Vous êtes sur la page 1sur 55

DÉDICACES

A mon cher père

Qui est heureux de voir ma réussite, celui qui m’a appris d’être ambitieux et courageux, celui qui
m’a toujours conseillé d’être honnête et fidèle.

A ma chère mère

A qui je dois toute ma réussite. Tu t’es toujours sacrifiée pour nous. C’est grâce à toi que j’ai pu
faire mes premiers pas dans la vie et réaliser mes ambitions. Ta pureté, ta droiture et ton
honnêteté me serviront de modèle. Ce travail est le fruit de tes innombrables sacrifices que j’en
serais éternellement reconnaissant

A mon frère et ma sœur et à tous les membres de la famille.

A mes chers amis.

Je vous offre ce travail


REMERCIMEN

Nous avons le plaisir, à travers ce mémoire, d’exprimer nos sincères remerciements à tous ceux qui
ont bien voulu nous apporter leur aide précieuse à la réalisation de ce
projet de fin d’études.

Nous tenons à exprimer notre grande reconnaissance et nos plus vifs remerciements à : Notre
encadreur : Mme Jeddi Hana qui, par son dévouement, sa présence et ses conseils, nous a fait profiter
de son savoir-faire et n’a cessé de nous guider tout au long de ce travail.

Monsieur ABD ESSLAM WISSAM, ingénieur génie civil au bureau d’étude à menplaisir , qui a
bien voulu accepter de nous accueillir au sein du bureau d’étude. Son aide, sa patience, sa sympathie
ont largement contribué à la réalisation de ce modeste travail.

L’ensemble des enseignants du département Génie Civil ainsi que le personnel de l’Institut Supérieur
des Etudes Technologiques de Nabeul pour les engagements qu’ils prennent afin que les étudiants
réussissent dans leurs avenirs.

Sommaire
chapitre 1 Présentation du projet
I. Situation du projet:...........................................................................................................................4

II. Implantation et étendue du projet....................................................................................................5

III. Données du site du projet.................................................................................................................6

IV. Description architecturale................................................................................................................6

chapitre 2 : conception et modélisation de la structure

I. conception........................................................................................................................................9

II. Choix de la structure....................................................................................................................10

1. Les planchers :........................................................................................................................10

2. Le choix du système porteur :................................................................................................13

3. -choix de système de fondation..............................................................................................15

III. Pré dimensionnement des éléments de la structure.......................................................................15

1. les nervures.............................................................................................................................15

2. les poutres...............................................................................................................................16

3. poteaux....................................................................................................................................16

4. fondations...............................................................................................................................17

IV. Les plans de coffrages....................................................................................................................17

1. plan de coffrages.....................................................................................................................17

2. plan de fondation....................................................................................................................17

V. Modélisation sous ARCHE 3D......................................................................................................17

chapitre 3 : Etude des éléments en béton armé

I. Hypothèses de calcul..........................................................................................................................19

1. caractéristiques des matériaux............................................................................................................20

A. Caractéristique du béton :...................................................................................................................20

B. Caractéristique de l’acier :..................................................................................................................22

2. Les méthodes de calcul des poutres....................................................................................................22

A. Méthode forfaitaire.............................................................................................................................22

27B. Méthode de Caquot.............................................................................................................23

C. Méthode de Caquot minorée :............................................................................................................24


II. : Evaluation des charges :...................................................................................................................25

1. les charges permanentes.........................................................................................................25

A. Plancher intermédiaire........................................................................................................................26

B. plancher terrasse.................................................................................................................................28

2. Les charges d'exploitation.......................................................................................................29

3. Conclusion :............................................................................................................................30

Introduction générale
La formation en Licence Appliquée en Génie Civil à l’Institut Supérieur des Etudes Technologiques
de Nabeul (ISETN) est répartie sur six semestres dont cinq semestres successifs de cours et un
semestre final de stage de fin de parcours.

Ainsi, ce stage de fin de parcours est une occasion pour nous, étudiants en dernière année de Licence,
de mettre en pratique nos connaissances acquises tout au long de notre formation, de montrer nos
aptitudes d’analyse et de résolution à travers nos choix, d’élargir notre savoir faire lors des diverses
recherches…

Dans ce cadre, notre projet de fin de parcours a consisté en la conception et le dimensionnement d’un
lycée SAINT GERMAIN constitué d’un sous-sol, d’un rez-de-chaussée (RDC) et de quatre étages
situé, 93/99 rue Sadi Carnot à DRANCY (93).
L’étude de structure est la phase la plus importante dans un projet de Génie Civil car c’est grâce à
elle que le projet s’exécute.

D’abord, nous avons réalisé une conception structurale du projet en tenant compte de plusieurs
facteurs liés entre autres à sa résistance face aux effets résultant des différentes actions, à son usage
futur, à sa nature mais aussi à la modération des coût de réalisation.

Ensuite, ce fut la phase de dimensionnement des différents éléments de la structure en fonction des
charges et surcharges dans le but de transmettre les sollicitations au sol de fondation.
De ce fait, nous avons utilisé un outil de calcul automatique fréquemment rencontré, le logiciel
Graitec (version 16.1), en raison de sa précision et de son accessibilité.

Après un descriptif détaillé de notre projet de fin d’études, nous approfondirons, dans les lignes qui
suivent, notre choix de conception avec ses problèmes les plus pertinents et le dimensionnement
manuel de quelques éléments de structures.

Chapitre I. Présentation du projet


I. SITUATION DU PROJET:

Le projet de fin de parcours, dernière étape dans le cycle de formation est l'occasion pour nous
d'exploiter nos connaissances acquises et nos facultés d'analyse et de synthèse.

Ce projet de fin d’étude consiste à étudier le lycée SAINT GERMAIN situé, 93/99 rue Sadi Carnot à
DRANCY (93) qui composé d’un sous-sol, rez-de-chaussée et 4 étages.

II. IMPLANTATION ET ÉTENDUE DU PROJET


notre projet est composé d'un sous-sol et RDC +4 étages

Les caractéristiques géométriques du bâtiment sont :

 Longueur du projet……………...26.50m.

 Largeur du projet…......................21.98m.

 Superficie total du projet………577.80m².

