Vous êtes sur la page 1sur 15

APPLICATION NOTE

Dimensionnement et mise en œuvre


des composants d’un redresseur

Reverdiau Pierre
GE3

Clients : M. James
Tuteur industriel : M. Chazelle
Tuteur technique : M. Pasquier
[Application note] [2008/2009]

Sommaire
Introduction............................................................................................................................................. 4
Synoptique de la partie puissance........................................................................................................... 4
Etude d’un montage redresseur.............................................................................................................. 4
Le filtrage ......................................................................................................................................... 6
Le redressement .............................................................................................................................. 8
Les protections du montage redresseur + filtrage .................................................................................. 9
Dimensionnement des composants .................................................................................................. 10
Varistance ...................................................................................................................................... 10
Thermistance CTN ......................................................................................................................... 10
Système de protection des condensateurs ................................................................................... 11
Routage ................................................................................................................................................. 13

2
[Application note] [2008/2009]

LISTE DES FIGURES

Figure 1 Diagramme général ................................................................................................................... 4


Figure 2 Carte redresseur avec protection .............................................................................................. 5
Figure 3 Pont de graëtz avec filtrage ....................................................................................................... 6
Figure 4 Phases de conduction ................................................................................................................ 7
Figure 5 Calcul d'un filtrage pour un moteur de 3KW ............................................................................. 8
Figure 6 Exemple de calcul de courant pour le choix d'un point de diodes............................................ 9
Figure 7 Simulation Psim ....................................................................................................................... 11
Figure 8 Hacheur série........................................................................................................................... 12
Figure 9 Extrait de la norme UTE C 93-703 (1) ...................................................................................... 14
Figure 10 Extrait de la norme UTE C 93-703 (2) .................................................................................... 14

3
[Application note] [2008/2009]

Introduction
La variation de vitesse d’une machine synchrone/asynchrone requiert une partie puissance qui se
charge de transformer l’énergie électrique. Cette chaîne de puissance doit être compatible avec les
commandes vectorielles des moteurs.

La partie puissance est divisée en deux cartes. La première carte appelée «redresseur » permet de
fournir une tension continue à partir d’une tension alternative. Des protections contre les
surtensions et les surintensités du convertisseur statique sont mises en place. La seconde carte
appelé «onduleur» permet de fournir la tension sur les trois phases du moteur à l’aide d’un
onduleur.

L’application note portera sur la réalisation de la carte redresseur permettant d’alimenter des
machines synchrones/asynchrones à l’aide du réseau EDF monophasé.

Synoptique de la partie puissance

Figure 1 Diagramme général

La partie redresseur + le filtrage (figure 1) permet d’obtenir une tension continue. Cette partie est
composée d'un pont de graetz et d'un filtrage capacitif. La tension continue est ensuite transformée
en tension alternative par l’intermédiaire d’un onduleur composée de six modules (IGBT + diodes)
permettant le fonctionnement du moteur en mode hyposynchrone et hypersynchrone.

Etude d’un montage redresseur

4
[Application note] [2008/2009]

Figure 2 Carte redresseur avec protection

Rappel : un montage redresseur permet d’obtenir une tension continue


(de valeur moyenne non nulle) à partir d’une tension alternative
sinusoïdale (de valeur moyenne nulle). On distingue le redressement
non commandé, utilisant uniquement des diodes et délivrant une
tension de valeur moyenne non réglable et le redressement
commandé, utilisant des thyristors permettant d’obtenir une tension de
la valeur moyenne réglable.

L’étude d’un montage redresseur porte sur :

 La recherche de la forme de la tension redressé Vs : étude des semi-conducteur en


conduction et de leur durée de conduction.
 Le calcul de la valeur moyenne vsmoy
 Le calcul de la valeur efficace Vs
 Le calcul du facteur de forme F et du taux d’ondulation

Par définition le facteur de forme F est :

𝑽𝒔
F = 𝒗𝒔𝒎𝒐𝒚

 Plus F tend vers 1, plus la tension vs(t) peut être considérée comme continue.

5
[Application note] [2008/2009]
Par définition, le taux d’ondulation est

𝑽𝒔𝒎𝒂𝒙−𝑽𝒔𝒎𝒊𝒏
τ= 𝒗𝒔𝒎𝒐𝒚

 Plus τ tend vers 0, plus la tension redressée vs(t) peut être considérée comme continue.

