Vous êtes sur la page 1sur 54

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT Langue : Français

Original : Français

REPUBLIQUE DU NIGER

PROJET DE RENFORCEMENT DE L’EQUITE EN MATIERE


DE GENRE

RAPPORT D’EVALUATION

DEPARTEMENT DU DEVELOPPEMENT SOCIAL OCSD


RÉGIONS CENTRE-OUEST MAI 2004
FICHE D'INFORMATION DU PROJET, MONNAIES ET MESURES, LISTE DES
TABLEAUX, LISTE DES ANNEXES, LISTE DES ABREVIATIONS, INDICATEURS SOCIO-
ECONOMIQUES, CADRE LOGIQUE DU PROJET RESUME ANALYTIQUE i-xi

1. ORIGINE ET HISTORIQUE DU PROJET................................................................... 1

2. LE SECTEUR ........................................................... 2

2.1 Problématique du genre au Niger................................................................................... 2


2.2 Cadre institutionnel du secteur....................................................................................... 3
2.3 Politique du Gouvernement en matière de genre ........................................................... 3
2.4 Financement des activités dans le domaine du genre..................................................... 4
2.5 Principales interventions des partenaires au développement ......................................... 4
2.6 Contraintes du secteur .................................................................................................... 5

3. LES DOMAINES DU PROJET .................................................................................... 5

3.1 Capacités institutionnelles.............................................................................................. 6


3.2 L’équité dans le domaine juridique ............................................................................... 7
3.3 Accès des femmes à l’information et à la communication............................................. 8
3.4 Questions liées à la population....................................................................................... 9

4. LE PROJET ……........................................................................................................ 9

4.1 Conception et bien fondé................................................................................................ 9


4.2 Zones du projet et bénéficiaires ................................................................................... 11
4.3 Contexte stratégique..................................................................................................... 12
4.4 Objectifs du projet........................................................................................................ 12
4.5 Description des réalisations et composantes du projet................................................. 13
4.6 Impact sur l'environnement .......................................................................................... 17
4.7 Coûts du projet .......................................................................................................... 17
4.8 Sources de financement................................................................................................ 18

5. EXECUTION DU PROJET ......................................................................................... 19

5.1 Organe d'exécution……………………………………………...….................... ……19


5.2 Dispositions institutionnelles ....................................................................................... 20
5.3 Plan d’exécution et calendrier de dépenses ................................................................. 21
5.4 Acquisition des biens et services.................................................................................. 22
5.5 Décaissements .............................................................................................................. 24
5.6 Rapports financiers et audit .......................................................................................... 25
5.7 Suivi et évaluation........................................................................................................ 25
5.8 Coordination de l’aide.................................................................................................. 26
6. DURABILITE ET RISQUES DU PROJET .................................................................26
6.1 Charges récurrentes.......................................................................................................26
6.2 Durabilité ...............................................................................................................26
6.3 Principaux risques et mesures d’atténuation.................................................................27

7. AVANTAGES DU PROJET ........................................................................................27


7.1 Avantages économiques................................................................................................27
7.2 Impact social ...............................................................................................................28
7.3 Impact sur les femmes et la réduction de la pauvreté ...................................................28

8. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS...........................................................29

8.1 Conclusions ...............................................................................................................29


8.2 Recommandations et conditions d’approbation du don................................................29

ANNEXES

Le présent rapport a été rédigé à la suite de la mission d’évaluation effectuée au Niger du 16 février
au 8 mars 2004 par M. J. E. PORGO, Analyste en Chef de l’Education, OCSD.2 et deux
consultants. Pour toute information complémentaire, s’adresser à Mme Z.B. El BAKRI (Directeur
OCSD, Poste 2045) ou M. T.P. SEYA (chef de Division, OCSD.2, Poste 2173)
(i )

Niger
INDICATEURS SOCIO-ECONOMIQUES COMPARATIFS

Pays en
Pays
Année Niger Afrique dévelop-
dévelop- pés
pement

Indicateurs de Base
Superficie ('000 Km²) 1 267 30 061 80 976 54 658
Population totale (millions) 2001 11.2 811.6 4 940.3 1 193.9
Population urbaine (% of Total) 2001 20.9 38.0 40.4 76.0
RNB par habitant ($ E.U. )
Densité de la population (au Km²) 2001 8.9 27.0 61.0 21.9 800
Revenu national brut (RNB) par Habitant ($ EU) 2000 180 671 1 250 25 890 700
600
Participation de la Population Active - Total (%) 2000 46.2 43.1 … … 500
Participation de la Population Active - Femmes (%) 2000 40.3 33.8 … … 400
Valeur de l'Indice sexospécifique de dévelop. humain 2000 0.263 0.476 0.634 0.916 300
200
Indice de développement humain (rang sur 174 pays) 2000 172 n.a. n.a. n.a. 100
Population vivant en dessous de $ 1 par Jour (%) 1995 61.4 45.0 32.2 … 0
199 199 199 199 199 199 199 199 200
2 3 4 5 6 7 8 9 0
Indicateurs Démographiques
Niger Afrique
Taux d'accroissement de la population totale (%) 2001 3.6 2.4 1.5 0.2
Taux d'accroissement de la population urbaine (%) 2001 6.3 4.1 2.9 0.5
Population âgée de moins de 15 ans (%) 2001 49.9 42.4 32.4 18.0
Population âée de 65 ans et plus (%) 2001 2.0 3.3 5.1 14.3
Taux de dépendance (%) 2001 108.2 85.5 61.1 48.3
Rapport de Masculinité (hommes pour 100 femmes) 2001 100.4 99.4 103.3 94.7 Taux de croissance de la population
Population féminine de 15 à 49 ans (%) 2001 21.3 23.6 26.9 25.4 (%)
Espérance de vie à la naissance - ensemble (ans) 2001 45.8 52.5 64.5 75.7 4.0

Espérance de vie à la naissance - femmes (ans) 2001 46.1 53.5 66.3 79.3 3.5
3.0
Taux brut de natalité (pour 1000) 2001 55.2 37.3 23.4 10.9
2.5
Taux brut de mortalité (pour 1000) 2001 19.4 14.0 8.4 10.3 2.0
Taux de mortalité infantile (pour 1000) 2001 128.0 79.6 57.6 8.9 1.5
Taux de mortalité des moins de 5 ans (pour 1000) 2001 213.5 116.3 79.8 10.2 1.0
Taux de mortalité maternelle (pour 100000) 1998 590 641 491 13 0.5
Indice synthétique de fécondité (par femme) 2001 8.0 5.1 2.8 1.6 0.0
Femmes utilisant des méthodes contraceptives (%) 1998 8.2 … 56.0 70.0 199 199 199 199 199 199 199 200 200
3 4 5 6 7 8 9 0 1

Indicateurs de Santé et de Nutrition Niger Afrique

Nombre de médecins (pour 100000 habitants) 1998 3.3 36.7 78.0 287.0
Nombre d'infirmières (pour 100000 habitants) 1997 22.9 105.8 98.0 782.0
Naissances assistées par un personnel de santé qualifié (%) 1998 18.0 38.0 58.0 99.0
Accès à l'eau salubre (% de la population) 2000 59.0 60.4 72.0 100.0 Espérance de vie à la naissance (
Accès aux services de santé (% de la population) 1999
2000 30.0
20.0 61.7
60.5 80.0
44.0 100.0
100.0 Années )
Accès auxd'adultes
Pourcent. services sanitaires (% de
de 15-49 ans la population)
vivant avec le VIH/SIDA 1999 1.4 5.7 … … 71
61
Incidence de la tuberculose (pour 100000) 2000 39.6 105.4 157.0 24.0
51
Enfants vaccinés contre la tuberculose (%) 2000 44.0 63.5 82.0 93.0 41
Enfants vaccinés contre la rougeole (%) 1996 25.0 58.2 79.0 90.0 31
Insuffisance pondérale des moins de 5 ans (%) 2000 39.6 25.9 31.0 … 21
Apport journalier en calorie par habitant 1999 2 064 2 408 2 663 3 380 11

Dépenses publiques de santé par habitant (en % du PIB) 1998 1.2 3.3 1.8 6.3 1
199 199 199 199 199 199 199 200 200
3 4 5 6 7 8 9 0 1
Indicateurs d'Education Niger Afrique
Taux brut de scolarisation au (%)
Primaire - Total 1998 41.7* 80.7 100.7 102.3
Primaire - Filles 1998 24.0 73.4 94.5 101.9
Secondaire - Total 1997 13 29.3 50.9 99.5
Secondaire - Filles 1996 4.8 25.7 45.8 100.8
Personnel enseignant féminin au primaire (% du total) 1998 31.6 40.9 51.0 82.0 Taux de mortalité infantile
Analphabétisme des adultes - Total (%) 2001 83.5 37.7 26.6 1.2 (pour 1000 )
Analphabétisme des adultes - Hommes (%) 2001 75.5 29.7 19.0 0.8 160
Analphabétisme des adultes - Femmes (%) 2001 91.1 46.8 34.2 1.6 140
Dépenses d'éducation en % du PIB 1998 2.3 3.5 3.9 5.9 120
100
Indicateurs d'Environnement 80
Terres arables en % de la superficie totale 1999 3.9 6.0 9.9 11.6 60
Taux annuel de déforestation (%) 1990-95 … 0.7 0.4 -0.2 40
Taux annuel de reboisement (%) 1990 10.0 4.0 … …
20
Emissions du CO2 par habitant (tonnes métriques) 1997 … 1.1 2.1 12.5
0
19 19 19 19 19 19 19 20 20
Source : Compilé par la Division Statistique à partir des Bases de Données de la BAD; ONUSIDA; Live Database de la Banque 93
Mondiale
94 95 et96
la Division
97 98 99 00 01
Population des Nations Unies Niger Afrique

Notes: n.a. Non Applicable


... Donnée Non Disponible
* Ne concerne que le Niger pour l’année 2002
ii
FONDS AFRICAIN DE DÉVELOPPEMENT

01 B.P. 1387 ABIDJAN 01/ COTE D’IVOIRE BP. 323, 1002 TUNIS BELVEDERE/TUNISIE
TEL.(225) 20 20 48 12 / 20 20 54 47 Tél : (216) 71 333 511
FAX (225) 20 20 57 10 Fax :(216)71351933

FICHE D’INFORMATION DU PROJET


Date : mars 2004
Les renseignements ci-dessous ont pour but de fournir quelques indications générales à tous les
fournisseurs, entrepreneurs, consultants et autres personnes intéressées par la fourniture de biens et
services au titre des projets approuvés par le Conseil d'Administration du Groupe de la Banque. De plus
amples renseignements peuvent être obtenus auprès de l’organe d'exécution du projet.
1. PAYS : République du Niger
2. TITRE DU PROJET : Renforcement de l’équité en matière de
genre
3. LIEU D’IMPLANTATION : Territoire national
4. DONATAIRE : République du Niger
5. ORGANE D’EXECUTION : Direction de la Promotion de la Femme au
sein du MDSPPFPE
6. DESCRIPTION DU PROJET :

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer à l’atteinte des objectifs de développement du


millénaire dan le domaine du genre. Les objectifs spécifiques sont les suivants : i) contribuer au
renforcement des capacités de conception, planification et gestion des activités en matière de genre ;
et ii) contribuer à la création d’un environnement social plus favorable à l’équité en matière de
genre.

7. COUT ESTIMATIF:
Devises : 1,16 millions d’UC
Monnaie locale : 2,00 millions d’UC
Total : 3,16 millions d’UC
8. FINANCEMENT PROPOSÉ
FAD (Don) : 3,00 millions d’UC
GOUVERNEMENT : 0,16 millions d’UC
9. DATE PROBABLE D'APPROBATION : juin 2004
9. DATE PROBABLE DE DÉMARRAGE
ET DURÉE DU PROJET : Septembre 2004 - 3 ans
11. ACQUISITION DES BIENS ET SERVICES :
L’acquisition des biens et services se fera selon les règles de procédure du FAD comme suit :
iii

Biens:

Appel d’offres national pour l’acquisition : i) du mobilier pour les directions régionales du
MDSPPFPE, le centre multimédia, les cliniques juridiques de l’ANDDH et la DPF ; ii) les
équipements bureautiques, informatiques, audio-visuel pour les directions du MDSPPFPE, l’ANDDH ,
le centre multimédia, les cliniques juridiques et la DPF ; et iii) les véhicules et les motos des DR, de
la DEP, de l’AFJN et la DPF. Ce mode d’acquisition se justifie par le fait qu’il existe des fournisseurs
locaux suffisamment qualifiés et en nombre suffisant pour garantir la concurrence.

Services :

Consultation sur la base d’une liste restreinte pour : i) les formations à l’étranger sur les thèmes
population, genre et développement, statistique genre, gestion des terroirs, planification du
développement, genre et droit de la femme management et entrepreunariat féminin ; ii) la formation
en communication ; iii) la formation en informatique des cadres du MDSPPFPE, des 200 femmes,
et des superviseurs des cliniques juridiques ; iv) la sensibilisation des populations sur le Code des
Personnes et de la famille, la vulgarisation de la CEDEF et la Loi sur le quota ; v) la sensibilisation
des populations sur les droits humains ; vi) la sensibilisation sur les différents thèmes ; vii) la
révision du PNDS, l’élaboration plan décennal et Stratégie nationale en matière de genre ; viii) le
suivi et l’évaluation des indicateurs du genre; la coordination de l'ensemble des activités genre et la
mise à jour de base de données désagrégées par sexe ; ix) a réalisation de l’étude sur les relations
entre hommes et femmes et celle relative aux violences fondées sur le genre ; x) la mise en place
d'un site Web pour la DEP ; xi) l’élaboration du Code des personnes et de la famille ; xii)
l’élaboration du manuel d’exécution du projet ; xiii) les prestations pour l’organisation de la revue à
mi-parcours ; xiv) l’élaboration du rapport d’achèvement du projet ; xv) les prestations des experts
contractuels de la PDF ; et xvi) l’audit du projet.

Négociation directe pour : i) avec le MDSPPFPE pour les formations locales des leaders d’opinion
et des organisations de la société civile des personnels de l’administration Il dispose d’un noyau de
formateurs en genre. Ces derniers ont été formés dans le cadre du projet «Initiative genre» financé
par le FNUAP ; et ii) les voyages d’études.

Fonctionnement :

Les acquisitions relatives au fonctionnement du projet (fournitures de bureaux et carburant) seront


assurées en utilisant : i) des consultations de fournisseurs pour des montants inférieurs à 20 000 UC et
ii) des appels d’offres pour les marchés dont le montant total est supérieur à 20 000 UC.
iv

EQUIVALENCES MONETAIRES

(Mars 2004)

1 UC = 781,822 XOF
1 FCFA = 0,001199 UC
1 UC = 1,48007 USD
UNITES DE MESURES

Système métrique

EXERCICE BUDGETAIRE

1er janvier au 31 décembre

LISTE DES TABLEAUX


Page
2.1 Evolution du budget du MDSPPFPE 4
4.1 Coûts du projet par composante 17
4.2 Coûts du projet par catégorie de dépenses 18
4.3 Coûts du projet par source de financement 18
4.4 Coûts du projet par composante et par source de financement 18
4.5 Coûts du projet par catégorie de dépenses et par sources de financement 19
5.1 Calendrier d’exécution et de supervision 21
5.2 Plan de supervision et de revue à mi-parcours 21
5.3 Calendrier des dépenses par composante 21
5.4 Calendrier des dépenses par catégorie de dépenses 22
5.5 Calendrier des dépenses par source de financement 22
5.6 Dispositions relatives à l’acquisition des biens et services 23

LISTE DES ANNEXES

Nombre de pages

Annexe 1 Etapes relatives à la préparation du rapport d’évaluation du projet 1


Annexe 2 Principales interventions des partenaires dans le domaine du genre 1
Annexe 3 Résumé des opérations du Groupe de la Banque au Niger 1
Annexe 4 Carte administrative du Niger (zones du projet) 1
Annexe 5 Résumé des coûts du projet 3
Annexe 6 Organigramme d’exécution du projet 1
Annexe 7 Plan prévisionnel de l’exécution du projet 1
Annexe 8 Liste des biens et services 1
v

LISTE DES ABBREVIATIONS

AFJN Association des femmes juristes du Niger


AFN Association des femmes du Niger
AFE Association des Femmes Economistes
ANDDH Association nigérienne pour la défense des droits de l’homme
BAD Banque africaine de développement
CPP Comité de pilotage du Projet
CEDEF Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard
des femmes
DEP Direction des Etudes et de la Programmation
DPF Direction de la Promotion de la Femme
DPF Direction de la Promotion de la Femme
DAAF Direction des Affaires Administratives et Financières
DDSSN Direction de la Protection, Promotion Sociales et de la Solidarité Nationale
DPF Direction de la Promotion de la Femme
DSPF Division des Stratégies de Promotion de la Femme
DP Direction de la Population
DL Direction de la Législation
DR Directions Régionales
FAD Fonds africain de développement
FCFA Franc de la Communauté Financière Africaine
IDH Indice de Développement Humain
IPH Indice de Pauvreté Humaine
ISDH Indice Sexo Spécifique du Développement humain
MDSPPFPE Ministère du développement social, de la population, de la promotion de la
femme et de la protection de l’enfant
MEB1/A Ministère de l’Éducation de Base et de l’Alphabétisation
MESSRT Ministère des Enseignements Secondaire et Supérieur, de la Recherche et de la
Technologie
ONPF Observatoire nationale pour la promotion de la femme
PAPG Projet d’Appui à la Promotion, du Genre
PDDG Plan décennal de développement du Genre
PDDE Plan décennal de développement de l’éducation
PDSSN Politique de Développement Social et de la Solidarité Nationale
PDDG Plan décennal de développement du genre
PNP Politique Nationale de la Population
PNDS Politique Nationale de Développement Social
PPF Politique de Promotion de la Femme
RDFN Rassemblement démocratique des femmes du Niger
REFAO Réseau des femmes entrepreneurs de l’Afrique de l’ouest
REFCEN Réseau des femmes chefs d’entreprises
SNPG Stratégie nationale de promotion du genre
SNU Système des Nations Unies
SRP Stratégie de Réduction de la Pauvreté
UC Unités de compte
UNDAF Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement
vi

RÉPUBLIQUE DU NIGER
Projet de renforcement de l’équité dans le genre
CADRE LOGIQUE DU PROJET

Hiérarchie des objectifs Indicateurs vérifiables Moyens de vérification Hypothèses et risques


Objectif sectoriel
1 L’objectif sectoriel du projet est de 1.1 En 2015, les disparités entre les sexes sont réduites 1.1.1 Rapports de la DEP, de la DPF
contribuer à l’atteinte des objectifs de dans les domaines du droit, de l’éducation (égalité dans t celui du Groupe thématique Genre d
développement du millénaire en rapport la scolarisation), de l’accès à Système des Nations Unies
avec le genre l’information/communication (NTIC à la portée de
tous) et à la santé (réduction de 2/3 du taux de
mortalité des enfants et réduction de 2/4 du taux de
mortalité maternelle) et le taux de prévalence du
VHI/SIDA est stabilisé
Objectifs spécifiques du don
1. contribuer au renforcement des capacités de 1.1 En 2007, le Niger dispose d’une politique de 1.1.1 Rapports d’activités de la 1.1.1.1 La SRP est mise en œuvre et le
conception, planification et gestion des développement social cohérente, d’une stratégie Direction de la Promotion de la Gouvernement maintien sa vision selon laquelle
activités en matière de «Genre» ; nationale en matière de genre et d’un plan décennal de femme la lutte contre la pauvreté requiert la mise à
développement du genre, alors qu’en 2004 ces contribution de toutes les composantes de la
documents n’existaient pas ; nation.

1.2 Le MDSPPFPE assure avec efficacité les activités 1.2.1 Rapports de la Direction des 1.1.1.2.1.1 Les partenaires au développement
suivantes : a) conception, planification, gestion et Etudes et de la Programmation et poursuivre leur assistance au Gouvernement
évaluation des programmes et projets en matière de ceux de la Direction de la Promotion dans la mise en œuvre des activités de genre
genre ; b) le suivi/évaluation des indicateurs dans le de la Femme
domaine du genre ; c) la coordination des activités dans
le domaine du genre alors qu’en 2004 ces activités
n’étaient pas bien menées.

2. contribuer à la création d’un environnement 2.1 En 2007, 10% des maires sont des femmes contre 1.2.1 Rapports d’activités des points 1.2.1.1 La SRP révisée est mise en œuvre et les
social plus favorable à l’équité en matière de 5% en 2004 ; et la Loi sur le quota est appliquée, alors focaux et de la DPF partenaires continuent de soutenir le
genre. qu’elle ne l’est pas totalement en 2004 Gouvernement dans le financement des activités
dans le domaine du genre.

