Vous êtes sur la page 1sur 25

Année académique 2019 - 2020

FISCALITE

DES
ENTREPRIS
ES

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

AVANT – PROPOS

Ce support de cours est destiné aux étudiants de la 1ère année de la Licence


Professionnelle qui font la fiscalité des entreprises. Ce document vise à l’amélioration et
l’achèvement du programme. S’il est didactique ; ce caractère n’est vrai que lorsque son
exploitation est rythmée par des séances de cours avec l’enseignant.

Son intérêt pour l’étudiant est multiple ; permettre de préparer et d’anticiper les cours,
servir de guide de recherche personnelle pour sa formation…

Pour l’enseignant, il permet des gains substantiels de temps et d’optimisation des


savoirs faire de cours.

Aussi ; au lieu de réduire le contenu du cours du programme de l’année, avons-nous


procédé à son augmentation de son volume par des cas pratiques auxquels les étudiants
doivent obligatoirement traiter. Il s’agit dès lors d’insister sur les savoirs et leurs
renforcements à travers de multiples évaluations (devoirs et interro) .ainsi ; des fiches de T.D
accompagneront ce support et lui seront indissociables.

Enfin, la volonté à travers ce support est :

- d’achever les programmes de formation, même en cas de perturbations de l’année


universitaire.
- d’harmoniser les cours dispensés pour une même discipline
- de mettre l’accent sur les savoirs et savoir-faire
- et surtout améliorer les résultats universitaires.

Nous adressons nos remerciements à la Direction de HEC et en particulier à monsieur le


Directeur de la formation pédagogique.

Nous adressons également nos remerciements aux Etudiants de HEC pour leur soutien
lors de la production de cet ouvrage.

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

N.B : Nous attendons vos citriques et suggestions pour l’amélioration de ce document à


cette adresse : ehouokessoa@yahoo.fr

Quelques définitions

1. Acompte provisionnel : C’est une avance d’impôt à imputer sur l’impôt exige.

2. Assiette ou base d’imposition : C’est le montant sur lequel l’impôt est assis c’est.-à-
dire la base qui sert de calcul de l’impôt.

3. Assujetti : C’est la personne soumise à l’impôt et reconnue par la DGI (Direction


Générale des Impôts) pour faire la déclaration de l’impôt, par contre un non assujetti
subit l’impôt sans pour autant faire de déclaration à la DGI.

4. Crédit d’impôt : C’est le montant de l’impôt payé en trop par le contribuable (en cas
d’acompte provisionnel). C’est une créance d’impôt du contribuable sur l’état.

5. Contribuable : C’est la personne qui supporte l’impôt.

6. Dégrèvement d’offre : C’est la correction des erreurs prononcée par la DGI soumise à
aucune procédure réglementaire particulière.

7. Droit proportionnel : C’est le montant de l’impôt calculé en fonction d’une taxe qui
peut varier suivant certaines conditions par opposition au droit fixe qui reste inchangé
quelque soit les circonstances.

8. Echéance : C’est la date de paiement (date butoir) de l’impôt.

9. Exonération, exemption : Etre exonéré ou exempté de l’impôt, c’est ne pas être


soumis à cet impôt ; ne pas payer cet impôt.

10. Fiscalité intérieure : C’est le régime fiscal des impôts appliqués à l’intérieur du pays,
par opposition à la fiscalité de porte qui s’applique aux impôts à l’entrée du pays.

11. Impôt : C’est le prélèvement obligatoire effectué par la puissance publique auprès des
personnes physiques et morales par voies d’autorités et sans contre partie directe en
vues de la couverture des dépenses publiques et à des fins d’interventionnisme
étatique.
25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

12. Liquidation de l’impôt : C’est le calcul de l’impôt.

13. Recouvrement de l’impôt : C’est le paiement de l’impôt.

14. Redevable : C’est la personne chargée de verser l’impôt au trésor ou à la DGI.

15. Redressement fiscal : C’est le contrôle opéré par la direction fiscale en vue de
détecter les erreurs éventuelles afin de les corriger.

16. Taxe : C’est une prestation requise du secteur privé par voie de contrainte mais elle
implique une contre partie qui est le bénéfice du service directement rendu par la
puissance publique ou ses établissements spécialisés.

