sur


vos différents espaces sociaux.

II. Au cours de l’événement


Ça y est, c’est le grand jour, c’est en direct, et il ne faut rien laisser passer.
Préparez votre Smartphone et votre PC, et ne les lâchez sous aucun

44
prétexte. Organisez-vous bien avec votre équipe : chacun doit se
spécialiser dans un réseau pour éviter les doublons, qui lasseraient vite les
internautes. Le chargé du compte Twitter devra relayer les événements
principaux en live « le live-tweet », en n’oubliant jamais d’y joindre le
hashtag de l’événement. Un autre s’occupera des publications sur
Facebook (photos et statuts) et un troisième du compte Instagram. Veillez
à ne relayer que les moments marquants de l’événement.

La règle d’or : publier pour publier est inutile.

Mettez-vous à la place des personnes qui sont sur place et veulent


interagir avec vous, mais aussi à la place de ceux qui ne sont pas
présents, et souhaitent « vivre » l’événement. Vous devez trouver un
équilibre entre informations pour les participants et informations pour ceux
qui ne sont pas sur place.

Les live-tweets seront d’une très grande utilité pour dynamiser


l’évènement.

A. Qu’est-ce qu’un live-tweet ?


Un Live-Tweet (ou LT) est une suite de messages publiés sur Twitter durant
un événement (PF) sur ce que l’on y voit ou entend, au fur et à mesure
qu’il se déroule.

Ces tweets sont généralement agrémentés d’un hashtag (un mot-clé


précédé d’un dièse #) qui permet aux internautes d’en suivre le fil (et d’y
contribuer).

B. Animer le live-tweet
• Scénariser : publier des tweets qui fixent le LT dans le temps, « début
de… », « intervention de… », « fin du Live-tweet… »

• Ré-annoncer le hashtag permet de prévenir les « followers » et les


présents

• Prévenir les intervenants que leurs propos sont susceptibles d’être


tweetés

• Répondre, interagir : penser à lier les propos à la personne qui les


énonce, voire à son compte twitter (« selon @…… »)

45
• Tweeter de manière claire et utile (penser à ceux qui sont « absents » et
qui vous lisent!)

• Prendre en compte les internautes non « présents physiquement » : les


lier aux intervenants en soumettant leurs questions éventuelles.

• Rendre vivant : avoir du style, illustrer avec une photo, un brin


d’originalité ou d’humour, etc…

• S’organiser : il n’est pas toujours évident de suivre les publications, de


tweeter, répondre, retweeter, etc… un outil en ligne permet de mieux
gérer ces actions sous la forme d’un tableau de bord : Tweetdeck

III. Suite à l’événement, l’animation continue


L’événement passé, ce n’est pas terminé. Il est important d’entretenir
l’animation autour de l’événement avec tout ce qui n’a pas été publié.
C’est le moment de faire des publications plus globales comme :

• Des albums photos complets

• Des vidéos

• Des journaux (comme dans le cas de la consultation régionale des OSC


où un journal sur l’évènement paraissait chaque jour)

Une fois montées et partagées sur vos réseaux, les vidéos continueront à
faire parler de l’événement. Vous pouvez taguer les personnes présentes,
sur les images et publications qui n’hésiteront probablement pas à
partager ou retweeter ces publications.

Bien que les médias sociaux soient avant tout un canal de communication
en ligne, leurs spécificités techniques et leur intégration toujours plus
poussée avec le monde physique en font un outil de choix pour couvrir un
événement. Ceci, avant, pendant et après la manifestation. Que vous
organisiez ou que vous participiez à un événement, les médias sociaux
sont incontournables pour maximiser le retour sur investissement en terme
de notoriété que vous pouvez en espérer.

46
2. La veille
La veille consiste à « monter la garde », à surveiller quelque chose. Dans
notre contexte, veiller revient donc à suivre l’actualité et être à l’affût de
tout ce qui relève de la Planification Familiale en rapport avec les 9 pays
du Partenariat de Ouagadougou: quelles en sont les dernières
nouveautés ? Une question clé à laquelle il convient de répondre lorsque
l’on décide de mettre en place une veille.

Parallèlement, il est indispensable de savoir identifier les objectifs de cette


veille : de quel type d’informations avons-nous besoin ? Que désire-t-on
mettre en avant et dans quel périmètre ? Vous l’aurez donc compris,
lancer une stratégie de contenu passe par cette étape capitale à bien des
égards. La veille vous permettra d’être en phase avec l’actualité de votre
secteur de prédilection, d’en détecter les tendances, les menaces et les
opportunités.

Cela vous permettra en outre de savoir quel sujet aborder ou non,


éventuellement sous quel angle.

• La veille, vous permettra de déceler les besoins de vos clients, de


repérer leurs manques et/ou frustrations et de proposer du contenu en
conséquence. En effet, notre objectif, ne l’oublions pas, est bel et bien
de proposer du contenu qui va intéresser notre lectorat :) !

• Enfin, guetter les lieux où l’on parle de votre secteur peut vous amener à

découvrir ce qu’il s’y dit… sur vous ! Et par conséquent, vous amener à

adapter votre contenu.

En bref, la veille vous oblige à vous astreindre à une certaine rigueur en


terme de connaissance de votre sujet ; en cela, on peut dire qu’elle accroît
votre expertise !

Alors comment faire pour être un bon veilleur ?


La première étape tient en une petite phrase toute simple : soyez curieux !
Plus qu’une simple habitude, la veille éditoriale doit devenir pour vous une
seconde nature.

• Trouver les articles


Vous avez identifié vos objectifs, vous pouvez dès lors vous lancer dans la
collecte des articles. Votre mission sera de trouver tout article pertinent sur

47
la PF en rapport avec les 9 pays du partenariat. Un article pertinent est un
article crédible, sourcé et vérifié.