 Hauteur sous sol …………..….… 3.04 m.

 Hauteur du RDC………………….3.10m.

 Hauteur étage courant…………….3.10 m.

 Hauteur totale………….....………19.80m.

III.DONNÉES DU SITE DU PROJET


topographiques, géotechniques....

IV. DESCRIPTION ARCHITECTURALE


le projet et composé comme suit:

Etage Surface Hauteur sous plafond Composants


couverte (m)
(m²)
 2 laboratoire
Sous-sol 674.72 3.04  locale informatique
 sale polyvalente
 sale de réunion
 chaufferie
 locale d'entretien
 locale de traitement
d'aire
 cage d'escalier
 cage d'ascenseurs
 un locale de préparation
RDC 590.74 3.10  cage d'escalier
 cage d'ascenseurs
 WC
 surveillant/accueille
 sale de profs
 foyer
 CDI
1 585.26 3.10  3 classe
 sale de dédoublement
 cage d'escalier
 cage d'ascenseur
 foyer
 WC
499.25 3.10  3 classe
2  sale de dédoublement
 cage d'escalier
 cage d'ascenseur
 WC
518.38 3.10  4 classe
3  sale de dédoublement
 cage d'escalier
 cage d'ascenseur
 WC
4 443 3.10  3 classe
 cage d'escalier
 cage d'ascenseur
 WC

Chapitre II. conception et


modélisation de la structure
I. CONCEPTION

Selon le type, l’usage, l’environnement, on peut associer à chaque structure une conception
économique, fonctionnelle, esthétique et facile à réaliser.

Il est impératif que la structure de l’infrastructure soit réalisée entièrement avec des éléments
porteurs en béton.

Les constructions sont soumises à de nombreuses exigences et obligations. En tant que matériau
de construction, le béton est à même de répondre à tous ces demandes :

 Il est mécaniquement très stable.

 Il est imperméable.

 Il est résistant au feu.

 Il est un isolant acoustique.

 Il est thermiquement inerte.

 Il est extrêmement durable.

Les éléments de base à respecter dans une conception structurale sont les suivantes :

 Sécurité des personnes et des biens.

 Respect de l’architecture pour l’emplacement des poteaux et la limitation des retombés


des poutres surtout si la hauteur sous plafond est limitée, et surtout limitation des
nombres de poteaux au niveau de l’espace commercial.

 Evaluation des charges (permanentes et d’exploitations)

Ainsi le système choisit pour l’ossature du bâtiment est le système poteau-poutre en Béton Armé.

V. CHOIX DE LA STRUCTURE

1. Les planchers :
Nous distinguons deux principaux types de plancher les plus utilisés :

 Plancher à corps creux :


Le choix du type du plancher :
Nous distinguons différents types de plancher dont nous citons les avantages, les
inconvénients et leurs domaines d’utilisation.
 Plancher en corps creux:
Ce type de plancher est le plus utilisé en Tunisie, une nervure est une poutre en T travaillant à
la flexion simple destinée à supporter les charges permanentes et d’exploitations, ainsi que
son poids propre et les transmettre aux poutres.

 Le choix de l’épaisseur de ce type de plancher dépend de la portée des nervures à


envisager.
Ce type de plancher est constitué par :
 des nervures : reposant de part et d’autre sur les poutres et qui sont coulées sur place.
 Une chape de béton : c’est la dalle qui permet la transmission et la répartition des charges
aux nervures qui sont coulées aussi sur place.
 Des corps creux : utilisés comme coffrage perdu dont les dimensions varient selon la
longueur de la nervure.
Avantage :

 Economiques ; facilité de la mise en œuvre, coffrage limité, et gain du béton coulé.


 Une double isolation (thermique et phonique) entre les niveaux.
 Moins lourds : allègement de la structure de point de vue du chargement.
Inconvénients :

La résistance au feu moins bonne que celle de la dalle pleine.

Pré-dimensionnement :
Lmax : Longueur économique maximale de la nervure [cm].

E p : Epaisseur du plancher en corps creux [cm].

Q: Charge d’exploitation [t /m2 ].

Lmax =E p ×C p

a) Nervure Isostatique  :

Tableau C p isostatique en fonction de Q et E p


Q Ep 21 25 28 30 32 35

0.15 22.95 22.08 21.33 21.00 20.62 19.71


0.25 22.13 21.19 20.44 20.33 20.00 19.14
0.35 21.38 20.21 19.64 19.66 19.37 18.57
0.5 20.26 18.80 18.92 19.00 18.43 17.71

Tableau Lmax isostatique en fonction de Q et E p


Q Ep 21 25 28 30 32 35

0.15 482 552 600 630 660 690


0.25 465 530 572 610 640 670
0.35 450 510 550 590 620 650
0.5 425 470 530 570 590 620

b) Nervure Continue  :

Tableau C p continue en fonction de Q et E p


Q Ep 21 25 28 30 32 35

0.15 24.80 24.80 23.57 23.66 23.12 22.28


0.25 24.39 23.49 23.21 23.00 22.50 21.71
0.35 22.96 22.04 22.50 22.33 21.87 21.14
0.5 20.82 20.40 20.00 20.33 20.62 20.00

Tableau Lmax continue en fonction de Q et E p


Q Ep 21 25 28 30 32 35

0.15 520 620 660 710 740 780


0.25 515 590 650 690 720 760
0.35 482 552 630 670 700 740
0.5 440 510 560 610 660 700

 Plancher en dalle pleine :


La dalle pleine est un plancher en béton armé de 15 à 30 cm d’épaisseur coulé sur un coffrage
plat. Le diamètre des armatures incorporées et leur nombre varient suivant les dimensions de la dalle
et l’importance des charges qu’elle supporte. Ce type de plancher est très utilisé dans l’habitat
collectif.
La dalle pleine est composée de deux nappes d’armature, nappe inférieur mise sur le coffrage sur
des cales de 3 à 4cm réservé pour l’enrobage. Et la nappe supérieur est supporté par des chaises pour
quelle ne tombe pas sur la nappe inférieur.

a) Avantage :

- Résistance au feu nettement à d’autre type de dalle.

- Isolation phonique.