2.2 En 2007, le code des personnes et de la famille est 2.2.1 Rapports de la DP et du groupe 2.2.1.1 Les leaders d’opinion (chefs traditionnels
adopté et appliqué, alors qu’il n’existait pas en 2004; et thématique genre des Nations Unies et religieux et les partis politiques) adhèrent au
environ 55% de la population le connaissent. projet

2.3 En 2007, environ 55% de la population connaissent 2.3.1 Rapports de la DPF. 2.3.1.1 Les leaders d’opinion (chefs traditionnels
les droits humains et maîtrisent les thèmes relatifs à la et religieux et les partis politiques) adhèrent au
population/planning familial et le VIH/SIDA, contre projet
environ 2% en 2004.
vii

Hiérarchie des objectifs Indicateurs vérifiables Moyens de vérification Hypothèses et risques

Réalisations/Résultats
1.1 En 2007, la politique de développement 1.1.1 Alors qu’en 2004, les activités en matière de 1.1.1.1 Rapports de la Direction des 1.1.1.1.1. La SRP révisée est mise en œuvre et
social révisée et une stratégie nationale en genre et les interventions en matière de genre ne se Etudes et de la Programmation et de les partenaires continuent de soutenir le
matière de genre et un plan décennal de font pas de manière coordonnée en 2007, elles sont la Direction de la Promotion de la Gouvernement dans le financement des activités
développement du genre sont élaborés et intégrées dans une stratégie et un plan décennal de Femme. dans le domaine du genre
appliqués développement du genre

1.2 Les leaders d’opinion (230 chefs 1.2. En 2007, 55% des leaders d’opinion (chefs 1.2.1.1 Rapport Direction de la 1.2.1.1 La SRP est mise en œuvre et le
traditionnels, 14 230 chefs religieux et 300 religieux, et traditionnels, responsables de partis Promotion de la Femme, du FNUAP Gouvernement maintien sa vision selon
responsables de partis politiques), 120 politiques, parlementaires, responsables des ONG ont et de la Banque laquelle la lute contre la pauvreté requiert la
parlementaires, 200 membres des organisations un comportement favorable au genre, contre environ mise à contribution de toutes les composantes
suivantes : AFJN, AFE, REFAO- Niger, 5% en 2004. de la nation
ANDDH), 122 membres des points focaux, les
cadres de l’administration centrale (1150) et
des Régions (400), les membres du
Gouvernement (50), les juges et assesseurs (50)
et les délégués des établissements scolaires
(284).sont sensibilisés au concept genre ;

1.3 Les Formations suivantes sont assurées : 1 en 1.31 En 2007, environ 80% du personnel du Ministère 1.3.1.1 Rapport de la DEP et les 1.3.1.1.1 L’appui des partenaires au
population, genre et de développement, 1 du Développement Social sont formés en genre et dans missions de supervision de la Banque Gouvernement se poursuit
séminaire en population pour 60 agents, 1 agent les domaines connexes contre 5% en 2004 ; ces
en statistique genre, 1 en management et personnels assurent les missions relatives au genre et
entrepreneuriat féminin ; 1 en genre et droits de la notamment le suivi/évaluation des indicateurs de genre
femme, 3 en genre ; 50 en communication, 250 avec efficacité.
dont 200 femmes en nouvelles technologies de
l’information

1.4 Les activités de plaidoyers sur les thèmes 1.4.1 En 2007, environ 55% de la population 1.4.1.1 Rapport de la Direction du 1.4.1.1.1 Les leaders d’opinion sont favorables
suivants sont réalisées : population et nigérienne ont adopté des comportements favorables à Développement Social et de la au projet
développement/planning familial, pratiques l’espacement des naissances, à la protection de Solidarité Nationale et de la DPF
traditionnelles néfastes (excision, mariages l’environnement, la lutte contre le VIH/SIDA, la
précoces/ et ou forcés), développement local, la scolarisation des filles et n’appliquent les méthodes
scolarisation des filles, l’environnement et lutte traditionnelles néfastes
contre le VIH/SIDA.

1.5 Des voyages d’études au bénéfice des leaders 1.5.1 En 2007, 60% des leaders d’opinion (chefs 1.5.1.1 Rapport de la DPF et de la 1.5.1.1.1 IDEM
d’opinion : 1 voyage en Tunisie et au Sénégal religieux, et traditionnels, responsables de partis Banque
pour 5 personnes dont 1 parlementaire, 1 chef politiques), parlementaires, responsables des ONG ont
religieux, 1 chef traditionnel, 1 responsable un comportement favorable au genre, contre environ
d’ONGs féminines et 1 agent du MDSPPFPE 5% en 2004.
viii

Hiérarchie des objectifs Indicateurs vérifiables Moyens de vérification Hypothèses et risques


1.6 Un (1) centre communautaire multimédias 1.6.1 Environ 5% des femmes alphabétisées utilisent 1.6.1.1 Procès verbal de réception 1.6.1.1.1 La SRP est mise en œuvre et le
est mis en place l’informatique contre environ et environ 30% des Gouvernement maintien sa vision selon
femmes formées en informatique utilisent internet laquelle la lute contre la pauvreté requiert la
contre 19 % en 2004 mise à contribution de toutes les composantes
de la nation,

1.7 Des campagnes d’informations et de 1.7 En 2007, environ 55 % de la population nigérienne 1.7.1 Rapport de la DPF, du FNUAP 1.7.1.1 Les leaders d’opinion continuent
sensibilisation sur le code des personnes et de connaissent le code des personnes et de la famille, les et de la Banque d’adhérer au projet
la famille, les droits humains et la CEDEF sont droits humains et de la CEDEF et ont recours aux
réalisées. autorités compétentes en cas de besoin.

Activités du projet Ressources en millions d’UC La contrepartie nationale est régulièrement


mise à la disposition du projet
1. Recruter l'assistance technique. Source de financement Moyens de vérification
2. Acquérir les biens Rapports trimestriels d’avancement
3. Assurer la coordination des interventions. Dev. ML Total du projet
4. Assurer les formations Don 1,16 1,84 3,00
5. Réaliser les activités de plaidoyer sur les Gouvt 0,00 0,16 0,16
différents thèmes, le code des personnes et de
Total 1,16 2,00 3,16
la famille, les droits humains et la CEDEF.
ix

RESUME ANALYTIQUE

HISTORIQUE DU PROJET

Le Niger est confronté à un certain nombre de contraintes parmi lesquelles, le taux de croissance
démographique rapide (3,6% par an) et les disparités entre les différents groupes de population. Environ,
63% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le niveau de pauvreté dépend fortement
du genre de l’individu. Ainsi, la pauvreté touche particulièrement les femmes qui représentent plus de
50% de la population. Le déséquilibre constaté dans la situation des hommes et des femmes au Niger,
s’explique essentiellement à travers l’examen des activités réalisées par chaque groupe, avec un accent
sur les droits d’accès et de contrôle des ressources, les droits sociaux, la participation à la prise de
décision et l’autonomie.

Les écarts entre les deux genres en ce qui concerne principalement le statut juridique, l’accès aux
ressources, les responsabilités, la participation aux prises de décisions, et l’accès à l’éducation, à la
santé, à l’information et à la communication et aux services juridiques et judiciaires ont un impact
négatif sur la réduction de la pauvreté. Pour y remédier, différents instruments ont été élaborés,
notamment la Stratégie de Réduction de la Pauvreté (SRP), la Politique Nationale de la Promotion de la
Femme, le Plan d’action national sur la mise en œuvre de la Convention sur l’Elimination de toutes les
Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDEF), la Politique nationale de population, le
Programme national de développement sanitaire et le Programme décennal de développement de
l’Education. La plupart des actions entreprises au titre des différents cadres de référence ne prennent pas
suffisamment en compte un certain équilibre dans la répartition des tâches, des responsabilités et des
pouvoirs dans un cadre cohérent pour tenir compte des hommes, des femmes et des enfants. Dans le
domaine du droit, la coexistence de trois sources juridiques (droit coutumier, droit moderne et droit
religieux) rend la situation de la femme difficile bien que la Constitution consacre le principe d’égalité
de tous sans distinction. Sur le plan institutionnel, les structures en place ne disposent pas de ressources
humaines en nombre suffisant avec les compétences requises pour accomplir leurs missions. Au niveau
socio-économique, les tâches dévolues aux femmes sont lourdes particulièrement en milieu rural (entre
14 et 18 heures de travail par jour). En matière d’éducation, la situation demeure préoccupante en ce qui
concerne l’accès et l’équité. Les difficultés d’accès des populations aux centres de santé et la
pauvreté aggravent particulièrement l’état sanitaire de la femme. L’indice synthétique de fécondité
est de 7,5 enfants par femme et la propagation rapide de l’infection du VIH/SIDA touche plus
particulièrement les femmes (en 1999, sur 65 000 cas de VIH dépisté sur le territoire national, 31
000 étaient chez les femmes âgées de 15 à 49 ans), limitant ainsi leur participation aux activités de
développement..

Pour faire face à cette situation, le Gouvernement a sollicité le concours de ses principaux partenaires
dont le Groupe de la Banque africaine de développement pour le financement des actions à réaliser en
vue de réduire les inégalités existantes au sein de la société en matière de genre. Faisant suite à cette
requête qui lui a été adressée en décembre 2003, la Banque se propose d’apporter son soutien à travers
le présent projet dont l’identification/préparation a été faite en décembre 2003 et l’évaluation en mars
2004. Ce projet tient qui compte des objectifs de développement du millénaire est conforme à la
stratégie d'intervention du Groupe de la Banque au Niger pour la période 2002-2004.

DON DU GROUPE DE LA BANQUE

La contribution totale du don FAD d’un montant de 3,00 millions d’UC couvre 100 % (1,16 millions
d’UC) des coûts en devises et 92% (1,84 millions d’UC) des coûts en monnaie locale. Les ressources du
don FAD financeront les composantes I, II et III pour toutes les catégories de dépenses.
x

BUT SECTORIEL ET OBJECTIFS DU PROJET

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer à l’atteinte des objectifs de développement du


millénaire en rapport avec le genre. Les objectifs spécifiques sont les suivants : i) contribuer au
renforcement des capacités de conception, planification et gestion des activités en matière de
«Genre» ; et ii) contribuer à la création d’un environnement social plus favorable à l’équité en
matière de genre.

DESCRIPTION SUCCINTE DU PROJET

Le projet dont la durée d‘exécution est de trois ans comprend les composantes suivantes :
i) renforcement de capacités ; ii) amélioration du cadre juridique et de l’accès des femmes à
l’information et à la communication; et iii) exécution du projet.

COÛT DU PROJET

Le coût total du projet hors taxes et hors douane est évalué à 3,16 millions d'UC dont 1,16 millions
d'UC en devises et 2,00 millions d’UC en monnaie locale. Une provision moyenne de 4,59% pour
les aléas et imprévus et de 3,66% par an pour la hausse des prix a été intégrée au coût du projet.

SOURCES DE FINANCEMENT

Le projet sera financé conjointement par le FAD et le Gouvernement nigérien. La contribution du don
FAD d’un montant de 3,00 millions d’UC représente 95% du coût total du projet et servira à financer
une partie des coûts des composantes I, II et III pour toutes les catégories de dépenses. La participation
du Gouvernement (0,16 millions d'UC) représente 5 % du coût total du projet. Elle couvre 8% des coûts
en monnaie locale et servira à financer une partie des catégories de dépenses portant sur les biens et les
frais de fonctionnement.

EXECUTION DU PROJET

Le projet sera exécuté par la DPF au sein du MDSPPFE. Compte tenu de l’importance des tâches
qui lui sont assignées, elle sera renforcée en moyens humains complémentaires. Ce renforcement se
fera par la mise à sa disposition d'un personnel supplémentaire composé d’un (e) coordinateur
(trice) de projet, d’un (e) comptable, d’un (e) spécialiste en passation des marchés et du personnel
de soutien.

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

Le projet constitue un apport important à la SRP du Gouvernement dans la promotion du genre au


Niger. A travers les réalisations prévues, il renforce les capacités des structures de l’Etat, des
organisations de la société civile et du secteur privé à promouvoir le genre. Ce renforcement se traduira
concrètement par l’appui à la révision de la Politique Nationale de Développement Social, l’élaboration
d’une Stratégie Nationale en matière de genre et d’un Plan Décennal pour le Développement du Genre,
le renforcement des activités de suivi/évaluation des indicateurs du genre et la réalisation d’études sur
les violences selon le genre et les relations entre homme et femmes afin de contribueront à une plus
grande compréhension de la problématique genre au Niger. Les activités de formation en matière de
genre et dans les domaines connexes sont également orientées vers l’amélioration de la perception de la
question du genre auprès des leaders d’opinion (tous les 230 Chefs religieux et 14 230 chefs
traditionnels et 300 responsables de partis politiques), des parlementaires, des représentants des élèves et
étudiants, 200 membres des organisations de la société civile. Elles contribueront à produire des
changements importants de comportements des populations en matière de genre
xi

La mise en place du centre communautaire multimédias et la formation de 200 femmes environ aux
NTICs, contribueront à renforcer l’équité dans le domaine du genre par une participation plus accrue des
femmes et des jeunes filles dans les domaines socio-culturels et économiques. En outre, l’élaboration du
code des personnes et de la famille permettra de pallier les insuffisances engendrées par les trois sources
de droit et la vulgarisation de la CEDEF, suivie de la sensibilisation des populations sur les droits
humains constituent des réponses aux problèmes de genre au Niger. Le projet qui a été conçu et formulé
selon une approche participative avec l’implication effective des différentes parties concernées
(bénéficiaires, pouvoirs publics, société civile, ONG et les partenaires au développement) est par
conséquent une contribution importante dans la réalisation des objectifs de : i) développement du
millénaire, notamment en ce qui concerne la promotion et l’égalité des sexes et l’autonomisation des
femmes, la lutte contre le VIH/SIDA, l’amélioration de la santé maternelle et la mise des avantages des
nouvelles technologies de l’information et de la communication à la portée de tous ; et ii) la stratégie
d'intervention (2002-2004) du Groupe de la Banque au Niger, principalement axée sur la lutte contre la
pauvreté en appui à la SRP du Gouvernement.
1

1. ORIGINE ET HISTORIQUE DU PROJET

1.1 En dépit des efforts déployés, le Niger reste confronté à un certain nombre de contraintes
parmi lesquelles, le taux de croissance démographique rapide (3,6 par an) et principalement des
discriminations en matière de droit et d’accès aux services sociaux entre les différents groupes de
population. Environ, 63% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté et une personne sur
trois vit en dessous du seuil d’extrême pauvreté. Le niveau de pauvreté dépend fortement du genre de
l’individu. Ainsi, la pauvreté touche particulièrement les femmes qui représentent plus de la moitié de la
population. Le déséquilibre constaté dans la situation des hommes et des femmes au Niger, s’explique
essentiellement à travers l’examen des activités réalisées par chaque groupe, ainsi que les droits d’accès
et de contrôle des ressources, les droits sociaux, la participation et la prise de décision.

1.2 Les écarts entre les deux genres en ce qui concerne principalement le statut juridique, l’accès
aux ressources, les responsabilités, la participation aux prises de décisions, et l’accès à l’éducation, à la
santé, à l’information et à la communication et aux services juridiques et judiciaires ont un impact
négatif sur la réduction de la pauvreté. Pour y remédier, différents instruments ont été élaborés,
notamment la Stratégie de Réduction de la Pauvreté (SRP), la Politique Nationale de la Promotion de la
Femme, le Plan d’action national sur la mise en œuvre de la Convention sur l’Elimination de toutes les
Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDEF), la Politique nationale de population, le
Programme national de développement sanitaire et le Programme décennal de développement de
l’Education. Cependant, la plupart des actions entreprises dans le cadre de ces instruments ne prennent
pas suffisamment en compte un certain équilibre dans la répartition des tâches, des responsabilités et des
pouvoirs dans un cadre cohérent pour tenir compte des hommes, des femmes et des enfants. Ces cadres
de référence montrent bien la volonté du Gouvernement d’améliorer les conditions de vie des
populations mais ils n’ont pas encore produit les changements attendus en faveur des femmes dans la
société nigérienne car des discriminations et inégalités subsistent.

1.3 En matière de droit, la coexistence de trois cadres juridiques (droit coutumier, droit moderne et
droit religieux) rend la situation de la femme difficile bien que la Constitution consacre le principe
d’égalité de tous sans distinction. Sur le plan institutionnel, les structures en place ne disposent pas de
ressources humaines en nombre suffisant avec les compétences requises pour accomplir leurs missions.
Au niveau socio-économique, les tâches dévolues aux femmes sont lourdes particulièrement en milieu
rural (entre 14 et 18 heures de travail par jour). En matière d’éducation, la situation demeure
préoccupante en ce qui concerne l’accès et l’équité (au niveau du cycle de base 1, le taux brut de
scolarisation qui était de 41,7% pour l’ensemble du pays en 2002, s’est établi à 28,9% pour les filles
contre 50% pour les garçons). Les difficultés d’accès des populations aux centres de santé et la
pauvreté aggravent l’état sanitaire général de la population et celle de la femme en particulier.
L’indice synthétique de fécondité est de 7,5 enfants par femme et la propagation rapide de
l’infection du VIH/SIDA touche plus particulièrement les femmes (en 1999, on a dépisté sur le
territoire national, 65 000 cas de VIH/SIDA dont 31 000 chez les femmes âgées de 15 à 49 ans),
limitant ainsi leur participation aux activités de développement. A ces difficultés s’ajoutent des
contraintes particulières, notamment, les mariages précoces, les violences conjugales et les mutilations
sexuelles, les grossesses non désirées et les difficultés d’accès à l’information et à la communication.

1.4 Pour faire face à cette situation, le Gouvernement a sollicité le concours de ses principaux
partenaires dont le Groupe de la Banque africaine de développement pour le financement des actions à
réaliser en vue de réduire les inégalités existantes au sein de la société en matière de genre. Faisant suite
à cette requête qui lui a été adressée en 2003, la Banque se propose d’apporter son soutien à travers le
présent projet dont l’identification/préparation a été faite en décembre 2003 et l’évaluation en mars 2004
(cf. annexe I pour les différentes étapes) et qui tient compte des objectifs de développement du
millénaire en ce qui concerne la promotion et l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, la lutte
contre le VIH/SIDA, l’amélioration de la santé maternelle et la mise des avantages des nouvelles
technologies de l’information et de la communication à la portée de tous. Il est également conforme aux
2

recommandations du profil genre au Niger, élaboré par la Banque en août 2002 et à la stratégie
d'intervention du Groupe de la Banque au Niger pour la période 2002-2004, qui consiste essentiellement
à appuyer le développement rural, la valorisation des ressources humaines ainsi que les réformes et la
promotion de la bonne gouvernance. Le projet renforce les autres interventions de la Banque au Niger,
en matière d’éducation et de santé pour lesquels des réalisations physiques en cours d’exécution. Il
consolidera les aspects en matière d’équité dans le domaine du genre et favorisera leur appropriation
par les populations bénéficiaires.

2. LE SECTEUR

2.1 Problématique du genre au Niger

2.1.1 Le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté a clairement fait ressortir que plus des
deux tiers de la population nigérienne sont touchées par la pauvreté, plaçant ainsi le Pays à l’avant
dernier rang selon l’IDH (0,22 en 2002). L’indice de pauvreté humaine (IPH) se situe à 63% de la
population (soit 2 personnes sur 3) vit en dessous du seuil de pauvreté (avec un revenu annuel par
personne de 100 $ par an en milieu urbain et de 66 $ en milieu rural). Environ 2/3 de ces pauvres sont
des femmes. Cette situation est la résultante d’une combinaison de facteurs à plusieurs niveaux dont le
principal relève du domaine du genre. En matière de droit, les femmes sont sujettes à de nombreuses
discriminations à cause de l’existence des droits coutumier, moderne et de la mauvaise interprétation des
préceptes religieux. Au niveau du cycle de base 1, le taux brut de scolarisation qui était de 41,7% pour
l’ensemble du pays en 2002, s’est établi seulement à 28,9% pour les filles contre 50% pour les garçons
en 2002 et le taux d’alphabétisation était 10,6% pour les femmes contre 30,4% pour les hommes. En
matière de santé, la situation des populations, notamment celle des femmes est préoccupante : le taux de
mortalité maternelle est de 7‰ (très loin de l’objectif de 2,3‰ du millénaire). Les femmes sont
également quasi-absentes des sphères de décision.