Le filtrage
Afin d’améliorer la tension redressée double alternance
(diminuer τ), on utilise un filtrage capacitif en plaçant en
parallèle sur la charge un condensateur de capacité C
(souvent très grande). Etant donné la difficulté de mettre
en équation la charge d’un moteur (la charge peut varier),
l’approximation du calcul des condensateurs sera effectuée
sur une charge résistive qui permettra d’avoir l’ordre de
grandeur des valeurs du filtrage capacitif.
Figure 3 Pont de graëtz avec filtrage

Choix des condensateurs de filtrage


Les principaux critères à considérer dans le choix des condensateurs:
 Sa capacité
 Sa tension de service

Nous pouvons voir sur la figure 4, l’évolution des tensions du montage mesurer à des endroits
différents. Les courbes représentées peuvent être mises en équation.

6
[Application note] [2008/2009]

Figure 4 Phases de conduction

Td = temps de décharge
tc = temps de charge
Δvs = ondulation de la tension filtré.

On cherche à obtenir une valeur approchée de l’ondulation rapidement, c’est pourquoi on effectue
l’hypothèse suivante :
 La décharge de C est linéaire en fonction du temps.
On peut facilement trouver les valeurs du filtrage capacitif C en connaissant le Δvs à l’aide des
formules suivante :

7
[Application note] [2008/2009]
𝑷𝒖
I= 𝟑∗𝑼∗𝐜𝐨𝐬 𝝋 𝑽𝒆𝒎𝒂𝒙
C = (𝟐∗𝑹∗𝒇∗𝜟𝒗𝒔)
𝒅𝒕 Ou
C = I* 𝒅𝒗

Avec dt = temps de décharge des condensateurs

Pour diminuer l’ondulation il faut augmenter C puisque généralement Vemax, f et R sont fixé. Or, en
augmentant C, on diminue le temps de conductions des diodes (tc) qui doivent alors fournir le même
𝑣𝑠𝑚𝑜𝑦
courant moyen Ismoy = 𝑅 pendant un très court temps, par conséquent il apparaît un « pic » de
courant dans les diodes de plus en plus important  risque de destruction des composants.

Valeur calculée à partir de la formule suivante i = C dv/dt pour une ondulation de 10%
x(t) = Vemax*sin(wt)
Vemax=325.5 V
ce qui nous donne pour l'ondulation de 10 % : 292.5 = 325.5*sin(wt)
on trouve après calcul :
dt = temps de décharge des condensateurs = 8.56 ms
On trouve ainsi C = 2634μF
Dans les documentations constructeurs, pour un moteur de 3KW la valeur des condensateurs est de
1500 μF. Prendre cette valeur de filtrage fournie une tension continue avec un taux d’ondulation
satisfaisant.
La tension aux bornes du condensateur sera de 230 2, c’est pourquoi la tension de service doit être
supérieure, on peut prendre 400V par exemple.

Figure 5 Calcul d'un filtrage pour un moteur de 3KW


Le redressement
Composant utilisé : Diode de redressement

La diode de redressement est un composant de puissance


composé d’une jonction P-N. Sa caractéristique i = f(u)
réelle à l’allure suivante :

Tension de seuil : V0 = 0.9 à 2.6V.


En général 1.2V<V0<1.6V

I0 : courant moyen admissible (≤3000A à 50 Hz)


IF : courant de pointe (≤ 3.Io)
Vrrm : tension inverse maxi (50 V à 3500V)

Choix du redresseur
On calcule le courant traversant les diodes lors de la décharge des condensateurs en utilisant la
puissance à fournir.

8
[Application note] [2008/2009]
𝑷𝒖
I= 𝟑∗𝑼∗𝐜𝐨𝐬 𝝋

La phase de charge du filtrage capacitif (durée tc) fait apparaître un « pic » de courant non
négligeable aux bornes des diodes du pont redresseur. Le calcul de celui-ci est complexe. On le
détermine en général en appliquant un facteur 12 au courant nominal pour s’assurer que le
redresseur supportera ses fortes intensités de courant lors du choix du composant. Pour effectuer se
redressement l’achat d’un module incorporant un pont de diode est privilégié. Il faut aussi prendre
en compte le Vrrm lorsque le moteur est en mode hypersynchrone. Les diodes sont alors soumises à
une tension inverse supérieure à celle du régime permanent du moteur.