- Une solution plus adoptée à l’architecture en tenant compte des portées.

- Une flexibilité dans la coordination avec les autres lots pour les passages des gaines, de la
tuyauterie, des chemins de câble au niveau de la circulation.

b) Inconvénients :

- Poids important.
- Plus de coffrage par rapport au plancher en corps creux.
- Cout plus important.

Conclusion :

Une analyse de ces différents avantages et inconvénients nous amène à choisir :


- La dalle pleine pour les surfaces non régulières et le plancher haut du sous-sol
- le plancher corps-creux pour les autres étages.

c) Pré-dimensionnement :

La détermination d’un dalle, se fait en fonction d’un paramètre α définit par :

LX
α= Avec L X est la petite portée et LY est la grande portée du panneau de dalle.
LY

LX α <0.4 α ≥0.4
α=
LY
dalle Isolé LX LX
h≥ h≥
20 30
dalle Continu LX LX
h≥ h≥
25 40

2. Le choix du système porteur : 

Il exisate principalement trois types de système porteurs :


 Système portique (utilisé pour des travées importantes et des hauteurs sous plafond
importantes aussi).
 Système poutres-croisées (utilisé pour des travées importantes).
 Système poteaux-poutres.
Pour notre projet, on a opté pour ce système poteaux-poutres avec un système de
contreventement assuré par des voiles placés à une partie de la périphérie du bâtiment. Les voiles de
la cage d’ascenseur et de l’escalier participent également au contreventement.

les poutres

La poutre est une pièce horizontale en béton armé de section généralement rectangulaire
supportant une partie du plancher (dans le cas d’un plancher préfabriqué, ce sont les poutrelles qui

prennent appui sur la poutre). La poutre repose à ses extrémités sur des poteaux ou des murs. La
poutre principale d’une structure porteuse est parfois appelée poutre maîtresse.

La partie de poutre en saillie par rapport à la sous-face du plancher s‘appelle la retombée de


poutre. La poutre est dite noyée lorsqu’elle est totalement incorporée dans l’épaisseur du plancher.

La partie de poutre en haut par rapport à la surface du plancher s’appelle l’allège de poutre.

les voiles

Le voile est généralement un mur en béton armé. Il peut jouer un rôle structural ou facultatif,
selon ce critère on peut définir trois types :

 Mur porteur (voile porteuse) : Mur ayant une fonction de stabilité de la structure globale
d’une construction, son rôle est d’assurer le soutien d’un plancher ou d’une charpente. Sa
construction est à la première phase avant la dalle.
 Mur non-porteur (voile de séparation)  : Mur ayant une fonction de séparé deux locaux
sans porté que sa charge propre (n’est pas encastré à la dalle). Sa construction est à la
deuxième phase après le coulage de la dalle.

 Les poutres voiles  : C’est une poutre de hauteur importante qui joue le rôle d’une poutre
et d’une voile en même temps.

Les voiles de contreventement : ces voiles sont ajoutées après un calcul bien déterminé de
contreventement pour maintenir la stabilité de la structure contre la poussée du vent.
les poteaux

On a deux types de poteaux :

 Les poteaux naissant : Ce sont les poteaux qui naissent sur les poutres.
 Les poteaux en filé : Ce sont les poteaux de même axe vertical (chacun sur l’autre).

Les poteaux sont des éléments porteurs en béton armé et qui peuvent être en plusieurs forme
(rectangulaire, circulaire, triangulaire…), ils sont sollicités soit en compression simple ou en flexion
composée.

La section du poteau est prise en fonction de la charge appliquée à l’état limite ultime Nu.

3. -choix de système de fondation


L’infrastructure et surtout la fondation dans un projet de génie civil, doivent être traitée avec un
grand soin lors de l’étude ou de l’exécution, vu que de sa stabilité découle la stabilité de la
superstructure.

Dans le cas de notre projet, on va essayer de concevoir et dimensionner le type de fondation


adéquat à notre cas, en s’appuyant sur les données géotechniques du sol d’une part, et de la qualité et
la valeur des charges qui lui sont transmises d’autre part.

On va chercher le type de fondation adéquat, par le choix en premier lieu du type de fondation
superficielle, si cette dernière ne sera pas vérifiée, on adoptera l’alternative de fondation profonde.

VI. PRÉ DIMENSIONNEMENT DES ÉLÉMENTS DE LA STRUCTURE

1. les nervures
Schéma mécanique :
l:portée de nervure
h: hauteur de la nervure
b0: largeur de l’âme de la nervure = 7cm
l
b: largeur del la table de la nervure = 33cmh l
22 20 l 22.5

h on peut aussi prendre avec

Lmax
e=
22,5

Donc on utilise Plancher (16+5)

1 1 h 1 Choix du plancher
22
 h  20
en l 22. 5
en (m)
Portée l en
(m) (m)
3 0.14 0.15 0,13 N(16 + 5)
4 0.18 0.20 0,18 N(16 + 5)
4.5 0.20 0.23 0,20 N(16 + 5)
4.75 0,22 0,24 0,21 N(16 + 5)
5 0.23 0.25 0,22 N(19 + 6)
5.6 0.25 0.28 0,25 N(19 + 6)
6 0.27 0.30 0,27 N(19 + 5+6)
6,75 0,31 0,34 0,30 N(19 + 5+6)

4. les poutres
l l
continue ≤h≤
16 12

l l
isostatique ≤ h≤
12 10

5. poteaux
Le choix de la section peut être fait selon la formule de l’effort normal ultime limite:
B: section réduite obtenue en retirant 1cm d’épaisseur de béton sur toute la périphérie du poteau
Nu: effort normal ultime
0.85∗f c 28
f bu: résistance de calcul à l’ELU; f bu= 1.5

NU
f
f bu 0.85 ed
+
0.9 100
r

f
f ed: résistance de l’acier à l’ELU; f ed = e
1.15
1.1 si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours
= 1.2 si la majeure partie des charges est appliquée avant 28 jours (fc28=fcj)
1 dans les autres cas
β=¿

6. fondations

VII. LES PLANS DE COFFRAGES

1. plan de coffrages

2. plan de fondation

VIII. MODÉLISATION SOUS ARCHE 3D

Depuis sa sortie commerciale en 1993, Arche s'est imposé comme le logiciel de référence pour la
conception et le dessin des bâtiments en béton armé. A partir d'un modèle 3D de bâtiment composé
de dalles, poutres, poteaux, voiles et fondations, Arche analyse la stabilité globale de l'ouvrage et
produit automatiquement tous les plans de ferraillage.
Grâce au partenariat avec KP1, Arche intègre désormais un module de calcul de poutre
précontrainte. Il permet ainsi de comparer facilement la solution béton armé / béton précontraint.