17. Taxe parafiscale : C’est un prélèvement obligatoire versé à des organismes privés ou
publiques ayant un caractère économique, social ou professionnel. Exemple :
cotisation à la CNPS.

18. Hypothèque : C’est un droit réel dont est gravé un bien immobilier au profit d’un
créancier pour garantir le paiement de la créance.

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

CHAPITRE II : IMPOT SUR LES SALAIRES

Introduction

Les traitements, salaires, pensions et rentes viagère sont soumis


cumulativement à l’impôt sur les traitements et salaires (ITS), la contribution
nationale (CN) et l’impôt général sur le revenu (IGR).

Par ailleurs il existe des charges sociales (CNPS) qui incombent aussi bien
aux salariés qu’à l’employeur .En Côte d’Ivoire ces impôts et cotisations font
l’objet d’une retenue à la source sur chaque salaire par l’employeur .Quelles
sont donc ces rémunérations qui sont soumis aux impôts et cotisations ?
Comment ces impôts et cotisations se calculent-ils ? Quelles sont les obligations
du redevable ?

I- Les rémunérations soumises aux impôts et cotisations

Il s’agit d’analyser d’une part le champ d’application des impôts et


cotisations et d’autre part leur base imposable.

A- Le champ d’application

D’une manière générale, le champ d’application distingue les revenus


imposables, les revenus non imposables mais aussi la territorialité de ces
revenus.

1- Les revenus imposables

Ils portent sur les salaires et ces notions voisines :

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

Le salaire : c’est la rémunération perçue par le personnel d’une entreprise en


contre partie du travail fourni.

Les commissions : c’est une rémunération versée aux employés des professions
libérales.

Les honoraires rémunèrent les employés des professions libérales.

Les indemnités représentent soit des allocations s’ajoutant aux salaires destinés à
compenser des charges spéciales (indemnité de résidence ; responsabilité).

a- Les allocations périodiques

Elles comprennent les pensions et les rentes viagères

b- Les pensions

C’est une allocation périodique versée par un organisme social ou l’Etat.


Elle ne constitue pas la rémunération du service présent mais du service passés
et dont le paiement est garanti aux bénéficiaires durant toute la vie.

c- Les rentes viagères

C’est une allocation versée à quelqu’un durant sa vie en exécution soit


d’un engagement ; soit d’u jugement.

2 -Les revenus non imposables

Ils sont exonérés des impôts sur traitement de salaires et cotisations :

 Les indemnités professionnelles

 Les allocations ou avantages à caractères familiale

 Les indemnités de cessation d’emploi

 Les appointements diplomatiques.

a- Les indemnités professionnelles


25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

Les indemnités à caractères professionnelles c'est-à-dire des frais qu’un


salarié perçoit dans le cadre de son activité professionnelle ne sont pas
imposables sous certaines conditions et limites.

 Les conditions

 Il faut que les indemnités soient utilisées conformément à leur objet.


Aussi l’administration fiscale est elle en droit de demander aux
bénéficiaires de justifier l’utilisation des indemnités ?

 Elles ne doivent pas se cumuler avec des frais réels.

 Les limites

 Les indemnités exonérées ne doivent pas dépasser 10% de la


rémunération totale de l’intéressé y compris les indemnités en question et
non compris les avantages en natures.

Exemple : Soit un salarié qui perçoit une rémunération totale mensuelle de


1.200.000 et les indemnités professionnelles de représentation s’élevant à
250.000 /mois.

b- Les allocations ou avantages à caractère familial

Ce sont des allocations ou avantages versé en vertu d’une disposition


légale ou par des organismes sociaux.

c- Les indemnités pour cessation d’emploi

Les indemnités versées au moment de la cessation d’emploi (licenciement


ou départ à la retraite) ne sont imposables que sur la moitié de leur montant.
Elles sont totalement exonérées lorsque le montant est inférieur à 50.000 f.

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

En revanche sont imposable en totalité les indemnités de préavis ; de congés


payés et des gratifications versées au moment du départ du salarié.

d-Les appointements diplomatiques

Les rémunérations que perçoivent les diplomates étrangers pour l’exercice de


leur fonction sont exonérées des impôts sur traitement et salaire dans la mesure
où les pays qu’ils représentent accordent des avantages analogues aux
personnalités diplomatiques ivoiriennes.