• Trier les articles


Vous avez récolté un panel d’articles très intéressants… mais comment
allez-vous organiser tout ça ? Et puis d’abord, avez-vous besoin de TOUS
ces articles ? Ne prenez pas le risque de tomber dans l’infobésité : triez
tout ce contenu ! Vient alors l’étape de la curation, qui consiste à publier
les articles triés.

• Utiliser les bons outils


Il existe un tas d’outils intéressants pour faire la veille comme par
exemple : Feedly, Scoop it, Google trends, Google alertes

Avec Google alertes, vous pouvez facilement créer une alerte sur un mot
clé ou une expression comme par exemple “planification familiale” et vous
recevrez un mail dès qu’un article est publié avec votre mot-clé. Google
Alertes est un outil simplement pour réaliser votre veille.

Aussi, Google news vous permet de taper directement « planification


familiale » dans le champ de recherche et d’avoir toutes les actualités.

3. Curation de contenu
Méthode indispensable de veille, la curation de contenu vous permet de
réunir en un seul endroit toutes les informations pertinentes pour la
planification et de les partager sur ses réseaux sociaux ou plateformes.

Les bons côtés de la curation sur votre influence sur le web:


En effectuant une curation riche et qualitative, vous vous positionnez alors
comme une personne à suivre pour rester au courant des activités sur le
sujet. Vous élevez votre notoriété en vous montrant spécialiste dans le
domaine de la curation, mais gardez tout de même une place de choix
pour vos publications (vos actualités, vos propres articles écrits de votre
main).

Le fait de partager votre recherche vous fera augmenter votre fréquence


de publication d’articles sur votre blog ou vos réseaux sociaux. Il est
toujours important de conserver une certaine régularité dans les
publications. Or, il n’est pas toujours évident de garder une fréquence

48
d’écriture correcte lorsqu’on tient un blog. La curation permet de palier
cela de manière qualitative.

Attention, il est toutefois primordial de ne pas sacrifier la qualité pour tenir


la fréquence de publication. Tout va très vite sur internet et il est important
de publier régulièrement pour monter en tête de référencement, accroitre
et fidéliser votre audience. Être visible reste la clé évidente d’une stratégie
de présence digitale.

La curation de contenu se déroule généralement en 3 étapes :

I. La sélection
Dans un premier temps, vous devez réunir différentes sources autour
d’une même thématique: la planification familiale. Abonnez- vous à google
alerte avec « planification familiale » comme mot clé. Ou allez directement
sur google actualité pour voir toute les nouveautés concernant la
planification familiale.

II. L’édition
Cette étape vous permet d’opérer un tri sur les articles pertinents qui
peuvent trouver un intérêt auprès de votre communauté. Après avoir
agrégé un certain nombre d’informations issues de vos recherches, vous
devez structurer le contenu que vous allez partager. C’est la partie la plus
importante de la curation de contenu, c’est ce qui va vous différencier par
rapport aux autres partages et vous éloigner du duplicate content.
Apportez une réelle valeur ajoutée aux contenus que vous partagez avec
votre expertise en les enrichissant avec des images, des vidéos, des liens

etc…. Vous gagnerez ainsi en visibilité et en crédibilité. Vous vous


positionnez comme une source qualitative d’information sur le sujet.

III. Le partage
Une fois votre curation optimisée et vos contenus personnalisés, il est
temps de le diffuser auprès de votre communauté. Vous pouvez publier
vos contenus sur le site du Partenariat de Ouagadougou (avec la source

49
bien sûr) ou en donnant directement un lien vers les articles, au cours de la
journée (c’est la pratique utilisée sur les réseaux sociaux).

Sur le site du Partenariat de Ouagadougou, un lien « automatique » a été


fait entre les articles du site Internet et les pages Facebook et tweeter.
Ceci permet de partager directement un article publié sur le blog juste en
cliquant sur l’icône Facebook ou tweeter située au bas de l’article. Il suffit
juste d’effectuer le partage sur un des réseaux sociaux pour que l’article
apparaisse sur l’autre. Donc vous avez le choix entre les DEUX.

IV. Différences entre veille et curation


La curation de contenu est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer
et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou
un sujet donné.

La veille stratégique, qui inclut la veille technologique, regroupe les


techniques de recherche documentaire et de traitement de l’information
permettant la prise de décision stratégique pour une entreprise ou une
administration.

« La curation » consiste à diffuser les résultats de la « veille ».

Pour « mettre en place votre curation », il vous faut d’abord faire une
bonne veille, ensuite retenir le maximum de contenus à priori intéressants.
Et enfin, trouver un outil pour diffuser votre contenu.

50
Quelques outils utiles
Pikiz
Contrairement à d’autres outils comme Photoshop qui nécessitent des
connaissances avancées dans le graphisme et le design, Pikiz est une
application en ligne qui permet à toute personne de créer de belles images
pour promouvoir une marque, faire des campagnes publicitaires, mais
également pour captiver une audience.

https://www.getpikiz.com

Queezly
Queezly, est un outil qui vous permet de facilement créer et intégrer des
contenus interactifs comme des quiz, des sondages, des tests de
personnalité ou encore des listes de vote à un article, un site web ou
encore une page Facebook.

https://www.queezly.com

Socializer
Socializer est un outil qui vous permet de promouvoir une cause, une
organisation, une marque. Avec Socializer, vous pouvez rapidement rallier
des personnes à votre campagne via l’ajout de badge sur leur photo de
profil des réseaux sociaux.

http://www.socializer.space

Buffer
Buffer est un outil qui vous permet d’automatiser vos publications sur les
réseaux sociaux.

http://buffer.com

51