 Les applications du logiciel :

Arche est utilisée par des milliers d'ingénieurs et de projeteurs à travers le monde. Il permet entre
autre la conception, l’analyse, la préparation automatique et l’optimisation des plans de ferraillage en
béton armé et ceci est au profit des usages de la profession. Arche permet aussi le calcul des
caractéristiques géométriques des sections ainsi que quelques calculs théoriques selon les normes
reconnues.

En outre, et grâce au module « KP1 poutre », Arche permet de déterminer, avec une très bonne
approximation, les sections des poutres précontraintes de plancher.

Toutes ces caractéristiques font d’Arche un logiciel multidisciplinaire qui assure non seulement
les calculs béton armé classiques mais aussi plein d’autres fonctionnalités sans manquer de précision.

parler du logiciel et son utilité et sur la version utilisée


citer les modules utilisés
-arche ossature
-arche poutre....
schémas de la structure sous arche en 3D

Chapitre 4 : Modélisation et dimensionnement


Dans ce chapitre, nous nous intéresserons à l’étape du projet consacré à l’insertion de l’ouvrage dans
un logiciel de calcul de structure afin de dimensionner et déterminer le ferraillage des différents
éléments porteurs constituant le squelette de l’édifice.
Il s’agit essentiellement des : poteaux, poutres, nervures, dalles, fondations…

Cette phase, intervenant après celle de la conception structurale, nécessite une attention particulière
car elle implique stabilité, résistance et durabilité de l’ouvrage.

Pour assurer des résultats satisfaisants et surtout rassurants compte tenu de l’importance de cette
phase, nous avons fait usage de l’outil de calcul de structure le mieux adapté : GRAITEC OMD.

Ainsi, nous détaillerons dans les prochaines lignes les étapes suivies lors de la modélisation et du
dimensionnement des éléments de la structure de notre projet.
I. Démarches

La modélisation et le dimensionnement d’une structure sont les résultats d’une succession d’étapes
présentées en ordre ci-dessous :

1. Importation des axes

La première étape consiste à exporter les axes des poteaux et poutres réalisés lors de la conception
structurale.
En effet, dès la clôture de la conception structurale à l’aide du logiciel de dessein <<AutoCad>>,
nous avons enregistré les axes des poteaux et poutres sous format DXF, extension utilisé par le
logiciel GRAITEC.

Ensuite, nous avons utilisé le module Arche Ossature pour importer ces axes sous forme de ligne
dans notre outil de modélisation en passant par :

Fichier Importer DXF puis nous apparait cette fenêtre ci-dessous permettant de sélectionner
notre fichier et de configurer les paramètres d’importation.

2. Modélisation

Une fois les axes importés, nous passons à l’étape de modélisation des divers éléments de la
structure.
Il s’agit de créer des modèles de tous les éléments de l’ossature (poteaux, poutres, dalle, fondation…)
en utilisant les différents raccourcis de modélisation disponibles sous forme d’icônes sur
l’environnement de travail en mode saisie.
La modélisation de ces éléments implique selon la nature et la disposition de l’élément un mode
d’accrochage approprié.
Parfois, un élément peut être modélisation en utilisant divers modes d’accrochage.

Lors de la modélisation de ces éléments, il est parfois nécessaire de configurer certain paramètres en
fonction de la nature de l’élément à modéliser. Ces paramètres sont basés sur les données du chapitre
hypothèses de calcul et caractéristiques des matériaux tout en tenant compte des sollicitations de
l’élément. Selon les éléments voici quelques exemples de ces paramètres :

 Poteaux

Nous observons, pour le cas d’un poteau, les paramètres tels que K=1, matériau : Béton…
à propos des dimensions, nous pouvons dans certain cas les imposer (exemple des poteaux du PH
terrasse P22*22) mais dans d’autres laisser la possible au logiciel de les estimer selon les charges.
S’agissant du style de ferraillage, nous avons crée un style à base des données résultant des
hypothèses de calcul et caractéristiques des matériaux tels : fc28=22MPa ; feE400 ; fet215 ;
fissuration peu préjudiciable etc.…

 Poutres

Les poutres sont considérées principales si elles sont appuyées sur des poteaux et non principales si
elles reposent sur d’autres poutres. Elles sont chargées si elles supportent un élément de la
maçonnerie (double cloison) ou un acrotère dans le cas des terrasses/balcons. La charges des
planchers est calculée et transmise automatiquement par le logiciel.
La base b de la poutre est l’équivalente tout au plus du plus petit coté des dimensions des poteaux, en
considérant l’exemple d’un plancher terrasse dont tous les poteaux sont de 22*22cm², alors on
choisira b=22cm. Quant à la hauteur de la poutre, elle est déterminer par calcul automatique m ais
doit être révisé pour éviter un surdimensionnement.

 Dalle
Deux types de dalle ont été utilisés dans ce projet : plancher corps creux 16+5 pour le RDC + les
étages et dalle pleine pour le sous-sol.

Pour le premier type, les paramètres utilisés sont :


Type : plancher courant ; Matériau : PCC16+5 ; Epaisseur : 21cm
Hypothèses MEF : non modélisé ; Report de charges : lignes de rupture.

Les paramètres du second type de plancher utilisé sont :


Type : détection automatique ; Matériau : béton ; Epaisseur : 20cm
Hypothèses MEF : par défaut ; Report de charges : détection automatique.

Les charges par m² insérées sont prises à partir des résultats du chapitre évaluation des charges selon
la nature (corps creux ou dalle pleine) et la situation du plancher (intermédiaire ou terrasse).
Les sens de portée sont déduits selon la nature du plancher, c'est-à-dire dans les deux sens si dalle
pleine et dans un seul sens (celui des poutres principales) si plancher nervuré.