3-La règle de territorialité

Elle vise à déterminer quelle est la situation au regard de la fiscalité


ivoirienne des personnes dont la source de revenu est constituée par des
traitements de salaire.

a- Le lieu de domicile du salaire

La notion de domicile est celle du droit interne ivoirien selon laquelle est considérée comme
domicilié en Cote d’Ivoire toute personne physique qui possède une habitation à titre de propriétaire
ou locataire. Au regard de cette définition ; on peut présenter la règle de territorialité des salaires
selon le tableau suivant :

Activité L’activité est exercée en L’activité est exercée hors de la C.I


Domicile C.I
Salaire domicilié en C.I Imposition en C.I Imposition en C.I
Salaire domicilié hors de la C.I Imposition en C.I Non imposition en C.I

b- Les règles de territorialité applicable en présence de conventions


internationale fiscale

L’existence d’une telle convention permet d’éviter les doubles impositions.


Le principe général est que l’imposition des salaires est attribuée à L’Etat dans
lequel le salarié est domicilié même lorsque l’activité est exercée dans un autre Etat.

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

N.B : Des conventions fiscales existent entre la C.I et les pays de l’OCAM
(organisation commune africaine et mauricienne) ; les pays de l’UEMOA et
certains pays en dehors de l’Afrique tel que : la France, l’Allemagne, la
Belgique, la Norvège, le Canada, la Grande-Bretagne l’Italie, la Suisse.

B- La base imposable

Elle est obtenue à partir du montant brut des traitements et salaires. Le


montant brut est égal au montant du salaire catégoriel, les indemnités, les
primes, les gratifications, les heures supplémentaires, ect….ainsi que pour tous
les avantages en nature et argent.

Le salaire et toutes ces notions voisines ayant été défini nous allons préciser
les autres éléments à savoir les heures supplémentaires ; salaire de bas ; les
primes ; les gratifications ainsi que les avantages en nature et en argent.

1- Le salaire de base

a- Le salaire catégoriel

C’est le salaire minimum fixé pour la catégorie professionnelle par le


barème des salariés.

Le SMIG : signifie Salaire Minimum Interprofessionnel Garantie ; c’est le


salaire minimum légal en dessous duquel aucun employeur ne peut payer un
travailleur. Il est établi sur une base honoraire. C’est le gouvernement seul qui
décide de son évolution.

Le SMIG depuis 1994 était de 36.607 F /mois ; soit 36.607/173,33=


211F/heure ; il est passé à 60.000 depuis janvier 2014.

b- Le sursalaire

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

C’est la partie du salaire brut (salaire réel) payé en supplément du salaire


minimum de la catégorie ; c’est-à-dire l’excédent de la rémunération brute
versée par l’employeur sur le salaire catégoriel.

2- Les primes et gratifications

a- Les primes

La prime d’ancienneté : C’est une prime destinée à récompenser la


stabilité et l’expérience du travailleur dans l’entreprise. Elle est calculée sur le
salaire minimum catégoriel à partir de la date d’embauche du salarié. La prime
est accordée après 24 mois de travail effectif dans l’entreprise. Le taux est de
2% à partir du 25° mois jusqu’au 36° mois. Ce taux est majoré de 1% par année
supplémentaire jusqu’à la 25° année incluse. Ce taux est plafonné à 25%.

Exemple : 0 an – 2ans ; 0 mois -24 mois ►0%

2ans - 3ans ; 25 mois - 36 mois►2%

3ans – 4ans ; 36 mois – 48 mois►2% + 1%

EXERCICE D’APPLICATION

SOUMODOU perçoit un salaire de base mensuel de 320.000F.

TAF : Déterminer son taux et la prime d’ancienneté

a – le 31/12/2018 ; embauché le 20/10/1998

b- Le 15/10/2017 ; embauché le 25/08/1992

c- Le 30/07/2017 ; embauché le 20/11/1997

d- Le 10/06/2013 ; embauché le 30/12/2000


25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

 La prime d’expatriation : Cette prime est destinée à dédommager le


travailleur recruté hors de son pays. Cette indemnité est fixée à 40% du
salaire de base du contrat (salaire catégoriel + sursalaire) comme le cas
des heurs supplémentaires. Cependant elle est généralement calculée sur
le salaire de base catégoriel.

e- Les gratifications

Les primes de fin d’année et gratification constituent des rémunérations


additionnelles dues en fin d’année aux salariés. Le montant de cette
rémunération ne peut être inférieur au ¾ du salaire minimum conventionnel de
la catégorie.

