Vous êtes sur la page 1sur 8

1

Les machines simples

1- levier (appui, bras de levier)

2- Poulie (palan, moufle)

3- Plan incliné (pente, coin)

4- Treuil (arbre, tambour, cabestan, roue)

Balançoires en acier. Pivot en béton


Place Potzdamer, Berlin
Photo Paxinou E. Octobre 2006

Nicolas REMY - ENSAM

1- Levier
Introduction
Aristote considérait le levier comme un paradoxe de la nature : une petite
force appliquée à une extrémité, loin du point d’appui (appelé pivot)
l’emporte sur une force beaucoup plus grande appliquée près de ce point.
(1ère réponse est donnée par Archimède au IIIe siècle av. J.C.)

2 charges sur un levier seront équilibrées si leurs grandeurs sont


inversement proportionnelles aux longueurs de leurs bras de levier respectifs

F AB
A B C
F =P" (1)

BC
P

2
1- Levier
Autres formes de levier
La formule (1) reste valable pour les 3 cas de levier ci-dessous (a), (b) et (c).

(a) F
A B C

AB
F =P" (1) P
BC F C

(c)

(b) B A
! A B

F
P P

1- Levier
Exemple
Soit un poids P quelconque (exprimé en KN) appliqué en A. Dans le levier ci-dessous,
quelle doit être la force à appliquer pour soulever le poids P ?

4d
d
AB (a)
F =P" (1)
C
BC
A B
F?

P
Réponse :
! Si on utilise la formule (1), on peut écrire que :

F = P. (d/4d) = P / 4

Le bras de levier ainsi constitué permet de diviser par 4 le poids de l’objet à soulever. A force F
égale pour soulever, il faut donc augmenter le bras de levier.

3
2- La poulie
Définition
C’est une roue à gorge (aussi appelé réa) utilisée pour changer la direction d’une corde
ou d’un câble sur l’extrémité duquel on tire, l’autre bout étant relié à une charge.
C’est un système simple qui transfère une force de son point d’application à un autre
point où elle est utilisée.

P/2
P/2 P/2

(a) - poulie (b) - moufle P

(c) - palans

2- La poulie
Définition
On montre donc que l’effort à appliquer est divisé par le nombre de brins du système.

Pour soulever un poids P quelconque avec une poulie, il faut fournir une force équivalente.
Avec un palan à 6 poulies (6 brins), il suffit d’exercer une force égale au poids divisé par 6

MAIS « ce qui est gagné en force est perdu en déplacement » Simon Stevin (VIe)

(c) - palan à 6 poulies

(d) - Autres formes de palans

4
2- Le plan incliné
Définition
Un corps placé sur un plan incliné (une simple pente) semble d’une certaine façon plus léger
que lorsqu’il repose sur un plan horizontal.
Par exemple, le corps M peut être soutenu sur la pente AB par un corps plus petit E.

E
M

(a) - principe du plan incliné

« Avec le concours de la pente, on peut donc soulever une charge que l’on serait bien en
peine de soulever sans aide » Sandori

2- Le plan incliné
Définition
Un corps placé sur un plan incliné (une simple pente) semble d’une certaine façon plus léger
que lorsqu’il repose sur un plan horizontal.
Par exemple, le corps M peut être soutenu sur la pente AB par un corps plus petit E.

E
M
α
C A F
P
AB
F =P"
BC (2)

F = P sin #

5
2- Le plan incliné
Exemples - influence de la pente
Quelle est l’influence de l’inclinaison du plan si α = 30°
A quelle pente cela correspond-il ?

si α = 30°, on a
F = P. sin α
F = P. 1/2
(pente = 57,8%)
AB
F =P"
BC (2)
F = P sin #
B

E
M
α
! α sin α
0° 0
C A F 10° 0,17
20° 0,34
P 30°
40°
0,50
0,64
50° 0,76
60° 0,86
70° 0,93
80° 0,98
90° 1

2- Le plan incliné
Définition 2
Si la charge E est elle-même appuyée sur un plan incliné alors, la formule précédente (2)
devient :

B
E
M
α
β
F
C
A
P

F sin " = P sin # (3)

6
3- Le treuil
Définition
Le treuil est une machine composée d’une roue (ou volant) et d’un tambour sur un arbre (ou
axe).
Source : Sandori, Petites logiques des forces

Source : Sandori, Petites logiques des forces

tambour
arbre (axe)
rayon de la roue
Tambour EF
rayon de la roue AG

3- Le treuil
Définition
La treuil ici simplifié peut être considéré comme un levier

A B

F
Source : Sandori
tambour
P
Petites logiques des forces

A B C

F tambour

7
3- Le treuil
Définition
La treuil ici simplifié peut être considéré comme un levier

C
A P F A
C B A C B

B
F F
P
P

AB
F =P" (1)

BC
B, axe du treuil

Bibliographie du cours
. Halik Daniel, Polycopié de cours - Statique, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de
Marseille : Marseille, Novembre 2005.

. Beer and Johntson, Mécanique à l’usage des ingénieurs - statique, Editions Mac Graw Hill,
1981.

. Sandori, Petites logiques des forces, Editions Seuil Point Sciences : Paris, 1983.

. Sandori, Comment ça tient ?, Editions Seuil Point Sciences.

. Pirard, La statique graphique, Editions Dunod : Paris, 1967.

. Frey François, Statique Appliquée, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, .

. Salvadori M. et Heller R., Structure et architecture, Eyrolles : Paris, 1976.

Nicolas REMY - ENSAM