2.1.2 Certaines organisations de la société civile (ONG et diverses associations) accompagnent de


plus en plus les efforts publics dans la mise en œuvre des actions de développement. Cette collaboration
est nécessaire parce qu’elle permet à la société civile d’assurer des fonctions sociales et de jouer un rôle
de médiation et de relais entre la population et l’Etat. Les plus dynamiques d’entre elles sont
l’Association des Femmes Juristes du Niger (AFJN) et l’Association nigérienne pour la Défense des
Droits de l’Homme (ANDDH). Elles sont cependant confrontées à des problèmes de capacités, ce
qui limite leurs actions de promotion de l’équité dans le domaine du genre. Par ailleurs,
l’incompréhension, du concept genre par certains leaders d’opinion ne favorise pas l’adhésion de la
population à la mise en œuvre de cette approche dans les programmes et projets de développement.

2.1.3 Pour faire face à ces insuffisances, le Gouvernement a adopté plusieurs lois portant sur : i)
le renforcement du caractère obligatoire de l’enseignement primaire et l’accès non discriminatoire à
l’éducation pour tous, ii) l’institution en 2000, d’un système de quota dans les fonctions électives,
au gouvernement et dans l’administration publique (lors de la proclamation des résultats définitifs
au niveau des élections législatives, la proportion des candidats élus de l’un ou de l’autre sexe, ne
doit pas être inférieure à 10% et au titre de la nomination des membres du Gouvernement et de la
promotion aux emplois de l’Etat, la proportion des personnes de l’un ou de l’autre sexe, ne doit pas
être inférieure à 25%) ; iii) la création de l'observatoire national pour la promotion de la femme en
1999 ; iv) l’adhésion (avec des réserves) à la Convention sur l’élimination de toutes formes de
discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) en 1999 ; et v) l’adoption d’un programme de
formation en genre et en développement socio-économique des personnels du Ministère du
développement Social, de la population, de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant
(MDSPPFPE), des cadres des ONG et des responsables des services de programmation des
ministères techniques. Malgré ces dispositions qui sont plus ou moins appliquées, le problème de
genre demeure car des discriminations et inégalités subsistent.
3

2.2 Cadre institutionnel


2.2.1 Les activités en matière de genre sont organisées principalement au sein du Ministère du
Développement Social de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant
(MDSPPFPE). C’est à travers les missions qui lui sont assignées que les activités en matière de genre
sont organisées. La Direction de la Protection de l’Enfance (DPE) veille essentiellement à la mise en
oeuvre du programme d’action national pour la survie, la protection et le développement de l’enfant,
notamment l’application de la convention relative aux droits de l’enfant de la charte africaine des droits
et du bien être de l’enfant et de toute autre convention ratifiée par le Niger en la matière. Les missions
de la Direction du Développement Social et de la Solidarité Nationale (DDSSN) portent sur : i) l’aide
aux individus, aux groupes et aux communautés à s’adapter aux évolutions de la société, grâce à
l’information, la sensibilisation et l’éducation : ii) la participation à toute stratégie de prévention, de
rééducation et de réinsertion des délinquants ; et iii) participer à la prévention des grands problèmes
sociaux (enfance en difficultés familiales, prostitution, mendicité, malnutrition, MST/VIH/SIDA,
alcoolisme, toxicomanie, handicap de tout genre). La Direction de la Promotion de la Femme (DPF) a
pour principale mission d’assurer la coordination des activités menées en direction des femmes par les
différentes structures, promouvoir l’intégration de la femme dans le processus de développement
économique, social, politique et culturel ; renforcer les relations entre les associations, les mouvements
et autres institutions des femmes du Niger et ceux des autres pays. Enfin la Direction de la législation
(DL) est chargée d’étudier et d’élaborer les projets de textes législatifs et réglementaires en matière de
développement social, de population, de promotion de la femme et de protection de l’enfance.
2.2.2 En outre, des actions spécifiques sont organisées par d’autres départements ministériels en
fonction de leur mandat. Il s’agit notamment du Ministère de l’Éducation de Base 1 et de
l’Alphabétisation (MEB1/A) pour les actions dans le secteur de l’éducation et de la formation
(responsable du préscolaire, de l’enseignement du cycle de base 1 (public et privé), de l’alphabétisation
et de l’éducation non-formelle) et du Ministère des Enseignements Secondaire, Supérieur, de la
Recherche et de la Technologie (MESSRT) pour l’enseignement secondaire général et l’enseignement
technique et professionnel (public et privé), l’université et les centres nationaux et internationaux de
formation et de recherche implantés au Niger. Par ailleurs, le Ministère de la Santé Publique et de la
Lutte contre les Endémies, réalise des activités de genre dans le domaine de la santé. De plus, 25 points
focaux, composés de 81 personnes sont installés au sein des ministères et 41 personnes dans les Sociétés
et Offices chargés du suivi de l’application de la Loi sur le quota.
2.3 Politique du Gouvernement en matière de genre
2.3.1 Le Niger ne dispose pas de politique spécifique en matière de genre. Les actions que mène le
Gouvernement dans ce domaine du genre trouvent leur fondement dans la Stratégie de Réduction de la
Pauvreté (SRP) qui constitue le principal document d’orientation de la politique économique et sociale.
La prise en compte du genre constitue l’un des trois grands principes de cette stratégie. Le
gouvernement accorde une attention particulière aux initiatives favorisant la contribution optimale de
toutes les couches sociales du pays à la lutte contre la pauvreté. Ainsi, il s’engage à lever les obstacles
qui constituent une entrave à la satisfaction des besoins des femmes. La Politique Nationale de
Développement Social (PNDS), élaborée en 1996 est le second document de référence pour le
Gouvernement en matière de genre, alors qu’il ne contient que des axes de développement orientés vers
la femme. Elle comporte quatre politiques sectorielles que sont i) la Politique du Développement Social
et de la Solidarité nationale (PDSSN) ; ii) la Politique de la Promotion de la Femme (PPF) ; iii) la
Politique nationale de la Population (PNP); et iv) la Politique de Promotion de l’Enfant (PPE).
2.3.2 Les objectifs poursuivis à travers la politique de la promotion de la femme visent entre autres
à: i) faire respecter les droits et la citoyenneté dans le cadre de la démocratie ; ii) améliorer les
conditions de participation des femmes aux activités économiques et sociales ; iii) améliorer le statut de
la Femme et de la jeune fille ; iv) promouvoir la santé de la mère et de l’enfant ; v) promouvoir l’accès
des femmes au crédit ; vi) améliorer les conditions d’éducation et de formation des femmes et des filles ;
4

vii) améliorer les conditions de travail et d’emploi des femmes et des filles ; viii) éliminer les pratiques
fondées sur l’idée de l’infériorité de la femme ; et ix) créer les conditions pour la mise en œuvre de la
Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Le PNDS ne
prend donc pas en compte les préoccupations et des hommes et des femmes par rapport aux droits
d’accès et de contrôle des ressources, aux droits sociaux et la participation aux prises de décisions. Le
Gouvernement a donc opté pour une politique de la femme et des enfants et non une politique de
réduction des disparités de genre.
2.4 Financement des activités dans le domaine du genre
2.4.1 Le financement des activités dans le domaine du genre est essentiellement assuré par l’État,
les Organisations non-gouvernementales (ONG) et l’aide extérieure. La contribution de l’Etat est
passée, à travers les fonds alloués au Ministère du Développement Social de la Population, de la
Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant de 0,12% en l’an 2000, à 0,15% en 2001 pour
atteindre 0,17% en 2002. Elle a ensuite connu une régression de 0,02% en 2003 et a atteint 0,37% en
2004. Cet accroissement du budget montre l’importance de plus en plus grande que le Gouvernement
accorde à la question du genre. En l’an 2004, environ 95% des fonds alloués sont consacrés aux salaires
des personnels et les 5% restants aux activités génératrices de revenus, et la réalisation d’infrastructures
administratives pour les services régionaux du MDSPPFPE. Le détail des allocations durant la période
2000 à 2004 est indiqué dans le tableau ci-après :
Tableau 2.1 Evolution du budget du MDSPPFPE

Années Budget de l’Etat (en FCFA) Pourcentage du budget de l’Etat


alloué aux activités du genre
2000 349 232 568 000 0,12%
2001 338 793 697 000 0,15%
2002 378 849 972 000 0,17%
2003 406 993 571 900 0,15%
2004 415 784 954 000 0,37%

2.4.2 Les ONG contribuent également au financement des actions dans les domaines du genre, mais
axées sur l’information, l’éducation et le droit. En outre, l’aide extérieure permet d’accompagner le
Gouvernement à travers les organismes de coopération bilatérale et multilatérale dans le financement
des activités dans plusieurs domaines spécifiques dont les activités génératrices de revenus (mirco-
crédit), le renforcement de capacités, les infrastructures hydrauliques, l’éducation et la santé. Le
Gouvernement du Niger s’est par ailleurs engagé à augmenter le budget du MDSPPFPE d’au moins 2%
chaque année de 2004 à 2008.
2.5 Principales interventions des partenaires au développement
2.5.1 A défaut d’une politique spécifique en matière d’équité dans le domaine du genre, la mise en
oeuvre des activités du genre bénéficie du soutien des partenaires qui interviennent soit à travers des
interventions intégrées, soit par le financement des projets spécifiques. En dehors du Groupe de la
Banque qui intervient dans le domaine du genre à travers des actions intégrées dans les Projets
Education I et II, la Banque mondiale, le PNUD, l’UNICEF, le FNUAP et les coopérations bilatérales
(Royaume de Belgique, USAID, coopération suisse, Canada, France) soutiennent également les efforts
du Niger pour le développement des activités en matière de genre. Certaines ONG comme l’Association
des femmes juristes du Niger et l’Association nigérienne pour la défense des droits de l’Homme
interviennent également à travers quelques actions de sensibilisation sur les droits et l’assistance
judiciaire.
5

2.5.2 Les interventions des partenaires au développement se font différemment. Certains appuient le
Gouvernement pour la réalisation d’activités visant le renforcement de capacités, la construction
d’infrastructures en matière d’hydraulique, d’éducation et de santé. D’autres privilégient les secteurs tels
que l’épargne et le micro-crédit dans le cadre de la réalisation d’activités génératrices de revenus, la
formation, le développement participatif, le droit et les équipements collectifs dont des moulins et des
motos-pompes. Le détail sur les domaines spécifiques d’interventions des partenaires en matière de
genre est indiqué à l’Annexe II.

2.6 Contraintes

2.6.1 Les contraintes dans le domaine du genre sont d’ordre budgétaire, institutionnel, juridique et
culturel. Elles concernent également l’ignorance, l’insuffisance d’informations et la faiblesse des
données désagrégées dans le domaine du genre. En effet, La faiblesse des ressources budgétaires
allouées au domaine du genre, de ce fait, l’incapacité du Niger à assurer le financement des activités
nécessaires (formation/sensibilisation, information, éducation, infrastructures; crédit, équipements)
constitue la première contrainte. Très peu de moyens financiers sont accordés à la question du genre du
fait des immenses défis que le Niger doit relever dans les domaines de l’insécurité alimentaire, la lutte
contre la pauvreté, l’analphabétisme et les problèmes de santé entre autres. Les faiblesses
institutionnelles résultant de la situation ci-dessus sont le corollaire de l’incapacité des structures
étatiques, de la société civile et du secteur privé à mener des actions significatives en matière de
promotion du genre. Ces faiblesses institutionnelles qui sont essentiellement dues à la rareté de
ressources dont le Pays dispose et se traduisent également par un dénuement matériel et un déficit en
ressources humaines qualifiées pour la mise en œuvre des activités de genre.
2.6.2 Les discriminations dans le domaine juridique constituent la seconde contrainte à laquelle le
genre est confronté. Les trois sources de droit (coutumier, moderne et religieux) à logiques différentes
consacrent plusieurs discriminations à l’égard de la femme notamment en ce qui concerne leurs droits,
les rapports familiaux, les successions, l’accès à la terre, etc. Le Code des personnes et de la famille qui
devrait mieux régir les relations entre les hommes et les femmes et les adolescents est en préparation
depuis 1975 et n’a toujours pas vu le jour à cause des réticences, surtout de la part des leaders d’opinion.
2.6.3 La troisième contrainte porte sur l’ignorance des populations (faible taux d’alphabétisation,
notamment celle des femmes, méconnaissance, méconnaissance de leurs droits et ceux de leurs enfants,
les opportunités d’affaires, technologies appropriées nécessaires à la production, la transformation et la
conservation des produits, etc.) qui est largement responsable des attitudes et comportements négatifs à
l’encontre des femmes.

2.6.4 Les pesanteurs socio-culturelles qui constituent la quatrième contrainte, font également que les
femmes sont victimes de nombreuses violences fondées sur le sexe, notamment les violences
conjugales, les mutilations sexuelles, le mariage forcé, etc. Enfin, par manque d’information, les
femmes ne jouissent pas pleinement des droits qui leur sont reconnus par l’Etat. Ceci constitue la
cinquième contrainte qui entrave la promotion de l’égalité et de l’équité. Enfin, l’absence de données
désagrégées dans le domaine du genre constitue également une contrainte à laquelle il convient de faire
face.

3. LES DOMAINES DU PROJET

Sur la base des contraintes ci-dessus indiquées, le renforcement institutionnel, les


discriminations à l’égard des femmes au plan juridique et au plan de l’accès à l’information et à la
communication ont été retenus comme domaines du projet. D’autres contraintes existent mais font
l’objet de traitement dans le cadre d’autres projets interventions.
6

3.1 Capacités institutionnelles

Structures étatiques

3.1.1 Sur le plan institutionnel, c’est le MDSPPFPE qui a en charge entre autres les questions de
genre. La création de ce ministère a certainement a contribué à l’adhésion du Niger à la Convention sur
l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF), l’adoption d’une loi
sur les quotas dans les fonctions électives, au gouvernement et dans l’administration de l’Etat,
l’intégration du genre dans l’administration publique et dans les projets et programmes, reconnue
comme une nécessité par les autorités et la création d’un Observatoire National pour la promotion de la
femme (ONPF).

3.1.2 Le MDSPPFPE est très loin de disposer de moyens à la mesure des missions qui lui sont
confiées. Le budget qui lui est alloué représente seulement 0,37% de celui de l’Etat en 2004. Au plan
des ressources humaines, il est en sous effectif (426 agents dont seulement 53,5% de titulaires et 46,5%
d’appelés du service civique). Le ministère ne dispose pas suffisamment de spécialistes en genre et
d’autres domaines connexes pour la conception, la planification le suivi/évaluation des indicateurs du
genre, la mise à jour périodique de la base des données désagrégées selon le genre, la coordination de
l’ensemble des activités nécessaires à la promotion de l’équité en matière de genre. Il n’y a pas de
données qualitatives en matière violences fondées sur le genre et aucune étude ne penche réellement sur
les relations entre hommes et femmes, permettant de mieux comprendre les inégalités actuelles. Cette
situation rend difficile les actions de plaidoyer sur le genre auprès des leaders d’opinion (chefs religieux
et traditionnels, partis politiques), des parlementaires, des organisations de la Société Civile, des
personnels de l’administration, des membres du Gouvernement, des personnels de la magistrature et des
élèves et étudiants afin de leur faire mieux comprendre ce concept en vue de sa diffusion auprès des
populations à la base. Les moyens matériels sont également insuffisants et obsolètes.

3.1.3 Sur le plan stratégique, les axes de la Stratégie de Réduction de la pauvreté posent seulement
le problème de la nécessité de créer les conditions favorables pour la participation des femmes au
processus de développement sans autres actions précises. La Politique nationale de développement
social (PNDS) comprend quatre politiques sectorielles sans articulation réelle et cohérente entre elles.
Son actualisation est nécessaire afin de mettre en cohérence ces politiques sectorielles et d’y intégrer les
approches nouvelles en matière de promotion du genre. Pour avoir un impact significatif sur les
populations et permettre également aux divers intervenants nationaux et extérieurs de participer de
manière active et durable au financement du secteur en vue d’atteindre les objectifs de développement
en matière de genre, une stratégie nationale de promotion du genre (SNPG) et un plan décennal de
développement du genre (PDDG) devront être élaborés.

Structures de la société civile

3.1.4 L’Association des Femmes Juristes du Niger (AFJN) et l’Association nigérienne pour la
Défense des Droits de l’Homme (ANDDH) sont les organisations les plus dynamiques de la société
civile qui accompagnent les partenaires et l’Etat dans la réalisation des actions de développement en
vue de la réduction des discriminations entre les genres. L’AFJN, créé en 1991, prend en compte le
genre à travers ses différentes activités dans le cadre du plan quinquennal établi par le réseau des
femmes juristes de l’Afrique subsaharienne. L’objectif général de l’association est d’œuvrer pour le
plein épanouissement de la femme et de l’enfant à travers la défense de leurs droits. Grâce à ses
1055 relais, les activités de l’association s’étendent à l’ensemble du territoire national. Elle ne
dispose cependant pas de toutes les capacités pour réaliser efficacement sa mission de formation, de
plaidoyer et particulièrement d’assistance judiciaire aux femmes et aux hommes, étant donné que le
système judiciaire actuel ne peut pas répondre correctement aux besoins de justice de la population
(seulement 140 magistrats, soit un magistrat pour 80 000 habitants, alors que le ratio de la Banque
Mondiale est de 20 000 habitants) et un nombre de fonctionnaires de justice trop faible.
7

3.1.5 L’ANDDH a été créée le 7avril 1991. Elle a pour objectifs entre autres, de faire respecter
les Droits humains au Niger, de promouvoir et défendre les libertés individuelles et collectives
énoncées dans les instruments juridiques nationaux et internationaux en vigueur, de lutter contre
toutes formes de discrimination. L’ANDDH mène depuis sa création sur le plan local, régional et
national de nombreuses activités de promotion et de défense des droits humains. En matière de
promotion du genre, elle dispose de 8 cliniques juridiques dans chacune des 8 régions. Ces cliniques
juridiques ont pour objectifs d’améliorer le bien être des hommes et des femmes résidant dans leurs
zones d’intervention. A ce titre, leurs activités sont articulées autour de l’appui conseil (plaintes,
activités de conseil, de médiation et d’intercession), de l’éducation, des droits humains et de la vie
associative (toutes les activités de sensibilisation) et de formation. Toutes ces actions de
vulgarisation des droits humains et d’assistance judiciaire en faveur du genre sont limitées à cause
des faiblesses institutionnelles de ces cliniques. Le renforcement de l’ANDDH contribuera à
promouvoir le genre en matière de droits humains.

Structures du secteur privé

3.1.6 A travers des actions de formation, certaines structures du secteur contribuent au


renforcement des capacités des femmes dans le domaine des affaires, favorisant ainsi, leur accès
aux ressources. Les femmes occupent environ 69,4% des activités économiques, tous secteurs
confondus. Cependant seulement, 5% d’entre elles ont un revenu monétaire. Les femmes manquent
d’informations sur les opportunités dans les différents secteurs. C’est, entre autres, pour contribuer à
redresser cette situation que le Réseau de l’ Entrepreunariat féminin (REFAO- Niger) a été créé en
2002. Le REFAO-Niger a organisé plusieurs sessions de formation (internet, leadership et gestion
financière) au bénéfice des femmes afin d’élargir leurs capacités à s’informer sur les opportunités
d’affaires et à se former. Mais, elle n’arrive pas à répondre aux ambitions des femmes de
promouvoir des activités de développement tant ses moyens sont limités. Un renforcement de ces
capacités lui permettrait d’être plus efficace dans la réalisation de ses missions.

3.2 L’équité dans le domaine juridique

3.2.1 Le pluralisme juridique, caractérisé par la coexistence de plusieurs sources de droit ne


favorisent pas l’égalité et l’équité. Ainsi, selon les dispositions du droit coutumier, les droits de la
femme en matière de successions et de mariage sont restreints. La répudiation est une pratique courante
au Niger et elle donne au mari le pouvoir de rompre unilatéralement et impunément les liens du
mariage. La pratique de la répudiation coutumière est celle qui créé le plus de frustrations à la femme
en ce qu’elle produit des effets immédiats par son renvoi au domicile de ses parents et qu’elle ne donne
aucune chance de réconciliation. L’interprétation des préceptes religieux, crée également une
discrimination à l’égard de la femme en matière successorale. Cela joue sur le rôle économique des
femmes. Enfin, la femme lorsqu’elle est fille unique ne peut pas hériter de la totalité des biens de son
père. Le droit coutumier et l’interprétation des préceptes religieux interdisent aux femmes l’accès aux
instances de prises de décision et en particulier aux fonctions politiques. Par ailleurs, dans les fonctions
juridiques et judiciaires modernes, la représentation féminine est faible : 20 femmes magistrats sur un
total de 160 ; 7 femmes avocates sur 77 avocats ; 5 femmes sur 13 notaires.