Bien sure l’employeur ; peut payer en prime 100% et même plus si les
résultats de l’entreprise le permettent. Le travailleur engagé dans le courant de
l’année démissionnaire ou licencié a droit à une part de cette allocation au
prorata du temps de travail effectué au cours de la dite année. Ces allocations
sont au même titre que les salaires.

 Exemple 1 : KACHY embauché ; a un salaire catégoriel de 320.000 F.


Quel doit être le montant minimum de sa gratification et le montant
maximum ?

Montant minimum ; 320.000 x ¾ = 240.000

Montant maximum ; selon les possibilités de l’entreprise soit 320.000 ou plus.

 Exemple : DAINGUY bénéficie d’un salaire de base de 240.000 F a été


licencié le 15 novembre 2018. Déterminer le montant de la gratification à
verser lors du licenciement. Il est embauché depuis janvier 2018.

3- Les avantages en nature et en argent

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

a- Avantages en nature

Ils correspondent à la fourniture par un employeur des biens ou des


services à un employé. Le CGI dispose un barème alloué sous forme d’avantage
en nature :

Tableau 1 : logement et accessoires

Nombre de pièces Logement Mobilier Electricité(a) Eau (b)


principales
01 60.000 10.000 10.000 10.000
02 80.000 20.000 20.000 15.000
03 160.000 40.000 30.000 20.000
04 300.000 60.000 40.000 30.000
05 480.000 80.000 50.000 40.000
06 600.000 100.000 60.000 50.000
07 et plus 800.000 150.000 70.000 60.000
(a) Le montant est à majorer de 20.000 par appareil individuel de climatisation
ou par pièce climatisée pour les installations centrales.
(b) Le montant est à majorer de 30.000 pour les logements dotés d’une piscine.

En plus de ces avantages en nature prévu par le barème, il existe d’autres


avantages non prévus par le barème mais qu’il convient de prendre en compte
dans la base imposable ; il s’agit :

Tableau 2 : Domesticité (personnel de maison)

- Gardien ou jardinier → 50 000


- Cuisinier → 90 000
- Gens de maison → 60 000
N.B : - Les indemnités en argent représentative d’avantage en nature
(allocation de logement par exemple) ne peuvent pas bénéficier du régime
de l’évaluation forfaitaire et sont intégralement imposable.
25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

- l’utilisateur personnel d’une voiture de fonction n’est pas pris en


compte pour la détermination des avantages en nature.
- Ces montants sont comptés pour la moitié lorsque les avantages sont
consentis à des travailleurs du secteur agricole.

b- Les avantages en argent

L’avantage en argent consiste en la remise d’une somme d’argent ou


d’une indemnité versée au salarié qui correspond à des dépenses qui incombent
normalement au salarié. L’avantage peut consister également à un
remboursement.

 N.B : Les avantages qui ne sont pas mentionnés sur le barème doivent être
intégrés dans l’assiette des impôts à leur montant réel. Il s’agit : des frais
de télécommunication ; frais de scolarité ; nourriture fournie par
l’employeur.

 Le barème d’évaluation des avantages en nature sur le plan social est


abrogé et remplacé par le barème fiscal. Cependant dans ce cas (au plan
social) si le montant réel des avantages dépasse celui du barème, on prend
le montant réel même si cet avantage en nature en question figure dans le
barème de référence ; c’est-à-dire qu’on prend le montant le plus élevé
entre ces deux montants.

 Toute allocation payée par l’employeur au profit du salarié soit à lui-


même directement ou à une société de gardiennage est intégralement
imposable.