Plancher nervuré Dalle pleine

3. Contrôle de saisie et de modélisation


Cette étape, succédant à la phase de saisie et de modélisation, a pour objectif de vérifier la méthode
de saisie et d’analyser la modélisation des éléments de la structure.

Elle permet de contrôler la cohérence des modes d’accrochages utilisés mais également la liaison
entre les différents éléments de la structure (poteaux-poutres ; poutres-poutres ; poteaux-semelles…).

En plus de vérifier le report des charges, la phase d’analyse et de vérification nous permet de nous
assurer de la validité de notre modèle.

4. Descente de charges

Après la vérification, nous avons effectué la descente de charges du bâtiment afin d’obtenir les
dimensions des éléments.
Ensuite, nous avons exporté les éléments structuraux vers leurs modules respectifs (Arche poutre ;
arche poteaux ; arche semelles…) afin de vérifier les paramètres de calcul ainsi que les résultats
automatiques. Une fois la vérification terminée et les corrections (si elles existent) effectuées, nous
avons importé ces éléments corrigés vers le module Arche Ossature dans le but de déterminer les
divers plans nécessaires (plans de coffrage et plan de fondation) ainsi que le cahier de ferraillage.

Les paramètres à vérifier pour l’exemple d’une poutre sont entre autres :

o Veuillez à ce que la flèche nuisible ne puisse pas dépasser celle limite ;


o Vérifier que la courbe des contraintes réelles est bien enveloppée par celle des contraintes
limites
o Veuillez à ce que la densité des aciers soit comprise entre 100 et 130 kg/m3 ;
o Eviter la présence des aciers comprimés dans le lit supérieur…

A propos des autres éléments structuraux de l’ouvrage (poteaux, semelles…), il n’existe pas tant de
contrainte à respecter mais il est obligatoire de contrôler la conformité des hypothèses de calcul
utilisés par le logiciel et celles choisies initialement.
Il s’agit essentiellement :   pour les poteaux : fissuration peu préjudiciable, fc28=22MPa, feL =400
MPa  ; feT215 MPa et diamètre maximal Ѳmax=14mm

Pour les semelles : fissuration préjudiciable, feL = fet =400 MPa etc.


Chapitre III. : Etude des
éléments en béton armé
I. HYPOTHÈSES DE CALCUL

Cette partie nous permet de souligner selon les caractéristiques des matériaux, la précision de la
mise en œuvre des divers éléments de l’ouvrage, les différentes hypothèses retenues pour le calcul.

On considère :

 Fissuration :
 Eléments en élévation : peu préjudiciable
 Sans reprise de bétonnage pour les divers éléments des planchers de la superstructure.
 Avec reprise de bétonnage pour les cages d’escalier et d’ascenseur (voile).
o Poteau sous-sol : peu-préjudiciable.
 Eléments en fondation : préjudiciable

o Si la nappe phréatique est élevé  Fissuration très préjudiciable.


 Enrobage :
 Eléments en élévation : 2.5 cm
 Eléments en fondation : 5 cm
 Pas de combinaison accidentelle
 Plus de la moitié de la charge sont appliquées après 90 jours
 Durée d’application des charges T > 24 heures
 Coefficient de flambement des poteaux : k=1
 Contrainte admissible du sol (étude géotechnique) : 2 bars
 Stabilité au feu :
 PH Sous-sol :
Eléments porteurs verticaux : CF=2 h.
Plancher : CF=2 h.
 PH des étages courants :
Eléments porteurs verticaux : CF=0 h.
Plancher : CF=0 h.

 Dimensionnement à l’E.L.U :

Les hypothèses à considérer pour la détermination des armatures à l’E.L.U sont :

 Les coefficients de pondération des charges permanentes et charges d’exploitations sont


respectivement égaux à 1.35 et 1.5.
0 . 85 × f c 28
 La contrainte admissible de compression du béton :f bc = .
θ ×1 .5
 La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux est égale :
f e 400
f ed = = =348 MPa
γ s 1 . 15
 Vérification à l’E.L.S :

Les hypothèses à considérer pour les vérifications des contraintes à l’E.L.S :


 Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitations sont
respectivement égaux à 1.
 La contrainte admissible en compression de béton est égale à : σ´bc=0. 6 × f c 28

1. caractéristiques des matériaux

A. CARACTÉRISTIQUE DU BÉTON :

Le béton est un matériau composite fabriqué à base d’un mélange proportionnellement


convenable de granulats (sable, gravillon…), liants (ciment, bitume…), d’eau et souvent
d’adjuvants.

Le béton est un matériau de base pour la majorité des constructions, pour cela on s’intéresse
toujours à définir le dosage le plus adéquat et conforme au projet mit en étude.

A partir du dosage du béton, on vise les trois objectifs suivants :

 Une bonne ouvrabilité associée pour les moyens de mise en œuvre du chantier.
 Une bonne résistance mécanique à la compression.
 Une durabilité exacte qui est liée directement à l’état de milieu du projet à étudier.

Les caractéristiques du béton utilisé sont les suivantes :

 Dosage du béton en ciment : 350 kg/m3


 Classe de ciment pour :
 Béton en élévation : CEMI 32.5 (CPA).
 Béton en fondation : ciment HRS (haute résistance aux sulfates).
 Résistance caractéristique du béton à la compression : f c28 =22 MPa.
 Résistance caractéristique du béton à la traction :

f t 28=0 . 6+0 . 06 × f c 28=1 .92 MPa.

 Module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours, pour les charges


dont la durée d’application est inférieure à 24 heures :
Ei 28=11000 × √3 f c 28=30822 MPa.

 Le module de déformation différée du béton à 28 jours, pour les charges de longue durée :
EV =3700 × √3 f c28=10367 MPa
 Coefficient de prise en compte de la durée d’application de charges : θ=1 car la durée
d’application de chargesT > 1.
 Coefficient de sécurité du béton γ b=1 . 5 car combinaison normale.
 Contrainte ultime (ELU) de compression :

0 .85 × f cj
f bu= =12 . 46 MPa.
θ×γb

 Contrainte admissible de compression du béton à l’ELS :

σ´bc=0. 6 × f c 28=13 . 2 MPa.