3.2.2 Selon le Code Civil applicable au Niger, le mari est le chef de famille et dispose de
nombreuses et importantes prérogatives qui relèguent la femme au second plan. Ce Code permet au
mari de décider seul de l’avenir des enfants. Pour remédier à cette situation, le Gouvernement a
entrepris depuis 1975, l’élaboration d’un code des personnes et de la famille en proposant un choix
entre droit civil et droit religieux, mais le processus n’a pas abouti en raison essentiellement des
pesanteurs culturelles, religieuses et même politiques. Cette possibilité de choix parmi les sources de
droit en présence favorise les discriminations à l’égard des femmes dans la mesure où les partisans du
maintien desdites discriminations peuvent invoquer selon les cas le système juridique qui leur est
8

favorable.. Un projet de code de personnes et de la famille est en cours de préparation mais sa


finalisation est confrontée à des problèmes de ressources nécessaires à la réalisation d’études
complémentaires et une large consultation des populations. Les leaders d’opinion, qui doivent être
fortement impliqués dans son élaboration, demeurent encore très influents au niveau des populations,
quant aux actions de sensibilisation ou de plaidoyer visant le changement des comportements et des
mentalités.

3.2.3 Le Gouvernement a également adhéré à la Convention sur l’élimination de toutes formes de


discrimination à l’égard des femmes (CEDEF), mais a émis quatre principales réserves ; i) le Niger
exclut la possibilité d’abrogation de la discrimination à l’endroit de la femme en matière de
succession ; ii) la modification des schémas et modèles de comportements socio-culturels de l’homme
et de la femme en vue de parvenir à l’élimination des préjugés et des pratiques coutumières, ou de tout
autre type, qui sont fondées sur l’idée de l’infériorité ou de la supériorité de l’un ou de l’autre sexe ou
d’un rôle stéréotypé des hommes et des femmes; iii) le droit de la femme de choisir sa résidence et son
domicile ; iv) les mêmes droits et les mêmes responsabilités au cours du mariage et lors de sa
dissolution, les droits de décider librement et en connaissance de cause du nombre et de l’espacement
des naissances et d’avoir des accès aux informations, à l’éducation et aux moyens nécessaires pour leur
permettre d’exercer ces droits, les mêmes droits personnels au mari et à la femme, y compris en ce qui
concerne du nom de famille, d’une profession et d’une occupation. Par ces réserves, l’essentiel des
normes égalitaires est retiré de la CEDEF. Ces réserves devraient être levées afin de mieux équilibrer la
répartition des tâches, des responsabilités et des pouvoirs entre les hommes et les femmes. Cette
convention est insuffisamment connue des femmes et des hommes et devrait être largement vulgarisée.

3.2.4 Le Niger a également adopté la loi sur les quotas dont l’application reste encore très timide :
une seule femme député sur 83; 4 ministres sur 27 ; 2 maires sur une quarantaine. En dépit des
insuffisances mentionnées ci-dessus, il faut mentionner la modification de nombreux textes
discriminatoires à l’égard de la femme comme le Code de la nationalité, l’établissement en 1999 de
l’égalité entre les hommes et les femmes dans la transmission de la nationalité nigérienne aux enfants et
la Loi sur le quota. La grande majorité des femmes, des hommes et des jeunes ignorent encore
l’existence des textes internes et des instruments juridiques internationaux qui sont favorables aux
femmes. L’AFJN et l’ANDDH se sont engagées depuis leur création dans cette action de vulgarisation
et de sensibilisation afin de faciliter le conseil juridique aux femmes et leur accès à la justice.

3.3 Accès des femmes à l’information et à la communication

3.3.1 L’accès à l’information et à la communication est un facteur de renforcement de l’équité


de genre au sein de la communauté à travers une participation accrue des femmes et des jeunes
filles aux débats publics dans tous les domaines socio-culturels (éducation, santé, statut de la
femme) et économique (production agricole et pastorale, gestion des ressources naturelles et
amélioration des revenus). Les nouvelles technologies de l’information et de la communication
(NTIC) constituent un outil incontournable pour une implication effective et une responsabilisation
des femmes dans la promotion d’un développement local. C’est ainsi que la Stratégie de Réduction
de la Pauvreté (SRP) préconise un appui au développement des NTIC dans tous les secteurs
d’activités pour les rendre plus accessibles aux communautés défavorisées tant en milieu rural
qu’en milieu urbain.

3.3.2 Malheureusement, le Plan de Développement des Technologies de l’Information et de la


Communication du Niger a relevé une faible pénétration des NTIC dans le territoire national le plus
faible en raison principalement de la cherté des équipements et des services, de la pauvreté, rendant
ainsi inaccessible ces NTIC à une grande partie de la population, notamment les femmes et le taux
d’anlaphabétisme qui reste très élevé (8,5% en 2001 en général et 91,1% chez les femmes contre
respectivement 37,7 en moyenne pour l’Afrique et 46,8 chez les femmes). La conséquence est que
seulement 19% des personnes sachant utiliser les NTIC sont des femmes et elles le font
9

essentiellement pour des tâches de bureautique. Elles ne savent pas utiliser l’outil internet, donc,
sont incapables de faire des recherches pour s’informer sur l’état de la question genre dans d’autres
pays. Ce faisant, elles ne peuvent pas améliorer leurs connaissances sur leurs droits et ceux de leurs
enfants, encore moins se former et s’informer sur les opportunités d’affaires (pour le REFAO-Niger
par exemple), les technologies de transformation et de conservation des produits, les techniques
d’intensification de la production et les techniques d’élevage, etc. Un appui pour l’élargissement de
l’accès à l’information et à la communication aux femmes est nécessaire. Cet élargissement est
réalisable dans la mesure où les deux projets Education I et I financés par le FAD contribueront à
alphabétiser un grand nombre de femmes dans le pays à travers les centres qui seront construits à
cet effet.
3.4 Questions liées à la population

3.4.1 En juin 2001, le Niger comptait 10,8 millions d’habitants avec environ 50,14% de femmes
contre 49,86% d’hommes. Les départements les plus densément peuplés sont ceux de Maradi (52,7
habitants au km2) et de Dosso (43,7 habitants au km2) ; à l’inverse les deux départements les plus
vastes que sont Agadez et Diffa, ont les densités les plus faibles : 0,5 et 2,21 habitants au kilomètre
carré respectivement. Les autres départements ont des densités supérieures à la moyenne nationale.
En 2001, 57% de la population urbaine du Niger réside dans 3 villes sur les 40 que compte le pays :
Niamey, la capitale (674.950 habitants), Zinder (170.574 habitants) et Maradi (147.038 habitants).
3.4.2 De 5.102.990 habitants en 1977, la population est passée à 10.8 millions en 2001. Elle
enregistre donc un doublement de son effectif en moins de 24 ans et une hausse de sa densité(4,03
hts/km2 en 1977, 5,72 hts/km2 en 1988 et 8,5 hts/km2 en 2001). Cette situation montre que ce taux
d’accroissement qui était de 3,10% persiste et que de nombreux d’efforts doivent être déployés pour
faire face à l’évolution de la population, caractérisée par sa jeunesse (50% ont moins de 15 ans) et un
indice synthétique de fécondité de 7,5 enfants par femme et une espérance de vie à la naissance de 48
ans (48,9 ans pour les femmes et 46,7 ans pour les hommes), alors que la moyenne africaine est de 54
ans. Les efforts entrepris par le Gouvernement avec l’appui du FNUAP en vue de la révision de la
déclaration de Politique Nationale de Population, adoptée depuis 1992 doivent être soutenus, afin de
maîtriser la croissance démographique, sans perdre de vue la nécessité d’établir une adéquation entre la
croissance démographique et le développement économique.

4. LE PROJET

4.1 Conception et bien-fondé

4.1.1 L’approche du projet est d’entreprendre des activités stratégiques pour soutenir les autres
activités de la Banque, notamment celles prévues dans le cadre des projets du secteur social (Education,
santé et réduction de la pauvreté) et vient en appui à la SRP élaborée par le Gouvernement. En matière
de genre, la SRP insiste sur la mise à contribution de toutes les composantes de la nation et la levée des
obstacles qui constituent une entrave à la satisfaction des besoins des femmes afin de créer les
conditions nécessaires à leur participation au processus de développement du Pays. En conséquence, le
présent projet a été conçu en conformité d’une part, avec le Document de Stratégie par Pays de la
Banque pour le Niger (2002-2004), la politique de la Banque en matière de genre et celle relative à la
promotion de la femme, le profil genre au Niger, élaboré par la Banque en 2002, et d’autre part, la SRP
du Gouvernement. Le projet tient aussi compte du Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au
Développement (UNDAF) pour la période 2004-2007 en faveur du Niger et prend également en compte
les mesures prises par le Niger en vue d’atteindre les objectifs de développement du millénaire,
notamment en ce qui concerne la promotion et l’équité en matière de genre et l’autonomisation des
femmes, la lutte contre le VIH/SIDA, l’amélioration de la santé maternelle et la mise des avantages des
nouvelles technologies de l’information et de la communication à la portée de tous.
10

4.1.2 Le projet a été identifié/préparé et évalué selon une approche participative par une consultation
à Niamey, à Maradi et à Tahoua, des organisations communautaires à la base, des leaders d’opinion
(chefs religieux et traditionnels, partis politiques). Elle a été élargie aux parlementaires, aux
organisations de la Société Civile (AFJN, l’AFE, le REFAO-Niger, l’ANDDH, certains responsables
d’ONG dont entre autres, Vision mondiale, Enfants sans frontière, Rassemblement des Femmes du
Niger (REFEN), à l’Association nigérienne pour le bien être familiale (ANBEF) et aux personnels de
l’Administration, y compris ceux de la magistrature. Les discussions qui ont présidé à la définition du
projet ont également concerné les autres partenaires au développement. Il s’agit notamment des
représentants des principales institutions dont la Coopération et l’Action Culturelle de l’Ambassade
de France, la Banque Mondiale l’Agence française de Développement, le Programme des Nations
Unies pour le Développement (PNUD), la Coopération suisse, l’USAID, le Fonds des Nations
Unies pour l’Enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), le
Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Programme Alimentaire mondial
(PAM) et l’Union européenne (UE) qui ont manifesté la volonté de s’engager aux côtés du
Gouvernement dans la mise en œuvre de la SRP. Les consultations sur la conception, le suivi et
l’exécution du projet ont permis aux bénéficiaires de s’approprier les actions proposées.

4.1.3 C’est avec l’ensemble des parties concernées que l’idée du projet, les activités prévues et
les modalités de leur exécution ont été discutées et validées. Les échanges ont également permis de
coordonner les appuis actuels ou envisagés pour éviter les duplications et maximiser les chances de
réalisation des objectifs poursuivis. Le projet est ainsi complémentaire aux interventions antérieures
de la Banque au Niger, notamment avec les Projets Education I et II en cours d’exécution qui
prévoient entre autres des activités en matière de promotion de la scolarisation des filles dans
l’enseignement du cycle de base 1 (public et privé), et du Secondaire et des activités
d’alphabétisation des femmes. Il est également complémentaire aux activités des projets suivants : i)
renforcement des soins locaux de Maradi et de Diffa (Santé I) ; ii) amélioration de la qualité des
soins de santé (Santé II) en ce qui concerne les activités portant sur la santé de reproduction et la
lutte contre le VIH/SIDA ; et iii) réduction de la pauvreté dans le domaine du crédit, l’accès des
populations pauvres aux infrastructures communautaires de base et la promotion de la société civile.
L’égalité et l’équité dans les actions améliorent l’efficience de nos projets.

4.1.4 Dans ses modalités d’exécution le présent projet a tiré les enseignements des interventions
antérieures de la Banque au Niger (cf. résumé des opérations du Groupe de la Banque au Niger en
annexe III). Dans le secteur social, les interventions de la Banque au Niger ont porté sur le
financement en 1987, de l’étude sur l’amélioration de l’enseignement des sciences dans le
secondaire. Cette étude a permis de mettre en évidence les contraintes du secteur de l’éducation et
de la formation et le projet Éducation I qui en a résulté, a contribué à la mise en oeuvre de la
politique éducative, l’accroissement de la capacité d’accueil des enseignements primaire et
secondaire, le développement des activités d’alphabétisation des femmes et enfin la promotion de la
scolarisation des filles. Le Projet Santé I a quant à lui, contribué à ; i) renforcer l’infrastructure
sanitaire dans les départements de Maradi et de Diffa ; ii) améliorer l’efficience et l’efficacité du
personnel opérant dans les formations sanitaires du secteur des soins locaux ; et iii) développer les
capacités de programmation, de supervision, d’évaluation et de formation de la Direction
départementale de la Santé de Maradi. Le projet de réduction de la pauvreté a contribué entre autres,
à mettre à la disposition des groupes défavorisés des formes de crédits, faciliter l’accès des
populations pauvres, notamment les femmes aux infrastructures communautaires de base (cases de
santé, centres d’alphabétisation, banques céréalières, marchés ruraux, puits/forages, retenues d’eau
et pistes rurales) et promouvoir le développement de la société civile.

4.1.5 Les projets Education II et le projet Santé II venant juste de démarrer, il est trop tôt pour
porter un jugement et tirer des leçons de leur mise en oeuvre. Mais pour les autres, on retiendra que
dans leur exécution, les procédures de la Banque ont été généralement respectées. Cependant des retards
importants ont été enregistrés dans la satisfaction des conditions préalables au premier décaissement, la
11

mise en œuvre du volet crédit et la réalisation des travaux de construction. Ces projets ont également
souffert de la suspension des décaissements résultant du non-paiement des arriérés de dette et de la
faible capacité de gestion des organes d’exécution. Les rapports d’activités ont été régulièrement
préparés et transmis à la Banque mais ceux relatifs aux audits ont quelque fois accusé du retard. Les
revues à mi-parcours n’ont pas été réalisées comme prévu. Le projet Santé I est achevé mais le rapport
d’achèvement n’est pas encore préparé. Les leçons apprises ont été prises en compte dans le montage
du présent projet et des dispositions ont été prévues en vue de rendre son exécution plus efficace. Il
s’agit notamment de :i) l’allègement des conditions préalables au premier décaissement ; ii) la
programmation d’une mission de lancement du projet au cours de laquelle les rôles des différents
intervenants seront explicités davantage ; iii) l’organisation d’au moins deux supervisions par an ; iv) la
tenue effective de la revue à mi-parcours, après deux années de mise en œuvre ; v) la tenue au Niger, de
réunions périodiques (au cours de chaque mission de supervision et pendant la revue à mi-parcours)
avec les autres partenaires et au sein de la Banque avec les membres de l’équipe Pays pour discuter des
problèmes et rechercher les solutions appropriées ; et vi) le renforcement de la structure d’exécution du
projet par la mise à sa disposition de spécialistes nécessaires.

4.2 Zones du projet et bénéficiaires

Zones du projet

4.2.1 Compte tenu de la parité Homme/Femme décrite au chapitre 3 ci-avant, le projet couvrira
l’ensemble du territoire (cf. annexe IV pour la carte administrative du Niger/Zone du projet), à
l’exception d’Agadès (Agades commune, Tchirozérine et Arlit) et de Zinder (Mirriah) déjà
couvertes par le projet «Initiative genre » financé par le FNUAP pour les activités relatives à la
dissémination des textes juridiques concernant les droits des femmes, la diffusion des lois ratifiées
par le Niger et le renforcement de la capacité des femmes pour participer au processus politique. Le
présent projet couvre donc le territoire national mais pour des activités autres que celles déjà
menées par le FNUAP. Les activités à réaliser concernent le renforcement institutionnel, notamment
les activités relatives à une meilleure connaissance du concept genre par les leaders d’opinion (chefs
religieux et traditionnels, partis politiques), les parlementaires, les organisations de la Société
Civile, les délégués des établissements scolaires et universitaires, les activités de plaidoyer auprès
de la population sur différents thèmes (population et développement/planning familial,
développement local, scolarisation des filles et pratiques traditionnelles néfastes dont les mutilations
sexuelles et les mariages précoces).

4.2.2 Par ailleurs, les activités de vulgarisation des droits humains, de sensibilisation sur le Code
des Personnes et de la famille (dès qu’il sera élaboré) et la Convention sur l’élimination de toutes
les formes de discrimination à l’égard des femmes, de recyclage des 1055 relais de l’AFJN et
d’appui aux cliniques juridiques seront également réalisées. Les activités prévues complètent donc
celles réalisées ou à mettre en oeuvre dans le cadre du projet «Initiative genre » sur financement du
FNUAP.

Bénéficiaires du projet

4.2.3 En raison des contraintes indiquées ci-avant, les bénéficiaires du projet se composent de
plusieurs groupes cibles dont le premier concerne les leaders d’opinion (tous les 230 chefs
traditionnels, les 14 230 chefs religieux et 300 membres des 30 partis politiques), les membres du
Gouvernent (50), les parlementaires (120), considérés comme le groupe le plus sensible dans
l’atteinte des objectifs d’équité dans le domaine du genre par la transformation favorable de leurs
comportements dans ce domaine. Ils bénéficieront de formations sur la question genre. Le second
groupe est constitué par les organisations de la société civile dont l’AFJN, l’AFE, les cliniques
juridiques de l’ANDDH et le secteur privé (50 membres du REFAO-Niger). Quant au troisième
groupe, il est composé des personnels des structures étatiques qui bénéficieront de formations de
12

courte et longue durée dans différents domaines. Enfin, le quatrième groupe, concerne la population
en général qui bénéficiera des campagnes de sensibilisation sur les droits humains, le code des
personnes et de la famille, la CEDEF, le concept genre et différents thèmes dont le planning familial
et les pratiques traditionnelles néfastes. La population bénéficiaire comprend également les jeunes
des établissements scolaires et universitaires (284) dont l’adoption de comportements favorables au
genre est nécessaire.

4.3 Contexte stratégique

4.3.1 Le projet a été évalué au moment où le Gouvernement du Niger vient d’adopter la loi sur
les quotas. Cette Loi précise que lors de la proclamation des résultats définitifs aux élections
législatives ou locales la proportion des candidats élus de l’un ou de l’autre sexe, ne doit pas être
inférieure à 10% et lors de la nomination des membres du gouvernement et de la promotion aux
emplois de l’Etat, la proportion des personnes de l’un ou de l’autre sexe ne doit pas être inférieure à
25%). Il se situe également dans un contexte politique important, étant donné que les discussions
sur la Convention sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes sont en
voie d’être relancées et qu’il est envisagé de réviser également la SRP en juin 2004. Au cours de
cette revue, le Gouvernement et la société civile ont l’intention de renforcer les actions à mettre en
œuvre dans le domaine du genre. Il s’agit donc d’un contexte stratégique favorable à la promotion
de l’équité dans le domaine du genre. Le projet est en parfaite harmonie avec la SRP, document
principal d’orientation de la politique économique et sociale du Niger. Il contribuera donc à
renforcer les capacités du Gouvernement à disposer de cadres de références clairs en matière de
genre et à atteindre les objectifs de développement du millénaire..

4.3.2 Il contribuera également à doter le Niger en ressources humaines nécessaires à la


conception, la planification et la gestion des activités dans le domaine du genre et rendre la
population en général plus réceptive à la question de genre à travers les actions qui seront engagées
auprès des bénéficiaires. Le gouvernement est conscient que la lutte contre la pauvreté nécessite la
participation pleine et entière de toutes les couches sociales du Pays et qu’il importe de lever les
obstacles qui freinent la contribution optimale des femmes au processus de développement. Il
s’intègre dans le cadre du Document de Stratégie par Pays de la Banque pour le Niger (2002-2004),
des politiques de la Banque en matière de genre, de la promotion de la femme et tient compte du
profil genre au Niger, élaboré par la Banque et de la SRP du Gouvernement.