Calcul du courant nominal délivré par un moteur de 3Kw:

𝑷𝒖 𝟑𝟎𝟎𝟎
I= = ≈ 10.8 A
𝟑∗𝑼∗𝐜𝐨𝐬 𝝋 𝟑∗𝟐𝟑𝟎∗𝟎.𝟕

On choisit un facteur de dimensionnement de 1.5 pour le courant, ce qui nous permet de


définir une valeur minimale du courant de 16.2 A. Courant minimal car nous avons négligé
les pertes moteurs (rendement = 100 %).
Ipic = 12*16.2 = 194.4 A
Choix du pont de diode : gbpc3510
Figure 6 Exemple de calcul de courant pour le choix d'un point de diodes

Les protections du montage redresseur + filtrage


Le montage de base du redresseur est dimensionné. Il faut maintenant lui apporter les protections
nécessaires pour éviter sa destruction lors des différentes phases d’évolution du système.

Les solutions apportées dans ce montage permettent de protéger la carte contre :

 Les surtensions provenant du réseau (ex : foudre)


 Les forts appels de courant à la mise sous tension.
 Les surintensités du courant nominal
 Les surcharges des condensateurs en phase de freinage.

Tâches importantes Solutions


Limiter les appels de courants au Thermistance de type CTN
démarrage

Protéger la carte contre les surtensions et Varistance


les surintensités Fusible

Ajout d’un système de protection des Comparateur + driver + IGBT + Resistance de


condensateurs lors des phases de freinage. dissipation

9
[Application note] [2008/2009]
Dimensionnement des composants
Dans cette partie, nous allons voir comment choisir les éléments qui permettent de protéger le
montage redresseur avec filtrage connecté à une charge qui peut fonctionner en génératrice.

Varistance
Dans le cadre de la forte tension mise en jeu dans ce système, la varistance est la mieux adapté.
Principalement utilisées comme élément de protection de composants ou d'équipements pouvant
être soumis à des perturbations électriques. Les VDR (Volt Dépendant Resistor) voient leurs
impédances (normalement de plusieurs MΩ) chuter très fortement en présence d'une surtension
(même très brève ), créant ainsi un court circuit protégeant le montage situé après.

Son choix se fait par sa tension et son intensité d’utilisation. La tension de protection de 250V est la
plus utilisé lorsque l’on se connecte au réseau monophasé 230V. La résistance d'isolement est de 100
MΩ ou plus. Le temps de réponse est inférieur à 25 ms. La tension de protection est alors de 250V.

Thermistance CTN
Les CTN (Coefficient de Température Négatif, en anglais NTC, Negative Temperature Coefficient) sont
des thermistances dont la résistance diminue de façon uniforme avec la température. Une fois la
thermistance ayant atteint une certaine température, elle peut-être considéré comme un fil. La
thermistance CTN va permettre de limiter les appels de courants au démarrage lorsque le
condensateur n’est pas chargé. La thermistance se met en série sur la source d’énergie.

En effectuant une simulation à l’aide du logiciel PSIM(voir figure 7), on relève les courants mis en jeu
dans le pont de diode. On s’aperçoit à la mise sous tension que le courant est important. Il faut le
limiter.

Lors d'un démarrage d'une machine asynchrone, le courant peut atteindre de 4 à 8 fois le courant
nominal de la machine. Le pic de courant important dure 5 ms. On peut ainsi calculer rapidement la
résistance de la thermistance à froid (Rtf) à l’aide de la formule suivante :

𝑽𝒃𝒖𝒔
–Rcharge = Rtf
𝒃𝒖𝒔

10
[Application note] [2008/2009]

Figure 7 Simulation Psim

Système de protection des condensateurs


Les condensateurs doivent être protégés des surtensions à leurs bornes. Si Ωm > Ωs , g < 0 , on est en
mode hypersynchrone. La puissance rotorique est débitée. Elle est transmise au bus continu et tend
à augmenter la tension continue aux bornes du condensateur.

La tension apparente aux bornes des condensateurs peut s’élever à plus de 200 V de la valeur du bus
continu initiale. Dans notre application on créer un système qui va rediriger le courant provenant du
moteur dans une charge résistive lorsque la tension aux bornes des condensateurs dépasse le seuil
de 360 V.

Cette énergie va charger les condensateurs et les emmenés hors de leurs plage de tensions
d’utilisation. Le système mis en place figure 8 va permettre d’évacuer l’énergie accumulé dans les
condensateurs. Une résistance de dissipation se chargera de dissiper cette énergie en chaleur. Pour
effectuer se montage qui comporte un comparateur et un élément de puissance d’aide à la
commutation, une alimentation stabilisée +15V doit être prévue.