B. CARACTÉRISTIQUE DE L’ACIER :

C’est un alliage de fer carbone à faible pourcentage ayant comme objectif l’absorption des efforts
de traction, de cisaillement et de torsion.

Les caractéristiques de l’acier seront :

 Module d’élasticité longitudinale : E s=2 ×105 MPa


 Coefficient partiel de sécurité : γ s =1. 15

Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE400 dont les
caractéristiques sont les suivantes :

 Limite d’élasticité garantie : f e =400 MPa


 Coefficient de fissuration : 𝛈¿ 1 .6
 Coefficient de scellement : Ψs¿ 1 .5
 Longueur de scellement : l s =40 ∅ avec ∅ le diamètre de la barre d’acier.

Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuance FeE215 dont la limite
d’élasticité garantie : f e =215 MPa

caractéristiques, enrobage,....
7. Les méthodes de calcul des poutres

A. MÉTHODE FORFAITAIRE

Cette méthode consiste à l’évaluation des valeurs maximales des moments en travées et sur appuis,
et de même pour l’effort tranchant maximal comme des fractions, fixées forfaitairement, de la valeur
maximale du moment fléchissant M0et de l’effort tranchant V0 de la poutre isostatique équivalente.

Elle s’applique dans les cas où :

1- Les charges d’exploitation vérifient :

{Q≤Q5≤KN2G/m 2

Avec : Q : Charges d’exploitations

G : Charges permanentes

2- La fissuration est peu préjudiciable


3- L’inertie est constante dans les différentes travées.
4- Les portées vérifient :
li

{
0.8 ≤
l i−1
l
≤1.25

0.8≤ i ≤1.25
li +1

MÉTHODE DE CAQUOT

Cette méthode est inspirée principalement de la méthode de trois moments.

Elle s’applique dans le cas où :

Les charges d’exploitation sont élevées et susceptible de faire des variations rapides dans le
temps.

Ces conditions d’application sont :


{Q>5Q>KN2G/m 2

Avec : Q : Charges d’exploitations

G : Charges permanentes

Dans le cas où l’une des hypothèses (2), (3) ou (4) relatives à la méthode forfaitaire ne serait pas
vérifiée on applique la méthode de Caquot minorée

MÉTHODE DE CAQUOT MINORÉE :

Dans le cas où l’une des hypothèses suivantes pour l’application de la méthode forfaitaire n’est
pas remplie tel que :
 La fissuration est peu préjudiciable.
 L’inertie est constante dont les différentes travées.
 Le rapport des portées successives est compris entre 0,8 et 1,25.

 La charge d’exploitation : Q ≤max ( 2 G , 5 KN/m² ) .


La méthode consiste à multiplier ans le calcul des moments sur appui dans la méthode de Caquot,
la part des moments sur appuis provenant des charges permanentes par un coefficient variant entre 1

2
et
3
.

II. EVALUATION DES CHARGES :

Ce sont essentiellement les charges permanentes provenant des poids propres des différents
éléments principaux mais aussi des poids de tous les constituants de ces éléments (revêtements,
étanchéités, enduits…) ainsi les surcharges (ou charges d’exploitation) engendrées par la nature
d’exploitation de l’ouvrage.
1. les charges permanentes

Il s’agit des charges, autres que celles provenant de l’utilisation de l’ouvrage, soumises aux
éléments porteurs du bâtiment et dont la variation au cours du temps est négligeable.

Celles-ci sont principalement déterminées à travers des caractéristiques telles que : poids
volumique, épaisseur, section…

Poids volumique de quelques matériaux :

Matériaux Poids volumiques (daN/m3)


Béton Armé 2500
Béton non Armé 2200
Mortier de ciment 1900 à 2300
Mortier de chaux 1200 à 1800
Mortier de chaux et ciment 1800 à 2000
Sable 1700
Carrelage 2800
Plâtre 1000
Verre 2500
Acier 7850

A. PLANCHER INTERMÉDIAIRE

Plancher Haut Sous Sol en Dalle Pleine :

Plancher Haut Sous Sol en Dalle Pleine 


    E Poids volumiques Poids
Carrelage 2 cm:   2800 44
Epaisseur mortier de pose [cm]: 3 2000 60
Epaisseur couche sable [cm]: 5 1700 85
Dalle pleine [cm]: 20 2500 500
Enduit sous plafond : 1.5  2000 30
Faux Plafond _ _ 15
Cloison léger _ _ 100
Charges permanentes [kg/m2]   835

Plancher Intermédiaire (16+5) :

Plancher Intermédiaire (16+5)


    E Poids volumiques Poids
Carrelage 2 cm: 2  2800 44
Epaisseur mortier de pose [cm]: 3 2000 60
Epaisseur couche sable [cm]: 5 1700 85
Epaisseur chape [cm]: 5 2500 125
Hourdis 16 : 16 _ 165
Enduit sous plafond :  1.5 2000 30
Faux Plafond _ _ 15
Cloison léger _ _ 100
Charges permanentes [kg/m2]   624
Densité Arche [T/m3]   1,381

Plancher Intermédiaire (19+6)


    E Poids volumiques Poids
Carrelage 2 cm:  2 2800 44
Epaisseur mortier de pose [cm]: 3 2000 60
Epaisseur couche sable [cm]: 5 1700 85
Epaisseur chape [cm]: 6 2500 150
Hourdis 19 : 25 _ 195
Enduit sous plafond :  1.5 2000 30
Faux Plafond _ _ 15
Cloison léger _ _ 100
Charges permanentes [kg/m2]   679
Densité Arche [T/m3]   1,380

Charge des murs :


Type des murs H [m] G [t/ml]
Ep. 10 cm : 165 kg/m² 3 0.50
Ep. 15 cm : 185 kg/m² 3 0.55
Ep. 20 cm : 230 kg/m² 3 0.70
Ep.25 cm : 270 kg/m² 3 0.8
Ep. 30 cm : 280 kg/m² 3 0.85
Ep. 35 cm : 330 kg/m² 3 1.00
Ep. 40 cm : 350 kg/m² 3 1.05
Ep. 45 cm : 400 kg/m² 3 1.20
Ep. 50 cm : 415 kg/m² 3 1.25
Acrotère 0.25