4.3.3 Le projet se situe dans un autre contexte particulier. Il s’agit de la préparation


d’importantes échéances électorales (locales en juin 2004, législatives et présidentielles en
décembre 2004). A ce titre, plusieurs partenaires de coopération bilatérale et multilatérale ainsi
qu’une bonne partie de la société civile notamment les organisations féminines s’activent afin de
créer un environnement politique, institutionnel, juridique et socio-culturel favorable à la réduction
des inégalités et particulièrement à l’application et au respect de la loi sur les quotas dans les
fonctions électives. Les actions prévues dans le cadre du présent projet contribueront au
renforcement de la participation des femmes au processus politique et décisionnel.
4.4 Objectifs du projet

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer à l’atteinte des objectifs de développement du


millénaire en rapport avec le genre. Les objectifs spécifiques sont les suivants : i) contribuer au
renforcement des capacités de conception, planification et gestion des activités en matière de genre;
et ii) contribuer à la création d’un environnement social favorable à l’équité en matière de genre
13

4.5 Description des réalisations et composantes du projet

4.5.1 Le projet s’articule autour des trois composantes suivantes : i) renforcement de capacités ; ii)
amélioration du cadre juridique et de l’accès des femmes à l’information et à la communication; et
iii) gestion du projet. Le projet financera des activités qui seront présentées selon les trois catégories
de dépenses suivantes: A : Biens ; B : Services et C: Fonctionnement. La description ci-après, présente
les réalisations et les activités détaillées du projet par composante.

Composante I : Renforcement de capacités

4.5.2 Dans le cadre de cette composante, il ,est prévu de réaliser des cadres de références clairs et
spécifiques en matière de genre par la révision de la politique nationale de développement sociale y
compris les quatre politiques sectorielles y afférentes, et l’élaboration d’une stratégie nationale en
matière de genre et d’un plan décennal pour le développement du genre. La composante vise
également à développer des ressources humaines compétentes et nécessaires à la conception,
planification et gestion des activités dans le domaine du genre à travers une série de formations à
réaliser localement et à l’étranger. Il est prévu par ailleurs de doter le ministère en équipements
appropriés tant au niveau central que dans les régions (directions régionales) afin de lui permettre
d’assurer le suivi des activités dans le domaine du genre.

4.5.3 La composante vise en outre, l’amélioration de la connaissance du concept genre par les
leaders d’opinion, les parlementaires, les organisations de la Société Civile (responsables d’ONG et
associations féminines), les personnels de l’Administration centrale et déconcentrée (y compris les
juges et assesseurs), les membres du Gouvernement, et les délégués des établissements scolaires et
universitaires afin que leurs membres maîtrisent ultérieurement ledit concept dans le but de provoquer
les changements attendus au sein de la société dans le domaine du genre. Il est également prévu de
réaliser des activités de plaidoyer auprès de la population sur différents thèmes, notamment le planning
familial, les pratiques traditionnelles néfastes en vue d’un changement de comportements pour plus
d’équité en matière de genre.

Biens

4.5.4 Afin de permettre aux Directions centrales : Direction des Etudes et de la Programmation
(DEP), Direction des Affaires Administratives et Financières (DAAF), la DDSSN, la DPF, la Direction
de la Population (DP), la DL et les Directions Régionales (DR) du MDSPPFPE d’accomplir leurs
missions avec efficacité, il est prévu de les doter en équipements informatiques (ordinateurs complets)
et un photocopieur.

4.5.5 Par ailleurs, un véhicule (4*4) sera mis à la disposition de la DEP dans le cadre de
l’accomplissement de ses principales missions portant notamment sur le soutien à la mise en oeuvre
des politiques sectorielles, la coordination, le suivi et l’évaluation de la programmation des projets et
programmes sectoriels et particulièrement le suivi des indicateurs du genre. Ce véhicule sera utilisé en
commun avec la DP dans le cadre de ses missions de collecte, traitement et de diffusion sur l’évolution
et les tendances de la population en collaboration avec les services des statistiques du Ministère de
l’Economie et des Finances. La DEP bénéficiera en outre de mobilier et d’équipements (2 bureaux, 2
fauteuils, 2 armoires de rangement, 6 tables de réunions, un data show et de 20 chaises). Une
connexion aux autres services du MDSPPFPE, et de la mise en place d’un site Web, destiné à une
meilleure diffusion/vulgarisation des informations sur les progrès réalisés dans la mise en oeuvre des
activités dans le domaine du genre sont également prévues. Le projet prévoit en outre, l’acquisition de
16 motos au titre de la contrepartie nationale au bénéfice des huit (8) DR afin de leur permettre
d’assurer les missions assignées au Ministère au plan régional, notamment le suivi des activités dans le
domaine du genre. Elles seront également dotées en fax et en photocopieurs.
14

Services

4.5.6 En vue de la mise en cohérence des différentes politiques sectorielles actuelles, le projet
assurera le financement des prestations de services d’un bureau d’études (24 P/M) nécessaires à la
révision de la Politique Nationale de Développement Social, l’élaboration d’une Stratégie Nationale
en matière de genre et d’un PDDG. En appui à la DEP, le projet prévoit une assistance technique
(48 P/M) en vue de réaliser les activités de suivi/évaluation des indicateurs du genre, la coordination
de l’ensemble des activités y afférentes au sein du Ministère et dans les autres structures et la mise à
jour annuelle de la base des données désagrégées selon le genre. Des études portant respectivement
sur les violences selon le genre et les relations entre homme et femmes seront réalisées afin de
permettre une meilleure compréhension de la problématique genre au Niger, ce qui facilitera la
prise de décision dans ce domaine.

4.5.7 Dans le cadre de l’amélioration de la perception de la question du genre, et afin de


favoriser l’adhésion de tous à la mise en œuvre de cette approche dans les programmes de
développement à engager, le projet prévoit des activités de formation (à réaliser par les formateurs
déjà en place au sein du MDSPPFPE) au niveau local des leaders d’opinion (les 50 membres des
bureaux régionaux des chefs traditionnels, 50 responsables régionaux des chefs religieux et 300
responsables des 30 partis politiques), 120 parlementaires, 200 membres des responsables des
organisations de la Société Civile (AFJN, AFE, REFAO- Niger, ANDDH), 122 membres des points
focaux des Ministères, les cadres de l’Administration centrale (1150) et ceux des Régions (400), les
membres du Gouvernement, y compris les secrétaires généraux des Ministères (50), les juges et
assesseurs (60) et les délégués des établissements scolaires (284). La formation des leaders
d’opinions se déroulera au départ pendant trois jours sous forme d’ateliers, tandis que pour les
autres, elle sera de deux jours. La formation des leaders d’opinion sera renouveler par la suite, deux
fois par an pendant la durée du projet. Les mêmes groupes cibles ci-dessus cités, assureront à leur
tour la formation en cascade de leurs membres (180 autres chefs traditionnels et 14 180 autres chefs
religieux) deux fois par an (3 jours) durant la vie du projet. Toutes ces formations se dérouleront
dans les régions, les départements, les villages et les campements. Afin de garantir le succès de
l’opération, un canevas du contenu de la sensibilisation/formation sera élaboré par les formateurs et
remis à chaque représentant des leaders pour suivi rigoureux afin d’éviter des dérapages éventuels
dans la transmission des messages. Le suivi de cette activité sur le terrain sera assuré par les
Directions régionales du MDSPPFPE qui recevront les moyens nécessaires.

4.5.8 En vue de permettre au MDSPPFPE de disposer de ressources humaines pouvant


contribuer efficacement à la promotion des activités devant promouvoir l’équité en matière de
genre, le projet assurera le financement des formations au bénéfice des personnels des Directions
techniques. Au titre de la DP, il s’agira de la formation de 3 mois au bénéfice d’un agent en
population, genre et développement et de la tenue d’un séminaire local de 2 jours en population,
genre et développement au bénéfice de 60 agents des départements ministériels.

4.5.9 Afin de permettre la poursuite des activités de suivi et d’évaluation des indicateurs du
genre après l’assistance technique, le projet prévoit pour la DEP, la formation de 3 mois en
statistique genre pour 1 agent. En outre, une formation de 3 mois en planification du développement
pour 1 cadre, une autre de 3 mois en genre et droits de la femme au bénéfice d’un agent de la DPF
seront financées. A cela s’ajoute, des formations de courte durée à savoir, 1 en management et
entrepreuenariat féminin pour 2 cadres (2 mois) et 1 autre en genre et gestion des terroirs au
bénéfice de cette même Direction. Le renforcement général du Ministère sera également assuré par
la formation de 9 mois à l’étranger pour 3 agents dans le domaine du genre.

4.5.10 D’autres ateliers de formation seront organisés pour le compte du Ministère à savoir :
formation en communication de 50 cadres centraux, régionaux et sous-régionaux pendant 2 jours;
formation en informatique de 30 cadres centraux, régionaux et sous-régionaux. La formation en
15

communication sera assurée par des bureaux d’études à recruter et celle relative à l’informatique par
la Direction de l’Informatique au Ministère de l’Economie et des Finances. Ces formations seront
réalisées par des bureaux d’études à recruter.

4.5.11 Les activités de plaidoyers au bénéfice des hommes, des femmes et des adolescents seront
réalisées par des ONG à recruter. Ce plaidoyer portera sur les thèmes suivants : population, genre et
développement, planning familial, lutte contre le VIH/SIDA, pratiques traditionnelles néfastes
(mutilations sexuelles et mariages précoces), nécessité de scolariser les filles et protection de
l’environnement physique et humain. Il sera réalisé une fois par an dans les régions, départements et
villages afin de mobiliser toutes les couches sociales en vue de changement de perception et de
comportements nécessaires à la création d’un cadre social plus favorable à l’équité dans le domaine du
genre. Enfin, des voyages d’études seront organisés au bénéfice des leaders d’opinion : 1 voyage en
Tunisie et au Sénégal pour 5 personnes dont 1 parlementaire, 1 chef religieux, 1 chef traditionnel, 1
responsable d’ONG féminine, 1 agent du MDSPPFPE afin de s’imprégner de l’expérience de ces pays
en matière de population/planning familial.

Fonctionnement

4.5.12 Le projet financera les frais de fonctionnement relatifs au carburant et fournitures de


bureau pour la DEP, la DP et des Directions Régionales. Il prendra également en charge, les frais de
mission sur le terrain de la DEP, les frais d’entretien et de maintenance du véhicule, des motos et du
matériel informatique mis en place dans les différents services.

Composante II : Amélioration du cadre juridique et de l’accès des femmes à


l’information/communication

4.5.13 En vue de contribuer à l’élimination des discriminations basées sur le genre et


l’élargissement de l’accès des groupes défavorisés en matière d’information et de communication,
cette composante prévoit de financer les activités suivantes ; i) l’élaboration du Code des Personnes
et de la Famille, texte fondamental susceptible de régir les rapports entre les hommes, les femmes et
les enfants et sa vulgarisation auprès des populations ; ii) la vulgarisation de la CEDEF ; et iii) la
sensibilisation des populations sur les droits humains. Elle prévoit en outre, un appui à l’AFJN,
l’ANDDH et au REFAO-Niger en vue de renforcer leurs capacités à œuvrer pour l’équité en
matière de droit. Enfin, cette composante financera la mise en place d’un centre communautaire
multimédias nécessaires à l’information, l’éducation et la formation des femmes et les frais de
fonctionnement y afférents.

Biens

4.5.14 Afin de permettre à l’AFJN de mener efficacement ses missions, notamment celles
relatives à l’assistance judiciaire gratuite à toute personne (homme, femmes et enfants) qui le désire
et les assister dans tous les procès éventuels, le projet financera l’acquisition d’un véhicule pour le
bureau à Niamey. Cette assistance facilite l’accès des personnes prévenues aux juges et permet de
donner tous les conseils nécessaires. Le projet assurera l’équipement à Niamey d’un centre
communautaire multimédias en ordinateurs (10 ordinateurs) et en mobilier afin de permettre aux
femmes de s’informer, s’éduquer et de communiquer. Après deux années de fonctionnement ledit
centre sera mis sous la gestion d’une structure privée dont les services seront acquis par appel
d’offres et ce pour le compte du REFAO-Niger. Les huit cliniques juridiques de l’ANDDH seront
par ailleurs dotées en ordinateurs complets (1 pour chaque clinique) dans le but de renforcer leur
action de sensibilisation en matière de Droits Humains par la diffusion des informations nécessaires.
16

Services
4.5.15 Dans le cadre de la transformation des rapports entre les hommes et les femmes, cette
composante financera le coût des prestations de services des bureaux d’études à recruter (24 P/M)
nécessaires à l’élaboration du code des personnes et de la famille après une large consultation des
différentes couches de la population. Ce texte législatif unique qui tiendra compte, à la fois de la
tradition, de la religion, des réalités sociales et du droit de la personne, contribuera à pallier les
insuffisances nées de la coexistence de trois sources de droit en ce qui concerne entre autres, le droit
de la famille, l’âge requis pour le mariage, le régime matrimonial, les successions, l’accès aux
prises de décisions et aux ressources foncières, animales, végétales et hydrauliques. Deux ans après
l’entrée en vigueur du Protocole de don, le Gouvernement transmettra au FAD, une copie du code
des personnes et de la famille, adopté par l’Assemblée Nationale.

4.5.16 En outre, les activités de sensibilisation sur le code, la Loi sur le quota et la CEDEF seront
assurées à travers le territoire national par des ONG à recruter. Ce plaidoyer sera réalisé une fois par
an durant la vie du projet par des contacts directs des populations dans les régions. Il se fera
également à travers : a) des émissions à la radio (en français et en langues nationales, une fois par
mois) ; et b) des reportages sous titrés ou doublé, une fois par mois à la télévision. Deux ans après
l’entrée en vigueur du Protocole de don, une copie de l’ordonnance n° 99-30 du 13 août 1999, sans
les réserves et autorisant l’adhésion du Niger à la CEDEF sera transmise au FAD. Le projet
financera les prestations des services des ONG ( à recruter) pour la vulgarisation des droits humains
aux hommes, aux femmes et aux adolescents. Il financera également le recyclage des 1005 relais de
l’AFJN (formation à assurer par à réaliser par les formateurs du MDSPPFPE) et la formation des 10
superviseurs de l’ANDH en information.

4.5.17 Enfin, afin de permettre aux femmes qui n'ont presque jamais l'occasion d’utiliser les
nouvelles technologies de l’information et prendre en compte l’aspect genre à travers l’utilisation
des NTIC, des formations dans le domaine de ces nouvelles technologies seront dispensées pour
environ 200 femmes sur l’ensemble du territoire. Le recrutement se fera à travers les Directions
régionales et en collaboration avec le REFAO-Niger. Cette formation sera assurée par la Direction
de l’Informatique du Ministère de l’Economie et des Finances qui dispose non seulement des outils
nécessaires, mais également d’une grande expérience en la matière. Enfin, des voyages d’études et
d’information au bénéfice des membres du REFAO-Niger (2), de l’AFJN (1) et ceux de l’ANDDH
(1) seront organisés en Tunisie et au Sénégal dans le cadre des échanges d’informations sur le
genre.

Fonctionnement

4.5.18 Le projet assurera le financement des frais relatifs au centre communautaire multimédias
des femmes (indemnité de l’informaticien). Les frais d’entretien et de maintenance des ordinateurs
seront également assurés et le salaire du gardien et de l’agent d’entretien par le REFAO-Niger.
Composante III : Gestion du projet
4.5.19 Cette composante prévoit un appui à la DPF, responsable de la gestion du projet afin de lui
permettre de réaliser efficacement les activités prévues. Ainsi, il sera mis à la disposition de la DPF,
un personnel complémentaire, composé d’un (e) coordinateur (trice) de projet, d’un (e) comptable,
d’un (e) spécialiste en passation des marchés et du personnel de soutien. Ce personnel sera recruté
par appel de candidatures. Le projet financera également l’acquisition de biens complémentaires
pour ce personnel et assurera la prise en charge des frais de fonctionnement y afférents.
17

Biens
4.5.20 Le projet assurera le financement des équipements complémentaires (un véhicule, une
photocopieuse, quatre ordinateurs et une moto). Il financera également le mobilier complémentaire
dont des bureaux des armoires et de s chaises.

Services

4.5.21 Le projet financera l’audit (8 P/M) des comptes du projet, l’élaboration du manuel
d’exécution du projet (3 P/M), les prestations (2 P/M) pour l’organisation de la revue à mi-parcours,
l’élaboration du rapport d’achèvement du projet (5 P/M). En outre, un (e) coordonnateur (trice), et
un (e) spécialiste en passation de marchés seront recrutés pour la mise en œuvre du projet (48 P/M
pour chacun des experts).

Fonctionnement

4.5.22 Les frais de fonctionnement (carburant, fournitures de bureau, téléphone, publication des
appels d’offres et de courrier etc.) seront assurés. D’autres dépenses seront également prises en
charge par le projet, notamment l’indemnité de la DPF, l’assurance du véhicule et de la moto, les
frais d’entretien et de maintenance des véhicules, du matériel informatique et carburant. Le projet
contribuera au financement des réunions annuelles et trimestrielles du comité de pilotage ainsi que
les missions de la coordination du projet au siège de la Banque une fois par an pour deux personnes.
Il prendra également en charge les frais de missions des membres du comité de pilotage. Le
Gouvernement financera les frais relatifs à la consommation d’eau et d’électricité.
4.6 Impact sur l’environnement

Le projet appartient à la catégorie environnementale III. ; il ne comporte pas de réalisations


susceptibles d’avoir un impact négatif sur l’environnement. Son impact sur l’environnement sera
plutôt positif. En effet, durant les campagnes de sensibilisation des populations sur les thèmes prévus,
la protection de l’environnement sera traitée. Il s’agira de montrer aux populations comment gérer les
ordures ménagères, entretenir les latrines, embellir les cours et leurs environs et de les sensibiliser à la
nécessité de planter et d’entretenir les arbres afin d’éviter la déforestation.

4.7 Coûts du projet

Le coût total du projet hors taxes et hors douane est évalué à 3,16 millions d'UC dont 1,16
millions d'UC en devises et 2,00 millions d’UC en monnaie locale. Une provision moyenne de 4,59%
pour les aléas et imprévus et de 3,66% par an pour la hausse des prix a été intégrée au coût du projet.
L'estimation des coûts a été établie au cours de la mission d’évaluation sur la base des informations
recueillies auprès du MEF, du MDSPPFPE et des autres partenaires techniques et financiers. Les coûts
détaillés du projet sont décrits dans l’annexe V du présent rapport. Les tableaux 4.1 et 4.2 ci-après
résument respectivement la répartition du coût total du projet par composantes et par catégories de
dépenses.
18

Tableau 4.1 : Coûts du projet par composante (en millions d’UC)

Millions XOF Millions d'UC


COMPOSANTES Devises M.L. Total Devises M.L. Total % Coût Total

1 Renforcement de capacités 561,52 980,78 1 542,30 0,72 1,25 1,97 62,43%

Amélioration du cadre juridique et de


2 l'accès des femmes à 177,25 293,34 470,59 0,23 0,38 0,60 19,05%
l'information/communication

3 Gestion du projet 100,53 153,16 253,69 0,13 0,20 0,32 10,27%


Coût de base total 839,30 1 427,27 2 266,58 1,07 1,83 2,90 91,75%
Aléas et imprévus 41,97 71,36 113,33 0,05 0,09 0,14 4,59%
Hausse des prix 23,61 66,75 90,37 0,03 0,09 0,12 3,66%
Coût total du projet 904,88 1 565,39 2 470,27 1,16 2,00 3,16 100,00%

Tableau 4.2 : Coûts du projet par catégorie de dépenses (en millions d’UC)

Millions XOF Millions d'UC


CATÉGORIES DE
Devises M.L. Total Devises M.L. Total % Coût Total
DÉPENSES
Biens 128,10 46,64 174,74 0,16 0,06 0,22 7,07%
Services 711,20 1 194,40 1 905,61 0,91 1,53 2,44 77,14%
Fonctionnement 0,00 186,23 186,23 0,00 0,24 0,24 7,54%
Coût de base total 839,30 1 427,27 2 266,58 1,07 1,83 2,90 91,75%
Aléas et imprévus 41,97 71,36 113,33 0,05 0,09 0,14 4,59%
Hausse des prix 23,61 66,75 90,37 0,03 0,09 0,12 3,66%
Coût total du projet 904,88 1 565,39 2 470,27 1,16 2,00 3,16 100,00%

4.8 Sources de financement

4.8.1 Le projet sera financé conjointement par le FAD (don) et le Gouvernement nigérien. La
contribution du don FAD (3,00 millions d’UC) couvre 100 % (1,16 millions d‘UC) des coûts en devises
et 92% (1,84 millions d’UC) des coûts en monnaie locale. Le don financera une partie des coûts de
toutes les composantes et pour toutes les catégories de dépenses. La participation du Gouvernement
(0,16 millions d'UC) représente 5 % du coût total du projet. . Elle couvre 8% des coûts en monnaie
locale et servira à financer une partie des catégories de dépenses portant sur les biens et les frais de
fonctionnement. Les activités à fiancer sont conformes aux directives sur l’utilisation du don FAD,
notamment le renforcement de capacités et le suivi des indicateurs en matière de genre.
4.8.2 La liste des biens et services, présentée dans le tableau de l'Annexe VI ainsi que les tableaux
4.3, 4.4 et 4.5 ci-après résument la répartition du coût total du projet par source de financement, devises
et monnaie locale, composante et catégorie de dépenses.
19

Tableau 4.3 : Coûts du projet par source de financement (en millions d’UC)
% par Sources de
SOURCES DEVISES M.L. TOTAL financement

Don FAD 1,16 1,84 3,00 95,00%

GVT 0,00 0,16 0,16 5,00%

TOTAL 1,16 2,00 3,16 100,00%

Tableau 4.4 : Coûts du projet par composante et par source de financement (en millions d’UC)

Don FAD GVT TOTAL %


COMPOSANTES Devises M.L. Total M.L. Devises M.L. Total Comp.