Dimensionnement de la résistance de dissipation


Pour dimensionner la résistance de dissipation Rh correctement, il faut connaître
parfaitement l’évolution du système dans le temps.
11
[Application note] [2008/2009]
 L’énergie envoyée par le moteur
 Le nombre de phase de freinage dans le temps
 Le temps maximum de freinage
 Puissance renvoyé par le moteur

Etant donné que la carte redresseur effectué est un prototype, on peut surdimensionné cette
résistance de dissipation sans effectuer les calculs complexe. En se servant de documentation
constructeur pour un moteur de 3KW, on peut choisir une résistance de 39 Ω, 50 W.

Une autre approche est de considérer notre montage comme un circuit RC parallèle. Si Rh permet
d’évacuer toute l’énergie d’un condensateur en un temps suffisamment court, elle permettra
d’évacuer le surplus d’énergie accumulée dans les condensateurs en phase de freinage (peut
d’énergie à dissiper). L’étude de la résistance de dissipation revient donc à étudier un montage RC
parallèle. On prend en considération aussi le fait que Rh doit dissiper l’énergie renvoyé en un temps
plus court que la phase de freinage.

On détermine l’énergie à évacuer par la formule : W = ½ C * U²

On en déduit la puissance de la résistance pour un temps de freinage donné : P = W*t

𝑼²
Ensuite on calcul la valeur de la résistance avec : P= 𝑹

Figure 8 Hacheur série

Etude du hacheur série


La fonction permettant de mettre en parallèle la résistance de dissipation est assurée par un
comparateur suivi d’un driver permettant de commandé un transistor. Pour s’assurer que le courant
traversant le transistor ne cause pas sa destruction, il sera identique aux transistors utilisés dans le
montage onduleur.

12
[Application note] [2008/2009]
Transistor: En fonction de la valeur de la résistance de dissipation, le transistor choisi (IGBT ou
MOSFET) doit pouvoir supporter à ses bornes la tension qui va lui être imposée.

Le composant d’aide à la commutation : Pour aider à la commutation des transistors étant donnée de
l’énergie importante à transférer, des circuits intégrés existent. Il s’agit de driver. Ils se connectent
aux bases des transistors et envoie un courant suffisamment important pour assurer la commutation
d’un état ouvert/fermé à un état fermé/ouvert.

Le comparateur :

 Pouvoir être alimenté de façon asymétrique.


 Il doit délivrer une tension supérieure à la tension Vih du driver.
 Il doit délivrer un courant supérieur à la tension Lih du driver.

Exemple : Un amplificateur qui permet de fournir ses propriétés pour le driver L6386 est le LT1017.

Diviseur de tension: Lorsque l’on dimensionne les résistances, il faut prendre en compte la puissance
dissipée pour éviter leurs destructions. Pour des résistances de ¼ W et 350 volts en entrée du pont
de diodes, on applique la formule : P = U²/R, on trouve une valeur de R = 490 KΩ. Ajoutons un
coefficient de 1.5 ou 2 pour être sur d’éliminer entièrement le problème.

On trouve ainsi la valeur minimale des résistances qui forment le pont de diodes. Mettre un
potentiomètre serait préférable et permettrait d’avoir une maitrise de la tension en entrée du
comparateur.

L’alimentation des circuits intégrés: La réalisation d’un montage régulateur de tension sur la carte
redresseur est nécessaire pour alimenter l’électronique qui compose le hacheur. Il faut penser à
dimensionner ses alimentations, généralement en +15 V pour qu’elles délivrent le courant souhaité.
Le transformateur ainsi choisi devra prendre en compte l’énergie consommée par le driver et le
comparateur.

Routage
La norme UTE C 93-703 va nous permettre de trouver très rapidement la taille et l’épaisseur des
pistes en fonction du courant qui les parcourt. Voir extrait de la norme ci-dessous (figure 9).

D’autres critères sont disponibles dans la norme, notamment au niveau de l’espacement minimale
(figure 10) :

 entre les conducteurs


 entre conducteur et pastille ou plage
 entre pastilles d’interconnexion ou plages

13
[Application note] [2008/2009]
Pour faire sa carte d’électronique de puissance, étudier ce document est primordiale.

Figure 9 Extrait de la norme UTE C 93-703 (1)

14
[Application note] [2008/2009]

15