Type de brique Poids/Pièce (Kg)


B.12Trous 6
B.8Trous 4
B. Plâtrière 3,6
HOURDI DE 16 7,5
HOURDI DE 19 9

PLANCHER TERRASSE

Plancher Terrasse (16+5)


    E Poids volumiques Poids
Carrelage 2cm 0 2800 0
Epaisseur mortier de pose [cm]: 0 0
Epaisseur couche sable [cm]: 0 1700 0
Epaisseur moyenne forme de pente [cm]: 12 2200 264
Epaisseur chape [cm]: 5 2500 125
Hourdis 16 : 16 165
Enduit sous plafond : 15  2000 30
Faux Plafond 1 _ 15
Charges permanentes [kg/m2]   599
Densité Arche [T/m3]   1.381

Plancher Terrasse (19+6)


    E Poids volumiques Poids
Carrelage 2cm 0 2800 0
Epaisseur mortier de pose [cm]: 0 _ 0
Epaisseur couche sable [cm]: 0 1700 0
Epaisseur moyenne forme de pente [cm]: 12 2200 264
Epaisseur chape [cm]: 6 2500 150
Hourdis 19 : 19 _ 195
Enduit sous plafond : 1.5  2000 30
Faux Plafond _ _ 15
Charges permanentes [kg/m2]   654
Densité Arche [T/m3]   1.380

8. Les charges d'exploitation

Ce sont les surcharges engendrées par le type d’utilisation de l’ouvrage (habitation, bureau,
espace commercial…).
Type d’exploitation Charge (kg/m²)

Escalier d’habitation et bureau 250


Escalier de commerce 400
Balcon et salles communes 350
Bureau 250
Dépôt de matériels 400
Espace commerciale 500
Restaurants et cuisines 250
Salles fitness 400
Habitations 150
Parking 250
Archives 800
Local technique 1000
Hall de circulation 250
Terrasses accessibles 150
Terrasses non accessibles 100
Bâtiments scolaire et universitaires Valeur en daN/m2
Dépôts de cuisines collectives 600
Salles avec assistance debout : circulations, escaliers, surfaces de 400
regroupement, d'abri, de détente, polyvalente
Cuisines collectives 500
Salles de réunions, salles polyvalentes avec sièges, bibliothèques, 400
dépôts, Lingerie
Amphithéâtres, salles de classes remodelables et locaux équivalents, 350
cantines, réfectoires
Salles de classes, salles à manger de petites dimensions, 250
laboratoires,
ateliers, dortoirs, sanitaires, locaux médicaux
Hébergement individuel 150

9. Conclusion :

L’évaluation des charges permanentes et d’exploitation constitue une phase primordiale pour
pouvoir dimensionner d’une façon exacte les éléments de structure qui sera l’objet de la section
suivante.
III.ETUDE STRUCTURALE

I. INTODUCTION :

Ce chapitre sera pour nous l’occasion de faire une étude manuelle (détermination des
sollicitations et calcul des armatures), de certains éléments principaux en se basant sur les données
indiquées dans le chapitre hypothèses de calcul et évaluation des charges.
Ces éléments sont :
 Une poutre continue du plancher haut-RDC étage ;
 Une nervure continue du plancher haut-RDC étage ;
 Un poteau ;
 Un panneau de dalle pleine du plancher haut sous-sol;
 Un escalier ;
 Une semelle centré ;
Ces éléments seront par la suite calculés avec le module adéquat de Graitec.
II. CALCUL MANUEL DES ELEMENTS :

poutre

1. Calcul des sollicitations :

Le calcul des sollicitations a été effectué selon la méthode de Caquot minoré, et détaillé dans la note
de calcul N°1.

a. Moment fléchissant :

Moments (daN.m) A B C D

Sur appuis ELU 0 - 2825.27 -4425.47 0


ELS 0 - 2016.52 - 3158.62 0
En travées ELU

2918.15 2466.7 5728.18


ELS

1708.08 1733.46 4820.29


Tableau 1 : Tableau récapitulatif des moments fléchissant

0 - 2932.52daN.m -4546.61 daN.m 0

A B C D
kN 2183.58 daN.m
kN 3497.97 daN.m
kN 5063.53 daN.m
kN
kN

Figure 1: Courbe enveloppe des moments fléchissant à L’ELU

0 -2093.07daN.m -3245.12daN.m 0

A B C D
kN 1203.47kN
daN.m 2481.93daN.m 3634.41 daN.m
kN kN
kN

Figure 2: Courbe enveloppe des moments fléchissant à L’ELS

b. Efforts tranchants :

L’effort tranchant VCD


VAB VBC

ELU 3806.5 5645.86 7565.17

Vd (daN) ELS 2732.86 4068.92 5442.69

ELU --5529.22 - 6398.82 -5669.89


ELS -3962.44 -4606.4 -4089.95
Vg (daN)

Tableau 2 : Tableau récapitulatif des efforts tranchants

Figure 3: Diagramme des efforts tranchants à L’ELU

Figure 4: Diagramme des efforts tranchants à L’ELS 


2. Section d’acier :

a. Armatures longitudinales :

 En travée :

Travée Travée AB Travée BC Travée CD


AS 2.83 2.37 5.96

théorique
AS retenue 3.08 3.08 6.16

Armatures 2HA14 2HA14 3HA16

choisies

Tableau 3 : Sections d’armatures longitudinales en travée de la poutre

 En appui :

Appui A B C D

AS théorique 1.07 2.73 4.45 1.37

AS retenue 2.36 3.08 4.62 2.36

Armatures 3HA10 2HA14 3HA14 3HA10

choisies

Tableau 4 : Sections d’armatures longitudinales sur appui da la poutre


b. Armatures transversales :
La répartition des armatures transversales a été effectuée en adoptant la série de Caquot.