EXERCICE D’APPLICATION

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

KACHY ; directeur du personnel de la société « KESSOA » marié et père de 04


enfants bénéficie des avantages en nature suivants :

1- Il est logé dans une villa de 06 pièces principales avec piscine ; dotées
d’un climatiseur individuel par pièce. Le loyer est de 250 000 F/mois.
2- Les meubles de la villa sont la propriété de l’entreprise d’une valeur de
300 000 F.
3- Les frais d’eau ; d’électricité et de téléphone sont supportés par
l’entreprise ; les frais sont respectivement élevés à 450 000 F ; 150 000 F 
et 180 000 F.
4- L’entreprise assure le gardiennage de la villa par une société pour un coût
de 150 000 F.
5- L’entreprise prend à sa charge les frais d’écolage des enfants de Mr
KACHY pour un montant global de 120 000 F.
6- L’entreprise met à la disposition de Mr KACHY ; le personnel
domestique suivant : un jardinier ; un domestique ; un cuisinier ; un
chauffeur payé à 50 000 F.

T.A.F : Calculer les avantages dont bénéficient KACHY.

c-Rémunération des jours fériés chômés

Le chômage des jours fériés chômés payés (JFCP) est obligatoire pour
l’ensemble du personnel occupé dans les structures de toute nature. A
l’exception de tout établissement ou service qui en raison de la nature de leur
activité ne peuvent interrompre le travail (la SOTRA ; les compagnies
aériennes ; maritimes ; ect ……….)

Voici officiellement les jours fériés chômés payés :

- Le 1er janvier
- Le lundi de pâques
- Le jour de l’Ascension
25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

- Le lundi de pentecôte
- La fête de ramadan (Aïd-el-fitr)
- La fête de Tabaski (Aïd-el-kébir)
- Le 07 aout (fête national)
- Le 15 aout (fête de l’assomption)
- Le 1er novembre (fête de toussaint)
- Le 15 novembre (journée nationale de la paix)
- Le 25 décembre (fête de noël)
- Le 1er Mai (fête de travail)
- Le lendemain de la nuit de destin (laîlatoul-kadr)
- Le lendemain de l’anniversaire de la naissance du prophète Mohamed
(maouloud)
4-Les heures supplémentaires

En Côte d’Ivoire, la durée légale hebdomadaire du travail est de 40h soit


173,33h/mois ((40X52) / 12 = 173,33). Les heures de travail au-delà de ces 40h
hebdomadaire sont considérées comme des heures supplémentaires payées
suivant la réglementation en vigueur en prenant comme base le taux horaire.

Ce taux horaire de base est majoré de la manière suivante :

Heures de travail Majoration


0 à 40 heures Heures normales
ème ème
41 à 46 heures (6h) 15%
ème ème
47 à 55 heures (9h) 50%
Heures de nuit effectuées les jours ouvrables (21h à 5h) 75%
Heures de jours effectuées les dimanches et jours fériés 75%
Heures de nuit effectuées les dimanches et jours fériés 100%
Le maximum d’heures supplémentaires autorisées est de 15h par semaine.
Les heures supplémentaires au-delà de 15h sur autorisation du supérieur
hiérarchique seront rémunérées avec une majoration de 50% si elles ne sont pas
effectuées la nuit ou dimanche et jours fériés.

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

Exemple : KACHY est un agent technique dont la rémunération du mois de Mai


est de 2 100 F/h ; a effectué des heures supplémentaires qui se décomposent de
la manière suivante :

- 1ère semaine : 14h dont 4h la nuit du 1er Mai et 3h le dimanche matin.


- 2ème semaine : 14h dont 4h la nuit du mardi et 3h la nuit du dimanche
- 3e semaine : 13h
- 4e semaine : 15h dont 4h le samedi matin et 5h le dimanche matin
T.A.F : Déterminer les heures supplémentaires et le salaire de base de KACHY
pour le mois de Mai.
5- Les éléments de salaire exonérés totalement ou partiellement

a- Les éléments exonérés totalement


 Les allocations familiales ; les allocations d’assistance à la famille.
 Indemnité de stage versé aux étudiants dans le cadre de leur stage-école
pour une durée n’excédent pas six mois et pour la tranche de l’indemnité
mensuelle égale ou inférieur à 100 000 F.
 La pension de retraite et les rentes viagères lorsque leur montant est égal
ou inférieur à 100 000 F par mois.

b- Les éléments exonérés partiellement


 L’indemnité de transport est exonérée à hauteur de 25 000
F/mois/bénéficiaire.
 Les indemnités de fonction ; indemnité de représentation ; indemnité de
responsabilité ; indemnité représentative de frais de déplacement ;
indemnité d’équipement sont exonérées à concurrence de 10% de la
rémunération totale en espèce (indemnité comprise) perçue par le
contribuable.