Renforcement de capacités 0,77 1,30 2,07 0,07 0,77 1,37 2,15 67,99%

Amélioration du cadre juridique et


de l'accès des femmes à 0,24 0,37 0,62 0,04 0,24 0,41 0,66 20,85%
l'information/communication

Gestion du projet 0,14 0,17 0,31 0,05 0,14 0,21 0,35 11,16%

Coût total du projet 1,16 1,84 3,00 0,16 1,16 2,00 3,16 100%

Tableau 4.5 : Coûts du projet par catégorie de dépenses et par source de financement
(en millions d’UC)

Don FAD GVT TOTAL %


CATÉGORIES DE
DÉPENSES
Devises M.L. Total M.L. Devises M.L. Total Catég.

Biens 0,18 0,01 0,18 0,06 0,18 0,06 0,24 7,65%


Services 0,98 1,67 2,65 - 0,98 1,67 2,65 84,01%
Fonctionnement - 0,16 0,16 0,10 - 0,26 0,26 8,34%
Coût total 1,16 1,84 3,00 0,16 1,16 2,00 3,16 100%

5. EXÉCUTION DU PROJET

5.1 Organe d’exécution

5.1.1 Le projet sera exécuté par la DPF au sein du MDSPPFPE. Cette Direction a déjà assuré avec
l’appui d’une agence d’exécution, la réalisation du projet « Initiative genre », financé par le FNUAP. La
première phase de ce projet vient d’être achevée. Les prestations de l’Agence d’exécution sont achevées
mais pour l’ensemble de la structure dudit projet, ainsi que les modalités de son exécution dans le cadre
de la seconde phase, les discussions sont en cours avec le Gouvernement. La DPF a pour missions
d'entreprendre des actions contribuant à la promotion de la femme et à son intégration dans le processus
de développement économique, social, politique, juridique et culturel du pays.

5.1.2 Pour ce faire, elle dispose de cadres supérieurs et moyens. Mais, compte tenu de l’importance
des tâches qui sont assignées à la DPF à travers ses deux services (Division des stratégies de la
promotion de la femme et Division du développement des activités féminines), elle sera renforcée en
20

moyens humains afin de lui permettre d’exécuter le projet. Ce renforcement se fera par la mise à sa
disposition d'un personnel supplémentaire composé d’un (e) coordinateur (trice) de projet, d’un (e)
comptable, d’un (e) spécialiste en passation des marchés et du personnel de soutien. Le Gouvernement
fournira au FAD, la preuve de la désignation de la DPF en qualité d’agence d'exécution du Projet.

5.1.3 Le choix de la DPF se justifie par son expérience dans la coordination des activités à réaliser
dans le cadre du projet « Initiative genre » et du souci de rentabiliser les acquis. La DPF aura à assumer
les tâches suivantes : (i) assurer la coordination de l'ensemble des activités du projet avec les autres
services techniques concernés, notamment les Directions régionales du MDSPPFPE; (ii) assurer la
liaison avec la Banque ; (iii) assurer la gestion administrative du projet et de toutes les composantes ;
(iv) élaborer et transmettre au FAD les rapports d’activités trimestriels et annuels ; (v) préparer la revue
à mi-parcours ; (vi) élaborer les dossiers d’appel d’offres; (vii) contrôler et transmettre au FAD les
demandes de décaissements ; et (viii) élaborer des critères de performance et d’évaluation des différents
prestataires et services techniques impliqués dans l’exécution des activités du projet. Les personnels de
la DPF contribueront à la réalisation des activités du projet. Ainsi, les personnels de la Division des
Stratégies de Promotion de la Femme (DSPF) à travers les trois services (Intégration du genre,
Promotion du statut juridique de la femme et renforcement du leadership féminin) et ceux de la Division
du développement des activités féminines par le biais de ses deux services (Intégration de la femme et
Etudes et recherche) apporteront selon leur domaine de spécialisation, leur contribution à la réalisation
des activités du projet.

5.1.4 L’action de la DPF sera supervisée par un Comité de pilotage du projet (cf. annexe VI pour
l’organigramme d’exécution), composé de représentants des structures suivantes : MDSPPFPE (3 dont
2 femmes au moins), Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre les Endémies (1 femme),
Ministère de l’Education de Base 1 et de l’Alphabétisation (1 femme), Ministère de l’Economie et des
Finances (1) ; le Réseau de l’entrepreunariat Féminin du Niger (1), Coordination des ONG féminines
(CONGAFEN) (1), collectif des ONG Kassai (1) Ministère de la Communication (1 femme), Ministère
de la Justice (1). Le comité de pilotage du projet (CPP) sera présidé par le Secrétaire Général du
MDSPPFPE ou son représentant. Dans le cadre de sa mission de supervision et de coordination du
projet, le CPP prendra les décisions relatives à la programmation et aux budgets annuels, analysera les
progrès réalisés, traitera des questions nécessitant des arbitrages, et donnera à la DPF, les orientations et
directives utiles à la bonne marche du projet. Le Gouvernement fournira au FAD la preuve de la
création du Comité de pilotage comprenant toutes les parties concernées. Au niveau décentralisé, les
Directions régionales du Ministère du Développement Social, de la Population, de la Promotion de la
Femme et de la Protection de l’Enfant Ministère assureront le suivi des activités du projet.

5.2 Dispositions institutionnelles

Le CPP sera chargé de coordonner l’ensemble des activités de la DPF. A cet effet, il se
réunira une fois par trimestre et chaque fois que de besoin. Les ONG et les bureaux d’études seront
recrutés sur une base compétitive pour toutes les prestations de services relatives à la sensibilisation sur
le Code des Personnes et de la famille, les droits humains, la vulgarisation de la CEDEF et la Loi sur le
quota, les différents thèmes prévues et les activités de formation prévues. Les directions techniques du
MDSPPFPE interviendront dans l’exécution des activités du projet selon leurs domaines
d’expertise. Il s’agit notamment de la DEP pour les activités de suivi/évaluation des indicateurs du
genre, la coordination de l’ensemble des activités y afférentes au sein du Ministère et dans les autres
structures et la mise à jour annuelle de la base des données désagrégées selon le genre. La DP pour
la collecte, le traitement et la diffusion des informations relatives à l’évolution et aux tendances de
la population en collaboration avec les services des statistiques du Ministère de l’Economie et des
Finances. La DPF, en collaboration avec les autres directions assureront la formation des leaders
d’opinion. Les DR assureront le suivi des activités, notamment la réalisation effective des
différentes campagnes de sensibilisation (droits humains, différents thèmes et sensibilisation sur le
code des personnes et de la famille, la CEDEF) et des formations prévues au niveau des régions.
21

Pour toutes les activités à réaliser, des termes de référence très précis seront élaborés et
rigoureusement suivis et évalués.

5.3 Plan d’exécution et calendrier des dépenses

5.3.1 L'exécution du projet se déroulera sur une période de quatre ans. Le plan prévisionnel de
l’exécution du projet (annexe VII) est résumé ci-après :

Tableau 5.1 : Calendrier d'exécution et de supervision

ACTIVITÉS DATES SERVICES RESPONSABLES


Approbation par le Conseil Juin 2004 FAD
Entrée en vigueur Septembre 2004 Gouvernement/FAD
Mission de lancement Novembre 2004 FAD
Recrutement de l’assistance technique décembre 2004 à mars 2005 DPF/B.Etudes
Acquisition des mobiliers et équipements Janvier 2005 FAD/DPF
Formation / sensibilisation Janvier 2005 à décembre 2007 DPF
Mission de revue à mi-parcours Juin 2005 FAD/ Gouvernement
Fonctionnement Octobre 2004 à décembre 2007 FAD/ Gouvernement
Rapport d’achèvement du Gouvernement Juin 2007 Gouvernement
Rapport d’achèvement du FAD Décembre 2007 FAD/ Gouvernement

5.3.2 Dès l’approbation du don, le FAD organisera une mission de lancement. Le FAD entreprendra
également des missions de supervision et de revue à mi-parcours conformément au plan indiqué ci-
après :

Tableau 5.2 : Plan de supervision et revue à mi-parcours

Années Nature des missions Nombre de missions Composition des missions


Lancement 1 Chargé de projet/PPRU/FFCO
1
Supervision 2 Chargé de projet/PPRU/FFCO
Supervision 2 Chargés de projet
2
Revue à mi-parcours 1 Chargés de Projet/PTF/Gouvernement
Supervision 2 Chargé de projet/consultant
3
Achèvement 1 Chargés de projet/Gouvernement

5.3.3 Toutes les dépenses seront effectuées conformément à la liste des biens et services
indiquée en annexe VIII, et le calendrier des dépenses par composante, catégories de dépenses et
par sources de financement est présentée dans les tableaux 5.2, 5.3 et 5.4 ci-après :

Tableau 5.3 : Calendrier des dépenses par composante (en millions d’UC)

Années
COMPOSANTES Total %
2004 2005 2006 2007
1 Renforcement de capacités 0,05 0,81 0,69 0,60 2,15 67,99
Amélioration du cadre juridique et
2 de l'accès des femmes l'information 0,05 0,30 0,19 0,11 0,66 20,85
communication
3 Gestion du projet 0,07 0,11 0,10 0,08 0,35 11,16
Coût total du projet 0,16 1,22 0,99 0,79 3,16
100,00
Pourcentage / année 5.12% 38.68% 31.20% 25.01% 100%
22

Tableau 5.4 : Calendrier des dépenses par catégorie (en millions d’UC)

Années
CATEGORIES Total %
2004 2005 2006 2007
Biens 0,08 0,16 0,00 0,00 0,24 7.65
Services 0,07 0,97 0,90 0,73 2,65 84.01
Fonctionnement 0,02 0,09 0,09 0,06 0,26 8.34
Coût total du projet 0,16 1,22 0,99 0,79 3,16
100.00
Pourcentage / année 5,12% 38,68% 31,20% 25,01% 100%

Tableau 5.5 : Calendrier des dépenses par source de financement (en millions d’UC)

SOURCES Années
Total
FINANCEMENTS 2004 2005 2006 2007
Don FAD 0,15 1,16 0,94 0,75 3,00
GOUVERNEMENT 0,01 0,06 0,05 0,04 0,16
TOTAL 0,16 1,22 0,99 0,79 3,16
Pourcentage / année 5,12% 38,68% 31,20% 25,01% 100%

5.4 Acquisitions des biens et services

Les dispositions relatives à l'acquisition des biens et services sont résumées au tableau 5.6 ci-après
et détaillées selon la liste des biens et services indiquée à l'annexe VII. Toutes les acquisitions des
biens et services financés par le FAD se feront conformément aux Règles de procédure de la Banque
pour l'acquisition des biens et travaux ou pour l'utilisation des consultants, en utilisant les dossiers-
types d'appel d'offres appropriés de la Banque.
23

Tableau 5.6 Dispositions relatives à l’acquisition des biens et services


(en millions d’UC)

Appel d'offres Liste


CATÉGORIES DE DÉPENSES national
Autres
Restreinte
Total

BIENS : 0,24 millions d’UC


. Equipement Mobilier pour les directions du MDSPPFPE; l'AFJN; 0,01
le centre multimédia; les cliniques juridiques de l'ANDDH et la DPF (0,01)
. Équipement bureautique; informatique et audio-visuel pour les (0,14) 0,14
directions du MDSPPFPE; l'AFJN; le centre multimédia; les cliniques
juridiques et la DPF
. Équipement en véhicules et motos pour la DEP; les DR; l'AFJN et la DPF 0,09 0,09
(0,03) {0,06}
SERVICES : 2,65 millions d’UC
(0,0
Voyages d'études 0,06
6*)
Formations à l'étranger (0,12) 0,12
(1,0
Formations locales 1,07
7*)
Formations en informatique (0,06) 0,06
Formations en communication (0,01) 0,01
Sensibilisation sur le code des personnes et de (0,11) 0,11
la famille et vulgarisation de la CEDEF
Sensibilisation des populations sur les droits humains (0,11) 0,11
Sensibilisation des hommes; femmes; et enfants sur les thèmes : (0,18) 0,18
population et développement planning-familial; pratiques
traditionnels néfastes; développement local
révision PNDS- élaboration Plan Décennal et SN/genre (0,25) 0,25
Suivi et évaluation des indicateurs du genre; coordination
des activités genre et mise à jour de la base
de données désagrégées par sexe (0,21) (0,21)
Elaboration d'une étude sur les relations entre hommes et femmes (0,12) 0,12
et sur les violences selon les genres
Mise en place d'un site web pour la DEP (0,003) 0,003
Élaboration du code des personnes et de la famille (0,16) 0,16
Élaboration du manuel d'exécution du projet (0,01) 0,01
Prestations pour l'organisation de la revue à mi-parcours (0,01) 0,01
Élaboration du rapport d'achèvement du projet (0,01) 0,01
Prestations des experts contractuels de la DPF (0,11) 0,11
Audit (0,05) 0,05
FONCTIONNEMENT : 0,26 millions d’UC 0,26 0,26
{0,10}
Fonctionnement (0,16)
)

Coût total du projet 0,24 1,39 1,53 3,16

Don (0,18) (1,29) (1,53) (3,00)

Gouvernement {0,06} {0,10} _ {0,16}


* = négociation directe;
( ) = Financement sur le don ; { } = Financement Gouvernement

Biens (0,24 millions d’UC) :

Appel d’offres national pour l’acquisition : i) du mobilier pour les directions régionales du
MDSPPFPE, le centre multimédia, les cliniques juridiques de l’ANDDH et la DPF (0,01 millions
d’UC) ; ii) les équipements bureautiques, informatiques, audio-visuel pour les directions du
MDSPPFPE, l’ANDDH , le centre multimédia, les cliniques juridiques et la DPF (0,14 millions
24

d’UC) ; et iii) les véhicules et les motos des DR, de la DEP, de l’AFJN et la DPF (0,09 millions
d’UC). Ce mode d’acquisition se justifie par le fait qu’il existe des fournisseurs locaux suffisamment
qualifiés et en nombre suffisant pour garantir la concurrence.

Services (2,65 millions d’UC) :

Consultation sur la base d’une liste restreinte pour : i) les formations à l’étranger sur les thèmes
population, genre et développement, statistique genre, gestion des terroirs, planification du
développement, genre et droit de la femme management et entrepreunariat féminin (0,12 millions
d’UC) ; ii) la formation en communication (0,01 millions d’UC); iii) la formation en informatique
des cadres du MDSPPFPE, des 200 femmes, et des superviseurs des cliniques juridiques (0,06
millions d’UC) ; iv) la sensibilisation des populations sur le Code des Personnes et de la famille, la
vulgarisation de la CEDEF et la Loi sur le quota (0,11 millions d’UC) ; v) la sensibilisation des
populations sur les droits humains (0,11 millions d’UC) ; vi) la sensibilisation sur les différents
thèmes (0,18 millions d’UC) ; vii) la révision du PNDS, l’élaboration plan décennal et Stratégie
nationale en matière de genre (0,25 millions d’UC) ; viii) le suivi et l’évaluation des indicateurs du
genre; la coordination de l'ensemble des activités genre et la mise à jour de base de données
désagrégées par sexe (0,21 millions d’UC) ; ix) a réalisation de l’étude sur les relations entre
hommes et femmes et celle relative aux violences fondées sur le genre (0,12 millions d’UC) ; x) la
mise en place d'un site Web pour la DEP (0,003 millions d’UC) ; xi) l’élaboration du Code des
personnes et de la famille (0,16 millions d’UC ) ; xii) l’élaboration du manuel d’exécution du projet
(0,01 millions d’UC) ; xiii) les prestations pour l’organisation de la revue à mi-parcours (0,01
million d’UC) ; xiv) l’élaboration du rapport d’achèvement du projet (.0,01. millions d’UC) ; xv) les
prestations des experts contractuels de la PDF (0,11 millions d’UC) ; et xvi) l’audit du projet (0,05
millions d’UC).

Négociation directe pour : i) avec le MDSPPFPE pour les formations locales des leaders d’opinion
et des organisations de la société civile des personnels de l’administration Il dispose d’un noyau de
formateurs en genre. Ces derniers ont été formés dans le cadre du projet «Initiative genre» financé
par le FNUAP ; et ii) les voyages d’études (0,06 millions d’UC).

Fonctionnement (0,26 million d’UC) :

Les acquisitions relatives au fonctionnement du projet (fournitures de bureaux et carburant) seront


assurées en utilisant : i) des consultations de fournisseurs pour des montants inférieurs à 20 000 UC et
ii) des appels d’offres pour les marchés dont le montant total est supérieur à 20 000 UC.

5.4.2 Note d’information générale sur l’acquisition des biens et services : La note d’information
générale sur l’acquisition (NGA) adoptée avec l’emprunteur lors des négociations de l’accord de prêt
sera émise pour publication dans le journal «Development Business», dès l’approbation par le Conseil
d’Administration de la proposition de prêt, ainsi que dans la presse locale
5.4.3 Procédures d’examen : Les documents suivants seront soumis à l’approbation du FAD avant
d’être publiés : Note d’information spécifique sur l’acquisition ; Listes restreintes et lettres d’invitation à
soumissionner ; Dossiers de consultations ; Rapports d’évaluation des soumissions comportant les
recommandations sur l’attribution des marchés ; Projets de contrats, si les modèles de contrats
incorporés dans les dossiers d’appel d’offres ont été modifiés.
5.5 Décaissements

5.5.1 Les décaissements des ressources se feront conformément au calendrier des dépenses. A
cet effet, deux comptes seront ouverts dans une banque commerciale acceptable pour le FAD : le
premier, destiné à recevoir les ressources du don et le deuxième, destiné à recevoir la contribution du
donataire au financement du projet. Les opérations à partir de ces comptes seront soumis au principe
25

de la triple signature du Directeur de la Promotion de la Femme, du Coordinateur et du Comptable


du projet. Chaque année, le Gouvernement versera à temps sa contribution au financement des
activités programmées pour l’année en cours.

5.5.2 L’approvisionnement du compte spécial par le FAD visera à financer les dépenses
courantes couvrant 4 mois d’activités du projet. Les décisions d’approvisionnement seront prises
sur la base d’un programme d’activités acceptable par le FAD et de la justification de l’utilisation
de l’approvisionnement précédent. Des paiements directs pourront se faire pour les contrats qui
seront conclu.

5.6 Rapports financiers et audits

Le comptable aura pour tâches principales de tenir les comptes lui permettant de suivre les
opérations effectuées par composante, catégorie de dépense et source de financement. Chaque
année, une mission d’audit indépendant du projet sera effectuée par un cabinet international agréé
par le FAD et le Gouvernement. Cet audit couvrira tous les aspects de l’exécution du projet
(vérification annuelle des comptes, gestion administrative du projet et acquisition des biens et
services en rapport avec les règles d’acquisition du FAD).
5.7 Suivi et Évaluation

Rapports d’activités

5.7.1 La DPF assurera le suivi des activités. Cependant, chacune des parties concernées par
l’exécution du projet préparera et lui transmettra les rapports trimestriels et annuels d’exécution de
leurs activités respectives La DPF fera la synthèse de ces rapports et transmettra régulièrement une
copie au FAD dans le courant du mois qu suivra la fin du trimestre concerné. A la fin de l’exécution
du projet, elle préparera le rapport d’achèvement du projet avec l’appui d’un consultant. Les
rapports seront établis trimestriellement et annuellement en conformité avec les directives de la
Banque en la matière.