Cadre
Travée AB BC CD

Фt (mm) 6 6 6
Śt (cm) 28 28 36.5

St (cm) 11 17 14

Tableau 5 : Armatures transversales de la poutre

3. Schéma de ferraillage :

Figure 5 : Schéma de ferraillage de travée A

A. CALCUL D’UNE NERVURE 

La nervure est un élément du plancher destiné à supporter des dalles de faibles portées, La
nervure traitée est une nervure appartenant au plancher haut du 1er étage elle est composée de deux
travées, la section de la nervure est en T.

Figure 6: Localisation de la nervure

1. Schéma de calcul de la nervure :


1.
Figure 7: Schéma de calcul de la nervure

2. Pré-dimensionnement :

L max 6 .18
hp≥ = =0 .27 .
22 .5 22 . 4

⇒ On a choisi la nervure N de type (19+6+5).

Figure 8: Coupe transversale d’une nervure

3. Chargement de la nervure :

Figure 9: Schéma mécanique de la nervure

4. Sollicitation de calcul :
Pour calculer cette nervure, on a choisi d’après les conditions vérifié, la méthode forfaitaire
ont le calcul est détaillée dans la Note de Calcul N°2.
a. Moment fléchissant :

Moments ( daN.m ) A B C

Sur appuis ELU 0 -1324.31 0


ELS 0 -954.71 0
En travées ELU
1710.58 1293.07

ELS

1140.4 932.1

Tableau 6 : Tableau récapitulatif des moments fléchissant

0 -1324.31daN.m 0

A B C
kN 1710.4 daN.m kN 932.1 daN.m kN
kN

Figure 10: Diagramme des moments fléchissant à L’ELU 


0 -954.71daN.m 0

A B C
kN 1140.4 daN.m kN 932.1 daN.m kN
kN

Figure 11: Diagramme des moments fléchissant à L’ELS


 
b. Calcul des efforts tranchants :

Effort
tranchant (daN) ELU ELS
VAd 1428.6 1029.9

VBg -1642.9 -1184.39

VBd 1491.4 1075.15

VCg -1296.84 -934.91

Tableau 7 : Tableau récapitulatif des efforts tranchants

Figure 12:Diagrammes des efforts tranchant à L’ELU 


Figure 13: Diagrammes des efforts tranchant à L’ELS

5. Section d’acier :
a. Armatures longitudinales :

 En travée :

Travée Travée AB Travée BC


AS théorique 2.23 2.19
AS retenue 2.26 2026
Armatures choisies 2HA12 2HA12

Tableau 8 : Sections d’aciers longitudinales en travée de la nervure

 En appui :

Appui A B C
AS théorique 0.27 1.73 0.27
AS retenue 0.78 1.57 0.78

Armatures 1HA10 1HA12 1HA10


choisies

Tableau 9 : Sections d’armatures longitudinales sur appui de la nervure

b. Armatures transversales :

Cadre

Фt (mm) 6
St (cm) 16

Tableau 10 : Armatures transversales de la nervure


A. ETUDE D’UN POTEAU 

Les poteaux sont des éléments verticaux de la structure permettant la transmission des charges
jusqu’aux fondations.
On a choisi de dimensionner et de calculer la section d’acier du poteau P8 dont l’emplacement
est représenté dans la figure 33.

1. Localisation du poteau :
Figure 14: Localisation du Poteau

2. Dimensionnement :

Le calcul est détaillé dans la Note de Calcul N°3

Poteau G Q Nu Section Armatures


(daN) (daN) (daN) choisies
3ème étage 13669.41 3600 23853.7 22x22 4HA12
2ème étage 24179.26 6440 42302 22x30 4HA12
1er étage 25636.71 6440 44269.56 22x30 4HA14
RDC 36344.56 9280 62985.16 30x30 4HA14
Sous-sol 59645.1 13642.5 100984.64 30x30 4HA14

Tableau 11 : Charge supportée par le poteau

3. Schéma de ferraillage :

Figure 15: Schéma de ferraillage du poteau au niveau du sous sol

B. ETUDE D’UN PANNEAU DALLE PLEINE

Un « panneau de dalle » est un élément, généralement rectangulaire, dont l’épaisseur est faible
par rapport aux deux dimensions en plan.
Dans notre cas, on va étudier un panneau de dalle rectangulaire situé au plancher haut sous-sol.

1. Pré-dimensionnement de la dalle :
Figure 16: Dimensionnement de la dalle

2. Sollicitations de calcul :
Les sollicitations sont détaillées dans la Note de Calcul N°4
Calcul du moment fléchissant :

ELU ELS

Sens lx Sens ly Sens lx Sens ly

Moment en travée
1403.02 350.8 1059.9 343.5
(daN.m)
Moment sur appui
495.18 495.18 317.9 317.9
(daN.m)

Tableau 12 : Moments fléchissant sur le panneau de dalle en travée et sur appuis

3. Schéma de ferraillage : 
Figure 17: Schéma de ferraillage de la dalle

C. ETUDE D’UN ESCALIER

1. Définition et terminologie :
Les escaliers sont des ouvrages permettant le passage à pied d’un niveau à un autre dans un
bâtiment. Il existe plusieurs types d’escaliers dont voici quelque uns :
 Escalier à marches droites
 Escalier à marches balancées
 Escalier hélicoïdal
 Escalier rayonnant
Le choix du type d’escalier se fait en fonction du service auquel est destinée la construction
mais il peut aussi être choisi pour des raisons esthétiques.

Figure 18: Schématisation de l’escalier

2. Localisation de l’escalier :
Figure 19: Localisation de l’escalier

3. Calcul de Sollicitations :

Les sollicitations sont calculées et détaillées dans la Note de Calcul N°5.

Figure 20: Charge permanente sur l’escalier


Figure 21: Charge d’exploitation sur l’escalier

Les moments fléchissant :

Mu = 9547.98 daN.m

Ms = 6838.58 daN.m

4. Section d’acier :

As théorique As retenue Choix d’acier

As longitudinales 24.88 25.91 9HA14 ET 6HA16


As transversales 6.22 6.28 8HA10
As de chapeaux 3.73 4.02 8HA8

Tableau 13 : Section d’acier de l’escalier

5. Schéma de ferraillage : 
Figure 22 : Schéma de ferraillage de l’escalier

chapitre 4 Elaboration de projet d’appels d’offres pour les gros œuvres

Vous aimerez peut-être aussi