6- détermination du salaire brut imposable(SBI)


Salaire catégoriel (salaire de base)
+ Sursalaire
+ Primes et gratification
+ Heures supplémentaires
25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

+ Indemnités imposables
+ Avantages en nature et en argent
- Indemnités non imposable
Salaire Brut imposable (SBI)
II- Détermination des impôts et les cotisations exigibles

Les salaires subissent deux retenues à la source. L’une au titre des différents
impôts et l’autre au titre des cotisations.

A- Les différents impôts sur salaire

Les traitements et salaires sont passibles de différents impôts.


Indépendamment de ces impôts ; l’employeur subit à son tour des taxes sur
salaire.

1- Les impôts à la charge du salarié

Il existe trois types d’impôts à la charge du salarié :

- Impôt sur traitement et salaire (ITS)

- La contribution nationale (CN)

- Impôt général sur le revenu (IGR)

a- Impôt sur traitement et salaires

Le taux de l’ITS est de 1  ,5% ; il s’applique sur la base imposable (SBI)


après une déduction forfaitaire de 20%.

ITS = 1, 5% x 80% SBI


Ou ITS = 1, 2% x SBI
Exemple : KACHY a un salaire de base de 200.000 F et une indemnité de
logement de 50.000 F.
T.A.F : Calculer l’ITS
b- La contribution nationale (C.N)

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

La base imposable (B.I) au titre de la C.N bénéficie elle aussi d’une déduction forfaitaire de 20%.
Mais les taux d’imposition diffèrent selon le barème. Ainsi nous obtenons les taux suivants :

Tranche de salaire imposable compris entre (salaire Taux Formule


mensuel) R = 80% SBI (Revenu imposable)
0- 50.000 0 Néant
50.000 – 130.000 1,5% (R x 1,5%) – 750
130.000- 200.000 5% (R x 5 %) – 5.300
Supérieur à 200.000 10% (R x 10 %) – 15.300

Tranche pour salaires annuels

Tableau 1 Tableau 2

R= 80% SBI (Revenu Taux R= 80% SBI (Revenu Taux


imposable) imposable)
Inférieur à 600.000 0% Inférieur à 600.000 Néant
600.000 – 1.560.000 1,5% 600.000 – 1.560.000 (R x 1,5%) – 9.000
1.560.000 - 2.400.000 5% 1.560.000 - 2.400.000 (R x 5%) – 63.600
Supérieur à 2.400.000 10% Supérieur à 2.400.000 (R x 10%) - 183.600

L’impôt CN s’obtient directement en appliquant une des formules dans le


tableau (2). 

Exemple 2 : DAINGUY salarié à « IVOIR SEXY » a perçu pour l’année 2018
un revenu brut imposable de 21.000.000.

T.A.F : Déterminer son I.T.S et sa C.N

Exemple 3 : KACHY un salarié dont le salaire du mois de mai est de 815 700.

T.A.F : Calculer ITS et CN

c- l’impôt général sur le revenu (IGR)

Tout comme le CN ; l’IGR est obtenu après le barème progressif mais en
tenant compte du nombre de part qui est fonction de la situation et des charges
de famille du contribuable.

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

Il se perçoit sur la même base que l’ITS et la CN mais après un


abattement de 15% et après déduction des impôts déjà supportés (ITS et CN).

Pour obtenir l’IGR ; il convient de déterminer :

 La base IGR

 Le nombre de part

 Les enfants à charge

 Le quotient familial

 Le barème

 La base IGR : est obtenue en appliquant la formule suivante :

Base IGR = 85% [80% SBI – (ITS + CN)]

 Le nombre de part: la détermination du nombre de part s’effectue selon


le principe suivant:

 Célibataire ; divorcé ; veuf ou veuve sans enfant à charge : 1 part

 Marié sans enfant à charge ou célibataire, divorcé ; veuf ou veuve


ayant un enfant à charge : 2 parts

 Marié ; veuf ou veuve ayant un enfant ou célibataire ; divorcé ayant


deux enfants à charge : 2,5 parts

 Marié ; veuf ou veuve ayant deux enfants ou célibataire ; divorcé


ayant trois enfants à charge : 3 parts

 Marié ; veuf ou veuve ayant trois enfants ou célibataire ; divorcé


ayant quatre enfants à charge : 3,5 parts

Et ainsi de suite en augmentant d’une demi-part par enfant à charge du


contribuable. Cependant le maximum de part dont bénéficie un contribuable est
25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

limité à 5 parts (Marié ; veuf ou veuve ayant six enfants ou célibataire ; divorcé
ayant sept enfants à charge).

 Les enfants à charge : sont considérés comme à charge du contribuable,


les enfants légitimes, les enfants naturels reconnus, les enfants légalement
adoptés. Les enfants mineurs ou les enfants majeurs étudiant jusqu’à 27
ans ou l’enfant infirme sont considérés comme enfant à charge du
contribuable.

 Le quotient familial : il est obtenu en divisant la base imposable IGR par


le nombre de part (arrondi au millier de franc inférieur)

Q = BIGR / N.
Formule de calcul mensuel
Q = BIGR / N ou Q = R /N Impôt IGR
0 < Q < 25.000 Néant
25.000 < Q < 45.583 IGR = (BIGR x 10/110) – ( 2.273 x N)
45.584 < Q < 81.583 IGR = (BIGR x 15/115) – ( 4.076 x N)
81.584 < Q < 126.583 IGR = (BIGR x 20/120) – (7.031 x N)
126.584 < Q < 220.333 IGR = (BIGR x 25/125) – (11.250 x N)
220.334 < Q < 389.083 IGR = (BIGR x 35/135) – (24.306 x N)
389.084 < Q < 842.166 IGR = (BIGR x 45/145) – (44.181 x N)
Supérieur 842.166 IGR = ( BIGR x 60/160) – (98.633 x N)
Formule de calcul annuel
Q = BIGR / N Impôt
0 < Q < 300.000 0
300.000 < Q < 547.000 IGR = ( BIGR x 10/110) – ( 27.273 x N)
548.000 < Q < 979.000 IGR = ( BIGR x 15/115) – (48.913 x N)
980.000 < Q < 1.519.000 IGR = (BIGR x 20/120) – (84.375 x N)
1.520.000 < Q < 2.644.000 IGR = (BIGR x 25/125) – (135.000 x N)
2.645.000 < Q < 4.669.000 IGR = (BIGR x 35/135) – (291.667 x N)
4.670.000 < Q < 10.106.000 IGR = (BIGR x 45/145) – (530.172 x N)
Supérieur 10.106.000 IGR = (BIGR x 60/160) – (1.183.594 x N)

Exemple 2:DAINGUY salarié à “ IVOIR SEXY” a perçu pour l’année 2018 un


revenu brut imposable de 21.000.000. Il est marié et père de 06 enfants.

T.A.F : Calculer son IGR


25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

Exemple 3 : KACHY perçoit un salaire mensuel de 621 700 ; marié père de 04


enfants.

T.A.F : Calculer IGR

2 – Les impôts à la charge de l’employeur

Les versements effectués par les entreprises au titre des charges fiscales
comprennent :
 La contribution à la charge de l’employeur
 Contribution nationale
 La taxe d’apprentissage
 Taxe additionnelle à la formation continue

Prélèvement Personnel Personnel


local expatrié
I- Trésor Public
1- Contribution à la charge de l’employeur - 9,2%
2- Contribution nationale 1,2 % 1,2%
Sous Total Trésor (I) 1,2% 10,4%
II- FDFP
1- Taxe d’apprentissage 0,4% 0,4%
2- Taxe additionnelle à la formation continue 1,2% 1,2%
Sous Total FDFP (II) 1,6% 1,6%
TOTAL GENERAL (I) + (II) 2,8% 12%
Pendant l’année les employeurs versent au FDFP la moitié de la taxe
additionnelle à la formation continue et conserve l’autre moitié pour la
formation du

personnel mais ces formations doivent au préalable être agrée par le FDFP
(fond de développement de la formation professionnelle). A la fin de l’année
une régularisation est faite selon que l’employeur a ou non utilisé la taxe
additionnelle pour la formation.