Supervision

5.7.2 Dès l’approbation du don et suivant le recrutement du personnel complémentaire, la Banque


organisera une mission au Niger en vue du lancement du projet. Au cours de ce lancement, les rôles
des différents intervenants seront clairement expliqués et discutés afin de faciliter la réalisation des
activités. Le FAD conduira des missions de supervision périodiques (au moins deux fois par an) sur
les différents sites du projet. Des copies des rapports des missions seront remises aux autorités pour
la prise des mesures nécessaires. Le suivi/évaluation des indicateurs de genre sera assuré par
l’assistant technique à mettre en place à la DEP et discuté avec la Banque et les partenaires durant les
missions de supervision. En matière de communication, une stratégie sera élaborée afin de mieux faire
connaître les activités du projet et les résultats obtenus à tous les bénéficiaires et partenaires au
développement.

Revue à mi-parcours
5.7.3 A la deuxième année de mise en œuvre du projet, la Banque organisera une revue à mi-
parcours. Cette revue aura pour objectif de mesurer et d’évaluer les progrès réalisés dans l’exécution du
projet par rapport à ses objectifs initialement prévus et de proposer éventuellement des mesures
correctives. Elle connaîtra la participation de l’ensembles des parties concernées (bénéficiaires,
organisations de la société civile et partenaires). Les recommandations qui en résulteront seront mises en
application par la DPF sous la supervision du CPP.
5.8 Coordination de l’Aide
26

5.8.1 Au Niger, la coordination des interventions des bailleurs de fonds est assurée par le Ministère
de l’Economie et des Finances. Mais, en ce qui concerne le genre, il existe depuis 1999, un groupe
thématique « Genre » dont l’objet est d’appuyer et d’assurer la coordination inter-Agences du Système
des Nations Unies en matière de «Genre» au Niger. Son mandat est de : i) coordonner et harmoniser les
initiatives de "gender mainstreaming" au sein du Système des Nations Unies ; ii) élaborer une stratégie
d’appui conjoint au Gouvernement ; ii) plaidoyer au sein du SNU pour l’inscription de lignes
budgétaires visant à promouvoir le genre ; iv) développer un partenariat entre bailleurs multilatéraux et
bilatéraux pour encourager la mobilisation des ressources et appuyer les activités de renforcement des
compétences de genre ; et v) établir et systématiser la communication entre Agences, ONG et
Gouvernement en matière de genre.

5.8.2 Les missions d’identification et d’évaluation du projet ont été discuté avec la plupart des
agences membres de ce groupe pour valider les actions proposées. La Banque s’appuiera entre autres
sur ce groupe thématique pour assurer l’exécution harmonieuse des activités en participant à des
missions de revues annuelles et de supervisions conjointes. L’existence de ce groupe au Niger facilitera
la coordination des actions dans le domaine du genre.

6. DURABILITÉ ET RISQUES DU PROJET


6.1 Charges récurrentes

6.1.1 Compte tenu de la nature des activités à réaliser, les charges récurrentes engendrées par la
réalisation du projet portent sur les frais d’entretien des biens qui seront acquis pour les services
centraux et les DR du MDSPPFPE, du centre communautaire multimédias et la Direction de la
Promotion de la Femme. Ils concernent également la location des bureaux et les frais de
fonctionnement des centres multimédias. Le montant annuel de ces charges est évalué à 0,03
millions d’UC. Ce montant représente 0,005% du budget de l’Etat pour l’année 2004 et 1,5 % de
celui du MDSPPFPE. Le montant des charges récurrentes du projet est donc supportable par le
Gouvernement.

6.1.2 Sur le montant total des charges, évalué à 0,03 millions d’UC, le REFAO-Niger prendra
en charge la part qui leur revient dans la gestion du centre multimédias, c’est à dire 0,01 millions
d’UC. Les frais récurrents annuels du projet à prendre en charge par l’Etat, représentent donc 0,02%
du budget de l’Etat et 0,99% de celui du MDSPPFPE. Ils sont supportables par le Gouvernement
qui, du reste s’est engagé à accroître le budget du MDSPPFPE, d’au moins 2% par an durant
l’exécution du projet.
6.2 Durabilité
6.2.1 L’appropriation du projet par les bénéficiaires et les partenaires intervenant dans le domaine
du genre grâce à leur participation effective à la conception et la formulation du projet comme indiqué
au chapitre 4.1.2, constitue un élément de durabilité de l’intervention. Cette appropriation se poursuivra
tout au long de l’exécution jusqu’au rapport d’achèvement du projet. La durabilité du projet repose
également sur le fait que les investissements dans la formation des ressources humaines dans des
domaines spécifiques et connexes au genre, contribuera à l’amélioration qualitative du personnel en
charge de la mise en œuvre des projets et programmes dans le domaine du genre, y compris les projets
de la Banque en cours d’exécution. En outre, la mise en place du centre multimédia qui relèvera du
secteur privé, constitue également un facteur de durabilité du projet.

6.2.2 Les cadres de références spécifiques en matière de genre qui seront élaborés (stratégie
nationale en matière de genre et PDDG), constitueront en plus de la SRP, la base pour toutes les
interventions dans le domaine du genre au Niger. Par ailleurs, les changements de comportements
attendus au sein de la société à travers une meilleure perception du concept «genre» par les populations
27

et une meilleure connaissance des principaux thèmes visés, notamment le planning familial, les
pratiques traditionnelles néfastes et la lutte contre le VIH/SIDA par le projet de leur part, contribuera à
l’appropriation des réalisations du projet par ces dernières et à sa durabilité. En outre, l’élaboration du
code des personnes et de la famille conférera au Niger, un des principaux textes fondamentaux
susceptibles de mieux régir les rapports entre les hommes, les femmes et les enfants. Enfin, la
connaissance de la CEDEF et des droits humains part les populations constitue un des facteurs clé de
durabilité du projet.

6.3 Principaux risques et mesures d’atténuation

6.3.1 La réussite du projet repose sur l’hypothèse que la poursuite de la mise en œuvre de la
stratégie de réduction de la pauvreté du Gouvernement, notamment sa vision selon laquelle la lutte
contre la pauvreté requiert la mise à contribution de toutes les forces vives de la nation. Pour
atteindre cet objectif tous les obstacles constituant une entrave à la satisfaction des besoins des
femmes doivent être levés. Le succès du projet dépend également de la poursuite de l’appui des
partenaires au développement au développement des activités en mati-re de genre. Quant aux
risques, ils se situent principalement à quatre niveaux : (i) le refus du Gouvernement de lever les
réserves formulées par rapport à la CEDEF ; ii) la non-application de la Loi sur le quota; (iii)
l’irrégularité dans la mise à la disposition du projet de la contrepartie nationale ; et iv) la non-
adhésion des leaders d’opinion (chefs traditionnels et religieux et les partis politiques) au projet.

6.3.2 Le premier risque sera atténué en raison de l’engagement pris par les partenaires au
développement, de poursuivre le dialogue avec le Gouvernement afin que lesdites réserves soient
levées. Le second risque sera également atténué du fait de l’engament du Gouvernement à mettre en
application la Loi sur le quota. Par ailleurs, le projet prévoit le renforcement des points focaux par la
formation approfondie sur le concept genre et la vulgarisation de cette Loi auprès des populations en
appui à la diffusion engagée par les autres partenaires. Le troisième risque trouvera son atténuation dans
l’engagement du Gouvernement, à accroître la part du budget affecté au MDSPPFPE d’au moins 2%
par an durant la mise en oeuvre du projet. Ces ressources permettront au Gouvernement d’assurer
régulièrement le financement de la contrepartie nationale nécessaire à la réalisation des activités prévues
dans le cadre du projet. Quant au quatrième risque, il sera atténué du fait des activités de
formation/sensibilisation sur le genre à réaliser dés le départ et au renforcement de ces formations qui
sera organisé chaque année.

7. AVANTAGES DU PROJET

7.1 Avantages économiques

7.1.1 Le projet consacrera environ 77,13% de ses ressources aux services dont la mise en œuvre
fera appel aux bureaux d’études (secteur privé) et aux ONG qui en seront les principaux
bénéficiaires, notamment dans le cadre de la réalisation d’études et d’activité de sensibilisation et de
formation. De ce fait, les bureaux d’études et les ONG obtiendront des marchés et créeront quelques
emplois. Par ailleurs, 7% du coût du projet seront consacrés à l’acquisition de biens, ce qui
permettra aux fournisseurs d’obtenir des marchés. En outre, la mise en place du centre
communautaire multimédias dont l’exploitation génèrera des ressources constitue à n’en pas douter,
un avantage économique certain du projet. Le projet contribuera également à la mise en œuvre de la
SRP, notamment le volet genre, ce qui constitue une étape majeure dans la valorisation des
ressources humaines au Niger. Par ailleurs, le pouvoir des femmes se renforcera à travers la
formation en informatique qui leur sera dispensée car elle leur permettra de mieux connaître leurs
droits et de s’informer sur les opportunités d’affaires, les technologies appropriées pour la
production, la transformation et la conservation des produits.
28

7.2 Impact social

7.2.1 Le projet, en s’inscrivant dans le cadre de la SRP, contribue à lutter contre la pauvreté à
travers ses différentes réalisations. Il apporte donc une contribution à l’atteinte des objectifs fixés
dans ce document et à ceux du millénaire, par la création de conditions favorables à la participation
de tous les citoyens (hommes, femmes et adolescents) au processus de développement du Niger. La
révision de la Politique Nationale de Développement Social, l’élaboration d’une Stratégie Nationale
en matière de genre et d’un Plan décennal pour le développement du genre permettront au Niger de
disposer de cadres de références précis devant guider ultérieurement toutes les interventions dans
une perspective plus cohérente, ce qui contribuera à atteindre les objectifs poursuivis dans le
domaine du genre. Le renforcement des activités de suivi/évaluation des indicateurs du genre et la
mise à jour périodique des données désagrégées selon le genre permettront de disposer
d’informations fiables sur la base desquelles des projets et programmes développement seront
élaborés. En outre, les études portant respectivement sur les violences selon le genre et les relations
entre homme et femmes contribueront à une meilleure compréhension de la problématique genre au
Niger, ce qui facilitera la prise de décision dans le domaine.

7.2.2 Par ailleurs, la réalisation des formations dans différents domaines (population, genre et
développement, communication, statistique genre, nouvelles technologies de l’information et de la
communication, planification du développement, etc.) aura un impact positif dans la mesure où le
Pays disposera de ressources humaines compétentes pour mener avec efficacement les activités
dans le domaine du genre. Ce renforcement de capacité se fera également à travers d’autres
formations, à savoir 1 agent en management et entrepreunariat féminin, 3 dans le domaine du genre,
50 agents en informatique. Enfin, l’amélioration de la perception de la question du genre auprès des
leaders d’opinion (la totalité des 230 chefs traditionnels et 14 230 Chefs religieux, 300 responsables
de partis politiques), des parlementaires, des membres des organisations de la société civile,
contribuera à produire des changements importants de comportements des populations en matière
de genre.

7.3 Impact sur les femmes et la réduction de la pauvreté

7.3.1 L’élaboration du code des personnes et de la famille aura un impact positif sur les femmes
et la réduction de la pauvreté car il contribuera à mieux régir les rapports entre les hommes, les
femmes et les enfants selon les principes d’égalité et d’équité. Il permettra de pallier les
insuffisances (droit de la famille, l’âge requis pour le mariage, le régime matrimonial, les
successions, l’accès aux prises de décisions et aux ressources foncières, animales, végétales et
hydrauliques) engendrées par les différentes sources de droit. La vulgarisation de la CEDEF et la
sensibilisation des populations sur les droits humains favoriseront une meilleure connaissance des
droits des femmes, ce qui leur donnera plus de pouvoir et renforcera leurs capacités et par
conséquent, leur plus grande participation au développement.

7.3.2 Par ailleurs, la sensibilisation des populations sur les différents thèmes visés dont le
VIH/SIDA, le planning familial et les pratiques traditionnelles néfastes contribuera à favoriser
l’adoption de meilleurs comportements. En outre, le plaidoyer auprès des leaders d’opinion
contribuera à obtenir qu’en 2007 ; i) au moins 10% de femmes maires contre 5% en 2004 et ; ii) la
Loi sur le quota soit appliquée. Enfin, en favorisant l’élargissement de l’accès des femmes à
l’information et à la communication par la création du centre communautaire multimédias et en
assurant la formation d’environ 200 femmes aux NTIC, le projet contribue au renforcement de
l’équité de genre au sein de la population par une participation plus importante des femmes dans les
domaines socio-culturels (éducation, santé, statut de la femme) et économique.
29

8. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

8.1 Conclusion

8.1.1 Le projet constitue un apport important à la SRP du Gouvernement dans la promotion du


genre au Niger. A travers les réalisations prévues, il renforce les capacités des structures de l’Etat, des
organisations de la société civile et du secteur privé à promouvoir le genre. Ce renforcement se traduira
concrètement par l’appui à la révision de la Politique Nationale de Développement Social, l’élaboration
d’une Stratégie Nationale en matière de genre et d’un Plan Décennal pour le Développement du Genre,
le renforcement des activités de suivi/évaluation des indicateurs du genre et la réalisation d’études sur
les violences selon le genre et les relations entre homme et femmes afin de contribueront à une plus
grande compréhension de la problématique genre au Niger. Les activités de formation en matière de
genre et dans les domaines connexes sont également orientées vers l’amélioration de la perception de la
question du genre auprès des leaders d’opinion (230 chefs traditionnels et 14 230 Chefs religieux, 300
responsables de partis politiques), des parlementaires, des représentants des élèves et étudiants (284) et
environ 50 membres des différentes organisations de la société civile. Elles contribueront à produire des
changements importants de comportements des populations en matière de genre

8.1.2 La mise en place du centre communautaire multimédia et la formation de 200 femmes


environ aux NTIC, contribueront à renforcer l’équité de genre par une participation plus accrue des
femmes et des jeunes filles dans les domaines socio-culturels et économiques. En outre,
l’élaboration du code des personnes et de la famille permettra de pallier les insuffisances
engendrées par les trois sources de droit et la vulgarisation de la CEDEF, suivie de la sensibilisation
des populations sur les droits humains constituent des réponses aux problèmes de genre au Niger.
Le projet qui a été conçu et formulé selon une approche participative avec l’implication effective
des différentes parties concernées (bénéficiaires, pouvoirs publics, société civile, ONG et les
partenaires au développement) est par conséquent une contribution importante dans la réalisation
des objectifs de : i) développement du millénaire, notamment ceux relatifs à la promotion et
l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et la mise des avantages des nouvelles
technologies de l’information et de la communication à la portée de tous ; ii) la stratégie
d'intervention (2002-2004) du Groupe de la Banque au Niger, principalement axée sur la lutte
contre la pauvreté en appui à la SRP du Gouvernement.

8.2 Recommandations et conditions d’approbation du don FAD

Conditions préalables à l’entrée en vigueur du don FAD

8.2.1 L’entrée en vigueur du Protocole de don est subordonnée à la satisfaction par le Donataire
des dispositions pertinentes des Conditions générales applicables aux accords de prêt et aux accords
de garantie du Fonds et des Conditions générales applicables aux Protocoles de don.
Conditions préalables au premier décaissement

8.2.2 Le FAD ne procédera au premier décaissement des ressources du don qu’à l’entrée en
vigueur du Protocole de don, et à la satisfaction par le donataire, des conditions spécifiques
suivantes :

i) Fournir au FAD, la preuve de la désignation de la Direction de la Promotion de la Femme


(DPF) au sein du Ministère du Développement Social de la Population, de la Promotion de
la Femme et de la Protection de l’Enfant en qualité d’agence d'exécution du Projet
(paragraphe 5.1.2) ;
30

ii) Fournir au Fonds la preuve de la création du Comité de pilotage du projet composé de


représentants des structures suivantes : MDSPPFPE (3 dont 2 femmes), Ministère de la
Santé Publique et de la Lutte contre les Endémies (1 femme), Ministère de l’Education de
Base 1 et de l’Alphabétisation (1 femme), Ministère de l’Economie et des Finances (1), le
Réseau de l’entrepreunariat féminin du Niger (1), Coordination des ONG féminines
(CONGAFEN) (1), collectif des ONG Kassai (1) Ministère de la Communication (1), et 1
cadre du Ministère de la Justice (paragraphe 5.1.4) ;

iii) Fournir au FAD la preuve de l'ouverture dans une banque commerciale au Niger de deux
(2) comptes : le premier destiné à recevoir les ressources du don et le deuxième, destiné à
recevoir la contrepartie nationale du donataire (paragraphe 5.5.1).

Autres conditions

8.2.3 Le donataire devra en outre :

i) Fournir au FAD, deux ans après l’entrée en vigueur du Protocole de don, une
copie du code des personnes et de la famille, adopté par l’Assemblée nationale
(paragraphe 4.5.15) ;

ii) Fournir au FAD, deux ans après l’entrée en vigueur du Protocole de don, une
copie de l’ordonnance n° 99-30 du 13 août 1999, sans les réserves et autorisant
l’adhésion du Niger à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de
discrimination à l’égard des femmes (paragraphe 4.5.16).
ANNEXE I

République du Niger
Projet de renforcement de l’équité en matière de genre
Etapes de la préparation du rapport d’évaluation du projet

PRINCIPALES ACTIVITES DATES DE OBSERVATIONS


REALISATION

Mission d’identification/Préparation du projet décembre 2003 Prise en compte des résultats des
concertations dans la formulation
Consultation des populations, des leaders d’opinion, du projet
des parlementaires, des organisations de la société
civile, des partenaires au développement et des
autorités administratives sur le projet

Mission d’évaluation du projet 16 février au 8 mars Formulation finale du projet


2004
Consultation des populations, des leaders d’opinion,
des parlementaires, des organisations de la société
civile dans les régions de Tahoua et de Maradi

Consultation des partenaires au développement et des


autorités administratives sur le projet à Niamey

Rédaction du rapport de retour de mission et du 15 mars au 19 avril Communication des résultats de


rapport d’évaluation 2004 la mission au Gouvernement

Réunion du groupe de travail interne en vue mardi 13 avril 2004 Les commentaires de la réunion
d’examiner le rapport d’évaluation, du projet ont été pris en compte en vue de
la rédaction du rapport pour le
groupe de travail
interdépartemental

Réunion du groupe de travail interdépartemental vue 26 avril 204 Les commentaires de la réunion
d’examiner le rapport d’évaluation, du projet ont été pris en compte en vue de
la finalisation du rapport pour sa
présentation au Comité de prêt

Réunion du Comité supérieur de Direction 7 mai2004 Les commentaires du comité


supérieur ont été pris en compte
dans la version finale du rapport

Transmission du rapport au Secrétariat Général 11 mai 2004 Pour traduction et distribution au


Conseil
ANNEXE II

République du Niger
Projet de renforcement de l’équité en matière de genre

PRINCIPALES INTERVENTIONS DES BAILEURS DE FONDS DANS LE DOMAINE DU


GENRE

Partenaires Programme/Projet Zone d’intervention Durée Activités en matière Montant)


de genre
FNUAP Initiative Genre au Niger Région d’Agadez, 2004-2007 Formation/plaidoyer 1.999.234
Région de Zinder pour prise en compte FCFA
des questions de
population dans les
différents secteurs;
renforcement de
l’environnement
légal, institutionnel et
social pour l’égalité
de genre

UNICEF Coopération Niger- Régions d’Agadez, 2004-2007 formation en Montant volet


UNICEF Maradi, Zinder genre/appui genre non
institutionnel disponible
Agence française de Care Tahoua Program Tahoua Achèvement Renforcement de 1,8 millions
développement pour le capacités d’Euros
12/12/2005
Agence française de Projet de développement Tillabéri, rive droite Achèvement Infrastructures 7,7 millions
développement local de Tilabéri pour le hydrauliques, d’euros
06/30/2006 éducation;,santé et
micro-crédit
Agence française de Education de base Zinder, Tilabéri et Achèvement infrastructures et 10,6 millions
développement Dosso pour le renforcement de d’euros
12/31/2008 capacités
Agence française de Programme hydraulique Maradi, Tessaoua Achèvement Infrastructures et 7,35 millions
développement villageoise Mayahi pour le renforcement de d’euros
12/31/2004 capacités
Agence française de Programme de Tillabréi , rive gauche En cours Infrastructures 7,4 millions
développement développement d’instruction hydrauliques, d’euros
communautaire éducation;,santé et
micro-crédit
USAID Femmes d’Arlit crédit et Agadez/Arlit 2001-2004 Activités génératrices 600.508 FCFA
épargne pour la santé de revenus