B- Les cotisations sociales


25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

Elles concernent aussi bien le salarié que l’employeur.

1- Les cotisations sociales à la charge du salarié

a- Le salaire brut social

En principe le salarié cotise pour sa retraite et ces cotisations concernent


aussi bien les salariés locaux que les salariés expatriés.

Lors de chaque versement du salaire ; une retenue est opérée par l’employeur
sur le S.B.S du salarié au profit de la CNPS. Cette retenue représente la
cotisation du salarié à l’assurance vieillesse ou cotisation de retraite. Le taux de
la cotisation est de 6,3% du salaire plafonné à 1.647.315 F/mois.

b-Exemple de bulletin de paie


25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

EMPLOYEUR SALARIE
NOM : NOM :
ADRESSE PRENOMS :
N* IMMATRICULATION FONCTION
CNPS ADRESSE
N DE COMPTE MATRICULE
CONTRIBUABLE CATEGORIE
LIBELLE GAINS RETENUES
Salaire de base -
Sursalaire -
Prime d’ancienneté -
Heures supplémentaires -
Primes divers imposables -
Avantages en nature -
TOTAL SALAIRE BRUT -
Les retenues
- ITS -

- CN -
-
- IGR
-
- CR
-
TOTAL RETENUE
Indemnités non imposables -
- Acompte -

- Avances
-
- Opposition
-
- Prêts
-
- Avantages en nature
………………………………
NET A PAYER
N.B :D’autres avantages en argent dont bénéficie le salarié peuvent figurer
sur le bulletin.

25

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


Année académique 2019 - 2020

b- livre de paie de la période ………………………………………………………………………………………………………


Nom & Nbre Sal Sursalaire Heure Indemnité et Avantage SBI Retenues Total Indemnité Avantage - Acomptes Net à
prénoms de part de suppl prime en nature en nature payer
des salariés base imposable - Avances
-Opposition
-Prêt
Fiscales Social

ITS CN IGR CR

Support de cours de fiscalité des entreprises 48.03.40.03/01.15.33.17 Mr ALIKO


25
Support de cours de fiscalité des entreprises 2018 -2019

2- Les cotisations sociales à la charge de l’employeur ou charges sociales


patronales
L’employeur supporte trois types de cotisations :
 Les prestations familiales : le taux est fixé à 5,75% sur un salaire
plafonné à 70.000 F/mois et par salarié.
 Les accidents de travail : le taux varie en fonction de la branche
d’activité entre 2% à 5% ; le plafond est de 70.000 F /mois et par salarié.
 La caisse de retraite : pour la retraite, les employeurs cotisent au taux de
7,7% par salarié sur un plafond de 1.647.315 F/mois et par salarié.

EXERCICE D’APPLICATION

ASSADOU ; chef d’équipe technique ; marié père de huit enfants dont la


rémunération du mois de mai 2018 est de 3.500 f l’heure ; bénéficie des
avantages en nature suivants :

- Logement de 06 pièces ; dotées chacune d’un appareil de climatisation


; mobilier ; électricité ; eau et de gardien. Il a été embauché le 09/06/90.
En outre, il a effectué pour le mois de mai des heures supplémentaires qui
se décomposent de la manière suivante :

 1ère semaine : 12h dont 5h la nuit du 1er mai.


 2ème semaine : 14h dont 6h la nuit du mardi et 3h la nuit du dimanche.
 3ème semaine : 12h dont 5h le samedi matin.
 4ème semaine : 14h dont 5h le dimanche matin.
Enfin il a perçu une indemnité professionnelle d’un montant de 360.000 F et
d’une prime d’ancienneté. Le salaire catégoriel est de 400.000 f.
T.A.F : 1- Calculer les impôts sur le salaire ;
2- Calculer les cotisations sociales dues au titre du mois de mai par le
salarié.
3- Calculer les charges sociales dues au titre du mois de mai.
4- Calculer les charges fiscales patronales
5- Déterminer le salaire net perçu par ASSADOU
N.B : le taux d’accident de travail est de 3%.

ehouokessoa@yahoo.fr ALIKO 48 03 40 03 / 01 15 33 17 Page 25

Vous aimerez peut-être aussi