USAID Dallol micro-crédit Dosso 2001-2006 Activités génératrices 355.969 FCFA


de revenus
Suisse Programme genre au Niger - 2002-2004 Formation/renforcem 630 822 FCFA
ent institutionnel
FAD Education I Maradi, Tahoua, 21999-2004 -alphabétisation 2,45 millions
Tillabéri et Zinder - Fonds ‘appui à la d’UC
scolarisation des filles
FAD Education II Maradi, Tahoua, 2003-2008 planning familial, 0,80 millions
Tillabéri et Zinder mariages précoces, d’UC
formation en genre et
en santé reproductive.
PNUD Plan d’Action DU 2004-2007 Participation la 1 000 000 US$
Programme de Pays femme, statut
juridique/émergence
politique de la femme
ANNEXE III
République du Niger
Projet de renforcement de l’équité en matière de genre

Résumé des opérations en cours de la Banque au Niger


(Au 25 avril 2004)
Engagements nets
Date Date de Date de mise en Dernière date Montant (millions UC) Montant décaissé Taux de décaissement
TITRE DU PROJET d’approbation signature vigueur décaissement approuvé Montant signé Montant annulé (millions UC) (%)
. AGRICULTURE
1. PROJET MICRO-
REALISATIONS 14.12.1993 16.12.1993 18.07.1997 31.12.2003 10,85 10,85 0,00 10,85 7,17 66,08
2. ETUDE DEV. DIFFA 12.11.1997 17.12.1997 23.04.1999 31.12.2003 0,70 0,70 0,00 0,70 0,60 86,73
3. MOBIL. EAUX DEPT. 7,95
TAHOUA 15.07.1998 12.11.1998 07.04.1999 31.12.2004 7,95 7,95 0,00 3,76 47,29
4. ETUDE MOBI. EAUX DOSSO-
TILABERRI 03.09.2001 10.10.2001 18.02.2002 31.12.2003 0,44 0,44 0,00 0,44 0,25 40,61
5. DEVEL. ZINDER 18.10.2001 23.11.2001 10.10.2002 31.12.2007 5,80 5,80 0,00 5,80 0,66 11,38
0,96
6. ETUDE PROGR. HYD. RUR.A 07.03.2001 30.05.2001 10.09.2001 31.12.2003 0,96 0,96 0,00 0,44 56,81
9,30
7. AM. FORETS NATURELLES 17.09.1998 12.11.1998 19.07.1999 31.12.2004 9,30 9,30 0,00 6,13 65,91
10,00
8. APPUI DEV. DOSSO 14.12.1993 15.12.1993 20.08.1997 31.12.2003 10,00 10,00 0,00 8,00 80,00
9. PADER-DIFFA 22.10.2003 04.12.2003 16.02.2004 31.12.2011 15,00 15,00 0,00 15,00 0,00 0,00
10. ETUDES MOBILISATION 0,85
EAU REGION DE MARADI 11.09.2003 29.09.2003 18.02.2004 30.06.2006 0,85 0,85 0,00 0,00 0,00
11. ETUDES ENVIR. DU 0,00
PROGRAMME DE KANDADJI 19.11.2003 04.12.2003 31.12.2006 1,10 1,10 0,00 0,00 0,00
62,95
Total AGRICULTURE 62,95 62,95 0,00 27,01
TRANSPORT
1,38
12. ETUDE PROGR. ROUTIER 18.05.2001 30.05.2001 16.01.2002 31.12.2004 1,38 1,38 0,00 0,24 17,4
Total Transports 1,38 1,38 0,00 1,38 0,24 17,4
ENERGIE
13. PLAN ENERG. NATIO. 03.07.2002 27.08.2002 28.08.1998 31.12.2005 0,65 0,65 0,00 0,65 0,00 0,00
0,65
Total ENERGIE 0,65 0,65 0,00 0,00 0,00
SOCIAL
10,00
14. PROJET EDUCATION 10.09.1998 12.11.1998 02.11.1999 31.12.2004 10,00 10,00 0,00 5,50 55,00
15. AMELIORAT.QUALIT.SOINS 18.10.2001 23.11.2001 05.11.2002 31.12.2007 15,95 15,95 0,00 15,95 0,00 0,00
18.10.2001 23.11.2001 05.11.2002 31.12.2007 0,40 0,40 0,00 0,40 0,00 0,00
16. RENF. SECTEUR SANTE 14.12.1993 15.12.1993 16.12.1993 31.12.2003 9,23 9,23 0,00 9,23 8,58 92,95
17. REDUCT. PAUVRETE 28.10.1998 12.11.1998 30.06.1999 31.12.2004 5,50 5,50 0,00 5,50 2,52 45,90
28.10.1998 12.11.1998 30.06.1999 31.12.2004 1,20 1,20 0,00 1,20 0,31 25,93
18. Education II 04.12.2003 04.12.2003 31.12.2009 10,00 10,00 0,00 10,00 0,00 0,00
04.12.2003 04.12.2003 31.12.2011 2,00 2,00 0,00 2,00 0,00 0,00
Total Social 54,28 54,28 0,00 54,28 16,91
MULTINATIONAL
13,05
19. PAS IV 12.11.2003 04.12.2003 29.12.2003 31.01.2006 13,05 13,05 0,00 8,97 68,72
1,20
12.11.2003 04.12.2003 29.12.2003 31.01.2006 1,20 1,20 0,00 0,00 0,00
14,25
Total Multinational 14,25 14,25 0,00 8,97 62,95
TOTAL 133,51 133,51 0,00 133.51 53,13 39,79
ANNEXE IV
Page 1/1
République du Niger
Projet de renforcement de l’équité en matière de genre

Carte administrative du Niger et zone du Projet

Cette carte a été établie par le personnel du groupe de la BAD exclusivement à l’usage des lecteurs du rapport auquel elle est jointe. Les
dénominations utilisées et les frontières figurant sur cette carte n’impliquent de la part du groupe de la Banque et de ses membres aucun
jugement concernant le statut légal d’un territoire ni aucune approbation ou acceptation de ses frontières.
ANNEXE V
République du Niger
Projet de renforcement de l’équité en matière de genre
Résumé des coûts du projet

COMPOSANTE 1 : RENFORCEMENT DE CAPACITÉS


Total Total
B/ - BIENS Millions Millions
XOF UC
Mobilier 1.91 0.002
Équipement bureautique 2.70 0.003
Équipement informatique 34.40 0.04
Matériel roulant 27.00 0.03
Matériel audiovisuel pour la DEP 2.00 0.003
Coût de base biens 68.01 0.09
Aléas et imprévus 5.00% 3.40 0.004
Hausse des prix 2.68% 1.91 0.002
S.TOTAL BIENS 73.32 0.09
C/ - SERVICES
Formation/Sensibilisation
Ateliers de formation pour l'amélioration de la perception de la question du genre 252.03 0.32
Recyclage pour l'amélioration de la perception de la question du genre 0.00 0.00
Formations en cascades des populations par les leaders d'opinions 458.70 0.59
Renforcement des capacités humaines de la DP du MDSPPFPE 18.52 0.02
Renforcement des capacités humaines de la DEP du MDSPPFPE 5.40 0.01
Renforcement des capacités humaines de la DPF du MDSPPFPE 27.00 0.03
Renforcement général des capacités humaines du MDSPPFPE 40.50 0.05
Ateliers de formation des cadres du MDSPPFPE 16.44 0.02
Activités de plaidoyers sur différents thèmes auprès des hommes - femmes et adolescents 129.60 0.17
Voyages d'études des leaders d'opinions 30.00 0.04
Coût de base formation/sensibilisation 978.19 1.25
Aléas et imprévus 5.00% 48.91 0.063
Hausse des prix 4.35% 44.72 0.057
Sous-Total Catégorie C1. Formation / sensibilisation 1,071.82 1.37
Services
Mise en cohérence des politiques sectorielles au MDSPPFPE 180.00 0.23
Appui à la Direction des Études et de la Planification du MDSPPFPE 242.00 0.31
(y compris étude sur les relations entre hommes et femmes sur les violences fondées sur le genre)
Coût de base Service 422.00 0.54
Aléas et imprévus 5.00% 21.10 0.027
Hausse des prix 2.26% 10.00 0.013
Sous-Total Catégorie C2. Services 453.10 0.58
Coût de base services 1,400.19 1.79
Aléas et imprévus 5.00% 70.01 0.090
Hausse des prix 3.72% 54.66 0.070
S.TOTAL SERVICES 1,524.85 1.95
D/ - FONCTIONNEMENT
Administration des Bureaux 49.80 0.06
Véhicule(s) 24.30 0.03
Coût de base fonctionnement 74.10 0.09
Aléas et imprévus 5.00% 3.71 0.005
Hausse des prix 4.52% 3.51 0.004
S.TOTAL FONCTIONNEMENT 81.32 0.10

TOTAL COUT DE BASE DE LA COMPOSANTE 1 1,542.30 1.97


Aléas et imprévus 5.00% 77.11 0.10
Hausse des prix 3.71% 60.15 0.08
COUT TOTAL DE LA COMPOSANTE 1 1,679.56 2.15

COMPOSANTE 2 : AMÉLIORATION DU CADRE JURIDIQUE ET DE L'ACCÈS DES FEMMES À


L'INFORMATION/COMMUNICATION
B/ - BIENS Total Total
Millions Millions
XOF UC
Mobilier 1.90 0.002
Équipement bureautique 16.60 0.02
Équipement informatique 37.05 0.05
Matériel roulant 15.00 0.02
Coût de base Biens 70.55 0.09
Aléas et imprévus 5.00% 3.53 0.005
Hausse des prix 3.80% 2.81 0.004
S.TOTAL BIENS 76.89 0.10
C/ - SERVICES
Formation/Sensibilisation
Voyages d'études 12.00 0.02
Recyclage des 1055 femmes relais de L'AFJN 43.46 0.06
Plaidoyer pour la sensibilisations sur le code des personnes 78.00 0.10
et de la famille, la CEDEF, Loi sur quota
Plaidoyer pour la vulgarisation des droits humains (droits civils et politiques - 78.00 0.10
droits sociaux et économiques - droits culturels et environnementaux)
Formation en informatique et aux NTIC's 33.18 0.04
Coût de base formation/sensibilisation 244.64 0.31
Aléas et imprévus 5.00% 12.23 0.02
Hausse des prix 4.55% 11.70 0.01
Sous-Total Catégorie C1. Formation / sensibilisation 268.57 0.34

Services
Élaboration du code des personnes et de la famille 120.00 0.15

Coût de base Services 120.00 0.15


Aléas et imprévus 5.00% 6.00 0.008
Hausse des prix 2.26% 2.84 0.004
Sous-Total Catégorie C2. Services 128.84 0.16
Coût de base services 364.64 0.47
Aléas et imprévus 5.00% 18.23 0.023
Hausse des prix 3.72% 14.23 0.018
S/TOTAL SERVICES 397.10 0.51
D/ - FONCTIONNEMENT
Bureaux 24.60 0.03
Indemnités personnel du centre communautaire multimédia 10.80 0.01
Coût de base fonctionnement 35.40 0.05
Aléas et imprévus 5.00% 1.77 0.002
Hausse des prix 9.45% 3.51 0.004
S.TOTAL FONCTIONNEMENT 40.68 0.05
TOTAL COÛT DE BASE DE LA COMPOSANTE 2 470.59 0.60
Aléas et imprévus 5.00% 23.53 0.03
Hausse des prix 4.22% 20.87 0.03
COÛT TOTAL DE LA COMPOSANTE 2 514.99 0.66

COMPOSANTE 3 : GESTION DU PROJET


Total Total
B/ - BIENS Millions Millions
XOF UC
Mobilier de bureau de la DPF 0.83 0.001
Équipement bureautique de la DPF 4.30 0.01
Équipement informatique de la DPF 5.55 0.01
Matériel roulant de la DPF 25.50 0.03
Coût de base Biens 36.18 0.046
Aléas et imprévus 5.00% 1.81 0.002
Hausse des prix 1.87% 0.71 0.001
S.TOTAL BIENS 38.70 0.050
C/ - SERVICES
Services
Élaboration du manuel d'exécution du projet 10.00 0.01
Prestations pour l'organisation de la revue à mi-parcours 10.00 0.01
Élaboration du rapport d'achèvement du projet 10.00 0.01
Prestations des experts contractuels de la DPF 75.60 0.10
Coût de base Services 105.60 0.135
Aléas et imprévus 5.00% 5.28 0.007
Hausse des prix 3.84% 4.26 0.005
Sous-Total Catégorie C2. Services 115.14 0.147
Audit
Service d'un cabinet d'audit 35.18 0.05
Coût de base Audit 35.18 0.045
Aléas et imprévus 5.00% 1.76 0.002
Hausse des prix 2.33% 0.86 0.001
Sous-Total Catégorie C3. Audit 37.80 0.048
Coût de base Services 140.78 0.18
Aléas et imprévus 5.00% 7.04 0.009
Hausse des prix 3.72% 5.50 0.007
S.TOTAL SERVICES 153.32 0.196
D/ - FONCTIONNEMENT
Direction de la Promotion de la Femme (DPF) 25.35 0.03
Véhicule de la DPF 13.58 0.02
Frais de missions et déplacement au siège de la Banque 11.52 0.01
indemnités des membres du personnel de la DPF 26.28 0.03
Coût de base Fonctionnement 76.73 0.10
Aléas et imprévus 5.00% 3.84 0.005
Hausse des prix 4.36% 3.51 0.004
S.TOTAL FONCTIONNEMENT 84.08 0.11
TOTAL COUT DE BASE DE LA COMPOSANTE 3 253.69 0.32
Aléas et imprévus 5.00% 12.68 0.02
Hausse des prix 3.51% 9.35 0.01
COÛT TOTAL DE LA COMPOSANTE 3 275.73 0.35

Total coûts de base des composantes 1 + 2 + 3 2,266.58 2.90


Aléas et imprévus 5.00% 113.33 0.14
Hausse des prix 3.80% 90.37 0.12
COÛT TOTAL DU PROJET : COMPOSANTES 1 + 2 + 3 2,470.27 3.16
ANNEXE VI

République du Niger
Projet de renforcement de l’équité en matière de genre

ORGANIGRAME D’EXECUTION DU PROJET

C O M IT E D E P IL O T A G E D U P R O J E T

M in is t è r e d u D é v e lo p p e m e n t S o c ia l d e la
P o p u la t io n d e la P r o m o t io n d e la F e m m e e t D IR E C T IO N D E L A P R O M O T IO N D E L A F E M M E
d e la P r o t e c t io n d e l'E n f a n t

S e c r é ta r ia t

D iv is io n d e S t r a t é g ie s d e P r o m o t io n d e la D iv is io n d u D é v e lo p p e m e n t d e s A c t iv it é s
C o o r d in a t io n d u P r o j e t
Fem m e e n f a v e u r d e la F e m m e

S e c r é t a r ia t
S p e c ia lis t e e n P a s s a t io n d e s C o m p t a b le
M a rc h é s

S e r v ic e S e r v ic e d e s
I n t é g r a t io n d e la E t u d e s e t d e la
Fem m e R e c h e rc h e

S e r v ic e S e r v ic e d e S e r v ic e d u
I n t é g r a t io n d u P r o m o t io n d u R e n fo rc e m e n t
G e n re S t a t u t J u r id iq u e d u L e a d e r s h ip
d e la F e m m e F e m in in

L ie n f o n c t io n n e l

L ie n h ié r a r c h iq u e
ANNEXE VII
Projet de renforcement de l’équité en matière de genre
PLAN PREVISIONNEL DE L’EXECUTION DU PROJET

2004 2005 2006 2007


Opérations par composante S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D

Démarrage du projet : 01 September 2004


Recrutement des experts contractuels de la cellule/projet
1 - Renforcement de capacités
B Biens :
1/- Equipements/Mobiliers/Véhicules
Préparation des dossiers d'appels d'offres
Lancement des Appels d'Offres
Analyse des Appels d'Offres
Approbations BAD
Livraison et réception
C Services
C1 Formation / sensibilisation
1 - Formation/Amélioration/perception/question/genre
2 - Formation des populations par les leaders d'opinions
3 - Renforcement capacités humaines du MDSPPFPE
4 - Plaidoyers au bénéfice des hommes-femmes-enfants
5 - Voyages d'études
C2 Services
1 - Mise /cohérence/politiques/sectorielles/MDSPPFPE
2 - Appui à la DEP du MDSPPFPE / Etude violence et
relation entre homme et femme
D Fonctionnement
2 - Amélioration du cadre juridique et de l'accès des
femmes à l'information/communication
B Biens :
1/- Equipements/Mobiliers/Véhicules
Préparation des dossiers d'appels d'offres
Lancement des Appels d'Offres
Analyse des Appels d'Offres
Approbations BAD
Livraison et réception
C Services
C1 Formation / sensibilisation
1 - Voyages d'études
2 - Plaidoyers pour sensibilisation sur code de la famille
3 - Plaidoyers pour vulgarisation des droits humains
4 - Formation en informatique et aux NTICs
C2 Services
1 - Elaboration du code des personnes et de la famille
D Fonctionnement
3 - Gestion du projet
B Biens :
1/- Equipements/Mobiliers/Véhicules
Préparation des dossiers d'appels d'offres
Lancement des Appels d'Offres
Analyse des Appels d'Offres
Approbations BAD
Livraison et réception
C Services
C1 Services
1 - Elaboration du manuel d'exécution du projet
2 - Prestations/organisation de la revue à mi-parcours
3 - Elaboration du rapport d'achèvement du projet
4 - Prestations des experts contactuels du projet
C2 Audit
D Fonctionnement
ANNEXE VIII
République du Niger
Projet de renforcement de l’équité en matière de genre
LISTE DES BIENS ET SERVICES

Millions de XOF Millions d'UC


Catégories Devises M.L. Total Devises M.L. Total Don FAD GVT Total
1. B. Biens
1.1. Équip/Mob/Véhicules CB 128.10 46.64 174.74 0.16 0.06 0.22 0.17 0.05 0.22
Aléas et imprévus 6.41 2.33 8.74 0.01 0.00 0.01 0.01 0.00 0.01
Hausse des prix 1.79 1.50 5.44 0.00 0.00 0.01 0.00 0.00 0.01
Coût Total 136.30 50.48 188.91 0.17 0.06 0.24 0.18 0.06 0.24
2. C. Services
2.1. Formation / sensibilisation CB 104.02 1,118.80 1,222.82 0.13 1.43 1.56 1.56 0.00 1.56
Aléas et imprévus 5.20 55.94 61.14 0.01 0.07 0.08 0.08 0.00 0.08
Hausse des prix 4.76 51.66 56.42 0.01 0.07 0.07 0.07 0.00 0.07
Coût Total 113.98 1,226.40 1,340.38 0.15 1.57 1.71 1.71 0.00 1.71
2.2. Assistance technique CB 572.00 75.60 647.60 0.73 0.10 0.83 0.83 0.00 0.83
Aléas et imprévus 28.60 3.78 32.38 0.04 0.00 0.04 0.04 0.00 0.04
Hausse des prix 14.06 3.05 17.11 0.02 0.00 0.02 0.02 0.00 0.02
Coût Total 614.66 82.43 697.09 0.79 0.11 0.89 0.89 0.00 0.89
2.3. Audit CB 35.18 0.00 35.18 0.05 0.00 0.05 0.05 0.00 0.05
Aléas et imprévus 1.76 0.00 1.76 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00
Hausse des prix 0.86 0.00 0.86 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00
Coût Total 37.80 0.00 37.80 0.05 0.00 0.05 0.05 0.00 0.05
3. Coûts de fonctionnement
3.1. Fonctionnement CB 0.00 186.23 186.23 0.00 0.24 0.24 0.15 0.09 0.24
Aléas et imprévus 0.00 9.31 9.31 0.00 0.01 0.01 0.01 0.00 0.01
Hausse des prix 0.00 10.54 10.54 0.00 0.01 0.01 0.01 0.01 0.01
Coût Total 0.00 206.08 206.08 0.00 0.26 0.26 0.16 0.10 0.26
Coût de base total 839.30 1,427.27 2,266.58 1.07 1.83 2.90 2.76 0.14 2.90
Aléas et imprévus/ct (+4.6%) 35.56 69.03 104.59 0.05 0.09 0.14 0.14 0.01 0.14
Hausse des prix/ct (+3.7%) 21.47 66.75 90.37 0.03 0.09 0.12 0.11 0.01 0.12
Coût total du projet 896.34 1,563.06 2,461.54 1.15 2.00 3.16 3.00 0.16 3.16